Vous êtes sur la page 1sur 79

ETUDE TECHNIQUE DETAILLEE DE

L’ASSAINISSEMENT PLUVIALE DU SITE


DE BASSEKO

MEMOIRE POUR L’OBTENTION DU MASTER EN


INGENIERIE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT

OPTION : EAU ET ASSAINISSEMENT


------------------------------------------------------------------

Présenté et soutenu publiquement le 13/11/2014 par Dieudonné OUEDRAOGO

Travaux dirigés par :


Léony Brice KAMDEM DJOMOU
Dial NIANG, Enseignant Chercheur à 2iE
Mme IGO / OUERAOGO Mamounata, Chef de Service de Viabilisation et de
l’Equipement Urbain à la DGUTF
Jury d’évaluation du stage :

Président : Anderson Andrianissa HARINAIVO

Membres et correcteurs :
Béga OUEDRAOGO
Tadjouwa KOUAWA
Promotion [2013/2014]
Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

DEDICACE
Nous dédions ce mémoire à :
Notre défunt Père Monsieur OUEDRAOGO Samuel, papa, que la terre te soit légère.
A notre très chère mère Madame KAGAMBEGA Wanogo.
Nous vous devons tous car c’est vous qui nous avez donné la vie. Nous pensons aussi à nos
grands frères et sœurs Monsieur OUEDRAGO Joël, Monsieur OUEDRAOGO Lucien,
Monsieur OUEDRAOGO Louis, Madame OUEDRAOGO Justine et Madame
OUEDRAOGO Pauline et à nos cousins Monsieur Zacharie OUEDRAOGO et Monsieur
Jean-Pierre OUEDRAOGO
Ce travail est le fruit de votre affection, de votre solidarité, et de tous les sacrifices que vous
avez consenti pour moi depuis les études primaires jusqu’à ce jour. C’est dire que ce travail
n’aurait pas vu le jour sans votre aide. Merci

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page i


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

REMERCIEMENTS

Ce travail que nous présentons ici a été effectué entièrement à la Direction Générale de
l’Urbanisme et des Travaux Fonciers (DGUTF), sise dans la ville de Ouagadougou (Burkina
Faso). Nous exprimons notre profonde gratitude à tous ceux et toutes celles qui de près ou de
loin ont participé et aidé de quelque manière que ce soit à la réalisation de ce travail.
Nous voudrons remercier particulièrement Monsieur Léon- Paul TOE, Directeur Générale
de l’Urbanisme et des Travaux Fonciers et Monsieur Claude Marcel KYELEM, Directeur
de l’Aménagement et de l’Urbanisme opérationnel qui ont bien voulu m’accueillir dans leur
structure.
Nous remercions Madame Mamounata IGO notre encadreur à la Direction de l’Urbanisme
et des travaux Fonciers et Dr Dial NIANG notre encadreur de 2iE qui ont accepté de me
suivre durant ce travail et qui ont souvent su me comprendre et me prodiguer de sages
conseils pour la réussite de ce mémoire. Que tout le bien que vous m’avez apporté vous soit
rendu au centuple. Merci une fois de plus.
Nous ne manquerons de saluer la patience et le professionnalisme de personnes modèles.
Nous voulons parler de Monsieur Kiswendssida Marcel NIKIEMA, Monsieur Del-Wendé
Ferdinand ZOMA, Monsieur Hamidou AMADOU. Ils ont contribué à améliorer ce travail
par leurs conseils, leurs documentations mises à notre disposition. Merci !
A tous les enseignants de 2iE, pour leurs enseignements et leur encadrement pédagogique de
qualité reçue tout au long de notre formation, les mots ne suffisent pas pour vous dire merci.
Recevez, nous vous prions, notre gratitude.
Nous tenons à saluer la contribution et la collaboration de tous nos camarades issus de la
même promotion et appartenant aux sections mes promotionnaires de l’eau et de
l’assainissement, de l’infrastructure et réseau hydraulique pour l’esprit d’entraide très
fraternel.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page ii


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

RESUME
La ville de Ouagadougou et surtout dans ses quartiers périphériques est confrontée à une forte
explosion démographique doublée d’une urbanisation anarchique. Cette situation augmente
davantage le manque de logement social, d’assainissement etc. entrainant donc une forte
demande de service urbain de base notamment dans le domaine de l’assainissement. Fort de
ce constant, une politique de viabilisation des communes rurales aux alentours de la ville a été
entreprise par les autorités afin de pallier à ces soucis. Malgré les efforts déjà consentis par
l’Etat Burkinabé (construction des logements sociaux et des infrastructures d’assainissement à
Yagma et à Basséko), les résultats obtenus sont loin de combler les attentes. Pour répondre
davantage à ces préoccupations, une extension de construction de logements sociaux est
prévue à Basséko. Malheureusement, le site de Basséko qui est une zone relativement plate,
est dépourvue d’infrastructures de drainage des eaux pluviales. Donc, la viabilisation de cette
zone nécessite la mise en place d’infrastructure d’évacuation des eaux pluviales. C’est dans ce
cadre que s’inscrit le présent travail intitulé : « étude technique détaillée de l’assainissement
pluvial du site de Basséko » dont l’objectif est de contribuer à l’amélioration des conditions
de vie des habitants de Basséko par la mise en place des infrastructures d’assainissement
pluvial.
La démarche adoptée pour mener cette étude a consisté à élaborer un réseau d’évacuation des
eaux pluviales et le réseau proposé est composé de deux collecteurs primaires de section de
2,00 x 1, 50 m2 et dix collecteurs secondaires de section de 1,40 x 1,10 m2. Les collecteurs
seront faits en béton et seront de type rectangulaire à l’exception de l’ouvrage de protection
qui sera construit par la maçonnerie à moellons.
La longueur totale du réseau est de 14466 m et les eaux collectées seront rejetées dans deux
exutoires naturels (marigots).
Le projet couvre une superficie de 551,7956 hectares et son coût est évalué à 2 861 930 640
FCFA.

Mot clés : dimensionnement, eaux pluviales, inondation, réseau d’évacuation,

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page iii


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

ABSTRACT
The town of Ouagadougou and especially in its peripheral districts is confronted with a strong
doubled demographic explosion of an anarchistic urbanization. This situation more increases
the lack of social housing, cleansing etc thus involving a strong demand of basic urban service
in particular in the field of the cleansing. Extremely of this constant, a policy of development
of the rural communes in the neighborhoods of the city was undertaken by the authorities in
order to mitigate this concern. In spite of the efforts already authorized by the Burkinabe State
(construction of the social housing and the infrastructures of cleansing with Yagma and
Basséko), the got results are far from filling waiting’s. To meet these needs more, an
extension of social housing construction is envisaged in Basséko. Unfortunately, the site of
Basséko which is a zone relatively punt, is deprived of infrastructures of drainage of rain
waters. Therefore, the development of this zone requires the installation of infrastructure of
evacuation of rain waters. It is within this framework that this present work heading: “detailed
technical study of the rain cleansing of the site of Basséko” whose objective
is to contribute to the improvement of the living conditions of the inhabitants of Basséko by
the installation of the infrastructures of rain cleansing.
Approach adopted to lead this study has consisted to elaborate a network of rain waters
evacuation and the network proposed is composed by two primary collectors of section
2. 00  1. 50 m2 and ten secondary collectors of section 1.40  1.10 m2. Collectors will be
built out of reinforced concrete and will be take rectangular form except for the work of
protection which will be built by masonry with hardcore.
The whole length is 14 466 m and Collected waters will be rejected into two natural’s
discharges systems (backwaters).
The project covers a surface of 551.7956 hectares and its cost is evaluated to 2.861.930.640
FCFA.

Keyword: Dimensioning, Flood, Rain waters, System drainage.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page iv


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

TABLE DES MATIERES


DEDICACE……………………………………………………………………………………i
REMERCIEMENTS .................................................................................................................. ii
Résumé ...................................................................................................................................... iii
Abstract ..................................................................................................................................... iv
Listes des figures ........................................................................................................................ v
Liste des tableaux ...................................................................................................................... vi
SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................................... viii
Introduction ................................................................................................................................ 1
CHAPITRE I : GENERALITES ................................................................................................ 2
I. Cadre de l’étude ...................................................................................................................... 2
II. Généralités sur la zone d’étude .............................................................................................. 2
1. Localisation de la zone d’étude .............................................................................................. 3
2. Présentation du cadre physique de la zone d’étude ................................................................ 3
2.1. Relief et Sol ......................................................................................................................... 3
2.2. Hydrographie ....................................................................................................................... 3
2.3. Climat .................................................................................................................................. 4
2.4. La végétation ....................................................................................................................... 4
3. Etat des lieux de la situation actuelle du drainage.................................................................. 4
4. Aspect socio-économique de la zone d’étude ........................................................................ 5
CHAPITRE II : POBLEMATIQUE ET APPROCHE METHODOLOGIQUE ........................ 6
I. Problématique ......................................................................................................................... 6
II. Matériel et méthode ................................................................................................................ 6
1. Objectif global ........................................................................................................................ 6
2. Objectifs spécifiques de l’étude ............................................................................................. 6
3. Recherche Bibliographique .................................................................................................... 7
4. Collecte des données .............................................................................................................. 7
5. Reconnaissance du terrain ...................................................................................................... 7
6. Traitement des données .......................................................................................................... 8
6.1. Détermination du sens général d’écoulement des eaux de pluies ....................................... 8
6.2. Délimitation de bassins versants globaux ........................................................................... 8
6.3. Caractéristiques des bassins versants .................................................................................. 9
6.4. Identification des exutoires potentiels ................................................................................. 9
6.5. Délimitation des bassins élémentaires ................................................................................. 9
6.6. Tracé du réseau de collecte et de transport des eaux pluviales ........................................... 9

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page v


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

6.7. Détermination des débits d’eaux pluviales........................................................................ 10


6.7.1. Le temps de concentration tc .......................................................................................... 10
6.7.2. Choix de la période de retour(T) et de la pluie de projet ............................................... 10
6.7.3. L’intensité de pluie I ...................................................................................................... 10
6.7.4. Coefficient de ruissèlement ............................................................................................ 11
6.7.5. Les méthodes d’évaluation des débits ............................................................................ 11
6.8. Détermination des débits équivalents des sous bassins. .................................................... 14
6.9. Dimensionnement des ouvrages ........................................................................................ 15
6.9.1. Description du système d’assainissement ...................................................................... 15
6.9.1.1. Choix du type d’écoulement ....................................................................................... 15
6.9.1.2. Choix du profil des ouvrages ...................................................................................... 16
6.9.2. Ouvrages de franchissement........................................................................................... 17
6.9.3. Type de matériaux .......................................................................................................... 17
6.9.4. Dimensionnement hydraulique des collecteurs .............................................................. 18
6.9.5. Profil en long et en travers ............................................................................................. 19
6.10. Estimation du coût du projet ........................................................................................... 20
6.10.1. Estimation du coût des collecteurs ............................................................................... 20
6.10.2. Estimation du coût des dalots et des dallettes .............................................................. 21
6.10.3. Protection et recalibrage ............................................................................................... 21
CAPITRE III : RESULTATS ET INTERPRETATIONS ....................................................... 22
I.Calcul des débits et dimensionnement des caniveaux ........................................................... 22
1.Calcul des débits.................................................................................................................... 22
1.1.Délimitation des bassins versants et calcul de leurs caractéristiques ................................. 22
1.2.Délimitation des sous bassins versants et calcul de leurs caractéristiques ......................... 22
1.3.Coefficients de ruissellement de chaque sous bassins........................................................ 24
1.4.Tracé du réseau de collecte ................................................................................................ 25
1.5.Débit à l’exutoire de chaque sous bassins versant ............................................................. 26
1.6.Débits équivalents des sous bassins ................................................................................... 26
2.Dimensionnement des caniveaux .......................................................................................... 27
3.Evaluation du coût du projet ................................................................................................. 30
3.1.Evaluation du coût des collecteurs secondaires ................................................................. 30
3.2.Evaluation du coût des collecteurs primaires 2,60 x 1,75m2.............................................. 31
3.3.Coût des dalots et les dallettes............................................................................................ 32
3.4.Coût de la protection et du recalibrage ............................................................................... 33
CHAPITRE IV : NOTICE D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL .......................................... 34

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page vi


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

1.Problématique........................................................................................................................ 34
1.1.Objectifs Général de l’étude ............................................................................................... 34
1.2.Objectifs Spécifiques .......................................................................................................... 34
2.Cadre Politique, législatif, règlementaire et institutionnel .................................................... 35
2.1. Politique environnementale et sociale du Burkina Faso ................................................... 35
2.2.Cadre législatif et règlementaire ........................................................................................ 35
2.3.Dispositions institutionnelles ............................................................................................. 36
3.Description de l’état initial du site ........................................................................................ 36
4.Description du projet ............................................................................................................. 36
5.Identification et évaluation des impacts prévisionnels .......................................................... 37
5.1. Identification des impacts .................................................................................................. 37
5.2.Evaluation des impacts ....................................................................................................... 40
5.2.1.Méthodologie utilisée ...................................................................................................... 40
5.2.2.Résultats de l’évaluation des impacts.............................................................................. 41
6. Impact du projet sur l’environnement .................................................................................. 44
6.1. Impact sur le milieu physique ........................................................................................... 44
6.2. Impact sur le milieu Socio-économique ............................................................................ 45
7.Plan de gestion environnemental et sociale (PGES) ............................................................. 45
Conclusion et perspectives ....................................................................................................... 50
Références bibliographiques .................................................................................................... 51

LISTE DES FIGURES

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page vii


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Figure 1 : Organigramme de la Direction Générale de l’Urbanisme et des Travaux


Fonciers --------------------------------------------------------------------------------------------------- xiii
Figure 2 : localisation de Basséko ---------------------------------------------------------------------- 3
Figure 3 : Canal rectangulaire -------------------------------------------------------------------------- 15
Figure 4 : Canal trapézoïdal ---------------------------------------------------------------------------- 16
Figure 5 : Bassins versant de la cité ------------------------------------------------------------------- 21
Figure 6 : tracé des lignes d’écoulement et de partage des eaux ---------------------------------- 22
Figure 7: sous bassins versants ------------------------------------------------------------------------ 23
Figure 8: réseau de collecte des eaux pluviales ----------------------------------------------------- 25

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page viii


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

LISTE DES TABLEAUX


Tableau I : formules permettent de calculer les débits équivalents des bassins en séries ou en
parallèles. -------------------------------------------------------------------------------------------------- 11
Tableau II : comparaison des différentes variantes ------------------------------------------------- 17
Tableau III: caractéristiques des bassins versants -------------------------------------------------- 21
Tableau IV :caractéristiques des sous bassins ------------------------------------------------------- 23
Tableau V :coefficient de ruissellement des différents sous bassins ----------------------------- 24
Tableau VI : Longueur des tronçons ------------------------------------------------------------------ 25
Tableau VII : récapitulatif des débits des sous bassins versants ---------------------------------- 26
Tableau VIII : débits équivalents des sous bassins associés -------------------------------------- 26
Tableau IX : récapitulatif des dimensions des tronçons ------------------------------------------- 27
Tableau X :dimensions réelles des ouvrages -------------------------------------------------------- 29
Tableau XI: coût estimatif des collecteurs secondaires -------------------------------------------- 30
Tableau XII: coût estimatif des collecteurs primaires---------------------------------------------- 31
Tableau XIII : Evaluation du coût des dalots-------------------------------------------------------- 31
Tableau XIV: Evaluation du coût des dallettes ----------------------------------------------------- 33
Tableau XV:matrice d’identification des impacts -------------------------------------------------- 37
Tableau XVI :le degré de l’intensité ------------------------------------------------------------------ 40
Tableau XVII : La durée de l’impact ----------------------------------------------------------------- 41
Tableau XVIII: l’étendue de l’impact ---------------------------------------------------------------- 41
Tableau XIX: matrice de prévision et d’évaluation des impacts---------------------------------- 43
Tableau XX: plan de gestion environnementale et sociale ---------------------------------------- 46

SIGLES ET ABREVIATIONS

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page ix


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

A : Superficie

BV : Bassin versant

CDI : Centre de Documentation et d’Information de 2iE

CIEH : Comité Inter-Etats d’Etudes Hydrauliques

DGUTF : Direction Générale de l’Urbanisme et des travaux fonciers

Ha : La superficie en hectare

IDF : Intensité-Durée-Fréquence

IGB : Institut Géographique du Burkina

MAHRH : Ministère de l’agriculture de l’hydraulique et des ressources


halieutiques

NIE : Notice d’Impact Environnemental

OMD : Objectif du Millénaire en Matière de Développement

PGES : Plan de Gestion Environnemental et Social

Q : Débit

RGPH : Recensement Général de la Population et de l’Habitat

S/BV : Sous Bassin Versant

SDAU : Schéma Directeur d’aménagement et d’Urbanisme

SIG : Système d’Information Géographique

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page x


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

INTRODUCTION

Le Burkina Faso à l’instar des autres pays sahéliens est confronté à de graves difficultés
d’assainissement. En 2005, l’accès à l’assainissement (eaux usées et excréta) dans les centres
urbains et ruraux du pays était respectivement de 14% et 10% [MAHRH, 2006]. Dans le
domaine de l’assainissement pluvial, les infrastructures restent quasiment inexistantes surtout
pour ce qui concerne les zones périphériques. Face à une très forte urbanisation (exemple pris
du taux de croissance de la population de Ouagadougou qui est de 7,6%, [RGPH, 2006] et des
phénomènes de changement climatique, ce manque d’infrastructure d’assainissement porte
atteinte au bien-être de milliers de personnes surtout les pauvres. C’est le cas de l’inondation
du 1er Septembre 2009 à Ouagadougou qui a causé d’importants dégâts matériels et des pertes
en vies humaines.
Pour faire face à cette situation, l’Etat burkinabé dans sa politique de développement a
entrepris la réalisation des projets de construction de logements sociaux et des infrastructures
d’assainissement pluvial.
C’est dans cette optique que le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme à travers la Direction
Générale de l’Urbanisme et des Travaux Fonciers a entrepris les travaux: « Etude technique
détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko ».
L’objectif général de cette étude est d’améliorer les conditions de vie des habitants de
Basséko par la mise en place d’un système adéquat pour l’évacuation des eaux pluviales.
Cette étude pourra profiter aux autres localités du Burkina Faso.
Pour atteindre cet objectif général, plusieurs objectifs spécifiques sont définis. Ce sont :
 Faire l’état des lieux du système de drainage existant ;
 Etablir une notice d’impact environnemental du projet ;
 Evaluer les débits d’eaux pluviales tombant dans le site ;
 Conceptualiser et dimensionner le réseau d’évacuation des eaux pluviales du site ;
 Estimer l’enveloppe financière.
Ce travail est structuré autour de quatre grands chapitres :
 La problématique et l’approche méthodologique;
 Les généralités;
 La notice d’impact environnemental ;
 Les résultats et interprétations.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 1


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

CHAPITRE I : GENERALITES

I. Cadre de l’étude
Le Burkina Faso est un pays de l’Afrique de l’Ouest. Sa superficie est de 274 000km2. Sa
population est estimée présentement à 16 000 000 d’habitants [RGPH, 2006]. C’est un pays
enclavé n’ayant aucune ouverture sur la mer.
Avec un taux de croissance démographique de 3,1% par an [RGPH, 2006] et un manque
crucial d’activité rémunératrice dans les campagnes, nous assistons à une forte migration des
populations de la campagne vers les villes surtout à Ouagadougou. Il s’en suit une
surpopulation de la ville, une extension périurbaine à un rythme très élevé dont on ne saurait
prévoir ses limites. En effet l’espace de la ville de Ouagadougou est passé de 6 860 hectares
en 1980 à plus de 20 000 hectares en 2000 [Ouattara et al, 2000]. Cette croissance urbaine
pose inévitablement, à des degrés divers, de multiples problèmes : approvisionnement en eau
potable, logement, infrastructures d’assainissement, scolarisation, santé et des inondations etc.
Conscient de ces problèmes, l’Etat Burkinabè a adopté une stratégie conjointe visant à
résoudre simultanément ces problèmes. Il s’agit de la politique d’aménagement urbain dans
les communes rurales environnantes du logement social et d’infrastructures d’assainissement.
C’est dans ce cadre que le village de Basséko situé à cheval entre la commune rurale de
Tanghin Dassouri et celle de Pabré a été choisi pour recevoir une partie de ces aménagements.
En effet il s’agit d’un nouveau lotissement visant à construire des logements sociaux et des
équipements (réseau de drainage des eaux pluviales, d’électricité et d’eau potable).
II. Généralités sur la zone d’étude
1. Localisation de la zone d’étude
Situé à environ 20 Km du centre-ville, le site d’étude est limité au Nord par la commune
rurale de Pabré ; au Sud par la commune rurale de Tanghin-Dassouri ; à l’Ouest par une
portion de la commune rurale de Pabré et de Tanghin-Dassouri ; et à l’Est par une portion de
chacune des deux communes toujours, plus précisément par la cité relai de Basséko et le
marché de fer. Le site recouvre une superficie de 551,8ha (figure 1) avec une population
estimée à 48 920 habitants. Ses coordonnées géographiques sont 1°40’48’’ longitude Ouest et
12°25’48’’ latitude Nord.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 2


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Ouaga

Figure 1 : localisation de Basséko


2. Présentation du cadre physique de la zone d’étude
2.1. Relief et Sol
Le relief de la zone est relativement plat avec quelques affleurements granitiques. Il présente
deux pentes : une, orientée dans le sens Sud - Ouest vers le Nord et l’autre dans le sens Nord-
Ouest vert Sud - Est. (Les isophyses varient entre 334,5 m et 315,5 m et 334,5 m et 318,25
m).
Le sol de la zone est de couleur rougeâtre, caractérisant des sols riches en oxyde et hydroxyde
de fer et de manganèse. Il se caractérise aussi par leur faible teneur en potassium, phosphore
et une structure fragile très sensible à l’érosion. [Bayala. L, 2009].
2.2. Hydrographie
Le site n’est pas traversé par un cours d’eau. Cependant on note la présence de deux marigots
proche du site. Un dans la partie Nord, la plus proche d’ailleurs et qui nous a servis comme
premier exutoire et l’autre au Sud - Est du site a été utilisé comme deuxième exutoire.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 3


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

2.3. Climat
La province du Kadiogo est située dans la zone dite soudano- sahélienne et se caractérise par
un climat tropical possédant deux saisons principales :
Une saison des pluies qui s’étale de mai à Octobre, et une saison sèche qui dure d’octobre à
avril. La saison pluvieuse est marquée par des vents humides de la mousson, et La saison
sèche est marquée par les vents d’harmattan. La température moyenne est d’environ 30°C
avec un minimum de 18° C observé entre Décembre et Janvier et une valeur maximale de
40°C entre Avril et Mai.
La pluviométrie annuelle est irrégulière et varie entre 650 et 900 mm ; avec une forte
concentration au mois d’Août. [Source : Station météorologique de l’Aéroport Ouaga].
2.4. La végétation
La végétation de la zone se caractérise par : une savane arbustive très dense composée de
formations mixtes d’arbustes ne dépassant pas 3 m de hauteur ; et une savane arborée
constituée d’arbres de 8 à 12m de hauteurs. Les espèces ligneuses les plus répandues sont :
Acacia sp (Gonga) ; Lannea microcarpa (Sabga) ; Parkia biglobosa (Roanga) ; Vitellaria
paradoxa (Taanga) ; Adansonia digitata. La savane arbustive est prédominante.

3. Etat des lieux de la situation actuelle de l’assainissement


Le site de Basséko est une zone en cours de viabilisation qui ne dispose pas encore de réseau
de drainage et d’évacuation des eaux de ruissellement ni d’infrastructure de gestion des
déchets solides. Pendant les averses les eaux ruissellent selon les lignes de pentes du terrain
naturel. Une partie des écoulements est orientée vers le Nord et se jettent dans un marigot ; et
l’autre partie des écoulements est orientée vers le Sud-Est et se jettent dans un marigot
également. Seule la cité relais situé au Sud de la zone dispose des nouvelles infrastructures de
drainage des eaux pluviales. La longueur du réseau est de 4816 m et les dimensions sont :
1,80 x 1,20 m2 pour le collecteur primaire et 1,20 x 0,80 m2 pour les collecteurs secondaires.
L’exutoire est un marigot et a servi également d’exutoire dans ce projet.
4. Aspect socio-économique de la zone d’étude
L’environnement socio-économique du village se caractérise par :
Des terres cultivables insuffisantes, l’élevage et le commerce, l’industrie et autres
(fonctionnaires, les employés du privé). Mais la situation géographique (proche de
Ouagadougou) a suscité le développement d’un phénomène migratoire des campagnes vers
Basséko. En effet les jeunes villageois frappés par l’esprit de vivre en ville quittent des
provinces les plus reculées avec un espoir d’y résider en ville. Une fois en ville ils sont

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 4


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

contraints de reculer dans les villages environnants pour y habiter, compte tenu du manque de
logement ou du ou du coût élevé des maisons en locations.
Les activités économiques autour dans les deux communes sont l’agriculture, l’élevage et le
commerce, l’industrie et autres (fonctionnaires, les employés du privé).

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 5


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

CHAPITRE II : PROBLEMATIQUE ET APPROCHE METHODOLOGIQUE

I. Problématique
L’accroissement de la population urbaine est un enjeu majeur de santé publique pour les pays
en voie de développement: tandis que les populations urbaines augmentent rapidement, les
infrastructures de base, n’y croient pas proportionnellement. Pourtant ces deux doivent
évoluer en phase pour maintenir un niveau de vie urbaine acceptable. C’est le cas de la ville
de Ouagadougou dont la population urbaine croit très rapidement avec des conséquences
nombreuses : une augmentation de la fréquence des maladies infectieuses, des accidents de
circulation, et des difficultés d’accès à des logements décents, des inondations (cas de 2009),
et d’érosion des sols etc.
C’est en vue de résoudre en partie ces problèmes que le Ministère de l’Habitat et de
l’Urbanisme a entrepris le projet de construction de logements sociaux dans des sites
viabilisés. Suite à un concours d’urbanisme organisé par le même Ministère en 2011, une
partie du site de Basséko a été réaménagé conformément au plan d’aménagement proposé par
le lauréat du concours (construction de 1500 logements) et l’autre partie est en cours
d’aménagement. Malheureusement le site en cours d’aménagement est une zone plate et
dépourvue d’infrastructure de drainage des eaux pluviales. Le lotissement de cette zone
nécessite donc la mise en place d’infrastructure d’assainissement pluvial. Ainsi une étude
technique visant à dimensionner un réseau d’évacuation des eaux pluviales du site en cours
d’aménagement s’avère important.

II. Matériel et méthodes


1. Objectif global

Contribution à l’amélioration des conditions de vie des habitants de la cité de Basséko par la
mise en place des ouvrages de drainage des eaux pluviales.

2. Objectifs spécifiques de l’étude


De façon spécifique, il s’agira :

 Faire l’état des lieux du système de drainage existant ;


 Etablir une notice d’impact environnemental du projet ;
 Evaluer les débits d’eaux pluviales tombant dans le site ;
 Conceptualiser et dimensionner le réseau d’évacuation des eaux pluviales du site ;
 Estimer l’enveloppe financière.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 6


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Notre méthodologie de travail à consister de faire une recherche bibliographique, de collecter


les données nécessaires pour réaliser l’étude, de faire des visites de terrain, de traiter les
données acquises et rédiger le rapport final.

3. Recherche Bibliographique
Elle a constitué la première prise de contact avec le sujet de mémoire et le contexte dans
lequel il s’inscrit. Cela a permis de faire la collecte des informations et documents
indispensables à la conduite de l’étude. Ainsi des documents abordant des thèmes similaires
ou ayant certains points communs avec notre sujet de mémoire ont été consultés.
L’ensemble de ces documents et informations a été obtenu au près :
 Des structures étatiques telles que :
 La Direction générale de l’Urbanisme et des Travaux Fonciers ;
 La Direction de la Topographie et des Travaux Fonciers;
 L’Institut Géographique du Burkina ;
 La Direction Générale de la Météorologie Nationale ;
 Du Centre de Documentation et d’Information de 2iE (CDI) ;
 Des sites internet via le moteur de recherche GOOGLE (www.google.fr).
4. Collecte des données
Elle a consisté à regrouper toutes les données disponibles liées au projet. Ainsi les données
suivantes ont été collectées:
 Le plan de levé d’état des lieux du site à l’échelle 1/6000 et les quartiers
avoisinants(en 2013).
 Les données météorologiques de la zone (les séries de pluies maximales journalières,
les données sur les intensités, les hauteurs, les durées et les fréquences des
pluviométries maximales journalières).
5. Reconnaissance du terrain
Elle a consisté à visiter le site du projet en vue de mieux connaître les limites du terrain,
d’identifier les talwegs, les possibilités de problème de ruissèlement et d’inondation, de
constater les dégâts causés à l’environnement par les eaux de ruissèlement c’est-à-dire
l’érosion des sols, de chercher d’éventuels exutoires naturels.

6. Traitement des données


Pour atteindre les objectifs fixés, les travaux menés ont essentiellement consisté à :

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 7


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

 Choisir les paramètres de dimensionnement à savoir la période de retour(T), le


coefficient de ruissèlement du site, les coefficients (a) et (b) de Montana ;
 Délimiter les bassins versants et les sous bassins versants ;
 Choisir la méthode d’évaluation des débits de pointe aux exutoires ;
 Evaluer les débits de pointe générés par les bassins et sous bassins principaux ;
 Dimensionner les ouvrages (les bassins se rapportant aux tronçons donnent les débits
drainés par chacun des tronçons) ;
 Etablir une notice d’impact environnemental ;
 Faire un cadre de devis estimatif et quantitatif.

6.1. Détermination du sens général d’écoulement des eaux de pluies


Les visites de terrains et d’examen des courbes de niveau nous ont permis de déceler le sens
d’écoulement préférentiels des eaux de ruissèlement sur le site. L’analyse de ces courbes de
niveaux a montré que le terrain est relativement plat et comporte deux pentes : Une orientée
vers le Nord-Ouest et l’autre vers le Sud-Est. L’altitude du point le plus haut est de 334,5 m et
celles des points les plus bas sont de 315,5 m pour le bassin versant 2 et 322 m pour le bassin
versant 1.
Les sens d’écoulement sont de façon perpendiculaire aux courbes de niveaux mais compte
tenu des plans parcellaires, les caniveaux d’évacuation des eaux de pluie vont contourner
certains ilots du lotissement ou suivre de près les grandes voies.

6.2. Délimitation de bassins versants globaux


Un bassin versant est un espace géographique et topographique recevant des précipitations
dont les excès des eaux sont drainés vers un unique point caractéristique qui est son exutoire
[Crès, 2001].
La délimitation des bassins versants du site a été faite à partir de la carte topographique. Cette
délimitation a consisté à :

 Repérer les lignes de crêtes ;


 Repérer les grands axes routiers traversant le site ;
 Repérer sur le plan de levé d’état des lieux du site, les points hauts puis les points
bas ;
 Repérer les exutoires ;
 Tracer les lignes de partage des eaux en suivant les lignes de crêtes et en tenant
compte des contraintes réelles du terrain.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 8


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Ces contraintes sont les plans parcellaires, les voies de circulation. Ainsi nous avons délimité
le site en deux grands bassins versants.
6.3. Caractéristiques des bassins versants

Les bassins versants globaux sont caractérisés par :


La longueur de chemin hydraulique(L)
Le plus long cheminement hydraulique dans un bassin versant est le plus long chemin que met
la goutte d’eau la plus éloignée pour atteindre l’exutoire. Il est utilisé pour la détermination du
temps de concentration qui servira ensuite à l’évaluation du débit du tronçon via l’intensité de
pluie qui est fonction du temps de concentration. Il permet de corriger l’influence de
l’allongement du bassin versant sur le débit.
Dans le cas de notre étude, sa détermination s’est faite en mesurant la longueur la plus longue
que peut prendre une goutte d’eau avant d’atteindre l’exutoire à l’aide du logiciel Auto CAD.

La pente moyenne(I)
La pente moyenne I est donnée par la formule suivante :

𝑰 = ∆𝒁/𝑳

Avec

∆Z : la dénivelée entre la courbe de niveau la plus élevée (Z amont) et la courbe de niveau la


plus basse (Z aval) sur la surface considérée suivant le sens d’écoulement des eaux en m
L : la longueur de chemin hydraulique en m

6.4. Identification des exutoires potentiels

Les exutoires ont été identifiés lors des visites de terrain. Cette identification s’est tenue
compte du sens d’écoulement des eaux et du plan d’urbanisation. Ainsi nous avons identifié
deux exutoires naturels qui sont tous des marigots.

6.5. Délimitation des bassins élémentaires


Elle a suivi la même logique que celle des bassins globaux. Chaque collecteur draine un sous
bassin. La délimitation de ces sous bassins s’est tenue compte des barrières artificielles
(routes, les maisons…).

6.6. Tracé du réseau de collecte et de transport des eaux pluviales


Le tracé du réseau s’est fait en suivant le sens d’écoulement des eaux, le plan d’urbanisation
et les grands axes routiers.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 9


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

6.7. Détermination des débits de chaque sous bassin


Cette partie a consisté à la présentation des différentes méthodes et paramètres d’évaluation
des débits et au choix de la méthode qui va servir au calcul des débits des bassins
élémentaires.
6.7.1. Le temps de concentration tc
Le temps de concentration tc est le temps mis par une goutte d’eau tombant sur le point
hydrauliquement le plus éloigné pour arriver à l’exutoire.
Ce temps de concentration a été calculé par la formule suivante :

tc = tu +tr + ta
tu : C’est le temps d’humectation en mn. Il est pris égal à 10 mn généralement dans les zones
rurales. Etant donné que nous travaillons dans une zone rurale nous l’avons pris à 10 mn
également.
tr : c’est le temps de ruissèlement en surface avant d’entrer dans le réseau en mn. Il est donné
par la formule suivante : tr = Lr/Vr avec Lr la longueur de ruissèlement avant d’entrer dans le
réseau et Vr la vitesse. Vr est prise égale à 0,2m/s.
ta : c’est le temps d’écoulement en réseau jusqu’à l’exutoire en mn. Il dépend de la longueur
des caniveaux et de la vitesse moyenne d’écoulement de l’eau dans les caniveaux prise égale à
2m/s (valeur admise dans les caniveaux), [Wethé, 2007].Il est calculé par la formule :
ta = La /Va ; avec La la longueur du caniveau et Va la vitesse d’écoulement dans le caniveau.
6.7.2. Choix de la période de retour(T) et de la pluie de projet
La période de retour se définit comme le temps statistique entre deux occurrences d’un
évènement naturel d’une intensité donnée. Elle permet de fixer le degré de sécurité de
l’ouvrage. Le site est situé dans une zone rurale (zone peu vulnérable). Par conséquent on a
choisis une période de retour de 5 ans pour mieux protéger nos ouvrages et optimiser les
coûts de réalisation.
La pluie de projet est issue de l’ajustement de MONTANA qui donne les coefficients de
Montana suivants pour la ville de Ouagadougou : a =890,0 et b = 0,65[Traoré, 2012].
6.7.3. L’intensité de pluie I
L’intensité de la pluie est le rapport de la hauteur de pluie tombée pendant un temps égal au
temps de concentration. Les coefficients de Montana pour la ville de Ouagadougou ont permis
d’estimer l’intensité de pluie probable à laquelle il faut se prémunir durant toute la durée de
vie des ouvrages. L’intensité de la pluie est donnée par la formule de Montana [Crès, 2001].

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 10


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

𝐼 = 𝒂 × 𝑻c-b Avec a et b les coefficients de Montana

Tous ces calculs hydrologiques sont présentés dans l’ANNEXE II

6.7.4. Le coefficient de ruissèlement


Le coefficient de ruissèlement est le rapport entre le volume ruisselé parvenant à l’exutoire de
la surface réceptrice et le volume précipité sur la surface réceptrice du bassin versant.
Ce coefficient qui caractérise le degré de couverture et d’imperméabilité de chaque zone est
un paramètre très difficile à estimer. Il dépend de la nature du sol, la pente du terrain, la
catégorie d’urbanisation etc. et on a 0 < 𝑐 < 1.
Le coefficient de ruissellement équivalent de chaque sous bassin a été obtenu par la
pondération des coefficients caractérisant les différentes surfaces élémentaires du sous bassin.
La formule est donnée par :

∑ 𝐴𝑖 × 𝐶𝑖
𝐶𝑒𝑞 =
∑ 𝐴𝑖
Les valeurs des coefficients Ci ont été estimées à partir du tableau de l’ANNEXE III et
multipliées par les facteurs correctifs correspondant.
6.8. Détermination des débits équivalents des sous bassins.
Les débits d’eau qui transitent dans les bassins élémentaires ont été assemblés en série ou en
parallèle en fonction de leur disposition pour déterminer les débits équivalents à évacuer. Ces
bassins ont été assemblés deux à deux en partant de l’amont vers l’aval pour obtenir les débits
générés par l’ensemble des bassins élémentaires. Pour calculer ces paramètres moyens, nous
avons utilisé les formules du tableau I ci-dessous en fonction du type d’assemblage associé.
Tableau I : formules permettent de calculer les débits équivalents des bassins en séries ou en
parallèles.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 11


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Nature de Surface Coefficient de Débit


l’assemblage ruissellement équivalent

Bassins en Séries ∑ 𝑪𝒋 × 𝑨𝒋
𝑨é𝒒 = ∑ 𝑨𝒋 𝑪é𝒒 = 𝒌 × 𝑨é𝒒 × 𝑪é𝒒
∑ 𝑨𝒋
× 𝒊(𝒕𝒄, 𝑻)

Bassins en
∑ 𝑪𝒋 × 𝑨𝒋 𝒌 × 𝑨é𝒒 × 𝑪é𝒒
𝑨é𝒒 = ∑ 𝑨𝒋 𝑪é𝒒 =
parallèles ∑ 𝑨𝒋 × 𝒊(𝒕𝒄, 𝑻)

N.B. Pour les bassins versants en série, tc est le maximum de (tc1+tp1-2) et tc2 ;

Pour les bassins versants en parallèle, tc est le maximum de tc1 et tc2 ;

Quel que soit la nature de l’association, si𝑄 éq< 𝑚𝑎𝑥 (Qj) alors 𝑄 éq = 𝑚𝑎𝑥 (Qj)

et si 𝑄 éq> ∑ 𝑄𝑗 alors 𝑄 éq = ∑ 𝑄𝑗

6.9. Les méthodes d’évaluation des débits


6.9.1. La méthode rationnelle
C’est une méthode beaucoup utilisée du fait de sa simplicité. Elle est basée sur la constatation
que le débit maximum est obtenu si la durée de la pluie est au moins égale au temps de
concentration. Les hypothèses à prendre en compte sont :
 L’intensité de l’averse est supposée uniforme dans le temps et dans l’espace sur
l’ensemble du bassin drainé ;
 Le débit de pointe de l’hydro gramme de crue est une fraction du débit précipité ;
 Le coefficient de ruissèlement est supposé uniforme sur chaque sous bassin
élémentaire [Biaou, 2001].
Cette méthode est applicable aux bassins versant de superficie inférieur à 400 ha. Elle donne
le débit maximum à l’exutoire d’un sous bassin par la formule suivante :

𝟏
𝐐(𝐓) = ( ) × 𝐂 × 𝐢(𝐭𝐜, 𝐓) × 𝐀
𝟑𝟔𝟎

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 12


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Q(T) : le débit à l’exutoire du bassin versant en m3/s ;


C : le coefficient de ruissellement du bassin versant ;
i : l’intensité de la pluie en mm/h ;
tc : le temps de concentration du bassin versant ;
A : la surface réceptrice du bassin versant en ha ;
6.9.2. La méthode superficielle de Caquot
La méthode superficielle peut être considérée comme une évolution de la méthode rationnelle.
Elle est couramment utilisée pour les bassins versants urbanisés. Elle intègre deux autres
phénomènes qui interviennent dans le ruissèlement urbain :

 Un stockage temporaire de l’eau dans le réseau ;


 Le fait que le temps de concentration du bassin versant dépende du débit donc de la
période de retour choisie [Yao, 2009].
La formule superficielle de Caquot s’écrit généralement sous la forme :

𝟏 𝐯 𝟏 𝐰
𝐐(𝐓)𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐌 = 𝟐 = 𝐊 (𝐮) × 𝐈 (𝐮) × 𝐂 (𝐮) × 𝐀( 𝐮 )

Avec

𝑎(𝑇)×µ(𝑀)𝑏(𝑇) 1
𝑲= [ ]- 𝒖=
6×(𝛽+𝛿) 1 − 𝑏(𝑇) × 𝑓

𝒗 = 𝑐 × 𝑏(𝑇) 𝒘 = 𝑑 × 𝑏(𝑇) + 1 − ԑ

β + δ = 1,40 ԑ = 0,05

c = - 0,41 d = 0,507
𝐿
𝑀=
f = - 0,287 √𝐴

N.B Les valeurs proposées ci-dessus sont celles issues de Sighomnou 1986
Q : le débit en m3/s
I : la pente du bassin versant en m/m
C : le coefficient de ruissellement du bassin versant

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 13


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

A : la surface du bassin versant en ha


𝐋 : le plus long chemin hydraulique en m
Les coefficients β+δ, ԑ, µ , c, d et f ont été calés à partir de mesures sur des bassins versants
expérimentaux occidentaux et Africains dont Burkina Faso ce qui justifie qu’on peut les
utiliser dans cette étude.
D’après Sighomnou « CIEH », cette formule est applicable si les trois conditions suivantes
sont vérifiées :
A ≤ 200ha ; 0,0065< 𝐼 < 0,014 ; 0,2 < 𝐶 < 1
Les étapes de calcul du débit sont :
 Calcul du débit de chaque tronçon pour M = 2 ;
𝐿
 Calcul de M = ;
√𝐴

 Calcul de m avec

𝑚 = 𝑄(𝑇)𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑀 ≠ 2/𝑄(𝑇) 𝑝𝑜𝑢𝑟 M= 2

M 0.7×b(T)
m =( 2 )

 Le débit réel correspondant est obtenu par la formule :

Q(T) pour M ≠ 2 = Q(T) pour M = 2 × m

La correction m appliquée à la valeur du débit trouvé s’explique par le fait que le débit brut
trouvé ne tient pas compte de la forme du bassin qui peut être allongée ou non.
6.9.3. Choix de la méthode d’évaluation des débits
La méthode rationnelle a été utilisée pour l’évaluation des débits de pointe dans ce projet.
Cela se justifie par le fait que les superficies des sous bassins versants sont inférieures à 400
ha. De plus les pentes des sous-bassins versants 2 ; 3 ; et 10 ne sont pas comprises entre
0,0065 et 0,014 ; des valeurs recommandées par Sighomnou pour que l’application de la
méthode superficielle de Caquot soit valident.
6.10. Dimensionnement des ouvrages
6.10.1. Type d’écoulement
Le type d’écoulement utilisé au Burkina Faso est celui à surface libre.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 14


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Ce réseau d’écoulement à surface libre sera séparatif pour des raisons économiques (coût de
réalisation du réseau unitaire très élevé) et pour prévenir un meilleur fonctionnement des
futures stations d’épuration en garantissant de faibles variations de débit d’eaux usées à
traiter.
Le réseau séparatif peut être à ciel ouvert ou recouvert par des dallettes. Pour des raisons
économiques toujours (coût de réalisation des dallettes), le réseau du site de Basséko sera à
ciel ouvert sauf le tronçon N2-N3 qui sera fermé au niveau du rond-point. Aussi à l’entrée des
habitations et à l’intersection des voies, le réseau sera couvert de dallettes et de dalots pour
protéger les habitants et permettre leur circulation.
6.10.2. Choix du profil des ouvrages
Il existe plusieurs profils pour mettre en place des ouvrages à ciel ouvert. Les avantages ou les
difficultés des profils les plus couramment utilisé sont été présenté et ont guidé au choix du
profil de ce projet.
 Le profil rectangulaire
L’exécution de ce type de profil (figure 3) ne présente pas de difficultés majeures (faciles à
mettre en place). De plus l’entretien des ouvrages de ce profil est très facile. Cela s’observe
lors d’un curage manuel des caniveaux par un personnel non qualifié. Ce profil véhicule un
débit moyen et occupe moins d’espace.

y = hauteur de l′ eau dans le canal


b = largeur de radier
r y
r = revanche

Figure 3 : Canal rectangulaire


 Le profil trapézoïdal

Le profil trapézoïdal est la section hydrauliquement favorable. IL transporte le maximum de


débit que le précédent. De plus un curage manuel peut y être effectué sans grande difficulté.
Cependant son exécution présente certaines difficultés :
 Le respect du fruit de berge ;

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 15


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

 L’occupation d’une grande partie de l’emprise de la voirie constituant ainsi un danger


pour les riverains et les usagers de la route ;
 Un coût de réalisation plus élevé. La figure 4 ci-dessous illustre ce profil.

𝑦 = ℎ𝑎𝑢𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑙 ′ 𝑒𝑎𝑢𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑒 𝑐𝑎𝑛𝑎𝑙

r 𝑏 = 𝑙𝑎𝑟𝑔𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑟𝑎𝑑𝑖𝑒𝑟
y 1
𝑟 = 𝑟𝑒𝑣𝑎𝑛𝑐ℎ𝑒
m 𝑚 = 𝑓𝑟𝑢𝑖𝑡 𝑑𝑒 𝑏𝑒𝑟𝑔𝑒

Figure 4 : Canal trapézoïdal


 Choix du profil
En tenant compte de la facilité de mise en œuvre et d’entretien, des sections couramment
utilisées dans la ville de Ouagadougou, nous avons choisis de mettre en place des ouvrages de
sections rectangulaires.
6.10.3. Ouvrages de franchissement
Le type d’écoulement étant à surface libre, il sera mis en place des ouvrages de
franchissement permettant la circulation des véhicules au niveau des intersections des
collecteurs et voies principales et à l’entrée des habitations. Ces ouvrages de franchissement
sont :

 Les dalots : ils seront en béton armé et auront la même section hydraulique que les
collecteurs auxquels ils se raccordent et leur longueur varie en fonction de l’emprise
de la voie traversée.
 Les dallettes : il est prévu de mettre en place des dallettes de traversée en béton armé
au niveau des entrées des habitations et de certains équipements ( écoles, les centres de
santé) faisant l’objet de circulation.
6.10.4. Type de matériaux
Compte tenu de la constitution géologique dans la zone et en vue de limiter les dégradations
des ouvrages par l’érosion, il est généralement retenu le principe de protéger les parois et le
fond des collecteurs par des revêtements. Il existe une très grande variété de matériaux qui
sont utilisés pour la construction des collecteurs au Burkina Faso. Les plus couramment

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 16


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

utilisés sont : les parpaings pleins, les bétons (béton ordinaire, béton armé, béton de
cyclopéen), et les maçonneries de moellons (latéritiques, gréseux, granitique…).
 Le parpaing plein :

Il s’agit de protéger les parois des collecteurs par des briques pleines en ciment. Le coût
d’investissement de même que la durabilité est faible.
 La maçonnerie de moellons

L’utilisation des moellons dans la construction des collecteurs nécessite un sol support
résistant et la disponibilité des matériaux à proximité de la zone du projet. Il est relativement
moins coûteux mais présente des difficultés pour la pose des dallettes. De plus la mise en
œuvre qui se fait manuellement nécessite une forte main d’œuvre.
 Revêtement en béton armé
Il s’agit de protéger les parois des collecteurs du béton renforcé d’une armature à l’intérieur. Il
est durable et la mise en œuvre est très facile. Son coût est relativement élevé.
Le choix du type de revêtement tient compte de plusieurs facteurs : le débit des eaux, les
sections, la vitesse d’écoulement, du niveau d’imperméabilisation voulu, du fruit de berge
choisi, de la fréquence d’entretien à prévoir et du coût de réalisation.
Une étude comparative de ces trois variantes est présentée dans le tableau II ci-dessous.
Tableau II : comparaison des différentes variantes

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 17


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Entretien- Débit Coût


Variantes Durabilité Imperméabilisation Section
réparation d’écoulement d’investissement
Variante 1 :
Moins
parpaings Facile moyenne petite élevé Faible
durable
pleins
Variante 2 :
maçonnerie Moyenne Facile Moyenne Grande Faible Moyen
de moellons
Variante 3 :
revêtement Plus
Plus difficile Forte Petite Elevée Elevée
en béton durable
armé
Après comparaison de ces trois variantes, le revêtement en béton armé a été retenu parce que
plus durable et capable de véhiculer des débits importants.
Ainsi les collecteurs seront protégés :
Au fond par un radier de 0,20 m d’épaisseur en béton armé dosé à 350Kg/m3 fondé sur une
couche de béton de propreté dosé à 150Kg/m3 de 0,05m d’épaisseur.
6.10.5. Dimensionnement hydraulique des collecteurs
Il existe plusieurs formules pour la détermination des débits des tronçons telles que la formule
de Manning-Strickler, la formule de Chézy, la formule de Basin. La formule de Manning-
Strickler a été utilisée pour estimer les débits parce qu’elle permet de calculer la section
hydrauliquement favorable c’est-à-dire qui présente une section mouillée minimale pour un
périmètre mouillé minimum. Cela permet de minimiser le volume du déblai et du béton.
Les hypothèses ci-après ont été considérées pour le dimensionnement des caniveaux :

 L’écoulement des eaux est uniforme dans chaque tronçon ;


 Le coefficient de Manning-Strickler Ks = 70
 La section des caniveaux 𝑆 = 𝑏 × 𝐻 avec b la largeur du collecteur et H sa hauteur.
 La route longeant le côté ouest du site sera bitumé et constituera une ligne de crête.

Le débit capable des collecteurs est donné par la formule de Manning-Strickler ci-après :

𝟐 𝟏
𝐐 = 𝐊𝐬 × 𝐒 × 𝐑𝐡𝟑 × 𝐈 𝟐

Avec

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 18


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

𝑸: Le débit en m3/s

𝑲𝒔 : Le coefficient de rugosité de Strickler

𝑺: La section du caniveau en m2

𝑹𝒉: Le rayon hydraulique en m, 𝑅ℎ = 𝑆/𝑃

𝐈: La pente longitudinale des canaux en m/m

Le calcul des autres paramètres s’est fait à l’aide des formules suivantes :

 Le tirant d’eau y

𝟑
𝟐 𝟖
𝐐×𝟐 𝟑
𝐲=[ 𝟏 ]
𝐊𝐬 × 𝐈 × 𝟐
𝟐

L’itération a été faite en fixant b et en cherchant la valeur de y qui vérifie l’équation

 La revanche r en mètre a été calculée à l’aide de la formule de LACEY

𝒓 = 𝟎, 𝟐𝟎 + 𝟎, 𝟏𝟓 × 𝑸1/3

 La hauteur du collecteur est donnée par :

𝑯=𝒓+𝒚

 La largeur du collecteur est donnée par :

𝒃 = 𝟐𝒚

 La vitesse d’écoulement 𝑉 dans le collecteur est donnée par :

𝑸
𝑽= , avec une vitesse maximale de 4m/s.
𝑺

Pour les tronçons dont la vitesse dépasse 4m/s, nous allons imposer une vitesse de 4m/s et
reprendre le calcul de y et de b pour ces tronçons.

6.10.6. Profil en long et en travers


Le profil en long est une coupe du terrain naturel et du collecteur suivant l’axe du projet et la
coupe perpendiculaire à l’axe est le profil en travers. Ces deux types de plans sont nécessaires
à l’étude car permettent d’obtenir les cubatures.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 19


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Le calage des tronçons de collecteurs sera effectué sur les profils en long en tenant compte
des principaux paramètres suivants :

 La pente du terrain naturel ;


 La pente du fond des tronçons des collecteurs projetés ;
 Les dimensions des tronçons de collecteurs projetés(principalement la hauteur des
parois qui doit être autant que possible calée au même niveau que le terrain naturel
pour permettre la collecte des eaux de ruissellement.

6.11. Estimation du coût du projet


6.11.1. Estimation du coût des collecteurs
Le coût a été obtenu, en calculant le prix par ml de collecteurs de chaque section et en le
multipliant par la longueur totale des collecteurs correspondants.

6.11.2. Estimation du coût des dalots et des dallettes


Les différents dalots du projet sont les prolongements des caniveaux pour permettre la
traversée de la rue adjacente. De ce fait ces dalots auront la même section hydraulique que les
collecteurs qu’ils prolongent. Les longueurs des dalots ont été adoptées en tenant compte de la
largeur des rues. Ainsi nous nous sommes référés au tableau de l’ANNEXE IV pour
déterminer la longueur totale des dalots pour chaque section.
Ensuite le prix d’un ml de dalot a été calculé et rapporté au prix de la longueur totale
correspondante.
De même le prix d’une dallette a été déterminé pour chaque section et multiplié par le nombre
total de dallette de la même dimension.
Pour les espaces réservés aux activités commerciales, la présente étude ne prévoit pas la
réalisation d’ouvrage d’accès (dallettes) à ces commerces.
6.11.3. Protection et recalibrage
Pour protéger l’aval des deux caniveaux primaires, nous avons prévu de prolonger le réseau
de 6 m de long et 4 m de largeur. Ce tronçon sera réalisé à l’aide de la maçonnerie de
moellons. Ensuite un recalibrage simple en adoucissant la pente pour rejoindre l’exutoire qui
se trouve à 305m.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 20


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

CHAPITRE III : RESULTATS ET DISCUSSIONS


I. Calcul des débits et dimensionnement des collecteurs
1. Calcul des débits
1.1. Délimitation des bassins versants et calcul de leurs caractéristiques
Comme sur mentionné, la délimitation du site d’étude en deux grands bassins versants est
représentée dans la figure 5 ci-dessous :
Exutoire 1

SABTENGA
R.F

VERS
R.F
AI
RE
DE
JEUX
SP
OR
T Gar
der
ie

ie
EC Garder J.P
OL

645600
PR E
IM
AIRE

RF

PISTE
EC
J.P PR OL 1374200 1374200
IM E

645800
CT AIRE

BV1
OM
MAR MAR
CH CH RF
E E
Cu
Sta
tion
lte
RF
RF
PLAN
PLANT
PLANTATION
TATIO
D'EUCA ATIONN
D'EUC
D'EUCALUPTUS
ALUPT
LUPTU
JP US
S

SA
NT PR ECOL
E ent IM E
Cu em AIRE
lte tio
nn
D AIR
Sta E E R.F
CC 13740001374000 JE
U
CT
C X
OM Sta C J.P
JP tion

C
C
Ga
rde
rie
SP EC
OR SE
JP T CO OLE

C C
LOGEMENT
J.P
PL ND
PU AC RF
SALLE DE

FOSSE
C ONF ERENCE

B AS SIN
LOGEMENT

AIRE
BL E
HANGARD

e
IQUE
B IB LIOTHEQUE
GAR AGE

rderi
C UISINE
er
à lev
PISTE
AI
HERB IER B UR EAU

C C
ites
FONDATION ECOLOGIE RE

Ga
1373800 1373800 Lim
SE ECOL SANS FRONTIERE
FONDATION ECOLOGIE DE
JEUX rie
CO E SANS FRONTIERE de
ND
AIRE Gar
Cu
lte

C C
Stati
onne

PISTE
Dom men
C d'A (A aine t AI
C ttr ttest Pr DERE
JEUX
ibut at iv EC
ion ion é PR OL
CC N°1 IM E
AIRE
TERRAIN DELIMITE EC
EC 93 RF
SE OL )
CO OLEE
ATTESTATION D'ATTRIBUTION
N° 2006-133 1373600 1373600
EMPRUNT ND
EC BAOBAB AI RE
PR OL SACRE
LI SA CU
IM E
AIRE SA EU NT
E
MAR LT
E
CR CH
E E
LIEU
SAC
RE
Sta
Scetion
Ga
rde
rie
TOUFFE
D'HERBES
R.F PLA
D'EU NTA
CAL TION
AIR UPT
E TERRAIN DELIMITE US
DE ATTESTATION
JP JEU 1373400 1373400
TOUFFE X D'ATTRIBUTION
N° 2009-2939 PLANTATION
D'EUCALUPTUS

R.F

R.F
er
délimité à lev
(Arrêté N° ites
2009-044) DOMAINE PRIVE Lim
PLANTA
D'EUCA TION
LUPTUS
SP
AIR OR
DE E on T
JEU ati
X St TE
PIS
J.P 1373200

Légende

645200
TOUFFE
D'HERBES

Stati
MAR on

645400
CH CT
E OM
Emprunt

Com
R.F
EC rie
J.P mer
PR OL Ga
rde ce
IM E
AIRE Stationnem
PLANTATION Sta
ent
TOUFFE tio
D'ARBRES
D'EUCALUPTUS Sce n
PLANTATION
PLANTATION Com LI 1373000

SA EU

BV2
D'EUCALUPTUS
D'EUCALUPTUS
EV Com mer CR
ce E
mer
Touffe
ce M sacrée
Com
SP
OR Cu R.F SecoEcole
T lte mer ndair
ce

Limite des BV
TOUFFE
D'HERBES
e
E
Com R.F
PIST
mer
SE ECOL ce
Com
AIR CO
DE JEUE ND E mer
ILA X AIRE ce
SOUR EV
GOUB Com
VERS
EV CU
mer Com
LT ce
PISTE E mer
ce
J.P
SA
NT
E
Sta MAR
tion CU
PIST LT
E
CH
E E
Ga
rder Ec

Echelle:1/6000
ie Prim ole
air
Le

SE ECOL R.F L
CO
ND E
AIRE
Gar Sta PISTE
der tion
ie

PISTE

E.V
Cu
lte

MAR
CH CU
E LT
EC E
PR ECOL rie
IM OLEE de
AIRE Gar

CT
OM
E.V

SA
NT
RF R.A E
EC
PR OL
J.P IM E
AIRE
AI
RE J.P
DE
JEUX
CT
OM

SA
SA NT
NT
EE

SP
OR
T
644400

644600

R.F
P30
LIE
SACRU
E 316.07

Exutoire 2

Figure 5 : Bassins versant de la cité


Les caractéristiques de ces deux grands bassins ont été déterminées à l’aide du logiciel auto
CAD et présentées dans le tableau III ci-dessous.

Tableau III: caractéristiques des bassins versants

Longueur de chemin
Bassins Superficie hydraulique(L) Pente
Versants en ha Périmètre en m en m (I)
BV1 118,1478 4611,1921 1559,5 0,0081
BV2 433,6378 10411,2093 3699,68 0,0051

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 21


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Après identification de ces des grands bassins, nous avons procédé au repérage des points
hauts et bas, des lignes d’écoulement et de partagent des eaux. Les résultats sont présentés
dans la figure 6 ci-dessous.

Légende

Ligne d'écoulement

Ligne de partage des eaux

Point bas

Point haut

Echelle : 1/6000

Figure 6 : tracé des lignes d’écoulement et de partage des eaux


1.2. Délimitation des sous bassins versants et calcul de leurs caractéristiques
Les deux grands bassins versants ont été subdivisés en dix sous bassins comme indiqué dans
la figure 7 ci-dessous :

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 22


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Exutoire1

S/BV1

S/BV2 S/BV10

S/BV9
S/BV3
S/BV7 S/BV8
S/BV5 Légende
Limite
S/BV
S/BV4 S/BV6
Exutoire
Sens
d'écoulement
Exutoire2 des eaux

Figure 7: sous bassins versants


Les caractéristiques de ces sous bassins ont été déterminé à l’aide du logiciel Auto CAD
version 2011 et mentionnées dans le tableau IV ci-dessous :

Tableau IV : caractéristiques des sous bassins

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 23


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

CÔTES
Nom des
S/BV A (ha) L (m) Amont (m) Aval(m) I (m/m)
S/BV1 26,7359 1174,86 334,25 326,25 0,0068
S/BV2 91,4219 1540,55 331,75 322,25 0,0062
S/BV3 98,9446 2494,87 333,75 919,25 0,0056
S/BV4 30,1391 1015,1 327,75 319,25 0,0084
S/BV5 46,1083 1836,15 331,75 318,25 0,0073
S/BV6 48,2604 1100,84 325 315,5 0,0086
S/BV7 54,0754 1773,26 331,75 317,25 0,0082
S/BV8 40,1346 1128,67 329 319,5 0,0084
S/BV9 46,4161 1388,9 329 318,25 0,0077
S/BV10 69,5593 1414,32 326,25 318,25 0,0056

Les résultats ci-dessus nous permettent de constater que les superficies totales des différentes
unités hydrologiques ainsi déterminées varient de 26,7359 à 98,9446 hectares ; Les longueurs
hydrauliques de 1015,10 à 2494,87 m ; et les pentes faibles de 0,0056 à 0,0086.
1.3. Coefficients de ruissellement de chaque sous bassins
Le tableau V présente les résultats du calcul des coefficients de ruissellement de chaque sous
bassins.
Tableau V : coefficient de ruissellement des différents sous bassins

S/BV S/BV1 S/BV2 S/BV3 S/BV4 S/BV5 S/BV6 S/BV7 S/BV8 S/BV9 S/BV10
Coefficient de
ruissellement 0,4 0,39 0,42 0,4 0,36 0,36 0,37 0,4 0,39 0,4

Ces coefficients varient de 0,36 à 0,42 selon la structure de chaque sous bassins. Ils sont tous
compris entre 0,30 et 0,50 ; des valeurs recommandées par Satin, et Selmi pour les zones
résidentielles lotissements. Confère ANNEXE V, coefficient de ruissèlement selon le type
d’occupation du sol [Satin, Selmi, 1999 p. 103].

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 24


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

1.4. Tracé du réseau de collecte et mesure des longueurs des tronçons


Le réseau est constitué de dix (10) collecteurs secondaires et de deux (2) collecteurs primaires
présentés dans la figure 8 ci-dessous. La longueur des tronçons est présentée dans le tableau
VI
Tableau VI : Longueur des tronçons

Tronçons N1 - N2 N2 -N3 N4 - N5 N6 - N7 N8 - N9 N10 - N11 N5 - N12


Longueur en m 850,46 1184,96 1567,8 942,75 1042,32 803,59 1287,88

N13 - N14 N15 - N16 N17 - N18 N19 - N20 N12 - N20
1293,93 948,43 908,55 1213,32 2402

Exutoire 1
La longueur totale du réseau est de 14 466 m.
N1

N17 N20

N15
N4
N3
N18

N13

N6
N8
N16
N10
N14 Légende
Collecteur primaire
Collecteur secondaire
Sens d’écoulement
N5
N7 N9 N11 Exutoire 2
Collecteur secondaire

Figure 8: réseau de collecte des eaux pluviales

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 25


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

1.5. Débit à l’exutoire de chaque sous bassins versant

Le tableau VII présente les différents débits obtenus à l’exutoire de chaque sous bassins.
Tableau VII : récapitulatif des débits des sous bassins versants

S/BV A (ha) C Tc en mn i (mm/h) Q (m3/s)


S/BV1 26,7359 0,40 52,62 67,70 2,01
S/BV2 91,4219 0,39 80,72 51,26 5,07
S/BV3 98,9446 0,42 88,92 48,14 5,55
S/BV4 30,1391 0,40 46,38 73,47 2,46
S/BV5 46,1083 0,36 66,12 58,36 2,69
S/BV6 48,2604 0,36 61,06 61,46 2,96
S/BV7 54,0754 0,37 56,96 64,30 3,57
S/BV8 40,1346 0,40 58,84 62,96 2,80
S/BV9 46,4161 0,39 67,33 57,68 2,90
S/BV10 69,5593 0,40 75,24 53,66 4,14

Les débits des différents sous bassins varient de 2,01 à 5,55 m3/s. L’importance des débits des
sous bassins versants notamment les sous bassins versants N°2 ; N°3 ; et N°10 est liée à la
grandeur de leur superficie.

1.6. Débits équivalents des sous bassins


Les débits équivalents des sous bassins associés en série ou en parallèle ont été déterminés et
consignés dans le tableau VII ci-dessous.
Tableau VIII : débits équivalents des sous bassins associés

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 26


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Association des sous Aéq Qéq ∑ 𝑄𝑗


Tronçons Céq
bassins (ha) (m3/s)

N1 - N2 1 26,7359 0,40 2,01


N2 – N3 2 91,4219 0,39 5,07
N4 – N5 3 98,9446 0,42 5,55
N6– N7 4 30,1391 0,40 2,46
N8 – N9 5 46,1083 0,36 2,69
N10 - N11 6 48,2604 0,36 2,96
N5 - N12 3ǁ 4ǁ5ǁ6 222,5579 0,38 10,63 13,67
N13 - N14 7 54,0754 0,37 3,57
N15 - N16 8 40,1346 0,40 2,80
N17 - N18 9 46,4161 0,39 2,90
N19 – N20 10 69,5593 0,40 4,14
N12 – N20 7ǁ8ǁ9ǁ10 210,1854 10,47 13,43
Exutoire2 (3 ǁ4ǁ 5ǁ6)//(7 ǁ8ǁ9ǁ10) 432,7433 21,10 27,10

Légende : ǁ = Série // = Parallèle

𝑄 éq< ∑ 𝑄𝑗

2. Dimensionnement des collecteurs


Les études hydrologiques ayant permis de déterminer les débits générés par chaque sous
bassin versant délimité, il s’agit à présent de définir les dimensions à donner aux tronçons
proposés. Ainsi les différentes dimensions des collecteurs obtenus à l’aide de la formule de
MANNING Strickler sont résumées dans le tableau IX ci-dessous.

Tableau IX : récapitulatif des dimensions des tronçons

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 27


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Tronçons Q (m3/s) Y(m) b(m) s (m2) v (m/s) r(m) H(m)


N1 - N2 2,01 0,55 1,10 1,02 1,97 0,38 0,93
N2 – N3 5,07 0,91 1,82 2,50 2,02 0,45 1,36
N4 – N5 5,55 0,88 1,76 2,39 3,32 0,46 1,34
N6 – N7 2,46 0,65 1,30 1,36 1,81 0,40 1,05
N8– N9 2,69 0,67 1,34 1,46 1,84 0,40 1,07
N10 - N11 2,96 0,71 1,42 1,61 1,84 0,41 1,12
N5 - N12 10,63 1,33 2,66 4,92 2,16 0,53 1,85
N13 - N14 3,57 0,75 1,50 1,77 2,02 0,42 1,17
N15 - N16 2,80 0,67 1,34 1,44 1,94 0,41 1,08
N17 - N18 2,90 0,69 1,38 1,53 1,90 0,41 1,10
N19 - N20 4,14 0,87 1,74 2,30 1,80 0,44 1,31
N12 - N20 10,43 1,45 2,90 5,74 1,82 0,53 1,98

Ces résultats montrent une faible variation de sections pour les tronçons N2 – N3, N4 – N5 et
N19 – N20 qui varient de 1,74 x 1,31 m2 à 1,82 x 1,36 m2. De même les sections des tronçons
N6 – N7, N8 – N9, N15 – N16 et N17 – N18 varient de 1,30 x 1,05 à 1,38 x 1,10 m2. Les
sections N10 – N11 et N13 – N14 varient de 1,42 x 1,12 à 1,50 x 1,17m2. Enfin les sections
des deux collecteurs primaires N5 – N12 et N12 – N20 varient très peu (2,66 x 1,85 à2, 90 x
1,98 m2).
Vu le nombre important des tronçons et la faible variation des sections, nous pensons qu’il
sera incommode de faire varier les dimensions des tronçons. Ainsi nous avons fait varier les
vitesses pour obtenir des sections identiques mais en tenant compte des conditions de vitesse
maximale et minimale dans une canalisation. Ce qui va permettre de faciliter la mise en œuvre
des collecteurs.
Condition de vitesse maximale et minimale
Pour une section d’ouvrage donnée on peut exprimer le débit ci-dessus par l’expression :

𝑸𝒎𝒂𝒙 = 𝑽𝒎𝒂𝒙 × 𝑺

Avec 𝑉𝑚𝑎𝑥 la vitesse maximale d’écoulement.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 28


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Ces conditions de vitesse maximale et minimale sont données par : (𝑉𝑚𝑎𝑥 ≤ 4𝑚/𝑠 pour
éviter la dégradation des ouvrages et 𝑉𝑚𝑖𝑛 ≥ 0,5𝑚/𝑠 qui ne favorise pas de dépôt de matière
en suspension dans les collecteurs.
En tenant compte de ces conditions et en utilisant la formule ci-dessus, un ajustement a
permis d’obtenir les dimensions réelles des ouvrages. Ces nouvelles dimensions sont
présentées dans le tableau X ci-dessous.
Tableau X : dimensions réelles des ouvrages

Tronçons Q (m3/s) Y(m) b(m) s (m2) v (m/s) r(m) H(m)


N1 - N2 2,01 0,70 1,40 1,54 1,30 0,40 1,10
N2 – N3 5,07 0,70 1,40 1,54 3,30 0,40 1,10
N4 – N5 5,55 0,70 1,40 1,54 3,60 0,40 1,10
N6 – N7 2,46 0,70 1,40 1,54 1,60 0,40 1,10
N8 – N9 2,69 0,70 1,40 1,54 1,74 0,40 1,10
N10 - N11 2,96 0,70 1,40 1,54 1,92 0,40 1,10
N5 - N12 10,63 1,00 2,00 3,00 3,54 0,50 1,50
N13 - N14 3,57 0,70 1,40 1,54 2,32 0,40 1,10
N15 - N16 2,80 0,70 1,40 1,54 1,82 0,40 1,10
N17 - N18 2,90 0,70 1,40 1,54 1,88 0,40 1,10
N19 – N20 4,14 0,70 1,40 1,54 2,69 0,40 1,10
N12 - N20 10,47 1,00 2,00 3,00 3,49 0,50 1,50

Proposition de gestion du système d’assainissement qui sera mis en place


La réalisation d’un réseau d’assainissement des eaux pluviales est très couteuse. Une attention
particulière doit donc être accordée à l’entretien pour assurer le bon fonctionnement et la
pérennité des ouvrages. Le manque d’entretien peut entrainer des risques sanitaires et
environnementaux très graves. Nous recommandons par conséquent :

 Le curage des caniveaux deux fois dans l’année aux périodes suivantes :
 Moi de Mai avant le début de la saison pluvieuse
 Moi de d’Octobre après la saison pluvieuse

Ce curage permettra de limiter l’ensablement des ouvrages.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 29


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

 La sensibilisation de la population riveraine :

Une campagne de sensibilisation devrait être tenue afin d’éviter les dépôts d’ordures dans les
caniveaux par la population.

 L’alerte du Maître d’ouvrage en cas d’incident pour d’éventuelles réhabilitations


3. Profil en long

Voir ANNEXE VI pour quelques profils en long des collecteurs

II. Evaluation du coût du projet


1. Evaluation du coût des collecteurs secondaires
La longueur totale des collecteurs secondaires à construire est de 10246m. Pour évaluer le
coût de réalisation de ces collecteurs, le prix d’un mètre linéaire (ml) de collecteur a été
calculé et multiplié par la longueur totale.
Pour déterminer le prix d’un ml, nous avons calculé le volume d’un ml de collecteur de 1,40 x
1,10 m2 et se référer au prix unitaire par volume. La somme des prix unitaires de béton armé,
de déblai, et de béton de propreté donne le prix par ml de collecteurs. Les résultats des calculs
sont consignés dans le tableau XI ci-dessous :
Tableau XI: coût estimatif des collecteurs secondaires

Volume (m3) Prix unitaire(FCFA) Montant(FCFA)


Béton armé 0,84 150000 126000
Déblai 2,79 3000 8 370
Béton de propreté 0,09 50000 4500
Prix d'un ml de collecteur 138 870
Montant total 1 422 862 020

Voir ANNEXE VII partie 1 pour le détail des calculs.

2. Evaluation du coût des collecteurs primaires 2,00 x 1,50 m2


La démarche est la même que pour les collecteurs secondaires avec une longueur totale de
3477 m. Les résultats des calculs sont présentés dans le tableau XII.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 30


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Tableau XII: coût estimatif des collecteurs primaires

Volume Prix Montant


(m3) unitaire(FCFA) (FCFA)
Béton armé 1,12 150000 168000
Déblai 4,68 3000 14 040
Béton de propreté 0,12 50000 6000
Prix d'un ml de caniveau 188 040
Montant total 653 815 080

Voir ANNEXE VII partie 2 pour le détail des calculs.

3. Coût des dalots et les dallettes


 Les dalots

Le réseau comporte 94 dalots de section 1,40 x 1,10 m2 mesurant cinq cent dix (510) ml, soit
cent quatre-vingt-huit (188) guides roue et 36 dalots de section 2,00 x 1,50 m2 long de deux
cent trente-trois ml (233) soit soixante-douze guides roue.
Le prix d’un ml de dalot de chaque section a été déterminé et multiplié par la longueur des
dalots correspondants. Ensuite le volume de béton armé de guide roue a été déterminé et
multiplié par le prix unitaire. Les résultats des calculs sont présentés dans le tableau XIII.
Tableau XIII : Evaluation du coût des dalots cadres

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 31


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Collecteur de section Volume Prix


1,40 x 1,10 m2 (m3) unitaire(FCFA) Montant(FCFA)
Béton armé 1,16 150000 174000
Déblai 2,70 3000 8100
Béton de propreté 0,09 50000 4500
Prix d'un ml de dalot 186 600
Prix des 510 m 95 166 000
Collecteurs de section
2,00 x 1,50
Béton armé 1,56 150000 234000
Déblai 4,56 3000 13 680
Béton de propreté 0,12 50000 6000
Prix d'un ml de dalot 253 680
Prix des 233 m 59 107 440
Béton armé pour guide
roue 11,04 150 000 1 656 000
Montant total des dalots 155 929 440

Voir ANNEXE VII partie 3 pour le détail des calculs.

 Les dallettes
La longueur totale a été calculée en supposant 4 m de dallettes devant chaque porte et en
dénombrant le nombre de dallette correspondant. Ainsi on a compté au total 176 parcelles soit
1408 dallettes pour les collecteurs de section 2,00 x 1,50 m2 et 469 parcelles soit 3752
dallettes pour les collecteurs de section 1,40 x 1,10 m2. Ce qui correspond à une longueur de
704 ml pour la section 2,00 x 1,50 m2 et une longueur de 1876 ml pour la section 1,40 x 1,10
m2. Au niveau des collecteurs secondaires la longueur des dallettes pour couvrir le rond-point
(252ml). Le prix d’un ml de dallette a été obtenu en se référant au prix d’un m 3 de dallette et
multiplié par la longueur totale des dallettes pour obtenir le coût des dallettes.

Les résultats des calculs sont présentés dans le tableau XIV ci-dessous :

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 32


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Tableau XIV: Evaluation du coût des dallettes


Dallette pour la section 1,40 x Dallette pour la section 2,00x 1,50


1,10 m2 m2
Volume de la dallette
(m3) 0,16 0,22
Volume d'un ml de
dallette 0,32 0,44
Prix d'un m3 de
dallette(FCFA) 150000 150000
Prix d'un ml de
dallette(FCFA) 48000 66000
Montant des dallettes
pour chaque
section(FCFA) 102 144 000 46 464 000
Montant des
dallettes(FCFA) 148 608 000F

Voir ANNEXE VII partie 3 pour le détail des calculs.

4. Coût de la protection et du recalibrage


Le prix d’un m2 de maçonnerie de moellons est de 15 000FCFA. Une longueur de 6 m sera
maçonnée. Ce qui correspond à une surface de 48 m2 donc un prix de 720 000FCFA.
Les 305 m donnent un volume de 2098,4 m3. Le prix d’un m3 de fouille étant à 3000FCFA,
les 305 m donnent 6 295 200CFA. Donc le prix de la protection et du recalibrage est de
7 015 200FCFA.

Conclusion partielle
Le coût estimatif des collecteurs et ouvrages de franchissement s’élève à 2 388 229 740
FCFA.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 33


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

CHAPITRE IV : NOTICE D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL


La présente étude technique de drainage des eaux pluviales de la cité de Basséko s'inscrit dans
le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) qui est de promouvoir
des politiques nationales de réduction de la pauvreté, des plans stratégiques de développement
des villes et du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté. Cette étude trouve son origine de
la politique de l’Etat Burkinabé à viabiliser les communes rurales environnantes de
Ouagadougou. Ce projet de construction de 9784 logements sociaux dans le village de
Basséko nécessitera la mise en place d’ouvrages d’assainissement pluvial.

1. Problématique
Comme tout projet d’aménagement, la construction des logements sociaux et ses activités
annexes notamment la mise en place du réseau d’assainissement pluvial sont susceptibles
d’avoir des incidences majeures sur l’environnement. Mais pour un tel projet les impacts
négatifs potentiels sur l’environnement sont localisés et on peut concevoir aisément des
mesures d’atténuation ou de mitigation.
Ainsi, conformément au décret n°006-2013/AN, portant contenu, procédure et champ
d’application des Etudes ou Notices d’Impact Environnemental, ce projet est de catégorie B.
Il est donc soumis à une EIE simplifiée ou Notice d’Impact sur l’Environnement (NIE).
1.1. Objectifs Général de l’étude
L’objectif général de cette notice d’impact environnemental est d’apporté au Maître
d’ouvrage les informations suffisantes du point de vue environnemental, afin de contribuer à
établir la faisabilité environnemental de ce projet. Ainsi une analyse détaillée des impacts
environnementaux susceptibles d’être généré par les activités de ce projet, le rendrait
exécutoire.
1.2. Objectifs Spécifiques
Les objectifs spécifiques de la présente notice sont les suivant :

 Décrire le cadre législatif, règlementaire et institutionnel à appliquer au projet ;


 Décrire l’état initial du milieu physique et du contexte socio-économique de la zone
d’influence du projet ;
 Décrire le projet ;
 Identifier et évaluer les impacts potentiels du projet sur l’environnement ;
 Proposer un plan de gestion environnementale et sociale avec des mesures
d’atténuation ou de bonification des impacts potentiels.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 34


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

2. Cadre Politique, législatif, règlementaire et institutionnel


La protection de l’environnement fait partie des préoccupations majeures de l’Etat Burkinabé.
Ainsi il a mis en place une politique et des institutions, adopté une législation et une
règlementation qui visent le respect de l’environnement et des principes du développement
durable (Enviro-BF, 2013).
2.1. Politique environnementale et sociale du Burkina Faso
En vue d’atteindre les OMD et dans un souci de développement durable, les autorités
Burkinabè ont élaborées plusieurs politiques environnementales. On peut citer :
 La Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable en remplacement
du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté qui a constitué le référentiel central
de la politique de développement économique et social du Gouvernement sur la
période 2000-2010 ;
 La Politique Nationale Environnementale (PNE), adoptée en janvier 2007 pour la prise
en compte des questions environnementales dans les politiques et stratégies de
développement ;
 La politique nationale d’hygiène publique approuvée par le gouvernement Burkinabé
en Mars 2010, visant quatre objectifs globaux parmi lesquels on peut citer : la
prévention des maladies et intoxication, la garantie du confort et de la joie de vivre.
 La Politique Nationale d’Aménagement du Territoire adoptée par le Gouvernement
par Décret n° 2006-362/PRES/PM/MEDEV/MATD/MFD/MAHRH/MID/MECV
constituant un guide d’orientation des études d’aménagement et des acteurs agissant
sur le terrain, afin de traduire au plan spatial les orientations stratégiques contenues
dans l’étude nationale prospective 2025 ;
 la Stratégie de Développement Rural à l’horizon 2015, adoptée en 2003, axée sur
l’accroissement des revenus des populations rurales pauvres et singulièrement des
couches vulnérables et la gestion efficiente des ressources naturelles.
2.2. Cadre législatif et règlementaire
Le Burkina Faso dispose d'un cadre juridique et réglementaire qui régit l'élaboration et la mise
en œuvre des EIES et NIES. Les principaux textes sont :
 La Loi n°062/95/ADP du 14 décembre 1995, portant Code des Investissements et des
formalités au Burkina Faso et son Décret d'application n°96-235/PM/MICIA/MEF;
 La Loi n°005/97/ADP du 30 janvier 1997, portant Code de l'Environnement au
Burkina Faso;
 La Loi 006/97/ADP du 31 janvier 1997, portant Code Forestier au Burkina Faso;

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 35


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

 Le Décret n°2001-342/PRES/PM/MEE du 17 juillet 2001 portant champ d'application,


contenu et procédure de l'EIE et de la NIE;
 La loi n°002-2002/AN du 8 février 2001 portant loi d'orientation relative à la gestion
de l'eau;
 La loi n°002-2002/AN du 8 février 2001 portant loi d'orientation relative à la gestion
de l'eau par décret n°2001-126/PRES du 03 avril 2001.
 Le Décret N°2003-286/PRES/PM/MAHRH du 09 juin 2003 portant détermination des
espaces de compétence des structures de gestion des ressources en eau
2.3. Dispositions institutionnelles
Le cadre institutionnel en matière d’environnement prend appui sur la constitution
promulguée le 11 juin 1991 au Burkina Faso qui consacre le principe de protection de
l’environnement comme un devoir fondamental de l’État et de toute la nation. Par ailleurs,
l’article 29 précise que "Le droit à un environnement sain est reconnu. La protection, la
défense de l’environnement et la promotion de l’environnement sont un devoir de tous"
(FOAD, 2004).
Les textes réglementaires de mise en place des institutions pour la conduite et la promotion
des EIE et NIE en sont les principales illustrations. On peut citer entre autre l’Arrêté N° 2010-
029/MECV/SG/ BUNED du 15 mars 2010, portant Mission, Organisation et Fonctionnement
du Bureau National des Evaluations Environnementales et de gestion des Déchets spéciaux.
Ce cadre institutionnel pour la gouvernance de l’environnement est orienté autour de trois
grands acteurs selon la BAD (2012):
L’État et ses démembrements, en particulier le Ministère de l’Environnement et du
Développement Durable (MEDD),
Les autres départements ministériels, les circonscriptions administratives (provinces,
départements, villages); les collectivités locales dont l’importance s’accroit progressivement;
les usagers (secteur privé et société civile).
3. Description de l’état initial du site
En plus de la présentation du cadre physique de la zone d’étude faite au chapitre I, 2, il est à
noter que la zone d’étude est d’dépourvu d’un réseau de drainage des eaux pluviales,
d’adduction en eau potable, d’électricité. Les eaux ruissèlent selon les lignes de pente du
terrain naturel entrainant l’érosion des sols. Les habitations sont de type bas standing et très
éloignées les unes des autres.
4. Description du projet
Le projet consiste uniquement à l’étude technique pour la mise en place du réseau de
drainage des eaux pluviales au sein des logements sociaux de Basséko en cours.
OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 36
Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

L’étude a montré qu’un réseau constitué de dix collecteurs secondaires et deux collecteurs
primaires pourrait évacuer les eaux pluviales du site. Les ouvrages seront de type
rectangulaire de section : 2,00 x 1,5 m2 pour les collecteurs primaires et 1,40 x 1,10 m2 pour
les collecteurs secondaires. Ces ouvrages seront faits en béton armé. A l’exutoire 2 nous
avons prévu de protéger l’aval des collecteurs primaires en prolongeant le réseau de 6m de
long et de 4m de large. Ce tronçon complémentaire sera réalisé à l’aide de la maçonnerie de
moellons.
5. Identification et évaluation des impacts prévisionnels
Les impacts dans une notice d’impact sur l’environnement sont caractérisés par leurs sources
et leurs récepteurs. Les sources représentent l’ensemble des activités prévues lors des travaux
des différentes phases (préparation, construction et exploitation). Les récepteurs d’impact
désignent les composantes du milieu naturel susceptibles d’être affectées par le projet comme
les sols, l’eau, la végétation, l’habitat, la faune, la population, etc.
L’analyse des impacts a été subdivisée en trois étapes : l’identification des impacts associés
aux activités de chaque phase, l’évaluation de l’importance des impacts et la prévision des
impacts.
5.1. Identification des impacts
Tableau XV: matrice d’identification des impacts
X= Impact (Interaction entre l’activité et le milieu récepteur)
0 = Aucune interaction entre l’activité et le milieu récepteur

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 37


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Milieu récepteur

Phases du Description des Milieu Biophysique Milieu socio-écono


Activités Impacts générés Nature
projet impacts
Eco-
Sol Faune Flore Air Eaux Paysage Santé
nomie
Désherbage et
Destruction de la
abattage des Négative x x x x o x x x
Installation de la flore
arbres
base vie
Déversement
Pollution Négative x x x x x o o x
Préparation d’hydrocarbure
Nuisance sonore,
Transport des poussière,
Pollution Négative x o x x x o o x
équipements Déversement
d’hydrocarbure
Destruction de la
Implantation des végétation et Désherbage, Négative x x x x o x x x
tranchées l’habitat faunique
Construction Destruction du sol Excavation Négative x x x x x o x
Assèchement des Utilisation
Prélèvement Négative x x x o x o x x
points d’eau excessive
d’eau
Pollution Souillure Négative x x o o x x o x

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 38


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Poussière, bruit et
vibration,
Construction des Pollution et Négative/
désorganisation x o o x x x x
caniveaux destruction du sol positive
de la structure du
sol

Encombrement Curage Positive x o o o x x x


Entretien et
réfection des
Pollution de l’air,
ouvrages Pollution Négative x x x x o
Exploitation du sol x x x

Raccordement
Pollution des eaux Pollution,
clandestin des Négative o x x x o x x
de pluies contamination
ménages

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 39


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Commentaire du tableau

Les résultats statistiques des impacts causés sur les milieux récepteurs donnent les proportions
suivantes. Les pourcentages supérieurs ou égaux à 10 verticalement indiquent une forte
interaction entre les différentes activités et le milieu récepteur.

Sol : 11,36%, Faune : 9%, Flore : 9%, Eaux : %, Air : 7,95%, Paysage: 6,81%, Economie :
7,95%, Santé : 10,23%.

Ces résultats montrent que les différentes activités ont une forte interaction sur le sol et la
Santé humaine et une interaction moindre sur les autres composantes du milieu. Des mesures
surtout de protection du sol et de la santé humaine devront être prises.

5.2. Evaluation des impacts


5.2.1. Méthodologie utilisée
L’importance des impacts environnementaux a été évaluée sur la base des critères que sont :
 L’intensité de l’impact. Elle est fonction de l'ampleur des modifications sur la
composante du milieu touchée par une activité du projet ou encore des perturbations
qui en découleront. Le degré de qualification est présenté dans le tableau XVI ci-
dessous :

Tableau XVI : le degré de l’intensité


Intensité Définitions
Mineur Impact occasionnant une faible dégradation
Impact occasionnant une modification
Moyenne moyenne
Impact occasionnant une dégradation
Majeur importante

 La durée de l’impact
C’est le temps que peut mettre le changement apporté par l’activité. La signification de ces
changements est présentée dans le tableau XVII ci-dessous :

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 40


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Tableau XVII : La durée de l’impact

Durée Définitions
Le changement apporté par l’activité cesse
Courte après l’arrêt de l’activité
Le changement apporté par l’activité est
continu sur une période mais cesse lorsque la
Moyenne réalisation du projet est terminée.
L’impact apporté par l’activité persiste après
Longue la mise en place du projet

 L'étendue de l'impact
Elle correspond à l'ampleur spatiale de la modification de l'élément affecté. La cotation de
l’ampleur est donnée dans le tableau XVIII suivant :
Tableau XVIII: l’étendue de l’impact

Etendue Définitions
Ponctuelle L'impact est limité au point de travail
L'impact se limite aux limites de la zone
Locale d’étude
L’impact surpasse les limites de la zone
Régionale d’étude

5.2.2. Impact du projet sur l’environnement


5.2.2.1.Impact sur le milieu physique
 Flore
La construction de la base vie, l’aménagement du site pour la mise en place des
infrastructures pourraient occasionner l’abattage d’arbre présent sur le site, le déboisement et
la réduction du couvert végétal. Cet impact est négatif et d’importance moyenne.

 Faune
Le passage des engins et véhicules au niveau du site pourrait occasionner des accidents avec
l’habitat faunique. De plus, L’abattage d’arbre pourrait entrainer l’éloignement ou la
OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 41
Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

disparition de certaines espèces de leur lieu de pâturage habituel. Cet impact est négatif et
d’importance mineur.

 Sol
Les travaux d’excavation et de terrassement lors de la phase de construction auront un impact
sur la structure et la texture du sol en modifiant les différentes couches qui le composent. Cet
impact est négatif et d’importance mineure.

Par ailleurs, au niveau des différents points de rejet, il est redouté la survenue de phénomène
d’érosion lié à l’action mécanique de l’eau. Cette érosion sera d’autant plus forte que les
quantités d’eaux charriées sont importantes. Cet impact est minimisé par la mise en place
d’ouvrage de protection et de recalibrage. Il est donc d’importance mineur.

 Air
L’émission de particule poussiéreuse, de gaz d’échappement et d’odeurs nauséabondes
provenant respectivement de la circulation des engins et de l’excavation, du curage des
caniveaux pourraient polluer l’air. Cet impact est négatif et d’importance mineure.

 Paysage
Pendant l’exploitation, l’absence de curage et d’entretien des caniveaux de drainage peuvent
entrainer leur transformation en véritable dépotoirs d’ordures et de déchet de toute sorte,
empêchant même l’écoulement normal des eaux de ruissellement et modifiant le paysage de
l’environnement dans lequel il se trouve. Cet impact est négatif et d’importance moyenne.

 Ressource en eau
Pendant la phase d’exploitation, Les canaux pourraient charrier des eaux usées domestiques
qui peuvent polluer les eaux de surfaces. Cet impact est négatif et d’importance moyenne.

5.2.2.2. Impact sur le milieu Socio-économique


 Santé
Les émissions de poussière, de gaz, de substances nocives et la production de bruit pourront
engendrer des risques de maladies respiratoires, hydriques et autres pour les employés et les
populations riveraines. C’est un impact négatif et d’importance mineure.

 Economie et emploi
La mise en œuvre des activités aura très certainement des retombées sur l’économie locale,
notamment pour ce qui concerne la création d’emplois (la main d’œuvre pour la construction
des ouvrages, l’entretien et le suivi) et d’activité connexes telles que le petit commerce, la

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 42


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

restauration. Ce qui contribuera à accroitre le revenu des populations locales et réduire de


façon significative la pauvreté. Cet impact est positif et d’importance moyenne.

 Sécurité
La circulation des engins et véhicules de ravitaillement ainsi que l’exécution des travaux
pourront occasionner des accidents sur les animaux domestiques, des blessures et autres
accidents de travail. Cet impact est négatif et d’importance moyenne.

5.2.2.3.Résultats de l’évaluation des impacts


L’évaluation de l’impact est basée sur son importance: l’importance désigne la corrélation
entre les descripteurs de durée, d'étendue et d’intensité. Elle a permis d’établir une
appréciation globale des divers impacts qui est fonction des spécificités du milieu et de la
sensibilité de la composante environnementale affectée. Elle peut être Forte, Moyenne ou
faible et est déterminée à partir de la matrice de Fecteau. Les résultats sont présentés dans le
tableau XIX suivant :

Tableau XIX: matrice d’évaluation des impacts

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 43


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Milieux Importance
Impacts Nature Intensité Etendue Durée
récepteurs absolue
Flore Perte d'arbres Négative Moyenne Locale Longue Moyenne
Faune Perte d'animaux par accident ou par braconnage Négative Faible Locale Moyenne Mineure
Paysage Risque de transformation des caniveaux en dépotoir Négative Moyenne Locale Longue Moyenne
Pollution due aux gaz d'échappement des véhicules Négative Faible Locale Moyenne Mineure
Air Pollution de l'air par la poussière Négative Faible Locale Moyenne Mineure
Pollution de l'air par les odeurs issues des résidus de curage Négative Faible Locale Courte Mineure
Risque d'érosion au niveau des points de rejet Négative Faible Ponctuelle Moyenne Mineur
Sol Modification de la structure et la texture du sol Négative Moyenne Ponctuelle Courte Mineure
Pollution du sol par les boues issues du curage des caniveaux Négative Faible Locale Courte Mineure
Contamination des eaux de surface par les eaux des caniveaux Négative Moyenne Locale Moyenne Moyenne
Ressources en
Pollution des eaux par déversement accidentel d'hydrocarbure et
eaux Négative Faible Locale Moyenne Mineure
substances
Prolifération d'insectes vecteurs de maladies liées à l'eau Négative Moyenne Locale Moyenne Moyenne
Santé
Nuisances sonores Négative Faible Locale Moyenne Mineure
Intensification des activités économiques et commerciales Positive Moyenne Locale Moyenne Moyenne
Economie Augmentation de la productivité des populations Positive Moyenne Locale Moyenne Moyenne
Risque de perturbation économique Négative Moyenne Locale Moyenne Moyenne
Social Renforcement des liens de solidarité entre les populations Positive Moyenne Locale Court Moyenne
Emploi Création d'emploi Positive Moyenne Régionale Court Moyenne

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 44


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Accident de circulation Négative Moyenne Locale Moyenne Moyenne


Sécurité
Accident de travail Négative Moyenne Ponctuelle Moyenne Moyenne
Amélioration du cadre de vie des populations Positive Forte Locale Longue Majeure
Cadre de vie Incommodassions temporaire de la population riveraine par les
Négative Faible ponctuelle Moyenne Mineure
boues de curage

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 45


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

6. Plan de gestion environnemental et sociale (PGES)


Le PGES est un outil de gestion environnemental du projet qui présente les impacts, les
sources d’impacts, les récepteurs, les actions environnementales retenues, leurs objectifs et
tâches, les acteurs impliqués, et la localisation des actions. Il est présenté dans le tableau XX
ci-dessous :

Tableau XX: plan de gestion environnementale et sociale

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 46


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Cout Indicateur de
Lieu de de suivi de
Action environnementale Objectif
Récepteurs Acteurs de Acteur de mise en mise l’efficacité de
impacts et de calendrier
du milieu l’action suivi œuvre de en l’action et acteur
mesures l’action
l’action œuv de suivi de
re l’efficacité

Environne
Perte de Réduire le Vérification du
Minimisation de l’abattage mentaliste
quantité déboiseme Sur le Pendant les nombre d’arbre
Flore d’arbre Entreprise de la pm
importante nt des chantier travaux planté et entretenu
mission de
d’arbre arbres
contrôle

Retrait d’arbre terrassé pour Vérification du


Risque de être valorisés (énergie, Environne retrait d’arbres
transformatio artisanat, etc.) ; retrait des Réduire mentaliste terrassés, des
Sur le
Paysage n des terres issus de l’excavation les déchets Entreprise de la pm terres, et du
chantier
collecteurs en du chantier ; sensibilisation sur le site mission de nombre de
dépotoir de la population sur les contrôle séances de
bonnes pratiques sensibilisation des

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 47


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

d’hygiènes. populations
Vérification de la
mise en place du
Réduire Environne
dispositif de
Pollution de les mentaliste Lors de la
curage des caniveaux Dans les ventilation ou
Air l’air par les quantités Entreprise de la pm mise en
collecteurs l’utilisation des
odeurs d’odeur mission de service
produits
émises contrôle
chimiques contre
les odeurs

Embauche de la main
Réduire la Entreprise de La cellule Pendant la Vérification du
Développeme d’œuvre locale ;
Economie pauvreté construction de la construction nombre de main
nt d’activités Contribution à la réduction Sur le site pm
et emploi au niveau et mission de et d’œuvre locale
économiques de la pauvreté
local d’exploitation contrôle l’exploitation embauchée

Diminuer
le Cellule de
Avant et Vérification du
Création Embauche de la main chômage la mission Dans
Emploi Entreprise pm pendant les recrutement de la
d’emploi d’œuvre locale et lutter de l’entreprise
travaux main d’œuvre
contre la contrôle
pauvreté

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 48


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Risque Sensibilisation des Prévenir et Vérification du


d’insécurité employés au respect des réduire le nombre de
la cellule
et d’accident mesures de sécurité au nombre L’entreprise Avant et séances
de la
sécurité de travail chantier ; d’accident de sur le site pm pendant les de sensibilisation,
mission de
Mise en place des panneaux de travail construction travaux l’existence des
Accident de contrôle
de signalisation et de panneaux de
circulation
circulation signalisation

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 49


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Conclusion partielle

Après identification et évaluation des impacts environnementaux et sociaux potentiels du


projet, il ressort que le projet présente aussi bien des impacts négatifs que positifs tant en
phase de construction qu’en phase d’exploitation. Toutefois, au regard de l’importance du
projet pour les populations et des mesures d’atténuation proposées minimisant les impacts,
l’on pourrait dire que ce projet présente globalement un avantage certain comparativement à
la situation sans projet. Par conséquent, la réalisation d’un tel projet est dans l’intérêt des
populations locales, de l’état et du développement des communes.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 50


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS
Basséko est un village situé à cheval entre la commune rurale de Pabré et de Tanghin
Dassouri. Ce site choisi par l’Etat Burkinabè pour la construction des logements sociaux est
dépourvu d’infrastructure de drainage des eaux pluviale, méritant donc un assainissement
pluvial et une bonne gestion des déchets solides.
Sur la base des données recueillies et des visites de terrains, nous avons proposé un
aménagement répondant aux normes techniques standard en matière d’assainissement pluvial.
A cet égard un réseau de drainage long de 14 466 ml a été dimensionné. Il est constitué de
collecteurs de deux (02) types de sections : les collecteurs primaires de section 2,00 x 1,50
m2, long de 3 477 ml et les collecteurs secondaires de section 1,40 x 1,10 m2, long de 10 246
ml.
Par ailleurs, la notice d’impact environnemental a révélé des impacts mineurs ne pouvant
empêcher la réalisation du projet.
Le coût du projet, toutes taxes comprises s’élève à 4 931 616 560 FCFA.
Pour la bonne réussite du projet nous formulons les recommandations suivantes :
 Assurer une mise en œuvre adéquate des ouvrages ainsi que le respect des mesures
d’atténuation environnementale ;
 Sensibiliser la population sur les bonnes pratiques en matière d’entretien des
ouvrages ;
 Intégrer dans un premier lieu la conception des ouvrages d’assainissement d’eau
pluviale avant l’opération de lotissement ;
 Prendre en compte les services efficients d’assainissement et de drainage comme
paramètres prioritaires et de base en matière de santé individuelle et collective.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 51


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
AKOSSI O. S. Optimisation des conditions d’évacuation des eaux pluviales du carrefour de
l’Indenie à la Baie de Cocody en RCI. Mémoire de master spécialisé en génie sanitaire et
environnement. Fondation 2iE, 89 pages.
BAYALA .L., 2009. Monographie de la commune urbaine de Ouagadougou.
BOURRIER R., 1997. Les réseaux d’assainissement : calcul, application, perspective Ed.
Lavoisier Tech & Doc – Paris ; ISBN2 -7430 -0164-X, 832 pages
CIEH, 1993. Etude comparative des systèmes d’épuration collectifs dans le contexte africain,
66 pages.
GROUPEMENT DE BUREAUX D’ETUDES GID/MEMO, 2012. Etude de faisabilités
techniques détaillées et élaboration d’un dossier d’appel d’offres des travaux de construction
d’un caniveau de 1,3 km dans le relais cité du secteur 23 de Bobo-Dioulasso. Rapport d’étude
d’avant-projet détaillé, 33 pages.
CRES F.N., 2001. Hydrologie Urbaine Quantitative – Assainissement pluvial. Groupe des
écoles EIER – ETSHER, version 2.0, 115 pages.
ENVIRO-BF, 2013. Guide général de réalisation des Etudes et Notices d’Impact sur
l’Environnement, 14 pages.
GARDIA .A.F. Etude d’un réseau de collecte des eaux pour la réalisation des voiries réseaux
divers (VRD) du site de 2iE, Ouagadougou. Mémoire de master en ingénierie de l’eau et de
l’environnement option : eau. Fondation 2iE, 69 pages.
INSD. Recensement Générale de la Population et de l’Habitat de 2006 : Monographie de la
commune urbaine de Ouagadougou. 130 pages.
MAHRH, 2006. Programme National d’Approvisionnement en Eau Potable et
d’Assainissement à l’horizon 2015 (PN-AEPA 2015), 55p.
MAR.A.L., 2004. Cours d’hydraulique T2 : écoulement à surface libre, groupe des écoles
EIER – ETSHER, 237 pages.
TRAORE M., 2012. Changement climatique : nouvelle courbes intensité-durée-fréquence au
Burkina Faso (Ouagadougou). Mémoire de master en ingénierie de l’eau et de
l’environnement option : eau. Fondation 2iE, 47 pages.
WETHE.J., 2007. Assainissement pluvial : considération générales et système de drainage.
Fondation 2iE, 27 pages.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 52


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

YAO T.V., 2009. Contribution à la gestion durable des eaux pluviales dans un contexte de
changement climatique : cas de la ville de Korhogo. Mémoire de fin d’étude, master
spécialisé en génie sanitaire et environnement. Fondation 2iE, 53 pages.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page 53


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

ANNEXES

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xi


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

ANNEXE I : Présentation de la structure d’accueil

La Direction Générale de l’Urbanisme et des Travaux Fonciers, l’une des Directions du


ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme est chargée de :

 Elaborer et contribuer à la mise en œuvre des Schémas Directeurs d’Aménagement et


d’Urbanisme ;
 Contribuer à l’élaboration et à la mise en œuvre des plans d’occupation des sols des
communes ;
 D’appuyer la réalisation du réseau de drainage des eaux pluviales en milieu urbain ;
 Faire la recherche en matière d’urbanisme et d’aménagement urbain ;
 De contribuer à l’élaboration et à l’application de la règlementation en matière
d’urbanisme et de topographie ;
 De produire, d’analyser et de diffuser des données statistiques urbaines ;
 D’exécuter les opérations d’abornement des propriétés ;
 De contribuer à l’élaboration et au suivi de la mise en œuvre du schéma national
d’aménagement du territoire ;
 D’exécuter et contrôler des travaux topographiques ;
 De participer aux travaux de délimitation et de matérialisation des frontières entre le
Burkina Faso et les pays voisins ;
 De contribuer au renforcement de la décentralisation par l’appui aux collectivités
territoriales en matière d’urbanisme.
L’organisation de la Direction Générale de l’Urbanisme et des Travaux Fonciers est
représentée par l’organigramme de la figure ci-dessous :

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xii


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Figure : Organigramme de la Direction Générale de l’Urbanisme et des Travaux


Fonciers

ANNEXE II : Tableau récapitulatif des calculs hydrologiques et hydrauliques

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xiii


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

I des I Section
Tu Tc en Q Y
Tronçon Nœud L (m) A (ha) c S/BV en collecteu Ks Tr en Ta 3 r V en
m/m r m/m en mn i (mm/h) m /s théo Y réel
mn m/s
mn B(m) H(m)

N1 - N2 N2 1174,86 26,7359 0,4 0,0068 0,013 70 10 35,54 7,08 52,62 67,70 2,01 0,55 0,70 0,40 1,40 1,10 1,30
N2 – N3 N2 1540,55 91,4219 0,39 0,0062 0,0054 70 10 60,85 9,87 80,72 51,26 5,07 0,91 0,70 0,40 1,40 1,10 3,30
N4 – N5 N5 2494,87 98,9446 0,42 0,0056 0,0076 70 10 65,86 13,06 88,92 48,14 5,55 0,88 0,70 0,40 1,40 1,10 3,60
N6 – N7 N7 1015,1 30,1391 0,4 0,0084 0,0079 70 10 28,53 7,85 46,38 73,47 2,46 0,65 0,70 0,40 1,40 1,10 1,60
N8– N9 N9 1836,15 46,1083 0,36 0,0073 0,0076 70 10 47,43 8,69 66,12 58,36 2,69 0,67 0,70 0,40 1,40 1,10 1,74
N10 - N11 N11 1100,84 48,2604 0,36 0,0086 0,0068 70 10 44,36 6,7 61,06 61,47 2,96 0,71 0,70 0,40 1,40 1,10 1,92
10,6
N5 - N12 N12 222,5579 0,38 0,0032 98,41 45,07 1,33 1,10 0,50 2,20 1,60 3,02
3
N13 - N14 N14 1773,26 54,0754 0,37 0,0082 0,0075 70 10 36,18 10,78 56,96 64,30 3,57 0,75 0,70 0,40 1,40 1,10 2,32
N15 - N16 N16 1128,67 40,1346 0,4 0,0084 0,0087 70 10 40,96 7,9 58,84 62,96 2,80 0,67 0,70 0,40 1,40 1,10 1,82

N17 - N18 N18 1388,9 46,4161 0,39 0,0077 0,0077 70 10 49,76 7,57 67,33 57,68 2,90 0,69 0,70 0,40 1,40 1,10 1,88

N19 - N20 N20 1414,32 69,5593 0,4 0,0056 0,0045 70 10 55,13 10,11 75,24 53,66 4,14 0,87 0,70 0,40 1,40 1,10 2,69

10,4
N12 - N20 N12 210,1854 0,39 0,0019 95,30 46,01 1,45 1,10 0,50 2,20 1,60 2,97
7

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xi


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

ANNEXE III : coefficient de ruissèlement d’après BOURRIER 1997

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xi


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

ANNEXE IV: coefficient de ruissèlement selon le type d’occupation du sol d’après [Satin,
Selmi, 1999 p. 103].

Type d'occupation du sol Coefficient


Commercial 0,70 < 𝑐 < 0,95
Lotissements 0,30 < 𝑐 < 0,50
Collectifs 0,50 < 𝑐 < 0,75
Résidentiel Habitat dispersé 0,25 < 𝐶 < 0,40
Industriel 0,50 < 𝐶 < 0,80
Parcs et jardins 0, 𝑂5 < 𝐶 < 0,25
Terrains de sports 0,10 < 𝐶 < 0,30
Terrain vagues 0,05 < 𝐶 < 0,15
Drainées 0,05 < 𝐶 < 0,13
Terres agricoles Non drainées 0,03 < 𝐶 < 0,07

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xii


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

ANNEXE V: longueur du dalot en fonction de l’emprise de la voirie (données utilisées par la


DGUTF)

Emprise de la route à traverser


(m) Longueur du dalot(m)
80 70
70 60
60 50
50 40
40 30
30 20
20 15
15 10
12 8

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xi


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

ANNEXE VII : Evaluation du coût du projet

Partie 1 : Evaluation du coût des collecteurs de section 1,4 x 1,10 m2

0,10 0,10

0,20 0,20

1,10 1,5

0,20

0,20

1,40

1,80

Profil en travers d’un caniveau de section 1,40 x 1,10 m2

Calcul du volume par ml de béton armé :

Calcul de la surface en m2 :

𝑆 = (0,2 × 0,1 × 2) + (1,10 × 0,20 × 2) + (1,80 × 0,2)

𝑆 = 0,84𝑚2

Volume par ml :

𝑉 =𝑆×1

𝑉 = 0,84𝑚3

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xii


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Calcul du prix de béton armé pour un ml de collecteur de 1,40 x 1,10

1 m3 de béton armé donne 150000CFA

0,84m3 vont donner 126000FCFA

Calcul du prix de déblai d’un ml de collecteur

Calcul du volume de déblai pour 1ml de collecteur

Calcul de la surface en m2

𝑆 = (1,10 + 2 × 0,2 + 0,05) × (1,40 + 2 × 0,20)

𝑆 = 2,79𝑚2

Le volume V

𝑉 = 𝑆 × 1 = 2,79 × 1 = 2,79𝑚3

Le prix d’un m3 de déblai est de 3000F donc les 2,79 m3 vont coûter 8 370 FCFA

Calcul du prix de béton de propreté pour un ml de collecteur

Calcul de la surface en m2

𝑆 = (1,40 + 2 × 0,20) × 0,05

𝑆 = 0,09𝑚2

Le volume V : = 0,09 × 1

𝑉 = 0,09 𝑚3

Le prix d’un ml de béton de propreté sera de 0,09 x 50 000 =4 500FCFA

En conclusion le prix d’un ml de caniveau de 1,40 x 1,10 m2 sera :

𝑺𝟏 = 𝟏𝟐𝟔 𝟎𝟎𝟎 + 𝟖 𝟑𝟕𝟎 + 𝟒 𝟓𝟎𝟎 = 𝟏𝟑𝟖 𝟖𝟕𝟎𝑭𝑪𝑭𝑨

Partie 2 : Evaluation du coût des collecteurs de section 2,00 x 1,50 m2

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xiii


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

0,10 0,10

0,20 0,20

1,50

1,9

0,20

2,00

2,40

Profil en travers du canal de section 2,00 x 1,50


Calcul du volume par ml de béton armé

𝑉 =𝑆×1

𝑉 = ⦋(0,2 × 0,1 × 2) + (1,50 × 0,20 × 2) + (2,40 × 0,2)⦌ × 1

𝑉 = 𝟏, 𝟏𝟐𝒎3
Calcul du prix d’un ml de collecteur de section 2,00 x 1,50
1 m3 de béton armé coût 150000F
1,12 m3 donnent 168 000F
Déterminons le prix d’un ml de déblai sera :
Le volume de déblai pour 1 m3 de collecteur sera :

𝑉 = ⦋(1,50 + 2 × 0,2 + 0,05) × (2,00 + 2 × 0,2)⦌ × 1

V = 4,68 m3

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xiv


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Le prix d’un m3 de déblai sera : 4,68 x 3 000 = 14 040FCFA


Déterminons le prix d’un m3 de béton de propreté :
Le volume de béton de propreté sera :

𝑉 = (2,00 + 2 × 0,2) × 0,05 × 1

𝑽 = 𝟎, 𝟏𝟐𝒎3
Le prix d’un m3 de béton de propreté sera de 0,12 x 50000 =6 000FCFA
En conclusion le prix d’un ml de collecteur de 2,00 x 1,50 sera :
𝑺𝟐 = 𝟏𝟔𝟖 𝟎𝟎𝟎 + 𝟏𝟒 𝟎𝟒𝟎 + 𝟔 𝟎𝟎𝟎 = 𝟏𝟖𝟖 𝟎𝟒𝟎𝑭𝑪𝑭𝑨
Partie 3 : Evaluation du coût des dalots et des dallettes
Les dalots :
Calcul du prix d’un ml de dalot de section 1,4 x 1,10

0,4

0,2

1,10

0,2

0,20 1,40 0,20

Coupe transversale d’un dalot de section 1,4 x 1,10


Calcul du prix d’un m3 de béton armé

Surface 𝑆 = 2(0,2 × 1,80) + 2(0,2 × 1,10) = 1,16𝑚2

Volume 𝑉 = 𝑆 × 1 = 1,16𝑚3

Le prix d’un m3 de béton armé est de 150 000FCFA, les 1,16m3 donnent 174 000FCFA

Calcul du prix d’un m3 de déblai

Surface 𝑆 = 1,80 × 1,50 = 2,70𝑚2

Volume 𝑉 = 2,70 × 1 = 2,70𝑚3

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xv


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

Le prix d’un m3de déblai est de 3000F, les 2,70m3 donnent 8 100F
Calcul du prix d’un m3 de béton de propreté
Surface 𝑆 = 1,80 × 0,05 = 0,09𝑚2
Volume 𝑉 = 0,09 × 1 = 0,09𝑚3
Le prix d’un m3 de béton de propreté étant de 50000FCFA, les 0,09m3 donnent 4 500FCFA
Le prix d’un ml de dalot de 1,40 x 1,10 : 4 500 + 8 100 + 174 000 = 186 600FCFA
Calcul du prix d’un ml de dalot de 2,00 x 1,50 m2
Calcul du prix d’un m3 de béton armé
Surface 𝑆 = 2(0,2 × 2,40) + 2(0,2 × 1,50) = 1,56𝑚2
Volume 𝑉 = 𝑆 × 1 = 1,56𝑚3
Le prix d’un m3 de béton armé est de 150000FCFA, les 1,56m3 donnent 234 000FCFA
Calcul du prix d’un m3 de déblai
Surface 𝑆 = 2,40 × 1,90 = 4,56𝑚2
Volume 𝑉 = 4,56 × 1 = 4,56𝑚3
Le prix d’un m3 de déblai est de 3000F, les 4,56m3 donnent 13 680F
Calcul du prix d’un m3 de béton de propreté
Surface 𝑆 = 2,40 × 0,05 = 0,12𝑚2
Volume 𝑉 = 0,12 × 1 = 0,12𝑚3
Le prix d’un m3 de béton de propreté étant de 50000FCFA, les 0,12m3 donnent 6 000FCFA
Le prix d’un ml de dalot de 2,00 x 1,50 :
6000 + 13 680 + 234 000 =253 680FCFA
Calcul du prix des guides – roue
Pour un dalot nous avons deux guides – roue.
Nous avons au total 10 dalots de section 2,00 x 1,50 m2 soit 20 guides – roue, et 25 dalots de
section 1,40 x 1,10 soit 50 guides – roue.
Le volume de guide – roue pour la section 1,40 x 1,10
𝑉 = 0,40 × 1,80 × 0,20 × 50 = 7,2 𝑚3
Le volume de guide – roue pour la section 2,00 x 1,50
𝑉 = 0,40 × 2,40 × 0,20 × 20 = 3,84 m3

V total = 7,2 + 3,84 = 11,04 m3


Le prix d’un m3 de béton armé est de 150 000FCFA, les 11,04 m3 donnent 1 656
000FCFA.
Les dallettes :

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xvi


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

0,5

1,40 + 0,20

Une dallette pour la section 1,40 x 1,10


Calcul du volume de la dallette de 1,40 x 1,10 m2
𝑉 = 0,5 × 0,2 × (1,40 + 0,2) = 0,16𝑚3
1 ml de dallette équivaut à 0,16 x 2 = 0,32 m3
Le prix d’un m3 de dallette est de 150 000FCFA
Le prix d’un ml de dallette : 0,32 x 150 000 = 48 000FCFA.
Calcul du volume de la dallette de 2,00 x 1,50 m2
𝑉 = 0,5 × 0,2 × (2,00 + 0,2) = 0,22𝑚3
1 ml de dallette équivaut à 0,262 x 2 = 0,44m3
Le prix d’un m3 de dallette est de 150000FCFA
Le prix d’un ml de dallette : 0,44 x 150 000 = 66 000FCFA.

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xvii


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

ANNEXE VIII : tableau récapitulatif de l’évaluation du coût du projet

N DES PRIX PRIX


DESIGNATION UNITE QUANTITE
PRIX UNITAIRE(FCFA) TOTAL(FCFA)

A INSTALLATIO SERVIVE
Installation de chantier ff 1 5 000 000 5 000 000
Installation des bureaux et équipement de la
ff 1 15 000 000 15 000 000
mission de contrôle
Amené et repli du matériel de chantier ff 1 5 000 000 5 000 000
Sous total A 25 000 000
B TRAVAUX PREPARATOIRES
Débroussaillage et nettoyage
ff 1 860 000 860 000
des emprises des ouvrages
Abattage d'arbre u 49 40 000 1 960 000
Implantation des collecteurs
ff 1 800 000 800 000
et dalots
Sous total B 3 620 000
CONSTRUCTION DES
C COLLECTEURS,
DALOTS ET DALLETTES
Collecteurs de section 1,40 x 1,10 m2(prix
ml 10 246 138 870 1 422 862 020
total)
Collecteurs de section 2,00 x 1,50 m2(prix
ml 3 477 188 040 653 815 080
total)
Dalots de section 1,40 x 1,10 m2 ml 510 186 600 95 166 000
Dalots de section 2,00 x 1,50 m2 ml 233 253 680 59 107 440
Béton armé pour guide roue m3 11,04 150 000 1 656 000
Dallettes pour la section 1,40 x 1,10 m2 ml 38 444 48 000 102 144 000
Dallettes pour la section 2,00 x 1,50 m2 (prix ml 692 66 000 46 464 000
Sous total C 2 388 229 740

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xviii


Etude technique détaillée de l’assainissement pluvial du site de Basséko

D Protection et recalibrage
Recalibrage m3 2 098,4 3 000 6 295 200
Maçonnerie de moellons m2 48 15 000 720.000
Sous total D 7 015 200
MESURES D'ATTENUATION,
E DE COMPENSATION ET ff 1 1.5OO.000 1 500 000
D'0PTIMISATION
Sous total E 1 500 000
MONTANT TOTAL HTVA 2 425 364 940
TVA (18%) 436 565 700
MONTANT TOTAL TTC 2 861 930 640

OUEDRAOGO Dieudonné Master II Eau et Assainissement/2iE 2013 - 2014 Page xix

Vous aimerez peut-être aussi