Vous êtes sur la page 1sur 56

La reproduction sexuée. Q.C.M.

Question 1.
Parmi les affirmations suivantes, indiquer celles qui sont exactes :

A- Au cours d’un cycle sexuel physiologique, le nombre de jours pendant


lesquels l’ovaire sécrète de la progestérone est supérieur au nombre de jours pendant
lesquels l’ovaire fabrique de l’oestradiol.

B- Au cours d’un cycle sexuel physiologique, les pics de concentration


plasmatique d’hormone lutéinisante et folliculostimulante sont décalés d’environ 10
jours.

C- Il existe des sujets de sexe féminin qui physiologiquement présentent des


cycles sexuels durant toute leur vie.

D- Au plus 4 hormones sont impliquées dans le déterminisme du cycle sexuel


féminin physiologique.

E- La réponse du système hypothalamo-hypophysaire féminin à l’administration


d’oestradiol dépend des conditions d’administration.

Question 2.
Quelle est l’affirmation exacte concernant la reproduction d’une femme adulte bien
portante âgée de 30 ans ? Bonsoir

A- La gonadolibérine est essentiellement sécrétée par l’ovaire.

B- L’hormone folliculostimulante est normalement sécrétée par la thèque interne


de l’ovaire.

C- En phase folliculaire, les sécrétions du corps jaune agissent par rétroaction


négative sur l’hypophyse.

D- En phase lutéale, la progestérone n’a aucune action sur l’épithélium vaginal.

E- En phase lutéale, l’action synergique des oestrogènes et de la progestérone


est nécessaire au processus de dentellisation de la muqueuse utérine.

Question 3.
Indiquer les affirmations exactes.
Chez la femme.

1- L’entrée en croissance de la cohorte des follicules primordiaux dépend des


hormones gonadotropes.

2- L’entrée en croissance de la cohorte des follicules cavitaires est indépendante


des hormones gonadotropes.

3- La croissance des follicules primordiaux jusqu’au stade préantral débute à


tout moment du cycle menstruel.

4- La croissance des follicules primordiaux jusqu’au stade préantal ne démarre


qu’en début de phase lutéale.

5- Seuls les follicules préantraux qui démarrent leur croissance en début de


phase lutéale deviendront des follicules privilégiés.

6- Le follicule dominant est sélectionné parmi les follicules privilégiés vers le


6ème jour du cycle.

Question 4.
Indiquer les affirmations exactes :

La fécondation.

A- Lors d’un cycle ovarien, deux ovocytes II peuvent être fécondés par deux
spermatozoïdes différents.

B- Chez la femme, un ovocyte II peut être fécondé par deux spermatozoïdes.

C- Deux faux jumeaux résultent de la fécondation de deux ovocytes II différents.

D- De vrais jumeaux résultent de la fécondation d’un ovocyte II par un seul


spermatozoïde.

E- Le contenu des granules corticaux se déverse dans l’espace périovocytaire


après l’expulsion du deuxième globule polaire.

Question 5.
Indiquer la proposition fausse :
Les oestrogènes sont responsables :

A- de l’augmentation du tonus et de la contractilité du myomètre utérin.

B- d’une diminution du tonus et de la contractilité du myomètre utérin.

C- de la contractilité de la paroi des trompes utérines.

D- du développement des canaux galactophores.

E- de la croissance des organes génitaux externes, de l’utérus, du vagin, des


trompes et de la pilosité.

Question 6.
Retrouver la ou les affirmation(s) inexacte(s)

Chez une femme en période de fécondité, l’ovaire :

A- possède des follicules contenant des ovocytes.

B- fonctionne de façon cyclique.

C- est le lieu de la fécondation.

D- est une glande endocrine.

Question 7.
Indiquer la ou les affirmation(s) inexacte(s)

Les oestrogènes.

A- sont sécrétés par l’hypophyse.

B- agissent sur l’endomètre.

C- modifient la glaire cervicale.

D- sont sécrétés de manière pulsatile.


Question 8.
Retrouver la seule proposition exacte ou la seule proposition inexacte.

A- le taux d’oestrogènes reste très faible pendant la grossesse.

B- les ovaires sécrètent très tôt, 7 jours après la fécondation, l’HCG.

C- l’œuf au 34° jour n’est pas encore au stade blastocyste.

D- un test immunologique peut mettre en évidence, à la date présumée des règles,


l’HCG.

E- la Pg empêche le « silence utérin » de se mettre en place.

Question 9.
Retrouver la seule proposition exacte ou la seule proposition inexacte.

A propos de l’HCG :

A- son organe-cible est le corps jaune.

B- elle est sécrétée dès la nidation par le trophoblaste.

C- un vaccin anti6HCG serait un vaccin anti-grossesse.

D- c’est «’équivalent d’une LH.

E- c’est une hormone stéroïde.

Question 10.
Indiquer les affirmations exactes.

Les affirmations suivantes concernent une femme pubère, non ménopausée et non
enceinte.

A- l’ovulation est l’ évènement central du cycle ovarien chez la femme. Elle a


lieu en règle générale le quatorzième jour du cycle menstruel.

B- l’ovaire est un organe ovoïde suspendu dans la cavité abdominale dont


l’observation microscopique de coupes peut montrer plusieurs ovocytes entourés
d’une ou plusieurs couches cellulaires.
C- la rupture du follicule mûr provoque la libération d’une cellule qui sera
transmise vers les trompes par l’utérus.

D- le corps jaune est une structure cellulaire composée d’un ovocyte non ovulé
entouré de cellules folliculaires très riches en lipides.

Question 11.

Indiquer les affirmations exactes.

La régulation du taux des hormones sexuelles femelles :

A- est fondée sur un système de rétrocontrôles positifs et négatifs entre les


ovaires et les organes génitaux.

B- permet d’obtenir des conditions favorables à la fécondation et à la nidation.

C- fait intervenir des mécanismes nerveux et hormonaux.

D- est un mécanisme qui s’arrête à la ménopause.

Question 12.
Indiquer les affirmations exactes.

Au cours de la phase folliculaire de l’ovaire d’une femme de 30 ans non enceinte :

A- plusieurs follicules se développent.

B- un corps jaune commence sa maturation.

C- la muqueuse utérine s’épaissit après avoir subi une détérioration.

D- on constate des saignements utérins.

Question 13.

Indiquer la proposition exacte.


. L’ovulation est déclenchée à la fin du cycle menstruel.

. Il y a une chute brutale du taux des hormones ovariennes dans les derniers jours du
cycle.

A- les deux informations sont justes mais n’ont pas de relation de cause à effet.

B- les deux informations sont justes et ont une relation de cause à effet.

C- les deux informations sont fausses.

D- une des deux affirmations est juste, l’autre est fausse.

Question 14.
Indiquer la proposition exacte.

. Les variations cycliques des hormones ovariennes contrôlent les


cycles utérins.

. L’utérus possède des cellules ayant des récepteurs aux hormones


ovariennes.

A- les deux informations sont justes mais n’ont pas de relation de cause à effet.

B- les deux informations sont justes et ont une relation de cause à effet.

C- les deux informations sont fausses.

D- une de deux affirmations est juste, l’autre est fausse.

Question 15.

Indiquer la ou les affirmation(s) exacte(s).

Dans les ovaires d’une fille non pubère, on peut trouver dans la zone corticale :
A- des follicules primordiaux.

B- les restes d’un corps jaune.

C- au plus une dizaine de follicules cavitaires.

D- aucun follicule

E- un unique follicule mûr de De Graff.

F- des follicules primaires.

Question 16.

Indiquer la proposition exacte.

Le rétrocontrôle positif existant à un moment du cycle menstruel :

A- est dû à un pic de LH.

B- explique en partie le déclenchement de l’ovulation.

C- s’explique par un taux peu élevé d’oestradiol en fin de phase folliculaire.

D- s’explique par l’action de la progestérone sur les cellules anté-hypophysaires.

E- réside dans la stimulation des cellules anté-hypophysaires à LH par


l’oestradiol.

F- explique en partie les menstruations.

Question 17.

Indiquer les propositions inexactes.

La LH hypophysaire a pour cible :


1- Les cellules de la muqueuse utérine.

2- Les cellules folliculaires d’un follicule primordial.

3- Les cellules de la granulosa d’un follicule mûr.

4- Les cellules du myomètre.

5- Les neurones hypothalamiques

6- Certaines cellules de l’antéhypophyse.

7- Les cellules glandulaires du col de l’utérus sécrétrices de la glaire cervicale.

Question 18.

Indiquer les propositions exactes.

La FSH hypophysaire a pour cible :

1- Les cellules de la muqueuse utérine.

2- Les cellules lutéiniques d’un follicule primordial.

3- Les cellules de la granulosa d’un follicule mûr.

4- Les cellules du myomètre.

5- Les neurones hypothalamiques.

6- Certaines cellules de l’antéhypophyse.

Question 19.

Indiquer les propositions exactes.

Les oestrogènes ont pour cible :


1- Les cellules de l’endomètre.

2- Les cellules folliculaires de la granulosa.

3- Certaines cellules antéhypophysaires.

4- Les cellules glandulaires du col de l’utérus sécrétrices de la glaire cervicale.

5- Les cellules des thèques du follicule mûr.

6- Les neurones hypothalamiques sécréteurs de la FSH

Question 20.

Indiquer les affirmations exactes.

La GnRH :

1- est une gonadostimuline.

2- est libérée dans la circulation antéhypophysaire.

3- stimule la production de FSH et de LH.

4- est libérée sous forme de pulses dont la fréquence varie au cours du cycle
menstruel.

5- est sécrétée par des neurones hypophysaires.

6- stimule directement la croissance des follicules ovariens.

7- est une neurohormone.

8- a pour cible les cellules du follicule ovarien en cours de maturation.

Question 21.

Indiquer les propositions inexactes.


La progestérone est une molécule :

A- Qui stimule la folliculogenèse.

B- Qui ne présente aucun intérêt dans la contraception féminine.

C- Qui stimule le complexe hypothalomo-hypophysaire en fin de période


folliculaire.

D- Qui est sécrétée par le corps jaune.

E- Qui déclenche l’ovulation.

Question 22.

Voici une liste d’événements physiologiques que l’on pourrait observer chez une
femelle de mammifère pubère, c'est-à-dire sexuellement mature :

A- Maturation d’un follicule cavitaire en un follicule mûr de De Graff.

B- Développement d’un follicule primaire en un follicule secondaire avec


apparition des thèques externe et interne.

C- Régénération donc épaississement de l’endomètre par multiplications


cellulaires.

D- Dégénérescence du corps jaune .

E- Libération pulsatile de GnRH avec augmentation de la fréquence et de


l’amplitude des pulses.

F- Dentellisation de l’endomètre avec spiralisation des vaisseaux sanguins.

1- Quels sont les événements caractéristiques de la phase lutéale ?

2- Quel événement est en partie responsable du déclenchement des


menstruations ?

3- Quels événements interviennent en période ovulatoire ?


4- Quels événements sont soumis à l’action des gonadostimulines ?

5- Quels événements sont directement soumis à l’action des hormones


ovariennes ?

6- Quel événement permettra une action efficace des gonadostimulines sur leurs
cellules cibles et un accroissement significatif du taux d’oestrogènes ?

CORRECTION DES Q.C.M.

Question 1 : E Question 2 : E
Question 3 : 2-4-6

Question 4 : A-B-C-D Question 5 : B


Question 6 : C

Question 7 : A-D Question 8 : D (vraie) Question


9 : E (fausse)

Question 10 : A-B Question 11 : B-C-D Question


12 : A-C-D

Question 13 : D Question 14 : B
Question 15 : A
Question 16 : B Question 17 : 1-2-4-5-6-7 Question
18 : 3

Question 19 : 1-3-4 Question 20 : 2-3-4-7 Question


21 : A-B-C-D

Question 22 : 1 D-F

2 D

3 A-C-E

4 A-B-D

5 C-E-F

6 E

La reproduction sexuée. Q.C.M.

Question 1.

La reproduction sexuée. Q.C.M.

Question 1.

Parmi les affirmations suivantes, indiquer celles qui sont exactes :


A- Au cours d’un cycle sexuel physiologique, le nombre de jours pendant
lesquels l’ovaire sécrète de la progestérone est supérieur au nombre de jours pendant
lesquels l’ovaire fabrique de l’oestradiol.

B- Au cours d’un cycle sexuel physiologique, les pics de concentration


plasmatique d’hormone lutéinisante et folliculostimulante sont décalés d’environ 10
jours.

C- Il existe des sujets de sexe féminin qui physiologiquement présentent des


cycles sexuels durant toute leur vie.

D- Au plus 4 hormones sont impliquées dans le déterminisme du cycle sexuel


féminin physiologique.

E- La réponse du système hypothalamo-hypophysaire féminin à l’administration


d’oestradiol dépend des conditions d’administration.

Question 2.

Quelle est l’affirmation exacte concernant la reproduction d’une femme adulte bien
portante âgée de 30 ans ?

A- La gonadolibérine est essentiellement sécrétée par l’ovaire.

B- L’hormone folliculostimulante est normalement sécrétée par la thèque interne


de l’ovaire.

C- En phase folliculaire, les sécrétions du corps jaune agissent par rétroaction


négative sur l’hypophyse.

D- En phase lutéale, la progestérone n’a aucune action sur l’épithélium vaginal.

E- En phase lutéale, l’action synergique des oestrogènes et de la progestérone


est nécessaire au processus de dentellisation de la muqueuse utérine.
Question 3.

Indiquer les affirmations exactes.

Chez la femme.

1- L’entrée en croissance de la cohorte des follicules primordiaux dépend des


hormones gonadotropes.

2- L’entrée en croissance de la cohorte des follicules cavitaires est indépendante


des hormones gonadotropes.

3- La croissance des follicules primordiaux jusqu’au stade préantral débute à


tout moment du cycle menstruel.

4- La croissance des follicules primordiaux jusqu’au stade préantal ne démarre


qu’en début de phase lutéale.

5- Seuls les follicules préantraux qui démarrent leur croissance en début de


phase lutéale deviendront des follicules privilégiés.

6- Le follicule dominant est sélectionné parmi les follicules privilégiés vers le


6ème jour du cycle.

Question 4.

Indiquer les affirmations exactes :

La fécondation.

A- Lors d’un cycle ovarien, deux ovocytes II peuvent être fécondés par deux
spermatozoïdes différents.
B- Chez la femme, un ovocyte II peut être fécondé par deux spermatozoïdes.

C- Deux faux jumeaux résultent de la fécondation de deux ovocytes II différents.

D- De vrais jumeaux résultent de la fécondation d’un ovocyte II par un seul


spermatozoïde.

E- Le contenu des granules corticaux se déverse dans l’espace périovocytaire


après l’expulsion du deuxième globule polaire.

Question 5.

Indiquer la proposition fausse :

Les oestrogènes sont responsables :

A- de l’augmentation du tonus et de la contractilité du myomètre utérin.

B- d’une diminution du tonus et de la contractilité du myomètre utérin.

C- de la contractilité de la paroi des trompes utérines.

D- du développement des canaux galactophores.

E- de la croissance des organes génitaux externes, de l’utérus, du vagin, des


trompes et de la pilosité.

Question 6.

Retrouver la ou les affirmation(s) inexacte(s)


Chez une femme en période de fécondité, l’ovaire :

A- possède des follicules contenant des ovocytes.

B- fonctionne de façon cyclique.

C- est le lieu de la fécondation.

D- est une glande endocrine.

Question 7.

Indiquer la ou les affirmation(s) inexacte(s)

Les oestrogènes.

A- sont sécrétés par l’hypophyse.

B- agissent sur l’endomètre.

C- modifient la glaire cervicale.

D- sont sécrétés de manière pulsatile.

Question 8.

Retrouver la seule proposition exacte ou la seule proposition inexacte.


A- le taux d’oestrogènes reste très faible pendant la grossesse.

B- les ovaires sécrètent très tôt, 7 jours après la fécondation, l’HCG.

C- l’œuf au 34° jour n’est pas encore au stade blastocyste.

D- un test immunologique peut mettre en évidence, à la date présumée des règles,


l’HCG.

E- la Pg empêche le « silence utérin » de se mettre en place.

Question 9.

Retrouver la seule proposition exacte ou la seule proposition inexacte.

A propos de l’HCG :

A- son organe-cible est le corps jaune.

B- elle est sécrétée dès la nidation par le trophoblaste.

C- un vaccin anti6HCG serait un vaccin anti-grossesse.

D- c’est «’équivalent d’une LH.

E- c’est une hormone stéroïde.

Question 10.
Indiquer les affirmations exactes.

Les affirmations suivantes concernent une femme pubère, non ménopausée et non
enceinte.

A- l’ovulation est l’ évènement central du cycle ovarien chez la femme. Elle a


lieu en règle générale le quatorzième jour du cycle menstruel.

B- l’ovaire est un organe ovoïde suspendu dans la cavité abdominale dont


l’observation microscopique de coupes peut montrer plusieurs ovocytes entourés
d’une ou plusieurs couches cellulaires.

C- la rupture du follicule mûr provoque la libération d’une cellule qui sera


transmise vers les trompes par l’utérus.

D- le corps jaune est une structure cellulaire composée d’un ovocyte non ovulé
entouré de cellules folliculaires très riches en lipides.

Question 11.

Indiquer les affirmations exactes.

La régulation du taux des hormones sexuelles femelles :

A- est fondée sur un système de rétrocontrôles positifs et négatifs entre les


ovaires et les organes génitaux.

B- permet d’obtenir des conditions favorables à la fécondation et à la nidation.

C- fait intervenir des mécanismes nerveux et hormonaux.

D- est un mécanisme qui s’arrête à la ménopause.


Question 12.

Indiquer les affirmations exactes.

Au cours de la phase folliculaire de l’ovaire d’une femme de 30 ans non enceinte :

A- plusieurs follicules se développent.

B- un corps jaune commence sa maturation.

C- la muqueuse utérine s’épaissit après avoir subi une détérioration.

D- on constate des saignements utérins.

Question 13.

Indiquer la proposition exacte.

. L’ovulation est déclenchée à la fin du cycle menstruel.

. Il y a une chute brutale du taux des hormones ovariennes dans les derniers jours du
cycle.

A- les deux informations sont justes mais n’ont pas de relation de cause à effet.

B- les deux informations sont justes et ont une relation de cause à effet.

C- les deux informations sont fausses.


D- une des deux affirmations est juste, l’autre est fausse.

Question 14.

Indiquer la proposition exacte.

. Les variations cycliques des hormones ovariennes contrôlent les


cycles utérins.

. L’utérus possède des cellules ayant des récepteurs aux hormones


ovariennes.

A- les deux informations sont justes mais n’ont pas de relation de cause à effet.

B- les deux informations sont justes et ont une relation de cause à effet.

C- les deux informations sont fausses.

D- une de deux affirmations est juste, l’autre est fausse.

Question 15.

Indiquer la ou les affirmation(s) exacte(s).

Dans les ovaires d’une fille non pubère, on peut trouver dans la zone corticale :

A- des follicules primordiaux.


B- les restes d’un corps jaune.

C- au plus une dizaine de follicules cavitaires.

D- aucun follicule

E- un unique follicule mûr de De Graff.

F- des follicules primaires.

Question 16.

Indiquer la proposition exacte.

Le rétrocontrôle positif existant à un moment du cycle menstruel :

A- est dû à un pic de LH.

B- explique en partie le déclenchement de l’ovulation.

C- s’explique par un taux peu élevé d’oestradiol en fin de phase folliculaire.

D- s’explique par l’action de la progestérone sur les cellules anté-hypophysaires.

E- réside dans la stimulation des cellules anté-hypophysaires à LH par


l’oestradiol.

F- explique en partie les menstruations.

Question 17.
Indiquer les propositions inexactes.

La LH hypophysaire a pour cible :

1- Les cellules de la muqueuse utérine.

2- Les cellules folliculaires d’un follicule primordial.

3- Les cellules de la granulosa d’un follicule mûr.

4- Les cellules du myomètre.

5- Les neurones hypothalamiques

6- Certaines cellules de l’antéhypophyse.

7- Les cellules glandulaires du col de l’utérus sécrétrices de la glaire cervicale.

Question 18.

Indiquer les propositions exactes.

La FSH hypophysaire a pour cible :

1- Les cellules de la muqueuse utérine.

2- Les cellules lutéiniques d’un follicule primordial.

3- Les cellules de la granulosa d’un follicule mûr.

4- Les cellules du myomètre.

5- Les neurones hypothalamiques.

6- Certaines cellules de l’antéhypophyse.


Question 19.

Indiquer les propositions exactes.

Les oestrogènes ont pour cible :

1- Les cellules de l’endomètre.

2- Les cellules folliculaires de la granulosa.

3- Certaines cellules antéhypophysaires.

4- Les cellules glandulaires du col de l’utérus sécrétrices de la glaire cervicale.

5- Les cellules des thèques du follicule mûr.

6- Les neurones hypothalamiques sécréteurs de la FSH

Question 20.

Indiquer les affirmations exactes.

La GnRH :

1- est une gonadostimuline.

2- est libérée dans la circulation antéhypophysaire.


3- stimule la production de FSH et de LH.

4- est libérée sous forme de pulses dont la fréquence varie au cours du cycle
menstruel.

5- est sécrétée par des neurones hypophysaires.

6- stimule directement la croissance des follicules ovariens.

7- est une neurohormone.

8- a pour cible les cellules du follicule ovarien en cours de maturation.

Question 21.

Indiquer les propositions inexactes.

La progestérone est une molécule :

A- Qui stimule la folliculogenèse.

B- Qui ne présente aucun intérêt dans la contraception féminine.

C- Qui stimule le complexe hypothalomo-hypophysaire en fin de période


folliculaire.

D- Qui est sécrétée par le corps jaune.

E- Qui déclenche l’ovulation.

Question 22.

Voici une liste d’événements physiologiques que l’on pourrait observer chez une
femelle de mammifère pubère, c'est-à-dire sexuellement mature :

A- Maturation d’un follicule cavitaire en un follicule mûr de De Graff.


B- Développement d’un follicule primaire en un follicule secondaire avec
apparition des thèques externe et interne.

C- Régénération donc épaississement de l’endomètre par multiplications


cellulaires.

D- Dégénérescence du corps jaune .

E- Libération pulsatile de GnRH avec augmentation de la fréquence et de


l’amplitude des pulses.

F- Dentellisation de l’endomètre avec spiralisation des vaisseaux sanguins.

1- Quels sont les événements caractéristiques de la phase lutéale ?

2- Quel événement est en partie responsable du déclenchement des


menstruations ?

3- Quels événements interviennent en période ovulatoire ?

4- Quels événements sont soumis à l’action des gonadostimulines ?

5- Quels événements sont directement soumis à l’action des hormones


ovariennes ?

6- Quel événement permettra une action efficace des gonadostimulines sur leurs
cellules cibles et un accroissement significatif du taux d’oestrogènes ?

CORRECTION DES Q.C.M.


Question 1 : E Question 2 : E
Question 3 : 2-4-6

Question 4 : A-B-C-D Question 5 : B


Question 6 : C

Question 7 : A-D Question 8 : D (vraie) Question


9 : E (fausse)

Question 10 : A-B Question 11 : B-C-D Question


12 : A-C-D

Question 13 : D Question 14 : B
Question 15 : A

Question 16 : B Question 17 : 1-2-4-5-6-7 Question


18 : 3

Question 19 : 1-3-4 Question 20 : 2-3-4-7 Question


21 : A-B-C-D

Question 22 : 1 D-F

2 D

3 A-C-E
4 A-B-D

5 C-E-F

6 E

La reproduction sexuée. Q.C.M.

La reproduction sexuée. Q.C.M.

Question 1.

Parmi les affirmations suivantes, indiquer celles qui sont exactes :

A- Au cours d’un cycle sexuel physiologique, le nombre de jours pendant


lesquels l’ovaire sécrète de la progestérone est supérieur au nombre de jours pendant
lesquels l’ovaire fabrique de l’oestradiol.

B- Au cours d’un cycle sexuel physiologique, les pics de concentration


plasmatique d’hormone lutéinisante et folliculostimulante sont décalés d’environ 10
jours.

C- Il existe des sujets de sexe féminin qui physiologiquement présentent des


cycles sexuels durant toute leur vie.

D- Au plus 4 hormones sont impliquées dans le déterminisme du cycle sexuel


féminin physiologique.

E- La réponse du système hypothalamo-hypophysaire féminin à l’administration


d’oestradiol dépend des conditions d’administration.
Question 2.

Quelle est l’affirmation exacte concernant la reproduction d’une femme adulte bien
portante âgée de 30 ans ?

A- La gonadolibérine est essentiellement sécrétée par l’ovaire.

B- L’hormone folliculostimulante est normalement sécrétée par la thèque interne


de l’ovaire.

C- En phase folliculaire, les sécrétions du corps jaune agissent par rétroaction


négative sur l’hypophyse.

D- En phase lutéale, la progestérone n’a aucune action sur l’épithélium vaginal.

E- En phase lutéale, l’action synergique des oestrogènes et de la progestérone


est nécessaire au processus de dentellisation de la muqueuse utérine.

Question 3.

Indiquer les affirmations exactes.

Chez la femme.

1- L’entrée en croissance de la cohorte des follicules primordiaux dépend des


hormones gonadotropes.

2- L’entrée en croissance de la cohorte des follicules cavitaires est indépendante


des hormones gonadotropes.

3- La croissance des follicules primordiaux jusqu’au stade préantral débute à


tout moment du cycle menstruel.

4- La croissance des follicules primordiaux jusqu’au stade préantal ne démarre


qu’en début de phase lutéale.

5- Seuls les follicules préantraux qui démarrent leur croissance en début de


phase lutéale deviendront des follicules privilégiés.
6- Le follicule dominant est sélectionné parmi les follicules privilégiés vers le
6ème jour du cycle.

Question 4.

Indiquer les affirmations exactes :

La fécondation.

A- Lors d’un cycle ovarien, deux ovocytes II peuvent être fécondés par deux
spermatozoïdes différents.

B- Chez la femme, un ovocyte II peut être fécondé par deux spermatozoïdes.

C- Deux faux jumeaux résultent de la fécondation de deux ovocytes II différents.

D- De vrais jumeaux résultent de la fécondation d’un ovocyte II par un seul


spermatozoïde.

E- Le contenu des granules corticaux se déverse dans l’espace périovocytaire


après l’expulsion du deuxième globule polaire.

Question 5.

Indiquer la proposition fausse :

Les oestrogènes sont responsables :


A- de l’augmentation du tonus et de la contractilité du myomètre utérin.

B- d’une diminution du tonus et de la contractilité du myomètre utérin.

C- de la contractilité de la paroi des trompes utérines.

D- du développement des canaux galactophores.

E- de la croissance des organes génitaux externes, de l’utérus, du vagin, des


trompes et de la pilosité.

Question 6.

Retrouver la ou les affirmation(s) inexacte(s)

Chez une femme en période de fécondité, l’ovaire :

A- possède des follicules contenant des ovocytes.

B- fonctionne de façon cyclique.

C- est le lieu de la fécondation.

D- est une glande endocrine.

Question 7.

Indiquer la ou les affirmation(s) inexacte(s)


Les oestrogènes.

A- sont sécrétés par l’hypophyse.

B- agissent sur l’endomètre.

C- modifient la glaire cervicale.

D- sont sécrétés de manière pulsatile.

Question 8.

Retrouver la seule proposition exacte ou la seule proposition inexacte.

A- le taux d’oestrogènes reste très faible pendant la grossesse.

B- les ovaires sécrètent très tôt, 7 jours après la fécondation, l’HCG.

C- l’œuf au 34° jour n’est pas encore au stade blastocyste.

D- un test immunologique peut mettre en évidence, à la date présumée des règles,


l’HCG.

E- la Pg empêche le « silence utérin » de se mettre en place.

Question 9.

Retrouver la seule proposition exacte ou la seule proposition inexacte.


A propos de l’HCG :

A- son organe-cible est le corps jaune.

B- elle est sécrétée dès la nidation par le trophoblaste.

C- un vaccin anti6HCG serait un vaccin anti-grossesse.

D- c’est «’équivalent d’une LH.

E- c’est une hormone stéroïde.

Question 10.

Indiquer les affirmations exactes.

Les affirmations suivantes concernent une femme pubère, non ménopausée et non
enceinte.

A- l’ovulation est l’ évènement central du cycle ovarien chez la femme. Elle a


lieu en règle générale le quatorzième jour du cycle menstruel.

B- l’ovaire est un organe ovoïde suspendu dans la cavité abdominale dont


l’observation microscopique de coupes peut montrer plusieurs ovocytes entourés
d’une ou plusieurs couches cellulaires.

C- la rupture du follicule mûr provoque la libération d’une cellule qui sera


transmise vers les trompes par l’utérus.

D- le corps jaune est une structure cellulaire composée d’un ovocyte non ovulé
entouré de cellules folliculaires très riches en lipides.
Question 11.

Indiquer les affirmations exactes.

La régulation du taux des hormones sexuelles femelles :

A- est fondée sur un système de rétrocontrôles positifs et négatifs entre les


ovaires et les organes génitaux.

B- permet d’obtenir des conditions favorables à la fécondation et à la nidation.

C- fait intervenir des mécanismes nerveux et hormonaux.

D- est un mécanisme qui s’arrête à la ménopause.

Question 12.

Indiquer les affirmations exactes.

Au cours de la phase folliculaire de l’ovaire d’une femme de 30 ans non enceinte :

A- plusieurs follicules se développent.

B- un corps jaune commence sa maturation.

C- la muqueuse utérine s’épaissit après avoir subi une détérioration.

D- on constate des saignements utérins.


Question 13.

Indiquer la proposition exacte.

. L’ovulation est déclenchée à la fin du cycle menstruel.

. Il y a une chute brutale du taux des hormones ovariennes dans les derniers jours du
cycle.

A- les deux informations sont justes mais n’ont pas de relation de cause à effet.

B- les deux informations sont justes et ont une relation de cause à effet.

C- les deux informations sont fausses.

D- une des deux affirmations est juste, l’autre est fausse.

Question 14.

Indiquer la proposition exacte.

. Les variations cycliques des hormones ovariennes contrôlent les


cycles utérins.

. L’utérus possède des cellules ayant des récepteurs aux hormones


ovariennes.

A- les deux informations sont justes mais n’ont pas de relation de cause à effet.
B- les deux informations sont justes et ont une relation de cause à effet.

C- les deux informations sont fausses.

D- une de deux affirmations est juste, l’autre est fausse.

Question 15.

Indiquer la ou les affirmation(s) exacte(s).

Dans les ovaires d’une fille non pubère, on peut trouver dans la zone corticale :

A- des follicules primordiaux.

B- les restes d’un corps jaune.

C- au plus une dizaine de follicules cavitaires.

D- aucun follicule

E- un unique follicule mûr de De Graff.

F- des follicules primaires.

Question 16.

Indiquer la proposition exacte.


Le rétrocontrôle positif existant à un moment du cycle menstruel :

A- est dû à un pic de LH.

B- explique en partie le déclenchement de l’ovulation.

C- s’explique par un taux peu élevé d’oestradiol en fin de phase folliculaire.

D- s’explique par l’action de la progestérone sur les cellules anté-hypophysaires.

E- réside dans la stimulation des cellules anté-hypophysaires à LH par


l’oestradiol.

F- explique en partie les menstruations.

Question 17.

Indiquer les propositions inexactes.

La LH hypophysaire a pour cible :

1- Les cellules de la muqueuse utérine.

2- Les cellules folliculaires d’un follicule primordial.

3- Les cellules de la granulosa d’un follicule mûr.

4- Les cellules du myomètre.

5- Les neurones hypothalamiques

6- Certaines cellules de l’antéhypophyse.

7- Les cellules glandulaires du col de l’utérus sécrétrices de la glaire cervicale.


Question 18.

Indiquer les propositions exactes.

La FSH hypophysaire a pour cible :

1- Les cellules de la muqueuse utérine.

2- Les cellules lutéiniques d’un follicule primordial.

3- Les cellules de la granulosa d’un follicule mûr.

4- Les cellules du myomètre.

5- Les neurones hypothalamiques.

6- Certaines cellules de l’antéhypophyse.

Question 19.

Indiquer les propositions exactes.

Les oestrogènes ont pour cible :

1- Les cellules de l’endomètre.

2- Les cellules folliculaires de la granulosa.

3- Certaines cellules antéhypophysaires.

4- Les cellules glandulaires du col de l’utérus sécrétrices de la glaire cervicale.

5- Les cellules des thèques du follicule mûr.

6- Les neurones hypothalamiques sécréteurs de la FSH


Question 20.

Indiquer les affirmations exactes.

La GnRH :

1- est une gonadostimuline.

2- est libérée dans la circulation antéhypophysaire.

3- stimule la production de FSH et de LH.

4- est libérée sous forme de pulses dont la fréquence varie au cours du cycle
menstruel.

5- est sécrétée par des neurones hypophysaires.

6- stimule directement la croissance des follicules ovariens.

7- est une neurohormone.

8- a pour cible les cellules du follicule ovarien en cours de maturation.

Question 21.

Indiquer les propositions inexactes.

La progestérone est une molécule :


A- Qui stimule la folliculogenèse.

B- Qui ne présente aucun intérêt dans la contraception féminine.

C- Qui stimule le complexe hypothalomo-hypophysaire en fin de période


folliculaire.

D- Qui est sécrétée par le corps jaune.

E- Qui déclenche l’ovulation.

Question 22.

Voici une liste d’événements physiologiques que l’on pourrait observer chez une
femelle de mammifère pubère, c'est-à-dire sexuellement mature :

A- Maturation d’un follicule cavitaire en un follicule mûr de De Graff.

B- Développement d’un follicule primaire en un follicule secondaire avec


apparition des thèques externe et interne.

C- Régénération donc épaississement de l’endomètre par multiplications


cellulaires.

D- Dégénérescence du corps jaune .

E- Libération pulsatile de GnRH avec augmentation de la fréquence et de


l’amplitude des pulses.

F- Dentellisation de l’endomètre avec spiralisation des vaisseaux sanguins.

1- Quels sont les événements caractéristiques de la phase lutéale ?

2- Quel événement est en partie responsable du déclenchement des


menstruations ?

3- Quels événements interviennent en période ovulatoire ?


4- Quels événements sont soumis à l’action des gonadostimulines ?

5- Quels événements sont directement soumis à l’action des hormones


ovariennes ?

6- Quel événement permettra une action efficace des gonadostimulines sur leurs
cellules cibles et un accroissement significatif du taux d’oestrogènes ?

CORRECTION DES Q.C.M.

Question 1 : E Question 2 : E
Question 3 : 2-4-6

Question 4 : A-B-C-D Question 5 : B


Question 6 : C

Question 7 : A-D Question 8 : D (vraie) Question


9 : E (fausse)

Question 10 : A-B Question 11 : B-C-D Question


12 : A-C-D
Question 13 : D Question 14 : B
Question 15 : A

Question 16 : B Question 17 : 1-2-4-5-6-7 Question


18 : 3

Question 19 : 1-3-4 Question 20 : 2-3-4-7 Question


21 : A-B-C-D

Question 22 : 1 D-F

2 D

3 A-C-E

4 A-B-D

5 C-E-F

6 E

La reproduction sexuée. Q.C.M.

Question 1.

La reproduction sexuée. Q.C.M.


Question 1.

Parmi les affirmations suivantes, indiquer celles qui sont exactes :

A- Au cours d’un cycle sexuel physiologique, le nombre de jours pendant


lesquels l’ovaire sécrète de la progestérone est supérieur au nombre de jours pendant
lesquels l’ovaire fabrique de l’oestradiol.

B- Au cours d’un cycle sexuel physiologique, les pics de concentration


plasmatique d’hormone lutéinisante et folliculostimulante sont décalés d’environ 10
jours.

C- Il existe des sujets de sexe féminin qui physiologiquement présentent des


cycles sexuels durant toute leur vie.

D- Au plus 4 hormones sont impliquées dans le déterminisme du cycle sexuel


féminin physiologique.

E- La réponse du système hypothalamo-hypophysaire féminin à l’administration


d’oestradiol dépend des conditions d’administration.

Question 2.

Quelle est l’affirmation exacte concernant la reproduction d’une femme adulte bien
portante âgée de 30 ans ?

A- La gonadolibérine est essentiellement sécrétée par l’ovaire.

B- L’hormone folliculostimulante est normalement sécrétée par la thèque interne


de l’ovaire.

C- En phase folliculaire, les sécrétions du corps jaune agissent par rétroaction


négative sur l’hypophyse.
D- En phase lutéale, la progestérone n’a aucune action sur l’épithélium vaginal.

E- En phase lutéale, l’action synergique des oestrogènes et de la progestérone


est nécessaire au processus de dentellisation de la muqueuse utérine.

Question 3.

Indiquer les affirmations exactes.

Chez la femme.

1- L’entrée en croissance de la cohorte des follicules primordiaux dépend des


hormones gonadotropes.

2- L’entrée en croissance de la cohorte des follicules cavitaires est indépendante


des hormones gonadotropes.

3- La croissance des follicules primordiaux jusqu’au stade préantral débute à


tout moment du cycle menstruel.

4- La croissance des follicules primordiaux jusqu’au stade préantal ne démarre


qu’en début de phase lutéale.

5- Seuls les follicules préantraux qui démarrent leur croissance en début de


phase lutéale deviendront des follicules privilégiés.

6- Le follicule dominant est sélectionné parmi les follicules privilégiés vers le


6ème jour du cycle.

Question 4.

Indiquer les affirmations exactes :

La fécondation.
A- Lors d’un cycle ovarien, deux ovocytes II peuvent être fécondés par deux
spermatozoïdes différents.

B- Chez la femme, un ovocyte II peut être fécondé par deux spermatozoïdes.

C- Deux faux jumeaux résultent de la fécondation de deux ovocytes II différents.

D- De vrais jumeaux résultent de la fécondation d’un ovocyte II par un seul


spermatozoïde.

E- Le contenu des granules corticaux se déverse dans l’espace périovocytaire


après l’expulsion du deuxième globule polaire.

Question 5.

Indiquer la proposition fausse :

Les oestrogènes sont responsables :

A- de l’augmentation du tonus et de la contractilité du myomètre utérin.

B- d’une diminution du tonus et de la contractilité du myomètre utérin.

C- de la contractilité de la paroi des trompes utérines.

D- du développement des canaux galactophores.

E- de la croissance des organes génitaux externes, de l’utérus, du vagin, des


trompes et de la pilosité.

Question 6.
Retrouver la ou les affirmation(s) inexacte(s)

Chez une femme en période de fécondité, l’ovaire :

A- possède des follicules contenant des ovocytes.

B- fonctionne de façon cyclique.

C- est le lieu de la fécondation.

D- est une glande endocrine.

Question 7.

Indiquer la ou les affirmation(s) inexacte(s)

Les oestrogènes.

A- sont sécrétés par l’hypophyse.

B- agissent sur l’endomètre.

C- modifient la glaire cervicale.

D- sont sécrétés de manière pulsatile.

Question 8.
Retrouver la seule proposition exacte ou la seule proposition inexacte.

A- le taux d’oestrogènes reste très faible pendant la grossesse.

B- les ovaires sécrètent très tôt, 7 jours après la fécondation, l’HCG.

C- l’œuf au 34° jour n’est pas encore au stade blastocyste.

D- un test immunologique peut mettre en évidence, à la date présumée des règles,


l’HCG.

E- la Pg empêche le « silence utérin » de se mettre en place.

Question 9.

Retrouver la seule proposition exacte ou la seule proposition inexacte.

A propos de l’HCG :

A- son organe-cible est le corps jaune.

B- elle est sécrétée dès la nidation par le trophoblaste.

C- un vaccin anti6HCG serait un vaccin anti-grossesse.

D- c’est «’équivalent d’une LH.

E- c’est une hormone stéroïde.


Question 10.

Indiquer les affirmations exactes.

Les affirmations suivantes concernent une femme pubère, non ménopausée et non
enceinte.

A- l’ovulation est l’ évènement central du cycle ovarien chez la femme. Elle a


lieu en règle générale le quatorzième jour du cycle menstruel.

B- l’ovaire est un organe ovoïde suspendu dans la cavité abdominale dont


l’observation microscopique de coupes peut montrer plusieurs ovocytes entourés
d’une ou plusieurs couches cellulaires.

C- la rupture du follicule mûr provoque la libération d’une cellule qui sera


transmise vers les trompes par l’utérus.

D- le corps jaune est une structure cellulaire composée d’un ovocyte non ovulé
entouré de cellules folliculaires très riches en lipides.

Question 11.

Indiquer les affirmations exactes.

La régulation du taux des hormones sexuelles femelles :

A- est fondée sur un système de rétrocontrôles positifs et négatifs entre les


ovaires et les organes génitaux.

B- permet d’obtenir des conditions favorables à la fécondation et à la nidation.

C- fait intervenir des mécanismes nerveux et hormonaux.


D- est un mécanisme qui s’arrête à la ménopause.

Question 12.

Indiquer les affirmations exactes.

Au cours de la phase folliculaire de l’ovaire d’une femme de 30 ans non enceinte :

A- plusieurs follicules se développent.

B- un corps jaune commence sa maturation.

C- la muqueuse utérine s’épaissit après avoir subi une détérioration.

D- on constate des saignements utérins.

Question 13.

Indiquer la proposition exacte.

. L’ovulation est déclenchée à la fin du cycle menstruel.

. Il y a une chute brutale du taux des hormones ovariennes dans les derniers jours du
cycle.
A- les deux informations sont justes mais n’ont pas de relation de cause à effet.

B- les deux informations sont justes et ont une relation de cause à effet.

C- les deux informations sont fausses.

D- une des deux affirmations est juste, l’autre est fausse.

Question 14.

Indiquer la proposition exacte.

. Les variations cycliques des hormones ovariennes contrôlent les


cycles utérins.

. L’utérus possède des cellules ayant des récepteurs aux hormones


ovariennes.

A- les deux informations sont justes mais n’ont pas de relation de cause à effet.

B- les deux informations sont justes et ont une relation de cause à effet.

C- les deux informations sont fausses.

D- une de deux affirmations est juste, l’autre est fausse.

Question 15.

Indiquer la ou les affirmation(s) exacte(s).


Dans les ovaires d’une fille non pubère, on peut trouver dans la zone corticale :

A- des follicules primordiaux.

B- les restes d’un corps jaune.

C- au plus une dizaine de follicules cavitaires.

D- aucun follicule

E- un unique follicule mûr de De Graff.

F- des follicules primaires.

Question 16.

Indiquer la proposition exacte.

Le rétrocontrôle positif existant à un moment du cycle menstruel :

A- est dû à un pic de LH.

B- explique en partie le déclenchement de l’ovulation.

C- s’explique par un taux peu élevé d’oestradiol en fin de phase folliculaire.

D- s’explique par l’action de la progestérone sur les cellules anté-hypophysaires.

E- réside dans la stimulation des cellules anté-hypophysaires à LH par


l’oestradiol.

F- explique en partie les menstruations.


Question 17.

Indiquer les propositions inexactes.

La LH hypophysaire a pour cible :

1- Les cellules de la muqueuse utérine.

2- Les cellules folliculaires d’un follicule primordial.

3- Les cellules de la granulosa d’un follicule mûr.

4- Les cellules du myomètre.

5- Les neurones hypothalamiques

6- Certaines cellules de l’antéhypophyse.

7- Les cellules glandulaires du col de l’utérus sécrétrices de la glaire cervicale.

Question 18.

Indiquer les propositions exactes.

La FSH hypophysaire a pour cible :

1- Les cellules de la muqueuse utérine.

2- Les cellules lutéiniques d’un follicule primordial.

3- Les cellules de la granulosa d’un follicule mûr.

4- Les cellules du myomètre.


5- Les neurones hypothalamiques.

6- Certaines cellules de l’antéhypophyse.

Question 19.

Indiquer les propositions exactes.

Les oestrogènes ont pour cible :

1- Les cellules de l’endomètre.

2- Les cellules folliculaires de la granulosa.

3- Certaines cellules antéhypophysaires.

4- Les cellules glandulaires du col de l’utérus sécrétrices de la glaire cervicale.

5- Les cellules des thèques du follicule mûr.

6- Les neurones hypothalamiques sécréteurs de la FSH

Question 20.

Indiquer les affirmations exactes.

La GnRH :
1- est une gonadostimuline.

2- est libérée dans la circulation antéhypophysaire.

3- stimule la production de FSH et de LH.

4- est libérée sous forme de pulses dont la fréquence varie au cours du cycle
menstruel.

5- est sécrétée par des neurones hypophysaires.

6- stimule directement la croissance des follicules ovariens.

7- est une neurohormone.

8- a pour cible les cellules du follicule ovarien en cours de maturation.

Question 21.

Indiquer les propositions inexactes.

La progestérone est une molécule :

A- Qui stimule la folliculogenèse.

B- Qui ne présente aucun intérêt dans la contraception féminine.

C- Qui stimule le complexe hypothalomo-hypophysaire en fin de période


folliculaire.

D- Qui est sécrétée par le corps jaune.

E- Qui déclenche l’ovulation.

Question 22.
Voici une liste d’événements physiologiques que l’on pourrait observer chez une
femelle de mammifère pubère, c'est-à-dire sexuellement mature :

A- Maturation d’un follicule cavitaire en un follicule mûr de De Graff.

B- Développement d’un follicule primaire en un follicule secondaire avec


apparition des thèques externe et interne.

C- Régénération donc épaississement de l’endomètre par multiplications


cellulaires.

D- Dégénérescence du corps jaune .

E- Libération pulsatile de GnRH avec augmentation de la fréquence et de


l’amplitude des pulses.

F- Dentellisation de l’endomètre avec spiralisation des vaisseaux sanguins.

1- Quels sont les événements caractéristiques de la phase lutéale ?

2- Quel événement est en partie responsable du déclenchement des


menstruations ?

3- Quels événements interviennent en période ovulatoire ?

4- Quels événements sont soumis à l’action des gonadostimulines ?

5- Quels événements sont directement soumis à l’action des hormones


ovariennes ?

6- Quel événement permettra une action efficace des gonadostimulines sur leurs
cellules cibles et un accroissement significatif du taux d’oestrogènes ?
CORRECTION DES Q.C.M.

Question 1 : E Question 2 : E
Question 3 : 2-4-6

Question 4 : A-B-C-D Question 5 : B


Question 6 : C

Question 7 : A-D Question 8 : D (vraie) Question


9 : E (fausse)

Question 10 : A-B Question 11 : B-C-D Question


12 : A-C-D

Question 13 : D Question 14 : B
Question 15 : A

Question 16 : B Question 17 : 1-2-4-5-6-7 Question


18 : 3

Question 19 : 1-3-4 Question 20 : 2-3-4-7 Question


21 : A-B-C-D

Question 22 : 1 D-F
2 D

3 A-C-E

4 A-B-D

5 C-E-F

6 E

La reproduction sexuée. Q.C.M.

Question 1.

Question 1.