Vous êtes sur la page 1sur 3

Chapitre 3 Mesure de résistances  On coupe le court et on branche la résistance La résistance Rx à mesurer, un courant I parcourt

l’appareil.
1. Introduction

Dans la pratique industrielle, il est indispensable, pour assurer la maintenance et le dépannage des appareils et = = .∝
+ + +
équipements électriques et électroniques de contrôler la continuité d’un circuit ; de connaitre la valeur d’une
résistance, de vérifier le niveau d’isolement d’une installation. En faisant le rapport membre à membre, on obtient :

∝ + + + + ∝ .
Pour permettre le choix des methodes de mesure, on peut claser arbitrairement les résistances comme suit : = ∙ = 1+ =
∝ + + + +

Très faible faible Moyenne Grande Tés grande D’où :


(∝ − )
=
∝ ∙

10-3 10-2 10-1 1 10 102 103 104 105 106 107 108 109 La fonction Rx = f() a pour représentation une hyperbole dont le zéro de la graduation correspond à une
résistance infinie et la déviation maximale correspond à une résistance nulle.

2. Méthode de mesure directe Remarque :


Un ohmmètre à déviation permet d’obtenir très rapidement une valeur approchée des résistances. Mais la
C’est la méthode la plus simple et la plus utilisée dans la mesure de résistances. Cette méthode utilise, comme
précision est généralement médiocre (10%).
un appareil de mesure principal : l’ohmmètre (appareil à lecture directe graduée en Ω et qui donne
directement la valeur de la résistance par une déviation.) 3. METHODES DE MESURE INDIRECTE.
3.1. Méthode Voltampérmétrique
2.1. Principe
I G Cette méthode consiste à déterminer la valeur d’une résistance en appliquant la loi d’ohm. En effet, on
Avec : mesure la tension U à ses bornes et le courant I qui la parcourt. La valeur de la résistance sera déduite par
la relation suivante :
E : fem d’une pile intérieure de résistance Ri,
R Rx =
alimente le circuit.
Rs
R : résistance ajustable pour le réglage de zéro. Pour la mesure de ces deux grandeurs, on doit utiliser un voltmètre et un ampèremètre et selon leur position
G : galvanomètre muni d’un shunt Rs. E, Ri on distingue deux montages :
K : constante en A/division.
3.1.1. Montage amont
: déviation maximale. Figure 1 : Schéma de principe de la mesure directe
rA I
A
D’après la loi des mailles :
=
+ + + Rx
E V U
Et on a I=K.

Donc :
Figure 2 : Montage voltampèrmétrique amont
. ∝=
+ + + En appliquant la loi de maille, on a : la résistance mesurée :
2.2. Méthode de mesure = ù = +
 On court-circuite les bornes de l’ohmmètre, un courant de court-circuit ICC parcourt l’appareil.
Avec rA : la résistance interne de l’ampèremètre ; d’où :

= = .∝ = − = −
+ +
 L’incertitude absolue de méthode est :
∆ | é =| − |=

1/6 2/6
 L’incertitude relative sera : 3.1.3. Choix entre le montage amont et le montage aval
∆ Si on représente la fonction

= ( ) pour les deux montages, on obtient les courbes suivantes :
=
é

 Interprétation :
L’incertitude relative de la méthode amont est d’autant plus faible si la résistance à mesurer est plus
grande devant la résistance interne de l’ampèremètre (Rx >>rA).

Ainsi, et comme la résistance interne de l’ampèremètre est de faible valeur, ce montage s’adapte pour la
mesure des résistances de grande valeur.

3.1.2. Montage aval

I
A
IV I Rx

E RV U Rx ∆
V Figure 4 : Courbes = ( )

D’après les courbes on peut tirer les affirmations suivantes :


Figure 3 : Montage voltampèremètrique aval
 Si R < r R → on adopte le montage aval;
On a :  Si R > r R → on adopte le montage amont.
= ù = + ;
D’où : 3.2. Méthode du pont de Wheatstone
1 1 1 3.2.1. Schéma de principe
= + = +
Un pont de Wheatstone permet la mesure des faibles et moyennes résistances. Il est constitué de :
 Quatre résistances dont trois sont étalonnées et connues (R1, R2, R) et une inconnue Rx.
Avec RV est la résistance interne du voltmètre.
On obtient donc :  Un galvanomètre à zéro central très sensible.
∙  Une alimentation continue.
=
+

L’erreur absolue sur cette mesure est : R=Valeur mesurée – Valeur exacte.

 L’incertitude absolue sur méthode de cette mesure est :

∙ ∙ − − ∙
∆ | é =| − |= − = =
+ + +

 L’incertitude relative sera :


= =
é + + Figure 5 : Pont de Wheatstone

3.2.2. Condition d’équilibre


 Interprétation :
Le pont est équilibré lorsqu’aucun courant ne passe dans le galvanomètre G suite à un réglage des
L’incertitude relative de la méthode aval est d’autant plus faible si la résistance à mesurer est plus petite
résistances étalonnées R1, R2, R.
devant la résistance interne de voltmètre (Rx <<RV).
Si IG =0, alors :
Ainsi, et comme la résistance interne de voltmètre est de grande valeur, ce montage s’adapte pour la  UCD =0
mesure des résistances de faible valeur.  I1 traverse R1 et Rx et I2 traverse R2 et R.
3/6 4/6
En appliquant le diviseur de tension, on obtient : D’où :

= = = = −1 ∙
+ + ′

On a : Soient :
 N1 : l’indication du voltmètre pour la tension U
= + = − +
+ +  N2 : l’indication du voltmètre pour la tension U’
Or, à l’équilibre :
Donc la valeur de la résistance sera donnée par l’expression suivante :
=0 →= =
+ +
=( − )∙
D’où :

= Où

= =
 Le rapport est appelé rapport de proportion ′
 Les résistances R1 et R2 seront constitués par des boites de type 10 n de façon que ce rapport 3.3.2. Calcul d’incertitude
appartient à l’ensemble suivant {0.001, 0..1, 0.1, 1, 10, 100, 1000}.
On = ( − 1) ∙ , d’où :
3.3. Méthode du voltmètre série
3.3.1. Schéma de principe  L’incertitude absolue :

Cette méthode est utilisée spécialement pour la mesure de résistances de grande valeur. Son montage est ∆ = ∙∆ + ∙∆
constitué d’un voltmètre de résistance interne Rv et d’un générateur de tension continue.

Pour déterminer la valeur de la résistance, on procède comme suit : D’où :


 On mesure par le voltmètre la tension U aux bornes du générateur, ∆ =( − )∙∆ + ∙∆
 Puis on réalise le montage de la figure 6,
 Enfin, sans changer le voltmètre et en conservant le même calibre, on mesure la tension U’ aux bornes  L’incertitude relative sera :
du voltmètre.
∆ ∆ ∆
= + ∙
( − )

∆ ∆ ∆
= +

Comme les erreurs de lecture commises sur les deux mesures sont les mêmes, on a :

∆ ∆ ∆
= + =

∆ ∆ ∆ ∆
= + ∙ = ( + 1)
Figure 6 : Montage du voltmètre série
D’où :
En appliquant la loi de la maille, on obtient :
∆ ∆ ( + ) ∆
− = + ∙
− − =0 ⇒ = ( − )

Or,

= ⇒ =

5/6 6/6

Vous aimerez peut-être aussi