Vous êtes sur la page 1sur 9

COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME

Wafa Masmoudi Wafa Masmoudi

Chapitre VI
1. Prévision Annuelle : Plan d’investissement et de Financement (PIF) :
GESTION PREVISIONNELLE DE LA TRESORERIE
a.! Objet et Utilité :

Le plan de financement prévisionnel est un tableau qui permet de s’assurer de l’équilibre financier d’un
projet, autrement dit de l’adéquation entre les besoins qu’il génère (les emplois prévus) et les ressources
que l’entreprise détient à sa disposition (les ressources prévisionnelles). L’excédent des ressources sur les
Gérer sa trésorerie nécessite l’élaboration d’une démarche prévisionnelle, que le trésorier d’entreprise
doit accepter car « la prévision, c’est l’erreur ». besoins contribuera à former la trésorerie disponible.

L’utilité du PIF présente un intérêt évident pour l’entreprise pour plusieurs raisons. En effet, il est
La prévision utilisera 3 documents :
considéré comme un instrument :
o! Le plan d’investissement ou de financement ;
o! de gestion prévisionnelle utile à la stratégie de l'entreprise à moyen et long terme (3 à 10 ans ou
o! Le plan ou budget de trésorerie ; plus) ;

o! La fiche en date de valeur. o! de négociation des conditions d'emprunts auprès des organismes financiers ;

o! de prévention des difficultés éventuelles des entreprises en matière financière ;

o! indispensable pour toute entreprise en cours de création.

Ne pas confondre entre le plan de financement et le tableau de financement : Le plan de financement est un
document prévisionnel établi à priori. Le tableau de financement est un document d'analyse financière
établi, à postériori, en fin d'exercice.

b.! Caractéristiques :

L’élaboration pluriannuelle du PIF repose sur 4 étapes essentielles :

- 1ère phase : Connaissance de la situation de départ de l’entreprise et la prise en compte de la situation


financière de l’entreprise de départ et le fondement d’un plan cohérent (c.à.d. tenir compte des excédents
et des déficits du passé).

- 2ème phase : Détermination des emplois et du total des emplois.

- 3ème phase : Détermination des ressources nécessaires aux emplois :

Il faut déterminer quantitativement et qualitativement les ressources. Ce choix va dépendre de la


combinaison ressources-emplois de l’entreprise, de la disponibilité des sources, de son coût et de la
situation financière de l’entreprise.

-4ème phase : Examen et critique du plan : Il s’agit d’examiner le plan, qui sera suivi par des ajustements
des écarts. L’objectif est d’avoir un plan présentant une trésorerie nulle ou légèrement positive.
L’équilibre du plan se fera par le recours à un crédit de trésorerie. Tout se fera dans le cadre de petits
ajustements de cohérence. S’il y a des écarts flagrants et une incohérence, la critique du plan peut aller
jusqu'à remettre en cause la stratégie adoptée.

1" 2"
COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME
Wafa Masmoudi Wafa Masmoudi

c.! Élaboration & Contenu : !! Dividendes :

Le PIF se présente en deux parties : Il s’agit des distributions de dividendes ou les prélèvements prévus avec décalage d'un an. C'est un
besoin qui peut se révéler aussi contraignant que les autres dépenses.
ère
o! Une 1 partie recense, pour chaque année (ou exercice), les nouveaux besoins durables de
l'entreprise qui doivent apparaître au cours de cet exercice, !! Remboursement d’emprunts :
ème
o! Une 2 partie recense les nouvelles ressources stables qui interviennent sur ce même exercice. Ce sont les remboursements des emprunts contractés. Il s’agit d’assurer le remboursement du capital
(Amortissement) selon le plan d’amortissement de ces emprunts.
Ce tableau intéresse tout particulièrement les investisseurs puisqu'il permet de définir avec précision le
montant des ressources nécessaires à l'entreprise pour financer son programme d'investissements et son Pour les intérêts de l’emprunt : ce sont des charges financières et donc intégrés dans la CAF. A défaut,
cycle d'exploitation. s’ils sont intégrés en cours de route, ces charges (frais financiers nets d'impôts) soit portés en emplois
dans une rubrique "Intérêts du crédit" soit déduits de la CAF.
i.! Emplois Prévus :
Remarque : les retraits éventuels et justifiés des comptes courants d'associés (fonds laissés temporairement
Il s’agit essentiellement des augmentations des postes de l’actif et/ou des diminutions de ceux du passif. à la disposition de l’entreprise par les associés) figurent parmi les emplois.
!! Investissements :

Ce sont les investissements correspondant au renouvellement (ou au maintien) ou d’expansion, qu’ils ii.! Ressources Prévisionnelles :
soient corporels, incorporels ou financiers.
Pour couvrir l’ensemble des besoins de la période, l’entreprise doit faire l’inventaire des moyens dont elle
Le montant d’investissement est formé du coût d’acquisition, plus les éventuelles dépenses d’installations dispose déjà et des ressources qu’elle peut rassembler sur la période. Ces ressources sont générées par les
et de mise en route. augmentations des postes du passif et/ou les diminutions de ceux de l’actif.
Les investissements sont portés HT. Cette deuxième partie du plan matérialise la politique financière de l’entreprise. On distingue deux types
de financement : financement externe et financement interne.
!! Variation positive du Besoin en Fonds de Roulement :

Lorsque des investissements sont réalisés, des conséquences sur le fonctionnement de l’entreprise
peuvent apparaitre sous la forme de stocks plus au moins importants, de crédits clients plus au moins a- Financement externe :
développés et d’un crédit fournisseur en évolution correspondante.
!! Capitaux Propres :
C’est la variation du BFR d’une période sur l’autre qui doit être reprise dans le plan de financement
prévisionnel et non le BFR en tant que tel. Seule l’augmentation du capital par apport en numéraires et à concurrence des seules sommes libérées
constitue une ressource réelle susceptible de financer des emplois. Généralement les frais d'établissement
L’évolution du BFR dépend de l’activité (notion de proportionnalité % CA) mais également d’une supportés lors de l'opération d'augmentation de capital figurent dans les emplois.
modification des différentes politiques liées à l’exploitation mises en place par l’entreprise (clients,
fournisseurs, stocks, etc.) !! Les subventions

∆"#$ = "#$& − "#$&() L'année où elle est perçue par l'entreprise, la subvention constitue une ressource pour son montant total.
Son imposition, est automatiquement prise en compte dans le résultat de l'exercice, et donc dans la CAF.
Lorsque le ∆"#$ > 0 , un emploi est dégagé : investissement en BFR supplémentaire. Le responsable
devra penser à trouver des ressources pour financer l’évolution du BFR !! Dettes à LMT :

De par la variation du BFR, la constitution d'un fonds de roulement lors de la création d'entreprise Ce sont les emprunts nouveaux prévus d'une durée supérieure à 1 an auprès d'organismes financiers. Si
équivalent à la valeur du BFRE (constitution des stocks et des crédits accordés aux clients pour la 1 ère des frais sont supportés, ils peuvent soit être déduits du montant emprunté, soit être portés en emplois
année) sera considérée comme un emploi prévisionnel. dans une rubrique "charges à répartir" ou frais d'émission d'emprunts.

3" 4"
COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME
Wafa Masmoudi Wafa Masmoudi
!! Autres ressources prévisionnelles : des apports en comptes courants d'associés ; crédits envisagés * Si PC > VCN → une plus-value de cession (produit net sur cession d’immobilisations) → perte
pour ajuster ou compléter les financements ; des remboursements de prêts ; des économies fiscales d’impôt sur plus-value à retrancher du prix de cession ;
éventuelles sur cessions d’actifs immobilisés).
* Si PC < VCN → une moins-value de cession (charge nette sur cession d’immobilisations) → économie
Remarque : en principe, les ressources externes ne comprennent pas les financements à CT qui relèvent de d’impôt sur moins-value à ajouter au prix de cession.
la trésorerie (exemple : les découverts). Ceux-ci sont davantage une variable d’ajustement qu’une
ressource prévisible sur plusieurs années.

b- Financement interne : C’est l’ensemble des moyens de financement dont dispose l’entreprise !! Variation négative du Besoin en Fonds de Roulement ∆"#$ < 0 engendrant une ressource. Cette
variation négative est obtenue si d'une année à l'autre soit le BFR négatif décroît soit le BFR devient
!! Capacité d’Autofinancement (CAF) :
moins positif.
La CAF est un surplus monétaire (produits encaissables – charges décaissables) généré par l’ensemble
d.! Modèle :
des opérations effectuées par l’entreprise.
N+1 N+2 N+3 N+4 N+5
La CAF indique la capacité de financement dégagée par l’activité bénéficiaire de l’entreprise ; elle traduit Ressources :
-CAF
la capacité de cette dernière à financer sa croissance. Grâce à la CAF, l’entreprise pourra financer -Prix de cession d’éléments d’actifs cédés
totalement ou partiellement de nouveaux investissements, rembourser des dettes bancaires, qui ont -Augmentation du capital
-Subventions d’investissement
permis de financer des investissements, emprunter pour compléter ces moyens de financement,
-Apports en c/c associés
distribuer des dividendes -Nouveaux emprunts
-Variation négative du BFR
Dans le PIF, les CAF prévisionnelles peuvent se calculer de deux manières : soit à partir de l’EBE, soit à -Autres ressources
Total ressources (1)
partir du résultat net. Emplois
-Dividendes à payer
* CAF = EBE + autres produits encaissables - autres charges décaissables -Investissements
-Besoins supplémentaires en BFR
* CAF = Résultat net de l’exercice + Dotations aux amortissements et provisions - Reprises sur -Remboursements d’emprunt
-Autres besoins
provisions - Produits nets sur cessions d’immobilisations + Charges nettes sur cessions Total emplois ou besoins (2)
d’immobilisations - quotes-parts des SI inscrites au compte de résultat
Solde annuel = (1) – (2)
!! Cessions / Désinvestissement :
Solde cumulé

Les + ou - values/cession figurent au niveau des autres gains et pertes ordinaires dans l'état de résultat et
des éléments exceptionnels dans les SIG. Par ailleurs, dans le calcul de la CAF, Les produits (charges) sur
cessions d'éléments d'actifs sont assimilés à des produits (charges) non encaissables (non décaissables).
En effet, bien que les plus ou moins-values sur cessions d’immobilisations soient des encaissements ou e.! Conclusion :
décaissements réels, elles ne constituent pas des opérations de gestion courante, mais plutôt des
L’objectif est d’avoir un plan équilibré puisque le PIF permet d’analyser l’équilibre financier futur de
opérations d’investissement (comme les acquisitions). En les notant distinctement, on facilite leur
l’entreprise.
rapprochement avec les acquisitions en vue du calcul de l'investissement net.
Les cessions d’éléments d’actif immobilisé sont génératrices de plus ou moins-values avec les Ce plan permet de vérifier la pertinence de la stratégie adoptée. Si un plan n’est pas équilibré, on devra
implications fiscales correspondantes : supplément d’impôt ou économie d’impôt. Deux cas doivent être l’ajuster.
envisagés :
Le PIF permet de rechercher les ajustements successifs du meilleur ajustement ressources-emplois. Cela
Si ces cessions ont été déjà pris en compte dans le calcul de la CAF, alors les impôts correspondants ont permet aussi de justifier le recours au financement externe, et enfin il permet d’éviter les déséquilibres
été éliminés dans le calcul de la CAF ==>seul le prix de cession va être enregistré dans le PIF. non anticipés.

Si par contre, ces cessions ont été intégrées en cours de route alors les impôts sur les plus ou moins- En raison de l’incertitude qui affecte toute prévision, il est généralement prudent de disposer de
values de cession ne sont pas intégrés dans le calcul de la CAF, il convient dans ce cas de les enregistrer ressources supérieures aux emplois. Les prêteurs sont généralement attentifs à cette marge de sécurité.
dans le poste économie (ressources) ou perte d’impôt (emplois) avec le prix de cession de l’actif. Ainsi :

5" 6"
COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME
Wafa Masmoudi Wafa Masmoudi
2.! Prévision Mensuelle : Budgets de Trésorerie : Remarque : les dotations aux amortissements et aux provisions ne sont pas prises en compte dans les
prévisions du budget de trésorerie. En, effet, il s’agit de charges qui ne donnent pas lieu à un
a.! Définition : décaissement ou à la variation des flux de trésorerie. Les dotations sont des charges non décaissables et
qui ne rentrent pas donc dans le calcul du budget de trésorerie. Pareillement pour les reprises sur
Le budget de trésorerie est un tableau prévisionnel des recettes et des dépenses de trésorerie, qui
provisions qui sont considérées comme des produits non encaissables.
présente les soldes des périodes sur la durée de la prévision. Son objectif est de prévoir, au cours de
l'année à venir, le niveau de trésorerie et les variations mensuelles.
d. Démarche générale
L’horizon du budget de trésorerie est traditionnellement annuel. Il est réalisé en début de période La démarche à suivre pour la mise en place du budget de trésorerie doit débuter par la collecte des
comptable avec l'aide de tous les services concernés de l'entreprise, notamment le service de contrôle de informations nécessaires suivantes :
gestion.
-! Bilan N-1 : Il s’agit du bilan de l’exercice précédent duquel on va extraire les valeurs des créances,
b.! Fonction du Trésorier : des dettes, TVA due à prendre en compte dans l’exercice en cours et les disponibilités ;
-! Ensemble des budgets établis qui donnent des indications sur les recettes (budget des ventes) et
Le but recherché à travers le budget est de déterminer la position de trésorerie de l'entreprise sur la les dépenses de l’entreprise (achat, charges de production, frais, investissement…) ;
période de prévision. Tous les flux sont à prendre en considération. Le pas de la période est plus ou -! Modes et délais de règlement qui renseignent sur le moment du décaissement de la dépense et de
moins long en fonction du besoin de l’entreprise ; le mois, 15jours, ou décade…etc. l’encaissement de la recette à inscrire au budget de trésorerie.
L'évaluation des besoins de l'entreprise aide à la décision en matière de renouvellement des lignes de -! Les décaissements et les encaissements exceptionnels qui n’entrent pas dans le cadre d’un budget
particulier (il s’agit par exemple de l’obtention d’un emprunt, remboursement d’emprunt, une
crédit bancaires, éclaire les opérations du haut de bilan.
augmentation de capital, le paiement des impôts, la distribution des dividendes…).

c.! Processus Budgétaire : La construction du budget se déroule en quatre étapes :

-L’établissement du budget des encaissements ;


La gestion budgétaire est un processus coûteux (temps, argent, etc.), mais c’est un moyen efficace pour
permettre le suivi des prévisions. -L’établissement du budget des décaissements ;
La périodicité des budgets et leur nature dépend de l’importance de l’activité de l’entreprise et de sa taille. -L’établissement du budget de TVA,

Les prévisions sont faites à partir des données fournies par les différents services de l'entreprise. Ces -L’établissement du budget général de trésorerie.
prévisions de trésorerie ne sont pas établies uniquement par le service financier. Les prévisions propres à
chaque service sont regroupées et consolidées. L’articulation des différents budgets sert à élaborer le i.! Budget des encaissements :
budget de trésorerie.
Il regroupe les flux financiers entrants ou les entrées de fonds en trésorerie prévues pendant la période
Son objet consiste à traduire en termes monétaires les charges et les produits relatifs aux différentes considérée.
gammes. Il permet d’assurer un équilibre mensuel entre les encaissements et les décaissements et de
Les encaissements proviennent :
connaître le solde de fin de période budgétaire des comptes de tiers (clients, fournisseurs, …, etc.) et les
disponibilités qui figureront dans le bilan prévisionnel. !! des règlements à échéance des créances détenues sur les clients : à 30, 60 ou 90 jours,
!! des effets de commerce encaissés ou négociés lors de remises à l’escompte,
Dans le cadre des budgets d'encaissement et de décaissement, nous distinguons les opérations
!! des ventes ou des recettes encaissées au comptant en espèces, par chèques, par virements,
d'exploitation et hors exploitation.
!! des concours bancaires éventuels,
•! Les recettes et les dépenses d’exploitation sont liées aux opérations relevant de l’activité !! des emprunts obtenus auprès d’organismes financiers,
d’approvisionnement, de production, et de vente (prévision des recettes des ventes, prévision des !! …, etc.
dépenses d’exploitation : achat de marchandises, matières premières, fournitures et autres Ces montants sont TTC. Il est établi notamment, à partir de la prévision des ventes et tient compte des
consommations, charges de personnel, impôts et taxes.). décalages dans le temps entre la vente et ses encaissements.
•! Les recettes et les dépenses hors exploitation correspondent pour l’essentiel à des opérations Il faut également tenir compte des créances clients figurant au bilan de période précédente, qui sont
d’investissement, de placement, de financement, de cession d’éléments d’actif… encaissées durant la période de prévision.

7" 8"
COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME
Wafa Masmoudi Wafa Masmoudi
Budget des encaissements Budget des décaissements

ii.! le budget des décaissements :

Il est constitué par les flux financiers sortants prévus pendant la période, c.à.d. des paiements :

!! des achats de biens et services payés au comptant,


!! des règlements des dettes aux fournisseurs, à 30, 60, 90 jours d’échéance, iii. Budget de TVA
!! des effets de commerce domiciliés, réglés par banque au bénéficiaire, •! Le budget de la TVA présente la différence entre la TVA collectée sur les ventes et la TVA
!! des salaires nets, des impôts, des frais payés, déductible sur les achats. Cette différence donne le montant de la TVA due ou le crédit de TVA.
!! des remboursements d’emprunt et du paiement des intérêts,
!! de la TVA nette due au titre du mois précédent, •! TVA collectée sur ventes – TVA déductible sur achats du mois N = TVA nette du mois N
!! …, etc. o! Si TVA nette est >0 : on parle de TVA due
Ces montants sont TTC. Le budget des décaissements tient compte des décalages dans le temps entre la o! Si TVA nette est <0 : on parle de crédit de TVA
dépense et son décaissement. •! La TVA à payer (ou à décaisser) est égale à la TVA due au titre d’une période avec un décalage
Il faut également tenir compte des dettes fournisseurs, sociales et fiscales, figurant au bilan de période d’un mois. En effet, la TVA due au titre d’une période doit être payée avant la fin du mois
précédente, qui sont décaissées durant la période étudiée. suivant cette période.
•! Le crédit de TVA n’est pas encaissable, il sera retranché (reporté) sur la TVA à décaisser les mois
suivants.
•! Le fait générateur de la TVA est la facturation.
•! D'une façon générale : TVA Nette Due (ou Crédit de TVA) = TVA Collectée sur ventes –
TVA déductible sur Achats – TVA déductible sur immobilisations – Crédit de TVA
reporté

9" 10"
COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME
Wafa Masmoudi Wafa Masmoudi
Le budget de TVA : Le budget de trésorerie permet de vérifier, globalement, s’il y a cohérence entre le fonds de roulement et
le besoin en fonds de roulement.

"! Solde cumulé positif ou trésorerie excédentaire :

L’entreprise n’a pas de problème de financement à court terme.

Il faudra examiner les formes de placement les mieux adaptés afin de rentabiliser les disponibilités :

!! Financer les programmes d'acquisition des investissements prévus

iv. Le budget de trésorerie : !! Réaliser des placements financiers à court terme qui prendront différentes formes selon le type de
fiscalité souhaité : comptes à terme rémunérés, bons de caisse, SICAV de trésorerie ou FCP à court
Le budget de trésorerie réalise la synthèse de l’ensemble des budgets de l’entreprise. Il rend possible la terme, bons du trésor négociables...
détermination du solde de trésorerie à venir. Il se compose du solde de trésorerie qui se trouve dans le
bilan d’ouverture (N-1) et des encaissements et des décaissements précédemment préétablis. !! Rembourser par anticipation les emprunts à long terme

!! Règlement des fournisseurs comptant

"! Solde cumulé négatif ou trésorerie déficitaire :

Un budget constamment déficitaire exprime une inadéquation du FR au BFR, (agir sur délais règlement
ou recouvrement ou encore rotation des stocks ou écoulement de marchandises. Il serait alors judicieux
de revoir les hypothèses sur lesquelles ont été établis les budgets en amont et notamment les budgets des
La différence entre les encaissements et les décaissements indique la situation de trésorerie pour chaque ventes, des achats des investissements. Ainsi, il va falloir agir sur les encaissements et sur les
mois soit : décaissements.

· Une trésorerie positive ou excédentaire ; 1) Actions sur les encaissements :

· Une trésorerie négative ou déficitaire. · Réduction du délai de crédit accordé aux clients ;

Il est possible de cumuler les situations mensuelles afin de faire apparaître le solde cumulé de la · Mesures incitatives pour encourager les règlements au comptant par les clients (escompte) ;
trésorerie à la fin de chaque mois.
. Obtention des crédits bancaires de trésorerie : découverts, crédit de campagnes dont l'objet est de
Suite à la constatation du solde prévisionnel, le trésorier est appelé à optimiser la trésorerie, ceci revient à permettre le financement du besoin d'exploitation des entreprises ayant une activité saisonnière.
trouver les meilleurs financements en cas de besoin, ou les meilleurs placements en cas d'excédents de
. Mobilisation des créances commerciales existantes (escompte d'effets négociable)
trésorerie.
. Augmentation de la rotation des stocks.
v. Élaboration de la Politique de Trésorerie

Le budget de trésorerie a pour objet de décrire les encaissements et les décaissements prévisionnels de
manière à mettre en relief les écarts et à anticiper les mesures à prendre pour réduire les écarts négatifs 2) Actions sur les décaissements :
(déficits de trésorerie) ou pour utiliser de façon optimale les excédents éventuels de trésorerie.
· Augmentation du délai de crédit accordé par les fournisseurs ;
En l’absence de ce budget et en cas de difficultés de trésorerie, l’entreprise aura du mal à imaginer les
solutions financières rapides pour y faire face. · Réduction ou reports des dépenses prévues.

Le budget de trésorerie réalise la synthèse de l’ensemble des budgets de l’entreprise. 3) Actions sur les dates

Une politique de trésorerie efficace est corollaire d’une bonne analyse du budget de trésorerie. Le budget de trésorerie permet également de déterminer les dates optimales auxquelles doivent avoir lieu
certaines opérations exceptionnelles ;
11" 12"
COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME
Wafa Masmoudi Wafa Masmoudi
Par exemple la vente d’un immeuble prévu en juin pourra être avancée en mai s’il apparaît que juin est Seules les prévisions à très court terme permettent de disposer des informations nécessaires à une
fortement excédentaire alors que mai est déficitaire. prise de décision.

i.! Synthèse : Il s'agit donc d'optimiser le coût de la gestion à court terme en minimisant les charges financières et
en maximisant les valeurs des placements.

Les prévisions à très court terme supposent la mise en place d'une organisation complexe, ce qui
nécessite un travail d'analyse et d'information important. Cette analyse porte sur plusieurs points :

!! Recensement de tous les encaissements et décaissements par nature : règlement fournisseurs,


produits financiers, encaissements clients, paiement des impôts, etc.
!! Inventaire des moyens de règlements utilisés : virements, chèques bancaires, lettre de change ;

!! Distinction entre les flux certains et les flux incertains (quant au montant, quant à la date ou aux
deux).

Les flux certains pourront être chiffrés et positionnés dans le temps sans problème. Les flux incertains
feront l'objet d'un traitement particulier, ils seront positionnés et leur montant est déterminé sur la base
de calculs probabilistes ou de manière plus aléatoire.

Dans ce contexte, deux éléments doivent être considérés :


e. Le Budget de Trésorerie ajustée :
!! Le décalage entre la réception de la pièce comptable à l’origine de la comptabilisation de
Le plan de trésorerie est un outil d’ajustement de la situation finale de la trésorerie établie à partir du l'opération et le transfert de l'information au trésorier
budget de trésorerie. Il s’agit ici de procéder à des ajustements pour résorber les soldes positifs ou
!! Le système comptable mal adapté aux prévisions de trésorerie. En effet, il ne prend en compte
négatifs. A travers ce plan, le trésorier s’efforce à atteindre une situation de trésorerie optimale.
que les dates d'opérations et non leurs dates de valeur.
La version « ajustée » du budget de trésorerie prend en compte les mesures prises pour abaisser soit les
Exceptés les paiements en espèces, tous les moyens de règlement connaissent des décalages entre le
excédents ou les déficits (par exemple, mise en place de découvert).
moment de l'émission et celui de la remise à la banque pour encaissement. Les raisons sont les
Il ne présente plus que des soldes de trésorerie positifs ou nuls. Il tient compte de toutes les solutions de suivantes : le temps de transmission, de traitement comptable et administratif, les temps morts, etc.
financement ou de placement retenues par l’entreprise pour rééquilibrer sa trésorerie.
Les durées des décalages sont très variables. Elles dépendent du type de règlement de son mode de
transmission et des partenaires concernés.

La pratique bancaire introduit des décalages supplémentaires, notamment par le biais des dates de valeur
(la date à laquelle le compte bancaire est effectivement débité ou crédité), généralement différentes des
dates d'opération.

Ainsi, compte tenu de ces décalages, le trésorier devrait raisonner comme le font les banques de
l'entreprise pour déterminer au plus près la situation des comptes

b.! Lexique Utilisé

3. Prévision Journalière : Trésorerie en Date de Valeur La date de l’opération est la date à laquelle la banque exécute l’opération.

Les budgets de trésorerie fournissent des informations trop globales pour optimiser la gestion de La date de valeur est la date de prise en compte de l’opération par la banque. Le principe est que les
trésorerie. En particulier, ils ne donnent pas de renseignements sur la situation en cours de mois et ne recettes de l’entreprise sont créditées en valeur après la date de l’opération et que les dépenses sont
permettent pas de savoir le montant qu'il faut négocier ou placer et pour quelle durée. débitées en valeur avant la date d’opération.

13" 14"
COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME
Wafa Masmoudi Wafa Masmoudi
Selon les établissements de crédit, les dates de valeur sont des délais techniques permettant, d’une part,
de traiter les opérations et, d’autre part, de compenser l’absence de rémunération de services rendus
aux clients (la délivrance de chéquiers, la gestion des moyens de paiement, la tenue de compte...). Conditions bancaires appliquées aux opérations de crédit

La date de valeur (ou jour de valeur) est la date « réelle » de débit ou de crédit en compte, date basée sur Libellé de l’opération Date de valeur (date de référence pour la banque)
la date d’opération. Elle dépend de : Versement des espèces Date d’opération + 1 j calendaire
"! la nature du jour qui peut être ouvrable, c’est à dire jour d’ouverture du guichet, ouvré, ce sont Remise de chèques Date d’opération + 1 j ouvré
des jours ouvrables moins les congés propres à la profession bancaire et jours calendaires
correspondant aux jours du calendrier. Remise de chèque sur l’épargne Date d’opération + 15 à 30 j calendaires

"! l’heure de caisse : la date à laquelle la banque enregistre le mouvement (jour de l’opération)
Virement reçu Date de réception du virement + 1 j
dépend de l’heure de caisse. Celle-ci fixée à 16h 30, c’est l’heure à partir de laquelle la journée calendaire
comptable est terminée et la journée suivante commence. En effet, toute opération effectuée Remise de l’effet à l’encaissement Date de l’échéance + 4 j calendaires
après 16h 30 est considérée reçue le lendemain.
Remise de l’effet à l’escompte Date d’opération + 1 j calendaire
La date de compensation est la date à laquelle les banques s’échangent et soldent, dans leurs livres,
les différents flux. Prélèvement crédit Date d’opération + 4 j calendaires

La date comptable est la date d’enregistrement dans les comptes bancaires de l’entreprise.
Remarque : Les conditions standards de crédit sont données à titre indicatif, c'est-à-dire
Les jours de valeur : le nombre de jours qu’il faut ajouter à la date d’opération sur les mouvements
créditeurs (recettes) ou retrancher à la date d’opération sur les mouvements débiteurs (dépenses) pour
que celles-ci dépondent de la relation banque entreprise et sont donc négociables.
connaître la date de valeur,

Les jours de banque correspondent au nombre de jours que la banque ajoute à la durée effective du •! Conditions bancaires standards appliquées aux opérations de débit
crédit pour le calcul des intérêts. Il est généralement d’un à deux jours.
Libellé de l’opération Date de valeur (date de référence pour la
Les jours ouvrés sont les jours où la banque est effectivement ouverte ; ils sont généralement au banque)
nombre de cinq par semaine : lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, à l’exception des jours fériés et
chômés. Retrait des espèces Date d’opération - 1 j calendaire

Les jours calendaires correspondent aux 7 jours de la semaine du calendrier civil habituel. Il y a Chèque émis Date de compensation – 2 j
approximativement 1,4 jour calendaire pour un jour ouvré par semaine. calendaires
Virement émis Date d’opération - 1 j calendaire
Effets (paiement effet) Date d’échéance - 1 j calendaire
Les conditions de fonctionnement des comptes :
Prélèvement débit Date d’opération - 1 j calendaire
A partir des notions que nous venons de définir, l’assimilation des conditions de fonctionnement des
comptes devient plus simple.

a.!Les conditions en jours de valeur : b.!Les conditions en jours de banque :


Le tableau ci-dessous reprend les principales dates de valeurs sur les opérations bancaires Contrairement au jour de valeur qui constate le décalage entre date d’opération et la date
de crédit et de débit les plus courantes. de valeur, les jours de banques sont des jours que la banque rajoute à la durée effective
d’un crédit de trésorerie pour le calcul des intérêts facturés au client.

15" 16"
COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME COURS DE DECISIONS FINANCIERES DE COURT TERME
Wafa Masmoudi Wafa Masmoudi
Le tableau suivant reprend les conditions standards appliquées au crédit de trésorerie le D’une manière générale, la fiche de suivi synthétique se présente comme suit :
plus accordés par les banques :

Libellé de l’opération Date de valeur


Découvert et facilité de caisse 0 jour
Crédit de mobilisation de créance Date de mobilisation de créance + 2
jours
Escompte d’effet Date d’escompte + 2 jours

c.! Principes

La gestion prévisionnelle à court terme et le suivi de la trésorerie supposent l’application d’un certain
nombre de principes de base qui peuvent être résumés comme suit :

!! Le trésorier disposant des informations relatives aux flux de trésorerie ainsi que des données
prévisionnelles internes à l'entreprise va tenter d'évaluer le montant de ces flux et de les
positionner dans le temps afin d'effectuer les prévisions journalières.

!! Les prévisions au jour le jour sont réalisées à l'aide d'un document appelé fiche de suivi de
trésorerie ou fiche de suivi en date de valeur. Le positionnement correct des sommes nécessite la
connaissance précise des conditions de banque.

!! Cette fiche permet de positionner en date de valeur et non plus en date comptable les opérations
de recettes et de dépenses de l'entreprise. Dans le principe, cette fiche n'est guère différente d'un
plan de trésorerie. Seul l’horizon change et le découpage de cet horizon en périodes élémentaires.

!! La fiche de suivi en valeur reprend les flux d'encaissements et de décaissements par nature
d'opérations : réception ou émission de chèques, virements, avis de prélèvement, encaissements
d'effets de commerce

!! Sur la fiche de suivi en valeur apparaît le solde avant décision, qui est la résultante des opérations
du jour cumulé avec le solde de la veille

!! Les décisions prises par le trésorier apparaissent sur la fiche : il s'agit soit de décisions de recettes
(de financement car elles créditent le compte de l'entreprise), soit de décisions de dépenses (de
placement ou blocage car elles débitent le compte de l'entreprise pour le ramener à zéro).

!! Le solde après décision doit normalement être égal à zéro.

!! La gestion de trésorerie prévisionnelle en date de valeur (horizon glissant de 30 jours) nécessite


un système d'information fiable sur les mouvements monétaires possibles et sur leur date de
réalisation.

17" 18"

Vous aimerez peut-être aussi