Vous êtes sur la page 1sur 20

Université Djillali Liabès de Sidi Bel Abbes

Faculté de Technologie
Département de Génie Civil & Travaux
Publics
Département d'Enseignements de Base en
Sciences et Technologies

2éme année Génie Civil & Travaux Publics

Semestre: 4
Unité d’enseignement: UEF 2.2.1
Matière 1: Mécanique des sols
VHS: 45h00, (Cours: 1h30, TD: 1h30)
Crédits: 4, Coefficient: 2

Cours de mécanique des sols


Partie 1/2
2 Chapitres / 4 Chapitres
20 pages

Par Prof. Habib TROUZINE

Ce cours correspond au module Mécanique des sols 1 de la 2éme année Licence Génie Civil et Travaux
Publics. Il a pour objectifs de fournir les outils de base pour que l’étudiant sera en mesure de caractériser les
paramètres physiques des sols, de les classer à partir des essais d’identification au laboratoire et in-situ et de
se familiariser avec les écoulements dans les sols. Il n’a pas vocation à couvrir toutes les notions de mécanique
des sols et géotechnique au sens le plus large.
Polycopié disponible en version pdf sur : http://learn.univ-sba.dz
Si vous trouvez une erreur, merci de la signaler par mail à h_trouzine@yahoo.fr Mars 2020
SOMMAIRE
Chapitre 1 : Introduction à la mécanique des sols
1.1. Introduction ...................................................................................................................................... 4
1.2. Historique de la mécanique des sols ................................................................................................ 4
1.3. Domaines d'applications .................................................................................................................. 5
1.4. Définitions des sols et des roches .................................................................................................... 5
1.5. Formation des sols ........................................................................................................................... 6

Chapitre 2 : Identification et classification des sols


2.1. Introduction ...................................................................................................................................... 8
2.2. Caractéristiques physiques des sols ................................................................................................. 8
Le poids volumique des grains solides ................................................................................................ 9
Le poids volumique sec ....................................................................................................................... 9
Le poids volumique de l'eau ................................................................................................................ 9
Le poids volumique du sol saturé .................................................................................................... 9
le poids volumique du sol déjaugé ...................................................................................................... 9
L'indice des vides ............................................................................................................................... 10
La porosité ......................................................................................................................................... 10
Le degré de saturation ...................................................................................................................... 10
La teneur en eau................................................................................................................................ 10
Densité relative ou indice de densité ........................................................................................... 10
2.3. Analyse granulométrique ............................................................................................................... 11
Le tamisage........................................................................................................................................ 11
La sédimentométrie .......................................................................................................................... 11
Le coefficient de courbure :............................................................................................................... 12
Le coefficient d’uniformité de Hazen: ............................................................................................... 12
2.4. Limites d'Atterberg ......................................................................................................................... 13
La limite de liquidité .......................................................................................................................... 13
La limite de plasticité......................................................................................................................... 13
La limite de retrait ............................................................................................................................. 13
L'indice de plasticité .......................................................................................................................... 13
2.5. Classification des sols. .................................................................................................................... 14
Classification des sols uniformes : ..................................................................................................... 15
Classification des sols non uniformes :.............................................................................................. 15
Classification Triangulaire :................................................................................................................ 16
Classification USCS :.......................................................................................................................... 16
Classification des Sols Fins :............................................................................................................... 17
Classification des Sols Fins Organiques : ........................................................................................... 18
Classification GTR .............................................................................................................................. 18
Introduction

à la mécanique des sols

1.1. INTRODUCTION
À des fins d'ingénierie, le sol est défini comme un agrégat non cimenté de minéraux, grains et
matières organiques en décomposition (particules solides) avec du liquide et /ou du gaz dans
le vide entre les particules solides. Le sol est utilisé comme matériau de construction dans
divers projets de génie civil (remblai, digue...), ou représente un terrain d'assise pour les
fondations et les ouvrages de soutènements ...

Ainsi, les ingénieurs civils doivent étudier les propriétés du sol, comme son origine, sa
distribution granulométrique, sa capacité à drainer l'eau, sa compressibilité, sa résistance au
cisaillement et sa capacité portante.

La mécanique des sols s'intéresse à l'étude des propriétés physiques du sol et le comportement
des sols soumis à différents types de chargement1.

1.2. HISTORIQUE DE LA MECANIQUE DES SOLS


L'homme a utilisé le sol comme matériau de construction depuis l'Antiquité. Selon (Skempton,
1985)2, le comportement des sols a été étudié de manière plus méthodique à partir du début
du 18emesiècle. Sur la base de l'importance et de la nature des études dans le domaine de la
géotechnique, la période allant de 1700 à 1927 peut être divisée en quatre grandes périodes;
on retrouve alors .

1- Génie géotechnique avant le 18eme siècle.

2- Période préclassique de la mécanique des sols (1700 –1776)

3- Mécanique des sols classique - Phase I (1776 –1856)

4- Mécanique des sols classique - Phase II (1856 –1910)

5- Mécanique des sols moderne (1910 –1927)

6- Génie géotechnique après 1927

1
BRAJA M. DAS (2006), Principles of Geotechnical Engineering (5th Edition), by Nelson a division of Thomson
Canada Limited.
2
SKEMPTON, A. W. (1985). “A History of Soil Properties, 1717–1927”, Proceedings, XI International Conference
on Soil Mechanics and Foundation Engineering, San Francisco, Golden Jubilee Volume, A. A. Balkema, 95–121.
Henri Gautier (1660- Dissertation sur l'épaisseur des Culées des Ponts sur l'Effort et
1737)3 la Pesanteur des Arches et sur les Profils de Maçonnerie qui
doivent supporter des chaussées, des Terrasses et des
Remparts. Paris Cailleau, 1717.
Charles Augustin Coulomb Essai sur une application des règles de maximas et minimas à
(1736-1806) quelques problèmes de statique relatifs à l'architecture.
Mémoires de l'Académie Royale des Sciences, vol. 7 (1776) pp.
343-382.
William John Macquorn De la stabilité des terrains meubles, Phil. Trans. vol. 147 (1857)
Rankine (1820-1872) pp. 9-27.
Jean Résal (1854-1919) Poussée des terres deuxième Partie : Théorie des terres
cohérentes. Paris, Béranger, 1910.

1.3. DOMAINES D'APPLICATIONS


Les paramètres physiques d’un sol se mesurent spécifiquement sur échantillons
éventuellement remaniés par des essais d’identification.

Les paramètres mécaniques sont les variables des formules de calcul de stabilité des talus,
fondations... Ils sont spécifiques d’une théorie, d’une méthode de calcul et d’un essai (matériel
et processus), de sorte qu’il n’est pas possible d’établir leurs corrélations numériques pour un
même sol.

Les calculs d'application utilisent des modèles de formes géométriques ou numériques très
schématiques pour caractériser le milieu représentant le sol (densité, angle de frottement,
cohésion, perméabilité…).

Stabilité des talus et des murs de soutènements : La stabilité d’un versant naturel, celle des
parois d’une excavation ou d’un barrage « en terre », pose le problème de la stabilité d’un talus,
d’un éventuel soutènement et d’un drainage

Le type de fondations d’un ouvrage - superficielles (semelles filantes, semelles isolées, radier),
semi-profondes (puits), profondes ou spéciales (pieux ancrés, pieux flottants) est choisi en
tenant compte d’observations géologiques (structure du sous-sol du site, nature des géo-
matériaux, eau souterraine…

1.4. DEFINITIONS DES SOLS ET DES ROCHES


La distinction entre roche et sol repose essentiellement sur la cohésion du matériau. Un sable
sec et propre ne possède pas de cohésion, une argile ou un sable argileux possède une cohésion
faible qui peut être détruite par agitation dans l’eau. Une roche (silice, calcaire, feldspath, …)
possède une cohésion de cimentation qui lie fortement ses éléments entre eux4.

3
SKEMPTON E. (1981), Les premiers temps de la mécanique des sols, Revue Française de géotechnique, Vol. 15
pp .5-34
4
DURVILLE, J.L. (1997). Mécanique des roches - Généralités, Techniques de l'ingénieur Réf : C350 v1.
En fait, un continuum existe entre roche et sol, comme le montre un profil d’altération de
granite par exemple : on passe graduellement de la roche saine en profondeur à une arène
granitique en surface (sable argileux).

La limite entre roche et sol peut aussi être définie conventionnellement par un seuil de
résistance en compression uni-axiale : les roches se situeraient au-dessus de 1 MPa environ, les
sols en dessous.

1.5. FORMATION DES SOLS

Les sols sont des agrégats minéraux qui peuvent se désagréger en éléments de dimensions plus
ou moins grandes sans effort. Ils résultent de l’altération chimique (oxydation, …), physique
(variation de température, gel, …) ou mécanique (érosion, vagues, …) et transport des roches.

Les différentes discipline qui s'intéressent à l'étude des sols sont la géologie (étudie les
matériaux constituant la partie observable du globe terrestre, ainsi que l’ordre suivant lequel ces
matériaux sont réparties dans le temps et dans l’espace dont le but essentiel est l’histoire de la
terre et son évolution). La pédologie (étudie spécialement la couche supérieure de l’écorce
terrestre , Elle met en lumière le rôle des constituants du sol fréquemment négligés par les
géotechniciens comme la matière organique et la matière vivante (bactéries)). La mécanique
des sols ou géotechnique (étudie les propriétés mécaniques, physiques et hydraulique des sols
en vue de leur application à la construction)5.

Il faut séparer les sols résiduels (résultant de l'altération sur place des roches) des sols
transportés (provenant du dépôt des produits d'altération préalablement repris par un agent
physique de transport). Ce sont les sols transportés qui posent au concepteur d'ouvrages les
problèmes les plus délicats6.

La géochimie est aussi une branche qui s'intéresse au sol, on parlera pour les argiles par
exemple de silicates en général d'aluminium plus ou moins hydratés, qui présentent une

6
structure feuilletée qui explique leur plasticité, ou bien une structure fibreuse qui explique
leurs qualités d'absorption de l'eau7.

7
Identification et classification

des sols

2.1. INTRODUCTION
Le sol est un matériau polyphasique (Solide + Eau + Air). Un sol peut contenir aussi de la matière
organique (d'origine animale ou végétale). Les paramètres physiques des sols sont déterminés
par des essais normalisés "au laboratoire ou in situ", ou calculés.

2.2. CARACTERISTIQUES PHYSIQUES DES SOLS


Schématiquement un échantillon de sol est représenté comme suit. Un volume unitaire V d'un
échantillon de sol pèse un poids W.

Le volume totale V est la somme du volume solide Vs et du volume des vides Vv.

𝑽 = 𝑽𝒔 + 𝑽 𝒗

Le volume des vides peut être occupé soit par de l'eau Vw (w : water : eau) et/ou de l'air Va.

𝑽𝒗 = 𝑽𝒘 + 𝑽𝒂
Donc 𝑽 = 𝑽𝒔 + 𝑽𝒘 + 𝑽𝒂

De le même manière on définit le poids W (ou la masse M) d'un échantillon de sol comme la
somme du poids du solide Ws et le poids de l'eau Ww. (Le poids de l'air est considéré comme
nul).
𝑾 = 𝑾𝒔 + 𝑾𝒘

𝑾𝒂 = 𝟎
A partir des différents volumes et masses, on définit les différents poids volumiques (ou masses
volumiques ou densités).
Rappelons que par définitions :
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔
𝑳𝒆 𝒑𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆 ∶ 𝜸 = 𝑽𝒐𝒍𝒖𝒎𝒆 = 𝝆. 𝒈 (kN/m3, N/l, N/cm3...)
(𝒈 étant la pesanteur égale à 9.81 m/s2, si on ne vous donne aucune indication prenez 10 m/s2).
𝑴𝒂𝒔𝒔𝒆
𝑳𝒂 𝒎𝒂𝒔𝒔𝒆 𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆 ∶ 𝝆 = (kg/m3, kg/l, g/cm3)
𝑽𝒐𝒍𝒖𝒎𝒆
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆 𝒅𝒖 𝒎𝒂𝒕é𝒓𝒊𝒂𝒖 𝑴𝒂𝒔𝒔𝒆 𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆 𝒅𝒖 𝒎𝒂𝒕é𝒓𝒊𝒂𝒖
𝑳𝒂 𝒅𝒆𝒏𝒔𝒊𝒕é 𝒅′𝒖𝒏 𝒎𝒂𝒕é𝒓𝒊𝒂𝒖 ∶ 𝑮 = 𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆 𝒅𝒆 𝒍′𝒆𝒂𝒖
= 𝑴𝒂𝒔𝒔𝒆 𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆 𝒅𝒆 𝒍′𝒆𝒂𝒖
(G est une grandeur adimensionnelle "pas d'unité").

On combinant les différents poids et volumes des phases d'un sol; on obtient:

Le poids volumique, ou poids volumique totale, ou poids volumique humide, ou poids volumique
apparent :

𝑾 𝑾𝒔 + 𝑾𝒘
𝜸= =
𝑽 𝑽𝒔 + 𝑽 𝒘 + 𝑽𝒂

Table des masses volumiques


Terre
Matériaux Argile Sable Béton Acier Diamant Coton Eau
végétale
Masse volumique 1300 1600 (sec) 2200 7500
1 250 3517 20 - 60 1000
(kg/m3) 2200 2000 (saturé) (armé 2500) 8100

LE POIDS VOLUMIQUE DES GRAINS SOLIDES ou poids spécifique des grains solides (𝜸𝒔 )
𝑾𝒔
𝜸𝒔 = 𝑽𝒔
de 25 à 28kN/m3

LE POIDS VOLUMIQUE SEC (d: dry : sec) : 𝜸𝒅 = 𝑾𝑽𝒔

LE POIDS VOLUMIQUE DE L'EAU :


𝑾𝒘
𝜸𝒘 = 𝑽𝒘
= 9.81 kN/m3 , 𝑜𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 10 kN/m3 sauf indication contraire.

Notons que 1 kg d'eau occupe un volume de 1 dm3 ou 1 litre, dans les conditions normales de
pression (1 atm, soit 101 325 Pa) et de température (273,15 Kelvin soit 0 °Celsius).

LE POIDS VOLUMIQUE DU SOL SATURE

Le poids volumique saturé noté γsat correspond a un sol saturé (tous les vides sont remplis
𝑊 𝑊𝑠 +𝛾𝑤 𝑉𝑣
d'eau). 𝛾𝑠𝑎𝑡 = =
𝑉 𝑉

LE POIDS VOLUMIQUE DU SOL DEJAUGE, noté γ' est pris en compte lorsque le sol est
entièrement immergé. Il tient compte de la présence de l'eau qui remplit tous les vides et de la
poussée d'Archimède : 𝛾 ′ = 𝛾𝑠𝑎𝑡 − 𝛾𝑤

1- De la même manière, on définit les différentes masses volumiques (ρ, ρs,


ρd, ρsat, ρw...) ; et les différentes densités (G, Gd, Gs, ...).
2- Le préfixe kilo est k (minuscule).
3- Un mégapascale MPa = 106 Pa = 1 000 000 N m-2 = 1 N mm−2.
L'INDICE DES VIDES e : est le rapport entre le volume des vides et le volume solide. e exprime la
compacité de l'arrangement granulaire d'un sol, c'est une grandeur adimensionnelle qui peut
𝑽𝒗
être exprimée en %. 𝒆= 𝑽𝒔

𝑽𝒗
LA POROSITE n: c'est le rapport entre le volume des vides et le volume totale d'un sol. 𝒏= 𝑽

grandeur adimensionnel toujours inferieur à 1 ou 100%.

LE DEGRE DE SATURATION Sr : c'est le rapport entre le volume d'eau et le volume des vides. C'est
𝑽𝒘
un paramètre adimensionnelle exprimé parfois en %. 𝑺𝒓 = 𝑽𝒗

LA TENEUR EN EAU ω : c'est le rapport entre le poids (ou la masse) de l'eau et le poids (ou la
𝑾𝒘
masse) sec. C'est une grandeur adimensionnelle ou en %. 𝝎 = 𝑾𝒔

La teneur en eau est déterminé soit au laboratoire soit in situ par étuvage, four micro-ondes,
chauffage, brulage, ou par réaction chimique (appareil Speedy).

Vidéo sur la détermination de la teneur en eau par chauffage8


https://youtu.be/xYHd7XcijE0
Vidéo sur la détermination de la masse volumique apparente au récipient normalisé8
https://youtu.be/W-MSYshU5jo
Vidéo sur la détermination de la masse volumique absolue au ballon8
https://youtu.be/2wR-nutwL88
Vidéo sur la détermination de la masse volumique absolue au pycnomètre8
https://youtu.be/amEO-PfXDiQ
Vidéo sur la détermination de la masse volumique absolue à l'éprouvette8
https://youtu.be/ztasm9xD7Ms

Dans le cas d'un échantillon de sol sec, on n'a pas d'eau, donc Ww=Vw=ω=0; Sr=0; Vv=Va;
𝛾 = 𝛾𝑑

Dans le cas d'un échantillon de sol saturé, on n'a pas d'air, donc Wa=Va=0; Sr=1=100%; Vv=Vw;
𝛾 = 𝛾𝑠𝑎𝑡

DENSITE RELATIVE OU INDICE DE DENSITE


𝑒max − 𝑒
𝐼𝑑 =
𝑒max − 𝑒min

Avec : Id : densité relative ou Indice de densité.


emin: est l’indice des vides correspondant à l’état le plus compact.
emax: est l’indice des vides correspondant à l’état le plus lâche.
e: est l’indice des vides du sol en place.

8
KANA CUK - Travaux pratiques MDS - BTS Bat LJG Nouméa- Vidéos Youtube
L’indice de densité permet d’avoir une idée sur l’état de compacité d’un sol.

ID 0-15 15-35 35-65 65-85 85-100


Etat de Très peu Compacité
Peu compact Compact Très compact
compacité compact moyenne

1- Pour les paramètres physiques des sols, on doit distinguer entre les paramètres
mesurables qui sont déterminés par des essais normalisés au laboratoire ou in situ
et les paramètres calculables qui sont calculés a partir des premiers par des
équations mathématiques.
2- Attention aux unités (kg, N, l, dm3); les formules doivent être homogènes. En cas
de doute faites une petite analyse dimensionnelle (équations aux dimensions
MLT).
3- Pour les calculs utilisant des paramètres adimensionnels, faites attention au%
(100%=1).

2.3. ANALYSE GRANULOMETRIQUE

L'analyse granulométrique fournit les proportions massiques de grains de différents diamètres ;


cette analyse peut se faire aussi bien par tamisage (à sec ou humide) que par sédimentométrie.

LE TAMISAGE est le passage d'un produit solide ou d'une suspension au tamis pour réaliser la
séparation et éventuellement l'analyse granulométrique de certains éléments. Le tamisage
s'effectue pour la fraction du sol ayant un diamètre supérieur à 80µm. Le tamisage utilise une
série de tamis (maille carrée) ou passoires (maille circulaire) avec un fond et un couvercle. On
définit le refus d'un tamis de diamètre D, le sol retenu par ce dernier (sol de diamètre supérieur
à D). Le tamisât ou passant (sol de diamètre inférieure ou égale à D). ( Voir TP2).

LA SEDIMENTOMETRIE utilise le principe de décantation des grains dans une suspension d'eau.
La sédimentation s'effectue pour la fraction du sol ayant un diamètre inférieur à 80µm. La
sédimentométrie applique la loi de Stockes qui exprime la vitesse V de chute d'une particule
sphérique de diamètre D dans un liquide visqueux en fonction de la viscosité dynamique du
liquide (Pa.s), du diamètre de la particule, du poids volumique des grains solides et du poids
𝛾 −𝛾
volumique du liquide : 𝑉 = 𝑠18𝜇𝑤 𝐷 2 (Voir TP2).
Vidéo sur le tamisage des sols9 : https://youtu.be/9IiFOIaWa3s
Vidéo sur la sédimentométrie des sols10 : https://youtu.be/78sKJKsaUvY
Les résultats d'une analyse granulométrique sont représentés sur un graphique avec un repère
semi-logarithmique. Sur l'axe des x, sont représentés les logarithmes des diamètres. Sur l'axe des
y, on représente les tamisâts cumulés.

A partir, de la courbe granulométrique, on détermine les diamètres de référence.

 D60 : Diamètre correspondant à 60% des tamisâts (passants) cumulés.


 D30 : Diamètre correspondant à 30% des tamisâts cumulés.
 D10 : Diamètre correspondant à 10% des tamisâts cumulés.

A partir de ces diamètres, on calcule les coefficients de courbure et d'uniformité.

LE COEFFICIENT DE COURBURE :
𝐷30 2
𝐶𝑐 =
𝐷60 . 𝐷10

LE COEFFICIENT D ’UNIFORMITE DE HAZEN:


𝐷60
𝐶𝑢 =
𝐷10

Coefficient d'uniformité Cu ≤ 2 2 < Cu ≤ 5 5< Cu ≤ 20 20 < Cu ≤ 200 200 < Cu


Classe granulométrique très serrée serrée semi-étalée étalée très étalée

9
ABESOL (23 juil. 2016) Essai granulométrie : le tamisage - Vidéo sur Youtube
10
METUGeotech (2011) Soil Mechanics Laboratory Tests: Hydrometer - Vidéo sur Youtube
2.4. LIMITES D'ATTERBERG
Albert Mauritz ATTERBERG (19 mars 1846 - 4 avril 1916) est un chimiste et scientifique
agricole suédois qui a étudié les limites de consistance des sols, qui sont communément utilisés
par les ingénieurs géotechniciens et les géologues aujourd'hui.

On observant un enfant qui essaye de construire un chateau de sable, Atterberg a constaté que la
teneur en eau affecte l'état du sol. Un état liquide ou le sol se comporte comme un liquide (Sa
résistance au cisaillement est nulle et il se répand lorsqu'on le déverse) ; un état plastique ou le
sol est maaléable et se comporte comme du plastique ; un état solide ou le volume du sol peut
diminué jusqu'a un état sans possibilité de retrait (à volume constant). Il a définit alors quatre
états du sol séparés par trois limites portants son nom (Limites d'Atterberg) qui sont :

LA LIMITE DE LIQUIDITE : WL (%) c'est la teneur en eau qui sépare le passage de l'état plastique à
l'état liquide (voir Fig). Conventionnelement la limite de liquidité correspond à la teneur en eau
d'un échantillon de sol mis dans une coupelle et tranché par un outil a réunur qui se renferme
𝜔 0.21
sur 1 cm suite à 25 coups par la boite de casagrande. 𝑊𝐿 =
25

Avec WL limite de liquidité (%), ω teneur en eau correspondante (%), N nombre de coups. (Voir
TP3).

LA LIMITE DE PLASTICITE : Wp (%) c'est la teneur en eau qui limite le passage de l'état solide avec
possibilité de retrait à l'état plastique (voir Fig). (Voir TP3).

LA LIMITE DE RETRAIT : Ws (%) c'est la teneur en eau qui limite le passage de l'état solide avec
possibilité de retrait à l'état solide sans retrait (voir Fig).

L'INDICE DE PLASTICITE est la différence entre la limite de liquidité et la limite de plasticité.


𝐼𝑃 = 𝑊𝐿 − 𝑊𝑃

Classes de plasticité des sols

Ip (%) 0 < Ip < 5 5 < Ip < 15 15 < Ip < 40 Ip > 40


Degré de plasticité Non plastique Moyennement plastique Plastique Très plastique
Vidéo sur les limites de consistance des sols11: https://youtu.be/Ei6ABD2fI0A

2.5. CLASSIFICATION DES SOLS.


Les classifications des sols ont pour objet tout d’abord de comparer les sols entre eux. Les
systèmes de classification des sols sont nés du besoin des ingénieurs civils de disposer de
renseignements suffisamment fiables sur le comportement des sols. Les systèmes de
classification des sols ont pour but de ranger les sols en familles présentant les mêmes
caractéristiques géotechniques ou des caractéristiques très voisines.

On peut distinguer les sols cohérents des sols pulvérulents, les sols fins des sols grenus. La
couleur est liée à la nature, mais peut être également un indicateur d’un état d’altération ou d’un
état d’oxydation (par exemple du fer). Les dépôts d’origine anthropique des dépôts naturels. Les
sables de dunes ou de mer (naturels) des sables de carrières. Les sols lâches, compacts et très
compacts. Les sols organiques, des Tourbes ...etc.

1- Les essais d'identification sont normalisés.


2- La normalisation (standardisation) : Ensemble des techniques qui ont
pour objet de définir des produits et/ou des méthodes de fabrication aptes
à satisfaire des besoins spécifiés.
3- Les différentes normes (NA : Normes algériennes ; EN : Normes
européens ; ASTM : Normalisation américaine ; ISO : Organisation
internationale de normalisation) ; BS; DIN ...

11
CRR-OCW-BRRC - Limites d’Atterberg - Vidéo sur Youtube
CLASSIFICATION DES SOLS UNIFORMES :
C'est une classification simple qui est fonction juste des diamètres des grains.

Exemple : Un sable fin est un sol dont les grains ont un diamètre compris entre 0.2mm et
0.02mm.

Les sols grenus sont des sols dont les grains ont des diamètres supérieur à 0.02mm.

Les sols fins sont des sols dont les grains ont des diamètres inférieur à 0.02mm.

Les sols pulvérulents sont des sols ne présentant aucune cohésion entre les grains, tels que les
sables, graviers ... Les sols cohérents sont des sols dont les grains sont collées entre eux , tels
que les limons, argiles ...

CLASSIFICATION DES SOLS NON UNIFORMES :


Il faut distinguer trois grandes familles:

1 - Les sols organiques sont des sols généralement fins dont la teneur en matière organique est supérieure à
3% .

Teneur en matière organique 3≤CMO<10 10≤CMO<30 30≤CMO


Classe du sol Faiblement organique fO Moyennement organique mO Très organique tO

2 - Les sols grenus : plus de 50 % des éléments en masses ont un diamètre > 80 μm,

3- Les sols fins : plus de 50% des éléments en poids ont un diamètre ≤ 80 μm.
CLASSIFICATION TRIANGULAIRE :
Le systèmes de classification triangulaire est
utilisé pour les sols fins contenant moins de 30%
d'éléments dont les diamètres sont supérieurs
à 2 mm.
C'est un triangle dont les côtés portent des
échelles représentant les proportions
(pourcentages en masses) de sable, de silt et
d’argile.
La surface du triangle est divisée en 12 zones
portant chacune une appellation conventionnelle
selon les proportions relatives de sable, limon et
argile.
_____________
Exemple : un sol comportant 20% d’argile, 15%
de sable et 65% de limon est un Limon silteux.
_________________________________________________________

CLASSIFICATION USCS :
Le système unifié de classification des sols utilise les symboles ci- dessous :

Symboles G S L A b m t p
Bien Mal Très Peu
Désig. Grave Sable Limoneux Argileux
gradué gradué plastique plastique

La classification USCS (Unified Soil Classification System) exploite les résultats de trois essais (le
tamisage, la sédimentométrie et les limites d'Atterberg). A partir des fractions massiques des
sols de diamètres 0,08 mm et 2 mm, on distingue :

- les sols fins plus de 50% d'éléments ont un diamètre inferieur à 80 mm (diagramme de
Casagrande); des sols grenus dont plus de 50% d'éléments ont un diamètre supérieur à 80 mm
(Organigramme USCS).

- Les sables et les graves sont déterminés à partir de la fraction massique correspondant au
diamètre de 2 mm.

- Lorsque moins de 5% d’éléments < 0,08 mm, des conditions sur le coefficient d’uniformité Cu
et le coefficient de courbure Cc, nous informent sur la graduation des sables ou graves. Par
exemple : Gb, Gm, Sb, Sm.

- Lorsque plus de 12% d’éléments < 0,08 mm, la position du point (WL, Ip) sur le diagramme de
plasticité nous informe sur la présence d'Argile ou de limon dans le sable ou le gravier. Par
exemple : SA, SL, GA, GL

- Lorsque la teneur en particules fines (< 0,08 mm) est comprise entre 5% et 12%, le double
symbole est utilisé. Par exemple : Sb-SL ...
Sols grenus (plus de 50 % d’éléments > 0,08 mm)
Symboles
Définitions Conditions Appellations
Fr (En)
Cu > 4
Grave propre
moins de 5% Gb (GW) et
bien graduée
d’éléments 1< Cc < 3
Plus de 50% des éléments > < 0,08 mm Une des conditions de Grave propre
Graves

Gm (GP)
0,08 mm ont un diamètre > Gb n’est pas satisfaite mal graduée
2mm Limites d’Atterberg Grave
plus de 12% GL (GM)
au-dessous de la ligne A Limoneuse
d’éléments
Limites d’Atterberg Grave
< 0,08 mm GA (GC)
au-dessus de la ligne A Argileuse
Cu > 6
Sable propre
moins de 5% Sb (SW) et
bien gradué
d’éléments 1< Cc < 3
Plus de 50% des éléments > < 0,08 mm Une des conditions de Sb Sable propre
Sable

Sm (SP)
0,08 mm ont un diamètre < n’est pas satisfaite mal gradué
2mm Limites d’Atterberg au- Sable
plus de 12% SL (SM)
dessous de la ligne A Limoneux
d’éléments
Limites d’Atterberg au- Sable
< 0,08 mm SA (SC)
dessus de la ligne A Argileux
Lorsque la teneur en particules fines (< 0,08 mm) est comprise entre 5% et 12% on utilise un double symbole.
Par exemple : Sb-SL

CLASSIFICATION DES SOLS FINS :

Pour la classification des sols fins (plus de 50% des particules ont un diamètre inférieur à 0.08mm), les Limites
d'Atterberg sont utilisées.

Diagramme de plasticité de Casagrande 1948


En fonction de la position du point (WL , Ip), le diagramme de Casagrande définit six classes de sols fins avec
trois degrés de plasticité faible (30% ≥ Ip ), moyenne(30< Ip < 50%), et haute (Ip ≥ 50%).

CLASSIFICATION DES SOLS FINS ORGANIQUES :


L'essai Von Post s'applique a tous les sols fins ayant une teneur en matières organiques supérieure ou égale à
10 % (pourcentage massique sec déterminé sur les éléments inferieurs à 2 mm). L'essai Von Post permet
d'apprécier l'état de décomposition (humidification) d'un sol chargé en matières organiques par référence a
une échelle conventionnelle. L'essai classe le sol selon : l'aspect du liquide s'il ne contient pas de substances
végétales dont la structure est reconnaissable à l'œil nu, le taux de pressage si le liquide contient des
12
substances vegetales dont la structure est reconnaissable à l'œil nu .

Sols faiblement Sols moyennement


Sol fins Sols très organiques (tO)
organiques (fO) organiques (mO)
Teneurs en matières
organiques 3% <CMO <10% 10% < CMO < 30% CMO > 30%
CMO < 3%
fO-At
mO-a tO-a
fO-Ap
At , Ap, Lt, Lp mO-sf tO-sf
fO-Lt
mO-f tO-f
fO-Lp
CMO ≥10% → Test de Von Post
a:amorphe; sf: semi-fibreuse; f: fibreuse

CLASSIFICATION GTR
La classification GTR (Guide des terrassements Routiers) classe les sols selon la nature, l'état
hydrique et le comportement mécanique. Les essais de références pour cette classification
sont (Tamisage, Sédimentométrie, Limites d'Atterberg, Essai de bleu de Méthylène, Proctor,
CBR, Los Angles, Micro-deval en présence d'eau, Fragmentabilité des sables)13.

12

13
Classification GTR, selon la nature seulement14.

14
Programme officielle de la matière : Mécanique des sols 1

2éme année Licence Génie Civil & Travaux Publics

Objectifs de l’enseignement:

L’étudiant sera en mesure de caractériser les paramètres physiques des sols, de les classer à
partir des essais d’identification au laboratoire et in-situ et de se familiariser avec les
écoulements dans les sols.

Connaissances préalables recommandées: Matières fondamentales des Semestres 1 et 2

Contenu de la matière:

Chapitre 1. Introduction à la mécanique des sols (2 semaines)


Objet de la mécanique des sols (Historique et domaine d’application), Définitions des sols,
Origine et formation des sols, Structure des sols (Sols grenus et sols fins).

Chapitre 2. Identification et classification des sols (4 semaines)


Caractéristiques physiques, Analyse granulométrique, Consistance des sols fins (Limites
d’Atterberg), Classification des sols.

Chapitre 3. Compactage des sols (4 semaines)


Théorie de compactage, Essais de compactage en laboratoire (Essais Proctor normal et
modifié), Matériels et procédés spéciaux de compactage in-situ, Prescriptions et contrôle de
compactage.

Chapitre 4 : L’eau dans le sol (5 semaines)


Écoulement d’eau dans les sols : vitesse, gradient, débit, loi de Darcy, perméabilité, Mesure de la
perméabilité au laboratoire et in-situ, Principe de la contrainte effective, Etude des réseaux
d’écoulement.

Mode d’évaluation: Contrôle Continu: 40%; Examen: 60%.

Références bibliographiques

1. COSTET J. et SANGLERAT G, "Cours pratique de mécanique des sols", Tome 1, Dunod, 1981.
2. SANGLERAT G., CAMBOU B., OLIVARI G. "Problèmes pratiques de Mécanique des sols, Tome
1, Dunod, 1983.
3. AMAR S. et MAGNAN J.P. "Essais de mécanique des sols en laboratoire et en place,", publié par
LCPC, 1980.
4. SCHLOSSER F. "Éléments de mécanique des sols, 2e Ed., Presses de l'E.N.P.C.", 1997.