Vous êtes sur la page 1sur 59

2016-2017

Master 1 Sciences Humaines et Sociales


Mention Psychologie

Utilisation d’objets réels et


imitation de gestes sans
signification suite à un
Accident Vasculaire Cérébral
(AVC) droit ou gauche

LABEL Emilie

Sous la direction de M. JARRY Christophe

Laboratoire de Psychologie des Pays de la Loire (LPPL) EA 4638


UNAM (Universités Nantes Angers Le Mans)

Soutenu publiquement en :
Juin 2017
L’auteur du présent document vous
autorise à le partager, reproduire,
distribuer et communiquer selon
les conditions suivantes :

 Vous devez le citer en l’attribuant de la manière indiquée par l’auteur (mais pas d’une manière
qui suggérerait qu’il approuve votre utilisation de l’œuvre).

 Vous n’avez pas le droit d’utiliser ce document à des fins commerciales.

 Vous n’avez pas le droit de le modifier, de le transformer ou de l’adapter.

Consulter la licence creative commons complète en français :


http://creativecommons.org/licences/by-nc-nd/2.0/fr/
REMERCIEMENTS
Je souhaite remercier, toutes les personnes qui ont contribué à la réalisation de ce travail.

Tout d’abord, je remercie M. Christophe Jarry, mon directeur de mémoire, qui a accepté de
m’encadrer pour ce travail de recherche. Merci pour le temps consacré à me conseiller et me
guider ainsi qu’à me pousser à être plus exigeante envers ce travail.

Mes remerciements vont également à Mme Christine Rouxel, ma maître de stage, pour sa
disponibilité, ses conseils avisés et sa participation active pour le recrutement des patients.

Je souhaite remercier l’équipe du CRF pour m’avoir fait confiance et permis de rencontrer
les patients.

Pour leur coopération, leur participation et leur temps, je remercie tous les participants de
cette étude, sans qui ce travail n’aurait pas été possible.

Je souhaite aussi remercier mes proches pour leur soutien et leur confiance. Merci à Maxime
pour son aide précieuse et ses nombreux conseils. Marie, Floriane et Axelle, merci à vous
pour le temps consacré à relire ce travail ainsi que pour votre soutien tout au long de ce
travail.

Enfin, je remercie ma famille et leur suis profondément reconnaissante pour leur présence et
leur réconfort.
INTRODUCTION.............................................................................. 1

PARTIE THEORIQUE ................................................................... 2

Définition de l’apraxie ..........................................................................2


Histoire de l’apraxie ....................................................................................................2
1.1.1. Apports de Liepmann (1900 ; 1905 ; 1908 ; 1920) .................................................................2
1.1.2. Heilman et al. (1982) ........................................................................................................................3

Autonomie apraxie idéatoire / apraxie idéomotrice ..........................................4

Abandon de la terminaison apraxie idéatoire / apraxie idéomotrice ...........5


1.3.1. Stamenova et al. (2010, 2012) .......................................................................................................5
1.3.2. Modèles de Rothi, Ochipa et Heilman (1997) et Peigneux & Van der Linden (2000) .6
1.3.3. Buxbaum ..............................................................................................................................................7

Les propositions actuelles....................................................................9


Utilisation d’objets réels ............................................................................................9
2.1.1. Hypothèse de la mémoire sémantique .........................................................................................9
2.1.2. Hypothèse du raisonnement technique ........................................................................................9
2.1.3. Localisation cérébrale ....................................................................................................................10

Imitation de posture sans signification ............................................................... 10


2.2.1. Hypothèse du schéma corporel ....................................................................................................10
2.2.2. Hypothèse de l’asymétrie hémisphérique.................................................................................11

Hypothèse d’exigences communes entre utilisation et imitation............... 13

Problématique et hypothèses ...........................................................14


Problématique ............................................................................................................. 14

Plan expérimental ...................................................................................................... 15


3.2.1. Hypothèse générale .........................................................................................................................15
3.2.2. Variables ............................................................................................................................................16
a) Variables indépendantes ........................................................................................................16
b) Variables dépendantes ...........................................................................................................16
3.2.3. Hypothèses opérationnelles ..........................................................................................................16
APPROCHE METHODOLOGIQUE ...................................... 17

Protocole ..................................................................................................17
Population .................................................................................................................... 17
Protocole expérimental ............................................................................................ 18
1.2.1. Procédure ...........................................................................................................................................18
1.2.2. Matériel ..............................................................................................................................................18
a) Schéma Corporel (SC) ...........................................................................................................19
b) Imitation de Gestes Non Significatifs (IGNS) ................................................................19
c) Utilisation d’Objets en Dispositif (UOD) ........................................................................20
d) Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels (RPMS) ......................................21

Résultats ...................................................................................................22
Corrélations entre les épreuves ............................................................................. 22

Comparaison entre les patients vasculaires gauches et les sujets


contrôles ...................................................................................................................................... 25
Analyse de Profil ....................................................................................................... 26

DISCUSSION .................................................................................... 29

CONCLUSION ...................................................................................... 32

BIBLIOGRAPHIE .......................................................................... 33

ANNEXES .............................................................................................. 38
Introduction

Les capacités d’utilisation d’objets réels mais aussi les capacités langagières sont
sollicitées en permanence au quotidien. Cependant, ces capacités peuvent être affectées en cas
de lésions cérébrales telles que celles causées par un accident vasculaire cérébral (AVC). Le
terme AVC regroupe des pathologies hétérogènes divisées en deux types : ischémique ou
hémorragique. Le premier est causé par un arrêt ou une diminution de l’apport sanguin artériel
alors que le deuxième est secondaire à la rupture d’un vaisseau sanguin (Gosseaume et al. 2016).
Récemment, l’étude de Jarry et al. (2013) confirme la fréquence des troubles d’utilisation
d’objets réels suite à un AVC hémisphérique gauche. Effectivement, 10 des 15 sujets observés
présentaient ce type de trouble. Des troubles d’imitation peuvent aussi être observés suite à un
AVC. Par exemple, Zwinkels, Geusgens, van de Sande et van Heugten (2004) examinent
majoritairement les capacités d’imitation de gestes significatifs et de pantomime (imitation
d’une action) auprès de patients ayant eu un AVC et les résultats révèlent la présence de troubles
chez 51,3% des patients ayant eu une lésion hémisphérique gauche et chez 6% des patients
ayant eu une lésion hémisphérique droite. Toutes ces formes de difficultés sont regroupées sous
le terme apraxie.

Dans le cadre de l’apraxie sont présents aussi des troubles d’imitation de gestes non
significatifs (Goldenberg, 1995). Dans la littérature, l’importance accordée aux troubles
d’imitation est plus forte que celle accordée aux troubles d’utilisation. Effectivement, la
capacité d’utiliser des objets est peu explorée en neuropsychologie (Johnson-Frey, 2003).

L’objectif premier de ce travail est d’observer les répercussions que peut avoir un AVC
sur les capacités à utiliser des objets et à imiter des gestes. Pour cela, dans une première partie
théorique, nous allons faire un retour sur la littérature afin d’observer comment les chercheurs
ont tenté d’expliquer les troubles praxiques. Dans un second temps, nous exposerons notre
méthodologie. Puis, nous analyserons et discuterons des résultats.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 1
Partie Théorique
Définition de l’apraxie
Histoire de l’apraxie
Le mot apraxie est formé à partir du a- privatif et de praxie, venant du grec praxis (la
pratique, l’action).

L’apraxie est considérée comme un des grands syndromes neuropsychologiques


classiques, au même titre que les agnosies, les aphasies et les amnésies. Elle est souvent définie
comme étant « un trouble de l’exécution des mouvements appris ne pouvant s’expliquer par
une faiblesse musculaire, un défaut de coordination, une atteinte sensorielle, un déficit
attentionnel ou de compréhension » (Geschwind, 1975) ou encore comme « un trouble acquis
de l’exécution intentionnelle d’un comportement moteur finalisé consécutif à une lésion
cérébrale focale » (Signoret & North, 1979).

Steinthal (1871) est l’un des premiers à évoquer les troubles d’utilisation d’objets réels.
Il étudie un patient aphasique présentant des troubles de manipulation dans la vie quotidienne.
Selon lui, l’apraxie est caractérisée par des troubles de manipulation, consécutifs à une
mauvaise reconnaissance des objets. Pour d’autres, tel que Jackson (1878), il s’agirait d’une
dissociation automatico-volontaire. De ce fait, l’apraxie serait présente chez des patients
aphasiques qui ne seraient plus en mesure d’effectuer sur commande des actes, tout en
demeurant capable de les produire de manière automatique.

Cela correspond aux prémices de la définition et des recherches sur l’apraxie. A ce


moment-là, ce trouble n’est pas réellement perçu comme un syndrome spécifique, mais comme
appartenant à l’asymbolie, l’aphasie ou encore l’agnosie. Par la suite, des auteurs tels que
Liepmann (1900, 1905, 1908), Rothi et al. (1991, 1997) ou encore Buxbaum (2001), dont nous
allons expliciter les théories, vont tenter de modéliser ce trouble afin d’en améliorer sa
compréhension.

1.1.1. Apports de Liepmann (1900 ; 1905 ; 1908 ; 1920)

Bien qu’il ne soit pas le premier à parler de l’apraxie, c’est à Liepmann que l’on doit les
premiers arguments sur l’autonomie de ce trouble. Grâce à l’étude de cas du conseiller impérial
M.T, il différencie l’apraxie de l’asymbolie et de l’aphasie (Liepmann, 1900). Il précise la
définition de l’apraxie grâce à une étude de groupe. Deux conclusions ressortent de celle-ci : la

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 2
première est la dominance de l’hémisphère gauche dans les fonctions praxiques, la seconde est
la distinction des aires cérébrales entre le langage et les gestes (Liepmann, 1905).

Puis, à partir de ses observations ainsi que celles de Pick (1905) et Kleist (1907) (cités
dans Osiurak, 2016), Liepmann distingue trois formes cliniques auxquelles sont associées des
régions lésionnelles spécifiques (Liepmann 1908 ; 1920).

L’apraxie idéatoire est présente lors de lésions diffuses et en cas de démence. Toutefois,
il a envisagé une partie localisable des lésions entrainant une apraxie idéatoire, se situant au
niveau le plus postérieur, à la jonction pariéto-occipitale. Cette forme d’apraxie est caractérisée
par un défaut de la formule de mouvement. De ce fait, les erreurs résultent d’une mauvaise
intégration des éléments de l’action en fonction d’un but supérieur. Le trouble se manifeste dans
le domaine de l’action mais résulte d’un déficit cognitif général non spécifique à l’action. La
fonction d’un objet est définie par rapport à sa relation avec d’autres objets, l’utilisation d’objets
isolés est incluse dans cette définition.

Dans l’apraxie idéo-kinétique (idéomotrice), la lésion se situe au niveau du lobule


pariétal inférieur et au niveau de la circonvolution supramarginale. La connexion entre la
formule du mouvement (étapes permettant le mouvement) et les engrammes kinétiques
(connaissances permettant la dextérité) ne se fait plus, entrainant un trouble d’imitation.

L’apraxie mélokinétique, se situe au niveau le plus antérieur, plus précisément au niveau


de la région sensori-motrice. Elle se caractérise par la perte des souvenirs kinétiques
(représentations des mouvements), amenant à une maladresse générale. Contrairement aux
autres formes d’apraxie, elle peut concerner autant des mouvements dirigés par un plan
conscient que l’utilisation routinière des objets.

Cette première conception sera le début de nombreuses modélisations essayant chacune


en accord ou désaccord avec celle-ci de définir l’apraxie.

1.1.2. Heilman et al. (1982)

Heilman et al. (1982) ont pour hypothèse que certains patients seront capables de
reconnaitre mais pas de reproduire des pantomimes d’utilisation. Les auteurs étudient 20
patients répartis en 4 groupes : 2 groupes de patients apraxiques et 2 groupes de patients sans
apraxie avec des lésions antérieures et postérieures. L’évaluation est basée sur une exécution
sous commande verbale de 15 gestes. Il ressort des résultats, deux formes d’apraxies dites
idéomotrices en fonction de la zone lésée. Des lésions au niveau du gyrus supramarginalis ou
Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 3
du gyrus angulaire entraineraient des déficits de discrimination et de production de gestes sur
commande verbale ainsi que pour l’imitation (cf. Annexe I). L’autre forme d’apraxie idéomotrice
serait causée par des lésions plus antérieures, engendrant uniquement un déficit au niveau de la
production de gestes et de l’imitation. Ces résultats permettent d’appuyer l’hypothèse de
formule de mouvement présenté par Liepmann et est renommée sous les termes d’engrammes
moteurs visuo-kinesthésiques.

Quelques distinctions sont présentes entre ce modèle et celui de Liepmann (1908, 1920).
La redéfinition du terme formule de mouvement est faite pour mettre en avant que l’utilisation
de façon répétée des outils familiers doit entrainer une conservation en mémoire des
mouvements associés aux outils. De ce fait, dans cette modélisation le mouvement est pensé en
terme de connaissance sur le geste contrairement à Liepmann qui était sur l’idée du mouvement.
Puis, la localisation cérébrale n’est pas tout à fait la même et devient plus précise avec Heilman
et al. (1982).

Ces premiers modèles permettent d’asseoir les bases théoriques sur l’apraxie. Plusieurs
formes d’apraxies sont mises en avant. Liepmann (1908 ; 1920) distingue trois formes
d’apraxies avec notamment l’apraxie idéatoire d’un côté qui concernerait l’utilisation d’objets
réels et de l’autre côté l’apraxie dite idéomotrice qui, quant à elle, toucherait l’imitation. A
l’inverse, Heilman et al. (1982) se concentrent uniquement sur les troubles dits idéomoteurs. Il
semble important de soulever l’absence d’explication des troubles liés à l’utilisation d’objets
réels chez ces derniers.

Autonomie apraxie idéatoire / apraxie idéomotrice


Des auteurs tels que De Renzi et al. (1968) ont cherché à évaluer l’éventuelle distinction
entre l’apraxie idéatoire et l’apraxie idéomotrice. Deux épreuves sont choisies : utilisation
d’objets isolés et imitation de gestes intransitifs (symbolique). Les résultats mettent en avant
une présence plus importante de l’apraxie idéatoire que celle envisagée par les auteurs et relatée
dans la littérature. De nombreuses dissociations sont présentes, notamment entre la présence
d’apraxie idéatoire en situation expérimentale et son inexistence dans les activités de vie
quotidienne. Par exemple, un homme ne réussissant pas à effectuer des gestes pour montrer
comment se brosser les dents en condition d’examen mais y arrivant parfaitement dans sa salle
de bain. De plus, l’indépendance de l’apraxie idéatoire est mise en avant par le biais de
nombreuses dissociations, ne permettant pas de réduire une forme à l’autre. La présence de 11
patients présentant une apraxie idéatoire sans apraxie idéomotrice rejette l’hypothèse que
Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 4
l’incapacité d’utiliser des objets relève d’une apraxie idéomotrice grave. L’hémisphère gauche
serait dominant dans le cadre d’une apraxie idéatoire.

Goldenberg (2009) montre que l’apraxie peut être causée majoritairement par des
lésions hémisphériques gauches, mais dans certains autres cas, elle peut aussi venir de lésions
hémisphériques droites. Il met en évidence que le rôle du lobe pariétal dans les pantomimes
d’utilisation n’est pas prédominant. En revanche, l’imitation de gestes sans signification et
l’utilisation d’objets réels dépendraient du lobe pariétal. L’appréhension d’un objet ne
proviendrait pas de représentations motrices mais d’informations spatiales environnantes que
le lobe pariétal utiliserait pour la programmation motrice.

Abandon de la terminaison apraxie idéatoire / apraxie idéomotrice


1.3.1. Stamenova et al. (2010, 2012)

Cette approche fait partie des modèles dits cognitivistes. Ce modèle tend à contredire la
dominance de l’hémisphère gauche pour le contrôle de la motricité volontaire en soulignant le
rôle de l’hémisphère droit dans celle-ci.

Le modèle de Roy (1996) a pour but de décrire les étapes nécessaires à la réalisation
d’un acte volontaire. Ce modèle de traitement de l’information comporte trois systèmes :
sensori-perceptif, conceptuel et de production. Les troubles praxiques apparaissent suite à
l’atteinte d’un ou plusieurs systèmes. En fonction des niveaux atteints, huit profils de
performances sont possibles. Dans cette approche, la question majeure est celle de la
dichotomie conception-production.

Stamenova et al. (2012), afin de vérifier la modélisation de Roy (1996), font une étude
auprès de 73 patients (34 lésions hémisphériques gauches (LHG) et 39 lésions hémisphériques
droites (LHD)) victimes d’un AVC. Globalement les patients LHG ont moins bien réussis les
épreuves que les patients LHD. Sept des huit profils sont retrouvés ainsi que quatre nouveaux
patterns. Le modèle conception-production est validé du fait que 86% des patients échouent
dans un des patterns de Roy (1996). Toutefois, il semble nécessaire pour les auteurs de modifier
le modèle au regard de certains résultats ne correspondant pas au modèle de Roy (1996). De ce
fait, le nouveau modèle (cf. Annexe II) comporte un ajout de modules. Le changement majeur
implique le système conceptuel. Le précédent modèle ne contenait pas de pattern expliquant un
défaut de reconnaissance des gestes avec une conservation des capacités de production des

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 5
gestes. Ainsi, il semble nécessaire à Stamenova et al. (2012) d’inclure entre le système sensori-
perceptif et le système conceptuel un système d’action input composé de trois sous-systèmes.

Un des intérêts de ce modèle est la présence de patients LHD, permettant ainsi de


montrer l’importance de l’hémisphère droit dans le contrôle de la motricité volontaire. De plus,
il permet de proposer des profils de performance. Une de ses limites est que celui-ci soit basé
uniquement sur des gestes qualifiés de transitifs (véhiculant une signification). Cependant,
l’apraxie englobe aussi des gestes intransitifs comme les auteurs avaient pu le constater auprès
d’un échantillon plus réduit (Stamenova et al., 2010). Dans cette modélisation, l’utilisation
d’objets réels n’est pas présente ainsi que l’utilisation de gestes non significatifs.

1.3.2. Modèles de Rothi, Ochipa et Heilman (1997) et Peigneux & Van der Linden
(2000)

Ce modèle (cf. Annexe III) est construit à partir de dissociations ne pouvant être expliquées par
les modèles précédents et à partir de l’analogie entre les processus cognitifs relatifs aux praxies
et ceux relatifs au traitement de l’information langagière (cité par Le Gall & Aubin, 2004).
Selon eux, l’apraxie gestuelle est causée par l’altération d’un ou plusieurs modules ou par les
liens les unissant. Le fonctionnement gestuel repose sur l’activité de modules spécialisés dans
le traitement de l’information, répartis en cinq niveaux de traitement, formant la voie de
traitement « lexicale » qualifiée de voie « indirecte ». Une seconde voie est présente mais cette
fois-ci elle est « non-lexicale » et « directe ». Elle permet un passage direct du premier au
dernier module. Elle est présente pour expliquer les déficits présents uniquement pour les
postures sans signification et la réussite lors de l’imitation et de l’exécution sur commandes
verbales, de gestes chez des personnes ne pouvant ni les comprendre, ni les discriminer. Ce
modèle, contrairement à celui de Stamenova et al. (2012), permet d’expliquer les déficits de
postures sans signification. Toutefois, l’utilisation d’objets réels n’est pas considérée.

Peigneux et Van der Linden (2000) (cf. Annexe IV), actualisent le modèle de Rothi et al.
(1991, 1997) en tenant compte des travaux de Goldenberg (1995, 1996, 1997, 1999), postulant
l’existence d’une voie non directe dans l’imitation de posture sans signification. Effectivement,
selon Goldenberg, il y aurait une représentation intermédiaire du geste élaboré et elle se ferait
par le biais des connaissances du corps humain. Ainsi, les auteurs de ce modèle ont ajouté au
sein de la voie « directe » un module intermédiaire de traitement nommé « connaissance du
corps », en référence aux travaux de Goldenberg. Effectivement, celui-ci postule l’existence
d’une base de connaissances sur la topographie et sur les relations mutuelles des composantes

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 6
du corps humain. Enfin, toujours en accord avec les travaux de Goldenberg qui seront explicités
plus en détail ultérieurement, Peigneux et Van der Linden (2000) spécifient la possibilité
d’imiter des configurations digitales sur la base d’un processus d’analyse visuo-spatial. Ces
auteurs, rajoutent le schéma corporel. Effectivement, avec la création du module « connaissance
du corps », arrive l’intérêt d’observer les gestes par rapport aux connaissances du corps humain.

1.3.3. Buxbaum

Buxbaum, Giovannetti & Libon (2000) rapportent le cas d’un patient atteint d’une
apraxie progressive primaire (APA) ne pouvant pas être expliqué par le modèle à « deux voies »
de Rothi et al. (1991). Au travers de leur étude, les auteurs cherchent à réviser ce modèle en y
incorporant le rôle du codage spatial intrinsèque de la position des parties du corps. Le patient
est déficitaire pour effectuer des gestes sous commande ou imitation, néanmoins, lorsqu’il a
l’objet dans ses mains les gestes sont correctement réalisés. Il est déficitaire dans les gestes de
pantomimes, d’imitation de gestes significatifs et pour les tâches de reconnaissance. Cette
altération de représentation des gestes à la fois d’entrée et de sortie, montre donc une atteinte
de la voie lexicale. De plus, les déficits d’imitation de gestes non significatifs ainsi que ceux
concernant l’encodage des positions du corps mettent en avant une atteinte de la voie non-
lexicale. Ces multiples atteintes ne peuvent pas ressortir principalement d’un défaut d’accès ou
de sortie mais plutôt d’un déficit du codage dynamique de la position intrinsèque des parties de
leur corps ou de celles des autres. Les auteurs redéfinissent un modèle du système praxique
incorporant les représentations dynamiques nommées sous le terme « schéma corporel ».

Buxbaum (2001) (cf. Annexe V) à partir de ces réflexions concernant la définition des
troubles praxiques, notamment par rapport à celles concernant le schéma corporel, opère à une
révision des modèles de Roy et Square (1985) et Rothi et al. (1991, 1997). Elle divise le système
conceptuel en deux groupes : la fonction des objets et les connaissances sur leur manipulation.
Au sujet de l’apraxie idéatoire, pour Buxbaum ce n’est plus un syndrome spécifique mais cela
devient descriptif de certains symptômes. Son modèle est constitué de trois systèmes.

Le système dorsal, repose à la fois sur un système de codage intrinsèque (relations des
parties du corps les unes par rapport aux autres) et extrinsèque (relations à l’environnement).
Ces codages concernent l’espace personnel et ce qui est à sa portée. Ils seraient sous-tendus par
les régions dorsales prémotrices et pariétales gauches. Lors d’une lésion de ce premier système
l’apraxie est qualifée de dynamique. Effectivement, ce système est constitué des représentations
dynamiques du corps permettant l’adaptation des engrammes gestuels aux contraintes spatio-
Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 7
temporelles de l’environnement. Son atteinte entraine un déficit dans les pantomimes,
l’imitation de postures non significatives ou l’appariement de gestes.

Le système ventral est soutenu par les connaissances fonctionnelles sur les outils. Il
serait sous-tendu par les régions temporales. Cette fois-ci, le déficit de ce système se nommerait
apraxie ventrale. Cela entrainerait une atteinte des connaissances fonctionnelles, retrouvées
notamment lors de démence sémantique.

Le système central servirait à stocker les représentations gestuelles. Toutes ces


représentations seraient répertoriées lorsqu’elles ont déjà été expérimentées, et seraient sous la
forme d’engrammes gestuels spécifiques à chaque action avec un nombre spécifique de
mouvements les concernant. La localisation de celui-ci se situerait entre le système dorsal et
ventral. Un trouble dans ce système engendrerait une apraxie représentationnelle, impactant les
capacités de reconnaissance sur l’utilisation ou l’exécution de gestes significatifs, ainsi que sur
l’utilisation d’objets isolés.

Binkofski et Buxbaum (2013) mentionnent l’existence de deux voies séparées dans le


système dorsal. D’une part, il y aurait une voie « saisir », dorso-dorsale, la plus directe
(immédiate) pour le traitement visuel de l’action. Elle se différencierait de la voie ventro-
dorsale par ses composantes de saisies. Effectivement, elle permet de diriger les mouvements
pour atteindre et saisir les objets en fonction de leur forme, taille, orientation. Un déficit de cette
voie aboutit à une ataxie optique amenant ainsi à une mauvaise exploration des cibles visuelles.
D’autre part, il y aurait une voie « utiliser » ventro-dorsale qui semble sous-tendre les
informations sensori-motrices basées sur les représentations à long terme d’utilisation d’objets
familiers. Les lésions de cette voie entraineraient des déficits sur les aspects plus « cognitifs »
de représentation de l’action exigeant des connaissances sur l’utilisation d’objets incluant ainsi
les pantomimes d’actions et l’utilisation réelle d’objet.

Les modèles cognitivistes ont cherché à sortir de la conception de Liepmann notamment


en abandonnant les terminologies classiques : apraxie idéatoire, apraxie idéomotrice et apraxie
mélokinétique. Ils ont tenté d’apporter plus de précisions, notamment en expliquant étape par
étape, à travers différents modules de traitement, le fonctionnement nécessaire à l’action.
Malgré ce désir de précision, très peu de tâches d’utilisation d’objets réels sont présentes dans
la validation de ces modèles.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 8
Les propositions actuelles
Utilisation d’objets réels
Dans la littérature, trois hypothèses peuvent être sélectionnées pour définir et
comprendre l’origine des troubles d’utilisation d’objets réels : de la mémoire sémantique, des
fonctions exécutives et du raisonnement technique. L’hypothèse des fonctions exécutives ne
sera pas développée puisqu’elle n’est pas en rapport avec nos questionnements. Elle concerne
uniquement les actions complexes nécessitant l’organisation et le maintien d’un but.

2.1.1. Hypothèse de la mémoire sémantique

Selon Buxbaum (2001) les connaissances sur l’utilisation d’objets réels proviennent de
deux types de connaissances : la manipulation de l’objet (engrammes gestuels) et la fonction de
l’objet. Comme évoqué précédemment, les engrammes gestuels contiennent les caractéristiques
et les invariants des gestes afin de pouvoir distinguer un geste donné par rapport aux autres. Par
exemple, pour le mouvement du marteau, il y a une large oscillation du coude ainsi qu’une
posture de main serrée. Ce sont deux invariants nécessaires dans le geste de marteler.

D’autres auteurs expliquent les engrammes gestuels comme contenant les informations
sémantiques sur la fonction des objets familiers (Rothi et al., 1991 ; Roy et Square, 1985). De
ce fait, une altération de ces connaissances entrainerait une méconnaissance sur la fonction des
objets et aboutirait ainsi à une mauvaise utilisation.

2.1.2. Hypothèse du raisonnement technique

Goldenberg et Hagmann (1998) mettent en avant la notion d’Inférence de la Fonction


par la Structure (IFS), ce qui permet de déduire directement la fonction d’un objet à partir de sa
structure morphologique. Cette notion permet d’expliquer la capacité d’utilisation d’un objet
qu’il soit familier ou nouveau. De ce fait, il n’y aurait pas besoin d’avoir recours à des
informations stockées en mémoire pour utiliser des objets. Ainsi, l’IFS serait à la base de la
résolution de problèmes mécaniques. Elle permettrait de pouvoir utiliser des objets de manière
inhabituelle.

Dans le même ordre d’idée, Osiurak (2014) met en avant la nécessité d’un raisonnement
appelé parfois raisonnement technique permettant d’analyser les propriétés physiques des
objets et outils afin de pouvoir réaliser la tâche mécanique. Par exemple lorsqu’une personne
doit couper un aliment, de manière implicite émergent les propriétés physiques de cet aliment

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 9
et celle de l’outil permettant de pouvoir faire l’action souhaitée. Ainsi, selon des auteurs tels
que Osiurak, Jarry & Le Gall (2010) le raisonnement technique se base sur des principes
physiques. L’utilisation d’outils qu’elle soit familière ou nouvelle nécessiterait ces capacités.

Jarry et al. (2013) reviennent sur ces trois hypothèses afin de les distinguer auprès de
patients ayant des lésions gauches. Les résultats de cette étude montrent que les épreuves
impliquant des objets sont fortement associées aux lésions gauches. La résolution de problèmes
mécaniques ne dépend pas des fonctions exécutives. Les objets familiers et nouveaux sont
associés aux connaissances sur leur fonction et non sur leur manipulation. Ces résultats mettent
également en avant l’importance des connaissances conceptuelles, en suggérant qu’elles sont
supportées par le raisonnement technique. Osiurak et al. (2016) mettent aussi en exergue l’idée
que les capacités de raisonnement permettent l’utilisation d’outils. Cette compétence siégerait
au sein du cortex pariétal inférieur gauche et plus précisément au niveau de la portion antérieure
du gyrus supramarginal gauche.

2.1.3. Localisation cérébrale

Goldenberg et Spatt (2009) observent plus précisément l’origine cérébrale des troubles
d’utilisation d’outils. Selon la tâche à effectuer, la localisation cérébrale n’est pas la même.
Effectivement, lors d’une tâche d’appariement fonctionnel, la lésion serait plus temporale alors
que lors des tâches de résolution de problèmes mécaniques et plus précisément dans la sélection
et l’utilisation des outils communs, il s’agirait de lésions pariétales inférieures. Quant aux
lésions frontales, elles ne suffisent pas à elles seules pour avoir de fortes répercussions dans
l’utilisation d’objets réels, mais associées à des lésions pariétales, elles peuvent impacter les
capacités d’utilisation.

Goldenberg ne s’est pas uniquement intéressé aux troubles d’utilisation d’outils, au


contraire beaucoup de ces travaux portent sur l’imitation de postures sans signification.

Imitation de posture sans signification


Comme évoqué précédemment, Goldenberg s’intéresse à l’imitation de posture sans
signification en lien avec les connaissances du corps humain.

2.2.1. Hypothèse du schéma corporel

Goldenberg (1995) compare des patients présentant des lésions hémisphériques gauches
et droites avec une épreuve d’imitation de postures manuelles rapportées au visage et une

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 10
épreuve de reproduction de ces postures sur un mannequin. Les patients apraxiques ont des
difficultés pour les deux épreuves, mettant en avant un déficit allant au-delà de leur propre
schéma corporel. Effectivement, si le déficit était causé par une méconnaissance de leur schéma
corporel, en situation de tâche sur un mannequin, il ne devrait pas y avoir de trouble.
L’hypothèse émise serait que le mannequin et l’humain ne sont pas deux corps mais plutôt deux
objets mécaniques comportant plusieurs parties. De ce fait, le désordre de base concernerait
l’appréhension des relations entre les parties fonctionnelles importantes de ces objets. De plus,
il mentionne le manque de comparaison à d’autres tâches de difficultés similaires dans la
résolution de problèmes mécaniques.

Goldenberg et Hagmann (1997) examinent le même type de trouble chez deux patients
avec des lésions au niveau du gyrus angulaire. Les deux patients étaient incapables d’imiter des
configurations manuelles sans signification et la configuration digitale sans signification était
préservée chez seulement un des deux patients. Par contre, lors de l’imitation de configuration
digitale et manuelle de gestes significatifs, les capacités sont préservées. Goldenberg (1996)
tente d’expliquer cette dissociation, suggérant une différence entre l’imitation de configuration
digitale et manuelle sans signification. Dans le cas de l’imitation de configuration digitale sans
signification, notre main, ainsi que celle de l’observateur, est dans notre champ visuel. De ce
fait, un simple processus d’analyse visuo-spatiale est suffisant. Par contre, dans le cas d’une
imitation de configuration manuelle sans signification, il n’est pas possible de voir l’ensemble
des parties de son propre corps lors de l’exécution de la tâche, alors que tout le corps de
l’examinateur est présent dans son champ visuel. Dans ce cas, il serait nécessaire d’avoir une
connaissance sur le corps humain et de créer un codage de la configuration gestuelle afin de
permettre sa reproduction.

En accord avec les propositions de Goldenberg, Schwoebel, Buxbaum & Coslett (2004)
explorent trois formes de représentations du corps : schéma corporel, image corporelle ou corps
sémantique et description structurelle du corps. Il est mis en avant que le schéma corporel est
la seule forme impliquée dans les capacités d’imitation de posture sans signification. Les
conclusions de cette étude sont en accord avec le modèle à deux voies de Rothi et al. (1991).

2.2.2. Hypothèse de l’asymétrie hémisphérique

Goldenberg (1999) compare des patients avec des lésions hémisphériques gauches et
droites au niveau de l’imitation de posture sans signification et de l’appariement de posture.
Les résultats corroborent son hypothèse montrant ainsi des difficultés différentes selon la lésion.
Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 11
Effectivement, les patients lésés à gauche feraient plus d’erreurs sur des postures manuelles et
à l’inverse, les patients avec des lésions droites seraient plus en difficulté lors de postures
digitales. Les différences d’erreurs pourraient être expliquées selon lui par les connaissances
générales sur les structures du corps humain. L’analyse perceptive et la médiation conceptuelle
ne seraient pas les mêmes pour les doigts et les mains. De ce fait, l’hypothèse qui en découle
serait que les patients ayant des lésions hémisphériques gauches auraient des difficultés avec la
médiation conceptuelle, alors que, lors de lésions droites, les troubles se situeraient plutôt au
niveau de l’analyse visuo-spatiale des gestes. Il semblerait que le lobe pariétal joue un rôle lors
des lésions hémisphériques gauches et supporterait ainsi les capacités de médiations
conceptuelles et les connaissances générales sur le corps humain. Pour les lésions
hémisphériques droites, ce serait le lobe frontal qui pourrait avoir un rôle dans les capacités
d’analyse visuo-spatiales.

Della Sala et al. (2006) vont tenter de vérifier l’hypothèse de Goldenberg (1999) sur les
asymétries hémisphériques, postulant une différence de localisation en fonction du trouble :
manuel ou digital. Les résultats ne vont confirmer que partiellement cette hypothèse.
Contrairement à Goldenberg (1999), ils ne vont pas utiliser uniquement les postures sans
signification. Deux des vingt-quatre patients droitiers présentent une dissociation de
performance entre les deux tâches d’imitation, montrant un déficit important au niveau des
postures digitales, ainsi que la présence de difficultés au niveau des postures manuelles. Ces
résultats sont en accord avec des données de neuroimagerie fonctionnelle, démontrant chez des
sujets sains la non spécificité de l’hémisphère droit pour l’imitation de postures digitales. Il est
aussi mis en avant une plus grande implication de l’hémisphère gauche (activation pariétale
inférieur), que ce soit pour les postures manuelles ou digitales (Mühlau et al., 2005).

Le trouble d’imitation de posture sans signification est associé à une lésion de


l’hémisphère gauche et plus précisément au niveau du lobe pariétal inférieur (Buxbaum 2007).
Cependant, des auteurs tels que Ogura et Yamadori (1983) (cités dans Della Sala (2006)),
rapportent que les patients avec des lésions droites ont des perturbations dans l’imitation de
postures digitales. Cette observation a été soutenue par l’étude de neuroimagerie par
tomographie par émission de positions (TEP ou PET), telle que celle de Hermsdörfer et al.
(2001). Ce ne sont pas les mêmes structures neuronales qui sont sollicitées entre l’imitation de
posture non significative digitale ou manuelle. Effectivement, lors du traitement digital
certaines étapes sont identiques au traitement manuel mais avec des structures additionnelles
plus bilatérales, permettant une analyse spatiale de forme plus fine.
Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 12
Hypothèse d’exigences communes entre utilisation et imitation
Selon Goldenberg (2009), les capacités d’imitation de gestes sans signification et
d’utilisation d’objets réels dépendraient de l’intégrité du lobe pariétal gauche. Ainsi, ces deux
sortes de gestes auraient des exigences communes. De cette idée découle une hypothèse sur
l’appréhension catégorielle des relations spatiales, que ce soit entre plusieurs objets ou pour les
différentes parties d’un objet. Pour l’utilisation d’outils et d’objets, la relation spatiale se fait
entre la main et l’outil, entre l’outil et l’action à effectuer ou entre la destination directe de
l’action et le matériel sur lequel on agit. L’appréhension catégorielle se concentre ici sur les
caractéristiques de ces relations déterminant les interactions mécaniques. Pour l’imitation de
gestes, l’appréhension catégorielle se traduit par « le codage des parties du corps ». Le lobe
pariétal permet de fournir des informations sur les objets extérieurs nécessaires à la planification
motrice, mais il ne contient pas les représentations motrices définissant des saisies ou des
mouvements particuliers. Le corps humain est considéré comme un objet avec de multiples
parties et sa mobilité est déterminée par des relations biomécaniques. Le choix de la saisie ou
des objets peut être considéré comme un exemple de l’analyse des relations mécaniques entre
plusieurs objets ou plusieurs parties d’un objet. Dans cette logique, la main est un maillon de la
chaine permettant des actions corporelles sur des objets extérieurs. Celle-ci est reliée de manière
proximale par rapport au corps et de manière distale par rapport à l’objet qui va être utilisé. La
planification de la saisie et des mouvements doit tenir compte à la fois des contraintes
biomécaniques des connexions aux parties proximales du corps et des contraintes mécaniques
déterminant la transmission des mouvements manuels à l’outil destinataire de l’action.
L’appréhension catégorielle mécanique des relations entre objets ou parties d’un objet est
nécessaire pour la configuration de la chaine entière à partir des parties proximales du corps
jusqu’à l’application de l’outil destinataire à l’action. Son hypothèse n’affirme pas que
l’imitation et l’utilisation d’objets réels dépendent exclusivement de l’appréhension catégorielle
des relations spatiales et qu’ils soient perturbés uniquement lors de lésions du lobe pariétal
gauche, mais qu’il peut aussi exister une route sémantique.

Jarry et al. (2015) reprennent l’hypothèse de Goldenberg (2009) sur l’appréhension


catégorielle des relations spatiales et cherchent à explorer les relations entre l’utilisation
d’objets familiers, la résolution de problèmes mécaniques, et l’imitation de posture non
significative. Les corrélations sont en accord avec l’hypothèse de Goldenberg, suggérant que
l’imitation de posture sans signification et la résolution de problèmes mécaniques impliquent
l’assemblage de différents objets ou de différentes parties d’un objet dans une chaine
Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 13
mécanique. En revanche, il est mis en évidence l’existence d’un autre processus commun à
l’utilisation d’outil familier et à la résolution de problèmes mécaniques. En accord avec
l’hypothèse du raisonnement technique, ce second processus concerne l’analyse des principes
mécaniques eux-mêmes ; ce qui serait fondamental pour sélectionner les nouveaux outils
pertinents dans la condition à choix multiples de l’épreuve « résolution de problèmes
mécaniques ». Ces premiers résultats mettent ainsi en avant l’existence de deux processus
complémentaires impliqués dans les actions complexes : l’analyse des principes mécaniques et
la construction spatiale d’une chaine mécanique. Cette complémentarité serait particulièrement
mise en évidence dans des conditions de choix de problèmes mécaniques. Cependant, le
manque de significativité entre les corrélations ne permet pas de confirmer entièrement cette
hypothèse. De plus, des doubles dissociations présentes à travers l’analyse de cas unique entre
les quatre épreuves mettent en avant l’absence d’un unique processus. Enfin, on peut reprocher
à cette étude le fait de ne pas avoir eu de groupe de patients présentant des lésions
hémisphériques droites.

Problématique et hypothèses
Problématique
Suite à cette synthèse non exhaustive de la littérature sur l’apraxie et plus précisément,
sur les troubles d’utilisation et d’imitation, différents points peuvent être relevés.

Tout d’abord, un intérêt moindre est observé pour les troubles d’utilisation d’objets réels
par rapport aux troubles d’imitation de gestes sans signification dans les modélisations. Ainsi,
peu d’épreuves d’utilisation d’objets réels sont présentes dans les validations de ces modèles.
Il en est de même dans la pratique, peu d’épreuves existent pour évaluer les troubles
d’utilisation d’objets réels.

D’autre part, concernant les localisations hémisphériques permettant l’utilisation ou


l’imitation, les hypothèses sont divergentes. Toutefois, il semblerait que l’hémisphère gauche
soit dominant pour l’utilisation d’objets réels. Concernant l’imitation de gestes sans
signification, cela semble plus partagé et selon le type d’imitation il ne s’agirait pas du même
hémisphère. Cette différenciation est mise en avant par Goldenberg (1999) et est représentée
sous le terme d’asymétrie hémisphérique. L’hémisphère droit serait davantage responsable des
capacités d’imitation de postures non significatives digitales alors que l’hémisphère gauche
soutiendrait plutôt les capacités d’imitation de postures non significatives manuelles.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 14
Finalement, certains auteurs tels que Goldenberg et al. (2009) et Jarry et al. (2015)
tentent d’analyser les liens entre les troubles d’utilisation d’objets réels et les troubles
d’imitation. La question d’une origine commune est présente dans ces recherches. L’hypothèse
de Goldenberg (2009) sur l’appréhension catégorielle des représentations spatiales va
particulièrement retenir notre attention. A cette hypothèse va être liée la question du schéma
corporel mais aussi la notion de raisonnement technique. Ces questionnements sont présents
dans le modèle de Buxbaum (2001) et ses recherches Buxbaum, Giovannetti & Libon (2000) ;
Buxbaum & Coslett (2004). Goldenberg (1995) va comparer le corps humain à un objet
mécanique comportant plusieurs parties. Ainsi, on peut comparer l’utilisation du corps humain
à des capacités de résolutions de problèmes mécaniques. Jarry et al. (2015), mettent en exergue
une corrélation entre les imitations de postures sans signification et la résolution de problèmes
mécaniques.

L’objectif premier de ce travail est d’analyser les liens entre les troubles d’utilisation
d’objets réels et les troubles d’imitation de gestes sans signification suite à un AVC, plus
particulièrement chez les patients vasculaires gauches. Afin d’observer cela, nous examinerons
le lien entre les différentes épreuves. Plus précisément, il sera observé le lien entre le schéma
corporel et les autres épreuves chez les patients vasculaires gauches. De plus, les troubles
semblant être différents selon la localisation de la lésion, il sera investigué l’existence de
différences entre les performances des patients vasculaires droits et gauches.

Plan expérimental
3.2.1. Hypothèse générale

Dans ce travail sont présentes deux hypothèses générales. La première hypothèse fait
référence à l’appréhension catégorielle des relations spatiales, suggérant un lien entre
l’imitation et l’utilisation, plus particulièrement chez les patients vasculaires gauches. Ce travail
postule que le lien entre les deux serait le schéma corporel. La seconde hypothèse quant à elle
porte sur l’asymétrie hémisphérique, postulant que selon la localisation de la lésion, les déficits
d’imitation de gestes non significatifs seront différents.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 15
3.2.2. Variables

a) Variables indépendantes

Au cours de notre recherche deux variables indépendantes sont présentes. La première


concerne les trois groupes de sujets : patients vasculaires gauches, patients vasculaires droits et
sujets contrôles. La seconde variable porte sur les tâches à réaliser : Schéma Corporel, Imitation
de Postures Non Significatives, Utilisation d’Objets en Dispositif et Résolution de Problèmes
Mécaniques Séquentiels.

b) Variables dépendantes

Les variables dépendantes sont les scores des participants dans chaque épreuve.

3.2.3. Hypothèses opérationnelles

1. Un lien est attendu entre l’épreuve d’utilisation d’objets en dispositif et l’épreuve de


schéma corporel chez les patients vasculaires gauches.
2. Un lien est attendu entre l’épreuve de résolution de problèmes mécaniques et l’épreuve
de schéma corporel pour les patients vasculaires gauches.
3. Un lien est attendu entre l’épreuve d’imitation de postures non significatives et
l’épreuve de schéma corporel chez les patients vasculaires gauches.
4. Il est attendu des déficits aux épreuves de résolution de problèmes mécaniques,
d'utilisation d’objets réels et de schéma corporel surtout chez les patients vasculaires
gauches.
5. Il est attendu des erreurs de type digital en imitation de postures non significatives pour
les patients vasculaires droits.
6. Il est attendu à des erreurs de type manuel en imitation de postures non significatives
pour les patients vasculaires gauches.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 16
Approche Méthodologique

Protocole
Population
Deux épreuves issues de la Batterie d’Evaluation des Praxies (Jarry et al., 2016), une
épreuve issue du Protocole d’Examen Clinique de l’Apraxie d’Angers (Le Gall et al., 2000)
ainsi qu’une épreuve issue des travaux de Goldenberg (1999), ont été administrées à 35
personnes. Trois groupes ont été constitués, le premier comprenant des patients vasculaires
droits (n = 3), 2 femmes et 1 homme, âgés de 64 à 78 ans (moyenne = 68,3). Le second groupe
est formé de patients vasculaires gauches (n = 8), 4 femmes et 4 hommes, âgés de 26 à 72 ans
(moyenne = 59). Le troisième groupe, est constitué de personnes sans antécédents
neurologiques et psychiatriques avérés (n = 24), 13 femmes et 11 hommes, âgés de 25 à 79 ans
(moyenne = 61,8). Ce troisième groupe est présent en tant que groupe contrôle en raison de
l’absence de normalisation pour les épreuves. Le niveau socioculturel de tous les participants
est évalué à partir du nombre d’années d’études depuis le CP. Pour les patients vasculaires
droits le nombre d’années d’étude va de 9 à 11 ans (moyenne = 10,3). Concernant les patients
vasculaires gauches, le nombre d’années d’étude va de 9 à 17 ans (moyenne = 11,5). Quant au
nombre d’années d’étude du groupe contrôle, il va de 9 à 17 ans (moyenne = 11,1). Les données
brutes de l’ensemble des participants sont mises en annexe. (cf. Annexe VI)

Tous les participants sont droitiers et d’origine francophone. Toutes les personnes
présentant des antécédents neurologiques ou psychiatriques ont été exclues de l’étude. Pour
participer à l’étude, tous les participants ont signé un formulaire de consentement (cf. Annexe
VII), attestant de leur compréhension et de leur accord. Afin d’apprécier la compréhension du
langage oral trois subtests ont été administrés aux patients uniquement : exécution d’ordre,
raisonnement logique et l’échelle de gravité de l’aphasie issues du Boston Diagnostic Aphasia
Examination (BDAE). De même, pour évaluer la négligence, le subtest des cloches de la
Batterie d’Evaluation de la Négligence (BEN) leur a été appliqué.

Les patients ont été recrutés au sein d’un Centre de Rééducation Fonctionnelle. Ils sont
recrutés dans cette étude à condition d’un premier et unique accident vasculaire cérébral cortical
unilatéral droit ou gauche. Les sujets contrôles ont été recrutés au sein de mon entourage.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 17
Les données démographiques et cliniques des sujets de l’étude sont synthétisées dans le
tableau 1. Les échantillons sont comparables concernant le genre (Chi² = .0004 ; ddl = 1 ; p =
.98), l’âge (test de Mann-Whitney, U = 127 ; p =.87) et le nombre d’années d’études (test de
Mann-Whitney, U = 119 ; p =.64)

Tableau 1 : données démographiques des participants


Patients Vasculaires Sujets Contrôles
n = 11 n = 24
Genre : femme/homme 6/5 13/11
Age moyen (en années) 61.5 (15.39) 61.8 (15.96)
Années d’études moyennes 11.18 (2.12) 11.16 (1.88)
Les valeurs entre parenthèses sont les écarts-types.

Protocole expérimental
1.2.1. Procédure

Les épreuves de ce protocole ont été administrées en respectant le même ordre pour tous
les participants, de manière individuelle et dans un lieu calme. Le temps consacré aux patients
était en moyenne d’une heure et quart et de quarante-cinq minutes pour les personnes contrôles.
Le protocole fut administré dans un bureau du Centre de Rééducation pour les patients.
Concernant les sujets contrôles, les passations se sont déroulées au domicile de chaque
participant. Chaque passation fut filmée afin de faciliter la cotation. Les épreuves ci-dessous
sont présentées dans l’ordre où elles ont été administrées.

1.2.2. Matériel

La Batterie Praxie et Raisonnement Technique (BPRT), développée par Jarry (2016), a


retenu notre attention parce qu’elle a été développée en respectant des critères indispensables
dans notre étude. Le premier fait référence aux épreuves créées pour une utilisation uni-
manuelle. Ce critère est important, suite à des lésions vasculaires droites ou gauches,
l’hémiplégie ou l’hémiparésie est fréquente. Le second est la présence de consignes simplifiées.
Suite à une lésion de l’hémisphère gauche les troubles langagiers sont fréquents, de ce fait il
parait nécessaire de prendre en compte cette difficulté afin de ne pas entraver la réalisation des
épreuves à cause d’une mauvaise compréhension des consignes. Dans cette batterie, deux
épreuves ont été sélectionnées. Une épreuve du protocole d’examen clinique de l’apraxie

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 18
d’Angers (Le Gall et al., 2000) a aussi été choisie pour le protocole. Et enfin, l’épreuve
d’imitation de gestes non significatifs est issue des travaux de Goldenberg (1999).

a) Schéma Corporel (SC)

Cette épreuve évalue le schéma corporel (cf. Annexe VIII). Elle consiste à demander au
patient de montrer une partie du corps dans trois modalités différentes : sur soi, sur un dessin et
sur l’examinateur.

 Soi : dans cette condition il est demandé au patient de montrer ses articulations (épaule
gauche et droite, coude gauche et droit, genou gauche et droit, pouce gauche et droit
ainsi que cheville gauche et droite). La consigne suivante est donnée : « Montrez-moi
votre épaule droite ». Les articulations sont demandées dans un ordre précis et identique
pour tous les participants.
 Dessin : le participant doit montrer les articulations du dessin avec la consigne suivante :
« Montrez-moi sur le dessin son épaule droite ». Les articulations sont présentées dans
le même ordre que pour la condition précédente.
 Examinateur : le sujet doit montrer les articulations de l’examinateur. La consigne est :
« Montrez-moi où est mon épaule droite ». Les articulations sont présentées dans le
même ordre que les conditions précédentes.

La cotation est identique pour chacune des conditions, elle se fait sur une échelle en 2
points. 1 point : l’articulation est bien placée. 0 point : l’articulation est au mauvais endroit.

b) Imitation de Gestes Non Significatifs (IGNS)

Cette épreuve évalue les habiletés d’imitation de postures, décrites plus récemment par
Buxbaum (2001) comme étant un système dynamique spatio-moteur. Elle regroupe deux types
de configurations gestuelles : 10 configurations dites « digitales » et 10 configurations dites
« manuelles ». (cf. Annexe IX)

 Configurations « digitales » : le centre d’intérêt dans ce cas est la configuration des


doigts ouverts et fermés.
 Configurations « manuelles » : cette fois-ci le centre d’intérêt n’est plus la configuration
des doigts mais celle de la main. La main reste ouverte avec les doigts serrés mais sa
position et son orientation varient autour du visage et de la tête.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 19
Pour les deux types de configurations, l’épreuve se fait en miroir : si le participant est
testé à gauche, l’examinateur utilisera sa main droite pour montrer le geste et inversement. La
consigne initiale est la suivante : « Maintenant je vais vous montrer des gestes et je vais vous
demander de faire comme moi, par exemple pouvez-vous refaire ça. ». L’examinateur fait la
première posture suite à cette consigne. Le sujet dispose de dix secondes pour exécuter le geste,
temps pendant lequel l’examinateur maintient sa posture. Ensuite l’examinateur repose sa main
sur la table et donne cette consigne : « Reposez aussi la main sur la table entre chaque geste »
et l’item suivant est présenté avec la consigne qui restera jusqu’au dernier item : « Refaites ça
maintenant. ».

La cotation diffère en fonction de la posture, digitale ou manuelle. Pour la première, la


position des doigts les uns par rapport aux autres est uniquement prise en considération. A
l’inverse, pour les postures manuelles, l’orientation de la main et le point de contact de celle-ci
par rapport au visage sont pris en compte. La cotation se fait sur une échelle en 3 points pour
chaque item. 2 points : la production est directe et fluide, dans le délai imparti. 1 point : la
production est finalement satisfaisante après autocorrections et dans le temps limite. 0 point :
la production est insatisfaisante dans le délai imparti.

c) Utilisation d’Objets en Dispositif (UOD)

Cette épreuve évalue l’utilisation d’objets réels. Elle est constituée d’un support en bois
vertical sur lequel des clous permettent de disposer les objets à un emplacement particulier (cf.
Annexe X). Un lot de 12 objets est présent, ayant chacun leur place sur le dispositif. Parmi les
12, 2 sont pour les items d’exemples. En complément du lot des 12 objets, un lot de 12
dispositifs est fourni dont 2 dispositifs pour les items d’exemples (cf. Annexe XI). Dans cette
épreuve deux conditions sont proposées : en choix multiple et en choix restreint.

 Choix multiple : tous les outils sont présentés sur le support vertical et les dispositifs
sont présentés individuellement les uns après les autres. Un item d’exemple est exposé
avec la consigne initiale : « En vous servant d’un des objets présentés sur ce support, je
vais vous demander de faire ce qu’il y a à faire avec ça ». Lorsque la personne réussit
on ne présente pas le second item. Ensuite les 10 dispositifs d’évaluation sont présentés
avec la consigne suivante : « Allez-y, montrez-moi comment vous feriez avec ça ». Un
temps limite est présent pour chacun des items : une minute. Lorsque le temps est

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 20
dépassé, la personne est interrompue. Aucune correction n’est donnée. Chaque objet est
reposé sur le support après son utilisation.
 Choix restreint : dans cette condition le sujet n’a plus à choisir l’outil correspondant au
dispositif, il lui suffit juste de l’utiliser. Désormais, seul l’outil correspondant au
dispositif est exposé sur le support vertical. La même consigne initiale est donnée au
sujet avec un item d’exemple et en cas de réussite le second item d’exemple n’est pas
présenté. Puis, la même consigne que lors de la condition choix multiple est donnée pour
les items d’évaluations. La limite de temps pour chaque item est toujours d’une minute
et aucune correction n’est apportée.

La cotation est identique pour les deux conditions. Elle est formée sur une échelle en 3
points pour chaque item. 2 points : une production directe et fluide du geste attendu avec l’objet
approprié et dans le délai. La production doit correspondre à des critères précis (cf. Annexe XII).
1 point : la présentation est finalement satisfaisante dans le temps limite après autocorrection.
0 point : la production reste insatisfaisante au cours du temps imparti. Le score maximum pour
chacune des conditions et de 20 points.

d) Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels (RPMS)

Cette épreuve évalue le raisonnement technique à partir d’objets nouveaux pour les
personnes et ainsi, ne leur permettant pas la possibilité de recourir à leurs connaissances. Les
objets présentés posent un problème mécanique aux sujets. La résolution de problèmes
mécaniques se fait grâce à un objet utilisé au cours de plusieurs étapes. Un ensemble de 16
tiges-outils sont présents (4 en métal rigide, 4 en étain, 4 en bois rigide et 4 en liège) (cf. Annexe
XIII). La moitié des tiges sont droites et l’autre moitié à angle droit. La moitié des tiges sont à
section ronde et l’autre moitié à section carrée. La moitié des tiges sont courtes et l’autre moitié
sont longues. La moitié des tiges sont rigides et l’autre moitié flexibles. La moitié des tiges sont
fines et l’autre moitié sont épaisses. Et enfin, la moitié des tiges sont creuses et l’autre moitié
sont pleines. Trois boites en plexiglas (cf. Annexe XIV) sont présentes. A l’intérieur de celles-ci
est présent un cube ou une bille bleu que le sujet va devoir faire sortir à l’aide d’un des outils.
Comme pour l’épreuve précédente, deux conditions sont présentes : en choix multiple et en
choix restreint.

 Choix multiple : les 16 tiges sont disposées sur la table suivant une configuration
spécifique et identique pour chacun des participants. Les boites sont présentées les unes

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 21
après les autres dans le même ordre pour chaque personne. La consigne suivante est
donnée : « En utilisant un des objets qui sont présentés devant vous, montrez-moi
comment vous pouvez faire sortir la pièce qui est coincée dans cette boîte. ». Le sujet
peut bouger la boîte sur le plan vertical mais il ne peut pas la soulever. Une seconde
consigne est donnée à cet effet : « Vous pouvez bouger la boîte, comme ça, mais vous
ne pouvez pas la soulever. ». De ce fait, le socle de la boite doit toujours toucher la table.
Le temps limite est de trois minutes. Le sujet n’est corrigé à aucun moment.
 Choix restreint : cette fois-ci la tige-outil nécessaire à la résolution est directement
donnée au sujet (cf. Annexe XV). Les trois boîtes sont présentées dans le même ordre
que la condition précédente. La consigne est : « En utilisant cet objet, montrez-moi
comment vous pouvez récupérer la pièce qui est coincée dans cette boîte. ». Le temps
imparti à cette condition est le même que pour la condition précédente et aucune
correction n’est apportée au sujet.

La cotation est identique pour les deux conditions. Elle s’effectue sur une échelle en 4
points pour chaque item. 3 points : la pièce bleue est en dehors de la boite dans le délai imparti.
2 points : la pièce est déplacée dans la boite. 1 point : la pièce est touchée. 0 point : lorsqu’aucun
des critères précédents est accompli. Le score maximum est de 9 points par condition.

Résultats
Compte tenu de la taille restreinte de nos échantillons, les statistiques ont été effectuées
à l’aide de tests non-paramétriques. Des corrélations entre les variables de notre protocole ont
été établies à l’aide des corrélations par rang de Spearman. La comparaison intergroupe a été
réalisée avec un test de Mann-Whitney. Le seuil de significativité a été fixé à .05. Toutes les
analyses statistiques ont été faites à partir du logiciel Statistica 13.

Corrélations entre les épreuves


Deux analyses corrélationnelles ont été menées chez le groupe de sujets contrôles et
chez le groupe de patients vasculaires gauches afin d’observer la présence ou non de liens entre
les épreuves.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 22
Tableau 2. Analyse des corrélations entre les épreuves du protocole chez les sujets contrôles
SC SC SC D SC E IGN IGNS IGNS UO UO RPM RPMS
S S D M D D S CM CR
CM CR
SC 1,00 0,692* 0,692* 0,25 0,250 0,250 0,00 0,092 0,322
0 * * 3 0
SC S 1,00
0
SC D 1,000 - 0,043 0,35 0,314 0,278 0,15 0,352 0,524*
0 7 *
SC E 1,000 0,00 0,031 0,000 - - -0,078
0 0,15 0,224
7
IGNS 1,00 0,784* 0,781* 0,01 0,397 0,307
0 * * 7
IGNS 1,000 0,272 - 0,224 0,084
D 0,03
5
IGNS 1,000 0,18 0,381 0,366
M 2
UOD 1,00 0,083 -0,102
CM 0
UOD 1,00
CR 0
RPM 1,000 0,432*
S CM
RPM 1,000
S CR
SC : Schéma Corporel ; SC S : Schéma Corporel sur Soi ; SC D : Schéma Corporel sur le Dessin ; SC E : Schéma
Corporel sur l’Examinateur ; IGNS : Imitation de Gestes Non Significatifs : IGNS D : Imitation de Gestes Non
Significatifs Digitaux ; IGNS M : Imitation de Gestes Non Significatifs Manuels ; UOD CM : Utilisation d’Objets
en Dispositif en Choix Multiple ; UOD CR : Utilisation d’Objets en Dispositif en Choix Restreint ; RPMS CM :
Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Multiple ; RMPS CR ; Résolution de Problèmes
Mécaniques Séquentiels en Choix Restreint ; les valeurs entre parenthèses sont les écarts-types ; * la valeur est
significative au niveau .05 ; ** la valeur est significative au niveau .01.

Six corrélations très significatives sont mises en avant entre les différentes épreuves
chez les sujets contrôles.

Les variables Schéma Corporel et Schéma Corporel sur le Dessin sont positivement
corrélées de manière très significative, rhô = 0.692 ; p = .000.

Les variables Schéma Corporel et Schéma Corporel sur l’Expérimentateur sont


positivement corrélées de manière très significative, rhô = 0.692 ; p = .000.

Les variables Schéma Corporel sur le Dessin et Résolution de Problèmes Mécaniques


Séquentiels en Choix Restreint sont positivement corrélées de manière très significative, rhô =
0.524 ; p = .008.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 23
Les variables Imitation de Gestes Non Significatifs et Imitation de Gestes Non
Significatifs Digitaux sont corrélées positivement de manière très significative, rhô = 0.784 ;
p = .000.

Les variables Imitation de Gestes Non Significatifs et Imitation de Gestes Non


Significatifs Manuels sont positivement corrélées de manière très significative, rhô = 0.781 ;
p = .000.

Les variables Résolutions de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Multiples et


Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Restreint sont positivement
corrélées de manière significative, rhô = 0.432 ; p = 0.034.

Tableau 3. Analyse des corrélations entre les épreuves du protocole chez les patients
vasculaires gauches
SC SC S SC SC E IGN IGN IGN UOD UOD RPM RPMS
D S SD SM CM CR S CM CR
SC 1,00 0,755 1,000 0,483 0,04 0,59 0,377 0,500 0,223 0,142
0 * 6 5
SC S 1,000 0,755 0,247 0,24 0,24 0,666 0,756 0,591 0,442
* 7 8 *
SC D 1,000 0,483 0,04 0,59 0,377 0,500 0,223 0,142
6 5
SC E 1,000
IGNS 1,000 0,64 0,64 0,591 0,592 0,219 0,128
2 6
IGNS 1,00 - 0,783 0,483 0,268 0,140
D 0 0,11 *
9
IGNS 1,00 0,111 0,486 0,172 0,167
M 0
UOD 1,000 0,818 0,690 0,575
CM *
UOD 1,000 0,670 0,493
CR
RPM 1,000 0,929*
S CM *
RPM 1,000
S CR
SC : Schéma Corporel ; SC S : Schéma Corporel sur Soi ; SC D : Schéma Corporel sur le Dessin ; SC E : Schéma
Corporel sur l’Examinateur ; IGNS : Imitation de Gestes Non Significatifs : IGNS D : Imitation de Gestes Non
Significatifs Digitaux ; IGNS M : Imitation de Gestes Non Significatifs Manuels ; UOD CM : Utilisation d’Objets
en Dispositif en Choix Multiple ; UOD CR : Utilisation d’Objets en Dispositif en Choix Restreint ; RPMS CM :
Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Multiple ; RMPS CR ; Résolution de Problèmes
Mécaniques Séquentiels en Choix Restreint ; les valeurs entre parenthèses sont les écarts-types ; * la valeur est
significative au niveau .05 ; ** la valeur est significative au niveau .01.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 24
Six corrélations très significatives sont observées entre les différentes épreuves du
protocole chez les patients vasculaires.

Les variables Schéma Corporel et Schéma Corporel sur Soi sont positivement corrélées
de manière significative, rhô = 0.755 ; p = .030.

Les variables Schéma Corporel sur Soi et Schéma Corporel sur le Dessin sont
positivement corrélées de manière significative, rhô = 0.755 ; p = .030.

Les variables Schéma Corporel sur Soi et Utilisation d’Objets en Dispositif en Choix
Restreint sont positivement corrélées de manière significative, rhô = 0.756 ; p = .030.

Les variables Imitation de Gestes Non Significatifs Digitaux et Utilisation d’Objets en


Dispositif en Choix Multiple sont positivement corrélées de manière significative, rhô = 0.783 ;
p = .021.

Les variables et Utilisation d’Objets en Dispositif en Choix Multiple et Utilisation


d’Objets en Dispositif en Choix Restreint sont positivement corrélées de manière significative,
rhô = 0.818 ; p = .013.

Les variables Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Multiple et


Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Restreint sont positivement
corrélées de manière très significative, rhô = 0.929 : p = .000.

Comparaison entre les patients vasculaires gauches et les sujets


contrôles
Une comparaison entre les performances des patients vasculaires gauches et les sujets
contrôles a été réalisée, afin d’observer la présence ou non de différences significatives de
performances aux épreuves.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 25
Tableau 4. Comparaison entre les sujets contrôles et les patients vasculaires gauches
sujets sujets U Z ajusté valeur p
contrôles vasculaires
gauches
SC 29.92 (0.28) 29 (2.13) 78,000 -1,325 0,184
SC S 10 (0.) 9.87 (0.35) 84,000 -1,660 0,085
SC D 9.95 (0.20) 9.12 (1.80) 75,000 -1,764 0,406
SC E 9.95 (0.20) 10 (0) 92,000 0,505
IGNS 35.70 (2.36) 33.37 (3.54) 57,500 -1,666 0,135
IGNS D 17.83 (1.60) 16.5 (2.44) 64,000 -1,406 0,159
IGNS M 17.87 (1.39) 16.87 (2.74) 81,000 -0,644 0,207
UOD CM 19.33 (0.96) 18.75 (2.76) 94,500 0,050 0,959
UOD CR 20 (0) 19.25 (1.48) 72,000 -2,436 0,014*
RPMS CM 8 (1.06) 6.25 (2.76) 62,000 -1,525 0,079
RPMS CR 8.87 (0,34) 7.62 (1.59) 54,000 -2,498 0,012*
SC : Schéma Corporel ; SC S : Schéma Corporel sur Soi ; SC D : Schéma Corporel sur le Dessin ; SC E : Schéma
Corporel sur l’Examinateur ; IGNS : Imitation de Gestes Non Significatifs : IGNS D : Imitation de Gestes Non
Significatifs Digitaux ; IGNS M : Imitation de Gestes Non significatifs Manuels ; UOD CM : Utilisation d’Objets
en Dispositif en Choix Multiple ; UOD CR : Utilisation d’Objets en Dispositif en Choix Restreint ; RPMS CM :
Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Multiple ; RMPS CR ; Résolution de Problèmes
Mécaniques Séquentiels en Choix Restreint ; U de Mann-Whitney ; les valeurs entre parenthèses sont les écarts-
types ; * la valeur est significative au niveau .05.

Dans le but, d’observer ou non une différence significative entre les patients gauches et
les sujets contrôles, le test non paramétrique U de Mann-Whitney a été réalisé. Deux épreuves
mettent en avant une différence significative entre les patients vasculaires gauches et le groupe
contrôle.

Pour l’épreuve Utilisation d’Objets en Dispositif en Choix Restreint, les valeurs du


groupe de patients vasculaires gauches (médiane = 20) sont globalement significativement
inférieures à celles du groupe de sujets contrôles (médiane = 20). U = 72 ; p = .014.

Pour l’épreuve de Résolution de Problèmes Mécaniques en Choix Restreint, les valeurs


du groupe de patients vasculaires gauches (médiane = 8) sont globalement significativement
inférieures à celles du groupe de sujets contrôles (médiane = 9). U = 54 ; p = .012.

Analyse de Profil
Au regard de l’échantillon très restreint du groupe de patients vasculaires droits, une
analyse de profil a été réalisée.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 26
Tableau 5. Ecarts-types des patients vasculaires droits par rapport au groupe contrôle
Patient 1 Patient 2 Patient 3
SC 0.370 0.370 -58.831
SC S 0.204 0.204 0.204
SC D 0.204 0.204 -48.786
SC E 0.204 0.204 -48.786
IGNS -4.100 -1.144 0.545
IGNS D -2.387 -1.764 0.104
IGNS M -4.208 0.090 0.808
UOD CM -2.423 -1.384 -1.384
UOD CR 0 0 0
RPMS CM -0.941 0 -3.762
RPMS CR -5.550 -2.590 -5.550
SC : Schéma Corporel ; SC S : Schéma Corporel sur Soi ; SC D : Schéma Corporel sur le Dessin ; SC E : Schéma
Corporel sur l’Examinateur ; IGNS : Imitation de Gestes Non Significatifs : IGNS D : Imitation de Gestes Non
Significatifs Digitaux ; IGNS M : Imitation de Gestes Non Significatifs Manuels ; UOD CM : Utilisation d’Objets
en Dispositif en Choix Multiple ; UOD CR : Utilisation d’Objets en Dispositif en Choix Restreint ; RPMS CM :
Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Multiple ; RMPS CR ; Résolution de Problèmes
Mécaniques Séquentiels en Choix Restreint.

Un patient est déficitaire par rapport au groupe contrôle sur l’épreuve de Schéma
Corporel, z = -58.831. Il est aussi déficitaire par rapport au groupe contrôle sur l’épreuve du
Schéma Corporel sur le Dessin, z = -48.786 et sur l’épreuve du Schéma Corporel sur
l’Examinateur, z = -48.786. Il est aussi déficitaire par rapport au groupe contrôle concernant
l’épreuve de Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Multiple, z = -3.762.

Un patient est déficitaire par rapport au groupe contrôle sur l’épreuve Imitation de
Gestes Non Significatifs, z = -4.100, ainsi que sur les deux conditions de cette même épreuve :
digitale, z = -2.387 et manuelle, z = -4.208. Il est aussi déficitaire pour l’épreuve d’Utilisation
d’Objets en Dispositif en condition Choix Multiple, z = -2.423.

Les trois patients sont déficitaires pour l’épreuve de Résolutions de Problèmes Mécaniques
Séquentiels en Choix Restreint, z = -5.550 ; - 2.590 et -5.550.

La présence de Z scores aussi élevés s’explique par le fait que certaines épreuves étaient
parfaitement réussies par l’ensemble du groupe contrôle. De ce fait les écarts-types étaient très
faibles.

Enfin, pour observer la présence d’une différence significative en terme de


performances entre les deux groupes de patients, il a été effectué un test d’homogénéité entre
deux proportions.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 27
Tableau 6 : proportions des patients droits et gauches déficitaires à chacune des épreuves
Patients vasculaires droits patients vasculaires gauches valeur p
SC 33.3 25 0.341
SC S 0 25 0.045*
SC D 33.3 12.5 0.134
SC E 33.3 0 0.023*
IGNS 33.3 25 0.341
IGNS D 33.3 25 0.341
IGNS M 33.3 25 0.341
UOD CM 33.3 12.5 0.134
UOD CR 0 25 0.045*
RPMS CM 33.3 37.5 0.422
RPMS CR 100 50 0.025*
SC : Schéma Corporel ; SC S : Schéma Corporel sur Soi ; SC D : Schéma Corporel sur le Dessin ; SC E : Schéma
Corporel sur l’Examinateur ; IGNS : Imitation de Gestes Non Significatifs : IGNS D : Imitation de Gestes Non
Significatifs Digitaux ; IGNS M : Imitation de Gestes Non Significatifs Manuels ; UOD CM : Utilisation d’Objets
en Dispositif en Choix Multiple ; UOD CR : Utilisation d’Objets en Dispositif en Choix Restreint ; RPMS CM :
Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Multiple ; RMPS CR ; Résolution de Problèmes
Mécaniques Séquentiels en Choix Restreint ; les valeurs entre parenthèses sont les écarts-types ; * la valeur est
significative au niveau .05 ;

Quatre différences significatives sont présentes concernant la différence de proportions


de patients déficitaires entre le groupe de patients vasculaires droits et le groupe de patients
vasculaires gauches.

La proportion de patients vasculaires gauches déficitaire à l’épreuve de Schéma


Corporel sur Soi est significativement supérieure à celle des patients vasculaires droits, p =
.045.

La proportion de patients vasculaires droits déficitaire à l’épreuve de Schéma Corporel


sur l’Examinateur est significativement supérieure à celle des patients vasculaires gauches, p =
.023.

La proportion de patients vasculaires gauches déficitaire à l’épreuve d’Utilisation


d’Objets en Dispositif en condition Choix Restreint est significativement supérieure à celle des
patients vasculaires droits, p = .045.

La proportion de patients vasculaires droits déficitaire à l’épreuve Résolution de


Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Restreint est significativement supérieure à celle
des patients vasculaires gauches, p = .025.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 28
Discussion
L’objectif premier de ce travail était d’observer les liens entre les troubles d’utilisation
d’objets réels et les troubles d’imitation de gestes sans signification suite à un AVC, plus
particulièrement chez les patients vasculaires gauches. Dans un second temps, nous voulions
vérifier l’hypothèse d’asymétrie hémisphérique, spécifiant une différence de trouble selon la
localisation de la lésion.

Tout d’abord, en accord avec les travaux de Goldenberg (2009) nous postulions
l’existence d’une exigence commune entre l’utilisation d’objets réels et l’imitation de gestes
sans signification. De cette idée découlait l’hypothèse d’appréhension catégorielle des relations
spatiales. Ainsi, l’hypothèse qui en ressortait dans notre travail était un lien entre l’épreuve du
Schéma Corporel et les autres épreuves du protocole, plus précisément pour les patients
vasculaires gauches. Cette hypothèse n’est que partiellement validée dans notre étude. Une
seule corrélation est retrouvée entre l’épreuve de Schéma Corporel sur Soi et l’épreuve
d’Utilisation d’Objets en Dispositif en Choix Restreint chez les patients vasculaires gauches.
Cette corrélation est en accord avec notre hypothèse suggérant un lien entre le schéma corporel
et l’utilisation d’objets. De plus, une corrélation est présente entre l’épreuve d’Imitation de
Gestes Non Significatifs Digitaux et l’épreuve d’Utilisation d’Objets en Choix Restreint,
mettant en avant un lien entre l’utilisation et l’imitation. Il semble intéressant de soulever une
autre corrélation présente chez les sujets contrôles entre l’épreuve de Schéma Corporel sur le
Dessin et l’épreuve de Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Restreint.

La présence que d’une seule corrélation avec l’épreuve de Schéma Corporel peut être
expliquée par l’épreuve choisie pour évaluer le schéma corporel. En effet, il aurait peut-être été
plus pertinent de choisir l’épreuve évaluant le schéma corporel présent dans l’étude de
Schwoebel, Buxbaum & Coslett (2004) et développé par Parsons (1987). Dans chacune des 64
cibles est présenté une image colorée représentant une main, il était demandé aux sujets s’il
s’agissait d’une main droite ou d’une main gauche puis ils devaient répondre avec la main
correspondante. Les sujets hémiplégiques répondaient uniquement lorsqu’il s’agissait de leur
main non paralysée. Les stimuli sont présentés aux sujets avec la paume de la main vers le haut
ou vers le bas et dans quatre orientations différentes : les doigts pointant devant, vers le sujet,
vers la gauche ou vers la droite.

Goldenberg et Spatt (2009) ont mis en avant que lors d’un déficit de résolution de
problèmes mécaniques mais aussi dans l’utilisation d’outils communs, les lésions se situeraient
Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 29
au niveau pariétal inférieur. De plus, Buxbaum (2001) dans son modèle mentionne un système
dorsal composé d’un système de codage intrinsèque et extrinsèque. Ils seraient sous-tendus par
les régions dorsales prémotrices et pariétales gauches. Selon Buxbaum, Giovannetti & Libon
(2000), le codage dynamique intrinsèque est défini sous le terme : schéma corporel. De ce fait,
dans la première grande hypothèse était aussi présent des déficits plus marqués lors de
l’utilisation d’objets réels, la résolution de problèmes mécaniques et au niveau du schéma
corporel pour les patients vasculaires gauches. Cette hypothèse est partiellement validée.
L’analyse de proportions entre les patients vasculaires gauches et droits met en avant une
différence de performance significativement inférieure chez les patients vasculaires gauches à
l’épreuve de Schéma Corporel sur Soi et à l’épreuve d’Utilisation D’Objets en Dispositif en
Choix Restreint.

Deuxièmement, la seconde hypothèse faisait référence à l’asymétrie hémisphérique.


Selon Goldenberg (1999), la localisation lésionnelle entrainerait des difficultés différentes lors
de l’imitation de gestes sans signification. Les patients vasculaires gauches auraient plus de
difficultés lors de l’imitation de postures sans signification manuelles. A l’inverse, les patients
vasculaires droits seraient plus perturbés dans l’imitation de postures sans signification
digitales. Notre seconde hypothèse n’est pas validée. Lors de l’analyse de proportions des
patients déficitaires, aucune différence significative n’est relevée entre l’imitation de gestes
sans signification manuels et digitaux entre les patients vasculaires gauches et droits.

Le groupe de patients vasculaire gauche lorsqu’il est comparé au groupe contrôle il n’est
pas mis en avant un déficit au niveau des postures manuelles.

De même, sur les trois patients vasculaires droits, un seul est déficitaire à l’épreuve
d’imitation de gestes non significatifs avec un déficit dans les deux postures, plus important
pour les postures manuelles.

Cette différence de résultat peut être expliquée par la taille restreinte de notre échantillon
de patients. Effectivement, dans son étude Goldenberg (1999) 56 patients étaient présents contre
11 patients dans cette étude.

Quelques limites peuvent être relevées dans ce travail. Le nombre restreint de patients
a limité les analyses statistiques. Notamment, n’ayant que trois patients vasculaires droits, une
analyse de profil a dû être effectuée. Ainsi, les résultats ne sont pas réellement représentatifs
des personnes ayant eu un AVC.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 30
Un biais était présent lors de l’épreuve Résolution de Problèmes Mécaniques.
Effectivement, les sujets pouvaient faire sortir de la dernière boite la bille sans pour autant
utiliser la solution attendue. Ces personnes ont tapoté avec une certaine intensité sur l’extérieur
de la boite interne et après plusieurs essais la bille est arrivée vers la sortie. Cette action a été
retrouvée uniquement chez les sujets contrôles.

De plus, une cotation inter-juges aurait permis d’avoir des scores plus justes et moins
subjectifs.

Enfin, le protocole ne prend pas en compte les capacités exécutives des patients.
Toutefois, il est à relever que les épreuves choisies peuvent nécessiter des capacités exécutives.
Par exemple, dans l’épreuve d’Utilisation d’Objets en Dispositif, les sujets contrôles, tout
comme certains patients, n’ont pas tous utilisés la paire de ciseaux pour couper la feuille.
Effectivement, la feuille n’est pas présentée de manière habituelle puisqu’elle est disposée sur
un socle en bois et fixée avec des punaises. Ainsi, plusieurs personnes dans les différents
groupes n’ont pas compris qu’il fallait couper la feuille mais ont choisi le marteau afin de faire
l’action d’enfoncer la punaise dans le socle. Cette erreur semble plus être de la sphère exécutive
que praxique. Les personnes n’ont pas su s’adapter à une présentation nouvelle d’un objet
connu. Cela peut faire référence au modèle de Norman et Shallice (1980, 1986) et plus
précisément au système de supervision attentionnel permettant de pouvoir s’adapter à des
situations nouvelles. Ainsi, le protocole a tenté de limiter l’impact du langage, de la négligence,
mais la sphère exécutive peut être sollicitée dans certaines épreuves et celle-ci a pu biaiser les
résultats de manière positive ou négative. Une bonne capacité d’adaptation du patient pourrait
peut-être pallier à ces troubles praxiques. Ce qui peut expliquer la non significativité ou au
contraire la significativité de certains résultats. Les performances semblant appartenir au
processus praxique ont pu être celles des autres processus cognitifs. Afin de limiter au
maximum les mauvaises interprétations consécutives à une analyse du fonctionnement cérébral
faite de manière clivée, le psychologue spécialisé en neuropsychologie se doit d’être dans une
approche intégrative.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 31
Conclusion

Finalement, les résultats sont très contrastés par rapport à ceux retrouvés dans la
littérature. Dans cette étude, il n’est pas relevé de différence significative entre les patients
vasculaires droits et gauches, entre les troubles d’imitation de gestes sans signification manuels
en faveur des patients gauches, ni de troubles digitaux en faveur des patients droits. Il n’est
retrouvé que partiellement une différence significative entre les deux groupes de patients
vasculaires en faveur d’un trouble d’utilisation d’objets réels, de résolutions de problèmes
mécaniques, d’imitation de gestes sans signification et de schéma corporel plus marqué pour
les patients vasculaires gauches. De plus, la présence d’un lien n’est que partiellement retrouvée
entre l’épreuve de Schéma Corporel et les autres épreuves. Toutefois, certaines corrélations
laissent suggérer l’existence de lien entre les troubles d’imitation et d’utilisation. L’objectif de
mettre en lien les troubles d’imitation de gestes sans signification et les troubles d’utilisation
d’objets réels en lien avec le schéma corporel se montre infructueux.

Cependant, les résultats mettent en avant une présence de différence significative entre
les performances des sujets contrôles et des patients vasculaires droits et gauches. Ils soulignent
ainsi l’existence effective de troubles d’imitation de gestes sans signification et/ou d’utilisation
d’objets réels suite à un AVC qu’il soit droit ou gauche. De ce fait, il reste pertinent de continuer
à évaluer ces troubles afin de mieux saisir les liens les unissant et leur fonctionnement pour
permettre une meilleure compréhension et pratique. Il semble nécessaire de réfléchir de manière
intégrative afin d’avoir une prise en charge globale et juste.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 32
Bibliographie
Achilles, E.I.J., Fink, G.R., Fischer, M.H., Dovern, A., Held, A., Timpert, D.C., Schroeter, C.,
Schuetz, K., Kloetzsch, C. & Weiss, P.H. (2016). Effect of meaning on apraxic finger
imitation deficits. Neuropsychologia, 82, 74-83.

Barbieri, C. & De Renzi, E. (1988). The executive and ideational components of apraxia.
Cortex, 24, 535-543.

Buxbaum, L.J. (2001). Ideomotor Apraxia: A call to action. Neurocase, 7, 445-448.

Buxbaum, L. J., Kyle, K., Grossman, M. & Coslett, H. B. (2007). Left inferior parietal
representations for skilled hand-object interactions: Evidence from stroke and
corticobasal degeneration. Cortex, 43, 411–423.

Della Sala, S., Faglioni, P., Motto, C. & Spinnler, H. (2006). Hemisphere asymmetry for
imitation of hand and finger movements, Goldenberg’s hypothesis reworked.
Neuropsychologia, 44, 1496-1500.

De Renzi, E., Pieczuro, A. & Vignolo, L.A. (1968). Ideational apraxia: A quantitative study.
Neuropsychologia, 6, 41-52.

Geschwind, N. (1965). Disconnection syndrome in animal and man. Brain, 88, 585-644.

Geschwind, N. (1975). The apraxias: Neural mechanisms of disorders of learned movements.


American Scientist, 63, 188-195.

Goldenberg, G. (1995). Imitating gestures and manipulating a mannikin. The representation


of the human body in apraxia. Neuropsychologia, 33, 63-72.

Goldenberg, G., Hermsdorfer, J. & Spatt, J. (1996). Ideomotor apraxia and cerebral dominance
for motor control. Cognitive Brain Research, 3, 95-100.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 33
Goldenberg, G. & Hagmann, S. (1997). The meaning of meaningless gestures: A study of
visuo imitative apraxia. Neuropsychologia, 35, 333-341.

Goldenberg, G. & Hagmann, S. (1998). Tool use and mechanical problem solving in
apraxia. Neuropsychologia, 36, 581-589.

Goldenberg, G. (1999). Matching and imitation of hand and finger postures in patients with
damage in the left or right hemispheres. Neuropsychologia, 37, 559-566.

Goldenberg, G., Hartmann, C. & Schlott, I. (2003). Defective pantomime of object use in left
brain damage: apraxia or asymbolia? Neuropsychologia, 41, 1565-1573.

Goldenberg, G. (2009). Apraxia and the parietal lobes. Neuropsychologia, 47, 1449-1459.

Goldenberg, G. & Spatt, J. (2009). The neural basis of tool use. Brain, 132, 1645-1655.

Goldenberg, G. (2014). Apraxia - The cognitive side of motor control. Cortex, 57, 270-274.

Gosseaume, A., Lejeune, P., De Marco, O. & Urbancyk, C. (2016). Mise au point sur les
accidents vasculaires cérébraux. Revue francophone d’orthoptie, 9, 71-76.

Heilman, K.M., Rothi, L.J. & Valenstein, E. (1982). Two forms of ideomotor apraxia.
Neurology, 32, 342-346.

Hermsdörfer, J., Goldenberg, G., Wachsmuch, C., Conrod, B., Caballos-Baumann, A. O.,
Bartenstein, P. et al. (2001). Cortical correlates of gesture processing Clues to the
cerebral mechanisms underlying apraxia during the imitation of meaningless gestures.
Neuroimage, 14, 149–161.

Jarry, C. (2013). Les troubles d’utilisations d’objets : de la neuropsychologie cognitive vers


l’anthropologie clinique. Thèse de doctorat, Université d’Angers.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 34
Jarry, C., Osiurak, F., Delafuys, D., Chauviré, V., Etcharry-Bouyx, F. & Le Gall, D. (2013).
Apraxia of tool use: More evidence for the technical reasoning hypothesis. Cortex, 49,
2322-2333.

Jarry, C., Osiurak, F., Baumard, J., Lesourd, M., Etcharry-Bouyx, F., Chauviré, V. & Le Gall,
D. (2015). Mechanical problem-solving and imitation of meaningless postures in left
brain damaged patients: Two sides of the same coin? Cortex, 63, 214-216.

Johnson-Frey, S.H. (2003). What’s so special about human tool use? Neuron, 39, 201-204.

Le Gall, D. & Aubin, G. (2004). L’apraxie. Marseille: Solal (2ème édition).

Liepmann, H. (1900). Das Krankheitshild der Apraxie (« Motorischen Asymbolie ») auf Grund
eines Falles von einseitiger Apraxie. Monatschrift für Psychiatrie und Neurologie, 8,
15-44.

Liepmann, H. (1905). Die linke Hemipshere und das Handeln. Münchener Medizinische
Wochenschrift, 49, 2322-2326.

Liepmann, H. (1908). Drei aufsatze aus dem apraxiegebiet. Berlin: Karger.

Liepmann, H. (1920). Apraxie. Ergebnisse der gesamten Medizin, 1, 516-543.

Mühlau, M., Hermsdörfer, J., Goldenberg, G., Wohlschläger, A. M., Castrop, F., Stahl, R. et
al. (2005). Left inferior parietal dominance in gesture imitation : an fMRI study.
Neuropsychologia, 43, 1086–1098.

Osiurak, F., Jarry, C. & Le Gall, D. (2010). Grasping the affordances, understanding the
reasoning. Toward a dialectical theory of human tool use. Psychological Review, 117,
517-540.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 35
Osiurak, F., Jarry, C., Etcharry-Bouyx, F., Baumard, J., Lesourd, M. & Le Gall D. (2016).
Bases neurocognitives de l’utilisation d’outils, Revue de Neuropsychologie, 8, p.
99-103.

Osiurak, F. (2016). Apraxie et troubles d’utilisation d’outils (1er édition). Que Sais-Je. Paris :
Presses Universitaires de France.

Parsons, L. M. (1987). Imagined Spatial Transformation of One’s Body. Journal of


Experimental Psychology : General, 116, 172-191.

Roy, E. A. & Square, P. A. (1985). Common considerations in the study of limb, verbal and
oral apraxia. In E. A. Roy (Ed.), Neuropsychological studies of apraxia and related
disorders (pp. 111-156). Amsterdam: Elsevier.

Roy, E. A. (1996). Hand preference, manual asymmetries, and limb apraxia. In D. Elliott, &
E.A. Roy (Eds.), Manual asymmetries in motor performance (pp. 215-236). Boca Raton:
CRC Press.

Rothi, L.J.G., Ochipa, C. & Heilman, K.M. (1991). A cognitive neuropsychological model of
limb praxis. Cognitive Neuropsychology, 8, 443-458.

Rothi, L.J., Ochipa, C. & Heilman, K.M. (1997). A cognitive neuropsychological model of
limb praxis. In L.J.G. Rothi & K.M. Heilman (Eds.), Apraxia. The neuropsychology of
action, (pp. 29-50). Hove : Psychology Press.

Schwoebel, J., Buxbaum, L.J. & Coslett, H.B. (2004). Representations of the human body in
the production and imitation of complex movements. Cognitive Neuropsychology, 21,
285-298.

Schwartz, M.F., Buxbaum, L.J., Montgomery, M.W., Fitzpatrick-Desalme, E.J., Hart, T.,
Ferraro, M., Lee, S.S. & Coslett, H.B. (1999). Naturalistic action production following
right hemisphere stroke. Neuropsychologia, 37, 51-66.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 36
Signoret, J.L. & North, P. (1979). Les apraxies gestuelles. Comptes rendus du 77ème congrès
de Psychiatrie et de Neurologie de Langue Française (tome 2). Paris: Masson.

Peigneux, P. & Van der Linden, M. (2000). Présentation d’une batterie neuropsychologique et
cognitive pour l’évaluation de l’apraxie gestuelle. Revue de Neuropsychologie, 10, 311
362.
Vaesen, K. (2012). The cognitive bases of human tool use. Behavioral and Brain Sciences, 35,
203-18.

Wernicke, C. (1874). Der aphasische Symptomencomplex. Breslau: Cohn und Weigert.

Zwinkels, A., Geusgens, C., van De Sande, P. & van Heugten, C. (2004). Assessment of
apraxia : inter-rater reliability of a new apraxia test, association between apraxia and
other cognitive deficits and prevalence of apraxia in rehabilitation setting. Clinical
Rehabilitation, 18, 819-827.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 37
Annexes
Annexe I : Modèle de Heilman et al. (1982) d’après Osiurak (2016) ............................................................ 39
Annexe II: Révision du modèle conception/production, Stamenova et al. (2012) ....................................... 40
Annexe III : Modèle de Rothi, Ochipa et Heilman (1991, 1997) ................................................................... 41
Annexe IV : Peigneux et Van der Linden (2000) ............................................................................................ 42
Annexe V: Modèle de Buxbaum (2001) ............................................................................................................ 43
Annexe VI : Données brutes .............................................................................................................................. 44
Annexe VII : Formulaire de consentement ...................................................................................................... 45
Annexe VIII : Schéma Corporel ....................................................................................................................... 46
Annexe IX : Imitation de Gestes Non Significatifs ......................................................................................... 47
Annexe X : Disposition des objets sur le support vertical .............................................................................. 48
Annexe XI: Les objets avec les dispositifs correspondant.............................................................................. 48
Annexe XII : Critères nécessaires pour obtenir les deux points ................................................................... 49
Annexe XIII : Disposition des 16 tiges-outils ................................................................................................... 50
Annexe XIV : Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Multiple ................................ 51
Annexe XV : Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Restreint ................................. 51

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 38
Annexe I : Modèle de Heilman et al. (1982) d’après Osiurak (2016)

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 39
Annexe II: Révision du modèle conception/production, Stamenova et al. (2012)

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 40
Annexe III : Modèle de Rothi, Ochipa et Heilman (1991, 1997)

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 41
Annexe IV : Peigneux et Van der Linden (2000)

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 42
Annexe V: Modèle de Buxbaum (2001)

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 43
Annexe VI : Données brutes

sujets noms sexe âge niveau scolaire SC SC S SC D SC E IGNS IGNS D IGNS M UOD CM UOD CR RPMS CM RPMS CR
patients patient AVC D 01 F 78 9 30 10 10 10 26 14 12 17 20 7 7
patients patient AVC D 02 H 63 11 30 10 10 10 33 15 18 18 20 8 8
patients patient AVC D 03 F 64 11 10 10 0 0 37 18 19 18 20 4 7
patients patient AVC G 01 F 70 9 30 10 10 10 28 14 14 19 18 5 7
patients patient AVC G 02 H 72 12 28 10 8 10 30 18 12 20 20 9 9
patients patient AVC G 03 H 44 11 30 10 10 10 34 16 18 20 20 9 9
patients patient AVC G 04 F 26 11 30 10 10 10 37 20 17 20 20 3 5
patients patient AVC G 05 F 76 9 24 9 5 10 31 15 16 12 16 2 6
patients patient AVC G O6 F 46 17 30 10 10 10 38 19 19 20 20 9 9
patients patient AVC G 07 H 67 11 30 10 10 10 33 13 20 19 20 6 7
patients patient AVC G 08 H 71 12 30 10 10 10 36 17 19 20 20 7 9
contrôles CTRL MD 01 F 60 12 30 10 10 10 36 18 18 20 20 6 8
contrôles CTRL MD 02 H 55 12 30 10 10 10 37 19 18 18 20 9 9
contrôles CTRL MD 03 H 79 12 30 10 10 10 35 18 17 20 20 9 9
contrôles CTRL MD 04 F 78 12 30 10 10 10 34 18 16 20 20 7 9
contrôles CTRL MD 05 H 53 12 30 10 10 10 33 15 18 20 20 9 9
contrôles CTRL MD 06 F 26 12 30 10 10 10 38 20 18 17 20 8 9
contrôles CTRL MD 07 F 79 9 30 10 10 10 34 19 15 20 20 8 8
contrôles CTRL MD 08 F 53 11 30 10 10 10 37 18 19 19 20 7 9
contrôles CTRL MD 09 F 77 11 30 10 10 10 35 18 17 18 20 8 9
contrôles CTRL MG 01 F 64 10 30 10 10 10 34 16 18 20 20 8 9
contrôles CTRL MG 02 H 64 9 30 10 10 10 32 16 16 18 20 7 9
contrôles CTRL MG 03 H 69 9 29 10 10 9 36 18 18 20 20 9 9
contrôles CTRL MG 04 H 72 12 30 10 10 10 37 18 19 18 20 9 9
contrôles CTRL MG 05 H 44 10 30 10 10 10 38 18 20 20 20 9 9
contrôles CTRL MG 06 H 77 9 30 10 10 10 35 17 18 18 20 9 9
contrôles CTRL MG 07 H 72 9 30 10 10 10 38 19 19 20 20 8 9
contrôles CTRL MG 08 F 43 17 30 10 10 10 38 19 19 20 20 9 9
contrôles CTRL MG 09 F 64 10 30 10 10 10 37 18 19 20 20 9 9
contrôles CTRL MG 10 F 73 11 30 10 10 10 34 18 16 20 20 8 9
contrôles CTRL MG 11 F 76 9 29 10 9 10 31 15 16 19 20 6 8
contrôles CTRL MG 12 H 74 12 30 10 10 10 32 14 18 20 20 6 9
contrôles CTRL MG 13 F 63 12 30 10 10 10 37 20 17 19 20 8 9
contrôles CTRL MG 14 F 25 12 30 10 10 10 39 19 20 20 20 7 9
contrôles CTRL MG 15 H 45 14 30 10 10 10 40 20 20 20 20 9 9

SC : Schéma Corporel ; SC S : Schéma Corporel sur Soi ; SC D : Schéma Corporel sur le Dessin ; SC
E : Schéma Corporel sur l’Examinateur ; IGNS : Imitation de Gestes Non Significatifs : IGNS D :
Imitation de Gestes Non Significatifs Digitaux ; IGNS M : Imitation de Gestes Non Significatifs
Manuels ; UOD CM : Utilisation d’Objets en Dispositif en Choix Multiple ; UOD CR : Utilisation
d’Objets en Dispositif en Choix Restreint ; RPMS CM : Résolution de Problèmes Mécaniques
Séquentiels en Choix Multiple ; RMPS CR ; Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix
Restreint

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 44
Annexe VII : Formulaire de consentement

Formulaire de consentement pour participer à l’étude neuropsychologique intitulée :


« Utilisation d’objet et imitation de geste sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche »

Contexte : Ce travail de recherche mené par l’étudiante Emilie LABEL est avant tout un travail
pédagogique qui s’inscrit dans le cadre d’un mémoire de Master 1 réalisé à l’université
d’Angers et encadré par Monsieur JARRY Christophe, maître de conférences en
neuropsychologie au sein du département de psychologie de l’UFR Lettres, Langues et Sciences
Humaines de l’université d’Angers.

Objectif de l’étude : Cette recherche vise à approfondir les connaissances théoriques et


empiriques relatives au rapport entre les capacités d’utilisation d’objets et d’imitation de gestes
sans signification.

Engagement du participant : Pour vous cette étude va consister à participer librement et de


façon éclairée à des tests neuropsychologiques qui vous seront proposés dans le cadre de
séances d’évaluation et/ou de rééducation neuropsychologique. Ces tests durent environ une
heure et pourront s’effectuer en une ou deux séances.

Avec votre accord, les séances de tests pourront être filmées pour examiner avec précision vos
réponses dans l’intérêt de l’étude. Toutes les données recueillies seront strictement anonymes
et aucune des informations obtenues ne sera utilisée dans un autre but que celui de ce travail.

Votre participation à cette étude est volontaire et vous êtes libre de l’interrompre à tout moment
sans avoir à apporter de justification et sans que cela ait une quelconque incidence sur votre
prise en charge médicale.

L’étudiante, Emilie LABEL s’engage à répondre à toutes les questions utiles à votre
consentement quel que soit le moment de l’étude.

Je soussignée Emilie LABEL certifie avoir expliqué le but et la nature du projet de recherche
au participant. J’ai répondu au meilleur de ma connaissance aux questions posées et je me suis
assurée de la bonne compréhension des informations fournies.

Date : Signature :

Dans ces conditions, je soussigné(e)…………………………………………..déclare accepter


librement et de façon éclairée, de participer à ce travail de recherche.

Signature :

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 45
Annexe VIII : Schéma Corporel

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 46
Annexe IX : Imitation de Gestes Non Significatifs

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 47
Annexe X : Disposition des objets sur le support vertical

Annexe XI: Les objets avec les dispositifs correspondant

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 48
Annexe XII : Critères nécessaires pour obtenir les deux points

- Scie : De la sciure doit apparaître sur le morceau de liteau.


- Marteau : Le clou commence à être enfoncé dans la planche avec plus d’une percussion.
- Allumette : La bougie doit être allumée.
- Couteau : Le morceau de pain (baguette) est intégralement coupé en deux.
- Pichet : De l’eau se trouve dans le verre.
- Prise électrique mâle : Le participant insère intégralement la prise électrique mâle dans la prise
électrique femelle.
- Ampoule : Le participant pose et visse l’ampoule, jusqu’au bout, dans la douille.
- Paire de ciseaux : Le participant découpe en partie la feuille de papier en deux.
- Décapsuleur : Le participant enlève complètement la capsule.
- Tournevis : La vis est enfoncée dans la planche avec plus d’une rotation.

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 49
Annexe XIII : Disposition des 16 tiges-outils

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 50
Annexe XIV : Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Multiple

Annexe XV : Résolution de Problèmes Mécaniques Séquentiels en Choix Restreint

Label Emilie | Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident Vasculaire
Cérébral (AVC) droit ou gauche 51
Utilisation d’objets réels et imitation de gestes sans signification suite à un Accident
Vasculaire Cérébral (AVC) droit ou gauche

Suite à un accident vasculaire cérébral peut survenir des troubles d’utilisation d’objets réels
RÉSUMÉ

et des troubles d’imitation de gestes sans signification.


L’objectif de cette étude est d’observer les répercussions de lésions vasculaires droites et
gauches dans l’utilisation d’objets réels et l’imitation de gestes sans signification. Plus
précisément, il est attendu la présence d’un lien entre les deux types de troubles qui pourrait
être le schéma corporel. De ce fait, trois groupes ont été formés, 3 patients vasculaires droits,
8 patients vasculaires gauches et 24 sujets contrôles. Des épreuves praxiques ont été
sélectionnées : imitation de gestes non significatifs, utilisation d’objets en dispositif,
résolution de problèmes mécaniques ainsi qu’une épreuve évaluant le schéma corporel.
Finalement, les résultats ne mettent pas en avant une différence significative entre les deux
localisations lésionnelles mais relèvent tout de même une présence de troubles dans les deux
cas ainsi que l’existence de liens entre l’utilisation et l’imitation. Il n’est pas réellement mis
en avant un lien entre le schéma corporel et les deux types de troubles.
Cependant, il reste primordial de chercher les liens unissant les troubles afin d’être dans une
pratique intégrative.

Mots clés : lésion vasculaire gauche, lésion vasculaire droite, utilisation d’objets réels,
Suite àdeungestes
imitation accident
sansvasculaire cérébral
signification, schéma peut survenirrésolution
corporel, des troubles d’utilisation
de problèmes d’objets réels
mécaniques.
RÉSUMÉ

et des troubles d’imitation de gestes sans signification.


L’objectif de cette étude est d’observer les répercussions de lésions vasculaires droites et
gauches dans l’utilisation d’objets réels et l’imitation de gestes sans signification. Plus
précisément, il est attendu la présence d’un lien entre les deux types de troubles qui pourrait
A stroke
être le may
schémacause real object
corporel. use trois
De ce fait, disorders andont
groupes impairment
été formés,imitation
3 patientsofvasculaires
meaningless droits,
ABSTRACT

gestures.
11 patients vasculaires gauches et 24 sujets contrôles. Des épreuves praxiques ont été
Thesélectionnées
objective of this study is to
: imitation deobserve
gestes the significatifs,ofutilisation
nonrepercussions d’objets
right and left vascular en lesions
dispositif,
résolution de problèmes mécaniques ainsi qu’une épreuve évaluant le schéma corporel.
in the use of real objects and imitation of meaningless gestures. Specifically, it is expected
thatFinalement,
there is a link
lesbetween
résultatsthe
netwo typespas
mettent of en
disorders,
avant uneanddifférence
this that could be due toentre
significative the body
les deux
schema. In light of
localisations this, threemais
lésionnelles groups were trained;
relèvent 3 rightune
tout de même vascular patients,
présence 11 leftdans
de troubles vascular
les deux
cas ainsi que l’existence de liens entre l’utilisation et l’imitation. Il n’est pas réellement
patients and 24 control subjects. Four practical tests were then selected: imitation ofmis
meaningless
en avant un gestures, realleobject
lien entre schémause and mechanical-problem
corporel et les deux types desolving,
troubles.asCependant,
well as a testil reste
primordial de chercher les liens unissant les troubles afin d’être dans une pratique
assessing the body schema.
Theintégrative.
results found did not demonstrate a significant difference between the two lesional
localizations but nonetheless highlight a presence of disorders in both cases as well as the
existence of links between use and imitation. There is not clear link between the body
schema and ROU and IMG disorders.
Nevertheless, it is essential to examin the possible links between the disorders in order to be
Suite à un accident vasculaire cérébral peut survenir des troubles d’utilisation d’objets réels
RÉSUMÉ

in an integrative practice.
et des troubles d’imitation de gestes sans signification.
L’objectif de cette étude est d’observer les répercussions de lésions vasculaires droites et
gauches dans l’utilisation d’objets réels et l’imitation de gestes sans signification. Plus
Keywords : left brain damage, right brain damage, use of real objects, imitation of
précisément, il est attendu la présence d’un lien entre les deux types de troubles qui pourrait
meaningless
A stroke gestures, bodyobject
schema,usemechanical-problem solving
être le may
schémacause real
corporel. De ce fait, disorders
trois andont
groupes impairment
été formés,imitation
3 patientsofvasculaires
meaningless droits,
BSTRACT

gestures.
11 patients vasculaires gauches et 24 sujets contrôles. Des épreuves praxiques ont été
Thesélectionnées : imitation
objective of this deobserve
study is to gestes thenonrepercussions
significatifs,ofutilisation d’objets
right and left vascularen lesions
dispositif,
résolution
in the de problèmes
use of real objects andmécaniques
imitation ofainsi qu’une épreuve
meaningless gestures. Specifically,
évaluant le schémait iscorporel.
expected
thatFinalement,
there is a link
lesbetween
résultatsthe
netwo typespas
mettent of en
disorders,
avant uneanddifférence
this that could be due toentre
significative the body
les deux
schema. In light of
localisations this, threemais
lésionnelles groups were trained;
relèvent 3 rightune
tout de même vascular patients,
présence 11 leftdans
de troubles vascular
les deux
cas ainsi que l’existence de liens entre l’utilisation et l’imitation. Il n’est pas réellement
patients and 24 control subjects. Four practical tests were then selected: IMG, ROU andmis
mechanical-problem
en avant un lien entresolving, as well corporel
le schéma as a test assessing
et les deuxthe bodydeschema.
types troubles. Cependant, il reste
Theprimordial de chercher les liens unissant les troubles afin d’être the
results found did not demonstrate a significant difference between danstwoune pratique
lesional
ENGAGEMENT
DE NON PLAGIAT
Je, soussigné(e) LABEL Emilie
déclare être pleinement conscient(e) que le plagiat de documents ou d’une
partie d’un document publiée sur toutes formes de support, y compris l’internet,
constitue une violation des droits d’auteur ainsi qu’une fraude caractérisée.
En conséquence, je m’engage à citer toutes les sources que j’ai utilisées
pour écrire ce rapport ou mémoire.

signé par l'étudiant(e) le 13 / 05 / 2017

ENGAGEMENT
DE NON PLAG
Je, soussigné(e) ....................................................................................................
déclare être pleinement conscient(e) que le plagiat de documents ou d’une
partie d’un document publiée sur toutes formes de support, y compris l’internet,
constitue une violation des droits d’auteur ainsi qu’une fraude caractérisée.
En conséquence, je m’engage à citer toutes les sources que j’ai utilisées
pour écrire ce rapport ou mémoire.

signé par l'étudiant(e) le jj / mm / aaaa

ENGAGEMENT
DE NON PLAGIAT
Je, soussigné(e) ....................................................................................................
déclare être pleinement conscient(e) que le plagiat de documents ou d’une
partie d’un document publiée sur toutes formes de support, y compris l’internet,
constitue une violation des droits d’auteur ainsi qu’une fraude caractérisée.
En conséquence, je m’engage à citer Cettoutesengagement
les sources que dej’ainon plagiat doit être signé et joint
utilisées
pour écrire ce rapport ou mémoire. à tous les rapports, dossiers, mémoires.

signé par l'étudiant(e) le jj / mm / aaaa Présidence de l'université


40 rue de rennes – BP 73532
49035 Angers cedex
Tél. 02 41 96 23 23 | Fax 02 41 96 23 00