Vous êtes sur la page 1sur 221

SÉMINAIRE 2020

SAANEN-GSTAAD

SEPTEMBRE 2020
Contenu de la brochure– CACP 2020
1 Programme

2 Présentation des animateurs

3 Informations générales

4 Liste des participants

5 Tour d'horizon des lois sociales

6 Sujet traité par Pascal Frei


Définition de la stratégie de placements : quel apport des études ALM ?

7 Sujet traité par Gilles Guenat


Echange de vues et réflexions sur le 2ème pilier : que nous apportent les
diverses statistiques ?

8 Sujet traité par Jean Netzer


Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ?

9 Sujet traité par Stéphane Riesen


Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique
est-elle suffisante ?

10 Sujet traité par Anne Troillet


Jurisprudence 2019/2020 : quelles sont les nouveautés et orientations des tribunaux ?

11 Sujet traité par Blaise Wägli


Immeubles au bilan- Quelle valorisation en période de taux bas ?
Impacts sur la situation financières des institutions de prévoyance

2
4
Présentation des animateurs

Anne Troillet
Avocate
Troillet Meier Raetzo, Rue de Lyon 77, 1203 Genève
Office +41 22 818 30 00
info@tmravocats.ch

Pascal Frei
Consultant en investissement, CFA
PPCmetrics SA, Route de St-Cergue 23, 1260 Nyon
Office +41 22 704 03 11
pascal.frei@ppcmetrics.ch

Gilles Guenat
Expert en prévoyance professionnelle
Aon Suisse SA, Edouard-Dubois 20, 2000 Neuchâtel
Office +41 58 266 81 38 | Mobile +41 76 584 29 85
gilles.guenat@aon.com

Jean Netzer
Expert en prévoyance professionnelle
Aon Suisse SA, Edouard-Rod 4, Case postale 1203, 1260 Nyon 1
Office + 41 58 266 85 25 | Mobile +41 78 699 72 89
jean.netzer@aon.com

Stéphane Riesen
Expert agréé LPP
Pittet Associés SA, Avenue de la Gare 10, Case postale 1176, 1001 Lausanne
Office +41 58 100 52 20
s.riesen@pittet.net

Blaise Wägli
Expert comptable diplômé
Ernst & Young SA, Avenue de la Gare 39a, Case postale, 1002 Lausanne
Office +41 58 286 57 15 | Mobile: +41 58 289 57 15
blaise.waegli@ch.ey.com

6
Informations générales

Séminaire CACP 2020 Session 1 - 15-16 septembre 2020


Session 2 - 17-18 septembre 2020
Session 3 - 29-30 septembre 2020
Session 4 - 1-2 octobre 2020

Lieu du séminaire Hotel Huus, Schönriedstrasse 74, 3792 Saanen-Gstaad


www.huusgstaad.com / 033 748 04 04

Responsable Gilles Guenat, Aon à Neuchâtel

Secrétariat Patricia Mallet, Aon à Neuchâtel, 058 266 81 13

Animateurs Pascal Frei, PPCmetrics SA


Gilles Guenat, Aon Suisse SA
Jean Netzer, Aon Suisse SA
Stéphane Riesen, Pittet Associés SA
Anne Troillet, Troillet Meier Raetzo
Blaise Wägli, Ernst & Young SA

Groupes de travail Les participants sont répartis par tirage au sort dans six groupes
de travail et se retrouvent toujours dans la même salle.
L'animateur traite son sujet auprès de chaque groupe.

Finance d'inscription CHF 1'780. Comprenand la participation au séminaire, la


documentation, la nuit d‘hôtel et tous les repas.

Conditions d'annulation - CHF 500 pour une annulation entre l'envoi de la facture et
jusqu'à 4 semaines avant le début du séminaire.
- CHF 900 pour une annulation entre les 4 semaines et jusqu'à 10
jours avant le début du séminaire.
- CHF 1’780 pour toute annulation 10 jours avant le début du
séminaire.

La documentation est comprise dans les frais susmentionnés.


Les annulations de séminaire ne seront acceptées que sous la
forme écrite.

Documentation Une demande de la documentation supplémentaire sera facturée


au prix de CHF 200.00.

8
Tour d'horizon des lois sociales
CACP – Septembre/Octobre 2020
Jean Netzer – Aon, Nyon
Stéphane Riesen – Pittet Associés, Lausanne

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


Jean Netzer et Stéphane Riesen

12
Tour d'horizon des lois sociales
CACP – Septembre/Octobre 2020
Jean Netzer – Aon, Nyon
Stéphane Riesen – Pittet Associés, Lausanne

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


Jean Netzer et Stéphane Riesen

Assurance-vieillesse et survivants (AVS)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


2
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 13


A. AVS – Ce qu'il faut retenir
Situation financière
 Part de l’assurance dans les dépenses des assurances sociales
• Sur l’échelle des dépenses (164 milliards pour l’ensemble des assurances sociales), l’AVS,
avec 26,7%, vient en deuxième position.
• 99,5% des dépenses de l’AVS sont consacrées aux prestations sociales.

 Résultat de l’assurance et situation financière


• Fin de l’exercice 2019 :
 Recettes de 46‘937 millions et dépenses de 45‘254 millions ;
 Résultat de l’exercice positif (+1,7 milliards) ;
 Capital augmenté pour atteindre 45,2 milliards (contre 43,5 milliards en 2018) ;
 Capital équivalent au montant des dépenses d’une année ;
 Résultat de répartition (sans tenir compte du produit courant du capital et des variations de
valeur du capital) présentant un déficit de 1’170 millions.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


3
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. AVS – Ce qu'il faut retenir


Situation financière
 Evolution des dernières années et perspectives
• Résultats de répartition (avant intérêts) de l’exercice des quatre dernières années :
 2016 : -767 millions ;
 2017 : -1'040 millions ;
 2018 : -1'039 millions ;
 2019 : -1’170 millions.
• RFFA : relèvement des cotisations salariales de 0,3% (0,15% employeur et 0,15% salarié)
 1,2 milliards pour l’AVS en 2020.
• Perspectives : nouveau projet de stabilisation de l’AVS en cours (AVS 21)
 Suite à l’approbation de la RFFA, le besoin en financement de l’AVS jusqu’en 2030 s’élève
désormais à 26 milliards de francs cumulés ;
 Augmentation de la TVA en faveur de l’AVS de 0,7 point de pourcentage au maximum ;
 Stabilisation des finances de l’AVS jusqu’en 2030.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


4
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 14


A. AVS – Ce qu'il faut retenir
Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle
1. Stabilisation de l’AVS (AVS 21) (projet)

 Age de référence (« âge ordinaire de la retraite ») fixé à 65 ans pour les hommes et les femmes ;
 Anticipation de la perception d’une prestation de vieillesse à partir de 62 ans révolus ;
 Ajournement de la perception d’une prestation de vieillesse jusqu’à 70 ans au plus tard ;
 Possibilité, pour les institutions de prévoyance, de prévoir un âge de perception moins élevé
(art. 1 al. 3 LPP) ;
 Possibilité de percevoir une partie seulement de la prestation de vieillesse.

2. Loi fédérale sur l’amélioration de la conciliation entre activité professionnelle et prise


en charge de proches (délai référendaire expiré)

 Congé de quatorze semaines au plus pour la prise en charge d’un enfant gravement atteint dans sa
santé en raison d’une maladie ou d’un accident selon l’article 329h CO ;
 En cas de diminution temporaire du salaire annuel par suite de maladie, d’accident, de chômage, de
maternité ou d’autres circonstances semblables, maintien du salaire coordonné au moins pour la
durée du congé de prise en charge prévu à l’article 329h CO (art. 8 al. 3 1ère phrase LPP).

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


5
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. AVS – Ce qu'il faut retenir


Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle
3. Modification de la LAVS s’agissant de la modernisation de la surveillance dans le 1er
pilier et de l’optimisation dans le 2ème pilier de la prévoyance vieillesse, survivants et
invalidité (projet de loi et de message du CF)

a) Tâches de l’expert en matière de prévoyance professionnelle (art. 52e al. 1, 1bis et 4 LPP) :

 Pour examiner si l’institution de prévoyance offre la garantie qu’elle peut remplir ses engagements,
l’expert en matière de prévoyance professionnelle calcule chaque année les capitaux de prévoyance
et les provisions techniques de l’institution de prévoyance et établit périodiquement, mais au moins
tous les trois ans, une expertise actuarielle ;
 L’organe suprême doit fournir à l’expert en matière de prévoyance professionnelle les indications
nécessaires à l’examen et mettre à sa disposition les documents pertinents.

b) Reprise d’effectif des rentiers (art. 53e bis LPP) :

 Les institutions de prévoyance ne peuvent reprendre des effectifs de rentiers pour en assurer elles-
mêmes la gestion qu’à la condition que le financement des engagements correspondants soit
suffisant et que les provisions techniques et les réserves de fluctuation de valeur soient disponibles.
 Vérification par l’Autorité de surveillance de l’institution reprenante des conditions requises pour la
reprise d’un effectif et approbation par voie de décision.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


6
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 15


A. AVS – Ce qu'il faut retenir
Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle

c) Tâches du fonds de garantie (art. 56 al. 1 let. i LPP) :

 Prélèvement auprès des institutions de prévoyance de la taxe annuelle qui est perçue pour la
surveillance du système et la haute surveillance exercée sur les autorités de surveillance, et transfert
de cette taxe, après déduction de ses frais, à la Commission de haute surveillance.

d) Autorité de surveillance (art. 61 al. 3 3ème phrase LPP) :

 Les membres de l’Autorité de surveillance ne peuvent être membres du gouvernement cantonal ni


exercer aucune fonction dans l’administration publique.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


7
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. AVS – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications envisagées
1. Projet AVS 21

 3 juillet 2019 : mesures qui devront figurer dans la réforme AVS 21 arrêtées par le Conseil fédéral.
 28 août 2019 : adoption par le Conseil fédéral du projet de loi et du projet de message
 Mesures suivantes :
 Passage de l’âge de référence dans l’AVS pour les femmes de 64 à 65 ans (augmentation
progressive de trois mois par an à partir de l’année qui suit celle de l’entrée en vigueur de la
réforme) ;
 Accompagnement pendant neuf ans du relèvement de l’âge de référence pour les femmes par des
mesures de compensation à hauteur de 700 millions ;
 Application de taux de réduction plus bas en cas de perception anticipée de la rente ;
 Augmentation du montant de la rente de vieillesse des femmes ayant un revenu bas à moyen en
cas de perception de la rente à 65 ans ou plus ;
 Libre choix du moment du départ à la retraite entre 62 et 70 ans ;
 Possibilité de percevoir une partie de la rente AVS de manière anticipée ou ajournée ;

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


8
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 16


B. AVS – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées

 Encouragement de la poursuite d’une activité professionnelle au-delà de l’âge de référence par


diverses mesures (maintien du montant de la franchise (CHF 1'400.-) pour les retraités exerçant une
activité professionnelle ; possibilité d’augmenter le montant de la rente avec les cotisations versées
à l’AVS après l’âge de référence ; report possible de la perception de l’ensemble de l’avoir de
vieillesse de la prévoyance professionnelle jusqu’à 70 ans, même en cas de réduction de salaire) ;
 Augmentation de la TVA en faveur de l’AVS de 0,7 point de pourcentage au maximum.

 But des mesures :


 Allègement des comptes de l’AVS de 26 milliards cumulés d’ici 2030 ;
 Stabilisation des finances de l’AVS jusqu’en 2030.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


9
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. AVS – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications envisagées
2. Projet de loi fédérale sur l’amélioration de la conciliation entre activité professionnelle et
prise en charge de proches

 Message du 22 mai 2019 du Conseil fédéral, délai référendaire expiré


 Modification de l’article 29septies al. 1 LAVS :
• La prise en charge du partenaire doit aussi donner droit à une bonification pour tâches d’assistance, si
l’assuré fait ménage commun avec lui depuis au moins cinq ans sans interruption.
• La prise en charge d’une personne au bénéfice d’une allocation pour impotence faible de l’AVS, de l’AI,
de l’assurance-accidents obligatoire ou de l’assurance militaire donnera également droit à une bonification
pour tâches d’assistance.

3. Modification de la LAVS s’agissant de la modernisation de la surveillance dans le 1er


pilier et de l’optimisation dans le 2ème pilier de la prévoyance vieillesse, survivants et
invalidité

 Modernisation de la surveillance de l’AVS, des prestations complémentaires, ainsi que des régimes des
allocations pour perte de gain et des allocations familiales dans l’agriculture.
 Axer davantage la surveillance sur les risques, renforcer la gouvernance et adapter les dispositions
concernant les systèmes d’information à l’état actuel du développement technologique.
Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP
10
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 17


B. AVS – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
4. Modification de la LAVS relative à l’utilisation systématique du numéro AVS par les
autorités

 Message du Conseil fédéral 30 octobre 2019, traité au Conseil des Etats le 10 juin 2020 avec
modifications.
 Utilisation contrôlée du numéro AVS permettant d’accroître l’efficience des processus administratifs.
 Possibilité des autorités de la Confédération, des cantons et des communes d’utiliser systématiquement
le numéro AVS de manière générale pour accomplir leurs tâches légales.
 Eviter les confusions lors du traitement de dossiers personnels, tout en complétant la stratégie suisse de
cyberadministration et en renforçant l’efficience administrative.

5. Motion « Supprimer également la pénalisation du mariage dans l’AVS » (16.3103)

 Eliminer la discrimination que subissent les couples mariés et les partenaires enregistrés par rapport
aux personnes non mariées dans le domaine de l'AVS.
 Acceptation, par le Conseil national, le 7 mars 2018, de la motion. Le Conseil fédéral propose de rejeter
cette motion. Le Conseil des Etats doit encore trancher.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


11
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. AVS – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications adoptées
1. Loi fédérale relative à la réforme fiscale et au financement de l’AVS – RFFA

 Adoption en votation populaire le 19 mai 2019 (66,4%).


 Trois mesures en faveur de l’AVS :

• Relèvement des cotisations salariales de 0,3% (0,15% employeur et 0,15% salarié) : 1,2 milliards pour
l’AVS en 2020 ;
• Affectation de la totalité du point supplémentaire de TVA au fonds de compensation de l’AVS : 520
millions pour l’AVS en 2020 ;
• Relèvement de la contribution fédérale à l’AVS de 19,55% à 20,2% : 300 millions pour l’AVS en 2020.

 Au total : environ 2 milliards par année pour l’AVS.


 Réduction du besoin de financement de l’AVS jusqu’en 2030 (de 53 milliards à environ 23 milliards).

2. Ordonnance 20 du 13 novembre 2019 sur les adaptations à l’évolution des salaires et


des prix dans le régime de l’AVS, de l’AI et des APG (entrée en vigueur le 1er janvier
2020

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


12
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 18


C. AVS – Principaux Chiffres
Montants applicables

Montants maximums 2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014


Rente vieillesse complète 28'440 28'440 28'200 28'200 28'200 28'200 28'080
Revenu annuel déterminant max 85'320 85'320 84'600 84'600 84'600 84'600 84'240
Rente conjoint survivant complète 22'752 22'752 22'560 22'560 22'560 22'560 22'464
Rente d'enfant 11'376 11'376 11'280 11'280 11'280 11'280 11'232

2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014


Adaptations des rentes au 1er janvier 0.0% 0.9% 0.0% 0.0% 0.0% 0.4% 0.0%

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


13
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. AVS – Principaux Chiffres


Comptes et avoirs en capital de l'AVS

En millions de CHF 2019 2018 2017 2016


Cotisations 32'508 31'718 31'143 30'862
Contributions des pouvoirs publics 11'571 11'295 11'105 10'896
Intérêts 2'852 -1'181 2'126 1'205
Autres 5 4 5 6
Total des recettes 46'937 41'835 44'379 42'969
Prestations 45'032 43'841 43'082 42'326
Frais 222 214 210 204
Total des dépenses 45'254 44'055 43'292 42'530
Résultat de l'exercice 1'682 -2'220 1'087 438
Résultat de répartition de l'exercice -1'170 -1'039 -1'039 -767
Avoir en capital 45'217 43'535 45'755 44'668
Avoir en % des dépenses annuelles 100% 99% 106% 105%

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


14
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 19


C. AVS – Principaux Chiffres
Personnes actives occupées et bénéficiaires de l'AVS

En milliers de personnes 31.12… 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
Population active occupée 5'092 5'055 5'007 4'965 4'895 4'822 4'733
Nombre de cotisants AVS 5'688 5'647 5'610 5'559 5'483
Bénéficiaires rente de vieillesse 2'404 2'364 2'325 2'285 2'240 2'196 2'143
Bénéficiaires rentes complémentaires 51 53 54 56 57 59 60
Bénéficiaires rentes survivants 196 191 186 182 178 173 169
Total bénéficiaires 2'651 2'608 2'565 2'523 2'475 2'428 2'372
Population active / Bénéficiaires 1.92 1.94 1.95 1.97 1.98 1.99 2.00

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


15
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. AVS – Principaux Chiffres


Budget de l'AVS (Actuel et projet AVS 21)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


16
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 20


Assurance invalidité fédérale (AI)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


17
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. AI – Ce qu'il faut retenir


Situation financière
 Part de l’assurance dans les dépenses des assurances sociales
• Quatrième assurance sociale la plus importante en terme de dépenses (5.6% du total)

 Résultat de l’assurance et situation financière


• Recettes de CHF 9'508 millions et dépenses de CHF 9'484 millions ;
• Résultat de l’exercice positif (+ CHF 24 millions) ;
• Fonds de l'AI de CHF 4'787 millions (année précédente: CHF 4'763 millions);
• Dette à l'égard de l'AVS de CHF 10.3 milliards ;
• Résultat de répartition légèrement négatif à – CHF 383 millions (sans tenir compte du produit courant
du capital et des variations de valeur du capital)
• Fin du financement par la TVA en 2018

 Evolution des dernières années et perspectives


• Part des rentes dans le total des dépenses en diminution (58.5% en 2015 à 56.5% en 2019) et part
des dépenses relatives aux mesures individuelles en augmentation (18.5% en 2015 à 20.7% en 2019)
• Réduction continue du nombre de bénéficiaires de rentes depuis 2009
• Augmentation du nombre de nouvelles rentes en 2019, mais réduction du degré d'invalidité moyen
• Détérioration à court terme du résultat sur répartition en raison de la crise due au Covid-19

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


18
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 21


A. AI – Ce qu'il faut retenir
Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle
1. Développement continu de l'AI (17.022) – Adopté le 19.06.2020 par les Chambres
fédérales

 Modifications de la LPP (prévoyance obligatoire) induites de ce projet


 Loi sujette à référendum (délai: 8 octobre 2020), entrée en vigueur non fixée à ce jour
 Echelonnement de la rente d'invalidité en fonction du taux d'invalidité
• Taux d'invalidité de l'AI supérieur à 70%: Rente entière
• Taux d'invalidité de l'AI entre 50% et 69%: Part de rente = taux d'invalidité
• Taux d'invalidité de l'AI inférieur à 50%: Part de rente = 25% + 2.5% par pourcent de taux
d'invalidité supérieur à 40%
• Taux d'invalidité de l'AI inférieur à 40%: Pas de rente
 Principe de révision de la rente d'invalidité
• Révisée si le taux d'invalidité subit une modification notable (art. 17 LPGA nouveau: modification 5%)
 Entraide administrative
• Si une institution de prévoyance apprend qu'un assuré perçoit des prestations indues, elle est en droit
d'en informer les organes des assurances sociales concernées

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


19
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. AI – Ce qu'il faut retenir


Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle
1. Développement continu de l'AI (17.022) – Adopté le 19.06.2020 par les Chambres
fédérales

 Dispositions transitoires
• Assurés de plus de 55 ans: aucune incidence, ancien droit demeure applicable
• Assurés de moins de 55 ans: adaptation tant que le taux d'invalidité ne subit pas de modification au
sens de l'art. 17 LPGA qui requiert une révision de la rente. Protection de la rente en cas
d'augmentation du taux d'invalidité
• Assurés de moins de 30 ans: adaptation au plus tard dans les 10 ans après l'entrée en vigueur des
nouvelles dispositions. Maintien du montant de la rente tant que le taux d'invalidité ne subit pas de
modification au sens de l'art. 17 LPGA

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


20
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 22


B. AI – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
1. Développement continu de l'AI (17.022) – Adopté le 19.06.2020 par les Chambres
fédérales

 Loi sujette à référendum (délai: 8 octobre 2020), entrée en vigueur non fixée à ce jour
 Modifications de la LAI et d'autres lois en relation aux changements décidés
 Premières mesures
• Renforcement des possibilités d'intervention de l'AI pour la réadaptation
• Détection précoce pour les personnes âgées de 13 à 25 ans. Les mesures visent à faciliter l'accès à une
formation professionnelle initiale, maintenir les assurés à leur poste et permettre la réadaptation des
assurés à un nouveau poste
• Prolongation de la durée de prise en charge des mesures de réadaptation (jusqu'à 25 ans). Les mesures
doivent permettre d'améliorer de façon durable et importante la capacité de l'assuré à fréquenter l'école,
à suivre une formation, exercer une activité lucrative ou à accomplir ses travaux habituels
 Conseils et suivi
• L'assuré et son employeur ont droit à des conseils et à un suivi en cas de mesure de réadaptation ou
d'examen du droit à la rente (y compris jusqu'à 3 ans après la fin du droit à une rente)
 Couverture assurance accident (LAA)
• L'AI peut déduire du montant de l'indemnité journalière deux tiers au maximum de la prime de
l'assurance obligatoire contre les accidents non professionnels

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


21
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. AI – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications envisagées
 Modifications de la LAI (suite)
 Mesures de réinsertion préparant à la réadaptation professionnelle
• Destinées aux assurés qui présentent une incapacité de travail d'au moins 50% durant au moins 6 mois,
ainsi qu'aux personnes de moins de 25 ans sans activité lucrative et menacées d'invalidité
• Les mesures doivent servir à créer les conditions permettant la mise en œuvre de mesures d'ordre
professionnel
• La durée de la mesure ne peut excéder un an (prolongeable dans des cas exceptionnels)
• Droit à l'orientation professionnelle et mesure préparatoire à l'entrée en formation en cas d'invalidité
 Placement
• L'Office AI peut faire appel à une entreprise de location de services pour favoriser l'accès de l'assuré au
marché du travail
• L'AI octroie au bailleur de services une indemnité qui couvre la rémunération des prestations qu'il a
effectuées et les coûts supplémentaires dus à l'état de santé de l'assuré, des cotisations à la prévoyance
professionnelle et des primes à l'assurance d'indemnités journalières en cas de maladie
 Indemnité journalière pendant la formation professionnelle initiale
• Correspond au salaire prévu par le contrat d'apprentissage
• En l'absence de contrat, prise en considération du revenu moyen des personnes du même âge qui
suivent une formation similaire
• Après 25 ans, l'indemnité journalière équivaut au montant maximum de la rente de vieillesse de l'AVS
• L'indemnité journalière est versée à l'employeur
Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP
22
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 23


B. AI – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
 Modifications de la LAI (suite)
 Echelonnement des rentes
• Taux d'invalidité supérieur à 70%: Rente entière
• Taux d'invalidité entre 50% et 69%: Part de rente = taux d'invalidité
• Taux d'invalidité inférieur à 50%: Part de rente = 25% + 2.5% par pourcent de taux
d'invalidité supérieur à 40%
• Taux d'invalidité inférieur à 40%: Pas de rente
 Prise en charge de l'indemnité journalière de l'assurance-chômage
• Prise en charge à partir du 91ème jour du chômage
 Dispositions transitoires
• Assurés de plus de 55 ans: aucune incidence, ancien droit demeure applicable
• Assurés de moins de 55 ans: adaptation tant que le taux d'invalidité ne subit pas de modification au sens
de l'art. 17 LPGA qui requiert une révision de la rente. Protection de la rente en cas d'augmentation du
taux d'invalidité
• Assurés de moins de 30 ans: adaptation au plus tard dans les 10 ans après l'entrée en vigueur des
nouvelles dispositions. Maintien du montant de la rente tant que le taux d'invalidité ne subit pas de
modification au sens de l'art. 17 LPGA

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


23
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. AI – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications envisagées
 Modifications de la LPGA
• Révision de la rente d'invalidité lorsque le taux d'invalidité subit une modification d'au moins cinq points
de pourcentage, ou que le taux d'invalidité atteint 100%
• Renforcement des possibilités d'entraide administrative entre les autorités administratives et judiciaires
ou organes d'une assurance sociale en cas de versement de prestations indues
• Révision des dispositions relatives à l'expertise requise par l'assureur lors de la procédure d'instruction
médicale
 Modifications de la LPP
• Adaptation de l'échelonnement des rentes, avec dispositions transitoires pour les personnes déjà au
bénéfice de rentes
• Précision des principes de révision de la rente d'invalidité (référence à l'article 17 LPGA)
• Possibilité donnée aux institutions de prévoyance d'informer les autres organes des assurance sociales
en cas de perception de prestations indues

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


24
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 24


B. AI – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
 Modifications de la LAMal
• Prise en charge des coûts des médicaments inclus dans le catalogue des prestations de l'AI dans le cas
des infirmités congénitales
 Modifications de la LAA
• Obligation d'assurance pour les personnes qui participent à une mesure de réadaptation au sens des
dispositions de la LAI et qui perçoivent une indemnité journalière de l'AI. L'assurance est réalisée auprès
de la SUVA
• Prime d'assurance pour accidents et maladies professionnels, ainsi que pour les accidents non
professionnels prise en charge par l'AI
 Modifications de la LACI
• Prise en charge par l'assurance chômage de 180 indemnités journalières au plus pour les personnes qui
voient leur droit à la rente AI supprimé
• Les coûts relatifs à cette prestation sont à charge de l'AI dès le 91ème jour

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


25
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. AI – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications adoptées
1. Ordonnance 20 sur les adaptations à l'évolution des salaires et des prix dans le régime
de l'AVS, de l'AI et des APG, entrée en vigueur le 1er janvier 2020

 Mise à jour de l'ordonnance, pas de modification des valeurs déterminantes

2. Modification du 13 novembre 2019 du Règlement sur l'assurance-invalidité entrée en


vigueur le 1er janvier 2020

 Adaptations des barèmes de cotisations des salariés dont l'employeur n'est pas tenu de payer des
cotisations et des personnes exerçant une activité indépendante

3. Modification du 24 avril 2020 de l'Ordonnance du DFI concernant la remise de moyens


auxiliaires par l'assurance invalidité entrée en vigueur le 1er juillet 2020

 Modification de la liste des moyens auxiliaires

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


26
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 25


C. AI – Principaux Chiffres
Bénéficiaires de rentes en Suisse

Bénéficiaires de rentes Fraction de rente


en milliers moyenne

300 100%

87.1% 87.0% 87.0% 87.1% 87.2% 87.3% 87.4% 87.5% 87.8% 87.5%

250
12 12 12 12 12 12 12
38 37 12 11 12
200 36 34 33 32 31 30 31 30
14 14 14 14 14 14 14 14 13 14
150 50%
Quart de rente

Demi-rente
100
177 175 172 170 167 Trois quarts de rente
165 164 163 163 162
Rente entière
50
Fraction de rente
moyenne
0 0%
2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
Année

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


27
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. AI – Principaux Chiffres
Comptes et avoirs en capital de l'AI

En millions de CHF 2019 2018 2017 2016


Cotisations 5'446 5'313 5'218 5'171
Contributions des pouvoirs publics 3'619 3'845 4'768 4'667
Intérêts 407 -172 325 131
Autres 36 38 46 55
Total des recettes 9'508 9'025 10'357 10'024
Prestations 8'698 8'514 8'418 8'388
Intérêts 51 51 114 122
Frais 734 696 702 690
Total des dépenses 9'484 9'261 9'234 9'200
Résultat de l'exercice 24 -237 1'122 824
Résultat de répartition de l'exercice -383 -65 797 693
Avoir en capital 4'787 4'763 5'000 5'000
Dette à l’égard de l’AVS -10'284 -10'284 -10'284 -11'406

Le relèvement de 0,4% de la TVA a pris fin au 31.12.2017

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


28
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 26


C. AI – Principaux Chiffres
Evolution de la répartition des dépenses
Part des dépenses
totales de l'AI
Intérêts de la dette
100%

90% Frais d'administration et


d'exécution
80% 18.5% 19.2% 19.4% 20.0% 20.7%
Subventions aux
70% institutions et
organisations (3)
60%
Frais pour mesures
individuelles (2)
50%
Allocations pour
40%
impotents
30% 58.5% 58.3% 57.9% 57.6% 56.5% Indemnités journalières
20%

10% Rentes (1)

0%
2015 2016 2017 2018 2019

(1) Rentes ordinaires et extraordinaires, prestations à restituer


(2) Mesures médicales, d'intervention précoce, de réinsertion et d'ordre professionnel; moyens auxiliaires
et contribution d'assistance
(3) Subventions aux organisations faîtières et de formation, subventions à Pro Infirmis
Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP
29
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Prestations complémentaires (PC)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


30
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 27


A. PC – Ce qu'il faut retenir
Situation financière
 Part de l’assurance dans les dépenses des assurances sociales
• Sur l’échelle des dépenses (164 milliards pour l’ensemble des assurances sociales), les PC,
avec 3,1%, viennent en avant-dernière position.
• 58,6% des dépenses servent à financer les PC à l’AVS et 41.4% les PC à l’AI.

 Résultat de l’assurance et situation financière


• Fin de l’exercice 2019 : les recettes (5’199 millions) sont égales aux dépenses puisque les
coûts sont intégralement pris en charge par la Confédération et les cantons.

 Evolution des derniers années et perspectives


• Réforme des PC : la réforme devrait permettre d'économiser 401 millions par an d'ici 2030.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


31
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. PC – Ce qu'il faut retenir


Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle
Réforme des PC

 Entrée en vigueur au 1er janvier 2021

 Retrait du 2ème pilier non restreint


 Renonciation à une interdiction du retrait du 2ème pilier sous forme de capital pour les retraités
et les salariés voulant se lancer en indépendants.

 Interruption de l’assurance obligatoire à partir de 58 ans


 Nouvel article 47a LPP
 Conditions :
 Au moins 58 ans (l’institution de prévoyance peut prévoir dans son règlement la possibilité de
maintenir la prévoyance dès 55 ans).
 Dissolution des rapports de travail par l’employeur.
 Options :
 Maintien de l’assurance en vertu de l’article 47 LPP.
 Maintien de l’assurance dans la dernière institution de prévoyance (art. 47a al. 2 à 7 LPP).

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


32
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 28


A. PC – Ce qu'il faut retenir
Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle
 Fin du maintien de l’assurance :
 A l’âge ordinaire réglementaire de la retraite.
 A la survenance des risques décès ou invalidité.
 Lors du passage dans une nouvelle institution de prévoyance, si plus des deux tiers de la
prestation de sortie sont nécessaires au rachat de toutes les prestations réglementaires dans
la nouvelle institution de prévoyance.
 En cas de résiliation en tout temps par l’assuré et en cas de non-paiement des cotisations par
l’institution de prévoyance.

 Paiement des cotisations :


 Versement par l’assuré des cotisations pour la couverture des risques de décès et d’invalidité
et des frais d’administration.
 Versement des cotisations d’épargne si l’assuré continue d’augmenter son avoir de
prévoyance.
 L’institution de prévoyance peut prévoir la possibilité pour l’assuré de maintenir sa prévoyance
professionnelle ou sa seule prévoyance vieillesse pour un salaire inférieur au dernier salaire
assuré.
 La prestation de sortie reste dans la dernière institution de prévoyance (même si l’assuré
n’augmente plus sa prévoyance vieillesse en versant des cotisations).

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


33
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. PC – Ce qu'il faut retenir


Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle
 Prestations :
 Egalité de droit avec les autres assurés du même collectif (intérêt, taux de conversion,
versements effectués par le dernier employeur ou un tiers).
 Si le maintien de la prévoyance dure plus de deux ans : perception de la prestation sous forme
de rente uniquement et pas de versement anticipé ou de mise en gage possibles de la
prestation de sortie pour l’acquisition d’un logement.

 Encouragement à la propriété du logement


 Le remboursement est autorisé jusqu’à la naissance du droit réglementaire aux prestations de
vieillesse (art. 30d al. 3 let. a LPP) (au lieu du délai fixé jusqu'à trois ans avant la naissance du
droit aux prestations de vieillesse).
 La mention de la restriction du droit d’aliéner peut être radiée à la naissance du droit
réglementaire aux prestations de vieillesse ; l’obligation et le droit de rembourser subsistent
jusqu’à la naissance du droit réglementaire à la rente de vieillesse, jusqu’à la survenance d’un
autre cas de prévoyance ou jusqu’au paiement en espèces (art. 30e al. 3 let. a et al. 6 LPP).

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


34
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 29


B. PC – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
 Procédure de consultation concernant la modification de l’ordonnance du 15 janvier 1971 sur
les prestations complémentaires à l’assurance-vieillesse, survivants et invalidité (OPC-
AVS/AI)

• Modifications concernant notamment la répartition des communes dans les trois régions de
loyers, l’adaptation des forfaits pour frais accessoires et pour frais de chauffage, la renonciation
à des revenus ou parts de fortune, la prise en compte de la prime d’assurance maladie dans le
calcul de la PC, les frais de prise en charge extrafamiliale d’enfants, l’interruption de la
résidence habituelle en Suisse et la durée de traitement d’une demande de PC.
• Procédure de consultation terminée le 19 septembre 2019.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


35
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. PC – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications adoptées
1. Réforme des PC

 22 mars 2019 : adoption, par le Parlement, du projet de loi sur la réforme des prestations
complémentaires ; expiration du délai référendaire au 11 juillet 2019 ; pas de référendum ;
entrée en vigueur au 1er janvier 2021.

 Le compromis devrait permettre d'économiser 401 millions par an d'ici 2030.

 Principaux points :
• Fortune maximale
• Les personnes disposant d'au moins CHF 100'000.- seront dorénavant privées de
prestations complémentaires, (CHF 200'000.- pour les couples).
• La valeur de l'immeuble qui sert d’habitation à son propriétaire n'est pas prise en
considération.

• Franchises sur la fortune


• Abaissement de la franchise sur la fortune prise en compte dans le calcul de la prestation
complémentaire à CHF 30'000.- pour les personnes seules et à CHF 50'000.- pour les
couples (au lieu de CHF 37'500.-, respectivement CHF 60'000.-).

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


36
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 30


B. PC – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
• Activité lucrative du conjoint
• 80% du revenu du conjoint ne bénéficiant pas de PC seront pris en compte dans le calcul de
la prestation complémentaire (au lieu de 2/3).

• Personnes vivant dans un home


• Seules les journées effectivement facturées par le home seront prises en compte dans le
calcul de la PC (actuellement, les PC périodiques sont toujours versées pour un mois entier,
même si l’assuré n’a séjourné qu’une partie du mois dans son home).

• Besoins vitaux pour les enfants


• Réduction des montants versés pour couvrir les besoins vitaux des enfants de moins de 11
ans avec, en contrepartie, la prise en compte à titre de dépense des coûts de la prise en
charge extrafamiliale des enfants.

• Restitution après le décès


• Après le décès du bénéficiaire de prestations complémentaires, les montants perçus doivent
être restitués à l’État pour la part de la succession qui dépasse un montant de CHF 40'000.-.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


37
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. PC – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications envisagées

• Revalorisation des montants maximaux pris en compte au titre du loyer


• Une personne seule aura un montant maximal compris entre CHF 14'520.- et CHF 16'440.-,
selon la région (au lieu de CHF 13'200.- actuellement).

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


38
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 31


B. PC – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications adoptées
2. Ordonnance 20 du 13 novembre 2019 concernant les adaptations dans le régime des
prestations complémentaires à l’AVS/AI

3. Modification du 29 janvier 2019 de l’ordonnance sur les prestations complémentaires à


l’assurance-vieillesse, survivants et invalidité (OPC-AVS/AI) :

 Article 54 alinéa 5bis : Les assureurs communiquent sur demande, dans un délai de sept
jours civils, au service cantonal compétent pour l’échange des données avec les assureurs le
montant effectif de la prime d’assurance obligatoire des soins que devront payer pour l’année
en cours ou pour l’année suivante les personnes dont les primes sont réduites.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


39
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. PC – Principaux Chiffres
Bénéficiaires des prestations complémentaires

Bénéficiaires 31.12… 2019 2018 2017 2016


Rentes de vieillesse 215'800 209'200 204'800 201'100
Rentes de survivants 3'800 3'800 3'800 3'800
Rentes d’invalidité 117'500 115'100 114'200 113'700
Total bénéficiaires 337'000 328'100 322'800 318'600

Proportion bénéficiaires PC 31.12… 2019 2018 2017 2016


Rentes de vieillesse 12.7% 12.5% 12.5% 12.5%
Rentes de survivants 9.3% 9.1% 9.0% 8.9%
Rentes d’invalidité 48.5% 47.4% 46.7% 46.0%
Total bénéficiaires 16.7% 16.5% 16.5% 16.4%

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


40
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 32


C. PC – Principaux Chiffres
Comptes des prestations complémentaires

En millions de CHF 2019 2018 2017 2016


Contributions des pouvoirs publics 5'199 5'044 4'939 4'901
(dont subvention fédérale) 1'598 1'538 1'496 1'465
Total des recettes 5'199 5'044 4'939 4'901
Prestations complémentaires à l’AI 2'142 2'087 2'032 2'045
Prestations complémentaires à l’AVS 3'058 2'956 2'907 2'856
Total des dépenses 5'199 5'044 4'939 4'901
Résultat de l’exercice 0 0 0 0

Le régime des prestations complémentaires est entièrement financé avec les ressources
fiscales de la Confédération et des Cantons

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


41
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Assurance maladie (LAMal)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


42
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 33


A. LAMal – Ce qu'il faut retenir
Situation financière
 Part de l’assurance dans les dépenses des assurances sociales
• Sur l’échelle des dépenses (164 milliards pour l’ensemble des assurances sociales),
l’assurance maladie obligatoire, avec 18,2%, vient en troisième position.
• 94,0% de ses dépenses sont consacrées aux prestations sociales.

 Résultat de l’assurance et situation financière


• Fin de l’exercice 2018 :
 Recettes de 31’116 millions supérieures aux dépenses de 30‘045 millions ;
 Les recettes et les dépenses évoluent plus moins parallèlement (en raison du financement de
la LAMal par répartition) ;
 Résultat de l’exercice positif (1’071 millions).

 Evolution des dernières années et perspectives


• Si aucune mesure n’est prise : croissance des dépenses supérieure à la croissance des
salaires.
• Facteurs influençant le débat sur le financement : vieillissement démographique, coût des
prestations de service (salaires, infrastructure), coût des médicaments avec hausse
correspondante des primes et leur subventionnement.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


43
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. LAMal – Ce qu'il faut retenir


Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle

Pas d’incidences pour la prévoyance professionnelle.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


44
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 34


B. LAMal – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
1. Procédure de consultation « Financement moniste des prestations de soins »

 Financement uniforme par les assureurs et les cantons des prestations dans les domaines
ambulatoire et hospitalier (proposition de la CSSS-N)

 Les cantons seront ainsi tenus de participer à hauteur de 25,5% au moins aux coûts qui
resteront à la charge des assureurs après déduction de la part assumée par les assurés.

 But : encourager le transfert des prestations du secteur hospitalier au secteur ambulatoire, qui
a tendance à coûter moins cher, et à faciliter une coordination des soins.

 Dans son avis du 14 août 2019, le Conseil fédéral approuve sur le principe ce projet. Il estime
toutefois qu’un tel financement devrait être mis en œuvre en collaboration avec les cantons et
que, des adaptations tenant compte de leurs souhaits seront encore nécessaires lors des
débats parlementaires.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


45
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. LAMal – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications envisagées
2. Mesures visant à freiner la hausse des coûts, 1er volet – Projet de modification de la
loi fédérale sur l’assurance-maladie

 Neuf mesures visant à maîtriser les coûts.

 Fin de la procédure de consultation le 14 décembre 2018.

 Le Conseil fédéral a produit son message à ce sujet en date du 21 août 2019

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


46
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 35


B. LAMal – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
3. Modifications de l’OAMAL

 Modification de l’OAMal et de l’OPAS concernant l’admission des podologues en tant que


fournisseurs de prestations dans le cadre de l’assurance obligatoire des soins et concernant
la contribution aux frais de séjour hospitalier

 Procédure de consultation jusqu’au 5 octobre 2020

 Modification de l’OAMal et de l’OPAS concernant la nouvelle réglementation de la


psychothérapie pratiquée par des psychologues et l’adaptation des conditions d’admissions
des sages-femmes et des personnes fournissant des prestations sur ordonnance médicale

 Procédure de consultation terminée le 17 octobre 2019

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


47
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. LAMal – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications envisagées
4. Réglementation de l’activité des intermédiaires d’assurance

 Modification de la loi sur la surveillance de l’assurance-maladie (LSAMal) et de la loi sur la


surveillance des assurances (LSA), autorisant le Conseil fédéral à déclarer obligatoires, pour
l’assurance-maladie sociale et pour l’assurance-maladie complémentaire, les points de
l’accord des assureurs concernant notamment l’interdiction de la prospection téléphonique à
froid, la formation et l’indemnisation des intermédiaires. Des sanctions doivent en outre être
prévues en cas de non-respect de l’accord.

 Procédure de consultation jusqu’au 3 septembre 2020

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


48
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 36


B. LAMal – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications adoptées
1. LAMal – Modification au 1er janvier 2020 selon l’annexe ch. 4 de la Loi sur les produits
thérapeutiques, (LPTh) du 18 mars 2016

2. Ordonnance sur la compensation des risques dans l’assurance-maladie (OCoR) -


Modification du 11 avril 2018 (entrée en vigueur le 1er janvier 2020) : modification de
diverses dispositions concernant le nouvel indicateur « groupes de coûts
pharmaceutiques » (Pharmaceutical Cost Groups ou PCG).

3. Ordonnance du DFI sur la mise en oeuvre de la compensation des risques dans


l’assurance-maladie (OCoR-DFI) – Ordonnance initialement entrée en vigueur au 1er
janvier 2020

4. Ordonnance du DFI sur les indices du niveau des prix et sur les primes moyennes
2020 permettant de calculer la réduction de primes dans l’Union européenne, en
Islande et en Norvège – Ordonnance initialement entrée en vigueur au 1er janvier 2020

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


49
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. LAMal – Principaux Chiffres


Bénéficiaires de l’assurance maladie obligatoire

En milliers de personnes 31.12… 2018 2017 2016 2015 2014 2013


Nombre d’assurés 8'495 8'432 8'369 8'298 8'195 8'092
Personnes subventionnées 2'220 2'217 2'279 2'222 2'191 2'253
en pourcent des assurés 26.1% 26.3% 27.2% 26.8% 26.7% 27.8%
Ménages subventionnés 1'347 1'351 1'376 1'342 1'285 1'307
Assureurs maladie 51 52 56 58 60 60

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


50
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 37


C. LAMal – Principaux Chiffres
Evolution moyenne des primes dans l'assurance obligatoire

Evolution annuelle des Evolution cumulée des


2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016primes
2000 primes 2017 (1.1.2000=100)
2018 2019
12% 250.0
224.3
10.0% 10.1%
10%
8.7% 200.0

8%
6.8%
6.2%
5.8% 150.0
6%
4.8% 4.8%

3.8% 4.0% 3.9%


4% 3.7%
100.0
2.5% 2.4%
2.2%
2% 1.3%
1.2% 1.0% 1.1%
50.0
0%
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
-1.0%
-2% 0.0

Année

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


51
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. LAMal – Principaux Chiffres


Primes mensuelles pour adultes 2020 de l’assurance maladie

Prime mensuelle en CHF


650

600

550

500

450

400

350

300
ZH BE LU UR SZ OW NW GL ZG FR SO BS BL SH AR AI SG GR AG TG TI VD VS NE GE JU CH

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


52
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 38


C. LAMal – Principaux Chiffres
Comptes de l’assurance maladie obligatoire

En millions de CHF 2018 2017 2016 2015


Cotisations 26'686 25'615 24'210 22'866
Contributions des pouvoirs publics 4'689 4'460 4'290 4'110
Résultats des placements -218 495 269 154
Autres -40 -92 22 56
Total des recettes 31'116 30'478 28'791 27'186
Prestations 28'230 28'254 27'378 26'337
Frais d’administration et de gestion 1'424 1'435 1'359 1'316
Autres 391 -143 -143 140
Total des dépenses 30'045 29'546 28'594 27'793
Résultat de l'exercice (compte d’exploitation) 1'071 931 197 -607
Résultat CGAS (./. variations de valeur du capital) 1'492 612 138 -563
Etat des réserves 8'275 7'203 6'259 6'062

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


53
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Assurance chômage (AC) et prestations


transitoires pour les chômeurs âgés

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


54
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 39


A. AC – Ce qu'il faut retenir
Situation financière
 Part de l’assurance dans les dépenses des assurances sociales
• Sixième assurance sociale la plus importante en terme de dépenses (4.1% du total)

 Résultat de l’assurance et situation financière


• Recettes de CHF 8'095 millions et dépenses de CHF 6'531 millions ;
• Résultat de l’exercice à nouveau fortement positif (+ CHF 1'564 millions) ;
• Capital de CHF 1'755 millions (année précédente: CHF 191 millions).

 Evolution des dernières années et perspectives


• Recettes en augmentation sur les 5 dernières années;
• Pourcent de financement prélevé au-delà de CHF 315'000 maintenu jusqu'à ce que le capital propre
du fonds n'aura pas atteint au moins CHF 500 millions ;
• Finances en relation avec la conjoncture économique ; taux de chômage à fin 2019 de 2.5%;

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


55
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. AC – Ce qu'il faut retenir


Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle
Loi fédérale sur les prestations transitoires pour les chômeurs âgés,
adoptée le 19 juin 2020 par les Chambres fédérales

 Délai référendaire jusqu'au 8 octobre 2020


 Ont droit à la prestation transitoire les personnes résidant en Suisse, qui
• Ont épuisé leur droit à des indemnités journalières de l'assurance chômage après 60 ans
• Ont été assurées à l'AVS pendant au moins 20 ans (dont au moins 5 ans après 50 ans; revenu d'activité
lucrative > 75% rente AVS)
• Ont une fortune nette inférieure à CHF 50'000 pour les personnes seules (CHF 100'000 pour les
couples). Sont notamment comprises dans la fortune les prestations réglementaires de la prévoyance
professionnelle rachetées pendant le maintien de l'assurance prévu aux art. 47 et 47a LPP et les
prestations qui excèdent un montant défini par le Conseil fédéral
• Ne perçoivent pas une rente de vieillesse anticipée de l'AVS
 Prestation transitoire correspondant à 2,25 fois le montant destiné à la couverture des besoins vitaux
au sens de la Loi sur les Prestations Complémentaires, montants exonérés de l'impôt
 Prestation servie au plus tard jusqu'au jour de la retraite ordinaire selon l'AVS
 De manière analogue aux Prestations Complémentaires, prise en compte de revenus déterminants
et dépenses reconnues
 Financement par les ressources générales de la Confédération, frais d'exécution à charge des cantons
(coût estimé à CHF 150 millions par an)
Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP
56
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 40


B. AC – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
Modification du 19 juin 2020 de de la Loi sur l'assurance-chômage, adoptée par les
Chambres fédérales

 Délai référendaire jusqu'au 8 octobre 2020


 Indemnité en cas de réduction de l'horaire de travail et indemnité en cas d'intempéries
• Suppression de l'obligation de rechercher une occupation provisoire en cas de réduction de l'horaire de
travail (correspond à la pratique actuelle)
 Systèmes d'information – Cyberadministration
• Selon les dispositions légales actuelles, les assurés sont tenus de s'adresser directement au service
compétent. Afin de tenir compte des nouveaux moyens de communication avec les autorités, ces
dispositions sont adaptées
• Introduction d'une base légale permettant aux organes d'exécution d'accéder au registre cantonal des
habitants aux fins de vérifier le domicile des assurés
• Possibilité nouvelle de transmission des décomptes des prestations des caisses de chômage par la
procédure unifiée de communication des salaires aux autorités fiscales des cantons
• Le Service Public de l'Emploi et l'AI ont pour mission la réinsertion immédiate des chômeurs involontaires
dans le marché du travail. Les organes de l'AI pourront accéder aux données ou les traiter dans le
système d'information du SPE
 Conditions pour la prolongation de la durée maximale de l'indemnité en cas de réduction de l'horaire de
travail
• Introduction de deux critères pertinents: évolution du nombre de préavis et prévisions de la
Confédération concernant le marché du travail
Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP
57
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. AC – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications adoptées
1. Modification du 15 juin 2018 relative à la révision du droit de la prescription, entrée en
vigueur le 1er janvier 2020

 L'action en réparation du dommage se prescrit conformément aux dispositions du code des


obligations sur les actes illicites

2. Ordonnance du 8 avril 2020 sur les mesures complémentaires dans le domaine de


l'assurance-chômage en lien avec le coronavirus (en vigueur jusqu'au 31.08.2020)

 Flexibilisation des dispositions relatives à l'indemnité en cas de réduction de l'horaire de travail


 Simplifications administratives durant la période actuelle
 Participation de la Confédération augmentée de CHF 6 milliards pour l'année 2020

3. Ordonnance du 8 avril 2020 sur les mesures complémentaires dans le domaine de


l'assurance-chômage en lien avec le coronavirus

 Pas d'assurance à la prévoyance professionnelle pour les chômeurs, si ceux-ci sont déjà assurés
selon les art. 47, al. 1 ou 47a LPP, au moins dans la même mesure que celle prévue pour la
prévoyance professionnelle des personnes au chômage
Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP
58
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 41


C. AC – Principaux Chiffres
Assurance chômage – Statistique des demandeurs d’emploi
Nombre de chômeurs Taux de chômage moyen
inscrits en milliers

Chômeurs inscrits au 31.12


200 Moyenne annuelle 4.0%
Taux de chômage moyen

175 3.3% 3.3% 3.2% 3.5%


3.2%

150 160 159 3.0%


147 147 2.6% 2.5%

125 2.5%
120 117
100 2.0%

75 149 1.5%
137 143 143
118
50 107 1.0%

25 0.5%

0 0.0%
2014 2015 2016 2017 2018 2019
Année

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


59
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. AC – Principaux Chiffres
Assurance chômage – Situation à fin juin 2020

Taux de chômage
au 30 juin 2020

6%

5.0%
5%
4.6% 4.6% 4.6%

4.0%
4% 3.8%
3.6% 3.6%
3.5%
3.3%
3.2% 2.9% 3.2%

3%
2.6% 2.7% 2.6% 2.6%
2.5%
2.3% 2.2%
2.2%
2.2%
2%
1.6%
1.5%
1.4% 1.3% 1.2%

1%

0%
ZH BE LU UR SZ OW NW GL ZG FR SO BS BL SH AR AI SG GR AG TG TI VD VS NE GE JU CH

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


60
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 42


C. AC – Principaux Chiffres
Comptes de l’assurance chômage

En millions de CHF 2019 2018 2017 2016


Total des recettes 8'095 7'904 7'739 7'605
Total des dépenses 6'531 6'731 7'338 7'450
Résultat de l’exercice 1'564 1'173 401 155
Capital 1'755 191 -982 -1'384

 Le gain mensuel maximal assuré s'élève à CHF 12'350 (CHF 148'200 par année)
 Jusqu'au gain maximal, le taux de cotisation s'élève à 2.2%. Au-delà, il est de 1% sans limite
supérieure. Le pourcent prélevé au-delà de CHF 315'000 sera maintenu tant que le capital propre du
fonds de compensation n'aura pas atteint au moins CHF 0.5 milliard

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


61
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Assurance accidents (AA)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


62
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 43


A. AA – Ce qu'il faut retenir
Situation financière
 Part de l’assurance dans les dépenses des assurances sociales
• Sur l’échelle des dépenses (164 milliards pour l’ensemble des assurances sociales), l’AA, avec
4,2%, vient en cinquième position.
• 28,9% des dépenses sont consacrées aux frais de soins, 29,2% aux indemnités journalières et
27,7% aux rentes et aux prestations en capital.

 Résultat de l’assurance et situation financière


• Fin de l’exercice 2018 :
 Les recettes (13‘577 millions) sont toujours supérieures aux dépenses (6'986 millions) ;
 Les résultats positifs ont permis d’accumuler un capital de 62,1 milliards sous forme de
provisions et de réserves.

 Evolution des dernières années et perspectives


• Situation stable.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


63
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. AA – Ce qu'il faut retenir


Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle

Pas d’incidences pour la prévoyance professionnelle.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


64
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 44


B. AA – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
Initiative populaire fédérale « Oui à plus de codécision de la population dans l’assurance-
maladie et l’assurance-accidents »

 Modification de l’article 117 al. 2 de la Constitution fédérale suisse.

 La Confédération accepte différents modèles d’assurance qui correspondent aux différents


besoins de la population. Tout être humain a le droit de décider librement du type et de
l’étendue de l’assurance.

 Délai imparti pour la récolte des signatures: 2 janvier 2021.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


65
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. AA – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications adoptées

Pas de modifications adoptées.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


66
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 45


C. AA – Principaux Chiffres
Comptes de l’assurance accidents

En millions de CHF 2018 2017 2016 2015


Cotisations 6'358 6'207 6'143 6'176
Résultats des placements 6'940 2'676 2'048 1'946
Actions récursoires 279 271 297 248
Total des recettes 13'577 9'154 8'489 8'369
Prestations à court terme et de longue durée (1) 5'997 5'964 5'930 5'794
Autres (2) 990 950 1'115 952
Total des dépenses 6'986 6'915 7'045 6'746
Résultat de l'exercice (compte d’exploitation) 6'591 2'239 1'444 1'623
Variations de valeur du capital 5'556 1'182 672 623
Résultat CGAS (./. variations de valeur du capital) 1'035 1'057 772 1'000
Constitution de provisions et de réserves 6'442 2'461 1'083 1'569
Etat des provisions techniques et réserves 62'085 55'643 53'182 52'099
(1) Indemnités journalières, frais de traitement, rentes, allocations et prestations en capital
(2) Frais d'administration et de gestion, prévention des accidents et autres dépenses

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


67
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. AA – Principaux Chiffres
Bénéficiaires de l'assurance accidents

Bénéficiaires de rentes 31.12… 2018 2017 2016 2015


Accidents professionnels 44'989 45'617 46'351 46'998
Accidents non professionnels 50'656 51'393 52'125 52'922
Assurance des chômeurs 1'953 1'930 1'875 1'866
Total bénéficiaires de rentes 97'598 98'940 100'351 101'786

Nombre d'accidents annoncés 2019 2018 2017 2016 2015


Accidents professionnels 278'736 273'675 268'837 265'932 266'349
Accidents non professionnels 573'955 565'047 546'289 530'592 526'228
Assurance des chômeurs 15'468 16'418 17'663 17'654 16'398
Total des accidents annoncés 868'159 855'140 832'789 814'178 808'975

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


68
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 46


Assurance militaire (AM)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


69
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. AM – Ce qu'il faut retenir


Situation financière
 Part de l’assurance dans les dépenses des assurances sociales
• En 2018 : versement de prestations d’assurance à hauteur de 177,7 millions, principalement
dans le cadre de cas relevant de militaires de milice (personnes servant dans l'armée, la
protection civile et le service civil) (2,5 millions de plus par rapport à 2018, soit +1.4%).

 Résultat de l’assurance et situation financière


• Le nombre d’accidents et de maladies, ainsi que les prestations d’assurance et les frais
administratifs, sont en hausse.
• Au cours de l’exercice 2019 : l’assurance militaire a enregistré près de 41’000 nouveaux cas
(30’500 maladies et 10’500 accidents) (environ 2’000 de plus qu’en 2018). Les militaires de
milice ont contracté près de 14’200 maladies et été victimes de 6’600 accidents. .

 Evolution des dernières années et perspectives


• Situation stable.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


70
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 47


A. AM – Ce qu'il faut retenir
Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle

Pas d’incidences pour la prévoyance professionnelle.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


71
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. AM – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications envisagées

Pas de modifications envisagées.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


72
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 48


B. AM – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications adoptées
 Modification du 31 octobre 2018 de l’ordonnance sur l’assurance militaire (OAM) (entrée en
vigueur le 1er janvier 2019) : article 28a al. 1 et 28b OAM.

 Modification du 31 octobre 2018 de l’ordonnance sur l’adaptation des prestations de


l’assurance militaire à l’évolution des salaires et des prix (Ordonnance AM sur l’adaptation)
(entrée en vigueur le 1er janvier 2020).

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


73
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. AM – Principaux Chiffres
Comptes de l’assurance militaire

En millions de CHF 2019 2018 2017 2016


Frais de traitement 73.0 66.1 70.4 70.5
Indemnités journalières (1) 25.3 26.1 27.3 28.9
Rentes 80.2 81.4 85.8 89.6
Total 178.5 173.6 183.5 189.0

(1) Autres prestations en espèces à court terme incluses

Les dépenses de l'assurance militaire sont prises en charge par la Confédération

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


74
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 49


C. AM – Principaux Chiffres
Cas d'assurance annoncés de l'assurance militaire

Variation
Coût en Nombre
Accidents annoncés en 2019 annuelle
CHF mio de cas
nombre de cas
Militaires de milice 99.7 20'762 3.2%
Astreints à la protection civile 5.4 1'626 4.2%
Astreints au service civil 10.3 10'129 5.2%
Personnel militaire 43.5 5'047 12.6%
Assurés à titre facultatif 14.5 2'557 15.4%
Participants aux actions de maintien de la paix 1.4 523 5.7%
Membres du Corps suisse d'aide humanitaire 0.6 210 4.5%
Divers 3.2 40 0.0%
Total 177.5 40'894 5.6%

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


75
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Allocations pour perte de gain (APG)


et Assurance Maternité

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


76
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 50


A. APG – Ce qu'il faut retenir
Situation financière
 Part de l’assurance dans les dépenses des assurances sociales
• Dixième (et dernière) assurance sociale la plus importante en terme de dépenses (1.0% du total)

 Résultat de l’assurance et situation financière


• Recettes de CHF 1'838 millions et dépenses de CHF 1'695 millions ;
• Résultat positif en 2019 (+ CHF 142 millions) ;
• Avoir de CHF 1'167 millions (année précédente: CHF 1'025 millions).

 Evolution des dernières années et perspectives


• Résultat globalement stable au cours des dernières années ;
• L'avoir en capital APG ne doit pas être inférieur à 50% des dépenses annuelles;
• Pas de conséquences significatives imputables à la crise du Covid-19 attendues

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


77
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. APG – Ce qu'il faut retenir


Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle
1. Modification de la Loi, Allocation de maternité en cas de séjour prolongé du nouveau-né
à l'hôpital – Projet, Message du Conseil fédéral du 30 novembre 2018
Traité au Conseil des Etats

 Le maintien de la couverture en cas de maternité prévue à l'article 8, al. 3 LPP est également étendu
pour 56 jours supplémentaires au plus en cas de séjour prolongé du nouveau-né à l'hôpital

2. Loi fédérale du 20 décembre 2019 sur l'amélioration de la conciliation entre activité


professionnelle et prise en charge des proches – Adoptée par les Chambres fédérales

 Ajout de la référence à l'article 329h CO (projet) à l'article 8, al. 3 LPP de manière à garantir que la
couverture d'assurance est maintenue au même niveau durant le congé de prise en charge (98 jours au
plus)

3. Modification du 27 septembre 2019, Loi fédérale sur les allocations pour perte de gain en
cas de service et de maternité – congé paternité – Adoptée par les Chambres fédérales

 Ajout de la référence à l'article 329g CO (projet) à l'article 8, al. 3 LPP de manière à garantir que la
couverture d'assurance est maintenue au même niveau durant le congé de paternité (14 jours)
 Référendum du 27 septembre 2020

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


78
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 51


B. APG – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
1. Modification de la Loi, Allocation de maternité en cas de séjour prolongé du nouveau-né
à l'hôpital – Projet, Message du Conseil fédéral du 30 novembre 2018
Traité au Conseil des Etats

 Message du Conseil fédéral du 30 novembre 2018


 Principe
• Prolongation de la durée du versement d’une durée équivalente à celle de l’hospitalisation du nouveau-
né, mais 56 jours au plus
 Conditions
• Le nouveau-né est hospitalisé de façon ininterrompue durant trois semaines au moins immédiatement
après sa naissance, et
• La mère apporte la preuve qu’au moment de l’accouchement elle prévoyait de reprendre une activité
lucrative à la fin de son congé maternité (condition biffée par le Conseil des Etats)
 Modification du Code des Obligations
• Article 329f, al. 2: en cas d'hospitalisation du nouveau-né, le congé maternité est prolongé d'une durée
équivalente à la prolongation de la durée du versement de l'allocation de maternité
• Article 336c, al. 1, let. cbis: après le temps d'essai, l'employeur ne peut pas résilier le contrat avant le
terme du congé de maternité prolongé conformément à l'article 329f, al. 2

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


79
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. APG – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications envisagées
2. Loi fédérale du 20 décembre 2019 sur l'amélioration de la conciliation entre activité
professionnelle et prise en charge des proches – Adoptée par les Chambres fédérales

 Entée en vigueur non fixée. Délai référendaire arrivé à échéance le 9 avril 2020
 Principe
• Allocations versées durant 98 jours au plus sous la forme d’indemnités journalières qui s’élèvent à 80%
du revenu moyen de l’activité lucrative obtenu avant le début du droit à l’allocation de prise en charge
 Conditions
• Parent d’un enfant mineur gravement atteint dans sa santé (maladie ou accident)
• Interruption de l’activité lucrative pour prendre en charge l’enfant
• A la date de l’interruption de l’activité lucrative: sont salariés, exercent une activité indépendante ou
travaillent dans l’entreprise de leur conjoint
 Modification du Code des Obligations
• Article 329g: congé payé pour la prise en charge d'un membre de la famille atteint dans sa santé (au
maximum 3 jours par cas et 10 jours par an)
• Article 329h: si le travailleur a droit à une allocation de prise en charge au sens de la LAPG parce que
son enfant est gravement atteint dans sa santé en raison d'une maladie ou d'un accident, il a droit à un
congé de prise en charge de 14 semaines au plus
• Article 336c, al. 1, let. cbis: après le temps d'essai, l'employeur ne peut pas résilier le contrat tant que
dure le droit au congé de prise en charge visé à l'article 329h, pour une période maximale de 6 mois

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


80
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 52


B. APG – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
3. Modification du 27 septembre 2019, Loi fédérale sur les allocations pour perte de gain en
cas de service et de maternité – congé paternité – Adoptée par les Chambres fédérales

 Référendum le 27 septembre 2020


 Principe
• Allocations versées durant 14 jours au plus sous la forme d’indemnités journalières qui s’élèvent à 80%
du revenu moyen de l’activité lucrative obtenu avant le début du droit à l’allocation
 Conditions
• Père légal de l'enfant au moment de la naissance ou le devient dans les 6 mois suivants
• A été assuré obligatoirement à l'AVS pendant les 9 mois précédents et a exercé une activité lucrative
durant 5 mois au moins
• A la date de la naissance de l'enfant: sont salariés, exercent une activité indépendante ou travaillent
dans l’entreprise de leur conjoint
 Modification du Code des Obligations
• Article 329g: l'homme qui est le père légal de l'enfant au moment de la naissance ou le devient dans les 6
mois a droit à un congé de paternité de deux semaines. Doit être pris dans les 6 mois suivant la
naissance. Peut être pris sous la forme de journées ou de semaines

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


81
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. APG – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications adoptées
1. Ordonnance 20 sur les adaptations à l'évolution des salaires et des prix dans le régime
de l'AVS, de l'AI et des APG, entrée en vigueur le 1er janvier 2020

 Mise à jour de l'ordonnance, pas de modification des valeurs déterminantes

2. Modification du 13 novembre 2019 du Règlement sur l'assurance-invalidité entrée en


vigueur le 1er janvier 2020

 Adaptations des barèmes de cotisations des salariés dont l'employeur n'est pas tenu de payer des
cotisations et des personnes exerçant une activité indépendante

3. Ordonnance du 22 avril 2020 sur l'indemnisation des militaires et des membres de la


protection civile engagés pour surmonter la pandémie de coronavirus

 Indemnité destinée à compenser une aggravation de la situation financière subie en raison d'un
service, par rapport au revenu moyen acquis avant le service. Indemnité égale à 100% du revenu
moyen tiré de l'activité lucrative exercée avant le service, sous déduction de l'allocation "ordinaire"
pour perte de gain (au maximum, CHF 200 par jour d'engagement). Indemnité soumise aux
cotisations AVS, AI, APG et assurance chômage. Ordonnance en vigueur à partir du 6 mars 2020
durant 6 mois
Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP
82
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 53


C. APG – Principaux Chiffres
Comptes et avoirs en capital des APG

En millions de CHF 2019 2018 2017 2016


Cotisations 1'749 1'706 1'675 1'658
Intérêts 89 -37 61 35
Total des recettes 1'838 1'669 1'736 1'694
Prestations 1'692 1'678 1'721 1'742
Frais 4 3 3 3
Total des dépenses 1'695 1'681 1'724 1'745
Résultat de l'exercice 142 -12 12 -52
Résultat de répartition de l'exercice 54 25 -49 -87
Avoir en capital 1'167 1'025 1'036 1'024
Avoir en % des dépenses annuelles 69% 61% 60% 59%

L'avoir en capital APG ne doit pas être inférieur à 50% des dépenses annuelles.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


83
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. APG – Principaux Chiffres


Bénéficiaires des APG et de l'assurance maternité

Bénéficiaires par type d'allocation 2018 2017 2016 2015


Armée 100'320 103'410 113'960 122'790
Service Civil 18'240 18'820 19'140 19'790
Protection Civile 55'400 55'400 56'050 56'530
Autres 41'890 41'260 45'390 48'360
Maternité 82'890 82'440 81'310 81'440
Total des bénéficiaires 298'740 301'330 315'850 328'910

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


84
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 54


C. APG – Principaux Chiffres
Evolution des finances des APG

CHF mio
6'000
Capital de fin d'année Transferts à l'AI de:
Recettes CHF 2.2 Mia au 01.01.1998
Dépenses CHF 1.5 Mia au 01.01.2003
5'000

4'000

3'000

2'000

1'000

Année / solde au 31 décembre

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


85
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Allocations familiales (AFam)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


86
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 55


A. AFam – Ce qu'il faut retenir
Situation financière
 Part de l’assurance dans les dépenses des assurances sociales
• Septième assurance sociale la plus importante en terme de dépenses (3.8% du total)

 Résultat de l’assurance et situation financière


• Recettes de CHF 6'260 millions et dépenses de CHF 6'332 millions ;
• Résultat légèrement négatif (- CHF 72 millions).

 Evolution des dernières années et perspectives


• Résultat stable au cours des dernières années;
• Prestations et financement différents selon le Canton; la Loi fédérale définit des montants minimaux qui
peuvent être dépassés

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


87
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. AFam – Ce qu'il faut retenir


Développements d'intérêt pour la prévoyance professionnelle

Pas d’incidences pour la prévoyance professionnelle.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


88
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 56


B. AFam – Principales Modifications Envisagées et Adoptées
Modifications envisagées
1. Modification de la Loi sur les allocations familiales, institution d'une compensation
intégrale des charges et dissolution du fonds pour les allocations familiales dans
l'agriculture – Projet

 Procédure de consultation du 29 avril 2020 au 9 septembre 2020


 Principe
• Obligation aux cantons de mettre en place une compensation intégrale des charges pour le financement
des allocations familiales versées aux salariés et aux indépendants, dans les deux ans qui suivent
l'entrée en vigueur de la modification
• Implémentation libre pour les cantons (compensation a posteriori des charges ou fixation d'un taux de
cotisation uniforme pour toutes les caisses d'allocations familiales)
• Liberté aux cantons de déterminer s'ils souhaitent mettre en place un système de compensation des
charges commun ou séparé pour les salariés et les indépendants. Ils décident de l'organe responsable
de l'exécution de la compensation des charges et fixent l'échéance des versements compensatoires ainsi
que la réglementation relative à la mise en demeure et aux intérêts moratoires
• Dissolution du fonds de réserve pour les allocations familiales dans l'agriculture et attribution dans un
délai de deux ans d'une part proportionnelle à chaque canton, déterminée sur la base des allocations
familiales dans l'agriculture versées dans le canton au cours des cinq dernières années

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


89
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. AFam – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications adoptées
1. Modification du 27 septembre 2019 de la Loi sur les allocations Familiales (allocations
pour mères au chômage), entrée en vigueur le 1er août 2020

 Principe
• Les mères au chômage qui ont droit à l'allocation de maternité en vertu de la LAPG sont également
considérées comme sans activité lucrative pendant la durée de leur droit à cette allocation
 Autres modifications
• Primauté de l'allocation de formation (servie au plus tôt dès 15 ans) sur l'allocation pour enfant
• Création d’une base légale pour le soutien aux organisations familiales (qui, conformément à leur but,
sont d’utilité publique, neutres sur le plan confessionnel et politiquement indépendantes). Des aides
financières pourront être sollicitées pour les domaines d’encouragement «accompagnement de
familles, conseils aux familles et formation des parents» et «conciliation entre vie familiale et activité
professionnelle ou formation».
• Aides financières allouées sur la base d'un contrat de droit public, elles couvrent au maximum 50%
des dépenses qui peuvent être prises en compte.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


90
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 57


C. AFam – Principaux Chiffres
Montants des allocations et taux de cotisation

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


91
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. AFam – Principaux Chiffres


Somme des allocations versées

CHF mio Allocations de naissance


Allocations de formation
Allocations pour enfants
7'000

6'000
43 42 44 45
43
40
5'000 1'658
1'621 1'624 1'645
1'552 1'586
4'000

3'000

2'000 3'908 3'939 4'012 4'083


3'702 3'796

1'000

0
2013 2014 2015 2016 2017 2018
Année

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


92
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 58


C. AFam – Principaux Chiffres
Statistique sur les allocations familiales

En milliers de personnes 31.12… 2018 2017 2016 2015 2014 2013


Nombre d'employeurs affiliés (milliers) 584.6 598.9 612.7 596.0 581.9 561.7
Nombre d'indépendants (milliers) 352.3 357.8 360.0 365.5 358.0 356.0
Nombre d'allocations versées (milliers) 2'308.3 2'229.4 1'789.0 1'777.5 1'764.8 1'728.9
Nombre de bénéficiaires (milliers) 1'343.2 1'238.6 1'045.8 1'031.2 1'027.9 995.6
Montant total versé (millions) 5'948 5'700 5'605 5'572 5'424 5'294

Remarque: dès 2017, les statistiques liées au nombre d'allocations versées et au nombre de bénéficiaires correspondent au nombre total
durant l'année considérée. Pour les années précédentes, il s'agissait des nombres recensés à fin décembre de l'année considérée.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


93
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. AFam – Principaux Chiffres


Comptes des allocations familiales

En millions de CHF 2018 2017 2016 2015


Total des recettes 6'260 6'148 6'077 5'939
Total des dépenses 6'332 6'095 6'073 6'008
Résultat de l'exercice -72 53 4 -70

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


94
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 59


Prévoyance professionnelle (PP)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


95
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. PP – Ce qu'il faut retenir


Situation financière
 Part de l’assurance dans les dépenses des assurances sociales
• Première assurance sociale la plus importante en terme de dépenses (33.3% du total)

 Résultat de l’assurance et situation financière


• Plus de 4.2 millions d'assurés cotisants et plus de 1.1 million de rentiers;
• 1562 institutions de prévoyance recensées à fin 2018 (- 20% en 5 ans)
• Somme du bilan ~ CHF 1'000 milliards
• Rendement net positif en 2019, ~ +10.5%
• Réduction des taux d'intérêt techniques de ~ -0.24% en 2019 (taux moyen 1.91%; 2.13% avec garantie
étatique et 1.88% sans garantie étatique)
• Augmentation des degrés de couverture de ~ + 5% en 2019 (degré de couverture moyen 107.4%;
79.8% avec garantie étatique et 111.6% sans garantie étatique)

 Evolution des dernières années et perspectives


• Nouvelle diminution sensible des taux d'intérêt techniques
• L'écart du taux d'intérêt technique aux promesses d'intérêts (sous-jacentes aux taux de conversion) s'est
accentué avec cette nouvelle baisse des taux d'intérêt techniques (désormais: environ 0.75% d'écart)
• Malgré une année 2019 "hors normes", pression persistante sur les besoins de rendements avec les
taux d'intérêts qui restent à des niveaux faibles
Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP
96
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 60


A. PP – Ce qu'il faut retenir
Principaux développements
1. Révision de la LPP, Message du Conseil fédéral

 Procédure de consultation du 13 décembre 2019 au 29 mai 2020


 Reprise des principes dessinés par les partenaires sociaux (Union Patronale Suisse, Union
Syndicale Suisse et Travail Suisse)
 Adaptation des paramètres techniques et objectif de prestations
• Réduction de moitié de la déduction de coordination (CHF 24'885  CHF 12'443)
• Réduction du taux de conversion (6.8%  6.0%); fixation des taux de conversion pour la retraite
anticipée ou différée par le Conseil fédéral. Revue du taux de conversion tous les 5 ans
• Adaptation des taux de bonifications de retraite (25 – 44 ans: 9%; 45 – 65 ans : 14%)
Objectif de prestation (% du salaire)
30%

25%

20%

15%

10%

5%

0%
20'000 30'000 40'000 50'000 60'000 70'000 80'000 90'000

LPP actuelle LPP Projet Salaire

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


97
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. PP – Ce qu'il faut retenir


Principaux développements
1. Révision de la LPP, Message du Conseil fédéral (suite)

 Supplément à la rente de vieillesse


• Conditions à remplir
 Être assuré dans une IP au début du de la perception de la rente
 Avoir atteint l'âge minimal pour percevoir une rente de l'AVS de façon anticipée
 Avoir été assuré pour la vieillesse pendant au moins 15 ans en tant que salarié ou en tant
qu'indépendant à titre facultatif
 Avoir été assuré à l'AVS pendant 10 ans consécutifs immédiatement avant la perception de la
rente
 Percevoir au moins 50% de la prestation de vieillesse sous forme de rente, dont une partie doit
provenir de l'avoir de vieillesse LPP (art. 15 LPP)
• Vise également les invalides qui atteignent l'âge de la retraite réglementaire (hors primauté prestations)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


98
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 61


A. PP – Ce qu'il faut retenir
Principaux développements
1. Révision de la LPP, Message du Conseil fédéral (suite)

 Supplément à la rente de vieillesse


• Montants des suppléments
 1ère à 5ème année de transition: CHF 200/mois
 6ème à 10ème année de transition: CHF 150/mois
 11ème à 15ème année de transition: CHF 100/mois
 A partir de la 16ème année de transition montant fixé par le Conseil fédéral
• Montant complémentaire de CHF 100/mois également pour les nouveaux invalides, pendant une période
de 12 années
• Réduction des montants de suppléments en cas de retraite anticipée
• Financement de la rente transitoire
 Perception d'une cotisation de 0.5% du salaire déterminant selon la LAVS (au plus, le montant
maximal assurable, 30 fois la rente AVS maximale)
 Prise en charge de la moitié au moins des cotisations par l'employeur des cotisations dues pour
chacun de ses salariés
 L'institution de prévoyance est débitrice de ces cotisations envers le fonds de garantie LPP

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


99
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. PP – Ce qu'il faut retenir


Principaux développements
1. Révision de la LPP, Message du Conseil fédéral (suite)

 Tâches du fonds de garantie LPP


• Remboursement aux institutions de prévoyance du montant total des suppléments de rentes versés, peut
procéder par compensation avec les cotisations dues
• Tient un registre des bénéficiaires du supplément de rente
• Contrôle qu'une personne ne perçoive pas plusieurs suppléments de rentes
• Suppression des subsides pour structure d'âge défavorable

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


100
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 62


A. PP – Ce qu'il faut retenir
Principaux développements
2. Modifications des ordonnances dans le cadre de la prévoyance professionnelle
Procédure de consultation terminée le 20 mars 2020

 Modifications des paramètres techniques dans la prévoyance professionnelle (OLP / OPP 2)


• Taux d'intérêt technique pour calcul de la prestation de sortie en primauté des prestations entre 1% et 4.5%
• Possibilité pour les institutions de prévoyance de prévoir de réduire ou refuser la prestation en faveur d'un
bénéficiaire si il a intentionnellement causé la mort de l'assuré
• Taux d'intérêt technique de 2% jusqu'au 31.12.2020 pour la conversion de la part de rente en une rente
viagère (partage de la prévoyance professionnelle). Ensuite, conversion selon les bases techniques LPP
pertinentes au moment du calcul (tables de génération) et sur le taux d'intérêt technique moyen qui ressort
du dernier rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance publié par la CHS PP
• Adaptation du principe d'assurance: 4% du montant total des cotisations doivent être affectées à la
couverture des risques décès et invalidité (actuellement: 6%)
• Limite maximale OPP 2 de 10% dans les placements en infrastructure
 Modifications de l'ordonnance sur les déductions admises fiscalement pour les cotisations versées à des
formes reconnues de prévoyance (OPP 3)
• Possibilité pour les institutions de prévoyance de prévoir de réduire ou refuser la prestation en faveur d'un
bénéficiaire si il a intentionnellement causé la mort de l'assuré
• Nouvel article 3a: possibilité de résilier son rapport de prévoyance si l'assuré affecte le capital au rachat de
prestations d'une institution de prévoyance ou il le transfert dans une autre forme reconnue de prévoyance

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


101
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. PP – Ce qu'il faut retenir


Principaux développements
3. Modifications de la LPP en relation à la réforme des PC

 Entrée en vigueur au 01.01.2021


 Principales modifications
• Autorisation des remboursements des montants perçus par anticipation pour l'accession à la propriété
du logement jusqu'à la naissance du droit réglementaire aux prestations de vieillesse
• La mention au registre foncier de la restriction du droit d'aliéner peut être radiée à la naissance du droit
réglementaire aux prestations de vieillesse
• L'obligation et le droit de rembourser les montants perçus par anticipation pour l'accession à la propriété
du logement subsiste jusqu'à la naissance du droit réglementaire aux prestations de vieillesse, jusqu'à
la survenance d'un autre cas de prévoyance ou jusqu'au paiement en espèces
• Mesures en relation à l'interruption de l'assurance obligatoire à partir de 58 ans. Ces éléments sont
traités en groupe de travail de ce séminaire CACP

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


102
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 63


A. PP – Ce qu'il faut retenir
Principaux développements
4. Modifications de la LPP en relation à la révision du Code Civil (Entretien de l'Enfant)

 Entrée en vigueur au 01.01.2022


 Principales modifications
• Annonce à l'institution de prévoyance par l'office spécialisé de l'assuré qui est en retard d'au moins 4
mensualités dans le paiement des contributions d'entretien
• L'institution de prévoyance communique sans délai à l'office spécialisé l'arrivée à échéance des
prétentions suivantes:
 Versement de la prestation en capital si elle dépasse CHF 1'000
 Paiement en espèces si il dépasse CHF 1'000
 Versement anticipé dans le cadre de l'encouragement à la propriété du logement
• Communication des mises en gage ou de leur réalisation
• Envoi par recommandé ou autre manière contre accusé de réception
• Versement des prestations possible au plus tôt 30 jours suivant la notification à l'office spécialisé
• S'applique à toutes les institutions de prévoyance (y compris celles qui n'assurent qu'une prestation
extra-obligatoire)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


103
Jean Netzer et Stéphane Riesen

A. PP – Ce qu'il faut retenir


Principaux développements
5. Ordonnance sur l'utilisation de réserves de cotisations d'employeur pour le paiement
des cotisations des salariés à la prévoyance professionnelle en relation avec le
coronavirus

 Entrée en vigueur le 26 mars 2020, pour une durée de 6 mois (26 septembre 2020)
 Principales modifications
• L'employeur peut payer la part des cotisations du salarié à la prévoyance professionnelle en puisant
dans la réserve ordinaire de cotisations d'employeur
• L'employeur doit le communiquer par écrit à l'institution de prévoyance, aucune modification du
règlement de prévoyance ou du contrat d'affiliation n'est nécessaire

6. Communication C-01/2020 du 8 avril 2020 de la CHS PP, Rachat dans les institutions de
prévoyance avec le choix de la stratégie de placement

 Les autorités de surveillance cantonales et régionales n'acceptent pas les tabelles de rachat avec
intérêts
 Communication opposée à la prise de position du 10 décembre 2019 du Comité de la Chambre
Suisse des experts en caisses de pensions qui défendait la position qu'un intérêt pouvait être retenu,
tant que la tabelle de rachat n'excédait pas le "plafond" de 25% du salaire assuré par année de
cotisation, sans intérêt (ex: pour 20 années de cotisation dès 25 ans: 20 x 25% = 500%)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


104
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 64


A. PP – Ce qu'il faut retenir
Principaux développements
7. Communication C-02/2020 du 6 mai 2020 de la CHS PP, Prestations du fonds de
bienfaisance en cas de chômage partiel dû à la pandémie de coronavirus

 Confirmation de la possibilité pour les fonds de bienfaisance de verser aux bénéficiaires concernés
une prestation correspondant à tout ou partie de la différence de 20% par rapport à la totalité de la
perte de gain, dans le cas d'une situation de chômage partiel de l'employeur en lien avec la pandémie
de coronavirus

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


105
Jean Netzer et Stéphane Riesen

B. PP – Principales Modifications Envisagées et Adoptées


Modifications adoptées
1. Modification du 6 novembre 2019 de l'OPP 2 (modifications en lien avec l'Ordonnance
sur les établissements financiers), entrée en vigueur le 1er janvier 2020

 Adaptation de l'article 48f relatif aux exigences à remplir par les membres de la direction et par les
gestionnaires de fortune
 N'entrent pas dans le champ d'application de la LEFin les employeurs qui gèrent la fortune de leurs
propres institutions de prévoyance ou les associations d'employeurs et de travailleurs qui gèrent la
fortune des institutions de prévoyance de leur association

2. Modification du 15 juin 2018 relative à la révision du droit de la prescription, entrée en


vigueur le 1er janvier 2020

 Art. 52, al. 2 LPP: L’action en réparation du dommage dirigée contre les organes responsables en
vertu des dispositions ci-dessus se prescrit par cinq ans à compter du jour où la personne lésée a
eu connaissance du dommage ainsi que de la personne tenue à réparation et, dans tous les cas,
par dix ans à compter du jour où le fait dommageable s’est produit ou a cessé.

Pas de modification des délais, mais adaptation du début du délai de la prescription absolue (le
jour où le fait dommageable se produit ou cesse)

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


106
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 65


C. PP – Principaux Chiffres
Montants et taux valables en 2020

Montants et taux valables pour l'année 2020 2019 2018 2017 2016 2015
Montant de coordination 24'885 24'885 24'675 24'675 24'675 24'675
Seuil d'entrée 21'330 21'330 21'150 21'150 21'150 21'150
Salaire annuel supérieur 85'320 85'320 84'600 84'600 84'600 84'600
Salaire coordonné maximal 60'435 60'435 59'925 59'925 59'925 59'925
Salaire coordonné minimal 3'555 3'555 3'525 3'525 3'525 3'525
Déduction maximale 3ème pilier A 6'826 6'826 6'768 6'768 6'768 6'768
Taux de rémunération 1.00% 1.00% 1.00% 1.00% 1.25% 1.75%
Taux moratoire 2.00% 2.00% 2.00% 2.00% 2.25% 2.75%
Taux 1ère indexation 1.80% 1.50% 0.00% 0.00% 0.00% 0.00%
Taux de conversion homme 6.80% 6.80% 6.80% 6.80% 6.80% 6.80%
Taux de conversion femme 6.80% 6.80% 6.80% 6.80% 6.80% 6.80%
Taux de cotisation fonds de garantie 1 (1) 0.12% 0.12% 0.10% 0.10% 0.08% 0.08%
Taux de cotisation fonds de garantie 2 (2) 0.005% 0.005% 0.005% 0.005% 0.005% 0.005%
Salaire maximal Fonds de Garantie 127'980 127'980 126'900 126'900 126'900 126'900

(1) Structure d'âge défavorable


(2) Insolvabilité
Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP
107
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. PP – Principaux Chiffres
Enquête sur la situation financière 2018 – CHS PP

Enquête sur la situation financière 2019 2018 2017 2016 2015


Questionnaires exploités 1'456 1'587 1'654 1'682 1'743
% des questionnaires envoyés 89.7% 93.6% 93.1% 90.2% 90.0%
Nombre d'IPDP 38 38 38 39 38
Nombre d'assurés (milliers) 5'264.8 5'178.5 5'093.4 4'938.9 4'916.8
Cotisants 4'315.8 4'241.9 4'175.9 4'050.1 4'038.2
Bénéficiaires de rentes 949.0 936.6 917.5 888.8 878.6
Somme du bilan (milliards de CHF) 1'061.5 970.7 987.8 913.9 864.4
Taux technique moyen 1.91% 2.15% 2.26% 2.48% 2.71%
IP sans garantie étatique 1.88% 2.10% 2.22% 2.43% 2.66%
IP avec garantie étatique 2.13% 2.54% 2.61% 2.84% 3.11%
Promesse d'intérêts pour la rente future 2.66% 2.73% 2.79% 3.01% 3.30%
IP sans garantie étatique 2.64% 2.69% 2.75% 2.97% 3.25%
IP avec garantie étatique 2.86% 3.07% 3.12% 3.34% 3.69%
Degré de couverture 107.4% 102.8% 107.6% 104.0% 103.8%
IP sans garantie étatique 111.6% 106.4% 110.8% 107.1% 106.8%
IP avec garantie étatique 79.8% 77.7% 82.6% 79.7% 80.4%
Remarque: dès 2018, les statistiques liées aux "IP sans garantie étatique" n'incluent plus les institutions de prévoyance complètement réassurées.

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


108
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 66


C. PP – Principaux Chiffres
Fonds de Garantie LPP – Evolution de la réserve

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


109
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. PP – Principaux Chiffres
Demandes soumises à l'Organe de liaison

Source : Rapport de gestion 2019 du Fonds de Garantie LPP, http://www.sfbvg.ch/documents/SIFA_2019_FR.pdf

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


110
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 67


C. PP – Principaux Chiffres
Comptes de la PP, Statistique des caisses de pensions, OFS

En milliards de CHF 2018 2017 2016 2015


Total des actifs (1) 875.8 894.3 823.9 788.1
Dettes (2) -18.2 -16.1 -15.7 -16.6
Réserves de cotisations de l'employeur -9.1 -9.7 -8.8 -9.1
Fortune de prévoyance disponible 848.5 868.5 799.5 762.4
Engagements de prévoyance -832.8 -808.5 -771.8 -736.0
Excédent / Déficit de couverture 15.7 60.0 27.8 26.4
Réserve de fluctuation de valeurs 50.8 84.8 57.5 52.2
Fonds libres 3.6 7.5 4.5 5.2
Découvert technique -38.6 -32.3 -34.1 -31.0

(1) Hors actifs provenant de contrats d'assurance (CHF 147 milliards au 31.12.2018)
(2) Dettes, comptes de régularisation passif et provisions non techniques

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


111
Jean Netzer et Stéphane Riesen

C. PP – Principaux Chiffres
Bénéficiaires de la PP, Statistique des caisses de pensions, OFS

2018 2017 2016 2015 2014 2013


Nombre d'institutions de prévoyance 1'562 1'643 1'713 1'782 1'866 1'957
Assurés cotisants (milliers) 4'245.6 4'177.8 4'090.5 4'068.2 4'000.0 3'932.0
Bénéficiaires de rentes (milliers) 1'164.2 1'140.7 1'114.1 1'091.8 1'075.0 1'054.0
Part d'assurés en primauté des prestations 3.9% 5.8% 6.0% 6.8% 9.0% 10.6%

 72 institutions de prévoyance ont la forme d'une institution de prévoyance de droit public


 71 institutions de prévoyance (4.5% du total) assurent 2'924'000 assurés actifs (68.9% du total)
 785 institutions de prévoyance (50.3% du total) comptent moins de 300 assurés actifs
 151 institutions de prévoyance (9.7% du total) présentent une somme du bilan excédant
CHF 1 milliard. Au total, leurs actifs s'élèvent à CHF 672 milliards (plus de ¾ du total) et elles
assurent près de 2'909'000 assurés actifs (68.5% du total des assurés actifs).

Tour d'horizon des lois sociales 2020 / CACP


112
Jean Netzer et Stéphane Riesen

Tour d’horizon des lois sociales 68


Formation

CACP 2020

Définition de la stratégie de placement :


Quel apport des études ALM ?

PPCmetrics SA

Pascal Frei, CFA, Associé

© PPCmetr ics SA
Formation
CACP 2020

Définition de la stratégie de placement : Quel apport des


études ALM ?
PPCmetrics SA
Pascal Frei, CFA, Associé

© PPCmetrics SA

Introduction (1) : Processus de placement

Processus de placement • Quelle est la stratégie de placement


adaptée aux risques et aux objectifs ?
Stratégie de placement  Asset Liability Management (ALM)

• Comment mettre en œuvre une


Organisation des placements
stratégie de placement efficiente et à
moindres frais ?
Feed-back

Structure du portefeuille
 Organisation des placements,
règlement de placement, structure
des mandats

Sélection des gestionnaires


• Comment gérer les risques
d’investissement et surveiller les
placements ?
Controlling des investissements
 Controlling des investissements

© PPCmetrics SA 2

Définition de la stratégie de placement : Quel apport des études ALM ? 73



Introduction (2) : Décisions dans l’incertain

Le 2ème pilier est financé par capitalisation (par opposition au système


par répartition de l’AVS) : l’assuré épargne aujourd’hui ce qui lui
reviendra demain accumulation d’épargne

Rendement
(troisième cotisant)
Paiement des
IP rentes et des prestations
de libre passage
Cotisations
(employé + employeur)

Problématique
Prise de décisions simultanées avec incertitude sur la politique de
prestations, de cotisations et de placements.

© PPCmetrics SA 3

Introduction (3) : Importance de l’intérêt composé

Avoirs d'épargne et rémunération


800 000

700 000
0.0% 1.0% 2.0% 3.0% 4.0%
• Importance de l’intérêt
600 000
composé, mais
500 000 rendement = risque
400 000

300 000 • Capacité de risque


200 000 propre à chaque
100 000 institution de prévoyance
-
25 30 35 40 45 50 55 60 65
Age

 Comment mesurer la capacité de risque ?


 Comment traduire la capacité de risque en allocation d’actifs
stratégique ?
 Comment viser des objectifs à long terme avec des contraintes
de court terme ?
© PPCmetrics SA 4

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 74



Motivations pour une étude ALM

 Adaptation des  Choix des


paramètres classes d’actifs
techniques  Exposition aux
 Evolution Analyse de la facteurs de
tolérance au risque
démographique risques
 Structure des  Amélioration
cashflows du rendement
ajusté au
risque

Modifications
de Optimisation de
l’environnement la stratégie de
 Situation placement
économique
économique
 Risque de
liquidation
partielle
© PPCmetrics SA 5

Bases légales LPP et OPP 2

« L’organe suprême est responsable de la gestion des placements.


Il définit, surveille et pilote de manière compréhensible la gestion
de la fortune en tenant compte des rendements et des risques. »
art. 49a al. 1 OPP 2

Rendement Liquidité suffisante


Sécurité et répartition correspondant aux pour payer les
du risque revenus réalisables prestations
art. 50 OPP 2 art. 51 OPP 2 art. 52 OPP 2

© PPCmetrics SA 6

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 75



Cadre de réflexion

Macroéconomie (inflation, salaires, politiques économiques, cycles économiques, etc.)

Bilan
Employeur
Fortune de Capitaux des
assurés actifs Situation économique
prévoyance
Croissance
Politique RH

Capitaux des
rentiers et Données actuarielles
Marchés financiers provisions Longévité
Rendements techniques Invalidité et décès
Risques/corrélations
Taux d’intérêt
Statuts
Buts de prévoyance
Paramètres techniques Taux de conversion
Taux technique, bases techniques Cotisations

Bases légales (LPP, OPP 2, directives)

© PPCmetrics SA 7

ALM en théorie
Structure du modèle

Bilan t Bilan t+1 Bilan t+n

Cash flow t Cash flow t+1


Recettes Recettes
150%
./. Dépenses ./. Dépenses

125%
Répartition du bénéfice Cash flow Cash flow

Simulation du degré de 100%

couverture économique 75% Simulation stochastique


50% Contributions du bilan, cash flows
25% d'assainissement (incluant effets
0%
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 exogènes)

© PPCmetrics SA 8

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 76



Eléments centraux d’une étude ALM

1. Structure des engagements et besoin de rendement


2. Analyse de la tolérance au risque
3. Détermination du budget de risque (risques de placement)
4. Développement de la stratégie de placement et des limites tactiques
5. Calcul de l’objectif de réserve pour fluctuation de valeurs
6. Choix des benchmarks
7. Mise en œuvre et délais

 Le degré de complexité des modèles et des outils doit être adapté


aux besoins de chaque caisse et à ses particularités.

© PPCmetrics SA 9

ALM en pratique

• Objectif : définir une stratégie de placement adaptée aux


engagements et à la tolérance au risque.

Le financement à long terme


1 Financement
est-il assuré ?

Quels risques d’investissement


2 Gestion des risques
peuvent être supportés ?

La stratégie d’investissement
3 Allocation stratégique
est-elle adéquate ?

© PPCmetrics SA 10

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 77



Outil de pilotage financier

Gestion des risques Financement

Tolérance financière Tolérance structurelle Stratégie Prestations


au risque au risque et frais et cotisations

Propension Rendement Besoin de


Tolérance au risque
au risque attendu rendement

Risques de placement supportables Risques de placement requis

Détermination du budget de risque


Allocation stratégique (risques de placement)

© PPCmetrics SA 11

Le financement à long terme


1 Financement
est-il assuré ?

© PPCmetrics SA 12

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 78



Quels objectifs ?

• Financement des prestations par les capitaux de prévoyance (y


compris les provisions), les cotisations et les revenus des placements
• Surveillance de l’équilibre financier entre les cotisations, le
rendement attendu des actifs financiers et les prestations
• Planification à long terme calculée sur la base des évolutions
attendues (p. ex. marchés financiers, effectif, etc.)
• Vérification de l’équilibre financier tous les 3 à 5 ans
• La perspective du risque d’investissement nécessaire au maintien de
l’équilibre financier est peu prise en compte

• Conception d’un plan de


• Gestion des risques
retraite
• Couverture du capital
• Equilibre financier

© PPCmetrics SA 13

Attente de rendement vs. Besoin de rendement

Prestations,
Stratégie de placement Coûts
cotisations

Rendement attendu Comparaison Besoin de rendement

Besoin de rendement minimal en % Taux BR en %


Capitaux de prévoyance des assurés actifs 50.2% 1.00% 0.50%
Capitaux de prévoyance des rentiers 49.8% 1.75% 0.87%
Engagements totaux 1.37%
Equilibre ? Provision de longévité / pertes techniques dues au taux de conversion 0.50%
Frais d'adminstration 0.11%
Frais de gestion de fortune 0.36%
Besoin de rendement minimal (approche statistique) 2.35%

 Equilibre : Le financement à long terme est assuré,


mais est-ce que le risque est supportable ?
 Déséquilibre : Peut-on prendre plus de risque ?

© PPCmetrics SA 14

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 79



Attentes = hypothèses

• Importance des hypothèses :


« garbage in, garbage out »
• Toutes les hypothèses
Bases
techniques Evolution restent des hypothèses.
(longévité et de l’effectif
invalidité)
• Les hypothèses concernant
les placements sont
probablement :
Attentes de
Inflation et – les plus difficiles,
rendement,
évolution
risques et
des salaires – les plus volatiles,
corrélations
– les plus discutées,
– les plus importantes.

© PPCmetrics SA 15

Hypothèses de rendement

• Quelle(s) méthode(s) pour déterminer les hypothèses de rendement ?

Méthodes quantitatives

• Approches historiques
• Approches par prime de risque
• Modèles économiques

Méthodes qualitatives

• Enquêtes et panels
• Jugements et opinions

• Souvent en pratique : panachage de méthodes

© PPCmetrics SA 16

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 80



Primes de risque actions
Données historiques, études et enquêtes
Etudes et 8.0%
7.2%
6.8% 6.7%
enquêtes 6.0%
4.8%

4.0% 3.6%

2.0%

0.0%
US : Ibbotson Différentes études Welch Welch Graham & Harvey
(1926-1998) académiques jusqu'en 1998 jusqu'en 2007 Sondage
jusqu'en 1998 trimestriel
(2000 - 2015)

Analyse
1900 - 2018 1969 - 2018 2000 - 2018
6.0%

historique 4.0%
3.0%

2.0%
0.3%

0.0%

-2.0%

-2.5%
-4.0%

-6.0%

Source : Dimson, E. et al. (2002) et recherches de Credit Suisse Global Investment Returns Yearbook 2019, Graphiques : PPCmetrics

© PPCmetrics SA 17

Quels risques d’investissement


2 Gestion des risques
peuvent être supportés ?

© PPCmetrics SA 18

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 81



Quels objectifs ?

• La gestion des risques permet à l’organe suprême:


– de définir le niveau de risque de la stratégie de placement (y compris
les ajustements potentiels en cas de modification de la tolérance au
risque),
– de mesurer l’effet des mesures d’assainissement à disposition.

• La gestion des risques doit permettre la prise de mesures efficaces


au bon moment.
• Nécessaire distinction entre l’évaluation des prestations garanties et
non garanties (taux d’escompte des rentes en cours).

• Conception d’un plan de • Gestion des risques


retraite • Couverture du capital
• Equilibre financier

© PPCmetrics SA 19

Mesure de la tolérance au risque (1)

Tolérance au risque
Quel niveau de risque peut être supporté par l’IP ?

Tolérance financière (court terme)


Quelles sont les réserves financières effectives (taux
d’évaluation!) ?

Tolérance structurelle (démographie – long terme)


Quelles mesures peuvent être prises et avec quelle efficacité?
Impact d’une rémunération nulle sur les capitaux d’épargne et
de cotisations d’assainissement sur le degré de couverture

© PPCmetrics SA 20

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 82



Mesure de la tolérance au risque (2)

Risque de fluctuation + Durée d'assainissement

Situation initiale Risque de fluctuation Assainissement


120%

115%

110%
Fonction du
105% risque de la
stratégie 4.0 ans
100% ​

95%

90%

85%

80%
Degré de Degré de Durée
couverture couverture d'assainissement
résultant attendue

 L’assainissement doit être réalisé dans un délai raisonnable (5 à 7 ans).


 Plus le degré de couverture peut être amélioré par les mesures, plus la
tolérance structurelle au risque est considérée comme élevée.

© PPCmetrics SA 21

Tolérance au risque, budget de risque et besoin


de rendement

Que faire si la tolérance au risque est insuffisante pour atteindre le besoin


de rendement ?

Solutions de court terme Solutions de long terme

Poids relatif de la tolérance Amélioration de la


au risque financière vs. tolérance au risque
structurelle (garanties)
Tolérance au risque des Baisse du besoin de
porteurs de risque rendement
(employeur) Amélioration du
Importance de la financement
propension au risque du
Conseil de fondation

© PPCmetrics SA 22

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 83



La stratégie d’investissement
3 Allocation stratégique
est-elle adéquate ?

© PPCmetrics SA 23

Définition de la stratégie : approche en 2 étapes

La tolérance au risque détermine le niveau de risque d’investissement (budget de


risque) qui peut être pris sous contrainte du besoin de rendement.

Budget de risque Budget de risque Budget de


25% 35% risque
45%
Si le budget de risque à disposition est suffisant pour atteindre le besoin de
rendement, il faut l’allouer efficacement aux différents facteurs de risque.

Taux
Actions
Immobilier
Tactique
BR 35%, Sélectivité
BR 35%, BR 35%,
Variante A Variante B Variante C

© PPCmetrics SA 24

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 84



Cadre règlementaire
Art. 50, 53, 54, 55 et 57 OPP 2

Limite globale Limite individuelle

Obligations Pas de limite 10% par débiteur

Hypothèques 50%

Actions 50% 5% par société

Immobilier 30% (International : 10%) 5% par objet

Placements alternatifs 15%

Placements chez l’employeur 5%

Placement immobilier utilisé à


5%
plus de 50% par l’employeur

• Certaines obligations doivent être considérées comme des placements


alternatifs (art. 53 OPP 2).
• Extension possible des possibilités de placement (art. 50 al. 4 OPP 2)

© PPCmetrics SA 25

Projections et stress tests


Degré de couverture technique Probabilité DC ≤ 100% Titre du graphique
170%
50% en l'an x au moins une fois jusqu'en l'an x
Intervalles
160% 80% 50%
de confiance
95%
150% 45%
40%
140%
35%
130%
30%
120% 115.9% 25%
110% 20%
15%
100%
10%
90% 5%
80% 0%
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
70% Année
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Année
Degré de couverture technique Cotisations d'assainissement sur 10 ans
170% en mio. CHF, corrigé du renchérissement
50% 20
Intervalles 50%
160% 80% Intervalles
de confiance 18 80%
95% de confiance
150% 95%
16
140%
14
130%
12
120% 115.9%
10
110% 8
100% 6
90% 4
80% 2 1.7 1.7
70% 0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Employé Employeur
Année

© PPCmetrics SA 26

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 85



Défis actuels

© PPCmetrics SA 27

Marchés financiers
Taux d’intérêt extrêmement bas

Comparaison des taux d'intérêt Titre du graphique

8% Rend. oblig. Confédération 10 ans


Taux minimal LPP
6%
Taux minimal LPP réel *

4%

2%

0%

-2%
* corrigé de l'inflation réalisée (source : BNS)
-4%
01.88 01.91 01.94 01.97 01.00 01.03 01.06 01.09 01.12 01.15 01.18

• Baisse des taux d’intérêt depuis 30 ans


• Rendements à l’échéance négatifs des obligations de la Confédération
depuis 5 ans

© PPCmetrics SA 28

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 86



Et après ?
Rendements attendus des obligations en CHF

Evolution des taux d'intérêt en CHF Titre du graphique

12% 4.0%

Historique depuis 2000


2.7% p.a.
9% 3.0%

Niveau des taux d'intérêt à 10 ans


Rendement des obligations de la

Hausse des taux


de +0.25% p.a.
6% -0.69% p.a. 2.0%
Hausse des taux de
Confédération

+1.0% dans 3 ans

Lignes :
Barres :

3% -0.23% p.a. 1.0%

0% 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32
0.0%

-3% Légère baisse des -1.0%


taux de -0.25% Evolution stable
-0.40% p.a. des taux
-0.32% p.a.
-6% -2.0%

 Sur la base des taux, un rendement absolu positif (en moyenne sur 10
ans) est peu probable.

© PPCmetrics SA 29

Augmentation de la proportion d’actifs risqués

Allocation d'actifs des caisses de pensions suisses


100% 3% 4% 5% 6% 6% 6% 6% 6% 6% 6% 7% 8% 9% 9% 9%

28% 29% 22%


30% 28% 27% 28% 26% 28% 30% 30% 30% 31% 32% 29%

17%
15% 14% 14% 15% 16% 17% 18%
18% 17% 17%
19% 19% 21%
19%

55% 53% 56%


51% 51% 51% 49% 50% 48% 47% 46% 43% 41% 40% 41%

0%
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018

Liquidités et obligations Immobilier Actions Placements alternatifs

Données 2004-2018 : Statistiques sur les caisses de pensions, Office Fédéral de la Statistique
Graphique : PPCmetrics

© PPCmetrics SA 31

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 87



Qu’attendre du futur ?

• Besoin de rendement moyen estimé d’une IP suisse : 2.35%


• Hypothèse : portefeuille composé de :
– 40% d’obligations en CHF (attente de rendement = 0.00%)
– 30% d’immobilier (attente de rendement = 2.75%)
– 30% d’actions (attente de rendement = ?)
• Les actions devraient, en moyenne, réaliser environ 5% par an pour
équilibrer le financement des IP. Est-ce réaliste ?
 La baisse du besoin de rendement (baisse des prestations) a
permis un retour à l’équilibre.
 Toutefois, chaque caisse de pensions doit se demander si sa
tolérance au risque est suffisante pour mettre en place une
stratégie assurant son financement à long terme.

© PPCmetrics SA 32

Limites des études ALM

• La qualité des hypothèses est déterminante


• Les études ALM ne fournissent que des bases décisionnelles; la
décision incombe aux responsables
• Elles ne garantissent pas l'atteinte des objectifs fixés
• Elles ne fournissent pas de prévisions
• Elles peuvent donner une impression d'exactitude

© PPCmetrics SA 33

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 88



Conclusion (1) : Utilité des études ALM

 L’étude ALM est un outil d’analyse et d’aide à la décision pour


déterminer une stratégie de placement ajustée au risque de chaque IP
(tâche incombant au Conseil de fondation selon l'art. 49a OPP 2)
 Indications sur la tolérance au risque de placement, le besoin de
rendement et les stratégies de placement envisageables
• Il est utile de rappeler que l’étude ALM :
– prend en compte les relations entre les prestations, les cotisations et le
rendement des placements,
– permet un processus décisionnel, structuré et transparent (gouvernance),
– est une composante de formation du Conseil,
 L’environnement de faibles taux d’intérêt renforce l’importance de cet
outil.

© PPCmetrics SA 34

Conclusion (2) : Défis actuels

• Stratégie d’investissement faiblement risquée


– En raison des taux bas (faibles rendements attendus), le financement des
prestations garanties ne peut pas être assuré.
• Stratégie d’investissement risquée
– Un niveau de risque plus élevé (et donc du rendement) conduit à une
amélioration du financement.
– Le coût potentiel (et la probabilité) des mesures d’assainissement peut
être incompatible avec la capacité d’assainissement existante des
porteurs de risque (assurés actifs et employeur).

• En résumé, l’analyse ALM permet au Conseil de choisir le


meilleur équilibre en toute transparence et en toute connaissance
de cause.

© PPCmetrics SA 35

Définition de la stratégie de placement : quel apport des études ALM ? 89



Echanges de vues et réflexions sur
le 2ème pilier : que nous apportent les
diverses statistiques ?
100 120.0%

90
100.0%
80

70
80.0%
60

50 60.0%

40
40.0%
30

20
20.0%
10

- 0.0%
2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2018

Gilles Guenat, Aon Suisse SA , Neuchâtel

92
Echanges de vues et réflexions sur le 2ème pilier :
que nous apportent les diverses statistiques ?

Gilles Guenat, Aon Suisse SA , Neuchâtel

Introduction / Objectif

Trois statistiques incontournables du domaine du 2ème pilier …

Statistique des caisses Rapport sur la situation


de pensions financière des IP
(OFS) (CHS-PP)
Etude sur les caisses de
pensions
(Swisscanto)

… un prétexte pour échanger sur quelques thèmes


Phénomène de
Evolution Longévité et taux d'intérêt
concentration et paysage
démographique technique
de la prévoyance
 Baisse du taux de
conversion
Allocation d'actifs,  Baisse des prestations Réforme de la
rendement et  Quelles mesures ? prévoyance
rémunération des avoirs professionnelle
Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 2

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 93
Sommaire

1 Statistiques générales

2 Placements de la fortune / Performance

3 Taux de rémunération / Taux technique

4 Longévité / Taux de conversion

5 Conclusions

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 3

1. STATISTIQUES GÉNÉRALES

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 4

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 94
Questions et bases de discussion

 Comment devrait évoluer le nombre d'IP à futur ?


– Quel devrait être le paysage du 2ème pilier à plus longue échéance ?

 La proportion d'assurées femmes va-t-elle augmenter ?


– Et si oui quelles pourraient en être les raisons ?

 Le 2ème pilier a-t-il atteint aujourd'hui son équilibre démographique ?


– Quelle est la répartition des engagements ?

– Quelle différence avec votre Caisse ?

 Comment jugez-vous la situation financière du 2ème pilier ?


– Que dire de son évolution passée ?

– Quel pronostic pour l'évolution future ?

 …

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 5

Evolution du nombre d'IP (Stat. CP)


3500 30.0%

3000
25.0%

2500
20.0%

2000
15.0%
1500

10.0%
1000

5.0%
500

0 0.0%
2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2018

Nombre d'IP total % d'IP avec plus de 1000 cotisants


% d'IP avec plus de CHF 1 milliard d'actif % d'IP de corporations publiques

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 6

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 95
Evolution du nombre d'IP selon leur forme administrative et la
couverture des risques (Stat. CP)
Totalement Totalement
2006 Autonomes Semi-autonomes réassurées Total 2006 Autonomes Semi-autonomes réassurées Total
IP Employeur + Groupe 924 1'151 288 2'363 IP Employeur + Groupe 1'323'481 167'504 54'437 1'545'422
IP commmunes 66 33 23 122 IP commmunes 545'662 32'014 105'527 683'203
IP collectives 14 73 31 118 IP collectives 87'749 283'500 828'664 1'199'913
1'004 1'257 342 2'603 1'956'892 483'018 988'628 3'428'538

Totalement
2009 Autonomes Semi-autonomes réassurées Total
IP Employeur + Groupe 862 1'054 184 2'100
IP commmunes 66 35 18 119
IP collectives 20 69 18 107
948 1'158 220 2'326

Totalement
2012 Autonomes Semi-autonomes réassurées Total Evolution du nombre
IP Employeur + Groupe
IP commmunes
748
66
964
28
127
19
1'839
113
d'assurés en 12 ans
IP collectives 24 66 17 107
838 1'058 163 2'059

Totalement
2015 Autonomes Semi-autonomes réassurées Total
IP Employeur + Groupe 608 833 97 1'538
IP commmunes 73 22 18 113
IP collectives 24 80 19 123
705 935 134 1'774

Totalement Totalement
2018 Autonomes Semi-autonomes réassurées Total
2018 Autonomes Semi-autonomes réassurées Total
IP Employeur + Groupe 503 748 65 1'316 IP Employeur + Groupe 921'072 256'933 16'741 1'194'746
IP commmunes 74 30 16 120 IP commmunes 1'054'551 49'878 97'616 1'202'045
IP collectives 18 84 18 120 IP collectives CACP329'521
2020 / 7 605'752 913'034 1'848'307
Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions
595 862 99 1'556 2'305'144 912'563 1'027'391 4'245'098

Evolution du nombre d'assurés cotisants (Stat. CP)


Proportion d'assurées femmes dans le 2ème pilier
3'000'000 43.0%

42.5%
2'500'000 42.0%

41.5%
2'000'000
41.0%

40.5%
1'500'000
40.0%

39.5%
1'000'000
39.0%

500'000 38.5%

38.0%

- 37.5%
2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2018

Hommes Femmes Proportion d'assurées femmes

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 8

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 96
Evolution du nombre de bénéficiaires de rentes (Stat. CP)
Proportion de bénéficiaires de rentes de retraite
1'400'000 80.0%

1'200'000 70.0%

60.0%
1'000'000

50.0%
800'000
40.0%
600'000
30.0%

400'000
20.0%

200'000 10.0%

- 0.0%
2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2018

Nombre bénéficiaires de rentes Rentes de retraite Proportion

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 9

Cashflows d'assurance et rapport démographique (Stat. CP)


100'000 3.95

90'000 3.90

80'000
3.85

70'000
3.80
En millions de CHF

60'000
3.75
50'000
3.70
40'000
3.65
30'000

3.60
20'000

10'000 3.55

- 3.50
2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2018

Recettes d'assurance Dépenses d'assurance Actifs / Bénéficiaires

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 10

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 97
Actif du bilan et (répartition) des engagements (Stat. CP)
1'200.0
1'023.0
1'000.0 968.5
905.3
832.8
787.9 771.8
800.0 725.5 707.9
677.2 651.7
635.5 604.9
600.0 568.6 568.2
518.4
467.5

400.0
2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2018

100.0%
4.8% 5.6% 5.2% 5.1% 5.0% 4.8% 4.6% 4.5%

80.0%
42.5% 41.8% 41.6% 41.7% 42.5% 43.2% 43.4% 43.4%

60.0%

40.0%

52.7% 52.7% 53.2% 53.2% 52.5% 52.1% 52.0% 52.1%


20.0%

0.0%
2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2018

Capitaux prév des actifs Capitaux de prév des pensionnés Provisions

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 11

Evolution récente du degré de couverture (CHS-PP)

120.0%

115.0%

110.0%

105.0%

100.0%

95.0%

90.0%

85.0%

80.0%

75.0%

70.0%
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019

Degré couverture IP sans garantie Degré couverture IP avec garantie

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 12

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 98
2. PLACEMENT DE LA FORTUNE / PERFORMANCE

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 13

Questions et bases de discussion

 Les différentes statistiques livrent-elles une même allocation d'actifs moyenne ?


– Peut-on parler d'une allocation homogène ?
– Quelles sont les tendances observées ?

 Chaque IP a son propre benchmark mais quels sont les résultats livrés par les
indices tels que Pictet, UBS ou CS ?

 Que représentent en moyenne les frais de gestion de la fortune ?


– Quelle relation avec les frais d'administration générale ?

 La performance est-elle liée à la taille de l'IP ?

 …

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 14

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 99
Allocation d'actifs selon différentes sources
100%
3.5% 5.0%
8.9% 7.2% 7.5% 9.5% 10.0%
11.0%
15.0%
90%
20.0%
80% 30.5%
29.7% 29.3%
29.7% 27.9% 28.2% 30.0%
70% 10.0%

45.0%
60%
21.4% 10.0%
20.3% 19.2%
50% 22.4% 26.0% 26.1%

40%
10.0%
65.0%
30%
37.1% 50.0%
38.0% 33.5% 42.9%
20% 31.7% 31.4%

30.0%
10%

3.1% 5.2% 5.4% 5.6% 5.9%


0% 1.7%
CHS-PP Stat. CP CS PPCmetrics Swisscanto UBS Pictet LPP 25+ Pictet LPP 40+ Pictet LPP 60+
Liquidités Obligations et autres créances Immobilier et Prêts hypothécairesHypothèques Actions Alternatifs + Autres

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 15

Niveau des frais de gestion de fortune (PPCmetrics)

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 16

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 100
Niveau des frais de gestion de fortune (Stat. CP)

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 17

Niveau des frais totaux (adm. et gestion de fortune) (Swisscanto)

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 18

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 101
Performance selon différents indices
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
24.00%
22.00%
20.00%
18.00%
16.00%
14.00%
12.00%
10.00%
8.00%
6.00%
4.00%
2.00%
0.00%
-2.00%
-4.00%
-6.00%
-8.00%
-10.00%
-12.00%
-14.00%
-16.00%
-18.00%
-20.00%
-22.00%
-24.00%
-26.00%
-28.00%
-30.00%
-32.00%
Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 19
Pictet 25+ Pictet 40+ Pictet 60+ UBS CS Swisscanto CACP 2020 / 19

Performance par taille d'IP (UBS, Swisscanto, Credit Suisse)

 …

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 20 CACP 2020 / 20

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 102
3. TAUX DE RÉMUNÉRATION ET TAUX TECHNIQUE

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 21

Discussion

 Globalement, voit-on apparaître une corrélation entre la performance réalisée et la


rémunération accordée sur les comptes d'épargne ?
– Avez-vous adopté une règle pour fixer le taux de rémunération en fonction de la
performance ?

 Quelle est la baisse du taux technique enregistrée au cours des dernières années ?
– Avez-vous estimé le coût que cela a généré dans votre Caisse ?

 Avec cette baisse des taux techniques, sommes nous en mesure de dire qu'il y a
égalité entre actifs et bénéficiaires de rentes en terme de coût d'intérêt ?
– Est-ce un objectif ?

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 22

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 103
Rendement net et taux de rémunération (2016-2019) (CHS-PP)
35.0%

30.0%

25.0%

20.0%

15.0%

10.0%

5.0%

0.0%

De 10,0 à 11,9 %

De 12,0 à 14,9 %
De 0,0 à 0,9 %

De 1,0 à 1,9 %

De 2,0 à 2,9 %

De 3,0 à 3,9 %

De 4,0 à 4,9 %

De 5,0 à 5,9 %

De 6,0 à 6,9 %

De 7,0 à 7,9 %

De 8,0 à 8,9 %

De 9,0 à 9,9 %
De -8,0 à -6,1 %

De -6,0 à -5,1 %

De -5,0 à -4,1 %

De -4,0 à -3,1 %

De -3,0 à -2,1 %

De -2,0 à -1,1 %

De -1,0 à -0,1 %
Non défini

Moins de -10,0 %

15,0 % et plus
De -10,0 à -8,1 %

2019 2018 2017 2016

50.0%

45.0%

40.0%

35.0%

30.0%

25.0%

20.0%

15.0%

10.0%

5.0%

0.0%
Non défini Moins de 0,00 % De 0,00 à 0,49 % De 0,50 à 0,99 % De 1,00 à 1,49 % De 1,50 à 1,99 % De 2,00 à 2,49 % De 2,50 à 2,99 % De 3,00 à 3,49 % De 3,50 à 3,99 % De 4,00 à 4,49 % De 4,50 à 4,99 % 5,00 % et plus
2019 2018 2017 2016

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 23

Rendement net et taux de rémunération (2018-2019) (CHS-PP)


35.0%

30.0%

25.0%

20.0%

15.0%

10.0%

5.0%

0.0%
De 10,0 à 11,9 %

De 12,0 à 14,9 %
De 0,0 à 0,9 %

De 1,0 à 1,9 %

De 2,0 à 2,9 %

De 3,0 à 3,9 %

De 4,0 à 4,9 %

De 5,0 à 5,9 %

De 6,0 à 6,9 %

De 7,0 à 7,9 %

De 8,0 à 8,9 %

De 9,0 à 9,9 %
De -8,0 à -6,1 %

De -6,0 à -5,1 %

De -5,0 à -4,1 %

De -4,0 à -3,1 %

De -3,0 à -2,1 %

De -2,0 à -1,1 %

De -1,0 à -0,1 %
Non défini

Moins de -10,0 %

15,0 % et plus
De -10,0 à -8,1 %

2019 2018

50.0%

45.0%

40.0%

35.0%

30.0%

25.0%

20.0%

15.0%

10.0%

5.0%

0.0%
Non défini Moins de 0,00 % De 0,00 à 0,49 % De 0,50 à 0,99 % De 1,00 à 1,49 % De 1,50 à 1,99 % De 2,00 à 2,49 % De 2,50 à 2,99 % De 3,00 à 3,49 % De 3,50 à 3,99 % De 4,00 à 4,49 % De 4,50 à 4,99 % 5,00 % et plus
2019 2018

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 24

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 104
Taux technique, évolution de la répartition des IP (CHS-PP)
70.00%

60.00%

50.00%

40.00%

30.00%

20.00%

10.00%

0.00%
0,00 - 0,49 % 0,50 - 0,99 % 1,00 - 1,49 % 1,50 - 1,99 % 2,00 - 2,49 % 2,50 - 2,99 % 3,00 - 3,49 % 3,50 - 3,99 % 4,00 - 4,49 % 4,50 - 4,99 %

2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 25

Taux technique, répartition des IP en 2013 et en 2019 (CHS-PP)


50.00%

45.00%

40.00%

35.00%

30.00%

25.00%

20.00%

15.00%

10.00%

5.00%

0.00%
0,00 - 0,49 % 0,50 - 0,99 % 1,00 - 1,49 % 1,50 - 1,99 % 2,00 - 2,49 % 2,50 - 2,99 % 3,00 - 3,49 % 3,50 - 3,99 % 4,00 - 4,49 % 4,50 - 4,99 %

2019 2013

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 26

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 105
Evolution du taux technique moyen (Swisscanto)

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 27

Evolution du taux technique (PPCmetrics)

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 28

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 106
4. LONGÉVITÉ ET TAUX DE CONVERSION

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 29

Discussion

 En 2020, l'espérance de vie d'un homme de 65 ans est de 20.8 ans* ? A combien
devrait-elle se situer en 2035 ?
 Quelle est la proportion d'IP qui ont recours à des bases générationnelles ?
– Votre Caisse fait-elle partie des IP qui utilisent de telles bases techniques ?

 Le taux de conversion LPP s'élève (encore) à 6.8%, il est prévu de l'abaisser à 6.0%.
Quelle devrait être la valeur de ce taux selon les bases techniques actuelles ?
 Où en est-on dans la baisse des taux de conversion dans les IP ?
 Que faire par rapport à cette baisse des taux de conversion ?
– Divergence de vue et d'intérêts entre IP, employeurs et assurés ?

 Trouve-t-on des réponses dans les statistiques à disposition ?


 …

* Bases LPP 2015 (2020)

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 30

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 107
Evolution de l'espérance de vie (Bases techniques EVK, LPP)

Homme à 65 ans
25.0
2020 : 20.8 ans

20.0
EVK

15.0

LPP
10.0

5.0

0.0
1950 1960 1970 1980 1990 2000 2010 2015 2020 2025

 A titre comparatif, l'espérance de vie à 65 ans d'un homme né en 1955 (65 ans en
2020) est de 22.7 ans selon les bases générationnelles
Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 31

Utilisation des bases générationnelles (CHS-PP)

 Plus de la moitié des IP utilisent des bases techniques générationnelles

56%

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 32

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 108
Taux de conversion : quelques valeurs selon les bases LPP

 Taux de conversion pour une rente de retraite de CHF 1.- et une rente de
conjoint survivant de CHF 0.60 pour un homme à 65 ans (sans rentes
d'enfants !)

Bases Taux technique


techniques
3.5% 3.0% 2.5% 2.0% 1.5% 1.0%
LPP 2000 6.630% 6.292% 5.960% 5.635% 5.317% 5.010%
LPP 2005 6.601% 6.264% 5.933% 5.609% 5.292% 4.983%
LPP 2010 (2010) 6.333% 5.998% 5.670% 5.349% 5.037% 4.732%
LPP 2015 (2015) 6.227% 5.892% 5.565% 5.245% 4.933% 4.630%
LPP 2015 (2020) 6.115% 5.781% 5.453% 5.134% 4.823% 4.520%
LPP 2015 (2035) 5.845% 5.510% 5.183% 4.864% 4.554% 4.253%

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 33

Evolution du taux de conversion (Swisscanto)

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 34

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 109
Diminution projetée du taux de conversion (PPCmetrics)

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 35

La baisse prévue du taux de conversion (CHS-PP)

Taux de conversion moyen


6.60%
6.43%
6.40%

6.20% 6.14%
6.09%

6.00%
5.86%
5.80%
5.67%
5.60% 5.50%
5.43%
5.40% 5.36%

5.20%

5.00%

4.80%
pour 2017 pour 2018 pour 2019 pour 2020 pour 2021 pour 2022 pour 2023 pour 2024
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 36

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 110
Mesures appliquées pour préserver les prestations (Swisscanto)

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 37

Versement en capital des prestations de retraite (Stat. CP)

Capital retraite / Prestations totales

2018
2016
2014
2012
2010
2008
2006
2004

0.0% 5.0% 10.0% 15.0% 20.0% 25.0%

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 38

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 111
Plans 1e (CHS-PP)

 Au 31.12.2019, 22 IP proposent un
plan 1e selon l'enquête CHS-PP
25 0.6%

0.5%
20

0.4%
 Selon Swisscanto, c'est
15 essentiellement le fait de sociétés
0.3%
10 internationales
0.2%

5
0.1%

0 0.0%
2015 2016 2017 2018 2019

Nombre % des engagements

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 39

Quelles pourraient être les autres pistes ?

Pour réduire les risques de longévité et d'intérêt :


 Disposer d’une longévité selon la branche économique ?
 Instaurer des rentes variables dans les règlements ?
 Prélever une cotisation spécifique de solidarité pour taux de conversion favorable ?
 Proposer des rentes de retraite décroissantes avec l'âge ?
 Recourir à la répartition des dépenses / redistribution ?
 …
et pour compenser la baisse du taux de conversion :
 Proposer plus souvent (ou systématiquement) un Plan-Flex
 Améliorer les rendements ?
 Abaisser le montant de coordination ?
 Augmenter la durée d'assurance
– Elever l'âge de la retraite ?
– Abaisser l'âge d'entrée ?
 …
Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 40

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 112
5. CONCLUSIONS

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 41

Conclusions

Paysage du 2ème pilier


- IP "standard"

Flexibilisation - Evolution de la LPP et


Standardisation de la surveillance

Capitalisation - Placements
Redistribution Rendements attendus

Niveau des
Longévité et
prestations -
démographie
Les mesures

Choix des paramètres

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 42

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 113
Merci de votre attention et de votre participation !

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 43

Sources

 https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/securite-sociale/prevoyance-
professionnelle.html
Statistique des caisses de pensions de 2002 à 2018 (Office fédéral de la statistique)
 https://www.oak-bv.admin.ch/fr/themes/recensement-situation-financiere/
Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance de 2013 à 2019
(Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS-PP)
 https://www.swisscanto.com/ch/fr/is/prevoyance/etude-caisses-de-pension.html
Etude sur les caisses de pensions en Suisse de 2002 à 2019 (Swisscanto)
 https://www.ubs.com/microsites/focus/fr/markets/2018/pension-fund-performance.html
Performance des caisses de pensions – pk-barometer (UBS)
 https://www.ppcmetrics.ch/fr/publications/nos-publications/
2. Saüle 2016-2019 – Analyse der Geschäftsberichte von Pensionkassen
 https://www.credit-suisse.com/ch/fr/unternehmen/institutional-clients/global-
custody/pensionskasse/pk-index-archiv.html
Indice Credit Suisse des caisse de pension suisses – pk-index
 https://www.am.pictet/fr/switzerland/articles/lpp-indices#overview
 Bases techniques EVK et LPP

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 44

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 114
Sources

 https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/actualites/communiques-
presse.html?dyn_pageIndex=1
Office fédéral de la statistique – Communiqués de presse
 https://www.ubs.com/microsites/focus/fr/markets/2019/outlook-switzerland.html
 Ubs-outlook-switzerland- q1-2020-.fr.pdf
 https://disclose.pwc.ch/24/fr/
pwc_disclose_1602_f.pdf
 https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-77483.html
Réforme de la prévoyance professionnelle (Réforme LPP) – Rapport explicatif pour la
procédure de consultation
 https://www.credit-suisse.com/about-us-news/fr/articles/media-releases/credit-suisse-
pension-fund-study-2019--pensions-to-fall-sharply--
201910.html?t=863_0.37134660143297193
Etude Credit Suisse sur les caisses de pensions 2019

Gilles Guenat – Statistiques / Echanges / Réflexions CACP 2020 / 45

Echanges de vues et réflexions sur le 2e pilier : que nous apportent les diverses statistiques ? 115
Maintien de la prévoyance après l'emploi
Quelles options pour les assurés ?

CACP 2020
Saanen-Gstaad

Jean Netzer | Aon Retirement & Inv estment, Nyon


118
Maintien de la prévoyance après l'emploi
Quelles options pour les assurés ?

CACP 2020
Saanen-Gstaad

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon

Introduction
Thèmes abordés

 Quid de la
prévoyance ?

 Maintien de Fin de
l'assurance l'emploi
 Possibilités offertes
aux institutions de
prévoyance
 Réforme des PC
Nouvel  Conséquences
Solutions pour les
article 47a
actuelles institutions de
LPP prévoyance

Questions
Pratiques  Application des nouvelles dispositions légales
 Zones grises

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 2

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 119
Fin de l'assurance auprès de l'institution de prévoyance
Cadre général
 L'obligation d'être assuré cesse (art. 10 LPP)
a. A l'âge ordinaire de la retraite
b. En cas de dissolution des rapports de travail
c. Lorsque le salaire minimum n'est plus atteint
d. Lorsque le droit aux indemnités journalières de l'assurance chômage s'éteint parce
que le délai-cadre est écoulé.
Assurance
Assurance
externe
chômage

Formes Retraite
Couverture admises de
Assurance au sein de
décès et prévoyance
l'institution de prévoyance
invalidité

Fin assurance + 30 jours


(sortie)

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 3

Sortie de l'institution de prévoyance


Traitement de la prestation de sortie et obligation d'information

 Versement de la prestation de sortie


Intérêts minimum LPP (art. 2 LFLP)
30 jours après avoir reçu informations: intérêt moratoire

Versement à
l'institution supplétive
Assurance au sein de Selon instructions de l'assuré (IP nouvel
l'institution de prévoyance employeur, formes admises du maintien…)

Fin assurance + 6 mois + 24 mois


(sortie)
 Décompte et information (art. 8 LFLP)
– Etablissement d'un décompte par l'institution de prévoyance, doit mentionner le
montant minimal (art. 17 LFLP) et l'avoir de vieillesse selon la LPP
– Obligation d'indiquer à l'assuré toutes les possibilités législatives et réglementaires
pour maintenir la prévoyance (notamment en cas de décès ou d'invalidité)

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 4

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 120
Maintien de la prévoyance sous une autre forme reconnue
Comptes et polices de libre passage

 Compte de libre passage  Police de libre passage


– Contrat avec une fondation affecté – Assurances de capital ou de rentes
exclusivement et irrévocablement à la conclues auprès d'une société d'assurance
prévoyance soumise à la surveillance ordinaire des
– Peut être complété par une assurance assurances ou auprès d'une institution
décès ou invalidité d'assurance de droit public
– Epargne pure ou épargne-titres – Eventuelles assurances complémentaires

Pas de garantie systématique de la valeur nominale de la prestation acquise

 Quelques spécificités
– Prestation de sortie peut être transférée à deux institutions de libre passage au
maximum (l'assuré peut changer en tout temps par la suite)
– En cas de nouvelle affiliation à une institution de prévoyance, la prestation de libre
passage doit être transférée (responsabilité de l'assuré)
– Prestations de vieillesse peuvent être versées au plus tôt 5 ans avant et au plus tard
5 ans après que l'assuré ait atteint l'âge légal de la retraite ordinaire
– Prestations financées au moyen de la prestation de sortie apportée et de primes de
risques pures, pas de possibilités de rachats futurs
– Frais administratifs peuvent être déduits
Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon
CACP 2020 | Saanen-Gstaad 5

Maintien de l'assurance – Art. 47 LPP


Principe et cadre général

Art. 47 LPP Art. 1, al. 2 LPP

 Possibilité de maintenir sa  Principe général relatif à


prévoyance professionnelle ou sa l'assurance dans la prévoyance
seule prévoyance vieillesse dans professionnelle
la même mesure que  Le salaire assuré ne doit pas
précédemment dépasser le revenu soumis à
 Marge d'application possible pour cotisation AVS
les institutions de prévoyance

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 6

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 121
Maintien de l'assurance – Art. 47 LPP
Possibilités s'offrant aux assurés
 Possibilités offertes aux assurés à la fin de l'assurance obligatoire

Maintien de Institution de Institution


l'assurance prévoyance supplétive
Prévoyance
Selon dispositions
vieillesse + Droit de l'assuré
réglementaires
risques
Prévoyance
Selon dispositions
vieillesse Droit de l'assuré
réglementaires
uniquement

 Le règlement de prévoyance peut subordonner le maintien de la prévoyance à des


conditions supplémentaires
– Âge
– Années d'assurance dans l'institution de prévoyance
– Délai d'annonce

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 7

Maintien de l'assurance – Art. 47 LPP


Institution supplétive – Maintien de l'assurance épargne

1. Maintien de l'assurance épargne uniquement (plan WO20)


– Assurance à titre facultatif
– La demande doit être déposée dans les 3 mois qui suivent la sortie de l'institution de
prévoyance précédente
– Pas d'assurance risque décès et invalidité
– Salaire assuré = salaire assuré de la précédente institution de prévoyance (au
maximum CHF 123'315, salaire assuré max LAA – déduction de coordination LPP,
non adapté par la suite)
– Bonifications de vieillesse selon la LPP (7% / 10% / 15% / 18%)
– Taux d'intérêt minimum LPP pour l'avoir obligatoire; selon décision du Conseil de
fondation pour la part surobligatoire
– Taux de conversion à l'âge légal de la retraite: 4.2% (pas d'anticipation / différé), les
prestations LPP sont garanties
– Cotisation pour frais (1.4% du salaire assuré), pour risque (0.1% du salaire assuré)
et pour rente (% de l'avoir de retraite, dès 57 ans; reversé en cas de prestations
sous forme de capital)
– L'avoir de retraite apporté est limité par une tabelle d'achat, le solde est crédité sur
un compte complémentaire versé sous forme de capital uniquement

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 8

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 122
Maintien de l'assurance – Art. 47 LPP
Institution supplétive – Maintien de l'assurance complète

2. Maintien de l'assurance complète (plan WG20)


– Mêmes principes et dispositions que pour le maintien de l'assurance épargne
uniquement, avec les modifications suivantes:
• Rente d'invalidité = rente de vieillesse projetée (sans intérêts)
• Rente d'enfant d'invalide = 20% rente d'invalidité assurée
• Rente de conjoint/orphelin = 60%/20% rente d'invalidité assurée
• Cotisation pour frais (1.4% du salaire assuré), pour risque (selon le sexe et l'âge,
jusqu'à 5.6% du salaire assuré pour les femmes entre 45 et 54 ans), pour
l'éventuelle couverture accident (0.3% du salaire assuré) et pour rente (% de
l'avoir de retraite, dès 57 ans; reversé en cas de prestations sous forme de
capital)

Pour l'assurance vieillesse uniquement ou pour l'assurance complète:


Possibilités non ouvertes pour les personnes invalides, qui touchent des prestations de
retraite d'une institution de prévoyance (ou qui auraient pu en toucher), ou qui ne sont
plus soumises à l'AVS

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 9

Maintien de l'assurance – Art. 47 LPP


Durée

 Dispositions légales
– Pas de durée maximale de couverture définie
– Prend fin à la survenance d'un cas de prévoyance ou lorsque l'obligation d'être
assuré reprend

 Pratiques rencontrées des autorités fiscales


– Les cotisations versées durant le maintien de l'assurance sont en principe
déductibles des impôts
– En principe, la pratique est tolérée sur une durée limitée, n'excédant pas 24 mois
(appréciation selon les circonstances pour les durées supérieures)

 Possibilité de maintenir l'assurance sur une certaine période, mais la situation


fiscale peut évoluer dans le temps

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 10

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 123
Couverture d'assurance en cas de chômage
Assurance des risques décès et invalidité

 Prévoyance professionnelle des chômeurs (couverture obligatoire)


– Assurance risques décès et invalidité (uniquement), pour les chômeurs qui touchent
des indemnités journalières supérieures à CHF 81.90
– Assurance de la part du salaire journalier entre CHF 95.55 et CHF 327.65
– Prestations assurées selon la LPP
– Taux de cotisation : 0.25% du salaire coordonné (50% employé, 50% assurance
chômage)
– Possibilité de poursuite de l'assurance vieillesse auprès de l'Institution supplétive

 Dérogation en cas de maintien de l'assurance selon l'article 47 LPP


– En cas de maintien d'une assurance suffisante, une demande doit être déposée
o Formulaire de demande de libération
o Attestation de l'institution de prévoyance
o Copie du certificat de prévoyance

 Maintien de la prévoyance pour les risques décès et invalidité en fin de droit


– Si l'assuré n'est plus soumis à l'assurance obligatoire
– Si l'assuré ne peut pas se faire assurer à titre facultatif (indépendant ou salarié avec
plusieurs activités)
Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon
CACP 2020 | Saanen-Gstaad 11

Fin des rapports de travail après l'âge minimal de la retraite anticipée


Prestation de retraite ou prestation de sortie ?

 Retraite anticipée
– La LPP ne prévoit pas de droit à une rente avant l'âge légal de la retraite
– Relève de la compétence des institutions de prévoyance  base réglementaire

Droit de l'assuré si
activité lucrative ou
assurance chômage
Prestation de
sortie

Prestation de retraite
Assurance au sein de (rente/capital)
l'institution de prévoyance

1er âge de retraite Fin assurance Âge de retraite


anticipée ordinaire
(exemple: 58 ans) (exemple: 65 ans)

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 12

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 124
Possibilités offertes à l'assuré en fin d'emploi
Situation actuelle (jusqu'au 31.12.2020)

L'âge réglementaire Maintien de


Prestation de
pour la retraite anticipée l'assurance
sortie
n'est pas atteint (47 LPP)

L'âge réglementaire Prestation de Maintien de


Prestation de
pour la retraite anticipée retraite l'assurance
sortie
est atteint (rente/capital) (47 LPP)

L'âge réglementaire Prestation de


pour la retraite ordinaire retraite
est atteint (rente/capital)

Droit de l'assuré, Droit de l'assuré


Droit de l'assuré
selon règlement sous conditions
Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon
CACP 2020 | Saanen-Gstaad 13

Prestations Complémentaires
Cadre général

Prestations versées en complément Financement par les ressources


de celles de l'AVS ou de l'AI fiscales de la Confédération et des
Cantons
Rentiers
AVS aux
49% Milliards de
5.2 dépenses en 2019
PC
Rentiers
13% 69% 31%
AI aux
Cantons Conf.
PC

Objectif: Garantie des besoins vitaux

Limite pour
Revenus Dépenses couverture
besoins vitaux
Prime assurance
maladie

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 14

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 125
Prestations Complémentaires
Evolution des dépenses annuelles par Canton

Dépenses liées aux prestations complémentaires


(en millions de francs)
1'000
900
800
700
600
500
400
300
200
100
0

Dépenses par Canton - 2009 Dépenses par Canton - 2019

Sources: OFAS / OFS

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 15

Prestations Complémentaires
Evolution des dépenses annuelles par Canton et par habitant

Dépenses liées aux prestations complémentaires par habitant


1'400

1'200

1'000

800

600

400

200

Dépenses par Canton - 2009 Dépenses par Canton - 2019


Moyenne Suisse - 2009 Moyenne Suisse - 2019
Sources: OFAS / OFS

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 16

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 126
Prestations Complémentaires
Objectifs visés et conséquences pour les institutions de prévoyance

 Objectifs de la réforme
– Maintenir le niveau des prestations
– Recourir davantage à la fortune propre
– Réduire les effets de seuil (avec les personnes à revenus modestes qui ne
bénéficient pas de PC)

 Mesures impactant la prévoyance professionnelle, en vigueur le 01.01.2021


– Durant les débats parlementaires, la question de la mise en place d'une interdiction
du retrait du 2ème pilier sous forme de capital à la retraite avait longuement été
discutée; finalement écartée
– De manière à favoriser la prévoyance retraite, des dispositions ont été introduites
dans la LPP
• Remboursements des versements anticipés pour l'encouragement à la propriété
du logement
• Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire à partir de 58 ans,
art. 47a LPP

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 17

47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans


Périmètre d'application et conditions à remplir par l'assuré

 Les dispositions de l'article 47a LPP s'appliquent à toutes les institutions de


prévoyance enregistrées
– Concerne tant la prévoyance obligatoire….
– Que la prévoyance étendue !

 Les dispositions de l'article 47a LPP ne s'appliquent pas aux institutions de


prévoyance non enregistrées (pas de renvoi à l'article 89a du Code Civil)

 Conditions cumulatives à remplir par l'assuré pour le maintien de l'assurance


selon l'article 47a LPP (al. 2 à 7)
1. L'assuré cesse d'être assujetti à l'assurance obligatoire en raison de la dissolution
des rapports de travail par l'employeur
Pas de lien à la retraite
2. L'assuré a atteint l'âge de 58 ans anticipée réglementaire!
3. L'assuré en fait la demande à l'institution de prévoyance

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 18

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 127
Dissolution des rapports de travail par l'employeur
Une notion (complexe) à vérifier par l'institution de prévoyance

 Dans le cadre de l'application de l'article 47a LPP, l'institution de prévoyance doit


contrôler que les conditions sont remplies
– Demande à l'assuré de la preuve de la résiliation par l'employeur

Résiliation Résiliation
Résiliation
par d'un commun
par l'employé
l'employeur accord

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 19

47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans


Conséquences pour l'assuré du maintien de l'assurance

Assurance  Couverture maintenue en cas d'invalidité et de décès


Risques  Cotisations risques et frais dues par l'assuré (part employé ET employeur)

 Maintien de l'avoir de vieillesse (crédité d'intérêts)


Assurance
Vieillesse  Poursuite volontaire du paiement de cotisations vieillesse (choix de l'assuré,
part employé ET employeur)

Egalité de
 Mêmes droits que les assurés du même collectif toujours employés
traitement

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 20

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 128
47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans
Mêmes droits que les assurés du même collectif toujours employés

Choix de
Invalidité Bonification Taux
plan
et décès vieillesse d'intérêt
(cotisation)

Rachats
Election
et Taux de
membres
préfinan- conversion
Conseil
cement
Retraits
Assainis- Traitement Adaptation EPL / Capital
Attributions
sement fiscal du plan Mise en Retraite
gage

Assuré Pendant deux ans uniquement

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 21

47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans


Eléments pouvant être définis par l'institution de prévoyance

 Mise en œuvre obligatoire dès 58 ans


Condition  Possibilité de choisir un âge inférieur, mais qui est supérieur à 55 ans
d'âge
 Pas de relation entre cette condition d'âge et l'âge de retraite anticipée

 Maintien de la prévoyance professionnelle ou de la seule prévoyance


Salaire
vieillesse pour un salaire inférieur au dernier salaire
assuré
 Conditions à définir réglementairement

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 22

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 129
47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans
Choix du salaire assuré

Options de choix du salaire assuré. Que peut faire la Caisse de pension ?


Cas 1 Cas 2 Cas 3
100'000

100'000

100'000
80'000

80'000

60'000

80'000
80'000

60'000
Dernier Risque Epargne Dernier Risque Epargne Dernier Risque Epargne
salaire salaire salaire
assuré assuré assuré

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 23

Possibilités offertes à l'assuré en fin d'emploi


Situation nouvelle (à partir du 01.01.2021)

L'âge de 58 ans (ou moins Maintien de


Prestation
pour art. 47a) n'est pas l'assurance
de sortie
atteint (47 LPP)

L'âge réglementaire pour la Maintien de Maintien de


retraite anticipée n'est pas l'assurance Prestation
l'assurance
atteint (47a LPP) de sortie
(47 LPP)

Prestation de Maintien de Maintien de


L'âge réglementaire pour la Prestation
retraite l'assurance l'assurance
retraite anticipée est atteint de sortie
(rente/capital) (47a LPP) (47 LPP)

L'âge réglementaire pour la Prestation de


retraite ordinaire est atteint retraite
(rente/capital)

Droit de l'assuré Droit de l'assuré, Droit de l'assuré


Droit de l'assuré
(licenciement) selon règlement sous conditions
Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon
CACP 2020 | Saanen-Gstaad 24

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 130
47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans
Fin du maintien de l'assurance

 Le maintien de l'assurance prend fin:


– En cas d'invalidité (complète)
– En cas de décès
– Lorsque l'assuré atteint l'âge de retraite réglementaire
– Si l'assurance est résiliée
• Elle peut l'être en tout temps par l'assuré
• Elle peut l'être par l'institution de prévoyance en cas de non-paiement des
cotisations (modalités à définir réglementairement)
– Si l'assuré entre dans une nouvelle institution de prévoyance et que plus de deux
tiers de la prestation de sortie sont nécessaires au rachat de toutes les prestations
réglementaires dans la nouvelle institution de prévoyance
• Montant de l'avoir de retraite transféré  cas de libre passage
• Montant restant  prestations de retraite servies

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 25

47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans


Cas d'application et questions ouvertes

 Cas d'application 1
– Un assuré âgé de 59 ans dont les rapports de travail ont été résiliés par son
employeur a demandé le maintien de sa prévoyance en application de l'article 47a
LPP
– Il résilie volontairement son assurance 3 ans plus tard, à l'âge de 62 ans

 A-t-il droit aux prestations:


– De retraite sous forme de rente ?
– De retraite sous forme de capital ?
– De libre passage ?

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 26

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 131
47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans
Cas d'application et questions ouvertes

 Cas d'application 2
– Un assuré âgé de 59 ans dont les rapports de travail ont été résiliés par son
employeur a demandé le maintien de sa prévoyance en application de l'article 47a
LPP
– Il trouve un nouvel emploi 3 ans plus tard, à l'âge de 62 ans. Sa prestation de libre
passage à ce moment s'élève à CHF 800'000
– Pour le rachat de l'intégralité des prestations réglementaires, CHF 400'000 sont
nécessaires dans la nouvelle institution de prévoyance

 Comment doit être traité son cas d'assurance:


– Une prestation de libre passage doit-elle être versée à l'institution de prévoyance du
nouvel employeur ?
– Doit-on verser le solde comme prestations de retraite ?
– Le maintien de son assurance doit-il être poursuivi ?

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 27

47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans


Cas d'application et questions ouvertes

 Cas d'application 3
– Un assuré âgé de 59 ans dont les rapports de travail ont été résiliés par son
employeur a demandé le maintien de sa prévoyance en application de l'article 47a
LPP
– Il trouve un nouvel emploi 3 ans plus tard, à l'âge de 62 ans. Sa prestation de libre
passage à ce moment s'élève à CHF 800'000
– Pour le rachat de l'intégralité des prestations réglementaires, CHF 600'000 sont
nécessaires dans la nouvelle institution de prévoyance

 Comment doit être traité son cas d'assurance:


– Une prestation de libre passage doit-elle être versée à l'institution de prévoyance du
nouvel employeur ?
– Doit-on verser le solde comme prestations de retraite ?
– Le maintien de son assurance doit-il être poursuivi ?

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 28

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 132
47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans
Cas d'application et questions ouvertes

 Cas d'application 4
– Un assuré qui a maintenu son assurance selon l'article 47a LPP trouve un nouvel
emploi après 18 mois
– La prestation de libre passage accumulée à ce moment est de CHF 800'000, dont
CHF 250'000 relevant du minimum obligatoire
– Selon les dispositions réglementaires de la nouvelle institution de prévoyance, le
montant nécessaire au rachat des prestations réglementaires est de CHF 400'000.

 Quelle prestation de libre passage est maintenue dans la précédente institution de


prévoyance ?
 Quelle part relevant du minimum obligatoire est conservée ?

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 29

47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans


Cas d'application et questions ouvertes

 Cas d'application 5
– Un assuré qui a maintenu son assurance selon l'article 47a LPP trouve un nouvel
emploi après 18 mois
– Sa prévoyance a été maintenue pour l'intégralité de son salaire précédent, soit un
salaire assuré annuel de CHF 120'000
– La prestation de libre passage accumulée à ce moment est de CHF 1'000'000
– Selon les dispositions réglementaires de la nouvelle institution de prévoyance, le
montant nécessaire au rachat des prestations réglementaires est de CHF 500'000,
pour un niveau de salaire assuré annuel de CHF 80'000

 Quel salaire doit être assuré nouvellement dans l'institution de prévoyance suite au
transfert de la moitié de sa prestation de sortie ?

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 30

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 133
47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans
Cas d'application et questions ouvertes

 Cas d'application 6
– Un assuré âgé de 59 ans voit ses rapports de travail résiliés par son employeur
– Il dispose d'un avoir de retraite accumulé de CHF 500'000
– Le règlement de prévoyance prévoir la possibilité de toucher une retraite anticipée,
et également une retraite partielle

 Peut-il choisir de maintenir son assurance pour moitié, et simultanément de toucher la


moitié de ses prestations de retraite:
– Sous forme de rente ?
– Sous forme de capital ?

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 31

47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans


Cas d'application et questions ouvertes

 Cas d'application 7
– Un assuré âgé de 55 ans dont les rapports de travail ont été résiliés par son
employeur a demandé le maintien de sa prévoyance en application de l'article 47a
LPP
– Deux ans plus tard, son ancien employeur résilie la convention d'affiliation qui le liait
à son institution de prévoyance, et s'affilie à une nouvelle institution de prévoyance

 Qu'advient-il de son cas d'assurance ?


– Sa prestation de libre passage est-elle transférée ?
– Son assurance prend-elle automatiquement fin ?
– Quelles sont les prestations qui sont assurées à partir de cette date ?

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 32

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 134
47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans
Des implications administratives pour nos caisses

Dispositions réglementaires

 Modalités de mise en œuvre (âge anticipé, choix du salaire)


 Conditions formelles à remplir (délai pour le dépôt de la demande)
 Traitement des cas d'assurance (retraite, sortie, art. 17 LFLP, relation à l'avoir de
retraite obligatoire…)
 Conditions formelles de facturation des cotisations (délai, échéance, intérêts…), et
de fin de l'assurance en cas de non paiement
 Revue de la situation de l'assuré (modification de ses choix durant le maintien ?)

Charge administrative courante

 Information des assurés


 Traitement des demandes, contrôles des justificatifs
 Facturation individuelle des cotisations, rappels…
 Procédures / contact avec l'assuré (information de modifications réglementaires,
élection des représentants des assurés, attestations fiscales…)

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 33

47a LPP Mesures pour l'interruption de l'assurance obligatoire dès 58 ans


Considérations

Besoins
Aspects
entreprise /
sociaux
branche

Charge
Politique RH
administrative

Davantage de
Flexibilité
complexité

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 34

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 135
Discussions

 Que pensez-vous des nouvelles mesures prévues ?


 Allez-vous flexibiliser au maximum les possibilités offertes ?

Merci pour votre attention !

Jean Netzer | Aon Retirement & Investment, Nyon


CACP 2020 | Saanen-Gstaad 35

Maintien de la prévoyance après l’emploi : quelles options pour les assurés ? 136
Réduction du besoin de
performance : la seule baisse
du taux technique est-elle
suffisante ?

Stéphane Riesen
Expert diplômé en assurances de pensions,
Actuaire ASA
Directeur général
Pittet Associés SA

PAGE 1
Réduction du besoin de
performance : la seule baisse
du taux technique est-elle
suffisante ?
Stéphane Riesen
Expert diplômé en assurances de pensions,
Actuaire ASA
Directeur général
Pittet Associés SA

PAGE 1

Plan de l’exposé

\ Introduction : le taux d’intérêt technique


\ Besoin de performance
\ Conséquences d’une baisse du taux technique
\ Taux technique et performance
\ Conclusion

PAGE 2

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 141
Introduction : le taux d’intérêt technique

\ Définition selon la Directive technique n°4 (DTA 4) de la


Chambre suisse des experts en caisses de pensions :
«Le taux d’intérêt technique est le taux d’escompte qui permet de
calculer les capitaux de prévoyance des bénéficiaires de rentes et
les provisions techniques d’une institution de prévoyance»
\ Il s’agit d’un taux d’évaluation (vision Suisse alémanique) 
permet d’évaluer les engagements à porter au bilan
\ Pas d’incidence directe sur les prestations

PAGE 3

Introduction : le taux d’intérêt technique

\ Ce taux sert à escompter les prestations futures : s’applique aux


prestations périodiques (rentes)
\ Plus une prestation est éloignée dans le temps, plus l’effet
d’escompte sera important  ce taux a donc une incidence plus
marquée pour des effectifs de rentiers viagers jeunes
\ Le taux technique correspond à la performance que l’institution
de prévoyance peut raisonnablement dégager sur la durée de
versement des prestations

PAGE 4

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 142
Introduction : le taux d’intérêt technique

\ Le taux d’intérêt technique est normalement fixé dans une


perspective long terme, car il doit correspond à une
performance sur une durée de placement de 15-20 années
(échéance moyenne habituelle pour un effectif de rentiers)
\ Il ne s’agit pas d’un taux annuellement recalculé en fonction de
la performance de l’année, contrairement au taux crédité
\ Plus le taux technique est bas, plus les réserves mathématiques
des rentes en cours seront élevées  en moyenne, une baisse
ponctuelle du taux technique de 0.5 point représente une
hausse immédiate d’environ 5 % des réserves mathématiques
des rentiers

PAGE 5

Besoin de performance

\ L’évolution sur une année de la réserve mathématique d’une


rente s’explique par :
• En moins : La rente payée durant l’année, financée au
moyen de la dissolution d’une partie de la réserve
mathématique constituée
• En plus : Le taux d’intérêt technique sur une année,
financé par la performance
• En plus : la prime de risque décès, qui correspond au
«bout du pensionné qui n’est pas décédé durant l’année»
\ Le taux d’intérêt technique étant financé par la performance, il
fait donc intégralement partie du besoin de performance

PAGE 6

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 143
Besoin de performance

\ Par performance, on entend la prise en compte des plus-values


réalisées (dividendes, coupons, vente de titres) et non-
réalisées, soit la différence de valeur de cours des titres
\ Le rendement ne comprend quant à lui que les plus-values
réalisées : cela correspond aux flux de trésorerie générés par
les placements
\ La notion de performance n’a de sens que dans la mesure où
les placements sont évalués en valeur de marché
\ Dans l’analyse du financement d’une institution, le
raisonnement s’effectue donc au niveau de la performance
générée, car elle impacte directement la fortune de prévoyance

PAGE 7

Besoin de performance

Prestations
Cotisations

-
Sorties
Apports
+ Performance
Primes
d’assurance
Frais

Autres produits

Fortune nette
Fortune nette de prévoyance
de prévoyance 31.12.t
31.12.t-1

PAGE 8

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 144
Besoin de performance

\ Le besoin de performance correspond à la performance


minimale devant être réalisée sur les placements afin de
garantir le financement du plan de prévoyance  correspond
à la part à charge du troisième cotisant (les autres éléments
étant financés par les cotisations)
\ Les éléments généralement financés par la performance sont :
• Le taux crédité en primauté des cotisations / le taux technique du
barème de prestation de sortie en primauté des prestations 
part des assurés actifs
• Le taux d’intérêt technique  part des bénéficiaires de rentes
• L’accroissement de la longévité avec des tables périodiques
• Possible : l’indexation des pensions
• Possible : les frais de gestion
PAGE 9

Besoin de performance

Taux crédité

Intérêt technique
Besoin de
performance
Performance
réalisée Longévité

Autres éléments
financés par la
performance
Réserve de
Marge sur fluctuation de
performance valeur
Taux crédité
supplémentaire
PAGE 10

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 145
Besoin de performance

\ De manière très schématique, en primauté des cotisations et en


ne considérant que les deux premiers points, nous avons :
Besoin de performance = proportion des engagements des actifs
x taux crédité + proportion des engagements des rentiers x taux
technique
\ Dès lors, il serait logique de considérer que la baisse du taux
technique, au même titre que la baisse du taux crédité, permet
d’abaisser le besoin de performance, et ce au prorata des
engagements des rentiers
\ Mais cela n’est pas si simple…

PAGE 11

Conséquences d’une baisse du taux d’intérêt technique

\ Comme déjà présenté, le taux technique étant un taux


d’évaluation, une baisse du taux technique engendre
immédiatement une hausse des réserves mathématiques des
rentes en cours
\ La hausse des engagements qui en résulte conduit à une
baisse immédiate du degré de couverture
\ Mais par contre la charge technique d’intérêt sur les réserves
mathématiques en cours diminue pour le futur  On échange
une baisse immédiate du niveau de couverture avec un
allègement de la charge d’intérêt future

PAGE 12

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 146
Conséquences d’une baisse du taux d’intérêt technique

\ Mais le taux technique est un taux d’évaluation  il n’a pas


d’influence directe sur les prestations
\ Il est ainsi essentiel d’ajouter à l’équation les prestations
assurées, soit le coût du passage du statut d’assuré cotisant à
celui de bénéficiaire
\ En effet, une baisse du taux technique seule, sans adaptation
des prestations du plan de prévoyance, n’a qu’une incidence
limitée sur les prestations futures, car celles-ci demeurent
identiques en francs
 Notion de taux d’intérêt technique de calcul (ou de
financement), qui est le taux implicite lié aux prestations du plan
de prévoyance (concept surtout présent en Suisse alémanique)
PAGE 13

Conséquences d’une baisse du taux d’intérêt technique

\ Le niveau des prestations du plan dépend de la primauté :


• En primauté des cotisations, le passage du statut d’assuré
cotisant à celui de bénéficiaire s’effectue au moyen du taux
de conversion, qui permet de transformer un capital
accumulé en rente
• En primauté des prestations, les prestations sont définies
en pourcent du salaire (ou d’un salaire moyen), il n’y a donc
pas de conversion à proprement parler, mais il existe un
barème de prestation de sortie représentant la contre-
valeur de la pension de retraite acquise  a une incidence
sur les sorties et entrées de l’institution

PAGE 14

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 147
Conséquences d’une baisse du taux d’intérêt technique

\ Une baisse du taux technique entraîne une augmentation de la


réserve mathématique constituée au moment du passage au
statut de rentier  renchérissement des prestations périodiques
(rentes)
\ Ce renchérissement, s’il n’est pas compensé par une baisse
des prestations nominales, entraînera un coût qui devra être
financé
 Augmentation du besoin de financement, qui vient
contrebalancer le gain apporté par la baisse de charge d’intérêt
\ Cette constatation est autant valable en primauté des
cotisations qu’en primauté des prestations

PAGE 15

Illustration

\ Plan en primauté des cotisations


\ L’institution applique les tables LPP 2015 (P 2015) au taux
d’intérêt technique de 2.50 %
\ Le taux de conversion pour un homme de 65 ans et pour une
femme de 64 ans est de 5.7 %
\ Ce taux correspond au taux actuariellement neutre, ce qui
signifie qu’au moment de la retraite, l’avoir de vieillesse
accumulé est égal à la réserve mathématique constituée pour la
rente  pas de perte technique à la retraite (sous réserve que
les assurés suivent les tables au niveau des autres paramètres
déterminants comme les probabilités d’être mariés ou les
enfants de retraités)
PAGE 16

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 148
Illustration – Situation initiale

25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95 100 105 110

Avoir accumulé Réserve mathématique

Passage neutre à la retraite sans gains ni pertes


 l’avoir correspond exactement à la réserve constituée
PAGE 17

Illustration – Baisse du taux technique

\ Le Conseil de fondation décide d’abaisser le taux d’intérêt


technique de 2.50 % à 1.75 %
\ Par contre, le plan de prévoyance demeure inchangé  pas de
révision des prestations assurées, uniquement du taux
technique figurant dans le règlement sur les provisions
\ Le taux de conversion étant inchangé, il n’y a plus d’équilibre à
la retraite entre l’avoir accumulé et la réserve mathématique de
la rente de retraite, qui est désormais plus élevée de par la
baisse du taux technique
 Pertes techniques au moment de la retraite en rente

PAGE 18

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 149
Illustration – Baisse du taux technique à 1.75 %

La réserve supplémentaire n’étant pas financée par l’avoir accumulé,


cela représente une perte technique.
PAGE 19

Pertes à la retraite - Solutions

Deux possibilités pour gérer cette situation :


1. Affectation d’un financement (ou financement
supplémentaire si marge insuffisante) pour couvrir les pertes à
la retraite  financement en répartition des capitaux de
couverture (système financier analogue aux prestations de
risque)
\ Dans le cas illustré ici, chaque départ à la retraite en rente
entraîne une perte technique égale à environ 10 % de l’avoir de
vieillesse
2. Diminution des prestations, avec une baisse du taux de
conversion au nouveau niveau actuariellement neutre, ce qui
permet de rétablir l’équilibre entre avoir et réserve
PAGE 20

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 150
1. Affectation d’un financement

\ L’affectation des pertes sur retraite au financement conduit


logiquement à une hausse du besoin de financement  vient
contrebalancer le gain apporté
\ Le coût sera d’autant plus important qu’un nombre conséquent
d’assurés actifs doivent partir en retraite durant les prochaines
années
\ Potentiellement et en fonction de la structure démographique de
l’institution, la baisse du taux technique peut conduire à une
hausse du besoin de financement à court terme

PAGE 21

1. Affectation d’un financement

\ Le financement des pertes sur retraite nécessite dans tous les


cas une analyse du besoin de financement du plan de
prévoyance, afin de déterminer s’il existe des marges
suffisantes ou non
\ A défaut d’une marge disponible suffisante, une augmentation
des cotisations sera nécessaire
\ Marge possible sur les cotisations : gain sur les risques et frais
\ Marge possible sur la performance : performance attendue
supérieure au besoin de performance…mais dans ce cas,
pourquoi diminuer le taux technique ?

PAGE 22

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 151
2. Diminution des prestations

\ Une baisse des taux de conversion au niveau actuariellement


neutre permet de rétablir l’équilibre au moment de la retraite
 attention néanmoins de prévoir une période transitoire
\ Respect des normes minimales légales : pour des plans
proches du minimum LPP, une baisse du taux de conversion
réglementaire aura un impact limité voire nul  le plan
minimum LPP est analogue à un plan en primauté de
prestations
\ Dans le cas d’une baisse des prestations, le besoin de
performance, et donc le besoin de financement, est bien
réduit…mais n’est-pas plutôt à cause de la baisse des
prestations que celle du taux technique ?

PAGE 23

Illustration – Réforme de la LPP

\ Orientations générales de la réforme de la prévoyance


professionnelle :
• Baisse du taux de conversion légal de 6.8 % à 6.0 %
• Diminution de la déduction de coordination
• Supplément de rente
• Rééchelonnement des bonifications
 Le taux de conversion actuel de 6.8 % n’est pas en adéquation
avec les attentes de performance
 Cause principale de la réforme

PAGE 24

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 152
Illustration – Réforme de la LPP

\ Toutes les autres mesures prises visent à compenser la baisse


du taux de conversion : hausse des cotisations qui génère un
avoir plus important à la retraite et permet de compenser en
francs l’effet de la baisse du taux de conversion
\ Une baisse «sèche» du taux de conversion n’est en effet pas
vendable politiquement (cf. votation du 7 mars 2010)
 Combinaison d’une baisse des prestations due à la diminution
des attentes de performance (reflétée dans la baisse du taux de
conversion) et d’une hausse du financement pour compenser
cette baisse
 Ajout d’un supplément de rente de fixe

PAGE 25

Taux technique et performance

\ Le taux technique n’est en réalité qu’un artifice technique qui


reflète l’impact de la performance dans le financement des
prestations
\ En effet, une baisse du taux technique seule, si elle n’est pas
accompagnée d’une incidence concrète sur les prestations
réglementaires, n’a pas d’influence sur l’évolution de la fortune
de prévoyance
\ La fortune évolue en effet uniquement selon les flux de
trésorerie entrants et sortants et la performance générée

PAGE 26

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 153
Taux technique et performance

\ Fondamentalement, la baisse du taux d’intérêt technique devrait


refléter une baisse des attentes de performance
\ Une baisse du taux technique alors que la performance
attendue demeure inchangée n’aura aucune incidence, car les
pertes attendues à la retraite pourront être financées par la
marge générée sur la performance
\ Au contraire, une baisse des attentes de performance sans
modification du taux technique a une incidence majeure sur la
santé financière future de l’institution, car elle déséquilibre le
rapport entre performance attendue et performance nécessaire

PAGE 27

Taux technique et performance

\ Cette analyse est tout autant valable pour un plan en primauté


des cotisations, en primauté des prestations ou pour une caisse
de rentiers
\ L’élément central de l’analyse est la performance attendue :
le taux technique est ajusté pour mettre en adéquation les
éléments techniques avec la performance escomptée
\ Il convient de toujours garder une vision long terme : le taux
technique ne devrait pas fluctuer d’année en année au gré des
attentes conjoncturelles

PAGE 28

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 154
Illustration

\ Plan en primauté des prestations, avec un taux d’intérêt


technique de 2.5 %
\ Performance moyenne attendue : 2.75 %
\ Situation initiale : le plan est financé
\ Variante 1 : le conseil de fondation décide d’abaisser le taux
d’intérêt technique de 2.5 % à 2.25 %, mais la performance
attendue est inchangée
\ Variante 2 : la performance attendue passe de 2.75 % à 2.5 %,
mais le taux technique n’est pas modifié

PAGE 29

Illustration

107%

106%

105%

104%

103%

102%

101%

100%

Degré de couverture - Situation initiale Degré de couverture - Variante 1

Degré de couverture - Variante 2

PAGE 30

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 155
Conclusion

\ La seule baisse du taux technique est-elle suffisante ?  La


réponse est clairement non
\ Une baisse du taux technique reflète une baisse des attentes de
performance  seules une diminution des prestations et/ou une
augmentation du financement sont à même de rétablir l’équilibre
\ Le taux technique n’est qu’un medium technique entre la
performance et les prestations, ce n’est pas un paramètre
miracle qui permet de tout soigner
\ Le taux technique doit idéalement être fixé à la toute fin, lorsque
les questions de financement (cotisation, performance) et de
prestations ont été réglées

PAGE 31

Réduction du besoin de performance : la seule baisse du taux technique est-elle suffisante ? 156
Jurisprudence du Tribunal fédéral du
mois de juin 2019 au mois de mai 2020 :
quoi de neuf ?

Anne TROILLET, Avocate

160
Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019
au mois de mai 2020 : quoi de neuf ?

Anne TROILLET, Avocate

Introduction
En 2019/2020, le Tribunal fédéral a rendu des arrêts de
principe en matière de:

• Divorce;
• Liquidation partielle;
• Consultation des employés.

Il a aussi rendu plusieurs arrêts intéressants en matière de


prestations de survivants en faveur du partenaire de vie.

-2-

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 161


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Divorce
Arrêt du TF du 11 décembre 2019, 5A_130/2019

Le conjoint débiteur est administrateur et actionnaire unique


de la société qu’il a créée.
Le conjoint créancier prétend à ce que les réserves de
cotisations de l’employeur soient prises en compte dans les
avoirs de prévoyance à partager.

-3-

Divorce
Arrêt du TF du 11 décembre 2019, 5A_130/2019

Le TF a considéré que les réserves de cotisations de


l’employeur doivent être traitées comme des fonds libres de
l’institution de prévoyance. La question de savoir si elles
doivent faire partie du partage de la prévoyance
professionnelle ne se pose qu’à la liquidation de l’IP. Les
conditions pour une prise en considération dans le cadre de la
liquidation du régime matrimonial ne sont pas remplies.

-4-

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 162


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Divorce
Arrêt du TF du 23 mars 2020, 9C_391/2019

Le conjoint débiteur n’est pas affilié à une IP mais a déposé


une demande de prestations d’invalidité, qui est pendante
durant la procédure de divorce, au terme de laquelle des
prestations d’invalidité pourraient lui être octroyées avec effet
rétroactif.

-5-

Divorce
Arrêt du TF du 23 mars 2020, 9C_391/2019

Le TF a rappelé que toutes les prestations de prévoyance


acquises pendant le mariage, jusqu’à l’introduction de la
procédure de divorce, doivent être soumises au partage.
En cas d’octroi de prestations d’invalidité avec effet rétroactif,
il peut en découler une augmentation des avoirs de vieillesse,
en cas de libération du service des cotisations. Il ne serait pas
justifié que le conjoint créancier ne participe pas à
l’augmentation de ces avoirs de vieillesse.

-6-

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 163


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Divorce
Arrêt du TF du 23 mars 2020, 9C_391/2019

S’il ne peut être exclu qu’une pension d’invalidité soit octroyée


avec un effet rétroactif à la période précédant l’introduction de
la demande en divorce, il convient de suspendre la procédure
de divorce jusqu’à droit jugé sur le cas de prévoyance.
Les mesures provisionnelles doivent permettre d’éviter les
problèmes pratiques que pourrait entraîner une telle
suspension.

-7-

Divorce
Arrêt du TF du 23 mars 2020, 9C_391/2019

Quelles sont les conséquences de cet arrêt pour les IP?

-8-

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 164


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Prestations de survivants
Arrêt du TF du 26 juin 2019, 9C_874/2018

Le défunt assuré était membre du Conseil de fondation,


représentant de l’employeur. Pendant qu’il siégeait au Conseil
de fondation, les règles d’octroi de prestations de survivants
en faveur du partenaire de vie ont été modifiées. Il convenait
désormais de désigner formellement son partenaire de vie.
Lorsque les assurés ont été informés de modifications
réglementaires, leur attention n’a pas été expressément
attirée sur ce point.

-9-

Prestations de survivants
Arrêt du TF du 26 juin 2019, 9C_874/2018

Le défunt assuré n’a pas désigné son partenaire de vie de


son vivant.
Ce dernier prétend à des prestations de survivants, se
prévalant d’une violation par l’IP de son devoir d’information
(art. 86b LPP).

- 10 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 165


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Prestations de survivants
Arrêt du TF du 26 juin 2019, 9C_874/2018

Le TF a estimé que, dès lors que l’assuré défunt était membre


du Conseil de fondation, le Tribunal ne saurait exiger de l’IP la
preuve d’une communication formelle des modifications
réglementaires sans faire preuve d’un formalisme excessif.

- 11 -

Prestations de survivants
Arrêt du TF du 4 mai 2020, 9C_804/2019

La désignation écrite par l’assuré de son partenaire de vie


parvient à l’IP avant le décès de l’assuré, mais deux mois
après la prise de la retraite.
Le règlement prévoit qu’un droit à des prestations de
survivants d’un assuré retraité n’existe que si les conditions
pour ouvrir le droit à des prestations de survivants sont
remplies à la date où l’assuré a pris sa retraite.

- 12 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 166


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Prestations de survivants
Arrêt du TF du 4 mai 2020, 9C_804/2019

Le TF relève que l’exigence d’une désignation écrite a pour


objectif de:
• S’assurer que les survivants ont bien eu une communauté
de vie d’au moins 5 ans;
• S’assurer que l’assuré voulait bien mettre au bénéfice de
prestations de décès son partenaire et
• Permettre à l’IP de connaître et calculer ses engagements.

- 13 -

Prestations de survivants
Arrêt du TF du 4 mai 2020, 9C_804/2019

Dans le cas d’espèce, le TF a considéré qu’il serait contraire


au but du règlement de priver le partenaire survivant de
prestations au motif que la désignation est parvenue à l’IP
deux mois après la prise de la retraite.

Cet arrêt implique-t-il une remise en cause de la validité des


clauses règlementaires topiques?

- 14 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 167


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Liquidation partielle
Arrêt du TF du 28 août 2019, 9C_20/2019

Dans le contexte d’une liquidation partielle, l’employeur affilié,


qui résilie le contrat d’affiliation, s’engage à effectuer un
versement complémentaire et volontaire en faveur de l’IP.
Des membres de l’effectif sortant prétendent à un droit
proportionnel à cet apport complémentaire de l’employeur.
Cet engagement devrait selon eux faire partie des provisions
et réserves auxquelles ils ont un droit collectif selon l’art. 27h
OPP 2.

- 15 -

Liquidation partielle
Arrêt du TF du 28 août 2019, 9C_20/2019

Selon l’art. 27h OPP 2, dans le contexte d’une liquidation


partielle, lorsque plusieurs assurés passent ensemble dans
une autre IP, un droit collectif de participation
proportionnelle aux provisions et réserves de fluctuation
s’ajoute au droit de participation aux fonds libres.
Ce droit concerne les réserves et provisions afférentes à
l’effectif sortant, dans la mesure du risque actuariel ainsi cédé.

- 16 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 168


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Liquidation partielle
Arrêt du TF du 28 août 2019, 9C_20/2019
Le TF a retenu que le versement opéré par l’employeur ne
fait pas partie des provisions à transférer. En effet, il a pour
but d’atténuer les conséquences négatives de la résiliation
par l’employeur de la convention d’affiliation sur la structure
démographique de l’IP, de soutenir financièrement l’IP afin
d’assurer sa pérennité.
Cet engagement n’a pas pour objectif de bénéficier aux
assurés sortants, et il ne fait donc pas partie des provisions
objet du droit collectif selon l’art. 27h OPP 2.

- 17 -

Liquidation partielle
Arrêt du TF du 20 janvier 2020, 9C_249/2019
Dans le contexte d’une liquidation partielle, l’effectif sortant se
prévaut d’un droit collectif à une partie de la réserve de
fluctuation de valeur.
L’IP s’y oppose, au motif, d’une part, que la liquidation
partielle a débuté avant l’entrée en vigueur de l’art. 27h OPP
2, lequel prévoit un droit collectif aux provisions, et que,
d’autre part, les prestations de libre passage sont transférées
en espèces, soit sans transfert du risque d’investissement.

- 18 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 169


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Liquidation partielle
Arrêt du TF du 20 janvier 2020, 9C_249/2019
Le TF expose qu’il existait un droit à une partie de la réserve
de fluctuation de valeur en cas de sortie collective même
avant l’introduction de l’art. 27h OPP 2, dans la mesure où le
contrat d’affiliation le prévoit.
Ledit contrat s’interprète selon le principe de la confiance: il
convient de déterminer le sens que les parties pouvaient de
bonne foi y donner.

- 19 -

Liquidation partielle
Arrêt du TF du 20 janvier 2020, 9C_249/2019
En l’espèce, l’art. 10 du contrat d’affiliation prévoit, en cas de
résiliation, le transfert:
• des avoirs de prévoyance des employés concernés,
• des réserves de cotisations de l’employeur comptabilisées
séparément au bénéfice de l’employeur dont le contrat est
résilié et
• d’une part proportionnelle des autres actifs de l’IP.

- 20 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 170


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Liquidation partielle
Arrêt du TF du 20 janvier 2020, 9C_249/2019
Il est précisé, toujours à l’art. 10 du contrat d’affiliation, que la
part proportionnelle des actifs à transférer est calculée sur la
base de la réserve actuarielle afférente aux employés
transférés, exclusion faite:
• de la réserve actuarielle consacrée aux retraités;
• des réserves de cotisations constituées par d’autres
entreprises affiliées;
• et d’autres réserves constituées exclusivement au bénéfice
d’employés d’autres employeurs affiliés.

- 21 -

Liquidation partielle
Arrêt du TF du 20 janvier 2020, 9C_249/2019
Le TF conclut qu’en vertu du principe de la confiance, il faut
admettre qu’il existe un droit à une part proportionnelle de la
réserve de fluctuation de valeur, dès lors que cette dernière
ne figure pas dans la liste des réserves expressément exclues
du transfert par l’art. 10 du contrat d’affiliation.
En outre, le droit à une part de la réserve de fluctuation de
valeur existe indépendamment du fait que les avoirs ont été
transférés sous forme de liquidités.

- 22 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 171


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Consultation des employés
Arrêt du TF du 5 mai 2020, 9C_409/2019
Proparis est une IP collective à laquelle sont affiliés non
seulement des employeurs, mais également des
organisations professionnelles membres de l’USAM.
Elle regroupe 13 œuvres de prévoyance de différentes
organisations professionnelles et associations de PME.
Plusieurs associations professionnelles ont résilié leur contrat
d’affiliation avec Proparis avec effet au 31 décembre 2017.

- 23 -

Consultation des employés


Arrêt du TF du 5 mai 2020, 9C_409/2019
Ces associations professionnelles ont requis de la BBSA
(Autorité bernoise de surveillances des IP et des fondations)
qu’elle rende une décision de liquidation partielle, ce qui fut
fait.
Proparis recourt contre cette décision auprès du TAF (Tribunal
administratif fédéral), lequel confirme la décision de la BBSA.
Proparis recourt auprès du Tribunal fédéral contre la décision
du TAF.

- 24 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 172


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Consultation des employés
Arrêt du TF du 5 mai 2020, 9C_409/2019
A l’appui de son recours, Proparis soutient que les
conventions d’affiliation n’ont pas été valablement résiliées,
notamment en raison du fait que les employés n’ont pas
participé à la décision de résilier la convention, en violation de
l’art. 11 al. 3bis LPP.
A ce sujet, il s’avère que les employés ont été informés de la
résiliation du contrat d’affiliation et de ses conséquences,
avant la fin de l’affiliation mais après que la résiliation a été
notifiée à Proparis.

- 25 -

Consultation des employés


Arrêt du TF du 5 mai 2020, 9C_409/2019
Il est également avéré que les employés n’ont pas réagi à
cette information et qu’ils n’ont pas fait opposition à leur
transfert auprès d’une nouvelle IP.
En outre, le plan de prévoyance des employés concernés
dépassait de peu les exigences minimales selon la LPP.

- 26 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 173


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Consultation des employés
Arrêt du TF du 5 mai 2020, 9C_409/2019
L’art. 11 al. 3bis LPP prévoit que la résiliation de l’affiliation et
la réaffiliation à une nouvelle institution de prévoyance par
l’employeur s’effectuent d’entente avec son personnel, ou, si
elle existe, avec la représentation des travailleurs.
Cette exigence de participation des employés ne se confond
pas avec la gestion paritaire de l’IP, de l’art. 51 LPP.
Selon le TF, par le mot «entente», le législateur a attribué un
rôle actif aux employés dans le choix de l’IP.

- 27 -

Consultation des employés


Arrêt du TF du 5 mai 2020, 9C_409/2019
Le TF soutient que l’art. 11 al. 3bis LPP implique donc que les
employés aient donné, à l’avance, leur consentement.
Il ne suffit donc pas d’informer, orienter et écouter son
personnel. Son consentement est donc nécessaire.
Ce droit de codécision est un droit qui doit être exercé
collectivement et non une addition de droits individuels.
Qu’est-ce qu’un exercice collectif ?

- 28 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 174


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Consultation des employés
Arrêt du TF du 5 mai 2020, 9C_409/2019
Selon le TF, l’accord préalable du personnel est une condition
sine qua non de la résiliation du contrat d’affiliation.
Sans accord, la résiliation de l’affiliation est donc nulle.
Dans le cas d’espèce, les employés n’ont pas participé à la
décision. Ils n’ont été informés de la résiliation qu’après que
celle-ci a été notifiée à Proparis.
Le fait que les employés ne se soient pas opposés à la
résiliation ne vaut pas «entente» au sens de l’art. 11 al. 3bis
LPP.

- 29 -

Consultation des employés


Arrêt du TF du 5 mai 2020, 9C_409/2019
Le TF conclut donc que les contrats d’affiliation n’ont pas été
valablement résiliés.
Les conditions d’une liquidation partielle n’étaient donc pas
remplies, de sorte que la décision de la BBSA doit être
annulée.

- 30 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 175


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

Consultation des employés
Arrêt du TF du 5 mai 2020, 9C_409/2019
Il faut relever que le TAF avait laissé ouverte la question de
savoir si l’art. 11 al. 3bis LPP s’applique aux IP qui offrent des
prestations relevant du domaine surobligatoire, au motif que
le plan de prévoyance n’excédait que de peu les exigences
minimales de la LPP.
Le TF ne s’est pas non plus prononcé expressément à ce
sujet.

- 31 -

Consultation des employés


Arrêt du TF du 5 mai 2020, 9C_409/2019
Quelles leçons tirer de cet arrêt?
Comment mettre en œuvre la consultation des employés?
Quelles sont les obligations de contrôle de l’IP face à la
résiliation, ou nouvelle affiliation d’un employeur?
Qui peut se prévaloir de la nullité de la résiliation d’une
affiliation et dans quel contexte?

- 32 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 176


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

CONCLUSION

- 33 -

Jurisprudence du Tribunal fédéral du mois de juin 2019 177


au mois de mai 2020: quoi de neuf ?

JURISPRUDENCE DU TRIBUNAL FEDERAL

EN MATIERE DE PREVOYANCE PROFESSIONNELLE

Juin 2019 – Mai 2020

____________________________________________________________________

Anne Troillet
TABLE DES MATIERES

I. Principes généraux ____________________________________________ 5


A. Assurance et salaire assuré __________________________________ 5
1. Arrêt du Tribunal fédéral du 3 juillet 2019, cause 9C_132/2019
(prescription, principe de la confiance)
2. Arrêt du Tribunal fédéral du 18 septembre 2019, cause 9C_256/2019
(art. 3 OPP 2, méthode praenumerando)
3. Arrêt du Tribunal fédéral du 16 décembre 2019, cause 9C_642/2019
(date de fin de l’affiliation)
B. Interprétation des contrats et règlements _______________________ 5
4. Arrêt du Tribunal fédéral du 28 octobre 2019, cause 9C_300/2019
(interprétation du règlement)
5. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 juillet 2019, cause 9C_886/2018
(interprétation du règlement d’une IPDP)
C. Intérêts de retard ___________________________________________ 6
6. Arrêt du Tribunal fédéral du 2 mars 2020, cause 9C_180/2019
(art. 66 al. 2 LPP, intérêts moratoires, cotisations)
7. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 mai 2020, cause 9C_527/2019
(art. 66 al. 2 LPP, intérêts moratoire, dies a quo)
D. Affiliation d’office __________________________________________ 7
8. Arrêt du Tribunal fédéral du 12 février 2020, cause 9C_639/2019
(notification d’une décision d’affiliation d’office de l’institution supplétive,
prescription des créances en cotisation)
II. Procédure____________________________________________________ 7
9. Arrêt du Tribunal fédéral du 20 janvier 2020, cause 9C_833/2019
(art. 42 LTF, motivation de l’acte de recours)
10. Arrêt du Tribunal fédéral du 29 janvier 2020, cause 9C_292/2019
(autorité de la chose jugée)
III. Prestations___________________________________________________ 8
A. Survivants ________________________________________________ 8
11. Arrêt du Tribunal fédéral du 26 juin 2019, cause 9C_874/2018
(prestations en faveur du partenaire de vie, art. 86b LPP, devoir
d’information)
12. Arrêt du Tribunal fédéral du 31 octobre 2019, cause 9C_495/2019
(prestations en faveur du partenaire de vie, preuve de notification)
13. Arrêt du Tribunal fédéral du 13 mai 2020, cause 9C_784/2019
(prestations en faveur du partenaire de vie, conditions d’ouverture
du droit)
14. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 mai 2020, cause 9C_804/2019
(prestations de survivants d’un assuré retraité)
B. Invalidité _________________________________________________ 9
15. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 juin 2019, cause 9C_824/2018
(recours de l’institution de prévoyance contre la décision AI)
16. Arrêt du Tribunal fédéral du 21 août 2019, cause 9C_298/2019
(force contraignante et caractère manifestement insoutenable de la
décision AI)

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle -2- 179


17. Arrêt du Tribunal fédéral du 14 mai 2020, cause 9C_208/2020
(droit à la rente d’invalidité et évaluation de l’office AI)
18. Arrêt du Tribunal fédéral du 11 juin 2019, cause 9C_866/2018
(notion de l’invalidité plus large que dans l’assurance-invalidité)
19. Arrêt du Tribunal fédéral du 14 novembre 2019, cause 9C_563/2019
(notion de l’invalidité plus large que dans l’assurance-invalidité)
20. Arrêt du 24 septembre 2019, cause 9C_333/2019
(participation de l’institution de prévoyance à la procédure AI)
21. Arrêt du Tribunal fédéral du 12 mai 2020, cause 9C_828/2019
(clause d’assurance)
22. Arrêt du Tribunal fédéral du 10 septembre 2019, cause 9C_387/2019
(survenance d’une incapacité de travail de 20% avant le début des
rapports de prévoyance)
23. Arrêt du Tribunal fédéral du 17 octobre 2019, cause 9C_435/2019
(date de survenance de l’incapacité de travail déterminante, caractère
insoutenable de la décision AI)
24. Arrêt du Tribunal fédéral du 22 août 2019, cause 9C_347/2019
(connexité temporelle et chômage)
25. Arrêt du Tribunal fédéral du 22 août 2019, cause 9C_877/2018
(connexité temporelle)
26. Arrêt du Tribunal fédéral du 25 septembre 2019, causes 9C_375/2019 et
9C_382/2019
(connexité temporelle, abattement sur le salaire statistique dû à l’âge)
27. Arrêt du Tribunal fédéral du 22 octobre 2019, cause 9C_515/2019
(maladies évoluant par poussées, preuve de la survenance d’une
incapacité de travail de 20% avant le début des rapports de prévoyance,
procédure)
28. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 novembre 2019, cause 9C_556/2019
(preuve de l’incapacité de travail, maladies évoluant par poussées)
29. Arrêt du Tribunal fédéral du 16 juillet 2019, cause 9C_255/2019
(alimentation du compte épargne, violation du droit d’être entendu)
30. Arrêt du Tribunal fédéral du 14 février 2020, cause 9C_555/2019
(maintien du versement de la rente d’invalidité LPP après l’âge de la
retraite)
31. Arrêt du Tribunal fédéral du 5 novembre 2019, cause 9F_8/2019
(suppression du droit à la rente, demande de révision)
32. Arrêt du Tribunal fédéral du 12 décembre 2019, cause 9C_214/2019
(pouvoir d’examen du Tribunal fédéral, taux d’intérêt)
33. Arrêt du Tribunal fédéral du 7 janvier 2020, cause 9C_99/2019
(pouvoir d’examen du Tribunal fédéral)
C. Versement anticipé pour l’accession à la propriété du logement ____ 15
34. Arrêt du Tribunal fédéral du 31 octobre 2019, cause 9C_159/2019
(retrait EPL, fusion d’IPDP, mesures transitoires)
D. Prestation de libre passage _________________________________ 16
35. Arrêt du Tribunal fédéral du 5 novembre 2019, cause 9C_84/2019
(interprétation du règlement, mesures transitoires, égalité de traitement)
IV. Divorce _____________________________________________________ 16
36. Arrêt du Tribunal fédéral du 12 juin 2019, cause 5A_776/2018
(art. 30 LPP, accession à la propriété du logement)
37. Arrêt du Tribunal fédéral du 13 août 2019, cause 5A_94/2019
(art. 123 CC, atteinte de l’âge de la retraite pendant la procédure de
divorce)

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle -3- 180


38. Arrêt du Tribunal fédéral du 3 septembre 2019, cause 5A_153/2019
(art. 124b CC, exception au partage par moitié des avoirs de
prévoyance)
39. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 novembre 2019, cause 2C_29/2017
(art. 122 CC, exception au partage par moitié des avoirs de prévoyance)
40. ATF 146 III 73 du 11 décembre 2019 (cause 5A_130/2019)
(art. 122 ss CC, prise en considération des réserves de cotisations de
l’employeur lors du partage des avoir de prévoyance)
41. Arrêt du Tribunal fédéral du 18 février 2020, cause 9C_767/2019
(art. 122 ss CC, compétence ratione materiae, sort du versement EPL)
42. Arrêt du Tribunal fédéral du 23 mars 2020, cause 9C_391/2019,
publication prévue aux ATF
(art. 124 CC, octroi de prestations d’invalidité avec effet rétroactif)
V. Saisissabilité des prestations de prévoyance ______________________ 19
43. Arrêt du Tribunal fédéral du 23 septembre 2019, cause 5A_338/2019
(art. 93 LP, saisissabilité de la prestation en capital)
VI. Liquidation partielle ___________________________________________ 19
44. ATF 145 V 343 du 28 août 2019 (cause 9C_20/2019)
(art. 27h OPP 2, calcul des provisions à transférer, engagement de
l’employeur)
45. ATF 146 V 28 du 20 janvier 2020 (cause 9C_249/2019)
(art. 27h OPP 2, sort de la réserve de fluctuation de valeur)
VII. Fiscalité ____________________________________________________ 20
46. Arrêt du Tribunal fédéral du 18 septembre 2019, cause 2C_849/2018
(art. 79b LPP, déductibilité des rachats)
47. Arrêt du Tribunal fédéral du 1er octobre 2019, cause 2C_520/2019
(indemnités de départ à caractère de prévoyance)
48. Arrêt du Tribunal fédéral du 8 janvier 2020, cause 2C_108/2019
(art. 79b LPP, déductibilité des rachats)
49. Arrêt du Tribunal fédéral du 12 février 2020, cause 2C_680/2019
(art. 79b LPP, déductibilité des rachats effectués par l’apport d’un capital
provenant d’une institution de libre passage)
50. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 novembre 2019, cause 2C_29/2017
(art. 79b LPP, rachats et acquisition de la propriété du logement)
51. Arrêt du Tribunal fédéral 15 avril 2020, cause 2C_522/2018
(passage du statut d’indépendant au statut de dépendant)
52. Arrêt du Tribunal fédéral du 20 février 2020, cause 2C_748/2018
(pas d’imposition à la source sur les rentes de vieillesse de bénéficiaires
au Sril Lanka et aux Philippines)
VIII. Consultation des employés_____________________________________ 23
53. Arrêt du Tribunal fédéral du 5 mai 2020, cause 9C_409/2019,
publication prévue aux ATF
(art. 11 LPP, droit de codécision des employés)

_____________________________________

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle -4- 181


I. PRINCIPES GENERAUX

A. ASSURANCE ET SALAIRE ASSURE

1. Arrêt du Tribunal fédéral du 3 juillet 2019, cause 9C_132/2019


(prescription, principe de la confiance)

Une institution de prévoyance indique à une personne assurée, dont le droit à


une rente d’invalidité à l’égard de l’assurance-invalidité a passé d’un quart de
rente à une rente complète, de manière incorrecte, que le calcul du droit à une
prestation ne peut intervenir qu’après la conversion des indemnités
journalières de l’assurance-invalidité en rente d’invalidité de l’assurance-
invalidité. Cette information a dissuadé la personne assurée, non assistée par
un avocat, dans un premier temps, de poursuivre plus avant ses droits. Les
prestations d’invalidité de la prévoyance professionnelle ne peuvent pas être
refusées au motif de la prescription, dans la mesure où les autres conditions à
l’application de la jurisprudence en matière de protection de la confiance sont
réalisées.

2. Arrêt du Tribunal fédéral du 18 septembre 2019, cause 9C_256/2019


(art. 3 OPP 2, méthode praenumerando)

Il est, dans le cadre de la méthode praenumerando autorisée par l’art. 3


OPP 2 et applicable en l’espèce, expressément voulu que le salaire annuel
déterminant et le salaire soumis à l’AVS puissent s’écarter l’un de l’autre. Il
n’est pas arbitraire que l’institution de prévoyance se fonde, pour le calcul des
prestations d’invalidité de la prévoyance étendue, sur le dernier salaire
annoncé et non sur le salaire pris en compte pour l’AVS.

3. Arrêt du Tribunal fédéral du 16 décembre 2019, cause 9C_642/2019


(date de fin de l’affiliation)

L’art. 10 LPP règle impérativement le début et la fin de l’assurance obligatoire.


Cette disposition prévoit que l’obligation d’assurance cesse notamment en cas
de dissolution des rapports de travail (art. 10 al. 2 let. b LPP).

Le fait qu’une institution de prévoyance ne notifie pas formellement à l’assuré


la fin de son affiliation auprès d’elle, qu’elle émette des certificats de
prévoyance au-delà de la période d’assurance ou que la prestation de libre
passage n’ait pas été transférée à une autre institution de prévoyance
(cf. art. 1 al. 1 et 2 LFLP) ne sont pas des circonstances qui permettent de
déduire le maintien d’une affiliation.

B. INTERPRETATION DES CONTRATS ET REGLEM ENTS

4. Arrêt du Tribunal fédéral du 28 octobre 2019, cause 9C_300/2019


(interprétation du règlement)

Si le règlement de prévoyance prévoit qu’une rente d’invalidité est versée en


cas de maladie et d’accident, uniquement à partir du salaire LAA,
l’interprétation aux termes de laquelle les parties ne voulaient prévoir une
assurance surobligatoire en cas d’invalidité due à un accident pour la partie de
salaire dépassant le salaire maximal assuré selon la LAA seulement est
correcte. Cela découle notamment de la systématique du règlement de

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle -5- 182


prévoyance et de la volonté de coordination avec les autres assurances
sociales applicables.

5. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 juillet 2019, cause 9C_886/2018


(interprétation du règlement d’une IPDP)

Les documents explicatifs concernant les modifications successives du


Règlement de prévoyance pour les personnes employées et les bénéficiaires
de rentes de la Caisse de prévoyance de la Confédération du 15 juin 2007
(RPEC ; RS 172.220.141.1) font partie des travaux préparatoires qui peuvent
servir à l'interprétation dudit règlement (consid. 3.4 infra). En tant que tels, ils
ne tombent pas sous le coup de l'interdiction des moyens de preuve nouveaux
prévue par l'art. 99 al. 1 LTF, de sorte qu'ils sont admissibles même s'ils n'ont
pas été produits en instance cantonale.

PUBLICA est une institution de prévoyance de droit public dont les


dispositions réglementaires doivent être interprétées selon les règles usuelles
applicables à l'interprétation des dispositions légales (ATF 133 V 314 consid.
4.1 ; arrêt 9C_674/2014 du 24 avril 2015 consid. 4.1). Ainsi, la loi s'interprète
en premier lieu selon sa lettre. Il n'y a lieu de déroger au sens littéral d'un texte
clair par voie d'interprétation que lorsque des raisons objectives permettent de
penser que ce texte ne restitue pas le sens véritable de la disposition en
cause. Si le texte n'est pas absolument clair, si plusieurs interprétations de
celui-ci sont possibles, il convient de rechercher quelle est la véritable portée
de la norme, en la dégageant de tous les éléments à considérer, soit
notamment des travaux préparatoires, du but de la règle, de son esprit, ainsi
que des valeurs sur lesquelles elle repose ou encore de sa relation avec
d'autres dispositions légales. Le Tribunal fédéral ne privilégie aucune méthode
d'interprétation, mais s'inspire d'un pluralisme pragmatique pour rechercher le
sens véritable de la norme ; en particulier, il ne se fonde sur la compréhension
littérale du texte que s'il en découle sans ambiguïté une solution
matériellement juste.

C. INTERETS DE RETARD

6. Arrêt du Tribunal fédéral du 2 mars 2020, cause 9C_180/2019


(art. 66 al. 2 LPP, intérêts moratoires, cotisations)

Dans la prévoyance professionnelle, il existe une base légale spécifique


s’agissant de la perception d’intérêts moratoires. Il s’agit de l’art. 66 al. 2 LPP,
qui prévoit que l’institution de prévoyance peut majorer d’un intérêt moratoire
les cotisations payées tardivement. Par cotisations, il faut également
comprendre tous les frais administratifs réglementaires ordinaires, prévus par
l’art. 65 LPP et l’art. 48a OPP 2. Ne sont par contre pas couverts par l’art. 66
al. 2 LPP les frais et dépenses extraordinaires encourus par l’institution de
prévoyance.

7. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 mai 2020, cause 9C_527/2019


(art. 66 al. 2 LPP, intérêts moratoire, dies a quo)

Le règlement de l’institution supplétive prévoit que les cotisations sont


facturées trimestriellement, et dues le 1er mars, le 1er juin, le 1er septembre et
le 1er décembre. Le règlement précise que les cotisations sont payables dans
les trente jours, et que, en cas de retard de paiement, la Fondation peut
facturer des intérêts de retard. Le dies a quo des intérêts de retard est le jour

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle -6- 183


de l’exigibilité, et non le jour de la mise en demeure. Ce n’est que si le
paiement est effectué dans les trente jours que l’institution supplétive renonce
à percevoir des intérêts.

D. AFFILIATION D’OFFICE

8. Arrêt du Tribunal fédéral du 12 février 2020, cause 9C_639/2019


(notification d’une décision d’affiliation d’office de l’institution
supplétive, prescription des créances en cotisation)

Celui qui prend connaissance d’une décision qui le concerne par une voie non-
officielle ne doit pas recourir dans les délais requis à compter de cette prise de
connaissance ; il ne doit toutefois pas non plus rester inactif, mais doit
entreprendre les démarches commandées par la situation. Si le délai de
recours s’écoule sans avoir été utilisé, le droit de recours est considéré
comme périmé, et la décision entre formellement en force.

Lors de l’affiliation d’office à l’institution supplétive selon l’art. 11 al. 6 LPP, le


délai de prescription pour les cotisations des années précédentes ne court
qu’à partir de la décision d’affiliation, soit à partir du moment de la prise de
connaissance de la décision d’affiliation d’office. Est laissée ouverte la
question de savoir si la jurisprudence, aux termes de laquelle le problème de
la prescription doit être pris en compte d’office en droit public dans la mesure
où c’est la collectivité qui est créancier, s’applique à la présente constellation.

II. PROCEDURE

9. Arrêt du Tribunal fédéral du 20 janvier 2020, cause 9C_833/2019


(art. 42 LTF, motivation de l’acte de recours)

Un recours auprès du Tribunal fédéral doit, en vertu de l’art. 42 LTF, exposer


les motifs pour lesquels le jugement inférieur enfreint le droit. L’acte de recours
qui se limite à reprendre les arguments soulevés devant l’instance inférieure et
ne permet pas de déterminer en quoi les considérations du juge cantonal
doivent être écartées ne répond pas à ses exigences de forme, de sorte que le
recours est irrecevable.

10. Arrêt du Tribunal fédéral du 29 janvier 2020, cause 9C_292/2019


(autorité de la chose jugée)

Le juge qui est saisi d’une demande en paiement portant uniquement sur le
montant d’une rente AI, alors que le principe de la rente a déjà fait l’objet d’une
procédure antérieure, ne peut plus se prononcer sur la question de l’affiliation
de l’assuré au moment de la survenance de son incapacité de travail. Celle -ci
a déjà été tranchée de manière définitive lors de la première procédure et ne
pouvait plus faire l’objet d’une nouvelle appréciation après un nouvel examen
des faits. Cette nouvelle appréciation consacre une violation de l’autorité de la
chose jugée, qui interdit de remettre en cause, dans une nouvelle procédure
entre les mêmes parties, une prétention identique qui a déjà été jugée.

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle -7- 184


III. PRESTATIONS

A. SURVIVANTS

11. Arrêt du Tribunal fédéral du 26 juin 2019, cause 9C_874/2018


(prestations en faveur du partenaire de vie, art. 86b LPP, devoir
d’information)

Une institution de prévoyance peut subordonner la prestation de survivant en


faveur du partenaire de vie à la condition d’une déclaration formelle de
désignation de son partenaire par l’assuré. Cette déclaration ne constitue pas
seulement un élément de preuve mais est une condition matérielle de
l’ouverture du droit.

Le Tribunal fédéral a précédemment retenu que, lors de modifications des


conditions d’ouverture du droit à des prestations de survivants en faveur des
partenaires de vie, une institution de prévoyance ne remplit pas son obligation
d’information au sens de l’art. 86b al. 1 let. a LPP lorsqu’elle informe ses
assurés de modifications réglementaires, par le biais de deux courriers
d’information, qui font état de diverses modifications, sans porter
spécifiquement sur les modifications des conditions d’ouverture du droit à des
prestations de survivants.

Même si l’institution de prévoyance ne peut apporter la preuve qu’elle a


dûment informé son assuré défunt de la modification des conditions
d’ouverture du droit à des prestations de survivants, son partenaire de vie ne
peut en tirer aucun droit découlant d’une violation du devoir d’information. En
effet, l’assuré était représentant de l’employeur au conseil de fondation lorsque
les modifications réglementaires ont été discutées et adoptées. Dans ces
conditions, le Tribunal ne saurait exiger la preuve de la communication
formelle de l’information par l’institution de prévoyance sans faire preuve de
formalisme excessif.

12. Arrêt du Tribunal fédéral du 31 octobre 2019, cause 9C_495/2019


(prestations en faveur du partenaire de vie, preuve de notification)

PUBLICA soumet le paiement de prestations de survivants en faveur du


partenaire de vie à la condition que l’assuré lui ait fait parvenir, de son vivant,
une convention entre les partenaires de vie confirmant la vie commune de 5
ans et la désignation du bénéficiaire.

Dans le cas d’espèce, la copie de la convention figure dans les pièces à


l’appui de la demande en paiement. Toutefois, le survivant ne peut apporter la
preuve de la transmission de cette convention du vivant de l’assuré. Or, la
communication de cette convention à PUBLICA est une condition matérielle de
l’ouverture du droit.

Chaque partie doit prouver les faits qu’elle allègue pour en déduire son droit.
Dès lors qu’en l’espèce, le survivant échoue à apporter la preuve de la
communication de la convention à PUBLICA, il ne doit pas être donné suite à
sa demande en paiement de prestations de survivants.

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle -8- 185


13. Arrêt du Tribunal fédéral du 13 mai 2020, cause 9C_784/2019
(prestations en faveur du partenaire de vie, conditions d’ouverture
du droit)

Une institution de prévoyance peut prévoir des prestations de survivants en


faveur des personnes qui ont formé avec l’assuré une communauté de vie
d’au moins 5 ans. L’institution de prévoyance peut définir le groupe de
bénéficiaires de manière plus étroite que ce qui est prévu par la loi (art. 20a
LPP). Elle est notamment en droit d’adopter un concept de cohabitation plus
restrictif. La déclaration d’intention du bénéficiaire est l’expression sans
équivoque de la volonté d’accorder un avantage à son partenaire de vie.
L’exigence de déclaration écrite est une condition de déclenchement du droit
et non pas une simple exigence de forme.

14. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 mai 2020, cause 9C_804/2019


(prestations de survivants d’un assuré retraité)

Un droit à des prestations de survivants d’un assuré retraité n’existe que si les
conditions pour ouvrir le droit à des prestations de survivants étaient remplies
à la date où l’assuré a pris sa retraite. Dans le cas d’espèce, il est contraire au
but du règlement de priver le partenaire survivant de prestations au motif que
la désignation écrite par l’assuré de son bénéficiaire est parvenue à l’institution
de prévoyance avant son décès, mais deux mois après la prise de la retraite.
En effet, l’exigence d’une désignation écrite a pour objectif de s’assurer que
les survivants ne reçoivent des prestations que si l’on peut établir une
cohabitation stable de 5 ans avant la prise de la retraite, de démontrer que
l’assuré a bien souhaité que son partenaire bénéficie des prestations de
survivants et de permettre à l’institution de prévoyance de déterminer ses
engagements.

B. INVALIDITE

15. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 juin 2019, cause 9C_824/2018


(recours de l’institution de prévoyance contre la décision AI)

Si l’institution de prévoyance invoque l’existence d’une incapacité de travail


ininterrompue d’au moins 20%, elle conteste ainsi l’octroi d’une prestation de
l’AI en tant que telle, ce qui est une condition du droit de recours de l’institution
de prévoyance, dans la mesure où le bien-fondé de la demande aurait eu pour
conséquence que le délai d’attente débute plus tôt et que le droit à la
prestation serait par conséquent né plus tôt. Les constatations de l’AI lient les
institutions de prévoyance, sauf si elles ont un caractère insoutenable.

16. Arrêt du Tribunal fédéral du 21 août 2019, cause 9C_298/2019


(force contraignante et caractère manifestement insoutenable de la
décision AI)

Une décision de l'AI est contraignante pour une institution de prévoyance


professionnelle si celle-ci a été incluse dans la procédure d'assurance-
invalidité ou si l'institution de prévoyance fonde néanmoins sa décision sur les
constatations des organes de l'AI, la question spécifique a été déterminante
pour l'évaluation du droit à la rente de l'assurance-invalidité et l’évaluation de
l'assurance-invalidité ne semble pas manifestement insoutenable sur la base
d'un examen global des dossiers. Pour l'appréciation de la question de savoir
si l'évaluation de l'invalidité par l'assurance-invalidité s'avère manifestement

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle -9- 186


insoutenable, il faut se baser sur la situation des dossiers tels qu'ils étaient
présentés au moment du prononcé de la décision.

17. Arrêt du Tribunal fédéral du 14 mai 2020, cause 9C_208/2020


(droit à la rente d’invalidité et évaluation de l’office AI)

Les personnes qui sont invalides à 40% au moins au sens de l'assurance-


invalidité et qui étaient assurées au moment de l'incapacité de travail dont la
cause a entraîné l'invalidité, ont droit aux prestations d'invalidité de la
prévoyance professionnelle obligatoire (art. 23 lit. a LPP). Le règlement de
prévoyance applicable prévoit déjà des prestations d'invalidité à partir d'un
degré d'invalidité de 25%. Dans la version applicable à partir du 1er janvier
2013, il prévoit toutefois un degré d'invalidité d'au moins 40%. Comme dans le
cas des prestations obligatoires de la LPP, une rente versée sans réserve
jusqu'à présent doit être adaptée conformément aux dispositions de la LAI,
sauf disposition contraire du règlement ou de la loi. Cela s'applique ici en
principe ; la seule exception est la justification du droit dans le cas d'un degré
d'invalidité de 25%. Contrairement à l'avis du recourant, dans la décision
attaquée, le tribunal cantonal n'a pas non plus qualifié (implicitement) le taux
d'invalidité de 35% d'insoutenable, mais a plutôt - à juste titre - considéré son
montant (exact) comme non pertinent pour l'évaluation du droit à la rente en
vertu de la LAI, puisqu'il était de toute façon inférieur à 40%.

18. Arrêt du Tribunal fédéral du 11 juin 2019, cause 9C_866/2018


(notion de l’invalidité plus large que dans l’assurance-invalidité)

Selon le règlement de prévoyance, il faut entendre par invalidité l’assuré


devenu inapte à remplir les devoirs de sa charge ou d’une autre charge qui
pourrait raisonnablement être exigée de lui auprès du preneur d’assurance, en
tenant compte de son occupation antérieure et de sa formation. La notion
d’invalidité (dite « professionnelle ») définie dans le règlement couvre un
risque qui n’exige pas la prise en considération d’une activité raisonnablement
exigible sur l’ensemble du marché du travail. A cet égard, l’invalidité dite «
professionnelle » a pour but d’atténuer les effets préjudiciables d’une atteinte à
la santé lorsque la personne assurée n’est plus en mesure d’exercer son
activité habituelle (incapacité de travail dans sa profession). Cette solution vise
à ne pas déclasser professionnellement les assurés devenus invalides,
spécialement les travailleurs qualifiés.

19. Arrêt du Tribunal fédéral du 14 novembre 2019, cause 9C_563/2019


(notion de l’invalidité plus large que dans l’assurance-invalidité)

La disposition réglementaire sur la notion d’invalidité va au-delà des exigences


légales en matière de prestations obligatoires. D’une part, le règlement de
prévoyance prévoit l’octroi d’une rente réglementaire dès un degré d’invalidité
de 25%. D’autre part, la notion d’invalidité est plus large que dans la LAI (et
dans la LPP) car l’invalidité peut résulter de l’incapacité à exercer sa
profession ou une autre activité lucrative correspondant à sa position sociale,
à ses connaissances et à ses capacités ; l’invalidité au sens de la LAI n’est
qu’une variante de cette possibilité. Il découle également de la formulation
claire de la disposition réglementaire qu’un degré d’invalidité donnant lieu à
des prestations doit s’être manifesté de manière permanente au cours de la
période de couverture d’assurance. Cela signifie que le recourant, qui n’était
manifestement pas atteint d’une invalidité permanente pendant et, en

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 10 - 187


particulier, à la fin de la période de couverture supplémentaire, n’a pas droit
aux prestations d’invalidité réglementaires.

20. Arrêt du 24 septembre 2019, cause 9C_333/2019


(participation de l’institution de prévoyance à la procédure AI)

L’institution de prévoyance a été associée à la procédure de préavis et aurait


eu la possibilité de prendre position quant à l’octroi d’une rente d’invalidité
complète par l’assurance-invalidité. Contrairement à ce qu’avance l’institution
de prévoyance, le fait que la décision lui ait seulement été envoyée « pour
information » et que son nom était biffé de la lise des destinataires n’y change
rien.

L’avis exprimé par l’institution de prévoyance que ces circonstances avaient


pour conséquence que la décision ne lui avait pas été notifiée doit être
considéré comme excessivement formaliste et ne doit pas être protégé.
L’instance préalable n’a donc pas violé le droit fédéral en examinant les
aspects relevant du droit de l’assurance-invalidité seulement sous l’angle limité
du caractère insoutenable.

21. Arrêt du Tribunal fédéral du 12 mai 2020, cause 9C_828/2019


(clause d’assurance)

Faute d’avoir été assuré auprès de l’institution de prévoyance défenderesse à


la date de survenance de l’incapacité de travail déterminante, l’assuré n’a pas
droit à des prestations d’invalidité (art. 23 LPP).

22. Arrêt du Tribunal fédéral du 10 septembre 2019, cause 9C_387/2019


(survenance d’une incapacité de travail de 20% avant le début des
rapports de prévoyance)

Le début du délai d’attente au sens de l’art. 28 al. 1 let. b LAI n’est pas
pertinent pour le droit à la rente d’invalidité de la prévoyance professionnelle. Il
n’est pas considéré comme le moment déterminant pour établir l’institution de
prévoyance tenue de verser des prestations au sens de l’art. 23 let. a LPP.

En l’espèce, la juridiction inférieure a retenu que l’incapacité de travail


résultant de l’asthme bronchique, qui a un effet invalidant, est survenue au
plus tard en février 2011. Il est donc fort probable que la personne assurée
était déjà atteinte d’une incapacité de travail (d’au moins 20%) au début des
rapports de prévoyance. Dès lors, la condition de la clause d’assurance
prévue à l’art. 23 LPP fait défaut.

23. Arrêt du Tribunal fédéral du 17 octobre 2019, cause 9C_435/2019


(date de survenance de l’incapacité de travail détermin an te, caractère
insoutenable de la décision AI)

Le fait que l’assuré ait mis fin aux rapports de travail pour des raisons de santé
n’est pas pertinent pour contester la date de survenance de l’incapacité de
travail déterminante établie par l’office AI et que l’assuré n’a, au demeurant,
pas remise en cause. Ce simple fait n’est pas suffisant pour conclure au
caractère insoutenable de la décision AI. Dès lors que l’assuré n’était pas
affilié auprès des institutions de prévoyance défenderesses à la date de
survenance de l’incapacité de travail à l’origine de l’invalidité, il n’a pas droit
aux prestations.

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 11 - 188


24. Arrêt du Tribunal fédéral du 22 août 2019, cause 9C_347/2019
(connexité temporelle et chômage)

L’aptitude au placement au sens du droit de l’assurance-chômage n’exclut pas


en tant que telle la présence d’une incapacité de travail déterminante en
matière de prévoyance professionnelle ; toutefois, les périodes pendant
lesquelles la personne assurée touche des indemnités journalières de
l’assurance-chômage à titre de demandeur d’emploi ne revêtent pas la même
importance que les phases d’activité effective. La présence d’une atteinte à la
santé n’est pas synonyme d’incapacité de travail. En recouvrant sa pleine
capacité de travail pour quatre mois environ, l’assuré a en l’espèce interrompu
le lien temporel entre l’incapacité de travail et l’invalidité ultérieure.

25. Arrêt du Tribunal fédéral du 22 août 2019, cause 9C_877/2018


(connexité temporelle)

Les constatations de la juridiction précédente, selon lesquelles les activités


menées par l’assuré au cours de la période concernée n’étaient que des
tentatives de réinsertion qui n’étaient pas de nature à rompre le lien de
connexité temporelle, ne sont pas contraires au droit. En effet, pendant toute
la période considérée, l’assuré n’a pas réussi à s’intégrer sur le marché du
travail ; cela coïncidait avec des évaluations médicales, effectuées en temps
réel, selon lesquelles l’assuré présentait uniquement une capacité de travail
dans un cadre protégé. Dans ces circonstances, même les phases
intermédiaires au court desquelles l’assuré a reçu des indemnités de
l’assurance-chômage ne sont pas suffisantes pour rompre le lien de connexité
temporelle entre la survenance de l’incapacité de travail et l’invalidité
ultérieure. Une telle conclusion vaut également pour la brève période où
l’assuré a exercé une activité lucrative, qu’il a toutefois dû abandonner en
raison de ses atteintes à la santé.

26. Arrêt du Tribunal fédéral du 25 septembre 2019, causes 9C_375/2019 et


9C_382/2019
(connexité temporelle, abattement sur le salaire statistique dû à l’âge)

La connexité temporelle entre l’incapacité de travail survenue durant le rapport


de prévoyance et l’invalidité ultérieure est interrompue lorsque la personne
concernée dispose d’une capacité de travail de plus de 80% dans une activité
adaptée pendant plus de trois mois et que celle-ci lui permette de réaliser un
revenu excluant le droit à une rente.

Pour savoir si le critère de l’âge justifie un abattement sur le salaire statistique


retenu, il convient en particulier de tenir compte de l’ensemble des
circonstances du cas concret et de procéder à une évaluation globale, dans
les limites du pouvoir d’appréciation, des effets de ces facteurs sur le revenu
d’invalide. Or, en l’espèce, le recourant n’expose pas en quoi la capacité réelle
de l’assuré à se réintégrer dans une nouvelle activité lucrative serait
concrètement réduite en raison de l’âge. Singulièrement, le recourant se limite
à invoquer de manière générale des publications faisant état que la recherche
d’un emploi est plus difficile après 55 ans. Les excellentes qualifications
personnelles, professionnelles et académiques du recourant constituent
cependant un avantage indéniable en termes de facilité d’intégration sur le
marché du travail. Le simple fait que le recourant ait plus de 55 ans ne suffit
par conséquent pas à retenir que les revenus ressortant des statistiques
devaient être réduits.

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 12 - 189


27. Arrêt du Tribunal fédéral du 22 octobre 2019, cause 9C_515/2019
(maladies évoluant par poussées, preuve de la survenance d’une
incapacité de travail de 20% avant le début des rapports de prévoyan ce,
procédure)

Dans le cas des maladies évoluant par poussées, y compris la sclérose en


plaques, il convient d’examiner si une période d’activité lucrative supérieure à
trois mois, considérée isolément, s’inscrit effectivement dans une perspective
de pratique professionnelle durable. Même une période plus longue d’activité
lucrative n’indique pas un rétablissement de la santé avec une restauration
durable de la capacité de rendement, si tout stress professionnel après un
certain laps de temps conduit régulièrement à des symptômes graves de
maladie et une restriction considérable de la capacité de travail. Il s’agit de
tenir compte du fait que ces tableaux cliniques ont des progressions
différentes. Cela représente un risque accru que la maladie ne se manifeste
sous la forme d’une invalidité qu’à un moment où la couverture d’assurance
fait défaut, ce qui peut être inadéquat du point de vue de la couverture
(obligatoire) d’assurance. Pour ces raisons, l’ensemble des circonstances du
cas d’espèce revêt une importance particulière dans le cas des maladies
évoluant par poussées.

Si une institution de prévoyance nie son devoir de prester en déclarant que la


capacité de travail d’un assuré était déjà limitée (d’au moins 20%) pour des
raisons de santé au début des rapports de prévoyance, l’institution de
prévoyance doit en apporter la preuve. Or, l’institution de prévoyance n’est pas
parvenue à prouver qu’une incapacité de travail de 20% était déjà survenue au
début des rapports de prévoyance.

La conclusion de l’institution de prévoyance visant à ce qu’une fondation de


libre passage soit condamnée à restituer la prestation de sortie de l’assuré est
irrecevable.

28. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 novembre 2019, cause 9C_556/2019


(preuve de l’incapacité de travail, maladies évoluant par poussées)

La preuve suffisante d’une limitation de la capacité fonctionnelle de travail


déterminante sous l’angle de la prévoyance professionnelle ne suppose pas
forcément l’attestation médicale d’une incapacité de travail « en temps réel »
(« echtzeitlich »). Toutefois, des considérations subséquentes et des
suppositions spéculatives, comme par exemple, une incapacité médico-
théorique établie rétroactivement après bien des années, ne suffisent pas.
L’atteinte à la santé doit avoir eu des effets significatifs sur les rapports de
travail ; en d’autres termes, la diminution de la capacité fonctionnelle de travail
doit s’être manifestée sous l’angle du droit du travail, notamment par une
baisse des prestations dûment constatées, un avertissement de l’employeur
ou une accumulation d’absences du travail liées à l’état de santé. En l’espèce,
aucune des pièces recueillies auprès de l’employeur n’établit l’existence d’une
diminution de l’efficacité ou du rendement au travail. Même sous l’angle de la
jurisprudence relative aux maladies évoluant par poussées, rien ne permettait
alors d’inférer qu’au moment de la reprise de l’activité lucrative, l’exercice de
celle-ci était voué à ne pas être durable ; à cet égard, l’argumentation du
recourant n’est étayée par aucune explication circonstanciée.

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 13 - 190


29. Arrêt du Tribunal fédéral du 16 juillet 2019, cause 9C_255/2019
(alimentation du compte épargne, violation du droit d’être entendu)

La juridiction inférieure n’a pas pris en considération la demande


d’alimentation du compte épargne formulée par le demandeur. Or, elle aurait
dû la traiter. Partant, l’arrêt du tribunal de première instance est
insuffisamment motivé et la cause doit lui être renvoyée sur ce point. Cela
étant, la question de l’alimentation du compte épargne n’affecte pas la
question du droit à la rente d’invalidité. Il n’est donc pas justifié d’annuler l’arrêt
entrepris dans son intégralité.

30. Arrêt du Tribunal fédéral du 14 février 2020, cause 9C_555/2019


(maintien du versement de la rente d’invalidité LPP après l’âge de la
retraite)

Dans le domaine de la prévoyance professionnelle obligatoire, l’art. 26 al. 3


LPP stipule que le droit aux prestations d’invalidité s’éteint au décès du
bénéficiaire ou, sous réserve de l’art. 26a LPP, à la cessation de l’invalidité.
Contrairement à la rente de l’assurance-invalidité, la rente d’invalidité LPP est
donc une prestation viagère ; elle n’est pas remplacée par la rente de
vieillesse LPP si le bénéficiaire atteint l’âge légal de la retraite (art. 13 al. 1
LPP). Dans le cadre de la prévoyance étendue, le Tribunal fédéral a admis
que la rente d’invalidité soit remplacée par la rente de vieillesse, une fois l’âge
de la retraite atteint, et que le montant de la rente de vieillesse soit inférieur à
celui de la rente d’invalidité versée jusqu’à présent.

31. Arrêt du Tribunal fédéral du 5 novembre 2019, cause 9F_8/2019


(suppression du droit à la rente, demande de révision)

La demanderesse fait valoir une attestation médicale à laquelle elle n’a eu


accès que récemment. Or, dans la procédure ayant abouti à l’arrêt faisant
l’objet de la demande de révision, la requérante n’avait pas indiqué que son
médecin psychiatre avait refusé de lui transmettre son dossier médical et
l’attestation médicale établie à l’époque. Il s’ensuit que les faits dont la
requérante se prévaut (un diagnostic psychiatrique posé par la doctoresse à
l’époque) ne sont pas réputés avoir été découverts après coup. Ils ne
constituent donc pas des faits pertinents ou des moyens de preuve concluants
au sens de l’art. 123 al. 2 let. a LTF. En effet, la requérante aurait pu et dû –
compte tenu de son obligation de diligence – invoquer le litige qui portait sur
l’accès à l’intégralité de son dossier médical au cours de la procédure
précédente. Par ailleurs, la requérante n’avait pas non plus mentionné
l’intervention de la doctoresse dans le recours qui a donné lieu à l’arrêt faisant
l’objet de la demande de révision, si bien qu’un avis médical émanant de cette
psychiatre ne serait de toute manière pas non plus recevable.

32. Arrêt du Tribunal fédéral du 12 décembre 2019, cause 9C_214/2019


(pouvoir d’examen du Tribunal fédéral, taux d’intérêt)

Les constatations de la juridiction cantonale relatives à l’incapacité de travail


résultant d’une atteinte à la santé relèvent d’une question de fait et ne peuvent
être examinées par le Tribunal fédéral que sous un angle restreint, dans la
mesure où elles reposent sur une appréciation concrète des circonstances du
cas d’espèce. Les conséquences que tire l’autorité précédente des
constatations de fait quant à la connexité temporelle sont en revanche

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 14 - 191


soumises, en tant que question de droit, au plein pouvoir d’examen du
Tribunal fédéral.

En matière de rente de la prévoyance professionnelle, l’institution de


prévoyance est tenue de verser un intérêt moratoire à partir du jour de la
poursuite ou du dépôt de la demande en justice sur le montant dû (cf. art. 105
al. 1 CO ; ATF 137 V 373, consid. 6.6 ; ATF 119 V 131, consid. 4). A défaut de
disposition réglementaire topique, le taux d’intérêt moratoire est de 5%
(ATF 130 V 414, consid. 5.1).

33. Arrêt du Tribunal fédéral du 7 janvier 2020, cause 9C_99/2019


(pouvoir d’examen du Tribunal fédéral)

Une décision d’un office AI, ou, en cas de recours, du tribunal cantonal des
assurances sociales, lie une institution de prévoyance si cette dernière a été
associée à la procédure de l’assurance-invalidité, si la problématique concrète
était déterminante pour évaluer le droit à une rente à l’égard de l’assurance -
invalidité et si l’approche selon le droit de l’assurance-invalidité n’était pas
manifestement insoutenable à la lumière d’un examen complet du dossier. La
question de savoir si la décision incriminée est manifestement insoutenable
est une question de droit.

C. VERSEM ENT ANTICIPE POUR L’ACCESSION A LA PROPRIET E DU LOGEMENT

34. Arrêt du Tribunal fédéral du 31 octobre 2019, cause 9C_159/2019


(retrait EPL, fusion d’IPDP, mesures transitoires)

Le Tribunal fédéral a considéré, à l’instar de l’instance cantonale, que la notion


d’ « années d’assurance révolues » correspond bien à celle de « durée
d’assurance ». Ainsi, la seule utilisation de la notion d’ « années d’assurance
révolues » au lieu de la notion de « durée d’assurance » ne permet pas en soi
d’admettre que l’intention de l’auteur du règlement ait été d’exclure les effets
d’un retrait anticipé dans le calcul du supplément temporaire dû au titre de
mesures transitoires (diminution/suppression d’un nombre d’années
d’assurance). Les termes utilisés font référence aux années d’assurance
révolues dans l’ancienne caisse, soit celles qui résultent de la prise en
considération tant des années d’assurance rachetées que celles perdues à la
suite notamment d’un retrait anticipé. Au surplus, la perte de tout ou partie du
supplément unique pour les assurés ayant procédé à un retrait EPL ne saurait
être qualifiée d’injuste ou d’arbitraire par rapport aux autres assurés n’ayant
pas effectué un tel retrait, puisque les dispositions réglementaires prévoient
explicitement qu’un retrait entraîne la suppression ou la diminution du nombre
d’années d’assurance.

Le Tribunal fédéral a également rejeté les griefs de violation du devoir


d’information et du principe de la bonne foi. En effet, il a retenu que le
supplément unique ne constitue pas une prestation de prévoyance en tant que
telle, et qu’il ne figure d’ailleurs pas dans la liste des prestations énumérées
par le règlement. Il a toutefois laissé ouverte la question de savoir si l’art. 86b
LPP, voire l’art. 11 OEPL, étaient applicables au cas d’espèce, les conditions
d’application du principe de la bonne foi n’étant dans tous les cas pas
remplies.

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 15 - 192


D. PRESTATION DE LIBRE PASSAGE

35. Arrêt du Tribunal fédéral du 5 novembre 2019, cause 9C_84/2019


(interprétation du règlement, mesures transitoires, égalité de traitement)

Un règlement de prévoyance s’interprète comme un contrat, selon le principe


de la confiance. Lorsque le texte clair d’un paragraphe d’un article contredit
celui du 2e paragraphe du même article, il faut considérer que les deux
paragraphes forment un tout indissociable dont le sens ne devient clair que
lorsqu’ils sont lus ensembles. Il n’y a donc pas lieu de se fonder sur la
formulation isolée d’un des paragraphes. Dans le cas d’espèce, si le 1er
paragraphe fait état de mesures transitoires sous la forme d’un capital unique
crédité sur l’avoir de vieillesse, le 2e paragraphe stipule clairement que ce
capital peut être réduit, proportionnellement, en cas de sortie de l’institution de
prévoyance avant le 1er janvier 2012.

Les dispositions transitoires du règlement n’ont pas pour objectif de


concrétiser un engagement de l’institution de prévoyance envers tous les
employeurs affiliés, mais bien plutôt à octroyer un crédit aux assurés qui sont,
à long terme, affectés par la baisse du taux de conversion.

Saisi d’un cas concret, le Tribunal fédéral n’analyse pas si la disposition


réglementaire attaquée est conforme au droit dans tous les cas d’application
imaginables. Il se contente de vérifier si la disposition réglementaire, dans le
cas d’espèce, viole le droit. L’illégalité ne peut être constatée qu’au regard des
circonstances du cas d’espèce.

La comparaison entre le taux d’intérêt technique appliqué au plan en primauté


des prestations et le taux d’intérêt crédité aux avoirs de prévoyance des
assurés selon le plan en primauté des cotisations n’est pas un moyen
approprié pour fonder une inégalité de traitement entre les deux catégories
d’assurés, car ces deux taux d’intérêts sont calculés sur des bases différentes.

En conséquence, c’est à juste titre que l’institution de prévoyance n’a pas


additionné la totalité du capital octroyé à titre de mesures transitoires à la
prestation de libre passage des assurés sortants, mais l’a réduit
proportionnellement compte tenu du fait que ces derniers ont quitté l’institution
de prévoyance avant le 1er janvier 2012.

IV. DIVORCE

36. Arrêt du Tribunal fédéral du 12 juin 2019, cause 5A_776/2018


(art. 30 LPP, accession à la propriété du logement)

En vertu des art. 30 ss LPP, l’assuré peut faire valoir auprès de son institution
de prévoyance le droit au versement d’un montant pour la propriété du
logement pour ses propres besoins. Jusqu’à la survenance du cas de
prévoyance, le versement anticipé, qui se rapporte à une expectative, doit être
considéré comme un prêt de l’institution de prévoyance. L’immeuble est
intégré à la masse de l’époux propriétaire qui, lors de l’acquisition, a apporté la
contribution au comptant la plus importante.

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 16 - 193


37. Arrêt du Tribunal fédéral du 13 août 2019, cause 5A_94/2019
(art. 123 CC, atteinte de l’âge de la retraite pendant la procédure de
divorce)

En cours de procédure de divorce, l’un des conjoints obtient une rente


d’invalidité, puis atteint l’âge de la retraite. Il avait introduit la procédure de
divorce avant la survenance d’un cas d’assurance. En vertu de l’art. 19g OLP,
si le conjoint débiteur atteint l’âge de la retraite pendant la procédure de
divorce, l’institution de prévoyance peut réduire la prestation de sortie à
partager au sens de l’art. 123 CC ainsi que la rente de vieillesse. C’est ainsi à
raison que l’instance préalable a appliqué l’art. 123 CC, qui prévoit le partage
des prestations de sortie, et non l’art. 124e CC, qui prévoit le paiement d’une
indemnité lorsque le partage des avoirs de prévoyance n’est pas possible.

38. Arrêt du Tribunal fédéral du 3 septembre 2019, cause 5A_153/2019


(art. 124b CC, exception au partage par moitié des avoirs de prévoyance)

Selon l’art. 124b al. 2 CC, le juge attribue moins de la moitié de la prestation
de sortie au conjoint créancier ou n’en attribue aucune pour de justes motifs.
Tel est en particulier le cas quand le partage par moitié s’avère inéquitable, en
raison de la liquidation du régime matrimonial ou de la situation économique
des époux après le divorce ou des besoins de prévoyance des époux, compte
tenu notamment de leur différence d’âge. Une exception au principe du
partage par moitié en raison de la différence d’âge ne peut être admise que si
les époux ont des revenus ou des perspectives de prestations de vieillesse
comparables.

Dans le cas d’espèce, il ne se justifie pas de déroger au partage par moitié,


bien que les époux aient plus de vingt ans de différence d’âge. En effet,
l’épouse a interrompu sa formation universitaire en raison de la naissance de
l’enfant, dont elle s’est occupée pendant le mariage, ne travaillant qu’à temps
partiel, et pendant une partie du mariage. Vu son âge, son état de santé et son
niveau de formation, les perspectives de l’épouse de se constituer des avoirs
de prévoyance sont faibles.

39. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 novembre 2019, cause 2C_29/2017


(art. 122 CC, exception au partage par moitié des avoirs de prévoyance)

Selon les art. 122 ss CC, les prétentions de prévoyance professionnelle


acquises durant le mariage et jusqu’à l’introduction de la procédure de divorce
sont partagées entre les deux époux. Le Tribunal peut renoncer au partage
par moitié pour de justes motifs si un tel partage devait être inéquitable. En
principe, le comportement des époux pendant le mariage ne constitue pas un
critère à prendre en considération pour la répartition de la prévoyance
professionnelle. Ce n’est que dans des situations particulièrement choquantes
que le juge peut déroger au principe du partage par moitié. Le fait que les
parties n’ont pas contribué de la même façon au maintien de la relation
conjugale ne constitue pas une telle situation.

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 17 - 194


40. ATF 146 III 73 du 11 décembre 2019 (cause 5A_130/2019)
(art. 122 ss CC, prise en considération des réserves d e co tisations d e
l’employeur lors du partage des avoir de prévoyance)

Lors du divorce, ce sont les prétentions de prévoyance accumulées entre le


moment du mariage et celui de l’introduction de la procédure de divorce qui
doivent être partagées. Les réserves de cotisations de l’employeur d’une
société anonyme dont le conjoint est actionnaire et membre du conseil
d’administration qui existent lors de l’introduction de la procédure de divorce
ne concernent pas les prestations acquises par l’employé à ce moment, au
sens de l’art. 122 CC. Par conséquent, elles n’influent en principe pas sur les
prestations de sortie accumulées pendant le mariage.

Les réserves de cotisations de l’employeur doivent être traitées comme des


fonds libres de l’institution de prévoyance. La question de savoir si ces
dernières doivent faire partie du partage de la prévoyance professionnelle ne
se pose qu’au moment de la liquidation de l’institution de prévoyance. Les
conditions pour une prise en considération dans le cadre de la liquidation du
régime matrimonial ne sont ainsi pas remplies.

41. Arrêt du Tribunal fédéral du 18 février 2020, cause 9C_767/2019


(art. 122 ss CC, compétence ratione materiae, sort du versement EPL)

En principe, la clé de répartition entre les avoirs décidée par le juge du divorce
lie le juge de la prévoyance professionnelle. La décision de savoir s’il peut être
dérogé au principe du partage par moitié est de la compétence exclusive du
juge du divorce.

Le juge du divorce est compétent pour décider du sort du versement anticipé


effectué à titre d’acquisition de la propriété du logement. En l’absence de règle
contraire expresse adoptée par le juge du divorce, le versement anticipé doit
être ajouté à la prestation de sortie et divisé par deux par le juge de la
prévoyance professionnelle.

42. Arrêt du Tribunal fédéral du 23 mars 2020, cause 9C_391/2019,


publication prévue aux ATF
(art. 124 CC, octroi de prestations d’invalidité avec effet rétroactif)

Selon l’art. 124 CC, si, au moment de l’introduction de la procédure de divorce,


l’un des époux perçoit une rente d’invalidité et n’a pas encore atteint l’âge
réglementaire de la retraite, le montant auquel il aurait droit en vertu de l’art. 2
al. 1ter LFLP en cas de suppression de sa rente est considéré comme
prestation de sortie. Toutes les prestations de prévoyance (prestations de
sortie) acquises pendant le mariage (jusqu’à l’introduction de la procédure de
divorce) doivent ainsi être soumises au partage.

En cas d’octroi rétroactif d’une rente d’invalidité à un moment antérieur à


l’introduction de la procédure de divorce, il peut en découler une augmentation
des avoirs de vieillesse (en cas de libération du paiement des cotisations)
pendant la période précédant l’introduction de la demande de divorce. Il ne
serait pas justifié que le conjoint créancier ne participe pas à l’augmentation
des avoirs de vieillesse.

Le facteur décisif pour l’applicabilité de l’art. 124 CC est l’existence d’un droit à
une rente d’invalidité avant l’ouverture de la procédure de divorce.

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 18 - 195


Le fait qu’une procédure AI soit encore pendante lors de la procédure de
divorce ne permet pas d’écarter l’application de l’art. 124 CC. S’il ne peut pas
être exclu qu’une pension d’invalidité soit octroyée avec un effet rétroactif
portant sur la période précédant l’introduction de la demande en paiement, il
convient en règle générale de suspendre la procédure de divorce jusqu’à droit
jugé sur la question de la survenance du cas de prévoyance.

S’agissant de problèmes pratiques que pourrait entraîner une telle suspension,


le Tribunal fédéral considère que des mesures provisionnelles prévues par les
dispositions cantonales de procédure permettent de les éviter.

V. SAISISSABILITE DES PRESTATIONS DE PREVOYANCE

43. Arrêt du Tribunal fédéral du 23 septembre 2019, cause 5A_338/2019


(art. 93 LP, saisissabilité de la prestation en capital)

Une fois l’âge de la retraite atteint, le décès ou l’invalidité survenus, les


prestations versées par une institution de prévoyance sont relativement
saisissables conformément à l’art. 93 LP. Cette règle s’applique aussi lorsque
la prestation est versée sous forme de capital. La raison en est que, le but de
protection sociale restant le même, la question de la saisissabilité ne doit pa s
recevoir de réponse différente selon que les prestations sont obtenues sous
forme de rente à des intervalles déterminés dans le temps ou sous forme
d’indemnité en capital.

Il faut envisager les deux formes de prestations comme fondamentalement


identiques. L’office des poursuites doit ainsi calculer la rente à laquelle donne
lieu le capital constitué. Le capital est saisissable seulement à hauteur de cette
rente annuelle. Celle-ci doit se calculer en fonction de sa durée et de
l’espérance de vie du bénéficiaire. Si le minimum vital du débiteur est couvert
par ses autres revenus et par la partie de la rente fictivement achetée avec la
prestation en capital, la part de rente excédant le minimum vital est saisissable
à concurrence de sa valeur d’estimation pendant un an.

VI. LIQUIDATION PARTIELLE

44. ATF 145 V 343 du 28 août 2019 (cause 9C_20/2019)


(art. 27h OPP 2, calcul des provisions à transférer, engagement de
l’employeur)

Le calcul de la provision pour risque d’invalidité doit être opéré de manière


prospective, selon les principes de la directive technique n° 2 de la Chambre
suisse des experts (DTA 2). Il ne peut pas être effectué ex post, sur la base
des cas surgis en cours de procédure. Le calcul doit être effectué en
conformité avec la loi, en se basant sur l’expérience de l’expert en termes de
sinistres.

L’engagement de l’employeur de verser auprès de l’institution de prévoyance


une contribution extraordinaire volontaire en faveur des retraités et anciens
salariés ne doit pas être comptabilisé dans les réserves et provisions objets
d’un droit collectif de l’effectif sortant (art. 27h OPP 2). En effet, cet
engagement a pour but d’atténuer les conséquences négatives de la résiliation
par l’employeur de la convention d’affiliation sur la structure démographique de
l’institution de prévoyance et de soutenir financièrement ladite institution afin

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 19 - 196


d’assurer sa pérennité. Cet engagement n’a pas pour objectif de bénéficier
aux assurés sortants.

En outre, il n’est pas contraire au droit fédéral de ne pas tenir compte, dans le
calcul du taux de couverture selon l’art. 44 OPP 2, de l’engagement de
l’employeur.

45. ATF 146 V 28 du 20 janvier 2020 (cause 9C_249/2019)


(art. 27h OPP 2, sort de la réserve de fluctuation de valeur)

Même avant l’entrée en vigueur de l’art. 27h OPP 2, il existait un droit à une
partie de la réserve de fluctuation de valeur en cas de sortie collective, dans la
mesure où le contrat d’affiliation le prévoit. Celui-ci est un contrat innommé qui
s’interprète selon le principe de la confiance. Dans le cas d’espèce, l’art. 10 du
contrat d’affiliation prévoit, en cas de résiliation, un transfert des avoirs de
prévoyance des employés concernés, des réserves des cotisations de
l’employeur comptabilisées séparément, et le droit à une part proportionnelle
des autres actifs de la fondation. Cette dernière est calculée sur la base de la
réserve actuarielle des employés transférés, exclusion faite de la réserve
actuarielle consacrée aux retraités, des réserves de cotisations constituées
par d’autres entreprises affiliées et d’autres réserves constituées
exclusivement au bénéfice d’employés d’autres employeurs affiliés.

En vertu de cet article, il existe un droit à une part proportionnelle de la réserve


de fluctuation de valeur, dès lors que cette dernière ne figure pas dans la liste
des réserves expressément exclues du transfert.

Le droit à une part proportionnelle de la réserve de fluctuation de valeur existe


indépendamment du fait que les avoirs de vieillesse ont été transférés sous
forme de liquidités, soit sans transfert de risque d’investissement.

VII. FISCALITE

46. Arrêt du Tribunal fédéral du 18 septembre 2019, cause 2C_849/2018


(art. 79b LPP, déductibilité des rachats)

L’art. 79b al. 3 LPP prévoit que les prestations résultant d’un rachat ne
peuvent être versées sous forme de capital par les institutions de prévoya nce
avant l’échéance d’un délai de trois ans. L’art. 79b al. 4 précise que les
rachats effectués en cas de divorce ne sont pas soumis à limitation. L’art. 4 al.
4 LPP prévoit que les cotisations et montants versés par des indépendants à
une institution de prévoyance doivent être affectés durablement à la
prévoyance professionnelle. En tout état de cause, les rachats ne permettent
de se prévaloir de déductions fiscales que pour autant qu’ils ne soient pas
constitutifs d’évasion fiscale. Il y a évasion fiscale lorsque les conditions
suivantes sont remplies :

- La forme juridique paraît insolite, inappropriée ou étrange, en tout cas


inadaptée au but poursuivi ;

- Ce choix a été opéré abusivement, dans le seul but d’économiser des


impôts ;

- Ce procédé conduirait à une économie d’impôts notable s’il était admis


par l’autorité fiscale.

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 20 - 197


L’administré, indépendant, qui effectue un rachat de plus de 2 millions au mois
de mai, un peu plus d’un an après son divorce, qui résilie en septembre son
affiliation à une institution de prévoyance professionnelle complémentaire, et
qui perçoit son avoir en espèces, alors qu’il va continuer son activité lucrative
et ne destine pas cet argent à un investissement dans son entreprise, commet
une évasion fiscale. Le rachat effectué n’est donc pas déductible.

47. Arrêt du Tribunal fédéral du 1er octobre 2019, cause 2C_520/2019


(indemnités de départ à caractère de prévoyance)

En règle générale, les indemnités de départ sont imposables au taux plein


avec les autres revenus du contribuable. A titre d’exception, les sommes
versées par l’employeur qui sont analogues au versement d’un capital
provenant d’une institution de prévoyance bénéficient d’un taux d’imposition
privilégié. La loi ne définit pas précisément ce que recouvre la notion
d’analogie avec des prestations de prévoyance.

La Circulaire 1 de l’AFC pose trois conditions cumulatives : 1) le contribuable


quitte l’entreprise à 55 ans ou plus, 2) son activité principale est définitivement
abandonnée ou doit l’être et 3) une lacune de prévoyance découle du départ
de l’entreprise. La Circulaire n’est qu’une directive administrative sans force de
loi qui ne lie pas les tribunaux. Les autorités doivent tenir compte des
circonstances de chaque cas.

Dans le cas d’espèce, l’indemnité de départ versée à une employée de 57


ans, dont le poste est supprimé pour raisons économiques et qui est
réaffectée à une poste impliquant une baisse de salaire de moitié n’a pas un
caractère analogue à une prestation de prévoyance. Elle a pour objectif de
compenser la réduction de salaire et non la baisse d’expectatives de
prévoyance. En outre, l’employée n’a pas réaffecté ce capital à sa prévoyance
de 2e ou 3e pilier, ni même envisagé de le faire.

48. Arrêt du Tribunal fédéral du 8 janvier 2020, cause 2C_108/2019


(art. 79b LPP, déductibilité des rachats)

Si, dans une année civile, la personne assurée opère des rachats dans
l’institution de prévoyance qui dépassent le revenu imposable de l’année en
question, elle ne peut pas reporter la différence sur la période fiscale suivante.
La défalcation des pertes au-delà de la période en cours se limite
expressément au revenu provenant d’une activité indépendante, ce qui exclut
une répartition de revenus ou de déductions sur deux périodes fiscales ou plus
pour les personnes salariées. La question de savoir si, lorsque les prestations
seront versées, une exonération proportionnelle des prestations fondées sur le
rachat devra avoir lieu est laissée ouverte.

49. Arrêt du Tribunal fédéral du 12 février 2020, cause 2C_680/2019


(art. 79b LPP, déductibilité des rachats effectués par l’apport d’un capital
provenant d’une institution de libre passage)

C’est exclusivement l’entrée de fonds dans le circuit de la prévoyance qui est


déterminante pour la déductibilité des primes/contributions. De même, le
caractère imposable de prestations dépend exclusivement de la provenance
de fonds dans le circuit de la prévoyance. La cause des versements, ie la
manière dont ils sont financés (remboursement de capitaux, intérêts,
dividendes, gains en capital) est sans importance en ce qui concerne le

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 21 - 198


caractère imposable d’une prestation. Il n’est pas prévu par la loi et n e paraît
guère praticable que pour les revenus provenant d’institutions de libre
passage, la part financée par des gains en capital soit, dans la perspective de
leur imposition, « éliminée ».

A l’art. 22 LIFD, le législateur a expressément prévu l’égalité de traitement


entre toutes les prestations de prévoyance, soit leur imposition pleine et
entière. On ne voit pas de motifs qui justifieraient un traitement particulier pour
les prestations de prévoyance d’une fondation de libre passage qui reposent
sur des augmentations de valeur des avoirs de prévoyance placés selon la
volonté de l’assuré.

50. Arrêt du Tribunal fédéral du 4 novembre 2019, cause 2C_29/2017


(art. 79b LPP, rachats et acquisition de la propriété du logement)

En vertu de l’art. 79b al. 3 LPP, un versement en capital effectué dans les trois
ans dès le dernier rachat ainsi qu’un rachat effectué dans les trois ans qui
suivent un versement en capital sont considérés comme abusifs, sans qu’il ne
faille à chaque fois vérifier si les conditions d’une évasion fiscale sont
remplies. L’application du délai de trois ans est conditionnée à la perception de
« prestations ». Les versements anticipés de la prévoyance professionnelle
aux fins de l’encouragement à la propriété du logement ne sont pas des
prestations d’assurance à proprement parler. En relation avec les
conséquences fiscales, l’art. 83a al. 1 LPP prévoit que le versement anticipé
pour encouragement de l’accession à la propriété du logement est soumis à
l’impôt. Ainsi, un tel versement anticipé doit être assimilé à une prestation
d’assurance, à tout le moins sur le plan fiscal de la déductibilité des rachats.

51. Arrêt du Tribunal fédéral 15 avril 2020, cause 2C_522/2018


(passage du statut d’indépendant au statut de dépendant)

En cas de transformation d’une entreprise individuelle ou d’une société de


personnes en société anonyme, les employés concernés sont réputés avoir
acquis un statut de dépendant le jour de l’inscription de la société au registre
du commerce. Dès ce jour, en vertu de leur activité dépendante, ils doivent
être affiliés à une institution de prévoyance et ne peuvent plus cotiser au 3 e
pilier au-delà de la limite fixée à l’art. 7 al. 1 let. a OPP 3 (CHF 6’828/an en
2020).

52. Arrêt du Tribunal fédéral du 20 février 2020, cause 2C_748/2018


(pas d’imposition à la source sur les rentes de vieillesse de bénéficiaires
au Sril Lanka et aux Philippines)

A la date déterminante pour la retraite, les employeurs étaient constitués sous


forme de sociétés juridiquement indépendantes relevant du droit privé. Les
bénéficiaires de la rente ne travaillaient donc pas pour un Etat contractant, une
subdivision politique ou une collectivité locale. Les rentes qui leur sont versées
sont dès lors exclusivement assujetties à l’imposition par le Sri Lanka ou les
Philippes, en tant que pays de domicile, conformément aux dispositions
applicables des conventions conclues avec ces pays afin d’éviter une double
imposition.

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 22 - 199


VIII. CONSULTATION DES EMPLOYES

53. Arrêt du Tribunal fédéral du 5 mai 2020, cause 9C_409/2019, publication


prévue aux ATF
(art. 11 LPP, droit de codécision des employés)

Plusieurs associations professionnelles ont résilié leur contrat d’affiliation à


l’institution de prévoyance professionnelle à la fin 2017. Dans le cadre d’une
décision portant sur la liquidation partielle d’une institution de prévoyance,
l’Autorité bernoise de surveillance a notamment conclu que le contrat
d’affiliation avait été résilié régulièrement.

L’art. 11 al. 3bis LPP prévoit que la résiliation de l’affiliation et la réaffiliation à


une nouvelle institution de prévoyance par l’employeur s’effectuent après
entente avec son personnel, ou, si elle existe, avec la représentation des
travailleurs. L’autorité précédente a retenu que la résiliation était intervenue
après entente avec le personnel car celui-ci en avait été informé pendant le
délai de résiliation et n’avait pas soulevé d’objections.

Or, le législateur a élaboré un mécanisme nécessitant une décision commune


de l’employeur et des travailleurs concernant le choix de l’institution de
prévoyance. Un droit de participation spécial a été institué en faveur des
travailleurs. Il ne suffit pas que le personnel soit uniquement informé ou
consulté après la résiliation. Si le personnel n’a pas été impliqué avant la
résiliation, celle-ci n’est pas valable.

_____________________________________

Jurisprudence du tribunal federal en matiere de prevoyance professionnelle - 23 - 200


Saanen 2020

Immeubles au bilan – Quelle valorisation


en période de taux bas ? Impacts sur la
situation financière des institutions de
prévoyance

Blaise Wägli
Expert-comptable diplômé
Responsable du marché des
assurances en Suisse Romande
Associate Partner

Vertraulich
Alle Rechte vorbehalten — EY 2016
204
Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période
de taux bas ? Impacts sur la situation financière des
institutions de prévoyance

Saanen 2020
Blaise Wägli
Expert-comptable diplômé

Agenda
Introduction
Placements dans l’immobilier - observations
Principes d’évaluation – cadre applicable
Méthode d’évaluation des immeubles
Evaluation des immeubles – observations
Conclusions

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 205


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Placements dans l’immobilier
Quels constats dans les caisses de pension ?

Evolution de l’allocation d’actifs 2009 - 2018 Evolution des placements immobiliers


directs et indirects

Source : Swisscanto Prévoyance SA – Etude sur les caisses de pension en Suisse en 2019

L’immobilier prend une part de plus en plus importante dans l’allocation d’actifs (18.5% en 2009 contre
24.8% en 2018) au détriment principalement des obligations.
L’immobilier indirect fait une poussée importante au sein des portefeuilles.

Page 3 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Placements dans l’immobilier


IAZI Price Index données au 30.06.2020

► L’indice de prix SWX IAZI


Investment Real Estate
est basé sur plus de la
moitié des transactions
portant sur des immeubles
de rapport (habitation et
mixtes) réalisées en
Suisse aux conditions
effectives du marché (gré
à gré).

► Indice des prix de


l’immobilier en constante
augmentation depuis près
de 20 ans.

► Valeur de marché dans


l’indice plus de 190 milliards
de CHF (environ 15% de
commerciaux, 65% de
résidentiel et 20% de
mixtes).

Page 4 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 206


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Placements dans l’immobilier
KGAST données au 30.06.2020

Commentaires :
► Performance de 6.39% en
moyenne depuis 5 ans
► Augmentation constante de la
valeur des investissements

Page 5 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Placements dans l’immobilier


Constat au bilan des institutions de prévoyance

► Les institutions de prévoyance ont toujours recherché des opportunités de


placement dans l’immobilier
► Valeur stable dans le temps
► Décorrélation de l’évolution des cours de bourse
► Rendement prévisible avec cash flow.
► Détention de placements dans l’immobilier dans une vision à long terme.
► Investissement de substitution par rapport aux obligations dont les taux sont bas.
► Investissement essentiellement dans de l’immobilier suisse et résidentiel en direct
mais aussi de plus en plus au travers de placements collectifs.
► Depuis l’introduction de la Swiss GAAP RPC 26 en 2004, les placements dans
l’immobilier doivent être valorisés à la valeur actuelle
► Norme et pratique comptable relativement souple sur les règles de valorisation.

La valeur actuelle des placements dans l’immobilier investis


par les institutions de prévoyance n’a pas cessé d’augmenter.

Page 6 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 207


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Principes d’évaluation
Principes de valorisation selon la LPP

Art. 47 al. 2 OPP2


Etablissement des comptes annuels conformément aux recommandations comptables
Swiss GAAP RPC 26 dans leur version du 1er janvier 2014.
Art. 48 OPP2
Evaluation des actifs et passifs conformément aux recommandations comptables
Swiss GAAP RPC 26.

Donner une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et des résultats


(True & Fair View).
Les actifs sont évalués individuellement à leur valeur actuelle concernée à la
date du bilan, sans intégration d’effets de lissage.

S’applique non seulement aux institutions de prévoyance mais également aux


fondations de placement selon l’OFP (Ordonnance sur les fondations de placement).

Page 7 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Principes d’évaluation
Le cas particulier des fondations de placement selon l’OFP

Art. 41 al. 2 OFP


L’art. 48, 1re phrase, OPP2 s’applique à l’évaluation des actifs et des passifs des fondations.
S’agissant de l’évaluation des placements, l’autorité de surveillance peut imposer des critères et
déclarer déterminants les art. 84 et 85 de l’ordonnance de la FINMA du 27 août 2014 sur les
placements collectifs.
Art. 41 al. 3 OFP
S’il existe des placements directs dans l’immobilier, la méthode d’évaluation est prescrite
dans les statuts de la fondation. L’évaluation des biens-fonds à l’étranger se conforme à des
normes internationales reconnues. La fondation demande une fois par année aux experts au
sens de l’art. 11 d’estimer la valeur marchande des biens-fonds. En l’absence de
changement notoire, cette valeur peut être reprise pour les dates de références mentionnées à
l’al. 6. L’art. 93, al. 2 et 4, OPCC s’applique par analogie.

Bien que soumis à la LPP, les règles sont plus contraignantes


en particulier par l’implication d’experts indépendants dans
une évaluation annuelle.

Page 8 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 208


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Principes d’évaluation
Le cas particulier des fonds immobiliers suisses

SFAMA Directive pour les fonds immobiliers


(extrait)

Art. 90 al. 2 LPCC


Les immeubles sont comptabilisés à
leur valeur vénale dans le compte de
fortune.
Art. 90 al. 4 LPCC
Le rapport annuel et les comptes
annuels mentionnent, en plus des
indications visées à l’art. 89, des
indications sur les experts chargés
des estimations, les méthodes
d’estimation ainsi que les taux de
capitalisation et d’escompte appliqués.

Page 9 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Principes d’évaluation
Le cas particulier des assureurs

Circulaire FINMA 2016/5 – Directives de placement - assureurs


Comptes statutaires
La valeur reconnue dans la fortune liée ou la solvabilité peut différer
Art. 960a CO des comptes statutaires
Lors de sa première
comptabilisation, un actif est
évalué au plus à son coût
d’acquisition ou à son coût de
revient.
Les pertes de valeur dues à
l’utilisation de l’actif et au
facteur temps sont
comptabilisées par le biais des
amortissements, celles dues à
d’autres facteurs, par le biais
de corrections de valeur.

Les principes d’évaluation impactent de manière sensiblement


différente les acteurs institutionnels.

Page 10 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 209


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Méthodes d’évaluation des immeubles

► Méthodes d’évaluation statique :


► Valeur intrinsèque / valeur de reconstruction

► Valeur par indexation


► Valeur par comparaison.

► Méthodes d’évaluation dynamique :


► Valeur par capitalisation de l’état locatif

► Valeur par capitalisation des flux financiers futurs (DCF).

► Sous réserve de situations particulières :


► Mise en vente du bien-fonds

► Démolition
► Valeur statique supérieure à une valeur dynamique.

Page 11 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Méthode d’évaluation des immeubles


Valeur de rendement

Valeur de rendement

A Rendement locatif brut x 100 = valeur du bien immobilier


B Facteur d’actualisation

A Etat locatif brut dynamique complet


B Taux de rendement espéré sur le cash flow dégagé par l’exploitation
de l’immeuble
+ Frais fixes (conciergeries, assurances, énergie, impôts fonciers, etc.)
+ Frais d’entretien (entretien courant)
+ Grosses réparations (alimentation du fonds de rénovation)
+ Affectation spécifique (commerces, bureaux, salles de spectacles, etc.)
+ Vacants structurels

Quel taux de rendement espéré ? Taux du marché ou technique ?

Page 12 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 210


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Méthode d’évaluation des immeubles
Discounted Cash Flow (DCF)

Valeur déterminée sur la base des cash flows futurs escomptés


(Discounted Cash Flow Method)

Encaissements locatifs bruts (en principe sur un horizon de 10 ans)


moins
Charges d’exploitation y.c. rénovation, impôts sur revenus exclus
(sur un horizon de 10 ans)

cash flow annuel


égal =
taux d’escompte
(rendement hors risque + prime de risque + prime d’illiquidité)

Page 13 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Méthode d’évaluation des immeubles


Discounted Cash Flow (DCF)

Deux étapes clés dans la méthode :


1. Estimer les cash flows de l’immeuble, à savoir les flux
opérationnels (encaissements moins les charges opérationnelles
moins les investissements additionnels).
2. Calculer de manière appropriée le taux utilisé pour l’actualisation
des cash flows.
Difficultés découlent de la détermination des composantes des
cash flows annuels, d’une valeur terminale et du taux de
capitalisation.
Ce sont les hypothèses de calcul qui doivent être appréciées et
démontrées.

Page 14 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 211


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Méthode d’évaluation des immeubles
Discounted Cash Flow (DCF)

Exemple de valorisation d'un projet immobilier en CHF

Rendement attendu 4% Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5 Sortie

Revenu locatif net 500'800 700'800 800'800 810'800 810'800 810'800


Frais d'exploitation -80'000 -70'000 -65'000 -60'000 -60'000 -60'000
Frais d'entretien - - -30'000 -30'000 -30'000 -50'000
Frais de remise en état -80'000

Cashflow 420'800 630'800 705'800 720'800 720'800 620'800


Valeur terminale 15'520'000

Escompte 0.962 0.925 0.889 0.855 0.822 0.790

Valeur actualisée 404'810 583'490 627'456 616'284 592'498 12'751'232

Valeur du projet 15'575'769

Page 15 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Méthode d’évaluation des immeubles


Discounted Cash Flow (DCF)

Quelques explications:

La valeur terminale correspond à la valeur actualisée des cash-flows de


l’immeuble de la première année après l’horizon-temps de la prévision jusqu’à
l’infini.

Le taux d’actualisation utilisé correspond au coût moyen pondéré du capital. Pour


une IPP, on prend en considération l’exigence de rendement d’un financement à
100% par fonds propres. Il est dans tous les cas le taux minimum que
l’investisseur requiert de son investissement immobilier.

Ces deux paramètres impactent significativement la


détermination de la valeur.

Quel lien avec le taux technique ?

Page 16 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 212


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Evaluation des immeubles
Quelques observations du marché

Type Méthode Expert immobilier Taux actualisation Taux de capitalisation


DCF
Fondation de  DCF  Wüest & Partner  Entre 2.3% et 3.65%  N/A
placement (groupe dans la grande  Moyenne ~ 3.3%
de placement majorité des cas  Tendance baissière
immobilier suisse)
Caisse publique  DCF  Non communiqué  Entre 3% et 6.1%  Entre 5% et 6.75%
 Valeur de
rendement

Autres fondations  DCF  Divers experts  Entre 2.7% et 5.1%  Entre 4.5% et 8.5%
 Valeur de (Wüest & Partner,  Moyenne ~ 5%
rendement Jones Lang LaSalle,  Tendance baissière
CBRE,…)

► Les fondations de placement ont un taux plus bas que les caisses de pension.
► Les taux dans les fondations de placement ont de manière générale baissé depuis plusieurs
années, ce qui engendre des augmentations de valeur importantes.
► Wüest & Partner donne « le ton » dans les évaluations d’immeubles des fondations de
placement.

Page 17 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Evaluation des immeubles


Baisse des taux sans risque

Observation :
Les taux sont en constante baisse depuis de
nombreuses années. Il y a même du rendement négatif
sur les obligations d’Etat ce qui pousse les caisses vers
d’autres solutions de placement.
Source : Immo Monitoring Printemps 2020/2 Wüest & Partner

Page 18 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 213


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Evaluation des immeubles
Hausse des loyers

► Augmentation des loyers de 3.9% depuis fin 2015


► L’indice KGAST présente une augmentation de valeur de plus de 30% sur 5 ans
► Baisse des taux d’intérêt a un impact substantiel sur l’augmentation de la valeur des
immeubles
► Les revenus locatifs ont augmenté à peine plus que les coûts de revient des immeubles
► Quels impacts de COVID-19 sur les loyers ?

Le rendement des immeubles à faiblement augmenté, les institutions


de prévoyance n’obtiennent pas plus de cash flow.

Page 19 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Evaluation des immeubles


Constat au bilan des institutions de prévoyance

► Les taux de capitalisation ou d’escompte demeurent plus haut que les taux
techniques appliqués par les institutions de prévoyance.
► Le choix du taux d’actualisation est souvent lié aux attentes de rendement de
l’institution.
► En théorie, l’immobilier à lui seul couvrirait le besoin de rendement sur le long terme
des institutions de prévoyance.
► Ecarts parfois importants entre les institutions de prévoyance dans la détermination
de la valeur, décision du Conseil de fondation et sensibilité différente.
► Les valeurs des biens détenus en direct prennent rarement en considération les
éventuels impôts en cas de cession !

Placements en directs vs placements collectifs.


Une appréciation différente de la situation financière.

Page 20 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 214


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Evaluation des immeubles
Exemples de taux d’actualisation dans les fondations de placement

Zürich Fondation 2019 2018 2015

Immobilier Habitat Suisse 3.03% (2.4% et 3.5%) 3.18 (2.6% et 3.7%) 3.72% (3.00% et 4.3%)

Immobilier Traditionnel Suisse 2.94% (2.5% et 3.5%) 3.07% (2.8% et 3.5%) 3.6%(3.10 et 4.2%)

Immobilier Commercial Suisse 3.34% (2.3% et 4.5%) 3.48% (2.3% et 4.6%) 3.99% (3.6% et 4.9%)

UBS Fondation 2019 2018 2015

AST Immeubles Suisse 3.28%(2.3% et 4.6%) 3.45% (2.5% et 4.6%) 3.92% (3.4% et 5%)

AST Immeubles commerciaux


3.68% (2.8% et 4.6%) 3.79% (3.0% et 4.6%) 4.17% (3.7 et 5%)
Suisse

IST 2019 2018 2015

Immobilier Suisse 3.03% (2.7% et 3.2%) 3.23% (2.9% et 3.4%) 3.66% (3.5% et 4.1%)

Page 21 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Evaluation des immeubles


Exemples de taux d’actualisation dans les placements collectifs

Fondation / Fonds Nom 2019 2018 2015 Expert

Zürich Immobilier Habitat Suisse 3.03% (2.40% et 3.50%) 3.18% (2.60% et 3.70%) 3.72% (3.00% et 4.30%) 1

Zürich Immobilier Traditionnel Suisse 2.94% (2.50% et 3.50%) 3.07% (2.80% et 3.50%) 3.60% (3.10% et 4.20%) 1

Zürich Immobilier Commercial Suisse 3.34% (2.30% et 4.50%) 3.48% (2.30% et 4.60%) 3.99% (3.60% et 4.90%) 1

UBS AST Immeubles Suisse 3.28% (2.30% et 4.60%) 3.45% (2.50% et 4.60%) 3.92% (3.40% et 5.00%) 1
AST Immeubles commerciaux
UBS 3.68% (2.80% et 4.60%) 3.79% (3.00% et 4.60%) 4.17% (3.70% et 5.00%) 1
Suisse
IST Immobilier Suisse 3.03% (2.70% et 3.20%) 3.23% (2.90% et 3.40%) 3.66% (3.50% et 4.10%) 1

UBS UBS SIMA (40% Commercial) 3.04% (2.10% et 5.20%) 3.20% (2.30% et 5.20%) 3.80% (2.90% et 5.10%) 1

Crédit Suisse CS Siat 3.36% 3.61% 3.99% 1


Investissement
La Foncière 4.22% (3.10% et 5.30%) 4.31% (3.20% et 5.30%) 4.55% (3.90% et 5.25%) 2
Foncier SA
Solvalor Fund
Solvalor 61 4.28% (3.55% et 5.02%) 4.30% (3.54% et 5.05%) 4.56% (3.91% et 5.21%) 2
Management
Fonds suisse de placement
IMMOFONDS 3.94% (2.80% et 6.50%) 4.06% (3.40% et 6.50%) 4.20% (3.80% et 6.10%) 3
immobiliers
Realstone Swiss Property 3.45% 3.49% (2.35% et 3.91%) 3.96% (3.40% et 5.04%) 1

1) Wüest & Partner 2) Architectes indépendants 3) KPMG

Page 22 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 215


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Evaluation des immeubles
Le poids de l’expert

► Un nombre identique d’évaluateur pour un grand nombre de véhicules de


placement.
► Qualité de l’évaluation grâce à l’expérience et au rassemblement de données.
► Position dominante avec risque de faiseur d’opinion.
► Valeur de marché à court terme alors qu’il n’y pas d’objectif de vente.
► Baisse régulière des taux d’actualisation par les experts en immobilier.
► Comment prendre en considération la liquidité du marché ?
► Les performances futures des placements immobiliers sont surestimées ?

La valeur de marché DCF est-elle adéquate en cas de


détention à long terme ?

Page 23 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Evaluation des immeubles


Evolution de l’indice KGAST

Rendement mensuel de l'indice KGAST


1.000%

0.800%

0.600%

0.400%

0.200%

0.000%
01.01.2016 01.01.2017 01.01.2018 01.01.2019 01.01.2020

Source : Séries chronologiques au 06.2020 KGAST

Page 24 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 216


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Evaluation des immeubles
Situation des fondations de placement

► Les fondations de placement évaluent leurs biens immobiliers une fois par an.
► Les ajustements mensuels de NAV ont lieu principalement sur la base des revenus
cumulés et/ou budgétisés ainsi que des versements effectués.
► Les changements affectant le marché immobilier peuvent être pris en considération
avec décalage compte tenu des différentes dates d’évaluation. Les éventuels
impacts liés aux COVID-19 ne sont pas nécessairement encore visibles.
► Si des souscriptions ou des rachats sont fait sur une base trimestrielle avec une
imprécision dans les valeurs, il existe un certain risque que les investisseurs entrent
ou sortent à des prix erronés.
► En période de taux bas, les rendements sont attractifs mais en cas de hausse des
taux, il y aura un impact non négligeable sur la valorisation.

Les événements tels que COVID-19 n’ont eu pour l’instant que


peu d’effet sur la valeur qui reste essentiellement dépendante
du taux d’escompte.

Page 25 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Evaluation des immeubles


Situation des investissements cotés

COVID-19
chute dès
Observations : le 6 mars
Augmentation constante
depuis plus de 10 ans
avec accélération sur
l’année 2019.
Correction importante liée
au COVID-19.

Faut-il traiter
différemment les
placements
immobiliers cotés
dans la stratégie de
placement ?
Quelles corrélations
avec les marchés
financiers ?

Tableau au 29.12.2017
Graphique au 29.07.2020
données historiques
SXI 2010-2020

Page 26 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 217


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Evaluation des immeubles
Valeur estimative et valeur de réalisation

Constatations :
La différence entre la valeur estimative et
la valeur de réalisation s’est encore plus
accentuée ces dernières années.
La différence est souvent liée à la politique
de comptabilisation qui est plutôt
conservatrice en Suisse et en Allemagne.

Source : MSCI Privat Real Estate :


Valuation and sale price comparison June 2016

Source : MSCI Real Estate 2017


Publié dans RICS Valuation and sale price March 2019

Page 27 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Evaluation des immeubles

► La valorisation des placements dans les caisses de pension utilise des règles
beaucoup plus prudente que dans les fondations de placement.
► Les taux d’actualisation n’ont pas cessé de baisser ces dernières années
► Pertes comptables en cas d’acquisition/constructions de bien immobiliers
► Frein aux investissements.
► Gains comptables importants en cas de cession.
► Impact des gros travaux sur la performance et/ou la valeur au bilan, est-il pris
correctement en considération ?
► Quelque soit la méthode de valorisation, la valeur dépend du taux d’actualisation.

L’adaptation du taux d’actualisation entraîne une plus-value


substantielle.
Forte amélioration de la performance lors de la correction.
Taux de rendement plus faible dans le futur.

Page 28 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 218


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Evaluation des immeubles
Réserve de fluctuation de valeur

Selon la Swiss GAAP RPC 26


► La réserve de fluctuation de valeur est constituée dans le but de la sécurité durable
de la réalisation des buts de prévoyance. La réserve de fluctuation de valeur
nécessaire (objectif) doit être déterminée principalement en tenant compte de la
totalité des actifs et des passifs, ainsi que de la structure et de l’évolution future
prévisible de l’effectif des assurés. Le calcul se fonde sur des considérations
mathématico-financières et sur des données actuelles. Le principe applicable est
celui de la permanence.
► La cible de RFV doit tenir compte des risques de la volatilité des placements
immobiliers.

La valorisation des immeubles peut contenir la notion de


sécurité durable de la réalisation des buts de prévoyance.
Une différence est-elle faite entre placements directs et
indirects ?

Page 29 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Evaluation des immeubles


Autres aspects

Dans tous les cas, un immeuble destiné à être vendu


doit être évalué sur la base de la valeur vénale.

Valeur vénale = Prix vraisemblablement réalisable pour


une vente effectuée avec tout le soin requis

Référence à une valeur de marché pertinente


Méthode comparative
Valeur en cours de négociation

Les impôts latents sur les éventuels gains immobiliers provenant de la


différence entre l’évaluation au bilan et l’estimation fiscale doivent-ils être pris
en compte ?

Page 30 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 219


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Conclusions

► Une valorisation toujours discutable


► La valeur d’un immeuble, quelque soit la méthode, ne correspond pas forcément à une valeur de
transaction. Toutes les méthodes introduisent une certaine part d’arbitraire
► La valeur est fortement influencée par le taux d’escompte / d’actualisation choisi
► Les transactions immobilières sont limitées, elle ne permettent pas une comparaison toujours
pertinente.
► Faut-il privilégier la stabilité ou la volatilité ? La valeur ne devrait pas s’éloigner de
l’évolution du marché.
► Ne pas sous estimer les différences de valorisation selon les formes d’investissements
► Une valorisation non pertinente peut conduire à une mauvaise allocation des actifs,
attention aux effets dans une étude ALM
► La cible de RFV doit prendre en considération la nature des investissements et leur
valorisation. Si l’actif est évalué de manière prudente ou pas, il faut apprécier la
« réserve de valeur » dans la détermination de la cible de RFV

Les immeubles comme les provisions techniques peuvent


influencer la détermination de la situation financière « actuelle »
d’une institution de prévoyance.

Page 31 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Conclusions

► Nature des investissements


► La valorisation des immeubles détenus en direct est faite de manière prudente.
► La valorisation par les experts introduit une influence des taux d’intérêt beaucoup plus grande
que dans le cadre d’une évaluation propre par l’institution.
► La nature de l’investissement entraîne une volatilité différente et conséquente des risques de
corrections non négligeables en cas de hausse des taux d’intérêts.
► Incertitudes liées aux COVID-19 et ses impacts économiques ? La valorisation des
immeubles pourrait évoluer de manière indépendante des taux d’intérêts
► Quelles attentes de rendement ? Les données du passé sont-elles représentatives du
futur ?
► Impacts de la digitalisation
► Changements dans la mobilité
► Nouvelles expériences du confinement

Les immeubles peuvent représenter un socle de sécurité sur le


long terme. Les taux d’intérêts bas et la situation économique
fragilisent cette considération.

Page 32 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 220


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance
Merci de votre participation / Questions ?

Page 33 Saanen, CACP - 2020 / Immeubles au bilan

Immeubles au bilan – Quelle valorisation en période de taux bas ? 221


Impacts sur la situation financière des institutions de prévoyance