Vous êtes sur la page 1sur 315

023 I-'OUR IÉFi I SM E 624

]). 20; l ’é ta t sociétaire, au n o n cé p a r F ouricr, 11 'a d m e t g io u p e to u s les trav a illcu rs a u to u r des m ém es occu*
po in t d ’cgal¡té,« qui cst poison politique.» T ous eeux p a lio n s, afm de re u n ir to u s ccux qui o n t les mémes
qui cu fo n t p a rlic y a p p o rtc n t ou y acquiéi'eiit des goíits el, en o p p o sa n t les groupes les uns aux autres,
actious qui sont po u r chacun d ’eux une p ro p riété afm de dcvcloppci' en eux l ’e sp rit de corps e t de les
v é ritab le et. y fo n n e iit avee les deux a u tre s facultes te ñ ir en halcinc p a r une incessaute rivalité- Un m éca­
industriclles, le tra v a il e t le ta le n t, la m eilleure base nism e pueril et com plique regle t o u t le m ouvem ent
de « re p a rtitio n équilibrée ct gradué?. » passioim cl de la p lialange, avec une précision ct une
Telles sont les nouvelles dcstinúcs de l'hom m e. ab o n d an c e tic details q u i ue p e u v e n t guérc é tre dépas-
L ’hom m e ue les a tte in d ra p o in t p a r le m oyen q u 'il a sécs. C’cst p a r ce tra v a il assoeié c t a ttr a y a n t que la
pris ju s q u ’ici po u r les a tte in d re et qui, du reste, les lui pro d u c tio n d o it a u g m e n te r d a n s des p ro p o rtio n s telles
a fa it si bien m n n q u cr. II a cru, sur la foi des philoso- que <1 nos trav a illcu rs m erccnaircs c t languissauts ■ ne
plics et des fa u x sa v a n ts, que la vie co n sistait á se | sa u ra ie n t nous cu d o n n er au cu n e idee; e t c ’est ainsi
so u m e ttre aux lois de la m o rale; e t la m orale, chacun ¡ que la société finirá p a r se g u érir des g rands inaux
sa it en quoi elle consiste : a y a n t v u deux choscs dans i d o n t elle a soulTert ju s q u ’ici. Ce ne sera pas seulem ent,
l'hom m e, l’a ttra c tio n c t la raison, au lieu de supposcr eom m e on p o u rra it le croirc, une réform e “ parcel-
q u e ces deux choses o n t été fa ites l’u n e po u r l’a u tre , laire » qui s’a p p liq u e ra it A to u te s les p a rties de la
elle im agine u n e lu tte e n tre l’u n c e t l ’a u trc , c o m m csi société sans rien cliangcr á l’cnscm blc d e la société
Dieu p o u v a it a v o ir cree un é tre ainsi com posé de deux elle-m ém e; inais ein p o rtées p a r le m o u v em e n t qui les
ressorts c o n tra d ic to ire s, c t elle a in v en té ce q u 'e llc anim e, les p halanges, to u te s réglccs i l ’in té rieu r par
appellc le devoir, lequel n ’est p a s a u tr e chose q u e la l’a ttra c tio n , é p ro u v c ro n t á leu r to u r les unes p o u r les
loi iinposée p a r la raison aux passions. Ce so n t les a u tre s u n e a ttra c tio n passionnée qui les re u n irá en
passions, au c o n tra ire , q u i so n t la v é ritab le loi de p ro v in ce s; ces provinccs se ré u n iro n t en royaum es;
l ’ho m m e; et c’est l ’a ttra c tio n qui, tra n s p o rté e <lc et ces royaum es se ré u n iro n t p o u r form er « l’Kmptre
l’o rd rc m até rie l dans l ’o rd re m oral, ío u rn it le v é rita b le u n ita ire du globe » d o n t C onstantinoplc, «local favo-
re sso rt «lu n o u v e au m écanism e associationnel. L ’a t- risé de to u te s les perfections, » sera le foyer ou siége
trn ctio n p resen te, du re ste, une telle diversité et une cen tral. T el est lc m onde nouv eau que F o u ric r vou-
telle com plication q u ’aucu n rouage, si p e tit q u ’on le d ra it su b s titu c r l ’a n c ie n .« C’e s t le rév e d ’un hom m e
suppose, ne p e u t éeh ap p cr íi sa dépendance ct á son d ’ordre am i des plaisirs. C ’cst l ’A rcadic d ’un ehef de
im pulsión. Klle se divise cu tro is foyers ; einq a p p c tits b u rc au . » F a g u e t, loe. eit., p. CC.
des sens ou passions m atérielles; q u a tre passions spi- II. HisTOinG. — L a fo rtu n e d e c c ttc d o c trin e sin-
ritu elles e t a fíc e tiv e s : a m b itio n , a in iü é , am our, fam i- guliérc, san s é tre aussi bizarro ou aussi com pliquée que
lism c; tro is passions d istrib u tiv e s ct m éean isa n tcs : t la d o c trin e elle-m ém e, n ’c st p as d e ccllcs p o u rta n t
cabalista, p apillonne, com posite. Le p rem ier foyer d o n t le ré cit puisse te ñ ir en quelques lignes. Klle cotn-
d ’a ttra c tio n a p o u r o b je t lc bicn -étre in té ric u r e t m enea, il c st v ra i, assez m o d cstem eu t. F o u ric r íu t
e x té rie u r; le second ten d íi la fo rm atio n des groupes, e t p e n d a n t lo n g tem p s le seul hom m e c onvaincu de lirn -
lc troisiem e, á la fo rm atio n des séries. C’cst lc je n libre p o rta n c e d e sa ré v élatio n . E 11 1814, il a v a it rallié á
e t com plct d e ces douzc passions, se te m p e ra n t l’u n e ses idées J u s t M u iro n ; m ais il s’a r r c ta .d u r a n t d e lon-
p a r l'a u trc , q u i iu sp ire l'hom m e la passion de P unité, gues an n ées, á c c ttc seule acquisition. Ce n ’e st que
laquelle resu lte ele la com binaison de to u te s les pas­ vers 1825, peu de te m p s a p res la p u b lic a tio n d u grand
sions, c o n n n e lc b lnnc d e la com binaison <lc to u te s les • tr a i t e d e Y A sso cia tio n dom estiqu e agrieole , q u e Víctor
couleurs. 1 C onsidérant, G odin, Clarisse V igoureux c t quclques
L a p h alan g e c st l’expression nórm ale et sp o n ta n ee ¡ a u tre s a d e p te s com m encéren t á form er a u to u r du
de l’asso ciatio n , regie p a r l’a ttr a c tio n passionnellc : ! m a itre e t d e son p re m ier diseiple un no y au plus com-
elle se com pose <lc 1 500 á 1 G00 personnes, logécs d a n s 1 p a c t. Mais la d é b á c le d e l’écolc saint-sim onienne, sur-
u n e d e m c u rc coinm unc qui s’appelie lc p h a la n sté rc , v en u e en 1832, d a n s un te m p s oú b eaucoup d ’hom m es
e t c x p lo ita n t en com m un, p a r groupes ct p a r séries, se p a ssio n n a ie n t p o u r la reclierclie des conditions
d a n s u n tra v a il to u jo u rs a ttr a y a n t e t oü to u te s les d ’u n e org an isatio n sociale a p r io r i, lie p o u v a it m an-
passions so n t sa tisfaitcs, « u n te rra in c o n tc n a n t une q u e r d e p ro íite r b e au co u p plus encore a u gronpc
fo rte lieue carree, so it u n e surfacc de six m illions de p h a la n slc rie n ; Ju lc s L cchevalicr e t Abel T ranson. les
toises carrees : » te l se ra du m oins le te rra in nécessaire d e u x p rin c ip a u x d issid en ts d u saint-sim onism e, pas-
íi la p h alan g e d 'c ssa i; « il suffira du tie rs pour lc m ode sé re n t b ru y a m m e n t á l ’école d e F ouricr, que cette
sim ple, n Le p h a la n stérc , qui c st la dem eure com m une nouvelle adliésion c o n stitu a d ’u n e íafo n á peu prés
des liarm onicns, « 11 c rcsscm blc n u lle m en t a u x éta- défin itiv e. C’c st done ici, p e n d a n t les quinze ou viugt
blíssem ents coinm unistes, p a r exem ple, fondés en an n ées q u i su iv ire n t la dispersión du saint-sim onism e
A m ériquc p a r les disciples de C abet ou de la M érc ju s q u ’a u in o m e n t oíl les évén em en ts <le 1S48 viiireut
A 1111. 11 n ’y a rien ici de la cascrn e ou du co u v en t : on m éler lc socialism e i la politiq u e, que nous pouvons
n ’y couclie p a s a u d o rto ir c t on n ’y m ange p a s á la p lacer la v é rita b le fo rtu n e c t, si l’on p e u t ainsi parler,
gam elle. 11 fa u t se le re p ré se n te r com inc u n d e ces l ’apogéc d e l’écolc sociétaire. L c jo u r é ta it arrivé oü lc
g ra n d s hotels-pensions d e la Suisse ou des É ta ts - sy sté m e, longtem ps ignore c t so u v e n t m éconnu, allait
LTnis, fondés so u v e n t p a r actio n s, c t oíl se tro u v c n t réu- en fin te n te r d e se ju s ti fier d e v a n t l’opm ion e t la cou-
nies ¿t p eu p re s to u te s les com m odités de la vie. » Gide, v c rtir á lui.
Charles F o u rier : CEuvres eh oisies, P a ris, 1890, p. x x iv . L ’école n e négligea rien p o u r assurcr le succís de
U n e lib e rté in co n n u e jusque-líi reg n era d an s le plia- c e tte p ro p a g an d c . E lle d o n n a d e tre s nom breuses con-
lan stc re, si com pléte e t si absoluc q u e l ’on 11c fera p o in t férenccs, so it á P a ris, oíi F o u rie r lui-m ém e exposa
d ’e xception p o u r les ra p p o rts scxuels : to u s les liom - quelques p a rtie s isolées d e son systcm e, soit en pro-
ines p o u v a n t a p p a r te n ir á to u te s les fem m es, e t réci- vincc, á M etz p a r exciuplc, oú cc íu t C onsidérant qui
p ro q u e m e u t. Q u a n t á l ’c x p lo ita tio n , qui est annexée v in t o u v rir le cours public. II convient particuliérc-
íi ce g ra n d h o te l, elle n c coinprend que des tra v a u x m e n t d e signaler, p a rm i ces conféreuccs, cclles qui
agréablcs, com m e la c u ltu re des fleurs ou des íru its , fu re n t fa ites, á P a ris, su r Vari d ’associer les in dividu s
q u i d o n n e n t t o u t á la fois des jouissauces sensuellcs, et les m asses, p a r Ju lc s L cchevalicr, pour in te rp réte r
e sth é tiq u e s c t m orales. F o u ric r rasscm blc to u s ces C harles F o u ric r « au p rés des saint-sim oniens, d o n t il
tra v a u x d a n s un m em e lieu, de telle sorte q u e le tra - i n e c o n n ait p a s la langue, et m ém e auprés des hom m es
vailleur puisse a isém ent p a sse r de l’u n íi l'a u trc ; et il I d e n o tre te m p s, qui n ’o n t plus guérc ni la volonté ni
625 FOURlÉmSME 626

le loisir de tra v a ille r po u r com prendre. ■> E x p o sitio n acc u sa lio n . « P o u r la ré fo rm e r ou, plus e x a c te m c n t,
du st/sírm c so cial de Charles P o u rier, P aris, 1832, p. 5-G. po u r en é ta b lir une a u tre , les v ra is disciplcs d e l'o u rie r
Ccs legons, d ’a b o rd lúes a u p ublic, p a ra issa ie n t ensuite ne d e v a ie n t co in p ter q u e sur la lib e rté, lis nc dem an-
en livraisons e t Ota ie n t réunies cu voluntes d e m an iére d a ic n t nu g o u v e rn em cn t q u e leu r lib e rté, celle de
A p o rte r plus loin le u r b ien fa isau te inlluencc. D ’a u tre s to u s, en m a tié re d ’association. » L oe. e it., p. 201. Consi-
ouvrages, issus des m ém es p rc o cc u p atio n s, fo rti- d é ra n t, d 'u n e sp rit p lu tó t p ro g ressiste e t ex alté, con-
fiaicnt encore c c ttc p ro p ag an d o . V ictor C onsidcrant trib u a b e au c o u p A p ousser 1’école en d eh o rs des voics
d o n n a it successivcm cnt la D cstin ée soeiale, les C onsi- to u te s pacifiques e t, si l’on p e u t a in si d irc, to u te s cco-
d éra lio n s su r rareliilcclon iqu e, D e l'a n des iro is d is­ no m iques d a n s lcsquelles F o u rie r l ’a v a it e ngagée; e t,
cours de l’Iló le l de V ille, et la D ébácle de la p o litiq u e en p a r la p a rtic ip a tio n q u ’il p r it a u x a c tc s de la p o litiq u e
¡■'ranee; J u s t M uiron, les T ra n sa ctio n s de V irlo m n iu s; ré v o lu tio n n airc (13 ju in 1849), il en c o m p ro m it déíi-
Clarisse V igourcux, les P a ro les de la providence', n itiv c in e n t les in té ré ts . D ep u is cc m o m e n t, le fourié-
L em oyne, Y A sso cia tio n p a r p h a la n g e s ; ílo riz c , les rism e la n g u it; il íln it p a r s ’cffacer p re sq u e coinpléle-
D an gers de la situ a lio n ac lúe tle en F ra n ce ; P a g e t, m e n t dés 1851. A insi la d o c trin e p lia la n sté rie n n e
l' ln tro d u ct ion á t ’élu dc de la scien cc soeiale, e tc . E n fin , a p p a ra is sa it, A c e tte d u re ép rcu v c de l’expérience,
un jo u rn a l lic b d o in ad a irc , le P lvila n slére, fondé p a r tellem cn t vicicuse en elle-m ém e q u ’cllc n e p o u v a it
les soins de C larisse Y i"o u re u x e t «Ic B a u d c t-D u la ry , p a s é tre p ropagée sans d im in u tio n c t q u e c e tlc dim i-
co m m cn cait á p a ra itr e en ju in 1832. II fa llu t, sans u u tio n m ém e é ta it le p rin cip al o b staele A sa p ro p a ­
d o u te , tré s v ite se ré d u irc A u n e p u b lic a tion m cnsucllc, g a r o n ; les élém en ts m y stiq u e s d e la conccplion d u
puis d isp n ra itre to u l á fa it. Mais p re sq u e a u ssitó t, cu m onde lia rin o n iq u c , la nouvelle m o rale d es re la tio n s
1831, C orisidérnnl re p re n a it la succession d u P h a- 1 sexuellcs e t 1'a b ste n tio n de lo u le p o litiq u e c ta ic n t
la n sicre d an s u n e a u tre fcuillc q u i s'a p p e lle ra il la des p a rtie s si essentielles d u systém e q u 'e lle s nc pou-
P h alan ge; cellc-ci se tra n s ío rm a it de nouv eau au inois v a ie n t p as en c tr e im p u n c m e n t d é ta c h é s ; e t cu inéinc
d ’a o ñ t 1813, et d e v e n a it q u o tid ie n n e, a v ec le titre lem p s q u 'o n les sa c riíia it p o u r le m ie u x sa u v e r, on
plus nccessiblc ou plus intelligible de D ém oeralic p a c í- ' l’e n lr a in a it a v ee elles d a n s la m em e d é ro u te , com m e
fique. • Cc cliangcm ent nous a coíité, e x p liq u a it Con- | ¡1 a rriv e d ’u n b a ril de p o u d rc q u i fa it sa u te r u n e
sid é ran l. Mais cc nom , tiré de n o tre teclinologie pro- 1 to u r.
l>re, in d u isail encore beau co u p de personnes en erreu r. L a d o c trin e fo u riériste n c laissa p a s c e p e n d a n t d e
13caucoup c ro y aicn t cncore q u 'il fa lla it é tre in itié aux préoccupcr q u elq u cs cspvits. L a R cvu c d u m on de
é tu d es ct a u x doctrin es p h n lan sté rien u e s po u r lire et so c ia l, dirigee p a r I.im ousm , e t le D evo ir, org an e d u
com prendre un jo u rn a l appelé la P h alan ge, e t que la fam ilislérc de G uise, e ssa y aie n t de m a in tc n ir les tra -
réccption de c cttc feu i 11c é q u iv a la it A un a c tc de foi á dilioiis sociétaires. D es h o m m es n o u v c au x , a y a n t &
des tbéorics d o n t les ig n o ran ts e t les m alv e illan ts de leur te te llip p o ly te D c strc m , fo n d é re n t m cinc cncore
la presse o n t ilonné ñ n o m b re de gens les idées les plus cu 1888 uu jo u rn a l m ensucl in titu lé : la R é n o v a lio n , c t
ridicules c t les plus fa u sse s... II im p o rln il do n e nu u n e no u v elle école q u i o rganisa aussi des cours et se
succés de nos principes e t a l’c x tc n sio n de la sphére ¡ ré u n it d a n s d es b a n q u e ts m cnsucls. On p o u r r a it éga-
de p u blicilé de n o lre organe q u o tu lle n , d o n t il í a u t ! le m c n t re tro u v e r, p lu s p ré s de nous, d a n s c e rta in s a n i ­
rendre le rayón le plus g ra n d possible, q u e c e t organe, eles de jo u rn a u x ou de re v u es, la m a rq u e visible de
d estin e A p o rte r á tous la p a ro le de p a ix , d ’association, l ’e sp rit fo u riériste. M ais ce ne so n t 1A q u e q u c l q u e s
d h u m a iiilc c t d ’a v en ir, n c p fit, m ém e A to r t, p a ra itre é p av e s, p e rd u cs a u m ilieu d es (lois, q u e le n a v irc a
á quclqucs-uns, p a r u u e in te rp ré ta tio n ré tré c ie d e son | a b a u d o u n é e s d a n s son n a u fra g e ; e l, bien q u e to u t so it
titre , l’organc jd’une secte soeiale, d ’u n e p e tite É glise I loin d ’c trc m ép risab le d a n s le fouriérism e. bien ((uc
renform éc d a n s des form ules, des term es c t des riles l’c v o lu tio n économ ique de n o tre tem p s a il confirm e
particuliers. ■ P rin eip es dn so cialism o, 2 Cé d it., P a ris, plus d ’u n e de ses conclusions, on p e u l d irc a u jo u rd ’h u i
1817,p. .')0. lin IS IS , sous c e tte fo rte im p u lsió n , l ’écolc q u e la d o c trin e e l l'écolc so ciétaires n ’e x is te n t plus
c o m p ta , d it-o n , ju s q u ’A 3700 m em bres, p a rm i les- en t a n t q u e tclles, d a n s n o tre h isto ire .
cjuels se Iro u v a it 1c fu tu r ein p crcu r, le prin ce L ouis- 1-ouricr, s'il a v a it pn su rv iv re son école, n ’en e ú t
Napoléon. é té q u e p lu s en couragé d a n s ses p re m iers desseins. Cc
C’esl c ep e n d an t c e tte e x tra o rd in a ire pro p ag an d o , lie so n t p o in t t a n t des ho m m es, en c lle t, q u ’il efll v oulu
suivie d ’un si beau suecos e t d ’u n e si ra p id e e x te n ­ rassem b lo r a u to u r de lui, e t il n 'a v a it ja m a is visé A
sión, (jui d e v a it t ir e l'u n e des causes les plus a ctiv es p ro p re m e n t p a rlc r A fo n d e r u n e éeolc. l.’école s ’é ta it
c t qui é la it d é já le signe é v id c n t d e la d écadencc pro- form ée a u to u r de lui, non pas m alg ré luí, m ais A peu
chainc. 1.a d o c trin e plialan stérieim e c u t, en ellct, prés saus lui, c t il nc l'a v a it accucillie, du reste avec
beaucoup i souflrir de ec que les disciplcs, préoccupés q u elq u e in q u íé tu d c , <]uc p o u r m ieux a rriv e r A l’o b jc t
a v a n l lo n t de se fairc agrécr p a r un p u b lic cxig can t, de ses désirs. Cc q u ’il re ch c rc h a il p m n ié r c m c n t ct
ren o n céren t á une p a rtie des uto])ies de leur m aitre : a v a ilt to u t, c ’é ta ic n t b e au c o u p inoins des hom m es
niu tilalio n to u t A la fois indispensable c t im possible. sy m p a th iq iic s A ses idées, (pie les m o y en s de les réa-
l-.Ti su p p rim .in t de la visión de l’liarm oiiie to u s les liser. II a sp ira il A fairc u n e expérience. II e sp é ra it
flim e n ts m ystiqiics, «ini en é ta ic n l coinm c la ]>oésic (pie la m agniliceiice des re su ltá is, la b e a u lé des Solu­
et qui, l’on veu t, faisaien t d ’clle eom m e n n e so rle de tions, leur o rd o n n a n e r scientiflquc, leur g ra n d elir c t
religión, ils ii'en d iiu im ia ien t pas les m crvcillcs, m ais leu r \iLililí' d é lc riiiin c ra ie n t p a r le seul exem ple u n
ils les rc.ndaienl incom prehensibles. I.a m orale de nioiiveiuciil ra p id e vers e e ltc íiouvellc m an iére (Ic
l*(Mirier to u c h a n l les relalio n s scxuellcs é ta il p o u r leur v iv re en société, sans g o u v c rn ciu eiit e l sans lois. Cc
propagando un nouvcl e m b a rra s ; * m ais en c h c rc h a n t n ’c st p a s la d illienllé d u p re m ie r g ro u p e m e n t «lili e ú t
A l.i |).illier, ou sim plem ent en la ré p u d ia n t, ils dém en - a rre lé F o u rirr d a n s son bel e iilh o u siasm c ; el les m o ­
la lc n t le principe ilu p u r a tlr a it, si absolu p o u r to u t dernos, q u e c e tte dillíeiillé éjio iiv a n te, « so n t co m p a­
le sle du systém e. * l'.enonvier, loe. d i . , p. 202. K nlln, rables a u x n a v ig a le n rs tim id e s, c t q n i, a v a n t Cliris-
1'onficr a v a il sy sté m aiiq u em eiit é c a rtc de tous ses toplie C olotnb, n 'n sa ic n t a v a u c e r rju'A 20í>, 300, 100
plans ( I d o to n lc s ses polém iques l'opposition au gun- licúes d an s 1'A lla n tiq u c . * s i l'on en a v a il conrlii ([uc
Ycriicm ciil, et refusé d ’aecorder le m oindre in té ré t A rA in é rlq u c , c)u’on ne tro n v a it |>as A 100 licúes, » 'é la it
des rc v e u d íc a tio n i ([ii‘il a cc u sa it de ne relever uue pas A 1 MiO lim es, on a n r a it eu to rt. Si m ém e A t sou
d 'u n vain form alism o. C 'é ta it la société clle-uifinc, lieurs on ne l’eú t p as tro u v éc , re n ’é la it ]ias une ra i­
dlsait-il, non les \ i r n x pouvoirs q u ’il fallait m c ttre en son p o u r q u ’ellc ne fú t jKiiiit A l'.Hni. « Telle é ta il la
(¡'27 FOURIÉRISME G28

m éthodc á su iv ie ilans les étudcs su r 1’nssociation. Si con v ain cu d ’erreur, la d é m o n stra tio n de sa fausseté
l’on écliouait sur 4 fam illcs, il fa lla it spéculcr su r 8; p o u rra it p asser p o u r d élinitive.
é eh o u an t su r 8, spéculcr su r 1G; écliouant sur 1G, Lc fouriérism e a voulu réorganiser la société ou la
cssayer sur 32, p u is su r 61, puis su r 100. n 11 fa llait p ro d u c tio n dans la société, en lui d o n n a n t p o u r fonde­
to u jo u rs eo ntim ier. « 11 ue fa lla it d ’a u tre eífort de gé- m en t l ’a ttra e tio n passionncllc. Mais l’a ttra c tio n elle-
nie q u e d ’aller en a v a n t ; » e t on eflt d é co u v crt que m ém e, tpii ju s q u ’ici sans doute n ’a pas existé, com ­
l ’expérienee de l ’assocuiLion, im possible su r 4, 8, 16, m e n t uous scra-t-elle donnéc? Elle nous sera donnéc
32 ou 64 m énades, ré u ssit tr¿-s bien su r 100 e t a ¡orí¡orí p a r lc systém e lui-m ém e. Ainsi la société nouvelle ne
su r 2 ou 300 : la concorde, q u 'o n cherche en v ain p e u t é tre organiséc que p a r l ’a ttra c tio n , e t l’a ttra c -
d an s les p e tites assoeiations, pousse to u te seule su r tio n nc p e u t é tre p ro d u ite que p a r la société nouvelle.
les grandes, « á u n e certain e lim ite fixe, com m e une X ous disons á F o u rie r : * Vous avez besoin de l’a ttra c -
íle so rta n t des flots. » T ra ite de l'U n itc universelle, ¡ tio n , e t l’a ttra c tio n n ’existe p a s ; » i] répond : « C’est
P a ris, 1838, t. m , p. 508. Cf. F a g u e t, loe. e il., p. 70. ju ste m e n t ce qui vous tro m p e : si m on systém e existe,
L ’a rg en t fu t la seule chosc qui m a n q u á t to u jo u rs á l'a ttra e tio n e x istera. » Telle est au fond to u te son
F o u ric r; il a v a it íixé une heure a u x e ap italiste s qui a rg u m e n ta tio n : c l i c consiste á d o n n er p o u r cause de
se raie n t disposés á e x p érim e n ter son systém e, c t il l ’a ttra e tio n ce (pii n ’en d e v ra it e tre q u ’un cíTet, e t á
r e n tr a it cliez lui, to u s les jours, á m idi so n n a n t, qui ne tro u v e r q u ’au som m et de la sociétc nouvelle ce
c ta it l'lieure oú il les a tte n d a it : le p a u v re liom m e q u ’on d o it tro u v e r d é já d an s son fo ndem ent. C’est ee
les a ttc n d it p o n e tu c llc m e n t ju sq u ’á sa m ort. qui explique que F o u rier, qui s ’é ta it tré s bien rendu
L ’essai m alh e u re u x , qui fu t e n tre p ris cu 1832, p a r c om pte de c ettc difTiculté, a v a it m is, d ’u n e fa fo n aussi
B a u d e t-D u la ry , á C ondé-sur-V esgres, prés de R arn- sop h istiq u e q u ’ingénicusc, to u te sa confiance e t to u t
b ouillet, ne p e u t é tre im p u té á F o u rie r. «On a ré p an d u , son espoir dans la fo rm atio n d ’un prem ier groupe qui
d it-il, que j ’ai f a it un essai á C ondé-sur-V esgres et c íit serví d ’exem ple a u x a u tre s e t qui les e ú t e n tra í-
qu’il n ’a v a it p a s ré u ssi : c ’est encore une des calom - nes á sa suite d an s la m ém e o rg an isatio n : l ’a ttra c tio n
nics du p a n d é m o n iu m ; je n ’ai rien fa it á C ondé; un g a g n era it d em ain to u te la société si elle c ta it seulem ent
a rc h ite c te qui y d o m in a it ne v o u la it rien a d m e ttre de a u jo u rd ’hui d an s u n groupe de la société; elle serait
m on p lan : c ’é ta it un e sp rit de c o n tra d ic tio n , repous- i d em ain p a rto u t si elle é ta it a u jo u rd ’hui quelque p a r t;
s a n t to u t cc q u i nc v e n a it pas de lu i... J e ne p o u v a is m ais p ré cisé m e n t c t encore une fois, a u jo u rd ’hui, elle
a d liércr & to u t ce g a lim atías de bátisse, qui n ’a u ra it n ’cst nulle p a rt, c t elle n ’existe d an s aucu n gro u p e; et
servi á rien en in d u strie com binée, et qui n ’é ta it bon com m e lc prem ier groupe ne p o u rra lui-m ém e ex ister
q u ’á d ég o ú ter les v isiteu rs, les em pecher de p re n d re sans elle, nous som m es to u jo u rs ram ones á la m ém e
a ctio n , faire m a n q u e r le m o m en t de v o g u e .» L a ja u sse i difTiculté. o Lc régim e sociétaire, d it F o u rier, fa it m i ­
in d u strie , 1835-183G, p. !>. L 'essai de Con dé-sur-Y es- t r e u n e foulc d ’in té ré ts différents des nó tres. » A u tre ­
gres est lc seul qui a it été ten té du v iv a n t de F o u rie r. m e n t d it, le régim e sociétaire p ro d u it ce d o n t il a
Q uelques a u tre s fu re n t faits, aprés sa m o rt, en F ra n c c , besoin po u r e x iste r; e t c ’cst ainsi que « le m onde se
en Algérie, c t su rto u t a u x É ta ts-U n is. L á, en 1852, c bangcra de lui-m em c dés q u ’on lui a u ra f a it subir
grácc íi la p ro p a g a n d e d ’A lb ert B risbane, d ’IIo rac e tous les cliangem ents d o n t il a besoin p o u r se clianger.
G rccley, le d irec te u r du N ew Y o rk T ribu n e, de C har­ N ous voilá dans le plus p a rfa it cercle vicicux qui se
les A. D a n a c t de G eorges R ile y , les idees fo u riéristes puisse. o E . F a g u e t, loe. cit., p. 67.
p rire n t u n e g ra n d e et ra p id e e x ten sió n . 11 s ’y form a, A cceptons ce cercle vicieux, e t a d m e lto n s que la
á peu prés sim u lta n ém cn t, tro is asso eiatio n s im p o r­ société nouvelle ex iste et q u e l’a ttra c tio n ex iste dans
ta n te s : la N o rth A m erica n P h a ta n x fondée p a r B ris- la sociétc nouvelle. C’c st l'a ttra e tio n qui d o it etre,
bane dans l’É ta t de N ew Je rse y , la W /scons/n P hn - d an s la société réorganisée, l’u n iq u e a g e n t de la p ro ­
la n x , d an s l ’í 't a t du m em e nom , ct la plus fam cu se de d u c tio n ; m ais il n ’y a p o in t d an s to u t le systém e de
to u tes, B rook F a rm , prés de B o sto n , qui c o m p ta p a rm i m éprise p areillc á celle-ci; c t en ne v o u la n t assigner
ses m em bres plu sieu rs de eeux qui o n t pris p lu s ta rd i á la p ro d u c tio n d ’a u tre souree que l ’a ttra c tio n , il se
u n e p a r t p ré p o n d é ra n te d an s l’o rg an isatio n des sou­ p o u rra it au c o n tra ire que F o u rie r a it p récisém ent ta ri
vcrain s de l’in d u stric , des chevaliers du tr a v a il et la souree de to u te p ro d u ctio n . Ii oublie, en effet, que
du m o u v em e n t coopératif. On c o m p ta ju s q u ’á tre n te i la p ro d u e tio n n ’offre gén éralem en t aucun a tt r a i t . II a
a ssoeiations du m ém e genre; m ais au cu n e d ’c n tre elles i lie a u (lém ontrer que les'goñts des individus so n tn u a n -
ne d u ra plus de einq ou six ans. cés á l ’in finí et q u ’il y a to u jo u rs, po u r chaqué subdi­
III. C r i t i q u e d o c t r i v a l e . — A insi d o u b lem e n it visión des p ro d u its, un a m a te u r qui la préfére á to u ­
con d am n é d éjá p a r l’liistoire de son écolc e t p a r l ’h is ­ tes les a u tres. Cc q u ’il c ü t fallu p ro u v er, c ’est q u ’il y
toirc de ses expériences, d ’u n e m aniére tc lle m e n t a to u jo u rs, p o u r ch aq u c subdivisión des p ro d u its, une
é c la ta n te que to u te a u tre a u tre d é m o n stra tio n en passion qui a tta c h e á sa p ro d u c tio n un certain nom ­
d e v íe n t presq u e superflue, n ous devons c e p e n d a n t b re d ’in d iv id u s; m ais c ette p re u v e é ta it im possible á
a jo u te r que le fouriérism e se con d am n c encorc lui- faire: «Les nécessités de i’in d u strie , d it M. P a u l J a n e t,
m ém e, p a r to u t ce q u ’il im plique e t p a r to u t ce q u ’il o n t bien am ené l ’ou v ricr á n ’av o ir rien a u tre chosc á
c o n tie n t, d ’u n e fa fo n to u t á la fois beau co u p plus sim ­ faire que des te te s d ’épinglcs, m ais cela ne p ro u v e nul­
ple et beau co u p plus irrém édiable. Ce n ’est pas q u ’il lem ent q u 'il y a it u n e passion d an s la n a tu re qui porte
faille refuser á F o u ric r aucu n des p o stu la ts d o n t il a exelu siv em en t certain cs personnes á faire des tete s
besoin p o u r fo nder son systém e, non pas m ém e sa con­ d ’épingles, » P rin cip es de m étaph ysiqu e el de psycho-
c cption d ’u n o rd re g éncral si a d ro ite in e n t com biné logic, P aris, 1897, t. i, p. 571; e t il y a ainsi dans l’tn-
q u e l ’harm o n ie est dev en u e a u jo u rd ’hui le rem éde d u stric beaucoup de p ro d u its p o u r lesquels on serait
nécessaire e t inév itab le. On ne lui c o n te ste ra pas bien em peché de tro u v er u n e passion correspon-
d a v a n ta g e les n o m b reu x détails, c o m p ro m e tta n ts ou I d a n te .
puérils, com m e c ettc nouvelle m orale des re la tio n s Si l ’on v e u t p o u rta n t que c e ttc passion existe, on ne
sexuelles, dans lesquels s’cst cnfoncéc l ’im agination la con te s te ra pas du m oins q u 'elle ne so it assez obscurcou
plus fougueuse et la plus logique q u ’on a it jam a is ren- p lu tó t assez faiblc, e t qu e, d an s son exorcice oú elle
contrée cliez u n liom m e. Ma is c’est au systém e lui-m ém e, re n c o n tre plus de difTiculté (pie d 'a ttr a it, elle n ’ait
envisagé d a n s son enscm ble, que l’on doit adresser les sans d o u te to u jo u rs besoin d ’é tre aidée, soutenue,
m eilleures o l'je c tio n s; e t si, m algré to u te s les conces- encouragée p a r u n e forcé a n té rie u re e t supérieurc á
sions que nous lui faisons, il é ta it alors plus que ja m a is elle, á laquelle il cst im possible de nc pas reconnaitre
G29 FOURIÉRISME — FRANGE. ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL 030

to u te s les q u a lités q u e les philosophes a v a ie n t ju s - I FOX O e o rg cs. V o ir Q u a k e r s .


q u 'ici reconnucs au devoir.
11 e sl v ra i q u e F o u rie r, p o u r é ch ap p er á to u te s ces ¡ FOY (L o u is-É tie n n e de), can o n islc fra n já is , m o rt
diflicullés, se rc tra n c h c d e rrié re les desseins de la pro- e n 1778. L icencié cu d ro it tic la fa c u lté de P a rís e l
v id en ce, m ais les desseins de la p rovidence n e so n t ici chanoinc de M eaux, il p u b lia un T ra ilé des deu x
q u ’un deu s ex m a ch in a ou u n c x p éd ien l co nim odc; c t p u issa n e e s ou M á x im e s su r l'a b u s, tirées d it d ro il
Fo u ricr n ’en fa il m an ifestcm cn l un si g ra n d cas que ean on iqtie, des p rin e ip e s d u d ro it p u b lic el de r h is lo ir e ,
p a ree q u ’ils so n t p rc m iére m cn l c t a v a n t to u l les in-12, P a ris, 1752. X ous signalerons en o u tre , parm i
desseins de F o u rie r lui-m cm e. 11 a u ra it d o n e fallu q u ’il les tr a v a u x de c e l a u te u r, u n e tra d u e tio n a n n o lé c des
n ’a it p a s la fausse h o n lc d e se lc d íssim uler, ou la fai- L ellrcs de B u sb eek su r son a m b assad e en R ussic,
blessc d e nc p a s n ons en a v e rtir : ce q u ’il a v o u lu , en 3 in-12, 1718; P ro sp e cto s d'u n e d eserip tio n h istoriqu e,
fa isa n t re to u rn e r la n a tu re á u n p k n p rim itif, cc n ’est géographique et d ip lo m a liq u c de la Frailee. in-4°,
rien m oins q u e d e la re c o n stru iré su r un nouveau p la n ; 1757; S o tic c des d ip lo m es, des charles el des actes
el au lien de ra m e n er l’hom m c & ses v é rlta b lc s d e sti­ re la lifs á t ’h isto ire de F ran ce, in-fol., P a ris, 1754,
nóos, il d o n n a il á l’liom m c des des lin ces nouvelles qu i d o n t nn seul volum e a p a ru .
n 'c x ig e n t aucu n clian g em en t, sa u f cclui de l’liom nic Fellcr, D M io n n u ir c historique, IS IS , l. u l, p. G il.
lui-m ím e. B. H
On nc s’cto n n e ra p a s de ne p o in t tio iiv e r dans c e ttc FOYER DE PÉCHÉ. V oir C o n c u p i s c e n c e , t. m ,
c ritiq u e d o c trín ale des in d ic a tio n s q u 'o n a ltc n d a it col. 800 sq.
p e u t-c tre su r les le ttre s ou d o cu m en ts e ed é siastiq u e s
que lc fouriérism e p o u rra il a v o ir suscitas. 11 n ’cxistc FRANCE. On ilu d ie r a su ccessiv cm cn t : I o l ’é la t
au cu n e lc ttrc ni a u cu n d o cu m en t de cc genre. On se re lig ieu x a c tu e l; 2 o les p u b lic a tio n s c ath o liq u e s s u r
re p o rte ra c c p c n d a n t avee u tililé a u x c o n d am n atio n s les sciences sacrées.
générales du socialism o, p o u r les p o in ts oíl le íourié-
rism e se ra p p ro c h e de cclui-ci. V oir S o c ia u s m e , et I. FRANCE. ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL. — L es
p a r exem ple, d an s D c n zin g c r-R an n w art, les n. 1718a reccn sem cn ts re ce n ts d e la p o p u latio n fra n fa ise nc
e t 1817 sq. s ’o ccupcnt p as des confessions religicuscs. D ’ap rés
O ulrc los ouvrages cilés, voir I,. R c y b au d , Étudcs sur tes diversos données, lc P . K rosc, le sla tistic ie n de l’A lle-
re/ormaleurs. París. 1810, t. i; E . L evasseur, Hisloire des , m agne c ath o liq u e, a calcule q u ’en 1906 la F ra n c c
ctasscs oiwriéres en Franec, P arís, 1S(¡7; S im lnic, l.c socia- c o m p ta it 38 167000 cath o liq u e s, 028000 p ro te s ta n ts ,
tixme de Fourier, l ’nrls, I S7'J ; U cnouvicr, uno sírío d ’arliclcs 55000 ju ifs, e t 102 000 in d iv id u s é lra n g e rs á to u te
su r Iái philosophie tic Fourier, dans la CríJiflHc pliiloso-
confcssion rcligieuse, ou d o n t la confcssion religieusc
piiiqne, 1883; A. I.ato n tain c, Cftarfcs Fouricr, P arís, 1011;
A Allmi/a, CU. Fourier el sa doctrine socicltiirc. Taris, 1011. é ta it ignorée; d 'a p ré s le J e w ish yea r book de 1910,
Voir également Franck. D irliom w ire des scicnces plutoso- il fa u d ra it év alu cr á 95 000 le n o m b re d es ju ifs en
pliiquex, arl. {•'ouriirisme, l’aris, 1875. F ran cc.
J. R ovcnÉ . La liste des diocéses n é té d o n n ée l’a r t. Conco r ­
FOURMESTRAUX (F ra n ^ o is de), théologien (log- da r de 1801, t. n i , col. 758; n ous nc la rep ro d u iso n s
nuiliquc, né á Lille en 1623, e n tra dans la Com pagnic 1 p as ici. Lc b u t <le c ct a rtic le c st de lixer quclques
de Jésus en 1CU , c t fut a p p liq u é á rc n scig n e m c n t idées a u su je t de la silu a tio n rcligicusc de la F ra n c e
<íe la philosophie & M arches (Belgiquc), puis A cclui 1 a c lu c llc ; d 'é lu d ic r com m ent le catliolicisinc ír a n f a is
de la théologie A D ouai ofi il s o u tin t d ’a rd e n te s con- ! a ten u t i l e ct sn rv é cu a u x íé e e n tc s b o u rrasq u es qui
Iroverscs su rlo u t eo n lrc le p ric u r des carm es de D ouai, I l ’o n t d éracin e de l ’l i t a t f r a n já is ; de n o lc r les p rin c i­
Charles de liria s, an su je t de la seicnce m oyenne pales in itia liv c s q u i a ttc s lc u t, d a n s c c ttc nouvelle
i't do la p ré d élerin in atio n pliysiquc. 11 m o u ru t á p trio d c A p ein e ébouchéc, la v¡c du calliolicism c frsui-
T ournai le 25 av ril 1GS3. II re ste d e lui les ouvrages 1 fa is ; el d 'a p p o rlc r ainsi, dons l’cnscm blc, u n certain
su iv a n ls : 1° I m m ortalis C h rist i S crvaloris beneficia, ' n o m b re d 'a rg u m e n ts d e fa it, p o n v a n l é lre u tilisés
V ir'jtn i sin c m acula eonecpliv, M archicnncs, 1662; p a r la sciencc théolo g iq u c p o u r illu strc r lc tr a ilé De
2 o J u sta di'fensio adversus con vicia rl im p o sto ra s Eeelexia, p o u r a p p u y e r les a flirm atio n s q u e cc Ira ité
l ’.-tcnitophittdcltiis uiraura tlvu n istn ru m triu m p h u m de c o n lic n t, ct ju s tilíc r les ten aces c t su m a lu re lle s espe­
sc iititia m ed ia teme re m i p e r ja c ta n tis , D ouai, 1673; ! ra n ce s q u ’il suggérc.
3o U. P. P la le lii e Sor. J esu S . theol. in u n ivers. ¡ U ne périodc nouvelle s'c st o n v c rle , en 190."», d a n s
D uar. prnfessorix S y n o p sis carsu s llieologici. P ars l'liislo ire de l’É glise d e F ra n e c : lc p o u v o ir civil a
p ostrem a el poslhum n. D e sa c ra m en tis, D ouai, 1683. décliirc le con c o rd a l, l'Éfílisc a é té « séparéc » de
I.r I’. P latel é ta n l m orí p e n d a n t rim p re ssio n de son l 'í i t a l . Lc régim e c o n co rd a la irc, sous des forinrs d iv e r­
ou v racc, Ic P . <le F o u rm e strau x se c h arg e a de la sos, a v a il, p e n d a n t prés do q u a lrc siécles, do n n é un s ta -
puhlioalion <ln tom e rv e l a jo u la cc ( in q u ié in c volum e lu t l'Éfilise de F ra n c o :le co n co rd at de F ra n fo is I er,
qui se tro u v e dans Us édilions suivnntcs. puis le co n co rd a t d e R o n a p a rlc , a v a ie n t assuré ík
S >r(iíinrviiiíi 1, Ilíhli'itliciiui' <tr /<i f . i - de J c s its . I. m I'l’i t a l c crtain c s préro g y tiv es d a n s rTiBlisc, A T Église
rol. Ilurler, . \ viiicnrltitor, 1010, I. ív. rol. 320. n28. uno c ertain e silu a tio n oHiciolle d a n s l 'É t a l. Sou<laine-
P. nF.i!N*nn. m ont d a n s los prem iéres années du x x c siéele, on se n tit
FOURNENC Jaciiucs, n éA P c z é n a se n 1 G09 , m ort ern q u er 1'édifiec c o n c o rd a la irc : l'idéc do » sé p a ra lio n »,
•i l . i R o clielle en 10 6 ."». 1j it r é a l'O raloirc d és 1623, q u e p ré eo n isa ie n l dés la (in du sccond K inpirc les
il v fut p en d a n t p resq u e lo u te sa v ic cliaTgé d ’cn - m anifcsles du p a rtí répu b líeain (voir la l ’o titiq u e ra d í­
*e; in c r la p h ilosop liio. Son cours parut en 3 gros in - l° enle (lc .Fulos Sim ón), el que co p a r li, u n e fois n in ítrc du
'o u s lc litr e : l 'n iw r s ir philnxnphim sy n o p sis neeura- p o u v o ir, a v a il rcléguéc au second p lan , passy d a n s lc
li>%ima xinccrioretn A rislo trlis doelrin om , cum m ente p ro g ram m e d u «ouverncm oiit. Dés les prem iers
f ’hitonin p a s titn n p tie a la el ¡Ilústrala, el eum ortho- ¡ a ssa u ts, elle ful vlctorieuse, el liru la lc fu t sa v ictoirc :
d o z n S. S. doriftrum sen fen /ü s b rn ñ ter dilu eidcqu c eon- la sopara tion no ful pas négooiéc avec H om e; elle fu l
ein n an x, l ’a r u , Ifij."». II U issa q u clq u cs écrits d e tliéo- réaliséo á l'c o a rt <!<• Hom e, el sans déférenee p o u r
1o»k qui n 'o n t p o in l vu le jour r l m ourut su p érieur H om o; lo Ira ité d it n m e o rd a t. qui u n issa it la puissance
d' l'O raloire de 1.a R ocliellc. franvaisc á la puissaiir^* p a p ale. no fu t iném e pos oíll-
HiM<r<l. Wtmoirrs if'imA»! ír/<rrt pour wTI’ír « riiistnirr | oH-llomont <lónoncó; u n e loi fitl votéc <]iil en é la it
r T‘tmlutrc I. II p <00. \ IvfiOl.n. | crimino r.il*ro^;ili<ni fu rti\o , ol oc fut lo u t. Ou dirait
FRANCE. ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL 632

q u ’il est d an s la ilcstincc de l ’É glise de F rance d ’av o ir, ces 331 m ilJions de biens d ev en ir la p ro p riété des éta-
presque ú clw quc d éb ilt tic siéele, d ’im m enses ruines blisseinents ofiieicls d 'a ssista n c c ou de bienfaisance.
A rép aru r : c ’éLaient, A ra v é n e m e n t du x v n ° siécle, les 1 Prés de 50 inillions de ío n d atio n s de m esses, eom pris
ruines p ro v e u a n t des guerres religieuses; á l ’aurorc d a n s ce cliillre global de 331 inillions, fu re n t p a r
du x i.\° siécle, les ruines nceum ulóes p a r la R évolu- cela m ém e perdus.
tio n fran c a ise ; ce sont, dep u is 1000, les ruines qui sue- Les m aisons c t caisses de re tra itc po u r Ies prétres
céd éren t a la dispersión presq u e com plétc des congré- ágés ou infirm es a v a ie n t une v aleu r de 19 123000 ir.
gations d ’hom m cs, íi la dispersión p a r tid le des eon- L ’É ta t v o u lait bien a b an d o im er ces 19 m illions, et
g régations de fem m es (lois d u 1er ju illet 1901 c t du m ém e les TiO inillions de ío n d atio n s de messes, á des
7 ju illet 1904), ii la loi p a r laquelle l’Église p e rd it les m u tu aJités ecelcsiastiqucs ap p ro u v ées; m ais R om e
rcssources provena n t des poní [íes fúnebres (loi du re d o u ta que de telles m u tu a lité s ne fu ssen t des cul*
28 décem bre 1904), enfm á la loi de separa tion (11 dé- i tuellcs déguisées; on re n o n fa done á les co n stitu e r, et
eenibrc 1905). Ies vieux p rc tre s k leu r to u r íu re n t ainsi spoliés par
I. Les clícts de la sé p a ra tio n : ell'ets m ntériels, ju ri- I’É ta t. C ependant ceux qui é ta ie n t en vic au m om ent
diques, ecclésiastiques. 11. L a m u ltip lie atio n des lieux de la sép a ra tio n re ce v ro n t leurs pensions ju sq u ’á leur
de cuite depuis la sé p a ra tio n . III . Les m éth o d cs ae- m o rt ct les m aisons de re tra ite ne serónt supprim ées
tu clles d ’o rg an isatio n des eatlioliques. IV. L a eaté- q u 'á la d isp a ritio n du d ern ier su rv iv a n t.
c hisation des e n fan ts et des jeunes gens : in itia tiv e s et T o u t ce que l ’É t a t laissait á l ’Églisc, en v e rtu de la
m éthodes nouvelles. V. Les o rg a n isatio n s en seign antes loi du 2 ja n v ie r 1907, c 'é ta it une eertaine jouissanee
de l'É glise de T ran c e; ses in itiativ es pédagogiques. des édifiecs cultucls, jouissanee p lu tó t tolérée que
V I. Les in itia tiv e s cath o liq u es p o u r l ’enseigncm cnt Icgalem ent définie. Le euré, d an s son église, est un oceu-
professionnel e t m énager. V II. D eux form es nouvelles p a n t á titre p réeaire : il n ’est p as locataire, encore
d 'a p o sto la t : l ’a p o sto la t des professions, l ’a p o sto la t m oins p ro p rié ta ire ; la question des ré p a ra tio n s donne
des im m igrés. V III . Les in itiativ es recentes p o u r le lieu íi de íré q u e n ts eonflits en tre les com m unes, pro-
développem ent de la piété. IX . Les oeuvres c a th o ­ p riétaire s légales de ces édifiees, ct les m in istre s du
liques de presse, d ’in fo rm atio n et de projcctions. X. eulte. L ’É glise n ’cst p as al h om c, l’É t a t l ’a laisséc
L es ressources actuelles de l ’Église, en a rg e n t e t en d a n s ses tem ples, de p e u r que l ’élccteur n c s’ir r itá t s ’il
hom m es. X I. L ’action soeiale de l ’É glise p a r les p a tro - v o y a it ces tem ples se ferm er. Que I’évéque dém énage,
nages et oeuvres postscolaircs. X I Í . L ’a ction soeiale que le g ran d séniinaire dém énage, que le curé n ’ém arge
de l ’É glise p a r les oeuvres de ch arité. X I I I . L ’action plus au b u d g e t, cela est in d iü é re n t á la m ajo rité des
soeiale de l'É glise p a r les groupem ents ouvriers et élceteurs, ou cela leur écliappe ; la fe rm e tu re soudaine
syndicaux. X IV . L ’action soeiale de l'É glise p a r les de to u te s les églises a u ra it risq u é d ’e n tra ín c r u n m ou-
org an isatio n s d ’enseignem ent social et de renseigne- v e m e n t de ré v o lte ; l’É ta t s ’est bien gardé d ’a fíro n tcr
m en ts sociaux. XV . Conclusión. X V I. Les m issions un tel péril.
catholiques. X V II. Le p ro testa n tism e . A iusi l ’É glise fra n fa ise , t a n t q u e ses tem p les tien-
I. L es e f f e t s d e la s é p a r a t i o n : e f f e t s m atí :- n ie n t d e b o u t, p e u t c o n tin u er, á titre de sim ple rési-
r ie l s , j u r i d i q u k s , >-cci ,íís ia s t iq u e s . — De tem p s íi d a n tc , d ’at»ritcr d a n s ccs édifiecs séeulaircs les céré-
a u tre , depuis 1880, on a v a it se n tí d a n s les C ham ares m onies de son c u it e : c ’est lá to u t ce qui lui est concédé.
fran fa ise s, a u m o m en t oíi elles d isc u ta ien t le b u d g e t E t tlans ce dom ícile oíi les conditions d ’in stallatio n
des cuites, certain s co u ran ts d ’a v aricc m alv eillan te c t i so n t si frágiles, elle est condaninée, stric te m e n t p ar-
BVstém atiquc : tcls c h ap itre s é ta ie n t ray és, tels a u tre s la u t, á v iv re en p au v resse, a u jo u r le jo u r. L 'É glise
é ta ie n t n o ta b le m e n t tlim inucs. M algré ces économ ies 1 n ’est p a s p erso n n e civilc; elle n ’a p a s le d ro it de pos-
inesquines, qui d ’ailleurs n é ta ie n t pas to u jo u rs con- i séder, n i d ’lié rite r; il n ’y a p a s en cc m om ent-ci, en
form es á l’e sp rit du co n cn rd a t; l ’É glise de Franuc, I F ra n c e, de m oyen legal, p o u r l’Église, d e re co n stítu er
en 1905, re ce v ait encore de l’É t a t fran fa is, a n n u el- I le p a trim o in e ecclésiastique. U n eath o liq u e q u i v e u t,
lem en t, une som m e de 35 inillions. U n certain no m b re en in o u ra n t, laisser un certain cap ital p o u r faire dirc
de p ensions viagéres accordées au x p rc trc s ages de : des m esses, n e p e u t le laisser q u ’á u n e p erso n n e déter-
plus de q u a ra n te -c in q a n s ct a y a n t, a v a n t 1905, m incc, qui le tra n s m e ttra , á son to u r, á u n e a u tre p e r­
rem pli v in g t annécs au m oins des fonctions ccclésias- sonne : ces tra n s ía tio n s d e p ro p riété seront onércuses,
tiq u e s rém unérées p a r l 'É t a t ; c t p u is 310 000 fran e s ' c t un h é ritie r p e u t se ren co n trer, q u i refu scra d e recon-
fie secours aux anciens m in istres des cuites c t á leurs | n a itre la d e stin a tio n cultuellc de ce c ap ital. L ’Églisc
fam illes: voilá to u t cc qui re s ta it de l'ancien b u d g e t de F ra n c e est une p erso n n e ru in éc, que l ’É ta t se re í use,
des cuites, sept ans plus ta rd , d a n s la c o m p ta b ilité i m ém e, á considércr com m e u n e personne, a laqucllc
de la France. il refuse le d ro it d ’éconoiniser ou d ’acq u érir, c t qui
L es arclievéchés e t cvechés, Ies p re sb y tére s et n ’a pas, en défm itiv e, d 'e x iste n ce ju rid iq u e .
les g ra n d s sém inaires d u re n t, d a n s le délai d ’un an , A c c tte g ra n d e spolicc, su r laqucllc pése c c tte sorte
é tre évacués p a r les o ccupants. de d em in u lio c a p í lis , l’É t a t d it e ep e n d an t : T u es
Les fa b riq u e s e t m enses des paroisses p o sséd a ien t libre. E lle est libre, en cftct, de b a tir de n o u v e au x
228 Í597 000 fra n e s; Ies fa b riq u e s des églises cathé- lieux d e cuite, sans a v o ir besoin, com m c au te m p s du
d rales possédaient 10G88 000 fra n e s; les nicuses ar- concordat, d ’en d e m a n d er licencc á l ’É ta t . L ibre,
chiepiscopales ou épiscopalcs, les c h ap itre s, les sem i­ aussi, p o u r re m a n ie r au gre des circonstanccs Ies cir­
n a ires p o sséd aien t 93 331 000 fran es. Eli v e rtu de la cón scriptions dioccsaincs ou paroissiales. L ibre, eu-
loi de sé p a ra tio n , to u s ccs biens d e v a ie n t c tre tr a n s ­ fin, p o u r la colla!i 011 des charges : I’évéque n ’en refére
mis, d an s le délai d ’un an, i des associations dites á p erso n n e p o u r le ehoix des cures, le p a p e n ’en réféie
cultuelles, qui se scraien t constituccs <■ en se c o n fo r­ 1 á personne p o u r 1c choix des évéques. C ertains m aires
m an t a u x régles d ’oi'ganisntion générale du cu ite, » an tic lé ric a u x s’é tü n n c n t en v o y a n t, su r le u r terri-
ct d o n t le bon aloi, en cas de diíTicultés ju rid iq u es, to ire, de n o u v c a u x clochcrs su rg ir; ils c ro y aien t que
d e v a it étre npprécié p a r le conscil d ’É ta t. R om e es­ I la loi tle sé p a ra tio n tu e ra it l’É glise, et n a iv e m c n t ils
tim a que les d ro its de la hiérarcliie religieuse dans s’écricnt r Voici q u ’clle reléve la te te ; c o n u n en t répri-
le fo n c tio n n em c n t ríes associations cultuelles n ’é ta ic n t m cr c e ttc d e rn ié rc convulsión? I I . B rian d ré p o n d it á
p as su tü sa m m c n t sauvegardés : les catholiques r e fu - I l’un d ’cux, qui é ta it en m ém e tem p s d é p u té : • Vous
re n t défense de fo rm er des cultu elles; et l'É glise de I avez v o té la loi de sép a ra tio n , qui g a ra n tit le libre
F ranco, avec un silencieux et docile héroísm e, laissa | cxercice des cuites. » Ce d é p u té s’é ta it im aginé que
633 FRANCE. ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL 634

c e t t e loi l ’a rm a it con tro l ’É g lise, en m cin c tem p s En fin, la n t ñ P aris quo d a n s la b a n licu c, se sont ou -
q u ’e lle la s p o lia it; m ais n o n , lo u l au co n tra ire, elle 1c v e r te s 2-4 cliap elles d e se co u rs, p ou r rep on d ré a u x b e-
d c sa r m a il. H ile d ésa r m a it, a u ssi, les su sccp tib ilités so in s rclig ieu x d e 1G6500 ám es. A d d ilio n n o n s ees
q u e p o u v a it ép ro u ver l ’É ta t, en p réscn cc d e lelle eh iílres; n o u s co n sln te r o n s q u e p lu s d e 630000 á m e s,
n o m in a tio n d ’év é q u e ou d e euré. E n p reten d a n t se co n d a m n ée s il y a se p t a n s, p ar r é lo ig n e m e n t d es éd i-
v en g er clu p a p e ou ch áticr 1c p a p e, certain s a d v er­ fices d u c u llc , A u n e d is e tlc relig ieu se p resq u e in cu ­
saires s o u p ío n n e u x d es in flu on ces « u ltr a m o n ta in c s » rab le, o n t v u , cu tres peu d e te m p s, D ie u se vapprocbor
o n t, to u t an con traire, san s le v o u lo ir, sa n ctio n n e c t d ’olles, v en ir se ftxer prés d ’elles. 630000 ám es, c’est
p a ra ch ev é la p lcin e so u v er a in e té du p ap e d an s l ’É glise p lu s d ’ám cs q u ’il n ’y cu a d a n s la v illc d e M arscillc.
d e F ran ce : c t la libertó tnCme de c e tte É g lise á l ’eu- R ep réscn to n s-n o u s I’agR lom cration m a rseilla isc te lle
drort d e l’É ta t con sacre c t p a ra ch év e son ab solu e d oci­ q u ’elle est; su p p o so n s nn in sta n t q u e, par l ’effct d es
lité á l ’cn d roit d e R om e. circo n sta n ces, to u te p r o x im ité de D ieu y fa sse d é f a u t :
II. L.\ MULTIPLICATION DES LIEUX DE CULTE DEPUIS on serait d o u lo u r eu sem en t surpris d ’une p areillc
l a sÉl'AHATioN. — D e e c tic lib erté, q u i s’é p a n o u il, Iacunc. II a sufii d e se p t an n ccs nu card in al A m c ttc ,
a in si, en su p erb es élan s d ’o b éissn n ce, q u el u sage d 'nbord eo a d ju teu r, p uis a reb ev éq u e d e P aris, pour
ía it-o llc pour les Ames? la com b lcr. La b eso g n e n ’est p as a o lie v é e : u n e q n a -
E lle se rap p roch o d 'ellcs, a v ee une allégresse con- ra n ta in c d ’a u tres circo n scrip tío n s p n roissiales so n t
q u érn n tc q u i m érito d ’é lr e o b scrv éc c t d ’ctrc ad m irée. d ’orcs c l déjá d essin ées sur la sn rfaoc du v a s t e d io ccsc;
Le P aris du rcgim c eon cord ataire m a n q u a it d ’églises : e l I’arch cvéoh é c o m p te que d an s cin q an s, d ix an s au
on v o y a it un e p aroisse co m m c X o tre-D a m e de Cli- p lu s, ccs q u a ra n tc a u tres p aroisses fo iic lio im cro n t.
gn an cm irt grou p er 1 2 1 0 0 0 á m es; on en e o m p ta il Vers ccs églises, vers oes m odestos cliapelles, qui
scinblcnt ainsi su rg ir du sol, on v o it, p eu & peu, les
96 0 00 sur le tcrrilo irc tle S a in lc-M a r g u e rite,9 0 0 0 0 sur
eelu i tle S a in t-A m b ro isc, 8 3 0 0 0 sur oclu í de S a ín l- fidéles a rriv e r. Les chillros, á col Ogard cncore, sonl
Picrre tic .M ontrougc. D a n s 38 p aroisses de P aris, ln élo q u cn ts, si l'on songo q u e ces oliillres catalo g u en !
p rop o rlio n du cliiílre des p rétres au chiffre d es liab i- des am es IlUlUilines. 11 y a v in g t an s, d a n s to u t un fau-
ta n ts e tn il n o to iretticn t in su ílisa n le, p u isq u ’il n ’yb o u rg parisién oíl s ’eleve a u jo u rd ’liui I’église X otre-
a v a il q u ’un p rétre pour 5 000 fidéles. A ussi Ies obscr- D am c-du-l {osairc, il se tro u v a it uno fam ille, u n e ía m ille
v a teu rs sig n a la ien t-ils l’a b scn ee presque co m p lete d e sculem ent, p o u r nllor a u x lo in ta in s oHloes d ’une église
p ra tiq u e religieu se d an s Ies íau b ou rgs d e P íiris; e t paroissinle d isln u to de deux kiloinétrcs. A u io u rd ’hui,
un p rélre de oes ía u b ou rgs, en 1899, in v ita n t les cutho- su r ec m ém e teiT itoire, on di.stribuc, d an s la periodo
liq u es ¡i s’oeoupcr de « c c tte Chine qui en to u rc Paris paséale, 4 000 hostics. D ans telle a u tre agglom ératioii
ct qui co m p te prés de 2 in illion s d ’h a b ita n ts, » con clu - de b an licu e, on a vu, on q u a tre ans, gríice A l'crection
ait son appel en d éclaran t : « Ce serait m anq u er de foi d ’une chapellc de soeours, le no m b ro des ago n isan ts
q u e de ti iré : 11 n ’y a rien á faire ! 11 y a to u t ii faire. > q u i re ce v aíe n t le p r f tr c iiu in tn p lc r, c t lo n om bre des
Mais on se b cu rta it, irop so u v e n t, íi d es in in istéres p rem iers c o in m u n ian ts sc x tu p le r. K t sans d o u te ccs
(fui a p p liq u a icn t ct in a n ia ie n t le con cord at d an s un ag o n isan ts qui re co in m e n c cn t d e saliier ilans l’Église
sens h o stile au x in té réts d e l’a p o sto la t relig icu x : lá u n e école d e b o n n e m o rt, ees p rem iers c o m iu u iiian ts
q u i v ic n n c n l & l’É glise eom m e ¡’i u n e école de bo n n e
o íl il y a v a it to u t á faire, il é ta it so u v e n t fo r i d iflicilc
d e eo m m cn co r fairc q u elq u e ch o sc ; íi I’éreclionvie, nc s o n t cncore que m in o rité , p a rm i ces v a slc s
d 'u n e clin pello, ú p lu s forte raison d ’un e p aroisse, foules, d e v en u e s paYcnnos, q n e d e n ialcncontreusos
circ o n stan c e s a v a ie n t éloignécs de l’a p o slo la t c a th o -
s ’o p p o sa ic n l d es d íllie u ltés a d m in istra tiv o s so u v e n t
in v in cib les. liquo. Mais u u e m in o rité a ctiv e , fe rv e n tc, a n im é e d e
• X ous nc cessous de le ré p élcr, p ro c la m a it en 1905 lo l ’e sp rit de D ieu, c 'e s t d é já hcaiico u p jw»ur ch an g e r un
c ard in al R ich ard , le diocése de P a ris e st un p a y s de p c u p le ; e t d a n s telle p aro isse n e n v c, A l ’a ris, on v o il
m issions. X ous doun o n s p o u r l’ccuvre d e la P ro p a - d é já les vocalio n s sacerd o tales s ’évciller. Ccs foules
galion (le ln íoi e t, d ’une fa fo n générale, p o u r la con­ ig n o ran tes, t|u i voien t Ic ]>rótrc v e n ir A ellos, se fam i-
versión des inlid¿)cs, ot nous avons raison, car il n ’y lia risc n t peu peu avec lu i; la m esse no les a ttirc pas
a rien di* plus grand nux yeux de Dieu q u e le sa lu l des encore, les v ép rcs non p lu s; m ais si le p ré tre se m et i\
ám es. Mais n 'o n t-ils pas une ám e, eos o uvriers des fau- d éro u lcr, d a n s son église, q u clq u es projeotions lum i-
bourgs de P a ris? » A eette ín ém c d a te , M. l ’abbé R af- nenses (leslinées A révélcr a u x sp o e ia te u rs riiisto ire du
fin illu stra it la situ atio n du dioeésc en d rc ssa n l la sta - (’.lirisl, ces foules se p re sse n t á e e tte céréinonie d ’mi
tis tiq n e des e n to rre m e n ls religicux e t civils d e 1883 n o u v eau genre q u ’elles a p p ellen l, tl’im m o l assez p itto -
A 1903. II e o iisla ta il que d u ra n t eos vin g t a n s lo cliif- r e s q u e ,« la m esse du einéniíi, » c t p o u r la prem iére
fre tles corlégcs civils s’é ta il élové á 225 395, soil, en íois r e te n lit á leurs oreillcs le nom de Jé su s.
m oyetm e, .i 10000 p a r an (sur 53000 I’arisicns q u i D es d étresses p a ro d ie s e x is la io u t e t e x isto n t tlans
m ourent annuclleineiil). 11 obscrvnlt que c’é ta it sur- b eau oou p de gran d es villos de p rovin ee : T épiscojiat,
to u t parm i los pau v res quo les onterrem ents civils un peu p a r lo iit, s ’est m is ;i l’tcn vre jiour y rem édicr.
elaiciit no m b reu x : p a r exem ple, en 1888, d an s les E t com m c l’É glise, n ou s le rép élo n s, n ’a pas une e x is­
cinq clnsses fiiiuTairt's les plus coflltuses, le cliifíre des ten ee légale, com m e elle n e p ou rrait p as étre proprié-
eorém oiiies p u re m e n t civiles ne d e p assait pas 4 á tairc d es é d ilices m ém es q u ’ellc co n str u í!, dos eo in -
“» p. I 0O. cl lo u l an em ilrairc, d a n s le m onde ouvrier, b ín a iso n s o n l é té Iroiivéos. 011 v e r lu d esq u cllos D ieu ,
cll<*s a lle ig n a ic n t 25 a .">0 p. loo. d a n s eos éd ilic e s, e s l p u rcn icn l c t sim p le m c n l un loen-
Depnik la loi de séparntion, sept aunées so n l éeou- taire. I,a p rop riété, gén< ralem en l, a p p a rtie n t á de«i
lé»s; i*l quclífiics données, tres precises, p e rin c tlo n t acliiH iiia ire s; d a u s lo d ioeésc tle P aris, eos actiom in ircs
de in c s u n r la uonvcllc forcé de ray o n n em cn l aequise so n l grou p és c;i d eu x so e iclés a n o n y m e s q u i on t rendu
p a r ['l'-glisc, en breí espace de teui[>s, d a n s le seul A r i ’i g lise le p réeieu x serviee tTaetiuérir el d ’;nnéiiagcr
(licjrtvc de Paris. II y a, d an s le París de 1912, ucuf les terrain s co n v eiia b les, cl qui réela iiien l d ’cllc, ;i
p «roiv.es de plus q u 'a n m om ent <le Iíi séparation : ees lilr e de loyer, pour les fontls tpi't-llos o n l ongagés «lans
nc-. f paroisses g ro u p rn l 250000 h n h ila n ls. Voíla uu ees cn lrep rises, uu in lé i é l d e 1 pour 100. V oilá les
elnlTrc im p o s .in t; il é q n iv a u t presque ñ la populalion su b lerfn g cs a u x q u e ls d o il rccom ir l’E g lise do l'raiice,
de l.i villc cu tiere de Hordonnx. II y a, tlans la han lieu o sou s le régin ic aclu el.
pnrisiem ic fie 1911, qninzc paroisses de plus q u ’an 11 1. I . I . S M Í T I I o l l l - : » A C I I I .I .j. l S I i ' d U O A N IS A TI O .N Ü K S
moniei l de la s é p a ra tio n ; ellos g ro u p e u t 215000 ám es. CATiioi-iüur.s. La ten ila n ce á peu prés gén érale d e
635 IT.ANCE. ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL 63G
l ’cpiscopal fian ? ais p a n u l élre d 'o rg an iscr les caLbo- I archidiáconos du diocésc a u ra ie n t e n tre eux une réu-
li([ues cu assoeiations paioissiales, cantonales, diocé- nion. A insi cst assurée, touL la fois, la lib erté des ini-
satnes, stric le n ie n t é lran g ercs ñ lo u l p a rtí politiq u e e t I tia liv e s el 1’uuiLé des in sp iratio n s; chaqué annéc 6
á to u te s visées politiq u es, uniq u em en l préoccupées j P aris, u n g ran d congrés diocésain m et á l ’é tu d e les
du développem ent de la vie calholique et de la défense questions les plus urgentes el groupe, trois jours
des in te réts catholiques. A cct égard com m c ¡i b c au ­ d u ra n t, les éncrgics catholiques. De tels congrés sont
coup d ’a u tre s, l ’archidiocése de P aris offre des O Tga- ég alcm enl fréq u e n ls, d an s la p lu p a rt des diocéses pro-
nisations qui p e u v en t serv ir de ty p e. vinciaux.
D 'ap rés le p lan dessiné p a r l ’arclicvéque de P aris, Les U nions paroissialcs d ’liom m es se dcveloppent
chaqué paroisse d o it a v o ir un com ité paroissial laíque, avec succés dans un c ertain n o m b re de paroísses du
re e ru té p a r le curé, ct c h a r lé de sccondcr l ’action du diocése de P a ris : l ’ob jcctif assigné p a r lc cardinal
clergé, ct de pro m o u v o ir, sous la d iiectio n de la liiérar- A m e lle íi l ’a ctiv ilé des com ités paroissiaux est, a v a n t
chie rcligieuse, to u te s les ueuvrcs útiles au bien rcli- to u t, la c réa tio n c t le développem ent de ces Unions.
gicux, m oral et social de la paroisse. L ’acLion p o litiquc Tous les catholiques p ra tiq u a n ts de la paroisse y sont
lui dem eure étra n g ére , l'o rg am sa lio n ct l'cxercice du adm is; 011 y ad m et, m ém e, tous les liom m cs de la p a­
cuite c ch a p p cn t íi son resso rt. Ce com ité ne s’occupe roisse qui, sans re m p lir chacun des devoirs de la pra-
que d ’action religieuse. Lc tra v a il y peu t é tre ré p a rti tiq u e religieuse, ío n t c ep e n d an t profession publique
en plusieurs seetions, s'o c c u p a n l rcsp ectiv em cn l des de catholicism e, p a r exem ple, en choisissant po u r lcurs
oeuvres de religión e t de piélé, des ocuvres d ’cnseigne- en fan ts l'école cath o liq u e ou le p a tro n a g e catholique.
n ie n t et d ’éd u catio n , des ceuvres de persévérance et de o D ans telle paroisse d e fau b o u rg , é crit M. l ’a b b é Yves
jeunesse, des ceuvres cliarilablcs ct sociales, des ceu- de la B riérc, l ’union paroissiale c o m p tc a u ta n t de sub-
vres de presse ct de prop ag an d o . Des program m es divisions, av ec ehef responsable p o u r chacune, q u e la
dresses p o u r l ’o bservation m orale c t l'é tu d e sociale du paroisse com pte clic-m e me d e q u a rtie rs, de secteurs et
q u a rtie r, p rogram m es v isa n t A l ’aclion possible á de r ú e s : e’esl l'éb a u ch e de ce que sera, u n jo u r, 1’oTga-
en tre p ren d re, sont proposés a u x m em bres tles com ités nisatio n générale des cath o liq u es parisiens. »
paroissiaux. D ans les diocéses des d é p a rte m e n ts , on s’ciíorcc
L e ra p p o rt présen té a u congrés diocésain de 1912 , d'o rg a n iscr pareillcm en l, d ’u n e p a rt, des groupem cnls
sig n alait l'ex islen ce de 02 com ités p a ro issiau x ; le paro issiau x , d ’a u tre p a rí, un b u rc au c e n tra l a u q u d
congrés diocésain de íév rier 1913 a p p ril que ce cliiílre ils so n t to u s ra lta c h e s, c t parfois, com m c organes inter-
s’é ta it eleve á 108, re p ré se n ta n t les deux liers des m ediaires, des com ités can to n au x . Les U nions diocé-
paroísses du diocésc. S ut ces 108 com ités, 76 a v a ie n t saines le n d e n t á groupeT su r lc te rra in religieux — et,
envoyc a u x org an isateu rs du congrés u n ra p p o rt su r dans e ertain s dioccscs, en v u c d ’u n e a c tiv ite electo-
leurs tra v a u x . D ans ccrtaines paroísses, ces com ités , T a lc — les catholiques d e lo u le s nuances politiques.
éta b lissc n t avec bcaucoup de précision la sta tisliq u e I V . L a c a t é c h is a t io x d e s enfa nts et je u n e s
Teligicuse ct rin v e n ta ir e de l'a c lio n paroissiale : c ’est gens. I n it ia t iv e s e t m é t h o d e s no uvelles. — Nulle-
une besogne á laquelle l ’arclievcclié les p o u sse; ils m en t découragée, l ’Église tra v a ille á re p re n d re p a r la
d o iv en t servir, su iv a n t l ’expression de M. l'a b b é Cou- base l ’oeuvre de la c h ristia n isatio n d u pcuple. E lle est
gct, á » e la b lir les conditions m ethodiques, scienti- secondée P a ris p a r 1’(E u vre des (a u b o u rg s q u i visite
fiques, d an s lcsqucllcs d o it s ’e xercer l ’ap o sto la t. » ct p a tro n n e 250 fam illcs c t p lu s de 10000 e n fan ts, el
P a rm i les in itiativ es prises p a r eertains com ités vcillc il ce qu'ils fré q u c n lc n l réguliérem ent les écoles
paroissiaux parisicns, on cilc la création d ’oeiivrcs c t les calcchism es de leur q u a rtie r. Elle est sccondée, ¡i
postscolaires, l’o u v e rtu re d 'a tc lic rs professionnels, la P aris c t en provincc, p a r la g ra n d e (E uvre des ealc-
crcalio n de ja rd in s ouvriers, la reclicrche d e m esures c h ism e s: fondée en 1885 p a r le c ard in al R ich a rd avec
pratic[ucs po u r la suppression du tra v a il de n u il 200 dam es qui catécliisaient 2000 e n fan ts, c c tte ccuvrc
dan s les boulangeries, rafTtcbagc d a n s les licitéis fre- f u t érigée p a r Léon X l l l , lc 30 m ai 1893. en archicon-
qu en tés p a r les étra n g ers de e ertains ta b le a u x en di- frérie ü laquelle p e u v e n t e tre alliliécs to u te s les socié-
verses langues in d iq u a n l les excrcices du cuite. té s franijaises de c atéc h istcs; clic com prend des calé-
Au c o n g T é s diocésain de 1913, 011 m en lio n n a to u t chistes volo n taires e l des m em bres q u i p a ie n t un eco li-
spécialcm ent l ’in itiativ e du com ité paroissial de Sainlc- salion. E lle com ptc a ctu cllcm e n t, á P a ris, 4300
Geneviévc des G randcs-C arriéres, qui tra v a illa il a dam es c atéc b isa n t plus d c 4 4 0 0 0 e n fa n ts ;e t,e n p ro v in -
c o n slilu c r des seclions syndicales d ’cm ployés e l d ’ou- ce, 24 diocéses afHliés d ’une fa fo n générale, 59 confré-
v rie r s ; celle du com ité d e N otrc-D am c de P laisancc, t íc s sim ples, (i5 centres im p o rta n ts d ’afliliations indi-
qui c lu d ia it la question de l ’ap p ren tissa g c; de cclui de viducllcs, 33 000 dam es q u i c atéch iscn t 150000 en­
N o trc-D am e d ’A uteu il, qui s'o c c u p ait du logem ent des fan ts. D ans le seul d é p a rte m e n t de la Lozére, 750
fam illcs chargces d ’cnfants. D 'a u lre s com ités a v aien t, fem m es, p ay sa n n es p o u r la p lu p a rt, catécliisont
d u ra n t l ’annce 1912, organisé la lu tte eo n tre la porno- 7200 e n fan ts, et prés d e 500 d ’c n tre elles, chaqué
graphie, c onlrc rim m o ra litc des ciném atograplics. année, fo n t une TcLraitc ferm ée de 5 jo u rs po u r enlre-
L ’ob scrv atio n du repos dom inical et les m oyens de te n ir en elles cct esprit d ’a p o sto la t. U n congrés catlio-
faciliter c ettc o b se rv atio n a u x b o u c l ie T s , aux épieiers, I lique coinm c celui qui fu t réu n i ú Paray-le-M onial
a u x crém icrs, a u x c h a ic u lie rs, o n t occupc plusieurs en octo b rc 1909, p a r l ’in itia tiv e de Mgr V illard, évé­
de ces com ités; des ligues paroissialcs d 'a clieleu rs se que d ’AuLun, a tie s te l'a c tu c l souci de l'É glise de
so n t f o n d é e s . Le com ité paroissial, su iv a n t l ’cxpres- | F ra n c c d ’a d a p te r a u x besoins spiritucls des popula-
sion de M gr G ibier, évéque de Ycrsaillcs, co n slilu c ¡ tions ses m éthodes d ’cnseignem cnt religieux c t de per-
ainsi un v é ritab le sy n d ic at d ’iniliativ c. 1 fectionner ce que l’on p o u rra it appeler la pédagogie
A u-dessus des com ités paro issiau x fonctionne le 1 du catéchism c. Les exam ens d ’in stru ctio n religieusc,
com ité diocésain, qui se ré u n il á peu prés q u a tre ou I tels que les a d ern ié rem e n t créés P archevéque de Paris,
einq fois p a r a n . C haqué année, quelque m em bre du sont une in slilu tio n fo rt origínale : nous voyons ici
com ité diocésain visite les com ités paroissiaux d ’une i l'É glise s 'a tta c h c r íl m e tlrc en lionncur, parm i l’élilc
région de P aris, e t une réunion p léniére aunuellc m et de ses jeu n es Pídeles, l ’élém cnt in tellectu el de la foi
en prcsencc les m em bres d u com ité diocésain ct un calholique, el les a rm e r de scicnce religieuse, p o u r les
délégué de chacun des corniles paroissiaux. Ou a dé- conqueles qui s'im poseronL á eux. Ces exam ens ne
cid é en févricr 1913 que, chaqué trim e stre, tous les c o m p tcn t pas m oins de six éclielons. U ne année aprés
m em bres des com ités paro issiau x de l ’un des trois la prem iére com m union solenncllc, 011 peu t, moyen-
637 FRANCE. ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL 038

n a n t exam en, o b te n ir Ic c crtific at é lé m en taire d ’in- 1 diocése : en ju in d e rn ie r, ils n 'é ta ie n t p a s m oins de


stru c tio n relig ieu se;p u is, l’a n n cc su iv a n tc , ap rés douze 250 p o u r b rig u cr cc b re v e t, q u i n ’a tte s te p a s se u lem en t
m ois d ’é tu d cs nouvelles d o n t un ju r y ap p rccie le q u ’on in a itris c bien les diflicultés du catéchism e, inais
re su lta t, on p e u t a sp irc r a u c crtific at su p érieu r. Ce , aussi, c t su rto u t, q u ’on p e u t d e v en ir un bo n m aitre.
so n t lá les d eu x p rem iers degrés d ’épreuves. E n 1912, Des « m en tio n s d ’éloge », des < m en tio n s tré s h o n o ­
la prem iére fu l subic p a r 1613 garyons; 1121 s o rtire n t ra b le s », d istin g u e n t c eu x et relies qui o n t subí les
vainquim rs. II y c u t, p o u r la seconde, 596 c an d id als é p rcu v c s avec 1c plus d ’é c la t : c l sous les v o ú tes de
p a rm i lesquels 414 fu re n t adm is. A la m ém e session, X o trc-D o in e leurs nom s re to n tisse n t, c t chacun v ien t
1126 fd lettcs o b tin re n t 1c c crtific at élém entaire, ct recevoir un p rix des m ain s du card in al. A insi se rou-
493 le ccrtificat supéricur. Les exigcnces des ju g es v o n t vrc, d a n s le P a ris a ctu e l, une ére d ’enseignem ent reli-
c ro issan t : le zéle des c an d id ats, la bonne volonté des gieux qui sem ble d ev o ir ctre plus b rilla n te encore que
fam illes, p e rm e tte n t en etlet d 'c le v cr le niveau de ccllc q u ’a v a it in au g u rée, il y a q u a tre -v in g ts an s, l’abbé
l'cx an ien . T an d is q u ’cn 1911 la m o y e n n e d e s p o stu la n ts D u p a n lo u p . L ’assid u ité a u x catéchism es d e pcrsc-
adm is é ta il de 80 p o u r 100, elle n ’c ta it p lu s, en 1912, v é ran ce é ta it ja d is a tte s té e p a r la rem ise d ’u n e « an a-
que de G7 po u r 100. lyse » q u i re p ro d u is a it, so it en la re su m a n t, soit en
L es titu la ire s des d e u x c e rtific áis p e u v e n t ensuite l’e stro p ia n t, l ’in stru c tio n donnée p a r le p rc tre : Ies
g ra v ir un troisiém e échelon, qui s ’appcllc le « concours m éres, les in stitu tric e s, a v a ie n t so u v e n t d a n s la confec-
élém entaire » d 'in stru c tio n religieuse. On en p e u l tio n de ccs devoirs a u ta n t c t p lu s de p a rt que les
m esurcr la diíTicultc, d é já sérieusc, en c o n s ta ta n t en fan ts. A u jo u rd ’h u i l'in s tru c tio n religieuse a p p a ra it
q u ’cn 1912, e n tre a u tre s queslio n s écritcs posees a u x a u x jeu n es gens c t a u x jeu n es filies de P a ris com m c
jeunes lilles, il y c u t des q u cstio n s litu rg iq u es su r les une scicncc qui com porte des in itiatio n s successives,
cérem onies du jeu d i sa in t et du v en d red i sa in t, e t 1 de plus en p lu s arduos, et qui reclam e un cffort intcl-
des questions h isto riq u e s su r sa in t F ra n fo is de Sales, lectucl personncl, vcrific p a r un ju ry . E u lai'cisant
sa in l V incent ele P aul, sa in t J e a n -B a p tis le de la Salle. Pecóle, on a v a it espéré sev rer les intclligcnces de la
Le « concours su p é rieu r ■ d ’in stru ctio n religieuse, foi : á q uoi bon ces notio n s, su r lcsquellcs P É ta t en-
qui succédc, o u v rit a u x jeu n es c a n d id a te s, en 1912, scig n n n t a v a il cessé d 'in tc rro g c r? M ais l ’É glise a fa il
des horizons plus v a ste s en co re; elles e u re n t á ex p li­ su rg ir (les salles d ’exam en, c t créé des cxainens, ot les
quer, clans leurs coinpositions, c o m m en t Jé su s a c a n d id a ts y v ie n n c n t,y re v ie n n c n tm c m e si lo u l d ’a b o rd
prouvé q u ’il est le Fils de D icu e t c o m m en t les sacre- ils écliouent, e t de c e tte sem cnce de jeunes la u ré a ts,
m en ts sa n c tificu t, puis cc q u ’est un m iracle, ce q u ’est une m oisson d ’a p d tre s so rtira.
une p ro p h é tie : des n otions histo riq u es leu r fu re n t D es p ro g ram in cs d ’in stru c tio n religieuse d u m ém e
dem ándeos au su je t des p a triarc lie s, au su jet des pro- genre o n t été élaborés c t o n t été m is en p ra tiq u e .
phótes, au su je t des p rcdlctions p a r lcsquelles le en 1013,d an s d 'a u tre s dioceses, n o tn m m e n t en cclui de
C hrist fu t a nnoncé; elles e u re n t á dév elo p p cr la série X ancy. E xam en s d ’in slru rtio n religieu se. P rogram m es
des acles et des gestes que fa il le p ré tre ail lliom ent et ré g k tn c n ís, X a n c y , 1913.
de la consécration, c t puis ii d c ta ille r to u t ce q u e fa it V. LliS O R G A N ISA TIO N S EN S fcIG N A N T E S D E L ’É G L IS E
l’Église p o u r les d é fu n ts, d ’a bord ¿k la m aison m or- d e F r a n c e , s e s i n i t i a t i v e s p é d a g o g j q u e s . — L ’É ­
tu a ire , ensuilc d e v a n t l'a u te l, en su ite a u cim ctiére. On glisc, en m ém e lem p s, p í o li t a n t «les a rticle s encoré
les convia, m ém e,A la solution d ’un p e tit cas d e con­ su b s is ta n ls de la fain cu sc loi F allo u x , c n tre tic n t, d a n s
scicncc p o u r m etlre í\ l’cpreuve leur d e x te rité de la m esure oíl Ic p e r m e tte n t les lois et oú lo p e rm e tte n t
m oralisles; el c 'é la it lancer á leur su b tilité de jeunes ses ressourccs, des o rg a n isa tio n s d ’enseig n em en t pri-
théologienncs une fafon de défi, que de les in te rro g er m aire, secondairc et su p érieu r. E lle a v a it, au d é b u t du
sur les cas oú un sacrcm cnt ilcs v iv a n ts p e u t d e v en ir x x ° sicclc, d a n s ses écoies p rim a ires, 1 6 0 0 0 0 0 e n fa n ts;
sacrcm cnt des m orís, e tu n sa c re m c n td e s m o rts sacrc- d a n s ses écolcs sccondaircs, elle d o n n a it l’éducation á
incn t des vivants. Mais, fort co n g rü m cn t, elles su re n t 91140 éléves, la n d is q u e les c la b lissc m c n ts de P É ta t
relever le défi. n ’en c o m p ta ie n t q u e 81742. L a loi d u 7 ju ille t 1901,
Pour le « concours d ’lionncur >, les su je ls de com po- q u i d éfend a u x nicuilircs d es c o n g rég a tio n s religieuses
silion proposés aux jeunes filies fu re n l plus in tim i­ to u te besogne d ’c n scig n cm cn t, a sing u liércin cn t gené,
dan! s encorc. lilles furenl m ises en préscncc de l’hypo- s u r ee te rra in , l ’a c tiv ité de l ’Église. S u r 1G904 écoles
thése que voici : * Un Ju if, frap p é p a r les p ro p h étics p riin n ires co n g rég an istcs q u i c x is la ic n t en 1904,14104
de l'A ncicn T esta m en t, v e u t devenir ch rétien , m ais il fu re n t iinm édiatem cnL ferm ées; on nc p u t pas les rou-
i» d em ande s ’il d o it se faire eatholique, ou p ro te s ta n t, v rir lo u le s im m édiaL em ent, avee un p ersonncl nou-
ou schism alique orlliodoxe. II vous pric de l’eclaircr. v eau, c t re n se ig n e m e n t p rim a ire lib re, en 1907, a v a it
•Scrviz-voiis, po u r le convainere, non scu lem en t de 6 000 0 0 élévcs de inoins q u ’en 1900. E n ce q u i reg ard e
l É v a n ^ c , inais aussi de 1’Ancien T esla n icn t. » Les renscigncm eiiL secom laire, los collégcs diriges p a r des
l.iuréates <lti concours d ’hn n n eu r doiveilt, on le v o il, c ongréganistcs d u re n t lo n t de su ile ou d isp a ra ílrc ,
í lr c des apologistcs. On les in v ita , aussi, á rép o n d re ou é lre confiés á un a n tro p o rs o iu ie l: il y e u t, en 190G,
píir écrit sur h-s pro p h étics hibliqiics relativos íi la 101 collégcs libres de m oins q u ’il n 'y en a v a il en 1898,
s.iinle Vierge, su r les diversos paroles q u e lo Clirist e t la clicntéle «le l'ciiscigiictneiil libre a v a it, e n tre ccs
adroisa .i sa m ere; puis a cxiiliquer en quoi con sis le Ic d eux d a te s, d im in u é de 22 223 éléves, M ais t a n t bien
développem ent rln domine; ü préciser, aussi, les dro ils que m al, l'É glise lu llc c t m ain tic n t ses posilions. Elle
<!e IT Ilal pour la collalion des eharges ecclésiastiques; cherche cl sou v en t elle Irouve, p o u r re m p lac c r sos
en Un, a definir le sens lilurgiquc des o m cin c n ls qui fréres ct ses socurs, des c o n g rég an islcs séciilarisés, ou
paren l le prétre ¡i l'a niel. hien des bonnes volo n tés Jaiques. E t res bons Aouloirs
II faul, pour ab n rd cr un tel exam en, un a tla ch o - s'é<]uipcnL, s ’org aiiisen t, se sv n d iq u c n l, de m aniére ;i
m eitl priiínnd aux sciences religieuses. E n 1912, 32 assurcr, sous la form e nouvelle que la loi lolére ct q u e
jeunes rilfS r;dT ronlérent ct 31 fu ren l adm ises. Le les circonstances im p o scn l, une p ro sp é rité nouvelle
íoneours é lé n m ila in ' eut 203 lau réales su r 379 can ­ de PenseiR iicnienl libre.
d idatos; el le concours su p érieu r K.> su r 91. I’lus au- C c f u t u n c n u p Iré s d n r «pie l a d isp e rs ió n d e s co n -
dessui encore, un hrcvel d ’in stru ctio n religieuse, g ré g a tin u s . D a n s ccs m e rv e illc u x o r g a n is iu e s . ¿ d i­
d íc e ri'é par des coiuniisstons qui siégciil deux fois p a r lles a \ c c p r é v o y a u e c p a r le v iril espi il <lc e h a r ilé clu é-
,*n, r \ ( ¡ ic l<- /.¡-ii- df^ jeunes Rcns c t des jeunes lilles lie u n c , c h a c u n ]icu t c o m p l r r s u r lo u s c l Id u s s u r clia-
qui vcul nt jciucr un role d an s re n seig n e m e n t lihre du cuii. l . ’a s s is ta n c e m n lu e lle en cas d 'a c c id e n ls , en cas
039 FRANCE. ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL G40

<le m aladie, cu cas <Ic vieillcssc, to u t cela, d a n s Jes con- cussion sur ccs a tta c h a n tc s e t fra y e s responsabilités,
g régalions, fo n c lio u n ait sp o n ta n é m e n t, p a r cela m em e | ils p a ssa icn t á d 'a u trc s p ro b lén its, c o n ce rn an t, p a r
q ii’on y m c n a il la vic com m unc. Les besoins 6 taie n t ¡ exem ple, lc n o m b re d ’exam ens q u ’il convient de
re stre in ts, Jes dépenses re stre in te s; les préoccupations faire su b ir au cours d 'u n e année scolaire, 011 bien la
de l’avcnir ind iv id u el, ou du p a in du surlcndem ain, n c ¡ surveillance des « m o u v cm en ts » qu an d les éléves pas-
v e n a ie n t p as ra lc n tir ou d é co n c erte r l’élan des dévoue- se n t d ’un cxercice á un a u tre . La form ation eslhétique,
m en ts. en 1911, d o n n a lieu á de précicux échangcs de vues, ct
A u jo u rd ’h u i, l'É glise de F ra n c c se tro u v e en p ré- l’i'xam cn des relatio n s en tre l'ú ta t physiologique des
sence d ’in d iv id u a n te s qui, sous son c ontrole, sont to u ­ e n fan ts et leur é ducation sem blait o u v rir une avenuc
te s p rc tc s d istrib u e r re n se ig n e m e n t libre; m ais cc vers des eludes nouvelles.
q u i m a n q u e á ccs in d iv id u a n te s, po u r l’a v en ir, c’cst O 11 21c d ira it p as que ces p ré tre s qui d isc u te n t ct
la sécu rité personnelle q u ’a ssu ra it l ’en ib rig ad cm en t - besognent ainsi sont des persécutés, inccrtain s du
d a n s une congrega tion, c ’est la satisfaction d ’a p p ar- lcn d e n iain ; ils p a rle n t, ils tra v a ille n t, com m c si lcurs
te n ir á un corps p a r lequel ou se se n ta it soutenu, a u v r e s d ’enscigncm cnt av aien t d e v a n t elles u n long
a p p u y c, protégé. P a r su rc ro it, ccs n o u v e au x in stitu - avenir. E t ils o n t ra is o n ; leur bel effort p o u r accroiLrc
teu rs, ces nouvelles in stitu tric e s o n t ou p e u v e n t avoir snns ccsse leu r com pétcncc d ’cd u catcu rs ne p e u t inan-
ríes chargcs de fam illc : leur devoir est d ’y songer, ct ■ q u e r de co n q u erir et de c ap tiv c r l ’opinion. Ces six ans
de Taire to u t lc possiblc po u r elever au niveau de ces d ’cssai, d an s leur sérénité calm e, ont q uelque chose
cbarges la ré in u n é ratio n de leur tra v a il. De lá, p o u r d ’é n io u v a n t, ct lo rsq u ’on lit á la suite l ’un de l ’autrc,
les paroísses c t po u r les dioccscs, un trés n o tab le su r­ d an s le livre de M. l’abbé Crosnier : A Iravcrs nos ¿coks
ero! t de dépenses. clirétiennes , ccs ra p p o rts annuels oíl l’on v o it to u t le
M ais l’Église, sans se d écourager ou s’in tim id e r, a, personnel cn seig n an t d ’un grand diocése m e ttre en
bien en lace, envisagé ln situ a tio n . Des ccoles n o r­ com inun les réflexions, les expériences, les aspirations,
m ales se so n t fondees : cclles q u ’a organisces d an s le l ’on a u g u re q u ’en d é p it des plus légilim es alarm es ce
diocése de L yon l'A ssociation régionale de l ’cnseigne- « v ouloir-vivrc » p e rp é tu e ra la vic.
in en t p rim a ire libre so n t p a rtic u lié re m c n t re in a rq u a- Le diocése d ’A rras im ita cclui d ’A ngers; il e u t ses
bles. A P a ris, l'É co le nó rm ale libre, fondée p a r M m° conférences p édagogiques; et puis, en se p tem b re 1911,
D aniélou, c t l'É co le n ó rm ale cath o liq u e, d a ta n t de il a eu, m ém e, sa « Sem ainc pédagogique ». V ingt
1906, form en t des professeurs po u r ces ccoles norm ales jeu n es p ré tre s, que l ’évéquc d c stin a it á c n tre r dans les
p rim aires lib re s; l’Écolc nórm ale libre, qui cst un eta- m aisons dioccsaines, se ré u n ire n t á B oulognc-sur-M er,
b lissem ent d ’enseignem ent su p érieu r, form e aussi des six jo u rs d u ra n t, pour re cc v cir, de ccrtaincs lévrcs
professeurs po u r les m aisons d ’cnseignem ent sccondairc co m p eten tes, des in d ic a tio n s c t des lccons su r leur
des jeu n es filies. D an s le diocése de P aris, depuis le m étier. On re p ro c h a it á l ’É glise de vouloir enseigner
l Er octobre 1910, la carriére d ’in s titu te u rs ou d 'in sti- I p a r droiL d iv in ; sans rien d iin in u er de son d ro it, sans
tu tric es libres cst p o n c tu e lle m e n t régléc; les tra itc - I rien en caclier, clic a])pcllc au service d e ce d ro it lui-
m e n ts so n t fixés, les conditions d 'a v a n c c in c n l so n t m ém e to u te s les ressourccs de la tec h n iq u e hum aine.
définics; m em e un systém e de re tra itc s s ’organisc. On lui m a rc lin n d a it la p r eroga ti ve de fo rm er un corps
On v e u t que ces fonctions cessent d ’a p p a ra itre com m c c n se ig n a n t; elle rip o ste en o rg a n isa n t des centres de
aléato ircs ou p rccaires, q u ’cllcs so ien t c o n g rü n icn t ré~ pédagogie catholique, au nom c t p o u r la gloire d e celui
m unérées, q u ’cllcs soient couroim ccs p a r une vicillcscc que C lém ent d ’A Iexandrie a p p c la it, il y a d ix-huit
aiscc. siécles, le « d ivin Pédagoguc ».
C’est ainsi q u e ceL enseig n em en t libre q u ’on s ’im a- L a loi de 1875 su r la lib e rté de l ’cnscigncm cnt supé-
g in a it blesse á m o rt p a ra it re g ard e r l'a v e n ir avec une ricu r continué, m algré les m enaccs d o n t clic cst l’ob-
certain c confiance; ct l ’h eure oí) e erta in s e sp é ra ien t je t, d ’ctrc utiliséc p a r l ’É glise á P a rís, L yon, Angers,
l’a v o ir d écouragé e t connne dissu ad e de s’cssayer á ! Lille, T ou lo u se; ct les é tab lissem en ts d'enseignem ent
d u re r, e st précisém ent celle oü l’on v o it s ’in au g u rer, ■ su p érieu r q u ’ellc posséde d a n s ccs diverses villes ont,
d a n s e erta in s diocéses, p a r r in itia tiv e du p ré tre cliarge depuis q uclqucs années, créé ccrtaines b ra n ch e s nou-
de la direction genérale de rc iise ig iicin e n t libre, des velles d ’enseigncm ent. A 1’InsLitut catholique de
conf eren ccs pédagogiques e n tre tous les p ré tre s c h a r­ P a ris, u n e chaire de pédagogie s ’e sto u v c rtc ,q u ld is p u te
gcs de fonctions educa trices. Lc diocése d ’A ngers, q u i á la psycho-pliysiologie m até ria listc lc m onopole des
posséde liu it m aisons d'e n se ig n e m e n t libre, f u t le é tudes rclativ es i\ la n a tu re et á la fo rm atio n de l ’en-
b erccau de c e ttc fccondc n o u v e a u té ; et l’an n cc 1905 fa n t; ct d a n s cet I n s titu í cath o liq u e qui, depuis la loi
en m a rq u a lc p o in t d e d é p a rt. D ans Tam ice 1905-1906, i de se p a ra tio n , 11 ’a pu se m a in te ñ ir dans ses b ñlim ents
ces confcrcnccs s ’o c cu p é ren t, th éo riq u em e n t, de l'u ti- | q u ’en se g re v a n t d ’un tré s gros lover, on a vu se crccr,
lite d e la pédagogie, des devoirs du su rv c illa n t, des i il y a tro is an s, lo u t un enseignem ent m ethodique
devoirs du professeur, enfin d e 1’éducaLion p h y siq u e ; d ’liistoire des religions confié íi des spécialistes d ’élite.
c t p ra tiq u e m e n t on envisagea, d a n s le d é ta il, lc m oyen E n fin l ’cnseignem ent des langues sém itiques, qui
de p ro v o q u e r ehez les e n fa n ts des actcs sp o n ta n és de ' sem ble, d a n s les chaires de l ’É ta t, de plus en plus rele­
picté, la m éth o d c p o u r la correction des copies, les gué a u sccond p lan , tro u v e á 1’I n s titu í catholique de
d ern iéres in itia tiv e s des professeurs de g ym nastique. P a ris a n cen tre d ’épanouissem ent. Les oeuvres d ’ « ex­
S u r lc pro g ram m e de 1907, je releve les discussions ten sió n u n iv e rsita ire » crcécs p a r les fa cu lte s catholi-
reía ti ves á l’éd u catio n de la p u rc té , á la survciU ance ques de Lillc et d ’A ngers, ct les ccoles annexes d ’in-
d es ré cré atio n s, au x d iv ers systém cs de p u n itio n . E n . d u stric et d ’aííricu ltu re fondees sous lcurs auspiccs,
19U8, M. l ’a b h é Crosnier, d irc c te u r de l ’enscignem eiit a tie s te n t la p réoccupation de re n seig n e m e n t libre de
libre d a n s le diocése d ’A ugers, am e n a to u s les p ré tre s form er des su je ts p o u r les g ra n d es fonctions sociales.
q u i, d a n s lc dioccse, o n t m ission d ’ele ver des jeunes II scm blerait, ¿1 v o ir de tels sp ectacles, que la p a u v reté
gens, á m éd iter, d e v a n t D icu d ’a b o rd c t puis en tre eux, m ém e d e l ’É glise de F ra n c e allcge ct précipitc sa forcc
su r les m oyens de dévclopper l'e s p rit d ’a p o sto la t, et d ’élan — et ses clans so n t des élans créateurs.
su r la facón d o n t ils d o iv en t, au x yeux de lcurs élévcs, V I. LES 1N1 T1ATIVF.S C A T H O L I Q U E S l ’O l - n L ' E N S E l G N E -
« idealiser » chaqué v ocation. U ne a u tre année, en M £ N T I'R O F E S S IO N N F.L KT M ÉN A G ER . ---- A C Ó té de
1909, ils d u re n t se préo ccu p cr de la ta c tiq u c la plus re n seig n e m e n t p rim a ire p ro p re m e n t d it, l ’É glise a
cllicacc p o u r d o n n e r lcurs éléves le sens de l ’e ílo rt et I créé ct dévcloppé de p lu s en plus un enseignem ent
le scus de la lo y au té . E t puis, ap rés uue longue efis* profeS5Íonnel. L a g ra n d e Sociclé de S a in t-X ic o ta s,
U'mitejT i. rw¿c — Far.';
Í 2 2 « « e j < Theol,--.,-..- &**•+£

tmp. b. Utbeniu*. - mii>


6 - il fr a n g e , état r eligieux actuel 642
fondée on 1827 p a r Mgr d e B e rv an g c r et le com te volonté le soin d 'a lle r catcchiscr, cu u n e v in g ta in c de
Y ictor de X oaillcs, et dirigée p a r un com ité de catho- séances, d an s q u e lq u e chapelle, d a n s^ q u c lq u c salle
liques laiqucs, donne d a n s q u a tre m aisons (P aris, ou d a n s leur logis, des a d u llc s q u i v c u le n t élre b a p -
lssy, Igny, B czcnval) une in stru etio n professiouuelle tises.
A des e n fan ts f(n’ellc a d o p te dés l ’áge de b u lt ans. La Sans p a rlc r de l ’ocuvre de la prem iére eom m union
Société des a m is de l'cn fan ce , c ath o liq u e égaleinent, des ram o n eu rs c t fu m isle s de P a ris, q u i existe depuis
fondée en 1828, l'CEuvre des orplielins a p p rc n tis plus de d e u x siéclcs, des serviccs religieux speeiaux,
d ’A u teu il, fondée p a r l’abbe Rousscl, l ’CEuvre du d an s les dernióres années, o n t ele organisés, ri P aris,
B crceau de sa in t V inccnt de P a u l, élaldic prés de D ax, p o u r ccrtain cs classes de professions. l ’a r exem ple,
s'o e c u p en t de l’é ducation et de l'ap p ren tissn g e de leurs d e p u is 1899,1c cercle des m arm ilo n s, o u v e rt A to u s les
jeunes pupilles. L ’É cole com m erciatc des F ran es-B ou r- jeu n e s eniployés de l'a lim e n la tio n , s’occupc des pre-
(/rois, eréée a P a ris en 1813 p a r les fréres dos ccoles m iéres com nm nions ct des c o n firm atio n s tard iv es, e t
e h rétien n es, p re p a re ses éléves p o u r les professions leu r m énage, A P a q u e s et a u x g ra n d es fétes, la possi-
eo ni m cr cíales, in d u stric llc s et a d m in istra tiv e s. La I b ililc d ’assister A u n e m esse d e m in u it, d itc p o u r eux.
Société des o rp h elin a ts agrícolcs, c ta b lie á P a ris p a r ti es D ep u is 1908, l’a p o slo la t des m id iu e tte s s ’est «léve-
in itia tiv e s c ath o liq u es, a o u v c rt en p ro v in ce un ccr- loppc : il consisle en de court es in stru c tio n s données
la in n o m b re d ’o rp h c lin a ts sp ccialem cnt d estines A einq jo u rs de su ite, e n tre m idi un q u a r t e l m itli cin-
p ré p a rc r lcurs pupilles á la vie ru rale . Les fo n d a tio n s q u a n te , d a n s l’u n e d es paroísses oü so n t leurs a te ­
récenles de l'a le lie r d es a p p re n tis se rru rie rs et m eca- ¡ liers. M gr O delin signalaiL a u congrés dioccsaiu d e
nieiens A N o trc -D am e -d u -R o sa írc , d e l’a te lie r «lirigé 1910 q u e p lu s de 50 0 0 m id in c llc s a v a ie n t,A la su ile
p a r l'a b b é R u d in sk y A la C hapelle, d e l’a te lie r d 'a p - de ces re tra ilc s , renipli le u r d evoir religieux, q u e plu-
prentissage de in cnuiserie-ébénislcric d u K rem lin- sicurs a v a ie n t refii lc b a p te m e , q u e d 'a iitre s a v a ie n t
B icctre, de l ’a tclicr de m écaniquc de Saint-I Iippolvlo, fail leur prem iére eom m union. el q u e l’ccuvre se p a ra -
des aleiicrs de m enuiseric, d ’ébénisterie ct de seulp- rh e v a it p a r la créatio n , dans lio is paroisses, de res-
tu ro ,fo n d é s p a r l’abbé (lcM iram on d a n s le X I* arron- la u r a n ts spécianx ou de récliauds. L ’a p o slo la t des
dissem ent, et de l ’atc lie r de pré n p p re n lissn g e de J a ve], cm ployés de l'alin ie iilalio n cst l’o b je t d 'u n e sem -
fondé p a r l ’abbé U lain des C.ormiers, tém o ig n en t que blable organ isatio n . L ’(/íiii>rc des fo ra in s, fondee A
le clcrge de P a rís s'occupc de la crise de l’ap p rcn lis- R oucn, en 1888, p a r l’abbé Bazii c, ex iste aujoui d ’hui
sage c t a souei d ’y rc m é d ic r; c’cst en v e rtu de c ettc dan s f>2 villes de l'n in c o '. elle a, d au s la chapelle
préoceupation q u ’au congrés diocésain de 1912 l’abbé forainc q u ’elle in stallc A eoté des foires, catéchisé, de
C haptal p ro p o sait que d an s les ceuvres cath o liq u es un 1888 á 1911, 510 forains. L ' A sso cia iio ii des ccoles /o r a i­
cours de tra v a u x m an u els fü t in slltu é pour les écoliers nes, organisée p a r MUc B onnefois, s'oecu]>e aussi de
de onzc A treizc an s, c t que des ate lie rs d ’a p p rcn tis- l'éd u c atio n c t de l'in s lru c tio n religieuse des p c lils
sage fussenl fondés le plus n o m b reu x possiblc auprés forains. L ’O iu vrc des m a rin ie rs vise l'év an g élisatio n
des p a lro n a g cs catholiques. m élho«lique des b a te lie rs (jui c irc u le n t su r lc résoau
L ’ocuvrc des ccoles professionncllcs de jeu n e s filies, lluvial fran ^ ais : A l'lle -S a in t-D e n is , qui est le p rin ­
fondée dés 1871, sous la direction d u fu tu r c ard in al cipal c en tre, dé filen l p a r an 2 0 0 0 péniches A peu prés,
L angénicux, su b v e n lio n n c a elu ellem e n t <piinzc éco­ q u e p a re o u re n t a u fu r e l A m esure les religicuscs <lc
les professionncllcs d e je u n e s filies, d o n l q u a to rz e S a in t-Jo se p h de C luny p o u r in stru iré les ciifan ls.
sonl «lirigées p a r les stuurs d e S ainl-Y iiiccn t-d e-P au I. lin lin les (E iw rcs d e m cr, fondées en décein b re 189 t
D ans un a u lre dom ainc, les in itia tiv e s cath o liq u es, chcz Ies Péres a sso n ip tio n iiislc s, a rm e n l des n a v ire s
á l’instig alio n de M m* de D iesbaeh, o n t, d e p u is 1902, lio p ita n x qui, p o rta n t un m édeein e t un au m ó n icr,
devaneé l’fttn l, en ce qui re g ard e re n seig n e m e n t v o n t p o rte r d es seeours m atériels, inédieaux, m o ra u x ,
m ín a g e r. L’écolc m énagére nórm ale, fondée A P a ris religieux, a u x n iarin s se liv ra n t A la g ra n d e péchc.
en 1902 p a r les s m ir s de S a in t-V in c cn t-d c -P a u l, de la Le pliénoinéne social d e l’ém ig rn tio n , q u i enléve un
ru e d e 1’A bbayc, a fo rm é, d e 1902 ¿i 1912,113 centres tré s g ra n d n o m b re «lc l-'ranfais au e a d re d e leur paroisse
d 'é tlu c atio n m énagérc d o n t 36 A P a ris el d a n s la b a n - p rim itiv o , a suscité les é lu d c s de l'a p o slo la t c alh o -
lieue; un eours norm al d'eiiscigncm cnt catholi<[ue liquc. M. l’a b b é Cougel a c o n sta té (¡ue. su r les vingl
niénager, d e slin é A form er des m aitresses d ’ciiscignc- arro n d issem e u ts de P a ris, il n ’y en a q u ’un seul, le
m ent m cuager pour écoles et «cuvrcs enlholiqucs, fone- \ v in g tié n ic . oíi les P a risicn s au thcnli< |ucs, cíTective-
tiounc d e p u is 1910 sous les auspices d e I'archeveché. ineiit ués á P aris, fo rm cn l la m a jo rilé ; «lans to u s les
V II. I>i;ux Fon.MEs n o u v e i x k s d ’a p o s t o j.a t : a u tre s a rro n d issein e iils, les p ro v in eiau x d ’origine so n t
l ' a p o s t o i .a t n n s p i io f f s s i o s s , l 'a p o s t o l a t d e s d a u s la p ro p o rlio n d e 69 á 53 p o u r 100. f.e «léraeine-
iMMi«iu:s. - Les caléchisnies p aroissiaux, 1’enseiguc* n icn l d ’iim om braltles p ro v in eiau x a ]>our consé«|iience.
m cnl libre : lels so n l les cadres n o rm au x oíl s'insére lc I ehez le plus g ra n d n o m b re « rc n lrc eux, un c o m p lc t
trav a il aposloli«|Uc. D ans ces catires ou bors de ces i oubli «Ies h a b itu d e s reli^ieuscs. P o u r lu tle r c o n tre ce
cadres, les cireo n stan ccs el les besoins du leinps o n l i m al, on a fondé «lepuis v in g t ans, et spécialein cn l au
ainené l'É glise fra n fa ise ro n lem p o raiiie ÍI créer des I cours des to u le s d erniéres années, 2 1 assoeiations pro-
form es nouvcltes d ’ap o sto la t. i vineiales ca(boli«|Ucs «pii nc d o iu ie u l pas seuleincnl des
I.a Société des m issions «liocésaincs, fondée en seeours niat«TÍels, inais <pii, g ro u p a n l rh a eim e une
1XKG «lans le diocése de l ’aris p a r le c ard in al R ichard, élite m orale de p ro v io ria u x , cx crc cn l, g r á r r A e u x , sur
m tr e tic n l de JH á 20 niissionnaircs, <jui, d ’aprés lc la m asse «les p ro v in eiau x ininiigrés. uue inlhiciicc
ra p p o rt préscnH-- au congrés «liorósaiu de 1908, raine- inórale et religieuse. L ’aelion d ’ap o slo la l catboli<|ue
n é ren t a l'É glise, en m oins d ’un q u a rt de siéele, plus exerr«'c p a r ees assoeialions pro vineiales esl ile n a lu ie
ile I00H0 personnes. La Soclélé «les aniis des pau v res A ri'ssuseiler ]»cu A peu l'e s p ril paro issial «lans uu cei -
en voir ses m em bres A dom ieile po u r l'édtieation rcli- tain no m b re d'sim es q u i, u n e fois éloignécs dn eloclicr
«icuse «les adulto*. I.a Soelélé de S a in t-F ran fo is-ltég is, local, a v aien l ouldié le cheinin de to u te église.
fondée en 182fí p;»r M. (iossin, se m et á la disposition V I I I . I . l ; s 1 N I T J A T 1 V I .S H K C I . N T l í S P O l ’ H I I . DK V l . l . O P -
«le ees d i\e rs e s «cuvrcs, p«mr fncililer le m ariage relí- i'i 'ir.NT ih: i.\ i’ii'.té. \/(J 'u v r e drs p^ lerin agrs, io n -
¡jieuv el l« m ariage civil des p a u v rrs «lu «liocése el la «lée en 1N72, el le C.omité n a /tonal d ts [létrrim ig rf.
légitniialion de leurs eitfau ls iialurcls. L 'fL uvre «les fondé en JX99, s‘oeeu]»enl «le dév o lo p p er, pnr «les ]iélc-
e:ilé«iiism«s «1<* ro la rd u ta irc s, eréée cu 1H9X, confie á riuafíes A Jé ru sa le m , L ourdes, H om e, Par:iy-lc-.M«j-
q u a ra n lc ehrétien* el a oim p ian te clirétiennes de bonne n íal, des n to u v en ie n ls eollcelifs de plété.
I»l«,t. M. TIHOr. « -Wllol.. VI. - 21
(!'*;{ FKANCE. ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL Oí i

L a p ra liq u c ilcs re tra ile s ferm ées í u t iuaugurée en cu ule m oins clicr, les frais d ’im pression d e la p a rtie
1871 p a r le P. ltu b in , jésu ilc : il groupa, d ’abord, com m unc sr ré p a rtis s a n t c u tre lo u s les b ulletins. Les
des m em bres (le l’(F u v rc (les eercles. Vers la m ém e U n ion s d e b u lle tin s o n t a d o p té c e tte form e de bulle-
é.poque, les confércnccs d e S aiiit-Y ineent-dc-P aul or- ! lilis. II existe aussi des b u lle tin s écrits á la m ain ou á
gan isaicn t (les re lra ite s form ées p o u r leurs nienibres. ; la m achine á écrire, ct polycopiés á Paide d ’un dupli-
L ’in slitu tio n de ees rc lra ile s s ’é te n d il peu á peu : ;i ‘ caleu r. Les b u lle tin s so n l généralom eiit des publica-
p a rtir de 1881, dans le nord d e la F ra n c e, le P . W atri- 1 tions m ensuelles; quelqucs-uns sont bim cnsucls;
g a n t en organisa p o n r les lioinm es des classes labo- 1111 trés p e tit n o m b re so n t hebdom adaires.
ricuscs. \ /( E tw r c des retru itfs regionales, fondée en A u x b u lle tin s p a ro issiau x so n t venus s'a jo u tc r les
1902, a donne, d e 1902 á 1909, so ix an tc-n eu f re tra ile s ; A lm an n eiis p a ro is sia u x qui se coniposeiit d ’une p a rtie
clic a, en 1910, grou pé 1197 r e tra ila n ts dans 30 cen­ spéeiale ¡i c h aq u é paroisse e t d ’une p a rtie eom m unc á
tres, L ’eílieacité de ee genre d 'in stitu tio n s est de tous les alm anachs. P lusicurs diocéses p u b lie n t m ain-
m ieux en m ieux com prise p a r une élite eatholique te n a n t ch aq u é annéc un a lm a n ac h p aroissial diocésain.
d ans to n to s les classes, e t cc n ’c st pas l’un des sym p- L ’U nion des b u llc tin s é d itc chaqué annéc 800 á 900
tom es les inoins in té re ssa n ts d n renouveau contení- a lm a n ac h s paroissiaux,
p orain. X ous ne voulons p as m entioiiner ici la presse poli-
IX . Lies (EUVRi;s d e p r e s s e e t d ' i n f o u u a t i o n c a - liq u c e ath o liq u e , m ais seulem ent les p rin eip au x
Tiioi.iQi'K. — D es p u b lic a tio n s app ro p riécs com plé- e llo rls de p ro p ag aiu le eatholique p o p u lairc q u i a id e n t
te n t ren seig n e m e n t e atéeliétiq u e, c t parfois, d an s une l'a c tio n a p o sto liq u e d u clergé. L a Maison de la B onne
légére m esure, y snppléont. C’est un phénom éne to u l P resse e st le p rin cip al c e n tre de ces ellorts. E n dehors
récen t clans la vie e ath o liq u e fraii^aisc, que la créa­ d u lJélerin, qui d a te de 1873, e t de la C roix q uotidienne,
tion d ’orgnncs détiués de to u t c a ra c té re politique, don- q u i d a te de 1883, elle p u b lie, c u tre au tre s périodiques,
n a n t, to u t á la fois. des nouvelles de la vie religieuse c t les Q uestion s uetuelles, d a ta n t de 1887, recueil docu­
des ind icatlo n s p o u r l’actioii religieuse. Ce fu re n t m e n t a r e d ’u n e im p o rta n c c c a p ita le ; les C ontcm po-
d ’ab o rd , po u r les diocéses, les Seinaincs religieuses, r a in s, d a ta n t de 1S92; les É ehos d ’O rienl, d a ta n t de
d o n t la prem ien:, celle de P aris, d a te de 1853. L ’essai 1896; Y A elion calholiijue, fondée en 1899; le M o is litlc-
fu t im ité en 1861 á Orlé ans e t T oulouse, en 1862 A ! ra ire ct p itto resq u e, fondé en 1899; la C hronique de Itt
M arseillc c t á M o n ta u b a n ; en 1863 dnns la L o ría m e, ¡ bonne presse, fondée en 1900; Home, fondée en 1903;
á Lim ogcs, á B ourges, & A ngers. P resque tous les dio- I J éru salem , fondée en 1904; la Itevue d 'organ isation
céses a u jo u r d ’hui ont une Sem aine religieuse, I el de déjen se re lig ieu se, fondée en 1908, p o u r trá ile r,
P uis on v it su rg ir, il y a m oins de v in g t an s, l’idée a u p o in t de v u e ju rid iq u e , les qucstions de défensc
d ’une presse paroissiale, c t le succés de c e tte idéc religieuse. O 11 évaluc á 350000 le n o m b re an n u el des
est l'un des épisodes les plus décisifs du re n o u v ea u le ttre s que re fo it ce c en tre p u issa n t d ’inío rm atio n s
eatholique actuel. Les prem iers b u lle tin s paroissiaux c atholiques. Les B roehures périodiques d ’Aí7¿on rcli-
firent leur a p p arilio n en F ra n c e vers l’an n cc 1895. giense publiécs p a r l’A rtío/i p o p u la irc de R eim s four-
Ils íu re n t d ’a b o rd p eu n o m b reu x : ce q u i a rré ta it leur nissent des o rien ta tions précieuscs; nous reviendrons
d éveloppem ent é ta it (rim e p a rt la n o u v e au té de c c tte plus bas su r ce g roupem ent.
m éth o d e d ’a p o sto ln t, cl d ’a u trc p a rt, su rto u t, la dé- L a Jou rn ée docu m en taire, organisée en 1913 p a r le
p ense re la liv c in e n t considerable que coütc l'ñ n p res- B u rean d 'in jo rm a lio n s religieu ses ct sociales, a m on­
sion d 'u n bullctin. E n av ril 1899, f u t fondée 1’ U nion t r é le souci de p lu s en p lu s scrupulcux des catho-
des b n llelins p a ro is sia u x , ceuvre q u i, p a r son orga- licjues p o u r u n e solide d o c u m e n tatio n et les services que
nisntion, d im in u a il b e au c o u p les frais d ’im pression p e u v e n t leu r re n d re , ¡i c ctte fin, V A ction p o p u la irc
d ’un b u llctin ct fa c ilila il la dilTusion de ce genre de de R eim s, le C om ité de déjen se eatholique, la Soeiélr
p u b lic a tio n . Les a d h é re n ts á l ’U nion se m u llip lié re n t: b ib lio g ia p id q u c e t le B u reau d 'in jo rm a lio n s .
d ’au tre s U nions d u m ém e genre fu re n t créées. Les bul- II fa u t enfin fairc une place spéciale ¡i un m oyen
letin s p a ro issiau x com m cncércnt il se ré p an d re d an s d ’ap ologétique p o p u lairc in au g u ré avec g ra n d succcs
un g ra n d n o m b re d e diocéscs. U n M a n u el du bullelin d ans les quinze derniéres années : c’est la conférenec
p a ro is sia l d istrib u é g ra tu ile m e n t a u clergé lui fit a vec projcctions. L a revue les C on jiren ees e l la revuc
c o n n a itre les a v a n ta g e s (lu b u llc tin , soit a u p o in t de le F a sein a leu r, publiées depuis 1897 et depuis 1902
v u c de la vie paroissiale, so it a u p o in t de vuc de l’in- p a r la M a iso n de la B on n e P resse, sont h cct égard
stru c tio n religieuse. E t le M a n u el co n trib u a p o u r une des guides p récieux. Des collections cutieres de pro-
large p a r t á la did u sio n des b u llctin s paroissiaux en jeetions o n t p o u r b u t de scconder l ’enseignonient du
F ra n c e el á l’étran g er. D e fa il, l ’U nion a fondé envi- catécliism e. A un eongrés sa c erd o tal te n u á P oitiers
ron 2 000 b u lle tin s et a é ta b li des groupes de bu lletin s en 1906, 250 & 300 p ré tre s d u diocése nianifestaient
d a n s p lusieurs régions de la F ran ce. P eu á p eu , les le désir de faire leu r catécliism e avec le secours de pro-
évéques se re n d ire n t com pte des lieureux ré su lta ts jee tio n s; d a n s le scu) diocése d e B cauvais, en Phiver
p ro d u its p a r les b u lle tin s c t fo n d e re n t des U n ion s de c c tte m em e an n éc, liu it ceuvrcs dioeésaines fai­
d iocésain es de b u lle tin s qui e x is te u t m a in te n a n t d a n s sa ien t circulcr á clics seules p ré s de 70 000 vues.
presq u e to u s les diocéses. L a sta tis tiq u e genérale des Le eongrés des oeuvres de p ro jcc tio n s te n u en 1912 a
b u lle tin s n ’a p a s é té fa ite ; 011 p e u t év alcu r leur nom ­ a tte s té q u e d a n s u n diocése com ine M arseille le clñílre
bre actu ellem e n t A en v irón 3 á 4 000 et ce nom bre des conférenees ainsi illuslrées a v a it passé, en un an,
s’accroil c h aq u é annéc. O n d istin g u e deux sortes de de 219 á 420. U ne ceuvrc diocésainc de préts-projec-
b u llctin s p aroissiaux : I o les b u lle tin s p artieu liers á | lions a été organiscc en nov em b re 1912, d a n s le diocésc
chaqué paroisse, rédigés to u t e u tie rs p a r le clcrge. C’cst de P aris. Dos ju illet 1906, un publiciste p ro te s ta n t,
la form e lu plus rccoinm andablc, parce que 1c bullctin M. P a u l D oum ergue, d é clara it, ii l’occasion d u eongres
ainsi redigé est m ieux a d a p té á l’e sp rit de la popula- general des univrcs de pro jectio n te n u A la Maison de
tion á laquelle il s’adrcsse. E lle a P inconvénient d ’cxi- la D onne Presse, que c ’cst lá u n e des « form es les plus
ger u n e dépense annuellc assez co n sid éra b le ; 2® le ; m odernos e t les p lu s liardies de la pro p ag an d o calho-
b u llelin á p a rtie spéciale et ¿i p a rtic com m unc. La lique en F rance. »
p a rtic spéciale est p ro p re ¿1 chaqué paroisse; la p a rtie ¡ X . J.K S K KSSOCltCU S A C T U vL L E S DE L ’É C U S E , LN
eom m unc —■la p lu s c te n d u c —■est la m em e po u r tous r.T iín uoMMii.s. — C etlc íg li s e de Frailee,
a r g iín t
Ies b ulletins. C cttc form e de bu lletin s est de beau ­ qui essaie ou po u r laquelle s’cssaicnt t a n t de créa-
coup la plus ré p an d u c , p a rce que ce genre de bu llctin s 1 lious nouvelles, est ccp e n d an t une p auvresse; les res-
G4o FRANCE. ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL 6iG

so alces qui lu i v ien n c n t au jo u r le jo u r e t, si l ’on p e u t m aison d 'in stru c tio n p o u r les fu tu rs p rc tre s; m ais on
a in si dire, d e la m ain á la m ain , les seules ressources se d e m a iu la it avec quelque in q u ié tu d e si ces m aisons
d o n t légalem en t elle puisse disposcr, d e m e u ren t tré s I c la ie n t deslinécs á se rem plir. E n 1910. le b u re au de
liiíérieures á se s besoins. I ,'CEuvre d u d en ier d u cuite, , l'A lliancc des g ra n d s sém inaires c o n sta ta q u e le
organisée dans les divers dioeéses poui' a ssu rcr le ,trai- no m b re des sém in aristes, depuis 1905, a v a it dim inué
letn c n t des évcqucs e l des curés ct les frais d ’c n tre tie n de nioitic. Mais ln confiance m em e q u e tém oigne
des églises, re n co n tre p a rto u t d ’cxcellcnts et géné- l ’É glise, la m u ltip lic alio n de ses p o ste s d ’occnpation..
re u x c o n co u rs;m a is les détresses, en beaucoup de dio- l’cxtension «le ses besognes d ’a p o sto la t, a tte s te u l
céscs, sonl encore supéricures a u x libéralités. D ans les aux íam illes les p lu s soucicuses (les in té ré ts liuinains
villes, l’inconvénient se corrige : l ’évéque p e u t préle- q u e le m inistérc sa c erd o tal, m algré les crises q u ’il a
ver, sur le su p erilu des paroisses rielies, cc q u e re- | trav e rsé es, e st assuré d 'u n a v e n ir d u ra b le , et m ém e
q u ic rt la vie des paroisses p au v res. Mais q u e faire lors- glo rieu x ; et depuis 1910, les e n fa n ts rccom m encent á
q u ’on se tro u v e en préscnce d ’un certain n o m b re de se presser, p lu s n o m b reu x , d a n s les classes des
paroisses ru rales, isolées, perducs au fond des cam ­ p e tits sém inaires, oft de tre s loin ils se p re p a re n t á la
paniles, ct d a n s lesquelles le curé n e tro u v e que d es | p rétrisc.
c o tisa tio n s insuffisantcs ou m ém e dérisoires? C ertain s , J u s q u 'ü cc q u e c e ttc g e n éra tio n d 'c n fa n ts a it a t-
évéques o n t essayc d e ta x c r c liaq u e pa ro isse ; c ’est un 1 te in t l'á g e a d u lto , l’É glise de F ra n c e sem ble destiné?
cssai q u i n e ré u ssit q u e p a rtic llc m e iil : d a n s le dio­ souflrii- d ’u n e crisc du rc c ru te m e n t; m ais l’e la t ae-
cése de B a y o n n e, p a r exem ple, 224 p aroisses fo u r- tu e l des p e tits sém inaires p e rm e t d ’e n lrc v o ir, p o u r
nissent la co tisa tio n q u e l’évéque leur r é d a m e ; m ais u n e éelicance precise, r a tté n u a tio n de c elle crisc.
277 n ’en fo u m isse n t q u ’une p a rtic . L ’arclicvcque D es «ruvrcs c x iste n l p o u r a td c r l’É glise á se rceru-
de C liam béry déclare q u ’il lu i fa u d ra it 00 000 frailes t e r ; c ’cst á P a ris VCEuvre des sé m in a ires, fondée en
de p lu s; l’arch e v cq u c d ’A u ch , q u ’il m a n q u e 40 000 1882; il M arscille la P roviden ce du P ra d o . fondée p a r
franes. L ’cvcque d u P u y calcule q u 'il lui fa u t le P. C h c v rie r; a D a x le B errean de S a in l- Y in ccn i-de-
75 000 franes, il en p re v ie n t ses fidéles, e t n ’o b tie n t P a u l; á B iville (M anclic) V (]iiw rc de S a in l-T h o m a s ;
pas plus de 26 936 fran es. E l l’on a le d ro il d e s ’ém ou- á L ouvnin, Y I n s titu í dn cceur m isérieo rd ieu x de J esú s,
voir en c o n s ta ta n t q u ’en p lu sieu rs diocéses la gené- fondé en F ra n c e , en 1790, p a r les sulpiciens.
rosité des fidéles te n d á se ra lc n tir p lu to t q u ’á s ’ac- X I. L ' a ctiox socialk d e t.’É g l is e pa r les pa t b o -
croitrc. La caisse dioecsaine e s t loin, le niécanism c . NAG1CS ET OvUVRES POSTSCOLA1HES.--- C’est merVcillc
leur en écliappe; u n e e e rta in e p a resse d ’e sp rit les ern- , de v oir c e tle d e iiii-d ise lle d 'a rg e n t, c c ttc d e m i-d isc tle
peche de ré flé d iir; ils v o icn t l’É glisc vivre, et, l’e sp rit ! d ’hom m es, coíncidcr, en F ra n c c , avec une a ctio n so-
d ’épargnc a id a n t, ils en v ie n n c n t á. croirc q u e po u r ciale d e l'É glise telle q u e ra rc in c n t 011 cu v il de plus
vivre elle n ’a p e u t-c tre p a s bc-soín de to u t ce qu e, 1 inten se. Les p a tro n a g e s, de stin e s á fo rm er la génc-
d ’ab o rd , ils a v a ie n t songe á m e ttre de cote p o u r elle. . ra tio n q u i m ú rit, so n t en p lcin e p ro sp é rilé . I.c seul
L 'É glise de F ra n c e v o il le d a n g er, elle le sígnale, I diocése de P a ris co m p tc a c tu e lle iu e n t 212 p a tr o ­
mais sans in sister á l ’cxces. Au fond, ccs curés e t vi- n a le s d e g a rfo n s e t 251 p a tro n a g e s de jeunes lilles,
caires, q u 'u n e presse liostile, ¡i l’époquc c o n co rd a ta ire, qui a gisscnl re sp e c tiv e m e n t su r c uviron 13 000 ct
a v a it rep résen tés com m e « a im a n t l ’a rg e n t », o n t p ris 60 000 ám es. Des colon íes de v a can ccs s ’y jo ig n c n l,
su r leurs d é tra c te u rs une singnliére rc v an c h c : ils d a n s lcs(nielles les p ré tre s o n t l'occasion d ’un long
o n t a b an d o n n é , sans m o l dire, les 330 inillions que c o n ta c l avec les jeunes am es, T o u t ccla est n o u v e au ,
l ’accep talio n des c u llu d lc s a u ra it p erm is a l ’É glise de e t to u t cela se d évcloppé profusión.
co n se rv c r; e t ils a tie n d e n t, au jo u r le jo u r, un peu de I T o u te s les tc n ta liv c s « p o stseo laircs » j>ar les-
casuel des fidéles, quclques subshlcs de l’évéché. quellcs l’É ta t v e u t s ’crigcr en éinule n ’o b lie n n c n l <]ue
A colé du denier tlu culle, tro is oeuvres fouc- des rc sn lla ts lies m ediocres. U 11 in sp e clcu r géncral de
tionnciit, <]ui viciilienl en ¡ii<lc au clergé. L ’CEnwc rin s lru c tio n pnl>li<| 11c, M. É d o n a rd P e til, pulilíe
de S u iiU -I'ra n fo is de S a k s po u r la defense c t la con- c haqué an n éc des ra p p o rts sur ccs te n ta tiv o s : l'o]>li-
servation de ln foi, fondée en 18.>7, a p o u r b u l d 'a id e r m ism e m ém e d o n t ils s ’inspii'eiil laisse pereer d ’im-
le clergé ¿i ra n in ier la vie ehrétienne, p a r la foiidalion m enses inquiéU idcs. Des enTanls que certain s niailres
d'écoles libres, d 'a n v r c s de pcrsévérance, de biblio- « laupies » s’é la ic n l lla llé s de so u s lra iie a u \ conscils
lliéqucs : les secours q u ’ellc d islrih u c a n nuellcm cnt dn p ic trc v ieu n e n l au jia lro n ag e paroissial clierchcr
di'pussenl un mi Ilion tle frailes. L'O-hwrc des cam- ces conseils.
p tiyn cs, fondée en 1851, érigée en arcliiconfrérie en I.a créalion cl la e o n d u ite ilcs p a tro n a le s , dcjniis
1892, a pour o b je t de v e n ir en airle aux curés de cam ­ une (piiiir.ainc (ran iiéc s, o n l d o n n é lieu á to u le 1111c
p a r l e , soil po u r leurs eludes, soil pour l'accom plis- serio d ’ctudcs, á de n o m b reu ses discussions de con-
seinent de leur nim islérc. Ces deux « ’iivrcs laissenl á grés. X ous avons en des < Jonrnées des ])alJona^cs ».
VfJCuurr des tnbcnxuekx on f y lh c s pau vres, fondée ¿l d a n s lesquelles les dii'ecleurs des prineijialcs iru v rc s
P a ris en I81G et érigée cu areliicoufrérie en 18á8, Ic de jcunesse éehangeaient lenrs cxpérienccs e l leurs
soin de s ’oeeuper des besoins du culle. v u es; nous avons eu des exposilions 011 l’on p o n v ail
I.'a c tiv e ln tc rv m li'm de ces a:uvres consolé le ])lus e x am in cr de prés, p a r des schém as, j>ar des sla lis-
possible la d ise tte pécim iaire íi la<|tiellc, d a n s ccr- liq u e s, l iiista lla tio n des ]>alrouagek, leur onlillage,
Lui>ies redim ís, sont condaninés les p rc tre s; el lorsque , leurs proyrés. U ne re v u e v ien t de se fon»ler, <|uí
u mi se n ten dons ceiix-ei p o u ss c ru n e ri d ’a la rm e .ce n ’est i s ’apiH'lle la ticvn c des pa tro n a g es. (irác e á c ette ini-
po in t au su je t du m anque d 'a rg e n l, c'cst au sujet du I tia liv e , l’a rl de creer 1111 p a lro u a g e , de Porgan ¡ser.
n n n q u c d c v o c alio n s: voilá le péril qui les préoccupc el P a rí d ’o n e n te r les 1 es|ionsabililéf. des jen n es hom m es
«|u'ils tiielienl de eonjurcr. An lendem.-iin de la sépa- lo u l en les re sp e c la n t, Parí de p ré p a re r á la vie ci-
ralioi», cc péril a p p n m l Irós iii(]iiiélanl : les fam illcs vííjuc el d ’alTerinlr les germ en d e \ ie religieuse, sonl
rural»-*, tro)) s o u v in l. «lélonniaivnl lenrs e n fan ls dn en (rain d e d e v en ir uue v é rilab lc pi'ilagogic.
sn(r<l»Kc, <pii n ’avíiit plus Ic prestigo d ’une fonction ICt» lin la l-rtirm lio it g iim iM stiyiif <! ¡¡partiré des
|iii|ilí<pic ni le bénéílec d 'n n «salaire • olllciel. 1,’lvglise, ¡¡atronin/rs <tr !• ranee, c-réée cu 1SMS p a r le d o e lc u r
fii líMH'., «l’ap rés les calcnls de M. Paul D ndon, av ail M icliaux, g ro n p a it, en l ü l l , in o u u gyiuiiasles p o u r
dt'j.i .’í I0ÍI pr«1r«A d<- iiio n s «pie les besoins rcligieux , les félcs de N ancy, el cum ple, en 1912. II unions ré-
n c re n s s e n l requis. I.xpnlséo de ses sém inaires, clic se gionales, plus de I .'U)0 sociéles en a e liv ilé , ct ])rés
li.ili <!»■ re co n sliliicr,p resq u e dnns chaqirc diocése, une de II’.U 111IM iiieiulires acllfs.
(¡47 1’U A N C E . ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL 048

On p o u rsu it, d a u s bcaucoup de p atro n a g es, une de se suílire p o u r l’avenir, C ette ccuvrc, fondée en
d ou b le fo rm atio n : la form ation apostolique et la for­ 1881 sous la d irec tio n de la sceur S aint-A nloine, a, de
m atio n sy n d icale; ct l’É glise h a b itú e ces jeunes 1881 h 19U3, hospitalisé 70 240 fem m es.
hom m es, d ’u n e p a r í, á d éfendre au p rés de leui'S freres E n 1891, la sccur S ain t-A n to in e y an n ex a l’CEuvre
l’ho n n eu r ou les in té ré ts d e la foi, d ’a u tre p a rt, á dé- du Iruvail á dom ieile p o u r les m rres de fa m ille, q u i,
fendre a u p rés de qui de d ro it, au nom de la foi, les de 1892 íi 1902, assiste 7 -119 m éres de fam ille.
reven d íca tio n s économ iques e t sociales de leurs La M a iso n de tr a v a il p o u r les hom m es, fondée on 1892
fréres. A insi s’élarg it, d a n s les p a tro n a g es actuéis, l'lio- p a r M, de L au b csp in , rend le m ém e service a u x
rizón dtt jeu n e eh rétien . « T u dev ien d ras un bon su ­ hom m es sans asile ct sans tra v a il, e t est aussi sous la
je t, lui a v a il d it, en l’y e x p é d ia n t, son pére ou sa d irection des religieuses du Calvaire.
m érc, et to n a v en ir y gaguera. » Mais voici q u ’á la 2 o S ervices de l'enfancc. O rph elin ats d e ¡cunes filies.
longue cc je u n e ehrétien se laisse séduire p a r des — L ’h istitu tio n des crtches, qui g a rd en t, p e n d a n t le
préo ccu p atio n s ex térieu res et supérieures á celle tra v a il de la m ére, los e n fan ts de 15 jo u rs a 3 ans, re ­
m ém e de son a v en ir, p a r un certain goüt d ’action rc- m onte á la fo n d a tio n fa ite en 1844 p a r M. M arbcau.
ligicuse, p a r un c ertain g o ú t d ’actio n sociale. Les sceurs de S a in t-V in c en t-d e -P a u l ont fondé, á
E t d an s les p a tro n a g es se ré v é le n t des vocations P aris, sur les paroisses S aint-V in cen t-d e-P au l et S aint-
au sacerdoce; e l eertain s e n fan ts des patro n ag es Sévcrin, l ’CEuvre de la eréehe á dom ieile, d eslin ée á as-
p re n n e n t a u x q u estio n s professionnellcs un in té ré t su re r des seeours a u x m éres q u i g a rd e n t chcz elles
qui les p réd estin e ¿i d ev en ir d ’excellents « m encurs », leurs enfants. Elles p o sséd en t á P aris un certain nom ­
au bon sens de ce m o t, p o u r les fu tu rs sy n d icats chré- bre d ’o rp h c lin ats p o u r filies et m ém e pour garfons.
tiens. Com pris de la so rte, p ra tiq u e de la sorte, le P arm i les fo n d atio n s originales que des religieuses pos-
p a tro n a g e n ’est pas seulem ent une in stilu tio n d ’liy- sedent en provlnce, citons, p o u r gar?ons, des o rp h e ­
giéne m o rale; il fait p a rtió de l’o u tillage p o u r Tactivo lin a ts agricolcs com m c celui d ’A gde (H é ra u lt), de
dillusion du régne de Dieu. G rezes (A veyron), des o rp h elin ats in d u striéis com m e
X II . L ’action socia le de l ’É g l is e p a r les celui du B o u rg et (Seine); p o u r filies, l’o uvroir indus-
(EUvnEs de c h a r it é . — E n 1900, a v a n t l ’app licatio n triel des A ndelys, p o u r le dévidagc des soies; l'o rp h c-
au x congrégations de la loi de 1901 su r les associa- lin a t agrieole de B e zo u o tte (C óte-d’Or).
tions, les ta b le a u x exhibés p a r M. Soulange-B odin L a g ra n d e ccuvre de V A d o p lio n , fondée en 1859 p a r
á l ’E xposition p ro u v é re n t que les catholiques e n tre ­ l’abbé M aitrias, recucille de n o m breux o rphclins.
ten a ie n t p a r leurs scules re sso u rc e s: 398 a ispensaires A cote d ’cllc, il fa u t citer, com m e issucs d ’in itia tlv e s fé-
et h ó p ita u x ; G01 o rp h e lin a ts ; 512 créclies ct asiles; m inines : V A sso ela tio n des ¡eanes éeonomes, qui, sous
172 asiles el o u v ro irs; 84 ceuvres de m a te m ité ; la directio n des sceurs de S ain t-V in cen t-d e-P au l,
343 assistances p a r lc tra v a il; 25 h o sp italité s de n u it; groupe les générosités d ’un g ran d nom bre de jeunes
1 428 b u re au x de b ienfaisance; 229 ccuvrcs p o u r les Tilles p o u r l'ap p re n tissag e e t lc placem ent des jeunes
vieillards; 571 ceuvres p o u r les m ala d es; 97 ceuvres filies p a u v res iYCEuvrc de S a in le -A n n e , fondée en 1821,
p o u r les incurables. V íE uvre des en fan ts déta issés, fondée en 1803, l'CEuvre
On p e u t classer sous q u a tre ru b riq u es les ocuvres de t ’adoption des petiles filies abandonnees, fondée
catholiques d ’assistan ee : en 1879, q u i s ’o c cu p e n t to u te s tro is au placem ent des
1» A ssisla n e e en général —- á dom ieilc — p a r te tra - o rp h c lin s; YCEuvre de V enfanl J ésu s, a b r ita n t p e n d a n t
vuil. — \A & s o e la tio n des dam es de ch arité , é tab lie en leu r couvalescence les jeu n es filies p a u v res so rta n t de
1C29 ii P a ris, d a n s la paroisse d e S a in t-S au v e u r, p a r l’hó p ital.
sa in t V incent de P a u l, p o u r la visite des p a u v res L'CEuvre d'assislan ee m aternelle el in fa n lile gra-
m alades, re co n stitu ée en 1840, a do n n é naissance á lu ile de P taisan ce, fondee p a r Mlle C h ap tal en 1901,
l'(E u vre des pa u vres m alades c t á 1'(E uvre des pau vres ' com p ren d ; 1. un service d ’e n q u étc á dom ieile;
m alades d a n s les fau bou rgs. D ans la p lu p a rt des pa- 2. un service de c o n su lta tio n s g ra tu ile s p o u r les m éres
roisses d e P a rís, des assoeiations d e d am es d e c h arité , in digentes e t leurs n o u rrisso n s; 3. un service de foum i-
présidées p a r le curé, po sséd en t des vest¡aires c t vi- tu re s p o u r les m éres qui fo n t leurs couches ehez elles;
site n t les p a u v res. 4. u n service de d istrib u tio n s de bons de v ian d e et de
L a Sociétc de charité m u lem etlc, qui rem onte á carn ets de cheque a lim en tairc s p o u r farines ou fécu-
1784 ct au p ro te c to ra l de M arie-A ntoinctte, secourt lents, en faveur des fem m es accouchées; 5. un sen-ice
au m o m e n t de l ’accouclicm ent, sans distin ctio n de <le bons de tra v a il á faire ix dom ieile; C. l’organisation
religioji, les fem m es m ariées; d an s chaqué q u a rtie r <le journées de plcin a ir d u ra n t lesquelles on envoie
de P aris, des dam es visiteuseb d é te rm in e n t les fam illcs ü la cam pagne un c ertain no m b re de íenim es du
qui d o iv e n t étre adm ises a u x seeours. C etle ceuvre q u a rtier.
secourut, en 1898, 2 797 fem m es et 2 853 enfants, L ’ U n ion fa m itia ie, fondée á C haronne en 1899 p a r
L ’Assocta/í'o/i des meres de fa m ilte, fondée en 1836 Mlle G aliéry, a organisé p o u r les to u t p e tits enfants
p a r Mme B adenier, secourt les fem m es en couclies une g ard erie froebelienne; elle re fo it les e n fan ts de
dom iciliées íi P a ris qui ne so n t p as d a n s les conditions l’école apres la classe; elle ré u n it les fam illes, depuis
exigées p a r la Soeiéíé de charité m atern elle ou q u i so n t 1904, d a n s un cercle d ’éd ucation fam iliale; elle crée
d a n s la categorie des p a u v res lio n teu x . des groupes de « p e tite s m éres », fillettes d e dix ans
L ’CEuvre de ta m iséricorde, fondee en 1822, secourt qui s ’o ccupcnt ch aq u é jeu d i d ’un groupe de 3 ou
les p a u v re s lio n teu x . 4 e n fa n ts; elle a des ja rd in s ou v riers, u n e ceuvre de
L ’A ssocía/io/i eh aritable des fem m es du m onde, fon­ tro u sseau x , e t, d e p u is 1900, des colonies d e vacances,
dée en 1879, secourt les fam illes indigentes des a n ­ sous le nom d ’ceuvrcs d e g ran d air.
cicns ofliciers on fonctionnaires. L 'a c tlv itc des religieuses de M arie-A uxilia trice
L ’CEuvre de l ’h o sp ita tité du Iravail a p o u r b u t d ’oíTrir V illepintc e t ít C ham prosay, po u r les jeunes filies
un ab rí g ra tu it et tem p o rairc, sans d islin c tio n de natio- po itrin a ire s ou aném iques, est devenue célébre.
n a lité ou de religión, á to u te fem m e ou filie sans asile Les sceurs de la C h aritc de N evers, les socurs du
décidée á chcrchcr d a n s lc tra v a il lc m oyen de gngner Sacré-Cccur, so n t chargces á B ordeaux et á C ham béry
h o n o rab lem en t sa vie; d ’occuper u tilc m c n t sos pen- de 1’in stitu tio n n a tio n a le des sourdes-m uettes. De
sionnaires ct de chcrchcr á re n d re 1’liab iL u d cd u t r a ­ n o m b reu x étab lissem en ts privés de sourdes-m uettes
vail & ccllcs qui l’a u raicn t p e rd u e ; de los aid e r h se sont te n u s pnr des religieuses.
procurer un em ploi h o n o rab le qui les m e lle á m ém e L ’origiuale congrégation des Sceurs aveugles S a in t-
649 FRANGE. ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL 050

P a u l, fondée en 1851, s’occupe des jeunes filies fo rt qui cst fa it p o u r l ’assister ct le relever. Los
aveugles. ceuvres de c h a rité le plus en fa v e u r p a rm i les c a th o ­
A N a n cy c t á Ja rv ille , il y a p o u r les aveugles la liques so n t d ésorm ais ce q u e j ’appellerais les ocuvres
M a iso n S a in l-P a itl, fondée p a r l’a b b é G ridcl, et p o u r p ré v e n tiv e s. P ré v e n ir la m isére p a r une é ducation
les so u rd s-m u ets, 1'iEUvrc de M. P iro u x conlinuée p a r hygiénlque, fam iliale, professionuclle, telle est la
Ies sceurs de Saint-C harlcs. p ré o cc u p atio n des fo n d a triec s des íEuvres actu elles
38 S o in des m alades. — Lc d é v o u en ien t des cougré- d 'a ssista n cc . E lles nc v ise n t p as seulem ent A la lu tte
gations e n tre tie iit A P a ris les lid p ita u x S ain t-Jo sep h , eo n tre les conséquences d e la m isére, m ais A la lu tte
N o tre -D am e de B on-Secours, du Perpétucl-S ecours, co n tre la p ro d u c tio n de la m isére. 11 y a sans d o u te
S a in t-Jac q u es, H a h n em a n n , S a ln t-F ran ? o is, S aint- u n te rra in q u e la c h a rité c a th o liq u e n ’a b an d o n u e p as :
Michcl. D ans d e n o m b reu x d c p a ite m e n ts, des reli­ c 'e st le soin des v ieillards, des infirm es, des incurables,
gieuses sonl cncore chargées (lu service des aliénés. de to u s ccux q u i ne p e u v e n t re n d re a u cu n service
Un certain n o m b re d ’é ta b lissc in e n ts o ’idiotcs, d ’incu- social; les c a th o liq u e s e stim e n t que, ta n d is que les
ra b le s, sont te n u s p a r nos religieuses. philosophies issues de la lu tte p o u r la vic a b o u tira ie n t
L ’CEuvre des da m es du Caluaire, fondée A L yon p e u t-é tre A la suppression de ccs « bouchcs in ú tiles »,
p a r M me G arn icr en 1842 e t é ta b lie A P a ris en 1874, leu r religión d e fra te rn ité leu r fa il un d ev o ir d e n e les
ré u n it les dam os vcu v cs p o u r lc soin des cancércuses pas a b an d o n n e r. M ais il n e suflit p a s A la c h arité fém i-
ct re fo il d a n s ses liospiccs les fem m es incurables nin c c ath o liq u e de se c o n sacrer A eeux q u i v o n t m o u rir
q u ’a u cu n lió p ital n ’n d m c t; clic e x iste a L yon, M ar- ou q u i so n t in o rts á d e m i; clic v e u t aider, d a n s la fn-
seillc, S a in t-É tie n n e , R oucn. m ille, d a n s la profession, A l’ép aiiouisscm ent d e la
Les P c tite s sacurs de l’A s so m p lio n , gnrdcs-m aladcs vic. S ans négliger l’aum dnc ind iv id u ellc, elle s’a tta c h c
des p a u v res, s’in sta lle n t, jo u r c t n u il, sans r tlr ib u - su rto u t A faire ceuvre d ’a ssistan cc socialc; elle aim e
tion, a u clievct tlcs m ala d es p a u v re s; de m éinc, les m ieux p récéder la m isére p o u r l’a rrc tc r q u e de la su iv re
S a u rs de N o tre-D a m e de la ru é Cassini, a u clicvet p o u r la soulager; elle aim e m ieux re le v er les fam illes
des p a u v res fem m es en couclics. q u e de les seco u rlr; elle aim e m icux les a ssiste r au
L '(E uvre des p etiíes sceurs des p a u vre s, fondée en m o m e n t oü elles fléchlraicnt q u e d ’a v o ir e n su ite A les
1834 p a r J e a n n c J u ^ a n A S a in t-S crv a n , a assisLé, re le v er; elle aim e m ieux, en fin, les aid er a ctiv e m en t A
ju sq u 'e n 1900, 170.115 p a u v re s vieillards. E n 1912, am éliorer les co n d itio n s d e tra v a il q u e de su b v e n ir
5 793 sceurs, 258 110 vi ccs e l 237 p o stu la n te s se dé- p a ssiv em en t á des d é tr e s s e s ré s u lta n t de ces m au v aises
v o u aien t, d an s 111 m aisons en F ra n c c c t en Alsace ct conditions. T o u t l ’en sc ig n c m c n t d o n n é d a n s les
dans 195 m aisons A l'c tra n g c r, A 4G 913 vieillards, ocuvres de jeunesse cath o liq u e ct d a n s les p a tro n a g e s
\'(E u v r e de la v isite des m alades dan s tes M p ita u x , c a th o liq u e s est im pregné de c ct e sp rit a p p a re m m e n t
an te ric u re & sa in t V in c en t de P a u l c t reconstituye n o u v e au , qui n ’e st d 'a ille u rs, A y re g ard e r de prés,
p a r lui, a ré p o n d u , depuis v in g t-c in q an s, p a r su ite de q u 'u n rc to u r A la so lid a n te e h rétie n n e d u m oyen áge.
la laicisation des h ó p itn u x oíficicls, A un besoin d e plus X III. I.1ACTION SO C IA LE D E L 'É G L I S E PA H LKS
en plus urgent. G R O U PEM U N TS O U V R JE n S E T S Y N D IC A U X . — I I CXÍS-
Les fréres de Snint-.Jcan de D ieu, qui c n trc lie n n e n t t a i t A P a ris, dés 1867, u n e ceuvre d es m a fo n s c t des
on F rancc plusieurs hospiccs e t m aisons d e sa n té , o n t ta illc u rs d e p ierre , a y a n t p o u r b u t l’in stru c tio n de ses
ln ré p u ta tio n d ’un o rd re lio sp ita lic r re m a rq u ab le . a d lié re n ts, o riginaires su rto u t d u L im ousin, e l l’ainé-
4o (Euvres de p a tro n a g e in leressa n l eerlaines ealé- lio ralio n de le u r so rt. La plus ancicnnc ccuvrc c a th o ­
gorics d r jeunes filies. — Les soeurs se rv a n te s de .Marie, liq u e sociale f u l l ’ceuvrc des C erclcs c ath o liq u e s d ’ou-
les su-iirs de la Croix s'o c c u p cn t du p lac em e n t de d o ­ v riers, fondée cu 1871 p a r le com tc A lberl de Mun
m estiques. Les soeurs de S a in l-V in c cn t-d e -P a u l pos- e l lc m arq u is d e la T o u r d u Pili la C harco; elle doil
sédenl, sous le noni de P atron ages in tern es, des ceuvres son im p o rta n c e m oins encorc a u x 400 ccrcles d ’ou-
a b rita n l les jeu n es ííIles orpbelincs ou éloignécs de v riers clissétninés en F ra n c e (d o n t 8 A P aris) q u ’au
leurs fam illcs, c t qui tra v a ille n t p o u r vivre. m o u v em e n t d 'é lu d c s écouom iqucs ct sociales q u ’clle
1.'(E uvre des p ctites préservées e t le V esliaire des a p ro v o q u é . C’cst aux étu d cs e n tre p rises p a r les
p e tits p riso n n irrs, fondés en 1892 p a r la com tessc de com m issions de l’ocuvrc des cerclcs q u ’o n t été d u s les
líiro n , a ssn re n t la p ré serv a tio n des fiHeltes sorties de p ro je ts de lois sociales prése.ntés a u p a rlc m c n t p a r
prison. e ertain s d é p u té s cath o liq u es a v a n t l’époque oít l ’É ta t
L,'(Euvre calholique itilern alion ale p o u r la proleetion songeait A élab o rcr u n e législation socialc.
<lc l<t jeim e filie, eréée i F rib o u rg en 1897, postéricu- 1.’ U n ion catholique du persona?! des ehem ins de fer,
rem en t á I'U nion in tern alion ale des A m is rtc ta jeune fondée en 1898 p o u r « c onserver ch rétien s tous ses
filie M ’iiiitiativc p ro te sta n te ), a co n stitu é en F ran cc m em bres » c t < am élio rer leur so rt cu fa v o ris a n t les
un se c ré ta ria l cen tral c t de n o m breux com ités régio- in stitn tio n s c h arita b les, économ iqucs el so c ia le s,«é ta it
n a u x ; elle est en ra p p o rt avec de nom b reu x bornes A ro rig iu c , au m o m en t oh d an s la hasilique d e M ont-
et m aisons d ’accucil q u ’o n t fondés en bcaucoup d ’cn- 1 m a rtre e u rc n l lieu ses prem iéres u u ils d 'a d o ra lio n ,
drolts des fem m es catholiques : p a r exem ple, les íin iq n c n ic n t eom posée de q u clq u cs ccntam es de clie-
m aisons pour jeunes filies isnlées, fondées p a r Jl™* de m in o ls p a risic n s; £» ln suite d 'u n p é le rin a g r A L ourdes
l¡ u ll \ ; la m aison de fam ille des religieusc* de Marie- en 1899, clic s ’é le n d it peu :i peu A la F ra n c e cntiérc.
Aux i Iin trico, les lionics ríe Lyon, S ü in t-ltlie n n c , Mar- Hile com prciiait, en 1912, 418 groupes, avec 50 000
seille, fircHoble, N iee, fondés p a r les com ités locaux m em bres e nviron. I.cs sceurs d e la P ré sc n la tio n de
de 1'lKuvrc <lc p ro tee tio n . I)c 1899 íi 1905, l’CFuvrc T o u rs ilirigent Y A sso ria tio n et sociétc de seeours m u­
a hospitalisé en Frunce (P a ris excepté) 10 028 jeunes flir/ p o u r les drm o isrllrs de eommeree.
filies; «lans );i seule année 19U5 elle a hospitalisé, A Les c ath o liq u e s de P aris o n t p ris p a r í au m ouvc-
l ’a r is II 'J19 jo m e s filies. m e n t syn d ical, p a r plusieurs c réa tio n s im p o rta n te s,
L;i urande originalité d r r r l í n r t (1’assistaiiec catbo- i II fa u t ciler, a v a n t to u t, l'im tia liv e «lc 17 ancicns
liqnc en ees ilcrnléres an n ées a élé la m ultip licatio n éléves des F réres, qui a h o u tit eu 1887 A la création
<ks «t-iivres (1'éduealion socialc. C’en est fa it, (lc plus du S y n d ic al des e m p lo y ís d e eom m eree et de l’indus-
en plus, de l;i eonecpllon « p a tria rc a le • des <euvrcs; Iric ; ce sv n d ic at e o m p la it, A la fln de 1912,7132 nicm -
on aspiro e t I on ten d , a iijo iin rh u i, ;i associrr celui b re s; il a fail élire ses d e u x e a n d id a ts, en 1901, a u
qni soulíre ¿i son pro jirr relévem ent. A Ini d o n n e r une reu o n v elle m cn t d n conseil su p é rieu r du tra v a il, e t son
p a r t «le col laboral ion on m ém e ile «lireelion dans l’ef- secrélaire général, M. Y ien n cl, e sl tlcvem t, en 1911,
G5 KH A N C E . ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL ür,2

conseillcr p ru d 'h o in m e contrc l’un des ineneurs de la la région de L yon, en 1911, des sem iiincs sociales a g ri-
C onfédération (¡inórale du trav a il. Le S yndicat s'oc- coles, oú une soix an tain e de jeu n es gens, d estines a
cupe de p ro m o u v o ir en p rovince l ’existencc de sec- étre, d an s leurs villages, les ineneurs de l'ac tio n sociale
tions ou de sy n d ic ats n a tio n a u x , p o u v a n t é tre le n o y a u c t Ies re p ré se n ta n ts de l’idée eatholique, v e n aicn t
d ’une ííd é ra tio n des sy n d ic ats d ’em ployés catholi- s’in stru irc ct s’exerccr. Les eongrés anim éis de I’Asso-
ques Iran fa is. ciation eatholique de la ¡eunesse ¡raneaise, qui com pte
L ’o rganisation d ite de 1’AiguiJle, associalion pro- 120000 m em bres, m e tte n t to u jo u rs á l ’étude une
fessionnellc de p a tro n n e s c t d 'o u v riére s de la couture, question sociale : c ’é ta it. en 1912, eelle de l ’organisa-
e u t la prem iére in itia tiv e de la création de c ertains tion p rofessionndlc. C ertains eongrés diocésains, spé-
re s ta u ra n ts p o u r ces ouvriéres. cialcm ent á P aris, s ’assigncnt parfois un program m e
L es sy n d ic ats d ’ouvTicres, d'em p lo y écs, d 'in s titu ­ social : la questio n du logem ent ouvrier, p a r exem ple,
trices, de gardes-m aladcs, c t le S y n d icat du m énage, occupa le eongrés de 1912. E t la Société im m obiliére
d o u tle s trois p rem iers d a te n t de 1902, form en t 1’ U n ion de la région p a risien n e, gran d e bátrsseuse d ’églises,
cenlralc des sy n d ic a ls profcssion n els fém in in s de la ruc a, peu de tem ps ap rés cc eongrés, décidé d ’au g m e n ter
de l ’A b b a y e; ils cnglobent, d ’ap rés le ra p p o rt du 19 son c a p ita l en vue de construiré des m aisons ouvriéres
ja n v ie r 1913, 5 514 trav ailleu ses; I’U nion a fondé 44 á p ro x im ité de deux des églises q u i lui a p p a rtie n n e n t.
scclions syndicales d o n t 25 á P a ris; elle a un organe Los com ités p a ro issiau x d éjá constitués d a n s un grand
q ui s ’appeUc la Ruche syn d ica lc. Les sy n d icats fém i- n om bre de paroisses parisiennes sont in v ités p a r l ’ar-
n ins fondes en nov em b re 1908 á Tim passe G om boust, clievéché á faire l ’é tu d e des condilions sociales de
á P a ris, c o n ip te n t déjá 400 syndiquées et o n t organisé leu r q u a rtic r c t á rccucillir ainsi, p o u r leur p a ste u r,
un réch au d p o u r 50 jeunes ouvriéres. Les te n ta tiv o s les élém ents d ’une c a rtc sociale de París.
de syndicalísm e eatholique fém inin essayées á Lyon E n fin u n e in stitu tio n fo rt im p o rta n te , á l ’im íta-
p a r Mlle R oclxebillard, A G renoble p a r MUe P o n eet, tion des se c re ta ría is sociaux q u i fo n c tio n n e n t en
o n t p ris u n e im p o rta n te extensión. lin fin un essai to u t B elgíque, a é té inaugurcc á P a ris en 1908 ; c’e st le
récen t, fa it á P a ris p a r des in itiativ es catholiques p o u r se c ré ta ria t social de P aris, d o n t on p e u t rap p ro ch er
sy n d iq u c r les o u v riéres tra v a illa n t á dom icile, p a r a it d ’a u tre s sc c ré ta ria ts fo n c tio n n a n t á A rras, A ngers,
appelé á une scrieusc cflicacité. L yon, Toulouse, L a R ochc-sur-Y on, R ennes, M ar-
X IV . L ’a c t i o n s o c i a l e d e l ’É g l i s e t a r l e s o r g a - seille, B e sa n fo n . Le se c ré taria t social de P a rís e st
N 1SATIOX5 D ’E N S E lG X E M r .N T SOCIAL. ---- D epuis le un office de renseign em en t, un centre de docum en-
d é b u t du x x e siécle, deux iiistitu tio n s se so n t orga- talion , en m ém e tem p s q u ’un fo yer d 'i n i í i ai i ve A la
nisées.oü les catboliqucs de I'ra n ce tro u v e n t lum iére et disposition des oeuvres e t organisations catboliqucs
forcc p o u r leur action sociale. D ’une p a rt, V A clion de la région parisienne.
p o p u la irc de R cim s, fondée au d é b u t de 1903, m ul- Son a ctiv ité se p a rta g e en tre divers serviecs :
tiplie les b rochures sur Ies questions économ iqucs; 1. D oeum enls et renseign em en ts : con s ti tu tion de dos~
elle p u b lic an n u ellem cn t un Guide. social et, depuis siers sur les qucstions sociales e t économ iqucs, á
1910, une A n n éc sociale in lern alion ale; elle edite un l ’usage des conférenciers e t d irec te u rs de cercles d ’é tu -
M a n u el so cia l p ra tiq u e, des recueils de m onographies des; renseignem ents b ib lio g rap h iq u es; ren seig n em en ts
d ’ccuvres sociales; elle a inauguré en 1907 des F eu il- su r les diverses ccuvres ou org an isatio n s sociales et
les sociales destinccs á la p ro p a g an d e po p u laire; elle économ iqucs; 2. E n seign em en t social p o p u la ire :
public des feuilles v o lan te s : P la n s et doeu m en ls, des- confércnces, journées sociales, tra e ts ; 3. Con ten licu x
tinées a u x cerclcs d ’études, des revues p opulaires des ceuvres et in stitu tio n s sociales : réd actio n e t revisión
in titu lé e s : Rcvue de V A clion p o p u la ire, P eu p le de de s ta tu ts ; co n su lta tio n s ju rid iq u e s p o u r la créatio n
F rance, la V ic sy n d ic a le , enfin u n e revue d o c trín ale : le et le foiictionnem cnt des oeuvres sociales; applica-
M ou vem en l social. E lle dcpéchc des ém issaires d a n s tion des lois sociales (réglem entation du tra v a il, assis-
les d iv ers eongrés dioccsains p o u r e n tre te n ir les audi- tan c e au x vicillards, re tra ite s o u v rié re s...); 4. Créa­
te u rs des besognes sociales c t religieuses q u i so n t á tion d ’ceuvres ct d ’in slitu lio n s sociales : associations
accom plir; il y a lá un cen tre trés curieux, tré s riche po p u laires, n iu tu a lité s, sy n d ic a ts professionnels, in-
d ’in itiativ es, d ’oú s’essaim en t to u te s sortes d'idécs, stitu tio n s de c réd it, e tc .; 5. P ro p a g a n d e p o u r les ré-
et oü s’é q u ip e n t des bolines volontés, po u r se m c ttre form es sociales; repos d o m in ic al; p ro tcc tio n des
á la disposition des ccuvres catholiques. On calcula it fem m es c t des e n fa n ts; h a b ita tio n s á bon m arch é, etc.
en 1911 que les re p ré se n ta n ts de 1’A ction populaire Le Service du con len tieu x a donne 220 consulta­
a v a ie n t d éjá p a ru d an s prés de 200 congrcs. Puis, á tions en 1910, 235 en 1911, 159 p e n d a n t le p rem ier
p a r tir de 1907, Ies d irec te u rs de c ette ceuvrc organi- sem estre de 1912.
séren t eux-m ém es des eongrés : eongrés g énéraux de L a section d ’E n seign em en t social a donné 90 con-
I’ccuvre en 1907 ct 1911; jou rn ées sacerdotales de férences en 1910, 150 eu 1911, 35 p e n d a n t le p rem ier
1909 e t 1 9 1 2 ;jo u rn é c d ’action fem inine en 1910; jo u r­ sem estre de 1912. Elle n organisé tro is journées sociales
nées syndicales ouvriéres en 1911; sem am e de direc- á P laisancc, á M én ilm o n tan t c t a u x G randes-C arrié-
teu rs des oeuvres diocésaincs en 1912; á cette derniére res; deux a u tre s jo u rn ées sociales ont été spéciale-
scinainc p a ru re n t des p rc tre s de 27 diocéscs, qui, m en t réservées a u x ccuvres ct o rganisations fém inines.
liu it jo u rs d u ra n t, s ’é clairé ren t c t se fo rtiíiérc n t m u- Elle a redigé et ré p a n d u des tr a e ts de p ro p a g an d e sur
tu ellem en t. On p e u t dire que c’c st dans des réunions le repos dom inical, les h a b ita tio n s á bon m arch é, l ’or­
de ce genre, fliscrétes m ais fécondes, que s’élaborc ct ganisation syndicalc. C liaquc m ois, elle p ublie une
qu e se mil rit la vie cachee de l’É glise de F rance e t que C orrespondtm ce qui p ro cu re aux jo u rn a u x , bulletins,
se c o n ce rte n t les prochaines actions sociales. D ’a u tre revues des rcuvrcs e t associations catholiques, des
p a rt, les S em a in cs sociales qui, dopuis 1904, se tien- a rticles su r les questio n s éconoiniques c t sociales
n e n t, chaqué annéc, en un coin d e F rance, pro m én en t a in si que des in fo rm atio n s su r les divers m ouvcm ents
ainsi, d ’un b o u t á l'a u tre tlu pays, l’cnscigncm cnt de sociaux et les in itia tiv e s des dilTérents groupem ents.
la d o c trin e e ath o liq u e su r le problénie social, l’ensei- Gil fin, le S ecrétariat social, d ’accord avec les orga­
g n e m e n t <les m éth o d es cath o liq u es pour le reléve- nisations fém inines e x ista n te s, a créé un Office du
m e n t des m asses, c t un enseignem ent plus p ra tiq u e , Ira va il fé m in in , centre spécial de renseignem ents pour
plus local, d e stin é a a p p ro p ric r aux besoins ou aux ces org an isatio n s profcssionnelles.
détresses de Ja región oü se tic n t la Scm aine Ies p rin ­ X V . C o x c l u s i o n . — Les p a u v res cures isolés au
cipes du catliolicism c social. On a vu s’in au g u rcr dans fond des cam pagnes, qui o n t le d ro it de s ’a ttris te r en
653 FUANCE. ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL 05 í

v o y a n l la dccadence profonde de la p ra tiq u e religieuse carnctérc, au plus g ra n d d é trim e n t d e l’inílucucc


d an s bcau co u p de p o p u latio n s ru rales, re p re n n e n t franfaiso.
des raisons d 'c sp o ir eu a ssista u t, de loin, s\ lous ccs Lc re c ru le m e n t dos m issions c s t d 'aiilo u rs assuré,
cííorts o riginaux, qui g ro u p e n t de jeu n es e t bellos d an s une certain e m esure, p a r q uclques ceuvres fon­
énergics. Q u a n t a u x sectaires h ostiles ¡'i l ’Église, ils dées íi c cttc fin : V d iu v re des écoles apostoliqu cs, fondée
s'en a la r m e n t: ils v o ien t c ettc É glise, q u ’ils a v aien t á A vignon en 18ü."> p a r lc P . do F o re sta , de la Société
cru separer de la société civile en la p ro c la m n n t « sé- de Jé su s, e n tre tie n t 3 écoles p o u r la fo rm atio n de
paréc » d ’avcc l ’É ta t, se p en eb er, au co n tra ire , avee m issio n n aires; Ies a sso m p tio n n istes. p o u r assu rc r leu r
une c h a rité a rd e n te , avec un e sp rit de ju stic e tres vccru tcm en l, o n t form é Y A sso cia tio n de N otre-D am e
exig ean t et tré s précis, su r les m iseres économ iques des vocal io n s ; Ies m issionnaires du Sacré-Coeur, la
tic la société d a n s laquelle clic v it e t q u 'elle cst appeléc | P e ti te au t're du Sacré-C ceitr p o u r les v o ea lio m sacerdo­
á m ener ó D icu. L ’action sociale de l ’É glise de F ra n c c tales ct apostoliqu cs, a clu ellem e n t é ta b lie á F rib o u rg
ro nvre ainsi á I’iníluence de c c tle É glise les profon- (Suissc). M ais ce q u i im p o rte p o u r q u e Ic re c ru le m e n t
deurs du m onde laíq u e : on s 'é ta il fla llé de l ’en exilcr dem curc f ra n já is el p o u r q u ’aucu n c h a n g c in e n t nc
p a r une loi; avec un p ro g ram m e social d o n t I’É v a n - se p rodnisc d a n s ta dirccLion m im o de eerlain es m is­
gilc définil l’e sp rit et d o n t les enseignernents p o n ti- sions, c ’ost que ces g ra n d es sociétés d ’a c tií dévo u em en t
ficaux tra c e n t les g ra n d es ligues, elle a repris sa plaec q u i ra y o n n e n l, p o n r la F ra n c e , liors de la F ra n c e , re-
au soleil. D ’u n e b rév e form ule, 011 'opposc parfois au tro u v c n l, Cil F ra n c o m ém e, des g a ra n tio s de lib e rté c t
curé <lu co n co rd at — íae ile m e n t tr a ilé d e fonclion- d 'é q u ité .
nairc — celui q u ’on appelle lc «curó de la sóparation »: Les M issions é lra n g é re s, les laz arisle s, les Peres du
c’cst un n o u v e au v en u , t o u t á faiL in so u c ia n l des h ilé- S a in t-E sp rit, e t Ies P éres blancs ou inissionunircs
rí-ls terre stres, in d iflé rcn t au x conlingences politi- d ’AIger o n l encorc en Franco, p a r d é c re t <lu conseil
ques, u n iq u em e n t prcoccupé de se m e ttre á la dispo­ d 'É ta l , u n e ex iste n cc légalo.
sition (les foules com m e se rv ite u r des se rv ite u rs de Ln Société des M issions é tran g éres frangaises, fo n ­
U ieu.K t cc q u ie s t tré s g lo rie u x p o u r T É gliscdeK ranec, dée en l(iü3, lie to m b a p a s sous lc coup d e la loi c o n tre
c’cst Taisancc to u t ap o sto liq u e, c ’cst Tallégrc désin- les congrégalions : elle évangélise la B irm au ic se p ten -
té rc ^ e m c n t, c’est l’ctiergie jo y cu se e t féconde avec Irionale ct m éridionale, lc C am bodge, la C ochinchinc,
laquelle les « cures du c o n co rd at », sans se se n tir bri- Ic L aos, lc T o n k in , G oi'm batour, M ayssour, P o n d icb éry ,
sés, ni m cm c dépaysós, sont d ev en u s Ies « cures de la K u m b a k o n am , le Starn, la M alaisic, lo J a p ó n , la
sép aratio n ». Coréo, le K ouong-S i, le K ouang-T ong, lc K o uy-T chéou,
X V I. L e s . m i s s i o n s c a t h o l i q u e s . - L a cliarité le S u-T chuen, lc Y u n n a n , lo T h ib e t, la M andchourio.
íran^aisc su b v ie n t ¿l T cn trctien des m issions avec une Le d e rn ie r recen sein en t q u in q u c n n a l d e l ’é ta t de ccs
solliciludc digno d ’é tre rclevée. L a P ro p a g a tio n de la m issions e t des ré s u lla ts q u ’elles’o n l olí ten u s d a te do
foi, fondée ¡i Lyon en 1822, recucillail en 1911, su r 1910. L ’enscm ble des p o p u latio n s p a rm i lcsquetlcs ellcs
les 7274220 fran es de son b u d g e t, 3 0 2 5 7 8 8 fran es en s 'é p a rp ille n te s t a ])p ro x im ativ em c n t de 2 30732000 b a -
Francc. i.a S a in te lin fa n ce, ccuvrc d ’origine fran fa ise , b ila n ts , su r lesipicls il y a 1500522 c ath o liq u es,
elle aussi, deslinde au sa lu l des p e lits Chinois, a v a it, p a rm i lesquels Ies m issionnaires a v a ie n t enregistró
en c elte m ém e année, un b u d g e t de 4 0 2 9333 franes, i 3282 000 confessions ct <17 5 2300com iiuinions. Les Mis­
d o n l 831 111 franes v e n aien t ctc F ra n c e ; VÜ íuvre des sions é lra n g ére s p o sséd aicn t, en 1910, 5688 églises,
Écoles d'O rient, un b u d g e t de 308841 franes d o n t 39 evoques, 1351 m issionnaires, 839 p ré tre s ¡ndigénes.
28172G fouriiis p n r la F ra n c c. L e S é m in a ire des m is­ 3I8."i catécliislcs, 45 sém inaires, 2171 scm iiiarislcs;
sio n s élrangércs a organisé une (E u vre des p a rla n ls , d a n s los te rrito ire s re le v a n t d e lour a p o slo la l. il y
qu i fo u rn il des Irousseau.v e l des o b jets d e c u ite aux a v a it 31 co /ítm u n au tés d ’bom m os c o n te n a u l 345 reli-
jeunes inissionnaires en p a rla n c c ; une ocuvre pareillc gioux, et 228 c o m m u n a u té s (le fom m es g ro u p a n l 4170
existe po u r les Pércs du S a in t-E sp rit. L'CEuvre aposto- religieuses. Cc rcconsem cnl a cc u sa il p o u r T année
liqu c, d o n l lc siéí»c social est á l ’aris, a s e c o u ru en 1912 1 1910 : 32500 b a p tím e s d 'a d u lle s pai'cns, d o n l 8492
■¿HOO m issionnaires. Si Ton se re p o rte & e ertain s in articu lo m o r tis ; 138551 b a p té m e s d ’e n fa n ts paiens
chiflres hudgétaires a n lé ric u rs, on v o it q u ’en 1898 la in articu lo m o rtis, 57 710 b a p to m e s d ’c n fa n ts de chré-
Francc d o n n a it, p o u r la P ro p a g a lio n de ta fo i, lic n s, et 331 conv ersio n s de cliréticns venus du p ro ­
1077 085 franes, soil plus de I m illion de plus te sta n tism o . D ans leurs 1531 écoles, los Missions é lra n -
(ju 'au jo u rd 'liu i ct, p o u r la S ainte E n fan c e, 1094092 géres élevaiont 139 128 éléves. F iles p o sséd aicn t aussi
franes, soil prés de 200000 franes de plus q u ’a u jo u r- ' 3til créclics ou o rp lic lin a ls avec 15 512 e n fa n ts, 101
d ’liui. O 11 co n state inversem cut que, d an s ln seule ouvroirs ct alclicrs avec 3 091 e n f a n ts ,497 pliarm acics
année 1 9 1 1,l'A llem ngnc (y coinpris 1’A lsacc-L orrainc) ou d isp en saires, 120 liospiccs, liA pitaux, léproscrios.
a donné A I’tcuvre de la S ainlc lin fa n cc une som m e de Les lazaristes, fondés en 1G32, d o n t l'inlluenco á
I .'>57 9 7 7 franes. C o n sla n tin o p le est Irés propico a u x in lé r tls fran ?ais,
Ccs cIirfTrcs, o bligeam m ent com m uniqués p a r le se- o n t des m issions en AbyssiHic, a u J<iang-si, au T ché-L y
crétairc général de la P ro p a g a ro n de la foi, M. G uaseo, sc p le n lrio n a l c t snd-oitcsl, au ToI>é-I<iang, en IV rse,
m o n tre n t que les sacrificcs im posés au x catlioli- au sud de M adagascar.
quos de F runce P;ir l;1 sép aratio n des Églises el de Les Pércs du Saint-lC spril el d u Saint-C rcur de
I'É ta t o n t ru , fa la le m e n t, une répcrcussion fáclieusc Mario, congrég;>tion form éo en 1.HI8 p a r la fusión des
sur le m n n la n t des (>énérosil6s d cslinées aux m issions. Péres du S aint-K .spril, fondos 011 1703, el des Poros «iu
<.e n ’esl pas lc senl elTel néfaste, p o u r Ies m issions, C<cur de Mnric, fondés en 1841, évangélisent la Cim-
des lois anUrcliHÍeuscs publiées a u dúbut du x x " sié­ I>é!»n sic supérioure, le Has-Congo, lc Congo f rail fais, le
ele.O n évaluail en 1901 íi 7 715 lc nom bre des religieux (iah o n , la C uinée fra n ía is c , le U:rs-Xigor, lc Sénégal
d a 9150 le nom bre des religieuses a y a n t dévoué leur et la Sénégainbie, Sicrra-L eonc, H anam oyo, le Zan-
\ ie ;i de* «jcuvre* fran fa ise s de m issions. Les lois d ’os- g u c h a r se p tcn lriim al, M adagascar-N ord, .M ayollc,
Iraeism c e m lr e les eoiigrég;illons onl eu ce ré su lta t N'ossi-Hé, les Conioros. lis a v a ie n t, en 1907. d a n s ccs
de gOncr le rccrutom cn l des novici;ils de m issionnaires, diversos régions, ÍHiG-Sl fidéles, 29 i p ré tre s el 28353
désorm ais tran sp o rté* bors de F ran ce : si aucune éléves.
a tté n u a lin n n 'e s l íipporlée ít ccs lois, 011 co u rt lo n s- Les M issionnaires d ’A lger «iils l ’ércs blancs, fo n ­
que de voir des congregations qui é la ic n l frnnfaises dés en 18GS, é v an g élisen t (itia rd ain , le S oudau frau -
dev en ir é lran g ércs, el de* m alsons-m éres cliangcr de fa¡>-, le 1laiiL-Cont,0 , lo V ictoria N yanza, 1’O u n y an -
or,r, l'UANCE. ETAT RELIGIEUX ACTUEL C5(i

yem be, le T a n g a n y k a, le X yassa. Ils sont actuellem cnl fra n fa ise d*A lheñes, esl s u rto u t 1’oDUvrc iles congré-
nu nom bre de ÓOlJ. D ans l'A frique céntrale ils o n t g ations d 'liom m es ou de íonnncs, e t il ciLait avec adiui-
9 v ica ria ts apostolitiucs, c o m p re n a n t 127 sta tions, ra tio n le p en sio n n al m odéle de L u irá , fondé avec
232 sceurs M anches, 2 2 jO catéchistes, 108103 néo- GOn franes p a r les ursulincs d e Tinos.
p h y tc s, 211 23f» catéelium énes, 1706 écoles rem plies La T ra p p e de L a tro u n , en Palestino, a refusé, m a l­
p a r 45 470 gar^ons c t 211401 lilles, 337 orphelinats, gré les olíres de l'e m p e re u r G uillaum e II, de d ev en ir
h ó p ita u x ou dispensaires, Ces m issionnaires, q u i n ’ad- une tra p p e allem andc, c t dem eure un étab lisscm en t
m e tte n t les ad u lles a u b a p té m e q u ’aprés q u a tre a n n é e s fra n fa is. L ’écolc biblique fondée p a r les dom inicains
de fo rm atio n , o n t d istrib u í', de juin 1011 á ju in 1012, á Jé ru sa lem , leurs m issions de M ésopotnm ie, d u K ur-
2G 20653com m unions. d ista u , d u T au ru s ja c o b itc c t de 1’A rm énic, cxcrcent
T o u te s les a u tre s congregations s’o c cu p an t de m is­ un ra y o n n e m e n t analogue.
sions so n t, depuis la loi de 1001, exelues de F ra n c e; Une villc, com m e B cyroutli, dev ien t, d ’année en
elles c o n tin u e n t ccp e n d an t á tra v a ille r p o u r la plus aim ée, un fo y er intense de culture. L a fa cu lté de m éde-
gra n d e F rance. cinc crééc en 1883 avec 11 eleves p a r le P . N orm and,
Les n iaristes, ío n d és en 1836 e t d o n t l’action assura supéricur général des jésuites de Syrie, avec l'ap p u i
¿i la F ra n c e la possession de la N ouvelle-Calédonie, p écuniaire de Ju le s F erry, com ptc en 1913 plus de
ev an g élisen t l'O céanie c en tralc , la N ouvelle-Z élande, 300 éléves. Les do etcu rs ele c ettc facu lté p o rte n t dans
la N ouvelle-C alédonie, les N ouvelles-H ébrides, les to u l l'O ric n t l'influcnce fran faisc, Le collége secon-
iles des N a v ig ateu rs, les F idji, les iles Salomon. Ils da irc íoiidc p a r les jésu ites sous le noin d ’université
a v a ie n t en 1 9 1 0 :7 4 598 fidéles, 197 m issionnaires, 338 S a in t-Jo se p h com pte 400 éléves re cru lés p a rm i ce
sceurs, 463 catéch istes, 9806 cléves. q u ’on p o u rra it appeler l’a ris lo c ra tie sy n c n n e , Les
L es piepusiens, ío n d és en 1817, evangélisent les fréres des écoles clirélienncs g ro u p e n t, d e leur cóté,
M arquises, les S andw ich, les iles T a h iti : ils a v a ie n t 800 éléves d a n s leur collége qui donne su rto u t un en­
en 1910 : 52500 fidéles, 150 catéelium énes, 77 m ission- seignem ent com m ercial e t in d u stricl. L es sceurs ele
na ire s, 92 sceurs, 1 723 cléves. S a in t-V ¡n ce n t-d c -P a u l a p p re n n e n t le fra n fa is, d a n s
Les m issionnaires d e S ain t-F ran fo is-d c-S ales d ’A n- leurs écoles, á prés de 2000 éléves. Les sceurs de i A p-
necy, fondos en 1833, évan g elisen t le N agpore e t le p a ritio n g ro u p e n t 350 jeu n e s fiJles c t les sceurs de
V izagapatam . la S ain te-F am ille prés d e 400 jeu n es filies d e la b ju r -
Les oblats d e M arie-lnim aculée, íondés en 182C, geoisie; les D ain cs de N a za rc tii o n t 150 cléves a p p a r­
év an g elisen t S aint-B oniface, S ain t-A lb ert, A tlia- te n a n t a u x classes les plus élevécs; les socurs d e B c s a n -
ba sk a , S ask atch ew an , M ackenzie, New W estm in ster, ?ou v ien n e n t d 'o u v rir une école m énagére. Le L iban
Colom bo, J a iín a , N a tal, B a su to la n d , K im berlcy. est cou v ert d'écolcs íra n ja is e s : collége lazariste
L a Société de M arie du b icnlieureux Grignon de d ’A n to u ra avec 300 éléves; écoles des fréres m ariste s ix
M ontfort, fondée en 1710, évangélise la région du D jouni (250 éléves), D cn-el K a m a r (230 éléves),
Clüré. A m eliit (2UU éléves). L o n g ean t les cotes syriennes, on
L a Société des Missions africaincs de L yon, fondée tro u v e , d ’escale en escale, des écoles religieuses fran -
en 1856, évangélise la cóte de Ü éni», la Cote d ’Or, le faises, e t h A lc x a n d re tte m ém e, á l’e x tié m ité sep ten -
D ah o m ey , le D e lta du Nil, le H a u t-N ig cr, la Cote trio n a le de la Syrie, p o rt q u e g u e tte l ’A Ilem agne, les
d ’Ivoire, le L ib é ria; elle a v a it en 1907 : 39479 fidéles, íréres de la D octrine clirétienne v ie n n c n t d e fonder un
151 p ré tre s, e t 7 3 4 6 éléves. collcgc fra n fa is. Les p lain e s d ’H om s e t d ’IIa m a pos-
Les M issionnaires du Sacré-Coeur (d its d 'lsso u d u n ) sé d e n t de nom breuses écoles de jésu ites c o m p ta n t
é v an g e lise n t les iles G ilbert, la N ouvelle-G uinée an- prés de 1 m illion d ’éléves. A Alep, 1’cuseignem cnt du
glaisc e t h ollandaise, la N ouvelle-P om éranie, Ies iles fra n fa is e st d o n n é p a r le collége de fran ciscain s (220
M arsliall. lis a v a ie n t en 1910 : 31495 íkléles, 103 p ré ­ éléves), ct p a r les sceurs de S a in t-Jo se p h (650 éléves).
tres, 110 sceurs, 34 I catécliisles e t 10 214 éléves. II fa u d ra it a jo u te r á c e tte é n u in é ratio n les collcges
P a rm i Ies o rd res d e lem in cs se d é v o u a n t d a n s les d ’a rm é n ie n s,d e m elcliites, d e in aro n ites, oü s’cnseignc
m issions, il fa u t c itc r sp écialem ent, á cdté des sceurs le fra n já is .
de S a in t-V in c en t-d e -P a u l, les sceurs d e S aint-Joscpli A D am as le collége des lazaristes (200 éléves), leur
de C luny, ío n d ées p a r la v én érab le Mére Ja v o u lic y , école p riin a ire g ra tu ite (150 éléves), les écoles des
c t q u i tra v a ille n t d e p u is 1822 d a n s nos colotiies sccurs d e S a in t-V iiice n t-d o -P au l (600 á 700 éléves), la
d ’A friq u c o ccidcntale e t, depuis 1828, cu G uynne; e t nouvelle ccolc o u v e rte p a r les sccurs íranciscaines de
les M issionnaires íran c isca in es d e M arie, fondees cu M arie, q u i, en d eu x an s, a groupé 200 éléves d o n t Ies
1876 p a r la Mére du C liapotin, d o n t le no m b re tro is q u a rts so n t m u su lm an es, c o n trib u e n t á faire
dépasse d é já 4 000, e t d o n t les léproseries d e M ada- a p p a ra itre la Syrie, ainsi que 1’é criv ait récem m ent
g a sc ar so n t célebres. M. G eorges P o ig n a n t, com m e « u n p rolongem ent
11 fa u t au ssi d o n n e r u n e n ien tio n gloricuse au x é ta - intellectu el de la F ra n c e. »
blisscm cn ts d ’in stru c tio n ten u s l ’é tra n g cr p a r Ies Les m a ria n ite s o n t fondé au J a p ó n , en 1888, l ’École
c ongrégations fran?aises. Les fréres des É coles chré- de l ’É to ile du m atin , q u i com pte a ctu ellem e n t 93S
tie n n e s, en 1911-1912, in stru isa ie n t d a n s le diocése ou éléves; en 1892, l ’É colc de l’É to ile de la m cr, qui com pte
v ic a ria t a p ostolique de C o n stan tin o p le 3217 e n fa n ts; á 116 cléves; en 1899, l ’É cole b rillan te, q u i com pte
la Canee, 97; ü Cilio, 45; dans le diocésc de Sm yrnc, 581 éléves; en 1909, l’É cole S a in t-Jo se p h , qui com pte
1 1 1 2 ; d a n s la d élégation d e Syrie, 1707; en P alestinc, 125 éléves; en 1909, l ’É eole ap o sto liq u e, qui com pte
832; ils o n t des écoles, aussi, d a n s la délégation 3 novices ct 35 éléves apostoliques.
d ’É g y p te . L ’ceuvrc scientifique des jésu ite s franca¡s ;i M ada-
Les a u g u stin s d e l’A ssoniption. o u lre leurs sém i- g ascar e t á I’O b scrv a to irc cliinois de Zi ka-W ei a con-
íiaires d e C o n sta n tin o p le c t d ’A ndrinoplc, o n t d ’ini- quis les juges les m oins b ien v e illan ts. L ’a c tiv ité des
p o rta n te s écolcs d a n s T cnipire o tto m a n : en 1911-1912, m issionnaires íra n fa is p o u r certain es sciences spé­
leu rs écolcs d e filies de S ta m b o u l, H a id cr-P a c h a, ciales (linguistique, liistoire n a tu re lle , e thnographic,
P lia n a ra k i, c o in p ta íc n t ensem ble 716 e n fan ts, ccllcs astro n o m ie), a c liv ité fié q u e m in e n t récom pensée p a r
de garcons de lsm id t, E ski-C heir e t B rousse, en com p- rU oim nage des A cadém ies, e st un exem ple fra p p a n t
ta ie n t 393. des scrviccs que re n d e n t, sim u lta n éin en t, á ren sem b lc
L ’en seig n em en t d u fran ^ ais, é criv ait naguére a u des connaissances hum ain es, ces hom m es profession-
su je t de la Gréco M. H om ollc, d ire c te u r d e l’É cole neJlem cnt voués á la dillusion de la ré v é la tio n ; c t les
657 FRANCE. ÉTAT RELIGIEUX ACTUEL

m ono g rap h ics q u i d o iu ic n t le bilan scien ti fique des é g lise s: 1® en in te rd isa n t a u x associations cultuelles de
m issions fraupaíses fo u ru isse n t, en clles-iném cs, un s’occupcr d e b ien fa isau c c ; 2 o en so u m e tta n t la gestión
n rg u n ie n t d 'a p o lo g é tiq u e tro p p eu fa m ilic r á l’cnscm - d e leurs biens a u co n tró le des in sp c cteu rs de finance;
blc d u p ublic. U ne secoiulc le?on q u e com porte cet 3 a en leur in te rd is a n t d ’a cc u m u le r tles réserves supé-
exposó, c’c st que, ta n d is q u ’en F ra n c e m ém e le p o u ­ rieu re s á tro is fois 1c chiffre <le leurs rcssources a n -
voir civil a ílc c ta de se sép arer d e l ’Église, c e tte sépa- nuelles, po u r les asso ciatio n s d o n t le b u d g e t depasse
rntim i, si b ru y a n te ful-elle, ct les a m p u ta tio n s q u ’a 3 000 franes p a r an.
subies n o tre p r o te c to ra t des m issions n ’o n t p u ccpen- 1 0 É g lis e s con slilu écs ci i a sso cia lio n s cultuelles. —-Les
d a n t abolir, d an s le L e v a n t ct aillcurs, une sorte d ’u ­ É glises p ro te s ta n te s de F ra n c e e t d ’Alfíérie, qui com p-
nion trad itio n n c lle , crcéc p a r u n e longue liistoirc, ta ie n t environ 650 000 ám es, p e u v e n t se r e p a rtir en
en tre le nom fra n já is et Ies in té re ts catholiques. q u a tre confessions.
I. CulleeLion des Q ucstions a c t u e l l e s eollection de la
íteunc d 'o rg a n isa tio n et de déjense relig ieu se, eollection des
lirochures (Taction relig ieu se puliliíes p ar 1'Aclíon p o p u la ire CT.ASSIFlCATlON NOM11UR
de J 'e im s ; ab b é Crouzil, I.c réyituc legal d u culle eatholique, <lfs l.UL'Il ÉNUMFIUTION. des
Rei/us, 10 1 0 ;R a p p o rts préscnLcsá l'archevéel’c <Jc P a rissu r ¿IÍL1SE«. ASSOCIATIONS.
l’íru v re <les cliapelles de seeours p a r l'ra n fo is Coppée, le
eom te de Mun, le eom lc d ’l laussonvillc, Georgcs P ieot, 1* l.es Églises rtfform íes ,
1-Ilienne L am y, P au l B ourgct. P au l T hureau -D an g ín , Gcor- tivangéliques rep résen tan t 1
Kes (io y a u ; G oyau, A u to u r d u catliolieisinc socinl. :>c e t 6 e la icndance eon> cr\alricc
serios, I’aris, 1012 el 1'J13; Fuiirvié^es, l.es oc iones catholi<¡ues ou orlliodoxe..........................
au Icm /em ain <le la sép a ra tio n , P aris, 1013; Y ves «le la 13riére,
GroupemcnLs p a r o iss ia u x ct n n io n s diocésaines á 1‘u r is et en 2* l.es Églises réform ees.
proi’incc, «lans les ¿ tild e s, 5 m ars 1013; ConipLcs rendus A lendancc nco-i'vangc-
n(•form ées . .
annucls des eongrés diocésains d e P aris; des Cilleuls, ll i s - liquc, auxquelles, depuis
toire tle t’en seig n em en t libre, P aris, 180X; Crosnier, A tro­ 1012, se so n l ralliécs les
vera nos éeoles ehrétiennes, P arís, 1012; P ougel, fin id ? d e l’glises libérales................ 200
Véeole libre, Hcim s, 1010; Liaudrillarl, L 'cn seig n ern cn t catho- 3’ L es i£gli*es évangcli-
lit¡ue d u n s la I-ranee contem poraine, l ’nris, 1010; eongrés fjues, diles libres ou Iiglises
in lernalional de ['enseigncincuL ínénager, ten u á F ribourg indépen J a n te s .......................;o
en 1010; M a n u e l des (emires. édition «le 1012; ! ‘<iris ehari- Lulhdricm ies. . . 4* Les Églises évangéli-
tabie, t-rliLion de 1012; L a F ranco eharitahlc et préonyante (rc­ ques lu llid rie n n es ................ 50
cucil de m onogruphies su r los iruvTes ehari labios de elia^uc
W esleyenncs . 0" l.es Églises w esleyen-
di-partcincnt, p iih lié p a r l’olílcr central des ln slilu lio n s eha-
nes ou m iliio tl¡síes dont
rilables), l'aris, 1809; abbé (/in fie l, L 'im m lg r tttio n p r o v in ­
plusieurs onl adopte le ré -
cial? et FéoangiU sation, d ans lo C orrespondan!, ló novem bre
pirae é p ls e o p a l.................... 27
1012; R . 1*. I ’laLer, S. J ., lietrcats fo r the people, a sketch o¡
ii grcat reviva!, l.ondres, 1012, p. 1S-G0; alibi- lircllaz, A/a- C fiplisles................ G" l.es Églisca b«]ilisies,
nuel du bullctin p a ro issia l, 1800; G oyau, / /A c ti o n p o p u la irc ainsi nom m ées parco qu’el-
tle H eim s, dans le ('orrcsporidanl dn 25 ju in 1012; Com ptc les ne donneni le liaplrroc
rondn de ln ./ourfl<fc</ociiríicn{aírc, P aris, 1913; J , du X arfon, qu anx adulLcs, »|>r¿s pro-
Icssiou de foi, ct q u ’ellcs

|
1.a séparation (les É g lises ct de I' í'ta t, París, 1012; T u r.n an n ,
.-tu sortir <le I'écolc : les p a tronages, 4 ' éd it., l ’iiris, 1006; raU m inisIrenl p a r iiuiner-
T urm ann, l.'é lúea tion p o p n ln irc, les ccuvres coniplcm entaircs 28
de Vétolc, l ’aris; coinplcs rendus anim éis des Som aines so­ T ulal. . . 795
ciales, l.yon, 100-1-1013. |
II Piolet, l.es m is sio n s catholiques J n tn fa is c s , fi vol.,
I’aris, I 11»ü:i; K annengicser, l,ex m is sio n s .catholiques :
1-’ranee ct .1 flcmag/ic, P aris. 1000; Ilnuvicr, f.nin dti p a y s , P lu sieu rs d e ces Églises o n t, com inc en A m ériq u e,
Paris, 18‘KS; F n m c l, 1 ex m issio n n a ire s, ¡>atrioles et sa va n ts, j le c ara cté re in stilu lio n n e l, c'cst-íi-d irc q u ’a u licu d e
Paris, 1OflO; Coinplcs rendus an n u cls d u sfm in aire dos Mis­ ! cu ite c t íi la sacrislic so n t atinexés u n e salle d e caté-
sions ftrangótes, de 1:« Pro]>a"alion d e la foi, (1o la S ainle cliisine cl de réunion de jeunes gens, un d ispensairc,
ICnfance; S a l í s tiques des m issions públicos d an s le /CírcA-
uue bibliotlitVjuc, etc., te l e sl, p a r exem ple, P a ris,
fiche* lla n d b u c h d n P. Krose, 1-ribourg, 1011; K licnne
I.am y, I.a l'r a u c c ilu f.ei'« n t, P arís, 1000; P o i^ n a n l. I.c,i 1c l'o tjcr de l’flmc, forulé p a r le p a sic n r Ch. W agncr,
intéréts fra n jtiis en .Sj/rie d an s les Q uestions d i p lo m a tiques l'É g lise snédoisc, ele. La p ré p a ra lio n des c a n d id a ts
et c o h itiiil's , 1.» m ars l!)13 au m in istérc du sa in t É v an g ile se fa il d a n s q u a tre écolcs
G. G o y a u . ou facu ltés d ctliéo lo g ic : celle «le M o n ta u b a n ,7 c h aires;
X V II. PnoTivSTANTisMn (190G-1913). — Le p ro te s­ ccllc de P aris, t) ch aires; l’écolc in élh o d istc á N euilly,
tan lism e fra n já is a acccp té assez fa eile m en t le ré g iin c d c 4 cliaircs, ct 1‘écolc b a p lislo A P arís, -1 ch aires, cu
l.i sé p a ra tio n , ta n d is q u e Ic c atholicisnic s ’cst m ontré to u t 21 ch aires. Los disciplines enscignecs so u t Ic
rífra c la irc . II n ’y a pas Jicu d e s ’eu é to u n c r. II n ’é ta it dogm e refo rm é, le dogm e lulliéricn (se u lem en t
p as lié p a r la «léfcusc faite a u x c atb o liq u c s p a r Pie X P aris), l ’exégése sacrée (A ncicn c t N ouveau T e s la -
«le e o n slilu c r des associations cultuelles. D 'a u lre p a r í, m en t), l'h is to ire ccclésiaslique, la p a tris tiq u e , la
depuis ses origines a u xvi* siécle, il a été in d e p e n d a » t philo so p h ic et la Ihéologir jira tiq u c . L a facn llé «le
de l.i m otiarchic, l<m«lcm|)s m al vu e t m a ltra itc p a r M o u tan b an est souleiuie p a r 1'U nion des églises ré -
cilc. S aúl p e n d an ! la durée «le l’édit de X a n te s (1598- fo n n ées évangélicpies, ccilc de P a rís p a r u n e asso-
ÍGX"») e l sous le récim e de la lol d u 18 germ inal an X eiatio » c u ltu d lc .
(18"2-lfi0.'i), il lui a falln e n trc lc n ir s«>n cu lle, ses m i- 2 o F é d rra lio n . — M algré e ette d iv ersité, Ic p ro tcs-
n islres ct ses in«ligents p a r ses p ro p res rcssources, inais ta n tis n ic fran ^ais a d eu x in s litu tio n s tjui serv en t de
cu revanc.he il a Jnui «Ir son au lo n o in ie. lien e n tre ces six g ro n p rs. C’cst d 'a h o rd la l-eiléralion
L es p r n t e s l a n l s , d e lo n y u e d a le b a b il.n é s a u s e l¡ - l>rolcslaule, fondée en 1005, d o n t le com ilé d ircc lc u r
g o v c r n m r n l. «>nl a r e e p l é , sa n s Iro p d 'a p p r é lic n s io n , le est form é p a r (les «lélégués de lo n s les gronpes. lillc se
réfiim e « le s a ss o c ia tio n s ciilliK lle s c o iifo rin é iu c u l ñ la loí ré n n il to u s les ciiu| an s en asseuiblée générale.
«Iu 0 d é c e m b re 1!)0.'>. C.c n ’e s l ]>as;’i (lir«- «pi’lls a ie n t l-;n second lien, il y a la Conim lsslou d 'a rtio n p ro ­
I ro u v é r e l i e lol p a r f .iile ; elle é la il lo in , en e ll c t, «le te s ta n te évangéli«)ne, su r 1«’ lerra in m oral cl social,
ré a lise r la fo rm u le d e C a v o u r : L n C hics.a lib e r a n c l S I n l o «jui a élé élue á Xirnes (1009), p a r P asscm blíe géué-
lib e r o ; c a r s u r tr o is p o in ls elle o n l r a v a i l la lib e r lé d es rale ele la 1-Vdcralí»n.
6T>Í» FRANCE. I'UBLICATIONS CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES ü60

3 o Sociélés d'éva n géfisation . — lin o u tre, l'u n ité p o u r d e plus am p ies d é ta ils les (Jitw res du protestan -
inórale «le lo u s les p ro te s ta n ts se m anifestó p a r des lism e ¡r a n fa is , p a r l'r a n k P u a u x , P a rís, 1803.
Sociales d ’é v a n ^ í lisa tion, (1'instm ction p rim a irc, de 1. <1Zuvres et in slilu tio n s genérales : 12, p a rm i lcs-
m ission cliez les peuples paiens ct p a r des Sociétés quelles il fa u l m en tio n n er, au p re m ier ra n g , les Asiles
b ib liq u es, d o n t les su cees a tte s te n t la v ita lilé . J e nc Jo h n P ro sl, á L aíosse (D ordogne), qui rc cucillcnt les
p uis, d a n s les lim ite s «lc c e t a rtiele, m cntioniU T que e n fan ts ép ilep liq u cs e t a n o rin a u x , les inalados in c u ­
le p re m ier c t lc d e rn ie r de ces groupes. L a S o c k lé rab les, les vieillards g á te u x ; á S a'm t-IIip p o ly te-d u -
c en trale d ’é vangélisation, la Mission in térieu rc luthe- F o rt (G ard), la m aison d es diaconesses ou gardes-
rienne e t la Mission po p u laire, fondée p a r lc K cvércnd m alades religieuses; les colon ¡es de vacan ccs, etc.
M ac-All, s ’elTorcciil de d o n n e r des seeours religieux 2. (Jiuvres el in slilu tio n s p u rlicu tu re s : 123, parm i
a u x p ro te s ta n ts dissém inés, de rcvciller lc zéle des lesquelles n ous signalerons les dispensaires, l’ceuvre
in d iílé rc n ts e t d ’in stru ire le peuplc des v é rités de de la v isite des m alad es d a n s les h ó p ila u x ; l’ceuvrc
l'É v a n g ile . La Société centróle c n lre lie n t 194 sta - du Irav a il q u i, connne lc nom T indique, a ssiste n t les
tio n s ; la Mission lu th é ricn n c , 6 sta tio n s e t la Mission in d ig e n ts cu leu r d o n n a n t á faire un tra v a il rem unéré.
M ac-All, 34 salles d e confcrences, sans c o m p te r d e u x 3. D ia co n a is : 55. Cc so n t des com ités m asculins
«S c n ieu scs»ou salles a m b u la n te s, el d eu x b a tc a u x m is- de seeours a u x in d ig e n ts, en général annexes aux
sionnaires qui re m o n te n t la M arne, la Scinc, en fa isa n t églises.
escale d a u s les p rin c ip a u x villagcs. 4. Sociélés de seeours m u lu e l : 31.
4® S ociétés b ibliqu es. — Lc g ra n d in stru m e n t de 5. O rp h elin a ts de filies (30) et d e gar^ons (16), en
ces m issionnaires á l’in té ric u r, c’e st la B ible Ira d u ite lo u t : 46.
en fra n fa ís m oderne e t eoinm enlée d ’u n e fa?on édi- 6. A s ile s de in eilla rd s , 72.
lia n le. T rois sociélés o n t p o u r o b je l d ’am éliorer san s E n to u t, 338 ceuvres ou in stitu tio n s d ’évangéli-
cessc les versions des sain tes É c rilu re s el de les rep an - sa tio n ou d ’assistance.
d re : la Société bibli(|ue d e P aris, la Société biblique E n som m e, le p ro te s ta n tis m e , ap rés av o ir, p e n d a n t
de F ra n c e el la Société b iblique b rita n n iq u e e t é tra n - les prem iéres an n ée s qui o n t suivi la sé p a ra tio n , souf-
gérc. II y a , en o u tre , des com ités aux iliaires de la fe rt de la crise d es v o c alio n s ecclésiastiqucs, l ’a sur-
Société de P a rís a B o rd e au x , á M on lau b an c t á T ou- m o n te e ; il s ’accom m ode bien d u régiinc de la lib erte.
louse. 11 cst d ’usage d ’o llrir un exem plaire d u N ou­ La p rív a tio n d u b u d g e t de l 'É t a t qui, d a n s les cam -
v eau T c sta m c n t á elinque c atéd iu n ié n e , lors de sa p re ­ pag n es p a u v re s, a e n tra m e la réd u clio n d 'u n e ccn lain e
m iére coinnum ion, e t une B ible a lo u l couple de jeunes d ’églises á l’é ta t d 'a n n c x c s d ’églises plus im p o rta n te s,
m ariés, avec des pnges blanclies, a lin d ’y inseriré les 11 ’a fa it q u e stim u le r lc zéle d es lníques pieux. C eux-ci
év én em en ts de la fam ille. so n l associés, sans c rain tc , p a r les p a ste u rs au x oeuvrcs
5° In slru elio n el palron age m oral de la jeu n esse. — d ’église; les fem m es incm cs o n t, d a n s la p lu p a rt des
E n cllct, le p ro te s ta n tis in c a tta c lic la p lu s gran d e assoeiations culluelles, o b ten u le d ro it de su llrag e
¡m porlance á l'in slru c tio n ehrétienne des e n fan ts, au et re x e rc e n l a u pro fit de ra v a n c e n ic n l d u régne d e
p a lro n a g e m o ral de la jeunesse, ü 1’aetio n sociale su r Dieu.
le peuple. G. B o n e t - M v u r y .
De lá, la Société po u r l'ciicoiirageinent de l'in s tru c - II. F R A N C E . P U B L IC A T IO N S C A T H O L IQ U E S S U R LE S
tion p rim a ire , p arm i les p ro te s ta n ts de F ra n c e, fondée s c i e n c e s S A C R É E S . — I. D u ra n t la perio d e p a tris-
en 1821), qili e n tre tic n t environ ‘JO écoles lib re s, p lu s lique. II. A u m oyen áge. 111. A u x vi* siéele.
301) écoles du je u d i, oü l’on fa it le c a téc h ism c; de lá 1Y. A u x v n c siéele. V. A u x v m e sii-cle. VF. A u x ix °
les écoles du d h n a n ch c , annexées á eliaquc église ct e t a u x x e siéele.
qui se rv en t de p ré p a ra tio n biblique a u catéchisnie. I. D u r a n t l a pÉ m oui: p a th is tiq l'E . — D eux
La prem iére eom m union ne se fa il pas a v a n t q u a - cvéques des Églises des G aulcs o n t c crit e o n tre les
torzc a n s, d ’o rd in aire á q u in ze, el elle e sl précédée hérésies de leu r tem p s : au n e siéele, sain t Irénée de
d ’une confirm alio n personnelle des vacux d u b a p ­ Lyon c o n tre les gnostiques, e l au iv^, sa in t H ilaire de
tém e. P oitiers c o n tre les ariens. D es coin n icn taires scriptu-
D e lá, les U nions ehrétiennes d e jeunes gens el d e raires de cclui-ci, il 11c nous re ste q u ’u n e p a rtie d e son
jeu n e s Hiles, qui s ’cfforccnt de leu r p ro c u rc r des salles cxplication des P sau m cs e t son c o m m e n ta íre sur
de lcctu rc c t de récréatio n h o n n c tc e t des confércnccs l ’É v an g ile de sa in t M a tlh ic u . S a in t P h é b a d e, évéque
édifianles. Lc q u a rlie r g énéral d e ccs U nions se tro u v e d ’Agcn, r í f a l a aussi les ariens, en 358. V ictrice, évéque
si P a ris, n. 14, ruc de T rév ise ; des ch rétien s de to u le de Ito u en , com posa un Ira ité D e lau de sanclorum .
confession y so n t les b ien v e n u s; on y a in v ilé plusieurs A u v e siéele, Sulpice-Sévérc é criv it une e h ronique, inti-
lois á p a rlc r des o ra le u rs catholiques. 11 y a en to u t tu lé e : H isto ria sa c ra , q u i v a d u com m enccm ent du
f>UU u n io n s de jeu n e s gens (2u0 p o u r lionnncs, 3UU m onde á son tem p s, et une Vie de sa in t M artin de
p o u r je u n e s filies). T ours. Les écoles de la G aule niéridionalc étaient
D e lá, enfin, les Sociétés d 'a c tiv ité eh rétien n e, au p lu s ou inoins infectécs de sem i-pélagianism c. F austc
n o m b re de 90, les S o lid a n te s ct les F ra tc rn itc s, au nom ­ d e R iez exposa c ettc e rre u r d a n s ses d eu x livrcs D e gra­
b re de 20 , ct les S ociétés de tcm p é ra n c e ct d ’action d a D e i et libero a r b itr io ; il com posa aussi u n Ira ité De
socialc, a u n o m b re de 12. E n t o u t : 130 sociétés. S p ir itu S án elo ct il ré íu la les arien s et les m acédoniens.
Ccs in s titu tio n s so n t com inuncs au x d ivers groupes Y incent de l.érins ccriv it ses d eu x C om nioiülona
p r o te s ta n ts ; clics nc so n t confessionncllcs que p a r leur e o n tre les hérésies. J e a n Cassien publia á Marseille
d irec tio n , m ais so n t to u jo u rs o u v e rte s á la jeunesse douze liv re s D e in slilu tis esenobiorum , ses célébres
san s d istin c tio n d e cuite. II en cst de m éinc de 1*A nnée C ollulionrs e l se p t livres D e in earn alion c D o m in i. Saint
du S a lu t qui p o u rsu il u n e (eu v re d e relcv em cn t m oral P ro sp er d ’A q u itain e, fidéle diseiple de sa in t A uguslin,
p a r l’É v an g ile de Jésu s-C lirist, sans íaire. de prosé- fu t l'a d v e rsa ire re s o lu d u sem i-pélagianism c, spécialc-
lytism e. ín en t «lans son poém e D e in g ra tis ct d a n s son D e gratín
<j° In stitu tio n s de bien faisan ce el de m u tu alité. — rt tibero a rb itrio con tra coUatcrem (Je a n Cassicu). SI
M ais, p a r ce q u i précéde, no u s n ’avons p a s épuisé la com posa aussi une C hroniquc. Salvien de Marseille
iste d es o rg a n e s e t d es m an ifestatio n s du p ro tc s ta n - Ocrivit q u a tre livres A rfjvrstís a va rilia tn c t liuit De gu -
lism e en F ran ce. bernationc D e i. S a in l E u ch c r de L yon adressa á
IIn o u s re ste á p a rlc r des in stitu tio n s de bienfaisance V alérien, son p a re n t, u n e le ttre De eonlcinplu iium di
ct de m u tu a lité ; 011 p e u t les d iviser en six elasses. Voir el secn laris ph ilosoph iie, un p e tit Iraité D e laude cremi,
661 FRANCE. PUHLICATIONS CAT1I0LIQUES SU R LES SCIENCES SACRÉES 662

d e u x livres d ’In slru elio n s á son fils Salonius ct lc v ila saeerdolu m . É n ée d e P a ris écriv it, en SCS, son
L ib e s fo rn u ila ru m s p ir ih ia lis in lc llig e n lix tic l’É cri- A d v ersu s flriccos.
tu re , adressé á son a u lrc fils V cranus. Salonius p u ­ A u ix ° siéele, su rg ire n t les c o n tro v erses su r la prc-
blia, sous form e do día logue avec son frére V cranus, d e stin a lio n , soulevées p a r les é crits du m oine G o ltcs-
une c o u rt e ex p licalio n m y stiq u e des P ro verbos et de calc et d e J e a n É riugcne. S u r les a u tre s écrits de cc
l'licclésiasle. I.cs d eu x fréres a v aien t etc les disciples dern ier, v oir t. v , col. 401-107. H in c n ia r de R eim s
de sa in l H o n o ra t d ’A rlcs, d o n t les o uvrages o n t péri. é criv it c o n tre le p re m ier un tra ite D e p ra 'd rstin a tio n e
S a in t H ilaire d ’A rlcs é criv it la Vie de sa in t H o n o ra t, D e i el de libero a rb itrio c t un a u tre De p rx d r stin a lio n c .
son m aitre, el u n serm ón su r lc m ira ele d e sa in l Gcnés, A m ulon de Lyon p r it p a r t aussi íi ccttc crm lrovcrsc,
in a rtv r. II alia avec sa in t G erm ain d ’A uxcrre el sa in t voir 1 . 1 , col. 1126, ainsi que son succcsscur, sa in t K cm i;
Loup de T ro y es c o m b a ttre le pélagianism e d a n s la L oup de F erricrcs com posa son livre D e tribu s q itx -
G randc-H relagnc. G cnnadc de M arseille écriv il contre slio n ib u s su r ic libre a rb itre , la p re d estin atio n ct la
les hérésies c t spécialem cnt c o n tre celles de N cstorius, ré d em p lio n universelle p a r le sang du C hrist. R a-
d 'E u ly c h c s .d c Pclage ct iltr a d u is it en latin plusieurs tra n in c de Corbie a é crit á la fois D e p n cd eslin a tio n e
ouvrages grccs. 11 no u s re ste de lui son De v ir is illu - D e i ; C on tra gn eeorum oppos i l a ; D e n a liv ita te C h risli;
strib u s c t son livre D e eerlesiaxlieis d o g m a lib n s. Clau- D e corporr. el sa n g u in o D orn in i. Cc d e rn ic r tra ite a v a il
dicn .Mainerl com posa trois livres D e slalu anim ve élé pro v o q u é p a r les discussions soulevées p a r lc livre
pour p ro u v e r l'in c o rp o réile d e l’ám e. Sidoinc Apolli- d e son abbé, P aschase R a d b c rt, qui p o rte le m ém e
nalre, poéle d e v en u cvcquc d e C lerinonl, re n v o y a il titre . Voir t. v, col. 1213-1214. Un m oiuc de l'le u ry ,
le com le A rbogaslc de T rév e s, p o u r l'ex p lica lio n des A d rev ald , ré p o n d it á É riu g én e, d a n s son D ' corporr
saintes iScriturcs, á l'arc h cv é q u e d e T réves, á sa in l el sa n g u in e C h risli. H in c n ia r de R eim s p a rta g a lc sen-
Loup de T royes e l íl sa in t A uspicc d e T oul. F .pist., lim e n t d e R a d b c rt su r l ’euch aristie. I b id ., col. 121l>.
x v ii, P . L ., t. l v i l i , col. 52a. l ’ne le ttre vcrsiílce d e A u com m encem cnt d u x e siéele, U em y d ’A uxcrrc
sainl A uspicc au co m te A rb o g aslc su r l ’au m ó n c nous s ’in sjn ra aussi des inem es doctrines. I b i d ., col. 1210-
esl ]>arvenuc. X om m ons cncore le p o é te C ypricn. qui 1217. Ce m oine béucilictin a com m cnté la (íciiésc, les
c ta it p c u t-é lrc gallo-rom ain. P saum es, le C an liq u e, les p e tits p ro p lié lcs, les É v a n -
Au v i e sióclc, il suflit de n ien tio n iic r sa in l A v il de gilcs, les í'p itr c s de sa in l P a u l e l l'A pocnlypsc. S ain l
Vienne et sa in t Césairc d 'A rles. Voir lcurs artieles. ' O dón, lc sccond a b b é de C lunv, a rcsuiné les M o ra tia
S aint G régoire de T o u rs s’illu stra p a r son . H isto ria ’ de sa in t G rcgoirc lc (>rnnd, a public Irois livrcs de
ced esia siira F ra n ro m m d p a r ses ouvrages hngio- i Confércnccs, ia Vic tic sa in t G éraiul d ’A urillac, cclle
graphiques. A urélicn i_’Arlcs p u b lia une régle m onas- de sa in t (írégoire de T ours e t u n p oJm c in litu ló :
tique. Saint G erm ain de P a ris a laissé une co u rte O ccupulio, edite ])ar S w oboda, L eipzig, 1900. F lodoard,
explicalion de la lilu rg ie gallicanc. V cnancc F o rtu n a t, ! cvc(iue de N oy o n , c u ltiv a it l'liistoire, ainsi que le
qui a écrit la Vic de sa in t G erm ain, cst célébre p o r ses m oine R icher, originaire, com m c lui, d e H cim s. A d so n ,
poésies, ses écrits hagio g rap h iq u es el son E x p o s itio fi' m oine de L uxcuil, p u b lia u n opuseule D e A n tic h risto
/Ic ica lh o liex .X o ir co l.6 1 2 sq . Au v i l <■siéele,nous n 'a v o n s e l plu sieu rs Vics d e sain ts.
á sig n a lc rq u c la C hroniquc de F rédégaire ct quclqucs A u x i ó siéele, F u lb c rl, evoque d e C liartrcs, p u b lia
ouvrages d ’hagiograpliic. S a in t D o n a t, évéque de ! u n tra ité A d v e rs a s jn d x o s et laissn des scrin o n s, des
Hcsan^on, écrivit p o u r les vierges consacrées A Dicu I lc ltre s, des poém es e l q u e lq u e s Vics d e sa in ts. Les
une Ucgulti sumir, v ir e n d i. écoles d e C liartrcs b rillé rc n t sous lui d 'u n v if éclal.
II. A r m o y r x a g í:. — 1° D u v m * au */« siéele. — Son diseiple, H ércngcr d e T o u rs, uia la tra n s s u b s la n tia -
A v an t le régne de C harlem agnc, n ous n ’av o n s á c ite r tio n . V oir t. n , col. 722-712. Son e rre u r tro u v a des
que la R égle de sa in t C hrodcgang, év éq u e d e M ctz, c o n tra d ic lc u rs. D u ra n d tic T ro a rn |)iil>lia le p re m ier
p o u r ses clianoincs. A u to u r d e C harlem agnc se grou- son tra ilé D e eorpore et sanguine. D o m in i. L a n fra n c
p en t A lcuin, ;tbl>é d e S a m l-M arlin d e T o u rs, voir l. i, d o n n a , quclques années plus ta r d , u n livre sous le
col. G87-692, T lléodulfc, cvcquc d ’O rléans, to u s d e u x m cm c titre . G iiilniond d ’A vcrsa é criv il tro is livrcs
adversaires d e l’a d o p tia n ism e c t to u s d e u x célébres De eorporis et sn n g u in is J r s u C h risli v e n ía te. V oir t. v ,
p a r leurs corrcctions d e la V ulgatc. T héodulfc col. 1218-1219. L e c ard in al lh n n b e r t écrivil c o n lrc
é criv it cncore, salís p a rlc r de ses poém es et de ses les grecs c t e ontre les sim oniaques. 11 nc fa u l pas
livm ncs, sur les cérém onies du h a p té m e c t su r la p ro ­ o m c tlre les o uvrages que L a n fra n c e t sa in t A nsclm e
cession du S a int-H sprit. H appclons la com position o n l com posés, é ta n l ah h és d u lícc. I’o u r sainl Ali-
d es L ivres carolin s, su r lc cu ite A re n d re a u x im ages. sclm c, a b b é, v o ir t. i, col. 1330-1331.
Voir t. n , col. 1792-1799. L cidradc, évéque d e Lyon, 2° .ti / AII* s iM e . — C ’c st l’époque (les d é b u ts de
écrivil aussi. p a r l’o rd rc d e C liarlcinagne, su r le sacrc- la théologie scolastiqnc. Les écoles d e C liartrcs sont
m ent de b ap lcin e, ainsi que Jcssé. évéque d ’Ainielis, dirigées p a r Yvcs, c élíb re p a r ses tr a v a u x canoui<|ues :
.Snmragdc, a b b é de Saint-M iliicl, a coiiiincnté les la T rip a rtita , la l ’an n rin ia el le Dce.retuiu, el p a r son
évangiles el les é p ítrcs lus a u cours de l’an n éc litu r- tr a ité D e eoni’en ien tin V rleris et X n v i T estam on li , et
líiquc; D oetrim e p ir ta tis m e d a lla ; V ia regia-, D ia d em a I p a r G ilh ert <lc la P orree, plus ta rd . évéque d e P o i­
m onachorum , e l un c o in n icn taire d e la régle d e sa in l tiers, q u i a co inniciité ou glosé les IVsaiiincs, Jé rém ic,
llcnoil. S u r A m alairc de Mctz. v oir l. i, col. 933-934. rfiv a iig ilc d e sa in t J c a u , Ies É p itre s d e sa in t l'a u l
S ain t Agoli.ird de L yon a é crit c o n tre l'ad o p liaiiisin c e l l ’A pocalypse, qui a laissé des é crits philosophiques
de l ’éllx ilT r g e l, einq opiisciilcs c onlrc les Ju ifs, c t une prosc rlinéc su r la sa in lc T rin ité . G ilbcrt p a rta -
o n l r e lc duel ordoim é p a r ia loi civilc, c o n tre les juge- g cait les idées p b ilosopbiqnes de lJc rn a n l de C liartrcs,
nn-nts p a r 1Y:iu i*t le feu, c o n tre l’opinion d u pcuplc au de T liierry d e C lia rtrcs, de n e rn a rd S ilveslris, de
su je t do la gréle ct «lu l o u n r n v ; il a ré p o n d u a u x opi- G uillaum e d e (’onchcs, qui o n t p rép aré les erreu rs
niiins que luí a ltriln ia it l'a b b é Frédégise el a public d ’A m au ry de lléne. Voir A. C lcrval. L rs ¿cotes de
<1'¡nitros tra ité s cnooro. Voir l. i, col. 013-015. Jo n a s C h artres a u m oyen áge, P a ris, 1895, p. 119-151,
d 'O rlé a m écrivit c o n lrc G lande de T uriii son Ira ité 1Í53-169, 2M -272, 3IS-320. S u r A in a u ry de lU'ne,
De ru ltu im a q in u m ct il s ’occnpa des devoirs des voir t. i. col. 93G-910. 1lild c b e rt du Alnns, qni a v a it été
Urques et dos princes d a n s D r im tita tio n r laien li ct | Pélévc de H ércngcr, a p uhlié un bon tra ité De sa c ra -
Di in slilu tio n r reg io. I 'lorus de L yon a ré íu té A ina- i m en tó altaría, l 'n «les p rem iers disciples de sa in l Ñ or-
la irc d e Mctz. Voir t. v , col, 121."». 1¡a litg alrc, évéque de h e rí ;i P ré in o n tré , V ivicn, é criv it vers 1139, un tra ité ,
f,:k(itl»r:i¡, compos.i u n P é iiíln ilio l <-t q u a lrc livres De oíl il conciliait le libre a rb itre ct la gráce. R oscclin
663 FRANCE. PUBLICA.'!’]ONS CATHOLIQUES SUR L E S SCIENCES SACRÉES 064

enseignuit á Com piégne. F a u t-il ran g er au nom bre I fu t d ’abord, éclata p u b liq u e m en t, quand G uillautnc
des théologiens fra n fa is H onorius d ’A u tu n , cet énig­ de S aint-A m our publia, en 1235, son liv re D e p ericu lis
m atiq u e personnage, d o n t la vic c t les oeuvres so n t si n ovissim oriu n tem /iorum , q u ’A lexandre IV condam na
discutées? Voir son article. . á é tre brillé et que rú fu téren t sa in t T hom as ct sain t
C’est á P a ris que, des lors, le m o u v cm cn t théolo- B o n a v cn tu re, De fait, les p réinontrés, les augustins,
gique fu t le plus intense. J1 y a v a it alors en c cttc ville ¡ les carm es, les rcligieux de C lunj' e u ren t, d an s la
tro is écolcs célebres : cel les de N otre-D am e, de Sainte- seconde m oitié d u x m e siécle, leurs colléges, á cóté
G cneviévc ct de S aint-V ictor. A N otrc-D aine, cnsei- de ceux des m atliu rin s, des dom inicains, des francis-
g n a it, des le x i e siécle, A nselm c de L aon, eclébre ' cains e t des b ern ard tn s, qui e x ista ie n t dés le d é b u t
p a r sa Glose in terlin éa ire de l ’É critu rc , ses explica- d u siécle. L a faculté de théologie de P aris e u t done des
tio n s allégoriques d u C antique ct de l'A pocalypse m a itre s e t des d o c te u rs du clergé séculier et d u clergé
e t un co m m en taire sur l’É v an g ile de sa in t A latthicu. régulier.
II e u t p o u r disciple G uillaum e de C ham peaux. A bé­ A u clergé séculier a p p a rte n a ie n t G uillaum e d ’A uxerre
lard enseigna á N o tre -D ain e q u a n d il e u t q u itté , (■}• 1230), d o n t l'o u v rag c prin cip al est sa Sum iría
S a in te-íicn cv iév c. A c ette école, ten u e p a r les cha- | au rea su p er I V libros S cn lcn liaru m ; J e a n d ’A bbe-
noines réguliers, les m a itre s p rin e ip a u x fu ren t B o­ ( villc, q u i p u b lia une E x p o sitio in C antica ean ticoru m ;
fac rt de M elun, G a u tie r de M ortagne et A bélard, L ’ab- i Ja c q u c s de V itry, h isto rien de l ’O rient et de l ’Occi-
b ay e de S ain t-V icto r d o n n a naissan ce íi une th é o ­ i d e n t; G uillaum e d ’A uvergne, évéque de P a ris, d o n t
logie á ten d a n ce m y stiq u e, d o n t H ugues e t R ichard les ccuvres c o m p ren n en t u n T raelatu s de co¡¡alione
fu re n t les cliefs. S u r A dam de S aint-V ictor, voir t, i, ben eficiarían ; D e u n iverso; D e sacram cn tis in genere ct
col. 388-389. C’est á H ugues de S ain t-V ícto r que la T raelatu s novus de p se n ile n tia ; parm i les A nglais 'qui
théologie d o it d ’av o ir etc enfin c o n stitu é e en un corps enseigner en t a P a ris, nom m ons A lexandre N eckam ,
de d o c trin e; aussi a-t-o n pu, á bon d ro it, lui (¡¿cerner lítie n n e L an g to n , qui p u b lié ren t des com m entaires
le titre de pére de la tliéologic scolastique. A bélard su r différcnts livres de la B ible; sa in t E d m o n d et
fu t le fo n d a te u r de l'ccole S ainte-G eneviéve, q u ’il j R o b e rt G rosse-Téte, renom m é po u r ses tra d u c tio n s
q u itta p o u r aller enseigner á N o tre-D am e. V oir t. i, grecques, n o ta m m e n t celle de la Théologie m ysligu c
col. 30-43. S u r son école c t su r l ’inlluence réci- du pscudo-D enys l ’A réopagite. Les prem iers fran ­
p roque de c cttc ccolc et de ccllc de S a in t-V ic to r, ciscain s, qui fu re n t professeurs á P aris, so n t H aym on
v oir ib id ., col. 49-55. L ’écolc tliéologique de N o tre - de F a v c rsh am , A lexandre de H alés et Je a n de la Ro-
D a m e de P a rís c o m p ta un plus grand no m b re de chcJlc. L es dom inicains, qui sav aien t l'h éb re u e t le
m aitres distingués. N om nions seu lem en t R o b e rt grec, se liv ré ren t su rto u t á l’c tu d e de l ’É c ritu re
P u llu s c t ses h u it livres de S eniences, Pierre C om cstor sa in te et ils p u b lié re n t des Postillcs, des C oncordances
c t son H islo ire scolastique, A dam d u P e tit-P o n t, d o n t v erbales de la B ible c t des C orrcctoires d u texlu s
les Scnlenccs so n t inédites, P ierre le C h a n tre e t son p a r is iu s , une m au v aise édition de la V ulgate, faite
V erbum a b b revía lu m , A lain de Lille, v o ir.t. i, col. 656- p a r les lib raires de l ’univ ersité. H ugues de S aint-C her
658, P ierre de P oitíers c t ses S eniences en cinq livres, est le plus connu de to u s. A l ’in stig a tio n d e R oger
P ie rre de Corbcil, d o n t les coinm entaires su r les B acon, qui a v a it eom posé une gram m aire hébrai'que e t
P sau m es c t les É p itre s de sa in t P a u l sont inédits. uno g ram m aire grccque, les franeiscains rivalisórent
Alais son plus célébre d o c te u r est a ssu ré in en t Pierre de zéle e t p ro d u isire n t de m eilleurs C orrectoires de la
L o m b ard , d o n t les q u a tre livres des S entenccs devin- V ulgate. V oir t. n, col. 23-27. L a Bible, en effet, é ta it
re n t, p o u r des siécles, le m anuel de théologie, e t qui le seul te x te que Ies s ta tu ts d e l’u n iv ersité im p o sa ie n tau
fu t le m aitre de to u t le m oyen age tliéologique. Voir d o c le u r. Voir D eniílc, d a n s la R evu e l/iom iste, m ai 1894.
G. R o b e rt, L es écoles 1 1 l'en seign em en l de ¡a théologie Le collége d e Sorbonne, fondé en 1257-1258, com pta
p en d a n l la p re m ié re m o iiié du x u e siécle, P a ris, 1909. b ie n tó t des d o cteu rs cclébrcs : son fo n d a te u r, R obert
E n dehors des écoles, su rg ire n t encore á ccttc d e Sorbon, qui lit des gloses su r l ’É c ritu re et publia
époque des personnages qui fu re n t des m aitres de la d es tra ite s m o rau x , D e con scien tia,D e confessione, lle r
pensée tliéologique c t exerccrent a u to u r d ’eux et p a r a d is i; G uillaum e D u ra n t, u n lit u rg iste; G uillaum e
ap rés leu r m o rt une grande influence. S a in t B crn ard , de S aint-A m our, l’ad vcrsairc des ordres m en d ia n ts;
abbé de C lairvaux, p e u t étre au p re m ier ran g . V oir H cnri de G and, qui p u b lia u n e S om m e tliéologique et
t. i i , col. 745-785. A cótc d e lui, nous p o u v o n s m c ttre quinze Q u odlibelu ; L a u re n t l'A nglais, l ’a u te u r d e la
P ie rre le V énérable, a b b é de Cluny. H ervéc de B ourg- S om m e-le-R oi ou )e L iv rc des p íc c s et des vertu s; Siger
D ieu a co n im en té p lusieurs livres de la sa in te Ííc ritu re ; de B ra b a n t, qui d e v ait soulever ta n t de tem pe tes.
seuls, ses conim entaircs d ’Isaíe e t de sa in t P a u l o n t ! L ’o rd re de S a in t-F ra n fo is fo u rn it sa in t B onaventure,
été édités. P ierre d e B lois re su m a le livrc de J o b , E u d es R ig au d , J e a n P eckliain, R ich ard de Middle-
écrivit C on tra p e r fid ia m ¡udseorum e t de p e tits tra ité s to w n , G ilbert de T o u rn ay , A rlo tto de P ra to , Guil-
de théologie m orale. lauine W arre n , etc. Celui d e S ain t-D o m in iq u e com pta
3 o A u x in ^ siccle. — Ce siécle v it la théologie scolas­ V in cen t de B eauvais, Fierre de T a re n ta isc , H u m b e rt
tiq u e p a rv e n ir íi son apogee, e t P a ris d ev in t, p a r le de K oinans, T h o m as de C antitnprc, N icolás d e G orran,
n o m b re d e ses chaires, la scicncc de ses in a ítre s e t qui fu re n t to u s eclipses p a r le B. A lb e rt le G rand et
ra fllu en e e des é tu d ia n ts , le centre intellectu el d u sa in t T h o m as d ’A quin. Ils c o m n ie n ta ie n t les Sen-
m onde. Les écolcs episcopales et m o n astiq u es d e la tcnccs de P ie rre L o m b a rd ou p u b lia ie n t des Som m es,
p ro v in ce p& lirent d e v a n t cellcs de c e tte villc, la capi- qui é ta ie n t le fru it d e le u r enseignem ent personncl;
ta lc p o litiq u e de rile -d e -F ra n c e e t des provinccs quelques-uns, a p rés a v o ir d e b u te cormne com m en-
voisines. C liartres uc p e u t c ite r que P ierre d e R oissy, t a te u r s d e m a itre P ie rre , te rn iin a ie n t leur carriérc
d o n t le M a n u a lc de m i/stcriis E cclesL r olí S pccu h tm | p a r u n e S om m e personnelle. Les prinees d e la tliéolo-
E cclesisr, un tr a ité coinplet des offices de l’lvglise, est gic scolastique o n t été professeurs á P a ris. A lb e rt le
denieurc in éd it. A P arís, re n se ig n e m e n t s’org an ise; le G ran d , sa in t T ilom as, sa in t B o n a v cn tu re, Je a u
roi c t le p a p e a cc o rd en t a u x m a itre s e t a u x éléves des P eckliam , N icolás de G orram , etc., o n t laisse des
priviléges. L ’un iv ersíté est fondée en 1208; la faculté com m entaires su r p lusieurs livres de l’É c ritu rc . Vin-
de théologie y tie n t la prem icrc place. Les rcligieux, fa­ c e n t de B eauvais é ta it h isto rie n dans son S pecn h tw
v o rises p a r le p a p e In n o c c n t I I I , y o ccu p c n t des h istoríale, com m c il é ta it théologicn d a n s son Specu-
chaires á cóté des séculicrs. L ’oppositron ¡i l ’e n sd - ¡um ixalarale, son S p ecu lu m doctrínale c t son Spccu-
g n e m e n t donné p a r les rcguliers, de sourde q u ’elle lu m inórale.
665 FRANCE. PU BL1CATI0NS CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES GGG

4° A u X ir* ct «ti .vr» siéele. — Ccs d e u x siécles ont inenlé sa in t Luc, sain t J e a n , le C a n tiq u c ct l ’A poca-
vu la c réa tio n de nouvelles n n iv ersité s : en dehors de , ly p se : G régoire de R im ini, a u g u stin , les É.mitres de
Toulousc, q u i re m o n ta it d é já a u siéele pró ccd en t sa in l l'a u l c t de sa in t Ja c q u cs, S a in l P ie rre de T h o ­
(1223), nom m ons ü rlc a n s (1312), C ahors (1332), m as a fait une P ostille su r s a in t M a tth ie u . Sim ón
G renoblc (1339), P e rp ig n an (131G), A ngers (13G4), Aix B arin g u ed a explique l’A pocalypse. Les coniniuntaires
(1409), C aen c t l ’oiticrs (1-131), V alence (1412), de J e a n d 'A ix su r l'í'v a n g ile de .saint M a tth ie u ct
X an tes (14G0), B ourgcs (1165), B o rd cau x (1473), B c- eeux de B e rn ard d'A inboise. su r les É p ítrc s de sa in t
sangon (1485). Mais la faculté de théologie d e P aris Ja c q u c s c t de sa in l Je a n so n l d e m e u rés inédits. L e
g ard a to u jo u rs lc p re m ie r rang. D ’ailleurs, to u te s les d o m inicain Pierre d 'É v r c u x a v a it é crit des P o síilk s
nouvelles u n iv ersité s n ’a v a ic n t p as de chaires d e s u r le P e n ta le u q u e , su r lsa'íc e l su r d ’aulrc.s livres
théologie. L es d o c le u rs c o n tin ú e n t a c o m m e n te r les bibliques.
Sentenees d u L o in b a rd ou ñ p n b lic r des tra ité s ou des , Le g ran d scliism c d ’O ccid cn t, qui com m enga
som m es. X ous llom m erons, a v a n t tous les a u tre s, D uns en 1378, a rra c h a les théologiens fran g ais A leurs
Scot, qui v in t cnseigner á P a ris. V oir t. iv , col. 18G5- p ré o cc u p alio n s e x elu siv em en t m éta p h y siq u es, e t,
1947. 11 c u t, s u rto u t d a n s son o rd re, ses disciples, s ’ils c o n lin u é re n t encore á c o m m c n te r l'É c ritu re ou
en tre a u tre s, P ie rre A uriol, qui a co m in en té les Scn- lc .Maitre des S entenees, ils fu re n t am enés A é tu d ie r
Ienees, public scize Q n odlibcta et u n C om p en d ia ni des q u e stio n s tliéologiques nouvelles et A se lan cer
sensu s tiltera lis to tiu s divinan S eriplu rzc, ré éd ité á Q u a - d an s des voics qui les c o n d u isire n t a u x d octrines d ite s
racchi, 1896; Frangois M ayron. G a u tic r de B rugcs gallicanes, P o u r d é te rm in e r lequel des tro is pontifes,
fit un c o m m c n ta irc des S en t enees, des QuocUibela et d o n t les diversos obédicnees se p a rta g c a ie n l le m onde
«les Qusesl iones d is p u tó te . L c célebre R a y m o n d L ulle eh rétien , c ta il le v é rita b le succcsscur de sa in t P ierre,
enscigna aussi A P a ris et á M ontpellier. D an s l ’ordre b e au c o u p pro p o só rcn l lc recours á u n concilc général.
de Saint-D om iliiquü, Ile rv e c de X édellec a com posé C cttc solution fu t préconiséc, dés 1379, p a r d e u x doc-
un c o m m e n ta ire des Sentenees, onze Q u odlibela, d o n t teurs cclébrcs de P aris, C onrad de G clnhansen, dans
q u a tre g ran d s c t se p t p e tits, ct d illé rcn ts tra ite s . J e a n | son E p ís to la con cordia ■, adressée au roi de F rancc
de P aris cst l'a u te n r d ’un Ira ité de De poleslate regia el i C harles V, el H enri de l.a n g en ste in , d an s son E p ísto la
p a p a li c t il a soulevé la questio n d u inodc d ’cx ister j p a e is , puis d a n s son C o n siliu m p a cis (1381) ct dans
du corps tlu C h rist d a n s I c u ch a ristie . V oir t. v, son D e ¡m u ría Ecclesia: ¡>cricuUs (1383). La fa cu lté
col. 1309-1310. 13crnard d ’A uvergne, d a n s ses Quodl i- , de théologie de P a ris a d o p ta oíliciellcm ent ce m oyen.
bela, d efen d it les d o c trin es de sa in t T h o m a s co n tre les Pierre d ’A illy e t G crson se firen t les p ro p a g a te u rs
a tta q u e s de d iv ers théologiens. Gilíes d e R em e ensci­ c t les défenseurs d e c c ttc d o c trin e . Ils ch erc h ére u t á
gna á P a ris. Un a u tre a u g u stin , nom m é A lb e rt, y I’a p p liq u e r a u x conciles d e P ise c t de C onstance. Ccs
ex pliqua les Scnlenees. G uillaum e d ’O ccam , diseiple de d é b a ts fu re n t p o u r eux l’occasion d e tr á ile r de l’a u to -
Seot, v e rsa d a n s lc nom inalism o e t ra h a issa l’a u to rité rité d u p a p e, de rin fa illib ilité , de la su p é rio rité «lu con­
du souvcrain p ontife. J e a n «le J a n d u n , d a n s son D e­ cilc su r le p a p e e l de la réfo rm e «lc l’ííglisc d a n s son
fensor p a c is , a tta q u a , luí aussi, l’a u to rité pontifical?. clief c t d a n s ses m em bres. 11 fa u t jo in d re ces d eu x
D urand de S a in t-P o u rg ain c ta it encoré un d o c te u r de g ra n d es lum iércs d e l ’É glise gallicanc leu r d iseip le,
l ’aris. V oir t. iv , col. I9 C 1-1966. Les a u g u stin s G érard N icolás do C la m a n te s ou de C lém cngis, d o n t plusieurs
de Sens, P ro sp c r de R egio e l J e a n d e L a n a expli- écrits c o n cc rn en t le g ra n d schism e. J e a n d e C ourtc-
q u é ren t A P aris les Sentenees. L e carm e J e a n d e , cuisse enseigna aussi la su p e rio rite d u concile su r lc
Kacon a v a it é tu d ié A P a ris et y a v a it é té regu doc- ; p a p e c t la n o n -in ía illib ililé pontiPícale d a n s son
te u r en théologie c t cil d ro il. Gui d e P e rp ig n an , qui T ractu lu s de fide el E cclesia , rom an o p on líficc et con cilio
a p p a rtc n a il a u m ém e o rd re, y enscigna, ap rés y a v o ir gen eralí. V oir 1 . 111 , col. 1985. S u r Sim ón de C raniaud,
étudié. L ’a u g u stin G régoire d e H im ini a com m entó v oir t. n i, col. 2022-2026, ct su r G uillaum e P illa stre ,
les deu x p rem iers liv rcs des S entenees c t son cnscigne- v o ir t. v, col. 2343-2351. T o u lcfo is, ccs d o c le u rs
nien t a je té A P a ris un g ran d é c la t; il c u t p o u r succcs­ ne n ég lig éren t p as les a u lre s bran clics d e la théologie
scur Ugolin .M alahranca. X icolas B o n e l a é té un c t des scicnces sacrées. P ierre d ’A illy tr a ita de q u e s­
fidéle diseiple de Scot. D cnys F o u llcc h a l a expliqué tio n s a ílé re n tes a u x livrcs des S cn len ees, s'occupa
les Sentenees, ainsi q u e les carm es Frangois d e H aclione, d ’É c rilu rc sa in te (rnppolons sculem cut son Vcrbntn
H enri «le D ollciulorp e l Je a n B allcstcr. B caucoup abbrcu ílau m su p er P sa lle rio e l son E x p o s ilío su p er
d ’au lre s doctenrs parisicns, d o n l les écrits n ’o n t pas Canlicei ca n tie o ru m )o l d ’a u tre s sujets. Ses deux écrits,
été eonservés on p ubliés, o n l in lc rp ré té l a u v r e du V E p ísto la a d novos H eb re os, ct Y A p o lo yclicu s llie r o n i-
l.oinbard. Pierre de CcfTonds, ahbc de C lairv au x , a niUma; p ersíon ís, so n l une contrilm U ou A rh is to irc de
ro im n cn lc lc I I I ' c t le I V c livre «les Scn len ees e l com ­ la c ritiq u e h iblique e l m o n lic n l quelles é ta ie n t les
pasé lin tr a ilé su r r a u lo r ilé du sou v crain pontife. p rc o cc u p atio n s exég¿lii]ues :i 11 fin du xív« siéele, au
O uillauine B eaufcl, évéque tic l ’aris, é criv it se p t d ia ­ scin de 1’uiiivci'silé de P aris. Voir l. i, col. 612-651.
logues De sep lem E e e le six saeram cn lis. G crson, re tiré de la lu lle , é criv it de p e tils ouvrages de
Les com m enlaircs de l’fic rilu rc sa in te n ’a v aicn l pédagogie e t d ’a scétiq u e, com m e il s ’é la il oceupé de la
pas élé négligés au cours du x i v r siéele, bien q u ’il réform e des e lu d e s théologiques e l a v a il pub lié en
n ’a il p a ru alors a u cu n ou v rag e re m a rq u ab lc . f/A n - exégése un c o m m c n ta irc Su¡>er C á n tica ca n lico ru m .
íja is J e a n G lodslon, p rofesseur A P a ris et A O xford, un M on ofcssaron 011 lia iiu o n ie évan g éliq u e et n e n f
jniguit ;i un eo n m ien taire des Scn len ees c t A ses tra ité s su r lc M a g n i/ic n l. Le b é n éd iclin P h ilip p c de
(Jitotllibrln une exp licalio n de l'l-ivangile d e sa in t I Villéle é criv it su r l’a u to rité d«-s c<mcilcs. Les d oniini-
\ lu tth iiu ct des n ioralilés su r r r lu i de sa in l J e a n . l 'n cains Je a n de R aguse «t J e a n d e T orquetna«la, q u i
carm e, Sim ón tle C orhic, glo.sa la liib le cutiere. Jc a u a ssislé reu t au concilc de B ále, é ta ic n t des «loeteurs
d r l.au sau n c, írcre préclieiir, p u b lia V d p u s rao rali- de P aris, Lc second, d an s sa Suiunt 1 de ¡•'celcsia, ex ­
Ifitiini, crim prennut des e x lra ils liihliqucs A l ’usago posa e l d é íc n d il les d ro ils des so u v erain s po n lifes,
des prédicaleurs. L 'an g u slin A lb ert com nicnta les aussi bien que d a n s son De potcxialc p aeis. D 'a u trc s
q u a tre Lvniiniles, in-fol., Venise, 1176. l>cux carm es, de ses tra ilé s sonl relalifs aux erreu rs du tem ps, aux
Cul el Pierre de P e rsig n a n , p u ld ié ren t le prem ier une q u estio n s alors disentée . II publia aussi des Qtm dli-
concorde d e ; év an g iles c t le second une e xplicalion des beliea c t une E x p o silío liflcra lis de lo u le s les K pitres
l ’saum es. N icolás de L yrc cst célébre p o u r ses l ’o s• \ de sa in l Paul.
tilles el ses M ortililés. M kliel du Fuiir, O. I ’., a coin- D ’a u trc s d o cleu rs se m éla ic n t inoins aux lu tlc s
mi FRANCE. I'UDLICATIOXS CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES 008

d n tem p s e t c o n liu u a irn t l’ceuvrc tliéologique de Je a n il 11 D nvet, professeur á Paris, rédigeait un M ono-
leurs prédécesscurs, cu les con im eiitan l ou en les lessaron, dans U-quel il exposait les form alités de Scot,
d e fen d a n t. A insi Jo a n C apréohis défen d ail les doc­ d e S ircet, de T ro m b c tta et de B rulcíer. On p u b lia it
trin e s de sa in t T ilom as e ontre les nt taques des a u tre s 011 1579 les R esolutiones in I V libros S en ten liaru m
d octeurs. V oir t. 11 , eol. 1091. U u fra m ise a in , Guil- J o u n n is D u n s S eolis du P . F lav in . V oir col. 21. II y
launie V orilong, e x p liq u a it les S eniences d ’aprós sa in t e u t cn íin des tra ité s p a rticu liers, tels q u e ceux de
B o n a v cn tu re e l D uns Scot. U n a u tre religieux du R aoul de ftlonliquet sur l’eu ch arislie el le m ariage :
m ém e or<lre, É tie n n c Ju lia c ou de Ju tlly , les ex p li­ T raelatu s de aera, rea li atque m ir a b ili ex iste n lia lotius
q u a it a d m eiilem S eo li, P aris, 1512, 1517. É tie n n c C h risti in san etissim o a lla ris sacram ento, qui fu t aussi
B ru lcíe r p u b lia it ses F orn u dilales Scoli. V oir l. 11 , tra d u it en fran fa is, in-40, P a ris, 1505; T raité du
col. 1146-1147. Le carm e J e a n Goulain com m cuta stiin l saercm en l, eslal el fru it de m a riage, in-4®, Paris.
les Seniences. Ira ita de questions diverses, écrivil s. d .; d'A lplionse R iei, D ia to g u s sur la v é rité du
su r la messe et tra d u isit des o uvrages de plusieurs p u rg a lo ire, P aris, 1509; E riu lilion cs christiana: reli-
Péres de l ’Église. Le franciscain, Nicolás d ’O rbelles, g io n is, in-S°, P aris, s. d. (sur les v e rlu s théologales
professeur á P o itie rs, (il S u p er S cn len lias eom pen diu m ct cardinales), et de Gcoflroy B oussard, C on lin en lia
sin g u la re , d ’ap rés D uns Scot, L yon, 1503; P aris, sM erdolu m , in- I o, P a ris, 1505 (le p a p e p e u t-il autoriser
1517, cte. ;u n com m eutaire sur les q u a tre livres deSiSYn- p a r dispense le m ariag e des p rc tre s ? ); D e d iv itü ssim o
tcnees, qui a eu de n o m b rem o s éd itio n s; S u p e r S u m - m issee sa crificio , in-1®, P aris, 1511, 1520, 1529; Lyon,
nu ita s de P ierre d ’E sp a g n c a ti m enlem Seoli. L 'augus- 1525.
tin Ja c q u e s le G ran d p u b lia son S oplm logienm su r 2 o Controverse. — Les o uvrages polém iques se ínulli-
l’a m o u r de la sagesse, L yon, 1483, 1495; P aris, 1498, p lié ren t. Le syndic de la faculté de théologie de Paris,
150G; L yon, 1585. S u r le e h a rtre u x lle n ri É ger, q u i Noel B oda, q u i n c to lé ra it p a s l ’éelosion d ’une idée
fu l professeur í* P a ris, v o ir t. iv , col. 2104-2108. Gilíes nouvelle, a tta q u a successiveincnt É rasm c ct Le F evre
C liarlicr, professeur á C am b rai, ré u n it d iííé ren ts opus- d ’É ta p le s , q u 'il te n a it p o u r des lutliériens elandestins.
eules d a n s d eu x rccueils in titu le s : S p o rla ¡ragm en - V oir aussi le elia rlre u x dom C ousturier, 1 . 111 , eol. 1988.
to r u m : S p o r(u la fra gm en toru m . U e rn ard in d u R osier, Cliclilove esl le prem ier q u i, á P a ris, a it c erit contre
n é á T oulouse, o í l il fu t professeur et oíl il ín o u ru t L u th er. V oir l. n r, col. 212. Jér&me de H angesl,
a rchevéque, a laissé des com m entaires sur le Penlfi- ccolálre d u M ans, p u b lia : D e libero a rb itrio et eju s eoeffi-
teu q u e , 1c C antique, les A ctes des a p ó lre s e t l’Apo- cien lia in L u th eru m , P aris, 1527; De p o ssib i¡i prseee -
ealypse, qui so n t inédits. Le dom inieain G uillaum e ploru m D e i im plelion e in L u th eru m , Paris, 1528; Prn?co-
de P a ris a public une Postille sur les evangiles du n ioru m m a tris virg in isq u e M ario: propu gn aeu lu m ,
dim anche el des íctes des sa in ls cntendus au sens P aris, 1525; D e Á e a d em iis in L uth eru m , in -l°, P aris,
lillc ra l, S tra sb o u rg , 1-186, 1513, 1521; Paris, 1509, ctc. J 1525; D e ch risti ¡era eu eh aristia adversas m agijeros
111. A u x v i c siECLi,. — L a R enaissance des etudes sy m b o lista s, in-4°, P aris, 1534; Contre les lén ébrion s
classiques, la R eform e p ro te s ta n te el l ’invention lu m iére ¿vungetique (pour l’eucharistie), in-S°,
de l ’iniprim crie c o n lrib u é rc n t alors, pour des p a rts P aris, 1534; E n controverse voije scurc, Paris.
dilTérentes, ñ d o n n e r á la théologie com m e u n e orien- 153G. S ur les ouvrages d e e ontroverse de R o b ert
la tio n nouvelle. Le régne de la scolaslique cessa bien- | C éncau, évéque d ’A vranehcs, voir l. >1 , col. 2100-
tí»t, la e o n lro v crsc, l ’cxégésc ct les tra v a u x de p a lro - 1 2101. B e n o it V cm ier p u b lia M a g n u m et universale
logic p rire n t p rogrcssivem enl la place de la spécu- eon eiliu m Eeelesise m itita n lis su p e r veritate d iv in i
lation tliéologique. L a C om pagnie d e Je sú s v in t ren- 1 eueharistia: sa era m en li, P a rís, 1554; u n bénédictin
forecr les aneicns o rdres, el des universités no u ­ • d e S ainl-S cvcr, A rnauíd de Surcase, déehargea son
velles fu re n t in stitu io s, celle de D ouai en 1530 ct P islo let su r les h éréliq u es de G enéve, T oulouse, 1558.
celle de Ponl-íi-.M ousson en 1572, p o u r s ’opposer direc- Je a n T a u p in adressa un A vertissem en t á ccux qui,
tc m e n t á la di ilusión d u p ro te s ta u lis m e en France. ! Iroinpés p a r les héréliq u es, a b an d o n n e n t la v éritable
Io T héologie d ogm atiqu e. — II y e u t encore, a u de­ | É glise d u C lirisl; E xam en el déjense d e la sa in le
b u t s u rto u t, des co m m en taires su r les Sen ten ees . Ni- 1 íig lis e rom aine', A ceord d e l'É glise eh rétien n e to u t
eolas de N yse, d ’a bord chanoine et v icaire g énéral de cn tic re su r le sa in t sacrifico d e la messe. É tienne
C oulanccs, p u is frére íu in eu r, en com posa u n , q u i fu l P a ris p rc elia it e o n tre les c alvinistes c t il p u b lia ses
im prim e á H oucn en 1568, puis á P a ris el á Vcnise en honiclics e o n lre eux : C h r istia n i h om in is in stilu lio ,
1574, sous le titr e : lieso tu tio theotogiea. J e a n M ajor, in-4°, P aris, 1552, 1561. M a tlh ic u O ry é criv it A lexi-
qui fit im p rim er p o u r la prem icre fois les R epórtala ph a rm a eu m , P arís, 1541, au su je t des hérésics.
p a ris ie n sia de D uns Scot, P a rís, 1517, 1518, a v a it p u ­ P ie rre C harles de R osier laissa u n T raité su r la T rin ité
blié succcssivcm cnl ses Q uirxliones su r les q u a tre livres eonlre les erreurs de P itrel, P a ris, 1545. J e a n A lbin de
des S en ten ees , P a ris, 1508-1519. Son eléve, F ra n fo is Seres com posa six livres D u saerem enl de Vaulel,
d e V icto ria, se íil d o m inieain et veilla A une nouvelle P a ris, 1567. N icolás D u ra n d d e Villegaignon refuta
édition de la II* II* d e sa in t T hoiuas, q u ’il a v a it rc- les c alv in islc s su r le m ém e su je t. V oir t. v , col. 135G.
vue. II p u b lia aussi ses ftelectiones theologieor, oú il A ntoine d e M ouchy tra ila D e sacrificio m is s a pro de-
su il sa in t T hom as. Ja e q u e s A lniniu c o in m e n la le ¡u n etis, iii-8°, P aris, 1558; il p u b lia deux au lre s ou­
III* liv rc des S entenees e t a d o p ta les in le rp ré la lio n s vrages su r la m esse, d o n t l’un esl in ti t u lé : P ropu gn alio
de Biel. C onunc M ajor d ’aillcurs, il a v a il versé d a n s le ealhotiea el h istórica, in-fol., P a ris, 1562, ct le dernier :
nom inalisiue. Ces d eu x do c te u rs c o u tin u a ie n l, en D e veritate C h r isti neenon eorporis el sa n g u in is ejus in
o u tre , á so u le n ir les idées d e Gerson sur Ic pou v o ir m is s ir sa erifieio , P aris, 1570. Sim ón Vigor publia ses
pontifical. A lm ain é c riv a it c o n tre C ajétan son tra ité scrnions su r les c onlrovcrscs de la foi. J e a n du Tillc t
De (tuelorilate E eelesiic et eon eitioru m gen eraliu m íit uu T ra ité de V an liqu ilé el d e la sotenn ilé de la messe,
e l son E x p o s itio des dócisions d ’O ceani su r Ic p ou­ P a ris, 1537; un a u tre tr a ilé S u r le sym bole tles apotres ,
v o ir d u p o n tife ro m ain . V oir l. 1 , col. 896-897. M ajor P a ris, 1566; une R ép o n se a u x m in istre s, ib id ., 1566.
d ise u ta it, lui aussi, D e au ctorilale eo n eitii e t so u te n ait M atlliieu de L au n o y , re v en u d u calvinisine, publia :
sa supériorité su r le p a p e ; D e polestale p a p x d a n s les L a déclaration el réfu lalion des fausses su p p o silio n s
choses tem p o relles; D e slttlu et polestale K e e lc six , oü | et perversos a p p lie a lio n s d'aueunes sentenees de saintes
i) ex p o sait c t d é fe n d a il les idees gallieanes. U n dom i- j É eritu res desquelles Ies m in istre s se sonl se rvís en ee
n icain, Ciando d e 1’É p in e, p u b lia it un E p ito m e in I dern ier tem p s á d iv ise r la c lv ilic n lé , P aris, 1579; lié-
I V libros S en ten lia ru m , P aris, 1551. U 11 franeiseain, p liq u e ehrétienne en form e de eonm ienlairc sur la
GG9 FRANGE. PU IílJC A TIO NS CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES 670

R éponse q u e les m in istre s c.ilvinistcs a v a ie n t fa ite an 1598, c o n tre le m in istre c a lv ín is te d c L oque. II. B u rlal
p ré cc d cn t ouvrage, P a ris, 1570. F ra n fo is R ich a rd , fnisait : lie sp o n s e a u liv re l in titu lé : S otu m aire des
évéque d ’A rra s, d o n n a aux cures d e son diocésc une ; ra iso n s que rendeut eeux q u i ne veu len t p a s p a rtic ip c r
In slru elio n su r tes p o in ls de fo i controverses, A rras, á la m esse, P aris, 1506; R em arqu es des blasph ém es,
1562. P ie rre D ore tira des É p itre s de sa in t P a u l c en t erreurs et im p o sta r es conlenues d a n s le livre du m in istre
P aradoxcs c o n tre les lic rétiq u es, P a ris, 1513. S u r ces L oque, p n b tié sou s le litr e : D es a bbu s de ta m esse,
ou v rag es de c o ntrovcrse a u su je t de l'eu c h aristic, 1598; A n a to m ie ou deseh iffrcm cn l de ¡a céne des nou-
voir t. v, col. 13f>0, ai»si que sur cclui de G. Sacconay. veau x evan gélisles ct prélen du s reform e:, 1599; L a
Sur ccux de C laude d ’E spence, voir ibid., col. 605. vérilé de la sa in te tnesse el de ¡a con fcssion a u rieu la irc,
C laude de S ainetes a public la C on fcssion de la fo y ea- 1602.
Ihotiijuc, P aris, 1561, q u ’il a v a it p résen tce au Colloquc Ccs ouvrages de co n tro v c rse ré p o n d a ic n t direc-
de P o iss y ; E x a m en doe.lrinx ealvin ia n tc el be:ana' de tc n ie n t au x al laq u es des p ro te s ta n ts , s u rto u t des
c a n a D o m in i, P aris, 1560; R cspon sio á T héodore de calvinistes fr a n já is , c o n tre to u s les dogm es d e la foi,
Bezo, 15C7; D écla ra tion d'au cu n s ath éism es de la doc­ q u i é ta ie n t discutes. La p o lém iq u e p o r ta it ainsi á la
trin e de C a lvin el de ftezc contre ¡es p rem iers fondenicnls fois p resque sur tous les p o in ts c o n te stes. Q nclques
de la chrétienté, P a ris, 15G8, 1572; L es aeles de la écriv ain s seulem ent d é íe n d a ie n t un dogm e en p a r ti ­
eonférenee tenue « P a ris, P aris, 1568, 1622; D e rebus eulier, la présence réelle, p a r exem ple, ou le sa in t sacri­
cueharistiac eon lroversis repet ilíon es seu ¡ib ri deeem, fico de la messe. Mais lc plus g ran d n o m b re cn ta s-
in-fol.» P a rís, 1575. S u r les o u v rag es d e R ené B enoist, saien t péle-m ele to u te s les e rre u rs d es h érétiq u e s. lis
voir t. i i , col. 61G, ct su r ccux d e P a lm a C ayel, é p a rp illa ie n t ainsi leurs forces e t s'é p u isa ie n t á ba-
col. 201G-2017. P ierre E m o tte d o n n a une C a th o licx tailler c o n tre t a n t de faussetés accum ulées. <> K cné
fidei p rofessio, p rim u ia u lriu squ e T esla m en li, dein de B c n o ít, c o n ip re n a n l les in co n v é n ien ts de c e tte m ¿-
sa n c lissim o n im P a lru iu q u i p r im is du obu s s x c u tis thode lourde e t p e d a n te qui p c rn ic t diflicilem ent de
florucrunl te s lim o n iis con fírm ala el digesta in (¡uatuor le n ir té te ¡i un enneini itisaissable, se tra n sfo rm e en
lib ris , in-80, P a ris, 1578. Je a n P o rte z , O. i l . , expliqua lira ille u r, se sc rl de la b ro cliu re com m e d ’u n e arm e
la parole de N otre-S cigncur : H oc fací te in m euni eom- p o u r faire le coup de feu su r un p o in t do n n é. á l'a b ri
n K m oration em p o u r re fu te r F lacius llly rieu s, A nvers, d 'u n tcxU ' ou d ’un fa il. D e 1558 á 1608, i) p ublic opus-
1567, 1586, et p ublia : L es catholiques dém o n slra lio n s culcs sur opuscules, ju s q u ’á d ix p a r a n , d é b la y a n t lc
su r eertains d isco u rs de la doctrine ecclésiasliejitc en i te rra in de to u s les obstacles dressés p a r l’ennem i,
su iva n t la d iv in e parole et sa in le É e ritu re avec t ’un i- \ p o in t p a r p o in t, th ese p a r th ése, ta n d is q u e ses con­
versel consentcm ent de ¡'É g lise ehrétienne, P aris, 1568. fiares, C laude d ’E spcncc, C laude d e S ainetes ct a n tro s
Frcm ln C apitis, O. jM., a fa it uue B ricfve apologic eontre c o n tin n e n t á en ta sser v o lu m es su r volum es. » P h . T or-
C alvin et ses cóm plices tou eh an t l'a d m in islra lio n des reilles, L c m ou vem en t théologiquc en F ra n ce d e p u is
sacrcm eus el la m a n iere de fa ire les priores en l'É g lise , ses orig in es ju sq u ’á nos jo u rs, l ’aris, s. d., p. 79. La
el (jue les tia d u ctio n s d>: M a ro t et de Bézc n e doiven t violence c t le b u rlcsq u c se inélent so u v e n t c c tlc po-
élre appclccs P sa tm es de D a v id , Iteiin s, 1563; D e lém ique d isp a ra te . II é ta it nécessaire d e ra m e n e r la
sa n etissim o cu clia ristiir sacram en to, R om e, 1567; co n tro v e rse á une m éth o d e plus ra tio n n e lle et i» un
De im m a eu ta la con ccption e Virginia M u r í a P arís, ton p lu s grav e. A la fin du siéele, U* f u tu r c ard in al
1570; L a su u vegttrde et proleclion de ¡a fo y catholique du P erro n la ra tta c h c a u x dogm es p rin c ip a u x ,
contre les p r in c ip a u x hérétiques de noslre te m p s, R einis, l’É glise, r c u c h a ris tic , étlld iés d a n s I’É c ritu rc ct la Ira-
1579. N icolás de T aille p ic d , fran c isc ain , a com posé : d i tio n . V oir l. ív , col. 1951-1957. C’e st su r ce doublc
Coltectio q u atu or doetorum A n ib r o sii, llie r o n y m i, Atí- te rra in q u ’ellc ro u lera p rin cip alo m cn t a u x v n c siéele.
g u stin i el G regorii su p er Irig in ta a rtie u tis a b luvretieis 3 o É e ritlirc sa in te. — Sous rin llu o n c e de la rcuais-
m odernis d isp ú ta la , é d itc c d a n s lc C o m p en d iu i n rc- sance d es letlres, un m o u v e m e u t de réform e des
rtitu theologiearum de J e a n B u n d c rn , P a ris, 1571, ¿tild es p a r le rccours d ire c t a u x sources ríe la lliéo-
1577; U revis r eso lu tio se n te n lia ru m S . S c r ip tu n c ab | logie, r É c r itu r e c t les Péres, se m an ifcsla en I-Vanee
luerelicis m o d ern is in su a ru m h areseou fu leim en lu m au d é b u l du x v i c .siéele, a v a n t l'ap p iiritio n d e la
p erperam ad d u eta ru m , P a ris, 1571; T hrcsor de l ’É g lise R éform e i»rotestante. C’esl Ja c q u c s L cfévrc d ’íita))lcs
calholique el de vérité eon len an l V origine, in slítu lio n , qui le p ro v o q u a . A prés a v o ir é lu d ié A risto tc e t D enys
slatu tz, ordonnanees, ccrém onies et esla ts d ’icclle, l ’aris, l’A réopagile, il s'a d o n n a A l'É c ritu rc sa in te , (|u ’tl con-
1586. D om iniquc S ergent, O. P ., a ¿d ité : D eu x livres sid é ra it connne la v ra ie souree d e la scicnce sacrée.
d u baptém e des hérétiqiirs m o n slra n s s i on le d o ib l Son p re m ier tra v a il d a n s c e tle voie nouvelle fu t son
réiterer, p o u rqu oy el eonunrnl, A vignon, 1566. Guil- P sa lle riu m q itin cu plex, P a ris. 1509. 1513, 1515, oü
iaunic du B lanc a public des D iscou rs s u r les saere- i) ju x la p o s a it einq versioiis d u p sa u tie r (les p san -
m ens de l’É g lise c o n tre Ies liérétiques, P a ris, 1583. tie rs rouiain el galliean, re v u s p a r sa in l J é ró m e ; lc
í'»éiiébrard a é crit tro is livrcs D e s a n c la T rin ila le contre p sa u lic r héhra'íque d u sa in t d o c lc n r; le vieu x p sa u lie r
les a u titrm ita ire s , P a rts, 1569, 1585. P ierre de Bollo, a n té ric u r a u x revisious d e Jé ró u ie c t u n e versión la ­
O. I \ , a com posc : A iith cu liea pr abatió sacrosan cli tin e fa ile p a r L cfévrc lui-m cm e). Ln se liv ra n t á
m isstn s a c rific a ex s o titis S . S e rip tu r a : testiiu o n iis, ee tra v a il, il a v a il tro u v e ü l ’íic rilu rc mi sens nou-
¡n-.S*, Lyon, 15S.H, ir, 17. Sur les é c rils d e c ontrovcrse v e au , q u e v o ie n t seuls cenx <]ue l'H sp rit tlluuiine.
<lu eordelier l'c u a n lc n t, v oir t. v, col. 2263 e t 2261, <;’e st cc seas q u ’il ch erch a d a n s ses com inea taires des
ct sur eeux «le C h clíontaines, t. n , col. 2352-2353. q u a tre l-A angiles, in-fol., M caux. 1522, des lvpitres
Thom as B caux-A m is, carm e, a é c rit d es ouvrages «le sa in t P au l, P a rís, 1512, 1515, 1531, c t des l;p ilie s
|)olénii<|ues sur rc u c lia rislic , v oir t. v, col. 1357, eatholk|U es, .Mcaux, 1525, etc. II eorrigeail usue?. sou-
ct i)c eu ltu , ven rm lim ir, in lereessioiic, in voeoliou e, v e n l la N'uluate d ’aprés le te x le g ire et il ía isa it ícs-
m rritts, fe tliv ita lib u s, re tiq u iis ct m ira eu lis sa n cio n a n so rlir d a n s les noles le sens lillé ra l. Cf. A. I lunibei t,
enthulira ossertin, Paris, 1566; D e fide, de sym bolo Les o rig in es de tu theologie ¡nodernr. P a ris, 1911,
hbri IV , Paris, 1573, 1571. P ierre C.liarron esl l ’au- p. 155-165. Lcfévrc Irad u isil du lalin en fran^ais
le u r de rct o u v rag e: Les tro is vérités ronlre les alhées, il’aliord lc. N ouveau T e s ta m c n t, M caux, 1523, puis
idolatres, ni'ilm m ctans, hérétiques et seh isn vitiqiies l.e p s a u tir r <tr D a vid , P aris, 1525, en lin Les L pistren
a i trois tirres, in-8'’, B o rd c au x , 1501. I.c jésuilc Jean et fiiH tiigiles des eu iqu n ute ct deu x dinutuehcs de Van,
Bordes p uldia, e n tre a u tre s ouvrages, Les tTiu/s d l’itsnge du dioerse de M etnix, M eaux. 1525, po u r élre
tib m des preten das abu s de ta m esse, in-«°( iiorrlcaux. las eil chairo. Cf. S. B crgor, I.a liib le ail .v i/'1 siérle,
671 l’RANCE. PURLICATIoXS CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES 072

P a ris, 1879, p. 35-10. L a S orbonne cond ain n a ce , Je a n d e l’A rb re : Theosoph ia com pteetcns expositio-
d c n iic r ou v rag e, d a n s lequel elle a v a it relevé 48 pro- n cm loeorum difficilioru m V eteris ac A’o vi T estam cn ti,
positions fausses, á Otro je té au feu. L efévre a v a it I 2 in-fol., P a ris, 1540, 1553; ln P roverbia Salom on is,
é c rit une prem iére d issertatio n D e M a r ía M ag d a len a , Paris, 1.119; ¡n E cclesiaslen et C an tieu m can ticoru m .
1517, 1518, e t une seconde D e trib u s ct tín ica M a g d a ­ París, 1531, e tc .; Jn qu atu or eva n g elista s, P aris, 1529,
len a, P a ris, 1519, qui fu t ceusurée p a r la Sorbonne 1551; Jn onuies E p ís to la s P a tili, d an s Theosophia,
en 1521. II fa isait de la socur de L azare, de Marie Paris, 1553, t. n i. A prés la m o rt de M aldonat, pa-
M adeleine et de la fem m e péclieresse tro is personnes ru re n t ses C o m m en ta rii in q aatu or E van gelio, P o n t-á-
d istin c tes. Noel Berla é criv it íi l’cn co n trc sa disser­ M ousson, 159G, 1597; C om m en tarii in proph etas qua-
ta tio n D e ú n ica M a g d a le n a , P a ris, 1510. N icolás luor J erem ia m , E zechlclcm , ¡iaruch cl D an iclcm , L yon,
G randis p u b lia aussi une A p o lo g ía pro tín ica M a g d a ­ 1609; P arís, 1610; C o m m en ta rii in p r e c ip u o s S . Scri~
len a, P a ris, 151X. C liclitove c u t á se défendre á ce su- plurse libros V eteris T estam cn ti (d outeux), P arís,
jet. Voir t. in , col. 212. Le ehartreux' dom C oustu- 1581; P ierre Balliod, E x p o sitio n s ct rem arques su r lev
rie r a tta q u a les tra d u c tio n s de L efévre. I b id ., col. 1988. É va n g iles lirées des escrils <tcs sa in ts P eres, Lyon, 1598;
C lichtove les d é fen d it d a n s une A p o lo g ía , dcm eurce Pierre B ulengcr, E ep h ra sis in A p o c a lifp sim , P aris,
m an u scrite. M arc d e G ra n d v al p u b lia , de son cóté, 1589; c t un c o m m en taire p lu s dévcloppé su r ce livrc.
E c c le six cathoticas n on (res M a g d a le n a s, se d u n ica m 2 e é d it., P aris, 1597; T h o m a s B caux-A m is, C om m en -
colen tis afto lo g ia sen defen soriu m , P a ris, 1518; A p o lo - ta ria in evan gelieam h islo ria m , 2 in-fol., P a ris, 1570,
gise seu d e fe n so r a ... tu lain en lu m ct anchara, P a ris, etc. S u r G énébrard, voir son article. P ie rre M orin a
1519. V oir t . v , col. 2557. L ’u n ité d e )a M adeleine tra v a illc á R om e á í’édition des S e p ta n te p u blice en
r e n tr a it d a n s la q u estio n b ib liq u e du tem p s, com inc 1587 e t á la correction d e la V ulgate.
le trip le m ariag e de sa in te A nne, que so u te n aien t 4o P alrologie. —- L e recours a u x sourccs de la th é o ­
d om C o usturier et Noel B eda. logie to u rn a les c/Torts des théologiens frunzáis vers
Le m o u v cm cn t, pro v o q u é p a r L efévre en fa v e u r de les ou v rag es des Pércs, d o n t ils íire n t des éditions ou
l’c tu d c de l ’É c ritu re n ’eut p as de suites. Les doc- d o n n é re n t des tra d u c tio n s. L efévre d ’É ta p le s, aprés
teu rs c o n tin u é re n t á in te rp ré te r, com m c p a r le passe, a v o ir é d ilé R ay m o n d L ullc c t Ilcrm és T rism égíste, en
q u clq u es liv res bibliques. M ajor p u b lia . en 1518, 1515, tra d u is it en la tin la Theologia D am ascen i,
u n e I n M a lttix n m ad liltcra m ex p o sitio . U n con v en ­ 1507; é d ita en 1514 les oeuvres de N icolás de C usa;
tu a l, G uillaum e le S uperbe, a v a it com pilé des Postillas en 1515, la Theologia u ivifican s D io n ifsii A rcopagU te,
m a jo res su r les é p ítre s e t les évangiles de Tam ice litu r- . e t les ceuvres d ’a u tre s P eres de l ’Église. S u r les édi­
gique, qui fu re n t iniprim ccs á Vcnise en 1536. Guil- tions e t les con im en taires des Péres p a r C lichtove,
lau tn e P cp in , O. P ., lit u n e E x p o sitio in G enesim , voir t. n i , col. 210-241. J e a n G agnéc lit in ip rim er
P a ris, 1528; in E x o d u m , P aris, 1531. L ’a u g u stin les co m m en taires de P rim asiu s su r les É p ítre s de
P liilippe H aresclio é d ita it : C ourtcs et elaires ex p lica ­ sa in t P a u l a u x R otnains c t a u x Ilé b rc u x , L yon, 1537,
tio n s (te I’ F p itr e de s a in t P a u l a u x liorn a i ns. P a ris, 1536. les poém es d e sa in t A v it c t d e M arius V ictor, L yon.
É tie n n c P aris, un dom inieain p ré d ic a tc u r, d o n n a it : 1536. S u r les éditions p a tristiq u e s d e F e u a rd cn t,
C laire ct fucile ex p o sitio n de ¡a d iv in e É p is tr e de sa in l voir t. v, col. 2263. Je a n d u T ille t a é d ité les opuscules
P a u l a tix É pltcsien s, P aris, 1553; Sim ón F o n ta in c , d e sa in t P acien de B areelonc, P a ris, 1538; le p re m ier
O. M., In lib ru m R uth explieatin , P aris, 1560; son des L iv res carolin s, P aris, 1549; les ceuvres d e L uci­
confrére, F rcm in C apitis, C om m cn laria in G enesim , fer d e Cagliarí, P a rís, 1568. G énébrard tra d u isit en
P aris, 1567; E x p o sitio in E xodu m , P aris, 1579; Noel fra n fa is une p a rtic des ouvrages de riiisto rie n ju if
T aillepicd, un a u tre franciscain, C o m m en ta rii in Jo s é p h c ; il éd ita les oeuvres d ’O rigéne, P aris.
Threnos, P aris, 1582. F rancois V a tab lc, professeur 1574, e tc .; i] tra d u isit du grec plusicurs écrits des
d ’héb reu au Collége royal, fondé p a r F ra iifo is I er, Pércs, n o ta m m e n t le dialogue d e sa in t B asile e t de
faisait son cours su r l ’É criiu rc sain te. K ohcrt K sticnne sa in t G régoire de N azianze D e iiw is iM li D ei cssen tia,
en tira des Sch olia q u ’il jo ig u it á la versión la tin e de P aris, 1575. G. Ile rv c t a tra d u it u n e p a rtie des ccuvres
Léon de J u d a , P a ris, 1615; la faculté d e théologie d e sa in t B asile, de sa in t C lirysostom e, d e T héodoret,
de P a ris les p ro sc riv it c t V a tab lc les désav o u a. U ne d e P a lla d iu s, de C lém ent d ’A lcxandric, de Ju le s
éd itio n expurgée en fu t donnée á S a la m a n q u e en 1581. l’A fricain, les canons des sa in ts a p ó tre s, d es conciles
J e a n G aguée p ublia, d e son cóté, de bonnes scolies g cn cra u x ct p a rticu liers, d es sa in ts d o c te u rs D enys
su r to u te s les É p ítre s d e sa in t P a u l, les se p t É p itre s d ’A lex an d ric, P ierre d ’A lcxandric, T araise, p a triarc h e
catholiques c t l’A pocolypsc, P a ris, 15-13. On fit pa- d e C o n stan tin o p le, G régoire le T h a u in a tu rg c , A tlia-
raitrC; ap rés sa m o rt, ses scolies su r les É v an g iles et | liase, T im othéc, Basile, T héophile, A uiphiloquc, Gen-
les A ctes, P aris, 1552. C laude G uillaud, clianoine nade, N icon, M éthode, T liéodore, etc., avec le X om a-
d ’A u tu n , é d ita des C onfércnces su r les É p ítre s de sa in t | canon de P h o tiu s e t les com m entaires de Balsam oii.
P a u l, L yon, 1542, e t su r les sept É p ítre s callioliques, I in-fol., P a ris, 1561. D aniel d ’A ugé é d ita en latin
Paris, 1543, 1544 (u n e troisiém e édition, corrigéc I le D e im m ortalU atc anim as d e sa iu t G régoire d e Nyssc,
d ’a p rés les in d ic a tio n s d e la fa cu lté de théologie d e in-8°, P a ris, 1557, c t tra d u isit en frn n fa is l ’in stitu -
P aris, p a r u t en 1550), d es conférences su r sain t tion d u prince de Synésius, P a ris, 1554, c t les H om e-
M a tth ic u , P a ris, 1556,1560, c t su r sa in t J e a n , P a ris, lies de sa in t M acairc, L yon, 1689. J e n n C liam paiguc
1550; L yon, 1555. N icolás G randis a v a it com nicnté rccucillit les Flores des ceuvres de sa in t C brysostom e,
l’É p ítrc a u x R om ains, P a rís, 1537, et l ’É p itr c a u x R eim s, 1579. Sim ón d e M aillé de Brézé, évéque
H é b reu x , P aris, 1546. Ja c q u e s d ’E spencc a expliqué d e V iviers e t a rchevcque de T ours, tra d u isit en
l’É p ítre d e sa in t P a u l á 'rite . J e a n B enoit e d ita la latin ‘2 4 hom élies d e sa in t Basile, P a ris, 155S.
V u lg ate avee d es scolies, P aris, 1541; 1c N ouveau T es­ P ierre C om cstor (le M angeard), évéque auxiliairc de
ta m e n t avec des scolies, P a ris, 1551; une Concor- L angrcs, é d ita les O pera S . B e rn a rd i, in-fol., Paris,
d a n c c , P a ris, 1543; il corrigea les scolies de Je a n Ga- 1547. R en e L a u re n t de la B arre é d ita et « m ím e n la
gnée su r les É vangiles ct les A ctes, P aris, 1552. Sim ón I les oeuvres de T ertullien e t d ’A rnobe, P a ris, 15SC,
d e C orroy p u b lia u n e h a rm o n ic d es É v an g iles sous ce cellcs de R u lin , P a ris, 1580. J e a n D adró d o n n a une
titre : P a n d eetíe nova; leg is, L yon, 1547, e tc .; Je a n édition p lu s co rrectc des ccuvres d 'E u sé b e de Césarée.
ü o n laisc , professeur d ’licforeu : .!</ in yslicos S . S cri- P a ris, 1581. N icolás L e F évre é d ita p o u r la prem iére
p tu rie se m u s im ria d iction u m sig n ifica tio eu m dem on- I fois des frag m e n ts d ’un é crit h islo riq u e d e sa in t Ili-
stra tio n c 70 h ebdom adaru m D an iclis, P aris, 1575; l Iaire de P o itiers, P aris, 1598. J e a n P apiro Masson avait
673 FRANGE. PUBLICATJONS CATHOLIQUES SU R LES SCIENCES SACRÉES <i7i

pub lic les le ttre s de L o u p S e rv a l, P aris, 1588, les A ctes j v olum es so n t eonsacrés á la tliéologie dogin aliq u e.
de la eonférenee q u i cul lieu á C a rth a g c e n tre les eatlio- L ’a u g u stin F ulgcncc L a Fossc com posa u n e Tfico­
liqncs c t les d o n a tiste s, 1580; il d o n n a , en 1005, une lo g ía secu n du m g en iu m S. A iig iis tin i,3 in-12, T onlouse,
édition assez m auvaise des ceuvres ile sa in t A gobard 1C72. .Sur la T heologia m en tís el coráis de C onlcu-
de L yon. J e a n S a v a ro n fit u n e bonne édition de son, v o ir l. in , eol. 1C32-1G33. U n a u tre d o m inieain,
S idoine A pollinaire, P a ris, 1599, ICO!). M arguerin de la P liilippc L a b a l, c st l’.iU leiir d 'u n e T heologia seholti-
B igne enfin p u b lia la H ibliolheea veteru m P a lrn m , stic a secu n du m illib a tu m S . Thonuc doetrin am , 8 in - 8 °,
8 in-fol., P aris, 1575-1579, e o n te n a n t les é crits d e T oulousc, 1058-1001. Le carine P h ilip p e «lc la S a in lc -
p ré s de 200 écriv ain s o cclésiasliqnes; un i x c vol. p a ru t I T rin ilé p u b lia u n e S u m m a theologia' Ih o m íslía e , 5 in -
en 1570. C ette B ib lio th cq u e f u l rééd iléc plu sieu rs fois fol., L yon, 1653, qui e sl u n c o m in e n ta ire de la S om m e
avec des ad d ilio n s, ct l’é d itio n de L yon, de 1677, form e ¡ théologiquc. Sa S u m m a theologia' u iy s tía c , in-fol.,
27 in-fol. M arguerin d e la Digne í u t aussi lc p rem ier L yon, 1G50, c st tré s estim ée. Un a u tr e carm e, D aniel
é d ile u r des fcuvrcs d e sa in l lsid o re d e Séville, in-fol., de S a in t-Jo se p h , a v a il p u b lié des D isp u la lio u e s su r
P arís, 1580. ! les c in q u a n lc p re m iére s q u e stio n s de la Ia de la S o m m e
IV. A u x vii* s i é c l e . — L c xvii® siéele q u i esl, Ihéologiquc,
\ in-fol., C aen, 1649, e t le jé su ilc L ouis M ai-
sous bien des ra p p o rls, lin des p re m iers siécles d e ra t les siennes su r to u le la S o m m e, 3 in-fol., P arís,
l’liistoire de la F ra n c c, n 'e st p a s iu férieu r á sa gloirc 1033. Lc doinin ieain Je a n X icolai ré é d ita il p lu -
au p o in t de vuc théologiquc. II esl, avec lc x m * , i sicurs o u v rag es de sa in l T h o m as, q u 'il en ricliissail de
rpioique d a n s un sens d iffércn t, le sicele lc p lu s h rilla n l j n o les, P a ris, 1059-1003. l 'n a u tr e frére préclicur,
de la théologie fraiifaisc. II c o n tin u a c t p erfectio n n a J e a n -Iía p tis le G o n cl, p u b lia it son C ly p e u s theologia'
Ies tendanecs nouvelles q u i s ’é ta ic n t m anifestóos a u I Uwtnisticn- contra no vos e /u s im p u gnatores, 10 in - 1 2 ,
sitóle p réccd cn l. I lio rd e an x , 1059-1009; 9* é d il., 0 in-fol., L yon, 1081;
Io Théologie d o g m a tiq u e, seolastiqu e el p o siliv e . — puis son M a n u a le Ih om islarn m ;l l'u sa g e des é lu d ia n ts,
La théologie seo lastiq u e, qui é ta it eultivéc su rlo u t O in-12, D ourges. 1080. Son eonfrére, lly a c in th e Chal-
en E spagnc, é la it loin d 'c trc négligée en I-rancc. iille vet, coinjiosait un em irs de théologie p o u r Ies prédi-
c u t m ém e, s u rlo u t á la fin du siéele, un regain d 'a tli- c a lc u rs : T heologns eeelesiastes, 11 vol., 1053-10X2.
vilé. S u r P a u l B o u d o l, voir t, n , eol. 1090. lislius A ntoinc G oudin, du m ém e o rd re, o u tr e sa P hU osoph ia,
comnicnLail les S en ten ees ;i D ouai. V oir t. v, eol. 875. 4 in-12, L yon, 1071, laissait tlcs T ra ela lu s ihcologiei,
liu sla e h c d e S a in l-P a u l p u b lia it une S u m m a theolo- qui fu ren t im prim es plus ta rd , 2 vol., Cologne, 1723.
giie p a rlita , 2 v ol., P a rís, 1013. On c d ila aprés la m orí Je a n llo y v in , O. M., eom posaíl u n e P h ilo so p h ia S coti,
du jésuilc P h ilip p e M oncée ses D ispu ta!ion es thcolo- -1 in-12, P a ris, 1081, ct u n e T h eologia S c o ti, 4 in-fol.,
r/icic in a! i quoi selectos d ii'i Thomsc qtucslioncs, in- I o, P aris, 1078. Le jé su ite Jaccpies P lalo l, p ro fesse u r á
P aris, 1C22. L ’a u g u stin J e a n D u p u y eo m m en ta A D ouai, d n n n a il u n e S iju o p sis cu rsa s th cologici, D ouai,
Toulousc to u le la Sont m e théologiqu c ele 1'ange «le 1GG1. Le carm e .Modcslc de S u iiil-A inable p u b lia il
r í r o l c , 2 in-fol., Toulou.se, 1027. P h ilip p e de Ga- sa Theolotfiti lhom <i-augiislini<m a, in-4°, L yon, 1081;
ninches faisail d e m ém e íi la S o rb o n n e : S u m m a theolo- col u n iq u e volum e esl un Ira ilé D e D eo uno. Son con*
yirn, 2 in-fol., P arís, 1031, aussi bien q u ’A n d ré D uval : frére, A u g u slin (le la V ierge M arie, a v a it m is an
C.nnimcnlarium in S u m m a n t S . Thonuc, 2 in fol., jo u r nn TheologiiV Ihom islien' cu rsu s, 6 in-12, P a ris,
P arís, 1030. N icolás Y sam b c rt, le p re m ier titu la irc 1000. l.c s O pera l/irologica «le M artin G rondin (1601-
de la chaire de co n tro v c rse fondée en 1 0 10 p a r H ichc- 1091) fu re n t im prim es a p rés sa m o rí, 3 in-l®, P a ris,
lieu, p re n ail la S om m e p o u r lliétne de ses lejo n s ct 1710. Les T hcologici traelalu s d e F ra n fo is Feu a v a ie n l
p u b liait son com m cntoire, 0 in-fol., P aris, 103!». L'n p a ru , 2 i n - l '1, P a ris, 1092, 1095. Le d om inieain N icolás
jésuilc, originaire d ’A vignon, se faisail, lui aussi, l’iu- A m u ¡n le rp ré ta les d ix -n e u f p rem iéres «luestions de
lerp rétc de la Soinm c d a n s ses D isp tila lio n e s theologia: la Irr p a r tie de la S o m m e Ihrolnqique, í in-12, H om e
scolustifw , 2 in-fol., L yon, 1001, 1070. U n capuein, e t Ly«m. 1079, 1GSG; 2 in-fol., P a d o u c , 1G91. L c Seo-
Bona ven ture de L angrcs, é ta it lc diseiple «le sa in l tu s aeadem icu s de F ra ssc n p a r u t p o u r la prem iére
IS'jna ven ture : iio n an en lu ra Jion aven tu n e, 3 in-fol., fois, 4 in-fol., Pari.s, 1072-1077. lia rth é lc iu y D u ran d ,
Lyon, 1035, 1655, ct ¡1 conciliait son m a itre préféré O. M., ]>ublie un C.li/peus seotisticíc Ihcologiíe. 5 in-
¡ivoc sain t T hom as. l 'n m inim e, J e a n L allcm am lct, 12, M arseille, 1085, e tc .; S éb aslien D u p astp iicr, une
dans son C u rsa s Iheologieus, 2 in-fol., L y cn , 1G50, S tin un a llteologiic scolislica', 8 in- 8 °, (Cambrai, 1098.
d isc u tn il les p oints c o n lro v e rsé s e n tre lliom isles e l Le d o m inieain A lexaiidre l ’in y faisail Sitninue ttngc-
scotisles. Le jé su ite J e a n M ar ti n on, p e n d an ! vin g l lietv. S . T h o m x A q n in a lis eo m p en d iu m resoh itoriu m ,
a n s professeur de théologie a u collégc <lc B o rdeanx. -I in-12, L yon, 10X0.
publia une T heologia u n iversa , 5 in-fol., Itordeaiix. lin d eh o rs de ces tra ite s g é n éra u x d e seolastique,
1011-1003. Le d o c trín a irc Jinrlliélcniy C am bial (les q u c slic n s p a rticu liérc s é ta ic n t éludiées «lans
com posa des In slilu lion cs tlieoloi/iir an gélica r seu iti des tra ité s spéeiaux. Je a n M asqucrel a v a il eom posé :
au rcam S u m m u m S . Thonuc, 2 ¡11-8 0, P aris, 1003, i l i r i r / h a tc lé ílfs in du lí/ciiecs , H oucit, 1000; T railé <!<’
1661. L'n eonven tu el, M arc de lli-rulle, p ublia itn I'cffiew ité el n rcessilé d u b aptém e, 1013. Lc carm e l ’lii-
C u r s i ts Iheologieus mt m cnlcm doeloris su b lilis , dis- : lijipe F ezay p u b lia il un «qniscule De mif.slerio incar~
Irilm é en q u a tre livres selon 1‘o rd rc d es Scnlenees, | m itio n is in com n u in i, in- I o. A ix. 1011; lc jé s u ite G lande
12 in 12, Grciioble, 1008. Le capuein .Mareel de Iliez T ip h ain c, linc m ouograpliic De lu jposlasi el p erson a,
com posa une S u m m a seraph ica, 2 in-fol., M arseille, in —l", I ’onl-A-M ousson, 1031; l'a ris, 1881, e t un tr a ilé
1009, dans laquelle il m il en ordre la d o c trin e de sa in l D e ordin e deque p r io r i rl p o str rio r i, l ’cim s, 1010, oú il
IJonavcnlure «lans ses com nien taires «les Senleuees. essayail d ’acoordcr Ies Ihoniisles el les m olinistes.
Son conírére, M are «le U audiin. redigea un P a ra d isu s Lc fen illan l Pierre de S a in t-Jo se p li C onagérc le n ta il
Ih ro h g in is. ’í in-fol., L yon, lOGl-lOO-l, d ’a p rés les lc m ém e cITni-l : S u a r is concordia h iim atu v tib crla tis
tro is docleurs angéllt|ue, .séraphí«]ue e l sub til, et il ruin ilu m oh ili ecrtiln din e p rie d e slitia lio u is et cfftcaciw
lc rom pióla p a r mi Ira ité ¡)r / u stitin el ju re, L yon, 1070. a itx ilio rttm <[rati¡e, P aris. 103!). ti défendart sa in l
II p ublia a im i uu C om pen din m loliu.t Ihcologiic «un T lm nias c«mlrc les dom inicains : D cfensio S . Thonuc
sp e ru lfitin v f/nnm proel irte., L yon, 1073. l e carine iloctoris niif/clici a d i’rrsu s recenliorcs qaosilnm theol»-
I é«m d r Saint .lean, <l;ms le sierlc Je a n .Macé, pii- ' gas, q u i p rw d rterm in u tío u cm ph ifsien m a d a rla s Ii-
l.li.i un Slniliittn sa p ic n liic u n iversalis, 3 vol., beras ilti falso affiuguut, D onar, 1033. Le franciscain
P a rli <t I,von, 1057, 1001, <l«»nl les denx deritiers ’ (J a u d c le l ’t lil fil un Ira ilé /> r s p ir ililm s erealis. P arís,
ÜI CT. I)K T l l l O L . C AII IUL. VI. - TI
075 FRANCE. PUBLICATIONS CATHOLKjUES SLTR LES SCIENCES SACRÉES 67a

1611. M ar Lin M eurisse p u b lia it De sarrosa neto cl ad- d ra it c itc r aussi les ouvrages lliéologiques de G ran ­
m ira b iti ciicharisliíe sacramento (d ’aprés D uns Scot), eólas. Voir s»i) article. Je a n de S ain te-licu v e a coni-
Paris, 1(125; A pologic de t'adoration ct éléva- posé son Traelatus de sacram entis confirm ationis cl ex-
tio n d e l'hostic, in-8°, Paris, 1620; De virlulibus cardi- Iremic unctionis, P aris, 1680. G aspard Ju e n in p u b lia it
nalibus, P aris, 1035; De T rinilate, 1(¡.'il. Le capucin ses Institutioncs theologicx ad usum sem inariorum ,
Piapliaél de Clayes tr a ita it scolastiq u cm en t De au- 4 in-12, Lyon, 1604, etc., qui fu ren t un des prem iers.
gustissim o eueharistia: sacramento, 1 in -l°, Uouen, m anuels scolaires. Sur J. B oileau, voir t. ir, col. 041.
16-19 ¡A vranches, 1653. L ’o ra to rien G uillaum e G ibicuf 2o Controverse. —■ La controverse c o n tin u a contre-
com posa un tra ité Be libértate D ei el crcaluree, in-4°, le p ro tc s ta n tis n ic , inais s ’éleva aussi e n tre gallicans
P aris, 1630. Pierre Ja m m y , O. P „ so u te n a it les opi- rigoureux ou inodérés et u ltra m o n ta in s, et com m cnfa
nions thom istes d an s Ver ilutes de auxilio g ra tix, 2 in- c o n tre les erreurs jan sén iste s.
12, Gre noble, 1658, 1059. Je a n F e rrie r p u b lia uu tra ité 1. Contre le protestantism e. — Le c ard in a l du P crro n
De Deo uno ¡arta S. A u g u stin i ct S. Thomie principia, p o u rsu iv a it ses controverses avec du Plcssis-M ornay
T oulouse, 1668, et une réponse au P. V inccnt B arón sur le te rra in de la tra d itio n . Voir t. iv, col. 1955-
su r sa critiq u e de la sciencc íuoyem ie. Ja c q u es P la te l 1957. F ro n to n du D uc ré fu ta it le m ém e m in istre sur
s ’o c cu p a it de la p ré d é te rn iin a tio n pliysique : A uctori- l ’cucharistie aussi bien que Calvin sur la ju stification,.
tas contra pncdclcrm inationeni physicam pro scienlia le libre a rb itre c t les bonnes oeuvres, 2 in-8°, Bor-
inedia, in-12, D ouai, 1060, 1673, et le dom inieain d e au x , 1599, 1001. Louis R ichcosm c b a ta illa it aussi
P a u l F asscau, professeur d an s la m ém e ville, le réfu- contre du Plessis : L a saínele messe déctaréc el défendue
ta it, in-8°, D onai, 1670. Ce su je t a v a it été tra ité eontre les erreurs sacram enlaires de nostre lem ps,
p a r le frérc p ré cb e u r Ja c q u e s de S aint-D om inique, 2 iu-8°, B o rd e au x , 1600; A rras. 1601; Vietoire de la
Nova Cass ¡opere stclta, in-fol., L angres, 1667, etc. Son vérité eatholique eontre ta fausse vériftcalion du sie u r
confrére A ntoine M assoulié le repvit plus ta rd : D. Tilo­ du Plessis, B o rd eau x , 1601 ; il est cncore l ’a u te u r de-
m as su i interpres de divina molioue ct libértate créala , L ’idotátrie huguenole, L yon, 1608; Le pantheon hugue-
2 in-fol., R om e, 1092. L es m inim es Ja c q u e s Salicr not découverl el ruiné, L y o n , 1610. Sur les ouvrages du
e t Je a n Sagucns e x p liq u a ic n t les espcces eucliaris- P. Coton, jé s u ite , c o n tre les calvinistes, v oir t. m ,
tiques d ’aprés les théories de M aignan. V oir t. v, col. 1928-1929, et sur ceux du carm e A n a sta se Cochc-
col. 1432, 1433. le t, col. 204. Ja c q u es d ’Illaire p u b lia it L ’heureuse con­
A cóté de ce re n o u v ea u de théologie scolastique, il se versión des huguenols, L yon, 1609. P lusieurs cnlvi-
p ro d u isit á ccttc epoque un c o u ran t nouv eau d ’ctudes nistes convertís. Ja c q u es G uibert, Ja c q u e s Vidouzc,
tliéologiques, une série d 'o u v ra g es de théologie posi- | Je a n D uperclie, G abriel B ourgnignon, e x p o sa ic n tv
tiv e c t h isto riq u e . G uillaum e de l’A nbcspine p u b lia de 1011 á 1617, les m otiís de leu r eonversion. Claude
l’A neienne pólice de l'É g lise sur t'adm inistration de B o u c art a v a it p u b lié la Déclaration de la profession de
l ’cucharislie et sur ¡es circonstances de ¡a messe, Paris. foi de Pierre fíilelte avee les raisons. qui l’ont rappelé
1620, 1655, etc. F ra n fo is H allier a tra ité De sacris a l’É glise rom aine, 1608. C laude T ip h ain e a d re ssa it
elccliouibns el ordinutionibus ex antiguo ct novo E c c lc - un A dvertisscm ent á M essieurs de la religión prétendue
s i x usu, in-fol., P a ris, 1636; De hicrarchia ecclesiaslica, de M elz su r le dernier livrc de leur m inistre F erry ,
in-fol., P aris, 1616. Le jésuite Louis Callot s’est occupé Reim s, 1618. .Jacques F o rg e m o n t in d iq u a it Les dc-
d u m em e su je t : D e hicrarchia ct hierarciiis, in-fol., couverles des fausses conséquenees des m inistres de la
R oucn, 1641. L ’orato rieu Je a n Morin é tu d ia la péni- religión prétendue réformée, P a ris, 1610. V alentín Gé-
tcncc e t l’ordre : Comm cntarius históricas de disciplina ra rd , jésu ite, a v a it écrit ; Le Iriomphc de la gloricuse
iu adniinistrationc sacram cnli pscnitentiir, in-fol., P aris, Vierge M arie contre les calomnies de M . Sim eón Car­
1651, e tc .; Comm enlat ius historicns cl dogmalicus de dare, L yon, 1607. L éo n ard C oqueau d e fen d a it Ies-
sacris Ecclesiie ordinalionibus, in-fol., París, 1655: papes contre du P lcssis-M ornay daus son A nlim or-
Opera posthum a, in-4°, P aris, 1703 (sur le catécliu- u x u s , P aris, 1613. G uillaum e Baile, jésu ite, a v a it
m en a t, la confirm ation, la co n tri lion c t l'a ttritio n ). composé un Caté chisme ct abrégé des controverses de
Le jésu ite P e ta u s ’illu stra p a r ses Theologiea dogmala, nostre tem ps touchant la religión, B o rd eau x , 1608:
1 in-fol., P aris, 1644-1650 (d e D icu un et trin e, de T royes, 1617; S aum ur, 1615 (sous un a u tre titre ).
rin c a rn a tio n , des anges, de la création du m onde et de D ’au tre s p o rta ie n t la c ontroverse sur le terra in d e
la discipline ecclésiastique). L ’oratorien Louis Tbo- l ’É critu re . Je a n G u n th er recom m anda cc procédé
niassin p u b lia des D isscrtationes in concilia generalia d an s son livre : L a vraie proceda re pour termincr le
et provineialia, ín-4°, P aris, 1067 ;M émoircs su r la gráce, différend en religión, 1607. F rancois Véron a d o p ta
3 in-12, L o u v ain , 16G8; 2 in-4°, P aris, 1682; A ncicnne c t p ropagea cc B ref cl fucile m oyen, A m iens, 1615»
et nouvcltc discipline de l’É glise touchant tes biné fices qui, a u g m e n té, d e v in t la M éthode de tráiler des conlro-
et les bcnéficicrs, 3 in-fol., P a ris, 1678, 1079, e tc .; D og­ verses de religión pa r ta seule É crilure sainete, 3 in-fol.,
m a tu theologiea., 3 in-fol., P a ris, 1680-1689 (iucarna- P aris, 1038, 1639. II en p u h lia un P ctil epitome, in-8°r
tio n du V erbe, Dieu e t ses a ltrib u ts , T rin ité); Traités P aris, 1041. 11 en fit l ’app licatio n íi divers su je ts p a rti-
hisloriques et dogmatiques sur divers points de la disci­ culiers, á la sa in te m esse, 1623, au p u rg a to ire, á la
pline de l’É glise ct de la morale ehrétienne : des jeúnes pricre pour les trép assés, 1023, etc., et enfin á tous les
de l’Église, in-8°, P aris, 1680; des fétes de l’Église, su je ts de c o n tro v erse d an s sa Régle générale de ta fotj
1683; de 1’oIIice divin, 1686; de la véritc e t du m en ­ eatholique séparée de loules aulres doctrines, in-fol.,
songe, des ju re m e n ts et des p arju res, 1691; de l’au- P aris, 1040, tra d u ite en latin et tres souvent rééditée.
m íine et du bon usage des hiens tem porels, in-4°, 1605; I P o u r en fa ciliter l’app licatio n , il a v a it é crit : L u ­
dil négoce et de l’usurc, 1697; Traité de l'unité de miére s évangéliqucs pour rendre facilc á un chacun
V É glise, 2 in-8°, P aris, 1686-1688. D aniel Ilu c t p u ­ I l ’inlelligcncc du Xouveali Testament, P aris, 1616. 11
b lia it sa Demonslralio evangélica, in-fol., Paris, 1670, ne négligeait p as c ep e n d an t la polém ique a u sujet
c l D o niinique de la S a in te -T rin ité , d'origine franyaisc, de la tra d itio n , com m e le p ro u v c u t ses deux ouvrages :
sa Eibliothcca theologiea, 7 in-fol., Home, 1605-1076. Les fustes plainlcs de V É glise eatholique su r ¡es falsi-
Je a n -B a p tiste D u h a n iel jo ig n it la m éthode positive fications de i'É crilure sainte cl des saints Peres par les
ii la m étliodc scolastique dans sa Theologia speculatrix m inistres, P aris, 1023; Traite des Iradilions apostoliques
el practica ju x ta S S . P atrum dogmala pertructalu cl ad pour repondré aux Iradilions des m inistres dil M outin
usum scholx accommodata, 7 in-S°, Paris, 1090-1691, cl Bocharl, Caen, 1631. R ichclieu p io n a la m éthode
d o n t il fit le Suniniariuni, 5 in-12, P aris, 16í)4. 11 f a u ­ de controverse p a r l’É critu rc : L a méthode ¡a plus />;-
077 FRANGE. PUBL1CATIONS CATHOLIQUES SL R LES SCIENCES SACRÉES 078

cite el assurce pour convertir eeux qui sonl séparés de t formée défaile par ellc-incsme, in-1®, Montauban, 1658;
¡'Église, París, 1651,1057; il avait public : Les princi- Démonstration á ccux de la religión p. r. touchant
paux poinls de la ¡o i de l'É g lis e eatholique défendus leur uitiou civcc ceux de l'É g lis e romaine pour servir á
(eontre les ministres tic Charenton), Poitiers, 1617. Le . fa cilita ■ leur eonversion, in-1", ibid., 1658; Avis im­
capucin Hyacinthc K ervcr édita un D ielionarium 1 portant ct salutaire a ceux de la religión p. r. touchant
pnccipuornm S. Ser i pl une locorum pro ómnibus fidei leur distinction des points dr foi ¡ondamenlaux et non
catholicx romana; apostólica: orlieulis intelligcndis, fondantcntaux qui est le fondrinenl de Icnr unión avee
in -l°, Paris, 1614, et des Controversia, 3 in—4°, Paris, les luthéricns, in-4°, ibid., 1660; La ré/ormation ou li-
1646. cenee extréme que ceux de ta religión p. r. prennent lant
De nombreux controversistas s’cxcr?aicnt sur des en ee qui conccrne lu foy qtt'en ce qui regarde les moeiirs
sujets partieuliers. Jacques Isnard publiait contro le de la piélé chrestienne, in-8°, ibid., 1668; Sommaire des
pasteur caiviniste de Vinay La déjense de l'in fa illi- controverses décidées par les seuls texlcs forméis et ex­
bilité du Saint-Siégc,Tournon, 1022. Éticnnc M oquel, prés de la Bible, 2" ¿dit., Charenton, 1674; La vraye re­
jésuite, relevait les discussions des protestants entre ligión eu son jour, Montauban, 1607. H onoié Xicquet
cux : La guerre minístrale, Poitiers, 1019; L'cxamen signalait les fabifications faites par la versión gcnc-
et censures des D i bles et de la confession de (oij des voisc du Xouvcau Testament : Le cotubal tic Gcnévc,
Églises prétendues réformees de France, Poitiers, 1617, in-8°, La Flóehe, 1621, Andlé Gérard a laisse un
dont il fit un Abrégé, Bordeaux, 1024. Bernard Gal- Traite de controverses, in-12, Grcnoble, 1061, Bernard
tier publia L'Apocatypse de la Inform ation, Poitiers, Meynier publia La sainle libertó des enfants de Dieu cl
1620. Jean Gaulchicr avait fait L ’anatomie du catvi- fréres de Chrisl en ISO árdeles, Lyon, 1055, etc.; Le
nisme, Lyon, 1614, 1621. Jean Arnoux avait composc véritable Augustin dans ses quatre livres du symbole de
eontre les ministres de Charenton La confession de fot] la foi aux cutéchnméucs (eontre Trov), in-4°, Toulouse,
de M M . íes ministres eonvaineuc de intililc ¡>nr leur 1655; La sainte cucharislic des catholiques approuvce
propre ISibte, Paris, 1617. Jacques Corbin fit la et la céne des calvinislcs condaninée, 2“ édit., Paris,
Preuve du nom de la messe et de son antiquitc par 1677; Le pape reconnu des tuthéricns et des prétendus
1’ Écrilure el les Peres des premiers siécles de l'Église, j réformez dans lenrs livres, Lyon, 1665; L 'É g lis e ro-
Paris, 1020. Georgcs Froycr releva Les (aussetez d'un maine reconnuc ton jours des tuthéricns et des prétendus
ctwalier de ¡a religión prétendue réformée, Paris, 1617. réformez pour vratje Église de Jésus-Christ, l c édit.,
l'r.mvois Garasse donnail E lix ir ealoinislicum, Clia- Paris, 1680. Pbilippc Feron publia : L'ltérésic chassée
rtu ton, 1615; La somme tliéologique des vérilés capi­ de son dernier relranchemcnt, in -l°. Yalcncc, 1652.
tules de ta religión ehrcslienne, in-fol., Paris, 1625. Franfois ('.liarles donna Les motifs de eonversion qui
Alexandre Rcgourd publia Démonslrations catho- doivcnl porter les réformés de France ú qn illcr leur reli­
liqncs, Paris, 1630; Les ministres combatíant ta passion gión pour embrasser la eatholique, in-12, Sautnur,
de Jésus e tl’effieaee d'ieetle, Béziers, 1026. Pierre Bianl 1608. Louis Dulaurens, qui, en 1625, avait fait,
vóriliait par le témoignage des Pércs, contic lc calvi- aprós sa eonversion, une Réponsc au lirrc de Pierre du
uislc Martillet, L ’autorité de \otre Pére te pape, Lyon, M o u lin : Opposilion de la parole dr D ien a la doc­
ÍGI'J. Sur le dominieain CocfTetaau, voir t. m , col. 268- trine de V Église romaine, coinposa plus tard : Dispute
270, ct sur le carine Daniel de Saint-Scvcr, t. iv, touchant le sehisme et la séparation que Lnthcr et Cal­
col. 106. Irénée d’ Avallon, un auLrc carine, publia : vin ont faite de l'É g lis e romaine, in-fol., Taris, 1055;
des Controverses eontre les calvinistas, buguenots et Le triomphe de l'É glise romaine contre eeux de la reli­
anabaptistas, 3 in-4®. I-yon, 1620. Jean Boueber, gión prétendue réformée, in-12, Paris, 1667. Un aulre
0. M., composa Le triomptie de la religión ehrétienne, convertí, Théophilc Brachcl de la Milletiérc, dccri-
in-fol., Paris, 1028, oü il résout 366 qucstions sur la foi v it L ’état véritable des différends de la religión entre
i-t l'Éeríture, et Jacques Marccl, Le triomphe de ta les catholiques ct les protestants, Paris, 1657. Jacqucs
Ioi i atlwlique, Avigiion, 1037. Jean Jobert de líarraut de Coras, convertí lui aussi, défendit sa foi nouvelle
releva les Erreurs et faussetés remarquabtes du livrc de I «lans plusicurs ouvrages ; La face de V Église prim ilivc
<lti Moulíii : Uouclier de la foi. Le capucin Auge de en opposilion avec eelle de lo religión prétendue reformée,
liatón présenta : Catvinisinus absque larva, 2 in-8®, Tours, 1650; Traité de la vocalion des ministres, París,
Paris, 1627, 1630. Son confrírc, le P. Andéolc, L'état ’ 1061; La vérité de la créance et de ta discipline de
deplorable de /’ Église caiviniste, in -l°, Lyon, 1639. l ’ Église, Lc Mans, 167-1. Plusicurs autres cottvcrlis,
l*n convertí, Jcan-Louis <lu Rouvray, dénonfait Claude de la Parre, Alexandre Vidcl, Laurent «le la
L ’abomina!ion du ealvinísme, in-40, Paris, 1650. Borde,rem lircnt compta des mntífs de leur conversión.
l-'lienne Audchcrt écrivait contre Ablm dic Le triomphe Tlicopliile Hosscl rccucillit Les Icnioiynogex des proles-
de lo vérilé sur la Iraassubslantialion rt sur le purga- tauts eu faveur de la religión eatholique, 1071. Isaac de la
(oiré, Orthcx, 1638. Yvcs de Paris, capucin, traitait Peyrérc écrivit des Letlres au conilc de la Su/.c pour
be polestale romani poulifiéis adversas Intheranos, cal­ l'obliger par raison ¡i se fairc callioliquc, 2 in-12,
vinistas et alios ha-relieos, Paris, IG13. Claude le Pctit, 1061, 1662, Jean «le Chaumonl forma I.o ehnine de
(>. M., p u bliait: Universo theologia moralis ct polémica, diamans, Paris, 1684, chaine des tcxlcs des Pires sur
París, ICIO. Jean Fronteau établissuit au sujet de la les paroles ; » Ccci est mon corps. «
tírácc Antitheses A agua! i n i ct Cal vi ni, Paris, lfiá l. La secunde m oitic du x v t r sii'clc fu t m arquéc en
1.c carm e Léon de S ain t-.ícan cunipnsait une luslrue - Francc par de nonibrcuscs controvcrscs a vee les cal-
tum catlmtique pour distingucr ¡nfaillibtetncnl ta vérilé nislcs. Sur 1/ossucl controversista, v o ir t. n.
dn mensonge en matiére de religión, i u - l 0, Poitiers, col, 1051-10,'>5. 1058-1061, 1066-10(59, 1O.H0-1U82, ct
11)17; Les sept colorines de la Sagesse inearnée qui sur Fénelon, t. v, col. 2138-2110, 2IG2-2IG3. D 'autres
SHUlicnnriit le. temple des scpl principales vertus dr ta controversistas moins celebres nc niauquaicnt pas.
divine euehurislie contre tes hérétiques, ¡n-8°, Poitiers, J . L e fé v re écrit ; M o tifs in vin cih trs pou r c o n m in a r
ICi 2í '. Le feuillaiit l ’icrrc tic S ain t-J osep li Com :igére eeux de la re lig ió n prétendue rrfiirui-'e oii l ’on traite eu
il.ibliss.iH le Conscnsus orbis de gratia sufficieiite... détail tes principales questions de conlm rerse. P aris,
etmlra catw aísla» vitidiealus, P aris, 1652. I. c jésuite 1082; jYoiivetlc autfcrcuce arre un m inistre d é la pré-
l.éouard C baiii]ieih d éc larait ct p ro u v a il d 'a p ré s les teudue re lig ió n réformée, Paris, k;n'>: Itislraelinus
Peres Les veri t i » catholiques, P aris, 1013, K ífil. Son pou r confirnier les noitvennr convertís daus la foij dr
con f re re, K iiym oud d e Saint Martín,i>iil>li;iit : Ln coa- C É glise, P arís, WiX<¡. Louis Fcrrand com posa un Tra ité
fe%niou de foi faite par eeux de to r eligí un pr/'hudne ré­ dr V É g lis e contre les lifrétiques ct prin eifud eau n t contre
070 n U N C E . PUBLICATIOXS CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES Ü80

les ealvinistes, Paris, 1085; Réponse ú l ’Apologie pour louelte publia des Discours sur la présence réelle, Paris,
la réformatioii, pour lea réformateurs ct pour les ré- 1G87, el Louis Daurc-s, L'É g lis e protestante detrniie
¡ormés, Paris, 1685. L e bénédictín AuLoine Paul le par elle mcnie, Paris, 1089.
Gallois publiait : L'abrégc des controverses agitées 2. Polémiquc m ire gallicnns rígourcux ou moderes
entre les catholiques el les protestants, in-4°, Caen, 108i ; el ultramontains. ~ Les idées fialHcancs des tliéo-
in-12, IOS'). Honorc Chaurand, jésuite, rassemblait logicns franjais du x v i° siéele furent soutenues, au
les Passages de controvcrse lirez des livres les plus commcnccmcnl du x v ii'1, par le fameux syudic
aulhcntiques de la religión prélenduc réforméc, Dieppe, de la faculté <le théologie de Paris, Edinond Hiclicr.
s. il.; Caen, 1G71. Claude lieudier écrivaít : L ’hérésie Aprés avoir public une édition des ueuvrcs de Gerson,
de Calvin detrniie par sept preuves invineiblcs, 1685. complétées par plusieurs ccrits de Pierre d ’A illy , de
Des convertís miren t leur plumc au service de leur Jacqucs Alinain ct de Jean Major, in-fol., Paris, 1606,
nouvelle íoi. Yígn e fit YApologie de l'É glise ealho- il laiifa son Libcllus de ccelcsiastica el política pote-
lique, Paris, 1680. Pelisson-l-'ontanicr publia des slatc, in-4®, Paris, 1611, et il fut, pour cela, relevé
Réflexions sur les différcnds de la religión, 2 in-12, de sa charle, en 1012. André Duval l’allaqua dans son
Paris, 1080, etc.; De la tolérame des religions, París, Flenchus libelli de eeclesiastica el política potcstute,
1692; Traité de Tcueharislie, Paris, 1694. Alexandre Paris, 1G12. Tlicher publia sa défense : Demonstratio
d’ Yse écrivit : Propositions et moyens pour porvenir lib ri de ecclesiaslica el política potestate, in-l®, Paris,
ti la réuuion des deux religions en Frunce, 1078. Martin 1022. Ses aulres ouvrages ne parurent qu’ aprés sa
Grostcülv de Mahis edita : Considératíoms sur le schisme mort ; Apología pro Joanne Gcrson ¡o, in-40, Ley (le,
des protestants, 108-1; Lu vérité de la religión cath. tique 1676, oú il soutieiil la supériorité des conciles géné­
proiwée par I' Éerilure sainte el la tradition, 2 in-12, raux sur le pape et l’ indépcndance des rois relalivc-
Paris, 1090: 3 in-12, 1713; Leltre ü une personne de la ment au souvcrain pontife; Historia coneiliorum gene-
religión prclcndue reformée. (sur la présence rcclle), ralium, in-8°, Cologne, 1080; Vin d icix doctrina' ma-
in-8°, 1G8 I. Sur les ouvrages du capuciu Basile de Sois- jorum scholw parisicnsis, in-4®, Cologne, 1G83; De
sons, voir t. n, col. 4G4-465, et sur d’autres écrits tou- potestate Eeclesiie in rebus temporalibus, Cologne.
chant la présence réelle, voir t. v, col. 1357-1358. 1G92; Trailé des appellations comme d’abus, 2 in-12,
Ajoutons-y L e Mai re, Rccueil des saints Péres des s. 1., 1701. L c cardinal du Perron fut melé au conflit.
huit premiers siécles touchant la transsubstantiation, V oir t. ív, col. 1938-19G0. Simón Vigor cnsciguail
t’adoration et le saerifiec de Teueharistie, Paris, 1G8G; les nicmes doctrines : la supcriorilé du concile général
Défense de la foy catholique et de sa perpétuité touehant sur lc pape, dans son commentaire sur la réponse faite
Teueharistie contre Claude, París, 1G70; J. Adani, Bále en septembre 1132, Cologne, 1613; Apología
L c triomphc de la Irés sainte eucharistie (contre Claude), de suprema Ecclesia: potestate, in-4», Paris, 1013, pour
1G71; Paris, 1072; Octave de controverses sur le saint répondre A Duval : De suprema romaní ponlifteis in
sacrcmcnt de 1'autcl, Bordcaux, 1075; Calvin dé.fail Eeelcsiam aucloritatc, París, 1613. Tliéopliraste Bouju
p íir soy-mesme et par les armes de saint Auguslin, réplíqua a Vigor sous le noin de Heaulieu : Dcfcnse
qu’il avait i nfuste ment usurpérs sur les matiéres de la pour la hiérarchic de l'Église, París, 1013. Vigor pu­
gráce, de la liberté el de la prédestination, París, 1650, blia une Asscrlio fidei eatholiea: ex quatuor prioribus
1089; Jean Lconard d e Ferrés, Trailé de. la présence conctliis aecumenicis, etc., Paris, 1618, ct la traduetion
réelle du eorps de Jcsus-Chrisl dans t’eueharíslie, Tulle, de son A pología : De Testal el gouvernemenl de l'Église.
1083; Controverses familicres, Paris, 1083; 1* édit., Troyes, 1621; Duval y opposa son trailé De summi
1G8C>; Xoucelle méthodc pour instruiré les nouvcaux ffontificis anetoritale, Évreux, 1622, public sous lc no:n
convertís, etc., Bordeaux, 1085; París, 1086; Truitc de Jean Lejean. L c dominieain CocITclcau réfutait
de la foy, oú l’on établit la divinilé de Jésus-Christ et Marc Antoine de Dominis ct proressail un gallicanisine
la vcrité de l'É glise romaine, l ulle, 1083; Paul Bru- mitigé. V oir t. ni, col. 209. Michel Mauclcr s’occupail
2 cau, L a fo i de l ’Église catholique sur l'eueharislic, aussi De monarchia divina, ecclesiaslica el sceulari chri-
1084; La défense de la fo i de I’ Église sur les principaux stiana, deque sancta ínter Ecclcsiam et secularem illain
points de eontroverse, 1082; Réponse ü l'éeril d'un m i­ confuratione, in-fol., Paris, 1022. Frangois Véron pu­
nistre sur plusieurs points tic controvcrse, París, 1678; bliait un Trailé de la puissance du pape, in-8®, Paris,
Nicolás GasUncau, Lettres de controvcrse (contre 1G26, au sens ullraniontain. Pierre de Marea soutinl
Claude), 3 vol.; L a grande eontroverse de la présente le gallicanismc moderé : De concordia saeerdotii el im­
réelle de Jésus-Christ en l’eucharistie. Pierre Olivier, pertí seu de libertatibus Ecclesix gallicana*, in--l\
jésuite, a fait des Remarques catholiques sur les pas- París, 1641, in-fol., 1609. ÍI expliqua sa pensée et s’en-
sages des Évangiles et des Actes qu’on avait coutume gagea á soutenir des idées plus saines, dans son L í-
d'eniplover dans les controverses, Poitiers, 1083. bellus, Barcelone, 104G. Pierre Dupuy défendait alors-
Pierre Ñícole a écrit plusieurs ouvrages contre les énergiqucmcnl les soi-disanl libertés de l’Église
protestants : Préjugés legitimes contre les ealoinisles, gallicañe : Cominentaire sur le traité... de 31. Pilhou,
Paris, 1671; 2° édit., augmentcc contre Claude, 1630; Tra ite: des droils et liberte: de l ’Église gallieanc.
Bruxelles, 1G83; I.a défense de l’ Église contre le livre Paris, 1639; Prciwcs des liberte: de l’ Église gallicane.
de M . Claude intitulé : L a défense de la Réformalion, Paris, 1639. Charles Fcvrct écrivit dans lc mcmc
Cologne, 1089; Les prélendus reforme: cottvaincus de sens un Traite de Tabus el du vrai sujet des appella-
schisme, Paris, 1G84; De l'unité de l'É glise ou rcfula lions qualifices de ee nom d’abus, in-fol., Dijon.
tion du nouveau sijsteme de M . Jurieu, Paris, 168 1653. Pour A íilo ín e Charlas, voir t. i i , col. 2266. Sur
Noel A u bcrl de Versé, rcvcnti au catliolicismc, publia le gallicanismc de Bossuct, v o ir l. n, col. 1063-1066.
L'anlisocinien, Paris, 1092. Louis Bastide ccrivit V oir C a l l i c a n i s m e . Isaac Habert donnait son De
contre Jurieu J.'accomplisscmcnl des propliéties, 1G80, cathedru seu primatu sin guiar i S. Pctri, Paris, 1615.
1712. Jacqucs L e Févre publia : Confércncc avec un 3. Polémiquc entre jansenístes ct ealholiques. — l.cs
ministre touehant Us causes de la séparation des protes­ erreurs jansénistes étaicnt propagées en Francc par
tante, Paris, 10.S5; Motifs inviuciblcs pour convaincrc l ’abbc de Saint-Cyrau, Du Verger de Ilauranuc.
ccux de la religión prclcndue réforméc, Paris, 1082; voir t. ív, col. 1967-1975; par Antoine Arnaukl,
Nouuclles eonfcrenccs avec un ministre, etc., Paris, voir t. i, col. 1978-1982; par Martin de Barcos, voir
1085; I'rofet de confércncc sur les matiéres de contro- t. n, col. 391.1-391; par N/cole ct par les solitaires de
verse, 1081. Sur Louis de Cordemoy, voir t. ni, Port-Hoyal. Le jansénisme fut attaque spéciíilcmcnl
col. 1810, ct sur Brueys, l. n, col. 1143. AniLivoise Lal- par les jésuile.s. Fraiifois Vcron composa eontre lui
(>81 FRANCE. PUBLIC ATI ONS CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES 682

deux ouvrages : In Jansenii prxtensum Auguslinunt, par les catholiques á t’égarddes fansénisles, Paris, 1656.
París, 1617; La condamnation de la doctrine des jansé- Jean Ferrier, jésuite, écrivit : Le fansénisme con-
¡uslcs par einq concites fran^ais, in-4°, Paris, 1648. damnr. par ta bulle d’ I n n o e e n I X , Toulouse, 1654\L'idéc
Jean ÍJarlinon publia sous l'anagramme d'Antoine véritable du fansénisme, Paris, 1661; La soumission
Moraines solí Anti-Jansenius, in-fol., Paris, 1652. apparente des jansénisles á la decisión de l’ Église
Isaac H abcrl avait présente La défense de la ¡otj de touehant le droil, Paris, 1666; Réfutation d'un libelle
I’ Église ci de l ’aneicnnc doctrine de Sorbonne touehant publíé par les disciples de Jansénius (conlrc le livre
tes principaux points de la gráce, París, 1644 (contre prccédcnt), Toulouse, 1667. Son confrére. Jaeques
Arnauld); I)e la chaire el de la primaulé unique de Xouet, attaqua vivem ent le livre d ’Arnaukl sur la fré-
S. Pierre, París, 1615 (conlrc l’abbé de Barcos); Theo- ¡ quente conuuunion. Sur lc P. Annat, voir 1.1, col. 1320-
togúc grurorum Patrum vintlicatx eirca u n i versaín 1.121. Denis Am elottc, oratoricn, prenait La déjense
nuderiam graliie, Paris, 16-16 (eontre Jansénius). 1 des eonstilutions d’Innocent X I et d‘Alexandre V I I ,
Charles F r a n g o i s d ’Abra de Macón úcrivait contre Paris, 1660. Joan Adam a creusé Le tombeau du fan­
Antoine Arnauld : ¡Zxamcn rl jugement du livre De la sénisme, Paris, 1654. Lc enpucin Cliarles-Joscph de
¡réqm níc eommunion, Paris, 1C44; ¡iéponse á la l'ra d i- Troves publia une .serie de livrcs pour expliquer la
tion de I’Église sur la pénitence ct la eommunion, 3 in - ln, doctrine de sainl Augustin, que falsifiaient les jansé-
16-14, 1G-I5; La primaulé el souveraineté singuliérc de sénistes. Lc jOsuitc -Marc Antoine Foix donna Rcs-
S.Pierreprouvée, Paris, 1645 (contre de Harcos). Pierre poncc aux dernicres cbícancs des jansénisles, Toulouse,
de Sesmaisons se posait la Queslion s’il esl meitteur de 1664. Sur les débats de Bossuct avee les jansénistes,
eommuitirr souvent que rarcment, in-4°, Paris, 1643. Jean voir t. ii, col. 1077-1080. L c jésuite Miclicl lc Tellicr
Doris publia en fran^ais d’abord (1651), puis en latin : composa le Iteeucíl historique des bulles et eonstitulions,
V in d icix S. Auguslin i adversus Psm do-A uguslin um brejs, dccrrls ct autres artes (contre le jansénisme).
C. Jansenii, Paris, 1656. Moísc du Jiourg, jésuite, 1G98. L ’oralorien Jean lc Porcq publia les Sentiments
mit au jour : I.e fansénisme foudroyé par te. bulle d’In - de S. Auguslin sur la gráce opposes rf ccux du jansé­
nocent X et l’hisloire du fansénisme, in-12, Dordenu.v, nisme, 1682, 1700. Voir J a n s i í n i s m i -;.
1618; Refu tal ion du prétendu ealéchisme de la grácc (de I 3o Apologélique. — C’est dans la seconde.’ moitié du
Feydau)p a r la senté doctrine de S. Augustin, Hordcaux, x v n e siéele que parurent les premiers écrits d ’ apolo-
1651. Pierre de Saint-Joseph Conayérc, feuillaut, pu- gic du chrisl ianisme contre ccux que I on nornniait
h lh : Théologie dn temps examiner srlon Irs regles de la alors les libcrtins ct contre les alhées ou les in fidéles.
véritable théologie, 3 vol., Paris, 1617; Defcnsio S. A u ­ Lc minime Merscnne a écrit : L ’impiété des déisles,
gustin i Ilipponensis adversas Augustinum /prensan alhées r l Ii herí ins. in—Io, Paris, 162-1. Pierre Lesca-
quoad auxilia graliie et humanam libertalcm, Paris, i lopier, jésuite, trailé de Dieu et des dieux dans son
H>51", La défense du jorm utairc dressé par l’Asscmblée \ Ilum anilas llteologira, in-fol., Paris, 1660. Son con-
du clcrgé contre les derniers libeIIes des fansénisles, \ frére, Étlenne Pctiot, éerrvit des Démonslralions Ihro-
l ’aris, 1662. Nicolás Forest de Cliesne édita : Prccau- i logiques pour élablir la fo i ehrétienne ct calholique conlrc
lions tirées du concilc de Trente contre les nouveau tés ! les sui>erslilions ct les erreurs de loules les seetes in fi­
de ta foi, Taris, 1640 ¡ Leltre d'un theotogien d son ami ! deles, .Mftz, 1674. Pour prouver rexistenee tic Dieu,
malade eontenanl Vabrigé de Jansénius, in-4®, París, | Cl. Morel, montrait les Raijons de la divinilé dans srs
16 'íi; Leltre... a son am i parjaitement guéri du fansé- ¡ eréatures, Paris, 16r>4; il faisail une Dénwnslralion de
nisme, eonlenanl quelques avis sur les canons du eoncile j la vérilé de la religión chrcUenne, 1061, et il publiait
d’Orangc. ¡n- Io, Paris. 1650. Claude Morel lutta eonlre i Oracle de vérité ou I' Église de D icn ronlrr tvutes sarles
•es jansénisles dans les écrits suivants : Veri la bles ! d’hértsies, 1666. Christopbe lc Juf*e composa une
scnliairns de sainl Augustin ct de l ’Église calholique i Mrlhotfc courle ct facile de défendrr l'É glise conlrc
lonchan! tu gráec, París, 1650; Défense de la ron- • tous srs adversaires, Houeii, 1607. Alb ert Helin, béné-
frssion de foy catholique. 1650; Jansénisles eonvainens | dictin, rassembla les J’reuvcs convaincantes du rhris-
d’erreur r( de mensonge, Paris, 16.">7; Conduile de sainl lianismr ou principes dr la fo i démonlrés par la raison,
Auguslin contre les pélagiens, 1658. L e jésuite ¡ Paris, ÍO'.S, 16C6. Le capuein Denis de Hivcs défen-
Jean Nicoloi publia : Jueídium seu censorium \ dit : l'rinuitus S. Pelri el Jiectesiiv. i’isibilis in fa llib ili-
suffragium dr pi-oposilione Ant. A rn a ld i (ta ''rúcc : tas contra alhros, juihros et hu’reliros, iti-fo)., Lyon.
u manqué í> saint Pierre, quand il a re ni ó lc Hílí'i. Gilberl de (ilioi.scul <lu Plcssis-I’raslin, évéque
Chrisl), in-l", París, 1656; Thcses Iheologiav de gralia; de Coiiiiuiii!.res et de Tournay, écrivit des Métnoircs
Apología natunr rl gralia' sen de ronrordia ulriusi/tir ¡ touehant la religión, 3 iu-12, 16^0; Ar vía y sijslémr
justa inm lrm A u ju s tin i rl Thonnr, Bordeaux, 1665. de la religión chrestirnne cf catholique, Lillc, llíS'i.
Bern:>r«l íiuyarri, O. P., établit Discrim ina ínter Frangois Díroys publia Preuves et préjugez ¡>our Iti
doctrinan! thoinistirani rl jansenianam, l ’ aris, 16íif). religión chreslienne et ettlh«lique eontre tes janssrs rrli-
Nicolás de .Marrando nionlra les Inronvéniens d’Pstat gions ct l ’alhéismr, París, 1683. Daniel Heguín, jésuite,
firoredans du fansénisme, Paris, 1654. Lc jésuite Jean traita De verilale divinitalis Chrisli, Paris, 1680.
Hayol publia : Liberlatis rl gralia; christianx drfensio Fflicien de .Sainte-.Maridóme, carme, publia Drfensio
aihrrsvs Calvinum r l ¡ ’rlagium in Jansenio IfaUno diviiuc providenlia: juxla doclrinatn D. Augustini
redivivas, París, I0.VJ; .1 vis otix catholiques pour juger r l S. Thatmr, 3 in-l®, liordcaux, 16.">7. Paul l ’liilippc
dr la bonne ilnrlrinr sur la matiére dr la gráce, París, de Chaumonl lit des Kéflexionx sur te chrislianisnir
Sur ];liennc Dediamps. voir I. iv. col. 17l¡- enseigné dans I’ Églisr ralholiqitr, 2 iu-12, l ’aris, 11)03.
17-**. I raiifois l ’iiillHToriU réfuta lab b é de Saint- Pierre Dozenne, jrsuilc, prouva I.a itiviiulé dr Jrsas-
ran : Throloi/iti l'c lr i A u rrlii sívr ¡ir;rcipn i e/as Chrisl par ses oeiivrrs. Paris, 16HK. Uossuet avail donné
rrrarr* contra fidriit ar bonos nutres, Sainl-Omcr, 1017; son tniilf' D r la ronnuissaiiec de Dicu rl de sni-infltir.
/,»s rrlitjuri dr M . ./. dn Yrrgrr rtr Haurannr, Louvain, ■ Philippe de Maizíére écrivil des Disronrs Ihéoloyíqurs
P 'l 'i ; I.rs mmvctlis rl ancirnttrx rclii/urs, 16K<); I.n • des prrfrrlions <tr l)in i. i iu-12, Lyon, lOX'.i. sur Malt*-
uoiüsaiu-r dn i'anséiiismr rftirnwrilr, Louvain, 1654; I.e ' branclic apolojíisle. v o ir son arlíele. Dom Limu^oís
proi/rS* du iam inixine dérouvrrl, Avi^uon, 1655; Con- Lam i publia la Vérité rriilrn lr dr la rrtirjian rhrrtirnne,
furmité di i /irinripes itu lir r r de lu fréqurnle cominn- 1 París. |(J!H; f.r notivrl athSismr rcnvrrst, ](i!«í; J.'inrré-
ni'iii ni1re cruz de M . Aut. dr Dominis, 1651; Les errata dule ramrné á ta religión, París, 1710.
de tu tiii>nr/r<i/>hir <tr Port- Huípil, París 16 IT). Clirls- I" Théologie moralr. ííu se m il h en publier d e s
tojilic le .lutíf donna f,a justi findirui de lacouduilr Irnue Iraités íi part. Sur e e u x <IT:i¡eiiuc liauny, voir l. •i.
1583 FRANCE. PUHLICATIONS CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES <>8í

col. -ISO. Gilíes Tnillencli composa un Opus monde Josué et les Juges (J029), les quatre livres des Rois
(sur les conmiaudeiiicnls íle I>ieii et de l'Église1), ¡ (1626), Job (162K), les Paraliponu nes (1613), les pro-
2 in-fol., Válem e, 1(i 10; Praxis sacramcnturum, in- plietcs (1630), sainl .Mattliieu (1619), saint Alare,
fol., ibid., 1<H0. Sur les ouvrages du dominieain sainl Luc, saint .Jean et les Actes (1620). Nicolás Guil-
Vincenl Harón, voir t. n. col. 125. Aliclly publia sa Icbert a ]>araphrasé en Iranfais tous Ies livres de la
Medalla theoloyica, París, 1(551. V oir l. i, col. 5(5. Bible. Le minime Mersenne avait résolu des questions
Louis Bancel, O. P.. composa la M oralis D. Thomu', sur les six premiers chapitres de la Gencsc, in-fol.,
2 iu -1®, Avignon, 1677, et uu Ilrevis univcrs.v theolo- Paris, 1623, et composé un traite U c mensuris, pon-
ijix tam mornlis quam scliolasticiv cursus, 7 in-12, A vi- deribus cl nuuunis Ilcbrieorum, Greecorum et flomano-
gnon, 1G81-1G92. Fraiifois Genet composa une Thcolo- rum ad yallica rcdaclis, in-4°. Paris, 1G1-1. Le capucin
yie. morale, 8 in-12, i ’aris, 1670 sq. Jcan-Uaptiste Ta- Jacques Boulduc a commenté .Job (1631) et l’ Épitrc
verne fit une Synopsis thcologix practica1, 3 in-8°, de Jude (1630). Antoine Godeau a paraphrasé les
Douai, 1(598. Bon de Merles avait édité une Suntma Epítres de saint Paul (1632-1641), ct public une ver­
christiunu scu orthodoxa moniin disciplina, 2 in-fol., sión expliquée du Nouveau Testament, 2 in-8°, París,
Paris, 1683. L e carme Eustache de la Conccplion pro­ 1668. Simón Marotte a expliqué Ies psaumes et les can-
posa Jus p rim i p rin cip ii Ihcologiie positiva’, canónica:, tiques de 1’Ancien Testament, in-lol., Paris, 1630.
«eclesiástica: cl moralis, in-1», Avignon, 1697. Scrgc Herculc Audifret est I’autcur des Questions s p iri-
exposa les Dogmes orthodoxes, Paris, 1700. L ’oratorien tuellcs et curicuses sur les Psaumes, Paris, 1668.
J. Thorentier avait écrit : L'usure expliqure cl con- Pierre Gorse, S. J., acommcntc 1'Ecclésiastique(1654),
damnee par les Écrilures sailites ct par la tradition, Ies Proverbcs (1654), la Sagesse (1655) et l'Ecclc-
París, 1673. Le jésuite Antoine Bonnet fit une disser- siaste (1655). Pierre Maucorps, de la méme Société,
tation De timare p se. n i tente, Toulouse, 1601, et traita la a paraphrasé Isaie (164 I), Jérémie (1644), Job (1637),
question de l ’ignorancc invincible, 1697. J. Gerbais Baruch cl les douze petits propliétes (1645). Ses
avait publié un Traité pacifique dn pouvoir de l’Église confréres ont commenté, Jean Pliclippcaux, les petits
cl des prinees sur les empeschcmcns du mariage, Paris, j propliétes (1633) ct Osee (1636); Nicolás Lombard,
1690. Néhémie ct Esdras (1643). Nicolás Abram a publié
5° Écriture sainle. — Sur Estius, exégéte á Douai, son Pharus Veteris Testamcnti, in-fol., Paris, 1648;
voir t. v, col. 873-875. Jacques Severt publia son Ana- De quatuor fluviis cl loco paradisi, Ponl-á-Mousson,
crisis Bibliorum , in-Iol., Lyon, 1623, dans laquelle | 1636. Bernardin IMontreul a tiré des quatre Évangiles
il examine tous les passages de la versión franfaisc La vie du Sauveur du monde Jésus-Christ, 2 in-1®,
protestante ríe la Bible qui dilTcrent des Bibles catbo­ Paris, 1637; des Actcs, L ’histoire de. l’Église naissanlr.
liqucs et orthodoxes. André Alleret, O. M., édita des 1639; de l’Apocalypse, Les derniers combáis de VÉglise.
Noli(p in itniversam Scripluram, 2 in-fol., 1625. L e mi- 1641. Jean Bence a écrit son Manualc in sanctum Jesu
niine Claude Rangueil composa des Commentarii Christi Evanyelium, Lyon, 1626, cl a résumé les com­
in libros fícyum, 2 in-fol., Paris, 1621-1624. L e général mentaires d ’Estius sur saint Paul et les Épitres catbo­
de son ordre, Gilíes Camarto, commeuta l'histoire liqucs, 1628. Le capucin Gcorges d'Amiens a publié :
d ’ Élie : Elias Thesbijtcs, in-4°, Paris, 1631. Pierre Trina S. J'auli theologia, positiva, moralis el mystica,
13ardin publia successivcmcnt : ]?ssai sur VEcclésiaslc 3 in-fol., Paris, 1649, 1650. Jacques de Cambólas a
de Saloman, Paris, 1C2<¡; Pcnse.es morales sur l’Ecclc- explique l’Épitre aux Romains, Toulouse, 1650;
siaste, Paris, 1629-1632; Rouen, 1040. Pierre de Guillaume Coeífetau, l’ Építre de Jude, 1644, des
Besse édita une Bible latine, accompagnée d ’ une psaumes et des cantiques, dans son Florilegium , Paris,
versión franfaise, Paris, 1GÜ8; des Concordantix 1 1667. Antoine de Saint-Micliel, O. M., a laissé un caté-
generales, l G l l , e t un Psaltcriimi davidiciun, 1617,1646. chisme sur l’Apocalvpsc, Paris, 1625. Pierre Clément
Le jésuite Jean Lorin a commenté plusicurs livres a public ses Curiosités sacrées pour expliquer divers
de 1’Écriture ; les Actes des apótres (1605), I’ Ecclé- passages de l ’ Écriturc, Langres, 1650. Jean Planta-
siaste (1606), la Sagesse (1607), les Épitres de saint | v it de la Pause a coinposé un dictionnaire hébraique
Jean ct de saint Pierre (1G09), les Psaumes (3 in-lol., ! et un Florilegium biblicum, Lodévc, 1641. Un ju if
1612, 1614, 1610), les Epítres de saint Jacques et de ¡ convertí, Pliilippe d ’Aquin, a public des disserlations
saint Jude (1619), le Lévitique (1619), les Nombres | sur lc tabernacle juif, les vétements sacerdotaux el Ies
(1622) cl le Deutéronomc (1625). Petan a paraphrasé sacrifices. Son (ils, Louis H enil d’Aquin, a annoté
en vers grecs, avec une trad uc tion latine, les psaumes , Job et EsLher (1624). Jean Morin a eomposé ses
cl les cantiques de l’Écriture, Paris, 1637. Franfois Exercilulioncs b í b l i c a Paris, 1633, pour soutenir
de Ilarlay, arcbcvéque de Rouen, publiait des Obscr- 1’autlienticilé du texte liébrcu et du texte grec; il
valions historiques el the.ologiques sur VÉpislre de sainl répomlil h Simón de Muis, De sinceritatc hebreci grsc-
Pañi aux Jlomains, Gaillon, 1G41. Nicolás Rapiñe, cique textus diynosccnda, 1639; il s’occupa aussi beau-
O. M-, a expliqué l’ Épitre aux Romains (1632), les lotip du Peutateuque samaritain, 1631, 1657. Nicolás
lettres á Tiinothée, á Ti te c l á Philémon (1632), aux Cocqueliii a interpreté les psaumes et les cantiques,
Hébreux (1636), les cinquante premiers psaumes Paris, 1686, et Michel Bourdaillc, lc Cantíque, Paris,
(1639). Isaac líab ert expliquait les leltres du méme 1689. Marc de Bérulle, convcntuel, a publié ; Bible
apotre á Tiinothée, ¿l T ile et á Philémon, Paris, 1656. ycoyraphique, Grcnoble, 1679; Briive et elaire expli-
Le capucin Célestin de Mont-de-Marsan faisait sa Cla- adion de toute la sainte Bible sclon le sens lilté.ral,
vis David pro S. Scri/dura aperienda, in-fol., ly o n , 1644, 3 in-fol., Paris, 1696, et Léon de Saint-Jcan, une
sorte d ’introductioii géncrale a la Bible, ct sa Proso- Iiarmonic évangélique sous lc titre : Aurum oplimum,
pochronica S. Scriplurce, in-lol., Paris, 1648. Jean de la 1669. Michel le Jay a édité la Polyglolte dite de Paris,
1laye, O. M., réunissail et résumait différents com- 10 in-fol., 1628-1645. Valérien de Flavigny l’attaqua
mentaires dans sa Biblia magna, 5 in-lol., Paris, 1643, dans une dissertation et dans plusicurs lettres im­
ct dans sa B iblia maxinut, 19 in-lol., Paris, 1600. II primóos, 1616, 1647. Nicolás Sansón s'occupa de la
commeuta personnellemenl la Genése,3 in-lol., Lyon, géógraphie sacrée. Le convcntuel Franfois Carriére
1638; I’Exocle, 3 in-fol., Paris, 164!S, ct l’Apocalypse, annota la Bible, Lyon, 1663, el publia une Medutla
3 in-fol., Paris, 1644-1(547 (sorles de cliatnes formées bibliorum, Lyon, 1660. Franfois Pean de la Coullar-
de passages des Pércs pour l ’usage des prédicateurs). diere commcnta lc Peutateuque el Job (1680), les
Lc comte Henri Louis Chastcigncr de la Rocliepozai a psaumes, les livres sapicntiaux (1673), les propliétes
comincnté la Genése (1628), l’ Exodc, les Nombres, (1680) et le Nouveau Testament (1670). L ’oratorien
€85 FRANGE. PUBLICATIONS CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES 6SG

Franfois Scnault paraphrasa Job (1664). Philippo pliétes, 1G93; Hisloire évangélique confirmé* par la
-Codurc traduisit en franfais les livres <le Job ct de judaique el ta romaine, 2 in-8°, Paris, 1G96. Dom
Salom o» (16-17), l'FJcclésiaste (1G57), commeuta Job Martianay attaqua les deux premiers de ces ouvrages,
<1G51), fit une (íissertation sur les généalogics de Béfense du lexte hébreu ct de la ehronologie de la Vul-
Jésus-Christ (1G46, 1650) et annota un passage (lc gale, Paris» 1689; Continnalion de la défense da
l'É pitre aux Ilébrcux (1632). Bcrnartl la Palisse ex- texle hébreu et de ta Vulgate, Paris, 1G93; Rclation de
pliqua le Psautier (1665), ainsi í |u c Tilomas lc Blanc, ta dispute de t'auteur du livre de l'A n tiqu ílé des
6 in-fol., Lyon, 1665-1676. Jean Besson commeuta lc lemps rélablic contre le déftnscur du texle hébreu
Cantique (1G46) ct Laisnc de Alarguerie, Isaíe (1654). et de (a Vulgate, Paris, 1707. M iclicl Le Quien defendít
Lc feuillant Jacques de Saint-Michel analysa le N ou­ aussi le texte hébreu contre Pczron, 1690, el refuta
veau Testament, sous le titre de B iblia parva, in-fol., L ’antiquité des temps, 1693, 1693. Edmond Imbert el
Lyon, 1070. Denis A m clolte fit uno nouvelle versión de Dos expliquérent les Építres de saint Paul, lc pre­
Jranfaise de la Bible (1GGG-1670) et une harmonie évan- mier, in-12, Paris, 1G90, ct le sccond, 7 in-12, Paris,
gélique (1669). L e capucin Léandre de Dijon a com­ 1698. Michel Mauduit publia une Analyse du Nouveau
menté saint Paul, 2 in-fol., Paris, 1663. Son con- Testamenl, Paris, 1691-1697. T ro tti de la Cliétardye
írére, Jacques de Bordes, avait paraphrasé l ’Apoca- a v a il fa il une Explieation de l'Apocalypsc par l'histoire
lypse (1639). Joseph de Voisin a extrait des ccuvres de eeelésiasliquc, Bolirges, 1691. Sur la versión de Bou-
sainl Augustin un commentairc de saint Matthicu, hours, v o ir t. n, col. 1091. Simón M arotte (de Muís)
2 in-8°, Paris, 1649. Louis Fcrrand a annoté les annota le Psautier, Paris, 1691, e l le Pcnlatcuquc,
psaumes, 1683, publié une Summa bíblica, 1690, 2 iii-8°, 1701. nilies Dupin a publié, en téte de
e l des dissertations critiques sur la languc hébraíque sa Bibliolhéquc des aulcurs eeelésiasliques, une Disser-
(1701). L e jésuite Nicolás Talón avail composc une talion préliminaire ou Prolégoménes sur la Bible,
Hisloire sainte, 4 in-4°, Paris, 1640-1654, qui fut 3 vol,, 1699; lc Libcr Psalmorum cum nolis, 1G9I;
moins goútéc, Amand Milhct publia une lntroduc- J.e llore des Psaumes traduit sur l'hébreu, 1691; des
tion ii l’ Écriture sainte, Toulouse, 1687. Franfois- Nohv in Pentateuehum, 1701; des Dissertations hislo-
Louis Laloucttc est l’autcur du Hierolexicon, París, riques, chronotogique.s el critiques sur la Bible (la
1694. Benoit Laugeois, capucin, donna L'expliea- Genése seulement), 1711, une Analyse de l'Apocalypsc,
lion liltcralc el /ranga i se de toute la Bibie, 2 in-4°, 1714.
París, 1675-1682. L e Maistre de Saci n’ a pas seule­ G° Patrologíe, — Les éditions des Peres se mul-
ment traduit la Bible en íranfais, il l ’a nnnotéc, tiplicnt. Tous les savants rivalisent de zele bur ce
32 ín-8°, Paris, 1682-1706; il a traduit les psaumes domninc des sciences sacrées. Les travaux des béné-
sur l'hébreu, 3 in-12, Paris, 1696, et il est I’auteur dictins, surtout de ln congrégation de Saint-Maur, ont
de Y Hisloire du Vieux el du Nouveau Testament, par été indiqués déjá, t. u, col. 614-615. L e jésuite llen ri
le sieur de Royaum onl, Paris, 1669. Le minime An­ de Sommal édile les Confessions de saint Augustin,
toine Masson traita de questions curicuses relativos Douai, 1608; Charles de Yilücrs, les oeuvres tle l ’ulhcrt
á la Genése, 3 in-12, Paris, IG85-1688. Antoine Mégc, de Cliartres, Paris, 1608, ct Jean Picard, eelles de
bériédicli», avait paraphrasé les psaumes, Paris, 1675. saint Ansdnic, Cologne, 1612. Sur les éditions de
Franfois Aurat a commenté le Cantique, Lyon, 1689. Frontón du Duc, voir son article. Gabriel de l’Aubcs-
Michel de Marollcs traduisit A nouveau la B ible en pinc éditc et annotc sainl Optat de Miléve, Paris,
franjáis (1671). Franfois Vavasseur a commenté 1631. André de Chcsnc public les ccuvres d’ Abélard
Joli (1638) et Osée (dans Opera, 1709). Hiinbert a (1616) ct d ’Alcuin (1617); Pelau, cclles de Synésius
donné des fielaircisseinens pour l ’inteltigenee du sens (1612, IG31, 1C33) et de saint Épiphane, 2 in-fol.,
litlira l des Építres de S. Paul ct autres livres du Nou­ Paris, 1622. Les écrits des Péres, publiés par Sirmond,
veau Testament, Paris, 1G90. Nicolás le Tourncux onl été réunis pour la plupart, 5 in-fol., Paris, 1696.
expliquait l ’Épitre aux Romains (1695), ct Serre Pour lc détail, voir son article. U a édité les ceuvres de
lc c. ix de ccttc Épilre (1698). Nicolás du Bois, Théodorct, 4 in-fol., Paris, 1612, ct d'Hincm ar ríe
0 . P., avait commenté l ’ Épitre de sainl Jude (1644), Reims, 2 in-fol., Paris, 1645. Jean Aubcrt, chanoine de
ct l ’oratoricn Daniel Hervé, l’Apocalypsc (1G84). Lyon, est l ’éditcur de saint Cyrille d’Alcxandrie,
Claude Frasscn édil ait ses Disquisitiones bíblica:, 7 in-fol., Paris, 1G38; Nicolás Rigault, cclui de Tcrtul-
1682, 17'>5. J.-B. du llam cl publiait ses Jnslitutiones lien, 1634, de Mimicius Félix, 1613, de saint Cypricn,
bíblica: sur lc Pcntateuque, 2 in-12, Paris, 1698; ses 1649, et de Coinmodicti, Toul, 1650. L c capucin
/Uiíio/<3/(üncs seleetiv sur les passages les plus di/licilcs ücorges d ’Ainiens annota Tertullicn : Terlullianus
«les livres historiques de 1’ Ancien Testament et de redivivas, 3 in-fol., Paris, IfvlG, 1648, 1650. Charles
Job, 2 vol., Paris, 1699, sur lc psautier, Houcn, 1701, Poulain, jésuite, réédila saint Oplnt de Miléve,
sur les livres sapienlinux, Houcn, 1703. Nous ne pou­ in-fol., París, 1G31. Claude Ménard m it au jour
vons que signnler le p íre de la critique biblique, pour la premiére fois les deux premiers livres
Richard Simón, si célíbre par ses l lisio i res critiques (1617) de YOpus imperfcctuni contra Julianum de
<le 1’Ancien ct du Nouveau Testament (lexte, versions, sainl Augustin. Jérúmc Yignicr publia l'ouvrage cn-
roinmcntalcurs). II fut eoinhattu par Bossuct, voir ticr, 2 in-fol., Paris, 16.'>1. J.-B. Souchct annota les
1. ii, col. 1061-1063. Un autre oratoricn, Bernard Lami oeuvres d ’ Yvcs de Cliartres, que Jcau Frontenu édita,
;i publié : Apparatus ad Biblia sacra, in-fol., Cre- Paris, 1617. (iilliert Mauguin recucillit : Vclerum
noble, 1687; Irad. franf., Lyon, 1689; Harmonía auetorum qui l.\ s,tcuíú de prirdcslinationc ct grafía
sii'c concordia quatuor evangelisturum, Paris, 1689; seripxcrunl opera el /ragmcnla, 2 i » - l° , París, 1650.
Traiti historique de t'anciennc PAque des Juifs, Paris, llenri de Yalois édila Vflistoire ecclésiastique d’ liu-
16'*3, avee une Suite, etc. Richard Simón, prétre sébe de Césarée avec la Vie <le Gonalanlin, Paris,
<lu Dauphlné, a édité Le grand dictionnaire de la Bible, l(i.r>9; les histoires de Socratc ct de So7,oméiie, 1008;
lir-foT., ly o n , 16ÍI3; 2« édit., 1703; 2 ¡u-fol., 1715. cellos de Théodorcl, d'ÉvaRrc, de Pliílostorgc ct de
Thomassln roniposa un Glossarium univcrsale Iwbrai- Théodorc lc Lcelcur, 1673. Ucrtranil Tissicr forma La
cum, In-fol,, París, 1097. JJoin Pczron avait )>ul>lié : liibtiotheea Patrum cislereiei\siam,-\ in-fol.,Bonne-I'on-
L ’antiquilé des lemps rflabtic et défendue eontre tes taiiic, 1GG0-1G69.1-miren t Berlrand cxjiosa la Theologia
jnif% et les nouveaux ehronologistcs, París, 1G87; spceíi/ff/ü'adcsahit l{crnanl,4 íti-4®, 1675. PhilippcDes-
Héfrmc dn l'antiquité des temps, Paris, 1691; lisnaij pont disposa clironologitpicmcntla Hiblíothcea maxima
d'un eommentnire lili¿ral el historique sur tes pro- vclerum Patrum, 27 in-fol., Lyou, 1677 sq. l/augustin
GN7 FIíANCE. PUHI.ICA'I IONS CATHOLIQUES SU TV LES SCIENCES SACRÉES 088

CIkhílvs florean distríltun dans un nouvc-1 ordre ct traités sont elassiques. Les manuels á l'usagc des sémi-
aunóla les ouvrages de TcrtuHieii, 3 in-fol., París, 1G5S. naires sont sur le méme plan, mais á un niveau infé-
Philippe le l ’rieur réédita citcorc Tertullicn, Paris, rienr, (jue les Inslilulioncs des facultés. Les traités du
lGfi 1 el 1675, et edita saint Cypricn avee Rlinucius eordelier Asscnnet fornicnt une partie d’ un cours de
Félix, Arnobc, Coinniodien et Jules Firinicus, 166G. ccttc sorle. Voir t, I, col, 2123. Lc capucín Paul de
Sur les édilions de Combcíls, voir t. m , eol. 38G, ct Lyon public un cours complot et sommaire : Theologia:
de Cotelier, col. 1923-1924. Pour d ’Aehéry, voir t. i, specimen, Lyon, 1721. Xicolas l’ Herminier composc
col, 310-311. Le jésuite Pierre Poussines n édité une Summa [ficología?, 7 in-8°, Paris, 1701*1711, dont
quelques nouvcaux opusculcs de saint Nil, Paris, le traité de la gráce proposait un jansénisme adouci,
1630, puis les lettres de ce sainl, 1657, la Caleña qui fut attaqué, Ct un traité De sacramentis, 3 in-12,
grcecorum Patrum iu Evangelium secnndum Marcum, Paris, 1716. Les Institutiones theologicce á l’ usage du
1G73, le Conoivium dcccm virginum de saint Méthode, séminaire de Poitiers paraissaient, 2 in-84, Poitiers,
1657, divers écrits d ’ailleurs byzantins, les lettres de 1708. Kllies Dupin donnait : Trailé de la doctrine
saint lsidore de Péluse, Romc, 1670, Thesaurus asee- ehrétienne el orthodoxe, Paris, 1703; Traité de tapuis-
ticus (18 opusculcs de Péres grccs), Toulouse, 1684. sanee ecclésiastique el temporelle, 1707; Traité histo-
Jean Garnicr a donne les écrits de Mnrius Mercator, rique des excommunicalions, 1715, 1719; Mclhode
1673, lc t. v de l'cdition de Théodoret par Sirmond, pour étudier la théologie, 1716; Traité philosophique
1681, le Libellus fidei de Julien d'Éelane, 1648, lc el théologique de l ’amour de Dieu, 1717. Cependant lu
Hrcviorium de l.ibcratus, 1G75. Sur les <5(1ition s de dominieain Bernard Rabaudy, professeur á Toulouse,
Chifilct, voir t. ii, col. 2363. Pierre de Goussanville commcntait encorc la Somnie de saint Thomas.
publia les ouvrages de Fierre de Hlois, Paris, 1667, Sur le P. Adrien de Nancy, voir t. i, col. 462, ct sur
1G75. ccux de saint Grégoire le Graud, 3 iu—fol. Charles de Plessis d’Argentré, col. 1777-1778. I-es
Sur Baluzc, voir t. n, col. 138. Quesnel a édité les tliéologics dogmatiques et morales du P. Antoine, jé-
ceuvres de saint Léou lc Grand, 2 in-4°, Paris, 1675, suitc, sont des cours complcts. Voir t. i, col. 1413-
et J.-B. lc Brun Desmaiettos, cclles de saint Paulin de 1414. Les traites de Charles Witasse étaient publiés
Nole, 2 in-4°, París, 1685. L e jésuite Éticnnc Cha­ aprés sa mort : De Deo uno el Irino, 1722; De
in illarl fit l’édition de Prudence, Paris, 1687. augustissimo allaris sacramento, 1720; De sacramento
7o Hisloire. — Les principaux ouvrages d’liis- pnenitentirr, 1717; D e sacramento ordinis, 1717. Tous
toire ecclésiastique mcritcnt d ’ étre sígnales. André ces traités, avec le De incarnatione et lc De confirma-
du Chesne a écrit VHisloire des papes jusqu’á Pa u l V, done, étaicnt reunís en 4 in-4°, Venise, 1738, sous lc
2 in-8°, Paris, 1G1G; augmentée jusqu’á Innocent X , titre de Traelalus thcologici. Louis Habert publiail
1653. Claude Robert publia. en 1625, une Gallia chri- pour lc séminaire de Cliálons une Theologia dogma-
sliana, que celle des deux fréres de Sainte-Martlie a tica el moralis, 7 in-12, Lyon, 1709-1712. Antoine
fait oublier. Signalons seulemenl les travaux clirono- Boucat, minime, livrait sa Theologia Patrum dog­
logiques de Petan, les Annalcs sacri de Henri de mático-scholastico-positiva, 5 in-íol., Paris, 1718.
Sponde, les Exercitalianes ccclesiaslicx de Jean Morin, Voir t. ir, eol. 1090. Lc jésuite Edmond Simonnel
les eludes de chronologie de Jaeques Giandami. An- composait ses Institutiones ad usum seminariorum,
loine Godcau rédigea une Ilistoire de l'Église, 5 in-fol., 11 in-8°, Naney, 1721-1728. Honorc Tournély don­
Paris, 1653-1678; G in-8°, 109G. l'ranfois Bosquct a nait ses Pr&lecliones theologie fe, comprcnant des traites
publié VHistoria Ecclesia: gallicana', Paris, 1633, 1G38 de Dieu et de ses attributs (1725), de la gráce (1725),
et Louis Coulon, L'histoirc ct la vie des papes de de la Trinité (1726), de l'Église (1726), des sacrements
S. Pierre a Alexandre V i l , Paris, 1G5G; fusqu’á Clé- en général (172G), de rinearnation (1727), du bap-
ment X I , Lyon, 1669. Les jesuites Labbe ct Cossart teme ct de la confirmation (1727), de la pénitence et de
ont fait un recudí estimé des eoncilcs généraux, l’cxtréme onetton (1728), de l ’eucharistic (1728), de
18 in-fol., Paris, 1672 sq, Labbe s’est occupé beaucoup l ’ordre (1729), du mariage et des censures (1730). Deux
de lliistoire sacrée et profane. Sur Cabassut,voir t.n , sulpicicns, Louis Montaigne et Simón Pierre de la
col. 1297. Le Main de Tillcm ont doit étre cité pour Fossc, publiaient les leurs, sous le nom de Tournély.
son H isloire des empereurs, etc., G vol., Paris, 1690- Au premier on doit les traités de Dieu (1730), des
1738, ct ses Mémoires pour servir á l'hisloire ecclésias- sacrements (1729), de l’ceuvrc des six jours (1732),
ilque des six premiers siécles, 16 in-4°, Paris, 1693-1712. de la gráce (1735), de la Trinité (1734) et des anges
Nominons seulement lc jésuite Louis Maimbourg, dont (1751); au second, cclui De Deo el divinis allribulis,
les ouvrages historiques ont été estimes autrefois. 1740. Collet complétait les traités de T o u r n é ly par les
Signalons enfin les Annalcs eeelesiastici Francormn siens. Voir t. iii, col. 365. Urbain Robinet extrayait
de Lecointe, 8 in-fol., Paris, 1665-1683, et la B iblio- de Tournély ses Compendiosa: inslilulioncs iheologicx,
Ihéque des auleurs ceclésiasliqucs de Louis lillies Dupin, 2 in-8°, Paris, 1731. Un anonymc donna la Medalla
sa Nouvelle bibliolhéque, son Supplémcnl et les autres i theologiiü tourneliamv, 2 in-4°, Cologne, 1735. Les
ouvrages qui en sont la suile, avec les critiques qu’en l Pércs Serry, dominieain, et Daniel, jésuite, discu-
firent Bossuet, Richard Simón ct dom Mathieu Petit- taient chaudemcnt l ’ápre question De auxiliis.
Didier. Dom Mathieu retit-D id ier publiait un Traité de
Y . A u x v m * s i é c l e . — Cc siéele est partout, et rin fa illib ilité du pape, Luxcmbourg, 1724. André
spécialcment en France, une époque de déeadencc dans lc Sondier avait eomposé un Cursus Iheologieus Irés
toutes les branelics des scicnces ecelésiastiques. clénientaírc, Paris, 1724. Nicolás Girardeau fit des
Io Théologie positive. — La théologie seolastique Pneleeliones ihcologicve, 2 in-8®, Paris, 1743 (religión,
est presque entiérement négligée et elle céde de plus parole de Dicu écritc et traditionnelle, Église et con­
en plus la place á la théologie positive. De nouvelles ciles). Le jésuite Ignacc Arnaud avait donné uue
universités sonl oonstituées á Dijon en 1722 e l á Theologia de sacramentis, Avignon, 1720. Gabriel
Rcnncs en 1735. Celle de Pont-á-Mousson cst transfé- Mousson laissait des Lcel iones theologicx de sacramentis,
rce á Nancy en 1768, et la faculté de théologie passe 1 in-12, Paris, 1745; de religionc, 3 in-12, Paris, 1743.
des mains des jésuitcs á cclles des prétres séculiers. De Roujoux donnait un trailé De religionc, 2 in-8°,
Les Cursus se multiplient, résumant sous une forme ¡ ncims, 1753; un sulpicicn, Jenn Lagedainon, un traité
condenséc les gros traités d'autrcfois ct indiquant I De conlraclu el sacramento m atrim onii; Jaeques Robbe,
les preuves scripturaires, traditionnelles et ration* I des traités De niysterio Vcrbi incarnaii, Paris, 1768;
nelles de chaqué tliése, dogmatique on morale. Les De augustissimo rucharisliíe sacramento, Nimes, 1772;
680 FRANCE. PUUL1CAT10NS CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES (590

De grada Dei, 2 vol., 1780, 1781. Lc jtsuitc Charles ses Réflcxions sur te X , T,, Bruxellcs, 1704, 1705;
Mcrlin publiaíl un Traite historique el dogmatique Jansénius eondamné par l'É glise, par lui-méme el ses
sur ¡es paroles ou les formes des sarrómenla de l ’Église, défenseurs el par sainl Augustin, Bruxellcs, 1705;
Paris, 1745. Le dominieain Hyacinthc Drouin avail j Le vérilable esprit des nouveaux disciplcs de S. Angus-
donné son De re sacramentaría, 2 in-fol., Vcnise, 1737. ¡ lin , í in-12, ibid., 1700; Lellre d’un théologicn á I’ait-
Lc capucin Thomas de Cliarmcs éditait une Theologia ' leur des Ilexaples, Paris, 1714; Réflcxions morales avec
universa, avec un Epitome, S vol., Xancy, 1751 s<[. \ des ¡toles sur le N . T., 12 in-12, París, 1713*1725.
Grégoire Simón avait fail un traité De religione, i Dom Hilarión Monnicr adressa sept Letlres... d
2 iu-12, Pnris, 1758. Lc sulpicicn Louis Legrand | il/. Dedan eontre le systéme de M . N i cote, 1710. Joan
publiait son Traelatus de inearnatione Vcrbi divini, , lirun publia Les ecnt el une proposilions extrailes du
París, 1751, et lc De Ecelesia Christi, Paris, 1779. ! livre des Réflcxions morales du P . Quesnel sur le N . T.
Dom O a rd o n avail eomposé YIlfslolre des sacrements, qualifices en détail, Bruxelles, 1718. Lc capucin Paul
0 in-12, Paris, 174r>. Parm i les nombreuses publications de Lyon esl l’auleur des Anti-Hexaples, 2 in-12,
du P. Charlcs-Louis Richard, dominieain, il faut rap- Lyon, 1721; des Lettres inslruetives sur les erreurs
peler son D iclioim a irc universel, dogmatique, eano- du lemps, Lyon, 1716; Les ennemis de la eonslilulion
niqtie, historique, géographiqtte el ehronologiquc des Unigenilus, 1719. Sur Alexandre de la Passion,
sciences sacrées, G in-fol., París, 1700-1765. Jacques voir t. i, col. 7S5. Un autre capucin, André de Grazac,
livrait ses Prseleeliones theologiea:, 7 ¡n-8°, Besanfon, fit un Traite tliéologique oü l ’on démonire que les fidéles
1781-178G. Bastón ct Tuvnelie avaient édité leurs ne pcuvcnl eommuniquer en matiére de religión avee des
Leetiones theologiea;, 10in-12, Houcn, 1773-1784. Louis ennemis declares dr la bulle Unigénitas, Nancy, 1720;
Bailly éditait des Irailés De vera religione, Dijon, Principes catholiques opposés á eeux des loléranls qui
17ÓS; D r Ecelesia, Dijon, 1771, et sa Theologia dogmá­ refoivent dans leur eonimunion les ennemis de la bulle
tico el moralis, 8 in-8°, 1780. Voir t. i, col. 37. Fran- Unigenilus, Avignon, 1727; Replique aux loléranls
fois Mczin avait professé De matrimonio, Xancy, 1783; de ee temps, ote., A vignon, 1729. Dans son Traité lltéo-
De gratia, 1786; De sacramentis in genere, de baplismo logique, 2 in-1®. Paris, 1722, M gr Thyard tle Bissy
el confirmalione, 1788. Son collégue, Alexis Jacqucmin, défendit la bulle Unigenilus, Clautlc Pclletier avail
le Traelatus de inearnation<, Vcrbi divini, Xancy, publié une Nouvelle déjense de eelle bulle, 3C édil.,
1787. La Révolulion franfaisc empeclia rimpression Lyon, 1715; Traité dogmatique el moral de la gráce uni-
du De eueharistia de cc dernier. Poulin publiait vrrselle tiré du Nouveau Testament, Luxcmbourg,
De Deo revelante, 4 in-12, Besanfon, 1707. Lc Trueta- 172.'*. Lc jésuite Doniinique de Colonia constitua
tns de Ecelesia du sulpieien Rognier parut á Paris j la Ribliothéque janseniste, 1722, eomplétéc par solí
en 1780. I confrére Palou illcl, 1 in-12, Anvers, 1752. 1-raiifois
2o Controverse. — 1. Avec les protestants. — Elle se llharat de l;i Chambre multiplia les traités, (lout il
poursuivil encorc au début du siécle pour cesser bien- fil un résiimé ilans VExposition elaire el precise des d if-
lAt. Un converli, de l ’lamare, éerivit : Conformité férens poinls de doctrine qui ont rapporl aux molieres
de la créanee de l ’ Église eatholique avee la eréance de de religión, iu -í°, Paris, 1715. Picrre-Fraiifois Lafilcau
l'Église primitive, 2 ¡u-8°, Houcn, 1701, 1708. Voir écrivil V llixloire de la eonslilulion Unigenilus, 2_in-í0,
col. 19. Un autre converli, David Iluguenin, publia 1737, 1738; Iléfiilalion des ancedolcs ou mémoires
Catholiea: rcligionis neritas, Cologne, 1703, ct répliqua secreta sur l'aeeeptalion de la eonslilulion Unigenilus,
á liulsius : I I enrié i Ilu ls ii ¡nanitas, Cologne, 1704. 3 iil-8n, Gray, 1731. Le jésuite Louis P alou illcl rédi-
Les écrits d'Isaac Papin furent rasscniblés dans un gea Carlottehe ou ¡c scétéral justific par la gráec du
Reeueil cu 1713; ó in-12, Pnris, 1723. Auloinc Languc- P . Quesnel, La Hayo, 1731, dont il lit l'apologie, 1732;
viii défendít eonlre Masius L ’infaitlibitilé de l'É glise Les progrés du junséiiisnte, 1713; Les enlreliens
daña tous les articles de sa doctrine, 2 in-12, Paris, 1701. 1 d’ Anselme et (Tlsidore sur les affaires du lemps, 1750;
Claude Andry éerivit, contre Benoit Pictcl, L'hcrésic Sitpplémenl aux Nouvelles eeetésiasliques, <> iu-4° (1731-
(lea protestants et (a véritc de 1‘ Église eatholique mise en 1718). Lc béiiétlicliu Benoit Sinsarl, Les vrais p rin ­
rvidenee, 2 in-12, Lyon, 1713: Replique á M . Pielel, cipes de S. Augustin sur la gráec el son aeeord avec la
Lyon, 1710; il avail déjá public La religión pré- liberté, Houcn, 1739. Son eonfrere, Xicolas Janiiit,pu­
Icitúue réformée, drvoilce duns ¡ilusieiirs enlretiens d’un lida tles Pensees théologiqucs relativas aux erreurs du
eatholique avee un protestant, Lyon, 1706; Méthode temps, Paris, 1709. Cainusct publia S. Augustin
pour tráiler avec eeux qui sont séparés de l ’Églisc ro­ vengó des jansénixtes, Paris, 1771. Xicolas Francois
maine, l.yoii, 1706. Jean Lombard, jesutlc, donna Clerc dclieaubcron lil uu traité dogniatiqne De homine
un Abrégé des eontrot’crses sur la religión, Nancy, 1723. lapso et recupéralo, 2 in-S", Luxcmbourg. 1777.
I.o capucin Hcriiard d'Arras publia, coutrc Travers, S” Apologétique. l.es ouvrages eonlre les deistes.
l.'ordrr de l" Éqtise ou la primauté et la subordinalion les inerétlulcs e l les atliécs fureiil Irés iioinlircux en
rcelisinstique, Paris, 1":jfi. Un convertí, Chandón Flanee au cours trun siéele triucrédulité c l «le ralio-
de Lugny, rlonna une Nouvelle méthode pour rffu lcr i nalisinc, mais aucun ne fu l de premier ordic ct hcau-
t'établissrnienl tía Églises prélendues réformées. May- ooup nc so rlirm l pas de la m édioerilé. V oir t. i.
nard éerivit sa Omft'renee anee M . Claude, Paris, 1710, col. 1517. J. (.liaron lit une Démoiislralioii évangé-
el La religión protestante ronvaineue de faux. Bcnoll l liqite, Paris, 17<>3. Mieliel le Yasseur eomposa les E n ­
'■insnrl démontra contre les proleslanls La vérilé lretiens de ¡ti religión contre tes athées, les déistes ct
<U la religión eatholique, Strasbourg, 1701. Jean Cocliet lous le* nutres cnuemis de ta foi eatholique. Paris. 1705.
donna d«s Preuves sommaires de la possibilité de la Louis Haslide é crivil L'iw réd ulité des deislrs, 2 iu-12.
présencc de Jfsus-Chrisl dans ¡'eueliarislie, Paris, 170-1. Paris, 17<H», el Pierre Hlomlol, Iss vérités de la reli­
losm Urbain ílrisot adressa une Leltrc d un protestant gión enseignées par principes, l ’aris, 1705. .Icau-Claudc
sur la <rne du Srigtteiir, Brsniifon, 17G7; des Lettres Sommier publia une llistnire dogmatique de la re­
<) uue dame sur te cuite que Irs calholiques rendrnt rt ligión, íi ¡n-1°, Cliamps, 170H; París, 171<*. l e jéstiile
.L C. ilam l'eueburislie, I77<», Laforcsl, Méthode d’in- .M'uJu I Mourgues lil un PandUlede la morale ebretirunr
utrufhon pour rnmeitrr les /irétendits reformes á V Église apee relie ites iniciáis phitosoi>hes, Toulouse, 17<>l;
romaine, l.yoit, 1783. une Lellre >ipuli);/i(ir¡ue pour fustifier le senlinunl <lcs
2. Avee. l n jaii*éni*te'¡. Sur Fénelon, voir 1. v, Péres de l ’ Eglise sur les orarles dn puguuismc, 1709;
col. 2158 21(12. Le jésuite Lallcmant multlplia Ies ¡ le Plan théofagiquc du patluigorisme et des mitres seetes
écrits de controverse : Le P. Quesnel sédidetix dans savautes de la drice, 2 in-8°, l ’aris, 1712. Son eonfrére
l'KANCi:. I’ UBLICATIONS CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES G92

Jean D iz publia Ln foij des ehrétiens cl des calltoliques philosophe ehrétien, 1765, 1776;Floris, Les droits de la
fnstiflée contre les déistes, les juifs, les mahomélans, vraie religión soutenus contre les máximes de la nou­
les sociniens el les autres hérétiques, 4 in-12, Paris, 1714. velle philosophie, 2 in-12, 1774; Blaise Monesticr,
L'Oiseleur écrivit : Trailé sur l ’homme, París, 1714; S. J., La vraie philosophie, Bruxellcs, 1774; Benoít
Propositions importantes sur la religión, Paris, 1715. Sinsart, Rccueil de pensées diverses sur l'immatérialité
Fénelon publia son Trailé de l’existence el des attributs de l ’áme, son immortalité, sa liberté ct sa distinct ion
de Dieu, 1712, 1718. Voir t. v, col. 2166. Charlcs- d’avcc le corps, ou réfutation du matérialisme, Colmar,
Clauric Gcticst exposa les Principes de philosophie 1756; Déjense du dogme calholique sur l ’éternitc des
ou preuves naturelles de l ’existence de Dieu et de l'im - peines, Strasbourg, 1748; Essai sur l ’accord de la
mortalitc de l ’áme, Paris, 1716. Denyse démontra par foi ct de la raison touehant l ’eucharistie, Cologne,
ordre géoniétrique La vérilé de la religión ehrétienne, 1748; H.-J.-B. Fabry de Montcault, Le pyrrhonien
Paris, 1717. Sur Claude Bulfier, voir t. ii, eol. 11G8. raisonnable ou méthode nouvelle proposée aux incré­
L e jésuite Doniinique de Colonia publia : La religión dulos, L a Have, 1761; L ’anliquité justi fiée (contre
ehrétienne auíorisée par le lémoignagc des ancicns auteurs d ’ Holbach), Paris, 1766; S.-II. de la Boissiére, Traité
paiens, 2 in-12, Lyon, 1718. L e poéme Anli-Luere- des vrais miracles, 1763; Traité de l ’espril prophétique,
tius du cardinal de Polignac parut aprés la m ort de Paris, 1767; De la vérité el des devoirs qu’elle nous im ­
l ’auteur, 2 vol., Paris, 1745, et íut traduit en íranfais pose, 1777; Paulian, Dictionnaire philosophico-lhéolo-
parBougainvillc, en 1740. Claude-Franfois Houtteville gique portatif, N oyon, 1770; Gin, De la religión du
donna La religión prouoée par les faits, S in-4®, Paris, vrai philosophe, 4 in-8®, 1779; M.-A. de Villicrs, D i-
1724, 1741; 4 in-12, 1740; Essai philosophique sur la gnité de ¡a nature humaine considérée en vrai philo­
providence (contre Bayle), Paris, 1728. Voir t. i, sophe et en ehrétien, Paris, 1778; J.-B. Gérardin,
col. 1548-1549. SurBaltus, voir t. n, col. 137. Son con- L ’incrédule désabusé par la eonsidération de l ’univcrs,
frere Jaeques lc Febvrc publia : Bayle en petit ou 2 in-12, Épinal, 1766; Camuset, Pensées antiphilo-
anatomie de ses ouvrages, Douai, 1737; Entretiens sopliiques, Paris, 1770 (contre D iderot); Principes
sur la raison, 1747; La seule religión véritable démonlrée eontre l ’incrédulité, París, 1771; De t’architeclure des
eontre les alhées, les déistes et lous les seetaires, 1744. corps humains ou le matérialisme refuté par les sens,
Louis-PUilippe Joly suivit la meme voie : Remarques 1772; Pensées sur le théisme, 1785; Fangousse, La
sur le Dictionnaire de Bayle, Paris, 1748. Raoul du religión prouvée aux incrédulos, Paris, 1780; L ’incré­
Tertre, jésuite, écrivit des Entretiens sur la religión, ¡ dule convaincu, Paris, 1782; L. de Marabail, Le catho­
3 in-12, Paris, 1743; ses confréres, Jean-Franfois j lique par raison, París, 1791; Muyard de Vouglans,
Delainare : La foi justifiée de tout reproche de contra- | M otifs de ma foi en Jésus-Christ, París, 1776; Preuves
dietion avec la raison, Paris, 1769; Yves Valois : < de l ’authenticilé de nos Évangiles, Paris, 1785; Fon-
Entretiens sur les vérités ¡ondamentalcs de la religión, ! tainc, Réfutation de la néeessité du fatalisme, 2 in-S°,
La Rochellc, 1717; Entretiens sur les vérités pratiques Annecy, 1783; Le véritable sysléme surte mécanisme de
de la religión, 2 in-4®, ibid., 1748; Lettre d’un pére á son l ’ univers, 2 in-8°, Annecy, 1785; Saint-Martin, P rin ­
fils sur l ’incrédulilé, París, 1756; A vis sur l’incrédulilé cipes de la religión naturelle et de la foi ehrétienne, 2 in-
moderne, 1766; A vis charitable á eeux qui ont le malheur 12, París, 1784; Étiennc Brémont, De la raison dans
de vivre dans l ’incrédulilé, 1767. Charles-Louis du l ’homme, 6 in-12, Paris, 1785-1787; J. Pey, Le phi-
Gard fit un traité De existentia Dei, spiritualitate et losophe catéchisle, 1779; La vérité de la religión ehré­
immortalilale anim x, París, 1754. Balleur, O. RL, tienne prouvée á un déiste, 2 in-12, 1770; La loi de la
laissa: L a religión révéléc défendue contre les ennemis nature développée et perfectionnée par la loi évange-
qni l ’ont atlaquée, 4 in-12, París, 1757. Daniel Le Rías- lique, Montauban et Paris, 1789; Le philosophe ehrc-
son de Grangcs publia : Le philosophe moderne ou tien considérant les grandeurs de Dieu dans ses attri­
l ’incrédule eondamné au tribunal de sa raison, 1757, buts el dans les mystéres de la religión, Louvain, 1793;
1765. Franfois llharat de la Chambre a composc : Aug. Hespelle, La théotreseie ou seule véritable religión
Trailé de la vérilé de la religión, 5 in-12; Traité de démonlrée conlrc les alhées, les déistes el lous les seo-
l'É glise, 6 in-12. Le jésuite Charles Mcrlin a donné taires, 2 in-12, 1774; Cl. Regnicr, La certitude des prin ­
une Réfutation des critiques de M . Bayle, Paris, 1732; cipes de la religión contre les nouvcaux efjorts des in-
Apologie de David contre la sal iré que M . Bayle a faite crédules, 6 in-12, Paris, 1778-1782; Ch.-L. Richard,
des aclions de ce sainl roy, 1737; Disserlalion sur les Exposition de la doctrine des philosophes modernes,
miracles contre les impies, 1712. Claude-Jules Dcvelles, ¡ Malines, 1785; sur dom Aubry, voir t. i, col. 2264;
tliéatin, a public des traités : De l ’immortalité de l'áme, Hcríuison, La tliéologie réeonciliée avec le patriotisme,
1730; S ur la simplicité de la foi, París, 1733; Sur 2 in-12, Troyes, 1790; París, 1791. Cf. F. Vigouroux,
l'autorité de l ’Église. 1736, 1749. Les Livres sainls el la critique rationaliste, Paris,
Les principaux apologistes íranfais de la seconde 1890, t. iv, p. 655-659.
moitié du x v n i e siócle ont déjá été nomines, t. i, 4° Morale. — En dehors des cours ou institu-
col. 1549-1553. Sur Bergier, voir encore t. u, col. 742- tions, qui cnglobaient lc dogme et la morale, parurent
745; sur D uvoisi», t. iv, col. 1975-1976; sur Barnicl, des ouvrages spccialement consacrés í* la morale.
t. ii, col. 428. Ajoutons quelques nonis d ’auteurs Joseph Mayol, O. P., produisit une Summa moralis
moins connus : René-Franpois du Bricl de Pontbriand, doctrina: thomistiex, in-4°, Avignon, 1704. Jaeques
L'inerédule détrompé et le ehrétien affermi dans la Uezombcs composa une Theologia moralis chrisliana,
fo i par les preuves de la religión exposé es d’une ma­ 8 in-8®, Toulouse, 1709-1711. V o ít t. ii, col. 812. Lc
niere sensible, París, 1752; Nicolás-Charles-Joseph c h a T t r c u x Éticnne Lochon publia un Traité du secrei de
Trublcl, Pensées choisies sur l ’inerédulité, 4 in-12, , la confcssion, Paris, 1708. L e bénédictin Norberl
Amstcrdam, 1755; Th.-J. Pichón, La raison triom- Jom art donna un .4 vis important touehant la consciencc
phunte des nouvcaulés, Paris, 1756; Traité historique erronée, 1712. Jean Boillot, O. Rl-, écrivit des Lettres
et critique de la nature de J)ieu, Paris, 1758; Argu­ sur lc sccrct de la confcssion, Cologne (D ijon ), 1703;
ments de la raison en faveur de la religión du sacerdoec La vraye pénitence, ses molifs cl ses conditions, Dijon,
(contre Helvétius), Londres, 1776; Claude-Marie ¡ 1712. Pierre le Coq, cudiste, edita : Disserlalion théolo-
Guyon, Oracle des nonveaux philosophes (Voltaire), i gique sur l'usure du prél de eommeree ct sur les trois
2 in-8®, Rome, 1759, 1760; Bibliothéque ecelésiastiquc I contrals, Rouen, 1767; Lettres sur quclques points
par forme d’instruclions dogmatiques et morales sur ¡ de la discipline ecclésiastique, Caen, 1769. Pierrc-Joseph
la religión, 8 in-12, Paris, 1771, 1772; Sigorgne, Le Dufour, O. P., dans son Exposition des droits des son-
C93 FRANCE. P U B L IC A T IO N S CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SAC RÉE S 094

verains sur les empécticmcnts dirimanis de mariage et 1741. Pierre Guarln fit une Grammaire hébnñqne ct
sur lcurs dispenses, Pnris, 1787, distingue íormelle- . ehaldaiqiie, 2 iu-4°, Taris, 172-1, et un Lexicón hebrai-
ment le conlrat de mariage du sacrement. J.-B. Roso cum ct chaldfva-bibticui», 2 in-1", Paris, 1746. Lesque-
a v a il composé un Traite élémenlaire de morale, 2 in-12, vin proposa un Sijsténie tire de V Éeriture sainte sur la
1767, qu’il développa ensuite: M orale evangélique com­ durce dn monde, Paris, 1733. Claude Mcnnequin, edita
parte ri cellc des sedes et des philosophes, 2 in-12, Besan- une Biblia sacra annotée, 2 in-fol., 1731; Tonrnemine.
?on, 1772. Charles Cliassanis traita le méme su jet: les conimentaircs de Mcnocliius, qu’ il cm ich il <lc sa-
Essai historique ct critique sur Tinsuffisance et la vanité vantcs dissertations, 2 in-foL, Paris, 1710.
de la morale des ancicns eomparée « la morale ehré- L ’ abbé Duguet, dont les travaux bibliques sonl
tienne, Paris, 1783; Lu morale universelle tirée des cnumérés t. tv, col. 1858, par ses Regles pour Tintclli-
Livres sacres, Paris, 1.701. L e jésuite Rossignol publia gence de t'É crilu rc sainte, París, 1.716, fournit occasion
un trailé De l’usure, Turin, 1787. á la question du figurisme, Voir t. v, col. 2201-
5o Éeriture sainte. — Le carme Chérubin de Saint- 2304,
, cl P. Féret, La faculté de theologie de Paris,
Joseph a publié une Bibliotheea erilie x sacra: cirea j Paris, 1909, t. x, p. 4G. Duguet eut pour collaborateur
omnes fere sacrorum librorum dificúltales, 4 in-fol., l ’abbé rl'AsícIcL qui ajoula quclqucs ouvrages, notam-
Louvain, 170-1; Bruxelles, 1705, 1706; Summa cri- ment VRxplication des livres des fíois el des Paralipo-
tiex saerte in qua seholasliea tncúiodo c.rponuntur uni­ mtnes, 3 in-12. Dom Sabatier rccucillit et edito Ies
versa Scripturie sacrx prolegomcna, 9 in-80, Bordoaux, ancienncs versions latines de la Bible : B ibliorum
1700-1716. Un de ses confréres, J .-IL Brunet, avait sacrorum versiones anliqux sen retus Ita la , 3 in-fol-,
íait une Manudactio ad S. Scrtpturam, 2 in-12, Paris, ; Iteims, 1713-1710. Foiuard composa : La clrf des
1701. L ’augustin Léon avait éerit une Clavis S. Scri- Psaufíies, París, 1711; Les Psaumrs dans l ’ordrc histo­
ptur.x, Paris, 1705, et M artin Hum belol avail donné rique, Paris, 1742; Bellcnger : Líber psalmorum, París.
SS. Bibliorum notio generalis seu eompendium bibli- 1727, et Pinche : Harmonie des Psaumcs et de l ’Évan-
cuni, Paris, 1700. Charles Huré a publié : Dictionnaire gile, Paris, 17(i">. (íuillauinc de Villcfroy écrivil seizc
universal de la Bible, 2 in-fol., Iteims, 1715; Gram- Lettres á ses éteres pour servir d'introduclinn A 1’intelli­
mairc sacrée, Paris, 1707; Jacqucs Félibien, Pentateu- gencc des saintes Écritures, 2 in-12, Paris, 1751-1754.
chus historiens (Josué, Jugos, líu lh , I ct I I lleg.), J.-B. I.advoeat soutint dans une Lcllre, Caen. I7G6,
París, 170-1. Iiernard de Picquigny a édité sa Triplex que le texte hébreu n'était pas partout saín ct sauf,
exposiiio epistolarum I>. Pattli, in-fol., Paris, 1703, Dom Poneet fournit de Xouveaux cctaircissnnenls
dont il fit une traduetion franpaise en 1706. Dom Cal- sur Vorigine du Pcntatcuque des Samarilains, París.
inct a fait un Commcntairc liltéral sur lous les livres 17G0. L'abbé Clémence dcinontra contre Vollairc
dr VAncicn et du Xouveau Tcstamcnt, 23 in-4°, Paris, I .’aulhenticité des livres tant du X . que de VA. T.. 1782;
1707-171G; ■>« edit., 25 in-1°, Paris, 1714-1720; 3° édit., Défense des livrcs saints de i A . 17CS; Charactéres
l) in-fol., Paris, 1721-1726; H isloire de l ’Ancicn et du du Mcssic vérifíés en Jésus-Christ de Xazarcth, 2 in-8°,
Xouveau Tcstamcnt ct des Juifs, 2 in -l°, Paris, 1718; Paris, 1776. L c P. Houlngant donna 1'édition corrigcc
Hisloire de la vic el des miracles de Jésus-Christ, Paris, de la B iblia hebraica, 4 in-fol., Paris, 1751. Contant
172d; Nancy, 1728; Dictionnaire historique, critique, la M olctte expliqua la Gcnése (3 in-12, 1777), lT ’ xodc
eitronologiqur, yéoyraphique ct tittéral de la Bible, | (3 in-12, 1780). le Lévitique (2 in-12, 1785), les
2 iu-fol., Paris, 1710, avec un Supplémenl, 2 in-fol., Psaumcs (-1 in-12, 1781), fit un Essai sur V Éeriture
Paris, 1728; 2C édit., 1 in-fol., Paris, 1730; Disscrta- sainte, 1775; une Xouvellc mithodc pour cntrer dans
tions qui peuvent servir de prolcgoménes sur V Éeriture lc vrai sens de l Éeriture sainte, 2 in-12, 1777. L ’ora-
sainte, 3 in-l®, l ’aris, 1720; Xouvrlles dissertaiions t orion Bcrlier écrivit Y H isloire des premiers temps
importantes ct curie uses, ele., Paris, 1720. L ’oratoricn dn monde, prouvée par Vaceord de la physique avec la
Louis de Carrifrcs a fail aussi un Commcntairc litté- Genése, París, 1778, 1781. Lc capuein Louis de l'o ix
raU inscré dans la traduetion frunfaisc de la Bible, publia : Principes discutes pour faeiliter Tinteliigencc
22 in-12, París ct Kcims, 1701-1716; réíd ité par l ’abbé des livres prophétiqurs ct spfeialeinent des Psaumcs.
de Vence, Nancy, 1738-1741, d ’ oü los éditions poslé- 16 iu-12, Pari*, 1755-1761; une traduetion latine ct
ricurcs ont pris lc nom de Bible de Vence. L ’abbé (le franpaise des Psaumcs sur rhúbren, 1762; Éssai
Vente avait coniposé lui-mcmc une Anah/se et des sur le livre de Job, 2 in-12, l ’arl.s, 1768; L ’Eerlésiiiste
dissertaiions sur l ’Aneten Testa ment, 6 in-12, Nancy, ilc Saloman, 1771 ; Les propliéties d'Ihtbacae, 2 in-12,
1711 1713, ct une Explicatinn des Psaumcs, 2 vol., 1775; Les propliéties de Jérctnic, 6 in-12, 1780; Les
Nanry, 17IN. Laurcitl Daniel avail donné une A/i«- propliéties de Biintch, 1788. Ilauduer traduisit et con>-
tyse drs Pravcrbcs et de l'Eedcsinste, Paris, 1702; dr menla les l ’sautncs, 2 in-12. Paris, 1785. ct l'Keclé-
Job, Lyon, 1710; Ménard une Paraphrasc snr Ir siaste. Dom Ansarl lit : Expositio in Canlieum
livre de VlierKsiastique, Paris, 1710; Corbicrc, Les canticoruni Salomonis, Paris. 1771. Alexandre Clémcnt
pxaumes ct tes can tiques paraphrasés sur Vlié brea arce de Boissy publia : Abrégé et concorde des livres de la
des réftexinns, 2 in-12, Paris, 1712. Louis R o «cr avait Sagesse, Paris, 1767; Manuel des saintes Écritures,
écrit : ¡Ussert. I I critico-lheologicx (sur I Joa., v, 7 ,c l 3 iu-12, 17X0. Lc P. de L í«n v composa : Hisloire
I*., vu, i t), París, 1713. Nicolás Toynard fit uno de la vie de X.-.S. Jésus-Christ, 3 in-8* Avignon, 1774 ;
fivangrtiorum harmonía qrweo-lalina, París, 1707, tlisloire des .I ( tes des apótres, Paris, 1821. Sur Duvoi-
1700. Jacqucs Lelong édita sa Bibtlalhéquc sacrce, sin, voir t. ív, col. 1075. Le capncin Joly écrivit di\-
2 in-8", Paris, 17**0; 2 in fol., Paris, 1723. Lc P. Sou- sepl Lettres sur divers saféis importants de la géagrtt-
ciot M un K n u eild e dissri tutiiais critiques, l ’aris, 1712, phie sacrce ct de ihistoire sainte, Paris, 1771, qui ailfí-
Lc P, Lallcnrmt publia ses tUflexions morales avee des ínciilécs forniiTcjit : L/i i/éonrapliie sacrée, 1781: il |>u-
t\f‘t<* sur le Xouveau TrsUuncnt, 12 in-12. Paris, 1713- blia uu Atlas sur la géographie sacrée el sur i hisloire
I7¿5. Lc P. Mcrnivrr s'csl n-iulu célebre par son llix - sainte, avec de nouvelles Icllrcs, 1786, 1801.
lo r r ilu ¡im ple ilr ¡H rii, 8 iu- I o, París, 172*. l.c P. Neu- 6 o pntralngir. Sur les travaux des béuédiolins.
\lllc .mnota t.e tirre dr Tobir. Paris, 1723, rl Le livre voir t. ii. col. f>2-<-62l. Maii^canl. «pii avait édilé I'n l-
dr JtuhUi, l ’aris, 172H. J. Martin proposa «les E xp li- gence «le lUispc, en 1681, édila sainl Prospcr cu 1711-
iiih 'iin tlr ¡iluxirtirs textes dr V É rrilurr, 2 in -Io, Paris, Miebi'l Le (Juicn til l'édilion de sainl Jean Damas-
I7.t'l. l.c P. I lardoirín a paraphrasé l'Lcrlésiastc eéiic, 2 in fol., l ’aris, 1712. ct Donys de Salul e-Mari lie
0 7 2 '1). le livrr de Job (\12\i) ct a publié un C.ommrn- cellc de sainl Grégoire lc Grand, 1 in-fol,, París, I7n'*.
h triiii ni Xovtun ‘I rnhuivntnm, In-fol., Ainstcrdain, Nicolás ( í c r \ a i s i “ écri\it YHistnire de ¡lucre avee Vana-
095 FRANCE. P U B L IC A TIO N S CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES 090

lyse de tous ses ouvrages, des notes eí dissertationx dogmatique, 2 in-8°, Paris, 1818. L ’abbé Migne avait
historiques el théulogiqucs, 2 in-12, París, 1715. Pierre réédité de nombreux traités anciens dans son Cursus
Joseph de Tricalet publia une Hibliolheque portal i nt- compUlus Iheologix, 28 in -l«, Paris, 1840-18-15.
dcs Peres de VÉglise, 9 iti-8”, Paris, 1758-1762. L ’ abbé L ’abbé Martinet publiait ses Inslilulioncs thcologic;r,
Goujct continua la Hibliolheque des éerivains ccrlé- 8 ¡n-8°, 1850. LcquoLte rcéditait la Somme de Billuart,
siasliques de Dupin, 3 in-8°, Paris, 1736, 1737. 8 i n - K Arras, 1865-1872, et un peu plus tard aussi
7o Hisloire. — Rappclons seulement aussi les lié- l’abbé licallc, 6 in-16, Paris, 1881-1890. K. Lebretlioii,
flexions sur les regles cl sur l ’usagc de la critique qui avait publié une Petitc Somme théologique tle
du carme ílon oré de Sainle-Mnrie, VHisloire ecclé­ S. Thomas d’Aquin, 1861-1863, avec des notes, -1 in-8°,
siastique de Fleury, voir col. 23-24, les travaux de 1866-18(.i7, donna une Theologia seminariorum, 5 in-32,
N oel Alexandre, v o ir t. i, col. 770-771; l'H istoirc de 1873. Fraignier édita deux fascicules De loéis Ihcolo-
l ’Église de Timolcoii de Choisy, 11 in -l°, Paris, 1703- gicis, Paris, 1851, 1856 et De exposilione theologiea,
1721. le Gitllia christiana. commcncé par Denys de ibid., 1856. Les sulpiciens, qui tenaient beau-
Sainte-Marthe, 13 in-fol., Paris, 1715-1785, VHisloire coup de séminaires, íirent plusieurs manuels. Vincent,
de l'É glise gallieane tlu jésuite J.ongueval, 18 in -l°, qui avait eomposé un De vera religione, Paris, 1858, et
Paris, 1730-1719, l ’Histoirc litlérairc de la France, un De vera Ecelesia, Paris, 1862, présenla un Compcit-
eoinmencéc par dom Brial ct continuce de nos jours i diunt universas iheologice, 6 vol., Paris et Lyon, 1807,
encore, le Reeueil des históricas de la Gaulc el de la 1860. Thibaul cil donna une 2C édition corrí gee en
France de dom Bouquct, l’Ar/ de vcrificr les dates 1875; 3» édit., 1882-1883; la 4* édilion, de 1886, fut
de dom Clémcncct, enfin YH isloirc de l’Église de Bc- connue sous le nom de Théologie <le Clermont. V oir t. v,
rault-Bercastel. Ces ouvrages de inérite diflércnt col. 2181-2183. Renaudct édita ses Theologiee. dogma-
honorcnt le x v m e siécle. lieie. elementa, 2 in-12, Paris, 1866. Roñal retoucha et
V L Au x ix e e t w xx* s ié c le . - L e x i x c siécle publia sous son nom la Théologie de Toulouse. Tisson-
íi ses debuts nc pnt élre en France qu’une reslau- nier ccrivit un bon Theologia' dogmaliex eoinpendium,
ration de la religión et de l ’Église, presque détruites 4 vol., Nimes, 1873. Mgr Dubillard a publié ses Prse-
par la Révolulion. I.'enseignement élémentaire des leetiones dogmática;, 1 in-8°, Paris, 1884. Mgr X’ pgrc
sciences ecclésiastiques fut repris dans les séminaires a edité un Cursux theologia; d o g m á tic a 4 in-8°, Mcnde,
qui se rouvrircnt, mais il tendait h former des prctres ¡ 1896. Ccs manuels, quiont éte suivis dans les séminaires,
de paroisse plutót que des savants de profession. Les sont maintenant reinplaeés par celui de M. Ad. Tan-
ordres religieux nc rentrerent cliez nous que vers la querey, Synopsis theologix dogmáticaí fundameiilalis,
seconde moitié du siécle. L ’É ta t linit bien par rétaldir ' 2 vol., specialis, 2 vol., moralis et pastoralis, 3 vol.
des facultés de théologie á Paris, ;t A ix, il Bordeaux, ;i (13 éditions). Lc D ictionnaire deBergicr avait été revu
Lyon ct á Rouen, mais paree qu’elles ne rofurcnlpas successivement par les abbés D oney.Piorrot et Lenoir.
du souverain pontife 1’institution canonique, ccs fa­ L a Seicnce sacrce de Berseaux, 10 in-12, Nancy , 1864-
cultes ne recmtcrent pas beaucoup d ’élévcs et n'exer- 1S65, est un traité coinplet de théologie dogmatique.
eérent qu’ une influence restreinte sur le rehnussement Voir t. ii, col. 793. F. Perriot, de Langrcs, a publié
des étudcs. La décadence tliéologique, constatée au aussi des Prietectionrs theologicse, 7 in~8°, 1876-1886.
x v m e siéele en France, s’accentua durant la premiére Léon Gaillot a resume la Uicologie dogmatique et
moitié du x i x e. 11 y cut bien, sous l ’influencc tic morale : Cateehismus ad elcricos ¡unieres theologicus,
l’école meuaisienne d ’íibord ct plus tard encore, quel­ 12 fase, in-12, Paris, 1906-1908. Le P. Jules Souben
que réveil d ’activité. 11 fallut atlendrc la liberté de a composé une N oudcIIc Uicologie dogmatique, 9 fase.
renseignement supérieur, nccordée aux catholiques in-8°, Paris, 1903-1906; lc P . Pégues, O. P., public
en 1875, et 1’institution des universités ou instituís un Commentairc frunzáis littéral de la Somme théolo-
catholiques á París, á Angers, á Lille, á Lyon, a Tou­ giqite de sainl Thomas, 7 in-8°, Toulouse, 1906-1912.
louse et un instan! á Poitiers, pour produire une reno- On a réédité les Theologiee dogmaticie elcmenla du
v a tio » récllc ct cíficacc de renseignement théologique. j P. Proveí (de Picpus), 3C édit., 2 in-8°, Paris, 1912.
Sous l ’influence des nouvelles facultés de théologie, I A cóté de ces ouvrages élémentaires, comprenant
toutes les hranches de la science ecclésiastique ont presque tous la théologie dogmatique ct morale, il
été rajeunies, fortifiées et dcveloppées et clics ont faut signalcr quelques traités particulters. L ’abbé
porté déjá de nombreux fruits, gages de prochaincs Gridol lit imprimer un 1er vol. d"Elementa theologix,
récoltcs plus ahondantes cncore, une fois qu’ auront traitant De diviniiate religionis el de vera Christi Eecle-
été vaincucs les diíTicultés créécs au recrutement ct A la sia, Paris, 1813, dont il détruisit presque tous les
vitalité du clergc par la Ioi de séparation. Nous nllons exemplaires. MgrGinouLhiac écrixitY H isloire du dogme
constatcr cctte heureuse résurrection, succcdant á une eatholique pendant tes trois premiers siéeles de l ’ Église.
trop longue décadcnce. 2 in-8°, Paris, 1852; 3 in-8°, Paris, 1862. L e P. Hilaire
Io Dogmatique. — Au sortir de la Révolution fran- de Paris, capucin, a vail commcncé une Theologia ani-
faise, lc lazariste Brunet produisait des Elementa versalis, dont il ne parut que 2 in-80, Lyon, 1870. Lc
theologia;, 5 in-l°, Rome, 1801-1804. Voir t. n, sulpicien Brugcrc donna deux traités : De vera reli­
col. 1147. Dans la plupart des séminaires reconstitués gione, Paris, 1873; De Eeclesia Chrisli, Paris, 1873.
on enseiguait le manuel de Hoillv, ibid., col. 37, ou les Voir t. n, col. 1111. Les méincs traités furent rédigés
Instituliones theologiea: de Toulouse, rééditées par par A . Leboucber : De Eeetcsin Christi, in-12, Paris.
Yieusse, C in-12, Toulouse, 1826-1827. En 1818, on 1877; De vera religione, 1880. Jules Didiot avait entre­
réimprimait á Rouen les Prxlccliones de Bastón et pris en fraiifois et sur un plan nouveau un Cours de
de Tuvache. Claude Madeleine de la Myrc cditail tlicologie eatholique. Dans la partie dogmatique, il
ses Pr&tcrlioncs theologia', in-12, Le Mans, 1820. n'a para que la Logique surnaturelle objeetive, Lille,
J.-B. Bouvicr donna des Instituí iones theologiea\ 1891; la Logique surnaturelle subjeelive, Lille, 1892.
8 in-12, Le Mans, 1834, qui, aprés la eondamnation de Nous pouvons revendiquer pour la Francc les beaux
Bailly, furent adoptóos dans la plupart (les sémi- traités que le P. Billot a professes au Collége romaiu:
naires fran^ais. Voir t. 11, col. 1117-1119. L'abbé De inspiratione saerx Seripturse, Rome, 1903; De
Coussct, qui avait reedité les Confcrcnccs d‘Angers, saera traditione contra nooam hxrcsim evolutionismi,
20 vol., Besanfon, 1823; 16 in~8n, Paris, 1829, et qui Rome, 1901; De Ecelesia Christi, 2e édit., Rome, 1903;
avait annoté le Dielionnciirc de Bergier, 8 in-8°, Besan- De Deo uno el trino, Romo, 1902; De Verbo inearnato,
fon, 2838, publia en frnnfais une courtc Théologie 31 ' édil., Rome, 1900; De Eeclcsise sacramentis,2 vol.,
697 FRANGE. PUI3 LIC ATI0NS CATH OLIQUE S SUR LES SCIENCES SACRÉES 698

Rom e, 1000, 1901; -De virlulibus infusis, Roine, 1901; [ Sur rincarnation nous devons á M gr Landriot
Disquisilio de natura el ratione peeeali pcrsonalis, | Le Christ de la tradition, 2 in-12, Autun, 18C5. Lc
3C ídU., Rome, 1900; Qusestioncs de novissimis. P. Corne, oblat, a é c r it: Le mystére de Nolre-Seigncur
2 « é d i l . , Rome, 1903. ' Jésus-Christ, 5 in-8°, Paris, 1892-1896. Minjard a public
Les études sur des questions particulicrcs de theo- ses c tudes doctrinales et apologétiques sur Jésus-Clirist,
iogie ont etc assez nombreuses. Sur les traites prcli- I lc Verbe incarné, scus le titre : L ’llom m c-D ieu, 4 in-8°,
minaires de la théologie, J. V. Bainvel, De Seriplura j Paris, 1900. Lc l i e vol. (les Legons de théologie de
sacra, Paris, 1910; De magisterio vivo et tradilione, ¡ M. Labauche traite de Dieu, de la sainte Trinité, du
Paris, 1905; A. Gardeil, L a nolion du lieu théologique, ' Verbe incarné ct du Christ rédempteur, Paris, 1910.
Paris, 1908; Le donné révélé et la theotogie, Paris, 1910; Lc P. Villard a étudié L ’inearnalion d’aprés saint
A. de la Barre, La vie du dogme, Paris, 1898; V. Er- 7'homas, Paris, 1908. Le P. Tcrrien avait composc :
nioni, l a primauté de l'évcque de Rome dans tes Irois S. Thomtc Aquinatis O. P. doctrina sincera de unionc
premiers siécles, París, 1903; Tli. Calmes, Qu’esl-ee hyposlatica Verbi D ei hnmanitate amptissima declara­
que I'É crilure sainle? París, 1899. Au sujet du pape, de do, Paris (1894). Le P. Sclnvalm a étudic : Le Christ
son infaillibilité et de son pouvoir temporel, parurent d’aprés saint Thomas d 'A qu in , Paris, 1910. Cou-
dilTcrenls écrits, dont quelques - uns sont de carac- get a prouvé La d ivini té de Jésns-Chrisl rl'aprés
térc poléinique, á l ’occasion du concilc du Vatican. la catccliésc apostolique ct renseignement de Paul,
.Mgr Maret ayant public : Du concite general ct de la 2 in-12, Paris, 1906. Guitton avait écrit : L ’homme
paix religieuse, 2 vol., Paris, 1869, dom Guérangcr relevé de sa chute ou essai sur le péché originel el les
lui répliqua : De la monarchte ponlifíenle, Paris, 1870, 1 fruits de la rédemption, 2 in-8", 1851. L ’abbé R iviére
ct Mgr Maret défendit son ouvrage dans Le pape et a traité au point de vuc historique : L c dogme de
les évéques, Paris, 1870. II fut attaque par Constant, la rédemption, Paris, 1905. J. Grimal a étudié :
L 'in la illib ililc du pape el le dernier des gallicans, Le saeerdoee cl le sacrifee de Notrc-Seigneur Jésus-
Lyon, 1870, qui avail déjá é c r il: L ’histoire et l'in fa illi- Christ, Paris, 1008. Lc P. Tcrrien s’esl occupc de
bililé des papes, 2 in-8°, Lyon, 1850. Le P. Montrou- La dévotion au Sacré-Cceur, Paris, 1893, ainsi que
zicr publia Lc eatéeliismc de rin fa illib ilité du pape, M. Bainvel, Paris, 1906, ct Baruteil a pris pour these :
Arras, 1870. Mgr de la Tour d’Auvcrgnc édita : Génesis cultus saeratiss. Coráis Jesu, Paris, s. d. (1903).
Lu Iradilion eatholique sur l'in ja iltibilitá pontificóle, L c P. F. Anizan s’est posé la question : Qn’esl-ee done
2 in-8°, Paris, 1875-1877. Dom Gréa traita De l'Église que lc Sacré-Cceur y 1911.
el de sa divine constilution, Paris, 1885; Mgr I-L Sauvc Sur la grace, Rolirbachcr a publié : De la gráce et
ccrh it : Le pape et le coneile du Vatican, Lnval, 1890. i de la nalure, Besanfon, 1838; son collcgue, l’abbé Gri-
.Mgr Hugonin donna íi Baycux des Études phitoso- ¡ del, L'ordre surnaturel cl divin, Nancy, 1847; La déifi-
pliiqufi sur la premiére constilution dogmatique du eation de l'homme, 2 vol., Lyon, 1861; l’abbé Cros,
Vatican, Laval, 1890. L ’abbé Vacant, qui avait , Études sur l'ordre naturel el sur l'ordre surnaturel, 1861;
fail ses tlieses de licencc ct de doctorat : De cerlitu- 1 lc P. Matignon, Question du surnaturel, 1861, 1863;
dine judien qno assentitur existentix rcvclalionis, l'abbé de Broglic, Confércnces sur ta vie surnaturelle,
Nancy, 1878; De naturali eognilione Dei, Nancy cl 3 vol., Paris, 1878-1883; lc P. Tcrricn, La gráec el la
Paris, 1879, el qui avait publié : L c magistére ordi- gloirc, 2 in-12, Paris, 1897; A. Gaillard, Études sur
nairc de l'É glise ct ses organes, Paris, 1887, a fait pa­ Plusloirc de la doctrine de la grácc depuis S. Augustin,
raitre ses Éludes ttiéologiques sur tes eonslilulions du Paris, 1897;Bellamy, L a vie surnaturelle, Paris, 1891,
eoivile du Vatican (la constitution D ei Fitius seule), 1896; J. V. Bainvel, Nature et surnaturel, Paris, 1903;
2 in-8°, Paris, 1893. L e P. Dublanchy a fait sa these B. Frogct,De t’habitation dn Saint-Esprit dans les ámes
fie doctorat sur l’axiome : Exira Ecclesiam nulla salus, juslcs, Paris, 1898, 1900; L. Hubcrt, Thescs de gratia
Dar-lc-Duc, 189">. M grB atilíoI a étudié L 'É g lis e nais- sanctiftcanlc, F’aris, 1902; 11. Ltgeanl, La théologie seo-
sanle rt le ealholicisme, Paris, 1909. J. Tu miel a é c r it : lasliquc et la transcendanee dn surnaturel, Paris, 1908.
L'histoire du dogme de la papaulé des origines a la fin M. M éril a éLudié : La foi, sa nature, ses prineipaux
du n e siécle,Paris,1908 (¡i I’ Index). M.Bainvel a íait une earaeléres el su néeessilé, Tours, 1880: l’abbé Méric,
courle éludc : « JJors de l’Église, pas de sulut. » Dogme La chute originelle rl la rcsponsabilitr, humaine, Paris,
<■/ thiolegie, Paris, 1913, M .Q u illicta p ris pour thése: 1885; X . Lc Bachclet, Le péché originel dans Adam
D¿ civ il i potestalis origine tlicoriu catholiea, Lille, 1893, et dans ses dcsccndanls, Paris, 1900; S. Clianviliai'd,
Sur Dicu el la Trinité, nous avons : L ’idce de Dieu Lc péché originel, Paris, 1910; L. Lahauclic, Lcfons
dans t'Aneicn Testament, Paris, 1890, de l ’abbé de de théologie, L ’homuic, Paris, 190S; I*. Mallct, Qn’esl-ec
Uronlic: Études de théologie posilive sur la suintc que la f o i '/ Paris, 1907; P. Charles (pscudonyinc).
Trinité tlu P, de R égn on ,l in-8°, Paris, 1892-1898; La ¡oi, Paris, 1909; V. Kriiioni, Hisloire du credo.
Les origines du dogme de lu Trinité, par J. Lcbrelon, Le symbole des apólres, Paris, 1903; V. Bainvel, La
l ’ aris, 1910; II. Cout?ct, La sainte Trinité cí les doc­ foi el l’aete de foi, Paris, 1909; Gayramf, La ¡oi devant
trines antitrinilaires, 2 iu-12, l’ aris, 1905; C. Quié- la raison, l ’aris, 1007.
vrenx, t.n Trinité rt ta vie éternctlr, Paris, 1907. Lc Sur la sainle Vierge, nous pouvons cilcr les ouvrages
P. Huilón, O, P., a exposé Le ingslérc de ta Irés sainle suivnnts •. P. Tcrrien, 1.a mere de Dieu, 2 in-S", Pa­
Trinité, Paris, 1912. Mfír («aunic avail publié son ris, 189 1-1900; M arie, mere des homnies, 2 in-30, P a­
Traité Uu Saint-Esprit, 2 iii-S0, 1861. Le P. Pcsnellc ris, 1899-1902; I’ . Hugon, La mére de la divine grácc,
<i faril ; Le dogme de tu rréulion et la seienee eontem- Paris, 1904; R. de la IJroise, La sainte Vierge, i ’aris,
puraine, París, 1891. Lc P. <lc Régnon avait publié : 1904 ;Diihosc de Pesquidou\, L 1iinmaculéc eonecplion,
HmVs et M<itina, Paris, 188.'!; Hannésianismc et mo- Hisloire d'un dogme, 2 lu-S", i ’aris, 1898; X . Lc Há­
t m i une, 1890. Lc P. Gavraud lui opposa : Providence chele t, L'imuiaeulér cuneeptirm, 2 in-12. París, 190:5;
rt tibrr arbitre selnn saint ‘¡luanas, Toulouse, 1890, dom Rouaudiii, L'assomplion de la sainte Yirrrjc, l ’a­
I8íi2: mais quand il t ul quitlé l'ordre de Sainl-Domí- ris, 1907; De ln définition dugnutlique de l ’nssnmplion,
nlqti'-, il niodi lia son sentiment : Saint Thomas et le Angers, 1900; A. Lcirtaim, La Vierge et iLnunanuel,
¡irédetermini.iiite, l ’arls, 1893. Lcsstrlrur, S. Thomas Paris, Lyon, 1901; P. Ilourgeois ¡.a Vierge Marie,
et le thonusme, l’aris, IS.H.'J, soulint que lc docleur I mi/stércs de sa prédestination 1 1de so l’ic, P a ris, 1908;
¡iiiKélIqiif ii’cnseigiiail )>;is la prétleslinalimi ante | lí. Ncuherl, M nric dans l ’ Église unténieéciwe, P a rís ,
jrtrvtMt menta. .1. Siniéon :i Iraité de La presrieiiré 1908; A. Largcul, Lu inatrm ilé adoptivo de la trés
(Inane el de ta liberté liiuiuiiiie, i ’aris, 1909. sainte Viergr, 1’;iri>í, 19díl.
U99 KHAN CE. PUHL1CATI0NS CATIJOIJQUKS S l TK Í.ES SCIENCES SACRÉES 700

Sur los sacremcnts, abbé de Bcllevue, La gráce 1 la doctrine catholique, Paris, 1836; C1.-M. Magnin,
xacramenlclte, ou effet propre des divers sucremenls, La papauté eonsiderée dans son origine, dans son deve­
Paris, 1890; P. Pourrat, L a théologie sacramen- loppement au moyen áge el dans son étal acluel avec
/«/rr, Paris, 1907; Corblet, Hisloire dogmatique, le protestuiilisme (eontre Alerle d ’Aubigné ct Bost),
liturgique el archéologiquc du saeremenl de baptéme, Paris, 1811; Ilis to ire de rétablisscment de la Reforme
2 in-8«, París, 1881-1882; Didiot, Morís sans á Cenéve, 1844; Mgr Doncv, Les ministres de la re­
baptéme, Lille, 1896; V. Ermoni, Le baptéme dans forme peuvent-ils en conscience prometlrc ¡'esperance
!' Église pr i m i ti ve, Paris, 19Ü4; E. Vacandard. La peni- certaine du salut par J.-C. aux pcuplcx de leur eonunu-
lenee publique dans I Église prim ilive, Paris, 1003; nion? 1852; P. Gautrelet, La divinilé de l'É glise catho­
La confcssion saeramentcllc dans l ’Église prim ilioe, lique démonlrée el vengée conlrc les principales objec-
Paris, 1903; Mgr B attifol, Les origines de la pcnilcnce, lions du protestan!isme, Clermont, 1854; G. Romain
daus Éludcs d'hisioire el de théologie positioe, I ro serie, (G. Keszler), La question protestante jugée par ic bon
Psiris, 1902; P. Pelle, Le íribunal de ¡a pénitence devanl sens, la Bible et les faits, l ’ aris, 1875; et eontre les
la theologie cí l’hisíoire, Paris, 1903; Mgr Gerbet, sehismatiques: A. Tilloy, Les schisniatiques démasr/ués
Considérafions sur le dogme généraleur de la piélé calho­ par l ’exposition raisonnée de la doctrine catholique
lique, Paris, 1829; Aubert, Trailé de la prcsencc réelle sur les projels du schisme,Paris, 1861; Essai de concilia­
de Jésus-Chrisl dans l’euchurislie, Lyon, 185G; P. J. E y- tion enlre l ’ Église latine et l ’Église grecquc non unie,
mard, La divine eucharislie, 4 vol., Paris, 1872-1878; Paris, 1865; Les Églises orientales dissidentes et l'Église
Corblet, Hisloire dogmatique, lilurgique el archéolo- romaine, Paris, 1890; Mgr Dueliesne, Atilonomies
gii/uc du sacrement de l’eucharislie, 2 in-8", Paris, 1885- ecclésiastiques, Églises scparces, Paris, 1896.
1886; Mgr Rosset, De saeramenío eucharisliai, Chani- I Tandis que la théologie proprement dite ctait
bcry, 1875; Constant, Le myslére de l ’eucharistic, négligée au debut du x i x e siéele, l’apologétique fut
Paris, 1897; le P. Bonaventure, L'eucharislie el le trés eultivée et opera un grand mouvement d’idées
myslére du Clwisl d’aprésVÉcrilurc el ¡a tradition, Paris, en faveur de la religión catholique pour lutter contre
1894; Bretón, La messe, Paris, 190-1; Constant, Le l ’incrédulité et l ’indifférentisme, qui étaient le triste
myslére de I’eucharislie, Paris, 1898; Mgr Béguinot, heritage du siéele préeódent. Elle tint la premiére
La Irés sainle eucharislie des douze premiers siécles, place dans les préoeeupations du elergé franpais jus­
2 vol., París, 1903; P. Batiffol, L'eucharislie, la pré­ qu'á nos jours. Son liistoire ayant déjá été exposée
sence réelle el la transsubslantiation, Paris, 1905; L. La- á l'art. A p o l o g é t i q u e , nous n ’avons qu’á y renvoyer,
bauehe, Lettres a un éludianl sur la sainle eucharislie, t. i, eol. 1553-1563, ainsi qu’auxart. C h a t e a u b r i a n d ,
Paris, 1912; J.-A. Chollet, La doctrine de I’eucharistic t. n, eol. 2335-2338; B o n a l d , eol. 958-961; B o n n e t t y ,
ehez les scolasliques, Paris, 1904; A. Vacant, Hisloire eol. 1019-1026; B a u t a l n , eol. 481-483. Depuis lors
de la conception du sacrifirc de la messe dans VÉglise toutefois, 011 a discuté la notion méme de l’apologé­
latine, Paris, Lyon, 1894; A. Levatois, De cssentia tiquc pour mieux en fixer les limites et lui imprimer
sacrosancli n ü s s w sacrificii, Reiins, 1901; L. Saltet, un caractére scientilique. V oir A . Gardeil, La erédibi-
Les réordinalions. Éludc sur le sacrement de l'ordre, lité el Vapologétique, Paris, 1908; 2e édit., 1912;
Paris, 1907; V. Ermoni, Les origines de Vépiscopat, art. Apologétique, dans le D iclionnaire apologétique
Paris, 1903; Mgr Rosset, De saeramenío m alrim onii, de la foi calholique, 1909, t. n, eol. 189-251. V oir F o n ­
6 in-8°, 1895-1896. i d a m e n t a l e ( Théologie), eol. 515 sq. Sur l ’apologé-
Sur les fias derniéres, Brinquaiit, La résurrection tique de Yaclion, voir I m m a n e n c e ( Méthode d‘).
de la chair el les qualités du eorps des élus, París, 1891; Nous ajouterons seulement quelques lignes pour si-
L . Brémond, L ’enfer devant la critique, Paris, 1897; gnaler l’élan actuelleinent donné á 1’apologétique sur
La conccption catholique de l'enfer, París, 1899; lc terrain de l'histoire des religions. Un double effort
A. Lehaot, L ’élcrnilc des peines de l’enfer dans sainl i des catholiques franfais sur ee point est á noter. Le
Augustin, París, 1912; C. Cliauvín, Le purgaloire, 1 premier a été 1’ceuvre de deux liommes, l’abbé de
París, 1901; L. Capéran, L c probléme du salut des Hroglie et l ’abbé Pcisson, et il n ’a pas enlraíné l’opi-
infideles, 2 in-8°, París, 1912; Laxenaire, L ’au- nion. L ’abbé de Broglic a étudié le premier l’histoire
delá ou la vie /ulure d’aprés la foi ct la scicnce, des religions dans sa chaire d’apologétique á 1'Instituí
París, 1897; Thomas, La fin dn monde d'aprés la fo i eatliolique de Taris et il a publié le plan, puis le resume
et la sciencc, Paris, 1898; C. de Kirwan, Comment de ses cours : Cours d'hisioire des cuites non chrétiens,
peut finir l'univers d’aprés la seience el d'aprés la Paris, 1881; Problcmcs cl conelusions de l'histoire des
Bible, París, 1899. religions, Paris, 1885; Monothéisme, hénolhcismc, poty-
M. J. Tixeront nous a donné une Hisloire des dogmes, theisme, 2 in-12, Paris, 1905. V oir l. n, eol. 1131.
3 in-12, coinprenant, le i cr, la théologie anténicéenne L ’abbé L. Peisson, qui avait écrit VHisloire des reli­
(1905), le n c,allant de saint Athanase á saint Augus­ gions de l'Exlrém e-Orienl, Amiens, 1888, avait fondé,
tin (1909), et lc m p, la fin de l’ ñge patristique (1912). en 1889, la Revue des religions, qui ne vécut que
L a Bibliolhéque de théologie historique a déjá publié : liuit années. Mgr Laouenan, évéque missionnairc.
J. Turmel, Hisloire de la théologie pos il i ve depuis ¡'ori­ avait publié un ouvrage intitulé ; Du brahmanisme cl
gine jusqu'au concile de Trente, Paris, 1901; du concile de ses rapporls avec le fuda'isme el le chrislianisme,
de Trenle au concile de Valican, Paris, 1906; J. Bella- 2 in-8®, Pondichéry, 1884, 1887. Le second ellort
my, La Ihéologie calholique au a '/.y ° siéele, París, 1904; des catholiques est plus vivace et a produit déjá
A. d’Alés, La théologie de Terlullien, Paris, 1905; La plus de fruits. L ’Orpheus de Salomon R einad» a éveillé
théologie de sainl Hippolyte, Paris, 1906; J. de la Ser- , i ’attention publique. La chaire d’ apologétique a
viere, La Ihéologie de Bcllarmin, Paris, 1908. Joi- j été rétablie a l’ Institut catholique de Paris et
gnons-y la thése de G. Bardy, Didtjme l’Aveugle. Iissai > elle cst oecupée par différents spéeialistes, qui, pour
de théologie historique, Paris, 1910; J. Martin, Pélau, la plupart, ont déjá publié leurs lepons. D'autres
Paris, 1910; Thomassin, Paris, 1911; Sertillanges, ouvrages ont paru cncore, ct enfin deux manuels
Sainl Thomas d’Aquin, 2 in-80, Paris, 1911; A. Ilum - différents ont été prepares simultanément. Des conft-
berl, Les origines de la théologie moderne, Paris, 1911. , rencos faites á 1’ Instituí eatholique de Paris ont déjá
2o Apologétique. — 11 y cut, en France, peu de 1 paru : Mgr A. Le R oy , La religión des prinútifs, París,
polómique eontre les protestants ou les jansénistes. 1909; Lotiis de la Vallée-Poussin, Houddhisnic. Opi­
Nous cilcrons seulement en ee genre eontre les protes­ nions sur l ’histoire des dogmatiqnes bouddhiqucs, Paris,
tants : N. Jager, Le protcslantisme aux prises avec 1909; A . Roussel, La religión védique, Paris, 1901;
701 FRANCE. PU BLICA TION S C A TH OLIQUE S SUR LES SCIENCES SACRÉES 702

Le bouddhisme p rim itif, París, 1911; Cana de Yaux, Tanquerey et Quévastre ont donné : Brcvior synopsis
La doctrine de 1'islam, Paris, 1909; Ph. Virey, Lu theotogix moralis el pastoralis, Paris, 1912. J.-A. Cliol-
religión de ra n cióm e Égypte, Paris, 1910. L ’ana­ let s’cst posé la question : La morate esl-cllc une
lyse de ces confércnces et des autres, non encorc édi- science? 1907, ct M. de la Barre a exposé : La morale
lées, a élé donnée dans le Bullelin de l ’In stilu l eatho­ d'aprés saint Thomas et la théologie scolastique. Paris,
lique de Paris. D ’ autres livres ¿taient publiés encore 1911.
sur lc méme sujet : P. Carón, Confucius, sa vie ci Les doctrines gallieanes sur le contrat de mariage
sa doclrine, Paris, 1902; Cli. Godard, Le brahmanisme, et sur le droit du pouvoir civil de porter des enipc-
París, 1900; L es croyanccs chinoises cl ¡aponaises, ¡ clieinents au mariage persévérércn l un certain temps
París, 1901; Le fakirisme, 1900; G. D ollin , La religión cncore au xix® siécle. L ’ancien oratorie» Tabaraud
des Cellos, 1903; Gondal, Mahomct el son ceuore, 1900; exposa les Principes sur la distinction du contrat et du
L. P ctit, Les con/rérics musulmanes, 1899; G. Foucart, sacrcmcnt de mariage, sur te pouvoir d'établir des enipc-
La méthode comparativo dans l ’histoire des religions, ehements dirimants ct d’cn dispenscr, París, 1803.
París, 1909; J. Guibcrt, Les croyanccs religieuses cl L ’évéque de Limogcs condamna col ouvrage ct T ab a­
tes sei enees de la nature, París, 1908; A. Bros, La reli­ raud opposa cctte censure : D roit de la puissance
gión des peuplcs non civilisés, Paris, s. d. (1908); La temporelle dans l'Église, 1818. M. Boyer, de Saint-
surv i vanee de l ’áme ehez tes peuplcs non civitisés, Paris, Sulpice, écrivil contre Tabaraud : Examen du pouvoir
1909; P. Lagrange, Études sur les religions sémitiques, ¡ légistatif de l ’Église sur le mariage, Varis, 1817. Lesurre
2e édit., Paris, 1905; La religión des Per ses, Paris, publia encore : De ta juridielion de l’ Église sur le con­
190-1; Dhorme, L a religión assyro-bubylonienne, Paris, trol de mariage considere eomme matiére du sacrcmcnt,
1910; V. Ernioni, La religión de VÉgypte aneienne, Paris, París, 1824; Lyon, 1830. Lc P. Martin fit un traite
1910; L. de la Yallée-Poussin, Notions sur les religions De matrimonio cl polestale ipsuni dirimendi Ecelesia'
del’ Inde.Le brahmanisme,Paris, 1910; Le védisme, 2 in- solí exclusive propria, 2 in-8°, Paris ct Lyon, 184 4.
12, Paris, 1909; O, Habert, La religión de la Gréce D'autres traités de morale furent édités, notammcnl
antique, París, s. d. (1910); M. Louis, Doctrines ceux de M. Carriére, voir t. n, col. 1805. Antoine Bey
religieuses des philosophcs grees, Paris, s. d. (1910); avait publié : De matrimonio, Lyon, 1828; De fustitia
A. Baudrillart, L a religión romaine, París, 1903; J. Liu- et contraetibus, Lyon, 1829, cl J.-J. Fraignier : De
rcl, Isis ct les Isiuqucs sous l'cm pirc romain, Paris, 1911; lege fustitiir contraetibus, Paris, 1853. B. Philipp ela­
J. Bricout, L ’histoire des religions cl la fo i ehrétienne, bora un Nouveau dictionnaire de théologie morale.
Paris, 1910; P. BatiíTol, Orphcus el VÉvangilc, París, l ’ aris, 1857, ct donna des Confcrcnccs lliéologiques
1910; P. Lagrange, Quelqucs remarques sur l'Orphcus, dogmatiques el morales, 2 in-8,>, 1867. On avait publié
París, 1910; B. Alio, L ’ Évangile en face du syncrétisme du lazarislc Fabre : Théorie cl pratique dr la cominti-
palen, París, 1910; A. Valen sin, Jcsus-Chrisl et Vcliidc nion ¡réquenlc ct quotidienne, 2 in-8°, Lyon, 1840.
comparte des religions, Paris, 1912. Les deux manuels Jacques Valentín a donne : Examen raisonné ou déci-
catboliqucs de l’histoire des religions sont : Oú en esl sions lliéologiques sur les eommandcmenls de Dieu ct
l'histoire des religions? 2 in-8®, Paris, 1911, sous la di­ de l ’ Église, sur les suerements et les pérhés eapitaux,
rection de J. Bricout avee la collaboration de quatorzc 2 in-8®, Lyon, 1836; ... sur les devoirs cl tes péehés de
spécialistcs; Christus, Paris, 1912, sous la direction de diverses professions, 2 in-8°, 1841; ... sur les devoirs
J. H ubv avec la collaboration de quinze auteurs. el les péehés des prétres, 2 in-8°, 1843; Le prétre fuge.
3o Morale et pastorale. — La morale cnscignéc et pra- ct médecin au tribunal de la pénitcnce, 3 ín-80, Lyon.
tíquée en Francc étail la morale sévérc que le janse­ 1845. Mgr Gaunic a v a il eomposé lc M anuel des con-
nismo avait implantée dans cc pays ct qui íu t peu á fesseitrs, 1838. Diculin a é c r it : I x bon curé au .vía* slé­
peu rcmplaeéc par la doctrine de saint Liguori ct par ele, Nancy, 1845; 2 in-8®, 1864. M. Hacucz a fait uno
le probabilisme. Ou attaqua lc rigorismo d’ abord sur la brochure : De Vinlérel el de l’usure, Paris, 1891. Lc
question du prét k intérít. Ét. Pagés fit une disserla- P. Baudior a publié : L a loi du divorec cl ta conscicncc
(.¡oii S ur lc prét á inlirét, Avignon, 1819. Lc lazaristo ehrétienne, París, 1885. Un professeur do théologie a
L. Figón écrivil : L ’encyclique de JJcnotl X I V V ix disserló Du mensonge proprement dit cl du droil á ta
fiervenit expliquee par les tribunaux de Home, Marsoillo, vérité, Paris, 1903. Parm i les uouibrcux ouvrages plus
IH22. Sur Baronnal, voir t. n, col. 426-427, J.-B. Lo- récents, signalons seulement la thése do L. Chcval-
geret publia un traité De fuslilia cl ¡ure ad normam lio- lior, De scicntia regim inis animarían supernatu ralis,
tlirr n i codicis c íd í I ís G allia, 2 vol-, l ’ aris, 1827. Gous- Nancy, 1888; H isloire des eommandeincnts de l'É g lis e ,
set donna une E r posilion de la doctrine sur lc prét á par A. Villicn, Paris, 1909; La premiére coinmunion.
intérSt, I ’aris, 182-1; L c eodc civil commenté dans ses rap­ H isloire ct discipline des origines au .v.v° siécle, par
ports avec tu théologie morale, Paris, 1827. Un peu plus M. L. Audricux, París, 1911.
larri, il publia : Justification de la théologie morale du On pourrait cilcr ici les écrits dans lesquels los ca-
H. .1.0/. de I.iguori, 2e édit., Bcsan^on, 1832. En lin, tlioliqucs ír a »c »is ont traité «les qucstions sociales,
il composa lui-mómc une Théologie morale, 1844. Les surtout depuis l'cncycliquc Ilcru in novtirnin. Qu'il
nouvcaux tniilés do théologie morale s’imprégnalcnl suftisc de rappelor la créalion dos Se mames sociales,
<lc plus en plus des principes de saint Alphonsc : qui s ’ost répanduc de Francc dans les prineipaux
J. B.-T. Veriiicr, Theologia practica,2 in-8°, Besanfon, pays (lc l’ Kuropc.
1828; Ncyraguct, Compendium theologia: moralis ■I® fícriturc sainte. - í'.'ost ici que se lit sentir lo
S. Alph. de Ligario, Lyon, 1811; sur Ecrmaim, voir plus longtcmps nolre iiuligcnoe. Kn dehors «lo 1‘ou-
I. 11, col. 7IG; J.-B. G uiy, Compendium thcologitr mo­ vrage de lux i* : flis to irc saeréc tle l'A iu im et tlu
ra ti*, 2 in-18, Lyon ot Paris, 1830; l.aloux, De aclibus Nouveau Testament representée /ittr 614 fit/ures tirer
t u m a n i 3 in 12, Monlpcllier, 1802. V. Jaugcv a des explications tirées des saints Péres, par do Bassincl.
donné los /’ncleetiones tticologiic moralis ud usum 8 111-8", Paris, 1801-180<¡, nous lie tnm voiis quo «los
seminarii ¡Jngonirnsis, I i»-8 o, Cangros, 1873-1877. «ouvros ólóincutairos : J.-l). lT > u y , La HtOlr de ta jcti-
I ’u rédoinploristc lc 1*. Cl. Marc a publié ; /icssr, 2 m-8°, l ’ aris, 1810; 2° édit., 1812; .1. Cou-
ln\titutioncs mondes alphonsiantc, 2 in-8*, Homo, 1885. turior, flistoirc de l’ Ancien Testament, I i'i-Cí, Dijon.
lie sa Morale surivilurctle, J. Dídiol n'a traité que La 1823; T.-F. .Jolly, l.e inéubtrial dr (' Ü rrihtrr sainle.
monde fondamentale, Lille, 1890; I.a vertu de religión, 4 ¡n-12, 1823, 182f'i; (i, (doy, ¡(intuiré de nutre Sou-
ISO'J. Lc trailé De conseientia du P. K.Hcaudoin a été vetir, 2 in-12, 1819. I-Jugoiio de (icnmidc Iraduisit la
< lité npri's sa inort par lo P. Gnnloil, Tournai, 1911. 1ülilc, 2.‘i m-8n, l'aris, 1820-1821, e l puhlia La rie
703 FRANCE. PURLICATIOXS CATHOLIQUES SLR LES SCIENCES SACRÉES 7üi

de Jésus-Christ ct de ses apótres, 2 in-8®, París, 1836. r 2 in-8°, Paris, 1818. Jean-Picrrc Agícr traduisit aussi
Dupin écrivit: Jésus devanl Ca'iphe cl Pílale, Paris, 1828. les psaniñes sur le texte bebreu, 1809, 1818 ; les pro­
Le ju if convertí David Paul Draeli fil une nouvelle pliéties conccrnant Jcsus-Clirisl, 1819; les propliétes,
•édition de la Dible de. Vent e, 27 in-8», Paris, 1827-1833; 9 vol., í 820-1822, et cominenta l’Apoealypse, 2 vol.,
il traduisit en latin le dietioimairs liObreu de Gésénius: 1823. Maree! de Serres traita De la cosinogonic de
Catholieum lexicón hebraietun ct cltaldaicum in V. T. Moise eompurée aux faits gcologiqucs, Paris, 1838;
libros, Paris, 1818. L ’ abbé Sioniiel publia L u sainle J)e la création de la terre et des eorps celestes, 1812.
Bible cxpliquéc rl cauuncnlée, 17 in-8", París, 1840 sq. IL Laurcns traduisit Job et les psaumcs, Paris, 1839.
(texte de la Yulgalc, paraphrase du p. de Carriércs M. de B ovet donna : E sprit dn VApocalypsc, París, 18-10.
ct notes). L ’ abbé Jager avait édité le texte grec des L c com lc de Lab ordo fit le Commentuire géographir¡ue
Septante, 2 in-8°, París, 1839; lc texte grec du Non- ' sur VÉxodc ct les Xombres, in-fol., Paris, 1842. -Mau-
vean Teslaineut (avee Tisehendorf), París, 1812; pied étudia cil Sorbonne Dieu, l'homme cl le monde
La sainle Di ble, 3 in-80, Paris, 1838-1844. L ’ abbé Au- dans les trois premiers chapitres de la Gcncsc, 3 in-8°,
bert traite De Vaulhenlicilc des Livres sair.ls, 2,: édit., Paris, 1845-1849; i) cominea!a les premiers chapitres
i
Lyon, 1811; l’ abbé de Jessc éerit une Ilistoirr. de de saint Matthieu et de saint Luc et fit eoncorder
X . S. J.-C . r l de ses apótres, 2 in-8°, Paris, 184 1. Ginia- les deux généalogics de X.-S., 1856. Plantier envisagea
rey traduit la Mihle de d'A líioli, 1(» in-80, Paris, 1854, ct au point de vuc littéraire Les poetes bibliques, Paris,
lc Thcálre des sainles Écritures de Gratz, Paris, 1869. 1842; 3 Cédit., 1881. Padé mit les psaumcs á la portee
Lc P. de Raze compo.se son Manuale eoncordanliarum, des lidcles, 2 in-8®, Paris, 1858. Moglia publia un Essai
Lyon, 1852. L ’ abbé Migne avail formé son Cursus sur le livre de Job el sur les prophéties relalives aux der-
completas Scriptunv sticrte, 28 in.-8®, Paris, 1860-1862. niers temps, 2 in-8°, 1865. L e P. Gratry conmicnta
Vives devait rééditcr plus tard les commentaires de l'É va n giled c saint Matthieu, 2 in-8», Paris, 18G3-18G5.
Comedle de la Pierre, 21 in-S®, Paris, 1859, avec Des travaux du savant sulpicicn Lc H ir il n’ a paru
3 vol. de suppléinent, 1861, ct une table faite par que sos Études bibliques, 2 in-8°, Paris, 18C9; Lc
Péronnc, sous lc titre: M e moríale prxdicatorum , 2 in-8°, livre de Job, Paris, 1873; Les Psaumcs, Paris, 1876;
1863-1864. On v iv a il ainsi des ouvrages du passe. Les trois grands prophétes (Isaie, Jéréinie, Ézéchiel),
Rohrbaclier avait rédigé une Pe lile grammaire l\t- Paris, 1876; L c Canlique des canliques, Paris, 1883
braique pour les élévcs du grand séminaire de Nancy. (dans la Sainte Dible de Lethielleux); tous ccs ou­
C ’cst a J.-B. Glaire que revicnt la nicillcurc part dans j vrages ont été edites par Grandvaox.
3a rcnovatioil des ¿tildes bibliques en France. En Les premiers índices d’une réelle rénovation dans
dcliors de sa grammaire et de son dietionnaire hé- l ’étudc de la Bible en France furent les ouvrages de.
braiques, il publia : Inlroduction historique ct cri­ M. Vigouroux ot l ’édition de la Sainle Bible diez
tique aux livres de l'Aneien cl du Nouveau Tcstamcnt, M. Lethielleux. M. Vigouroux, depuis 1902, un des
tí in-12, Paris, 183G; Abrégé de V lntrodu etion, etc., secrútaires de la Commission biblique, cst l ’autcur de
2 in-12, 18-1G, qui devint classique dans les grands sc- j La Dible ct les découvertcs modernes, G in-12, Paris,
minaires; La sainle Bible en latin el en franfais, 3 in-4®, ¡ 1877-1881; Gc édit., Paris, 189G; Mélanges bibliques.
Paris, 1834; Le Pentaleuqae (traduit Sur l'hébreu ct I La cosinogonic mosa'ique d’aprés les Péres, etc.,
¿innoté), 2 in-8°, Paris, 1835-1837; Les Livrcs saints Paris, 1882; Lu Bible el la critique (réponse i i l . P e ­
vengés, 2 in-80, Paris, 1845; L a sainle Bible selon nan), Paris, 1883; L c Xouveau Tesleunenl el les dccou-
la Vulgulc (traduetion nouvelle), Paris, 1871-1873. vertes archcologiques modernes, 2 C édit., Paris, 1896;
Le P. de Valroger avait traduit Vlntroduetion aux Les Livres saints el la critique rationalislc, 4 in-S°,
livrcs du X . T., de Reíthm ayr, 2 in-80, Paris, 1861. Paris, 1885-1890; 5e édit., 5 in-12, Paris, 1902;
D'autrcs cours ólémenlaircs parurent ensuite et La Bible polyglotle, 8 in-8°, Paris, 1897-1909; Die-
furent adoptes dans quelques seminatres : A . Gillv, ¡
lionnaire de la Bible, 5 in-foL, Paris, 1891-1912. Lu
Préeis d’introduction á VÉeriture sainte, 3 in-12, Nimes, 1 Sainle Bible a cté cntreprise par l'abbé Paul Drach,
1867; -Yolions cleinentaires sur 1' Éeriture sainle, 1879; i qui a conuncnté les Építrcs de saint Paul, les Épitres
C. Samuel, Cours clcmenlairc d’Écrilare sainte, 2 iu-12, catholiques ct l ’Apocalypsc. Ccs premiers volumes
Gre.noblc, 1873; Drioux, Xouveau cours d'Écriture sont composés sur lc plan des Saintes Bibles anté-
sainte, 2 in-12, Paris, 1875; Rault, Cours élémen- rieures : texte latin de la Yulgate, versión franfaisc,
laire d’Écriture sainle, 3K édit., 1882; Bacucz, Qites- notes et introduclions un peu plus développécs. Les
íions sur VÉeriture sainle ou programme détaillé, 2 in- collaboraleurs ont progressivement élargi le cadre et
8o, Paris, 1871; Bacucz ct Vigouroux, M annel biblique i
ont abouti á fournir un conimentaire détaillé des
ou cours d’Éeriture sainte á iusage des semina ires, Livrcs saints. Trochon a donné VInlroduction géné­
i
4 in-12, Paris, 1879-1890; la 13° ct la 14* édition du rale, 2 vol., l ’ Introduction générale aux propliétes,
Nouveau Testamcnt ont cte refondues par A. Brassac, les grands ct les petits prophétes, les Nombres et lc
Paris, 1910, 1913. Drioux avait edité La sainle Dible Deutéronomc, l ’Éxode, le Lévitiqu c; Crelici*, la
(avec des commentaires), 8 in-8°, Paris, 1872, aussi Genésc c l les Actcs des apotres; Clair, Josué, Ies
bien que R. Salmón, 1878. A . Arnaud a commenlé Jugcs, Ruth, les livres des Rois, les Paralipoménes,
briévement La sainle Bible, 4 in-80, Paris, 1881; Ksdras ct Néhémie; Gillct, Ies Machabécs, Tobic,
l ’abbé Vivic.", 6 vol., 1892-1893, et P etit, d ’aprés Judith, Esllier; Lesélre, les Psaumcs, les Proverbcs,
dom Calmet, 16 in-8°, Arras, 1889-1904. Pclt a l’ Ecclésiusliquo cl la Sagesse; Le Hir, lc Cantique;
traduit et adapté le manucl allcmaud de Schcepfcr ¡ Motáis, riieclcsiaste; Fillion, I'Inlroduclion aux
sous lc titre : H isloire de 1’A n den Tesiajucnl, 2 in-12, : Évangiles, une Si/nopsis evangélica ct le coinnientaírc
Paris, 1896-1897. Troclion et Lcsetre onl composé I des quatre Évangiles. Le langage symbolique el le sens
une Inlroduelion á Vélude de l' Éeriture sainle, 3 in-12, l spirituel des saintes Écritures par L e Blanc d’Ani-
Paris, 1889-1890. Ii. Jacquicr a écrit : L ’histoire des bonne complétc VInlroduction genérale', les Tablcs
livres du Xouveau Tcstamcnt, 4 in-12, Paris, 1904- genérales, ehronologiqucs et analyliques onl cié dressees
1908; I.e Xouveau Teslantenl cl l'É glise ehrétienne par Duplessy et Trochon; clics sout precédeos du
(canon el texte), 2 in-12, Paris, 1911-1913. I ’hrsaurus de Mcrz pour servir de lablc liomilétiquc.
Les travaux exégetiques furcul d ’abord bien rares Olí v a joint l’Aífcis gcographiquc et archeologique
aussi. L c lazariste Viguicr traita De la dislinelion d ’Ancessy. L ’ ouvrage forme 40 iu-8°, Paris, 187H-
prim ilive des psaumcs en monologues el dialogues, 1«90.
Paris, 1806; Exposilion du sens p rim itif des psaumcs, PKisicurs des collaboratcurs de cottc Bible ont con-
705 FRANCE. PU IiU C ATlO XS CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES 7C6

tinué á étudier l’ Écriture sainte. Motáis avait publié : 1 Icrreslre el la race négre devanl la seienee, Paris, 1S93;
Salomon el l'Ecclésiaste, 2 in-8®, Paris, 1876; Aloise, ! L ’antiquité de la race humaine, Paris, 1£93; Concor­
la science cl I’exégése, Paris, 1882; Le déluge devanl la dance parfaite de la chronologie biblique et de la chrono-
foi, l Écrilure eí ¡a scicncc, Paris, 1885; L ’origine du logie égijpliennc, 1895. L a chronologie biblique était A
monde, cditée par l'abbé Hobcrl, Paris, 1888. I I. Fil- l ’ordre du jour. M. Pannier prenait comme sujet de
lion a publié ses Essais d’exégése, Paris, 188-1; L a sainte th és e : Genealogía' biblie.x, Lille, 1S80. Brevet, Patullé-
Bible eommentée, 8 in-8®, Paris, 1888-1904; une B iblia i lisme entre la géologie el la Bible, 2° édit., Paris, 1895;
sacra, 11* édit., París, 1911; Adas archéologique de ¡ Gombault, Accord de la Bible cl de la science, Paris,
la Dible, in-4®, 2e édit., Lyon, 1880; A tías d'histoire . s.d. (1895); D. Colomer,L a Bible ct tes ttiéories scieuti-
naturelle de la Bible, in-4®, Lyon, ISO 1; Atlas géogra- , fiques, Paris, 1901; C. de Kirwan, Bible el science. Teñe
phique de la Bible, in-4°, Lyon, 1890; édil. abrégée, ct ciel, Paris, 1911.
Paris, 189-1,• Sainl Pierre, Paris. 1906; Saint Jean ¡ Cependant, la Question biblique, posée par M¿¿r
l ’éi'ungé'.isle, Paris, 1907; L ‘existenee personnelle de | d ’Hulst, en 1893, provoquait I’cncycliquc Providcn-
Jésus, Paris, 1909; L ’Évangile mutile cl dena turé par les ¡ tissimus Deus du 18 octobrc 1893 sur l ’Écriture sainle.
rationaliste.s eontemporains, Paris, 1910; Les miraclcs , et suscitnit des polémiques et des écrits d'inégale va­
de X .-S . Jésus-Christ, 2 in-12, Paris, 1900-1910; Les leur. Xoinmons .Mgr Grandclaudc, La queslion bi­
élapcs du rationalisme dans ses alfaques eonlre les blique d’aprés une nouvelle ¿colé d'apologistcs ehré-
Évangiles cl la vie de X .-S . J.-C ., Paris, 1911; Le nou~ tiens, Paris, 1893; l’abbé Magnier, La queslion bi­
vean psautier du bréviaire rom ain, Paris, 1913. On doit blique et Vexégése large, Paris, 1903. M. Didiot publia
A M. Les é tr e : N .-S . Jésus-Christ dans son saint É l>an- son Traite, de la sainte Écrilure d'aprés Sa Sainteté
gile, l ’aris, 1892; La sainte Église au siécle des apótres, Léon X I I I , Paris, Lille, 1894, et lc P. Hrueker, ses
Paris, 1896; Le temple de Jérusalem, París, 1912; Les ! Qucstions actueUes d 'É crilu re sainle. Paris, 1895. Ln
Psaumes du bréviaire traduits de l’hcbreu, París, 1913. I Question biblique avait été sonlcvée par les Origines de
Depuis lors, d'autres critiques ct exégétcs sont cu - l'histoire d’aprés la Bible ct les Iradilions des peuplcs
Irés eil lice. C. Chauvin a donné : L ’inspiration des i oricnlaux de Franfols Leuormant, 3 in-80,1 ’arls, 188c-
divines Éerüurcs, in-12, Paris, s. ti. (1897); Lcfons | 1881 (inachevé et mis A l lndcx), et par quelques ar-
d’inlroduclion générale, théologique, historique el cri­ liclcs de iM. Loisy. Cclui-ci avait presenté comme Ihésc
tique aux divines É crilurcs, i»-S°, Paris, s. d. (1898); «lc doctorat : H isloire tlu canon de I'A ncien Testament,
La Bible, depuis ses origines jusqu’á nos jours, 2 in-12, Paris, 1890, qui fut allaqué par Magnier, Étudcsur la
Paris, 1900; L ’enfanee du Christ d’aprés les traditions eanonicité des saintes Éerilurcs, Paris, 1892. M. Loisy fil
(uii'fs et ehréliennes, 1901; A u Golgotlm ou les derniers ! paraitre ensuite : H isloire du canon du Nouveau Tesla-
momenls de Jésus, 1901; Le proeés de Jésus-Christ, 1905; ment, Paris, 1891, puis dans lEnseignem ent biblique
Jésus-Chrisl est-il ressuscilé? 1901; Ifistoire de l ’Aiité- (1892-1893), outre des chromques, YH isloire du lexte el
ehrist d’aprés la Bible el les saints Pires, París, 1901. des versions de 1’Ancien Testament,une étudc sur Job, el
.Mgr Mcignan, qui a v a it publié les Prophélics messia- J le début d ’un eoimnentaire sur les Évangiles synopti-
nii/iies du Penlateuque, Paris, 1850; des livres des ¡{ois, ques. II devait soulever plus tard A cc sujcl de nou­
Paris, 1878; Les livangiles et la critique, 1864, 1871; veaux débats. Plusicurs cvéqucs adressérent, á ccllc
Lc monde, ct l’homme p rim itif sclon la Bible, a. repris, seconde pliase, des lettres A leur clergé : lc cardinal
dcvenu arehevíque cl cardinal, ses deux premiers ou- Perraud, M g rL a tty .M g r Lc Camus, Vraie el fausse exé­
v rases sous lc titr e : L ‘Ancien Testament dans ses rap­ gése (1903); Fausse exégése, mauvaise théologie (1901).
ports avec le Xouvcau et la critique modernc. De f Édcn j Les publicistes réíutércntles nouvelles ctíaussesidées:
« Moise, 1895; De Moise á David, 1896, aprés les avoir P. Bouvier, L'exégése. de M . Loisy, les doctrines, ¡es pro-
coniplélés; David, 1889; Salomon, 1890; Les propliétes l eédés, Paris, 1903; Frémont, Lellres ri l'abbé Loisy,
d' Israel. Quatre siécles de liitle eontre l ’idolálrie, 1892; Paris, 1904; et aprés la publieation du gros coinmen-
¡,r M rssic depuis Salomon ¡usqu’á Daniel, 1893; Les taire : Les Évangiles synoptiques, CelTonds, 1907, 190S,
derniers prophétes d'Israel, 1891. L. Ricliou a étudié il fut réíuté par M. Lcpin, Les théories de M . Loisy.
Lc Mcssie dans les livres hisloriques de lu Bible et Jésus exposé ct critique, Paris, 1908; F. Jubaru, .1/. Loisy et
Christ dans les Évangiles, 3 in-12, 1879-1882. ¡a critique des Évangiles, Paris, s. d. (1908).
Les rapports de la Uiblc avec les sciences el l’liis- Quclques qucstions généralcs onl été abordées :
Imre ont été souvent étudiés. Moijjno a publié Les L. .Méchincau, L ’autorité humaine des Livres saints.
splendcurs de la foi, aecord parfait de la révélalion ct París, 1900; l-’. P ral, La Bible et l'histoire, Paris, 1901;
de In scicnce, de la fo i et de la raison, 5 in-8®, l ’aris, M gr Laixl ri cux, L ’histoire et les histoires dans lu Bible,
1879-1882; il en fll le résumé, 1880, ct il publia avec Paris, s. d. (1907); V. Anccssy, L ’Égypte et Moise,
l’ abbé Ucssailly, Les Livres saints ct !a science, 1884. Paris, 1875; V. Ernioni, L a Bible el l'oricittalixine.
A. \rduin écrivil : La religión en fuee. de la scicnce, 1. La Bible et l'égi/plologieAl. La Bible et t'asxyriolofiie.
2 In-N", Lyon, 1877-1X79; 3 ' édit., 1881; Puech, 111. L a Bible ct l'archéoloqic syrienne, 3 in-12, Paris.
Bible el géologie, 2 ' édil., Paris, IS83; Lavaud de l'J03, 1901; le P. Dhorrac, Les pays bibliques et l'A s -
l.o lra d e . Arcord de la sciencc arce le i " r ehapitre de la syric, Paris, 19M ;A . l ’aulus, Les ju ifs avant le Mcssie.
<¡r¡nsc, Paris, 1885; J. Lcfebvre, L ’eeurre du qua- 3 in-12, l ’aris, 1905; Les juifs ct lc Messic, i in-12,
triéme jour de la rréation sclon ¡a Bible ct la seienee, Paris, 1901; lí. Heurlier, L c mondr ju if an temps
I ’.oueii, 1*81: Jean d’ Kslicnne (C. de Kirwan), de Jésus-Chrisl cf des apótre% 2 iu-12, Paris, 1900.
(.onnnmt s'est formé l ’univers, Bruxellcs, 1881; Le .M. J. Yitcau s’oecupait de la grammaire du Nou­
dchiyr de Xn¿ rt les rares prédiluviennes, 12 ín-12, 1899. veau Testament : Étudc sur le grec dn X o n i’eau Testa-
I.’uhbé Lam ben avail ccril : Le déluge mosa'ique, ment. Lc verbe : syntaxc des proposilions, Paris, 1893:
rhisti'ire rl la géologie, París, 1X70. Contre M. .Mo­ Sujcl, eomplémenf el attribut, Paris, 1896. !£. Douais
láis, le P. Hrueker soutint L'nnivcrsalité du déluge, | é d ita it: Une aneienite versión latine de l’ Ecclésiastique.
Itmxcllcs, 1880, cl Calillé Itainbouillcl écrivil : Cain I Paris, 1895. Paulin Martin éludiail : La Vulgate
rrdv it>us, Ainicn*. 1887. Cli. Üohrrl défendit La latine au \u r si>'elc d'aprés B. Baeon, 18SS; l.e
n n univemaliié da déluge, I ’ ruxclles, I8N7. Ou s’oc- texte parisién de la Vulgate latine, 1889. L. Saleuibici
cujri aussi beaucoup du concordismc et «les jours de écrivait : Une page inédite de l'lustoire de la Vulgale,
h rrealion. Thomas publiait : Les temps prim itifs 1890. Une concordante verbale de la IJihlc a élé pu-
el Irx ',rif/inr<¡ reliqletisrs d'aprés la Ilible el la scicnce, blléc par les l ’ éres IVullier, fíllcune ct Oantois, Paris,
2 lil 8 , Paris, L, Dessaillv écrivait : I.c puradis 1897. J. Dceoninck a donné un líssai sur la chatio
l)K T [i| 7*11 * 11 ( . M l F 'i l VI. - ‘.'.I
707 l-'KAXCI::. P U I SL I C A T I ÜN S C A T I J O U Q U E S S U R LES S CI EN C E S S A C R É E S 7<J8

de ro d a lc u q u e nvee une <■dit ion des commentaires de gilc ct la these de M . Loisy, Paris, 1905; C. Chauvin,
Diodore de Turse q u i s'y trouvcnt eonlcnus, Paris, 1912, Les idées de M . Loisy sur te quatriéme Évangile, Paris,
Tcutofois, l ’activité lie s'épuisail pas on conlrc)- ¡ 19UI3. F. Deliaut a public ; L ’Évangile explique,
versus, el ii se publiail (les ('•ludes de critique ou (les . dtjcndu cl medité, 5 in-8°, Paris, 1SG-1 sq. Doublet a
ewnineulaires exégüliques, L ’auLheu licité mosuique étudié Jésus-Cluisl en vue de la prédication, 10e é d it,
du Pentateuqui', qui n’avail élé traitéc que par Cli. 3 in-12, 1888. Mgr Ginoulliiac a expliqué Le sermón
Schu'bcl dans des arLicias des .1 únales de philosophie sur la monlagne, 1872. Lc P. Ollivier a fait des livres
chrélirnne, puhlies ;'i parí, 1871-1K75, é la il abordée sur la Passion, 1891; les paraboles, 1892; les amitiés
par Paulin Martin dans ses cours (lithogrnphiés), pro- de Jésus, 1895; De llclhléem d Nazareth, 1905. Le
fesses A 1’ InsLiLuL cHlh<.lique, 1887-1890, el donnait P. Rose a puhlié de petits comnicnlaircs sur saint
occasion ¡i lu publicnlimi de quelques ouvrages : Matthieu, sur saint Marc, sur saint Luc (1904); des
T’. Julián. Élude critique sur la composition de la 1 commentaires plus développés ont été rédigés par
Gcnése, Paiis, 1888; abbé de Broglie, Questions bi­ Girodon sur saint Lúe, par Loisv (1903) et le P. Calmes
bliques (ouvrage postílame), édiL. P ial, Paris, 1897; (1904) sur saint Jean, eL par le P. Lagrangc sur sainl
L. Méehineau, L'origin e imsaiquc du Pcnlakuque, I Marc (1911); le p etil commenlaire sur saint Jean a
l ’aris, 1901; F. I ’raL, Le codc du Sina’i, st¡ genese ct ¡ été donné par le P. Calmes (1906). Voir, en ouLre,
son cvolution, Paris, 1901; J, Bruekor, L ’ Église cl P. Rose, Études sur les Évangiles, 2e édit., Paris,
tu critique biblique, Paris, s. d. (19HS); E. Mangeiiol, ; 1902; P. Durand, L ’enfance de Jésus, Paris, 1908;
L ’authcnlicitc rnosaique du Pcntutcuquc, Paris, 1907. P. BatilTol, L'enseignement de Jésus, Paris, 1905;
Nous n’ avons encore qu'un p elit nombre de eom- M. Lepin, Jesús, Messie cl F ils de Dieu d'aprés les
nienlaires sur les livrcs de TAncien Testamcnt, mais Évangiles synoptiqucs, Paris, 1904; 4* édit., 1910;
quelques-uns sonl excellcnts. Les Juges ont élé expli­ D, Buzy, Inlroduction attx paraboles évangeliques,
qué* par lc P. Lagrnnge (1903), les livres de Samuel Paris, 1912; Jaequicr eL Bourcliany, La résurrection
par le P.D h orm e(1901),le livre d’ lsale, par lc P. Con- de Jésus-Christ. Les miraclcs evangéliques, Paris, 1911;
damin (1905), l ’Ecelesiaste par M. Podechard (1912). E. Mangcnot, La résurrection de Jésus, Paris, 1910.
Les Psaumcs ont éLc souvent traduiLs sur l'hébreu Des concordances ou synopses évangeliques ont élé
(Bcrtrand, 1857; Mabire, 18G8; Crampón, 1876; de j formées par Rambaud (1874.1898), Mécliineau (1895),
Xeuilly, 189ü; Flament, 1897; B. d'Eyragucs, 1904; ¡ Azibert (1897), Brassac (1913).
Pannier, 1908) ct plus souvent encore briévcinenL eom- ¡ Sur les Actcs et les ÉpiLres des apótres nous avons
mentes. E .Philippe a íait une Inlroduction au livre des 1 á signaler : Mgr Le Camus, L ’ceuvre des apótres,
Psaumcs, Paris, 1892. Maunoury les a coinmcntcs en commeneée en 1892, 3 in-12, Paris, 1905; C. Fouard,
latin, 2 in-8°, Paris, 1894, Doublet les a étucliés au Suinl Pierre et les premieres années du ehristianisme.
])oint de vue de la prédication, 8* édit.,, 3 in-12, 1889, Paris, 188G; Saint Paul, ses missions, 1892; Saint
et Péronne a formé une Chaina d’or sur les Psaumes, Paul, ses derniéres minees, 1S97; Sainl Jean cl la fin
3 in-8°, Paris, 1879. Mgr de la Bouillerie a appliqué de l'úge aposloliquc, 1904; P. Rose, Les Acles des apótren
le Can tique a l ’cueharistic, ct ce diant a été conuucnté (eommenlaire), Paris, 1905; E. Mangcnot, Jésus, Messie
par B revet (1890) ct [>ar lc P. Joüon (1909). Domeneeh cl F ils de Dieu d'aprés les Acles des apólres, Paris, 1908;
a place La prophétie de Daniel devant la scicnce ct la les Vies de saint Paul de V id a l(2 vol., 1863), de Vix
philosophie de l’histoire, Lyon, 1S75; 2 in-8°, 1896. (1879), de Rambaud (1897), de Fretté (1898), les coni-
Fabre d’ JSnvicu a expliqué ee prophéte, 3in-8°,Paris, mentaires de Guillemon (2 in-12,1874), de Mérit(18S8),
1888-1890, et Pilloud a pris eomme sujet de these : de Maunoury (4 in-8°, Paris, 1878-1882), de Péronne
Daniel el le rationalisme biblique, 1890. C. Holiart a (2 in-8°, Paris, 1882), de Rambaud (2 in-12, 1888), de
étudié les oraclcs des prophéte» contre les nations, Boileau (1895), du P. Leinonnyer (2 in-12, Paris, 1905),
De oneribus biblicis contra gentes, Lille, 1886. Clie- de M.Toussaint (2 in-12,Paris, 1910,1913); de Ginoul-
ininailt a expliqué Les propliéties d'Ézéehicl contre hiae, Épltres pastorales, Paris, 1866; la Somme r/<
Tyr, Paris, 1912, et Plessis cclles conlrc l'Égyple, Paris, saint P a u l de M. Riche, 1882; la Théologie de sainl
1912. Charles Jean a disserté sur Jérémie, sa politique, ¡ Paul, du P. Prat, 2 in-8«, Paris, 1908,1912; Saint Paul
sa théologie, Paris, 1913. J. Touzard, qui est l’auteur étudié au point de vue de la prédication, par Doublet,
il’nne Grammaire hébraique, l ’aris, 1905, a commenté 3 in-S°, 1874; Conversión de saint Paul, par Bourgiue.
Amos (1909). L e P. Lagrangc a dccrit La méthode Paris, 1902; les commentaires de Maunoury sur les
historique, surtout á propos de l ’ A. T ., Paris, 1904. Épitres catholiques (1888), celui du P. Calmes sur ces
L ’abbé de Broglie a étudié : Les propliéties messia- Építrcs et l’Apoealypse (1905). L ’Apoealypse a été
niques, 2 in-12, París, 190-i, et M. Touzard a traité : éludice par leP . Calmes devant la tradition et devant
Comment utiliser rargumenl prophéliquc, 1911. la crilique, 1905, et a été plus ou moins longuement
Les études sur le Nouveau Testanient sont plus expliquée par Séverin, par Cliauftard (2 in-12, 1S88).
ahondantes. L e P. Fontainc a étudié Le Nouveau par J.-B. Duprat (3 in-8®, 1899), qui avait déjá pu­
Tcstamcnt ct tes origines du christianisme, Paris, 1890. blié : Les harmonies entre le Cantique des eanliquc*
II a paru de nonibreuses Vics de Jésus: Foissct (1855); el l ’Apocalypsí, 1891, par Mémain et par le P. Gal-
Lecanu (L8G2), Louis Veuillot (18G4), Miehon (18G5), lois (1898). Citons encore le voyage Aux sept Églises
Pauvert (1867), Labatut (1883), Fouard (1881), Le Ca- de I’ Apoealypse de Mgr Le Camus, Paris, 1896.
inus(18¡83, 1901), Didon (1891),Fretté (1892), Pasquier : L e P. J.-B. de Glatigny a examiné Les commcnce-
(1907). L ’autorité de l'Évangile a été établie par mcnls du canon dans l'Aneien Testamenl, Rome.
H. Wallon, 3e édit., 1887. D ’autrcs études ont paru | 190G; le P. Jugie a écrit L'histoire du canon de l'A n ­
depuis sur ce sujet : Condal, L a provenanee des Évan­ den Testamcnt dans l'Église grec.que el l'Église russe,
giles, Paris, 1898; P. BaLilToí, S ix legons sur les Éuan- Paris, 1909. Le P. Schwalm a étudié La vie privée
tjilcs, Paris, 1897; Til. Calmes, Comment $e sont formes du peu pie jitif á l’cpoqite de Jésus-Christ, Paris, 191<'.
les Evangiles, París, 1900; Pasquier, Les temps évan- Le P. Lagrangc a fait une solide élude du Mcssia-
qúliqucs, 3 in-8°, Paris, 1904-1905; La solution du nisme ehez les /ui/s, I ’aris, 1909. Lc P. Vincent a pu­
probléme synopliquc, Paris, 1911; )i. Manyen o t, Les blié Ca/iaa/i d’aprcs l'cxplornlion récenle, París, 19^7.
Évangiles synoptiqucs, Paris, 1911; M. Lepin, L 'o ri- Le P. Jaussen a recueilli les Con turnes des Arabes
gine du quatriéme Évangile, Paris, 1907; La valciu au pays de Moab, Paris, 1903. Les Confércnces de
historique du quatriéme Évangile, 2 in-12, Paris, Sainl-Élienne de Jérusalcm onl été publiées, 2 in-l-,
1910; A. Nouvelle, L ’aulhenticité du quatriéme Évan- 1910, 1911.
709 FRANCE. PUHLICATION’S CATHOLIQUES SUR LES SCIENCES SACRÉES 710

Les apooryphcs de l'Aneien el du Nouveau Tes- M. Ñau a traduit du syriaque l x tb re d'Hiraelíde


tament, qui avaient élé traduits pour la plupart dans ¡ de Nesloríus, París, 1910, et le P. Jugie a étudié : Nes-
le Dictionnaire des apocnjphes de Migne, 2 in-4 °, lorius ct la controvrrse nestorienne, Paris, 1912.
Paris, 185G-1858, sont traduits cl eommcnlés dans A coté des éditions de textes se placcnt des traduc-
deux collcctions catholiques. Cello dos Documents tions dont nous nc parlerons pas. el des études sur les
pour Vétude de ta Bible comprcnd déjá : Le livre d'Hc- Pércs : Nourrisson, Les Peres de V Église latine, leur
noeh, par F. Martin, Paris, 1906; Hisloire et Sagesse vie, teurs érrils, teur temps, 2 in-12, Paris, 1858; J.a
d’Ahikar l'Assyrien, par F. Ñau, 1900; Ascensión philosophie de sainl Augustin, 2 in-8 0, Paris, 1865:
d'lsaie, par E. Tisscrant, 1009; Les Psnumes de Charpenlier, Tcrtullien et Apulée, 1830; Études
Saloman, par J. Yitcau, 1911. Les apocryphes (tu sur tes Péres de t'Église, 2 vol., I85ói; Cognat, Climenl
Xouveau Testamenl n ’onl encore que 2 vol. : J.e Proté- d’Alexandrie, sa doctrine ct sa potemique, Paris, 1859;
vangitc de Jaeqnes el ses remaniements latins, par Freppel, voir son article; Collombet, H isloire de S. Ju­
Ií. A m ín n , 1910; Les Acles de Paul et ses lettres apo- róme (vic, écrits et doctrine), 2 in- 8 °, 1816-1848;
eryphes, par L. Vouaux, 1913. Le Protévangile de Blampignon, De S. Cypriano, Paris, 1862; Bernard,
Jaeques, le pseudo-Matthicu, l’ Évangile de Thomas De S. Am brosii mediotanensis episcopi vita publica,
ct l ’Histoire de Joseph le Cluirpcntier ont été traduits 1861; Les voyages de saint Jéróme, 1861; E. Fialon,
par C. Michel et P. Pctcrs, Paris, 1911. L ’abbé Yariot 1 S. Athanase, París, 1877; Les Peres de V Église grecquc.
a fait une thése sur Les Évangiles apocnjphes, Paris, París, 1882; Benoit, Saint Grégoire de Nazianze, 1877;
1878, ct G. Brunct les avait traduils en 18<t0, M. Lepin 2 in-12, 1884; Bayle, ¿T. Basile, Avignon, 1878; Clau-
a donné une eourte étude comparativo entre les sier, S. Grégoire te Grand, édit. Odclin, Paris, 1886;
Évangiles canoniqucs et les Évangiles apoeryphes, Vidien, S. Dcnys VArcopagite, Paris, 1888; Y. Ermoni,
l ’ aris, 1907. Enfin, F. Xau a traduit du syriaque De Leontio Byzantino ct de eius doctrina theologica,
la Didascalie des douze apótres, 2° édit., Paris, 1912. Puris, 1895; A’ . Jean Chrysostome (ouvrage postlnimc),
5° Palrologíe. — Les recucils pratiques d’ouvrages Paris, 1911; Malnory, Saint Ccsaire, ét'éque d'Arles,
des saints Péres précédércnt Ies éditions critiques. Paris, 1894; H. Poircl, De iitrogne Conm onitorio L ir i-
Sur les collcctions de Caillau cl de Guillon, voir t. n, n e n s i (étude et édition), Nancy, 1805; L. Valentín,
col. 1305 1306. Migne entreprit, en 1841, un Patro­ Sainl Pros per d'Aquitaine, Paris, 1000; J. M arlin,
logía: cursus complelus, qui comprcnd deux séries : S. Augustin, Paris, 1901 (collcction des Grands phílo-
la sirle latine, en 217 in-8 °, lous les óorivains latins sophes). La collcction : La pensce chrrticnnc, com-
jusqu’á Innocent I I I (-J- 1216) avec 1 vol. de lables; prend : Saint Jitsfin et les apologisles du m si pete,
la série greeque n'a que 162 in-8 0 r l elle va jusqu’ au par J. Riviérc, 190S; Saint irénée, par A. Dnfourcq,
coneile de Florence. Dorothée Sebolarius en a dressé 1005; Tertutlien, par J. Tunnel, 10(13: Origéne,
la Kí.eí;, Atliénes, 1879, el il a v a il coinmcucé un . i>ar F. Prat, 1907; Saint Athanasc, par I\ Cavallera,
Tajj.s¡ov, 1883, qui n’a pas été continué. Cavallera j 1900; Saint Jéróme, par J. Tunnel, 1006; Saint Vin-
en a puhlié une Tablc genérale, París, 1913. Cct im- ; cent de Lérins, par I-\ Bruncliére et P. <le Labi iollc.
mense recueil reproduit les anciennes éditions, qui i I006;S«j;i/ Damascéne, par V. F.nnoni, 1904; Saint
sont aujourd’hui en grande partir depassées, mais il Bernard, par 12. Yaeandard, 1904. L. Laguier a exj)osé
conticnt une quanlité consídérable de documents avec j Lu méthode apologétique des Péres dans les trois premiers
des préfaces et des notes, qu’on Irouverait difUcile- : siécles, Paris, s. d. (1905). .1. Burcl a étudié : Denys
ment aillrurs. J. Planche, dans Y Esprit de S. Basite, i d’AIexandrie cl son temps, Paris, 1911. On a traduit cu
de S. Grégoire de Nazianze et de S. Grégoire de Nyssc, ' franfais la Patrologie d’ Alzog cl cellc de Uardenhewer.
París, 1860, donna un choix des plus beaux morecaux I 6 ® Hisloire ecclésiastique. — II ne peut étre ques­
<lc ces trois orateurs sacrés. J.-F. Kabanis prepara 1 tion ici que de riiistoire générale de l ’ Église ct de la
I’édítion de saint Pawlin de Nole, Bordcaux, 1811, papauté. Les historíeos de l’ Église calholique du
qui fut publiéc par F. Soubry,2 ¡11- 8 °, Bordcaux, I8.r>3. débu ldu xix*" siéele tendent i» réagir eontre l’esprilgal-
L ’abbé Cruice ¿dita les Phitosophnmena, Paris, 1800, lican des liislorirns Trancáis précédcnts et á délruire
qu’ il attribuait Origéne. J.-B. Pitra, reprenaitl la les préjugés séndaires de leur Église. Hecevcur é c r iv it:
succcsbion des bCnédictins de Saint-Mour, reeueillil /.‘hisloire de I' Église tlepuis soi i établissemenl i'usqii'au
des docmnenls inédits, dans Spieilegium Sotcsinense, pontifical de Grégoire X V I , 8 in-8 ®, Paris, 1810-1817;
1 iir- l°, Paris, 1852-1858; Analecta sacra, 8 in-4'’, 1876- Discours sur Vhisloire ceclésiasliquc, Paris, 1851.
1801; Analecta novissima, 2 in-l®, Frascati, 1885-1888. Kolirbachcr cst francheinent ullram onlaiii, el son
E. Auvray ct A.Tougard ont édité la Parva eatechesis de llis to irc universelle tic l'É g lis e calholique, 20 in-8 ®,
Théodore Sluditc, in-l®, Paris, 1891. Mgr BatilTol a l ’aris, 18I2-I8I0, bien que mal eomposée, fut lúe dans
édité des Trttclalus Origenis, Paris, 1900, <jui nc sont les grands séniinaires et a changó l’espril du clcrgé
pas d'Orígénc. A. Horoy voulut conlínucr la Patro- fninfais. Iillc a été rééditéeel Con! inuée par plusieurs au­
logie latine de Migue, mais il nc pul incltre au jour teurs, Cliantrel, Fúvic, riiiillauine,dom Chainnrd.Ulanc
que 2 vol., sous le litre : M ed ii revi bibliotheca patrí­ composa un Cours d'hisioire ecclésiastique d l'usagr
stica, Paris, I «70. Migue avait annoneé une Patrología des sémino i res, divíse par lefons, 2 ¡ 11-8 °, 1815-1851.
orientalis, qu'il nc put publier. Cctle ccuvrc a été Lc vicnmte ('.laude de Ycraneourt fil une Hisloire
reprise par Mgr Graflirr, dans sa ¡'alrologta syriaca, abrégée de 1'Église catholique depuis ta créatinn /'/«•
2 in -l", Paris, 1X91, 1007, conlciiant les rcuvres qu'á nos fours, 3 in-8 0. V e r s a i 11r s , 1807. I'. Artainl
d'Aphraatc, et dans sa Patrología orientalis (en enlla- de Montor dniiua une Ilistnire des sotivcrains pontife.s
boralrim avec M. Ñau), eomprenant déjá 8 in-8 * roni- rouwins, S in-8 °, 1<HI2 , á Ia([iielle s’ajwuleril Irs hi^-
plcts, Paris, 10H7-1ÍI13, r l drs partirs des voluntes loires <!e Pie V i l , 2 in-8 °, is:i7, de l.énn X l i , 2 rn-Xn.
su i v:i n Ls. L ’abbé Lliabot a constituí! coiicurreimnenl 1813, et de Pie V I II , 1813. Poujnulat écrivit, dr son
avee (iiiidi, lly vc riiíil et Carra de Vimx un Corpus crtté, llistoirc des papes depuis S. Pierre ¡usqit'd
scriptorutn christiannrum orientuliuin, divisé cu I sé- ta lnrmrtlion du pounoir terapnrel, 2 18ii2. Le sul-
nos : écrivains élliuipiens, «ojitos, syriaques ct aribes /ueien (¿osscliu avail inontré le Pouvoir du pape <iu
ivrr tradurlion latine : rlcs volumes <lc chaqué moyen áge, Paris, 1830. L'abbé Jager lit V llistoire de
sirrr ont d íjá paru. MM. Ilcnuner et Lejay éditcnt l'É glise catholique de ¡-ranee... depuis son origine
•me c'dU'ction do 7 rrtrx rl documents poitr l ’étude histo- , (u'iipi'tiu concorda! tlr Pie V U , 21 in-8'’, París, 18(»2-
rtqitf du clin *ttan i nos, ()ui cnnticnl díJA l.ri ln-12 1878; il a vail rrril ¡mparavaiit 17 ¡islnire de !' lüitisr
(texte, tradriitiou fianfaisr, introiluctloii i l Index). iti I ranee prndiinl la Itemlulion, 3 in-H0, l ’ aris, 1852;
711 FRANCE — FRANCFORT (C O N C IL E DE) 712

Hisloire de Photius, l ’aris, 1811. Dañas coinincni/a 5. Lc. canonistc conlemporain, ou la discipline
une H isloire Uc l’Église, qu’il mena jusqu'au xn * símele uctuclle de 1’Église. Bullctin mensuel de consultations
et (jui íut eontinuée par Bareille ct Févre, 41 in-8°. eanoniques et thcologiques et de documcnts émanant
Taris, 1861-1889; elle était destinée A remplacer eclle du Saint-Siége, fondé en 1877 par Mgr K. Grand elaude
de Rohrbaeher, mais, si elle est mieux cerite, elle a et publié seus la direction de Boudinlion, A Paris.
moins de valeur. Sans parler des ouvrages élémentaires 6. Revues de théologie pratique. — a) A m i du clergé,
de Cliantrel et des abbés Drioux, Tostel ct Chapiat, íondé a Langres par Denis et Tcrriot, dirigé par
voici de nouveaux manuels de séminaires : Rivaux, Rozier, parait chaqué seinaine. — b) Revue pralique
Cours (l’histoire ccclésiasliquc, 3 in-8», Lyon, 1851- d’apologétique, fondée en 1904, parait deux fois par
1854; l l e édit., 1895; Riehou, Hisloire de l’ Église, mois sous la direction de Baudrillart et de
3 in-8°, Taris, 1877-1878; 3e édit., 1887. E. Castan fit JIM. Guibert et LesOtre.
une Hisloire fie la papante, 4 in-80, Paris, 1873-187(5, 7. Revues de philosophie ehrelienne. — a) Annales
et J. Févre une Hisloire (ipotogétique de la papante de philosophie ehrétienne, fondées en 1829 par Bonnetty
depuis S. Pierre jusqu’á P ie I X , 7 in-80, Taris, 1878- et dirigées par Labertlionnivre, sont mensuelles et
1882 (peu solide). Sur les eahiers de Brugére, voir paraissent á Paris. ■— b) Revue de philosophie, date
t. ii, eol. 1144. Mgr Ducbesne, qui a étudié dans sa de 1900 ct a pour direeteur Pcillaubc, parait ¿i Taris
thése de doctorat, puis édité en 2 in-fol., lc Liber tous les deux mois.
pontijicalis, a eommeneé VHisloire ancienne de H . H u rtcr, Nom enclátor lilerarius, 3° édit., í> in -80, Ins-
l'Église, 3 in-8°, Taris, 190(5-1911. Les manuels les pruclí, 1903-1913; P . l'é re t, L a faculté <le théologie de París,
plus récents sont ccux de Marión, H isloire de l ’Église, ct ses docteurs les plus eélébres (M o yen age, É poquc m o ­
3 in-8°, Taris, 1905; 5e édit., 1913, et de F. Mourret, derno), 11 in-8°, Paris. 1891-1910; Ph. Torreillcs. Le m ou-
vement UiColvgique en France depuis ses origines jusqu’á nos
H isloire genérale de l ’ Église, 7 in-8°, déjá parus, Taris,
jours (/.y' au x x ‘ siécle), París, s. d. (1900); J. B cllam y, L a
1899-1913 (va jusqu’aprés la Révolution írantaise); théologie eatholique au .v;.v’ siécle, Paris, 1904; M gr Bau-
2 vol. restent A paraitre. On a traduit en francais les nard, U n siécle de r É g lis e de France, Paris. 1901; A . Bau­
manuels allemands de Kraus ct de Funk. L ’ abbé drillart, l.e renouvellemenl intcllectuel du clergé de France
H. de Genouillac a présenté comme thése ; Élude uu .r/.v" sícele. Les hommes, ¡es inslitulions, in-12, Paris,
d'ldstoire religieuse sur le christianisme en Asie M i- 1903.
ncure au commeneement du //• siécle. L 'É g lise au E. M angenot.
regard de saint Iguace d’Antioche, Taris, 1907. F R A N C F O R T (C O N C ILE DE). Ce concile tenu
7o /{cunes ecctésiasliques. — 1. Revues scienlifiques en 794 parles évéques de Germanie, des Gaules et de
<i tiltéraires qui s’occupent de théologie. — a) Éludcs, I’Aquitane, nous intéresse ici uniquement au sujet de
d ’abord Études religieuses, fondées en 1850 et rédigées l’adoptianismc. Comme 011 a exposé déjá l ’histoire de
par des Téres de la Compagnie de Jésus, viennent de cette erreur, voir A d o p t i a n i s m e a u v i i i * s i é c l e , 1.1,
célébrer leur cinquantenaire, voir n.du 5 janvier 1913, col. 402-403; É l i p a n d d e T o l é d e , t. iv , col. 2333-
p. 5-19, paraissent deux íois par mois, Paris, 1862 sq.— 2340; F é l i x d ’ U h g e l , t. v , col. 2131-2132, il ne
b) L ’ Universilé eatholique, antérieurement La Contra- reste plus qu’í» publier et ¿i eommeiiter le texte de
verse et le Conlemporciin, fondée par J.-B. Jaugey et rédi- VEpístola synodiea aux évéques et aux catholiques
gée par des professeurs des facultés catholiques de d ’Espagne.
I yon, mensuelle. — c) Iievue du clergé frarifáis, fon­ Rappelons seulement que Charlemagne réunit ee
dée en 1892, dirigée d ’ abord par Laeroix, puis par concile au commeneement de l ’ été, probablement au
Bricout, parait deux fois par mois, A Paris. ■— d) É lu - | mois de juin ou de juillet. Les chroniqueurs du temps
des jraneiscaines, fondées en 1897 par lc P. Eugéne nomment l ’asseniblée universalis. Elle íut tenue
d'O isy et dont la direction est maintenant á la maison apostólica auclorilate, dans la grande salle du palais.
Saint-Roeh, Couvin (Belgique). On ignore le nombre des Téres, que Baronius a évalué
2. Revues lliéologiques. — n) Revue Ihomisle, fondée au cliiflre de 300. On présenta une lettre d ’ ÉIipand
en 1890 par le P. Coconnier, dominieain, parait ;i que le roi fit lire á haute voix. Charles prononfa
Toulouse tous les deux mois. — b) Revue des sciences ensuite un long diseours. On accorda un délai de deux
philosophiques et Ihíologiques, fondée en 1907 et redi- jours pour que chacun püt exposer son avis et le
gée par les dominicains professeurs au seolasticat j remettre au roi. Les évéques d ’ Italie rédigérent le
du Saulchoir, A Kain (Belgique), trimestrielle. — | leur íi part et il a pour titre ; LibcUus sacrosyllabus.
c) Les queslions ecclésiastiques, fondees aussi en 1907, i Les autres évéques donnérent leur décision sous
sont publiées par des professeurs des facultés catho- forme de lettre aux Espagnols : Epístola synodiea
liques de Lille, revuc mensuelle, qui suceede á la i ad episcopos H ispa nix.
llcvue des sciences ecclésiastiques et á la Science catho- Les actes du coneile de Francfort contre I’adop-
lique, disparues. tianisme conlicnnent quatre traités. Le premier
3. Revue biblique inlcrnationatc, datant de 1892 renferme la lettre du pape Adrien, répondant á un
ct publiée par I’Éeole pratique d ’études bibliques libelle d’ Élipand. Le second est le Libellussacrosyllabus,
établie au couvent dominieain de Saint-Étienne de réponse des évéques d ’ Italie qui résume la doctrine
Jérusalem; trimestrielle, éditée í» Taris. eatholique sur le sujet de la controverse. I I a été
4. Revues hisloriques el palristiqucs. — a) Bullelin composé par Paulin d ’Aquiléc, il est publié parmi
de litlératurc ecclésiaslique, publié par l’ lnstitut ses ccuvres, P . L., t. x c ix , col. 2510 sq. Le troisiéme
eatholique de Toulouse, parait tous les mois, sauí est la lettre adressée aux évéques de la péninsule
aoút ct septembre, á Toulouse. — b) Recherchcs de ibérique. Le quatriéme donne le texte de la lettre
sciencc religieuse, fondées en 1910 par les rédaeleurs impériale, notifiant á Élipand sa eondamnation par
des Éludcs, paraissent tous les deux mois. •— c) Bulle­ le coneile. lis sont publiés dans toutes les collections
lin d.’ancienne litlératurc cl d’archéologie ehrelienne, des conciles. — I. Texte et traduetion. II. Commen-
fondé en 1911 et dirigé par P. de Labriolle, professeur taire doctrinal.
Tuniversité de Fribourg (Suisse), parait á Taris tous I. T e x t e e t t h a d u c t i o n . — Nous ne donnons
les deux mois. — d) Rcvuc d’hisloire de l’Égtisc de ici que les passages les plus earactéristiques de
France, fondée aussi en 1910, est dirigée par V. Car- YEpislola synodiea ad episcopos Hispanise. :
riére et A. V ogt et paraít á Taris, tous les deux mois. Invcnim us cnim in lib e lli N olis avons Irouvé, en
— c) Rcvuc de l ’Oricnt chrétien, dirigée maintenant veslri principio scriptum . e/Iel, inscrit en téte «le
par R. Graífin et F. Ñau, á Taris, trimestrielle. quod vos posuislis : Confi- vo tre exposé, cc que vous |
713 FRANCFORT ;C O N C IL E DE) 714

temur et eredimus Deum , y avez inscré : < X ous pro- v e r le a v a it son im p o rla n ce . I"n e llc t, d an s le laps de
Dci Filium, ante omnia fessons et nous eroyons tein ps qu e d u r a la d isp a ritio u d e ccs d ocu m en ts,
témpora, si«c inilio ex P a - que Je FiJs «lc Dieu est plusicurs th cologicn s so u tin re n t p u b liq u c m c n t q u ’on
tre genitum, cosetemum ct bien Dicu. engendré de
p o u v a it a p p e lc r lc C liris’ íils a d o p li f d e D ie u en tanl
cornil bslanlialem, non ado- toute élernité, avant tous
ptionc, ssd genere. Ilem les Ictups, sans eouiinen- qu'hom m e : a sse rlio n in co m p atib le a v ec le décret dn
post pauca, codem loco, ccment, coétcrncl, eonsub- concilc <1e F ra n c fo rt. N éa n m o in s on ne sauraiL les
legebatur : Confitcmur et stantiel, non par adoption, q u a liíie r d 'h é ré tiq u e s, car ils nc con naissaien l p as
eredimus eum factum m u- mais par nature. • Quelqucs les décisions con ciliaires, ces d o e u m e n ls a y a n t etc
liere, factum sub lege. non Iignes plus loin, on lisait soustraits leu r connaissance.
genere esse Filium D ei, sed aussi, dans lc méme pas- L c t e x le d u concile de F ra n c fo rt dénonce n o n
adoptione, non natura, sed sage : ■ N ous proíessons cl
sc u le m en l la réalité de l’a ltéra tio n de la doctrine
gratia. Ecce serpens ínter nous eroyons que lui-mcme,
pomífera paradisi latitans Ii- né d'une íemme, devenu p a r les ado p tian istes, m ais d é v c lo p p é les bases de
gnn.ut incautos quosque de- sujet de la loi, n’est pas re n seign em e n t tra d ilio n n e l s u r la d iv in itc de Jésus-
cipiat... le Fils de Dieu par géné- C hrist, com m c D ie u fait hom m e.
ralion, mais bien p ar adop­ II. C O M M E N T A IR E D O C T R IN A L . ---- I o fi.lal de la
tion, non p ar nature, question. — D ’aprés le te x te m ém e d u concile de
mais p ar la gráec. » Voilá F ra n c fo rt, les p ré la ts esp agn ols n ’liésitaicnt p as á
lc serpent glissé á l’ombre
aflirtner qu e J ésu s-C h rist, com m e D ie u , é tait con -
du pommicr du paradis :
les esprits inattenlirs y se- s u b s ta n lie l son P é re , nu lle m ent fils a d o p tif, inais
raient pris. p a r tic ip a n l á la n atu re d u P é re q u i l ’a v a it étcrncllc-
Quod ctiam ct iu sequen- ...Quant A vo s a d dilion s m e n l e n g en d ré , sine in ilio a P a tre g e n ilu m ..., con-
tibus adjunxistis, in pro- ullérieures, nous n’ en Irou - subslanlialem , non adoptionc sed genere. II s ’a g il d o n e
íessionc Xicíeni sy m b o li vons pas Iracc, dans la du C hrist con sid eré eomme homine. E n p a r la n t de
non invenim us dictu m , in profession du symbole. de
ce p o in l de v u c et p e rd a n t le con cept v é rila b lc de
Christo duas naturas e l N io éc : A sa vo ir que dans
l ’économ ie de la rc d c m p lio n , A r iu s a v a i n ié la d iv in ilé
tres substantias ct hom o lc Christ se tro u ven t deux
deifleus el Deus humana- natures e l Irois substances, d u S au v eu r. N c s lo riu s, sans en a rriv e r ñ u n e conclusión
tus. Quid esl natura homi- qu’ il est hom m e d éifló et aussi ra d ica le, im a g in a d an s J csu s-C lirisl un e d ou b lc
ais, nisi anim a ct corpus? D ieu liumanisc. D e quoi person n alité : I'un e d ivin e, l ’a u trc h u m ain e . F é lix
vel quid est ínter naturam se composc la nalure de d ’U r g e l et É lip a n d nc fo rm u le re n t p a s e e s a b erratio n s,
et subslantiam, ul tres l'h om m e, si ce n’ est de m ais ellos se tro u v a ie n l en germ e d an s leu r p ro p o ­
substantias ncccssc sit n i- l’ ám c et du corps? Qu’ cst-
sition, q u an d ils afTlrm aicnt q u e J ésus-C h rist, comme
his rlieere c l non m agis ec qu’ il y a done entre la
homme, é la i l le fils a d o p li l d e D ieu .
simplieitcr, sieut sancli nature et la substancc, pour
Patres dixerunt, confiteri nous ob liger á afTirmcr la lis ne n ia ic n l p as l'u m té de la p erson n e d u C hrist,
D >minum nostrum .Jcsuni préscncc de Irois substances m ais la c o n sid é raicn t á un d o u b lc p o in l d e vu e. Ils
(ihrislum D i'inn vrruni ct ct nous em péeher de dirc p ré lc n d a ic n t q u 'e llc é tait a b so lu m e n t divine, com m e
veruni hnminem in una sim plem ent a vec les Péres : h yp ostase d e la n atu re d iv in e, m ais adoptivo, com ine
persona'/ .Mansit vero por- nous proíessons que Jésus- h yp ostase de la n a lu r e lium ain c.
sona F ilii iu sánelo Trin i- Christ X o lrc-S eign cu r est 2 a D octrin e eatholique. — L c concile de F ra n c fo rt
late, oui persona; humana ^ a i D ieu et v ra i hom m e
n ’a fait que co n sta tc r cc q u ’était re n s e ig n e m e n l
aeecssit natura, lil esset ct en une personn e? L a per­
lina persona, Deus et homo, sonne du F ils persiste dans h a d itio n n c l d an s l’ É g lise e ath o liq u e , lo r s q u ’il a for­
non homo drlíicus o l Im- la T rin ité : aprés a v o ir pris m ulé lc prin cipe s u iv a n t : l ’u sagc ecclésiastique
marmtiis Deus, sed D us ]a nature hum aine, clic est re co n n a íl d an s le C hrist d e u x s u b s t a n c e s : la s u b s la n c e
homo ct homo Deus : pro- toujours l’ uniquc personne, d iv in e ct la su b sta n c e liu m a in c ... O r, si lc fils d e la
p trr iinitatoni persona? unus Dieu e t hom m e; non pas un Vierge est v ra im e n t D ie u , com m en t v o u le z-v o u s q u e
D ei Filius, pcrfrclu s Deus, hnminc déifié, e l un Dicu
ce D ie u soit ou a d o p t if ou serf?
pcrlcctus hom o— Cmisile- humanisé, m ais D icu hom m e
11 résu lle de c c tle d c c la r a lio n q u e J ósu s-C lirisl,
tudo r-eclesiiisliea solel in e l hom m e Dicu : en vertu de
t.lirislo duas sulistaotins l ’ unité de personne,l’ unique en tanl q u ’homme, doit c lrc considéré coinm c fils
nominare Di’ i v id elie rt ct Fils de Dieu est parfaite- n a tu re l ct non fils a d o p tií d e D icu . E n ellct :
liom ln is.,. m ent Dieu e t parfaitem ent Les textes si n o m b re u x de la sain te É c ritu re
h om m e... L a tra d ition cc- nous représen ten l lo u jo u rs le C h rist, sim plem en t
clíslastiquc désigne dons com m c F ils de D ic u , com m c é le rn e llc m e u l engen d ré
lc Clirist deu x substances, p a r son P ére. H ien n ’autorisc í\ su b stitu er i» ces
celle de D icu ct cclle dr
(lé d a ra tio n s , a flirm a n t c om m u u ica tio n form elle de
1’ liom m c.
Si ergo D rill vorus est, s il est done vrai Dieu, la n atu re d iv in e p a r lc l ’érc au Fils, le con cept a rb i-
«|u¡ de Virglnc 11a tus est, eelui qui est né de la Ira irc de la filialio n a d o p liv e .
«piomodo tune polest ado- Vierge, coinnieul pcut-11 Aussi, le pape Adricn cl lc concilc de Francfort
pt ivus OSM- vel servus? £lrc adoptií ou esclavo? prouvent la íiliation naturelle du Chrisl. cominc
Deum cnim nequáquam rjir cnOu vous n’oserez homme, par les textes suivants : Proprio ¡•¡lio suo
;»mktis confllrri servum Jamais afllrmcr que I>icu
non pe peral, sed pro nobis ómnibus tradidit tllum.
\rl udoptivuui : el si eum est eselovc ou atloplif.
prophcla serviun uotninus Kt si le prophélc l’a qua-
Kom., v m , .‘J2. Nons savons, ajoute lc. ponlife, qu’ il
v t . non tamen ex oondi- liflé esclavo, loin de r a p ­ n’a point élé livrc comme Dien. mais bien comme
tóme scrvitulis, jn| ex p rlrr aiusi ¡\ raison de s¡i vrai liommc : c'est celui mcinc qui s’é la il fait
liuinitil.ttis ol)<-dientl:i, quo cnnililinu originelle, II lie liommc que l'apotre appelle dmic le propre Fils d e
JmltiA e*t l ’ntrl * W i > t n l'a f.'ill qu’il raisou de sou Dieu.
nxqnr mt nuirlrm. Itrn/ln- r>l>(4ss;nirc extréme qni Va Un peu plus loin, on trouve encoré lc eommciitaire
K fi-1 »annwnrt. lln rhiritU n n, poussé -i se soumetlrc son
idenlique des paroles de Dieu nu baptéme ct A la
n. :M !-.»n . IV re, jiiMiu'A ln niorl.
Iraiisflfiiiration de. Jésus: Ilic c s t F ilia s mena dilectas.
l.es historien* font n niarqiici <|uc les aetcs «lu Mattli., ni, 17; x v n , 5 .« Snr qui doscendil l'lispril-
coii'ile dn Francfort onl cié pendant longtemps Sainl.sons forme de eolom bc,M irl)ien onsur riumnuc?
soipiraits a la connaissance. dn public par la perfidic ... C'est en tanl qn'lMiiiiinc que le Christ refiit le
d<s li^-rélicpien. Mais, vers la fin dn x v i« siécle, grfice Saint-Mspril lors de e c lle descente : e’est de cc lils
ailx reciierc.lies de Snrlus, rcligieux énidit de l'ordre. do rhoimuc, sur lequel dcsecndil lT ’ spril-NainL, ([iii
de Saint Bruno, I s furenl remis au jour. C clle décou- élail ^ la fois Fils de Dieu et de l’ hoimne, que le lVro
7 ir. I’ K A N C K Ü R T (C O N C IL E L )li) 710

d il p u b liq u e n ie n l : Voici mon M is, cclui en qu i j 'a i i t le concilc de F ran cfort, E t curtainem ent, tel p arait
m is toutes mes com plaisances. » étre le cas de F élix d ’U rg e l et d 'É lip a n d de Toléde.
A la su ile de ces déclaration s, rim m eiise m ajo ritc L a lccturc des acles du con cile,celle du Sacrosyttabus,
des théologiens s’est refusée ñ a p p liq u e r au Clirist. ne p erin e llen t p as de doute A ce sujet.
considéré com m e liom m e, le tilre de fils a dop lif, lui Le théologien V a s q u e z a to u lefo is essayé de con-
réservan t absolu m en t lc nom de fils naturct. tester ct lc poin t de vue a ttiib u ú ¿1 ces d eu x liéré-
A fin de m c llrc en pleine lum iére la portée de ces liqu cs, ct la c on dam n ation qu i leur fut infligée. Les
tém oign ages sc rip lu ra ire s et de n om bre d ’au trcs du su blilités q u 'il a p rod uites, ses assertions aven turóos,
m em e genre, fáciles i» citer, les maiLres de la doctrine ont été mises á n éa n l. E lle s n ’ont pas de consislance.
y o n l a jo u lé qu elqu es prceisions. En ajo u tan t a u x le x lc s conciliaircs les argum en ts
Les a dversaires p réten d aien t que ccs textes r e p ré ­ q u 'A lc u in fit v a lo ir contre la thésc h clé rod ox e , la
sentent sim plem ent e l d irectem ent lc V e rb e d iv in , question reste trancliée au poin t de vuc historique el
re vetu de la n atu re h u m ain e. O r, n u l des a d o p lia - doctrinal.
nistes n 'a con testé q u e , sous cct aspect, le Christ ne L e concile de F ran c fo rt s'a p p u ie encorc su r la
fut bien lc fitius naturatis, celui d o n l il est d i t : E g o j dilTérence de la filiation naturelle et de l’a d o p lio n ,
hodic genui te. p o u r rejeter la form ule des adoptianistes. L 'adoplion
Cc q u 'a flirm c n t ces derniers, c ’est q u ’en d ésig n a n l requiert que l ’ado p té so il ctran ger á l’a d o p la n t, de
d ire cle m cn t la n atu re h um aine et subsidiairem en t telle so rle que la personne a d o p lé e ne possóde, p a r
la person n e, le C hrisl peut ct doit élre a pp elé fils elle-m ém e, aucun d ro il ü l ’héritage de l ’a d o p tan l.
ad o p tif. L e s lextes de l'É c ritu r c , m is en a v a n t, ne C ’est la conséquence de la définition d on néc p a r les
visent p as ce cólc de la question. N éan m oin s, les jurisconsultes en cette m atiére : A d optio est gratuita
théologiens c alh oliqu cs d cm o n trcn l q u ’á aucun p o in l ct liberatis assumptio personal extráñese ad hsere-
de vu e le C hrist 11 c sa u ra it ad m e ttre la qualification ditateni.
de fils ado p tif. Dés lors, 011 n 'e st p a s autorisc á diré que rh u m a n ité
E n effet, la p roposition : lc Christ cst fils a d o p tif du Christ a été adop téc. C ar, c'cst non la n atu re, m ais
d u P é re ,e n tant q u 'h o in m e ,p c u l ctrc prisc en plusieurs bien la personne q u i cst lc su je t de l'ad o p tio n et qu i
sens. E lle peut sign ifier que lc C hrist était sim plem en t entre d an s les droits d ’h crilicr. 11 n 'c st p as p lu s licite
un hom m e. C 'cst lc blasp h é m e d ’A riu s, mille fois de d iré qu e la personne d u V e rb e so it adoptive.
re p ro u v é p a r l ’Église. Les adoptian istes ne v e u le n l p a s N o u s l'a v o n s p ro u v é, la personne ad o ra b le d u V e rb e ,
adm e ttre que c ’esl lí> une conséquence de leu r théorie. loin d ’ctre étrangére au P é re , est engendrcc p a r lui,
E lle p eu t sign ifier encorc que d eu x p erson n alilés s u b - de toute é le m ité . E lle adliére : a ) & la n atu re d ivin e,
sislc n l dans le Christ : l’un c, coiisubslanticlle a u x n on p a r l ’a m ou r ou la gráce, á l ’in star des créaturcs,
d eu x a u lres personnes d c l a T r i n i l é ; l ’au trc , personne m ais p a r une gén ération é lc rn cllc , ineíTablc; b) á la
h um aine, m o rale m en l unie A la d ivin ité. C e lte e rre u r, 1 n ature h u m ain e , p a r un e un ión tem p oraire, d ile
que p ro p a ge a N cstoriu s, d é tru il fónciérem eni l'éco- h y p o s ta liq u e , d é fin iliv e et spéciale.
noinic de rin e arn a tio n . L es adoptianistes protesten ! A u ssi, le concile infére de ce principe cette con­
eontre l ’assim ilation d e leu r doctrin e avec celle de clusión, q u i d ev a it singulicrem cnt dóconccrtcr les
N cstorius. N é a n m o in s, le p ap e A d rie n ccrit á F é lix et partisan s de l'ad op tian ism e : Si lc (ils de la V ierg e
ñ É lip a n d que la prop o sition cst un e liérésic renouvelcc M arie est D ic u , com inc vou s Icn cz bien á lc p roclam cr,
de N estorius. 11 cst c c rla in q u e , p risc objectivem ent , com m ent v ou le z-v o u s p ré ten d re q u 'il e s l aussi fils
ra ífirm a tio n des a do p tian istes d o it se résoudre d an s adop tif? C 'cst une con tradiction flagrante.
l ’une de ccs d e u x précédcntcs hérésies. C om in c n l Im possible d 'a v a n e c r q u ’on a pp elle le Christ
a d m e ttre, í» la fois, p o u r une personne unique, lc lilr e fils a d o p lif, parce q u ’on se place au poin t de vue
de fils n atu rel ct d e fils ad o p tif? Cette iiico m p a lib ililé de la nature h um aine. C ar, p a r d éfin ition, l ’adoption
form e la base d e la dém o n stratio n rationnelle opposée est ab solu m en t personnelle, com m e la filiation elle-
a u x n ovateu rs. m ém e q u i suppose la gén ération eom pléte. Y o ilá
E 11 fin, la p roposition q u e lc C hrist en tant q u 'h c m m e p o u rq u o i 011 n ’a pp elle p as la n atu re h um aine une
e sl fils a d o p tif de D icu , p e u l rc v ctir la signification filie, un fils; on reserve cc n om au tenne com plct de
su ivan te. A c c c p ta n l la d ivin ité d u V erbe in ca m é la génération, á l'h o m m e. P a r conséqucnt, d ’une
contre lc sy slém c d ’A riu s , l ’un ité de personne A l ’en- ! m aniére o b jc c liv c , in d cp c n d a m m en l des intentious
contrc de N c sto riu s, les ado p tianistes, en un lan gage j pcrsonncllcs, allirm er qu e, coinm c h om m e, le Christ
im précis, incom posüo calctmo, disait encorc lc pap e I cst fils a d o p lif, c ’est in trodu ire dans l'économ ie de
A d rie n , affirm a ie n l q u ’en ta n t q u ’h om m c, Jésus- l'in c a m a lio n la d u alité des personnes ou, d u moins,
Christ é la it fils adoptif. M ais, selon l ’ada g c des ancicns, une éq u iv o q u e in tolérable.
in generatibus, lalet dotas. C 'cst ici le cas. 3o Extensión du dccret co n cilia ire de F ran cfort. —
11 fau t, en c fic l, distin gu er a bsolum en t ccttc aflir- L es théologiens nc se sont p as con lcn tés d e puiser
m ation : lc C hrist, com m e liom m e , esl fils a d o p lif. d an s lc dccrct d u concilc de F ran c fo rt les argum ents
Si, p a r cuíte expression, on v e u t sign ifier sim plem en t nécessaires á la ré fu tation d ire cle d e l’e rre u r de Félix
qu e le V e r b e d ivin a adopté la n atu re de l ’hom m e, et d ’É lip a n d , ct su b sidiairem en t á la condam nation
in d cp e n d a n le de sa p erson n alité, il n ’y au rait en celte des vicillcs a b e rra lio n s d ’A riu s, d e N estorius c l de
form ule, prise obje ctivem e n t, q u ’unc im propriété de lcurs a dliérenls. lis ont exam in é si, d an s lc texte
la n g a g e ,u n e d éfectu ositc v e rb a le ,q u c l'c rre u r des a d o p ­ conciliaire, il n 'y a v a il pas une con dam n ation absoluc,
tianistes a fait é c a rlc r de la tcrm in ologic cath olique. 1 générale de cette affirm ation : le C hrist, commc liomme,
D an s ce cas, udopter a u ra it, en rcalité, la sign iliru lio n I p o u rrait étre a p p e lé fils ado p tif.
de pren d re lc corps c l l ’áine con stituan t la nature C ette question a éte poséc p a r des écoles diverses,
h u m ain e, sans im p liq u er l a personnatilé. L a form ule ;*» I'occasion de ccrtaincs théses d ’au leu rs catholiques,
consaeréc est qu e le V e rb e d ivin reste h y p o s la liq u e - concluant á la possibilité et l’o rlb o d o x ie de ce
m e n l uni h la n atu re h um aine. theorém e. au m oy en de certaines distinclions.
.Mais, si la prop o sition , te C hrist comme homme est A in s i selon G a b rie l B ie l, M a jo r e l A lm a in , 011 pourrait
fds adoptif de D ie u , signifie que lc ré d e m p le u r esl ap p e lcr le C h risl fils a d o p lif, cu égard seulem ent A
iei, paree q u ’il a pris une personne h u m ain e, les son liuinanité. C ertainem en t, disaicnt-ils, l’hum anité
a d o p lia n islc s lo n ib a icn t lo g iq u cm c n l dans les erreurs | d an s le S a u v e u r ne constitue pas la filiation ; mais 011
qu e ra p p e laien l en term es catégoriques lc p ap e A d rie n peut l'a p p e le r adoptée. D e leu r c it é , D u ra n d e l Scot
717 FRANCFORT (CONCILE DE) 718

v ou laicnt que lu Clirist, á raison de sa com posilion form ellem ent qu alifiés d ’en fa n ls a d o p lifs , parce que
d iv in o-h u in ain c, p ú l étre ainsi qualifié. ce sont d e sim ples créatures. appelées A l'liérila g c
II sem ble, au p re m ier a b o rd , que les défm itions du céleste, p a r puro lihéralitc de D ie u ; c) que le Christ
concilc de F ran c fo rt ne rejetten t pas ccs Iocutions. réd em p teur, c ’cst-A -dirc le V e rb e fait hom m e, est
A y a n t souci de m aintenir l’in té grilc d octrín ale com - sígn ale d an s les lettres d ivin es, com m e adoptanl les
proinise píir les téinérilés d es ado p tíanistes, les h om m es et non eonnne a d o p té : non est adoptivas
dccrets d u synod e 11 c paraissent pas viser les dis- fitius, sed adoplator... ca'tcrorum .
tinctions rlcs auteurs q u i croient g ara n tir la doctrine, T ou tes ces conclusions sont fáciles á in férer des p a ­
au m oyen de form ules rédnplicatives. N can in o in s, roles inspíreos, relativos au Y e rb e fa il h om m e : T u es
la grande m ajo rité des thcologicns se p ron on ce en F iliu s mens, M arc., 1 , 11; U n ige n ilu s F itiu s , qui est in
sens contraire. E lle établit que, n on obstan t la sau ve- sin u P a lris ipse enarravit, Joa., 1 , 18; S ie Deus
gard e de l'u n ité de personne et ccs précisions, ul homo, ' d ilexit m unduin ut
F iliu m suum u n i gen i tum daret.
quatenus in humanitate, lc sentim ent qu i affinne que iii, 16; M is i l Deus F iliu m suum in m u n dum ; qui
lc Clirisl est fils adoplif pnrait ré p ro u vé p a r le concile eredit in eum non ju d icu tu r : q u i autem non credit
de F ran cfort. jan 1 judieatus est : quia non credit in nom ine u n i geni ti
1. Le concile con dam n e absolum en t, san s aucune F i l i i D ei. I Joa., m , 18, etc. E n c o rc une fois, ces
réserve, la form ule de l'a d o p lio n . S i verus Deus textes nc don nen t pns prise á I’in lcrp ré ta tio n des
(C hristus) ct verus F iliu s .., nequaquam adoptivus; a u teu rs q u i veu len t á to u l p rix a ttrib u c r an Christ
quia adoptivus... non veré natura est F itiu s . Lc concilc lc titre de fils ado p tif.
s’tippuie su r l’in c o m p a lib ililé d es d e u x term es — 3. R ien d ’é ton n an l, p ar su ite, qu e dos thcologicns,
a d o p tif ct n atu rel — dans un iném e sujet. Si vous se fon dn n t su r l’a u torité du concile de F ran c fo rt,
adm etlez, dit-il, que le Christ est fils con substan tiel •aient qu alifié h éré liq u c la p rop osition : « L e C hrist,
du P ére, jam ais, d ’aucunc Tapón, nequaquam, 011 ne com m c h om m e, est fils a d o p li f . » D ’autrcs, saus en
p eu t lc qu alifie r de fils a d o p tif. II y a c o n lrad ic tio n a rriv e r A c e lle rigueur, la c on sid ércn l com nic fausse,
d an s les termes. On doit don e d ed u ire logiqu em en l im p ro b a b le , lém éraírc.
de cc principe que d an s aucun sens le q u a lific a lif O n v o it égalem ent l’iin p ossibililé de concilier avec
de fils a d o p tif ne peul étre a p p liq u é á Jcsus-Clirist. ccs d éc laralio n s a u th e n liq u e s l'opin ion de D u ra n d cl
L c m ém e docum ent conciliaire s'cxp rrm c encorc de ses adeptes. lis n d m c lta ie n l sans liésitalion que
ainsi, en term es trés décisifs : A doptivus siquidem le C hrist, com m e V e rb e in carn é, com m c h om m e.
non habet aliatu sig n i fieationem , n is i ut Jesús Christus ( é tait Fils n atn rol, con su b stan tiel d e D ieu . Ils ne
non sil pro prius F iliu s D ei. O r, m algré la d éclaration v o u la ic n t p o u r le C h risl le titre de fils a d o p tif q u ’á
du concile, si la q u alité d 'a d op tif p o u v a it clre a ttribu éc raison de la grácc s a n c lifia n te p rod igu ée A son h u m a -
légitiincm cnt au Christ, il ré su lle ra it: a ) qu e cc titre, nité, dcveilue ainsi, com m e les unges ct les hom m es.
qui d ’a prés ces Péres eiilévornit ¡i Jésus la propriété o b je t de l'a d o p lio n d iv in e. Ils p e rd a ie n l de vuc que
de la filialion n atu relle, a u ra it une autre signification l’a d o p tio n filiale p a r la grácc e sl I’clTct secondaire
o rth o d oxc ; b) que le concilc, en a fllrm a n t le contraire, de la gráce h ab itu elle , cffet q u i ne saurait se produire
se serait étrangem en t trom pé. C om m ent so u ten ir, d an s lc su jet d é já n n n li de Ja filialion n atu relle.
p ar conséquent, la form ule : <■ lc Christ, coinm c L ’effcl prem ier et in.sfparabtc de la grácc sancti fiante
liom m c, est fils a d o p tif de D ic u > sans h e u rte r v io - est de rend re de plus en plus agrcsddc íi D ie u l’áme
leinmont la doctrino énoncéc p a r l’assem bléc de q u i en bénéficic.
F rancfort? D ’a prés les m eines p rin cipes, il esl diílicilc de
L a rc m arqu a blc d éclaration su iv an tc d u concilc p o rter u n ju g e m e n t d iffé rc n l su r d e u x a u tre s théories
achéve de jeter une lum iére com p léle su r la portée c n fan lée s p a r rin ia g in a lio n d ’a u le u rs en (p ió le de
de cc décret ct les conscquciiccs q u ’on e s l cu d roit s u b lilités doctrinales. E n op p o silio n contre l’cnsei-
rl’en tirer contre cette form ule, au m oins sn sp cclc : g n e m en l des a d o p tía n iste s, ils o n l revé p o u r lc V e rb e
Unitas personx quic est in D e i F ili o el filio v irg in is , in carn é deux t i tres d e filialion naturelle.
udoptionis to llil itiju ria m . P a r conséquent la qu alité D ’ap rés les tc n a n ls d ’un p re m ie r systém e, non
<lc personne un ique, Ic rin inan t la n atu re d ivin e c l la seulcm en l le C hrist, u l homo, e sl fils n atu rel A raison
n ature hum aine du Christ, d o it in lc rd irc to u le idéc d e la person n alité d iv in e, m ais cncore A raison de la
d'iulop lion . V ouloir c m p lo y c r ccttc expression serait gracc sa n clifia n te d ’ordre ém inont que l'un ion h v p o -
fairc ou trage A la personne sacrée d u S au veu r. O n s la liq iic oonférc A son h u m an ité , a v ec le d ro il A
coinprend bien désorm ais la déclaration radíenle ct 1’h é rila g c célcslc. II esl im possiblc de faire c ad re r
sévére du pape A d rion á cc su jc l : M a teria autem ' c c tle déditetion ó lra n g c a v ec l ’cnseigncm ent general
eausalis p e rfid ix inter (tetera rejieienda de adoplione e ath oliq u e c l en p a rtie u lie r a v ec la d éc laralio n con -
Jrsii C hristi F i l i i D e i sceundum earnem... 11 est im - cíliaire : propter uuitalem persona' tmus D ei F itiu s .
possible de ne pas conclure que to u le form ule de cc perfeetus D eus . perfectas homo. Consuetuda eertesiastiea
líenre est réprouvéc d'a|>rés les principes d óvcloppés solet ii 1 Christo duas substantias nom inare. D ei iddeliccl
p a rle ron rile. ct hom inis. Su a re z d il q u ’il s’agil 1A d ’nnc filialion
2. l/t'S raisons serip lu ra ire s.p ro d u itc s p a r la méme a n a lo g iq u c , im p ro p r c .s u b tile .q u i nc d o il p as fran chir
assenibléc, ne p cu v en l que eoinplcter ccttc d ém o n s- rc n c c in te des discussions des écoles. 11 en va nutre-
Irntion. lin e ita n l ccs m em orables paroles de l ’É v a n - m on t de rin c x p lic n h le re v e n e dn P. 1 lard ó n in el de
«Me dr saint Jean : Vi di mus gloriam ejus quasi H e rrn ye r, son disciple. Lc m aitre, <l:rns son Cammen-
Vnigeniti a Patre , les Péres d u concile a jo u le n t : ta riu m in X o ru m Trstam entum . ct lc disciple, dans
(/est done le conlraire ile l'adoplion, puisque le V llis to ire du peuptr de. D ieu , in -i2 , 17.VJ. t. v m ,
t ils unit¿uc engendré du Pére s’cst manifesté A nos |i. -IM, ont im aginé le sy slém e su iv an t. A p rés a v o ir
regañís ! I.c Christ a done pris el non adopté l:i rliair adm is tout. ce q u ’enseignc l't'lglise snr la liliation
humante. ■ divine de Jésns-Ctn ¡st, ils ont a jo n té ce qn i suit A la
I>ans tous les lé m o ig n a g o s des L iv r e s sa in ts, q u i d octrine eom m unc. C om m e llm n ia n ilé dn Clirtst
p .ir lc til dn V erb e fuit. eh :iir, soit le p a p e A d r lc n , s o il a é lé nnie liyp o staliqu em en t ¡i la personne dn V e rb e .
les p ir e s du rn n e ile fo n l b ien r c s s o r lir : n ) qnr. la il fallí ronchirc (pie. selon le conccpl v é riln b le de
p r o p r ié té de la filia l ion e o n s u b s ta n tie llc est a llr ib n é e la génération, .léslis-íihrrsl esl le fils de Dien subsistan)
A riio m n ic --D ic u ; (p ie Jainais le t ilr e d 'a d o p t é ne 1 en trois personnes. r ‘cst-A-<li]r lils de la trés sain le
Ini 1 si a p p liq n é , la n d i* qu e les unges e l les lio in m c s s o n l T rin ité. ( >n lie saurait com p ren d re les livres dti
719 l' n A NC F O R T (C O N C ILE DE) — FRANCK

Nouveau Tcslainenl, prétendenl-ils, si ] ’incurríation latís obedientiu, qua faetus cst obediens usque ad
n’cst pus clablic sur la base fournic par cctte expli- | morlcm.
catión. S. Tilom as. llieul., J11 . q. \.\in, a. í ; Suarez,
Non seulemelit la doctrino tlu concilc de Francfort ! dis/i. X L 1 X , sc. l . u -iv. Opera, l ’ aris, 1KC.0, t. x v m , p.4S3 ;
ne peut se conciliar avec cctte aíliimotion, mais pnr Salmanticenses, Ir. X X I , De (itearnultont. disp. X X X I I I .
ailleurs, cctte doublc filiation a été fornicllcmcnt Paeis, IN S ), l. x v i, p. 10<¡; Legran»!, Truetalus de im a m a -
réprouvée par l ’Église. Elle fut rejetée par la faculté tiinir, e. jv , v, (''(lit. Miiuio, t. IX, p. 7'.*2; Rilluart, D e iticar-
de théologie de Paris, commc nouveaute contraire nutiunc, diss. X X I . ¡i. 2, 1‘ariá, I. v : 1‘ ctau. Thcnlogica day-
mala, 1. V I I , IJar-le-Dac. 18GÍ), t. vr, )i. 3 1 «; L. Turrinnus.
á la doctrine traditionnelle des Péres et des conciles,
D r srnsn v o m ilii Pruneofiirdicnsis. dans Opuscala Ihcolo-
opposée á l'cnscigncmcnt des docteurs catholiques, gica, 1(.25, p. 503- (¡j.'í; J. Schwane, H islo ire des dogmes,
dont elle voulait se prévaloir á íaux, cl aux symboles irad. D ^ e r t , lJuris. 1‘JOII. t. iv . p. 37á-377; líe te le , H istoire
en honneur parmi le peuple ehrétien. Lc pape Clé- des eonciles, trad. L c c k rc q . I'aris. 1010,1. n i, p. lÓ lá-1056;
ment X I I I disait, daus la condamnation dont il Franzclin. Traclatas <le Verb >iacaraato, th. x x x v m , 3* édit..
frappa les deux écrivains, qu’ils parlaient plutót , R im e . 1881, p. 349-374. V oir A u o p tia x ie h e , t. i, col. -10S-
pour égarer que pour éclairer l ’esprit public : in populi | 113.
seduclionem, polius quam instruetionem... ab ulroque, B. D o l h a g a r a y .
sacrarum litterarum expositionis obtentu, paramar FR ANCHtN I J e a n de Modéne, desmineurs conven-
incautis offendieula el verifati ealhoiiecv aut prsejudi- tuels, publia, étant procureur général de son ordre, un
cium inferfur, aul aufertur prxsidium quo polissimum Slalus religionis franciscana minorum conventual i um,
roboralur. in-4°, Home, 1682, ct une apologie De anliquiorilate
4o Scrvitudc du Christ. — Comme on le voit par franciscana conventual! bus adjudícala, in-4°, Ronci-
le texte du concilc de Francfort que nous avons cité, I lione, 1682. Rentré dans sa province monastique,
ce n’est pas seulement la question du titre de Fils I le P. Franchini continua ses travaux historiques et
consubstanliel du lJérc, que l ’asscmbléc cut ü définir publia la Bibliosofta c memorie lelleraric di scrittori
contre les tendances hérétiques de certaines propo­ franecscani eonventuali ch’hanno serillo dopo l’anno
sitions. Le probléme de la servitude du Christ y íut 1585, in-4®, Modéne, 1693. II consacre quelques
expliqué. Les deux enseignements sont connexes en lignes A ses publications, annon^ant qu'il tient en
cux-memcs aussi bien que dans le décret conciliaire. , réserve beaucoup d’autrcs travaux sur l'histoire de
S i ergo Deus ucrus cst, qui de Virginc natus cst, quomodo sa fam ille rcligieuse, sans promettre toutefois de les
lunc potest adoptiuus esse vel servus? Dans la lcllre publier, car, disait-il, il approchait de la soixantaine
écrite au nom du concile aux évéques espagnols, on et ne pouvait se promettre une longue carriére. II
lisait cgalcinent, i propos des novateurs : lnlclligile mourut, d il un auteur, en 1695. Sbaralea, qui lc cite
\n hac pro/essione vestra duplices diaboliem fraudis dans son Supplementum aux Seriptores de \Yadding.
latuisse dolos..., dum cl Dominum nostrum Jcsum ne lui a cependant consacré aucune notice.
Christum qnem Deum colimas ct adoramus, seroum Sigismond de Venise, litografía seráfica, Venise, 18l<>;
prxdicalis el adoptivum. II s'agissait done de déter- Hurler, Xomenclator, Inspruck, 1910. i. ív. col. 574.
miner le sens dans lequel on pouvait qualiíier lc P. É d OUa r d d’Alenfon.
Christ, serf de Dieu, serviteur soumis aux ordres de F R A N C H lS L o r e lo , prélat italien, né dans les
son Pére. Abruzzcs, mort á Naples le 25 novembre 1638. Aprés
Les auteurs dislinguent une triple servitude, nalu- avoir été vicairc général du légat d’ Avignon, il fut
rclle, légale et morale. La premiére se trouve dans la en 163G evoque de Capri, d ’oíl, deux ans plus tard,
personne qui par droit de naissance cst sous la dépen- il fut transiere á Minori. On a de lui un traité De
dance de ses auteurs. Ainsi, le fils doit étre soumis controversias inler episcopos et regulares, in-4®,
son pére comme toute créature í> son créateur : Avignon, 1632, ouvrage qui íut de nouveau édité
lout cela constitue l ’ordre naturel. La servitude avec des notes et observations par Zacc. Pasqualigo,
légale a sa souree dans les conventions humaines; de | in-íol., Rom e, 1656. Lorcto de Francliis est cgalcment
ce fait, se trouvcnt sous la juridiction d’autrui les l ’auleur d’un ouvrage De sacrificio novellas legis,
prisonniers de guerre, ccux qui sont exposes sur les ' 2 in-fol., Rom e, 1GG2.
marchés d ’esclave : a quo quis supcralus est, hujus ¡ U ghelli, Italia sacra, in-fol., Venise, 1721. t. v u , col
el servus est. I I Pet., 11, 19. La servitude morale 2GS, 317; 1 lu rter, A’ oniene/<i/or, t. m , col. 877-87S.
vient du péché : qui fácil peccalum, servus est peceali. i B. H e u r te b iz e .
Joa., v i i i , 34. I FR A N C ISC AIN S . V oir F r é r e s siiNEvns. col. S09.
II ne’ saurait étre question, & propos du Christ, de j
servitude légale ou morale : sa dignité et sa sainteté ¡ 1. F R A N C K G a sp ard , né á Ortraiid (-Misnie) le 2 no­
répugnent essenticllement á cct ordre d’idées. La ¡ vembre 1543, íut éleve par son pére, instituteur lutlié-
seule dependancc dont il puisse s'agir, a propos de ! ricn, dans l’étude des ouvrages de Lutlier, de Alelan-
Jésus-Christ, est la dépendance naturelle qui n’exchit : chthon et de Major, qu’il cuseigna ct précha á son
pas le fils des honneurs et de l ’héritage du pére. ■ tour, au point d’cn savoir une parlic de mémoirc. Le
Les auteurs interprétcnl les textes scripluraires comte Ladislas de Haag (Hautc-Baviére, íi l ’ouest
qui représentent Jésus-Christ comme soumis á son de Munich), qui avait banni le catholicisme de ses
Pére dans ce sens que, quoique i’ humanité du Sau­ terres, appcla le jeune Franck pour aider sa propa­
veur ait été exaltée et gloriíiée par Tuiiion hypo- j gando; mais la mort du cointc fit retoum er ces terres
statique, elle reste néanmoins á ¡'absoluc discrétion á la maison de Bavicre, dont la fidélité assurait dans
de Dieu, complétement soumisc á sa volonté. Ecce ces régions le triomphc du catholicisme. Dans ce
servus meus, suseipiam cum. Is., x l i i , 1. Paler major dessein, lc duc Albert em ployait alors le convertí
me est. Joa., x iv , 28. Aseendo ad Patrcm meum cl Martin Eisengrein. Les relations avec ce dernicr et
Palrem vestrum, Deum meum el Deum vestrum. Joa., la lecture des Peres firent tom ber les préjugés de
x x , 17. Aussi, le concile de Francfort proteste contre Gaspard Franck. II se retira i Ingolstadt en 1566,
toute autre signification, précisant la portée de ces passa dix-huit inois íi étudier aupres d’Eisengrein,
termes scripturaires, dans la déclaration suivante : et abjura le 25 janvier 15GS. Aprés une solennelle
Deum enim nequaquam audetis confiten seroum vel I profession de foi, il fut confirmé ct, inontant en
adoptivum : et si eum prophcla servum nominasset, I chaire, expliqua les m otifs de sa conversión. On a
non lamen ex condilione scroitutis, sed ex hum ili- i conservé une édition latine e l une traduetion alie-
721 FRANCK — FRANC-MACONNERIE 722

mande (1560) de ce discours : Dilucida expositio logica de fine ac merilo inearnalionis Vcrbi d ioini,
juslissimarum causarum, qnibus M . Caspar us Francas | Ingolstadt, 1677; 2o Disputado theologiea I I de vera
gravissime commotus, a nova hithcranonim sccla ad ¡ in Chrislum fide ac dignitale merilorum itlius, ibid.,
aanclam calholicam et romanara Ecclesiam se con- 1678.
ocrlcril, ctc., Ingolstadt, 15CS. II y oppose los marques Som m ervogel, Uibliothéque de tu C 1'-' efe Je sus, l, m , eol.
<lc la véritable Eglise aux divisions ct aux variations | 920; H u r le !, X om cnclalor, 1910, t. iv , col. ,T.)S.
des prclcstants, c. ri-vi, Se rcclamcr de l ’Écriturc est j P. B e r n a rd .
de tradition chcz les héréliques: inais les Péres ont F R A N C -M A Q O N N E R IE . — I. Caractére. II. Doc-
iulcrprété dans un sens eatholique les textes» par 1 trines. I I I . Condamnations porlécs par l ’ Église. IV .
exemple, I Tim., ni, 2; iv, dont les lulliériens font | Obligation de s’en éloigncr.
«rand ¿tal. « Qni roeonnaitra Luther pour un envoyé I. C a r a c té r e . — I o But réel et secret, bul apparetü
de Dicu, quand ce méme Luther aux saints Peres I et avoué. — Dans sa memórale encyclique Humanum
préfére Mélanchlhon? » c. vm . Franck redresse | gemís, du 20 avril 1884, Léon X I I I a nettement carac-
ensuite quelques textes palristiques faussés par les | térisé la Frane-Mafonncrie. Depuis que la malie.c du
protestants, c. íx ; il sígnale des passages infideles ! déinon a divisé lo monde en deux camps, dit-il en
dans la traduction ollemande de la Bible par Luther, résuiné, la vérité possédo ses défenseurs, mais aussi
c. x , et juslifie dans une longue dissertation les ses adversaires implacables. Ce sont les deux cités
usages (Je la lilurgie et de la discipline ecclésiastique, opposées : relie* do Dieu, roprésentée par l’Église de
c. xiv. Franck rétractc ensuite ce qu’ il avait dit Jcsus-Christ, avee sa doctrine du salut éternel; celle
autrefois de la conformité de la doctrine de saint de Satan avec sa révoltc continuelle contre renseigne­
Augustin avee eclle de Luther, c, xv, et, au contrairc, ment révélé. La lutte est pcrpétuellc entre ces deux
niontrc dans la succession des hcretiques la lignée , armées; avee des alternatives de succés ct de revers,
authentique des protestants, c. xvn . Une dispense ! d'accalmie ot de reprises acharnécs. Dans ccs derniers
de saint Pie V permit d’ordonner I'ranck la incme temps, c’cst-ñ-dire depuis la fin du x v i i e siOcle, d’ofi
année. II retourna dans le cointé de Ila a g , oú sa vie datcnl les débuls hisloriques de la Franc-Mafonne-
anléricure, rcellemcnt ódi fiante, lui avail concllié rie, les seetes mafonniqiics ont organisé une guerre
grande aulorilé. II fut appelé íi Munich comme d ’cxtcrmination eontre Dieu ct son Église, groupant
prédicatcur, eut la joie (lc ramener bien des ámes ;’i , en faisceau lous les éléments impies des diversos socié-
l’Églisc, entre autres, ses deux fréres. En 1572, il tés. Dcjíi, les souverains pontifes avraient précédem-
devrril cure de Saint-Mauricc ¿ Ingolstadt. II se m entdénoncé A la chrétienté les audaces criminclles de
rendil á Romo au jubilé de 1375 et Grégoire X I I I la scelc. Léon X I I I prit á tüche de démnsquer cncore
le créa protonotaire; dans le mcinc voyage, il prit & plus vigoureusement les trames sccrétes, les attentats
Sienno le titre de docteur en théologie; il fut aussi audacioux, les projcls sacriléges de ccttc assoeiation
professeur d cxógése ct rector magnificas ít Ingolstadt clandestino.
en 1578 ct 1570; il mourut le 12 mars 1584. La fa­ Lo génic malfaisant qui inspire les groupemenls
culté de théologie fit graver son éloge ; lam constans tnnfonniques est désormais mis au grand jour. La
Ecctcsiw fideique romanee propugnator, quam accr anle secte s’cst d ’abord présentée au public sous les appa-
lu it Lulhcri seclalor... Sa tombe portait cettc simple renccs d ’ une soeiélé philanlhropiquc c l philosophique.
épilaplio r Vertías vineil. Mais dans Timpudcncc d’ un Iriomplie oblcnu par la
11 avait coinposé plusieurs ouvrages do polém ique: coniplicité des pouvoirs pnblics, olio a jeté le masque.
Kurtzer und beslandigcr ücricht oom pur lauUrcn Elle se glorifie de toutes les révohitions qu'ellc a pro-
H'or/ Galles und Lieht des ti. Evangelii, Ingolstadt, Yoqnécs dans l’univers entier. Comme pour braver
1570, 1571; Von dem ordenllichen Iieruff der Priestcr ropinion honnéto., l’unc (le ses deux branclics princi­
und Predigcr, Ingolstadt, 1371, ouvrage qu’il dut pales en France, le Graiul-Orienl, s'esl conslituéc cu
dífendru deux fois, 1573, 1375; De externo visibiti société déclarée c l légalcinent reconnue, sous los
cl hierarcltico Eeclesiw eatholic.T saeerdotio, Cologne, titres suivanls : « 3 janvier 1013. Grand-Oricnt de
1575;De divinis.aposlolicisclccclesiaslieisIradilionibtis, France. Assoeiation ayant pour objet la recherclic
ibid., 1581; Itcttung und Erl<lárung des trident. Concils, de la véritc, l ’étude de la inórale, la pratiquo de la
ibid., 1582; Catatogus hxreticorum, ibid., 157G. solidarité, qui travaillo ík l'amélioration ínatériclle et
Cf. W enior, Gcschictite der polemische IAtcratnr, t. tv, inórale, au pcrfectioniieiucnt intollectuel ct social de
passim, cl Haess, t. u, p. 19. 1’humanité. Siége s(n ial, m e Cadol, lü, Paris. »
l'n opposition h eos déclaralions bypocritos, tous
H u rler, Vomenc/ulor, 3" ítlit., 1907, I. m , col. 190-202; les doenments qni é rla im it la marche ténébreusc des
SI r.hcr, <l;ms I i irriten leí ikon, I. ii. p. lf>X3-lf>85; Medercr, log« s, les aven.\ fréquents des «oniplicos, les artes (lc
.Imiu/os In golsta dl, 17H2, t, i. p. 312;
réprohation éinanés du Siége apostolique dcniontrcnt
l. ii, p. íi|-ír>; Il:ies», IU o Convtrlilfn scíl <fcr Ite/nriixilion.
r. i i , p. 1.VS3; Yerilú'rc, S. Ilialoire de funwerstlé A révidence que les secles matonni(|iies sont les adver­
<r¡ilgohl'tilt. P ;iri« 1SS7, t. i, p. 512-SI5 ; Kn(?er<1, saires irrédirclibles de loule autorité divine et Ini-
Atfulcm. In f/oM m l.. I. v m . p. II.'» sq .; N . I ’.m lin, Ilislorisclt- ínainc, civile ou religieuse. Contre les condamnations
l>r>hUich. IllilUcr, t. r.x x iv flX'V.», p. jló-r»r,7, (*17-027. qui les atleignaií-nt, les sociélís secréles ont pour lac-
J. D u t i u .e u u tiqne d ’opposer roulrnge « t la ealomnie. A les entcn-
•J. F R A N C K ia «c p s , lhéol<ijj¡en dogmatique, né (lrc, ceux <]ui les dénonernt sonl li-s ennemis dn progrés
Martfirilli, cu Tyrol, v e rs 1C3S, admis dans la Coni- de la 1 ivilisalion, d'avcugles inslm menls de l’ipno-
pítKuic de Jésus en 1051. Professeur fort renominé ranee rt (le la tvrannie, ne Te vanl que l’asscrvisse-
«lc- philosophie, puis de lliénlogie h rninvcrsité d’ In- tnrnl des conseience.s. Ces « lanieurs ont jeté la perlnr-
ColMiult, ¡I rrinplit avec beaucoup de distinction ct bation dans 1'espriL des pimples. Les délenteurs de
d< ftrinelé la rluirRe de ««infessenr e l de prédicaleur l ’autorilé publique, qni auraient dti se prénnmir ron-
a la C..nr ile lYlecleur de l5;iviere. Ln 1083, il ditt tro «*es s«»ciélés, íl la suile des avrrlissrnioiits solen-
ai<onip;it([ii r Ies troupes bavarolses envoyées au nels (le l’autorité «-cclésiaslirpie, semblenl désar-
m ron s de Temperciir l.éopold dans la gurrre eonlre niés par tailt il‘and are. L ’ inlluence ríe l’ ÉKlisc a élé
les Tures, eL moitnil ;i Prcsbourií, le 0 oelobro 1GK,‘¡. furieiisrnieiit ballur en brérlie par les menees de la
I.e I ’ . I ranrk, en deliors «le ses ouvrages «le spiritua- Mafonnrrir. Lesdynaslirs régnantes onl élé retiversées
í <é « t de philosophie, a publié deux trailés dogma- en Frailee, cil Ivsp.ih'ne, en Portugal, en Itaüo. Sons
lt«|H<s rpii font encorc nuloriló : I o Dis¡mtrttio theo- Par tion eiivahissantr <l«-s soeiélés secrétes qni se rami-
FU A X C - M A C.O N N E 1>I E 724

fiaiciit dans toutes lrs dircclimis, d ’ incessantes ct L a haine de Jésus-Christ régne dans la Magonncrie.
elTroyables révolutions ont bouleversé la face de Le blasphéme ct 1’ impreca tion sont réservés spéciale -
l’ Europe, anéanti des institutions séculaircs. ment & son saint nom. L ’apostasie est de rigueur, lors
2o C’cst une assoeiation inlcmalionale et secrete. — de la réception dans les grades élevés. A u x yeux des
L a Franc-Magonnerie tend u embrasser le monde initiés, Ic Juif Jésus de Xazarcth a été livré avec rai­
entier; tous ses membres se regardent comme des son A l'autorité judiciaire. Sa condamnation est par-
fréres sur toute la su rfa cc du globe. D ’autr¿ part, lc faitcment justiíiée, et la crucilixion, légitimée. L ’ Église
secret dont clic envcloppe ses desseins témoigne de catholique, qui se dit chargée de transmettre á l ’hu-
la perversití de l'aiuvrc. Sans doute, sous la pression ] manité l’cnseignement divin, doit étre combattuc
de l ’opinion, la ténébreuse sociétc a dü pratiquer j comme ennemie. Eulin, la notion de Dieu lui-méme,
quelques ouvertures sur ses repaires. On a organisé des dont on a provisoireinent toléré l ’indícation iniperson-
congrés solcnnels des fréres.-.; d es joumaux á tirage nelle, problématique, sous le nom d’Arehiteele de l’u n i-
périodique fournissent au public eertains renscigne- , vers, est rayéc du vocabulaire inagonnique. C’cst un
meuts. Néanmoins, les principaux projets, discutés vieux m ot, disent les magons, vénérc par les peuples
dans des comités mystérieux, sont absolument sous- enfants, mais répudié par les nations arrivées á matu-
traits ln connaissance- des profanes de l ’extérieur et ritc. Ces derniéres ont adopté et promulgué le seul
de nombre de socictaires. Quant aux initiés, ils se trou- ! évangile qui püt leur convenir, la Seienee 1
vent lies par le rcdoutable serment qu'on les oblige á 2° La morale adoptée par les scctes magonniques est
préter, lcrs de la réception dans les grades supérieurs. logiquement déduite de ces principes subversifs.
Sous mennee de mort, au milieu des glaives mis á nu I Le vol, lc sacrilégc, l ’assassinat peuvent étre im-
par les assistants, ils jurent de ne jamais réveler les posés commc moyens de propagande par le fail, á
secrets, Jes signes, les attouchcments, les paroles, les l’ordrc du jour des ventos. Toutes les lois de proscrip-
doctrines et les usages de la société. Les franes-magons, tion contre les ordres religieux, les votes pour l’appli-
qui se prétendent les paladins de la liberté de penser cation aux clcrcs du servicc militaire, les décrets de
et d ’agir, se livrent ainsi, pieds et poings lies, á une coníiscation des biens d ’ Église, la destruction du pou­
puissance occulte, qu’ils ne connaissent pas, et que voir temporel des papes, ont été préparés dans les
probablement ils lie connaitront jamais. L ’ assassinat, atetiers des soeiétés secretes et appuvés dans les par-
le vol, la violation de toutes les lois divines et liumai- lements par les aflidés. Les fréres magons s’en van-
nes pourraicnt leur étre impesés; sous peine de mort, tcnt publiquement. Le compte rendu de la Logc-U n ion
ils devraicnt exécuter ccs ordres abominables. Ce des peuples proclamait en décembre 1881 : loutes les
secret eache les plus noirs desseins. Lc bien lie se grandes lois qui, depuis vingt ans, sont intervenues, et
cache pas. 11 agit diseréteinent, c’est vrai, mais il ne j demain encore interviendront, furent éluborces dans
dérobc pas á tous les yeux son existencc et son action. nos ateliers et ont íait l ’objet de nos travaux. La laíci -
Le mal seul cprouve la nécessité de soustraíre aux , sation des écoles, l’expulsion des instituteurs con-
regards ses procédés et ses ílns. Les caraetéres de la | gréganistes, la termeture des ceoles catholiques ont cié
Franc-Magonncrie, qui absorbe toutes les autres so- pcrpctrccs par les sociétés secretes. L ’ enlévement des
ciétés secretes, peuvent done se résumer en ces traits crucifix ct de tout emblémc ehrétien des tribunaux,
principaux : la haine de Dieu, la rcvolte contre les des hospices, des places publiques cst l’ applieation de
autorités divine ct humaines, le secret criminel, ¡ leur prográmale. Les lois consacrant le divorce et le
imposé sous les menaces les plus graves, au besoin, rendant chaqué jour plus facile sont 1’ tE u vre de la
sous peine de inort, á tous ses aflilics. Le droit naturel secte. Elle a pour objectif de briser tous les Liens so-
lui-méme proteste contrc un systéme supprimaiit ciaux : de dissoudre la famille en séparant la femme du
l'usage de la liberté ct rétablissant l ’esclavage le plus mari; de jeter le troublc au foyer domestique en
odieux, le plus abrutissant. Sur les origines et l’histoire anniliilant l ’autorité du chcf de famille, en légitimant
de la Franc-Mafonncrie, voir lc Dictionnaire apolo- les révoltes de l ’cnfant, méconnaissant le droit de pro­
gciiquc de ta foi catholique, Paris, 1911, t. n, col. 05- ! priété, de tcstamcnt. Elle a transformé ce sanctuaire
126. sacré en un cliamp de luttes, de mcíiances réciproques,
II. D o c t r i n e . — Selon l’ oracle évangélique, l’arbrc de haines sourdes. L ’éloignement du prétre du lit des
mauvais ne saurait produire de bons fruits. La Magon- moribonds, les engagements des solidaires se vouant
ncrie est jugec par les fruits qu elle produít, par l’en- á l ’inhuination civilc, l'adoption du baptéme laíque,
seignement qu’elle répand dans tous les pays oú elle sont des dogmes athées de eeux qui frappent d’ ostra-
s'installc. Quoi qu’il en soit des opinions particuliéres cisme les dogmes chrétiens. La Franc-Magonncrie a ses
des membres qu» en font partie, elle a sa dogmatique órganos propres : le Frane-M afon, lc Journal des in i-
religieuse, sa philosophie, son décalogue, son ritua­ tiés, la Renaissanee, le Monde matón ñique, la Morale
lismo, qui sont bien connus aujourd’hui. indépendante, la Libre pensée, la Libre conscience, la
1» A h point de vue religieux, la sectc proclame, Solidaritc, la Rcpubtique Magonniquc, le Butletin du
comme principe ¡ncontesté, 1’ indépendancc absoluc de Grand Orienl de France, VAcacia, la Lumiére mar
la raison humaine. Le naturalisme, le rationalisme sont fonnique. L ’Annuairc de la nmfonneric universelle,
les bases de son systéme. Les devoirs envers Dieu Berne, 1910, p. 39-47, donne la liste de 113 journaux
n’existent pas. La révélation cst une chimérc. Les j ct revues magonniques, dont 3 pour l’Angleterre, 21
dogmes catholiques ne sont que des reves d ’ idéologues, i pour l’Allemagne et 61 pour l’Amériquc. Ces publi-
inventés dans les siécles d’ ignorance pour asservir les cations disparaissent parfois, mais réapparaisscut,
esprits. L ’inlelligcnce humaine lie doit admettre rien sous une forme ou sous une autre, pour soutenir une
qu’elle nc le coinprenne. Les mystéres, les miraclcs lutte implacable contre les institutions clirétiennes.
doivent étre baniiis du programme scientifique .cul 3» La Franc-Magonnerie a aussi son ritucl (cérémo-
souscrit par lc progrés moderne. Lc péché originel et nies, cmblétnes, signes), cnipruntésoit aux cérémonies
la déchéance de l’homme, qui en est la conséquence, | ecclésinstiqucs, soit aux mystéres de l ’antiquité, soit
sont absolument rejetés. La grftce, les sacrements, la ¡ aux anciennes corporations de construction.
priére, destines á réhabiliter l'homme, leur parais- ; Cc rituel n’est qu’un moyen d ’enseignenient par
sent des mythes. Si l’ homme privé peut recourir á ccs I des allégories et il cst destiné A inculquer aux initiés
moyens, l’É tat et sa législation doivent proclamcr ct ct aux adeptos les principes et les aspirations de la sec­
pratiquer Pathéisme. Leur autorité ne vient pas de te. L ’apprcnli s’alírancliit des servitudes ct des aveu-
Dieu, mais du pcuple souverain. gleiucnts, philosophiques et religieux, du monde pro-
F R A N C - M A QO N N E R I E 720

fanc; il regoit la vraie lumicre, cellc de l’Étoile flam- jour et la sagesse des souvcrains pontifes ct la pcrfidie
boyante. II parvient ainsi á la vraie liberté, á la dignité des projets congus par les seetes eondamnees.
des initiés. Quand il sera magon, il sera un penscur ct Déjá, le 4 mai 1738, Clémcnt X I l avait dénoncé au
un sage. Quand il a passe entre les deux colonnes, monde catholique les dangers que faisaient courir á
quand il a étudié les arts libéraux, le compagnon pré- l’ ordre social et religieux les doctrines et les agisse-
parc sa divinisation, ou son enlrée dans l’hurnanité. incnts de ces sectes. Dans sa constitution In emi-
II est supérieur aux profanes et il arrive & la sérénité nenli, il aíTirme que c ’est avec raison que eertains gou-
de l ’ clal parfait. Le maitre cst complément transfi­ vernements ont cru de leur devoir de prendre des
gure et divínisé. II s’est dépouillé des anciens préjugés mesures de défense contre leur action envahissantc.
et des vlces du monde profane, il est ne á une vie toute Pour lui, dit-il, préposé á la garde de l’Église du Clirist,
nouvelle, la vic magonnique. Quand il luttera contre il rccourt aux armes spirituelles. A v e c une intrepi-
les puissanccs ennemies, la superstition, lc fanatisme dité apostolique, bravant toutes les menaces cri-
ct lc despotisme, il devra élre prét á tout sacriíier, su minclles, il use de son pouvoir coercitif. Le premier, il
positíon ct sa vic méme. En tragant sa « planche », il frappc d’cxcominunication réservéc au Saint-Siége
travaillcra á rédificc magonuique, c ’est-á-dirc á l ’édi- , tous les adhérents, scctateurs et protecteurs de la
lice social de lavenir*, conforme aux idées de la secte Magonnerie. # Réllécliissant-, dit le courageux pontife,
et devant réaliser son ideal de l ’humanité. Cet idéal aux trés graves dommages provenant, du fait de ces
comprcnd l'abscncc de tout dogme, le cosmopolitisme hommes, á la société civilc ct ii la scciété religieuse,
ct la fraternitc universelle. Lc charmc du mystére ayant mission de sauver les ámes, nous enjoignons á
attirc h la Franc-Magonncrie les esprits ¡t tendanecs tous les fidéles, au nom de la sainte obéissance, de nc
mystiqucs, qui se laissent prendre ¿i des dehors vides pas s’agréger á ccs sociétés de franes-magons. Xous
de sens profond. leur interdisons de les propager ou de les favoriser.
Ajoutons que les systémes occultistcs, kabalistes, Bien loin de lá, tout ehrétien doit s’abstenir de ccs
théosophiques, etc., se mélent trés souvent aux idées réunions, convcnts, congrés, sous peine d’cxcommu-
magonniques, coramunes íi toutes les assoeiations de nication encouruc iinmédiatemcnt, ct exclusive ment
la secte. Le spiritisme, l ’alchimie, la magie et la gnosc réservéc á notre personne. »
sont cullivés dans ccrtaincs loges ct y introduisent Sous lc pontifical de Benoit X I V , une opinion hasar-
des doctrines particuliéres, des pratiques bizarres ct dée comnienga á s’accréditer, au sujet du maintien des
des rites magiques. Toutes ces infiltra ti ons tendent au censures portées par Clcment X I I . Quclques auteurs
but commun, la lutte contre l’Église ct la religión. voulaient considcrcr eette constitution commc tom-
4° A u point de vue philosophique, la Magonneric ¡ béc en désuélude. A fm de couper court á toutes ces
acccptc ct patronne toutes les théories, pourvu qu’cllcs : témérités, Benoit X IV , le 18 mai 1751, publia la con­
n’accuscnt pas une nuan.ee catholique. Elle se couvre stitution Próvidas, dans laquelle il inséra la constitu­
du masque de la bienfaisance, afín de fascincr les tion In erninenti de Clément X I I , en con firm an lou-
masses rrcdules. Elle se declare tolérante pour toutes tcs ct chacunc des dispositions de son vénérable
les idees. Elle cst une doctrine de libre examen; elle prédcccsscur. B ullartum , t. X L V t r .
nc rejette que le surnaturel ct elle veut trouver dans La sectc continuait á étendre ses ramifkations
la raison seule la vérité. Elle groupe tous les hommes dans l’ Europe entiérc. A vcc la denomination nou-
émancipés. L ’athéismc cominc le panthéisme, l ’ illu- vcllc de Carbonari, elle infcstait surtout 1’ Italie, sous
minisme comme lc spiritisme, les revcrics manichéen- lc couvcrt des principes de libéralisme, proelamés
nes, le polythéismc, constiluent tour á tour les artieles imprudemnient par la plupart des gouvernements de
d«- son erédo. La libre pensce dans toutes ses manifes­ la pcninsulc. Pie V I I publia la constitution Eeelcsútm
tó tions a droit de cité dans le pandemónium magon­ Chrisli, le 13 septembre 1821, pour rappeler ct renou-
nique. ! veler les sanctions déjá fulminces contre la Magou-
L ’existcncc de Dieu, la vie future, riinm ortalité ct ( ncric ct les scctcs similaircs.
la spiritualité de 1’ ñmc, les sanctions étcrnclles, ln A son tour.lc 13 mars 182G,T,éonXII,épouvanlé de
distinction du bien ct du mal constitucnt dans lu doc­ l’audace croissante ríes sociétés secrétes, réitéra ses
trine de la sccte la superstition et lc fanatisme. Les objurgations, frappa de nouveaux analhémes les par-
écrivains du parli prodam ent hautement que la philo­ tisans des sectcs et dénonga spécialemcnt les ade]ites
sophie du x v m * siéele représente leur propre cnscignc- de la société nniitcrsilairc. C’étuil cncore lá une va-
mcnl ct que la grande Révolution fut la conséquence riété de la Franc-Magoiineric. A vcc une habilcté sour-
ríe lcurs docLrincs. Lc spiritualisme ríes franes-tnagons tioise, ses chcfs avaient établi leurs centres d’ action et
n’est done que de surfacc. Le Grand Architcctc n ’cst de propagande dans les ccoles et les univcrsilés. L ’in-
plus pour eux qu’un mot vide de sens, auquel chacun llucncc d ’un maitre affilié s’exerguit done avec une
donne le sens qui lui plait. Leur religión n ’est plus que puissance presque irrésislible sur l’espril inexperi-
la religión (le 1’ Huma ni té qui cst le centre d’ union de mrnté ct généralement sans dé liante de la jeunesse.
lous le» émancipés ct qni a bou tira ¡\ la rúa lisa tion de Embrassant d ’un coup d ’tuil apostolique les maux
la devise anarchíque : N i I)icu ni maitre. que les tentatives de ce genre allaient déehalner dans
III. C o x h a m n a t i o k t a h l ’ É g l i s e . — La Franc- le présenl et dans l ’avenir sur toute la société, lc pon­
Magonncrie c t a n t cc que nous venons de dirc, il n'cst tife étendil les sanctions eeelésiastiques aux sectes
pas surpreuanl que le Saint-Siége soit fréqucmmcnl elandestines de toute sorle, présenles cl fulares, si elles
intervenu ]iour la condamner. Gardiennc de la vérité eonspiraienl contre l'Église et les premiers pouvoirs de
r é v é l é c , ehargée i le la direction morale des peuples, V É ta t: sacie tutes oeeulías oninrs, tant qua: nunc sunt,
a r b i t r e d e s moyens de sancti tieatioii, l’ Église avait son tam qu;c fortnssc deinrrps r ruin pe ti I, et qu:v en sibi
jiiM’ mt'iH :i formuler sur les procédés d’une associalion adversus Ecclesiani et supremas civiles potrstatcs pro-
aussi ílrndue que malfaisantc. Elle n’ y a pas failli. ¡mnunt, qme superius eomnientornviinus, quociimqne
I -es souvi rains pontifes n’avaienl pas á aller au loin tándem nomine appellrntur, nos perpetuo prohibemns,
i lien her lrs «onsidúrants de leur scntence. Si les sub iisdeni pcr.nis, qiiie eemlinentur, in pnnleccssornni
*év«'rités de la législation canomqiio, au sujet tíos nostrorum litlrris. liullc (Ji/o grufioru, du 13 mars
sociétés seerétes, ont semillé parfois exagérées á cor­ 1H2(>.
la! na espril», on ne saurait nier que les événoincnts (>régoire X V I, dans sa rflélirc. cncydique M tra rl
ronlemporain» justilient amplement les rigueurs de vos, stiginatisa á son lour les sociélés secrétes. II les
la loi ecclésiastique. lis achéve.nt de ínetlrc au grand flétrit coinmc tlcs foyers d'inrertinn, d ’oii rayonnaicnt
7í>7 FRANC-MACONNERIE 728
sur lo monde lc mensonge doctrinal et la eorruption licet ccrlo slalui nequeal, pertineanl nccnc ad has, quus
inórale. Tout ce que les hérésies anciennes ont accu- memoravimus, dubúc tamen el pcriculi plenas sunl tum
mulé d’errcurs ct de blaspliémes se trouve concentré . ob doctrinas quus profitenlur tum ob agendi rationem,
«lans renseignement de ces hommes, écrit le pontife. quam sequuntur ii, quibus ducibus ipsas coaluerunl et
Durant son long ct glorieux régne, Pie I X nc s’cst reguntur. Dcnzinger-Bannwart. Enehiridion, n. 18G0,
montré ni moins énergique, ni moins vigilant que ses 18G1.
immortels pTédécesseurs sur la chaire de saint Pierre. j 3o Ceux qui, d’ une maniere queleonque, favorisent
Dés son avéuemcnt, dans l’encycliquc Qui pluribus, la Franc-Mafonnerie ou des sociétés congénéres, sont
O novembre 1846, il anathémaLisa á son tour les également soumis A la censure pontifiealc. Se trouvent
sociétés secrétes, causes des perturbations dont souf- dans cc cas les personnes qui donnent aux sectaires
fraient l ’ Europe ct principaleinent 1’ ItaUe. l ’hospitalitc ou uu abri qu’clles pourraient reíuser sans
Lc 8 décembre 1864, dans 1’cncyclique Quanta cura> grave inconvénient; ccux qui acceptent en dép6t,
il stigmatise, entre autres, la théorie insenséc de ccux impriment, vende nt, propagent les livres, traets,
qui prétendent que la sanction pontincalc n’atteint codos, catéchismes, statuts, revues, apologies, jour-
pas les sociétés secrétes tolérées par les gouveme- naux de ccs seetes; ccux qui deviennent actionnaires
mciits civils : ipsos minime non pudef affirmare... de sociétés éditriecs de ccs publications, abonnés,
eonslitutiones apostólicas, quibus damnanlur clande­ correspondants, íauteurs actifs, par appui réel, ou
stinas sociclates sive in eis exigalur sioe non exigalur négalifs, par refus de sévir, une fois mis en dcmcure
jurameníum de secreto servando carumquc asseclx ct d ’agir, etc., iisdcni scclis favorem qualemcumquc p r e ­
auclorcs anathemate muletanlur, nullam habere vim in stantes.
illis orbis regíonibus, ubi ejusmodi aggregalíones tole- 4o 11 y a enfin obligation de dénoncer, sous peine de
rantura civ ili gubemio. Denzinger, Enehirídion, n.1697. censure, les coryphées el les chcfs oecultes de ces asso­
On connaít aussi la lettre de Pie I X ¡i Mgr Darboy, en ciations dangereuses. II s’agit ici de la dénoneiation
date du 2<'i octobrc 18G5, au sujet des obseques du ma- judiciairc, qui a pour objet de sauvegarder le bien
réehal Magnan, danslesquelles les insignes ma^onniques public, tandis que la dénoneiation evangélique ou
du defunt avaient étéplacés surlc catafalquc. Lacon - patcrncllc nc comporte qu’ unc reprimande ou une cor-
damnatíon des sociétés secrétes est rappclée dans le roction personnelle, pour ramener un coupable A
Syllabus. Ibid., n. 1718 a. Le 12 octobre 1869, resu- ] résipiscence.
mant,daus l’ art. 4 de la bulle Aposlolicx Sedis, toutes , On a etc assez embarrassé au début pour la portée
les dispositions antéricures des constitutions pontifi­ A donner aux expressions : duees ct corijphieos occultos
cales, Pie I X formule ainsi lc texte qui, depuis lors, soumis á la dénoneiation. L e Saint-Office, dans la cir­
íait loi dans la matiére : Nous déclarons soumis A culaire de février 1871 A l ’ épiscopat, semble avoir cir-
l’excommunication latee sentcnlix, réservée au souve­ | conscrit la siguilication de ces inots : il les traduit par
rain pontife : Ceux qui donne ni leur nom aux seeles des i ñachi nationum artífices cl di redores. 11 s’agit de savoir
jranes-macons ou carbonari, ou bien, aux assoeialions si, de fait, tous les dignitairos et les grades, depuis lc
du méme genre qui conspirenl soit publiqucmcnl, soit en 3 e (legré inclusivenicnt, rentrent dans cette catégorie?
seeret eonlre l Église ou les pouvoirs legitimes : de Au sommet de la Kranc-Mafonnerie il y a le directoirc
meme eeux qui favorisenl ccs sociétés de n ’importe quellc i supéricur, eomposé de ncuf membres, trés occultes,
facón : el aussi, ccux qui n ’auront pas soin de dcnonccr nommés A vic, dépositaires de tous les secrets. Ces
leurs chefs et les coryphées de la sectc, lant qu'ils n ’au­ chcfs supremos forgent les complots et tiennent tous
ront pas fa il celle dénoneiation. les fils des conspirations. Sans hésitation, ceux-lá
11 résultc de cc texte: l°q u e lc seul faitde 1’afTiliation doivent étre dénoncés. Peut-ctre, d ’aprés certains au­
A la Franc-Mafonnerie, par l ’inscription de son nom teurs, ne pourrait-on pas rigourcusement appliquer la
dans les roles des sociétés de ce genre, par l'assistancc méme régle aux presidenta des diverses branches qui
aux réunions des carbonari, inéme avec l’intcntion de travaillent sous la direction du conscil supréme et lui
dénoncer leurs projets, rend passible de rexcommuni- sont subordonnés. Ainsi en serait-il des chefs du Grand-
cation. Le dernier des apprentis, le philanthrope qui Orient de France, des délégués du grand convent
s’y enróle sous pretexte de faire partie d’une société annuel formant le pouvoir exécutif, comme ccux de
de bienfaisance ct reíuse de se rendre aux avertisse- la Grande Logc symbolique écossaise. Les présidents
ments qui lui sont íaits, sont cgalcmcnt compris dans de ces conscíis nc peuvent guére étre qualifiés de
l’anathéme qui frappc ccs associations coupables : machinationum artífices et dircetores. lis travaillent en
nomen danles sectx massoniex. sous-ordre.
2o Le législateur enveloppe dans la censure toutes Une fois l ’obliy'ation de dénoncer établie, le devoir
les sociétés du méme genre, c’est-A-dire les associations ¡ doit étre rempli cxactement, dans le délai d ’un mois.
secretes ayant pour but de conspircr contre YÉglise | Le fils n’est pas dispensé de dénoncer son pére, et réci-
cl les autorilés legitimes. Ce sont lá les deux traits proquement. L ’époux doit agir de méme á l’ égard de
caractéristiques des scctes visées, et assimil&s aux son épouse, lc frére A l’égard de sa sccur, etc. Le bien
franes-mafons et aux carbonari. ( général de la société requiert cctte sévérité. II faudrait
Dans son instrucLion du 10 mai 1884, pour cnlevcr j un trés grave dommage A redouLcr pour exempter
tout doute au sujet des sociétés secrétes ntteintes par , quclqu'un de la dénoneiation de ces cheís occultes;
les censures pontificales et des sociétés qui sont sim- 1 lors méme que leurs noms seraient publiés dans les
plement proliibées sans censure, lc Saint-Office a journaux. Lc inotif de cettc décision du Saint-Office
déclaré : Ccrtum imprimís esl, exeommunicatione la lx est fondé sur les supercherics auxquelles rceourent les
scnlenliie. mulelari massonicam aliasque ejus generis 1 loges, en livrant au public des noms d’cmprunt. La
sectas, q u x ... contra Eeclesiam vel legilimas potcslalcs dénoneiation, telle que nous l’avons caractérisée, doit
machínanlur, sive id clctin sive palam feccrinl, sive exc- ctre faite devant le tribunal de l’évcque. D ’aprés une
gerint sive non a suis asseelis secreli servandi jura- déclaration de la S. Pénitencerie, la censure,encourue,
mentum. P rxter islas suit! cl alise sedas proh ibilx atque pour défaut de dénoneiation, tombe ipso fa d o, aus-
sub gravis culpíc reala vitanda, inlcr quas prcecipue sitót que ce devoir a été rempli.
rcecnsciulos ill¿c umnes qu x a sectaíoribus seerelum Léon X I I I a condamné directcment la Franc-Ma?on-
nemini pandendum et omnimodain obedicnliam oeeul- neric, le 20 avril 1SS4, dans l’encyclique llu m a n u m
lis ducibus prsestundam jure jurando cxigunl. Animad- gemís, ainsi que nous l’avons rappelé au debut de cet
verlendum insitpcr esl, adesse nonnullas societatcs, qux, article.
729 F R A NC- M A C O N N E R I E 730

IV. O b lig a tio n a b s o lu e de s 'i í l o i g n e r des so- pénitent de bonne foi, sans lui faire de monition. L ’in-
c ik t é s 1° Conduile des fidéles á Végrtrd
s e c iié t e s . — tércl spirituel du pénitent exige qu’ on lui fasse éviter
de la FranC'Maconnerie. — La conclusión qui ressort le péclié formel, en lolérant le péclié matériel.
des considérations précédentes cst que tout calho- Dans deux circonslanees, néanmoins, le eonfesseur
lique doit éviter soigneus ment de s’aflilier ¿i la M ajon- cst absolument tenu 4 faire la monition requise :
nerie et á toule société secréte. La nature intrinsé- 1. sí le pénitent l’ inlcrrogc lui-méme sur lc caraclérc
quement mauvaise de la Franc-Magonncrie, les sane* moral de son afíiliation 4 la secte, car son inlerroga-
lions réitérées, fulmíneos contre elle par les vicaires , tion esl un índice qu'il se trouve dans un doute vin-
de Jésus-Christ, les actes contre la société religieusc et cible, non invincible; 2. dans lc cas oti le bien public
civile qu’on peut lui attribuer A bon droit ne laissent I exigerail que le pénitent fut instruit, par exemple, si
plancr aucun doute sur un pareil devoir. C’cst la con- | la réception des sacrements, de sa part, devait pi’O-
clusion formelle de Léon X I I I dans son eneyelique voquer un scandale dans la population, qui le sait
Flumar.um genus du 20 avril 1884. Denzinger, Enclü- | aíTllié A la Franc-Ma?onnerie. Les S o lu tio n s que nous
ridiort, n. 1859. venons d ’ indiquer sont extraites de la réponse du
Pour lutter efiicacement, contre ccs sociétés per- Saint-Ofilcc, en date du 15 juin 1870.
verses, il faut l ’union des catholiques, sous l ’obéissance Mais íi la suite des actes multipliés du Sailit-Siégc,
á la hiérarchie sacrée. L ’cnnemi en donne l’exeniplc, des avis si fréquents ct si répandus de l’épiscopat
par l'organisation de cc réseau de convcnts, places catholique. le cas de Pignorante invincible n’est pas
sous la direction de chefs souvent occultes, mais tou­ ordinairc. II s’agit bien plus fréqncmment de savoir
jours déterminés. quelle doit étre l’attitude du eonfesseur 4 l’égard du
Aussi, 4 la fin de son eneyelique Humanum genus, pénitent, ayant encouru l’ anathóine, pour participa-
Léou X I I I fait un appel éinouvant aux évéques, aux tion consciente aux actes des assoeiations clandesti­
rois ct aux peuples. II signale la maniére dont ces nos. Si le eonfesseur n’a pas de pouvoirs spéciaux pour
sectes clandeslines s’ insinuent dans la confiance absoudre ccs pénitents, il doit recourir 4 l ’ évéquc.
des princes, sous le prétexte fallacieux de protéger En vertu d’un indult liieiin al de la S. Pénitcncerie,
leur autorité contre la domination de l’ Église. En réa- ( Pévéque peut absoudre les francs-inayons et inéme
lité, c’est afín de saper tout pouvoir, comme le déléguer ce pouvoir, moyennant l’observation des
prouve l’expérience. L e pontife dénoncc ensuite la ! clauses insérecs dans la concession.
fafon donl ces hommes fourbes llattcnt les multitudes, Si le eonfesseur est nanli du pouvoir d ’absoudrc
faisant miroiter 4 leurs yeu x une prospérité, dont les il doit se couformer aux conditions générales de l’indult
rois et l ’Église seraient les seuls cnneinis En défini- ¡ triennal concédé aux évéques : ul o respectiva serlo
live, ici aussi, ils précipitent les nations dans l ’abime ¡ omnino se separent, cainquc abjurent : libros, manu-
de tous les maux, dans les agitations révolutionnaires . scripUt, ae signa scetarn respicientia, in confcssnriorum
et la ruine matérielle. A la suite de cc tableau, le tnanus tradant, ad ordinarium quaniprimtmi eaute
pape con clu t: les rois ct les peuples devraient se coa- transmitiendo, si ju s ix gravesque eausic id postulent
iiscr avec l'Église pour briscr les assauts des franes- combarenda; infunda pro modo culparum, gratñ p:cni-
magons, ct ne pas s’allier aux franes-mafons, pour tcnlia $ait dar i, cum frcquenlalione saeramcntalis confes-
pnriilyscr l'action salutaire de l'Église : Quibus eogni- ! sionis.
tis, hoc esset civil i prudent i x admodum congrucns, ci Au sujet de la premiére condition : se omnino sepa-
íncola mitad eommuni nceessarium, principes et popu- reni, camquc abjuren!, i) suíTisait autrefois que lc péni-
los, non cum massonibus ad labcfaclandam Ecclesiam, lent s’engageát A ne plus assister aux conciliábulos
m i cum Eeelesia ad frangendos massonum ímpetus mafonniques et abjurát les doctrines de la serte.
conspirare, Mnis comme, en ccs derniers temps, uue lol scélératc
2® Conduite du eonfesseur á l’égard des afpliés d ln a donné valcur légale aux engageinents souscñls
l-nine-M afonncrie. — lin conséquence de la condain- pour le moment de la mort et les funérailles, la retrae-
mition des sectes mafonniques sous peine d ’cxcominu- tation privée ne suffit pas. Le cas échéant, lc coufes-
nication, non seulement les théologiens moralistes, seur doit exiger une piéce aulhentique, établissanl la
mais les Congrégations romaines, ont réglé en détail révocalion des engageinents antérieurs.
la maniére donl les confesseurs devaienl agir, au tri­ Lc eonfesseur doit encore prévenir le pénitcnt, qui
bunal de la pénitence, á l’ égard des franes-mafons. a déclaré connaitre les noins des grands-inailres de
Le premier devoir du eonfesseur, 4 l’égard d ’un la Magonnerie, qu’il esl obligé de les dénoucer, sous
pénitcnt aílllié 4 la I'ranc-M afonnerie,esl de s'infor- pe ¡ne d ’exco mmunica lio ii .
iner si son pénitcnt connait les prohibitions pontifi­ Les régles sont obligatoires méme pour 1’heure de
cales et les censures ecclésiastiques édictées contre les la mort. Ainsi, un membre de la Fninc-Mafonilcric,
sociétés secréles. connaissant les défoiiscs ile l’ Eglise, doil se rélractcr,
Si, par Impossible, le eonfesseur jugeait que le péni- s’ il veut recevoir les sacrements. S’il cst de bonne foi.
leiit se trouve dans la bonne foi, résultant de Pigno­ la ínonillon doit lili élre faite cil te niomcut. Le 8 juil-
rante invinciblc, il lui resterait ¡i examiner si, en l'in- let 187-1, la S. C. de l ’ fnquisition a détlaré qu’en génr-
slmisant de l ’obligalion de qu itterla Franc-Maíou- rat il nc fallait pas absoudre dans ce* cas, sans avoir
nerie, II raménern 4 obéir aux lois de l'Église. Si les fait la monition requise par les décrcts. I.orsqifil s’agit
dispositions du pénitent pennettent dVspérer une (l’enfaiils ou de niouratits íualériellcinent enrólés, il
solution favorable, le eonfesseur ne iloit pas hésiter A sullit d'une exhortation générale á se soumellre á
e xitíer: 1. que le pénitent renonce déflnitivom cnt ;i la l’autorité et aux décisious de la sainte Église. L'a ver-
sei t e ; 2. qu’ il reinettc A l’évc«]uc ou au eonfesseur les tisscmenl tanonique doit étre adressé, si on prévoit
]iiA¡iíiies,les livres, les manustrils ma^onniqucs; 3. qu ’il (]n'il réussira.
suliissc. une pénitence sa lulairc. 11 lui recoinmande l'n tout état ile canse, riustniction de ln S. C. de
ensuite Instaminenl de fréquenter le sacrement de riiuiiiisition recommande ríe réparer le scandale qui
|iéiiilcnce. Ces conditions poséos et ncceptécs, le sim­ pourrail siirvenir en acconlant les boiuieurs de la
ple eonfesseur peut donner l ’absolttlmn, le pénitent .súpullure íi un afTlIié des loges (pii ne s’ e s l pas ré-
e<*l cense, á raison de sa Ivonne fol, n’a voir pas encouru tracté. n ’antant que les solidnirrs voildraieut maní-
l,i n usure. fesler autour du cadavre. l ’onr obvier á ce double in-
Si le confi-ssour prévoit l’ inn l¡lile de la inonlllon, couvénieiil, le eonfesseur doit se inuiiir d ’im écrit, o»i
m -Ion la doctrine connnunéniciil rc^ue, il absoudra le convocpier des témoins <|ni certineroiit ln vérité
731 F I\ A X C - M A c : O X X E I I 1E — FR A N(\O I S 7.12

<lr la réiraetatitm. Enfin, In S. C. de I'Inquisition a 11 apparlciiail á cetle pléiadc d ’eslhnables et lionnétes


dédaré que l’on nc pouvait ubsoudro les afíiliés aux é< rivains qui s’employércnt de leur mieux, au xvin *
logcs qui, regrelUint en paroles leur agrégation, con- , siécle, á défendre la religión contre les violentes
tinueraicnt fréquenter les réunions condamnées attaques dont elle était alors I’objet de la part des
(5 juillet 1837). Un au plus tard, lc Saint-Office inter­ incrédules. Francois publia successivement: I o Preuves
rogó répondit que I’absolution oclroyée dans ces condi- , (te la re lig ió n de Jésus-Chrisl eonlre les spinozistes cl
tions était non sculement ¡(licite, mais invalide (27 I les déistes, 4 in-12, Paris, 175-1; 2° édit., 1784; uno
juin 1838). 1 traduction italienne (le cct ouvrage íut donnée íi
Le nombre de ces dédsions prouve que lc Saint- i Venisc, Prooe delta religione di G. C. contro i spinosisti
Siége, parfaiteinent au courant du complot magon- c i deisti, in-8°, Vcnise, 17G8; 2o Déjense de la religión
nique, multiplie les moyens <le défendre lc peuple chré- I c.ontrc les diíTicultés des incrédules, 4 in-12, Paris, 1753;
tien contre les assauts d ’ un eniicmi qui sait allier la j 3o Exam en du Catéchismc de l ’lm m étc homme ou
fourl>erie íi la violence. La sévérité de ces deeisions D ialogue entre un caloyer ct un homme de bien, in-12,
m et au granel jour la grandeur et rimminencc du péril, Bruxclles ct Paris, 1764 ; ce « Dialogue » se trouve dans
que les seetes font artuellement eourir ñ la société tout | Ies reuvrcs de Voltaire; 4o Réponsc aux difpcuttés
entiére. Lc salut du monde dépendra de la soumission proposées contre la relig ión clirétienne p a r J .-J . Rousseau
dont les fidéles feront preuve, dans la lutte ám ort en- dans ! ' É m ile et le Contrat social, in-12, Paris, 1763;
gagee entre la Franc-Ma$onnerie ct l’ Église eatholique. 5o Exam en des fa ils qui servent de fondement á la
re lig ió n clirétienne, précédé d 'u n court traité eonlre
P . Drscham ps, 7.es sociétés secretes cl la soeiété, 3 in-fi",
les atliées, tes malérialistes et tes ¡atalistes, 3 in-12,
A vign on , 1871; (5r édit. par <'.l. J.m net, Pnris, 18 S 2 ;M gr<lc
Segur, 7 a Fn tne-u ia conricrie; fieim c des scie.necs eeclésias- Paris, 1767; 6o Observalions sur la 1‘hitosophie de
lii/ucs, 1KSI-18S3; A m i du clergé, 1S'.Ki; filiales religieuses, l ’histoire et sur lc D ictio n n a ire philosophique p orlatif,
1K‘.’3 ; Pau l Nriunisstm, Fltides sur la Franc-rnatpnnerie, avee des réponses ú plusieurs difflcutlés, 2 in-8°, Paris,
Pa ris; M gr Pelnssus, I.c prnblcme </e l'heiire présenle, 2 in-8°, 1770; c’cst á cet ouvrage que Voltaire fait allusion
París, Litio, 1903, lOOli; Paul IVseh, U'tssicrs macwmiqiies, dans son É p ítre á d’Atem berl ;
1905; Copin-Alhaucelli, I.o ptniunir oeculte eantre la Francc.
L a to iijtira lio n ju ive contre le inunde rhrélicn, Paris, 1009; L ’ abbé l'ra n fo is éerit: le L éthé sur ses rives
P . I'cseh, J. Dcnais ct H. L a y , liib lio g ra p h ic de la F ra n c- Fícfoit avee plaisir ses íeuilles fu gilives.
Ma<;oimeric et iles sociéles secrélcs, Paris, 1!)12 (en enurs (le
publicnlion). M eiiliim ivm s encore les revues a ntim nfon- Cette épigramme n’empécha pas le livrc de se
ñiques ; L a F ru n c -M a fo n n c rie démasqaéc (depuis IKS4); répandre et cette petite vengeance monlrc que Vol­
La Revue anliinaconnhiue (depuis 1910); I.a Heuite inlerita- taire n ’avait pas été insensible aux coups qui lui
lionale des sociélés secretes (depuis 1011). étaient portés; 7® Lettre sur te pou voir des démons,
B. D o u ia g a iia y . in-4^ Laurent Francois mourut le 24 février 1782.
1. F R A N C O B S Jacqjes, théologicn franjáis, né a
-Vo(ices b ib lio g ra p h itjtte s su r les é c rioa in s de ln con gre­
Varoniles (Champagne), inort íi Reims le 11 novembre
gal ion de la M is s io n p a r un p rélre de la méme- c o iig ré rja tia ii
1639. II entra á Landsberg dans la Compagnie de (É dou ard Rosset), A n g míeme, 1S7.S, ¡> 2r>7; H u rle r ,
Jesús en 1593 ct prononca ses vrrux solennels en 1G14. A rom<!iicírt|or, t. v, col. 301-302.
R efu docteur en 1619, il enseigna d ’abord la philo- A. M)LON’ -
sopliic au collége de Dillingcn ct íut appelé ensuite 3. F R A N C O IS Louis-Joscph, Iazaristc, naquit á
á I’ universilc de Pont-á-Mousson oíl pendant vingt- Busigny, diocése de Cambrai, en 1751. n fut employé
six ans il cnseigna avec le plus grand éclat la philo- dans sa congrégation ¿ l’enseignement dans Ies sémi­
sophic, la morale, la théologie scolastique et I’ Écrituic naires dirigés alors par Ies prétres de la Mission ou
sainte. II était chancelier ¡t l ’université quand les lazaristes. De 1781 ¿ 1786, il fut supéricur du grand
Iroublcs survenus en Lorraine durant la guerre de séminaire de Troves. Au mois d’aoút 1786, il íut
Trente ans forcérent professeurs et cléves de se nommé supérieur, á Paris, du séminaire Saint-Firmin.
disperser. Lc P. Jacques Francois inourut á Reims, , prccédeinmcnt appelé séminaire des Bons-Eníants oú
le 4 décembre 1639, préfet du collége de ccttc ville. saint Vincent de Paul avait établi ses premieres
Des divers ouvrages théologiques ou scripturaires ceuvres. C’cst lá que lc trouva la Révolution dont les
du P, Jacques Francois, il ne reste que le Renversement événcments furent l ’occasion de ses divers ccrits, que
de la ¡o i par les calvinistes, Pont-íi-Mousson, 1G29, nous allons mentionner selon l’ordre du temps. II
et Causa salulis in fa n liu m adversus in fa n ticid iu m avait cu précédcmmcnt l ’occasion de publier un Élogc
Tabennaisc , ibid., 1630. , de M adam e de M a in ten on , discours prononcé á Saint-
A bram , 71istoire de I'université <lc l'anl-á -M ou sson, Paris. • Cyr, le deuxicnie four de ta féle séculaire en 1786, Paris,
1870, p. 511 sq .; S:>mniervogel, liibUothérjue de l<t C í: de 1787, ct une O raison ¡unébre de L o u is e -M a ric de
Jésits, í. m , e o l.<037 st[. , France, carmélitc. sous le nom de Thérése de Saint -
P. B eunahd. A u gu stin , Paris, 1788. Quand la Révolution eut éclaté,
‘J. F R A N C O IS L a u r e n t. 11 s’agit
ici de l ’écrivain dés qu’ellc essaya de toucher aux droits de l ’Église,
dont Migue a publié les ouvrages en le désignant il prit position; í) cliaquc empiétement de la Révo­
sous le nom de Le Francois : (Euvrcs completes de lution il répondit par uu écrit public : il faisait ainsi
Le F ran cois, ex-membre de la congrégalion de S a in t- connaitre son avis aux nombreux prétres qui l’avaicnt
Lazare ou des prétres de ta M is s io n , 2 in-4°, Paris, 1857. consulté. Son écrit ; O pin ion sur les biens ccctésias-
Le nom cíe Le Francois a été reproduit par Hurter, tiques, s. d., parut lors des lois par lesquelles la Révo­
Nom enclátor, 1912, t. v, col. 301. C’est par erreur. lution mettait les biens de l’ Église á la disposilion de
Le nom véritable est Francois ; les registres du per- la nation. Lorsque fut exigé le serment a la Consli-
sonuel des lazaristes en font foi et c ’cst aussi de la tution civile, il publia ; E xam en de /’ In slru etion d>'
sorte que I’autcur a écrit son nom sur ccux de ses VAssembléc nalionate sur la C onstilution du clcrgé,
ouvrages oú il l’a mis. s. d. II refusa lui-méme le serment á la Constilution
Laurent Francois naquit á Notre-Dame d ’Arintliod, civile ct publia alors : M o n apologie, in-8», 1791
dans le diocése de Besancon, le 2 novembre 1698. C’est un de ses mcilleurs écrits et qui eut du retentisse-
II entra dans la congrégation des lazaristes íi Paris en ment. Grégoire, évéque constitutionnci de Loir-et-Cher,
1715. Ainené, dit Fellcr, « á cause de la faiblesse de I’ayant attaqué, Francois répondit par la Díñense de
sa santé ti quitter la congrégation il se (ixa á Paris oíi m on Apologie. L ’ Assembléc constituante vouíul écarler
il se consacra ¡'i la composition de ses ouvrages. » de leurs cmplois Ies évéques, curés et nutres bénéficiaircs
733 F R A N C O IS D’ E N G IIIE N 731

qui avaienl refusé le sormcnt; Franyois publia alors 1 Anvcrs, 1GG5, suite de l’ouvragc précédent; Causu
l’écrit : Point de démission, in-8°, 1791; el,peu aprés, i chrislonun Dei : sive SS. E piplia n ii el Uieronymi,
il donnait cct autre ccrit : II est encore lemps, in-S0. ¡ eminentissimorum eardinalium Duronii, B cllannini,
1791, oú il conjurait los prétres assermentés do I magistri palatii aposloliei, ac saeruruni facultaluirr
rétractcr lc serment coupnblc <[u’ ils avaient prété. | Parisiensis et Cotoniensis pro Joanne X I . I V patriareha
Camus, l'un des principaux rédacteurs de la Consti- Hierosolyinilano, adversus aeeusationcs R. P, magislri
tution civilc, Gratien, anden luzariste, dovenu évcque Chrisliuiii L u p i, in-4°, Anvcrs, 1606; Christ i fidelium
constilutionncl de la Scinc- Inférieure, ct quelques paroehiiile upotogeticuni contra parochophylum, in -l°,
autres ayant public divers écrits pour cxcuser leur Bruxelles, 1C67; Chrisii fidelium eontritionatc, cum
propre conduitc, Franfois répondit par les publications SS. synodi fritlen lin x et anliquse jac.ultatis Iheologieiv
suivantes : Ré/'exions sur ¿a crainte du schisme par j luvaniensis vindieiis, in -l0, Malincs, 10G7; Clypens
laquelle on cssaíc de justificr la ¡¡resta!¡on du sermenl , eontrilionalis, in-4°, Anvcrs, 1670; Examen theolo-
cívique, in-8°, 1791; Rcponsc á M . Camus, in-S°, i gieum super regulis ocio ex inslruetionc P clri Vimi-
1791; Lelircs (trois) sur la ju rid iclion épiseopate. Son j liuseum eollcctis, in-41', Bruxelles, 1072; Lucia
dernicr écrit fut : Apologie du veto apposc par lc roi I D. Thomie, in-4°, liruxdlcs, 1601; M olivuni juris
au déerel eoneernant la dcporlalion des prétres, 1792. pro excusa!ionc legitima provineialitun ordinitm men-
Son attitude couragousc avait attirc sur lui l’ attcntion. dicantimn a conlribulionibus, imposilionibus, ga-
II fut, avcc d’autres prétres, massacré au séminaire bellis, etc,, in-40; ¡lislorieo-lheoiogicum carnieli
de Saint-Fii min á Paris, lc 3 septembre 1792. Arinamenlarium pro/erens omnis gencris seultt, quibus
tela seu argumenta in ordinis carmclitani antiquitatem,
Barruel, CoUeetion crrltsinsUquc, t. v m , p. 29G,
l. x, p, 183, 200; Xatices btbliographtques sur Jes écriiiníus originan, el ab Elia in Monte-Carmelo hereditarium
de ¡tt ron{/r¿yitl¡oi> de ¡a Mission (p ar íidouard Rossel), sueeessionem hucusquc legitime non intermptam,
Angoulíme, 1878, p. 110-115, víbrala, fortilcr et suaviler enervantur,cl ad perpetinun
A. M il o n . eoneordiam disponunlur. in-4°, Anvcrs, 10f><) : la
k. FR A N G O IS D’ASSISE. Voir F ré h e s mineuhs. II» parlic do cc dernier ouvrage puhlléc en 1GS0 nc
parait pas pouvoir ctrc attribuóc au P. Frangois
ó. F R A N C O IS DE BACHONE, ué A Gérona, en , de Boimc-Kspérancc.
Kspagne, dans Ies premiéres années du x i v e siéele, ; Cos:ne de V il liers, Itibliathrra rnnuctilanuu, in-fol.,
entra dans l ’ordrc des carmes. Le chapitre général Orléans, I7.»2, t. I, col. ISU.
des carmes, tenu íi Forrare en 1357, lc désigna pour ; H. H e u r t e b iz e .
cnscigncr á l ’univcrsitc de I ’aris les Sentenees ct l’ Écri- 7. F R A N C O IS D’ ENGHIEN, issu d’ une vicillc ot
lurc sainte. Cinq ans plus tard, lc cliapitre, réuni A ■ illustrc famille des Pays-Has, naquit á Hruxellcs en
Tréves, lui adjoint les oélébres Michel de Bolognc ct i 1G48. Son pére, Guillaume d'Englüon, vicom tc «le
Simón de Spire. II donna ses cours d ’ iuic fa^on si ! Santa-Cruz, fondait de grandes esperances sur son íils,
brillante qu'il mérita Ic nom de doctor sublimis. Aprés quand celni-ci embrassa la vic dominicaiuc au couvent
avoir rempli, dans la suite, dillércntcs chargcs daus 1 de Gand. 11 y pril l’habit lc 28 novembre 1GC8 cl un
son ordre, 11 mourut ;i Campo-Redo, lc 8aoü t 1372. II an aprés, lc 29 décembre, il fit profession. II étudia la
n’a laissé que des manuscrits, parmi lesquels il faut philosophie Ct la théologiennslndium generóle de l.ou-
signalerson Rcpcrloritun prsedíealorum, sorte de somme , vain; il y enscigna ensuite la philosophie. Au chapilre
des priuiipaux textes des saints Péres, clioisis selon les provincial, tonu á Hrainc-lc-Comlc, le IL mai 1080 . ¡1
besoins de l'époque ct du milieu dans lesquels il vivait fut uonimé tuailrc des ótuclianls. La méinc année, il so
A l ’ aris. 11 a aussi écrit un commcntairc Super libros presenta á la liccnco íl la faculté do théologie de Lou-
I V Sententíarum, qui a été édité par Frangois de vain; six ans aprés, c’cst-ii-dirc sur la fin de 1G8G, il
Médicis, in-fol., Romo, 1-18-1. ]>ril lo grade de docteur en Ihéologie. L ’amiéc jnveé-
Cosido <le Villiors, Hihtinlheea cariaelilantm, Otléans, dente, il avail été nominé légeut des éLudes au slnditim
1752, t. r. col. -ISO-1X1; Daniel do la ViorKo. Sperulum ear- genérale, cliargc qu’il occupa jusqu’en 1088. Le 16 fé-
tiiclitunitm, Anvcrs, I6SO, L. i i , p . 1077; Ilurler, Someit- 1 vrier 1097, il fut choisi i>our la premiére cliaire do
rtutor, l. o, cul. 628. théologie, mais cc n’cst que deux ails plus lard qu’il
I\ S e r v á is . coinmenfa son cnsoignonicnt, qu’ il oxerfa jus(|i)’on
O. F R A N G I S DE BON NE -E SP É R AN C E , théo- 17U3. Oans l’ovdrc, il oblint suceessivcmcnl tous los
logicn de l’ordrc des carmes, né á Lillc lc 20 juin 1CJ7, I grades : bachelicr.le f> soptemhre 1082; le 12 juin IG.ss,
mort i Bruxcllcsle 5 jan vier 1677. Son nom de famille licencié, ct en lin lc 10 juin 10U0, il était créé maitre
ctail Crcspin, e l il fit profession lc 2S octobrc 1630. on Ihéologie. lili 1700, le siége «l’Anvers étanl dcveim
II enscigna longtemps la philosophie c l la théologie vacaut jxir la mort de Cools, C). P.. il ful oíTort á I-raií-
á i’univcrsilé do Louvain. Provincial ot définitciir «idis d’ linghicn, qui rofusa, disant que, s’ il avail dósiró
«lo son ordre, il fu l oliargé de plusieurs missions les honneurs, il serail dciuouré dans le mondo oü ils
l ’.oinc el íi Madrid. Fraufois de l ’ onne-lispéralKc lili étaicnt tout préparés. l'n 1703, il s’ était démis do
«•omposa los ouvrages su i van Ls : Xuclitu bélgica adner- la régencc; il se retira (iand, son oouvont d’origiile,
5Í/.1 Aquílnm germunieain, iu- Io, Louvain, 1651; oí) il jiassa oncoro de loilgucs années dans l'éludc el
( ’,‘>mmcntari¡ tres in nninersam Arislotetis philosophíain, lous les exorcices do la charité. 11 mourut le 10 novem ­
in-ful., Unixollcs, 10.72; In universam Iheologiam bre 1722, ágé de soixanlo-qnalorzo ans.
seholastieam, C in-fol., Auvors, 1602; Apologemo Les disputes théologiques «ln Lemps doiméreilt sa
rrtortum, seu retorta disputatio apologética de igno- direction á ra e tiv ilé inlolloolUollo de Kranfois d'Kn-
raiitin iiw ineibili el <>¡iiiiii>nirm probabilitate, pro ghioii, qui soulinl 011 lil souloiiir un certain nombre do
I ‘ros per i i-'agnaní doctrina, cap. X c innitarís : contra Ihéses sur dos niatióres con tro versees. Ses tliéses do
dnetrmam de opinionum probabílilale illttslr. dom. lieonec porlaionl sur les sujcls suivanls : I'lirscs saenr :
Joannis Carnmuelis, in -l", Louvain, 1GG">; M a gu í j ex .lona, Mielura et Xalinin (21 jan vier 108(1); De
proptirfir IJ í.t visio de immacutata conccplione Ii. V. bimitdlr rt matitia athtum huinannruin (0 fóvrioi);
Marín-, hi-t'*. Anvcrs, 106."); I.ibcr apotogclicus pro De restitntioiie in genere et titulis ad eam obliganlihus
Joanne X 1.1 V rpixeopo cl pnlriarcha llicrosoli/milann, (8 ao id ); De iiolunlule Dei rl ntlribatís eam roncer-
rt pro ¡.ueifero Stirdonun epíscopo, in-1", Anvcrs, nrlllilius (18 juilloL); Théses sarr.v, e.r pr inri bus eapi-
1000; c.lirisliaiuH mónitas a<l IL /'. ¡nugistrum ¡ibus Hpistatie ud llebnens (2,') ju iilo l); De jtnti/icti-
Christiamim I,tipil 111 ord. rrcin. S. Angustí ni, in-l", lione (2 aoíil). l'uivorsiLé de Louvain, tliéses dos reli-
FRANQOIS D’ E N d I I I K N — FRANCOIS DE S A L E S (SAINT 730

gicux pour les années 1080-lfi83. Lors des ¿preuves !). FRANQCMS DE S A IN T E -M A R IE , de ln
pour le doctoral, il soutint les theses sur les sujets sui- noble famille des Pcrez del Pulgar, m arquisde Salar,
vants : Theses sacr.r, in Tobiam, Judith et Esllwr apparenlé h saiute Thérésc.par los de Cepeda. II était
(1 novembre 1080); De aclibus humanis (8 novem bre); nc íi Grenade le 13 aoCit 15G7 et avail montré, dés ses
De matrimonio (0 novembre). Theses pour les années plus jeunes années, les meillcures dispositions pour
1684, 1G85, 1086. l ’útude. 11 suivait les cours de théologie á la célebre
lJarmi les théses q u ’ uiK- fois m aílre et doeleur il lit université de Salamanque quand sa vocation se décida,
soutenir devant la faeulté de théologie de Louvain, et le 10 inars 15SG, il prit l’ habit religieux des carmes
signalons-cn q u e lq u es -u n c s : 1® Tltcscs llieologicie de déehaussés. Ordonné prétre en 1592 á Malaga, il fut
aclibus ad mentem ct litteram angelici doctoris S. Tho­ envoyé Alcala pour enseigner la philosophie. Deux
mo; Aquinalis, in-8®, Louvain, 1686; ef. IJibl. univ. ans plus tard,il était désigné pour professer la théologie
Lovan. : Theses P P . praed. ab an. 1G48 ad 1G92, p. 318- ü Salamanque; il oceupa cctte chaire jusqu’á ce que, á
325; 2° Theses theologiea de libero arbitrio ac de ncccs- partir de 1001, il fút appelé á remplir diverses charges
silatc absoluta umoris beuliftei, in-4®, Louvain, 1088, dans son ordre. C’était un rcligieux d’ une haute vertu
ibid., p. 388-401; 3° Theses de sacramento psenilcntiw, et d'un zele ardent. Au milieu des travaux occasionnes
in - 4 L o u v a in , 1G99; 4® De divina gralia, in-4®, Lou­ par ses íonetions, il ne eessait d ’écrire. lndépendam-
vain, 1700, ete. ínent d ’un traité De virlute religionis qui d oil étre resté
Les principes gallieans, qui rceevaicnt alors des manuscrit, et de divers autres travaux de différente
assemblées du clergé de Francc une éelatante confir- nature, il publia en espagnol une Hisloire prophllique
mation, íurent ardemincnt eoinbattus par Francois du Carmel, in-fol., Madrid, 1C30, oú ¡1 défendait les
d ’ Enghicn. En réponsc á la Déclaration de l’Asscmblée traditions de son ordre. Son livrc fut déféré á l'inqui-
de 1082, il publia : Itcsponsio hislorico-lheologica ad sition espagnole, mais ne fut point eensuré. En 1G42,
eleri gatlicani de polestale ecclesiasliea dcclarulionem parait du méme auteur une apologie de l’ouvrage in-
ex summorum ponlificum documcnlis, dccrelis ac gcslis I eriminé, in-fol., Valenee, laquelle met momentané-
cxcerpta. P er quemdam sacra thcologise projessorcm, ínent fin á la polémique. Chargé par ses supérieurs
in-8°, Cologne, 1683. Dans la seeonde dissertation sur d ’écrire l'histoire du Carmel réformé par sainte Tlié-
les siécles x i ct x u de son H isloire ecclésiastique, le résc, il nc put en publier que 2 temes in-fol., comprc-
P. Noel Alexandre avait traité De dissidio quod Grego- nant six livres, Madrid, 1644 et 1C55. Nous avons de
rium V I I ponlifteem máximum cum Henrico I V impe- cct ouvrage considerable, qui embrasse l'histoire du
ratore commisit. L ’ art. 9, en partieulier, de cctte disser­ Carmel durant la vie de sainte Thérése, 1515-1582, une
tation était inspire de toutes les'idees gallieancs. 11 j excellentc traduction fran$aisc due á la plumc ele­
ctait intitule : Gregorius V I I romanorum primus ponli- gante du R. P. Marie-René, carme déehaussé, Lérins,
ficum sibi regum cxauctorandorum tribu it poleslalem, 1896. I.c P . Francois de Saintc-Marie se retira, en
contra Patrum doctrinam, imo conlra verbum Dei. ¡ 1G45, á Malaga, et, aprés y avoir donné pendant deux
C’cst contre ect écrit du P. Alexandre que Francois ans l’ exemple de l’obscrvance ct de toutes les vertus,
d’ Enghien s’éleva dans un livrc in titu lé : Aucloñlus il inourut en odeur de sainteté, lc 11 septembre 1649.
Sedis aposloticse in reges, sive attclorilas Sedis apostolices ágé de quatre-vingt-deux ?ns; il en avait passé
pro Gregorio V I I papa vindícala, adversus F . Nalatem soixantc-trais en religión.
Alexandrum, in-8®, Cologne, 1684. Noel Alexandre y
répondit par la V I Bdissertation aux siéeles x v - x v i de Cosme de Villicrs, Uiblw lheca carmtlilarum, Orléans.
son H isloire eccl.: Disserlalio apologctica F . Nalalis 1732, t. i. col. 502-501; Daniel de la Vierge, Specutam ciu-
iiielilamun. Anvers, 1G80, t. n, p. 1120; Richard ct Giraud.
Atexandri adversus tibellum F . Francisci d’Enghien, Tiibliotlwque sacr/e, l*aris, 1S23, 1. XI, p. 200: Philippc de l:i
dominicani, liccntiati Lovanicnsis. De auclorilalc Sedis Trinité, Historia carmelilnni ordinis, Lyon, 1C50, p. 601:
apostólicas in reges, 1G86, p. 23-259. Francois d’ Engliicn licrlhokl-lgnace «le S:\inlc-Annc, Vie de lu venerable .A/,
publia aussi : Positio faciens satis insólitas opposi- .lime de Jésus, Matines, 1870, t. I, p. 507-G02.
tioni contra conslitutionem Sedis aposlolicse Unigé­ P. S e r v á i s .
nitas, in-8®, Gand, 1715. I 10. F R A N 9 0 I S DE S A L E S (Saint). I. Vic.
II. CEuvrcs. U L Doctrine théologique ct mystique.
E i’liard, Seriplores ord. prird., París, 1710-1721, t. n, 1. V ie . — Saint Francois de Sales naquit á Tlioreiis,
p. 708; édit. Coulon, Paris, 1012, ad un. 1722: Hurter, dans le duche de Savoic, en 15C7. Son pére, Francois
S'ointnvltttvr, 3 ' ¿dit., Inspruclt, 1910, t. iv, col. 1060, 722, de Sales de Boisy, et sa mére, Francoise de Sionnaz,
1181 . appartcnaient A l’ancicnnc noblesse de Savoic. Lc
R. Coulon.
saint était l’ainé de six fréres; son pére le destina ü
8. F R A N Q O IS DE JÉ SUS -M ARIE , carme dé-
la magistrature, ct l’envoya étudier de bonne heure
chaussé,né a Burgos, professn avec éelnt la théologie au
aux eolléges de la Roche ct d’ Annecy. De 1581 á
fameux ecllégc de Salamanque. 11 mourut en 1677,
1588 il suivit A Paris, au collége de Clermont dirigé
aprés avoir rempli suecessivement les diflérentes char-
par les Peres jésuites, les cours de rhétorique et de phi­
ges de son ordre. Nous lui devons lc 1.1 du Cursus (¡teo­
losophie. II y joignit l’étude de la théologie : » A Paris,
logice moralis Sahnanticensis, in-fol., Madrid, 1GG4;
disait-il, j ’ai appris plusieurs ehoses pour plaire á
Anvers, 1672; Madrid, 1709; Vcnise, 1750, qui com-
mon pére, et la théologie pour me plaire & inoi-méme. *
prend les sept traités suivants : De sacramentis in
11 suivit les cours d'Écriturc sainte de Génébrard.
genere, De baplismo, De con firmal ionc, De eueharistia,
Une terrible tcntation de désespoir dont il fut délivré
De sacrificio missae, De pcenitcntia, De extrema itn-
aux pieds de Notre-Dame de Bonne-Délivrance, á
clione. 11 avait écrit auparavant des Commentarii
Saint-títiennc-des-Gres, donna une direction parlicu-
titterales el morales in Apocatypsim, 2 in-fol., Lyon,
I liére aux recherches de son esprit, ct pendant plusieurs
1648 et 1649, auxqucls il avait joint un reinarquable
années il étudia les mystéres de la grácc ct de la pre­
Traelatus de sensibus Scriptursc sacras.
destinaron. En 1558, nous le trouvons á l ’univcrsité
de Padoue, oü il s’est prescrit huit heures de travail
Richard ot Giraud, Bibllolhéque socrée, Paris, 1823, t. xi,
|>. 201; Cosme (lc Villicrs, fíibliotlwea carnielilaritm, Orléans,
par jour, quatre pour le droit et quatre pour la théo­
1752, t. I, col. 493; Ilenri-Maria du T. S. Sacrcmcnt, Col- logie. 11 prit pour directeur de sa conscience le P . Pos-
Icctlo scriptorum ordinis carmtlilarum excaleeatorum, Sanone, sévin de la Compagnic de Jésus. Aprés quatre années
1881, t. i, p. 211. de sérieuses études et d ’une vic tout angélique, au
P. S e r v á i s . milieu des 20 000 étudiants qui fréquentaient l'uni-
737 FRANCOIS DE S A L E S SAINT) 738

vcrsité, Francois re?ut lc bonnct de docleur en droit Claude de Granier mort, Franfois de Sales fut sacre
civil des mains de Pancirolc, en 1592. évcquc de Genéve (1G02). 11 coinmenfa par établir
R e fu avocat au sénat de Chambcry, il allait ctre ■ dans son diocése des catccliismcs pour les enfants et
promu sénateur. Son pére lui avait choisi pour vpouse 1 les lidéles: il trafa pour son clergé de sages régle me uls;
une des plus nobles heritiéres de Savoic. Mais Fran- il visita soigneusement les paroisses eparses dans les
$ois déclara son intention arrélcc d ’cmbrasscr la car- fiprcs monta “ nos de son vaste diocésc; il reforma les
riére ecclésiastique. La lutte fut vive. M. de Boisy lie communautés religieuses. Sa bonté, sa patiencc, sa
pouvait accepter de voir ainsi renversées toutes les ¡ douceur sont restées proverbiales. II avait un grand
espérances qu’ il pla?ait sur la tele de son fils ainé. amour des pauvres, surtout des pauvres honteux. Fru­
Alors l’évéquc de Genéve, Claude de Granier, obtint gal dans la nourriture, simple dans lc vétement ct
pour Fratifois, ct á son insu, la charge de prévñt du ¡ l’amcublcnn-nt, il se rctrancliail scvcrcnicnt toute
chapitre de Genéve, dont la collation appartcnait au superfluité, ct v iv a il dans la plus strictc économic pcr­
pape : c.’ était la premiére dignitc du dioccse. M. de sonnclle, aliu de pourvoir plus abondamment A la
Boisy céda, ct Franfois refu t les saints ordres (1593). misérc tles p;iuvrcs. 11 confcssait, conseillait ct pré-
Depuis la Kéformc, le siíge de l ’ évéehé de Genéve chait sans eesse. II a écrit dinnoinbrablcs leltres, la
était, en fait, transferí A Annccy. C'est lá qu’avcc un plupart de direction; ct entre temps il trouva moyen
zéle tout apostolique, le prevót se livra sans reláchc A I de inettre au jour les livres que nous «lirons.
I
la prédication, il la confession, ñ toutes les ueuvres du II Tonda, avec sainte Jcanne de Chantal (1010)
saint ininisterc, sans négligcr l’ctude; mcinc étant l'inslitut de la Visilation Saintc-Marie, pour les (liles
evoque, et malgré les travaux accablants de la chargc, et les veuves qui, se sentanl appelées A la vie rcli-
il consacrait chaqué jour deux heures il l’ étudc de la gieuse, n’ont poinl la forcc ou l'attrait des austerités
théologie, unissant la sciencc A rexperienee des ámes, corporclles pr.itiquees dans les grands ordres.
et développanl incessannnent l ’ unc par l ’aulre. II dit Son zéle apostolique nc resta pas conliné dans son
lui-incnic dans la préface de son Traite de l’amour de diocésc de Genéve. 11alia precher au dehors des avents
Dicu, lc résumé ct le couronnemenl des travaux spiri- ou des carémes demeurés célebres : a Dijon (1G01), oú
tuels ct iiitcllectuels de toute sa vie : « J ’ay touché il rencontra la baronne de Cliautal, A Chambéry (IGOG),
quantité de poins de théologie, mais sans esprit de A Grcuoble (IGIG, 1GI7, lfilS ), oíl il convertit le maré-
conlcntion, proposaut simplement, non tant cc que clial de Lcsdiguiércs. Dans un dernier séjour á I ’ai'is
j ’a y jadis appris es disputes, commc cc que l ’aticntion (novembre ltJIS-scptembre 1G19), il dut monter pres­
au scrvicc des úmes et I’cinployle de viugt-quattrc que chaquo jour en chaire pour sa lisia iré la pieuse
années en la saintepnudicaLion, m ’onl fait penser estre avidité de la foulc. De noiubrciiscs conversions en
plus convcnable A la gloire de l’ Evangilc ct de furent lc fruit. 11 íut en rapport A l ’aris avec toutes
1’ Hglisc. p les nolabililés religieuses de l ’époque, et en partieu-
L ’annéc suivante (1591), Fraiifois s’oíTril pour aller licr avee saint Vintenl de Paul. On lui proposa, pour
I
évangéliser le Chablais, oú les Gcncvois avaient imposé i lc décidcr ü dciucurci' en France, la riclie alibayc de
la rófornic de Calvin, c l qui vemiit de faire rctour au Saintc-Gencviéve, puis la coadjulorcric de Paris : il
«luché de Savoic. 11 s'établit d ’aliord, avec son couxin refusa tout pour revenir A Annccy.
Louis de Sales, dans la forlcresse des Allinges. Au péril lin Tautoinne de 1G22, saint Franfois de Sales dut
de sa vic, au prix de fatigues inouics, par des courses suivre la cour de Savoic en Francc, A Avignon, puis de
ct «les prédications inccssantcs, A forcc de zéle, de 1A A Lyon. Dans cctte ville, le 27 décembre, il fut
scicncc, de bonlé, de sainteté, il arrive íi se fairc écou- frappé d ’une attaque d ’apoplexic, ct mourut sainle-
U t de ccs popula tions scctaircs. II fixc alors sa dcincurc I nient lc lnideniain, jour des Saints-Innocculs. 11
A Thonon, la ville principalc du Chablais. II confond I était dans sa 55° annéc. 11 se fil un grand concours
les ministres que Genéve lui envoie; il convertit lc autour de sa dépouille inortclle, que le pcuple lyouuais
syiidic ct plusicurs des prineipaux eulvinistes. Sur la voulait conserver A lo u l prix. A grand’ pcinc on l.i
demande dil pape Clément V l l l , il se rend A Genéve ramena A Annccy, laissant son cocur A la Visitation tle
pour confcrer avec Tliéodorc de IJézc, qu’on appclait Lyon. Un nombre consklérable de miracles et de gr;V
le patriare!\c de la Reforme. Cclui-ci 1’nccuciHe, l’ écoutc, ces signalces ont élé obtenus A son tombeau qui est
semble méme un moment ébranlé; mais il n'a pas lc vénéré au couvent de la Visilation d'Annccy. Son
couragc d'allcr jusqu’au bout. Lc C-hablais so cou- cour, A la Hévolulion, fut eiuporlé par les visilan-
vcrlit en inasse (1597 ct 150S). Claude de Granier dines de Lyon A Vcnise, oú il esl en grande vénéra-
choibit alors Francois pour coadjuteur, malgré ses tion. Fraiifois de Sales fut béatiíié (1GG1), el cano-
relus, ct l ’cnvoic A Koinc (1509). nisc (1GG5) par Alexandre V i l ; il fu l proclamé docteur
Clément V l l l ratiíla le clioix de l'úvcque de Genéve de l ’ fcglisc universelle par Pie I X (1877).
ot voulut examiner lui-méme lc candidat, en presente
II. CKuviucs — l ’oiir la iliH lleiielalllrc «les «euvros «lu
<lc tout le Sacré-Collégc. Cct examen improvisé fu l un sainl ditcLcur, nous siiivrons l <irdr<' de la n ou velle éd ition
Irlomplic. « Aucun de ceux que nous avons exaniinés t>tihlii-c par les siiins ile l;i V isila tion <1*A nnccy : com m crw íi-
jusqu’A ce jour, dit lc pape en se tournant vers les car­ ni clic on esl 011 r .ilil au w i n » voltrm c. v i n ' (k-s
dinaux, ne nous a satisfail d ’ nnc maniére aussi com­ ¡.ellrrs. l.c h iiK -dielin aliviáis dum Msickey a p rc lé sor» c o n ­
plete. • Dcsceudanl de son Irónc, il s’approcha de cours aux rcliKieiiscs d r la V isila tio n , cl les 12 premiers
1‘ranfois (jui élail cncore ;» genoux, et l’cinbrassa en vcilmncs o n l etc |nil>li('s sous sa diroction. II a (art piérútlor
eluií|Ue ou vra fii'ilu sainl diK lciir <l<‘ lonfiiicset eruditos pré-
lui disant á liautc voix les paroles des Proverbes, v, 15,
faers, «>íi il :» lrsiité fi fonil KraiKl^tionchre <lc points concrr-
1G ; Hibf, ¡ili mi, aqtmm ite cisterna tua, el flnenltt putei nanl l«-s «rn v ii's «l«i sainl Ccs profaces ont été n olre kiiI«I<-
lili; (trriuentur foules lu i fortín, ct in ¡ilutéis aquits /uns Ir plus nssiiré <|jius le préseill Iravail. I '. N'avat«‘l. «te la
divide. La propliétic se réulisa. (^oiupaKilrc de .Icsik, a su rvrillé l’ r<lilion des Irois voluntes
A s<iíi r e lm ir d e l i ó m e , F r a n c o is d l i l a lle r A P a ris snivants. l.<-s dcit\ derniers cilnnics paras, t. x v i, x v ii, ne
p o u r le r é g le m c n l d e s a lia i res r e lig ie u s e s d u p a y s d e , s int pas sí^nés : ils lém oin iioiil d'une itrande sanarilé el
(♦ e x, q u i d e p e i n l a i l «le la F r a n c c . LA le c o a d ju l e u r d e proh ilé ilo Lra\ ail C e s l e r llc éililio n tpic.nous citerons on li-
nnireinnil ha 1 '“ é ililio n co m p lélc «les «rlivre s «lc Soinl
(♦••lleve se li:i d 'a m ilic - a v e c Al. «le B é r n lle , p lu s la r d
l'ran c'ds «l«- Sales esl «lc Toulouse, l<U17 ll-n e sem ble pas
i .ir«]iu:i I. íiyi r A n t o in e O e s h a y c s .s r t r é ta ir e d ’ l l e n r i I V , i >|iie süinli* « lia n ial l'arl eonnne 1.'éd ilm il i| il>llc prépnra, «le
e l j i v i e l I c im IV lu i-in é n ie i|ui v o u l u t é t r e * « l e t ie r s dnn x eoiicerl nvee le C om inandciir de Sillcry p a ra l ík l ’ nris. en
• i l l c b c lle n u iilié . • L e ro i e f i l v o t iln l lx e r le c o a d - I 11> 11 (.ln«| aulres édillu in , In lolio com nie les «lon\ prr-
Jut u r en F r a n c e : il lu i fi l p r é d j r r le ca r e iu e á la e o u r . iid ír o i. ct <lfii\ éditions en S in-1 ü se su crédcrent. á Paris.

liIC T . I ll 7 IIM H .. C\T I I <►!.. VI. - 25


73‘J FRANCOIS DE S A L E S (SAINT) 740

pendnnl lc cours Uu x v i i ' siéele. Lu x v i i i c siCclc I1C lit pas


qu’ il enumere avcc amour. 11 en concluí que Home
tl’ édiüun nouvelle «les aiuvrcs com pletes. I-n x ix * cil a vu cst le centre nécessaire de la eommunion calholique,
plusieurs, «lon l les Irois principales sont eclles de LJIaisc,
et que le pape peut, sans les conciles, déíinir les
10 in-S° avec 0 vol. de snpplém ent, l ’ aris, 1821-1833, tle
V ives, IU in-8°, l ’ aris, ISMi-lS.">.S, e l «lo Migne, 7 pelits
matiéres de foi : « L ’ Eglise ne peut pas tousjours estre
in—1 l ’aris, 1801-1801. ramassee en un concile general, et les trois premieres
centeynes d’annees il s’en íist point; es difTicultés
Io Les Conlrovcrses, t. i, composées pendant la inis- donques qui surviennent journclltímenl, a qui se
sion du Chablais, nu furent publiécs que longtemps pourroil on mieux adresser, de qui pourroil 011 prendre
aprés la mort du Saint, dans le v 111e vol. de l’édition loy plus asseuree, regle plus certaine que du ehef ge­
de 1<>72. Lc saint auteur les appclait ses Méditalions, neral et du vicairc de Notre-Seigneur? Or toul cecy
ses Plaeards. C’ élaienl, 6 l’originc, des ftuilles volantes n’a pas lieu seulement en saint Pierre, inais en ses suc*
que le zelé missionnairc repandait panni les habi- cesseurs; car la cause demeurant, l’eflect demeurc
lants de Thonon, ct faisait aflichcr sur les places el cncores; l'Eglise a loujours besoin d’ un conñrmatcur
dans les rúes, alors qu’au debut, on n’ osail venir á ses infaillible auquel on puysse s’addresser, d’ un fonde­
prédications. Ccs feuillcls, rccucillis par Charles-Au- ment que les portes d ’enfcr ne puvsscnt renverser, et
guste, lc neveu du saint, et ofTerts au pape Alexandre que son pasteur ne puj'sse concluiré a l’crreur ses
V I I Cliigi, lors des fétes de la héatillcation, furent enfans : les successeurs donques de saint Pierre ont
publiés peu apres par le minime Harel, avcc de noni- tous ces inesmes privileges, qui ne suivent pas la per­
breuses lacunes, et ce qui est plus fáchcux cncore, sonne, mays la dignité ct cliarge [publique. » On sait
avec des relouclies. Les éditeurs postérieurs ont repro- I que les premiers éditeurs avaient tout simplement
duil le méme texte defectucux. L ’ édition d’ Annecy biííé le m ol infaillible qui genail leur gallicanisme. Cc
nous donne la vraic levon. ^ mot a été rélabli pour la premiére fois par l’édilcur
Lc but de saint Frangois de Sales dans les Conlro- I Blaise dans un volume suppleinentaire de son édition
verses cst de prouver « que lous eeux sont en faute, qui | (1821). Au cours des discussions sur rinfaillibilité
dcmcurent separés de 1'Église catholique, aposlolique . pontificale, au concile du Vatican, Mgr McrmiUod fil
et romaine. n C’est une démonstration complete de la ! photographier ct distribucr aux Péres la page du
foi calholique íi l’ usage des protestants d’alors qui, ¡ manuscrit Chigi qui conticnt la phrase citée plus
adm ellanl les saintes Écritures, s’ étaicnt sépares de haut. L ’ imprcssion produite par ce témoignage auto-
l’ Église catholique romaine. L ’ ouvrage se divise en graphe ful grande : le bref du doctoral de saint Fran-
trois parties : 10 l ’autorité de l’ É glise; 2o les régles de fois de Sales en a conserve le souvenir : Im prim ís au-
la foi violées par les ministres; 3o les régles de la foi elorilalcm hujus apostolice Sedis, ne román i ponlifieis
observées dans l’ Église catholique. beali Petri sucecssoris propugnavil, ac ipsius primatus
Dans la I re partie, I'autorilé de /’ Église, l’auteur vim ae rationem, e« perspicuilatc cxplieavil, ut Valicani
combat le st'hismc chcz les habitants du Chablais qui oecunienici eoneilii defin ilion ibus felieiler prscluserit.
ont écouté ct suivi des ministres sans mission et Cctie 1lu x de infallibililate romemipontificis in quadrage-
usurpateurs d’une autorité qu’ils n’avaient point. 11 simo sermone « Conlroversiai-nm « asserit, cujus aulo-
retracc devant leurs yeux l'image vraie de l’Église de graphum, dunt in concilio res (ii/eretur, detcctum esty
Dieu defigurée par les protestants : cctle Église donl ejusmodi sunt, qux nonniillos Putrcs tune cu super re
les Irails principaux sont d ’étre visible, de renfermer | adhuc ancipitcs ad dcfinitionem deecmcndani, veluti
en elle des bons et des inauvais, de nc pouvoir périr, de munu duxerint. CEurres, t. 1, p. xix .
n’ élre ni dissipee, ni cachee jamais, et de nc pouvoir La 76 régle de la foi, continué le saint auteur, régle
errer; et les ministres onl tente de violer et d’avilir | exlraordiiuiire, est Yaulorilé des miracles. E l la 8e et
son autorité en faisant revivre l'une aprés l’aiitre les 1 derniérc régle, la raison nalurelle, est présentée comme
attaques des hérétiques antérieurs qu’elle avait con- régle négalive, c'esl-á-dire que la vraie fe i ne doit rien
danmes dans les cinq premiers siécles. II établit alors renfermer de contraire á la raison ct aux bonnes-
les níarques évidentes qui dcsignent « la vrayc Iís- inecurs. Et lc saint, aprés avoir établi ct dcveloppc
pouse i': unilé de clief ct de doctrine, sai nielé extérieure j chacunc de ces huit régles de la foi, montre comment
et intérieurc, universalilé ou calholicilé de teiups, de " l’ Eglise des pne tend lis » les a violées.
lieux et de personnes. L ’ Église des protestants n’a La I I I o partie des controverses: Les régles de la jo i
pas plus ccttc marque que les autres : elle n’est pas ( sont obscri'écs dans l'Église catholique cst malheureu-
catholique,» mais encorcs nc le peut cstre n’ayant ni la semciil incompleto.
forcc, ni vertu de produire des enfans, iríais seulement , Apres la récapitulation de loul cc qui précédc, l'au-
de desrobber les poussias d’autruy. » , teur traite des sacrements en général el de l’altération
Dans la I I C partie, l'autcur établit la regle, ou les | de la forme des sacrements de baptéme et d ’eucharis-
regles de la foi, pour montrer comment les # faux prae- | tie par les ministres. Enfin lc sainl docteur parle du
dican ls» les onl violées. La régle de la foi, c’cst d ’abord i purgatoire et des priéres pour les morts, ct il établit
la parole de Dieu conlenuc dans 1’ Éeriture sainte et ' victoi'ieusement la legitimité de la doctrine et de la
dans la tradition apostolique. Voilá la régle ou plutót | pratique de l’ Eglise.
les deux premieres régles formellcs. Mais ces deux régles Cettc rapide analyse des Controverses suflit á mon­
nc suflisent pas : la sainte parole pourra « rcccvoir 1 trer la valeur théologiquc de ce traite de l’ Église : Pro­
autant de formes qu’il y a de ccrvcaux au monde... 11 , ferto in sclectis conrlusioni(>us,seii Controversiarum libris
faut quelqu’ un qui la propose..., quelque infaillible qiws sanctus episeopus conseripsil, manifesté cluccl mira
authorité a la proposition de laquelle nous soyons j rei thcologicx scicnlia, eoneinna mcthodiis, ineluelabilis
obligés d ’acquicsccr... » D'oú qualrc régles íVupplica- I argumento ruin ris, tum in refu tumi is luvrcsibus, tum
tion : l’autorité et IVnseigneinent de ¡'Église, l’auto- ¡ in demonstralione eatholiccc i'eritatis, el praesertim iu
rité des conciles, celle des sainls /’eres, cl celle du , asserendu román i ponlifieis auetoritatc, Jurisdiclionis
pape. Au sujet de cettc derniére régle, il établit la I prinndu. ejus que infallibilitatc, qux Ule tam scitc ct
suprématie de saint Pierre sur les autres apotres; il luculentcr propugnai'it, ut definitionibus ipsius Vati­
montre que les successcurs de saint Pierre, en lui suc- canav sijiwili pnclusisse incrilo videatur. Décret de doc­
ccdanl sur lc siége de Romc, lui ont succédé dans sa toral, 1!> juilict 1S77, CEuvrcs, t. 1, p. xn. Cerlains au­
primauté, cl sont les cliefs de l’ Église, vérité qu’il con­ teurs reprocliout á notre saint de n'avoir pas f.'.it
firme parles élogcs, les ti tres et prérogatives qu’a don- assez anivrc d'érudition, de 11'étre pas sorti des lieux
nés aux souverains pontifes l'antiquité ehrétienne, et comnums de la controvcrse théologiquc, et de n’avoir
741 FRANCOIS DE S A L E S (SA IN T) 742

pas « labourc les ampios matiércs do la théologie posi- est plus jaloltx d ’cntasser un grand nombre de preu­
líve. » Les Controverses sont un livre véeu, et non un ves tollos quclles que d ’cn etablir un nombre sufíisant
livrc de cabinet; le missionnaire parle á son auditoiro, de valablcs ou d'eti decouvrir d ’inédites. II nc clioi-
ct il lui parle si éloquemment qu'il lc convertit. Ríen sit point, il adlllet les prcuvcs contestables sans scru-
uc résiste á son argum entaron; rien ne resiste á la pule. E t satis doute on a pu dirc pour l’excuser que
l)ontc avec laquelle il traite les pauvres protestants la plupart des témoignages aujourd’liui rejetés par la
égarés, en cvilant ces qualifleations injurieuses que la critique étaient acccptcs alors par les théologiens des
chaire et la polemique protestante ct eatholique se deux partís; il n’cn est pas moins vrai cependant que
permettaicnt si largement á celte epoque. l’attention commcn^ail á se porter de ce cóté, comme
2° Lu Defense de l’cstendart de la sainte eroix, l. n. — lc prouve parfois la contrc-répliquc de La Faye. » Lfnc
C’est le premier ouvrage de quelque étendue qu’ai t note renvoic á la Replique ehrétienne á la réponse de
publié lui-méme le saint docteur. La t re édition est M . Francois de Sales, Genéve, 1G04, oíl Ln Faye sígnale
do Lyon, 1G00. Une 2e parut trois ans aprés á Paris, «la fausse indication de certains passages des P é rc s ...»
sous « lc til tre prodigicux » de Panlhologic ou Thresor Hisloire tle la liltéralure franca i se, publico sons la di­
¡ireeicux de la saínele Croix, nous apprcnd lui-méme le rection de M. P e tít de Jtille ville, Paris, 1897, t. ni,
saint. Une 3Cédition, poslérieurc de quelques années, c. vu, p, 3GG,
est de Rouen, sous lc titre abrége d ’Etendarl tle la La réponsc est facilc. Saint Francois de Sales vou­
sainte Croix. II nc semble pas que cc livre ait etc depuis lait prouver la légitim ité du cultc de la croix : c’ était
lors réimprimé isolément et en dehors des CEuvrcs com- une queslion de raisonnement appuyéc sur une ques­
plétes. tion d ’érudition. La premiére a été traitée de main de
Un painplilct anonyinc du ministre La Faye contre , maitre. La seconde consislait á rccucillir tous les
lc cultc de la croix íut l’occasion de ce livrc. Commcncé , témoignages de cuite rendu á la croix que les monu-
pendant la mission du Chablais, il ne put étre terminé ments de l’ Église ancienne pouvaient lui fournir : c ’est
qu'un peu plus tard. Dans l’avant-propos, l’autcur la tache dont il s’est acquitté avec autant tle succés
attaque (le íront l ’objcction protestante que, Dieu seul qu'un théologien de son temps le pouvait fairc. 11
ayant droit á la gloire ct á l’honneur, nullc créature avait et il m ontrait autant d ’crudition pour lc moins
ue peut prctendrc á partager avec lui les honneurs , que les ministres de Genéve, á commenccr par son
rcligieux. 11 aflirme qu’aprés avoir rendu á Dicu l’hon- antagoniste Ln Faye. II a compulsé ct cité tous los
neur qui lui est dü, il est juste d ’apportcr encore un auteurs qui pouvaient lui apporter lin témoignage qu’il
honncur, mais un honneur relalif, á certaines créa- jugeait sérieux. (Juant á adm ellre, commc on le pré-
tures, ct tout spécialement á la croix de Jésus-Christ. tend, scicmmcnl ct sans sentpule des preuves contes­
Puis entrant en matiére, il traite succcssivement : tables-, quant á étre plus faloux d’entasser un grand
I o de la vraie croix; 2» de l'imnge de la croix; 3o du nombre de preuves tellcs quclles, que d’cn ¿tablir i/n
signe de la croix; >1® tlu cuite rendu á la croix. — nombre sufpsant de bonnes, lc jugeme.nl, la droiturc
1. Lc saint établit la légitimité de l’honneur dQ íi la | proverbiale du saint, sa conscieucc ct sa vic tout
vraie croix par le témoignage des Écritures, les mira­ entiérc protestent contre une paroille allegation. E t
dos de sa conservation ct de son invention, e t les puis le livrc lui-mímc est lá pour affinner le contraire.
textes des l ’éres : ct il établit qu’on a toujours eu con­ La Faye, dit-on en note, a signalé la fausse indication
fiante en l’eflkacité de sa vertu. 2. II montre Vimagc <le certains passages des Pércs : sur plus de quatre cents
<h- Ut croix toujours en grand honncur dans l ’antiquité texles il est permis tle fairc quelques erreurs d’mJ/-
clirétienne; ct la verlu de ccttc sainte image se maní- ¡ eation. La Favc lui-méme est-il infaillible (lans ses
h-slant par les bénédictions acconlécs A ccux qui l ’ho- i iiulications tle prétendues erreurs? L a Faye, en effet,
norent ct par lc chátimcnt des profanateurs. 3. Le i s’était decide á répondre, en deux factums successiís,
vi'j/ic de la croix est en usage dans l'Église dés les ; ct assez pauvrement, avec des injnrcs, surtout. Le
temps les plus anciens, comme profession publique | saint écrivait á cc s u jc l: » Mes ainis n’ont jamais voulu
de la íoi, ct cominc moyen de bénir. 4. Lc sens du m ol que je prisse sculemenl la peync de penser a replíqucr,
rulte ou ndoration de la croix doit ctre précisé. Lc lant la responso leur a semblé indigno. Ilz ont eren
saint, aprés avoir distinguí deux sens dans le mot et que molí livrc fournissoit asses de defense contre ceux
lidée d’adoration, réserve avec l’ Église, á la supremo qui Tatlaquoicnt saus que j 'y adjouslasse chosc du
cxccllence, i’adoration ou cultc tic tatric; ct il atlribuc m onde.» Lettre á madame de la Flecliére, 23 mai 16U9,
:iu\ créa tu res surnaturelle ment cxccllcuti-s l'adora- t. x iv , p. IfiJ. T o u l au plus pourrait-on reprocher á cet
lioit, honneur ou t ulle (le dnlie e l tl’hijpcrdulic. II fait ] ouvrage de la jeunesse du saint quclques impcrfec-
<nsuile une seconde distinction enlre l’ honncur ou , lions de style. Ajoutons que Y ¡-'tendal! de ln croix esl
adora! ion de lalrie parfaite et absolue qui nc s’adressc non sculeinenL une Iriomplmiite revendiration du
(ju’á la divinilé, et rhonneur (lc l.itrie imparfuitc el cultc de la croix; mais c’cst encorc l'apolofiic élo-
n-tul ¡pe qui s’adresse * aux appartenanecs de Jésus- quontc de tout le principe sacramente i, c’est-á-dire de
(Jirist, * ct cu partieulier á la croix. Les derniers clia- 1 l’usage (les choses matórielles dans les rapports entre
pitres répondcnl i» la grande objeclion protestante, Dieu et riiomnie.
que le Décalognc iuterdil la fahrieation des images. ,'¡n ¡nlrmluctinii i) la vie dél’ofr, L. 111. — C’esl un illa-
On lil daus tm livre géiiéralcnient mieux inspiré, nucí d'ascélismc. 11est nú du besoin que consta ta sniut
loul ;i cóté >1» reslc de bclles el judicii-nscs pagos sur Francois de Sales de donner un code simple, courl,
notre snilil,quclquesligues d'ainérc critique sur l’ Éten- pratique de vie inlérieuro aux fnues (jui, vivant au
d irt «lc ln croix : l-'nnifois <le Sales * reíanle sur soil milieu dn monde, se sonlent appelées á mavehor dans
lim ps quand il s’aml de inettre, coinmc il convieul les voics de la piété clirétienne. File snile d'avis, ou
d nis «lc eerlains sujets, l’érudition au Service de la petits mémoriaux et Irailés prati<iues que le saint
thr'ologie. O n'élnil pas par des lexles tires de l ’É( ri­ avait donnés par érril h 1’nne de ses párenles. M '” '1
lare <]iie I on pouvait le mieux défemlrc lc culle catho- dr Cliarmoisy. furenl r<neasion, el ilevinrenl le noi/mt
h<]in de la croix : r'éüiil en rechcrcliant suigneuse- du livre. Sur les ¡lisiantes du P. Fourter. jésuite
iinnt, d.iiis les nionunieiits de l'lvglisc ehrétienne pri- I lorrain en résidence á ('.liambcn*. lc sainl arrangea
>• itivo, dts témoignages certains de l’cxislciicc de re les ix-tits traites en question; »l v jnignil d ’autres
i nlle. Or, IVuqnélc de Francois de Sales ne semble pas mémoriaux composés déjá pour d ’autres personnes.
avoir apporié sur « e lle matiére <|e lamieres nouvelles. parmi lesquelles étail sainte Cha ni a l; il coordonna el
Son «nidition n'esl i^ilcre que celle du moyen áge. II complét i le toul, et lc livre parut au commeiieeniriii
743 FRANCOIS DE S A L E S (SAINT) 744

<lc 1609, íi Lyon. L ’édition princeps ne contenait que position cst puiscc de la commune et véritable doc­
irois parties. Dans les éditions suivantes lc saint en trine des plus saintz et s?avans théologiens, que j ’es-
njouta deux, s’appliqua ;'i perfectionncr la form e; il crivois pour les gens qui vivent einmi lc monde et les
s’cllorfa surtout (le rendre son livre plus univcrscl et , cours, qu’au partir ele la j ’ inculquc soigneusement
<l’en faire disparaitre ee qui se rapportait d ’ une facón 1’cxtreme peril qu’ il y a es danses... » Préface du Trailé
trop exclusivo st la direction <le personnes particulares. de l'amour de Dieu. 11 aurait pu ajouter qu’il recom-
L ’auteiir commence par expliquer ciairemenl cc mandait instamment á sa Philolliée de n’avoir aucune
<iu’il appelle la dévotion, ct qu’aujoim l’ hui nous appcl- I affection A tout cela, ce qui serail « cliose contraire
lerions la piété : « La vraye et vivante devotion, o a la devotion ct extrememcnl pcrilleuse. Cc n’est pas
Philothee, prcsuppose l’amour (le Dieu, ains elle n’est mal de lc faire, mais ouy bien de s’ y affectionner. ■
autre chose qu’un vra y amour de Dieu; mais non pas Vie dévote, 1. I, c. x x m . Des áincs timorées se scan-
toutefois un amour tel q u e l: car, en tant que l’amour daliseraicnt aussi volontiers du langage dont se sert le
divin cmbellil nostre ame il s’appelle "race, nous ren- saint en maints endroits, avcc une verdeur d ’expres-
dant aggreables a sa divine Majesté; en tanl qu’il nous | sion íi laquelle nous nc sommes plus habitúes. Saint
donne la forcc «le bien faire, il s’appelle charité; mais , Frangois de Sales était de son temps ct parlait la lan-
quand il esl parvenú jusqnes au (legre de perfection 1 gue de son pays, moins raílinée, moins hypocrite, plus
auquel il ne nous fait pas seulement l>icn faire, ains sincére et au fond aussi chaste pour le inoins que, la
nous fail opercr soigneusement, frequemment et nótre. II pensail qu’il fallait signaler lc mal aíin que
promptement, alhors il s’appelle devotion. » Le livre la jeunesse püt s’en preservor; ct dans cc lemps-lá on
conticnt : 1. un préambule : la préparation de l ame pouvait appeler le nial par son nom. Les chapitres de
á la dévotion; 2. les deux grands aides et moyens de la 111* partie sur les amitiés ct < amourettes » sont lout
la devotion, la priére et les sacrements; 3. la pratique aussi praliques aujourd’ hui qu’ autreíois, et les le?ons
des verías : qui constitue le eorps de la devotion; qu’onyrenconlrera neserontpas hors de saison. Dans
4. la mise en garde contre l’ennemi, ou comment se le c. x x x ix : De l’honnéleté du til nuplial,le sainl donne.
conduire dans la tenlulion; 5. la retraite, ou renouvelle- d’ une fa(on trés réservée, mais trés dairc, de difficiles
ment périodique dos bonnes résolutions. Voilá tout ct nécessaires enseigneincnts; « Je pense avoir tout dit
Pouvrage : simplicité, bonté, je dirai presque bonho- ce que je voulais dire, et íait entendre sans le dire cc
rrtie, clarté, espril judicieux ct pratique, délicate ana­ que je ne vouloispas d ire .» On peut mettre, sans doute.
lyse du cceur humain, en inéme temps que stimulant entre les mains des enfants ignorants des éditions spé-
puissant pour nrracher l’áme á sa nature viciéc ct ciales; mais supprimer ce chapitre et les autres que
l ’engager dans les voies de la p ié té e t de la perfection nous avons dit, des éditions courantes, commc on lc
de l’amour de Dieu. fait souvcnt, c’esl se priver d'un utile auxiliaire.
Quand cc livre parut, il cut un succés sans pareil. 4o Traité de l ’amour de Dieu, t. iv, v. — C’cst l’ou-
On n’avait pas cncore cssayé, eu France du moins, de vrngc capital et le chef-d’ ceuvre de saint Frangois de
donner un suido tlair et pralitpie pour mener les Sales. Ce fut aussi son ceuvre de prédilection, á laquelle
fidéles vivant au milieu du monde dans lc-s voics de la il travailla de longues années. Les instanccs de sainte
perfection. On n’écrivait de semblables choses que Chantal et des premiéres visilandines lc determinérent
pour les couvcnts, et eu latin; ct la doctrine relevée des íi achever ce travail, qui parut Lyon en 161G. 11fallut
livrcs de dévotion convenait mieux, dit saint Fran?ois le rééditer en 1617, 16 IS, 1620. II fut traduit bientót
«lc Sales lui-méme, « aux parfaits qu’aux aspirants. » dans la plupart (les langues de l ’Europe.
Du vivant meme de l’auteur, 1’ Inlroduction avait Le saint docteur a résumé lui-méme le I ívtc danssu
pénélré dans les principales contrées de l’ Europe, et Prcface : i J ’ay seulement pensé a representer siinple-
avait été réimprimee plus de 40 fois en langue fran- ment et uaívcnnent, sans arl et encorc plus sans fard.
^aisc. Dés lfiáG, elle avait été traduite déjá en 17 lan- l’ histoire de la naissance, du progres, de la décadence,
yucs. Actuellement on peut nvancer sans exagération des operations, des propriétés, avantages et excellencos
que les éditions de cet ouvrage dépassent le nombre de l’amour divin. « Douzc livres, dont le 1er cst un
de niille. C e lle de l'abbé F. Boulenger, in-12, Paris, préambule et le dernier tire des conclusions pour la
1909, reproduil l’cdilion de 1619, mais elle a moder- pratique de la vie.
nisé i’orthographe. Lc 1. I ír cst une pnge de psychologic qui sert de
Lc bien (|ue 1’ Inlroduction a produit dans le monde préparation á 1’ « hisloire de la divine charité » : c’csl
cst en rapport avec ccttc diffusion. Lc bref du doctoral l ’étudc de la place forte que la chartté va conquerir et
résiunc les témoignages d ’admiration de prés de trois transformer. Qu'est-ce que cct amour qu’ il s’agit cíe
siécles, et les consacrc par ces décisives paroles : rendre divin? La volonté humaine, nous d il le saint
M áxim e autem vivís eotoribus virtutem opere quod auteur, connnande á toutes les puissances ct passions
« Pliilothen » inseribitur, p in x it; ae prava sternens in de l ’áme : elle connnande mcmc á l’amoür; mais ¿k
directa, el aspera in vías planas, universls Chrisli fide- son tour il sait prendre autorité sur elle et lui conunan-
ti bus iler ad eum ila facile eommonstravil al vera exintle der. Et le saint décrit les diflérentos opérations de
píelas tneein suam ubique effunderet, víain sibi ad l'amour ol les diflércntes sortes d ’amour. II le montre
regían solía, ad dueum Icntoria, ad Jiidieioruin forum, clicrcliant en vain son objet ici-bas, ct tendant par
telonio, oflhinus, el ipsa oppiduta pastorum aperiret. l’ inclination de sa nature á Dieu, sans pouvoir l’at-
Enimuero iis seriptis ex sacra doctrina summa seicnliv teindre, á inoins qnc la gráce nc vienne á son aide. Et
sanctorum principia eruit, el ila cnuclcat, ul insigne c ’est 1& précisément que va commenccr l ’histoire de
cjus privilcginm ptune visum sil, quod ad onuies fuie- la divine cliarilé.
litun coiitlilíones sapienler, leniterque eamdein aeeotumo- Les 1. I I- I V racontcnt cette admirable liistuir*' :
üare noveril. ültwres, 1. i, p. x v m . , d ’abord la génération du divin amour daus les elerneh
L c livre d< la Vic devoto a cu des critiques, quelque décrets de la divine providence que Pautcur énumere :
parfait qu'il fut pour lc fond et pour la forme. Lc saint l’ incarnalion en premier lieu, ct l’éleclion de la Vierge
a réfuté lui-méme une de ccs accusations : ■ Cc livret .Marie, la créalion de tout le reste des choses tant nata-
a rcceu g< n< ralcmenl un gracieux ct doux accucil...; relies que surnaturellcs, la rédemption, l'imnuculíi
il n’a pas pourtanl cté cxcm pl d’ une rude censure de conccption. Nous voyons la naissance du divin amour
<|uclqucs-uns..., de cc que je (lis á Philotlicc que le en nous, par notre justilication : les attraits divins qui
bal esl une action de soyinemc imlifterento... J euss-e nous sollicitcnl, toul en nous laissant notre liberté:
des iré qu’ il leur cusí pleü de considcrcr que la... pro­ puis la foi, l ’espéiauce, la pénitence vennnt suceessi-
745 FRAXgOIS DE S A L E S (SAINT) 740

vement hnbitcr nolre áme; enfin les « a llra ilz ainou- Lc Traité de l’amour de Dieu deroule devant les
rcux de Notre-Scigncur » nous aidan tet accoinpagnanl yeux du Icclcur une magnifique synlhése de lou t lc
jusqu’á la chanté ou amour sacre, qui justific l’áme. dogme catholique ; les perfeetions c l altrihuls divins,
« La charitc done est un amour d'amitié, une amitié de la providence ct rinearnation, le dogme de Jésus-
dilection, une dilection de preferencc, mais de prc- Christ et <le son ccuvrc tout entiéiv, les prcrogatives
ference incomparable, souveraine et surnaturelle. » de la sainte Vierge, la chute ct les conséquenccs du
Le progrés et la perfection de l’5mc dans lc divin amour péché originel, la redemption, la justifieation du pé-
peut aller toujours croissant, et il c s t « aysé », car cha­ chcur, la gráce ct sa mcrveillcusc économie, lc cicl, la
qué bonne action peul lc procurcr; nous obtenons sainte Trinité ct les operations divines ad itUra. La
ainsi la persévérance c l lc clon de mourir en la divine morale y apparait autour de la charité que l’auteur
charité. C’cst au ciel seulement que se fera « la parfaile veul envisager comme aete plutól encore que commc
conjonclion de l ’áme A D icu .» Mais malhcureusemcnl habitudc. car dans un sujet si vasto il cst forcé de se
1‘Sme peut suivre une autre voie, d ’oü la décadence ot limiter et d ’elllcurcr seulement eertains points : mais
la ruíne de la cliarité. quelles pagos perspicaces sur le péclié, la distinction
Les cinq livrcs suivants sont consacrés A décríre les entre le péchc m oitcl c l le peché venid, sur les vertus
« opérations » ou les exerciccs du divin amour. Les et les vices ! L ’ascclique avcc ses deux grands exor­
deux principaux excrcices sont la complaisancc,' ou cices affedif ct cflcciif, l ’oraison ct l ’obcissancc A la
eondolcance, et la bicnucillance : c’cst l'ob jet du 1. V I. volontc de Dicu, ct avcc le moyen si pratique de la
Ccs deux excrcices généraux se pratiquent ou affccli- direction d ’iutcntioii ct des pienses aspirations,y donne
vement par l’oraison, ou cfjectivcmenl par ln conformitc la main á la mystique la plus relevée, mais la plus sai-
á la volonlé de Dicu. Les 1. V I et V I I Iraitent de sissablc A nos intelligences épaissies. Insignis d incom~
l’oraison • ou théologie mystique. » Hcmarquons que parabilis Tradalus de arnore Dei, ainsi lc caraclérisc lc
cc mot n’a pas, dans la langue du saint docteur, le sens décret «lc doctoral qui préeéda de quclques mois le
qu’on lui donne aujourd’ hui : pour lui, commc pour les bref que nous avons déjA cité. E t cc bref lui-mcme
auteurs de son te m p s ,« l ’orayson et la theologie mys- ajoute : Equidem duodeeim libris insignem atque í/icom-
tique ne sont qu’une me. me cliosc. Elle s’appclle Lheo- peircibilem Inidutum « De umorc D ei », docic, sublililer,
logic paree que, comme la tliéologie spcculativc a Dieu dilucidequc complexus cst, qui tot prn'cones de suavitale
pour son objeet, ccllc-ci aussi nc parle que de Dieu; su i aurloris babel quoi lectores.
mais avec trois difícrcnccs : car : 1. cclle-la traitte de Lc Traité de l ’ainoiir de Dieu a été, lui aussi, atta-
Dicu en tant qu’il cst Dieu, c t celle-cy en parle en tant qué. Les plus scricuses attaques viscnl la doctrine, ct
qu’il cst souvcraincmcnl aymable... 2. La spéculative nous cu pnrlcrons cil ctu liant la doctrine tliéolo-
traitte de Dicu avcc les hoinmcs et entre les homm es: gique du saint docteur. D ’aulTcs récriminations ont
la myslique parle de Dieu avcc Dicu ct cu Dieu mesme. pour objeclif la prctcnJue liberté de langage de l ’au-
3. La spéculative Icnd a la connaissancc de Dicu, et teur, qui emprunte A l’amour profane des iinages et
la mystique a l’amour de Dicu; de sorte que cclle-la coinparaisons pour dépeindre les chastcs operations
rend sos cscholiers scavants, doctc-s ct tlicologicns, de l ’amour sacre. Xous répéterons cc que nous avons
mays ccllc-ci rend les sicns ardens, affcctionncs, nina* d it á propos des incmcs reproches faits A Y Inlroduction
tours de Dicu, ct Pliilothccs ou Thcophiles.» « La me­ á la vie devote : aulres temps, autres meturs, et aussi
dita tion, i ajoutc-t-il, c s t« leprem ierdegréde l ’orayson autres a|)pré« iations courantes. Cc qui reste a<ltmrablc
ou theologie m ystique.» On peut suivre, dans ces deux ct inimitable, c ’est la naive netteté des lo von s (ln
livres, les ascensions de l’ áme, de la nieditation a dec­ saint, en meme temps que leur parfaite innocuité, A tra­
live (qui cst celle de l’aulcur) A la contempla!ion ordi- vers ccs gracicux tableaux qu’ il a cnqiruntés aux Irois
nairc, puis au rceucillcincnt anioureux oú lc sainl amours los plus « bastes d ici-has, l’;imour filial, l’amour
semble Taire commcncer les oraisons exlraordinairrs; conjugal cl l’amour inatcrnel.
jmis A la quictude et A ses difíércnts degrés: l’écoule- ó ” t e vrays eiitrdkus spirituds, l. vi. — Cc livre
tnvnl ct liqucfaction de ránie en Dicu, la blcssurc d ’a- comprcnd un rccucil d ’enlretiens faits par sainl l'ran-
mour, la langueur aniourcusc; puis vient l’oraison íois (le Sales á ses filies de la Visilation, ct rceucillis
«l’ union; puis lc ravissement ou exlase, ct enfin la par olios. Trois d ’oiilro eux (lc m c, de la fermcté, le
mort d’amour. vn -,d es trois lois spiriluelles,ct le xix% dcs vertus de
Les 1. V IH ct JX montrent l’amour (levenu effedif Saint Joseph) sont des sermons prononcés á l’église de
par l’amour de eanformité de la volonté de .l’homme A la Visilation; les autres sonl «les confcienccs familiares
ln volonté de Dicu siguí fiée dans ses comniandemenls, données ail jardin, ou au parloir d ’Am iccy, sauf les
ronscilsct inspirations; par l'amour de soumission au deux derniéres qui ont été recueillios A l ’aris c l A
bon plalsir de Dieu dans les évéiicmcnts de la vie; Lyon. Sainte Chanlal a ajouté, assez libreniciit, nu
par l’amour de résignaíiou dans les afilietions; dans texte de la rédaction de ses filies, divers fragm ciils de
l’ainour <Vindifférencr qui consiste A « n’aymcr rien sermons ou de lcllrcs en rapport avcc le sujet traité.
siii(ii) pour l ’amour de la volontc de D ic n .» Lc supréme Les /wifrcfic/is spirituels cireulaient inanuscrits dans
«hgré.dc la sainte indífíérencc cst lc » trespas tres les monasU'res de la Visitaliou : rindiscrctiim d’ un
aymable de la volonlé » <|iii « ciant mortc a soy v il cordclicr les livra tels qucls A la publicilé. lis parurent
purement en la volonté «le D icu .» en 1C2H, sous ce titre : « Les Kiitretiens ct Colloqucs
• La 111* partie Ira i le dc-s prnpriétés, avantugvs ct spirituels du Bien Ilcurcux 1'rancois de Sales, etc.,
rxrrllrnces du divin amour, c|ui consistcnt en cc que: pour fie rre Drobet, marchaml librairc A l.yon. » Cc
1. l'amour divin, en suite du premier commaiidemcnl, Drobet ctait lc frére du enrdelior en qucslion. Sainte
doit rOgner (lans notre euur ct y réglcr nos alTeclious á Chanta! fut navrée «le voir «crtains passages, qu’clle
17-gard des «réa tures, de nous-mémes el du prochain; jugeait Im p intimes, ains» publics; irautro part,
2. en cc qu’il tirnl la souveraine autorilé sur les verlus, l’ étlilion íourmillaU d ’ inoxactltmlcs 1 1 de fautes gros-
artlons ct prrfeelions (le 1’Atnc. C ’est l’objet des I. X siéres. A forcé de «Icinarches, elle obtint la rcvocalion
rt X J. «lu privilege roval a«<or«l<' á l ’éditcur Drobet ct lc rc-
Lc I. X M ' tire les conrlusiuns pratiques ct conticnt trail ilc Jous les exem plains. I.a Ifé d ilio n des Vrays
• quclqucs advfs pour lc progres de l'amc au sainl cnlrdúitft spinturts, parut A Lyon, d ie z Vincent «le
amour : » lc saint rccommandc la diredion d’iitlenlion, C'iMirsilly, en l(V¿i».
t'nfjrunde des actions ct la pratique des /uciiscs aspira- L'cilitiou d ’Anuocy reprotluit íldélcment cette ver­
hmis. sión t i donne en uole les plus intércssanlcs des sup-
747 FR A N 0 0 IS DE S A L E S (SAINT) 748

prcssions qu'avail falles au texte prim itifla sainle ton­ cliosc de plus parfait... elles uutrcprendroyenl saus
da Irire. De piécieux Ai>p en d iccs completcnt l'ouvrage doute d’ y monter puisqu'elles ont une voentiou qui les
ct reproduisent tles pagos inéditos tlu saint docteur. y oblige. » E n ln lic n r, de la générosité.
Sous sa forme definitivo, l’cdition des Vrays enhe- 6® Sermons, t. vn-x. — Saint Francois de Sales lie
tiens comprend done un recucil tic 21 conférences fami­ publia de ses sermons que l'Orayson fúnebre du due
liares. Au licu d ’avoir suivi l ’ordre chronologique, on de M ereaur, Taris, 1GÜ2. Les Sermons furent impri-
semble avoir adopté un plan plus didactique : 1er en- més pour la premiére fois dans les (JCuvres completes de
tretien sur l’obügation des Constilutions, et les qua- 1G41, prepáreos par le commandeur de Sillery avec le
litcs d clad évotion que les religieuses de lu Visilation concours de sainte Chantal. On les avait divisés en
Saintc*Marie doivcnt avoir. C’ est uue vuc d'ensemble deux séries : la t re comprenait 27 sermons ou plans de
sur l ’état religieux, dans l'esprit tle la Visilation. l.es sermons pris sur les autographes; la 2C comprenait
sept entretiens suivants trailent des vertus principales 33 discours rccueillis par les religieuses de la Visitation
et fondamentales : n, tle la con nanee; m , tle la fer­ d’Annecy. Les éditions suivantcs des sermons publiés
meté, á propos de la fuitc de Jésus en É gypte; iv , de soit á part comme en 1G43, soit dans les (Jiuvres com­
la cordialité et de l'humilité; v, de la gcncrosité; vi, de pletes, furent assez faut i ves; et la plus fautive de tou­
l’cspóraiicc; vu, des trois lois spirituclles : abandon, tes est la derniérc en date oü l'on a travestí, sous pré-
générosité, égnlití d’esprit. Puis vieiment les vertus texte de l’arranger, le texte original. C’est l’un des
plus spécialement religieuses ct monastiques : v m , la plus grands services rendus par l’cclition d’Annccv,
désappropriation, ou pauvreté; íx, la modestic (ou ' que d ’avoir restitué un texte authentique des sermons
perfectionnement de la chasteté), avec des considera- ' ct d’avoir considérablement enrichi le recucil.
tions sur la maniere de fairc ou recevoir la correction; Lc doote édlteur a fait deux parts des Sermons. La
ct aussi sur le rccueillcmcnt cu Dieu et sur l ’oraison; I IC partic comprend les sermons autographes, et la
x et x i, l’ obcissancc, ses conditions, sa pratique, sa l l e les sermons rccueillis par les auditeurs: les premiers
valeur et ses qualités; xu , la simplicité dans les diver­ lormcnt les vol. v n e ct v m c, et les seconds, les i x e et
ses circonstances de la vie religieuse; x m , les régles et x c. Dans les sermons de la I re partie, il faut encorc
l’esprit de la Visilation : « J'ay tousjours jugé que distinguer les sermons des premiéres années, antérieurs
c’estoit un esprit d ’ une profonde humilité envers á l’ épiscopat, et méme, ti part quelques exceptions,
Dieu et d ’une grande douceur envers lc prochnin... antérieurs A la mission du Chablais, qui sont gcncrale-
II faut done que l’humilité envers Dicu et la doueeur ment écrits en entier de la main du saint; ct les ser-
envers le prochain supplee en vos maisons a l’austcrité mons postérieurs qui nc sont que des sommaires ou
des autres, » ainsi que la ponctualité ct simplicité ti canevas, des notes décousues, ou des recucils de textes
bien observer les régles. Les trois entretiens suivants ! de l’ Écriture ct des Peres, écrits aussi de la main du
signalent les obstados á la perfection ainsi que lc re- I saint.
m éd e: x iv , eontre le propre jugement et la tendreté Les sermons recueillis par les religieuses de la Visi­
qu'on a sur soi-méme; x v , de la volonté de Dieu, qu’il tation comportent les inconvcnicnts ct imperfections
faut regarder et suivre en toutes choses; avee quelques inevitables en pareil cas : les auditrices relatcnt ce
points touchant les confesseurs et prédicateurs; x v i, qu’elles ont cru entendre ct comprendre, ct comme
sur les aversions. Enfin les derniers tr a ile n t: x v n , des elles s’cn souviennent.
voix ; comment ct par quel m otif il faut donner sa Les sermons conserves in extenso et ccrits de la
voix pour l’admission des soeurs á la profession ou au main du saint ont été souvent jugés injustement. On
noviciat; x v m , comment il faut recevoir les sacre- a blámé le stylc.par endroits fleuri á l’cxeés, sans ré-
ínents, et réciter le divin office, avec quelques points fléchir qu’ils appartiennent aux débuts de í’orateur.
touchant l’ oraison (c’est lá, ainsi qu’ á 1'cntretien ii, Ils contiennent des « surcroissances » qui, selon la
que se trouve décrite briévement, et fort npprouvée, parole de notre saint.demandent á étre * esfeuillees et
l’oraison de simple rernise cu Dieu); x ix , sur les vertus esbourgeonnees. » C’est Texubérante vegétation de la
de saint Joseph; x x , « auquel il est demande quel jeunc vigne qui aflirme la vigueur du cop et la richcssc
prctention nous devons avoir entrant en re lig ió n ;» le de la séve. E l puis il y a, sous ces pampres quelque peu
x x i c enfin, qu'il lit au parloir de la Yisitation de Lyon touffus, une telle dclicate fraichcur, un tol zéle apos­
le soir méme de la Saint-Étiennc lC22,ravant-vcillc de tolique que lc locteur ne songo guére á s’ en choquer.
sa mort, sur lc docum ent: « N e rien demander, ne rien Les sommaires, plans, notes, écrits de la main du
refuser. » saint, et de la plupart desquels l'édition de dom Mac-
L c livre des Entretiens spiriluels n’a évidemment pas kcy a révélé l’existence, apportent fréquemment des
la méme valcur doeumentaire que les ouvrages précé- divisions elaires ct methodiques, des rapprochements
dents, puisqu’il n’est qu’ un éciit de seconde main. II innttcndus, des applications neuves ct ingcnicuses des
n’cn jouit pas moins d’ une juste autorité. Bossuet le textes sacres, et toujours une profondeur de doctrine,
lisait et en faisait grand cas; Fénelon aussi,qui voulut une richcssc de pensées, une vivaelté d ’imagination
y puiser des propositions pour étayer son systéme de (jui ravit. 11 y a líi une mine precieuse.
semi-quiétisme, mais bien tort comme le démontra Le bref de doctorat a caractérisé ainsi la prédica­
vktoriensement Bossuet. C’cst un traité assez complet tion du saint : « Le graiul amour que le saint prélat
de Tobservance ct des vertus religieuses; c’cst, peut-on portait á l ’Église, le zéle brülant dont il ctait animé
dirc, le traité de ramour de Dieu dans la pratique pour sa dé fe n se, lui inspirérent la méthode de prédica­
d ’une vie d’liumble religieuse, de visitandlne. II est tion qu’il adopta, soit pour annonccr au peuplc chré­
rempli de pensées profondes, de la plus eminente per- tien les éléments de la foi, soit pour former les mceurs
fection, daus une Jungue simple, aimnble, toute pater- des plus instruits, soit pour concluiré les ftmes d’élite
uelle. Voiui comment le saint définit la perfection des sur les sommets de la perfection. Se reconnaissant
visitandines : <i Les filies de la Visilation sont toutes m lcv a b lc aux doctos et aux ignorants, et se faisant
appelecs a uue tres grande perfection, et leur entre- tout íi tous, il sut se metlre ti la portée cíes simples, en
prisc esl la plus haute et la plus relevee que l ’on scau- meme temps qu’il parlait la sagesse parmi les parfait».
roit penser, d ’autant qu’ellcs n’ont pas seulement prc- 11 donna aussi les cnscignemcnts les plus sages sur la
tention de s’ unir a la volonté de Dieu..., mais de plus, prédication, ot,en remettant en honncur les excniples
elles prctendent de s’ unir a ses desirs, voire mcsine a tles Peres, il contribua dans une large mesure ti rap-
ses intcntions, je dis avant mesme qn’elles soyent pelcr son ancienne splcndcur l’éloquencc sacrée, qui
presque signifiees; et s’ il se pouvait penser quelque | avait été obscurcie par le malheur des temps. De cetle
749 F R A N C O IS DE S A L E S (S A IN T ) 750

école surtirént les orateurs éminents qui ont produit Visilation, 011 re trouve toutes les qualités des Enlre-
des fruits si m erveillcux de salut dans l ’ íjglise uni- liens. II a, pour ne citer que celles-lA, quelqucs instrue-
vcrselle. C’est pourquoi saint Francois de Sales niéritc I ío t is sur l’ oraison et la priére, t. íx, serm. v il, et
d ’étrc reeonnu de tous eonnne restaurateur et maitre deux instructions pour la vigile de Noel, qui sont dé-
de l ’ éloqnencc saerée. » QZuvres, t. i, p. xx . licieuses, t. v m , serm. x c v ct cu.
Ce titre est mérité. Simplement, humblemcnt, sans 7o Leltrc sur la prcdicnlion, á I’ arehevéque de Bour-
prétendre imposer jamais ses idées pcrsonnelles, mais ges, t. xn , lettre c c x ix . — Par son iinportancc, cette
par le seul ascendnnt de sa verlu, il cxerce autour de lettre nicrite uno mention á part. Franfois l'ccrivit lc
lui la plus salutaire des influeiices. Daus les chaires de 5 octobre 1G04 á André Frém yot, lc nouvcl arclievé-
la capilalc, pendant ses deux longs séjours, il préclic que de Bourges ct le frére de la baronne de Chantal,
"autant qu’il y a de jours en l’annéc; > le clcrgc s’em- qui lui avait demande des conseils sur la prédication.
presse autour de lui, on I’admirc sincérement, et peu Kédigce au courant de la plume, en rintervalle de
peu on l ’imile. La Leltrc sur la prédica lion, dont nous deux jours, ello est 1111 p etil traité, oíi sont condenses
allons parlcr,devient célébre: 011 la traduit en latin et Ies conseils les plus judicieux, sur ce theme : « Qui
elle penétre partout. Saint Liguori la popularisera en doit proscher, pour quellc fm l ’on doit preschcr, quo
Italie, et plus tard Sailcr en Allcinagne; ct les conseils c ’est que l ’on doit prescher, et la fafon avec laquelle 011
si judicieux que donne le saint, joints nu souvenir de doit prescher. » Qui doil précher? Celui qui a rc?u la
son exemple, pésent d’un tel poids sur l’appréeiation mission; et il lui Iaut en outre doctrine et verlu. - -
des contemporains et de la génération qui suivit immó- Pour quellc fin? Pour Taire cc qu’a íait Notre-Soigneur,
diatement que les ancicns errements de la prédication, pour que les pécheurs rcviennoiit á la vic, ct que les
lc mauvais gofit, la bizarrerie, les jeux d ’esprit, la justes qui l ’ont déjá l’aient plus ahondante. Pour ccla,
mondanité, tout ce que le saint avait si hautementcon- il Taut instruiré ct emouvoir. Quant nu 3® precepto de
damné, disparaissent peu á peu pour toujours de la la rliétorique ancienne, plaire ou déleeler, lc saint pros-
chaire frnngaise et aussi de la chaire ehrétienne. crivait les maniéres de Taire mondamos qui chartnent
La simplicité et le naturel sont los qualités maítres- l ’orcilht sans rien apporter n PAmo; mais il accuoíllail
ses du saint orateur : elles contrastaient singuliére- volontiers » la dolcctation qui suit la doctrino ct lo
ment avec les reclicrchcs, Pemphase, les extrava- mouvcmcnt, » ot qu’ il pratiquait lui-mcme avec lant
gances méme de l’ éloquence alors á la modc. 11 se met- de perfection. — Que précher? Le saint examino suc-
tait á la portée de ses auditeurs et Charles-Augustc, cossivem ent: 1. les sources : ce sont la I3ihle, los Pi'rcs,
son neveu, rapporte qu’au sortir d ’ un de ses sermons, les vics iles saints, los hisloires profanes — mais
un doclc ecclésiastique s’cn allait répétanl : * Quel « commc l’on Iait les cliampignons » — et aussi lo
homme est ccstuy-ci I I) Irak-te si Lien de la théologie grand livrc de la nature; 2. la fafon d ’oxploilor los
qu’ il faiot entendre ct comprendre les choscs les plus sources, c ’cst-á-dirc étudier les quatre scus do Plicri-
difTiciles et les plus hautes aux Tomines ct aux hommes turc, reteñir los courtes sentenees, ot aussi les raison-
de la plus basse condition. » Hisloire du bicn-heureux nements des Pércs ct docteurs, ct cil partieulier de
Franfois de Sales, 1. IX . Sa parolo est toujours animéc Saint Thomas, mais A la condition de savoir « claire-
de cettc ferveur ardente et communicative que la piété ment se fairc entendre, au moins aux mediocres audi­
ehrétienne a uominée l'onction. Son cocur est possédé teurs; » ct á ccla servent grandcmenl les exemplos do
de l ’amour de Dieu et de l'ainour des átncs : cc doublc la Bible et des saints, et les similitudes ou comparai-
amour T’iuspire, l’ émcut, le transporte au point que ses sons; 3. la disposition de la matiére : « Taut teñir
auditeurs ont déposé l’a voir vu parTois en chaire res- methode de toule chosc : il n’y a rien qui aydc plus le
plcndissant commc un séraphi». N o u i t í de l a sainle prédicatcur, qui rende sa prédication plus utile, cl qui
Écrilure, il la oommente, l’élucidc, ot l’appliquc avec agrec tant a l’audileur. » Puis il distingue la maniere
non moins de sflrcté que de grácc : clic devient par dont il faut tr a ilc r : 1. les myslcros; 2. les sentenees do
inoments ln trame m inie de son discours, tant il en est l ’ Écriture ayant trait á u n ■ vertu ou á un vico; 3.
pénétré. l’ hoinélie; 4. l ’histoire, ou lo panegyrique d’ un saint.
11 y a lá de rcmarquables lefons de théologie dog­ — Comment faut-il précher? 011 la forme : il faut par­
matique, morale, ascélique, mise á la portée de lous. lcr afTccliomiéincnt c l dévolem ent, simplement et
Dans te dogme, c’ est la sainte Trinité, lc Saint-Esprit, candidement, ct avec confiance.
los mystóri s de Xotre-Seigncur et de sa mére, la grácc, 8° Letlres, t. x i- x v m (rccucil cncore inaclievó; lo
la béatitudc céloslc, la sainte eucliaristio, l ’ Église. t. x v n i, parit en 1913, va jusqu’cn aoftl IGIÍf). - Los
Daus sos sermons de conlroversr, rien nc résislail Lcllrcs sont l’ouvrage qui a été publié jusqu’ici de la
á son argumenlation serrée el victoricusc : cilous maniére la plus défectueusc : elles ofírcnl pourtant
en partieulier la suite des sermons sur l’eucharislie l’intéról le plus universo!, á causc des sujets quclles
prfehés á Thonon au cours do la mission du Chablais,cl traitent : e l le plus proTond, paire que c’cst cites i|iii
qui eurent de si admirables résullats. II n’abordail du Tont le mieux conitailrc le sainl.
reste ce genre de sermons que quand les oirconstanecs L ’ édílion prineeps esl de 1020, á Lyon. La míre de
Py obligcuienl, ct il disnit qu’il valait mieux exposer Chantal et le prévñt Louis de Sales lireill ccttc pnbti-
que diseuler, 11 réfutc d ’nvancc les liérésies modernos catión. Comme 1'uiiique but é lail de répnndrc la doc­
ct prévlent de trois siécles les définilions du concile du trine spirituelle du sainl, et qu’on craignait de révéler
Vatican. II pronoi^ail Grciioble, an cours du carémc l’ idcntilédc plusieurs dcslinataires encorc vivants, les
<le 1617 : Papa errare non polest, rx eathedra doerns, édileurs n’hésiléront pas i'i laillcr, tranclier et suppri-
t. vm , p. 2Nfi, 111er dans le texte; puis á reunir et á coordonncr tanl
II cxcellu dans la morale, el tiu l sous les yeux de hien que mal les fragmcnls survivaiU aux élagnges.
pratiques ct piquanls tableaux de iwcurs, des remar­ Les Lettres furent jointes aux O'.uvres rom¡>l<!es á
ques témoignant d’ une fine analyse des sentiments du partir do l’cdítion de 1G37.
«•«riir liumaiu; son zéle aúnan t ct éiurgiqnc luí donne I.’ édition prineeps comprenait Ti 10 letlres, llérissant
des accents tourhants. l'arm i ses cañe vas nous ci te­ cl l’alibé (¡orru (17.riS); Ulaise avee les l.cttres iné-
nnis entre autres deux études assez fouillées,apparto- dilcs du chcvalicr Datta (1835); V iv ís d «n l le classc-
uant toutes deux au carémc de Grcnoble, l’uiic sur ineiit est fort siugulicr et iueom iiiodc; Mignc enfin, quj
l’amour des ríelu-sse», t. x, serm. r.xxxi, ct l’aulrc sur publia sans revisión et 1111 peu péle-méle les doeumenls
la rbarilé fraternrlle, serm. c x x x v . rccueillis par l’ abbé de Handry, enriebirent succossi-
Dans ses sermons ascéíiqurs, aux religieuses di; ln vcmeiit la colloctiou príncipale, cl 011 arriva ainsi prés
FRANCOIS DE SALES (SAINT) 7Ó2

ilc 1 lnü lellrvs. 1.'édition d’Annecy en appo riera plus pressions alTcctueuses qui ont choqué quclques esprits
fie .VX) uouvellos; ct rile donne toutes los lellres dans chatouillcux. L ’usage coumnt du pays ct du temps
leur intégrité, avcc leur «late ct lc nom d<* leur desti- autorisait am|>lemcnt ce langage. Du reste, rien n'était
nalaire. plus pur que le eoeur du sainl évéque, rien de plus
On voit apparaitre tour ñ tour dans les Lellres l ’ami degagé des sentiments de la torre que l ’affcction qu’ il
ct le parent alTectueuxJe eonseiller judicieux,l’ homme portail á ses filies spirituelles; le seeptique Sainte-
dévoué toujours prct A rendre service, le patrióte lJeuvc lui-méme l’a reconnu; et les destinataires et les
iidéle et le sujet obéissant.le politique avisé ct l’ écono- leeteurs nc pouvaient se inéprendre á ces expressions
miste, le canonisle, l’évcque qui juge ct comniande, le d’une palernilé toute de l'áme et ne respirant que le
défenscur de la justice, le prédicatenr de la foi, lc poli- zéle de l ’amour de Dieu. C’est ainsi qu’entre toutes les
miste, le théologien et lc docteur, lc inora liste e t l'édu- autres, lo- saint eonduisait l’ áme de sainte Chantal,
cateur, Pascóle ct le mystique, le législnteur monas- dans] son progrés inccssant, á l ’ immolation la plus
tique, lo prolectcur et lc guide des ámes consacrées ii complete, i la cime de la perfeclion ct de la sainle in-
Dicn, ct surlout le directeur des conscicnccs, le pére différencc ; les lettres des 17, 18,19 et 21 mai 1617, au
« prenaut volontiers en cliarge une Ame qu'il aura ren- t. x v i i , en font fo i . Ces suprémes sacrifices, demandes
rontree au desir de la sainte perfection, la portant en par le saint directeur, nc significnt pas, comme on l ’a
son scin, comme une mere faict son petit enfant, sans prétendu naguére, qu’ il subsistait encorc, dans une
se ressentir de cc faix bicn-aymé. » Proface de la Vic amitie qui fut toujours toute surnaturelle, quelque
(levóle. La grande partie de oes Lettres sont des conseils chosc de trop sensible ou de trop humain. Ils étaient
de direction. de cctle direction dans laquelle lc manda- simplemcnl, aprés un long et incessant progrés, le cou-
laire divin s’cüace et apprend á l'áme dirigée A écouter ronnement de la sainteté et de l'union avec Dieu.
docilemcnt lc maitre intéricur, le seul vrai dirccteur. 9o Régle de sainct Augustin, el Constilulions pour
Les conseils sont appropriés á toutes les situntions, A les sn iirs religieuses de la Visitation, Lyon, 1G19. — Do
tous les besoins, ¡\ toules les bonnes volontés. L e saint toute la législation religieusc donnée ses filies, lc Sainl
directeur traite tous les sujets avcc une attention fondateur ne put faire imprimer que les Conslitutions,
égale, toutes les Amos avec un profond respect, avcc la traduetion de la régle de saint Augustin, pré-
En toutes ces lettres de direction, c’est la méme cedées d’ une remarquable préface.
idee fondamentale et la meme marche ascendaute et L ’ éloge des Conslitulions de la Visilation cst fait
conlinue : aider douceinent l ’ áme A se dégnger d'elle- au breviaire romain, lefon m 5 du i i ° nocturno de la
méme, la rapprocher de plus en plus de Dieu ct Punir fctc de saint Franfois de Sales, au 29 janvier : Consti-
intiinenient íi lui. Rien n’est intércssant comme de lulioncs sapientia, discrclionc et suavilate mirabiles. Une
suivre la progression constante en ces ñiños d'élite qui bulle de Clémcnt X I, donnée en faveur de la Visita-
s’appelaient sainte Chantal, M nlc de la Fléeliére, la tion au premier centenaire de sa fondation, le 22 juin
mere Favrc, la mére de Brécliard, la mére de Blonay, 1709, renebérit encore : Ordo rester... eonstilulionibus
la presidente B ru lart,M “ e de Cornillon, sceur du saint, sapientia, diserctione ac suavilale mirabilibus instructus
le cluc de Bcllcgardc, car les hommes n'y sont point fuil. Elle ajoute : ...S i salubérrimas Consliluliones ct
etrangers, ct on y rencontre mcmc des évéques. On y mónita vobis a sánelo instilutore relicta, quibus ad
retrouve VInlroduction á la vie dévole, ou, si l’ áme en chrislianam perfcctionem iler lulum, expeditum ac pla-
est eapable, le Traité de l ’amour de Dieu, reproduits num sternitur, diligentissime custodialis. Pie X , dans lc
au vil, complétés, dans les actes et circonstances de bref adressé á Pinstitut de la Visitation, A l’occasion
vies fort difTérentes et variées. E t le plus intéressant, du 3C centenaire, le 13 déceinbre 1909, donne le
c’est de voir le bon saint, si désirenx de s’effacer, se coinmentaire de cet éloge : Ea nempe sancti docloris
découvrir á tout instant ¡\ son insu, et, livrer, avec fu il mens u l filia: Deo formarentur quibus inesset spiri-
une exquise uaiveté, tous les trésors de son áme. lus gralise et precuin, quse ipsum in spiritu et verilatc
Les plus remarquables de ces lettres sont cclles qu’il adorarenl : q u x animi clemissione suique despicientia
adresse á sainte Cliantal. On peut suivre le développc- ejus glories amplificando: sludcrenl; quie quasi colum­
inent de cctte áme que Francois avait re^uc toute bas in lacilo nido delilcscentes, terreáis ómnibus abdica-
mcurtrie par les doulcurs du vcuvage, compriméc par tis, et in eseleslium rerum conlemplationc defixx, sese
un directeur maladroit, ardente, généreuse, pleine de Deo exhiberent hostias vívenles. Telle est bien la pensée
dcsirs et de bonne volonté, mais ignorante encore dans du saint fondateur : ollrir les seeours de la vie reli­
les voies spirituelles, Mémoircs de la mére de Chaugy, gieuse aux jeunes filies, aux vcuves mémes qui n’ont
part. í, c. ix , bien que Dicu la prcssát vivem ent, bien pas l ’atlrait ou la forcc de porter les austérités corpo-
qu’il PattiríU déjá á l'oraison « d unc simple vuc ct relles des ordres religieux : c’est lc but qu’on pourrait
sentiment de sa divine présence,» timorée,scrupuleuse appcler extérieur. L e but inlérieur et intime, c’est de
méme. 11 lui enseigne «i se dégager d’elle-méme, A étre réaliser une forme de vie religieuse selon la méthodc
fidéle á Pappel divin; il la guide et PalTermit dans les de piéte qui était cliére k Francois et qui constituait
voies (le l ’oraison : il l ’aide A monter avec une lentcur lc fond de sa doctrine spirituelle : étre uni k Dieu en
prudente, mais súrc et droite, jusqu’aux plus hauts s’appliquant «i conformer sans cesse sa volonlé á la
sommets. 11 n’est point, du reste, un uovice dans ces volonté d ivin e; en recherchant en toute action le bon
parages : il a la Science et l'cxpériencc. Plus tard, A plaisir divin : Qua? placita sunl ei fació semper.
Annecy, alors qu’il écrira le Traité de l’amour de Dieu, Les Conslitutions de la Visitation se trouvcnt daus
la mére de Chantal lui sera, elle et ses filies de la Visi- les (Euvres completes de Vivés et de Migne. Ellcs ont
tation, un sujet admirable d ’études et d'expériences. été imprimées íi part, A l ’usage des religieuses, A didé*
Sa sainteté, A lui-méme, grandira á ce contact, et en rentes reprises. La derniérc édition est d’Aiineev,
bénéficicra abondamment. Quant A rccherchcr lequel 1889.
des deux a lc plus gagné á un coinmcrcc si intime ct si 10° Couslumicr cl Dirccloire pour les saeurs religieuses
saint, c’est une question oiseuse : Dieu seul pourrait y de la Visilation Saincte-Marie, Lyon, 1628, plusieurs
répondre. D ’autre part, intervertir les roles tels qu’ on fois réimprimés depuis. L'édition définitive est de
les a envisagés depuis trois siécles, ct faire du direc­ 1G37. — Le Coustumicr est en substance l ’ceuvrc de
teur presque un dirige, semble tout A la fois risqué et saint Francois de Sales; mais c’est sainte Cliantal qui
paradoxal. l’a arrangé défmitivement en volume. II en est de
Dans plusieurs de ccs Letlrcs, surtout dans cellcs qui mcmc du Directoire spirilucl pour les aclions journa-
s’adiessent A sainte Chantal, le’ saint emploic des ex- lit res : c'est une méthodc pratique et courlc de se teñir
753 FRANCOIS DE S A L E S (SA IN T)

uni á Dicu, tout lc long de la journéc, en s’cfTnifant de 4. Opuscules de spiritualité, ccrits pour le bien des
faire chaqué action aussi parfaite ment que possible ámes qui lui demandaient conseil. — Vient ici en pre­
sous lc regard et dans l’ iinitation de Jésus-Christ. miére ligne la Déclaration mystique sur lc Cantiqnc
Lc Dircctoirc a été join t au Cottslnmier dés l ’originc; des cantiques, étudc sur les dillérents obstacles et sur
011 le trouve aussi toujours á la snitc des Régle ct les dillérents degrés do l’oraison. C'cst au sujet de cct
Constitutions, dont il esl lc complémcnt intime : les écrit tout particuliérement que lc l>rcf de doctorat
unes disant ee qu’il faut faire. et l’autre la maniére de allirmc qu’aux yeu x du s a in t« plusieurs mystéres des
le bien fairc. On a appelé le Directoire le moulc de la Écriturcs, relatifs au sens moral et anagogique, sont
visitandinc. dévoiles, des diíTicultés sont aplanics, et des obscurilés
11® Opuscnlcs. — - Cc sont de nombreux écrits de éclaircies par un jour nouveau, d ’oú il est permis d'in-
peu d ’ etcndue, désignés sous ce titre par les éditeurs. fércr que Dicu, l’ inondant des flots célestes de sa
Les premieres éditions les appelaicnt Sacrées reliques. graee, a ouverl l’esprit de ce saint prélat pour qu'il
Ouelques-uns ont etc publiés du vivan t du saint; mais comprit les Écritures e t qu’il les rendit accessibles aux
la plus grande partie a cté recueillie dans ses papiers savants et aux ignorants,» t. i, p. x ix . Vient ensuite
intimes. L'édilion d ’Annecy conticndra un certain toute une série de petits Traites ou Avis, pour VExor­
nombre de piéces inéditos. Elle m ettra aussi de l'ordre cice dn matin, la Préparation de ta journéc, l’oraison,
e t de lacritique dans les quatre-vinglset quelqucs piéces la « eonduite ulile » de la fournce, le rccucillcmcnt et la
déjá publiées. La disposition actucllc est des plus fan- | rctraitc spiriluelle, le dépouiUemcnl et ic parfait aban-
taisistes. Voici quelqucs indications sur leur contenu. donnement de soi-méme entre les mains de Dieu; des
1. Opuscnlcs concernant lu théologie pastorale, ct la avis et prcparalions pour la eonfession ct la communion;
legislation ecclésiastique du diocésc de Genéve, la la maniere d'entendre dcvolement la sainte ntesse; des
legisla tion des monastéres ot confrérics : Constitu- avis sur la írislcssc ct Vinquiitiide, etc. La spiritualité
tiones synodates diasccsis Gebcnncnsis, Thonon, tGO'í; des trois derniers siécles est venuc s’aliincntcr abon-
Avcrtissemcnt aux confcsseurs, imprimé íi la suite; daminent á ces opuscules de saiut Fran?ois de Sales,
Rilualc sacramcntorum, etc., Lyon, 1G12; Adrcsse ponr y trouvant la formule, praliquement réalisée, des cn-
ta eonfession genérate; Examen de conscience sur les seigncincuts doimés ñ Pliilotliéc et íi Théotinie : ln
commnndcments de Dien ctdc 1’ Église; A vis aux confes~ Conduitc pour la eonfession ct la communion d’Adricu
scurs cl directeurs pour disccrner les opérations de 1 Gambart, le disciplc et l’aini (le saint Vinceut de Paul:
Dieu de cclles du malin esprit dans les funes; M aniére lc Directeur spirilu cl des ámes devotos ct religiouses.
de fairc le catéchismc; Statuts de ta confréric de la sainte Hciins, 1631, ct surtout la Vraie et solide piété de Collot,
cro ix ; Statuts pour tes prétres de la Saintc-Maison de docteur en Sorbonne, Paris, 1728, s’cn sont inspirés
Thonon; ponr tes chaitoincs rrgutiers de S ix t; pour tes largement ct ils ont cu uue vogue qui n’est point
ermiics dn M o n t-V o iro n ; pour les bénédiclincs du l'n y ■norte encore.
U’Orbc. III. D o c r n i N E t h é o l o g i q u e e t m y s t i q u e . — 1® La
Les dillérents avis du saint aux confcsseurs ont été doctrine tliéologique dogmatique de saint Francois de
rccueillis en demandes ct en réponses, par lin saint Sales est avant tout súrc ct solide. C’cst la doctrino
prétre de Rodez, Raym ond Bontil, fondateur des pre­ trnditionnelle d e l’ Église. Elle s'appuic sur la sainte
miers oblats de Saint-Fran^ois de Sales, ou prctres de Écrilure, clic e n jaillit plulAt; ct le texte sacre esl
Saintc-Marie. lis forment,sous cc títre : Idéc it'un bou ! devenu, non seulement la régle, mais commc la sub-
confesseur sclon ta doctrine ct la vic de saint Francois stancc, et souvent mcinc l’cxprcssion de sa pensée :
de Sales, la l rc partic tic son Cours de théologie morale, il devient In trame inéme de son discours,commc nous
ouvrage classique a la íin du x v i i » siécle. V oir t. i i , l ’avons d it (lc ses Sermons. Elle s'appuic sur les Péres,
col. 950. L'/c/ée d’un bon confesscur a été plusicurs ct surtoul sur sainl Augustin; sur les grands théolo­
fois réimprimé á parí, et méme au x ix * siéclc. giens, cl parliciiltércm riil sur sainl Thomas. II n’a
2. Opuscules ihéolotjiqncs. — Les uns, en partic iné- adoplé une opinion dilTérculc de eclle (lc sainl T ilo ­
dils, sont ses notes cl caliiers d’étudinnt. Lc titre r r mas (pie sur Irois ou quatre qucstions. Lu premiére est
du«Code l-’abricn r , I ) e sumrna Trin ita lr ct (¡de catholicu, la question du motif détcrminatU de iin ca rn a lioii : sainl
publié en 1G0G par lc président l ’avrc, doit clre rangé Tliomas declare que cc m olif est la cliutc d’ Adnm
dorénavanl panni les (Uuvres du sainl docleur. 11 cu auquel il fallait im rédempteur; saiut Francois de
esl peut-étre aussi ríe méme (1‘un Traite de la dcinona- Sales, £t ln suite tle Scot, enseigne que tout a été fail
rnanic, que lc saint composa cerlainemcut ct dont il pour lc Verbe incarné, centre et bul de toutes les (vu-
n’csl pas resté trace dans ses papiers : dom Mackey vres de Dien; ct lc Vcrlic se serail incarné incnic si
croit lc reconnaítre dans le Traité des cncrguméncs du l’ liomnic u’avait pas péché. II préludniL en ccla íi la
«ardiñal tic Bérullc, auquel sainl Fran?ois de Sales liclle doctrine des théologiens de l'O raloirc, de Bérulle,
l’aurait abandonné. Cettc calégorie d ’écrils se rom- 1 de Condren, de Thomassin: de cetle opinion, comnic
pléle par quelques écrits polémiques sur la sainte eu- I d ’ une conséqucncc naturelle, déronlc ln doctrine de
diaristic, en partieulier : Simple considcration sur te | rinnnaculée conccption. La seconde question est celle
symbole des a postres pour confirmalion de la foy calho- I de ln prédestination. Aprés la terrible Icnlation de
tique touchant le tres snint sacremcnl de l'aulcl, imprime | désespoir dont il failiit niourir n Paris, aprés de lougucs
en 1507 ou ló!>8. D’autres éerils de polémique sur années d ’éludes cl de réllexions sur cc sujcl, il arriva
l’eucharislic sonl iuédils, ainsi qu’ une piécc sur la 1 ii conclure que lc décret divin de la prédestination
Virginité de la tres sainte Vierge. d ’une ¡une d ’adulle est rendu post pnevisa ¡nerita.
.'J. Opuscules de spirituulité, conccrnaiil le saint lni- comnic renseigncnl les niolinisles, et non pas ante
uiFme : ses réglcmcnts de ])iété d'écolier, ct ce qu’on ¡tnevisa ¡nerita , comme le. soulicnl l’écolc thomiste.
peut appcler le Directoire spiriüicl qu'il s’étail com- II exprime bien uetlemcnt sa conviction sur ec point
posé ct qu’ il a v a il pratiqué dés cc temps-líi, préln- nu I. I II , c. v, du Tra ite dr i ’am our Ur D iru : i 11 vouíul
«lant íi celui qu’ il devait donner un jour á la Visilation. lc salut de tous ccux qui voudroycnt conlribuer leur
On peni y ranger lc Itéglcinrnt, tlil de. Padouc, ■ pour conscnleniciit aux gruecs et fnveurs qu’ il leur preparc-
ln convcrsntion avee loute sorle <lc personnes, ■ les roil, oíTriroit el departirnit ¡i celte intentioii. > <;’csl
pienses considératlons ot priores que Francois s’ était prohaldcnicnt dans cc chapitrc, d il dom Mackey, que
presentes, tant avant qu’aprés la sainle communion sont íusérées * les quntor7.e lifíiies ()iu lui coíilcrent
ct la sainle messe, enfin son judicieux Itrglcmcnl dr i>ie la let ture de douze ecus pnges grand volunic, ainsi
tplscopalc. qu'il le conli.iil plus tard á son ami Mgr Cainus, t. ív^
KJ\.\N<;OIS DR SAI, ES (SAINT) 750

1>. x.i.1. I 'n e a u t r e q u e s t io n e* t c c ll c d e s conditions de ] conformité ineessante avec la volonté divine : « Oue
Cacle siirnn/iirel d o n t u o u s p a r lo n s 1111 p e u p lu s lo in . toute Icut vic ct exorcice soient pour s’ unir avec
Lo bref de doctorat sígnale l’autorité dont jouissait Dicu, a éerit-il :\ la premiére page du Directoirc spiri-
déjá dés son vivant la sciencc théologiquc de Fran­ tuct des visitanclines : c’ est une vie d’obéissancc, de
jáis du Sales : Clémcnt V I I I le choisit pour aller dis- ¡ fldélité aimante, délicatc, généreuse, constante á la
cutcr avec Bezc ct tacher de ramener l’liérésiarquo : ! volonté de Dieu, laquelle volonté de Dieu, il nous
«Une autre preuve non moindre de 1’estiinc dont jouis­ I l’apprcnd, Traite de l'amour de Dicu, 1. X I I , c. vi,
sait le saint évéque, ajoute-t-il, c'est qu’ á l’ époquc oú ! n’c st autre chose pratiquement que le devoir du moment
s’agitait á Home la célebre discussion De auxiliis, 1 présent.
notre prédécesseur Paul V, de sainte mémoire, voulut 2. La mélhodc, la marche á suivre, c’est d ’allcr tout
avoir sur la matiére l’opinion du saint prélat, c t que, droit au but, se confiant á Dicu pour triompher des
déférant á son avis, il jugea que la discussion si vive obstados. Toute vie spiritucllc co m p Ten d en général
et si longtemps prolongúe, sur une question tTés subtile : deux grands exercices : a) la lutte contre la nature
et pleine de périls, devait etre assoupie par le silence j vieiéc; 6) l’union de la volonté á Dieu; en d’autres
imposé aux partís, » t. i, p. xvi. termes, la pénitence ct Vumour. Saint Francois de Sales
Cette théologie solide ct profonde, que nous avons I prend pouT premier et principal objcctif l’ amour. 11 ne
admiTée dans lc Traite de l'amour de Dieu, Francois a négligc point la pénitence, élément absolument né-
su la faire simpte, claire, saisissablc á tous. D ’abord, il 1 cessaire. 11 exige la mortification des sens; il recom-
n’aimait point qu’on encombrát la théologie, coinmc mande á Philothec la discipline et lc jcúne : cependant
c’était la mode alors, d’un amas de paroles « nictlio- I il place en premiére ligne la mortification de l’esprit, de
diques, lcsquelles bien qu'il Faille employer en ensei- la volonté et du cceur. E t la mortification qu’ il met
gnnnt sont néanmoins superflucs, et si je lie me trompe ; avant toute autre, c’est cellc qui consiste á coupcr
importunes en c c T iv a n t , » Lettres, t. x v , lct. d c c x x i v . court á la nature pour étre tout au devoir du moment
Dans ses livrcs commc dans ses sermons, il adaptait ses ' présent et á la volonté de Dieu, tout á l’amour. Cettc
leQons íi la capacité intelleetuelle de ses lccteurs et de mortilication intérieurc, ton jours possiblc, mcmc quand
ses auditeurs de fafon íi etre toujours compris. 11 con­ ! ccrtaincs mortifications extcriciires ne le sont pas, i!
state lui-méme avec une certaine satisfaction qu’ « il ! la demande ineessante, ct accomplic par amour.
regne aux endroits les plus nialaysés de ces discours I 3. Le modéle, le soulien, c’est Notre-Seigneur qu’il
une bonne et aymable ciarte. » Kt tout en se mettant faut regarder A lout instant : * Vous apprcndrcz ses
ainsi au niveau des humbles.il n’en captivo pas moins ! contcnanccs et fom ierez vos actions au modele des
l ’attention des plus savants. siennes, » Introduction á la Die dévote, part. II, c. i;
Un autre caraetérc de sa théologie, c'cst d ’etrc affec- | c’cstsous son regard qu’il fautfaire toutes choses: « en-
tive; elle parle non seulement á rintelligenee, mais au 1 core que nous nc lc voyons pas, si esl-ce que de ln-
cceur, et elle fait de l ’étude une véritable oraison. II haut il nous considere, * c. n ; c ’est sur lui qu’ il faut
recommandait cettc méthode h l ’auteur d’ un traité nous appuyer avcc confiance : « Tout par luy, tout
de tliéologie : « J ’appreuverois qu’es endroitz ou com- pour luy, tout avcc luv, tout lu y l » t. ív, let. d x c ii ,
moilement il se peut vous fissiez les argumens pour p. 289.
vos opinions en ce style (aflectif). » Ibid. Ce carne- <1. Les moyens pratiques pour aider l’áme dans l ’ac-
tére trés partieulier, qui peut scmblcr quelqne peu sin- 1 complissement de la volontc de Dicu son t: a) l’oraison
gulicr au premier a b o T t l, cst la conséquence immé- I simple ct aíleetucuse; b) le sou venir de la présence de
diatc du grand principe pratique s u t lequel lc saint I Dicu; c )la direction d’intcntion fréquentc; d)le recours
docteur a étayé sa vic tout entierc : tout, dans notre | h Dieu par de picuscs et confiantes invoeations de
vie, doit étre employé pour nous unir h Dieu, priére, J bouclie, ou aspirations de cceur. I I faut joindre á cela
travail, étude, occupations, devoir, souffrances, con- l’humble confcssion et la eommunion fréquente.
trndictions, en toute circonstancc, á tout instant. Ce 1 Cette doctrine spirituelle, simple, accessible á tous,
n’est pas seulement une bclle théorie qu’il exposc, süre, est appréciée ainsi, au bréviaire romain : Suis
c’est une direction d ’ intcntion qu’il veut ineessante; eliam seriptis, c&lesli doctrina rcferlis, Ecclesiam
la théorie passe á la pratique; ct c’cst ainsi que la iituslraiñt, quibus iter ad ehristianam perjectionem tu-
théologie spéculative devient, íi son grand nvantage tum et planum demonstrat. Les termes employcs par
du reste, une oraison. le décret et par le bref de doctorat expriment la méme
2° La théologie morale de saint Francois cst carac- idee á peu prés dans les memes termes : chemin aplani
térisée aussi par la chirlé. 11 veut qu’on voie clair ct assuré, t. i, p. x i, x v m . En voulant rendre acces-
dans la conscience humaine, dont il a exploré tous les siblcs á tous les ápres sentiers de la vertu, lc saint doc­
coins et recoins. 11 a nettement exposé ces luttes mys- teur n'a pas rabaissé le niveau de la perfection évan-
téneuses de la volonté aux prises avcc lc peche dans le gélique. S'il rend la vertu plus facilc, c’ est dans un
di’ame obseur de la tentation, ct il aide á discemcr lc sens tout á fait rclatif. A chaqué page de ses écrits, en
point precis et capital oü l’ áme passe du sentiment au effet, cst insinué lc renoncement; ce qu’il veut en prc-
consentcmenl. Cette morale si nette cst cncore une I mier lieu, c’est la mort á la nature mauvaise; il est
morale humaine, oécuc, á la portée de toutes les bonnes ' im pitovable contre elle et il ne fait gTácc á aucun de
volontés, s’ aeeonunodant de toutes les situations qni sos plns minimes rejets. M. Olicr ne l’appelait-il pas
sont dans le devoir; elle est bien éloignéc de la morale 1 ¡i le plus mortifiant des saints? » Sans doute, dit dom
austére et exagérée des jansénistes. ' Mackey, on pourrait cx tT a ire de ses ouvrages, comine
Le principe qui a dirigé ses spéeulations dogmoti- de la sa in te Éeriture elle-méme, des passages oú le
ques penétre aussi dans sa théologie morale. II insiste reláchcment croirait trouver une excuse : il nc faut
a u p T e s de l’áme a f m qu’clle ne s’en tienne pas avec jamais perdre de vue que les enscigncments du saint
Dieli aux rapports de la simple vic ehrétienne; il prf- docteiiT fonnent un syslémc complct, qui doit etre envi-
che la dévotion, la perfection toujours grandissonle de sagé dans son ensenible : ainsi considéréc, chaqué
l ’amour de Dieu qu’il veut voir opérer « soigneuse- partie fait cohtrepoids á l’autre : la liberté cst accor-
ment, frequemment et promptement. >■ On l’a appelé déc, mais sous des conditions qui la rendent inoffen-
juste titre le docteur de la dévotion, le docteur de la sive;u n renipart n’est enlcvc que pour étre remplacé
pié té ehrétienne. par un autre aussi cfTcctif ct plus pratique. Ses pré-
.3° La doctrine ascétique du saint peut se resumer ceptes de spiritualité, malgrc leur modeste apparcnce,
ainsi : 1. L c bul, c’est runion de 1’ áme á Dieu par ln 1 élévcnt A 1’héroTsme de la vertu par la continuité de
757 FRANCOIS DE S A L E S (SAINT) 758

leur applicalion et par la captivité & laquelle ils sou- viennent foibles, ct les foiblcs aflin qu'ils deviennent
mettent l ’homme tout entier, * t. i, p. l x v i j j . io r lz ; les malades aíTin d'cstrc gueris, les sains affin
Ajoulons un m ot sur sa doctrine de l ’oro/son et de qu’ ilz ne tombent en mnladic. « Inlroduction á ht vie
la eommunion fréquenlc. llevóle, part. II, c. x x i. V oir IL Pernin, Rapport au
L ’ « oraison », que saint Francois de Sales enseigne eongres cueharistique de Vienne, 1!)12, sur saint Fran-
á Pililotliée, et la « ineditalion ”, qu’ il explique á Thco- qois de Sales el la eommunion fréquenlc, dans les A n ­
time, sont cc que les auteurs modernes appcllent orai­ uales salésiennes, Paris, septemhre ct octobrc 1912.
son affcclivc. Cf. Poulain, Les gráees d’oraison, part. I, 4o La tliéologie mystique (en prenant ce mot mys-
c. i i . La méditalion qu’ildemandcest «une pensée atten- tique dans son acception actucllc ct non dans celle que
tive réitéróeou enlrclenue volonlairemcnt en l ’esprit, lui donne saint Francois de Saks), a, ehez cc saint
a fin d ’exciter la volonté á de saintes ct salutaires aíTec- docteur, les trois mémes qualités. — 1. Son enseigne-
tions ct résolutions. » II n’aimait point les longs dis­ ment esl solide ct súr, appuvé qu’il cst sur les auteurs
cours en l'oraisou : oú une seule consideraron suflit, approuvéset en partieulier sur sainte Thérésc, dont le
il n’cn faul pas prendre plusieurs. « II faut lascher la Saint avait fait une étude á fond, c l sur son expérience
bride aux alTcctions; » « en ces aflectious nostre es­ personnelle. Bossnel, induit en erreur par les paroles
p ril se d oil cspancher et estendre lc plus possiblc. » trop humbles du saint et par le désir de Iriom plicr de
L ’oraison alíective conduil l ’ áme d l’ora/son de sint- Fénelon,dit qu’ en 1610 l’ évéque de Genéve ne connnis-
plieité ou de simple remise en Dieu, qui n’esl autre chosc sait pas cncore l’ oraisou de quiélude. Cf. Poulain, op.
qu’unc des formes de la contempla tion ordinaire. V oir , eit., c. x x v iii, n. 23. Les témoins de sa vie parlcnt au-
C o n t e m p l a t i o n , t. n i, col. 1622. C’ est l’entcndement, | trement : sainte Chantal, Déposilion, a. 33; dom Jean
dans ccttc espéce d’oraison, mais c ’esl le plus souvcnl de Saint-Francois, qui fait, au procés dccaiionisation,
la volonlé qui á g il ct « contemple », en se rcm ctlant déclaration que ce bienheurcux enseigna « non pas tant
á la volonté de Dieu. Cf. Trailé de l'amour de Dieu, cc qu’il sja voit que ce qu ’il sentoit, # Proecss, rciniss.
1. V I, c. ív. Cellc oraison de simple remise en Dicu Pu ris. ; et l ’un de eeux qui 1’onL le plus intiniemcnt
devint bientót liabitucllc á la Visilation. Lc saint en connu, le Pére de Coex, afíirniait : « II n’ écrivit rien
a parlé d ’une fafon générale dans le Trailé de l’amour qu’ il n’cut reccu du Saint-Esprit, e l millc fois gousté
de Dieu, loe. eil., ct dans les Enlrcliens spiriluels, e l experimente. » Son ciiscignenient mystique étail
cntr. i i et x v m , t. v i, p. 29, 349. fondé enfin sur I'experiencc qu’ il acquit dans les pre­
Au sujet de la eommunion fréquenlc, saint Frail­ miéres années de la Visitalion, avec la sainte mére de
á i s de Sales fut un précurscur : il fu l l’ un des chain- Chantal d ’abord, et ensuite avcc les religieuses de la
pions les plus marquanls dans lccourant de réaclion fondation. « L ’imniensc bonté de Dieu, dit la mére de
qui se forma avant ct aprés le concilc de Trente, Chaugy, Mérnoires, part. II, c. n, gratifiait. ccs cheres
contre les habitudes qui éloignaicnt les fidéles de la ámes de faveurs du tout surnaturelles, Par la grñce
sainte table depuis plusieurs siécles déjá. Aprés avoir divine plusieurs curent en peu de temps des oraisons
pratiqué lui-méme la fréquente eommunion, telle de quietudc, de somincilamourcux, d'union trés haute;
qu'on l’cntcndnit alors, ct s’ cn étre fail l'apótre dés sa d’ aulres deslumiércs extraordinaires des mystéres d i­
jeunesse, devenu prélrc ct évcquc, il la préelic du haut vins oíi ellcs élaicnl saintemenl absorbées; quclqucs
de la chaire, i] l ’enscignc dans ses livrcs, il y conduit autres de fréqnents ravisscincnls c l saintes sorlics
les ámes, commc eonfesseur ct commc dircclcur. 11 hors d ’eUes-mémes pour élre heurousemcut loules arre-
donne aux visitandines, dans leurs Constitutions, plus lees et piises en Dieu, oü clics recevaienl de grands
de cominunions que n’en avait aucun institut reli­ dons e l gráces de sa divine libéralité. » II s’agit ici des
gión* en Francc á cettc date, l-'t il cst intéressant de méres Favrc, de lJréchard, de Chatel, de JJlonay, de 1a
suivre dans ses Lettres la inéthode, la laclique, si je puis Roche et Anne-Maric liosset surtout, donl la vic étail
parler ainsi, par laquelle il conduit les ámes pedetentim une suile ininterrompuc d’opérations surnaturelles de
de la eommunion éloignée á la eommunion mensuelle, l’ordrc lc plus élcvé : saint Francois de Sales l'a cuc
puis á la eommunion de tous Ies quinze jours, puis á la en vue dans la composition de plusieurs chapitres des
eommunion hebdómada iré, la • fréquenlc eommunion» I. V I - V I I I du Trailé de l'tunotir de Dieu.
d ’alors. Quand il Irouvait une áme docilc et géiiércusc, 2. Son enseignement était clair, ordvnné, á la portée
au risque de se licurter aux préjugés des prétres e l des de lous les esprits, en des matiéres forl relevécs ccpcn-
religieux les plus saints c l les plus savants, it poussail (lanl e l peu nctlcs dans les aulcurs. 11 ne veut pas
discrétcmeiit á une cominnnioii toujours de plus en tráiler des « surémincnccs,» qu'il n’ entcud pas. 1‘ ré-
plus fréquente : sainte Cliantal fu l bientót conviéc par face du Trailé tle l’amonrdc Dicn. II ne s’occupera pas
lui á la eommunion de Lous les jours, presque inouíe non plus des pliénoméncs mysliqucs, visious, révéla-
á ccltc époqne. lions, paroles intérieures qui ne sont pas l’oraison
On serait porté de nos jours á lui reprocher la sévé- proprement dite. 11 lie nomine méme pas ce que sainte
rité de la régle qu’ il donne dans V liilroduelioii d la Tliérése cL les auteurs appcllent le tiutriagc inijstiquc,
vic devoir, part. II, c. x x , pour la eommunion fre- la sepliénie el derniérc doineure <lu C h á f e t i u inléricar,
qucnle (e ’est-íi-diro hebdomadaire), régle qui ¡ñi­ qu’ il a pourtant sui vis pas íi pas )usque-lí\ danssa elassi-
póse de ne pas garder d ’aíTcction au peché ven iei. Si iicalion des états d ’oraison. En revandic, il a plusieurs
saint Francois de Sales apparait plus exigcanl que ravissants chapitres sur un sujet que les aulres omet-
d ’autrcs sur la condition de la purelé de la conscience, tcnt, le dernier m ol de l'oraisou mystique ici-bas, le
en re vane lio, quand il rencontrc cctle purelé, il est en « supréme effel de I'ainour alTeclif qui esl la mort
avance sur les théologiens et les direuleurs tic son d’íiniour. »
lemps pour autoriser la fréipience des communions, et ÍI. Son en s e ig n e m e n t m y s ti(]u e est en lin tif f c e lij e t
sis historiens rapportcnt qu’ il cut á subir inaiulcs e n lra in e ík l ’ o d eu r d es d iv in s p a rfu n is t o u le á m e
íittaques á ce sujet. Au fond, la pensée par laquelle il q u ’ il r e iK o n lr e s u r s a r o u te : ceU <‘ á m e le p lu s s o u v e n t
résmne tout son onseigiieuient n’esl-elle pas edle-lá est cn c o re dau s les basses vn llées : elle ne s ’é lé v e ra
méme (]ui a inspiré le déeret de Fie X ? » Deux sortcs p e u t-c tr e ja m á is á ces h a u le iir s su b lim es : le sa in l d o c-
de gens doivent souvcnl conununier : Íes parfaitz parce le u r v e u t lui a p iin n d r r du in oin s -á ti rcr q u e lq u e p r o -
([U'estans bien disposés, ilz auroyent grand tort de nc fit de c e t l e é tu d e , et rdchau íTcr sa fc e v o u r ati I m iía n l
point s’tppproehiT de la souree et fontaine de perlre- i n n l.ie l de l'o ra iso u des saints. 11 p a rle d e l'o ra is o n
tion, el le s iinpnrfaitz aílin de pouvoir jusleiuent |>re- (r u n io n e t d e ses s u b liiu ités : m ais ^ d é fa u l d 'u n e
tendre á la porftrtion; les forlz alliu qu'ils ne de- g rá c e si r d o v é e , n 'n vo n s-n o u s pas le s a c r e in c n l de la
75Í* i* 11ANt;OIS DE SALES (S A IN T , 700

tres sainle eucliaristie, auquel un chacun peul par- Bossuet, fatigué de se lieurtcr saus cessc á de nou-
ticiper )>our unir son Sauveur n soy m esuie reclle- vellcsallégationsempruntées au saint cvéque,exaspéré
nient ct'par maniere de viande? Theotime, ccttc unión d ’eiitendrc Fénelon répéter ¡i tout propos que « les par-
s a cT a m c n te lle nous sollk ite et nous ayde a la spirituelle ticuliers ne doivcnt jamais se donner la liberlé de eon-
de laquelle nous parlons. " Traite de l’amour de Dieu, damner ni les sentiments ni les expressions d ’un si
1. V I I, c. 11. E t puis, si nous ne pouvons prétendre j grand saint, n sentit un jour la patience lui éehapper.
á un état'prolongé (le pareille nnion, nous pouvons du J Aprés avoir réclainé lc droit de ne pas aecorder tou­
inoins lajpratiquer en (|uclqne sorte « par des courtz . jours une autorité doctrínale infaillible aux saints ea-
et passagers mays frequens eslans de nostre cceur en 1 nonisés, il voulut renvcrseT le dernier rempart de son
Dicu par maniere d ’oraysons jaculatoires faites a cctte adversaire et il entreprit d ’établir que l’ évéque de
intention, » 1. V I I, c. m . Les extases et ravissements Genéve, en fin de comptc, n’était point une aussi
cxcitcnt nos infructueux désirs. Si les extases de l ’en- grande autorité en matiére de dogme qu’cn matiére
tendement et les extases de 1’aJTeetion sont trop hautes ■de direction : « On ne trouvera pas toujours sa doc­
pour notre petitesse, il nous reste les extases et ravisse- trine si lice ni si exactc qu’ il serait á désirer. >■ E t á
nients de Vaction, oú nous pouvons nous donner libre l’appui de sa thése Bossuet pretendit trouver trois
carricre, « quand nous ne vivons plus selon les raysons crTcurs pclagiennes ou semi-pélagiennes dans Ies
et inclinations liumaines, mays au dessus d ’icelles, c. x v i ct x v n du 1. I du 'Traite de l’amour de Dieu, oü
selon les inspirations et instinctz du divin Sauveur le saint docteur parle de « l’incliiiation naturelle
de nos Ames, » 1. V I I, e. v m . Enfin dans les enseigne- I d’aymeT Dieu sur toutes choscs » qui se trouve en nous.
meuts donnés a Tliéo time, comme dans ceux qu’avait ¡ Saint Francois de Sales considére-t-il ces « commcn-
déjá rc?us Philothée, notre saint place l’excrcicc de cenients d’amour » coinme une aííection d’ordre sur­
rhum ilité et des solides vertus bien au-dessus des naturel? Bossuet lc pense, et dénonce l ’erreur. Une
« unions deifiques ct autres telles perfections...; ccs lecture attentive lie perniet pas une pareille interpré­
pcrfcctions ne sont pas vertus... E t il nc faut pas pre- tation. Le saint envisage ccs « commcnccments
tendre a telles gráces, puisqu’elles ne sont nulleinent d ’amour » comme un sentiment puTement naturel
necessaires pour bien servir et aymer Dieu. » Intro- qui nc peut préparer positivemenl l ’ánic á la juslifi-
duetion á la vie dévote, part. I II , c. n. cation, mais qui est capable seulement de la disposer
II nous reste á dire quelques mots de l'appui que ncgativemenl, en écartant les obstarles, et mettant
Fénelon crut trouver en certains textes du saint doc­ 1’hoinnie en état d’étrc saisi loul gratuitemenl par la
teur, des réponses de Bossuet, et aussi de ses a l­ gráce. C’est ce que Fénelon démontra victorieusement
ta ques. dans sa réponse, plus solide en cctte défense du saiut
Fénelon avait appuyé sur l ’autorité de saint Fran- docteur qu’il ne l’ ctait sut son propre terrain. Cf. Bos-
fois de Sales ses théories du pur amour. En cet état, suct, Préjaee sur VIntroduetion pastorale de AI. de Cam-
selon lili, notre áme,envisageant Dieu comme in fini- brai, sect. xi, édit. Gaume, t. ix, p. 413. Fénelon,
ment aimable en soi, sans aucun regard sur ses bien- lellre en rc¡»onsc aux divers écrils..., édit. Gaume,
íaits et sur notre interét propre, pouvait se rendre t. n, p. G20 sq.; dom iMackcy, Qiuvrcs completes, t. iv,
indiferente á tout ct laisser de cóté le désir des v c t í u s , p. i,vi. II n’y avait au íond, en plusieurs points de ce
et inéme lc désir du salut. C’était la suppression pra~ désaccord entre Bossuet et saint Francois de Sales,
tiqne de lu vertu théologale d ’espérance. Bossuet, dans | qu’une question libre d ’école, oü Bossuet prétendait
son Inslruetion sur les élals d'oraison,^ ven ge admira- ; trouver une question de doctrine. En ce qui conccrue,
blement la vertu d ’espérance, et montre l’abus criant en partieulier, les conditions de l ’acte surnaturel, 011
que font « les nouveaux mystiques » de paroles isolées sent cliez saint Francois de Sales rinflucnce de saint
de leur contcxte et détournces de leur vrai sens,« quoi- Bonaventure et de Molina.
qu’ il n’ y ait rien qui leur soit plus opposé que la doc­ On sait comment la lutte qui avait passionué
trine ct la eonduite du saint cvéque..., qui était en l ’ Éylise de Francc se termina par l’humblc soumission
cette matiére, sans contestation, le premier liommc de Fénelon. Les allégations de Bossuet contre la doc­
de son siécle. » II fait remarquer judicieusement trine de saint Francois de Sales laissércnt-elles des
que « les écrivains qui, comme cc saint, sont pleins traces dans l ’esprit des contemporains, ct jetércnt-elles
d ’nITections et de sentiments, nc veulent pas toujours quclques nuages sur la rcputation doctrínale de
étre pris au pied de la lettre. II se faut saisir du gros de l ’évéqnc de Genéve? Pcut-étrc, dans les premiers
leur intention; et jamais homme nc voulut moins pous­ temps qui suivirent. Cependant, au cours du
ser ses comparaisons ni ses expressions á toute rigüeur x v n i0 siécle, le savant pape Benoit X I V rendit á la
que celui-ci. » II entre eusuite en plein dans la question doctrine de saint Francois 1111 éclatant témoignage
et montre le vrai sens de tous ces passages que Féne­ | qui est cité dans le breí de doctorat : Suis antecessori-
lon empruntc au sa in t: la máxime « Ne rien demander, I bus eonciricris Benedielus X I V , sanelissimx memoria•,
ne rien refuser; » la sainte et parfaite indifférenec qu’il libros Gcncvensis prtesulis scicntia divinitus acquisila
a enseignée au Traité de l’amour de D ieu, comme aussi scriptos affinnarc non dubilavil, Ulitis auelorilaie usas
les comparaisons restées célebres de la statue, du mu- difficiles quxslioncs solvil, <¡ sapienlissimum animarían
sicicn sourd, de la filie du chirargien, de la reine Mar- reelorcm » appellavil, 1 . 1, p. xm .
gucrite, etc. Saint Francois de Sales rccommande 1 Enfin Pie IX , résuniant les sentiments de ses pré-
l’indiílércnce en tout ce qui n ’cst pas la volonté de | déccsseurs et repondant au vceu exprime par Ies Péres
Dieu; mais cctte indilTereuce, qui au fond est lc der­ du concile du Vatican, déclara solenncllcment que la
nier mot du véritable amour, lie doit et ne peut jamais doctrine de Francois de Sales brille de telle sorte
tomber sur ce qui est de la volonté de Dieu déelaréc qu’elle est tout á fait celle d ’un docteur de l ’Église :
et significo; son dómame exelusif est cc qui concerne 1 Qux nim iruin in subtimi sanclilatis culmine ila in en
la volontc dite (le bon /¡laisir, celle qui coneerne les supereminet, ui docioris Eeelesix tola propria sil virum-
événeinents de la vie que nous devons subir indépen- que Imnc i tiler prsccipaos magislros Sponsce su¿e a Chri-
damment de notre volontc. Non sculement le saint slo Domino dalos, aecenscnduni suadeal, t. r, p. xvn i.
évcque n’a jamais sacrifie ni amoindri l ’espérance, á E t l ’aurcole des docteurs de l’Église vint consacrer
qui il fait une si belle place dans le Traité de l’amour définilivem ent l ’autorité de la doctrine salésicnne.
de Dieu, mais encore «tout est rempli, dans ses Leltres, L ’inilucncc que saint Francois de Sales a exercéc
de la céleste patrie. » Kossuet, Éíais d’oraison, 1. V I I I , pendant sa vic 11’a fait que grandir dans les trois
IX , édit. Gaume, t. íx. siécles suivanls, apportant aux ámes le contrepoison
701 F R A N C O IS DE S A L E S — FR A N Q O I S - M A R I E DE DR UX E L L E S 762

<lcs erreurs protestantes, jansénistes et naturalistes, , sa in l F ran fa is tle Sutes, Paris, 1871: S iu va ge, S ainl F r a n -
si diamélralemcnt opposées á ses lefons. Ses écrits, | fufs Je Sales prédiealeur, París, 1874: 1*. Dcsjardins, S. J.,
Saint F ran cois de Sales, docteur de V fcglise, París, 1877;
répandus partout, et populaires aujourd’hui coinmc ;
l l g r F rep p el, Cours tl'élotjiten.c saetee, i v e lefon , Paris.
au x v n * siécle, ont cnseigné la vraie el solide picté; | 181)3; /l/inu/ex snlfsiennes, passitn sur la vic, los (euvres.
ils on l ouvert á tous les voies de l ’oraison móntale ct de . 1'csprit de saint l ’ran fois de Sales, Paris, 1889-11)13;
la vic spirituellc; ils ont íavorisé et dévcloppé la íré- H . l ’ crnin D ircetoirc spirihiel poitr les prélres. Paris, 1 8 % :
quente communion. La dévotion au Sacré-Cceur, qui dom M ackey, S a in t FraHpoi* de Sales cl la formation dit
est née á la Visitation de Paray-le-Monial, avait été elerqé, dans la Reo tie du clergé fraileáis, l. x . w , p. 516;
préparée par lui, ainsi que le reconnait le breí de 1 L ’ idéal du séminaire selon sui$il F ra n fo is de Sales, t. x x t x ,
p. 581; .S'a/nl jf'rnnfois de Sales, direrlcnr spiriluel, t. x x x v n ,
doctorat : Jllud plañe mirabite esl, quod S p irih i Dei
p 8¡)0; F . S tm w sk y, Jntroduelion á Vhisloire tlu sentiment
plenns, et ad ipsum suavilalis aurtorcm aecedens, devoti rcligieux en Francc, París, I89S; S a in l Fran cois de Safes,
cnllus crga Sacrttlissimnm Cor semina miserit, t. i, dans i la Pensée chrélionno Paris, lílOS.
p . X IX . R. P ernmv .
L a Visitation Sainte-Maric continué d’étre la fidéle 11. F R A N C O O S DE T O L O S A Guipúzcoa, niincur
dépositaire et le modéle de la doctrine salésicnnc. observant espagnol, avait été supéricur de sa pro vi ncc
A u x i x » siéele, une véritable efllorescence de rcli- des Cantabres avant d’ctre élu définileur, puis cont-
gicux et de prctres est venue se réclamer des lefons missaire et enfín ministre géncral de son ordre, de 1587
de l'évéque de Genéve : les missionnaires de Saint- á 1593. Clcmcnt V I I I lc créa evoque de T u y cu 1597
Krancois de Sales d ’Annccy, désireux de reproduiro ct il se distingua particuliérement par son dévoucineiit
la vie apostolique; les salésiens du vénérablc dom pendant la peste qui en 1599 ravagea celte reg io »,
Mosco, qui l’ ont pris pour patrón de leurs ceuvres au point d ’étre surnommé le « pére (les pauvres ».
d'éducation ehrétienne professionnelle de la elasse 11 mourut I’annéc suivantc, le Ú septembre, el fut
ouvricre; les oblats de Saint-Franfois de Sales de la enseveli dans la catliédralc. Selon W adding, le P. de
vénérablc Marie de Sales Chappuis, ct du vénéré Tolosa aurait écrit tin volunte de Dcmonstrationes ca-
P. FSrisson, de Troyes, qui essaient de reproduirc dans í/io/ira’ , qui íut édité ¿t Logroño (Juliabriga) en 1622.
Ies ccuvres du saint ininistére l’ esprit rcligieux donné
AVaddiiig-Sharaloa, S rr i plores ordinis ni/fdiMiin, R o m o .
par lc saint a la Visitation; les prétres de Saint-
11)07-1908; Flore/.. E spa ñ a sagrada, M adrid, 17(>7, t. x x m .
l'ranfois de Sales du vénéré M. Chaumonl, de Paris, 18.
qui se pénétrent de l'esprit sacerdotal du saint dans 1*. K d o u a rd d’Alcnfon.
la vie du prctre séculier; d ’autrcs associations 12. F R A N C O IS D E T O U L O U S E , célébrc prédi-
sacerdotales ou laíques; plusieurs congrcgalions rcli- caleur capucin, entra en religión le 14 mai 1C2S ct
gieuses de femmes vouécs aux ceuvres cxtéricurcs, m ourut dans sa patrie, lc 26 avril 1678. II publia, étant
form cnl la poslérité spirituellc du saint docteur. supérieur de la mission des Cévcuncs : Jésus-Cltrisl.
On trouveru plus liaut, col. 738 s i-, la nom cnclaturc <lcs ou lc parfail missionnaire, in-4®, Paris, 1662; l.e
«livcrscs éditions des (Eu vres. missionnaire apostolique, ou sermons ntilcs á criix
Nous laissons de c o lé les référcnces purem ent lilléra ire s qu i s’emptoient tiux missions pour r e ít w les honvnrs
c l hisloriques. du péehé ct les porter á ta pénitenee, 2* edil., 12 lomes
Los Vies do saiut 1'ranf.ois de Sales pam es au x v n * siéele en 13 in-80, Paris, 1666-1682, dont une partic a cié
«mt toutes uti citarm e partieulier. V oiei la lisie (les princi-
reproduite dans les Orntcvrs sacris de Migue, t. x , x i.
paux auteurs : dom .Joan de Saínt-Franc-ois, l ’aris. 1021;
l'a b b é de Lon gu ctcrrc, L y o n , ll>24 ;lc P . Pliilifoorl (le Honnc-
On a anssi de lui une Vie de ln venerable Mére Jeannr
villc, L y o n , 1621; lc l ’ . ele la R iv iére, L y o n , 1C 2I; Cliarlcs- de Lcslonnae,... fonda!rice de l’ordre des religieuses
A u giiste de Sales, cu latin d'abnrd, puis eu fr.mpais, Lyon, de Notre-Dame, in-1", Toulouse, 1671. 11 avait, écrit
103:1 e l 1031 (récd itéc dans l'é d itio n de V iv e s ); le l ’ N ieo- Denys de (Jéncs, l’ intcnlion de rénnír en une senle
l;is Ta lón , S. J., im p rim ió on l i l e dans les (Eiivre.í completes édition les ceuvrcs «lc son conírérc le 1*. l'ranfois
di; 1r. 10, 1G'in, 1617, puis im prim ée ¡\ part, réódilóc par Titelm an, mais ce travail nc fut jainais aclievé.
l'a bb é de Unudry, L y o n , 1X117; llo u rl de Maupas du Tour,
évcr|tie du P u y , puis «H v vrcu x, I ’ nris, 1057; (lc lla u lc v illc : D enys do (len es c t llcru a rd de H o I d r u c . llib lM U c e a seri-
1.a maison nalnrctlc de saint /■>rtncois de Sales, Clerm ont ct />/orrrm orti. inin. capiieeinnTuin; A pollin a ire «lo Valcnoe,
l ’ aris, 1GG9; l¡i Mére de Cliaufiy, Abréve de (a Vie <fu bieu~ HiblioUiccti fr. in in . cap. prnidneiariun O e rilttn iir et A q u ilti-
heureux 7’ranpois de Sales, 101(5, iéédM ée par l'a libe'- de m jr, Hom e, N iincs, 181)1: Id., T<m/o»se o/iré/icliíic : H isloire
Ilau rlry, L y o n , 1837; anonym c (l'iiv o c a t (jotolon d il, Vie den eapncius, Toulouse, 1X117, l. i i . p. .'J87.
(le su i ni Kranpois tic Sales, H’iH” , <|ui ost su rlou l un román 1*. É d o u a u d d ’Alcnfou.
liistorirpic; Hussy-Uabutin, ou plu tót, sous son nom, l.onisc- l i l . F R A N C O IS * M A R I E DE B R U X E L L E S , fróte,
F ranfoise de Habutin, s:i lille, 1lií>0; Marsollier, l ’aris, 1700, miiicnr capucin de la province íl¡iti(lro-l>ii(>c, se
Vic sDuvent réim ^rim ée, mais contcnnnt drs inexactitu des noinmait dans le monde Caesens, écrit Ilu rlcr. Entré
nninUrcuscs. II n 'y a pus cu de V/c.s nouvelles de sainl l ’ran-
jcmte en religión, il mourut á Gaml 18 octobre 1713,
fo is de Sales publiécs ou Francc au eours du x v n i ' siécle.
Au x ix * siécle, sans parlcr du rom án de Loy.iu d 'A m -
íi l’ fige de qnaranlc-huil ans; il cu a vail passé Ircnlc
b:>isr. l’ aris, 1HTlTt, parurent les Iravau x st-rieux de l‘ al>l)é de ct un dans le cloitro. 11 s’ était fail remarquer par la
K and rv. dont une p a rlie a é lé pul>liéc daus M igu e; ccux fidélité íi ses devoirs rcligieux et son simour pour
do l'n blié T . ü oulangé, filiales sur sainl /•'r<i«cois de Sales, Tétude, aussi nous le voyons dcíiuiLcur de sa province
2 ln-8\ Paris, 1 N II; puis les Víc.< par M. lla m ó n , 2 iii-K®, ct cominissairc sur plusicurs convenís. II fut en oittre
Paris; ln 7* «'•dil. a été eojn pléléc pa r M M . C on tliier ct pendant plusieurs années Iccteur de tltéologíc et son
I.i'lourtioaii, l ’ nris, liMj'j; I'ranpols I ’ éronnés, don i la Vie
nom est resté connn par la pnblicaliuti de son Cursus
parul d 'ab on l en U 'lc dr Voil ilion «les (Humes complélcs
tlu saint par Migno, París, 1R(*|. puis fu l publico & part e l
Ihcotogiic eaptieino-scraphiar, sceutidum inconclusa
«•ut plusicurs éd ilio n s ; le cum io A n atolc de SéRiir, V ie /io/mi- lutissiinaqnc dogmata sanrftirinn Augustin!, Honavctt-
laire, l ’ aris; A de Martleri^, dans la colleclion ■ I„-s saints », íurtc ac Thoma.', 3 in- t°, Oaud, 161)8-1701. La Theologia
Paris, IW Íi. eapueino-seraphica revisa el locuptrlata parul de
/i*pril du b ivn licu rcn r /•'rwiifoi.v tle Soles, par .lean -l’ irrre nouveau ¿i Gand en 1705; clic fut Fobjct «lc certaines
* lumus, évéípio «lo. H olley, Paris, 11>11 ; n iiv rin o alirC’Ké par attatpies auxiiuellcs l’autcur répondit cu tmbliant
• '.ollol. I’ aris. 1727; réédiló en st»n i il 1í'-Kril <"■par Mitr U e p ír j1, une Synopsis (iptilijplice-rtinttilrix cventiiain pnvcipito-
-i ia-H’ . l ’ aris, 1H10; T rtiirlé tle ht ctitvltt i le selon
rc.«j»ril (//( I t l'rttn fn is tle Sities, par le I* N im ia s í^mssili,
rum ¡íedcsitr p rin iiliv ir ./rrrsolymtltnur, ¡{otiititne rt
S .1 . iiiséré a la (ln du l. II ríes (lit u ’rrs eom plHc* fie 1*117; religiosir, eum propugnucuto aucínriltdis i>ontifici/v.
Atlttin o/ir/tfrfM, par lc P. Ita|{n<'l. S .1 . ol H rqltbr .SVi/e.5Í<JU/r, adversas ¡icrscculitmcs cl lurrcscs. Sive panoplia Thm -
InntU-cs sur c r » At/vi.t; cartllnn l .Mormillod, l.e fitifte ¡utr logitc cnpueino-scrti¡>hir;rt in-10, ibid., 171»'. Le
7G3 F I\ A N C OI S - il A Ii I K DE H R U X K L L E S — FRANCOLIN I

I ’ . Fram/ois-Maric préparait une nouvelle édition de du pseudoiiynie. L ’attcnlion du P. Krancoiini s’étail


su tliéologie quand il m ounit; ello parut á Gane], portée de bonne lieure sur les questions pénitent iclles
1715-1718, par les soin. dn P. Arcliange de Ter- alors \ ¡vement déliaüues. II publia successivemcnt :
momle. voir t. í, eol. 1759, ct de nouveau íi Bruxelles, De daviuin potestate pnesertim in rcmiticndis peccatis
1714. Iíien que l ’auteur ne s’attachc pas cxclusive- ct in/ligcndis censuris dissertafiones ac theses, Rome,
menl íi la doctrine de sainl Bonavcnturc, les der- 1703; Ecctcsiasticus ex rcgulis Patrum /rriatus, scu
niers éditeurs des ocuvres du docteur séraphique le «¡me per Putrcs el amones lier«it ccclesiastieo viro animi
citenl avec élogc parmi ses disciples, ct ils appcllent rehtxatio, ibid., 17U3; Vcteris Ecclesia: rigor in admi­
son ouvrage opus succosum et accommodatissimum. nistrando sacramento ptenifentiie a rigidiorum quo-
rumdam seriplortim cahimniis vindícalas, ibid., 1704;
B criln n l de Bolnpne, Ilibtiolheca acriptorum ordinis m ía.
capuccln on im , Venise, 1717; Ilu r le r, \'omcnc¡alor, Ins-
Clcricus romanus contra nimium rigorcm munitus
pruck, 1‘J IO, t. ív , col. (JjI ; I ’ rospcr de Martigné, I.a scolas- dupliei libro, quorum uno velcris Ecclcsim severitatem,
ti que cl ¡ex tntdüions ftxtnci\caines, Paris, 1888; ,S. B on a- altero [>r¿vsentis Ecclcsiic benignitatem a rigidiorum
w n fiin r o peni omnia, Quaraechi, 1882, t, i. p. l x x i i . quorumdam scriptorum calumniis vindicatus, ibid.,
P, É douard d ’AIen?on. 1705. Cet ouvrage suscita aussitót le plus violcnt émoi
14, FR A N C O IS P I T IG IA N ID ’A R E Z Z O , frére mi­ parmi les professeurs de la faculté de theologie de
li cur de l ’observance, ministre do sa province de Tos- Louvain ct une parlic du clcrgc des Pays-Bas. L ’at-
cane, déíinitcur général de son ordre, fut aussi théolo­ taque étail directe; les réponses furent violentes.
gien des ducs de Mantouc, en partieulier de Ferdinand J. Opslraete cerivit aussitót son Clericus Belga Clc-
de Gonzague, qui abandonna la pourprc pour ceindrc ricum romanum muniens..., Liége, 1706, qui trouva
la couronne ducalc. Lo P. Pitigiani mourut á Mantouc grand eredit en Francc. Cf. Journal des savants, 1706,
en 1616 á l ’ágc do 63 ans. Étant provincial, il avait p. 452 sq. Lc P. Ant. Bardon, dominieain, publia en
Iait récdilcr V Expos ilion de la régle des mineurs, AUeinagnc son Franeolintts, Cleri román i piedagogus...,
publico un demi-siéele auparavant par lc P. Barthé- Cologne, 1706,oú Francolín était accusc de laxisme;
leiny de Brondula, in-8», Florcnco, 1594. 11 donna de cet ouvrage fut condainné par lc Saint-Office, lc
son propre fonds la Practica criminalis canónica, 10 novembre 1706. En Italie, I’avocat Blaise Maioli de
in-80, Pérousc, 1609, longtemps en usage dans sa Avitabilc faisait paraítre ses Lettrc apologcliche theo-
famille religieuse ct rééditée aprés sa mort par lc logico-morali, Naples, 1708, painphlets virulcnts qui
P. Hilarión Sacclictti, son élé ve, Venise, 1617, 1621; furent mis á I’in d c x le lS janvier 1714. Knfin Pierre lc
Commcnlaria seholasliea in Genes i m, in quibus titira ( Drou, de 1’ordre des ermites de Saint-Auguslin, doy en
cxplicalioncm litcralcm ex Patribus conlcxlam, qu in- honoraire de la faculté de tliéologie de Louvain,
genae ct nonaginta sex queestiones cxplicantur el i m ettait'au jour son grand ouvrage, destiné á préciser
resolvunltir, in -l°, Venise, 1615; ces commentaires I ct ¿i défendre la doctrine augustinienne : De contrltione
cinbrasscnt seulement Ies trois premiers chapitres ct altritionc disserlaliones qualuor, Louvain, 1707, oúla
de la Gcnésc; Summa theologia: spcculativse et mora- J nécessité d’un actc de charité tout au moins imparfait,
lis, nccnon commentaria in 1I I » " 1librum Sententiarum ¡ mais s’altachant á Dicu pour lui-meme et par-dessus
docloris subtilis Joannis Dttns Scoti... in (¡itibus Scoti I toutes choses, était revendiquée comme un enseigne­
scnlentia declaratur, contra thomistas ct cectcros con- 1 ment indubitable et constant de l’ Église catholique.
tradietores dcfcndihir, 2 in-fol., Vonise, 1613-1616. i Francolín soutint vigourcusement la lutte ct maintint
Aprés sa mort, le méinc P. Sacchctli publia la Summa ¡ so Iidcment sespositions.Ilréponditd’abordá Opstraet e
in I V librum, in-fol., Venise, 1619, avec Ic portrait i par son Batthassar Francolinus S. J. tlieologus Clerici
de l’autcur. II avait publié auparavant ses Adnota- romani institutor ab anonymi seriptoris accusationibus
liones in V I I I libros Physicorum Joannis Duns Scoti, ] vindicatus, Romc, 1706. S’appuyant sur Ies négocia­
Vcniie, 1617, rééditées dans Ies Opera omnia de Scot, tions engagées A Rome par la faculté de tliéologie de
Lyon, 1639, t. ii. On attribue cncore au P. Franfois Louvain en 1679 ct 1698, Opstractc aflirmait que,
d’Arezzo une Expositio 1 el I I lib ri Posteriorum, et ¡ « dans I'ordre ordinaire, le péchcur nc peut se préparer
une autre In Formalitalcs A n to n ii Sgrrecti,Venise, 1606. j que peu peu et par degres et qu’on ne doit l’absoudre
W acliling e l Sliaralca, Scriplores ord in is minorum, Ilo m c , i que lorsqu’on s’apcrfoit qu’il cst enfin parvenú au
1ÜOii-lílUH; Ilu r le r, Nom enclátor, Inspruck, 1007, t. nr, I point qu’il faut, c’cst-ü-dirc s’il fuit les occasions du
col. :>71. ¡ péché, s’il résiste aux tcntalions, s’ il s’applique á la
P. É d o u a r d d’Alcncon. priére et aux autres cxcrcices de piété, s’il contraríe
1. F R A N C O L IN I B a lt h a z a r , jésuite italien, né á son penchant par la pratique des vertus opposées. »
Fenno lc 20 novembre 1650, entré dans la Compagnie Cf. Journal des savants, 1708, p. 454. Francolín de­
de Jésus lc 1er novembre 1666, enscigna avec la plus mande lout d’abord á ses adversaires d’avoir Ic
grande dist inolion la pliilosophic ct la théologie au courage de leurs opinions ct de soutenir ouvcrtcment
Collégc romain, oii il mourut lc 10 fcvrier 1709, aprés leurs doctrines au lieu de dissimulcr lcurs erreurs
une longue séric de poléiniqucs rctcnlissantes engagées sous le voile de l ’anonyine, ct il précise, en les discu-
ron!re les théologiens rigoristes de la faculte de tant Iongueincnl, lous les points de la controvcrse
Louvain. Son premier ouvrage, publié sous lc pseudo- doctrínale ct historique dans deux importanls
¡íyine de Daniel del Pico, Raccolta «Tateme «leeisioni ouvrages : Pr.vsentis Ecclesia: benignitas in admini­
cd istruzioni colla quale si demoslra qued sin stata strando sacramento pa-nitentix a rigidiorum quorumdam
la prnlica della Chics a ncl propagare la fede Ira g l'in - I doctorum calumniis vindícala, Munich, 1707, ct De
¡edeli, s, I., 1702, est un essai pour dirimer les ardentes | dolorc ad sacrcunentum p x n ite n lix rite suscipiendum
controverses suscilécs par la questiondes ritescliinois, ncccssario lib ri dúo, Romc, 1706. Ce magnifique
el qui parut faire suite á la consultation du tribu- 1 traité, oíi se déroulent tout l ’liistorique de la contro-
nal des rits adressée par Tcheou-fou á l ’cmpereur . verse el la discussion de la théorie auguslinicnnc sur
K ’atig-Iií, en 1701. On a mis en doute jusqu’á ces ' I’insiiflisance de l’attrition puré et simple jointc í»
derniers temps 1'auLheiiticitc de cet important ouvrage. l’absolut’on pour la rémission des péchés, reste le
Cf. de Backcr, DibliotMquc de la C l° de Jésus, t. i, chcí-d'iruvre de Francolín. C’ ctait lc coup le plus
col. 1941. Mais la qucslion n’cst plus douteuse. Lc ¡ ruílc porté aux doctrines rigoristes. Cf. Mémoircs
uianuscril original a élé rclrouvé en 1885 dans la I de Trévoux, 1707, p. 2098-2111. Francolín publiail
bibliolhequc du cliáteau de Cheltcnham, en Angleterre : en niOinc temps un exccllent inanuel d e theologie oíl
il porte la signaturc Baldassar Francolim en regard la partie positivo reccvait une amplcur surprenante
765 FR A N C 0 L I N 1 — FRANZELIN 760

pour I’ époque : Tiroeinium theologicum, Rom e, 1700, de la littérature sous ses formes les plus diverses, de
dont le succés fut immcnse. Les éditions de Milán, la philosophie ct de la théologie scolastiques; les
Venise, Praguc, Strasbourg, Passau, Ingolstadt, Gratz, controverses d'histoirc dogmatique soulevées par les
Genes, Vilna, ctc., en fircnt presque aussitót, surtout récentes découvertcs de l ’arcliéologie et par la critique
en Autriche ct en Pologne, un ouvrage classiquc. renouvelee des textes ancicns cxcitcrenl au plus
Francolín a laisse en outre trois traites fort érudits haut point son intérét. Trés versé dans l ’étude des
sur la discipline pénitenticlle, sous ce titre qui résume langues orientales, qu’il enscigna quelque temps, ct
le sujet : De disciplina pxnitentice lib ri i res quorum hcllénisle excellent, il savait, outre í'allemand sa
primus lolam canonum pu'tulenlialium disciplinam langue maternelle, r t parlait avec une raro correetion
exponil. A ller forum sacramentalis ptenitenlicc staluil... l’anglais, l italien, lc franjáis ct le polonais. Par tout
Tcrlius quid observar i in hoe foro uelint eommimi cet enseniblc de connaissanccs variées comme par
ionsensu veletes reeenlesque suorum doctores oslendit, toutes les secrétes ct vives tcndances de son esprit
Rome. 1708. C'cst toute l’histoire de la législation ct de ses goüts, le jeune professeur, déjá initié de
canoniquc et de son application, rcmarquablcment longue date aux eludes patristiques méthodiquement
exposée pour lc temps ct aujourd’lmi cncore consultée conduitcs, élait destiné á orienter aussitót son cnsci-
avcc fruit. ' gnement dans la voie des rccherchcs positives. Aprés
% la longue e t séchc période d ’abstraclions et de vaines
C. S o m m erv o g fl, HiblíoUieque de lu C 1* de Jésus, t. m ,
col. 939-915; Jou rn a l des savants, 1708. p. -135 s q .; M ém oires formules que venait de traverser la tliéologie, c’ était
d cT rioou x, 1707,p. 1778-1794,2098-2111; S u pp lem .a d N o v a une hardiesse extréme et une grande nouveauté, mais
acia eriuliior., i. ív , p. -181 sq .; H u rtcr, .Vomencíníor, 19JO, en meme temps une profonde néccssité. Depuis la
l. Itl. col. 222. Symbolique de Mceliler, en 1832, d ’illustres travaux
P. B ernard. avaient ouvcrt la voie ct marqué peu íi peu les étapes.
2. F R A N C O L IN I Maree), canonistc italien, né á Les études apologétiques de Drey, ík Tubingue, de
Montalboddo dans la Marche d'Ancdnc, viv a it á Denzinger et d’ Hettinger, á Wurzbourg, puis les
la fin du x v i e siéele. On a de lui deux traités De érudites rccherchcs d ’IIergcnrótlier sur le schisme
tempore horarum canonicarum, Rom e, 1581, et De de Photius, sur la tliéologie de Grégoire de Nazianze,
matrimonio spadonis, Venise, 1605. la savante dissertation de Dccllinger sur Ilippolyle
Dupin, Table des auteurs ecclesiastiques dit vn * siéele, et Catlisle, ct les nombreux ouvrages suscités par la
¡n-8», l ’aris, 1701, col. 1112. publication des Plúlosophouniena en 1851; en fin, les
D. llLURTEDtZK curie uses découvertes arcliéologiqucs d'Autun et de
F R A N C O N , théologien bénédiclin, m orí le 13 sep­ Romc, intcrprélées, discutees et vulgarisées par le
to mbre 1135. 11 embrassa la vic rcligieuse á Afllighem cardinal P itra c l par Garucclii, fournissaicnt & la
sous la conduilc de Fulgence, premier abbé de cc tliéologie une m atiére nouvelle ct lui ouvraient des
monaslérc, auquel il succéda vers Pan 1123. Gcollroy horizons inconnus. Franzclin entra résoluinent dans
lc Marbu, duc de Lorrainc et comte de Louvain, cctte voie que Perrone lui indiquail coinmc la plus
Ilcnri l* r, roi d’Angleterre, avaient l’abbé l ’rancon obvie, ct lc suecés de ses cours, dans la grande salle du
en liaute estime á cause de sa sciencc ct de sa piélé. Collégc romain, prouva bien v ite que ccttc exposition
11 cst aulcur d ’un trailé en douzc livres De gralia savante c t cctle mélhode solide, basées sur la critique
Del, qui fut imprime pour la premiére fois á Anvers des textes, des monuments ct des faits, répondaicnl
tn 15G3. On a en oulre de cel aulcur deux lettres : á un des besoins les plus impérieux du temps.
Quod monaehus abiccto hubilu non potest saimirí; C'est alors que furent élaborés ct plusieurs fois
Epístola ad móntales ac sorores in Bigtirdis ad Fore- cnseignés au Collégc romain avant d’ctre publiés les
sluni consolatoria, P. L ., I. c lx v i, col. 715-808. grands traités théologiques qui font la gluirc de
IIis lo ire Ullériiirc de la Fra ncc, l . x ! , p, 58 8 1 (lom Celllier, Franzclin : I o Traelalus de SS. cucharislix sacra-
H isloire (¡{■uóralc des (inlcrtrs cccléaiilsliqncs, 1750, t. XXI. mentó cl sacrificio, Home, 18C8; 2° Traelalus de
I>. j iit ;; l'altricius, liibliollteca lutina medite ct infinito sacramentis in genere, ibid., 1868; 3o Traelalus de
wtutis, in-80, 1858, t. i i , p. (iCi 1; Valóre A ild ré, tUbliolhccn Deo trino sceundmn personas, ibid., 1860; -Ia Traelalus
bclyicit, ]i. 248; 1‘ uquot, .Vémoircs p o u r servir ti l'histoire de divina traditione et Scriptura, ibid., 1870 : c’cst lc
littfra ire des Pays-Uas, l. ii, p. 399; Mnrjra/ihic natiuuale
chcf-d’ ouuvrc du m aitre; 5o Traelalus de Deo uno
(de l:i J [ i n - ) . t. vu , p. 209-270; Zicgclbauer, H istoria rei
secundum miluram, ibid., 1870; 0o Traelalus de Verbo
literaria; ordinis S. Dcncdicti, t. ív , p. 30, 142, 170; [d o m
1'n iníoisl, lU blin tM que gétifiriile des é crim itts de l'ortlrc de inearnalo, ibid,, 1870; 7° Thescs de Ecclesia Chrisli,
S. Jicuoit, t. i, p. Caltia clirisliana, ¡n-Iul., París, I7.'(l , opus poslhurmtni, ibid., 1887. Plusieurs de ccs traités
t. v, col. :J7. ont eu diverses éditions. Théologien dil pope au
13. HEUiiTi:nizr.. concilc du Vatican, le P. Franzclin prit uue part
F R A N Z E LIN jcan-Baptist«, jésiiitc autrichicn, lc cxtrcmcmcnl active ct brillante ¡\ la préparation cl
rcstauralcur de la tliéologie positivo au XIXo siéele. íi la discussion des scliémcs de la cnnslilution dogma-
Né en 1816, íi A ltillo dans lc diocésc de Trente, il ti«|uc. Cf. De primo sclictuale consliliilionis dogmática.'
entra en 1831 au novicial de la Coinpagnic de Jésus, disquisilio cora ni 21 l'tilribux depulalis liabi la, «lans
á Gralz en Slyrio. Aprés avoir cnscigné pendant les A cía ct decreta sacrorum concilioriiiu reccnlionint.
six ans les belles-leltres dans les colléges de Tnrnopol Collectio lacencis, t. vti, col. 1611-1028. Mciiihrr
i l de Lembcrg, il ful envoyé á Homo, en 1815,pour y consullcur de plusieurs Congrégalions roniaines, il
suivre. au Collége romain, les cours de tliéologie. nc ccssa de travailler avec uu zéle infatigable au bien
Forcé par la révolution de 18-18 de se réfugicr en de l'Eglise, e l vr ful en n'coinpcnse «le ses éininenls
Angleterre, il aclieva ses études lliéologiques íi Lou­ serviccs, eouiine aussi pour donner A son cnscigucincnt
vain, puis fut nominé professeur d'Iicriturc sainte au une consécralion suleunelle ct pour pcrinollrc á son
scolastical de Vals prés le Puy. Cliargé, en octobrc dévouement de s’cxeirer sur un plus vaste domainc.
I S j], d'une. chaire de tliéologie dognialiquc íi l'uni- qu’il fut proinu par Pie IX an cardínalnt, lc 3 avril
virsité gregoricunc, il nc tarda pas rendre célébres 1870, en dépit «le ses vives inslances pour détounier
son noin el sa inétliode «renseignement. Hsprit large et do lui cet honiicur qu ’il jugeail iiinnérilé. I.e cardinal
pénélraul, travailleur infatigable, Franzclin, au cours I*’ raii7.el¡n ne voulul rien sacriller de la simplieilc de
de sts études, n 'avail négügé auenne des branclies sa vie e l de rcxlraordiuaire acliv ilé de son hibcur :
du savoir liuinaiii : il p<>s*édnit uue rwunaissonce il «louna, par surcn.il, une aKenliou plus suivie uu\
appnifomlic de l'liisloire i-eelésiasliquc e l profane, proldémes religieux «le riicurc aeluelle. l.c grand
707 FRANZEM N — FRASSKN 7GS

mouvement de rctour i'i l’ Église universelle, inauguré et en avait passé 74 dans la vic religieuse. Le maliu
liar Tchadaiev (1794-1856) c-t dont Solovicv (1853-1900) de sa mort, de bonne heure, il avait encorc récitO
allait devenir l’ñmc, n’avait ccssé de s’ imposcr á son les licurcs de la Madonc, de peur de mourir sans lui
esprit : il cu avait prévu lc rapide développement avoir payé cc Iribul quotidien. On l'cnsevelit dans
et, depuis son séjour á Lemberg ct á Tarnopol, l ’églisc de son couvenl, devant l’autel de sainte
il en suivait avec le plus ardent intérét toutes les Élisabetli, qu’il avait fait ériger.
phases. Dans la retentissante controverse soulcvee par Un des premiers ouvrages du P. Frassen avait élé
M. Bulgakow et par le professeur Langen touchant la Conduite spiritu elle p ou r une personne q u i veut
la procession du Saint-Esprit, le cardinal Franzclin vivre saintcm cnl, in-12, Paris, 1G67, livrc plusieurs
in tcrviiit pour rcinettrc exactement au point la doc­ fois réimprimé ct traduit en italicn par un confrére
trine traditionnclle ele l'Église eatholique ct diss ¡per anonymc, D irezione s p irilu a le per cid ouol vi ir re
lous les malentendus, dans son Exam en doctrina : saniamente, Lucques, 1715; Vcnise, 1722. Dans le
M a e a rii Bulgakow episeopi fíussi schism alici el Josephi inéme genre de travaux il íaut mentionner L a régle
Langen neoproteslanlis Bonnensis de proccssioite S p i- du liers-nrdre de la pcnitence, qui fut également trés
ritus Sancti paralipom enon traelatus de S S . T r in í- souvent rééditce. Mais ses ceuvres plus- importantes
tale, Rome, 1876. Franzclin mourut á Rome au Collége sont les suivantes : Ph ilosoph ia académica ex sclc-
germanique, lc 11 décembre 188G, usé par un labeur clissim is illu slrioru m philosophorum , pnesertim vero
cxcessií qui n’ admettait nulle rcláclic et par la ri- Arislotelis el doctoris su btilis S coti rutionibus ac sen-
gueur de ses niortifications. leniiis ( ordinala ), in -l°; 2« édit., 2 in-4°, Paris, 1668;
A rin h o k ), D ie \'nr:ü'je der dognuitischen Traída te I'r a n - .3" édit., auclior el emendatior, 3 in-4°, Toulouse, 168G;
zetins daryelegt and bcgrnndcl, l-'uldn, 1H7U; Som m ervogel, Vcnise, 1730; Scolus academicus, scu universa doctoris
Bibliothéqne de la C1" de 1. t h , col. 050 s(|.; G. Ronn- subtilis theologiea dogmala, quw ad nitidam el solidam
venia. lUiccollu d i inen lorie intunw alia vitu tlcir E cnnJf* academia' Pu risiensis methodum coneinnavií, selcctis-
nuíe Giovannl Bullista F ra n z clin , Rom e, 1887; The M onth,
sim is SS. P a tru m oraculis firm avit el itlustrovit.
1887, t. L\, p. :i0.i-2-l; C.wiV.á caito!ictt, 'S ' sírie, l. v, p, 191-
20'J; Études relir/tenses, 1887, l. x x ix , p. 333; J. Berselli, necnon explanalione gravioru m conlroversiarum qux
D e oita B a ptlslic Fra nzclin commentarius, Rom o, 18.87; nuitc lem poris in seolis a gita ri solcn.1 d ila vil el oju-
llu rter, Scu iu iu htlor, l. v, col. 1507 s<j. p liu v ií... Cl. Frassen Peronensis, 4 in-fol., Paris.
P. B e r .v a r d . 1672-1677. Lc P. Charles - Jacques Romilli, général
F R A S S E N Claude, cordelier de l’observancc, est des convenlucls, en fit íaire une nouvelle édition á
sans conteste une des plus belles figures qui aient Rome, 12 in -l°, 1720-1722. Le P. Joseph-Marie
¡Ilustré l'ordre franciscain á la fin du x v n e siécle. Fonseca d'Evora, procureur général des observants,
N é á Pcronne en 1620, il enlra cliez les observants lc fil également récditer ainsi que la Philosophia
vers l’ ágc de dix-scpt ans, voulant me ti re á l’abri académica, 16 in-4°, Rome, 1726.Le Scotus académica*
des dangers une vertu qu'il avait de bonne licurc parut aussi ii Venisc, 1744, 12 in-4°. Quand il mourut,
consacree á Dieu et ¡\ la Vierge Marie. 11 avait 30 ans l’auleur travailla.it á une nouvelle édition ct on
quand ses supérieurs l’envoyérent au grand couvent conserve á la Bibliothéque nationale de Faris un
de París, pour suivre les cours de la Sorbonne et y exemplaire avee ses corrections. II préparait méme
prendre ses grades acadéniiqucs. Ce fut le 11 décembre un t, v, qui ne v it pas le jnur. Cc sont les corrections
1GG2 qu’ il conquit celui de docteur en théologie, mais manuscritos du P, Frassen qui ont été utilisées dans
déjá simple bacbelier il eiiseiguait ses jeunes confrércs, la derniére édition, 12 in-12, Rome, 1900-1902.
« formaiit les docteurs par la sainé doctrine de ses L ’ouvrage de Frassen est, en cffet, le meillcur manuel
savantes le?ons, comme il formail les religieux par les de théologie scotiste ct il se rccommande par la clarté
bons exemples de sa vic réguliérc.» M ém oires de T ré - de son exposition. Les D isquisilion es bíblica' qttahtor
vonx. Cliez lui, en cffet, cominc cliez un vrai fils de lib ris eom prehensx , dans lesquels il examine successi-
saint Franfois, lc zéle de 1’étude n’avait pas éteint vement l'antiquité des Écritures, leurs éditions el
l ’esprit de sainte oraison, et il eultivait la picté au leurs versions, leur canonicité, puis proposc une con-
pair de la science. Estimé de tous, á coinmencer par ciliation des textes qui sembknt en opposition, parul
le roi, la reine Marie-Thérése, les niembres du clcrgé, A Faris, 1682, in-4». Cet ouvrage donna occasion au
les conseillers au parlcment, les communaulés reli­ dominieain Noel Alexandre d'écrire sa Disserlalio
gieuses, souvent il était appelé á donner son avis dans ecelesiaslica, apologética ct a n licritica adversus Ctaudium
les cas dilTiciles, et malgré cela il trouvait lc lemps Frassen, scu disseríalionis Alexandrince de vulgalu
de réciter le petil office de la Madone chaqué jour en S c r ip lu r x sacnv versione v in d ic ix , in-12, Faris, 16S2.
plus du bréviaire. A maintes i'eprises gardien du Frassen n’ avait pas caclic qu'il attaquerait le P. Noel
grand couvent, oü il demeura pendant les soixante Alexandre au sujet de son étudc sur la Vulgate, qui
derniéres années de sa vic, il se plul á lc reslaurer est la derniére des trois publiécs dans la Disserlatio-
et ñ embellir son église. Par deux fois (1682 et 1688) num ecclesiasticarum trias, Paris, 1678. Son livrc étail
envoyé au chapitre de son ordre, élu défmitcur général, á peine paru que le dominieain l’étudia, chercha
il fit montre en ces circonstances d’une prudence qui comment lui répondre et,sans aucun ménagement, fil
lui valut les félicitations de Louis X IV . Directcur paraitre sa dissertation, reprochan! amcreinent au
expérimenlé, son confessionnal était tres enlouré; cordelier de l ’avoir insulté. II l’accusait, en oulre,
infirme, il s’y trainait ou s’y faisait porter, car, d ’avoir plagié l’ouvrage de Huct, évéquc d ’Avranches.
disait-il, si mourir sur la bréchc est un honncur pour Dem onstra)ions evangéliques, tout en le criliquant. Le
le soldat, le prétre doit ambitionner de mourir á jugement de l’Église nc fut pas favorable au domí-
í ’autcl ou dans les fonctions de son ministérc. A rrive uicain, car la D isserlalion tim Iria s fut condaimice
á l'áge de 83 ans (8G, disent d ’autres auteurs), il fut avec d'autres de ses ouvrages par lnuocent X I
frappé d’npoplexie, mais sa vigoureuse constilution (10 juillet 16S4). Les D isquisiliones de Frassen furent.
reprit le dessus; sa plus grande épreuve fut la perte un conlraire, récditées par lui, iii-40, Paris, 1695.
de la vuc; il la supportait courageuscment ct répondait II leur donna pour complémcnl les Disquisitionc'i
íi ccux qui s’apitoyaient sur son sort par des paroles bíblica: in universum Pentatcuehum , publiées á Paris
de la sainte Écriture. Au mois de íévrier 1711, une en 1705.. Trés loué au moment de son apparilion,
nouvelle attaque lc privail de la coiisolation de .ic/u eruditorum , Leipzig, 1GS2, p. 354; 17Ü6, p. 380.
jnonter í» l’aulel, ct au bout de peu de jours, le 2f>, cc doublc ouvrage est aujourd'lmi oublié. L ’auteur eu
i l rendait sa bulle áme á Dieu; il étail agé de DI ans préparait une réédition que L, mort nc lui permil pas
FRASSEN — FRATICELLES 770

Uc mencr á tenne. II parul cíe nouveau avec des et encouraycmcnts ó ráme piense, Niee, 1885; trad. es­
uddilions critiques, historiques el chronologiques, pabilóle e l anglaisc: Meniorie interno alia congrega-
signées P. F. N. á Lucques, 1764, 011 trouve aussi zionc del beato Leona rito da Portomaurizio, Oneglia.
la dale de 17G9, puis á Venise, 1781, avec de nombreux 1859; Maimate pratieo del parodio nooelto, in-8 °
rcinanicinents. Lc Coneitiatorium biblicum a été Novare, lcS(>3, traite de théologie pastorale; 10c édit..
i asúre dans le Cursus completas Seriptune saerx de Turin, 1902; trad. franf. par F.-X . .Marellc, l e édil.,
Mignc, t. i i , co l. 733 sq. On attribuc encorc k nolre Pnris, 1873; trad. allemandc, espagnoie et anglaise;
cordelier une Explieaiíon de la régle des fréres mineurs, Compendio delta teología moratc di .S'. Alfonso M arta
l>ar suile d’une confusion avec ccllc du tiers - ordre, de’ J.igitori, con apposite note e dissertazioni. 2 in-S".
dont il a élé fa il mention; on lc dit encore auteur de Genes, 1865, 1860; 10“ édit., 1905, sur la trame de
Vies de S. Jean de Capistran cl de S. Paschal Bnylon, i ’IIom o apostólicas; trad. franf. par l’abbé Fourez.
París, 1693. Quant á la truductiou «les ¡Mtres de 2Cédil,, Tamines, 1894, voir col. 618 s q .; trad. espa-
S. Pautin, M oréri'fait remarquer qu’ellc esl de Claude gnole et portugaisc; on cil a e x tr a it: Dissertazionesutla
de SanLcuil; Te P. Frassen ob tin l simplement lc eommunione quot¡diana, 1865, d’aprés sainl Thomas et
privilége du roi pour 1’ imprcssion. Suarez. Dix écrits do 1-Vassinelti ont été publiés aprés
sa inort. De leur nombre nous cilcrons ; I I cotwito
\ffinoircs de Trévoirr. íévrier 1712, p. 104-11-1; Morfri, del divino amorc, in-32, Genes, 18C8; l c édil., Home.
Dirtionnaire historique. art. Frassen: (Üraiul ct Rieluird, 190C; trad. espaguole el allemandc; lc P. liugénc
Uitionitrio universole dette scienze rcdesiasliche, Xaples,
1815; Ilurtor, Xomenctator, laspruck. 1910, (. iv. col. (¡53- Couet l'a fa il passer cu fran^ais : Le banquel de
«'>36, 118-1; Féret. La faculté de théologie de Paris, £¡>0<¡ne Vamour divin, Toureoing, 1907. L ’ abbé Fourez a
tnixlirnc, Taris, 1900, t-v. p. 194-203. traduit une inslriiclion de L a divozione ¡Ilumínala.
P. É d o u a ro d ’Alenfon. 18C7. sous lc titre : Pe tit frailé de la eonfession el de lu
F R A S S IN E T T I Joseph, p rit re i t alien, naquit á eommnniun. Braine-lo-Comtc. 1890; 2C édit., 1891.
Genes, le 15 décembre 1804, de com mcrfanls mo­ L ‘instituí «les P ig li <li Santa M a ría ímniacolala. qui
destes, mais Irés pieux. De ses qualrc fréres, Irois s’esl formé en congrégation pour l instruelion chré-
entrércnl, coinmc lui, dans lc clcrgé séeulicr, e l lc liennc iles petits gar^ons, sous la direction du P. An-
tlernicr fut ehanoine regulier de Latran. Sa sccur toine Piccatulo, a cié fondé par Frassinctli en 1800.
Paule fut la fondalricc de rin s lilu t des sceurs de II a enlrepris riinprcssiou de toutes les ceuvres niauu-
Sainl-Dorothée pour [‘ inslruetion des pe ti les filies. scviles de son fondateur. Treize in- 8 ° ont déjá paru.
II refut les premieres lcfons d’ un franciscain, lc Home, 1906-1913 : ec sonl dos i nsl nic tions eatéehé-
Pére Angélique, ct il suivit les eours de rhétorique, de tiques ct des explications de l’ Évangile pour le pcuplc,
philosophie c l de llieologic au séminaire arcliiépís- avec une préfaee du cardinal Svamj>a. Parmi les
copal de Genes. Ordonné prétre á Savonc, le 22 sep- a'Uvrcs encorc inéditcs signalons ; Compendium
tembre 1827, il s'allilia aux deux congrégalions sécu- omnia contincns sensa moralíu I). Atphousi de Lígorio
liércs des missionnaires urbains de Saín l-Cliarlcs ct digesta; D oltrin a d i S. Alfonso de‘ J.íguorí snll‘ amini•
des Ouvriers cvangéli(|ucs, cl ¡I s’ adonua á l'éludc cl nistrazioiie dei saeranienti agli in fern ii; Pe intcgritale
aux cxcrciees de piété. En 1831, il fonda avec Louis eonfessionis sacrameutalís pro faeilíori cf emenda!¡orí
Slurla la congrégation de Sainl-Léonard de Port- saerarum eonfessionum exceptíoite; De scrnpiiiosis, de
Mauriee, qui a pour bul la sancliíicalion des jeunes opinione probabili, ele.; Osservaziotii atta Regula fidei
léviles. l'n 18:52. il obtinl au concours la paroisse de drt Veron; Xote alta Votgata, riraiuitc dat Saey.
Quinto, qui cuL les prcmices de soil aetivilú pastorale. E lo g io storico <trl Frassinetti estratto dal period ico ledesco
U se clioif.it des. collaboraleurs valides el capables, • K iielieiib ln lle * d i S a lisb iirp o, ira d . itnlicnnc par lc l*. M e-
s'a])pliqua ¿ corrigcr les abus et á former les enfants laudrt; l ’ ofíííij D elta vita e dette opere d i G ins. F ra s sin e lli,
<íenes, ISCiS; Fassiolo, M e n io rie storlehe interno alta vita
u la vic ehrétienne; oidé par sa sceur, il multiplia les
d i Giua. Fra ssin etti, (iOncs, tS70; fi . C aparro, Giuscppe
associations pieuses el coinmcn(n la longuc série de Frassinetti e l'opera mía, Shrdi > s to rira -critico , iii-4". Genes,
sos puhliealions par un exccllcnl opuscule ; liiflcssioní lílü.S, su ivi du ca lu logue g¿nér¡d des «M ivres éd ilées ct Iné.
¡m/poste nijlt ceclcsiaslici, in-8 °, Genes, 1837; 21' ct flilcs d e l'r n s s h ie lIi; G. B . H evellt, ¡ I servo d i D io Ginsepiie
3r edil., 1838, eu vuc d’ avivcr le zéle du clergé. Pour F ra ssinetti, p riorc a Sania Sabina in (hnoi/a, in-31á, Do-
favoriser les éludcs clericales, il publia : Osseroazíuni loRtie, 1910.
sripm gli studii eerlrsiastici ¡iroposlc ai chicrici, iii- 8 ", M. .M .W o k n o t .
Genes, 1839. Son Catcchisnw dogmatizo parul sous le F R A T IC E L L E S , béguins bélérodoxcs et bizoques.
litro : Compendio delía teología dogmático, in-32, Genes, - I. É tat de la question. 11. Hisloire. IU . Doelrines.
l'S.T.»; 20" édit., Turin, 1903. Le l cf mai 1839, il ful 1. É t a t l>e i.a q u e s tio n . — I o Dclimítolinn du sujet.
nominé previH de la paroisse Sainle-Sabinc de Genes, — Les liisloricus qui se sont oecupés des fratieclles
qu'il administra pendant vingt-ncuf ans avec un I'ont fail souvctil de fafoti confuse. lis ont élnrgi
/.ele louL apostolique. Aidé [>íir deux tle ses fréres cl inaintes fois le sujet et raltaclié á ec uiouNement ])lu-
par s,i sfeur, il multiplia les calécliismes, les prédica- sieurs liérésies du moyen age ou une parlie eonsidérable
tions, les pieuses associations ou confréries el il mérila ile l'histoire de l’ordre fríim iseain ipil s’en dislinguent.
d'élre comparé au curé d'Ars, Par ses publicalions de La fniiK-use bulle Saneta romana alqiic unircrsalís
piole <1 d'éditicaliou, il rcssemhlaiL á saint Alphonsc Fcelcsía de. Jean X X 11 (30 décembre 1.117), dans les
de Liguori. II mourut. le 2 janvier 1868 . Du catalogue F.rlrtii’agantea. til. vu, e. unie.. préeisc le point de vue
des Mi éerits qu'il fil paraitre <lc- son vivant, nous dé- autpiel il faul se lenir. Le pape declare que, nu mépris
laelinus les ouvrages suivunLs : Snggío interno tdhi des canons qui défeiidenl d ’ inslituer aucun ordre nou­
ítiutriticti ed alio religione di Vincenzo (¡ioberfi, iu-32. veau, nonnulli profana' mullitudinis t'iri, qui niitgarifcr
Genes, 1M 0 , réponse aux principales ealomnics eonlre fraticelli scu fratres <le pauprre rila, himetii si re beguini,
l.i Compasillo de Jésus et refulnlion de 1‘écril de Gia- i>el aliis nominíbiis nnnriifamlur, en Italie, en Sieile,
lierll : // moderno gcsaiia; 3C édil. augnienlée; (¡can daus le midi *le ln l ’rimer et dans di verses provinees
(.ríalo regola del sarrntotc, in- 12 , Florence, 1852; en de?;i el nn delá des monis, porleul uu eoslume reli-
11" é ilt l., G en es, IH'.i!!; Ir a d . frnn?. |)ar le P . M ireb i'iiu , girux, viven l eu rcligieiix, dans des maisons oú ils
l ’aris, 1NX] ; Ira d . a lle im m d e el o s p a g n o lc ; ¡ l Conforto liabileut en commun, el meiulieiit pnbliquenicnt
d r il' a n im a d i vota, con u n ’ tip p e n d irr s ttl san to lim o r comme s’ils ¡ipparli’ iiaicnt A un ordre religieux appron-
i li D to , in-18, N a p lc s , j Hó'¿; 1 1' é d il., H o m e , I9 0 (i; vc par le Siége ¡iposlnliquc. I.a jiluparl. d’eiilre eux
Irad . fr a iif . p a r l'a b b é 1to s ía n sous le til re : C on seiis ! se larguenl d ’élre de. 1'nnlre de saitil l^ran^ols cl de

l i i r.T. ID T i n <*l < ATI f l » ! vi. - -r.


771 KRAT1CELLES 772

snivrv la régle d « saint ;> la Iettrc, bien qu’ils 11c relé- avait autorisés á su dctaclier de l'ordrc ct á former la
vi-iil ni du general ni des provineiaux: de cct ordre. communautc des puuperes heremiUe dom ini Cclrstini;
lis prétendont avoir été approuvcs par lc pape Céles­ du inoins nc se trouve-t-il dans aucun document du
tin V, cc <)u¡, méme s’ils en fournissaicnt la preuve, x m c siéele. Nous le rencontrons, pour la premiére
ue serait pas va lab le, car Bouiface VJ1I a révoqué fois, dans la bulle Suncla romana de Jean X X I I . II
toutes les concessions de Célestin V. Quelques-uns ¡ ne fut gucre en usage qu’ en Italie ; il ne passa pas dans
met tcnt en avant des approbations d'évéques ou d’ au- la France ineritlionale ct, s’il fut question «les frali-
tres supérieurx. Ccrtains se donnent pour des tertiai- ccllcs d ’A lk mague, ce fut tardivement et pour désigner
res de saint Franfois. Lc pape «lissout ces groupe- des hérétiques qui étaicnt plutót des fréres du libre
ments et annule leurs actes. Cc que Jean X X I I con- esprit que des fraticellcs proprement dits. A vcc le
damne, c’cst done une forme de vie religieusc indé- temps, Ies fraticelles se ramifiérent : dans un procés
pendante des ordres approuvcs par l’Église. Ccux qui contre les fraticelles «lc Naples (13G2), nous voyons
en font profession se réclament de l'ordrc de saint que, sans parlcr de eeux qui se rattachaient á leur fon-
Frauyois : ce sont, d ’une part, des soi-rlisant religieux dateur, Auge «le Clareno, la secte avait deux fraetions,
qni se disent observateurs striets de la régle de saint dont l ’une reconnaissait pour ehef frére Thomas, ex-
Franfois et approuvcs par Célestin V , et, d ’autre part, évéque d’Aquin, ct l ’autrc ctait sous la «lirection d ’un
des gens quí tiennent par des licns plus ou moins ministre général. Les mcinbrcs de cettc derniérc frac-
laches au tiers-ordre de saint Francois. On les nomme tion s’appelaicnt fraticellcs de ministro, ou parfois
fraticellcs ou fréres de la pauvre vie, bizoques ou fréres de la pauvre vie, fréres évangéliques, fréres «le
béguins. la vérité, fréres «le frére Philippe «lc Majorque (du
Ainsi les fraticelles n’apparaissent pas aux origines 110111 «lu fils du roi Jacqucs I I, fraticelle fervent), ou
franciscaines. Ils ne se coufondeiit pas avec les fran- encore vrais irires mineurs. Enfin, assez communé­
ciscains joacli imites, quoi qu’ils aient, en general, des ment les textes de la fin du x i v c siéele ct du x v * qua-
tcndanccs nettcincnt joadiiuiites; il y a des joachi- lilicnt ccs hérétiques de fraticellcs de l'opinion, de
mitcs en dehors des fraticellesct il y en a cu avant eux. , opinione (ils appclaient opinion l’ensemble de leurs
Fraticelle n’est pas l’ équivalent de spirituel; les fra- doctrines); il arrive méme que lc mot ¡ruticettes dis-
ticclles sorteut des rangs des franciscains spirituels parait, ct qu’ils sont nommés simplement « ccux de
dont ils constituent une Fiaction extréme, mais ils l ’opinion ü, par exemple, dans un mémoire de l’augus­
u’existcnt qu’i'i partir du pontificat de Célestin V , tin André de Cascia contre saint Bernardin de Siennc.
tandis que les spirituels, bien que cettc appcllation nc ■ CI. L ’imiuersité catholique, Lyon, 1890, t. v i, p. 579,
soit gucre plus andenne que celle de fraticellcs, rc- note 1.
montcnt aux premiers temps de l’ordrc. La question Le mot bégnin a eu des significations diftérentcs.
des fraticellcs n’est pas toute la question de la pau- II y eut des béguins, des beguines et des béghards or­
vreté qui se posa au x m c ct au x iv c siéele. Les ira- thodoxes; il y en cut d ’hétcrodoxes, ct ccs derniers
ticclles ne flgurent point dans la lutte contre Guillaume furent de «lcux sortes, les uns se rattachant aux fréres
de Saint-Amour et íiitervieunent peu dans les «lébats du libre esprit, les autres aux fraticelles. V oir t. 11,
entre franciscains et dominicains. Quand Jean X X I I I col. 529-530. Habituellement les licrétiques du pre­
cul réglé la question de la pauvre té, il cut contre lili, mier groupe refoivent la dénomination de béghards
avec les fraticelles, les spirituels ct une portion impor- i ct de beguines (hétérodoxes), pendant que ccllc de
tante des convcnluels. Ccs deniiers, A la suite de I béguins cst réservéc aux hérétiques «lu second groupe.
Micbel de Céséuc, general de l’ordre — d’ oü leur nom Ccttc régle soulYrc «les exceptions : Nicolás Eyineric,
de m ichaélitcs— ct de Guillaume Occam, s’unirent i\ Directoriam im/uisitoram, part. II, <[. x v , Romc, 1578,
Louis de Baviérc contre Jean X X I I ct soutinrent non p. 206, ct son annotateur F. Pcña,l. II,sch. x x x i, p. 65,
seulement, cominc les spirituels et les fraticellcs, que entendent par béghards uniquement des fraticellcs,
lc pape avait outrepassé ses droits, mais cncore que ¡ et Pelayo (Pelagius), De planetu Eeetesiw, 1. I I, c. u ,
l ’cmpercur pouvait le déposer et lui substitucr un 1 cité par Raynaldi, Annat. ccct., an. 1317, 11. 57, enu­
autre pape. Les fraticellcs, nous lc verrons, nc marché- mere pclc-inclc béghards, béguins, fraticelles, et pré*
rent pas avcc eux. C’cst abusivement qu’on a désigné seute les fraticellcs sous les traits des fréres du libre
les miehaélites sous le nom de fraticelles. Cf. L. R i­ i esprit. Sauf un petit nombre de cas, les denx catégo-
chard, Bnlletin critique, París, 1885, t. v i, p. 350; I ríes d'hétérodoxes apparaissent bien tranchécs dans
F. Tocco, Studii franeeseani, Naples, 1909, p. 272- \ les textes; quand les béguins sont uommés, il s’agit
277. A plus forte raison devons-nous rejeter la thése ! non pas des fréres «lu libre esprit mais exclusivement
«le Wadding que les fraticellcs 11’curcnt ríe 11 de commun des hérétiques frappés par Jean X X I I dans la bulle
avcc les francisca ins, que les fondateurs de cctte sectc ! Saneta romana. Lc mot s’applique, en France et en
furent le cathare bagnolais Herniann Pongiluppi ct j Espagnc, á des religieux du premier ordre franciscain:
les clicfs des apostoliqucs, Segarclli et Dulcin. Cf. F. il y cst synonyme «le fraticelle. Plus souvcnt il désigné,
Ehrle, Avchiv fü r Literalur und Kirchcngcschiehlc des surtout dans le mi«li de la Francc, et aussi en Espagnc
M ittelalters, Rcrlin, 1888, t. ív, p. 153-158. e t en Italie, des tertiaires franciscains, authentiques
Les fraticellcs sont des franciscains spirituels qui se ! ou non, qui embrassent les idées des fraticelles.
rattachciit a Célestin V ct qui vculent vivre séparés «lu ¡ En Italie, ccs béguins, membres de sectes errantes
reste de I’ordre. Dans leur sillage 011 trouve des ter- plus ou moins aíflliécs au tiers-ordre «lc saint Francois,
tiaires franciscains, plus ou moins authentiques, des ¡ sont, dés lc temps de Bonifaec V IH , appclés bizoques.
prétendus religieux qui entendent avoir une existencc 1 «le l’italien bisaccia = besacc, á cause «lc la bcsacc qu’ils
religieuse independamment des ordres approuvcs par ¡ portaient en mendiant, ou de l ’italien bigio = gris-
le Siégc apostolique : cc sont les bizoques ct les béguins I brun, á causc de la couleur«le lcurshabits,ef. Du Cange,
hétérodoxes. Glossarium ad scriplores media' cl infinta' latinitulis,
2o Les noiíts. — Le mot fraliccUi, ou frulrieeUi, ou Krancfort-sur-le-Mein, 1681, t. 1, col. 566, et parfois
fraterculi, en franfais fraticellcs, ou fratricellcs, ou pinzoeheri. En France, on a encore les expressions
frérots, a désigné parfois des ermitcs 011 des péiiitents petits fréres bis ou bisets, en raison de la coulcur grise
orthodoxes, par cxcmplc, dans la canzone Spirto gen­ de leur costume, fréres pies, fréres agaches, du pro­
til «lc Pétrarque. Soncííi. eanzoni e triomphi, Venise, venga! agasso= p ie , sans doute parce que quelques-uns
1541, fol. 41 b. Au comuicnccincnt du x iv c siéele, il avaient un costume uii-parti, blanc ct noir, coinnic les
fut appliqué aux franciscains spirituels que Célestin V 1 pies.
773 FRATICELLES 774

I I . H i s t o i r e . — I o Jusqu’á l ’éieetion de Joan X X I I tino. Raymond Gaufri<li, élu minisLrc général «lc
{1316). — De bonne heure, e l fléjíl du vivanl de saint l’ordre, m il un terme á leurs soulírunccs (1290). II
Frangois, s’ étaient dcssinées deux teiidunces, Tune leur rendit la liberté ct, voulant les soustraire aux
large, l ’autre rigide, dans l’ ordrc franciscain. On eut inimitics qui ue désnrmaient pas, les envoya en Arnic-
les fréres de la communaulé, ou conveiituels, qui ad- nie. L ’ lioslilitc des conventuels les poursuivil. jusque
m etlaicnl que la régle ctail susceptible de inodilíca- dans cc pays Iointain, á telles enscigncs que le séjour
tions, d ’adoucisscmcnts, surtout en maliére de pau- leur deviut intolerable et qu’ ils prirent le parli de
vreté, el qui parfois prolilcrent des moindres occasions retourner en Italie.
pour se souslraire A ses exigentes, ct, en faec «Teux, Ies Or, Célestin V venail d’clrc élu pape (1294). Cc fut
zelanti, appclés spirituels A la fin du x m c siéele, par- une joie entliousiastc pour Ies spirituels, qui connais-
tisans d ’une observante striete de la régle, la decla­ saient son atlacliem enl A l’ordre de sainl Frangois el
ran! intangible, prónant A ou trance (a pauvre té ex­ aux idées qui leur étaienl chéres. Pierre de Macérala et
tréme, la vie dans les crmilages, le travail manuel, la Pierre de Fossombrone, qu’ il tennit en haute estime,
pratique scrupuleuse du leslam ent de saint Frangois se présentérent á lui. Célestin les accucillil avec bieii-
LTn tiers-parti, qu’illustra saint Bonaventurc, homme veillance ct Ies aulorisa A se «létacher de l'ordre et A
<Ic juste milieu, ayant Teniente des nécessités prati­ former une rongrégation á part sous le nom de pau-
ques, ramena la perfection religieusc A une observante peres hcrem ilx domini Cclestini. Connne pour indi-
qui im pliquail A la fois plus de rigueur que n’en adinct- quer d ’ une fagon sensible ce changement de vie, ils
taienl les conventucls el une allénuation des nspira- changcrcnl de nom et s’appelércnt, le premier, frére
tions primitives. Libérat ct son compagnon. frére Ange de Clareno.
En 1279, Nicolás I I I édicla la constitulion E x iit 1lelas [ avant la fin de Tamice, Célestin V faisail lc
qui seminal, que Bonifacc V I I I , v in g l ans plus tard, grand « refus ». Les avertissements cl Ies instantes d ’un
devail insércr dans lc Sextas deerelaliuni, til. x i i , des pauvres ermites, lc poéte Jacopone de Todi, au­
c. 3. ¡I.e pape s’ élait proposé de couper court aux raient contribué A cctle decisión. Cf. [dom Aurclicii].
dissenlimcnts qui cxislaienl dans l’ordrc de saint La vie admirable de nolre glorieux ¡tíre, sainl I'ierre-
Frangois. II inaintcuait trés haut l’idcal franciscain, Céleslin pape, einquitme du nom, fondateur de l’ordre
la pauvre lé franciscainc; mais, en somnie, en » decla­ des ettestins, Bar-le-Duc. 1873, p. 127. Les convcn-
ran l les choscs qui daus la régle pourraient étre tlou- luels se promirent de prendre une rcvanclie. Aux yeux
teuses, ct en exposanl avec plus de clarté d ’autres d io ­ du peuple chrélicn la séparation é la il leur condain-
ses déjA déclarées par ses prédécesseurs,» il n’ étail pas nalion; elle proclamail qu’ils ctaícnt inlkléles A l’cs-
sans adoucir la rigueur de la régle. L ’ éinoi fut grand prit de sainl Frangois, sans com plcr que l’approba-
parmi les zelanfi. Des abus qui s’ iutroduisircnL dans tion aposlolique donnéc A l ’observance slricle pou-
l’ordrc au mépris de la bulle E .tiil qni seminal, dont v a il cnlraincr des religieux in«lécis A desertor leurs
les concessions furent dépassécs, augmentérent l’indi- rangs ct A grossir eeux des spirituels. « Des deux calés
gnation. Pierre de Jean O livi mena In campngne con­ c’ étail done la lutte pour rexistenee, » <JU justcmenl
tra les fréres de la communautc ct contre In bulle de F. Elirlc, A rcltiv fü r U terntur und Kirchengesehirhlc
Nicolás I I I . II condamna la fiction, promulgnée par i des M ittclullrrs, Berlín, 1887, t. m , p. 619. Seiilanl
cclte bulle, qui allribuait au pape la propriélé et aux que Ies choscs se gálaicnt pour eux, les pauvres ermiles
fréres mincurs l’ usage des biens de l’ordre. Pour que se retirércnl en Acbaie, «lans une des ¡les de Coriiillic,
les Ircrcs inincurs fussenl vraim enl pauvres, ils de- probablemcnt Trixonia. Non pas tous cependant.
vaient ii'avoir de n’importe quel bien que l’usage pau­ Jacopone resta en llalie, se. joignit aux Colonna coii-
vre, par quoi Olivi cnlcndait proscrirc tout ce qui ne tre le nouveau pape Bouiface V I I I e l, condainiié
serail pas indispensable A «les pauvres pour vivre : par lui A la prison, l’altaqua «lans des slroplies viru-
ainsi il fallail une maison, mais il é la il défendu de gar­ ienlcs, cf. íi. Gehliart, L ’ llatie mystique, Paris, 1K9»>,
der, m inie cu usufruit, une maison conimodc c l élé- p. 259-266; il semble loulefois «jue ce qu’il y a de plus
gante; il íallail du pain, mais acquis en mcndiaul, cl injuricux <lans ccs vers esl uue interpoiation poslc-
il élail in len líl d ’accumulcr des provisions. Eli outre, rieure. Cf. Anateeta ballandiuna, Louvain, 1909,
« elle ohligalion de Tusagc pauvre «onlinuait A peser sur I. x x v i i i , p. 233. Un «les premiers actcs de llonifacc
les fréres qui dcvciiaienl évéques ou canlinaux, carde V III (8 avril 12y.ri) fu l de casser loules les conces­
leur vw-u «le se <«»nforincr élroilem enl á la régle per­ sions de son prédéeesseur. si elles ii’ étaienl ralifiées par
sonne nc pouvait Ies «lispenser, pas meme lc pape. Les Iiii-incine. Du coup, rin slilu lion des pauvres ermiles
principes d’Olivi, oulrés par des disciples inconsi- élait annuléc. Libérat ct le grouiw <iui Tavait escorié
«lérés «mi fan:ili«|ues, alxm lirónl aux écarts <lcs frali- en AcliaTe connurent-ils cctle décision pontilicalc,
cellcs; en ce sens il esl cxacl «lc voir en lui, commc le eurcnt-ils la claire visión «les conséqiicnces qu’cllc poii-
fa il Nicolás Eymeric, liircctorium inquisitoria», parí. j v a il cnlraincr pour eux? Nous l'ignorons. II nc parail
11, q. w , p. 2'M», r i n ilia t c iir «lu fratieellismc. Mais ile s l | pas «|ue Bouiface V I H ail songé d'abord A les inquié-
lwn il'o b s e r v e r qu'O livi, quelles qu’aicnl élé sur cc tcr. Alais leurs cniicmis les «lénoncérenl connne cnsci-
poinl et sur lc re s ic ses «lévialions de langage ct ses giiaul que Bonifacc n’é la il pas le vrai pape. De IA uue
erreurs caractérisécs, a loujours proleslé «le sou rcs- serie «le dillicultés pour Libérat c l ses compagiions.
pccl pour l'aulorilé puntilléale c l <lc son attacheliienl | Libérat fu l d ’avis que lc seul uioycn «I’cn sorlir élail
A r E g lis e , «-1 s’ c s l élevé avcc forcc contre ccux «|ui, de se prtsenlcr au pape. Laissanl en Thcssalie sou vi-
sous préti'Xle «le (ldélilé á la régle, s’élaicnl sépares caire Ange «le Clareno, «pii «levail lc rejoindre en 130.">,
«le l'ordrc. Par IA il érlinppr- A raccusalion d ’avoir élé il rcnlra en Italie, au monicnl oú Bonifacc V I I I inou-
iiii fraliccllc proprement «Fí(. rail e l a vail |>our succcsscur Bcnoil X I (1303). Libé-
Plus encoré <|»iVn France dans 1'enlouragc d ’Olivi, ral se rcmlil A I ’érouse auprés «le lien<*il X I ; il nc pul
en Ilalic, dans les Marches, les spirituels s’attachércul 1 clre regu par le pape, <|u’cmport;i briis«pieincul la
á la régle, regué lilléraleincnt cl sans glose. Pour ré<luirc malailie. I’em lanl la vacance «lu Saiut-bicgc, Libérat
au silente ccs critiques importuns, les couvent neis se réfngia «lans lc royanme «le Naples, oú s’ unircnt ¡i
««mdauinérenl «|iic)<|ucs-iius tlcs plus convaincus A la lui plusieurs «les siens de rclour de la Gréce, 11 ínourul
prison perpélucllc avec prlvation «les sacrcnieiils et .i Vitcrbe, probablemcnt dans les ilcrniers mois de
Mipprcssioti «le lout livre, sans en cxccplcr lc liré- 1307; la maladie l ’y avait arrélé, cu 1305, alora qu’il
viaire; parmi eux, il y a v a il les fréres Pierre «le Macé­ , se m id a i l A Bordcaux aii]>r¿s tle Clémcnt V’ . Ln dircc-
rala, Pierre de r'ossoinbronc, et Thomas de Tolen- lion ile la sociélé fut prisc par Ange de Clareno. Aprés
FRATICELLES 776

«livors incidents, aprés rintcrventüni on favour «les répression coiitiuua’ les annérs simantes. L’n dos prin-
spirituels d ’ Arnaud «le Villencuvo, ínedeiin «lu pape, cipaux épisodes fut la comparution dovant Joan XX11
voir t. i, col. 1975, 1977, Clément V se réserva IV*sai­ «lu célebre franciscain Bernard Délicicux cl de soi-
món «le leur causo au concilc «le Vicnne; en attciulaul, ! xante-quatre s])irituels «les maisons «le Béziors ot de
il les autorisait á vivre en coinmun. ! Narbonne; vintU-cinq furent livrés á rinquisiteur,
C’cst vers ce teinps-lá que le mot fraticclle fut intro- i quatre furent lindes, á Mars« illc, commc hérétiques,
duit dans la ciroulation. Faut-il admettre qu’cntrc un cinquiéinc fut conda mué á la prison perpétuellc,
fraticelles ct spirituels il y eut idcntilication complete, ' les autres furent contraiuts á désavouer publiqueniont
que ln distinction fut purement géographiquc en telle leurs erreurs. Bernard Délicieux subit un procés, dans
sortc que les spirituels d ’ Ilaiio se dénommérent fra- lequel l'accusation ne porta plus sur son adhésion au
ticellcsct les fraticcllcs de Provenec spirituels? Faut-il. partí des spirituels, mais sur d'autres points plus súre-
tout cu rceonnaissant quo los spirituels de Provence 1 ment com prom etíante; mis en prison, il y mourut
furent, dans l ’cnseniblc, de vrais fraticcllcs moins le (1320).
nom, distingucr deux groupes de spirituels d’ Italie -Moins violente ct plus tardive en Italie, la répres-
ot d ’ailleurs, les uns réfractaires á l ’idée d ’ une scission sion fut cependant sérieuse. Auge de Clareno, qui rési-
dans l'ordre, tcls O livi et lc bienhcurcux Conrad d’Of- dait en Avignon auprés du cardinal Jacques Colonna,
Ikla, les autres, ot ce sont les fratieellcs, avec Clarcno I’aucien adversaire de Boniface V IH , fut d ’abonl
pour chcf, constituant une société religieuse autonome emprisonné par ortlre de Jean X X I I á la suite de la
et réclamant le niaintien do la séparation? Cf. Tooco, constitution Sanóla romana. II rccouvra la liberlé,
Studii franeeseant, p. 397-399; Rcné de Nantes, I I is- I moyennant la promesse d ’entrer, non plus dans l’ordre
toire des spirituels dans l'ordre. de saint Pranfois, Paris, I d e s pauvres ermites qui était dissous. mais dans l'ordre
i
1009, p. 371-372. La seeonde opinion est préférable. Le «les célestins, fondé par le meme pape Célestin V qui
principal defenseur «les spirituels, au concile de Vienne avait approuvé les pauvres ermites, et professant de
fut Hubcrtin de Casalc ct les prineipaux opposants vivre ot de mourir dans la trés haute pauvreté du
furent les conventuels Bonagrazia (Boncortcsc) de
üergamo et Raymond de Fronsae. Clément V, par la
! Christ. A la mort du cardinal Colonna, Clareno reprit
l e ehcniin de 1'Italie (1318). Malgré ses engagements,
decrétale E x iv i de paradiso (6 mai 1312), donna satis- il rcconstitua la société des pauvres ermites. H était,
faotion au partí de la reforme; en outre, il sévit eontre en apparence, un moine eéleslin vivant á Subiaco.
les chcfs des conventucls. Toutcfois la constitution En réalité, il était toujours lc chcf des fraticelles. Entre
E x iv i de paradiso, telle que nous la lisons dans les Subiaco et T iv oli, et i» Home inéme, ils avaient des
Clémentines, l. V, tit. X ), e. 1, si elle, est une justifica­ maisons; d ’autres existaient dans les Marches, I’Om-
ción des spirituels ct une interprétation de la régle con­ brie, les provinces napolitaines, la Sicile. Tous les
forme á leurs idées, nc leur permet pas de garder leur fréres voyaient en Clareno leur ministre général. II
autonomie ct les soumet aux supéricurs de l’ordrc. instituait des ministres provinciaux, des custodcs ct
C’ était laisser la porte ouvertc aux diflioultés. Elles des gardiens. II distribuait des obédienecs ct adressait
se multipliérent. En dépit des eíTorts du pape, l ’ oeuvrc des circulaircs aux membres de sa famille religieuse
d ’apaisement ne progressa pas. Aprés la mort de Clé- dispersée. Bref, c ’ était la révoltc contre le pape.
incnt (1311), du