Vous êtes sur la page 1sur 27

Scanned by CamScanner

Scanned by CamScanner
Scanned by CamScanner
Scanned by CamScanner
École Nationale Polytechnique
Département des Classes Préparatoires
Analyse Mathématique 3

Corrigé Série TD. 1


Partie 1: Intégrales Doubles

Corrigé Exo.1
Calcul des intégrales doubles suivantes sur les domaines indiqués.
RR dxdy
1. D (1 + x )(1 + y2 ) ; D = [0, 1] × [0, 1]

RR dxdy R 1 R 1 dx dy R 1 dx R 1 dy
D (1 + x )(1 + y2 ) = 0 0 = 0
(1 + x ) (1 + y2 ) (1 + x ) 0 (1 + y2 )
π
= [ln(1 + x )]10 [ arctan(y)]10 = .ln(2)
4
RR xsin(y)
2. D 1 + x2 dxdy; D = [0, 1] × [0, π ]

RR xsin(y) R1 x Rπ
D 1 + x2 dxdy = 0 1 + x2 dx 0 sin ( y ) dy
= [ 21 ln(1 + x2 )]10 [−cos(y)]0π = ln(2)
RR y
3. D dxdy; D = [0, 1] × [1, 2]
x2 + y2
RR y R1 R2 y
D dxdy = 0 ( 1 x2 + y2 dy ) dx
x 2 + y2
R1
= 0 ([ 21 ln( x2 + y2 )]10 )dx
R1
= 0 ( 21 (ln( x2 + 4) − ln( x2 + 1))dx
R1 3
= 12 0 ((ln(1 + 2 ))dx
x +1
On détermine cette intégrale par partie :

1
R1 3 3 R1 6
2 0 ((ln(1 + ))dx = [ xln(1 + )]10 + 0 2 dx
x2 +1 x2
+1 ( x + 1)( x2 + 4)
3 R1 2 R1 2
= 12 ([ xln(1 + 2 )]10 − 0 2 dx + 0 2
dx )
x +1 ( x + 1) ( x + 4)
5 π
= 12 ln( ) + 2arctan( 12 ) −
2 4
On remarque que si l’on inverse les bornes d’intégration on obtient :
RR y R2 R1 y
D dxdy = 1 ( 0 x2 + y2 dx ) dy
x2 + y2 R2
= 1 ([ 12 ln( x2 + y2 )]10 )dy
R2 x
= 1 [ arctan( ]10 dy
y
R2 1
= 1 arctan( )dy
y

1
Intégrale Double ENP Département des Classes Préparatoires

On détermine cette intégrale par partie :


R2 1 1 R2 y
1 arctan( )dy= [yarctan( )]21 + 1 2 dy
y y y +1
5 π
= 21 ln( ) + 2arctan( 12 ) −
2 4
xy √
y2 cos( D = {( x, y) ∈ R2 , 0 < x < y, 0 < y < π }
RR
4. D 2 ) dxdy;

xy R √π R y
2 = 0√ ( 0 y2 cos( xy
RR
D y cos ( 2 ) dxdy 2 ) dx ) dy
R π xy y
= 0√ ([2ysin( 2 )]0 )dy
2
= 0 ysin( y2 √)dy
R π
2
= −2[cos( y2 )]0
π

=2
dxdy
D = {( x, y) ∈ R2 , 0 < x < 1, 0 < y < x }
RR
5. D ;
(1 + x2 )(1 + y2 )
RR dxdy R1 Rx dy
D = 0( 0 )dx
(1 + x2 )(1 + y2 ) (1 + x2 )(1 + y2 )
R 1 arctan(y) x
= 0 ([ ] )dx
(1 + x 2 ) 0
= 12 [ arctan2 ( x )]10
π π2
= 12 ( )2 =
4 32
dxdy
; D = {( x, y) ∈ R2 , x > 1, y > 1, x + y < 4}
RR
6. D
( x + y )3
Dans ce cas, la représentation du domaine d’intégration est comme suit :

Autre écriture du domaine D devient à partir de la représentation graphique, on obtient : D = {( x, y) ∈


R2 , 1 < x < 3, 1 < y < 4 − x }

RR dxdy R 3 R 4− x 1
D = 1( 1 dy)dx
( x + y )3 ( x + y )3
3 1
= − 21 1 [ ]4− x dx
R
( x + y )2 1
R3 1 1
= − 21 1 ( − )dx
16 ( x + y)2
1
=
16
xy x2 + 2y2 dxdy; D = {( x, y) ∈ R2 , x, y > 0, x2 + y2 < 1}
RR p
7. D
Dans ce cas, la représentation du domaine d’intégration est comme suit :

Octobre 2016 page 2 O. KHERIF


Intégrale Double ENP Département des Classes Préparatoires

Autre écriture du domaine D devient à partir de la représentation graphique, on obtient :


p
D = {( x, y) ∈ R2 , 0 < x < 1, 0 < y < 1 − x2 }

D’où,
RR p R 1 R √1− x 2 p
D xy x2 + 2y2 dxdy = 0( 0 xy x2 + 2y2 dy)dy
−16
=
15
D = {( x, y) ∈ R2 , 0 < x < 1, x2 < y < x }
RR
8. D xcos(y)dxdy;
RR R1 Rx
D xcos(y)dxdy = 0 x ( x2 cos(y)dy)dx
R1
= 0 x [sin( x ) − sin( x2 )]dx
1 3 cos(1)
= + sin(1) −
2 2
xy
D = {( x, y) ∈ R2 , 0 < x < 1, 0 < y < 1, x2 + y2 > 1} : k = 1, 2
RR
9. D dxdy;
(1 + x 2 + y2 ) k
RR xy R 1 R√1 xy
D dxdy = 0( 1− x2 (1 + x2 + y2 )k dy ) dx
(1 + x 2 + y2 ) k R1 R1
= 0 ( √1− x2 xy(1 + x2 + y2 )−k dy)dx

1 3
4 [3ln ( 2 ) − 1] pour k=1


= 3
1
4 [1 − 2ln ( 2 )] pour k=2

Corrigé Exo.2
En effectuant le changement de variable x = u2 et y = v/u, l’intégrale double donnée sur le domaine D
devient :
R1 R1 dy RR 1
0 dx 0 = D0 J ( x (u, v), y(u, v))dudv
(1 + x )(1 + xy2 ) (1 + x (u, v))(1 + x (u, v)y(u, v)2 )
RR 2
= D0 dudv
(1 + u2 )(1 + v2 )
Sachant que D = [0, 1] × [0, 1] et en utilisant les conditions du domaine D, le nouveau domaine D 0 s’écrit :

D 0 = {(u, v) ∈ R2 , 0 < u < 1, 0 < v < u} ∪ {(u, v) ∈ R2 , −1 < u < 0, u < v < 0}

l’intégrale est donc,


Z 1 Z u Z 0 Z 0
2 2
( dv)du + ( dv)du
0 0 (1 + u2 )(1 + v2 ) −1 u (1 + u2 )(1 + v2 )
Voir l’intégrale double (5) de l’exercice 1.

Octobre 2016 page 3 O. KHERIF


Intégrale Double ENP Département des Classes Préparatoires

Corrigé Exo.3
L’interversion des bornes d’intégration dans chacune des intégrales données.
On commence toujours par le dessin du domaine considéré, puis on fait l’interversion.

R2 R x +2 R2 R 2x R 1 R x2 R1 Ry R2 R 2− y
(a) dx f ( x, y)dy (b) dx f ( x, y)dy + (d) dy f ( x, y)dx + dy f ( x, y)dx
−1 x2 1 x (c) 0 dx 0 f ( x, y ) dy 0 0 1 0
R √2 R √2− x 2
1 dx 0 f ( x, y)dy

R2 R x +2
– Pour : −1 dx x2 f ( x, y)dy , il vaux mieux partager le domaine d’intégration D en deux parties. A cet
effet, on met y entre deux réels dans chaque partie ; D1 et D2 respectivement.
Par la suite, √ √
Z 2 Z x +2 Z 1 Z y Z 2 Z y
dx f ( x, y)dy = dy √ f ( x, y)dx + dy f ( x, y)dx
−1 x2 0 − y 1 y −2
R 2 R 2x
– Pour : 1 dx x f ( x, y)dy
De la même manière, on met y entre deux réels dans chaque partie D1 et D2 de D indiquées sur la figure
au-dessus, où D = D1 ∪ D2 .
Par la suite,
Z 2 Z 2x Z 2 Z y Z 4 Z 2
dx f ( x, y)dy = dy f ( x, y)dx + dy f ( x, y)dx
1 x 1 1 2 y/2
R 1 R x2 R √2 R √2− x 2
– Pour : 0 dx 0 f ( x, y)dy + 1 dx 0 f ( x, y)dy, A partir de la représentation graphique, on peut
intervertir les bornes : (i) directement (ii) en utilisant l’union des deux domaines.
Choisissant le deuxième cas, on constate,
Z Z 2 Z √
1 Z √ x 2 Z Z √ 2 2− x 1 2− y
dx f ( x, y)dy + dx f ( x, y)dy = dy √ f ( x, y)dx
0 0 1 0 0 y

R1 Ry R 2 R 2− y
– Pour : 0 dy 0 f ( x, y)dx + 1 dy 0 f ( x, y)dx et en choisissant l’union des deux domaines en figure,
on obtient,
Z 1 Z y Z 2 Z 2− y Z 1 Z 2− x
dy f ( x, y)dx + dy f ( x, y)dx = dx f ( x, y)dy
0 0 1 0 0 x

Corrigé Exo.4
En effectuant le passage aux coordonnées polaires, x = rcos(θ ) et y = rsin(θ ), on obtient :

∂x ∂x
∂r ∂θ = cos(θ ) −r sin(θ )
J ( x, y) = ∂y =r
∂y sin(θ ) r cos(θ )
∂r ∂θ
et,

Octobre 2016 page 4 O. KHERIF


Intégrale Double ENP Département des Classes Préparatoires

x
D = {( x, y) ∈ R2 , x, y > 0, 1 < x2 + y2 < 4}
RR
1. D dxdy;
( x 2 + y2 )
RR x RR x (r, θ )
D dxdy = D0 J ( x, y)drdθ
( x2 + y2 ) ( x2 (r, θ ) + y2 (r, θ ))
Avec, J ( x, y) = r et D 0 = {(r, θ ) ∈ R × [0, 2π ], conditions sur r et θ }
Pour déterminer les conditions sur r et θ, il suffit d’utiliser celles de x et y, tel que :

1 < x 2 + y2 < 4 ⇒ 1 < r < 2


(
π
x, y > 0 ⇒ cos(θ ), sin(θ ) > 0 ⇒ 0 < θ <
2
Donc, le calcul de l’intégrale double donnée revient à calculer

Z 2 Z π Z 2
π
( 2 cos(θ )dθ )dr = [sin(θ )]02 dr = 2
1 0 1

De la même manière, on calcule les autres intégrales.


1
dxdy; D = {( x, y) ∈ R2 , 1 < x2 + y2 < R2 , R > 1}
RR
2. D
p
x + y (1 + x 2 + y2 )
2 2
RR 1 R 2π R R 1
D dxdy = 0 ( 1 dr )dθ
1 + r2
p
2 2 2 2
x + y (1 + x + y )
R 2π
= 0 [ arctan(r )]1R dθ
= 2π ( arctan( R) − arctan(1))
y
D = {( x, y) ∈ R2 , y > 0, 1 < x2 + y2 < 3}
RR
3. D dxdy;
(1 + x 2 + y2 )
RR y R π R √3 r2 sin(θ )
D dxdy = 0 ( 1 dr )dθ
(1 + x 2 + y2 ) 1 + r2
√ π
= 2[ 3 − 1 − ]
12
x + 2y
D = {( x, y) ∈ R2 , x, y > 0, 1 < x2 + y2 < 4}
RR
4. D dxdy;
( x 2 + y2 )
π
RR x + 2y R 2 R2
D dxdy = 0 ( 1 cos(θ ) + 2sin(θ )dr )dθ
( x 2 + y2 ) √
2
= 2−
2
D = {( x, y) ∈ R2 , x2 + y2 < 2ax } : a > 0
RR
5. D xydxdy;
−π π
De x2 + y2 < 2ax, il vient que cos(θ ) > 0 et donc <θ<
2 2

Octobre 2016 page 5 O. KHERIF


Intégrale Double ENP Département des Classes Préparatoires

π
RR R 2 R 2acos(θ ) 3
D xydxdy = − π ( 0 r cos(θ )sin(θ )dr )dθ

π2
R 2acos(θ ) 3
= −2 π cos(θ )sin(θ )( 0
R
r dr )dθ

π2
r4 2acos(θ )
= −2 π cos(θ )sin(θ )[ ]0
R

4
π2
(2acos(θ ))4
= −2 π cos(θ )sin(θ )
R

4
2 π

= 4a4 −2 π cos5 (θ )sin(θ )dθ


R

= −4a4 −2 π cos5 (θ )dcos(θ )


R

2
=0

Corrigé Exo.5
Soient I et J deux intégrales doubles données par :
x
ZZ ZZ
I= xdxdy, J= p dxdy
D1 D2 x 2 + y2
où D1 et D2 sont les deux domaines triangulaire et rectangulaire définis par :
D1 = {( x, y) ∈ R2 , 0 < x < 1, 0 < y < x }, D2 = [0, 1] × [0, 1]
des intégrales I et J.
1. CalculRR
– I = D xdxdy , D1 = {( x, y) ∈ R2 , 0 < x < 1, 0 < y < x }
1
RR
I = D xdxdy
R 1 R1 x
= 0 ( 0 xdy)dx
R1 x3
= 0 x2 dx = [ ]10
3
1
=
3
RR x
– J= D p dxdy , D2 = [0, 1] × [0, 1]
2
x 2 + y2
RR x
J = D p dxdy
2
x + y2
2
R1 R1 x
= 0( 0 p dy)dy
x 2 + y 2
R1p
= 0 1 + y2 − ydy
R1p R1 R1p 1
= 0 1 + y2 dy − 0 ydy = 0 1 + y2 dy −
2
p
2
En multipliant et en devisant par 1 + y , on aura
R1p R1 1 y2
0 1 + y2 dy = 0
p +pdy
1+ 2 1 + y2 p
py R1p
= [ln(y + 1 + y2 dy)]10 + [y 1 + y2 dy]10 − 0 1 + y2 dy
1 p p
= ([ln(y + 1 + y2 dy)]10 + [y 1 + y2 dy]10 )
2

Octobre 2016 page 6 O. KHERIF


Intégrale Double ENP Département des Classes Préparatoires

1 √ √ 1
Par suite, J = (ln(1 + 2) + 2) −
2 2
2. Représentation des domaines D1 et D2 en coordonnées polaires.

La représentation de ces domaines en coordonnées polaires est une écriture en fonction de r et θ tel que
x = r cos(θ ) et y = r sin(θ ).
π 1
– Pour D1 : Il est clair de θ varie entre 0 et , et r varie de zéro à x = 1 ⇒ r =
4 cos(θ )
π 1 π π
– Pour D2 : On partage le domaine en deux partie : (i) 0 < θ < où 0 < r < (ii) < θ < où
4 cos(θ ) 4 2
1
0<r<
sin(θ )
Par suite,
π 1
D1 = {(r, θ )| 0 < θ < , 0 < r <
4 cos(θ )
π 1 π π 1
D2 = {(r, θ )| 0<θ< ,0 < r < } ∪ {(r, θ )| < θ < ,0 < r < }
4 cos(θ ) 4 2 sin(θ )
3. Retrouver les résultats à l’aide du changement de variables en coordonnées polaires.
– Calcul de l’intégrale I. RR
I = D xdxdy
RR 1
= D∗ r2 cos(θ )drdθ
π1
R 4 R cos1(θ ) 2
= 0 ( 0 r cos(θ )dr )dθ
1
=
3
– Calcul de l’intégrale J.
RR x
J = D p dxdy
2
x 2 + y2
RR RR
= D rcos(θ )drdθ + D2,2 rcos(θ )drdθ
2,1
π π
R 4 1 R 2 cos(θ )
= 0 dθ + π dθ
2 cos(θ ) 2 sin2 (θ )
1 √ √ 4
= (ln(1 + 2) + 2 − 1)
2

Corrigé Exo.6
Soit D le domaine définissant√la portion circulaire délimitée par le cercle d’équation x2 + y2 = R2 et les
droites d’équations y = x et y = 3x.
La représentation du domaine D indiquée sur la figure au-dessous,
En coordonnées polaires, le domaine D s’écrit,
π π π π
D = {(r, θ ) ∈ R2 |0 < r < R, < θ < } ∪ {(r, θ ) ∈ R2 |0 < r < R, + π < θ < + π}
4 3 4 3

Octobre 2016 page 7 O. KHERIF


Intégrale Double ENP Département des Classes Préparatoires

1. Détermination de l’aire du domaine D.


Par symétrie,
Z RZ
π
3 π 2
Aire( D ) = 2 π rdrdθ = 12 R
0
4
2. Calcul des intégrales doubles
ZZ ZZ
2 + y2
I1 = ex dxdy, I2 = xydxdy
D D

En utilisant le passage aux coordonnées polaires, on constate


2 + y2 π R2
2
ex rer drdθ =
RR RR
I1 = D dxdy = D∗ ( e − 1)
12 π
= D∗ r3 cos(θ )sin(θ )drdθ = R4
RR RR
I2 = D xydxdy
16

Corrigé Exo.7

Soit D = {( x, y) ∈ R2 , x > 0, y > 0, x2 + y2 < 4, xy > 3}
1. Représentation graphiquement du domaine D.

3 3
L’intersection du cercle x2 + y2 = 4 et l’hyperbole y = s’obtient de l’équation x2 + 2 = 4 ⇒
x x
x4 − 4x2 + 3 = ( x2 − 3)( x2 − 1) = 0.
√ √
C’est à dire les points d’intersection sont : A(1, 3) et B( 3, 1).
Le domaine est le suivant

2. Calcul de l’aire de ce domaine.

Octobre 2016 page 8 O. KHERIF


Intégrale Double ENP Département des Classes Préparatoires

(a) En coordonnées polaires :


y √
Calculons les angles θ1 et θ2 entre les segments OA, OB et l’axe Ox de la relation tan(θ1 ) = = 3
x
1 π π
et tan(θ2 ) = √ , on obtient : θ1 = et θ1 = .
3 3 6

L’intervalle de variation du rayon r se calcule à l’aide des inégalités, r < 2 et r2 cos(θ )sin(θ ) > 3
Par suite, √
π π 3 1
D∗ = {(r, θ ) | < θ < ,( ) 2 < r < 2}
3 6 cos(θ )sin(θ )
(b) L’aire de D
RR RR
Aire( D ) = D dxdy = D rdrdθ
π ∗
R 6
R 2 √
= π 3 1 rdrdθ
3 ( cos(θ )sin )2
√ (θ )
π 3
= − ln(3)
3 2

Corrigé Exo.8
Soit a un nombre réel positif. On considère l’intégrale double définie par :
Z a Z √ ( a2 − y2 )
dx
I= dy √ p
0 y( a−y) ( a − x 2 − y2 )
2

1. Le domaine d’intégration associé, D est donné par :


q q
D = {( x, y) ∈ R2 |0 < y < a, y( a − y) < x < ( a2 − y2 )}

Où,
a2
x2 + (y − 2a )2 = a
et du centre (0, 2a ).
p
(a) x = y( a − y) ⇔ 4, x > 0 ; cercle de rayon 2
p
(b) x = ( a2 − y2 ) ⇔ x2 + y2 = a2 , x > 0 ; cercle de rayon a et du centre (0, 0).
Graphiquement D est le domaine indiqué sur la figure au-dessous.

2. Le domaine proposé en coordonnées polaires ; x = r cos(θ ) et y = r sin(θ ).


Remarquons que :
(a) x2 + y2 > ay ⇒ r > a sin(θ )
(b) x2 + y2 < a2 ⇒ r<a
π
(c) x, y > 0 ⇒ 0<θ<
2
Ainsi ;
π
D∗ = {(r, θ )|0 < θ < , a sin(θ ) < r < a}
2

Octobre 2016 page 9 O. KHERIF


Intégrale Double ENP Département des Classes Préparatoires

3. Calcul de l’intégrale I par passage aux coordonnées polaires


R π Ra r
I = 2
0 a sin(θ )
√ drdθ
π √ a2 − r2
= − 0 [ a2 − r2 ] aa sin(θ ) dθ
R 2


= a 02 cos(θ )dθ
=a

Corrigé Exo.9
On considère l’intégrale double donnée par :

dxdy
ZZ
I= p , D = {( x, y) ∈ R2 , 0 < y ≤ x < 2, y < x2 , x2 + y2 > 1}
D x 2 + y2

1. Représentation graphiquement le domaine D.


En utilisant les conditions données sur D ;

 0<y≤x<2 ⇒ x et y compris entre 0 et 2 et y ≤ x
y < x2 ⇒ y inferieure au graphe de x2
 2
x + y2 > 1 ⇒ x et y appartient a la partie externe du cercle x2 + y2 = 1
Le domaine D a été déduit par l’intersection des conditions données.

π
2. Le domaine D en coordonnées polaires : Il est clair que 0 < θ < ,
4
On doit partager le domaine D en deux, pour cela on doit √ déterminer les coordonnées du point A
2
indiqué sur la figure (l’intersection des courbes y = x et y = 1 − x2 ).
p
x2 = 1 − x2 ⇒ X 2 + X − 1 = 0, X = x2 ⇒ x = a > 0 et A = ( a, a2 )

L’angle θ A comprise entre la droite OA et la droite Ox, devient : θ A = tan−1 ( a).


π
(a) Pour θ A < θ < , r se déduit des inégalités :
4

Octobre 2016 page 10 O. KHERIF


Intégrale Double ENP Département des Classes Préparatoires

sin(θ )
i. y < x2 ⇒r> ;
cos2 (θ )
2
ii. x < 2 ⇒r< .
cos(θ )
Donc,
π sin(θ ) 2
D1 = {(r, θ )|θ A < θ < , <r< }
4 cos2 (θ ) cos(θ )
(b) Pour 0 < θ < θ A , r se déduit des inégalités :
i. x2 + y2 > 1 ⇒ r > 1;
2
ii. x < 2 ⇒r< .
cos(θ )
Donc,
2
D2 = {(r, θ )|0 < θ < θ A , 1 < r < }
cos(θ )
Par suite, D∗ = D1 ∪ D2
R dθ
3. Calcul de l’intégrale simple J =
cosθ
R dθ R cos(θ ) R d(sinθ )
Remarquons que J = = 2
dθ = , alors :
cosθ 1 − sin θ 1 − sin2 θ
1 1 + sin(θ )
J= ln( )+C
2 1 − sin(θ )

4. Déduction de la valeur de l’intégrale double I.


RR dxdy
I = D
p
RR x 2 + y2
= RR D∗ drdθ RR
= D drdθ + D2 drdθ
1

Corrigé Exo.10
Calcul de la masse et des coordonnées du centre de masse du domaine homogène de densité surfacique
uniforme, σ, délimité par la cardioïde d’équation r = a(1 + cosφ), où a > 0.
Le domaine est le suivant

My Mx RR RR
La formule du centre de gravité est : xc = et yc = , où M = D σ ( x, y)dxdy = σ D dxdy est la
M M
masse de D, Mx et My sont les moments stations de la plaque D par rapport aux axes Ox et Oy respectivement.
Ils sont donnés par : RR RR
Mx = RR D yσ ( x, y)dxdy = σ RR D ydxdy
My = D xσ ( x, y)dxdy = σ D xdxdy
1. Le domaine en coordonnées polaires :

D = {(r, φ)|0 < φ < 2π, 0 < r < a(1 + cosφ)}

Octobre 2016 page 11 O. KHERIF


Intégrale Double ENP Département des Classes Préparatoires

2. Calcul de la masse :
En tenant compte de la symétrie, on trouve :
R π R a(1+cos(φ))
M = 2σ R0 0 rdrdφ
= σa2 0 (1 + cos(φ))2 dφ
π

3π 2
= σa
2

3. Par symétrie, on déduit aussi que yc = 0 (le centre de gravité sur le segment [0, 2a]).
R 2π R a(1+cos(φ))
r2 dr
RR
D xdxdy = 0 cos(φ) 0
a3 R 2π
= cos(φ)(1 + cos(φ))3 dφ
3 0
a3 R 2π
= (cos(φ) + 3cos2 (φ) + 3cos3 (φ) + cos4 (φ))dφ
3 0
Où :
– cos2 (φ) = 21 (1 + cos(2φ))
– cos4 (φ) = 14 (1 + cos(2φ))2 = 14 [1 + 2cos(2φ) + 12 (1 + cos(4φ))]
R 2π R 2π
Sachant que 0 cos3 (φ)dφ = 0 (1 − sin2 (φ))d sin(φ) = 0, on aura :

a3 R 2π
(cos(φ) + 3cos2 (φ) + 3cos3 (φ) + cos4 (φ))dφ
RR
D xdxdy =
3 0
3
a R 2π 3 1 3
= [ + ]dφ
3 0 2 42
5πa 3
=
4
5a
Par suite, xc = .
6

Corrigé Exo.11
Détermination de la valeur du moment d’inertie polaire du domaine délimité par la lemniscate de Ber-
noulli d’équation r2 = acos(2φ), a > 0.
La représentation du domaine est

Soit ρ la densité de D, en tenant compte de la symétrie on obtient :

IO = D ( x2 + y2 )ρ( x, y)dxdy
RR
π
R 4 R √ acos(2φ) 3
= 4ρ 0 0 r drdφ
π
= a2 ρ 0 4 (cos(2φ))2 dφ
R
π
2
R 4
= a ρ 0 (1 + cos(4φ))dφ
π
= a2 ρ
8

Octobre 2016 page 12 O. KHERIF


Intégrale Double ENP Département des Classes Préparatoires

Corrigé Exo.12
Calcul de l’aire et de la masse de la plaque triangulaire de sommets (0, 0), (0, a), (b, 0), et de densité
surfacique variable σ ( x, y) = x, où a, b > 0.
La représentation du domaine D devient

x
La plaque est délimitée par les droites d’équation x = 0, y = 0 et y = b(1 − ), on écrit :
a
x
D = {( x, y) ∈ R2 | 0 < x < a, 0 < y < b(1 − )}
a
1. Aire de D :
x
RR R a R b (1− a )
Aire( D ) = D dxdy = 0 0 dxdy
Ra x
= b 0 (1 − )dx
a
ab
=
2
C’est l’expression de la surface d’une triangle rectangle.
2. Masse de D :
x
RR R a R b (1− a )
Masse( D ) = D µ ( x, y ) dxdy = 0R 0 xdxdy
a x
= b 0 x (1 − )dx
a
a2 b
=
6

Octobre 2016 page 13 O. KHERIF


École Nationale Polytechnique
Département des Classes Préparatoires
Analyse Mathématique 3

Corrigé Série TD. 1


Partie 2: Intégrales Triples

Rappel
A. Calcul d’intégrales triples
Le calcul de l’intégrale triple se ramène à celui de l’intégrale double de la manière suivante :
Appelons ∆ la projection du domaine d’intégration D sur le plan Oxy (z = 0).

∆ = {( x, y) ∈ R2 |( x, y, z) ∈ D }

On écrit alors D sous la forme suivante

D = {( x, y, z) ∈ R3 |( x, y) ∈ ∆ et ϕ1 ( x, y) < z < ϕ2 ( x, y)}

On a alors ZZZ ZZ Z ϕ2 ( x,y)


f ( x, y, z)dxdydz = ( f ( x, y, z)dz)dxdy
D ∆ ϕ1 ( x,y)

Remarque : La projection se fait sur le plan où le calcul devient plus simple.


Exemple : Voir l’intégrale triples (4) de l’exercice 1.

B. Propriétés d’une intégrale triple


On a les mêmes propriétés que pour l’intégrale double.

C. Changement de variables dans une intégrale triple


Dans un changement de variables

x = x (u, v, w), y = y(u, v, w), z = z(u, v, w)

on substitue à dxdydz la quantité


D ( x, y, z)
dudvdw
D (u, v, w)
où le Jacobien
∂x ∂x ∂x
∂u ∂v ∂w
D ( x, y, z) ∂y ∂y ∂y
= dudvdw
D (u, v, w) ∂u ∂v ∂w
∂z ∂z ∂z
∂u ∂v ∂w
est supposé non nul sur Ω dont le transformé est ; i.e
D ( x, y, z)
ZZZ ZZZ
f ( x, y, z)dxdydz = f ( x (u, v, w), x (u, v, w), x (u, v, w)) dudvdw
D Ω D (u, v, w)

1
Intégrales Triples ENP Département des Classes Préparatoires

Corrigé Exo.18
Évaluation du jacobien des transformations en coordonnées sphériques et ellipsoïdales :
1. Changement de variables en coordonnées sphériques pour les domaines x2 + y2 + z2 ≤ R2 .

 x = r cos(θ ) sin( ϕ)
y = r sin(θ ) sin( ϕ)
z = r cos( ϕ)

le Jacobien est défini par

∂x ∂x ∂x
∂r ∂θ ∂ϕ cos(θ ) sin( ϕ) −r sin(θ ) sin( ϕ) r cos(θ ) cos( ϕ)
D ( x, y, z) ∂y ∂y ∂y
Jsph. = = = sin(θ ) sin( ϕ) r cos(θ ) sin( ϕ) r sin(θ ) cos( ϕ)
D (r, θ, ϕ) ∂r ∂θ ∂ϕ
∂z ∂z ∂z cos( ϕ) 0 −r sin( ϕ)
∂r ∂θ ∂ϕ
−r sin(θ ) sin( ϕ) r cos(θ ) cos( ϕ) cos(θ ) sin( ϕ) −r sin(θ ) sin( ϕ)
= cos( ϕ) − r sin( ϕ)
r cos(θ ) sin( ϕ) r sin(θ ) cos( ϕ) sin(θ ) sin( ϕ) r cos(θ ) sin( ϕ)
2 2 2 2 2
= −r cos (θ ) sin( ϕ) − r sin (θ ) sin( ϕ) = −r sin( ϕ)

Ce qui nous donne | Jsph. | = r2 sin( ϕ)


x y z
2. Changement de variables en coordonnées ellipsoïdales pour les domaines ( )2 + ( )2 + ( )2 ≤ 1
a b c
avec ( a, b, c) > 0) 
 x = a.r cos(θ ) sin( ϕ)
y = b.r sin(θ ) sin( ϕ)
z = c.r cos( ϕ)

Il suffit de multiplier les éléments de la 1ere ligne, 2eme ligne et de la 3eme ligne du determinant
précédent par a, b et c respectivement. Par la suite,

| Jellip. | = a.b.c| Jsph. | = a.b.c.r2 sin( ϕ)

Corrigé Exo.13
Calcul des intégrales triples suivantes sur les domaines indiqués.
z
dxdydz; D = {( x, y, z) ∈ R3 , 1 < x2 + y2 + z2 < 4, z > 0}
RRR
1. D x 2 + y2 + z2
A l’aide du changement de variables en coordonnées sphériques

 x = r cos(θ ) sin( ϕ)
y = r sin(θ ) sin( ϕ)
z = r cos( ϕ)

avec | Jsph. | = r2 sin( ϕ), on obtient

1 < x 2 + y2 + z2 < 4 ⇒ 1 < r < 2


(
π
z = r cos( ϕ) > 0 ⇒ 0<ϕ<
2
et 0 < θ < 2π
On trouve
r2 2 − cos2 ( ϕ) π2
Z 2π Z 2 Z π
z 3π
ZZZ
2
I= dxdydz = r cos( ϕ) sin( ϕ)drdθdϕ = 2π [ ]1 [ ]0 =
D x + y2 + z2
2
0 1 0 2 2 2

Octobre 2016 page 2 O. KHERIF


Intégrales Triples ENP Département des Classes Préparatoires

z sin( x2 + y2 )dxdydz; D = {( x, y, z) ∈ R3 , x2 + y2 + z2 < R2 , z > 0}


RRR
2. D
En effectuant le changement de variables en coordonnées cylindriques

 x = r cos(θ )
y = r sin(θ )
z=z

On l’appelle aussi changement de variable en coordonnées semi-polaires. On fait la projection du


domaine D sur le plan Oxy où z = 0,

∆ = {( x, y) ∈ R2 | x2 + y2 < R2 }

Puis, on écrit ∆ en coordonnées polaires

∆ = {(r, θ ) ∈ R2 |0 < r < R et 0 < θ < 2π }

Il suffit de mettre z entre deux fonctions de r et θ, par la suite


p
x 2 + y2 + z2 < R2 ⇒ r 2 + z2 < R2 ⇒ z < R2 − r 2

Comme 0 < z, on a alors


R 2π R R R √ R2 −r2
I = z sin (r2 ).r.drdθdz
R02π R0R 0 √
R2 −r 2
r sin(r2 ) 0
R
= 0 0
zdrdθdz
R 2π R R z 2 √
2 2
= 0 0
r sin(r2 )[ ]0 R −r drdθ
RR 2
= π 0 r sin(r2 )( R2 − r2 )dr
RR RR
= R2 π 0 r sin(r2 )dr − π 0 r3 sin(r2 )dr
− cos(r2 ) R RR
= R2 π [ ]0 − π 0 r3 sin(r2 )dr
2
2 − cos( R2 ) 1 RR
= R π( + ) − π 0 r3 sin(r2 )dr
2 2
Le calcul de la deuxième partie se fait par partie

 U = r2 ⇒ U 0 = 2r
− cos(r2 )
 V 0 = r sin(r2 ) ⇒ V =
2
On a
Z R 2) Z R
cos(r2 ) − cos(r2 ) R sin(r2 ) R − cos( R2 ) sin( R2 )
2 − cos(r
3 2
r sin(r )dr = [r ]0R + 2r dr = [r2 ]0 + [ ]0 = R2 +
0 2 0 2 2 2 2 2
Par la suite
− cos( R2 ) 1 − cos( R2 ) sin( R2 ) π
I = R2 π ( + ) − π ( R2 + ) = [ R2 − sin( R2 )]
2 2 2 2 2

Remarque : On peut écrire D d’une autre maniéré pour simplifier le calcul de I, tel que :
p
D = {(r, θ, z) ∈ R3 |0 < θ < 2π, 0 < z < R, 0 < r < R2 − z2 }

2 y2 z2
D = {( x, y, z) ∈ R3 , xa2 +
RRR
3. D
xyzdxdydz; b2
+ c2
< 4, x, y, z > 0}

Octobre 2016 page 3 O. KHERIF


Intégrales Triples ENP Département des Classes Préparatoires

x2 y2 z2
Remarquons que (2a)2
+ (2b)2
+ (2c)2
< 1. A l’aide des coordonnées ellipsoïdales

 x = 2a.r cos(θ ) sin( ϕ)
y = 2b.r sin(θ ) sin( ϕ)
z = 2c.r cos( ϕ)

avec | Jellip. | = 8.a.b.c.r2 sin( ϕ), on obtient


 2 2
 x 2 + y 2 + z2 2 < 1 ⇒ 0 < r < 1
(2a) (2b) (2c)
π π
 x, y, z > 0 ⇒ 0 < ϕ < et 0 < θ <
2 2
On a alors,
Rπ Rπ R1
I = (8.a.b.c)2 02 (cos(θ ) sin(θ ))dθ 02 (cos( ϕ) sin3 ( ϕ))dϕ 0 r5 dr
sin2 (θ ) π2 sin4 ( ϕ) π2 r6 1
= (8.a.b.c)2 [ ]0 [ ]0 [ ]0
2 4 6
111
= (8.a.b.c)2 [ ]
246
4 2
= ( a.b.c)
3
dxdydz
; D = {( x, y, z) ∈ R3 , x + y + z < 1, x, y, z > 0}
RRR
4. D (1+ x + y + z )3
Appelons ∆ la projection de D sur le plan Oxy où z = 0,
∆ = {( x, y) ∈ R2 | x + y < 1, x, y > 0}

De la représentation de ∆, on obtient
∆ = {( x, y) ∈ R2 |0 < x < 1, 0 < y < 1 − x }
On écrit
D = {( x, y, z) ∈ R3 |( x, y) ∈ R2 et 0 < z < 1 − x − y}
Par la suite
RRR dxdydz RR R 1−x−y 1
I= D (1+ x + y + z )3
= (
∆ 0
dz)dxdy
(1 + x + y + z )3
1 1− x − y
= ∆ ([− 21
RR
]
2 0
)dxdy
( 1 + x + y + z )
= ∆ ([− 21 ( 14 − (1+x1+y)2 )])dxdy
RR

= 12 { ∆ (1+x1+y)2 )dxdy − 41 ∆ dxdy}


RR RR
R 1 R 1− x R 1 R 1− x
= 12 { 0 0 (1+x1+y)2 )dxdy − 41 0 0 dxdy}
R1 R1
= 12 { 0 [ (1+−x1+y) ]10−x dxdy − 14 0 (1 − x )dxdy}
R1 R1
= 12 { 0 [( −21 ) − ( (1−+1x) )]dxdy − 14 0 (1 − x )dxdy}
= 12 {[ −2x + ln(1 + x )]10 − 14 (1 − 12 )}
= 12 {[ −21 + ln(2) − 14 (1 − 12 )}
= 12 [ln(2) − 58 ]

Octobre 2016 page 4 O. KHERIF


Intégrales Triples ENP Département des Classes Préparatoires

D1 = {( x, y, z) ∈ R3 , x2 + y2 < z < 1, y > 0}


 p
RRR p
5. x2 + y2 dxdydz; k = 1, 2
Dk D2 = {( x, y, z) ∈ R3 , x2 + y2 < z < 1, y > 0}
En coordonnées cylindriques, on a (y > 0 ⇒ 0 < θ < π et x2 + y2 < 1 ⇒ 0 < r < 1) et les deux
domaines sont donnés par

D1 = {(r, θ, z) ∈ R3 , 0 < r < 1, 0 < θ < π, r < z < 1}




D2 = {(r, θ, z) ∈ R3 , 0 < r < 1, 0 < θ < π, r2 < z < 1}

Par la suite, RRR p RπR1R1 2


I1 = D1
x2 + y2 dxdydz = r drdθdz
R0π R01 2r
= 0 0 r (1 − r )drdθ
3 4
= π [ r3 − r4 ]10
1
= 12 π
et, RRR p RπR1R1 2
I2 = D2
x2 + y2 dxdydz = 2 r drdθdz
R0π R01 2r
= 0 0 r (1 − r2 )drdθ
3 5
= π [ r3 − r5 ]10
2
= 15 π

zdxdydz; D = {( x, y, z) ∈ R3 , 1 < x2 + z2 < 4, 0 < y < z + 2}


RRR
6. D
En fait la projection sur l’axe Oxz (y = 0), et à l’aide du système en coordonnées cylindriques

 x = r cos(θ )
y=y
z = r sin(θ )

On déduit que

D = {(r, θ, y) ∈ R3 |0 < θ < 2π, 1 < r < 2, 0 < y < 2 + r sin(θ )}

Ainsi RRR R 2π R 2 R 2+r sin(θ ) 2


I= D
zdxdydz = 0 1 0 r sin(θ )drdθdy
R 2π R 2 2
= 0 1 r sin(θ )(2 + r sin(θ ))drdθ
R 2π 3 r4
= 0 [2 sin(θ ) r3 + sin2 (θ )]21 dθ
R 2π 4
2
= 0 14 3 sin ( θ ) + 15
4 sin ( θ ) dθ
R 2π 15
= 0 4 sin2 (θ )dθ
R 2π 1 − cos(2θ )
= 15
4 0 ( )dθ
2
sin(2θ ) 2π
= 15 1
4 [ 2 (θ − ]0
2
15
= 4π

x2 + y2 + z2 dxdydz; D = {( x, y, z) ∈ R3 , x2 + y2 + z2 < 2z}


RRR p
7. D
Remarquons que x2 + y2 + z2 < 2z ⇒ x2 + y2 + (z − 1)2 < 1 et z > 0. A l’aide du système en
coordonnées sphériques, on déduit que
π
D = {(r, θ, ϕ) ∈ R3 |0 < θ < 2π, 0 < r < 2cos( ϕ), 0 < ϕ < }
2

Octobre 2016 page 5 O. KHERIF


Intégrales Triples ENP Département des Classes Préparatoires

Ce qui nous donne,


RRR p R 2π R π R 2cos( ϕ)
I= D
x2 + y2 + z2 dxdydz = 0
2
0 0
r3 sin( ϕ)drdθdϕ
R π
2
r4 2cos( ϕ)
= 2π 0 ]
sin( ϕ)[ dϕ
R π2 4 0
= 8π 0 sin( ϕ) cos4 ( ϕ)dϕ
cos5 ( ϕ) π2
= 8π [− ]0
5
8
= π
5

Corrigé Exo.14
Évaluation du volume du domaine situé entre les deux paraboloïdes z = x2 + y2 , z = x2 + 2y2 et
délimité par les plans y = x, y = 2x et x = 0, x = 1.
On a RRR R 1 R 2x R x2 +2y2
V= D
dxdydz = 0 ( x ( x2 +y2 dz)dy)dx
R 1 R 2x
= 0 ( x (y2 )dy)dx
R 1 y3
= 0 ([ ]2x )dx
3 x
7 1 3
R
= x dx
3 0
7
=
12

Corrigé Exo.15
Calcul du volume de la portion de la boule x2 + y2 + z2 ≤ R2 incluse dans le cylindre x2 + y2 = Rx,
appelée Temple de Viviani.
R R
L’équation du cylindre est ( x − )2 + y2 = ( )2 , ainsi la représentation du domaine est
2 2

RRR RRR
Par symétrie, V = D
dxdydz = 4 D0
dxdydz où D0 est la partie du domaine situé dans la première
octant (x, y, z > 0).

D0 = {( x, y, z) ∈ R3 | x2 + y2 + z2 ≤ R2 , x2 + y2 < Rx et x, y, z > 0}
En coordonnées cylindriques, le domaine D0 est
π p
D0 = {(r, θ, z) ∈ R3 |0 < r < Rcos(θ ), 0 < θ < et 0 < z < R2 − r2 }
2

Octobre 2016 page 6 O. KHERIF


Intégrales Triples ENP Département des Classes Préparatoires

Ce qui nous donne


R π2 R Rcos(θ ) R √ R2 −r2
V =4 0 0 0
rdrdθdz
R π2 R Rcos(θ ) √
=4 0 0 r R − r2 drdθ
2
−4 2 R π
2 2 32 Rcos(θ ) dθ
= 0 [( R − r ) ]0
3
4R3 R π2 2 3
= 0 [1 − (1 − cos ( θ )) ] dθ
2
3
4R3 R π2
= [1 − sin3 (θ )]dθ
3 0
4R3 π R π2
= [ − 0 sin3 (θ )dθ ]
3 2
4R3 π R π2
= [ + 0 (1 − cos2 (θ ))dcos(θ )]
3 2
4R3 π
= [ − 1 + 13 ]
3 2
8
= (3π − 4) R3
9

Corrigé Exo.16
Détermination des volumes des trois domaines délimités par les deux cylindres d’équations x2 + y2 = x
et x2 + y2 = 2x, le plan z = 0, et
1. Le plan x + y + z = 4,
Les deux cylindres d’équations x2 + y2 = x et x2 + y2 = 2x se ramènent aux equations ( x − 21 )2 + y2 =
1
( )2 et ( x − 1)2 + y2 = 1 respectivement. En effectuant le changement de variables en coordonnées
2
cylindriques,

−π π
D∗ = {(r, θ, z) ∈ R3 | < θ < , cos(θ ) < r < 2 cos(θ ) et 0 < z < 4 − r (cos(θ ) + sin(θ ))}
2 2
Ainsi
RRR R π R 2cos(θ ) R 4−r(cos(θ )+sin(θ ))
2
V= D
dxdydz = −π cos(θ ) 0
rdrdθdz
π2
R 2cos(θ )
(4r − r2 (cos(θ ) + sin(θ )))drdθ
R 2
= −π cos(θ )
2
π r3 2cos(θ )
[(2r2 − (cos(θ ) + sin(θ )))]cos(θ ) drdθ
R 2
= −π
2 3
π 7
[(6cos2 (θ ) − cos3 (θ )(cos(θ ) + sin(θ )))]dθ
R 2
= −π
2 3
π 7 7
[(6cos2 (θ ) − cos4 (θ ) − cos3 (θ ) sin(θ )))]dθ
R 2
= −π
2 3 3
R π2 7 R π2 4 7 R π2 3
= 3 −π (1 + cos(2θ ))dθ − −π cos ( θ ) dθ − −π cos ( θ ) sin( θ ) dθ
2 3 2 3 2
7 R π2 2 7 R π2 3
= 3π − −π (1 + cos (2θ )) dθ + −π cos ( θ ) d cos( θ )
12 π2 3 2
7 R2 2
= 3π − −π 1 + cos (2θ ) + 2 cos(2θ ) dθ + 0
12 2
7
= 3π − [π + π2 ]
12
17
= π
8
p
2. Le cône z = x2 + y2 ,
En effectuant le changement de variables en coordonnées cylindriques,

−π π
D∗ = {(r, θ, z) ∈ R3 | < θ < , cos(θ ) < r < 2 cos(θ ) et 0 < z < r }
2 2

Octobre 2016 page 7 O. KHERIF


Intégrales Triples ENP Département des Classes Préparatoires

Ainsi RRR R π R 2cos(θ ) R r


2
V= D
dxdydz = −π cos(θ ) 0
rdrdθdz
π2
R 2cos(θ )
r2 drdθ
R 2
= −π cos(θ )
2
R π
2
r3 2cos(θ )
= −π [ ]cos(θ ) drdθ
2 3
π7
cos3 (θ )dθ
R 2
= −π
3
2
7 R π2 2
= −π (1 − sin ( θ )) d sin( θ )
3 2
7 sin3 (θ ) π2
= [sin(θ ) − ] −π
3 3 2
7 2
= [2 − ]
3 3
28
=
9
3. Le paraboloïde z = x2 + y2 ,
En effectuant le changement de variables en coordonnées cylindriques,

−π π
D∗ = {(r, θ, z) ∈ R3 | < θ < , cos(θ ) < r < 2 cos(θ ) et 0 < z < r2 }
2 2
Ainsi RRR R π R 2cos(θ ) R r2
2
V= D
dxdydz = −π cos(θ ) 0
rdrdθdz
π2
R 2cos(θ )
r3 drdθ
R 2
= −π cos(θ )
2
R π
2
r4 2cos(θ )
= −π [ ]cos(θ ) dθ
2 4
π15
cos4 (θ )dθ
R 2
= −π
24
R 15 1
π
= 2
−π (1 + cos(2θ ))2 dθ
24 4
R 15 1
π
= 2
−π (1 + 2 cos(2θ ) + cos2 (2θ ))dθ
24 4
R 15 1
π
= 2
−π (1 + 2 cos(2θ ) + 12 (1 + cos(4θ )))dθ
24 4
15 1
= (π + 12 π )
4 4
45
= π
32

Corrigé Exo.17
Calcul du volume du domaine délimité par le cône et le paraboloïde d’équations suivantes :
p
1. z = x2 + y2 et z = 2 + x2 + y2 .
En effectuant le changement de variables en coordonnées cylindriques,
z = x2 +p
y2 ⇒ z = r2

2 2 ⇒ r2 < z < 2 + r
z = 2+ x +y ⇒ z = 2+r

Il est clair que (0 < θ < 2π ), pour décrire la variation de r on doit déterminer l’équation du cercle
d’intersection du cône et du paraboloïde.
r2 = 2 + r ⇒ (r + 1)(r − 2) = 0
Il vient (0 < r < 2), alors
r3 r4 2
ZZZ Z 2π Z 2 Z 2+r Z 2
π
V1 = dxdydz = rdrdθdz = 2π r (2 + r − r2 )dr = 2π [r2 + − ]0 = 16
D 0 0 r2 0 3 4 3

Octobre 2016 page 8 O. KHERIF


Intégrales Triples ENP Département des Classes Préparatoires

p
2. z = 2 − x2 − y2 et z = x2 + y2 .
En effectuant le changement de variables en coordonnées cylindriques,

z = 2p− x2 − y2 ⇒ z = 2 − r2

⇒ r < z < 2 − r2
z = x 2 + y2 ⇒ z=r

Il est clair que (0 < θ < 2π ), pour décrire la variation de r on doit déterminer l’équation du cercle
d’intersection du cône et du paraboloïde.

2 − r2 = r ⇒ (r − 1)(r + 2) = 0

Il vient (0 < r < 1), alors


Z 2π Z 1 Z 2−r2
r3 r4 1
ZZZ Z 1
π
V2 = dxdydz = rdrdθdz = 2π r (2 − r − r2 )dr = 2π [r2 − − ]0 = 5
D 0 0 r 0 3 4 6

Corrigé Exo.19
x2 y2 z2
Calcul du volume du domaine compris entre l’ellipsoïde a2
+ b2
+ c2
= 1 et l’un des deux domaines
suivants :
2 y2 2
1. Le paraboloïde elliptique xa2 + b2 = zc2 , z > 0.
– Soit le changement de variables suivant
 x
 X=
ya



Y=

 bz
 Z=

c
Avec,
a 0 0
J1 = 0 b 0 = abc
0 0 c
2
x2 2
L’ellipsoïde + yb2 + zc2 = 1 se transforme en sphere d’équation X 2 + Y2 + Z2 = 1 et le paraboloïde
a2
2 y2 2 √
elliptique xa2 + b2 = zc2 devient un cône d’équation Z = X 2 + Y 2 .
– A l’aide d’un deuxième changement de variables en coordonnées cylindriques

 X = r cos(θ )
Y = r sin(θ )
Z=Z

avec | J2 | = r
Pour déterminer la variation du rayon, il suffit de calculer l’intersection du sphere et du cône,

1
1 − r2 = r2 ⇒r= √
2
on obtient

1 p
D∗ = {(r, θ, Z ) ∈ R3 |0 < θ < 2π, 0 < r < √ , r < Z < 1 − r2 }
2

Octobre 2016 page 9 O. KHERIF


Intégrales Triples ENP Département des Classes Préparatoires

Ainsi RRR RRR


V= D
dxdydz = J J drdθdZ
D∗ 1 2
R 2π R √12 R √1−r2
= a.b.c 0 0 r
rdrdθdZ
R 2π R √12 √
= a.b.c 0 0 r ( 1 − r2 − r )drdθ
R √1
2

= 2( a.b.c)π r ( 1 − r2 − r )drdθ
0
R √1 √ R1
= 2( a.b.c)π ( 0 2 r 1 − r2 dr − 0 r2 dr )
3 r3 √1
= 2( a.b.c)π [− 13 (1 − r2 ) 2 − ]0 2
3
1 1 32 1 √1
= 2( a.b.c)π [− 3 (( 2 ) − 1) − √ ]0 2
√ 6 2
(2 − 2)
= ( a.b.c)π
3
2 y2
2. Le cône elliptique xa2 + b2 = zc .
– Soit le changement de variables suivant
 x
 X=
ya



Y=

 bz
 Z=

c
Avec,
a 0 0
J1 = 0 b 0 = abc
0 0 c
x2 y2 z2
L’ellipsoïde a2
+ b2
+ c2
= 1 se transforme en sphere d’équation X 2 + Y2 + Z2 = 1 et le cône
2 y2
elliptique xa2 + b2 = zc devient un paraboloïde d’équation Z = X 2 + Y 2 .
– A l’aide d’un deuxième changement de variables en coordonnées cylindriques

 X = r cos(θ )
Y = r sin(θ )
Z=Z

avec | J2 | = r
Pour déterminer la variation du rayon, il suffit de calculer l’intersection du sphere et du parabo-
loïde,
p√
2 4 5−1
1−r = r ⇒r= √ =R
2
on obtient
p
D∗ = {(r, θ, Z ) ∈ R3 |0 < θ < 2π, 0 < r < R, r2 < Z < 1 − r2 }
Ainsi RRR RRR
V= D
dxdydz = J J drdθdZ
D∗ 1 2
R 2π R R R √1−r2
= a.b.c 0 0 r2 rdrdθdZ
R 2π R R √
= a.b.c 0 0 r ( 1 − r2 − r2 )drdθ
RR √
= 2( a.b.c)π 0 r ( 1 − r2 − r2 )drdθ
RR √ R1
= 2( a.b.c)π ( 0 r 1 − r2 dr − 0 r3 dr )
−1 3 r4
= 2( a.b.c)π [ (1 − r2 ) 2 − ]0R
3 4
−1 3 R4
= 2( a.b.c)π [ ((1 − R2 ) 2 − 1) − ]
3 4

Octobre 2016 page 10 O. KHERIF