Vous êtes sur la page 1sur 14

Analyse des flux de trésorerie

1- Objectif
http://c.zambotto.free.fr

Le tableau de financement du PCG fournit en résultante la variation de la trésorerie effective de la période (∆ SNT) sans
pouvoir préciser le détail des différents encaissements et décaissements générateurs de ce solde.

Variation SNT = ∆ FRNG - ∆ BFR


Flux net de trésorerie = ∑ Flux de trésorerie - ∑ Variation des décalages
effective potentielle de paiement

L'analyse financière contemporaine cherche à expliquer la formation de cette trésorerie par la connaissance des différents
flux de trésorerie effective qui ont été enregistrés durant la période de référence afin d'améliorer le diagnostic.

Variation SNT = ∑ Flux de trésorerie effective(1) de la période


= Encaissements - Décaissements

(1) Par la suite, la notion de trésorerie effective sera dénommée trésorerie sans qualificatif supplémentaire.

Ainsi calculés, les différents flux de la période sont tous évalués objectivement et de manière homogène. La maîtrise du
"langage comptable" n'est plus nécessaire pour comprendre la formation de la trésorerie de la période. La collecte des
opérations génératrices d'encaissements et de décaissements est réalisée à partir des informations disponibles dans les
documents de synthèse.

Flux net de trésorerie de la période (n)


= (Encaissements - Décaissements) de la période (n)
=
Flux net de trésorerie sur Flux net de trésorerie sur
opérations de gestion (FNTOG) : opérations d'investissement
et de financement :
le flux de trésorerie est la contrepartie d'un flux le flux de trésorerie est la contrepartie d'un flux
réel de biens et services enregistré dans un réel de biens et services enregistré dans un
compte de gestion : + compte de bilan :
produits et charges variation de comptes d'actif et de passif
Christian ZAMBOTTO

Source initiale d'information Source initiale d'information


compte de résultat de la période (n) bilans (n) et (n-1)
Exemples Exemples
Recettes : encaissements sur ventes Recettes : déblocage d'un emprunt
Dépenses : décaissements de charges d'intérêt Dépenses : paiement d'une immobilisation

2- Le flux net de trésorerie sur opérations de gestion (FNTOG)


Sa formulation résulte directement de la définition précédente.

FNTOG = Produits encaissés (sauf PCEA(2)) - Charges décaissées

(2) Les produits de cession des éléments d'actif génèrent un mouvement d'un compte de produits et un mouvement d'un
compte de bilan. Ils sont rattachés par convention au cycle d'investissement comme nous l'avons vu lors du calcul de la
CAF.

Le FNTOG correspond à la CAF disponible en trésorerie. Sa composante essentielle est le flux net de
trésorerie d'exploitation (FNTE).

FNTOG = FNTE + Flux net de trésorerie des autres opérations de gestion

Analyse des flux de trésorerie 1


21- Le flux net de trésorerie d'exploitation

Le FNTE prend souvent le nom d'excédent de trésorerie d'exploitation (ETE) lorsque le solde est positif.
L'objectif est de calculer l'apport en trésorerie des opérations d'exploitation. Les encaissements proviennent essentielle-
ment des clients et les décaissements sont adressés aux fournisseurs, à l'Etat pour la TVA et aux salariés.

FNTE = Recettes d'exploitation - Dépenses d'exploitation


http://c.zambotto.free.fr

Différentes méthodes de calcul sont utilisées. Conceptuellement la méthode directe est préférable car explicative de la
formation de la trésorerie.

211- Méthode directe


Les informations disponibles dans le système comptable ne nous permettent pas un calcul immédiat de cette relation.
Nous allons passer par une étape intermédiaire.

FNTE de la période (n)


=
Encaissements clients Produits d'exploitation encaissables TTC
et autres produits d’exploitation + Créances d’exploitation fin de période (n-1)
de la période (n) - Créances d’exploitation fin de période (n)
-
Décaissements fournisseurs Charges d'exploitation décaissables TTC
et autres charges d’exploitation + Dettes d’exploitation (hors dette de TVA) fin de période (n-1)
de la période (n) - Dettes d’exploitation (hors dette de TVA) fin de période (n)
-
Décaissements TVA collectée de la période (n)
de TVA - TVA déductible de la période (n)
de la période (n) + Dette de TVA fin de période (n-1)
- Dette de TVA fin de période (n)

EXEMPLE
Calculer le flux de trésorerie d'exploitation de l'exercice à partir des informations suivantes :
Christian ZAMBOTTO

Informations tirées du compte de résultat de l'exercice (n)


Achats et autres charges externes HT 800 000 Ventes HT de la période 1 500 000
Charges de personnel 200 000

Informations provenant des 2 derniers bilans Bilan période (n-1) Bilan période (n)
Stock de marchandises 120 000 140 000
Créances d'exploitation 200 000 300 000
Dettes d'exploitation hors TVA à décaisser 100 000 150 000
TVA à décaisser 5 000 7 000

Le taux de TVA moyen de l'entreprise appliqué aux achats et aux ventes est de 20%.

Analyse des flux de trésorerie 2


Encaissements sur produits d’exploitation
Ventes TTC 1 500 000 x 1,2 = 1 800 000
+ Créances début + 200 000
- Créances fin - 300 000
= 1 700 000
http://c.zambotto.free.fr

-
Décaissements sur charges d’exploitation
Achat TTC 800 000 x 1,2 = 960 000
+ Charges de personnel + 200 000
+ Dettes début + 100 000
- Dettes fin - 150 000
= 1 110 000
-
Décaissements de TVA
TVA collectée 1 500 000 x 0,2 = 300 000
- TVA déductible 800 000 x 0,2 = - 160 000
+ Dettes début + 5 000
- Dettes fin - 7 000
= 138 000
=
FNTE
= 1 700 000 – 1 110 000 – 138 000 = 452 000

Les produits et les charges enregistrés dans le compte de résultat sont hors taxe. La formulation ci-dessus est toutes
taxes comprises. Sortons la TVA de ces postes afin de pouvoir exploiter les informations disponibles dans le
compte de résultat.

FNTE de la période (n)


=
Encaissements clients Produits d'exploitation encaissables HT
Christian ZAMBOTTO

et autres produits (a) + TVA collectée de la période (n)


d’exploitation + Créances d’exploitation fin de période (n-1)
de la période (n) - Créances d’exploitation fin de période (n)
-
Décaissements fournisseurs Charges d'exploitation décaissables HT
et autres charges (b) + TVA déductible de la période (n)
d’exploitation + Dettes d’exploitation (hors dette de TVA) fin de période (n-1)
de la période (n) - Dettes d’exploitation (hors dette de TVA) fin de période (n)
-
Décaissements (a) TVA collectée de la période (n)
de TVA (b) - TVA déductible de la période (n)
de la période (n) + Dette de TVA fin de période (n-1)
- Dette de TVA fin de période (n)
Les postes TVA collectée (a) et TVA déductible (b) s'annulent. Nous obtenons la méthode directe de calcul.

Analyse des flux de trésorerie 3


FNTE de la période (n)
METHODE DIRECTE =
Encaissements clients et autres Produits d'exploitation encaissables (HT)
produits d’exploitation - ∆ Créances clients et autres créances d’exploitation
de la période (n)
http://c.zambotto.free.fr

-
Décaissements fournisseurs et Charges d'exploitation décaissables (HT)
autres charges d’exploitation de - ∆ Dettes fournisseurs et autres dettes d’exploitation
la période (n) (dont TVA)

Conceptuellement, la méthode directe est préférable ; les deux composants encaissements et décaissements expliquent
clairement la formation de la trésorerie.
Cette méthode est utilisée au niveau international et par la Centrale de Bilans de la Banque de France sous réserve de
quelques retraitements mineurs.

212- Méthode semi-directe


Cette méthode a été historiquement utilisée dans le tableau de flux de l’Ordre des Experts Comptables (recommandation
1.22, octobre 1988) et dans le tableau pluriannuel des flux financiers (TPFF) proposé par de De Murard.

Reprenons notre dernière formulation et appelons :


Encours commercial = Créances d'exploitation - Dettes d'exploitation
ou en raisonnant sur 2 périodes successives :
∆ Encours commercial = ∆ Créances d'exploitation - ∆ Dettes d'exploitation
Nous obtenons :

FNTE de la période (n)


=
Excédent Brut d'Exploitation Produits d'exploitation encaissables (HT)
(hors variation de stocks) - Charges d'exploitation décaissables (HT)
-
∆ Encours commercial ∆ Créances d’exploitation
- ∆ Dettes d’exploitation

soit :
Christian ZAMBOTTO

FNTE = EBE (hors variation de stocks) - ∆ Encours commercial

Le flux net de trésorerie d'exploitation de la période correspond à la ressource dégagée par l'exploitation corrigée des
décalages de paiement.

EXEMPLE : Vérifions sur notre exemple précédent.

Produits encaissables HT - Charges décaissables HT = EBE hors ∆ de stocks


Ventes HT 1 500 000 Achats HT 800 000
+ Charges de personnel 200 000
15 000 000 1 000 000 500 000
-
Encours commercial
∆ Encours commercial
fin (n) fin (n-1)
Créances clients 300 000 200 000
- Dettes fournisseurs - 150 000 - 100 000
- Dettes de TVA - 7 000 - 5 000
143 000 95 000 48 000
=
FNTE
452 000

Analyse des flux de trésorerie 4


Une autre formulation pratiquement plus rapide à mettre en oeuvre est souvent utilisée en analyse financière prévision-
nelle. Ajoutons aux deux membres de la relation précédente la variation de stocks de la période :
FNTE = [ EBE hors ∆ stocks + ∆ stocks ] - [ ∆ Encours commercial + ∆ stocks ]
ce qui donne :

FNTE = Excédent brut d'exploitation – ∆ BFRE


http://c.zambotto.free.fr

EXEMPLE
Dans notre exemple, calculons le flux de trésorerie d'exploitation de l'exercice à partir de l'EBE.

Produits retenus - Charges retenues = EBE


Ventes HT 1 500 000 Achats HT 800 000
+ Variation de stocks -20 000
+ Charges de personnel 200000
1 500 000 980 000 520 000
-
BFRE
∆ BFRE
fin (n) fin (n-1)
Stocks 140 000 120 000
+ Créances clients 300 000 200 000
- Dettes fournisseurs -150 000 -100 000
- Dettes de TVA -7 000 -5 000
283 000 215 000 68 000
=
FNTE
452 000
213- Méthode indirecte
L’Ordre des Experts Comptables privilégie actuellement la méthode indirecte.
Cette méthode consiste à calculer un EBE corrigé (des produits et charges de gestion courante) dénommé Résultat Brut
d’Exploitation (RBE) à partir du résultat d’exploitation et à éliminer produits et charges d’exploitation sans incidence sur la
trésorerie.
FNTE = Résultat Brut d’Exploitation (EBE corrigé) - ∆ BFRE
Christian ZAMBOTTO

avec : RBE = Résultat d’exploitation


+ Charges d’exploitation calculées (dotations aux amortissements et provisions)
- Produits d’exploitation calculés (reprises sur amortissements et provisions)

214- Intérêt de la notion de FNTE

2141 - Procédure de redressement judiciaire


La cessation de paiement déclenche une procédure de redressement judiciaire. On conçoit que le maintien d'une trésore-
rie suffisante pour faire face au paiement du passif exigible soit un souci constant des chefs d'entreprise.

2142 - Calcul immédiat


La variation de la trésorerie d'exploitation est indépendante :
- du montant des stocks,
- de la politique d'amortissements et de provisions de l'entreprise.
En conséquence, il n'est pas nécessaire d'attendre la clôture de l'exercice pour procéder à son calcul. Une évaluation
périodique (mensuelle, voire hebdomadaire ou quotidienne) de la variation de la trésorerie d'exploitation permet un
contrôle continu des performances financières de l'entreprise. Il serait beaucoup plus compliqué de déterminer le résultat
d'exploitation mensuel.

2143- Sensibilité aux variations d'activité


En cas de mévente entraînant un sur-stockage, la production stockée se substitue à la production vendue dans le calcul
de l'EBE. Ce solde fait ainsi illusion et n'alerte pas assez tôt sur les difficultés de l'entreprise.
Au contraire, le stockage n'a pas d'incidence sur le calcul de l'excédent de trésorerie d'exploitation (ETE) qui est ainsi
davantage affecté par les variations d'activité. L'ETE est donc un indicateur du risque de défaillance plus sensible que
l'EBE.

Analyse des flux de trésorerie 5


EXEMPLE
Soient les données relatives à l’année écoulée (N) d’une entreprise :
• Chiffre d'affaires annuel : 1 000 000 €
• Charges variables de production 60% du chiffre d'affaires.
• Charges fixes de production (amortissements) 120 000 €
• Charges fixes de distribution (hors amortissements) 150 000 €

http://c.zambotto.free.fr

La production produite est entièrement vendue.


• Les clients règlent au comptant et le crédit fournisseurs est de 2 mois.

Pour réaliser les prévisions (N +1) deux hypothèses sont retenues :


• Hypothèse 1. Activité stable : la totalité de la production est vendue.
• Hypothèse 2. Enregistrement d'un ralentissement de l'activité économique :
- Les ventes sont inférieures de 10 % aux prévisions de l’hypothèse 1,
- la production est la même que dans l'hypothèse 1 ; la production excédentaire est stockée.

Comparons l'EBE et l'ETE des deux hypothèses.

Année N+1
Année N Variation entre les
Hypothèse 1 Hypothèse 2
deux hypothèses
Chiffre d'affaires 1 000 000 1 000 000 900 000 -100 000 -10,00%
Production stockée 0 0 72 000
= Coût de production de la période 720 000 720 000 720 000
- Coût de production des produits vendus 720 000 720 000 648 000
- Charges variables de production -600 000 -600 000 -600 000 0 0,00%
- Charges de distribution -150 000 -150 000 -150 000 0 0,00%
= EBE (1) 250 000 250 000 222 000 -28 000 -11,20%
Variation du BFRE (2) 0 0 72 000 72 000
= Variation de stocks 0 0 72 000 72 000
+ Variation des créances d'exploitation 0 0 0
- Variation des dettes d'exploitation 0 0 0
ETE (1) - (2) 250 000 250 000 150 000 -100 000 -40,00%
Christian ZAMBOTTO

2144- Effet de ciseaux


La variation de la trésorerie d'exploitation renseigne les responsables d'entreprise sur les difficultés éventuelles qui se-
raient dues à une croissance du BFRE supérieure à l'EBE. Il rend compte des limites d'une politique de croissance par
l'effet de ciseaux. Une augmentation du chiffre d'affaires ne conduit pas toujours à un accroissement de l'ETE. Certes, la
croissance du chiffre d'affaires fait croître l'EBE mais elle induit aussi une augmentation du BFRE. Dans le cas où le BFRE
augmente davantage que l'EBE, il existe un seuil au-delà duquel la croissance du chiffre d'affaires consomme de la tréso-
rerie. C'est ce qu'on appelle l'effet de ciseaux.

EXEMPLE
Une entreprise réalise une marge sur coût variable de 20% du chiffre d'affaires. Les charges fixes décaissables sont éva-
luées à 200 000 €. Le besoin en fonds de roulement d'exploitation prévisionnel représente 40% du chiffre d'affaires hors
taxes. Le chiffre d'affaires actuel s'élève à 2 000 000 €.

Déterminons la variation de la trésorerie d'exploitation dans les hypothèses suivantes:


• stabilité du chiffre d'affaires
• croissance du chiffre d'affaires de 10%,
• croissance du chiffre d'affaires de 50%,
• croissance du chiffre d'affaires de 80%.

Analyse des flux de trésorerie 6


Situation Croissance du chiffre d'affaires
actuelle 0% 10% 50% 80%
Chiffre d'affaires HT 2 000 000 2 000 000 2 200 000 3 000 000 3 600 000
Marge sur coût variable 400 000 400 000 440 000 600 000 720 000
- Charges fixes décaissables -200 000 -200 000 -200 000 -200 000 -200 000
200 000 240 000 400 000 520 000
http://c.zambotto.free.fr

= EBE 200 000


BFRE 800 000 800 000 880 000 1 200 000 1 440 000
- Variation du BFRE 0 -80 000 -400 000 -640 000
= FNTE 200 000 160 000 0 -120 000
On constate que le BFRE croît plus vite que l'EBE. Ce phénomène nuit à la croissance. Soit l'entreprise limite sa crois-
sance au seuil à partir duquel la trésorerie générée par l'exploitation est nulle, soit elle poursuit sa croissance et dans ce
cas l'apport de fonds propres complémentaire est nécessaire.

Formalisons ce seuil. Appelons t le taux de croissance du chiffre d'affaires. Nous pouvons écrire :

Période 0 1
Chiffre d'affaires CA0 = 2 000 000 CA1 = CA0 x (1+t) = 2 000 000 x (1+t)
EBE (1) EBE0 = 0,2 x CA0 - 200 000 EBE1 =0,2 x CA1 -200 000
EBE0 = 200 000 = 0,2 x CA0 x (1+t) - 200 000
= 400 000 x t + 200 000
BFRE BFRE0 = 0,4 x CA0 BFRE1 = 0,4 x CA1 = 0,4 x CA0 x (1+t)
BFRE0 = 800 000 = 800 000 x (1+t)
∆ BFRE (2) ∆ BFRE = 800 000 x t
FNTE = (1) - (2) N/A FNTE1 = - 400 000 x t + 200 000
= 0 pour t = 50%
Représentons graphiquement cette relation.
Christian ZAMBOTTO

∆ BFRE = 800 000 . t

FNTE < 0

400 000 EBE1 = 400 000 . t + 200 000

200 000 FNTE > 0

t = 50% t : taux de croissance


du chiffre d’affaires

Analyse des flux de trésorerie 7


2145 - Evaluation et prévisions de rentabilité
Une méthode d'évaluation de l'entreprise consiste à actualiser les flux de trésorerie d'exploitation prévision-
nels. De même, l'étude de la rentabilité d'un projet d'investissement passe par l'actualisation des flux de tré-
sorerie d'exploitation qui seront générés par le projet. Le FNTE est donc un indicateur de la valeur de l'entre-
prise et de la rentabilité de ses investissements.

2146 - Plan de financement


http://c.zambotto.free.fr

L’ETE est une ressource clé dans l'établissement du plan de financement d'un projet d'investissement.
L’excédent de trésorerie d'exploitation indique dans quelle mesure, l'entreprise pourra financer sa politique de
croissance.

2147- Compétitivité des activités


La variation de la trésorerie d'exploitation est un indicateur de la compétitivité des différentes activités de l'en-
treprise. Le Boston Consulting Group (BCG) classe les portefeuilles d'activités d'une entreprise en quatre
groupes. Dans les deux pavés supérieurs les investissements sont élevés, alors qu'ils sont faibles (vaches à
lait) voire nuls (poids morts) dans les deux pavés inférieurs. Ainsi, on constate que l'ETE, dégagé sur les pro-
duits « vache à lait », finance les produits « dilemmes ». Il permet aussi de développer les produits « vedettes
» pour lesquels les investissements sont lourds à financer.

22- Le flux net de trésorerie sur autres opérations de gestion

Par analogie avec les opérations d'exploitation, le calcul se réalise à partir des informations disponibles dans le compte de
résultat de la période (n) et les bilans (n) et (n-1).

Flux net de trésorerie sur autres opérations de gestion


= Produits hors exploitation encaissés (sauf PCEA)
- Charges hors exploitation décaissées

Sans volonté d'exhaustivité en ce qui concerne les décalages de paiement (éléments du BFRHE), le flux net de trésorerie
sur autres opérations de gestion se calcule ainsi :

Flux net de trésorerie sur autres opérations de gestion


Produits et charges ∆ éléments du BFRHE géné-
= appartenant à la CAF sans - rés par les produits et
appartenir à l’EBE charges retenus
=
Transferts de charges ¾ Transferts de charges
+
Christian ZAMBOTTO

Produits financiers encaissés ¾ Produits financiers - ∆ Intérêts courus sur prêts


+
Produits exceptionnels ¾ =Produits exceptionnels - ∆ Créances sur produits
encaissés (sauf 775 PCEA) (sauf 775 PCEA) exceptionnels
-
Charges financières ¾ Charges financières - ∆ Intérêts courus sur emprunts
décaissées
-
Charges exceptionnelles ¾ Charges exceptionnelles - ∆ Dettes sur charges exception-
décaissées nelles
-
Impôts sur les bénéfices ¾ Impôts sur les bénéfices - ∆ Dette d'impôts sur les bénéfices
décaissés
-
Participation ¾ Participation

Tous les encaissements et décaissements sont de la forme :

Produit encaissé = Produit - ∆ Créances provenant du décalage entre


encaissable l’enregistrement du produit et son encaissement

Charge décaissée = Charge - ∆ Dettes provenant du décalage entre


décaissable l’enregistrement de la charge et son décaisse-
ment
Origine de l’information Compte de résultat ∆ de deux bilans

Analyse des flux de trésorerie 8


3- Flux net de trésorerie sur opérations d'investissement et de financement (FNTOIF)
Il correspond à la variation de trésorerie de la période induite par les opérations d'investissement et de financement.

FNTOIF = (Encaissements - Décaissements)


provenant des opérations d'investissement et de financement
http://c.zambotto.free.fr

La transposition de certains postes du tableau de financement du PCG permet de fixer plus facilement son mode de cal-
cul.

Flux net de trésorerie sur opérations d'investissement et de financement


Postes de la partie 1 du ∆ éléments du BFRHE
tableau de générés par les opérations
= -
financement du PCG d'investissement
autres que la CAF et de financement
=
Encaissements sur cessions ou ¾ Cessions ou réductions - ∆ Créances sur cessions d'immo-
réductions d'éléments de l'actif d'éléments de l'actif immo- bilisations
immobilisé bilisé
+
Encaissements sur augmenta- ¾ Augmentation des capi- - ∆ Actionnaires, capital souscrit
tion des capitaux propres taux propres appelé non versé

+
Augmentation des dettes finan- ¾ Augmentation des dettes
cières financières
-
Dividendes décaissés ¾ Distribution de dividendes - ∆ Dettes sur dividendes à payer
+ ∆ Créances d’acomptes sur divi-
dendes
-
Décaissements provenant de Acquisitions d'immobilisa- - ∆ Dettes sur acquisitions
l'acquisition d'immobilisations tions d'immobilisations
-
Charges à répartir sur ¾ Charges à répartir sur
plusieurs exercices plusieurs exercices
-
Christian ZAMBOTTO

Réduction des capitaux ¾ Réduction des capitaux


propres propres
-
Décaissement provenant du ¾ Remboursements de
remboursement des dettes fi- dettes financières
nancières

Tous les encaissements et décaissements sont de la forme :

Encaissement sur opération = Ressource de la - ∆ Créances provenant du décalage


d’investissement période entre l’enregistrement de la res-
ou de financement source et son encaissement

Décaissement sur = Emploi de la - ∆ Dettes provenant du décalage


opération d’investissement ou de période entre l’enregistrement de l’emploi et
financement son décaissement

Origine de l’information Tableau de ∆ de deux bilans


financement PCG

Analyse des flux de trésorerie 9


http://c.zambotto.free. 4- Synthèse
Tableau I
MODÈLE DE TABLEAU DE FINANCEMENT DE L'EXERCICE I

Emplois Exercice (n) Ressources Exercice (n)


Distributions mises en paiement au cours Capacité d'autofinancement de l'exercice………
de l'exercice ...................………………………………
Acquisitions d'éléments de l'actif Cessions ou réductions d'éléments de l'actif
immobilisé : immobilisé…………………………………………
- Immobilisations incorporelles……………… Cessions d'immobilisations :
- Immobilisations corporelles………………… - incorporelles……………………………………
- Immobilisations financières………………… - corporelles……………………………………
(1)
Charges à répartir sur plusieurs exercices …… Cessions ou réductions d'immobilisations
financières ..............……………………………
Flux net de trésorerie sur opérations de gestion
Réduction des capitaux propres (réduction de Augmentation des capitaux propres
capital, retraits)……………………………………… Augmentation de capital ou apports…………
Flux net de trésorerie d'exploitation
Augmentation des autres capitaux propres…
Remboursement. de dettes financières (2)
……… Augmentation des dettes financières (2) (3)
…… = EBE
- Variation du BFRE
Total des emplois…………………………… Total des ressources………………………

Variation du fonds de roulement net global Variation du fonds de roulement net global + Flux net de trésorerie sur autres opérations de gestion
(ressource nette)…………………………………… (emploi net)………………………………………… = Eléments de la CAF sauf EBE
(1) Montant brut transféré au cours de l'exerercice.
(2) Sauf concours bancaires courants et soldes créditeurs de banques. - Eléments de la variation du BFRHE
(3) Hors primes de remboursement des obligations.
+
Tableau II Flux net de trésorerie sur opérations
MODÈLE DE TABLEAU DE FINANCEMENT DE L'EXERCICE II
d'investissement et de financement
Exercice (n)
Variation du fonds de roulement net global Besoins Dégagement Solde
1 2 2-1 Postes de la partie 1 du TF PCG sauf CAF
Variations « Exploitation » :
Variations des actifs d'exploitation - Eléments de la variation du BFRHE
Stocks et en-cours ..............……..………………......................
Avances et acomptes versés sur commandes . . . . . . . . . . .
=
Créances clients, comptes rattachés et autres créances Variation du SNT
d'exploitation (1)……………………………………………………

Variations des dettes d'exploitation


Avances et acomptes reçus sur commandes en cours……
Dettes fournisseurs, comptes rattachés et autres dettes
ristian ZAMBOTTO

(2)
d'exploitation ……………………………………………………

Totaux....................................………………........……………
(3)
A. Variation nette « Exploitation » ………………………………
Variations « Hors exploitation » :
(1) (4)
Variations des autres débiteurs ………………………...……
Variations des autres créditeurs (2)
………………………………… Raisonnement réalisé en faisant
Totaux....................................………………........……………
B. Variation nette « Hors exploitation » (3)
………………………… abstraction de la logique des signes
P our
Total A + B :
Besoin de l'exercice en fonds de roulement………………
du tableau de financement du PCG
ou

contrôle
Dégagement net de fonds de roulement dans l'exercice

Variations « Trésorerie »
Variations des disponibilités………………………………………
Variations des concours bancaires courants et soldes
créditeurs de banque………………………………………………

Totaux..................…………………………………................

C. Variation nette « Trésorerie » (3)…………………………………


Variations du fonds de roulement net global.

Total A + B + C :
Em ploi net……………………………..…………………………………………………………………
ou
Ressource nette……………………………………………………………………..…………………

(1) Y compris charges constatées d'avance selon leur affectation à l'exploitation ou non.
(2) Y compris produits constatés d'avance selon leur affectation à l'exploitation ou non.

Analyse des flux de trésorerie 10


5- Exemple : cas cacholet
51-Calcul du FNTE
Pour que les 3 méthodes donnent des résultats identiques, il y lieu de raisonner comme le PCG et de ne pas retenir dans
les produits d’exploitation encaissés les comptes 791 et 75 et dans les charges d’exploitation décaissées le compte 65.

Méthode directe
http://c.zambotto.free.fr

Eléments Détail Montants


Encaissements clients et autres produits d'exploitation (a) 73 260
(a = Production vendue 75 000
- Variation des créances d'exploitation -1 740
73 260
- Décaissements fournisseurs et autres charges d'exploitation (b) -71 797
(b = Achats de matières premières 31 000
+ Autres achats et charges externes 13 350
+ Impôts et taxes 600
+ Salaires et traitements 16 400
+ Charges sociales 7 456
- Variation des dettes d'exploitation 2 991
71 797
Flux net de trésorerie d'exploitation 1 463

Méthode semi-directe 1
Eléments Détail Montants
EBE hors variation de stocks (c) 6 194
(c = Production vendue 75 000
- Achats de matières premières -31 000
- Autres achats et charges externes -13 350
- Impôts et taxes -600
- Salaires et traitements -16 400
- Charges sociales -7 456
Christian ZAMBOTTO

6 194
- Variation de l'encours commercial (d) -4 731
(d = Variation des créances d'exploitation 1 740
- Variation des dettes d'exploitation 2 991
4 731
Flux net de trésorerie d'exploitation 1 463

Méthode semi-directe 2
Eléments Détail Montants
EBE 7 154
- Variation du BFRE -5 691
Flux net de trésorerie d'exploitation 1 463

Analyse des flux de trésorerie 11


52- Calcul du FNTOG

Eléments Détail Montants


Flux net de trésorerie d'exploitation 1 463
+ Transferts de charges 150
+ Autres produits de gestion courante 410
http://c.zambotto.free.fr

- Autres charges de gestion courante -60


+ Produits financiers encaissés (e) 720
(e) = Produits financiers encaissables 720
- Variation des intérêts courus sur prêts 0
720
- Charges financières décaissées (f) -900
(f) = Charges financières décaissables 900
- Variation des intérêts courus sur emprunts 0
900
+ Produits exceptionnels 6
- Charges exceptionnelles -2
- Impôts sur les bénéfices décaissés (g) -908
(g) = Impôt sur les bénéfices décaissables 860
- Variation de la dette d'impôt sur les bénéfices 48
908
Flux net de trésorerie sur opérations de gestion 879

53- Calcul du flux net de trésorerie sur opérations d'investissement et de financement

Eléments Détail Montants


Encaissement sur cessions ou réduction de l'actif immobilisé (h) 578
(h) = Cessions d'immobilisations incorporelles
+ Cessions d'immobilisations corporelles 42
+ Cessions ou réductions d'immobilisations financières 33
Christian ZAMBOTTO

- Variation des créances sur cessions d'immobilisations


+ Réduction des valeurs mobilières de placement 503
578
+ Encaissement sur augmentation des capitaux propres (i) 0
(i) = Augmentation des capitaux propres
- Variation d'actionnaires capital appelé non versé
0
+ Subventions d'investissement reçues
+ Augmentation des dettes financières 3 000
- Distribution de dividendes -1 500
- Décaissement provenant de l'acquisition d'immobilisations (j) -3 516
(j) = Acquisitions d'immobilisations incorporelles
+ Acquisitions d'immobilisations corporelles 3 510
+ Acquisitions d'immobilisations financières 6
- Variation des dettes sur immobilisations
3 516
- Charges à répartir sur plusieurs exercices
- Réduction des capitaux propres
- Remboursement des dettes financières -1 628
Flux net de trésorerie sur opérations d'investissement et de financement -3 066

Analyse des flux de trésorerie 12


54-Calcul du flux net de trésorerie de la période

Eléments Montants
Flux net de trésorerie sur opérations de gestion 879
+ Flux net de trésorerie sur opérations d'investissement et de financement -3 066
Flux net de trésorerie de la période -2 187
http://c.zambotto.free.fr

6- Applications
61- Cas Texmur
Analyser la variation de trésorerie de la période en variation de trésorerie sur opérations de gestion (plusieurs
méthodes) et variation de trésorerie sur opérations d’investissement et de financement.

62- Cas Cristallines


Analyser la variation de trésorerie de la période en variation de trésorerie sur opérations de gestion (plusieurs méthodes)
et variation de trésorerie sur opérations d’investissement et de financement sans tenir compte des retraitements réalisés
(hormis les intérêts courus).

63- Cas Ciseaux : Flux nets de trésorerie d’exploitation

La société Ciseaux est une entreprise régionale qui commercialise des couteaux et articles tranchants auprès de maga-
sins spécialisés.
Bénéficiant du regain de notoriété des articles faits main et en particulier de la renommée du couteau Laguiole, elle
connaît depuis quelques années une forte croissance.
Le dirigeant ne comprend pas que ses performances commerciales, qui se traduisent par une hausse régulière de ses
résultats, n’aient pas de conséquences positives sur sa trésorerie.

Vous disposez, en annexe 1, des données d’exploitation du dernier exercice (N) et des hypothèses générales retenues
pour (N+1).

En appelant :
- x, le chiffre d’affaires HT de l’exercice (N+1),
- e, l’excédent brut d’exploitation de l’exercice (N+1),
- b, le besoin en fonds de roulement d’exploitation de l’exercice (N+1),

1- Exprimer e et b en fonction de x.
Christian ZAMBOTTO

Pour l’exercice (N+1), quatre hypothèses de variation du chiffre d’affaires sont envisagées et sont présentées en annexe
2.

2- Compléter l’annexe 2 et calculer :


- l’excédent brut d’exploitation (EBE),
- le besoin en fonds de roulement d’exploitation (BFRE),
- la variation du BFRE par rapport à l’exercice (N),
- le flux net de trésorerie d’exploitation (FNTE) défini comme la différence entre l’EBE et la variation du
BFRE.

En appelant :
- v, la variation du BFRE de l’exercice (N+1),
- f, le FNTE de l’exercice (N+1),

3- Exprimer v et f en fonction de x.
4- En utilisant selon votre choix les résultats des questions 2 ou 3, expliquer comment évolue la rentabilité de
cette entreprise (exprimée par l’EBE) et le FNTE en fonction du chiffre d’affaires.
5- Comment éviter la dégradation de la trésorerie de la société Ciseaux en période de croissance ?

Analyse des flux de trésorerie 13


Annexe 1

Formation de l’excédent brut d’exploitation en (N)

Montants en milliers
d'euro
Ventes de marchandises 50 000
http://c.zambotto.free.fr

Charges proportionnelles au chiffre d'affaires -44 000


Charges de structure indépendantes du chiffre d'affaires -2 000
Excédent brut d'exploitation 4 000

Besoin en fonds de roulement d’exploitation

L’hypothèse de proportionnalité du BFRE au chiffre d’affaires est retenue.


Ses composantes essentielles ont été exprimées en jours de chiffre d’affaires hors taxes :

Jours de chiffres
Composantes du BFRE d’exploitation
d’affaires hors taxes
Stocks de marchandises 40
Créances d’exploitation 60
Dettes d’exploitation 46

Hypothèses générales retenues pour l’exercice (N+1)

¾ stabilité des prix,


¾ maintien du taux de charges proportionnelles au chiffre d’affaires constaté en (N),
¾ maintien des charges de structure pour les variations envisagées du chiffre d’affaires.

Annexe 2 : Niveaux de chiffres d’affaires envisagés pour l’exercice (N+1)

Hypothèses de variation du chiffre d'affaires en (N+1)


Exercice
Baisse Hausse Hausse
N Stabilité
de 10% de 10% de 20%
Ventes de marchandises 50 000 45 000 50 000 55 000 60 000
Charges proportionnelles
au chiffre d'affaires -44 000
Christian ZAMBOTTO

Charges de structure indépendantes


du chiffre d'affaires -2 000
Excédent brut d'exploitation 4 000
BFRE
Variation du BFRE
FNTE

Analyse des flux de trésorerie 14

Vous aimerez peut-être aussi