Vous êtes sur la page 1sur 66

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
UNIVERSITE DE SOUSSE

INSTITUT SUPERIEUR D’INFORMATIQUE


ET DES TECHNOLOGIES DE COMMUNICATION – HAMMAM SOUSSE
Département Télécommunications

PROJET DE FIN D’ETUDES

Présenté en vue de l’obtention du diplôme d’Ingénieurs en


Téléinformatique

Mise en place d’un outil pour l’automatisation


de la génération des livrables du projet Snake

Réalisé par :
Afrah GMIR

Encadré par :
Superviseur académique : Mr Khaled KILANI
Encadrant Professionnel : Mr Rami CHOUCHENE

Société d’accueil

Année Universitaire 2017 – 2018


Résumé
Ce travail est inscrit dans le cadre du projet de fin d’études en vue de l’obtention du diplôme
national d’ingénieur en téléinformatique au sein de l’institut Supérieur d’Informatique et des
techniques de communication de Hammam Sousse (ISITCom).
Ce projet vise à mettre en place un outil qui permet l’automatisation de la génération des
livrables d’un projet Snake après le déploiement d’un réseau FTTH de fibre optique pour
l’opérateur français FREE.
La solution consiste à développer une application bureautique avec le langage python qui
facilite la manipulation des shapefiles, qui sont les fichiers d’entrée de l’outil, et la lecture et
l’écriture dans les fichiers Excel, qui sont les livrables imposés par l’opérateur.
Mots-clés : Fibre optique, Automatisation, Réseau FTTH, Shapefile, Qgis, Python,Tkinter

Abstract
This work is part of the project of graduation to obtain the national diploma of engineer in
teleinformatics at the Institute of Computer Science and Communication Technologies
Hammam Sousse (ISITCom). This project aims to set up a tool that allows the automation of
the generation of deliverables for a Snake project after the deployment of an FTTH fiber optic
network for the French operator FREE.
The solution is to develop a desktop application with the python language that facilitates the
manipulation of shapefiles, which are the input files of the tool, and reading and writing in
Excel files, which are the deliverables imposed by operator.
Keywords: Optical Fiber, Automation, FTTH Network, Shapefile, Qgis, Python, Tkinter
Dédicaces
A mes chers parents
Pour tout l’amour qu’ils me portent et pour les encouragements qu’ils m’ont
apportés au cours de ce projet, je leur dédie ce travail en témoignage d’un grand
amour et reconnaissance infinie, qu’ils trouvent ce travail en gage de ma
profonde gratitude et mon infini dévouement.
A mes chères sœurs
Pour leurs soutien et encouragements, celles qui occupent une place particulière
dans mon cœur. Je leur dédie ce travail en leur souhaitant un avenir radieux,
plein de bonheur et de succès.
À toute ma grande famille
Qui n’a jamais cessé de veiller sur mon devoir et qui a essayé de me soutenir
d’une manière ou d’une autre au cours de mon processus éducatif, que Dieu la
préserve longue vie, santé et prospérité
A mes chers amis
En souvenir de nos éclats de rire et des bons moments. En souvenir de tout ce
que nous avons vécu ensemble. Nous espérons de tous nos cœurs que notre
amitié durera éternellement.
A tout(e)s mes enseignant(e)s
Pour leurs encouragements, leurs conseils, leurs disponibilités et leurs aides
précieuses.
A tous ceux qui me sont chers
Je dédie ce travail
Afrah GMIR
Remerciement
J’exprime mes sincères remerciements au directeur d’Intercom M. Hichem
BOUSSETTA d’avoir offrir l’opportunité de travailler au sein d’une telle
entreprise et dans les meilleures conditions.
Je m’adresse particulièrement à M. Rami CHOUCHENE, mon encadrant, et M.
Mohamed Ali HAFFAR, le chef de l’unité fibre optique à Intercom, pour
l’extrême gentillesse et le soutien qu’ils m’ont offert pour la mise en œuvre de
certains points et la simplification des tâches ainsi que l’intérêt qu’ils ont
manifesté pour ce travail et la confiance qu’ils m’ont accordée.
Je remercie aussi l’ensemble de l’équipe Intercom qui m’a permis d’élaborer
mon travail dans un cadre particulièrement agréable.
Je tiens aussi à exprimer ma gratitude à M. Khaled KILANI, mon encadrant à
l’Institut Supérieur d'Informatique et des Techniques de Communication
(ISIT’COM), pour le bon encadrement et l’assistance qu’il m’a accordée durant
la période du travail.
Je le remercie vivement pour sa disponibilité, son encouragement, ses efforts et
ses conseils.
Mes vifs remerciements s’adressent aussi aux enseignants de l’ISIT’COM pour
leur formation tout au long du notre parcours.
Enfin, j’exprime mon reconnaissance envers tous ceux qui, par leurs conseils,
leurs soutiens et leurs aides, ont permis à ce travail de voir le jour.
Table des matières
Liste des figures ........................................................................................................................ iv
Liste des tableaux ....................................................................................................................... v
Liste des acronymes .................................................................................................................. vi
Introduction générale .................................................................................................................. 1
1 Cadre général du projet ....................................................................................................... 2
Introduction ............................................................................................................................ 3
1.1. Présentation de l’entreprise ......................................................................................... 3
1.1.1. Organigramme d’INTERCOM ............................................................................ 3
1.1.2. Histoire ................................................................................................................. 4
1.1.3. Secteur d’activité .................................................................................................. 4
1.2. Présentation du projet .................................................................................................. 4
1.2.1. Contexte du projet ................................................................................................ 5
1.2.2. Etude de l’existant ................................................................................................ 5
1.2.3. Problématique....................................................................................................... 6
1.2.4. Description du projet ............................................................................................ 7
1.3. Gestion du projet ......................................................................................................... 8
1.3.1. Méthodologie de travail ....................................................................................... 8
1.3.2. Planning prévisionnel ........................................................................................... 9
Conclusion. ........................................................................................................................... 10
2 Généralités et spécification des besoins ............................................................................ 11
Introduction .......................................................................................................................... 12
2.1. La fibre optique ......................................................................................................... 12
2.1.1. Composition d’une fibre optique........................................................................ 12
2.1.2. Les types de la fibre optique............................................................................... 12
2.1.2.1. Les fibres multimodes ................................................................................. 12
2.1.2.2. Les fibres optiques monomodes.................................................................. 13
2.1.2.3. Comparaison entre les différentes fibres optiques ...................................... 14
2.2. Analyse des besoins ................................................................................................... 14
2.2.1 Besoins fonctionnels .......................................................................................... 15
2.2.2 Besoins non fonctionnels ................................................................................... 18
2.3. Livrables du projet ..................................................................................................... 18

i
Table des matières

2.3.1. Fichier Occupation Alvéole ............................................................................... 18


2.3.2. Fichier C3A ........................................................................................................ 22
2.3.3. Fichier Snake ...................................................................................................... 24
Conclusion ............................................................................................................................ 26
3 Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH ....................................................................... 27
Introduction .......................................................................................................................... 28
3.1. Technologie FTTH ............................................................................................. 28
3.1.1. Description du réseau ......................................................................................... 30
3.1.2. Infrastructure du réseau ...................................................................................... 31
3.1.3. Ingénierie des infrastructures génie civil ........................................................... 31
3.2. Les phases de déploiement de l’ingénierie fixe P2P .......................................... 32
3.2.1. Description de la phase APS .............................................................................. 33
3.2.1.1. Découpage de la plaque .............................................................................. 33
3.2.1.2. Ingénierie Réseau Fibre optique FTTH ...................................................... 35
3.2.2. Dimensionnement des conduites et des chambres ............................................. 36
Conclusion ............................................................................................................................ 38
4. Réalisation......................................................................................................................... 39
Introduction .......................................................................................................................... 40
4.1. Environnement de travail........................................................................................... 40
4.1.1. Environnement matériel ..................................................................................... 40
4.1.2. Environnement logiciel ...................................................................................... 40
4.1.2.1. Outil de modélisation UML ........................................................................ 40
4.1.2.2. Logiciel de système d’information géographique ....................................... 41
4.1.2.3. Langage de programmation ........................................................................ 42
4.2. Réalisation ................................................................................................................. 44
4.2.1. Les interfaces graphiques ................................................................................... 45
4.2.1.1. Interface d’accueil ....................................................................................... 45
4.2.1.2. Interface de chargement des fichiers ........................................................... 45
4.2.1.3. Interface d’affichage de la table attributaire ............................................... 47
4.2.1.4. Interface d’attribution des masques ............................................................ 49
4.2.1.5. Interface d’occupation d’alvéole ................................................................. 50
4.2.2. Synthèse du projet .............................................................................................. 51
Conclusion ............................................................................................................................ 52

ii
Table des matières

Conclusion générale ................................................................................................................. 53


Netographie .............................................................................................................................. 54

iii
Liste des figures
Figure 1-1: Logo d'Intercom Consulting .................................................................................... 3
Figure 1-2: Organigramme d’INTERCOM ................................................................................ 3
Figure 1-3: Logo de l'opérateur FREE ....................................................................................... 5
Figure 1-4: Schéma explicatif de la solution à concevoir .......................................................... 7
Figure 1-5: Schéma explicatif de méthode "Cycle en V" .......................................................... 9
Figure 1-6: Diagramme de Gantt ............................................................................................... 9
Figure 2-1: Fibre à saut d'indice ............................................................................................... 13
Figure 2-2: Fibre à gradient d'indice ........................................................................................ 13
Figure 2-3: Fibre monomode.................................................................................................... 14
Figure 2-4: Diagramme de cas d'utilisation.............................................................................. 15
Figure 2-5: Indication des masques pour une chambre ............................................................ 18
Figure 2-6: Exemple montrant les 4 alvéoles dans un masque ................................................ 19
Figure 2-7: Modèle d'un fichier FOA ....................................................................................... 20
Figure 2-8: Entête FOA ............................................................................................................ 20
Figure 2-9: Zone d'insertion de la photo de la chambre fermée ............................................... 21
Figure 2-10: Zone d'insertion des masques et de la chambre ouverte ...................................... 21
Figure 2-11: Exemple d'indication d'alvéole ............................................................................ 22
Figure 2-12: Zone d'insertion des vues complémentaires ........................................................ 22
Figure 2-13: Zone d'ajout des commentaires ........................................................................... 22
Figure 2-14: Les 5 premières colonnes du fichier C3A ........................................................... 23
Figure 2-15: Les 9 deuxièmes colonnes du fichier C3A .......................................................... 23
Figure 2-16: Les 6 dernières colonnes du fichier C3A ............................................................ 24
Figure 2-17: Modèle d'un fichier Snake ................................................................................... 24
Figure 2-18: Exemple d'un plan avec les informations demandées ......................................... 25
Figure 2-19: Un exemple de parcours d’une chambre A à une chambre B ............................. 25
Figure 3-1: Topologie FTTH point à point .............................................................................. 29
Figure 3-2: Topologie FTTH en PON ...................................................................................... 29
Figure 3-3: Topologie du réseau FTTH ................................................................................... 30
Figure 3-4: Les phases d’étude et de déploiement de l’ingénierie fixe P2P ............................ 32
Figure 3-5: Découpage en poches et acheminement des câbles de transport ........................... 34
Figure 3-6: Tube PVC et Tube PEHD ..................................................................................... 37
Figure 4-1: Logo de Power AMC ............................................................................................ 40
Figure 4-2: Exemple de représentation d'un polygone, des lignes et des points. ..................... 41
Figure 4-3: Logo de Python ..................................................................................................... 44
Figure 4-4: Interface d'accueil .................................................................................................. 45
Figure 4-5: Interface de chargement des fichiers ..................................................................... 46
Figure 4-6: Représentation des shapefiles ................................................................................ 46
Figure 4-7: Représentation de la zone à étudier avec les étiquettes de la chambre ................. 47
Figure 4-8: Interface de chargement des fichiers après l'import des shapefiles ....................... 48
Figure 4-9: Interface d'affichage des informations relatives à la chambre 17 ......................... 48
Figure 4-10: Affichage d'un message d'erreur si le numéro de chambre est invalide .............. 49
Figure 4-11: Interface de chargement des images de la chambre ............................................ 50
Figure 4-12: Interface d'occupation d'alvéoles ......................................................................... 51

iv
Liste des tableaux
Tableau 1-1: Comparaison entre la génération manuelle et automatique des livrables ............. 7
Tableau 2-1: Comparaison entre les types de la fibre optique ................................................. 14
Tableau 2-2: Cas « Importer les shapefiles » ........................................................................... 16
Tableau 2-3: Cas « Visualiser la carte » ................................................................................... 16
Tableau 2-4: Cas « Afficher la table attributaire » ................................................................... 17
Tableau 2-5: Cas « Générer les livrables »............................................................................... 17
Tableau 3-1: Configuration du sous-tubage ............................................................................. 38
Tableau 4-1: Etude comparative des logiciels SIG .................................................................. 42
Tableau 4-2: Comparaison entre Python et C++ ...................................................................... 43

v
Liste des acronymes
A
ADSL : Asymmetric Digital Subscriber Line
APD : Avant-Projet Détaillé
APS : Avant-Projet Simplifié
B
BE: Bureau d’Etudes
BPI : Boîtier Pied d’Immeuble
B-PON : Broadband Passive Optical Network
C
CAD : Câble d'Adduction
CDI : Câble de Distribution
COMSIS : COMmission des SItes et des Servitudes
CPU : Central Processing Unit
CRVT : Contrôle de Retour Visite Terrain
CTR : Câble de Transport
D
DXF : Drawing eXchange Format
E
EDF : Électricité de France
E-PON : Ethernet Passive Optical Network
F
FO : Fibre optique
FOA : Fiche Occupation d’alvéole
FH : Faisceau Hertzien
FR : France
FTTH : Fiber To The Home
FTTX : Fiber To The X
G
GC : Génie Civile
GPON : Gigabit Passive Optical Network
GPS : Global Positioning System
GUI : Graphical User Interface
H
HD : Haute Définition
I
INSEE : Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques
IP :
IRIS : Ilots Regroupés pour l'Information Statistique
K
KML : Keyhole Markup Language
L

vi
Liste des acronymes

LR : Locaux Raccordables
LTE : Long Term Evolution
N
NRO : Nœud de Raccordement Optique
NSN : Nokia Solutions and Networks
O
OLT : Optical Line Terminal
ONT : Optical Network Terminal
P
PBD : Poche Basse Densité
PDB : Point de Branchement
PDF : Portable Document Format
PEC : Point d’Eclatement du Câble
PEHD : Polyéthylène Haute Densité
PEO : Point Eclatement Optique
PHD : Poche Haute Densité
PIT : Plan d’Infastructure Télécom
PM : Point de Mutualisation
PVC : PolyChlorure de Vinyle
P2P : Point to Point
Q
QGIS : Quantum Geographic Information System
R
RAM : Random Access Memory
S
SFR : Société Française du Radiotéléphone
SGBD : Système de Gestion de Base de Données
SIG : Système d’Information Géographique
T
TN : Tunisie
TRANS : Transmission
TVX : Travaux

vii
Liste des acronymes

U
UML : Unified Modeling Language
V
VOIP : Voice Over Internet Protocol
Z
ZTD : Zone Très Dense

viii
Introduction générale
De nos jours, nous ne cessons d’évoluer et de toucher efficacement différents domaines. Ce
progrès vient contrer l’organisation traditionnelle et hétérogène des entreprises. En effet,
l’informatisation de celles-ci leur a permis de subir une véritable métamorphose tout en
profitant de multiples avantages.
Cependant, l’informatisation présente quelques limites. Étant donné que certains outils et
applications développés ne répondent plus aux besoins des entreprises en terme de gaspillage
de temps et de ressources, les administrateurs se trouvent dans l’obligation d’effectuer
certaines de leurs tâches manuellement.
Pour remédier à ce déficit et sous le joug de la concurrence accrue sur le marché, les
entreprises se voient tenues d’améliorer constamment la qualité de leurs produits en adoptant
de nouvelles technologies.
En effet, l’automatisation mène les entreprises à mettre en œuvre des techniques permettant
de diminuer l’effort physique humain et y ajouter de l’intelligence afin de rendre le travail
plus performant et plus efficace.
C’est dans ce cadre que s’inscrit notre projet de fin d’études proposé par la société Intercom
Consulting. Le présent projet consiste à concevoir et implémenter une application qui permet
l’automatisation de la génération des livrables du projet Snake utilisé par l’entreprise pour
satisfaire les exigences de l’opérateur français FREE.
Le premier chapitre, intitulé « Cadre général du projet », est consacré à la présentation de
l’organisme d’accueil ainsi qu’à la mise en contexte du projet.
Par la suite, le deuxième chapitre sera dédié à l’explication des notions de base de la fibre
optique, à l’analyse des besoins fonctionnels et non fonctionnels ainsi qu’à la présentation des
fichiers livrables que nous allons générer à l’aide de notre solution.
Ensuite, nous allons détailler l’architecture du réseau et les phases de déploiement de
l’ingénierie fixe pour bien comprendre le processus de travail avant l’intervention de notre
application.
Enfin, le quatrième chapitre présentera les outils nécessaires à la réalisation de cette
application et la description du travail que nous avons effectué à l’aide des interfaces Homme-
Machine exposées.
Nous clôturons finalement ce rapport par une conclusion générale dans laquelle nous
évaluerons les résultats atteints et nous exposerons les perspectives éventuelles du présent
projet.

1
1 Cadre général du projet

Plan

Introduction ............................................................................................................................ 3
1.1. Présentation de l’entreprise ......................................................................................... 3
1.1.1. Organigramme d’INTERCOM ............................................................................ 3
1.1.2. Histoire ................................................................................................................. 4
1.1.3. Secteur d’activité .................................................................................................. 4
1.2. Présentation du projet .................................................................................................. 4
1.2.1. Contexte du projet ................................................................................................ 5
1.2.2. Etude de l’existant ................................................................................................ 5
1.2.3. Problématique....................................................................................................... 6
1.2.4. Description du projet ............................................................................................ 7
1.3. Gestion du projet ......................................................................................................... 8
1.3.1. Méthodologie de travail ....................................................................................... 8
1.3.2. Planning prévisionnel ........................................................................................... 9
Conclusion. ........................................................................................................................... 10

2
Chapitre 1 : Cadre général du projet

Introduction
Afin de mettre le projet dans son contexte général, ce premier chapitre est consacré à
présenter l’entreprise d’accueil INTERCOM et le cadre de l'élaboration qui ont amené les
responsables dans cette dernière à envisager ce projet.

1.1. Présentation de l’entreprise


INTERCOM est une Société d'ingénierie et de services informatique spécialisée dans
l'ingénierie des logiciels, l'intégration des solutions informatiques, le développement du
contenu, l'étude, le conseil et l'assistance dans plusieurs domaines d’activités (Télécom,
Multimédia, Système d’information, Sécurité des réseaux, Finance, Transport, Énergie). [1]

Figure 1-1: Logo d'Intercom Consulting

1.1.1. Organigramme d’INTERCOM


Le groupe INTERCOM est composé des ingénieurs et des cadres répartis dans deux filiales
localisées dans deux pays :
 En France : représentée par INTERCOM TECHNOLOGIES, implantée dans les villes
de Paris, Lyon, Nancy et Aix-en-Provence.
 En Tunisie : représentée par INTERCOM CONSULTING, située au pôle
technologique El Ghazela à Ariana.
L’organisation hiérarchique du groupe est illustrée par l’organigramme ci-dessous :

Figure 1-2: Organigramme d’INTERCOM

3
Chapitre 1 : Cadre général du projet

1.1.2. Histoire
Depuis son apparition, Intercom n’a jamais cessé de s’améliorer. C’est pour cela, nous
allons parler un peu de l’historique de cette société :
 En 2005 : Création d’Intercom Technologies France
 En 2008 : Mise en place d'un contrat de maintenance d'ingénierie avec TDF
(télédiffusion de France)
 En 2010 : Création d’Intercom Tunisie
 En 2012 : Mise en place d’un contrat de service d’ingénierie avec Dalkia France
(Groupe EDF), Swap (2G/3G), NSN et Huawei et d’ingénierie du réseau d’accès avec
LTE Huawei & NSN (IP et Faisceau hertzien)
 En 2015 : Création d’un nouveau département avec Clé en main pour la planification
et la conception de réseau de fibre optique et mise en place d’une plateforme back
office pour la réalisation de l’ingénierie Mobile pour l’opérateur français SFR en
Tunisie
 En 2016 : Démarrage de l’activité de déploiement en France dans le cadre de
mutualisation de réseau entre SFR et Bouygues TELECOM
 En 2017 : Proposition de solution pour réaliser l’ingénierie, le déploiement et
l’intégration de réseau mobile en France et démarrage de l’activité OMC pour
ORANGE FRANCE

1.1.3. Secteur d’activité


Le groupe d’INTERCOM intervient dans différents domaines tels que :
 La conception des réseaux télécoms fixes et mobiles pour les opérateurs télécoms, les
grands-comptes et les collectivités locales.
 L’ingénierie des réseaux câblés FTTH/FTTx.
 L’ingénierie des réseaux sans fil.
 Le développement des logiciels pour les systèmes embarqués.
 Le développement des logiciels pour les réseaux de télécommunications fixes et
mobiles.
 L’exploitation et la gestion commerciale des réseaux informatiques.
 L’intégration des solutions informatiques.

1.2. Présentation du projet


Le sujet introduit par le présent rapport est l’automatisation de la génération des livrables du
projet Snake après le déploiement d’un réseau FTTH de fibres optiques pour un opérateur
français.

4
Chapitre 1 : Cadre général du projet

Nous allons présenter dans ce qui suit notre projet, le décrire dans ses détails et fixer les
objectifs visés par son élaboration.

1.2.1. Contexte du projet


Le réseau en cuivre, actuellement le plus utilisé, présente tant d’inconvénients qui lui
rendent moins demandé. Alors, le défi de ces prochaines années consistera à renouveler les
infrastructures d'accès et à remplacer progressivement le cuivre par de la fibre optique, en
mesure de fournir à la clientèle finale des vitesses d'accès nettement plus élevées.
Avec ce type de réseau, nous pouvons bénéficier des avantages de la fibre sur l’ensemble de
la ligne, qui confrontent aux inconvénients du réseau en cuivre, qui sont :
 Une très faible perte de signal en fonction de la distance.
 L'insensibilité aux perturbations électromagnétiques.
 L'élimination du goulot d'étranglement.
 Une très bonne qualité grâce à l’1haut débit.
 Une variété de services.
La solution idéale et la plus efficace est alors le réseau d’accès FTTH (Fiber To The Home)
dont son principe est d’arriver jusqu’au l’abonné en fibre optique pour lui desservir d’un débit
très élevé.
Cette technologie n’est plus désormais limitée aux seules grandes entreprises transmettant
des débits d’information très élevés mais aussi, au simple consommateur ce qui a créé une
forte compétitivité entre les sociétés de conseils et de services tel qu’INTERCOM qui
cherchent toujours à répondre aux besoins de leurs clients avec agilité, efficacité et efficience.
Ainsi, pour atteindre ces buts, toute entreprise est tenue d’améliorer la qualité de ses services
et d’optimiser le temps d’exécution du travail effectué.

1.2.2. Etude de l’existant


L’un des opérateurs avec qui collabore INTERCOM est Free (anciennement appelé Free
Télécom) qui est le troisième opérateur en France avec près de 6.5 millions d'abonnés ADSL
derrière Orange et SFR mais devant Bouygues Telecom.

Figure 1-3: Logo de l'opérateur FREE

Pour la construction du son réseau FTTH, Free a recouru à Free Infrastructure qui est une
société dédiée au développement et à la construction de réseau de fibre optique

La conception et la construction du réseau FTTH FREE INFRASTRUCTURE doivent être


réalisées en vue d’une exploitation sur le long terme. Elles s’appuieront principalement sur les
opportunités de déploiement des câbles optiques données par l’offre d’accès aux installations
de Génie Civil France Télécom.

5
Chapitre 1 : Cadre général du projet

Alors afin d’assurer une implémentation robuste et durable, il faut fournir une étude
détaillée avec des documents claires et précises qui prennent trop de temps et de ressources
parce qu’ils sont préparés manuellement.
En fait, le tirage de la fibre nécessite le passage par les infrastructures du domaine public
pour aller jusqu’aux locaux et relier l’infrastructure au réseau.
L’association des câbles de la fibre optique à l’infrastructure existante passe par plusieurs
étapes que nous allons les expliquer dans ce qui suit.
L’équipe du terrain prépare les documents nécessaires :
 Des documents pdf contenant des captures des planches dont les câbles, les chambres
empruntées, le PIT (Plan Itinéraire), les types des boites et le cadastre sont indiqués.
 Des fichiers KML (Keyhole Markup Language) décrivant les caractéristiques
géographiques associés à Google Earth et les shapefiles provenant du logiciel QGIS.
 Des tableaux indiquant tous les détails concernant les chambres empruntées.
L’équipe d’étude va commencer à préparer les fiches techniques qui vont être livrées au
client par la suite.
Les livrables sont :
 Snake : un fichier Excel à remplir selon les inputs et les retours reçus selon un modèle
fourni.
 Dossier CRVT : des fichiers Excel qui décrivent les points bloquants dans votre
parcours.
 C3A : un fichier Excel dressant un tableau qui va être rempli à partir des documents
reçus du client. Chaque ligne correspond à un tronçon reliant 2 extrémités A et B.
 FOA : Fichier Occupation Alvéole.
 Suivi d’état : un fichier Excel dans lequel tous les commentaires et les détails de votre
travail Sont inclus.
 Quantitatifs : Fichier Excel qui synthétise les quantitatifs du dossier traité.
Une fois la phase d’étude est effectuée, les employées peuvent passer sur le terrain et
commencer l’installation des câbles de la fibre optique.
La phase des travaux est déclenchée, le client envoie de nouveau les pdfs, les cartes, les
photos, la carte sous l’extension DXF et shapefile pour que l’équipe considérée régénère les
fiches à livrer afin d’assurer la conformité des documents avec les travaux effectués sur le
terrain.

1.2.3. Problématique
Il est constaté que les sociétés spécialisées dans le domaine des télécommunications et de la
fibre optique tel qu’Intercom réalisent la majorité de leurs tâches manuellement avec le
logiciel AutoCAD, QGIS et Microsoft Excel ce qui les exposent à des risques d’erreurs
humaines élevées, à une perte de temps et à une consommation massive de ressources.

6
Chapitre 1 : Cadre général du projet

Ces risques entraînent l’obligation de rectifier et de modifier les incohérences et les fautes
établies, ce qui engendre une baisse du rendement des employés.
La génération des fiches techniques, que nous avons décrites, dans les deux phases prend
trop du temps, en fait, les employées vont transformer les informations trouvées dans les
documents pdf sur des fichiers Excel pour chaque passage de câble et pour chaque chambre.
La technique de préparation des fiches manuellement correspond davantage aux petits
projets avec des informations minimales qui n'ont pas beaucoup d'enregistrements à effectuer.
Les grandes structures, quant à elles, s'accordent toutes à dire que ce processus présente de
nombreux inconvénients tels que mentionnés dans le tableau suivant.
Génération manuelle Génération automatique
 Long à exploiter  Possibilité de disposer des
 Risque d’erreurs et d’oubli résultats en temps réel
 Risque de fraude  Méthode objective : pas
 Interprétation possible d’interprétation
 Perte de temps passé à la  Exhaustif
saisie

Tableau 1-1: Comparaison entre la génération manuelle et automatique des livrables

1.2.4. Description du projet


Nous vivons maintenant dans une ère où chaque entreprise développe ses compétences pour
survivre et accroître sa part de marché, INTERCOM cherche à améliorer la qualité de ses
services et optimiser le temps d’exécution du travail.
C’est dans ce cadre alors que s’inscrit le présent projet qui consiste à mettre en place un
outil permettant d’automatiser les tâches réalisées manuellement à la phase d’étude et de
travaux d’installation du réseau pour l’opérateur Free.

Fichiers .pdf

Notre système Visualisation des shapefiles

Fichiers .shp Affichage des informations

Génération des livrables

Figure 1-4: Schéma explicatif de la solution à concevoir

7
Chapitre 1 : Cadre général du projet

1.3. Gestion du projet


La clé principale de la réussite d’un projet est l'application d'une bonne méthodologie. En
effet, un bon planning aide à bien subdiviser le travail et séparer les tâches à réaliser, il offre
une meilleure estimation et une gestion de temps nécessaire pour chaque tâche. Nous allons,
dans ce qui suit, expliquer la méthodologie et le planning que nous avons adopté.

1.3.1. Méthodologie de travail


Afin de mener à bien ce projet, nous devons suivre une méthodologie qui permet d’atteindre
les objectifs, tout en assurant une bonne qualité du produit. Plusieurs méthodologies s’offrent
à nous, parmi ces méthodes nous trouvons le cycle de développement en V comme étant la
méthode la plus adaptée à notre situation puisque les exigences et les demandes du client sont
fixées clairement dès le départ et la complexité du projet est moyenne.
En effet, Le cycle en V est une méthode d’organisation très connue et provenue du secteur
de l’industrie, adaptée à l’informatique dans les années 80. Elle représente une amélioration
de la méthode en cascade.
Nous pouvons distinguer 3 grandes parties :
 La phase de conception qui comprend l’expression de besoin de client, les
spécifications fonctionnelles exactes du produit final, et les spécifications techniques
 La phase de réalisation qui contient le développement des briques qui vont être ensuite
assemblées pour créer le produit fini.
 La phase de validation et la mise en production du produit.
Chaque étape ne peut être réalisée qu’une fois que l’étape précédente est terminée, ce qui
diminue les prises de risque sur le projet. De plus, à chaque étape de conception correspond
une étape de validation pour pouvoir y retourner en cas d’anomalie.
En effet, les phases de la partie montante doivent renvoyer de l'information sur les phases en
vis-à-vis lorsque des défauts sont détectés, afin d'améliorer le logiciel comme schématisé dans
la figure suivante.[23]

8
Chapitre 1 : Cadre général du projet

1 Recette fonctionnelle
9
Analyse du besoin
Les besoins du client sont analysées Le client vérifie que le produit fini
afin de définir les usages du produit. répond aux besoins exprimés lors de
l analyse du besoin.

2 Spécifications Tests de validation 8


Cette étape correspond à la spécification Les tests de validation peuvent être faits
fonctionnelle du produit. par l ensemble des futurs utilisateurs.

3 Tests d intégration 7
Conception architecturale
Ces tests sont réalisés sur l ensemble du
Elle est la traduction technique des
produit fini et assurent le respect du cahier
spécifications fonctionnelles.
des charges technique

4 Tests unitaires
6
Conception détaillée
Elle peut être un début de code ou Les tests unitaires permettent de
une documentation qui définit chaque vérifier que chaque brique respecte le
brique fonctionnelle. cahier des charges

5 Réalisation
Les briques sont dévelopées puis
assemblées afin de créer le produit final.

Avancement
du projet

Figure 1-5: Schéma explicatif de méthode "Cycle en V"

1.3.2. Planning prévisionnel


Pour garantir une bonne conduite du projet, il faut s’organiser et fournir l’équilibre et
l’harmonie entre le temps et l’avancement du travail, ainsi que le respect de certaines phases
du projet. D’où la nécessité de l’utilisation du diagramme de Gantt.
Couramment utilisé en gestion de projet, il présente l'un des outils les plus utilisés pour la
représentation visuelle de l’état d'avancement des différentes tâches qui constituent un projet
ainsi que la modélisation des tâches nécessaires à la réalisation d'un projet. [27]
Le planning des différentes parties du projet adopté apparaît dans le diagramme de Gantt ci-
dessus.

Figure 1-6: Diagramme de Gantt

9
Chapitre 1 : Cadre général du projet

Quatre principales phases peuvent être dégagées :


 L’étude préalable : Le résultat de cette phase est la détermination des objectifs à
atteindre dans notre future application en partant de l’existant et la préparation de
l'environnement de travail.
 Conception : Il s’agit de détailler les acteurs et les spécifications des besoins
fonctionnels et non fonctionnels.
 Réalisation : Il s’agit d’implémenter les programmes et accomplir l'application suivant
les trois principales fonctionnalités.
 Test de l’application : Il s'agit d'effectuer la synthèse du projet et vérifier les objectifs
mis en place.

Conclusion.
Dans ce premier chapitre, nous avons présenté l’entreprise d’accueil et détaillé le champ de
notre étude afin de préciser les objectifs à atteindre, ce qui nous mène à expliquer davantage,
dans le chapitre qui suit, les notions de base de la fibre optique et les besoins fonctionnels et
non fonctionnels de notre application.

10
2 Généralités et spécification des besoins

Plan

Introduction .......................................................................................................................... 12
2.1. La fibre optique ......................................................................................................... 12
2.1.1. Composition d’une fibre optique........................................................................ 12
2.1.2. Les types de la fibre optique............................................................................... 12
2.1.2.1. Les fibres multimodes ................................................................................. 12
2.1.2.2. Les fibres optiques monomodes.................................................................. 13
2.1.2.3. Comparaison entre les différentes fibres optiques ...................................... 14
2.2. Analyse des besoins ................................................................................................... 14
2.2.1 Besoins fonctionnels .......................................................................................... 15
2.2.2 Besoins non fonctionnels ................................................................................... 18
2.3. Livrables du projet ..................................................................................................... 18
2.3.1. Fichier Occupation Alvéole ............................................................................... 18
2.3.2. Fichier C3A ........................................................................................................ 22
2.3.3. Fichier Snake ...................................................................................................... 24
Conclusion ............................................................................................................................ 26

11
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

Introduction
Dans ce chapitre, nous présenterons la fibre optique en général puis nous entamerons la
spécification des besoins qui permettent de dégager l’ensemble des fonctionnalités que doit
satisfaire l’outil à développer, ainsi que les différentes contraintes auxquelles il doit
soumettre. Et enfin, nous expliquerons les fichiers qui vont être générés à partir de notre
application.

2.1. La fibre optique


La fibre optique désigne une technique et une technologie pour transmettre de l’information
sur les réseaux informatiques basée sur le principe de la réfraction de la lumière. C’est un
guide d’onde constitué de plusieurs couches de matériaux transparents qui ont des indices de
réfraction différents, ce qui permet de confiner la lumière au voisinage du centre.
Le phénomène de transmission par fibre optique s’appuie sur un processus de réfraction et
de réflexion. C’est une transmission qui dépend ainsi du passage d’une radiation
électromagnétique dans un média transparent.

2.1.1. Composition d’une fibre optique


Pour mieux comprendre le fonctionnement de la fibre optique, il serait bon de connaître sa
composition en détail. Alors, il faut noter qu’une fibre optique est formée de trois
composants : une partie appelée « cœur », une autre, connue sous le nom de « gaine » et enfin
une protection externe.
Le cœur de la fibre est fait à partir de silice. Cette matière permet de transmettre les données
en utilisant la réfraction de la lumière. Quant à la gaine optique, qui elle aussi est en silice,
n’est pas utilisée pour la transmission des données. La protection, qui est parfois appelée
l’enveloppe, est évidemment présente afin de permettre une utilisation et une manipulation
facile et sûre de la fibre.
Le fonctionnement de la fibre optique est vraiment un processus complexe qui introduit
différentes notions. Ces notions peuvent être physiques, car les matériaux jouent un rôle sur le
guidage de la lumière mais également optiques, sur la taille et les angles géométriques utilisés
lors de la propagation.

2.1.2. Les types de la fibre optique


Il existe deux types de fibre optique, la différence entre ces types est le diamètre de la fibre
et également le mode de propagation de la lumière au niveau du cœur. La notion de mode est
définie comme étant le nombre de chemins qu’un rayon lumineux peut emprunter au cœur de
la fibre.
2.1.2.1. Les fibres multimodes
Ce sont des fibres dont la partie centrale (là où est guidée la lumière) a un diamètre grand
devant la longueur d’onde utilisée :
 2a= 50 à 200 mm pour l= 0,8 à 1,6 mm (fibres de silice).

12
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

 2a= 0,5 à 2 mm pour l= 0,4 à 0,7 mm (fibres plastiques).


Dans ce type, nous distinguons deux sous types :
 Fibres optiques à saut d’indice

Figure 2-1: Fibre à saut d'indice

C’est le type de fibre le plus simple, directement issue des applications optiques
traditionnelles. Dans cette fibre, le cœur, de diamètre 2a, est homogène et d’indice n1. Il est
entouré d’une gaine optique de diamètre extérieur 2b et d’indice n2 inférieur à n1.
Ces deux indices sont peu différents et doivent être de l’ordre de 1,5.
La gaine otique joue un rôle actif dans la propagation, et ne doit pas être confondue avec les
revêtements de protection déposés sur la fibre.
 Fibres optique à gradient d’indice
Ces fibres sont spécialement conçues pour les télécommunications. Leur cœur n’est plus
homogène.
Le guidage est cette fois dû à l’effet du gradient d’indice. La gaine d’indice n2 n’intervient
pas directement, mais élimine les rayons trop inclinés. Les rayons guidés suivent une
trajectoire d’allure sinusoïdale comme l’indique la figure ci-dessous.

Figure 2-2: Fibre à gradient d'indice

Ce type de fibre permet de minimiser la dispersion du temps de propagation entre les


rayons, sans utiliser pour cela l’ouverture numérique trop faible.
La fibre la plus courante, utilisée en télécommunications à moyenne distance a pour
ouverture numérique 0,2 et pour diamètres cœur/gaine 50/125 mm. Il existe aussi les fibres
62,5/125 utilisées en micro-informatique et 85/125 utilisées en vidéocommunications. [2]
2.1.2.2. Les fibres optiques monomodes
Ces fibres ne subissent pas la dispersion intermodale, elles ont pris une importance
considérable dans les transmissions à grande distance. Une fibre monomode classique est à
saut d’indice, mais le diamètre du cœur et la différence relative d’indice doivent être pris
petits. [2] La figure suivante schématise une fibre monomode.

13
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

Figure 2-3: Fibre monomode

2.1.2.3. Comparaison entre les différentes fibres optiques


Nous dressons dans le tableau qui suit une comparaison entre les différents types de la fibre.

Caractéristiques Fibre multimode à Fibre multimode Fibre monomode


saut d’indice à gradient d’indice

Diamètre du cœur De 100µm à 600µm De 50µm à 100µm De 8µm à 10 µm

Diamètre de la De 140µm à 1000 De 125µm à 125 µm


gaine µm 150µm

Indice du cœur Constant Décroit du centre Constant ou


à la périphérie décroissant

Ouverture 0.30 0.20 à 0.27 Très faible (ou 0)


numérique

Bande passante De 20 à 100 MHz De 200 à 1200 >10 GHz mais non
MHz significatif

Affaiblissement De 3 à 20 dB/km De 2.5 à 4 dB/km


selon la fenêtre De 0.6 à 1.5 dB/km De 0.3 à 0.5 dB/km
0.84 µm, 1.3 µm, De 0.156 à 0.3 dB/km
1.55 µm

Tableau 2-1: Comparaison entre les types de la fibre optique

2.2. Analyse des besoins


Après avoir mis l’accent sur quelques généralités de la fibre optique, nous allons passer à
l’identification des caractéristiques fonctionnelles et l’analyse des besoins qui permettent une
meilleure compréhension des fonctionnalités du système et ses interactions avec les
utilisateurs. En effet, l’application envisagée satisfait les besoins fonctionnels qui seront
exécutés par le système et les besoins non fonctionnels qui perfectionnent la qualité logicielle
du système.
Pour pouvoir clarifier les besoins de notre application, nous allons présenter les besoins
fonctionnels ainsi que les besoins non fonctionnels dans ce qui suit.

14
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

2.2.1 Besoins fonctionnels


Dans notre application, nous disposons d’un seul acteur qui est l’ingénieur Télécom. C’est
lui qui va bénéficier de notre application et des fonctionnalités qu’elle offre. Il interagit avec
notre système et peut bénéficier des fonctionnalités suivantes :
 L’import des fichiers .shp résultant de la phase de découpage : L’utilisateur charge les
shapefiles propre à la zone qu’il va étudier pour pouvoir profiter de l’application.
 La visualisation de la carte associée à ces fichiers : En cas de besoin de retour à la
disposition ou aux informations disponibles des chambres, l’acteur peut afficher le
shape avec la possibilité de superposer les étiquettes ou les types de chaque chambre.
 La génération du fichier d’occupation d’alvéoles : L’usager charge les images de la
chambre ainsi que l’occupation d’alvéoles correspondante puis sauvegarde pour
confirmer la génération d’une nouvelle FOA.
 La génération du fichier C3A : L’application exploite les données déjà entrées pour
remplir la ligne associée dans le tableau de la fiche C3A.
 La génération du fichier Snake : De la même manière, l’utilisateur génère le parcours
Snake en sauvegardant les informations nécessaires à ce fichier.
 L’accès aux informations relatives aux points constituants cette zone : L’application
permet à l’utilisateur de visionner les données d’une chambre en entrant son étiquette.
Les fonctionnalités assurées par notre outil peuvent être résumées dans le diagramme de cas
d’utilisation ci-dessous que nous avons opté pour le langage UML pour le schématiser. En
effet, UML (Unified Modeling Language) est un langage formel et normalisé en termes de
modélisation objet. Son indépendance par rapport aux langages de programmation, aux
domaines de l’application et aux processus, son caractère polyvalent et sa souplesse ont fait de
lui un langage universel. [15]

Figure 2-4: Diagramme de cas d'utilisation

15
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

Les cas d’utilisation schématisés décrivent un ensemble d’actions réalisées par le système,
en réponse à une action d’un acteur. Les tableaux suivants résument les scénarios prévus des
cas.
 Description du cas d’utilisation « Importer les shapefiles »

Acteur : Utilisateur.

Résumé : Le système permet à l’acteur de charger les fichiers .shp de la zone à étudier.

Condition: Application en service.

Scénario nominal :
1. L’utilisateur lance l’outil.
2. L’utilisateur appuie sur le bouton « Commencer » pour l’utilisation du système.
3. Une nouvelle interface sera affichée.
4. L’utilisateur appuie sur le bouton charger le fichier pour qu’il puisse parcourir le fichier
depuis son répertoire.

Poste condition : Le nom du fichier bien chargé est indiqué dans l’interface.

Exception : Le type du fichier est incorrect.


Tableau 2-2: Cas « Importer les shapefiles »

 Description du cas d’utilisation « Visualiser la carte »

Acteur : Utilisateur.

Résumé : Le système permet à l’acteur d’afficher la carte selon les fichiers chargés.

Condition: Fichiers importés.

Scénario nominal :
1. L’utilisateur appuie sur le bouton « Tracer la zone ».
2. Une fenêtre s’affiche contenant les arcs et les points des fichiers utilisés.
3. L’utilisateur a la possibilité d’afficher d’autres informations au-dessus de la carte.
4. Il doit sélectionner soit « Afficher les numéros des chambres » soit « Afficher les types
des chambre » puis clique sur « Valider » pour que les informations supplémentaires
s’affichent.

Poste condition : Carte affichée avec les données choisis.

Exception : Aucune.
Tableau 2-3: Cas « Visualiser la carte »

16
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

 Description du cas d’utilisation « Afficher la table attributaire »

Acteur : Utilisateur.

Résumé : Le système permet à l’acteur d’accéder aux informations d’une chambre bien
déterminée.

Condition: Fichiers importés.

Scénario nominal :
1. L’utilisateur entre le numéro de la chambre.
2. L’utilisateur appuie sur le bouton « Afficher les informations »
3. Une nouvelle interface s’ouvre affichant un tableau qui contient les données disponibles.

Poste condition : Accès à la table attributaire de la chambre entrée.

Exception: Numéro de chambre invalide.

Tableau 2-4: Cas « Afficher la table attributaire »

 Description du cas d’utilisation « Générer les livrables »

Acteur : Utilisateur.

Résumé : Le système permet à l’acteur de générer les livrables du projet Snake.

Condition: Fichiers importés.

Scénario nominal :
1. L’utilisateur entre le numéro de la chambre.
2. L’acteur appuie sur le bouton « Configurer »
3. Une nouvelle interface s’affiche où l’utilisateur est invité à insérer les photos de la
chambre ouverte et fermée ainsi que les masques utilisés pour l’acheminement.
4. A chaque masque entré, l’acteur remplit l’occupation de ses alvéoles dans la fenêtre
ouverte juste après l’insertion.
5. L’utilisateur appuie sur le bouton « Sauvegarder » pour lancer la génération des
fichiers Excel demandés.

Poste condition : Livrables générés.

Exception: Informations manquants.

Tableau 2-5: Cas « Générer les livrables »

17
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

2.2.2 Besoins non fonctionnels


Notre solution devra conserver un ensemble de critères qui ne touchent pas aux objectifs
métiers attendus, n’empêche qu’ils contribuent à une meilleure qualité de la solution obtenue.
Parmi ces critères nous trouvons :
 Performance : L’application doit assurer une rapidité du temps de réponse et du temps
de traitement des requêtes avec le minimum d’erreurs possible.
 Sécurité : L’application doit assurer la sécurité d’utilisation via l’authentification.
 Ergonomie : L’application doit fournir une interface conviviale et simple à manipuler
par les utilisateurs.
 Évolutivité : Les besoins des acteurs du système peuvent prendre des contextes assez
compliqués ce qui nécessite de prévoir la possibilité d’étendre les fonctionnalités
actuellement offertes et d’agir sur l’évolutivité du produit livrable.

2.3. Livrables du projet


A l’issue des étapes d’étude du schéma d’ingénierie, différents livrables vont être produits.
Nous allons détailler dans ce qui suit les documents qui nous concernent.

2.3.1. Fichier Occupation Alvéole


Le fichier FOA décrit les masques des chambres. C’est un fichier Excel à remplir selon des
informations provenant de Snake, de retour du terrain et du projet Qgis.
Nous allons tout d’abord vous expliquer la notion d’alvéole. Une chambre est composé des
faces dont chacune est appelé un masque. Les chambres sont situées d’habitude à côté des
rues. Alors en regardant à la chambre et laissant la rue derrière nous pouvons distinguer les
masques d’une chambre comme l’explique la figure suivante.

B
A

Figure 2-5: Indication des masques pour une chambre

18
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

Dans chaque masque, nous trouvons les conduites qui relient une chambre à une autre qui
sont appelées des alvéoles. La figure 2-6 montre un exemple de masque.

Figure 2-6: Exemple montrant les 4 alvéoles dans un masque

Pour réaliser un FOA d’une chambre bien déterminée, il faut prendre un modèle vierge
depuis le serveur et remplir les champs par les renseignements propres à cette chambre
comme indiqué ci-dessous.

19
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

Figure 2-7: Modèle d'un fichier FOA

L’entête FOA comprend le numéro de la chambre, le code INSEE1, le type de la chambre ,


pris à partir du Snake ou de Qgis, la date de création du FOA et l’adresse de la chambre
comme l’illustre la figure suivante.

Figure 2-8: Entête FOA

1
Le code Insee est un code numérique ou alphanumérique, élaboré par l'Institut national de la statistique et des
études économiques (Insee), les collectivités, la géographie, les populations et les entreprises. [9]

20
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

L’insertion des photos commence par la photo de la chambre fermée, dans la zone indiquée
ci-dessous, prise à partir du retour terrain propre à cette chambre.

Figure 2-9: Zone d'insertion de la photo de la chambre fermée

Par la suite, il faut injecter les photos des masques utilisés pour les réservations et la photo
de la chambre ouverte au milieu tel qu’indiqué dans la figure 2-10.

Figure 2-10: Zone d'insertion des masques et de la chambre ouverte

Pour chaque masque, l’indication des alvéoles est indispensable. En effet, il faut présenter
l’ensemble des alvéoles, les numéroter et indiquer leurs états et leurs diamètres en utilisant la
légende en haut du document.
Et pour chaque alvéole réservé, nous devons indiquer la chambre ou le poteau vers lequel se
dirige le câble passé en tapant le code INSEE et son numéro comme le montre la figure ci-
dessous.

21
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

Figure 2-11: Exemple d'indication d'alvéole

Nous pouvons ajouter des photos pour des vues complémentaires avec des règles en cas de
pose de boîte dans la zone consacrée que montre la figure suivante.

Figure 2-12: Zone d'insertion des vues complémentaires

Dans la zone affichée ci-dessous, nous pouvons insérer des commentaires selon le cas.
Prenons l’exemple d’un sous tubage à poser, il faut indiquer la nature, le diamètre du tubage
et le numéro d’alvéole (Tubage rigide 11/14mm en xx à poser). [10]

Figure 2-13: Zone d'ajout des commentaires

2.3.2. Fichier C3A


Le fichier C3A est un fichier Excel dressant un tableau qui va être rempli à partir des
documents reçus du client. Chaque ligne correspond à un tronçon reliant 2 extrémités A et B.
Dans cette figure nous trouvons les 5 premières colonnes : l’alvéole réservée pour la liaison,
le type et le numéro respectivement pour l’extrémité A et B.

22
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

Figure 2-14: Les 5 premières colonnes du fichier C3A

La figure 2-15 illustre les colonnes concernant l’état des alvéoles, l’optimisation du GC, les
câbles et les commentaires opérateur.

Figure 2-15: Les 9 deuxièmes colonnes du fichier C3A

Dans ces colonnes, il faut indiquer dans l’ordre :


 La longueur du tronçon ou de la portée en domaine public en mètre
 La présence d'alvéole de diamètre spécifique dans le masque (Les diamètres
spécifiques sont 60, 80 et 100)
 Diamètre de l'alvéole prévue d'être utilisée par l'opérateur en mm
 L’état de l’alvéole (Occupé ou libre)
 S’il y a un tubage à réaliser
 Le nombre de tubes à installer
 Le diamètre des tubes à installer en mm
 Le diamètre des câbles à poser en mm
 Les commentaires opérateur s’ils existent
La figure suivante indique le reste des colonnes du fichier. Il faut indiquer s’il y aura un
percement, installation des manchons ou des points de branchement et un lovage prévu au
niveau des extrémités.

23
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

Figure 2-16: Les 6 dernières colonnes du fichier C3A

2.3.3. Fichier Snake


Il s’agit d’un fichier Excel à remplir selon les inputs et les retours reçus et dont le model est
déjà fourni et affiché dans la figure ci-dessous.
Ce fichier décrit le parcours des câbles par rapport à l’infrastructure de France Telecom
(PIT).

Figure 2-17: Modèle d'un fichier Snake

24
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

Les informations nécessaires aux champs à remplir vont être extraites à partir des images
dans les pdfs reçus comme l’indique l’exemple suivant. [10]

Figure 2-18: Exemple d'un plan avec les informations demandées

Ci-dessous un exemple de parcours d’une chambre A à une chambre B pour mieux


expliquer les composants de ce fichier.

Figure 2-19: Un exemple de parcours d’une chambre A à une chambre B

Ce tronçon part de la chambre 6324 qui appartient à la commune Nice de code INSEE
06088. Le type de cette chambre est OHN avec un manchon PEO recevant le câble par
l’alvéole A14 et allant vers la chambre 6022 à travers le A12 qui est déjà occupé par un câble
de cuivre et de diamètre 80 mm.
Le choix du mode dépond de règles d’ingénierie appliquée et de la composition du tronçon :

25
Chapitre 2 : Généralités et spécification des besoins

 Pour la distribution :
 Gaine unitaire de diamètres 100 ou 150 en ciment  Tubage rigide à poser.
 Gaine Multitubulaire et un tubage existant est vide  Tubage Existant
 Autre cas  Réservation
 Pour le Transport :
 Passage dans une alvéole 60 ou 80 de longueur >100 mètre avec la présence de
cuivre Tubage rigide
 Gaine unitaire de diamètres 100 ou 150 en ciment  Tubage rigide à poser.

Conclusion
Dans ce chapitre, nous nous sommes intéressés à l’étude préalable de notre solution. Nous
entamerons par la suite un nouveau chapitre où nous allons détailler les phases de
déploiement de l’ingénierie fixe.

26
3 Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH

Plan
Introduction .......................................................................................................................... 28
3.1. Technologie FTTH ............................................................................................. 28
3.1.1. Description du réseau ......................................................................................... 30
3.1.2. Infrastructure du réseau ...................................................................................... 31
3.1.3. Ingénierie des infrastructures génie civil ........................................................... 31
3.2. Les phases de déploiement de l’ingénierie fixe P2P .......................................... 32
3.2.1. Description de la phase APS .............................................................................. 33
3.2.1.1. Découpage de la plaque .............................................................................. 33
3.2.1.2. Ingénierie Réseau Fibre optique FTTH ...................................................... 35
3.2.2. Dimensionnement des conduites et des chambres ............................................. 36
Conclusion ............................................................................................................................ 38

27
Chapitre 3 : Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH

Introduction
Ce chapitre vise à présenter la technologie FTTH, rappeler l'architecture du réseau et
détailler les différentes règles d’ingénierie nécessaires pour le déploiement et
l’implémentation du réseau.

3.1. Technologie FTTH


En évaluant le fonctionnement de l’internet aujourd’hui, nous pouvons remarquer que le
débit des réseaux utilisant le câblage en cuivre ou les ondes radio comme support de
transmission de données devient de plus en plus limité.
Certes, ces réseaux ne sont pas coûteux, mais, ils présentent plusieurs inconvénients comme
nous l’avons mentionné précédemment. En effet, la faible vitesse de transmission, la portée
du débit qui est limitée à quelques kilomètres et la sensibilité aux interférences de ces réseaux
ont permis à la solution FTTH de voir le jour, ce qui permettrait aux abonnés de bénéficier
d’un débit beaucoup plus important grâce à l’utilisation de la fibre optique.
Alors le réseau FTTH, également appelée FTTP (Fiber to the Premisse), représente
l’installation et l’utilisation de la fibre optique à partir d’un point central appelé NRO (Noeud
de Raccordement Optique) jusqu’aux bâtiments individuels tels que les résidences, les
immeubles d’habitation et les entreprises afin de fournir un accès internet à haute vitesse.
Ce NRO est le lieu d’implantation des équipements de transmission de l’opérateur.
Le FTTH permet donc de profiter de tous les avantages techniques de la fibre optique sur la
totalité du réseau jusqu’aux abonnés. Ces derniers qui demandent un débit de plus en plus
élevé, peuvent désormais supporter l’utilisation de plusieurs applications comme la vidéo
haute définition (HD), le cloud computing, le partage des fichiers de taille volumineuse, les
systèmes VOIP, etc.
Dans une topologie FTTH, plusieurs systèmes peuvent être envisagés : les systèmes « point
à point » (P2P) sont les plus simples à conceptualiser puisque chaque client est relié au nœud
d’accès par une fibre qui lui est dédiée comme expliqué dans la figure ci-dessous.
Cette architecture nécessite un investissement initial important mais sa gestion est simplifiée
et souple. Mais si, en théorie, la technologie P2P permet à chaque usager de bénéficier d’un
débit très élevé (100 Mb/s ou plus), dans la pratique, ce débit va dépendre des capacités des
liaisons de l’opérateur en amont du commutateur Ethernet situé dans le NRO.
L’opérateur Free utilise la topologie du réseau de desserte FTTH du type point à point
(P2P).

28
Chapitre 3 : Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH

Figure 3-1: Topologie FTTH point à point

Les systèmes « point à multipoint » regroupés sous le terme générique de PON (Passive
Optical Network) recouvrent plusieurs normes qui se sont succédées au cours du temps (B-
PON, E-PON et maintenant G-PON). L’architecture PON consiste à partager une fibre
optique sur une portion plus ou moins longue du réseau, puis de la diviser en plusieurs fibres,
sur des distances courtes, afin de desservir plusieurs abonnés.
Les équipements actifs au niveau du NRO disposent de ports PON permettant d’émettre et
de recevoir des flux à et vers plusieurs équipements terminaux d’abonnés sur une unique fibre
optique. Ces équipements sont des convertisseurs électriques / optiques (OLT : Optical Line
Terminal et ONT : Optical Network Terminal).

Figure 3-2: Topologie FTTH en PON

Dans les structures GPON (Gigabit Passive Optical Network) développées en France par
Orange notamment, chaque fibre tirée depuis le NRO alimente au maximum 64 abonnés. Les
différents câbles optiques contiennent de 48 à 144 fibres.
Un seul câble issu du NRO peut alimenter en théorie plusieurs milliers d’abonnés. Le
standard GPON (reposant sur le protocole Ethernet) offre un débit maximal de 2,5 Gbit/s
(sens descendant) et 1,25 Gbit/s (sens montant) par port, partagé pour un maximum de 64
abonnés, sur une distance de 60 km environ.
Le débit descendant par abonné sera donc typiquement supérieur à 30 Mbit/s, c’est à dire
plus de 2 à 3 fois le débit moyen constaté en ADSL. [6] [8]

29
Chapitre 3 : Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH

3.1.1.Description du réseau
L'étude d'un réseau FTTH nécessite la connaissance des différents composants de son
architecture et les différents types de zones.
A l'échelle d'un territoire communal, les infrastructures souterraines constitutives d'un
réseau de télécommunications, qu'il soit en fibre, en cuivre ou en câble coaxial, sont
représentées généralement comme suit :
Réseau de transport Réseau de distribution Réseau d adduction

PDB
NRO PEC
CTR
CDI PDB
CAD
Habitation

Figure 3-3: Topologie du réseau FTTH

 Le réseau de transport : Il est constitué des câbles de transport (CTR) qui


individuellement desservent une emprise géographique appelée Poche. Un CTR est
délimité en amont par le NRO et en aval par le PEC. Les CTR seront installés dans des
infrastructures génie civil existantes ou à créer ou en galerie technique visitable (la
pose en aérien ou en façade est proscrite).
Le Point d’Eclatement du Câble (PEC) désigne le point d’éclatement du câble de transport
délimitant le réseau de transport du réseau de distribution de la boucle locale optique. Il est
matérialisé par une BPE.
Le Boîtier de protection d’épissure (BPE) désigne tout type de boîtes de raccordement à
fibre optique installées sur la partie structurante du réseau de desserte soit pour dériver des
fibres vers les immeubles soit pour éclater un câble de transport vers des câbles de
distribution.
 Réseau de distribution : Il est délimité en amont par un PEC et en aval par des PDB.
Le passage du réseau de transport au réseau de distribution est réalisé soit par
éclatement, soit par piquage en ligne.
Le Point de Branchements (PDB) désigne la boîte de raccordement à partir de laquelle sont
reliés un ou plusieurs (LR). Il est situé en amont d’un ou plusieurs BPI (Boîtier Pied
d’Immeuble).
 Réseau d’adduction ou raccordement des utilisateurs finals : Il est délimité en amont
par un PDB et en aval par des PM (Point de Mutualisation) pouvant être dédiés
Locaux Raccordables à des immeubles (PM intérieur) de 12 LR ou plus en ZTD HD
ou des PM extérieurs sur les poteaux. [4]

30
Chapitre 3 : Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH

3.1.2.Infrastructure du réseau
L’infrastructure d’accueil de réseaux optiques est constituée de plusieurs éléments tels que :
 Les fourreaux : les conduites dans lesquels les câbles sont mises en place.
 Les locaux techniques : espaces d’hébergement des équipements passifs ou actifs
d’interconnexion des réseaux.
 Les chambres : regards de visite (espaces) aménagés dans le sous-sol, reliés entre eux
par les fourreaux.
Une chambre de tirage peut être composée de :
 Une ossature correspondant à la chambre proprement dite
 Une rehausse éventuelle permettant la compensation d’une élévation ou d’un dénivelé
du sol
 Une grille de protection
 Un cadre en acier
 Une ou plusieurs trappes (ou tampons)
 Des masques permettant la pénétration des fourreaux
 Un puisard (cône ou trou en partie basse) pour l’évacuation des eaux de pluie et
d’infiltration (si le terrain ambiant est perméable et non saturé).
 Des accessoires complémentaires éventuels (support équerre de câbles, poteau support
de câbles, crosse de descente, échelons de descente, anneau de tirage scellé ou vissé en
fond de chambre ou sur paroi, etc.).
Les dimensions des chambres sont adaptées à leur utilisation et doivent permettre le tirage,
le stockage ou le lovage des câbles et leur raccordement. Le love est une sur-longueur de fibre
optique ou de câble optique enroulé, laissée en surplus afin d'effectuer des opérations
ultérieures de gestion ou de maintenance (soudure, manipulation de boîtiers, demande de
déplacement de la prise chez l'abonné).
Le processus de l’installation de la fibre optique dans l’infrastructure existante nécessite le
suivi des règles d’ingénierie correspondantes. [7]

3.1.3.Ingénierie des infrastructures génie civil


Cette ingénierie comporte les règles relatives au dimensionnement des infrastructures génie
civil nécessaires au déploiement des réseaux FTTH. Ces ouvrages seront dimensionnés de
manière à pouvoir accueillir les fourreaux et les câbles permettant de raccorder toute la zone
étudiée.
L’ingénierie est la façon d’utiliser les équipements tout en garantissant le compromis entre
le coût et la qualité de service prédéterminée. Pour cela, nous utilisons les règles d’ingénierie
lors de l’étude du réseau afin de réaliser un schéma d’ingénierie précis et fiable (la
conception, le découpage, le dimensionnement, le pointage, l’implémentation et le câblage).

31
Chapitre 3 : Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH

Les règles d'ingénieries sont simples, fiables, robustes et permettent :


 Une garantie de l’équilibre entre une montée en charge des clients sur ce réseau et un
investissement raisonnable les premières années.
 Une bonne rentabilité du réseau dès le début du déploiement.
 Une évolution du réseau pour répondre aux futures demandes en perpétuelle
croissance avec le minimum de réaménagements réseau possible et le moins coûteux,
et ce, sans intervention pour travaux de construction complémentaires chez les
abonnés.
 La mutualisation du pré-câblage dans le cadre d’une convention.

3.2. Les phases de déploiement de l’ingénierie fixe P2P


Avant de déployer un réseau FTTH, une étude devrait être réalisée afin de valider la
faisabilité technico-économique du projet, optimiser le déploiement et réduire les coûts des
installations. Cette étude est répartie sur cinq phases comme illustré dans la figure 3-4.

Etude déploiement

Avant projet
simplifié

Etude de Piquetage Travaux


faisabilité

Avant projet
détaillé

Figure 3-4: Les phases d’étude et de déploiement de l’ingénierie fixe P2P

 La phase faisabilité vise à analyser la faisabilité technique, économique et


organisationnelle du projet. Cette phase consiste à identifier tous les axes de transport
utilisables ainsi que leurs capacités d’accueil en nombre de câbles de transport. De
plus, cette phase sert à réaliser les plans d’acheminement des CTR et les plans du
génie civil.
 La phase APS permet de définir les objectifs du projet à atteindre. Elle comporte
l’étude et le déploiement du traçage du réseau de fibre optique FTTH pour différents
opérateurs en déterminant l’architecture des câbles de transport, de distribution et
d’adduction.
 La phase piquetage a pour objectif de définir un cheminement optimal du réseau pour
couvrir tout le territoire d’une plaque étudiée à moindre coût et de façon progressive.

32
Chapitre 3 : Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH

 La phase APD permet de réaliser les dossiers techniques en vue d’obtenir des
autorisations de travaux auprès des concessionnaires. Ces dossiers sont des documents
d’exécution qui permettent de réaliser les travaux.
 La phase TVX est la dernière phase d’étude et de déploiement de l’ingénierie fixe, elle
vise à construire le réseau de la fibre conformément aux études tout en respectant trois
principes fondamentaux : la qualité, la sécurité et les délais.

Notre application intervient à l’étude et la génération des livrables après la phase piquetage
et la phase travaux.
Pendant la phase de piquetage, les relevés terrain vont être pris après avoir effectué
l’aiguillage de la faisselle. L’étude va contenir l’état et la disponibilité des chambres et des
poteaux existants, les liaisons reliant ces derniers ainsi que les blocages possibles.
Les documents préparés vont être les inputs de notre système pour pouvoir générer les
livrables requis à la phase travaux.

3.2.1.Description de la phase APS


Puisque nous allons préparer les livrables à la phase de piquetage, nous devons bien
comprendre le processus déroulé avant cette étape et plus précisément lors de la phase APS
que durant laquelle le prestataire doit réaliser :
 Le découpage de la plaque en un nombre de zones.
 Prévoir une ingénierie réseau fibre optique permettant le déploiement du réseau fibre
point à point.

3.2.1.1. Découpage de la plaque


La première étape de la phase APS consiste à procéder à la subdivision de la plaque en un
nombre de zones appelées poches ou zones IRIS2. Ces zones seront servies par des câbles de
transport de capacité 720 FO. Chaque câble de transport est acheminé du NRO jusqu’à une
chambre située à l’entrée de chaque zone comme illustré dans la figure suivante.

2
La zone IRIS (îlots regroupés pour l'information statistique) est une zone de découpage géographique utilisée
par l’INSEE.

33
Chapitre 3 : Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH

Figure 3-5: Découpage en poches et acheminement des câbles de transport

Les poches doivent regrouper un nombre de locaux raccordables tout en respectant un


pourcentage de réserve x fixé par FREE INFRASTRUCTURE afin d’ajouter d’autres LR
prochainement.
Le nombre de LR regroupés dans une poche doit donc être inférieur à (720-x%).
Le nombre de poches par plaque est obtenu selon le calcul :
𝑌
X = [720∗(1−𝑥%)]

Y : le nombre de LR total de la plaque.


x% : le pourcentage de réserve par plaque.
X : un chiffre entier positif et doit être arrondi au chiffre supérieur.
Le réseau de transport doit être dimensionné pour permettre le raccordement de la totalité
des locaux raccordables de chaque poche. Tous les regroupements doivent contenir au
maximum 720-x% LR avec x est le pourcentage de réserve fixé par FREE
INFRASTRUCTURE afin de répondre aux futures extensions du réseau et aux exigences des
travaux de maintenance.
Ce découpage est composé de deux sous-parties :
 Le découpage macroscopique : aussi appelé découpage en armoires, qui consiste à
diviser une plaque en un nombre de poches de 6144 logements. Le découpage
macroscopique doit vérifier les contraintes suivantes :

 L’armoire NRO est dimensionnée pour couvrir 6144 logements max, reparties en
poches de 500 LR.
 Le découpage en armoire doit se faire tout en respectant le réseau routier existant
dans la plaque d’étude, une poche ne pourra pas être traversée par une route de type
autoroutier, liaison principale ou une liaison régionale.

34
Chapitre 3 : Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH

 Tous les LR appartenant à une poche doivent être accessibles depuis la chambre
d’entrée de zone à travers les conduites de câbles du plan infrastructure Télécom.
 Une même poche ne pourra pas être alimentée à la fois des zones basses densité et
haute densité.
 Le découpage microscopique : ce découpage consiste à rassembler les locaux
raccordables d’une même poche et ayant une propriété commune. Trois procédures
importantes doivent être prises en compte lors de ce découpage :

 Le regroupement PM : Ce regroupement permet d’adresser tous les immeubles de


plus de 12 logements. Le groupement de ce type se fait selon la référence PM
accordée à chaque immeuble, les bâtiments avec la même référence PM doivent
être servis par le même câble d’immeuble.
 Le regroupement PM100 : Ce regroupement permet d’identifier les locaux qui
n’appartiennent pas à des regroupements de zones avant/arrière et dont le nombre
de LR est inférieur à 12 dans des poches de haute densité (PHD) d’une zone très
dense (ZTD) (). Chaque regroupement de type PM100 doit contenir au total un
nombre de LR inférieur ou égal à 144. Chaque PM100 va être raccordé par un câble
d’adduction. Ainsi, un PM100 est équivalent à un regroupement de zones
avant/arrière qui contient au maximum 99 zones arrière.
 Le regroupement PM300 : Ce regroupement permet d’identifier les locaux qui
n’appartiennent pas à des regroupements de zones avant/arrière et dont le nombre
de LR est inférieur à 12 dans des poches de basse densité (PBD) de la ZTD. Chaque
regroupement de type PM300 doit contenir au total un nombre de LR inférieur ou
égal à 375. Chaque PM300 va être raccordé par un câble d’adduction.
3.2.1.2. Ingénierie Réseau Fibre optique FTTH
Réaliser une ingénierie réseau fibre optique FTTH c’est déployer un réseau fibre optique
point à point pour toutes les poches appartenant à une plaque.
Le but de l’ingénierie FTTH est de raccorder tous les points de mutualisation (PM)
appartenant à chaque poche, prévoir l’adduction de toutes les unités foncières d’une plaque et
prévoir une ingénierie réseau fibre optique permettant une maintenance facile sur tous les
types de pannes. La capacité des câbles de distribution et d’adduction diffère selon la capacité
des PM c’est-à-dire selon le nombre de prises à servir. En effet, les capacités des câbles FO
utilisés dans le cas FTTH sont :
 CTR : 720 FO.
 CDI : 48, 72, 144, 288, 432, 720 FO.
 CAD : 48, 72, 144, 288, 432 FO.

Le processus de l’ingénierie FTTH doit passer par les étapes suivantes :


 Implantation des boîtiers PEC : La première étape de l’ingénierie consiste à faire
associer un câble de transport pour chaque site client identifié. Pour cela un câble de
transport CTR de capacité 720 FO est acheminé depuis le NRO vers la poche et plus

35
Chapitre 3 : Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH

précisément vers une chambre appelée chambre satellite, située à l’entrée de la poche,
dans laquelle un boîtier PEC doit être installé. La chambre Satellite doit être installée à
côté d’une chambre Orange à percuter.
 Implantation des boîtiers PDB : La tâche la plus difficile dans le traçage du réseau
FTTH est la mise en place des boîtiers PDB. Ces boîtiers sont systématiquement
installés dans les chambres du réseau existant propre à Orange en respectant des règles
d’occupation du concessionnaire. Depuis les PDB, des câbles d’adduction sont
acheminés vers les différents PM de la poche afin de servir tous les sites clients. Les
règles de placement des PDB, fixés par le concessionnaire diffèrent selon le type du
boîtier et selon la capacité du câble fibre optique amont et aval. Une règle très
importante doit être respectée dans cette phase, c’est que les PDB d’adduction doivent
être distants au maximum de deux pas de chambres du PM.
 Implantation des BPI dans le réseau FTTH : Les BPI sont systématiquement posés en
zone avant.
 Ordre de priorité pour la bonne optimisation de l’ingénierie : Les solutions proposées
pour l’ingénierie fibre optique peuvent différer d’une personne à une autre selon le
raisonnement et l’algorithme suivis, mais dans tous les cas, la difficulté du
déploiement du réseau FTTH de FREE réside au niveau de l’optimisation de la
solution proposée de point de vue coût. Pour cela, une ingénierie fibre optique
optimisée doit respecter les critères suivants :
 Favoriser le piquage en ligne comme technique de dérivation puisqu’il ne présente
pas de gaspillage de ressources contrairement à l’éclatement qui entraine un
gaspillage dû aux soudures réalisées pour les câbles.
 Éviter le dépassement de la règle de deux pas de chambre entre le PDB et le PM.
C’est-à-dire, un câble CAD ne peut pas passer par plus que deux chambres.
 Éviter au maximum l’aller et le retour des câbles.
En outre, le nombre de boîtiers présents au sein du réseau FTTH influe sur le coût de
déploiement d’où l’intérêt de minimiser leur nombre. Ainsi, FREE INFRUSTRUCTURE a
intérêt à placer uniquement des PDB d’adduction.

3.2.2.Dimensionnement des conduites et des chambres


Une chambre désigne un espace privatif qui donne accès, dans chacune des directions, à au
moins deux fourreaux du multitubulaire linéaire.
En effet, les chambres sont utilisés principalement lors de :
 Une division ou peigne de raccordement : un point d’éclatement est utilisé dans ce cas.
 Une jointure du câble et une continuité de la liaison : un joint droit est utilisé pour
assurer la transition de câble en entrée d’immeuble ou pour un simple abonné
résidentiel.
 Un piquage ou dérivation : c’est l’alimentation d’une boucle secondaire à partir d’une
boucle principale. Ainsi, l’alimentation d’immeubles se fait à partir de points de
36
Chapitre 3 : Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH

branchement montés en cascade sur le même câble et l’alimentation des points de


raccordement d’abonné en colonne montante. C'est une technique plus facile que la
division pour alléger l'encombrement du génie civile.
 Un couplage : il existe de nombreuses configurations possibles des coupleurs. A titre
d’exemple les coupleurs : 1 vers 2, 1 vers 4, 1 vers 8, 1 vers 32 et 1 vers 64.
Pour les catégories des chambres, il existe deux types selon la fonctionnalité :
 Les chambres de raccordement : ces chambres ont un espace suffisant à l’installation
de boîtiers d’épissure et des réserves de câble. (Exemple: chambres L5T et L3T).
 Les chambres de tirage : elles sont nécessaires pour faciliter le passage de l'aiguille et
le tirage des câbles. Elles sont installées aux endroits stratégiques : sortie de forage,
angle droit, pied de pénétration dans un bâtiment. (Exemple: chambres L2T et L3T).
Les chambres FREE INFRASTRUCTURE sont de type LxT (sous trottoir), KxC ou LxC
(sous chaussée) selon le besoin et les possibilités d’implantation.
Concernant les conduites utilisées, nous pouvons distinguer :
 Les tubes PVC du réseau (en polychlorure de vinyle) câblé en cuivre sont
généralement utilisés pour le tubage qui est représenté en trois dimensions : 42/45 Ø
mm, 56/60 Ø mm, 75/80 Ø mm.
 Les tubes PEHD (en Polyéthylène Haute Densité) sont généralement utilisés au niveau
distribution, identifiés par couleur (partielle ou totale) et ils sont représentés en sept
dimensions : 8/10 Ø mm, 11/14 Ø mm, 13/16 Ø mm, 15/18 Ø mm, 16/20 Ø mm,
21/25 Ø mm, 27/32 Ø mm. Pour la dernière dimension, la distance entre deux
chambres ne devra pas dépasser 1500 mètres en parcours rectiligne et 900 mètres en
parcours sinueux ou dénivelé.

Figure 3-6: Tube PVC et Tube PEHD

Le sous-tubage est un conduit rigide, plus ou moins flexible et résistant, utilisé pour la pose
de câbles de fibres optiques à l’intérieur des fourreaux. Il est utilisé dans le cas d'un réseau
câblé en cuivre déjà existant dont son but est d'optimiser le génie civil.
Le choix de sous tubage de PEHD ou de PVC est assujetti suivant le diamètre extérieur du
câble mais généralement, le sous tubage PEHD est utilisé.
Les conduites en PVC peuvent être sous tubées, c'est-à-dire réunis sous une enveloppe de
forme cylindrique, par des fourreaux PEHD pour le déploiement des câbles en fibre optique,

37
Chapitre 3 : Étude préalable de l’ingénierie fixe FTTH

et chaque tube possède une capacité précise en alvéole PVC, le tableau ci-dessous liste les
différentes configurations possibles :

Alvéole de 45 Alvéole de 60 Alvéole de 80

Tubage avec 3x15/18 ou Tubage avec 4x16/20 ou Tubage avec 3x27/32 ou 5x21/25
3x13/16 ou 4x11/14 ou 3x21/25
8x8/10

Tableau 3-1: Configuration du sous-tubage

Conclusion
Dans ce chapitre, nous nous sommes intéressés par l’étude des phases de déploiement du
réseau FTTH qui englobe le coté théorique et technique avec ses différents volets. Nous
entamerons par la suite un nouveau chapitre pour expliquer l’implémentation de notre
solution.

38
4. Réalisation

Plan
Introduction .......................................................................................................................... 40
4.1. Environnement de travail........................................................................................... 40
4.1.1. Environnement matériel ..................................................................................... 40
4.1.2. Environnement logiciel ...................................................................................... 40
4.1.2.1. Outil de modélisation UML ........................................................................ 40
4.1.2.2. Logiciel de système d’information géographique ....................................... 41
4.1.2.3. Langage de programmation ........................................................................ 42
4.2. Réalisation ................................................................................................................. 44
4.2.1. Les interfaces graphiques ................................................................................... 45
4.2.1.1. Interface d’accueil ....................................................................................... 45
4.2.1.2. Interface de chargement des fichiers ........................................................... 45
4.2.1.3. Interface d’affichage de la table attributaire ............................................... 47
4.2.1.4. Interface d’attribution des masques ............................................................ 49
4.2.1.5. Interface d’occupation d’alvéole ................................................................. 50
4.2.2. Synthèse du projet .............................................................................................. 51
Conclusion ............................................................................................................................ 52

39
Chapitre 4 : Réalisation

Introduction
Ce chapitre constitue le dernier volet du rapport dans lequel nous allons présenter notre
environnement de travail, en justifiant les différents choix techniques adoptés, ainsi que le
travail achevé en exposant des imprimes écran mettant l’accent sur les objectifs que nous
avons pu atteindre.

4.1. Environnement de travail


Dans cette partie, nous allons présenter les outils matériels et logiciels utilisés tout au long
de ce projet.

4.1.1.Environnement matériel
Nous mentionnons les caractéristiques de l’ordinateur sur lesquelles nous avons développé
l’application parce qu’elles peuvent donner une idée sur les conditions du travail.
L’application a été développée sur un ordinateur portable ASUS caractérisé par:
 Processus: Intel® Core™ i5-4200U CPU M520 @ 1.60 GHz 2.30 GHz.
 Mémoire installé (RAM): 6.00 Go (3.89 Go utilisable).
 Type de système: système d’exploitation Microsoft Windows 10 de 64 bits.
 Ecran: 15,6 pouces

4.1.2.Environnement logiciel
Nous allons énumérer au cours de cette partie les différents outils utilisés pour l’étude et la
mise en place de notre application tout au long de ce projet.
4.1.2.1. Outil de modélisation UML
L’outil que nous avons choisi pour modéliser le diagramme de cas d’utilisation est le
logiciel Power AMC qui représente l’un des outils majeurs pour l’élaboration des modèles de
données, tels que MERISE, UML ou autre, de manière graphique et leur implémentation quel
que soit le SGBD.

Figure 4-1: Logo de Power AMC

Aussi Power AMC est une force dans tout nouveau projet d'entreprise puisqu’il permet
d'identifier quels processus, quelles personnes et quelles données seront impactés avec
précision. [26]

40
Chapitre 4 : Réalisation

4.1.2.2. Logiciel de système d’information géographique


Un système d’information géographique (SIG) est un système d’information permettant de
créer, organiser et analyser des données géo référencées, ainsi que de produire des plans et des
cartes.
L'information géographique est classiquement représentée sous forme cartographique, avec
une composante graphique qui est la carte décrivant la forme et les caractéristiques en la
localisant par ses coordonnées géographiques et une composante attributaire modélisée par la
légende. [24]
Ces systèmes permettent de :
 Exploiter une grosse quantité d'informations et les trier en les superposant sur des
couches différentes.
 Ajouter des étiquettes de texte
 Avoir un rendu final propre et lisible [11]
Dans un SIG, les objets peuvent être identifiés sous forme de points (maisons, entreprises,
exploitations agricoles), de lignes (routes, câbles) ou de polygones (communes, régions).
Dans notre projet, les points représentent les chambres, les lignes représentent les conduites
de câbles et les polygones les régions comme le montre la figure 4.1.

Figure 4-2: Exemple de représentation d'un polygone, des lignes et des points.

Le choix d’un logiciel SIG s’avère parfois difficile car ils en existent plusieurs sur la toile.
Bien que leurs objectifs est communs, chacun de ces logiciels possède ses propres
fonctionnalités, avantages et inconvénients.
Le tableau ci-dessous dresse une comparaison entre les logiciels SIG les plus utilisés au
monde.

41
Chapitre 4 : Réalisation

ArcGIS - Payant avec une période d’essai de 60 jours


- Une analyse spatiale pour vecteur et raster
- Une analyse spatiale en mode 3 dimensions
- Une possibilité de création et de gestion des réseaux et itinéraires

- Logiciel gratuit open-source et multiplateforme


- Logiciel maintenu par une très large communauté grâce à des plugins (Python ou C++)
- Une ergonomie proche des logiciels payant tels qu’ArcGIS, Mapinfo
QGIS - Une capacité de lire et écrire dans des formats différents (shp, tab, kml, dxf, dgn, gpx)
- Connexion à des web services et sources externes de données (serveurs WFS et WMS,
odbc)
- Connexion à la base de données spatiale open source PostgreSQL / PostGIS
- Une interface simplifiée
- Des extensions pour l’analyse spatiales et statistiques
- Un plugin permettant l'ajout des différents fonds raster de Google Maps, BING
maps ou Open Street maps
- Des dizaines de plugins gratuits pour ajoutre de très nombreuses fonctionnalités

MapInfo - Payant avec une période d’essai de 30 jours


- Une gestion des données liées aux géosciences (mines, forages)
- Un SIG mobile pour GPS terrain

Tableau 4-1: Etude comparative des logiciels SIG

Vu que QGIS est un logiciel open source et offre une facilité de déploiement, nous avons
choisi de l’utiliser. Aussi, celui-ci permet l’accès à un nombre hallucinant d’extensions et
dispose d’une interface graphique plus simple et plus facile à manipuler. [12] [13]
4.1.2.3. Langage de programmation
En utilisant QGIS, nous pouvons créer des fonctions avec les langages de programmations «
Python » ou « C++ ». Le tableau 4-2 présente une comparaison entre ces deux langages de
programmation.

42
Chapitre 4 : Réalisation

Python C++

Avantages + Langage facile à apprendre même pour + Langage orienté objet et portable.
un développeur débutant. + Performance et efficacité de la
+ Langage orienté objet avec une syntaxe mémoire.
simple + La réutilisation du code écrit une
+ Utilisation d’un grand nombre des fois.
bibliothèques standard facilitant le
développement.
+ Compatible avec plusieurs systèmes et
plateformes.
+ Un développement rapide avec moins
de code.
+ Un grand nombre de ressources sont
disponibles pour Python.
+ Un cadre de test intégré permettant de
définir le temps de débogage.

Inconvénients - Python est lent. - Complexe dans plusieurs


- Des limitations avec l'accès à la base de programmes de haut niveau.
données. [14] - Utilisation pour une plate-forme
spécifique.
- Pour la plateforme ou le système
d'exploitation, la plupart des
bibliothèques sont verrouillés.
- Moins de sécurité due à l’usage des
pointeurs et des variables globales.
- C ++ ne peut pas prendre en charge
la notion du Garbage Collection et
l'allocation de mémoire dynamique
- Pour les applications web
complexes, le débogage sera plus
difficile. [15] [16]

Tableau 4-2: Comparaison entre Python et C++

Alors nous pouvons constater que compte tenu de la difficulté à maitriser le langage, des
bibliothèques existantes et de la qualité des documentations, il est plus facile d’écrire un
programme Python qu’un programme C++.

43
Chapitre 4 : Réalisation

Donc, nous allons choisir le langage le plus compréhensible et le plus simple à écrire et à
debugger pour le développement de notre outil qui est python.

Figure 4-3: Logo de Python

Python offre un grand nombre des modules à utiliser pour différentes fonctionnalités. Parmi
ceux que nous avons utilisés nous citons :
 Shapefile : Nous avons eu recours à cette bibliothèque car nous recevons des fichiers
.shp de la part de la phase APS. Ce module permet de lire, de créer et / ou de modifier
des fichiers shapefiles (géométrie et attributs) sans prendre en charge les calculs de
géométrie gràace aux classes Reader, Writer et Editor. [17]
 Dbfread : Avec les fichiers .shp, nous trouvons aussi des fichiers .dbf qui est un format
utilisé par les bases de données. Pour pouvoir exploiter ces fichiers, nous avons adopté
la bibliothèque dbfread. Cette dernière facilite l'extraction des données en lisant les
fichiers DBF et retournant les données pour un traitement ultérieur. [18]
 Matplotlib : C’est une bibliothèque, combinée avec les bibliothèques de calcul
scientifique (interpolation, fft, optimisation, algèbre linéaire) numpy et scipy, constitue
un puissant outil pour tracer et visualiser des données. [19]
 PIL : Le Python Imaging Library est une bibliothèque de traitement d’image
permettant l’ajoute des possibilités de manipulation d'images à l’interpréteur Python.
Elle prend en charge plusieurs formats de fichiers avec de nouvelles capacités
graphiques. [20]
 Xlutils : Ce paquet fournit une collection d'utilitaires pour travailler avec des fichiers
Excel en recourant aux modules xlrd et xlwt. [21]
 Tkinter : C’est une boîte à outils standard GUI (Graphical User Interface) le plus
utilisé de Python. Elle fournit un moyen rapide et facile de créer des applications
graphiques. [22]

4.2. Réalisation
Dans cette partie, nous allons expliquer les étapes de l’implémentation de la solution et nous
allons présenter les interfaces de notre application.
Pour le développement de l’outil, nous avons commencé par une autoformation en python et
une familiarisation avec la manipulation des fichiers des données géographiques.
La lecture et la visualisation des shapefiles est assuré à l’aide des packages shapefile,
dbfread et matplotlib.
Le fait de générer les livrables selon un modèle bien déterminé, fixé par Orange France,
nous mène à penser à parser l’écriture dans les fichiers conformément aux modèles donnés.

44
Chapitre 4 : Réalisation

Pour la manipulation des fichiers excel, python met à notre disposition tant de modules.

4.2.1. Les interfaces graphiques


Cette partie est importante pour la réalisation d’une application convenable et conviviale
offrant un certain plaisir à l’utilisateur lors de sa navigation. Ainsi ce critère peut faire la
différence entre une application et une autre bien qu’elles aient les mêmes fonctionnalités.
Voici maintenant un ensemble de captures d’écrans des interfaces de l’application.
4.2.1.1. Interface d’accueil
En lançant notre application, l’interface d’accueil suivante s’affiche.

Figure 4-4: Interface d'accueil

4.2.1.2. Interface de chargement des fichiers


En cliquant sur le bouton « Commencer », l’utilisateur est redirigé vers une autre interface
où il doit charger les fichiers .shp en premier temps. Ensuite, si les fichiers sont valides, il a la
possibilité soit d’afficher la zone correspondante soit d’entrer l’étiquette de la chambre à
configurer.

45
Chapitre 4 : Réalisation

Figure 4-5: Interface de chargement des fichiers

L’affichage de la zone va être sous forme des points, représentant les chambres, reliés par
des arcs qui sont les câbles de la fibre optique.
La figure suivante montre la zone à étudier sans affichage des informations supplémentaires.

Figure 4-6: Représentation des shapefiles

Cependant, cette figure indique les numéros de chambre au-dessus de la zone tracée.

46
Chapitre 4 : Réalisation

Figure 4-7: Représentation de la zone à étudier avec les étiquettes de la chambre

4.2.1.3. Interface d’affichage de la table attributaire


Après avoir importé les fichiers .shp, dont les chemins sont indiqués tel que montré dans
l’interface ci-dessous, nous pouvons entrer l’étiquette de la chambre pour afficher ses
informations.

47
Chapitre 4 : Réalisation

Figure 4-8: Interface de chargement des fichiers après l'import des shapefiles

L’appui sur le bouton « Afficher les informations » nous mène à une autre interface
contenant toutes les informations disponibles de la chambre donnée.

Figure 4-9: Interface d'affichage des informations relatives à la chambre 17

48
Chapitre 4 : Réalisation

Si le numéro de la chambre entré n’existe pas dans la zone, un message d’erreur vous sera
affiché pour vous indiquer que l’étiquette de la chambre n’est pas valide.

Figure 4-10: Affichage d'un message d'erreur si le numéro de chambre est invalide

4.2.1.4. Interface d’attribution des masques


Par contre, l’appui sur le bouton « Configurer » nous affiche l’interface d’ajout des photos
de la chambre et des masques utilisés.
L’acteur doit charger les images de la chambre fermée et ouverte ainsi que les images des
masques utilisés pour le cheminement du câble vers les chambres adjacentes tel qu’indiqué
dans la figure 4-8.

49
Chapitre 4 : Réalisation

Figure 4-11: Interface de chargement des images de la chambre

En ajoutant les images de masque, un bouton de configuration sera affiché pour remplir
l’occupation des alvéoles correspondantes.
4.2.1.5. Interface d’occupation d’alvéole
Dans cette interface, l’utilisateur entre d’abord le nombre d’alvéoles que contient le masque
à configurer. Puis, il choisit la chambre adjacente qui va être reliée à la chambre actuelle à
travers ce masque. Ensuite, il est invité à remplir la grille des alvéoles en précisant les
diamètres et les états des celles utilisées. Aussi, il doit indiquer le diamètre de sous tubage s’il
existe sans oublier de cocher « Commencer un nouveau parcours » si cette chambre présent le
début d’un nouveau parcours différent du précèdent.

50
Chapitre 4 : Réalisation

Figure 4-12: Interface d'occupation d'alvéoles

L’utilisation des couleurs nous aide à déterminer l’état des alvéoles pour pouvoir les insérer
correctement dans le fichier FOA.
Pour indiquer que l’alvéole est occupé, nous devons cliquer sur le bouton « espace » pour
que le diamètre entré devienne rouge.
Cependant, une clique sur le bouton « entrée » suffit pour rendre la coloration du texte bleue
pour dire que cet alvéole est réservé.
En sauvegardant, le système envoie les données entrées ainsi que les informations, prises
des shapefiles chargés, aux fichiers Excel à générer dans les emplacements correspondants.

4.2.2. Synthèse du projet


Finalement, nous pouvons dire que l’application a pu répondre aux différents besoins
demandés. La solution fournit une interface pour la visualisation des shapefiles avec des
options supplémentaires, elle permet d’accéder aux informations relatives à une chambre bien
déterminée et elle assure la génération des fichiers Snake, FOA et C3A.

51
Chapitre 4 : Réalisation

Dans cette section, nous présentons une comparaison approximative du temps d’exécution
de la génération des livrables après le déploiement d’un réseau FTTH de fibres optiques avant
et après le développement de notre application d’automatisation.
Temps d’exécution Temps d’exécution
Avant l’automatisation Après l’automatisation
Environ 6 minutes par chambre Environ 2 minutes par chambre
Alors, pour une zone comportant 140 chambres par exemple, le temps total estimé à peu
près en préparant manuellement les fichiers est de 840 minutes soit 14 heures pour compléter
la génération des livrables pour une zone bien déterminé.
Par contre, la génération automatique prend 280 minutes soit 4 heures pour configurer 140
chambres.
Dons, nous pouvons conclure que notre application réduit considérablement le temps
d’exécution de cette tâche. En effet, notre solution a permis de bénéficier d’un gain de temps
de 71,5% pour la phase de génération des livrables.

Conclusion
Après avoir présenté une étude théorique détaillée pour une meilleure compréhension du
projet, ce chapitre a bien expliqué les étapes du développement de l'outil de notre travail et
son environnement.

52
Conclusion générale
Le présent rapport retrace notre projet de fin d’études en vue d’obtenir le diplôme national
d’ingénieur en téléinformatique. Il s’agissait de développer et de mettre en place un système
capable de générer automatiquement les livrables d’un projet Snake pour un réseau FTTH
point à point de fibres optique pour l’opérateur français Free infrastructure.
Pour atteindre cet objectif, nous avons d’abord commencé par une étude théorique des
différentes notions de la fibre optique puis nous avons fixé les besoins fonctionnels et non
fonctionnels de notre application.
Ensuite, nous avons présenté les architectures de l’ingénierie fixe FTTH ainsi que
l’approche du déploiement du réseau FTTH qui regroupe deux grandes parties à savoir le
découpage d’une région en zones et la réalisation de l’ingénierie de pose de câbles de fibres
optiques pour cette région.
Enfin, nous avons abordé l’étape de la réalisation du projet au cours de laquelle nous avons
traduit notre modélisation en une implémentation physique moyennant le langage de
développement Python et interagissant avec les shapefiles générés du logiciel Qgis.
Certes, notre projet pourrait être étendu par l’ajout de nouvelles fonctionnalités tel que
l’automatisation de la génération des dossiers techniques d’études (DTE) et des dossiers
techniques de déploiement (DTD) qui regroupent le volet information et adduction pour
l’acheminement des câbles jusqu’aux logements.

53
Netographie
[1] https://www.intercom-technologies.fr/notre-societe/qui-sommes-nous/ consulté le 23
Février 2018.
[2] http://michaud.chez-alice.fr/principe.html consulté le 21 Février 2018.
[3] http://www.frandroid.com/telecom/322183_dossier-fibre-optique Luc-Aurélien Gauthier
consulté le 20 Février 2018.
[4] https://lafibre.info/raccordement-immeuble/lexique/ consulté le 21 Février 2018.
[5] https://www.mtcen.gov.tn/fileadmin/fibre_optique/1-Etude-2013.pdf consulté le 23
Février 2018.
[6] http://claude.lahache.free.fr/mapage2/d-ploiement-de-la-fibre-optique-ftth.pdf consulté le
23 Février 2018.
[7]http://www.bas-rhin.fr/eCommunityDocuments/E34C4D98-631D-459B-AA4E
61C91D2F7BA0/2457/document_conseil-general-bas-rhin-guide-fourreaux-fibre
optique.pdf.pdf consulté le 23 Février 2015.
[8] http://www.cercle-credo.com/docs/developpement-des-reseaux-a-tres-haut-debit-ftth.pdf
Gabrielle Gauthey consulté le 1 Mars 2018.
[9] https://fr.wikipedia.org/wiki/Code_Insee consulté le 13 Avril 2018.
[10] Documents fournis par Intercom, Mode opératoire MODOP SNAKE Etudes.doc consulté
le 13 Avril 2018.
[11] https://www.notre-planete.info/terre/outils/sig.php consulté le 26 Avril 2018.
[12] https://www.2d3d-gis.com/fr/logiciel-sig,qgis.html consulté le 26 Avril 2018.
[13] https://www.cartoexpert.com/avantages-qgis/ consulté le 27 Avril 2018.
[14] https://www.quora.com/What-are-advantages-and-disadvantages-of-Python consulté le 2
Avril 2018.
[15] https://www.online-sciences.com/programming/c-programming-language-advantages-
and-disadvantages/ consulté le 2 Avril 2018.
[16]http://r4r.co.in/cpp/basic_tutorials/01/Advantage%20and%20Disadvantage%20of%20Cp
p%20and%20Scope.shtml consulté le 3 Avril 2018.
[17] http://www.portailsig.org/content/python-et-les-shapefiles-suite-ou-le-module-le-plus-
simple-utiliser-un-seul-fichier-sans-dep consulté le 15 Mars 2018.
[18] https://pypi.org/project/dbfread/ consulté le 15 Mars 2018.
[19] https://www.science-emergence.com/Articles/Tutoriel-Matplotlib/ consulté le 8 Mars
2018.
[20] http://jlbicquelet.free.fr/scripts/python/pil/pil.php consulté le 16 Avril 2018.
[21] https://pypi.org/project/xlutils/1.2.0/ consulté le 16 Avril 2018.
[22] https://wiki.python.org/moin/TkInter consulté le 24 Avril 2018.
[23] http://www.geek-directeur-technique.com/2009/02/04/le-cycle-en-v consulté le 7 Mars
2018.
[24] https://gisgeography.com/what-gis-geographic-information-systems/consulté le 3 Mai
2018.
[25] https://openclassrooms.com/courses/debutez-l-analyse-logicielle-avec-uml/uml-c-est-
quoi consulté le 11 Mai 2018
[26] https://www.next-decision.fr/editeurs/autres/sap-power-amc consulté le 11 Mai 2018

54

Vous aimerez peut-être aussi