Vous êtes sur la page 1sur 292

GRAMMAIRE

VOCABULAIR E

ORTHOGRAPHE

CONJUGAISON
AV E C 7 0 0 ACTIVITÉS
ET E X E R C I C E S

L’atelier
du langage
10
e

CONFÉRENCE
INTERCANTONALE
DE L’INSTRUCTION
PUBLIQUE
DE LA SUISSE ROMANDE
ET DU TESSIN
L’ouvrage se réfère à la nouvelle dénomination des degrés découlant de la
Convention scolaire romande et de Harmos, à savoir 10e (pour désigner le degré 8
de la précédente organisation scolaire).
Ouvrage réalisé sous la direction de Béatrice BELTRANDO

L’atelier du langage
10 e

Grammaire
Vocabulaire
Orthographe
Conjugaison

Béatrice BELTRANDO,
agrégée de Lettres modernes,
Lycée René Cassin, Arpajon.

Fabienne AVOLEDO, Jeanne BELTRANDO,


certifiée de Lettres modernes, certifiée de Lettres modernes,
Collège Jean Macé, Sainte-Geneviève-des-Bois. Collège du Pont-de-bois, Saint-Chéron.

Anne GÉRARD, Maria LOURENÇO,


certifiée de Lettres modernes, certifiée de Lettres classiques,
Collège La Fontaine aux Bergers, Ollainville. Collège Albert Camus, La Ferté-Alais.

Ouvrage adapté sous l’égide de la CIIP (Conférence Intercantonale


de l’Instruction Publique de la Suisse romande et du Tessin) par
Annie CHERPILLOD ROBINSON, Karen MICHEL-D’ANNOVILLE, Philippe RODUIT
et Christian TARDIN, membres du groupe d’experts romand
Avant-propos
• La CIIP (Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du
Tessin) a adopté en avril 2003 un ensemble de principes directeurs en lien avec l’enseigne-
ment du français. Ils ont été l’objet d’une présentation dans la brochure « Enseignement/
apprentissage du français en Suisse romande: orientations » (avril 2006) qui a été distri-
buée à l’ensemble des enseignants de français de la Suisse romande des degrés primaire et
secondaire I. Deux principes-clé sont au centre de cette approche: la nécessaire articula-
tion des trois finalités de l’enseignement du français (apprendre à communiquer/commu-
niquer – maîtriser le fonctionnement de la langue/réfléchir sur la langue – construire des
références culturelles) et l’ancrage de l’apprentissage du français dans la production et la
compréhension de genres de textes divers, socialement et pédagogiquement pertinents.

Le renouvellement des moyens d’enseignement de français


• De façon à traduire ces principes dans la réalité de l’enseignement, la CIIP a décidé, en
février 2006, d’ouvrir un vaste chantier de renouvellement des moyens d’enseignement de
français, de l’école enfantine à la fin de la scolarité obligatoire, afin de doter les écoles
romandes de manuels communs répondant aux orientations définies. Des enseignants et
des formateurs de la Suisse romande ont ainsi été mandatés afin d’explorer le marché édi-
torial francophone et de faire des propositions de choix ou d’adaptation de ressources exis-
tantes, voire dans certains cas de réalisation de nouvelles ressources. Ces travaux ont
débouché sur le choix par la CIIP, pour le cycle 3 (degrés 9 à 11 selon la nouvelle dési-
gnation des degrés scolaires découlant de la mise en œuvre de la CSR – Convention sco-
laire romande –), de deux collections de moyens d’enseignement éditées en France dont la
collection L’Atelier du langage. Une adaptation de cette dernière a été souhaitée par les
autorités scolaires sur le plan de la terminologie grammaticale utilisée; elle a été confiée
à un groupe d’enseignants et de formateurs romands qui ont œuvré en collaboration étroite
avec l’éditeur afin de proposer des moyens répondant mieux au plan d’études et aux pra-
tiques des enseignants.

Le choix de la collection L’Atelier du langage


• L’ouvrage que vous allez découvrir est le deuxième de cette nouvelle collection. Il est
une adaptation du volume 5e de la collection originale de L’Atelier du langage. Il se pré-
sente comme un manuel d'outils de la langue regroupant des activités de grammaire, d’or-
thographe, de vocabulaire et de conjugaison. Il répond au souci de la CIIP de mettre à
disposition des classes de l’ensemble de la Suisse romande des ressources dans le domaine
de la grammaire au sens large, soit de l’ensemble des sous-domaines permettant « la cons-
truction et l’acquisition d’outils pour réfléchir sur la communication et la langue (en
étant) au service des deux autres finalités de l’enseignement du français (aptitude à com-
muniquer et à construire des références culturelles). » (Enseignement/apprentissage du
français: orientations, p. 29).

• Grâce notamment aux aménagements réalisés et bien que basé sur le programme fran-
çais, cet ouvrage devrait répondre, dans une large mesure, aux orientations définies dans
le document précédemment cité ainsi qu’aux principaux objectifs du plan d’études romand
(PER).

2
• Nous sommes convaincus que cette nouvelle collection de moyens d’enseignement de
français qui accompagnera les élèves tout au long du cycle 3 contribuera à favoriser la
pratique et la maîtrise de la langue française tout en apportant une ouverture sur les
dimensions culturelles. Nous espérons vivement qu’élèves, parents et enseignants pren-
dront du plaisir à la découverte de cet ouvrage ainsi qu’au travail journalier avec lui.

Remerciements
• Pour terminer nous souhaitons exprimer nos remerciements et notre gratitude à l’en-
semble des personnes qui ont œuvré à la réalisation de cet ouvrage (auteurs français et
suisses, experts, membres de commissions, etc.) et à faire part de notre satisfaction vis-
à-vis des conditions dans lesquelles la collaboration avec la Maison d’édition Hatier s’est
déroulée. La Suisse romande a pu montrer tout au long de ce processus sa capacité à s’ou-
vrir sur le monde francophone tout en réaffirmant sa spécificité et son souci de mettre à
disposition des enseignants et des élèves des manuels de qualité.
Christian Berger
Secrétaire général de la CIIP
(Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du
Tessin)

Conception maquette : Frédéric Jély / Graphismes


Réalisation / mise en page : Atelier Michel Ganne / Isabelle Vacher
Iconographie : Édith Garraud / Hatier Illustrations
Illustrations : Jaouen Salaün (p. 27, 28, 37, 46, 52, 57, 60, 64, 69, 77, 78, 81, 89, 91, 98, 101, 103, 112, 118, 120, 127, 130,
141, 144, 149, 155, 156, 159, 161, 181, 184, 189, 190, 193, 196, 202, 204, 207, 208, 211, 215, 216, 218, 223, 224, 227, 228,
230, 233, 235, 236, 238, 245, 246, 250, 254, 261)
Relecture, corrections : Colette Malandain, Greta Rodriguez / Pascale Cheminée

Adaptation pour la Suisse : © Hatier, Paris, mai 2010 - ISBN : 978-2-218-93780-4


Éditions Hatier - 8 rue d’Assas - 75006 Paris - France
Édition originale : L’atelier du langage 5e © Hatier, Paris, avril 2006 - ISBN : 978-2-218-92109-4
Éditions Hatier - 8 rue d’Assas - 75006 Paris - France
Toute représentation, traduction, adaptation ou reproduction, même partielle, par tous procédés, en tous pays, faite sans autorisation préalable est illicite et exposerait
le contrevenant à des poursuites judiciaires. Réf. : loi du 11 mars 1957, alinéas 2 et 3 de l’article 41.
Une représentation ou reproduction sans autorisation de l’éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de Copie (20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris)
constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code Pénal.

3
Mode d’emploi 23
L’étymologie
et l’histoire des mots
ACTIVITÉ PRÉPARATOIRE

ACTIVITÉ 1. Le manuscrit (ci-contre) correspond


au tout début du Roman de Renart.
2. Voici le même passage
transcrit en ancien français…
Se or vos volïez taisir,
Seignor, ja porïez oïr,

L’activité prépare la leçon. S’estïez de bone memoire,


Une partie de l’estoire…
3. … et traduit en français moderne :
Si maintenant vous vouliez bien vous taire,
Seigneurs, vous pourriez entendre,
Avec un petit effort de mémoire,
Une partie de l’histoire…
Le Roman de Renart, branche X (vers 1180),
texte établi et traduit par J. Dufournet et A. Mélines,
© Flammarion, 1985.

Un texte court La cour du roi Noble, enluminure extraite


du Roman de Renart (XIIIe siècle), Paris, BnF.

et facile à comprendre. a. Observez le manuscrit médiéval. À quelle époque a-t-il été réalisé ?
1 b. Identifiez les personnages qui sont représentés sur l’illustration.

a. Observez le texte en ancien français. De quand date-t-il ?


2 Classez les trois documents dans l’ordre chronologique de leur apparition.
b. Repérez et comparez vous vouliez vous taire dans les deux documents anciens.
Que remarquez-vous ?

Comparez le texte écrit en ancien français à sa traduction en français moderne.


3 a. Quels mots ont conservé aujourd’hui la même orthographe qu’en ancien français ?

Des questions simples b. Quels mots ont une orthographe différente ?


c. Par quel mot a été traduit le verbe oïr (v. 2) ?

et des manipulations faciles. Petit lexique de l’image


❖ Le manuscrit médiéval est composé : ❖ Il est soigneusement réalisé par un copiste
– de l’enluminure : miniature, frises décora- (souvent un moine) sur un parchemin (peau) ou,
tives, lettrine (grande initiale ornée en plus tard, sur du papier.
début de chapitre ou de paragraphe) ; ❖ Unique, relié avec des matériaux coûteux (cuir,
– du texte calligraphié (de calli : « belle » et métaux précieux, pierres, émaux…), c’est un objet
graphie : « écriture ») à la main. rare et de grande valeur au Moyen Âge.

172 VOCABULAIRE

Je comprends et je retiens...
LEÇON LEÇON

Définition
Une phrase orale ou graphique qui comporte plusieurs verbes conjugués est une phrase
complexe (➜ CHAPITRE 10).
Dans la phrase complexe, les différentes phrases peuvent s’enchaîner de trois manières
différentes : par juxtaposition, par coordination ou par subordination.

La leçon présente la notion Pour repérer le type de relation entre deux phrases, il faut observer leur lien.

1 La juxtaposition
étape par étape. ●
,
Il n’y a aucun mot de liaison entre deux phrases juxtaposées mais un signe de ponctuation
; : à l’écrit.
Ex. Mathilde ne se souvient de rien : elle a reçu un coup sur la tête .
phrase juxtaposée phrase juxtaposée

Les encadrés « Définition » 2 La coordination


Astuce pour se rappeler
les conjonctions de coordination :
mais, ou, et, donc, or, ni, car
(= « Mais où est donc Ornicar ? »).

et « L’essentiel à retenir » ● Le lien entre deux phrases coordonnées est une conjonction de coordination
(mais, ou, et, donc, or, ni, car) ou un adverbe de liaison (pourtant, puis…).
Ex. Mathilde ne se souvient de rien car elle a reçu un coup sur la tête .

pour sélectionner les informations phrase coordonnée phrase coordonnée

Astuce pour repérer les mots subordonnants :


la plupart contiennent les lettres « qu »
3 La subordination
et mieux les apprendre. ● La marque de la phrase subordonnée est un subordonnant.
(sauf : comme, comment, si, dont, où…).

Ex. Mathilde ne se souvient de rien parce qu’ elle a reçu un coup sur la tête .
phrase subordonnée

Des exemples commentés, des tableaux, L’essentiel à retenir


JUXTAPOSITION aucun mot de liaison phrases juxtaposées

des schémas, des « astuces » COORDINATION


signe de ponctuation , ; :
– conjonction de coordination : phrases coordonnées
mais, ou, et, donc, or, ni, car
– adverbe de liaison :

pour mieux comprendre. SUBORDINATION


puis, pourtant, cependant,
en effet, alors…
subordonnant : phrase subordonnée
qui, que, quoi, dont, où,
quand, lorsque, comme, si…

« Pour en savoir plus » : Pour en savoir plus...


● On peut trouver dans une même phrase complexe plusieurs phrases enchaînées

des approfondissements et des liens par juxtaposition, coordination ou subordination.


Ex. L’homme avait retiré ses chaussures, puis s’était enfui , tandis qu’ une voiture arrivait.
phrase coordonnée phrase subordonnée

avec le vocabulaire, l’orthographe... phrase complexe

11. Les relations dans la phrase complexe 93

Des outils méthodologiques pour progresser. Gardes.qxd


29/03/05
12:16 Page 2

grammaticales
Les classes
Exemples

ÉTHOD E 4 Définitions
FICHE M
cac eme nt
, donner… Page 3
ABLE S -er : marcher , 12:16
Verbes en prendreqxd 29/03/05
MOT S VARI
Se reli re effi
devoir,Gardes.
état. : finir, garder,
action ou un Autres verbes
exprime une Il écrire...
la phrase. dire...
copi e ? Verbe Il gouverne ers : être, avoir,
aller, faire,

-je relir e ma fète pour être lut. (variable en


personne, Verbes irréguli
Pou rquo i dois en temps un garçon… profonde.
e dans la forêt
n : une pomme,
DE MOT S
en nombre,
: Ta copy et Nom commu Laure s’enfonc

Des fiches Le tableau


GN
mal écrite à être lue ! et en mode)
: Paris, Charlott
e…
GRO UPES le noyau est
un nom.
cette phrase est destinée chose, Nom propre Groupe dont
Déchiffrez atiques…) raphiée. Il désigne une en forêt.
de mathém ée et orthog abstraction. se promener
(de français
, d’histoire, écrite, ponctu efficace. Nom un être, une Group e Laure aime
et correctement
infinitif
● Une copie
être lisible recopier est
une solution (variable en
genre
une petite fille,
un pull rouge… nomi nal le noyau est
un verbe groupe
Elle doit donc r avant de et en nombre) . Groupe dont
n et le corrige caractéristique neige.
Faire un brouillo Il exprime une Group e à l’infinitif.
La plaine est
blanche de
nom avec lequel . adjectival
Adjec tif Il précise un infini tif le noyau est
un adjectif groupe
genre il s’accorde. Groupe dont
(variable en

méthode pour des classes


propre
Récrivez au brouillon : le, l’, la, les Group e
1 et corrigez
le et en nombre)
Article défini
: un, une, des adjec tival
le détermine
d’Antoine. Il introduit
un nom et
.
Article indéfini
: du, de la,
des ou group e
nt en nombre Article partitif mon, ton, son, adjec tif
Déter mina en genre et possessif :
(variable en
genre, Déterminant leur…
et parfois notre, votre, : ce, cet, cette,
ces
en nombre
) démonstratif (s)…
en personne Déterminant tout, quelque
indéfini : chaque,

s’approprier et des Déterminant

les fonctions
utilisé
rer ! vocabulaire interrogatif
sans l’amélio enrichir le

Les principa
si on le recopie tion, orthographe), et compliquées… Déterminant s)… Exemples
n ne sert à rien , ponctua tif : quel(le)( mille…
Conseil Un brouillo des phrases réduire les phrases longues et exclama trois, cent,
r (construction numéral : deux, Définitions
Il faut le corrige
e,
, ou, au contrair Déterminant VERB E
trop pauvres moi, tu, te,
toi,
auto ur du
et les phrases el : je, me, PHRA SE :
? Pronom personn lui, on, se, soi, S DANS LA à la cantine.
cons truit es il, elle, le, la,
leur, en, y…
LES FONC
TION Laurie mange

ses sont bien


un nom. ils, elles, les, l’accord du
verbeV
Il remplace un groupe) nous, vous,
S
Il commande

les méthodes fonctions


un mot (ou dont, où,
ir si mes phra
qui fait leçon.
Prono m Il reprend à un être
Pronom relatif
: qui, que, quoi, et exprime
généralement Je copie ma
Com men t savo
ou il renvoie Sujet
(variable en
genre, déjà énoncé, duquel… S V
es : dans la situation auquel, lequel, / là, l’action.
sont correct
suivantes cubistes. ux en nombre
et parfois (ou une chose) tratif : celui-ci son cahier.
les phrases Il peint tablea son âge. en personne
)
d’énonciation. Pronom démons là, ceux-ci / là, ce, ceci… Romain prend
Vérifiez si XX siècle.
e
peintre. Du très doué pour celle(s)-ci / le tien, le sien, ent essentie
l CVD V
un grand était
Picasso est r très tôt il if : le mien,
Pronom possess vôtre, le leur…
C'est un complém à Romain.
ncé à dessine tes et cohére
ntes. t Kévin parle
Picasso a comme s sont complè le nôtre, le Comp lémen
e, rien… du verbe.
ent de verbe
peut CVI
V
ses phrase e), personn
vérifier que ation. chacun( de verbe – Le complém (CVD). à Kévin.

du français en 10 e.
:
et de ponctu son cahier

grammaticales.
écrit, il faut construction Pronom indéfini quoi… directement Romain donne
Quand on atif : qui, que, (CVD, CVI) se construire CVI
● les erreurs de Pronom interrog se construire
CVD V
-on mieux – Il peut aussi
Ainsi perçoit rédigées ? ation. ion (CVI).
correctement uction et
de ponctu avec une préposit brune.
t sont-elles s de constr Laurie est du sujet Laurie
es de Vincen ez les erreur lentement,
hier... essentiel, il
donne V attr.

RIAB LES
Les répons pas, corrig Constituant
22 ne le sont ? très, bien, vite,
MOT S INVA
par
Quand elles difficile à prendre . ut n sur le sujet
est-elle sens d’un verbe, Attrib une précisio attributif
a. Pourquo i
la ville difficile à prendre modifie le adverbe. sous… d’un verbe
ntinopl e est (mur de Il
ou d’un autre de, sans, du sujet l’intermédiaire
La ville de Constaentouré e de muraill es en, vers, avec,
chaîne Adve rbe d’un adjectif à, dans, par,
pour, »]
avec 200 sous. (être, sembler.
..). l'hiver dernier.
L'arbre est tombé C de temps
Parce qu’elle
est se). Parce qu’une un groupe. = « Adam part
pour Anvers
et mur de Théodo mer qui la borde. it un mot ou [Astuce orale non essentie
l de
Consta ntin Elle introdu Complément .
le bras de ation : t précise le context .
e
Laurie mange
à la cantine
de sûreté protège rappell ent Prépo sition Conjonction
de coordin
donc, or, ni,
car Comp lémen la phrase, il cause...) C de lieu
ou constr uctionsville romain e ? groupes. (temps, lieu,
mais, ou, et, de phras e
? »]
b. Quels lieux mots ou deux est donc Ornicar de l’action
ur du NOM
une
ntinopl e a été Elle relie deux [Astuce orale
= « Mais où
que Consta c 2 forums
.
Conjo nctio
n nation : INAL : auto
GRO UPE NOM cahier ,
ntinopl e de subordi
Acropo le aquedu t que Consta n Conjonction quand… cahier , ce
- de coordinatio S DANS LE
si, comme, cahiers , son
nts prouven t une phrase que, lorsque, le cahier , des
c. Quels bâtime politiqu e de l’Empire ? TION cahiers ...
est la capital
e
impéria ux et
du Sénat on
Elle introdui
subordonnée.
LES FONC ne.
le nom et le
détermi
certains cahiers
, quels
des palais e politiqu e - de subordinati !… Il introduit nombre
La présen ce e est la capital ah ! oh ! hé nt genre et le
Consta ntinopl it une exclama
tion. Déter mina Il indique le
petit cahier
prouve que Elle reprodu du nom. rouge – un
n un crayon de nom
de l’Empire. Inter jectio le nom et nom compl.
compl. de
précision sur
Il apporte une stylo qui fuit
t ne. Il est parfois
e 5e , © Hatier,
2005.
Comp lémen parfois le détermi préposition. à papier – un nom
Histoire Géographi une un crayon compl. de
de nom introduit par nom
compl. de
m’entend plus.
Marine ne
ses pensées,
4 Perdue dans (détaché)
THODE
FICHE MÉ
nom
compl. de
20

4
EXERCICES EXERCICES J’applique...
À vos marques ! 4 Trouvez le nom en registre courant
correspondant aux expressions ima-
Vérifiez que vous savez : gées suivantes.
1 – identifier le registre de langue d’un (Cherchez les noms qui les composent dans un

Les exercices mettent en jeu


texte (familier / courant / soutenu) ; dictionnaire.)
– justifier votre réponse par des relevés de le roi des animaux – le roi des forêts – le matin de
vocabulaire et de grammaire. la vie – les perles du matin – le miroir de l’âme –
– Alors, Jed’s, qu’est-ce que tu penses du nou- l’oiseau de Minerve – l’écharpe d’Iris.

la notion à partir de textes attrayants 5


veau prof de français ? Il est pas mal !
– Bah ! un jeunot. Il va beaucoup « baver ».
On va passer notre temps à discuter. Tu sais,
moi, le tiers-monde, la drogue, tout ça je m’en
Proposez un synonyme en registre cou-
5
rant pour les noms suivants qui appar-
tiennent tous au vocabulaire soutenu.
(Aidez-vous d’un dictionnaire.)

et de démarches variées. balance !


– T’es jamais content ! Pour une fois qu’on a
quelqu’un avec qui on pourrait parler de cho-
ses intéressantes.
une algarade – les arcanes – une billevesée –
le firmament – la glèbe – une iniquité – l’onde –
le trépas – la vilenie.
O R T H O G R A P H E O R T H O G R A P H E
1
– Et le CAP ? C’est pas comme ça qu’on va leComplétez les
10 Identifiez dans les par phrases
on suivantesAccordez comme il convient, selon la
13 phrases suivantes 6 14
Des exercices variés et progressifs : préparer.
– Alors là, tu charries ! Hier tu disais que t’en
avais rien à cirer et aujourd’hui…
ou on n’. le registre de langue dominant etvaleur de on, les adjectifs et participes
repérez l’intrus qui s’y est glissé.
a. Quand .... est à l’école secondaire, .... a beau-
a. Cher ami, auriez-vous l’amabilité de me
passés entre parenthèses.
a. prê-
« On est bien (content) d’être enfin (arrivé) ! »
coup de camarades.

– À vos marques ! : un premier exercice pour Jacques Delval, Salut bahut !,

1. CAP : certificat d’aptitude professionnelle.


b. .... apprend
© Castor Poche Flammarion, 1994.
ter des
votre
semaine ?
bagnole
poèmes et ....pour
notes quand .... a bien su les réciter.
b. Est-ce que vous
a delebonnes

viendrez
c. .... a aucune raison d’échouer si .... a bien
congé de fin

nous
de
s’exclamèrent Larissa, Estelle et Carla.
b. « On semble (fatigué), ma petite », me dit ma
rendre un’
grand-mère.

vérifier que la leçon est bien comprise. 2 Trouvez des synonymes pour complé-
ter le tableau suivant.
appris. p’tite
d. .... a rien c.
à Ça
visite
suffit
faire
d. N’oublie
tous les exercices en classe.
cet
pour! Tu
été ?
t’tais et
demain cart’obtempères.
.... a fait
pas de prendre un parapluie
c. « On est (pressé) d’être en vacances », ont
écrit Olivier et Nicolas à leur tante Sophie.
d. carOn est (habitué) à correspondre par
Registre Registre Registree. .... aimerait aujourd’hui
bien aller en il va flotter.
voyage linguistique Internet.
familier courant soutenu e. Mon aïeul pense que pourles gosses ne sont
e. «pas
Alors, les filles, on est (allé) à la piscine cet
– Des consignes claires : le verbe est se tirer

lâche
œuvrer
mais .... a qu’un

pour résoudre f.ce


accompagnateur
suffisamment
f. .... a cherché toutes les morigénés.
Il problème
faut que tu ailles
mais .... chez
l’instant.
solutions possibles
a pas le
après-midi ? »
toubib pourf. qu’il
trouvé. On est (certain) que la Terre tourne autour du
renouvelle tes médicaments. Soleil.

en gras et la notion est en couleur.


g. Quand .... a corrigé en classe, .... a tous
gronder
écouté. g. « On est (sûr) d’être (sélectionné) pour le
avoir la dalle Repérez les caractéristiques (lexicales et
h. .... a plus qu’à s’exercer et .... y arrivera.
invectiver
grammaticales) du registre soutenu
7
championnat ! » s’écrièrent Ali et Christophe.
i. C’est pourquoi ....texte.
a demandé des exercices h. « On est bientôt (arrivé) à la piscine ? »
habiter dans ce
demandèrent Sophie et Pauline.
être danssupplémentaires qu’.... a eu aucun mal à faire.

– Des aides sur certains exercices. une baffe


les bras de
Le fantôme de Canterville s’adresse à Virginia,
j. Le jour dujeunecontrôle, .... a eu
Morphéeréussir et .... en a conclu que notre persévé-
l’impression
veaux propriétaires du château.
rance avait porté ses fruits.
de
Américaine, dont les parents sont les nou-
une n’est jamais si bien (servi) que par soi-
i. On
même.

– Enfin, voyons, dit le fantôme, d’un air assez Aide On commande l’accord quand il remplace une per-
une prison sonne précise dans la phrase (je, tu, nous…).
une bafouille Aide On peut penaud,
remplacerqueonvouliez-vous
par un autre que je fisse ? Il estEx.
pronom fort
« Qu’est-ce qu’on est bronzées ! » s’exclament Sonia

– À vos plumes ! : des exercices pour suranné (il, elle…) pourdifficile


puisque
dephrase
savoir si la
Ex. On écoute ➝ Elle écoute.
et
se procurer
votre
On n’écoute pas ➝ Elle n’écoute pas.
frère
du sang, à notre époque,
est négative.
est à l’origine
5 l’affaire avec son Extra-Détersif, je n’ai vu aucune
de toute
et Chloé. (on = nous = Sonia et Chloé)
Ex. Après un séjour à la montagne, on rentre bronzé.
(on : personne en particulier, tout le monde)
Proposez des adjectifs synonymes en
3
s’entraîner à écrire de petits textes. registre soutenu.
laid – délicieux – honteux – mauvais – ordinaire –
drôle – fatigué.
raison de ne pas m’approprier vos couleurs.
Oscar Wilde, Le Fantôme de Canterville, 1887,
© Stock, 1979.
À vos plumes !

Des exercices interdisciplinaires font le lien 54 L’ÉNONCIATION


15 Imaginez au moins une phrase en
registre soutenu pour chacune des
situations d’énonciation proposées.
g. Un jongleur remercie un seigneur de son
hospitalité.
h. Un seigneur remet son écu à un chevalier.

entre la GRAMMAIRE, le VOCABULAIRE, a. Vous demandez à votre professeur de fran-


çais l’orthographe d’un mot.
b. Vous demandez, par écrit, au directeur l’au-
1. Imaginez, pour chaque mot proposé,
une phrase où il sera utilisé en registre
16
courant et une phrase où il sera utilisé en

l’ORTHOGRAPHE, la CONJUGAISON... torisation d’organiser une soirée dans le réfec-


toire. Écrivez le début de la lettre et la formule
de politesse.
registre familier :
balancer – caisse – clou – cravater – chouette.

et même d’autres matières : SHS*, MSN*... c. Un touriste égaré demande sa direction à un 2. Cherchez cinq autres mots qui ont un sens
agent de police. différent selon qu’ils appartiennent au registre
courant ou familier.
d. Vous vous excusez d’être en retard auprès
Narration et description alternent dans le
d’un professeur.
ATELIER e. Un professeur demande à un élève
récit : les passages narratifs font progresser
l’action
Récrivez en registre courant les
; les éléments descriptifs la ralentis-
de cesser 17
paroles du fantôme (➜ EXERCICE 7).
* SHS : Sciences de l’homme et de la société. de bavarder. sent, mais enrichissent son arrière-plan.

Je lis et j’écris 18
f. Le roi Arthur propose à la reine Guenièvre de Récrivez en registre courant les

MSN : Mathématiques et sciences de la nature. un récit alternant narration et description


l’accompagner à un tournoi de chevalerie. répliques de Lucas et Valère (➜ EXERCICE 8).

56 L’ÉNONCIATION

ATELIER 1. merveille : chose


extraordinaire,
prodigieuse.
M essire Yvain cheminait, absorbé par ses pen-
sées. Il arrivait dans un petit bois lorsqu’il
entendit un cri de douleur perçant. Il se dirigea vers l’en-
2. félons : traîtres, droit d’où provenait cette clameur. Quand il y parvint,
sournois. 5 il vit, au milieu d’un champ, un lion aux prises avec un
serpent : ce dernier le tenait par la
queue et crachait des flammes qui
lui brûlaient les flancs. Messire
Yvain ne resta pas longtemps à
1
10 regarder cette merveille ; il se

L’atelier permet de réutiliser demanda lequel des deux combat-


tants il aiderait. Il se décida pour
le lion car on ne doit faire de mal
qu’aux êtres nuisibles et félons2.

la notion pour lire et pour écrire D’après Chrétien de Troyes,


Yvain ou le Chevalier au lion,
XIIe siècle.

un texte. 2 • L’image
a. Observez les animaux représentés : la scène est-
elle réaliste ou merveilleuse ?
b. Observez le fond de l’image : est-il réaliste ou

Un texte ou une image en rapport « Yvain tuant le serpent »,


enluminure extraite d’un manuscrit français
stylisé ?
c. Que désigne en fait le « serpent » dans la litté-
rature du Moyen Âge ?
du XIVe siècle (BnF, Paris).

avec le programme de 10 e. ÉCRITURE


3 • Vous êtes un jeune clerc* à qui l’on a com-
COMPRÉHENSION mandé un manuscrit contant l’histoire d’Yvain.

Un questionnaire de lecture complet


1• Le texte Écrivez votre version de ce texte en le complétant
a. Observez les verbes du texte : évoquent-ils des à la fois :
actions ? À quel temps sont-ils majoritairement ? – par un passage descriptif décrivant le serpent (vous
b. Quelle est la forme de texte dominante ? vous servirez des indices du texte et de l’image ;

pour comprendre le sens du texte. c. Relevez un élément descriptif caractérisant le


serpent. Quel est le temps du verbe employé ?
Le personnage du serpent est-il réaliste ou
vous choisirez soigneusement l’endroit du texte où
vous insérerez votre paragraphe descriptif) ;
– par un passage narratif constituant la suite
merveilleux ? immédiate du texte et relatant le combat d’Yvain.
d. À quels défauts est associé le serpent ?

Un sujet d’écriture détaillé. Citez le texte pour justifier votre réponse. * Jeune stagiaire qui a étudié dans une école ecclésiastique.

2. Le texte narratif et le passage descriptif 39

12:16 Page 4
29/03/05
Gardes.qxd

ographique
IF
SUBJONCT

relecture orth
Passé
chanté

Guide pour la
I N D I C AT I F Présent que j’aie :
Exemples
é e
que je chant es
chanté conjugaison
Passé compos que tu aies raphe et de
ire, d’orthog
chanter
chanté
ISON

Présent j’ai
chanté
que tu chant e qu’il ait ire, de vocabula
Astuces chanté de gramma
je chant e tu as
chanté qu’il chant nous ayons , toutes les notions grammaticales
;
Règles chant- tu chant es chanté i ons que chanté , dans ce glossaire t des classes s. s (➜ p. …).
il a que nous chant i ez que vous ayez chanté les termes désignan aux pages indiquée
NJUGA

Points à vérifier suis Vous trouverez fonction


e : « Que je il chant e nous avons
chanté
que vous chant ent qu’ils aient violet signale les termes désignant des ainsi que dans les leçons
Amélie s’exclam ■ : le carré ,
ION hui ! » ons chanté qu’ils chant rouge signale s dans ce glossaire
ÉNON CIAT
est nous chant vous avez ■ : le carré
Chercher qui fatiguée aujourd’ ez chanté NEL * gras sont expliqué
e désignée (je, nous) vous chant ils ont CO NDITION Les mots en ns qui per-
La personn l’émetteur ils chant ent el et spatial
: indicatio
X DE CO

ne nous ou vous taire de Passé l’espace


Qui désig par je ou tu, ou le destina Présent chanté Cadre tempor l’action du texte dans
je, tu... ?

Le guide La conjugaison
l’accord. vous). j’aurais qui apporte mettent de
situer
commande l’énoncé (tu, Futur antérie
ur
je chant erai
s
tu aurais
chanté ticale] : mot rouge…) (➜ p. 65, 71).
s [classe gramma (Ex. petit, et le temps
Futur simple j’aurai
chanté tu chant erai il aurait
chanté ■ Adjectif n sur le nom variable en genre et se rap-
une pelote je chant er
ai chanté il chant erai
t chanté une précisio de mots qui
jouent avec tu auras nous aurions L’adjectif est le nom auquel il se : ensemble
TABLEAU

Les chatons as eri ons Champ lexical (➜ p. 185).


tu chant er chanté
nous chant vous auriez
chanté (➜ p. 14-15). avec
et s’accorde
ACCO RDS
sujet a il aura les même thème
Chercher le ?» de laine. il chant er nous aurons
chanté
vous chant
eri ez
ils auraient
chanté en nombre Il peut remplir portent à un
nde qui [verbe] er ons chanté ent p. 209, 231). nom ou d’attribut le des significa
-
Le sujet comma « Qui est-ce nous chant vous aurez ils chant erai rapporte (➜ de
er ez complément ique : ensemb
Sujet - l’accord du
verbe.
Julie est enfin
arrivée.
vous chant ont ils auront
chanté
I M P É R AT
IF el est parfois fonction s de
p. 16-17, 131,
151). Champ sémant
mot (➜ p.
185).
Verbe l’auxiliaire. des biscuits. ils chant er it * Le conditionn un mode
du sujet (➜ tions d’un même
1. Repérer Julie a apporté

des verbes les


Plus-que-parfa considéré comme un temps. f

de relecture
à
passé : identifier Julie a apportés
Présent ticale] : adjecti la catégorie
Le participe 2. – Avec être ait chanté et parfois comme gramma
TICALE : elle
indique
Les biscuits que Imparf j’avais chant e verbal [classe et du suffixe
-ant adjectif,
Parti cipe s’accorde : le sujet. . je chant ai
s
tu avais
chanté
chant ons ■ Adjectif d’un verbe ■ CLASSE GRAMMA ent un mot (nom,
: identifier sont délicieux en nombre
passé – soit avec
le sujet – Avec avoir tu chant ai
s chanté formé à partir en genre et laquelle apparti14-15, 209).
s’il est t il avait chant ez Il s’accorde p. 231). p.
(auxiliaire être), le CVD, repérer il chant ai nous avions
chanté (➜ p. 157). rapporte (➜ verbe…) (➜
i ons auquel il se deux élé-
le CVD s’il placé avant
ou après. nous chant vous aviez
chanté PA R T I C I P E avec le mot à rapproche
– soit avec i ez servant : image qui à l’aide
l’auxiliaire vous chant ils avaient
chanté ticale] : mot Comparaison le comparant)
est placé avant rondes.
ils chant ai
ent Présent
Passé
[classe gramma adjectif ou comparé et , tel… que,
Dorian porte
des lunettes ur chanté ■ Adverbe sens d’un verbe, d’un ments (le aison (comme
(auxiliaire avoir). dont qui sont rondes.) Passé antérie chant ant r le vite, rapide- de compar lance

plus courants.
lunettes très, bien, er la ressemb

orthographique
Repérer le nom (= ce sont les Passé simple chanté modifie
adverbe (Ex. 93, 111). Les adver- d’un outil
e f en se j’eus
d’un autre pour en soulign
L’adjectif s’accord dépend l’adjecti je chant ai tu eus
chanté
(➜ p. 14-15, pareil à…)
: « Qu’est-
ce s INFINITIF ment, hier…) bles (➜ p.
209).
Nom - en genre et
en nombre
demandant tu chant a il eut
chanté
mots invaria (➜ p. 197).
] ? » bes sont des élément
Adjec tif avec le nom
auquel
qui est [adjectif il chant a nous eûmes
chanté
Présent
Passé e [fonction] :
â mes chanté chanté de la premièr de phrase exprime les
il se rapporte
. nous chant tes vous eûtes chant er avoir laissé au débutle distinguer des ■ Complémentl de la phrase, il en 71,
vous chant rent
â
ils eurent
chanté Alinéa : retrait pour non essentie 16-17, 65,
paragraphe iques (➜ p. ?…»), de
des cerises. ils chant è IF ligne d’un
VERB ALES Je vais acheter SUBJONCT 35). nuances sémant de temps (« quand
CON FUSI ONS par vendre (= vendre) Passé autres (➜ p. 111). Il peut
être oi ? »), de
Remplacer de mots que cause (« pourqu e (« com-

pour se corriger.
en -er, cerises. I N D I C AT I F Présent que j’aie
couru
ou groupe où ?… »), de
Pour les verbes ou prendre
pour J’ai acheté des é que je cour
e couru : mot 145). lieu (« ? »), de manièr
) Passé compos que tu aies Antécédent (➜ p. 139, quel but quoi ? »),
-er / -é(e)(s l’infinitif et
le participe entendre la
différence. (= vendu) es couru pronom relatif but (« dans au moyen de
passé -é(e)(s)
sont en retard. courir Présent
je cour s
j’ai
couru
couru
que tu cour
qu’il cour
e qu’il ait couru reprend un
action qui a ment ? »),
de moyen («
(« avec qui ? »), de
com-
n (« à

Le glossaire
j’arrivais toujours tu as que nous ayons couru d’une ent
D’habitude, cour- tu cour s couru i ons
que nous cour i ez : caractéristiquep. 79). d’accompagnem ? »), de conditio (« de
homophones. (= nous arrivions) il a que vous ayez couru Antériorité comme quoi
autre fait (➜
re
Remplacer
par la 1 avance. il cour t nous avons
couru que vous cour ent qu’ils aient avant un paraison (« n ? »), de conséq
uence
j’arrivai en lieu (« malgré
en -er pluriel Cette fois-là, nous cour
ons couru qu’ils cour es » des mots
de quelle conditio ? »), d’opposition
Pour les verbes personne du (= nous arrivâme
s) vous avez * quoi
-ai / -ais e du entendre vous cour
ez
ils ont
couru
CONDITIO
NNEL : sont « antonym p. 179). sorte que 112).
Antonymes / petit…) (➜ tableau p.
re
à la 1 personn simple (nous) pour
passé ils cour ent Passé e (Ex. grand quoi ? ») (➜
singulier, le la différence. couru sens contrair n] : complé
ment
ait -ais Présent [classe gram-
-ai et l’imparf j’arriverai en
avance. ur s j’aurais
couru i, partitif d’agent [fonctio expri-
homophones. C’est promis, s) Futur antérie je cour rai tu aurais défini, indéfin (➜ p. 14-15,
164- ■ Complément Il indique qui fait l’action une pré-
sont presque (= nous arriveron couru s couru ■ Article déterminants]
Futur simple tu cour rai du verbe passif. et est introduit par
re

pour retrouver
par la 1 j’aurai il aurait maticale] : [voir
Remplacer is je cour r ai couru il cour rai
t couru verbe
verbes, à la pluriel plus tôt, j’arrivera tu auras nous aurions mée par le 99).
Pour tous les r, personne du Si je partais s)
tu cour r as couru ri ons couru 165, 209). ou de) (➜ p.
(= nous arriverion nous cour vous auriez ant essen- position (par
-rai / -rais entendre
e du singulie il aura
1re personn et (nous) pour en avance. il cour r a couru ri ez couru n] : constitu ristique : complément
l’indicatif -rai nous aurons vous cour ent ils auraient t du sujet [fonctio caracté [fonctio n]
le futur de la différence. r ons couru ils cour rai ■ Attribu une de verbe peut être ni
nous cour vous aurez il exprime attribu-
conditionnel r ez couru tiel de la phrase, d’un verbe ■ Complément verbe transitif. Il ne
le présent du vous cour ils auront I M P É R AT I F el est parfois l’intermédiaire en genre et l d’un 125).
par e essentie 16-17,
-rais sont presque ils cour r ont it * Le conditionn un mode du sujet
131). Il s’accord déplacé (➜ p.
(CVD) : il
se
Plus-que-parfa Présent considéré comme un temps.
tif (➜ p. 16-17, le sujet ➜ p. 225). supprimé ni de verbe direct
homophones. Imparfait j’avais
couru et parfois comme avec – Complément ent (sans préposition). : il se
cour s en nombre
UX

toutes les notions.


TICA je cour ai s couru être et construit directem (CVI)
NES GRA MMA
vélos. tu avais cour ons nt les verbes
avoir à
Colin a deux
tu cour ai
s couru
terme désigna de former un temps de verbe indirect itions à
– Complément ement (avec les prépos
HOM OPHO
il avait
Mettre le verbe / avait) : (= avait)
il cour ai t couru cour ez Auxiliaire :
au présent un vélo à Théo. nous avions ils permettent dépend construit indirect
Le verbe avoir l’imparfait
(avais
Colin prête i ons couru
PA R T I C I P E avoir quand p. 251). De l’auxiliaire
ne pas nous cour vous aviez
a(s) / à et la préposi- (➜ p. 237).
(tu as, il a) cela ne fonction vous cour
i ez
ils avaient
couru composé e passé (➜ ou de).
ou groupe
homophones.
Passé particip ]: mot
tion à sont avec la préposit
ion.
ils cour ai
ent Présent l’accord du de nom [fonction
ur couru sur un nom.
Où vas-tu ? Passé antérie cour ant à ■ Complémentapporte des précisions 145,
la conjonction
e ? Passé simple couru ajoute une de mots qui (➜ p. 16-17,
Remplacer À la mer ou
à la montagn j’eus laquelle on ion du nom
je cour u s couru du verbe à temps pour C’est une expans
tion ou et le par ou bien
: cela ne (= ou bien) tu eus INFINITIF Base : partie e et/ou de s
La conjonc tu cour u s il eut
couru s de personn présenter plusieur
interrogatif trois marque
ou / où mot où (mot fonctionne
pas avec
il cour u t nous eûmes
couru
Présent
Passé Un verbe peut
157).
relatif) sont û mes couru avoir couru le conjuguer.
ou pronom le mot où. nous cour vous eûtes cour ir 263).
û tes couru bases (➜ p. 275
homophones. vous cour ils eurent OTIONS
ils cour u rent RE DES N
GLOSSAI

268

5
L’atelier du langage , c’est…

L’atelier du langage 10e est un manuel d’outils de la langue simple et complet.


Le programme de 10e est décomposé en 40 chapitres courts, construits autour d’objectifs
clairs et réalistes.
Pour chaque notion, le manuel propose une leçon et de nombreuses activités permettant
aux élèves d’appliquer progressivement leurs nouvelles compétences à des exercices de lecture
et d’écriture.
L’apprentissage de l’orthographe est une priorité du manuel : des chapitres spécifiques lui sont
consacrés, avec des exercices de réécriture et des dictées préparées, mais aussi de nombreux
exercices au sein des chapitres de grammaire.

Un manuel d’outils de la langue


Les outils de la langue regroupent les activités de :
● grammaire
● vocabulaire
● orthographe
● conjugaison
… tout ce qui permet à l’élève de maîtriser la langue pour lire, comprendre et s’exprimer,
à l’écrit comme à l’oral.

40 chapitres
● pour couvrir tout le programme de 10e en grammaire, orthographe, vocabulaire et conjugaison ;
● pour pratiquer des activités de lecture et d’écriture variées sur des textes.

700 activités et exercices


Des supports attrayants et des démarches variées : repérages, phrases à compléter, textes
à reconstituer, copies d’élèves à corriger, transformations, réécritures, dictées préparées…
● pour s’entraîner de manière progressive ;
● pour apprendre à mieux lire et mieux écrire.

Des outils méthodologiques


Des « fiches méthode », des tableaux (classes grammaticales et fonctions, relecture
orthographique, conjugaison…), des « aides » pour les exercices, des « astuces »…
● pour comprendre ses difficultés et savoir y remédier ;
● pour progresser tout au long de l’année.

6
Sommaire
Fiches méthode Pistes pour le travail en séquences ........................... p. 10

1 Les classes grammaticales .............. p. 14 Tableaux de conjugaison .......................................... p. 268


Glossaire des notions ............................................... p. 275
2 Les fonctions grammaticales .......... p. 16 Index des auteurs et des œuvres par genre ................. p. 281
Tableau des classes grammaticales
3 Comprendre les consignes ............... p. 18 et des fonctions ........................................................ p. 284
Guide pour la relecture orthographique ...................... p. 286
4 Se relire efficacement ........................ p. 20

Partie 1 L’énonciation et le texte


L’ é n o n c i a t i o n
1 La situation d’énonciation ACTIVITÉ D. Guedj, Le Théorème du perroquet, 1998 p. 26
p. 26 ATELIER Je lis et j’écris une lettre ou un journal fictif : p. 33
M. Morpurgo, Le Naufrage du Zanzibar, 1994

2 Le texte narratif ACTIVITÉ Ch. Dickens, Oliver Twist, 1838 p. 34


et le passage descriptif ATELIER Je lis et j’écris un récit alternant narration et description : p. 39
p. 34 Chrétien de Troyes, Yvain ou le Chevalier au lion, XIIe siècle

3 Le texte explicatif ACTIVITÉ Animaux de la nuit, 2001 p. 40


et le texte argumentatif ATELIER Je lis et j’écris des messages explicatifs ou argumentatifs : p. 45
p. 40 affiche d’Action contre la Faim, 2004

4 Le dialogue et les paroles ACTIVITÉ J. London, Belliou la fumée, 1912 p. 46


rapportées directement ATELIER Je lis et j’écris un dialogue inséré dans un récit : p. 51
p. 46 A. Conan Doyle, Le Chien des Baskerville, 1902

5 Les registres de langue ACTIVITÉ J. Joffo, Un sac de billes, 1973 p. 52


p. 52 ATELIER Je lis et j’écris un dialogue comique : p. 57
P. Cauvin, Monsieur Papa, 1976

Le texte
6 La reprise du nom ACTIVITÉ V. Hugo, Les Contemplations, « Aux Feuillantines », 1856 p. 58
p. 58 ATELIER Je lis et j’écris une courte explication : p. 63
Mon Quotidien, « Qu’est-ce qu’une sonde spatiale ? », 2005

7 Les organisateurs ACTIVITÉ É. Boisset, Le Grimoire d’Arkandias, 2001 p. 64


temporels ATELIER Je lis et j’écris un récit merveilleux : p. 69
p. 64 Le Roman de Tristan et Iseut, XIIe siècle

8 Les organisateurs spatiaux ACTIVITÉ P. Brueghel l’Ancien, Les Chasseurs dans la neige, 1565 p. 70
p. 70 ATELIER Je lis et j’écris une description en mouvement : p. 75
G. Leroux, Le Parfum de la dame en noir, 1909

9 Le récit au passé ACTIVITÉ L. Camigliéri, Contes et légendes


p. 76 des chevaliers de la Table ronde, 1994 p. 76
ATELIER Je lis et j’écris un récit au passé se situant au Moyen Âge : p. 83
Le Roman de Tristan et Iseut, XIIe siècle

7
Partie 2 Grammaire de la phrase et de ses constituants
La phrase
10 La phrase simple ACTIVITÉ Molière, Les Fourberies de Scapin (III, 2), 1671 p. 86
et la phrase complexe ATELIER Je lis et j’écris un dialogue dans un récit : p. 91
p. 86 J. Renard, Poil de Carotte, 1894

11 Les relations dans la phrase ACTIVITÉ G. Leroux, Le Mystère de la Chambre Jaune, 1907 p. 92
complexe : juxtaposition, ATELIER Je lis et j’écris une page de journal intime : p. 97
coordination, subordination Ma Yan et P. Haski, Le Journal de Ma Yan, 2002
p. 92

12 La phrase passive ACTIVITÉ Chr. de Montella, V.H. ou l’enchantement, 2002 p. 98


p. 98 ATELIER Je lis et j’écris une description dans un dialogue : p. 103
M. Morpurgo, Le Roi Arthur, 1998

13 Les types de phrases ACTIVITÉ Molière, Les Fourberies de Scapin (I, 1), 1671 p. 104
p. 104 ATELIER Je lis et j’écris un dialogue de théâtre : p. 109
Molière, Les Fourberies de Scapin (III, 13), 1671

14 Les compléments de temps, ACTIVITÉ A. Conan Doyle, Le Chien des Baskerville, 1902 p. 110
de but, de cause… ATELIER Je lis et j’écris un récit de dérision critique : p. 117
p. 110 Le Roman de Renart, XIIe siècle

Autour du verbe
15 La fonction sujet ACTIVITÉ O. Weulersse, Le Chevalier au bouclier vert, 1990 p. 118
p. 118 ATELIER Je lis et j’écris un récit à rebondissement : p. 123
Chrétien de Troyes, Yvain ou le Chevalier au lion, XIIe siècle

16 La fonction ACTIVITÉ Molière, Le Médecin malgré lui (I, 5), 1666 p. 124
complément de verbe ATELIER Je lis et j’écris un article de presse : p. 129
p. 124 Mon Quotidien, « Bientôt des lions en liberté aux États-Unis ? », 2005

17 La fonction ACTIVITÉ R. Barjavel, L’Enchanteur, 1984 p. 130


attribut du sujet p. 130 ATELIER Je lis et j’écris une courte biographie : le roi Arthur p. 135

18 Les pronoms personnels ACTIVITÉ H. Pratt, Corto Maltese, Rendez-vous à Bahia, 1970 p. 136
p. 136 ATELIER Je lis et j’écris une interview : p. 143
Je bouquine, interview de D. Pennac, 2003

Autour du nom
19 Le groupe nominal ACTIVITÉ B. Coppin, Le Quai des secrets, 2000 p. 144
p. 144 ATELIER Je lis et j’écris une description dans un récit : p. 149
M. Tournier, Vendredi ou la Vie sauvage, 1977

20 L’expansion du nom : ACTIVITÉ J. Charpentreau, « L’oiseau du matin », 1984 p. 150


le complément de nom ATELIER Je lis et j’écris la description d’un objet : p. 155
p. 150 G. Flaubert, Madame Bovary, 1857

21 La classe de l’adjectif ACTIVITÉ. L. Charteris, Le Saint, Le policier fantôme, 1930 p. 156


p. 156 ATELIER Je lis et j’écris une suite de texte : p. 161
H. de Mont-Rachais, Récits et légendes de la Table ronde, 2004

22 La classe ACTIVITÉ Molière, Le Médecin malgré lui (III, 7), 1666 p. 162
des déterminants ATELIER Je lis et j’écris un article de presse : Mon Quotidien, p. 169
p. 162 «Après l’exposition, la tour Eiffel devait être démolie», 2005

8
Partie 3 Vocabulaire, orthographe, conjugaison
Vocabulaire
23 L’étymologie ACTIVITÉ Le Roman de Renart, XIIe siècle p. 172
et l’histoire des mots ATELIER Je lis et j’écris en jouant à inventer des mots : p. 177
p. 172 R. Detambel, La Comédie des mots, « Schtroumpf », 1997
24 Les relations entre les mots: ACTIVITÉ Rutebeuf, Poésies, « La paix de Rutebeuf », ≈ 1260 p. 178
synonymes, antonymes, ATELIER Je lis et j’écris un poème lyrique : p. 183
homonymes… p. 178 L. Labé, Sonnets, « Je vis, je meurs… », 1555
25 Le champ lexical ACTIVITÉ G. Leroux, Le Parfum de la dame en noir, 1909 p. 184
et le champ sémantique ATELIER Je lis et j’écris la présentation d’un personnage : p. 189
p. 184 J. Verne, L’Île mystérieuse, 1874
26 Le vocabulaire mélioratif ACTIVITÉ A. Allais, Un petit « fin de siècle », 1891 p. 190
et le vocabulaire péjoratif ATELIER Je lis et j’écris la description d’un lieu : p. 195
p. 190 O. Wilde, L’Anniversaire de l’infante, 1888
27 Les images : ACTIVITÉ Ch. Baudelaire, Les Fleurs du Mal, « La musique », 1857 p. 196
comparaison, métaphore, ATELIER Je lis et j’écris une lettre à des êtres chers : p. 201
personnification… p. 196 V. Hugo, Les Voix intérieures, « À quoi je songe ?... », 1837

Orthographe
28 L’orthographe ACTIVITÉ G. Leroux, Le Parfum de la dame en noir, 1909 p. 202
et l’étymologie p. 202 DICTÉE PRÉPARÉE É. Brisou-Pellen, L’Hiver des loups, 1998 p. 207

29 Les mots variables et ACTIVITÉ A. Grousset, La Citadelle du vertige, 1991 p. 208


les mots invariables p. 208 DICTÉE PRÉPARÉE J.-M. Soyez, Les Brigands de la Saint-Michel, 1984 p. 211

30 Les homophones ACTIVITÉ G. de Nerval, Odelettes, « La cousine », 1853 p. 212


grammaticaux p. 212 DICTÉE PRÉPARÉE M. Morpurgo, Le Roi Arthur, 1998 p. 217

31 Les confusions verbales ACTIVITÉ A. Conan Doyle, La Ligue des rouquins, 1891 p. 218
p. 218 DICTÉE PRÉPARÉE M. Pagnol, Le Château de ma mère, 1976 p. 223

32 Les accords dans la phrase ACTIVITÉ H. de Mont-Rachais, Récits et légendes de la Table ronde p. 224
et dans le texte p. 224 DICTÉE PRÉPARÉE Ph. Pullman, Les Royaumes du Nord, 1995 p. 229

33 Les accords dans ACTIVITÉ E. Orsenna, La grammaire est une chanson douce, 2001 p. 230
le groupe nominal p. 230 DICTÉE PRÉPARÉE A. Grousset, La Citadelle du vertige, 1991 p. 235

34 Les accords ACTIVITÉ Tristan (version de Thomas), XIIe siècle p. 236


du participe passé p. 236 DICTÉE PRÉPARÉE Tristan (version de Thomas), XIIe siècle p. 241

Conjugaison
35 L’imparfait de l’indicatif ACTIVITÉ A. Rimbaud, Poésies, « Ma bohème », 1870 p. 242
p. 242 DICTÉE PRÉPARÉE : L. Pergaud, La Guerre des boutons, 1912 p. 245

36 Le passé simple ACTIVITÉ A. Conan Doyle, La Bande mouchetée, 1892 p. 246


de l’indicatif p. 246 DICTÉE PRÉPARÉE M. Morpurgo, Le Roi Arthur, 1998 p. 249

37 Les temps composés ACTIVITÉ G. Sand, La Mare au diable, 1846 p. 250


de l’indicatif p. 250 DICTÉE PRÉPARÉE B. Coppin, Le Quai des secrets, 2000 p. 253

38 La conjugaison ACTIVITÉ H. de Mont-Rachais, Récits et légendes de la Table ronde p. 254


du conditionnel p. 254 DICTÉE PRÉPARÉE M. Morpurgo, Le Roi Arthur, 1998 p. 257

39 Le présent de l’indicatif, du ACTIVITÉ Message d’un père à son enfant p. 258


subjonctif et de l’impératif DICTÉE PRÉPARÉE D. Pennac, Comme un roman, 1992 p. 261
p. 258
40 Les verbes et leurs bases ACTIVITÉ T. Hillerman, Là où dansent les morts, 1991 p. 262
p. 262

9
Pistes pour l’intégration des outils de la langue dans les séquences
L’atelier du langage 10e propose de nombreux textes et activités qui s’intègrent aisément dans le travail
en séquence : voici quelques exemples de parcours organisés autour d’un objectif de lecture ou d’écriture.
L’index (p. 281) recense et classe par genre tous les textes utilisés dans le manuel.
L’énonciation et le texte
Grammaire de la phrase et de ses constituants
O Orthographe C Conjugaison V Vocabulaire

Littérature du Moyen Âge : roman de chevalerie


1. Œuvre complète : Yvain ou le Chevalier au lion, de Chrétien de Troyes
Étudier l’insertion du portrait et de la description, et leur fonction, dans le récit.
Le texte narratif et le passage descriptif (➜ CHAPITRE 2) • Chrétien de Troyes, Yvain ou le Chevalier au lion :
La fonction sujet (➜ CHAPITRE 15) Atelier p. 39 ; Ex. 4 p. 120 ; Atelier p. 123 ;
V Le champ lexical et le champ sémantique (➜ CHAPITRE 25) Ex. 10 p. 187 ; Ex. 10 p. 193.
V Le vocabulaire mélioratif et le vocabulaire péjoratif (➜ CHAPITRE 26)
2. Œuvre complète : Tristan et Iseult
Lire et écrire un récit au passé.
Les organisateurs temporels (➜ CHAPITRE 7) • BD : Drystan et Esyllt : Ex. 5 p. 67.
Le récit au passé (➜ CHAPITRE 9) • Le roman de Tristan et Iseut :
O Les accords du participe passé (➜ CHAPITRE 34) Atelier p. 69 ; Atelier p. 83 ; Ex. 11 p. 253.
C Les temps composés de l’indicatif (➜ CHAPITRE 37) • Tristan : Activité p. 236 ; Dictée p. 241.

Littérature du Moyen Âge : récit de dérision critique


3. Œuvre complète : Le Roman de Renart
Caractériser le personnage de Renart.
V L’étymologie et l’histoire des mots (➜ CHAPITRE 23) • Le Roman de Renart
O L’orthographe et l’étymologie (➜ CHAPITRE 28) (manuscrit, texte en langue ancienne
Les compléments de temps, de but, de cause… (➜ CHAPITRE 14) et traductions)
Le texte explicatif et le texte argumentatif (➜ CHAPITRE 3) Activité p. 172 ; Atelier p. 117 ; Ex. 10 p. 44.

Récit de voyage
4. Groupement de textes : sur les traces de Marco Polo
Étudier la forme et la fonction de la description dans le récit de voyage.
Le texte narratif et le passage descriptif (➜ CHAPITRE 2) • M. Polo, Le Devisement du monde
Les relations dans la phrase complexe (➜ CHAPITRE 11) ou Le Livre des merveilles du monde :
O Les accords dans la phrase et dans le texte (➜ CHAPITRE 32) Ex. 7 p. 38 ; Ex. 6 p. 95 ; Ex. 5 p. 227 ; Ex. 6 p. 233.
O Les accords dans le groupe nominal (➜ CHAPITRE 33)

Récit historique ayant pour cadre le Moyen Âge


5. Groupement de textes : contes et légendes de la Table ronde
Lire et écrire un récit au passé.
La situation d’énonciation (➜ CHAPITRE 1) • H. de Mont-Rachais, Récits et légendes de la Table
Le récit au passé (➜ CHAPITRE 9) ronde : Ex. 12 p. 32 ; Activité p. 224 ; Ex. 4 p. 248 ;
O Les accords dans la phrase et dans le texte (➜ CHAPITRE 32) Activité p. 254.
C Le passé simple de l’indicatif (➜ CHAPITRE 36) • L. Camigliéri, Contes et légendes des chevaliers
C La conjugaison du conditionnel (➜ CHAPITRE 38) de la Table ronde : Atelier p. 76.

6. Œuvre complète : la figure d’Arthur dans Le Roi Arthur, de M. Morpurgo


Caractériser le personnage d’Arthur.
Le dialogue et les paroles rapportées directement (➜ CHAP. 4) • M. Morpurgo, Le Roi Arthur : Ex. 10 p. 50 ;
La phrase passive (➜ CHAPITRE 12) Atelier p. 103 ; Dictée p. 217 ; Ex. 16 p. 223.
La fonction attribut du sujet (➜ CHAPITRE 17) • Biographie du roi Arthur : Atelier p. 135.
O Les homophones grammaticaux (➜ CHAPITRE 30)
O Les confusions verbales (➜ CHAPITRE 31)

10
Récit policier
7. Groupement de textes : le lieu du crime
Étudier la description dans le récit policier : précision des lieux et atmosphère noire.
Les organisateurs spatiaux (➜ CHAPITRE 8) • G. Leroux, Le Parfum de la dame en noir :
V Le champ lexical et le champ sémantique (➜ CHAPITRE 25) Atelier p. 75 ; Activité p. 184 ; Ex. 14 p. 234.
Les compléments de temps, de but, de cause… (➜ CHAPITRE 14) • A. Conan Doyle, Le Chien des Baskerville :
La classe des adjectifs (➜ CHAPITRE 21) Activité p. 110.
O Les accords dans le groupe nominal (➜ CHAPITRE 33) • L. Charteris, Le Saint, Le policier fantôme :
Activité p. 156.

Récit centré sur la vie affective


8. Groupement de textes : récits d’enfances
Étudier la prise de parole dans le récit.
La situation d’énonciation (➜ CHAPITRE 1) • M. Morpurgo, Le Naufrage du Zanzibar :
Les registres de langue (➜ CHAPITRE 5) Atelier p. 33.
La phrase simple et la phrase complexe (➜ CHAPITRE 10) • J. Joffo, Un sac de billes : Activité p. 52.
O Les confusions verbales (➜ CHAPITRE 31) • P. Cauvin, Monsieur Papa : Atelier p. 57.
• J. Renard, Poil de carotte : Atelier p. 91.
• R. Dahl, Charlie et la chocolaterie : Ex. 3 p. 220.

Théâtre
9. Œuvre complète : Les Fourberies de Scapin, de Molière
Étudier les particularités de l’œuvre de théâtre.
La situation d’énonciation (➜ CHAPITRE 1) • Molière, Les Fourberies de Scapin :
Le dialogue et les paroles rapportées directement (➜ CHAP. 4) III, 2 (Ex. 5 p. 31) ; I, 4 (Ex. 8 p. 49) ;
Les types de phrases (➜ CHAPITRE 13) II, 2 (Ex. 9 p. 50) ; III, 2 (Activité p. 86) ;
La phrase simple et la phrase complexe (➜ CHAPITRE 10) I, 1 (Activité p. 104) ; I, 4 (Ex. 1 p. 106) ;
O Les homophones grammaticaux (➜ CHAPITRE 30) III, 13 (Atelier p. 109) ; III, 4 (Ex. 12 p. 216).

Poésie
10. Groupement de textes : la mer en poésie
Étudier la mer comme sujet de poésie et image poétique.
Le groupe nominal (➜ CHAPITRE 19) • Ch. Baudelaire, « L’homme et la mer » : Ex. 5
V Le champ lexical et le champ sémantique (➜ CHAPITRE 25) p. 146.
V Les images : comparaison… (➜ CHAPITRE 27) • V. Hugo, « Oceano Nox » : Ex. 13 p. 188.
• Ch. Baudelaire, « La musique » : Activité p. 196.

Presse
11. Groupement de textes : lire, écrire un article de presse
Caractériser l’article de presse.
La reprise du nom (➜ CHAPITRE 6) • Mon Quotidien : Atelier p. 63 ; Atelier p. 129 ;
Les pronoms personnels (➜ CHAPITRE 18) Ex. 5 et 7 p. 100-101 ; Ex. 3 p. 226.
La fonction complément de verbe (➜ CHAPITRE 16) • Je bouquine, interview de D. Pennac :
La phrase passive (➜ CHAPITRE 12) Atelier p. 143.
O Les accords dans la phrase et dans le texte (➜ CHAPITRE 32) • L’actu : Ex. 9 p. 101.

Formes de discours
12. Groupement de textes : la description
Lire, écrire des descriptions.
Les organisateurs spatiaux (➜ CHAPITRE 8) • Brueghel l’Ancien, Chasseurs dans la neige :
V Le vocabulaire mélioratif et le vocabulaire péjoratif (➜ CHAPITRE 26) Activité p. 70.
O Les mots variables et les mots invariables (➜ CHAPITRE 29) • BD : Bilbo le Hobbit, de Tolkien : Ex. 5 p. 73.
C L’imparfait de l’indicatif (➜ CHAPITRE 35) • O. Wilde, L’Anniversaire de l’infante : Atelier p. 195.
• J.-M. Soyez, Les Brigands de la Saint-Michel : Dictée
p. 211.
• L. Pergaud, La Guerre des boutons : Dictée p. 245.

11
Paul Klee (1879-1940), Vision de cité ascendante (1915), dessin, 21,5 x 16,5 cm,
Paris, Musée national d’Art moderne, Centre Georges Pompidou.
Fiches « méthode »
Pour travailler efficacement, il faut comprendre la leçon, mais aussi acquérir des
méthodes de travail : comprendre le vocabulaire grammatical, savoir se relire…
Ces fiches sont une initiation aux méthodes de travail essentielles pour réussir à l’école.

1 Les classes grammaticales 14

2 Les fonctions grammaticales 16

3 Comprendre les consignes 18

4 Se relire efficacement 20
FICHE MÉTHODE 1
Les classes grammaticales

Qu’est-ce qu’une classe grammaticale ?


Observez ces deux phrases :
Le chevalier s’engagea dans l’aventure. Le roi appela le chevalier .
Classe : nom commun Classe : nom commun
Fonction du GN : sujet du verbe s’engager Fonction du GN : CVD d’appeler

● La classe grammaticale indique l’identité d’un mot ou groupe de mots. Elle reste toujours la même.
Ex. Le mot chevalier demeure un nom commun quel que soit son rôle dans la phrase : c’est sa classe grammaticale.

mmaticales
Les classes gra Définitions Exemples

Ces termes désignent-ils des classes grammaticales ?


1 MOTS VARI ABLE
Verbe
S

(variable en personne
en nombre, en
et en mode)
temps
,
Il exprime une
Il gouverne la
action ou un
phrase.
état.
Verbes en -er
Autres verbes
: marcher, donner…

Verbes irréguli

Nom commu
: finir, garder,
écrire...
devoir, prendre

ers : être, avoir,

n : une pomme,
un
,

aller, faire, dire...

garçon…

sujet – nom – attribut – pronom – adverbe –


e…
chose, : Paris, Charlott
Il désigne une Nom propre
abstraction.
Nom un être, une
(variable en genre un pull rouge…
et en nombre) . une petite fille,
caractéristique
Il exprime une
avec lequel
Adjec tif

complément de nom – adjectif – conjonction.


Il précise un nom
(variable en genre il s’accorde.
et en nombre)
: le, l’, la, les
ne Article défini
nom et le détermi : un, une, des
Il introduit un Article indéfini
nombre. : du, de la, des
Déter mina nt en genre et en Article partitif ton, son,
(variable en genre,
possessif : mon,
Déterminant
notre, votre, leur…
parfois
en nombre et ces
en personne)
: ce, cet, cette,
démonstratif
Déterminant tout, quelque
(s)…
indéfini : chaque,
Déterminant
interrogatif
Déterminant
: quel(le)(s)…
et exclamatif trois, cent, mille…
numéra l : deux,
Déterminant
je, me, moi, tu, te, toi,
el :
Pronom personn

Conseil • Vous trouverez, à la fin de votre manuel, Prono m


(variable en genre,
en nombre et
parfois
Il remplace un
Il reprend un
déjà énoncé,
nom.
mot (ou un groupe)
ou il renvoie
(ou une chose)
à un être
dans la situation
il, elle, le, la,
nous, vous, ils,
Pronom relatif
lui, on, se, soi,
elles, les, leur,
: qui, que, quoi,
auquel, lequel,
duquel…
en, y…
dont, où,

/ là,
tratif : celui-ci

un tableau qui regroupe toutes les classes grammaticales. en personne) d’énonciation. Pronom démons
celle(s)-ci / là,
Pronom possess
ceux-ci / là, ce,
if : le mien, le
le nôtre, le vôtre,
le leur…
ceci…
tien, le sien,

e, rien…
: chacun(e), personn
Pronom indéfini quoi…
atif : qui, que,

• Le dictionnaire précise en abrégé la classe grammaticale de tous LES


Pronom interrog

lentement, hier...
MOTS INVA RIAB très, bien, vite,

les mots (v. : verbe ; n. : nom ; adj. : adjectif ; adv. : adverbe…). Adver be
Il modifie le
d’un adjectif
sens d’un verbe,

Elle introduit
ou d’un autre

un mot ou un
adverbe.

groupe.
à, dans, par,
[Astuce orale
pour, en, vers,
avec, de, sans,
pour Anvers avec
= « Adam part
sous…
200 sous. »]

Prépo sition de coordination


:
Conjonction
groupes. donc, or, ni, car ? »]
mots ou deux mais, ou, et,
Elle relie deux est donc Ornicar
= « Mais où
Conjo nctio n [Astuce orale
de subordination
:
n Conjonction
- de coordinatio une phrase que, lorsque,
si, comme, quand…
Elle introduit
on
- de subordinati subordonnée.
!…
ah ! oh ! hé
tion.
une exclama
Elle reproduit
Inter jectio n

Comment identifier la classe grammaticale d’un mot ?


Lequel des deux mots encadrés est un nom ? Un nom est un mot variable
qui a souvent besoin d’un déterminant
La charrette s’embourba une fois encore . (un / une, le / la...).

ÉTAPE 1 Mot variable ou mot invariable ?


● Il faut d’abord se demander si le mot est variable (en genre, en nombre, en personne…) ou non :
– 5 classes de mots sont variables (verbes, noms, adjectifs, déterminants, pronoms) ;
– 4 classes de mots sont invariables (adverbes, prépositions, conjonctions, interjections).

Classez les mots des phrases suivantes selon qu’ils sont variables ou invariables.
2
La caravane traversait lentement les dunes orangées comme le soleil déclinait.
Elle s’étirait en un long ruban d’hommes et de chameaux.

ÉTAPE 2 Comment reconnaître la classe d’un mot variable ?


● Il faut s’interroger sur les caractéristiques propres à la classe :
– le verbe se conjugue ; Ex. je / tu mets la table
– le nom est précédé d’un déterminant ; Ex. une / la table
– le déterminant précède un nom ; Ex. une / la table
– l’adjectif caractérise un nom ; Ex. la grande table
– le pronom remplace souvent un nom. Ex. la table = elle

14 FICHE MÉTHODE 1
Donnez la classe des mots variables soulignés.
3
La caravane traversait lentement les dunes orangées comme le soleil déclinait.
Elle s’étirait en un long ruban d’hommes et de chameaux.

ÉTAPE 3 Comment reconnaître la classe d’un mot invariable ?


● Il faut s’interroger sur les caractéristiques propres à la classe :
– l’adverbe modifie le sens d’un mot, d’un groupe ou d’une phrase ; Ex. une très grande table
– la préposition introduit un complément ; Ex. une table de fête
– la conjonction de coordination relie des mots, des groupes
ou des phrases ; Ex. une table et des chaises
– l’interjection traduit une exclamation. Ex. Eh, oh ! Tout le monde à table !

Donnez la classe des mots invariables soulignés.


4
La caravane traversait lentement les dunes orangées comme le soleil déclinait.
Elle s’étirait en un long ruban d’hommes et de chameaux.

Conseil Il existe des moyens mnémotechniques pour se rappeler certaines classes :


– les conjonctions de coordination : mais – ou – et – donc – or – ni – car
(= « Mais où est donc Ornicar ? »)
– les prépositions : à – dans – par – pour – en – vers – avec – de – sans – sous…
(= « Adam part pour Anvers avec deux cents sous. »)

Je m’évalue
Complétez le texte suivant par des mots de la classe grammaticale demandée.
5
Ce jeune garçon se prénomme .… (nom propre). C’est le frère .… (adjectif)
de Cécile, la surveillante. .… (pronom) est âgé de .… (déterminant) ans et est .…
(préposition) classe de 10e. Il aime .… (adverbe) les sciences et rêve d’être .… (nom commun).

Vérifiez les réponses de Marine pour cet exercice où elle devait relever :
6 a. 5 noms propres c. 4 adjectifs ; f. 1 adverbe ;
et 5 noms communs ; d. 1 pronom personnel ; g. 1 conjonction.
b. 3 déterminants différents ; e. 3 prépositions différentes ;

Arthur Conan Doyle naît en 1859 en Écosse.


Étudiant en médecine, il suit les cours du célèbre professeur Bell.
Sa méthode de déduction inspire à notre auteur le personnage de Sherlock Holmes.
Le public découvre dans un magazine les premières nouvelles mettant en scène
le fameux détective et son fidèle Watson. Leurs aventures connaissent vite le succès.

a. – Noms propres : Arthur, Conan, Doyle, Écosse, Étudiant, Holmes.


– Noms communs : professeur, déduction, magazine, détective, aventures.
b. Déterminants : les (cours), sa (méthode), un (magazine).
c. Adjectifs : célèbre, premières, fameux.
d. Pronom personnel : il (suivit).
e. Prépositions : en, vite, à.
f. Adverbe : dans.
g. Conjonction de coordination : et.

LES CLASSES GRAMMATICALES 15


FICHE MÉTHODE 2
Les fonctions grammaticales
Qu’est-ce qu’une fonction grammaticale ?
Observez ces deux phrases :
Le chevalier s’engagea dans l’aventure. Le roi appela le chevalier .
Fonction : sujet du verbe s’engager Fonction : CVD d’appeler
Classe : groupe nominal Classe : groupe nominal

● La fonction grammaticale, c’est le rôle que joue un mot ou un groupe de mots


dans une phrase. La fonction d’un mot varie selon la construction de la phrase.
Ex. Le nom commun chevalier a une fonction différente dans les deux phrases : sujet ou CVD.
es.qxd 29/03/0

profonde.
MOTS e dans la forêt
GRO UPES DE le noyau est un
nom.
Laure s’enfonc GN
Groupe dont
Group e promener en
forêt.
Laure aime se
nomi nal le noyau est un
verbe groupe infinitif
Groupe dont

Ces termes désignent-ils des fonctions grammaticales ? Group e

1
à l’infinitif. blanche de neige.
infini tif adjectif. La plaine est l
le noyau est un groupe adjectiva
Groupe dont
Group e
adjec tival
ou group e
adjec tif

fonctions
sujet – adjectif – CVD – conjonction – attribut – Les principales Définitions
SE : auto ur
du VERB E
Exemples

S DANS LA PHRA à la cantine.


LES FONC TION Laurie mange

complément de nom – adverbe – complément de phrase. Sujet


Il commande
l’accord du verbe
et exprime générale
l’action.
ment qui fait
S

Je copie ma
S V
V
leçon.

son cahier.
Romain prend
ent essentiel CVDV
C'est un complém
t Romain.
Comp lémen du verbe. peut Kévin parle à
ent de verbe CVI
de verbe – Le complém D).
V

(CVD, CVI) directement (CV son cahier à


Kévin.
se construire Romain donne CVI
se construire CVD
– Il peut aussi V
ion (CVI).
avec une préposit
Laurie est brune. Laurie
l, il donne V attr. du sujet
Constituant essentie
sur le sujet par
Attrib ut une précision f
d’un verbe attributi
du sujet l’intermédiaire
..).
(être, sembler. l'hiver dernier.
L'arbre est tombé

Conseil Vous trouverez, à la fin de votre manuel,


de C de temps
non essentiel
Complément
t le contexte à la cantine.
Comp lémen la phrase, il précise
lieu, cause...)
. Laurie mange
C de lieu
de phras e de l’action (temps,
NOM
: auto ur du
UPE NOM INAL
un tableau qui regroupe les différentes fonctions grammaticales. LES FONC TION
Déter mina nt
S DANS LE GRO
Il introduit le
le cahier , des
nom et le détermi
Il indique le genre
et le nombre
ne.
cahiers , son
cahier , ce cahier

certains cahiers
,

, quels cahiers
...

du nom. – un petit cahier


le nom et un crayon rouge compl. de nom
précision sur compl. de nom
Il apporte une
t ne. Il est parfois qui fuit
Comp lémen parfois le détermi papier – un stylo
une préposition. un crayon à compl. de nom
de nom introduit par compl. de nom
ne m’entend plus.
pensées, Marine
Perdue dans ses ) (détaché
compl. de nom

Comment identifier la fonction grammaticale


d’un mot ou d’un groupe de mots ?
ÉTAPE 1 Autour du verbe ou autour du nom ?
Observez les groupes encadrés : lequel dépend d’un verbe ? Lequel dépend d’un nom ?
Juliette compose un bouquet de roses . Elle choisit des fleurs jaunes et parfumées .

● Un mot ou un groupe a une fonction par rapport à un autre mot ou groupe de la phrase.
– 3 fonctions s’organisent par rapport au verbe : sujet, attribut du sujet, complément de verbe…
– 2 fonctions s’organisent par rapport au nom : déterminant et complément de nom.
(Les compléments de temps et de lieu se rattachent au verbe ou à la phrase.)

Recopiez les phrases suivantes, puis reliez par une flèche le mot ou groupe souligné
2 au mot dont il dépend : s’agit-il d’un verbe ou d’un nom ?

a. Sarah est la fille aînée de Monsieur et Madame Model.


b. C’est une grande jeune fille aux yeux verts.
c. Elle poursuit ses études à l’université de Birmingham.
d. Passionnée par l’histoire des civilisations disparues, elle veut être archéologue.
e. Elle a une jeune sœur prénommée Angela.

16 FICHE MÉTHODE 2
ÉTAPE 2 Fonction essentielle ou non ?
Quel groupe encadré pouvez-vous supprimer sans que la phrase soit incorrecte ?
Juliette compose un bouquet de roses . Elle choisit des fleurs jaunes et parfumées .

● Certaines fonctions sont essentielles : sujet, complément de verbe, attribut…


Elles ne peuvent être supprimées.
● D’autres peuvent être supprimées : complément de phrase, complément de nom…

Conseil Certaines questions peuvent aider à déterminer la fonction grammaticale :


– Le sujet répond généralement à la question : « Qui est-ce qui + [verbe] ? »
– Le CVD répond à la question : « … [verbe] + quoi ? » ou « … [verbe] + qui ? »
si le verbe est différent de être, paraître, devenir, demeurer… qui introduisent des attributs du sujet.
– Les compléments de temps, de lieu, de cause, de manière, etc. répondent aux questions : « Quand ?
Depuis quand ? » (C de temps) ; « Où ? D’où ? » (C de lieu) ; « Pour quelle raison ? » (C de cause) ; « De quelle manière ? »
(C de manière)…

Les groupes soulignés peuvent-ils être Répondez par VRAI ou FAUX aux affirma-
3 supprimés ? 4 tions suivantes en vous aidant des pages
de fin.
a. L’énigme de ce roman policier a. Le verbe être peut être suivi d’un
surprendra les lecteurs. CVD.
b. As-tu trouvé la solution de l’énigme? b. Le CVI est un complément
c. C’est ce qu’on appelle un roman du verbe.
à énigme ! c. L’attribut du sujet exprime
d. L’auteur de ce roman policier a le cadre d’une action.
vraiment bien imaginé son énigme ! d. Un mot a toujours la même
e. Il nous a passionnés avec son fonction.
énigme ! e. Le sujet commande toujours
l’accord du verbe.

Je m’évalue
Voici le brouillon de François : remettez ses réponses dans l’ordre et rédigez-les.
5
Le chat de la voisine trônait sur la table du salon. Il tenait entre ses dents un chapelet
de saucisses volé à la cuisine et nous regardait d’un air narquois.
a. Donnez les sujets des verbes
trônait, tenait et regardait.
b. De quel nom dépend l’adjectif
narquois ?
c. Relevez un complément du verbe
tenir et un complément de phrase
non essentiel.
d. Quelle est la fonction du groupe
de saucisses ?

LES FONCTIONS GRAMMATICALES 17


FICHE MÉTHODE 3
Comprendre les consignes
Ai-je bien compris ce que l’on me demande de faire ?
Observez la consigne et la réponse donnée. L’élève a-t-il bien réalisé toutes les tâches ?
Recopiez la phrase suivante : Grégoire décida qu’il fallait partir.
Soulignez les verbes conjugués et encadrez leur sujet. À quels temps sont-ils ?

● Une consigne peut comporter des verbes à l’impératif, des phrases ou des mots interrogatifs.

Repérez les verbes dans ces consignes et choisissez un synonyme dans la liste suivante.
1 Liste : cherchez – remplacez – récrivez – remplissez.

a. Transposez le texte au présent de l’indicatif.


b. Relevez les verbes conjugués et complétez le tableau.
c. Substituez aux noms suivants un antonyme.

Imaginez les questions qui pourraient correspondre aux réponses suivantes.


2
a. Scapin, dans cet extrait, joue à la fois son propre rôle et celui d’un soldat suisse.
b. Ce mot est un déterminant.
c. Le sujet du verbe dire est le chevalier.
d. Ce message a été écrit à Manaus, en août 1992.

Conseil Il faut toujours se poser la question : « Qu’est-ce que l’on me demande de faire ? »
et parfois reformuler la question avec ses propres mots.

Sur quel point de grammaire m’interroge-t-on ?


À votre avis, sur quoi porte la consigne suivante ?
Identifiez le temps des verbes soulignés et expliquez leur emploi.

● Pour répondre à une consigne, il faut repérer le(s) point(s) de grammaire étudié(s).
Ex. Quelle est la classe grammaticale des mots relevés ? À quel champ lexical appartiennent-ils ?

Relevez les points de grammaire sur lesquels il faut travailler.


3
a. Conjuguez les verbes suivants au passé simple ou à l’imparfait selon qu’ils apparaissent
dans un passage narratif ou un passage descriptif.
b. Complétez ces phrases avec des sujets de la classe grammaticale demandée.
c. Dites si les phrases suivantes sont impératives ou exclamatives.

Conseil Les exercices ou les questions portent souvent sur le chapitre que vous êtes en train d’étudier :
pensez à relire la leçon qui se trouve quelques pages avant ou après, dans le même chapitre !
Vous trouverez aussi toutes les définitions dans le glossaire à la fin de votre manuel (➜ p. 275).

18 FICHE MÉTHODE 3
Comment savoir si je réponds à toutes les questions ?
Combien de parties devra comporter, selon vous, la réponse à cette consigne ?
Comment Tristan sait-il où trouver le dragon ?
Repérez la phrase qui l’indique et expliquez la valeur des temps employés.

● Une consigne peut comporter plusieurs tâches à accomplir : certaines appellent une réponse,
d’autres une démarche (relevé, observation, analyse…). Il faut donner des réponses complètes.

Cherchez combien d’éléments devront comporter les réponses aux consignes suivantes.
4
a. Observez le texte en ancien français. De quand date-t-il ?
Classez les trois documents dans l’ordre chronologique de leur apparition.
b. Le poète cherche-t-il plus à présenter un personnage ou à raconter une histoire ?
Justifiez votre réponse en relevant au moins deux précisions.
c. Relisez le texte en supprimant les mots surlignés en rose. Reste-t-il compréhensible ?
d. Comparez les verbes surlignés dans les deux parties du texte : à quels temps sont-ils ?

Conseil Réfléchissez avant de vous lancer dans un exercice : cela vous permettra ensuite de bien vérifier
que vos réponses correspondent aux questions posées !

Comment savoir où chercher la réponse ?


Dans cette consigne, devez-vous travailler sur tout le texte pour répondre à la question ?
Relevez quelques caractéristiques physiques ou morales du personnage dans le portrait
qu’en fait le narrateur du texte (l. 15-22).

● Pour bien adapter sa réponse et gagner du temps, il faut repérer, avant de répondre,
sur quoi porte la question : une partie du texte ou le texte en entier, des phrases précises,
des mots ou des groupes de mots…

Précisez sur quelle partie du texte il faudra travailler dans les consignes suivantes.
5
a. Parmi les groupes soulignés, relevez les attributs du sujet.
b. Relevez dans le texte les phrases qui contiennent un sujet et un attribut du sujet.
c. Dans les répliques de Scapin, relevez une phrase sans verbe conjugué.

Je m’évalue
Voici le devoir de Florian. A-t-il respecté toutes les consignes ? Corrigez sa copie.
6 Consigne : Écrivez au présent une courte description de la forêt (4 phrases minimum).
Encadrez en bleu tous les noms communs et soulignez en vert les expansions du nom.
Vous utiliserez les organisateurs spatiaux suivants : devant moi – de chaque côté – sur le sol.

Devant moi, la forêt s’étendait à l’infini. De hauts sapins noirs interdisaient à la lumière
du soleil de pénétrer dans le sous-bois où serpentait un obscur petit sentier . De chaque
côté, des ronces menaçantes semblaient vouloir m’agripper.

COMPRENDRE LES CONSIGNES 19


FICHE MÉTHODE 4
Se relire efficacement
Pourquoi dois-je relire ma copie ?
Déchiffrez cette phrase mal écrite : Ta copy et fète pour être lut.

● Une copie (de français, d’histoire, de mathématiques…) est destinée à être lue !
Elle doit donc être lisible et correctement écrite, ponctuée et orthographiée.
Faire un brouillon et le corriger avant de recopier est une solution efficace.

Récrivez au propre
1 et corrigez le brouillon
d’Antoine.

Conseil Un brouillon ne sert à rien si on le recopie sans l’améliorer !


Il faut le corriger (construction des phrases, ponctuation, orthographe), enrichir le vocabulaire utilisé
et les phrases trop pauvres, ou, au contraire, réduire les phrases longues et compliquées…

Comment savoir si mes phrases sont bien construites ?


Vérifiez si les phrases suivantes sont correctes :
Picasso est un grand peintre. Du XXe siècle. Il peint tableaux cubistes.
Picasso a commencé à dessiner très tôt il était très doué pour son âge.

● Quand on écrit, il faut vérifier que ses phrases sont complètes et cohérentes.
Ainsi perçoit-on mieux les erreurs de construction et de ponctuation.

Les réponses de Vincent sont-elles correctement rédigées ?


22 Quand elles ne le sont pas, corrigez les erreurs de construction et de ponctuation.

a. Pourquoi la ville est-elle difficile à prendre ?


La ville de Constantinople est difficile à prendre.
Parce qu’elle est entourée de murailles (mur de
Constantin et mur de Théodose). Parce qu’une chaîne
de sûreté protège le bras de mer qui la borde.
b. Quels lieux ou constructions rappellent
que Constantinople a été une ville romaine ?
Acropole aqueduc 2 forums.
c. Quels bâtiments prouvent que Constantinople
est la capitale politique de l’Empire ?
La présence des palais impériaux et du Sénat
prouve que Constantinople est la capitale politique
de l’Empire.
Histoire Géographie 5e, © Hatier, 2005.

20 FICHE MÉTHODE 4
Comment corriger mes erreurs d’orthographe
dans les dictées et dans les autres textes ?
Corrigez cette phrase en vous aidant des questions dans les bulles :

Une ou plusieurs Qu’est-ce qui


chouettes ? est « long » ?

Les chouette poussais de long hululements.

Qui est-ce qui


« poussait » ?

● Pour corriger ses fautes d’orthographe, il faut se poser les bonnes questions :
– Le mot est-il variable ou invariable ?
– Avec quoi s’accorde le mot s’il est variable ?
– À quel temps est le verbe ?

Les mots soulignés sont-ils variables ou invariables ?


3
Vous pouvez vous y prendre comme vous voulez, jamais vous n’arriverez à faire
croire à des adultes qu’un chat vient de vous parler distinctement . Même si ce n’est pas
n’importe quel chat. Même si c’est votre chat à vous, et même s’il a parlé si doucement
que vous avez tout juste entendu ce qu’il vous a dit.
Jean-Noël Blanc, Langue de chat.

Posez la question qui permet de trouver l’accord des mots soulignés.


4
P. P. Cul-vert est tout sauf partageur . Il prête ses affaires avec autant de plaisir que s’il
se faisait arracher une dent de sagesse. Le pire, c’est en maths : il échange ses services
à tout l’internat contre rétribution, ce qui explique les quantités faramineuses
de provisions qui s’entassent dans son armoire. Un exercice simple vaut un paquet
de chewing-gums, les plus difficiles montent jusqu’à trois paquets, et un devoir entier
coûte , au bas mot, une plaque de chocolat fourré et deux étuis de gâteaux secs .
Jean-Philippe Arrou-Vignod, Enquête au collège, © Éditions Gallimard, 1991, 2002.

R É É C R I T U R E

Récrivez les phrases suivantes :


5 1. en remplaçant la cigale par le grillon et la bise par le blizzard ;
2. en mettant le texte au présent ;
3. en remplaçant la cigale par je (masculin) ;
4. en remplaçant la cigale par les criquets et la fourmi par les termites.
(Changez les éléments indiqués et recopiez à chaque fois le texte en faisant toutes les modifications
imposées par ce changement.)

La cigale, ayant chanté tout l’été, se trouva fort dépourvue quand la bise fut venue.
Elle alla crier famine chez la fourmi, sa voisine, la priant de lui prêter quelques grains
pour subsister jusqu’à la saison nouvelle.
(D’après Jean de La Fontaine)

Conseil Sans bonne relecture, pas de copie sans erreurs ! C’est le secret de tous les « bons »
en orthographe… et même votre professeur de français relit les documents qu’il vous propose
au cas où une erreur se serait glissée !

SE RELIRE EFFICACEMENT 21
Mon manuel peut-il m’aider à me relire ?
Observez le tableau imprimé à la fin du manuel.
Il vous indique les erreurs les plus courantes et des astuces pour les corriger.

hique
12:16 Page 5
29/03/05

cture orthograp
ardes.qxd

● Pour corriger l’orthographe d’un texte, 12:16 Page 4


29/03/05
ardes.qxd Brian est grand.

re le
Mettre la forme (= était)

la
et

r
La conjonction à l’imparfait
:
J’ai un stylo-plum
e.

ou
et / es /

p
du e : vous
et certaines formes
ue
e
– cela fonctionn (= avais)

cture orthographiq
Guid
est / ai présent de être
et avoir
reconnaissez
être ou avoir
;
Fabien est grand
et fort.

Guide pour la rele


e pas : il

il faut vérifier en particulier :


sont presque – cela ne fonctionn
ion et.
Exemples homophones. s’agit de la conjonct
un livre.
Astuces Julien t’a apporté
à
Règles Mettre la forme (= t’avait)
possessif
Points à vérifier Le déterminant l’imparfait : Le professeur
rend ta copie.
: « Que je suis mon / m’ont, (mon, ton, ma,
ta…) et e : vous à toi)
ÉNON CIATI ON
(=
Amélie s’exclame – cela fonctionn
Chercher qui
est
fatiguée aujourd’h
ui ! » ton / t’ont, le verbe avoir
précédé
reconnaissez
avoir ;
La personne désignée l’émetteur (je,
nous) ma / m’a, d’un pronom
sont parfois
– cela ne fonctionn
e pas :
Qui désign e

– les accords (sujet - verbe,


ou vous
par je ou tu, nous ou le destinat
aire de ta / t’a homophones. il s’agit du détermin
ant.
je, tu... ? commande l’accord. l’énoncé (tu,
vous). sont en retard.
Robin et son frère étaient)
(=
Mettre la forme
possessif
Le déterminant à l’imparfait
:
avec une pelote
Les chatons jouent son / sont son et le verbe
être à la e : vous
ACCO RDS Chercher le sujet » de laine. 3e personne du
pluriel au
– cela fonctionn
reconnaissez
être ;
Le sujet comman
de qui [verbe] ? homophones. e pas :
« Qui est-ce

nom - adjectif, participe passé…) ;


présent sont – cela ne fonctionn
Sujet - l’accord du verbe. arrivée. ant.
Julie est enfin il s’agit du détermin
Verbe 1. Repérer l’auxiliair
e.
des biscuits. livres .
Julie a apporté Je leur rends leurs
Le participe passé 2. – Avec être
: identifier verbe est
biscuits que Julie
a apportés Leur devant un ses livres.)
Partic ipe s’accorde : le sujet.
Les
Le pronom personne s ».
l leur
toujours écrit
sans « s » : (= Je lui rends
passé – soit avec le
sujet
– Avec avoir
: identifier sont délicieux. leur / leur(s) ne prend jamais
de «
on peut le remplace
r
(auxiliaire être), s’il est ant
le CVD, repérer Seul le détermin par lui.
CVD s’il peut avoir un « s »
– soit avec le placé avant ou
après.
possessif leur(s)

– les confusions verbales


l’auxiliaire Il peut prendre
est placé avant nom qu’il au pluriel.
un « s » si le devant un nom robe)
(auxiliaire avoir). lunettes rondes. au pluriel. original. (= cette
Dorian porte des rondes.) détermine est Ce chapeau est
Repérer le nom
dont lunettes qui sont se  se voir)
en se
(= ce sont les
ratif Le déterminant Il se voit de loin
! (= je me vois
L’adjectif s’accorde dépend l’adjectif Le pronom démonst l trouve devant
un nom.
Nom - « Qu’est-ce genre. (= ceci)
en genre et en
nombre
demandant : se / ce ce, le pronom
personne
Les pronoms
se trouvent Ce n’est pas mon
Adjec tif avec le nom
auquel
qui est [adjectif]
? »
réfléchi se et
le
devant un verbe
ou une
démonstratif

(-ai / -ais, -er / -é…) ;


.
il se rapporte déterminant phrase relative
ce sont homoph
ones. par que, qui,
(commençant
VERB ALES des cerises.
CONF USIO NS
Je vais acheter dont…).
vendre
Remplacer par (= vendre)
Tu sais ta leçon.
(= savais)
en -er, cerises. tu  verbe se
taire)
Pour les verbes ou prendre pour J’ai acheté des Les verbes peuvent
-er / -é(e)(s ) l’infinitif et le
participe
entendre la différenc
e. (= vendu) Certaines formes
du verbe
changer de temps.
Il s’est tu. (= s’était
! (= c’était)
sont sait / sais/ de se C’est bientôt Noël
passé -é(e)(s) en retard. savoir au présent Les déterminants . (= les siens)
toujours ces / ses/ l’indicatif, les
déterminants un nom. Il ouvre ses cadeaux

– les homophones grammaticaux


homophones. D’habitude, j’arrivais trouvent devant
Remplacer par
la 1re arrivions)
(= nous c’est / s’est ses et ces et le
verbe être
Le déterminant
possessif Ces élèves sont
sages. (= ceux-là)
en -er en avance. pronom n.
Pour les verbes personne du
pluriel Cette fois-là, j’arrivai précédé d’un indique la possessio
-ai / -ais re
à la 1 personne
du
(nous) pour entendre
(= nous arrivâmes)
sont parfois homoph ones.
simple
singulier, le passé la différence.
it -ais
LEXIC ALE son trésor.
ORTH OGRA PHE
-ai et l’imparfa Le pirate enterre de terre)
homophones. j’arriverai en avance. mot de la
sont presque C’est promis, Chercher un (famille

(a / à, et / est, ou / où, se / ce…)…


par la 1re (= nous arriverons)
Certains mots
doublent que vous
er même famille
Doubl e
verbes, à la Remplac
tôt, j’arriverais e (-rr, -ll,
Pour tous les personne du
pluriel
Si je partais plus une consonn savez écrire.
-rai / -rais conso nne
) e)
du singulier, (= nous arriverions (= une marchand
1re personne
-rai et (nous) pour
entendre
en avance. -nn…). un marchand
mot de la une paysanne)
le futur de l’indicatif la différence. Chercher un un paysan (=
conditionnel ont une où cette
le présent du Certains mots même famille
-rais sont presque
Conso nne consonne finale
qui ne
consonne s’entend
.
ui –
finale – parmi – aujourd’h
homophones. s’entend pas. toujours – hormis sûr –
mots – selon – bien
Reconnaître les d’ailleurs – malgré
GRAM MATI CAUX
et les
Les adverbes invariables et
les
HOMO PHON ES
Colin a deux vélos. davantage…
Mettre le verbe
avoir à (= avait) Mots prépositions
sont
apprendre par
cœur. –
Le verbe avoir
au présent
l’imparfait (avais
/ avait) : vélo à Théo. invari ables invariables.
e – tranquille
apercevoir – envelopp – mystère –
Colin prête un
a(s) / à (tu as, il a) et
la préposi-
cela ne fonctionn
e pas
présentent
Vérifier le mot
dans un
seconde – puits
– milieu
ones. Certains mots et le noter – schéma…
tion à sont homoph on. dictionnaire mythe – rythme
avec la prépositi Diffic ultés s des graphies
particulières.
dans un carnet
personne l.

conjonction
Où vas-tu ?
la montagne
? partic ulière
Remplacer la À la mer ou à
ou et le cela ne
La conjonction par ou bien : (= ou bien)
ou / où mot où (mot
interrogatif
fonctionne pas
avec
sont
ou pronom relatif) le mot où.
homophones.

Samuel maîtrise encore mal les accords.


6 Corrigez sa dictée en vous aidant de la grille de relecture (➜ ACCORDS).

DICTÉE
Clémence, Gertrude portait des colis dans la cour. Affairé, trottinante, elles ne s’arrêtaient
plus pour caresser leur chat au passage. Elle lui lançait des mots à la volée :
– Dérange-toi, Rroû, tu nous gêne !
Et elles chargeaient les caisses, les valises, les paniers. Et de nouveau leurs paroles
éclataient, non point douce et voilé comme naguère, mais vibrant sans nul retenue et
chassant les oiseau de la cour.
D’après Maurice Genevoix, Rroû, © Flammarion, 1964.

La rédaction de Jessie serait réussie si elle n’avait pas fait tant d’erreurs sur les formes
7 verbales. Corrigez son texte en vous aidant de la grille de relecture (➜ CONFUSIONS VERBALES).

La classe de neige
Ce matin-là, je me levais de bonne heure. Vous pouvez me croire, Maman n’eut pas besoin
de me réveillé. Aussitôt doucher et habiller, je filais au collège où le car nous attendait.
Tandis qu’il nous emportait vers La Chapelle d’Abondance, je rêvais aux pistes
d’une blancheur immaculée que je dévalerai tel un bolide dans ma combinaison rouge…
« Jessie Ducros signe un temps record dans cette descente comptant pour
les Championnats du monde !!… » Je fus rappeler à la réalité par un coup de klaxon du car.
Bien sûr, j’allai d’abord devoir apprendre à skié !

Fanny a complètement raté l’évaluation sur les homophones grammaticaux.


8 Corrigez ses réponses en vous aidant de la grille de relecture (➜ HOMOPHONES GRAMMATICAUX).

ÉVALUATION
a. Le hangar ou nous nous trouvions était lugubre.
b. Se devait être un garage où un entrepôt.
c. J’avais peur est froid. Or la peur et mauvaise conseillère !
d. Au lieu de garder m’ont sang-froid, j’ est crié.
e. Fabien ma mis la main sur la bouche pour m’en empêcher.
f. « Ces malin, dit-il, grâce a t’est hurlements, on nous à sûrement repérés ! »

Conseil Vous trouverez ces différents points dans la partie « Orthographe » de votre manuel (➜ p. 202).

22 FICHE MÉTHODE 4
Comment trouver l’orthographe d’un mot
que je ne connais pas ?
Observez cette liste de mots : quel mot courant y reconnaissez-vous ?
atterrir – terrasse – déterrer – terroir

● Pour trouver l’orthographe d’un mot inconnu, on peut d’abord réfléchir à la famille de mots
à laquelle il appartient. Ex. terroir appartient à la famille du mot terre, ce qui explique les deux « -rr- ».
Si l’on ne retrouve pas de mot de la même famille, il faut consulter le dictionnaire.

Retrouvez le mot simple qui vous Trouvez un mot de la même famille


9 permet de connaître l’orthographe
10 où vous entendez la consonne finale
des mots suivants. soulignée.

a. suralimentation ➝ .................................. a. bond ➝ .....................................................


b. déballage ➝ ............................................ b. complet ➝ ................................................
c. carrelage ➝ .............................................. c. coup ➝ ......................................................
d. cohabiter ➝ ............................................. d. poing ➝ ....................................................
e. submersible ➝ ......................................... e. paysan ➝ ..................................................

11 Aidez-vous du dictionnaire pour corriger les phrases suivantes.

Le rinocérosse chargea soudain. J’eus la plus grosse frailleur de ma vie !


Je crus finir mes jours écrasé par ce pachiderme. Heureusement, il bifurca
et alla se perdre dans les marées-cages.

Conseil Lire régulièrement (des romans, des revues, des documentaires…) permet d’améliorer
le vocabulaire et la construction des phrases.

Je m’auto-évalue
Pierre prépare une fiche de lecture : aidez-le à corriger son brouillon (20 erreurs).
12 Procédez avec méthode en repérant les difficultés dans l’ordre de la grille de relecture
(➜ ACCORDS, CONFUSIONS VERBALES, HOMOPHONES GRAMMATICAUX, ORTHOGRAPHE LEXICALE).

Chrétien de Troyes et un hauteur du Moyenne Âge. Il vécu aux XII e siècle. S’était un clair
qui écrivai des roman pour de riche seigneurs. Il travaillat ainsi pour Philippe d’Alsace,
conte de Flandres, où Marie de Champagne. Cet a se formidable conteur que nous devont
la plupart des romans de la Table ronde. Je vais cité les plus connu : Lancelot ou le Chevalier
à la charette, Perceval le Gallois ou encore Yvain ou le Chevalier au lion.

Conseil Regroupez plusieurs de vos copies de français (dictées, rédactions…), de MSN… et notez vos
erreurs les plus courantes sur une feuille. Ce relevé d’erreurs vous permettra de vous faire un programme
personnel de révisions et d’être plus attentif pour vos prochaines productions écrites.

Corrigé de l’exercice 12
Chevalier à la charrette, Perceval le Gallois ou encore Yvain ou le Chevalier au lion.
dable conteur que nous devons la plupart des romans de la Table ronde. Je vais citer les plus connus : Lancelot ou le
riches seigneurs. Il travailla ainsi pour Philippe d’Alsace, comte de Flandres, ou Marie de Champagne. C’est à ce formi-
Chrétien de Troyes est un auteur du Moyen Âge. Il vécut au XIIe siècle. C’était un clerc qui écrivait des romans pour de

SE RELIRE EFFICACEMENT 23
Paul Klee (1879-1940), Montagne bleue (1919), aquarelle, carton, crayon, 28 x 18,5 cm,
Berlin, Nationalgalerie, Museum Berggruen (SMB).
Partie 1
L’énonciation et le texte
Pour obtenir un texte, il ne suffit pas d’assembler des phrases au hasard !
L’assemblage des phrases qui constituent un texte obéit à certaines règles qui permettent
que ce texte soit lisible, compréhensible, cohérent… un peu comme un puzzle où chaque
pièce trouve sa place. Ce sont ces règles que nous vous proposons d’étudier.

L’énonciation
1 La situation d’énonciation p. 26

2 Le texte narratif et le passage descriptif p. 34

3 Le texte explicatif et le texte argumentatif p. 40

4 Le dialogue et les paroles rapportées directement p. 46

5 Les registres de langue p. 52

Le texte
6 La reprise du nom p. 58

7 Les organisateurs temporels p. 64

8 Les organisateurs spatiaux p. 70

9 Le récit au passé p. 76
1 La situation d’énonciation

ACTIVITÉ PRÉPARATOIRE

M. Ruche est libraire. Suite à un accident, il est paralysé et se déplace en fauteuil


roulant. Il s’est installé une chambre, plus facile d’accès, dans le garage. Perrette
vit à ses côtés et l’aide à la librairie.

Perrette, retenant sa respiration tellement était forte l’odeur d’huile de


vidange, entra dans la chambre-garage. Elle écarta les tentures du lit à
baldaquin et tendit une lettre à M. Ruche. Un timbre gros comme une
patate illuminait l’enveloppe. Un timbre des postes brésiliennes ! Perrette
5 remarqua que la lettre avait été postée plusieurs semaines avant. Le cachet
indiquait qu’elle venait de Manaus1. M. Ruche ne connaissait personne au
Brésil, encore moins à Manaus.

Monsieur Pierre Ruche


1001 feuilles
10 Rue Ravignan
Paris XVIIIe, France

La lettre lui était bien adressée. Mais le numéro de la rue manquait et


l’adresse était drôlement écrite : « 1001 » au lieu de « Mille et Une ».

Manaus, août 1992


15 Cher π R,
La façon dont j’ écris ton nom t’indiquera qui je suis . Ne t’étouffe pas,
c’est moi, Elgar, ton vieil ami, que tu n’as pas revu depuis… un demi-siècle, oui,
oui, j’ai fait le compte. Nous nous sommes quittés après notre évasion, t’en
1. Manaus : ville souviens-tu, c’était en 1941. Tu voulais partir, me disais-tu, poursuivre une
du Brésil située
au cœur
20 guerre 2 que tu n’avais pas encore commencée. Moi, je voulais quitter l’Europe,
de la forêt pour clore celle qui à mes yeux n’avait que trop duré. C’est ce que j’ai fait. Après
amazonienne. notre séparation, je me suis embarqué pour l’Amazonie, où je vis depuis.
2. En 1941,
J’ habite près de la ville de Manaus. Tu en as sûrement entendu parler, la
l’Europe est
plongée dans capitale déchue du caoutchouc.
la Seconde Guerre 25 Pourquoi je t’ écris après tant d’années ? Pour t’avertir que tu vas recevoir un
mondiale.
chargement de livres. Pourquoi toi ? Parce que nous étions les meilleurs amis du
Paris est occupé
par l’armée monde et que tu es le seul libraire parmi mes connaissances. […]
allemande. Je t’embrasse.
Ton vieil Elgar.

Denis Guedj, Le Théorème du perroquet, © Éditions du Seuil, 1998, coll. « Points », 2008.

26 L’ÉNONCIATION
1 Certains passages du texte (l. 8-11, 14-29) sont en italique : pourquoi ?
Dans le second passage en italique (l. 14-29) :
2
a. Qui s’exprime ? Par quels mots est-il désigné ?
b. À qui s’adresse celui qui s’exprime ?
Par quels mots désigne-t-il celui auquel il s’adresse ?
c. Quand et où ce message a-t-il été écrit ?
d. Dans quel but ce message a-t-il été écrit ?

a. Dans le reste du texte, par quels mots désigne-t-on M. Ruche ?


3 b. Pourquoi le désigne-t-on autrement que dans le message en italique ?

a. Comparez les verbes surlignés dans les deux parties du texte : à quels temps sont-ils ?
4 b. Comment pouvez-vous expliquer ce changement de temps ?

Imaginons la réponse à cette lettre.


5
Vous choisirez ci-dessous la proposition qui convient dans chaque parenthèse.

(Manaus / Paris), (1941 / 1992)

(Cher L’gar / Cher π R),


J’ai bien reçu ta mystérieuse lettre.
(Je prendrai / Tu prendras) soin de (mes / tes) livres.
Amicalement, (Ton vieil ami L’gar / Ton vieil ami π R).

1. La situation d’énonciation 27
LEÇON Je comprends et je retiens...
Définition
Tout message écrit ou oral (un texte, une phrase…) est un énoncé.
Chaque énoncé est produit dans une situation particulière, appelée situation d’énonciation.

1 La situation d’énonciation
● On détermine la situation d’énonciation en se posant des questions sur :
– l’émetteur : « Qui parle ? »
– le destinataire ou récepteur : « À qui s’adresse-t-il ? »
– le moment et le lieu de l’énonciation : « Où et quand parle-t-il ? »
– la visée de l’énonciation : « Quel est le but de cet énoncé ? »
Ex.
lieu et moment
Manaus, août 1992 de l’énonciation
destinataire Cher π R ,
La façon dont j’écris ton nom t’indiquera qui je suis.
Ne t’étouffe pas, c’est moi, Elgar , ton vieil ami, que tu n’as
pas revu depuis… un demi-siècle, oui, oui, j’ai fait le compte.
Pourquoi je t’écris après tant d’années ?
Pour t’avertir que tu vas recevoir un chargement de livres. visée
Je t’embrasse.
Ton vieil Elgar . émetteur

● O R T H O G R A P H E Certains mots s’accordent selon l’émetteur ou le destinataire.


Les marques orthographiques font partie des indices de l’énonciation (➜ CHAPITRE 32).
Émetteur Destinataire
Je suis souffrant. Vous êtes souffrant. (= un homme)
Je suis souffrante. Vous êtes souffrante. (= une femme)
Nous sommes souffrants. Vous êtes souffrants. (= plusieurs hommes ou groupe mixte)
Nous sommes souffrantes. Vous êtes souffrantes. (= plusieurs femmes)

28 L’ÉNONCIATION
2 Les indices de l’énonciation et les deux types d’énoncés
On distingue deux types d’énoncés, selon qu’ils présentent ou non des mots qui renvoient
à la situation d’énonciation. Ces mots sont appelés des indices de l’énonciation.

● L’énoncé porte des indices de l’énonciation.


(On dit que l’énoncé est ancré dans la situation d’énonciation.)
Il se distingue par :

les marques de la 1re et de la 2e personne


pronoms : je, me, moi, tu, te, toi, nous, vous, le mien, le nôtre…
Cher Pierre, déterminants : mon, ma, mes, ton, ta, tes, notre, nos, votre, vos…
Je t ’ envoie dès demain
des temps verbaux caractéristiques
tous mes livres.
présent (d’énonciation) ; passé composé ; futur…
Prends-en soin !
des organisateurs temporels et spatiaux (➜ CHAPITRES 7 ET 8)
Ex. maintenant, aujourd’hui, hier, demain… ; ici…

Ce type d’énoncé est très utilisé dans les discours, les lettres, les dialogues (➜ CHAPITRE 4),
les journaux intimes...

● L’énoncé ne porte aucune trace de l’énonciation.


(On dit que l’énoncé est coupé de la situation d’énonciation.)
Il se distingue par :

les marques de la 3e personne


pronoms : il(s), elle(s), le, la, les, lui, leur, le sien, le leur…
Elgar envoya le lendemain déterminants : son, sa, leur(s)…
tous ses livres à Pierre des temps verbaux caractéristiques :
afin qu’ il en prenne soin. présent de narration ; passé simple et imparfait dans la narration
des organisateurs temporels et spatiaux (➜ CHAPITRES 7 ET 8)
Ex. à ce moment, ce jour, la veille, le lendemain… ; là…

Ce type d’énoncé est très utilisé dans les récits (conte, roman, nouvelle…) (➜ CHAPITRE 9),
les proverbes, les modes d’emploi, les textes de loi…

L’essentiel à retenir
● Pour analyser la situation d’énonciation d’un énoncé, on recherche l’émetteur,
le destinataire, le moment et le lieu de l’énonciation, ainsi que la visée de l’énoncé.
● L’énoncé peut porter ou non les indices de l’énonciation : les marques de la personne
et les organisateurs temporels et spatiaux, les temps verbaux.

Pour en savoir plus...


● VOCABULAIRE Le registre de langue de l’énoncé (➜ CHAPITRE 5) doit être adapté
à la situation d’énonciation.
Ex. Salut, πR!
Cher Pierre,
Monsieur,
} sont trois façons de débuter une lettre, que l’on adapte au destinataire.

1. La situation d’énonciation 29
EXERCICES J’applique...
À vos marques ! 3 Analysez la situation d’énonciation
dans les extraits suivants, puis répondez
Vérifiez que vous savez identifier : à la question posée.
1 – l’émetteur et le destinataire de a. Ma chère Lucie,
chaque énoncé ; Je n’ai pas beaucoup de temps pour t’écrire
– le moment et le lieu de l’énonciation ;
parce que je suis à la gare et que le train s’en va
– la visée de l’énonciation.
dans trois minutes… Est-ce que je t’ai parlé de
a. Juvisy, samedi 2 septembre 2006, 5 ce concours d’histoire organisé par la ville
Chers grands-parents, pour les classes de collège ?
Après-demain, c’est le grand jour ! Je suis impa- Eh bien, c’est moi qui ai gagné ! Moi, et deux
tient de retrouver mes camarades et de connaître autres garçons de la classe. Dans trois minutes,
mon emploi du temps. Je mettrai pour cette occa- c’est le départ. Pour une semaine. Je suis très
sion le sweat-shirt que Mamie m’a offert cet été. 10 excitée et en même temps j’ai le cafard. J’aurais
Je vous fais de grosses bises. tellement aimé partir avec toi !
Damien. J.-P. Arrou-Vignod, Le professeur a disparu,
b. « Chers auditeurs, votre radio préférée fête © Éditions Gallimard, 1989.

avec vous la rentrée des classes ! Un invité excep- L’émetteur est-il une fille ou un garçon ?
tionnel nous accompagnera toute la journée : il et le destinataire ?
est en face de moi... dans notre studio ! Et nous b. Il n’a fallu que les huit ans qui nous séparent
passerons toute la journée en sa compagnie ! » de cette époque pour que tout le pays resplen-
disse de santé et d’aisance. Sur l’emplacement
des ruines que j’avais vues en 1913, s’élèvent
Analysez les pronoms personnels sou- maintenant des fermes propres, bien crépies,
2 lignés : à quel personnage (la narratrice
5

qui dénotent une vie heureuse et confortable.


Ma Yan, Ma Shiping ou Xiao Hong) renvoient- Jean Giono, L’homme qui plantait des arbres,
ils ? © Éditions Gallimard, 1983.
Vendredi 27 octobre Quelle est la date de l’énonciation (année) ?
Nous rentrons à la maison sous une pluie Imaginez la situation d’énonciation
fine. Mais, peu à peu, elle cesse. 4 dans laquelle aurait pu être prononcé
Je me dispute avec ma tante Ma Shiping, qui chaque énoncé, puis déterminez sa visée.
5 a deux ans de plus que moi, et une tête de plus. a. Maman, je n’ai pas cassé ce vase !
Elle dit que je suis égoïste, que je prends les b. Figurez-vous tous ces pauvres gens, entassés
affaires des autres, alors que, en revanche, dans un logement insalubre, sous un plafond
quand les autres empruntent mes affaires de qui menace de s’effondrer à tout moment.
classe, je les traite de copieurs. Je lui réponds : c. Acheter un animal, ce n’est pas comme
10 « Tu n’as pas pris mes affaires ? Alors, pourquoi acheter un objet : c’est une responsabilité à
as-tu emprunté mon cahier d’exercices simulta- laquelle on s’engage pour plusieurs années.
nés ? À qui veux-tu le donner à copier ? » « Ce d. Ce contrôle portera sur plusieurs chapitres :
n’est pas moi qui l’ai pris, c’est Xiao Hong », ne vous y prenez pas à la dernière minute pour
réplique-t-elle. Je demande à Xiao Hong, mais les révisions. Vous devez établir un planning.
15 elle prétend qu’elle n’y est pour rien. Ma e. Vous n’imaginez pas la tête qu’elle faisait
Shiping est contrariée, et ne pipe plus mot. quand on a tous crié : « Poisson d’avril ! »
Alors, je lui lance : « Tu te mens à toi-même ! »
Aide Un énoncé peut avoir plusieurs visées.
Ma Yan et Pierre Haski, Le Journal de Ma Yan, Ex. émouvoir, faire pitié, faire rire, se justifier, convaincre,
trad. H. Yanping, © éd. Ramsay / Susanna Lea Associates, mettre en garde, divertir, conseiller, condamner…
2002, © Hachette Livre, 2003.

30 L’ÉNONCIATION
Déterminez l’émetteur et le desti- Imaginez une situation d’énonciation
5 nataire dans les répliques suivantes.
6 vraisemblable pour chacun des extraits
(Attention : le valet Scapin joue ici plusieurs per- suivants (émetteur, destinataire et visée de
sonnages pour tromper son maître !) l’énonciation).
Pour donner une leçon à son maître Géronte, Scapin a. Nous avons laissé, sans l’interrompre, le père
l’a enfermé dans un sac et a fait mine de se faire Jacques nous raconter grossièrement ce qu’il sait
attaquer par divers personnages, ce qui lui a permis du crime de la « Chambre Jaune ». Nous avons
de donner quelques coups de bâton à Géronte…
reproduit les termes mêmes dont il s’est servi ;
SCAPIN, lui remettant la tête dans le sac. – Prenez nous avons fait seulement grâce au lecteur des
garde, voici une demi-douzaine de soldats tout lamentations continuelles dont il émaillait sa
ensemble. (Il contrefait plusieurs personnes ensem- narration.
ble.) « Allons, tâchons à trouver ce Géronte, cher- b. – Sans trop vous fatiguer, êtes-vous capable,
5 chons partout. N'épargnons point nos pas. mademoiselle, de nous donner quelques détails
Courons toute la ville. N'oublions aucun lieu. nécessaires sur l’affreux attentat dont vous avez
Visitons tout. Furetons de tous les côtés. Par où été victime ?
irons-nous ? Tournons par là. Non, par ici. À gau- c. – Ceci, monsieur le président, est un cheveu,
che. À droite. Nenni. Si fait. » Cachez-vous bien. un cheveu blond maculé de sang, un cheveu de
10 « Ah ! camarades, voici son valet. Allons, coquin, Mlle Stangerson… Je l’ai trouvé collé à l’un des
il faut que tu nous enseignes où est ton maître. » coins de marbre de la table de nuit renversée…
Eh ! Messieurs, ne me maltraitez point. « Allons, d. – Et si vous le manquez ? Si vous ne faites que
dis-nous où il est. Parle. Hâte-toi. Expédions. le blesser ? Il s’échappera encore… Sans comp-
Dépêche vite. Tôt. » Eh ! Messieurs, doucement. ter que, lui aussi, est certainement armé… Non,
15 (Géronte met doucement la tête hors du sac et aper- laissez-moi diriger l’expérience, et je réponds de
çoit la fourberie de Scapin.) « Si tu ne nous fais trou- tout…
ver ton maître tout à l'heure, nous allons faire Gaston Leroux, Le Mystère de la chambre jaune, 1907.
pleuvoir sur toi une ondée de coups de bâton. »
J'aime mieux souffrir toute chose1 que de vous O R T H O G R A P H E
20 découvrir mon maître. « Nous allons t'assom-
Dites si l’émetteur dans les phrases
mer. » Faites tout ce qu’il vous plaira. « Tu as 7 suivantes est masculin ou féminin.
envie d'être battu. » Je ne trahirai point mon Relevez le mot qui vous a permis de répondre.
maître. « Ah ! tu en veux tâter ? Voilà. » Oh !
a. L’idée d’évoquer ces souvenirs me boule-
Comme il est prêt à frapper, Géronte sort du sac,
verse. Je suis émue d’écrire sur le papier le nom
25 et Scapin s’enfuit.
de mes ancêtres.
GÉRONTE. – Ah, infâme! ah,
b. Maintenant je lui tourne le dos en signe de
traître ! ah, scélérat ! C’est
mécontentement. Je l’entends quand il me lance :
ainsi que tu m’assassines.
« Quoi que je fasse, tu n’es jamais satisfait ! »
Molière, Les Fourberies
de Scapin, III, 2, 1671.
c. J’attends sa réponse avec impatience. J’espère
qu’elle acceptera la proposition que je lui ai
1. souffrir toute chose :
supporter n’importe quoi. faite. Nous serions si heureux tous les deux.
d. J’ai parcouru les océans à la recherche de
l’île dont parlait la légende. Je suis revenu sans
l’avoir trouvée.
e. Tu seras gentille de porter ces lettres à la
poste : je suis pressée qu’elles partent.
f. Maintenant que nous t’avons retrouvée, nous
ne sommes pas prêtes à te laisser repartir.
M. Faraoun (Géronte),
mise en scène g. Je pense que tu devrais être plus prudent à
de J.-L. Benoît, vélo. Nous serions plus rassurés, ta mère et
à la Comédie-Française,
Paris (2000). moi, quand tu sors.

1. La situation d’énonciation 31
Classez ces débuts de fabliaux selon d. C’est d’un savetier, afin qu’on en rie, que sans
8 qu’ils contiennent ou non des indices de la vilain mot je dirai l’histoire.
situation d’énonciation. Justifiez votre réponse. (Le prêtre qui fut mis au lardier)
a. L’idée m’est venue de conter l’histoire d’un Fabliaux, trad. G. Rouger, © Éditions Gallimard, 1978.
riche vilain qui n’était pas des plus malins et qui
Distinguez les deux types d’énoncés
fréquentait les marchés à Arras et à
Abbeville. Voulez-vous l’ouïr ? La voici.
9 dans ce texte : certains passages présen-
tent des indices de la situation d’énonciation
(Brifaut)
(énoncé ancré), d’autres non (énoncé coupé).
b. Il arriva à Montpellier qu’un
vilain avait l’habitude de Le Vieux s’avança lentement au centre du
ramasser, avec deux ânes, du village et parla :
fumier pour fumer sa terre. – Demain, j’irai chez les dieux, dit-il.
(Le Vilain Ânier) Un murmure courut dans la tribu. Puis Thôz
c. Si vous voulez prêter 5 approcha du Vieux un siège, simple bille1 de
l’oreille et m’écouter un petit bois qu’il posa d’une main sur son épaule avant
peu, je ne mentirai pas de la laisser tomber derrière Celui-qui-sait-tout.
d’un mot et vous conte- Le Vieux s’assit.
rai une histoire mise en – Demain, dit-il, je monterai dans les monta-
vers dans ce fabliau. 10 gnes de Cuba jusqu’à Santiag, la ville des dieux.
(Les Trois Bossus – Rah ! firent les voix profondes des chas-
ménestrels) seurs.
Berger, enluminure Stefan Wul, Niourk, © Éditions Denoël, 1970, 1999.
du XVe siècle. 1. bille : morceau d’un tronc d’arbre.

À vos plumes !
Rédigez un énoncé cohérent (une phrase Récrivez ce récit de la naissance de
10 ou deux) à partir des organisateurs
12 Merlin en y introduisant des indices
spatiaux et temporels donnés. (Attention au d’une situation d’énonciation : un jongleur du
système de temps que vous emploierez !) Moyen Âge présente et commente son récit
a. aujourd’hui – ici. devant une assemblée.
b. la veille – dans la salle de sciences. Il y avait, en Armorique, une jeune femme,
c. hier – dans la salle de sciences. orpheline de père et de mère, qui fut enfermée
d. demain – à la bibliothèque. dans une tour quand elle avoua attendre un
e. ce jour-là – au point de rendez-vous. enfant. Parce qu’elle refusait de dire qui en
5 était le père, des juges en déduisirent que
Relisez le texte de l’EXERCICE 2. c’était le diable, et la jeune femme fut enfermée
11 Identifiez, dans les sujets de rédaction dans une tour, et séparée de tous les gens du
suivants, la situation d’énonciation imposée dehors. On lui accorda, pour compagnes, et
par chaque consigne (émetteur, destinataire,
afin de l’aider lors de son accouchement, deux
moment et lieu de l’énonciation, visée de
l’énoncé). 10 femmes des plus sages qui furent cloîtrées avec
elle. De la fenêtre pratiquée au haut de la tour
a. Le lendemain matin, Ma Yan regrette de
descendait une corde à l’aide de laquelle on
s’être disputée avec sa tante. Elle lui écrit un
leur montait tout ce qui leur était nécessaire.
billet pour s’excuser.
Lorsque Merlin naquit, il était si velu que les
b. Imaginez la suite immédiate du texte : vous
15 deux femmes poussèrent un cri de frayeur :
poursuivrez le journal de Ma Yan en retraçant
elles n’avaient jamais vu d’enfant aussi velu, et
sa soirée.
aussi grand, pour un nourrisson.
c. Vous êtes journaliste et vous présentez dans
Héloïse de Mont-Rachais, Récits et légendes de la Table ronde,
un magazine littéraire Le Journal de Ma Yan. © Succès du Livre, 2004.

32 L’ÉNONCIATION
La situation d’énonciation est un élément
ATELIER essentiel pour comprendre le sens d’un texte
et définir son genre (journal, lettre, récit…).

Je lis et j’écris
une lettre ou un journal fictif
Michael découvre un vieux livre, écrit à la main ; une lettre est glissée à l’intérieur...

LE JOURNAL DE LAURA PERRYMAN


20 janvier. « Laura Perryman, tu as quatorze
ans aujourd’hui. » Voilà ce que j’ai dit au miroir
Cher Michael, ce matin en me souhaitant bon anniversaire.
jeune, Parfois, comme ce matin, je n’ai guère envie
[…] Quand j’étais
al mais pas
, 5 d’être Laura Perryman qui a vécu à Bryher toute
je tenais un journ
ien. Je ne me sa vie et qui trait les vaches. Je veux être lady
un journal quotid
très souvent,
confiais pas à lui Eugenia Fitzherbert avec de longs cheveux roux
j’en avais
seulement quand et des yeux verts, qui porte un grand chapeau
e grande
vraiment envie. Un orné d’une plume d’autruche blanche et qui
pas d’être lue
partie ne méritait 10 voyage à travers le monde à bord de trans-
. J’ai vécu une
et je l’ai déjà jetée atlantiques à quatre cheminées. Mais je vou-
dinaire. Mais
existence plutôt or drais aussi être Billy Perryman pour pouvoir
mois, il y a très,
durant quelques ramer avec le canot, construire des bateaux et
a vie n’a pas été
très longtemps, m courir très vite.
ici donc le
banale du tout. Vo
elques mois. […] 15 Billy a quatorze ans lui aussi. Évidemment,
journal de ces qu
puisque c’est mon jumeau. Mais je ne suis pas
ura
Ta grand-tante La lady Eugenia Fitzherbert, qui qu’elle soit, ni
mon frère Billy, je suis moi. Je suis Laura
Perryman et j’ai quatorze ans aujourd’hui.
Michael Morpurgo, Le Naufrage du Zanzibar,
© Michael Morpurgo, 1994,
traduit par Henry Robillot, © Éditions Gallimard Jeunesse, 1994.

COMPRÉHENSION ÉCRITURE
1• La lettre 3 • Voici deux sujets d’écriture :
a. Qui sont l’émetteur et le destinataire de la lettre ? – Michael écrit à sa sœur Lucie pour lui raconter la
Relevez les indices de leur présence dans la lettre. découverte de la lettre et du journal.
b. A-t-elle été écrite à la même époque que le jour- – Comme Laura Perryman, écrivez une page de votre
nal, avant ou après ? journal intime qui correspondra au jour de votre anni-
c. Quelle est la visée de cette lettre ? versaire et qui vous présentera au lecteur. Vous pourrez,
2 • Le journal comme dans le texte, évoquer qui vous voudriez être.
a. Qui est l’émetteur du journal ? a. Pour chaque sujet, dites quel sera l’émetteur, le
b. Qui en est le premier destinataire ? destinataire, le lieu et le moment de l’énonciation,
Quel autre destinataire est évoqué dans la lettre ? ainsi que la visée de l’énoncé.
c. À quelle date (jour, mois) renvoient les indications b. Choisissez un des sujets et rédigez un court
aujourd’hui et ce matin ? texte en suivant les consignes et en vous aidant de
Relevez des éléments du texte qui vous permettent vos observations.
de situer cette journée dans une époque.
d. Quelle est, à votre avis, la visée de l’énoncé que
constitue le journal de Laura Perryman ?

1. La situation d’énonciation 33
Le texte narratif
2 et le passage descriptif
ACTIVITÉ PRÉPARATOIRE

Oliver Twist, jeune orphelin livré à lui-même, sans argent,


affamé et très affaibli, fait la rencontre de nouveaux
compagnons : le Finaud le conduit dans leur repaire…
Le Finaud tenait toujours solidement Oliver par le
bras. Il l’entraîna vers l’escalier. Arrivé sur le palier,
il ouvrit la porte d’une chambre et fit passer Oliver
devant lui.
5 Les murs de la pièce et le plafond étaient noircis
par le temps et la saleté. Il y avait, sur une table de
sapin, une chandelle fixée dans le goulot d’une bou-
teille, deux ou trois gobelets d’étain, un gros pain,
un morceau de beurre et une assiette. […] Plusieurs
10 lits, faits de sacs entassés les uns sur les autres,
étaient alignés contre un mur, sur le plancher.
Quatre adolescents, de l’âge du Finaud, se tenaient
assis à la table. Ils fumaient des pipes en terre et pre-
naient, en vidant leur gobelet, des airs de grandes
15 personnes.
Charles Dickens, Oliver Twist, 1838,
trad. J. Muray, © Le Livre de Poche Jeunesse, 2008.
Affiche du film Oliver Twist
de Roman Polanski (2005).

a. Qu’arrive-t-il à Oliver dans cet extrait ?


1 b. Dans quel passage l’action du roman progresse-t-elle ?
c. Relevez les verbes conjugués de ce passage en les classant selon l’ordre
chronologique des actions.
d. À quel temps sont-ils généralement conjugués ?

a. Quel endroit et quels personnages Oliver découvre-t-il ?


2
b. Dans quel passage sont-ils évoqués ?
Comment est-il séparé du passage qui raconte des actions ?
c. Les verbes sont-ils au même temps que dans le passage évoquant des actions ?
d. Recopiez et complétez le tableau suivant.
Éléments du décor / personnages Précisions apportées par le texte
murs et plafond noircis par le temps et la saleté
table
chandelle
lits
quatre adolescents

34 L’ÉNONCIATION
LEÇON Je comprends et je retiens...
Définition
Il existe trois formes de texte (narratif, explicatif et argumentatif) selon que l’on veut
raconter, expliquer ou argumenter. Le passage descriptif peut apparaître dans chacune
de ces formes de texte.

1 Le texte narratif et le passage descriptif


● Le texte narratif raconte des événements et les situe dans le temps.
● Le passage descriptif donne à voir un lieu, un être ou un objet en le situant dans l’espace.
Il enrichit l’arrière-plan du récit.
● Ils présentent chacun les caractéristiques grammaticales et lexicales suivantes.
TEXTE NARRATIF PASSAGE DESCRIPTIF

Visée Raconter des événements Décrire un lieu, un être, un objet


Ex. Il entraîna Oliver vers l’escalier. Ex. Il y avait, sur une table de sapin,
une chandelle fixée dans le goulot
d’une bouteille…
Organisation Organisateurs temporels Organisateurs spatiaux
du texte (➜ CHAPITRE 7) (➜ CHAPITRE 8)
Ex. alors, puis, enfin, quand… Ex. en bas, dessous, à gauche, à droite…
Temps verbaux :
– récit au passé – Passé simple – Imparfait
(➜ CHAPITRE 9) Ex. Il ouvrit la porte de la chambre. Ex. La petite pièce du fond était sombre.
– récit au présent – Présent – Présent
Ex. Il ouvre la porte de la chambre. Ex. La petite pièce du fond est sombre.
Termes Verbes d’action Noms et expansions du nom
caractéristiques Ex. tenir, entraîner, ouvrir, faire… (➜ CHAPITRE 20)
Verbes attributifs et attributs
du sujet (➜ CHAPITRE 17)

2 L’alternance de la narration et de la description


● Le récit (conte, roman, nouvelle…) fait alterner la narration et la description.
● Le passage d’une forme à l’autre est souvent signalé par :
– le changement de temps des verbes ; Ex. Arrivé sur le palier, il ouvrit la porte d’une
– la création d’un nouveau paragraphe chambre et fit passer Oliver devant lui. } narration
passé simple

➞ Les murs de la pièce et le plafond


(passage à la ligne, souvent suivi
d’un retrait appelé « alinéa »).
alinéa
étaient noircis par le temps et la saleté… } description
imparfait (passif)

L’essentiel à retenir
● Le texte narratif raconte des faits, des événements : son organisation est temporelle ;
il comporte des verbes d’action, conjugués au passé simple ou au présent.
● Le passage descriptif décrit des êtres, des lieux, des objets : son organisation est spatiale ;
il privilégie les verbes attributifs, les expansions du nom.

2. Le texte narratif et le passage descriptif 35


EXERCICES J’applique...
À vos marques ! d. Le combat dura jusqu’au matin. Lorsque
l’aube blême dispersa les loups, Henry, le visage
Vérifiez que vous savez repérer : exsangue1, les membres rompus, les yeux injec-
1 – le texte narratif ; tés de sang, prit un déjeuner rapide, réchauffé à
– les passages descriptifs. la hâte, puis se mit au travail.
a. Le car me débarqua à Vergons. Romans, récits et nouvelles du Grand Nord, Jack London,
b. Les maisons neuves, crépies de frais, étaient Croc-Blanc, 1906, trad. Ph. Sabathe,
© Éditions Robert Laffont, 1983.
entourées de jardins potagers où poussaient, 1. exsangue : d’où le sang s’est retiré.
mélangés mais alignés, les légumes et les fleurs,
C O N J U G A I S O N
les choux et les rosiers, les poireaux et les
gueules-de-loup, les céleris et les anémones. Conjuguez les verbes suivants au passé
c. À partir de là, je fis mon chemin à pied.
3 simple ou à l’imparfait selon qu’ils
d. Sur les flancs abaissés de la montagne, je apparaissent dans le texte narratif ou un pas-
voyais de petits champs d’orge et de seigle en sage descriptif.
herbe ; au fond des étroites vallées, quelques Et le docteur (entrer) au milieu d'un tonnerre
prairies verdissaient. d'applaudissements, pas le moins du monde
Jean Giono, L’homme qui plantait des arbres, ému d'ailleurs.
© Éditions Gallimard, 1983. C’(être) un homme d'une quarantaine d’années,
5 de taille et de constitution ordinaires ; son tem-
pérament sanguin (se trahir) par une coloration
Dites si les extraits suivants sont narra-
2 tifs ou descriptifs.
forcée du visage ; il (avoir) une figure froide, aux
traits réguliers, avec un nez fort, le nez en proue
(Justifiez vos réponses en relevant les éléments
de vaisseau de l’homme prédestiné aux décou-
caractéristiques.)
10 vertes ; ses yeux fort doux, plus intelligents que
Dans le Grand Nord, Henry et Bill sont poursuivis hardis, (donner) un grand charme à sa physio-
par une meute de loups affamés, menée par une
nomie ; ses bras (être) longs, et ses pieds (se poser)
louve rousse…
à terre avec l'aplomb du grand marcheur.
a. Henry hocha la tête. Sans quitter la louve des
La gravité calme (respirer) dans toute la per-
yeux, Bill tendit le bras, fit glisser le fusil vers
15 sonne du docteur, et l’idée ne (venir) pas à l’esprit
lui et commença à épauler. L’arme était à mi-
qu’il pût être l’instrument de la plus innocente
hauteur lorsque la louve, comme mue par un
mystification1.
ressort, fit un bond de côté et disparut derrière
Aussi, les hourras et les applaudissements ne
le bosquet de sapins.
(cesser) qu’au moment où le docteur Fergusson
b. La bête n’était pas vraiment rousse. Son pelage
20 (réclamer) le silence par un geste aimable. Il
était celui d’un loup, avec une dominante grise
(se diriger) vers le fauteuil préparé pour sa présen-
nettement marquée, mais des reflets rouges insai-
tation ; puis, debout, fixe, le regard énergique, il
sissables, furtifs comme des ombres, couraient par
(lever) vers le ciel l’index de la main droite,
instants dans sa fourrure, la faisant paraître tantôt
(ouvrir) la bouche et (prononcer) ce seul mot :
grise, tantôt – trop fugacement pour que l’impres-
25 « Excelsior ! »
sion demeure – d’une belle couleur fauve.
D’après Jules Verne, Cinq Semaines en ballon, 1863.
c. En se retournant, Henry pouvait voir leurs lan- 1. mystification : tromperie.
gues rouges, épaisses, et les côtes qui saillaient sur
leurs flancs. Ils étaient si maigres – un sac de peau Aide • Dans un récit au passé (➜ CHAPITRE 9), le passé
simple exprime l’action principale du récit : c’est pourquoi
mû par des muscles secs comme des cordes – on le trouve dans les passages narratifs.
que chacun de leurs pas semblait devoir être le • L’imparfait, temps de la description, exprime l’arrière-
plan du récit.
dernier […].

36 L’ÉNONCIATION
Repérez dans ce texte les passages
4 narratifs et descriptifs.
(Justifiez votre réponse en relevant des éléments
caractéristiques.)
La porte craqua, gémit, mais ne céda pas.
Nous nous élançâmes alors tous deux en même
temps et, cette fois, elle céda avec un bruit sec et
nous nous trouvâmes dans la chambre de
5 Barthélemy Sholto.
Elle nous parut avoir été équipée en laboratoire
de chimie. Sur le mur en face de la porte se dres-
sait une double rangée de flacons aux bouchons
de verre, et la table était encombrée de becs
10 Bunsen, d’éprouvettes et de cornues1. Dans les
coins se trouvaient des bonbonnes d’acide. Un de
ces récipients paraissait fuir ou avoir été fêlé car
un flot de liquide noirâtre s’en était écoulé et l’air
était lourd d’une odeur de goudron singulière-
15 ment piquante. Dans un coin de la pièce, au
milieu d’un tas de gravats, un escabeau montait
vers une ouverture du plafond, assez large pour 6 Relevez les éléments descriptifs mêlés
à la narration dans le texte suivant.
laisser passer un homme. Au bas de l’escabeau,
un gros rouleau de corde gisait en tas. Je suis un as des filatures. Un jour, j’ai suivi ma
Arthur Conan Doyle, Le Signe des Quatre, 1890,
sœur pendant un après-midi entier sans qu’elle
trad. L. Maricourt, © J’ai Lu, coll. « Librio », 1946. s’en aperçoive. […]
1. cornues : récipients. Mais là n’est pas la question. Nous n’eûmes
5 aucun mal à retrouver l’homme parmi la foule
Retrouvez les trois paragraphes de ce des voyageurs qui convergeaient vers la sortie :
5 texte : un pour le texte narratif, un plus grand que les autres d’une tête et demie, il
pour le passage descriptif, un pour les paroles portait un chapeau de feutre tyrolien d’un vert
rapportées.
passé et orné sur le côté d’une plume de faisan.
Il monta sur l’escabeau et, des deux mains, sai- 10 Cependant, nous n’étions pas au bout de nos
sissant une poutrelle, il se hissa dans le grenier. surprises…
Puis, à plat ventre, il me prit la lampe des mains Imaginez la gare de Lyon ouvrant non pas sur
et la tint pendant que je le suivais. Le réduit dans un boulevard, mais directement sur la Seine.
5 lequel nous nous trouvions mesurait environ Dans l’excitation de notre poursuite, nous
dix pieds sur six. Le plancher était formé par des 15 avions presque oublié que nous étions à Venise ;
solives1 et une mince couche de plâtre entre soudain, passé le grand hall, nous débouchâmes
elles, de sorte qu’en avançant, il fallait sauter de sous le ciel de Venise, comme on entre dans une
solive en solive. Le toit s’élevait en cône et for- carte postale. Le Grand Canal était là, l’eau
10 mait de toute évidence la coquille intérieure du battant au pied des marches, bordé de palais aux
vrai toit de la maison. Il n’y avait aucun mobilier 20 façades vertes et roses devant lesquelles passait
et la poussière accumulée des années reposait en une flottille joyeuse de bateaux à moteur.
couche épaisse sur le plancher. – Voyez ! dit Jean-Philippe Arrou-Vignod, Le professeur a disparu,
Sherlock Holmes, posant la main contre le mur © Éditions Gallimard, 1989.
15 oblique, il y a là une trappe qui mène au toit.
Aide Le passage descriptif crée une pause dans le récit.
D’après Arthur Conan Doyle, Le Signe des Quatre, 1890, Pour éviter cette rupture de rythme, on peut disperser
trad. L. Maricourt, © J’ai Lu, coll. « Librio », 1946. dans le texte narratif de brefs éléments descriptifs.
1. solives : poutres. Ex. L’homme, qui portait une redingote usée, s’avança sur
le parvis de l’église, désert à cette heure tardive.

2. Le texte narratif et le passage descriptif 37


Relevez les organisateurs spatiaux Replacez les organisateurs temporels
7 dans cette description. 8 proposés dans le texte narratif suivant.
Marco Polo décrit ici la ville de Pékin, nommée à Liste : Alors – s’étant assuré qu’elle était bien fermée
l’époque Cambaluk, « la ville du seigneur »… – Après en avoir ouvert le couvercle – Puis – un instant
Je vais vous dire à quel point elle est grande : elle – Enfin – toujours – Lorsque le café fut prêt – et.
a vingt-quatre milles1 de circonférence, chaque Fagin a recueilli Oliver Twist ; le matin, il prépare le
côté a six milles, car elle est toute carrée. Elle est café alors qu’Oliver fait semblant de dormir…
tout entourée de murs en terre qui sont épais de ➊ .... , Fagin posa la casserole à l’un des coins
5 bien dix pas1 en bas, mais ils ne sont pas si gros au- de la cheminée. ➋ .... il demeura ➌ .... immo-
dessus, car ils sont de plus en plus étroits en bile, comme indécis. ➍ .... , il se retourna,
remontant, de sorte qu’ils sont épais de trois pas regarda Oliver, l’appela doucement par son pré-
avec des créneaux qui sont blancs. Ces murs sont 5 nom. Celui-ci ne broncha pas. ➎ .... persuadé
hauts de plus de dix pas. Cette ville a douze portes, que son nouveau protégé dormait ➏ .... , Fagin
10 et sur chacune des portes il y a un grand et très alla vers la porte ➐ .... , ➑ .... , il souleva une
beau palais, en sorte qu’à chaque côté de son trappe et tira, de dessous le plancher, un coffret
enceinte carrée, il y a trois portes et cinq palais. À qu’il posa avec le plus grand soin sur la table.
chaque coin il y a un très grand et très beau palais. 10 ➒ .... , il y prit une magnifique montre en or,
Il y a dans ce dernier de grandes salles où sont étincelante de diamants.
15 entreposées les armes de ceux qui gardent le palais. D’après Charles Dickens, Oliver Twist, 1838,
trad. J. Muray, © Le Livre de Poche Jeunesse, 2008.
Marco Polo, Le Livre des merveilles du monde,
traduit par J.-F. Kosta-Théfaine, © E.J.L., coll. « Librio », 2005.
1. milles, pas : anciennes unités de mesure.

À vos plumes !
1. Rédigez un texte court à l’aide des FRANÇAIS : SHS
9 listes de mots proposées.
Imaginez une scène de récit à partir
2. Dites, pour chaque texte obtenu, quelle est 11 du témoignage suivant.
sa forme dominante.
Votre héros est un jeune mousse qui accompa-
a. le buffet – fine – un vase – la salle à manger – gne les conquistadores et découvre le marché
porcelaine – trônait – inestimable – bleuté – grand- amérindien de Mexico.
mère. Votre texte mêlera des passages narratifs et
b. mercredi – fracas – ballon – jouais – rebond – des passages descriptifs.
brisa – tout à coup – interdit – atterrit. L’auteur, proche de Cortés, décrit le marché de
c. palefroi – écuyer – les bois – chevaucha – allure Tenochtitlan-Mexico, la capitale des Aztèques.
– soir – destination. En arrivant à la grande place de Mexico, nous
d. château – sombre – tour – dressait – granit – tombâmes en admiration devant l’immense
pont-levis – s’élevait. quantité de monde et de marchandises qui s’y
trouvait. Commençons par les marchands d’or,
Écrivez un court paragraphe de texte
10 narratif qui sera la suite immédiate de
5 d’argent, de pierres précieuses, de plumes et
d’autres produits. Puis les esclaves dont il y avait
l’extrait d’Oliver Twist (➜ EXERCICE 8).
une grande quantité à vendre. D’autres mar-
Vous tiendrez compte :
– des temps du récit utilisés dans l’extrait chands se trouvaient là, vendant des étoffes
(passé simple et imparfait) ; ordinaires en coton ; on voyait aussi des mar-
– de la situation exposée dans le texte. 10 chands de cacao. Il y avait encore le départe-
Oliver feignait de dormir, mais ne perdait rien de ment de la poterie faite de mille façons, depuis
cet étonnant spectacle… les jarres gigantesques jusqu’au plus petit pot.
Bernard Diaz del Castillo, Histoire véridique de la conquête
de la Nouvelle-Espagne, XVIe siècle,
in Histoire-Géographie 5e, Hatier, 2005.

38 L’ÉNONCIATION
Narration et description alternent dans le
ATELIER récit : les passages narratifs font progresser
l’action ; les éléments descriptifs la ralentis-
sent, mais enrichissent son arrière-plan.

Je lis et j’écris
un récit alternant narration et description

1. merveille : chose
extraordinaire,
prodigieuse.
M essire Yvain cheminait, absorbé par ses pen-
sées. Il arrivait dans un petit bois lorsqu’il
entendit un cri de douleur perçant. Il se dirigea vers l’en-
2. félons : traîtres, droit d’où provenait cette clameur. Quand il y parvint,
sournois. 5 il vit, au milieu d’un champ, un lion aux prises avec un
serpent : ce dernier le tenait par la
queue et crachait des flammes qui
lui brûlaient les flancs. Messire
Yvain ne resta pas longtemps à
1
10 regarder cette merveille ; il se

demanda lequel des deux combat-


tants il aiderait. Il se décida pour
le lion car on ne doit faire de mal
qu’aux êtres nuisibles et félons2.
D’après Chrétien de Troyes,
Yvain ou le Chevalier au lion,
XIIe siècle.

2 • L’image
a. Observez les animaux représentés : la scène est-
elle réaliste ou merveilleuse ?
b. Observez le fond de l’image : est-il réaliste ou
stylisé ?
« Yvain tuant le serpent », c. Que désigne en fait le « serpent » dans la litté-
enluminure extraite d’un manuscrit français
du XIVe siècle (BnF, Paris).
rature du Moyen Âge ?

ÉCRITURE
3 • Vous êtes un jeune clerc* à qui l’on a com-
COMPRÉHENSION mandé un manuscrit contant l’histoire d’Yvain.
1• Le texte Écrivez votre version de ce texte en le complétant
a. Observez les verbes du texte : évoquent-ils des à la fois :
actions ? À quel temps sont-ils majoritairement ? – par un passage descriptif décrivant le serpent (vous
b. Quelle est la forme de texte dominante ? vous servirez des indices du texte et de l’image ;
c. Relevez un élément descriptif caractérisant le vous choisirez soigneusement l’endroit du texte où
serpent. Quel est le temps du verbe employé ? vous insérerez votre paragraphe descriptif) ;
Le personnage du serpent est-il réaliste ou – par un passage narratif constituant la suite
merveilleux ? immédiate du texte et relatant le combat d’Yvain.
d. À quels défauts est associé le serpent ?
Citez le texte pour justifier votre réponse. * Jeune stagiaire qui a étudié dans une école ecclésiastique.

2. Le texte narratif et le passage descriptif 39


Le texte explicatif
3 et le texte argumentatif
ACTIVITÉ PRÉPARATOIRE

Texte 1 La chauve-souris est un mammifère de l’ordre des chiroptères. En France,


ce sont de petits animaux dont la taille, ailes déployées, varie de 10 à 50 cm.
Les plus grosses pèsent de 20 à 30 grammes.
Dans nos régions vivent quelques espèces de petite taille : rhinolophes,
5 vespertilions, oreillards, pipistrelles, sérotines, noctules, molosses. Certaines sont
grégaires et vivent en colonies importantes, d’autres sont asociales. Toutes
sont crépusculaires ou nocturnes.
Leur régime alimentaire se com-
pose surtout d’insectes, capturés en
10 vol ou cueillis sur les feuilles.
Les chauves-souris ont le statut
d’animaux protégés en France.

Texte 2 Il devient urgent d’éviter la


disparition des chauves-souris. Ne
nous laissons pas influencer par
les légendes : les chauves-souris
5 n’agrippent pas les cheveux, ne
mangent pas les récoltes, ne
sucent pas le sang des animaux…
Aucun fait constaté n’autorise de
telles affirmations.
10 Que n’inventerions-nous pas
pour cacher notre peur de ces ani-
maux nocturnes bien inoffensifs !
D’après Animaux de la nuit, « Renard volant » des Comores,
CAMEA, © Éditions Actes Sud, 1993. suspendu à une branche.

1 Quel est le thème commun aux deux textes ?

a. Lequel de ces textes donne le plus d’informations précises ?


2 b. Lequel utilise un vocabulaire technique ou scientifique ?

a. Lequel de ces textes s’adresse directement au lecteur ?


3 b. Quels types de phrase (déclaratif, impératif, interrogatif, exclamatif) y sont utilisés ?
Que nous dit ce texte ?

a. Ces deux textes ont une visée différente : précisez-la pour chacun d’eux.
4 b. Lequel pousse le lecteur à agir, à modifier son attitude ou son opinion ?

40 L’ÉNONCIATION
LEÇON Je comprends et je retiens...
Définition
Il existe trois formes de texte (narratif, explicatif, argumentatif) selon que l’on veut raconter,
expliquer ou argumenter.

● Le texte explicatif vise à informer le lecteur sur un sujet donné.


Ex. Le texte 1 répond à la question : « Qu’est-ce qu’une chauve-souris ? »

● Le texte argumentatif défend une idée et tente de convaincre le lecteur.


Ex. Le texte 2 cherche à nous convaincre qu’il faut protéger et non craindre les chauves-souris.

TEXTE EXPLICATIF TEXTE ARGUMENTATIF

Visée Expliquer, répondre à une question Défendre une idée, convaincre


Ex. La chauve-souris Ex.
Ne nous laissons pas influencer
est un mammifère par les légendes !
de l’ordre des chiroptères.

(= définition, phrase déclarative, (= phrase impérative adressée au destinataire)


vocabulaire scientifique)
Contenu des informations précises une thèse
(= définitions, schémas, tableaux, (= une idée à défendre)
chiffres, illustrations…)
Organisation – titres, sous-titres, paragraphes ordonnés, tirets, typographie (gras, italique,
logique couleurs)…
du texte – connecteurs (mais, en revanche, par contre, toutefois, bien que, si, or, dès lors,
de plus, en outre, car, parce que, donc, par conséquent…)
Émetteur absent ou neutre, objectif présent, donnant son avis
(je, nous ; exclamations, interrogations…)
Vocabulaire technique, scientifique, neutre appréciatif, exprimant une opinion personnelle
(➜ CHAPITRE 26)
Genre encyclopédie, dictionnaire, discours, lettre, article de presse, essai,
de texte magazine, manuel scolaire, publicité…
site internet…

L’essentiel à retenir
Les deux formes de texte, explicatif et argumentatif, ont deux visées différentes :
l’une explique et informe le lecteur ; l’autre défend une idée (une thèse) pour le convaincre.

Pour en savoir plus...


● Les différentes formes de texte peuvent se combiner entre elles : on peut raconter
ou décrire (➜ CHAPITRE 2) pour expliquer ou pour argumenter.
Ex. L’épi [de maïs] est comme une pomme de pin sauvage, le grain est gros, et n’est passage
ni rond ni carré, ni si long que notre grain : il se mûrit en trois ou quatre mois,
voire aux pays arrosés de ruisseaux en un mois et demi.
descriptif
à visée }
explicative
Jean de Léry, Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil, 1578.

3. Le texte explicatif et le texte argumentatif 41


EXERCICES J’applique...
À vos marques ! f. Heureusement, de nombreuses associations se
battent pour sauver la biodiversité. Elles sont
Vérifiez que vous savez repérer : sur tous les fronts : baleines, dauphins, ours et
1 – le texte explicatif ; j’en passe. Alors, aidons-les !
– le texte argumentatif.
a. Le « trou » de la couche d’ozone est un point Classez les verbes de la liste suivante
de l’atmosphère terrestre où l’on observe un
3 selon qu’ils signifient « expliquer » ou
amincissement de cette couche, dû aux « argumenter ».
pollutions industrielles (chlorofluorocarbones). éclaircir – contester – persuader – convaincre –
b. Je suis persuadé que l’homme est entière- exhorter – défendre un point de vue – informer –
ment responsable du réchauffement du climat plaider – définir – réfuter – exposer – objecter.
de la planète !
Précisez pour chaque consigne de
4 rédaction suivante si vous devrez utiliser
un texte explicatif, argumentatif ou bien
Classez les textes suivants selon qu’ils combiner les deux formes de texte.
2 informent (texte explicatif) ou qu’ils a. Rédigez un dialogue dans lequel vous
exposent une opinion (texte argumentatif). échangerez vos idées avec un camarade sur la
a. L’homme est un fléau pour la nature : il lutte contre la pollution. Vous expliquerez les
détruit les forêts, perturbe le climat, chasse et dangers que la planète encourt et exposerez
braconne, pollue les cours d’eau et introduit votre point de vue tout en essayant de
des espèces envahissantes. convaincre votre camarade de changer de
b. Nos ancêtres préhistoriques vivaient dans la comportement.
nature, comme les animaux, de chasse et de b. Rédigez le mode d’emploi d’un logiciel infor-
cueillette. Il y a 11 000 ans, au néolithique, matique.
l’homme a découvert l’agriculture et l’élevage. c. Rédigez un article de journal faisant la cri-
Dès lors, il a déboisé pour planter des champs tique d’un film que vous avez vu dernière-
et installer des pâturages ; il a donc modifié ment. Vous donnerez votre avis, favorable ou
son environnement. défavorable.
c. La population mondiale augmentera de 50 % d. Imaginez la machine de vos rêves. Vous
d’ici à 2050. Les habitants de la planète bleue exposerez le fonctionnement de l’appareil et
sont-ils condamnés à se marcher sur les pieds ? préciserez au lecteur en quoi c’est une machine
Si l’homme ne trouve pas de solutions pour révolutionnaire.
résoudre les problèmes de surpopulation, nous e. Vous avez une passion dans la vie que n’ap-
courons à la catastrophe ! précie pas particulièrement votre entourage.
d. Il y a 300 000 ans, quelques centaines de Dans une lettre à un ami, vous expliquerez en
milliers d’êtres humains peuplaient la planète. quoi consiste cette activité et donnerez les
Cette population humaine est restée long- raisons de votre choix.
temps stable mais, au XXe siècle, elle a aug- f. Imaginez le plaidoyer de Grimbert le chat qui
menté très rapidement : aujourd’hui, il y a cherche à défendre Renart lors de son procès.
6,5 milliards d’hommes. Vous utiliserez des arguments qui tenteront
e. Un écosystème est composé d’êtres vivants d’émouvoir l’auditoire.
(animaux et plantes) et de leur environne- g. Exposez les défenses que le château fort
ment. L’ensemble des écosystèmes constitue la oppose à ses assaillants. Vous évoquerez le rôle
biosphère, partie de la planète contenant tous de la barbacane, des mâchicoulis, du pont-levis
les êtres vivants. et des meurtrières.

42 L’ÉNONCIATION
Rédigez les questions auxquelles
5 répond ce texte explicatif.
Du parchemin au papier
Le nom de « papier » vient de « papyrus ».
Inventé en Chine, il est diffusé en Europe par les
Arabes, qui en ont rapporté la fabrication après
leur victoire sur les Chinois à Samarcande en 751.
5 Jusque-là, on utilisait le parchemin, peau
d'animal traitée longuement (tannage, lissage...). Lopo Homem, le Brésil, planche de l’atlas Miller (≈ 1519).

À la différence du parchemin, le papier est facile


FRANÇAIS : SHS
à fabriquer, il est peu coûteux et peut être pro-
duit en grandes quantités. Progressivement, il Complétez le texte explicatif suivant
10 remplace le parchemin et, à partir du XIVe siècle,
7 avec les connecteurs proposés.
celui-ci sera réservé principalement à des Liste : et – car – afin de – C’est pourquoi – Mais –
éditions de luxe. Ainsi.
« L'Écriture depuis 5000 ans », Les collections de L'Histoire, Au XVe siècle, les souverains portugais et espa-
n° 29, oct.-déc. 2005. gnols organisent des explorations ➊ .... trouver
FRANÇAIS : MSN de nouvelles routes vers l’Orient. Les grands
navigateurs se lancent dans ces périples ➋ ....
Retrouvez les caractéristiques du texte
6 explicatif et complétez le tableau.
5 c’est l’occasion de trouver des territoires et des
civilisations inconnus. ➌ .... , des hommes
Mars, la planète rouge orangé la plus lumi-
comme Christophe Colomb n’auront de cesse
neuse après Vénus et Jupiter, reste visible de la
de parcourir les mers. ➍ .... cette phase de
Terre pendant plusieurs mois. C’est la quatrième
découverte débouche très vite sur la conquête
planète à partir du Soleil, la dernière des planè-
10 ➎ .... la constitution des premiers empires
5 tes telluriques1. Elle parcourt en 687 jours une
coloniaux. ➏ .... la rencontre entre les popula-
orbite excentrique2 […].
tions locales et les Européens se fera souvent
Elle possède deux petits satellites, Phobos et
dans la violence.
Deimos. Phobos, le plus proche, gravite à
9 270 km de Mars. Deimos à 23 400 km. Ce FRANÇAIS : MSN
10 sont sans doute d’anciens astéroïdes capturés
Recopiez ce texte explicatif en amélio-
par Mars. […] 8 rant la présentation des informations
Mars effectue un tour complet sur elle-même
(titre, sous-titres, paragraphes, puces, tirets, gras…).
en 24 h 37 min 6 s. Son axe de rotation étant
La population américaine. Un peuplement par
incliné d’environ 24°, elle est soumise, comme
migrations. Le peuplement de l’Amérique est lié
15 la Terre, au rythme des saisons. Il y fait cepen-
aux migrations : Les Amérindiens sont venus
dant plus froid, les températures dépassant rare-
d’Asie il y a très longtemps en passant par le
ment 0° C en été et pouvant atteindre – 111°C la
5 détroit de Béring. Après la découverte de
nuit. Aux pôles, elles restent toute l’année infé-
l’Amérique par Christophe Colomb en 1492, les
rieures à – 123 °C.
Espagnols et les Portugais ont conquis l’Amérique
Pamela Forey, Cecilia Fitzsimons, extrait de Étoiles et planètes,
adaptation française de Martine Richebé, du Sud et l’Amérique centrale, et les Anglais
© Éditions Gründ, 1988. l’Amérique du Nord. Ils ont décimé les Amé-
1. planètes telluriques : planètes du type de la Terre. 10 rindiens et ont employé des esclaves africains
2. orbite excentrique : dont le foyer s’écarte du centre et forme donc
une ellipse plutôt qu’un cercle. dans leurs mines et leurs plantations. Aux XIXe et
Thème abordé XXe siècles, de nouveaux Européens et des
Vocabulaire Asiatiques se sont installés en Amérique. La diver-
Organisation du texte sité des migrations explique le fort métissage de la
Émetteur 15 population : Indiens, Blancs, Noirs, Métis.
Genre de texte
D’après Histoire-Géographie 5e, © Hatier, 2005.

3. Le texte explicatif et le texte argumentatif 43


: 1. Dans l’extrait suivant, de quoi Renart
FRANÇAIS SHS
10 cherche-t-il à convaincre le roi ?
1. Complétez le texte argumentatif
9 suivant avec les connecteurs proposés.
2. Quels arguments utilise-t-il ?
Relevez-en au moins trois différents.
Liste : la raison pour laquelle – la première – la
3. Relevez trois connecteurs utilisés pour cons-
seconde – à cause de.
truire l’argumentation.
2. Relevez les procédés (vocabulaire, comparai- 4. Selon vous, que cherche à provoquer Renart
sons) qui montrent que l’auteur blâme les par son discours (émouvoir, faire rire, choquer,
Espagnols. faire réfléchir…) ?
Les Espagnols se comportèrent à la manière Renart, responsable de nombreux méfaits, passe en
des tigres et des lions les plus cruels lorsqu’ils jugement devant le roi et tente de se défendre.
sont affamés depuis plusieurs jours. En quarante – […] On me dit que, sous la pression de ceux
ans sont morts, ➊ .... la tyrannie espagnole, qui vous entourent, vous voulez me faire
5 plus de 12 millions d’êtres vivants, hommes, condamner à mort. Peut-on s’en étonner, quand
femmes, enfants. Il y eut deux façons pour ces le roi ne croit que les gens malfaisants, quand il
gens qu’on appelle chrétiens de rayer ainsi de la 5 n’écoute pas ses meilleurs barons ? […] Car je
terre ces malheureuses nations : ➋ .... , ce furent puis le dire en toute assurance : je n’ai vécu que
les guerres injustes, cruelles ; ➌ .... fut la servi- pour vous témoigner, envers et contre tous,
10 tude la plus féroce qu’aient jamais subies les dévouement et fidélité. J’en prends à témoin
bêtes ou les humains. ➍ .... les Espagnols ont saint Georges, patron des preux chevaliers.
détruit un si grand nombre d’êtres humains a 10 Maintenant que l’âge a brisé mes forces, que ma
été seulement le désir insatiable de l’or, l’envie voix est fêlée et que j’ai même de la peine à ras-
de s’emplir de richesses. sembler mes idées, il est peu généreux de me
D’après Bartolomé de Las Casas, convoquer à la cour et d’abuser de ma faiblesse ;
Relation des voyages et des découvertes des Espagnols
dans les Indes occidentales, XVIe siècle, mais, le roi commande, et j’obéis. Me voici
in Histoire-Géographie 5e, Hatier, 2005. 15 devant lui ; il peut me faire arrêter, me condam-
ner à être brûlé ou à être pendu. Toutefois, à
l’égard d’un vieillard, une vengeance manquerait
de charité, et si une bête telle que moi était pen-
due sans jugement, on en parlerait longtemps.
Le Roman de Renart, adapt. d’après P. Paris,
traduction Elizabeth Charbonnier
© Librairie Générale Française – Le Livre de Poche, 1999.

À vos plumes !

Écrivez un texte explicatif sur le


11 renard à partir des informations don-
Ordre
Classe et famille
carnivore
mammifères, canidés
nées dans le tableau ci-contre. Gestation 51 à 52 jours
Nombre de petits 3à8
Au procès de Renart (➜ EXERCICE 10),
12 Grimbert le chat prend la défense de
Physique 6 à 10 kg – 60 à 75 cm –
queue de 35 à 50 cm
son ami et complice. Longévité 12 ans environ
Écrivez un dialogue dans lequel Grimbert Nourriture rongeurs de toutes sortes,
argumente pour justifier, excuser l’attitude charognes, détritus
de Renart et promet que ce dernier aura un Comportement rusé, méfiant, mais sociable
meilleur comportement. et vivant en groupe
(Vous pouvez faire intervenir d’autres personna- Habitat terrier à multiples galeries
ges qui s’opposeront à Grimbert.)
Régions tous les continents,
sauf l’Australie

44 L’ÉNONCIATION
Dans un texte comme dans une image,
ATELIER l’émetteur peut avoir pour visée de
convaincre (texte argumentatif) ou
d’expliquer (texte explicatif).

Je lis et j’écris
des messages explicatifs ou argumentatifs

Campagne
de sensibilisation
d’Action contre
la Faim, réalisée
en mars 2004.

COMPRÉHENSION ÉCRITURE
1• a. Quel élément naturel constitue le fond de la 5 • Rédigez un texte en deux parties :
photo ? – Une première partie explicative répondra à la
b. Quel type de paysage évoque-t-il ? question suivante :
2 • Décrivez les deux objets au centre de la photo. Pourquoi le manque d’eau pose-t-il des problèmes
a. Quelle situation évoquent-ils ? alimentaires dans certains pays ?
b. Sont-ils à leur place habituelle dans ce décor ? • Vous pourrez évoquer les besoins en eau du corps
3 • Observez le texte sur le carton. humain, la place de l’eau dans la cuisine ou pour les
a. Quels mots semblent en contradiction ? cultures…
b. Quel élément de l’affiche vous explique cette • Aidez-vous de vos manuels, d’Internet et des docu-
apparente contradiction ? ments de la bibliothèque pour répondre.
– Une seconde partie argumentative sensibilisera
4 • Relevez, dans le logo de l’association et dans le
votre lecteur à ce problème par différents moyens
texte accompagnant la photo, des mots ou des phra-
(marques de la présence de l’émetteur, adresse
ses qui poussent le spectateur à agir.
au destinataire, utilisation de types de phrases variés,
vocabulaire appréciatif…) et le poussera à agir
( Ex. participer aux actions d’une association…).

3. Le texte explicatif et le texte argumentatif 45


Le dialogue et les paroles
4 rapportées directement
ACTIVITÉ PRÉPARATOIRE

John Belliou, aventurier expérimenté, va partir avec les


chercheurs d’or dans le Grand Nord. Il propose à son
jeune neveu, journaliste à La Vague de San Francisco,
de l’accompagner. Kit Belliou accepte.
Des soupçons s’éveillèrent aussitôt dans l’esprit
de John Belliou. Pas un instant il n’avait songé
que son invitation pût être acceptée.
« Tu ne parles pas sérieusement, dit-il.
5 – Quand partons-nous ?
– Le voyage sera très dur. Tu nous gêneras.
– Pas de danger ! Je travaillerai. J’ai appris
ce que c’est que le travail depuis que je suis
à La Vague.
10 – Chaque homme devra emporter des provi-
sions pour un an. Il y aura une telle cohue que les
porteurs indiens n’y suffiront jamais. Hal
et Robert devront trimbaler1 leur équipement
eux-mêmes. C’est pour cela que j’y vais, pour
15 les aider à porter les ballots. Si tu viens,

il faudra que tu en fasses autant.


– Vous me verrez à l’œuvre.
– Mais tu ne sais pas porter des charges.
1. trimbaler
(familier) :
– Quand partons-nous ?
transporter. 20 – Demain. […] »
Jack London, Belliou la fumée (1912),
trad. L. Postif, © Union Générale d’Éditions, 10/18.

a. Quels sont les deux personnages présents dans cet extrait ?


1 b. Que sont-ils en train de faire ? Semblent-ils d’accord ? Pourquoi ?

a. Qui prononce la première réplique : Tu ne parles pas sérieusement (l. 4) ?


2 b. Quel mot l’indique dans le groupe de mots qui suit : dit-il (l. 4) ?
À quel temps est le verbe dire ?
c. Est-ce le même personnage qui pose la question : Quand partons-nous ? (l. 5 et 19) ?
Quels indices vous ont permis de répondre ?

a. Les personnages évoquent-ils des événements passés, présents ou à venir ?


3 b. Quels temps verbaux utilisent-ils dans chaque cas ?

a. Quel mot John ne devrait-il pas employer dans une conversation soutenue ?
4 b. Celui qui raconte l’histoire a-t-il transformé les paroles des personnages ?

46 L’ÉNONCIATION
LEÇON Je comprends et je retiens...
Définition
Les paroles rapportées directement permettent de reproduire les paroles des personnages
et de transcrire des dialogues.

1 La présentation du dialogue
● Le dialogue commence et se termine le plus souvent par des guillemets. Mais ils sont
généralement omis dans les textes récents.
Ex. Kit demanda : « Quand partons-nous ?
– Demain » , répondit son oncle.

● Chaque changement de locuteur est signalé par un changement de ligne et un tiret.


Ex. – Tu ne parles pas sérieusement, dit-il.
– Quand partons-nous ?

●Le dialogue est introduit par des verbes de parole, conjugués aux mêmes temps
que le récit (passé simple ou présent) (➜ CHAPITRE 9).
Ex. Kit demanda : « Quand partons-nous ? »
verbe de parole au passé simple (récit au passé)

ATTENTION Quand le verbe de parole est inséré dans les paroles rapportées,
il est dans une phrase incise. Dans ce cas, le sujet est inversé (➜ CHAPITRE 15).
Ex. – Tu ne parles pas sérieusement, dit-il.

2 Les paroles rapportées directement


● Les paroles rapportées directement sont reprises telles qu’elles ont été prononcées
par les personnages : elles ne sont pas modifiées par le narrateur.
Elles peuvent contenir des marques orales (interjections, ponctuation expressive,
phrases à construction particulière, registre de langue adapté à la situation…) (➜ CHAPITRE 1).
Ex. – Pas de danger !

● Dans les paroles rapportées directement, les verbes sont généralement conjugués au présent,
au passé composé (ou à l’imparfait) et au futur simple de l’indicatif (➜ CHAPITRES 35, 37 ET 39).
Ex. – Je travaillerai . J’ai appris ce que c’est que le travail depuis que je suis à La Vague.

L’essentiel à retenir
Les paroles rapportées directement reprennent ce qui a été dit sans modification.
Elles peuvent être introduites par un verbe de parole suivi de deux points.
Les guillemets en marquent souvent le début et la fin. Le tiret indique un changement de locuteur.
Dans les textes récents, toutes les répliques sont introduites par le tiret.

Pour en savoir plus...


● VOCABULAIRE Pour ne pas lasser le lecteur, on utilise des verbes de parole variés.
Ex. On peut remplacer demander par des synonymes (➜ CHAPITRE 24) : questionner,
interroger, prier, supplier, solliciter, ordonner, exiger, réclamer…

4. Le dialogue et les paroles rapportées directement 47


EXERCICES J’applique...
À vos marques ! 3 Rétablissez les marques du dialogue
(retours à la ligne, guillemets, tirets…) qui
Vérifiez que vous savez repérer : ont été supprimées.
1 – les marques du dialogue (Attention : la phrase soulignée appartient au récit.)
(guillemets, tirets...) ; Watson présente à Holmes une lettre contenant un
– les paroles rapportées ; appel au secours d’un ancien ami d’école.
– les verbes de parole ;
– les signes de ponctuation expressive. Voilà qui ne nous apprend pas grand-chose !
dit-il en me la restituant. Elle ne nous dit même
Instinctivement je regardai ma montre : deux
rien du tout. L’écriture, pourtant, est intéres-
heures du matin. Est-ce qu’il était devenu fou ?
sante. Mais ce n’est pas la sienne ! C’est juste-
« Vite, habille-toi ! murmura-t-il.
5 ment pour ça ! C’est une écriture de femme. Je
– Mais où va-t-on ?
protestai. Sûrement pas ! C’est une écriture
5 – Chercher des indices ! » dit-il, tandis que
d’homme ! Non, Watson, de femme. J’ajouterai
ses verres de lunettes miroitaient à la lueur de
qu’il s’agit d’une femme qui a du caractère.
sa torche.
D’après Arthur Conan Doyle, Le Traité naval,
Jean-Philippe Arrou-Vignod, Enquête au collège, © M. Le Houbie, trad. H. Evie, L. Maricourt et M. Le Houbie,
© Éditions Gallimard, 1991, 2002. © J’ai Lu, coll. « Librio ».

Repérez les paroles prononcées par


4 chacun des deux personnages.
Retrouvez les signes de ponctuation
2 qui ont été remplacés par des carrés. La Grenouille qui se veut faire
(Attention : une réplique est interrompue.) aussi grosse que le Bœuf
Deux chevaliers en mission commandée par le roi Une Grenouille vit un Bœuf
se présentent chez une pauvre femme. Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un œuf,
Le roi nous envoie chercher un médecin,
Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille1,
nous devons passer en Angleterre
5 Pour égaler l’animal en grosseur,
Pourquoi en Angleterre dit la dame.
Disant : « Regardez bien, ma sœur ;
Il faut un très grand médecin. La fille du roi Est-ce assez ? Dites-moi. N’y suis-je point encore ?
5 est malade. Depuis huit jours elle ne peut plus ni – Nenni2. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?
manger ni boire, une arête de poisson lui barre – Vous n’en approchez point. » La chétive pécore3
et lui bouche le gosier. Le roi nous a comm 10 S’enfla si bien qu’elle creva4. […]
Les bons médecins ne sont pas tous au Jean de La Fontaine, Fables, I, 3, 1668.
loin répète la dame. Mon mari s’y connaît 1. se travaille : fait des efforts. 2. Nenni (forme ancienne) : non.
10 pour les humeurs1 ; je crois qu’il est aussi 3. La chétive pécore : La fragile prétentieuse… 4. creva : éclata.

savant qu’Hippocrate
Illustration d’A. Godefroy
Vous voulez rire (XXe siècle) pour les Fables
Oh non fait-elle je n’ai guère le de La Fontaine, gravure
(collection privée).
cœur à rire Mais c’est vrai qu’il est drôle, je
15 vous préviens
D’après Les Fabliaux du Moyen Âge,
« Le Vilain mire », © Hatier.
1. humeurs : liquides circulant dans le corps (ex. le sang).

Aide Les points de suspension peuvent exprimer


l’hésitation du personnage ou, en fin de réplique, le fait
que le personnage suivant lui coupe la parole (le dernier
mot est même parfois incomplet).

48 L’ÉNONCIATION
V O C A B U L A I R E Conjuguez les verbes au temps qui convient
7 dans le dialogue (passé composé, présent
Retrouvez le verbe de parole qui
5 convient et conjuguez-le au présent.
de l’indicatif ou du conditionnel, futur de l’indicatif).
Liste : annoncer, chuchoter, répondre, demander, Au XVIe siècle, Las Casas, prêtre espagnol, défend les
expliquer, insister, s’exclamer, s’écrier. Indiens, exterminés par les colons européens depuis
a. « Hourra ! Nous avons gagné ! » .... les plusieurs années.
joueurs de hand-ball. – Depuis la découverte et la conquête des
b. « Versez peu à peu la farine dans le mélange Indes, les Espagnols (ne pas cesser) d’asservir, de
œuf-sucre pour éviter les grumeaux », .... le torturer et de massacrer les Indiens.
grand chef cuisinier. Il montre les piles de notes qui s’entassent
c. « Je te répète que ton train part dans une 5 autour de lui :
heure. Dépêche-toi ! » .... sa tante. – Ce que j’(avoir) à dire (être) si affreux que je
d. « Chut, ne nous faisons pas repérer », .... ne (savoir) par où commencer. Il y aurait de
l’enquêteur à son équipier. quoi remplir un énorme livre.
e. « Qui va là ? » .... le policier. – Il (paraître) que vous y (travailler), dit le car-
f. « Bonjour, je suis Alice, je viens pour le poste 10 dinal.
de secrétaire, .... la jeune fille. – Toute ma vie n’y (suffire) pas, Éminence. Il
– Parfait, prenez place », .... le directeur. en faudrait cent comme moi.
g. « Bravo, bravo ! Encore une chanson », .... les – Dites-nous ce que vous (savoir). Parlez à
enfants. votre aise.
D’après Jean-Claude Carrière, La Controverse de Valladolid,
O R T H O G R A P H E © J.-C. Carrière, éd. Pocket, 1992.

Conjuguez les verbes de parole au temps


6 qui convient dans ce récit au passé. 8 Imaginez les paroles que peut prononcer
le valet Scapin. (Cette scène repose sur un
Simon, aussi appelé « le Saint », a pris la place d’un comique de répétition des mots.)
malfaiteur, M. Piaf, pour attendre la police. Pour sauver l’honneur de la famille, Argante veut
L’inspecteur Teal est stupéfait. que son fils Octave reconnaisse s’être marié sans
– Par quel sub-super subter… (s’emmêler)-il. l’autorisation de son père.
– Chut ! l’ (interrompre) le Saint. SCAPIN. – Non, je suis sûr qu’il ne le fera pas.
– Pourquoi ? (grogner) Teal non sans à-propos. ARGANTE. – Je l’y forcerai bien.
Simon leva la main. SCAPIN. – ....
5 – Écoutez. ARGANTE. – Il le fera, ou je le déshériterai.
Il y eut un moment de silence puis le regard 5 SCAPIN. – ....
de Teal reprit quelque lueur de lucidité. ARGANTE. – Moi.
– Que suis-je censé entendre ? (interroger)-il SCAPIN. – ....
férocement. ARGANTE. – Comment, bon ?
10 Le Saint lui offrit un visage radieux. SCAPIN. – ....
– Quelque part dans la forêt, quelque chose a 10 ARGANTE. – Je ne le déshériterai point ?
frémi – ça n’était que le chant d’un piaf, (faire)- SCAPIN. – ....
il aimablement en guise d’explication. ARGANTE. – Non ?
D’après Leslie Charteris, Le Saint, Impôt sur le crime (1932), SCAPIN. – ....
trad. S. Troubac.
ARGANTE. – Ouais ! voici qui est plaisant. Je ne
Aide Quand le verbe se termine par une voyelle, il faut 15 déshériterai point mon fils ?
parfois, pour des raisons de prononciation, ajouter un SCAPIN. – Non, vous dis-je.
« -t- » euphonique avant le pronom (ex. chanta-t-il).
D’après Molière, Les Fourberies de Scapin, I, 4, 1671.

4. Le dialogue et les paroles rapportées directement 49


Transformez les répliques en paroles
9 rapportées directement et les didascalies
(soulignées) en récit au passé.
De retour de voyage, Géronte retrouve son fils
Léandre.
GÉRONTE, seul . – […] Ah ! vous voilà !
LÉANDRE, en courant à lui pour l’embrasser. – Ah !
mon père, que j’ai de joie de vous voir de
retour !
5 GÉRONTE, refusant de l’embrasser . – Doucement.
Parlons un peu d’affaire.
LÉANDRE. – Souffrez1 que je vous embrasse, et
que…
GÉRONTE, le repoussant encore. – Doucement,
10 vous dis-je.
LÉANDRE. – Quoi ? Vous me refusez, mon père,
de vous exprimer mon transport2 par mes
embrassements ?
GÉRONTE. – Oui : nous avons quelque chose à
15 démêler ensemble.
Molière, Les Fourberies de Scapin, II, 2, 1671. Affiche du film Les Fourberies de Scapin de Molière,
1. souffrez : acceptez. 2. transport : joie. mise en scène de Roger Coggio (1981).

À vos plumes !

Inventez un court dialogue qui mettra 1. Retrouvez l’ordre de ce dialogue :


10 en scène les personnages évoqués et
11 les répliques ont été mélangées.
remplacera les passages entre crochets. Aidez-vous du sens, de la ponctuation et des
types de phrases.
Le narrateur, le jeune roi Arthur, vient d’enlever
l’épée Excalibur de la pierre où elle se trouvait scellée. a. – La mer est sous la nacelle !
Il l’y a remise pour que d’autres essaient de faire de b. – Le ballon se relève-t-il ?
même, y compris son méchant frère Kay. c. « Nous tombons !
Roi après roi, seigneur après seigneur et cheva- d. – J’entends comme un clapotement de
lier après chevalier, tous défilèrent dans le cime- vagues !
tière de l’abbaye pour essayer de retirer l’épée de e. – Voilà le dernier sac vidé !
[
la pierre, et aucun n’y réussit. Certains parti- f. – Elle ne doit pas être à cinq cents pieds de
5 rent furibonds, jurant qu’ils ne se soumettraient nous ! »
jamais à un roi trop jeune pour avoir de la barbe g. – Non !
au menton, mais la plupart vinrent me trouver, h. – Jetez du lest !
s’agenouillèrent devant moi et me prêtèrent ser-
]
ment d’allégeance. Il fallut un certain temps 2. Écrivez la suite des aventures de ces per-
10 pour que Kay se décide à en faire autant, et sonnages en utilisant le dialogue et le récit au
quand il s’y résolut, il fut incapable de me regar- passé. Votre texte commencera par :
[
der en face. Il me demanda pardon de toutes Telles sont les paroles qui éclataient en l’air,
ses méchancetés. ] au-dessus de ce vaste désert d’eau du Pacifique,
Michael Morpurgo, Le Roi Arthur, vers quatre heures du soir, ce 23 mars 1865.
traduit par Noël Chassériau D’après Jules Verne, L’Île mystérieuse, 1874.
© Éditions Gallimard Jeunesse, 1998.

50 L’ÉNONCIATION
Le dialogue anime le récit. Il renseigne aussi
ATELIER le lecteur : les paroles rapportées directe-
ment lui donnent des informations sur les
personnages, leurs rapports, les événements

Je lis et j’écris passés ou à venir…

un dialogue inséré dans un récit


C’était une belle et forte canne en bois, avec une tête ronde, de celles dont
on dit que ce sont des « permissions de minuit ». Juste au-dessous du pom-
meau1, il y avait un bel anneau d’argent, large de presque un pouce2, sur lequel
était gravé « À James Mortimer M.R.C.S. de ses amis du C.C.H. », avec la date
5 « 1884 ». C’était bien la sorte de canne que portait autrefois le médecin de
famille, une canne pleine de dignité, solide et rassurante.
– Eh bien, Watson, qu’est-ce que vous en dites ? […]
– Je pense, avançai-je, suivant, autant que possible, les méthodes de mon
compagnon, que le docteur Mortimer est un médecin d’âge mûr, qui a bien
10 réussi et est fort estimé puisque ceux qui le connaissent lui donnent cette
marque de respect.
– Bien ! Excellent ! dit Holmes.
– Je crois qu’il y a de fortes chances que ce soit un médecin de campagne,
qui fait à pied beaucoup de ses visites.
1. pommeau : 15 – Pourquoi cela ?
boule au sommet
d’une canne.
– Parce que cette canne, à l’origine très jolie, a été tellement malmenée3 que
2. pouce : unité je peux difficilement imaginer qu’un docteur citadin la porte. Le gros bout en
de mesure fer en est usé, il est donc évident qu’il s’en est beaucoup servi pour marcher.
(env. 2,5 cm).
– Tout à fait bien raisonné.
3. malmenée :
utilisée 20 – Et puis aussi, il y a les « amis du C.C.H. ». Je devine qu’il s’agit sans doute
brutalement. du Club des chasseurs de quelque coin de province aux membres duquel il a
4. vous vous
peut-être donné ses soins. En échange, ils lui ont offert ce petit cadeau.
surpassez : vous
travaillez mieux – Réellement, Watson, vous vous surpassez4, dit Holmes en repoussant sa
que d’habitude. chaise et en allumant une cigarette.
Arthur Conan Doyle, Le Chien des Baskerville (1902),
trad. L. Maricourt, © L. Maricourt, 1947, © J’ai Lu, coll. « Librio ».

COMPRÉHENSION ÉCRITURE

1• a. Quel personnage prend la parole en premier ? 5 • À la manière de ce dialogue, écrivez l’examen


À qui s’adresse-t-il ? que Watson pourrait faire du manteau décrit ici :
b. Qui est désigné par le pronom je dans la pro- « C’était une belle et ample redingote en
position : avançai-je (l. 8) ? laine, avec un col haut. À l’intérieur se trouvait
2 • a. De quoi Watson parle-t-il ? Est-il sûr de lui ? une inscription brodée qui indiquait l’adresse
Justifiez votre réponse. d’un tailleur parisien réputé. Mais le vêtement
b. Comment Holmes juge-t-il le travail de Watson ? était particulièrement abîmé. C’était bien la
Citez ses paroles. sorte de redingote que portait autrefois le maî-
c. Qu’en concluez-vous sur les rapports entre les tre du château en arpentant son domaine. »
personnages ?
– Watson expliquera chaque caractéristique du
3 • L’expression « permissions de minuit » (l. 2) fait- vêtement ( Ex. belle et ample, faite par un tailleur
elle partie du dialogue ? parisien réputé, abîmée…).
4 • Quel registre de langue est utilisé dans ce dia- – Holmes approuvera ses déductions ou deman-
logue ? Relevez quelques exemples. dera des explications.

4. Le dialogue et les paroles rapportées directement 51


5 Les registres de langue

ACTIVITÉ PRÉPARATOIRE

Extrait 1 Paris, 1941. Joseph et son frère Maurice, deux jeunes enfants juifs, vont à l’école.
Ils portent l’étoile jaune imposée par les nazis…
Maurice fonçait devant en soufflant fort pour faire de la
buée. Les billes sonnaient toutes ensemble dans ses poches.
– On va la garder longtemps, l’étoile ?
Il s’arrête pour me regarder.
5 – J’en sais rien, moi. Pourquoi, ça te gêne ?
Je hausse les épaules.
– Pourquoi ça me gênerait ? C’est pas
lourd, ça m’empêche pas de cavaler, alors…
Maurice ricane.
10 – Alors si ça te gêne pas, pourquoi tu mets
ton cache-nez devant ?
Il voit toujours tout, ce mec.
– Je mets pas mon cache-nez devant.
C’est le vent qui l’a rabattu dessus.
15 Maurice rigole.
– T’as raison, mon petit pote, c’est
le vent.

Extrait 2 Le soir même, Joseph et son frère quittent la capitale pour se rendre en zone libre…
La marche reprend, nous ne nous arrêtons plus. Le sable me semble plus
fin à présent et s’élève en lentes collines. Il y a des aiguilles de pin sur le sol
et je glisse plusieurs fois sur mes semelles mouillées.
Depuis combien de temps sommes-nous partis, deux minutes ou trois
5 heures ? Impossible de le dire, j’ai perdu toutes possibilités d’évaluation.
Joseph Joffo, Un sac de billes, © J.-C. Lattès, 1973.

a. Quels sont les deux personnages qui dialoguent dans l’extrait 1 ?


1 b. Que pensez-vous du langage qu’ils utilisent (vocabulaire, construction des phrases) ?

– On va la garder longtemps, l’étoile ?


2 – Pourquoi ça me gênerait ? C’est pas lourd, ça m’empêche pas de cavaler, alors…
Récrivez ces répliques en enlevant toute familiarité entre les deux interlocuteurs.

a. Le langage utilisé dans l’extrait 2 est-il le même que dans l’extrait 1 ?


3 b. Par quel mot sont désignés les deux personnages ?

Comparez dans les deux extraits une question et une phrase négative.
4
Quelles différences de construction observez-vous ?

52 L’ÉNONCIATION
LEÇON Je comprends et je retiens...
Définition
Les registres de langue correspondent à la manière de s’exprimer selon la situation
d’énonciation et le destinataire du message (➜ CHAPITRE 1).

1 Le registre familier
● Le registre familier s’emploie à l’oral et à l’écrit entre personnes proches.
● Il se caractérise par :
– un vocabulaire familier et des abréviations (cavaler, rigoler, ce mec, mon pote, la récré…) ;
– l’emploi du pronom on à la place de nous, du pronom ça à la place de cela :
Ex. On va la garder longtemps, l’étoile ? Pourquoi, ça te gêne ?
– l’interrogation par l’intonation à l’oral, par le seul point d’interrogation à l’écrit :
Ex. Alors si ça te gêne pas, pourquoi tu mets ton cache-nez devant ?
– la suppression de ne dans les phrases négatives, la suppression de lettres ou de mots :
Ex. Je mets pas mon cache-nez devant. T’as raison. Faut m’ croire !
– la forme emphatique en utilisant le procédé du détachement :
Ex. J’en sais rien, moi. (moi est détaché : il reprend le sujet je, ce qui constitue une répétition)

2 Le registre courant
● Le registre courant s’emploie à l’oral et à l’écrit dans la vie quotidienne.
● Il se caractérise par :
– un vocabulaire compréhensible par tous (courir, rire, ce garçon, mon frère…) ;
– le respect de la grammaire et de la prononciation :
Ex. Nous ne nous arrêtons plus. (emploi de nous, négation complète)
Depuis combien de temps sommes -nous partis ? (sujet inversé)

3 Le registre soutenu
● Le registre soutenu s’emploie à l’oral et à l’écrit entre des personnes qui gardent
une certaine distance. On le rencontre également dans certaines œuvres littéraires.
● Il se caractérise par :
– un vocabulaire recherché et raffiné (se hâter, s’esclaffer, ce jouvenceau, mon cadet…) ;
– un respect scrupuleux de la grammaire et de la prononciation, l’emploi de certains temps :
Ex. Bien que je fusse très jeune, ce nouveau personnage me frappa par son incongruité.

L’essentiel à retenir
Il existe trois registres de langue : familier, courant et soutenu. Chacun de ces registres
se distingue par le vocabulaire, la construction des phrases et la prononciation.
Registre familier Registre courant Registre soutenu
Mon pote Mon ami Mon (très) cher ami
Ça t’gêne ? Est-ce que cela te gêne ? Cela vous importune-t-il ?
J’en sais rien, moi. Je n’en sais rien. Je l’ignore absolument.

5. Les registres de langue 53


EXERCICES J’applique...
À vos marques ! 4 Trouvez le nom en registre courant
correspondant aux expressions ima-
Vérifiez que vous savez : gées suivantes.
1 – identifier le registre de langue d’un (Cherchez les noms qui les composent dans un
texte (familier / courant / soutenu) ; dictionnaire.)
– justifier votre réponse par des relevés de le roi des animaux – le roi des forêts – le matin de
vocabulaire et de grammaire. la vie – les perles du matin – le miroir de l’âme –
– Alors, Jed’s, qu’est-ce que tu penses du nou- l’oiseau de Minerve – l’écharpe d’Iris.
veau prof de français ? Il est pas mal !
Proposez un synonyme en registre cou-
– Bah ! un jeunot. Il va beaucoup « baver ». 5 rant pour les noms suivants qui appar-
On va passer notre temps à discuter. Tu sais,
tiennent tous au vocabulaire soutenu.
5 moi, le tiers-monde, la drogue, tout ça je m’en (Aidez-vous d’un dictionnaire.)
balance !
une algarade – les arcanes – une billevesée –
– T’es jamais content ! Pour une fois qu’on a
le firmament – la glèbe – une iniquité – l’onde –
quelqu’un avec qui on pourrait parler de cho- le trépas – la vilenie.
ses intéressantes.
10 – Et le CAP1 ? C’est pas comme ça qu’on va le Identifiez dans les phrases suivantes
préparer.
6 le registre de langue dominant et
– Alors là, tu charries ! Hier tu disais que t’en repérez l’intrus qui s’y est glissé.
avais rien à cirer et aujourd’hui… a. Cher ami, auriez-vous l’amabilité de me prê-
Jacques Delval, Salut bahut !, ter votre bagnole pour le congé de fin de
© Castor Poche Flammarion, 1994.
semaine ?
1. CAP : certificat d’aptitude professionnelle.
b. Est-ce que vous viendrez nous rendre un’
p’tite visite cet été ?
Trouvez des synonymes pour complé- c. Ça suffit ! Tu t’tais et t’obtempères.
2 ter le tableau suivant. d. N’oublie pas de prendre un parapluie car
Registre Registre Registre aujourd’hui il va flotter.
familier courant soutenu e. Mon aïeul pense que les gosses ne sont pas
se tirer suffisamment morigénés.
œuvrer f. Il faut que tu ailles chez le toubib pour qu’il
lâche renouvelle tes médicaments.
gronder
avoir la dalle Repérez les caractéristiques (lexicales et
invectiver 7 grammaticales) du registre soutenu
habiter dans ce texte.
être dans Le fantôme de Canterville s’adresse à Virginia, une
les bras de
jeune Américaine, dont les parents sont les nou-
Morphée
veaux propriétaires du château.
une baffe
une prison – Enfin, voyons, dit le fantôme, d’un air assez
une bafouille penaud, que vouliez-vous que je fisse ? Il est fort
suranné difficile de se procurer du sang, à notre époque,
et puisque votre frère est à l’origine de toute
Proposez des adjectifs synonymes en 5 l’affaire avec son Extra-Détersif, je n’ai vu aucune
3 registre soutenu. raison de ne pas m’approprier vos couleurs.
Oscar Wilde, Le Fantôme de Canterville, 1887,
laid – délicieux – honteux – mauvais – ordinaire –
© Stock, 1979.
drôle – fatigué.

54 L’ÉNONCIATION
Repérez les registres de langue dans
8 cette scène de théâtre.
(Pour chacun d’eux, donnez des exemples : voca-
bulaire, prononciation et déformation de mots,
construction des phrases.)
LUCAS. – Parguenne1 ! j’avons pris là tous deux
une guèble2 de commission ; et je ne sais pas,
moi, ce que je pensons attraper.
VALÈRE. – Que veux-tu, mon pauvre nourricier3 ?
5 Il faut bien obéir à notre maître ; et puis nous
avons intérêt, l’un et l’autre, à la santé de sa fille,
notre maîtresse ; et sans doute son mariage, dif-
féré par sa maladie, nous vaudrait quelque
récompense. Horace, qui est libéral, a bonne part
10 aux prétentions qu’on peut avoir sur sa per-
sonne ; et quoiqu’elle ait fait voir de l’amitié
pour un certain Léandre, tu sais bien que son
père n’a jamais voulu consentir à le recevoir Molière, Le Médecin malgré lui, I, 4,
par Virginie Cady (scénariste), Laurent Percelay (scénariste)
pour son gendre. […] et Kawaii Studio (dessinateur), © Éd. Vents d’Ouest, 2005.
15 LUCAS. – Mais quelle fantaisie s’est-il boutée4 là
dans la tête, puisque les médecins y avont tous
Récrivez en registre courant ces phrases
pardu leur latin ? 11 familières.
Molière, Le Médecin malgré lui, I, 4, 1666.
(Les modifications porteront sur la construction,
1. Parguenne : parbleu (en patois). 2. guèble : diable (en patois).
3. nourricier : mari de la nourrice. 4. boutée : mise. la prononciation et le vocabulaire.)

a. Tu vas en vacances en Italie : trop cool !


Récrivez en registre courant ces phra-
9 ses familières.
Quel bol !
b. Hyacinte, c’est la nana à Léandre
(Repérez d’abord les éléments familiers.)
ou à Octave ?
c. À la cantoche, la bouffe est bonne.
a. Nous avons écrit à nos correspondants d. Dès qu’t’arrives, tu me bigophones.
et on leur a envoyé notre photo. e. À plus ! J’te bise.
b. On a visité la ville médiévale de Provins, f. T’as du fric pour aller au ciné ?
moi et ma classe. g. Mélina, elle est vraiment canon !
c. On a été à la bibliothèque en passant h. Ça fait une plombe que j’t’attends.
par le préau. i. J’ai les tifs trop longs. Faut qu’j’aille
d. J’ai retrouvé le stylo-plume à Jessica au coiffeur.
sous la table.
e. Il y a plus que trois semaines de cours
avant les vacances de Noël.
Récrivez en registre soutenu ces
f. Tu connais la nouvelle ? 12 phrases interrogatives. (Les modifications
porteront sur le vocabulaire et l’inversion du sujet.)
Récrivez en registre courant ces
10 phrases familières en rétablissant les a. Pourquoi vous chialez ?
éléments manquants. b. Vous avez pigé ?
a. C’est pas moi qu’ai parlé. J’vous l’jure, m’dame. c. Il est quelle heure ?
b. Y a d’l’encre sur ma chaise. d. Vous vous appelez comment ?
c. Y a personne d’absent. e. Vous avez quel âge ?
d. J’suis pas content d’ma note d’histoire. f. C’est quoi qu’y a d’écrit au tableau ?
e. J’ai pas mon cahier d’anglais, le prof va g. Où vous habitez ?
pas être content. h. Qui c’est qui m’a piqué mon stylo ?
f. J’regarde pas la télé le soir. J’ai pas l’droit. i. Où qu’il est mon bouquin d’anglais ?

5. Les registres de langue 55


O R T H O G R A P H E O R T H O G R A P H E

Complétez les phrases suivantes par on Accordez comme il convient, selon la


13 ou on n’.
14 valeur de on, les adjectifs et participes
passés entre parenthèses.
a. Quand .... est à l’école secondaire, .... a beau-
coup de camarades. a. « On est bien (content) d’être enfin (arrivé) ! »
b. .... apprend des poèmes et .... a de bonnes s’exclamèrent Larissa, Estelle et Carla.
notes quand .... a bien su les réciter. b. « On semble (fatigué), ma petite », me dit ma
c. .... a aucune raison d’échouer si .... a bien grand-mère.
appris. c. « On est (pressé) d’être en vacances », ont
d. .... a rien à faire pour demain car .... a fait écrit Olivier et Nicolas à leur tante Sophie.
tous les exercices en classe. d. On est (habitué) à correspondre par
e. .... aimerait bien aller en voyage linguistique Internet.
mais .... a qu’un accompagnateur pour l’instant. e. « Alors, les filles, on est (allé) à la piscine cet
f. .... a cherché toutes les solutions possibles après-midi ? »
pour résoudre ce problème mais .... a pas trouvé. f. On est (certain) que la Terre tourne autour du
g. Quand .... a corrigé en classe, .... a tous Soleil.
écouté. g. « On est (sûr) d’être (sélectionné) pour le
h. .... a plus qu’à s’exercer et .... y arrivera. championnat ! » s’écrièrent Ali et Christophe.
i. C’est pourquoi .... a demandé des exercices h. « On est bientôt (arrivé) à la piscine ? »
supplémentaires qu’.... a eu aucun mal à faire. demandèrent Sophie et Pauline.
j. Le jour du contrôle, .... a eu l’impression de i. On n’est jamais si bien (servi) que par soi-
réussir et .... en a conclu que notre persévé- même.
rance avait porté ses fruits. Aide On commande l’accord quand il remplace une per-
sonne précise dans la phrase (je, tu, nous…).
Aide On peut remplacer on par un autre pronom Ex. « Qu’est-ce qu’on est bronzées ! » s’exclament Sonia
(il, elle…) pour savoir si la phrase est négative. et Chloé. (on = nous = Sonia et Chloé)
Ex. On écoute ➝ Elle écoute. Ex. Après un séjour à la montagne, on rentre bronzé.
On n’écoute pas ➝ Elle n’écoute pas. (on : personne en particulier, tout le monde)

À vos plumes !
Imaginez au moins une phrase en g. Un jongleur remercie un seigneur de son
15 registre soutenu pour chacune des hospitalité.
situations d’énonciation proposées. h. Un seigneur remet son écu à un chevalier.
a. Vous demandez à votre professeur de fran-
1. Imaginez, pour chaque mot proposé,
çais l’orthographe d’un mot. 16 une phrase où il sera utilisé en registre
b. Vous demandez, par écrit, au directeur l’au-
courant et une phrase où il sera utilisé en
torisation d’organiser une soirée dans le réfec-
registre familier :
toire. Écrivez le début de la lettre et la formule
de politesse. balancer – caisse – clou – cravater – chouette.
c. Un touriste égaré demande sa direction à un 2. Cherchez cinq autres mots qui ont un sens
agent de police. différent selon qu’ils appartiennent au registre
courant ou familier.
d. Vous vous excusez d’être en retard auprès
d’un professeur.
Récrivez en registre courant les
e. Un professeur demande à un élève de cesser 17 paroles du fantôme (➜ EXERCICE 7).
de bavarder.
f. Le roi Arthur propose à la reine Guenièvre de Récrivez en registre courant les
l’accompagner à un tournoi de chevalerie. 18 répliques de Lucas et Valère (➜ EXERCICE 8).

56 L’ÉNONCIATION
Dans un récit, le registre de langue per-
ATELIER met de caractériser les personnages et
de donner un ton réaliste ou comique…

Je lis et j’écris
un dialogue comique
Comme chaque jeudi soir, Franck Lanier vient de dicter des phrases à son fils.
L’enfant a écrit « le pâté » avec un « e ». Le père hurle…
– Mais c’était LA pâtée ! LA pâtée du chien, je m’en souviens bien.
C’est extraordinaire ce que cet homme est plein de ressources :
il trouve toujours le moyen de s’en sortir. Mais il a pas gagné.
– C’est pas normal.
5 Il me regarde, les sourcils froncés.
– Qu’est-ce qui n’est pas normal ?
– Que lorsque le charcutier fabrique un pâté, on ne mette
pas de e, et que lorsque le chien en mange, on en mette un.
Il se tait : il sait qu’il est vaincu.
10 – Et fumée ? Pourquoi tu n’as pas mis de e à fumée ?
Quand c’est féminin, il y a toujours un e.
Tu ne sais pas encore ça ?
– Non.
– Quoi non ?
15 – On ne met pas toujours un e.
– Si, toujours.
– On dit LA maison et il n’y a pas de e à maison.
Et toc. Pare celle-là.
– Ne discute pas pour le plaisir, il y a un e à fumée. C’est tout.
20 Il rajoute un e énorme qui tient le quart de la feuille, et
découvre encore, Dieu sait où, deux autres fautes. Ça fait
quatre, ce qui veut dire que ce soir, je ne suis plus plombier
mais balayeur.
Il râle un peu mais il est quand même content parce que c’est fini et qu’il va pouvoir
25 bouquiner son journal, et c’est là que j’interviens.
– J’ai encore des divisions. Des à deux chiffres.
Patrick Cauvin, Monsieur Papa, © J.-C. Lattès, 1976.

COMPRÉHENSION ÉCRITURE

1• a. Sur quelle confusion repose la première erreur 4 • Imaginez la suite du dialogue entre le père et
de l’enfant ? le fils à propos des divisions à deux chiffres.
b. Quelle est sa deuxième erreur ? Quelle règle – Vous commencerez ainsi : Là, il proteste nette-
conteste-t-il ? Quel exemple donne-t-il ? ment, ce n’est pas du tout la soirée qu’il imaginait.
– Vous respecterez les règles de disposition du
2 • a. À quel registre de langue appartiennent les
dialogue et sa ponctuation.
phrases soulignées ? Justifiez votre réponse.
– Vous utiliserez les deux registres de langue
b. Récrivez ces phrases en registre courant.
employés dans l’extrait et vous ferez varier les
Qu’avez-vous dû modifier ?
constructions de phrase et le vocabulaire.
3 • L’enfant est aussi le narrateur : relevez dans le – Vous prendrez soin d’insérer les pensées de
récit des expressions familières. l’enfant dans votre texte.

5. Les registres de langue 57


6 La reprise du nom

ACTIVITÉ PRÉPARATOIRE

Laura Muntz Lyall,


Une histoire intéressante
(1898), huile sur toile,
81,3 x 100,3 cm
(Art Gallery of Ontario,
Toronto).

Le poète évoque un souvenir d’enfance : ses frères et lui habitaient dans


un ancien couvent de religieuses, impasse des Feuillantines, à Paris…
Nous montions pour jouer au grenier du couvent.
Et là, tout en jouant, nous regardions souvent,
Sur le haut d’une armoire, un livre inaccessible.
Nous grimpâmes un jour jusqu’à ce livre noir ;
5 Je ne sais pas comment nous fîmes pour l’avoir,

Mais je me souviens bien que c’était une Bible.


Ce vieux livre sentait une odeur d’encensoir1.
Nous allâmes ravis dans un coin nous asseoir ;
1. encensoir :
petit récipient
Des estampes2 partout ! quel bonheur ! quel délire !
pour brûler
10 Nous l’ouvrîmes alors tout grand sur nos genoux,
l’encens.
2. estampes : Et, dès le premier mot, il nous parut si doux
gravures. Qu’oubliant de jouer, nous nous mîmes à lire.
Victor Hugo, Les Contemplations, II, V, 10, « Aux Feuillantines » (extrait), 1856.

1 Quel objet les enfants regardaient-ils sur le haut d’une armoire ?

Le nom de cet objet apparaît trois fois dans le poème.


2
a. Quelle caractéristique est donnée, à chaque fois, à cet objet ?
b. Quel terme précède ce nom la première fois ? Est-ce le même ensuite ?

a. Quel est le titre de l’ouvrage que trouvent les enfants ?


3 b. Dans la dernière strophe, quels mots permettent de le désigner sans répéter son nom ?

58 LE TEXTE
LEÇON Je comprends et je retiens...
Définition
La reprise du nom par un mot ou groupe de mots permet d’éviter de répéter ce nom
tout au long d’un texte.

1 La reprise lexicale
● Un nom peut être repris avec un autre déterminant (➜ CHAPITRE 22) ou des adjectifs
qui en précisent le sens (➜ CHAPITRE 21).
Ex. un livre inaccessible – ce livre noir – le vieux livre – son livre préféré – quel livre !…

● Un nom peut être remplacé par un autre nom de sens équivalent :


– un synonyme (➜ CHAPITRE 24) ; certains synonymes sont plus précis que le nom repris
(termes spécifiques) ; d’autres sont moins précis (termes génériques).
L’ensemble de ces termes forme une chaîne lexicale.
Ex. un ouvrage ➝ ce livre ➝ une Bible (= chaîne lexicale)
(générique) (spécifique)
– une périphrase : une expression qui permet de définir le nom.
Ex. Victor Hugo ➝ l’auteur de Notre-Dame de Paris (périphrase)

2 La reprise pronominale
● Un nom peut être remplacé par un pronom.
Pronom il, elle, le, la, lui, Ex. Ce livre était ancien. (nom repris)
personnel ils, elles, les, leur… Il nous parut si doux. (pronom personnel)
(➜ CHAPITRE 18)
Pronom le mien, la tienne, Ex. Je te prête mon livre , passe-moi le tien.
possessif les siens, les vôtres… (nom repris) (pronom possessif)
Pronom celui-ci, celles-là… Ex. Ils découvrent les dessins . (nom repris)
démonstratif Ceux-ci sont superbes. (pronom démonstratif)
Pronom certains, les autres, Ex. Les enfants prennent le livre inaccessible. (nom repris)
indéfini aucun, personne… Tous veulent le lire. (pronom indéfini)

L’essentiel à retenir
Dans un texte, pour éviter de se répéter, on peut remplacer un nom par un synonyme,
une périphrase ou un pronom.

Pour en savoir plus...


● VOCABULAIRE Certaines périphrases sont entrées dans le registre courant.
Ex. la planète bleue pour désigner la Terre.

ATTENTION Il ne faut pas confondre les pronoms personnels (➜ CHAPITRE 18)


avec des déterminants, qui précèdent des noms (➜ CHAPITRE 22) !
Ex. Nous l’ouvrîmes . – Nous prîmes l’habitude de lire.
verbe (➝ l’ : pronom) nom (➝ l’ : déterminant)

6. La reprise du nom 59
EXERCICES J’applique...
À vos marques !
Vérifiez que vous savez repérer :
1 – les reprises du groupe nominal
le grand lion ;
– les reprises du nom Patricia.
Dans une réserve africaine, Patricia, une fillette,
joue avec King, un lion sauvage…
Le grand lion roula sur le dos, étendit une
patte et ouvrit sa gueule sombre.
[…] Il se servait du bout de sa patte ainsi que
d’une raquette veloutée et frappait juste assez Enrichissez les groupes nominaux
5 fort pour faire voler, sans lui infliger la moindre
3 soulignés dans les phrases suivantes.
meurtrissure, un corps de petite fille. a. Marco Polo est le fils d’un marchand véni-
Patricia tenta d’échapper à ce fléau1 moelleux. tien. À dix-sept ans, le garçon commence à
En vain. Alors, elle se précipita sur les oreilles du voyager avec son père.
lion, les tira sauvagement, enfonça les pouces b. Au cours de son séjour en Mongolie, il ren-
10 dans ses yeux. Et King était plus fort et secouait contre Gengis Khan. Le souverain le traite mieux
la tête et roulait sur Patricia, mais de telle que les hommes de sa propre cour.
manière qu’il ne risquait jamais de l’écraser sous c. L’empereur confie des missions à Marco Polo.
sa masse. Et la petite fille reparaissait sur l’autre Il ne veut plus laisser le marchand repartir chez
flanc du fauve et tout recommençait. lui.
Joseph Kessel, Le Lion, © Éditions Gallimard, 1958. d. Après la mort de l’impératrice, Marco Polo
1. fléau : fouet, battoir. doit transporter la nouvelle souveraine par
mer. Son expérience lui est très utile.
e. Après ce dernier service, Marco Polo est déli-
Complétez les phrases suivantes en
2 modifiant le déterminant qui précède
vré des obligations dues à l’empereur. Il peut
commencer le voyage vers l’Italie.
le nom souligné.
a. J’ai lu la légende du roi Arthur. …. légende Aide Le nom peut être enrichi par un adjectif (ex. le
m’a beaucoup plu. grand voyage) ou un groupe nominal (ex. le voyage
de Marco Polo).
b. Il est devenu roi parce qu’il a retiré une épée
de la pierre où elle était enfoncée. Désormais
Excalibur est …. épée . V O C A B U L A I R E
c. Merlin a fabriqué pour ce roi une table ronde.
1. Complétez le tableau suivant avec les
Elle est devenue …. fameuse Table ronde. 4 synonymes demandés.
d. J’admire les exploits du chevalier Lancelot.
2. Rédigez, à partir d’une chaîne lexicale de
…. chevalier courageux !
votre choix, un paragraphe de quelques lignes
e. Arthur est entouré de plusieurs chevaliers. …. qui décrira l’être ou l’objet évoqué.
chevaliers de ce roi sont plus fidèles que les
autres. Générique Spécifique
f. Tous les chevaliers sont au service du roi. …. abeilles
chevalier a sa propre armure et son propre destrier. fleur
g. Pour devenir chevalier de la Table ronde, il chaumière
faut accomplir des exploits. Si …. exploits cétacé
impressionnent le roi, le chevalier est accepté. voiture

60 LE TEXTE
V O C A B U L A I R E Replacez dans le texte suivant les
Récrivez les phrases suivantes en utiIi-
8 reprises proposées. (Chaque liste
5 sant un terme générique afin d’éviter concerne des personnages différents.)
les répétitions. (Attention aux accords !) Liste 1 : un bûcheron – ce bûcheron sale et mal
a. Robin est passionné par les abeilles. Ces vêtu – il (2 fois).
abeilles lui paraissent très amusantes. Liste 2 : Ceux-là – des soldats – ils – Les soldats.
b. Hier, Manon a terminé le roman qu’elle devait Uter Pendragon, le nouveau roi, ayant
lire. Ce roman lui a fait découvrir le Moyen Âge. entendu parler de Merlin, envoya ➊ .... à sa
c. Thomas habite dans une maison construite recherche. ➋ .... croisèrent sur leur chemin
récemment. Cette maison a une architecture ➌ .... , la cognée au cou, des grands souliers
très originale. 5 aux pieds, la cotte percée, les cheveux hérissés,
d. Mamie a offert son buffet à Caroline. Ce buffet la barbe longue et sale.
date du XIXe siècle. – Vous faites mal la besogne de votre maître,
e. Molière est un dramaturge célèbre. Ce dra- leur dit-➍ .... ; et ce n’est pas ainsi que vous
maturge est étudié par de nombreux élèves trouverez celui que vous cherchez !
chaque année. 10 – Eh quoi ! le connaissez-vous ?
➎ .... étaient interloqués. Comment ➏ ....
V O C A B U L A I R E
pouvait-➐ .... connaître la mission dont
Indiquez, pour chaque périphrase sou- ➑ .... étaient chargés ?
6 lignée, le mot qu’elle remplace.
D’après Héloïse de Mont-Rachais,
(Attention : certains mots dans la liste suivante ne Récits et légendes de la Table ronde, © Succès du Livre, 2004.
conviennent pas.)
Liste : le soleil, la lune, le pétrole, le goudron, le dol- Relevez, dans le texte suivant, les repri-
lar, l’euro, l’Angleterre, la Corse, Mars, Vénus. 9 ses du groupe nominal souligné.
a. Tintin vit une de ses aventures au pays de Il arriva un jour que trois aveugles chemi-
l’or noir . naient près de Compiègne. Aucun d’entre eux
b. Nous avons passé nos vacances sur l’île de n’avait de valet pour les guider et les conduire
beauté . ou leur enseigner le chemin. Chacun d’eux
c. Les enfants prennent leur déjeuner, éclairés 5 avait une sébile1. Ils portaient de pauvres vête-
par l’astre du jour . ments car ils n’avaient pas d’argent pour se
d. Ce commerçant veut être payé en billets verts. vêtir. C’est dans cet état qu’ils suivaient le che-
e. Mikaël rêve d’aller un jour sur la planète rouge. min qui mène à Senlis. Or, un clerc, qui venait
de Paris et avait plus d’un tour dans son sac,
Remplacez les groupes nominaux souli-
7 gnés par des pronoms variés afin d’évi-
10 vint à rattraper les aveugles car il chevauchait
à vive allure, monté sur un magnifique pale-
ter les répétitions.
froi2 et suivi d’un écuyer qui tirait un cheval de
a. Le professeur principal a réuni les élèves de somme. Il vit que personne ne les guidait et
la classe de 10e. Les élèves de la classe de 10e, pensa qu’aucun d’entre eux ne voyait clair :
sans exception, iront au château de Guédelon. 15 comment pouvaient-ils trouver leur chemin ?
b. Chaque année, les élèves participent à plu- Il se dit :
sieurs sorties pédagogiques. Ces sorties péda- « Que la goutte3 me frappe si je ne me rends
gogiques leur plaisent beaucoup. compte s’ils y voient quelque chose ! »
c. Mes camarades et moi avons visité le chan- Fabliaux du Moyen Âge, « Les trois aveugles de Compiègne »,
tier du château avec intérêt. Mes camarades et coll. « Bibliocollège », © Hachette Éducation, 2000.
moi avons posé de nombreuses questions. 1. sébile : écuelle de bois servant pour mendier.
2. palefroi : cheval de parade. 3. la goutte : maladie.
d. Malheureusement, Clotilde a oublié son
pique-nique. Je lui ai donné une partie de mon Aide Certaines reprises ne désignent qu’une partie de
pique-nique . l’élément du texte qu’elles remplacent.
e. Certains élèves de la classe feront un exposé. Ex. Le paysan attrapa trois perdrix ; il en fit cuire une puis
vendit les deux autres à la foire.
Des élèves ont préféré réaliser un film.

6. La reprise du nom 61
Indiquez, pour chaque reprise soulignée, 1. Relevez les reprises désignant la
10 sa classe grammaticale et le nom qu’elle 11 personne qui se présente chez Holmes.
remplace. 2. Précisez pour chacune s’il s’agit d’un
La Colombe et la Fourmi groupe nominal, d’un pronom ou d’une
périphrase.
[…] Le long d’un clair ruisseau buvait une Colombe,
Un matin, Holmes réveille Watson…
Quand sur l’eau se penchant une Fourmi y tombe.
– Qu’est-ce qui se passe ? Le feu ?
Et dans cet océan l’on eût vu la Fourmi
– Non, pas le feu ; une cliente. Il paraît
S’efforcer, mais en vain, de regagner la rive.
qu’une jeune dame vient d’arriver, très excitée,
5 La Colombe aussitôt usa de charité1 :
et qui insiste pour me voir immédiatement.
Un brin d’herbe dans l’eau par elle étant jeté,
5 Elle m’attend dans le salon. Lorsque de jeunes
Ce fut un promontoire2 où la Fourmi arrive.
dames se promènent en ville à une heure aussi
Elle se sauve ; et là-dessus
matinale, et qu’elles tirent d’honnêtes gens de
Passe un certain croquant3 qui marchait les pieds nus.
leurs lits, je crois qu’elles ont quelque chose
10 Ce croquant, par hasard, avait une arbalète.
d’urgent à communiquer. […]
Dès qu’il voit l’oiseau de Vénus,
10 En quelques minutes, je fus habillé, et prêt à
Il le croit en son pot, et déjà lui fait fête.
accompagner mon ami dans le salon. Une dame
Tandis qu’à le tuer mon villageois s’apprête,
vêtue de noir et dont le visage était caché par une
La Fourmi le pique au talon. […]
voilette épaisse se leva quand nous entrâmes.
Jean de La Fontaine, Fables, II, 12, 1668.
Arthur Conan Doyle, Les Aventures de Sherlock Holmes,
1. usa de charité : fut généreuse. 2. promontoire : avancée au-dessus
« Le ruban moucheté » (1892), trad. B. Tourville,
de l’eau. 3. croquant : paysan.
© Robert Laffont, 1975.

À vos plumes !
1. Relevez dans ce texte les reprises Récrivez ce texte en remplaçant
12 du groupe souligné.
13 M. Moïse Hudson par Mme Rachel Hudson.
Vous modifierez les reprises en conséquence.
Marco Polo décrit ici une région appelée « la Grande
Arménie ». – […] Allons chez M. Moïse Hudson, à
Et encore, [je] vous dirai qu’en le mitan1 de Kennington Road, et nous verrons s’il peut
cette Grande Arménie est l’arche de Noé, sur une nous éclairer sur ce point.
grande montagne. C’est vraiment une très Après une heure de voiture, nous arrivâmes
grande et haute montagne, pareille à un cube, 5 chez le marchand d’objets d’art. C’était un
5 sur laquelle, dit-on, l’arche de Noé s’est posée, et homme de petite taille, assez gros, au visage
de là vient que la montagne est appelée Mont de rubicond1, aux manières vives.
l’arche de Noé. Elle est si large et si longue qu’en Arthur Conan Doyle, Les Six Napoléons, trad. H. Evie.
1. rubicond : rouge.
deux journées n’en ferait-on le tour.
Marco Polo, Le Devisement du monde,
Romain prépare un exposé sur Victor
traduit par L. Hambis, © Éditions Phébus,
Paris 1996 pour la traduction française.
14 Hugo. Supprimez les répétitions en uti-
1. mitan : centre. lisant des reprises du nom variées.

Victor Hugo a vécu au XIX e siècle. L’œuvre de


2. Écrivez la suite du texte : vous décrirez en
Victor Hugo est immense : Victor Hugo a écrit
quatre phrases ce que Marco Polo a trouvé sur
de célèbres romans tels Les Misérables
la montagne.
ou Notre-Dame de Paris, mais Victor Hugo
Vous utiliserez des reprises variées : groupe
a aussi composé des poèmes et des pièces
nominal, pronom et périphrase.
de théâtre. Victor Hugo a fait enfin une carrière
Vous pourrez commencer par :
politique. Victor Hugo a tellement marqué
Sachez ce que recèle cette montagne… son époque qu’à sa mort, la France a offert
des funérailles nationales à Victor Hugo .

62 LE TEXTE
La reprise du nom évite les répétitions et
ATELIER apporte des précisions sur le nom qu’elle
reprend.
Les adjectifs et les périphrases permettent

Je lis et j’écris de mieux imaginer un objet, un personnage


ou un lieu.

une courte explication

Qu’est-ce qu’une sonde spatiale ?

I L S’AGIT d’un engin spatial


non habité envoyé dans
l’espace pour recueillir des
informations scientifiques
5 sur les astres. Une sonde est
lancée à partir d’une fusée.
Une fois détachée, elle est
programmée pour se diriger
vers l’objet à étudier. Elle n’a
10 quasi pas besoin de moteur
pour fonctionner, car il n’y
a presque pas d’air dans
l’espace pour la ralentir.
Équipée d’instruments de
15 mesure et d’observation, La sonde Vénus Express autour de Vénus.
elle transmet les informa-
S. Bordet, Mon Quotidien, n° 2582,
tions recueillies aux astronomes, mardi 1er février 2005.
sur Terre. www.playbacpresse.fr

COMPRÉHENSION ÉCRITURE

1 • Le thème 4 • Vous êtes un jeune journaliste.


a. De quel objet parle le texte ? Le rédacteur en chef vous demande d’écrire un court
b. Relevez une périphrase qui désigne cet objet. article dans lequel vous expliquerez le fonctionne-
c. Quels pronoms désignent cet objet ? ment d’un objet de votre choix, issu des nouvelles
technologies : un appareil domestique ( Ex. console
2 • La forme de texte
de jeu, lecteur MP3…), un moyen de transport
a. À quel type de phrase appartient le titre de l’article ?
( Ex. voiture électrique…), une source d’énergie
b. Qu’est-ce qui doit suivre ce type de phrase ?
( Ex. éolienne…)…
Le texte correspond-il à ce qui est attendu ?
– Votre texte commencera par une question.
c. Déduisez-en la forme de texte utilisée : narrative,
– Puis vous utiliserez différentes reprises, dont une
explicative, argumentative ?
périphrase qui décrira l’objet.
3 • L’ordre des informations – Enfin, vous résumerez son utilisation en deux ou
a. À quoi sert l’objet présenté ? trois phrases exprimant des actions dans l’ordre
b. De quelles actions est-il sujet ? chronologique.
c. Ces actions apparaissent-elles dans l’article selon
un ordre chronologique ?

6. La reprise du nom 63
7 Les organisateurs temporels

ACTIVITÉ PRÉPARATOIRE

Théophile vit avec sa mère Marie ; ils ont invité à dîner Bonaventure, un camarade
de classe avec qui Théophile est censé avoir préparé un exposé à la bibliothèque…
On passa à table, et la conversation roula tout d’abord sur mille petits
riens, comme il est d’usage dans les repas réussis. Mais Marie fit tout à coup
plusieurs questions précises sur l’exposé de musique moyenâgeuse, et
Bonaventure en fut quelque peu déconcerté. Comme il répondait de travers,
5 Théophile lui donna un coup de pied sous la table. Il se tut, et laissa son ami
prendre le relais. Théophile avait une langue agile, qu’il mettait au service de
son inépuisable imagination. On l’écouta développer les grandes
lignes de l’exposé, puis entrer dans des détails d’ordre
technique, tels que la distinction entre troubadour et
10 trouvère, langue d’oc et langue d’oïl, viole de gambe et
viole de bras. Ces connaissances toutes neuves avaient
été puisées l’avant-veille à la bibliothèque dans La
Grande Encyclopédie de la musique à travers les siècles.
Elles firent cependant forte impression. Puis
15 vint la tarte aux poires saupoudrée de
brisures d’amandes. Marie insista pour
que Bonaventure joue un morceau à la
flûte. Il se fit un peu tirer l’oreille, mais
finalement il accepta, car la maman de
20 Théophile avait un très beau sourire et
savait en user pour obtenir ce qu’elle
voulait.
Éric Boisset, Le Grimoire d’Arkandias,
p. 131-132, coll. « Classiques & Contemporains »
© Éditions Magnard, 1996, 2001 (www.magnard.fr).

a. Sur quoi porte la conversation au début du dîner ? et ensuite ?


1
b. Quels mots vous indiquent cet enchaînement ?

a. Qu’est-ce qui met fin à l’exposé de Théophile ?


2
b. Comment cette étape suivante du récit est-elle introduite ?

a. Théophile s’intéresse-t-il depuis longtemps à la musique médiévale ?


3 Quel groupe de mots indique la date de sa visite à la bibliothèque ?
b. Complétez la phrase : Théophile s’est rendu à la bibliothèque il y a .… jours.

a. Bonaventure a-t-il envie de jouer de la flûte ?


4 b. Quel mot indique qu’il a mis du temps à accepter ?

64 LE TEXTE
LEÇON Je comprends et je retiens...
Définition
Les organisateurs temporels permettent d’organiser la narration en marquant l’enchaînement
des actions racontées : ils aident le lecteur à se repérer dans la progression du récit.

1 L’organisation du récit
● Les organisateurs temporels soulignent l’enchaînement des actions, leur durée.
Ex. On passa à table, et la conversation roula tout d’abord sur mille petits riens.

● Les organisateurs temporels conditionnent le choix du temps verbal des verbes d’action
(➜ CHAPITRE 9).
Ex. En toutes occasions, on priait Bonaventure de jouer de la flûte : il en jouait depuis dix ans.
imparfait (action qui se répète ou qui dure)
Marie posa tout à coup plusieurs questions précises sur l’exposé.
passé simple (action principale, qui n’a lieu qu’une fois)

2 Les différents organisateurs temporels


● Les organisateurs temporels participent à l’organisation du récit : ils marquent le lien
entre deux paragraphes ou deux phrases.
Ce sont surtout des adverbes ou des conjonctions tels que : tout d’abord, puis, alors,
ensuite, enfin, soudain, tout à coup, et, comme…
Ex. Puis vint la tarte aux poires saupoudrée de brisures d’amandes.

● Des groupes nominaux compléments de temps (➜ CHAPITRE 14), à l’intérieur d’une phrase,
apportent aussi des indications sur le moment, la durée ou la fréquence de l’action.
Ex. Ces connaissances toutes neuves avaient été puisées l’avant-veille à la bibliothèque.

L’essentiel à retenir
Les organisateurs temporels sont des adverbes, des conjonctions ou des compléments
de temps ; ils organisent la progression du récit.

Pour en savoir plus...


● V O C A B U L A I R E Pour situer le récit dans une époque précise (Moyen Âge, Renaissance…),
les organisateurs temporels ne suffisent pas. Il faut aussi utiliser le vocabulaire caractéristique
de cette époque (noms, vêtements, instruments, moyens de transport, architecture…).
Ex. Le musicien tirait des accords mélodieux de son clavier électronique.
Le troubadour tirait des accords mélodieux de sa vièle.
● Les organisateurs temporels s’utilisent aussi dans un texte explicatif (➜ CHAPITRE 3)
pour marquer les étapes d’un processus.
Ex. Le liquide est d’abord chauffé à 100° C, puis refroidi et enfin filtré.

7. Les organisateurs temporels 65


EXERCICES J’applique...
À vos marques ! 3 Complétez le texte suivant par des
organisateurs temporels de votre choix.

1 Vérifiez que vous savez repérer les ➊ .... Thibaut, le premier adoubé, car le plus
organisateurs temporels (adverbes, jeune, s’avance sur le tapis, un silence recueilli se
conjonctions et compléments de temps).
fait dans l’assistance. Thibaut sent la fierté inon-
Voici un extrait de la préface du Grimoire der son cœur. Un peu maladroitement, son père,
d’Arkandias qui évoque l’enfance de son auteur… 5 qui lui sert de parrain, se baisse, lui lace les
La vie d’Éric Boisset se lit comme un roman. chausses de fer qui enveloppent ses jambes
Né à Valence le 8 novembre 1965, il habite tout ➋ .... attache à ses pieds deux éperons d’argent.
d’abord la cité des Limouches, où il se lie d’ami- ➌ .... , il lui enfile le haubert, longue robe de
tié avec son voisin de palier, un petit Antillais mailles de fer qui enveloppe la tête, les bras et le
5 qui lui servira de modèle pour le personnage de 10 corps jusqu’aux chevilles. ➍ .... il pose sur la tête
Bonaventure. Puis son père achète, en plein de son fils le heaume, casque de fer qui protège
cœur de la Drôme provençale, une grande le crâne et le nez. ➎ .... , ➏ .... , malgré ses doigts
ferme délabrée qu’il a décidé de rénover pour se épais et malhabiles, il noue les petits lacets de
distraire. Après sept années de vie citadine, c’est cuir qui attachent le heaume à la cotte de mailles.
10 un choc pour le jeune Éric, qui s’accommode 15 ➐ .... que le garçon est préparé pour l’adou-
lentement à cette nouvelle existence. bement, le seigneur de Montcornet s’approche.
Présentation d’Éric Boisset dans Le Grimoire d’Arkandias, p. 5, Il tient une épée au pommeau vermeil. […]
coll. « Classiques & Contemporains »
© Éditions Magnard, 2001 (www.magnard.fr).
Thibaut ferme les yeux. Il sent le baudrier
passer autour de son cou, ➑ .... l’épée, la lon-
20 gue épée, qui vient battre son flanc gauche. Sa
Replacez dans le texte suivant les orga- main s’empare du pommeau ➒ .... l’étreint
2 nisateurs temporels proposés. violemment. ➓ .... s’ouvre devant lui le che-
Liste : Au cours des deux années qui suivirent – et min des prouesses et la joie emplit son cœur.
cette fois – C’est alors qu’ – un moment – puis (2 fois) D’après Odile Weulersse, Le Chevalier au bouclier vert,
– d’abord – et. © Le Livre de Poche Jeunesse, 2007.

La dame en noir reparut en effet, ➊ .... Rose la


Conjuguez les verbes au passé simple
suivit au salon, situé au rez-de-chaussée. 4 ou à l’imparfait en fonction de l’orga-
L’apparition gagna une fenêtre, se tint là ➋ ....
nisateur temporel souligné.
immobile, ➌ .... elle quitta la pièce, gagna
Tous les matins, Louison (se lever) pour allumer
5 l’arrière de la maison ➍ .... disparut.
le feu. Parfois, elle (devoir), à l’aube, ramasser
Rose se crut ➎ .... la seule à avoir vu l’appa-
du petit bois alentour. Ce matin-là, elle (sortir)
rition. ➏ .... elle découvrit que d’autres qu’elle
et (marcher) par un froid de loup jusqu’à l’orée
l’avaient aperçue aussi, mais sans réaliser qu’il
5 du bois. Une heure durant, elle (courber)
s’agissait d’un fantôme. […]
l’échine pour constituer le maigre fagot.
10 ➐ .... elle résolut de percer le mystère de
Soudain, dans un buisson, elle (percevoir) une
l’apparition.
plainte. Alors elle (approcher) avec prudence et
➑ .... , par de longues lettres détaillées, Rose
(découvrir) un renardeau, la patte serrée dans
entretint une amie des faits et gestes de la
10 un piège.
dame en noir et de la progression de son
15 enquête – nous laissant ainsi, sans le savoir, un Aide Dans un récit au passé (➜ CHAPITRE 9) :
minutieux témoignage. – le passé simple est utilisé pour les actions principales
et qui n’ont eu lieu qu’une fois ;
D’après James M. Deem, Dossier Fantômes,
– l’imparfait est employé pour les actions secondaires
trad. R.-M. Vassallo,
ou qui se répètent.
© Castor Poche Flammarion, 1994.

66 LE TEXTE
Transposez la bande dessinée suivante en un récit d’une dizaine de lignes.
5 Marquez les étapes de l’action par de nombreux organisateurs temporels.
Tristan, neveu du roi Marc, ramène Iseut à son oncle pour qu’il l’épouse.
Mais les jeunes gens boivent par erreur un philtre d’amour et tombent amoureux l’un de l’autre.
Alors qu’ils se sont enfuis dans la forêt, le roi Marc les surprend…

Arthur, Une épopée celtique, t. 5, Drystan et Esyllt, D. Chauvel, J. Lerculey et J.-L. Simon, © Delcourt, 2002.

FRANÇAIS : MSN FRANÇAIS : SHS

Replacez dans le texte explicatif suivant Repérez les organisateurs temporels,


6 les organisateurs temporels proposés.
7 puis retrouvez l’ordre chronologique du
Liste : Pendant sa descente – alors (3 fois) – En texte suivant.
arrivant sur terre – lentement – parfois (2 fois). a. Il s’empare alors du Milanais.
➊ .... , l’eau de pluie rejoint les eaux superfi- b. La France renonce définitivement à l’Italie.
cielles ou parvient à s’infiltrer dans le sol. Elle c. Une longue guerre entrecoupée de trêves
se fraye ➋ .... un chemin au travers des cou- oppose dès lors François Ier puis Henri II aux
ches perméables, s’enfonçant ➌ .... à plusieurs Habsbourg.
5 milliers de mètres dans le sous-sol. Elle est d. Comme les rois précédents, François Ier a des
ainsi filtrée ➍ .... , naturellement. vues sur l’Italie : en 1515, il gagne la bataille de
➎ .... , l’eau traverse des roches. Elle se charge Marignan.
➏ .... en sels minéraux dissous […]. ➐ .... , elle e. Elle ne s’achève qu’en 1559 par la paix de
se charge aussi en gaz et devient ➑ .... une Cateau-Cambrésis.
10 « eau gazeuse ». f. Mais l’empereur Habsbourg Charles Quint
D’après Physique-Chimie 5e, reprend la région aux Français en 1525.
© Hatier, 1998. D’après Histoire-Géographie 5e, © Hatier, 2005.

7. Les organisateurs temporels 67


1. Conjuguez les verbes au temps qui
8 convient : passé simple ou imparfait
O R T H O G R A P H E

Complétez les phrases suivantes avec


de l’indicatif. 10 quand, quant ou qu’en.
2. Relevez l’organisateur qui marque l’appari-
tion d’une action principale. a. Vous pouvez venir …. vous le souhaitez.
– Cette nuit-là, je ne (parvenir) pas à m’endor- b. Nous déjeunerons ensemble, puis nous
mir. Un pressentiment me (troubler). Je vous rap- irons au cinéma : …. pensez-vous ?
pelle que nous (être) jumelles, ma sœur et moi, et c. …. à moi, je serai heureuse de passer
vous savez combien sont forts et subtils ces liens quelques heures en votre compagnie.
5 que tresse la nature. C’(être) d’ailleurs une nuit d. …. je pense que nous ne nous sommes pas
affreuse : le vent (hurler), la pluie (battre) les vues depuis plusieurs années, cela me chagrine.
vitres. Soudain, parmi tout le vacarme de la tem- e. Heureusement …. nous écrivant de temps à
pête (jaillir) le hurlement sauvage d’une femme autre, nous ne sommes pas restées sans nou-
dans l’épouvante. Je (reconnaître) la voix de ma velles.
10 sœur. Je (sauter) à bas de mon lit, m’(envelopper) f. …. à moi, je suis toujours ravie de vous lire
d’un châle, et (se précipiter) dans le couloir. mais …. je vous reverrai, ma joie sera encore
plus grande.
D’après Arthur Conan Doyle,
Les Aventures de Sherlock Holmes, « Le ruban moucheté »,
trad. B. Tourville (1892), © Robert Laffont, 1975.
Aide • quand peut être remplacé par lorsque.
• quant à (moi) peut être remplacé par pour (ma) part.
• qu’en peut être décomposé en que + en.
1. Repérez quatre organisateurs tem-
9 porels qui structurent le récit.
2. À quelle époque a lieu l’histoire ? Relevez V O C A B U L A I R E
les mots qui ancrent le récit dans cette époque.
1. Repérez, dans les extraits suivants,
L’écuyer Ivonet aide Perceval à revêtir son armure. 11 les mots qui ancrent le texte dans une
Alors Ivonet lui lace les chausses et, par- époque que vous identifierez.
dessus, lui attache les éperons sur ses gros 2. Transposez les extraits à une autre époque.
brodequins. Puis il l’a revêtu du haubert, le a. Kevin tira un euro de la poche de son blou-
meilleur qui ait jamais existé. Sur le capuchon son et s’offrit trois chewing-gums.
5 de maille, il lui installe le heaume, qui lui va à b. Jehan saisit son luth et esquissa une mélo-
la perfection. Quant à l’épée, il lui apprend à die dont les notes se perdaient dans la grande
ne pas la ceindre serrée, mais à la laisser flot- salle du donjon.
tante. Il lui met ensuite le pied à l’étrier. Le c. Sur le pont de la caravelle, Vasco observait
voilà monté sur le destrier. un astrolabe pour la première fois de sa vie. Il
Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, trad. Ch. Méla, se concentra pour comprendre le fonctionne-
© Librairie Générale Française, 1990, 1997. ment de l’étrange instrument.

À vos plumes !
Aidez Laurie à corriger sa rédaction. Rédigez un court paragraphe narratif
12 Proposez des organisateurs temporels
13 racontant la journée du mardi pour un
variés et ajoutez des précisions qui permet- élève de votre classe.
tront de situer l’action au Moyen Âge. Vous utiliserez des organisateurs temporels
variés :
Pierre s’enfuit à toutes jambes. Et puis – des adverbes (d’abord, peu après, puis, ensuite,
il arriva au village. Puis il se cacha sous enfin…),
le porche d’une maison. Puis ses poursuivants – des compléments de temps (en première heure,
entrèrent dans le village. Et ils commencèrent à 13h30, après la récréation…).
à fouiller les maisons, à questionner les
villageois. Pierre, tapi sous le porche, avait
peur et tremblait de tous ses membres…

68 LE TEXTE
Les organisateurs temporels assurent
ATELIER la cohérence et la progression du récit.

Je lis et j’écris
un récit merveilleux
Voici la toute fin du roman de Tristan et Iseut : les deux amants viennent de mourir…
Quand le roi Marc apprit la mort des amants, il franchit la mer et, venu en
1. ouvrer :
confectionner.
Bretagne, fit ouvrer1 deux cercueils, l’un de calcédoine2 pour Iseut, l’autre de béryl2
2. calcédoine, pour Tristan. Il emporta sur sa nef3 vers Tintagel leurs corps aimés. Auprès d’une
béryl : pierres chapelle, à gauche et à droite de l’abside4, il les ensevelit en deux tombeaux. Mais,
précieuses.
3. nef : navire.
5 pendant la nuit, de la tombe de Tristan jaillit une ronce verte et feuillue, aux forts
4. abside : partie rameaux, aux fleurs odorantes, qui, s’élevant par-dessus la chapelle, s’enfonça
du chœur de dans la tombe d’Iseut. Les gens du pays coupèrent la ronce : au lendemain elle
l’église.
renaît, aussi verte, aussi fleurie, aussi vivace, et plonge encore au lit d’Iseut la
5. merveille :
événement Blonde. Par trois fois ils voulurent la détruire ; vainement. Enfin, ils rapportèrent
extraordinaire. 10 la merveille5 au roi Marc : le roi défendit de couper la ronce désormais.
Le Roman de Tristan et Iseut, trad. J. Bédier, © Éd. 10/18, 1981.

COMPRÉHENSION ÉCRITURE

1 • a. Quelles sont les étapes de l’action du récit ? 4 • Imaginez ce qu’il advint de la ronce la semaine
b. Quels organisateurs temporels marquent : qui suivit.
– la situation initiale ? – Vous pourrez commencer ainsi :
– la situation finale ? La semaine suivante, quelle ne fut pas la surprise des
gens du pays quand ils virent que la ronce avait à nou-
2 • a. Quel est l’événement présenté dramatique-
veau poussé…
ment ? Quand a-t-il lieu ? en combien de temps ?
– Vous utiliserez des organisateurs temporels pour
b. Le texte vous paraît-il alors réaliste ou merveilleux ?
marquer les étapes de votre récit.
3 • a. Combien de fois la ronce a-t-elle été détruite – Vous choisirez un vocabulaire approprié pour
par les gens du pays ? situer l’action au Moyen Âge.
b. Relevez les expansions du groupe nominal une – Vous emploierez comme il convient les temps du récit
ronce (adjectifs, groupes nominaux, phrase subor- au passé (passé simple, imparfait…) (➜ CHAPITRE 9).
donnée relative…) qui montrent la vigueur du
végétal.
c. Que symbolise la ronce ?

7. Les organisateurs temporels 69


8 Les organisateurs spatiaux

ACTIVITÉ PRÉPARATOIRE

Pieter Brueghel l’Ancien, Les Chasseurs dans la neige (Cycle des mois) (1565),
huile sur bois, 117 × 162 cm, Vienne Kunsthistorisches Museum.

Vous êtes un observateur placé derrière les chasseurs du premier plan.


1
Décrivez le paysage en utilisant dans l’ordre les expressions suivantes :
sur ma gauche – devant moi – au-dessus de ma tête – en bas – au loin.

a. Quel personnage du tableau pourrait faire la description suivante ?


2
Je me dirigeais vers le village par la rivière gelée, tirant derrière moi ma sœur sur sa luge.
Devant moi, au-delà du petit pont, je devinais les deux vastes étendues de glace qui
offraient aux villageois un terrain de jeu inhabituel.
Plus loin, l’église pointait le manteau blanc de son clocher vers le ciel et la cime
enneigée des montagnes se dessinait à l’horizon.
b. Relevez les indices qui vous ont permis de répondre.

70 LE TEXTE
LEÇON Je comprends et je retiens...
Définition
Les organisateurs spatiaux permettent d’introduire un ordre dans les éléments décrits.
Ils aident le lecteur à imaginer l’être, le lieu ou l’objet décrit.

1 L’organisation de la description
● Les organisateurs spatiaux structurent la description dans l’espace.
On peut en effet choisir un ordre logique pour présenter l’être, le lieu ou l’objet décrit :
de haut en bas ; d’un point à un autre ; du plus loin au plus près…
Ex. Devant moi, au-delà du petit pont, je devinais les deux vastes étendues de glace qui offraient
aux villageois un terrain de jeu. Plus loin, l’église pointait le manteau blanc de son clocher vers le ciel.
● L’organisation de la description peut se faire à partir d’un point d’observation fixe
ou mobile, selon que l’observateur se déplace ou non.
Ex. Je me dirigeais vers le village par la rivière gelée.
(L’observateur est en mouvement)

2 Les différents organisateurs spatiaux


● Les organisateurs spatiaux indiquent la structure du passage descriptif : ils marquent
le lien entre deux paragraphes ou deux phrases.
Ce sont surtout des adverbes ou des locutions tels que : ici, là, en bas, en haut, à droite,
à gauche, derrière, devant, au-dessus, en dessous, d’un côté, de l’autre côté, plus loin…
Ex. Plus loin, l’église pointait le manteau blanc de son clocher.

● Des groupes nominaux compléments de lieu (➜ CHAPITRE 14), à l’intérieur d’une phrase,
apportent aussi des indications sur l’endroit où l’on est, d’où l’on vient, où l’on va…
Ex. Je demeurais au village. (lieu où l‘on est)
Je venais du village. (lieu d’où l‘on vient)
Je me dirigeais vers le village. (lieu où l‘on va)

L’essentiel à retenir
Les organisateurs spatiaux sont des adverbes, des locutions ou des groupes nominaux
compléments de lieu. Ils contribuent à la description.

Pour en savoir plus...


● V O C A B U L A I R E Les organisateurs spatiaux introduisent souvent un verbe de localisation.
Pour que la description soit réussie, ces verbes doivent être variés.
Ex. se tenir, se dresser, se présenter, surplomber, se cacher, se blottir, s’ouvrir…

● On trouve aussi des organisateurs spatiaux dans les textes explicatifs (➜ CHAPITRE 3).
Ex. Prendre une boîte à chaussures. Ouvrir des fenêtres sur les côtés de la boîte.
Peindre des tuiles sur le couvercle, puis coller une cheminée dessus…

8. Les organisateurs spatiaux 71


EXERCICES J’applique...
À vos marques ! 3 Complétez le texte par les organisa-
teurs spatiaux proposés.
Vérifiez que vous savez repérer les Liste : Devant – le long de la rivière – À côté – à la
1 organisateurs spatiaux. fenêtre (2 fois) – à travers la prairie – à sa gauche
– dedans – Derrière.
François, au sommet d’une colline, contemple le
paysage… Gauvain, Lancelot et une demoiselle admirent le
paysage par la fenêtre d’un donjon.
Le ciel s’était dégagé. Sur sa droite, il pouvait
Comme ils demeuraient penchés ➊ .... , ils
deviner, très loin, les dômes des monts
voient soudain passer ➋ .... , ➌ .... , une bière
d’Auvergne et le puy de Sancy. Devant lui, les
chevaleresse1 emportée bon train2. Un chevalier
grands bois des gorges de la Dordogne, au-
gisait ➍ .... . ➎ .... trois demoiselles poussaient
5 dessus desquels tournaient de grands oiseaux
5 des cris désespérés. ➏ .... venait une escorte.
de proie, semblaient souligner le ciel aveu-
glant. Sur sa gauche, les rondeurs de la monta- ➐ .... chevauchait un chevalier de grande taille
emmenant ➑ .... une dame à la merveilleuse
gne s’inclinaient doucement vers la vallée […].
beauté. Le chevalier pensif ➒ .... la reconnut :
Christian Signol, Les Noëls blancs,
© éd. Albin Michel S.A., 2000. c’était la reine.
D’après Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette
(Lancelot), traduit par J. Frappier, Honoré Champion © 1974.
1. bière chevaleresse : brancard, civière. 2. bon train : à vive allure.
1. Retrouvez l’ordre du texte suivant
2 grâce aux organisateurs spatiaux et à
1. Repérez les organisateurs spatiaux
la ponctuation. 4 dans l’extrait suivant.
2. Dites si la description est faite par un obser-
2. Dites si la description est faite par un obser-
vateur fixe ou en mouvement.
vateur fixe ou en mouvement.
Sherlock Holmes et le docteur Watson mènent
Le talus était moins haut et Robert put sauter
l’enquête…
facilement. Il fut bientôt vers les premiers arbres,
a. Au-dehors, se trouvait une immense cour les jambes accrochées aux ronces ; puis il s’arrêta
remplie de pierres de taille ; et se laissa tomber sur les genoux. Les bras repliés
b. Nous traversâmes rapidement le Londres 5 et comprimant sa poitrine, il retenait son souffle
élégant, pour écouter la galopade des deux autres qui
c. Dans une large rue habitée jadis par les mar- s’éloignaient sur la gauche.
chands les plus riches de la capitale, nous décou- À présent, cinq ou six chiens se répondaient
vrîmes l’établissement que nous cherchions. dans cette partie du vallon. Tout près, en dessous
d. puis le Londres des hôtels, le quartier des 10 du chemin, c’était celui de la mère Vintard qui
théâtres, des auteurs et des commerçants, hurlait à s’étrangler. Robert percevait même les
e. et enfin, nous atteignîmes les quartiers qui grincements du grillage contre lequel il devait se
forment, au bord du fleuve, comme une ville lancer de toutes ses forces. En face, c’étaient les
cosmopolite1, où vivent des centaines de deux chiennes des Ferry. Les autres se trouvaient
milliers d’âmes. 15 plus éloignés, en amont ou en aval. Et puis, du
f. à l’intérieur, une cinquantaine d’ouvriers côté de Sainte-Luce, des aboiements lointains
étaient occupés à sculpter ou à mouler. montaient aussi qui se confondaient avec l’écho.
D’après Arthur Conan Doyle, À droite de Robert, derrière le rideau d’arbres,
Les Six Napoléons,
approchaient rapidement les coups de gueule
traduit par H. Evie.
1. cosmopolite : qui accueille des habitants de tous les pays.
20 furieux de Noireaud et les cris du père Bouvier
qui continuait à l’exciter.
Bernard Clavel, Malataverne, © Éditions Robert Laffont, 1989.

72 LE TEXTE
1. Observez cette carte.
5 2. Expliquez son chemin à Sam en utilisant de nombreux organisateurs spatiaux.
Sam doit se rendre des Monts de Mirquebois à Elrond, en passant saluer le roi des Elfes dans sa demeure.

Carte extraite de Bilbo le Hobbit, d’après J.R.R. Tolkien adapté par Ch. Dixon et D. Wenzel, © Vents d’Ouest, 2001.

1. Repérez les organisateurs spatiaux.


6 2. Dites dans quel ordre se fait la description.

a. Près du manoir, les allées dessinaient des petits b. Le chat Rroû découvre sa nouvelle demeure…
carrés entourés de barrières basses dans lesquels Tout de suite il avait fait le tour de la maison,
les plantes étaient disposées tels des bijoux. reconnu vers le nord la courette cimentée du ser-
Chaque carré contenait une ou plusieurs espèces, vice et la longue pente du toit en « basserelle »
5 en fonction de leur rareté et de leur beauté. Plus qui s’inclinait jusqu’à toucher la terre. Il avait
loin, vers le milieu du jardin, une treille1 décora- 5 sauté sur ce toit et grimpé le long des tuiles.
tive marquait l’entrée d’une pelouse bien entre- C’était une aire immense, grenue aux pattes
tenue ombragée par de jeunes bouleaux et bor- et couverte de mousses, de lichens orangés, de
dée de bancs de gazon soutenus par des briques. touffes d’orpin1. On cheminait sur elle plus
10 Plus loin encore, on apercevait une allée plantée aisément que sur la terre, et pourtant elle vous
d’une charmille2 qui ne laissait rien deviner de 10 conduisait jusqu’au ciel, sur les enfaîteaux2 de
ce qui se trouvait au fin fond du jardin. la crête. Là-haut, Rroû s’était arrêté, toute la
Margaret Frazer, Le Conte de l’assassin, trad. P. Haas. chair tremblante et ravie.
1. treille : structure sur laquelle poussent des plantes grimpantes.
Maurice Genevoix, Rroû, © Flammarion, 1964.
2. charmille : haie de charmes (arbres).
1. orpin : plante poussant aussi sur les toits. 2. enfaîteaux : tuiles.

8. Les organisateurs spatiaux 73


Complétez ces extraits par les verbes
7 proposés. (Aidez-vous du sens et des accords.)
O R T H O G R A P H E

Complétez les phrases suivantes avec


a. Liste : s’étendait – veillait – était. 8 l’homophone [la] correctement ortho-
La Réserve ➊ .... immense. Elle ➋ .... sur des graphié : la, l’a ou là.
dizaines et des dizaines de lieues, brousse tan- a. ...., près de l’embouchure de .... rivière et au
tôt courte et tantôt boisée, tantôt savane et flanc de .... falaise, se dresse un imposant châ-
tantôt collines et pitons. Et toujours la masse teau fort.
du Kilimandjaro, sommé1 de ses neiges, ➌ .... b. C’est .... qu’une demoiselle appelée ....
sur les espaces brûlants et sauvages. demoiselle du donjon offre l’hospitalité à des
b. Liste : formaient – s’élevait – partaient – avait. chevaliers qui .... lui demandent.
Au-delà du mur végétal, il y ➊ .... un ample c. Cette nuit-...., Bertrand, après avoir long-
espace d’herbes rases. Sur le seuil de cette temps erré, s’est arrêté devant .... forteresse.
savane, un seul arbre ➋ .... . Il n’était pas très d. .... demoiselle .... accueilli avec amabilité, ....
haut. Mais de son tronc noueux et trapu ➌ .... , revêtu d’un fin manteau et .... prié de prendre
comme les rayons d’une roue, de longues, fortes place à table.
et denses branches qui ➍ .... un parasol géant. e. Après le repas, elle .... autorisé à demeurer ....
c. Liste : était – devenaient – s’infiltrait – sortaient pour .... nuit.
– coulait. f. Bertrand s’est étendu sur .... courtepointe
La lumière, maintenant, ➊ .... riche et brodée. Dormir dans un lit comme celui-.... lui
vibrante des hautes fontaines de l’aurore. Le fit oublier toutes les nuits passées à .... belle
peuple animal autour de l’eau moirée2 de étoile.
taches de soleil ➋ .... plus dense, plus vrai. […]
Aide On distingue :
La lumière ➌ .... toujours davantage sous les – la (article défini) : on le trouve devant un nom ;
buissons et les massifs de la brousse. Les sous- – la (pronom personnel) : on le trouve devant un verbe ;
– l’a (pronom personnel, suivi du verbe avoir au présent
bois ➍ .... de légers réseaux d’or. De tous ces
de l’indicatif) : on peut le remplacer par l’avait ;
refuges ➎ .... de nouvelles familles sauvages – là (adverbe de lieu) : on peut le remplacer par ici ou -ci.
qui s’en allaient vers l’eau et l’herbe.
D’après Joseph Kessel, Le Lion, © Éditions Gallimard, 1958.
1. sommé : recouvert en son sommet. 2. moirée : chatoyante.

À vos plumes !
Martin a préparé au brouillon la descrip- Décrivez votre école du point de vue
9 tion d’un château fort.
10 d’un observateur placé à l’entrée.
1. Repérez les organisateurs spatiaux qu’il a Vous utiliserez des organisateurs spatiaux
utilisés dans sa description. variés : sur la droite, sur la gauche, plus loin, au-
2. Récrivez son texte en évitant les répéti- delà, derrière…
tions et en variant les verbes.
Voici les notes d’un auteur de roman
À l’entrée du château, il y avait une barbacane, 11 policier.
un poste de défense avancé. Tout autour Rédigez une courte description à partir de
du château, il y avait de hautes murailles. ces notes, en les complétant par des organisa-
Au sommet de ces murailles, il y avait des teurs spatiaux.
mâchicoulis, galeries percées de meurtrières. Votre narrateur sera le détective : il évoque lui-
Il y avait aussi quatre tours qui étaient aux même sa progression dans ce lieu inhospitalier.
quatre coins de l’enceinte. Au centre, il y avait
un donjon. Dans le donjon, il y avait un grand Liste : ruelle sombre – murs perdant leur revête-
escalier. En haut, il y avait une grande salle ment par plaques – volets dont la peinture
où il y avait la table du seigneur. est écaillée – poubelles éventrées – lampadaires
Au milieu de cette salle, il y avait une cheminée diffusant une lumière blafarde – pavés inégaux et
monumentale. humides.

74 LE TEXTE
Dans un récit, les organisateurs spatiaux
ATELIER montrent l’ordre choisi par le narrateur
dans sa description.

Je lis et j’écris
une description en mouvement
Extrait 1 LE CHÂTEAU D’HERCULE
Et, à notre gauche, voici la tour énorme,
massive, la tour du XIIe siècle que les gens
du pays appellent, nous raconte Mrs Edith,
la Louve et que rien, ni le temps, ni les
5 hommes, ni la paix, ni la guerre, ni le
canon, ni la tempête, n’a pu ébranler.
Extrait 2
On entrait donc dans le fort par la porte
Nord que gardaient les deux tours A et A’
reliées par une voûte. […] Une petite porte
s’ouvrait dans le flanc de la tour A, sous la
5 voûte, et permettait au veilleur de se ren-
dre compte de toutes les entrées et sorties.
Extrait 3
Le roc formait là une assise plus haute,
naturel piédestal de cette colonne colos-
sale, prodigieuse et noire, de ce Vieux
Château, tout carré, tout droit, d’un seul
5 bloc, allongeant son ombre formidable sur
le flot clair.
Extrait 4
La vaste cour que nous traversons est si bien garnie de toutes parts de plantes
grasses, d’herbes et de feuillages, de cactus et d’aloès, de lauriers-cerises, de
roses sauvages et de marguerites, qu’on jurerait qu’un printemps éternel a élu
domicile dans cette enceinte.
D’après Gaston Leroux, Le Parfum de la dame en noir, 1909.

COMPRÉHENSION ÉCRITURE

1 • a. Repérez sur le plan les lieux décrits dans les 5 • Vous visitez le château d’Hercule : en vous
quatre extraits. appuyant sur les informations tirées des quatre
b. Quel extrait fait directement référence au plan ? extraits et en imaginant le reste du château,
proposez une description en mouvement.
2 • a. Observez le plan et remettez les extraits dans
– Vous vous aiderez du plan.
l’ordre afin qu’ils retracent un parcours logique.
– Vous pourrez commencer par cette phrase, tirée
b. Dans l’extrait 1, relevez un organisateur spatial.
du même roman :
Où peuvent se trouver les visiteurs sur le plan ?
Les murs du château d’Hercule épousaient la
3 • Dans l’extrait 4, relevez un verbe qui montre forme de la presqu’île, qui était celle d’un hexa-
que le groupe de visiteurs est en mouvement. gone irrégulier…
4 • Dans l’extrait 3, relevez un organisateur spatial
qui vous indique que le château est entouré d’eau.

8. Les organisateurs spatiaux 75


9 Le récit au passé

ACTIVITÉ PRÉPARATOIRE

Voici le tout début d’un conte qui relate la première rencontre de deux
célèbres personnages…
En ce temps-là, il y avait au cœur de l’Armorique1 une vaste
forêt qui allait de Fougères à Quentin, de Corlay à Camors, et du
Faouët à Redon. C’était la forêt de Brocéliande. Le vent y jouait
constamment et les arbres s’inclinaient en des révérences sans fin,
5 sur une étendue qui mesurait bien trente lieues de longueur et
vingt de largeur.
À travers cette forêt erraient des créatures extraordinaires
comme fées et sylphes2. Il y avait Dyonas, qui était filleul de Diane,
la déesse des bois, et dont la fille, Viviane, rôdait jour et nuit parmi
10 les arbres et s’amusait avec les papillons.
Un jour qu’elle se trouvait assise près d’une source où les korrigans3
et les fées venaient habituellement se mirer, elle vit passer un très
beau jeune homme, haut de taille et brun de cheveux, qui allait à
pas de promenade, fredonnant pour lui-même. Arrivé près d’elle, il
15 s’arrêta , s’appuyant sur une branche, et la salua , mais sans un mot
de plus.
C’était Merlin, qui sentait battre si fort son cœur devant la grande
beauté de cette jeune fille, qu’il redoutait de perdre sa liberté
d’esprit. Eh ! oui, Merlin savait qu’il venait de rencontrer Viviane,
20 il savait qu’il était désigné pour l’aimer et être aimé d’elle, et qu’il
lui serait soumis entièrement dès qu’ils se seraient entretenus tous
deux.
Or, Viviane, comme toute femme, était curieuse, et elle lui
demanda :
1. Armorique :
25 – Qui êtes-vous, beau sire ?
nom de – Je suis un valet errant et vais chercher le maître qui m’a appris
la Bretagne avant mon métier.
le VIIe siècle.
– Peut-on savoir quel métier ?
2. sylphes :
génies de l’air Merlin s’assit au bord de la source, prenant place près de
(dans les 30 Viviane, et répondit :
mythologies
– Par exemple, à soulever un château fort, fût-il assiégé par des sol-
celtique, gauloise
et germanique). dats. Ou bien à marcher sur un étang sans se mouiller les pieds, ou
3. korrigans : bien encore à faire naître une rivière et beaucoup d’autres choses…
esprits malfaisants Viviane battit des mains :
(dans les traditions
populaires
35 – Quel beau métier ! Ah ! je voudrais vous voir à l’œuvre. Je serais
bretonnes). alors votre amie, en tout bien tout honneur, ajouta -t-elle, coquette.
Laurence Camigliéri, Contes et légendes des chevaliers de la Table ronde,
© Nathan.

76 LE TEXTE
a. Quels sont les deux personnages en présence ?
1
b. Leur rencontre est-elle rapportée au passé ou au présent ?
c. Par quelle indication de temps commence le récit ?

2 Dans le dialogue entre ces deux personnages, quel est le temps principalement utilisé ?

a. Recopiez le tableau suivant et classez-y les verbes surlignés en bleu , en fonction


3
de ce qu’ils expriment :
Actions principales, Actions qui durent, se répètent Descriptions
qui n’ont lieu qu’une fois ou ont lieu habituellement (décor / personnages)

b. À quel temps sont les verbes que vous avez placés dans chaque colonne ?

4 Un jour qu’elle se trouvait assise près d’une source où les korrigans et les fées
venaient habituellement se mirer, elle vit passer un très beau jeune homme… (l. 11-13).
a. Dans cette phrase :
– quels verbes plantent l’arrière-plan de l’action ?
– quel verbe exprime l’action principale ?
b. À quels temps ces verbes sont-ils ?

Viviane avait pris place près de la source.


5
Quand Merlin approcha, il la vit et sut aussitôt que c’était elle qu’il aimerait.
a. Associez chaque vignette aux formes verbales qui leur correspondent
dans ces deux phrases.
b. Remettez les vignettes dans l’ordre chronologique.

9. Le récit au passé 77
LEÇON Je comprends et je retiens...
Définition
Un récit rapporte des événements qui s’enchaînent dans le temps.
Pour situer ce récit à une époque lointaine, on utilise le système du passé
dont les temps de base sont, à l’écrit, le passé simple et l’imparfait.

1 La valeur du passé simple


● Le passé simple est le temps de référence du récit écrit au passé.
● On l’utilise pour évoquer les actions principales d’un récit, le premier plan.
Quand plusieurs verbes au passé simple se suivent, ils expriment des actions qui
se succèdent dans le temps.
Ex. Il arriva près d’elle, s’arrêta puis, s’appuyant sur une branche, il la salua.
action 1 action 2 action 3

2 La valeur de l’imparfait
● L’imparfait est utilisé pour évoquer ce qui constitue l’arrière-plan du récit, c’est-à-dire :

une action secondaire Ex. Un jour qu’elle se trouvait près d’une source (= action secondaire),
(en liaison avec une action elle vit passer un beau jeune homme. (= action principale, de premier plan)
principale exprimée
au passé simple)
une description Ex. Les arbres s’inclinaient en des révérences sans fin.
(lieu, objet, personnage…) (= description des arbres)
une action inscrite Ex. Merlin sentait battre si fort son cœur.
dans la durée (= action qui dure un certain temps)
une action habituelle Ex. Les fées venaient habituellement se mirer dans cette source.
ou répétée (= action habituelle pour les fées)

Viviane était près de la source quand Merlin s’approcha.

78 LE TEXTE
3 L’expression de l’antériorité et de la postériorité
● Le plus-que-parfait de l’indicatif permet de présenter une action qui a eu lieu avant
le temps de référence (action antérieure).
Ex. Viviane avait pris place près de la source lorsque Merlin approcha .
plus-que-parfait passé simple

Viviane avait pris Merlin approcha


(action 1) (action 2)


plus-que-parfait passé simple
(action antérieure) (temps de référence)

● Le futur du passé (identique au présent du conditionnel) permet d’exprimer une action


qui a eu lieu après le temps de référence (action postérieure).
Ex. Il sut aussitôt que c’était elle qu’il aimerait .
passé simple futur du passé

Il sut qu’il aimerait


(action 1) (action 2)


passé simple futur du passé
(temps de référence) (action postérieure)

L’essentiel à retenir
● Dans un récit au passé, le passé simple rend compte des actions principales, tandis que
l’imparfait exprime l’arrière-plan du récit ou les actions secondaires.
● Le plus-que-parfait permet de rapporter une action antérieure, le futur du passé une action
postérieure.

Actions antérieures Temps de référence Actions postérieures

plus-que-parfait passé simple (action principale)


imparfait (arrière-plan / action secondaire)
futur du passé

Pour en savoir plus...


● Pour rendre plus vivant son récit au passé, l’auteur peut décider de rapporter les événements
les plus intenses au présent. On appelle ce présent le « présent de narration ».
Ex. La lance de Tristan heurta les écailles et vola en éclats. (passé simple, temps de référence)
Aussitôt le preux tire son épée, la lève et l’assène sur la tête du dragon. (présent de narration)
● Il ne faut pas mélanger le système du récit au passé et celui du récit au présent :

Actions antérieures Temps de référence Actions postérieures


RÉCIT AU PRÉSENT
passé composé présent futur

RÉCIT AU PASSÉ
plus-que-parfait passé simple futur du passé
imparfait

9. Le récit au passé 79
EXERCICES J’applique...
À vos marques ! 3 Relevez les verbes conjugués dans ce récit
au passé et dites à quel temps ils sont.
Vérifiez que vous savez repérer :
1 – les temps du récit au passé (passé
L’office de nuit s’achevait. Le jour n’allait pas
tarder à se lever. Deux par deux, les moines
simple, imparfait) ;
commencèrent à quitter la chapelle, suivis des
– les verbes qui expriment les actions princi-
pales du récit, au passé simple ; novices1 et des frères lais2.
– les verbes qui expriment l’arrière-plan du récit, 5 Le père abbé, Arnould, resta seul, agenouillé
à l’imparfait (décor, actions dans la durée…). dans la stalle3 de bois sculpté qui lui était réser-
Tandis qu’Aucassin était dans la chambre, vée. C’était un homme déjà âgé, qui avait eu
regrettant Nicolette son amie, le comte Bougar beaucoup d’autorité mais, à présent, son dos se
de Valence, engagé dans sa guerre, ne négligea courbait, les rhumatismes le paralysaient à
rien, mais convoqua ses fantassins et ses 10 demi, et il éprouvait, par moments, un senti-
5 cavaliers, et se dirigea vers le château pour le ment de fatigue si pesant qu’il songeait à se
prendre d’assaut. Le cri d’alarme s’éleva et che- démettre de sa charge. […]
valiers et hommes d’armes s’équipèrent et cou- Il aperçut frère Jérôme qui, le dernier, se glis-
rurent aux portes et aux murs pour défendre le sait hors de la chapelle. C’était le portier de
château […]. 15 l’abbaye. Il allait, tout à l’heure, ouvrir en
10 Pendant que l’assaut battait son plein, le grand les portes de la première enceinte pour
comte Garin de Beaucaire vint dans la chambre permettre aux fidèles venus de partout d’assis-
où Aucassin se désolait et regrettait Nicolette, ter à la messe solennelle par quoi débuterait la
sa très douce amie qu’il aimait tant. grande fête votive4 de Saint-Martin, patron de
Aucassin et Nicolette, trad. J. Dufournet, © Flammarion, 1997. 20 l’abbaye de Hautefage. Les pèlerins afflueraient
et aussi les marchands, venus, eux, pour la
foire qui allait durer la semaine.
Conjuguez les verbes proposés au passé Jacqueline Mirande, Double Meurtre à l’abbaye,
2 simple ou à l’imparfait. © Castor Poche Flammarion, 1998.
1. novices : personnes qui ont pris récemment l’habit religieux.
Arnaud de Craon (se tenir) immobile, yeux 2. frères lais : religieux chargés des travaux domestiques.
3. stalle : siège. 4. fête votive : fête religieuse consacrée à un saint
mi-clos, dans la lumière de l’aube d’été. L’air
personnage.
(être) frais et vif, un premier chant d’oiseau
(monter) sous le premier soleil. Un reste de 1. Conjuguez à l’imparfait les verbes
5 brume (flotter) le long du cloître de la nouvelle 4 entre parenthèses.
abbaye dont il (venir) d’être nommé prieur et 2. Justifiez l’emploi de ce temps dans cha-
dont les bâtiments (se dresser) devant lui, grou- cune des phrases.
pés en carré, certains encore inachevés. […] a. Comme chaque mercredi, Noémie (se rendre)
Arnaud de Craon (s’apprêter) à les rejoindre, chez sa grand-mère.
10 quand un tapage, venu de la porterie, l’(arrêter). b. Nous (rouler) depuis deux heures quand une
Il (s’avancer) vivement et (tomber) sur un début biche nous coupa la route.
de pugilat entre le frère portier et un grand gar- c. Tout (être) calme : pas un bruit, pas une lumière.
çon mince mais vigoureux, l’un s’efforçant Soudain, il entendit un cri perçant et se mit à
d’empêcher l’autre d’entrer. Tous deux (vociférer). courir en direction de l’auberge.
D’après Jacqueline Mirande, Sans nom ni blason, d. Lorsque nous (frapper) à sa porte, elle (se tenir)
© Pocket Jeunesse, département Univers Poche, 1998. toujours prête à nous apporter son aide.

Aide Pour la conjugaison du passé simple Aide Pour la conjugaison de l’imparfait


(➜ CHAPITRE 36 et TABLEAUX p. 268). (➜ CHAPITRE 35).

80 LE TEXTE
Identifiez le temps des verbes soulignés
5 et expliquez leur valeur.
Le jeune Marcel, après avoir marché longtemps,
vient de retrouver son père et son oncle partis à la
chasse.
Ils étaient au fond d’un large vallon de
roches bleues. Au milieu, le lit – à sec – d’un
ruisseau des pluies. Peu d’arbres, mais des four-
rés d’argéras1 qui leur arrivaient à la ceinture.
5 De mon côté, mon père marchait à mi-pente.
Il tenait son fusil pointé devant lui, la crosse
sous le coude […]. Il avançait à pas prudents, le
dos voûté, enjambant les broussailles.
Il était beau à voir (beau et menaçant) et je
10 fus assez fier de lui. Sur la pente d’en face, 1. Conjuguez les verbes entre paren-
l’oncle suivait un chemin parallèle. De temps à 7 thèses aux temps demandés.
autre, il s’arrêtait, ramassait une pierre, la lan- 2. Repérez les actions antérieures.
çait au fond du vallon, et attendait quelques Le passant (tomber, passé simple) sans un cri,
secondes : je les voyais bien mieux que si absorbé par le brouillard avant d’avoir touché
15 j’avais été avec eux. terre. Sa serviette de maroquin1 (faire, passé
À la troisième pierre, un gros oiseau jaillit simple) floc en giflant le trottoir.
du fourré et fila comme une flèche vers l’arrière 5 Mr. Smith (soupirer, passé simple). Il (penser,
de la chasse. Avec une rapidité merveilleuse, imparfait) : « Comme c’est facile ! Plus facile
l’oncle épaula, visa, tira : l’oiseau tomba comme encore que la première fois ! »
20 une pierre, suivi par quelques plumes, qui descen- De fait, il ne (éprouver, plus-que-parfait) même
dirent lentement dans le soleil. pas cette moiteur au creux des mains et ces
Marcel Pagnol, La Gloire de mon père, 10 tiraillements d’estomac qui, l’avant-veille,
Éditions de Fallois, coll. « Fortunio »
© Marcel Pagnol, 2004. (ralentir, plus-que-parfait) son geste de mort.
1. argéras : arbustes épineux. Les réverbères, allumés depuis le matin,
(jalonner, imparfait) les rues de cocons lumineux,
Conjuguez les verbes entre parenthèses et les rares véhicules (rouler, imparfait) à pas
6 aux temps proposés. Pour cela, repérez 15 d’homme. Des agents réglant la circulation on
d’abord l’action antérieure. ne (distinguer, imparfait) que les gants et le
a. Chaque soir, dès qu’il (finir) ses devoirs, il casque blanc, surmontant la tache blême du
(pouvoir) rejoindre ses camarades. visage. « Fameux temps pour les assassins ! »
(imparfait / plus-que-parfait) ainsi que le (dire, plus-que-parfait) Mr. Smith à
b. Nous (ranger) à peine nos affaires dans notre 20 Mrs. Hobson en sortant de chez lui.
sac que la sonnerie de la récréation (retentir). Il (retourner, passé simple) le corps du pied,
(plus-que-parfait / passé simple)
(s’agenouiller, passé simple), (prendre, passé simple)
c. Lorsque nous (manger) sa fameuse tarte, elle
le poignet de sa victime. Enfin ses mains gan-
nous (proposer) toujours un petit café.
tées de caoutchouc noir (courir, passé simple) sur
(imparfait / plus-que-parfait)
25 elle comme de diligents2 nécrophores3.
d. Comme il (pleuvoir) toute la nuit et qu’une
D’après S.A. Steeman, L’assassin habite au 21,
tuile du toit (tomber), nous (passer) une partie © Éditions du Masque, 1965.
de la matinée à éponger le sol de la maison. 1. maroquin : cuir. 2. diligents : empressés.
(plus-que-parfait / passé simple) 3. nécrophores : insectes qui pondent sur des cadavres.
e. Je (arriver) en haut de la rue ; alors, je (pren-
Aide Formation du plus-que-parfait (➜ CHAPITRE 37) :
dre) la première à droite en direction du parc. auxiliaire à l’imparfait + participe passé
(plus-que-parfait / passé simple) Ex. Il était parti – Il avait chanté…

9. Le récit au passé 81
Indiquez le temps des verbes soulignés Conjuguez les verbes entre parenthèses
8 et repérez ceux qui expriment une
9 aux temps du passé qui conviennent :
action postérieure. passé simple, imparfait, plus-que-parfait, pré-
Quand je lui eus juré que sa fille n’était pas sent du conditionnel (futur du passé).
dans la chambre et qu’elle ne courait aucun Ce travail harassant (durer) pendant plusieurs
danger, il voulut bien calmer son impatience et jours. Quand (venir) le tour de la maison de
me laisser la direction de l’événement. Je dis Symon, les choses ne (traîner) pas. Sa mère
5 encore au père Jacques et à M. Stangerson (rassembler) depuis longtemps leur peu d’affaires
qu’ils ne devaient venir à moi que lorsque je 5 dans divers balluchons. Une journée (suffire) à
les appellerais ou lorsque je tirerais un coup de tout emporter. Les compagnons et les amis de
revolver et j’envoyai le père Jacques se placer Symon (aider) au transport des meubles. Le soir
devant la fenêtre située à l’extrémité de la gale- même, ils (être) installés dans leur nouvelle mai-
10 rie droite. son. La mère de Symon (se mettre) alors à pleu-
Gaston Leroux, Le Mystère de la chambre jaune, 1907. 10 rer en pensant à Jacquemin qui ne (connaître)
jamais cette demeure maintenant trop grande
pour eux deux.
D’après Alain Grousset, La Citadelle du vertige,
© Le Livre de Poche Jeunesse, 2007.

À vos plumes !
Récrivez le texte suivant en prenant Récrivez au système du passé les passa-
10 pour temps de référence le passé 11 ges de ce texte qui sont au présent de
simple. narration.
(Attention : certains verbes devront être au plus- Monseigneur Yvain ne s’attarda guère à
que-parfait, d’autres au futur du passé.)
regarder ce spectacle extraordinaire. […]
[Renart] ne veut pas pour autant renoncer aux Il tire son épée et s’avance, l’écu devant son
poules. Il s’est accroupi au milieu du chemin, il visage pour se protéger des flammes qu’il reje-
s’agite, il tend le cou de tous côtés. Il calcule que, 5 tait par la gueule, une gueule plus large qu’une
s’il saute, comme il retombera d’une certaine marmite. Si ensuite le lion l’attaque, il ne se
5 hauteur, on le verra et les poules iront se tapir dérobera pas. Mais quelles qu’en soient les
sous les ronces. Il ne cesse de s’aplatir puis de se conséquences, il veut d’abord lui venir en aide.
redresser. Or voici qu’à l’angle de la clôture il Il y est engagé par Pitié qui le prie de porter
aperçoit un pieu brisé qui lui permet de se glisser 10 secours à la noble bête. Avec son épée affilée, il
à l’intérieur. En face de cette brèche, le paysan se porte à l’attaque du serpent maléfique ; il le
10 avait planté des choux. Renart s’en approche, tranche jusqu’en terre et le coupe en deux
il traverse la clôture et se laisse tomber comme moitiés. Il frappe tant et plus, et s’acharne
une masse pour ne pas être vu. Mais les poules tellement qu’il le découpe et le met en pièces.
tendent le cou, car elles l’ont aperçu au moment
Chrétien de Troyes, Yvain ou le Chevalier au Lion,
de sa chute, et chacune s’empresse de fuir. adapt. M. Rousse, © Flammarion, 1990.
Le Roman de Renart, trad. J. Dufournet, A. Mélines,
© Flammarion, 1985. Rédigez un court paragraphe à partir
12 des débuts de phrase suivants.
Vous respecterez les temps qui conviennent.
a. Chaque jour, quand je me levais…
b. Soudain, une idée lui traversa l’esprit…

Renart et Chanteclair,
enluminure (XIVe siècle).

82 LE TEXTE
Les temps dans le récit au passé permettent
ATELIER de bien comprendre sa chronologie et sa
composition (passages narratifs, descriptifs).

Je lis et j’écris
un récit au passé se situant au Moyen Âge

Tristan, en quête d’Iseut la blonde pour le roi Marc, se retrouve en Irlande ; un


dragon y dévore les jeunes gens du pays. Le roi promet alors sa fille à qui le tuera.
Tristan arrive, accompagné de cent chevaliers déguisés en marchands, et s’apprête à
combattre le monstre…
Mais le port était désert, car l’aube venait à peine de poindre, et nul ne vit le
1. le preux :
preux1 chevaucher jusqu’à la porte que la femme lui avait montrée. […]
le brave,
le courageux, Le monstre approchait. Il avait la tête d’une guivre2, les yeux rouges et tels
le vaillant. que des charbons embrasés, deux cornes au front, les oreilles longues et velues,
2. guivre : serpent 5 des griffes de lion, une queue de serpent, le corps écailleux d’un griffon3.
monstrueux.
3. griffon : animal Tristan lança contre lui son destrier4 d’une telle force que, tout hérissé de
fabuleux, monstre peur, il bondit pourtant contre le monstre. La lance de Tristan heurta les
à corps de lion, écailles et vola en éclats. Aussitôt le preux tire son épée, la lève et l’assène sur
à tête et à ailes
d’aigle.
la tête du dragon, mais sans même entamer le cuir. Le monstre a senti
4. destrier : 10 l’atteinte, pourtant ; il lance ses griffes contre l’écu, les y enfonce, et en fait
cheval de bataille. voler les attaches. La poitrine découverte, Tristan le requiert5 encore de l’épée,
5. requiert : attaque.
et le frappe sur les flancs d’un coup si violent que l’air en retentit. Vainement :
6. haubert :
chemise de mailles il ne peut le blesser. Alors, le dragon vomit par les naseaux un double jet de
à manches flammes venimeuses : le haubert6 de Tristan noircit comme un charbon éteint,
et à capuchon 15 son cheval s’abat et meurt. Mais, aussitôt relevé, Tristan enfonce sa bonne épée
que portaient les
hommes d’armes dans la gueule du monstre : elle y pénètre toute et lui fend le cœur en deux
au Moyen Âge. parts. Le dragon pousse une dernière fois son cri horrible et meurt.
Le Roman de Tristan et Iseut,
trad. J. Bédier © Éd. 10/18, 1981.

COMPRÉHENSION ÉCRITURE

1• a. En quel lieu et à quel moment de la journée 4 • À votre tour, racontez un combat entre un
se situe l’histoire racontée ? preux chevalier et son adversaire (être humain ou
b. Relevez les verbes qui caractérisent ce cadre tem- animal), en vous inspirant de ce texte.
porel et spatial. À quel temps sont-ils conjugués ? – Vous respecterez les temps du récit au passé et
c. Comment Tristan sait-il où trouver le dragon ? introduirez quelques présents de narration.
Repérez la phrase qui l’indique et expliquez la – Vous veillerez à marquer par des paragraphes les
valeur des temps employés. différentes étapes de votre récit.
– Vous présenterez dans la situation initiale le
2 • a. Relevez les expressions présentant le dragon
cadre temporel et spatial et les personnages en
comme un être merveilleux. À quoi ressemble-t-il ?
présence en les caractérisant rapidement.
b. Quel temps est employé ? Justifiez son emploi.
– Vous terminerez votre récit par une situation
3 • a. Relevez les termes qui expriment l’intensité finale qui précisera l’issue du combat.
du combat (l. 6-17). – Vous situerez votre récit au Moyen Âge en vous
b. Au début (l. 6-8), quel temps est employé ? documentant sur les règles du code de chevalerie
c. À partir de Aussitôt… (l. 8), l’auteur utilise un et en utilisant le vocabulaire approprié.
autre temps : lequel ? Quel est l’effet produit ?

9. Le récit au passé 83
Paul Klee (1879-1940), Lagunenstadt (1932), aquarelle, collection A. Rosengart, Venise.
Partie 2
Grammaire de la phrase
et de ses constituants
Avec des mots, on construit une phrase ; avec des phrases, on construit un texte. La phrase
est donc un élément important de la maîtrise du langage. Pour comprendre ce que vous lisez
ou pour vous exprimer, vous avez besoin de savoir comment se construit une phrase.

La phrase
10 La phrase simple et la phrase complexe p. 86

11 Les relations dans la phrase complexe :


juxtaposition, coordination, subordination p. 92

12 La phrase passive p. 98

13 Les types de phrases p. 104

14 Les compléments de temps, de but, de cause… p. 110

Autour du verbe
15 La fonction sujet p. 118

16 La fonction complément de verbe p. 124

17 La fonction attribut du sujet p. 130

18 Les pronoms personnels p. 136

Autour du nom
19 Le groupe nominal p. 144

20 L’expansion du nom : le complément de nom p. 150

21 La classe de l’adjectif p. 156

22 La classe des déterminants p. 162


La phrase simple
10 et la phrase complexe
ACTIVITÉ PRÉPARATOIRE

Pour se venger, le valet Scapin fait croire à son maître Géronte


que des hommes le recherchent pour le tuer. Prétendant le
protéger, il le cache dans un sac et feint de dialoguer avec un soldat
suisse.
SCAPIN. […] (À Géronte, avec sa voix ordinaire.) Cachez-vous
bien. « Dites-moi un peu, fous, Monsir l’homme, s’il ve plaît,
fous savoir point où l’est sti Gironte que moi cherchair ? –
5 Non, Monsieur, je ne sais point où est Géronte. – Dites-moi-

le, fous, frenchemente, moi li fouloir pas grande chose à lui.


L’est seulemente pour le donnair une petite régal sur le dos
d’une douzaine de coups de bâtonne, et de trois ou quatre
petites coups d’épée au trafers de son poitrine. – Je vous
10 assure, Monsieur, que je ne sais pas où il est. – Il me semble

que j’y fois remuair quelque chose dans sti sac. – Pardonnez-
moi, Monsieur. – Li est assurément quelque histoire là-tetans.
– Point du tout, Monsieur. – Moi l’avoir enfie de tonner ain
coup d’épée dans sti sac. – Ah ! Monsieur, gardez-vous-en bien.
15 – Montre-le-moi un peu, fous, ce que c’être là. – Tout beau !
Smaïn (Scapin), Monsieur. – Quement ? tout beau ? – Vous n’avez que faire de
mise en scène vouloir voir ce que je porte. – Et moi, je le fouloir foir, moi. – Vous ne le verrez
de J.-L. Moreau,
au Théâtre point. – Ah ! que de badinemente ! – Ce sont hardes1 qui m’appartiennent.
du Gymnase, – Montre-moi fous, te dis-je. – Je n’en ferai rien. – Toi ne faire rien ? – Non. –
Paris (1994). 20 Moi pailler de ste bâtonne dessus les épaules de toi. – Je me moque de cela.
– Ah ! toi faire le trôle ! – (Donnant des coups de bâton sur le sac et criant comme
s’il les recevait.) Ahi ! ahi ! ahi ! Ah ! Monsieur, ah ! ah ! ah ! – Jusqu’au refoir. L’être
1. hardes : là un petit leçon pour li apprendre à toi à parlair insolentemente. » Ah ! Peste soit
vêtements. du baragouineux ! Ah !
Molière, Les Fourberies de Scapin, III, 2, 1671.

a. Quels rôles joue Scapin ici ?


1
b. Quels indices dans le texte vous permettent de les distinguer ?

a. Selon vous, peut-on dire que les énoncés surlignés en vert sont des phrases ?
2 b. Quel est l’intérêt pour Scapin de s’exprimer ainsi ?

3 Dans les passages où Scapin joue son propre rôle, relevez :


– une phrase à construction particulière ;
– une phrase contenant un verbe conjugué ;
– une phrase contenant plusieurs verbes conjugués.

86 GRAMMAIRE DE LA PHRASE
LEÇON Je comprends et je retiens...
Définition
Une phrase est une suite de mots, organisée selon certaines règles grammaticales
pour former un énoncé qui a un sens (➜ CHAPITRE 1).
À l’écrit, la phrase commence par une majuscule et se termine par un point . , ! , ? , … :
on l’appelle phrase graphique (➜ CHAPITRE 13). À l’oral, elle se repère par l’intonation et une
pause de la voix.

1 Construction de la phrase
● Une phrase s’organise généralement autour d’un ou de plusieurs verbes conjugués.
Ex. Je n’en ferai rien. (1 verbe conjugué)
Vous n’avez que faire de vouloir voir ce que je porte. (2 verbes conjugués)
● Une phrase peut avoir une construction particulière, sans verbe conjugué.
Ex. Tout beau ! Point du tout, Monsieur. Que de balivernes !

ATTENTION Une phrase peut être très courte et ne contenir qu’un seul mot.
Ex. Ah ! Ouf ! (interjections) – Oui ? Non ! Comment ? (adverbes) – Monsieur ? (nom)…

2 Phrase simple et phrase complexe


● Une phrase simple est organisée autour d’un seul verbe conjugué (➜ CHAPITRE 10).
Elle a un noyau verbal.
Ex. Vous ne le verrez point.
sujet verbe

● Une phrase complexe est organisée autour de plusieurs verbes conjugués,


et comprend une ou plusieurs phrases juxtaposées, coordonnées ou subordonnées.
Ex. Je vous assure, Monsieur , que je ne sais pas où il est .
phrase phrase
subordonnée subordonnée

phrase complexe

L’essentiel à retenir
Une phrase peut être simple ou complexe :
– une phrase simple contient un seul verbe ;
– une phrase complexe contient plusieurs verbes.
Elle peut aussi présenter une construction particulière.

à construction particulière
(pas de verbe conjugué)
Phrase simple
graphique (un seul verbe conjugué)
ou orale
simple ou complexe
(au moins un verbe conjugué) complexe
(plusieurs verbes conjugués,
phrases juxtaposées, coordonnées
ou subordonnées)

10. La phrase simple et la phrase complexe 87


EXERCICES J’applique...
À vos marques ! 3 Rétablissez la ponctuation forte ( . ,
! , ? , … ) et les majuscules qui ont été
Vérifiez que vous savez repérer : supprimées dans ce texte.
1 – les phrases ; Poil de Carotte, les fesses collées, les talons
– les verbes conjugués ;
plantés, se met à trembler dans les ténèbres elles
– les phrases à construction particulière ;
– les phrases simples ou complexes. sont si épaisses qu’il se croit aveugle parfois une
rafale l’enveloppe, comme un drap glacé, pour
a. Vous avez perdu votre canari ?
5 l’emporter des renards, des loups même ne lui
b. Quelle horreur !
soufflent-ils pas dans ses doigts, sur sa joue le
c. J’ai regardé partout et je ne l’ai pas vu.
mieux est de se précipiter, au juger, vers les
d. Tiens ! Que font ces plumes jaunes sur mon
poules, la tête en avant, afin de trouer l’ombre
tapis ?
tâtonnant, il saisit le crochet de la porte au bruit
e. Sapristi ! Le chat a retrouvé le canari !
10 de ses pas, les poules effarées s’agitent en glous-
sant sur leur perchoir Poil de Carotte leur crie :
Rétablissez la ponctuation forte ( . , – taisez-vous donc, c’est moi
2 ! , ? , … ) qui convient à la fin des phrases. D’après Jules Renard, Poil de Carotte, 1894.
Pili m’arracha à ma lecture J’entends de la
musique dans mon dos, je me retourne et vois 1. Comptez les phrases de ce texte.
ma petite sœur qui vient me distraire avec son 4 2. Classez-les en phrases à noyau verbal
radiocassette et phrases à construction particulière.
5 – Tu n’aimes pas la chanson que je t’ai mise Comme il avait toujours eu beaucoup de
J’écoutai la musique C’était ce vieux thème respect pour les vieilles personnes, il s’étrangla
d’Antonio Machin, Corazon Loco 1 interprété par à moitié en demandant :
l’orchestre Plateria « Comment peut-on aimer « Vous êtes bien sûr que ce palais se trouve
deux femmes à la fois / Et ne pas être insensé » 5 sur la place de la République ? »
10 – Très drôle, lui répondis-je, en lui faisant une Le vieux tendit la main et montra l’endroit.
grimace « Tout juste là. Mais il n’est pas donné à tout
On échangea des grimaces pendant un bon le monde de le voir.
moment On se mit à rire, on redevint sérieux,
– Et à moi ?
et on révisa l’opération Nouvel An
10 – Tu as dit que tu aimais les enfants, n’est-ce
15 – Tu penses aller à la fête me demanda-t-elle
pas ?
– Bien sûr Je veux être au premier rang
– Bien sûr.
– Ah, eh bien, moi aussi, je veux y aller Tu
– Si tu veux, tu pourras le voir. »
me laisseras venir, hein
Une force mystérieuse l’amenait à revenir sur
– Non Bien sûr que non
15 le sujet. Sans se contrôler, il prit les mains du
20 – Je suis ta secrétaire
vieux Japonais et implora :
– C’est pas possible, Pili Qu’est-ce que tu
« S’il vous plaît, laissez-moi voir le Palais japo-
croyais Que
nais. Je saurai garder le secret. Je ne le montrerai
– J’ai le droit d’y aller
à personne. »
– Non
20 Le vieux rit.
25 – Tu as sûrement une invitation pour moi,
« Même si tu voulais le montrer... Il n’est pas
hein
donné à tout le monde de voir la merveille des
D’après Andreu Martin et Jaume Ribera, Tous les détectives
s’appellent Flanagan, traduit par Marianne Millon, merveilles. »
© Éditions Gallimard Jeunesse, 1995. José Mauro de Vasconcelos, Le Palais japonais,
1. Corazon Loco : « Cœur insensé » (en espagnol). © Le Livre de Poche Jeunesse, 2002.

88 GRAMMAIRE DE LA PHRASE
: Délimitez les phrases juxtaposées,
FRANÇAIS SHS
7 coordonnées ou subordonnées compri-
Transformez les phrases suivantes en
5 phrases sans verbe afin d’en faire des
ses dans ces phrases complexes.
titres de leçons. a. José Mauro de Vasconcelos est né au Brésil en
Ex. Charlemagne est sacré empereur en 800. 1920 : il est d’origine indienne et portugaise.
➝ Le sacre de Charlemagne en 800. b. Il est célèbre pour son roman Mon bel oran-
a. La société féodale est divisée en trois ordres. ger qui a connu un succès mondial.
b. Le chevalier part au tournoi défendre les c. Ses romans sont souvent autobiographiques
couleurs de sa dame. car il s’inspire de son enfance difficile pour les
c. Le paysan effectue de nombreux travaux de écrire.
janvier à décembre. d. Quand ils sont malheureux, ses héros se
d. Le seigneur exerce son pouvoir sur les paysans réfugient souvent dans un monde poétique et
de sa seigneurie. imaginaire.
e. À partir du XIIe siècle, le commerce se développe. Aide Une phrase subordonnée commence par un subor-
donnant.
1. Repérez les verbes conjugués dans Ex. Il est allé à la piscine [parce qu’il faisait beau].
6 les phrases soulignées. subordonnant

2. Précisez alors si la phrase est simple ou phrase subordonnée

complexe.
C’est dans l’écurie que l’Enchanteur trouve
Arthur en train de choisir, avec quelques chevaliers,
les chevaux pour le prochain tournoi.
En l’apercevant assis sur un cheval, Arthur
5 s’exclame :
– Merlin, te voilà de retour ! Où étais-tu donc ?
– Tu sais que parfois je dois me tenir à l’écart
du monde. Ne te préoccupe pas de mes
absences. Où que je sois, si tu es en difficulté, je
10 te viendrai en aide et t’apporterai mes conseils !
– Je n’ai pas de difficultés en ce moment.
– Si, si, mais tu les ignores. Des tâches t’atten-
dent. Un roi de Petite Bretagne, le roi de
Carmélide, est gravement menacé par son voisin,
Transformez les phrases simples sui-
15 le perfide roi de la Terre Déserte. Tu dois lui venir 8 vantes en phrases complexes.
en aide.
Ex. Les élèves se sont levés à l’entrée du proviseur.
Arthur, qui examinait la patte d’un palefroi1 (1 verbe conjugué : phrase simple)
gris, répond d’un ton distrait : ➝ Les élèves se sont levés lorsque le proviseur est entré.
– Pourquoi quitterais-je la Grande Bretagne (2 verbes conjugués : phrase complexe)
20 pour un vieux roi incapable de se défendre ?
a. Avant le départ, les matelots chargent le
– Je suis certain que tu en tireras grand avan-
ravitaillement à bord du navire.
tage.
b. Depuis son départ, le navire n’a fait aucune
Merlin lance un petit clin d’œil coquin à
escale.
Arthur qui ne comprend pas son message et
c. Le capitaine descend dans sa cabine à la
25 décide :
tombée de la nuit.
– Le futur roi de Bretagne n’a pas à intervenir
d. Tous espèrent une traversée sans encombre.
dans une querelle de voisinage.
e. Le bateau a pris du retard à cause d’une
Odile Weulersse, Les Chevaliers du roi Arthur,
grosse tempête.
© Pocket Jeunesse,
département Univers Poche, 2005. f. Dès leur retour, les matelots rejoignent leur
1. palefroi : cheval de marche, de parade ou de cérémonie. famille pour un repos bien mérité.

10. La phrase simple et la phrase complexe 89


FRANÇAIS : SHS Dites si les phrases du texte suivant sont
11 à construction particulière, simples
Repérez les phrases juxtaposées, coor-
9 données et subordonnées comprises
ou complexes.
dans ces phrases complexes. Sainclair, le narrateur, retrouve Rouletabille pour
une nouvelle enquête…
a. À partir du XIVe siècle, les premiers naviga-
teurs européens, qui sont surtout des Italiens, Rouletabille !… Quel autre nom lui connais-
commencent à s’aventurer dans l’Atlantique. sions-nous ?... Joseph Joséphin. C’était sans
b. Les navigateurs et les cartographes les plus doute sous ce nom-là qu’il avait fait ses premières
renommés sont attirés à Lisbonne, où sont études, ici… Joseph Joséphin, comme le disait le
financées de multiples expéditions lointaines. 5 rédacteur en chef de L’Époque : « Ça n’est pas un
c. Depuis l’Antiquité romaine, les formes de nom, ça ! » Et, maintenant, qu’était-il venu faire
navires étaient lourdes et arrondies : ils ne ici ? Rechercher la trace d’un parfum ! ... Revivre
pouvaient donc ni manœuvrer facilement, ni un souvenir ?... une illusion ?...
atteindre de grandes vitesses. Je me retournai au bruit qu’il fit. Il était debout ;
d. Depuis que Vasco de Gama est revenu de 10 il paraissait très calme ; il avait cette figure sou-
son premier voyage aux Indes, le Portugal dainement rassérénée1 de ceux qui viennent de
croule sous les richesses : les épices, l’or, les remporter une grande victoire intérieure.
produits exotiques. – Sainclair, il faut nous en aller, maintenant…
e. Le Santiago, parti en éclaireur, s’échoue et se Allons-nous-en, mon ami !… Allons-nous-en !…
brise, mais son équipage est sauvé. Gaston Leroux, Le Parfum de la dame en noir, 1909.

Étienne Taillemite, Les Découvreurs du Pacifique, 1. rasséréné : devenu serein, tranquille.


© Éditions Gallimard, 1987.
Corrigez les phrases suivantes pour
Corrigez les réponses suivantes pour 12 qu’elles soient correctes. (Attention : cer-
10 obtenir des phrases correctes et complètes. taines sont incomplètes !)

a. On voit que Scapin joue plusieurs rôles. a. Le mercredi après-midi, quand je suis
Déjà parce qu’il y a des tirets et des à la maison.
didascalies. Et puis parce qu’il imite l’accent b. Dimanche, je voudrais qu’on aille à la
d’un soldat suisse pour tromper Géronte. piscine ou faire du vélo.
b. Géronte n’en sait rien. Car caché dans c. Puisque tu as envie de venir et que ta
un sac. mère est d’accord.
c. Scapin, faire des fourberies, toujours d. Vu que, étant parti en retard, j’ai réussi
il a adoré. à te rattraper.
d. Quand Géronte sortira enfin du sac e. J’ai oublié mes lunettes au vestiaire.
qu’il comprendra. Où je les avais laissées.

À vos plumes !
Récrivez ces phrases à construction Enrichissez ces phrases en ajoutant au
13 particulière autour d’un verbe conju-
14 moins deux verbes conjugués afin d’en
gué. Vous exprimerez le même sentiment dans faire des phrases complexes.
un langage soutenu. a. L’année scolaire était terminée.
Ex. Pouah ! (le dégoût)
b. Toutefois, le collège resta ouvert.
➝ Ce gâteau au citron est parfaitement immangeable.
c. Cet été-là, je partis en vacances.
a. Magnifique tentative ! d. Au mois de septembre, je rentrai.
b. Quelle chose écœurante ! e. Une nouvelle année scolaire débuta.
c. Encore toi ?
d. Eh bien ! Récrivez la tirade de Scapin (➜ ACTIVITÉ
15 p. 86) en corrigeant les répliques où il
Aide Pour les registres de langue (➜ CHAPITRE 5). joue le soldat suisse.

90 GRAMMAIRE DE LA PHRASE
Dans un dialogue, la variété des phrases
ATELIER (avec ou sans verbe, simples ou complexes)
reflète l’expression des sentiments et donne
de la vivacité, du rythme au dialogue.

Je lis et j’écris
un dialogue dans un récit
Poil de Carotte, petit garçon roux mal-aimé,
est à nouveau aux prises avec sa mère, la
terrible madame Lepic.
Poil de Carotte ne s’est endormi
qu’au petit jour, et il fait la grasse mati-
née, quand madame Lepic pousse la
porte et grimace, comme si elle reniflait
5 de travers.
– Quelle drôle d’odeur ! dit-elle.
– Bonjour, maman, dit Poil de Carotte.
Madame Lepic arrache les draps, flaire
les coins de la chambre et n’est pas longue à
10 trouver.
– J’étais malade et il n’y avait pas de pot, se
dépêche de dire Poil de Carotte, qui juge que c’est là
son meilleur moyen de défense.
– Menteur ! menteur ! dit madame Lepic.
15 Elle se sauve, rentre avec un pot qu’elle cache et qu’elle glisse
prestement sous le lit, flanque Poil de Carotte debout, ameute la famille et s’écrie :
– Qu’est-ce que j’ai donc fait au Ciel pour avoir un enfant pareil ? […] Misérable !
Tu perds donc le sens1 ! Te voilà donc dénaturé ! Tu vis donc comme les bêtes ! On
donnerait un pot à une bête, qu’elle saurait s’en servir. Et toi, tu imagines de te
1. Tu perds donc le 20 vautrer dans les cheminées. Dieu m’est témoin que tu me rends imbécile, et que
sens : … la raison. je mourrai folle, folle, folle !
Jules Renard, Poil de Carotte, 1894.

COMPRÉHENSION Précisez, pour chacune d’elles, comment elle est


construite. Quel est l’effet de cette accumulation
1• a. À quel moment de la journée l’action se de phrases ?
situe-t-elle ? Justifiez votre réponse.
b. À quel temps verbal le récit est-il mené ?
ÉCRITURE
2 • a. Quelle bêtise Poil de Carotte a-t-il commise ?
5 • Imaginez la suite du récit en poursuivant le
b. Quel argument avance-t-il pour justifier son
dialogue : Poil de Carotte tente de se défendre et
acte ? Relevez la phrase graphique où il figure ;
de se justifier auprès de madame Lepic.
analysez-la en indiquant le nombre de phrases
– Vous respecterez les temps du texte de base.
coordonnées, juxtaposées ou subordonnées qu’elle
– Vous prendrez soin d’employer des phrases à
contient et délimitez-les de deux traits.
construction particulière, des phrases simples et
3 • Comment réagit madame Lepic ? complexes.
Relevez une phrase qui l’illustre. – Vous respecterez les règles de disposition du
dialogue dans un récit et sa ponctuation.
4 • a. Dans quel but cache-t-elle le pot sous le lit ?
– Vous n’oublierez pas de varier les verbes de
b. Combien de phrases la dernière réplique de
parole (➜ CHAPITRE 4).
madame Lepic contient-elle ?

10. La phrase simple et la phrase complexe 91


Les relations dans la phrase complexe :
11 juxtaposition, coordination, subordination

ACTIVITÉ PRÉPARATOIRE

Mlle Stangerson raconte au juge comment elle a été agressée…


– Un homme était dans ma chambre. Il se précipitait sur moi, me
mettait la main à la gorge, essayait de m’étrangler. J’étouffais déjà ;
tout à coup, ma main, dans le tiroir entrouvert de ma table de nuit,
parvint à saisir le revolver que j’y avais déposé et qui était prêt à tirer.
5 À ce moment, l’homme me fit rouler à bas de mon lit et brandit
sur ma tête une espèce de masse. Mais j’avais tiré. Aussitôt, je me
sentis frappée par un grand coup, un coup terrible à la tête. Tout
ceci, monsieur le juge, fut plus rapide que je ne le pourrais dire, et je
ne sais plus rien.
10 – Plus rien !... Vous n’avez pas une idée de la façon dont
l’assassin a pu s’échapper de votre chambre ?
– Aucune idée… Je ne sais plus rien. On ne sait pas ce qui se
passe autour de soi quand on est morte !
Gaston Leroux, Le Mystère de la Chambre Jaune, 1907.

1 Répondez par VRAI ou par FAUX :


a. Deux phrases de ce texte ont une construction particulière.
b. Quatre phrases de ce texte sont des phrases simples car elles ne comportent qu’un
verbe conjugué.
c. Une phrase de ce texte comporte quatre verbes conjugués.

a. Dans le récit de Mlle Stangerson, relevez la première phrase décrivant l’agresseur


2
en action.
b. Combien d’actions sont évoquées ? Combien de verbes conjugués contient la phrase ?
c. Qu’est-ce qui permet l’accumulation de ces verbes dans la même phrase :
un mot de liaison, un signe de ponctuation ?

Voici la deuxième phrase décrivant l’agresseur en action : À ce moment, l’homme


3
me fit rouler à bas de mon lit et brandit sur ma tête une espèce de masse.
a. Combien d’acti