Vous êtes sur la page 1sur 2

c 

c     

i { c
 d¶emprunts
i {c
 de la TVA (à l¶importation et à l¶intérieur)
i c
 de l¶impôt sur les sociétés
i {c
 de l¶impôt sur le revenu
i c
 Droits d¶enregistrement et de timbre (dont la moitié de droits de mutations)
i c
 taxe sur les produits énergétiques
i c
 droits d¶importation
i  c Produits des monopoles et exploitations et des participations financières de
l¶Etat (CDG, OCP, IAM«.)
i èctaxe sur les tabacs

Par rapport à 2010 la structure des ressources est basée sur le même trio (TVA, IR, IS ) . On
notera cependant que l¶Impôt sur l¶IS contribue moins (17 dhs en 2011 contre 18 en 2010) à la
faveur des cadeaux discaux attribués aux sociétés (Taux IS passé de 35 % en 1996 et à 30 %
en 2009) et au secteur financier (39,6 % à 37 %). La TVA (impôt inégalitaire s¶il en est)
compense une partie du manque à gagner (21 Dhs en 2011 contre 19 en 2010). La
contribution de l¶impôt sur le revenu reste inchangée.

On notera surtout que l¶Etat devra beaucoup emprunter en 2011 essentiellement en intérieur :
31 900 000 000 de dirhams en 2010 à 41 645 000 000 en 2011.

G  c


Les c
 sont réparties sur les trois fonctions comme suit :

i ‰èc
pour les Dépenses de fonctionnement (contre 60 Dhs en 2010)
i {{c
 de Dépenses d¶investissement (contre 23 Dhs en 2010)
i c pour la Dette (conte 17 Dhs en 2010)

Commençons par le dernier poste: la part des charges affectées à la dette diminue. Parce que,
il faut le reconnaitre, l¶Etat s¶est désendetté ces dernières années. Mais, chacun l¶aura
compris, les prochaines années ça part dans le sens inverse.

Vous connaissez la règle basique : Un bon budget c¶est un budget avec le moins de charges de
fonctionnement et le plus d¶investissement possible. Que fait l¶Etat en 2011 ? Il prend les 2
Dhs récupérés sur les charges de la dette et ponctue encore un Dh sur l¶investissement pour
mettre le tout (3 Dhs de plus) au service du fonctionnement. Autrement : il investit moins et
consomme plus.

Donc sur chaque 100 Dhs dépensé par l¶Etat‰èc


 vont à ses charges de fonctionnement ,
répartis comme suit :

i èc
 pour payer le personnel
i c
 pour les dépenses de matériel et les dépenses diverses
i c
 pour les Charges communes (Essentiellement compensation des prix).
On retrouve nos 3 Dhs justement dans les Charges communes : Pour la compensation des prix
et le maintien de la paix, l¶Etat allouer 15 Dhs à la compensation des prix et charges
communes en 2011 contre 12 seulement en 2010.

     

i { c
 pour l¶Education nationale : (Enseignement Scolaire, supérieur en plus des
formations et l¶analphabétisme). C¶est beaucoup et c¶est «. Etonnant. Car c¶est la
première fois que les charges réservés à l¶Education nationale baissent d¶une année à
l¶autre. En 2010 sur chaque 100 Dhs, 22 Dhs étaient réservés à l¶éducation. En 2011
ils ne seront que 20.
i c
 , on l¶a vu, à la caisse de compensation et autres charges communes.
i {c
à la défense nationale
i Dc
 à la sécurité
i c
 à la santé.
i c à l¶Agriculture et Pêche Maritime
i c
 à l¶Equipement et le transport
i {c
 au secteur de l¶Energie, Mines, Eau et Environnement
i c
 à la Justice
i Les autres secteurs <= c
chacun