Vous êtes sur la page 1sur 17

3 Potentiel et énergie

.
électrostatiques
Exercice 10 ∗ ― Potentiel électrique créé par une distribution
cubique de charges ponctuelles
On considère huit charges ponctuelles Q placées aux sommets d'un cube
d'arête a (voir la figure E10).
1. Déterminer le potentiel électrostatique au centre O du cube.
On prendra le potentiel nul à l'infini (V(∞) = 0).
2. Déterminer le potentiel électrostatique créé à chaque sommet du cube
par les sept autres charges électriques.
z

Q Q

Q Q

Q Q

O y

Q Q
x

Fig. E10
30 Exercices d'électrostatique

Solution :
1. Choisissons l'origine des potentiels à l'infini. On applique le principe de superposition pour
déterminer le potentiel créé au centre O par les charges ponctuelles placées aux huit sommets
du cube (Fig. E10.1).
i =8
V t = ∑V i =V 1 +V 2 +V 3 +V 4 +V 5 +V 6 +V 7 +V 8 = 8V
i =1

1 Q
avec V 1 =V 2 = ⋯ =V 8 =V = , le potentiel créé par chacune des charges au
4π ε 0 a 3
point O.
Finalement, on trouve:
1 Q 1 16Q
Vt = 8 =
4π ε0  a 3  4π ε 0 a 3
 
 2 

F G
Q6 Q7

E H
Q5 Q8

O
Q2 Q3 y
B C

Q1 Q4
A D
x
Fig. E10.1
On montre par exemple que la diagonale FD vaut :

FD = OD 2 + OF 2

et OD = OA 2 + AD 2 = a 2 + a 2 = a 2

Par conséquent,

FD = OD 2 + OF 2 = 2a 2 + a 2 = a 3
3. Potentiel et énergie électrostatiques 31

2. On applique le principe de superposition pour déterminer le potentiel créé au sommet A


par les charges ponctuelles placées aux sept autres sommets du cube (Fig. E10.1).
i =8
V' = ∑V
i =2
'
i
= V 2' + V 3' + V 4' + V 5' + V 6' + V ' + V 8'
7

1 Q 1 Q 1 Q Q 1
avec V 2' = = ; V 3' = = ;
4 π ε 0 BA 4 π ε 0 a 4 π ε 0 ◌CA
ِ 4π ε0 a 2

1 Q 1 Q 1Q 1 Q
V 4' = = ; V 5' = = ;
4 π ε 0 DA 4 π ε 0 a 4 π ε 0 EA 4 π ε 0 a

1 Q 1 Q 1
Q 1 Q
V 6' = = ; V 7' = = ;
4 π ε 0 FA 4 π ε 0 a 2 4 π ε 0 GA 4 π ε 0 a 3

1 Q 1 Q
V 8' = = .
4 π ε 0 HA 4 π ε 0 a 2
Par conséquent, on obtient:
 1 Q 1 Q  1 Q
V ' = 3 + +
 4π ε 0 a 4π ε0 a 2  4π ε 0 a 3
Finalement, on trouve :

1 Q 3 2 3
V' = 3 + + 
4π ε0 a  2 3 

Exercice 11 ∗∗ ― Calcul du champ à partir du potentiel


On considère trois charges ponctuelles disposées comme le montre la figure
E11.
y
rC M(x,y)
3Q
C
rA

a rB

−Q −2Q
A O B x
a a
Fig. E11
32 Exercices d'électrostatique

1. Déterminer le potentiel électrostatique créé en un point M(x,y) situé


dans le plan des charges.
2. En déduire le champ électrostatique créé par les trois charges au point
M(x,y).

Solution :

1. Choisissons l'origine des potentiels à l'infini. Les potentiels créés par les charges QA, QB et
QC au point M sont respectivement :
1 QA 1 QA 1 −Q
V A (M ) = = = ;
4 π ε 0 rA 4 π ε 0 AM 4 π ε 0 ( x + a ) 2 + y 2
1 QB 1 QB 1 −2Q
V B (M ) = = = ;
4 π ε 0 rB 4 π ε 0 BM 4 π ε 0 (x − a)
2
+y2
1 QC 1 QC 1 3Q
VC (M ) = = = ;
4 π ε 0 rC 4 π ε 0 CM 4 π ε 0 x 2 + ( y −b )
2

2 2 2
où, rA = AM = ( x+ a ) + y 2 ; rB = BM = ( x- a ) + y 2 ; rC = CM = x 2 + ( y- b ) .
On applique le principe de superposition pour déterminer le potentiel électrostatique créé par
les trois charges ponctuelles au point M.
1 qi
V ( M ) = ∑V i ( M ) = ∑ =V A ( M ) +V B ( M ) +V C ( M )
i i 4 π ε 0 ri
On obtient:
 
Q
− 1 2 3 
V (M ) = − +
4π ε 0  (x + a)
2
+y2 (x − a)
2
+y2 x 2 + ( y −b )
2 
 
2. Le champ électrostatique E ( M ) dérive d'un potentiel, tel que:
∂V ∂V
E ( M ) = −∇V ( M ) = − i − j = Exi + Ey j
∂x ∂y
avec,
 
∂V Q  ( x + a) 2(x − a) 3x 
E x (M ) = − =−  3
+ 3
− 2 
∂x 4π ε0   
( )  
2
 2
  x − a) + y 
2
 x + y − b
 ( x + a ) + y  (
2 2 2 2
 

 
∂V Q  y 2y 3( y −b ) 
E y (M ) = − =−  3
+ 3
− 2 
∂y 4π ε 0 
( x + a ) + y 2  2 ( x − a ) + y 2  2  x + ( y − b )  
2
2 2
     

Bien que ce calcul semble assez long, le lecteur vérifiera que le calcul direct du champ
électrostatique est plus difficile.
3. Potentiel et énergie électrostatiques 33

Exercice 12 ∗∗∗ ― Potentiel électrique créé par deux arcs de


cercle concentriques chargés
Deux tiges minces en forme d'arcs de cercle de rayons R1 et R2 sont
respectivement chargées uniformément avec les densités linéiques de
charges +λ et −λ. Ces arcs forment un angle total 2θ0 symétrique par
rapport à l'axe des x (Fig. E12).
1. Déterminer le potentiel électrostatique V à l'origine O.
2. Etudier les cas suivants:
π
a. θ0 = (demi-cercle)
2
b. θ 0 = π (cercle entier)
3. Quel serait le potentiel électrostatique V à l'origine O si les distributions
linéiques de charges sont:
a. ±λ = ±λ0 cos θ
b. ±λ = ±λ0 sin θ
4. Déterminer le potentiel électrostatique V en un point M situé sur l'axe
Oz, distant de z de l'origine O, dans le cas où θ 0 = π (cercle entier) et λ = λ0
(λ0 étant une constante positive).
Examiner le cas où le point M est très éloigné de O.
y -λ


θ0
θ

O x
−θ0

Fig. E12
Solution :
1. Le calcul du potentiel électrostatique créé par cette distribution de charges au centre O
s'obtient aisément en faisant la superposition des potentiels créés par:
un arc de cercle de centre O et de rayon R1, chargé avec la densité linéique +λ;
un arc de cercle de centre O et de rayon R2, chargé avec la densité linéique −λ.
34 Exercices d'électrostatique

Considérons l'arc de cercle de centre O et de rayon R1, chargé avec la densité linéique +λ. Cet
exercice traite le cas d’une distribution linéique de charges. On divise l'arc de cercle en
éléments de charges de longueur dl (Fig. E12.1).
Chaque élément de charges peut être considéré comme une charge ponctuelle de grandeur λ dl
qui crée en O un potentiel dV donné par:
1 dq1
dV =
4πε 0 R1
avec : dq1 = λ dl = λ R1 dθ

θ0 R1

O x
−θ0 dθ λ dl

Fig. E12.1
En appliquant le principe de superposition, et en prenant l'origine des potentiels à l'infini, le
potentiel électrostatique résultant obtenu par intégration, s'exprime:
+θ 0
λ
V = ∫ dV = ∫ dθ
fil 1
4πε 0 −θ 0

λ θ0
Soit : V =
2π ε 0
De la même façon, on montre que l'arc de cercle de centre O et de rayon R2, chargé avec la
densité linéique −λ, crée au centre O un potentiel :
λ θ0
V ' =−
2π ε 0
On applique le principe de superposition pour déterminer le potentiel électrostatique total Vt
au point O:
V t = ∑V i =V +V '
i

λθ 0 λ θ0
Vt = − =0
2π ε 0 2 π ε 0

2. Examinons les cas suivants :


π
a. θ 0 = (demi−cercle)
2
λ λ
On trouve : V = ; V ' =− et V t = 0 .
4ε 0 4ε 0
3. Potentiel et énergie électrostatiques 35

b. θ 0 = π (cercle entier)
λ λ
On trouve : V = ; V ' =− et V t = 0 .
2ε 0 2ε 0
3. Examinons maintenant les cas suivants :
a. λ = λ0 cos θ

En appliquant le principe de superposition, et en prenant l'origine des potentiels à l'infini, le


potentiel électrostatique résultant obtenu par intégration, s'exprime:
+θ 0
λ0 λ0 +θ
V = ∫ dV = ∫θ cos θ d θ = [sin θ ]−θ 0

tige1
4πε 0 − 0
4πε 0 0

Le potentiel créé en O par la tige 1 est donc:


λ sin θ0
V = 0
2π ε 0
De la même façon, on montre que l'arc de cercle de centre O et de rayon R2, chargé avec la
densité linéique −λ0 cos θ , crée au centre O un potentiel :
λ0 sin θ 0
V ' =−
2π ε0
On applique le principe de superposition pour déterminer le potentiel électrostatique total Vt
au point O:
V t = ∑V i =V +V '
i

λ0 sin θ 0 λ0 sin θ0
Vt = − =0
2π ε0 2π ε0

b. λ = λ0 sin θ

En appliquant le principe de superposition, et en prenant l'origine des potentiels à l'infini, le


potentiel électrostatique résultant obtenu par intégration, s'exprime:
+θ 0
λ λ0 +θ
V = ∫ dV = 0 ∫θ sin θ d θ = [ − cos θ ]−θ 0

tige 2
4πε 0 − 0
4πε 0 0

Le potentiel créé en O par la tige 1 est donc:


V =0
De la même façon, on montre que l'arc de cercle de centre O et de rayon R2, chargé avec la
densité linéique −λ0 sinθ, crée au centre O un potentiel :
V ' =0
On applique le principe de superposition pour déterminer le potentiel électrostatique total Vt
au point O:
V t = ∑V i =V +V ' ⇒ Vt = 0
i
36 Exercices d'électrostatique

4. Considérons deux tiges minces en forme de cercles de rayons R1 et R2, respectivement


chargées uniformément avec les densités linéiques de charges +λ et −λ .
Commençons d'abord par déterminer le potentiel créé par le cercle de centre R1 en un point M
de l'axe Oz. De la même façon que précédemment, on divise le cercle en éléments de charges
de longueur dl (Fig. E12.2).
Chaque élément de charges peut être considéré comme une charge ponctuelle de grandeur λ dl
qui crée en O un potentiel dV donné par :
1 dq
dV = avec dq = λ dl = λ R1 dθ
4πε 0 R 1
En appliquant le principe de superposition, et en prenant l'origine des potentiels à l'infini, le
potentiel électrostatique résultant obtenu par intégration, s'exprime:

λ R1
V = ∫ dV = 0
2 ∫

cercle1
4πε 0 R 1
2
+ z 0

z
× M

O y
ϕ
dq = λ dl
x
Fig. E12.2
Le potentiel créé en O par la tige 1 est donc:
λ R1
V = 0
2ε 0 R 2 + z 2
1

De la même façon, on montre que le cercle de centre O et de rayon R2, chargé avec la densité
linéique −λ0, crée au point M un potentiel :
λ R2
V' =− 0
2ε 0 R 22 + z 2
On applique le principe de superposition pour déterminer le potentiel électrostatique total Vt
au point O:
λ  R1 R2 
V t = ∑V i =V +V ' ⇒ Vt = 0  − 
2ε 0  R12 + z 2 R 2
+ z 2

i
 2

Si le point M est très éloigné du centre O, z >> R1 et z >> R2, l'expression du potentiel
devient :
λ R − R2
Vt = ± 0 1
2ε 0 z {
+ si z > 0
− si z < 0
3. Potentiel et énergie électrostatiques 37

Exercice 13 ∗∗∗∗ ― Potentiel au centre d'une couche carrée


chargée uniformément
Une couche carrée de centre O et de côté a porte une charge Q positive
répartie uniformément avec la densité surfacique de charges σ (Fig. E13).
y

D C

P
x
σ
O x
dx

P'

A B
Fig. E13
1. Déterminer le potentiel créé par un segment de longueur 2L, portant une
charge Q uniformément répartie avec la densité linéique de charges λ, en
un point M de la médiatrice, à une distance x du milieu de ce segment.
2. Déterminer la contribution au potentiel en O due à la bande étroite PP'
de largeur dx.
3. Déterminer la contribution au potentiel en O due au quart du carré.
4. Déterminer le potentiel en C créé par la couche carrée chargée
uniformément.
On prendra l'origine des potentiels à l'infini.
On donne :
dx a2 + x 2 + x
∫ 2
a +x 2
= ln
a
+ Cte

Solution :
1. Calculons le potentiel électrostatique créé au point M par le segment chargé (Fig. E13.1).
Pour cela, on divise le segment de longueur 2L en éléments de longueur dL et de charge dq =
λ dl (Fig. E13.1).
38 Exercices d'électrostatique

La charge élémentaire dq crée au point M un potentiel électrostatique élémentaire dV(M), tel


que:
1 dq
dV ( M ) =
4πε 0 r

La distance r de la charge élémentaire dq au point M est r = x 2 + l 2 . L'expression du


potentiel élémentaire dV(M) devient:
1 λ dl
dV ( M ) =
4πε 0 x 2 +l2
En appliquant le principe de superposition, et en prenant l'origine des potentiels à l'infini, le
potentiel électrostatique résultant obtenu par intégration, s'écrit:
l =+ L
λ dl
V ( M ) = ∫ dV ( M ) =
4πε 0 l ∫= 0
⋅2
fil x 2 +l2
Finalement, on obtient l'expression de V sur Ox :

λ x 2 + L2 + L
V (M ) = ln
2πε 0 x

dq dl
2L r
l

O x M x
λ

y’

Fig. E13.1
2. La bande étroite PP' peut être considérée comme un segment uniformément chargé avec la
densité linéique λ (Fig. E13.2). Ce segment porte une charge élémentaire:
dq = λ ⋅ PP' = σ ⋅ PP' ⋅ dx
Soit: λ = σ ⋅ dx
Par conséquent, la contribution au potentiel en O due à la bande étroite PP' de largeur dx
s'écrit (en tenant compte que x = L) :
σ dx
dV =
2πε 0
ln ( )
2 +1
3. Potentiel et énergie électrostatiques 39

D C

P
x
σ

O x
dx
P'

A B
Fig. E13.2

3. La contribution au potentiel en O due au quart du carré, c'est-à-dire du triangle BOC),


s'exprime alors:
a
x=
2
σ σ a
V =
2πε 0
ln ( 2 +1 )∫ x =0
dx =
2πε 0
ln ( ) x=
2 + 1 [ x ]x =02

σa
Soit: V =
4πε 0
ln ( 2 +1 )
4. Le potentiel en C crée par la couche carrée chargée uniformément est donc:
σa
V couche = 4V =
πε 0
ln ( 2 +1 )

Exercice 14 ∗∗ ― Energie potentielle électrostatique d'un système


de charges quadratique
Aux quatre sommets d'un carré de centre O et de côté a 2 , situé dans le
plan xOy, sont fixés quatre ions positifs (Fig. E14). Chaque ion est
assimilable à une charge ponctuelle +e.
1. Utiliser les symétries pour déterminer le champ électrostatique E au
centre O(0,0,0) du carré. Quelle est son orientation au point M(0,0,z)?
40 Exercices d'électrostatique

2. Déterminer le potentiel électrique V au centre O du carré.


3. Déterminer le potentiel électrique V en un point M de l'axe Oz.
4. En déduire l'expression du champ électrostatique E au point M(0,0,z).
5. Un proton de charge +e est mobile le long de l'axe z'Oz. Exprimer la
force F que subit le proton lorsqu'il se trouve au point M(0,0,z).
z

• M

e P2 e P3

a 2
O y

e P1 e P4

x
Fig. E14

6. En déduire par deux méthodes différentes l'expression de l'énergie


potentielle du proton lorsqu'il se trouve en un point quelconque M(0,0,z).
7. Ce proton aura-t-il une position d'équilibre? Si oui, cet équilibre est-il
stable ou instable? Justifier votre réponse.
8. Déterminer l'énergie potentielle électrostatique Ep du système formé par
les quatre ions.
9. En déduire par deux méthodes différentes l'énergie potentielle
électrostatique Ep' d'un système composé de ces quatre ions et du proton
lorsqu'il se trouve au centre O du carré.
10. Tracer l'allure du graphe du potentiel V en fonction de z.
11. Tracer l'allure du graphe de Fz en fonction de z.

Solution :
1. Les plans (xOz) et (yOz) sont des plans de symétrie; de même tout plan contenant
l'axe Oz est un plan de symétrie; le plan (xOy) est également un plan de symétrie.
Le point O appartient à des plans de symétrie orthogonaux: c'est un centre de symétrie. Le
champ électrostatique E est nul au point O.
3. Potentiel et énergie électrostatiques 41

L'axe Oz appartient à des plans de symétrie orthogonaux (les plans (xOz) et (yOz)): c'est un
axe de symétrie. Le champ électrostatique E M = E k est porté par l'axe Oz.
2. On applique le principe de superposition pour le potentiel électrostatique (Fig. E14).
4
1 1 1 1 1 1 4e
V ( O ) = ∑V i ( O ) = ⋅e ⋅  + + +  =
i =1 4πε 0  a a a a  4πε 0 a

3. De la même façon, le potentiel électrostatique au point M s'écrit:


4
1  1 1 1 1 
V ( M ) = ∑V i ( M ) = ⋅e ⋅  + + + 
i =1 4πε 0 2
 a +z
2
a2 + z 2 a2 + z 2
a2 + z 2 
1 4e
Soit : V (M ) =
4πε 0 a +z 2
2

1 4e
On retrouve bien V ( O ) = pour z = 0 .
4πε 0 a
4. Le champ électrique dérive d'un potentiel, tel que: E = −∇V . En coordonnées
cartésiennes, les composants du gradient sont:
 ∂ 
 
 ∂x 
 ∂ 
grad =  
∂y
 
 ∂ 
 
 ∂z 
∂V ∂V ∂V ∂V
La relation E = −∇V s'écrit: E = − i − j − k =− k , car V(M) ne dépend
∂x ∂y ∂z ∂z
 ∂V ∂V 
que de z  = = 0 ⇔ Ex = E y = 0 .
 ∂x ∂y 
En utilisant l'expression du potentiel V(M) obtenue en (3), on trouve:
1 4ze
EM = + 3
k
4πε 0
(a 2
+z 2 2
)
On vérifie bien que E ( O ) = 0 pour z = 0 .

5. Au point M, le proton de charge +e est soumis à une force électrostatique:


1 4e 2 z
F M =e ⋅E M = 3
k
4πε 0
(a 2
+z )
2 2

6.
Première méthode:
La force électrostatique dérive de l'énergie potentielle Ep , telle que F = −∇Ep . Par conséquent,
42 Exercices d'électrostatique


F =− ⋅ Ep k ⇒ d Ep = − F dz
∂z
Par intégration, on obtient en prenant l'origine de l'énergie potentielle à l'infini:
Ep ( z ) z
1 z dz
∫ dE p = − ∫ F dz = −
4πε 0
4e ∫ 3
0 z =∞
( a2 + z 2 )2
z
z dz
Calcul de l'intégrale I = ∫ 3

( a2 + z 2 ) 2
u
 −1 
u 2 
u
 1 
z
1 du
On pose u = a + z , alors du = 2 ⋅ z dz et I = ∫ 3 = 
2 2
 = − 
2∞ 2 −1   u ∞
u
 2 ∞
1
D'où : I =−
u
1 4e 2
Finalement, on obtient : Ep ( z ) = +
4πε 0 a2 + z 2

Deuxième méthode:
L'énergie potentielle du proton +e placé au point M, s'écrit, par définition:
4
1  1 1 1 1 
V ( M ) = ∑ Vi ( M ) = ⋅ e ⋅ + + + 
i =1 4πε 0 2
 a +z
2
a2 + z 2 a2 + z 2 a2 + z 2 
1 4e
=
4πε 0 a + z2
2

1 4e 2
D’où : E p ( z ) = e ⋅V ( M ) = +
4πε 0 a2 + z2

On retrouve bien le résultat.

7. Le proton aura une position d'équilibre si:

∂Ep 1 4e 2 z
=0 ⇒ − 3
=0 ⇒ z =0
∂z 4πε 0
(a 2
+z )
2 2

La position z = 0 est stable si elle correspond à un minimum de l'énergie potentielle, instable,


si elle correspond à un maximum de l'énergie potentielle.
Les minima de l'énergie potentielle sont caractérisés par une dérivée seconde positive.
Les maxima de l'énergie potentielle sont caractérisés par une dérivée seconde négative:
3. Potentiel et énergie électrostatiques 43

 2 3
3
1

2
∂ Ep
<0 ⇔ −
1 
⋅ 4e 2 ⋅ 
( a + z )
2 2

2
⋅ 2 z 2
⋅ a
2
+z 2 ( ) 2


3
∂z 2 4πε 0  ( a +z 2)
2 
 
 

 2 
1  a + z 2 − 3z 2 
Soit : − ⋅ 4e ⋅ ( a + z )
2 2 2
<0
4πε 0  ( a 2 + z 2 )3 
 
La position z = 0 correspond donc à un équilibre instable du proton.

8. L'énergie potentielle Ep du système de quatre charges ponctuelles, s'écrit:

1 4
Ep = ∑ qi ⋅V ( Pi )
2 i =1

où P1 ,P2 ,P3 et P4 sont les positions des quatre protons de charge +e,
4
et V ( Pi ) = ∑ V j ( Pi ) .
j =1
j ≠i

En raison de la symétrie du système, on trouve:

1  1 1 1 
V ( P1 ) = V ( P2 ) = V ( P3 ) = V ( P4 ) = ⋅e⋅ + + 
4πε 0  a 2 2a a 2 
 1
 2 + ⋅e
1  2 1  1  4+ 2  1  2
= ⋅e⋅ + = ⋅  e ⋅ a ⋅ 2 
 =
4πε 0  a 2 2a  4πε 0  2 2 a  4πε 0 a

Finalement, l'énergie potentielle électrostatique Ep du système est donnée par:

  1 
4   2 +  ⋅ e2 
1 1 1  2
E p = ∑ qiV ( Pi ) =  4 ⋅ 
2 i =1 2  4πε 0 a 
 
 

Soit, Ep =
1 (1 + 2 2 ) ⋅e 2

4πε 0 a

1 4e 2
9. E p ( z ) = e ⋅ V ( M ) = + ,
4πε 0 a2 + z2

1 4e 2
En z = 0, c'est-à-dire au centre du carré, E p ( 0 ) = + ;
4πε 0 a
44 Exercices d'électrostatique

14e 2
On retrouve bien E p ( 0 ) = e ⋅ V ( 0 ) = + (voir la réponse 3).
4πε 0 a
dV
10. V maximum ⇔ = 0 ⇒ Ez = 0 ⇒ z = 0
dz
1 4e
Donc: V max =
4πε 0 a
1 4q ( a − 2z )
2 2
dE z
= = 0 ⇔ a 2 − 2z 2 = 0 ⇒
dz 4πε 0 5
θ0 = π
(a 2 + z 2 ) 2
a 1 4 2q
Pour z =± ,V =
2 4πε 0 a 3
a a
4q 4q
et Ez = ± 2 =± 2
5
 a 2 2 3a  3a 2 
2

4πε 0  a 2 +  4πε 0 ⋅ 
2  2 
 2

2q
Soit Ez = ±
3 3πε 0a 2

Les courbes représentatives de V(z) et de E z ( z ) sont données respectivement par les figures
E14.1 et E14.2.

V(z)
q
π ε0 a
q 2
π ε0 a 3

a a
− O + z
2 2

Fig. E14.1
3. Potentiel et énergie électrostatiques 45

E(z)

2q
3 3πε 0a 2

a a
− O + z
2 2

2q

3 3πε 0a 2

Fig. E14.2

View publication stats