Vous êtes sur la page 1sur 5

Brian Chater, Carole Risch et la brève mais

trouble histoire de MUCH Productions Ltd.


Martin Gladu

It’s a sheer case of conflicting interests.


The station can’t help
but end up using their facilities
to promote product that they are putting together.
Anonyme (Billboard, 24 janvier 1970)

E n 1969-70, le réseau de stations radiophoniques de CHUM Ltd. est le second


en importance au Canada. Plus d’un million d’auditeurs syntonisent ses stations
pour y entendre leurs musiques et leurs disc jockeys préférés.

Ambitieux, le PDG de l’entreprise, Allan Waters, entends étendre les opérations à


l’édition musicale et à la production de disques. Pour l’aider à mener à terme ce
projet, on lui a suggéré l’embauche de Brian Chater.

Brian Chater

Brian Chater a immigré au Canada en octobre 1965 exprès pour diriger Burlington
Music of Canada Ltd. À l’époque, cette dernière est une filiale de la firme anglaise
Burlington Music Ltd., elle-même une division de Decca/London Records. Chater
y a débuté sa carrière en 1960 et y est resté trois ans avant d’accepter l’offre d’un
compétiteur, Mills Music. Mais il est rêve de s’installer aux États-Unis. Lorsqu’un
ami chez Burlington lui propose un poste soit aux États-Unis ou au Canada, il saute
sur l’occasion et choisit ce dernier comme terre d’accueil :

The new man at Burlington Music is Brian Chater. He’s a native of England and brings
some considerable experience in the pubbery line to his new post. In a recent note to
CB, Chater reports that Carole Risch has been appointed to head all French operations
of the firm. At this point those French operations are considerable with tune after tune
being recorded from the company’s catalog. Brian and Carole are both very excited
about the Company’s success in the French market, and Chater claims that this very
lucrative market, centered for the most part in the Province of Quebec, which sells as
much product as all the rest of Canada. Carole tips the trade to the fabulous success of
French entertainer, France Gall, who is getting hotter every day according to the
charming Miss Risch. SOURCE: Cash Box, 11 décembre 1965.

1
Chater gère Burlington depuis Montréal – au 309-1396 Sainte-Catherine Ouest
pour être plus précis –, où Decca/London y opère déjà un bureau (dirigé par Fraser
Jamieson et Alice Koury). Son patron est l’Anglais John Nice, qui est alors
directeur général de Burlington/Felsted/Palace. Risch, sa fidèle alliée, le seconde.

Au printemps 1968, Chater décide de quitter Burlington pour s’associer au


publicitaire Bob Hahn dans la mise sur pieds des maisons d’édition Laurentian,
Summerlea et Winterlea. Le chef d’orchestre Art Morrow en assume la direction
générale alors que Hahn et lui coprésident. Ils prennent aussitôt le relai de Leeds
Music dans l’administration des catalogues éditoriaux de la maison de disques
canadienne Rodeo Records – soit Banff, Jasper et Melbourne –, qui avait
déménagé ses bureaux à Montréal en 1963.

Puis, Chater s’envole pour l’Angleterre en août 1969 pour y faire la promotion
d’oeuvres canadiennes et pour y trouver du matériel propice au marché canadien.
Il s’implique aussi au sein du comité permanent de la toute nouvelle Association of
Canadian Music Producers (ACMP), que préside Richard Morris. Cette dernière
milite pour une politique de contenu canadien à la radio. Chater en fera son cheval
de bataille pour les années à venir quand il prendra la direction de la Canadian
Independent Record Producers’ Association en 1987. Shain Shapiro offre d’ailleurs
une perspective intéressante sur la formation de cette dernière, qui a remplacé
l’ACMP en 1970 (officiellement en 1975) et la création de Much Productions Ltd. :

In addition, broadcasters at times attempted to subvert the quota by becoming labels,


releasing content for the sake of airing it on their stations. This is most evident in
CHUM Records, a label that first employed [Duff] Roman and former President of
CIRPA, Brian Chater. This decision by CHUM initiated the first meeting in a hotel in
Toronto that led to the creation of CIRPA, according to attendee Al Mair (pers. comm).
In order to lobby both the state and the CRTC for the benefit of the independent music
sector, and to rally against CHUM’s activities in setting up their label, a trade
association was set up.

(…)

CIRPA’s first task was to challenge CHUM. On 19 December 1970, Billboard reported
that the organisation believed that “its members were not being allowed free and open
access to the airwaves” (Yorke 1970a). They argued that along with the problem of
stations starting record labels, the Canadian Manufacturing Recording Organisation
(CMRO) was dominated by multinationals and CHUM had too much influence on the
distribution chains. On 30 January 1971, Billboard reported that CIRPA accused CHUM
of “moving into record production and programming their own content” and of “unfair
competition and questionable practices”, a claim refuted by then CHUM President,
Allan Waters (Billboard 1971a). Regardless of wrongdoing on either side, CIRPA
convinced CHUM to abandon its sound recording division, replacing the business by
financing certain master recordings for CIRPA members, including Aquarius Records
(Mair, pers. comm). This ended the broadcasters’ production of sound recordings for
commercial purposes. SOURCE: After the Goldrush, Shain Shapiro, 2014

2
Waters approche donc Chater en 1969 avec l’idée d’étendre les activités de
radiodiffusion de CHUM Ltd. à l’édition musicale et à la production de disques, un
projet qui en dérangent plusieurs, comme en témoignent l’extrait ci-dessus et ceux-
ci-dessous :

Both Much and Astra have suffered in the wake of hostile press criticism of the
potential conflict of interest situations arising when a radio station makes records to
play for profit on public airwaves (…) The Canadian Radio-TV Commission is
understood to be conducting an investigation of broadcast producers, which is expected
to throw some light on this somewhat ironic development. The very people who last
year were saying that there wasn't such a thing as Canadian talent now want to invest
money in it. SOURCE: Billboard, 18 septembre 1971

One of the most controversial associations between the creative and business sectors
was the formation of Much Records, headed by Brian Chater and Carole Risch, by
CHUM Limited headed by Alan Waters. Many people felt that it was a blatant conflict
of interest for a chain of radio stations to have any interest in a record company. As it
turns out, time has proved that there was very little basis for any fears that the
association would be misused. SOURCE: Billboard, 29 septembre 1974

En fait, non seulement plusieurs y voient une apparence de conflit d’intérêt mais
une manœuvre pour s’accaparer le palmarès et l’influencer :

CHUM is looked upon as having a heavy programming influence on a number of Top


30 radio stations across the country. CHUM's involvement in record production is
believed to be unprecedented in this country although some stations in the past have
been known to put together albums of old hits for sale either for profit or charity.
SOURCE: Billboard, 24 janvier 1970

Malgré les critiques, le géant acquiert Laurentian, Winterlea et Summerlea de


Hahn et Chater en janvier 1970 pour 20 000$ (134 384$ en 2020). Le catalogue
compte alors environ 250 œuvres. Hahn abandonne le navire pour fonder d’autres
maisons d’édition et Chater est mis sous contrat comme directeur général.

Waters lui demande aussitôt de créer un label et de trouver un distributeur. Sans


grande surprise, son choix se pose sur London Records of Canada. D’abord situé
dans les mêmes bureaux que Laurentian/Summerlea/Winterlea, le nouveau label,
Much Productions Ltd., déménage ensuite au 2125 Crescent. Les premiers talents
sont signés : April Wine, Raphael Exchange et Chosen Few.

Chater recrute Risch en septembre 1970 à titre de « Canadian Operations Manager


» et chargée de la musique francophone. Elle s’affaire aussitôt à la tâche :

Carole Risch, who looks after foreign copyrights for Summerlea/Winterlea and Much
Productions, has just returned from a trip through France and Belgium. She met with
several music VPs and completed negotiations for the exploitation of Canadian
copyrights. Biggest news from Much is the success of their Freedom group, who have
released in the U. S. on the Sceptre label. Their U. S. release “Doctor Tom” has already
picked up several markets. They release under the Freedom North group name in the US.

3
Brian Chater, head man of the company is presently in California for talks with
publishers, etc. New group recently signed, April Wine, out of Halifax, will be cutting an
album within the next few weeks. SOURCE: Cash Box 1er août 1970

D’autres artistes sont mis sous contrat : Copper Penny/Dusty Shoes, Michel
Pagliaro, Blue Lick Road, Sea Dog, Julie Arel, Tom Kelly, Christine Gobeil, Genèse,
Mantis, Tony Kingston, Harry Marks, Country Radio, Hollis, Second Helping, etc.

Plus d’un an après sa création, le label peine à décrocher un succès. Jusqu’à ce que
la machine CHUM se mette derrière April Wine et Michel Pagliaro, que l’on tente
de vendre au Canada anglais et à l’international. Et ça fonctionne! « Carole Risch,
représentante de Much Records, a une grande part dans le succès de Pagliaro en
Europe et à travers le monde, » dira le Photo-journal (13 février 1972).

Outre les catalogues éditoriaux Laurentian, Summerlea et Winterlea, l’entreprise


représente aussi les catalogues suivants : Banff Music, Melbourne Music, Jasper
Music, Crescent Music (Aquarius Records), Lapapala Music (George Lagios &
Michel Pagliaro), Makhan Music (Terry Flood & Mashmakhan), Kasma (BMI),
Page Six (CAPAC), Riverson (BMI).

En 1972, trois nouvelles étiquettes, Fleur, Sweet Plum et Double M Productions,


sont créées, et les droits canadiens du catalogue Dick James Music sont acquis
l’année suivante. Much International, qui prend en licence des enregistrements de
labels étrangers, est aussi mis sur pieds.

D’autres contrats de sous-édition sont conclus pour le Canada : Concord en 1971,


Felsted/Burlington en avril 1972, Intune en 1972, ATV
Music/Maclen/Welbeck/Sweco en janvier 1974, etc.

Or, comme le mention Shaine Shapiro, les opérations cessent abruptement en


1974, forçant Chater et Risch à se réorienter.

Chater se concentre dès lors sur ses activités de gérance d’artistes et d’édition :
Amber Records (avril 1974), B.C. Music Management (fin 1974), Melbrooke (fin
1974), Melville (fin 1974), gérant de Montreal Sound Studios et de son label GCH
Productions. Il accepte la direction de Almo/Irving Canada en septembre 1978 et
quitte Montréal pour Toronto.

Carole Risch

Risch ne tarde pas, elle aussi, à se lancer en affaire :

Carole Risch est devenue dernièrement la première femme producteur de disques au


Canada lorsqu'elle a fait l'acquisition de l'étiquette Fleur. Les Disques Fleur étaient le
pendant français de la compagnie Much qui a décidé de déménager ses pénates à
Toronto. La patrie, 29 septembre 1974

4
Énergique et perspicace, la jeune femme d’affaires attire aussitôt dans son
écurie plusieurs talents prometteurs : Claude Souly, Diane Juster, Bernard Blanc,
Jacques Burdyl, Julie Arel, 18 Carats, Danova, Jean-Claude Pascal, Chocolate
Boys, Crazy Horse, Remy Bricka, Michel Murty, Claude Michel, Alain Delorme,
George Saxon, Gerard Manuel, Voices of Brazil, Santa Esmeralda, Mirabelle, Gilles
Girard, Sex Convention, Maurice Dalle, Marie-France Paquin, etc.

Elle lance ensuite une série d’entreprises :

- Disques Bouquet : Michel Girouard, 18 Carats, Jean-Claude Pascal, Danova,


California, etc.

- Disques Carats : Kaplan & Kaplan

- Disques Quatre Saisons : Bernard Blanc, Jean Gagné, Clément Ratelle, Sonia
Sinclair, Claude Michel, Remy Bricka, Michel Murty, Gerard Manuel, Alain
Delorme, Eve John, Marie Myriam, Herbert Léonard, etc.
- Foreign Exchange Records : Deveze, Eve John, Piero Cotto, Santa Esmeralda,
Yvan Guilini, French Champagne, etc.
- Crisch Records : « Brasilia Carnaval » de Chocolate Boys (600 000 copies).
Crisch Records est distribué au Canada anglais par A&M Records of Canada Ltd. à
partir de septembre 1975 et par Trans-Canada au Canada français.
- Notre Musique (CAPAC)

- And Us Music (CAPAC)

- Crisch Music, dont les bureaux se situent à la même adresse que ceux des Disques
Barclay, Les Productions Claude Denjean et les Productions Gilles Talbot

Elle travaille aussi avec le Français Jean-Luc Drion (elle coproduit avec lui
Midnight Stud de Gloria) et conçoit le design de plusieurs pochettes de disques,
entre autres, pour Polydor.

En 1976, elle est élue administratrice de BMI Canada Ltd. (anciennement SDE) à
titre d’éditeur et représente le collectif au MIDEM dès l’année suivante.

Les productions Carole Risch Ltée (PCRL) sont constituées le 6 octobre 1978 et
comprennent les étiquettes Boitadisc, Bouquet, Fleur, Carats, Foreign Exchange,
Marguerite, Quatre Saisons, Sterling et Fonodor.

Elle est élue au premier conseil d’administration de la Sodrac en mai 1985 aux
côtés de sa grande amie (et ex-cliente) Diane Juster.

Aujourd’hui à la retraite, elle réside toujours au Québec. Chater, quant à lui, est
décédé en septembre 2013.