Vous êtes sur la page 1sur 5

TP : Limites d’atterberg

Réalise par :
 MEGHACHOU Nasreddine
 YOUSFI Mohamed Amine

Spécialité et groupe :
Génie civil / A3

Année 2019/2020
I. Mode operatoire :
Pratiquement nous avions suivi le même processus pré expliqué.
C’est ainsi que nous aurions à chercher la limite de liquidité pour
notre échantillon. Nous étendons sur une coupelle du mortier un
échantillon de sol ayant passé à travers d’un tamis de 0,42 mm,
dans laquelle nous avions imprimé une rainure au moyen de
l’outil en V.

Plaçons cette coupelle sur l’appareil de casagrande en lui


imprimant une série de chocs (coups) réguliers à raison de deux
chocs par seconde. Comptons le nombre de coups N pour que
les lèvres inférieures de l’entaille se touchent sur 1 cm de long.
Nous avions repris l’opération trois fois de suite avec des teneurs
en eau différentes.
A l’aide de la spatule prélevons quelques grammes du mortier à
l’endroit où les lèvres se sont refermées de 1 cm. Plaçons ce
mortier dans une tare afin de le peser sur une bascule
électronique. Cette opération ayant été repris trois fois de suite
alors ces pesés vont nous donner les poids total secs.
Connaissant le poids de la tare nous pouvons calculer :
- poids de l’eau (Pe) : Pe = (poids total humide)-(poids total sec,
Pg)
Pg = (poids total sec)-(poids de la tare)
- teneur en eau (W) :
- W = (poids de l’eau)/(poids sec).
Les résultats obtenus sont illustrés dans le tableau suivant :

Figure 1 coupelle
+
Outille casagrande
N° tare Poids de la Tare + Tare + Nombre de
tare (g) echant (g) echant coups
après 24h
(g)
13 9.2 23.6 17.8 36
5 9.5 24.7 18.6
31 9.5 24.7 18.7 26
4 9.3 24.7 18.7
D 9.4 22.3 17.2 22
9 9.7 28.3 20.8
w−wd
Teneur en eau : W% = wd
∗100

 Essai 1 :
14.4−8.9
W(%)13 = ∗100=67.44 %
8.6

15.2−9.1
W(%)5 = ∗100=67.03 %
9.1

 Essai 2 :
15.2−9.2
W(%)31 = ∗100=65.21 %
9.2

15.2−9. 2
W(%)4 = ∗100=6 5.21 %
9.2

 Essai 3 :
12.9−7.8
W(%)D = ∗100=65.31 %
7.8

18.6−11.1
W(%)9 = ∗100=67.56 %
11.1

Remarque : Les valeurs calculées des teneurs en eau sont très


proches les uns des autres de 65% à 67% pour pour le nombre
des coups de coupelle allant de 22 à 36. Cela nous semble
illogique. Néamoins, nous considérons le calcul de la limite de
liquidité avec la formule empirique ci-dessous.
Limite de liquidité :

 Essai 1 :
36
WL= 67.44 ¿ ( 25 )=70.48 %
70.48+70.05
WL moy = 2 = 70.62%
36
WL= 67.03 ¿ ( 25 )=70.05 %

 Essai 2 :
26
WL= 65.21 ¿ ( 25 )=65.52 %

 Essai 3 :
22
WL= 65.38 ¿ ( 25 )=64.37 %
64.37+66.55
WL moy = 2 = 65.46%
22
WL= 67.56 ¿ ( 25 )=66.55 %

La moyenne des valeurs de la limite de liquidité est


WL= 67.08 %
Tare Poid de tare Tare+sol Tare+sol sec
(g) humide (g) (g)
B 20.6 32 22.4
F 8.8 10.6 10.1

w−wd
Teneur en eau : W% = wd
∗100

Remarque : suite à l’erreur dans la valeur de la tare(B) nous


nous nous limiterons au calcul de la limite de plasticité
seulement à l’essai de la tare (F)

11.4−1.8
W(%)B = 1.8
∗100=¿ 533% (point aberrant)
1.8−1.3
W(%)F = ∗100=38.46 %
1.3

Wp= 38.46%

Indice de plasticité :
Ip = WL-Wp = 67.08 – 38.4 = 28.6 %
Indice de consistance :
WL−W 67.08−66.3
Ic = Ip
=
28.67
=0.03

Conclusion :
Selon le diagramme de Casagrande, nous avons WL = 67.08% >
50 % et Ip = 28.6% . Notre sol est situé au dessous de la ligne A
du diagramme. Notre sol est : un limons très plastique (Lt).