Vous êtes sur la page 1sur 15

Cours: Sociologie de l’habiter- Deuxième année architecture

Enseignante: Rym BEN YOUNES

Chapitre 5: Espaces et usagers


1 séances: le 02/04/2020

I- L’espace, une production, une


construction
II- Apprentissage et perception de
l’espace
III- L’espace personnel et le chez soi
I- L’espace, une production, une
construction
• L’espace est considéré comme un produit à plus d’un
titre:
• C’est une construction matérielle et une
transformation constante
• C’est le cadre de vie, le lieu de la quotidienneté,
c’est la matière première de l’existence.
• La référence à l’espace est toujours présente, il a
donc une signification.
• L’espace se trouve produit dans la mesure où
des relations qui s’établissent créent l’espace et
déterminent sa structure . Un produit ne peut
être compris qu’à partir de ce dont il est issu (la
nature, la société…)

• Même l’espace physique (forêt, plage…) ne se


trouve jamais à l’état naturel bien qu’il existe
indépendamment de l’Homme. Il se trouve
affecté par de multiples manières; la perception
et la représentation.
• L’espace est de plus en plus soumis aux
interventions anthropiques qui constituent un des
plus importants paramètres dans l’analyse des faits
spatiaux:

• L’espace est ainsi déformé ou informé donc


transformé par l’action humaine
• Il est par conséquent construit, il est
toujours relié à la société qui le structure et
l’aménage.
• L’espace ne constitue pas une donnée autonome. Il est
construit en mode d’organisation spatiale et à chaque
moment de l’histoire, l’espace est relié à la société qui le
fonde et le détermine conformément à ses besoins
(exemple de la maison traditionnelle)

• Toutes les sociétés sont situées dans un espace qu’elles


particularisent et qui les particularisent. L’espace est
ainsi une matrice (un moule) de l’existence sociale.
• Il n’est pas seulement la base des aménagements
matériels mais aussi une structure de l’enracinement
humain. Il se crée alors une relation dialectique entre
l’espace et l’Homme, entre l’espace et la société.

• Ce n’est pas l’espace physique qui est fondamental,


ce sont les acteurs qui l’utilisent et les types de
réseaux des relations qu’ils peuvent avoir dans un
espace ou dans une pluralité d’espaces.
• Les relations Espace/Homme se composent de deux
acteurs:
• L’Homme qui organise et produit son espace en
fonction du processus de socialisation, des lois
sociales, économiques et culturelles

• L’Espace qui constitue un théâtre et une matrice


qui conditionne le comportement de l’individu
et y exerce une influence
• Cette relation se compose de 4 étapes:
• L’apprentissage de l’espace
• Sa perception / sa représentation
• Son appropriation
• La signification qui lui est donné
II- Apprentissage et perception de
l’espace

• La perception est la sensation interprétée. Elle


suppose la mémoire, l’attention et le jugement.
• La représentation c’est se faire une idée, évoquer la
chose en son absence (revoir la carte mentale de
K.LYNCH)
• La perception est un décalque de la réalité. C’est un
comportement sélectif.
Paysage Initial

Rétroactions
Filtres socioculturels et
affectifs
Décision à prendre

Informations
Choix et références

Image mentale
(aspect qualitatif)
III- L’espace personnel
• La perception dépend de la personne puisqu’elle est
son auteur. Selon MOLES, la perception de l’espace
part du Moi comme centre du monde: la théorie de la
centralité et les huit coquilles spatiales.

• L’espace personnel est au centre des préoccupation


dans les travaux de HALL, de SOMMER et de
PIAGET qui déterminent différents critères: la
culture, la distance, l’âge…
• L’espace vécu de l’adulte est vital et souligne un volé
symbolique, significatif et sentimental.
• Les réactions dépendent de la perception: accepter ou
refuser (grand/petit- large/étroit-
étouffement/intimité/identification-élevé/bas…)
• On souligne 2 volés:
• Technique (la fonction): abri, protection et
sécurité
• Significatif et représentatif (émotion): un moyen
d’identification et un point d’attache. C’est un
ancrage psychologique et appartenance
géographique.
• Le domicile est l’objet d’approche multiples; à la fois
objet d’études scientifiques et objet de production et
de transformation.
• Il est le lieu d’une intervention professionnelle
Pour un certain nombre de praticiens.
• Cette multiplicité d’acteurs et d’intérêts entraine une
pluralité de définitions.
• La complexité du domicile se révèle dans le fait qu’il
se situe à l’interface du processus relevant à la fois du
psychique et du social, de l’individuel et du collectif,
du privé et du public…
• Le domicile est considéré comme un espace
psychique puisqu’il est investi d’un certain nombre
de significations subjectives propres à l’histoire de
l’habitant.

• La perception de cet espace par un professionnel est


totalement différente. Le domicile devient non plus le
refuge qui protège l’intimité mais un lieu de travail
rationnel.

• Ce type d’intervention sur le domicile est très délicat


puisqu’il peut être perçu comme une « violation de
l’intimité»
• La notion d’intimité traduit le sens et l’expérience
même de l’habitat.
• Les travaux d’histoire des mentalités nous ont appris
que l’intimité, dans l’acceptation contemporaine et
courante de ce terme, est une construction sociale,
dont l’élaboration sur plusieurs siècles a radicalement
altéré la confusion entre le privé et le public qui
prévalait avant le XVII° siècle.
• A l’époque moderne, les nouvelles démarcations entre
la sphère publique et celle privée correspondent à la
définition de nouveaux idéaux