Vous êtes sur la page 1sur 313

DICTIONNAIRE

DE

TOME SIXIÉME

FLACIUS ILLYRICUS — HIZLER


DICTIONNAIRE
DE

THÉOLOGIE CATHOLIQUE
CONTENANT

L ’EXPOSÉ DES DOCTRINES DE L A T H É O L O G IE CATHOLIQUE


LEURS PREUVES ET LEUR HISTOIRE

COMMENCÉ SO CJS LA DIJIECTIOH DE

A. VACA NT
DOCTEUR EN THÉOLOGIE, PROFESSEIJR AU CRASO SÉMIKAIRE DE NANCY

CONTINUÉ BOl’8 CELLE DE

H. MANGENOT
PROFESSEUR A l/ iN S T IT U T CATHOLIQUE DE PARIS

AVEC LE OONCOUñS D ’ UN ÜRAND NOMBRE DE C O LLA B O R A T E U R S

TOME SIXIÉME

FLACIUS IL LY RI CU S — HIZLER

PARIS
I. I B 15 A I H [ K L K I O l / r Y h !' A \ f.

L. I,ET»UKF.Y, S u ...... ..

87, B o iiL F .v A n D R a s p a il — K uf, dv. Y a u g ir a r u , 82

l ‘J 2 0

t ¡51' ^op r .ji 6 p r i y t. a


DICTIONNAIRE
DE

THÉOLOGIE CATHOLIQUE

£ iS u ite )

F L A C I U S I L L Y R I C U S . — i. V ic . i i . Écrits. II en fu l le d oc le u r rigid e ct om b ragciix. P ar l’élendue


I. V i r . — I o Sa jeunessc. — Flacius lllyricu s de son savoir, par la ín u ltip lic iló de ses Ira va u x .
s'appelait F ra n c o w ilz (M a lh ia s ) du nom de son pórc. par l’ardcur de sa parole, il s’im posa non sans faire
11 naquit A A lb o n a , au sud de l'J slric, dans l'Illy n c parfols de profondes blessures á quelques-nns de
ven ilien n e, en 1520, d e parents pauvres. T o u t jeunc ses coreligion n aires, entre aulres A son p ro leclcu r
¡I m anifesta les m cillcnrcs disp osilion s pour l’ ctude. II el am i M éla n clillio n , ni surtout sans soulever de
cut pour prem iers m ailres son p íre , q u ’il perdí t ú l ’áge terribles len ip cles qui, pendant un q u a rl de sióclc,
de douzc ans, puis le M ilanais Ascérius ct plus lard, A d evaicn t trou blcr l ’A lle m a gn e pro( estante e l le íirent
Ycnisc, 1c celebre Joan F.gnalius. Se sentaní quelqucs regarder com m c un brandon de discorde
v c llé ilís de v o c a lio n religieuse, il vou íu l cn lrer dans L a discussion de Y In lé rim 1c m il d ’cm blée an
l’ordre frausciscain, oñ son onele m a l cruel, E ald o p rem ier rang m algré sa jeunesse. A plusienrs reprises,
l.u p clin o, e x e rfa it alors la cliarge de p rovin cial. Alais en vu e de caln icr les esprils ct d ’apaiscr les querelles
1Saldo, déjA Iut llénen de ca'ur, l’engagea A poursuivre th éologiqiies, causes de trop de troubles, oa a v a il
sos ¿tildes tb éologiqu cs en A llcin agn e, oú Lu th cr essayó de Taire acc.epter aux p ro les la n ls ct aux
faisait re viv re l’ ftv a n gilc . Q uoiquc de nué de res- eatlioliqucs, par des concessions véciproques, un
sources, Flacius p a rtil pou r l'A llc m a gn c . Installc terrain d ’en lcn tc p ro vis o irc, en a lle n d a n l qu'un con-
d'abord á liá lc eliez Grym cus, puis A Tu b ingu c d ie z cilc general cút statué sur les p oin ls en lilig c . Ce fut
son cnnipatriotc fiarb ilu s, il se porfcctionna dans d’ abord A K a lisb o n n c, en 1511 el lá-tfi; niais l'In lé r im
la connaissance du grcc ct de l ’bébrcu. K t ap ris un propose fu l loin de rallicr tous les suíTrages, e l l’ accord
courl sójour A K atisb om ic, il se ren dit A W ittcn b erg , poursuivi p a r u té lr c une puré cUimérc. Ce fut ensuite
le fo y er p rin cip al de la luU c an liron iaiiie. A la d iéte d’ Au gsbou rg, en 1r>18; le nouvcl In lé rim
2° .1 W il’cnbcrg (4 541-1 ¿49). — Flacius a v a it v in g l- se bcurta anx inciiies p ro tesla lion s el subil un sein-
c t un ans; tellc étail son a v id ile de savoir, son blable ccbec. T ro p de concessions, disaicnt non sans
Application A 1’éludc, sa tr o u p e de caraetere q u ’il raison les eatlioliques. l ’rcnez garde A I ' In lé rim ,
ful rc^u A bras ou verts par L u tb cr ct M éla n rlitlioii e ria ic n l ;'i leur ton r les p ro les la n ls , il cache un pii^gc.
uoimne nnc prccieusc rccrue i»our le succés de leur K l l-'lacius p réten d ait q ti’ il n 'a v a it é l í in ven té que
a-iivrc. 11 passn d ’ abord par une críse de m élancolie I pour am ener les ebrétiens A traliir le C lirisl e l A
alrocc, d on t il pul cnlin se ren tre m ailrc, e l p ril ses I di'-livrer le « Harabbas rom ain. » M auriee de Saxe
grades de docleur. (¡rílcc A l’appui de ses d icfs, il allégua ]>onr sa p a rí q u 'il ne p o u v a il l'acce|>ter sans
o b lin l, en l.V II, la chaire d 'lié b m i el fu l ainsi á ldesser sa conscience e l sans m anquer A sa parole,
l'abri du besoin. 1/année suivan le, il se m aria. Héfugie car il a v a it p iom is A ses sujcls de n 'in lm d u ire aucun
a l ’ runswick p rn danl les troubles de la gnerre (le cbanKcmcnl rcli''ieu \ avan l d 'a v o ir coiisullé ses
sii'alcídde, il rentra A 'W illc n b c rg n i 15-47, ct (les f'Uats ct ses lliéologicn s. l'n c n ou vcl e conférence se
lors com nicn fa pour lui une carn ére d ’ inecssanlc ii'u n it done A L e ip z ig , le 22 déccm bre lü IS . 11 y n va il
a c tiv ité ct de disrnssinns conlinuellcs, non seulenicnt 1A, cutre au tres,M élaiteblb on e l M ajor de W itle n b c rg ,
rontre lu papisuir, niais aussi, car il t la it d ’unc el .lean I ’ fcflinger, su rin lcm lan l de L c i])zig . ()n di>*
iiilransigeancc el (l'unc in loli'ra n er ])cu ordiuaires, eida q u ’ cn m atierc disciplin airc, sur les dioses in dif-
r-onlre (|u¡coiií]iic, paritii les p ro les la n ls , scmbhiit frrcules, ou moycunes, rcx medite, on s'cn
ux-iiacer la puré d octrin e de la itlier. tien drail A 1'In lé rim d ’A u gslion rg, cc «jui p erin ctlra il
l.utlier éta n l m o rí, Flacius ]iriL en inains sa cause. une c n lc n lc avec l'ancicnnc l-'glise, lanclis «piVu in a­
n ia . DK T IIÉ O L . C A T IIO l . VI - t
P L A C I US I L L Y R I C l ’ S 4

lié r c d o c tr ín a le ou in a in tic n d r a it r c n s c i g n c n i c i i t ele .Magdebourg, 1350, p. A , 5, H. On trou ve cucore un


I . u IIk t , éelio de c e tle eontroverse dans l'ép itrc dédicatoirc
C e l l e t e n l a l i v e d ’ a c c o i n n i o d c i n e n l j c l a la d i s c o r d e de la V c centurie, Balo, 1502, p. a, 1.
p a r m i le s p r o t e s t a n t e . F la c iu s , e n d i s e i p l e o m b r a g c u x Quieonquc a v a it trem pé dans V ln lé rim , quiconque
et p a s s io n n é d e l . u l h c r , y v i l u n e f a d i c u s e e o n c e s s io n surtoul s’ é ca rta il <le la puré o rlh o d o x ie luthéricniie,
¡iu p a p i s m e ; il r e p r o c h a a m é r c m e n t á M é l a n d i l l i o n , lo m b a it sous les coups de Flaeius. JSlajor fut de ce
cjn ’i l I m i t a d e o lis o n d ’ e n í c r t r a n s f o r m é en p a p i s l c , » nom bre. N on seulement il a v a il acccplé les déeisions
d ’ a c c e p t e r c o m m e d i o s e s i n d i f f é r e n l c s les v i c i l l c s de L e ip z ig , inais il se p c rn ie lla it d ’enscigtKT que
o é r é m o n ie s e t le s u s a g e s a n c ie n s d e l ’ É g l i s e r o n ia ln e . riio m n ie n ’est pas in crle conniie un bloc dans lV ru vre
C ’ c t a i l , d i s a it - il, l ’ a l l i a n c e c u t r e l e C l i r i s l e l D é lia l. de sa conversión el que les eeuvres sonL néccssaires
' l ' d fu t le p o ln l d e d é p a r t d ’ iin n g n e r r e s a n s in e r c i pou r le salut. Flacius qu alilia de tnibisoii son passage
p o i ir s u iv ie p a r F la c iu s e l sos p a r t is a n s e n n t r e e e u x á ra d ia ph orism e et son enseignem eiil sur la ju s lili-
q u ’ ils n ’ a p p c l a i c n l p lu s f[u e le s p h i l i p p ie n s , le s a t lia - catio n ; en 1552, il lui d écoch ail un libelle, oñ il
p h o r is le s . L 'a m i t i é d o n l l ’ a v a i t h o n o r é M é l a n c h l l i o n l’a p p d a il 1c D octcu r A varice pou r lui rcprochcr son
s e c h a n g e a d é s lo rs en u n e o p p o s i t i o n d ’ a u l a n l p lu s j am our de l’ argen l : W icdcr den I-'m m jclistcn des
b lc s s a n le cjue F la c iu s n e t i n t a u c u n c o i n p t c des lle iU g e r Chorrocks, D r Geiz M a jo r. N aturcllcm ent
b i e n f a i l s r c ? u s ,c c q u i í i t d i r e p lu s t a r d & M ó l a i i c l i t l i o n les professeurs de W illc n b c r g , indignes qu ’un hom inc
( ] u 'i l a v a i t n o u r r i un s c r p c n l d a n s s o n s e in : aussi jeune se perin it de telles diatTÍbes á l’ égard des
b e n e fle iis n fje c tu s c s t a b A c a d e m iu rw s irn et a m e. ancieus, répliquérent. Ce n ’esl p oin l, disaient-ils,
Y c m m a h í i m u s in s i n u s e r p e n le m . D i g n u s cssvt, c u jn s p ar z¿le religieu x, mais par dépit, que Flacius ag it
¡ r a i d i s tig r n a tu in s e r ib e r e n t iir , q in d i o r e x M a c e d o i n - e l parle de la sorle. K t ils l'ap pclu icn l, leur tour, le
s e ri¡> s it m i l i t i : \ i » , í á / á f.t - jio ;. C o r p u s r e f n r r u a t o r u m , plus endiablé de tous les diables, un m onstre d ’ orgueil
l . v n , p . 419. F la c iu s u e p o u v a i t p lu s d é e c i i m i e n l et d ’ am bition . D iscourtoisc e l accrhe, la h itte d eva it
r e s t e r p r é s d e P l i i l i p p c l \ l é l ; i n c l i t l i o n ; i l d o i i n a sa se prolon ger lon gtcn ips cncorc.
d é m is s io n d e p r o fe s s e u r e l q u i l l a W i l t c n b e r g p o u r lüntrc tem ps, l-laeius s’cn p ren ait aux osiandrisies.
se r e n d r e a iV Ia g d e b o u r g . A N u reiu berg d ’abord, á K een igsberg ensuitc, entre
3® A M ar/dc b o u r g { 1 5 4 9 -1 5 5 7 ). — 1.a s c is s io n 1518 e l 1552, O siaiuler a v a it osé enseigner que lo
e l a i t f a it e . M a g d c b o u r f» d e v i n t la c h a ir e d e D ic u , 1 salul de l’ hom m e ne s’ opére p oin t e égard aux souls
d e r K a n : c i G o tte s , la r i v a l e d e W i t t e n b c r g , le f o y e r ín eriles du Christ, que Dicu nc couvre pas seulement
d e la l u t t e c o i i t r e V I n t é r i m e t le s a d i a p l i o r i s t e s . ■ les peches de l'am c, coinm c le sou len ait Lu tlier, m ais
-M a u ric e d e S a x c d u t a s s i e g e r la v i l l e p o u r í n a i t r i s c r q u 'il san eliíie aussi son cueur; la ju stilieation consiste,
la r é b d l i o n . É e h a p p é á t e m p s , F l a c i u s se m i l í» p a r - disait-il, en ec que Dieu dcincure dans Panic, e l la
e o u r ir l o u t e 1'A l i e m a g u e d u N o r d p o u r a m e u t e r le s rend sainle, et non pas sim plenient en ce qu ’il nc
p i'o t e s t a n t s c o n l r c le s I n t c r i m d ’A u g s b o u rg et de dem andé pas com ptc au pccheuT tle ses fautes. U ne
L e i p z i g e l c o iH r c r a d i a p h o r i s m e . O n c o m p t a i t , á telle d éro ga lio n au x principes de L u lh e r parut mons-
W i t t e n b c r g , q u 'u n c fo i s la v i l l e p r i s c , A i n s d o r f e l Irueuse, blaspliéniatoiTc et iin p ic au porte-dTapeau
G a llu s , á (Ii- fa u l d e F l a c i u s , s e r a ic u l p e n d u s c o i n i n e du p u r lutliéranisnic : Flacius refuta Osiander,
les fa u t e u r s p r i n c i p a u x d u d é s o r d r e . 11 n ’ en f u l r i e n : exposant avec elartú le dogm e lutherien e l en en
M a u r ic e d e S a x e c r u t p lu s p r i u l c n t d e n e p a s s é v i r . m o n lran t les conscquenecs logiques. üonjessionis And.
iM é la n d it lio n o b t i n l d u m o n i s d u p r i n e e d ’ A n h a l t O siandri de justi(ie<dionc refntatio, Francfort-sur-lc-
q u e F la c iu s q u i l l c r a i l s o n r e f u g e d e K o t l i e n . F la c iu s M cin, 1552.
r e n t r a l o u t s i m p l c m c n t il M a g d c b o u r g , m a l g r é la Tou s ces coups de langue e l de plum c, tous ces
p r é s e n e c d es t r o u p e s d e I V l c c t c u r . A s s u r é d e r i n i p u - opusculcs et traites, oú trop souvcnt l’irouic de la
n i t é , i l fu lm in a d e p lu s b c l l c c o n l r c M é l a n c l i t l i o n e t form e, la violcn ec <lu ton, les écarts de la colóre se
le s p h ilip p ie n s . II p u b l i a c u 1 5 5 0 il M a g d c b o u r g , m claicn l á la discussion des plus graves problém cs
e n l a u g u c l a t in e , t o u l c e q u ’ il a v a i t é c r i t ju s q u i? -lá th éologiques, ne p ou vaien t qu ’ irriter les ánies, ulccrcr
( O i i l r e le s a d i a p l i o r i s l c s , M . F l u e . l l l i j r i e i o m i t í a les cocurs, a ttis cr les haines e t acccnlucr les d ivisions,
s e r i p la l a t i n a c o n t r a a d ia p h o r is lie a s fr a u d e s e d ita . au plus gran d d etrim en t de la reform e. C’ c ta it á la
« lis v e u l e n l , d i s a i t - i l , e o n e i l i e r l e C l i r i s t e t B é l i a l ; ils fois déplorablc et dangcrcux. M icu x v alait coup
r e l o i i r i i e n l a u p a p i s m e ; ils p r é t e n d e n t q u ’ o n p e u t sur faire ta ire tou lcs ecs raneuiics e l n ieltre uil ten u e
p r c e h c r s a n s a l l a q u e r 1‘ A n t é c l i r i s l T o i n a i n ! N e v o n t - á ces discussions passionnées; I’avenir de l’ccuvrc
íls p a s r a m e n e r l o u t e s le s u b o m i n a l i o n s p a p i s l c s coim nune en d épen dait. L ’ayan t coinpris, Flacius
p a r le u r a d i a p b o r e ? » C e s r e p r o c h e s e x a g e r é s é t a i c n t essaya de rcconcilk-T les p arlis i l ’assemblec de Cos-
p eu d e e h os c á c o lé d e la d i v e r b e n e e d o c tr ín a le , q u i w ic k , en 155C, m ais n ’y réussit pas, tant les bles-
s ’ a e e u s a it d e s lo r s l o u e h a n l l e d o g m e l u t h e r i e n d u sures éta ie n t profondes. C’ é ta it done la gueTre á ou-
s a l u l p a r la fu i s c u le . F l a c i u s a c c u s a i t M é l a n c l i l h o n lranee, et, pour sa part, Flaciu s la mena avee plus
d e l ’ a v o i r a b a n d o n n e e t d 'i n t r o d u i r e e e lu i d e la de virulcn cc que jam ais conlrc tous eeux qu ’il consi-
n é c c s s it c d u e o n c o u r s lu n n a i n . « N c r é v c n l - i l s p a s d érait coinm c des luthériens dégénércs.
u n e e o o p é T a t io n d e l 'h o m m e d a iis l'c c u v r c d e sa L ’en tcn lc du m oins p ou va it se íairc conlrc l ’ cim cm i
c o n v c r s io n ? Q u o i I ils n i c n t q u e r i i o n i m c n ’ y a p a s coinmun. Dans un b u t ap ologétiqu e, Flacius vo u lu t
p lu s d e p a r t q u e s ’ i l e l a i t u n b lo c 1 l i s o n t c o n f i a n c e p rou ver que l’É glise luthérienne seule, e l non l’ É glisc
d a n s le u rs p r o p r e s c r u v r e s I M i c u x v a u t c e n t fo is rom aine, a le d ro it de se diré apostolique, en m on lran t
e u v o y e r le s e n la n t s d a i i s le s p lu s i n f a m e s lu p a n a r s p ar 1’liisloire qu ’elle cst pleincm ent d ’accord avec
q u ’ á l ’ u n i v e r s i t é i l e W i l t e n l j c r g , o ü l ’o n c n s e ig n e d e s l’ É glise p r iin iliv e : de li\ le gigan lcsqu c p ro jet de
d o c t r in e s a n s s i d i a b o l i q u e s . » C f. O m n ia s e r ip ta , relever, siéele p ar siéele, to u l ec c[ui, dans le passé,
p n e f . , p . A , a , tí, 8, D , 6 , E ; ( ¡ r i i n d l i e h e W id e r le g u n g p o u va it ap p ortcr un lém o ign age á cette tliésc. Mais
a l l e r S o p h i s t c r e i , s o J u n k e r H is le b , D r. In t c r im , pour niener A bien une tcllc a*uvre, des coopcralcurs
M o r u s , P f e f f in g e r , D r . G e iz , e l e . , d a s L e i p s i c h e /n t e r i m hábiles et laborieux, des seeours pécuniaires, des
z u b e s e h o n ig e n g c b r a u c h e n , p . J , 3 , 1\ ; J ) i e ¡ü r n e h m s le n livres ct des manuscrils é la ic n l indispensables. L ’cn-
A d i a p h o r i s l i c h e n ¡ r r l h ü m e r m i l t e - V o r r . e llic h e r Ir e u e n treprise é ta it (l un in lé r c l tro p im p o rta n t pou r nc
L e h r e , p . G , 2 ; K l a e r li e h e B e u v i s u n g , d u s s a lie d ie je - pas ctrc acccp léc de lous. Aussi ríen nc fit d éfa u t; e l
n i n g e n , iv e le h e d ie S c h r i f t e n u n d e r d a s ¡ n t e r i m u n d quoique de W itte n b c rg fú t p a rtie l’ accusation qu ’on
M i t l c l d i n g e ¡ e i l ; n h a b e n u n d zu lesen v e r b ie te n , e t c ., a v a it recouni íi des soustractions fraudulcuscs ct i
o FLACIUS ILLYR 1C U S 6

des vols m aiiifestcs pour reunir les somines et les : S trig el ct lu i; c c llc discussion eut lien á W cim ar, c'i
mnnuscrils néccssaires, Flacius trou va pres de ses , ao ü l 1560, e l dura lu iit jours. Flacius se vanta bien
ainis la collaboration et dans sa v olo n té l ’ cnergic de ! plus lard d ’y av o ir cu gain de cause; mais presse par
conuncnccr e l de poursuivrc inlassablcm eiU les I S trigel, il fu l obligó de dcclarer que le peché o n g in el
fanicuscs Ccnturics de M agdcbourg. E n atten dant ¡ cst la substatice m em e de rh o n m ic ; cc qui lui v a lu t
que p üt paraili'c la preniiére, il fit im p rim er á Bale, 1 d ’ctrc aecusé son tou r de m anich eism r. í)é s lors
en 1556, le Catalogas tcsfiiini verilatis. | son éto ilc p á lit A lena. L ’ a u to rilé c iv ilc n 'liésila pas
1” A létui ( 1557-1561). — En 1557, Flacius fu l ¡ fi déposcr lo u t pasteur ou préd icateu r qui sou lenail
n om ine professeur el surintendant A lena. Les ducs ¡ l ’opinion de Flacius. Cc fut une n ou vclle occasion
de Saxc avaicn t voulu fairc de c c llc v illc un centre ' de troubles ct de discordes. Flaciu s sontint alors Ja
u niversitaire, destiné á d even ir la citad cllc du pur ( lib erte ct rin dcp cn d an ce du m in istére ceelésiasliqne
kilhéranism e, p ar o pp osition aux un iversilés de vis-A-vis du p ou vo ir tcm porel. M ais l’ cleeleu r de
W itten b crg et de L e ip z ig , rlcvcnucs trop suspcctcs. Saxe brisa dans son germ e c ette tc n la tiv c de tliéo-
En íném c leitips que lili furent noinm és ses ainis cratie, cu re ve n d iq u a n l l ’ a u lo rilé superieure dans les
Judex, AYigaml el Miisreus. 11 nc p o u va it que se alfaires eeclésiastiques, e l sign iíia cju’ il repoussait
rejou ir de c e tlc bonne fortune qui lui assurait un tou te espécc d'iiicfu isition, 11 fit ju g er l ’lacius, A la
th eálve nouveau ]>our son aclion ineessante. Mais, fin de 1560, dans un consistoirc, d on t faisait j)artic
lá com ine ailleurs, son lm m cur balailicusc, sa susccp- précisém ent FfefTinger. F in alcm en l il le destilu a ainsi
tib ililé ct son in lraiisigcan cc doctrinales d cvaicu t ] que ses amis. A c ette nouvcllc, A Y iltcnb crg se ré jo u it,
soulever des luttes v ive s ct passionnées. des enfants y parconrurent les rúes en chan tau l dc>;
11 y a v a it i lena, depuis 1548, le professeur Strigel, couplets satiriques eon lre Flacius.
qui a v a it sans doute menc le bon com bat eon lre les 5 n E n e x il ( 1562-1567). — Flacius coinincn^’a alors
in tcrim isles, les adiaphorisl.es, les m ajorisles, les une v ic errante, mais nullem ent inoccupéc. 11 so
osiandristes ct les zv in g lie n s , á Eisenaeh ct A M d m s retira á R atisbon tic chez son am i Gallus, un chaud
par cxcniplc, mais qui n’ cn c ta it pas moins le diseiple p artisan de la b úelle et du bloc. II v i l une vcngeancc
ct l'am i de M clanohllion. Flus lib re que son m ailrc du cicl dans le fa it que, parm i ses cnncinis, l’ un,
pour faire connaitrc le foiul de sa pensée, i] a v a it ré lcc te u r de Saxc, a v a il été mis an ban de rem p ire,
soulcnu la ncecssilé d'unc eoop éralion a c tiv e de la el que l'a u lrc, le chancclier )Jrüek, c la it m o rt sur
p a rí de la volo n té Juimame dans Pceuvrc de la con- 1’éclinfaud. 11 n ’ en continua pas m oins á travaillcr.
version. T c l n ’ c tíiil pas l ’cnseigneinent de L u th cr ni II visita les prolcstan ts de l'A lsace autriehienne. lín
cclui de Flacius. C ’c la il la dispute dn syncrgism e qui 15üü, il fut appelé A A n vcrs a v e e quelques->uis de ücs
alla il se join dre á ccllc de rn d iap h orism e. L’ n óclat am is pour y organiscr le c u lle re fo rm é; la m em e annee,
nc p ou va it m anquer de se produirc. il p u b lia il le D e Iran sla íion c im p e rii rom a n i ad ( l a ­
D éjá un professeur de L e ip z ig , Jcan PícíTingcr, un mernos; en 15G7, Ja Confcssio m iitisfroru m Jesu C h ris li
¡uitru u ic la iu b llio n ic n , tra ite de ren égat p ar Flacius i in ccclcsin A n tw crp cn si, la Clnvis Scri/itunc saerir,
pour a v o ir collaborc a la rédaction de V In térim , ¡ D e pecctríi o rig in a lis a u l veteris A d n m i a pptttu lion ifots
soutenait, depuis 1550, que la v o lo n té de l’liom in c ct essenfia. L a lib erte dn cuite ayant été reliré c aux
<loil iieccssairenicnl coopérer i* sa eonversion. L e i p rotcstauts des P avs-B a s, forcé lui fu l de q u ilte r
]>rincipc du snlul p ar la foi seule c la it ainsi b a ltu A n vcrs.
en bréclie. Dans son on seigncnicnl A len a , Flacius Mais oü aller? Sa p olcn iiqu e viru len to lui a va it
reprit la question. C o m p a ra »! la v o lo n té A un bloc de aliené los deu x princcs du par ti les plus p u issa n ls
m arbre ou A un niorccan de liois, il la d íc la ra it aussi les éleelcurs de S axc ct dn I ’a la tin a l, qui lui lirent
in o rlc A lo u t in ou ven icn l spiritu cl, aussi incapablc in terd ire l ’accés (le la plus grande p a rtic de l ’A lle-
de lo u t bou seiitin ien t cju’im e pierre ou q ii’ unc büchc, m agne p ro lcs la n lc . 11 se retira A F ra n cfo ii-su r-le-
<Irangérc p ar con séqucn l A la eonversion, <pii appar- M cin. M ais sa C la ris S c rip ttin c s n c rx suscita de
lic n l cxclusivcin cut A l ’actc souvcrain d e la to n tc- ncmvcllcs polciniques el acccntua encorc les d ivisión'.,
puissancc d ivin e. Mu 1558, il a v a it é e r il eon lre non |>as sin ip lem en l á cause des uon ilueux p la g ia ls
l ’felliiiger une refuta tion , ile fu ta lio pro¡>osi(orum q u ’il y a v a it faits, mais A cause de son opinion sur
l ’feffln g erií de libero n rb itrio. Mais il re v a it <lc fairc le peché origin el. S’ ap p u ya n l sur L u tlier, <|tii a v a il
¡n terdire absoluincut rciiscigiicin cn l du syncrgism e. d it : T o u l esl peché dans l'hom uu', sa naissancc,
Ijans cc ))iit, il o b lin t «les ducs de Saxc qu 'ils sa nal uro, lout son étre, il p rélcu d it une fois de plus
dem aadcraienl á S lrigel la réfu ta lion écrite de toules que le peché o rigin el a v a it ra d icalem en l changc el
lis opinions nouvvlles qui s’ éca rlaicn t <lu pur luthc- p crv c rli la suhslunec de rh o m in c : d ’oíi le iio.n de
ranisme. S lrige l composn la ré fu ta lio n dem andée substnitlinlislcs donué á ses parí isa lis, á Ciallus et
mais non trllc que la d ósin iit Flacius, car il n'ad- Musa-us entre aulrcs, par o p p o s ilio n A ccux qui
in cU a il nullcm cnl la thénric Ilacicnnc du bloc r l de faisaient p orter les conséquenees dn péclié o rigin el
la ln'iclic, Ittuck tind K M z h h r e , pas plus que ccllc . non sur la subslauce de l'h o m m e.m a is sur lesaceidenl'-,
d 'a p ris laquollc, selon Flacius, Ic péclié origin el esl d'oü leur iioiii dVirr«/f/ií«/ís/(,s(\V igaii:l, A n d rea1, etc.).
la snbstaiice inem e de l'lioin in c. Aussi fnt-il aeeusé ■ C 'était de nouveau soulllcr le v e n l e l décliainer la
de syncrgism e el par suite d 'h é tc ro d o x ic luthériennc. i te n ip é le ; nuiis c 'é la il aussi s’a llir o r des déboires.
Dans le Confufationsbucl», qu ’ils pnbliérent A W cim ar, Cause de la n t de bruits e l d 'a g ila lio m , l-'lacius p aru i
en ir>5H, les am is tic l-lacius, Stoesscl, Musíciis ct mi lió le c o m p ro m e tía n !; los a u lo ritrs de Fran cfort
Mcrlin, m o iilra ic n l que le syncrgi.snic esl une ©pinion le priéren t de q tiiU e r la villc.
im p ir des adiaplm rislcs. Cc liv re, que Joan -Frédéric r>" A Sha.'ibimrfi (1567-1571). 11 trou va m i asile
de Saxc vou íu l iinposcr sous des peines sévércs t A Strashonrg, maix A la con d ilio n <lc s’ v tc iiir coi ct
coinm c le fon n u lairc d é lin ilif de la foi, con dam n ait 1 de nc p o in l susciler de u ou vean x Lroutdes. 1) lint
conim c In'rétiqucs (ous ccux qui nc i>ciixaicnl pas parole p c m la iil q iia lrc ans; m ais il n’ en lil pas moins
coininc Flaciu s; c 'é ta it nn nouveau n io tif de discordes. i h n prim er A ltíilc, en 150'J, le l>v cs^rntia im aginis ¡ ) r i
.Slrigel l'a lla q u a aussitól ct am euln les élm lia n ts; I et dinbnli, el 1c He om ision ib u s i’ila iu li errores i i i
il fu l alors Jelé en prison, mais il fu l rcláelié. quclqucs rsxenlia justitiir. o riijiiu ilis , e l, en 1570, la D cfensio
inois a])rés, gráce au cliiincclícr D riick, ct pul re- dnetriiur de o riffiiin li ju s lilia rt tn ju xlitia , ainsi que la
prendre *a chaire, (^c n’ é la it pus 1c com ptc «le l-'lacius, iílossn cnntftciulittrin in S ou u m Testaiiientniu, Mais
qui réelam a ol o btin t une discussion publique entre en 1571, il fu l relancé par Andrerc qui \in l soutcuir
7 FLAC IU S ILLYU ICU S 8

avec lui une discussion pub liqu e d cvan t les j )reeli- I niodem ent, qu ’ il q u a lilla il d ’alliancc entre le Chrisl
calcurs de la ville. Poussé dans ses dem iers rctranchc- I et Bélial, il Ies regard a it com m e un rctour en arriérc,
inenls, il p ro m il «le ren on ccr au m o l substance, mais 1 com m e une abdication.
il refnsa d ’a d m c ltrc celui d ’accident. L ’ accusation 11 ne Ir a ila pas a vec moins de s évérilé c t d’em portc-
de m anichcism c re p a ro l au ssilól, e l les pasleurs m ent eeux de ses corcligion n aires qui se p c rm e lla ic iil
rom pirent a v e c lui. P ou r to u le réponsc, il leur adressa d ’in tcrp rcter dans un sens m itig ó la doctrine luthé
son E n g e! der ¡''in s le m is s , pour qu ’ils pussent se i'ienne ou d ’in lrod u ire dans les queslions du péché
eonvaincre que la d octrin e de ses contradictcurs origtnel, du salul e l de la ju s tiflc a lio n quclqucs
n’ é ta il ríen monis qu ’une ab om in ation papislc. II nouvcautós jugées inacceplables. Gardien in fle x ib le
eut beau cnsuile en ap p eler á la d iéte de Spirc, les de la puré o rth o d ox ic, il csltin a il que l ’ enseigncmcnt
Strosbourgcois l’accusérent d ’ av o ir rompu le pacte de L u lh e r d e v a it resler le dernier m o l, absolum ent
proinis, e l le couseil, & la dem an de de l’ éleclcu r de in tangible et s a c rc : de lft le role qu ’il joua d ’A risla rq u e
Saxe, le n i bannir. ou p lu ló t de pape lu tliérien in tratisigcan l. II a va it
I o Ses derniéres années {1572-157S). — Flacius pou r lui la logiqu e, mais elle é la il basée sur un faux
é la il désom iais condam né á errer com m c un vagabond point de d é p a rl; au nom du lib re exam en, chacun
dans eette A llem a gn e p rotestan te qu ’il a v a il rem plie p ou va it lui repondré qu ’il a v a it le droit d 'ex p riin ci­
de ses <euvres, de ses querelles lliéolo giq u cs ct d e sa sa pensée et de fa ire v a lo ir ses con viclion s. Lorsque
puissante personnalilé. R é fu g ié á B ále, il fut obligó Flacius constata l’insuccés p a rlie l de ses efíorls,
d’ en p a r lir cncorc, í\ la dem ande de l’électeur de lorsque p ar surcroít il se v i l en b u tte aux suspicions
Saxe. « Les ealvinistes, d il D ollin ger, L a Reform e, e l á la perséeu lion , il nc m anqua pas de d cp lorer la
trad, fra n f., P aris, 18-19, l. n , p. 215, poussérenl des triste siluation rcligieuse de l’Allcm agn e, d e récri-
rris de jo ie en v o y a n l que l ’A c liille du lutliéranism e m in er con tre les uns et les autres; et fm alem cn l il
é la il dans son pro, re p a rli ¿v ite com m c un p estiféré en ap p ela it au ju gem en t d em ier, qu ’il c ro ya it im m i-
e t repoussé com m e un galeux. » A F ra n cfo rt on nc nent.
vou lut pas le rc ce v o ir; il se re n d il secrélem ent á C’est dans les ¿pitres dédicatoires placees en tete
M ansfeld, puis á B erlín, parcourut la Silésie e l la de chaqué ccn lu ric qu ’il m anifesté ces sentim ents:
Hessc, il la faveu r d'un déguisem ent, ct rctourna fina- celle qu ’il adressait á É ric, roí de Sucde, en publiant
le m en t á F ra n cfort, d ’oü 0 1 1 alla it cncorc 1’expulsor, la V * centurie, Eeclesiasíica ¡lisioría, Bale, 1562,
lo rsqu ’il n io u m l, re la liv e in e n l jeune, le 11 mars 1575. p. a , -1,5,0, esl p articu liérem en l inléressan ic á ce sujel.
s Ain si suecomba Flacius, aprés av o ir éte traqué C’é ta it aprés son expulsión d ’ Iéna. II y rappelle
par to u le l’A llem a gn e protestan te com m c une b éle d’ abord les m agn ifiques ólans de la p réd icatio n evan-
fauve. Si la lin malheureuse de c c l liom m e qui, p ar gélique & ses d éb u ls; mais qucls cliangem ents depuis !
l’étendue de ses connaissances dans la th éologic e l 1 Sed quati, proh d olor! ct quam horrenda in gratitadinc
l’histoire, l’em p o rta il sur tous ses conleinporains nos ¡tomines isla in g en liti om nipolentis D e i beneficia
protestan ls, lit si peu de sensation, on le p eu l exp liqu er ex c ip im u s ! Quam enim letra peccala, sedera, fla g itia
paree que, sous c^tte H éform e qui d é v o ra il ses propres in orbe ehristiano nune sim a l inundan! 1 Sans doute,
enfaiHs coinm c un au lre Salurnc, ríen n ’é la il alors ajou tc-t-il, faisan t allusion <1 lui-m em e e l á ses am is,
plus com m un que de v o ir des réform ateurs et des pas- il cst encore des docleurs, disperses f á et lá, qui
teurs m ourir de la m ém e m o rt; e l sans dou te aussi, m aintien n ent la p u relé d é la parole d ivin e e l dónoncent
parce qu ’on ne p o u v a it guerc le plaindre d ’a v o ir á 1 courageusem ent les m ú ltiples erreurs, m ais ils sont
endurer un Lraitcm enl qu ’il a v a it fa it lui-iném e subir | vilipen dés e l persécutcs, non seulem ent p a r les
íl M élanclitlion , son b ie n fa ilc u r.» D ollin ger, o¡>. cit., I enfants du siécle, de la p art desquels cela n ’a pas
I. 1 1 , p. 24L>. 11 fin it com m e 1c bouc émissaire de lou t lieu de suiTircndre, m ais aussi p ar des confrércs qui
son p a rli. Une Lelle fin, si elle s’exp liqu e ju squ ’á un les Ira ite n l de rigoristes, d ’hcréliques, de brandons
certain p o in l p ar les defauls de l’hom iuc et l ’intran- de discorde, ju squ ’au p o in l de faire a g ir le bras
sigeance trop a llic rc du docteur, 11 ’ est pas á I’éloge de séculier, doncc desperantes de susc causa; bonilale
ses coreligionnaires. Flacius, sem ble-t-il, m é rita it , ct rjtadio spirilu s, soUicitant ct insügani potentiores, u l
m icux, car il fut le plus grand U iéologien luthórien cjusniodi poccs sua aueloritote, quin et crucnlis gladils,
de son tem ps et le d iseiple le plus obstin ém cn i íidéle compescanl, Suit une allusion aux Iroubles rcgrellab les
á la doctrine de L u lh er. de V In té rim ,e l l’ém im ération des conccssions fácheuses
II, Écr.iTS. — I o A ctiv ilé Uíléraire de F la ciu s : e l des erreurs nouvcllcs : Ccssio jacta esl in articulo
senlimcnts qui l ’in sp ircrcn !. — Tou jou rs sur la bréclie, de tibero a rbitrio, in gralia m papistarum , quasi homo
Flacius nc eessa pas de com b a ttre par la plume. non regeneratus possil in conversione adJJcnm coopcrari.
É crits en nlleniand ou plus sou vcn t en la lin , ses — C cssio..., quod p rin cip a lile r fide ju sü ftca m u r; quod
le llres , ses opuscules, ses p e lils Iraités et ses ouvrages de pa rtícula sola in ista propositione .‘ sola (ldc ju stifi-
de longue hálem e tém o lgn en l de la plus grande camur, non sit pugnnndum coram A n lic h ris ti sociis. —
a c tiv itc lillé ra ire . D eux sen tim en ts surtoul l’cxci- CessÍ0 ...tqU 0 d bona opera sunl ad salutem seu ju s lilia m
tcrcn l : la h ai lie con lrc I ’É glise rom aine et le dés ir neccssariat et quod im possibile sit absque bonis operibus
d'assurer le lrio n i])h e á la cause de la H éform e par ¡ satuus seu justus /icri. — C c s s io ..q u o d in cocremoniis
le m aiiitien integral de la d octrin e de L u lh er. | uiva A n lic h ris ti larva sit rccipicnda. C’ est, d isail-il,
La liainc rend d’ordinaire cxccssif et injuste : ce fu l le triom ph e de la philosophie et du papism e. E l
le cas pour Flacius. Sans parler de la grossiéreté des I faisant allusion ñ M élanclitlion, il se m oqu e de ces
tenues ou de la viru len ce des propos, il eut recours I ainateurs de con ciliation , de ccs liomnies d ’au torité
á hi sai i re, au p am p lilet, á la ealom nie. C 'é la it sans j el de doctrine, qu ’on en esl venu vén crcr com m e des
doute & ses y e u x de bonne g u c iT e , car il estiniait d em i-dieu x ou des idoles, non atiter quam srm id ci ct
qu ’on nc d e v a it a v o ir ni tréve ni repos con lrc l ’A n ié - qutrdam idota. II déplore enfln l ’in tiu sion du pou voir
clirist e l la cour de R om e, e l que tout é la it bon pour ¡ c iv il dans les aflaires rcligieuses, ce qui va donner
com battre la cause de la n l de m aux. Aussi, chaqué au lan t de papes que de princcs, de m agistrats ou cíe
fois qu ’en vu e d ’apaiscr les cspriis e l de fa ire censor ■ grands seigneurs; et qucls papes, quand la plupart
Ies discordes reí i g. cu ses, 0 1 1 ussava de s’ entendrc, tou t I d’ enlre eux ne savent m im e pas se servir du gla ive
au iiioins sur des poiuls secondaircs qui laissaient de tcm porel I E t ptanc sicut o lim p o n lific ii proceres in
c o lé la doctrine, s’cm pressa-l-il de pousser le cri I Ecelesia scetcrata regna hujusm odi invascrunt, ila nunc
d ’ alanne ct de in c llr e le hola. Ces Lenlalives d’ accom- lücissim p o litic i, illotis quasi n ia n ibu s,in gubernalioneni
9 FLAC IU S ILLYTxlCUS 10

M a m sp irín u ila n in u m p u n l, seque ulroquc gladio instar fa v eu r de la présenec réelle ct de la confession auricu-
A n tich ris tí a ccingunl, cum nee u n u n íg u id em su u m rccle la ire; aussi cliercb a-l-on á en supprim er tous les
adm inistrare n oria l. Oe tels senlim cnts, e x p rim ís excm plaires, m ais sans y p a rv en ir; le cardinal Bona
un 1562, lie purent que se re n fo rc cret s’ a ig rir jusqu’ ñ l ’a réiiu p riiiicc dans ses u-uvres litn rgiques. 10. Sous
sn m o rt; mais Flacius lin t bon m algré to u t ct pour- ee titre : E tlm iea fesuitaru m doctrina, sur les deux
su ivit son role in gra l. i p rin cip au x articles de la foi chrélicn nc, la rémission
2 o É crits divertí. — Parm i les nonibreux écrits (le| et l’ab solu lion des pécliés ct le m ystórc de la prédes-
Flacius, quclques-uns nc sont que des recueils, dont ! tin a tio n , Flacius é c r iv it un p an i])lilet contre le caté-
il suffira d’in diquer le litr e : 1, C arm ina vetusta qu;c j chisme de Canisius, sans in dicn tion du licu d ’im prcs-
deplorant m scilia m E v a n g c lii cum prsejuiinne F la c ii | sion, m ais d até, á la fin, de l’an 1564; il y p re;e aux
lllg r ic i, W ille n b c r g , 1548; 2. Sylvula earm inum de [ jósu iles en général ct A Canisius en [ arlicu lier une
religion e, 1553; 3. Sglva ea rm inu m in nostri sevi , d octrin e qu ’ il peut bien q u a lifier de paienne, mais
corruptelas, 1553; 4. Va ria doctorum piorum que viro- | qui n’ é ta it nullcm ent la leur, car il l ’ in ven ta avec
ru m de corrupto lic c le s ix stutu, 1556. In m auvaise foi la plus ó vid en te. Cf. P reger, F la ciu s
3o Cortlre le pape el l’ Église. -— 1. A une date llly rie u x , 1-rlangcn, 1859-1861, t. n , p. 563, 561;
¿nconnue, Flacius publia un fascículo de h uit f cuilles, Jaiissen, I .'A lie mague el la ¡{¿form e, trad. fra n f.,
lirk lc ru n g der schendlichen Siin de derfenigen, die.dnreh t. iv , p. 446. Fond e l form e, ces oiivrages de Flaciu s
der C oneilium , In te rim und A diaph ora vom C hrislo a lim cn lc ren t les d iatribes jirotcstan tcs eon lre « l ’A n -
zujn A n tieh ris t fallen,a u s diesen prophctisehcn Gemelde lócbcist de R o m e, la p ro s titu fe de B a b vlo n c et to u lc
des drilten E lia selig er Gedeclitniss D . M . L u th c ri ejeno- 1’eiigcance id olú trc du papism e. » L a v e rité est que
men, au sujet de l'ign ob le caricalu rc oú le pape ó ta il le fund cst aussi d éle sla b lc que la form e.
représcnlé ¿i cheval sur un pourceau eL bénissant des 4o Contre les protestants. — Sous le nom de zw in -
cxcrém ents. On y t il ce passage : " C e tle e s ta m p e n ’ est gliens, d ’in lérim istcs, d ’adiajdioristcs, de syn rr-
pas, com m e on vo u d ra il trop le fairc croire, l'acuvre e l gisles, etc., il n ’est g u írc de personnage p ro lrsta n t
la fantaisic d ’un vlcu x fou plein de m n licc; elle a été 1 dou t Flacius n ’ait passionnéincnt con d jattu les
inspiréc par une sagesse tou te d iv in e et spiriüielle. opinions, chaíjue fois qu ’il les ju g ea it opposécs á ses
Car aueune ordurc ne fa it m on ter au nez une odeur | vues ou la purc d octrin e de L u lh e r ; il s’ cn est pris
plus nousóabonde que le p apism e; c’ cst la plus aux calvin islcs connnc aux lulliéricn s. 11 a iio la iu m en l
eíTroyable ordurc du d ia b le; il em peste JMeu et les réprou vé la cónc c a lv in is le e l le Katcchism us Ilc id e l-
saints anges. Aussi le sarcasmo am er de ccttc im age ' bcrger des calvin islcs O levian e l l'r.simis, paru á
ct de mon diseours sont-ils ¡ncapablcs d’ exprim er, I Ilc id c lb e rg , en 1563, avec l ’ap p ro b a tio n de l’ électcur
com m e il le fau d ra il, 1’ horrible im p ió té, 1'ordurc . p alatin , Fréd cric 111, qui l'iu ip osa d ’ iiu torité dans
spirituclle de ees n iam duks qui, tandls que j'cc ris ses É ta ls . Cf. W o lte n , D e r ilc id c lb e rg c r Calcchismus
ces lignes, avec leur p apauté, leur coiicile, leur in sciner u rsprün glich cn Gestall, ncbsl der Geschiehte
In lérim , leurs com prom is ct tout cc qui ¿m ane de setnes Texles u n la b re 1563, Bonn, 1861; N icp in a n n ,
ccttc race em pestée, nous entrainent loin de N o lrc - li e r H eidelberger Cakehtsnuis von 1503, l'.lbcrfeld,
Scigneur .lésus-Chrisl ct nolis m én en t d ro it á l’A n té - 1866. N ous avon s d éjá signalé quclques-uncs d e ses
clirist ct au diable. » Cf. Jansseii, L'A llcm agne. el ojuvres )>olcini(|ues. 1. F la e ii l ü i ¡ r i t i om n ia seripla
la liéfnrm c, Irnd. fra n f., P arís, 1877-1899, t. tír, I la tin a contra adiaphoristieas fraudes edita, M agdc-
p. 690. C’ cst lil trop sou vcut ic* ton des d iatribes de bourg, 1550; 2. W iedcr den E van gclisfcn der I lc ilig c r
Flacius. 2. E li 1515, il d éb u la it p ar l ’ un des plus ! Chorrocks, J )r. Gciz M a jo r, 1552; 3. Confessionis
violcn ls p am ph lcls, C onlra pa palum rom anuni, d on t i A n d re a (Jsiandri de ju slifica tion c rcfulatiu, F ra n cfo rt-
la préfacc eonm icnce par ccs inots : Satanucissimns i sur-lc-.Mein, 1552; 4. U efu la lio propositarían P feffin -
pa pa; 3. X o l x de falsa p a p ista ru m relig ion e, Jlagdc- g e rii de libero a rb itrio , 1558.
bourp, 15 19;4. H is toria eertam im im de p rim atu papse, | 5o (E u vrcs doctrinales. — lU -'alivein cu t á la doc-
Hále, 1551; 5. une salirc, A n tilo g ía p a p a , LSñlc, 1555; i trine lu llu Tien u c, tcllc q u ’il la eoni])rcnait ct q u 'il
(i. Catalogas k a liu m veritalis, t¡ni anlc naslram x la tc m | l’rx p liq u a í\ 1’cn con lrc de lous rcu< qui proposércnl
p on li/ icii romano efusqut error i bus reelaniarim t, Hále, , des ])oin ts de vu c nouveaux, 1-'acius a é c ril : 1. 1><'
1556. C ’ cst un recueil, accottipagné d e reflexions e l ' m ee el re fidet, 1517; dans le C orpas rcfoTinalorum,
d ’obscrvalions, de lo u t cc que l’liis lo irr p ou va it I. v u ; 2. l) c n uindiicalione corporis C Iu islt, 1554:
o llrir de plus d efavorab le á l'É g lis c roinainc, et 3. De non scrutaiulo g cn era lionis F i l i i l ) r i modo, 1 60;
i-onime la prcfaco des Centurics. Flacius s'efTor^ait 1. D e peccati origin a tis a u l veícris A da m i a ppcllatio-
d 'y prou ver f[u'eii d íp it des ténébres qui n vaien t n ibus el cssentia, 1567; 5. De essenlia im u g in is De i
si longlem ps obseurei la v e r ilé ch rétieim c ]K-ndant el dm bol i, Hále, 1561*; (i. D e occasionibiis t'i andi
le régne du « papism o in ip ie ;>, il s 'é la it trou ve dans errores in cssentia iu s lilL v oritjin a lis , Uálc, 1569;
lous les sié(les des lém oius íidéles qui avaicu t pris 7. D cfcn sio dar trin a ’ <lc n rig in a li [a s tilia <! iitjiis titia ,
la d ífriis c de l'o rllio d o x ic , jusqu'au jo u r oú, gr3cc 1570. II y défen d les prin cipes de L u lh e r sur la
■iu nouvcl íiv a n g d e , la v é rité a v a it de nouveau juülilK-ation p ar la f«»¡ seulc sans les u-uvivs, c t y
rcsplcndi dans k* monde. Cc liv re esl entre loutes fo n mi le, d ’ aprcs la d octrino de son u ia ilic , cc q u 'il
les inains, le pcuplc nicm c le lit u vid cu irn t, o b serva it cro it é lre la vraic iiiitnrc du péclié o rigin e l. D 'a u lrc
laseniírein dans la dédicaec de I» n 'fu la tio n q u ’il en p a rí, il a laissé deux ouvrages sur l ' l u i i l i i i c snitilc :
lil. Ctilultirjns Irstitun rrrita lis , D illin gcn, 1565. 7. l ‘ro- X. C lavis S cn p tU iw sacnr, sea de sermone sticrarum
irstuhn conrionatoram alú/nol A a g . coii/essionis adver­ i httera rum . Hále, 1507; í). Glossa com pendiaría in
sas cunoentum T rid e n lin n m , 1.>(>.$; 8. h e sectis, dtssen- I X o ra m Tcstom enfam , Hále, 1570. L a C la ris com prcm l
lionibus r l confnsionibiix d octrin a '... p oid ificioru m , dcu\ volinnos, d on t 1c jircm ier, sous form e de d irtio n -
I »ále, 1505; í). M iss a la tino, (¡uic o lim <m(e lloniaiiaru nair*’, esl uuc c x p lic a lio n des p rin rip a lrs fa^ons de
i// usu fitil, Strnslxnirn, ir».'>7. M ariu s a v a it publia ¡ ])arl< i' de la 1tilde, e l d on t le sceond cunlieu l |)lusirui's
( t i l e M issa. lirre d ‘un \jcn\ iiian iiscrit, pour en Ira ilé v sur les reales á o b server dans rc\ p lie:d ion du
.iceablcr rf-^ lis v rom nine; elle fut cxpliiiU 'e ]icilil.m [ l e x lr siicré. Flacius, cela va sans diré, roptutsse les
■|ii«*l<]u«' lem ps m in m c c o n I raí re á la croyan ee e l á | principes de ri-2glisc cnllndiqu e, d'nprcs lesíjucls
l.i pratifp ie des «¡ilh n liq u cs; m ais «ni ne d ev n il pas l‘ l';«-rilure n V s l pas la ri'glc nni(|ue de l;i fo< et duil
t.irder n se ronvaim -rc quYIlc. ét:iit loin de fa voriscr ! (-Iir cn leiid iie d'apn-s l'iid e r p r r l.itio ii qu Y n oul
!<• nouvcl ICvanKik-, piiis<|d\>llc tc iiio ig n a it |>lnU>t en d om icc les l ’eies ou qu ’ clle en doune elle- m a n e . II
11 FLACIU S 1L L Y R I C U S — FLAGELLANTS 12

esl pourtanl l>icn obligé <le reconnnüre q ii’ellc offrc ! rio ru m de oerbi J)ei corruptelas tiber prim as, in quo
des obseurités, puisqu'il en sígnale m inuticuscinciit de sanetissim i prweursoris D o m in i Joannis Baptista»
l>lus «le cin q u a n lc raisons; d ’oú la néeessité de quol- historia evangetiea, cum adversus atios hujus tem-
quos regles d 'ín tc rp rc ta lio u . P arm i ccs réglcs, il en ¡>oris sectarios, tu m eonlra noros cectesiasticw historiae
il‘innc quclques’-unes d ’e xe o llen le s : d ’aulres sont m oins eonsoreinatores sive C enturialo'cs pertm etatur, IJillin-
súres: el puis il y a le vico radical du libre exam en gen, 1572; ct dans son Com m entariorum de verbi De i
qui laisse la p orte o liv e rio ñ toutes Ies opinions. II corniptetis secundas tiber, de M u ría V iryin e ineom-
a p p rou ve rin lc rp r é ta lio n allégorique, quand lin te r - p a ra b iti et Dei gcn ilriee sacrosancta, lu g ols la d t, 1579;
p ró latio n purenienl litló r.ile esl inacceplablc. Mais un troísiém e liber, resté manuscrit et conservé ¡i u x
ÍLiule d 'im e antori té qui soil :i m ém e de decidor en archives do la provin ee d ’A llem a gn e, traite De Jesu
dornter ressorl, c’esl liv r e r le sens de l'Iic ritu rc aux C hristi m irndi redemptvre et De Petro apostolorum
cupriocs de <|uiconquc l'cx a in in e e l poser un vrai prin eipe. V o ir l. n, col. 1520, 1527. .Mais ce fut á la
p rín cipe d 'auarcliie in lclle c lu e llc el rcligieusc. priérc de sainl P h ilip p e do N érí, son supéricur, que
f>° (Euures historiques. — A plusieurs reprises, dans Baronius assuma la tache laboricuse d ’éerire l ’liis-
l:i plupart «los onvragcs d ejá indiqnés, Flacius a fa it toire de l ’É glise, annéc par année; il y consaera tren te
appel á l'liis to íre ; il y fa it cncorc appcl dans lo De ans de sa v ie ct la poussa jusqu’ á l'an 1108; ses
Im nstationc irn p erii rom án i ad Germanos, Bále, 1.">0G, Anuales, Hom e, 1588-1007, restent, nialgre lcurs
pour p rou ver que la translation de l’etnpirc roinain défau ls ct de l ’a v is m ém e de certains protcstants,
aux A llcm a n d s n’a pas é lé fa ite p ar les papes, mais tels quo Casaubon, une ceuvre bien supéricurc íl eelle
surlout dans les faincuses Centurics. Cct ouvrage, qui I do Flacius. Qtiis nescit, é c riv a il Casaubon, Prolog, ad
d e v a it exerccv tan t d ’inllucnce chez les protcstants exereit. ad B a ro n ii Anuales, en parlant de Barónius,
el d ev en ir le répertoire ía v o ri de tolites Ies polém iques ut óm nibus sua ditigentia patinain p r.rrip u e ril?
con lrc 1‘É glise catholiquo, Tilt entrepris dans le but Sur les accusations provoqu ées p ar l entreprise d e
ik- révclcr au m onde c lirclien les origines, les progrés, Flaeius, e l qui p artiren t tout d ’abord de W ittc n b e rg ,
les coni]>lots in ipies de l’ A n tceh rist de H om e, de com m c nous l'avon s déjíi d it, v o ir S alig, Voltstandige
dnniier les prcuves m anifesles de tous les forfa its et H istorie der Augsburgisehen Confession und dcrselben
traíics lion tcux de l ’ K glise, de m on trer (|u'aux debuts zugethanen K irch cn , H alle, 1730-1735, t. m , p. 279,
du christianism e ce n ’ é ta it pas la doctrine papiste 387; Preger, M a t. F la ciu s Ittyricus und scine Z e it,
qui a v a it e le enseignée, m ais bien la doctrine óvangé- E rlangen, 1859-1861, l. ii, p. 431 sq.; N u rn berger,
lique. Flacius I’ a v a it d ivis ó on Irois périodes : l'A n - D ie B on ija tiu s L itera tu r der M agdeburger Centuria~
téelirist c a d ié , l’ A n téch rist public, r A n té c h r is td é v o ilc ; toren, H an ovre, 1885, t. x i , p. 29 s q .; N iem o ller,
mais il le publia siécle p ar siécle, d'oú le noin do M a l. F la eiu s und der Ftaeianisehe Geisl in den ¿¡Iteren
Cenluries. L e titre Iros long e s l : Feetesiastiea historia... protestantischen K irehenhistorien, dans Zeitsch rifl f ü r
Sccundam singulas C enturias... p er atiquot studiosos katholische Theologie, Inspruck, 1888, t. x n , p. 75-115;
r l pios piros in urbe M agdeburgiea. Pas de nom t Janssen, L ’A llcm agn e et la ¡{¿form e, trad. fra n f.,
d'a u teu r; m ais eliaquc centuríe est prccédcc d ’une I Faris, 1887-1899, t. v , p. 3-49-350.
épitre d éd ieatoire á quclque ¡Ilustre personnage, duc,
Menius, Veranlmorilimg au¡ MatUtei F la eii Illyriei gifílige
prinee ou roi, au bas de laquelle se lisenl les noms
und unuxthrluiflligc Vcrteumdang nrul Lusíerung,Willcnb^rg,
<le Flacius lllyrieu s, W iga n d , Ju d ex et Faber pour 155S; Ulenberg, Vitar tueresiarcharnm Lulheri, Melaiiehto-
les qu alrc prem ieres con lm ies, eeux de Flacius, nis, M ajoris, Illy riei, Osiandri atiorumque eomplectenles or-
W igan d ct J u d ex pou r les ein q suivantes, eeu x de tum, progressam ct incrementa, Colognc, 1G22; Ellies du
Flacius, W ig a n d et C orvinus pou r les nutres, e l eeux Pin, Bibliothéqne des auteurs sfparís de la conimunton de
de W igan tl, C orvinus ct H o ltliu te r pou r la treiziém e . ! ÍÉ g lis e romaine du .vi-/e et jtr//= siécle, París, 1718, t. iu
Les <|uatre prem ieres furent composées á A fagdebou rg; ; |>. 477-480; K itter, Math. Flaeius Ittyricus Leben und Tod.
I 2“ ¿dit., Francfort-sur-le-M ein, 1725; Twcslcn, Ulalh.
la cin<|UÍéine p a rlim in urbe M agdeburgiea, p a ríim in
Flacius lllyrieus, Berlín, 1814; Dollingpr, Die Re¡onuationr
Academ ia ¡enensi, com m e p o rte lo sou s-titre; m ais ihre innere Enlwicltlung and ¡tire Wirkungen im Unjan ge-
la sixiém e est d íte in exsitio per auetores eonlexla; des tulerischen Bekenntnisses, ltalisbonnc, 1S4G-1S48; trad
el loutcs les autres, á p a r lir d e la scp liem e, in dueatu íran?., París, 18IS-1850, t. n, p. 224 sq.; t. m ,p . 437sq.;
M egalopotensium , in eioilate W istnaria, dans le duché Preger, M ullí. Ftacias Ittyricus und seine Zeit, Erlangen, 185ÍV
«lo M ccklcinbourg, á W ism ar. M ais toutes o n t ó te 1801; Janssen, L'Altemagne el la Ré/orme, París. 1887-189!).
iiuprim écs ¿i Bále, de 1559 á 1571. t- iii, v, pa&síru; Kirchenlexikon, t. iv , col. 1527-1532; tu
Realencgctopadie jü r proteslanlische Theologie sígnale coinmc
Cct ou vrage fu t esscntiellciuent une au ivre de p a r li
sources les munuscrils de Wolfenbuttcl, Munich, Viennc et
oii la v é rité liis lo riq u c n ’est pas respectée, oit los Francfort, les t- v m et ix du Corpus reformatorum. H alle.
accusalions les plus in jusles ot les plus ignobles sont 1841, 1812, ct Gcschichle des 1‘roteslantismus in Oslcrreich.
portees eontre les papes, n olain m en t G régoirc V I I t. XVII, x ix .
et A le x a n d re I I I , oü los fob les les plus grossiéres G. B a r e i l l e .
sont enrcgistrées tollos que eellc de la papesse Jcanne F L A G E L L A N T S , soetaires qui, du x i i i ' au x v « sié­
sur laq u elle on re vie n t ju squ ’ii tro is fois. Cent., ix cle, exagércren t la m o rtilica tio n corporelle en lui
p. 333, 337, 501. S ’il p ut ré jo u ír les protestants, il attrib u a n t uno v ertu souvoraínc, ct lo in b c re iit dans
ne déconcerta pas los cnlh oliqu es qui relevéreiU le plusieurs erreurs de doctrine.
«a n t au ssitól. Un clianoine d ’Au gsbourg, m o rí en I o L a llagcllation a v a it été inserite p ar la loi
1503, Conrad B ru n .fu t le p rem ier á faire p araitre un ntosaique, D eut., x x v , 3, au nom bre des cháliinents-
lA b e r adversus centurias magdeburgenses, D illin gen, corporels, a v e c défense tou tefois de donner plus d e
1501; un au tre cbanoine, E inscngrein d e Spire quarante eoups de verge ou de fouct. E lle l'c la it
1570), vou lu t répliq u er p ar C en len a rii x v t conti­ aussi dans la loi rom aine, m ais sans lin iila lio n dans.
nentes deseríptionem reru in m ira b itiiiin in orthodoxa le nom bre des coups. L e Sau veur la su bit la n u il de
et apostólica Ecclesia gestarum, adversus nornni histo- , sa passion; sainl Paul reput einq fois les trenlo-neuf
ria in ecctesiasticain, quam M athius F tacias llly rie u s coups de v e rg e ; de n om breu x n iartyrs furent Ilagellés
et ejus cottegie M a gd eb u rgici contra re ru n iD e i cu ltu n i... ' avan t d ’é lre m is A niort. Sous une form e plus adoucie,
tm per ediderunt; m ais il n’eu t le tem ps que de p u b lier 1 ce genre de p én alilé fut in lro d u it dans la v io monas-
le Centenarias j, lu g ols la d t, 15(30, el le Centenarias //, I tiq u e |x»ur punir certaines transgressions de la régle.
M unich, 1568. A son tou r Canisius rósolut de ré ta b lir ' Puis, l’esprit de pénitencc a id a n l, dans un b u l de
la v é rité m cconnue e l tra v es lie dans son Com menta- m o rtilica tio n , pou r rép rim er les assauls de la c lia ir
13 FLAGELLAXTS 14

ou ctcinürc les feux tic la coneupiseenec, quelqucs ct dans B oilcau, llis t o ir c des ¡Uigcllants, Avnstcrdam ,
clirélien s curcnl l’ idéc de se fairc ío u e llc r ou de se 1701, p. 255-2C1, qu'on n’ c n le n d it plus de quehiue
flageller eux-niémes, en s'a p p u ya n l sur le m o l bien lem ns dans le pays ni Ies Instrum ents jo y c u x «le
eonmt de sain l P a u l: « Je traite durem ent mon corps íe le, ni les ehansons d ’am ou r; les inim üiós ccssércnt
ct je le licns en s e rv itu d e .» I Cor., íx , 27. L e verb e d'h om m e á honnne, de fa m ille A fam illc, de c ilé á
cm p loyé par l’ apótrc, C~o~iá(fo, sign ifie Iittéralem ent c ite ; de nombreuses reslitu tion s eurent lien, les
tnetri Lrir (t'u ii coup de poing\ á sa plaee, quclques nía* prisons s'ou vriren t, les esclaves furent em ancipes el
nuserits, suivis par la V u lgate, p ortc n t cu­ les exilés rappelés.
s í i yo, je cluílic, j'u fjlifjc. Ün p ou rrait done á la rigucur On s’ en étonna d 'a u la n l plus «iue e clte n ijn ifc s-
eoni))rendre la flagcllation com nie Pune des m anieres ta lio n extraord iu a ire de pénitence pub liqu e paraissait
d e eháticr son corps, auxquelles a v a it ía it allusion spontanée, sans in itra lcu r connu, et se développa
saint Paul. Toujotrrs ost-il que ce qui nc fu t, p arm i rapid em en l en dehors de tou te a u to r ití religicusc ou
quelqucs asectes n io rlilics , q u ’un usage d 'in itia tiv e civ ile . Mais si ce m ou vcinen t p rodu isit tout d ’abord
p rive e d c v in l une pratiqu e régulióre á F o n t-A ve lla n e , de si m erveilleu x cll'cts au p oin t de vue de la eoneorde
au x i* siécle, griteo á sain l P ierre D ainien, alors abhé des eitoyens e l de la p a ix p ublique, il p aru t bicn tót
de cc m on asiére: eelui-ci, en effet, a v a it prescril á ses un d an ger pour la fo i, grácc aux agisscuicnls de
inoines de se donner la discipline a vec 1c fou et chaqué 1’hérésie, ct pour la s o e iíté elle-m cinc, íi eausc des
vendredi. Q u a n don P a p p ril, il se trou va quelqucs es- reven d iealio n s populaires qu ’ il p o u va it d ích ain er.
prits chagrins pan u i les ele res e l les laíqncs pour blá- 'Les llagcllanls, en c líc l, préten duien t qu 'on ne sau-
m er cet usage eoiiiiu e une in n ov a lio n eon lraire á la tra- ra it élre pardonné si on ne passait un nioi.s dans leurs
d itio n e l aux regles m onastiques. M ais P ierre D am icn rangs; sans le n ir coin p le du saercm enl de pén ilcncc,
ju s lifia sa mesure, en observan t q u e,' si nous devons il.s s’a b solvaicn l Ies uns les au lres; p ar leurs Il.igella-
a llc n d re la m o rliric a lio n les u n ; des autres, nous lio n s ils cro yaien t ctrc u liles ITim e de leurs paren ls
som mes dispensas de p o rler n o tre cr»>ix, puisqu’il n ’y el de leurs am is, en les d éliv ra n l du p n rg a lo ire ou
a plus de perséeuleurs pour nous erueilier. » E t il inénie en sou lagean l leurs peines dans Tenícr. Ils
ajo u ta it : « On lie condaim ie pas eclui qui jeüne p ré la ie n l ainsi le llanc au x scelcs vaudoises, eatliares
sans l’ordre du p ré lr e ; pourquoi eondainner d ís lors ou aulres, qu i, qu oiqu e condam nées, n'en ponr-
eelui qui se duiine la d isciplin e de ses propres niains? * su ivaien l pas m oins leur a e lio n tenébreuse et m al-
K pisL , 1. IV , episl. v i n , /*. I.., I. c x i.iv , col. 3.riO. faisanlc. D 'a u lr e p a rí, ecs troupes de flagellan ls
Sans désapprouvcr absoUmient la d isciplin e nouvelle, (w u v a ie n l d ev en ir un dan ger p ou r les prinees italiens
le m oin e Ccrebrosus en blám a Pexeés e t la longucur. qui, n 'é la u t pas sans reproches á e e tlc époqu e fie
Pierre Dainien rópliqua de nouveau : « S ’il est perinis discordes eiviles, anraient pu é lre tnenaeés et eoni-
de se donner cinquante coups de discipline, pourquoi battus dans leurs s ilu alio n s aetiuises. Aussi quclques-
pas soixante, e elll, ou plus eneore, cc qui est bon nc i uns de ces prinees s’opp oséren l-ils p ar la forcé á
p ou va iit |>as Stre poussé assez loin? » E p is l., 1. V I, l'cx ten sió n des llagcllan ls dans leurs priueipaulés
episl. x w i i , ibid., col. '117. 1J lit m em e n d op ter cc ou ívlals.
genre nouveau de pónilcncc par les moines du Mnrct- P a rti de Perouse, ce m ou vem cn t franehil les Alpes
Cas.sin. Opuse., X I . I I I . l i t peu á peu l'u sagc penetra et gagna de proehe en proehe, en 120J, la H avicrc,
tlaiis d'auLres ordres rcligieux. l'A u tric h c , la llo n g rie , la Hohém c, la P ologn e, l ’A lle-
Loin de resler eonlinée dans I'onibre des cloitres, m agne et les pays du H hin. Des plaintes se lircnl
la llagcllatinu vo lo n la irc e l porsonnclle trou va des entendre, des accusations d ’h ítértM loxie fu ren l f»r -
]Kirtisans parm i les sim ples Iidéles. H a rriva m em e, | mulées, une eroisade «le p réd ication s fut organisée.
á la suite des prédicalion s de sainl A n lo in e de Padoue el de sévércs mesures de répression fu ren l prises en
(•¡■1231), que des auditeurs con vertis se tnirenl á la m ainls endrnits. K in alen ien l, devan t les m oqueries
pratiqu er publiquem enl. Cet cxcm p le ne d e v a it pas des uns, les menaees et Ies roprésailles «les autres.
élre perdu, e l quclques annóes plus la rd , en 13C0, il Ies HagclhmLs ccssOrenl leurs processions e l leurs
Tul suivi par de iiom brcux hnitateurs. exorcices puhlics de lla g ella lio n . lis d isp a ru re n i;
2n A n s i r c l e . — C ’é ta it l’époqm* oír les puerros m ais l’ éta t d'esprrt creé par enx subsista. O » ne Jes
entre les gnelfcs et Ies gihelins avaien l plongé r I I a l i e trou ve plus dans la suite qu 'á l’é la t is«dé el spora-
dans l’ anarcliic, les crin íes el 1;> misóre. T<ml á ecuip, dique, p ar excm plc, á Slrnsbonrg «‘ti 12!ifi, Hergam e
íi Perouse d ’ abord, á Hom e ensuite, et liiialem en l cu 133-1, e l ¡i ( ’.rOmoiie en KMO, jusqu 'á I'explosion
dans prcsqnc tou le la péninsule italiqu e, on v it des genérale de l'anni'-c l.’MÍ).
híleles de tonL rang et de tout age, «les nobles el des .'ln .An A7V» s\M r. lili 13-17, la pesie noire a va il
roluriers, des vieillards et des jeunes gcus, jitsqu ’á éelalé en A s ie ; passóe I>icnli>l. en A friq u e , elle enula-
ilcs en faiils de oinq ans, parcourir les eainpagnes et i m in a il dés 1318 les pnrls inediterranéens de l'lt a lie
les eilés par eenlaines, par millrers, par dizaines de ct de la l-’rnncc, e l de l:\ se répan dil dans lo u le
inille. Poussís par un n io lif rcligieu x de foi et de ! I’ liu rop c, gngnaiit les pays scandinaves, rA n g lc le rre ,
rrp entir en vuc d'apaiser la colére d iv in e pou r laul 1’ lrlaiide el le Hroenland, et cxer^anl {in rlon t ses
de mines aceunmlécs el de se bien préparcr au jn ge- ravages. lili m em e tenijis, sur terr«' et dans les cieux,
m cnl d ixm er tfji’ils ero yaien t ¡iiu n in c n l, il.s s'cn se produisirenl de inultiplcs plH-nouu-nes, des orages,
all lient proecssionnellcm ent, deux p ar denx, p rfeédés «les eyclones, des trcm lilem cu ls de Ierre, des inon-
«le croix el. de bannicres, un p rélre á leur tele, chan­ dalioiis, qui a jo n lé ren l aux liorreurs de la peste de
tan! des califiques de péniU-nee, dcnian dalil pnhli- n o u vd les horri-tirs et unill iplicrcnl les victim es.
qu an cnl p;ir«lon de leurs peritos. A rm es «l'm i fouel Pou r faire i-csser la m orLalité e l a p p eh r sur les
.< triple ou qnadruple hm ivic de enir, le liaut dn corps Inmunes la eléinciice du cicl, des band<‘S de llagcllanls
mi jusquVi l.i r r in liir i1, ils se frap pa icn t les íp au les se m o n ln 'rc n l au printem ps di- t:M ‘.> dans lu I l.m le-
j<)M|u';m sana, en poiissant des sonpirs el des plainles Allcm atfnc; 0 1 1 cu v it bicui«^t «l.-ms to u le rA llcm a gu c,
ct rti versan! iles l;irmes eoiuuic s’íls ¡ivu ien l en síu is ■ en Saisse e l en Single, le long <lit tth in, ít SI rasltmirg,
Ir-, v e i^ la |>assion du Saiivcur. T cl ful l'effe t produ il, ■ á Hume, a Spirc, dans le lla in a u t, l;i l-'l;iinlre, l'A n -
disent les rlir<mií|ii<'s nncíennes, M a n n rh i Piidu nu í 1 gb-lcrrc. a . la (lliron iriiie iln m oine de P adou r,
h h ri I I I , puldi/'cs á Hále, en lTi-S."», par I ‘ rstk in s, H<)il<’íiu, llis lu ire itra flugrlh iiit*, p. 2(i l-2íK<; líiirom us,
|>assiif{e reprodnit d¿ins Miironins, A n n n l e s , an, l.’MHi, Annnh's, an. IHl'J, éd il. 'I’heiuer, I. x .w , ]>. -171, la
<«lil. T liein cr, H ar-lc-l)u r, s«j., I. x x ir , p. 52-51, (Jin tn iqn e du Slrasbonrgenis l ’r. (ilosen er (-J- l.’W li;
15 FLAGELLANTS 1Ü

ccllc ilc M ucidus, abbé de S ain t-M arlin de Tou rn n v, dirc rigoureuscm enl pendant le reste de l’am iée tout
éditce par de S m e l dans le íiecn eit des ehroniques de rapp orl conjugal.
FUm iire, nruxellcs, 1841, l. n , p. 93-207. lis essayerent Les plainlcs, qui s’étaien t déjá fuit cnlen dre le
de pén étrer en Fran co; inais l ’accés leur en íu t i siéele precódent, repriren t de nouveau. Ces appa-
in terd it par le roi, sur l’ avis con íorm e de ru n iv c rs ilé renccs de piéLc,cct ap p artil d ’au stérilé.cespréten tion s
de París qui declara que cettc seele é la it contra au pardon sans reeourir au saercm ent de pcn iten cc,
JJcum, contra form am sanetx mutris lücclesúe et contra eette organisation rcligieuse en dehors de l’au torité
sututem a nim ariun. C on tin u a íio atiera C hron ici G uit- des évéques e t du pape, é ve illércn l de légílim es
tetm i de K a n g is , dans d 'A c lic ry , S p icilcg iu m , París, soup^ons. Cela n’a lla il pas sans quelque superstilion,
1723, t. m , p. 111. com m c le p ro u v a il la fam eusc le ltre ap p ortcc du
C ettc fois, les flagellanls é la ic n t organisés en troupes ciel, ct n’c ta it pas sans dan ger sérieux p ou r la foi
plus ou inoins nom brem os, en véritab les coníréries e l pour les inceurs. L e pape Clém ent V I in te rv in l
«le p cn iten ls. Q uieonque v o u la il en faire partic d e v a it alors. Sans blám er le inoins. du m onde la llagellation
faire une confcssion péndrale, pard oim er íi ses enneinis, ou la disciplin e en gcnéral, car prise avec m o d éra lion
obten ir ra u to ris a lio n d e sa fem m e s’il e la it inaric e t en sccrel, dans des con d ilions sagem ent déterm inées
e l de son eonfesseur, a v o ir ju ste (le quoi v iv r e pen dan t p ar r a u lo r ilé coinpétcntc, elle a son u lilitc e t o ffrc
les tren lc -lro is ou tren lc-qu a lre jours que duraiont des avantages d ’ordre m oral, sans m ém e fa ire allusion
les exorcices en l'honneur du nom bre d ’annees passées á qu elque aetc d ’iin m o ra lilé , qui p eu l-ctre ne s’c la it
par le Sauveur sur la terre. 11 d e v a it en o u lre s’cngagcr i pas encore produ it, il éerit á Parchevéque de M agde-
á o b é ir au eh ef de la con frcrie e l ít se con form cr aux I bourg, le 20 octob re t349, que c ’est lá une religión
réglcm enls en vigucur. U n e fois adm is, le flagellant I v ain c e l une in ve n lio n supcrslilicusc, qui m éprisc
p ortait com m e signes d istin etiís un cliapeau c t un le p o u vo ir des elefs, l'a u to rité de l ’ É glise c t la d isc i­
m aiileau marqués de deu x croix rouges, l’ unc d ev a n t, pline ecclcsiastiquc; il se p la in t q u ed e s moines men-
l’au tre derriére. Com nie priéres il d ev a it ré c ile r le d ian ts s’y soient trop facilem en t prétés, e l il ordonne
Peder c t VA ve, ein q fois en sortant de sa dcineure et d ’arréter e t d ’einprisonner les flagellanls, surlout
en y ren lran l, qu in ze fois le m a tin , e in q fois avan t si ce sont des m oines, se réserva n l d e sla lu e r lui-m ém e
e l aprés le repas, e in q fois p en dan t la n u il. A tabíe, d é rm itiv cm c n l sur leur sort. C e lle le ltre se Irou vc
I
le silcncc é la it absolu; on ne m an geait que des dans Baronius, Anuales, e d il. T licin er, t. x x v ,
I
alim ents m aigres, on jcú n ait le v en d red i; e t chaqué I p. 471, ct Duplessis d ’A rg e n tré , Cotleetio ju dieioru tn
jnur on elian geait de rcsidence. de novis errortbus, París, 1728, t. ?, J>. 361-368. Clé­
A u niom ent de pén étrer dans un v illage ou une m ent V I c e riv it égalom cnt á P iiilíp p e, roi d e France,
v ille, les flagellants se m c tta ie n l en procession; en et á É don ard, roi d ’A n glelerre, p ou r les p rie r d ’inler-
te te la croix, des drapeaux c t des bam iiércs, des d ire to u le in an ifcslation du genre de cellcs des flu-
cierges allum és; puis deu x p ar deux, le fou et la gcllants. D eja, du reste, en plusieurs endroits, on
iiiain, ils avan ^aien l au eliant de can liqu es fréquem - a v a it eu re:-ours á de sévércs mesures <le répression,
íiient entrocoupés de K ijr ic eleison, e l au son des á l ’ainende, a la prison el au feu. A u bout d e Irois
«loches se rendaient d ’abord á l'églisc. L¿», aprés ans, la sectc a v a it eom plétem ent disparu.
quelques in vo ealio n s pou r dem nnder pard on, ils se Mais, dans rin le rv a lle , elle a v a it donné lieu ¿ des
prostem aicn t íi terre, les bras élendus en form e de . luttes tan gían les. Sous p ré te x te d e punir les juifs
croix, ct rcpren aien l irois fois en ehccur le solo chante j qu 'ils accusaient d ’ a v o ir p ro vo qu é la peste en em poi-
par le ehef. Puis, s orla n l de l ’église, ils se rendaient sonnant les puits, les flagellants les avaien t durem ent
selon la disposition des licu x, soit sur ln place publique molestes et en avaien t fa il p erir un grand nombro.
ou au m arché, soit dans qu clquc cour spacieuse ou Les juifs usanl d e représailles atta qu éren t á leur
sur une prairie. L á , toujours au chant des can liqu es lou r les flagellants ct en m nssaerérent plusieurs.
de p én ilciice, ils form aicn t un grand cercle, au inilicu j C on tim ia tio altera C h ron ici (¡u ille tm i de X a n g is ,
duquel ils dép osaien l les vetem en ts qui leur cou vrnien t ' dans d ’ A c h éry, S p ieite giu m , l. m , p. 110. C 'é la it I¿>
la p a rlie supérieure du corps, et se jc la ie n l á Ierre un état d e guerre religieuse e t c iv ile q u ’ il iin p o rta il
sans se préoccupcr de la poussiere, de la boue ou de de fa ire cesser á to u t p r ix ; l ’ É glise e t l’ É la l ne pou-
la neige. Puis se relevan t, ils procédaien t á une 11a- vaient done que p io lit e r ¿i la suppression d e la sectc
gellation p en d an l qu e le- ehef en lon n ait un can tiqu e ¡ des flagellan ls. E lle d e v a it p ou rta n l reparaitre et
de circonstance q u ’ils reprenaient en clionir. A un reparut, en e lle t, au x v * siéele.
signal donné, ils se pros lerna i en l encorc á Ierre, les I 4 o A u .vr* sú'clc. — A u com m onecinent du x v *
bras élendus en form e de croix, et ré cila icn t einq siéele, on v il se reproduire en A ragón , ¡i la suite de
P u ter e l A i » ; puis se tcnant sur les genou x, ils se saint V in cen l Ferrier, des m anifeslalion s seinblables
frap pa icn t la p oitrin e en signe de c o n lrilio n , e l se A eclles qui s'étu icnt produites lors des prédica lions de
n ielta n t d eb o u l ils se fla gella ien l de nouveau ju sq u ’au sain l A n toin e de Pad ou c : des auditeurs con vertís par
sang; aprés quoi ils m n e lta ie n l leiirs vetem ents. l la parole d e l'éloqu cn t prédicateur se donnflient
L ’un d ’cn lrc cux lisait alors á hau te v o ix une lcttre pu b liqu ein en l la discijtline. L e b ru il de ces rigoureux
app ortcc du ciel, prétcndaient-ils, p ar un ange, le excrcices d e pénitcncc é la il parvenú ju squ ’ aux
25 dccem bre 1348, oíi il é ta it d it que la sain le V ie rg e oreilles des Peres du con cile d e Conslance. Ceux-ci
a v a it oblcn u du Sau veur que tous eeux qui se fia- craignirent quo le m nuvcm ent nc dégénérflt en
gelleraicnt de la sortc au raien l lous leurs péchcs seandale et ne fü t une occasion de troubles civils el
pardonnes; aprés quoi, on rctournait processiormellc- m oraux. Gcrson crut d e v o ir cu écrire íi sainl Vlncent
m ent A l’église pou r y ren ou veler les mémes excrcices Ferrier pour qu ’ il y m it un term e ct lui conseiller
religíeu x q u ’A l’ arrívc e ; puis chacun se re lir a il dans d e ne p oin t p ara itre l’ap p rou ver par sa présence, cu
l’auberge ou la maison oíi l’ on vo u la il bien l ’accucillir. le prian t d e se rendre au concile. E p is l. M a g . Y in -
( .e lle flagcllation a v a it lieu deux fois le jour, le centio contra fhigettantes, Opera, A n vers, 1706, l. n,
m atin c t le soir, c t une fois la nuil. Mais quand un col. 658, 639. Pierre d ’ A ílly lui é c riv it dnns le m ém e
confrcre v e n a il á inourir, une ílagella lio n supplc- sens. A d eumdetn de cadem re, ibid., col. 659. Gerson,
m entaire é ta it p ratiqu éc en son honneur pendant la en eíTel, c ra ígn a il d e voir se répandre l’esprit sectaire
í'éeila lio n de quinze P a tcr e l A ve. E nfln , au lerin e des quí an im ait ailleurs les flagellants. 11 parle de ceux-ci
trente-trois ou tronte-qunlrc jours d'une pareillc en ces termes : Sub hoe rctam ine ac p rx lc x tu p x n i-
penitcnce, on ren trait d ie z sol el l’ on d ev a il s’inter- ten tiii fiu iit intuí mera m a la , sicut ex per t i testantur.
17 FLAGELLANTS 18

In su rg u n t hicrcses, vitipen du ntur p r o p r ii sacerdotes, était proclie. Ils m élaicnt ainsi les reves du m yslicism e
coiUcm nuntitr confessores et paznilcnlia saeramentalis, aux erreurs doctrinales e l á l'in d is cip liiie ccdésias-
cxtorqiientur dotosis modis pecunia:, o lia qw e p igros tiq u e; ils é ta ie n t un danger pour la foi et pour l ’É glisc.
oecidunt n u lriu n tu r. Silem us de fu rtis , de stupris el A Sangerliausen, en T liu rin gc , rin q u is ile u r H cnri
adulleriis. Contra seelam fla g ella n lia m , Opera, t. 1 1 , Schonfeld, de l ’ordre des fréres préclieurs, cu con-
col. 660-664. D e tclles accusations nc concern ai cnl vain qu it plusieurs d ’erieu rs d octrinales, et d u l, sur
nullcm cnt les p<5nilenls d e 1’ A ra gó n , mais s’appli- leur refus de se c o n v ertir, les liv r e r au bras séculicr.
q u aien l Irop Lien aux Iln gellan ls d e rA lle m a g n e Leu r execution p ar le feu ne réussit pas á supprim er
pour que le concile n’ cn tin l pas com ple. radicalem ent le m a l; car une IrenLaine d ’ années plus
Quclqucs índices p ro u v a ic n l, on cfTct, que la scclc lard , en 1454, m algré les condam nations du concile
n ’elr.it pas m o rte; elle a v a il reparu un instant cu de Constance et l ’action des inquisiteurs, des 11a-
1372, Baronius, Annales, an. 1372, n. 33, e l en 1400 gcllants reparurent dans les m em es parages. On en
dans les Pays-Bas. Lea, A history of the In q u is itio n arréLa plusieurs á Sangerhausen ct íi Ascliersleben,
o ¡ Ihe middle ages, N e w Y o rk , 1888, t. n , p. 403. qui se réclam aien t encore de Gonrad S c h m id ; beaucoup
M ais ce fu t surtout dans la T liu rin g c ct dans la Basse- i purent se sauvev par la fu ile ; v in g t-d e u x furent
Saxc qu ’ elle e x e rfa sa funeste inílucncc peu avan t le condamnés au büchcr; qu an t á ccux qui abjuréren t,
concile, en 1414. Sans doute, ces n ou vcau x scctaires 1 ils duren l désorinais p o rte r un v é te m e n t spécial qui
nc se m anifestaient pas en p u blic A la m aniere de Ieurs > perm it de les reconnaitre. On engárrela cncorc d ’ aulres
prcdccesscurs du x u i e ct du x i v e siéele; mais ils í á A n lia lt, en 1181. Cf. L e a , A history of the In q u is itio n ,
étaien t infcctés de quelqucs-unes des pernicieuses '• t. ir, p. 408. F in a lc m c n l ils disp aru rcnl de 1’A lIcm a gn c
erreurs de W icle f. Líaronius, ^nnnr/cs, an. 1414, n. 11, i coinm c ils a v a ie n t d éjá disparu dans le reste de
cdiL. T liein er, t. x x v n , p. 369. S ’ au lorisan l, eux l ’ Europe. Ceux qui a v a ie n l paru un m om en t en
aussi, de la fameuse lettre qu*ils cro y a ie n l a v o ir ele Prussc, en 1445, ne senthlent ]>as a v o ir partagtf les
ap p o rtfc du ciel sur l'au tel de saint P ierrc ¡i Jéru- j erreurs des flagellan ts «le la T liu rin g c et de la S ax e;
salom le 25 décem brc 1348, ils soutenaient qu ’ une car, loin d ’clre in q u ió lís et poursuivis, ils furent
uouvelle économ ie relígicusc, s ym b oliq u cn ien l figuréc entourés de 1'esliinc publique, d eu x qui paru ren l en
dans l ’É v a n g ile par le changcnicnl iniraculeux de A llcin agn c cu 1501 n V la ie n l que des troupes de
l’ eau en v in aux noces de Cana, a v a it remplacé p(*nilcnls italiens, qui allu ien l de paroisse en paroisse,
Cancionne. L e b a p lém c de sang, d isaicn l-ils — et c ’est rcslan t p o i de Icnqts dans cliacune e l m enani une
ainsi qu 'ils appclaicn t la flagcllatio n qu ’ils se don- v ic qui ra p ])elait bien cellc des Jlagcllauts pou r
iniicnl volo n laircin en t — cst bcaucoup plus agróablc certaincs pratiques, mais qui ne c o m p o rla il pas la
ii Di en que le baptcm c d ’cau. 1.a flngclln lion cst la lla g clla lio n ; ils n’ ad in etta ien t pas de feinm cs p an n i
vraie robe n uplin le qui rend d ign e de s’asscoir au eux, nc d oiin ércn l lieu i\ aucun Iro u b le et d isparu rcnl
b an qu el c<51cstc; le sang ainsi répantlu est plus prc- au b o n l «le einq aus.
cieux que celui des m a rtyrs versé p ar les paíens.
I. S o u r c iís . — l í l l e s se t r o t i v e n t t p a r s e s « la n s d e s C .liro-
Jointe & quclqucs priores ct au jeüne rigou reu x du n ií[u e s , A n u a le s o ti V ic s , dnnt m u ís nc s ig n a le r n a s «p ie
vendredi, la flagcllation rem place tou te esp¿ce de q u e lq u e s - u n c s : A m a lr ie . A l i c e r , .1 r/n.? r o m t m o n u n ¡io n / i-
pénitence ct tous les saerenicnls de l ’ É glise ; elle fíc u m , d a n s M u r n t o r i, S c r i p l o r c s r e r m n ¡ i n t i c a r n m , H o m e ,
ab olit le sacerdocc de la loi c v a n g fliq u e to u t com m e 1 7 2 1 , t. n i , p . 4 7 5 s < i.; J e a n d e S a i n l - V i c t o r , V i t w C lc in c n -
cclui-ci a v a it rem placé celui (le la loi inosaVquc lorsque íí.í Vr c t J o o n n i s X X I I , d a n s I J o s q u e t , P o n t i f i m m rom a n o-
r n m t/ní c ( í u l t i u o r í u n d i , in e a s c ile r n n t , h is t o r ia a b a n n n
le C.hrist chassa du tem ple í> coups de fo u ct les v en - i
C h r is t i 1 3 0 5 a il a n im in 1 3 0 1 , l* a r is , 1(1.12, c t d a n s M o n i ­
deiirs et les achi’ tcurs. L e clergc cath oliqu c, cause
to r !, S c r ip !. rc r. ila l., t. m , p . 5 0 0 s ij.; A llio r t d e S lr a s lm u r g ,
de tous les inalhours, rcssernble au p retre ct au lé v ite C h r o i i i r o n (1 2 7 .1 -1 3 7 8 ). d a n s U r s l i s i u s , ( i e r m n n i i v l i i s t o r i c i
qui descendircnL de Jérusalein A Jóriclio sans p orter U ln s tr e s , l 'r a n c t o r l , C - ir n e l. Z a n t f l i c l , O t r o m V o n , « la n s
le m oindre sccours au v o v a g e n r m a llra ilé par Ies M a r l é n e , I V íc r r in t x r r i p l o r n m n m p lis s im a c o l l c c l i o , l ’ a r is ,
brigauds, tandis que les llagcllants reniplissent 1 7 2 1 , 1. v ; l ' i e r r c « le 1 Ic r r n t .- iK , r f i i » J o m n i i s X X I I . I t a i c -
rn flire dn bou Saiu aritain en portanL Jesus-Chrisl j «fic lf X II e t C le m e ilt is V I , « la n s lio s q n e t , l 'o n U f . r o m . . .
i íu 's/ oríu ; < l;m s ll:ilu / .e , r í/ a : /in/iuriirn . l i - r n i o í i c i i s i n m , l ’ a r i s .
sur leurs ¿paules et en l ’b on ora n l p ar leur obéissance
; 1 003, I. i, e l dans M u r a lo r i, S c r ip l. rcr. »/<»/.; ('.h r o n ic n n
ct leur piéló.
M itQ d c h u r g c n s e , « la n s M c ilm in , I t r s G c n n iiiiiic , l l e lm s la d l,
('.omine lanL d'autres scctaires rln a lo ye n áge, ces | 108H, t 'l «In ris M e n c h o n . S c r i/ tto r c s r e n u n f í c n n a n i c u r u m ,
llagcllants de la T h u rin ge e l «le la Bassc-Saxe tén ioi- | l . e i p z i ? . I7 2 S , t . I I I ; < 'o > U ¡n n a lto C n i l l e l u i i d e A 'iifi¡7i.t, iln u s
gju rent un in íp ris absolu coiUre l’ figlisc c t le elcrgí-; d 'A c l K T v . S p i e i l e g i n m , C a r is . t. m ; Q u i gesta p o n f i -
ils rejela ien t les induJgcnccs, la sep u ltare ecclésias- f l t n m T n n g r e n s i t w i , T r a f e r t e n x in m e t l . r m l i t n s i n i n S e r ip s r -
liqu e, la priióre pour les m orís, touLes d ioses i|U¡ ne r u n t , n n e tn re s p r iv e i/ m ¡ , « la n s M a r l e n e , V i7 . s c r i p t . a m p l i x -
S im a r n llr r t in , l . i v ; 'l'r ilh « " m i- » ( ’ fir o n íc o n in s ig n e m o n t is t e r ii
servaicnt qu ’aux v i van i s ] i o 11 r reini>í¡r leur boursc;
l l i r s i n t g i c n x i s (S 3 II-1 3 7 (1 ), H a l e , ir>.r>i); .\ n i\ n tes I l i r s n n -
ils n’a d m c lla ic iit ni le p u rga lo ire ni le cuite des
Q Íen scs (1 3 7 l- l." > l I ) , «'-«lit- d i- M a l i i l l 'i n , S : i i n l - ( > í d l , llíS O .
sainls qu ’ ils IraiLaicnt d ’ id olú lres; ils s’opposerent l ’a r in i c e s « l u r i i n i e n U . r n i x i|iii r c R a n le n t le s l ’ a y s - U iix
a la niulliplícaLion des fe tes, lie cousenlaut ¿i célébrer e t la H a n t l r r o n l ( ' t*' r é iin is p a r S m r l , D i t s i l i c e .r c c llr n tr r m -
que cellos de N nél et «le l ’A s s o iiip lio ii: en fa il de n ik e van V l n e m l r r e n : D i e u h le r c x r r t t r i i t e c r o n i)r t : r l » i n l l m
jeflue, ils n’ acccpLaicnt que celui du v o n lrc d i, q u ’ils ' b in it , H o l l m i t , S e c t o n t . V lt ie n d r r e n in i gen e ra l (ju s q n V n
pratiqunient scrupulonsem eiit m em e quand la f i l e 1 IS O ), c f . I N i l l l i a s I , It ib lio H ir e a h is to r ie n m e t fii te n i, I t r r l i n .

<lc N o tl Lombnit ce jour-Iá. l'a r nillcnrs, alin de se 1 l.H0(>; 2 ' edil . KV-lli; ol rcvix >|iil rosanlent rAlloinatínc par
l>< rU, «lans MonnmenN (ierninniic histórica inde ab iiniio
souslrairc aux poursnites eL aux mesures repressives
Ciiristi 500 ns<¡iir iitl aiiimin i 500, llanovre, 1H2I>; llrrlin.
d i1 riu qu isition , ils conservaient tous les dehors des tsr,C,, i x v i
«a llio liq u es e l n 'lu 'sitaien l pas, Ir cas é o liía u l, á i II T h a v a i w. — ( ¡ o r s 'H i , C o n tra secta rn (la Q r t ln n t it n n
m entir et á se parjnrcr, sauf á exp ie r ensuile ces • O p r r n . A n v e r s . 171)5 , I. n , e «il. Ii«i()-0 ( i I ; H ;ir< in iu s , A t t n t t lr s
liécln'-s par une ílag ella lio n volo n la irc. Ils racouLaicnt 1 /-diI T l i r l n e r , l l a r l e - O n e , 1SIVI s«| , I . x x n . p . .r>2 -.'> I ; t . X X ' .
vnlonliers <|ue les propinóles llé n o c h e l f ilie a v a ie n l i p. 171; I x x v t r , p . ,l« i!t ; « l ' A r g e n t r f , C n llr c t io j m l i c i n n i i n
de n o n i.i r r m r i b i i s . C a r is , 1728, l. i, |i- ;M ¡1-3 (5S ; H o ile a n .
reparn dans le m onde, 1’ini dans la pcrsonnc d ’ im
t l i a t o i r e dea f ln u e lln tits , A m s l c n l . - i i i i , 17t l l : T l i i r r s , C r i l i q n r
l>»'t!li.irtl <|ui avail péri sur le b flc lu r (|iicl<|lics aniiecs
it r r h\stn i re itr.s f t iQ c Ib in tx , C a r is , 1 7 0 3 ; l- 'ú r s le iiiu iin , I l i r
aiipuravniil ti L r lu r l, l’ autre dans la pcrsom ic de rftri<//iW irfi ( ¡ r is s lr r a c s '¡ c h c h n / t c n , I l a l l r , I S 2 .H; l 'n i s l n , />rr
lerir m aitre O n irad Sclnnid, qui allait h icn lA l Juger I'/ tly r H m i/ is n iiis u n d i l i c .l e s u i l e n M e h l c , b ix litr t.ie ti-fis y r lin li,-
les viva n ls <1 les m orís, rar le jn gcn icn t dernier g is e lit' t lr s r h iilite tlr r t ¡ e i s x c h i n g * i n t i t i i t e , K l o s l e n ü 'h t i f í i i i i t i
Ií> FLAGKLLAXTS — FLAYIU S 20

u iit l H i 'U lit s t u h h ic r r in in u c i), m n -lt tU'm llri/ iu n is c h e n , Stutl- I ralité, elle est utie faute contrairc á la ver tu que saint
íía i'l. 183-1; S l u m p f , I l i s l o r i t r f l u i i e t t i n l i i i m [> rteci¡n / c iu | T ilom as designe sous le iiom d ’altaliilité. Sum . theot.,
T h u r i i i i j i t t , d a n s M i t l h e i l . h is tu r . aui¡<¡. ’í h n r i n g . S ir t iis . ,
■: I I " I í •, q. c x v . O t t c v ertu qui se ra tta clie á la
l.s ;!(> f.S i'liu o c g a n s , iJ re gro s s e C v is s c IJ a h rl im c ti S tr u s s b u r g
l justice a pour o b je t de régler c o rrefte m e n t nos rcla-
iu t J t ih . 1 1 10, L e i p z i g , 1 S 4 0 ; D i i l l i í i g c r , ¡ ) < t W o is a iu u n g s -
y lu n b e in <ter c h r is t l. ’/.’e i l , ila n s H t u in ie r x h is la r . T a s r lic n b t r t li, tions avec nos sem blablcs e l p >ur but de les ordon-
1S71 ; l . c c l i í i c r , D i e ijro s s c G c ix s e lftih r l <lvx la h r e s 1 ¡ 4 S , d a n s ¡ ner en les rendant fáciles ct agi tables aux autres, sans
G o rro s (íe s . ¡ l i s i a r . l u l t r b l.S X l; M ig u e , D i c t i o n i u i i r e des néaiimoin.s p orter attein te ni aux lon ven an ccs ni
h é re s ie s , l 'í i r i s , 1S-17. I. i ; K r s i h e l G r iib e r , liiir y k lo p a d ie i aux lois morales. L a flatteric lui est contrairc, com inc
K ir c h e n le r ilm ii, I. i v ; R e a teñe ijk lo ¡x id ie \ t C lie v a lic r , la .supcrstiüon l’cst á la religió n ,p ar oxcés en cc qu 'elle
lié p c r / n ir c '< lc s s o u rc e s h is lo r iq tie s . T o ¡m -b ib liijijr t ii> !i¡e , c o l.
exagére le d ev o ir de jilairc e t Ic préfere aux obliga-
1 1 0 4 -1 1 0 5 .
tions plus im portantes imposces par la justicc, la reli­
(i. IÍM IEILI.1-;.
gión ou la d iaritc.
F L A M A R E , cal viniste frunzáis, convertí vers la
I.a llatterie n ’cst que vétiiellc ex genere sito; ílattcr
iin du x v i i c si cele. Préoccu pé de bonne licurc par
u n iquem cn l pour fairc plaisir ou pou r un but qui n ’a
l ’ étudc des an liquités ehrétiennes, rians l’inten tion I
rien de mauvais, n ’cst pas (le soi contrairc ¿l la chan té,
de défenrire le calvinism o, i] fut confié par ses parents |
done n ’est pas uiortel. S. T ilom as, loe. e il., q. e x v , a. 2.
a iMíittliicu de L arro qu e, pasteur de R o u e n (f 1684). i
A ccid cn lellem en t, elle peut d ev en ir g ra ve : I o p ar son
Cc ministre était de tcndance irén ique, e t ses enfants :
o b je t, e'cst-á-dire par suite du caractére m oral de
se c o n v c rlire iit dans la suite. Les n iotifs qui d éeidércn l
l'acte d on t on fa it com plim en t : loucr un actc cou-
l ’lam are á abjurcr le protestantism o furent les sui-
pable e sl éviden im cn t conlraire á la charité que nous
vants : riilip o ss ib ilitc de fixcr une date precise o » >
devons á D icu, puisque c’est o u lra ger sa justicc qui
l ’É glisc cathoiiqu c aurait fa it dcfcction de l ’É glise ¡
toujours eondam ne le péché, com inc il est contraire
p rim itiv o ; rin exu ctilu d e h isloriqu c de cette d éíe etio n ;
á la charité qui est due au proellain puisqu’clle le
lii rénlité d ’une séparation h éréliqu e á l ’origin e de la
p orte au péchc en le louant de ses fau tes; 2o p ar son
R éfo n n c. V o ir C onform ilc de la créante de V É g lise
b u l ; quand on fla tte le proehain afín d e nuire á
eutholique aoee la rréanee de l ' Eglise p r iin iliv e ; el .
qu clqu ’un dans ses bicns spirituels ou autres; la fau te
dif/érence de la ercanee de V É g lise protestante d'aucc i
Cbinmise p eu t d ev en ir m ortcllc quand le préjudice
I'u n e el t'unlre, p a r M . de Flam are, prétre, 2 in-12,
causé est scrieu x; 3° par ses eonsóqucnees : quand
ltou en , 1701.
la lla tterie a pour résu llat de p o rte r au péché, m ém e si
Mémoires de Trcvon.c, m a i 1 7 0 1 , ]i. .15; H íis s , JJi’ Cunocr- ce résultat n’cst pas expressém en t cherché. E lle eon-
tie n , I. i.\, p. l - ( j ; I I i r t . T . Nomenclátor, t. iv , col. 7 1 5 7-10. stitue un seandale gra ve quand récllcm en t elle est
J. D u t i l l k u l . cause d ’un péché uiortel. Si 1c flatteu r a p revu cc résul­
FLAN D IN O a m b roise, nppclé Fiandino p or T ira - 1 ta t e t l ’a p ro vo q u é sans ratson sufllsante, il en est m o-
bosclii, ct A m broise de N aplcs p ar T op p i, célebre ralcm cnt responsable. C cttc influence m alfaisaiitc des
prédicatcur, théologicn et controvcrsistc de l’ ordrc de ílattcurs d on t les paroles perfides poussent ou re-
S ain t-A ugu stin , naquit á N a p lcs; il m ourut le 24 sep- tien n en t si souvent les liom m es dans le pcché leur a
tem bre 1531. En 1514., il était p rovin cial. E n 1517, valu les anathém es de l ’ É critu re, P ro v ., x x v i, 25, 28;
il fut nom ine évéqu e sufTragant de M antouc, avec le x x v i i l , 23; x x ix , 5, c t le blám e cncrgiquc des m ora-
titre d ’cpixcopus Lamoseiísis. On a de lui : I o D e listes. C ’cst aussi á cause d 'e lle que le flatteu r (p a lp o>
iinm orla lila ie anima: eontra P e lru m P om p on a liu m , peut a v o ir com m e tous les coopératcurs sa p a rt de
assertorem m ortalila lis, M antoue, 1519; 2° Condones ■ rcsponsabilité dans les injusticcs q u ’ il fa it com m cttrc
qitadragesimfiles, Vcnisc, 1523. II a laisse plusicurs au x autres. Son influence ctan t de tou t p oin t sein-
ouvrages inedits, qui le placcnt p arm i les preinícrs blable ¿ cellc du eonseiller dont, les avis poussent au
adversaires de L u tlier : I o A p o lo g ía p ro A le ja n d ro peché, sa rcsponsabilité est la méme, variable sclon
Aphrodisceo de /alo contra Pe t ruin P om p ona lium , écrit qu 'elle est certain e ou douteuse, variable aussi selon
en 1510; 2 o Sermones p er adventum usque ad E p ip h a - que le flatteu r est cause prin eipalc du dom m age ou
n iu m ; 3o Condones super satutalioneni angelieam et seulem ent coopératcu r du p rin cip al auteur.
i-antieum M o riv e ; -1° D e tribus M agdalenis el uniea j S. Thomas, Sum. t h e o 11*11*, q. c \ v ; .laugey, Pra'le-
M agda lena ; 5o A p o lo g ía aduersus M u rtin u m Luthe- \ etiones Iheologite morulis, Tr.de qnaluor virtiilibus ctirtlitia-
ritm , quod non sil abrogando missa seeundnm con- libits, sccl n, part. I I I , c. iv.
suetudinem rom aiuc Eeelcsise. ordinala, el quod nerum V . OüLET.
saeerdolium a C hrislo s il translalm n in Pelrum el sue- F L A V IU S m e ich jo r, c ord elicr d e l’ obscrvance, ap-
vessores tju s, ac denique quod missa s il saerifteium , p a rten a il á une fain ille n oble d 'A lb i, les I'la v y , sui-
écrit en 1520; 0 o C onllicla lion es de oera el ealholiea v a n t Goussaincourt; p ou r lui, il in scrivait sur le fron-
fide, qui bus artes p rim o, el d olí aspidis surdae et tuihern- 1 tispicc de ses ou vrages en fraiifais le iiom de M elchior
n orum delegunlur; demuni quasi (eneis lorm enlis d e F la viu . On a peu de détails précis sur sa vic ;
infuuslum , ae infam e m onslrum noucm arlubus eom~ les auteurs ra pp ortcn t, á la suite l'un de l’ autrc, q u ’il
paetum expugnalitr, écrit en 1531 a v a n t sa m o rt qui , a va it entrepris plusicurs fois le pélerinagc d e T crrc
arriva le 24 septem bre de ccttc annéc; 7o Exam en va ni- j S a in te c t que le gcnéral J e a n C a lv i (1541-1547) l’c n vo ya
talis dúo de ei n i a rtim lo ru m M a r lin i L u th e ri. Ces ouvra­ ¡ eom m issaire dans la p ro vin cc de l’^Mlemagne du
gcs se coiiservcn t dans les biblioth cqu cs de Y in ti- N ord . Ses li\Tes nous ap pren n cnt q u ’il fu t gardicn
m ille, d e M antouc ct de P ara le. I du grand cou vcn t de son ordre ñ Tou louse, p én iten -
' cier c t p réd icatcu r ap ostoliqu e sous saint P ie V ,
Panfilo, Chronica ordinis cremitunnn stuuli Auguslini. ! predieateur du roi lle n r i I I . A l ’époquc de l'a vén e-
H o m e , 1 5 S J, p . lO i); T a fu r i, Istoria tlegli scriUori nal i nel i nient au trón c d e Charles I X , il lui d éd ia it un D is -
regno di AVí/jo/í, N a p l c s , 1 7 5 0 , l. l i l , p . 2 5 1 - 2 5 5 ; O s s in g e r , 1 eours su r la vraie retig ion , dans lequel il p ro iu c tta it
Ribliotltcco (Uigusliniatia, liií> o ls t ;K lt . I7 C S , p . 3 1 1 -3 -1 3 ;
d e lui o ltrir un tra v a il plus im p o rta n t, qui parut
l ir a b u s c b i, Storiu ilelli letíeralura italiana, A lila n , 1 8 3 3 ,
l . m , p . -113, 1 7 0 ; L a n t é n , /’ ostrenm siccuta sex religión tx sous le titre d e L ib e r de regno D e i, de quo Chrislus
uitgustiniana:, T u l v n t i n , 1 S 5 !), I. u , p . 2 3 , 2 4 ; H u r t e r , .Vo- loquiilus esl per dies quadraginla, ...eom p leclilu r E p i­
inenclutor, t. n, col. 1 1 *7 1 ,1 2 8 3 sq tome o in n iu m m ysteriorum C liris li el Sunxmam loliu s
A . P a l m ie u i. sacra• S cripta ra ’, in-8°, Paris, 1566. L e P . M cleliior
FLATTEROÉ. La llatterie est une louange cxagércc p u blia cncorc : E n a rra lio . catltolica e a n liri gradutim
ou déraisonnable. Considcrée au point de vuc de sa mo- p er demegorias seu seetiones, in-8°, Paris, 1568; D e
21 FLAVITS — FLEURY

l'estal des ámes aprés le trespas et com m enl ellcs 1 prin ce m ourait trois ans aprés e l l.ou is X I V uom tnail
viven! extan s du corps séparé es el des purgntoires qu'elles I F le u ry abbé de L o c -l)ic u au diocésc de R od ez. D e
souffrent en ec monde, et en i'a u tre aprés irelle sepa­ I 1684 A 1689, il aida Bossnet dans l'a d m in istra lio n de
ra! ion, in-8°, París, 1570, 1584; D ouai, 1G0G. I.e ' son diocésc, et c ’est alors q u ’il se lia a\rcc F é n e lo n ; puis
p rotestan t D ith m a r Hlefikcnus publia contre ce liv re : aprés la re vo c a tio n de l'é d it de N'antcs, il fu t un des
Itefrig e riu m ex fon lib u s Israclis desum plum adversus missionnaires qui cva n geliséren l A la suite de F ín e -
p u rga lo ritim M elch ioris F la v in i m onachi, ia-8°, A rn - Ion la Sain ton ge c t le P oito u . E n 16X9, Fén elon , devenu
lietn, 1610. O n a encorc du P . de F la v in un opuseule : préccptcu r du duc de B ou rgogn e, fit nom m er Fleury
D e la préparalion á la m o rí en trois Ira ietez..., P arís, sou s'préccpteu r. II e x e r fa ces fon ction s auprés des
1581. C’est une rééd ition , car A cettc date l ’auteur trois enfan ts de Franco, les ducs de B ou rgogn e, d ’A n -
était :nort, c t d éjá un de ses disciplcs a v a it publié jou c t du B c rrj', jusqu'en 1706: les deux derniers lui
1‘s I*esotuliones in I V lib ros S cnlentia rum Joannis avaien t été successivem ent confies,ainsi q u ’á Fénelon,
J)uns sive Seoli, sub I\. P . M clch io re F la vio, ordinis en octobre 1690 c te n a o ú t 1693. E n 1698,il a v a it failli
m in o ru m gordiano m a gn i eonoenlus T h olosa n i... per étre com pris dans la méme disgrácc que F en eln n ; il
Joaunem Forsanum ejusdcm ord in ix ,in -8 °, París, 1579; ía llu t l'in te rv e n tio n de Bossuet pou r le sau ver; BoS'
ellcs furen t encorc réédilées par le con vcn lu cl Salva- suet rép o n d it de lui. V o ir une L e ltre de Líossuct A son
to r Bartolucci, k la fin de chaqué volu in e des Qu&- n eveu du 30 jn in 1698. En 1706, l ’instruction des
sliones s e rip li O xoniensis su p erS cn lcn lia ru m libros de princes term in éc, Louis X I V donna le prieuré de N o trc -
S cot, 4 in-8®, Vuníse, 1580. D ans ses liesolutiones, le 1 lla m e d ’A rgen teu il A F le u ry qui l'acccp ta, mais
P. F la vin fa il m eiition d'un o u vrage D e orbis lerrse | résigna son ab b aye de L o c -l)ic u ,p o u r ne pas cmnuler.
concordia, q u ’il publia A B a le en 1570, ct qui parut ' L e ré g e a t le ra pp ela A la cour en 1715 com m c confes-
aussi trad u it en italien. L e sec m d liv re de cet ou­ seur de l.ou is X V ; « il cu l pein e A consentir, » si l'on
vrage é ta il consacró A la réfu tation de l'A lcora n I en c ro il Saint-Sinion. M t im ir e x , édit. Cliérucl, t. x iv ,
q u ’il a v a il Ira d u it de l ‘arabe. On v a n ta it en e fle t sa l p. 107. D eux annees plus tard , il m ourait. Depuis 1696,
eonnaissancc des langucs, pou r laquelle il é ta it fo rt I il é la it de l ’A c a d c m ie ; il a v a it rem placé L a B ru yére;
estim é, ainsi que pour sa scicncc ct la sain teté de sa 1 ce fut luí (|ui reptil M assillon en 1719.
vic. Aussi quand le P. M clcliior m ourut au couvent ; F le u ry a laissé de nom breu x ouvrages. Son I lis lo ir e
de Sainte-M aric-dcs-Angcs, dans les environs de Tou - du droit francais parut sans no ni d ’ uuLenr en 1671,
louse, on 1'enscvelit prés du fam eu x O liv icr M aillard in-12, Paris. D upin en donna une nouvcllc edition .
el la cour du p arlcm cnt assista A ses obséques. ct la con lin u a ju squ ’en 1789 dans son P rócis hislorique
Ses eontem porains lui attrib u aien t le don de pro* du d ro il (ra n ca is, in-12, Parts, 1826. En 1677, l'le u ry
pliétic pendant sa v ic ct celui des miraclcs aprés sa donna son In s lilu lio n an d ro il ccelcsiasliqite, sous
m orí. ce litr e : In s tilu tio n ...p n r fru M . Charles B oncl. doc-
leu r en d roit canon d t.angres, ren te avee soin p n r
G m/agur-, D i origine scrnp'Ucse religionis, R >mc, 1387, AI. de Alassac, aneien avocat au Parlem ent, in-12,
p 7J.‘>; Gaussaiiicourl, Maríurotoge des chevalkrs de S.Jcan Paris. II en publia, sous son nom c ettc fois, une edi­
ile Jérusulcm, P.iris, 1648, p. ;K$9; \Va<I<liii¡í( Scriplores
tion au gn ien tée en 1687. 11 y c u l d eu x tra d u e lion s
ui-Jinix minorum, Home, 1030; Art'uir du Moustier. M ar-
ty-oloyium /rtuiciscaniini, París, lfi.Vt. un 17 mars; Sliaralca, , cspagnolcs au d élm l «lu x v n i 1 siéele. Puis paru rent
.upptcmcntuni el c/i.stignlio ad scriplores ord. minorum, Humo, | les ou vrages coaiposés p a r l'le u ry p ou r rin s tm e tio n
1805. i d e ses éléves, m ais qui restéren t ju s q u ’an m ilíeii «lu
P. fio o u A R D d ’A lc n fo n . x i x c siéele entre les niains d e tous : Les m n iirs des
F LE U R Y c ia u d a , h istorien ccclesiastíquc, nc A Israélites, in-12, P arís, 1681. d o n l M. Chérel a p ublié
París en 1610, m ort dans la m ém e v ille , en 1723. des e x tra ils , in-12, P a ris, 1012, en faisan t A F le u ry
Fils d'un avoca t au conscil, Claude F leu ry, qui a v a it le m erite d ’a v o ir cu le ])rem ier une con reption ])ro-
f a il ses eludes au collége de C lertn on l, e n tra «l’abord fon dém on t origín ale ct «l’a v o ír, a v a n t \’o lla ire. traite,
au barrean e l e x e rfa une d izain c d ’ aunées. D urant non des faits, inais des in 'r u rs ; Les nvi'urs des chré-
e e lte p ír io d e de sa v ic . il étudía non seulem ent le /f'rns,in-12,1682, ta bleau x«les tra ils édin an ts répandus
d roit fra n (a is c t le d r o il can ouiqn e, niais encorc l’ his- 1 dans la liib lc , dans l ’ É v a n g ile et «lans rh is to ire de*
loi re religieusc ct profane, les belles-lettres e t les origines clirélien n es; ces deux ouvrages ont été reunís
ín stitu tion s de l'a n liq u íté ; il se lia aussi a vec Bossucl sous ce t it r e : Les mne irs des Isruéliles ct des ehretieus,
q u 'il ren con lrait clicz le p rem ier p résid cn l G uillaunie 3 in-12, nn X I ; enflu le (ím n d eatUehixmc liistorujnc.
de Lam oign on , dans la sociélé <|iic les eontem porains in-12, 16S3, qui ra con le la suite «le la religión , de lo
appclaien l l ’A ca«lén iic de M. de L am oig n o n ; cufin il eréa lio n A la p a ix «le l'líg lis e . II en parut nne traduc-
eonnncnfu A écrire : c’est alors q u ’il é e riv it V llis fo ire tíon lutine en 1705 e l une trad u etio n espagnole en
<ln d ro il fron cá is e l V In s lilu lio n au d ro il ceclésiastique, 1722. E n íiu , en 1675, il exp osa it « par l ’ordre d ’une
qu ’ il publiera .seulement quclqucs années plus tard, personne A laqu elle il d evait l ’obéíssancc, » lio ssiict
<*t un Diseours sur I'la lo n q u ’íl Hit A l’A ead éin ie «le liro b a b lem c n l, ses vnes snr ren seign em en t ct «les eri-
M. de L am oignon , oíl il ctah lissail les ra p p o rls «le la ti«]ues assez liardies sur les program nics et lrs prncédés
inórale socratiqu c e l d e la m orale évangélí«iuc. (le.son tem ps dans un T ra ite du ehoix et de la methode
Vers 1672, en «les eirconstauces mal connucs, il des éluiies, in-12, mais il ne le publia qu 'en lli.S<>. (le
r e ju l la p rélrise ct cet le annéc méme Hossuct le faisait liv re fu l bien t(H IraduiL en il alien et en espagnol. Dans
c n trer A la cour. l'le u ry d ev a it y dcm curcr presque 1 la m ém e periode )-’l«vu ry Ira d n isil en la lin ,so u s la «lircc*
jiu q u ’ A sa n iort, sauf deux in terru ption s, l’unc trés tion «le I lossuet. l’ L x p n s itio n de la fo i eutholique; c elte
b réve de 1681 A 1689, l ’a u lre (le 1706 A 1715. Kn 1672, trad u etion parut en 1 67 8.ÍU -12 ,A n vrrs; elle fut réim -
l ’.ossuet l’ a v a it ía ít accep ter de l.ouis X I V com m e p r f- p rim é e e n 1680,avec un Averlissem enl «le Bnssin‘1, éga-
eejitcu r des jtmnes princes de C on ti, d o n l l’éducation lemenl en latín. 11 com posa encoré un tr a ite in titu lé :
se inéhiit fo rt A ccllc (lu (ira n d D auphiu, pour lYtnu- Devoirs des nuiitres f l des dontesliqtirx, in-12,(]lli ne pa-
lation de e e lu i-ri; l'le u ry rcinplnf.-iit le janséniste l.an- rul qu 'en 1GS8 e l oíl se trou ve le iv glein o n l «|ue le p^re
cclot qui a v a it «lém issionnc alln de u’a v o ir pas á de ses prcniiers élévcs, le. |)rin«’e de C onti, janséniste
cíinduirc ses fW ves A la <M*inédic. Kn J680, c c lte zélé, a v a il «lonné aux gens d e sa maison. A p rés sa pre-
líc h c le n n in í*í, il ile vc n a it, toujours sur la rceom - in iéreret raite, il éerivit une. Vi> de .11urguerite(/’ Arbnnzc.
m andation de l5ossuet, iirfcoijtp u r ilu cum ie de Vcr- abbcsse e lréjorn w triced e l'abbaye dn V a l de íir(1ce,in-8°,
mandois, (ils K ^ itiin é de M " « «le la V a lliír e ( ’.v jcune l ’aris, 168,r>, liv re trés titile, au jugem ent de Hossuel.
23 FLEURY — l’ L OP . ENCE ( C O N C I L E DE) 24

pou r la d ire elio n des religieuses. E n fin , on a public tic tion revuc par M gr F évrc, París, 1880, Considíraliuns
lui un eertain nom bre d ’ouvragcs posthuincs plus ou générales, l. i, p. 186. Jager a égalem ent ía it une cri­
moins étendus. On les Irou vc, ainsi que les précé- tique de V H is lo ire ecclésiastique, dans sa X a lic c sur
dcnis dans les Opuscules de l'abbé F le u n j, publiés , Claude F leu ry, consideré comme historien de /’ Église,
par R o n d el, 5 in-8°, Nim es, 1780, dans les CEuores in-8°, Strasbourg, 1847.
de l'abbé F le u n j, públicos par A . M a rlin , gr. in-80, Saint-Simon, M ém oires, t. x x , p. 2, fa il de Flcury,
P aris, 1837 : ce sont des E iir a ils de P la tón , des le plus bel éloge ; « II é ta it respcclablc, d it-il, par s;i
R éjlexions sur M achiaucl, des lrltre s , ik s discours m odestie, par sa piété sincére, éclairée, toujours sou-
académ iques, des vers latins ct des ouvrages égale­ tenue, une douceur et une conversation charmantes
m ent publiés á p a r t : Discours su r la prédica lion, in-12, e t un désintéressem ent peu com m un. »
1783; Le soldat chrélien, in -1", 1772; T ra ilé du droit
lin dehors des M m o i r e s du temps, des M é m o i r e s de
p u b lic en F ran ce, 4 in-12, 1769; un P o r ir a il de L ou is Sainl-Simon. par exemple, qui renseignent surtout sur les
de France, duc de B ourgognc et des A vis au duc de séjours tic Fleury á la eour.dcla C o r r e s p o n d u n c e de Bossuel.
B onrgogne, in-12, 1714. E n 1807, l ’abbé É m ery pu- des ouvrages d¿j;1 eilés, Muríri, Lttffionnmrc, t. v ; Kondet.
blia eneore sous ce titre : N ouveaux opuscules de S 'o t i c c s u r l ’a b b é l 'l e u r y , en tete de son édition des O p u s -
l ’abbé F leu ry , in-12, P a ris, des ccuvrcs de Flcury, c u lcs x A. Marlini, E s s a i s u r la v ie c t les ceu ores d e l 'l e u r y , en
in éd iles ou in exactcm cn t publices, entre autres, Iftc de son édition des CEoures; Sainte-Beuve. P o r t - R o y u l ,
p a s s im ; Druon, H i s l o i r e d e V é d u c a tio n des p r in e e s d a n s la
un D iscours sur les libertes de l'É g lis e gallicane,
m a is o n des B o u r b o n s d e F r a n c c , 2 in-8°, Paris, 1807; Vane!,
que Flcu ry a v a it écrit en 1G90, mais q u ’il n ’a v a it pas
J.’ a b b é F l e u n j d l 'í n d e x e l ¡a d i p lo m a lie ú u c a r d in a l de
publié. Une p rem iére éd ition en a va it cté tlonnée en T c n c í n , dans le D u lle t in d n d io cé s e de L y o n , 1902, t. ni,
1724, mais avee des notes d ’une le lle violence con­ p . 113-149; Hurter, .Yomeneíafor, Insprnek, 1010, t. iv,
tre les papes qu ’elles nc sauraient guére ctrc de Flcu ry, col, 1173-117Ü.
Plusieurs édillon s avaien t suivi plus ou moins m odi- C. C o n s t a n t i n .
fiées. É m e ry donna l ’ cdition authentique, d ’nprés le F L O R E N C E ( C o n c i l e d e ) . L e concile de F lo-
m anuscrit autographe. l.e juiisconsulte B ouclicr d ’A r - rencc,suite et con tinu ation régu liéred e celui de B á le,
gis a donné égalem ent une ou deux éditions de plu> voir t. i, col, 113 sq., com p le com m e X V I C ou X V I I '
sicurs (íu v rc s de Flcury. eoncile cecuinénique, suivant que t’on adm et ou pas
Mais Fleu ry esl connu surtoul par son H is lo ire l’ occum énidté du concile de Constance. 11 se divise en
ccclésiasliquc, 20 ¡n-4«, Paris, dont le i et volum e Irois périodcs d on t chacune p orte le nom de la v illc
parut en 1691 ct dont les aulres se succédérent jus- oú suecessivem ent il se trou va transporté : Ferrare,
q u ’en 1723. R o n d e t en a donné une 2« édition en Florence, R om e (L a tra n ), OÍTieicllement o u vert le
1710, en y ajou tan t une Table générale, in-40. L e 8 ja n v ic r 1438, il ne se term ina que le 4 aoüt 1445.
P, Fabre d c r O r a lo ir e e o n tin u a le t r a v a ild e F le u r y qui Ces trois pilases du concile de t’ U n ion , com m e on
s’ a rrí'ta il il 1411 e l le eonduisit ju squ ’en 1594, y a jo u ­ l'ap pelle sou ven t, form en t aussi tou t n alu rellcm en l
tant, ÍJ p artir de 172G, 10 in-4°. V o ir t, v , col. 2051. les trois grandes parties de cet article. — I. Ferrare.
Dans la prem iére partió du x i x e siécle, l ’abbé V id a l II. Florence. I I I . R om e.
d écou vrit & la B ib liotliéq u e royale le m anuseril de I. F e r r a r e (8 ja n v ie r 1438 au 10 ja n v ie r 1439). —
Irois livres inédits de Y H is lo ire de Flcu ry, publia, en 1» Causes du concile. — Tundís qu ’á B á le, le concile,
1836, une H is to ire du chrislianisnie connue sous le nom d ’unc p arí en travé par les légitim cs difflcultés que ne
d ’ecclésiaslique, p a r l ’abbé F le u ry , augmenlée de qualre cessait de lui créer le pape e t de l ’autre poussé par
livres, com prenanl l'h is lo ire du \ »•« siécle publiée pou r l'csp rit des docteurs parisiens, se je la il de plus en plus
la prem iére fois d'aprés le m anuseril de F lcu ry , a p p a r- dans des voies sebism atiques e l révolutionnaires,
lenanl d la B ibliolhéque royale el conlinuéc ju squ ’au se laissail e n v a liir p ar l’ élém ent d ém ocratiqu e qui
.W7//e siécle p a r une sociélé d'ecclésiastiqucs, 6 gr. ¡n-S0, l’en traín ait á com m ettre faulcs sur fautes e t, de ce
Paris. V o ir Rcvue des queslions hisloriques-, t. ív , ía it, depuis sa pénible o u vertu re, le 23 ju ille t 1431,
p. íítiG. Les D iscours p rclim in a ires, mis p ar Fleuvy £> son xem blait com m e íra p p é de s té rililé , Eugéne IV , lui,
H is loire , o n t é le publiés í> p art, dés 1702. m algré les innom brables dilücultés p oliliq u es e t reli-
L ’H is lo ire d e F le u ry íu l, ju squ ’a R oh rbach er, con- gieuses e on lre lesquelles il se d éb a lta it, n’ était pas
sullée par tous. P en d an t la R év o lu tio n , eon slitu - sans agir. Les Péres d e B ále ava ien t surtout com m e
tionnels e t réfraclaires ne cessérent de lui dem ander o b jectiís de leurs tuinullucuses séanees la réform e
des argum cnls. U n e trad u ction alleinandc en parut á de l ’ É glise et Plicrcsie hussile. Sans, certes, ferm er
G ccttingue, 17 in-4°, 174G sq. Saintc-Bcuvc, qui le l'o reille aux ouvertures que les grecs leur faisaienl
com pare A T illein o n t, son eontem porain, P ori-R oy a l, en vue de l ’ union des Églises, ils ne suivaient pas, ce-
t. ív , p. 34, proclam e Fleu ry « supérieur par la eom- pendant, a vec une a tte n tio n particu liére, cette a fla irc ,
p osilio n , par l’ élcndue du point de vue q u ’il embrasse oubliaient d ’e n v o y e r des inslructions leurs am bas-
dans ses discours généraux, par l’honorable iiulépen- sadeurs A C onstantinoplc, puis, par trop visib lem en t,
dance du ju g em e n t..,, par le m elange de s olid ilé e l de cliereliaient á a ttire r les grecs á cux, moins pour
douceur... » Mais la critiq u e de F leu ry n’est pas tro n v er un terrain d ’cn ten te en laveu r de l ’union
exem p te d ’crreurs; de plus, il est gallican et plus prés dcsirée que pour ctre par lá plus forts dans leur lutte
du gallieanism e parleinentaire que son protecteu r contre le pape. Ce fu t, au eontraire, le grand inérite
B ossu el; son H is lo ire , son In s litu tio n au d roil ecclé- d ’ Eugénc I V de saisir a vec c ia rle la situ a lio n du
siaslique, son D iscours sur les liberlés de l ’É g lb e galli~ m om en l et de chcrcher, avan t mém e le sien propre,
canc s o n l á l ’in dex. A u xvu i® siécle, le jé su ile Lan - Pintérét de l ’ É glise. Ce fut aussi la cause de son succcs
tcaum e faisait p araitre des Obscrvalions Ihéologiques, religieu x qui fu l, par surcroil, celle de son triom phe
hisloriques, critiq u es,... sur /’H is lo ire ecclésiastique de personnel.
feu M . l ’abbé F leu ry , 2 in-1®, A v ig u o n , 1756, 1757; II a v a it, en e ííe t, surgí e n lre 1431 ct 1437, á cóté
en 1802, l ’cx-jésiiite R ossign ol p u b liait des Ré¡Iexions de la question qui passionnait toujours les esprits : la
su r 1'H is loire , etc., in-8°, Paris, 1802, etc.; mais réíorm e de l’ É glise, une nouvelle question non moins
R ob rb aelier dépasse lous ces critiques par la violcn ce im p o rta n te, ceile des grecs. Sous la meuace des Tures
de ses al taques; pou r lui, Fleu ry nc com prend ricn qui cam paieiit dejá aux portes de la cap ilale, les B y-
au x origines chrétiennes, au m oyen áge, sollicite les zantins com priren t qu ’ ils n’a vu ic iil plus elianee de
textes, en un m o l, apportc de Pininteltigencc ct niel vain cre que s'ils se lo u rn a ien l une fois encoró veis
de la m auvaisc íoi. H is lo ire universcllc, nouvelle édi­ R o m e et lui dem an daien t sccours ct argeut. L ’ uuion
25 FLORENCE (CONCILE DE) 26

de leur É glise A l ’Éfclise latine é ta il la seulc condition sislcr au con cile e t, peu aprés, le 20 décem bre, qu it-
d ’une en ten te durable e t féconde. E t c’cst pourquoi, I lé re n l la v ille . P en d an ! ce le m p s , apres av o ir signé
dans les classes élevées, il c x is la it, A cctte date, cliez a v e c les ambassadeurs du pape un tra ite réglan t lous
les grecs, tou t un cou ran l favorab le á un rappro- ■ les p oin ts du v o y a g e c t du séjour en liu rop e, les grecs
chcm ent. Si pour les em pereurs c ’ était puré affairc | s'ein barqu ércn l au mois de n ovem b re pour Vcnise.
p olitiq u c, si, in con testablem en t, beaucoup, dans ! C’est alors que, le 1er ja n v ie r 1438, Eugéne IV pro-
l’É glisc e l dans l’ É la l, étaicn l íraiiclietn en t hostiles n o n fa d c fin iliv e m e n l la tran sla lion du concilc A
A tou t p ro je t d'union avec les latin s, c t, au fond de Ferrare et désigna com tne jou r d ’o u verlu re le 8 ja n ­
leur cceur, n’étaicn t pas loin de p réíé rc r le « turban á v ier, par la bulle P rid ctn ex justis.
la tiare, » il y a va it cepen dan t des esprits élcvés, des I 2 o Personnagcs présenls. — Lorsque, le 1er ja n v ie r
p atrióles sincéres qui tro u va ien t assez insignifiantes I 1438, 1c pape lan$a les lettres de c on v o ca !ion pou r le
les raisons qui séparaient les deux É glises ct souve- 1 concile de F erra re, il é ta il A Bologne. Dés le lende-
rainem ent fortes les raisons qui m ilitaien t en faveu r m ain, 2 ja n v ie r, il e n v o ya A F erra re N icolás A lb e r-
de l ’union. Jusque dans les couvents de l'A th o s , on i ga ti, évcquc de B ologn e, cardinal de S ain lc-C roix
eoin p tait des partisans d élerm iiiés ele c ette o rien ta- I de Jérusalcm , com m e le g a l, pouT y o u v rir et prósider
tion nouvelle qui applaudissaient aux e ílorts ten tés | le synode en atten da n t sa venue e t celle des grccs.
pour sauver par c c tle p olitiq u e l ’cm pirc et sa c iv ili- | Lu i-m ém e, du reste, ne tarda pus & a rriver. Le 21 ja n ­
sation. En 1433, les n égociations qui traín aien t depuis v ier, il é ta il A Ferrare ct tou t de suite se m il A l’ ocuvre
1417 furent a c tiv c m eiit reprises ct ne contribuérent pou r próparer les séances. B ie n ló l, de divers points,
pas peu A je te r au scin du concile de B á le la desunión surtout d 'lla lic — car la Fran ce et l'A llc m a g n c s'abs-
la plus com p lélc. Chacun se m il A en v o ye r et A rcce- tin re n t — évéques, abbés, m oines, p rclrcs e t lates
v o ir des ambassadeurs : les Peres, le pape ul l ’em pc- aílluérent. L e 9 ja n v ie r , le card in al Cesarini p a rtit de
reur. lsidore de K ie v a rriva A B á le en ju ille l 1434, B á le et peu de lem ps aprés lit, A son to u r, son en lrée
tandis q u ’ E ugéne IV e xp é d ia it A Constantinople au con cile, ven an t dircctein en t de B ále d ’oú il appor-
Chrislophc G aralon i. Trés h abilem cn t, le souverain la il, a vec les n ouvelles les plus deplorables sur les Péres
p o n life olTrit de te ñ ir le concile & Sainle-Sophic méme ré v o llc s , l ’appui de sa hau le a u lo rile s cien lifiq u e e l
ct dem anda qu ’on in v ilá l A ces solennelles assises m orale. E n lin , le 8 fé v rie r, les grecs m e tta ic n l ]>icds
l'em pcrcu r de T réb izou de. C c tle am bassade, adm i- A Vcnise e l b ie n ló l, aprés la solennelle réception du
rablcin cn l re?ue, fit sur 1‘enipercu r une excellcn te doge, se d irigéren t sur Ferrare oú 1’ cm pereur arriva
impression e l re vln t ú Florence oú le pape a v a il le 4 mars e l 1c p alria rch e le 7.
été forcé par les évén em en ls rom ains de se réfu gier, Jam ais le m onde n ’a v a it vu pareille. e t plus m a gn i­
accom pagnéc de Gcorges e l d ’ E m m anu el D isliypatos. fique asscniblée dans une v ille d'O ceidpnt. 11 faul
Les pourparlcrs auraient sans doute a b o u li sans Ies a v o ir con tem plé les m crveilleuscs fresques de B cn ozzo
Pércs de B ále qui, á aucun p rix , nc vo u la ie n l de Con- G o zzoli au palais R ica rd i A Flo ren ce p ou r se rcudre
stan tinople com m c licu de reunión et in trig u a ie n t en 1 com j)te de 1'impression que flreut sur les con lcm -
faveu r de Bále, d 'A v ig n o n ou d'une v ille quclconque porains ces assises de la clirclien lú la lin c ct grecque.
de S avoie com m e siége du fu lu r concile. Sur c etlc Les lalin s étaicn t rejjréscnlés]>ar le pape Eugóne IV .
question, les in téréls d'H u géne I V e l de Jcan P aléo- entouré d'une foule d ’évéqucs, de prctres et d e la'íos
logue étaicn l id en liqu es. N i l’un ni I’autre ne von - parm i lesquels il en était de eclébres e l qui p rire n l
laient de ces pays exccn triqu cs. lis réclam aicn t au une p a rí a c tiv e au concile. C 'éta it to u l d ’abord le car­
moins une ville m arítim o e t en Italie. Pen d an t ce d in al Julien Cesarini d ollt la situation é ta il bors de
lem ps, A B ále, au cours des x x iv ® c t x x v * sessions, p air A cause de s<hi passé, de son savoir e t des situa-
des lu llc s a rdedles se liv ra ie n t sur la qu estion de sa­ Üons q u 'il a v a il oceupces. A g é scu lem en l de (|uaranle-
v o ir oú au rait licu le con cile des grecs. L a m a jo rité n eu f ans e iiv iro n , il é la it card in al depuis 1120. T o u r
tin l ferm e c t m a in tin t ses décisions aiitérieu res; mais A lo u r, en atte n d a n t q u ’il a llá t inourir A Varna, I.-
une in in orilé, b ie n ló l soutenue c t ap p rou véc par le 10 n ovem b re 1-1I I . il a v a il é té e n v o y é par M artin V
pape, se d éla clia ct Se rallia au désir ex p rim é par précher la ei'oisade en P o lo tino, en llo n g r ic e l en
Eugénc I V e l par Joan. Ces lu ttes, n aturcllen icn t, itoh ém e, puis par E u g íiie IV etnnmc légal en A lle-
ne flren l que rapp roclicr de plus en plus le pape et niagne i>our lu tlc r con tre les hnssiles. A]»rés le dou-
l ’einpereur. l-innlem cnl F erra re íu t la v illc désignéc loureux e t releu tissa iit échec des trou pes pon tificales
par Eugéne I V c t accep lée par les grecs. C ’e s l alors A la bal ai lie de Taus, il s’ en était alié présitler le con-
<|uo, d e v a n l les menaces du concile qui «sa c itc r A sa eile de B ále e t a v a il fa it les plus nobles c flo rls pou r
barre le souverain p o n life , celu i*ci,se sentant de plus attielicr eiilre le souverain p on tife c t les Púres un
en plus fo r l, assuré d ’une m in o rilé A Bále c t de l’appiii ra p p ro cb em en l uécessaire. De to u les ses forccs, avee
liicn vcillan t dn marquis de Ferrare, publia le 18 sep- to u ic sa science el to u l son e<cur, il a v a it tra v a illc á
Icn ilire H 3 7 la bulle iJocloris g rn liu m dans laquellc é v ile r le schismc quaud il fu l o b lig é de q u iltc r B ale
il m e tta il en garde le concile e on lre ses audacícuscs pour Ferrare. LA com m e A Florence il fut couslani-
doctrines e l m en a fa it de transférer l'asseinbléc A m e n l A la peine el ne m éuagca ni son leinps, ni sa
Ferrare. Cc n ’é ta il IA, du reste, de la p art du p ape, science, ni son argen t pour fairc <cuvrc u tile, paci-
qu'unc mesure de défércncc e l une m an ifeslal ion pía- , ii(|uc e l léconde.
ton iqu e A l ’égard du con cile, car d éjá l'accord é ta it ■ A ses cdlés, A lb c r g a li, card in al de Sainle-C.roi.x.
fail A c e tlc d a le e n tre Kugéitc IV e t Pcnipcreur, e t les n ’a va it gudre une situ ation m oiudre. Ce ehartrcu v
navires p o n lifica u x faisaient v o ile vers B yzau ce é ta il déjñ un v ícilla rd de soix a n te-tro is ans d on l le
depuis le tnoís de ju ille l 1437 pou r aller clicrciicr les passé n ’é ta il pas sans gloire e t d on t la s a in lelé é ta it
tirecs, leur a p p o rla n l en niéine lem p s des soldáis, si répu léc <|u’ il fut b éatifié. II a v a il aiitrefoís retn-
de 1'argén t et des assurances p os iliv es . pli plusicurs inissions d iplo iiiatiqu es en braitee. en
Dés <juc la bulle du 1S sep lein b rc fu l com m e A A n g le te rre , en lla lic e l, en 1-133, a v a it élé nom iné
IJák, 1* s fureurs e on lre Kugénc I V rcdou blérent légat-présiflen l du concile de Bále. Quand Eugéne IV
nal iircllein en l. La bulle fu l déclarcc nulle c t le pape lo ehoisH com inc président ilu rniicilc', il v en a it (le
fut m eiiaeé tic suspense e l de dép osition . S cu lem enl rein p orter un im p o rla n l triom p lie d ip lo m a liq u e en
les Pércs v o y a ie n l plusirurs des leurs, e l di-s plus réeo n ciliaiit Charles V i l e l le duc de llou rgogn c. V oir
Urand.i, les aliandonncr. Cesarini, N icolás de Cuse, D ic d o n m iirr tl'liistn irc ct itc (¡{■ograpltir ercltsiustiqurs,
les légals s 'a b s lin rcn l, dés le l ' r o elo b re 1137, d ’ as- l. i, col. 13**0. Les autres can lin au x latins ne p rire n l
FLORENCIO -CONCILE D E) 28

¡lucune part a c liv e aux délibérations. Ils nc fíreiit du vieu x p a t r ia T c lie Joscph II. Depuis 1416 sur le
qu ’ assistcr le pape et signer les protocoles, C’étaien l trón c de B yzan ee, i l a v p it loujours d é s iT é l ’union e l
Ic vii-ux B ran da Castiglione, cardinal de Plaisance. a v a it travaillé constam m enl á la réaliscr. Sans doute,
ágé de qu atre-vin gt-h u it ans; le neveu d ’Eugéne IV , i l y a v a it peu t-étre choz lui une arriérc-penscc poli-
Fran^ois C ondolm ario, cardin al de Sainl -C lém cnt, liqu e, ct c e lle pensée, c ’était l'cspoir que l ’ union lib é-
d ’abord vice-cam cricr, puis cardinal, carnerlinguc de ' rc ra il un peu l’ É glise grecquc de la contraintc im pé-
la sainle É g lisc ; A n gelo tto d e’ Foschi, é v íq u c d ’A n a - | ría le ; mais ce n 'é la il lá pour lui q u ’un argum ent
gni, puis de Cava, cardinal de S ain l-M arc; G iordano secondairc. 11 semble bien q u ’il vou lu l l'union pou r
O rsini, cai'dinal-évéque de S ab in o; Prosper Colonna, des m o tifs a v a n t to u t religieu x . Quand il se m il en
cardinal de S ain t-G eorgcs in Velahro, neveu de , route, Joseph était dejá trés malade. II put pressentir
M artin V ; A n t orne Correr, cardinal de Bologn e, puis de ¡ qu ’il nc revien d ra il pas niourir á Byzancc. L e voyage
P o rto ct en fin d ’Ostic, am i de jeunes.se du pape. l ’aclieva en eííet. II niourul ¿t Floren ce en 1439.
Mais, á cúté d ’ eux, qu dqu cs p e T s o n n a g e s de second Les deux gTandes figures grccques du concilc sotil
ordre onl jo u c un rólc im p orlan t, Ce fu l A m broise assurément du cóté unioniste Bcssarion, du cdté
Travcrsa ri, ami d 'E u gén e IV , general des caman­ an liu n ion isle M arc d ’É pliésc. N é vers 1305, archc-
dules, qui alia, au 1 1 0 1 1 1 du pape, saluer les grccs 2> vcqu e de N iccc, am i personnel de l ’cm percur, l ’ uii
V cnise; Jean de Ragu.sc ou de M ontenegro, p ro vin ­ des plus savan ls théologiens de son tem ps, Bcssarion
cial des dom inicain s de L o m b a rd ie ; Jean C affarelli, fu l, duranl tout le concile, le grand defenseur de
évéqu e de F o r li; N icolás Sagundino, de N égrep o n t, l'union com m e le grand d ocleu r de son É glise. C liez
secrélaire ducal ¡> V enisc, céíébre p o ly g lo tte qui fu t c cl in lcllectu el, 1’ union é la it avan t tou l aííairc reli-
l ’ in terp réle habiluel des d élib ération s; en fin et sur- gicusc c t con victio n raisonnéc. Aussi, quand il e u l
to u l, Andró de Constanlinople, areheveque de llh o d es, signé l ’ actc d'union, y c on fo rm a -l-il pratiqu em en t
et Jean de T orquem ada. Le prem ier, un dom ini- sa conduite. O b ligó pour sa foi d ’abandonner l’ O ricn l,
cain, mattre du sacré palais, lo u t n ou vellem ent fa il il v in t résider en Ita lie e t inourut cardinal. V o ir t. n ,
arclicvúquc, a v a it été un des nonces en voyés p ar col. 801. M arc E ugenikos, íu étrop olitain d ’É pliése,
Eugéne IV , au lendernain de ra fíich agc des placards | m oinc com m c Bcssanon, ne semble pas a v o ir cu la
á R o m e , le 6 juin 1432, pour poTter au concile de Hále grande áme de son illustre conlradictcuT. Dés avan t
les propositions du pape. Des c e llc époque, il s'étail le concile il s’é la it loujours m on tré Irés lio slilc aux
in onlré ardenl partisan de l ’union grecque c t tout 1 latins. Aussi ne v in l-il en Ita lie qu e par conlrainle ct
d cv o u é á la reform e de l'É glise. T h éologien de grand ¡ trés d ecide á lu tte r de lo u l son p ou voir c on lre l ’union.
renom , versé dans la connaissance des Peres grecs e l | A v c c une fougue e l une a c liv it c exlrao rd in a ircs, il
latins, il allait étre une des lum icres du concile e l un p rit la te le du m ouvem en t d ’opposition e l fut le scul
des ardents déícnseurs des latins. Quant au dom ini- évcqu c qui refusa de signer le dccrct d'union. L u i aussi
cain cspagnól Jean de T orqu em ada, il cst assez connu é la it grand th cologien c t exccllcn t canoniste. L ’ histo-
pour que nolis n'ayons pas á in sister sur sa personne. rien Ducas l'ap pellc » une régle et une coupc in am o­
N c á V allado lid en 1388, il a v a it été atnbassadeur v ib le dans la sciencc c t les décrets du concile. » Trés
du roi de Castillo au concilc de Bále. D evenu m aítre I populaire ú B yzan cc, i l d evin t, aprés le concilc, 1c
du sacre p a la is , il fut, lors do la tran slalion du concilc | centre de to u te l ’ag ita tio n an ticon ciliaire, fu t enferm é
ü Ferrare, accrédité aupres du mém e roi. Dés 1439 en prison p ar ordrc de 1’em percur e t m ourut vers 1443
il allait .devenir cardinal. Parm i les laíes, le nom en an a th cm alisan l les u n io n is le s ,« transgresseurs des
d ’ A n d ré d e Santa Croce, avocat du consisloire apos- lois des an cclres, gens Irés scélcrals, dignes de la m o rí
lo liq u e, est dem curé connu grace ¿i l’histoire du con­ élcrn ellc. »
cile, auquel il assista personnclleinent, q u ’il a racon- P arm i les aulres mem bres de l'É g lis e grecquc qui
tce sous la form e d’ un dialogue avec un sien. ami. prirent une p art a c liv e au concilc, il faut citcr, aprés
Du cote des grecs, l'assem bléc c ta il plus m agn i­ Bessarion e l M arc d ’ É pliése,un p rétre de ta len t, sccré-
fique encorc. Tandis qu ’aucun souverain européen t a iT c de l ’em percur ct grand-cuslodc do Sainte-Sopliie,
nc siégeait il cdlc d 'E u gén e IV , l'ein pereur était lá T h éodore X a n llio p u lo s ; Balsam on; D o rotlice, arche-
avec son fils D ém étrius. M alheureuscment, e n t T e vcqu e de M ytilén e, qui nous a laissé une histoire du
tous ccs representanls de l'É glise b yza n tin e,lcs dissen- concile écritc dans le sens u n io n isie; A n to in e , ar-
sions é la ie n l profondes. Les uns vou laien t lu n ion, les ch cvcqu c d ’ IIéra clée, an tiu n ion iste; D o silliéc, cvéqu e
aulres La rejetaicn t avan t to u le discussiou; les uns de M on cm b asic; Georges S cliolarios, alors sim ple late,
veu aienl en Ita lie pour des m o lifs puretnent poli- mais déjií l ’am i c t le d iseiple de M arc d ’ Épliése d on t
liques, quelqucs-uns par c o n v iclio n , les aulres forcés plus tard il sera l'h c rilie r e t 1c conlinuateur. A F lo ­
par le p ou vo ir supréme e t a tliré s sculcinenl par 1'es­ rencc, il signa le d ccrct d ’ union, inais il fa u l lirc les
peran ce d ’un p ro fit pécuniaiTC. Jean V I I I Paléologu c, deu x discours q u ’il prononya, ch ef-d ’ocuvrc d 'op por-
qui Tegnait depuis 1423, é ta it lo u l dcvoué a l ’union tunism e, pour se rendre eoinptc que l ’acceptation par
pou rvu que l ’ O ecident lui o flr il les secours dont il Scholarios du fa il accom pli n ’était, p o u T lui com m c
av a it besoin. Sachant p ar exp érien ce que les discus- pourbcaucoup d ’autres.qu'aíTaire d ’un m om en t,sim ple
sions tbcologiqu es n 'am éneraicn t aucun rcsultat, il concession au p ou voir pou r av o ir de l’argcn t et r e n t T e r
elierclia longtcm ps á esqu iver la lutte. 11 aurail vouln cliez soi. En fin deux unionisles de grand m e rile o n l
t|ue l’union fú l v o lé e en bloc, sans exam en thcolo- d roit á une m cn lion spécialc : c'cst le fu lu r patriarclie
giq u e préalablc, e l re p a rtir ensuite au plus vi le pou r de C on slan tin ople, alors p rotosyncclle de Joseph,
B yzan ee. Son fils D ém élriu s, au con lra ire, é la il vio- G régoire M am mas, e l le fam eu x Isidore de K ie v .
leinm ent a n liu n io n isle; du reslc, par aillcurs, assez G régoirc c ta il bien place p ou r connatlrc les deu x
peu in telligen t c t trés a m b ilic u x ; sa con d u ilc n ’alla mondes auxqucls il s'adressait. N é en CalabTe, il a v a il
pas sans cncouragcr les parlisan s de I'o p p o silio u appris de bonne heure sur ce» le te rre gréco-latinc á
á l’union c t, cerlain em cn t, sa p olitiqu e rcligicuse eu l, com p ren d rel’ É glise rom aine ct Icsb ien fails de l ’union,
á l ’encontrc de celle de son pére, les plus fácheux e t il est bien probable qu e, durant les longues années
resultáis. A Ferrare com m c á Floren cc il se tin t par qu ’ il passa dans son inonastére, c ’cst en vue de l’union
calcul en dehors de toutes les discussions religieuscs révéc q u ’il ctudia les Péres grecs ct latins. E n to u t cas,
ct ce nc fu l qu 'á son rctou r á C onslantinople qu ’ il se il su iv il le p a rtí de Bcssanon c t d ’ Isidorc de Russie ct
declara eh ef d ’un p a rtí p o litiq u e e t religieu x au fon d m ourut dans la foi rom aine, á R o m e, en 1459, pa­
lo u l dévou é au Ture. C’é la il une bellc figure que celle tria relie de C on slan tin ople depuis 1443. Quant
29 FLORENCE (CO N CILE DE) :w

Isidorc de Russie ou de K ic v , il fu t é levc p ar l’em pe- | conm iun accord. M allicu reu sen ieiil, les discussious
reur sur le siége de K i c v p ou r a ltir e r au concile c t á p o rta ie n t sur le p ro je t m ém e q u ’on v e n a it senséincnt
l'u iiion la Kussic. D é já Jean V I H l ’a v a it e n vo yé realiscr e t 1A é ta it la gra ve d illicu llé. On peut dirc
com m e am bassadeur & B á le e t c ’est A m im e fin tjii'i 1 qu ’a v a n t d ’a v o ir o u v e rt la discussion, cliacun a v a it
l'c n v o y a á M oscou. Com m e Bessarion, c ’était un pris p osition dans un sens ou dans l ’autre e t to u le la
lc llr é , un h u m a n isle ; c ’était, en o u lre , un boinm e ta ctiqu c des antiunionistes v a désorm ais consister
d 'a clio n . P e n d a n t tou t le con cile, i l tu t l ’in term édiaire ñ fairc de l ’obstru clion .
constanl entre 1c pape e l I’em p ercu r; i l fu t aussi. C e tle m anccuvre se lit jc u r d ’abord sur la question
parm i los grecs, un des o livricrs les plus hábiles de la p ro loco lairc. Si l’a rrive c de P em pcrciir, le 4 mars. se
rccon cilialion . Aprés le reto n r de ceux-ci A B yzan cc, passa sans in cid en t, il n ’en alia pas de méme de eelle
il d evin t con sciller h a b itu d ele l’enipercu r, le c lief du du patriarch e, le 7. T o u l u n ion isle q u ’était Josepli,
parti opposé A M arc d ’ Éphése et le grand p ro in o leu r il 1 1 c vo u la it pas se p r c t c T pou r lui ct le haut clergé
de l'union qui, gráce A lui c t p ar lui, ful cníin solen- au baiscinent de la mulé. 11 fut done d íe id é q u ’il
uellem cnt proclam ee A Sainle-Sophic en 1452. II alia baiserait la joue du p ape, les aulres évéques la main c t
inourir A R om o aprés av o ir h eroiqu em ent défendu, le que le reste des ecclésiastiqnes le saluerail de loin.
30 mai 1-153, la pointe du Sérai. C 'é ta it p roh a b lcm eiit de la p art du patriarche une
3o Qucstions Ira ilce s .— P ar la bulle du 2 ja n v ier 1438, coneession á son enlou rage. Cc p oin t régle, d ’autrcs
Eugéne I V ordon n ait au cardinal A lb ergu ti d ’aller A diflicultés surgirent. E t d ’abord, l ’argent. Le pape
Forrare pour p rés id erlc concile, qui au rait A s'occuper a v a it e n v o y é des som mes im p ortan tes á Vcnise. II en
de trois dioses : 1'union, la reform e de l ’É glise ct le ré- fallu t de nouvelles pour satisfaire les grecs. N on sru-
tablissem ent de la paix parm i les peuples chrétiens. lcm cn t ils furen t logés e l nourris, mais ils exigeren l de
C 'éta ic n t les tro is p o in ls déjá soum isau concile de Bale, l ’argcn l. F in alem en l on leur en donna. A p rés qn oi,
lln ré a lilc , A Ferrare, on nc s’ occnpa que du prem ier. l’cm pereur dem anda que les prinees d ’ O ccident assis-
Comme le pape l ’ avait ordonné, le concile s’o u vrit, I tassent au concilc. C ’ é ta it, dans la situation p olitiqu e
le 8 ja n v ier 1138, par une cérém onic religieuse e l la du m oinenl, puré im possibilité. Cependanl, pour le
l rc session eut licu le 10 du méme mois. L a période de con le n te r, liugén e I V con vo q u a ,p a r leí tres et par l'on-
1‘'errare d e v a il coin p lcr seízc sessions. M algrc cette p re­ v o i de légats, les prinees tem porels. E nfin, il fallul
miére o u verlu re solennelle, 0 1 1 peut dire ccpendant «juc trancher Li question cérém on ielle e l le rang des p ré-
le concile ne coin m en fa v érita b lem cn t qu ’A l'a rn v c e séances, ce qui n c fu l pas cliose aisée. Aprés de longs
des grecs e l au\ cérémonies qui eurent lieu A ccttc pourparlers, on d ecida que le concile se tien d rail dans
occasion, le 9 a v r il 1438. D u ran t les trois prem iers mois la cath édrale Saint-Gcorgcs. Les latins au raient le
<lc l'année, les P ire s nc s'occupércnt que de p réparer coté de l'c v a n g ile , les grecs le cúlé de l'ép itrc. L ’em-
le tra v a il du concile e t de réglcr certaines atlaires de pereur au rait vou lu a v o ir le j>as sur le pape, ce qui
procédurc. Le 10 ja n v ie r , 0 1 1 lut le d écret de transla- I
lui fnt refu sé; mais 0 11 lui é la h lit 1111 siége 1111 peu plus
lio n d u synode de Hále A Ferrare, 0 11 déclara m il tout has que celui du pape, dn c o lé des grecs. Au-dessons
ce que pourraient faire les Peres, sauf dans la question de son trúnc on p ia fa celui du despole D ém élriu s,
liussitc, cníin on déclara que toutes les peines fulm i- puis le siége dn patriarche en to u t sem hlalile A celui
nées contre les Peres de Ferrare p ar ccux de B ale d 'E u gén c IV , mais un peu moins é le v c ; enlin plus
étaicn l e l seraient déclarécs nuiles, sans valeur légale, I loin, les siéges des n iétro p o lila in s, des évcqucs, ele.

C’est sur ces eu trefaites que, le 21 ja n v ie r , en m im e Du c o lé la lin , la d isp osilion é la il en lo u l seinhlahle.


tem ps qu ’il c n tra it A Ferra re, E ugéne I V fut suspendu Le pape, p rim iliv e m c n t, au rait voulu sieger seul et
par la faction de B ále dans la x x x i ” session. Le gant au m ilicu des deitx groupes. P a r con c ilia lio n , il laissa
é ta il ainsi je té p ar les évcqucs sch ism aliqu es; c’ é ta il, tran sp orler son irón e du c o lé des latins, mais e x ig e a
A c elte lie uro» sans conséqitcnce uucunc. Les 8 e l q u ’il fíit plus liau l que lous les autres. An-dessous
10 ja n v ier, le pape p u l, sans l i o p s ’o ccu p erd e c c q u i se du trdnc p o n tific a l, ;'i égale liau tcur de celui de
passail A B ále, te n ir deux con grégalion s pou r réglcr Jean V I H , 0 1 1 p ia fa le siége de l ’cm percu r d’ O eeident
les qucstions de prOséancc e l le inode de «lélib éralion . qui resta v id e , S igism om l éta n t m ort le ’J décem bre
0 11 décida <le p arlador lous les nieinl>rcs du synode précéd en t; puis, plus bas e l par ord re, les siéges <les
en trois elasses (status) : les cardin aux, les archevéques card in au x, (les arch evéqn es, des évéques. A p rés res
el évcqn es; les abbés e t p réla ls; les docteurs e l autres laboricux iw u rp arlcrs, le con cile s’o u vrit le í' a v ril,
théologiens. I ’oui qu'unc decisión fñt valab le, elle sous la présidence du pape e l en préscnce de tou t le
«lev a it recu eillir les deux liers des v o ix (le cha(|iie elergé gree e l latín . Seul m anquait á c elte cérém oiiie
classe. En fin, le 15 fév rie r, cul licu, sous la présideuee le ));ilri;irche Joseph déjA t r é s malade. íla is il fit li re
méme du pape, la 11* session oíTicirllc, qui ro m p ía une déclaralíon par laquelle il recom iaissnit le concile.
soixante-douze evoques. Les Pércs de Bñle furen l Le pape, ile son colé, fil donner leeture «lela bulle en
excoinm uuiés, prives de leurs hénéficos e l inliíihiles gree ct en la lin aim on^an! l’arrivéc des grecs e l la
a en a cqiiérir d'autrcs. Les niagislrats de la ville eéléh ralion du concile.
étaien t inenaeés de la m ém e peine el Bále serait mise Aprés cette pom peusc cérém onic, les d ioses en res-
en in te rd il si, tlans les tren te jonrs, ils n ’avaien t pas 1 léren t IA ju squ ’au 8 o clo lire . Les grccs ne vou laien l
dissous le concile e t renvoyú les P ire s che/, eux. Dé- I ríen eom nicucer avan t l'a rriv é c des prinees tem porels
fonsc é la il f.iite á <|U¡ que ce fú l d ’a ller A Hále 0 1 1 | qui nc don n aien l aueiiu signe «le v io , a v a n t aussi
d 'e n v o y c r des soronrs a u x íévoHOs. O u x - c i , en se sou- j l’arrivée (les l'éres de Bále. A u la n l dire qu 'on clior-
m e tla iil, p ou rraien t o b le n ir leur p ardo n . c lia il lous les m oyens de tem p oriser. T an dis que l'eni-
C 'est alors que les grecs a rrivéren t A Venise. Au pereur passail son tem ps A la cliasse, le cardinal Ces.i-
dirc de Syropulos. grund dign ituirc de l'ftglise grceque rini essayait de rapproch er grecs e l latins en leur
toul gagné ¡i M arc d 'E p liése, dés ce m om en l il y aurait o ííra iit «les diners. Eugéne IV s 'in ip a lie n ta it. I'in ale-
eu, parm i les O rien lau x , de graves d issen síous non inent, a])rés ile longs «lélais 0 1 1 s'en tem ü l pour nom iner
senleinenl au su jet de l’oppm 'tunité de Pimiou pro- une eonm iission m i-g n c ip ie in id a lin e, oú l’on s'oecii-
je lé e , mais m im e pour le clioix «Ir la v ille oú sr lenait perait A (lisc.utcr les p oin ls conlroversés, A savoir ;
le concile, Sur ec d e rn itr point, le renseignciiienl de la i>ro«‘ession du S a in l-E sp ril, les azym es, le purga-
S yropulo* nc paratt pas e x n e l, s il d it vrui sur le pre­ lo ire , la in iiu a n lé du )ia|)e., Deux senls conm iissaires
mier. 1.a queslion de Ferrare a v a il été trancliée dés de chaqué c«Ué d eva icn t prem lre l:i parole en ecs
avan t Ir d ép a rl des grecs de D yw inec et acceplée d 'im réuiilons; les aulres d evaicn t siniplem cn l assislcr
I ' L O L EN CE (C O N C ILE DE) 3-2

aux discussions. Les grecs elioisircn l pour les repré- grand dibcours de Bessarion dans lequel, sans toueher
senter Bessarion e t JHarc d ’ Épliése; les latins, le car­ á aucun des p oin ls controversés, il lit l’óloge de
d inal Julien Cesarini e l Torqu em ada. Ces réunions-l£> l’ union, la m on lra possible et in fin im cn l désirable.
curcnl lieu dans l ’église des fransciscains. Liles furent A d ro ile m en t, il sul adresser á dm cun un com plim en t
inauguróos par un discours de Cesarini sur l ’union. e t tíiclia de gagner tous ses auditeurs a sa con viction
Seulem ent, ellcs ne p ou va icn l ab o u lir ¿i aucun résul- personnellc. Dans la n e session, lo 10 octobre, A n d ré
ta t pratique. L ’em percur a v a il fa il défense aux grecs de R hodes répondit á Bessarion et fil á son tou r l’ éloge
de tr a ilc r les points controversias. 11 fallut quatre des grecs.
rcuuions prélim inaircs avan t que Jean V I I I se décidát Ce fut dans la in * session du con cile, le 14 octobre ,
á laisser d iseuler la qu cslion du purgatoire. On était que la qucsLion prójudicielle fu t inlrodu itc. E lle visa it
au 4 juin. En v é rité , la qu esiion é ta it assez sccomlaire. la doctrine du F ilioq u e. Mare d ’ Épliése a lta q u a v io -
D ’abord, grecs ct latins a d m e tla icn l ce p oin l de fo i; lem m ent l’ Église latin e, lui im puta le schismc e l
ils ne différaient que sur le m ode des peines, les uns dem anda la suppression de l’ad jo n clio n , qu ’cllc fü t
affirm ant q u ’il y a v a it au purgatoire un feu semblablc exacte ou non. A n d ré de Rhodes répon dit ct, (luran l
á celui de l'c n fe r; les aulres, au contraire, q u ’il n’y loute la session ainsi que le lendem ain, la discussion
a v a it que des souílrances e xp ia l rices. V oir F e u t >i ; continua sur ce seul sujet.
im’ h c a - r o in i;. Puis, méme sur cettc quesiion, Ies groes L e 1G o clo b re, aprés une dispute assez v iv e entre
n ’étaien l pas d ’accord entre eux. Bessarion, M are grecs e l lalin s, c u l lieu la v ° session. M arc d ’ Éphése
d ’ Éphcse, G régoire M am inas nc s’enten daien t pas et apporta Ies preuves de lou les les aflirm ations q u ’il
cliangeaient d ’avis d'un jo u r á 1’auLre. Tous, au sur- a v a il émises eontre la licéité du F ilioq u e. A n d ré de
plus, rcfusaicnl de faire connaitre n ettem en t la doc- R hodes lui rép o n d it dans les v i 6 et v il* sessions, les
Irinc de leur Fglise ¿i ce sujet e l sur le point de savoir 20 e l 25 octobrc, c t prou va que l'a d d ilio n contestéc
si, oui ou non, le c h á lim cn t e l le bonlieur des damnés é la it moins une a d d ilio n q u ’unc exp lica lio n , un cclair-
el des élus é la it c o m p le l a van t la résurrection. C’cst cisseincnt, contenu d¡uis les m ots ex F a ire ; qu ’un
alors que l ’em pcrcur, pour donner un scm blant de cclaircissem ent de la sorle ne p ou vait et n ’a v a it pas
sulisfaction aux latins, fil publier, le 17 ju illc t 1438, été in le rd it par les conciles e t q u ’eníin l’ Église ro-
une déclaration eom posée par Bessarion ct M arc mainc a v a il le d ro it d ’ajou ter de pareils éclaircissc-
d ’ Épliése et revue par lu i,qu i était ainsi conque : «L e s ments au sym bole, q u ’ü cela il y a v a it des prccédcnls
justes jouissen l dans leurs ám es, dés la m o r t,d e lou te c t que, du reste, Photius lui-m eme n’a v a it jam ais
la felic ité donl les ánies sont capables; inais, aprés la a lla q u c les lalin s á cc sujcl.
résurrection il s’ajo u le cncore quelque ehose á cettc A la v m * session, le 1er n o vem b re, Bessarion entra
félicité, á savoir, la glo riflcation du corps qui b rillera en licc. Lui non plus n ’ é ta il pas partisan de l'a d d ilio n
com m c le solcil.» Ces vaines discussions n 'a va icn t au- e l ne vou lu t pas ad m ettre la d istin ction d ’A n d rc entre
eunc u tililé en I’espéce e t nc faisaient <|uc p erm eltre a d d ilion ct exp licalion . Pour lui, au surplus, il y avait
de traincr les dioses en longueur. Les csprils s’aigris- véritab le ad d ilion parce que l ’exp lication é ta it prise
saicnl dans 1 'a llen le, e l, par surcroil, la pesie a va it en dehors du texte méme. Mais, pas plus que Mare
fa il son a p p arilio n A Ferrare. 11 y eu l de nom breux d ’ Éphése, il ne contcstait l ’exactitu de dogm atique
m orís. lsidore de K ie v , qui é ta it a rrivó le 15 aoíit, de la form ule disculée. Dans la i x « session, 1c 4 n o­
p erd it beaucoup de m onde de sa su ite; D cnys de vem b re, Bessarion continua son argum cn lalion , fa­
Sarde, rcprésentanl du p atriareh e de Jérusalcm, vorable aux grecs ct Irés v iv e con lrc A n d ré de Rhodes
mourut. C ’ é la it le désarroi. L es anLiunionistes, d on l qui vou lut répondre ct s’em brou illa pas mal en se
M arc d ’ Éphésc ct l ’archcvéque d ’H éraclée, espéraicnt la n fa n l dans les preuves de la procession du Saint-
que la maladie m c llra it fin au x debats e l, dans c e lle E sprit par le Fils, ce qui n’é ta il pas le sujel. Cc fut
espérance, qu ittércn t niéme su brcpliccm cn t Ferrare. Jean, évcque de F o rli, qui vin t au secours d ’A n d ré de
II fallut aller íi leur recherche et les ram ener de vive Rhodes, le 8 n ovem b re, á la x e session; puis le eardinal
forcé. L ’ em percur d ut s’in tcrposcr e l in terdire aux Cesarini lui-m ém e, le 11 n ovem bre, íi la session sui-
grccs (le sortir de la ville. vantc. É vid em m en t on p iétin a it sur place. Jean
ln con testablem en t, il fa lla it en finir. Aussi décida- rep rit la thésc d ’ An d ré de R hodes, prétendant q u 'il
t-on d ’un eominun accord que la véritab le I re session n’ y a v a it pas ad d itio n , mais exp lic a lio n , que cc
du concilc au rail lieu le 8 octobrc. E ntre tem ps, on q u ’avaien t fa il les trois prem iers conciles d ’aulres
prépara un program m e. Une doublc com mission fut pou vaicnt le faire, que l’csscnticl était .qu’on gardál
nomniée, eom posée du cúté des grecs de six membres le dogm e in la c l. Quant á Cesarini, il s’elTorfa de
qui aunüeul eliargc d ’attaqu er les eroyances ct les p rou ver de son m icux que la défense de ríen
coutumes latines con lroversées : c ’ étaien t Bessarion, ajou ter au sym b ole portée par le concile d ’ Éphése
Marc d ’ Éphésc, lsidore de K ie v , Balsanion, Théodore v isa it évid em m en t la foi elle-m ém e ct non la lettre.
X an tliop u los et Gcorgcs G em iste; six membres aussi Ces discussions ctcm cllcs, loujours les memos, avee
du c olé des lalins furent chcisis : Julien Cesarini, les mémes textes et les memes arguments, rem-
A lb e rg a li, An d ré de R liod cs, Jean de F orli, Picrre Per- pliren t cncore les x i e e t x u c sessions duranl lcsqucllcs
qu erii, Jean de Saint-Tlioinas. Quant au program m e, Marc d ’ Épliésc refu ta Jean de Fo rli et Cesarini.
les grecs, eontre I’ avis de Bessarion, dccidércnt do A u cours de la x m e session, le 27 n ovem bre, arri-
poser, a van t tou te discussion, c e lle qucslion q u ’ils v é rc iil les ambassadeurs du duc de Bourgogne, les
ju g ia ie n t essentielle et qui n 'é la it en rénlité q u ’ac- évéques de Cam brai, de Clialon-sur-Saóne ct de
eessoire : « E sl-il perm is d ’ insérer un seul m o l nou- N evers et l abbc de Citcaux. lis se presentérent au
veau au sym bole? » Bessarion, plus logique, au rail. synode, mais refuscrcnt de saluer l ’empercur. D ’oü
au contrairc, voiilu q u ’on discutát tou t sim plcm ent | nouvelles discussions, nouvelles mcnaccs, nouvclles
si, oui ou non, l’ ad d ition du F ilio q u e était dogm a- \ plaintcs de la p art des grees. II fallu t arranger 1’alTairc
tiqu em ent exacte. Néanm oins, ce fu l l ’avis de M arc j ct dans la x i v e session, le 1 déecm bre, les ambassa*
d ’ Éphése qui l'em p orta . Kn seerel, il espérait bien deurs ren diren t leurs devoirs íi l ’empcreur e l l ’abbé
qu ’en répondant n ég a liv em e n l ¡\ la prem iérc ques- de C iteaux pronon?a un grand discours dem andanl
tion, on arréterait du coup lous les pourparlers e l on au pape de faire ses cITorts pour arriver íi la doublc
évitera it ainsi lo u te aulre discussion. récon ciliation du souverain p on tife avee les grecs
L a session du S o eto b rc sc lin t dans la d ia p elle du e l avec les Péres de Bale. Puis M arc d ’ Éphcsc e l Cesa­
pape alors m alade ct fut uniqucm cnl occupéc p ar un rini repriren t leur discussion qui dura trois jours ct
FLORENCE (C O N C ILE DE) 34

se p ou rsu ivit le 8 décem brc dans la X V o session. I de m cillcures dispositions qu 'iis n ’ ctaicn l arrives á
Com m c l ’a v a it p revu , dés le debut, M are «l’ Éphése, 1 Ferrare. A u fond cep en d a n t.la silu ation é la il toujours
on b a la illa it au fond d ’une impasse sans issuc, les la mem e. Seulem ent chacun se re n d a il com pte «lu ’ il
uns, les la lin s , alTinnant qu ’ unc ad d itio n au sym bole é la il im possible de rccu lcr, im possible m ém e de rep a r­
é ta it perm iso e t nc p o u va it pas ne pas l ’ étre ; les ; tir sans les secours du pape. 11 n ’y a v a it dés lors qu ’ unc
au lres, les grecs, m aintcn anl qu 'en aucun cas, pour solu lion p ra liq u e , en llnir au plus v ilc , signer lo u t cc
le plus grand bien de l'É g lis e , m em e pou r com battre que Pon v ou d rait c t rc lo u rn c r cliez soi. Aprés quoi, on
une hérésie, il n ’ c la il perm is d 'a jo u te r quoi que ce au rail to u t loisir pour ren iel' sa s ig n a lu ie cu recou-
soit au crédo, íüt-cc la v é rité la plus u n iverscllcm en l v ran t la lib erté. Ce fu t, par ailleurs, une profonck-
acceplée. D eja bcaucoup de grecs, v o y a n t 1’in u tU ilé désillusion pou r l’em pereu r, c b c v ille ou vriére de to u le
de to u l e flo rt sérieux, p arla ien l ostensiblem cnt de ¡ cette p olitiqu c rcligicuse, de v o ir q u ‘aucun souverain
retourncr á C onstantinoplc. lis c la ie n l Irés probable- ! ne v o u la it v e n ir au concile. 11 a v a it com p te intéresser
ment poussés par M arc d ’ Épliósc. Mais l'em pereu r, rO c c id e n l á sa d élresse, o b lc n ir un appui c t, cu fa it,
lui, n ’cntendait pas les d ioses de lu sortc. 11 vou lait au lieu de d iscuter une alía ire d ’ l i l a t . i l se Iro u v a it
a b o u lir á un résultat qu elconque ct c'esl pourquoi il se u n iqucinen t en prcsencc de prétres occupés á d iseu ler
d écida á faire d roit á la dem ande c t des la lin s e l des alTairc de th eologie. C’esl c e tle silu a lio u de rcn ip crcu r
unionistes et á laisscr discuter la prem iére qucslion e t du clcrgé grec qui exp liqu e d ’une p art la ra p id itc
vrain ien t im p o rta n te, celle «le la procession du Saint- a v e e laqu elle on se m it á l ’fcu vrc pour Iro u vc r un
Ils p rit, celle par laquelle on au rail dü to u l de suite terrain d ’cn ten tc, e l de l ’autre l'influ cn cc croissantc
tlébuler. des unionistes au scin des délibérations. Désorm ais
M ais, au m om en t oü l ’on p ou va it espérer que les l'a u to rilé de M arc d ’ Éphcse va d éclin cr jusqu'au jo u r
dioses alla ien t pren d re une íneilleurc tournure, de oü l’ em pereu r lui in terd ira la p a ro le ; désormais
nouvelles difficultes surgirent. D 'une p art, la pesie aussi, p;ir un coup d ’a u to rile , rc m p crc u r suspend le
sévissait á F e rra re; de l'autre, le pape nc p ou vait d roit de v o te de quclques-uns des plus irreductibles
plus p ayer les frais du concilc. Les bicns p on tificau x an liu n ion istcs ju squ ’au m om ent oit il faudra signer
éla ie n t la proie <le bandes 11 ’ avcn lu riers conduils l ’actc d'u nion. A lo rs , de n ouveau, l'em p ereu r in ter-
par N icco lo P iccin in o qui v cn a ie iit ródor jusque sous vien d ra p ou r o b lig e r ce m cinc p a rli á signer. Du reste,
les nmrs de Ferrare. L es grecs recia maient ein q mois coin m c nous le verron s, 0 1 1 a d o p ta á F loren ce, apres
d 'arriéré pour leur pensión. T o u l a lla it au plus nial. quclqucs séanccs publiques, une n ou vcllc m éllio d e
C ’cst alors qu e les F loren tin s íirent & E ugcno IV 'de m a­ de discussion in fín im c n l plus c x p é d iliv c : celle des
guí fiques p roposition s p ou r q u ’il tra n sp o rlá l le concile cainniissions. Flu s de longs discours c t d ’ in term in ablcs
dans leur v ille. C’é ta it bien aussi le désir du pape qui con troverses, dans ces réunions p rivées d ie z l'cm p e-
aiin ait F lo ren ce; mais les grecs s’y o p p o sa icn l. Ils ne reur e l le pape. Des d élégu és,savam m en t choisis parm i
se sou ciaien l p oin l d ’é lrc relenus Iongtcm ps en Ita lie les plus favorab les s\ l ’ union, ío n l un tr a v a il précis,
c t d ’aller h a b ilcr une v ille aussi, éloignéc de la iner. d iscu tcn l e iilrc cu x, é lu d ien t, puis ra pp orten t e t
Seulement ils é la ie n t dans la misére, Aussi, quand v o lc n l.
Eugénc I V leur cut d it (pie, grácc íi Floren ce, ils pour- L a i rc session du concilc de Flo ren ce, la x v n c du
ratenl toueher, ru u io n v o téc , 12000 écus d 'o r ct lo u l concilc général, c u l lieu des le 26 révrier dans le palais
de suite leur arriúré, ils se laissérenl faire. Le 2 jan* du pape. Q u atrc-vin gtspcrson n es y furen t convoquées.
v ie r 143U, ils a c c cp lércn l, aprés de longucs discussions, L e cardinal Cesarini p ro n o n ja le (liscours d ’o u vcrtu rc.
d ’accédcr á la volo n tó du pape c t de l’em pereur,á con- aprés quoi, on d écida que los scanccs publiques au-
d ilio n q u ’on leur d on n erait de l ’argcnt ct que les néfio- raicu t lieu trois fois par sem ainc e l durcrn icn l en tous
ciations nc dureraicnl pas plus de «piatre mois. G'cst cas trois heures. L e s aulres jours, les eom m issions Ira-
ce qui fu l promis. Dans la x v i ° ct d em ió rc session v aillcriiicn t. E ntin , l'cin p creu r déclara q u ’il fa lla il
qui eut lieu in Ferrare, le 10 ja n v ie r 1439, ra rch cvequ e ab ord er to u l de suite la qu cslion d ogm atiqu e ct
de Grado pour les latins, D o ro lliée de M ily lén c pour q u ’on d e v a it lai-sser de c-flté, en i»ul>lic, 1’ iiT ila n lc
lesgrccs lurcnl cliacun en leur la n g u elc d éc re l de trans- e l insoluble questiou de l'a d d ilio n du F ilioq u e . Ccci
la tio n ; on p aya les grecs ct on e n v o y a de fortes «lécidé, ct c’ é la it un p rem ier pas de fa il, les grecs
sommes — 19 000 llorins — á Conslantinople. Puis noinm ércnt une com m ission eom posée il’A iU oin e
le concilc de Ferrare ful d(telaré clos. Cc p rem ier ct d 'llé r a c lé c , (iré g o ire M annnas, lsidore de ltussie,
considerable c ífo rt a v a it é lé sans aucun résu llal. M arc d’ É pbése, D o silliée de M on cm basie, Ucssarion
II. F lo h iín c e (26 fé v ric r 1139-26 a v ril 14-12). — Le et D o ro tliéc de M ily lé n c , pou r p rép arer 1’union sur la
concile de Florence se d ivise tou t n alu rellen icn l cu qu cslion du S a in l-F s p rit. L a com position de c clte
deux grandes périodcs. L a prem iére s’ élen d de l’ou- com m ission é la il déjA un Índice de ia lo u n iu re (ju ’al-
verlu rc du concilc h la proclam a) ion de l ’union ct au la ic iil prendre les debáis. II n’ y a v a il qu'un irred u c­
«lép arl des grccs. du 2(1 fé v ric r 1439 au 26 aoü l du la tib le oiqiosan l d'élu, M arc d ’ Éphésc, e t deux évéíiues
inéme a lin ee; la seconde va ju squ ’au m om ent oii anliu nion istcs, A n tnin c e l D osilh ée.
Kugónc I V peut rc n lrer a H om e c t y tran sp orlcr le L a x v m 1 session se lin t en prcsencc du pape,
concite, c ’esl-ii-dire ju squ ’en 1412. le 2 mars, c t lo u l de suite on aborda la qu cslion do£
1° Le concile de l-'larcncc du 20 fcu ricr uu 2f> uníV ¡ m atiqu e de la procession du S a in t-E s p ril. Les den\
H 3 0 — 1-áigéne IV , aprés a v o ir gagiié les grecs á oraleurs dcsignés fn rrn t M arc d ’ Épliésc e l Jean de
l'idée de Isi translaUon du concilc á Florcuec e l, avec Hagusc, p ro vin c ia l des doniinicains de L o in b a r d ii.
l'a rgcn l de la répnblique, p a yé l.i pensión des I ’ éres, On sait quel é la il le fond de cc sccoud d eb al. l ’our lev
qu itta solcnuelleincnt Ferrare le 10 ja n v ier. Quclqucs lalin s, le S a in l-L s p rit procede dn l ’ére e l du F ils ;
j u u i s plus tard , Joan D isliypattios, le 22 ja n v ier, ar- pour les grccs, il nc procéde que du l ’ére. V o ir t, v.
riv a a 1-lorcnec oxam in cr lis logcm cnts reserves c o l.762. l ’eiidan t troisnutis, c'csl-á -d ire jnscpi’ audétm t
au.\ grccs. Le papo lit son cn lréc dans la ville, li­ de juin , cette (|uestiou fu l la seule discute»*, d 'a b o rd
li? ja n v ier, bic;it«H suívi du patria relie, le 13 févricr, dans les scpl scanccs pnM i([Ues (jni se tin re lll juv-
' t rciiijH-rcur, 1<- 16. l.’ ne fois <lc plus, inais tou- <|u’ au 21 mars ( \ v u i ,‘-.\ x iv « sessions, leim os les 2.
jours en v.un, Kugénc IV am ioiiva aux princes d 'O cci- 5, 7, 10, I I, 21 m ars); jmis «lans les cnniinissious «pn
ilrn l le tran sferí du cnnrilc e l les engagea A y e n v o y e r fircnt place aux séances publiipics ik p artir du .1(1 niar^.
amliassadeurs c t óvéqnes. jus(|ii’au X jn in , date o íi, soteiin ellem en l, les gvi rv
11 semble qn 'a Florence les grccs a rrivé rc n l a vec ad liéréren t á la form ule d 'u nion sur fc jp r c m ie r p«iinl-
l»K Tlll.OI.. (.MIIOl. VI. - *2
FLORENCE (CO N CILE DE)

Jean de Raguse, lo u t d ’abord, d im - lia á prou ver que | palion s scienti fiques. M arc d 'É p liése com ptait sur
le S aint-E sprit proeóde bien du F ils.car il tire son élre I un grand suceés. Dans la x x e session, l ’ arciievéque
de lui. Trois grands théologiens íu ren t particuliére- | d ’Éphése aflirm a done lo u t á eoup que le te x te de
m ent appelés á déposcr pour ou contre la doctrine | saint Basile eontre Kunomius a v a it été in terp olé
laline et grecque : sainl Épiphane, saint Basile et pour défendre le F ilioq u e . Jean de Raguse n’ eut pas
sai 1 1 1 C yrillc d ’A lexan d rie. C’est par le p rem ier que de peine á lui íaire rem arquer que tout d ’abord, s’il
eoin m en fa le com bat. Saint É piphane, dés 374, dans y a v a il des textes altérés, c ’ ctaicn t les grecs qui
son ’Ayy.'jpwTÓ;, a v a it écrit : F itiu m illu m dico qui étaient coutum iers de sem blables faits, mais q u ’en
ex ipso est; S p iritu m vero Sanctum q u i sotus ex ambo bus l’espcce, il ne p ou va it y avo ir d ’in tcrp ola lio n , car le
est; ex hoc ig ilu r dicto si S p irilu s ex ambobus est, ergo codex rapp orté de Constantinople par ¿Nicolás de
esse ctia m a ccip it ex ambobus? Puis ceci : E l quemad- I Cuse, et qui d atait d ’une époque antéricure aux dis-
modum nemo vid it P a lrem n is i F itiu s . ñeque F iliu m ; cussions.contcnait le texte incrim iné, col qui était pro-
n is i P a te r ; ila diccre audeo, ñeque S p iritu m Sanctum bant. Mais ti y cul m ieux. A ce m om en t, tandis que
n o i'il quisquam n is i P a ter ct F itiu s a quo a ccipit et p ro ­ M arc continuait á soutenir la non-authcn ticité de la
cedí! ; nec F iliu m el P a lrem n is i S p irilu s Sanclus qui phrase de saint Basile, le cardinal Cesarini dem anda
rere ctarificat, qui docet ornnia, q u i esl a P a ire et F itio . íi voir le m anuscrit que D orolh ée de M itylén e a va it
Ces te x le s étaien t embarrassants pour M arc d ’ Éphése. en mains. 11 le tro u va sem blable au manuscrit discute,
II s’ en tira en discutant les term es de saint É piphane. p o rla n l le te x le en question, tout diííéren t au sur-
Jean de Raguse a v a it, en e llet, cité son auteur d ’aprés plus du te x te cité par M arc d ’Éphésc, et toujours
la traduction de saint Am broise. M arc ergota done allégué par lui. Cette décou verte fu t l’occasion d ’un
sur le sens d es m o ts n a p ^ u Éy.itopí-jcTai -/.ai n a o V j ).a[A- indescriptible tum ulte. É vid em m en l, la bonne foi
(¡i'iv . et p réten d it que le p rem ier verbo lie se rapporte grccquc n ’e ta it pas en tiere e t si Phistoire que raconte
q u ’au P ére, que le second se rapp orte exclusivem ent au Bessarion est authentique, com m e cela est trés p ro ­
Sain t-E sprit. A fin de ío rtifier sa p reu ve. l'archevéquc bable, elle illustre la fa fo n d o n l M arc et ses adhé-
d ’ Éphése cita un te x le de saint Basile p ro u van l, j ren ls com prenaient la discussion. o On trou va dans ce
d ’aprés lui, que le S ain t-E sp rit ne procéde <jue de la concilc, d it Bessarion, d ’ ahord cinq exem plaires, puis
substance du Pére. E n ré a litc, le tliéologien grec était six. Quatre étaien t écrits sur parchem in et ío rt sui-
acculé. P o u r sortir de l ’impasse oíi saint Épiphane ciens, deux autres sur soie. Des quatre, trois appar-
1’en ferm ait, forcé lui fut de trou ver une distinction ten aien t á l ’arclievéqu e de M itylén e, le qu atriém e
et c’est c e tle d istinction que lui fournissait saint aux latins. Des deux écrits sur soie, l ’un é ta it la p ro-
Basile. Dans le te x le discuté, l ’évéque de Salamine, p riété de n o tre puissant em pereur, l’aulre du p a -
au dire de M arc, n ’a v a it pas en vu e les personnes d i­ triarche sacré. De ces six exem plaires cinq «avaient le
vin es com m e origin e du S ain t-E sprit, mais bien la te x te te l que je l’ ai cite, c’est-á-dire q u ’ils aflirm aien l
subslance d ivin e com mune á l’une ct á l’autre per- que l'E s p rit tie n t l ’ctre du Fils e t q u ’il dépend de c elte
sonne. C’est alors que les tex tes de saint Basile en tréren l , méme cause, c ’cst-á-dire du Fils. Mais un seul,
en discussion e t d evin ren t le p iv o t de loutes les argu- ] l ’exem p laire du patriarch e, é ta it autre : qu elqu ’ un
m en tations postérieures. L a preuve qu ’il lalla it, en ¡ a v a it coupé le te x te ct a v a it ensuite ajoute e t retran -
sainl É pip h an e, íaire la d istin ction proposée était, che certaines choses. Plus ta rd , aprés le con cile,
aflirm a it M arc d ’ É phése, ce le x t e de saint Basile m ’ étant proposé d ’exa m in cr presque tous les liv re s
tiré du 1. V e Contre E u n om iu s, c. x m : ú 0 eó ;, de ces monastéres, j ’ai trou vé que dans les plus ré-
( ¡ • i/ u »; a v S p w n o ;, y s - 'í ís y .a i t o y £ y e ';r ¡| j .é v o ^ cents, c ’ est-á-dire dans ceux qui ont été écrits aprés
«J T o S É X T C É fA U it U V i Ú [ i a fita <T TÓ |JLaTO ;, 0 \>/ O IO 'J TO 0 .-1- cette grande qu erelle, ce passage é ta it coupé. Tous
fjpwitivov, íjie I [/.viSI arójta ©íOv ffcojiaTtxüi; svvcovjjlív' ceux, au con trairc, qui étaien t d ’une m ain plus an-
iOto-j Si. to jtvsü[;.a, xal crj/ ¿?épu>6sv. L a discussion cienne et qui o n t été composcs avan t la qu erelle des
p orta to u t de suite sur ce d ern ier m enibrc de phrase : grecs entre eux, tous ceux-lá sont restes sains e l en-
L 'c s p r it est de lu i et non d’aiüeurs. A v e c beaueoup de 1 tiers c t ils sont cepcndant en aussi grand nombre que
présencc d ’csprit Jean de Raguse fit rem arquer que les te x te s corrom pus... Sur ces e n lrcía ites, j ’ai trouvé-
ce passage visa it les ariens et q u ’il sign ifiait sitnple- entre aulres livres, au m onastére duChrist-Sauvcur de
ment que le S ain t-E sprit procéde de la substance P an tep o p lo s, deux exem plaires de saint B asile, l'u n .
d ivin e et non d ’une substance créée, qu ’ il n ’est pas sur parchem in trés ancien, á en ju g er par la vu e...,.
une créature. Le te x te é ta it done non avenu pou r l’autre, sur papier, qui d a ta it d ’au moins trois cents,
prou ver que saint Basile a v a it enseigné que le Saint- ans, car la date é ta it in scrite á la fin. Ces deux e xem -
E sp rit ne procéde que «lu Pére. Mais il y a v a it plus. plaires o n t le passage de saint B a sile; seulem ent ces
Dans un aulre passage du m em e ou vrage, au 1. I I I , hommes audacieux, ct d ’ une m ain plus audacicuse
saint Basile écrit c e c i: T í ; yap ¿váyxY¡, ti ti» á:»óf¿aTi encore, ont coupé le passage. Mais la place est restcc
v.ai tí, Tpítov •j'Kápxei "to icvsü[i.a, tpi-cov eivat a-jio vid e et la m o ilie des syllabes subsiste, cc qui ne fait
xat -rij ((-¿azi; d t ¡ x e v yap os-JTspov to-j ylo-j, ir«p ’ que trah ir la superclierie e t d em on trer eneore m ieu x
avTov to e lv a i É / o v , v .a 'i r a . p ’ a v T O ‘j ) . a u . 6 á v o v , y .a 'i á v a y - la vérité, Dans un autre liv re , une ralure a cté placée
yé),).ov rj(j.:v. sur la phrase : « recevan t l’ étre de lui et dépendant
Cc te x te faineux, qui jou a un role considérable o uniqueincnt de lui com m e de sa cause. » Le tir e de
dans toutes les discussions et sur lequel on re vin t Bessarion h A le x is Lascaris, P . G . , t. c l x i , col. 319 sq.,
sans cesse, était sans repliqu e dans sa ciarte méme. cilée par Vast, p. 81-82.
C’est pourquoi M arc d ’ Éphése se r e je la sur un tout Ces discussions de critique extern e n ’em péchérent
nouvel et trés curieux argum ent : l ’argum ent critique. pas M arc d ’Éphésc et Jean de Raguse de conlinuer leu r
11 attaqu a la tra d itio n manuscrite ct p rétcn d il que le tournoi d ialectique en ap p orta n l de n ouveaux le x te s
te x te allégué n ’é ta il pas au tlien tiqu e, q u ’il était in ­ de saint B asile, de sainl A llia n ase e t de saint Cyrille.
terpolé. D ’ une discussion in fin im en t subtile, roulant L a x x i e session, tenue l e 10 mars, e t la x x i i %
sur le sens précis des m ots et leurs rapports gram m a- tenue le 14, íurent consacrées entiérem en t á reprendre
lic a u x ou logiques dans la phrase et avec le c o n le x te , I les textes allegues pour e n tire r une synthésede l’ensei-
on abordait, dans la x x e session, m íe question de ! gnem ent p atristiqu e. Mais, v isib lem en l, chacun était
puré critiqu e, une question de fails. Le procéde était fatigu é de ces débats. L 'em p creu r se plaign ait de la
hahilc. Les m anuscrits étaient nom breux, venaient ] longucur des discours; Jean le fit de son cóté e t certes
de diverses sources, avaien t été écrits sans preoccu- ; il le pou vait. Mais incontestablem ent, le succés final
37 FLORENCE (CO N CILE DE) 38

alla it au x latins. Cependant personnc ne p ou va it cn- lsid o re, G régoire. P o u r la prcin icrc fois, les a d v e r­
tr e v o ir eonunenl on a r r iv c r a itá m c tlre un term e á ces s a r e s de ru n ion p arléren l de cu pitulation ct cher-
íastidicuses polém iqucs, qu and, dans la x x m ' ses- cherent á créer á ce su jel de l ’a g ita tio n ; mais il é ta it
sion, 1c 17mars, tandis que chacun ressassait les memes trop tard. L Y m p e re u r v e illa il e l enfln allait n ette-
tex to s ct les mémes in terp rétation s, et s’accusait ré- m ent im poser sa volon té. Bessarion fit m u a rq u e r
ciproqu em en t de nc pas répondre aux o b jeclion s dans cette réunion, en reponse á .Marc d ’ Éphésc qui
scripluraires e t p alrisliqu es, Jean de Haguse fil, une tra ita it les latins d ’hérétiqucs, q u 'á cc taux tout le
íois de plus, la declaration que l ’ É glise rom aine ne m onde l’ c ta il, puisque Peres groes e l P ir e s lalins en-
reconnaissait q u ’un seul p rin cip e et q u ’une scule seign aien t la méme doctrine. Quant aux écrits falsi-
cause de la procession du S ain t-E sprit, le P ére, e t j fics, c ’ é la il un argu m en l Iro p coinm odc. « Si le doute
non deux causes, com m e ralTirm aicnt les grecs. II , est poussé jusque-lá, d it Bessarion, q u ’cst-ce qui
n 'y a dans la d iv in itó q u ’ un p rin cip e, q u ’une cause, subsistera? Q u'est-ce qui restera dans les livres en
le Pcre. Celui-ci produ it de lui étern ellem cn t le Fils dehors du p a p ier bl.inc? » C’é ta it l ’évid en cc méme,
ct le S iiint-E sprit. A in si k Fils r e fo il du P ére doux L es jours qui su iviren t furen t em ployés de nou­
dioses, son ctrc ct son p o u vo ir de produ ire le Saint- I velles dé mu.relies e t A prép arer la diseussion qui d ev a it
E sprit et producit S p ir itu m non ex se ipso, sed ex \ a v o ir lieu le samedi suivant pou r en fin ÍT avec la
illa, a quo et ipse suum esse habet. Les partisans di' 1 question du F ilio q u e , tro u ve r une form ule accep-
l'un ion, v o y a n t que bon n om bre de grecs approu- tuble ct com m encor les n égociutions qui d ev a ie n t
v a ie n l cette déclaration, s’eu em paréren t pou r arri- am ener l ’ union. M alheureusenient. le ])atriarch e J o ­
v iT faire l’ accord sur ce principe admis de tous et seph tom b a si gra ve m e n t m alade qu ’on dut ren on cer
ob ten ir de l ’einpereur que les scanccs publiques ü cettc réunion c t ad n iin istrcr le vieílla ril. Certains ir-
fnssent suspendues. P ou r con firm er la declaration rédu elib les au raien t vou lu p ro fite r de la eirconstance
órale de Jean de K aguse, les unionistes in voq u éren t pou r a rréter tous les pourparlers e t p a r tir ; m ais l ’em -
un tc x le Irés lieureux, une le ltre de saint M áxim e poreur ne l'e n lc n d a il ]ias de la sorte. II fallu t rc sle r e t
disant á propos des latins : .. . P e r quos demonstra- reprendre les réunions. L e 10 a v r il. los grecs e n v o y é -
ru n t sese nequaquam asserere F iliu m esse causam re n t au pape une d élégation pou r luí dem an der de
S p ir itu s ; unam q uip p e n oru n l causam l ’i l i i ac S p i- fix e r lui-m ém e les inoyens q u ’il e s lim a it propres á
rilus P a trcm , ittius quidem secundum grnerationem , am en er l'u n ion. Q uatrc p ro p o silion s leur fu ren t rap-
hujus autem secundum processionem : sed sign ifica re p o r lé e s ; il fa lla it : 1° que les grccs disent s’ils élaien t
quod per ipsum etiam proccdat eaqite ra lio n c oslendcrc d ’accord a v e c les latins sur la procession du Pére
vjusdcm essenlia? nulla cum varietate com m uttioncm . par le F ils ou, s’ ils a v a ie n t des doutes, q u ’ils les for-
Sur ces aflírm ation s, les grccs d écidércn t de faire j niulassent; 2 o q u ’ils a p p o r le n l des te x le s d’ É critu re
l’union e t Tem percur dem anda la suspense des : saintc in firm a n t la croyan cc la tin e ; 3 ° q u ’ils dé-
sessions publiques. Mais Jean de H aguse, assez peu ¡ in on tren t par 1’ É critu re que leur enseign em en t cst
généroiiscm cnt, ct les latins, assez m alad roiten ien t, i m cilleu r que l’a u trc ; 4 o dans le cas oü ces proposi-
réclam ércnt une notxvellc réunion pou r réfu tcr les | tion s nc scraiont pas acceptées, il re s ta il un dern icr
arguments avancés par M arc d ’ Éphése. II fallu t y n ioyen , se réunir en assemblée gén érale, déclarer sous
consentir. Les 21 ct 24 mars, Jcun de Ragusc recom - scrinent ct o u v erlem e n t cc que chacun c ro it c t adop-
m en fa ses discours, npportunt une foulc de te x les te r ce que la m a jorité des grccs aura ap p rou vé. Ces
grccs e t lalins. Mais il fut seul 6 parler. L ’em pereur p roposition s cm barrasséront singuliérem en t les grecs.
a v a it in lerd it á Maro, d ’ Épliése de paruítre aux réu- On les discuta néanm oins. L ’ cm pcreur aurait vou lu
nions et d ’ v prendre la parole. L ’jirclievéqu e préten - q u ’on c lioisll tout d ’abord une p roposition p ou r la
d it, lui, q u 'il ne p u l y assister, ctan t m alade, ¿ n tou t p résen ter; mais lá non plus on ne p u t s’ en len dre. Les
c,as, le rcsultat é la it le mém e. Le latín seul parla, grecs donnérent au x quostions du pape des réponses
cc qui lit dire plaísainm ent ¿t lsidore de K i e v : « S’ il évasives, sauf sur le d ern icr p oin t q u ’ils rejetéren t
n’ y a qu'un com baltan L, nuturcllem enl il restera n ettem en t com m e nne « n o u v e a n lí » e t les négocia-
vninquour. » Ces discours de Jean de Haguse furent tions re p riren t c n lre 1’einp ercu r et Eugénc IV . C’est
les dorniers prononcés. De con cerl avec rein pereu r, dans une de ces réunions p rivóos, tenue le 13 a v r il e l
1c pupo suspcndil les séane,os publiques c t avec elles qui se con tin u a le lendcm ain , que Bessarion p ro n o n fa
lo nile de M arc d ’ Éphése é ta it term iné. son fain eu x discours sur ru n io n , discours q u ’il tra-
L 'u n ion p ou va it done se taire sur un p oin t : sur d u isil plus tard en latín , qu i p orlo le titre de discours
l'ü/ii/r de prin cipe. Creí, du reste, n ’cm péclia pas plus d og m a tiq u e, P . ( i . , I. c l x i , col. 513 sq.. e t que l’au-
tard M arc rl'Épliése d 'éeríre que les latins a ltri- le u r a d iv is é en d ix ch api tros. A p rés a v o ir in on lré les
buaien l l’uxi.stcuce du S u in l-E sp ril A doux principes, 1 bien faits c t los lieantós de ru n io n . líessarion ehorclio
Col hominc ¡n te llige iit, c u ltiv é , é lo q u e n i,é la it inalhou- ¡ ¿ p ro u ver <]u'an sujet de la procession iln Saint-
rcuscm enl peu loyal. Si los résulluts du coneilo ne Iis p r it l e s l ’éres groes et lalin s sont d ’arcord e l ensci-
furent pus eeu x que de p arí e l d ’nutre on esco m p la il, gn ent la méme v é rilé . q u o iq iic a v e c plus ou moins
la faiiti; en ful pour beauconp i» son intrausigeance de clarté. II fiiut done non pus séjiarer les auleurs qu i.
ol á su mauvaise foi. du reste, ne p eu von t se con trcd ire sur une v é r ilé dog-
La prem iéro réunion p rivéc quí su ivít lu session niuli<|Uo, mais les éclairor les uns par los nutres, les
publique du 2 1mars eut lieu lo 30 cliez le pulriurche, rapproclier e t les conr.ilier, car une cliose esl hors d o
on prcsencc de tous los d ign ilaíres groes. L a décision dou te, c ’esl q u ’aucuu Pére groe n*a jam ais dit que le
de snppriinor les séunees générules fut eoninintriquée S a i n t - l í s p r i l no procéde pas du Fils. (E n ollct, pour
:< clinonn, ainsi que 1‘on lre de le m p c re iir ct du pape que la lliésc de Mure d ’ ^p liésc fíll vn iiiu o n t .solide, il
it'cn Unir. II falluit, á Paques (ot l‘on é ta it au lundi | aurait d ft a p p o rler des te x les in d¡seulabios m onlrant
saint), ou av o ir Iro n vé un terrain d 'e n len tc d é lin itif <pio l’ É glise grcc(|ue a va it forniotlom ont ensoigné qno
on s’iipprótcr i dissoudre le concite. C 'cs l alors que le Suint-E sprit ne procéde «pío <ln l'é re et a v a it refuso
parmi le í groes so inanífcütércnt duns Loute leur furto toiite eoopérut ion d irecle au l'ils , au lien «lo so bornor
les doux couranls cnnlruircs «|iii los d irig e a ie iit. Les á épilogu er sur des lo x tes p on van t s’e iilen d re dans
mis, ano m in o rilé, ne vou luioní :'i aucuu prix 1'iiiiiou ; l'n ii e t 1’a u lre sens.) A u fond de Io n io r o lle eontro-
tos m itres, la m a jo rilé, la d ísira ío n l pour dos m otifs vorso. il y a vn it en lé a lilé surlout un inalontondii
divers : d'un cólé, c ’étaient Mare, d ’ É pliésc et Dosi- vonant dos expressions dont s 'é la ic n l sorvis les IV res.
lliéc de M onoinbasic, de T ulliré, c ’éla ie n t Üossuríon ( ’ost ponr<|uoi líessarion s'etíor^n de dcm on lrer. au
39 l-'LOUENCE (CONCILE DE) 40

c. v , centre de to u t le discours, que le vrai sens <lc ble-t-il, au rait dñ les satisfairc : Credimus in uiiu m
la prép osition 6iá, per en la tin , indique une cause D eum P a lre m el in unu m F iliu rn u n igen itu m ex P a ire
« m e d ia n te »,« co o p era n te ». P ra 'p osition em i g i t u r * p e r » nalum el in unu m S p iritu m Sanctum , habcnlem quidem
in óm nibus in quibus a ccip itu r, causam significare ex P a tre suam substantiam sieul el F itiu s sed etiam
nnnquamque d ici, n is i aliquani mediantcni subostendat ex F ilio proeedentem. U s .i.v n f i r i 'E ju r n n .s F i i . i i e t
t tmsam, n an o est gil i ignorct. S rm p cr en im et in óm n i­ S i- in ir r x c m :s a m x e .v i ' e P a m e m ; iltiu s quidem per ge-
bus quibus hoc ab h oep er hoe esse n u l fieri d icitu r, iltud neralionem , ¡m/us vero per proeessionem. Sed ne id e n li-
p er o tanquam eommunieans a ul coopcrans p rim o talem unitatemque (substantiic separemus et ut su balan -
a g rn ti accipitur. D 'oú il résulte que p er F iliu m v cu t tia m ) ab hyposlasibus non re difjerentem, sed ratione
d iré exclu sivem en t ceci, c ’est que le Fils coopérc ac- lantum rt actu intettigendi asseveremus, ct nulta su-
tiv e in e n t ix la procession flu S ain t-E sprit, paree q u ’cn spieio sit, S p iR n v x .S\i w r / .u i;ss;; >;.v s o lo P a m e ,
D ieu il n ’y a qu'une polentia productiva e l pas de cause ritjuw.H'E s u B s rA x riA , QV.E l s u \ Esr, in tres partes
instrum éntale. Com m e il y a dans le P ére c t dans le disseeta eu ip ia m videalur, voeem illa m ex F ilio p ro-
F ils une seulc e t m em e puissance p rodu ctivo, on dit nunciam us in sym bolo; et proplerra dieimus S i'irtn i M
que le Sain t-E sprit proeéde égalem ent de tou s deux S A X c rr u rno< e h e h e e x P a no-; e t F ij .io , i r a h c s i c o
(i-/, en grec, ex en latin ). D iré done que le Saint- p i i i m i f i o . Lab b c, Coneit., t. x m , col. 163. II y a va it
E sp ril procéde du P él e par le F ils ou procéde du P ére lá, ce sem ble, de quoi satisfairc les grecs. L 'u n ité de
c t du Fils, c'est, aífirm e Bessarion, deux expressions principe était n ettem en t aflirm éc com m e exp liqu ée
synonynies. « Ce sont qu atre locutions equivalentes la form ule ex P a ire el F it io qui clioqu ait les a d v e r­
de d irc que l ’ E sp rit esl du F ils , q u ’il est m anifesté s ares. Néanm oins ils nc le fu ren t poin t c t, deux jours
par le F ils , q u ’il procéde par le F ils ou q u ’il procede durant, discutérent en tre cux la déclaration latin e,
du Fils. » En som m e, conclut Bessarion, en s’íip- puis, ii leur tou r, présentéren t la formule su ivan lc,
pu ya n t sur les te x te s inaintes fois allégucs, on peut beaucoup plus vagu e, qui ne satisñ t poin t les latins ct
dire sans altérer le dogm e, avec les O cciden taux, de que m ém e ccrtains grecs, com m e M arc d ’É phése,
et p a r le Fils. L es uns com m e les autres cnscignent refusérent de souscrire t ó|wí.o’i, o,3¡iev /.a» p í;»v
que le S ain t-E sprit procéde du P ére ct du Fils com m e uiíiC t e /.ai mtC\Latr/i róv « « j í p a , xai av4i¡ Oeós-^í# tov
d'un unique p rin cip e,n 'a ya n t tous deux q u ’une seulc • j I o v xxi to TTvíCaa roO irarpó;, xara tov áyio'i K-^siX/.ov,

e t mém e substance. A p rés av o ir ainsi parlé,B essarion x a i t t , v n p ió x r ¡v u ú v o o o v , •/.«» t iiy a v ¡ i a n '/ e t o v -/.ai ).é -
term in a cc grand discours par une ém ouvante péro- Voaev, oti ávaS/'j^et ó vtó; tó nvsCipa, í;»¡v*£ei, izpnyjt,
raison dans laquellc il m on tra les mallieurs de la p a­ x a : t ó i;-(5y(jL3i to n f r ó u i j i 7.x \ ¿X to C v t o v , v.x\ i v i z -
trie ct nlttrma qu ’il s’unissait au x latins pour nc pas xai -/.ai Ttpoycíta'. Jbid. On v o it la d ifíérence des deux
perdre son corps e t son ame. form ules. L ’une précise, ne laissant — surtout aprés
T an dis que Bessarion p arla it tliéo lo gie, un lai'c de les innom brables exp lication s données dés les debuts
l ’entourage de l'em pereu r, Cieorges Scliolarios, corn- du concile — aucun p oin t dans l’ om bre, c t l ’autre
m en?a le 14 a v ril une série de trois discours d on t le vagu e á souliait. Que vou lait-on d ire par ces m ots á
d ernier fu t lu le 30 mai. L ’oratcur se con ten ta d ’étu- im age 7tp¿ít<7t, dvúrai, itpoy^iTa: ? Que de discussions
«lier la situation présente des choses en O rient e t en nc p ou voicn t-ils fairc naitre
O ccident pour conclure á l’ union. Cliose rem arquable : Fin alcm en t, ccpcndant, au début de ju in , aprés
il semble bien que les argunicnts de Scliolarios eurent un mois c t dem i de disputes, la com m ission, p ar l ’in-
plus de poids que tous les ralsonnenients scolastiques term éd iaire de Bessarion c t grácc á l ’a c tiv e énergic
de Bessarion et de M arc d ’ Épliése, car cc d ern ier en d ’ Isidoro de K ie v , fin it par trou ver une form ule
faisait la rem arque : « L e latinism o nous envahissait d ’cntcntc. 11 est vra¡ que, le 1er ju in , le pape v e n a it de
peu á peu, » c ’est-á-dirc que, sous la pression e t des fairc a l ’em pereur les proinesses suivantes pour le cas
évciiem cnts e t de l’cnipereur, beaucoup se d étacliaien t oú l’union se réaliserait : il supporterait les frais de
de l'op p osition e t se rapproch aien t des latins. retou r des grecs á C onstantinople, il en tretien d ra it á
A la suite de ces faits, le 15 a v r il, en présente des ses frais á Constantinople trois cents soldats e t deux
cardinaux C ondolm ieri, Cesarini, A lb e rg a ti, il fu t dé- galéres; la croisadc dcstinée á Jérusalem passerait par
cidé qu ’on alla it nom nter une cotnmission, com posée C on stan tin ople; en cas de besoin, le pape en v e rra it
de d ix m enibres pour chacune des d eu x É glises, qui á l ’cm pereur v in g t grands vaisseaux pour six mois
aurait mission de s’entendrc pour a rrive r a la paix. ou d ix pour un an ; cn lin , si l ’cm pcreur a v a it besoin
Les comm.issa.ircs grecs íurent directem en t désignés d ’une arm ée, le pape s ollic ite ra it des prinees cliré-
par l’em percur. C’ctaicn t d ix m élropolitain s. T o u t de ticns l ’envoi de soldats.
suite la com m ission se m il au tra va il. D es déclarations Cet engagem ent favorisa incontestablem ent le v o te
furen t pcn iblem en t élaborécs, discutécs, refusées sur de la form ule préparée par Bessarion. S au f M arc
la question du S aint-E sprit. Ou essaya de rédiger d ’ Épliése qui protesta verb alcm cn t, les grecs, le
des professions de foi qui ne contentaient aucun des 3 ju in , aprés s’étre mis d ’accord sur les term es dis-
d eu x p a rtis; on disputa de nouveau les tex tes inaintes cutés ex P a ire el F ili o ; ex P a tre per F iliu m , ainsi que
fois cités des Peres o rie n ta u x ; on dem anda un supplé- sur le sens d é la proposition per, í- .i, adliéréren t á la
incnt d ’uxplications et de précisions sur les term es déclaration du patriarche Joseph : « Je ne v c u x rien
de cause, de par, de p rin cip e unique qui nc satisfaisaient cluuiger au x dogm es que nous on t transm is les saints
point. B re f, l ’em pcreur lui-m em e, m algrc sa volo n té P éres..., m ais coinm e les latins nous m on tren t, non
d ’ab ou tir, son au torite ct son optim isinc, d ut avou cr par eux-iném es, mais p ar les saints écrits, que la p ro­
au pape, le 24 m ai, q u ’il ren con trait dans la in ajoritc cession du S a in t-E s p ril s’opére aussi p a r le F ils, je
beaucoup de m auvaise volon té. P ou r gagn er les récal- me rallie á cux c t je déclare que la prép osition ctá
citrants, Eugéne IV , le 27 m ai, essaya d 'aller á l ’as- désigne le F ils com m e causc ^ t r t a ) de l ’ E sp rit et
scmblée des grecs y p réclier l ’union et y am ener les en conséqucnce je m ’unis au x latins. » L a b b c, ib id .,
irrésolus. Ce fu t sans grand succés. col. 489. lis précisérent encore q u ’il était bien cntendu
E t ccp cn dan l, si tous ces eflorts n'aboutissaient que le « S ain t-E sprit procéde du P ére e t du F ils
á aucun résu llat, cc n’é ta it pas la fau te des latins. com m e d ’une nicinc áp/-í¡ e t o-jeía; q u ’il procéde
Sur la dem ande des grecs e t p ou r coupcr cou rt á du P ére p ar le F ils en ta n t que scinblablc en uaturt-
toutes les insinuations répandues contre leur doctrine, et en csscnce ct q u ’il procéde du P ére c t du F ils com m e
le 1er n i a i , les latins avaien t e n v o y é leurs fréres d ’une seulc sp ira tio e t productio. » L e A ju in , ils
d ’ O rient une lonfiue ct précise déclaration qu i, sem­ signérent en fin trois exem plaires de la form ule qui
41 FLORENCE (CON CILE DE)J 42

fu t solennelleincnl adoptce le 8 juin en svance pu­ pardonnes qui v o n t au purgatoire. Or d éjá, au d éb u l


b lique présldée par 1c pape : Consentímus vobis ct quod de la discussion, a v a n t m ém e to u te ollieielle réunion,
additum sacro symbolo recita d *, e sanctis desumptum le pape a v a it d it á cc sujet : ...m edias (a n im a s) autem
cst: et approbannts illu d el vobiscum u n im u r ; d ici- esse in loco torm en loru m : sed sive ign is s il, sive colig o
musque S p iritu m Sanctuni ex P a ire el F ili o proccdcre, ae turbo, sive quid alia d, non conlcndim us. L a b b e,
tumquam ab uno p r in c ip io el causa. L a b b e, col. 487. col. 491. C’é ta it lá le résu llat des discussions de F e r­
P ar c et acte im grand pas v en a it d ’ étre fa it vers rare. On n ’y re v in t d on e pas, e t sur ce p oin t 1'union
l’union. Néanm oins, toutes les questions en litig e fut conclue. V o ir F e u d u p u k q a t o i r e , t. v ,c o l. 224C> sq.
n’ étaien t point résolues. Comme 1c tem p s p rcssait.o n L a s e co n d e q u e slio n & résoudre fu t,e lle aussi.assez v ite
d ecida de se rem ettre au tra v a il dés le lendemnin et video. C’ était la question du pain a zym e ct des pa-
d 'e x a m in e r im m éd iatem en l les trois points : du pain roles de la consécration. Les 15 e t 20 juin , T o r q u e ­
azym e et des paroles de la consécration, du purga- m ada ou T ra v o rsa ri (les deu x seules sourcos qu e nous
toirc e t du p rim a t de l ’ É glise rom aine. P ou r liá lc r la ayons, A n d ré de la Santa Croce e l les A cta , don n eitl
iliscussion, Eugénc IV fil rem e ltrc au x grecs des pro­ l'un le nom de T orq u em a d a , l’a u lre celui de T ra v e r -
jets de déclaralions (ccdutsc), sortes de « scliémas » oíi sari) pronon^a á ce su jet un discours oíi il d éfcn d íl
le pape in diqu ait ce qui d e v a it etre adopté. les usages des latins. 11 fu t con ven u presque to u l de
Les négociations qui alla ien t etre ainsi reprjses suite que le pain p ou rra it e tre a zyn ie ou levé. Q uaul
furent un instant arrélées de nouveau par la m ort du aux paroles de la consécration, le d éb at p ortait sur la
p alria rch e, le 10 juin 1439, C ette m ort au rait pu a v o ir p riére qui suit les paroles de la consécration et q u ’on
de graves eonséquences pou r la fin du concile et faci- appellc épictése. V o ir t. v , col. 17-199. P ou r s a tis fa c e
lem en t les M arc d ’ Éphése ct nutres opposants au- les grecs, il fut décidé q u ’on ne d irait ríen de cc dis-
raien t pu trou ver m o tifs & a tta q u e r en n u llité to u t cc sentiinent dans la bulle d'u nion , mais que Bessarion
qui s’a lla il décider si. hcurcusem ent, Josci>li n ’eíit fera it, á ce sujet, au n om des grecs, une déclaration
laisse uji éeril c x p rim a n l sa íoi et ses derniéres v o - p ub liqu e a van t la lccturc de la bulle. C 'esl ce q u ’il
lonlés ct daté du jo u r de sa m ort. V o ir, pour la dis- fil le 5 ju ille t 1139. V o ir t. v , col. 198.': 11 reconnais-
oussion concernant la date ct ra u tlie n tic ité de cct sait que la consécration esl aeh evéc par les paroles
tfcrit appclé Extrem a scnlcntia, H efcle, Ilis to ir e des sacram en ta les e t qu e par les paroles de Jésus-Clirisl
c o n c i l e s , trad. D clare, t. x i, p. 445 sq. P ar cct actc le pain ct le vin sont transsubstantics en son corps
solennel, le p a lria relie rcconuaissail ct cnseignait tou t ct en son sang. L a d octrin e de l ’É glise latin e fu l, par
cc que rcconnait e l cnscigne l ’ É glise cath oliqu e e t eontre, expressem en t ensoignee par E ugéne I V dans
apostolique ct y ad liéra il. « Je rcconnaís égalem cnt sa L eltre a u x A rm énicn s.
Ic saint P ír e des P eres, le plus gran d p o n life e l repré- R e s la it la qu cslion a iitrem en t brOlantc de la p ri-
sen lan t de N otre-S cign eu r Jcsus-Christ, le pape de m auté du pape. L á a lla ic n l se retro u ve r aux prises
1’ancicnnc Hom e. Je recom íais aussi le purgatoire. » les adversaires acharnés de l’ union c t les tliéologien s
Si ce teslam en t cst v é rila b le m e n l au th entiqu e, il esl romains. 11 faudra to u te la souplesse de Bessarion e l
sftr qu ’il dut beauconp géncr les antiunionistes, car, d ’ lsidore de K ie v pour a ir iv c r á sccllcr re n lc n tc . L a
quoique vagu e sur la qu estion du p u rga to ire, quoique dispute com m cnya au x environ s du 10 ju in , p ar un
to u le la qu cslion du S ain l-E sp rit fflt im p licitem cn t discours de Jean de R agu se dans lcqu cl il s’clToryait
lranchée par le fa it que Joseph ad h érait sans restric- de m on trer que les données tliéo lo giq u cs inscritos en
tion á l'cn seign cm cnt cath o liqu e, il y a v a it néanmoins la cédulc sur la p rim a u lé p o n tific a lc étaicn t fondées
tlans c e lle déclaration un passage essen liel, c ’ é la it la sur l'a n liq u ité , á s a v o ir que le sou verain p o n tife était
reronnaissance du souvcrain p on tife. 11 cst vrai que ehef de to u le l'É g lis e c t de l ’ o rd re des p alriarch cs.
le patriarchc nc d isait pas si ccttc rcconnaissancc C ette p réten tion é la il natureliein en t con trairc á la
é la il cello d ’une préém inencc d ’honneur ou d ’mi pou­ trad itio n grecquc qui ne v o u la it reconnattre au papo
v o ir de ju rid iclio u . II m ourut, en lo u t cas, assez tó t q u ’ unc p rim a u lé (í'lionncur. Bessarion lui-incmc in-
p<*ur nc pas assister aux discussions qui s’ élcvércn t clinait du cote de l ’em percur. Jean, le 20 ju in , dul
sur la p rim a u lé du pape ct ce fu l sans d ou le pour sa repren d re par le d éta il Ies preuves de la priinauté de
mém oirc un grand bien, car il fut en terré á Santa M a­ ju rid ictio n et donner Hcssarion les cxp licatiou s q u ’il
ría N ovella avee tous les houncurs dus ¿i son rang c t réclam ait. Les preuves de Jean étaicn t les s u iva n tcs;
sa penséc inspira plus d'une fois les négociations de lionncur avec loque) des conciles o n t regu les lettres des
l’ union jusqu 'á l’acle final. papes, entre autres, le concilc de Chalcédoine, v oir
I.a prciniérc question qui fut résoluc aprés la m ort C i i a l c é u o i n e ( C oncilc de), t. n, col. 219:1 sq., ces
du patriarchc ful cellc. du purgatoire. E lle le ful assez lettres o n t sou ven l serví de base aux discussions des
rapid cm cn l. Les lalins présentérent un mém oirc conciles. Ellcs o n l done plus de vuleur e l d ’a n lo rilé
pour p rou ver que les áines des fidélcs qui q u iltc u l le que les canons eoneiliaires, et cum essent cp is to lx
monde avec «les faules légéres d o iv c u l subir a v a n l synodicw crant m u joris a u cloritalis qnom cánones q u i
leur cn lréc au ciel une p u rification p ar l’éprcuvc du fiebant in synodis, quia S p irilu s Sanclus operatur in
feu. L e s ihénlngiens ap p u ya ien l leurs aflirm alion s sur Ecclcsia rom ana ut in a liis co n cita *. Quant ¿i rex p ro s-
«les le x tes patristiqu es e t sur les trois le x lc s bien sion Hontanuz pciid/cx d ic iiu r succcssor P c tri ct oica-
ennnus d e s .Macchabérs, de saint M are e l de sainl riu s C h ris ti el pntcr ct doctor ct nuigislcr ch rislia n on n n ,
l\iul L (s grecs, eux, soiitcn a ien l que ju squ ’au ju ge- elle alTirmc v é rila b le m e n l une p rim au té de ju rid ictio n
m cnl d em ie r les ames des défunts resten t dans une et non seulem ent d ’honneur, Imc p n e rm in c n lía non
snrte d ’a llc n lc et que peines e l ch á liin cn ts nc scront solum dcnolnl reverentiam, sed pu¡cstulcin quamdam
ilistribués qu 'á la fin des lem ps. A u fond, c ’était la cuj'usdam o b cd icn liir, e l elle esl prou véc par l'É c ritu re
négalion du purgutoirc. Néanm oins les grecs cédérenl. sainlc e l par les le x lc s groes eux-m ém es. Ces textes
II fut cnlcndu , selon les m ois de la bulle d'u nion , sont é vid em m en t eeux qui sonl tou jou rs cilés í\ ee
que Ies ámes qui n ’o n l pas enLiérem eut s a lis fa il sur sujet : Pasee oves meas, U bi dabo cluvcs, etc. Mais
r e lie terre ■ sont puriíiées aprés la morí par des peines une qu cslion plus im p orta n te pour les grccs était
purgativos • q u ’on ne s])é<:iíla pas, I)a n s la cédule cellc des lim ites de c ette ju rid ic tio n , car ils ne v o i i -
d éd n ilivc m e n l adoptce, on a v a il d ivisé les m orís cu laicn t ni sacrifier les p rérogatives do leur p atriarch c.
trois cliisses : les s : i ¡nts qui v o n l ¡inm édiatom ent jo u ir ni placer l'em perou r dans l ’nhsoluo jiuissauce du pape.
di' la visión b ea tifiqu e; les péehours qui vout en eil- Cependant Jean de ltagnsc n 'h ésile pas. ¡h r c polcstas
f( r oü ils souftrent des peines di verses; les péchcurs q u ir esl in P clro el in succcssoribus, i'o a itu r potcslus
■i3 FLORENCE (CONCILE DE)

spiritu alis ju ris d ietion is qucr esl ordinala in salutem 4 ju illc t, aprés Iiuit jours de dillicultés de rédaction
a nim arum om n iu m <hrislia noru m . F.t circa hanc p o- soulevées par l'em pereu r, le dccret fut enfin lu de van t
tcstatem et clerici el la ic i sunt s u b jc cli... D one pus la com mission grccquc ct latine e t signé le 5 ju ille l.
de d ou te, tous les chrétiens sonl souinis au p ou vo ir Les latins signérent l'a c te á Santa M aria N o vella .
p on tifical, dans les dioses qui conccrnenl le salul. lis étaient au nom bre de cent quinze. Les grecs
D 'oü les papes peu vent r e C e v o ir les recours du mé- signérent cliez l ’em pereur. 11 y eut tren te-trois signa-
trop o lita in contre les souverains q u i les persécu lenl, tures. M arc d ’ Éphése refusa de sign er; ÉsaTe de Sta-
com m c ce ful le cas au sujet de saint Athanasc et de vro p o l, Jean Eugcnikos, frere de M arc d’ É phése,
saint Jean Glirysostoinc. Mais la Jean e u l grand soin et Georgcs, représentant des Églises de G éorgic e t
de taire rem arquer que c ette prétention n ’c n lrave d 'Ib é ric , s'éta icn t enfuis de Floren ce avant la fin des
pas le p ou voir im p erial, quod hoc non prw jud ica l po- délibérations. On sail que D enys de Sardes é ta it m ort
Icslali im peratoria, quia illa ut in c i v i ti bus et tém pora- A Ferrare. P ar contre, les stavro p h o ics de Sainte-
tibus, h¿ec est ecclesiaslica el sp irilu a lis . II y a deux S ophie,hostiles A 1’union e t auxqucls le patriarch e e t
grands lum inaires, le solcil et la lune, de méme deux l’em pereur ava ien t, dés le 24 mars, retiré le d ro il de
pouvoirs q u i d o iv c n t s’unir p o u r le b i e n de tous. C’cst v o te, duren t signer par ordre. E n fiii, le top otéréte
toujours la grande doctrine rom aine. A lla n t plus de M old o-V alach ie, deux moines représentant les
loin, e t pour répondre A deux qucstions de Bessarion, couvents de l ’A th os e t q u a lre moines représentant di-
Jean de Raguse m ontra que le p ou vo ir des papes vers couvents signérent les derniers. Toutes ces si-
s’étend A la con vocation des conciles e t que, tandis gnatures, ta n t grectfues que latines, furent données en
q u ’un patriarche et un m étrop olitain n ’on t q u ’une au- présenee des com m issaires de la p artie jusque-lA ad­
to rité lim itée au te rrito ire q u ’ils adm in istren t, l’auto- verse. Ceci fa it, le 6 ju ille l, dans la calh édrale de
rité du souverain p on tiíe va bien au delá : suecessor Florence, le d écret fut lu solcnncllem enl pendant la
P c lr i habet immediate potcstatem superioris in om - gran d’ messe chanléc par le pape. Cesarini lu í le
nes, sed ita habel, ut cum ordine hicc om nia fianl. te x te latín, Bessarion le te x te grcc. Aprés quoi, les
L ab b e, col. 1146. En résumé, le C lirist a donné A son deux ceclésiastiqucs s’em brassércnt e t tous les grecs,
Église la form e d ’une m on arch ic; mais l’ É glise ro- em pereur en tete, v in ren t fiécliir le genou d ev a n t le
m aine n ’a nullem ent pou r cela l ’in lcn tion de détruire pape e t lui baiscr la main. L e d écret d ’ union ou
les droits e t p riviléges des autres Églises. Ce discours, D e fin ilio sánela; oecumenieíe synodi Florentinaz, com m e
com m e il fa lla it s’y atten d re, am ena de grandes con- on Tappelle p arfois,bien que ce titre nc se trou ve pas
troverses parm i les grecs. É vid em m en t Jean de R a- dans l'acte origin al,con n n en ce par ces mots : L x le n tu r
g u s e n ’a v u it pas oublié q u ’á l ’lieure oíi il p arla it les c id i et exuttct Ierra. V o ir H e fe le, H is lo ire des córtales,
Péres de Bále faisaient schisme e l la Fran ce prepa- trad. D elarc, t. x i, p. 46 sq.; D enzin gcr-B an n víarl,
ra it une pragm atique sanction. 11 fa lla it publiquc- n. 691. Aprés le preám bulo, v ic n l to u t de suite la
m ent réa gir contre tous les essais d ’ É glise nationale question de la procession du S aint-E sprit. Les prin­
e l c ’est pourquoi, vis-á-vis d e s g r e c s , le pape ne con- cipes sont aniruiés, aprés quoi suit la d éfin ition : « En
sen tit sur ce ebapitre de la prim au té q u ’á une cliosc : conséqucnce, au nom de la sainte T rin ité , P é re ,
á reconnaitre le siége de Constantinople com m e le Fils c t S ain t-E sprit, avec l ’ap p robalion de ce saint
prem ier aprés le sien et á con firm er l’ancienne hiérar- concilc ujcuménique de Floren ce, nous définissons que
d iie des patriarcats. tous les chrétiens d o iv e n l eroire e t professer c e lle
L e discours du p ro vin c ia l des dom inicains p ortail v é rité de foi, savoir que le S ain t-E sprit est éterncl-
juste cependant. L a preu ve en esl que, le 22 juin , les lem cnt du Pére ct du Fils, q u ’ il tient son essence ainsi
grecs répon d iren l q u ’ils reconnaissaient la p rim au té que son étre subsistanl du P ére e l du Fils, q u ’ il pro­
du souverain p on life sauf sur deux poin ls : un concilc céde élern ellcm en l de l ’un et de Tautre,ainsi que d ’un
ne peut étre cccuméniquc sans la presence de l ’em- seul p rin cipe c t d ’une méme s p ira lio ... Nous définis­
pereur e t du p atriarch e; un recours adressé A R om e sons, en ou tre, que l'a d d ilio n du F ilio q u e a été licite-
con tre un patriarche doit ctrc jugó par les légats m e n lc l raisoim ablcinent insérée dans lc sym b o le , dans
du pape dans la p rovin ce c t en présencc des parlics. | le but de déclarer la v é r ité e t cela étant alors néccs-
L e 23 ju in , Eugéne I V refusa de ra tifier ces deux saire. » V o ir F i l i o q u e , t. v , col. 2320. Pou r la question
exception s A la p rim au té e l un instan! to u t sembla du pain a vee ou sans leva in , le d écret d éfin it q u ’on
rompu. Cependan!, gráce á l ’énergie des unionistes peut indilTérem ment se s erv ir de l ’un ou l’autre, sui-
grecs, une form ule de con ciliation fu t trou vée pro- v a n l le rite de l ’ É glise A laquelle on ap p artien l.
bablem en l par Bessarion c t presentcc aux latins le V o ir A z y m e s , l. i , col. 2664. P ou r le p urgatoirc, le
26 juin : II Epi Tr(; ip y íi; tov izítztl ó!/.oV.oyo5[*ev ocOtov | décret ne spécifle pas les peines in lligccs A ccux qui
axpov apyjtpéa x*'t é<;iTpoirov, -xai -/.ai fh-ní- s’ y tro u v e n l, mais d éfin it que les ámes peuvent elre
P'.ov t ov Xpi<rro-j, iroi^évart * r . Stov'rxa/.ov h ívtw v Xpta- soulagées par les suílrages des viva n ts. Les ames ar-
Tiavtüv, íOvvEtv te y ai y.u6epváiv tf,v £Kx/,T,<7¡av to-j tíeoO, rivées au ciel voicn t Dieu in tu itivem en t, le í qu ’il est,
r7<*>£o¡¿¿VtiíV T(ÍV 7tpOVOULIfOV */.«! tC)V St*iCa:<üV TÍ)V 7iaTptOCp- plus ou moins p arfaitem en t suivan t leurs m érilcs.
/ üjvtí,? áv«to>.f(;... L ab b e, col. 504. C ette form ule é ta il Les daninés dcscendent aux enfers oü ils sont punís
incontestablem ent v a gu e; mais com m e l ’avo u a ien l suivan t leur degré de culpabilité. E nfin pour la p ri­
les unionistes, c ’ é la it le d ern ier terme des concessions m auté, le décret s’cxp rim c ainsi : « Nous définissons
q u ’ils p ou va ien l faire. E ugéne IV , don t on a tan ! cri­ que le Saint Siége ap osloliq u e ct le p on tife rom ain
tiq u é la rigucur d ogm atiqu e, acccpta cependant c elte o n l la p rim au té sur l ’univers e n tier et que ce méme
form ule. A v e c elle Tunion é ta it faite. II ne restaií p on tife rom ain est le successcur du bienhcurcux
plus q u ’á rédiger l ’acte d ’ union. P ierre, princc des apótres, le vrai vica ire du Clirist,
Par ordre du pape, on choisil dans chaqué ordre des le clief de toute T É glise, le pasleu r et le d ocleu r de
com missaires qui eurent pour mission de fondre les tous les chrétiens, e t que c ’esl A lui qu 'a été con fié en
cédules adoplées isolém ent en un seul décret qui scra il ¡ la personne du bienhcurcux P ierre, par le Seigneur,
écrit en deux langues. D ouze com missaires furent le plein p ou voir de p aitre, de regir c t de gouverner
choisis. lis eurent A leur te te le card in al Cesarini. Bes­ l’ É glisc univcrselle, ainsi q u ’on p eu l le v oir dans les
sarion e t T raversari furent spécialem ent chargés de actes des conciles oecuniéniques e l dans les sacrés
la rédaction. T raversa ri é c riv it en latin le préam - , canons. » Cc m em bre de phrase, en lalin quemadmo-
bu le; puis on traduisil le d écrel en grec. Bessarion le dum etia m ..., a été atta q u é au x i x c siécle par D ollin -
corrigea pour lui donner sa form e d éfin itiv e c t, le ger lois des discussions relativos A l ’ in faillibilité. 11 a
45 FLORENCE (C O N C ILE DE)

vou lu v o ir 14, bien il to rt, une falsificalion de la con ciliaire qu i se tin t á Florence aprés le dép art des
■cour rom aine. V o ir, á ce sujet, I le fe le, H is lo ire des I grecs, le pape pu blia la con stitu tion Moyses p ou r
conciles, trad . D elarc, t. x i, p. 473 s q .; T u rm el, H is - flétrir « l ’iin p iété baioisc » et réfn ter les trois pre-
lo irc de ¡a Ihéologie p osilioe depuis l ’origin e jusqu'ati tendues veniales /¡dei ca lito lie x votées le 16 mai.
concile de Trente, l. 1 1 , p. 377. L o bulle se term ine I N e lte m c n t il con d am n a it la tliéo rie du concile supé-
p ar la con firm ation du rang e t des p riviléges des pa- I rieu r au pape ct s’ é lc v a it a vec vigu eu r eontre la « vio-
triarchcs. lence d iab oliqu e qu i a v a it poussé quelqucs évéqties á
A p rés la proclam ation de l'a c te d ’ union, les grecs déposer le sou verain p on tife. » T ou s les p articip an ts
nc songérent plus q u ’á qu itter Floren ce le plus rapi- au ■ n ou veau brigan dage d ’ Éphésc » c la ie n t declares
deinent possible. L ’em percur et sa suite partiren t hérétiques e l cxcom m unics. M algré to u l, ccp cn d an l,
le 26 aoüt p ar Venise. Bcaucoup l’ avaien t précédé. c t ju s q u ’á Floren ce en la personne du cardinal
D ans l ’espace de tem ps qui sépara la proclam ation Cesarini, la th éorie de la su p rém alie du coneile sur
d u dcpnrt, les latins essayérent de reprendre sur des le pape a v a it des adliéren ts. Aussi íiu g én e IV7,
points secondaires la discussion avee les grecs. Outre a v a n t de con dam n er fon n ellem en t la phrase : > L a
quclqucs questions d 'o rd re litu rgiq u e sans im portance, su p ériorité du concile sur le p ape, déclarée á Con-
ils dem andérent la raison pou r laquelle les grccs stance et A Bále, est une v é r ité de foi, » plirase que
accep taien t le d ivo rce et la raison pour laquelle ils con tcn ait le d écret de B ále du 16 mai 1439, vou lu t-i]
n'élisaicnt pas leur p atriarclie á Florence. Le pape institu er á cc sujet une coiiíúrcnce con trad ictoire.
aurait voulu, en réalité, ob ten ir un trip le résultat : C ette conférencc eu l lieu en sep tem b re ou octobre.
1° l’abolition du d iv o rc e ; 2° la pun ition de M arc Cesarini représen la et d éfen d it la thése th éo logiqu e
d ’É ph ése; 3° l'éle ctio n sous ses yeu x du futur pa- qui lui é ta it chére. Com m c les Bálois, il aflin n a que
Iriarche. Ce fu t en va in . Les éveques répon diren t au la proposition discutéc ct le d écret de Constance de
pape que les inariages n ’étaien t dissous que pour des 1415 étaien t connexes, que con dam n er l’un, c 'é ta it
raisons sérieuses; que M arc d ’ Éphése d eva it unique- con dam n er l'au trc. Le coup alla it d irectem en i eontre
m ent se ju s tific r; que c ’ é ta it la coutum e que le patriar- la bulle Moyses qui a v a it e xp liq u é que ccs fam eux
clic fut élu par tout le p atriarcat e t fú t sacre ó S ainle- décreLs du 30 mars c t du 6 a v ril 1415, postérieurs á
Sophie. L ’ em percur, du reste, lit défensc au x evoques l ’évasion de Jean X X I I I , ccuvre au surplus d ’ une
de discuter ces «jucstions, cc qui fit qu 'E u gén e I V seule des trois obédicnces, n ’a y an t pas de sanctioii
e t Ies latins nc re vin ren t pas íl la chargc. En fin on p on tifica le, étaien t de v a lr a r con testable. V o ir C o n ­
se qu itta aprés av o ir, á l ’ atniablo, tronché la ques­ s t a n c e (C on cite de), t. in , col. 1205, 1220. T o rq u e -
tion des éveques grecs c t latins dans les diocéses m ada, dans sa réponse, se b o m a A d é v e lo p p rr c e l
grecs. II y a v a il, en effet, en d ivers p ays des diocéses argum en t que la co n s litu lio n M oyses lui fou n iissait
<lc languc, de trad itio n , de rite grccs, qui cependant pour en a rriv e r á c ettc conclusión : la th éorie conci-
a v a ie n t, o u tie l'éveq u c grec, un évcqtie latin. C ’é ta it, ¡ liairc form u lce dans lc sd éc rc ts de Constance peut etre
en tre autres, le cus pour V enise qui a v a it sous sa dom i- v ra ie dans les cas de schism e, Iorsqu’ il y a plusieurs
nation de ces évCdiús-líi. L es grecs au raient voulu papes et qu 'ils sont d o u tc u x ; la th éo rie de B á le, au
l'ab olition puré ct sim ple de l’évrch c latin , cc que le contraire, est fausse e l iin p ic dans sa form e genérale
pape rcfn sa; il fut d écidé que, dans ces diocéses com m c i v é rité de fo i ». L e p ap e rcgu liérem en t éhi
gréco-h tin s, si l’évéqu e latin m ou rait le prem ier, le et regardé com m c pape in du bitab le cst au-dcsstis du
slége passerait á C on stan tin oplc; si c’ était le gruc, le concile. CJuelqucs m ois aprés cette dispute, le 20 a v r il
siége passerait á Borne. Cc fu t la derniére aíTairc qui 1441, Jiugéne I V adressait au x universités, au x rois
se discuta a van t Ic dópart des grccs. e t au x princes sa fmneuse bulle Htsi non dubilctutis,
2 o Le concilc de F lo rcn cc du 26 aoúl 1/30 au 20 a vril dans laquelle il d éfen d ait la p rim au té du pap e sur
l¡4 2 . — Le concilc, a v e c le départ des grecs, n’é ta it les conciles c t e x p liq u a it que Ies décrets de 1415
pas pour cela term in é. On se rapp ellc que la bulle de étaicn t l ’ocuvrc des ]iartisan s de Jean X X I I I , qu 'ils
Lranslatiou du concilc «le Bále A Ferrare in diq u a it a v a ie n t sou levé de v io le n te s récriinin ation s m énie
que trois quesLions d evaien t etre tra ilécs en Italie : dans le p a rtí e l q u ’ ils avniciiL Oté v o lé s qu and le
ru n ion , la réforine de l’ É glise, le rétahlisscm ent de syn odc n ’é ta it p oin t cncore (reu m én iqu e. N . V olois,
la p aix parm i les peuples chrétiens. II en résultait L e pape ct le concile, 1. u , p. 208-210. C c lte reprise
■done, «l’abord, que le concile n'avaiL p oin t achevé sa énergique e l c e ttc defense véh ém en te de la thése
tik lie , la question grecque tranchée, ciisuiLe «¡uc, rom aine sou.s la p liin ic d ’ Fliigéue IV7 é la il, íi n ’en pas
méme aprés Ic dépurt de 1’em pcrcur, le concile de d o u le r, un des ellets les plus cerlain s des trioin plics
Floren ce rrp ré srn la it loujours la cnutinualion de | qu e 1c souvcrain p on tife a v a il reinportés p ar l ’acte
celui de B ále ct de Ferrare, tous n ’en faisánL q u ’un. ¡ d ’union des Égliscs. Ccs trion ip lies, du reste, se pour-
C’esl pourquoi, aussi, il faut niain ten ir ¡\ la seconde suivaicnt e l se fo r tiíia ie n l ]ia r l ’union qui se srelh iit
p a rlie du con< ¡le de M oren rc son caractérc d ’cccu- ¡’i la m éinc époque entre le pape e t les autres Fglist *;
m éuicité, inalgré l'avis con traire de <iuelques th éo- I orientales.
logiens. D eux allaires im portantes orctip éren t le I 2. Les Églises orientales. — a ) I f c g l i s c annéniennc.
concile durant les deu x ans et deini (|li'il résida sur ¡ — In v ité á se ren dre au concile jiar lüugéne IV'
les bords de l'A rn o ; le scliisxne de Bále ct l ’union avec | dés 1-131, le p alria rch e arniénien C on slan lin V avait
les autres Égliscs orienlales. e n v o y é ü Floren ce en 1 138 q u a lre députés pour q u ’ il
1. Le schisme de (jále. — Depuis I'ouverture du y scellasscnt en son n om l'union tclle <pi’clle a va il
c o m ile de Florence, le Concile de Bále a v a it rapide- au trefois e x is tí. M allicurcuscm cnt ils arrivéren t en
inenl marché dans la v oie du schisme. Le 25 juin 143‘.t, Ita lie au m om en t oíl les grecs allaicut en parí ir. Ce
il a v a it déposé Ltigén c IV e t 1'avaiL declaré h érctiqnc nc ful done que le 22 n ovem b re 1139 que les l ’éres
o b s t in é . V oir D a l í ; {Concite de), t. n , col. 123 sq. purent lire e t soleiin cllem en t a d o p ter en séanee
Le 5 n ovem bre, II allait faire mi pas de plus en clisant publi(|ue. le d écret spécial qu i con s a tra it l'u iiiou «les
A m éd fc de Savoic, qu i fut rcconiiu le 17 novembre. A rm én ien s a vec B orn e.C e d éc re l, aprés un p réam lm lc
dans la x x x i x » session. D ébarrassé du souei grec, oíl le pape d it sa Joie du retou r dc^ A rm én ie n 1: A
Lugénc IV’ se décnla alors í> agir énergiquem ent. l’ Église ct eom nien t 11 s ’es( cii«|Uis, p ar rin te rm é -
)>c 23 aoúl I 130, il annula toutes les décisions prises diaire du «o n e ile , de la foi des O rie n ia u x , repiod u it
ii Bále depuis la p nb lícation de la bulle D ocloris dans ses grandes ligues un opuscule de sainl Tho)n;is
g e n tiu m et le 4 septcnibre, dans la p rem lérc réunion I arran^é á l'usage des A rm én ien s. le De fidei u r t in il is
47 FLORENCE (CON CILE D E) 48

rt srptcm s a n o mentís. T o u r á tou r lu pape elonne aux 1 souverains oceidenlaux. se m ontraient trés froids á
Arm én ien s le symbolu ríe Nicée-C on stan tin ople avec l’égard de Tan tipa pe, se rapp roeh aien t d ’Eugénc I V ct
le F ilio q u c , sym bole q u ’ils d ev ro n t dirc á lu messe ¡ deniandaient un nouveau eoncile qui se tien d ra il soit
Ies dimanches ut jours de fe te ; un enseignem ent fon dé en A llem agn e, s o itren 1"ranee. Or, de eela KugC-ne IV
sur les conciles ayant pou r o b je t les deux natuxes el nc vou lait pas entendre p arlcr e l le meilleur m oyen
les deux volo n tés en Jésus-Christ, l ’exp lication de la d ’ é viter une nouvelle reprise du concilc de Bále était
cnn duile de Léon le Grand dans Ies alTaires tliéolo- incontestablem ent de m ain ten ir le synode de Florenee.
piques de son tem ps ct par lá la neccssité d 'a ccep ter A v e c raison il pensait q u 'il n ’y a v a it autune question
10 eoncile de C lialeédoine com m e I V Ceoncile cccumé- de d roit ou de fa it, nucune aílaire doelrin ale que le
nique et l’o b lig a lio n de re ee v oir avec vénéral ion les eoncile ne p fit résoudre. II étail a méme de répondre
déeisions des eoneiles eélébrés sous T a u lo rilé du á tous les doules, á tous les désirs de la chrétienté.
p ap e; la doctrine ca llio liq u e sur les sacrem ents, C'est probablem ent pou r donner plus d 'a u to rité
D en zin ger-B an n w a rl, u, C95-704; le sym bole d it de au coneile et étou ficr dans l ’ oeuf le « concile-arbitre »
saint A tlia n a s c ; enfin le déeret du eoncile de Floren ee q u ’on vou lait lui iniposer que, profitan t des circón-
et une lisie de eerla in es fétes que désorniais les A rm é ­ slances, libre de re to u m er h R om e et d ’y jo u ir des
niens d e v ro n l eélébrcr h la fu fon des latins, revenus de TÉglisc, Eugéne IV annon?a des le 26 a v ril
Ce décrel, appelé E x u lía le Deo, n 'eut en ses appli- 1441, en session géncrale, q u ’il allait, avec le consen-
cations pratiques aucun lendem ain. Quand les délé- tem en t des Péres, transférer le concile au Latran .
gués ren trerent d ie z eux, le patriarch e Constantin Parm i les raisous q u ’il allégu ait, la prem iére c la it
é la it m ort, T A n n én ic livi-ée ;i ses conquérants et la d ig n itc du lieu. L e pape a vait, en outre, Tinten tion
l ’unité liiérarchiqu e pou r Ion “[temps d élru ite. V o ir I de lancer un solennel appcl tous les évéques e l á
A í i m é n i u , t. n , col. 1901. C’en é ta it fait de Tunion. tous les prinees de la catholicitc.
6) Les jaeobiles. — L e 26 a v ril 1141, E ugéne I V 111.R o m e {26 a v ril 1443-7 aoü t 1445).— Eugéne I V
annon?a au concile q u ’un nouveau succés a lla it qu itta Florenee, le 7 ja n v ie r 1413, pour R om e, suivt
s'a jou ter á ceux q u ’il a v a it ruinportés a vee les firccs des Péres asseinblcs en concile. Nous sommes trés
ct les Arm éniens, Des envoyés du ro i d ’É th io p ie m al rcnscignés sur ce qui se passa durant les d eu x
arriva ien t á Floren ce pour y re ce v o ir la foi rom aine. années pcndanl lesquelles le coneile continua ix siéger.
Eugéne IV , en e fie t, a v a it e n v o y é , 1c 28 ao ü l 14Í59, Nous ne connaissons, en e ffet, que deux sessions
A lb e rt de Sarziano (v o ir D ie íio n n a ire d'h isloire el de solcnnelles, Tune du 30 septem bre 1444, l ’autre du
géographie eeetésiasliques, 1 .i, col. 1554) A « l’em pereur 7 aoü t 1445; nous ignorons com m en t le concilc fut
des Indes » Thom as et íi « l ’em pereur d ’É th ío p ic » dissous e t to u t ce que les docuinents nous apprcnnent
le p rctre Jean, pou r les am encr á Tunion. A lb e rt é la it c ’est que les Pércs rc fu re n t cucorc dans Tunion
c-hargé d ’un sem blable message pour Ies coptcs. Aprés quelques com m unautés orientales qu i, un peu par
s’ ctre rendu í> Jérusalem , il passa en É g y p te et ramena esprit d ’im itatio n , beaucoup par nécessité d evan t
11 la foi les jacobites, tandis que d ’autres religieu x Tim m ínence du p éril tu re, vin ren t íaire leur sou-
inineurs allaien t dans le m ém e but aux Indes ct en mission.
É tliiop ic. Cc fu t par Tinte rm ediaire d ’A lb e rt de Io Les Bosniens. — L a Bosnie était depuis long-
Sarziano q u ’A n d ré, abbé du m onastére de Saint- tem ps tra v a illé e en tous sens p a r le schisme oriental
A n toin e en É g y p te , aecom pagn é du diacre P ierre, se et Thcrésic manichéenne des pauliciens ou bogom iles.
présenla au coneile de Floren ce, le 31 aoüt 1441, oü V o ir t. ii, col. 1043. En 1443, le roi É tiennc e n v o ya
il luí, en séance pu b liqu e, la lettre de soumission de A R o m e un am bassadeur annonccr au souverain
son patriarehe, Jean d ’A le x a n d rie, qui reconnaissait p o n life qu ’avec sa fam ille et nom bre de m agnats il
sans discussion la prim au té de ju rid iction du pape. i se rangeait sous l’obédience rom aine ct dem andait
L e 2 septem bre, cc fu t le tour de l ’c n v o yé de l ’abbé pour lui ct son peuple Tunion. L á , du reste, com me
de Jérusalem , N ico d ém c, c lie f des jacobites de Pales- ailleurs, Tunion fu l sans duréc. Les Tures en vah iren t
tine, d ’étrc solennellcm ent refu . II se présenta com m c le pays et dispersérent les chrétiens. Au surplus, nous
déléguc de N ieodéin e ct du roi d ’É th io p ie, lut, au ne savons ríen des détails qui m arquérent c et événe-
nom de son souverain, un discours, rem it, au nom de ment. L e fa it seul de l ’arrivée d ’un ambassadeur nous
l ’abbé de Jérusalem , une lettre pou r le pape et, le est a tte s lé par une lettre datée du 1er octobre 1442
4 fév rie r 1442, Tunion fut solennellem eiit conclue á (1443), écrile á R o m e par le sccrétairc du roi de
Santa M aría X o v e lla avee les jacobites. L e décret Cliypre, le chancclier B en oít d egli O vetarii de V icen ce,
Canlate D om in o, destiné á sceller cette unión, est, que M arténc nous a conservéc, ct par la m ention que
lui aussi, un v érita b le tr a ité de tb éologic auquel fa it des Bosniens Eugéne en a v ril 1444, dans sa lettre
on a ajou té les décrets d ’union a v e e les grecs et Ies eneyeliqu e á la chrétienté, quand il dit : P osl graves
Arm én ien s, puis un paragraphe sur les paroles de la exapensas diulinosque labores a no bis perpessos, in
consécration achevée avec les paroles de Jésus-Christ G rwcorum unione prim ara, el postea in A rm e n oru m ,
q u ’ on inséra, parce que, « dans le décret pour les Jaeobitarum , M a ro n ila ru m , E lh iop u m , B o s z E y s iv v et
Arm éniens, on ne parle pas de la form e de la consé­ á lio T u m . .,
cration. » V o i r É p i c l é s e , t . v , c o l . 258-260. E n fin le pape 2® Les M ésopotam iens. — Dans une autre lettre
déclare que les qu atriem es noces nc sont pas in terd iles. datée du 30 seplem bre 1441, Eugéne I V ra p p o rte
D enzin ger-B an n w art, E n ch irid io n , n. 703-715. L e dé­ que Tarchevéquc d'Édcsse, A b d a la , v in t á R o m e
cret fu t lu en la lin e t en arabo ct signé d’ E ugén e I V com m e légat du patriarclic syrien Ignace, pour sceller
et de douze card in au x. V o ir t. v , col. 941-942. Tunion au nom des pcuples h ab ita n t entre le T ig r e
3. T ra n sla lion da eoncile d R om e. — Indépen - et l ’E uphrate. Ccs O rien tau x crraicn t sur trois points :
d am m en t de ccs grands événem ents qui T occupéren t, ils avaien t la m ém e doctrine que les grecs touchaut
le concilc a v a il assisté, le 18 décem bre 1439,íl la créa- la procession du S ain t-E sp rit; ils étaien t, en o u trer
lion de dix-sept cardinaux, p arm i lcsqucls Bessarion, m onophysitcs et m onoth élites. A b d ala, en présence
Isidore de K ie v c t T orqu em a da , c t v u a vee e flro i d'une con gréga lion de cardinaux c t de théologiens,
l’élection de F é lix V au souverain p on tifical. Moins accepta la foi rom aine e t adhéra au x décrets con*
que jam ais il ne p o u va it étre qu eslion á cette heure, cernant les grecs, Ies Arm én ien s c t les jacobites.
en présencc d ’actes schismatiqucs aussi graves, d ’une L ’union fu t cnsuite proclam ée solennellem ent en
séparation. 11 fa lla it de tou te nécessilé que le concilc séance conciliaire. C ’est á I’oceasion de c ette n ouvelle
con lin uat á siéger. II le fa lla it d ’ autant plus que Ies victoire qu ’ Eugcne I V publia la lettre M u lla et
49 KLORENCE (CO N CILE DE) — FLORE7. 50

a d m irab iüa dans laquelle il fixa cc que d cva ien t croirc Stiuli storici sul concilio di Fircnzc, Florence, 1860: Tlieiner
el profosscr les M ésopolam icns. ct Miklosich, .1fon timen la spertanlia ad itnioncni ccclcsianmi
grtrea: el roniuna*, Vienne, 1872; Zlii.shninn, Die Unions-
.'5o Les Chaldéens el ¡es M a ro n iles. — L e dern icr acte '<
ircrhandlungcn zwischcn der oricnlalischen nnd der rSmischen
d e ces Jabonemos négociations unionistes fut la rcn lrée K irchc , Vienne, 1858; Vast, Le cardinal Bessarion, París,
des Chaldéens e t des M aronites dans le girón de l'É g lis e 1878; Goethe, Stiidien und Forschungen übcr das l.ebcn uiul
rom aine. L a bulle Benedictos d 'E u gé n e IV , d a lé e du der Zeit des cardinals Bessarion, s. I., 1871;G otiiob, . lux
7 aoút 1-115, nous fa it con n aitrc com m en t l ’archevéque den Heclmnngsbüchem Eugcns I V sur Gcschichte der Fio-
de R hodes, A n d ró , fu t e n v o y c p ar le pape en O rient rentinums, dans Historisches Jahrbuclt, t, x iv , 1893; Ualzy,
e l dans l’ilc de Chypre p ou r annoncer p a rlo u t l’union Historia doctrina: calUolicte. ínter Armenos unionisque coriíiu
cuín Bcelesia romana in concilio Florentino, Vienne, 1S7S;
e l exp liqu cr au x populations les d ivers décrcts qui
Vannutelli, I I concilio di Firenze, Romc, 1805); Seppelt,
en furent la suil c, com m c p ou r am ener á la fo i rom aine Das Papslh nm und Biizan;, dans K i relien gcsclt icht. Abltand-
les quclques Égliscs nestoriennes e t m on otliélitcs non lungen, de Sdralek, Breslau, 1901, t. ti; Drásckc, Markns.
cncore unies. L e résu ltat des efforts de l ’a rch cvíq u c Eugcnikas und Kardinal Bessarion, dans JVeue kirchl.
ne fut pas vain. T im o th ce de T a rsc, m etrop olitain Zeilschrift, 1S » 4 ; Rocholl, Bessarion Studie zur Gcschichle
des Chaldéens, c t É lic , évéqu e m a ron ite, tous d eu x der Rcnaissance, Leipzig, 1904; Milancsi, G ionio le storiro
cu rósidence á C h yp re, se laissérent ga gn er e t procla- degli archini losean i, dans Archiuio slorico italiano, Florence.
niérent, au nom de leur c lerg é e l du peu plc, l'union. 1857, l. i ; W adding,^ 4 rt/infes minorum, Rom c, 1734- 17K ,
t. x i; M arlóne ct Durand, IV/erum scriptoram... eollecti».
T im o th ée s ’en v in t m ém e á R o m c , accoinpagné d'un París, 1724-1733, I. i et v m ; Oilciilltal, D ie linllcnrcgistcr
représentant de l'év cq u e m a ro n ile Isaac, c t tous deux l'ugcns I V , Inspruck. 188.'»; Noel Valois, La crise religieusc
fircnt leur soum ission, acceptércnt la d octrin e callio - ti ii vr* siéele. I.e pape el le concite, 2 vol., 1‘aris, li) 0!):
lt(|ue et — p oin t spccial — p rom iren t de ne plus em - Adam an lilis, N . Di aman topoulos, ó EjynnV b ! > i.
p loy cr d 'h u ile pour l'cu clia rislic. L e p ape, p ar c o n lre , I •1'>.«j:»tc'¥ ñveíat, Alh ín es, 1890; Nicóphorc, archcvcqiie ile
fil défense dans la bulle Benedictus d ’appelcr ccs Piltras, o KOywiM; v'/i Míj'itcpiu,, o Ka^i^ÁÁi;, Alhélies.
1S.Vl; Draseke, Z u Marcus Eugenieiis non Ephesus, dans
r^ lises hérétiques et rcconnut aux évéqucs un cer-
Zeilschrift fü r Kirchengcschichle, t. x n ; Zu Geonjios
tain nom bre de droils. Skolarios, dans Bijzaiilinische Zoitschrifl, 1805, t. IV; Zlini
Tols furent les derniers actes du concilc de Ferrarc- Kirchcncinigungsuersueh des Jahres 1119, ibid., ISOG, l. v ;
F loren cc-L atran parvenu s ju squ ’ft nous. A p artir de I.a Móldame au concile de Florcnce, dans les Écltoxd'Orienl,
c e m om ent los docum cnts nc fo n t plus m cn lion dii novembre 1004 et janvier 1905; Norden, Dus Fapstlmm
concile qui se dispersa on nc sait com m en t. M algré ■ nnd Byzanz. Berlín, 1903; Scvyrcv, Xotwcanx documentx
louL ce q u 'il y a v a it de précairc dans ccs unions, sur le concile de Florencc, dans le Journal du mintstére de
Vlnstruclion publique, PítcrsbourR, 1841, 1. x x i x (en russei:
siguíes les unes p ar néccssité, les autrrs par forcé ,
1*. Kallifras, *íl » t , ■.o5 - M_xít»., *7.1 i . A lbin es,
ou p ar esprit d 'im ila tio n , une gran de ccuvrc a v a it ‘
18S2.
ólé lonsoinnicc, ccuvrc qui ren d it á la p apan te une ¡
A . VOQT.
forco nouvclle c t nn p rcsligc considerable á l’heure
oíl la c h r flie n lé alla it étre mcnacóc par la prisc de F L O R E Z M enri, c ílé b rc ccrivain de l’onh'o (les
C onslantinople en 1453, á la v eillc dn m om ent oíl, c n n ilc s d e S a in l-A u gu s lin , n aq n it í» V illad iego , pro-
en Allcm agn c, a lla it naitre L u lh e r (1183) c t la reform e v in ce d e B u rgos, le 21 ju illc t 1702. 11 doseendait «Fuñe
proteslante. I noble ct anciennc ía n iillc espagnole. Son pére s ’nppe-
I la it F ie rre .Joseph F lo r r z d e S elie ii Calderón «le la
I. S o i iu.KS, — L e s a c to s m é m e s o u p r o to c o le s d u c o n c ile Barca, ct sa m érc Josóphinc de H uidn bro y Fuelles. II
n V x i s l c u t p lu s e l c 'c s l .sans d o u t e la r a is o n p o u r l a q u e l l e
ctu d ia les h uinanités au cou vcn l des doniinicains de
n n u s s e m in e s Ir is m al r e n s e ig n í- s s u r l 'h i s t o i r c du con­
P ícd rah ita, prés de Barco, oíl il sen til s 'tv e ille r sa
c ile a p ré s le d ó p n r l d es g rccs. Xos sou rccs n c t u e llc s , en
e lT r l, o n l p r e s q u e u n u p ic in c n t p o u r o b j e t r u i l i o n g recq u c. voc:itio n religieusc. 11 c ro y:iit (i’ abord elrc ap])clé A
A c o l a , d n r e s t e , r ic n d V - lo r in n n l p u í s q u 'c l l c s n o u s v i c n n c n l s ervir D icu dans l ’ordrc des niiniincs de sain l F ra il­
d ’ liis t o r ic n s i i y z a u l i n s . L e p lu s i m p o r t a n ! d o c i m i c n l c o n - á i s de l ’ aulc, mais la d élicalcsse de sa sanlé e l les
cern n n t le c n n c ile esl l’ h is lo ir c (l u synode a p p e lé c y t c l» sollicita lion s d e ses p arcn ls 1'engagOreiit i') c n lrcr cliez
fín i ca , iu s h iir c ¿ c r i l e e l) g r c c c t (|ui p m ir r u it b ie n é t r e d e les crinitcs de S ain t-A u gu slin . II retu t l’ liabit monas-
líe s s a r io n . D 'u u lr e s l 'o u l a t t r i h u é c íi U o r o l h é c <lc M y liliM ic .
. ti(|iie á S alam anquc le 5 ja n v ie r 1718 o í, son n o vi-
C e lle h i s l o i r e s e t r o u v e d a n s (o u t e s le s e o llc c t io n s e rm e i-
c ia l acbcvé, [jronoin’a ses v ie iix cul re les niains du
l i a i r c s : l . n b b e , I . m i i , ( ¡ l i e n o u s a v o n s c i l é ; I l a n l i m i n , t. i x ;
M n n s i, |. x x x i . L 'u c t r a d u e t io n l a l i n e f a i t e a u x v m " s í t e l e I P . Jean dcVclasco. Ses supéricurs l'c n v o y ír e n t (H ndier
]'a c c o t n | )a i{iic . T a n d i s q u e le s / Ic ífi g rn -ca í m r m e i l t d 'u n la ])h ilosophic an con ven t de V a lla d o lid . II vetourna
l i i í o l o g i e n c a n o n ls le , l 'h i s l o i r c «lu c o n c ilc , c o m p o s i e par cnsuite ii Salam anquc su ivre les cours de Ih éologic,
S y l v c s i r e S y r o p o u io s e l p iiliM i’- e n v e e t r a d u e t io n so u s le ct en 1720 il rc^-nt le d ip lo m e de d oclcu r 1'univcrsil é
t il r e d e ¡ lis ta r ía v e ra n n ío n ís non vertr. ín t e r G nccos el d 'A lca la. C'cst ¿ A lcala qu ’en 1730 il com nicii^a rédi-
L a t in o s sitie c n u c ilii l ’l u r e u t in í c .r fic ln s ir n a n a r r a t io par i ger son cours de tlién logie seolasliqu c. C-cl ou vrage lui
H u b e r l C r e y )? lit o n e n K ííifl, e s l n e t t e m e n l h o s l i l c n u x la lin s .
I dem anda h u it ans de ira v a il assidu. Ln mém e temps
C om m e on p o n rrn .Ven a p e r e e v o i r tr is [a c ile n ie n t, c e lte
í t u v t c e s l c x t r G m e in c u i s u je U c c a u lio n . D a te s , n o m s p r o -
il ap p rcn ait 1c fran^ais, l’ ila lic n , s’ apjiIiqnaiL ñ l’ítu d c
p ro s , f a i l s s o n l s u n v r n l iu e x a e t s e t d í'llg u r í'S . N i a n m o i n s de l'hi si oiré et de la mnuisinnl ¡que el eon ccvait 1c plan
e r t l e s o u r e e n e i l o i t pus é t r e n ^ g i i g i e , l ) u e f i t i d e s la t in s , d ’ une h islo ire genérale de l'l'^ lis c calh o liqn c cu lís-
I n 'lé p e n d a t m n e n l d e s d o c u m e n ls o U le ic is I n s e r ís d a n s les pagne. 11 s’o u v rit de co p ro jet A son am i in lim c,
c o ll e e l i o n s c o n e ilu iir r s eom m e les le llr e s el b u lle s d ’ líu - .lean de Iria rlc, <jui Tengagca v iv c m c n l j1! e n lrc-
g ín e I V , n<m s n 't iv o n s s ifo m ie r q u e le s l i ó l e s <1*A n d r é d e
prendre c d iimucnse Ira va il. l-ái 17 1‘J, ses supérieurs
S íiliiir - C r o ix , líiim iu o c t ila ir e , ct [ 'h i s l o i r e d 'A u R i i s t i n o
lui d on n íren t coinm c scerólairc le 1*. M éndez, qui
l ’ n l r i r l o . c c r it e \ r r s 14.SO e l p n l i l i é e s o u s le l i l r c d e .V iin im a
c n n r ilil J - ln r c n t ln l, et un r e e i i c i l < l':ie te s p u b llé en 1<>38 ra íd a * eom pulser el nnalyser les noinhrcux docu-
p .ir . f u s t i n l a n l . T o u s e e s ( l o c i i n i e i i l s s e I r o u v c n l , e n \ a u s s i, m cn ls iiisérés dans l ’ lis¡Hiñu snijrutlu. II se consacra
di>ns i j i i i h p , l l a r d o u i n e t M n n s i, a u x m i m e s l o m e s (|ue les ensuile íl des reclierclics arclu’ol<)|¿iqucs, et h p artir
A f í n g r ir r a , ¡\ l ’ e x e e p l i o n d e In p u l > i k a l i o n d e J t is lln ia n i de 1700 íi ró lu d e des scieucus nnlurclles. Sa piélí-
(|ui n e se t r o u v e p a * d a n s .M nnsl. n’ i'tait jias inoins p rofon de que sa Science, car il ful
I I . T l i . W A r x . — l l e f e t c , C o iir ilir iig r s c h ir h t a , l 'r lI m u r K - en-
parm i ses enn frires un m orirle jia r fa il de vcrlu s
O r ls g a n , 1S 7 4 . I. v n ; l 'r o m m a n n , K r i t i s c h e ¡ I r i t r í m c ,'jtr
nliBieuses. Sa m o rt survint le r> mai 177'i.
( i r i r t i i c h l c d r r 1 - l o r f n t i n r r K i r c l m i r i i i f o n u f ) , H a l l e , IS 7 2 ; / n r
V o íe i la l i s t e d e ses c c r ils : 1® T h r n l o p i a s c h o la s tia i
K r i t i k r/r.t l - l o r r n l i n r r l ’n t o u iu lc r r r tx . l . e i p z ¡ « , 1K 7 U ; l'n s l o r ,
//islo/rí iIcs p n p r.x, irn < l. I r m i f . , I ’ tiris, 11)07. I. i ; l ’ ie r iin K , ¡ u j Ui i> r i> t r ¡i> t n s c h n lir . (iiig iis tiiiin u o -tlw im is lin v ¡n o
In I I l u j i c </ Ir S n i n t - S i t y r , l ’uri». 1Síii>, l, i; O eco lii, c o im u o itio r i s ltid c n tiu m usa iir .r c ip iiis , (¡it t v n o v i s s t r u c
Ó1 FLOREZ — FLO R IN

in scholis versanlur, difficullalibus brcvilalc el clarilalc /■V. T h o m t de Jesús, del orden de S. A g u stín , estando
I
p ossib ili ¡Ilústrala, t. i, D e p roicm ialib u s Ihcologisc, I cautivo, y preso en Herberia; y en castellano p or el
de Deo, ejus a tlrib u lis, vision c, scicntia el volúntale, I It. P . F ra y lle n riq u c F lorcz, del m ism o orden, 2 v o l.,
M ad rid , 1732; t. ir, D e providentia D ei, preedestina- M ad rid, 1763.
tionc, reprobatione el S S . T rin ila tis myslerio : aeccssit O s s in g e r , f f ib lio t lic c n n u g u s lin ia n a , I n g o l s t a d t , 1 7 6 8 ,
eliam índex om nium lib roru n i el Iraclaluum q u i in p . 3 4 U -3 5 4 ; M o r a l, C a ta lo g o tic e s c r ito r e s a u g u s t m o s , e s p a ­
operibus M . P . A u g n s lin i con lin cn iu r, M adrid, 1733; ñ o le s , p o r tu g u e s e s , y a m e r ic a n o s , d a n s Ciudad d e D io s ,
1 9 0 3 , t . l x i , ]>. ó 8 2 -ó 8 1 ,< > 5 I-r> .j7 ; M - x n , p . 15-53, 1 3 0 -1 4 8 ,
l. m , De ángel is, de ultim o fine hom inis, de bealiludine,
2 1 3 - 2 3 2 ; l l u r t e r , N o m e n c lá t o r , l . v , c o l. 1 3 5 - 1 3 7 ; F r a n s o is
voluntario el in volun ta rio, el de bonilate et in a litia uc- i
M c n d e z , N o t i c i a s de la v id a y e s c rito s d e l H m o P , F r. l i e n -
¿unm huinanom m , M adrid, 1735; t. ív , De virlu lib u s ' r iq u e F l o r e z de la o rd e n d e l G r a n P , S . A g u s l i n , e o ri u n a
el pcccatis, de gratia, ju slifieation c el m érito, ac objccto r e la c ió n i n d i v id a l de los o ia j- ’s q w / liz i d la s p r o v in c ia s g
jo rm a li el m a teria li fidei, M ad rid, 1736; t. v , D e in fu lli- c iu d a d e s m a s p r i n c ip a le s de E s p a ñ a , M a d r id , 1 7 8 0 , 18G0-
bililale, obscurilale el liberlale /¡dei divina’; ile spe, cliu- A . P a l m IE W .
rilate el incarnationc, M adrid, 1783; 2 o M edidlas FLO R IN , llo rél¡qu e du ric siéele. C ’ est á quelques
de las colonias, m u n icip ios , ij pueblos antiguos de ligues de saint lrónée éehappées á l’ oubli et á
Españ a, 3 vol., M ad rid, 1757, 1758, 1773; 3 o España quclques renscigncnicnts eonsignés par Eusébe.
sagrada : theatro geograplñco-historico de la Iglesia H . E ., v , 15, 20, P . G., t. x x , coL 464, 184, 485, que
de E sp a ñ a ; origen, divisiones y térm inos de todas sus nous devons de connaitre un peu l’ existcnce et 1c
p rovin cia s: antigüedad, traslaciones, y ciado antiguo role de ce personnage. T o u t enfant, Irénée a v a il
y presente de sus Sillas, en todos los dom inios de España J eonnu Florín , «H w pivo;, en Asie, eonnne un b rillan l
y P ortu gal : con varias disscrlaciones críticas, para \ oflieicr, £v ¡3a«n/’./.■?, -x'SiSr,, peu t-elre attaehé á la
¿lustrar la H is toria eclcsiaslica de España. L e i er vol. suite <le T illis A u reliú s F u ívu s, le futu r A n lo n in , qui
<lc eet adm irable recucil parut h M adrid, en 1747; fut proeonsul d ’A s ic en 135; il l’ a v a it vu ío rt assidu
2 e édit., 1754; 3* ¿d it. pur l’A c a d é m ie royale d ’liistoirc auprés de saint P olvcarp e de Sniyrne, dons il eher-
;l M ad rid, 1879. Ce volu m c et les trois qui Ic suivent, chait á gagner la bienveillancc. On le retrou ve ensuite
M adrid, 1747, 1748, 1749, tra ile n t de l ’histoirc géné- á R om e oü, devenu prétre, il fu t déposé du sacerdoce
rale de l ’ É glisc eath oliqu e en E sp agn c; les 1. v i - v m p ou r a v o ir tren ip é dans des erreurs contraires í»
(1750-1752), d e l ’arch cvéclié «le T olérie et de sés ren seign em en t de l ’ figlisc. Dans sa ehute, il a v a it
siéges sulTragants; les t. i x - x x i x (1752-1775) tra ile n t j entrainé plusieurs fideles. Kusébc, //. E ., v , 15,
d ’ un grand nom bre de dioeéses espagiiols et p or- c o l.464 ,ne spécilicpas quelles étaien t ccs crreurs,m ais,
tugais. L 'E s p a ñ a sagrada, continuéc par les augustins selon tou te apparence, elles d evaien t élre d ’o rigin e
R isco, M erino et De Canal, a été rééd ilée en 1754- gnostique. A en ju ger par le titre de la le ttre que
1824; 4 o Clave geographica para aprender geographia, saint lrénéc é e riv il contre F lo rín , et dont le tex te
M ad rid, 1759 (plusieurs é d ition s); 5o Clave historial ne nous est p oin t parvenú, llepi ¡wistpyía; ou He&í
con que se abre la puerta a la historia eeclesiástica y toú (j-í) etva» tov Beov itoittiv ü íh ü v, c ’était ou bien
política , descubriendo las cifras de la chronologia, y l ’ erreur de Cerdon c t de M arcion, qui ad m etla icn t
frases de la historia, M ad rid, 1743; 18 é d ition s; la deux d ieu x, l ’un bon, auteur du b icn ,l'a u tre ni au vais,
derniérc, M ad rid, 1854; 6 o Via ge de A m b rosio de auteur du m al, ou bien I’errcur plus gra ve cneore
M orales p o r orden del rey don P h clip c 11 á los rey- ■ d ’ un seul et íiicine Dieu, cause du mal et du péché.
nos de L c o n , y G alicia, y p rin cip a d o de Asturias, para C ette derniérc h yp olh ésc est suggcrée par saint
reconocer las reliquias de santos, sepulcros reates, y A u gu stin , D e hser., 66, P . L ., t. x u i , col. 42, d ’aprés
libros m anuscritos de tas calhcdrales y monasterios, lequel F lo rin aurait enseigné que Dieu est récllem ent
M adrid, 17C5; I a M odo practico de lener oracion l ’auteur du mal, paree qu ’il a eréé des natures et des
jnenlal, añadido al lib ro de los suspiros de S. A u g n s lin , substances m auvaises en soi, c’ est-á-dire en tant
M ad rid, 1754; 8 o T oliu s d oclrinic de generatione el que natures et substances; et elle est autorisée p ar
co rru p lion c, de érelo el mundo, ct de anim a compendiosa cette rem arque im p ortan te de sain l Ircnée, dans
traclatio, ju x la menlem docloris a n gclici D. Thomse Eusébe, H . E ., v , 20, col. 485, que personne, m em e
A q u in a lis, L v o n , 1727; e ’cst un supplénient íi la p an n i les incroyanls et les hérétiques, n’ a v a it encorc
2 e éd ition de la Sum nia p h ilosop h ia t du P . An dró de osé sou len ir cc que F lo rin proíessait. D ’autre p arí,
S ierra; 9® Obras varias, y admirables de la M adre saint Pbilastrius, H¿vr., 57, P . L . , t. x n , col. 1172,
M a r ía de Cco, religiosa francisca, y abadesa del con­ parle des floriens eonnne d ’ une branebe des car-
vento de la Esperanza de Lisb oa , 2 vol., M adrid, 1744; ■ p ocratiens; les erreurs q u ’il leur attribue sont en
10° Vind icias de la virtud y escarmiento de virtuosos, cííet bien dignes de c etlc s e d e infám e. E t Gennade,
en los públicos castigos de los hypocrilas, dados por D e cccl. dogm alibus, 76, P . L „ t. l v i i i , col. 998, qui
el Irib n na l del Sanio O ficio, 2 vol., M ad rid, 1742, l'ap pelle Florianus, l’ aecuse d ’ avo ir soutenu que la
1754; trad u clion d ’un ouvrage portugais du P , Fran - eliair est la cause du m a l; c’ est bien lá une opinion
fo is de l ’A n n on eia tion , au gustin ; 11° M em oria s de las i erronée de la p lu p arl des gnostiques, mais qui ne
reynas catholicas, M ad rid, 1761; 12° D e ornando Iheo- I s’aceordc guére avec les données de saint Irénée.
logiiE studio, lib r i I V collccli ac restituli per L a u rcti- [ Ce qu ’ il y a de ccrlain , d ’ aprcs le seul passage du
lia m V itta viccn tio, M ad rid, 1768; le P. F lo rc z a cor­ 116pl ¡xovip/ía;, conservé par Eusébe, H . E ., v , 20,
rig e la 3 C é d itio n de col ou vrage e l y a a jo u lé une col. 485, c'est qu ’ Irénce, aprés a v o ir réprou vé les
n otice littéra ire sur le P. V illa v ic e n e io ; 13° D e sacris erreurs de F lorin com inc élrangércs í» la saeréo
coneionibus, seu de in lcrp rela tionc S crip h tra ru m p op it- i doctrine, com m e eonlraircs á ren seign em en t tradi-
ta ri, M ad rid, 1768, ouvrage du m ém e écrivain , dont ¡ tionnel de l’ É glise et ne p ou van t que conduire i*
F lo re z n ’a été que l ’éd iteu r; 14° D elación de la doc- j l ’iin piété, essaya de tou elicr son cceur, en lui rappe-
trin a de los intitulados fesuitas sobra el dogma y m oral, i lant, entre autres souvenirs de sa jeuuesse, l ’attitu d e
hecha <’t los lim os . Señores Arzobispos y Obispos de la | que pren ait son m aítrc P oly ea rp e et l’in dignation
F ra n cia , M ad rid, 17C8; 15° Sancti B eali presbyleri ¡ qu’ il m anifestait chaqué fois qu ’il entendait ém ettre
h ispa ni Liebanensis in Apoccdypsim ac p lu rim a s des propositions liétérodoxcs. « Je puis protester
ulriusque fasderis paginas com m entaria, ex veteribus . d e v a n l Dieu, lui é c riv a it-il, dans H . E ., v, 20, col. 4S5,
non nullisque dcsideralis patribus, m ille retro annis que si cct hoinm c ap ostolique e l ce bienheurcux
eotlecta, n un c p rim u m edita, M ad rid, 1770; 16° T ra ­ évcqu c cüt cntendu parlcr de quclquc erreur seni-
bajos de Jesús, cserilos en portugués p o r ct Yen. P a d cr i blable aux vótres, il cüt aussitót bouché ses oreilles
f>3 FLO R IN — FLORUS

e l se serait écrió, en disanL selon sa cou lu m c : « D icu •: n iqu e et de l'liis lo ire . Ün lui d o it aussi une collcction
« b o u ! Fa llai L-ií m e con server la v ic ju squ ’A c ettc j de eanons e t de décrétalcs. C a pitu la ex lege el ranone
Iicurc p ou r soulTrir des d ioses si é tra n g es l » E t il collceta, d ’A c h c ry , S p ic ile g iu m , 2 C éd it., I. i, p. 597,
se fú t iin m cdia tem cn t en fu í du lieu oú i l aurait dans Ic b u l de lu ltc r eon tre I ’cu trep rise de l'év éq u c
entendu une sembla ble d octrin e. » Quel fu t le résultat ■ d 'A u tu n , M od oin , c t d ’asscoir rin u n u n ité du elcrgé
de 1’in terven tio n am ieale de sain t Irén ce? On peut ta n l sur le code tliéodosien que sur Ies décisions eonci-
la prc'sumer par ce qui su rvin t tlans la suile. F lo rín , 1 liaircs. Floru s a v a it com posé dans le nicnic esprit un
en cíYet, loin de se con vertir, embrassa la gnosc de ' connncntairc sur quclques con stitution s de la collee-
V alen tín . Ircn éc n’ cn re v in t pas inoins á la eharge, tion d íte d ’A n g e rs ; Í ! . Maassen, S ilz u n g . lic r ic iilr
el com posa alors un rispi ó?ooáSo;, d on t le te x lc der W ien er Akarfem ir, t. x c ii, p. 301, a re tro u vé (les
esl égalcm en l pcrilu, oú il d e v a it com ba ttre la th coric fragm en ts de cc Ira v a il dans un ín aiiu scrit de I'.-bubro-
des éons de l’ ogdoadc v a lcn lin icn n c. I I . E ., v , 20, siana. V ers 834, le d iacrc lyon n ais p u b lia son liv r e sur
col. 48-1. T h é o d o rc t prétend, llanr. ja b ., i, 23, P.G ., le canon de la messe, D e aetione iiiissaritin ou D e expo-
t. l x x x i i i , col. 372, que ce fut A cause d e F lo rín que sUione m is s x , con ip ilation s avan tc d e passages des
saint Ircnéc c c riv it con lrc les gnostiques valentínicns. Péres de l’ É glise, ct il p rotesta dans tr o is _ lettres
C'est fo r l possible, inais on ne s’cxp liqu c pas alors eontre 1’allcgorism c Iitu rgiqu c d ’A in a la irc de M c lz . II
coin m en l l ’ évéqu c de L y o n n’ a pas fa it la m oindre o b lin l m tm e q u e le con cile de K iersy-su r-O ise, en 838,
íiIlusión á ce F lo rin dans son gran d o u vrag e eontre censurát l'o u v ra g c d ’A m a la irc , D e eeelesiaslieis offi-
les hérésies. L á cliutc de F lo rín a bien pu étre l ’ une eiis. U n peu plus tard, quand la th éorie prédestina-
dos causes occasionncllcs, mais cc n’ a été ni la plus t i c i m e du n ioinc G o llse h a lk je ta le trou blc e t la
im p ortante, ni la plus dócisivc. F lo rín , en clYel, é ta it d ivis ió n dans l ’ É glise ga llo-fra n q u e, I'lorus, A la
loin d ’ égalcr la personnalité e l le role des grands priérc de plusieurs de ses ainis, é c rív it, en fo rm e «le
gnostiques du IIo siéele, n otam m en t de V alen tín . d ialogu e, un cou rt opuseule sur la p rédestiuatiou. II
M algré sa rtéfcction e l bien q u ’ il c fil entram é bcaucoup y ad in cl, dans le m fm c sciis que saint Pruden ce de
de fi déles á sa suile, il n’ est pas ñ croire qu ’ il a il T ro y c s , une dou blc p réd c slin a lio n , p rx d e s lin a lio ge­
fondó, coinm c la n i d ’aulrcs, une sectc de quelque m in a , l ’unc au salut, l’ au trc, non pas au péclié, m ais
im porlan ce. I.c fa il esl que son nom nc se trou ve ni A la p u n ilio n du péclié. lín to u l cas, le lib re arbitre de
sous la plum e de saint llip p o ly t e dans Ies Ph ilo so- rito m n ic est liors de con tes te ; ta n tó t recom pensé,
¡>houmcna, ni sous cclle de T ertu llien ct du pseudo- ta n tó t p un í, jam nis au fond il n’ e s l n écessilé; ton -
TrrLulIicn dans Ic De preescriplionibus. I-'t si plus jou rs ¡1 esl v ra i de ilíre, sous la reserve du besoin in­
tard saint l ’liilastrius, I’auteur du 1‘rwdesti nalus, dispensable de la gracc d ivin e , que voluntas p rop ria
saint A u gu slin , T h éo d o rct ct Gcnnade p arlcn l d’une rem uneratur, voluntas p ro p ria dam natur. L ’in te rv en -
héresie qui porte son nom, saint É pip lin n c la passe tion nm lcnconlrcuse dans Ic d eb at de Jean Scot
cotnplélem ent sous silence. 11 est á croire p lu tó t É rigén e provoqu a les réfu tation s in dignées d e sain l
qu ’une fois chassc de l ’Égltsc., F lo rín cu fut réduit Prudence c t de l’ É glise de L y o n . O s derniéres passent
á une exislcncc sans p rcs lige ct rcslrc sans ínflucnec en générnl p ou r étre l ’u'u vre de Florus. ll i s b i r e tillé -
noLable.puisque, A ])a rl cc que nous en a appris sain l r a ir r de la l'ra n e c , t. v , p. 22!); H e fc le , H is lo ire des
Ircnéc, on ignore Lolalenicnl Ic role qu ’ il joua c t la conciles, trad. L c clc rc q , t. iv , p. 177 s q .; á re n c o n lre ,
Fin qu ’ il lit. P c u t-é lrc s’ ain cn d a -l-il, e l e ’cst peu t- Sclirors, llin tc m n r von Reiiits, I-rib ou rg, 1884, p. 118
ctre la raison pour laiju cllc son nom , qui est c ité A sq. A v e c les c c rils p récilés, tous em p reiiits d ’un carac-
cótc de celui du sehisniatique Blas tus, nc parait pas lé rc j K ) l é m i ( ] u c , Floru s a laissé un lo iig con im cn laire
dans le pscu d o-Tcrtu llicn , qui a cu soin de signaler de saint Paul, d o n l la prcu iiérc p a rlic , cncorc i u é -
Blaslus parm i les h érétiques de la fin du r ie siéele. d ite , form e en douze livres une sorlc de cliaiiie, liré e
De p r x s c r ip l., 53, P . 1. n , col. 72. de douzc P éres,m a is d on t lasccon dc p a rlic cst eiuprun-
l é e uui<picmcnt A sain l A u gu slin . C c tle se conde p ar­
r j i s é b e , I I . I i . , v , 1 5 , 2 0 , /». G „ 1. x .\ , c o l . 101, 4 8 1 , -185; lic , oú l'on a v a il cru d ’abord recon n aitre la m a iii du
S . l ’ liila s t r iu s , D e l u r r , 5 7 , /*. t . x i i , c o l. 1 1 7 2 ; S . A u g u s -
V én érablc B édc, a é lé restilu ée A Florus p arM ab illo n .
tín , D e h t r r , 0 0 , I . X I.II, e o l. 1 2 ; l ‘ra r d e s tim r íu s , i , lili,
Velera analceta, Paris, 1723, p. 188. Floru s fil on
/.-, t . L i l i , c id . 0 1 0 ; T l i é o d o r c t , U w r . f u l » . , i , 2 3 , P . G -,
l i . x x x i i i , c o l. 3 7 2 ; G o m a d o , D e e t e t . d o g m a t i h u f , 7 0 , P . /,., in n rtyrologc de Béde nom bre d ’a Id ilion s, qui jio rtc n l
t í . v m , r o l . 0 0 8 ; M a s s u c l, D ix s c r la lio n e s , <lisS. I I , m , n . 5 8 , la m arque d ’ iine éru d ition élcm lu c c t d'unc p arfaite
/* <> , I. v n ; T i ü c m n n l , M é m n ir e s (u n i r s e r v ir ii l'h i s l . e r e !, sin cérité; ra u le u r a le souci de IV x a e titu d e, ct les
des s i x ¡ ir c u t ie r s s ié c lc s . IV ir is , 171)1-1 7 0 U , t. n i , p . 0 1 , 1K); erreurs quí se sont glissées dans son tr a v a il ])ro vicu -
M ig n c , D i f t i o n n i i í r e des h f r f s ie s , I 'a r i s , 18-17, t. i , c o l. 7 1 ! ) ; nent toutes des sources oíl i) a puisé ses renseigne-
K ir r h r n t e x iU o n , 2 * ( i l i l . , I . i v , c o l . 1 5 8 0 , 1 5 8 1 ; S m i l l i e l
ments. A cta sa ncion a n, P rolcg om . n ta rlii, t. n ; M a rly -
W ü f c , iJirlio iin rii <>/ c / tri.tlia n b io g r n p h i/ . I. u , |>. 5 1 1 ; I I K >ch.
T e r l n t l i n i i i t i u l t le r ró ttis rh c I ‘r e s b ¡]t c r l ' l t r i n t t s , d ;in s Z e ll ­
rolog iu m Iic d x , 1. v i ju n ii; M a rltiro log iu n t Usuardi,
ar h ri/ I f ü r ilic nrulrnt. Wisxensclin/1, 1 9 1 2 p 5 9 -8 4 ; K K a s t - t. x i i ) ; d om Q u en lin , Les ntartt/rologcs liixlotiques du
n e r. Z u r U n n l r o i c r s c iib e r tirn a n a r b lir iie n l\ e t :r r l 'h r i m i s , ntoyen úge, l ’aris, 1008, p. 222-108. Dom P itra , S p ie i-
i b i i l . p . 13 3 1 5 0 ; A 11 iiim s lu r k . ib id , p. 3 0 6 319. Icgím n Solesmcnsc, t. i, p. 8, a p ublié une préfacc de
G. U a iif .i u .i ;. l-lorus au tra ite (le sainl lrético Contrc les hfrésics, c t le
F L O R U S de L yo n , llii-ologieii c t poéte du ix * sié- cardin al M ai, S c rip to n u u veterum eollcetio, t. m />,
elc, un des hom incs eí li bres nés sous Ic régne de Char- ' p. 251, une le ltre a l’abbé lly ld r a d , D e eniendatione
lcmafinc, í l a i t oriRinairc, solón les uns, de la Bour- p su lte iii.
goíínc, sclwn les aulres, d<- J'Kspagiie. D iacrr de l’ I-'glise T lié o lo g ic n , l-'lorus s’esl aussi révélé e l distingu e
(Ic L yo n , il d irigea IV-colc a lla c lié e íi la calliédrale com m e poete. N ous possédons de lui nom bre de
muís ((ualrc- évéqn es succi-ssifs, c t les la le n ls com m e poésies, sueei'ssiveiiK'nl exlm inécs des íuanuscrils,
te 7.élc du in ailrc y a llir é re n t les éléves en foule de paraplirascs de psnuines, liyn m cs religieuses, épilres,
ton lcs parís, l'roícsseu r hahilc e t rcnoinm é, Morus d ith yra u ib es en vers hexanu'tres A la gloire de .lésus-
fu l en m ém e tem ps un érrív a in féc-ond. II a laissé de I ('.hrisl. <aton^, entre aulres, une eon ip laiu te éncrgique
rioudjroux ouvrages Ih éologiqu es, aynnl la p ln p arl un e l ])arfoís éloquen te sur le d ém em b rem en t de rc n ip ire
(.iracliTC |ioléuiique. Dans son p rem ier é c ríl, D r rle- ’ apr«'s Louis le I)ébon n aíre. P a rló n !, le s ly le et la versi-
ctionibux rp isrop oriiin , il ré d a m e , A l’oecasíon d ’ une 1 liention de I'loru s té m o ígiie u t d ’ un v ra i ta lcn l ])oéli<iiie
ordom iance «le Louis le D ébonuaire en 822, la lib erté e l d ’ m ie cd iica lío n c sllié llq u e ]ien ron )m im e de son
«les nom inalions épiscopalcs, au nom dn «íro il enno- leinps. II n) 0 )iriit, ce sem ble, vers l’an 8r>0; la date de
KLOI I US — I ’ OI

ia m orí n ’csl pas plus précise que ccllc de sa nais- V I I . ROlc de la gráce dans la préparation rationnclle
sanoc. de la foi. V I I I . P ersévéran ce dans la f o i ; résolution de
On trou ve les ceuvrcs «le I-'lorus im prim óos dans persevérer. IX . R a p p o rts de la foi ct de la science
L ., I. c x ix , col. 9 sq.; t. l x i , col. 1081 sq.; t. x e i v , cliez 1c savañ t catlicliqu c. X . L a ío i, vertu surnatu-
col. 799 sq., e t dans P . 6\, l. v u , col. 131. relle ct tlié o lo ga lc ; sa certitu d c partieuliérc. X I . L i ­
berté et o b stu rité de la foi. X I I . Controvcrses tlié o -
I l i x t o i r c l i t l t r n í r c d e la F r a n c e . t . v , p . 2 K ¡ s<i.; A . f t l i r r l .
logiqu es sur l ’analysc de la íoi. X I I I . X éccssité de la
I l i s l o i r c g í n i r a l e d e la l i l l é r n l n i v iln in m jc n ú ye c u O c c id e u t,
tr a d . í r a n f . , P a r ís , I S S I , t . u , ]>- 2 9 U -3 ÍH , e l p a s s ir n ; H c í c l c ,
foi pou r le saint.
H i s l o i r e d e s c o n c ile s , tr a d - í,c r lo r c < [, i ’ u r is , 1 9 1 1 , t . í v , I. S e n s d u m o t d a n s l / É c h i t u r e e t l a t r a d i t i o n .
. 9 1 - 0 3 , 1 7 7 -1 S 1 ; l- .- X .. [ v í a i s , I l i s l o i r c d e C í i g l i s c , I r a d . — Dés le début, nous sommes arretes par une con*
Irán?-, P a r ís , 1 ‘J ü i, t . i i , p . 2 0 5 -2 0 7 . troverse fondam entale, soulevee p ar les protestante,
P. G o d k t. sur 1c sons du m o t « foi », nt-rtt;. dans le X ou veau
FL O Y D Jean, célebre con troversiste anglais, nc A T cstam en t. X ons m entrerons que la tra d itio n catho-
Cam bridge en 1572, il fit ses étudcs au collcgc des lique, bien q u ’cllc a it pu préciser le langage de l’ É cri­
A n gla is á H om e et Hit re?u daus la C oinpagnie de tu re, n ’a pas forgé pou r le m ot « foi « un sens an li-
Jésus en 1572. E n v o y é en A n glc tc rrc pour y dcfciu lre scriptu raire ou extra-scriptu raire. Cette étude, plus
la foi el sou len ir les cath oliqu es. il fu t arveté, banni poussee que dans les anciens nuteurs ou dans les
du royaunie el v in t enseigner la th éologic á L o u vain . inodernes manuels, a r ra l’ava n ta ge de nous fanñ-
II m ourul A S ain l-O in cr, le 15 septem bre 16-19. Son liariscr dés l ’abord avec les principau x textes sur la
«cu vre th éologiqu e est inim ensc : elle con ipread la niaücre, e t de rem on ter á la prem iére source d ’une
la discussion serree de tou les les grandes qucstions tliéo lo gic de la foi. N e con vien t-il pas spécialcm ent á
alors controversées en AngleU-rre : 1° The oi'crihrow un d iction n aire de théologic. d ’exp liqu er a vec soin le
of the proleslanl pulpitbabels, con vin cin g Ih cir p rca - sens des m ots les plus in iportan ts et les plus discutes
chers a] h jin g and ra y lin g , lo m akr llie Cliurch of de la langue sacrée? Si une p arcille discussion scrip-
fióm e seeme nujsticul Babel, s. 1., 11512; 2® Purgatorias tu rairc, en droit, reléve plutut d ’ un dicltonnaire b ib li-
Iriu m p h oocr helt, s. 1., 1013; 3 o Censura lib ro m m que, en fa it on ne la rencontre dans aucun diction n aire
de república (eclesiástica M . A iith o n ii de fíom in is, eatholiqu e de la B ib lc ;o n la trou ve dans le d iction ­
A n vers, 1C20; 4o God and the k in g , Cullcn, 1620; naire protestan t de H astin gs, m ais avec des in exa c­
5 o M onarchioe ceelcsiasticic ex s crip lis M . A n th o n ii titudes que nous serons obliges de relever.
de D om in is demonstrado, Cologne, 1622; 6* A n Sans entrer encore dans les determ ination s spéci-
ansiver lo a pamphlet intitula!cd : The fisher eutehed ñques de l ’ acte de foi, ct pour en d on n er seulem ent
in tiis oton nel. T h at the protestant Church ivas no une idee géncriquc qu ’il im p orte de íix er a v a n t tout,
visible ¡n all ages as the true Chureh oughl lo be, s. I., la foi, d ’ aprés les doeum ents de l’ Églisc que nous
1623; 7o On the real presenec, Saint-Ü m er, 162-1; cilcron s, est un assentim ent in tellcctuel, qu oique pro-
8o A n apologij o f the I lo ly Scc a poslolick’s proccedings du it sous 1’influencc de la v o lo n lc . T o u t cela, dans le
fo r the government o f the calholieks of Enyland d u rin g lan gage de la philosophie contem poraine, peu t s’c xp ri-
tlic time o f pcrsccution, with a defence o f a rclig io u s m cr en un seul m o t : « croyan ce ». V o ir C r o y a n c e ,
slatc, Roucn, 1630, Cet ou vrage, qui soutenail les t. m , col. 2365. Nous em ploicrons cc m ot, so lt p ar vai-
droils des rcligieu x dans Tardcnte con lroverse silscitée son de b riéveté, soil parce q u 'il rappelle 1’ influence de
en A n gletcrre p ar les procedes au lo ri taires ct les la partie a líe c tiv e , de la volo n té, tandis q u ’on p ou rrait
tliéorics exclusives ríe l ’évéqu c eatholiqu e Richard s’iin agin er que nous vou lons exclure ccttc influ ence,
Sm ith, é la tt une réponsc au livrc du d octcur K ellison , si nous disious : la foi est un assentim ent in tellec-
reeleur du collége des A n gla is h Douai : A treatise of tucl, soit enfln parce que plusicurs conteinporains,
(he hierarehie. L e tra ite du P. F lo y d fu l censuré par avec qui nous devrons discuter. l ’em ploien t cux-
M. de Goruli, archevéque d e Paris, le 30 ja n v ie r 1631; inémes et n ien t que la foi, dans le N ou veau T es la -
9° Ecclesiae anglieanse qacrim onia apologética de cen­ m ent, soit une croyan ce, ou du moins une sim ple
sura aliquot episcoporum G atli& authore Ilerm a n n o , croyance. G enéralenicnt ils a d m etten t dans la foi un
Loem elio, Saint-O nier, 1631. C ’était la reponse du ' certain éléinent in tellcctu el, car le bon sens e t l’expé-
P. F lo yd i la censure de l 1arclievéqu e de P aris ct ¡ rience disent nssez Iiaut qu ’un te l élém ent, si vagu e
de la Sorbonne. L e p arlem en t de llo iien se saisit h i soit-il, est inséparable des sentim ents rcligieux. Mais,
son tour de T afíaire et cc dernier o u vrage fut con- tou t en faisan t une certain e place á la « croyance *,
damné p ar arrét de la cham bre des vacations ¡\ ctre la (i foi rcligicusc » pour eux consiste uniquem ent,
laceré ct brúlé dans la cour du palais le 7 octobre ou du moins prin cipn lcm en t, dans ces sentim ents
1G32; 10° A paire of speclaelcs fo r sir H utnphre d on t la croyance n’ cst que le p oin t de d ep art ou
Lin d e... or, an answecarc to his bookc called Via luhj l'accom pagn em ent. E n résumé, pour les c a th o li­
u Safe waij, R ou en , 1631; l l » D efcnsio deereli sacra: ques, la foi. <> com m andée par la volon té, » com m e
Congregationis ab In d ice p ro suppressione lib roru m dit saint T hom as, s’ achéve dans l ’in tclligencc, sans
quorumeumque ulriusque p a rtís in controversia episeopi n ier, bien entendu, la nécessité pou r la vic ebrétieune
Chalccdoníensis, Cologne, 1634; 12® The Chureh eon- d ’autres actes de v o lo n té ultérieurs, com m e l’espc-
queranl over humane w il, s. 1., 1638; 13° 'The lotal I rance, la charité, qui resten t bien distinets de la foi.
sumnií, o r no danger o f damnation unto rom án eatho- .1 P ou r les pro testan ts, la foi s’achéve dans ces actes de
lies fo r any errerer in fa ilh , Saint-O m er, 1638. | volo n té ou sentim ents ultérieurs, ou dans quclqucs-nns
d ’ cntre eux, e t le m o t « foi » a pour fonction propre de
Sommcrvogel, liibtiotliique de la C1* de Jésus, t. ni,
les s ig n ifle r; en sortc q u ’on ne distingue plus du tout
col. 812-818; Hurtcr, Nomenclaior, 1907, t. 1 1 1 , col. 100S;
l oley, Records of the English province, t .iv , p. 237; Dupiu, la foi de l ’espérance, ou de la charité, ou q u ’ on a bien
Ilis l- ccclcs- du x m ‘ siéctc, t. i, p. scj.; ¡Uinard, Hisloire de la peine k lui assigner une différencc. Disons une
liarticnliire des fésuiies en Franco, ]>. 1GU-224. fois pour toutes que, lorsque nous parlons d ’ in telli-
P. B e r n a h d . gence, de v olo n té, nous ne supposons pas ticcessaire-
FO I. — I. Sens du m ot dans l ’ É critu re ct la tradi- m ent un systém e philosopliiquc oü ces i facultes •
tion. II. R ap ports de la foi avec les autres v ertu s ; sa soient réellem en t distinctcs. Mais si les jacultés nc le
ferm eté. I I I . M o tif spécifique de la foi. IV . Quellc sont pas, les actes le sont é v id e m m c n t: connaítre n ’est
révélation la foi suppose. V . R ó le de l ’ É glise dans la pas vou loir, si liés e t si cmmélés que ces d eu x actes
foi. V I. P róparation ration nclle de la fo i; 1c fitléisine. soient entre cux. Nous n ’em ployons done les mots
57 FOI 58

de « v o lo n té » e t d ’ « in telligen cc » que com m e des n ’cn trou ve jam ais le n om , mais le v erb e « croire » le
expressions conm todes pour désigner d eu x actes rem place. M em e rem arque a été fa ite pou r le sub-
d ’espéce d ilíéren te, qui o n t sou ven t entre eux des rap­ s ta n tif « espérance » dans les qu atre É va n giles. V o ir
ports de causc á clTct. K s p é k a n c e , t. v , eol. G0 6 . Dans l'h é b reu .il y a un verb e
N ou s clierclierons l'id ée prem iére e t générique cor­ pour sign ifier, á l ’un de ses m odes, l ’idée de cro yan ce;
resp on dan! au m ot « foi » : I o dans l ’ É c ritu re ; 2 o ch cz | mais le su b stan tií gra m m a ticalem en t correspondant
les P éres; 3o dans les doeuinents ecclésiastiques. n 'a q u ’unc fois ce sens, H a b .,n , 4, c ’est le le x te plu­
/. i.'É rn irrn R . - Nous n ’élu d ieroiis que le N o u ­ sicurs fois c ite p ar s ain t Pau l. V o ir son in terp rétation
veau T csta m cn t, oü la ré véla tio n est tou jou rs plus dans P r a l, Thcologie de S. P a u l, I I * p artió, 2** éd it.,
claire c t plus com p léle, ce qui est p a rlic u lié re m en t París, 1912, p . 341.
vrai d e la ío i, d on t le nom y re v ie n t sou ven t. N on pas 1. Exem ples du s u bsla iilif em ployé dans nolre sens. —
que le m o l irtctií y ait toujours le sens qu e nous S ain t P au l en fo u rn it d'assez clairs p ar leur con te x le ,
avons d it. c'est-á-d irc une sim ple croyanec, un assen- depuis ses pretniéres ju squ ’i ses d em iéres É pítres.
tim c n l in tellcctu el dft p artiellen icn t, sans d ou te, & A ífirm a n t au x Thessalonicicns que leur « foi en D icu >
rin llu c n ce des afTections c t de la v o lo n té , inais fa i- est connuc de tous, v o ic i coin m en t il ex p liq u e e l
sant n bslraction de sen tim en ts ultérieurs, s’ arrctan t p rou ve c ctte assertion : « Car tous racon ten t quel
á rin te llig e n cc c t s’y ach evan t. II n ’est guérc de m o t i accés nous avon s cu auprés de vou s c t com m en t vous
dans l ’ É critu re, qui ne change paríois de sens. M ais | vous étes c on vertís des idoles au D ieu v iv a n t e t vrai. »
ce que nous prétendons, c ’cst que le sens ci-dessus e sl I Thess., i, 8, 9. « l-'oi en D ieu > sign ifie d on e ici passer
le sens p rin cip a l, ou du m oins un des sens dom inants, du p olyth éism c á la croyan ce au v ra i D icu , apTcs a v o ir
du m ot * : * t i ; dans le N o u vea u T estam cn t. En face I bien aecueilli la p réd icatio n du inissionnairc. A illeu rs,
de cette in terp réta tion catlioliq u e, les p rotestan ts on t il leur parle de la foi salutaire com m e d'u ne adhesión
pris tour á tou r d eu x positions q u ’on ue d o it ni ju g e r íi la v é rité : « D icu vous a clioisis pou r vous sauver p ar
ni ré íu ter de la méme m aniére, l'unc plus radicale, j la san ctíficatión de l’ E sp rit e t p ar la foi en la v érité . »
l ’ aulru plus modérée. D e lá une d ivisión qui nous sem ­ I I Thcss., ii. 13; cf. 12. M ais la v é rité n ’est-clle pas le
ble utile pour in ettre de 1‘ordrc dans un su jet trés but c t l ’ ol>jct de T in tcllig en c e,d c la croyan ce? Si dom-
c o m p le x o et de la ciarte dans le débat. iei la « foi » a pour o b je t ou b u t la v érité , c ’est un acte
I 6 O p p osilion radiealr. — E lle préteu d que jam uis d e sim ple croyan ce, sans fa irc e n tre r sous ce nom de
dans l ’ É critu re, ou du moins dans saint P au l d o n t les « foi » la confiance du pardon ou d ’autrcs sentim ents
protestants se réclam ent to u t p articu liércin cn t, le rc ligic u x , si l>ons soient-ils d ’aillcurs. N ous ne nions
m o t « foi » n 'a le sens eath oliqu e d ’une croyance. A in s i pas que de Icls sen tim en ts d o iv c n t étre ajou tés
M. .lean M onod : « P ou r un grand n om bre d 'h om in cs, u ltcricu rcm en t p a r lc c h r c tic n ,m a is nous nions q u ’ íls
d it-il, la íoi consiste á a d in cltre com inc vraies cer- soien t ici précisém en t désignés sous le n om d e « f o i ».
taines proposilion s religieuses; ou a confondu avee la L a « v é r it c » e st un o b je t sur lcqu cl nc peut pas se
fo i, <|ui e s l un ía it m oral c t un certain éta t de l ’áine, p o rte r la confiancc.
l’ un de ses élém cnls, savoir la croyance, rt laquellc f ’u- P arla n t aux C orinthicns, l ’ apútre caractérise la vic
p ólrc P a u l nedonne jam ais te nom de f o i. » Dans V E ncy - fu ü irc p ar unepréscn ce spéciale du S eigiieu r pour nous,
clopédie des scicnecs religieuses do F. L ich tcn b crger, II Cor., v , 8, présence d on t ti nom in e le p rin cipe
I ’aris, 1878, t. v , p. 4. ¡ e?£o;, ib id ., 7 ; tandis qu e n o lre cxistcn ce ici-bas
C ’ était la position de plusicurs des reform ateurs du est caractérisée p ar un éloi^ n cin cn l, une absence du
x v i ' siécle; c t pou r la sou ten ir plus b rilla m m en t dans Scigneur, i bid., C, c t la raison de c et éloign cm en t est
ce bel age de 1 liuinanism e, d ’ aucuns com m e M élanch- que nous som m es sous le régim e de la foi, el
tlion p réten d iren t que dans la littératu rc classique non de 1’ e íS i;. ¡b id ., 7. K íoo; (de eÍoov, j ’ ai v u ) ne
—í'TTtc ou ftdcs nc sign ifie jam ais une croyance. N o s 1 peu t s ig n ifie r ic i que la vu e du Seigncur, une par-
ajiologistcs durent leur rappclcr que Cicéron a d it : faite connaissancc qui nous le ren dra présent : done
¡nsa n orum Disis fidcs non esl habenda, De d ivin a l ione, le te n n e opposé d o it ctre une connaissancc
1. II, c. i.ix ; <|ue V irg ile a d i t : Credo equidem, nec vana im p a rfa ite, qui laisse son o lije t com m e loin tain , mais
pdes, gemís esse dconim . Énóide, 1. IV , vs. 12. Quant cníin une connaissancc, une croyan ce. C ’est évid ein -
au s:rcc, A ristote rapproche la íoi - í v a : de l'op in io n inent la m ém e an titliésc qui a v a il été dcjft présentée
iiT.’it qui est un acle in tellcctu el, uno íaib lc aux C orinthicns, sur la connaissancc de D icu en ccttc
croyance. Tnpiqucs, 1. IV , e. v, P aris, D id o t, 1818, I v ie c t la connaissancc futnre : Videm us nune per spe-
t. i, p. 2 M . ) i t le dictionnaire p ro testan ! de Ila stin gs | cu lu m in :c u ig m a lc : lu n c autein faeie ad faeicm . 1 Cor.,
rcc^nnait que -r.tvtiin v -roí; (isoí; sign ifie ordinairc- ¡ x i i i , 12. D ans c e t autre te x te , c ’cst bien encoré la foi,
m ont, non ¡'•as se con iier dans la b o n lé des dieux ou i qui e sl la connaissancc im p a rfa ite, destinde
les ai mor, mais • adm ettre leur existe nec ®, p a r o p p o - ! á d isp ara ílrc. « Quand sera venu ce qu i est p a rfa il,
situni ¿i l ’athcisinc, en un m ot une sim ple croyance. ! alors finirá cc qui n ’cst q u 'e n p a rtió ... M ain ten an t je
NVa (leld, art. F a ¡lh , dans D ie lio n u ry o f lite fíib le , eonnais en p artió, alors je connattrai com m e j r suis
É dnnhourg, 1 0 0 0 ,1 .i, p. 828. coim a. M ain ten an t d cm cu rcn t ces Irois dioses, la
O n est assez pou r la qu estion , d ’ aillcurs Irés secón- fo i, 1‘espérancc, la charité. » I Cor., XIII, 10-13. A in si
daire iei.d es classiques pairns. M on lron s que dans la la « foi * con'eS]>ond h c e tte « connaissancc » im par-
saintc lie ritu re, e l méme quand il s’ a g il du vrai Dieu, fa ite ; elle d a lle n re m u in lena nt, m ais elle finirá, tandis
le m o t en question s’em ploie au moins quelqueíois que des trois vertu s la ch a rité, qui est la plus grande,
pour une croyan ce, pour une c o n v iclio n in tcllcclu elle, ibid., 13, ne ccssera jam ais. ¡b id ., 8.
sans allcr plus loin. Nous join dm n s Ies m ois « íoi • e l L ’ frpilro aux H om ain s p a rir beaueouji <le la ■ foi •
« r roi re •, parce <|uc lo u t le inonde ad in et que ce sub- com m e p rin cip e de ju s lifie a tio n et de salut, ut, ív , x .
‘ l.in t if e l ce verb e se corres]>ondcnl c x a c le n irn l, ce 1U v o ii i com m en t e»-t ac le sauvenr y esl e xp liq u é :
qni a p p a ra il plus scn sililcniciit dans le grcc, el j • Si tn confessos de liniii'lie Jésus roin n ie Scigneur, e l
E iiv - iw ; e l dans plusicurs Ir x le s leur synonytnic se si lu erois de Cirur q u e D i e u V u r c s s u s c i t t d e s m o r í s .
f.iit v o ir par l’cm ploi snccrssií de ccs deux m ois pour lu seras sativo. * R om ., n, 1). A in si l’o b je t de c e l acle
l.i méme cliosr. M attli., ix , 2H; I .loa., v ,4 . 1/r verlu* salntairc <le « croire c ’ost un fa it suritaln rcl <|ue fo n
croire pourrait done ¡i la rigu cn r snppléer to la le in e n l lie iil pou r vra i, la résnrrectiou du C lirist : l’acte de
]r subst.nitií. Ainsi en est-il dans le l\-í í/van gile; croire est done cette íoi-c royan ce, cctte Ioi dogm a-
bi<-n q u 'il aborde In-s s ottvritl la qnrstinn «le la foi, on tique que nous défciidcins. V<>ir Pral,"o/i. ri'/., p. 3H'.i_
w roí oo
Du plus, la foi dont parle saint I'a u l d oit Otrc « con- ' foi de plusieurs. » 11 T im .. u, 17, 18. « Dans les temps
fe s s é e de boliche, » Qucllc é ta it la coufes&ion de foi des A v en ir, plusieurs abandonneront la foi pour s’ atta-
preiniers ehrétiens? ce sera un connnentaire histo- ! cher á des esprits sedueteurs c t A des doctrines diaLo*
rique e t sfir des paroles de l’ apótre. La « profession de j liques. o I T im ., iv , 1. « R eprcnds-les sévércm cn t, pour
foi » exig ée des ealéchunu'ncs a van t le baptém e, q u ’ils a ien t une foi sainé, c t q u ’ ils ne p réten t pas l’o-
r 'é ta it lu sym bole, c ’cst-í»-dire Pacceptation d ’un cer- reille a des fal>lcs judai'ques. » T il., i, 13, 11. Tou jou rs
tíiin nom bre de dogines. L a o confession de foi » des la « foi 11 dans Pordre in tellectu cl, en antagonism o avec
m artyrs d evan t les tribunaux, c ’é ta it la proclam ation les fausses doctrines. U n autre signe de l’intellectua-
du m onotbéism e e l de « Jésus com m c S c ig n e u r». T o u t litú de la foi dans saint Pau l, c ’est qu ’il la m et en oppo-
cela suppose que la * foi » cst une croyance. Quant á ce sition avec l ’ ignorance. « Je l ’ai fa it par ignorance,
m ot du te x te : « S i tu Crois dans ion cceur que Dieu l’ a quand je n 'avais pas la foi. » I T im ., 1 , 13.
rcssuscité, »e lc ., c ’est en vain que les protestants y Dans les textos p récéd erts, la « foi » était p lu tót
chcrclicn t une ob jectio n . Quand m ém e 0 11 y p ren d rait p lise au sens p rem ier ct su b jectif, com m e un actc du
le m o t « cceur » com m c nous le prenons ord inaircm cn t, s u je t : d ’autrcs la prennent au sens d erivé et o b jc c tif,
pour in diquer une affection , quand m em e on v e rra it com m c une doctrine qui cst l’o b je t de c et actc. Citons
dans cc cotde c re d itu r« u n m o u vcin en t de tou t Phom m e (íuelques-uns de ces textos, qui tous p rou ven t notre
in te rie u r,» D ictio n a rij o¡ the B ib lc de H astings, t. 1 , thésc, puisque jam ais le m ot - i c t i ? n ’a rrive ra it á
p. S3G, ccln ne d étru ira it pas 1c sens d éjá p rou ve de sign ifíer une doctrine, si i ’acte de croire n ’é ta it pas
foi-croyance, puisque la croyance d lc-m cin c n ait l ’adhésion á une doctrine. « Celui qui nous p ersc„u tait
d ’u n e influence du ca-ur, de la volon tc, et procédc naguérc prcche m aintcn ant la foi, » c ’est-á-dirc l ’ É-
a in s i d e l’ ámc tou t en tiérc. V o ir C r o y a n c e , t. m , col. van gilc, les véritcs de la religión . Gal., 1 , 23. L ig h tfo o t
2365, 2375, 2385 sq. Mais d,’ailleurs, ríen ne prouve rem arque ici le sens o b jc c tif, Galatians, p. 8G, ainsi que
que 11 cazur » sign ifle dans cc te x te la partie a ílective. dans Gal., I I I , 23; v i, 10. « N'ourri des lcccns de la foi
11 cu serait ainsi si « cceur » é ta it oposé á « e sp rit ». ct de la bonne d o c trin e .» I T im ., iv , C. « Tu n ’ as p oin t
Ici il cst opposc á « bouchc »; c ’est done cct hebraísmo renié ina foi, » etc. A p o c ., 1 1 , 13.
en v ertu duquel 0 1 1 se sert du m ot <■ cceu r»,pou r dcsi- 2. Excm ptcs du ver be « cro irc » employé dans notre
gner vagu em en t l ’intéricur, p ar opposition ¡x P ex lé -, sens. — Plusieurs, au moins, des constructions de ce
rieur de l ’hom m e : * croire de cceur », c ’est croire in té- ; v erb e donnent l ’idce d ’une sim ple croyan ce, e t fo n t
rieurem ent ct non pas seulem ent des lévres. B ien plus, , abstraction des sentim ents religicu x qui p eu ve n t s’ y
chez les Septante d on t dépcn d saint Paul, xasoía, ; ajou ter. A i n s i : a) avee le d a tif de personne (construc-
cceur, (lésigne parfois spécialem cn t 1'intelligcnce, le | tion fréq u en te) íhotswu a trés elairem ent ce sens.
ju gem en t, de m cnie que les latins disaien l : cordatas Quand Jésus d it á la S a m a rita in c : «C ro y e z-m o i.l’heure
homo, un liom itic sensé. Ainsi K xo d ., x x x v i , 2 ; D eu t., | vie n t, » etc., Joa., iv , 21, lui deinanda-t-il p ou r le
x x i x , 1; I U eg., iv ,2 0 ; I I I R e g . , 1 1 , 11; Jer., v ii,3 1 , etc. m om en t autre cliosc q u ’une sim ple croyance á sa pro-
Cf. Ila tc li, Essays in b ib lica l greek, O x fo rd , 1889, phétie? De m im e aux Juifs : « Si je dís la v é ritc , pour-
p. 98-108. Dans la m em e É p ítre, le m ot « fo i > se ren- quoi ne me croyez-vou s pas? » Joa., v m , 4 6 ; cf. v , 4 6:
contrc dans un sens spccial qu i se ram ene encoré ¿1 une x , 37, 38. o Quand ils eurent era á P h ilip p e qui leu r
con victio n in tcllectu elle : « T o u t ce qui ne (se fa it pas) p réclia it le royauine de D icu e t le n om de Jésus-Christ,
de (b on n e) foi est un peché. » R om ., x iv , 23. L e con ­ hommes c t fem m es fu ren t baptises. » A c t., v m , 12.
texto fa it v oir que iu o ti; est ici la con víction que E t c ette foi e xig ée pour le b aptém e cst exp liqu ée par
nous avons de la licéité de n otre action : le célebre « rcccvoir (a c c ep tc r) la p arole de D ic u .» Ib id ., 14; Cf.
unglican Sanday est ici d ’accord avec saint Chryso- x x v i, 27. b) A v e c le d a tif de chose : croire á la parole
stom e et saint Tilom as qu ’il cite. The epistte to the de qu clqu ’un, íi son tém oign age, ix l ’ É critu re, etc. Ce
liom uns, dans The internaiional crilica t commentarg, cas re v ic n t au précédent, d on t il n ’est q u ’ unc para-
4 e ed it., É dim bourg, 1900, p. 394. phrasc. « T u seras in u et..., parce que tu n ’as pas c r j a
Les É pítrcs de la c a p tiv ité m on tren t aussi une <■foi » mes paroles. » Luc-, 1 , 20. S ain t Jean parle de croirc
in tcllectu elle : « M archez en lu i...» aílerniis par la « á l'É c ritu re , » u, 22, « á la parole que Jésus a v a it
foi, telle q u ’on vous l'a cnscignée. » Col., II, 6, 7. Car d íte, » iv , 5 0 , « aux ccrits de Alolse, » v , 47. S ain t P a u l
aussitól, e xp liqu an t c e tte « f o i » par les ennemis qui la cro it « á to u t cc quí cst c c rit dans la lo i c t les prophé­
m cnaccnt : « P reñ ez garde, ajo u te-t-il, qu ’on ne vous tes. » A c t., x x , 14. 11 annonce que D ieu jugera eeu x
séduise p ar la plúlosophie e t p ar des enseigneinents « qui n ’o n t pus cru á la v é r it é .» I I T h e s s . , i i , l L c ) A v e c
troinpeure, » 8. L a foi est done aflairc de v ra ic doc­ l'a ccu sa tif de chose : « Je suis la résurrection c t la v ic ...
trin e c t de solide c on victio n , qui resiste í» l ’cnscigne- Croyez-vous cela? » Joa., x i, 26. Sim ple croyance, é vi­
m ent con traire de la fausse pliilosopliie c t de l ’héré- dem m ent. M artlic repon d : « Oui, Seigneur, je crois
sic. A u 12, il parle encorc de leur « foi á P action de que vous etes le C hrist, # etc. d) A v e c la con jon ction
Dieu, qui a ressuscité (le C iiris t) d ’entre les m orts. » que (S?t, e tc.) suivie d ’une p roposition . Cas fréq u en t,
Foi d ogm atiqu e 1 A u x Éphésiens, rapproch ant fo i e t rédu ctible au p r é c é d e n t: la proposition exp rim e une
conuaissancc, il v a n te « l’u n ité de la fol e t de la con- v é rité , croirc une v é rité cst un actc in tellectu e), une
naissancc du Fils de D ie u , » iv , 13, e t dans le con tcx tc croyance : « A fín qu e le m onde croic que vou s m ’ a v e z
nous m ontre c ette unité de fo i p rodu itc e t inaintcnuc en v o yé . » Joa., x v n , 2 1 ; cf. x v i , 2 7 ; x x , 31. '• Nous
par les « apotres, prophétes, évangélistes, pasteurs e t 1 croyons que Jésus e s l m o rt e t ressuscité, » I T h ess.,
doctcu rs..., afin que nous nc soyons plus des enfants, j ív , 14; cf. B om ., x , 9, 10, oú une sem blable lo i est
ballottcs e t em portés á to u t v e n t de d octrin e par la présentée com m e servan t á la ju stilica tion c t au
trom peric des hom m es, p ar leur lia b ile té á induire en salut. e) A v e c l ’in liu itif. Cette construction, oíl le que
orreur, » 11. A illeu rs il sem ble prendre com m c syno- est relran ch é, cq u iva u t la p rccédeiitc : c C ’est p ar la
iivin c la « Science dn C h ris t» e t la « fo i au C h r is t» , P liil., | gráce de Jésus-Christ que nous croyens étre sauvés. *
in , 8, !>: c ’est une m cnic cliose q u ’il p r é fé r c á tou t. A c t., x v , 11. Cf. R o m ., x iv , 2.
Les É p ítrcs pastorales m on tren t égalem en t la « foi » N ous avons suraboiidam u ieiit refu té l'op p osition
com m c une adliésion in tellectu clle á la v éritab le d oc­ radicale h la thése cath o liqu e.
trine, tandis que les h érétiques detruisent la foi en 2 o O p p osilio n modérce. — D ’autrcs p rotcstan ls, tou t
s’ éloignant de la v é rité : « H ym cn cc ct A lcx an d re ont en concedant c|ue r É c r itu r c .c t m ém e saint Pau l, cm -
fa it naufrage dans la f o i . » 1 T im ., 1 , 19. « H ym én ée et ploicn t souvcnt les inots « foi, croire » p ou r une sim ple
I'liilé tc se sont éloignés de la v é rité ... ct renversent la croyan ce íi la parole de D icu, soutienuent p ou rlan t
GJ FOI

coinine bien plus íréqu en t un autre sens qu ’ ils non)- p rcten tion á l’cgard de Dicu e l se je tic , pour ob ten ir
m en t le sens fo r t, ou p rofon d, ou « p r é g n a n t». Sa pré- | 1c salut, dans les bras de sa gráce. » D iclio n a ry of
dom inance dans le N ou veau T esta m en t en fera it le the B ible, 1 . 1 , p. 836. Les traits de cette dcscriptioii
sens « propre », c ’est-á-dirc celui qu 'o n est en o ro it de ren tren t á peu pres dans l’ idée ro m p lex c de eo/i/rnne»'
présum er p a rlo u t ju sq n 'á preu ve du con trairc, celui en D ieu. V o ir E s p é r a n c i;, l. v ,c o l. 628-f>30. l i l les pro-
par icquel on est en d ro it de d efin ir la foi dans l ’ ensci- tcstants libéraux qu í ont iv jc lé la chutc origin elle,cette
gnem ent clirélien . Cc sens propre p résupposcrait l’élé- autre base d e I.u th cr qui I’ex a g é ra it, o n t gardé sa
m ent croyan ce, plus ou moins dim inué dans son o b je t, con ception de la ío i, tem oin s S ab atier c t M én égoz,
m ais y ajou terait un élém en t a flc c tíí subsequent, que | p rccédem m cn t cités.
cliaeun ilccrit d ’une maní ¿re un peu d ilíére n te c t plus Xous som m es d'accord a v e c L u th er c t a v e c ces pro-
ou m oins com p lcx e, mais dans Icqucl réside la v é ri- 1 tc s la n ls con tcm porain s sur un p o in t bien étab li :
tablc cvscnce de la í o i . « L e rctou r á D ieu , d it M . -Méné- c ’cst que le sens ío i-fid c lité (au x promesses, ou au
goz, e x ig e un acte dn m o i to u t e n tier, p ar lequel d e v o ir en general), e t par d é riv a lio n íoi-ohcissance á
l ’liom m c s’arrache au péché e l se donne a D ieu. D ieu, n'cst pas 1c sens ordinaire c t propre du m o t « f o i «
Cet acte est la F o i... Dieu ne dem ande au pcohcur, dans Ic N ou veau T es ta m en t, qui nous im p o rte surtout.
pour le recevoir en gráoe, ni la s ain telé á laquelle qu oi q u ’il en soit de l ’usagc bebraíque' c t de l ’usagc
il sent qu ’il nc pourra jam ais a ttein d re, ni une e x ­ p rofane du m o l chcz Irs Grecs e t les Latin s. Ce sens
p ía! ion qu ’il sen t nc jam áis p o u vc ir fou rn ir, mais a vec sus dérivés p eu t don e étre m is de colé, llc s te uni­
u n iquem en t un m o u vcm cn t du cocur, un ac le de quem ent á d iseuler la prétendue prédom inanc^ du
sincere consécration, un abandon c on fian t c t e n tier sens foi-eonfiance dans le N o u vea u T esta m en t. M ais
á la d ivin e misúricordc. » L e ftdéisme, Paris, 1000, d ’abord entendons-nous.
p. 17. « Qu’ est-cc d on e que la fo i? dem an de A u gu ste a ) X ou s ne prétendons pas n ier q u ’il y a it dans la foi
Sabatier. L s t-c c eneore l’adhcsion in telleetu clle á chrctien n e une sortc de con fian ec en D icu. L a ío i,
des dogmes ou la soumi&sion A une au torité exte- au sens ehréticn du m o t, n ’est pas un assen lim cn t
rieurc? Non. C ’cst un actc de con flanee, l ’ actc d'un in tclleetu cl obten u p ar un m oyen queleonque, m ais,
cctur d ’cnlant, qui retro u ve avee jo ie le Pére qu 'il coinm e nous le verron s, un assen tim en t obten u par
nc connaissait pas, e t qui, sans o rgu cil d'aucune rin te rm c d ia irc dn tém o ign age d iv in , e t qui repose sur
espéce, est lieureux désermais de teñir to u t de ses la sciencc c t la v é ra c ilc de D ieu. Or, quaiul on e ro it
niains. Y t ilá cc que L u th er a trou vé dans c ette parole qu eh [u ’un sur p arole, á raison de sa com p élen o s e t de
de l’a p ó lrc P a u l : Le juste v iv r a par la foi. Dans cette sa v ó ra c ité , en qu elqu c inaniérc on se con fíe á lui.
tr;m sform alion radieale de la íoi ram enée A son sens l'ra n zc lin en a ía it la rem arque : H ie modus e o g n ilio -
évangélique, se tr o u v a it le principe de la plus grande n is ... esl fules qu iu fidens s c ie n lix el v c ra c ila li a llcriu s
révolu tion religieuse que le m onde cOt traversée p n csla l assensum ve rila li. D e tra d ilio n e el S c rip lu ra ,
<lepuis la prédication de Jésus. » Esquisse d'une p h ilo - 2* édit., R o m e, 1875, p. 588. C’c st cc qui e xp liq u e la
sophic de la re lig ió n , 4° e d il., Paris, 1897, p. 245. Oui, paren té du m o l fldes a v e e fidere, fldueia, confidenlia,
la trunsform ation du sens du m o l « f o i » (reste A savoir i ’cm ploi du m ot « c ré d it » (d u latin crcdere) dans la
si cette transform ation « rain en ail la foi A son sens languc du com inei’ce et de la banque, etc. Alais c e tlc
évangéliqu e ») a serví de p rétex te á L u tlie r pour re jeter sortc de con fian cc, <juc nous reconnai.ssons eonnne
presque tous ceux des dogm es catholiqu cs qu ’il csscn tid le á la íoi chrcticn n c, est «n/cn>nre A la croyan -
rejette, hiérarchie, sacrem ents et leur m aniére d ’opé- ce, puisriu’clle en est la cause : c ’ est parce que je me
rer, expintions de la pénítencc, purgatoirc, etc. C’est fie i la scicnec e t & la v é ra c ité de Dicu que j ’adm ets
done bien, avee sa tliéorie exagéréc des suites de la sur sa parole une v é rité , ce qui est la croyan ce. A u
rliu te origin elle, un des fondem eiits de son systüine ct con trairc, la con fian te m a in ten a n t en qu estion entre
un principe de sa révolu tion religieuse, on pourrait les protestan ts c t nous vienl aprés, c ’est une consé’
presque dirc sa seulc idee p ositive et origínale, le (¡ncncc de la croyan ce, lorsque lu croyan ce a pour o b je l
resto pouvant se retrou ver jA ct 1A dans d’ autres liéré- un bien que Dieu muís p rom et. ce qui n ’cst pas essen-
sics. On con?oit dés, lors ponr()Uoi les protestants tic l A tou t actc de foi. P re m ie r lem¡is : me con fian t A
d 'a u jou rd 'lm i, quelle que soit leur couleur, qu el que la science e l í> la v éra cité de Dieu, j'a d in e ts sur sa
soit le nombre des dogm es coiiservés par L u th cr qu ’ ils parole q u ’il v c u t n o n ; p ardonn er á cause du ChrisU
retieniiciiL ou qu ’ ils ahandonnent, gardent lous au q u ’il nous p ro m et le p a rd o u ; c c llc croyan ce, c ’ cst pré-
moins quclquc chose de sa con cep tion de la foi. Ain si cisém en t l ’acte de foi d ’aprés les calh o liqu cs, ce n ’cn
M. SmiíKty, bien q u ’il re jette en p n rlic la Ih éoric de est q u ’un préliin in aire d ’aprés Ies protestan ts. Sceond
l.uU ler sur la ju s liiie a tio n par In ío i (v o ir son rom - lem ps : í» la suite de c cttc c ro y a n c e,s ’ éléve en moi le
n ieiila irr sur P u p itre aux H om ains, 4 * é d i t „ p. 152), scn tiin cn t com plcxe de la conliance du partlnn : d ésir
a c c c p L e pourUm t c elte d élin ition : « l-'oi au Christ si- de ce p a rd o n .h u m ilité e l d cfian ce de n ioi-in ém e,aban -
^ni lie un a l l a e h c n i e n l au Christ, une forte éniotion don au Dicu |>uissant c t iniséricordieux, jo ie de com p tcr
d ’ u m n u r et de gratitudc. » Inlrod u etion, p. x i.v i. « L a ! sur lui, c om m eiicem en l d 'am ou r. C ette coníiancc du
fcií, d it le diclion n airc hihliquc de llastin gs, con tien l pardon, c'est l'a c te de foi p roprein en t d it, d ’ aprcs les
<i rtain em en tim é lém e n td c connaissanco, et non moins p ro testan ls : c’est un c ile l,u n i‘ eonsé(|Uence de la foi,
ccrtainem ont c lic a b o u lil A In e on d u ilc(b o n n csteu vrcs, d ’ aprés les calh oliqu cs. Le P. P r a l distingue ainsi ces
obéissanec á D icu). C<-pcndanl elle nc consiste ni dans , d eu x sortes de con flanee : * Conliance en celui <)ui
rasscn liin ent (qu i la p ríc é d c ). ni dans l’obéissancc parle et conliance en celui qní p rom et. » /.a thfologle
(qui la suit), mais dans une ron flanee qui se repose de S . P a u l, I I * p a rtie, p. 314. 11 observe «pie la prc-
sur l’invisible auteur de lo u t bien ...P o u r l ’hom m c m iérc est in liéren le e l essen liclle A l'acte drí fui, la
pri l « ’ur (te l q u 'cst l'hom in e dans l ’ état présent, que seeonde accidcn telle s cu lcn im l. <'.í- 1ro p a rtie, l e éd it.,
«•onsidére l'ftcritu re ), ee. repos du eccur en D icu dc- p. 23G. Donnons un exrm p le «le la e«m ccption protec-
v ie n l n íecssaircm cn l une luunblc con flanee du par­ tant<! : •• l.u llie r a rcinis la ío i A la place qu 'clle
d o » « t du rctour en gnlce, besoin (on dam en tal du occupc dans la tb éologie «le Paul...Ce. n’ cst pas autre
p<« ln-iir. Hn réponsc aux révélations de la d ivin e misé- cliose q u ’ unc coníiancc iicrsonuellc dans la Kn'fC de
riio rd c, la foi se liv re sans réserve, e t avec le renon- D ieu «pii pardonne le péché. * W . M organ, a r t . I'a illt,
««•nicnt tic celui qui ne cotuplc plus sur sor, A Dieu dans of re lig ió n and H liirs de I las-
««•turne á son seul c t sufllsant sauveur, e t ainsi, dans tings, ^ «lim b ou rg, 1912, t. v , p. GiH.
un seul c t méme acle. se vicie de lou te orgncillcuse b) Dans la grande «c n lio v e r s r sur l.i foi ct la justi-
63 FOI 64

(¡catión, il im p orte de bien distingucr la qu cslion «le ■ C ettc inission de Je mis c ta it in tcllcclu ellcm en t recon-
chose c t la question de* m ot. Sur la prem iére, nous ne | m ie A l ’aidc de ses m irades. Joa., n i, 2. Aussi « croirc ■
dillérons pas des protestants qu ant h la néccssité de i to u t cou rt cst sou vcn t uní, dans Ic con tex te, á l'idcc
la con flanee en Dicu pour ob teu ir Ic pardon, de la con ­ d ’un miracle «jui serve de raison de croirc, qui fassi-
flancc appuyéc sur les méritos du Christ, ni qu ant á ad m c tlre Jesús com m e «loctcu r snrnulnrcl. ou com m e
l'im p ossib ilité d ’oiTrir sans lui une di^nc satisfacticn á i Messie : « Que le C hrist, le roi d ’ Israel, descernió main-
un D ieil olTensc. N o iu diflérous, soit par quclques dis- teuant de la croix, afín que nous voyion s et que nous
positions intéricurcs <iuc nous ajoutons á la con flanee , croyiuiis. » M arc., x v , 32. « N a th an ael lui rép o n d it :
du pardon com m c plus ou manís néccssaircs (rep en tir, I (alib i, vous étes 1c lils de D icu, le lo i d ’ Israel. Jésus
d ia r it é ) ct q u ’ en général ils supprim cnt, scit p ar une lili re p a rtít : Parce que je t ’ai d it :J c t ai vu sous le
certltu dc absolue du pardon ou du salut personnel, flguier, tu crois. ■> Joa., i, 49, .r>0; cí. iv , 4, 8 ; x i, 14.
q u ’ ils regardent com mc une p ro p riéte ordinaire de Dans les récits des apparitions du C lirist aprés sa
leu r foi-confiancc, qu ’ils exigen t memo de tou t lioinm c m ort « croire » to u t court, c ’esl ad m ettre le fa it de sa
com mc con d ilion du pardon, tandis que le concilc de résurrection, abstraction fa ite de la conflancc du
T ren te re jette une tclle certitudc ct une tcllc exigcn ce. pardon. « Commc ils h ésita icn t encorc á cro ire ..., il
Au reste, tou te cctte question d e cliosc est cll dehors leur d it : A vcz-vou s qucl(|uc cliose A m anger? » Luc.,
de notre sujet. V o ir Iís p é r a n c e , t. v , col. 61G, 617. et x x iv , 41. Cf. M are., x v i, 11. « Parce que tu m as vu,
surtout JtiS TiFiC A TioN .S urla question de m ot, la seule til as cru , » etc. Joa., x x , 29; cf. 8, 25. Dans les A ctos
que nous ayons ici á traiter, question d ’ ailleurs im p o r­ et les É pítrcs, « croire » é qu ivau t sou vcn t,d ’ aprcs le
tante pou r é v ite r la coufusion des idees et com pren- con texte, ii ad n ictlrc com m e parole de D ieu les d iv e r ­
dre l ’ É criturc, nous différons en cc que nous n’ appli- sos v e rile s p red ices par les apotres. « A fm que, p ar ma
quons pas le nom de « foi » á ccs sentim ents ulté- boliche, les gentils enten d en t la parole de l ’É v a n g ilc ,
ricurs de con flanee. et qu ’ils croient. » A c t., x v , 7. « A y a n t re fu la divin e
E xain inon s ínaintenant les principaux textes que parole que nous avons fa it entendre, vou s l ’a v c z
les adversaires allégu cn t en leur faveu r. refu e non com m c parole des hommes, m ais, ainsi
1. Catcgoric de textes oü. figu re le verbe « itt s v w , q u ’cllc l ’est vérita b lcn ien t, com m c une parole de Dieu.
credo. — P arm i les constructions de cc verb e, il en est C ’est elle qui dcploie sa puissance en vous qui croycz. »
deux qu ’ils In voqu en t. 1 Tlicss., i i , 13. Cf. R om ., i, 16; I Cor., i, 21; x v , 11;
a) Quand nio-tsOoj esl cmployé sans aucun complé- Luc., v m , 12; Joa., i, 7.
ment * croirc » to u t court. Les textes de cctte caté- A cóté de ces textos sí n om breu x oú le c on texto
goric o n t sou vcn t un con texto e x p lic a tií qui révéle le nous donue raison, il en cst qui se tro u ve n t n ’a v o ir pas
com plém cn t sous-entendu. Ceux-lá sont clairs, e t de con tex te e x p lic a tif, e t, dans cettc obscurité du
chose rem arquable, ils son t en notre faveu r. Élisa- « croire » to u t court, les p rotestan ts triom ph en t, mais
b elh d it á M arie : « Bicnlicurcusc d ’av o ir c r u ! car ellcs á bon m arché : car alors, sans qu ’o b jc c liv c m c n t il en
s ’accom pliron t, les choscs ditos de la p art du Sei- résultc ricn, chacun cst libre de v o ir su b jectivem en t
g n e u r.» Luc., i, 45. Le con texto indique le com plém cnt i Ce qu ’ il v e u t sous des expressions vagues com ine « Ies
sous-cntendu : d’ av o ir cru ces choscs dites, ete. II s’ag it | croyan ts », oí n ia ie w -z í;. A c t., n , 44; iv , 32; x i, 21;
done, non pas de la con flanee du pardon, mais de la j x v , 5 ; x v n i, 2 7; x ix , 18; l Thcss., i, 7, etc. E t méme
croyance á une révélation oü du reste il n’ c ta it pas , la, n otre sens cst bien plus naturel. Ces « croyan ts », en
question de pardon prom is á M arie. A illeu rs, dans les | e llct, com m e nous le voyon s dans les Actos, sont con-
É va n giles, c ’est, d ’aprcs le c on texto, la croyance á | uus c t com ptés par les autres hom m es : « beaucoup de
la puissance de Jésus com m c tliau m alu rge. « Q u’il te 1 ccux qu í a v a ie n t entendu ce discours cru ren l, c t Ic
soit fa it suivan t que tu as cru. » M atth ., v m , 13; com ­ nom bre des hom m es s’ éleva á en viron einq m ílle. »
pares 8, 9, et no te 7.1c m o t * f o i » outre le m ot « croire », | Com m ent exp liqu er un parcil dén om brem en t des
e t le m agn ifiqu e éloge que fa it Jésus de cctte foi, 10. ¡ croyan ts, si « croirc » con sistait dans des sentim ents
Cf. M atth ., i x , 28, 2 9; M are., v , 3G; i x , 22, 23; L u c., ; intéricurs, d iflicilos a constate r, de con fian ce du par-
v m , 50; Joa., x i , 40. En saint Jean, « croire » to u t don a v e e h u m ilité c t déflancc de s o i,c tc .? T o u t s’cx-
cou rt cst sou ven t exp liq u é par 1c con tex te dans le sens pliquc trés bien, au con traire, si « croire » est une
d ’une ferm e e t sim ple croyance au x révélatious de sim ple croyance d on t on fa it facilcm cn t profession
Jésus, qu el que soit leur o b je t. «N ou s attestons ce que extérieu re, en se sou m ettan t au m agistére des apotres,
nous avons vu , d it le Christ á N ico d ém e, mais vous nc ¡ comino nous le vo y o n s d ’aillcurs ex p rim é : « Ceux
rccc v cz pas n otre tém oign age. Si vous ne croyez pas I qui refu re n t la p arole de P ierre furen t b ap tisés; ct
qu an d je vous parle des choses qui sont sur la terre, | ce jou r-la, le n om bre des disciples s’ augm cnta de trois
com m en t croirez-vous si je vicns á vous parler de celles \ inillc personnes en viron . » A ct-, n , 41. A p rés to u t cela,
qui sont au c id ? > Joa., m , 11, 12. N ou s voyon s ici | on s’ étom ic que Ic d iction n aire b iblique d e H astin gs
que le m o t « croire » équ ivau t ¡i « recevoir un téin oi- i a it bien pu dirc de ce « croire » to u t cou rt q u e , « dans
fin age », c t un tém oign age qui porte, non pas sur le le N ou veau T cstam cn t, c ’est un term e tcchniquc con­
seul pardon «les pécliés, inais sur d ivers o b je ls de la sagré á désigner la conüance dans le Christ pou r n otre
te rre c t du c ie l; e t to u t d oit etre égalcm cnt cru de la propre salut, » 1 . 1 , p. 830.
p a rt d ’un tcl ténioin, sans qu ’il soit question, pou r le b) Quand est employé avec une préposition et
m om ent, de la conflancc du pardon. Ailleurs en saint ¡'itcM s a lif. — Ici le m ém e auteur anglais se sent
Jean, < croirc » to u t court é qu ivau t á reconnallre la I cncore plus á l'aisc. « Quand nous arrivon s, d it-il, aux
inission d ivin e de Jésus pour cnscigner la v érité, ou | cons truc tío ns qui reuferm en t une préposition, nous
sa q u a lité de Messic, c t o rd in airem en t sans auctuie i cntrons dans une région oü le sens p rofon d du m o t —
allusion au pardon des péchés ni á sa inission rédernp- celui de fenne c t cntierc conflance — reprend tous ses
trice e t sotériologiqu c, que le d iction n aire de Has- | d ro its ... L a préposition suivic de l ’accusatif im p liqu e
lin gs s’im agin e v o ir indi«piéc p artou t. « Si vous etes un in ou vein en t m oral, une «lirection de l'ám c vers
te Christ (le M essie), dilcs-le-nous franchem ent. Jésus l'o b je t . » E t aprés un m o t sur la préposition ¿ir',plu s
leur r é p o n d it: Je vou s l ’ai d it, e t vou s ne croyez pas : rare, « la constru clion caractéristique du N ouveau
les ceuvres que je fais au nom de inou P ére rendent T csta m cn t, d it-il, se fa it avec ei:, qui se présente
tém oign age de m o i; mais vous ne croycz poin t, parce 49 fois d o n t en viron les qu atre cinquiém es appar-
que vous n ’cles pas «le mes b re b is .» Joa., x , 2-1-26; cf. ü eiin en t á saint Jean, et le reste ¿ peu prés á saint
v , 4 4; i x , 37; x v i, 3 0; s i x , 35; Luc., x x » , 06, 67. P a u l... L ’o b je t de la foi (le regí me de la p rép osition )
05 FOI 06

c s tp rc s q u e lou jou rs, d:\ns C c l t c construction, une per- I v eme n i: il y a don e m o u vem en t vers le C hrisl, ce qui
sonne, tres ra rcm cn l D ic u ..., Irés com inu ncm ent lo ¡ sem ble d ire plus q u ’unc sim ple cro yan ce? » Cc prin -
C h ris l... 11 su flit d ’un coup d’ tr il je té sur ccs passages, ¡ c ip e, qui v a u t p ou r 1c grec elassiquc, n’cst n ullcm cnt
pou r saisir com liicn le sens du v erb e « croire » y esl con ch ian t qu and il s’ a g it du firec du N ou veau T cs ta -
p rég n a n t... Cc q u 'ils e x p rin ie n t, c’ost un tra n sfe rí m ent, á cause d 'u n c d ou blc in flu cn ce exercóe sur ce
absolu de con fian cc, notre conflance en nous-memes grcc, l ’une p a r l ’hébreu, Tautrc p ar la langue fam iliére
faisan t p lace íi la con Turnee en un au tre; c ’c s l une red- ou « h ellén istiqu c ». Ce que le grec classique exp rim e
d ition , un com plot abandon de soi ( sclf-su rrend er) o rd in a ircm en t p ar le d a tif, com m c ntcttvetx « v i , croire
fa it au Christ, » l . i, p. 829. Bolles aíTirmalions : c ’cst si qu clq u ’un ou sur la p aro le de qu clq u ’un, l’íiébrcu
dom m age que la b n ita lité des fa ils los dóm ente. est forcé de le rendre par une p rép osition , e t le grec
D 'n b ord , la con stru ction a vee le d a tif, que l’on nous du X ou vea u T esta m cn t im ite sou ven t la construction
abnndonne c t qu i, m anifcstein ent, n’exp rim c q ii’une hcbrai'que, soit que l ’ ccrivain ju if su ivtt inconsciem -
sim ple cro ya n ce (v o ir col. G0), e l c cltc eon slru clion m en t la syn taxc de sa langue m a tcm elle, soit q u 'il
avec la p roposition e l l ’ accusalif, oú l'on v e u t Iriom - tr a v a illá l sur des m ateriau x aram aíques, soit que la
plier, son t cm p loyéos dans sain t P au l ct saint Jean vers ió n des S cp lan tc, qui lui é la it fam ilicre, colorá t
indistin ciem ent l'urte p ou r l ’aulre. C’cst la remarque son s ly le grec. Blass, G ram m aire dit gree du N . T .,
que fa is a il d éjá un th éologicn de T re n te , l ’ illuslre exé- trad . anglaisc, Lon dres, 1898, In lro d n c L , p. 4. « L a
gctc Salm erón. II c ila il le tc x lc m ém e d o n l L u lh e r e l lendar.ee á c m p lo y c r une p rép o silio n qu and le cas seul
C alvin o n l le plus abusé pou r leur théorie de la ju sli- sufTirait, d it M. l ’ abbé V ilc a u , est duc á l ’influence de
íicalion : « A l ’hom m c qui ne fa it aucune ccuvre, mais la langue famiHérc, c t su rlo u t ¡\ ccllc de 1’ hébren. En
qui ero// f/i cclu i qui ju s lilic l'im p ie (sn: a vec l ’nccu- bébreu, les cas p ro p rcm cn t d ils ir e x is le n l pas, e l
s a lif). sa foi lui est iin p u léc A ju slice. » l\om., iv . 5. l ’on em ploie p crp étu ellcm cn l des prépositions p ou r los
» E t cepen dan t, con lin u c Salm erón, saint P au l com - rem p laccr (P rcis w e rk , p. 537 sq., 603 sq.). Aussi,
m en tait alors la Genésc qui d it (dans la traduetion rin flu on cc do l ’liébrou s’ esl-ellc exercóe sur le grcc dos
mém e de l’ apótrc, ib id., 3) : A b ra lia m c ru l o Dieu. S ep tan tc, oú los p rép osiliou s a b o n d o n l.» 15lude su r ¡e
Tríj Qsw, ct cela luí fu l im p u té íi ju slice. C ’est done la grec da X ouveau Tesituncnl comparé avee cclui des Scp-
mém e chose, de croirc en Dicu e t de croire Dieu. Ictnte, Paris, 1896, p. 162. D one, l’em ploi (le
Ce qui a p p a ra íl non m oins clairein cn l dans sain l a vec une préposition, á la place du sim ple d a tif, ii;*
Jean : Com ine il disai t ces choscs, be au coup crurcnt tr a h il pas une in le iilio n spéciale, ni un m ystóre pr< -
en lui, i ! ; sOtóv. Jesús d it alors aux Juifs qui a v a ie n l foiu l; cc qui exp liqu e pou r quoi les ccrivam s du N'oii-
cru en lui, aOirTi, etc. Joa., v m , 30, 31. Ainsi ces m inies veau T esta m cn t, com m e nous l ’ avons vu, se servent
hom m es, que l’évanfiéliste d isait croire en Jésus, répé- indiH ércinm cnt du seul d a tif ou de la préposition.
ta n t m ainten ant la mem e chose sous une form e equ i­ p arlant un grcc ta n tó t plus ta n tó t moins pur. I-'n
valente, il d it q u ’ils cro yaicn t d la parole de Jésus. m em e tem ps que l’ hébrcu, le grcc v u lga ire, la « langue
Cf- v i, 29, 30. » C om m entarii, Cologne, 1604, t. x in , fa m ilié re j>, agissait dans le m ém e sens; c e llc langue
p. 100. Ensuitc, le Christ dans sain t Joan nc f a i l nullo nous est bien m icu x connuc a u jo u rd ’hui p ar la ddcou-
p a rt une d istin ctio n en tre croirc & ses paroles ct v e rte de n om breu x p apyrus. On y constate une anti-
croirc en lui. Quar.d il dem ande aux Juifs de croire p ath ie gran dissan te pou r le d a tif, quoi q u ’c lie nc soil
en lu i, il ne los e x c ite jam ais A la conflancc du )>ardmi pas cncore Irés inarquée dans le N ou veau T esta-
do lcurs péchés, ce qui e fit é té indispensable dans in en l. L e d á til vicilü ssait, e t d e v a it finir p ar rtispa-
l'liy p o tliés e de nos adv'orsaires, m ais i) apporte cLs ra itre c o m ]ilé le m c n t de la liste des ta s du grcc m o ­
raisons de cro ire sa d octrin e : • M a d e c irm e n 'c s l pas derno, qui e sl le d ern icr torm o de c e tlc é vo lu lio n
de m oi,in a is do cclui qui m 'a e n v o y é ... Celui qui m 'a populairc. L e d iction n aire de H astin gs, quand il veu t
c iiv o y c cst vérid iq u e. » J o a ., v u , 16, 28. E n lcu d an t conclure de ñ l ’ id ée de m o u v e n ic n l. la it un an;;-
oes affirm ations, c t conna'ssant les m ira d o s qui II s chronisinc. Oui, « la p osition classi<(ue était qu e :■<
con firin cn l, plusieurs croicn l en lu i : « Beaucoup. a v e c le d a tif ré p o n d a it íi la «luestion u bi, e!; a vec
parm i I* peu pie, c m ro u t on !ui, et; « i t ó v , e t ils l’accusatif á la qu estion quo (ín o u v e m c n l)... M a s
d isa ien l : Quand le C h risl v íciu lra , (e ra -l-il plus de le lan gage populairo h ellén istiqu c v in t lo u l sim pli-
miracles que n ’cn a fa il colui-c¡? • I b i d . , 31. Aussi sainl ficr : el; a vec T aecu sa lif représenla la qucslion u b i
Joan m e t'il c ettc locu tion , oú l’on cherche tan t do roin m e la question quo; on le v o it dans les S oplante, et
m ystóre, dans la bouchc m ém e des pharisicns ct des dans les papyru s égyp tien s. » lJlnss, o¡>. cit., § 39,
prótres ju ifs p a rla n l á la foulc, cux (|ui ne p o u va io n l p. 122. De 1Á des Ic.xtes com m e £i; oi v.^v Maro.,
en len dre la foi en Jésus que com m c une croyance ;i ii, 1: ó in-/ •!; * ov Y.ht-','! toC Joa., i, 18. A l<ir-
sís paroles, c t qui ig n o n iic n l le m yslérc s o lério lo giq iio tio r i quaud il ne s ’ a i'it pas de ptisitioa lócalo,m ais d ’un
et le scIf-surrendcr aussi bien que eeu x íi qui ils par- verb e ;i sigui liia lic u inórale, com m e « croire r.
ln ien t: « Vous aussi, vous étes-vous laissé séduire? V A lo rs <■ Ic o ap iice de re c riv a in dans lo tlio ix de e’ ; ou
o -t-il q u elq u ’un parm i les princes du peuple qui ai t cru iv n ’esl p:is sur]>rcuaiil, ] u scpic l'hébreu (pou r
on lui, *-Ítóv? » v il, '17, 18; « Com m e il disait oes rendre l'un oí l'a u lr c ) u’ a v a it qu'unc seule préjios:-
dioses, beuucoup crurcnt en lui, e(; «¿ v ív , » v m , 3<'. lio n , ct que le grec classique dans la p lu p art de ccs
Leur a v a it-il parlé du n iystérc sotériolo giq u e, du par- cas n'on n ic tln it aucune. Ainsi ki^tíósiv e!; ¿'Itcrne
don de lcurs péchés? N on . Que leur a v a it-il dit? « Je avec ív (M aro., i. Lr>) e l - i n e jtiv í - í (e t alors,
ue fais ricn de m oi-n u m e, mais je dis cc que tnon P éie t;mti>t avec. le dnt f, 1 T im .. i. 16, ta n tó t avec l ’ acru-
<n‘a cnseigné. E t celui qui m ’ a e n v o y é ost a vec m o i,« t s a lif, A« t., i.\,-12);aj<>iilc7. la lou n iu rc corrcctc ct cla;>-
i) ne m ’ a pas laissé seul. • Ib id ., 28, 29. O rigin e divin e sique par le sim ple d atif. A c t., v, I I ; x v m , 8. A ccla ré-
<lc smi en scign cm eu l buniain, assislance d ivin e pour p ond une sem hlalde lib erté de eon slru clion dans le
que col en scign em en l nc soit pas deform é, voilA qui substantif —í-rn; (£v Gal., n i, 26; Col., i , 4 ; £;;
s’ adressc ¡’i la sim ple croyan ce. V o ir de m ém e, dans X ? A c t . , x x iv , 21, ou le gén itif G a l.,u .
leur c o n tex te , x , 12; x i i , 11, 16. 16. > Blass, np. e ií., ]i. J23. (if. p. 11(1. L e révéron d
Ainsi le p rofon d m ystóre que l ’on cherche dans ci tte I I . M ou llou recon n ail a vec Krel>s c e llo décadcnce du
}>répo».lii>n e t c ct ac c u s a lif n’esl q u ’ nnc rh im éro, sans d a tif dans la langne fam iliére et la tendance ¡’l lui sub-
fon d cm sn l dans T élu de des I c n I c S. Que d i r e niainte- s titu er l'a c d is a lif avec une préposition. The ¡Expo­
niant du p rin cipe p liilo lo g iq u c que l’on in voq u e ; * 1 a sitor, Londres, 1001, p. 4Gj, -lüG. M algré tou l, il veut
préposition avec l'accu satif indique toiijours un tnoii- \oir entre les d iversrs e o iisln ictio n s de une

ü k ;t . ( ik T it r .o L . a m i o L . \l - 3
<>7 FOI 68

tlisLinction p rofon de.n oti pas pour la languc vu lgairc, . reste, saint A u gustin a v arié lá-dessus, et attribuc
mais pou r la languc s p éd íiq u em cn t clirétienne, pour parfois au péeheur lui-mOmu le crcderc in Deum . D e
les « eerclcs chrétiens ». S ’il nc s’a g it que du simple1 fuie ct operibus, e. x iv , P . L ., t. xi,, eol. 211. L e Loin -
datif, qui re vie n t & peu prés 40 íois avee ce verb e, il burd avan t in troduit la théorie de saint Augustin dans
ad m el que oans la grande m a jorité des cas il signifie ses Scnlences, 1, 111, dist. X X 111, les scolastiques, qui
la sim ple croyance. Mais les p ré p o s itim s ! ’E ní se com m entaient son te x te , ont adniis généralcm ent une
prfite si bien h exp rim er « qu ’on se repose, par la con- d istin ction entre credere Deo et crcdere iu D eu m , sans
fianee, sur Dicu ou sur le Clirist. E í; rappelle du p re­ l ’c x p liq u cr toujours de la m ém e maniére. Saint T ilo ­
m ier coup 1’entrée de l ’Anie dans c.ct te unión tnystique, mas lin it p ar renoncer l ’in terp rétation augusti-
etc. Loe. cil., p. 469, 470. Raisonncr de la sorte, e ’est nienne de la form ule in Deum , par la fo i v iv e , citée par
raisonner a p r io r i, oú il fau d ra it des preuves posi- le Lom b ard , mais qui a trop d 'in con vcn ien ts; c t,v o u -
liv e s ; c ’est íném c supposer ce qui est en qu estion: lan t e xjiliq u cr in JJeum par un autre m ou vcm en t vers
que les prem iers chrétiens aient atta clié au verb e D ie u .il reeourt dans sa Som mc íh éologiquehee niouvc-
-ihtc-úo) em p lo yé avec ces prépositions les divers sens m ent antericur de la v olo n té qui com m ande la croyan -
q u 'y v o it le protestantism e. N on seulenient on ne le cc, au pius affcctus credendi, qui ap p artien t á la nature
p T o u v e pas, mais nous avons p rou vé plus b au t par d e la ío i. e t se trou ve méme dans la ío i « m o r íe » ou sé-
des textes, avec Salm erón, que lis écrivains du Nou- parée d é la charité p arfaite. 11>11 •, q. n, a. 2. C’est d ’un
vca u T es ta m en t n 'o n t pas m is,en tre ees diveTses tour- te l n iouvem en t vers Dicu que parle le concile de T ren te
nures gram m aticales, la tlístinetion qu 'on v o u d ra it y dans sa description de l'acte de fo i, libere m ovenlur in
voir. Deum , credentcs vera esse, etc. Sess. V I , e. v i, D en zin -
X ou s sommes ici, com m e nos adversaires, sur le ger, n. 798. L u th er semble a v o ir vou lu tircr p art i de la
terrain de V É crilu re : nous n ’a v o n s done pa s íi exa- distinction augustinienne ct scolastiquc entre crcdcrc
m iner les idees que plus tard, dans la rédaction ou Deo et credere in Deum : on la tro u ve soulignéc dans les
l ’in tcrp rétation des diverses form es du symbole, eer- notes m arginales qu ’ il a v a it ajoutées aux Sentences du
t a in s docteurs de l ’É^lisc, pa T t a n t des prineipes du Lom b ard , et qui ont été publiées en 1893, V o ir D cn iíle,
grec classique, ont pu attaeh cr íi eí:> quand cette L u lh e r und Lu th erilm m , M ayence, 1904, t. i, p. 382.
préposition a été réservée au x personnes d ivin es : . Ses disciples nc m anquérent pas d ’alléguer les pas-
lltUTEÚr.» ci; 0ÍÓV itx x i'tx ..., e¡; Xptffviv, etc., íl la d iílé- sages de saint A u gu stin que nous avons cites plus
rence des autres objets de la croyance, iti-irE-jco... luiu t; ainsi le plus célebre théologien du luthéranisme,
áyíav ¿x/./.Tjuíav, etc. D enzin ger-B an n w art, E n ch i- Jean Gerhard, L o c i Iheologiei, 1. X V I , édit. de Preuss,
rid ion . n. 2. D istin ction qui d ’ailleurs est loin d ’étre i R crlin , 1865, t. lil, p. 351. lis ne p ou va ien t d ’ailleurs se
universelle, puisqu’ on lit : eU i-Av./.vpíav, si? p í- T i- llatter scrieuscment d ’ a v o ir pour eux saint A u gustin .
<j|xa, etc. (fo rm e de C yrille de Jérusalem ), d ; fla n - | Quoi q u ’il en soit de son in terp rétation des m ots scrip-
>.e:«v oúpa'^MV (C on stit. apost.), si; |j.íav... éxy.).r¡'i:av, etc. t ura i res credere in D eu m , le grand docteur, d ’accord
(sym b ole d ’ É pip h an e). Ib id ., n. 7, 11, 14. Q uant á avec tou te la trad itio n eatholique, est m anifestem ent
V É crilu re cllc-m ém e, saint A u gustin a le prem ier eontre eux pou r le ío n d de la question, pou r la con ­
hasardé une théorie sur une différence de sens dans ception ct la d éfin ition de la fo i.V o ir ei-dessous, col.
le verb e « croire » suivant q u ’il est mis avec le datif, 78, 111, 112 sq.
ou avee une préposition et l'aeeu satif, en sorte que les 2. C a tá jo ric de lextes oú figure le substaníif -J.t u í ,
protestants modernos pourraient l'in vo qu er, s'ils fai- fidcs. — N ou s exam inerons les groupes de textes qui se
saient cas de son au torité en exégése. P ou r lui, credere ra p p o rte n t: a) á la ío i d ’A b ra h a m ; &) h b fo i des m ira-
in D eum plus csi qnam credere D eo. Jn ps. l x x y i i , n. 8, eles; c) á la foi opposée au x ceuvres. Ce sont ccux que
P . L . , t. x x x v i , col. 988. Quid est errjo, credere in l'on a objectés contre n otre thése.
(D c n m )? Credendo am are..., crcdendo in cum iré, eí (?) L a fo i d’Abraham . — L e te x te prin cipal, R om .,
efus m em bris in corporar! (ju s tiñ e a tion ). Jn Joa ., tr. ív , 18 sq., oCi saint Paul exp liqu e le verset de la Gclicse
X X I X , n. 6, P . L ., t. x x x v , col. 1G31. C ’ est ce sur la fo i d ’A b ra liam (G en., x v , G; cf. R om ., ív , 3),
que nous appelons la foi vive, la croyance perfection - d éerit adm irablcm en t la foi-croyan ce, rassen tim en t
née p ar la charité p arfaite qui ju stifle. Mais il est intelleetu el donné á une révélation d ivin e (exp rim ee
visib le que le sain l docteur, qui n’in voqu c pas ici la au verset 18) sous l ’ iniluence de la v olo n té bien dis-
trad ition com m unc, mais donuc son exégése particu- poséc. C cttc v o lo n té empéehe rin te llig e n ce de s’ arré-
liérc, est dom in é p ar la préoeeupation du latin clas­ te r aux diílicultés qui surgissent contre la révélatio n ,
sique qu’ il a v a it étudié, dans lequel, com m e dans le 19, et par lil m ém e, de douter, oC Sisxpíílr,, cf. x iv , 23;
grec classique, la préposition avec aecusatif réelam e .Mattli., x x i,2 1 ,e tc .,e t de cédcr á r i n c r e d u l i t C j á i t t o t í a ,
Tidée de m ou vcm cn t ou d ’entrée dans quelque chose : 20. A in si, p ar la « forcé de sa ío i » Abraham « ren dit
crcdendo in eum iré. II ne rem arque pas que notre V u l- gloirc íi D ie u , « 20, en le croyan t sur parole, c t en m et-
gate, sans se soucier d e la purcté du latin, suit ici t a n t , « avec une plcin e c on victio n , la toute-puissanee
in ot á m o t l'o rig in a l grec assez peu classique, m c tla n t d ivin e » au-dessus des apparentes im possibilités du
le d a tif oíi il a m is le d a tif, l’aeeusatif a vec iii oú il a m iracle annoncé, 21. Si l’apdtre jo in t ici les m ots de
m is l ’aeeusatif a vec etc. N os argum ents donnés ci-dcs- « foi » e t d ’ « cspérance >, s’ il d it q u ’A braham , * contre
sus v a le n t done aussi contre l'exégése augustinienne, l ’espérancc, » c ’est-á-dire contre cc que l ’on p o u va it
laquelle, on le sait, est en d éfau t p a r fo is .« L ’assertion hum ainem ent espércr, « a cru, avec espéranec >> ou
de saint A u gu stin , Credere in D eum plus est quam en esperance, ir .’i/.n 15'., «q u ’il serait le pére de beaucoup
crcderc Deo, nc p ara ít done pas solide. » Ain si conclut de peuples, » cela p rou ve-t-il que pou r saint P au l
Salmerón, Conunenlarii, t. x m , p . 100; et il ajoute ccttc ■ croire » sign ifie « espércr '? ))e ee que l'cspérance est
raison que, dans l ’ É glise, il n ’y a pas que les am is de m entionnéc p a T lui com m e accom pagnant la fo i
Dieu, ceux qui l ’aim cnt et lui sont unis, qui d o iv e n t d ’A b ra liam , ou com m e un elYet de cette ío i, s’cnsuit-il
réciter et chanter le sym bole ct dirc, pou r leur com pte que le m ot s foi » sig n ifie cet e fie t? Quand je dis qu ’ un
personnel : Credo in Deum-, que, dans saint Jean hú­ courant électriquc p rod u it lelle lum iére, je nc vcu x
meme, des prinees de la synagogue sont dits « croire pas dire que le m o t « eourant ^ sign ifie la lu m ié re : tellc
en Jésus », in eum, to u t en m anquant au précepte est p ou rtan t la eonfusion d ’idées de ceux qui nous
gra ve de •>eonfesser leur f o i « et en « preféran t la gloirc objeeten t ce texto, lis d cvraicn t v o ir aussi que, d ’aprés
«les liom m es á la gloirc d e Dieu, » x n , 42, 43, done en le con texto, cette « esp éram e »,lou ée p ar l ’apótrc dans
n ’étan t pas justes et amis de D icu ,m ais péehcurs.Au Ab rah am , n’est pas la m ém e chose que la conliance
€9 FOI 70

du pardon d e ses pécliés, q u ’il fau d ra it dans leur sys- P ierre, A c t., iii , 6 , á 1’iin ita tion de son M aitre, M aro.,
té m e ; ils n ’a rriv e n t d on e pas ici au sens « p rég n a n l » ii, 10, ll),c o m m c n t p ou rra it-il prudem m en t s’ avan eer
q u ’ ils vcuieivt. « L a ío i que P a u l loue dans A b rah am , ainsi, s’ il n ’a v a it in térieu rem en t la c erlitu d c de l’ évé-
ce n’ cst pas c ctte foi spécialc (d es protestan ts), que sos n em en t?
pécliés lui ctaien t rem is á cause du C h r is t: d ’ une tcllc C cttc cspécc de don regarde d ircctcm cn t le bien de
fo i, il n 'e s t qu estion ni dans ce c. ív , ni ailleurs; m ais | l ’ É glisc p lu tó t que le salut de qui le r e fo it ; aussi
c ’est la fo i genérale c t eath oliqu e p a r laqucllc A b ra ­ l ’ap otre le ra n ge-t-íl parm i les charismcs, inférieurs
ham a cru to u t cc que D ieu lui d isait. » S tapleton , De :i la c h a rité e t ¡ncapables de nous sauver, I Cor.,
fu slifieatione, 1. V I I I , c. iv , Opera, P arís, 1(520, t. ii, x m , 2 ; c t l e m iracle lui-m cinc au quel se ra pp orte cc don
p. 243. Sur cc te x te , v o ir Cornely, C onuncnl. in E p is l. ad p eu t se fairc p ar l ’in term édia ire d ’un hom m e qui n ’ a
Rom anos, P aris, 1896, p. 212 sq.; P ra t, loe. eil., p . 312. pas la c lia ritc ou qui ne sera pas sauvé. M atth ., v u , 22.
Q ue,dans l ’ Iicritu rc, les m ots « fo i, croire » puisscnl, C epen dan t, si elle ne suppose ])as la c h a rité, la foi
en d e rares occasions, outre la sigu ííic a tio n p rin cipale des m ira cíes suppose tou jou rs sa base la fo i cliré-
d e croyan ce á une prom esse, sign ifie r sccondnirem cnl , tienne ordinaire, qu i a d éjíl p a r ellc-m ém e une rela-
1’ e flct d e c e tte croyan ce, le in o u vem en t a lle c tif vers 1 tion a v e c le m iraclc. Cf. S. T ilo m a s , Quicsl. d isp ., De
la chose prom ise — le con n oter, en s tyle scolasliqu e — pofenlia, q. v i, a. 9. D ’autre p art, la foi des miraclcs e t
nous p ou von s l’accorder a vec plusicurs de nos ancicns les m iraclcs eux-m em es étaien t des charismcs néees-
con troversistcs. M ais cela ne p eu t a rrive r q u ’aceiden- saires A l’ É glise surtout á ses debuts, cc qu i exp liqu e
tcllcm cn t, dans les cas oú la ré vé la tio n que l’on c ro it que Jésus en parle a v e e insistance a ses apftlres, fu-
con tien t une prom esse e t peut ainsi c x c itc r respe- turs th a u m a tu rges,qu ’il c n vo íc d éjá taire leur n pp ivn -
ranee de la chose proniisc ct la con liance en celui qui I tissage de ce don. M atth ., x , 8. Sur la nature de la fo i des
p ro m et; com bien de revélatio n s ou paroles d ivin es m iraclcs e l sa d istin ctio n de la foi d ogm atiqu e c t o r d i-
o n t un autre conlenu, m enacent d ’ un mal, alTirmcnt n aire,vo ir, parm i les Pércs, S . C v rílie de Jérusalcm , C id.,
un d ogm e, donnent un p réccp le, el ne p ro m etten t v , c. x , P .G ., t. x x x in . c o l. 517; S. Jean Chrysostom e,
ríen 1 In M a lth ., h om il. l v i i , P . G., t.L V ii,c o l. 563; I n l C or.,
b) L a fo i des m irticlrs. — Les textos oí) le Christ liom il. x x i x , n. 3, P . G., t. LXI, col. 245; parm i les
recom m ande ce q u ’on a appele « la fo l dos m iraclcs », théologicns ct les e xé gé lcs catholiques, Vasqnez, In / »“
M atth ., x v n , 19; x x i , 21, e l nutres syn optiques, sont //*, disp. C C X , c. ív , L y o n , 1620, t. n , p. 688 s q.;
de ceu x oú l ’on peut ad m ettre que les in ols « foi, L ouis de T o rre z ( Tu rria n u s ), De ftdc, spe el caritate,
cro ire » in diq u en t secondairem ent un m ouvcm cn t L y o n , 1617, t. i, p . 514; Justiniani, In B . P a u li e p í­
a ffe c tif de conliance, d ’espérance. Alais d ’abord, il ne stolas, L y o n , 1G12, p. 780 sq. Nous savons que d ’autres
s’a g it nullcm cnt ici de la con iiancc du pardon, la seule l ’ex p liq u cn t au trem en t, m ais d ’une m aniére moins
dans laqu cllc les p rotestan ts fo n t consistcr la fo i qui satisfaisantc.
sert á la ju s tífic a lio n ; aussi, est-il de tra d itio n ,p a rm i e) L a f o i et les ceuures, dans saint T au l, surtou t R o m .,
cux, de d istin gu er la « fo i des m irncles » et la » foi qui n i, 21 sq., et í v ; G al., n, 16 sq., e l m . — Si nous nc
ju s l’ lie ». E l une distinction p eu t trés bien s’adm ot- craignions de sortir de n otre su jet, il nous serait aisé
tre, p ou rvu q u ’on nc forcé pas la différen ce ct q u ’on de m on trer ([ue les « a-uvres » ou « a-.uvres de la leí »,
l’exp líqu e bien. D e plus, ce qui caracléríse la ío i d.-s rejelées p ar saint P au l com m e in ú tiles h la ju stilica -
miraclcs, dans 1‘É va n g ile, ce n ’est pss cot accom pa- lio n ct au salut, sont les aclion s con form es á la Ioi, du
gn em en t ém o lion n el e t a lic c tif, c ’est au con traire un m oins en p a rlic , non pas fa ile s eonnne la Ioi n aturcllc
élém cn t in tellectu cl to u t p arlicu lier. O utrc la croyance ou m osníque les supposait, mais com m e les conee-
connnunc á la toutc-puissancc de D ieu, rcvélée & tous | vra ic n l d ’ordinairc les Juifs d ’alors, e t A leur suite les
les chrétiens (le m iracle « peal se fairc », croyan ce de- | judaísants qu e l ’a p ó lre com b a t : ciu vrcs sans esp rit
m andéc par Jésus dans M a ltli., ix , 28), la fo i des in terieu r, oíl l’ on ne ch c rc lia it que la lé g a lile e xtéríeu rc
m irados ajou te une croyance absolum ent ferm e au ¡ e t re s tim e des lioin m es, com inc le C lirist l’ a v a it déjá
futur évén em eut (le m iracle sera) : « Je vous le dis en i reproch é aux p h arisicn s; o íl, c om p ta n t sur Ies forccs
v e rilé , si qu clqu ’ un d it ccttc m on tagn e : O tc-to i de I de la nature, on nc d em a n da it ricn á la g rá c e ,c l l’on
lá, c t j e lle - lo i dans la m er, ct s 'i l ne doute pas dans j s’im a g in a it ainsi m ériter : p a rla n t, «euvres p u io n ien l
son eccur, m ais cro it que ee q u ’ il dit a rrh e ra , il le v erra I naturelles, c t m ém e vieiées. Saint P a u l in dique hú­
s ’accom plir. » M arc., x i , 22. D ieu dem cure le m aitre m em e la d istin ction e n tre d eu x sortes d ’ oeuvrcs. II y a
d e ses dons c t surtou t d ’un m irarle aussi é cla ta n t; ccllcs q u 'il rccom jnandc aux íidéles, les ccuvres v ra i-
évid cm m cn t il nc su fílt pas, pour 1’ob len ir, que nient bonnes e l surnaturelles: il les appcllc ordinaire-
rh o in m c se persuade par en tcten icn t qu ’ il y arriver a : m ent fto7iao/jfr«,.¿ya0áoiix-i) a k’pya, 11 C o r .,ix , 8 ; iT iiu .,
la persuasión d on t parte ¡el le Christ ilo it v en ir sur- 1 v , lü ; T il., ri, 1-1, etc. ( operenw r boniiiii, G al., v i, JO);
n atu rellcm cn t de D ieu, soit par une révélation p a rli- , ou hien, observa!io nutiulatorum D ei. 1 Cor., v u , 19.
culiérc, soit du inoins par un vagu e in stin ct proplié- ! 11 y a les u-uvres qui sont p u ren ien l de nous, non de
tiqu e, par une co n v ictio n in iprim éc dans l ’esp rít d'une ■ la grácc, T it., in , 5 (rem arqu ez l’ a d d ilio n cm plia-
nianiérc iiatu rclleiiiciit in exp lica ble. Les réclts aulhcn- liq u c /,|j-eíí, q itx (eeitnus nos), tvnvres d e ju sliee
tiques de m iraclcs nous m on tren t parfois c c llc extra o r- légale e t to u le pcrsonnelle . ux(|uelles se fia it I ’aul
dinairc c on victio n anticipée du m iracle, dans le futur a van t sa eon version , l ’hil., m , í) (ren iarq u ez d e m ém e
m iraculé. C’cst D ieu qu i la p r o d u it : cncore faut- il <|ue nirn/n) : h cclles-h'i jam ais l’ apAlre ne donno
la lib erté lium aine le laisse agir, r t ne perde pas c c llc l ’é p ítliéte de "bonnes »: il les ap p ellc spya tou t co u rl,
grílcc en cédant, p ar sa fa u te, á une te n ta lio n subsé- ou plus souvent t’pya opera legis, (tu vres de
qu cn le d e d ou te ou de crain tc, cc que le M aitre blám c. lég a lilé , (c llrs que les e n lrn d a íe n l ses adversaires.
M atth ., x i v , 31. l-c m iracle n’a pas toujours besoin, M ém e il m c l jiarfois en ojiposition m aniíeste ces deux
pour so produire, de c c ttc c x tra o rd iiia ire p révision ; calégorics, ces « borníes ccuvres » et ces « ccuvres ».
mais quand clic existe, il suit in fa illib lc m c n l; il y a K ph ., ii, 9, 10; T it., m , 5, 8. V o ir le th éologien cath o-
entre les deu x gráccs un lien noué par la prom esse du liq u e W ieser, P a u li doctrina de ju s lifie a tio n e ... b ib liro -
Christ, tcllcm cn t que la seconde résultc de la prem iére, dogm aliec dixeussa. T ren te, 1874, p. 119,120; c f. p. li>,
et que le m iracle est com m e un c IT il de la foi des 27; l’fv c q u e angliean Hull, H a rm on ía apoxtoliea (c r i­
miníeles. 11 fallait cc lien : quand le thaunialurge tiq u e des syslém es jiour eon eilicr sainl Paul el saint
annonce d ’ avance le m iraclc q u ’il va ía ire pour pron- .lacques sur la foi e l les u 'iivrcs), diss. 11, c. x n , dans
v e r la v érité de sa tnission religieuse (p ar exem plc, Opera, Londres, 1703, p. 81 sq .; 11. Ikirlniaim ,.S’ í. /'mu-
71 roí 72

lus tutil SI. Jacnbus über dic liechtfertirjuny, dans | JJei co m ip tclis , c. xrr, In golstadt, 1583, t. i, p. 183.
Jiibüsche Sludien, 1'ribourg-en-R risgau, 1807, t. ii, I Sur quclqucs protestants de nos jours, qui id en tifien t
fase. 1, p. 30-31, 14G-147. cutre ellcs les vertus théologales, v o ir E sp éu an ce, t. v ,
Mais la solution méme que nous venons d ’indiqucr col. G15.
íi la dilAcile question des « a u v r e s » rejetces par saint b. Réponse direele. — Saint P au l d it que nous sem ­
Paul crée une d illicu ltó uouvelle a notre in te rp reta ro n ines ujustifiés par la foi, » R om ., v , 1, etc., c t non « par
du m ot « foi ». Si á ces ocuvrcs toutes judaí'qucs la I la foi setüe, » coinm e le lui faisait diré L u lh er dans sa
« foi » cst seule opposce, » riion u n e cst justi fié par la versión allcm a n d ect com m e le croien t beaucoup de p ro­
foi, á l’exclusíon des a*uvres de la loi, o R o n i.,in , 28 — testants. V o ir Pein e, cité par le P. P rat, o p .c il., I I e par-
il fa u t q u 'ici le m ot « foi » signifie tou t cet esp rit in té- tic, p. 359. Cf. P ra l, I ro p artie, 4 e édit., p. 237, 238.
rieur, tous ccs sentim ents re ligie u x qui m anquaient R íen ne prouve qu ’en pronon$ant le m ot “ foi » l ’apó-
au x Juifs cham éis, et non pas seulem ent la foi- tre s’ écarte du sens de foi-croyance dont il a donné ta n t
c ro va n ce; d ’au tant plus que, dans la doctrine cath o­ d ’exem ples, v o ir col. 58-G0; rien ne prouve q u ’il entende
lique, la fo:-croyan ce ne peut o b ten ir la ju stification par « foi » I’ensemble de tous les sentim ents religieu x,
e t le salut qu'en se com p léta n t par d ’ autrcs actcs inté- de tous les actes intéricurs conduisant á la justifica-
rieurs, com m e le repen tir, l’ cspérance, la charité. V o ir tio n , y com pris la charité. L ’ É critu rc, n ’ étan t pas un
J i* s t i f i c a t i ó n . Quand d on e sain t P au l attrib u c la tra itó d idactiqu e, lie fa it nulle part une enumera-
justi fication a la « foi » sans ajou ter autre chose, Ies tion com pléte des conditions du salut, mais en donne
catlioliques, eux aussi, d o iv e n t cnteiu lrc ce m o t dans une ici, une autre Iá, en sortc que la doctrine in té ­
un sens p régnant, c t non plus com m e une simple grale ne p eu t résultcr que de l ’ensemble des textes
croyance. V oilá la d iflieu lte. recueillis e t 15. A in si l'a p ótre : si dans les textes
a. Réponse indirectc. — Cettc objectio n ne saurait objectcs il attribuc la justi fication ou le salut á la foi,
guére p ro fite r aux protestan ts, car elle ten d & e x ig e r sans rien ajou ter, il s’cn exp liqu e d'aillcu rs, quand il
com m e con d ition de la ju s tific a tio n , sous le nom de ajou te á la foi, pour q u ’elle soit vraim en t efficace, la
« foi », n o » seulem ent la confiance au Christ qui est 0 charité », Gal., v , 6, reinplacéc dans un te x te paral-
pou r eux com m e pou r L u tlie r I'clém en t essentiel, ma's léle par u I’observation des com m andem ents de Dieu. »
encorc le repen tir de nos péclics d on t L u tlier ne v ou la it 1 Cor., v u , 19. Ailleurs encorc, il représente la charité
en aucune facón, v o ir P é n i t e n c e , c t la ch a n te, q u 'il com m c tellem cn t nécessairc que sans elle tout le
ne vou lait pas fa ire cn tre r dans la foi ju s tifia n te, reste n 'cst rien, nc sert á rien. 1 C o r.,x m , 1-3. A illeurs,
com m e le ra p p cllcn t Sanday, op. c il., p. 151; P rat, c'est la gráce qui justi fie, R om ,, rn, 24; c ’est le bap­
op. c il., p. 357, 358. E t bien des protestan ts, aujour- ! tém e. E pli., v , 2G; T it., n i, 5. C om plctez ces textes
d ’hui encorc, su iven t L u tlie r en cela. T el M. Méné- ■ les uns par les autres, vous y trou ve re z toutes les con­
g o z : « L u tlie r reconnut, d it-il, que la charité n ’ a v a it ditions de justi fication c t de salut; e t dans eeu x oü il
pas la v ertu d 'c íla c er les péchés... C ctte vertu , parle seulem ent de la foi, vous nc serez pas obligcs
L u tlier ra ttr ib u e cxc lu s iv cm c n l á la foi. » Le fidéisme, d 'e n ller indúm ent le sens de ce m ot. De m ém e dans Ies
1900, p. 28. E t p. 31, il ram énc dans le rang lib éra l ccr- É vangilcs, ta n td t le Christ ne mentionne, com m e con ­
tains protestants qui clierch en t un acte du ccrur plus d ition de salut, que la foi, paraissant n égligcr le reste,
central, plus salutaire que la foi, e t croien t le tro u ve r Joa., m , 1G; ta n tó t l’ obscrva tio n du dccalogue, parais­
dans la etiarité, baptisée par quelques-uns du n om de sant n égliger la foi, M atth ., x ix , 1G s q .; ta n tó t le
« foi pour sauver au moins la form u le de Lu th er. sccours de la gráce, Joa., v i, 4 4; x v , 5; ta n tó t la péni-
« Sans s’ en douter, d it M. M éncgoz, on retom be ainsi ! tence, M atth .. iv , 17, la pcnitence a vec la for, M arc., i,
dans l ’e rrtu r ju iv e c t papiste du salut par l'accom p lis- | 15; ta n tó t le baptém e, Joa., n i, 5, Ic baptém e avec
sem ciit de la l o i ; car c'cst bien e x p lic i temen t la L o i, et i la foi, M arc., x v i, 1G; ta n tó t la persévérance filíale.
non I’ É va n g ile, (|ue Jésus-Christ a résumée dans ces I M atth., x , 22. Dans un passage oú le salut est prom is
paroles : Tu ahueras D icu par-dessus toutes dioses c t d ’une m aniére genérale ¿i une cspéce d ’actes, il
ton prochain com m c toi-m em e. » E t puis, c’ est cnsu- fa u t toujours sous-cntendrc les autres conditions de
t^ncr, « com m e l'É g lis e rom aine, la ju stificatio n par la salut indiquócs ailleurs. T ellc cst la solution elas-
foi el par ta charité. » Encorc si par « charité » on n ’ en- sique, donnée trés n ettem en t déjá par saint Au gustin,
te n d a it que l'am ou r de Dieu I « Mais gráce á la ten- | D e fide el nperibus, c. x m , P . L ., t. x l , col. 210;
dance naturcllc du cccur Iiuinain, le lib cralism e(p rotes- cf. e. x x m , puis par Ies exegetes c t eontroversistes
ta n t) n’arrivc que tro p facilcm cn t ít n cgliger la doc­ eatholiques : « I.cs promesses ne d oiv e n t etre prises
trine de l'am ou r de D ieu, pour n’cnscign cr que le salut qu ’avec c ette lim ita tio n e t c e tte con dition : si les
p ar les ccuvres <\e ch a rité l ’ égard du prochain, e t á autres conditions requises se rencontrent, sí rien ne
échapper ainsi, anssi bien que l ’orth od oxism c, au dou- fa it o b s ta ele ; ainsi le salut ctcrn cl est prom is á la foi, á
loureux renoncem cnt á soi-m énie e t á la consécration l ’cspcrancc, íi l ’in vo eation de Dieu. R om ., x , 13. >Bon-
du moi to u t c n tier h D icu (p a r la seule foi-con fiance). » frére, I n S c rip t. sacram p rx lo q u ía , c. x x i, reg. x ii, pour
(t/). cit., p. 32, 33. D u reste, il y a peu de sincérité á l exp lication de I’ ííc iitu r e , dans M igue, Cursas S c ri-
p réte'id re que l'on suit L u tlie r, c t á faire cntrer dans i ptura’ sacnc, t. i, col. 2 9 0 .« Ces promesses universclles
sa form ule des in grédien ts q u ’ il en a form ellem en t l (eom m e Joa., in ,lG ) d o iv e n t loujours étre enlcndues
exclus. Dés le p rem ier siéele de la R eform e, des pro- sous les conditions exprim ées dans un autre end roil
testants, tou t en d éfeiid an t eontre Ies catholiques la de I’ É critu re... Nous lisons: Tous ccux qui dem an den t
form ule lutlicrien n c de « la foi seule » suflisant au reyoiven t. M atth ., vti, 8. E n tcn d ez : si leur priére
salut, in troduisaicn t sous le nom de « foi » la charité ct s'acc.oinpagne des conditions n écessaires... Vous d e-
to u t cc que nous dem andons de dispositions pour la m andez et vous ne rccevez pas, parce que vous de-
ju s tific a tio n ; e t le B. P ierre Canisius s 'é lev a it eontre j tnatidcz mal. Jac,, ív , 3. » Les freres de W alenbu rch,
cettc dangereuse m aniere d 'é q u iv o q u e r : a Pourquoi De ju sliftca lion e, c . l x x v , n. 27, Traetatus de conlvo-
done alors tan t b ata iller pour la form ule sola fide, i'crsiis fidei, Cologne, 1671, t. ri, p. 475. n Lorsque plu-
pourquoi ces dcclam ations tragiques eontre nous? sieurs causes concourent íi la production d ’un clTet,
d ’ autant plus qu 'ils n’ ign oren t pas, c t Ies faits le disent l'É c ritu re attrib u e c ct c íle t ta n tó t á I’ une, ta n td t á
assez liau t, com blen cctte form ule, ta fo i seute, choque I autre, c t n c v c u t pas d iré par I¿ q u ’une de ccs causes
Ies p icu x fidéles, com bien elle pousse les Ames vul- puisse sullire sans les autres. » B ellarm in , D e ju stifica -
gaires A lácher la bride á leurs passions e t á ncgligei" lio n c , 1. I, c. x x , Opera, Paris, 1878, t. vr, p. 19C. Cf.
tou te recherclie de la vertu . » Cominentarius de oerbi c. x x ir . A in si, dans la phrase paulinicnnc « justifiés par
73 KO I 74

la foi, o la n íoi » nc change pas de signi fica tio u ; clic nc I que Dieu appelle son am i, Is., x l i , 8 , m o t bien re m a r­
s ig n ifie pas les autres dispositions, mais clic les laisse qué dans la suite. J u d itli, v m , 22; Jac., u, 23. Or, si
sous-enlcndre; (le inem e que le « bap tem c », quand la nous lisons la v ie d ’ A b ra h a m dans la Genésc, le seul
ju s tific a tio u d'u n adulto lui est a ttiib u c c p ar saint de ses actes auquel il arrive cl'ctre rapproché de l’idéc
Paul, nc chango pas de sens, ne prend pas un sens de juslice, de ju s lific a lio n , c ’ cst le fa it d 'a v o ir cru ;
pregnant, mais nous savons par ailleurs qu ’il fa u t sous- « A b ra h a m cru t á (la p arole d e) D ieu , ct Dicu le lui
enten dre dans c ct adulte, á cótc du bap tem e, les dis­ im p u ta á jusíiee. » G en., x v , 6. D 'aprés le con texte, il
positions nécessaires. s’ a g it ici de la íoi-croyan ce, de la croyan ce d ’ A b ra h a m
O bjcctions. — M ém e a v e e ces sous-entendus, pour á la ré vé la tio n qui lui est fa ite de sa nombreuse poste-
p ou vo ir a ttrib u er la ju s tific a tio u la fol-croyance, il rite íuturc. C’en é ta it assez p ou r que l’ apótre c it á l e t
fau d ra it au moins qu 'clle c íil une valcu r m orale, une c om m cn tá t au lon g cct e x em p lc c t ce te x te ; il se
v e rlu salutairc in itia le ; or, elle uc l ’ a p a s .« L a croyance trou va ainsi ainené, quand il tr a ita it de la ju s tific a ­
á un dogm e ou íi un ía it, qu clq u e v rais qu 'ils soient, ne r o n , ¡\ m en tion n er le plus sou ven t la foi de préíérencc
saurait a v o ir de v ertu salutairc, pas plus qu ’unc i tou te autre d isp osition de l’ ám c, qu o iqu 'elle ne soit
erreur de pensée nc saurait, cu bonne m orale, étre un pas la seule requise pou r la ju stificatio u .
m o tif de condam n alion , L e salut d o it dépendre, non A u tre solu lion : la « foi » serait la fo i vive, qui te n -
d'un acte in tellectu el, mais d ’un m o u vcm en t plus pro- ferm e la charité, laqu cllc rcn ícrm c la résolution d ’o b éir
lo n d , plus in tim e de Vám c. » M én égoz, L e fidéisme, ñ to u t cc que D ieu veu t. N c pou rrait-on pas dirc
p. 31. — Réponse. — Vous supposcz íi to rt que nous que chez saint Pau l, sans parlcr d ’acccptions rares
entendons par croyan ce un acte p urem ent intcllcc- et cxception n elles, on trou ve deux sens du m ot á peu
tu e l; nous entendons, avec la p lu p art des philosophes prés également usitcs? — S ou ven t, il prend la foi dans
méme m odern es.un acte oíi la v o lo n té in íluc sur l’in- un sens strict, soit en la d istin g u an t de l'cspérancc c t
te llige n cc ; c t en ce sens il peut y a v o ir des erreurs de la charité, I Cor., x m , 13, ce sont trois d ioses, tria
«oupablcs. V o ir C r o y a n c e , t. iii, col. 2365, 2375,2377, hfee, cf. E ph ., i, 15-18; C o l.,i, 4, 5 ; lT h c s ., i, 3; v , 8 ;
2379, 2381 sq. L 'a c te par lcquel nous croyons un Ilc b ., x , 22-24, soit cu la d istin gu an t au moins de
rlogme nc sort pas de c cttc con ception genérale de la la charité. I Cor., x v i, 13, 14; G al., v , 6 ; E ph ., i ir,
c ro yan ce; il présupposc, com m e nous Je verrons, un 17; ív , 1 3 ,1 5 ; vr, 2 3; I T im ., i, 5, 14; vr, 11, etc. P ou r
pius afjeclus credendi, un m o u vem en t de i’áme vers plus de d étails, v o ir P r a t, op. c il., II® p artic, 2° édit.,
Dieu, que nous honorons en le c ro yan t sur parole. L a p. 468, 4G9. II pren d cncore la foi dans le sens striel de
croyan ce & un d ogm e, avec tou tes les conditions vou - croyan ce, dans tous les cxcnvplcs que nous avons cites
lucs, p eu t don e a v o ir une v a lc u r m orale c t religieuse, plus liau t. « F ides ex a u d iln ; clic est 1'adhésion de
c t une v ertu salutairc in itia le, du m oins si Pon consi- l ’c sp rit á un tém oign age d i v i n . » P ra t, toe. c il., p. 337.
dére que c ’cst un actc surnaturcl, un don de la grácc. « Ic i (R o m ., v i, 8 ; x , 9 ; I T h c s ., ív , 14) la foi est une
Aussi sain t T ilom a s d it-il que la « p rem iére unión <lc ; adhésion in tcllcctu clle A une v é r ité d ’o rd rc liistoriqu c,
l’ámc a v e c D icu se ía it par la fo i, o I n I V Sen/., 1. IV , [ sans aucunc idée accessoirc de coiifian cc ou d ’aban-
dist. X X X I X , q, i, a. 6, ad 2 U|n, c t qu e « le p rem ier d o n ; néanm oins, c ’cst la ío i v é rita b lc , la foi chré-
p rin cipe de la puri (¡catión du cocur est la fo i, qui enlévc tien n e, puisque le salut y est attach é, * p. 339. M ais
l’im p u rcté de l'c rre u r; ensuitc, si elle est períection - dans sa con tro verse a v e c les judaísants sur la ío i c t Ies
née par la charité, elle p ro d u it la p urification par- ceuvrcs, sur la foi qui ju s tific , nc p ou rrait-on pas dire
fa ite ."» Su m . Iheol., I I » I I * , q . v i l , a. 2. Sur la valcu r qu ’ il entcn d, sous ic nom de « foi », le groupc ctitic r
m orale d e la io i, reconnue en fin p a r une gran de partic des vertu s llié o lógales, cc que les théologien s ap p cllcn t
des p rotestan ts, v o ir P ra t, op . e\t., p. 312, 350. la íoi piwc.coniplétéc p ar la ch a rité? C ’cst ce que sem ble
M ais, nous dira-t-on encorc, pou rqu oi s a in t P au l, a d m c ltrc , en tre au tres exégétcs, le R . P . P ra t, dans
dans la p lu p a rt des textes, a ltrib u c -t-il la ju s tilic a lio n c cttc d éfin itio ii de la « í o i » qui ju s tific : « II y a de plus,
non pas & la c lia rité, m ais ¿1 la fo i, v ertu inféricurc dans la foí, un dou hlc actc d ’obéissancc : obéissancc de
í l’a p ris le sens que vous lui d on n ez? — Rcponsc. — la v o lo n té in clin au t rin tc llig c n c c acccp ter le tém oi-
L a foi-croyancc, quoi que in íéricu rc, a v a it des titres gnage de D ie u ; obéissancc de lo n l l'h om m c au vou loir
spéciaux á une m en tion plus fréq u cn tc. Dans l'ordrc d iv in connu p a r la rco cla lio n , * op. c il., I ro partic,
p sycliologiqu c des disposition s á la ju s tific a tio u , clic p. 236; ct dans ces assertions : « L a fo i d e saint Paul
v icn t la p rem iére : e l c ’cst bien ainsi que saint Augus- est la foi con créte, la foi agissan le, la foi qui r e fo it de
tiu exp liqu e l ’apütrc : E x fid t d icit ju s tifica r i Itominem, la ch a rité son im pulsión e l sa ío rm e ; la foi d e saint
<füia ipsa p rim a dalur, ex r¡un im p clra n tu r esclera. l ) c Jacqnes est un sim ple assen tim en t de rin tc llig c n cc ...
p n rd cs lin a i. sanciorum , c. v n , /\ L ., t. x l i v , col. 969. L e p re m ie r pa rle de la f o i vive, le sccond d ’ une foi qu i
C c llc p rio rité tic n t sans dou te ¿i cc que, dans l ’ ordrc du peut ctre inortc, qui est en to u l cas iiia c liv c , » p. 211,
d évclop pcrn cn t p syclio lo giqu c,o n v a de l’im p a rfa it au 245.
p a rfa it, mais enfin c 'c s l une p rio rité . S. T ilom as, Su m . L e seul incon v é n ic iil que nous trou vion s A c c llc sohi-
Iheol., I I a I I * , q. ív , a. 7 ; (]. x v n , a. 8. C’est la p orte tion , c ’ est d e faire passer l'a p ó lr e d ’un sens A l ’autrc
qui nous in tro d u it dans le c lin s lia n is in e; c t coinnic, sans a v c rlir, au risqne d ’égarer les (¡d éles; m fm c dans
quand on nous dem ande o íi est tcllu mai son, nous Indi- sa con troverse a v e c les judaísan ts, il q u ittera it p ar­
quons la p orte p lu tó t que toute au tre p artic de l ’édi- fois le sens qu 'on lui suppose dans c c tle con troverse,
ficc plus p a ría ilc on plus in tim e, ainsi la foi-croyancc p ou r reven ir b rusqu cin ent l ’au lrc : ainsi R om ., x ,
d e v a it ctre mise en re licí, e t surtou t p ar les apotres, 1); Gal., v , 6. l.c m ém e m ot « foi » la n ló t sign ificrait
d on t la fon ction é ta it d ’ in trod u irc Juifs c t g e u lils d a n s la charité, la n t ó l ne la s ign ifierait pas. A von s-u ou s le
les croyanccs c h r é lic iin e s ; c ’é ta it pou r eux la p rem iére d ro il d e supposer dans l ’ écrivain in spiré une tcllo
uéccssilé, e t aussi la grande d illicu llé , 1aquel 1c une lois confusion <le langage. íi p ropos d ’idées im portantes,
vaincuc, il é la it plus facilc d ’o b tcn ir le reste. T o lo t, In (|uand nous p on von s l ’c v it e r par la solutiou classique
E p is l. ad Ilo m ., c. m , arinot. 17, M aycn cc, 1603, p. 152, donnéc plus h au l, qui laisse tou jou rs le nicine sens
153. A u tre titre de la foi : elle fon d e, c t s o itlicn l ]*er- au m o t « fo i »7
p élu cllcm en t les au lres actes de v e rlu . V o ir plus loin, R em arqu ou s en passaul qu e.lo rsqu e les Uiéologiens
col. 81. On p eu t ajo u ter que sain t Paul, qui rem onte parlctit de « fo i v iv e », alors P a d je c tií (ju ’ils a jo u lcn t
vciIontiers aux exein ples ct aux textes h ibliqlics, nyanl d élcrm in c n c llc m c n t une n ou velle sign ificaliou : il
A p arlcr de la ju stillc n lio n qui nous ren d am is de Dieu, sígnale la présenre de la charité, com inc Pcxprcsslon
ren con tra it com inc excm p le A b ra liam , le grand juste, i con trairc < foi inortc * sigual(> son abseuce. Mais la
75 KOI 76

« fo i ■ sans épiü iéte fait abstraetion de cettc pré- position bien diíféren te de cclle des protestants —
scncc ou tic cette absence; elle reste essenticllem ent la la theologie catholique n’en sou llrirait pas. L ile fera it
méme, taiulis que la charité v ie n t ou s’en v a ; c ’est la observer que l ’É eriture n’ est pas la ’seule source de la
fides ipsa in se, dont parle le concile du V atiea n , sess. révélation d ivin e, eneore moins de la langue sacrée;
I I I , c. ]]]. D enzinger, n. 1791 (1640). D e ce que la fo i, que la tradition, p ou r fix e r le lan gage chrétien, a v o ix
sans la eliarité, est iitsuffisanle au salut, Jac., n, 11, de au ehapitre, e t v o ix prépondém nte. Si un [m ot jou an t
ce qu ’elle est alors, sans trop forcer la coinparaison, un si grand rólc sem blait rester, dans l ’ Écriture, plus
com m e un corps sans áme, ibid., 26, il ne s’ensuit pas ou moins équ ivoqu e et obscur, c ’est á la trad ition qu ’il
que, sans la charité, elle soit incxisluntc — m ém e un [ faudrait dem ander de dissiper eette obscurité et de
cadavre existe — ni que le m ot foi, sans épith éte, d éterm iner qu el sens d oit ligu rer de préférence dans
d o iv c sign iíicr la fo i dans cct état m cilleur oü la eha- nos défin ition s de l ’acte de foi, quel sens d o it d even ir
rité 1’accom pagnc. Saint Jacques ne tra ite pas, com m e norm al dans 1c langage th éologiqu e et dans les caté-
nous le faisons en ce m om ent. la question p liilolo- chismes.
gique, mais la question d ogm atiqu e : les protestants 1. A v a n t de passer á. cette étude de la tradition , ré-
qui nous l ’o b jecten t confondent tou t cela; il nc d it pondons á quelques objections plut&t psychologiques
pas : la foi sans la charité nc d oit pas s’appeler foi •. q u ’exégétiques. L e fidéle, nous dit-on, nc d o it pas
au contraire, il em ploie com m c nous les mots « foi, a v o ir seulem ent la eonfiance du pardon ú rcccvoir,
ero iré » pour la sim ple croyance : k L a foi sans les con flanee que vous ram enez 6 l ’espérance (concile de
ci'iivres. » « T u crois qu ’il y a un seul D icu; tu fais T ren te, sess. V I , c. v i, D enzinger, n. 798) : il d oit
hien, » etc. Jac., n , 19. j a v o ir ensuitc la conflancc du pardon requ, sans la-
R even on s á saint Paul. Si l ’on tenait á ce qu ’il a it eu quellc il n ’aurait ni jo ie, ni courage dans les épreuvcs,
altcrn a tivem en t en vue d eu x sens trés dilTércntsdum ot ¡ ni cspérance du cicl. Or, cettc con flanee du pardon
« f o i », au moins, entre les deux, il y au rait d ’exccllentes rc£u ne peu t rentrer dans l ’cspérance, qui regarde
raisons de p référer coinm c propre le sens q u ’il donne essentiellenient un bien fu tu r; reste done á la m ettre
dans ren seign em en t sim ple et d irect de la doctrine dans la foi. A in si raisonne, eontre Bellarm in, J. Ger-
ehrétienne, et lo rsqu ’i) ne subordonne pas sa pensce liard, L o c i Iheologici, Berlin, 18C4, t. 1 1 1 , p. 367. —
aux controverses et aux iníluences extérieu res; le sens Iléponse. — a) Quand cette eonfiance n ’appartien drait
qui, de plus, est resté seul dans ses dem iers écrits, pas á l’ espérance, on ne pou rrait en eonelure qu ’ clle
dans ses fípH rcs pastorales á T im o th ée et á T ite , lors- appartienne la f o i : en dehors de la fo i ehrétienne ct
que l'a p ó tre é ta it plus á m ém e de flxer d éfin itiv em e n t th éológale, il y a d e pieuses eroyanees, des apprécia-
la langue chrctiennc. « Pcu t-etre constaterons-nous tions favorab les de n otre état personnel, capables
chcz saint Pau l, ce p rem ier créateur de la langue d 'e x c ite r au eccur la joie, la eonfiance et le courage.
ehrétienne, un ellort soutenu vers 1c m ie u x ,» F . P ra t, | — • &) L ’espéranec, avec la confiance qui cst un de ses
op. cit., I re p arlie, In trod ., p. 4. P a r suite, nous ne élém cnts, peut aussi se porter sur nn bien présent, s’il
pourrions regarder com m e prin cipal le sens q u ’il n ’est pas absolum ent certain. V o ir E s p é r a n c s , t. v ,
aurait em p lo yó dans une con tro verse dilRcile c t obs- col. 609. Or, c ’est le cas de notre état de g r á c e ;il n ’ est
eure de l'a vcu de to u t le monde. N ous ne devons pas absolum ent certain. V o ir col. 616,617,01 surtout
jam ais exp liqu er le elair par l'ob seu r; ct dans la polé- G u a c e . D ’autrc p art, la croy'ancc qu ’a un pieux
íniquo il arrive aisém ent que le lan gage m anque de fidéle de son état de gráce ne p eu t etre un acte de fo i
netteté, soit q u ’on s'adapte parfois au parler peu cor­ ehrétienne, fau te de cettc absolue certitudc essen-
r e d des advcrsaires.tandis qu'on les poursuit sur leur ticlle h la fo i ehrétienne, e t aussi paree que le fa it de
propre terrain, soit pou r d ’ autres raisons. A in si le son état de gráce n ’a pas été révélé, la foi ehrétienne
sens em ployé par saint Paul en dehors de cctte con tro- : ne p orta n t que sur un o b je t révélé. M algré ce défaut
verse est le sens exa ct du m ot fo i; et si l ’on en adm et- de certitu de, un esprit raisonnable, qui sait se conten-
ta it un autre dans eette polém ique, celui-ci, quoique te r de ce que Dieu lui donne de lum iére,pourra tro u ve r
plus am pie, ne d e v ra it pas étre appelé le sens a fo rt, une consolation suffisante dans la confiance du par-
p rofond, prégnant, * mais le sens large, im propre e t don, et surtout puisera dans la gráce de Dieu assez de
figuré du m ot n foi ». i forcé pou r lu tter et espérer le c icl; la crainte mém e,
3 o Conclusión. — L e m ot tu oti; figu ran t íi peu prés résu ltat du défau t de certitude,sera pou r lui un secours
240 fois dans le N ou veau T csta n ien t et le m ot Triatí-jto d ’un autre genre. V o ir E s p e r a n c e , t. v , col. 619, 620.
environ autant, nous n’ avons pu analyser ta n t de 1 A in si la eonfiance du pardon ii rcccvoir ct cellc du
textes en détail, mais aprés en avo ir exam in é p lu - i pardon re fu ne chango pas esscntiellcm ent de n ature:
sieurs en particu lier, nous avons dú procéder plus I e ’est la mem e qui continué, souvcnt avec un accroisse-
largem ent, p ar groupes, nous arrétan t surtout aux incnt, d ’intensitc purem ent accidentcl. 11 nc pourrait
diverses catégories de tex tes sur lesquelles les protcs- y avo ir actc de fo i tliéologale sur le pardon repu 0 11
tants com pten t davan tage. Un cliapitre de l ’É pitre sur le salut fu tu r que dans le cas trés rare d ’ unc révé-
aux H éb reu x reste á exam iner, v o ir plus loin, col. lation propreme-nt dite, fa ite im in édiatcm en t au fidéle
85 s q .; mais notre induction est déjí» assez com pléte i et düm ent constatée par lui. Concilc de T ren te, sess.
pour nous p erm ettre de rejeter l ’hypothésc, que les V I, c. x i i , et ean. 16, D enzinger, 1 1 . 805, 82G. De cc
m ots o fo i, croire » aient com m e sens prédom inant ct cas exception n el, des protestants nom breux fo n t une
propre, dans le N ou veau Testam cnt, le sens de conflancc régle générale, et exp liqu en t ainsi la foi ju stifian tc
du pardon. Cela nous siilíit. N ous pourrions aller plus exigée de tous : e ’est rendre bien des gens visionnaires,
loin, et p rou ver, p ar le bilan de tous les textes, q u ’au c t les je te r dans certaines « varietés de l ’expérienee
eon lraire le sens de foi-eivyance est le sens norm al ct religieuse » réprouvées du bou sens. V o i r E s p é r a x c e ,
prédom in an t, m ém e au p oin t d e v u e d ’une exégésc t. "v, col. G17.
purom ent tex tu ellc : m ais pou r faire court, nous nous D e plus, en confondant la confiance du pardon avec
passerons de eette assertion et de sa preuve. Nous n ’cn la foi dont parle l ’ É critu re e t en disant que eette foi
avon s pas besoin. Quand 0 11 a rrive ra it á prouver, p ar suffit íi la ju stification , ou m em e aussi au salut éter-
l ’cxégése rationnelle des textes, que le inot foi a deux nel, coinm e le disait Lu th er, on arrive fatalcm cn t ii
sens il peu prés égaux com m e em ploi dans le Nou- nier la nécessité de eroire les dogm es révélés. C ’est il
veau T estam cn t ct q u ’il reste done, dans l ’É criturc quoi sont arrivés ta n t de protestan ts lib erau x; et
prise séparém ent de tou te tradition, équivoqu e ct 1 1 ’est-il pas logiqu e de se contenter du genre de foi
am bigú, sans aucun sens prédom inant e t propre — qui suffit au salut1? Les protestants eonservateurs
t i L’ OI 7S

ou « o rlh o d o x es », qui v c u k n t garder la croyan ce á i d é fiiiilio iis . ” N ew m an, psyehologie de la fo i, Paris,


plusieurs vcrités revéleos, nc trou va n t dans le N o u ­ ! 1905, p. 312, 313. L a « eroix » est la m ém e ici qu e pou r
veau T es ta m cn t d ’autrcs m ots, p ou r exp rim er c cttc j l ’o rlh o d o x isn ie p ro lc s ta ilt en général. Y a -t-il lieu d e
croyan ce, qu e * croirc » et « fo i *> ab ou lissen t A équi- I chcrcher un raccord? — C ’cst bien á N ew m a n protes-
v o q u e r p erp élu ellcm ciit sur ccs m ots, com m c M. Ila r - ta n t que p a ra il enip ru nléc c e tle fácheusc d éfin itio n
uack lui-mínne le reproche á L u lh e r, ou & rem anier de la foi : Croire au Christ, c'cst le considérer «c o m in c
pcrp étu ellcm en t leu r d éfin itio n de la fo i, com m e la ^ une réalitc présente, qui est pour nous la voie, la v é ­
Iiealcneyelopádie de th eologie p ro testan te de Ila u clc i rité e t la v ic ..., c ’cst ap p u ycr son etre au sien pou r y
reproche i M élanclitlion (le l ’a v o ir fa it dans ses ou vra- i trou ver le salut. » R . P . Laberth oun iere, L e réalism c
ges successifs. V o ir H arn ack , P récis de P h isloire des ehrélicn el Pidcalism e grcc, Paris, 1904, p. 123. — Mais
dogmes, trad. Choisy, Paris, 1893, p. 412, 411, 448; N ew m a n c on v ertí est trés n et sur le sens du m ot « f o i ■.
L ’essencc du chrislianism e, trad. fra n f., Paris, 1902, PTenons presque au hasard un excm ple. Dans sa Leltre
p. 307; Healencyclopiidie, 3 e édit., L e ip z ig , 1899, t. v i, ú Pu seg á Poeeasion de son L ir c n ir o n de 1864, il d it :
p. 678. Cf. Étudcs du 20 o cto b rc 1907, p. 233 sq.; « P a r le m o t fo i, j ’cntcnds le credo (creed), e t l ’asscn-
D en ifle, L u lh e r et le lulhéranism c, trad. P aqu ier, Paris, tim en t donné au c re d o ;p a r le m o t devotion, j ’eutends
1912, t. in , p . 252-258. D 'a u tre p a r í, l’índiílcrcncc les honneurs religieu x qui ap p artien n en t au x o b je ls
d og m atiqu e des p rotestan ts lib crau x, la « fo i qu i sau ve» d e n otre fo i, e t l’action de leur rendre ces honneurs.
rédu ite p a r eux á une a ttitn d e con fian te, la doctrine L a fo i e t la d e v o tio n sont aussi distinctcs dans la ré a ­
ehrétien n e deven u e p ou r eu x une q u a n titc n ég l¡«c a ­ litc des fa its qu e dans nos conccpts. N ous ne pouvons
ble, to u t cela cst aussi a n ticvan géliqu c q u ’an tipau li- ! pas, il cst vra i, a v o ir la d e v o tio n sans la fo i;m a is nous
ilion. Cf. Éludes du 20 a v ril 1908, p. 170 s q.; L . de j p ou von s croirc sans ép rou vcr de d ev o tio n . Cc pliéno-
O a n d m a is o n , dans le B u lle lin de lilté ra lu rc eeelésias- I m ene, chacuu en a l’ expóricnce en soi ct dans los
lique, 1905, p. 19-1 sq. P a r le sens q u ’ il donne á la « f o i », ¡ au tres; e t nous lui rendons tém oign age, toutes les fois
le p rotestan tism e s’ cnfernie d on e dans un diloinnic : qu e nous parlons de réaliser une v é rité ou de lie pas la
o rth od oxe, il a b o u tit á se co n tred irc ; liberal, á ruincr ré a lis e r ,» c. n i, dans le recueil in titu lé : Certain diffi-
de fon d en cam bie les ero ja n e e s clirétiennes. cutlics fe ll by a n g lia tn s in ealholie teaehing, Londres,
A u gusto Sabatier, liberal, atta q u e á son tou r n otre 1876, p. 26. P a r oú nous voyon s que, p ou r N ew m a n
con ccption de la foi-croya n ce ; « La fo i qu i, dans la ¡ c a th o liq u e ,« rcaliser une v é ritc » a p p a rlie n t la « dé-
R iblc, était un actc de confiance et de consécration á | v o tio n », m ais n ’est pas un élém en l cssenticl de la
Dieu, d e v ie n l une adhésion in tcllectu elle á un téinoi- « f o i », ¿ laqu elle suffit 1’assentim cnt á la v é r ilé révé-
gnage historiqu e ou íi une form u le doctrínale. Un dua- i lóe. V o ir C r o y a n c e , t. 1 1 1 , col. 2373, 2374. N ou s ne
lisme m ortcl éclatc dans la religión. On ad in et que | saurions trop blítm er le procédé qui consiste á intro-
l ’o rth o d ox ie peut exister en dehors de la p icté... Com - '■ duire chcz nous des idees p rotestan tes en les emprun-
bien d ’ ames se ra ssu ren t.see ro ya n t ainsi fidéles qu an t i ta n t íi N ew m a n , lorsqu ’il é ta it protestan t, c t ú nc pas
íi la d octrin e, sauf, un m om en t ou l’ antrc, d ’y ranger i te ñ ir com pte d e sa conversión, ni du chan gem cn t de
leur cccur ct I c u t v ic I » líllcs au raient tovt de se ras- j sa pensce.
surer, et la doctrine m ém e q u ’ellcs p rofessent les en , //. l e s riiiiE S . — Si saint Au gu stin a une in terpré-
a v e rtit. « A u fon d , pou rsuit-il, c e ttc idée de la révé- ta lio n du credere in D eu m d on t L u lh e r c t d ’autrcs se
lation est to u le pníenne. Sur le terrain du ch rislia- ! sont servi, v o ir plus haut, col. 67, cep en dan t le sens
nisme au th entiqu e, on ne saurait séparer l'actc ré vé - de croyance reste p o u r lui le sens p ropre ilu m o t « fo i ■>.
latcn r de D icu de son actio n rcd cm p trice c t sancli- V o ir la d éfin itio n q u ’il en donne, E n e h irid io n de fide,
fiante. Dicu n ’cclairc pas, il aveu gle au con traire c eiix spe et earitale,c.\riu , t e x t e cité & l ’arl. E s p í: « a n c e , t. v,
q u ’ il nc sauve pas ou ne sanctific p as.... Quand elle nc col. 606. P ou r lui, la fo i qu i disposc á la ju s tifi­
nous donne p o in t la vic, la parole do D ieu nc nous ca t ion (sans y surtiré to u te seule), c ’est la foi d o g ­
donne rien. * Esquisse d ’iu ic philosophie. de la re lig ió n , m atiqu e, cellc qu e l ’liérctiqu e re jette . Contra duas
4 « éd it., Paris, 1897, p. 13, 4-1. T o u l ou rien : systénie episl. pela g ia n ., 1. 111, c. v , P . L ., t. x i-iv, col. 598.
v io lc n t, con traire A I’ lvcriture. L ' « a v c u g le n ic n l» (rcla- Cf. D e sermone in m on lr, 1. 1. c. v , P . L ., t. x x x i v ,
t if) d on t elle parle, regarde les grands péchcurs endur­ col. 1230; De T rin itn le , 1. X V , c. x v m , P . L ., t. x u i .
éis, c t non pas les péclieurs on linaircs qui o n t conservé col. t082.Des p ro les la n ts eontem porains rcconnaissenl
leur croyance : ceux-ci, Dicu nc les aveu gle en aucun í|u’A u gu stin a le con eept cath oliqu e de la fo i. V o ir
sens; dans n o sL iv re s sainls, ou le v o it se servir de cettc Heateneyelopiidie de lla u c k , t. v i, p. f>7<’>.
croyance pou r les e x lio rlc r á la con versión ; s’ ils repon- L es autres grands docleu rs <lu iv * et du v » siíclc ,
den t íi son appol, s’ils cooperen t á sa g r á c f, ce crcpus- grecs et latins, nous san t cncore moins disputús.
culc ou c c tte aubc d e la fo i se cbaiigera en lunriére et S ain t C yrillc d e Jérusalcni e l saint .lean Chrysostonic
en chaleur du plein jou r. T aiu lis que le J ú p iter tonnant d ég a g e n l de 1’ licriLurc d en x sens du m o t fo i, la foi
fie S ab atier se p lait á aveu gler eeux qu ’ il nc con vcrtit des iniracles e t la foi « d og m atiqu e ». V o ir plus haut,
pas du p rem ier coup, le Christ se garde d ’ étcindrc la col. 70. Com ino la prciniéro n ’cst q u ’un ciiarism c
incclic qui fum e encorc. M atth ., x i i , 20. donné á quelqucs-uiis, ce ue p eu t étre la fo i chré-
2. L a d éfin ition de lo fo i chcz Xew m an. — Si c ’cst tienne, e t la seconde d o it étre la foi au sctis propre,
dans les ou vrages de X ew m a n encorc prolcslanl qii'on Dans plusieurs d¿‘ fu iilio iis que les lV rc s d oiu ien t «le la
va chcrclicr sa penséc sur la foi, fau d ra-l-il s’étonner fo i, c ’cst pou r eu x un asscn lin ien l de l’csprit,
d ’y trou ver le m ém e em barras, la m ém e équivoqu e. Otti;. V o ir S. ('.yrille de Jcn isalem , loe. c il., e l T liéo d o -
<|ue nous venons de con stater dans le p roteslaiitism e r c l, Grice. afjeetinnum cu ra lio, serm. i. (¡., t. i.x x x in ,
orth o d ox e auqucl il a p p a rlin t ? T a n tó t il dirá á la col. 8 I Í , tous <leux dans K ou ct «Ic .lou nicl, Enctiiri~
inaniérc p ro lc s la n le : « Q u ’csl-ce d on e que la foi? dion p tdrislleu m , l,'ribou rg-en-l Irisgau, 1911. ii. 820,
C roirc, c ’cst... nous ¿lover ju squ ’á D ieu, réciliser sa 214 I, a vec un te x te d ou leu x de saint lia s ile , sou vcn l
préscnce, atten dre sa visite, cssayer d ’accoin plir sa cité, n. 972. D ’auíres grands docleu rs de ce temps
v o lo n lé ...; croire, c ’cst se rem ire á D ieu, s’abundonner é criv e n l des livres » sur la foi » e t ils m ilcn den l p ar 1;>
h um blcm cn l entre ses inains. • T a n ló l, se rappro- rc x p o s ilio n d fs dogm es (su rlo u t fie la T r in ilé e l de
chant des catholique?. : « La fo i esl un p rin cipe a c lif r in c a m a lio n ), ec qui supposc <|Ur la • foi * esl l ’asscn-
qui appréh cn dc des d oclrin es d éíin ics. * A ccs c í!a - tim e n l donné des dogm es. V o ir S. A m broisc. I)c
lions, M. Hróm ond ajo u te en n o te : » U n e des cro ix fide (ni (ira tim u im lib r i V, /\ L ., I. x v i , col. 27 sq ;
du p roblcm c new m anlen e sl dans le raccord entre res S. A m b ro isc, líx p o s ilio fidei, I ’. t. x x v , col. 199 sq.;
Tí) FOÍ

S. G régoirc (le X>sse, D e fule ad S iiiip lic iiin i, P . (/., le disons de la « c r o y a n c e E n f in , i un singuiiiT cm ploi
I. x l v , eol. K¡.r> s q . ; S. C yrillc d 'A lc x a n d rie ,/ )r;< ’ í7</ fidc du m ot TtiTTi: par l ’h érétiquc B asilide il oppose cct
U bri 111, P .O ., t. l x x v i , col. 113-1. lu u tile de donner autre conccpt de la foi qui ía it bien la p a rt de l ’ intel-
des textos pou r une p ériod e oíl la chose est si elaire. I geiice : « un assentim ent raisonn; ble », /<•,-;iz/,v <7 vyy,*-
X ou s voyon s le m ém e sens du m o t régnev déjá e liez raOw.v, V, c. 1 , P . G., t. ix , col. 12. V o ir C lé m e n t
les Péres les plus anciens, sur lesquels nous insisterons u ’A i.rx.vN M tiE , t. m , eol. 189.
clavan tage. Saint lrónée, avee saint Justin qu ’ il cite, distingue
L ig h tfo o t a bien rem arqué que saint Clément de la foi de la cliarité coinme deux dons d illéren ts. Con!,
H om e, to u t en aflirm ant comme saint Paul la ju sti- h x r., 1. IV , e. v i, 1 1 . 2, P . G., t. v u , eol. 987. Puis Tap-
íication p a r li fo i, ¡i l ’cxcluslon des oeuvres faites a v a n t pelant la promesse de vic étcrnellc fa ite á la fo i, Joa.,
la foi, a toujours soin de reeom m ander au x lldéles la 1 1 1 , 15, ete., de peur qu ’on nc I’ cntende m al et contre
ehnrité et les bonnes oeuvres, et de c o n d lie r saint les bonnes oeuvres, il ajou te cette glose : Credere a ule ni
Jacques avec saint Paul. 1 Cor., x x x i i , x x x m , Fuiilc, r i esl fuccrc ejns vohinlutem, n. 5, col. 989. Mais ce
Paires apostolici, 2 C édit., Tubingue, 1901, t. i, p. 138, serait trop presser eette phrase e x p lic a tiv e je té e en
1-40. Cf. L ig litío o t, The aposlolie fathers, part. I, SI. Cie­ passant, que d ’y v o ir une v érita b le d éfin ilion du m ot
rnen! o f Home, Londres, 1890, t. i, p. 90; t. n, p. 100, credere : Irénée n ’a pas eou tu m e de d efin ir; ce q u ’il
101. Mais ec qui nous interesse á prcsrnt, e ’cst le sens veu t sim plem ent ici, c’est que la fo i, pou r mener de fa it
q u ’il donne au m ot « i i r i í , II n’y enferm e pas to u te á la v ic eternelle, sous-enlendc (e t non pas sign ifie) l ’ob-
vertu, to u t sentim ent religieu x, p u isqu 'il distingue servation des préeeptes, l ’ accom plisscm cnt des v o-
la « foi » de plusieurs autres vertus q u ’ cilc aide : lontés (le Dieu. D u reste, il cm ploic courainm cnt les
« P ou rqu oi n otre pére A b rah am o-t-il été b é n i? N ’est-ce mots « foi, croire » pour la croyance aux dogmes.
p a s parce qu ’il a fa it la justice et la v érité par le Exein ples : « L 'É g lis e , dissém inée dans le mondo
nioyen de la foi? » 5¡¡x ni?Ten>c, x x x i , 2. Funlí, t. i, en tier..., a regu des apotres e t d e leurs disciples la fo i
p. 138. Cí. Jae., n , 22. « A cause de sa fo i e t de son en un seul Dieu, P ére tout-puissant, » etc. II réeitc le
liosp italité, Sia rcíuTiv /ai qpcJ.oljsvíív, un fils lui a éte sym bole, c t continué : « A y a n t r e f u cctte predieation
donné dans sa vieillesse, # x i, p. 112. D e inéine, et cette fo i, l ’É glisc p artou t dissém inée la garde avec
c’cst á cause de sa foi e t d e son lio sp ita litc que soin... e t eroil unanim em ent á ccs v e ritcs ... N i les
l>ahab a été sauvée, » x n , 1, p. 114. K t eette « foi » de Églises qui sont chcz les Gcrmains n’ enseignent c t ne
R ah ab , cí. H eb ., x i, 31, Clém ent l ’exp liqu c par les rroien l autrem ent, ni cclles qui sont chcz les Ibéres ou
paroles mémes de í ’ctrangére au x deux Israélites les Celtcs, ou en O rien t, ou en A f r iq u e , » etc., I. I, c. x ,
cachés dans sa maison : ir Je sais avee certitu de que I n. 1, 2, col. 549, 552. Les hérétiques « b oiven t une cau
v o tre D icu (au quel elle fa it ensuite proíession de boueuse c t corrom pue, éloignés q u ’ ils sont de la fo i
eroirc) vous liv rera cette ville. » Jos., n , 9 sq. E t Clé- de l ’ É glisc, n 1. I I I , c. x x iv , col. 967.
m en t d ’ observcr qu ’ elle a eu non sculement la foi, T ertu llicn , com m e Irénée, récitc une form u le du
mais la propliétie, 8, p. 114. L e rapprochem cnt de sym bole des apotres, c t l ’appellc regula fidei. L a « foi >
e cs ’d cu x dons nous m ontre assez q u ’il prend aussi la y est contcnue, fides in regula posila esí. P r x s e r ip t.,
foi pour un d on in tellcctu el; et les paroles incmes de c. x i i i , x iv , P . L ., t. 1 1 , col. 26, 27. D evcn u m onta-
R ah ab dans la B ib le exp riin en t la foi-croyan ce. niste, il continuera á appeler ce sym b ole regula fidei,
Saint Ignace d ’A n tioeh c, sous le n om de ■ foi », ne lex fidei. D e V irg in . velandis, c. 1 , col. 889. A d m e ttrc
com prend pas la charité, puisqu’ il les oppose l ’une á ces dogincs, c’ c s t « croire «. A M arcion, qui, donnant au
l ’ autre com inc l ’ origin e e t la consom m ation de la v ic Christ la seulc apparcncc de la cliair, supprim ait p ar
spirituellc. A d E p h ., x i v , Funk, t. i, p. 224. II ajou te lá sa naissancc, sa m ort, sa résurrection, il (lit : S i
une phrase que L ig h tfo o t in terp rete ainsi : • Oíl christianus es, erede quod Iradilu m esl. D e carne C h ris li,
cocxistcn t ccs deux choses (la foi e t la ch arité), líi est c. 1 1 , col. 755. Plus bas, col. 759, il rappelle le m o t de
D ieu ; la foi ne p eu t errer, et la ch a rité nc p eu t haír. » saint P au l : « Ce qu e le m onde tic n t pour insensé,
Apost. } Ihers, p art. I I , S I. Ig n a liu s , 2 C éd it., Lon d res, Dieu l ’a choisi pou r con fondre les sages, » I Cor., 1 , 27;
1889, p. 67. Si la foi exclu t l ’crreur com m e l ’am our et il p art de lá pou r célcbrer, com m e un signe de
exelu t la haine, c’cst d on e la connaissancc in ía illib le vérité , le déshonneur qui s’attach e á n otre « fo i ",
qui caractérisc la fo i. Ce sens in tellcctu aliste re vic n t c ’est-íi-dire á n o tre croyance, au x y c u x d ’un vain
en core, plus bas, quand il oppose la « ío i » e t l ’hérésie m onde, la bello im p opu larité d e nos dogm es : « P o u r­
com m e un bon c t un in auvais cnscigncm ent : “ Si quoi supprinies-tu le déshonneur ncccssaire d e la
qu elqu ’ un corrom pt la ío i de D ieu p ar une iinpure f o i1!... J e suis sauvé, si je n ’ai pas rougi du M aitre.
doctrine, il ira au feu in extin gu ib le, c t ses disciplcs Luc., ix , 26. Ici re firo n te rie est un devoir, la folie
aussi, » c. x v i , p. 22C. est un bonlieur. L e Fils de Dieu est né : je n ’cn rougis
Ps ssons au x Péres du n e siéele ou du com m cnec- p oin t, parce que c’ cst h onteu x. L e Fils de Dicu est
inent du m f . P ou r C lém ent d ’A lc x a n d rie, la « foi » m o r t : c ’cst to u t á fa it croyab le, parce que c ’ est in epte.
ii’cst pas to u t cc qui ju s tific c t qui sauve, mais scule- K n s e ve l¡,il est rc-ssuscité: c ’cst certain, parce que c’ cst
m ent « la prem iare o ricn tation vers le salut. A p rés iinpossible. » Op. eit., c. v , eol. 761. On v o it le v ra i
elle, la crain te, 1’cspérance, le repen tir, progressant sens de ces phrases paradoxales, d ’ oíl l ’ on a fab riqu é
par la con tincn ce e t la patienee, nous conduisent á la de nos jours le eredo guia absnrdum, si sou ven t re ­
charité e t á la gnosc (v i e p a ría itc, a v e c une connais­ proché au ru d c A fric a in : com m e s’ il b ravait la raison
sancc supéricure des choses de D icu). » Strom ., I I , clle-m cm c, c t non pas le fau x lionncur c t les fausses
c. v i, P . G., t. v i i i , col. 965. II exp liqu e com m en t la opinions du m onde. V o ir A . d ’Alés, L a Ihéologie de T c r -
ío i engendre non seulcm ent l ’cspérance, mais aussi tullien, París, 1905, p. 33-36. E n fin T ertu llicn oppose
la crainte en constí ta n t les menaces divines. Ib id . p erpétuellcnien t la « ío i » á l ’liérésic, c’ cst done la foi-
C ’est dirc que la foi n ’ cst pas la coníiancc, autrem ent croyancc. K xem p les : « Les licrésies, nccs pour étoufíer
elle ne pou rrait engendrer la erain te; mais qu ’elle est ct tu er la f o i..., nc peu ven t ríen, si clles ren con tren t
la croyan ce íl tou te p arole de D ieu, soit consolante, une fo i sainé c t ro b u s te .» P rx s e rip L , c. 1 1 , col. 13, 14.
soit terrible. 11 d é fin it la « foi » une admission an ti- II rappelle « le íu tu r ju g em en t 0 C1 il nous faudra tous
cipéc, irpóXr/Jn.-, de ce que l ’ on com prcndra un jou r I com paraitre d ev a n t le tribu nal du Christ pour rendre
(p a r la gnose ou connaissancc des parfaits, ou m ieux, I com ptc en p rem ier licu d e notre fo i. Que diront-ils, les
dans le c iel), col. 964; adm ission in flu en cie p ar la , corrupteurs hérétiques de la v ierg e que le Christ leur
volo n té, Ixovn o?, col. 940, 911, com m e nous 1 a v a it eonfiéc? » Op. eil., c. x l i v , col. 59.
81 FOI

O rigénc distingue trés réellem cn t la ■ f o i » des autres prochés des apótres/ qui a va ien t conversé a vec eux ou
vertus au xquellcs ¡I donne to u t au lan t de p art dans v iv a ie n t peu aprés, done bien m icu x in íorm és de leur
la ju stifieation et 1c salut : « L e p rem ier com m cn- lan gage e t de leur pen sée; d ’au tant plus que ccs pre-
ccm cn t du salut et son fon d em en t, c’ cst la fo i; le miéres générations clirétiennes ne faisaien t pas de
progrés de I’ édiíice, c ’est l’ cspéranec; le som m et et syslem cs, e t s’ atta ch aien t sim plcm en t i\ bien eonser-
i ’accom plisscm cnt d e l ’ou vragc, c ’cst la charité. * Jn ver ce que les apotres leur a v a ie n t transmis.
E p is l. ad R om ., iv , n. 6, P . G., t. x i v , col. 9 8 1 .« Cc que ¡ir. L l:s D O C l'U E \ T S E C r l.É S lA S T K jU b * . — L ’ ÉgÜSO
r É c r itu r c d it de la foi, qu ’cllc a été com ptée ¡1A b ra h a m cath oliqu e cst fidéle au langage com m c á la pensée des
pou r la justicc, nc peut-on pas le diré de la charité, Péres :
ou des aulres vertus, pióte, m is crico rd e...? « Ib id ., 1° L e concile de Trente. — 1. Cc q u ’il appclle a foi »
col. 982. P ou r lu i,« croire au C h r is t», c ’est ad m ettre les n’cst pas l ’ensem blc des actes requis pour la justi fica­
vérités q u 'il a revelées e t que son É glisc conserve : tio n , m ais seulem ent la p rem iére des « dispositions »
« Com m e plusieurs de eeu x qui fo n t profession de q u ’il énum ére, c t « croire » a pou r o b je l le vra i, ere-
croire au Christ sont en désaccord, mém e sur des points denles vera esse, etc. Sess. V I , c.. vr, D enzin ger, n. 798.
im p o rta n ts..., il ía u t fixcr d ’abord une régle s&rc. On « L a foi, si l'cspérancc e t la ch a rité ne v ien n en t s’y
d evra croire com m c v ra ic c c ltc d oetrin e-lá seule­ jo in dre, n ’u n it p o in t p a rfa itein e n t au Christ e t nc
m en t qui ne s’écartera en rien de la tra d itio n ccclé- rend p o in l m em bre v iv a n t de son eorps, > c. v u ,
s!astique e t ap ostolique. » P eria rch on , 1. I, n. 1, 2, n. 800. Cependant « c 'c st uno vraic foi, bien qu ’ clle
P . G., t. x i, col. 115, 116. N o n seu lem ent la foi esl un ne soit pas la foi v iv e ; c t celui qui a la foi sans la clia-
acte in tellcclu cl, mais plus elle s 'c n rich il de connais- rité, cst chrétien, » can. 28, n. 838. — ■ 2. E x p lic a lio n
sance, plus elle est p a ría itc d ’aprés lui : <■Celso a p réló a u llien tiq u c de sain l Paul : « Quand l ’ apAlrc d it que
aux ehrétiens ce prin cipe : la sagesse ici-bas est un I’hom nie est ju s lifié par la ío ¡..., il fa u l re n lc n d rc en
mal, la sottise esl un bien. M ais c ’cst une calom n ie, c t ce sens... que la foi est le com m en cem en t du salul de
une in fidéle c ila t'o n de P aul, qui ne d it pas, to u t court: l ’lioinm e, le fon d em en t ct la raeine de toute justi fi-
la sagesse est sottise d evan t D icu, m ais : la sagesse de i catión , » c. v m , n. 801. Done « anatliénie íi qui préteiul
ee monde. 1 Cor., n i, 18, 10. L a sagesse de ce m onde, que 1’im pic cst justi fié par la fo¡ seule, enten dan t par
e'est la fausse p h ilosoph ie... D e plus, n otre doctrine lft que rien d 'a tilre n ’cst requis et ne coopere pour
ellc-m cm e recon n aíl q u ’il est-bien p réferab le d ’adlic- obten ir Ja gráce de la justi fication , » can. 9, n. 819. —
rer aux dogm es en se serva n t du raison n em en l e t de 3. I-a foi qui s erl á la ju s tific a tio n ne d oit pas étre con-
la sagesse, q u ’en se servan t de la sim ple foi, » [istch fondue a vec la eonfiance du pardon, laquelle d'ailJcurs
6i).r s - íij t iw : . Sans d ou le, D ieu se con ten te de ccllc-cí, ne suíTit pas : « A n a tlié m c ñ qui prélcn d que la foi jus-
car il a vou lu ne laisser personne dénué de tou t se- lifia n te n’ est pas autre chose que la confiance en l;i
cours. M ais on p eu t v o ir d ’aprés sain l P a u l, I Cor., i, d ivin e inisérieorde p ard on iia n t les pécliés A cause
2 1 , « que le plan d ivin é ta il que l ’on con n ñ t D ieu dans dit C h rist; ou que cettc confiance est la seule chose
la sagesse de D ie u ; e t c ’cst parce que les homtncs ne par laquelle nous soyons ju stifiés, » can. 12, n. S22.
l ’ ont pas réalisé, que D ieu a voulu conséqucm m enl 2 o Le eoncile du Y u ticu ii. — l . Sa d éfin ition du m o t
sauver ¡es croyants, non pas s im p lc m e n l p ar la sot­ ío i : « Par ccttc foi qui est le com m cn cem en l du salut
tise, mais par la sottise de la p red ic a tio n ,... laquelle de l ’ liom inc, l'É g lis e cath oliqu e en le m i une v e rlu sur-
prcche Jésus cru cifié,... sottise pou r les grecs. a Cont. natureIJc p ar laquelle ...nou s croyons que le con leim
Celstim, I. I, n. 13, P . G., t. x i, col. 680. de la ré vé la lio n d iv in e cst v r a i,» a (D c o ) reveíala vera
Ccttc élu d c des Pércs se com piétera de to u l ec que esse ercdim its, e le . Sess. I I I , c. m , D enzin ger, n. 1780.
nous en citerons sur le in o tif spécifiqn e d e la foi cliez C’csl la foi-croyan ce, qui a pour o b je t le vrai c t s'ap-
les Péres, col. 98 sq. puie sur un tém oign age vérid iq u e, celui de Dieu, qu i
Aprés cela, on s’ élon n e <le rcncontrer l'assertion nec fa lli nee fa llcre polcst. Ibid . K ilo est separable de
suivante d'un auteur cath oliqu e : « C elte méme con- ¡ la ch a rilé : « L a foi prise en soi, méme quand elle n ’est
cep tion d ’une foi qui esl la trad itio n to tale de l’houmip pas anim ée par la charité, cst un don de Dicu, e t son
D ieu, nous la retrou von s p a rto u l, dans s ain l Paul, I acle e s l utile pou r le salul. » Ib id ., n. 1791. — 2. Dans
(lans les Péres qui n’ y v o ic n t p o in l une sim ple adhe­ i c o lte session du V a tica n , la naturc in tcllectu elle de
sión in tellectu ellc íi une connaissancc testim oníale, l ’acte de foi ap p ara it encore <le bien des m aniéres :
mais le don de Dieu íi l’hom nie e t de riio m m e i Dieu I soit par son o b jet, qui consiste en des dogmes íi adm et-
pour le tem ps c t ré te rn ité . » l-‘. M allot, Qu’cst-ec que 1 tre, c. n i, n. 1792; soit par son an tagoniste, le doule
la ¡ o i? 2o édit., París, 1907, p. 39. L t pour eette con ­ (p hén om éiic in tellcclu cl, hicn q u ’ iiiflu cncé par (,i
ccp tion pIul<H p rotestan te de la foi, on nous appoi te, v o lo n té ), n. 179-1, 1<8I1; s o il par le genre eom iais-
en fa it de te x le s de P éres, un seul tex te de Clénient sancr, auquol la • foi » ap p artien t, e l dans lequel elle
d 'A Ic x a n d rie , dans lequel ne figure pas m ém e le m ot con stilu e une espécc, un ordre íi p art, c. iv , n. 179.");
ct oü il est qu estion a v a n t to u l de la charitc, s o il par les rappnrts de la foi avec la raison n aturrlle
I on Science, n. 1708, 1709; rapports qui itnpli(|uent
Cc qui con firm e nos tém oignagos des Peres, c ’ est n ianifestoinent que la foi rencontrc la scicuce dans le
(pie les protestan ts c oiilc tn p o ia in s, plus soucieux e l m ém e plan, sur le m em e terrain in tellectuel.
m icux iníorm és de 1’a n tiq n ité ehrétienne que lcurs lü iiin le concilc nous parle d ’une « doctrine <lc foi >•,
fréres d'a u trcfois, n ’essaient pas de nous les disputer. c. ív , n. 1800; d'un « assentim ent de foi ehrétienne ",
D ’aucuns clierch en l ¡i en éluder la forcé en disant que, can. 5, D e fide, n. 1811; des » dogm es de la foi >, can. I .
* dés le temps des Pércs apostoliques, l’cnscifinem cnt I )r fide ct ratione, n. 1816.
de sain t Paul sur la foi a été b ic n tó t obscurci dans 3 o Les doctinicuís de P ie X sur le modernisme. —
l’ É f’ lise ehrétienne : en fin l.u th er v in l, » etc. Ainsi la I. L'eitciicliq u e Pnsecndi, 1007. J-a coiH ep tion cath o­
Healrneijetopadic déj:'i c ité e, t. vr, ]). f>7<¡. Hornons- lique de la foi, nous le verron s plus has, suppose essen-
nous 6 ohserver qu e,m ém e en pronant la trad ition en ticllcm en t le fa it d ’une ré vé la lio n s’ adrcssnnt du de-
dehors de toute assistance d ivin e, hum ainem ont, his- Iiors íi l'in lc llig e n cc , e t certains m otifs de crédibiliU-
loriqu em cn t, il cst mi lie fois plus vraiscm blahlc que qu i, en p n m va n t cc fa il, ren dcn t raisonnahle c i l
la doctrine de Paul a it été oliscurric par Ln th er, un | assentim ent aux vérités révélées, qui est la « foi ».
tnoine’ qui v iv a it quinze siécles aprés Ini, c t adn ptait Or, les m o d rrn islrs, en vertu de leur agnosticism o,
les te x les íi í c s an xiélés «le conscience et íi un systénie é ra rten t tous eos élém enls essentiels : ■ Q n ’ad vicn t-il,
de son in ven tio n , que par les témoins les plus rap- aprés cela, de la tliéologio nalnrello, des m otifs d<-
83 84

créd ib ilité, de 1m révélation e x lé ric u re ? ... lis les sup- es s e ca>cum s e n s u m r e lig io - moni que la foi n'est pas un
prim ent purem ent et siin p lem ciit ct les ren vo ien t á n is ..., s e d v e r u m assen su m aveuglc sentiment de reli­
V inlellectm lism c, systém e, discnt-ils, qui fa it sourirc in le llc c tu s v c r ilu t i e x lr in - gión..., mais un véritable a s-
s r c u s a c c c p t iE e x a u d ilu , scnlimcnt de 1’ ¡idelliRente
de p itic, et dés iongtem ps périiné. R íe n ne les arréte,
q u o n e m p e , q u .T a D e o p e r - ;i une véritérefue du dehois-
pas m im e les condam nations dont l’É glise a frappc s u n a li, e r e a t o r c a c d o m i n o e i par oul-dire, assentirocul
ces erreurs ínonstrueuses (suiven t des citation s du n o s tr n d ic ta , té s ta la el re­ p a r lequcl nous eroyons
concilc du V atica n ). » T rad . fra n f. olTicicllc, avee v é l a l a s u n t , v e r a osse c.rc-cii- vrai ce qu’un Dieu person-
te x te latin, dans Qucstions aelttclles, p. 7; te x te latin ínus, p r o p l e r D e i a u c l u r i l a - n el, nolre crfalcur et Sei-
(avec suppressions) dans D enzin ger-B an n w art, n.2072. Ic m s iim m c v e r a c is . i ' i c X , gnrur, a dil, lémoigné el
D 'aprés les modernistes, « la foi, principe et fonde- M n tu p r o p r i o ,‘S'ucro/-um u n . r c v é l f, et nous lo eroyons ¿i
(istu m , d a n s le s A c ta up osto- cause d e l’autorilé de ce
nient de toute religión , réside dans un eertain senti-
¡ icw sed i a, i i o r n e , 1910 ,p .0 7 0 ; D ie u souvcrainement v éii-
inunt in tim e, engendré lui-m cnic p ar le besoin du d a n s D e n z in g e r - B a n n w a r l, d iq u e.
d iv in ... qui g it... dans la subconscienee... En fac.‘ de n. 2 1 4 ü .
cet inconnaissablc..., sans nul ju gem en t préalable (ce
qui est du pur ficléismc), le besoin du d ivin suscite 11. R a PPO UTS UlC L A F O I A V E C LF.S A U TR E S V E R T U S :
dans Páme portée á la religión un sentim ent partieu- sa f e r m f t é . — - I o Rvlc géném l de la fo i din ís la vie
lier. Cc sen tim en t a ceci de propre, qu ’il iMiveloppc clnéticnne. — Si la foi est un assentim ent intcllcetu el,
Dicu et eonnne o b je t e t com m e cause in tim e, et q u 'il une croyan ce, com m e il ressort de tou t cc qui précéde,
unit en quclque fa?on l’liom m e avee Dieu. T cllc est, clic d o it av o ir une induencc sur tous les actes’ de
pour les m odernistes, la fo i, et, dans la foi ainsi enten- vertu qui préparen t le péclicur á la ju stificatio n c t le
due,)c eom in en cem cn td e toute re lig ió n ... N o tre sainte juste á la recom pense étern elle. L a croyance n’cst-elle
religión n ’est autre chose q u ’un fru it propre ct spon- pas á la base de l ’ aclion ? l’ intclligcncc nc dirigc-t-ellc
tané de la nature. Y a~t-il ríen, en vérité, qui détruise pas la v olo n té ? la con viction n ’est-cllc pas sans cesse
plus radicalcnient l'ord re surnaturel ? » Trad. fraile., néccssairc á la forcé du caractére c t au bon em ploi de
p. 9, 11, 15; D en zin ger, n. 2071. A v e c une pareillc la vic? L a foi n ’a done pas sculcinent un ra pp ort de
conception de la foi, il est bien clair q u ’ellc nc peut différence (d éjá p ro u v é) avec l ’espérance, la clia-
jam ais se ren con trer sur le méme terrain avec la rité, e te .; elle a encoré surellcs un ra p p o rt <Vinfluence.
science, cc qui est con traire au concile du V atican , Chaqué vertu a un ressort spécial, qui fa it com m e
com m e nous venons de 1c v o ir : « Leurs objets sont dcclencher chacun de ses actes propres : c’ est son
totalem cn t étrangers entre eux, Puu en deliors de m o tif. E t com nic en général les vertus, p a rt la f o i .
Pautre. Celui de la fo i est justem ent cc que la science sont purcinent aíleetives e t •volontaires, e t tendent
déclare lui ctre ¡i clle-m éine inconnaissablc. D e lá, non pas au vrai, mais au bien , le m o tif de cliacune est
un cliam p tou t divers : la science est tou te aux pilé- une eertain e sorte de b>en, une specialis honestasr
noménes, la foi n 'a rien á y v o ir ; la fo i est tou te au com nic disent les scolastiques, un id éal p articu lier de
divin , cela est au-dessus de la science. D ’oü l ’ on con­ b on té m orale : ainsi en p ratiquan t la vertu de misé-
clu í enfin qu ’cntre la science et la foi il n ’ y a p o in t de ricorde, notre v o lo n té est attirée p ar 1’idcal du sou-
con flit possiblc; qu ’ elles resten t chacunc chez elle, et lagcm cnt des m iscrcs; en p ratiqu a n t la justice, par
clics ne p ou iro n t jam ais so ren con trer, ni, p artan t, se l ’idéal du respect des droits. V o ir E s p e r a n c e , t. v ,
contredire. » T rad . fra n f., p. 23; D en zin ger, n. 2081. col. 632. Mais le m o tif d ’une vertu , son idéal aim é,
Ce qui d ’ailleurs n ’cm péche pas les m odernistes de n’ a g itp a s m écan iqu em en t.bru talem en t, com m e le res­
subordonner en rcalité la fo i á la seicnce e t absolu- sort d ’une machine : c ’cst en passant par Pintclligence
ment. D enzin ger, n. 2085. E n fin leur foi-sen lim en t est q u 'il sollicite l’affection c t la v o lo n té lib re; ce sont les
une des plus dangereuses inventions : « T ou te issue convaincus qu i d evien n en t les vaillan ts. Puisque la fo i
ferm ée vers Dieu du cote de P in tclligen ce, ils se fo n t est une con viction , une vertu-lu m iérc, n ’est-ce pas á
forts d ’en o u v rir une autre du c ó té du sentim ent c t de elle que d o it re ve n ir le role de d irig e r, d ’c x eiter tou te
Paction. T c n ta tiv e vain c I Car q u ’est-cc, aprés to u t, vertu-am our? A tou tes les autres vertus, elle présen-
que le sentim ent, sinon une réaetion de l’ ámc á Pac­ te ra leur m o tif spécial,leu r id éa l,p o u r q u ’ellcs Taim en t
tion de Pintclligence ou des sens? O tc z l ’in telligence : c t q u ’cllcs y ten den t p ar les v o ic s e t m ovens qui y
l’hoinine, déjá si enclln á suivre les sens, en d evien d ra conduisent; son acte servirá d e prélim inaire et de base
l'cs cla ve ... P ou r donner qu elquc assiette au sentim ent, á leurs actes. A ce titre , on pourra dirc de tou te espéce
les m odernistes recourent á Vexpéricnce, M ais l'ex p é- de bien q u ’il se fa it par la foi. L e m a rty r supporte les
rience, q u ’y ajou tc-t-cllc? A b s olu m e n t rien, sinon une tourm ents par la v ertu de forcé, mais on p eu t dire
eertaine intcnsité qui entraine une c on victio n propor- aussi, p ar la foi, puisque c’ cst dans les vues de la fo i
tionnée de la rcalité de P ob jet. O r, ces deu x choses nc q u 'il puise le m o tif de sa fo rc c , de son cou ragc; il
fon t pas que le sentim ent ne soit sentim ent, ils nc lui cotnbat done d iieetem en t par la forcé, mais in directc-
útent pas son caractérc qui est de d éccvoir, si l ’in tel- m ent par la fo i, d o n t sain l P a u l nous recom m ande
ligcnce ne le gu ide; au con traire, ce caractcrc, ils le l ’ arm ure, Hph., v i, 13, 16; il resiste « ferm e dans la
con firm ent e t P aggravcn t, car plus le sen tim en t est foi, » com m e d it saint P ierre. I P e t., v, í>. L e cliréticn
Intense e t plus il est sentim ent. En m atiérc de senli- aspire au ciel par la v ertu d ’espérance, mais c ’est la
ment religicu x et d ’expérien ce religieuse, vous n ’ igno- fo i qui m on tre á l’cspéranee le c ic l; il se confíe jo yeu -
re7. pas, v én éra b k s fréres, quclle prudence est néces- sem ent á la puissanee c t á la b on té de Dicu d ’oú il
saire, quelle science aussi qu i d irige la prudcnec. atten d les m oyens prom is de par ven ir au eiel, m ais
Vous le savez de v otre usage des árnes, de cclles sur­ c ’est la fo i qui lui m ontre c ette toutc-puissancc c t
tout oú le sentim ent dom ine. » T ra d . fi an?., p . G l, G3; cette bonté, e t qu i lui c crtific les d ivin es promesses.
D enzin ger, n. 210(3, 2107. P ou r les considcrations V o ir E s p e r a n c e , t. v , col. G12 sq.
rationnclles, q u ’á l'ex c m p lc de P ie X on in voquera V o ilá pou rqu oi l ’É glisc, bien q u ’cllc fasse dépen-
utilem ent contre la foi-sentin ien t, v o ir E x p é r i e n c e dre la ju stifiealio n non sculem ent de la foi, inais encorc
r e l i g i e u s e , t. v , col. 1828, 1829. d ’ autrcs actes de vertu don t te l ou tc l, com m e la
2. Le serm ent contre les erreurs du m odernism e con- charité, est plus ex e e llen t c t plus clficacc, appelle
tic n t ce passage sur le sens du m o t « foi » c t la nature cependant la fo i « 1c fon d em en t et la racinc de tou te
de eet acte : ju stificatio n , » concile de T re n te , sess. V I , c. v m ,
C c i l i s s i m e l e n c o a c s in ­ Je ticns pour trés ccr- parce q u ’elle est non seulem ent la prem iére dans
c e r e p r o f i l e o r , fu te m n o n laiil el je professe sincére- l ’ordre chronologique, m ais aussi la coopératricc des
FOI 86

autres vertu s. II y a (les actions qu i sont un prem ier affe c tif e t pratiqu e, mais trés d iflé rc n t de la coníiancc :
coinnicncenicnt neccssairc, mais qu i nc d o iv e n t pas se ainsi, au y. 7, la fo i fa it ad m ettre á N o é le déluge an-
continu cr en su ite; tc llc l ’aclion <lc la m ain qui, au noncé « qu ’on ue v o y a it pas encore » c t cette croyance
raoyen de l ’aigu ille, in tro d u it le Til; la m ain c t l ’ai- exc ite cu lui la crain te, sen tim en t opposé A l’cspé-
guille s’en v o n t, le (11 reste, e t n ’ a plus besoin de leur rance et á la coníiancc, e t c ’ cst par cctte crainte que la
a id e ; ainsi la charité p a rfa ite p eu t m e ttre de cote la foi le pousse A tra v a ille r au m oyen de sauver sa v ic c t
crain te qu i a serví A l’ in troduire. I J oa., u , 18. T e l celle de ses enfants. R appelons-nous enfin que, dans le
n 'cst pas l ’acte de fo i, rem arque B ellarm in : « c’est un systcm e du d iction n aire de Ila stin g s et des protes­
com m en ccm cn t qui reste e t se d évelo p p c (en renou- tants en géncral, la fo i consiste csscnticllcincnt, non
v ela n t son a c tio n ); on a raison de le com parcr aux pas dans uue confiance qu clconquc en Dicu, m ais dans
racines, qui nc séclient pas, mais se d év elo p p c n t ct se la confiance spéciale du pard on A cause des m éritos du
fo rtific n t avec la croissancc de l ’arbre, c t au x fon da- Christ. O r, c ette confiance tou te spéciale n'cst ja m a is
tions, qu ’on ne retire pas quand la m aison est b á tie, m entionnee dans cc chapitrc sur la foi : ce sim ple fa it
mais qui a tte ign en t alors leur p crfection e t leur b u t, n 'cst-il pas la con dam n ation du systcm e? 11 est vrai
en soutcuant les murs e t le to it, c t n ’en sont que plus que, dans cc lon g passage de P u p itre aux H ébreu x, la
durables. L a fo i com m ence la ju stifica tio n , ensuite, fo i est sou ven t représentéc com ine a y a n t pou r e llc t
prenant a v e c elle l ’cspérance et la c lia rité , elle l'acliéve- l ’espérancc : les circonstanees p a rticu la re s, parm i
Quand elle com m ence, elle est s eu le ; q u a w l elle tous les eíTets de la foi, dem an daien t une place p riv i-
achéve, elle n’ est plus scule; ou, ce qui re v ie n t au légiée pour l ’ espérancc, puisqu’ ellc est un puissant
m em e, seulc elle com m ence l ’ ou vrage, mais clic n’cst m oteur dans l'cxcrcicc des autres veitu s, surtout de
pas scule A l’ accom plir. » D e justifieatione, 1. I, c. x x , la forcc ct de la paticncc, qui sont le b ut de toute cette
Paris, 1878, t. v i, p. 197. e x lio rta tio n ; l'cspérance des biens ctcrnrls soutient
Que la fo i soit la coopératrice des vertus qui vien - l ’áme dans la perte des biens de la terre c t dans toutes
nent la p crfcction n cr, com m e la racine est la coopc- les peines. H e b ., x , 34, 35. V o ir E s p é h w c e , t. v ,
ratricc des branches pour produire le fruit, l ’ É critu rc col. G il, 012. A u reste, les protestants nc gagneraient
elle-m cm e PalTirmc. Jac., n , 22. n t nous v oy on s m icux rien A nous o b jc c te r cette fréquente m ention de l’cs-
com m en t saint Paul a pu d irc : « J u slifiés par la í o i ,» pérance du ciel aux c. x e t x i : car pour eux la foi
tn sous-cntendant les actes qui suivent. V oir plus ju stiflan tc n’est pas l ’espérancc d'u n bien fu tu r, m ais
liau t, col. 72. M algré ce grand role de la fo i, obscr- la con flanee du pardon déjá re rtt; de plus, ils nc v cu lcn t
vons a vec saint T hom as que son genre d’ inducnce considércr le ciel que com m e une grácc, c t non eonnne
sur les autres vertu s nc la rend pas nécessairem ent une rém u n ération ,cc qui supposcrait le inéritc d on t ils
supéricurc A chacune, m cinc A la ch a rité : car elle ont horreur, v o ir M é r i t k ; or, dans ces d ia p itrc s , non
n'cst pas A l’ égard des autres eausa pcrficiens (ro le scnlcincnt il e st licaucoup question de 1'esperance,
général qui re vie n t A la c lia rité), inais sculem ent mais l’ idée d'un Dieu réim in ératcu r ct d ’une rém uné-
causa disponens, c t nc fa it que in o n trcr A chacune son ration leur e sl servie plusicurs fois. x , 35; x i, (5, 20.
o b jet, son m o tif spécial, soltim osíendit ob jeclum . Su m . Cc qu e nous venons de d irc e x p liq u e aussi pourquoi,
thcol., I I » 11*, q . l x v i , a. 0. E t p ar IA nous pourrons dans le vers e t bien connu qui a to u t l ’aspcct d ’une
h arm oniser saint P a u l a vec lu i-m em e ; con cilicr, d ’une d éfm itio n , I I c b ., x i, 1, la foi est d écrite au déhut par
part, l’influ cncc si v aste q u 'il donne A la fo l, le role cct e lle t p articu licr, m ais si im p o rta n t A la circon-
q u 'il lui attrib u e dans la ju stificatio n c t le salut, ct stancc du m om en t et á la p réoccu pation de l ’écrivain
de l’ autre, la su p ériorité q u ’ il recon n aít A la charité. sacré, A s a v o ir qu ’cllc sou tien t l’ cspéraucc. S ’cnsuit-il
I Cor., x i i i , 1, 2, 13. que la fo i s o it ic i confonduc a vec l’espérance? N o n :
C’cst surtou t l’ É p itrc aux H é b rc u x , x i, qui d écrit le soutíen n ’est pas la chosc soutenue; et ccttc con­
le role gen ¿ral d e la foi, en la m on tran t ;’i la base de fusión des d eu x vertus c o n lrc d ira it d ’autres textes.
toutes les grandes oeuvres des justes antiques, A b e l, com inc I Cor., x m , 13. S’ ensuit-il que la fo i soit
A b ra h a m , Mo'tsc, e tc.,p u is les cliefs desgu erressaintes, d ’une n ature aITcctivc c t ém o tio m ielle com m e l ’cspé-
les prophétes pcrsécutés, les m artyrs. F a u t-il con d u ro rancc ? N on . : ¡ elle soutient les vertu s affcctivcs,
de ccs cxcin ples que la « fo i « est la v ertu universclle, c ’cst en leur m on tra n t in tclloctiicllein en t leur o b je t;
ou qu ’ellc se con fon d a vec l'obéissancc A tous les p re­ ct d ’ailleurs, dans ccttc d élin itio n m im e , la foi est
ceptos d ivin s, com inc l'o n t vou lu certaiiis protestants appeléc d ’ un nom tou t in lrlle ctu c l, Cc m o t
d'autrcfoisV L e lu tliéricii G crhard leur répond : « Les s ig n ifie argum enf, preiw c, s o it dans le grec plus ancien,
cxem plcs de cc chapitrc d ée riv en t sans d ou te la foi puisqu’ A ris to tc a fa it un liv re D e sophisíicis clrnrhis.
ju stiflan tc, mais su rtou t dans ses cffets, dans ses « qui o n t l ’ apparcncc des prcuves, é/Éyz«•>■/, inais qu i
exorcices, tels que la con íiancc en général, la paliencc, ne son t que des paralogism os, » Opera, éd it. 1". D id o t,
ta forcé, la coustanco, rh u m ilité , etc. Car le b ut de Paris, 1K02, t. i, p. 27<i, s o it m em e dans le grec du
l'a p u lrc est d ’e x lio r lc r a la persévcrnncc, com inc on le lem ps des apotres, puisque, p ar cxem ple, riiis to ric n
v o it au c lia p ilre p récéden t, x , 3fi s q .; en coiiséqucnce, J o s é p lic d it que « llé ro d e se te ig u a it les chcveu x pour
¡ni c. x i, il proposc des cxcm p les de íidéíes qui on t dissim ulcr la p reu ve, Dey/ov, (le son age avan cé, »
subi diverses éprenves, pour m o iitre r que la v raie fo i A llí, jild ., 1. X V I , C. VIII, n. 1, Opera, édit. 1". l )id o l.
(la foi p a rfa ite) donne la forcc de résister A toutes les 18fi5, p. (537; sans com p tcr que la V u lgate trad u it :
ralam ités. » l.o e i theologici, H crlin , 18(51, t. n , p. 357. argum enlam . ílc b ., x i, 1. .Saint A u gu stin trad u it :
Mais faut-il conclure de ccs cxcm ))lcs, que la « foi * conpietio, S erm ., c x x v i, c. ít, /’ . L ., t. x x x v m , col. 00'.'.
qui y est nom m éc consiste cssenticllcincnt dans la mais peu im p o rte cc d étail : que la foi soit une coii-
• confiance pratiqu e c t non dans la croyan ce, »co m m c v ic tio n , ou une preu ve qui p rod u it la con victio n .
le d it D ictio n n a ry of the flib le d e 1lastings, t. I, p. 83fi? c ’cst toujours qu clquc c.liose. d ’in tellectu el. e ’ cst uue
Non : car seulc la foi-croyancc, c t non pas la con- croyaucc. IJ’aillcurs, c c tle trad netion p ar « con victio n •
flance, répond au rfilc général (le la • foi » dans tous les p ara ít m oins exa ele. I ’. P ra t, L a llifo lo g ir de S. P a u l,
verséis de cc c . x i oú elle est nom m ée. P arm i ces v e r ­ 1 " p a rtic, 4 ' édit., p. 543.
séis, il en e s t : I. oü la • con íiancc pratiqu e » n ’a rien ¡i K xam itiotis d e plus prés e e tle célébrc d éfin it ion.
fairc, paree q u 'il s’a g it d ’ une croyan ce lou te spceula- L a foi, c’est e/tti'ojj.?v«v Cnóuta<ri{ r¿ay|j¿tmv
liv e : • C’cst par la f o i que nous reconnaissons qu e Ir ','j [ i i t - '. 'i h i i n . L a virgu le p eu t se iiic ítrc avan t
monde a été form é par la parole de IJieU, * 3 ; cf. (5. II ou aprés htm v. Hieu des éd ilciirs la placen t
cu e s t : 2. oú la croyan ce c x c ilc bien un m ouvcm cn t ! a v a n t; la V u lgate (dans sa form e a clu clle) la in et aprés-
S7 FOI 88

c t preñant au passif u v tjui est plus slare), en le ra tta ch a n t so.'t á l ’idée de subsister, soit
naturel, e t con form e a u x Pércs grccs), trad u it spe- ú celle de sustenter. L a plus ancicnnc des versión*»,
ratuiarum rerum. P a rm i ccux qui jifa.cent la virgu le la syriaque, d it á peu prés de m ém e : * L a foi est la
a van t, quelqucs-uns pren n ent éX-iíojjJvmv au m oyen, persuasión des choscs qu ’on espére, com me si cites
a vec un sens a c tií, su ivan t une trad u etion d e saint exista ien t d éjá rccllem ent. • V o ir Corluy, S p ie ilc-
A u gu stin (m oins au torisé que les Peres grecs pour g iu m dogm alico-biblicum , Gand, 1884, t. n , p. 21'i.
d écider ic i entre le passií e t le m o yen ) : F id cs est A cela re v ic n t l’in tcrp rétation que préférc le P. P r a t :
sperantiuni subslanlia. L o e . cit. Certains protestants « L a fo i... cst la réatilé des choscs que nous espérons,
anciens len a ien t A ce speranlium , ct ils rcm pl:»?aicnt en ta n t qu’ e llc ... em péche nos cspérances d ’étrc
subslanlia p ar exspectalio, a tte n te (c e qui cst un des vaines ou fantastiques. » O p. cit., p. 543. L a versión
sens possililes du grec M ém e ainsi, on ne o ílicie lle an glican e (re vís c e) ne s’écarte pas du sens
nous cn léve pas le sens de sim ple croyance : atlendrc ; in tcllcctu cl que nous défendons, quand elle trad u it
cst un m o t ou une id éc vagu e, qui peut exp rim er un . « l ’assurance des d ioses espérées. » L e dictionnaire
fa it in tellectu el aussi bien q u ’ un phénom énc aJIcctií: de H astings, art. Hope, rem arque qu ’au m ot assurance
■ je l ’ attends p ou r dem am , » c ’est-A-díre je crois on p ou rra it presque substituer le m o l fon dem en t,
q u ’il vien d ra d em ain ; e t ces m ots du sym b ole de t. i i , col. 412. L ’ un ou l ’ autre rend la pensée des
Conslantinople, E lexsp e clo rcsurrectionem niorhtorum , Pércs, c t répond assez á l ’autre m em bre l/r,
disent-ils au fon d au tre chose qu ’unc croyance? Mais que la versión anglicanc rend par p rovin g , preu ve,
de plus, c ette traduetion exspeclalio ne s'im pose pas. | c t H astin gs p ar conviction.
On nous app orte tcl cxem p le du m o t •uTC'ÍTTa.n; dans | 2o Ferm cté de la jo i ehrétienne. — Ce m o t rappelle
les S eptan te, oú il repon d assez bien, d'aprcs le | ;■ l ’im a gin atío n l’a ttitu d e d ’ un h om m e qui ne chancelle
con texte, á l’ idée d ’ atten tc. S o it; inais cc m o t grec j pas, qui pose sur le sol un p ied ferm e. Dans l ’ordre
se préte égalein en t e t m ieu x í» plu ieurs autres sens. in tellectu el oü nous som mes, clianceler, v a ciller, c’ est
« E m p lo y é 18 fois p a r les S ep tan te (en ne considérant I d ou ter : dire que la fo i cst « ferm e », c’est done d iré
que Ies livres protocan on iques), i l représente 15 d iffé- I qu ’clle exelu t 1c d ou te, la fluctuation de l ’esprit,
rents m ots hébreux. » Ila tc h , Essays in b ib lica l \ qu ’ellc a ccttc flx ité requise pou r la certitude. F ix itc
tjreeh, O xford , 1889, p. 88. On tro u ve ra it diíTicilem ent au moins pou r le m om en t : car nous ne prenons pas
un m o t plus élastique e t plus im précis. D ’ oü nous ic i le m o t « ferm e », coinm c on le prend sou vcn t, pour
somrnes en d r o il de tircT d eu x conclusions : 1. Dans in diquer la constance, la p ersévéran ce; nous ne
H eb., x i, 1, nous sommes en ía c c d e deu x membres de pailons pas encorc d e la ferm eté h abituellc d e la foi,
plirase qui se balancent, se répon den t, d e d eu x titres mais seulem ent de sa fe n n e té actuellc. — Dans n o tre
de la foi, Ohógísiti;..., i'/.í'fyo;... L 'u n d o it étre á peu étude sur la foi ferm e, nous verrons : 1. sa p reu ve
prés Techo de I'a u tre : nous le v o y o n s ,s o it par la cor- p o s itiv o ; 2. sa raison d ’é tre ; 3. son contraire, l ’ opi-
rcspondancc des mots trés elairs d ’ un nion, m elée d ’un certain d ou te; 4. l’ exp licatio n de
cote, o-j fi>.sno¡j.£'jíov de l’autre, cf. R o m ., v m , 24, 25, quclqucs diíTicultés.
soit parce que les d eu x membres sont une doublc 1. Sa preuve posilive. — á) L 'É c r ilu r e . — R even on s
d é lin itio n ele la m ém e cliose, sans parler des habi­ A H eb ., x i, 1, oü la fo i est appeléc e).syy_or. L e verb e
tudes du parallélisnie hébraíque. NVestcott l ’ a re­ ii.í'f/o), d ’oü v ic n t ce su b stan lif, sign ifie, non pas
m arque : « L ’ín tcrp rétation de ces deux mots d oit étre avan ccr une p reu ve queleonque, mais une preu ve
coordonnéc; ils d o iv e n t décrire la foi sous le méme d écisivc, qui ne p erm ette pas de d ou ler, d ’ échapper.
aspect general. » E p is llc lo the Hebrcws, 3 e édit., Les Juifs allcgu aient eontre le Christ des griefs
Londres, 1900, p. 352. Ceei posé, trés queleonques, mais ils nc p ou va ien t le e o n v a i n e r r
obscur, d ev ra étre e xp liq u e p ar son correspondan! de péché, s/.íy/etv. Joa., v m , 40. « L o P a ra c lc t...
e>.í t / o :., d ’ un sens p ar.'ailem cn l défini e t in con testc; convaincra le m onde, » éU'ySst, Joa., x v i, 8, é vid em ­
il d evra done étre ram ené, d ’ une m aniere ou d ’une m en t par une p reu ve com plétc, de m aniere á produ ire
au tre,au sens in tellectu el de con victio n ct de c ro y a n c e ; l i c o n v ic tio n .« ’'H).eyy/Jí, afTirme sain t Chrysostom e, se
A moins d 'e x p liq u e r, com m e fo n t ici plusieurs, le clair d it de ce qui cst to u t á fa it m anifesté. » Loe. cil.
par l ’o b s c u r! 2. Dans c elte obscurité du m ot « C ’ est, d it l ’autcur de la Rhétoriqua á A lexandrc,
CreóTiaffif, il est raisonnable de p référer l ’exp lication une espécc d ’ argu m en l ou de refu ta tio n qu i p rou ve
des Péres grccs, excellents interprétes qui ont bien | que la cliosc ne p eu t pas etre autreinent que nous le
une ccrtaine au to rité dans leur langue m atcrnelle. disons, » c. x m , dans A ristotclis opera, édit. F. D id o t,
Saint Jean Chrysostom e donne á cc m ot le sens t. i, p. 429. Sous cc m ot qui cnractcrise la fo i, to u t
trés con form e á son é tyin o lo gie, de subsislance : concourt done á m on trer la con viction , l ’abscncc du
la foi-croya n ce fa it subsistor les choscs que nous doute.
espérons » et qui ne sont pas encore, notre futu re A b ra h a m nous cst presenté com m c m odéle de la
béatitu de, c tc .; elle leur donne d éjá, dans notre foi qui disposc ii la ju stifieatio n . R om ., iv , surtout
esprit, une ré a lité subsistante, elle en cst aussi certaine 18-24. Or le tvait d is tin c tif de sa foi, celui sur lequel
que si elle les v o y a it; sens qui va rejoindre cclui du sain t Paul appuie dans cc long passage, c ’cst la
sccond mem bre. H o tn il., x x i , in H eb., n. 2, P . G „ I ferm cté. II y insiste, ta n tó t sous form e n ég a tiv e :
t. L x m , col. 151. M ém e sens dans T h éo d o rct, In \ < (A b ra h a m ) nc fu t pas in firm e dans la fo i; il ne
Heb., P . G., t. l x x x i i , col. 758; ct dans l'évéq u c considéra pas » les apparenccs contraires au m iraele
africain Prim asius. I n Heb. eommenlaria, P . L ., prom is qui auraicnt pu lui donner des doutes im pru-
I. l x v i i i , col. 758. S ain t G rógoire do N ysse exp liqu e ' dents; il nc se Jaissa pas allei au doute, á l'incrédu lité.
ici iinóGTxnz p ar Epái<r¡jL«, souticn, appui : la c ité V o ir plus haut, col. 08. T a n tó t sous form e p os itiv o :
célcste qui a ttire n otre espérancc et nos vreu.v, c i a U fu t fo r t dans la fo i » ou « p ar la foi. » II fu t
qui n’est évid en te ni aux sens ni íi la raison naturelle, « p lein em en t convaincu, rjT ¿ ',zoy rfiv.t, que Dicu a
flottern it en l ’air com m e un vain lY.ntóme, si la la puissance d ’ accom plir sa promesse, » 19-21.
foi-croyan ce ne lui d on n ait un sol'«i<’ appui. D e anim a ltem arqu on s la forcé de cctte derniérc expression.
el rcsarrectione, P . G., t. x l v i , col. 05. On le v o it, l l ) . r , p o s o p '* , d it S anday en coim ncn tant ce verset,
ccs interprétations des P éres, quoique prenant le a c’ cst une plein c assurance, une form e con viction ,
m ot en deux sens dilférents, relld en t au cf. I Thes., i, 5 ; C o l . , n , 2 ; m o t spécialcinent en
fon d la m em e pensée, q u ’ pn p eu t rcti'ouver aussi us age chcz les stolciens. L e verb e
sous le m ot vagu e s u b fu n d a de la V u lg a tc (d e appliqu é á une personne, équivau t á étre pleinem ent
89 FOI 90

assuré ou convaincu. Cf. R o m ., X iv , 5 ; C ol., ív , 12. » p arle, G uillaum e d ’A u v e rg n e , c vcq u c de París, savait
Comm ent. su r l'É p ílr e a ux R om ains, 4 e éd it., É d im - fa irc aussi 1‘éloge du d ou te, qui, p ou r é v ite r l ’erreur,
bourg, 1900, p. 11C. Cc tcrm c, d on t l ’ étyn io lo gíc suspeud son ju g em e n t quand il ue p eu t arriver A la
donne l ’ idée de plén itu dc, « a é lc cm p lo yé p o r les v é rité , c t il a jo u la it : « II suflit au sage, quand il ne
Pércs grecs, c t figure dans leurs d é lin ilio n s de la f o i ; p eu t saisir la v é rité , de n ’ étre pas le jo u e t de P crreu r...,
e’est l ’cxprcssion qui caractérisc le m ieu x sa p a rfa ite de m ém e <£u’il suflit au gu errier, quand il nc peut vain-
solid itc. » Schcebcn, L a dogm atique, § 46, tra d . íra n f., cre l ’cnncm i, de n ’en étre pas vain cu , c t au ncgociant,
P a ris, 1877, t. i, p . 538. Iix e m p lc s : « Quel est le quand il nc p eu t fa irc un gain, d ’é v ite r un desastre. »
propre de la fo i? U n e ferm e con victio n , ní./.posop:», D t fide, c. i, Opera, P aris, 1674, t. i, p. 3. P as d ’exa gé-
de la v é r ité des paroles inspíreos, opposéc au doute ra tion , c ep cu d a n t; un esp rit qui, par crain te de tom -
c t in cbranlable au x ob jcction s d e la nature ou d e la ber dans quclqttc erreu r m ém e de peu a ’iin portan cc,
fausse p iolé. Q uel est le p ro p re du fidéle? É tre étab li passerait son tem p s A d ou ter, resscm blerait fo rt á "ces
dans une le llc c o n v ictio n p a r l’ influcncc de la parole gens qu i se reuden t m aladcs á forcc de craindrc toutes
d ivin e . » S. B asile, M o r a lia , reg. l x x x , c. x x i i , P . G.. les inaladies. V o ir C k o y a n c e , t. m , col. 2380.
t. x x x i , col. 807. i L a ío i, d ’ aprés l’ apótrc, esl d on e Q aclle est d on e la raison in tim e de la ferm eté de la
la vu c des choses in vis ib les ; c t d e ces d ios e s que l ’on ío i clirétien n e? — U n e rcponse trés sim ple, c ’est que
nc v o it p a s,elle donne la m ém e conviclion.^/.r.pofopíav, cctte foi s’ appuie essentiellenient sur la parole de
qu e l ’on a com m u n cm cn l de ccllcs qu e l ’on v o it... D ieu com m e sur son m o tif (v o ir plus loin , col. 180),
Si l’on n 'cst pas plus con vain cu cncore des choses c t que la parole de D icu est dign e de la plus forme
in visib les qu e des visibles, ce ne p eu t pas ctre la croyan ce. « Si un honune gra ve c t reco m m a n d a b lí
fo i. » S. J. C h rysostom c, Jn H eb., hom il. x x i , n. 2. te p ro n ie tta it qu elqu e chose, d it saint C ypricn , lu
P . G., t. i.x m , eol. 151. aurais fo i á ses prom esses, c t tu nc croirais pas Otiv
b) Les Peres. ■— N ou s venons de cite r les grands trom p é p ar celui d on t tu saurais la d roitu rc e t la
doctcurs de l ’É glisc grecqu e; on p ou rra it rentonter lo ya u té de paroles e t d ’action. E t m ainten ant Dicu te
á C lém ent d ’A le x a n d rie ; p arla n t de cette croyance parle, c t in an qu an t de fo i tu cédes au x fluctuations
am oin d ric q u ’on appelle opin ión ou conjceturc : d ’un esprit in crédulo? C ’cst to u t A fa it m éconnailre
E lle im ite la fo i, d it-il, com m e 1c flatteu r im ite Dicu. » D e m o rta lilu lf, n. 6, P . L ., t. ív , col. 580. V o ilá
l ’am i, eom nic le loup im ite le c liie n .» S lro m ., II, pou rqu oi la foi chréticu ne d e v a it ctre ferm e. Réponsc
c. ív , I*. G., I. v i i i , col. 943. P arm i les latins, saint trés juste en soi. e t deven u e tres com m une p arm i Ies
Au gu stin d it que n otre foi nc p eu t soufírir le peut- thcologicns, m ais in com p léte : elle re v ie n t A dire : Le
étre : « Q uellc iigurc a v a it M aric, la ré véla tio n s’abs- m o tif de l ’ au toritc d'u n D ieu q u i parle, s 'il est dúm eiü
tien t d ’ en p a rle r; aussi nous pou von s dirc, sans a ppliqu c A te l sujet c t A tc llc m a tiére, exig e une fo i
blesscr la Ioi : P eu t-étre a v a il-e lle cc visa ge que je fe rm e; saint C yp ricn n ’envisage qu 'u n seul cas, celu i
me représen le, peu t-étre nc ra v a it-e llc pas. Mais la oú l ’on sait avee c c itílu d e que le tén ioin a p a rlé; m ais
foi clirctien n c n ’cst pas sauve si Ton d i t : L e C lirist est il en est un au tre, celui oú l ’on a une p ro b a b ilité que
peu t-étre ne d ’une vicrg e. n D e T rin ita / r, I. V I H Dieu a parlé, que tollo d octrin e v ic n t de lui, sans le
c. v , P . L . , t. x l i i , col. 052. E n fin quand A b clard . savoir c n c o r e ,c t oú l ’on ])enclie déjA pou r ce m o tif
le prem ier, v o u lu t se con ten tor, en guise d e foi cliré- vers cette d octrin e. L a p arole de D ieu , l'a u to rilé de
licnnc, d ’une opinion, xs tim a tio , sain t Bcrnard D icu, dans ce cas, faute d 'a p p liea tio n suflisantc A
reclama éncrgiqu em ent. 11 v i l m em e dans ccttc c e tlc doctrine, ne p eu t procluírc une adhesión ferme. E t
fausse idee d e la ío i l ’origin c d e tou tes les erreurs p ou rta n t c e lt e d em i-croyan ce, a v e c son p cu t-clrc.
Ih cologiqucs d ’A b é la rd . « Laisse c e tlc sestimalio, n ’est pas une insulte faite A D ieu , com m e dans le cas
s écric-t-il, laisse-la a u x académ icicns qui ío n t pro- don t parle saint C y p ric n ; au con traire, de l'aveit de
íession de dou ter de to u t e t d e nc rien savoir. ■ tous les th cologicn s, elle est perm isc p ou r le m om cn l
l i l c ita n t 1’ap M re, il c o n c lu t: N o n esl fules x s lim a lio , p résen t ( t n ’est pas itiu lilc com inc acliem ineincnt
srrt ceiiitu do. T ra ct. ou E p is l., e x c , ad Iitn o ccn liiu n I I , vers la plcine lu m iére ; elle peut a v o ir le mém e m o tif
c. ív , P , t. c i,x x x ii, col. 1001 sq. E t aillcurs : sp é d fiq u e : « M on Dic-u, jo crois cela sur v o lr e auto-
- La ío i n ’a pas d ’in certitu d e, a m b ig u u m : ou si elle jit é ; » pou r p ren d re n n e «n n p a ra is o n , nc ])eut-on fairc
cit a, cc n ’c sl plus la foi, c 'e s l l’opinion. * De eonsi- un ac le d ’obéissauce m é iilo ir e , quand mc-nie on n 'a
tlerutionc, 1. V , c. m , col. 790. que la p ro b a h ililé de la v o lo n té dn supéricur? P on r-
r) Les documente de F íig lis e . — Dans les proíessions i|Uoi done c ette d fin i-c ro y a iu e , n io tiv éc par le resp crl
(le foi, firm ile r credo, firm a fule credo sont des loculions cíe l'a u to rilé de Dieu, ne sullirait-elle pas A la jusliTi­
m u elles. V o ir Ies derniers m ots dn sym b ole lilu rgiqu c ca tion de l'intidélc qui a lo m in m c é A croire ainsi, en
d it d ’A tlian asc, recité A prim e, D enzin ger, n. 10 (13G); sorte qu 'on puisse. Ic b ap tiscr au s\itól? l ’onrcjuoi les
le d ib u l du sym b ole d e saint I.éon I X , usilé dans d om m en ts de la révélatio n d cin aiid eiit-ils pour la foi
les consécralions épiscopalcs, D enzin ger, n. 313 (2 92 ): salutairc plus (|Ue c e llo sini))le « oj)ín ion », ( t e x ig en l-
le d é b u l du I V » con eile d e LaLran, n. 428 (3.5.'">); ils com m e con d ition de la ju s liíic a lio ii et du liajitcm c
le dél>ul d e la professio f u lt i triden tin n, il. 991 (8G3). uue foi fe im -? Poun|uoi ne sullil il jtas de croire
2. Sa raison d 'ftre. — II ne fa u d ra il pas s'im agiiu r d'une nianiérc <(uel(<)ii(|ue A cause tic l'a u to iité de
que c c tle ferm e té a il pou r m o tif ou ptfur cause l’bor- l)i(U . m ois fu u l-il que ce m o tif soit appliqué d'une
ic iir du d ou te en général. Si le (lo u lc e s l représenle m aniere eertain e A lellc m atiére?
]>ar des nuU iirs cath olíqu cs com ino une tnaladic (¡ni 11 nous fa u l d on e a rrive r a une autre raison de. celte
«le nos jours fa it des victim es , c'e s t qu 'alors ilc s t qu es­ ferm eté, qtii v a íllc pour tous les cas. Nous la tro iiv e -
lían du d ou lc m al fondo, ou tnétnc du scepticismc. rons dans le róle général (le la foi. V o irc o l. .SI sq. I a
Itícn q u ’il soil tou jou rs une im p erfection qui pro foi, disions-tuuis d'aprés la révélatio n cllc-m ím o, d o it
v icn l de n o lre ign oran te ici-bas, le dou te esl cncore 1• e x citcr les autres dis]>osilions á la ju s tillra tio n , e t les
m cillcur p a rtí » p rom lrc en bien des cas, el dans acles des autres vertus qu i,a p rés la ju s lilic n tio n ,m é ri
ri-iglisc les csp rils les plus d og m a tiq u e* l'o n t rccom m te n l le r i e l : actes d'espérance, de crainte, de repentir-
v o lo n tie rs .« C ’est une p arlie «le bien ju ger, qur de dou de c.hurlté, etc., el ce róle s’c x p liq u e ralion u ellcin eiil
tur quuud il faut, • d it H ossncl, Connaissancc de D icu par la n alu rc in lclle e lu c lle de la ío i, qui éclaire le
el de soi-n rfm r, r, i, n. 10. DéjA au m oyen un des clieiuin e l m ontre A chafjiK! v erlu e íle c liv e l'o b je l.
K '0 ]asti<|u<'s qui a le plus iasislé sur l;i foririoté de l;i le m o tif jx'opre qui lui corrcspmtd ct l'ex c .te. M.i s
foi e l la Mnimission absoluc de l'csp rit á iJieti qui si elle in on lrait ces oh jcls com inc eiitiérciu ent dou-
91 FOI

teux, si elle d isa il, par exem plc : “ 11 y a peul-étre une 1 clusion com m unc ii Pascal ct á K a n t a une vraie v a ­
autre v ic, un étcn icl bonheur, o com m ent excitcrait- lcur; mais si on en fa it la p revisión de ce qui d o it na-
elle puissanim ent l ’cspérance? C’ cst d éjá bien assez tu rellem en t arriver (cu tenant eom pte de la nature
que le fait de notre salut personnel reste ordinairc- humaine tellc q u ’clle est), l’argum cnt est fort défec-
m ent en dehors de la certitu de ct du doinainc de la foi. tueux. Voici pourquoi. Ce n’ est que sous l’infiuence
11 fa u t du moins que les grandes vérités, liase de notre d ’ une eon vietio n trés ferm e de la réalité du monde á
vic spirituelle, don t le sou venir d o it nous faire espérer v en ir ct de la ju stice éternclle, que la satisfaction des
craindrc, aim er, plcurer nos fautes, soicn t ferm em ent intérets et des passions p eu t re v é tir le caractérc d ’unc
saisies par la lo i. Sur les fondations branlantes d’ une q u an tité insiguifiante. Los passions p ro je tte n t sur
deini-croyance pourrait-on construiré l’ édiücc des les joies présentcs une lum icre v iv e d on t l’ éclat fa it
vertus? X ’est-ce pas en p artie la ferineté des eon vie- pálir, presque ju s q u ’á la faire disparaitre, la p m p e e -
liotis qui fa it la solid ité de la vertu e t la forcé du carac- tiv e d ’ un bonheur futur. » Les philosophies négalires,
té re ? P o u r rem p lir son role p ro vid cn tiel, la foi d ev a it Paris, 1900, p. 35. E t lors méme que l’argum ent du
done etre ferm e, ct une foi chancclantc ne p ou va it en pari excTcorait une influenee fortem en t m oralisatricc,
aucune h yp otliésc étre acceptée de Dicu com m e base de ccttc dem i-croyance lie sortiraien t pas toutes les
de la conversión au christiaiiisine, ou de la v ie ehré­ ! vertus clirétiennes, d on t la plus excellcnte est l ’am our
tienne. de Dicu. A v e c un Dieu liyp o th ctiq u e, qui nous aim e
Mais, dira-t-on, une croyance niélée de doute ii des 1 pcut-ctrc, qui nous a peut-étre donné cc que nous
sanctions possibles dans une autre vie’ sullirait encorc | sommes, com m ent ctab lir ces rapports intimes
á c x citcr rcspérance et la crainte, qui de leur nature I d ’am our que nous avons avec un Dieu certain, in vi-
ne réclamenL pas la certitu de de leur o b je t : une tclle : siblc, que par la foi nous voyon s p resqu e,H eb., x i, 27,
croyance pou rrait done obten ir pratiqu ein en t l’excr- , notre créateur, notre protccteu r, notre pére, qui a
cicc de la religión ct les sacrificas que dem andent les eleve les justes ii son a m itié par une com m unication
vertus ehrétiennes. C’ cst le célebre argum ení du p a ri certaine de biens surnaturels c t d ’ inelTabíc am our?
de P a s c a l: « Dieu cst, ou il n’est pas. Maiá de quel cóté Des lá que Dicu a ainsi dem andé notre amour, il a dü
pencherons-nous?... II se jo u c un jcu, oú il arrivera p o u rv o ir á une foi fenríe ncccssaire a le fonder.
croix ou pile. Que gagerez-vou s?... Pcsons le gain et la 3. L 'o p in io n el son doute (jo rm id o) contraire ü la
perte (d e celui qui paric pour Dicu ct la re lig ió n )... Si fo i divine. — a ) L a fe rm c tc d c la fo i exclu t done le doute
vous gagnez, vous gagnez to u t; si vous perdez, vous ne i — soit q u ’on entende p ar « doute » une attitu d e nega-
p erdez rien (en eom paraison de l ’ in fm i), Gagez done | tiv e de l ’esprit, la suspensión du jugein ent par crainte
q u ’ il est, sans liésiter... II y a ici une in fin ité de vie ! de se tro m p e r— soit qu ’on entende une crainte de se
iiifin im en t heureuse & gagner, un liasard de gain eontre | trom per qui ne va pas jusqu’ á arréter l’acte p o s itif
un nom bre fin i de liasards de perte, et ce que vous • d ’afTirmcr, mais qui l ’accom pagne, le m odific ct l ’alíai-
jo u e z cst fin i... 11 n’ y a p oin t á balancer, il faut tout | b lit; une telle aíTirmation prend le nom d ’opinion, et
d on n er... Car il nc sert de rien de dire q u ’ il est incer- , nous venons de v o ir par des tém oignages patristiques
tain si on gagnera, ct qu ’ il cst certain q u ’ on hasard e... | que l’ opinion, lV-ris/imo/jo est opposée ii la foi. ^,oici
T o u t joueur hasarde avee certitu d e pour gagner con iin ent saint T ilom as d écrit ces deux états d ’esp rit:
avec in eertitu d c... Coinbicn de choscs fait-on pour « T a n tó t rin te llige n ee n ’est pas inclincc d ’ un eóte
l ’ incertain, les voyages sur nier, les batailles l » Pensécs, p lu tó t que de l’au tre; ou bien faute de m o til, com m e
édit. des Gran<ls écriuuins, t. n, p. 146 sq. K a n t d it á il arrive dans ces problém cs oú n’apparaít aucun
son tour : « L ’ liom m e ne peut s’ em pécher de craindrc élém ent de solution, ou bien á cause de l ’égalité appa-
un É tre d ivin ct une vie future ; il sulTit, en efTct, q u ’il ■ rente des m otifs en ía v e u r de deux tliéses opposces.
ne puisse allégucr la certitu de qu ’il n’ v a pas de Dieu et | T e lle est l’ attitu d e du doute (au sens le plus strict du
pas d e v ie fu tu re,certitu d e qui e x ig e ra it...q u ’il dém on- m o t), qui ílo tte entre d eu x propositions contradic-
trát l ’ im possibilité de l’ nn ct de I’autre, ce q u ’aucun I toires. » Quasst. disp., D e vcrilatc, q. x iv , a. 1. C’ cst
hom m e raisonnable ne peut assurénicnt entreprendre.» | com m e une balance qui, faute de poids, ou par l’égalité
C ritique de la raison puré, trad. Barni, t. n, p. 387. ! des poids entre eux, T e s te en equilibre. Dans I’ autre
Ces considerations p eu ven t servir íi reniuer l’ incré- é tat d ’ esprit, l ’ cquilibre se rom p t : « T a u tó t, con-
dule, á le íaire sortir de son repos malsain dans les né- tin u e-t-il, l ’in tclligen ce est plus inclinée d ’ un eóte que
gations, ct á le rapproclicr ainsi de la foi cliréticnne, de l ’au tre; mais le m o tif qui l’ incline n ’ctan t pas assez
mais sans l'y faire p a rv en ir : Dieu l ’a mise plus haut fo r t pour la déterm iner to talem en t d ’ un cóté, elle
com m e ferm cté, nous le savons par la révélation ct la s’ attaclie á Tune des deux théses contradictoires, e t
doctrine de l ’É glise. A u x ye u x ingmes de la raison na- p ou rtan t conserve un ceTtain doute á l ’ égard de I’autre.
tU T e lle , 1’argum ent du p ari nc p eu t rem placer, com me T e lle est l ’a ttitu d e de V opin ion , qui adm et une des
e xcita tio n á la vertu ct á la religión , la foi robuste i deu x contradictoires tou t en gardan t une ccTtainc
ct éclairée qui croit á Dicu, á ses promesses ct á ses | erainle de I’ autre, cum form idine altcrhis. * Ib id . On
menaces com m e á quelque chose d ’o b jc c tif et do ccr- d é fin it au jourd’hui seinblablem ent 1’ « opinion », niénic
tain, e t qui donne ¡i notre áme un p oin t fixc, une base dans la philosoph ie qui n’est pas scolastique. « L ’ opi­
de v érité. 11 est vrai que dans les affaires du m onde nion est une acjhésion m élce de doute, et p ar consé-
on expose volon tiers une trés faib le valcu r pour l ’ae- qu en t plus ou moins cliancclante ct inconstante. »
qu isition possiblc d ’ une valcu r énorme. Mais ces va- B oirac, Cours élémentaire de philosophie, Logiqite,
leurs sont du m ém e ordre, ellcs parlcnt toutes les deux c. v, Paris, 1900, p. 287.
aux sens, dont l’ hoinm e est si fo rt to u clié; clles sont L ’ élém ent caractéristique de l ’ opinion, c ’est cctte
estiniées du com mun des hommes. A u contraire, l ’au- crainte, form ido, d on t parle sain t Tilom as, c t que,
delá ne parle pas au x sens, n ’est pas estim é de la m u lti- dans le passage c it é ,il appelle aussi «d o u te » , ríubilal
tudc don t les jugem ents im pressionnent tant l ’ indi- de altera; le m ot form ido cst plus gcnéralem cnt usité
v id u ; et si á ccs désavantages il ajou te encorc celui de cliez les scolastiques, le m o t doute chez les modernes,
paraitre in certain ii l ’csprit, de nc lui ríen niontrer que qui p arlcn t pou rtan t aussi d ' « aflirm er sans crainte •.
de nébuleux et de ílo tta n t, la v ic futuro nc réussit pas Mais qu ’cst-ce que cette crainte, form id o? Une cnio*
alors (c ’ cst un fa it d ’ exp crien cc) A re jeter dans l’ ombre tio n ?N o u s n’entendonspas exclure l ’élém ent em otion-
les bicns présents, ni á les faire p ratiqu ein en t appa- nel,plus ou moins p ercep tib le;m ais il cst d ’ im portanec
raitre com m e le ríe n d on t parle Pascal. « A u p oin t trés secondaire. Une crainte á o b je t ration ncl, com m c
de vu e de la logiqu e purc, d it E rnest N a v ille , la con- cellc qui nous occupe et qui a évid em m en t pou r ob jet
93 FOI 94

la v é rilé ct 1’eiTcur, n’ est pas uno passion an ím ale; ' l ’o pin ion e t de sa form id o, Hnunold, Theol. spceutaliva,
elle d ériv c done d ’un ju geracn t : c’ cst cc ju gem en t, In go ls ta d l, 1C70, p. 377 s q.; de Ucnedictis, P ililos,
source de l ’ém otion c rain tivc, qu ’il nous fa u t arriver peripatética, Venise, 1722, t. i, p. 513 sq.
saisir, c ’cst á lui que les scolastiqucs on t par m eto- On a donné une autre e x p lic a tio n .«L e m ot form id o,
n ym ie transféré le n om de form ido, qu’ il soit su i vi d it le P . G ardeil, si on l ’entend d ’unc crainte in trin -
d ’une ém otion p erceptible, ou non. II d o it done y av o ir séque á l ’opin ion , ne s ign ific pas autre d io s e que la
dans 1’ o opin ion » ua double ju g em en t : le p rin cip al, contingencc de l’acte d ’opin ion , com m c le rem arque
qu i, com m c d it sain t Th om as, a ccip il ttnam parlcm , D . S o to dans son p én étra n t com m cn tairc des A n a-
a d m e t une des d eu x theses c o n lra d id o ire s : le secón- ly t iq u e s .» L a certitude probable, p. 4G. L e con tingen t
daire, qui a lla ib lit l ’adh ésioíi du prem ier, et que nous é ta n t par d én n itio n « ce qui p eu t nc pas étre, » q u ’ en-
appelons form ido. tend-on ici p ar « con tingen cc de 1’acLc d ’opin ion ? «
Kn quoi consiste cc ju g em en t secondaire? Scrait-ce « A la con tin gen cc d e la v é r ité probable, correspond
;i n ier faib lem en t, á nicr tou t bas ce que le principal la con tingen cc d e rassen tim en t d ’opinion. Nous avons
aílirin c to u t hau t ct a v e c plus de forcé? M ais un seul exposé plus hau t les trois modos de la con tingen cc du
c t m em e esprit nc p eu t p roférer en m éinc tcinps deux p roba ble : m a tiére con tin gen te, incapablc d ’é lre l ’ ob-
proposition s con tradictoires : e t si cela é ta it possible je t d ’ une connaissance absolum ent c ertain e; m atiére
dans une p ertu rb ation , dans une situ ation anorm ale nécessairc en soi, mais appréhendée A l’ aide de signes
de l’ ume, cela ne p eu t etre dans l ’ opinion, état d ’esprit qui n ’a tte ig n e n l pas le fon d des choses, leur pourquoi
cssenticllem enl p acifiqu e c t régulier. Aussi, quand profond ct d écisif; m atiére nécessairc, mais saisie im -
saint T ilom as d it de l ’opinion : Opitiatis habet a li- p arfaitcm cn t par suile de l ’im p crfcction de l ’esprit.
quid assensus, inquantum adhseret u n i m agis quam Dans les trois cas, au m om en t oü il actionne l ’esprit,
a lii, il fa u t traduire ce m agis par « p lu tó t #, ct ne l ’in lc llig ib le n ’a pas la d éterm in a tío n absoluc qui re-
pas p réter au grand d octeur l'id éc bizarre de faire d u it la puissance in tellectu elle e t entraínc l’adlié-
adh erer en m ém e temps á d eu x contradictoires, bien ! sion. » Op. cit., p. 40, 41. Les d eu x derniers cas p eu ven t
qu e plus fo rte m en t ¿ l ’ im c des deux. I n I V Scnt., 1. I I I , se résum er en un seul ; la connaissance est si im par-
(list. X X I I I , q. n, a. 2, sol. I a; v o ir Gardeil, dnns la fa ite (soit im p erfection des signes ou interm édiaires
fievue des scicnccs pililos, el theol. du 20 ju ille t 1911, em ployés, soit im p erfection du su jet lu i-m cm e) que la
p. 451, 452, ou dans L a eertitude probable, 1911, p. 48, chose allirm ée p ou rrait ne pas étre en rcalité. J ’afTirtnc
19. Sans doute, aprés l'adhésion que j ’aurai donnee ü ■ qu ’il fera beau dem ain, cause de errtains signes;
Tune des théses con tradictoires, p ar exem ple, á l ’exis- 1 cependant j ’cstim c qu e la chosc afín-mée pou rrait
tcnce de tcllc o b lig atio n pou r mon p én itcn t, je pourrai etre autrem ent. C’cst par 1A que l ’opin ion se distingue
répéehir sur la valeu r com p a ra tive des m otifs qui d e la Science et d e la fo i, d ’aprés sain t T hom as :
m ’o n t poussé á in elin er du cóté de ccttc ob ligatio n , e t D e ra tion c seienlive esl, quod id quod seitiir existim e-
des m o tifs contraircs, e t reconnaitre a vec ccTtitude tu r esse im possibile atiter se habere; de ralione autem
dans ceux-ci une valcu r séricuse, les xniens n ’é lan t pas op iriio n is est quod id quod quis existim a!, exislim ct
décisifs, v o ir R cvu c Ihom isle, m ai 1902, p. 1G2; e t possibile a liter se habere. Sed id quod fide lenetur,
v o y a n t de bons théologiens p référer la lliése opposée propter fiilc i ecrtitiidinem , exislim a tu r eliam im possibile
qui nie l ’cxislen cc de ccttc o b lig a tio n , je pourrai aliter se habere. Sunt. theol., I I* I I V, q. i, a. 5, ad 4,‘I".
par une déíiancc le g itim e de mes propres lum bres, S ain t T ilom as exp rim e ici que l ’opinion est eom posée
dans une question qui n ’cst pas elaire, baser sur l ’opi- d ’un double ju g e m e n t: existim a!, c x is lim c l; et le second
nion des au lres une solution tou te p ratiqu e, c t m ’abs- cst précisém ent ce ju g em en t secondaire d on l nous
ten ir d ’in iposcr au p én iten t la tliése A laquelle j ’ adhére avons parlé a vec I lau n old e t de 1lencdiclis, dans lequ el,
a v e c crainte, et te l cst le procédé du probabilism e saisissant rim p e rfe c lio n d e n o tre connaissance, nous
en m orale, que le 1’ . G ardeil ne p aratt pas a v o ir bien disons : « Je suis en danger de me trom per. » Car en fin,
sais i. L a certitude probable, p. 35, 36. Mais il n’ en cst n ’esl-ce pas la m ém e chose de d iré su ivan t la form ule
pas moins vrai que, dans le ju g em en t p rim itif et plus de saint T ilom a s : « L a chose que j ’aflirine p o u rra il
d ircc t qui est p ro prem en t « I ’opin ion «, je n ’adbére étre autrem ent dans la réalité, »o u su ivan t n otre fo r­
qu ’á l ’ unc des deu x théses opposées. D e 1A aussi une mule : « I i » allirm an t c e la je suis en danger d ’erreur ?»
v é rita b le erreur en m oi, si j ’a¡ pris celle qui en soi est L e 1\ Gardeil d it lui-m ém e : « La contingencc en
íausse : tandis que dans l ’éta t de doute, qui flotte m atiére de v é rité n’ cst pas autre chose q u ’une pos-
entre d eu x con trad ictoires sans s’arrcter A aucune, I sibilité d ’ crrcur. » Op. cit., p. 42. Ueste le p rem ier cas :
il n’y a pas d ’erreur possible. » m atiére con tin gen te, d it-il, in capablc d ’ótrc l ’o b jc l
lin quoi dono consistera ce ju g em e n t secondaire d'une connaissance absolum ent certaine. » Cependant
qui dans l opitiiolí p ro d u it la crain te? Nous pouvons Loute m atiére con tin gen te lie d o it pas étre condam néo
raisonner ainsi. L e ju g em e n t qui, dans l ’ctre raison- a rin c ertitu d e . M a p r o p T e exisLencc, qui cst pou r moi
nahlc, p ro d u it la crain te en général, c ’est toujours ce d ’une évid ciicc irrésistihle e t d'une certitu de absoluc,
ju g em en t q u 'i l 'y a pour lui un m al qui mcnace, un cst p ou rta n t une « m atiére con tingen te I i l il ne
danger. Quel dan ger peut-il y a v o ir dans toute opi­ paraít pas fondé de d ire : « Les oh jcls qui nous
nion, c ’est-A-dire dans le fa il memo que l'in tclligen ce. touchent de plus prés. parce q u ’ ils sont en quelque
sans a v o ir la certitu d e, in d in e vers une des deux sorle nous-mcnies, sont tres spécialem ciit justiciables
théses con trad ictoires? Le m al qui m enace alors l’in- 1 de la seule p ro h a b ililé. Op. (it., p. 19. I.’nutcur, il est
tclligen ce, c ’cst l’erreur. D an ger d ’e rriu r, voilíi done vrai, táclie de sauver la certitu de de quclques vérités
ce que d o it allirin er dans l ’opin ion le ju g em en t xecon- con tingen tes, en reeourant á la uéeessité liijp olM tiqu e
daire, a p p d é form id o. H l l’euseinble pourra se repré­ d ’ cxp érin icn tcr ce que nous expérjm entons r « Si So-
s en te ! par cct exem ple : « C e tle nialadic ínénc A la erate esl assts, il e;;l nécessairc q u ’ il soit assis, pen ­
m ort, mais en alllrm a n t cela, je suis en dan ger «le me d a n t q u 'il esL assis. » Op. c i/ .,p .2 I. Mais il cst com-
Iroin per. » L e prem ier ju gem en t, le prin cipal, est <1i- , ínun A lo u l étre con tin gen t d 'a v o ir c e lle nécessité
rect, e l va d ro it A ] ’o b je t : le second est ré fle x c; le 1 h y p o lh c l¡([iic - O n ’csl done pas elle qui fera une
p rem ier aMirme un fa it, le seeond nc nie pas ee fa il, d ilíércn cc en Iré les cas oü nous connaílrons le con tin-
mais allirm e le dan ger que j ’ai de me trom per en gcnl avec c crlitn d c, c t eeux oú imus le eonnaítrons
1’a H lrm a n t: ils nc son t done pas con tradictoires entre avee in cerLitu d e; cc sera n n iqu cm ciit la p crfc elio ti ou
eux, et nnc m ém e in lcllig en c e p eu t les p orte r en m em e rin ip c rfc rl ion de nos nioyens <le con n ailrc, la pos-
tem ps. T e lle est en rcsinné l ’analyse que fimt, de sib ililé mi 1‘ im possibilité d ’une es])éricnee innifé.
515 FOI £6

d iale, (.‘ le., ce qui nous fa it retom b er dans los deux su b jcctivc ct m orbide, í>'il e x is lc des doutes im pru­
cas examines d ’abord. IJ fa u t done supprim er ce p re­ dents et sopliistiques, la v o lo n té a certainenicnt le
m ier c¿is, et ne pas ía ire dépendre cíe la contingence d ro it d ’ in tervcn ir pou r supprim er tou t cela. V o ir
de la m/diere l’in certitu d e du ju gem en t com m e une C no v a n c e, t. n i, col. 2383 sq. Cet appel á la volo n té
suilc néeessaire ; la m atiére con tingen te reste de soi du inalado, que la m édecine elle-m ém e sait cm ployer
indiiTérente á la certitu de ou á la p robabilité. E t contre la neurasthénio, est spécialcm cnt opportun
cortes, en Di en, la connaissancc des contingents est dans lé p id é m ic du doute qui, á la suite du kantismo
p arfaitem en t eertaine et m étaph ysiqu em cn t néees­ et d ’autrcs causes, alTaiblit au jou rd ’hui les esprits.
saire. D e Benedictis, loe. cit., p. 514. Nous prélerons « Nous sommes en prcsence, non sculem ent d'une
done notre e x p lie a tio n de la form ido com m e plus conccption d ’ école, mais d ’ un ía it biologique, d ’ une
sim ple ct plus juste. sorte de faiblesse ou de d éfo rm atio n p ath ologiqu e de
A jo u to n s une autre eonsitlération. L a v olo n té libre la v ic religieuse, que je qu alifierais volon tiers de psy-
nc p eu t changer ou supprim er la eontingence d ’une I ehasthénic spirituelle, d it un p rotcstan t. Les raíTinc-
m atiére, ni dans la réalité, c’ est elair, ni inéme dans ' ments m orbides et la com plaisance au doute intellec-
notre esprit, parce que cette eontingence est de tou te tucl, que p ratiqu e ra gn osticism e,m e paraissent révé-
évidencc, et que la v o lo n tc ne p eu t rien dans notre ler je ne sais qu ellc n évrosc nouvelle et con stitu tivc
esprit contre l'é vidciicc prop remen t di te. D ’autrc part, de la conscienee re lig ie u s e.» From m el, dans la Hevuc
la v olo n té peut supprim er dans notre esprit cc qu 'on (p ro testan te) de lliéologie et de plütosophie, n ovem bre
appelle form ulo, ct transform er une puré opinion 1904, p. 37, 38. V o ir Snell, Esscii sur la fo i..., 1911,
en ju gem en t absolum ent ferm e : on v o it cc phénom éne p. 103.
dans les esprits en te tés de leurs idees, ct Soto en ía it Quant á la tliéoric d cS o to sur la con tingen ec,ellc se
lui-m ém e la rem arque : « Du c o t í du sujet il peut y term íne par une cxp lieatio ii assez faib le de la form ido :
av o ir la m ém e certitu de quand la chose est fausse. Qui J-'ormido non polesl melius exptieari quam si dieas quod
doute que les an abaptistes adhérent á leurs doctrines es¿ p riv a lio eerliludinis. Unde hoe esl assenfiri u n i p a rli
a v e c autant de forcé ct de ferm eté, Inut firm o assensit eum form id in e alterius, quod esl inlellcetum non itu
n b o r a li, que les sacranientaires, etc., et ccux-ci que esse dclcrm im üu m ad lutnc parlcm , qntn fluelucl quodnm-
nous (les cath oliqu es)? E t pou rtan t il est évid en t modo eirea alium. D .S oto, In libros posteriorum A ris lo -
q u ’ il y a qu elqu ’ un qui se trom pe, ccs thésc_ opposccs 1 telis absolutissinia commentaria, Venise, 1Ó74, q. v m ,
ne p ou va n t Ctre toutes vraies. » De naiura el gratia, p. 41G,
l. 111, c. x , Salam anque, 15(51, p. 215. 1.a form ido sur b) D ifjcre n e c entre ict fo i humaine et l'o p in io n . — II
laqucllc la v o lo n té a prise nc p eu t done Ctre une suite y a dans ccttc m ém e q. v m de Soto une autre tliéoric
néeessaire de la eontingence de la m atiére,sur laqucllc acceptéc par le P . G ardcil, ct qui consiste á dirc*
la volo n tc n ’ a pas de prise. D e plus, la suppression du qu ’entre I ’opinion c t la íoi Im m aine il n ’y a pas dilTé-
doute ou form ido par la v o lo n tc ■— suppression blá- rence d ’espéce, dilTércnee essentielle. Nous préíérons
inable dans les gens cntétés, parce qu ’alors elle porte la doctrine de saint Thom as, qui, dans le passage
sur un d ou te pru d en t ct que, h un certain n iom ent du I cité tou t á l’ lieurc, d it : « 11 esl de l’essence de
moins, ils ont rceonnu com m e tel — d evien t lé gitim e l ’opinion d ’estim crqu c la chose aüirméc p o u rra ite tre
dans cerlains cas oú le doute est im prudent, déraison- au trem en t; tandis que dans la íoi, il causc de s a c c rli-
n ablc; les thcologicns ad m etten t eom m uném ent c clte tude, on estim e que la eliose aíllnuéc nc peut pas ctre
suppression des doutes im prudents dans la foi d ivin e. autrem ent. » Sun i. ll.col., II* 11«, q. i, a. 5, ad 4“ m.
Or la eontingence de la m atiére, étant éviden te et Y o ila bien une différence p rofonde, a tlcig n a n t la na-
n’ayan t rien d ’illé gitim e , ne peut en aucun sens ctre ture m ém e do rassentirnent; et c ’cst par líi que saint
supprim ée par n otre volo n té . Cc n ’cst done pas ce Thom as, dans la m im e phrase, di lloren ció la science
qu ’on appelle form ido, ni ce qui p rod u it la form ido. j et ['opinión, cntTc lesquclles on avoue une difTérence
N o tre tliéoric, au contraire, exp liqu e trés bien la 1 d ’ espéce. S ’il n’ y en a pas entre la foi et 1'opinion,
clifTcrcnee des doutes prudents et des doutes im pru­ I pourquoi saint T ilom as nous donne-t-il eette célebre
dents, forniidines imprudentes. L e m ot form ido sign :- división tern aireen tre eos trois espeees d ’asscntim enl,
fie, d ’aprés nous, ce ju g em en t ré ilex c : « Kn afíirinant 11 science, l’ opinion ct la ío i? pourquoi m et-il c etle
ecla, je suis en danger de me Irom per. » Cc ju gem en t troisiénio sur la m ém e ligue que les deux autres?
crain tif, com nic tou t jugem en t, d oit a v o ir un m otif, Sum. iheol., II" II* , q. i, a. 4; De veritale, q. x iv , a. 1.
car l ’ in lelligen cc ne ju ge pas sans quelque raison au C’cst dans ccs textes, oíl saint Thom as traite la ques­
moins apparen te de ju ger ainsi. V o ir C n o vA N c r, t. m , tion ex professo, qu ’il fa u t étudier sa p cn sée,et non pas
col. 2372. Ce m o tif sera parfois l'évid en cc du danger dans dos c n d io its oíi il prend en fassa n t le m ot fides
de me trom per, ct alors le ju g em en t crain tif nc sera dans uu sens largc, de mém e q u ’on fran jais nous ap-
pas libre, l ’c vi den ce s’i nipos e. Mais souvent, la réal.té pelons ' croyance » noli sculem ent une conviction
du danger étan t moins elairc, la v o lo n té aura prise sur form e, mais souvent, au sens plus large, une opinion.
ee jugem en t crain tif, ct pourra ou le supprim er, ou, V o ir C r o y . w c e , t. m , col. 23G4. D ÍTa-t-on( pour écliap-
au contraire, le fa 'rc uaitre sans m o tif séricux, en p er a saint Thom as, que dans c ette división ternaire il
cm brou illant l’csprlt dans des sophismes, ou tou t au nc parle que de la foi d ie in c l Mais il est elair qu ’il íait
moins le fa vori ser; ct sclon qu ’ ellc suit alors les con- ! hi une tliéoric géncrale et pliilosophiquc des divers
scils de la prudenee ou cju’ e lle n e les suit pas, le juge- états d ’esprit, et que la fides don t il parle ici ne peut
inent crain tif, en ta n t que plus ou moins dependant pas étre la seulc foi divin e, qui dépasse la p liilosopliic,
<le la v o lo n lé , sera d it p ru d en tou im prudent, lé g itim e mais que e ’ cst aussi la fo i Imm aine, du m oins quand
ou coupable. P arfois dans l ’affirm ation d’ une v érité , elle a tte in t sa p eifeetion . La ío i au tém oignage d ivin
surtout si elle d ép la it au x passions, s'éléven t des est toujours in íaillib lc, a p r io r i; la foi au tém oignage
dou les, des era i lites, sans m o tif sérienx dn cótó de humain vario suivant la valcu r e t le nombre des ténioi-
l'o b je t sullisainm cnt p er^ u ; S o lo en fa it la rem arque : gnagos ct souvent nc donne pas la c ciü tu d e : de la
« Qu’ il s’ éléve dans l ’esprit Iiumain un doute, une une diflérencc in contesta ble. qui cmpéchc que la ío i
crain te..., c’ est une cliose n atu relle... P aríois cela ré- húmame prise en gén¿rat soit une vertu , Sum. Iheol.,
sulte du tem péram ent. II y en a qui ont peu de sang, I I a 11*, q. iv , a. 5 ,a d 2UI", mais qui n ’enipcclie pas que
et cela les rend crain tiís dans 1’aflirm aUon, com me les actes p w ju its de foi huinaine soien t vraim en t cer­
dans toute autre ch o s e,» Op. cil., p.214. S ’il existe des ta ins, ce q u ’ il serait sceptique de nicr. Au fond, Soto-
eraintes sans danger réel, a v a n t une origin e purem ent vou l á lou t p rix d éíen dre A r is lo le du reproche d ’a v o ir
97 FOI

in com plótein cn t tra ite les ctats d 'e s p rll ou les cs- l m ents qui sont appclés dou tes in volon taires. » A n -
péccs d'asseu tim cn t, cu nc p arlant que «le la scicnce e t toin c, Theol. universa, Paris, 173G, D e fide, scct. m ,
de l'op in io n . 11 v a u d ra it m ieu x avou cr q u ’ A r is lo te , a. 1, t. i, p. 165. Cf. P la tel, Synopsis enrsus theot.,
dans sa p sycliologic c t sa c rllério lo g lc , a des lacuncs n. 175, D ouai, 1706, p. 261; Theol. W ireebnrgensis,
evid en tes, e t que sain t T h om a s l*a ici heureusem ent Paris, 1852, t. iv , n. 200, p. 173. A plus fo rte raison,
com pleté. I p eu t cocx ister a v e e l’ actc de foi un certain nialaisc
V o ic i le raisonncinent de Soto. Croire q u ’ il existe qui n’est pas un d ou te, m ais p ro v ie n t «1?. cc que n otre
en Ita lie une v ille nom m ee R om c, c ’ cst un acte de foi in telligen cc u ’cst p lein em en t satisfailc que par la seule
hum aine, m ais cc n ’est q u ’un assen tim en t con tin gen t, clarté d e la visió n , íi laquelle. la foi, a v e c sa connais­
q u i de sa nature p eu t étre fa u x , done une o p in io n . sance im p arfaitc des m yslércs, ne p eu t attein d re.
O r « je crois A l ’existcn cc de R om c sans le m oindre ! A cc m alaise est jo in t un m o u v e m cn t d e la pensée,
d ou te, form id o. » D on e a. « la lo i ne d iffére pas spéci- ; une inqu iétudc naturelle de l’csp rit qu i aspire á con-
fiquem cn t de l ’ opinion, » p . 416,417. D on e b. le doute, naitre in ieu x ; c t c ’e s l ainsi que, dans c e lle d éfin itio n
form id o, n ’ ap p artien t p a s in trin se q u em en t á l’opinion, de sain t A u gu stin : eredere est eum assensione cogitare.
e n p eu t la c o n c ev o ir sans cela. N a m ju d ie iu m quo as- D e p rxd estin a tion e sanetorum, c. ii, P . L . , t. x l i v ,
sen iio nune Itom a m esse, est o p in io , el tamen p ro p ric col. 963, saint T lio m a s in terp réte le m ot eogitare.
loquendo non est eum fo rm id in e , p. 4 24 ,423. Cc raison- S u m . theot., I I » I I « , q . n , a. 1; Q n xst. d is p .,D e verilalc,
n cm en t trou b lc la c la rté du lan gage usuel sur l’ opi- q. x i v , a. 1, ad 5u,n. M ais bien que la Ioi ne «loniic pas
nion, ébranlc la valcu r du tém oign age hum ain c t á l'cs p rit le repos absolu «le la pleiue satisfaction
d é tru it la d octrin e de sain t T ilo m a s ,q u i, tou tes les ío is ct de la b ea titu d e, elle lui donne le repos re la tif de la
q u 'il d é fin it l'o p in io n , la d e fin it par le inélange de certitu de c t d ’ un assen tim en t ferm e, assensio. K nfln
dou te ou de crain te, form id o . Su m . theot., I1 11^, peu t c o e x is le r a v e c la fo i du clircticn , vertu ou actc,
q. L x v n , a. 3 ; I I a I I * , q. i, a. 4 ; q. n, a. 1 ;D eu erita te, le d ou le cu un sens plus largo, opposé seulem ent ¡\ la
q. x i v , a. 1, ctc. S oto in terp réte nial les te x te s de son « foi des m iraclcs », v o ir plus Jiaut, col. 69, c'cst-á-dire
m a itre : S. Th om a s..., liecl op in ion em dical esse assen- le dou te {ou in créd u lité) «jui p orte, non pas surla tou te-
sum eum form id in e, (amen nom ine fo rm id in is forsan puissance <le Dieu, mais seu lem en t sur la future réali-
com prehcndit quameumque fidem Im m anam , propterca sation de tc l évén em en t in iracu lcu x, évén em en t cjui
quod non repugnet i l l i esse falsam , et ideo quando n'cst pas contcnu dans la ré vc la tio n ehrétien n e, ct par
p o n it fidem esse m édium in le r seientiam el op inionem , suite n ’est pas l'o b je t de la fo i or«linaire exigée pou r 1 *
solum in te llig it de fide ealholica, p, 425. Ces cxplicn- salut. Dans ccrtain cs circonstanccs, cependant, un t'.-l
tinns sont in adm issibles; c t le langage de saint doute cst blám able, en face des graees qui exciti-nt
T ilom as est assez clair. Soto s’ écartc voln n ta irem en t A la fo i des m iraclcs : il p eu t aussi ré ve le r un é ta t lan-
du con sen tcm cn t des th éologien s et des philosoplies 1 guissant de la fo i ord in a irc e lle -m é m e ; ce <pii e x ­
cath oliqu cs surtout depuis saint T ilom a s : « Puis- plique certains reproches de Jesús desqueIs on aurait
q u ’ il cst pnssc en usage, d it-il, de m ettre une dis- to r t de conclurc que ses «lisciples n 'a va ien t pas du tou t
tin ction esscntielle entre la fo i lium aine e l l ’ opinion, la fo i ehrétienne, ou q u ’en eu x elle c oe x ista it a vee lo
accordons ceci íi l’usagc des dialccticien s, q u ’un assen- d ou le p ro p rcm cn t d it ; com m c «lans saint M a r c .iv , !•*.
tim en t m élangé de c ra in le cst de l'csscncc de l’opi- Cf. M a ttli., v m , 2 6 ; x iv , 3 1; M arc., ix , 18, 23; M atth ..
ilio n ... N éan m oin s, to u t c il p arla n t a vee la m u ltitu d?, x v i i , 18, 19.
q u ’ il s o il p erm is a u x sages de penser a v e c le p e t il 111. M o t i f f.s s u n tik i. e t s p iíc ir iy u i: d e l a f o i . -
nom bre, c t de p a rlc r ¿1 la m aniére d ’A r is lo lc . ® Io N o t i o n s p r é l i t n in a i r e s . — • D é le rm in e r cc luolit'.
4. E x p tie a tio n de quelqucs'difficuttés su r ta ferm cté de c ’cst p é n é tre r la n atu re in tim e de la foi. 1.a foi ost une
la fo i. — E n qu el sens les th éologien s discnt-ils sou- con naissan cc, u u assen tim en t «lo l’c sp rit, tel est le re-
v c n l q u ’un d ou te, form id o , s’ il e s l in vo lo n ta irc, ou ;i su lt a l «1c uoLrc éLudc précédonto. M a is il fa u t faire un
d em i d élib éré, nc d é tru il pas la fo i ? 11 s’ a g it alors d e p a s d e p lu s ct próoiscr d a v a n la g c . L e gen re « connais­
la fo i-v e rtu , du p rin cip e infus des a rlo s do ío i, habitas sance » c st trés vasto. 11 y a la con naissan ce in u n é d ia O ',
f id e i: D icu retire cc d on pour un dou te foriu cl e l m o r­ oú rasseiitin ieiit se d o n n e sans aucun raiso iin cm o n l
i d eon tre une v é rité révéléc, m ais non pas pou r un p ré a la b lc , so il q u ’il s’agissc «l'uilc connaissance a n a -
p íc lié v é n ie l e on tre la foi, íi plus forte raison pour un ly liq u c , oü I’on v o it d u p re m ie r coup l'éqnivaleiico
<loutc in vo lo n ta irc qui n 'c s t n u llcm en l coupable. ele d ou x term es a b s lra its , com m e 2 J - 2 - 4 , * «*«
M ais qu an t A l ’a c lc de foi, seule chose que uous ayons «lui c si, ost, e t ne p e u l ))as en m em e tem ps nc p a s
oonsnlérée jus«)u'A p réseiil, son osson liellc ferm cté i etre, ■ soit d ’ime connaissancc ox p ériin en talo, com m e
nc com porte aucun d ou le, m ém e in vo lo n ta irc. 11 p eu t « jo soulíre, j ’oxiste. » 11 y a la connaissance m é d ia te ,
cep en d an t succédcr rapid cin cn t au «loute, ou récipro- . discursivo, qui supposc un raison n em en l, «fisnmu.v :
qu cin cn t, c t par lá a v o ir a v e c lui une sortc de siinul- j alors, p a rla n t d ’une v é rité connuo, <*n a rrivo une
ta n é ité a u sens largc du m o l . « 1-cs don les in vo lo n ta irc* . v é rité incounuc, ou du m oins, on arrive p ar uile v o io
que les fidéles s’ im a gin cn t a v o ir au m om en t m em e n ou vellc ñ une v éritó «pie Ton n 'a v a it pas cncore saisio
<le l'actc de foi, succédcnt seu lem en t ¿i cot acte, c t lie de c etto inauiérc. ( ’. 'c s l ainsi que la c o g n itio discursiva
c oc x isten t pas a vee lu i; mais com ino 1c «Im ite c t la foi cst délin ic par saint T h om as ; l i x uno / )rn « noto d rrt-
se succédcnt alors sans in le r v a lle sensible, ils scm hlent n ih tr in co g n ition rm attcriiis posterius n o li, quod prin s
coexister. Cc qu i p eu t réellein cn t c o e x isle r a vec l’ actc erat ign otu m . Su m . thcnL, I",«|. i.v m , a. ti, ad l ' " 1’. Ordi-
«le fo i, cc son t les sim ples idées «pii uppartien n en t aux nairomcnL, ce passage «Viino v é rité íi un autre réclamn
ju gem en ts cra in lifs («[ui leur serve n i com m c «le m a lé- une diirúc apprcciablc ; c ctte «lilTérencr de tem ps n'est
riau x, ainsi l'idéc de d an ger, l’ idéc d ’erreu r), ¡déos p ou rta n t pas cssenticllo au disevrsus, e l le p riu s d«m t
qu i répon d en t dans l'intelli^on eo A ccrtain cs ¡magos parlo saint T ilom a s peut lie pas in d u re une p rio ril»' «le
e x e ilé e s dans l'im a gin a tio n (phnntasia) par tem ps, inais scu lcinonl uno p rlorité do caus»-. « l . ’rs -
lin t cause natu rcllc ou p ar le deinou, c t que l’on con- senre du raisnnnciucnt cnnsislo en ceci, t|iie la con-
fom l a v e c les d ou les c t les ju gcm cn ls eraintifs. (D e naissance d ’un p rem ier «íb je l ost tirée «le la connai-»-
m«'uic des jn ge m en ls d V in fm i eontre la ío i, «lont nous sanco d'un autre objet com ino de sa cause... D icu hii-
nons souveuons, sans les faire nAtrcs.) Mais jam aU nc m fm c («p ii lie raisonuc j>as) v o it que «lans une rom iais-
o oexisten t a v e c l’n clc de foi ccs ju g n n e u ts «lans les- sance telle aiilro e sl contonui*; mais il ne r e fo il ]>:is
«juels notre iiitolligon cc, bien qu ’ in voln n ta irom en l, la serondo de la prem iérc. Nous, au contrairo. muís
ju g e que la chose révélée cst p ollt-clrc fausse, ju g r- la reccvous (e l par la uolrc ronnaissanre est «líseur-
IHCT. IIK III IOI.. CAI HUI.. VI i
FOI 10 0

s iv e ); e l cela im plique que le prem ier o b je t exerce sur v e n a n t d u d e lio r s . C c s d é n o m i n a t i o n s se r e t r o u v e n t


nous la fonction de cause, en d'autres termes, nous c h c z un a s s e z g r a n d nom bre d e p l i i l o s o p l i e s catlio-
ineut, movet, á donner notre assentim ent au second liq u c s et a u t r e s ; n o u s n o u s en s e r v i r o n s p o u r p lu s d e
(la causalité p ou van t étre représentee par la com m u- b r i é v c t c c t d c c l a r t é . V o i r É v i D E N C E , t . v , c o l . 1727, 1728.
nication du m ou vcm cn t). » W ilm crs, De fule divin a, La c o n n a is s a n c e p a r o u í - d i r e , a in s i d é n o in m é e “ extrin -
R atisbon n c, 1902, p. 337, 338. Le p rem ier o b je t connu, s é q u e ", a é t é a p p c l é c « f o i » p a r t o u s le s s c o la s t iq u c s
qu i nous m eut ainsi par rapp ort au second, est par e t d ’ a u t r e s p liilo s o p h e s . V oir, p a r e x e m p l e , B o s s u e t ,
suite appelc « m o tif » (d e moveo, m olu m ). Dans la cou- cité á l ’ a r t . C h o y a m c k , t. 1 1 1 , c o l. 2306. B i e n que c e t
naissance m edíate, le m o tif est un o b je t d ifíércn t de u s a g e d u m o t « foi » s o it tout e n f a v e u r d e n o t r e d o c ­
celui auquel nous donnons finaleinent notre adhésion; t r i n e e a t h o l i q u e s u r le m o t i f d e la f o i r e l i g i e u s e , n o u s
dans la connaissancc im m éd ialc, il n ’ y a qu'un seul o b ­ 11 c n o u s e n s e r v i r o n s p a s p o u r le prouver, soit p a r c e q u e
je t, qu i est íi lui-incme son propre m otif, qui nous nieul c e t t e f a f o n d e p a r l c r n ’ e s t p a s g e n é r a l e p a r m i les p l i i l o -
par lui-m éme ¿i l'aflirm cr en vertu de sa propre évi- s o p h e s , s o it p a r e e q u ’ o n d o i t b e a u c o u p m o in s c o n s u l­
dcnce. t a r l ’ u s a g e d e s p h i l o s o p h e s q u e c e lu i d e l ’ É c r i t u r e et
Quand on brise, par l'analyse, le íru it de la foi, ct d e la t r a d it io n c lir é tie n n e , q u a n d 011 v e u t s a v o i r la
qu 'aprcs lui av o ir arraché ses envelop p es naturellcs on n a t u r e d e la f o i e h r é t i e n n e , la s e u lc d o n t n o u s n o u s
a rrive ;’i un noyau cen í ral, auquel on reserve plus stric- o c c u p io n s ici.
tcin en t le nom d ’ '■ actc de ío i », 0 11 peut discuter si cet L e sens des m ots étan t ainsi determ iné, nous prou-
acte de foi est disoursif en lui-m ém e, et plusieurs verons que la ío i ehrétienne, en ta n t que connaissancc,
théologicns le nien t, com m e nous le verrons plus loin. est une connaissancc non sculem ent medíale, mais
Mais tous reconnaisscnt que c et acte de foi dépend exlrínséque, fondée sur le tém oignage de D icu eonnne
d ’un raisonnenicnt qui le prepare et le rend raison* sur son m o tif propre et spécifique. Cc caractérc extrin -
nable, com m e l ’in térieur du fruit depend de son enve- séque de la foi, nous nc prétendons nullem cnt le dé-
lop p e; aussi est-ce l ’avis unánim e que la íoi n 'cst pas duirc d ’une tliéoric pliilosophiquc e t genérale, qui fera it
la connaissance in im édiate, celle qui 1 1 c présupposc de rin tc lligc n cc un principe purenient passif ct rece-
aucun raisoim cm ent, q u ’elle n 'cst pas la “ visión », v a n t to u t du d eliors; nous la deduisons seulem ent de
expression syinbolique pou r dcsigner la connaissance la nature spéciate du tém oign age, et de ce que la révé­
inim édiate, illa uideri dieun lu r, quee per seipsa m o- lation nous d éfin it la foi ehrétienne com m e un assenti-
vent inlelleetum nostrum vel sertsum ad su i eogni- m ent au tém oignage de Dicu.
lion cm , S. Thom as, Sum . iheol., I l » 11*, q. 1 , a. 4; 2o D ivers stjsíémes hélérodoxes. — Sur cc p oin t
p rin cip ia per se nota, el per consequens visa, a. 5. On du m o tif in tellectu el de la ío i clirétien n e, la plupart
rcncontrcra sans doute le m ot videre, dans un sens des ancicns protestants, ct beaucoup de protestants
largc, ap pliqué á la foi, I Cor., x m , 12, parce q u ’ellc contcm porains de nuancc con servatrice, sont avec
est une sorte de connaissance ct que dans toute sortc nous. T u rretin , par cxem p le, disait : Fides tiolal as-
de connaissance nous disons vu lga ircm en t : ,íc vois. senstim eerlum quidem sed inevidentem, q u i non ar-
Mais dans l ’exactitu de d ’ une d élin itio n , la foi est pré- lion e sed testim onio divin o n ililu r . ln s litu iio , 1. X V .
sentce com inc « une con viction (les choses qui ne sont c. ix , 1 1 . 3, É dim b ou rg, 1847, t. 11 , p. 497. V o ir d ’ autrcs
pas vucs. » Ile b ., x i, 1. Que la foi nc soit pas une con­ citations du meme genre dans une tliéo lo gie p rotes­
naissancc im m éd iatc, une visión, saint T ilom as en tante qu i suit la nicuic doctrine, H o d g e, Systematic
trou ve un signe p sycliologiqu c dans le besoin q u ’ a la llieology, Lon dres, 1874, t . 1 1 1 , p. 61, 62.
ío i d'une bonne v o lo n tc qui l’ aide, tandis que la visión Mais de n om breu x protestan ts m odem es, to u t en
se passe de toute assistance de la v o lo n té , a. 4. Dés le ad m ettan t que la foi est une connaissancc, ou du
debut tic son étudc sur la foi, il en a v a it donné une moins ren fen ne un élém cnt intellcctu cl, ont voulu
raison plus fondam cntalc : « Dans une connaissance c n lever á cette connaissance son caractére extrinséque,
quelconque, d it-il, il y a deux élém cnts : ce qui est 1 1 1 a- ou, plus radicalcm cnt, son caractére niédiat. Les pre-
tériellem en t connu (sa m atiére, son coutenu), c ’est miers en ont fa it une science; les seconds, allant plus,
com m e l'o b je t m a lc rié !; et ce par quoi l’on connait, loin, en ont ía it une in tu ition , ou une expérience,
c ’cst l’o b je t fo n n c l (le m o tif). A in si en gcom étrie, la c'est-A-dire une connaissancc im m édiate.
m atiére connue, ce sont les conclusions (les cnoncés 1. Parm i les protestants qui ont essayé de conci-
des th é o rém es ); l ’o b je t form e], ce sont les m oyens de lier le ehristianism e a vee le ration alism e, dés la fin du
d em o n stra ro n , en v ertu dcsqucls ces conclusions sont x v m » siéele, et dans la prem iére m o itié du x i x c, plu­
connues. E t de meme dans la ío i... Car la ío i dont nous sicurs o n t confu la foi com m e une espéce de science ou
parlons (la foi ehrétien n e) n ’adhére jam ais A une ve- de philosophie. Ain si Strauss ram enait la fo i á la
rite que parce que Dieu l ’a révélée. La fot s’ appuie scicnce. Die. ehristliehe Glaabcnslchre, T ubi 1 1 5 1 1 0 , 1840,
done sur la v érité divin e com inc sur son m oyen, ían- § 21. A leur suite, G üntlier ct d'autres catholiques
qtiam m e d io ,» a. l.O r, si la foi, pour croirc chacune des allcmands, qui ont rc?u parm i nous le nom de « sem i-
d ioses qu ’elle croit, d oit passe r par un m édium tou­ ration alistes », con fon d ircn t égalem ent la théodicéc
jours le incinc,rqui est la v érité ou véracité d ivin e, ct la p liilosoph ic m orale a v e c la foi : pour cux, la foi
com inc 1’alJirme saint T ilom as et com m e nous allons ehrétienne est une ferm e con victio n des choses in v i­
lc p ro u v c r, il est elair que la ío i est une connaissancc sibles, que cette persuasión soit obtenue par la v o ie
m édiate. extrinséque d 'a u to rilé ou par la v oie intrinsóqnc de
Mais la connaissance m edíate se subdivise suivant dém onstration pliilosoph iquc, á laqucllc ils donnent
la nature de son médium. Si c ct in term ediaire logique d ’aillcurs la préfércnce, alla n t ju squ ’á l ’appliqu cr íi la
est fou rn i par une substitution d 'é q u iva len ts abstraits, preu ve d e nos inystéres, qui n ’en sont pas susceptibles.
comme dans les dem onstrations de la geoin étric ou Voir des citations de ces auteurs dans les notes des
de l’ algébre, ou par une analysc de la réalité concréte thcologicns du V atica n , A cta el deereia conciliorn m
(|ue l’ on veu t'co n n aitre, par l ’observation de sa genése reecntiorum , Colleetio lacensis, I ’ribourg-en-Brisgau,
c t de son d évelop pem en t, par la connaissance de ses 1890, t. v il, col. 527. Sur G üntlier, v o ir un b ref de
causes et de ses effets, qui sont com m e quelque chose P ie I X á l ’archcvcque de Cologne, en 1857, D en zin ­
d ’clic-m e me, la connaissance par tcls interm édiaires ger, n. 1655 sq. Cf. G oyau, U A lle m a g n e religieuse, L e
est dite « intrinseque », v en a n t du dedans. Si l'in ter- eatholicisme, Paris, 1905, t. 1 1 , p. 43 sq., surtout 48-50;
médiaire n ’est autre q u ’un t¿Mveigtiíig€Mitj5a véracité, t. ív , p, 203-210, 216-224. Contre cctte ccole semi-
la connaissance médiatj?<c>st_.wlltd s« ^ \ ír i» s é q u e », ra ti 0 11 a liste le concilc du V atica n a établi, com m e nous

BI BLi OTHECA

t t í . » e r i'j
101 FOI 10 2

le vcrrons, le vvai concept de lu íoi, et ¡mssi l'exis- une connaissance, e l prennent le m o l « expérience ■> á
tcnce des m ystéros : le donne revelé, o b je t de notre peu prés com m c on le prend en p hysiquc ct dans les
foi, ren ícrin c des n m yslércs proprcm en t dits » qui nc autres scienccs expérim entales, a v e c c cttc diíTérenee
p eu ven t ni étre dém ontrés en v ertu de « principes que l’ o b jc t expérim en té est ici surnalurel ou m ystiquc.
naturels », c'est-á-dire do raisons intrinséques ct phi- E t notons que l ’cxpéricncc religieusc a été utilisée
losophiqucs, ni étre pénétrés p ar n otre in telligencc, 1 p ar les protestan ts de d eu x maniéres bien diffé-
rncme aprés ré vé la lio n . Sess. I I I , can. 1, D e fide el rentes ; « ) D ’ab ord on lui a sou vcn t donné un róle
ralione, D enzin ger, n. 1810; c í. c. iv , n. 1795, 1796. purem ent secondaire, qui laissait subsister le vérita b le
V o ir M y s t é r k . m o lií d e la ío i. A in si C alvin veu t, com m c nous, que
2. Plusieurs p ro lcsla n ts v o n t plus loin c t se repré- l’on croie les vérités révélées dans l’ É critu re, parce que
sen ten t la foi ehrétienne com m c une « in tu itio n », un c ’ est Dicu qui les a révélées; sans d ou te, parm i ces
acte sim ple et p r im itif de n o tre in telligcn ce. « L a foi, vérités il m cl au p rem ier rang la vo lo n té que Dicu a de
d it un ou vrage trés connu en A n g lc lc rrc , esl une éner- sauver ccux á qui il inspire la ío i, c t c ’cst ainsi q u ’ il
gie élém en tairc d e P á m c... P cu l-on o bserver e l ana- d é fin il la foi « une form e et certain e connaissance de
lyscr les in tu ilion s fon d am cn lales sur lcsquclles repose la bonne v o lo n té de D icu envers n o u s ,» inais il ajou te ;
n otre connaissance?... Si q u clq u ’un nous dem an de : « N ou s ne nions pas cependant que ro lfic c de la foi ne
Qu’ entendcz-vou s p ar penscr, aim er, vou lo ir, qui peut soit d e donner con sen tcm en l á la v é r ité de D ieu ...
le lui d irc ? ... Cc n ’cst q u ’en v o y a n t, en vou lan t, en quoi q u ’il disc, ct en qu elque m aniere que ce soit. »
aim ant, que nous pou von s tu n l soit peu con cevoir ce Institu tions, 1. I I I , c. i i , » . 7, G enéve, 15G2, p. 32S.
qu’ est ln vue, la v olo n té, l ’ am our. E t la foi cst du M ais un actc préalable á la fo i, c ’cst de se con vain crc
n om bre de ccs in tu ltlon s p rem ieres; elle cst cncore que dans l ’ É oritu rc c 'c s l bien Dicu qui parle, c'est de
plus p rofon d e e l plus d lém cn tairc... Si on dem ande rccon n aitrc l ’ É crilu rc com m c d ivin e r et c ’csl seule­
sa «lclin itio n , on nc peut que répon dre : L a foi, c ’cst la m ent dans cct actc p rta la b lc qu e C alvin fa it appol á
f o i ; croire, c ’est croire. • H . S. H ollan d , dans l ’ ou- l ’expéricn ce, á je ne sais quellc exp érien ce du d iv in :
vra ge c o lle c tif p u b lié par Ch. G orc sous le nom de I m x « L ’ É critu re, d it-il, a de quoi se faire connaitre, voirc
nuindi, Londres, 188‘J, p. 8-10. Plus loin il exp liqu e d ’ un sen tim en t aussi n otoire et in fa illib le com m e o n t
que la ío i a tte in t im m cd iatcm cn t en nous cette rela- les choses blan dios ct noires de m on trer leur coulcur, e l
lio n de dependanco qui cst au fond de tou te créature les dioses douccs el am éres de n ion trer leur s a v e u r.»
á l ’ógard de son créateur, relation q u ’il appellc lilia- Op. cit., 1. I, c. v ii, n. 2, p. 25. II y a líl une erreur, con-
ti on. « L a lo i cst la d écou vcrte d ’une filia tio n inhé- traire ménic á 1’expcriencc, e t quand on a d in cltra it
ren te... d éjá exista n t a v a n t elle, mais qu i ncccssairc- cc « sen tim en t », ti nc sera it pas un critére suflisant
ment re lie n t in activos ses plus ric h es ct ses plus splen- de la d iv in ité des É critures. V o ir E x p é iu e n c e r e i.i-
dides énergies ju s q u ’ á cc que c ette d éco u vcrte soil g ie its e , l. v , col. 1835. Mais enfin a v e e ccttc erreur
fa ite ... L a filiatio n , d éjá en germ e, se com plete, se secondaire le m o lií de la foi p eu t subsister. — b ) L e
réalisc dans l ’h om m e p ar sa ío i..., qu i est l ’a ltilu d e protestan tism o cst a r riv é á s’ écartcr cncore plus d e la
«l’un fils á l’ égard de son pére. » 0¡>. c il., p. IC, 17. On doctrine trad ítion tiellc, en assim ilant la f o i cllc-m ém c
v o it 1’ clTort pour rejoin d re au moins en apparctice la á u n t cxpérien ce. C ettc m aniere d 'in v o q u e r l ’cxp é-
tliéo ric lu tliéricilu e d e la ju s tifie a tio n par la foi. « Ln ricnce d étru it le m o tif propre c t la v ra ic nature de
íoi, d it-il plus loin, ne d o it pas étre m ise sur la inénic la foi. C ’ cst S chlciernm cber qui p ar ai t etre le v érita b le
ligne que les autres íacultés de l ’ám c... E lle tie n l á auteur de cctte évo lu tio n du p rotestan tism o, au com -
nnc racinc plus p ro fo n d e .,. E lle rem on te á l'o rig in c : m cncem cnt du x i x c siócle. Sur lui ct sur les auteurs
mém e d e n otre e tre, ii son p o in t d ’a tta clic avec D ic u .» d ’autres systém cs, protestan ts et m odernisles, qui
cit., p. 22, V o ilíi bien l ’idce d ’une facu lté spéciale con fondcnt la fot avec une expérien ce, soit qu'ils con-
pour la foi, idée déjá ancienne parm i les p r o te s ta n ts : serv e n t cncore ou nc conscrvcnt pas d e dogm es, v o ir
« L a ío i, d it E sd ien tn ayer, est un organc spécial pour H xnbuENC E n E U on:usE , l. v , col. 17!)8-t«01.
attein d re ce qui est ólernel e l sa in t; elle d ifférc de la U n e te n ta tiv o des plus curieuscs en ce genre, parce
pensée, du sen tim en t c t de la v o lo n t é . » D ie cinfachstc que, chcrchnnt á coticilier la ío i-ex p érieiic c a vec la
/.JorjmííM-.Tubinguc, 1820,p. 37C. Ces concepliotis dé- con servation o rth o d ox e de quclques dogm es íoiuln-
truisent le vrai m n lif de la foi ehrétienne, telíe que nous m entau x, clic cssaie ce to u r de forcé, de les tirer «le
allons l'exp oser d ’aprés l’ K c ritu rc e l les l ’éres; ellcs ont l'exp érien cc méme,«-L de l'cxp érien ce inórale or<linaire,
encoré l ’ in co n vén ien l, au p oin t de vu e ra lion iiel e t c 'c s l le systfinc de la reríiíu d c chréliennc de Fran k.
p sych ologiqn c, de m u ltip lier, sans néccssilé e t saits 2 C é d il. rcvisce, Erlangen, 1881; Irnd. nnglaise, líd im -
p reu ve cxpérim entule, les organes ou les facultes; au bourR, 188f>. N’oir lOxi'i’atiKNca-: uici.Kiii'.i’si:, l, v , col.
p oin t de vue scripturuire ct Ib éo lo giq u c, de lim ile r 17Í»Í>, 1800.C f.,p arm i les critiques prolcslan ts, 11,Hois,
a rb itrn ira n e n t l'o b je t de la foi ehrétienne h notre De la ccrliíu d r rhrelienne, Jissai sur la throloqic de I'r a n k ,
• dépcndance ou filiation «n vers Dicu, » ou bien aux Paris, 1887. Ce « xysU^me * est presenté ]>ar son auteur
« d ioses c tc rn e lle s ," lan d is «pie la foi qui sauve, d ’aprés; com m c une íorteresse oú p eu t s<* réfu gicr le clirétieii
l'É critu rc, a t le in l aussi «1'aulrcs objets : ainsi cellc soucieux «le sauver quelques dogm es ; fondé sur une
d ’A b ra b a m , donnéc com m e m odéle par sain l l ’nul, ;> exp érieiico certaine, il n ’a pas hesoin de docum enls
pour o b je l la naissance prom isc d'u n fils e l sa nóm ­ bistoriques, de philosophie, e l resterail deboul, quand
brense p os té rilé fu ture. Itom ,, iv . V o ir plus b aú l les m ém e les critiques n rrivo raien l á déivmlir toute liislo-
exeinplcs des m ots « fo i, croirc • dans le N ou veau Tes- ric ité des origines elirélicnncs, f|uaitd méme les sccp-
lam cn l. La foi com m e facu lté disLincle n ’cn esl pas tiques reiiverseraienl tou te p lu losop liie el rérluiraienl
moins une con coplion chére á certain * protestants du á n é a iil ce q u ’ oit iqtpellc la raison ttalurclle. 0/>. rií.,
jnur. V o ir la c ila lio n de M. Craíer, á l ’a rl. l ) n a \ l. ív , tra«l. anglai.se, p. 108. Nous en donnerons l ’analyse
rol, 703. ■. s u b slíin tid le , <]ii’oti lie tro u ve ra il pas ailleurs.
3. S n nl cncore partisaus de la connaissance im m é- Vnici d ’abord le fa it d ’cx])ériencc. Dans sa co n v er­
d iate eeux <jui, sans dem ander une íaculté spcciale sión. le ebréLieii a conscience d ’ une tn in sfim n ation
ni un acte p r im itif e l fundam ental d 'in tu ilio n , con- inórale : un nouveau m o i a sucecdé á ra iteieit; le vieil
v o iv e n l la foi coim n cu n c ■ expérience >. Laisson siei do lioniine, carnclérisc par la concupiscente, a cédé l'ein-
e ólé eeux qui par * expérience * c n lc n d c n l une pitre pire í'i l lioniitie n onveaii de tendanee e on lra ire; Iont
ém ntlon, coinm c cerlains prolostan ts ct ntodernistes péehé est un re lo u r agressií de ra n cien n to i.O p . cit.,
réíutés plus b aúl. N e prenons que eeux qui e n leiid eiit p. 1 17, 118. I ’ uisqitc nous scutons le nwi nalurel coni-
103 FO) JOÍ

b a llrc eticorc pour la su p rén ia tic perduc, il esl elair obligation absolue (im p é ra tif calégoriqu c de K a n t),
que la nature 1 1 c peu t par elle-m ém c eliangcr de v o ­ p. 314. Que cet Absolu soit une personne m orale, cela
lon té, qu ’clle est riv ée á la concupiscence e t au m a l : ressort de cc qu ’il p rodu it en nous des eíTets m oraux,
done le m o i nouveau a vec sa v olo n té nouvelle de ce q u ’il a une influence m orale, p. 317. L e deuxiém e
n ’cst pas un p ro d u it de la nature, un fru it de l ’évo- o b je t transcendant, c ’est la T rin ité . Fran k ía it de
lu tio n ; il v ie n t du deliors, p ar le fa it du cliristianism e. longs ct pcnibles eilorts p ou r distinguer dans le fait
11 y a toutefois dans la nature mém e un vague besoin de notre régénération trois élém ents attribuables á
<le cette transforuiation, une aspiration á sortir du trois dilTérentes personnes, toujours cependant dans
m a l; mais dans le cliristianism c seul on peu t trou ver l ’unité de l’Absolu, p. 321 sq. 11 avoue du reste que
une pleine satisfaction de ce besoin moral ;la conscience notre expérien ce n’ a tte in t pas lout le dogm e ecclésias­
clirétienne saisit en mí-inc tem ps ce besoin et sa paríai- tique de la T rin ité , p. 34G. L e troisiém e o b je t est la
te satisfaction . E t puisque cette tran síorm ation inórale rédemplion par un D ieu fa it homme. L e con vertí sent
repond au vceu de la nature, le chrétien constate que que D ieu lui pardonne, done une exp iation a eu lieu ;
cc n ’e sl pas en lui un phénoinénc m orbide, aecidentel, et une longue serie de raisonnem ents tache de m on trer
m ais norm al, p. 122-127. L ’ exp éricn ce fondam entale que cctte exp iation ne p eu t v e n ir que d ’un D ieu-
ctan t ainsi posée e t com prise, il va.su ílire d ’en d éve- hom m e, qu i a satisfait pour nous á la justicc divine,
lopper le contonu, p ou r re tro u ver tous les objets de p. 349 sq. V o ilá done les prineipaux dogm es sortis
ío i d on t se com pose le cliristian ism c, im nianents ou spontaném ent du germ e de l ’expérience m orale du
transcendants : chrétien.
« ) O b jeis im m anenls de la foi. — L ’ cxpériencc ci- I C ritiqu e du systéme. — N ou s rcconnaissons volon-
dessus rcnfcrnic une condanination du moi naturel, tiers dans c e t essai d ’ apologétiqu e n ouvelle de I’origi-
p. 192, une connaissancc de la m auvaise nature com m e | nalité e t de la puissance con slru ctive; e t quelques-
péehé h a b itu d , p. 194; la nature lium ainc n ’a pu ctre ¡ uns des raisonnem ents sont justes. Mais l ’ autcur luI-
ainsi á l'o rig in c : don e elle a dü ctre fausséc, v o ilá le meine a prévu qu e « beaucoup de personnes » lui
dogm e du péché o rig in e l, p. 19G sq. L e nouveau m oi, I diraient : « C ’est lá une dangereuse m éthodc subjec-
qui suppose la d élivran ce de la servitude du péehé, tiv e de se con vain cre de la v é rité clirétien n e; ct si,
n ’esl pas le p rod u it du m o i n a tu re l: on e n tre vo it done partan t de 1’exp érien ce, vous a v e z la ehance de ren-
le dogm e de la gráce ct de la ju stifica tion , p. 203, 205, contrer la révélation o b je c tiv e tclle que Dieu l'a don-
210. A I’cxpéricn ce de ccttc d élivran ce,d e ccttc rége- née, c ’est parce que, sans le dire, vous en gardez devan t
nération, l ’aelc de fo i, en tan t que ju stifian t, ajou te , vos yeu x les p rin eip au x articles, qui déterm inent
une réaction de la personne qui l ’acccpte com m e nou- d ’ avance les résultats de v o tre expérience prctenduc.
vel état, qui s’y abandonne a vee confiance et y trou ve L a v raie m éthode pou r ces vérités transcendantes,
l ’absolue satisfaction jusqu’ aloi's clierchée en vain : c ’est de les tirer seulem ent de la révélation d ivin e, de
aete m oral prim ordial, par lequel le m oi spirituel la sainte É critu re, ou de la trad itio n de l’ É glise c t de
a ttein t son em pirc : continu é, cet a (t e caractérise le rece v o ir avec foi ce qui a éte ainsi obtenu, * p. 297.
chrétien, e t fixe la régénération á l ’état h a b itu d : L 'o b jc c tio n a du bou, et F ra n k n ’ y donne qu'une
voilíi le dogm e de la ju stifica tion p a r la foi, p. 212 sq. réponsc évasive, Les tliéologien s catholiques, que les
Frank ne veu t fon dvr ni la foi ni l'espérance sur une protestants accusent souvent de p a rtir d ’idces précon-
révélation extérieu re ii laquelle la critiq u e dem anderrJl V-ucs, ne se laisseraient pas, cortes, inllucncer par los
ses titres, ct dont il veu t á to u t p rix é viter la d iíliicle dogm es de leur É glise jusqu’á truquer l ’ expéricnce
preuve : il va done s’ cfforcer d ’étendre l ’cxpérienee pou r les rejoind re, ou jusqu’á accepter en faveu r de
au deb\ des lim ites du présent, jusqu’ á 1'aven ir que leur tliésc des apparcnccs de preu ve aussi íaibles que
le chrétien d o it espérer, p. 219, 220, Mais com m ent les acccptc ce célébre professeur de théologic protes­
peut-on exp érim enter l ’aven ir? V oici. L e bienlicureux tante dans une grande un iversité d ’Allem ague.
achóvem ent du c id est déjá en gcrinc dans cc coinmen- En pren ant le systém e í» sa base méme, h ce qu ’on
ceinent de notre régénération : car elle nous apparalt appelle » l ’expérien ce fon dam en tale ■>, un tliéologicn
non seulem ent com m e quelquc chosc d ’actuel, qui eatholiqu e, de prim e ¡ibord, se m éficra de cctte con-
esl, mais com inc quelque chosc de normal, qui doit dainnation si som niaire du m oi naturel. Est-cc récllc-
élre; ct la satisfaction absolue que nolis en éprouvons nient l'exp érieiice qui m ontre ñ Frank ce pauvre m ui
nc se cou?oit pas sans la certitu de d ’avo ir rcncontré le com m e si fonciérenicnt m auvais? N ’est-ce pas p lu tót
but supréine de la v ic, ct de posséder dans ee coni- le systéme p rccon fu de L u tlicr sur les suites du péché
m cnccm ent un gage certain d ’achévcm ent, puisque, origin el, sur la nature lium ainc absolum ent corrom -
sans l ’aeliévem ent, le coinm enceincnt serait inutile. pue et d egradée? V o ir PÉcnfc o r i g i n e l . Ap rés avoir
V oilá done le (logine de la vic futuro, p. 221 sq. Les ainsi m allieureuscm cnt id en tifié notre nature avee la
révélations de l ’É critu rc vien n en t ensuite utilcm cnt concupiscence, avec la tendance fonciérem cnt mau-
confirm cr, com pléter cctte cxpérience pcrsonnclle, vaise, n ’ y a-t-il pas ensuite con tradiction á lui sup-
inais clles ont besoin de s’ y appuycr, et ne sont pas le poser une aspiration au bien, un besoin m oral? Que
dernier fon d em en t de notre foi et de notre espérance, vou lez-vou s? L ’auteur a besoin de ce besoin pour que
p. 229, 293. I la régénération clirétienne, en le satisíaisant, soit re-
b) O bjets transcendants de la foi. — D ’abord, I'cxís- connue i com m e un phénoinéne normal, parce q u ’clle
lence et la persoim alité de D ieu . L e chrctien expéri- répond nu vceu de la nature (m auvaise ou bonne ?).
mente que sa régénération n’ cst pas le ía it d ’une évo- I L e chrétien, ajou te-t-on , éprou ve en soi une transfor-
lution interne et pcrsonnclle, mais d'un p ou vo ir exté- m ation morale. Oui; mais, les grands saints mis á
r ie u r .« Vous a v e z été plus ío rt que m oi, et vous l ’a v c z j part, ccttc tran síorm ation sensible n ’est-cllc pas exa-
em porté, tel est l'a veu du c o n v e r tí,» p. 307. Quel est cc gérée ici? L a v ic de la grande m u ltitu de des chrétiens
pou voir exterieu r? Ce nc peut étre ni la nature brute n ’est-elle pas perqué par cux-incm es com m e trés impar-
ct sans raison, étrangérc á I’ordre moral, ni la íalb le faite? lis on t conscience, diles-vou s, que le christia-
lium anité, le m onde qui nous tcn a it c a p tif dans ses nisme donne au besoin m oral une satisfaction abso­
cliaínes, qui ait pu nous d élivrer, p. 309,311. L ’absolue lue. Pou r constater cet absolu, ils d evraien t mesurcr
satisfaction que nous trou von s dans la régénération cc besoin moral, m esurcr aussi la satisfaction, variable
fa it v o ir que le p ou vo ir régénérateur est l'A b solu , d ’ailleurs, q u ’ ils éprou ven t, et coniparer. L e font-ils?
c ’est-á-dire D ieu ; au surplus, l’infini seul peut nous Le p eu ven t-ils? Q u ’en cstim ant to u l cela par approxi-
satisíaire. N ous avons d 'ailleu rs conscience d ’une m ation, ils a ic iil une preu ve assez probable de la
105 FOI

v é rité du christianism c, s o it : est-cc la « certitu de » com inc F ran k, qu e~ c d te exp cricn cc leur fotirnissc des
d o n t on nous p arle? Pou r re n íorcc r cctte transíor- dogm es, d o n t ils ne reconnaisscnt pas la valeu r abso­
ín ation , on im agin e la p rodu ction d ’ un «n o u v e a u m o i » lue c t d ivin e, c t d o n t ils ch erch en t h se passer. Sur
qu i, k v r a i d irc, n ’est pas une donnee d ’e x p c rien c e » l ’évo lu tio n du con cep t de la fo i c lic z Ies protestants
mais une phrase de rhétoriqu e. Ce m o i se com pose, en lib éra u x c t sur l ’h istoire des systém cs contem porains
fait, de quelqucs sentim ents m o ra u x ; si v ifs soient-ils, qui sont appclés par eu x « fuléism c, sym bolism c, sym -
ils passent, c t n ’cm péchen t pas m ém e le re to u r de sen- bolo-fidéism c, * v o ir l ’ou vrage tres docum enté de
tim en ts c o n lra irc s; il n ’ y a líi qu e de l’ accidcntcl, c t M . l’ abbé Sncll, E s sa i s u r la f o i dans le catholicisme
non pas une n o u velle personnalité. V ous p erson n iliez et le proteslanlism e, P arís, 1911.
1111 sen tim en t passager, com m e le p oete personnifle P a rm i les m odernistes, d ’aucuns e x p liq u c n t leur
l ’ A m o u r ou l’ E n v ic ; c t ensuite, p ren a n t la prosopopée foi com m e sortan t d ’une facu lté in tu ítiv e , d istin ele de
au scricux, vou s p rétez á c ette préten due personne la raison, mais d ’ aillcurs ne dépassant n ullcm ent dans
une conscience p ropre. Cc n’ est pas le m o i ancicn, ses eífets les phénom énes m orau x ordinaires : « Les
di tes-vous» qu i exp érim en te en lui une m o d iíica tion : m odernistes, d isa it M . L o isy , n 'en ten den t p o in t par
c'cst ic m o i n ’e x is ta n t pas au p a ravan t, qui est con- ' sen tim en t l ’ém otion , ni p a r action un m ou vem cn t
s c ie n tc t certain de lu i-m ém e,d e sa p ro d u e tío n ,»p .l3 8 . quelconque. Quand ils p a rlc n t du subconscient et
Aillcurs vou s a v o u e z pour tal it q u ’ il y a dans cctte dua- quand ils p arlcn t de sen tim en t, ils enten d en t c ette
Iité,Z)up//c/í(i/,unc g ra v e d iflicu ltc non encoré résolue, ¡ espéce de reserve o(i son t accumulécs, au fon d de n otre
d ’n utan t plus qu e ccs d en x m o i o n t des actes com - é tre, des notions vagues e t im p licites qui sont com m e
inuns de connaissance c t de v o lo n tc , p. 276. Ces d eu x en a tlc n d a n t l ’occasion de se d éterm in cr c t de s’aflir-
m o i prétendus ne d ém o n tren t don e sérieusem ent ni une m cr; des aspirations indccises, qui son t com inc prctes
chu te origin elle, n i une régénération surnaturcllc; 1 £i se dtssín cr e t á s’ élanccr sur leu r o b je t dés q u ’il sera
m ém e dan s* l ’é ta t de nature purc » com ino disent Ies p réscn lé; to u t un trésor sccrct d ’ a c tiv ité , qui s ’cpan-
théologicns cath oliqu es, dans un ordre de choses oú chcra plus ou m oin s sclon les occasions c t le d cvclo p -
il n ’ y au rait cu n i péché origin el ni régénération par p em en t de 1’ in itia tiv c pcrson n clle: je nc sais qu el sens
la grácc, la nature si com p lo x e de l’ hom m c o flrira it qui n ’cst pas une puissancc de raisonnem ent ni d ’in-
encore des lu ttes de sentim ents, des b ataillcs de pas- duction , mais une sorte de ju g em e n t in tu itif sur la
sions, des con flits entre les tcndanccs anim ales e t la valcu r des choses, fa c u lté que secondcra c t guidern
volo n té raisonnable, e t l'on p ou rra it cncore dirc avec la raison, mais qu e la raison nc cree pas, car elle ne
le poéte : « Je sens d eu x hom m es en moi. » p rocéde pas d e la raison c t sort com n ic elle du fon d de
Q uant aux o b je ts transcendants de la foi, si nous n o tre nature. C ’ est ce scn tiin en t-la, non l’ ém otion
adincttons volo n tiers que J’ In fm i seul p eu t rassasier d on t les thcologicn s d e Sa S ain tcté m arqu en t A bou
plein cm en t le cocur lium ain, nous observons que ccttc d ro it les insnílisances, qui est en jcu dans rcx p é rie n c c
« pleinc et absolue satisfaction » est réservéc á la vic morale, soutenant rin tc llig c n c c dans ses jugem en ts,
futurc parce q u ’ellc im p liqu e la visión b éa tifiqu e, loin et la v o lo n té dans ses opération s, jugem en ts c t opé-
de p o u v o ir se con fond re avec la jo ie d ’un con vertí rations qui ezplieilent, pou r ainsi p arlcr, cc qui est,
qu elconqtic. E t si nous concédons une eertaine valcu r dans le sen tim en t, in telligen cc c t v o lo n té im p licites ...
íi la p reu ve de l’cxisten cc et de la personnalité de Ccttc exp érien ce n'cst pas au tre chose que la v ic
Dieu tiréc de n otre conscience m orale, nous ne pou- morale. » S im ples réftcxion s ... sur l ’eneyelique, 1908,
vons que nous éton n er des extraord in aires déductions p. 215, 240. D ’autrcs m odernistes, au con trairc, fon t
par lesquclles rin g é n ic u x docteur veu t aboutir aux de la révélatio n e l de la foi une ém otion a v a n t tou t, e l
dogm es de la trinité, de l'incarnation e t d e la ríd cin p - une ém o tio n extrn ordin aire, qn 'en suitc rin tc lligc n cc
tion. L e s scolastujucs, accusés d ’ ahuscr de la déduc- hum ainc trad u it h sa fa fo n p ar des ad in n ation s sans
tion, son t ici gra n dem en t dépassés. « Le con vertí a valcu r o h jc c tiv c ; ainsi G. T y rre l. V o ir fttudes du
l'cxp éricn cc e ertain e du pardon d ivin . D on e il y a cu 20 a v ril I ‘J08, p. ICC sq. En som m e, avec les ítiémcs
exp iatio n ofTerte á D icu par q u clq u ’ un. » L e fa it d on t mots d ’ « expérien ce religieuse » ct m ém e de « senti-
0 1 1 p a rt e s l con testa b le; mais m ém e en l’adnicttunt, m ent ", il y a un m oderuism e froid ct critiqu e, et un
la conclusión qu 'on cil tire n ’cst pas solide : D ieu, s’il m odcm isinc écliaulTé ct m ystiqn c.
le v o u la it, p ou rra il p ardonn er sans exp iatio n aucunc, Sons le nom d ’ « cxpérience. religieuse », d ’autres
on nc p ro u vera jam ais le con traire. .Mais c ’est surtout an teurs conlcniporains, catholiqu es ou protestants, on t
la prétendue » exp érien ce de la v ic futurc » qui est. enten dí! c etlc cxp érien ce qui n aít de la pratique quoti-
é to n n a n tc ! L ’ anteur confond con stam m ent l'cxp é- (tienne de la re lig ió n p en dan t un tem ps assez lon g :
rience avec cc que l'on peut en tire r par voie de dédm v c ’ cst de c cttc cxpéricncc-lít q n ’ ils at.tcndent la » foi ».
tion. A u reste, ia déduction clle-m cine n'cst pas juste : C’est preiulre 1’au gin cn tation de I;i fo i, la v ic de foi,
le com m cn cein cn t de la vie m orale c t clirétienne, si les cfTcts ile la ío i, pour la ío i elle-niém e, qui a dú
cxcellen t soit-il, nc ga ra n tit pas l ’ achévcm ent, qui précédcr. D 'aprés cux, quand on n ’a pas encorc pra -
peut étre arreté c t supprinié par la faute de l’Iionune ; liqué sa religió n , on n’au rait pas encorc la « foi » : d
ainsi en est-il de ccu x * qui r e fo iv e n t avec jo ie la parole p ou rta n t nous v o y o m dans rr¿critu re un liom nie qui.
de D ieu ,.., c t c ro ien t p en dan t qu clque temps, puis I non scu lem enl n ’a v a it pas p ratiqu é la religió n cliré-
succom bent ¿t l'hcu re de la tcntation. » L u c ., v m , K?. 1 ticunem ais I ’ign orait, nn p rosélytc, aprés un catéd iism c
Concluons : on n ’atlcin d rn jam ais Ies dogm es cliré- q u ’on lui fa it p en dan t nne course en v oitu re, • croirc >,
licns par une v oie raisonnable c t sérieuse, tan t qn ’ on fairc dans lo u le la forcé dn tenne un « actc de foi ».
n’ aura pas rccours ¿i la ré véla tio n extérieu re, tant eo n d ilio n néeessaire dn bap tém e q u ’ il re?oit aussilót.
q u ’enfcrm é en soi-m éme par un in dividualism o férocc A c t., v m , 27 sq. E t la « f o i » nous est présentéc dans
oíl s'acliarncra á vou lo ir tircr «■es dogm es (ru ñe rxp é- l ’ C critu re, les Pércs ct Ies conciles, non pas comme
rieticc psychologíque ou d ’une source iniinancntc en l’abou lissan t de la pratiqu e religieuse, mais com me
général, coinm c l’aiaign ée tire d o lle -m é m c son fii. l’ in troduetion á c cttc p ratiqu e, ct la prem iére base-
lin fin tou t Ic sysléine de cc pro testan t conserva te ur, des autres vertus et de lo n te la v ic ehrétienne, V o ir
en ram en ant la foi clirétienne á une cxpérien ce, dé- col. C’est ít ccs doenm ents de la révélatio n , ce
tn iit sa vraic nature, com m e nous allons le voir. n’est pas i notre fan taisic de d éterm in cr cc que c'csl
Les protestan ts libéraux fo n t aussi de la fol une que la « íoi ct cc que Dicn a voulu n iettre au débnt
expérien ce, e l, dans son élém cn t Intellcctuel, une (le notre religión . Le bon sens lni*nn'm e, dn reste,
rnunuissnncc im m édiate : inais ils n 'cn tein lcn t pas, v o it assez claircm ent qnc.st l ’ on n'n jias lo u t d ’ abord
107 roí 108

une croyance á telle religión p lu tó t qu'á telle autre, il L a fin du méme ch apilrc con ticn t une explication
n’y aura pas (le raison p ou r se m e llro íi pratiquer d octrín a le des plus im portantes. L e tém oignage du
celle-ci p lu tó t que toutes les autres; q u ’une expéri- Chrisl y est a v e c une nouvellc insistance id e n lifié au
m cn ln lion & ra ve n tu re n ’est pas licite en un su jet si tém oign age d ivin . I I « v ien t d ’en h a u t » c t « esl au-des-
d élic a t; que les ministres d'u ne religió n (e t c'cst spé- sus de tou s; et cc q u 'il a vu e t entendu, il Pattestc, »
cialem cn t le cas pour l ’ É glise de .lésus-Chrisl) ne 31, 32. « Cclui que Dieu a e n v o yé dit les parolas dn
liv re n t pas ainsi lcurs dioses saintes au profane qui D ie u , paree que Dieu ne (lu i) donne pas l’ E sp rit avec
ne sait pas cncore si elles sont saintes, par exem ple, mesure; le P ére aim e le Fils et il lui a tout remis entre
l ’eu cliaristic; ef. M atth ., v u , C ;q u e la p r ié r e c t le cuite les mains, » 34, 35. Mais pourquoi tant insister s u t c e '
com niun supposcnt la croyance de tous, et que, s¡ fa it que c ’cst D icu qui p arle? P aree que Dieu est le
l ’on o u vra it sciem m cnt la porte á l ’ incroyance, 0 11 ne tém oin v érid iq u e p ar excellence : cc que nous rccon-
pourrait m ain ten ir dans une soeiété rcligieuse Puní té naissons en p T a t i q u c p a T le fa it m ém e de recevoir
sans laquelle elle p é ril. V o ir E x p é i u k n c e h i s u q i e u s e , purem ent ct sim plem en t son tém oignage, qui se con-
t. V , c o l. 1812-1816. Cí. D i e u , t. i v , c o l. 813 sq. fond a v e c celui du céleste e n v o yé : « Celui qui rc£o:l
3 o Le m o tif de la fo i dans l’ É eritu re. — C’est toujours son tém oign age, ccTtific que Dieu cst v é rid iq u e ," quia
l ’au lo rité du tém oign age d ivin , quel que soit l ’en voyé Dens verax esl, 33; cf. v m , 2G. E t « T c c e v o i r son tém oi­
qui transm et ce tém oign age. que ce soit le Christ lui- gnage n cst la mém e chose que « croire en lui Com-
incme, ou un p roph éte, un apótre. p arez 32, 33 a v e c 36. « E t c ctte foi est salutaire ct
1. L a fo i p a r l’interm édiairc de la prédiration du o b lig a to ir e ,» 3C. C'cst done la véracite d ivin e, l ’auto-
C hrisl. — Kclisons cc dialogue de nuil entre Jesús et rité d e D ieu com m e tém oin, cou vran t le tém oign age
N ico d ém e : « En vérité, en vérité, je te le (lis : nul, s’ il de son en vo yé, qui nous a tlirc intcllectu cllcm en t á
ne nait de nouveau, ne p eu t v o ir le royaum e de D ie u .» croire, qui est le m o tif de la fo i. E t com m c le fa it de
Joa-, n i , 3, L ’ interlocuteur prend cctte naissance nou- croirc honore la vcracité d ivin e , ainsi le fa it de nc pas
vellc en un sens m a tériel; Jésus reprend son n (Tirina- croire fa it in ju rc í> ccttc véra cité, en tra ita n l Dicu de
tion en la précisant, et lili exp liqu e qu ’ il s’a g it d ’une m enteur. I Joa., v, 0, 10.
naissance tou te spirilu elle, in visib le com me l’air, 2. L a f o i pa r l'iiiterm éd ia ire de la prédiration des
acconiplie en nous p ar P E sp rit-S ain l, 5-8. II im p orte, apótres. — Ce n ’est p oin t p a r la seule p rédication du
en eíTet, que le ehrétien, sans les pénétrer, a it une Christ que les liom m es d oiven t « croirc », d oiv e n t faire
idée juste des m ystércs, tel q u ’est ici cclui de la régé- Pacte de fo i, mais p a r cello de son précurscur, Joa., i,
nération : ce lie sont pas de vaines formules, indilté- 7, e l surtout p a r celle de ses apótres, x v n , 20. Les
rentes i» la v é rité ou á l'erreu r de l'ám c. apótres ont une inission d ivin e , d é riv é t de cellc de
« N ico d ém e lui répon d it : Com m ent cela se peu t-il Jesús et sem blable á la sienne, x x , 21. Ils sont envoyés
taire? » 9. II y a dans ce m ot une surprisc en face de coinm c des « tem oins », Luc., x x iv , 48; A c t., i, 8, 32;
Pinconnu, un ctonnem enl d on t Jesús s’ ctonnc a son x , 41, 42. P o u t que leur tém oign age se raméne au
tour, car Pignoranoc de N ico d ém e semble poTter sur tém oign age d ivin , pou r que D icu soit entendu en eux,
le fa it méme de notre régéiiération , et un docteur en ils sont inspirés et assistes par l ’ E sprit-S aint, suivant
Israel n ’au rait pas dú ign orer le fa it de cette transfor­ la p T o n i e s s e du Christ. Joa., x iv , 26; x v i, 12, 13; cf.
m a ro n des funes, qui TCnaissent par la puissance de I M atth ., x , 20.
Dieu a la v ie spirituelle, 10. 11 y a dans ce m ot cncore Paul lui-m em e, qu oique ta rd ive m e n t agrégé au
autre chose, la tendancc de l ’esprit raisonneur í» la | collégc apostolique, n’ a pas vefu ni appris son E va n -
i'onnaissancc intrinseque et profonde, le dcsir d ’ap- gile d ’un liom m c, d ’ un au tre apótre, mais du Christ
prendre le m écanism e in tim e de c e lte régénération ! ressuseité e t glo rifié, p a r révélation. GaL, i, 11. Cettc
sim plem ent aíTirmée p a r le Christ, c t de com prendre A I p arole d iv in e par lui transinisc, les fidéles on t raison de
fon d le m ystcrc a v a n t de l’ adniettre. Ici Jésus se la rcccvoir « non com m c p arole des hommes, mais,
redresse, c t au lieu de ío u m ir l ’cxpérience, Pintuition ainsi qu’ cllc Test véritab lcm en t, com m e parole de
ou du moins la seienee que v ou d rait ce docteur, il se D ie u . » I Thes., i i , 13. Sur cc texte. v o ir P ra t, L a
plain t q u ’on nc rc£ 0 iv c pas son tém oignage, si com pe­ theologie de S. P a u l, I I C p a rtic, 2 C édit., 1912, p. 338.
te n !, si au lo risé; p a r cettc p lain te, il proclam e que ce P ou r que la croyan cc des fldclcs garde cc caractére
témoignage cst á lui seul le m o tif qui d o it suÑirc a de foi ii la parole d e D icu, l ’apótre évitera les raisons
croire : <t E n v érité, en v é ritc je te le dis, nous disons cc philosophiques, si persuasivos soicnt-e.llcs, d on t l ’abus
que nous savons, e t nous attestons cc que nous avons p ou rrait changer en eu x la foi d iv in e en Science hu-
vu, mais vous ne recevcz p o in t notre tém oignage. m ainc. E n d é p it du « sage », du » docteur », du « dis-
Si vous ne c ro yez pas quand je vous parle des choscs puteur de ce siéele », en d é p it des Grecs qui « chercheut
qui sont sur la terre, com m en t croirez-vous si je viens la sagesse », les dém onstrations philosophiques, I Cor.,
ü vous parleT de eelles qui sont dans le cicl? » 11, 12. i, 20, 22, l ’ap ótre n ’ap p orte p o i n t « les raffinom ents de
P aroles qui nous fo n t v o ir aussi Péquivalenee entre la raison ou de la sagesse, » mais sim plem ent p ro­
ccs d eu x expressions du Christ « CTOire » e t » recevoir m ulgue « le tém oignage de D ie u . » 1 C o t ., I I , 1. Sa pré­
son tém oign age ». E t le tém oign age de Jésus se ram éne d ication ne s’ appuic pas « sur les discours persuasifs de
p ou r son ín terlocu teur au tém oign age de Dieu, car la sagesse (ou p hilosoph ie), mais sur la d ém on stratioii
dés le d éb u t N ico d ém e a d i t : « M aitrc, nous savons que de. P É sprit-S ain t c t de la puissance d ivin e, afin que
vous ctes venu de la p a rt de D icu pour nous enseigner, votre foi T e p o s e , non sur la sagesse des homincs, mais
car personne ne p eu t Taire le s ín iT a c lc s que vous faites, sur la puissance d e D ie u ,» 4 ,5 . Ici sont indiquées les
si D ieu n ’ est pas a vec lui, » 2. C’cst done Dieu lui- a u v r c s de la loute-puissance, les miraclcs m oraux et
m ém e qui, par le iniraele, com m e p ar sa signature, physiqucs qui sont com m e la signature du lem oignage
ga ran tí! l ’enseignem ent d e son e n v o y é ; le té m o i­ d ivin , qui fo n t reconnaitre P au l coinm c en voyé, et sa
gnage d e Jésus est done le tém oign age de D icu, m em e parole com m c parole de D ic u ; c ’cst cc qu ’il appellc
pou r un ju if qui ne con n ait pas cncore le m ystére ici la déinonstration de la puissance et de P E sprit
plus re lev é d e P in cam atio n . Concluons que le tém oi­ (au teu r du surnaturel), c t ailleurs « les signes (ou
gnage d e D ieu cst presenté ic i coninic m o tif sultisant p reu ves) de son a p o sto la t..., les prodiges et les ínira-
et nécessaire de la f o i : e t il s’a g it bien de la fo i qui eles ». I I Cor., x i i , 12. Ces preuves exirinséques, qui
sauve, de la foi e xig ée p ou r le salut, c t e xig ée non seu­ s erven l íi faire reconnaitre le tém oign age de D icu, Sont
lem en t de N ic o d é m e mais d e tous les hommes, 15, ñ Popposc d e toute p reu ve intrinsóque et philoso-
10, 18. p biqu e des vérités révélées, com m c aussi de tou te in-
109 FOI 110

tu itio n im in éd ia te de ccs v é rilé s . D e lá une eertaine sieurs olivrages modernos, com m e nous I ’avons déjíi
c a p liv it é de l ’esprit, car la p en tc n aturelle d e l ’in tel- ía it, col. 78 sq. Les citation s des Péres on t cu o u lre
Iigen cc hum aine est vers I’ in lu itio n au ta n t que pos- l ’ a v a n ta ge de nous fam ilia riscr avee leur style, d e nous
sible, ou du moins vers les raisons in lrin séqu es des n ion trcr en qu el sens ils opp osaicn l la foi e t la « ra i­
choses, e t elle n’aim e pas á étre em prisonnée dans la son », etc.
seule a llin n a tio n d ’un m aitre, fíit-c e D icu. IIC o r .,x , 5. 1. I.’id ée que les Pércs se faisaien t du m o tif de la foi
P ou rqu oi D ieu a -t-il vou lu e x ig er d e nous une tello ap p a ra it d é já dans 1c rapprochem enl q u ’ils établis-
ío i? L 'a p ó tre , au x eudroits cités, en suggérc trois ra i­ sent entre la f o i d ivin e e l ec que l'o n a sou ven t appclé
sons prin cipales, qui aeh éven t de m on trer claircm en l la f o i hum aine, c ’osl-á-dirc le ía it indispensable* «le
sa penséc sur le m o tif de la ío i ehrétienne ; a) II y a s’en ra p p o rte r á au lrui sur q u a n tité de choses que
<lans une telle fo i une sorte d ' « obéissance » de l’csprit, l ’on n c p eu t v é riíie r soi-m ém e. On p eu t dire que ce
un honunage rendu au m a itre d ivin . I I Cor., x , 5 ; rapp roch cm en t est un licu com inun d e rcnseigueinei:!.
cf. R o m ., i, 5 ; x v i, 25. Q uand nous eroyons sur] la p a trisliq u e .
seule p arole de qu elqu ’un, surtou t une chose diíTicile ñ D és le i l ' siécle nous Ic Irou von s, p ar exem ple, «laiis
croire, nous honorons d ’un liom in ago trés spécial sa s ain l T h é o p liile d ’A n tio c lic ; il y fa it ressorlir cet élé-
science e t sa v éra c ité . Aussi l’a p ó lre , com parant la foi m en t de con íiancc présupposé p ar la croyance sur
eh rétien n e a u x anciens sacri fices, p arle-t-il du « sacri- parole, v o ir plus haut, col. 109 : « T u ne crois pas í» la
íice e t d e la lilu r g ie d e Ja í o i , » r?, fa c í* m 'i letTO-jpyíi résu rreclion des m orts... lgn ores-lu que la foi m arche
tt¡í kístsm ;. P h il., i i , 17. Cc culto spécial, oú l'in lc l- avan t tou tes choses?... Quel m alado pourra gu érir,
ligcn cc s’im m o le sous I’ m flucn ce de la volon té, c la it si d ’ ab ord il ne se con fio pas h un inódccin? Quel art,
bien dü ;i la raison supremo, au créa leu r de toutes quellc science pourra-t-on appren dre, si d ’abord on nc
nos facu ltes. Cf, eoncile du V a tica n , sess. I I I , c. n i, se confie pas á nn enseignem ent, si l ’on ne cro it pas íi
D en zin ger, n. 1780.— b) A cette raison fon dam en tale, un m a itre ?... IDt lu no veu x pas lo íler á la p aro le de
sain t P a u l jo in t une raison con tin gen te e t d ’ ordre D ieu, qui t ’a d on n é ta n t do gagos ? » A d A u to l., 1. 1,
h islo riq u c . Par leur fa u le, les sages <lu m onde, les n. 8, 1>. ( i ., t. v i, col. 1036.
philosophes paíens, si célebres q u ’ils soient, n ’ ont pas Clém ent d ’A lc x a n d rio d it que la foi e sl un assciili-
su Lrouver Dicu. C ette ban queroute de la philosoph ie m ent a un tém oign age im p o sa n t; que la v o ix de D ieu,
a e le p ou r D ieu l ’occasion de inépriscr une science au teur des £ entures, y sert d e d cn io n slra lio n . V o ir
orgueilleusc et d év o yó c, c t de fondor le salut «Ies ames les tex tes ¡l l ’art- C l é m e n t n ’A l e x a n n n i e , t. m ,
sur une au tre espéce de connaissance, plus lium ble. col. 189. II d it q u ’il la p aro le d e D ieu, je lé e au x Iioin-
I Cor., i, 21; 1 1 1 , 18 s q .; cf. P«oni., i, 18-22. — c) Si la nics p ar les apotres, d o it répon d re en nous la ío i, ]x>ur
fo i ehrétien n e a pour o b je t des m ys lé re s ,d o n t la ra i­ que c e lte p aro le produ isc son c flc l u tile : « D e m ém e
son p h ilosoph iqu e nc p eu t ni dém on trer l ’existcnce, que Ic jcu de paum e n c dépend pas sculem ent de
ni com pren drc l'essence (m ém e aprés ré vé la tio n ), la ío i celui qui jo tte la b aile a v e c a rt, m ais encorc d e celui
eh rétien n e ne peut étre ni une in lu itio n ni une démons- qui la re co il a v e c e u ry llim ie. * S tro m ., I I , c. v i , j\ ( i . ,
tratio n p hilosoph iqu e, ce qui cn lévcra it & ces vérités t. v m , col. 000. E n fin il rapp roch e la fo i ehrétien n e
leur caractére m y s léricu x : elle nc p e u l é tre q u ’unc d e la croyan ce des p y lh a go rie icn s ;i la p arole du niai-
connaissancc extrin sequ e, appuyce sur le tém oign age tre : « T an d is que les disciples de P y th a g o re, s;ms
de D ie u ,q u i nous liv re le fa it (p a r exem p le, l'incarna- véclam er les d ém on stration s philosoph iqu cs de .ses
tio n ) sans nons en e \ p li(]u er Ic m odc in tim e, et en doctrines, basaient leur cro ya n ce sur ce seul m o l : L e
laissant ainsi la v é rité en velop p ée d ’om brc. Or, la foi m aitre I’a d it, sCtó; era, e t re ga n la ien t ce m o l com m e
ehrétienne a pou r o b je t des m vstéres : « X ou s prcchons, une preu ve sufTisantc de l ’enseign em en t re fu , p ou r des
d it saint P aul, une sagesse de D ieu qui est dans le am is de la v é rité nc scra it-il pas absurdo d e se m éficr
m ystére, qui est cachee... qu ’aucun des prinees de ce d ’ un m a itre bien a u trem en t d ign e d e fo i, le Sau veur
m onde n’a connue, * etc. I Cor., ii, 7-9. Ces secrets de notre Dieu, e l d ’ c x ig er q u ’ il p ro n v e ce qu ’ il atlirm e? »
Dieu, ap p artelia n t au x profondeurs de sa v ic in tim e S tro m ., I I , c. v, P . G., t. v m , col. 957. C cttc com pa-
ou de ses décrets m iséricordien x, echappnient íi n olre raison a vec les p y th a g o r ic ie m sera reprisc p ar saint
raison beaucoup plus que ne lui écliappen t les serréis Jean Chrysostom e, Jn I T im ., h om il. i, n. 3, J\ G.,
des autres liom m es. P ou r les fa irc connnilrc rim - t. l x i i , col. 507, e t p ar 'I'h éodoret, Gricc. a/Jecl. c u rtí'
inanité, il fa lla it done que D ieu les com m un iqu át lui- lio , h om il. i, J k fide, P . G., t. i. x x x m , col. 805.
ineine, ce q u ’ il a bien voulu faire : ■ Dieu nous a revelé 1-neore au n ° siécle, Ic paücn Celsc tém oign e á sa
<ccs m ystercs) par son K s p rit; car l ’ K sp rit péiu 'lri1 fa fo n du c on ccp l d e la ío i chcz los chrétiens d ’ alors :
tou t, mém e los profondeurs de D ieu ... Nous en par- « II en est parm i cux qu i, nc v o u la n l pas ap p liq u cr l.i
Jons, non a v e e les paroles q u ’ciiseignc la sagesse liu- raison aux choses q n ’ils croien t, o n l c e tte m á xim e á la
maine, mais a vec eclles q u ’cn.scignc I'C sp rit, » 10-13. bouche : N ’cxauiinc pas, mais cro is; la foi te sa u vera. »
Cf. M a llh ., x i, 27; .Joa., i, 18. Kn vertu de ce raison- O rigén c, Conl. Cels., 1. I, n. í*, G ., I. x i, col. 072.
n em cn l, on p eu l dirc que le m o tif csseuliel de la foi Ü rigén c, qui nous a con servé ce passage (le Celso,
est im p lieilem en l indiqué dans la d éfin ilio n que (Im m e m on tre ensuite que c e tlc foi sim ple est scule raison-
l ’ftp itrc aux H éb reu x, x i, l, p n r le ía it que la foi y esl nable, p n isqu ’il est iin possible :i la grande m a jo r ilé des
appcléc < uno co n v ictio n des clioses que l’on ue v o i l hom m es » de Iaisser les allaires de la v ic pou r s’adon-
pas, » c'csl-á -d ire dos elioses que l ’on ne p eu l voir, ner aux loisirs d e la philosophic. » (L’est, d it-il, la
com m e l ’c n lc n d e n l plusieurs Péres. in étlio d e donnée par Jésus íi lous lrs jxuiplrs, e l la
ILulin, quand s ain l P an ) veu t donner un grand seule qui s o it p ratique. « D cm an d cz ti cette m u ltiliid c
exem p le «le la foi qui ju s tific , i) elioisit Ah ralin m e l d e croyan ls, sorlis du criin e c t d e la boue, s’ il* n’ o n l
nous le m on tre c ro ya n t ít D ieu, sur la p arole de D ieu, pas m ioux f a il d e Ira n sfon n er leur v ic par la ío i aux
credidil A bralutm Deo, vo ilá done bien le m o tif cssen- eliAliin en ts do Dien e l au x récom peiiscs d ivin es,
tie l d e la foi. sans cliorclier les raisons des choses — plutú l que
1® L e m o tif de la fo i diez tes l ’rrrs. — II est íi rcgrel ter d ’a v o ir m éprisé la ío i sim ple et retardé iiid élin in io iil
que les P etau et los TJioniassin n ’aieu t pas poussé le clian gem en t d e leurs m<rurs, sous p retex te de se
jusqu'A la question d e la fo i leurs m agistrales eludes Iiv re r a d e savantcs recherclies sur ces qucstions,
de th éologie p o s itiv e sur les Péres. N ous avon s rssuyé m étliod c qui sans d o u le les au rait laissés prosquo lous
d ’y suppléer soit p ar l'étu d e di roete <les sources, soit dans une déteslab lo v io . > l i l aprés a v o ir donné cette
-en glannnt ct ¡:t chcz les tliéologien s e t dans p lu ­ in erveillciisc tran sforn iatlon dos imcurs paíciincs
111 FOI 112

commc une preuve ile la diviaité du ehrisUanisinc, il diez Clóment d’Alcxandrie, Origene, Arnobc, et
observe que les savants du paganismo, eux aussi, comme nous le verrons ehez d’autrcs, n ’entendent
quoique sans l’avoucr, parteut de la íoi simple pour pas cxelure la preuve de cc fait, que D ieu a parlé-, au
riécider de Imite leur philosophie : < S’iís s’attaelicnt á contraire, ils alléguent pour cela les miraclcs du Christ,
telle ou telle doctrine philosophique, c’est qu’ils ont la transfonnation de. rnceurs produite par le ohris-
rcncontré d’abord un nmitre qui leur a plu ct auquel ils tianisme, ct tout cc qui. derriere le Christ, montre
se flent... N c vous imaginez pas qu’ ils aient étudio á Dieu qui l’onvoir : cc qu’ils éliminent du m otif de la
fond les doctrines de toutes les ccolcs, leurs preuves, foi, sous le noin de <-■ raison », cc ne sont pas ees rai-
lcurs réponses aux objictions, avant de se dccider á sons de croirc, c’cst seulement la démonstration intrin-
étre plutót platonicicn que péripatéticien, plutót stoí- séque du dogme; ce qu’ ils attaquent, c’est une criti­
cicn qu’ épicurien, » col. G7.‘5. que, qui nc se contenterait pas de raífirm ation de
Au m c sitóle, outre Origíne que nous venons d ’en- Dieu,méme reconnuc oomine telle,ct qui mettrait l ’en­
tendre, saint (.yprieii compare la foi cliróticnne á celle voyé divin on demcure de dómontror ce qu’il alfirme,
que nous donnons aux promesses d'un hninme grave et commc on le demande á un professeur de mathé-
lionnétc. Voir plus haut, col. 00. Arnobc reprocho matiques ou de philosophie. Mais enfin les Péres vcu-
aux savants du paganismo de baíouer l’acte de to¡ dos Icnt une certaine opposition entre la foi ct la raison, ct
chrétiens, taiulis qu’cux-mémos font des actos sembla- on cela ils oontredisent nos présents adversaires, qui,
bles, et bien moins fondés : « Qui de vous nc croit pas au moins pour la plupart, n’ cn peuvent admettre
sur l’autorito de tel ou tel? Ceuxd'entre vous quioxpli- aucune : car si la foi était une simple expérience psy-
quent l ’origine du monde par le feu ou par l’eau n’ en chologiquc, ou un ra>'sonnement philosophique, ainsi
eroicnt-ils pas Thalés ou I Icraelite? » E t aprés de nom- i que l ’ont pensé les protestants rationalistes et les
breux cxemples : « Vous croycz sur la parole de Platón, semi-rationalistcs comme Güntlier et Hcrmés, oü
de Cronius, de Numénius, ou de tout autre : nous , trouver en elle une opposition qucleonque avec la
croyons,nous,sur la parole duCbrist... Ht s’il fauteta- raison, avec les procédés rationncls? Donnons quel-
lilir un parallélo, il nous cst plus íacile de montrer cc ques exemple? de cettc opposition, oíi les Peres ex-
qui nous a decide á croire sur parole le Christ, qu’ á vous pliquent d’ailleurs le m otif de la foi.
de montrer ce qui vous a portes á croirc ainsi tel phi- , Saint Ambroise se demande pourquoi la foi d’Abra-
losoplic. Ce qui nous a frappc en lui, cc sont fes rcuvres ' harn a servi á sa justifieation et á son salut. C’ est,
magnifiques, ccs cnergies puissantes, qu’il a mon- répond-il, « parce qu’ il n’a point demandé de raison,
trées par divers miracles bien capables d’ amcner tout mais a cru d’une fo i trés prompte. II est bon que la
liomme á se sentir obligó ¿i croirc, en rcconnaissant que fo i previenne la raison : n’ayons pas l’air d’ cxigcr do
ces oeuvres nc vicniient pas de riioninie, mais d ’une Dicu des raisons, comme nous le ferions pour un
puissance mystéricusc ct divine... Mais qui do vos homme. Quclle indignité, de croire les témoignage^
philosoplies a jamais pu, d’ un seul mot, guérir un humains sur d’ autrcs hommes, ct de ne pas croire les
furoncle, ou tircr une épinc d ’un pied? « Adversus oracles de Dieu sur lui-mpinc I » De Abraham , 1. I,
gentes, 1. II, n. 9-11, P . L ., t. v, col. 824 sq. n. 21, P . L ., t. x iv , col. 428. Cf. D e exccssu Sa tyri,
Au iv® siéele, c’ctaicnt los inaiiiclicens qui, á leur 1. II, n. 89, P . L . , t. x v i, col. 1340.
tour, attaquaient la foi ct vantaient la Science, meme <■ C’est supprimer les disputes, d it saint Éplirem,
en maticre rcligieuse. Augustin, entrainé par lcurs que d ’interposcr l ’autorité de Dieu. Kntre l ’liommc et
fallacieuscs promesses de Science, avait d ’abord mé- Dieu, ce n’cst pas la speeulation rationnclle, c’est la
prisc l'actc de foi; il en revint, nous dit-il dans ses íoi qui est exigée. Tu honores Dicu, si .tu crois á son
Confessions, lorsqu’ il se mit íi rcfléchir au grand rfik- témoignage, tu 1’oíTenses, si tu discutes se paroles;
que jouc dans le monde la croyance au témoignage j quand tu veux traiter avec Dieu, á toi s’oííre la simple
tl’autrui, liistoire, géographic, ctc. Con/., 1. V I, c. v. foi, pour croirc s; parole véridique, et puis l ’hunible
P . L ., t. x x x i i , col. 722. Saint Augustin confoit done pricre, pour te rendre propice sa divinitc. » Adversus
la foi ehrétienne comme une croyance au témoignage; I scru talares sermones tres, serm, r, Opera, Rom e, 1743,
de méme que le public h peine initié á rimmensité des j t. ni ( syriace el la l.), p. 179.
scicnccs naturcllcs s’cn rapportc aux aílirmations de ! La foi est affaire d’autorité, d ’aprcs saint Augustin :
quclqucs savants, de méme, dépaj'scs que nous som­ Quod in tclligim u s, debemus ra tio n i : quod credim us ,
mes tous en face de Tau-dclá ct de tant d’autrcs mys- u u ciorila ti. D e u lilila le credendi, c. x i, P . L ., t. x l i i ,
téres, nous nous en rapportons á raífirmation de | col. 83. Parmi les moyens de preuve, on distingue
Dieu qui est lá dans son propre élém ent.« Le Scigneur, parfois les aulorilés ct les raisons : c’cst ]a méme dis-
dit-il, v o it d’avanee (le jugement dernicr), ct vous ne le tinction qui régne ici. R a tio, quand cc mot est opposc
voyez pas... Mais cclui qui en a la sc ic n c e nc vous l ’a á auctoritíis, signifie une raison intrinséque et philo­
pas cache. C’est avoir part á la Science, que d’ appro- sophique; et inteliigere, quand il s’ opposc á eredere,
clicr cclui qui sait. Dicu a les y c u x de la S cience : ayez signilic approfondir philosophiqueinent une question.
ccux de la croyance. Ce qu'il voit, croyez-lc. » E n a rr., ne pas seulement admettre l’existence d ’une chose,
i i , in ps. x x x v i, n. 2, P . L ., t. x x x v i, col. 364. Saint mais en seruter l ’essence et le mode intime; bien que
Hilaire avait déjíi dit : « Quand il s’agit des choses de ccs mots, dans un sens plus largc mais fréquent, puis-
Dicu, accordons Dicu de se connaítrc lui-méme, et seiit s’clciKlre jusqu’á la foi, á cause de sa certitude et
soumettons notre esprit ¿i ses paroles avee u ne picusc de son caractére intellectuel et raisonnable. Cf. S. A u ­
vénération; il cst un témoin compctcnt sur soi, cclui gustin, Retracl., 1. I, c. x iv , P . L ., t. x x x n , col. 607.
qui ne peut nous etre connu autrement que par soi. » Du reste, Augustin s’explique ici lui-meme, quand il
D e T rin ita lc, 1. I, n. 18, P . L ., t. x, col. 38. Le rappro- opposc la méthodc catholique cellos dos nianichécns :
chement entre la íoi divine ct la foi humainc passe n lis disaicnt que, sans eífrayer les esprits par une
jusque dans les catéchéses, jusqu’á l ’explication du religión d ’autoriié, ils conduiraicnt á Dieu lcurs audi-
m ot credo dans le symbole; ainsi S. Cyrillc de Jérusa- teurs par la simple raison, et les délivreraient de toute
lem, Cal., v, P . G., t. x x x in , col. 508; Rufin, Com- erreur. Qu’ cst-ec qui m ’a poussé í» mépriser, ágé de
menl. in S ym bol, apost., n. 3, P . L ., t. x x i, co l. 340. neuf ans, la religión que mes parents m ’avaient don-
2. Le m otif de la foi ehrétienne ressort cncore de née, pour suivre ccs hommes en diseiple atten tif?
Vopposition, friquen te chcz les Teres, entre la fo i et | C’cst qu’ils disaient qu’ on nous effrayait par la super-
la raison. Sans doute, il ne faut pas exagérer cette stition, qu’on nous conunaiidait la fo i avant la ra i­
opposition. Les Péres, commc nous l’avons déjíi vu son, tandis qu’ils ne forfaient, eux, personne á croire
113 FOI 114

avant d’avoir discute la véritc, ct de l’avoir dégagée l ’ Építrc aux Ilcbreux : « La foi, c’est croire les choses
de toute difllculté. » D e n íiliía íe credctidi, c. i, col. 06. que l'on nc v o it pas... Dans celtcs que l'on voit, on ne
« A ccux qu’ils séduisent, ils promettent de reudre peut pas dirc qu’il y ait ni croyance ni incrédulite,
raison des choses les plus obscuros : ct cc qu’ils repro- mais plutót expérience, a tjn H io... La foi est l’argu-
ehent surtout h l ’ Église catholique, c’cst de din. íi ment des choses qui ne pouvenl apparaítre : celles qui
eeux quí viennent ü elle qu’il íaut e roire... Ce n’cst apparaissent ne s’ adrcssenl plus á la foi, mais á lVxpé-
pas qu’ ils aient pour eux rien de solide; mais ils chcr- rience. Quand Thomas voyait, quand il i>alpait, pour­
client á attirer les gens par le grand mot de ra isoi i. » quoi lui est-il dit : Q uia vid isti me, cre d id isti? Mais
Op. e i¡„ c. ix , col. 79. Le Chrisl nc faisait pas comme autre chose est cc qu ’il a vu, autre cliose ce qu’il a cru.
eux : il demandait la íoi, non toutefois sans avoir L a d ivin ilé ne p ou vait etre vue par un liommc mortel.
prouvé sa inission divine : « A quoi tendaienl ces Comment done a-t-il cru en voyant ?, En voyant
miracles si grands et si nombreux, sinon, comme il le rhonimc, il a confcssé par son cxdam ation le véritablc
disait lui-mémc, á faire cro irc en lui? C’est par la sot­ Dieu, qu’ il ne pouvait voir. » l n H e b ., xi, P . L . ,
tise de la f o i qu’il eonduisait les ámes; vous, c ’cst par t. I.XVIH, col. 758. Ce passage a élé verbalem enl repro-
la ra ison ... II louait les croyants, vous les blám cz... duil par sainl Grégoire le Grand, ln K van g ., homil.
Par des miracles il s’est concilié l’autoritc, par Cauto- x x v i, n. 8 , P . L . , t. l x x v i , col. 1202. II y ajoulc cc
rilé il a ni cri 16 la foi, par la foi il a réuni la mulli- I r a it : l'id c s non habet m e rilu m , s i hum ana ra lio priebel
tude. » Op. c il., c. xrv, col. 8 8 . On voi t qu’ en face de cxperim cn lu m .
celui qui se donne commc envoyé divin, sainl Augus­ c) Opposition de la foi A la dém onstration et A la
tin veut 1'enquéte cxtéricure par les miracles qui prou- scicnce. — On la trouve fréqucniment dans Clcmeiil
ven t sa mission, mais non 1'enquéte intérieure par la d’Alexandric : « Celui qui c ro il les divines Écritures
discussion des vérités qu’il préche. avec un jugem ent ferme refoit, en guise d’incontes­
Saint Fierre Chrysologue resume l ’antithésc en deux table démonstration, la parole meme de Dicu, auteur
mots : Q u i fidem q u izril, rationem non q u x rit. Serm ., des Écritures. Ainsi par la dém onstration (proprement
l v i i i , P . L . , t. l i i , col. 360. (lite, philosophique) la ¡o i nc pourrait aequerir plus de
De meme pour les textes oí) les Peres opposenl la foi ferm cté qu'ellc en a. » Strom ., II, c. ir, P . G., t. v m .
á la visión ou á V in fu itio n , á Vexpériencc, á la demons- col. 911. L a fo i est done plus excellente que la scicnce.
Ira lion ou Science. Nos adversaires, qui fon l de la foi ct doit lui servir de critériuni. II, c. iv, col. 918. * Qui
une iuluition, ou une expérience, ou une scicnce, ne done serait enneiui de Dicu jusqu';'i refuser de le croire
pcuvcnts'accordcr avee ees lexlcs, donl voici quclqucs sur parole, ct réclamcr de lui des dém onslralions
cxemples. comme on en demande aux hommes? » Y , c. i, P . (>..
« ) Opposition de la íoi á Y in tu itio n . — « S i la íoi esl t. i x , col. 16. « L ’apótre veu t que notre íoi ne soit pas
la conviction des choscs que l'on ne vo it pas, pourquoi fondée sur la sagesse des hommes qui se font forts de
voulcz-vous voir son ob je t,c t perdre ainsi la fo i, c t par convaincre, mais sur la puissance de Dieu, qui seule et
suite l’état de justicc, puisque le juste v il de la foi? » sans dém onslralions peut sauver pas la simple fo i, •
S. Chrysostome, In H eb., homil. x m , I\ G ., t. i-xnr, ccl. 2 1 .
col. 151. Q uid esl /idea, n i s i eredere quod non vides? Les Péres disenl qu’on peut avoir la fot sans la
d it saint Augustin, In Joa., tr. X L , n. 9, P . L ., t. x x x v , scicnce : ils nc sauraient done confondre ccs deux
col. 1G90. Ailteurs, il donne toute sa pensée : « La dillé- dioses. — lüxcmples : « 11 van t micux croirc á Dicu en
rencc entre v o ir ct croire cst-ellc suílisammcnt expri- nc sachant rien du tou l, e t pcrsévércr dans son amour.
méc par ccttc formule : ce qui esl présent est vu, ce que tornber dans l’im piélé par le raCn»ciuenl (le ques-
qui cst absent cst cru? Oui, peul-etre, si nous enten- tions subtiles. » S. Irénéc, Cont. lia r., 1. II, c. x x v i,
dons ici, par prósenl, cc qui est A la portée de nos seits P .O ., t. vu , col. 800.«11 esl non seulement excusable,
extéricurs ou de notre sens intime, qu<v prseslo sttid mais méritoire d’ ignorcr l’objet que l’on croit. »
sensibus sive a n im i sive eorp o ris... C’cst ainsi i|ue je S. H ilaire, De T rin ila tc , 1. V I I I , n. 10, P . L ., t. x , cfll.
vois ccttc lumiérc ct ma volonté : 1’ une tombe sous 242. « 11 va u l beaucoup micux posséder par uuc fui
le sens cxtéricur, l'autrc sous 1c sens de Tóme, clic simple une parcellc de vérilé, si pe lite soit-rlle, que de
m’est intéricurcmcnt présente. Au contraire, si qucl­ perdre Ic tout en de savantes discussions; aequerir
qu’un, dont la lig'.ire ct la voix nie sont présenles, me avec igtioraucc la vic ctcrncllc, que de toin)K<r avec
signifie sa volonté, ccttc volonté qu’ il me signifie esl scicnce dans la m ort étcrnelle. Quand vous ¡tvez soif,
cachee á mes sens cxtéricurs et a ilion sens intime, il cst plus importanl de boirc, que de niesurer la fon*
aussi je ne la vois pas, j ’ y crois : ou bien, si je pense taine. » S. Éplircin, Ad¡>. scrnlalores, serm. lx v u .
qu'il ment, je n’y crois pas, quaiul bien meme elle Opera, t. m , p. 129. Tu rbam non inlcltit/endi ¡upadlas,
esl peut-étre commc il le dit. On c r o il done ce qui est sed crcdcndi sim piieita s tnlissiina in fá cil. S. Augustin.
absent A l'égard de nos sens, si Ic tém oignage qui en esl Contra epist. fnndam ., e. iv, P . /,., I. x l i i . col. 17.">.
rendu paralt sutlisant... Si pourtanl la diose absenté Cf. S. Zénoii <le Vérone, Ir. I, De fide, P . I. x i,
a été vue par nous autreíois, ct si nous sommes t rlains col. 256,
de l’avoir vue, il nc Iaut pas la m cllre dans la calc- 3. Los Pércs rejcllcn t de la fo i la euriosité , cclLe
RCric de cc que l’on cro it, mais de ce que l'on v o it ; nous propriété de la scicnce ou de l’ iiiliiition, la curiosilé
la connaissoits, en clfel, non par des frjuoíns aitxquels qui cherche Ic comment ct le p o u rq u o i ; e l c ’csl cncore
nous ayous ajoute fo i, mais par un souvcnir certain une occasion pour eux d ’ allinner le m otif spécifique
<iue nous l ’avons vue. * L ’p is t., c x l v i i , ad P u n lin a m , de la íoi. « l.’ob jcl <lc foi, d it sainl Allianase, s’adrcsse
c. n, P . L ., t. x x x in , col. 599. i ñ la connaissance, inais non á la curiosilé. Quand les
fr) Opposition de la íoi A Vexpériencc. — . Dieu, d il disciplcs cnlcndirenl ces mots : Maptisez-les au nom
saint liphrem, a écril (dans la 15ilde) qu’ il a créélc du l ’ére et du Fils et du Sainl-lispril, ils nc se deman­
monde, et vous avez cu fo i A son aílirm alion; or, voilá daren t pas avec curiosité ]>onri¡noi Ic Fils en second
un fait qui nc vous était pas connu par Vexpériencc lieu et l’ Kspril cu Iroisiénic, on en généra!, pou rq u oi
pcrsonnelle : quel m otil vous a d m e ainené A croire , une Trin ilé : mais ils cnirent st-lon ce <]u’ ils avaient
l'incxploré? D’ alllcurs, si vous aviez suivi l'expérieiice I entendu. » I-'pisl., iv , ad Serapionem , n. 5, P .
commc guide, vous n ’auricz pas la fol. L ’exptrieitrc I t. x x v i, col. (113. Saint Chrysosíoine, expliquant
cst en antatíonisme avec In foi. • Loe. eit. L ’Africaiu ¡ Moni., i, r,, dit : « Quand le Scigucur aflirme, les atidi-
l ’rimasins, évéquc d’ Adruinéto vers le niilicn <ln vt° l teurs ne doivent pas seruter eurieuscm cnl la chose
siéele, dit dans un renutrqnable coin mental re sur alDrméc, mais sdilcmcnt la recevoir. Les npfitres onl
KOI 116

été envoyés pour dirc cc qu'ils ont entcndu, 11011 pour ct d ’expérii-iiec, soit de démonslration philosophique
ajouter du leur; et nous, nous n'nvons qu’á croire. » par les causes et les eílcts, est encoré désignée iei par
I n E p is l. ad Jtom., homil. i, n. 3, P . G ., t. l x , col. 30M- le mot perspeelam, qui n'indique pas une vue quelcon-
C 'est cc que répéte sans ccssc saint Éphrein dans ses que de la vérité, mais une vue fond, une vue qui
discours contre les serutateurs des mystércs, par excm- penétre (p e r, á travers); c t aussi par les inots naturali
p le : « No te jette pas téméraircmcnt dans les inystcrcs: ra lio n is la m ine, cjui se disent de l’ évidencc naturelle,
tu te noierais dans l ’océan. Prends pour liarquc la foi ou de la raison philosophique e t de ses preuves (comme
c t la doctrine que Dieu a donnée, consignéc dans les au chapitrc prccédent, Denzinger, n. 1785). A tout
I jv rc s saints; ta navigation sera súre eonnne dans un cela le concile oppose 1’ « autorité de Dieu «com m e seul
port. » AdD. s c n ila l., senil, l x i x , O pera, l. 111, p. 132 m otif de la foi qui conduit au salut : m otif extérieur
Ce inot des Juifs : ■>Comment se peut-il faire qu’il nous á l'essencc des dioses, ct qui nous les fait connaitre
donne sa ehair á in a n ger,» Joa., v i, 52, est ainsi jugé par le dehors, en sortc qu’en crovailt sur la parole de
par saint Cyrille d’ Alexandrie : « Eux qui auraient dú Dicu qu’elles existent, nous ne les pcnctrons pas, et
recevoir aussitót les paroles du Sauveur, dont ils qu’ellcs peuvent nous rester ínystérieuscs.
avaient connu par les miraclcs prccédents la divine Mais quel est, dans cette déflnition du Vatican, le
vertu e t rinvinciblc puissance... les voilá qui pro- sens précis du mot auctoritatcm 'l I.’ * autorité », dans
noncent ce comment, insensé quand il s’ agit de Dieu; sa notion la plus vague c t la plus genérale, est unecer-
comme s'ils ignoraient <|u’il y a lá un grand blas- taine cxccllcncc qui apparticnt á une personne, ou á
pilóme I... Pour nous, en rccevant les divins inystcrcs, un groupe de personnes, et qui consiste á pouvoir
nous devons avoir une íoi sans curicuse recliervhc, inllucr sur les autres pour s’cn fairc suivre. Deux
nÍTTtv ct nc pas jeter sur les paroles divines espéccs d ’autorité, ccllc du su péricur ct celle du t¿-
ce com m cnl, mot judaíque ct digne des peines futures.» m oin . L ’autorité du supéricur, á travers l’ intelligcnce,
I n Joa., 1. IV7, c. il, P . G., t. lx x u i, col. 573. s’ adrcssc á la volonté e l á l’action; c’cst un pouvoir
De cctte (tild e des Péres, concluons que 1’ autorité d’ influcncer la volonté libre par l’obligation morale ct
suréiiiinente du tcnioignage divin est le m otil suíli- par les sanctions, afln qu'eiisuite la volonté aclionne
sant et néeessaire de la foi clircticnnc, ce que saint les nieinbres ct les diverses énergies de l’homme : qu’ il
Léon a exprimé d’un mot : « C'cst á l’autorité divine s’agisse du coimnandement donné á un particulier,
que nous eroyons. » Serm ., v il, de n a liv il., c. i, 1*. L . , \ ou de la loi donnée á toute une société. A cette auto-
1 . l i v , col. 2 Mi. ! rite repond l’obéissancc.L’ autorité du témoin s’ adresse
5o L e m o ti¡ de la fo i dans les docum cnts ecclésias- á rintclligcncc, et consiste en certair.cs qualités du
liques. — 1. D é fin ilio n de la fo i , d’aprés le concile du témoin qui influencent les esprits de maniérc á leur
Vatican : faire recevoir son témoignage, tenant pour vrai ce
qu’ il atteste. A cctte autorité répond la croyance. De
Hane vero íidem, qu® Ccllc foi, qui est le com-
humante salulis inilium nicneeincnl du salut «le méme que 1’inférieur, á cause de l’ autorité de celui
est, licclesia calholiea pro- riioininc, l’ Églisc ealholi- qu’ il reconnait comme supérieur, conforme sa volonté
Jilclur virlulem esse super- (íne proíesse que c’ est une á la sienne, ce qui est l'obéissance proprement ditc, de
n.ituralein, qua, Dei aspi­ verlu surnaluiellc, par la­ meme celui qui entend un témoin, s’il est convaincu de
ran le ct adjuvante gralia, qucllc, prévenus el aidfs de la compctence et de la véracité de cc témoin, con­
al> co reveíala vera esse la gráce de Dieu, nous forme son jugement au sien. I.a foi, en ce qu’elle ticnt
eredimus, non propter in- eroyons vraies los choses
pour vrai cc que Dieu a attesté, a done une véritable
Irinsecam reruni verilateni qu'il a révflées (les admel-
naturali ralionis lamine lanl) non pas il eause de analogie avec l ’obéissance, cc qui explique le mot de
perspeelam, sed propter leur vérité intrinséque (í|ui sainl Paul, obcdicntia fidei, inais elle n’est pas l’obcis-
nuclorilatem ipsius Dei rc- seiail) pénélrée au moyen sance proprement dite, parce que le concept de témoin
■velanlis qui nec Jailli. nec de la luiniére naltirellc do la ne se confond pas avec celui de supérieur : un témoin,
lnllcrepotcsl.Sc»>.! II. e. lu, raison, mais ü cause de qui par ses qualitcs influence notre esprit, peut étre
Denzinger, n. 1789(11538). l’aulorilé de Dieu meine liiérarchiquement notre égal ct incme notre inféricur.
qui les a rívilíes et qui ne 11 peut aussi étre notre supérieur, et ainsi en est-il de
peut ni se Iromper ni nous
Dieu quand il tém oign e: jn a is il reste alors vrai que,
l romper.
si je considere Dieu précisément comme tlinoin, je
La premiére partie de cette déflnition se ticnt dans fais abstraction de sa puissance de commander. Cette
l'élément générique de la foi. Surnaturalité, et sccours puissance par son commandcmcnt pourra influciicer
de la gráce, élcinent commun i\ toutes les vertus ina volo n lt, voire méme dans l’acte de foi pour que la
infuses. Croire qu'une chose esl vraic, élémcnt trés volonté y fasse bien sa partie; mais si l’acte de foi est
général dans la connaissance humaine. La seconde pris dans son seul éléincnt intellectuel, comme nous
partie arrive 1’éléinent diíTérentiel c t specifique, et l’avons pris jusqu’ici, Pintelligcnce ne peul évidem-
c’cst ce qui nous intéresse actiiellemcnt. Dés que le ment étre influcncée <[ue par un m otif intellectuel,
concile a parlé de croyance, vera esse eredimus , vient tcl que l’aflirination de celui qui est la vérité méme,
naturellemcnt la question : A cause de quoi tenons- P r im a Vertías, comme dit saint Thomas.
nous ces dioses pour vraies? C'est la question du m o tif Le concile lui-méme prend soin de nous indiquer cc
intellcctucl : c ’cst á cause de lui, propter, que nous qu’il entend ici par « autorité de Dicu ». 11 lie d it pas :
alRrinons, nous ne pourrions aíTirincr sans ,un m otif propter aucloritalem D e i im pera ntis, mais revetantis,
intcllectucl, il met en mouvemcnt l ’csprit, il cause la mot qui signifie une couimunicution de vérité á
connaissancc, l’assentimcnt. Or, ici, le concile oppose l’intelligence. E t pour inieux expliquer le m otif de la
deux motifs entre eux, celui de la connaissance intrin- foi, il dévcloppe cette auctoritas en indiquant les qua­
séque, et celui de la connaissance extrinséque ou d’au- lités de Dieu qui font alors impression sur nous : q u i
torité. V oir ci-dcssus, col. 99 sq. lit coinine il cmploie nec fa llí nec fallere potesI. Science parfaite, ennemie de
le inot tcclinique lui-méme, intrinséque, on peut dirc toute erreur, nec fa tti ; véracité parfaite, ennemie de
qu’ il consacre la distinction des deux modes .de coli­ tout mcnsonge, nec fallere. Or la science et la véracité
na!t re donnée en ces termes par les théologiens mo­ sont regardées par tous les logiciens et les critiques, et
dernos; les conciles emploicnt á l’occasion le style meme par le simple bon sens, coinnie les deux qualités
théologique de leur temps. D'autant plus «pie la con­ esscnticllcs d ’un bon té m o in : il faut qu'il sache ce dont
naissance « intrinséque », cominc l’entendent les tliío - il parle, ct qu’ il le transinette comme il le sait, avec
•logiens inodernes d ’une connaissance soit d'inluition sincérilé. En énumérant ces deux qualités, le concile
117 FO I lis

monlre done qu’il entend le mot auctoritas non pas de celle-ci : Heme futan, r¡u¿c hum an a? salut i s in itiu m
l ’ autorilé du supéricur, mais de l’ autorilé du tém oin. esl..., formule plus uctle que cello du canon, et qui
2. Canon corrcspondanl, dans te concite du Vadean : sert á l ’cxpliqucr.
3. Scrm enl im posé par P ie X contre le modernisme.
Si quis d ix e rit fidem A n a d íem e A qui dirait
d ivin a n ! a nal u rali de D eo que la íoi d iv in e ne se dis­
— Voir tout le passage sur la nature de la foi, cité plus
ct rehus m oralibus scientia tingue pas de la science nu- : liaut, col. 83-81.
non dislingui, ac propterca turelle d e Dieu et des d io ­ I Le m o lif de l'acte de foi y est ainsi exprimé : propter
ad fid em d ivin a m non re- ses m orales, et par eonsé- | D e i aucloritatem , summe vcracis. Cc dernier mot expli­
q uiri ut rev eía la ve rile s qnent qu’ il n’ cst pas besoin que bien de quellc autorité il s’a g it : c’est l'nutorité qui
p rop ter a u c to riia le m D ei pour la foi d iv in e q u'une procéde de la véracitc, done de l’ autorilé du témoin.
revela n lis creüatur, ana­ v é rité révélée soit crue i>
I Cc qui est confirmé par le contexto : Q u <va D eo... dicta,
díen la sit. De fule, can. 2, cause de l'a u to r ilé de Dieu
téstala el reveíala sunl. pera esse eredimus, propter D ei
D enziniícr, n. 1811 (1658). qui rfcvélc.
■ auctoritatcm summe vcracis. 11 s'agil d ’un témoin,
Quelles erreurs sont ici condamnécs? Une nole qui téstala. Aussi 1’ « autorité » en question abou lil fin alo­
accompagnait le schema de la commission prosynodale> men t A une croyance, á une adliésion A la vérité, vent
voir Vacant, É tu d cs... sur le concile du Vatican, l. u, esse eredimus.
p. 30, 31, nomine le rationalisme, e l le semi-rationa- | Ccs documenls de l'líglise écartent définílivcm onl
lisme d’ Ilerm és et de Güntlier. lis confondaieiil la foi les opinions, déjá suninnéos et communéincnl rcjelées
clirétienne avec la « scienre naturelle de Dieu, » que en théologic, de quelques raros au leurs du moyen
nous appelons tliéodicéc, ct avec o la scicncc naturelle áge : par exemple, ccllc de Guillaume d'Auvergne,
des choses morales, » que nous appclons ó limpie ou évéquo de París, d ’ ailleurs intéressanle comme étanl
philosophic morale. Pour eux, un arguincnt d ’élhique le premier essai d ’un fídéisinc ou d ’un « volonlarismo ■>
ou de tliéodicée, s’il produisail la conviction, produi- qui a reparu de uos jours sous «les formes plus adou-
sait un vcrilable actc de foi ct en étail le m olif. Par cies. II part de ccttc idéo : « Si l ’on croil Dieu á causo
une conséquence logique, signaléc par le concile, ils de sa véracilé, paree qu’on sait qu’il ne ment pas....
niaicnt que l'autorilé du témoignage divin, de la révé­ on le croit avee une cspécc de preuve..., on le croil
lation divine, fút 1c m otif néeessaire de notre foi. Or, comme on croirait un lionnéte liomnie quel conque...,
l ’ Églisc comíanme ici ct la coníusion foi-science, qui on nc lui fait pas honneur. » D e fide, e. i, Opera, Paris.
est le point de déparl, el l’errcur sur le m otif de la foi, 1674, t. i, p. 4. Les Péres, nous l ’avons vu, n’ont pas
qui est la conséquence et le point d'arrivée, í'unc á eu le méme scrupulc que Guillaume : ils n’ont pas
cause de Tautrc ct dans sa liaison avec l'autre. D 'oü re jeté toute « cspécc de preuve »; ils ont éliminé du
l’on peut inférer que ccttc sévérc condamnation nc m o lif de la foi la preuve intrinséque des dogmes, inais
tomberait pas sur une doctrine qui souliendrail seule- non pas la preuve cxlrinséquc par la véracitc du
inent Tune de ces deux erreurs, sans liaison avec témoin. lis n’ont [pas cru deroger en assimilant la foi
l’autre; cc qui se renconlre, par exemple, dans leí ou ehrétienne í» la croyance donnée a un liommc grave ot
tcl anden scolaslique assignanl mal le m otif de la foi honnete, avee cetlc dillérence que le témoignage de
sans ponrtant confondrc la foi avec la science natn- Dieu esl revetu de qualités plus han les : S i lestim o-
rellc.Tclle est l’ intcrprílation de Vacanl, lo c .c il., p. 31, n iitm honünnm (icctpitnns, testim oninm D ei m ajas est.
32. Nolons cependant que lou le doclrine incxacte sur I Joa., v , 9. La formule do Pie X exprime bien cello
le m otif de la foi, tel qu’ il esl exigé par le concile, véracilé « souvcrainc » de Dieu, sutnme vcracis, qui a
esl indireclem enl atteintc ct pérmico, en adnicltant d ro il A une íoi proportionnée, i Hile íoi souveraino-
meme qu'elle ne soit pas aiiathcniatiséc, c’cst-íi-dire ment forme : foi vraiincnl honorable pour Dieu, ct
rangée parmi les hérésics. sutíisant á le niettrc íi parí, ¡\ le. distinguer de lous los
Sur l’épilhétc « divine », donnée ici A la íoi suivant lémoins inféricurs. Le poinl de déparl étant íaiix dans
Tusare des théologiens, il fa llí remarquer avec Su are z la théorie de Guillaume d’ Auvergne, esl-il élonnanl
qu’ elle a deux sens: a) elle peul signilior une foi fondée qu’ il aboulisse une ronclusion fausse'? « 11 s’cnsuil,
sur l’ uutorité de Dieu, de méme que « foi humaine » dil-il, que la seulc foi digne de Dieu, c’est ccllc qui
dans le langage scolastiquc signiiie assez ordinairc- c ro il ¿k sa parole sans aueiiuc garantió, sin c om n i
inenl une croyance fondée sur l’autorilé des hommes; p ig n ore el cantione, gratuitcment et par obéissance,
b) elle peut siguííier une foi surnalurellc, et par consé- non pas á cause de sa véracité, ou parce que ses paroles
<)uent salutaire; car Dieu étant toul spéoialeinent implique n i la vérité, car on croirait ainsi un liommc.
1’ auteur du surnaturcl, le suriinturcl est souvent mais parce qu’ il nous fait un préceptc de croire. Ainsi
appelé * divin», de méme que l'on coiifond en uous le l’on croit pur la vertu d’obéissancc. »/,or.ci/.Guillaume
“ naturel > el 1’ « liumain ». De fule,, dist. IV, sed . v, conserve une partir de la doctrine traditiouiiellc,
n. 3, Opera, I ’aris, IHóH, l. xn . p. 132. Cf. Salmanti­ Vautoritfi de Dieu cominc m otif dr la foi; mais c ’esl la
censes, De fule, dist. 1, n. 201, Paris, 1870, 1. xi, p. 03. puré autorité du supérieur, qu’il veut suhstituer á
Si dans le canon du Vatican vous preniez ftnrni d in '- cello <lu tém oin; ct sa foi 11‘est plus q i f une obéissaucr
narn au premier sens, vous auriez uue ridicule lauto* au sens striel du mol. La volonté, pour obéir, pousscr.i
logie ; « Pour ¡ivoir la foi oú l’on croil A cause de l’ au- violeiinnent 1’intclligcnce á risquer contre natnro une
lortlc de Dieu, il faut que l'on rroie cause de I’aulo- íiüirmatiou sans auruiic garanlie de vériló. IVul-ellr
rilé de Dicu. > Forre est done «le premlre le mol d ir i- réaliser ce lour de forre? C ’est Irés douleiix : ou bien la
n «m au second sens : > Pour <ivoir la foi surnuturelle, volonté n’obticndra qu'uue formule dos lévres sans
la scule qui m ine au salut, il faut que l'on rroie ¡i acte intériour dr l'esjtril, ou hiou Ic m otif iulellecturl,
cause de l’ autorilé de Dieu. * Ceci n’cst pas une tau- vainenirnl chnssc, a^ira ru dessous sur l'iutelligence.
tnlogie, el était trés néeessaire ;'i definir en un temps Voir CnoYANCi', l. m , rol. 2371, 2372. iMais quand
oíi,dans les milicux protestants,ralionalislrs, piélisles. méme la volonté pourrait pliysiqucnient exérnter re
modernistes, on appelle « foi, íoi clirétienne, foi qui roup de forre, elle nc le pourrait pus d’une ínnniérc
suave * un acle qui n’ a nullemeiit pour motil l’an- légilim e e l monde. Si elle ronimaiidc toutes les éncr-
torilé du Dieu, ni nií-ine une aulorilé ou un témoignage gics <lr riiom me, l'inlelligcnce comino les ¡mires, ello
en général. - C’est probabloiiieiit pour éviler jusqn’á nc peul romuiandrr que <lans l'ordre, et conformé-
l’ apparcnce d’une lanlologie, (¡lie le concilc du Vali- lucul A la natnre de chacune. lnutilc d'mvoqner ici
ean, dans le premier dom inent cilé plus liaut, a évilé le surnaturet : ¡1 nc détn iit ]>as la natnre, mais la per-
1‘expression ambiguo « foi divine « e l l’ :i rcmplacée par fertionne; l’ activltc do la grílce se méle Invisiblement
FO I 120
:i celle do nos faeultés sans lt-s violenter. Ainsi Ies lumiére de son témoignage, ni que croire Dieu sur
principes de la raison comme eeux de la révúlation parole soit la base nécessaire de toute religión.
s'opposout á la tlifionc de Guillaume. En vain com- Mais oü manque la démonstration rationnelle, les
pare-t-il toule garantió d e'vérité aux béquilles d’un raisons de conve nance ne manquent pas; et elles suf-
i'sti'opic, qui prouvent en lui une maladie sans la fisent & justi fler, aux y eux de la raison meme, la
^uérir : mauvaisp comparaison, puisque la garantió de sagesse du plan divin. Yoici les principales :
vérité appartient á la santé méme de l’esprit, íi sa 1. II convient á la bonté de Dieu de se communiquer
lendancc esson tielle. lin vain se plaint-il qu’ alors i) íi nous. Saint Thomas, étudiant les convenances de
n’y aura « plus de bataille de l ’iutclligenee, plus de l’ incarnation, ne craint pas d'invoquer cctte naturelle
vietoirc, plus de couro une. n Le mérite de la foi ne expansión de la bonté divine; et pourtant l’ incarna-
consiste pas faire un saut périlleux dans le vi de, tion de Dieu cst un don bien plus extraordinaire, bien
mais A recevoir la vérité inystéricusc que nous présente autrement au-dessus de nos aspirations et de nos
le divin témoin connu de nous cotnnic souveraine- besoins, que le don de son simple témoignage. « Par
ment véridique, sans toutefois pénétrer le mystére nature, d it le grand docteur, Dieu est l ’essence de la
comme on Ic souliaiterait, sans preuve intrinséque, bonté, tout cc qui convient á celle-ci convient á Dicu.
en dépit des passions qui se sen ten t génecs par la Or, se communiqucr aux autres, tel est le propre de
parole divine, et du monde qui s’en moque. II restera la bonté. Dés lors, il appartient á la souveraine bonté
done toujours assez d ’obstacles á la foi pour qu’il y qui est Dieu de se communiquer d ’une maniere sou-
ait bataillc ct vietoire. Enfm cette foi de Guillaume veraine á ses créatures. » Su m . theol., III-1, q. i, a. 1.
d ’ Auvergne, oú le souci de la vérité n’ aurait aucune « Cette máxime, ajoute le P. Janvier, me permet
place, serait « un mouvcment aveugle », cc que le con- de penser que,par un mouvement tout spontané, Dieu
eile du Yatican a rejeté. Sess. 111, c. 111, Denzinger, se sentirá porté á se révcler á l ’ liomme, á se donner á
n. 1791 (16-10). Peut-étre Guillaume réservc-t-il son son esprit. Sa vérité qui cst bonne, ou pour micux
coup de foree pour le moment précis de l’actc de foi, dire qui est la bonté meme, aura une tendance & fran-
et suit-il d ’ailleurs le grand courant de la tradition, chir les frontiéres du temps, á se niaiiifester á eeux
en exigeant avant la ¡ o í la connaissance de la véra- qui ne le connaissent pas. Nous affectons parfois de
cité divine et les preuves du fait de la revelation : on nous étonner qu’elle nous ait parlé, nous scrions plus
peut le conclure de textes eitcs par le 1‘. Gardeil. étonnés eneorc si elle avait gardé le silencc. « Confé-
Voir C k é d ib ilité , t. m , col. 22GG. Toujours est-il qu’il renees de N otre-fía m e de P a ris, caréinc 1911, L a fo i,
exige de 1’esprit, au moment de l ’acte de foi, une 2e édit., p. (53. Le silence, Dieu n'était ni pliysique-
¡¿ymnastique impossible, et veut á tort exclure de cet ment forcé ni moralemcnt obligé de le rompre, méme
acte toute vue de la véraoité divine, qui en est l’objet dans riivpothese de notre création;et cela suífit pour
íormel et le m otif spéciíique. que sa parole, son témoignage, soit un don gratuit et
Ii0 Le m o ti¡ de la fo i ehrétienne devant la raison natu- surnaturel. Mais comme il convenait qu’ il nous par-
relle ; raisons de eonoenanee p ou r ce m o tif , et objections. lát, venant ainsi avec plus de bonté au seeours de nos
— Peut-on prouver a p rio ri, en partant de principes ignorances et de nos miséres I
purement pliilosophiques, que la connaissance reli- 2 . II convenait que rhonune rendit á son créateur
gieusc devait étre fondée sur le témoignage de Dieu? , toute espéce d’liommages; or, il est un hommage spé-
Non. La raison peut connaitre avec certitude, sans cial, qui consiste i croire Dieu sur parole, et pour que
passer par l ’autoritc du témoignage divin, sans se cet hommage íüt rendu de fait, et par Tintelligcnce
préoccuper de cctte autorité ni de cc témoignage, un j en méme temps que par la volonté, il fallait que Dieu
certain nombre de vérités rcligieuses. Voir Iá-dessus I parlát et témoignát; il convenait done qu’il le fit.
1.» définition du concile du Vatican ct son commentaire | Saint Paul fait allusion íi cc cuite et á ce sacriíiee de
á l’ art. D i e u , t. ív, col. 824 sq.; et l'exposc des preuves 1’intelligencc par la foi. Voir col. G8 .
de 1'existente de Dieu, au point de vue soit pratique, 3. La foi au témoignage d’autrui joue un grand role
soit scien ti fique, col. 935 sq., 938 sq. Cela étant, pour­ social : elle supplée aux insuffisanecs de I’ individu
quoi cctte connaissance rationuelle et naturelle ne j isolé, elle tend á rapproctier les personnes, et devient
pourrait-elle pas servir de base á un cuite, á une reli­ ainsi un fondement des sociétés liumaines, comme le
gión? Dieu n'était pas tenu de nous donner davnn- rcmarquaicnt déjá Ies Pércs, voir col. 110, et saint
tage. Thomas. Opuse., LX I11, //i ¡ib. B oetii de T rin ila te,
On dirá que la raison naturelle, telle qu’ elle fnne- q. ni, a. 1, Opera, Panne, 1864, t. x v n . p. 5G6. De
tinnne en pratique dans les circons tan ces de l’ordrc meme, si Dieu temoigne, si á ce témoignage répond
aetuel des dioses, se trompe aisément, et que, sans un notre íoi, ce sera le fondement d’une société entre Dieu
seeours surnaturel, il est presque impossible de ne pas | et nous; nulle espéce de connaissance ou de croyance
tomber dans quelque erreur sur un sujet aussi ardil ne peut done servir de base meilleure á une religión
que la nature de Dieu ct Ies devoirs de la religión, ici-bas.
lomme le m ontrentrexpérience et l ’histoirc des anciens 4. La religión, la société avec Dieu, deviendra sin-
peuples allant presque tous au polytliéismc, ct trans- , guliércment intime, si Dieu nous comnmnique sespro-
forniant la religión en idolátrie. Mais d’abord, dans pres secrets, de méme que d’ liomme á homme la com-
cette dégradation paienne, il faut faire la part de la i miiuieation des secrets est un signe ou une cause d’ in-
liberté liumaine qui aurait pu égarer moins la raison, ti mi té; et puis, il cst de ces secrets di vi lis qui sont pour
si elle l ’avait voulu. Knsuite, Dieu ne peut-il tolérer nous de la plus grande importance ct de la plus haute
des erreurs dans le genre liumain? Toute erreur sur ' valeur rcligieuse : comme de savoir si Dieu veut nous
Dieu est-elle de nature á supprimer toute religión ct pardonner de graves fautes, ct combien de fois, et á
toute vie inórale? En fin, si Dieu veut aider notre rai- 1 que lies conditions; dans quelle mesure et á quelles con­
son dans cctte grande difliculté, s’il veut bien lui don- ditions il exaucc nos priéres; quelles récompcnses ct
ner un seeours gratuit, pas n’est besoin qu’il temoigne, quclics peines il préparc aux ames dans 1’autre vic. Or,
comme il l'a f a i t : il aurait pu fortiíier les énergics natu- le témoignage de Dicu cst la seule voie par laquelle
rclles de la raison, il aurait pu lui donner une science | nous puissions connaitre avee certitude ces décrcts
infuse, qui n’ cüt pas été son tém oignage, comme nous de sa libre volonté, ces mvstérieuses déterminations
l'expliquerons en traitant de la révélation. La faiblesse de 1’ aven ir; de méme que d'liomme á homme le témoi­
de notre raison sur les choses divines ne prouve done gnage est le seul canal des secrets. La foi ¿i un témoi­
pas avec certitude que Dieu ait du nous donner la gnage divin était done nécessaire íi une religión intime
121 FOI 122

et profonde; ct nous donner une telle religión conve­ nous donnál par son témoignage le seul moyen de
nait á la bonté de Dieu. connaitre cette surnaturclle destinéc. Car la nature
A ccs convenances bien remarquables nous pour- raisonnable doit pouvoir líbrement diriger ses actes
rons en ajouter d'un autre ordre, si uous partous, non vers sa fin, vers sa réelle destinée, elle doit done la
plus seulement des expériences et des principes de la connaitre. Aussi le concilc dn Vatican reconnait-il
raison naturelle, mais encore du donné revelé. Cc comme « absolument nécessaire » la révélation ou
seront alors des « raisons tbéologiques » en faveur de témoignage de Dieu dans l’ ordre actuel « parce que
la foi au témoignage divin; et l'avantagc de ces rai- Dieu, dans son infinic bonté, a ordonné I'liomme á la
sons-lá est de montrer l'harmonic de nos dogmes. fin surnaturclle, c’est-á-dire 4 la participation de
Ainsi, partant du dogme de la visión béatifique, & biens tout divins, qui dépassent totalemont l’intelli-
laquelle Dieu a bien voulu nous elcvcr dans l’ordrc de gencc humaine. » Sess. 111, c. n, Denzinger, n. 17S(>
choscs actuel, saint Thomas nous d i t : « La béatitude ! (1635).
fmalc consiste dans une visión surnaturclle de Dieu; O bjcction. •— Le témoignage divin, comme tout
riiom m e ne peut y parvenir qu'en se m etlant á l’ école témoignage que nous recevons, vient du dehors, ab
de Dicu, Joa., v i, 45; et cct enseignement, pour extrínseco, Objectcra-t-on les inconvénieuts de « l'cx-
s’adapter á la nature humaine, ne doit pas se faire tout trinsécisme », une certaine maniere de concevoir
d ’un coup, mais par degrés. Or, tous eeux qui suivent « 1’ autonoinie, l'imniancnce » ?
cet enseignement graduel doivent commencer par Rcponse. — a. II y a avantage ct non inconvenient
croire le maitre, pour arriver ensuite á la scicnce par- ;i enrtcliir nos connaissanccs par le témoignage des
faite. Aristote, De sop h isíicis elcnchis, c. n. Done, pour autres; ce n’est pas lá un asservissement, mais une
parvenir un jour á la parfaite visión de la béatitude, il conquéle; le développcm ent de notre vie mcntale
nous faut d ’ abord croirc sur la parole de Dieu, comme I et soeiale est a ce prix. II en sera done de méme du
un diseiple croit sur la parole de cclui qui I'enseigne.» i témoignage de Dieu, qui n ’est pas plus extrinséque
Sum . theol., I I a I I a, q, n, a. 3. Pour micux com- que celui des hommes.
prendre ce raisonnement de saint Tilomas, observons b. T ou t cc que l ’ on peut raisonnablement dernan-
que, dans tout enseignement, on peut concevoir deux , der id , en fait d'immnnencc ct d’autonomie (au sens
procédés tres diflcrents : large du m ot), c’cst d’ abord : a. qu’á I’égard de l ’cii-
a) Le maitre peut donner á ses disciples la conclu­ seignement de l ’lioimnc par la divinité, il y ait dans
sión d’un raisonnement sans le raisonnement lui- 1 la nature humaine une aspiration, un dcsir condi-
méme, interposant alors son autorité en guise de | tio n n e l: sí Dieu veut bien le lui donner. Or, celte aspi-
preuve, ou l’autorité des savants dont il se fait l’ intcr- I ration ne manque pas. Puisque la raison naturelle,
prcte. II donnera, par exemple, la distancc du solcil ainsi que nous l ’ avous montré, v o it elic-mémc la con-
i la terre, sans les calculs qui ont servi ¿t la déterm incr; venance et l'u lilité d ’un témoignage divin, et d’une
une loi physique ou biologique, sans Ies nombreuses religión plus parfaite fondée sur cc témoignage, il est
el délicatcs expériences qui ont fondé une induction ! naturcl a la volonté de le désirer du moins condition-
valable; le dessin schcinatique d ’une machine, sans | nellement; tout ob jet qui apparail á 1’liomme comme
la faire fonctionner sous lcurs yeux. Le temps limité | con venable ou utile est de nature á exciler son désir.
dont il dispose, une démonstration qui dépasserait la 13ien que surnaturel, le témoignage divin nc peut done
portée des commen^ants qu'il instrult, d ’autrcs raisons se comparer á une pierre qui toinberait dans l ’orga-
encorc justiíient cc procédé sommaire, sans lequel les nisme viva n t commc quelque chosc d ’indésirable et
sciences nc pourraient etre vulgarisées. L'exagéra- d’absolumcnt ctrangcr. — Cc que l’on peut encoré
tion des disciples de Pythagorc était seulement de raisonnablement de m amíe i , c’est f>. que toute vérilé,
trop généraliser ce procédé, méme lorsque la démons­ pour devenir notre vérité, soit vériliée et contrdlée
tration eüt été relativem ent facile ct qu'ils n’ étaicnt par nolre raison individuelle. Mais c’cst prceisémenl
plus des débutants, et de trop accorder i Ja simple ce qui se passe avan i la íoi ehrétienne; car nous n’ ad-
aflirmation d’un maitre faillible. 11 n’ y a qu’un maitre mettons pas les vérités de foi sans aucune garantic,
infailliblc dont l’aflirmation suffisc toujours, en atlen- comme le voulait Guillaume de Paris, e l simpleinenl
dant qu'il nous fasse pénétrer,au riel,les vérités mys- parce que 1c plus puissant des rois nous les inipose,
térieuses íi l ’égard desquclles nous nc sommes jamais mais nous Ies adnn ltons sur la garantic inlellectuelle
ici-bas que de simples commeníants. de sa Science et de sa véraeité, ct aprés ¡ivoir constate
b) Le maitre peut procédcr autrement, el faire pas- par des preuves suílisantes qu'il a parlé, que tollo doc­
ser les disciples, déjá cxcrcés et hábiles, par tous les trine transiuiso par uti intermédiaire humaiii est bien
raisonnements, par tous les calculs, par toutes les sa doctrine, sn pensée, son témoignage. Voir plus loin,
expériences qui aménent & la coiuiusion : alors le dis- VI. Dans ccs conditions, persomie ne peut se plaindre
tiple n’aura pas be soi n de s’ appuyer sur la véraeité qu’ il y ait en nous une importation » du dehors, comme
du maitre; sur le point en question, il en saura autant (lit M. Wehrlé, lequel ajouLc fi»rt l>ien : u l)c donner á
que lui, e t son intelligencc pcrsonnelle, cxcitéc ct diri- entendre que cettc iiouveauté lie nolis apporte rien
gée par lui, aura vraim enl fait elle-mcmc la demons- de nouveau... ou que, n'étant pas de noux, elle nc peut
tralion; il aura acquis une connaissance non pas scu- élre p ou r nous et rédam er d ro il de cité che: /mus, c'cst
leinent exlrinséque, mais intrinséque, ct intellcctucl- ce qu'on ne pourra jamais laisser dire sans protcsler,
lemcnt bien plus parfaite. Mais ce n ’cst pas le cas qui e'est cc qui depasserait cerlainement la limite que la
nous intéresse directcmcnl, quand il s'agil de la íoi. raison e l la foi interdisent égalcmenl de franchir. «
Ainsi la visión intuitivo élant l'acíicvvm cnl en tteuuc bibli<pu\ ju illel p. 332. Voir 1mm\ni"nc.)..
plcinc lumiére d ’un enseignement ébauché ici-bas IV. QtKi.Lií h ív ú la iio n i.a r o í sri'rosr:. - - Le
]iour des coinmeníants, il convenait que dans ce pre­ fonccpt de la révélation cst tellcmeiit lié i celui de la
mier enseignement Dieu inlerposúl l'autorité de son foi rjue le second ne peut étre expliqué sans le pre­
témoignage, comme le savant qui fait de la vulgari- mier, e l d'aulre parí vient restrnndrc e l liiniler le
sation. On peut méme diré qu’une fois supposé premier. Dans une qucslion aussi diíllcile ct aussi
l'élévation de l'liomme & la visión de Dieu dans la vic embrouillée de syslemes liétérodoxcs, nous suivrons
future, élévation que notre nature ne peut ni réaliscr l’ordre qui nous jiarait Ic plus niéthodiquc : I o con-
par ses íorces ou ses exigenecs, ni conslater par ses cept clirétíeu de cctte révélation ()uí est i\ la base de
faeultés de connaitre, il y avail plus qu'une raison de I’ acte de U I ; 2° exposé des syslémes (pii ont douné
<-<jnven anco, il y avait une alisolue nécessilé qnc Dieu pour base íi la foi ebrétienne la • révélation naturelle *
123 FO I 124

sous diversos formes; 3e insuílisance de cette baso; tcstants libéraux, ont fait grand abus du mot >• révé­
Io sullisance de la révélation « medíate »; 5o rapport lation n dans ses rapports avee la foi : aussi l’Église
des révélations « privées » avec la foi ehrétienne. a-t-clle vu la néeessité d ’expliqucr cc mot cncore
Io Concepl chrétien de cette révélalion q u i es/ á la davantage. Dans la défmition de la foi, á l'endroit oú
base de l ’acte de ¡ o i : la révclat ion-tem o i fjnagc. — Des le Vatican avait dit briévemont : a (D e o ) reveíala, vera
prcuves nombreuses, scripturaires et palristiques, que esse eredim us..., la profession de foi de Pie X contre le
nous venons de donner, il resulte incontestablement modernisme insiste enees termes: Quie a Deo personali
que tout actc <lc foi ehrétienne doit ctre basé sur un creatore ac dom ino nostro, dicta, lestata el reveíala sunt,
tém oignage üe U icu , témoignage dont 1'autorité iníail- vera esse eredim us... Ici le mot reveíala, plus en usage
lible est le m o lif de notre íoi. aujourd’lmi, mais plus vague, est precisé par les mots
Mais au mot « témoignage » les théologiens scolas- explicatifs dicla, téstala, qui 1c raménent á l'idée do
ti(|ucs ont presque substituí celui de « révélation ». <• chose attestée a, objet d ’un « témoignage ». Comme
Saint Tilomas emploie les deux. Pour dirc que Dieu se une nappe d ’eau se resserre pour entrer dans un canal,
révéle surtout lui-méme, bien que révélant aussi des ainsi ce concept large ct ílottant de révélation ne peut
objets accessoircs, il dirá : Ip sa ( V eri las P r im a ) p r in - done entrer dans l’ acte de foi sans se restreindre, sans
cip a lile r de se leslificatur. Qusi’sl. disp., D e veriiaie, se ramencr au coneept Irés net de témoignage. C’est
tf. x i v , a. 8 , ad 9'10'. « Au x objets qui dépassent notre lá une vérité féeonde en importantes conséquenecs,
intclligence, dira-t-il encorc, nous ne pouvons donner dont nous signalerons les principales. On y verra que
notre assentiment qu’á cause du témoignage d’un les erreurs du modernisinc viennenl de ce qu’on n’a
autre, propter teslim onium a lienu m , e l c’est lá pro- pascompris cette vérité. Mais l'errcur une fois admise
prcinent croire, » a. 9. Mais il dirá aussi: « La foi dont sur un point aussi capital conduit aux abimes. Avan t
nous parlons ne donne jamais son assentiment á un meme sa séparation cxtcricure de l ’Églisc, T yire l
objet, que parce qu’il a été révélé de Dieu, » quia est a écrivait á son confident : « Ce n’est pas, eomme (ces
Deo revelatum. Su m . theoi., 11^11*, q. i, a. 1. Si, peu & théologiens) le supposent, sur un ou deux articles du
peu, l ’usagc du Lerme « révélation » s’est généralisc en symbole que nous differons; les artieles, nous les ae-
théologie, c’est puré affaire de m ot; les tliéologicns, en ceptonstous; mais ce qui est en jeu, c’cst le m ot credo,
traitant de la foi, ont toujours entendu par «révélation» c’cst 1c sens du mot vra i quand on l’applique au
le témoignage de Dieu; de lá leur insistance sur la dogme, c'cst tome la valeur de la révélation. » Lettre au
i- véracité » divine, qualilé qui apparticnt cssentielle- barón F. von Hügel, 30 septembre 1904, Miss Petre,
ment á la valeur du témoin et du témoignage; de lá L ife of G. Tijrrel, Londres, 1912, t. n, p. 197.
cet einploi resté classique du verbe teslari dans Ies 1’ * conséquence : la révélation corrélative á l’ acte
locutions et les theses, commc euidentia in attestante, de íoi ne doit pas nccessairement contenir du nouveau,
Deus falsa teslari nequil. Parfois meme ils nous aver- de l ’imprcvu. C'cst un témoignage : or, la méme chosc
tissent explicitcmcnt que chez eux « révélation » signi- peut ctre utilcmcnt attestée par plusieurs témoins;
fic témoignage; ainsi Lugo : « Nous parlons (le la revé- ainsi une méme vérité aura cíe attestée par un pro-
lation, non pas selon toute l'étendue de ec tenue, mais pbéte, puis par le Christ; elle n’était plus nouvelle á
sclon qu’il équivaut á un témoignage. » D e fide, dist. I, la seconde révélation, peut-ctTc pas méme á la pre­
n. 197, Opera, Paris, 1891, t. i, p. 102. II faut bien miére, s’il s’agit d ’une vérité accessible á la raison
reconnaitrc que le m ol « révélation » est par lui-méme naturelle, Denzinger, n. 1786; 011 pouvait cependant
plus étendu et plus vague; Dieu se revele á nous par fairc alors un acte de íoi sur la parole du Christ, c'est-
tous les moyens que nous avons de le connaitrc : par á-dire sur une révélation qui n’ apportait pas du nou-
la nature, par la grñee et par la gloire. Sur cctte triple veau. La nouveauté, l’ inédit, n’cst pas un élément
révélation, voir Scheeben, D ogm alique, trad. fraiif., essentiel du tém oignage; et quand méme cet élément
1877, t. i, c. i, p. 12 sq., 20, 24 sq. Dans le Nouveau scrait suggeré par l ’étymologie du mot « révélcr
Testament, le mot ¿noxáAU’iíí, révélation,signifie sou­ dévoiler, l ’usage d'un mot s'écarte souvent de son
vent l ’ apparition du Christ au dernier jugement, ou la étvinologie; ct quoi qu’ il en soit de la révélation dans
révélation celeste de la visión beatifique, la plus splen- certains sens de ce m ot, nous ne nous occupons ici
dide des révélalions; ainsi Rom., ir, 5; v m , 19; I Cor., que de la révélation-témoignage. Ccrtaines défini-
r, 7; I lJet., i, 57; iv , 13. E t cependant la Tévélation tions de la révélation ne valent done rien sur le terrain
directe ct éblouissantc de la gloirc n’a rien de seni- de la foi,qui peuvent étre bonnes sur un autre terrain,
blablc á la voie indirecto du témoignage; le m ot par exemple, sur cclui de l ’inspiration de l'Écriture, oti
« révélation » s’étend done plus loin que le m o t « téinoi- l ’on a coutume d’opposcr, dans l'hagiographe, 1’ « ins­
gnage i>, et est moins determiné. II peut aussi, dans piraron » el la « révélation », prise dans un sens parti-
l’ Écriture, signifier la T é v é l a t i o n surnaturelle d ’ici- culier. Telle cette déflnition d’un exégctc ancien :
bas, qui íait appel á la f o i : et alors il est synonyme de E a p rop rie dicta videtur revelado, qua res absiruste
« témoignage »; ainsi dans Luc., u, 32; Matth., x i, om ninoque velat¿c pateftunt et revelanlur. Scrarius,
20-27; xv i, 17; Gal., i, 12, sans parler de « l ’apoca- Protegom ena bíblica, Maycnce, 1C12, c. ív, q. iv. Et
lypse ■>de saint Jean. Apoc., i, 1. En somme, le mot cclle-ci d’un exégéte modeme : » La révélation, dans
« révélation » se prcte par lui-meme A plusieurs sens : et le sens propre, est la manifestation surnaturelle d ’une
nous verrons que les systémes liétérodoxes ont abusé vérité jusqu’alors inconnue á cclui £1 qui elle est maní-
de cette ambigui'té : T a is o n de plus pour insister sur íestée. Ainsi, c’cst par révélation que les prophétcs
cette vérité trop peu T e in a rq u é e d’un certain nombre ont connu l ’avenir, » etc. Vigouroux, M a n u el biblique,
de catlioliques de nos jours, que la « révélation • qui A n cien Testament, l l e cdit., Paris, 1904, t. 1, n. 11,
est á la base de la foi clirétienne se distingue par cc p. 44. Quant á nous, commc notre sujoL l’exige, nous
qu’cllc est un témoignage de Dieu. nous en tcnons exclusivemenl a la Uiéorie de la révé­
Le concile du Vatican emploie toujours le mot lation en tant que correlativo á la íoi, et nous ren-
< révélation », car les conciles suivent le stylc qui a voyons, pour les autres sens du mot, comme aussi
prevalu en théologie, mais il a soin de l’cxpliquer dans pour la possibilité, la néeessité morale et les critéres
le sens d ’un tém oignage de Dicu, lorsque, iléveloppant de la révélation, pour le développement liistorique
l’autorité de cette révélation, aueloritas D e i revelanlis, de la révélation dans le monde, íi l’ art. R é v é l a t i o n .
il l’expliquc par les deux qualités elassiques d’un bon Le j)réjugé, assez T é p a n d u , que toute révélation
tém oin : qui nec fa llí nec fallere potest. Voir col. 11 (i. divine, pour étre telle, doit apporter au monde de
Depuis le concilc, les modernistes, ít la suite des pro- 1’inconnu, du neuf, se retrouve, par exemple, dans ccs
125 FOI 126

lignes d ’un modernistc : « Le fait que d ix sicclcs sensibles ct frappantcs que Dieu n ’a pas toujours
peut-élre avant Moise... un souverain oriental, choisi le mode de révélalion qui parait prciniére vue
Hammourabi, ait donné á son peuple une loi presen- le plus simple, et qui consiste á produire directement
tant des analogics avec 1c vieux code ju lf, ct méme la révélalion dans l’ ámc de ses proplictes, mais qu’il
superieure en quclques points, diminuait aux yeux a souvcnt préféré l'eniploi de causes intcrnicdiaires
des croyants la certitude d ’une révélalion divine sur pour accentuer le cnractére extrinséque de la revéla-
le Sinaí. » Houtin, Qucslion bibliqn e a n X X e siéele, tion, en leur faisant arriver son mcssnge par le monde
Paris, 1906, p. 27. Pourquoi voil-on un antagonismo cxtéricur. Dans la Hible, parfois le prophéte, comme
entre ce íait et la cerlitude d ’une révélation sur le Jeanne d ’Arc,enlend «des v oix ». Ainsi Samuel enfant,
Sinai', sin on parco qu’on imagine dans toute révélation et n ’ayant pas refu cncore de révélalions, cst réveillé
une note esscntielle de nouveaulé, parce qu’on sup- par un appcl qu’il prend pour celui du grand-prélre,
pose faussement qu’une législalion rdvelée, pour étre le seul étre humain qui fut á sa portée; désabusc pnr
révélée, doit élre entiércmcnt origínale et n’avoir rien le grand-prélre lui-méine, il nc peut s’cmpécher de re­
de commun avec aucune législation humaine préexis- venir vers lui quand le phénoméne se reproduitjcnfin
tantc, méme la plus sage; conception biznrre, qui la v o ix en dit davantage,et il rc?oit d’elle la terrible
condamnerait par avance le divin législateur á se prophétie sur H éli e l ses fils. I K c g .,)n ,4 sq. Une v oix
priver des plus pratiques e t des plus útiles mesures, miraculeuse apportc aussi le témoignage de Dicu dans
pour faire de l’ inédit & tout prix 1 le Xouveau Testanienl. Marc., i, 11; Matth., x v ii, 5;
2 ° eonséquenee : la révélation corrélative á la foi Joa., x i i , 28; A cl., ix , 4. Les apparilions d ’anges, qui
vien t de l’exlérieur. C'est un témoignage, et lont conversent avec les hommes, sont dans l’ Écriturc la
témoignage, méme cclui dcDicu, nous vien t du dehors, voie la plus ordinairc des révélations divines. A d m et­
commc nous l’ avons m onlré, col. 122. De líi ces expres- tre (|Uc la forme visible prise par ces auges étail vrai-
sions de Pie X , exlerna revelado, dans l’encyclique nicnt situéc dans 1c monde extéricur et tombait sous
Pasectidi, Denzinger, n. 2072, 2074; veritas extrin - les sens, que leurs paroles étaient vraiincut prononcécs,
seeus accepta ex atidilu, dans le serment. Voir et que tout nc se réduisait pas íi une sorte d'liallucinn-
col. 81. M. Loisy y a trouvé á redire : « Quant ri lion surnaturclle, c’est admettre une diose trés pos­
la révélation extcn'curc que l ’on accusc aussi les moder- si ble en soi, trés convenable ú la nature de l’honinie.
nistes de suppritner, c ’est peut-élre la premiére fois et qui ressort du récit des Livrcs saints qu’il n’y a pas
que, dans un docunienl oíUdcl de l’ Église, on en pro­ á torturer. Le rationalismc cst dans son role, quand il
clame l ’existencc et la nécessité. Le concilc du Vati- regarde a p rio r i ccs cxplications de la révélation
can parle des preuves exlérieures de la révélation, mais comme absurdos, ct 1'cxisLcnce méme des anges
il nc d il pas que la révélalion elle-mémc soit exté- coinmc impossible, sans pouvoir d'ailleurs aucunc-
ricure. i> Sim ples rép e x io n s ... sur t'cneyelique , Paris, mont prouver cctlc im possibililé; la raison pbiloso-
1908, p. 119. Que le m ol soit nouveau ou non, la e/iosc pliiquc cllc-mcme nc voit-elle pas la convcnancc qu’ il
a été de tout temps dans la tradition catholique; le y ait, entre Dicu et nolre pauvre iutctligcncc liée á la
í
concile du Vatican n’ a pas eu A la proclamcr distincte- cliair, ce degre angéliquc dans réchclle des élres, et
ment, pour la bonne raison que de son temps le moder­ I la négatio» des esprits n ’cst-cllc pas plutót le fa il
nismo n’oxistait pas; ¿i de nouvelles hérésics il íaul i d ’un matérialisme grossicr, qui n ’est méme plus ít la
opposer de nouvelles précisions el de nouvelles for­ inodc? E t puis, qu’est-ce que c e llo méthode « p rio r i
mules. La révélalion, lors momo qu’clle se fait au Mais du moins,que le ralinualismc ne vienne pas avec
dedans, cst oxtérienre, mais sculemenl dans son o r i­ M. Loisy nous parler du » Dieu antliropomorplie » de
gine : c’ csl ce qu’cxplique le m ol veritas extrinsecits l’ encycliquc, ni tourncr en ridiculo « les convcrsations
accepta. A moins d ’ étrc panthéiste, il faul bien recou- de l’ tfterncl avec Abraliam . » S im ples réfiexions, p. 5G,
nailre que Dieu esl (listíntí de nous, e l que cc qui 119. Cc u’csl en aucune ía 5011 admettre un Dieu
vien l uniqucmcut de lui (par exemple,son témoignage, anlhropomorphc, que d ’adm etlrc un ange apparais-
rovetu de sa divine autorité) nc v ien l nuHcinent de I sant vlsihleiucnt A Aliraham, seul ou avec deux com-
nous, d ’une pousséc du dedans, et done vient du pagnons, et représentant « le Seigneur », dont il prend
dehors. Du reste, la révélation n’est pas díte « cxlé- I parfois le nom dans la Bilde parce qu’il le représente.
rieure » en ce sens qu'elle apporterail absolument I
Mais ce qui cst plus regrcttablc, c ’cst que des calho-
tout du dehors. Commc l'arcliilectc qui vie n t Itálir I liques, cArayés par ce vain épouvanlail d ’ iantliropo-
prés d ’une carriérc tronve sur place les material) x, morphiMiie », élourdis par ce grand mot grec, aban-
mais apporle du dehors. son idée, son plan, ses ou- donnent le sens nalurel ct l ’cxégcso tradilionnelle des
vriers. en sorle que 1‘éilifice lui-mcinc cst pour le Livrcs sainls. Nc voicnl-ils pas qu'ils diminuenl
pays chose nouvelle ct qui v ie n l du dehors : ainsi le la révélalion? Ce n’cst pas sans m otif que Dieu lui a
témoignage divin, pour enlrer dans uolrc esprit, y donné un appareil cxlérieur fortem ent marqué, pour
prend des conccpls préexistants, délachés les nns des faire micux saisir A tous qu'elle vient du dehors.
aulres, qui ne sont pas une vérité, car la vérité pour qu’ellc n ’cst pas une simple évolution de notre nature
riionune n’esl pas dans des conroptsdisjoin ts, mais dans inlcllcctuoHo, mais un don transccndant, un tém oi­
leur synlhé.sc constructivo, dans un énoncé. Par exem- gnage divin s’adrcssant íi la foi. Xc voicnt-ils pas qu’ ils
ple, ces idées éparses : « Dieu, voir, destinée » ne for- font le jen du modernismo, qui ne raméne la révélalion
maient pas une vérilé. Quand nous recevons cel á l'intéricur de l’ átnc «(Ue pour arriver plus faeilemenl
énoncé : * Voir l>ieu est nolre deslinée, « quand nous á toul oxpliquer par rim m aneiice, par la poussée du
Ic recevons appuyé sur la garantió divine qui fa il toule drdans, et <|ui aime prcher, dans l'eau Irmible du
la forcé de cetle construction, nous avons une vérilé suhcoiiscient. des fails anormaux el des phénoiuénes
nouvclle, e l qui nous v ien l dn dehors comme cette mysliqiies?
garantió elle-mcmc : veritas extrinseeus aeeepta. 11 en J1’ ronscqiienee : la révélalion correlativo A la foi,
serait de méme dans le témoignage Iniinatn. Voir (]uantl elle, se passe toul entiérc á l intériair de l’áiue,
fílndrx du 20 avril 190,S, p. 170 sq. ne consiste pas seulement en cc que Dieu, j>ar une
Ainsi la révélation n’esl pas, commc le voudrnicnl npéralion suriKiturclle, fail [troduirc íi l'iulclligcuce
les proteslants libóraux el les mndcrnislcs, un .simple 1111 énoncé el lui moulre une vérilé : il faut qu’il fasse
prodliit de l'cspril qni en cst favorisé, mais elle lili voir en méme. temps par la méme aclion sum ¡il urclli’
arrive dn dehors. C’csl sans doule pour niioii\ innil- íce <]ui d'ailleurs ne lui roúle pas davanlage) (pie cel
quer aux homuics r r llr vérilé capilale sous d"s formes énoncé exprime sa pensée A lui, qu’ il s’en porle garn n t;
127 FO I 128

¡1 faut que la vérité de cet énoncé appaiaissc conune Dieu paite á ce propliélc, ou nous parle par son inter-
reposant sur le témoignage divin. Sans cela, l’ yine nc inédiaire, ct que ce proplióte puisse aílirmer commc
reccvrait pas le témoignage de Dieu, et, tout en admet- dans l'Écriture : H ice dieit D om ín u s , il íaut que Dieu
lan t le vrai, ne rad m ellrait pas par un acte de foi; I lui fasse conualtre son intcntion de maniíester sa
Dicu lui íerait voir une chose, inais ne lui ferait pas 1 pensée sur les choses, qu’il inlerpose son témoignage
voir sa pensée sur cctte chose, et par conscquent nc lui ct sa véracitc divine, qu’il íasse appel á la foi ou du
parlerait méme pas, puisque la parole consiste essen- propliéte ou du moins de ceux á qui i l l ’envoie. Si saint
tiellcmcnt á exprimer la pensée, commc dit saint Tilomas lui-mcme ne met pas cc point délicat plus en
Thomas : N ih il est a liu d lo qu i ad allerum , qiutm eon- relicf dans ses qucstions sur la prophétie, c’cst qu’a-
eeplum m entís a lteri manifestare. Sum . Iheol., I ;i, q. lors il ne restreint pas son étudc, commc nous, á cette
cvn, a. 1. E t quand méme la parole pourrait consistcr révélation qui est á la base de l’ acte de foi divine,et
parfois á montrer des ol>jets sans montrer sa pensée, qu’il traite du cliarisme prophétiquc dans toute son
en tout cas, le tém oignage nc le pourrait cerlainemcnt ampleur. <■ La révélation prophétiquc, dit-il, s’ctend
pas; or, la révélation qui est á la base de la íoi n’cst soit aux íuturs événcments humains, soit aux choses
pas seulement une parole, mais un témoignage. Mais si divines; ct non sculemenl a ux dioses divines q u i sont
Dieu, par son opération surnaturelle dans Túrne, en l'objet de notre fo i, mais cncore á d’autres mvstéres
lui faisanl porter un jugement sur un objet, lui donne plus releves communiqués aux parfaits » (dans les
l ’assurancc que ce jugement représente la pensée de pliénoméncs de la mystique). 11 ajoute que cctte révé­
Dicu méme sur cel objet, et, lui rappelant l’ infailli- lation dont il parle renfernie le disecrncment des
bilité de la pensée divine, fait ainsi appel á sa foi, esprits, cc don surnaturcl qui, dans les pensées se pré-
alors, bien que loreille du corps nc perfoive aucun sentant aux ámes pieuses, leur fait distingucr (sinon
son, la vérité refue peut cncore ctre dite accepla ex avec certitude, du moins avec probabilité, et sans
audilu , cf. S. Thomas, Sum . Iheol., I I aI I a', q. v, a. 1, pouvoir faire lá-dessus un actc de foi) ce qui est
ad 3""’ ; l’ áme entend á sa maniere Dieu parler,témoi- inspiration des bons anges ct illusion du démon.
gner, et c ’est grácc á la parole et au témoignage de Sum . Iheol., I p i l - 11, q. c i .x x i , préíace avant l ’art. 1.
Dieu qu'elle accepte ccttc conception des choses On voit que plusieurs des formes de la « révélation
comme vraie, si elle l ’acceptc; et ainsi peut se faire prophétiquc # dont parle saint Thomas sont, par
un acte de foi divine. — Sur ces conditions requises défaut de certitude, insuflisantes á fonder un acte de
pour qu’ une action surnaturelle de Dieu dans l’áine íoi divine. Lui-mcmc le fait remarquer á propos de cette
soit au sens propre une parole de Dicu, un témoignage j forme qu’il appelle 1’ « instinct » prophétiquc. Avec cc
de Dicu, voir Lugo, D e fide, dist. J,n. 197, p. 101. II y l don, le propliéte « parfois nc peut pas plcinemcnl dis-
íait observer, par exemple, que la scicnce infuse peut i cerner si sa pensée vicnt d’ un instinct divin, ou de
bien ctre regardée en quclquc sorte commc une « révé­ | son esprit propre. » Au contraire, quand par le canal
lation », á cause du sens trés ampie de ce inot : Qus1 I d ’une révélation propliétique Dieu veut adresser la
cognosceret per seienliam infusam , aliquo modo dieeretur | parole aux hommes et faire appel á leur foi, alors * le
scire per revetationem ; mais ce n’cst pas la révélation prophéte a une trés grande ccrtitudc qu’il se passe en
corrélative á la foi, suffisantc á l ’acte de foi; et pour­ lui une révélation divine..., autrement, s’il n’cn avait
quoi? parce que <:e n’cst pas une parole de Dieu. Pour pas lui-méine la certitude, la foi (ehrétienne), qui s’ap-
qu’il y ait parole, il faut que l ’on tende directcment ¡i puie sur les paroles des prophétes, ne serait pas cer-
maniíester sa pensée; or Dieu, en opérant sumaturel- tainc, » a. 5. Si elle n’était pas eertaine, elle ne serait
lement dans l ’íntelligence d’Adam, par exemple, dés le pas la ío i; Dieu s? contredirait voulant la íoi et n’cn
premier inslant de sa création, en lui donnant un donnant pas les moyens. Du reste, Dicu, par ces
ensemble de connaíssances qui convenait á sa situa­ révélations dont parle saint Tliomas et qui sont de
tion, en mettant dans son áine et dans son cerveau les toute sorte, souvent ne se proposc pas d'oblcnir l’ acte
modiíications que, suivant les lois du développement de foi, mais seulement d e :la ire r l ’áme d ’une demi-
psycliologiquc ordinaire, il aurait mis bien du temps lumiérc, de la consolcr ou de l ’éprouver, comme il
aequerir, en lui donnant ainsi une science infuse, arrive dans les voies extraordinaires des mystiques.
avait simplcment l ’intcntion de l ’empéchcr de trainer Et méme quand la révélation prophétiquc est destinée
une mlsérablc existcncc, contraire á son heureusc des- | á ainencr les autres á la fei, il n’est pas toujours ncces-
tinée, et non pas l’ intention de lui nianifcster par ccs I saire que le prophéte p.iissc faire lui-méme un acte de
connaissances sa propre pensée, l’ intentiou de lui foi sur ce qu’il annonce; peut-élre la connaissancc pro-
parter. V oir A d a m , t. i, col. 370, 371. Dés lors que ce phétique, intcllectuellement plus parfaite, remplaccra-
n’était pas lá une parole de Dieu, la question de vera- t-elle pour lui sur cc point la connaissancc de íoi.
cité divine ne se posait méme pas, non esl veraeilas Xous voyons une cliose scmblablc dans les auges,
n is i in loeulione, la véracité n’cst-elle pas une confor- quand Dicu les cnvoic ct par cux íait appcl á la
mité de la parole avec la pensée? Cc n’cst done pas íoi des hommes; Tange Gabriel fait appel á la foi de
sur la véracitc divine qu’ Adam appuyait alors sa ccr- , Marie, mais lui-méme ne peut faire un actc de foi;
titu de; il adinettait simplement les objets de sa scicnce n’est-il pas dans l ’ état de beatitude oil la íoi n’cxiste
infuse parce qu’il les voyait ainsi; il n’ y avait alors ni plus, ct cc qu’il annoncc, lie le voit-il pas dans la
témoignage du colé de Dieu ni foidu cóté de 1’ liommc : supréme révélation de la visión íntuilive de Dieu, et
ad objeetum fidei re q u irilu r locu lio D e i, quia fund alur non dans Tobscuritc d'un témoignage divin et d’un
in veracilate D e i. Lugo, loe. eil. Qu’ il y ait eu par ail- acte de foi?
leurs de véritablcs témoignages de Dieu donnés au Cette supposition de T y n c l n ’est done pas vraie
premier liommc, nous n’ avons garde de le nicr, mais dans sa généralité : « Je présume que ccux qui re^oi-
c’était alors quclque chose de trés diíTérentdelascience vent les premiers une révélation divine sont capablcs
in fusc. de foi dans toute l ’acception du mot, bien qu’ ils aient
11 ne suflit done pas, pour expliquer la révélation pu acqnérír la vérité sine p red ica n te, par une visión
correlativo ¡i la foi, de décrirc les opérations surnatu- intéricure. » Dans la Rem ic pratique d’apologétique,
rclles par lcsqucllcs Dicu peut amener intérieurement 15 juillet 1907, p. 501. T yrrel ne dit cela que pour arri­
un propliéte á fornier un jugement, comme les a décri- ver á baser toujours la foi sur une visión inlérieure,
tes, d’aprés saint Thomas, le P. Gardeil, L e donne sur une expérience mystique, ct finalcmcnt á la con-
révélé el la Ihéologie , lcfon i i , L a révélation, n. 3, I fondre avec cette expérience. Aussi ajoute-t-il (afín
Paris, 1910, p. 57 sq. 11 faut cncore, si l’on veut que | d’ écartcr toute révélation autre qu’une visión inté-
129 FO I 130

rietirc) qu’il ne faut pas imaginer cc don de la rcvé- C'est pourquoi le verbe « croirc » dans 1'KcrHurc a
lation « commc vcnant d'un dehors local ou spatial, á souvcnt pour complémcnt grammatical une proposi­
la maniere d’un mcssagcqiiinous arriverait par les sens tion, bien que cette proposition puisse ailleurs ftr e
externes, » ct il se moque de la révélation « qui se fait briévement rendue par des équivalcnts plus vagues.
entendre du haut des nuages. > Lo e. cil. Puis il ajoute V oir col. 63. Dieu témoigne : c’cst un jugem ent toul
sans aucune preuve : « L a révélalion vien t du dedans; I fait qui nous arrive, un énoncé sur les choses de ce
clic est individuclle ct incommunicahlc. • Rcccvoir par monde ou cclles de l'aulre v ie ; A ce jugemenl nous
l'intcrmédiaire de l ’Église la doctrine, que Dieu a ré- conformons le nótre, nous acceplons les vues de Dicu,
vélée autrefois.ee n’esl done pas rcccvoir la révélation nous croyons ce qu'il dit parce que c’ esl lui qui le dit,
corrélalive á la fo i; pour lui, cettc révélation cst exclu- voilA la foi. Les protestants antidogmatiques et asnos-
sivem cnl intérieure e t incommunicable : « On peut tiques, ct aprés eux les modernistes, ont done tort de
admettre intellcctuellcmcnl toute la doctrine apolo- (lire que la foi ehrétienne a pour o b jet la cliose en soi
gétique e l théologique de l'Église, c t néanmoins p a r I ct non la formule, laquelle nc serait qu’un pvoduil de
manque de ccttc rceclatw n in lérieu re, n’ avoir pas phis de ¡ notre esprit, un pur symbole de l’ inconnaissablc: c'est
foi qu’un chien. » Loe. c il., p. 502. Ccs aberrations 1 á cet inconnaissable seul que tendrait notre foi, c’esl
m ontrent le danger qu’ il y a A ramener la révélalion á lui seul qui serait vaguem ent révélé. a C’ est des choscs
un prophétismc tout intérieur ct A une co ni mullica- qu’ il y a révélation, d it T vrrel, ct non de mots ou de
lion de Dieu á l ’ ámc sans nucun intermediaire, cc que symbolcs de choscs. » L o e. eit., p. 501. Xon, la formule
n’a pas fa it saint Thomas dans ses questions sur la memo, que vous appelcz « symbole de chose ■, appar­
prophélie, puisqu’ il a un article pour aflirmer que ln tient au donné révélé; c’est bien sur la formule, sur
révélation propliétiquc se fait par les auges, q. ci.xxu , l’énoncé, que portent ct la révélation divine ct notre
a. 2. Elles m ontrent aussi le danger qu'il y a á nc pas íoi. Quant á la chose en soi, elle aussi cst objet de révé­
prendrc la révélation corrélative i la foi pour cc qu’clle lation ct de foi, mais moins directemcnt, ct par l'inter-
cst, c’ est-á-dire pour un témoignage de Dicu. Si médiairc de l’ énoncé que Dieu nous a donné: c'est á
T yrrcl avait compris qu’elle cst un témoignage, il elle commc ¿l un dernicr terme que la formule nous
n’ aurait pas dit qu’elle « vient du dedans », ni qu'elle conduit, mais en nons la faisant connaitre, et non pas
cst « incommunicable ». Un témoignage cst si bien en nous donnant un pur symbole d’ une chose ineon-
commun ¡cable par la parole ou Técriturc que loute naissablc. « Si nous formons des énoncés, cn m iiio b itiu ,
riiistoirc est fondée sur d’anciens léinoignagcs, trans­ d it saint Thomas, ce n’cst tjue pour connaitre par eux
mis par l ’ historien qui les a rccucillis. Si la révélalion les choscs elles-mémcs, qu'il s’agisse de la Science ou
correlativo á la foi est un témoignage ilc Dieu, je puis:, 1 de la f o i . » Su m . theot., 11»! l*,q . i, a. 2, ad L'énoncé
gráce íi une transmission liistoriquc, la rcccvoir ■ n’ ctanl qu’un moyen d ’alteindrc la chose cu soi, der-
aujourd'hui, sans aucune « visión íntéricurc » ct faire i nicr terme de rin tellcct, on peul réserver á ccllc-ci lo
sur ccttc révélalion un actc de foi. Mais, d it Tyrrcl, , nom d’ * o b je t de la í o i » d un tilrc spccial. Mais il nc
VOUS nc pouvez faire un aele de foi, d'aprés les l ’ éres, faudrait pas avoir l’air d ’cxclurc les énoncés,en disant,
sans un piu s errd u liía tis a ffce tm , sans une « illuini- ! par exem ple : « Les propositions de la foi no sont pas
nalion surnaturclle ». Loe. eit., p. 503. C’cst vrai : il l’ob jet de la foi, » dom A. I-efebvrc, L'aete de /oí d 'a ­
faut la gráce de Dieu pour faire un actc do foi; mais prés ta doctrine de S. Tintinas, 2C édit., 100-1, p. 270,
cctle gráce n ’est nullement une révélation, comme cc qui nc pourrait se justilier que par une figure de
vous le ditcs; cctte gráce cst invisible, indiscernablc, stvle, une an tono m ase, dont le sens serait : Les pro­
du moins ordiuairement; ce n’ cst done pas une « visión positions de la foi ne sont pas l’ob jct pa r cxectlenec de
Íntéricurc «, encore moins un témoignage de Dieu. la foi. Or, il est á craindre, surtout h une époque de
J ’ y trouve un seeours pour agir, et non pas une laison modernismo, que cc style figuré nc soil mal compris,
de croire ni surtout un m otif oü intervicnuc la vera- et ne donne lieu á une exclusión erronéc. E t saint
citó de Dieu. La révélation sur laquelle esl baséc la foi, Thomas dit íorm ellem ent : Objeetum fidei d u p lic ilc r
étant un témoignage oü la véraeité de Dieu est onga- I considerar i polesl. U n o m oda...esl n liq u id ineom plexntn,
gée, ne peut done aucuncnicnt consistcr dans le pius , sritiect res ipsa de (¡un fides hnbelur. A lio m odo...
eredutilalis offcctus ou désir de croirc, ni dans cellc I objcelnm fidei esl u liq u id com plcxu m per nwdum rmi/i-
itlu m in a lio S p iritu s S a n c li ou in s p ira lio qui doit pré- I tia b ilis . S u m . Itieot., 11*11*, q. i, a. 2. E t ailleurs :
cédcr non seulement l’acte de foi, mais cncore tous 1 A/íí d ix tr u n l <piod... fides non esl de e n u n lio b ili, sed
les actes salutaires, tous les actcs mériloires des (¡dé­ I de re ... Sed hoe falsum apparct : quia eun i eredere
les, d'aprés le concilc d'Orange, can. 7, Denzinger, I dient assensum, non potest esse nísi de eouipos\t\ot\f,
u. 180, ct celui de Trente, sess. V I, can. 3. Denzinger, í/i qun ver uní ct falsum in ven itu r. Qutvsl. disi)., De
ii. 813. Xous n’ avons pourtanl pas une révélation, wriUtle, q. s iv , a. 12. Croirc nc peut p oilcr que sur un
chaqué [oís que nous faisons une bonne aclion, méri- énoncé, sur cellc synthése du sujet e l (le l attribut
loire dcvan l Dieu ! Hcslc done que cettc révélation cjuc sainl Tilomas appellc com positio. II n’est d’ail-
sur laquelle cst baséc notre foi consislc nniqucnieiil Icurs pas exact de donner seulement « les dioses »
dans cct ancien témoignage de Dicu, liisloriqueinoul coinmc ob jcl aux snem es : los scienccs pliysiqucs e l
transmis jusqu’ á nous, lequel nous recevons par la foi nialhématiques n’ont-ellcs ]>as ]>our objet direct les
sans aucune « visión ». sans aucun phénoméne exlraor- lois qui sont des énoncés, les théoiémes, les formules
dinairc commc eeux des proplicles el des mvstiiincs. algéhríqucs, ele.? Tout cela a une vraic valiu r ohjcc-
Cf. fitudex du 5 avril 11)08, p. 3'J- II. li t ’e, en restant melé de snbjcclif, car l’ cnoncé jdus
4f conscyucncc : la révélalion corrélative á la foi con- ou moins complexo, comme le remarque saint T ilo ­
tient des énoncés, des aflirmalions divines, e l oes mas, esl pour riiom m c sa mnuiérc snbjc< tive e l iieccs-
énoncés sont l'oh jcl direct de notre foi. Dans lon l sairc de connaílre los réalilés, méme la réalité divine
témoignage, l’objct allesté, l'oh jet que I on croit sur ]»aríaileinent simple. I.tir. r\t. La révélalion d'ici-bas
l.i parole du Lénioin ou des lómoins, c’csl nécessaire- s’ada])tc eetlc inanicre de connaitre; ln visión inlni-
nuiit un énoncé, une formule, une proposiliou : - J ’ ai live de Dieu n’ aura plus besoin de cet iiilcrmédiaii'c
vu com niflln- leí ineurtre. Les so urces du Xil sont á de la formule. « Dans la visión de la patrie, ajonle-l-i),
leí endroit. » Dtmc la révélalion qni s’ adrcssc íi nolre nons vorrons Dieu comino il cst cu lui-méiuc. I Joa..
íoi, ct notre foi elle-nwine, «-es deux dioses corréla- 1 m , 2. Aussi celle visitni nc se fera poinl par maniérc
tives, doivent avoir pour ob jcl dircel un énoncé, d’ émmcé, mais par maniere de simple intelligencc.
coinmc : • Jésus nous :i rachelés; nous ressuseilcrons. ■ .Mais la foi ne saisil pas Dieu, Vérilé premiére, commc
dict . or. nitor., c.atihii .. vi. -
131 FOI 132

il est en lui-nicnie; on ne peul done, de cc qui se passe sable, sinon un bon vouloir, un actc d ’adoration, la
dans la visión, conchirc á cc qui se passe dans la íoi. » « coüsécration á Dieu » de M. Ménégoz et de ses « fidtis­
Sum . Iheol., I I aII*, q. i, a. 2, ad 3um. Ainsi la révélation tes », ce vague sentiment par oú le inodcrnismc rejoint
celeste difiere de la révélation terrestre objet de notre le protestantismo liberal, e l qui, nous l’ avons vu,
foi; la premiére, du reste, n’cst pas un témoignage u’est la « foi » ni d'aprcs l ’Écriture et les Péres, ni
commc la seconde. Ces lignes écrites, nous avons méme d ’ aprés M. Loisy, qui défend les modernistes
retrouvé une semblarle critique de cc passage de doin d’avoir dit que la íoi est purement une émotion, une
L ifcbvre choz le professeur Bartmrmn,de Padcrborn, allection. Voir col. 106.
I.ehrbtich der D ogm atik , Fribourg-en-Brisgau, 1911, Se conséquence : les énoneés de la révélation n’ont
lntroduetion, c. n, § JO, n. 2, p. 50. | pas pour caractére essentiel de se réduirc á des régles
La íoi clirétienne ne traite done pas toute formule i de eonduite (comme l ’a pense M. Le Hoy, voir D o g m e ,
en simple acccssoire plus ou moins utilc, inais elle t. ív, col. 158C). La révélation est un témoignage de
adhére á certains énoneés, comme á son objet propre , Dieu. Parmi les objets que Dieu peut nous atlcstcr, il
et direet, parce qu’ ils sont révélés; et Pie X a con- i y a sans doute ses volontés souveraines, les préccptcs
(lainné celte théorie S y m b o l iste ct moderniste ; « Le j qu’ il nous imposc, ct dans cc cas l’ énoncé révélé
croyant nc doit point adliérer précisément á la for­ prend le earactcrc d ’une régle pratique. Mais le témoi-
mule, en tant que formule, mais en uscr purcmcnt i gnage, de sa nature,ne consiste pas á n’attester que des
pour atteilidre íi la vérité absolue, que la formule... ! volontés et des préceptes; le témoignage humain
fait clTort pour exprinxcr, sans y parvenir jamais... | porte méme le plus souvent sur des faits qui n’ont
I.e croyant doit employcr ccs formules dans la mesure ; ríen de cotninun avec un précepte, ou sur des doctrines
on elles peuvent lui servir, » ele. Encyclique Pascendi, | spéculatives dont téinoignent les savanls, c t que le
edil, des Questions achtclles, p. 27; Denzinger, n. public aooeptc sur leur parole; de méme la révélation
2087. Krreur des plus graves, soit en elle-méine, soit ¡ ehrétienne, outre les préccptcs, conticnt des faits et
á cause de ses conséquenecs.qui sont la fausse cvolu- des doctrines qu'on nc peut, sans la violence d’une
tion et le mépris des dogmes : o Ainsi est ouverte la exégése intolerable, transformer en régles pratiques.
voie á la variation substantielle des dogmes. É lan t Par exemple, Pénoncé catégorique : « Jésus est rcel-
donne le caractére si précaire et si instable des formules lement présent dans 1'eueharistie » ne peut se réduirc á
doginatiques, on comprend á mcrvcille que les moder- i cctte régle : « Agissez comme s i Jesús était récllcment
nistes les aicnt en si minee estime, s'ils ne les méprisent i préscnl dans l ’eucharistie. » D ’ailleurs Vaucíoriías D e i
ouvertem ent.» Op. c il.,p . 17; Denzinger,n.2079, 2080. j revelantis, m otif de la foi, ne signifie pas l ’autorité du
Ccs passages de l’encyclique visent spécialeincnt | supérieur qui donne des ordres, mais l’autorité du
M. Loisy, qui avait écrit : « Le íidéle adhére d ’inten- ¡ témoin, ct par suite la foi u’est pas une simple obeis-
tion á la vérité plcine ct absolue que figure la formule | sanee de volonté et d ’action, mais une croyance. V oir
iinparfaitc ct relativo. Adhércr ¿i la formule comme ' col. 110. Aussi l’ Église a-t-elle condamnc la propo-
telle, d ’un assentiment de foi divine, serait adhércr sition suivante : « Les dogmes de la foi sont á reteñir
á ses inipcrfcctions inevitables, la proclamcr imper­ i seulement dans leur sens pratique, c ’cst-á-dire coinme
fectible et adéquatc, bien qu’cllc soit fnadéquate et ! régle obligaloirc de eonduite, non comme régle de
imparfaitc. » A u to u r d 'u n p c lil livre, 1904, p. 206. 1 croyance. # Décret Lom en ta b ili, prop. 26, Denzinger-
11 ajoute, aprés l ’encyclique : « Ya-t-on maintenant Bannwart, n. 2020.
enseigner que l’on doit croire á la formule comnie Le caractére abstrait de certains cnoncés révélés,
telle, en la tcnant pour la pcrfection de la vérité des formules dogmatiques de I’ Églisc qui viennent les
meme, en sortc que celui qui en entend la signi- prcciser et de l’étude théologiquc qui semble encoré les
íication verbale participe dlrcctcnicnt et plcine- refroidir et les dessécher, nc les cmpcclicnl pas d’ avoir
ment íi la sciencc de Dicu? » Sim ples réflexions sur une inílucnce salutairc ct néeessaire sur la vie rcli-
Vencyclique, 1908, p. 177. On vo it ici que M. Loisy gicusc du chréticn. » La scicnce lliéologique, dit
n’avait pas l’idée de cc qu’cst « l'asscntiment de foi Newman, étanl rexcrcicc de l'intcllcct sur les ere­
divine », dont il parlait. S’il avait eompris ce tenue denda de la révélation, est dans la nature, est exccl-
tlicologique, s'il avait réiléclii que c’est pour les catlio- lente et néeessaire, bien qu'ellc ne tenrte pas directe-
liques un assentiment intellcctuel basé sur un témoi- ment á la devotion. Elle est dans la nature. parce que
gnage de Dicu, il aurait vu que, tout témoignage se Tintelligcncc est une de nos plus liautcs facultes:
íaisant par inaniérc d ’cnoncé, c’cst á cct énoncé excellcnte, paree que c’cst notre devoir de dévcloppcr
comme tel qu’adhérent ccux qui croient sur la parole nos facultes avec plénitudc; néeessaire, parce que, si
du témoin; ils y adhérent, c’cst-íi-diie ils le tiennent nous n’appliquons pas á la vérité révélée notre intel-
pour vrai, sans pour cela prétendre « parliriper direc- lcct avec justesse, d'autres y exerceront le leur de
tement et pleinement á la science de D ie u .» Quand 011 travers, » etc. Gram m ar of assenl, Londres, 1895,
ne coiinait que par témoignage, on ne participe jamais I re partic, c. v, § 3, p. 147. La valcur des cnoncés
que partiellemcnt et in directo me nt á la scicnce ct á dogmatiques abstraits pour atteindre le réel, leur utl-
l’cxpcricnce pcrsonnclle du témoin. Un savant célébre lité méme pour la vic clirétienne ct la dévotion, est
atieste qu’ il a fait Icllc expérience, répétee dans difl'é- bien dévcloppée contre le modernisme par le P. Chos-
rentcs conditions, et qu’il est arrive á une Ioi physique sat, voir D ie u , t. ív, col. 815 sq.; par le P . de Poulpi-
exprimée par telle formule; le public adhére á la for­ quet, Le dogme, Paris, 1912, c. i, p. 27 sq. Diversos-
mule sans prétendre par lá « participcr dircctcmcnt ct objections modernistes eonlre la part que fa il l ’ Églisc
pleinement á la sciencc » de cclui dont l'autorilé, aux énoneés et aux dogmes ont été réfutées á l’art.
sans autre preuve, lui fa il admettre c c llc formule, cct D o g m e , t. ív, col. 1591-159G.
énoncé; ct il sait bien que la scicncc humaine est per­ 6e conséquence ; les énoneés de la révélation sont
fectible, que lá méme oú elle est sans erreur elle n’est immuables; ils nc peuvent, par 1’elTct du développe-
pas sans lacunes, que ses formules les plus vraies sont ment des idées ou par l’aclion des savants, subir
* inadéquntes » paree qu'cllcs nc disent pas tout sur la une telle évolution qu’ils arrivenl á nier cc qu’ ils
réalité; ct nous en disons autant des énoneés de la aíTirmaicnt. La révélation est un témoignage de Dieu.
révélation, toul en adliérant á leur véritc. Qu’esl-cc Or personne ne peut faire varicr le témoignage méme
cnlin que ct'ttc « adhésion d 'in len tion » donnée par faillible d’un autre, ni surtout le faire passer de
M, Loisy « ¡i la vérité ))leine et absolue que figure la for­ l ’aífinnative k la négative. Que dirait-on d’ un grcffier
mule, » á la « rcalité de I’objet » qui reste inconnais- 1 de tribunal, qui changerait le contcnu d’une dépo-
133 FOI

sition, sous pretexte de la rapprochor de la vérité , meme suniaturcls, qui pourraienl íi la rigueur reccvoir
telle q u 'il l’entend lui-méme? En histoirc, le témoi- | le nom de révélation, il faut distinguer ct séparer du
gnage d’un chroniqucur ou d'un savant d ’autrefois reste la révélation correlativo á la f o i , ccllc qui peut
doit rester ce qu’il est; nul n’a le droit de fairc dire I suflirc d'objet A un actc de foi ehrétienne ct salutairc;
au témoin autre cliosc que ce qu’il a d it; pas meme c’cst la seule que le concile du Vatican entende sous
au nom du développemcnt des idees et du progrés des le nom de révélation; il prend toujours « la révélation »
scienccs, on n’a le droit de reman ier son témoignage, I en fonction de la foi. N e nous noyons done pas, avec
de touchcr & son texte authentique et certain. II se certains modernistes, dans des phénomenes mystiques
peut parfois qu’unc mauvaise copie ou une mau­ I qui ne peuvent servir de base & la foi, parce qu'ils
vaise versión en ait été adoptéc, ct que la critique ra- sont ou^purcmcnt émotionnels, ou d’ un caractére
ménc au texte authentique; il se peut que la pensée intellcctuel trop vague, sans aucun énoncé, sans au-
soit expriméc d’une maniére obscuro, et que beaucoup cunc certitude, ou enfin d’ une origine problématiquc,
l’ aicnt prise A contre sens; alors il peut y avoir pro­ ct douteusement divine, quoiqu’ils puis,ent provenir
grés dans rintclligcncc du texte, mais la pensée ' de l ’opération surnaturelle de Dieu, qui par cux se
c lait dés le commenccment telle qu’on la découvrc cn- propose d’attcindre diverses fins, mais non pas cclle
fin, elle n’a pas changé en elle-mémc. Si le modernisnie , de baser un acte de foi.
avait compris que la révélation est un témoignage, I ¿>) Ccttc révélation corrélative & la foi, il faut élablir
comme le Christ l ’a d it iui-niémc, l ’Églisc n’aurait pas | qu’ellc n ’est pas autre chose qu’ un tém oignage de
eu besoin de condamncr cctte proposition : « Le Christ D ieu et tircr de cetle vérité les conséquences prin­
n’a pas cnscigné un corps determiné de doctrine, appli- cipales. V oir plus haut, col. 12.'! sq.
cable a tous Ies temps e l A tous les hommes, mais il a c) Huisqu’un témoignage esl coniinunieablc et
plutdt inauguré un cerlain niouvcment rcligieux i transmissible, puisque Dicu a voulu que le sien fut
adapté ou qui doit ctre adapté á la diversité des temps | communiqué h toutes les générations.^puisqu’ il a
ct des licux. » Décret La m e n ta b iti, prop. 5‘J, édit. ¡ a exigé de tous les chrétiens l’acte de foi basé sur cc
des Qucstions actuclles, p, x i t i ; Dcnzingcr-Bannwart, , témoignage méme, et ayant pour m otif l’autorité
n. 2059. Un témoignage n’ est pas un mouvement ¡ du témoin qui nc peut ni se troinper ni nous tromper
qu’on lance, c’est un monuinent qu’on pose; aussi l'on i nous-mémes nous reccvons aujourd’ hui une vraie
d il : les « monuments » de l’Iiistoire. Lorsquc eer- | révélation, c’ cst-á-dirc ccttc révélation - témoignage
tai Lies paroles de Dieu sont obscuros, l’Église peut en faite aussi pour nous, et qui nous parvient soit par
definir le sens; et quand elle l’a fait, il n’y a pas ¿t lui ¡ la voie liistoriquc ordinaire, soit surtout par I'Églisc
demander d’adopter ensuite le sens contrairc : étant qui en a la garde. 11 parait done raisonnablc, quand
infaillible, elle n’a pu se tromper sur lo vrai sens, De on étudie la révélation corrélative á la foi, de com-
lá rim m utabilité du «d ogm e», c’ cst-íi-diro de l’énoneé mencer par ce qui nous touchc de plus prés, ccst-á-
fait par l’ Églisc d’ une vérité révélée. Le concilc du dire par la rcccption en nous de cette ancicnnc révé­
Vatican, á l’oceasion des erreurs de Giinthcr, a vail lation, d ’autant plus que c’csl le cas'ordinairc pour
déjá expliqué tout cela : « La doctrine de foi, que tous Ies si ¿cíes, le cas vraim enl pratique pour la foi.
Dieu a rcvélée, n’a pas été livrée aux hommes commc Cette réception, c'est-íi-dirc l’acceptalion de certains
un systéme philosophique á perfectionner, mais elle a énonccs coinmc aulrefois révclcs, se fait avec lesccours
été confiéc á i’ épousc du Chrisl commc un dépót 1 de Dicu, mais ordinaireincnt sans aucun pliénoméne
divin qu’ ellc devait garder fid élement ct déclarcr in- anormal ou miraculeux, cc qui en simplifie l’étudc,
fnilliblemcnt. C’est pourquoi on doit conserver perpé- ct acccntue la distinction entre la révélation au sens
luellement aux dogmes sacrés le scus une íois déclaré strict et les voics extraordinaires de la mysliquc,
par l’ Iiglise, » ele. Sess. I II , c. iv, Dcnzingcr-üann- qui n’ont rien á faire ici. 11 faut sculement que l’ori-
v a rt, n. 1800. Cf. can. 3, n. 1818. Enfin lo serment gine divine de ccs énoneés ait été conslatcc, avant le
de P ie X contre le modernismo nous fait dirc : premier acte de foi : ce qui se íait au moyen des motiís
Prorsus rc jic io haereticum comnicnlunt cvolutionis dog- de erédibilité dont nous parlcrons plus loin et dont
inatun i, ab uno in atiuin sen sum transeundum , diver- s’occupc Tapologétiqnc.
sum ab co quem p riu s tiabuit Ecclcsia. Voir vi d a tipo- I d) 11 faut distinguer soigncuscnient deux dioses :
s to lic x sedis, Rom e, 1910, p. C70; Denzinger, 11* édit., a. le fa it de eette origine divine des énoneés chrétiens,
líH l,n .2 1 4 5 . L ’ iminutabilité, nous l’avons vu, est snllisannnent constaté au moyen des m olifs de crédi-
line propriété (ibsoliirnenl néeessaire du témoignage bilité; b. la mndalité de ce fail. Cctle modahté est
du Dieu, et conséquemment dn dogme. On étend chose aocidcnlelle et diverse, et en variant i-lle lie
parfois cette exp resión « immutabilité du dogme » cliange rien l’esscntie] de la révélation, ni de l'acte
une propriété contingente de la révélation clirétienne, de foi. Dieu nous a parlé par les proplietcs et les bagio-
ct qui n’appartient pas á 1’Anucn Testament, mais gruphes de l’ Ancicn Testament, par le Christ, par les
seulement au Nouveau; elle consiste en cc que la apólres; quel que soit rinstm ineiit liumain dont il
révélnlion nc s’augmcntc plus de nouvcaux apports se soit serví, que cct instrument soit hyposlatique-
divins, depuis la m orí des apotres; c’cst cu ce sens ment uni ;i la divinité, eonnne dans le Clirist, ou
i
qu’ il est parlé de 1’ « im mutabilité <lrs dogmes > A l qu'il nc le soit pas. c’ est toujours le inrinc témoignage
l’art. D o g m e, col. 159'J sq. La * nuitabilité des for­ divin, m otif unique de la méme foi. On peul d ’ailleurs
mules dogmatiques » qu’on y admel, col. lfiOJ sq., étre assuré de rexistence d ’un fait, sans eoiinailrc
regarde l ’emploi de noiiveaux mots, mais ne d it poinl le modc de sa geiiése. Aussi l’éludc de. la révélalion
que l'tfglisc ait jamais contredit récllcinent cc qu’cllc iutérienre el inimédiate, et de toul ce qui pe.nl se pas-
avait énoncé d ’abord; an contraire, on y mainticnl scr dans l'áme dn propliéte ou de l'liagiogra]die ins­
qu’ cllc n’a jamais porlé aUcinte « l’ identilé subslan- piré, csl-elle ici cliose secomlairu pt méme. négligeablc.
tielle du doginc, > col. 1 0 0 1 . Quand nons ignorerions nw n iirn t se iiassent ces pbé-
7e conséquence : la méthodc íi suivre, quand on noinénes internes que nous n’avons jamais expéri-
traite (le la révélation dans se-s rapports avec la foi. inentés, ne nous siifllruiL-il pas de savoir que Ic. loul-
I.es nouvclles erreurs ont rendu néeessaire une plus i puissanl, le e.réatcur de 1’ iiiteJligence Immaine. n’est
sevére niétliodc, (|iii nc se perde pas dans les détails pas ;i court de moyeus pour éelairrr inlérieiircincnt
secondaires et insiste sur les poinLs iinporlanls. Nous nn propliéte, (juaiid it le veuLV T.t nutre igiiorancc du
tenterons de l’esquisser íi grands traits : modr nons empéeluTait-elle de reeoiniaitre, par les
o ) A van t toul, parmi les uombreux pliénoméncs, m oliK (le erédibilité, le fa il lui-méme. e'est-íi-dire
inr> foi

qu’ il y a eu révélalion? Au res le, 1c prophétisme ¡ 11- pliénoméncs, lef aulres í\ un autre. Knumérons ces di­
léricur n’csl pas la seule origine possible de la révé- verses formes de la révélation naturelle, avec les sys-
lution divine. Les patriarchcs ct les propliétes ont létnes qui s’ y sont rattaehés.
refu la révélation trés simplement par les sens ex- 1. L ’idcal m ordí. — Kant, en ennemi declaré
Lérieurs, quand elle leur venait par des anges prenant du surnaturel, rejette a p r i o r i » une triple foi erronée » :
une forme visible, ou m im e snns forme visible, for- la foi aux miracles, la foi aux mystéres, la foi á l’efli-
mnnt dans l ’air les oiululations d ’une v j :x iniracu- cacité surnaturclle des sacrements. Seule, la foi au
leuse. Les apotres o n l regu la révélation ehrétienne Fils de Dieu comme ideal m oral de Vhumanilé a une
en ínajeure partió, des lévres du Christ, qui leur par- valcur religieusc : croire ainsi au Clin'st, c’cst vouloir,
lait comme 011 parle d ’hoimne A homme, et donl ils & son exemple, réaliser en soi l ’idéal moral : foi utile
nous ont transmis les enseignements. II nous a tou­ et pratique, parce qu’ elle conticnl le principe d’ une
jours semblé que l’ on exagerait de nos jours la préoc- vic morale ct hcurcusc. Kant, L a relig ión dans les
eupatiou du prophétisinc intéricur quand il s’agit de lim ites de lu raison, trad. Lortel, 18*12. Cf. Senger,
révélation, et nous sommes heureux de retrouver la K a n t's Lehre vom Gluuben, 1903, p. 87 sq. Ainsi le
méme pensée dans une note ajoutée par le P. Jan­ bonheur de l ’homme est pris arbilrairemcnt pour
vier & ses eonférenees sur la foi : « Le mode de la révé­ 1'uniquc fin qui décidc de cc qui a une valcur rcli­
lalion peul se présenter sous dilTérentes formes. Ce gieuse et de cc qui n’en a pas; et la foi est confondue
qni importe, c’est la communieation el non le mode avee la volonté postérieure á la foi, avec la volonté
donl Dicu se serl pour nous l ’assurer. La manifestaron d ’observcr toute la loi morale, de réaliser en soi l’ idéal
divine peut se faire par l ’intermédiaire de signes exté- moral; voir au debut de cct article le sens du mot
rieurs ou par une inspiralion purement iutérieure. « foi ».
Aujourd’hui, bcaucoup ont une tcndance á supprimcr Dans l ’hommc-Dieu, poursuit Kant, ce qu’atteint la
le premier mode pour s’en teñir uniquement au foi, ce n’est pas le phénoméne qui tombe sous l’expé-
second. II y a lik une exagération certaine et une con- riencc, c’cst le prototype qui réside dans notre raison
ccssion regrettable faite au subjeclivismc. La con- et qu’elle introduil sous ce phénoméne; l ’objet de la
uaissance de l’homme debute par les sens, ct l’on révélation et de la foi qui sauve, c’ est ce protolype,
serait bien embarrassé pour prouver qu’ il cst plus cet idéal. Ainsi le Christ historique, d ’aprés Kant,
facile de l ’ instruire sans frapper ses sens extérieurs n’est qu’ unc occasion pour notre raison d ’atleindre
(ju’cn les frappant. » Confércnees de N otre-D a m c de son propre ideal, et pour notre volonté, de le vouloir;
líe P a ris, L a foi, caréme 1911, 2e édit., note 2 de la la foi ehrétienne nc porte que shr cel idéal rationnel,
n e eonférence, p. 383. et le ehristianisme devien l le rationalisme.
On dirá peut-étre que remonter des propliétes aux Dans le méme ouvrage de Kant, un aulre poinl fon-
anges qui leur pailaient, ou des apótres au Christ damental est la distinction entre cclte « foi de la
qui les instruisa't, ce n’cst que déplacer la diíTlcullé : raison » ou « foi morale » — c'est elle qui constitue
ne retrouvons-nous pas alors dans le Chri¿t et dans les I la religión purc, c ’cst-íi-dirc débarrassée de tout élc-
anges ces pliénoméncs intérieurs du prophétisinc dont ment historique et empirique, et elle est sa déinous-
nous voulions éviter 1'explicalion, en sorte que toute tration á elle-mcmc parce qu’elle rend l'homme moral
révélalion en dépend nécessaircment? Je réponds que ct heureux — et la • foi ccclésiastique » ou « histo­
nous ne les y retrouvons pas, ct que ccltc Uépendnncc rique », qui esl une foi réglementéc, dirigée par une
nécessaire 11’existe pas. Comment, en efiet, le Christ Église ct fondée sur des Livres saints, done foi de sa­
en lant qu'lionime puisait-il la révélalion aux sources vants et d ’exégétes, sans valeur morale par elle-niéme,
de la divinité? Non point par les complications du pro- plutót déprimante e l génanle, elle n’ a qu’unc valcur
phélisme et sa demi-lumiére condainnee á disparaitre relative (voilíi qui est bien arbitraire). K ant aceorde
au ciel, 1 Cor., x m , S - ll; mais par la visión intuitive pourtant que la « foi de la raison » pour se soutenir a
de Dieu, donl son áine jouissait dejíi dans sa vie mor- besoin d ’ctre reliée h une « foi historique • ct aidéc
Ielle, d ’aprés le seiilim eiil unánime des théologiens. par une Église. Cf. Scngcr, op. cil., p. 100 sq.
Cf. S. Tilomas, Su m . theol., IJ1\ q. ix, a. 2; q. x. De De ce concepl kantiste de la foi au Christ — non
méme pour les auges, qui onl la visión intuitive. pas au Christ réel, mais á un idéal que nous conccvons
Matth., x v iii, 10. On voit qu’ mi des modes (ct le prin­ ¿1 propos du Christ — paraít dériver l’usagc singulici
cipal) de la transmission du témoignage divin a con­ qu’ ont fait les modernistes du m o t « foi «pour signifier
siste en ceci,que la visión intuitive, cette suréminentc l’idcalisation d’un fait historique, l’auto-suggestion
11 révélation » possédée par le Christ et les anges, a dé- d ’une niultitude enthousiaste crcant peu h peu une
versé de sa plénitude sur des hommes qui n’enjouis- légende autour d ’ un grand nom, et dénaturant par
snicnt pas encorepour leur fairepartager quelque chose l’ idéal le récl de l’histoire. C’ cst lá cc qu’ il faut com-
de son objet par la voic moins parfaite du témoignage, prendre sous ccs expressions onctueuses que les mo­
mais d’ un témoignage divin,car Dieu témoignait avec dernistes répétérent si sou ven t: « sentiment chrélien,
son envoyé el parla!t par sa bouchc. conscience ehrétienne, foi des premiéres générations
2» Exposé des syslcmcs q u i on l donné p ou r base á la chrétiennes, » ele. On a pu s’ y méprendrc pendant
fo i ehrétienne ta « révélation naturelle » sous diverses j longtenips, mais á la fin on y a vu clair avec des cxpli-
formes. — Dés 1c x v i i i 0siéele, des protestants gagnés : cations comme cclles-ci : « Tous les dogmes et ensci-
au rationalisme, enneniis du miracle et du surnaturel, ■ gnements de l’ Église au sujet de la Vierge Marie pro-
cherchérenl á rester malgrc cela dans les Kglises pro­ cédent du sentiment clrrétien, non de témoignages
testantes, el a garder á leur maniére les concepts cliré- historiques... Suggcslions de la fo i, qui tendent au
tier.s de foi et de révélation, en lionneur dans ces déoeloppcmcnt d’un ideal religieux ct moral. » A. Loisy,
Égliscs, et chers aux proteslants conservateurs avec Quelques lellres, 1908, p. 7 7 .«Je crois en particulier que
k-squels ils voulaient rester en communion, á peu prés les récits de la naissance iniraculcuse, dans les Évan-
comme les modernistes de nos jours ont cherché ñ gilcs dits de Matthieu ct de Luc, sont purement
rester dans l ’Église, et en ont gardé le langage avec téyendaires et que eeux de la résurrection prouvcut
un sens tout dilTcrent. Ces protestants donnaient pour seulement la fo i de l’ Église apostolique. » Op. cil.,
loute base ¿1 la foi du chrclien ce qu’on peut appelerla p. 252. o Tel est, sclon les hétérodoxes, le dévelop-
" révélation naturelle ». Mais comme on peut cntendre pement de Vesprit légendaire, ou, comme disent les
sous cc tenne un peu vague divers phénoménes mo- mystiqucs, de la conseience ehrétienne. » Houtiu, L a
j lux ou religieux, les uns s’ attaeliérent i tel de ccs qucslion biblique au x x * siéele, J906, p. 23S. Ainsi
137 FOI 188

le modernisme explique-t-il, pour la plus largc part, i. L a connaissance naturelle de D ie u ; l ’enseigncm cnl
l’évolution des dogmes, ainsi distinguc-t-il un ClirisL d’homm cs providenliels. — Un professeur de théolo­
de l’histoire et un Christ de la « f o i ». Cí. encyclique i gie protestante á l ’univcrs té de Halle, grand ennemi
Paseendi, édit. des Queslions aduelles, p. 13-45; du « surnaturalisme », AVcgscheidor. voulut appli-
Denzinger, n. 2076» 2096. II peut y avoir aussi en cela quer méthodiquement á toute la théologie le « ratio­
une influence de Ritschl. V o ir E x p é iu e n c e kei.i- nalisme chrcticn », inauguré en Allemagnc á la fín du
g ieu se, t. v , col. 1801. xvin® si cele par Rehilar ct Lessing, comme il le re­
2. L a v o ix de la conscience; la v ic m orale. — Ctttc marque lui-mcmc. In slilu tion es Ih c o lo g ix christiaw e
forme de la révélation naturelle est trés voisinc de la dogm ática;, 8 C édit., Leipzig, 1844, p. 39. Son rationa­
précédentc, p u lq u e l’acte de conccvoir un idéal lisme k simple ct sobre », dit-il, qu’on a voulu ridiru-
moral est trés voisin des actes plus détaillés de la liscr « en l'appclant vulgaire, maigre, rustique, se inot
conscience, par Icsqucls nous jugeons telle ou telle de sous le patronage du sens comm un... et difiere de cc
nos actions, avant de la faire ou aprés l’avoir faite, | rationalisme mystique de Schlciermachcr et de son
moralement bonne ou moralcmcnt mauvaise, obli- école, qui restreint l’ usage de la raison et prend pour
gatoire ou prohibée, quelle que soit la théoric psycho- guide un certain sens im médiat. 11 difTcre aussi du
logique que l ’on adopte sur cc fonctionnement de la rationalisme conteinplatif que les adoptes de Kchclling
conscience morale. On peut concéder, en un sens large, , ct de Hcgel habillent diversement, á 1'íUdc de la philo­
que Dieu nous pa rle par cette « v o ix » ct que par elle ¡ sophic spéculativc dont ils ont plein la bouclie, ct
il se révéle á nous comme étre souvcrainemcnt moral surtout de leur théorie de Dieu arrivant á prendro
et comme auteur de la Ioi natnrclle. — C’ est á cet conscience de lui-méme dans Ies ames des hoinmcs...
Oracle de la conscience que certains protestants ratio- Divisés entre eux, ils s'accordent pour attaquer notre
nalistes ont réduit la « révélation » ct ils ont appole rationalisme ct prédire sa m ort précoco. » Op. c il.,
« foi » l ’nttcntion ct la libre acccptation qu’on lui p. 53. E t de fa it le pauvre Wcgschcider, qui nianquait
clonne. De méme, M. L oisy ; pour lui l ’cxpéricnce de métaphysique nébuleuse, n’ est pas arrivé á la cclé-
religieuse, qui est la « révélation » du modernismo, brité de ces gcns-lá; mais il faut lui reconnaitre la
parait se réduire á « l’cxpérience morale » dont les pro- ciarte un peu terre á térro dont il íait profession.
íírés successiís sont « une véritable illumination de D'aprcs lui, il n 'y a de solideinent prouvée que la
rintclligcncc ct un níTcrmissemcnt de la conrcicnce. 1 « révélation naturelle ». E lle se divise en « uuivirscllc
Cctte expérience n’cst pas autre cliose que la vie et particuliéro. La premiére, qui éclairc tout liommc
morale. » S im ples ré/lcxions, p. 2-16. suffisamment dévcloppé, se fait subjectivcment par
3. L 'id é e d'étre, ou d’ in fm i. — Le rationalisme car- I les facultés naturelles de l’áme, objectivem ent par
tésicn et ontologistc de l ’école de Consin aimait A cm- I les oeuvres de Dicu dans la nature, dont le spcctacle
ployer en philosophic les mots de « révélation » ct de améne nos facultés á la connaissancc ct au cuite de
« íoi i> ct á présenter la raison humaine, qu'il cxaltait i Dieu. La révélation particuliérc « consiste en cc que
outre mesure, comme une parole desccndue du ciel, la providcnce de Dieu, nia:s toujours par le cours
probablemcnt pour suggérer aux catholiques « éclai- . naturel des événcnienls, suscite de loin en loin des
rés » une transíormation do leur religión, qu'on pour- 1 hommes mieux doués que le conunun de l ’himianitc á
rnit débarrasser de to u t « mysticismc » ct ramener á la l’effct de pénétrer les principes de la vraie religión,
« religión naturelle » de Jules Simón. « La vie intcllcc- j ct de les répandre autour d’eux avec un singtilicr
tuclle, écrit Cousin, est une suite continuclle de j succés. » Ce sont les envoyés divins, leurs noms sont
croyanccs, d'arfcs de fo i á l'invisible rfvclé par le vi- ¡ dans l'histoire, ils ont íait l'éducation religieuse du
sible, á l’interne révélé par l ’extcrnc. Toute pensée, | monde. E t comme le plus parfail de tous est le C h rist:
toute parole est un actc do foi, un hymnc, une reli­ « voilá, conclut-il, l'intinic e l éternclle alliance du
gión tout entiérc.» J'ragm cnts p h ilo sop h iq u cs, 3 *édil., , christianisme avec le rationalisme 1» Op. cil., p. 58, 59.
1865, t. i, p. 225. « Nous eroyons fermement, meme L a révélation « universo lie » de Wegschcider pourrait
avec le doute philosophique sur les lévrcs,á l'cxistence aussi s’ appeler une révélation p a r les ehoses, la révé­
ríe lie do tous les objets que (la raison) nous repré­ lation « particuliérc » une révélation p a r les hom ttvs.
sente, de la substance dans les plicnoménes. de la cause M. I larnack, de nos jours, a rejeté la premiére ct rctcmi
dans les efTets, de l’unité dans la variélé, de l’idcntité la sccondc.« II n 'y a pas, écrit-il, de révélation par les
dans los changemcnts successiís. Chaqué idéc de la choses. Cc sont des personnes, et avant tout les grands
raison est en méme temps un acte de fo i, ct au delá de hotnmes, qui sont Ies révélatcurs de Dieu á l liunia-
toutes ccs idées..., nous sommes forcés d'adincttrc nité. » Dans un artiele de rcvuc, á propos d ’une lettre
encorc l’cxistcnce de l’ incompréhcnsible.derinconnu..., de Guillaume I I sur la révélation (février 1903); cité
de rinlini en un mot, regardé á tort cominc une par llou tin . L a question bibliqtte au ,\xc siécle, p. 17.
idéc distinetc de la raison, tandis qu’il en est 1c íonds 3 °L a révélation nulnrelle , sous ses diverses form es,
coinmun, et l'objct im m édiat de la foi... C’cst ainsi nc peut suffire « la f o i ehrétienne. — l ’our le montrer,
(|ue la íoi se trouve au íond méinc de la raison qui lui nous n’ irons pas chcrelier d ’antre preuve que celle-ci :
doit son unité, son sublime commcrce avec l'infíni, son la révélation néeessaire á la foi rhrctiennc, c’cst la
autorité irrésistiblc. Elle fait de la raison une parole révélation-témoi gnage de Dieu. nous l'avons déjá
vivante, dcsccndant du cie l dans 1'áme humaine... prouvé : lá seulement pent intervenir le m otif spé-
im véritable m édiateur entre Dicu ct l’ homrnc. > cifique de la foi, la véracité divine. Or par ecs diversos
Ad. Franck, D ictio n n a ire des scicnccs philosophiques, formes de la révélation naturelle, Dicu ne témoigne
2* édit., 1875, arl. F o i, p. 545. pas: ellcs ne peuvent doncsufTire.Cetlc preuve a Tavah-
De cct ontologisme qui n 'avail de chrétien que tage de raltaeher toute cctte question díMcile á un
l';<pparcnce, on peut rapprorher l’ontologisme d ’ un seul el méme concept, déjá solidemenl él.-ibli. Appli-
véritable ehrétien et d'un saint liommc, mais mal servi quons-la sneccssivement aux diverses formes de la
par sa pliilosophic, liosm ini : « 1,’étre iudéterminé, révélation naturelle que l ’on a exploitées contre nous,
¡iKléniablemeiit comm de toule inlelligence, est ce en nous servant de la división assez cotnniodc de
(|iiclqitc ehosc de divin (¡ui est manifesté á l’hoiumc Wegscheider.
dans la nature. » l ’rop. 4’ condamnée pal I.é o n X II I , 1. Hévélaliou universellr, prise plutót du cólé
Dcnzinger-I’ aim v arl, n. 1X94. « L'ordre surnalurel su bfcelif : la raison, la voix de la conscience, les in ­
est cnnstüdé (>ar la manifestation de 1‘etrc, » etc. cidí és de riiam ine. — Dieu.par le fait qu’il crée et con­
l'rop. 36T, n. 19215. servo oes facultés, nous fail conccvoir leurs objcls, 011
139 KOI

peut le diré, mais non pas sa pensée ni son témoi­ sant á Dieu, ce sont lá signes nalurcls, qui condui-
gnage sur ccs objets; et quand nous conccvons natu- sent á une chosc et non ít une pensée, et oú la question
rellement eos objets, par exemple, un idéal moral, ec de véraeité ne peut se posee; elle nc se pose réelle-
n’est pas en pnssnut par rintem iédiaire de la véra- ment que dnns les signes corwentionncls tels que nos
cilé divine et du témoignage divin, auquel nous ne langues humaines, systémes de signes destines avant
pensons méme pas. On peut appliquer á eette con- tout á signifier, dont la fin objettive et nórmale est
naissance naturelle (et á plus forte raison) cc que nous de faire eonnaitre notre pensée, ct qu’il arrive á l'étre
avons dit de la Science infuse : elle íi’ est pas une pa­ libre d’employer soit pour attciridre cctte fin nór­
role de Dicu et ne donne pas lieu á la íoi. Voir col. 127. male, soit au contraire pour tromper les autres sur sa
Si le cartésianisme a prétendu expliquer par le m otif propre pensée et indirecto ment sur les choses. « La vé-
de la véraeité divine la certitude fondamcntalc que racité, qui cst une vertu de la volonté, consiste en ee
nous avons déla valcur de notre raison, c’ est un ecrclc qu’on a l’intention d’cmploycr des signes qui niani-
vicieux, commc on s’aceorde assez íi le reconnaitre; festent ce qu'on a dans l’esprit, comme le mensonge
et quand méme 011 pourrait sans illogisme faire appel consiste dans l’ intention d'employer des signes qui nc
ici á la véraeité divine, elle n’est pas le motif qui in- soient pas conformes á la pensée du menteur; bref,
tervient pratiquement dans la certitude, comme on la véraeité et le mensonge supposent 1’intcntion de
peut en faire l’ expériciice. Si saint Augustin, ct aprés choisir des signes pour manifester le vrai ou le faux;
lui saint Thomas, Q uíes I. itisp., De veritate , q. x i; D e enlevcz ccttc intontion de la volonté, vous détruisez la
m agislro, a. 1, ont d it que Dieu, par le fait qu’il cree notion de véraeite ou de mensonge. Voir S. Ihom as,
notre raison avec sa tendance á former les premiers Sum . Ih c o l, II» l l 1, q. ex, a. 1. Or les seuls signes
principes, est un maitre qui nous parle ct nous en- | eonvcntionnels, et non pas les signes naturcls, ont la
seigne, ce n ’cst lá une « parole » qu’au sens large ct ' propriété de pouvoir étre appliqucs á volonté ct par
figuré, puisqu’ elle n’a pas pour olijet direct de nous 1 intention á signifier ou le vrai ou lo faux... Si les signes
faire connaitre la pensée de Dieu, et que, d’aprés saint naturels ne sont pas aptos par cux-mémes á faire inter­
Thomas lui-m ém e,» parler á un autre, cc n’cst pas venir la vcracitc de Dicu ou aucloritas D e i reoelanlis,
autre chose que manifester le concept de son esprit concluons que l ’assentiment qui s’y appuie n’est pas
á cet autre. » Sum . Ihcol., 1% q. cvn, a. 1 . E t quand ce un assentiment de fo i . » Wilmers, D e fide divina, Ratis-
serait une parole au sens propre, en tout cas ce ne bonne, 1902, p. 77.
serait pas un témoignage, oíl la véraeité divine nous 3. Révélation pa rí ic u litre : grands hommes, révé-
apparaisse et nous oflre le m otif de la foi; ct quand ce lateurs de Dieu á l ’ humanité. — Ici, gráce á cet
serait un enseignement proprement dit, en tout cas intermédiaire humain, nous avons des signes eonven-
cc serait l'enscignerncnt du maitre qui aménc l’ éléve tionncls, une parole, un enseignement, et nous pou­
á faire lui-méme la démonstration intrinséquo ct ainsi vons avoir un témoignage : mais cncore faut-il que ce
lui communique la scicnce, et non pas l’cnseignement témoignage soit divin ct nous soit connu comme tel,
du maitre qui témoigne ct fait purement appel la foi. puisque le m otif spéci fique de la foi n’cst pas l’autorité
V oir col. 121. Pour la « voix de la conscience », c’ est, d’un homme, mais celle de Dieu qui révélc. Pour que
d’aprés l’explication scolastique, une conclusión par le témoignage sorti des lévres de l’hoinmc nous arrive
voie intrinséque, spontanément et rapidement deduite comme divin, il faut done phisieurs conditions : que
de principes rationnels et de faits d ’expériencc, ct non l’hominc soit ici un simple agent de transinission;que,
pas le résultat d ’un témoignage. Que si vous préféricz par une intervention spéciale, Dicu lui fasse savoir
l ’ cxpliquer par l'im pératif eatégorique de Kant, ce ne cc qu’il doit promulguer en son nom, ct veillc ensuite A
serait pas non plus le m otif du témoignage divin qui lui ce que la transmission soit fidéle: en fin, que nous
donnerait sa forcé, puisque cct ¡m pératif fait abstrac- soyons avertís ct assurés de cette intervention divine
tion de Dicu, ct que l'existence de Dieu ne peut en par des preuves Ccrtaincs, de maniere i» pouvoir bascr
étre conclue que postéricurement, par un raisonne- notre foi ferme sur la Science et la véraeité de Dieu
ínent de la « raison pratique ». Ainsi en scrait-il de méme, sans cela pas de foi divine. Le Clirist, d’ ail-
toute autre explication intuitionniste de la conscience leurs, prend soin de signaler toutes ces conditions dans
morale : une intuition est 1’ opposc d’une croyance au 1’enseignement qui soit de ses lévres humaines. On
témoignage. entend l'honime, mais c’cst Dieu qui parle par sa
2. Révélation uniuerscllc prise plutót du cóté ob- bouclie, Dieu qui a détermine ce qu’il fallait diré au
je ctif : l’ctrc, l ’absolu, l’infini qui apparaít á notre genre humain : « Ma doctrine n’cst pas de moi, mais
raison; le spectacle de l ’univers, qui conduit á son au­ de celui qui m ’a envoyé. ■ > Joa., vu, 1G. « Cclui qui
teur. — A v o ir l’idée de l’ctre en général, cc n’est pas croit en moi, croit non pas en moi, mais en celui qui
avoir l ’idée de Dieu ni connaitre son existence et sa m ’a envoyé... Car je n’ai point parlé de moi-méme;
nature. Voir Ontoi.ogism e. Et quand ce serait con­ mais le Pére, qui m'a envoyé, m’ a prescrit lui-méme
naitre sa nature, ce serait la connaitre immédiatc- cc que je dois dire et ce que je dois enseigner. » Joa.,
ment et intrinséquement dans l’idée d’étre ou d’infiiii, x ii, 41, 49, 50. Et comment pouvons-nous savoir qu’il
comme le veulent les ontologistcs ct non pas par la voic n ’y a pas erreur dans la transmission? A causc de l’as-
du témoignage, qui cst médiate ct extrinséque. — sistance spéciale que Dieu donne á son envoyé pour
Dans le spectacle de la nature se révélent, avec l’exis- cela : « Comme mon Pére m ’a enseigné, ainsi je parle.
tence de Dieu, ses attributs de sagesse, de grandeur, E t celui qui m’a envoyé est avec m o i ,et il ne m ’a pas
etc. Cf. Ps. x v m , 2. Mais ces ccuvres de Dieu ne sont laissé seul. » Joa., vin , 28, 29; cf. 16. « Dieu cst avec
pas une parole proprement dite, qui puisse nous té- quclqu’u n ,» Iccution biblique pour exprimer une assis-
moigner de sa pensée intime sur lui-méme et ses tance divine spécialc et suivie d'un heureux succés.
attributs, en soite qu’ il y ait lieu h cette question : Enfin le Christ ne se contente pas d’affirmer tout eela,
Le témoignage de Dieu est-il ici conforme á sa pensée? i il le prouve pnr ses miraclcs, sans oublier le iniracle
question résolue par la véraeité divine, motif de notre moral de sa doctrine splcndide et de sa sainteté. Joa.,
foi. E t pourquoi les étoiles, les plantes et autres ceuvres ni, 2 ; v, 36; x, 37; xi, 42; Mntth., xi, 2 sq.
de Dieu ne sont-elles pas proprement une parole? Paree Vcnons ninintcnant á ccs grands hommes, dont le
que leur fin principale n’est pas d’étre un langage, rationalisme a fait « lis révélntcurs de Dieu á l'liuma-
de signifier;la pensée de quelqu’un; chacune a sa fin nité. » Les uns, comme Socrate ou Platón, ont cu sur
propre, trés diílérente de ccla. Et quoiqu’on puisse les la divinité un enseignement plus pur que lcurs devan-
prendre secondaircment comme signes nous eondui- : eiers, et ont pu exereer sur la philosophie une heurcusc
141 FOI 142

iufluence; mais ils nc se sont pas méme dounés comme fa il les ralionalisles, c’csl done rendre impossible 1c
envoyés de Dicu, parlant en son tiora; la « révélation » témoignage de Dieu, seul m otif de la íoi ehrétienne;
qu’ils ont fournie ne pouvait done étre un témoignage c ’est faire de Dieu un roi muel enfermé dans son pa­
de D ieu , ni l'adhésion á leur enseignement ne pou­ lais, qui ne peut ni parlcr á son peuple ni meme lui
vait étre la fo i divine que nous clicrclions. Les autres, écrire, qui nc peul faire savoir, par exemple, s’il veut
comme .Mo'ise ou Mahomct, ont aflirmé une mission pardonner ct quelles conditions, ni communiquer
surnaturclle ct prophétiquc : mais ce n’est pas toul un sceret, ni déterminer par une loi posilive le cuite
d’aflirmcr cc lait mysterieux, il faul le prouver,autre­ qu’il désire ct les prescriplions souvent si vagues de la
ment nous scrions á la mcrci du premier venu, Ulu- loi naturelle. Une telle eonception (le Dieu contredit
sionné ou troinpcur, el, sous coulcur d'obéir á Dieu absolument celle que nous donnent les Évangiles ot
qui parle, nous ferions meme injure á Dicu, en nous les Épitrcs de saint Paul; les « ralionalistes chrc-
exposant confondre avec une parole puremenl liu- ticns », ou de quelque aulrc nom qu’ils se parent,
ínaine sa parole sacrée, á dégrader la majcslé infinie fon l preuve de rationalisme, mais non de chrislia-
de son tcmoignagc, e l ¿i lui faire patronner 1'crrcur nisme. V oir C k é d Ib ilité , col. 221Ü-2219; S. Tilomas,
comme un faux témoin. Or le rationalisme, en rejelant Cont. gentes, 1. I I I , e, c u v .
tout miracle, supprime la seule preuve qui pourrail En passant, on peut voir A quoi sert le miracle
nous garantir la mission surnaturclle prétenduc. En dans la révélation ot dans la foi. Cerlains eatholiques,
efíct, le miracle supprimd, que rcsle-t-il? E l par quel mécontcnts de l'apologéliquc Iraditionnelle, no 1c
sigile Dicu fcra-t-il voir qu’il se porte garant de cc que voient pas, ou bien s'imaginent que le miracle sert uni-
ces grands hommes enseiglicilt? Leur géllic, leur élo- quement á abatiré l’lioininc devant la puissance de
quence, leur sciencc, leur utililé relative, leur suecés? Dieu, ou íi étonner, & attirer les regards dislraits,
Mais DieU n ’est pas tcnu de réserver ces dons á ceux-lá á la maniérc d’un prédicateur qui a le tort de frapper
seuls qui sont ses envoyés infaillibles, el avec l’eiisei- du poing sur la chaire pour forecr l ’attcntioii. Une
gnement desquels il se solidarisc. Ces dons sont choses eomparaison meilleurc, el traditionnclle rclle-lá,
qu’il distribue ¿i ses ennemis aussi bien qu’á ses amis; c’est que le miracle cst commc la signnture ou lo caehet
et on peut les reueontrer dans une aventure deplorable, divin au bas de la pago inspiréc.S. Thomas,.Shtí». theot.,
aussi bien que dans une ccuvre surnaturclle ct divine. ! I II » , q. xi.n i, a. 1. Dicu dirige la pensée el la pároli*
Enfcrmcr Dieu dans le cours naturel des choses, l d’un homme qui nous donne de sa parí un enseigne-
comme l'on t íait les déistes el les ratlonallstes, c’cst ment, soit oral, soit é c r it: voilá le témoignage sp te iu l
done lui refuser toute possibilitd de se servir des de Dieu, avec tout son délail d’afíirmalions et d’énon-
hommes comme ses envoyés, pour témoigner par eux I cés. Mais pour que col enseignement soit connu do
el faire appel á notre íoi. — E l en voiei la raison pro­ j nous non commc humain, mais commc divin, ct quo
fonde. Quand Ies causes secondes agissent suivant le nous puissions arriver ainsi a 1’acte de foi, Dieu ajoulc
cours ordinaire de la nature. Dicu n'csl pas obligé un complémcnt nécessaire, le miraele confirinant la
d’ intervenir surnaturcllcinent á lout inslant pour cm- mission de cct envoyé : v o ili un témoignage général
pteher les défants naturels de leur aclion, par exeinple, de Dieu, tombanl sur lou l ce détail d ’ énoucés pour
les erreurs de l’hommc, meme de seience et de génie, nous en montrer la provcnance el par conséqnent le
ou Ies suecés de l'erreur. II convieiil méme (pie Dieu véritable caractérc. Les miracles, <1U le P. Janvier.
tolére ccs défauts de la nalure, soit pour laisser aux « c’est eomme une seconde parole de Dicu qui rend
choses un cours régulicr qui 11c déroule pas á chaqué témoignage á la premiére, c’est lu d oigl de Dieu appa-
inslant les prévisions de l'hoinnic; soit pour laisser raissant pour iudiqilcr le livro ct la tradition qui
á la liberté humaine ordinairement tout son jeu; et conticnncnt l’onseigncmcnl infnillihlc descendu dVn
la tolfrauce n’cst pas l’approhnlion, Sans doute, la liaut, ce sont les phnrcs dcstinés ík éclaircr dans los
providcnce surveillc tout, et rien nc se fail sans son profondeurs de la nuil eeux qui ehorchent oíl la voix
laisser-passer : mais Dicu nc veut pas do la momo ma- du Verbe s'cst fait ciilendrc, c’est le geste de la Puis­
niére tout ce qui se íait; s’il cst des choses qu'il veai sance ct de la Sagesse supremo, coiuluisant l'lioinme
p osilivem en í, e l qui eorrespondent á son plan, íi ses au sanctuaire oíl ln Vérilé supróme a rendu ses órn­
lois, il en cst bcaucoup d’autrcs, pnr exemple, le péehé, eles. » L a foi, carcme 1011, 2C édit-, n®eonfér., p. 7(>,
la ruine des ámes, le succés d’une fausse religión, ' Le miraele fait done nécessnirement par tic de l’cn-
« í i simplement il luisse faire, sans prendre la respon- sembie de signes par lcsquels le témoignage divin et
sabilité de cc qui se dit ct se lait. Concilc de Trente, la foi nous sont dounés. Les simplistas auraienl tort
sess. V I, can. 6 , Denzinger, n. 810. Calvin seul a nié de rcprochcr íi cet onsemMc sa eomplication : la tclé-
la distinction de ces doux maniéres de vouloir en I graplúc, elle aussi, n’ost-rlle pos eompliquée dans son
Dicu; du reste, ailleurs, sous la pression du bon sens, méennisme, ct cela rn iipcclie- 1-il dVtrc exacte ct pra-
il est revenu sur cettc négalion. Voir C m .v ik is m h , li(|ue?
t. 11, col. 1408, 1419. Si done l’on veut plus qu’un 4 o Suffisancc de lu rtvélation médiate, — N o tre foi
simple luisscr-passer, si l'on veut que Dieu, á travers peut s'appuycr sur des révélations trés ancicnnes,
l’ inlcrmédiairc humain, ait rinlcntiou positivo de nous refucs á l'originc par d'autres quo nous : car la révé­
parlcr, et nous la manifesté — sans quoi il n'y aurait lalion, base de notre foi ehrétienne, est 1111 lémoi-
de sa jiarl ni parole ni témoignage faisant appel íi gnnge de l)iou, ct un témoignage peut so Iraiism cllrc
nolre foi — II fnudra qu'il recoure íi un signe dépas- par la parole ou l'érriturc á plusieurs siécles de (lis-
sanl l'action naturelle de tonles les causes secondes, lance, aiitremenl los scioneos hislor[(]ues n’cxislcraienl
íi un signe qu'il s’est réservé comme une propriété de ]ins. Voir col, 120. Ccltc révélation ancienne <]ui, grñco
sa puissance supremo, le mirarle. Tom banl sur l’cnsoi- íi un premier interniédinire inspiré, puis ^ des inter-
gnement d'un liommc, le mirarle nons y íall rocon- inédiaires hisloriqncs, v ien l aujonrd’hui faire ajipol
nailrc une parole que Diuu a Insplrée et dont II prend A notre fol, c’cst ce que les tliéologions appelloiil • la
la rcsponsnbilité. En dehors du miracle (pris au sens révélation médiatc *. Et ils enseignenl eoinniunénionl
trés ampie qni coinprcnd ln prophétie, le nilraele in­ <in’olle nous sufTIt i\ Taire l'aelo do fol, sans róvélalion
terne,les mirados nioraux), il 11c reste que le cours nn- imniédiate surnaturelleinenl produilc en nous. l ’nis*
turel des événements, oíl Dieu, íi un moment donné, la foi ehrétienne répond commc niolit l'¡m to-
peut slinpleniont laisser falrc, et qui, pnr conséqueut, I rilé du témoignage do Dieu, il sulllt <pie ce témoignnge
ne peut servir á nmrqucr son approhation. Admettre I soil prósontó ¡\ la fol d ’uue mniiiéro ou d'une nutre,
un Dieu personnol ct rejeler le miracle, comme l'ont avec 011 sans intcrinédlnlrcs ¡ eolio <iuestlon de moda-
KOI 14i

lile ne changera pas le m otil spéci fique de la íoi ni ; tions voulues, peut done sufTire l’acte de íoi divine
par eonsequent son essencc. ‘ et salutairc. D'autre part, la révélation médiatc suíTit
Dés le eommenccment du protestantismo, il n’ a ! aussi íi la f o i : Jésus ren voyaitdéjá les Juifs á une révé­
pa.s manqué de sedes ¡Iluminóos pour faire de chacun , lation fort ancienne, confiéc íi l'écriture. Joa., v, 46, 47.
des tidéles autant de prophétcs. On y exigeait pour la ; Est encoré médiatc la révélation qui se propago par
foi ( lirétienne ccttc révélation inimédiate : soit qu’on la prédication : or celle-lá non seulement suflit, mais
luiit par la substitucr entiérement á la révélation mé- I elle est pour nous l’ordinaire. dont nous devons nous
díate, ainsi les anabaptistes, du temps meme de I contenter; témoin saint Paul, qui fait de la prédica­
Luther, en étaient venus ;i se moquer de la Bible, i tion une condition nórmale de notre foi. Rom., x, 11-
B ib cl, Ihib cl, voir Vigouroux, Les Livres saints el la i E t l’ on nc peut entend re l’ apotre en ce sens, que la
critiqu e rn liona liste , 2 e édit., Paris, 1886, t. i, p. 14G; prédication soit néeessaire pour exciter en chaqué fi-
soit qu’on I'adjoignit plutíH íi la Bible, ainsi le s qua- . clele une révélation personnelle : une telle. néeessité nc
kers enseignerent qu’il y a deux révélations néces- ■ peut exister, car on pourrait trouver bien d’autres
saires, l’une eoinplétant l ’autre, 1’ « extérieure » et causes excitatrices, en deliors de la prédication; du
1’ « intérieure ». V oir Mcelhcr, L a sym bolique, trad. La- i reste, si la révélation immédiate, comme le disent cer­
ihat, 2C édit., Paris, 1852, t. ii, p. 228 sq. Plus tard, tains protestants, était une condition csscntielle de
quand naquit clicz les protestants le « rationalisme l’ acte de foi, saint Paul, énuinérant ces conditions
chrétien », 011 eut une autre cspcec de révélation im- pourrait-il passer celle-lá sous silcncc? E t puis nous
médiate et intérieure, oú )c íait miraculcux était de mand crons á chacun d’ eux ce qu'il entend par ces
remplacé par un pliciioméne absolument ordinaire , termes de révélation immédiate ou personnelle. Si c’ cst
et normal : idéal con?u par notre raison, voix de la ¡ la révélation naturelle de la raison.de la conscience,
conscience,etc.Voir co!.136sq. De tels phénoménes se nous avons déjá montre qu’cllc nc peut sufTire á la foi
passe 111 aujourd’liui méme, et sont évidcmmcnt per- clirétienne. Si c'est une extraordinaire commotion
sonncls á chacun de nous. Ceux-lá seuls, parmi les (psychiquc ou íniraculeuse) sans aucunc aífirmation
rationalistcs.qui parlcnt de «révélation par les grands divine, et que l'homnie interprete á sa fa(on par des
hommes, » con^oivent encore la révélation commc un alfinnations sans valcur objective (T yrrel), nous
fait ancien dont bcnéficient, 5 leur maniere, les ages avons déjá répondu en prouvant que le m otif de la
suivants, comme un fait particulier a quelques-uns et foi ehrétienne est le témoignage de Dieu, 1’afTirmation
dont profitcnt tous les autres. D ’autres exigent qu’á de D icu,et que la *irévélation» qui s’adrcssc á notre foi
ce fait ancien vienne se joindre un íait nouveau du n’cst autre cliose que ccttc afTirmation et ce temoi-
mcinc ordre : « Ne crois pas, d mon frére, s’ éerie gnage. Si c’cst une airmnation de Dieu lui-incme,
Aug. Sabatier, que les propliétes et les initiateurs communiquée surnaturellement et dircctement au
t ’aient transmis leurs experiences pour te dispenser de fidéle, commc l'entendent les scctes illuminécs du
faire les tieimes... Les révélations du passe nc se dc- protestantisme, nous ferons remarquer conibien
montrent eíTicaces et réclles que si ellos te rendent ca- dangereux serait un état de choses oú tous les chré-
pable de recevoir la révélation pcrsonnclle que Dieu tiens, a toute époque de l'histoire, méme les plus gros-
te reserve... Ainsi la révélation divine qui nc se réalise siei's et les plus ignorants, auraient le droit de se consi-
pas en nous et n ’y devient pas immédiate, n’existe dérer comme des propliétes infaiilibles et inspires :
poilit pour nous. » Esquisse, p. 58, 50. Ce mot de ele lá ces horreurs du íanatisme, que nous lisons dans
<■révélation » et leterm e cncore plus vague d ’ « expc- l’histoire des scctes. 1) y aurait aussi lá une excessive
rience religieuse « servent par leur ambigu'itc aux pro- et inutile multiplication de miraclcs intéricursjl’huma-
te.stants modernes, pour étabiir, dans une méme scctc, nité peut avoir la révélation surnaturelle á meilleur
une sortc d'unité apparentc. Qu’ il s’ agissc de « révé­ compte, en la recevant simplement par intermediaires.
lation i' faite immédiatement au Christ ou aux pro- D ’autant plus qu’il faudrait cncore des miracles
pliétes ou á nous-mémes, les uns, surnaturalistes et exterieurs, pour prouver ce diarismo intéricur á ccux
eonservatcurs, entcndent par lá un pliénoméne vrai- qui, au nom de la raison, refuseraient de l’adm cttre;
nicnt miraculcux, inexplicable par les causes natu- Luther lui-méme, et á juste titre, demandait aux ana-
relles; les autres, naturalistes et libcraux, entendent baptistes des miraclcs, pour prouver la mission qu’ils
sous le m im e mot un plióiioméne írancliemcnt naturel s’arrogeaicnt en vertu de prétendues révélations per-
et ordinaire á tous les hommes, comme la voix de sonnclles : et cela se retournait contre lui. V oir De-
la consciencc;d’autres enfin, un fait indécis,situé sur nifle, L u lh er el le lulhéranism c, trad. Paquier, 1912,
les con flus du surnaturel, un pliénoméne psycliique t. 111, p. 257-261. Non, la sagesse divine n’ a pu ctablir
et anormal, cominc ccs faits de commotion ct de con­ une cspéce de cliristianismc aussi funeste:des révé­
versión subitc chcrs á beaucoup de protestants ct ra- lations que chacun ait le droit de supposcr en soi sans
contés par W, James, qui les explique íiaturcllement, en fournir aux autres la preuve; des états anormaux
sans décourager pourtant les bonnes ámes préférant devenant la foi nórm ale; 1’cxaJtation et le troublc jetes
y voir du surnaturel. Voir E x p é r i f .n c e r e l i g i e u s e , dans une foule d ’ámcs faiblcs et maladives; tant de
t. v, col. 1803, 1804. portes ouvertes sur la folie et sur le crimc 1Voir E x p é -
La question de la révélation immédiate ct person- niENCE nF.LiGiF.usE, t. v, col. 1831. Enfin de quelque
nelle, dans ses rapports avec la foi, vuut done qu’on fa^on naturelle ou surnaturelle que l ’on concoive cette.
s’y arrctc. Dislinguons d'abord entre coníin/ssancc révélation immédiatement donnée á chacun, elle
inimédiate et révélation immédiate. La foi, puisqu’ellc aurait peine á coexister en pratique avec une société
ii’aJfinne une vérité qu’en passant par l ’intermédiaire religieuse, une autorité, une liiéraicliie, des institu-
du témoignage divin, lie peut étre une connaissance tions liturgiques. Voir ibid., col. 1S30. Or, ces institu-
immédiate. Voir col. 107 sq. Mais ello peut s’appuyer tions, ccs licns soeiaux sont nécessaires á l’ homme
sur une révélation immédiate et personncllc; elle se ct voulus de Dicu; leur néeessité est reconnuc méme
pretc également aux diverses présentations du témoi- par des pcnscurs étrangers au catliolicisme. « Les
gnago. divin. Abraham n’est-il pas donné par l’apótrc choses coinmuiics, actes, croyanccs, symboles, insti-
comme le prototype de la íoi qui sert á la justification tutions, sont une partie essentielie de la religión, méme
e l au salut, Rom., ív, 4, sq.? Or l’acte de foi loué ici sous sa forme personnelle... Si le sentiment est l’ ánic
par 1’ apOtre portait sur une révélation faite immé- de la religión, les croyanccs et les institutions en sont
diatcment et personncDemeiit á Abraham, 18-22. le corps; et il n’y a de vie en cc monde que pour des
Cf. Gen., x v , 4-C. Une telle révélation, avec les condi- ames unios á des corps. « E. Boutroux, dans la Revuc
145 liG

de métaphysique et de m orale, janvier 1008,p .27. «La re­ theol., I I » ! ! 1, q. u, a. 5. » Gravina, A d discernendas ve-
ligión cst-clle ouuii lait individuel, ou un íait social?... | ras a fa lsis oision ibu s el revela lionibas... la pis lydius,
L e Christ a-t-il voulu fonder une religión individua- Naples, 1638, part. 1 ,1. I, p. 84.
liste? A c ctte doublc question, j ’ai toujours répondu : Mais nous avons un autre critére dos plus simples,
L a religión est un fait social; la religión chrcticnue qui nous perm et de ranger en bloc parmi les revela-
est une sociétc universelle, qui tient du Christ !e prin­ tions privées toutes les révélations immédiatcs A partir
cipe de son institution et de sa f o i . » A . Loisy, S im ples du moment oú fut cióse I’érc de la composition des
repexion s, p. 115. C’ cst une conccption tres forte de la livrcs inspirés. II cst fondé sur ce principe, que le patri-
religión comtne société qui a rapproché Bruñe tiére du I moine de la révélation commune A tous los chrétiens, le
catholicisme. — L ’individualisme religieux, si par | « d épól de la f o i », ne s’augmente plus depuis la mort
impossible il venait á triompher partoul, s'il produi- ; des apótres. A la suile du concile de Trente, le concilc
sait le grand naufrago des dogmes et des institutions du Vatican déclare que la révélation surnaturelle.
ecelésias tiques, serait condamné á disparaitre bicntót base de notre foi, « est contenue dans les Écritures,
lui-méme, derniére écume de la vague oú sombrerait I et dans les traditions non écritcs, refues par les
la religión. Les scctaires antireligieux le scnlent fort apótres de la bouche du Christ, ou dictées aux apótres
bien, c t ne craignent guére cct individualismo protes- par le Sainl-Esprit. » Sess. I I I , c. n, Denzinger,
tant ou moderniste qui, A la maniére d ’un dissolvant, n. 1787. Ainsi le dépót de la révélation est clos cil
travaille pour eux. meme temps que l ’érc aposlollquc. Cctte vérité a été
5o Les réoélations privées el la f o i ehrélienne. — atlaquéc par des modernistes qui voulaicnt fondor
Appuycr la foi de tout chrétien sur une prétendue reve­ notre foi religionse sur une révélation personnelle, et
la tion personnelle ct privée; confondre la revela- 1 dont ou a condaiuné la proposition suivantc : « La
tion, base nécessaire de nolre foi ct lien social de ¡ révélalion qui constituo l'ob jct de la foi catholique
l’ Église, avec les voics extraordinaires de la mys- u’a pas été terminée avec Ies apótres, non j u i l eum
tique et les illuniinations de luxe, c’esl un trait carac- a poslolis completa. » Dccrct L a m cn ta b ili, prop. 21,
téristique du modernismo, ct ccttc erreur nouvelle ! Denzinger, n. 2021. En vain, M. Loisy proteste :
donne une nouvelle iinportance á la vicillc question i u L ’ idée de marquer un terme A la révélation divine
théologique des « révélations privées », dans leur ¡ cst toute mécaniquc ct artiíicielle. Inutilc d’observcr
rapport avec la íoi. | qu’elle est étrangére aux apótres; mais elle esl en rap-
La révélation « immédiatc *, c’csl-A-dirc faite sans i port avec l'idéc, non moins mécaniquc et tout»'
intermédiaire humain, n’cst pas tou jou rs« privée »- 1 m ytliologique, disons enfantinc, qu’on se forme de la
T ou t dépend ici de l'intcntion divine, sullisamincnt révélation elle-mcmc. » Sim ples répexions, p. ¿>«s.
manifestée. Si Dieu parle directcment á un soul, mais L ’idée d ’une révélation purement médiate, avee trans-
pour tous, c’cst-ñ-dirc avec l'iiitention que cettc ré­ mission historique, est au contrairc trés simple, trés
vélation soit cotnniuniqucc á tous ct fasse partie de rationnclle, ct n’ n rien de mécanique ni d’eufantin.
l'ensemblc de vérités que tous Ies chrétiens devront Quant au terinc de cctte révélation, cc n’cst pas nolis
croire, explicitemcnt ou implicitemcnt, une telle révé­ qui le marquons artilicicllcm enl, et cc n’cst pas uuc
lalion immédiatc nc devrait pas étre dile « privée *, idée étrangére aux apotres. V oir Frauzclin, D e tra d i-
mais s publique > A raison de sa destination. Ainsi, des tione, thes. x x n , 2 » édit., Rom c, 1875, p. 268 s q .; Pal-
révélations succcssives faites aux envoyés divins, A miori, De rom ano ponlifiee, 2<édit., Prato, 1891, p. 187-
Abraham, A Moisc, aux prophetes, aux apótres, sont 189. Quand les Péres disent que nolre foi e s l « aposto-
venues grossir le « dépót de la foi *, le patrimoinc futur liquc »,ils exprim ent Ce fa il méme : tou t nous vient des
de la religión ehrétienne. A cóté, il y a place pour apótres en fait de révélation ct de íoi, ríen aprés eux;
d’autres révélations immédiatcs, failes non pas scule- A eux il faul sans ccssc remonter. V oir D o g m e , t. iv ,
ment á un seul, mais p o u r lui seul, ct sans intcntion col. 1600 sq. En fin, il serait íacilc de moutrer que nos
de les introduirc dans le dépót de la foi : cc sont les grands mystiqucs ont toujours reconnu cellc vérité :
révélations privées. Le concilc de Trente les suppose cc n’cst pas sur lcurs révélations pcrsonncllcs qu’ ils
posslblcs meme aujourd’hui, quand il d it que per- basaient leur íoi ehrétienne, c’esl sur l’ Écriturc et
sonne nc peut savoir avec une absoluc ccrtiludc qu’il l’ ancicnnc tradition, intcrprélécs par l’ Église; ct Ic
aura le don de la persevéranee flnalc « A moins de modernisme a tort de se réclamcr parfois de ccs
l'avoir appris par une révélation spéciale. * Sess. V I , saints et de ccs saintes, quand il cherche A fo líder la
can. 16, Denzinger, n. 826. foi ct la religión sur une révélation ininiédiatc failc A
A quoi reconnaitre qu’ unc révélation cst « privée »? chaquc fldéle.
Dans le cas précédent, oü quclqu’un refoit du cicl Tas- Entre la révélation publique, objet de notre foi, et
surance de sa pcrsévérancc ct de son salut, on vo it une simple révélation privée, il y a une autre diITércncc
assez par la nature m i me de l’objct révélé qu’ il s’agil, du colé de la Iransmission ct de l’assistancc divine qui
dans l’intcntion divine, d'un bien ptircmcnt personne la prolt'ge. Quand Dieu donnait A un envoyé la mission
c t non d’un bien géiiéral, que la révélalion ici n’ cst de parlcr en son nom et par I;'* faisait appel A la foi de
pas p o u r lous. Toutcfois cc entére interne n’csl pas A tous, il l ’cmpcchait d ’y incler des erreurs, il Passislait
luí seul ct pour tous les temps un suflisanl índice.Car surnnturcllrmcnt pour que ses paroles, écritcs ou non,
des révélalions qui scniient privées, A ne considérer fussent vroiment ln parole de Dieu. V oir col. 128. II
<]uc la nature de leur o b jc l, mais qui ont été consi- n’cn cst pas ainsi, quand un mystiquc raconte ou é c iil
gnées cnsuitc dans la saintc Écriturc, sont entrées par Ies révélations privées qu’ il a cru recevoir A divers ino-
IA méme dans le dépót de la foi, que Dtcu destine A ments de sa v ie; méme dans lhypothése oíi cc furent
lous. Dominiquc Gravina, dans un bon ouvrage sur les de vraics révélations, la traiismission exaele n’esl pas
révélations privóos, en fait la remarque : * Nous garanlie, et des erreurs peuvent s’y méler, soit défaul
croyons inalnlcnanl de foi catholique bcaucoup de de mémoire, soit dilJlculté de distmj’iicr entre le mo-
falls particulicrs racontés dans les Écritures, parce m enl préeis de la révélation et le inoincnl suivant oi\
qu'ils ont rcvétti la formo publique de ln foi, in l ’hnmine a pu ajouter dit sien. Voir Aaní.nA (M a r ie d '),
publieam /orinara Iran sicruiU rredendi, élan l écrils dans 1. i, col. 620. lit en général, rcxpéricncc des niysliqucs
les livrcs inspirés, bien qu’ils n’ appartlcnncnt que esl souvcnt dillkilc A <ommuniquer aux aulres; il
sccondaircment A la foi •-alliolique, d'aprés saint sullit qu’elle leur serve A eux, c ’cst ordinaim iiciil son
T hom as; les iiicr blcsserail la foi, car une t< llo négalion but principal. Aussi 1‘éniotlon, r a fft«llo n y jouent
tcndrail A conclurc que l'É<TÍlure « si fausse. Voir Su m . souvcnt un plus grand role que rafflrinnlioti. Au ton-
-147 FO I 148

traire, dés que la révélation a une portée so ei ale, dés ] truments dont il se sert, 1 Cor., i, 27 sq.; qu’il est le
qu’clle est destinée á toute la société religieuse, l’ émo- ' souverain maitre de ses dons; que, s’il a attaché la
tion du prophéte n’est qu'un fait sccondaire et acci- gráce sanetifiante á l ’aetiou des ministres des sacre-
dentel; l’important, c’est <•qu'il ait été, entre les mains ments, il s’est réservé la eommunication directe avec
de Dieu, un bon instrument d’ aífirmation. » A. Gar- ¡ les ámes dans l’ordre de la gráce actuelle et dans cclui
deil, Le donné réoéti, 1910, p. 55. Cf. p. 48-56. des charismcs; qu’il fait briller dans tous les siécles
Adm cttant des révélations privées, en quoi diffé- de la vie de PÉglise ces dons surprenants dont l ’apótrc
rons-nous des seetes illuminées du protestantismo? — a afTirme la libre distribution par l ’ Esprit-Saint, méme
1. Nous ne faisons pas comme eux, de ces révélations, en dehors de la hiérarchie, I Cor., x n ; bien qu’á l ’ori-
une base néeessaire de la íoi ehrétienne. Pour nous, gine ils fussent plus répandus, pour autoriser et sou-
ellcs supposcnt la íoi déjá eonstituéc, ct ne servent tenir le ehristianisme naissant. Les révélations pri-
qu’á diiií'cr la eonduite, comnic dit saint Thomas, vees peuvent done servir méme á l utilité générale, et
non ad novam doclrinam fidei depromendam, sed ad hu- c’est bien á tort que Mélanchthon et quelques autres
manorurn acluum direclionem . Sum . Iheol., I I ' II®, protestants les ont attaquées. Voir Benoit X IV , De
q. c l x x i v , a. 6 , ad 3 "". — 2. Nous les regardons servorum D e i beatif. et eanonizalione, 1. I II , e. l i i i , n. 2,
commc une exeeption, non eomme la régle et le droit 3, Opera, Prato, 1810, p. G00, 601.
de tous les fidéles. — 3. Nous en exigeons des prcuves Ceci posé, y a-t-il obliga lion de croire á ces révé­
sérieuses, et méme ehe.z les grands saints, nous les lations? Oui et non. Oui, s’il s’agit de la personne qui
soumettons á une rigoureusc critique: témoin les pro- les re?oit,et si, aprés les examens et les eontraics vou-
cés de canonisation. Les ámes qui pensent avoir re?u lus, elle reconnait que Dieu lui a parlé, que le doute á
des révélations ne sont pas crucs facilement par leurs cet égard n’est plus un doute p ru den t: s’abstenir alors
dircctcurs; elles sont rappelées á une extréme pru- de croire serait faire injure á Dieu; s’il parle á quel-
dence, et ne sont dispensées ni de l’obéissance ni qu’un, il fait appel á sa foi. Voir Lugo. De fide, dist. I,
des devoirs communs. Gbez les illuininés, au contraire, n. 227, 229, Opera, Paris, 1891,1 1, p. 112,113. — Non,
souvent nul exam en; chacun s’attribuc des révélations s’il s’agit d’ autrcs üdéles vers lesquels Dieu n’ a pas
aisément ct sans preuve, et s’en autorise aussitót pour dirigé la manifestaron de sa pensée; lors méme qu’ils
précher les autres, pour se dispenser des lois ordi- entendent parler de révélations privées faites á au-
naires; de lá, dans l’ bistoirc de ccs seetes, tant d’excen-. , trui, ils ne sont pas tenus de faire lá-dessus une cn-
tricités et méme de crimes. Voir Milner, The end o¡ the quéte, et peuvent passer leur ehemin : ce n’ cst pas lá
religious conlroversy, lettre v i, trad. íranf., dans mépriscr une révélation peut-étre réclle, mais exercer
Migne, Détnonslralions évangéliques, Paris, 1843, leur droit de ne pas s’ cn occuper. Dieu n’a pas íait ap­
t. x v ii, p. 601 sq. Dcfaut de critique méme aujour- pel á leur f o i : on peut dire tout au plus qu’il a parlé
d ’liui dans l’cxpéricnce religieuse des protestants, devant eux, á leur connaissance, et non qu’ il leur a
voir E x p é i u e n c e ' r e l i g i e u s e , t. v, col. 1835, 1836, parlé. « Ce n’est pas la méme chose de parler d quel-
1853.---- 1. L ’expériencc mystique des illuminés tend qu’un et de parler devant quelqu’un, « comme l’ex-
á détruire toute autorité religieuse. Ainsi les quakers plique Lugo, loe. cil., n. 197, p. 101. Seule la révéla­
rejettent tout ministérc ecclésiastique, toute liturgie : tion publique doit, dans l’ intcntion divine, étre trans-
« Nos frites s’assemblent, dit leur apologiste Barclay, misc á tous et devenir l ’objct de la foi de tou s: c’est ce
dans une salle privée de tout orncment... Lá, sans pro- qui la earactérisc.
noncer une parole,assís sur des bañes, dans une immo- De cette liberté laissée aux fidéles concluons que,
bilité complétc, ils se recueillent en cux-mcmes ct se si les prédicateurs peuvent faire une allusion utile á
préparent á recevoir l ’inspiration d ’cn liaut, » cte. des apparitions ou révélations autorisces, devant un
Dans Mcrlher, op. eit., p. 248 sq. Au contraire, nos pieux auditoire oú elles sont communement admises,
mystiques respectent la hiérarchie, et sont toujours ils auraient tort d’en surcharger des esprits qui ont
prétsá se soumettreá son jugement. Voir E x p é r i e n c e déjá quelque peine á croire cc qui est d’obligation.
r e l i g i e u s e , t. v, col. 1860. E t l ’Église, sans laisser aux II en serait sans doute autrement si l ’Églisc, en auto-
prédicateurs le droit de répandre telle nouvelle pro- risant la diíTusion d’une révélation privée, l ’imposait
phétie ou révélation privée, évoque ccs maticres á son par lá méme á la foi universelle des chrétiens; mais
tribunal. Léon X au V a concile de Latran en 1516, tel n’est pas le sens de son autorisation. « Cette appro-
bulle Superase mafestatis, Hardouin, t. ix, col. 1806 sq. bation, dit Benoít X IV , n’est pas autre chose qu’une
Cette action régulatrice de l’ í ’ glise sur les révélations permission de les publier pour l’édification et l ’utilité
privées est si évidemment bienfaisante que des pro­ des iidiMts, aprés mür examen. » E t il cite Gcrson
testants pieux, inquiets de leurs expériences mys­ d ’apréslequel « il importe peu qu’une picuse croynnce
tiques, ont été amenés á l’Église eatholique parce des fidéles tombe parfois á faux; non pas qu’on puisse
qu’ils ne pouvaient trouver ailleurs la direction ct le jamais croire le faux commc tcl, ct quand on le rccon-
discernemcnt dont ils sentaient vívem ent le besoin. nait comme tel, chose indigne de la piété des fidéles;
Ainsi Hcckcr ecrivait en 1886 : « J ’ai été forcé de choi- mais leur picuse opinion n ’est pas une question de
sir un guide, sous peine de tomber dans le fanatisme vrai ou de faux, mais seulement de probabilite, d ’appa-
le plus extravagant. » Dans W . Elliott, L e P . Hecker, ronce. * Benoit X IV , op. cil., 1. II, c. x x x ii, n. 11, 12,
trad. frang., 5C édit., 1897, c. x, p. 117. Cf. p. 114. p. 300, 301. Cf. D o g m e , t. ív, col. 1577. E t Pie X , vers
D ’autre part, l ’Église, aprés avoir longuement examiné la fin de son encyclique contre le modernisme, aprés
et sufiisamment veri fié certaincs révélations privées, avoir rappele que l’autoiité ecclésiastique ne permet
s’en est servie pour la direction de quelques-uns de de jeter ces révélations dans le public qu’avec beau­
ses actes, flrf hum anorum acluum directianem, comme coup de précautions, ajoute : « Encoré l’Église ne se
d ’institucr une féte ou des dévotions, dont l ’objct se porte-t-elle pas garante, méme dans ce cas, de la vé ­
justifie d ’ailleu