Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre 1 : Rappels et notions fondamentales de la combustion

I.1 Carburants
Le carburant et l'oxydant sont les deux ingrédients essentiels d'un processus de
combustion. Les Carburants peuvent être classées comme des substances qui libèrent
de la chaleur lorsqu'elles réagissent chimiquement avec un oxydant. L'application
pratique d'un combustible exige qu'il soit un peu coûteux, et son utilisation doit être
conforme à la réglementation environnementale. La plupart des carburants
actuellement utilisés dans les systèmes de combustion proviennent de sources fossiles
non renouvelables. L’utilisation de ces " combustibles fossiles " contribuent aux effets
de réchauffement de la planète en raison de leur effet sur l'environnement.
Il existe de nombreux types de processus de combustion. La combustion de
combustibles gazeux, la combustion de combustibles liquides, la combustion de
combustibles solides.
Les carburants se présenter sous toutes leurs formes : solides, liquides, ou de gaz.
Les combustibles solides naturels comprennent le bois et d'autres formes de biomasse.
Les combustibles liquides proviennent principalement du pétrole brut. Les procédés de
raffinage utilisés pour fabriquer de nombreux produits, y compris l'essence, le
carburant diesel, les carburants à réaction, et les mazouts. Les combustibles gazeux les
plus largement utilisés pour la production d'électricité et le chauffage domestique
comme gaz naturel et gaz de pétrole liquéfié. L'essence est utilisée principalement
dans les véhicules légers. L'essence est un mélange des hydrocarbures provenant du
pétrole brut raffiné. La composition précise de l'essence varie selon les saisons et les
régions géographiques et dépend du producteur du combustible. Le carburant Diesel
est utilisé dans les véhicules moyens et lourds, ainsi que dans les moteurs ferroviaires
et maritimes. Le carburant diesel typique est aussi un mélange d'hydrocarbures
provenant du pétrole brut raffiné, mais il s'agit d'un composé d'un mélange de
carburants dont le point d'ébullition est supérieur à celui de l'essence.

1
PDF Creator Trial
Considérations de base sur le choix des combustibles
Le carburant et l'oxydant sont les principaux composants de la combustion. Pour
la plupart des combustions l'air est utilisé comme oxydant parce que l'air est libre et
presque disponible. Plusieurs facteurs comptés ci-dessous influent sur le choix du
combustible.
 Teneur énergétique par volume ou par masse
 Sécurité. La sécurité est un facteur important dans le choix des carburants, en
particulier pour les applications de transport. Le combustible doit être sécuritaire
à manipuler tout en étant facile à brûler sous la température ambiante.
 Propriétés de combustion et de carburant. Différentes applications des procédés
de combustion posent des exigences différentes en ce qui concerne les
caractéristiques de combustion.
 Coût. D'un point de vue économique, le carburant le moins cher qui répond à
l'objectif du la combustion tout en respectant les lois locales en matière de
sécurité et d'émissions seront choisis.
Les différentes familles des hydrocarbures sont distinguées par les liaisons entre
les atomes de carbone carbone-carbone, (C-C) en simple liaison dites alcanes ou
(C=C) en double dites alcènes ou (C≡C) en triple liaisons dites aussi alcynes. Aussi au
fait que les molécules sont arrangées en chaines ouvertes (toutes les limites des
chaines sont déconnectées) ou fermées aussi dites anneaux ou cycliques. Les alcanes,
alcènes et alkyles sont des structures de chaines ouvertes, tandis que les cyclanes et les
aromatiques ont des structures annulaires.

I.2 Indice de cétane et d’octane


L'indice de cétane évalue la capacité d'un carburant à s'enflammer sur une échelle
de 0 à 100. Il est particulièrement important pour les moteurs Diesel où le carburant
doit s'auto-enflammer sous l'effet de la compression. Un carburant à haut indice de
cétane est caractérisé par sa facilité à s'auto-allumer.

2
PDF Creator Trial
L'indice de cétane est au moteur Diesel ce que l'indice d'octane est au moteur à
essence. Toutefois, ils décrivent des qualités de carburant radicalement opposées,
adaptées au type de moteur. Si le premier décrit une capacité d'auto-inflammation
recherchée par le moteur Diesel, le second décrit une capacité de résistance à la
détonation recherchée par le moteur à essence.

I.3 Propriétés des mélanges


Les propriétés thermiques d'une substance pure sont décrites par des quantités
comprenant l'énergie interne, u, l'enthalpie, h, la chaleur spécifique Cp,…etc. Les
systèmes de combustion sont constitués de nombreux gaz différents, de sorte que les
propriétés thermodynamiques d'un mélange résultent d'une combinaison des propriétés
de toutes les espèces de gaz individuelles. La loi du gaz idéal est supposée pour les
mélanges gazeux, permettant d'appliquer les relations de gaz idéal à chaque composant
gazeux. En partant d'un mélange de K gaz différents, la masse totale m du système est

où mi est la masse des espèces i. Le nombre total de moles dans le système N, est

où Ni est le nombre de moles d'espèces i dans le système. La fraction massique,


yi, et la fraction molaire, xi, décrivent la quantité relative d'une espèce donnée. Leurs
définitions sont données par

où i = 1,2 ,. . ., K. Par définition,

∑ ∑

Avec Mi désignant la masse moléculaire de l'espèce i, la masse moléculaire


moyenne, M, du mélange est déterminée par

3
PDF Creator Trial

D'après la loi des gaz parfaits, la fraction molaire d'une espèce dans un mélange
peut être trouvée à partir de la pression partielle de cette espèce comme

où Pi est la pression partielle des espèces i, P est la pression totale du mélange


gazeux, Vi le volume partiel des espèces i et V est le volume total du mélange. Les
propriétés essentielles moyennes d'un mélange peuvent être classées en utilisant soit
une base molaire soit une base massique. Par exemple, l'énergie interne par unité de
masse d'un mélange, u, est déterminée en additionnant l'énergie interne par unité de
masse pour chaque espèce pondérée par la fraction massique de l'espèce.

où U est l'énergie interne totale du mélange et ui est l'énergie interne par masse
d'espèces i. De même, l'enthalpie par unité de masse de mélange est

et la chaleur spécifique à pression constante par unité de masse de mélange est

Une propriété de base molaire, souvent désignée par une barre supérieure, est
déterminée par la somme des propriétés des espèces par mole pour chaque espèce
pondérée par la fraction molaire des espèces, telle que l'énergie interne par mole de
mélange

L’enthalpie par mole de mélange

4
PDF Creator Trial

Et entropie par mole de mélange

En supposant des chaleurs spécifiques constantes pendant un processus


thermodynamique, les changements d'énergie, l'enthalpie et l'entropie d'une espèce
individuelle par unité de masse sont décrits comme suit:

Pi,1 et Pi, 2 désignent les pressions partielles des espèces i à l'état 1 et à l'état 2,
respectivement. Ri est la constante de gaz pour l'espèce i

( ). Le changement global d'entropie d'un

système de combustion est

I. 4 Stœchiométrie de combustion
Un mélange stoechiométrique contient la quantité exacte de carburant et
d'oxydant de telle sorte qu'une fois la combustion terminée, tout le carburant et
l'oxydant sont consommés pour former des produits. Ce mélange idéal donne
approximativement la température maximale de la flamme, car toute l'énergie dégagée
par la combustion est utilisée pour chauffer les produits. Par exemple, l'équation de
réaction suivante peut être écrite pour équilibrer la combustion méthane-air
CH4+ ?(O2+79/21N2) ?CO2 + ?H2O+ ?N2
où l'air composé de 21% d'O2 et de 79% de N2. Les coefficients associés à
chaque espèce dans l'équation ci-dessus sont inconnus. En équilibrant l'atomique on

5
PDF Creator Trial
peut trouver le coefficient pour chaque espèce. Par exemple, déterminons le
coefficient de CO2: du côté réactif, nous avons 1 mole d'atomes C; par conséquent, le
côté produit devrait également avoir 1 mole d'atomes C. Le coefficient de CO2 est
donc égal à l'unité. En utilisant cette procédure, nous pouvons déterminer tous les
coefficients. Ces coefficients sont appelés coefficients stœchiométriques de réaction.
Pour la combustion stœchiométrique du méthane avec de l'air, l'équation de réaction
équilibrée est comme suit:
CH4+ 2(O2+3.76N2) 1CO2 + 2H2O+ 7.52N2
Notez que du côté réactif, il y a 2 (1 + 3.76) ou 9.52 mol d'air et sa masse
moléculaire est de 28.96 kg / kmol. Dans ce texte, les réactions sont équilibrées avec 1
mole de carburant. Ceci est fait ici pour simplifier les calculs de la chaleur de réaction
et de la température de la flamme. La combustion stœchiométrique pour un
combustible hydrocarboné général, CαHOγ, avec de l'air peut être exprimée comme
  
CαHOγ + ( )(O2+3.76N2) αCO2 + H2O+ 3.76 ( ) N2

La quantité d'air nécessaire pour brûler un mélange stœchiométrique est appelée


air stœchiométrique ou théorique. La formule ci-dessus concerne un carburant à un
seul composant et ne peut pas être appliquée à un carburant composé de plusieurs
composants. Il existe deux approches typiques pour les systèmes à plusieurs
combustibles. Des exemples sont donnés ici pour un mélange de carburant contenant
95% de méthane et 5% d'hydrogène. La première méthode développe la stœchiométrie
de la combustion en utilisant le principe général de l'équilibre atomique, en s'assurant
que le nombre total de chaque type d'atome (C, H, N, O) est le même dans les produits
et les réactifs.
0.95 CH4 + 0.05 H2 + 1.925 (O2 + 3.76 N2) 0.95 CO2 + 1.95 H2O+ 7.238 N2
L'autre méthode d'équilibrage d'un mélange de carburants consiste à développer
d'abord des relations de stœchiométrie pour CH4 et H2 individuellement:
CH4 + 2 (O2 + 3.76 N2) CO2 + 2 H2O+ 2(3.76) N2
H2 + 0.5 (O2 + 3.76 N2) H2O+ 0.5 (3.76) N2

6
PDF Creator Trial
Ensuite, multipliez les équations de stœchiométrie individuelles par les fractions
molaires des composants du carburant et ajoutez-les:
0.95{CH4 + 2 (O2 + 3.76 N2) CO2 + 2 H2O+ 2(3.76) N2}
0.05{H2 + 0.5 (O2 + 3.76 N2) H2O+ 0.5 (3.76) N2}
0.95CH4 + 0.05H2 +1.925 (O2 + 3.76 N2) 0.95CO2 + 1.95 H2O+ 7.238 N2

Combustion incomplète
Lorsque la combustion se fait avec une arrivée d’oxygène insuffisante, on parle
d’une combustion incomplète, celle-ci se traduit par la production d’imbrulés ou
d’élément partiellement oxydés comme le monoxyde de carbon (CO), très dangereux
pour la santé

Combustion oxydante complète avec Excès d’air


Lorsque la combustion se fait Excès d’oxygène, la combustion est alors complète
mais oxydante, celle-ci se traduit par un fort excès d’oxygène et d’azote dans les
produits de combustion.
En pratique, les carburants sont souvent brûlés avec une quantité d'air différente
du rapport stœchiométrique. Si la quantité d'air utilisé est moins que la quantité
stoechiométrique, le mélange est décrit comme riche en carburant. Si un excès d'air est
utilisé, le mélange est décrit comme pauvre en carburant. Pour cette raison, il est
pratique de quantifier le mélange combustible en utilisant l'une des méthodes
couramment utilisées:

Rapport carburant-air (FAR): Le rapport carburant-air, f, est donné par


f = mf / ma
Où mf et ma sont les masses respectives du carburant et de l'air. Pour un mélange
stoechiométrique, Eq. 2.13 devient

|

7
PDF Creator Trial
Où Mf et Mair (~ 28,84 kg / kmol) sont les masses molaire de carburant et d'air,
respectivement. La plage de f est limitée par zéro et 1. La plupart des carburants
hydrocarbonés ont un rapport carburant/air stoechiométrique fs, dans la plage de 0.05 à
0.07. Le rapport air-carburant (AFR) est également utilisé pour décrire un mélange
combustible et est simplement l'inverse de FAR, comme AFR =f= 1/f. Par exemple,
l'AFR stœchiométrique de l'essence est d'environ 14.7. Pour la plupart des carburants
hydrocarbonés, 14 à 20 kg d'air sont nécessaires pour la combustion complète de 1 kg
de carburant.

Richesse : la normalisation du rapport carburant-air réel par le rapport


stœchiométrique carburant-air donne la richesse .

L'indice s indique une valeur à la condition stœchiométrique.  <1 est un


mélange pauvre, = 1 est un mélange stœchiométrique et  > 1 est un mélange riche.
Semblable à f.

Le coefficient (facteur) d’air λ : Une variable alternative basée sur AFR est
fréquemment utilisée par les ingénieurs de combustion et est appelée coefficient
(facteur) d’air λ. Lambda est le rapport du rapport air-carburant réel au rapport air-
carburant stœchiométrique défini comme

⁄ ⁄
Le coefficient d’air pour un mélange stœchiométrique λ = 1. Pour les mélanges
riches λ < 1; pour les mélanges pauvres λ > 1.

Pourcentage d'excès d’air : La quantité d'air en excès de la quantité stœchiométrique


est appelée excès d'air. Le pourcentage d'excès d'air,%EA, est défini comme

( )

8
PDF Creator Trial
Par exemple, un mélange avec % EA = 50 contient 150% de la quantité théorique
(stoechiométrique) d'air.
L’équilibre de l'équation stoechiométrique nécessite l'utilisation de relations
d'équilibre thermodynamique. Cependant, en supposant que les produits contiennent
uniquement les principales espèces (combustion complète) et un excès d'air, l'équation
globale pour la combustion pauvre  1 est :

CαHOγ+ ( )(O2+3.76N2)
  
αCO2 + H2O+ ( ) N2+( )( )O2

En termes de %EA, nous remplaçons  par et le résultat est



CαHOγ+ ( )( )(O2+3.76N2)
  
αCO2 + H2O+ ( )( ) N2+( ) O2

La quantité d'air en excès peut être déduite des mesures des gaz d'échappement.
Le rapport des fractions molaires entre CO2 et O2 est

 
( ) ( )


( )

Pour une combustion riche ( > 1), les produits peuvent contenir du CO, des
combustibles non brûlés et d'autres espèces formées par la dégradation du carburant.
Si les produits sont supposés ne contenir que du carburant non brûlé et des principaux
produits de combustion, l'équation globale correspondante peut être écrite comme suit:

CαHOγ+ ( )(O2+3.76N2)
 
CO2 + H2O+ ( ) N2+( )CαHOγ

9
PDF Creator Trial