Vous êtes sur la page 1sur 4

La mise en scène de la science : de la Covid-19 à la 5G | AOC media - Analyse Opinion Critique 29/10/2020 15(20

mercredi
28.10.20
Opinion

La mise en scène de la science


: de la Covid-19 à la 5G
Par Étienne Klein

Nous devons tirer des leçons du traitement médiatique des aspects


scientifiques de la pandémie de Covid-19. Car alors qu’une
opportunité quasi-historique nous était donnée d’expliquer au grand
public, en temps réel, jour après jour, la méthodologie scientifique,
nous avons préféré mettre en scène une interminable foire
d’empoigne entre égos ayant souvent atteint une certaine sur-
dimension. Au risque qu’une partie du public se soit laissée abuser,
et considère désormais que la science est une simple affaire
d’opinions qui s’affrontent sans jamais converger.

Un virus n’a pas d’intentionnalité, à part peut-être celle de trouver des


hôtes pour se multiplier puisqu’il est incapable de le faire seul.
Contrairement à ce qu’on a pu lire et entendre ici et là, celui qui est
responsable de la Covid-19 n’a donc nullement surgi dans le but de nous
faire la morale, encore moins de nous châtier. Mais, à défaut de recevoir
des leçons de sa part, nous pouvons, nous, en tirer quelques-unes pour
notre propre compte, en analysant ce que nous avons appris grâce à lui, ou
en regardant les effets qu’il a eus sur nous, notamment dans notre façon de
parler des sciences.

Par exemple, nous savons encore mieux qu’auparavant que les grandes
pandémies à venir seront des « zoonoses » – c’est-à-dire des infections
virales brisant la barrière inter-espèces pour se propager de l’animal à
l’homme –, dont la diffusion est favorisée par les bouleversements
écologiques induits par l’activité humaine. Il est donc grand temps de
prendre acte du fait que nous ne pourrons pas nous abstraire du monde à
notre guise. L’humanité ne constitue nullement une bulle autonome, à part.
Faisant partie de la nature, elle ne saurait s’en émanciper radicalement.

Curieux renversement, au demeurant : alors qu’encore tout récemment,


certains techno-prophètes prédisaient notre imminente libération des
soucis liés à la matérialité de notre corps grâce aux nouvelles technologies,
nous voilà cruellement et brutalement ramenés à notre « socle
biologique » ; et pendant de longues semaines, au lieu de courir le monde
et de nous rendre encore un peu plus « comme maîtres et possesseurs de la
nature », nous avons dû sagement rester chez nous, nous confiner comme
faisaient nos ancêtres.

Une occasion historique


d’expliquer ce qu’est la recherche
D’autres leçons sont à tirer du traitement médiatique des aspects
scientifiques de la pandémie. Une opportunité quasi-historique nous était
là donnée d’expliquer au grand public, en temps réel, jour après jour, la
méthodologie scientifique : ses tâtonnements, ses avancées, ses multiples
biais, ses succès, mais aussi en quoi consistent un essai en double aveugle,
un essai randomisé, un effet placebo, un bon usage des statistiques, la

https://aoc.media/opinion/2020/10/27/la-mise-en-scene-de-la-science-de-la-covid-19-a-la-5g/?loggedin=true Page 1 sur 4


La mise en scène de la science : de la Covid-19 à la 5G | AOC media - Analyse Opinion Critique 29/10/2020 15(20

différence entre une corrélation et une relation de cause à effet… Au lieu


de la saisir, nous avons préféré mettre en scène une interminable foire
d’empoigne entre égos ayant souvent atteint une certaine sur-dimension.
D’aucuns accordaient même à leur « ressenti » un crédit si élevé qu’ils
parvenaient à trancher d’un simple coup de phrase des questions
vertigineusement complexes. Tout en reconnaissant, pour les plus
honnêtes d’entre eux, qu’ils n’y connaissaient absolument rien (« Je ne
suis pas médecin, mais je… »).

Je crains qu’une partie du public se soit ainsi laissée abuser, et considère


désormais que la science est une simple affaire d’opinions qui s’affrontent
sans jamais converger. Je le crains d’autant plus qu’aujourd’hui, la
tendance à avoir un avis non éclairé sur tout, et à le répandre largement,
semble gagner en puissance grâce aux réseaux sociaux. Dans son sillage,
elle distille l’idée que la science ne relève que d’une croyance parmi
d’autres. Elle serait en somme une sorte d’Église émettant des publications
comme les papes des bulles, que les non-croyants ont tout loisir non
seulement de contester, mais aussi de mitrailler de commentaires à
l’emporte-pièce.

Entendons-nous bien : je suis parfaitement conscient que nous vivons tous


dans une mare de préjugés, et que les scientifiques – qu’ils s’expriment
publiquement ou non – n’échappent pas à la règle. S’ils parviennent à s’en
défaire dans leur domaine de compétence, ce n’est certainement pas en
purifiant leur propre intellect, ni en s’imposant une cure de
désintéressement personnalisée, ni en polissant leurs phrases, mais en
adoptant collectivement une méthode critique qui permet de résoudre les
problèmes grâce à de multiples conjectures et tentatives de réfutation. Une
vérité « scientifique » ne doit en principe pouvoir être déclarée telle qu’à
la suite d’un débat contradictoire ouvert, conduisant si possible à un
consensus. Bien sûr, je n’ignore pas qu’il existe des zones grises, des
situations ambivalentes où la vérité, hésitante, parfois même plurielle,
prête à débat. Mais ce sont alors la prudence et l’humilité qui devraient
s’imposer. Je dis bien « devraient »…

Je n’ignore pas non plus que les scientifiques ne sont pas exempts des
défauts coutumiers au genre humain : mauvaise foi, arrogance, bêtise,
cupidité, précipitation, aveuglement, folie. Comme tout un chacun, ils
peuvent se tromper, subir l’influence des idéologies ou des lobbys, parfois
même tricher, de sorte que leurs déclarations quant à la vérité de tel ou tel
résultat ne sauraient être prises pour argent comptant. Reste qu’en général,
grâce justement au travail collectif mené à l’intérieur même du champ
scientifique, de tels errements finissent par être démasqués et dénoncés.

La science versus recherche


Il est toutefois permis d’espérer qu’à la fin de cette pandémie, nos
concitoyens auront pu mieux comprendre que la science n’est pas la même
chose que la recherche. La première représente un corpus de
connaissances, de résultats acquis, de théories qui ont été dûment mises à
l’épreuve, et qu’il n’y a pas lieu – jusqu’à nouvel ordre ! – de remettre en
cause : la Terre est ronde, l’atome existe bel et bien, E = mc2, l’univers
observable est en expansion, les espèces animales évoluent, l’activité
humaine modifie le climat, etc. La recherche, elle, tente d’aborder des
questions précises dont la bonne réponse n’est pas encore connue : d’où
vient que l’antimatière qui était présente dans l’univers primordial a
disparu ? Existe-t-il une vie extra-terrestre ? Une personne malade parce
qu’elle a contracté tel nouveau virus pourrait-elle être infectée une
seconde fois par ce même virus ?

Lorsque cette distinction n’est pas faite – comme ce fut trop le cas ces
derniers mois –, l’image de la science, abusivement confondue avec la
recherche, se brouille et se dégrade : elle donne l’impression d’être une

https://aoc.media/opinion/2020/10/27/la-mise-en-scene-de-la-science-de-la-covid-19-a-la-5g/?loggedin=true Page 2 sur 4


La mise en scène de la science : de la Covid-19 à la 5G | AOC media - Analyse Opinion Critique 29/10/2020 15(20

bagarre permanente entre experts qui ne parviennent jamais à s’accorder.


Elle donne en outre l’impression d’être tiraillée entre excès de modestie et
excès d’enthousiasme, car son rapport à la vérité apparaît alors
contradictoire : d’un côté, elle affirme avec assurance pouvoir l’atteindre ;
de l’autre, elle se réclame du doute systématique.

De l’extérieur, forcément, on a un peu de mal à suivre… surtout si l’on est


impatient. Nul résultat de recherche ne tombant directement du ciel (y
compris en matière de thérapeutique !), il faut aller le chercher,
laborieusement, en faisant des observations, des analyses, des mesures,
des calculs, en mettant en place des protocoles, en traquant les
incertitudes, les à-peu-près, les zones d’ombre, les erreurs qui se nichent
ici ou là, en inventant aussi, parfois, d’autres techniques, ou en explorant
de nouvelles idées. Il faut ensuite discuter les résultats obtenus avec
d’autres chercheurs qui s’intéressent aux mêmes questions ou travaillent
sur des sujets voisins. Tout cela demande du temps, beaucoup de temps,
contrairement à ce que certains esprits trop zélés ont voulu nous faire
croire depuis les débuts de la pandémie. Ils ont annoncé précipitamment et
de façon péremptoire de prétendus résultats, notamment à propos de tel ou
tel médicament, qui allaient bien au-delà de ce que les études sérieuses,
qui n’avaient pas encore abouti (et pour cause !), permettaient d’affirmer.

Il y a là une autre leçon à retenir : la temporalité propre de la recherche a


si peu à voir avec celle de Twitter qu’on doit se méfier des proclamations
individuelles et des communiqués autopromotionnels que d’aucuns jettent
en pâture à une opinion particulièrement inquiète. Il faut dire qu’en
période de crise, notre impatience collective crée une demande de
certitudes que les chercheurs scrupuleux ne peuvent pas satisfaire puisque,
précisément, ils ne savent pas encore. Par l’effet d’une logique médiatique
implacable, ils se trouvent alors détrônés par d’autres intervenants qui,
eux, n’hésitent guère à clamer urbi et orbi des conclusions simples et
tranchées, plus plaisantes à nos oreilles que leurs discours encore
hésitants, parfois maladroits.

Mais les travers constatés à l’occasion de la pandémie ne valent-ils pas, de


façon quasi-systématique, pour maints autres sujets à la croisée de la
science et de la technologie ?

Comment débattre des


applications de la science ?
L’espace public se montrant désormais sous la forme d’une très bruyante
cacophonie, il est devenu difficile de se forger un avis éclairé sur les sujets
scientifiques ou technologiques, de quelque nature qu’ils soient, tant les
avis de ceux qui s’expriment sont opposés, simples, lapidaires, définitifs.
Cette situation a ceci de fascinant qu’elle semble révéler une assez forte
décorrélation entre militance et compétence, comme si le fait d’avoir une
opinion radicale (pour ou contre !) permettait-elle de se dédouaner à bon
compte de l’exigence d’accroître ses connaissances. Soyons humblement
honnêtes en reconnaissant que cela vaut pour (presque) chacun d’entre
nous. Que nous soyons dans le camp des pro ou dans celui des anti, nous
ne savons guère ce que sont les OGM, ni sur quels principes fonctionnent
les réacteurs nucléaires, ni par quel miracle ondulatoire nos téléphones
parviennent à envoyer des messages à l’autre bout du monde. Mais – ô
surprise – lorsqu’un sondeur vient nous interroger sur ces sujets, nous
n’hésitons pas à répondre par oui ou par non aux questions posées.

Comment expliquer cette promptitude à faire valoir notre prétendue


expertise ? Elle tient sans doute au fait que nous nous prononçons non pas
sur les technologies elles-mêmes, mais sur les images auxquelles notre
esprit les associe. En effet, toute technologie produit un « effet de halo »,
comme le fit remarquer le philosophe Gilbert Simondon : elle rayonne
autour d’elle une lumière symbolique qui dépasse sa réalité propre et se

https://aoc.media/opinion/2020/10/27/la-mise-en-scene-de-la-science-de-la-covid-19-a-la-5g/?loggedin=true Page 3 sur 4


La mise en scène de la science : de la Covid-19 à la 5G | AOC media - Analyse Opinion Critique 29/10/2020 15(20

répand dans son entourage, si bien que nul ne la perçoit telle qu’elle est
vraiment, tout entière contenue dans ses limites objectives, matérielles,
utilitaires ou encore économiques. C’est ainsi que certains succombent
d’emblée aux facilités de la technophobie, toujours tentante, tandis que
d’autres se laissent séduire par la propagande opiacée.

Prenons l’exemple de la 5G, le cas à la mode. Il est parfaitement légitime


de vouloir examiner les possibles effets de cette technologie sur la santé et
l’environnement, mais aussi et surtout sur nos façons de vivre et même sur
notre intimité : par exemple, avec elle, vivrons-nous plus ensemble ou
moins ensemble ? Serons-nous encore plus atomisés ou ferons-nous
davantage société ? Par les perspectives qu’elles ouvrent, par les
bouleversements qu’elles rendent envisageables, par les questions qu’elles
posent sur les usages que nous choisirons d’en faire, les nouvelles
technologies finissent toujours par s’arrimer à la question des valeurs :
elles interrogent l’idée que l’on se fait de la société, de ce qu’elle devrait
être ou ne devrait jamais devenir, et aussi notre façon d’y travailler, d’y
occuper notre temps, d’être en rapport avec les autres.

Reste que, en ces domaines comme en d’autres, la discussion apparaît


toujours difficile à mettre sur pied. Des « spécialistes » se manifestent
dans tous les coins, chacun mettant en avant une « légitimité » particulière.
Or, en principe, c’est à nous, à nous tous qu’il appartient d’examiner le
type de compagnonnage que nous souhaitons construire avec les nouvelles
technologies. Un débat s’impose donc, ne serait-ce que parce que débattre
est à l’origine un verbe qui signifie « argumenter pour ne pas avoir à se
battre » (« dé-battre »). Mais la question cruciale est ici d’ordre
pratique plutôt que théorique : comment organiser un tel débat de sorte
qu’on puisse dire après coup qu’il a vraiment eu lieu ? Où tracer la
frontière entre ce qui relève de l’expertise (car il faut bien savoir de quoi il
est question…), ce qui réclame une discussion générale (car nous sommes
en démocratie) et ce qui revient au pouvoir politique (car à la fin, il faudra
bien décider) ? Et quelles procédures consensuellement décidées à
l’avance pourrions-nous adopter qui feraient que les avis proposés au
terme du débat apparaitront légitimes, même aux yeux de ceux qui ne les
approuveront pas ?

En France, nous n’avons jamais trop bien su répondre à de telles


questions. On se souvient du débat public national qui s’était tenu il y a
une dizaine d’années sur les nanotechnologies. Il s’était déroulé dans de
très mauvaises conditions, offrant le spectacle d’un curieux mélange de
conflits violents et d’indifférence massive. Les obstacles auxquels s’était
heurté ce débat illustrent la difficulté de l’exercice : la complexité du sujet
et les enjeux qui l’accompagnaient étaient tels qu’on ne parvint jamais à
atteindre le niveau d’une véritable argumentation et pas seulement celui de
l’exemple, du témoignage ou de l’idéologie. Certains avaient alors parlé, à
juste titre, de « fiasco ».

C’est pourquoi le temps semble venu d’inventer d’autres formes de


concertation et de construction des décisions que le traditionnel « débat »
qui bascule presque mécaniquement dans la polémique, voire la guerre de
tranchées. La pluralité des avis doit bien sûr avoir droit de cité, même si
avoir un avis, surtout s’il est d’emblée très tranché, ne suffit pas pour juger
de la justesse ou de la fausseté d’un discours technique. Il s’agit surtout de
donner à tous, notamment à ceux qui ne sont pas dans des postures
radicales ou qui ne sont guère intéressés a priori, l’occasion et l’envie de
s’engager sans modération, c’est-à-dire de s’instruire, de réfléchir, de
discuter, d’interpeler les experts, de proposer. Une telle initiative, si elle
trouvait son bon cadre, offrirait par surcroît l’occasion de revivifier la
démocratie, ce qui serait un joli bonus.

Étienne Klein
Physicien et philosophe des sciences, Physicien au CEA, professeur à l'Ecole centrale à Paris.

https://aoc.media/opinion/2020/10/27/la-mise-en-scene-de-la-science-de-la-covid-19-a-la-5g/?loggedin=true Page 4 sur 4