Vous êtes sur la page 1sur 7

Devoir maison : intégrales généralisées,

correction
ECT 2 18/19

1) La courbe représentative de f est la suivante :

2) a) ˆ Pour tout réel A tel que A ≥ 1, on a :


Z A
IA = e−2t dt
1
 A
−1 −2t
= e
2 1
 
−1 −2A −1 −2
= e − e
2 2
−1 −2A 1 −2
= e + e .
2 2
On a obtenu :

−1 −2A 1
pour tout réel A tel que A ≥ 1, IA = e + .
2 2

ˆ On a : lim −2A = −∞ et lim ez = 0 donc, par composition :


A→+∞ z→−∞

lim e−2A = 0.
A→+∞

D’où :
−1 −2A 1 −2 1
lim IA = lim e + e = e−2 .
A→+∞ A→+∞ 2 2 2

b) ˆ Pour tout t de ]−∞, 1[, on a f (t) = 0 ≥ 0 et, pour tout t de [1, +∞[, f (t) = 2e−2t+2 ≥ 0.
Donc :
pour tout t de R, f (t) ≥ 0.

1
ˆ La fonction t 7−→ 0 est continue sur ] − ∞, 1[ car constante. La fonction t 7−→ 2e−2t+2
est continue sur ]1, +∞[ par composition. Donc :

la fonction f est continue sur R \ {1}.

Remarque : la fonction f n’est pas continue en 1 car :


lim f (t) = lim 0 6= 2 = f (1).
t→1 t→1
t<1 t<1
Z +∞
ˆ La fonction f est nulle sur ]−∞, 1[, donc l’intégrale f (t) dt converge si et seulement
−∞
Z +∞
si l’intégrale f (t) dt converge et on a égalité de ces intégrales en cas de convergence.
1
Or, pour tout réel A tel que A ≥ 1, on a :
Z A Z A
f (t) dt = 2e−2t+2 dt
1 1
Z A
= 2e−2t e2 dt
1
Z A
= 2e2 e−2t dt (par linéarité de l’intégrale)
1
= 2e2 IA .
1 −2
Or, d’après la question précédente lim IA = e , d’où :
A→+∞ 2
1
lim 2e2 IA = 2e2 × e−2 = e2−2 = e0 = 1.
A→+∞ 2
Z +∞ Z +∞
Donc, l’intégrale f (t) dt converge et f (t) dt = 1. Avec ce que l’on a vu plus
1 1
haut, on peut conclure que :
Z +∞
l’intégrale f (t) dt converge et est égale à 1.
−∞

Z 3
3) ˆ La fonction f est nulle sur ] − ∞, 1[, donc l’intégrale f (t) dt converge si et seulement
−∞
Z 3
si l’intégrale f (t) dt converge et on a égalité de ces intégrales en cas de convergence.
1Z
3
Or, l’intégrale f (t) dt converge et on a :
1
Z 3 Z 3
f (t) dt = 2e−2t+2 dt
1 1
Z 3
= 2e2 e−2t dt
1
Z 3
= 2e2 e−2t dt (par linéarité de l’intégrale)
1
= 2e2 I3
 
2 −1 −6 1 −2
= 2e e + e
2 2
= −e−6+2 + e2−2
= −e−4 + 1.

2
Ainsi :
Z 3
f (t) dt = 1 − e−4 .
−∞

ˆ Pour tout réel A tel que A ≥ 2, on a :


Z A Z A
f (t) dt = 2e−2t+2 dt
2 2
Z A
= 2e2 e−2t dt
2
Z A
= 2e2 e−2t dt (par linéarité de l’intégrale)
2
A

−1 −2t
= 2e2 e
2 2
  
2 −1 −2A −1 −4
= 2e e − e
2 2
 
−1 −2A 1 −4
= 2e2 e + e
2 2
= −e−2A+2 + e−2 .
On a : lim −2A + 2 = −∞ et lim ez = 0 donc, par composition :
A→+∞ z→−∞

lim −e−2A+2 = 0.
A→+∞

D’où :
lim −e−2A+2 + e−2 = e−2 .
A→+∞
Z +∞
Donc l’intégrale f (t) dt converge et :
2

Z +∞
f (t) dt = e−2 .
2

ˆ On a :
Z 3 Z 3
f (t) dt = 2e−2t+2 dt
2 2
Z 3
= 2e2 e−2t dt
2
Z 3
= 2e 2
e−2t dt (par linéarité de l’intégrale)
2
3

−1 −2t
= 2e2 e
2 2
  
2 −1 −6 −1 −4
= 2e e − e
2 2
 
−1 −6 1 −4
= 2e2 e + e
2 2
= −e−4 + e−2 .
On a obtenu :
Z 3
f (t) dt = e−2 − e−4 .
1

3
4) Soit x un réel. Déterminons F (x).
ˆ Cas x < 1. La fonction f est alors nulle sur ] − ∞, x[, donc on a :
Z x Z x
F (x) = f (t) dt = 0 dt = 0.
−∞ −∞
Z x
ˆ Cas x ≥ 1. Comme la fonction f est nulle sur ] − ∞, 1[, l’intégrale f (t) dt converge
Z x −∞

si et seulement si l’intégrale f (t) dt converge et on a égalité de ces intégrales en cas de


1
convergence. Z
x
Or, l’intégrale f (t) dt converge et on a :
1
Z x
F (x) = f (t) dt
Z1 x
= 2e−2t+2 dt
1
Z x
= 2e2 e−2t dt
1
Z x
= 2e2 e−2t dt (par linéarité de l’intégrale)
1
= 2e2 Ix
 
2 −1 −2x 1 −2
= 2e e + e
2 2
= −e−2x+2 + e0
= −e−2x+2 + 1.

On a obtenu :
F (x) = 1 − e−2x+2 .
Finalement : 
0 si x<1
pour tout réel x, F (x) = .
1 − e−2x+2 si 1≤x

5) ˆ On a :
Z 3
f (t) dt = F (3) = 1 − e−6+2 = 1 − e−4 .
−∞

ˆ D’après la relation de Chasles (et la question 2)b)), on a :


Z +∞ Z 2 Z +∞ Z +∞
f (t) dt = f (t) dt + f (t) dt d’où 1 = F (2) + f (t) dt
−∞ −∞ 2 2
Z +∞
d’où f (t) dt = 1 − F (2)
2
Z +∞
f (t) dt = 1 − 1 − e−4+2

d’où
2
Z +∞
d’où f (t) dt = e−2 .
2

On a retrouvé :
Z +∞
f (t) dt = e−2 .
2

4
ˆ D’après la relation de Chasles, on a :
Z 3 Z 2 Z 3 Z 3
f (t) dt = f (t) dt + f (t) dt d’où F (3) = F (2) + f (t) dt
−∞ −∞ 2 2
Z 3
d’où f (t) dt = F (3) − F (2)
2
Z 3
f (t) dt = 1 − e−6+2 − 1 − e−4+2

d’où
2
Z 3
d’où f (t) dt = −e−4 + e−2 .
2

On a retrouvé :
Z 3
f (t) dt = e−2 − e−4 .
2

6) a) Pour tout réel A tel que A > 1, on a :


Z A
JA = te−2t dt
1
  A Z A  
−1 −2t −1 −2t
= t e − 1× e dt (∗)
2 1 1 2
1 A −2t
 
−A −2A −1 −2
Z
= e − e + e dt (par linéarité de l’intégrale)
2 2 2 1
−A −2A 1 −2 1
= e + e + IA
2 2 2 
−A −2A 1 −2 1 −1 −2A 1 −2
= e + e + e + e
2 2 2 2 2
−A −2A 1 −2 1 −2A 1 −2
= e + e − e + e
2 2 4 4
3 −2 A −2A 1 −2A
= e − e − e .
4 2 4
−1 −2t
Détail de (∗) : par intégration par parties, les fonctions t 7−→ 1, t 7−→ t, t 7−→ e et
2
t 7−→ e−2t sont continues sur R.
On a obtenu :

3 −2 A −2A 1 −2A
pour tout réel A tel que A ≥ 1, JA = e − e − e .
4 2 4

b) On a : lim −2A = −∞ et lim ez = 0 donc, par composition :


A→+∞ z→−∞

lim e−2A = 0.
A→+∞

De plus, d’après ce qui est admis (qui est un résultat de croissances comparées), on a :

A −2A
lim e = 0.
A→+∞ 2
Avec la question précédente, on en déduit :

3 −2
lim JA = e .
A→+∞ 4

5
Z +∞
c) La fonction t 7−→ tf (t) est nulle sur ] − ∞, 1[, donc l’intégrale tf (t) dt converge si et
−∞
Z +∞
seulement si l’intégrale tf (t) dt converge et on a égalité de ces intégrales en cas de
1
convergence.
Or, pour tout réel A tel que A ≥ 1, on a :
Z A Z A
tf (t) dt = 2te−2t+2 dt
1 1
Z A
= 2e2 te−2t dt
1
Z A
= 2e2 te−2t dt (par linéarité de l’intégrale)
1
= 2e2 JA .
3 −2
Or, d’après la question précédente lim JA = e , d’où :
A→+∞ 4
3 3 3
lim 2e2 JA = 2e2 × e−2 = e0 = .
A→+∞ 4 2 2
Z +∞ Z +∞
3
Donc, l’intégrale tf (t) dt converge et tf (t) dt = . Avec ce que l’on a vu plus
1 1 2
haut, on peut conclure que :
Z +∞
3
l’intégrale tf (t) dt converge et est égale à .
−∞ 2

7) a) D’après la question 4) et la définition de G, on a, pour tout réel y :

G(y) = F (y + 1)

0 si y+1<1
=
1 − e−2(y+1)+2 si 1≤y+1

0 si y<0
=
1 − e−2y−2+2 si 0≤y

0 si y<0
= .
1 − e−2y si 0≤y

On a obtenu : 
0 si y<0
pour tout réel y, G(y) = .
1 − e−2y si 0≤y

b) La fonction y 7−→ 0 est dérivable sur ] − ∞, 0[ et la fonction y 7−→ 1 − e−2y est dérivable
sur ]0, +∞[. Donc (cf question précédente) :

la fonction G est dérivable sur R∗ .

c) D’après la définition de G et la question précédente, on a, pour tout y de R :


 0 
 G (y) si y<0 0 si y<0 
0 si y≤0

g(y) = 0 si 0=y = 0 si y=0 = .
 0  −2y 2e−2y si 0<y
G (y) si 0<y 2e si 0<y

6
Z +∞
ˆ La fonction g est nulle sur ]−∞, 0[, donc l’intégrale g(y) dy converge si et seulement
−∞
Z +∞
si l’intégrale g(y) dy converge et on a égalité de ces intégrales en cas de convergence.
0
Or, pour tout réel A positif, on a :
Z A Z A
g(y) dy = 2e−2y dt
0 0
= [−e−2y ]A
0
−e−2A − −e0

=
= −e−2A + 1.
Or, par composition : lim −e−2A , donc :
A→+∞

lim −e−2A + 1 = 1.
A→+∞
Z +∞ Z +∞
Donc, l’intégrale g(y) dy converge et g(y) dt = 1. Avec ce que l’on a vu plus
0 0
haut, on peut conclure que :
Z +∞
l’intégrale g(y) dy converge et est égale à 1.
−∞
Z +∞
ˆ La fonction y 7−→ yg(y) est nulle sur ] − ∞, 0[, donc l’intégrale yg(y) dy converge
−∞
Z +∞
si et seulement si l’intégrale yg(y) dy converge et on a égalité de ces intégrales en
0
cas de convergence.
Or, pour tout réel A positif, on a :
Z A Z A
yg(y) dy = 2ye−2y dt
0 0
A
Z A
y −e−2y 0 − 1 × −e−2y dt
 
=
0
Z A
= −Ae−2A − 0 + e−2y
0
A 
−2A −1 −2y
= −Ae −0+ e
2
0 
−2A 1 −2A −1 0
= −Ae −0− e − e
2 2
1 1
= −Ae−2A − e−2A + .
2 2
Or, par composition : lim −e−2A et d’après ce qui est admis dans la question 6)b) :
A→+∞
lim Ae−2A = 0. D’où :
A→+∞

1 1 1
lim −Ae−2A − e−2A + = .
A→+∞ 2 2 2
Z +∞ Z +∞
1
Donc, l’intégrale yg(y) dy converge et yg(y) dt = . Avec ce que l’on a vu
0 0 2
plus haut, on peut conclure que :
Z +∞
1
l’intégrale yg(y) dy converge et est égale à .
−∞ 2