Vous êtes sur la page 1sur 346

le n-P·terre ernier

s
\

~·-u•, ~(l' .

r
~* .....--~:f.r·
{il
'.....
' '· '-,. ""' M

\..~. '!~
c: \ -~·
~ f âlsbllornH!i.H' \ ~­
Jean-Pierre VERNIER ' ~ \
·-,\ \ df; G si~'~
~·f,4fiÎ'~!N'-
; ·•
:f
ll
Consultant en maintenance '
• : 11 ..."
' <$ ~..._ _,./
/ .~-
/:;--
1;,1

((:,~.,.. ___... c{(


""''*"1-tt> '1.11 ;
'""

_::·.::;.·_;;;:~··_.,-.-~~ ~·--·~;•· '"~ ~~~-~\~."::~:"'~~ ~'".';'•v, ·-


; -_,~.~--:~Jtl.l,f'J ~JtliJ~ (J.~. . . ~. (t!},J_~-t!(l!,.l;(Jf;
;:·.1.! Dl ;c:fneque de Gen !f~ M'~(~i r<:·jlJ·~-
c. ,.. ·ry /~ "''!'/.., .
i'J" ,.: ,., 1 • " _. Xü é ,_; l / ""- ·
-' '-. ":. -0 " ' ~/-:;:-.:i" ').','];"3': ;;; 1
?'•.1 •· d ~\ ,___ ;~ t ~ /ln 1!! _. /.(~) _ _ , ___ , .:

0
.. ··' •••••••• - -~ ......,,_,_.... _~·~:,.~ ... •,<,',(.&.\.'''~·-'·-: ..·'•·'--~---~····~..

questions-réponses
pour la maintenance

'
T-
Pré pa rat i a_n_aUX..e nt retiens d' e rn bauche-
du CAP au diplôme d'ingénieur

~
CASTEILLA
Che·? le même édite.ur :

F. CASTELLAZZI, D. CoGNIEL, Y. GANGLOFF, Mémotech Maintenance


· ·"'industrielle.
S.TouRNEUR, Maintenance corrective dans les équipements et
installations électriques : dépannage et mesurage.

- - - - - - - - - ' M " 'ise en page: idt

© Casteilla, 2009, 9 rue Michael Faraday, 78180 Montigny-le-Bretonneux

ISBN: 978-2-7135-2968-9

Tous droits de traduction. d'adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour
tous pays. La loi du llmars 1957 n'autorisant, aux termes des alinéas 2 ei 3 de !"article 41, d'une
part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non
destinées à une utilisation collective >>, et d'autre part, que les analyses et les courtes citations
dans un but d'exemple et d'illustration, ,, toute représentation intégrale, ou partielle, faite sans
le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite , (alinéa 1er de
l'article 40).
Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une
contrefaçon sanctionnée par les artlules 4::ll) et suivants du co(te peual.

;::;:.-:!·~~;r.~:.:i:'.ii.:.;.;;;;-...;:;\"i\'7iio'l-W.:l!IZ>,..jj'i'ifiè'!'!ftiiRilP:ti g·;;,...... ~>t\..~··"' Wl


:---·~

-re
_ "'-- f a.c e

La Maintenance revêt une grande importance dans toutes les entreprises petites, moyennes ou grandes
et touche tous les secteurs d'activité (le nucléaire, l'automobile, l'aviation, le biomédical, la chimie,
l'aérospatiale, ... ). Elle vise à maintenir ou à remettre en état un système ou un outil afin d'assurerla
continuité d'un service déterminé. Elle regroupe les actions de dépannage, de réparation, de réglage,
de révision, de contrôle et de vérification des systèmes-et des équipements matériels ou immatériels
(logiciels). Les.contraintes de la maintenance, liées aux concepts des systèmes, à leur technologie, aux
spécificités de la conception, de l'assemblage des éléments, impliquent des procédures rigoureuses
avant toute intervention.
L'ouvrage de Monsieur VERNIER basé sur une longue expérience en maintenance d'ingénieurs,
de techniciens et personnelle, apporte non seulement les connaissances sur l'organisation de la
maintenance (définition des cinq niveaux de maintenance), sur les savoir-faire mais aussi sur les
méthodes d'approche d'un diagnostic à partir des phénomènes constatés lors du dysfonctionnement
d'un système, d'un sous-système ou d'un composant. Il précise tous les plans et modes opérationnels
nécessaires à la maintenance préventive ou corrective_ et rend indispensable la connaissance scientifique
i. et technologique du composant incriminé avant toute décision concernant son remplacement ou non.
L'auteur situe bien les différentes responsabilités de chacun lors des interventions
Nous savons que la maintenance mal préparée ou mal exécutée peut nuire à la sécurité des personnes et
des biens. L'ingénieur, ou le technicien, doit être très rigoureux, respectueux de la normalisation, du travail
bien fait, il doit avoir le sens de la communication, des qualités d'écoute et d'analyse. Les procédures, les
modes opératoires liés aux connaissances scientifiques et technologiques ne sont pas toujours évidents
et quelquefois sont difficiles à mémoriser ; Monsieur VERNIER regroupe donc, et rappelle dans son
ouvrage, les notions les plus importantes.
C'est par un jeu de Questions/Réponses, que l'auteur présente les fonctions et les caractéristiques
des organes et composants susceptibles d'équiper des machines ou systèmes Ces connaissances sont
nécessaires à 1' analyse des causes de dysfonctionnement et facilite la remédiation. Les questions sont
pertinentes et les réponses utiles.
Cette présentation originale de l'ouvrage par questions/réponses vient enrichir la bibliothèque de
l'enseignement technique et professionnel sur la maintenance à exercer en entreprise. Elle doit
permettre à tous ceux et à toutes celles confrontés à des problèmes de maintenance industrielle'
d'obtenir des réponses et de justifier celles-ci scientifiquement et technologiquement avant de prendre
une décision en connaissance de cause.
Je rends hommage à Monsieur VERNIER qui a su recenser la plupart des situations spécifiques
rencontrées au cours de ses travaux d'expertise en maintenance et d'en faire part à tous ceux et
toutes celles qui auront à intervenir dans ce domaine très vaste qu'est la Maintenance. Qu'il soit ici
remercié pour ce bon travail mis à la disposition des formations technologiques et professionnelles
mais aussi des lecteurs intéressés.

Claude HAZARD
Inspecteur Général honoraire de l'Education Nationale

Préfq~C'e
/
1III
auteur

Jean-Pierre Vernier
Jean-Pierre Vernier a débuté comme électromécanicien en maintenance puis a
poursuivi ses études, devenant ingénieur par progression interne dans un grand
groupe industriel européen. Il y a dirigé de longues années un service de maintenance.
Après dix autres années comme ingénieur dans des entreprises américaines, il est
devenu consultant maintenance en entreprise. Il est également formateur à l' AFIM
(Association Française des Ingénieurs et cadres de Maintenance).
Jean-Pierre Vernier est auteur ou co-auteur de plusieurs ouvrages à parution
périodique sur le management de la maintenance et rédige régulièrement des
chroniques dans divers magazines.

Vernieljp3 @wanadoo .fr


http ://www .jpvemier.eu

1
IVB metho
, des de maintenance

.. ··~- -- .. . . -. ""' . ,.. . . ...... - ... . . i


::!

~~··

,
r<esen -

~
r _; l{~

Il

t a t 1 0 n

Cet ouvrage est bâti sur le retour d'expérience d'ingénieurs et de techniciens en


maintenance. Il comprend des séries de questions avec les réponses commentées
lorsque cela a paru nécessaire. Ces questions sont issues de situations réelles.
Elles font appel au raisonnement logique avec le minimum de formules qu'un
maintenat;tcier ne doit pas oublier. En effet, un technicien a peu de calculs à effectuer
dans ses tâches quotidiennes mais il doit avoir une bonne compréhension des
énergies et mécanismes en présence et doit engager une réflexion en faisant appel
à ses connaissances de base, son expérience, son bon sens en plus d'une réflexion
structurée.
Outre les questions techniques, l'ouvrage couvre les aspects méthodologies et
organisation du programme de BTS Maintenance industrielle.
Les réponses se font sous forme écrite, mais elles peuvent aussi se faire oralement
lors d'un entretien.
Elles sont classées selon trois niveaux :
- 1:!11.~ : pour les opérateurs appelés à faire de l'auto-maintenance ou les
techniciens qui doivent devenir polyvalents en plus de leur métier de base,
- ~ : pour les jeunes diplômés ou techniciens en poste en maintenance
opérationnelle mais également pour les ingénieurs qui s'en serviront comme d'un
memento,
- ~!'~!~,~~: pour les agents méthodes, responsables de maintenance et les
ingénieurs.
L'ouvrage aidera l'étudiant à se préparer à des entretiens d'embauche.
En entreprise, il est destiné aux responsables qui souhaitent recruter, qualifier leur
personnel (techniciens, agents de méthodes, magasiniers, acheteurs maintenance)
ou encore élargir la polyvalence, préparer un plan de formation ou de remise à
niveau. Les questions de niveau 2 portent cependant sur certaines notions de base et
formules (selon les métiers) qu'un technicien n'a pas le droit d'oublier sans risquer
des erreurs graves pour la sécurité des matériels et des personnes.

, .
P resentat10n Il
1

omma1re
,
g en er a 1

méthodes de maintenance ............................................... ,. .......... 3


Généralités ................................................................................................ 5
Maintenance corrective .............................................................................. 7
Maintenance préventive ........................................................................... 21
Améliorations .......................................................................................... 30
Intégration de nouveaux biens ................................................................. 38
Organisation de la fonction maintenance ................................................ .44
GMA0 ..............................................................................................•....... 74 ·
Animation et encadrement. ...................................................................... 88
Principaux indicateurs ....................................................................... :...... 95
Normes principales applicables à la maintenance ................................... lOS

mécanique ...................................................................................... 107

Îuides ................................................................................................... 165


1
electricité générale ....................................................................... 207
Généralités ............................................................................................. 209
Distribution électrique ........................................................................... 2 21
Electricité industrielle ............................................................................ 242
Formulaire ............................................................................................. 282
f
electronique, automatismes et instrumentation ............. 287

annexes .............................................................................................. 321


Lexique français-anglais ........................................................................ 321

2~ Sommaire généra!
1
a't
1
:-w-:..1

n
~.
li_! .!JI éthodes
J de mainte-
nance
g, , ,. ,
enera 1tes ................................................................................. 5

maintenance corrective-............................................................. 7
Communication des demandes d'intervention ....................................................... 7
Diagnostiquer les pannes ...................................................................................... 9
Préparation et réalisation d'une intervention courante suite au diagnostic .......... 13
Préparation et planification d'une intervention importante .................................. 14
Les mesures de sécurité à prévoir lors d'une intervention ................................... 15
Réalisation de l'intervention corrective ................................................................ 17
Mettre à jour et enrichir les ressources concernées, faire le compte rendu .......... 18

maintenance préventive ........................................................ 21


Préparation de la maintenance préventive par l' AMDEC ....................................... 21
Quelques exemples d'analyse AMDEC ................................................................. 22
Préparation de la maintenance préventive par l'analyse des nomenclatures ......... 2 5
Création des plans de maintenance préventive et des modes opératoires ............ 27
Exploiter les informations recueillies, mettre à jour et optimiser le plan de
maintenance préventive ...................................................................................... 29

améliorations .......................................................................... 30
Définir les priorités d'action et des axes d'amélioration ...................................... 30
Concevoir et argumenter les solutions d'amélioration ......................................... 33
Mettre en œuvre les solutions d'amélioration et/ou les modifications
et assurer le suivi des travaux ............................................................................. 35

Intégration de nouveaux biens ................................................ 38
Contribution à la prise en compte des contraintes de la maintenance ................ 38
Préparer l'installation et participer à la réception et à la mise en service
de nouveaux biens .............................................................................................. 39

Organisation de la fonction maintenance ............................... 44


Définir et justifier la politique et la stratégie de maintenance .............................. 44
Le coût de la maintenance .................................................................................. 48
Organisation des activités : différents organigrammes ........................................ 49

13
Redéfinir ou modifier l'organisation .......... ,.................. ,...................................... 52
Relations avec les sous-traitants ................... ,..................................................... 55
Organisation des magasins .................................................................................. 58
Codification des articles en stock, la fiche article ................................................ 59
Gestion du stock ................................................................................................. 60
Approvisionnements, achats ............................................................................... 70

gMAO ....................................................................................... 74
Utilisation de la GMAO ........................................................................................ 74
Installation d'une GMAO ..................................................................................... 75
- Décomposition d'un bien en sous-ensembles, arborescences ............................. 78
Planification des travaux de maintenance MRP, MRP2, PERT, outils GMAO,
jalonnement (workflow) ...................................................................................... 82
Documentation technique, mise à jour ................................................................ 86

animation et encadrement ...................................................... 88


Les connaissances des techniciens en maintenance ............................................. 88
L'évaluation annuelle .......................................................................................... 89
Bâtir un plan de formation .................................................................................. 91
Réunions de maintenance: .................................................................................·. 92

principaux indicateurs ............................................................. 95


Indicateurs stratégiques ...................................................................................... 95
Indicateurs opérationnels .................................................................................. 100

Dormes principales applicables à la maintenance ............... 105

4
~ méthodes de maintenance
~
···- â
'\(DOl\

......... ~

,.'
généralités
~ Quelle est la définition de la maintenance ?
Ensemble de toutes les actions techniques, administratives et de management
durant le cycle de vie d'un bien, destinées à le maintenir ou à le rétablir dans un
état dans lequel il peut accomplir la fonction requise. ,
Norme NF: FD X60-000

~~ Quels types de maintenance connaissez-vous ?


Il Maintenance corrective s'exécutant en dépannage provisoire ou remise en état.
• Maintenance préventive s'exécutant en maintenance systématique ou
conditionnelle ou encore prévisionnelle.

~ldll Selon la norme NF : FD X 60-000 combien y a-t-il


de niveaux de maintenance ?
Il y a 5 niveaux de maintenance.

~- Décrivez les 5 niveaux de maintenance selon la norme


NF : FD X 60-000.
1er niveau de maintenance
Actions simples nécessaires à l'exploitation et réalisées sur des éléments
facilement accessibles en toute sécurité à l'aide d'équipements de soutien
intégrés au bien.
ze niveau de maintenance
Actions qui nécessitent des procédures simples et/ou des équipements de soutien
(intégrés au bien ou extérieurs) d'utilisation ou de mise en œuvre simple.
Ce type d'actions de maintenance est effectué par un personnel qualifié avec les
procédures détaillées et les équipements de soutien définis dans les instructions
de maintenance.
3e niveau de maintenance
Opérations qui nécessitent des procédures complexes et/ou des équipements de
soutien portatifs, d'utilisation ou de mise en œuvre.
4e niveau de maintenance
Opérations dont les procédures impliquent la maîtrise d'une technique ou

généralités 15
technologie particulière et/ou la mise en œuvre d'équipements de soutien
spécialisés.
Ce type d'opération de maintenance est effectué par un technicien ou une .l

équipe spécialisée à l'aide de toutes instructions de maintenance générales ou


particulières.
se niveau de maintenance
Opérations dont les procédures impliquent un savoir-faire, faisant appel à des
techniques ou technologies particulières, des processus et/ou des équipements
de soutien industriels. Ce type d'opérations de maintenance (rénovation,
reconstruction, etc.) est effectué par le constructeur ou par un service ou société
spécialisée avec des équipements de soutien définis par le constructeur et donc
proches de la fabrication du bien concerné.
Ces 5 niveaux de maintenance ne correspondent pas aux 3 niveaux de difficulté de
cet ouvrage qui sont :
niv. 1 : opérateur en auto-maintenance ou polyvalence demandée à un
technicien d'une autre discipline,
niv. 2 : ingénieurs ou techniciens professionnels de la technologie concernée
(automatisme, mécanique générale, ... ),
niv. 3 : responsable de service de maintenance, responsable méthodes.

~J~~~~c):~;# Décrivez les 3 échelons de maintenance selon la norme


NF : FD X 60-000.
Les échelons de maintenance spécifient l'endroit où les interventions sont
effectuées. On définit généralement trois échelons qui sont :
la maintenance sur site: l'intervention est directement réalisée sur le matériel
en place.
la maintenance en atelier : le matériel à réparer est transporté dans un endroit,
sur site, approprié à l'intervention.
la maintenance chez le constructeur ou une société spécialisée : le matériel
est alors transporté pour que soient effectuées les opérations nécessitant des
moyens spécifiques.

~.!*~;~~~}]~ Qu'est-ce que la sûreté de fonctionnement ?


La sûreté de fonctionnement regroupe les activités d'évaluation de lafiabilité,
de la maintenabilité, de la disponibilité et de la sécurité (FMDS) d'une
organisation, d'un système, d'un produit ou d'un moyen. De nombreuses
entreprises font de la sûreté de fonctionnement sans connaître ce terme.

6~
,<:
i méthodes de maintenance
~
-:" ;:;-

tnain-tenance corrective
;·. communication des demandes
d'intervention

mk~ Que doit conte~ir au minimum une dernande


d'intervention (D.I.) adressée à la maintenance
pour un dépannage ?
11 Nom du demandeur
11 Nom du destinataire
11 Équipement concerné et localisation
a Symptôme de la panne
a Degré d'urgence

m:~l~f~~
Quels sont les avantages de la GMAO pour rédiger
une demande d'intervention (D.I.)?
11 Sélection précise de l'équipement (moins de risques d'erreur) dans une liste
arborescente.
11 Sélection d'une liste de mots standards et adaptés à l'équipement pour
spécifier le symptôme.
11 Peu ou pas de rédaction à saisir au clavier mais des sélections dans des listes.
a Assure une traçabilité de la demande.
11 Génère éventuellement des recommandations automatiques (sécurité, ... ) liées
à l'équipement. Ex : habilitation obligatoire.

~ Que· doit contenir une demande d'intervention


à la maintenance pour un travail hors dépannage urgent ?
a Nom du demandeur
11 Nom du destinatàire
Il Equipement concerné et localisation
Il Symptôme de la panne
a Degré d'urgence
a Date souhaitée de réallsation
a Dates de mise à disposition des équipements
a S'ilfaut, présenter un devis ou montant maximum du coût des travaux

~1vt~:lJ:[~
Quels sont les différents moyens d'adresser
une demande d'intervention ?
Classez-les par ordre décroissant d'efficacité.
1. GMAO
2. Messagerie
3. Carnet à souche
4. Etiquetage sur matériel
5. Téléphone ou pager
Il est souhaitable que la demande laisse une trace électronique ou écrite.
Mais bien entendu en cas d'urgence il faut composer avec les impératifs de la
production.

maintenance corrective rl
jij
~
~
11 Différents modes de demande d'intervention
et leur traitement ,..

Utilisateurs Utilisateurs Utilisateurs Utilisateurs

Etiquetage Carnet à . l,\'lessagerie,


des défuuts TélépJtone svuche ·.···aMA.o·
su1· appareils

Collecte
hebdomadaire.
des étiqllll,ttes

<C• ••••

l
.................
""

11 Carnet à souche

W de demande DEMANDE D'INTERVENTION


000073890
Envoi et réception de la demande Service demandeur Contacter pour plus de
détails
Envoi JHU la Envoi J>ar la Nom
ProductiGn Maintenance
Date heure 1Date heure Tel
Machine, Installation Emplacement

Description de la panne : 1

Visa:

m Etiquette de constat
d'anomalie accrochée
··c. ·j·.coNSTAlD·'ADMALIE·I
à l'équipement ·· N! · :o·soJl. ·
pate:.

8
~méthodes de maintenance
li
~
~~
'i
\: .....
diagnostiquer les pannes
:N.ri~~H:'~';! Qu'est-ce qu'un dépannage?
Faire un diagnostic
Remettre en état
Vérifier la bonne marche après réparation

NJxlf~!~?,j Notez l'ordre des tâches pour établir un bon diagnostic.


1. Interroger les utilisateurs.
2. Observer l'environnement : tout ce qui peut affecter le bon fonctionnement de
l'appareil en panne (eau, poussière, mauvaise utilisation ... ).
3. Observer l'équipement proprement dit: traces d'arc électrique, traces de fuites,
débris, bruit... tout ce qui pourrait indiquer la cause. Cette observation se fera
en marche ou à l'arrêt selon le cas.
4. Identifier la chaîne fonctionnelle et ses composants.
5. Emettre une ou des hypothèses de panne et les hiérarchiser.
6. Effectuer éventuellement des mesurages: tension électrique, pression du fluide
ou des tests en isolant par exemple la charge.
7. Prendre une décision : machine arrêtée ou peut fonctionner en marche dégradée.

;m~i~~~;~;1
Quels sont les avantages de la GMAO pour établir un
diagnostic ?
On peut c'onsulter l'historique des interventions, identifier et interroger un
collègue qui est inten1enu pour un même symptôme sur cette machine.

:~'l'vl~(!t2l
Selon le dessin ci-dessous, indiquez les blocs de la
chaine' fonctionnelle à incriminer en premier en fonction du
constat.
Absence de toutes les fonctions : incriminer l'alimentation.

Fonction 1

Absence fonction 1 :
incriminer les éléments constituant cette fonction et le lien avec l'alimentation
Absence fonction 2 :
incriminer les éléments constituant cette fonction et le lien avec l'alimentation
Absence fonction 3 :
incriminer les éléments constituant la fonction 3 et le lien avec la fonction 2

~Ci

maintenance corrective~"'
~
E
o Documentation fournie
L'l L2 L3
+24V - - 8 ct
Fin de Fin de
course êourse
A
I\M2

so

SE···
.,

.!"~'~'"'..

·24 v ((;:_~))\ Mot~ur du


\~ chanot

KM 1 et KM2 : relais

À partir du document fourni ci-dessus


Niyeâu 2
dessinez sommairement les blocs fonctionnels
Voir le dessin ci-dessous.

E Exemple de blocs fonctionnels issus


de la documentation fournie ci-dessus

220v-
/24v=

3x 380 v-

TBT : Très Basse Tension

Selon l'exemple de blocs fonctionnels ci -dessus


N_iyeau 2·
on constate que le moteur avance et s'arrête en fin de course
mais ne répond pas à la commande MAR.
Si on le recule à la main il répond à nouveau à la commande
MAV jusqu'au fin de course.
Quelles hypothèses formulez-vous et quels contrôles
effectuez-vous ?
Vér~fier le relai KM2.

10
1méthodes de maintenance
~
G
Vérifier le bouton S3
Vérifier SO
Vérifier le fin de course B
Vérifier le câblage
Mesurer la tension moteur lors de la commande MAR si non OK revérifier
l'ensemble des éléments

Ri'i~é~'~}2'1 Selon l'exemple de blocs fonctionnels ci-contre,


lors.des commandes on entend les relais s'actionner soit
en MAV soit en MAR mais le chadot ne bouge pas ou très
faiblement et le moteur « grogne ».
Quelles hypothèses ou suggestions formulez-vous ?
Blocage mécanique: axe de roue grippée; réducteur, obstacle ...
Coupure d'une phase au tableau*: mesurer la tension en sortie du TBT, si non
0 K: vérifier cartouches fusibles du sectionneur.
Coupure d'une phase hors tableau: vérifier le serrage des bornes moteur
et le câblage.
* Une des phases qui n'alimente pas le transformateur monophasé 220/24 V.
·~-~R~~~1~~;j
Selon l'exemple de blocs fonctionnels ci-contre
on ne constate aucune action des boutons.
Quelles hypothèses ou suggestions formulez-vous ?
.~s
Coupure alimentation vérifier TBT 24 volts .
Défaut alimentation 24 volts :fusible, redresseur, transformateur ...
Les relais s'actionnent? si OK vérifier moteur ou câblage.

j!;,fi{r'~~ü~2"i Selon l'exemple de blocs fonctionnels ci-contre les


utiiisa:ieurs signalent des arrêts du chariot MAR ou MAV suivis
de redémarrage quand on actionne les boutons.
Quelles hypothèses ou suggestions formulez-vous ?
Coupure intermittente alimentation vérifier TBT: serrage des contacts.
Défaut intermittent alimentation 24 volts :fusible, redresseur, tran,<,:formateur ...
Défaut intermittent moteur.

~Jg~:ü)\?~1
A partir du document servo-commande fourni page
suivante dessinez sommairement les blocs fonctionnels
Voir le dessin page suivante.

:t,ffvêâ.~'-:';r;
Selon l'exemple de blocs fonctionnels servo-commande
fl
d=ëoritre on constate que le vérin ne répond pas aux signaux de
commande. Sachant que la partie électronique est protégée par
un carter long à démonter dans quel ordre procédez-vous ?
1. Observation du système (fuites, chocs ... )
2. Vérification du vérin: obstacle, blocage mécanique à cause d'une tige déformée.
3. Essai de fonctionnement avec le capteur de position (sensor) débranché.
4. Vérification mesurage des alimentations électriques (TBT et alimentation
continue) et huile (centrale hydraulique, filtres).
5. Vérification du fonctionnement de la vanne (mouvement, bruit).
6. Mesurage du courant de commande de la bobine.
7. Démontage du carter.

. . 111
ffiamtenance correct1ve \
-
;._...

8. Contrôle du potentiomètre.
9. Contrôle de la carte.
Les vannes hydrauliques à commande proportionnelle sont très sensibles à la
qualité de l'huile de commande.

11 Documentation servo-commande fournie


i---,
t ,,..._=-''·,_.,..-.,,

C:::~rter

r.... ~~[>
T
-
•<!•.,.•~fl1-4'l~~H'!I.oj~~ot~"'H~~"''11~1"1'f11t>tH_U't'lof'Jofoi!+.OI .. ot"'Oiof .. -.f-lol"-of•H,.,.'i'i1H'f't'f>j.oj.t'"

~tyr.a.u:?'
Selon l'exemple de blocs fonctionnels ci-dessous on
constate que la vanne est bloquée, c'est la seconde fois en
3 mois. Quelles hypothèses formulez-vous?
fi Huile dégradée ou mal filtrée contenant des dépôts blocants.
fil Huile ne convient pas.
Il Pression hydraulique mal adaptée.
mEnvironnement agressif entraînant des dépôts blocants.

11 Exemple de blocs fonctionnels de la documen-


tation servo-commande fournie ci-dessus

Signal capteur de position


..
• • • • 1" "Ill Ill"' Ill. Il. 1.' •• 1Ir • • • li Il 1.'. '" 1 • • Ill 1 .... ~. 1il li jj 1 .. Il- • ' I l Il"' .. 1 Ill'. 1 .- .... 1" • • • Il ... Il • • • Il • •
..
11. 1 • • •
~ .
__,
Action

12!~met
' hoaes
' de maintenance
.

1 ~
~
~~'t.éparation et réalisation d'une ··
~·~étvention courante suite au diagnostic

les différentes tâches de la réalisation d'une


;J,;::triinterVehtion·.de dépannage courante.
> L'Si' on est certain du composant défectueux : vérifier la présence de la pièce de
., ..... · · 'rùhange.enmagasin.
i·?~~t,c·2,;Seprocurer la pièce de rechange.
,,J,
~.'''·· ';;.:[; :.;J,,§1u~id 'outillage .nécessaire.
i .;j
t,l 4>Faire établir si nécessaire un permis de feu, accès ...
:·s.
~
·.~.
.
Consigner l'équipement.
• '·"c'~:'·';:6:'-:f.sôler par une barrière de sécurité si nécessaire.
·• · 7; Nettoyer l'environnement immédiat du composant à remplacer.
· : S. Procéder au démontage
· 9.: Remonter le composant de remplacement
JO. Ranger le matériel.
n
1 .·
... lL;Remettre l'équipement en fonctionnement.
12. Vérifier les capacités opérationnelles de l'équipement.
( 13. Faire constater la remise en état. Il faut éviter que l'opérateur occupé par
w ailleurs ne soit pas informé de la remise en disponibilité de son équipement
14. Faire un bref compte rendu dans la GMAO ou sur un document.
15. Si néces~aire analyser la cause e:icacte de la panne: examiner le composant
défectueux, (ex: scier la bague extérieure d'un roulement) car la vraie cause
de la défaillance peut être un autre facteur que le composant (air comprimé ou
huile de commande impropres, mauvaise utilisation ... ).
16. Mettre à jour la documentation technique en cas de modifications.
17. Documenter les modifications de logiciel éventuellement.

~JR~~~~j Quelle est l'utilité de la GMAO (Gestion de lVIaintenance


Assistée par Ordinateur) lors d'une préparation de travail
,. urgent?
• Elle fait gagner du temps lors de la préparation.
• Récupération de la préparation d'un travail déjà exécuté.
,. • Consultation des pièces des nomenclatures des équipements ce qui évite des
erreurs ou approximations hasardeuses.
Il Elle permet de savoir si une pièce est en magasin depuis son ordinateur et de
la commander si nécessaire.
11 Elle indique automatiquement 'certaines mesures de sécurité.
Ill Elle permet d'imprimer un ordre de travail ou bon de travail avec toutes les
informations utiles nécessaires.
!lJ/1 Le compte rendu est faciLité par des listes de choix.

~j H'!~~:~~r~m Quel est l'ordre de grandeur du temps éconon1isé


~:J
,.,.J par l'utilisation de la GMAO lors de la préparation des travaux ?
Cela dépend de la qualité de mise en œuvre de la GMAO. Une GMAO bien
paramétrée et avec les données à jour fait gagner de 50 à 75 % du temps de
préparation.

illaintenanΠcorrective~ .~
r r3
~
~
·préparation et planification
111·:... 1

d'une intervention importante

i1Wea~\1~. Indiquer l'ordre de réalisation des différentes tâches


de préparation et planification d'une intervention planifiée
importante.
1. Prendre connaissance du besoin : compte rendu de diagnostic, demande
d'amélioration ...
2. Prendre toutes les informations utiles : examen sur place, documents techniques,
entretien avec les demandeurs.
3. Vérifier les risques d'intefj'érence (proximité d'autres travaux à risque,
par exemple :faire de la peinture à proximité de travaux de soudure).
4. Décrire chronologiquement les tâches à effectuer: autorisations nécessaires,
consignations.
5. Pour les travaux sousctraités: faire un cahier des charges (CDC) pour obtenir
un devis.
6. Pour chaque tâche décrire les compétences, effectifs, durée, nécessaires, date/
heure de début et de fin (y compris la sous-traitance ).
7. Pour chaque tâche, sélectionner dans la GMAO ou décrire le matériel
nécessaire.
8. l!.)fectuer les réservations en magasin.
9. Effectuer les demandes d'achat pour le matériel et la sous-traitance.
1O. Réserver les outillages collectifs (pont roulant, nacelle ... )
11. Valoriser le coût estimé.
12. Faire approuver le budget.
----------~· ~n--cotteerttttitm--twee--'-8-Utilisateurs : la planification met à jour les

dates/heures précédemment décrites.


Nota : des questions plus précises sont posées sur les outils et méthodes de
planification dans le chapitre« Organisation de la fonction inaintenance ».

~liy~~IJ3.
Indiquer l'ordre de réalisation des différentes tâches
de mise en œuvre des travaux de maintenance planifiés.
1. Imprimer l'ordre de travail (s'il y a une GMAO).
2. Vér(fier la disponibilité des matériels et les retirer du magasin.
3. Vérifier la disponibilité réelle des ressources et faire les affectations
nominatives.
4. Obtenir les autorisations nécessaires :permis de feu ...
5. Vérifier l'absence réelle de risques d'intelférence (proximités d'autres travaux à
risque; ex: faire de la peinture à proximité de travaux de soudure).
6. Consigner l'équipement (sources d'électricité, de fluides, énergies résiduelles
dans les accumulateurs et condensateurs, risques mécaniques.
7. Séparer les sources de fluides du lieu des travaux : vannes cadenassées, joint
plein ...
8. Se protéger par des étais, chevalets des masses en suspension (exemple : benne
bloquée en position haute).
9. Isoler par une barrière de sécurité si nécessaire.
JO. Nettoyer l'environnement immédiat des composants à remplace1:
11. Procéder au démontage.
12. Remonter le composant de remplacement.
13. Ranger le matériel.

~Li ii

JL "i méthodes de maintenance


.:.~;.;_
1~
~
14. Remettre l'équipement en fon~tionnement.
15. Vérifier les capacités opérationnelles de l'équipement.
16. Faire constater la remise en état. Il faut éviter que l'opérateur occupépar
ailleurs ne soit pas informé de la remise en disponibilité de son équipement.
17. Faire le compte rendu ..
18. Faire une recette des travaux externalisés (sous-traitants).
19. Retourner àu magasin les pièces et matériels inutilisés.
20. Eventuellement analyser la cause exacte de la panne : examiner le composant
défectueux, (ex: scier la bague extérieure d'un refoulement) car la vraie cause
.de la défaillance peut être un autre facteur que le composant (air comprimé ou
huile de commande impropres, mauvaise utilisation ... ).
21. Mettre à jour la documentation technique.
22. Documenter les modifications de logiciel.

tes mesures de sécurité à prévoir


lors d'une intervention

!i1Y::~;t~~!~ Pour la consignation électrique d'une machine i1 faut :


Il Couper le disjoncteur.
Il Ouvrir le sectionneur et le cadenasser dans cette position.
Il Mettre un panneau « Danger ne pas réenclencher ».

fit'Y!'t~~~
Indiquez l'ordre des différentes actions de sécurité à
exécuter avant le début des travaux.
1. Séparation de la partie sous travaux de ce qui peut présenter un danger.
2. Condamnation et signalisation des organes de commande ou de raccordement
panneaux« Ne pas remettre en service».
3. Dissipation ou confinement des dangers qui peuvent résider dans la partie sous
travaux après sa séparation, isolation (vidange, aération).
4. Vérification que les mesures précédentes ont été efficaces.

!!!~~.m2'J
Parmi ces 3 types de séparation de conduits
hydrauliques ou pneumatiques quel est celui qui est préconisé
et pourquoi ?

A: ·. ·~·.· .. · · ...· · ·. B:

C:

Le type C est préconisé


A : Une vanne seule fermée
Quels que soient le type de la vanne et son principe de fonctionnement, une
vanne seule présente toujours un risque de fuite et ne peut donc constituer une
séparation efficace.
B : Deux vannes fermées en série
En raison du principe énoncé ci-dessus, ce dispositif présente tm~jours un risque
de fuite.

maintenance corrective i 15~

.• i 1
l:._,.,
En effet, la partie de ligne située entre les deux vannes peut, dans le temps, se
mettre en charge.
C : Deux vannes fermées et purge intermédiaire ouverte
Ce principe de séparation peut être considéré comme efficace sous réserve :
-que le robinet depurge soit effectivement condamné en position ouverte,
-qu'il n'y ait pas de bouchage, au niveau de cette purge. Se méfier des produits
qui coagulent, cristallisent, prennent en masse, polymérisent et, de façon
générale, provoquent un colmatage des canalisations.

~i.Y,~,~~;~:;
Un technicien peut-il dans tous les cas engager des
travaux sous tension ?
Oui, s'il a la qualification nécessaire et sous certaines conditions. Il doit
posséder l'habilitation.

Travaux effectués sous tension


Décret n° 88-1056- Art. 50.-
/. -Les travaux peuvent être effectués sous tension lorsque les conditions
d'exploitation rendentdangereuse ou impossible la mise hors tension ou si la
nature du travail requiert la présence de la tension spécifique sur les méthodes
de travail permettant d'effectuer sous tension les tâches susceptibles de leur être
confiées. Une instruction de service indique les prescriptions à respecter, les
conditions d'exécution des travaux, les matériels et outillages à utiliser.
Ces travailleurs ainsi que les travailleurs indépendants et les employeurs
mentionnés à l'article L. 235-18 du Code du travail doivent en outre disposer
d'un outillage spécialement étudié ainsi que de l'équipement et du matériel
nécessaires à leur protection.

Ill. -Dans les installations des domaines BTB, HTA ou HTB et sans préjudice
de l'application des dispositions ci-dessus, les travaux sous tension ne peuvent
être effectués que sous réserve du respect des prescriptions suivantes :

a) les travaux ne peuvent être entrepris que sur l'ordre de l'employeur; cet
ordre, qui doit être donné par écrit, doit stipuler la nature et la succession des
opérations à effectuer ainsi que les précautions à observer;

b) s'ils sont confiés à une entreprise extérieure, travailleurs indépendants


inclus, les travau.;'C doivent faire l'objet d'une demande expresse du chef de
l'établissement dans lequel ils sont effectués;
c) les travailleurs effectuant lesdits travaux doivent être placés sous la
surveillance constante d'une personne avertie des risques électriques et
désignée à cet effet ; celle-ci doit veiller à l'application des mesures de sécurité
prescrites.

,61.
.t .... méthodes de maintenance

'· . . Q
"-.~'
·.",;

,...
~~ Quel est le domaine de tension d'un réseau 220/380 V- ?
BTA

-~·!. ~ Qui doit ~treihabilité pour les travaux électtiques ?


:"·
[è L'habilitation électrique concerne toutes les activités exercées dans un local
~ ::~. électrique ainsi que tous les travaux électriques effectués dans un cadre
.~~
.,.. professionnel. Elle résulte d'une validation spéciale de l'intervenant.
L'habilitation électrique s'adresse à tout dirigeant, qu'il soit chef d'entreprise
ou élu local ainsi qu'aux travailleurs indépendants et employeurs dès lors
:~.
qu'ils exercent une activité sur un chantier de bâtiment ou de Génie civil (le
décret du 06 mai 95 élargit les obligations aux travailleurs indépendants et aux
employeurs dès lors qu'ils exercent une activité sur un chantier de bâtiment ou
de Génie civil).

~t~f~â~~ Qui fournit les habilitations électriques ?


L'employeur ou son représentant.

i:~ • Tableau des habilitations

Source : http://www.tecnipass.com/habtitre.php

réalisation de l'intervention corrective


N'ivé'!l:fm'l:~
Combien d'interventions correctives effectue
~'ïi"moyenne un technicien par jour ?
3 en moyenne.

~1~!~H:1~1
Est-il tolérable d'utiliser une pince pour serrer
les écrous lors d'un dépannage ?
Non.
Un technicien -ou un opérateur autorisé- doit disposer
en toute occasion d'un jeu de clés complet et autres outils dans une caisse à
outils ou tout autre moyen agréé.

.
IDamtenance correctiVe . 117
~
··~
Ni\i~iî:v:i\.31 Qui donne l'ordre d'intervenir au technicien
·~t;;'·~~· bien ?
Les procédures doivent être clairement définies.

cli~~~ijJ~,,
Quels sont les risques du dépannage réalisé par
un technicien de sa propre initiative ?
Interférence avec une autre intervention.
Le re,r,ponsable ne sait plus qui fait quoi ?
Méconnaissance de risques ou consignes particulières.

NB : toutefois certaines opérations simples peuvent tout à fait s'exécuter


spontanément.

fuh'i,~~W:~;: Quels sont les rôles du contremaître ?


mAffecter les techniciens.
lil:llFe iller au respect des consignes de sécurité.
Bi Fe iller au respect des règles de l'art.
rm Intervenir en cas de risque imprévu.
i'i1l Intervenir en cas de difficulté technique ou organisationnelle.
!al Assister les techniciens moins qualifiés ou débutants.

Jji~~;~Ù~;~~; Quel est le rôle du magasinier lors des interventions ?


Mettre à disposition les pièces détachées demandées qui seront imputées sur un
no d' OT, un équipement ou un compte analytique

mettre à jour et enrichir les ressources


concernées 7 faire le compte rendu

hl:ï~~!gf~
Quelle est la principale utilité de faire des comptes
rendus des interventions ?
Iii Partager les connaissances et les expériences
lill Quantifier les causes de pannes
1111 Adapter les ressources qui se seraient révélées insuffisantes : outillage,

formation, plans
fi. Adapter les mesures de sécurité

~},~~:~.~1~
Combien de temps nécessite en moyenne un compte
rendu de travail avec une GMAO ?
Quelques minutes

1\li:v,e~:lj:'~' Dans une GMAO comment est-il préférable de


i:en~eigner l'historique ?
Par une sélection de termes standards pour les causes de panne et actions.
Les termes standards adaptés automatiquement à la technologie de l'équipement
permettent des classements de pannes par équipements, causes etc ... on appelle
cela des Paretos.

'..... ......~ ........


l:t-:·:·~_m_a-in_t_e_n_a_n_ce-----------------------~ '•
Le texte libre est inexploitable informatiquement et ne permet qu'une analyse
intervention par intervention. Il est utile quand il faut compléter par des
explications détàillées un terme standard.
Il faut bien examiner cet aspect quand on choisit une GMAO.
Exemples de Paretos

1 -Pareto des temps ou des coûts de


(/) (1)

~~~ ;m;''"'" '"


O.u
E s:
.. =
(1) cu
maohln"
à~
Q-~
0 (1)
U"O

Machine: A B C D E F

(1)
2 - Pareto des causes de

~~~ ;";"'"'"d'une m~hlo•


(/) u
a.S:
E..!!!
(!)=

;~
o.u
.a (1)
Z"O

Causes : A B C D E F

![\!~~~ Q~e doit comporter au minimum un compte rendu ?


11 Equipe1nent
Il Intervenant
11 Temps passé
111 Durée d'arrêt d'exploitation de l'équipement
a Dates
11 Symptôme
11 Cause de la panne
111 Action entreprise
Il Actions à entreprendre (ex : matériel très usagé)
11 Pièces remplacées

~I~j~~&~1
Dans cette liste de causes de pannes concernant un
matériel à commande hydraulique : filtre encrassé ; huile
dégradée ; flexible. percé ; commande inopérante : on ne sait
pas ce qui s'est passé ; remplacé ensemble de filtrage ; on ne
sait pas ce qui s'est passé; distributeur: on ne sait pas ce qui
s'est passé ; distributeur tiroir coincé, indiquez celles qui. ne
conviennent pas.
Commande inopérante : on ne sait pas ce qui s'est passé
11
mRemplacé ensemble de jlltrage

~!'~~~~\~~Quels sont les effet.'> de la clôture d'un travail (OT)


en GMAO?
Le simple fait de passer le statut d'un OT en « Clos» amène au minimum les
mises à jour suivantes :

.
rnamtenance corrective 119
~~

-~
&
Hlstortquë Historiql,le
équipement • OT ••
,..
r.:
Mise à jour Historique
stocks·· ressources f.
Analyses Historique
techniqUes fournisseurs
N
Budget Solde -~
~
maintenance commandes

• Technique et financier
•• Qui a fait quoi, où, quand et comment ?

~/x~~UiWQuelles obligations entraînent des modifieations


d'installations électriques ?
!iii Un rapport décrivant les modifications
m Une mise à jour des schémas et des plans
iii'~
Une visite de contrôle par un organisme certifié (modifications importantes de r,\
structure) f
Décret no 88-1056- Art. 53.-
I. -Indépendamment des prescriptions de l'article 47, les installations, quel
qu'en soit le dornaine, doivent être vérifiées lors de leur mise en service ou après
avoir subi une modification de structure, puis périodiquement.
Ces vérifications font l'objet de rapports détaillés dont la conclusion précise
nettement les points où les installations s'écartent des dispositions du présent décret
et des arrêtés pris pour son application.
Il. -La périodicité, l'objet et l'étendue des vérifications ainsi que le contenu des
rapports correspondants sont fixés par arrêté.
Ill. -Les vérifications effectuées lors de la mise en service des installations ou
après une modification de structure sont pratiquées par une personne ou un
organisme agréé, choisi par le chef d'établissement sur une liste fixée par arrêté.
Toutefois, ces vérifications peuvent être effectuées par des personnes
appartenant ou non à l'établissement dont la liste nominative doit être
communiquée par le chef d'établissement au directeur régional du travail et de
l'emploi ou au chef du service régional de l'inspection du travail, de l'emploi et
de la politique sociale agricoles. Ces personnes doivent avoir des connaissances
approfondies dans le domaine de la prévention des risques électriques ainsi que
des dispositions réglementaires qui y sont afférentes et exercer régulièrement
l'activité de vérification.
IV. - Le chef d'établissement doit faire réaliser les vérifications périodiques
par des personnes appartenant ou non à l'établissement et possédant une
connaissance approfondie dans le domaine de la prévention des risques dus à
l'électricité et des dispositions réglementaires qui y sont afférentes.
V.- Le chef d'établissement doit accompagner les vérificateurs au cours de leur
intervention ou faire
accompagner ceux-ci par une personne connaissant l'emplacement, les
caractéristiques des installations ainsi que les risques présentés par celles-ci, et
ce, chaque fois que cela est nécessaire.

20~
1methodes
' .
de mamtenance

... -----··-- ··-- -----


--------------------------~---=~.u~-~==:cc~asamu~~~~~~~~

ï i !· + c G-o-~

lllalntenance préventive
préparation de la maintenance préventhl·~
par I'AMDEC

fi!.~~!!~~
Que faut-il définir globalement dans un plan
de maintenance préventive ?
Le type de comptage de périodicité (temps Oit compteur d;unités).
Périodicité de déclenchement.
Organes, sous-ensembles concernés.
Ce qu'il faut faire:
11 Les lubrifications, graissages.
Ill Les réglages étalonnages.
11 Les pièces à remplacer.

de fr(~Q;,m
Quel est le moyen le plus complet pour préparer un
plan de maintenance préventive (avec des moyens suffisanti:l)?
L'AMDEC *
* Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leur Criticité (voir
1

iyt"èS dessin de grille AMDEC ci-dessous).


Il existe plusieurs modes d'AMDEC: conception, process, maintenance.

'écret L'inconvénient de l'AMDEC est de consommer beaucoup d'heures de réunion en


mobilisant des techniciens de terrain pour qu'elle soit réaliste.

c •. -!.S
Chaque composant doit en effet être analysé sous ses différents modes de
défaillance.
Ces inconvénients la réservent aujourd'hui aux entreprises ayant de nombreux
équipements semblables et des effectifs suffisants.

~]~~~~Hl~& Quelles sont les étapes d'une AMDEC ?


Décomposition
.J.. 11 Décomposition fonctionnelle d'un équipement en sous-ensembles fonctionnels 1

ces
.t Analyse
11 Analyse :pour chaque fonction on répertorie toutes les défaillances possibles
l
N
de la manière suivante pour chaque défaillance.
11 Mode de défaillance: manière dont la défaillance apparaît (rupture d'un
1~
composant, grippage, desserrage, court-circuit).
11 Cause de défaillance : événement initiateur (action utilisateur ou défaillance
d'un composant). Il est à noter que la cause peut elle-même être le mode de
défaillance d'une analyse plus approfondie.
Il Effet de la défaillance : conséquence sür l'utilisateur.

Pondération
L'analyse étant effectuée, on évalue (pondère) chaque défaillance selon le mode
suivant:
111 F : Fréquence ou probabilité d'apparition.

"21
lllaintenanr.e préventive~
-i.i-,

'Ji
,•)

.,
G : Gravité de la défaillance
ll1il
11 D : Risque de non détection '_,1

11 C: Criticité = F x G x D
Actions: ce qu'tlfoutfoire pottrprévenir le dtffout (matiztenance corrective)
et/ou le corriger (maintenance corrective)
'
~!:

11 Tableau simplifié d'une AMDEC ;~

;~
~'~ --~
~;

·'
~~~~
;{

<'

quelques exemples d'analyse AMDEC


11 Moteur asynchrone triphasé

''>') ~
*
""~·" méthodes de maintenance

~ -----------------------------------------------------·----------~
--- --------------~-·~~~- . --..
__..,...,._........,.....,. .... -~.....,.....-- ....- ..................,..,.. ~--~-

....~

;, • Défaillance en électromécanique
.:~

?!, i

~~
~~
~ ~.
;j

v
·L
11 Défaillance en mécanique

:.'
i
'

---LU.....J\
Ëtanchélt{J
mécanique ou
~ Turbine ou lmpulsaur
presse f§toupe
avec garniture

http://www.albinpump.fr1
Un clapet en aspiration et un filtre en aspiration ne sont pas représentés

Refoulement :
Complétez l'analyse AMDEC de la pompe page suivante.
Utiliser la grille ci-dessous (ne pas remplir les grilles de
;"
"-'.-' pondération G,F,D,C).

23
maintenance préventive
1
~
ri Grille à remplir

m Grille remplie

1:

24~
~méthodes de maintenançe
r.;
e.
11
"_,_,_:,_:_:: _,,..,_ • ·-'·· -··---·- -....--'-------'-"''-u_.._.._~ .. ----~---~·
- - - - - - - - · - - - -. . . . . =>' 1fh " • '* !:'J'ilr=.t~'U)·!ftHio IK"Œ!'R"'A"l!7ft ~--··----
--~~--------~--- .mG m1 IUWUi WL\Di UZU

.'~-

..
préparation de r:a maintenance préventive
par l'analyse des nomenclatures
i
~­ ~~Qu'est-ce qu'une nomenclature (BOM en anglais)?
L
~'
Liste des composants de base ou pièces détachées.
1
],-,~,.
BOM = Bill Of Material
~:

ID!tlt.r~ Qu'est~ce qu'une pièce d'usure?


Une pièce à remplacer parce qu'elle est usée dans des conditions normales.

!fl~~(~!J,m~
!,."•
Sélectionnez les pièces d'usure parmi cette liste :
roulement, coussinet de palier, peinture, cardan, courroie,
pneu de véhicule, notice, ampoule, bâti, capot, plaque
constructeur.
Ill Roulement
Il Coussinet de palier
,:~.
a Cardan
Ill Courroie
\.
Il Pneu de véhicule
~ Ill Ampoule

;,;. :w1X:~~~~~I~l
Indiquez l'ordre des tâches pour établir un plan de
maintenance préventive systématique dans une PlViE
]. Lire dans la documentation les préconisations du constructeur (réglages,
remplacements, lubrification ... ).
2. Scanner ou saisir la nomenclature des pièces détachées d'un équipement en
l'absence de préconisations de remplacement.
3. Définir les pièces d'usure parmi cette nomenclature.
4. Estimer leur réelle durée de fonctionnement en heures pm· jour ou par mois
5. Estimer leur durée de vie et arrondir en tranches (1 mois, 3 mois, 6 mois, 1 an,
2 ans, .. ).
6. En débattre avec les techniciens de terrain.
7. Regrouper les durées de vie semblables dans des plans de remplacement.
8. Présenter ces informations dans un dossier Excel et les importer dans une
•:·~
GMAO.
Une page de références de 50 pièces peut se scanner en 1 min avec un scanner
de faible coût équipé d'un logiciel de reconnaissance de texte.
Voir ci-dessous un modèle de grille de travail appliqué dans de nombreuses
PME.

.
m amtenance ' . ~25
pi'eventïve ~

'!
1

1
..<,
ii Explication des éléments de la griUe ·

Sous-ensemble: ex: pompe, moteur, étoile, ... C'est la décomposition de l'équipement


qui s'arrête juste au·-dessus du niveau de pièces détachées.
TAIS: Tolérance Acceptable d'Interruption de Service qui est exprimée en minutes ou
heures
. !~ '
œ Nomenclature :
111 Numéro de plan: code du plan. Ce code doit indiquer le classeur et la page du plan.
tl Position plan : repère situant la pièce sur le plan
Iii Description pièce (mode de défaillance) :liste des pièces détachées obtenues par
un scanning des documents constructeurs réalisé avec un logiciel de reconnaissance
de caractères. Il est à noter que le code du constructeur a été retenu. Il est important
de pouvoir trouver une pièce en magasin par le code de constructeur qui est lu sur le
plan, même si vous décidez de créer une codification interne à votre entreprise. Dans ce
dernier cas on doit pouvoir sélectionner la pièce par le code constructeur ou par le code
interne. Cette précaution incite les techniciens à consulter les plans et permet d'éviter des
remplacements par des pièces de caractéristiques approximatives.
l'll NB :dans cette partie on a ajouté des défaillances non imputables aux pièces: jeu,
déréglage, lubrification.

11 Fiabilité :
&a Heures 1 Mois : durée de vie estimée selon le constructeur, l'expérience, et selon une
table de durée de vie des composants. Cette durée de vie tient compte des éléments
suivants : % de sollicitation réelle du composant
1!1 Distance 1Mois (km) : certains composants tels les vérins ont une durée de vie
fonction d'un déplacement d'organe (de la tige pour le vérin) ou d'une distance
parcourue.
e Durée de vie : durée de vie estimée selon les directives du constructeur ou à défaut
selon les éléments précédents et l'expérience.

11:1 Politique de maintenance pour ce composant ·


el Insp Mois : inspection mensuelle basée sur la perception humaine ou des appareils
(bruit, odeur, aspect, toucher, ... ) et appoint de lubrification
I'S PMP 1 an : plan de maintenance préventive annuel
m PMP 2 ans : Plan de maintenance préventive 2 ans
Dans un premier temps on met juste une croix clans les colonnes ci-dessus. Dans un
second temps on remplace les croix par les codes des plans de préventif réalisés

2G'l ,
~ methodes de maintenance
~
!
------------------~---~A>M .. OO-

• Action stock/Type,de gestion :


C'est la politique de gestion en stock de la pièce détachée: libre service, flux tendu,
;:,, standard, stratégique.
Jlâ
~-
1.

~ création des plans de maintenance


~ préventive et des modes opératoires
~1!lifif~l
1
Que contient un plan de maintenance préventive
systématique ?
Équipements concernés
Pour tous les équipements :
l' Il Périodicité en nombre de jours ou d'unité d'usage
a Durée de .l'arrêt de l'équipement
j Il Définition des tâches à réaliser
Il Pièces détachées nécessaires
1 ,',·
Il Procédures et recommandations de sécurité

Eventuellement :
Il Compteurs d'unité d'usage
Il Valeur actuelle de ce compteur
Pour chaque équipement :
Il Date ou unité d'usage de la dernière maintenance préventive
• Date ou unité d'usage de la prochaine maintenance préventive
Il On peut ainsi échelonner les opérations

11 Plan .de maintenance préventive (partie


déclenchement)

PMPn•
s
ET01 3651 01/08/20051 02108/20061 1 1 1 1 1 IEMB-01-2330 lembouteilleuse 1
ET01 3661 01109/20051 02109120061 1 1 1 1 1 IEMB-01-2331 lembouteilleuse 2

~---+----~----~------+--~--~----,_----~---r----+------r---------

Déclenchement
PMP no : codification du plan de maintenance préventive.
Déclenchement calendaire :
Il Périodicité.jours : nombre de jours entre deux interventions préventives.
Il Dernière échéance : date de la dernière intervention préventive (réalisation du plan).
a Prochaine échéance : Dernière échéance + Périodicité jours.
Déclenchement compteur :
!!1 UU: unité d'usage (tonnes produites, heures, kilomètres ... ).
Il Périodicité compteur: nombre d'unités d'usage entre deux déclenchements du plan de
maintenance préventive.
Il No Compteur : référence du compteur.
Il Dernière échéance : dernière valeur à laquelle est survenu le déclenchement du plan de
maintenance préventive.
Ill Prochaine échéance : prochaine valeur de compteur à laquelle se déclenchera le plan
de maintenance préventive.
Il Estimation date : estimation de la date de la prochaine échéance.
Il Equipement : code et libellé, il peut y avoir plusieurs équipements sur un même plan
dont les déclenchements des plans sont simultanés ou non.

.
rn.amtenance , . 127
preventiVe .
~-:;_·
a Plan de maintenance préventive (partie mode
opératoire)
rr;~fi~il~~w ,.J: · '-.'/if:.·~--,.W';:\'•~.~~
:~:!.11;~);\~i:!"J ,.,; .••.. ;' '.:·;;;,,\'i ;'f'-i.;;;..ilJ",,~·
~~~-.,.r.i
PMPn• Lib ollé
I~S-1l\-'ll~ll2-i[kt'Jt1 ;·:~~·,:t.F'·,'irr6t:.: 1 ~oc.u~umt

ET 01 [révision étoile 1 an Conslonation éQuioemenl 1 Elec 1 Oh30 1 1 ( Oh30 1 Oh30 0112/120

ET 01 lré\lision étoile 1 an reffiijiaœment Mec 1 4h 4h 1 4h 1 2 !Roulemeni6206-2RS· 1


01121121
1 IMoveù dédechemenl étoile·
1 IDisaue suoPOrt SDhère
4 fSPhère-dla.: 11.90615i32"
1 [Ressort déclenchement étoile

ET 01 --!réVision-étoile 1 an

Mode opératoire
mPMP no : codification du plan de maintenance préventive. ii.'

!lill Libellé : description succincte.


!Ill Tâche (11° et libellé) : description succincte de la tâche. Des informations plus détaillées
sont décrites dans les documents associés à ce mode opératoire.
li Métier : métier, spécialité.
il Temps :temps d'intervention nécessaire par personne.
mNB :nombre de personnes (certaines tâches requièrent obligatoirement plusieurs
personnes).
SJ Total : Temps X Nb de personnes.
mDurée arrêt: temps d'arrêt de la machine qui peut être plus court ou plus long que le
temps de l'intervention.
Uil Pièces : pièces détachées nécessaires.
Iii! Documents : documents nécessaires :plans, check liste ...

.~t%~i~U~::j Indiquer l'ordre de réalisation des différentes tâches de


mise en œuvre du mode opératoire de maintenance préventive.
1. Imprimer l'ordre de travail (s'il y a une GMAO).
2. Vérifier la disponibilité des matériels et les retirer du magasin.
3. Vérifier la disponibilité rée1le des ressources et faire les affectations
nominatives.
4. Obtenir les autorisations nécessaires :permis de feu ...
5. Vérifier l'absence réelle de risques d'inteiférence (proximité d'autres travaux à
risque (ex :faire de la peinture à proximité de travaux de soudure)).
6. Consigner l'équipement (sources d'électricité, de fluides, énergies résiduelles
dans les accumulateurs et condensateurs, risques mécaniques.
7. Séparer les sources de fluides du lieu des travaux : vannes cadenassées, joint
plein.
8. Vérifier la présence d'énergies résiduelles.
9. Se protéger par des étais, chevalets des masses en suspension (ex: benne
bloquée en position haute).
1 O. Isoler par une barrière de sécurité si nécessaire.
11. Nettoyer l'environnement immédiat des composants à remplacer.
12. Procéder au démontage.
13. Remonter le composant de remplacement.
14. Ranger le matériel.
1S. Remettre 1'équipement en fonctionnement.
16. Vérifier les capacités opérationnelles de l'équipement.
17. Faire constater la remise en état. Il faut .éviter que l'opérateur occupé par
ailleurs ne soit pas informé de la remise en disponibilité de son équipement.

281 méthodes de maintenance


--------------------.----ann~~~--mR~~nq~.~:~~~

18. Faire le compte rendu. _


19. Faire une recette des travaux externalisés (sous-traitants).
20. Retourner au magasin les pièces et matériels inutilisés.
~t
-·,
21. Documenter les modifications de logiciel.
~~

=~ exploiter les informations recueillies, mettre


~:
à jour et optimiser le plan de maintenance
préventive
~~
~~ Que faut-il effectuer régulièrement lors de la mise à jour
des plans de maintenance préventive ?
Editer un état qui compare les durées de travail prévues et réelles.
S'informer des causes en cas d'écart significatif.
Vérifier l'état réel d'usure des pièces remplacées.
Effectuer les corrections nécessaires dans le plan de maintenance préventive
notamment la périodicité.
La maintenance préventive doit être en amélioration permanente par approches
successives du réglage des paramètres (périodicité, comptage, valeurs
mesurées ... ).
'
~ Comment vérifier si les périodicités des plans
de préventif systématique sont trop longues ?
Il apparaît trop de pannes entre deux plans.
Par les observations des intervenants.
t' ....
~JK(~:,q~~l
Comment vérifier si les points de consigne des plans
de préventif conditionltlel sont inadaptés ?
k Il apparaît trop de pannes entre deux plans. Dans le cas contraire, en expertisant
les composants remplacés.

fi:i~~:~j1ll
Comment vérifier si les périodicités des plans de
préventif systématique sont trop courtes ?
Par l'absence de pannes entre deux plans et en expertisant les composants
remplacés. Par les observations des intervenants.

1
Que se passe-t-il quand un plan de maintenance
N~N'êâ'(i\)'â~.~
p;é~~Îitive vient à échéance dans une GMAO ?
La GMAO déclenche un OT (ordre de travail) de type maintenance préventive
qui sera à planifier avec les OT de maintenance corrective.

~X~~~'(!;l!g;j
Quand faut-il planifier le déclenchement des travaux
de maintenance préventive?
Le jour de réalisation moins le temps nécessaire à :
11 L'approvisionnement des pièces et matériels.
Ill La réservation et commandes des entreprises extérieures.
11 Il faudra également confirmer ces dates en fonction des contraintes de la
production.
Le délai nécessaire est en général de 1 à 2 mois.

.
m amtenance ' . 129
preventive
: c>-- ..s- ~') 1 Q,..-Q--.:

'
1·:..

améliorations
définir les priorités d'action et des axes
d'amélioration

'ill"~~~~~,:~d Quand faut-il améliorer un bien à maintenir ?


Lorsque la maintenance préventive n'est pas en mesure d'apporter une solution
applicable, efficace et économique pour éviter une défaillance et que la
maintenance corrective ne constitue pas une solution acceptable au
regard des objectifs visés, il faut envisager une amélioration du bien qui peut .Ï

porter sur:
œ la fiabilité intrinsèque du bien en réduisant notablement sa probabilité de
défaillance ;
w sa maintenabilité en rendant possible des interventions préventives ou
en diminuant les coûts et l'indisponibilité dus aux actions correctives ou
préventives.
Selon la norme FD X 60-000

1:: ..
'NIY~~~t;~'j
Quelle est l'utilité de procéder à une analyse des
besôlils de la maintenance par un retour d'expérience (REX) ?
Le retour d'expérience a pour objectifs :
li d'améliorer les modes opératoires de maintenance et/ou de production;
!!il d'éviter les coûts inutiles (directs ou indirects) ;
a d'améliorer l'efficacité des services de la maintenance ;
f!l d'améliorer la fiabilité/performance des process ou équipements de
production;
lill de suivre les résultats des modifications ou améliorations ;
a d'améliorer la qualité duproduit ou service rendu.

W.:@iUl~\~!1
Quel indicateur indique la fiabilité d'un bien
(équipement) à maintenir ?
Le MTBF ou Moyenne Totale des Temps de Bon Fonctionnement.

:N'ïy;{~~;·;,~'l
.~~·~"·"l• ::\lt.C(IG>.I!:ut,_,.,
Qu'est-ce que la fiabilité ?
Aptitude d'une entité (équipement, machine, ... ) à accomplir une fonction
requise, dans des conditions données, pendant un intervalle de
temps donné.
norme NF X 60-500
Elle est mesurée par le MTBF: Moyenne des Temps de Bon Fonctionne1nent.

~Ix~~ill;~~l Qu'est-ce que la maintenabilité ?


C'est, dans des conditions données d'utilisation, l'aptitude d'une entité
(équipement, machine ... ) à être maintenue ou rétablie, sur un intervalle de temps
donné, dans un état dans lequel elle peut accorpplir une .fonction requise, lorsque
la maintenance est accpmplie dans des conditions données, avec des procédures
et des moyens prescrits.
norme NF X 60-500

301 ' h d d .
~--m---- • met o es e matntenance J' '
-- - -----------··-···~--~~-~~-----·~,.--,..~~.,~~....-

( a......A ".A.. ..,.'),._ 1(...'<- \... r

[
(

f
~> En bref la maintenabilité désigne la facilité de pratiquer la maintenance,
i;·:.
laquelle peut être souvent améliorée en modifiant la disposition de certains sous-
ensembles.

t(JJ~~~ij~~
.~.~--'·"·•"'"-•<c,.';,,;•. .,Ai·,•,.;w
Qu'est· ce que la durabilité ?
.

t~',:,,
C'est l'aptitude d'une entité à accomplir une fonction requise dans des
.f..-
conditions données d'utilisation et de maintenance, jusqu 'à ce qu'un état limite
soit atteint.
,.
L· norme NF X 60-500
k
E···
;.·. En bref la durabilité désigne la durée de vie d'un équipement, machine, laquelle
dépend très fortement du niveau de maintenance préventive appliquée.

(1~!{4}~,~ Qu'est-ce qu'une FMD?


C'est une opération qui combine une amélioration de fiabilité, de la
maintenabilité, de la disponibilité.

~~~
.. ..
·"·····'·'"~''"·lkio ·~-"~~ ~ :~.~
Qu'est-ce que la fonction requise d'un bien ?
Fonction d'une entité (équipement, machine, bien .. ) dont l'accomplissement est
:~ ;·.. nécessaire pour la fourniture d'un service donné.
(selon la norme X 60-500 à consulter pour plus de détails).

~!~%~~Qu'est-ce qu'un REX?


C'est l'appellation commune du retour d'expérience.
Par exemple consulter les Paretos des défaillances d'une machine et en
concertation avec opérateurs et maintenanciers envisager des améliorations
genreFMD.

Nt~~~~~ Numérotez l'ordre de déroulement des tâches


iî~ce;;aires à la mise en place d'un retour expérience
(REX) en vué d'améliorer la fiabilité et la productivité?
1 Gùzéraliser le compte rendu des intel vemions avec notamment l equzpement, la
durée d'intervention et la durée de l'arrêt d'exploitation.
2. Examiner le MTBF et la disponibilité.
3. Valoriser le coût potentiel de pertes de capacité de production des arrêts
4. Exploiter les résultats avec des Paretos.
5. Définir des priorités d'équipements.
6. Examiner les causes de pannes et sélectionner les plus fréquentes et plus
coûteuses en non production.
7. Déterminer les processus de défaillance :processus physiques, chimiques ou
autre, ayant entraîné les défaillances.
8. Engager une réflexion avec les techniciens, éventuellement les opérateurs et le
fabricant de l'équipement.
9. Chiffrer les suggestions en regard des gains de productivité envisagés.
JO. Faire des Paretos pour définir des priorités.

IS
rp

. 131
a me,,.10rat10ns :
)··

1 -Pareto des temps ou des coûts de


li~

~~~ ;··~''"'~
E t:
~~
::J=
o.l'.!
_,<!>
' " m.ohlo"
<::J '0
0 .,
U"C

Machine : A B C D E F

Paretos pour définir des priorités

(/) 0
Q.~
E=
.!$
::J'"'
Q'O
.0 .,
.,
Ill 2 - Pareto des causes de

;êf~llloom d'""' m.ohloo


Z"C

Causes : A B C D E F

Paretos pour définir les voies d'amélioration

MA!N D'OEUVRE MATIERE

'1:' corrodée
'•·
POMPE
ARRETEE

chanlJ.ements de
usée prodüiF
MACHINE MIUEU \METHODE

~'~~.~.~jl~i Comment s'appelle la méthode d'analyse ~i-dessus?


C'est la méthode des 5 M représentée par un diagramme d'ISHIKAWA.

~t~~Ïi!Z~â Comment analyser l'efficacité de la maintenance si la


MTfR (Moyenne totale des temps de réparation) est mauvaise ?
Généraliser les comptes rendus de maintenance (papier; bureautique ou GMAO)
avec le temps de réparation et le temps d'arrêt de production.
Procéder à des analyses (Paretos) comme dans l'exemple ci-dessous :

Equipement
s ./"
'J'•
,;··

.--.
- 1
;: '1

:,~Y·t~ / ~" .. - 1
\ .. ~~,)~"'t~:~

-o-----•
t~~$1,,t:::h: ~~;~~-~:~}~~(~~~:,{

:~~l ,_" ~' \ . {,, 1 ,}",

c Période: 010207 au 250207

Durée l!llllilll Arrêt équipement


iiiiMi!l.jj4 l1itervention
Cas l : au vu du graphique ci-dessus la maintenance a une mauvaise réactivité:
les temps de panne sont plus longs que les temps passés à les réparer. .i

. . ?,
.,_ méthodes de maintenance

*AAmJi&411* 6 •• + il" :~
----------------------------------------~----------------------~~------~~~

,._;
Causes possibles : /
Retard dans la transmission des demandes.
Retard dans la remise en s.ervice après réparation.
Inorganisation, interventions mal préparées, pas de GMAO.
Attente de pièces de rechange (pb de stock).
Effectifs insuffisants.
Motivation, management.
Il faudra analyser les interventions significatives, observer les comportements
pour chercher les voies d'amélioration.

~
Equipement
k
s
A
B
c Période: 010207 au250207
~-
D
Durée 111\11 Arrêt équipement
- Intervention

Cas 2 : au vu du graphique ci-dessus la maintenance a une bonne réactivi-té,les------


temps de panne sont plus courts que les temps passés à les réparer.
'E:
Causes possibles :
Demandes adressées dès les premiers symptômes et réactivité immédiate.
Bonne organisation du service, GMAO bien utilisée.
Motivation, management.
Effectifs suffisants.

concevoir et argumenter les solutions


d'amélioration

m'~M]~~ Citez des améliorations possibles pour améliorer la


fiabilité d'une chaîne cinétique
Remplacer des roulements à bille ou à rouleau par des roulements à rouleaux
coniques en cas de désalignement.
~.:
Remplacer l'huile courante par une huile de synthèse adaptée.
Acheter des pièces de meilleure qualité.
Vérifier le dosage correct des appoints de graissage (ni trop ni trop peu).
Remplacer les nappes de courroies complètes par des jeux de courroies
appariés.
Dépoussiérer régulièrement.
Remplacer les accouplements rigides par des accouplements flexibles.
Renforcer la puissance du moteur.
Renforcer l'aération du moteur.

a méliorations S3:i

2' .. 1
~L~~-~i!L~,,
Citez des runéliorations pour réduire les pannes r~
de cartes électroniques ..
.\,

Alimenter par un transformateur d'isolement.


Placer dans l'alimentation des dispositifs anti-surtensions.
5
Alimenter par un onduleur.
Mettre en place des di::.positifs antistatiques (gants, cordons de mise à la terre,
tapis anti-statique) pour les manipulations de cartes. "*
(

Remplacer les alimentations SC/DC par d'autres mieux régulées.


Séparer les câbles des automatismes des câbles d'alimentation par des goulottes
séparées.
~
Ni~~~tli' Citez des améliorations pour réduire les pannes
des circuits de comtnande hydrauliques
Changer l'huile plus souvent.
Remplacer l'huile par une autre de meilleure qualité.
Re11forcer le refroidissement de la bâche d'huile.
Remplacer les raccords rigides des vérins par des accouplements semi-rigides,
cardans, ...
Fractionner les conduits rigides de plus de 3 m par des flexibles pour limiter
vibrations et coups de bélier.
Placer des flexibles de meilleure qualité.
Poser des filtres 5 microns sur les orifices de remplissage des bâches
d'huile ... etc.

N}~~ai.,;J~
Citez des améliorations pour réduire les pannes
de circuits de comtnande pneumatique
Produire un air comprimé de meilleure qualité (compresseur, filtres).
Remplacer des vérins secs par des vérins lubrifiés avec des lubrificateurs.
Remplacer les raccords rigides des vérins par des accouplements senû-rigides,
cardans, ...
Placer des filtres, purgeurs supplémentaires.
Augmenter la puissance du compresseUJ:
Placer des flexibles de meilleure qualité... etc.

~iy~a.~,):
Comment se juge un retour sur investissement en vue
d'une amélioration de la fiabilité ?
Par les gains de production apportés par l'investissement
Voir aussi le chapitre organisation

Niv~:au 3 Con1ment an1éliorer la m.aintenabiiité ? Citez des


solutions ou actions types
Disposer des outils appropriés
Créer des gammes avec toutes les informations utiles
faciliter l'accès aux pièces d'usure
Nettoyer régulièrement les abords de la machine
Disposer des ensembles interchangeables sur des rails pour les faire glisser et
remplacer plus facilement

34B
ft méthodes de maintenance
~
1 -~ ·•. -:: .:-..:=-~·-;.;;:;.:,;:: . ..;;:~..:..·.:.:.:=:.::..= ..
- - ~.:1!
mettre en œuvre les solutions d'améliora-
tion et/ ou les modifications et assurer le
suivi des travaux ·

t!t!!gM~~
Qu'est-ce que Ja préparation d'un travail
d'amélioration?
C'est le découpage du projet en tâches à réaliser avec pour chaque tâche les
?S
:· ~ ressources et les moyens né,cessaires

m~~~1 Que comprend une tâche ?


Travail à réaliser
Décision d'externalisation ou non
Pré-requis (tâches préalables) obligatoires
Définition de la durée : dates au + tôt et dates au + tard
Moyens matériels nécessaires
tc:
Moyens humains (ressources) nécessaires

t.-· f:TI2~!a]§ii
Quels sont les pré-requis techniques
pour les travaux suivants: érection d'un mur, mise en place
d'une tronçonneuse électrique, remplacement d'un moteur
IJ. Erection d'un mur:
- terrassements
D Mise plàce d'une tronçonneuse électrique :
- socle béton,
- arrivée du câble électrique et des organes de protection
• Remplacement d'un moteur
- consignation électrique

~m~,~~,~:~N
Notez l'ordre de réalisation des tâches pour une
amélioration d'une installation sous-traitée, le prestataîre
fournît son matériel.
1. Validation et budgétisation
2. Validation du responsable sécurité
3. Validation du responsable de l'environnement
4. Autorisation de dépense
5. Plan d'assurance qualité
6. Planification définitive
7. Arrêt des équipements concernés
8. Consignations, séparation des énergies
9. Nettoyage
1 O. Démontage
11. Montage des nouveaux organes
12. Essais caractérisation (limites de peiformance)
13. Validation sécurité
14. Validation environnement
15. Recette

a me!iorations
, 13s
i
Ni~ft~ô~J~~
Indiquez les documents nécessaires à la réalisation de L ~

~b;iti~rs ou de travaux importants Il


"'1
1111 CDC (Cahier des charges ) ou CCTP (Cahier des clauses techniques
tl
particulières).
Il CDCA (Cahier des clauses administratives).
llil PAQ (Plan d'assurance qualité).

~"*
li!1 Livret de sécurité.

HL%~K~~~~'i Qu'est-ce qu'un CDC ou CCfP?


En maintenance sous-traitée, un CDC (Cahier des charges) ou CCTP (Cahier
des clauses techniques particulières) définit exhaustivement les spécifications ""'1
'J,·
d'un travail ou service à réaliser.
Il définit les objectifs à atteindre. t~

Il vise à bien cadrer une mission. il


Il décrit ses modalités d'exécution. ~
\~2
En interne, il formalise les besoins et les explique aux différents acteurs pour ··j
s'assurer que tout le monde est d'accord. 2
e

En cas d'appel d'offres il sert à sélectionner le prestataire et à organiser la ~2


relation. Il est considéré comme un référentiel tout au long du projet ce qui en
fait un outil fondamental de communication du chef de projet.
.
2

~:i&~~lù~!j Qu'est-ce qu'un CDA?


L•
Le CDA (Cahier des clauses administratives) regroupe toutes les clauses l_
commerciales, juridiques lors d'un appel d'offre ou contrat).

fJY\(~f.Q3';
,~(,,.;,,\.:.:<-•><'"' ~• •<<!\
Qu'est-ce qu'un plan d'assurance qualité PAQ?
C'esr une description détaillée des tâches de chacun définissant les obligations et
livrables.
Il est remis par le soumissionnaire ou fournisseur à son donneur d'ordre.
Il décrit l'ensemble des dispositions spécifiques prises de part et d'autre pour
assurer la qualité du produit fourni dans le cadre d'un projet ainsi que la
qualité du processus de développement. Il peut être un élément de sélection des
soumissionnaires.
En résumé:
Le PAQ découpe l'ensemble des travaux décrits dans le CDC en opérations
décrivant chacune :
1!11 Le nom de l'opération.
1111 Le résumé de la réalisation de l'opération.

Iii Les moyens ou dispositions à la charge du donneur d'ordre (ex: déblayer le


lieu des travaux, fournir une alimentation électrique ... ).
&'il Les moyens ou dispositions à la charge du prestataire (ex : qualifications,
effectifs, outils ... ).
~Les dates de réalisation.

36
~ méthodes de maintenance t
·-"-..~··-·····"···· .. ,. ___ ~ --~--.....,.1 ..... ~[..~ .......
Les différents livrables :
B livrables du prestataire : ce qiâ permet de vérifier de manière indiscutable la
réalisation de l'opération
B livrables du donneur cl/ordre: ce qu'il doit fournir pour la recette dés livrables
(ex: document de recetÙ, présence du responsable accrédité, .. )

fr!Jl~.li Qu'èst-ce qu'un livrable?


Le travail produit par une entreprise et qui doit faire l'objet d'une recette.

ra Exemple de PAQ (plan d'assurance qualité) pour


~-
un projet de GMAO
f~-

dl$pol'llb1t, acth 1ux rés~au~


t'- do donoull'S. n~tesni"'s.
!Di~pollillil~à du ~mee informsti'!'l~

lt...toll•l•n• a~rëé paré dibl!ur GM-\0

di$panl blé, •cds ~u~ rh~ lUI<


de <l•l'illé~ nke,ssi,.,s.
1Oi~ponibililé <fu ~i"'ic~ informatilfJ&

~: '

[,

a me,,.1orations 137
,
·&~
~

• ?:" ......~~

1ntégration
de nouveaux biens
contribution à la prise en compte f<·

des contraintes de la maintenance


~
Nüi~;;:ij'.~1.
;..
:,1•:.,""·~·,·-~' ~s ,,,,.},
Qu'est-ce qu'un bien à maintenir ? l.'
Selon la nonne NF EN 13306
« Tout élément, composant,. mécanisme, sous-système, unité fonctionnelle,
équipement ou système qui peut être considéré individuellement. »
La maintenance courante préfère le terme équipement, machine, appareil,
engin : tout élément qui est réparé et suivi individuellement par opposition à une
pièce de rechange qui est un élément banal non identifié individuellement.

~·~y~~A:L~il
Parmi cette liste qu'est-ce qui est un bien à maintenir?
1'
Clapet, goujon, courroie, Carte d'acquisition de signaux,
Ne 555, Injecteur, disjoncteur 3x 30 A, moteur synchrone
li 1 500 kVA, moteur asynchrone 1 kVA
Carte d'acquisition de signaux
Moteur synchrone 500 kVA
Moteur asynchrone 1 kVA

iill Étapes d'acquisition d'un nouveau bien


Etude
du besoin

* si des matériels semblables sont déjà possédés

,~u!Y.i.~~i@~
Selon le diagramme d'acquisition d'un bien ci-dessus,
indiquez le rôle de la maintenance dans le retour d'expérience
Si un même matériel est déjà possédé par l'entreprise, il faut examiner:
Ill! Le coût de possession réel
mFiabilité
II! Coûts de maintenance
mLa durée de vie
lill La facilité de maintenance (maintenabilité)

~i.v.~à~;j\ Comment calculer le coût de possession réel d'un bien


poÛr.une période donnée ?
Coût d'acquisition ré-évalué
- Consommations d'énergie
- Coûts de maintenance

m-----~~té=~~:n:nance -. - -- ·= f
~UÇ'Ql - .:Wi&WMWm&PW.A-WiiSL! # WC&lkllf.!SPlAit\:Z: W:»

- Coûts des consommables (feutres, ingrédients divers hors matière première)


~ Salaire des opérateurs
- Rebuts, pertes matière

m!l~m~ Selon le diagramme d'acquisition d'un bien précédent


indiquez le ~ôle de la maintenance dans la planification
Planification et coordination des différents intervenants : génie civil, tuyauteries,
alimentation électrique ... Cela peut être aussi la fonction du service« travaux
neufs».

~'if~fit~~~ Selon le diagramme d'acquisition d'un bien précédent


iil:'d:iqu'ez le rôle de la maintenance dans la livraison, installation
Vérifiez le respect de conformité des spécifications techniques avec:
a Les caractéristiques d'alimentation électrique : Vmax, Vmin, Puissance, taux
d'harmoniques ...
• Les caractéristiques des fluides : classe ISO des fluides d'alimentation.
• Conditions de voyage et stockage, environnement opérationnel : t 0 max et t 0
mini; parties mobiles bloquées durant voyage ...
il Suivre le respect des plans et directives de montage et de sécurité.

~:!Ittm
Selon le diagramn1e "Etapes d'acquisition" d'un
nouveau bien, indiquez le rôle de la maintenance dans la case
maintenahce
Réalisation des plans de maintenance, logistique des pièces de rechange
stratégiques.
Réalisation des plans de maintenance préventive.
Mise à jour de la GMAO.

préparer l'installation et participer


t_ à la réception et à la mise en service
de nouveaux biens
1<J~"'"iff:!lè1iliifïi!
n::',\~J~;Y:,~~êH~~·.J!.'.>\\1 Qu'est-ce que la recette d'un bien ou d'une prestation?
""' 0

C'est la prise de possession officielle d'un chantier, d'une prestation, d'un bien
'·)
installé.

1·-
r ~!~l.EH'îf~1 Qu'est-ce que situer un bien dans l'arborescence?
Situer le niveau du bien dans l'arborescence des installations, ce qui est
indispensable en GMAO.
Selon la norme EN 13306
Niveau dans l'arborescence: niveau de subdivision d'un bien du point de vue
d'une action de maintenance.
Exemples de niveaux dans l'arborescence, système, sous-système, composant.

NI!~~~fr~l Qu'est-ce que la caractérisation opérationnelle d'un bien?


C'est la définition de ses caractéristiques opérationnelles dans son
environnement de travail. Les valeurs sont souvent quelque peu différentes
de celles communiquées par le constructeur qui ne tient pas compte de
l'environnement opérationnel.

1.ntegration
, de nouveaux b"1ens _ 139
Exemples opérationnels : épaisseur de coupe, rotation maximum à pleine Nit1
charge, débit à pleine charge, pression de cavitation. a;;;
I§&~,W~tl
Quel est le but de la caractérisation opérationnelle
d'un bien?
Après un dépannage il est possible de comparer les peiformances du bien remis
en état avec sa fiche de caractérisation et de prouver ainsi en cas de doute la
bonne réalisation de la réparation.

Nf":'~",i'j:J~
....1,Y;~,~5L..:z. Qu'est-ce que la caractérisation technique d'un bien ?•
C'est en quelque sorte la fiche des caractéristiques techniques du bien à l'état
neuf et placé dans son environnement.
Ces valeurs serviront de références en cas de panne.
Exemples de caractéristiques techniques :
Intensités des courants à vide et en charge, Cos cp ; températures, variations de
tension acceptables ; niveaux de vibration, relevé des spectres vibratoires.

N:Î~~~Y.,tifl
Quel est le but de la caractérisation technique
d'un bien?
C'est de disposer d'un référentiel pour assister le diagnostic.
1_
:~L\~I~Ji~ On vous confie l'étude de maintenabilité d'une nouvelle
(
installation avec les plans de situation (machine dans son E€
environnement). Comment procédez-vous ? r
Lire attentivement les spécifications du constructeur concernant les points ci-
dessous et vérifier leur conformité. l_
L'environnement que la machine peut accepter: températures ambiantes ··~,

'
B
(penser aux conditions de transport en hiver ou été caniculaire); tqux
d'humidité, niveau de vibrations acceptables, éclairage.
Les alimentations électriques : Puissance : V max et V min, taux 1 ~
. 0
d'harmoniques produits; taux d'harmoniques acceptable en ahmentation, le \ ... · .. ~

réseau pourra-t-il accepter cette charge supplémentaire ? ch


Les alimentations fluides:
Débits max nécessaires en pointe, qualité du fluide (norme ISO).
L'accessibilité de la machine installée: ·j

Accès aux pièces d'usure, aux bouchons de réservoir, aux filtres ...
NB : il n'est pas rare de rencontrer des pièces d'usures collées contre un mur et
de ce fait inaccessibles sans un long démontage.

40
1méthodes de maint:nance
'j
~-
~~~ Définir les différentes étapes de l'insertion d'un bien
dans l'organisation d'un ·ènse:mble industriel
Voir le dessin ci-dessous.

Recensement rles biens ou actifs


1,,3

composition en entités individuelles qui seront


ment en faisant l'objet d'interventions(sx-plicité
api! re)

sique par des étiquettes apposées sur le bien

es les informations nécessaires à son


onnP.IIP., sa m::JintP.Mn~F':. Sll mi~e F':n sArvir.F':,
!e r, et administratif
Il sara présenté : toute visite de l'Inspection du travail, de la
CRAM, en cas d sinistre, accident. etc...
Il suit la vie de l'l ctif
Les procédures 1 écessaires sont décrites dans les différentes
parties de cet ou vrage
Caractérisation, performances op ér,~tionnelles
Dossier Dossier Historique, enregistrements des événemants
Environne- Technique techniques, étalonnages
ment Maintenance Analysas de fiabilité
Gestion des documents techniques
S'il présente des caractéristique Nomenclature des pillees détachées
pouvant mettre en danger Documents techniques
l'environnement
~':·.
VIsites Mise en
Dossier de mise en conformité à la diréctive
inspections conformité de la CEE relative à la sécurité des machlnos
réglemenmire CEE tart 233 dans les entrepris es

S'il doit faire l'objet de visites


réglementaires de sécurité

~Thli'\!1]
Quels sont les points à vérifier dès la sortie de l'usine
de fabrication d'un nouveau bien ? Si le bien n'est pas vendu
clé en main?
Selon le contrat vérifier qui est responsable du transport (vérifier la codification
incoterms de la commande ou du contrat)
Conformité des tenues en température de stockage avec les conditions
météorologiques tout au long du trajet.
Moyens de transport optimum (minimum de chocs et manutentions)
Vérifier le circuit de transfert (pour abaisser les coûts certains transporteurs
utilisent des voies secondaires (chocs, vibrations) de préférence aux autoroutes).
Vérifier le centrage et blocage des rotors, parties tournantes afin d'éviter le
marquage des roulements et paliers
Vérifier le bâchage.
Vérifier les conditions d'assurance: vols, accidents en fonction des incoterms
ci-dessous.
NB : la plupart des défauts entraînés par un manque des recommandations
ci-dessus ne seront pas visibles lors de la recette mais entraîneront des séries
pannes« inexplicables» bien après la fin de la garantie.

1•ntegrat1on
, . d
e nouveaux
b.
1ens
R
~
41
~
"
Ill Norme lncoterms 2000 ~_.,),


Concrètement, dans un contrat de vente international, les Incoterms vont clarifier les
.• (
points suivants :
(.;.s
1. Situer le point critique du transfert des risques du vendeur à l'acheteur dans le
processus d'acheminement des marchandises (risques de perte, détérioration, vol (e
des marchandises) permettant ainsi à celui qui supporte ces risques de prendre ses
dispositions notamment en termes d'assurance ; v
2. Indiquer qui du vendeur ou de l'acheteur doit souscrire le contrat de transport; n
3. Répartir entre les deux les frais logistiques et administratifs aux différentes étapes du

4.
processus;
Préciser qui prend en charge l'emballage, le marquage, les opérations de manutention,
;_
'
de chargement et de déchargement des marchandises ou 1' empotage et le dépotage des
conteneurs ainsi que les opérations d'inspection;
5. Fixer les obligations respectives pour l'accomplissement des formalités d'exportation .1
et/ou d'importation, le règlement des droits et taxes d'importation ainsi que la fourniture
des. documents. Il existe 13 Incoterms retenus par la CCI, (codification originale anglaise
sur 3 lettres, ex : FOB) plus une localisation précise ex : « FOB Le Havre».
j.,.]
Cette norme définit 13 Incoterms ((INternational COmmercial TERMS). ,·::'···--·~:

fSI Group E - Departure


bi(
- EXW: Ex Works, au départ non chargé, non dédouané/sortie d'usine (non
adapté aux flux modernes de produits finis)
!!Il Group F- Main Carriage Unpaid
- FAS : Free Alongside Ship, sur le quai du port de départ
- FCA : Free Carrier, chargé «au départ» ou acheminé à «tel lieu» dans le pays
de départ (tous transports)
- FOB : Free On Board, chargé sur le bateau sauf liner tenns «quai», au port
de départ
lm! Group C - Main Carriage Paid
- CFR : Cast and Freight, chargé sur le bateau, livraison au port de départ,
ji-ais payés au port d'arrivée, sans assurance pour le transport, non déchargé du
navire à destination sauf liner tenns «quai»
- CIF : Cast, Insurance and Freight, chargé sur le bateau, frais au port
d'arrivée, avec l'assurance marchandise transportée souscrite par le vendeur
pour le compte de l'acheteur
- CPT: Carriage Pa id To, livraison au premier transporteur, frais jusqu'au
déchargement du mode de transport, sans assurance pour le transport dt
- CIP : Carriage and Insu rance Paid to, jusqu'au déchargement du mode de
transport, avec assurance marchandise transportée souscrite par le vendeur
pour le compte de l'acheteur
!fil Group D -Arrivai
- DAF: Del ive red At Frontier, à la frontière désignée, au point frontière
désigné ; terrestre exclusivement
- DES: Delivered Ex Ship, dans le bateau au port d'arrivée
- DEQ: Delivered Ex Quay, déchargé sur le quai du port d'arrivée
- DDU: Delivered Duty Unpaid, à destination finale mais sans le
dédouanement import.
- DDP: Delivered Duty Paid, à destination finale, dédouanement import
effectué (si exclusion des taxes, le préciser)

l'ii:t~~~;:~.;.
Quels sont les points à vérifier lors de la livraison
et du stockage en attente d'installation d'U;tl nouveau bien ?
Vérifier les documents de livraison, routage ...
S'assurer que c'est le bien commandé qui est livré.

42
\méthodes de maintenance

.:a,
~~- - :· _______ .::::.:?._...:__ .-·: . - ---------
:-;~~~.-;,;:~-.:'.
Conformité des tenues en température de stockage avec les conditions
météorologiquestout au long du' trajet. Si le matériel est sur une remorque par
~20°C alors que-le manue!Spécifie un stockage entre moins re et plus 30°C il
est probable qu'un proce~sus de dégradation de tous les polymères est engagé
(entre autres problèmes r
Vérifier le centrage et blocage des rotors, parties tournantes afin d'éviter le
marquage des roulements et paliers.
Vérifier le bâchage.
l, Vérifier les conditions d'assurance: vols, accidents en fonction des incoterms
ci-dessous.
·Vérifier visuellement le bon état du bien : sur le véhicule, avant, pendant et
ll'4e
après son déchargement.
2 e

lt~~~~ Quels sont les points à vérifier lors du montage du


bien s'il est réalisé par le fournisseur ou un sous-traitant ?
Lire le CDC ou CCTP et le CDA, le PAQ *s'il existe et vérifier point par point
leur application durant le chantier.
Effectuer les procédures de sécurité obligatoires
vis-à-vis des entreprises extérieures.
zvs
Mettre à lfur disposition les installations sanitaires, vestiaires, etc.
Les informer des risques spécifiques. S'assurer de l'absence de risques dus à des
inteiférenèes.
*CDC ou CCTP : cahier des charges ou cahier des clauses techniques
particulières
iu
CDA : cahier des clauses administratives
PAQ :plan d'assurance qualité
Effectuer régulièrement des visites sur le chantier.

Ji'~~~~~:~
Quelles vérifications doivent être effectuées lors
de la recette de l'équipement mis en situation opérationnelle ?
~: . '
Lire le CDC ou CCTP et le CDA, le PAQ *s'il existe et valider point par point
leur application.
Rédiger un rapport sur toutes les vérifications effectuées et le faire contresigner
par toutes les parties à !afin de la recette.
Mesurer la résistance de prise de terre et sa conformité avec la sensibilité du
disjoncteur différentiel.
Mesurer l'isolement entre conducteurs et masse.
Vérifier et tester les possibilités de mise en sécurité, séparation des différentes
alimentations d'énergie.
Procéder à la mise en service.
Vérifier la protection des parties tournantes.
Vérifier les caractéristiques techniques.
Vérifier les caractéristiques opérationnelles.

. d e nouveaux b iens 143


1•ntegratJOn
, ~
~
1 "
&-.__~ . . \-v._ 'lt-\.+ c:+-r
V>
T.-.

Organisation de l'a i··

fonction mai nten,ance


i,:r.·

définir et justifier la politique ~-

et la stratégie de maintenance ,''

,0":

~,i,M_~i.Gi~~li Qu'est-ce qu'une politique de tnaintenance? ~-,"

La politique de maintenance consiste à fixer les orientations (méthode,


'-
programme, budget, etc.), dans le cadre des buts et objectifs fixés par la ("
Direction de l'entreprise.
Dans le cadre de l'optimisation des coûts de production, et selon la politique
retenue, les orientations privilégient :
14 la disponibilité et la durée de vie du bien ;
11 la sécurité des hommes et des biens ;
œ la qualité des produits ;
,,.
!lm la protection de l'environnement ;
~~~
,,
, .• 1

,;: ml'optimisation des coûts de maintenance etc.


··q~
~~~
. Elle fait adapter les méthodes de travail suivant que l'arrêt du bien à maintenir
ne concerne que lui (cas d'un bien autonome ou d'un bien appartenant à une
ligne de production continue, mais qui a été doublé pour des questions de L~.

disponibilité et/ou de sécurité), ou au contraire, qu'il entraînera l'arrêt de toute


une ligne de production (cas d'un laminoir ou d'une chaîne d'assemblage de
véhicules par exemple).
La politique de maintenance conduit, en particulier, à faire des choix entre :
11 maintenance préventive et/ou corrective, systématique ou conditionnelle ;
111 maintenance internalisée et/ou externalisée.
En tenant compte du :
il type de contractualisation ;
111 degré de risque accepté;
li etc. f•
t
selon la norme AFNOR FD X 60-000 r:

E!Y.~~~Îi~~~ Qu'est-ce qu'une stratégie de maintenance ?


La stratégie de maintenance, qui résulte de la politique de maintenance, impose
des choix pour atteindre, voire dépasser, les objectifs fixés.
Ces choix sont à faire pour :
~développer, adapter ou mettre en place des méthodes de maintenance ;
lill élaborer et optimiser les gammes de maintenance ;
1111 organiser les équipes de maintenance ;

11 définir, gérer et optimiser les stocks de pièces de rechange et de consommables ;


métudier l'impact économique (temps de retour sur investissement) de la
modernisarion ou de l'amélioration de l'outil de production en matière de
productivité et de maintenabilité.
La stratégie de maintenance implique la mise en œuvre d'un plan de ,'..
maintenance avec des objectifs chiffrés et des indicateurs mesurables.

44, . méthodes de maintenance f_._

!
u......;b..,.;._,_,. ___ ,.;;;,;..;;:.~~~.......,,,,,;,·-...,,-""''"'''::iôric:~-··riw•ni... 'S"'35Ytt" ---·- "'->Ffl!M!l!!!F$ eew l: " >l
Les résultats mesurés sont comparés aux objectifs et font l'objet d'analyses.
Une partie importante de la str~tégie de maintenance concerne les ressources
humaines aussi bien chez les intervenants extérieurs à l'entreprise que dans le
personnel de l'entreprise elle-même:
msélection, recrutement;
•formation du personnel;
• gestion des'compétences et des habilitations ;
• communication ;
• etc.
$elon la norme AFNOR FD X 60-000

~:~!4.11
Quels sont les éléments entrant en compte dans le choix
d'une politique de maintenance ?
~'
t
~-- Le coût de remplacement de la machine :
t~.
,'
Sa maintenance peut coûter plus cher que son remplacement : c'est le cas par
; exemple des micro-ordinateurs dont le prix diminue chaque année.

\<,
La maintenabilité de la machine :
r·- La durée de la majorité des pannes, durée fonction de l'accessibilité des
t'~
composants.
La vétusté des biens :
r Si le parc est très ancien il faudra souvent se limiter à une maintenance curative
f.•
r.. en attendant son renouvellement.
Le coût d~ la maintenance :
Des dispositifs peuvent être coûteux mais leur maintenance également; par
exemple une réparation de matériel sous-marin à de grandes profondeurs, des
prix de pièces de rechange exorbitants.
Le coût d'une heure d'arrêt en manque à gagner:
Le coût de l'heure sera : (CA perdu - matières premières non utilisées).
Mais ce peut être également des remboursements de titres de transports, des non
consommations facturées ...
Les aspects sécurité dépendant de ce bien :
Si la défaillance de ce bien a un impact sur la sécurité des biens et des
personnes ou l'environnement.
Les aspects sécurité concernant la maintenance de ce bien :
Si la maintenance de ce bien présente des dangers faisant ainsi préférer sa
destruction.
Les aspects commerciaux, image de marque :
Toute défaillance pouvant avoir un impact émotionnel, politique, par exemple
une panne de courant durant la télédiffusion d'un événement important.
La stratégie financière concernant les investissements,immobilisation:
Politique d'investissement à court terme: on exploite à fond les biens avec une
maintenance minimum.
Politique d'investissement à long terme : on souhaite exploiter le bien le plus
longtemps possible et on s'en donne les moyens.
Les retours d'expérience:
L'avis des techniciens est souvent intéressant.

45
Organisation de la fonction maintenance
1
La composition du bien : fu iN:.~
S'il est composé des sous-ensembles interchangeables, ces derniers doivent-ils cor
être réparés ou remplacés et détruits ... etc.
La qualité et le coût de la main d'œuvre disponible: d
Quels niveaux de maintenance peut-on pratiquer ? Quel est le niveau de
recrutement ? Peut-on envisager des formations ? Une évolution vers la
polyvalence ? Les coûts salariaux sont~ils concurrentiels avec la sous- G
traitance ?
-~.
Le climat social de l'entreprise:
Le personnel est-il ouvert à une évolution ? Ou au contraire bloque-t-il tout en
changement ? Est-il convenablement rémunéré ?
La position de la direction vis~à~vis de la maintenance:
La considère-t-elle comme une charge ou un élément concourant activement à
la productîvité ?
f~:J
co:
:Njy~~\{;,~;, Entre quelles options doit-on choisir pour le choix
'd''uîiê'i:>Olitique de maintenance ?
Assurer les dépannages et lubrifications, réglages sans recherche
d'amélioration.
m

Assurer les dépannages et lubrifications, réglages et améliorer quand c'est 1


possible.
'! i
Pratiquer une maintenance préventive ou programmée (périodicité en jours ou
unités d'usage).
Pratiquer une maintenance conditionnelle (déclenchement selon des paramètres
mesurés).
'tJt~
Pratiquer une maintenance prédictive (maintenance conditionnelle avec . .)

extrapolation de la date prévisible de remplacement).


r~

.~~:v!~~l~J Quels sont les intérêts de la maintenance préventive ?


Prolonger la vie du matériel en anticipant les pannes (une pièce dégradée qui ,l_....·;:· ~
est remplacée au dernier moment a déjà endommagé d'autres pièces).
Planifier le remplacement des pièces d'usure au meilleur moment.
Pouvoir gérer le stock en flux tendu : on ne commande les pièces qu'au moment
de leur remplacement.
Diminuer le coût de la fonction maintenance.
Travailler avec moins de stress.
.~~u~
C'V

~j,yJ@.i~!J
De combien de tetnps peut-on prolonger la vie
des 1natériels par la maintenance préventive ?
Il n'y a pas de règles précises mais on peut au moins la multiplier plusieurs fois.
Des avions DC3 par exemple fonctionnent pmfaitement depuis 50 ans grâce à
une bonne maintenance préventive. J'ai été véhiculé par des véhicules en paifait
état bien qu'ayant 800 000 km au compteur.
:_\
.~Ü~~~JiL~;, Quelles §ont les variantes de la nmintenance p:téverrt:ive ? ~- ::·

mLa maintenance conditionnelle


ra La maintenance prévisionnelle
1111 La maintenance préventive systématique

46~
~méthodes de maintenance ....
.;·

.r;::,.
\
_lit .. - -------·-·-· - - - - - - - - - · - - · · - - - - - - - -.... ~ .......... ,.,.,...=. .--
. :J~ . ags~ ~~
4AirR..
- - - · - - - · - - - · ·- - ·---• -------~--·-~--- -·-~-~-.,~-- . . -.....,,~ •..,....,.., • , •• ,.,.,. > ,._-..,,.,,• ._-, '"~ • ~· ~· .,,.,. ,.._,~-:~ >'.'1 ,-!"'•-"'-<= ""'""'-'""""""'"""'"·"__.,-_, "''·''-'~.,.-·~=·"'-',...---oa-..

~

'N1V:~" 'it~·ir.U
Qu'est-ce que la tnaintenance préventive
"N!~:J.~.;~.{'i,.,. '(0;'.,..~,

conditionnelle ?
C'est une mainte1Ïance préventive basée sur une sun,eillance du fonctionnement
du bien et/ou des paramhres significatifs de ce fonctionnement et intégrant les
actions qui en découlent (FD X 60-000 ).
En bref: le relevé de certaines mesures ou observations déclenche une alerte
avec une action appropriée.

fff~!f~~]
Donnez des exe;mples de tnesures dè parmnètres
en maintenance préventive conditionnelle
Exemples de mesures: température, vibrations, densité ou viscosité d'un fluide,
valeur de l'intensité électrique, détection de distance ou de dimension, opacité,
vitesse, pression ... etc.

~Jg!~~[~
Quel est l'inconvénient de la maintenance
conditionnelle ?
Il faut procéder régulièrement aux relevés appropriés mais cela peut être
automatisé par :
R Un lien entre un superviseur et la GMAO.
1!11 Un système de mesure des défaillances indépendant ou non de la GMAO et

lançant des alertes (messages, bruiteur... ).

ifJ1~~:~~;Bl
-~·--·"''·~·"···'··"--:~-·:.-
Qu'est-ce que la maintenance conditionnelle «Oli H.ne » ?
Une installation de surveillance des paramètres à suivre qui est connectée en
permanence à des capteurs placés sur la machine.

NTV~.~~':(31l
Qu'est-ce que la maintenance conditionnel!e
~<otfîifie » ?
Une maintenance conditionnelle effectuée périodiquement avec des appareils
portables.
t:

[.:.
ffi1~I~m!f~] Qu'est-ce que la maintenance préventive systé!naHque?
l-;•
C'est une maintenance préventive exécutée à des intervalles de temps préétablis
ou selon un nombre défini d'unités d'usage mais sans contrôle préalable de
l'état du bien.
norme NF FD X 60-000
(.
f9'J~@~Çi[~-,~
Quel est l'inconvénient de la maintenance préventive
systématique ?
La difficulté est de définir avec précision la périodicité de remplacement
variable selon de nombreux facteurs.
Des pièces encore utilisables peuvent ainsi être remplacées.
Il faut alors comparer le coût de cette pièce au coût du risque d'un arrêt de
fabrication.

~I[~~·~_';?i1 Qu'est-ce que la maintenance prédictive?


C'est une maintenance conditionnelle réalisée en général par une installation
« on fine » qui analyse les différents paramètres et en déduit par calcul la date
de leur fin de vie.

47
Organisation de la fonction maintenance
1
!iJg~,~gij
Quel est le véritable coût ou gain de la maintenance C1
préventive ? et comment l'évaluer ? d'qt
D1
Effectuer une simulation :
[ _.;
- gains de production espérés ;
n'y
- surcoûts des opérations de maintenance par rapport à celle pratiquée
actuellement ;
- surcoût de pièces remplacées plus souvent qu'actuellement.
Le résultat sera positif ou négatif. '!:~.hi~
. [
Les gains de production espérés se justifient également par :
- la possibilité de planifier les remplacements de pièces d'usure au meilleur 1
moment;
- le regroupement de ces remplacements évite de nombreux arrêts pour panne et
la désorganisation qui s'ensuit. 01

le coût de la maintenance
r~~i!
~-!I~!~U;t~1
Quelle est la part approximative des coûts de
maintenance rapportée aux frais généraux d'exploitation ?
Environ 30%.

:~!~~~:!ii§]
Quelle est la part approximative des coûts maintenance
par rapport au montant des investissements opérationnels
(1nachines seules) ? P.>
,.-
f''•
~
.(.'.'
de 2,5 %à 4,5 %. ~-·
~.'"·.
;-:.-
1·.·
't~i:v~a&f:J,:i
Com1nent évaluer le coût réel de la maintenance
d''ü;i:'"é'quipement ?
Coût de maintenance + coût des pertes de production occasionnées par les
pannes.
Nota : il est dangereux. de n'évaluer la maintenance que sous les aspects de son
seul coût qui sera toujours considéré trop élevé par les financiers.

r~J~é~·,a~!],ï
Quels sont les principaux postes du budget
!;,Î~IU;>P;:h"nf1Lii'•'"U"''"J! ~

maintenance ?
Coût MOI (MO interne)
Coût MOE (MO externe)
Coût du stock : achats matériel (outils, pièces de rechange), frais de gestion
Coût des énergies
Coûts d'infrastructure
Coût de la formation

~~~,~~P,:•I, Comment est évaluée une perte de production ?


Le coût réel d'une perte de production est très complexe.
Il faudra procéder avec les informations disponibles auprès du contrôleur de
gestion.
La solution la plus abordable est de calculer la perte de production par la perte
de valeur ajoutée : ·
Valeur ajoutée = CA - matière premières
Le coût horaire d'arrêt de production est ainsi établi par ligne de production ou
pour toute l'usine. ,
!•'..

481 , methodes de mamtenance


. r:
,'~,,

~:o:;,•~:.'·.'t'- . -~;;:.;~·;;·o·· ·.· ·.·.--,-:-~~-~~:.:;.:::...=;::::.=~:- . ··- - · · · · r iiii5?- Kifî wzn JJ


Certaines entreprises calculent la perte de capacité (théorique) de CA (chiffre
d'affaire).
Dans les deux cas ce quiest important est l'évolution.
Dans certains cas - notamment la chimie fine - les utilisateurs considèrent qu'il
n'y a pas de coût de perte car ils passent à une autre fabrication durant la
panne. Ceci est inexact car il y a toujours du temps et de la matière perdue.

~~~~~~1 Comtnent se juge un retour sur investissement ?


Par les gains de production apportés par cet investissement
Par le temps nécessaire pour que le cumul des gains apportés rattrape le niveau
d'investissement.
t.: et
organisation des activités ·
différents organigrammes
!if&-j En dehors des aspects logistiques quelles sont
les différentes organisations de la fonction maintenance ?
· Le service de maintenance centralisée.
La maintenance répartie entre services.
La sous-traitance totale ou facility management.
~e L'organisation mixte (facility management/maintenance répartie).

~f!f~~~~jj Décrivez l'organisation de maintenance centraHsée

Production

'
··T·f·M~~~~,~;~:~~,s~~1~~

Le service de maintenance centralisée


C'est l'organisation traditionnelle de la maintenance, distincte de la production
et qui regroupe les services techniques. Elle fait éventuellement appel à la
sous-traitance. Elle reçoit de manière plus ou moins formelle des demandes
d'intervention issues du service de production. Elle est incontournable quand la
main d'œuvre de production ne peut faire de l'auto-maintenance, en présence
de faible technicité des équipements, de fortes contraintes de sécurité ou de
réglementations diverses.
Inconvénients
On lui reproche aujourd'hui d'être cloisonnée et éloignée des préoccupations de
la production. Son efficacité est liée à la qualité des comrnunications entre les
deux services.
~:·
l;.
··;;

~.< .• 49
1:_,.
.,.~

.tL
0 rganisation de la fonction maintenance ,
'!
·!
J,._ 1
Avantages
Optimisation des efforts, maîtrise technique.

~]î~,~,~,,;:~j
Décrivez l'organisation de la maintenance répartie entre
serVIces
Production ·.-

;.1
Maintenance 1
r

):,_.

~.J';
La maintenance répartie entre services : ~!

Une partie de la maintenance est intégrée aux équipes de production,


f
d'exploitation, ces maintenanciers de« plate-forme» ne pratiquent pas une
maintenance de « bas niveaux » mais effectuent souvent des diagnostics ou
y participent; ils décident à quelles compétences faire appel, ils gèrent les
commandes, surveillent les travaux de remise en état, effectuent une ingénierie
de production ...
Inconvénients :
Maîtrise technique partagée entre maintenance et production. Risques de
redondances, nécessité d'une forte coordination.
Avantages:
Action de maintenance très en amont des pannes avec possibilité de prévention
et de maîtrise du processus de dégradation. Actions sur les procédés v:

d'exploitation. Mise en concurrence entre maintenance interne et externepour


diminuer les coûts.

~}[~~}!:~~
Décrivez l'organisation de la sous-traitance totale ,.,__.

de maintenance ou facility management

50
1méthodes de maintenance t
./1
--.-~-- ----- -----------~.-----~--.--~-.----------.-----~.-~.--------~·=·~~~7150'<,..,.,.. . . _=- ..-=. . . . . . . . . . . . .
~ .,,,~- ~ -~_,.. U"",... •..,..,._..

i 1

La sous-traitance totale ou façility management


Certaines entreprises ont optépour le choix de la sous-traitance totale avec des
obligations de résultats en fonction d'indicateurs de performance jugeant du
!re service rendu comme par exemple le% d'arrêts de production identifiés comme
étant des pannes, des mesures de disponibilité ou de rendement, des tests de
démarrage de matériel de secours...
Cette entreprise est en général appelée l'EGM- Entreprise Générale de
Maintenance- oufacility Management FM.
Elle peut elle-même sous-traiter certaines activités nécessitant des compétences
pointues.
Cette EGM peut éventuellement prendre en charge les stocks de pièces de
rechange.
Avantages
L'entreprise se recentre sur son métier: produire.
Des gains importants sont souvent obtenus.
Inconvénients
Risque de perte de la maîtrise technique.

ml~,~!~ Décrivez l'organisation de sous-traitance mixte


(facility management: maintenance répartie).
L'organisatio1n mixte (facility management niàintenance répartie)

Production

Elle combine les deux types d'organisation précédente.


La fonction maintenance de plate-forme est étroitement intégrée à la conduite
de process et souvent le terme de maintenance n'y apparaît même pas . Mais la
préoccupation maintenance y est bien présente, les processus de dégradation
sont de plus en plus maîtrisés grâce aux systèmes de surveillance intégrés aux
systèmes de conduite de process dès la conception des installations. En dehors
de l'appel à des compétences très pointues - souvent externes -, l' EGM gère une
maintenance « courante »par rapport à celle de plate-forme et assure toute la
partie logistique.
~'
k:·
L- Avantages
,..
f; Bonne répartition des compétences, maîtrise des processus de vieillissement,
i'
1 préservation du savoir et maîtrise technique.
i:
·[
r
:· Inconvénients
Tentation de gérer et négocier les contrats EGM avec une trop forte
prépondérance financière au détriment des aspects techniques. Nécessité d'un

51
Organisation de la fonction maintenance
1
1l
bon niveau technique des opérateurs de production qui doivent interpréter et t,.;(
prendre en compte les informations des systèmes de diagnostic. trœ
}

'ID3l{~ili~~ Quel est le rôle de l'ingénieur de maintenance ? su'·


TT
L'ingénieur de maintenance assure :
- Les fonctions d'encadrement (souvent).
!
- Les interventions techniques dépassant les capacités des équipes de cc
maintenance.
- La supervision des travaux de maintenance. "'
,)1(
- La supervision des préparations et planifications des travaux importants.
[

~t'iR~~'Vt}~~i Quel est le rôle du contremaître ou chef d'équipe ? 1


Le contremaître assure les fonctions : L
- D'encadrement technique pour la conduite et coordination des travaux. s
- De faire respecter les règles de discipline et sécurité. 5
1
:~X~~~Mil~~l Quel est le rôle du service méthodes ?
Les organisations peuvent différer d'une entreprise à l'autre mais le service
méthode assure souvent les fonctions suivantes :
1\1! Préparation et planification des travaux
l!!iil Assistance technique aux techniciens

1111 Entretien, sauvegarde et mise à jour de la documentation technique N.i~


mAnalyses techniques r
f.ll Améliorations de la fiabilité, maintenabilité, disponibilité

~&~~if@:::~.'![
Quelle peut être la participation des opérateurs
de production dans la maintenance ? ill~
Auto-maintenance.
Dans le cadre d'une TPM (Totale Productive Maintenance) ou auto-
maintenance, ils effectuent les petites interventions prescrites dans des listes
d'intervention prescrites.
Signalement des défauts.
Lubrification.
Contrôle des niveaux d'huile.
Nettoyage.

redéfinir ou modifier l'organisation [


'r;JJJ:i~'a4~~3r~
Quelles recommandations feriez-vous dans le cadre
d.'unp~ojet de réorganisation de la maintenance ?
Il faut toujours commencer par la motivation des personnes dans un nouveau
projet.
De belles affiches et des réunions sympathiques sont utiles, flattent l' égo mais ne
garantissent pas le succès.
Une résistance, des difficultés ne doivent pas être masquées à la hiérarchie, elles
sont normales et prévisibles.

52~ met
, ho des d e mamtenance 0

'
~~
,., __ ,_,..,...._._ ....... ""li:. - - riH.i ·-t?ii
f 1
i·t.LfiL~:...:..:-::.:_:_:.-
-~- ----~"·-·---·- ~-, -~-,. -·-··----""-'-<--~-=~~-~~-~
!:i
J
'gr;·
Î:." F·


-~L . ·.
Une entreprise comme tout groupe humain ne comprend pas que des gens

·ll
travailleurs, participatifs et bién intentionnés.
Une même personne peut être positive ou négative selon les moments et la
K-< . situation.
-~._-:._: Il faut éviter de modifier ce qui fonctionne.
r···
·!}'
t:,,' Quand la motivation ne réussit pas il faut passer à la persuasion, voire à la
contrainte.
E
~: Le poisson pourrit toujours par la tête (proverbe chinois).Si le management
t\ semble se désintéresser du projet, la démotivation s'installera.
f;
Ù.>' Dans la plupart des projets les hommes de terrain voient une « nouvelle mode
f~.:.·
~~-
qui passera ».
Laisser des problèmes mûrir évite la crise et le problème se résout souvent tout
seul.
Si les animateurs du projet ne sont pas soutenus, ils se démotiveront.
Il est dans la nature humaine de résister à toute contrainte et de rer~hercher à
s'en affranchir.
Pour s'affranchir d'une contrainte, on commence par tester des petites
dérogations.
Un réfractaire est comme un fruit pourri qui contamine le panier
Bm~Mr~~ Q~elssont les deux éléments qui définissent
une organisation ?
L'organigramme.
La fiche descriptive de poste (voir exemple ci-dessous).

• Exemple d'organigramme

Responsable
maintenance

Responsable Responsable
opérations Méthodes logistique

j,;ï
l• •. M ..... . M. M .... .. M .... ..
~­ M ..... . M .... . M.... ..
~L M......
!~: •·. M ... . M. M .... ..
M.. M... M..

53
Organisation de la fonction maintenance .
1
.·i

Date: 1

FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE


09/01/2007
Site: Service : Maint•mim&e
Déstgnation du poste: (Juallflcation : Codification:
Agent de Méthodes Opérationnelles AMO All expérimenté

f{aison d'être du p(lste ;


Référence el support méthodes du service maintenance . .A.ssure l'utilisation et la conformité de
la mMO.Interface avec le Départam?nt Développement Fiabilité (DDF)
Est le garant de la tenue <ljour de la documentatron technique.
Situation dans l'organigramme Relations fonctionnelles
!V'~
• Méthode BE (mise à jour des plans) ---)
- Agent de Méthodes Opérationnelles AMO ·Cellule Méthode Maintenance Fiabilité
placé sous l'autorité du responsable (DDF)
maintenance. -Système de Management Performance
(SMP)
·Ses équivalents (AMO) dans les autres ii
dép<lrtem ents
- Respons~ble Maintenance Entités {RME)
-Gestionnaire Technique Entité (GTE)
• Technicîen Maintenance de Zone (TMI) 1

- Fiabiliste (FIA)
- Magasins Pièces de Rechange 1\\i;
1 - Relais Achats (REL)
1 -Approvisionneurs (APP)
1
1
-Planificateur Organisateur Préparateur
(POP)
l'ii'
1 Effectifs subordonnés Compétences requises
- t:xpénence acquise en cmq ans dans une
r -Néant gestion de maintenance industrielle
-Esprit méthode (AMDEC, Plan de ''i;
1
1 maint en ance.,.)
-Très bon relationnel, autonome, animateur, D
ayant les capacités d'initiatives
- Fo11e compétence dans l'utilisation des outils
informatiques (dont GMAO et outils
1 bureautiques)
Re~ponsable de l'activité : Exécute l'activité : 1

- Maintenir à jo ur la d ocume ntalion technique - Mettre à jo ur le pl an de mainte na nee et les 1

(y compris plans et dossiers installation) re chang es à maintenir en stock


-Création des dossiers machines - Adapter le plan de rn ainte nance aux
informatiques du département qui ne sont pas installations nouvelles 1

issus d'investissements gérés par le BE - Préparer, éditer et mettre à disposition les


- Est le garant de l'utilisation, du respect et la indicateurs et rep artin g
bon ne application des règles, bonnes pratiques
et procédures liées à la GMAO- Maintenir à
jour l'inventai re des machin es tourn antes
Il)(
(fiscalité)
- Faire la demande de création d'article et/ou
de prise en compte de la gestion en stock
- Faire la de rn an de de mise à jour de pl ans Ni,
Apporte son sUJlJlort: Valide: r
- Planifier et o rd onn ance r les interve niions de - Réaliser les de rn an des d'auto ris at ion d'accès
maintenance aux outils informatiques de la GMAO
-Réceptionner la remise en état des matériels
déposés
-Réaliser des actions de tïabilisation (étude et
réalisation)
-Réaliser les cahiers des char,ges ou définir les
besoins
-Ecrire, modifier les procédures, les modes
opéra toi res, les consignes, ...
-Réaliser la documentation technique (y
compris plans et dossiers installations)
-Préparer les arrêts maintenance annuels
-Préparer et encoder les interventions
- Planifier, ordonnancer les contrôles légaux
~- Traiter les litiges administratifs
- Gérer et suivre les contrats dans une entité
----- - - -

541, méthodes de maintenance

-~À:.:: ···----..---~,..,~ ..', :-~·:::-~·~::-,··;:._.,;·.,=-·- .... '""·-··<'--·---··"""'"----- ····- ·-- ·- ·· -~ ·-- ------·--·J. ~- a·
~-;!!.

l li
Matériel et outillages
- Maté ri el de bureau

l
- Ordinateur porta ble
- GMAO
Horaires: va ria bi es 1 Dé pl ace me nts : normaux

1
1
'!
relations avec les sous-traitants,
prestataires
~:~~"Mil Qu'est-ce qu'un sous-traitant ou prestataire?
Une entreprise extérieure qui exécute des travaux soit ponctuellement soit de
matière permanente.

lm~~illi~ Que signifie MOE ?


Main d'œuvre externe

~11~1}. Que signifie MOI?


Main d'œuvre interne

rtl1.111'1~1 Comment négocier une commande de prestation


forfaitaire ?
Négocier sur la base du nombre d'heures estimées nécessaires
Transmettre à l'acheteur un appel d'offres en s'inspirant des informations
issues d'un OT (ordre de travail) ou d'un cahier des charges établis par la
maintenance.

\&'1'1[~~~ Que contient un cahier des charges?

1 Demande r
Les spécificités de la prestation ou du matériel à acquérir.

Préparation Planification 1-J Lancement ~-~~}~i~~~~i


,b,lil~.iti;i$~~t~rt
;)~\W~~i,~!"!<,~'.;j'l;&

i!ff~~j Dans le diagramme ci-dessus où intervient le sous-


traitant occasionnel ?
Préparation :
On fait appel au sous-traitant si on ne dispose pas des compétences nécessaires.
Planification :
1-
On fait appel au sous-traitant si les effectifs sont insuffisants.
f
Lancement:
f Information obligatoire au sous-traitant des risques des installations, remise
~
!- plans et documents techniques.
L
~ Réalisation :
~~ -
le sous-traitant exécute les travaux.

r Compte rendu :
f
j
l·:.·
Le sous-traitant participe à la recette des travaux et envoie une facture.
'

~
!.} eJ55 ).
/~ '·' Organisation de la fonction maintenancj
1 '
1
.1.;( '
,%
;&tx~~Htl:~i.i
Un plan de prévention est-il obligatoire en cas ~-~-

de sous-traitance ?
·~
Il est obligatoire si plus de 400 heures de travail et/ou si des travaux dangereux
sont confiés à l'entreprise prestataire. ~--: ~

Il doit être écrit, pour être tenu à la disposition de l'inspecteur du travail, des
médecins du travail, de la CPAM régionale, des comités d'hygiène et de sécurité.
1'n.x
''!Y~!
"l•
~)1~:~!9"~~ Que doit contenir le plan de prévention ?
Il doit contenir au minimum :
La définition des phases d'activité dangereuses et les moyens de prévention
correspondants.
L'adaptation des matériels, installations et dispositifs.
les instructions à donner aux salariés.
l~.
L'organisation et la mise en place des mesures destinées à assurer les premiers r:·
(">
secours en cas d'urgence. y

Les conditions de participation des salariés d'une entreprise aux travaux


réalisés par une autre, en vue d'assurer la coordination nécessaire au maintien
de la sécurité.

NÎv~àtH3J
'Ll!.)~loS.:;'.:J>i•U:;~,(<.-f!.,\o~.~
Qu'est-ce que le maître d'œuvre?
·!'
• • ...f•

Celui qui dirige l'exécution de l'ouvrage. d


Personne physique ou morale qui, par sa compétence, est chargée par le maître
d'ouvrage de diriger l'exécution du marché et de proposer la réception et le :··
règlement des travaux (norme AFNOR 03001, édition 1991 relative aux marchés
de travaux privés).
C'est donc la personne qui conçoit, coordonne,. contrôle et réceptionne les ~~-.
travaux ou une prestation pour la fourniture d'un ensemble cohérent. 1
La jurisprudence a tendance à assimiler la maîtrise d'œuvre à une obligation de
résultat.

'N'iy~"à'&r;S,;:
~ .;.~~i"tl.I;.,;;.,J:",.>;<,,\:
....
Qu'est-ce que le maître d'ouvrage?
Celui pour lequel[' ouvrage est construit.
« Personne pour laquelle l'ouvrage est construit, qui s'assure de la faisabilité de t.··

l'opération et qui définit le programme» (loi nO 85-704 du 12 juillet 1985).

&!~~"~ti~~j~ Qu'est-ce que l'assistant au maître d'ouvrage?


Un consultant qui assiste le maître d'ouvrage.
Personne aidant le maître d'ouvrage à rédiger ses besoins dans un cahier des ,_.,
,..
charges, à prendre des décisions pertinentes au regard de ses besoins, durant le L·
f.!;
r~--
déroulement du projet, en application d'un contrat de mandat. 1:

B.iMi,~.Mii~ Quelles sont les obligations du chef d'entreprise


. prestataire ?
Informer le chef de l'entreprise cliente :
111'1 de la date d'arrivée des salariés;

Ill de leur nombre ;


;a de la durée de leur misSion;
a de la participation de tout· nouveau salarié ;
11 tenir ces informations à la disposition de tiers (CPAM, inspection du
travail ... );

5
- 1/ me~ho~
d de mamtenance
.
'
i.•
11 appliquer les mesures de prévention nécessaires à la protection du personnel;
11 participer aux frais pour le.i vestiaires, les installations de restauration et

~
sanitaires mis à disposition ;
Il présenter aux salariés affectés les zones dangereuses, les issues de secours, les

S'
dangers potentiels et lÙ mesures prises.
~l e.
a~- Quelles sont les obligations de l'entreprise cliente
vis-à-vis d'un sous-traitant?
li Aviser l'inspecteur du travail par écrit de la mise en route d'une opération
nécessitant un plan de prévention.
11 Coordonner les mesures de prévention.
Tenir ces informations à la disposition de tiers (CPAM, inspection du travail ... ).
11 Organiser des réunions avec le chef d'entreprise prestataire.
11 Contrôler si les salariés intervenants ont bien été informés des mesures de
prévention par leur chef d'entreprise.
11 Mettre à disposition des vestiaires, des installations sanitaires et de

1
restauration.
11 Informer le chef d'entreprise prestataire lorsqu 'il est conscient d'un danger
encouru par l'un des salariés de ce chef d'entreprise.

~~'lm~Comment évaluer la capacité d'une entreprise


0
de maintenance ?
Contrôler les qualifications du personnel opérationnel.
és Interroger les clients de l'entreprise soumissionnaire.
Voir exemple de documents ci dessous.

11 Exemple de fiche d'évaluation d'entreprise ;.',··

de sous-traitance
Personnes affectées au contrat Aspect de l'atelier/laboratoire de maintenance
TECHNICIEN Formation, Rangement, propreté : 0 Médiocre. Orgamsationdes 0 Médio.:re:
Prenom. Nom: diplôme: dépannages. su1V1 :
D Bon 0 Bon
Observations: Evaluation,
0 Médiocre: 0 Très bon 0 Très bon
adéquation à la
mission: 0Bon OrgarusahOn logtsl!que, 0 Médiocre . Orgarusation des 0 Médiocre :
e stocks: docum.'!nts tecbmques :
0 Très bon 0 Bon 0 Boo
TECHNICIEN formatlOn,
Prénom. Nom: diplôme:
0 Tres bon 0 Très bon
Observations : Evaluation, 0 . Méthodes de travail: 0 Médiocre: Maténel de mesure: 0 Médiocre:
adéquation à la MédiOcre:
mission : 0 Bon 0 Bon 0 Bon
0 Très bon
D Très bon D Très bon 1

Observations, pomts à ----------


GESTIONNAIRE Forrm:tJon,
Prenom, Nom: diplôme:
om!liorer: 1

Observations : Evaluation, 0 d'


adéquatill>àla Mé tocre:
mission : 0 Bon
0Trèsbon ------- - -- - - -

~:f~!~~~I;i Quel est le rôle de la maintenance lors de l'appel


à des entreprises externes pour des travaux importants ?
Veiller à ce que l'exécution des travaux ne présente pas de problème que le sous-
traitant ne pourrait régla
Participer à un CDC précis.
Réceptionner les travaux exécutés et faire des compte rendus avec un maximum
de détails pour préserver la connaissance technique.
Mettre à jour les plans suite aux modifications.

57
Organisation de fa fonction maintenance
1 ,,
~l
Veiller au respect des règles de sécurité. Li·:--::4.
' .
see
M!~~~,~~:~:l
Quels sont les signaux d'alerte d'une sous-traitance mal lj

contrôlée?
Dans tous les cas le sous-traitant fait lui-même le CDC. i\l'~''-1~
:.;_''· ,...,_,
Appel par facilité aux mêmes sous-traitants même pour des missions pour a n

lesquelles ils sont surqualifiés. g


Absence d'homologation technique des sous-traitants par la maintenance.
Les acheteurs choisissent le sous-traitant au moins disant comme seul critère.
h ·:~
Copinage, cadeaux, corruption à des degrés divers. Ex : les employés internes Sai
portent des tee-shirts faisant la publicité du sous-traitant.
Le coût de la maintenance augmente sans raison.

;~;t~~~~~~{)
Quel est le volume de chiffre d'affaires de sous-traitance
qu'un responsable peut raisonnablement gérer en y étant J
impliqué à temps plein ?
700 à 900 k€/an

:N1~~~H,:l~,j
Quelle est la fourchette de coût approximatif d'une heure ....
.,....1

de sous-traïtance courante? (MOE)


(
30 € à 40 €

:~IY~~~iJ:~
Quel est la fourchette de coût approximatif d'une heure
de maintenance courante interne? (MOI)
40€ à 60€
I
-~l~~~M-;J~~ Qu'est-ce qui explique ces différences?
L'entreprise cliente a des charges plus importantes: structure d'encadrement,
préservation de l'historique, GMAO, locaux ... etc.

organisation des magasins

fl1J~~~~~~~1\
Donnez un exemple de numérotation des agencements
de stock ci-joint
·1ï
s:

~
l'
~
~.,

b
t
t
r .
t-
~
Question Réponse ~

k·· r~

tif&~~~~ti
Une bague d'étanchéité courante peut être un article
stratégique. Vrai ou faux ?
t.
!'
fi
Faux, si elle est courante et que l'on peut se la procurer rapidement. (..
e

5] méthodes de maintenance
t<

t~: ·
t~ ,

~.-......-=·-···· ...... -"'·'"''---~ .c--"'~--~--· ---~- ... ---·-ec=~-·-'"',....,=""''"'"""' .. - .. -· ----- . ......... ·wr··.- ~
~-
f'
1
r.{ .
1
. . . <.

tt: ~l~il'mUn roulement conservé en magasin à atmosphère


sèche se dégrade dans le ten1ps. Vrai ou faux ?

I
<: f:~.. Vrai, la graisse se durcit.
..
;
~
m~~m~~ Les courroies doivent être suspendues au mur
~" à tin crochet. Vrai ou faux ?
~'

t
Faux, cela provoque une amorce à la rupture.

r ~~;,~~~Les poly:tnères (plastiques) peuvent être stockés


f~--.:..
sahs précaution préalable. Vrai ou faux ?
f
v· Faux, ils se durcissent aux UV contenus dans la lumière du soleil ou de la lune,

~~~ · .·.·r
et parfois à la chaleur.

..
!l!~l!fl~
~
Un vérin doit être conservé couché. Vrai ou faux ?

lf ;.:
Faux car le poids de la tige crée un méplat sur les joints ce qui diminue sa durée
':~ :
de vie ; il faut le stocker debout ou dans un support de tige.

E
1·'
,. codification des articles en stock,
·t

la fiche article
r·~·.
r·1
•;1.,

'N:f~~Wit~;l
.!>.~\,'<~u.-~•:•,;, ..w,"''" .._,;!..i
Que signifie un code article signifi.catif ?
~ Le code donne des informations sur l'article.
~ .

ff '1>'""''"'~[1)''~:!!'1
·"'Nêàli!'i?~~
").o.f.•,-l;. '"). , •. 'J.. :,-,J:,.,,,,.I~
Que stgn
. ifie un co d e arb orescent ...r
i~ C'est un code qui comprend plusieurs groupes de caractères ou de chiffres
~~
~
chacun ayant un sens.

f

~
Exemple de codification arborescente :
« famille_sous-famille_type d'article_N° d'ordre» donnera:
• Code non significatif:
1111 Code significatif:
01_02_03_001
Visserie_inox_ecrou_001

r( ~)~.~~~~~~Lacodification d'article doit-elle toujours être


significative ?
~
f
~~
Non.
~
Ce n'est plus nécessaire avec les bases de données relationnelles des GMAO qui
~:
i permettent de retrouver une référence selon plusieurs critères ou par une partie
'
~- du libellé.
r
f"·
t N!Y~~:Wr'~\1 Quel est ce type de codification? Code: 41.14.002
~
~-·
Une codification arborescente non significative (sauf pour ceux qui ont
~
:, . mémorisé les codes).
. ~~:.
f:,
·e·"
.
r~;::. ~~rv~~~~Tl?31
',., ... ,,.,.. '"~"-~ u~ . .;,.~l.
Quel est ce type de codification ? Code : 00001
!' Une codification aveugle ou codification aléatoire.
~
'
t
r
fj
Il

1
~
t'
1·: 0. rganisation de la fonction maintenance
~~--'
--~''''··
:;:
....-:,

illff;ilii:''fJ,\fi;(F ~>uel
,,,.,~;,,,,,,,_'(l'!,w•:,:fitlii t:j(< est ce ';T
tn-r•e
.fJ' de codification_ ?
Code PSJNCT00001 li

Une codification avec une racine significative et un numéro aveugle. .1

l&~~'~:n~~j
Quelles sont les informations minimum nécessaires r
pour gérer un article dans un magasin ? (contenu de la fiche
article) ~~~
....1
Un code.
[.
Une désignation ou libellé.
Un mode bac avec une étiquette.
Le nombre d'articles dans le bac.
Unité de stock. <{..t:·

i~~~JfttPourquoi est-il important de savoir à quel équipement


est nécessaire un article spécifique (nomenclature ou BOM) ?
Pour retirer l'article du stock quand l'équipement disparaît (obsolescence).
Pour sélectionner sans erreur le bon article ou pièce. . \~. (

gestion du stock

.~1~,~~~~§]! Combien coûte annuellement à l'entreprise . :j


l'immobilisation d'une pièce de 100 € ?
20à 30 €
~j
'NJ~~)~~&S.i
Est-il indispensable de codifier la petite visserie
,),,,_;Ji.~l:!lit~<,;\-::t,.~;;.,ül

et autres articles à faible coût ?


Non car le coût de gestion coûterait plus cher que le prix des articles.
a
iii~:li~~ Qu'est-ce que la gestion d'un stock à flux tendu ?

On ne commande que ce qui est nécessaire immédiatement sans risque d'arrêter 1
1

la production.

!~itll~,~~ Parmi ces classes, types ou familles d'articles lesquels


doivent être stockés en permanence même si on ne connaît pas
de besoin immédiat ?
11 Stratégiques
œFlux tendu
œStandard
!ll!llibre service
Articles stratégiques.
i.
,. . . ,. . . .,. . , u d bl
'NI~e~û''-·3.1 n ou on est :
',:_;,.'.j·..;'tih"U'ûJJ.;;·~;~ ~~.,:, ... ,.
L'.·,.
.....
b· ..
.-

~o.:·

Un même article qui existe sous plusieurs codes différents dans le stock. r~
[">
f::;
j;>

~L~~iMÏl~~
Dans une P~t!E, le montant des stocks dormants n:·
i
(hors articles stratégiques) peut atteindre un million d'euros.
Vrai ou Faux ?
F
r

Vrai.
~~---
i:;:.;:

601
l'(
améthodes de maintenance . ~(

1
.,...,,..,.,,.....,~-~,..,.,...,.,,,~'"'";c'<~,..,.,.."'-~~"""""""""""'..... ,..~..~~-r~ r rz -'« M"""V
'1',
\·:.',:;~·'.:

1

· '-•
.
•• ~
__ - - - · · - -~~--u-••n,--,-~rm,~~--_,.~- • i<iiW

'1
·~··

~
-~.

0
~
~

.'
fl!~~~l~
Quelles sont les co_nséquences possibles d'un magasin
de pièces détachées mal>géré ?
Arrêt prolongé des machines et pertes de commandes. de clients dus à des

1 !;···y.

attentes de pièces. .

~
Frais de gestion importants dus à des stocks dormants inutiles.

·~ t:·;.·
'
. ·::·,
m~~~~ Que signifie taux de qualité de service en achats
maintenance ?
Ratio du nombre de commandes livrées conformes au besoin exprimé 1 nombre
~t total de commandes reçues sur une période donnée.

~l;;~~:q~~~
tv Que signifie la traçabilité pièces en maintenance?
Traçabilité en maintenance signifie suivre certaines pièces individuellement
f~.
r··.··· pour identifier les responsabilités éventuelles en cas d'incident (se retourner
? éventuellement contre son fournisseur).

~
lt\···.·,···

·~~~"'""'~,
~iY.ê~:uJ'Bt~
. "fie PUMP ?.
..,,,.,." Q ue s1gn1
.:.;\~:,;,;r..':_;J!kJl;;f,t,l,,\,'{.,,;.;"·'

Prix Unitaire Moyen Pondéré.


~
0
Le prix d'un article est calculé par la moyenne pondérée des différents prix des

achats.
r·~
r Nf&fl~'!î'ft~ Comment traite-t-on les sorties magasin?

1
~ ·. '.~.
. On les prépare à l'avance et dépose dans un container destiné au demandeur.
~-

t
~~.·
J§'itl'tâf&f'~~
"";t:·od-.>,.l:;.,,a_""'-~''""'~~
Qu'est-ce que le piclcing?
Une organisation de préparation des sorties optimisée pour limiter les
déplacements.

r 1111 Organisation d'une tournée de picking (prélèvement)
~··
r•
r
D!pa:rt Fil. dup:ic~
f !. ..........................................:. Bacsevœ unl"F
:................................................. : ,
t~. d'OF ou.d 'Of

f 1 ; 1 1 i( 1!!

t

-~·····-------~~-·-····---J ~

t.
t=i==j 1 r J ~~~/
r
k ·g'""'"
........................ rp.. .........,: lt ::

. . . . . . . . . . . . . . . '1. · · - -l!lL_Y/~
t'
~.
1
r~
:
:\ 1
,.~-e

~ 1 J 1l i 1 l' {
i,.
~~.r~ ,
"i
................................... ~········:----·
:

Le magasinier imprime 2listes d'articles à préparer:


1. L'une est classée par n° d'OT.

,,
.


2. L'autre est classée par ordre de casier.
Il prépare sur un chariot des casiers avec un no d'OT .
Il commence sa tournée de prélèvement en lisant la liste 1.

'~ 161
: . 0 . . d e 1a f onct1on
rgamsat1on - .
mamtenance .
'
f ~-,·..
·\.
Quand il a terminé il vérifie le contenu des bacs avec la liste 2.
~...':~.~~
Avantages de cette méthode: gain de temps et de déplacement. orrJ
:~~?. ':;..!' .'"~<. '' ,..:-.> .çl~-:.

f•manj•lPréparation Planification Lancement e- ê9tliptè~_rê.ndu


j ' ';.·

:~l~~itîiJ~!i
Dans le diagramme complet d'une intervention de ·,.
maintenance ci-dessus comment intervient le magasinier ou f:
t~c
l'acheteur ? ~ ~

\'"·

Préparation :
~-~-.
Magasinier
Il donne des informations justes sur la disponibilité des pièces nécessaires.
Acheteur
L'acheteur procure des devis et délais.
Planification :
Acheteur
Les délais donnent à l'acheteur les dates définitives qui permettent de passer les
commandes. Il assure également leur suivi et alerte le planificateur en cas de
retard annoncé.
Magasinier
Il avertit de l'arrivée du matériel commandé et le place dans des bacs portant le
(
n° de l'OT f'
Lancement: r
r.
ï
Acheteur ,.,.r--
Il intervient auprès du sous-traitant en cas d'absence ou de retard.
Magasinier
Il remet les bacs de matériel à disposition des techniciens.
Réalisation :
~t~)
Acheteur
•1
Il achète ce qui manque.
Magasinier
Il fournit ce qui manque et n'a pas été prévu si c'est en magasin.
Compte-rendu:
Acheteur ,,,_

r·-);-··
Il vérifie le solde des commandes et les factures éventuellement. ~·


Magasinier '
Le magasinier réintègre le matériel inemployé. '1:·.;.~
F:-

r· .·
.&t~.~~.~;j·~:J Qu'est-ce ·qu'un stock consigné ?
i
Un stock qui appartienl au fournisseur mais chaque article est facturé lors de '·
son utilisation.
t,.-.
\'"
~.
~: . .

ti~~~~YSJ~!l:
L

Quelles organisations de magasin connaissez-vous ? -·U.';-

• Organisation avec magasin central t.


• Organisation avec magasins indépendants ('

l
• Organisation des stocks externalisée

F ~--i~-
~~\··::

62
1méthodes de maintenance 1":.:'
.,Jif·:~.·'
~~ ~f~i-':·.
::. /-~~:::·:
-:
:
mgp;ga"'"~~~~-..U..-1".ç~. o..;.;.,;t'kP"-ett"efiE~i• e.q:f'Ft, -...,...... m:--;:-..ç:::;;:pjf•''f"'Fk•vf%1- • tii""'S##é-s'f?h r "'" .... '"M-"ëih""'W" ·w-e···ww• }tt
l


-· lin:l!!l~
Quels sont les avantages et inconvénients d'une
,..·
organisation à plusieurs magasins avec un magasin central ?
13·

\',~~

1 (/' i--------1----------~
r--------;

""-...! t::
1 ~~-asln
1
1
L!_j L:___j
1
------
r-----
l'
~
1
1
f•

~
1
1
1
1
c::J c::J
Production
~

t L-------------------•

r
f>

~.
~-
Organisation avec magasin central
s
[
t
Il approvisionne les autres magasins en regroupant les DA et effectue les
commandes. L'utilisation d'une GMAO permet de gérer les prêts d'articles
comme par exemple les pièces de rechange entreposées dans les salles blanches
~··
pour réduire les délais de passage dans les sas avec changement de vêtements ...


t:
~
t
Avantages
Meilleure .condition de négociation avec les fournisseurs du fait du
p· regroupement des commandes. Maîtrise de la cod~fication et création des
nouvelles pièces.

tl Inconvénients
Risque d'allongement des délais de réapprovisionnement, augmentation des
~- stocks pour pallier cet état de fait.
~
N'\~lWâ~~JS~
Quels sont les avantages et inconvénients d'une
;,~,.'\i:v~·~~·;-,.;,:,•;.,~..,_.,;;:;l·J
organisation à plusieurs magasins indépendants?

[.
1;
Ma~asin 1 1 Ma~asin 1
t·.'
-'

r'
1

f,~ 1------
1
------,
1

c::J c::J
1
1
t 1
1

~-· 1 Production 1
t1 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 1

r"·
Organisation avec magasins indépendants
Chaque magasin est géré indépendamment des autres et passe ses propres
·~·
commandes de réapprovisionnement auprès des fournisseurs chacun de son côté
ou par l'intermédiaire d'un service achats.

t. Avantages
Plus grande flexibilité des réapprovisionnements et réduction des délais par

63
0 rganisation de la fonction maintenance
1
~~.....

rapport à l'organisation précédente.


Inconvénients
-
k

Problèmes de coordination lors de la création et codification des nouvelles


pièces. L
Risques de double création. .~
Risque d'erreurs de livraisons, les fournisseurs confondant les ;.
c
deux magasins.

Kïi'W~'â'i11J~~
Quels sont les avantages et les inconvénients
~ls.::~\m!..'1!Jilru.w.lh

d'une organisation logistique entièrement externalisée ? l


f,
Organisation des stocks externalisée
Le fournisseur a des stocks dans le magasin consigné. Ils lui appartiennent tout
en étant situés à l'intérieur de l'entreprise cliente. Il effectue périodiquement le
réassortiment et facture tout ce qui a été consommé. Des accords de partenariat
formalisent cette situation.
Une variante est le stock réservé à l'entreprise mais situé chez le fournisseur et
livrable avec des délais garantis contractuellement.
,
D'autres articles ne sont pas tenus en stock réservé à l'entreprise mais sont
consultables en permanence chez le fournisseur qui garantit leur livraison dans
un délai court.
Avantages
Le montant des stocks n'apparaît pas au bilan des actifs de l'entreprise ce qui ;,_
i·-·
diminue la charge fiscale.
Cette organisation est paifois un moyen de pallier ta suppression définitive du
poste magasinier. !.-·.

Si l'entreprise sous-traitante comprend plusieurs clients elle obtient de


meilleures conditions d'achat qu'elle peut répercuter sur ses clients. La charge ~fi
f,'·.
des 5% de matériel difficiles à approvisionner- qui sont souvent les mêmes- est ...
'""'

répartie. Le personnel d'achats des fournisseurs est en général plus compétent.


Inconvénients
Repose sur une relation de confiance de part et d'autre.

ïl!!~.~~~li~il
Quels sont les 2 modes de gestion comptable des ·~

stocks?
La gestion des stocks en inventaire permanent
Ill
B La gestion des stocks en inventaire différé 'l
Tl

.IJ
11 La gestion des stocks en « inventaire permanent »
Lors de l'achat d'un article et de son entrée en stock le règlement de la facture
fournisseur entraîne les mouvements suivants : ..
a Le crédit d'un compte fournisseur à l'entrée en magasin (classe 4). r.

Ill Le débit d'un compte de stocks et en cours (classe 3).


Il Lors de l'utilisation de l'article c'est-à-dire à chaque sortie magasin il sera effectué les
mouvements comptables suivants :
111 Le crédit d'un compte de classe 3.
1!1 Le débit d'un compte de classe 6 ou 2 (compte de charge ou immobilisation).
Ainsi la comptabilité connaît en permanence le montant des valeurs. en stock.
Ce mode de gestion comptable est le plus rigoureux puisqu'il reflète la situation exacte
de 1' entreprise.

~~::~-~~e-n--~-n-c-e-------======-~~-=--=--------------------
t~
i

.~::.-:·· ·i-
---------,------·----·-------·--·----~·- -~-------~--7·--~~~~-~-----~----·----

ir,
f' Mouvements vus par la comptabilité en mode
i: 111
de gestion « inve·ntaire différé »

1tH~,l
~:;

Le crédit d'un compte fournisseur (classe comptable 4).


Le débit d'un compte de charge (classe comptable 6 ou 2).
Ainsi 1' article est considéré comme consommé et il est imputé directement sur un
compte de charge (maintenance, production, investissement. .. ). Du point de vue
comptable cela amène - théoriquement - un minimum de stock.

• La gestion· des stocks en inventaire permanent


Lors de l'achat d'un article et de son entrée en stock le règlement de la facture
fournisseur entraîne les mouvements comptables suivants :

~;;
ct
Achat Stock Utilisation

·1,,;·:'
.:·['.

.
1f-,
;~']:
~> •
:: ~-~·~1 '.
:··' • Mouvements vus par la comptabilité en mode
, ·.'
de gestion « inventàire différé »
Achat Utilisation Inventaire

'lt.'-~-.''.: :'
...
annuel
-~A·~·

l tr Pour éviter que les articles non imputés constituent un stock non déclaré, une
régularisation des articles non consommés est faite au moins chaque année. D'où
·{ l'appellation inventaire différé. Dans le langage courant ce mode est souvent appelé
.
--~~
:;,.:.
.. imputations directes .

mwm~~
••
Quels sont les principaux types de classification d'articles
.•'f.l
~:,; ,;.l)a.O:;·~J.IJ.::...,,:"';

en stock?
:~6·-,;
p Technique : roulement, câbles, vis ...
~ De gestion :flux tendu, standard, libre service, stratégique.

1
~
Classe comptable : immobilisé ou consommable.
~.

f
-~~[
HJ~~ Que signifie classe de gestion flux tendu ?
L'article n'est commandé qu'en cas de besoin.
'
~

I f - Comment tnettre en œuvre et sous quelles conditions


1·~.· .~ .
un flux tendu ?
~

. ' Mise en œuvre du flux tendu en maintenance


Lors de la constitution des nomenclatures (pièces de rechange associées à une
lt. :
~
f
~

1.''
machine) de chaque équipement, un code de gestion est attribué à chaque pièce
:r·:.
de rechange.
·1.;~:
-~~; Une pièce sera gérée « en flux tendu » si :
• elle est incluse dans des gammes de maintenance préventive et que ces
gammes en constituent la seule utilisation ;
R dans son utilisation non couverte par une gamme de maintenance préventive,
le délai d'obtention est inférieur au délai de carence acceptable pour
l'équipement.
Le flux tendu devient de plus en plus possible vu l'extension des services de
messagerie. La pièce de rechange courante commandée arrive souvent avant
même la fin des opérations de démontage de l'équipement.

0 . '1. 65
rganisation de la fonction maintenance·
0
~J:&,~,i~~~j Que signifie classe de gestion libre .service ?
Les articles ne sont pas comptabilisés maisfont l'objet d'une seule ligne de
commande.
Les pièces sont à la disposition des utilisateurs sans qu'ils aient à signaler leur
utilisation.

11 Le stock libre service


Cela concerne les articles de faible coût (vis, rondelles, joints courants).
Les commander, les réceptionner, les stocker est un gaspillage de temps et d'argent.
Ces articles sont mis à la disposition des techniciens en dehors du magasin.
En termes de gestion, l'ensemble qui peut comprendre des centaines de codes sera
remplacé par un seul code« Consommables».
Le fournisseur regarnit périodiquement les casiers en libre service en présence du
magasinier. Le coût total sera immédiatement calculé et une commande d'une seule ligne N;.
« Réassortiment consommables » est émise.
f
Ce genre de gestion peut avoir un coût de 3 à 10 % mais ce coût est largement compensé
par les économies de gestion réalisées. Le montant moyen de la consommation de ce
genre d'articles est de l'ordre de 50 000 Euros/an dans une unité de chimie d'importance
moyenne. La mise en stocklibre service est vivement conseillée car elle libère du temps
au magasin et aux achats afin de mieux s'organiser.

..
l~J~~.RYE~;l Que signifie classe de gestion stratégique ? r> ~
f,
Article ayant un long délai de livraison et dont la défaillance a des
répercussions importantes.

\\l'!~éa.~f3i\
:t~·~;?iJI~II(~;.;n:'u'il:'!lrJi,<tot.
Qu) est-ce que la classification ABC ?
~·,
Classement par utilisation.
1
Les articles sont classés en fonction de leur fréquence d'utilisation.
Ce classement pourrait être par exemple :A = 60 % des utilisations, B = 35 %
et C = 5 %. Pour chaque classement une politique de gestion est adaptée.
La base de classement peut se faire sur les quantités ou sur les valeurs
mouvementées. -~
Ce type de classement est de moins en moins utilisé.

ki'JI~iffi~l~ll A quoi sert la formule de Wilson ?


Calculer la quantité économique de commande.
La formule de Wilson (1934) ou formule du lot économique détermine la
t
fréquence et quantité optimale de réapprovisionnement d'une unité de -~
production (magasin, usine). Elle a été couramment employée par les services
logistiques avant le flux tendu et l'arrivée de l'informatique.
Elle se fonde sur un modèle simpliste qui suppose que la consommation
journalière est la même tous les jours et que l'on peut évaluer un coût de
stockage et un coût de lancement. Il s'agit dès lors de minimiser le coût total ;:.

suivant. f.!•
Bien entendu ces conditions se rencontrent rarement en maintenance mais
certains approvisionneurs l'utilisent .encore.

f;:
i'1'-·

'!;-
~-· ..
t[-..:.
~-··
66 ~ , h d d . t•'
f--'
met o es e mamtenance
v.
;~;;;.
'"-="''"··=""'""''""""""""''~"""=:;~~~ ·· · · "'*'"' ft"Of.._, ObOIT'"W''ft_"'_ r tt" . )''·'" =
:;;.
".!.
,,

1:
~- .:
Coût
appro\'isîonnement.

tr
Co'llt du stockage
7!,
2i
Coat commande

Quantité

Formule de Wilson

me n:~
·~·- ill~~~~~
Quelle est la meilleure façon de concilier gestion
··~(:~
financière des achats et rapidité de service ?
;:,c;
Négocier annuellement des accords cadres pour les besoins prévisibles
.'}.
~~:
.i'i"
Déléguer les réapprovisionnements des accords cadres au personnel autorisé
·!.:.- Ces deux dernières méthodes permettent des réductions de coût plus importantes
que les achats au coup par coup.
f;
'. FJ1~®)i31 Quelle est l'évolution normale du nombre de
·''''''"··"~',;·""""A.u:Ji
1 fournisseurs d'un service achat performant ?
f En diminution, grâce à des regroupements dans des marchés, quitte à payer
~: certains articles plus cher mais en économisant sur le total.

,,
•1"_'.;
&ml~,9!1[
Pour être performant en approvisionnement, quelle est
.,.
la meilleure méthode ?
Acheter en négociant âprement et annuellement le coût global d'une liste d'articles
basée sur une consommation annuelle (accord cadre ou marché annuel).

~I!~~!!m Quels sont les signes d'une logistique mal gérée ?


Long délai administratif dû à des contrôles et à une sous-informatisation.
Commandes surdimensionnées pour compenser les délais trop longs.
Stocks clandestins.
Arrêts prolongés des machines en panne pour attente de pièces.

~Tll~~J~~
Quels sont les différents modes de valorisation des
stocks?
PMP ou PUMP (le plus courant)
Dernier prix connu
f Fifo
~ Lifo
Prix standard

'NT(J~i~1'i
;.,';,;,>.,,'.. ;:.:U;<.>o~::.\·t,..,.;J
Qu'est-ce que la valorisation du stock au PMP?
La valorisation au PMP
Le plus souvent les stocks sont valorisés au PMP ce qui signifie Prix Moyen
Pondéré mais on trouve également les appellations PUMP (Prix Unitaire Moyen
Pondéré), CUMP (Coût Unitaire Moyen Pondéré).
Cela revient à calculer le coût moyen du stock même avec des prix d'achats
différents. Ces coûts moyens seront recalculés soit à chaque entrée soit par

0 . . d e 1a f onct;on
rgamsat1on . .
mamtenance 167
· __ ,
'"-.,.,..
période, soit au contrôle de facture. ~Ji
~~
Calcul du PMP par période
Le PMP est calculé pour chaque référence d'article pour une période donnée
(nwis, année, trimestre). Ce mode ne se pratique plus que dans certaines ~i~
administrations. Il est un vestige des gestions sur grands systèmes qui ne
pouvaient travailler qu'en batch (travail par lot) et non pas en temps réel en
raison de la faible puissance des systèmes informatiques de l'époque.

PMP = Valeur du stock début période + coût des achats de la période


Quantités en stock début période + Quantités achetées pendant la période

Ce mode de calcul peut amener un décalage si les prix varient fortement entre {

deux fins de période.


Calcul du PMP à chaque entrée
Le moment exact du calcul pour chaque référence d'article sera soit:
- A chaque rentrée en stock : ce mode de valorisation ne prend pas en compte
les éventuels avoirs oufrais supplémentaires (douanes, transports qui modifient
les montants des factures).
- A chaque réception de facture fournisseur: ce qui permet d'inclure dans
les coûts des frais supplémentaires (douane, transport, avoirs ... ). Ce mode
amène des différences de prix si des articles sont utilisés entre le moment de la
réception magasin et le moment de la saisie de la facture. Les sorties intervenant 'Ü
entre la réception physique et le moment du contrôle de facture seront valorisés
sur la base de l'ancien PMP.
Lafonnule de calcul du PMP à chaque entrée d'article en magasin est la
suivante:
Valeur du stock avant l'entrée + Valeur cie l'entrée t}Jd
p~~=--------------------------------
Quantité eu stock avant l'entrée+ Quantité entrée

Le calcul à chaque entrée est rendu possiblepar les moyens informatiques. Il est
le plus employé dans les nouveaux systèmes de gestion de stock.
·1~
Calcul du PMP au contrôle de facture
u
Ce mode est proche du calcul à chaque entrée mais il permet de tenir compte
des frais supplémentaires. Son inconvénient est que les articles utilisés entre la
réception et le contrôle de facture sont valorisés à l'ancien PUMP.

:W;R,~:~:~:i~li Qu 1est-ce que la gestion des stocks par FIFO ?


La valorisation par lots premier entré premier sorti ou FIFO (First In, First Out).
Pour certaines activités, il n'est pas possible de pratiquer le PMP. Cela provient
en général de fortes variations des prix d'achats, d'obligations de distinguer
des prix différents pour une même référence en fonction: des lots, des dates de
fraîcheur, des variations des cours ...
Dans ce type de gestion devenu rare, chaque lot entré en magasin est
individualisé physiquement avec le n° du lot inscrit sur son emplacement.
A chaque sortie de magasin le logiciel de gestion devra permettre de
sélectionner un lot avec des quantités, des caractéristiques et des prix
spécifiques. Les lots sont épuisés en commençant par 'les plus anciens.
La valorisation du stock se fait lot par lot. Ce sera une opérationassez lourde
pour le système informatique qui devra effectuerbeaucoup plus d'opérations

·-''1".. .··
J::d
IUh.~~·~lr.ci·!;!;~~.::à:::~.~.::li:J':::~~· ~~~
es de maintenance

.,,,., . ;1-
_ _.~

que pour un stock valorisé au Pf):fP.


En général chaque lot est valorisé indépendamment à son propre coût d'achat.

m!l?~~ Qu'est-ce que: la gestion des stocks par LIFO ?


La valorisation par lot dernier entré, premier sorti LIFO (Last ln, First Out), ou
dernier entré; premier sorti.
Cette méthode rare est l'inverse de la FIFO (First In First Out).
Les lots de marchandise sont épuisés en commençant par les derniers entrés.
En général chaque lot est valorisé indépendamment à son propre coût d'achat.

m~~~~*""~
Qu'est-ce que la valorisation des stocks au dernier prix
connu ou NIFO ?
La valorisation au dernier prix connu ou NIFO (Next in, First out) qui se
rencontre rarement.
Avec cette méthode les articles en stock prennent la valeur du montant de la
dernière commande ou d'un prix de remplacement. Ce mode de valorisation est
utile dans les cas suivants :
- Le stock n'était pas valorisé et les prix ne sont donc pas connus avant
l'installation d'une GMAO.
- Les prix ont connu une telle variation qu'ils doivent être réactualisés.

mmmli Qu'est-ce que la valorisation au prix standard?


C'est un mode de gestion qui utilise des algorithmes spécifiques pour tenir
compte de circonstances particulières : coûts de transport et douane élevés.
Ces coîtts sont en général réactualisés annuellement.

Fmr1~1 Quel est le coût annuel d'un stock inutiH.sé ?


25 à 30% de sa valeur d'achat.
Ces calculs tiennent compte de la valeur immobilisée, de ce qui aurait pu être
produit avec, des coûts de magasinage.

~!!jJmQuelles conditions doit remplir une pièce pour être


un élément amortissable ?
Elle doit être inscrite à l'actif du bilan.
Elle doit être de nature à se déprécier dans le temps.
Exemple de biens amortissables :
li les constructions ainsi que les honoraires d'architecte et la taxe locale
d'équipement qui font partie du prix de revient ;
ales installations techniques, le matériel et l'outillage industriels;
Ble stock de pièces de rechange (depuis 2005);
Ille matériel de transport;
11 les autres immobilisations corporelles : mobilier, matériel de bureau et
matériel informatique, agencements, aménagements, installations, emballages
récupérables identifiables ;
11 les brevets, licences et marques sont amortissables car ils sont destinés à
tomber dans le domaine public, à l'expiration d'un certain nombre d'années;
li les frais d'établissement, eux aussi, s'amortissent, mais le terme
« amortissement » n'est pas ici employé dans son sens habituel car il ne s'agit
pas de la prise en compte de la dépréciation mais de l'échelonnement de la
déduction de ces frais sur plusieurs exercices.

69
Organisation de la fonction maintenance
1
'N1v~~u,'':1~.'·,l
~.~!!J:.:~:l1w<',.,.-<,M ~,_)' ,
Indiquez l'ordre des étapes d'un inventaire vj
1. Sélection d'un lot d'articles à« inventorier». Ce sera une rangée de magasin, A1
-~
une ou plusieurs travées, etc.
2. Edition d'une feuille d'inventaire correspondant à cette sélection. Une liste des /i
articles est imprimée avec la place pour inscrire la quantité relevée.
3. Comptage physique des articles dans les rayons, casiers.
4. Saisie des quantités relevées sur le document.
5. Validation des écarts et contrôle éventuel.
6. Un rapport est édité chiffrant les différences ; les écarts sont communiqués sur
un compte d'écart dans le logiciel de comptabilité.
Dans la GMAO les quantités notées sur le document seront saisies.
Une autre méthode d'inventaire est le terminal portable à code barre.

~j~~~1iJ L'inventaire est-il une obligation légale?


Oui.
L'inventaire annuel du magasin est une obligation car il est la preuve du
montant financier qui apparaît dans le bilan de l'entreprise à la rubrique des
actifs « stocks ».

approvisionnements, achats

,fi~~~~ffi~~ll
Quelle est la fourchette de coût administratif
approximatif d'une ligne de commande ?
;~ff,i
Il est de 40 € à 50 €. ('"1

'j
~i~i~~~~·.;
Quelles sont les étapes entre le besoin
et sa satisfaction ? (ou flux logistique) 1

La DA ou demande d'achat
Initialise de manière formelle l'expression d'un besoïn.
Elle est issue d'une saisie manuelle ou d'un calcul des besoins automatique qui
tient compte des travaux planifiés et lancés.
L'appel d'offre
Il permet la recherche de fournisseurs et d'articles.
La mise en base de données permet de constituer un fichier des fournisseurs
potentiels en cas de défaillance des fournisseurs habituels.
Lacommande
Elle engage l'entreprise vis-à-vis du fournisseur. Lorsqu'elle est approuvée par
un responsable, elle est expédiée au fournisseur. ' ~;i

Lorsqu'elle est entièrement réceptionnée, elle est soldée. ~


'-'a
La :réception
Elle formalise l'entrée en stock du matérüd commandé. Elle comprend des
procédures de contrôle qualité pour certaines commandes : vérifications des
dimensions, des caractéristiques, tests, contrôles non destructifs, prélèvements
pour contrôles destructifs, etc.
Elle est éventuellement suivie d'un retour. Si le contenu est refusé avant la
réception, il n'y aura pas de retour.
Le contrôle de facture
Vérification des factures avant passage en comptâbilité pour règlement
fournisseurs.

~~·-~-~ .
70
lméthodes de maintenance
:l
~~

Débits, crédits
Avoirs ou surcoûtsâus à des rectifications d'erreurs, retours de matériel refusé,
frais de transports;
'S Voir dessin ci-dessous.

Calcul des besoins par ?viRP


' '' aleria! Reqtürement Plaw1ing)

l'

Délai:
là6
semaines

~ Notes de débit (sm·coûts)


Notes de crédit (avoirs)

~,~,yt~~
Que comprend au minimum un accord cadre ou marché
entre un fournisseur et un client ?
• Nom des contractants
11 Date du contrat, durée du contrat
a Nature des marchandises concernées
• Lieux de livraison
• Quantités minimum et ma..rimum concernées
• Prix unitaire, rabais consentis
• Délais de livraison
• Conditions particulières en cas de dépassement de la quantité maximum ou de
non respect de la quantité minimum
• Quantités minimales de livraisons
a Clauses juridiques
• Tribunal de compétence en cas de litige.

~!Y:!l~W?
Décrivez le fonctionnement d'un marché ou accord
cadre avec un fournisseur.
L'appel d'offre
Il permet la recherche de fournisseurs et d'articles. Chaque année une liste
de prévision d'achats de fournitures est adressée aux fournisseurs potentiels.
La mise en base de données permet de constituer un fichier des fournisseurs
potentiels en cas de défaillance des fournisseurs habituels.
Le contrat
Les offres sont comparées sur le montant global ce qui n'empêche pas de
négocier les articles non compétitifs. Un contrat ou commande cadre ou marché
annuel est conclu entre client et fournisseur.

71
Organisation de la fonction maintenance
1
_!

La demande de livraison
La possibilité de passer sans contrôle des demandes de livraison est déléguée à
certaines personnes et évite de passer par le circuit d'approbation traditionnel.
Ceci est dans le cadre du marché. Ce procédé fait gagner un temps considérable
et concourt à l'abaissement des prix très courts.
La réception
1
Elle formalise l'entrée en stock du matériel commandé. Elle comprend des
é
procédures de contrôle qualité pour certaines commandes (vérifications des
dimensions, des caractéristiques, tests, contrôles non destructifs, prélèvements '-3
pour contrôles destructifs, etc.). I
Elle est éventuellement suivie d'un retour. Si le contenu est refusé avant la s
réception, il n'y aura pas de retour. c
Le contrôle de facture
Vérification des factures avant passage en comptabilité pour règlement
fournisseurs.
Débits, crédits
Avoirs ou surcoûts dus à des rectifications d'erreurs, retours de matériel refusé,
frais de transports. ''

Crucnl des besoins


par ~!RP (Matetial
Requi.rcmcnt Plmuti.ng)
Action des ndmts
Conummde
lviarché ou Contrat uëgocié
:uuu1cllement :tvcc fottmissclu'
l
i
f
~
j

~[
D cmmHlc ponch1cllcs

çohércucc

1.

Action d('.s nppro.,isionueurs t·
Vérification des slocks, demande de l
1
linai.c;oos
t
~' .

r
~
1
Notes de débit (surcoùts)
Notes de c!'édit (avoirs)
t
~'
i
Flux logistique optimisé par des marchés ou commandes cadres
~
~
r
~
1-J,(y~~i~i:~f Quelles sont les étapes du calcul des besoins en
1natériel dans une GMAO ?
Réapprovisionnement automatique en GMAO
Dans les GMAO avec les stocks intégrés, le réapprovisionnement automatique
lt
f
ou calcul des besoins est une opération qui comprend plusieurs étapes associées l1
aux travaux planifiés.
1ère étape du calcul des besoins. t
1
Calcul du stock virtuel des articles
11 Le logiciel scrute l'état des stocks
11 Il applique ensuite la formule de calcul suivante:
Quantité stock virtuel = Quantités en stock
+ Quantités en Commandes approuvées non soldées
+ Quantités en DA approuvées non passées en commande
- Quantités Réservées pour travaux

7
'
22~méthodes de maintenance
~

'-··-··-~"'1. .~..,..~=""·=·~-- l li. il


2èmeétape du calcul des besoins.
Scrutation des conditions de réapprovisionnement
Le réapprovisionnement d'un article est lancé si:
1[e B la comparaison de la quantité du stock virtuel est inférieure au point de
commande ou au niveau de stock mini (selon les logiciels);
• les paramètres de la fiche GMAO pour cet article autorisent son
réapprovisioimement automatique ; si ce n'est pas le cas le logiciel demandera
éventuellement une commande spéciale pour le ou les OT concerné(s).
3èmeétape du calcul des b~soins.
Définition de la quantité à cQmmander
Si le réapprovisionnement est nécessaire, le logiciel effectue le calcul de l'une
des manières suivantes :
Quantité à commander = Quantité maximum - stock virtuel
Quantité à commander= Calcul complexe tenant compte : du stock virtuel, des
estimations moyennes de consommation jusqu'au prochain calcul ainsi que des
délais moyens de livraison des différents articles.

• Diagramme de fonctionnement du calcul


~· des besoins en GMAO (MRP)
~'"
tr·~·:
tf:::
t:> 1....._Articles ,.,;;._ If~!
pour
_______,__ ~'''
j.. ,__Demandes ~"~!
,__ ._ -- --·---~î!J., l ------------
__ _______ Rwrrui
~,,,lJ:t
l Etat rles stocks
1\t

Demandes d'achat ou Com.nmndes


générées autonmtiquem.ent
.,1,.'
' ~
•.. '

~>

. 0 . . de 1a f onct1on
rgamsat1on . .
mamtenance 173 '<'
N'r[ti:tii
!:::~'!-:::l..,)il:o~i:.,'r.

gMAO
TT ,
1

Liv

utilisation de la GMAO ·~ ~
F ~'
(c3
Ni~:ê;~,iJ] Quelles sont les principales fonctions d'une GMAO ? t
11 Gérer les équipements
li Demandes d'intervention
111 Préparation, ordonnancement des travaux {j

ill Gérer la maintenance préventive


111 Planifier les travaux
11 Lancer les travaux et imprimer les OT (ordres de travaux)
--~
Il Gérer les stocks de pièces détachées : entrées, sorties, inventaires cc
111 Gérer les achats cT.
/'"
11 Valoriser automatiquement les coûts de maintenance
1111 Produire des rapports et analyses f.
,@~~~i;~;:: Quel est l'avantage de la GMAO quand on prépare le
matériel pour une intervention ?
Il n'est pas nécessaire de se déplacer pour connaître les codes et les
disponibilités des pièces en stock.

mi~~~~fl~â
Comment s'appelle le document imprimable qui donne
au technicien les informations utiles pour débuter un travail ?
Un OT (ordre de travail) ou BT (bon de travail).

~~i~~~Quelles sont les obligations des intervenants vis-à-vis de


la GMAO après une intervention ?
Faire un compte rendu .

. 'T'~:"Ji1JI[3]
,t:J•.i~,..\Ç,,.,, Que signifie GMAO ?
Gestion de maintenance assistée par ordinateur.

'filJY,:::ii~'l{}'i;j
o:.l"d"wm::u':lfJ\l
\11.<.:;.,_ ...
En quoi consiste un proJ·et GMAO?
Mieux s'organiser en s'aidant de la GMAO .

.~4-l~~~~Qlli~! Un logiciel GMAO et un logiciel des stocks différents


donnent-ils de bons résultats ?
OUI s'ils sont conçus pour être associés et si le paramétrage est bien réalisé.
En dehors des modules-d'ERP cette solution donne rarement de bons résultats
vu la complexité des échanges de données entre les logiciels.
ERP: logiciel intégré de gestion d'entreprise.

fi.l'iv~Jiiîiiâ~
\ \'~:{.;l,~..:_~~~~~~\îc;)'i
Qu'est-ce qu'un OT ou BT?
Ordre de Travail ou Bon de Travail qui indique le lieu et la nature des travaux à
effectuer.

7
4
1méthodes de maintenance
:J, ,·;•·. "è.C'C: .·.-_:•···"' · ·.<",'.~ ;.,-:'..c.;D.'~]'.;:!Z,é7
.. ,.,,.• ,_.,.<0···.=··.•.--···.··c;;.-;; ·•;·.. 0 • ··•" .... • ... . ..... • _ _. . . .......... • ....
. l·
::.
~r-

t.:· · ]..
<1
lSt&~~ji@.~ Qu'est-ce qu'une planification GMAO de type MRP2?
Une planification des besoins en matériel et en ressources qui ne prend pas
en compte les capacités ressources disponibles mais uniquement les délais de
livraison.

~Qu'est-ce qu'une planification GMAO de type MRP3


(capacité finie) ?
Une planification des besoins en matériel et en ressources qui prend en compte
les capacités ressources disponibles et les délais de livraison.

~(~~!r~l Qu'est-ce que le statut (ou état) d'un OT?


L'état d'avancement dans son traitement.

!f&l~~'m
Mettez en face des lettres le nom de l'opération qui
correspond aux mouvements avec la base de données de la
GMAO.
Accès contrôle Accès contrôle
Sélection équipement 1A Sélection équipement 1 0.1
Détails équipement Détails équipement
1• ,· OT, tâches OT, tâches 1Mode
Préétablis. Consignes 1B Préétablis, Con~ign~s opératoire
de sécurité de securtté
Consultation Maaasins,
~<-·catalogues Fournisseurs Préparation
c 1 Valorisation Automatique matériel

Liste des Qualifications


Internes ou Externes
Valorisation automatique
Calendrier des ]
Liste des Qualifications
Internes ou Externes
Valorisation automatique
Calendrier des
Préparation
ressources J
Intervenants et de Planification
Intervenants et de leurs engagements
leurs engagements
Retraits magasin Lancement
Retraits magasin Affectations
Affectations JF Relevé Temps Passés Réalisation
Relevé Temps Passés
Mise à jour de la
Mise à jour de la 1G Base de Données Compte rendu
Base de Données
Solde commandes ,. Clôture
Solde commandes T H

Question Réponse

installation d'une GMAO

m~l~~~1 Qu'est-ce qu'un menu?


Un ensemble de fonctions regroupées pour un type d'utilisateur.

~~~HJ~~ Qu'est-ce qu'un menu contextuel?


Un ensemble de jonctions dont le contenu s'adapte automatiquement à l'écran et
aux données affichées.

~tW!~~ Qu'est-ce qu'une interface GMAO?


Un lien informatique qui assure des échanges d'information cohérents entre
deux logiciels.

~!f!~t~-~~~1 Faut-il faire un cahier des charges pour une GMAO?


Oui.

gMA0/75
Le CDC est un élément-clé de la conduite du projet, il garantit la cohérence du p, 'l

projet et son adéquation à vos besoins. Gest


Un CDC dans une entreprise de 600 persa,nnes se fait en 10 ou 20 jours.!! & Jj

tient compte de l'existant et des objectifs d'amélioration souhaités. Le meilleur G.·t


moyen de ne pas se tromper est de faire précéder le CDC par la rédaction des Inve
] J
procédures de travail.
.....'(
~)M;[~~~§~
En quoi consistent les procédures ou processus
de fonctionnement ? \\h
:Y~-~,·~

d~
Cette opération consiste à écrire de manière concise qui fait quoi, quand et
comment. 1. r_
Le terme « Procédure » a pour certains une connotation négative (lourdew; : I
j, J
contrainte ... ). Ils' agit en fait d'investir quelques heures ou quelques jours pour
,1,
réfléchir sur la meilleure manière de remplir une tâche ; identifier les blocages
actuels (mauvaises habitudes, mauvaises décisions ... ) afin de définir une manière
simple, rapide et naturelle de la réaliser. Le résultat sera un document qui ne b.
7.
sera utilisé que lors du paramétrage de la GMAO.
Exemple: la préparation d'un travail nécessitait 2 à 4 heures et dérangeait
ponctuellement 3 personnes. La manière de réaliser cette tâche a été examinée
en concertation avec le magasinier, le service informatique, le responsable
maintenance, le responsable logistique et un agent méthode en une journée de
réflexion. Une procédure a été rédigée sur papier puis soumise à approbation.
Le gestionnaire GMAO a utilisé cette procédure papier pour améliorer le
paramétrage du logiciel qui est alors devenu intuitif. Après une heure de
formation des agents méthodes le temps moyen d'une préparation est devenu
inférieur à une heure économisant des allées et venues. La procédure rédigée sur
papier, devenue inutile, est archivée.

~:.(~t~,~t31J Comment doivent se rédiger les procédures ?


La rédaction des processus/procédures de travail est un révélateur• des
dysfonctionnements tout en proposant des améliorations possibles. Ce sont des
entretiens menés par un ancien maintenancier avec les personnes concernées
sur leur lieu de travail. Il faut écouter et proposer des procédures éproùvées
qui font gagner du temps. Il faut également déceler les « non dits ». Il faut,
pour aller vite, faire des propositions concrètes. Faire une étude de l'existant en
demandant aux maintenanciers ce qu'ils veulent est insuffisant.
Les hommes de terrain adhèrent très vite à tout ce qui est frappé du bon sens et
qui leur facilitera la vie.

~Ik~~~~~~
Notez les principales procédures ou procédures
nécessaires au fonctionnement d'un service de maintenan~e.
Gestion des arborescences d'équipements.
Création et exploitation du plan de préventif.
Demandes d'interventions adressées à la maintenance.
Création des ordres de travail (OT).
Préparation des travaux (matériel, ressources, modes opératoires ... ).
Planification, ordonnancement des ordres de travail (OT).
Lancement des travaux et distribution du travail. ·
Compte rendu des ordres de travail et temps passé (OT).
Sorties de pièces, matériel, outillage et retours.
Clôture et archivage des OT.

'761 méthodes de maintenance


:-'!:'>".- ;,, .,_·J'"f·!'. , c_ '·.,·.,._-.a~. ._.·. _., ~ ~• ·•_:_:_, · •. ''"' H•,Wn"'-'<" ''""''''~-• - ·.,.;.,-•.; . . . ._ ..... - . 1~
,.,
Planning de mise à jour des présences, absences
Gestion des arrêts annuels
Suivi des coûts
Gestion des pièces de reçhange
Inventaires
Elaborqtion du budget
Maîtrise de là documentation

~~iiJJJil:1
Quelles sont les étapes de la sélection d'un logiciel
de GMAO?
1. Les procédures
2. Le cahier des Charges
3. Le CDC
4. Définition des contraintes techniques
5. Définition des contraintes organiques
6. Définition des contraintes fonctionnelles
7. Démonstrations
Définir les procédures
Qui fait quoi quand et comment et où ?
Définir le CDC
Un CDC dans une entreprise de 600 personnes se fait en 10 ou 20 jours.
Définir les contraintes techniques : SGBD, système d'exploitation, architecture
(client serveur, Web, monoposte). Intégration éventuelle à d'autres logiciels.
Définition des contraintes organiques : conception de base du logiciel,
adaptation à l'organisation à informatiser, (multîsite, monosite ?). L'application
sera-t-elle structurante ou non ? Faut-il prévoir des personnalisations ?
Intégration à d'autres logiciels (un ERP(*) par exemple) ? De ces décisions
dépend le type de Workflow (**)qui impactera le coût du logiciel.
(*)ERP: logiciel intégré d'entreprise type SAP par exemple.
(**)Le workflow est le jalonnement structuré des différentes tâches (Quifait
Quoi, Quand ?)
Arrivé ici vous aurez sélectionné tout naturellement une «short list» parmi les
dizaines de logiciels du marché.
Définition des ,contraintes fonctionnelles : il suffit de demander aux quelques
éditeurs conformes aux contraintes précédentes de faire des démonstrations
structurées.
Démonstrations
Ces démonstrations se feront en suivant les procédures intégrées dans votre
CDC. Vous aurez fourni un échantillonnage de vos données (équipement,
articles, gammes, ... ). Mais attention c'est vous qui menez la démonstration par
un jeu de questions-réponses le tout devant un groupe d'évaluateurs.
Si les étapes précédentes ont été réussies, la mise en œuvre sera rapide et
réussie. Dans le cas contraire vous perdrez un temps précieux à chercher des
réponses à des questions qui auraient dû être posées auparavant.

·~:.

,;,

gMAOr7
,l
t~!~~~!!;;@,l
Quelles sont les étapes de la mise en œuvre .t
d'une GMAO? s
Classez-les dans l'ordre logique.
A
La mise en œuvre pourrait se dérouler dans un cas idéal comme ci-dessous : ~

A. Installation du logiciel avec une base de formation et une base prototype.
B. Formation sur le logiciel et réalisation d'une maquette sur la base des
procédures.
C. Tester cette maquette avec ceux qui utiliseront le logiciel. Avancez pas à pas !NJ$
et ne faites rien à moitié : arborescences avec les nomenclatures, travaux, stocks
et achats, tableaux de bord.
D. Une fois la maquette validée, organisez la saisie des données, utilisez
éventuellement un scanner et un OCR pour saisir les équipements et les pièces
détachées.
E. Préparez les manuels utilisateurs et la formation des utilisateurs.
F. Démarrez et veillez à ce que tous les utilisateurs jouent le jeu. Si une partie
des utilisateurs n'utilise pas la GMAO les informations seront en grande partie
inutilisables.
G. Exploitez rapidement les résultats de votre GMAO : réagissez aux
informations remontant du terrain, sinon vos techniciens se démotiveront.

Nl~!i~t~J6 Qu'est-ce que le paramétrage d'un logiciel GMAO? F•.i;


Mettre les mécanismes de fonctionnement automatique du logiciel en accord
avec le cahier des charges.

:NI~,.~"â:tf?3i':
Qu'est-ce que l'importation de données dans une
d·;t1M~.·.:'i~i'.?.:;:_.,. ~
GMAO?
C'est l'introduction de fichiers informatiques sans avoir à les saisir un par un
dans la GMAO.

décomposition d'un bien en


sous-ensembles, arborescences Nl
·,<j',

citYi~~[~;i
Pourquoi faut-il décomposer un bien en sous-ensembles
pour assurer son suivi en GMAO notamment ?
Pour suivre plus en détails la vie d'un bien .

.fi:\1\!,~~H;,?.;; Qu'est-ce qu'une arborescence ? ·


L'arborescence
C'est la représentation des sous-ensembles d'un bien à maintenir, le tout situé
dans son environnement géographique et opérationnel.
Elle doit être spécifique aux exigences des mainteneurs et ne contenir que ce
qui leur est nécessaire pour ses opérations courantes. Ce ne sera ni un plan
de montage, ni un plan mécanique ou un schéma électrique. Elle se différencie
des arborescences de fabrication ou d'ingénierie qui répondent à des besoins
différents.

· ~·
78
,méthodes de maintenance
.
;r;o;;:~~r·~·<.J-r<'fo,,w<•i·:;;.~·..-~·:;-.;.'JPy~.n....$;m:; ---~~~~n::'.~.·.=..-~.:rl~·:>"":r;T'=~~==·-===========-...,.,.,.... _______,.;;.;;J~;;;;.;.,.......:..
....... '

Exemple d'arborescence simple


Site ou usine
Ligne de fabrication
Machines
Sous-ensembles
Il convient aux petites unités gérées avec un logiciel GMAO léger. Il a l'avantage
de la simplicité mais l'inconvénient de mixer des éléments géographiques,
fonctionnels et techniques.

~]Y]!~] Qu'est-ce qu'une arborescence complexe?


L'arborescence complexe
C'est une arborescence mufti-natures qui permet d'intégrer un bien à maintenir
dans plusieurs arborescences.
R Arborescence géographique
• Arborescence fonctionnelle
a Arborescence systèmes
Chaque arborescence correspond à une préoccupation.
Elles sont nécessaires dès qu'il faut gérer un peu plus que quelques machines :
des réseaux de fluide ou d'énergie, des ensembles immobiliers, des ensembles
opérationnels, ou encore dès qu'il faut visualiser plus de trois niveaux pour faire
un OT.
Ainsi est-il possible de visualiser un bien selon plusieurs modes de recherche.

fl~~~liJ Qu'est-ce qu'une arborescence géographique?


L'arborescence géographique
Elle a pour but de situer un matériel et de guider l'utilisateur (qui sera parfois
un intervenant extérieur ne connaissant pas le site) jusqu'au bien à maintenir.
Pour cette raison, l'arborescence topographique de l'équipement à réparer sera
imprimée sur l'OT.
Elle permet également d'identifier les travaux en cours sur un lieu donné avant
d'en commencer un autre, ceci afin d'éviter les interférences de risques.
Exemple : Site 1 Zone 1 Bâtiment 1 Etage 1 Repères selon des coordonnées XY
(repères affichés) et éventuellement altitude pour les points de vidange de
canalisation.

~~1,; Qu'est-ce qu'une arborescence fonctionnelle?


U arborescence fonctionnelle
La fonction définit le matériel par son rôle vis-à-vis du procédé en permettant de
le situer dans un ensemble opérationnel. Pour les techniciens qui connaissent
bien le site cela suffira pour identifier le lieu où se trouve ce matériel.
Elle permet également de collecter dans l'historique de la fonction celui des
divers matériels interchangeables qui se sont succédés pour remplir cette
fonction.
Par exemple la fonction« POMP-001 »comprend dans son historique ceux de
la pompe matricule« n° 0012222 »actuellement en fonctionnement et celui
de la pompe «n° 0788009 »avant son remplacement en juillet 2002. Enfin les
informations collectées sur la fonction permettent d'intégrer le coût maintenance
au coût d'exploitation.
::.,'

~:.'q

gMAOrg
~l~i~J:mf Qu'est-ce qu'une arborescence des réseaux? ..J
L'arborescence des réseaux
Les réseaux sont des entités mufti-emplacements comme par exemple les réseaux
Ll,.
_j

n
électriques ou de fluide.
'

On peut faire des OT sur ces réseaux.


Ils consolident les historiques des divers matériels qui leur sont raccordés. '
J.

Ainsi il est possible de connaître le comportement et le coût de maintenance


d'une distribution d'air comprimé par exemple.

·.w;,q~~!l;~·~
Qu'est-ce qu'une arborescence des tnatériels ou
équipements ou actifs ou appareils ?
L'arborescence des matériels
Un matériel est une entité achetée et maintenue, éventuellement remplaçable~
Selon les GMAO, cette entité sera appelée : appareil, immatriculé, équipement,
sous-ensemble, actif. ..
Des nomenclatures de pièces de rechange seront établies. Une nomenclature est
la liste des articles stockés ou non susceptibles d'être utilisés en tant que pièces
de rechange dans les réparations du matériel considéré.
Ces nomenclatures doivent être impérativement réalisées pour faciliter
l'utilisation de la GMAO et pouvoir éliminer les pièces de rechange des
équipements obsolètes. 1
Les éléments issus du découpage matériel sont complétés par des
caractéristiques qui ont pour objectif de regrouper les données constructeurs et
les données utiles pour la maintenance de ce matériel :
11 techniques : dimensions, puissance, capacité maximum donnéepar le
constructeur (qui est supérieure à la capacité opérationnelle), références des
documents techniques, référence de la nomenclature de pièces de rechange
associée;
a administratives : références du constructeur, informations sur le constructeur,
le distributeur, n° d'immobilisation, coût de remplacement, etc... ·

~i§~.~~l~~
Qu'est-ce que la consolidation technique et financi~re
des arborescences en GMAO?
Un OT effectué sur un matériel peut (selon les logiciels GMAO et les
paramétrages) être dupliqué dans la fonction et dans le réseau correspondant.
Les éléments techniques et financiers permettent ainsi des consolidations.
Nous parlons ici de consolidation ascendante. Une .consolidation ascendante
et descendante peut être proposée dans certains logiciels au prix de quelques
complications.
Dans la plupart des logiciels un module financier permet de suivre les coûts
sur la base de structures de coût et de consolidations indépendantes des
arborescences de biens à maintenir.

.!
'(

80 ~ ' ho d es d e mamtenance
.
met

~~o..:;l".;;::.;..,-:';'_'-,;~l.r<·.O.:..__;...:cr•.:<ii'l.:..~.i' · '"·-aer.ffû.:'ë""..,,.- ---·-:-·=---.,;~-:-·~~---'".,,..,........ai __. ft .. -,~:: ,li


1111 Exemple d'une arbprescence industrielle

.
........................................................,
:
.

1 .
i ... ~:. 1

·-------r---------------
Ill - • -·. - • - • - • - • - • - •• ··- •

. Ré seau c::::::::J
Emplacement 1··::'-''""'''k.l
Fon ct ion '"'·*".b'''-·;%:J
Ma té rie 1c::::::::J

11 Exemple d'une arborescence tertiaire

,:.~

~~~~Hff~~
Qu'est-ce qu'un modèle conceptuel de données
(ou MCD)?
Une méthode graphique permettant de situer les relations entre diverses entités.

~;- \

gMAOJSl
11 Relations entre les diverses natures ·~

d'arborescence (méthode Merise) r;;


Les relations entre ces diverses natures de biens peuvent être représentées selon un
modèle conceptuel issu de la méthode Merise.
E

l)IÎ

Matériel

L'arc de cercle fléché 0


sur le coin gauche d'une nature d'arborescence (ex:
emplacement) signifie que plusieurs biens du même type peuvent constituer entre eux
une arborescence homogène.
Les chiffres près des flèches indiquent les cardinalités. Par exemple un emplacement
peut comprendre aucune (0) ou plusieurs (n) fonctions.
N
·:_;;..:

A l'inverse, une fonction peut être localisée soit sur aucun (0) emplacement soit sur un seul
ç
(1).

Planification des travaux de maintenance,


jalonnement (workflow) 1
'-

N'ï~é"''fl~a~
J..~~·~li.:~Wi>,$~{/J,;(,P.;a\1 Qu'est-ce que la planification des travaux ?
.

À intervalles réguliers et prédéterminés, et en fonction des paramètres : effectifs


(ressources disponibles, franchissement du nombre d'unités d'usage, entretien
conditionnel, ordres de travaux, etc.), l'échéancier est actualisé lors de la
planification.
Cette planification prend en compte les contraintes liées à l'exploitation et les
ressources disponibles.
Suite à cette décision, l'émission du document d'intervention est réalisée et
constitue le programme d'activité de l'équipe de maintenance.
(Selon norme AFNOR FD X60-000)
On retient fréquemment la semaine comme période de planification par les
responsables de maintenance et par les éditeurs de logiciels de GMAO (Ges~ion
de la Maintenance Assistée par Ordinateur).

~JY,~,Pl~~~ Quel est l'apport d'une GMAO lors de la préparation et


planification de travaux importants ?
• Ré-utilisation de préparations semblables (gammes).
11 Lien avec les stocks permettant de réserver.

ID Consultation des pièces des nomenclatures des équipements ce qui évite des
erreurs ou approximations hasardeuses.

~1 méthodes de maintenance l1
Elle évite de nomb'(euses ressai~ies ou écritures.
Elle informe de la suite donnée aux demandes d~achat.
Elle informe des livraisons de matériel.
:' 1 f
,EUe valorise 'automatiquement le coût du travail préparé.
Elle offre des outils de planification.
Nota : la pla~ification est explicitée en détail dans le chapitre « organisation de
la fonction maintenance».

~jBffjl Que signifie MRP ?


. " . Matt!_rials Requirements Plannings
C~·~:i,i;• : ·.;'}.fRPO: planification des besoins en composa~ts (Materials Requirements
': *~f~~~~"
't;·.H:,:, , ·.Plannings) à partir des demandes en produits finis et des approvisionnements
. "S,:~}_,~•:_ .
(. :~~-~'d
· ·eXistants.

Il' ÙRPJ : MRPO auquel on a ajouté le calcul des charges de l'outil de production
engendrées par les besoins en composants.
MRP2 : MRPI mais en tenant compte des effectifs disponibles, des absences,
autres planification.
En GMAO on utilise en général le MRP2.

~~~ Que nécessite au préalable et au minimum une


1
planification en GMAO ?
La mise à jour d'un calendrier des présences et disponibilité des ressources.

t~{~{ La préparation précise des travaux.


li'

-~, IDemand+IAHBHCH ·~-ŒJ


~' ·' ..
l .~ ' ' '

~.'
~~·f.·
·~,1'!~19 Indiquez dans le dessin ci-dessus les étapes
d'une intervention remplacées par des lettres.
A : Préparation

[:·f'~·. >
B :Planification
:(,,_
·•···
C : Lancement
r:~' D : Compte rendu
~~~~
!>.,. '

f~. ·. . . '
!'.·,, '.
:-.:;···. .
'(:.: :t[f!\111 Quels sont les deux principaux modes de représentation
'
graphique des planifications de travaux ?

. ;;_ Diagramme de Gantt

l'~·
Méthode PERT
Il existe également la méthode MPM ou méthode des potentiels qui reprend la

tk;·:~ f0 '
démarche PERT mais avec des représentations différentes.
Il y a enfin les représentations propres aux éditeurs de logiciels (dessin ci-
.i.-~-::;.. ' .
·-~---
dessous).
·\>
~; .··
~':
:
~.... ·.
!;·.;-.. •',
-- :L-~ ~ ..

gMA0183
..•.:,:~
-..:1

111 Préparation des travaux en mode diagramme fl'i~. s


de Gan tt (MS Project de Microsoft) est

~~!~~j;~~:~l
Dans le diagramme de PERT du logiciel MSP Project
ci-dessous que signifient les lettres A : 1 lB : 1
C: 1 D:
A : N° de tâche
B : durée de la tâche (ici en jours)
C : date début de la tâche
D : date de fin de la tâche

Question Réponse

84
1méthodes de maintenance •

~=-~-;,..;;....:.;:~~ ·--- :.-;:;;-"-"=<='_,_ ---·-··- ---- - ---- - --- ... ----. •. :"
""!il Dans le diagramme de PERT ci-dessous lequel
mode PERT standard lequel est le mode MPM ?
A : mode PERT standard lB: modeMPM,
il
~
~

Oùré~Wé~ûadi 1~ tâthe . >

Mode A
Date de début au plus tard
Date de début au plus tôt

Repère de la tâche Contrainte


Durée. de la tâche

ModeB

flfi\~ Qu'est-ce qu'un chemin critique dans un PERT ?


Une ou plusieurs tâches qui ne peuvent subir aucun retard sans remettre en
cause le projet.
Le chemin critique passe par les tâches dites critiques (sans flottement), qui sont
celles pour lesquelles la date de réalisation au plus tôt est égale à la date de
réalisation au plus tard.

Exemple: Soit un projet dont les caractéristiques des opérations (ou tâches) ainsi que
leurs liaisons et enclenchements sont indiquées dans le tableau ci-dessous :

gMA0185
11 Construction du graphe ,ptj

A=15 D=8

t
.1

Ill On a créé une tâche fictive pour modéliser la condition d'antériorité : C et E précèdent
B.
Il La numérotation des sommets se fait de gauche à droite, dans la partie haute des
sommets.
Pour déterminer les tâches au plus tôt, on travaille de gauche à droite. Il faut
11!11 ~;;:
additionner la durée des tâches les unes aux autres, en prenant la valeur la plus grande ".-~

aux intersections. La valeur est indiquée dans la partie gauche des sommets.
Ill Pour déterminer les tâches au plus tard, on travaille de droite à gauche. Il faut
soustraire la durée des tâches les unes aux autres, à partir de la date finale, en prenant la
valeur la plus petite aux intersections. La valeur est inscrite à droite.
Ji{
liB Le chemin critique passe par les tâches dites critiques (sans flottement), qui sont
celles pour lesquelles la date de réalisation au plus tôt est égale à la date de réalisation au ~.·.,~è~ .·
·-~: :.
.']-·
·<·. ~
plus tard. ·l!i'

.~~

~.
documentation technique, mise à jour . ~­

;.':
...

~,>

;Ht{Z~[a~3·~
Une documentation technique est-elle indispensable k···,. ,
'à'·'~""technicien chevronné? i
:·. :f.-,.

··~<".·
' '~.':
. .t·
Oui : sauf pour intervenir sur une panne bien connue.

~,-\.··
:"l";i:
•. j-'.1·
;·x~-.
~I~i~:M~:1
Quelles sont les obligations vis-à-vis de la .•.·.... .
.· ;c·'

documentation technique ? .
··'
..::..,,
La ranger après usage.
Mettre à jour les modifications apportées (c'est obligatoire en électricité).
La mettre à disposition de tous.
La dupliquer (avoir au moins deux exemplaires).

~!mil Un document technique doit-il être obligatoirement


numérisé pour être géré en GMAO ?
Non il peut être codifié par un code signifiant son lieu de rangement.
Presse001-01-23-14
~ ~T----
Machine- no armoire- no dossier- no intercalaire

'~,~§~~â
Comment se nomme un logiciel de gestion·
de document ?
GED Gestion Electronique de Documentation.

86 ' ho d es de maintenance
.
met

. --~--&----~ @A~-==-~------~----~----=----------------------------~---
·'.;._~,

fli~llm~ La GMAO peut-elleremplacer une GED ?


OUI pour l'exploitation.
Les liens pour ouvrir les. documents sont classés numériquement là où on en a
besoin:
Arborescence, gammes (OT pré-établis)
Fiche fournisseur.
Permis de feu à faire signer etc.
Par contre la GMAO ne présente pas les outils d'une GED pour le classement,
indexation des documents ...

m'~~~~~Quelles sont les qualités d'une bonne documentation


technique?
Etre utilisable· et utilisée.
Etre accessible.
Etre en bon état.
Etre tenue à jour pour chaque modification.

~A0187
'"!
f;

.i·~.;_
~-->:-

animation er
........

et encadrement
les connaissances des techniciens
en maintenance

i!EfllW~~ Qu'est-ce que la connaissance empirique d'un bien?

·~
C'est une connaissance basée uniquement sur la connaissance de ce que l'on a
déjà rencontré

~!~iÏY:~~~
Quels sont les avantages de la connaissance empirique
d'un bien?
On dépanne rapidement.

fi!YIDl~~
Quels sont les inconvénients de la connaissance
empirique?
On est désemparé face à un nouveau problème.

mL~~:i~l:!~;! Quel est le modèle de connaissance idéal ?


Une maîtrise du diagnostic ajoutée à une connaissance des principes physiques
qui sont la cause de la panne ajoutée à une expérience des problèmes rencontrés

hiEi%~~3
I.? empirisme est-il entièrement à rejeter dans
une entreprise ?
Pas tout à fait.
Pour aller vers la polyvalence il est pmfois nécessaire de procurer au technicien
des connaissances empiriques qui ressortent de leur métier.
Mais il est souhaitable de procurer des stages d'élargissement des connaissances
procurés par des organismes spécialisés dans les formations en entreprise.
D'autre part on rencontre parfois des maintenanciers sans formation solide,
voire même rétifs à toute formation, mais semblant dotés d'un sixième sens pour
trouver les pannes et remettre en état dans les règles de l'art. Mais ces profils
restent exceptionnels en Europe.

FYi~~ê~!
Comment limiter l'empirisme chez les techniciens
a~~~~intenance ?
Par un plan de formation régulier.
En constituant une bibliothèque technique (série Memotech par exemple).
Par des contrôles de connaissance.
En provoquant des échanges techniques lors de petites réunions.
Par une meilleure organisation: un certain nombre de tâches simples et
répétitives peuvent être confiées aux techniciens empiriques : réglages,
lubrification ... les techniciens plus qualifiés peuvent participer à ce transfert de
compétences. »

88
1méthodes de maintenance
ÜJt't"Ht'b*M:à"·'tl:L#''Wf'JOr:tf~~~snur:m·a;r~-,;r-mz·•'""W~"'T!5iiî7'?ttrn.W!â4"?Mi'5C"Z"5'Fi'iff'S>l'!"3ti'o/TWrn?mMC%1Œi'®fMM!Ii5'Zr-n-P'
.
-· ----~---------...--"'-~~

lfl!~~ Comment mener une évaluation des connaissances


en entreprise ?
Par un entretien individuel en posant des questions.
Cet entretien individuel peut être conventionnel ou sous forme de dialogue
convivial dans lequel le sujet contrôlé pourra également apporter des
connaissances nouvelles à l' évaluateur.
Par un contrôle collectif avec des questions sur un document papier.
Cela doit être de préférence mené par un spécialiste extérieur expérimenté pour
éviter le stress.
Il faut également clairementexpliquer le but poursuivi: recrutement, qualifications,
établir un programme de formation ...

~lllJB Jusqu'où peut-on aller en élargissement


de la polyvalence des techniciens de maintenance ?
Il n'y a pas de règles bien définies, cela dépend des entreprises.
Exemple 1: la maintenance d'un matériel très complexe ou à haut degré de
dangerosité (nucléaire) ne supporte pas de personnel non expert. Donc très peu
de polyvalence dans ce cas.
Exemple 2 : une installation en agro-alimentaire pilotée par un bus « profibus »
avec-les modules répartis sur les machines. Une panne peut être d'origine
mécanique, électrique, instrumentation, pneumatique ... Pour éviter l'obligation
de dépan'!er en groupe pluridisciplinaire une forte polyvalence est de règle.

l'évaluation annuelle

R)B(~)i L'entretien individuel est-il indispensable?


Oui.

~ï~l-~ Faut-il informer longtemps à l'avance ?


"'""""""'''""'"'~''""''~
Oui.
Il est soÙhaitable d'informer par écrit au moins 2 semaines à l'avance les
collaborateurs de l'entretien. Notifiez que ces entretiens concernent chacun.
Cette note d'information rappellera les enjeux de ces entretiens pour tous et la
nécessité pour les collaborateurs de préparer leur bilan

Ff-~ Y a-t-il une méthode recommandée pour mener


un entretien d'évaluation annuelle avec un collaborateur ?
Oui .
. ~::'
'
~~~~~1!~'1_: Le collaborateur doit-il préparer son entretien ?
Oui dans tous les cas.

;.;

animation et encadremen tJB9 1


~;1
~r'f''~;''"1 '~~~~
Que doit préparer le collaborateur en vue de son
k~~i:.ëeA""Sli
entretien d'évaluation annuelle ?
a Un commentaire sur le travail qu'il a accompli: routine et objectifs
. ~ ~

particuliers.
11 Les actions exceptionnelles positives.
\;
• Les contre-performances avec les actions prises pour y remédier (formation,
comportement, ... ). Il vaut mieux que le rappel de ces « ratés » vienne de lui
plutôt que de 1'évaluateur. \-
• Les formations suivies y compris les auto-formations par lecture de livres,
documents.
• Les demandes diverses :formation, outillage, lieu de travail ... r
11 11
t!J~:' é: ~ ~~tq~
Comment l'évaluateur doit-il mener l'entretien
\~111~1\CJ!~~~il:ii.~
d'évaluation annuelle ?
Préparez l'entretien.
Donnez-vous le temps nécessaire. Il est très humiliant pour un collaborateur de
subir une évaluation bâclée.
Rappelez au commencement de l'entretien son but, son contenu, sa durée, et
assurez-vous de l'accord de votre collaborateur sur ce déroulement.
Adoptez une attitude d'écoute, parlez calmement.
Demandez au collaborateur de présenter son bilan, ce qui permettra de
compléter les informations possédées (et d'éviter des malentendus), de recueillir
son point de vue, avant d'exposer son appréciation.
En cas de désaccord, laissez le collaborateur donner son analyse, demander des
précisions afin de bien explorer la situation.
Discutez des évaluations sur le comportement et les compétences techniques si
vous souhaitez le faire ouvertement.
Fixez des objectifs :
11 qualitatifs ex : rangement de son lieu de travail, faire ses CR dans la GMAO ;
• quantitatifs : ex : participer à un groupe de travail pour accroître le rendement
d'une machine.
1

~
..:c

•·-- ~_:1::s de::::___. -= - ai . ill


''Il Exemple de fiche profil individuelle
de connaissance- ·
1
'
'

' . Fiche d'évaluation ind_ividuelle : Entretien du :


1

Rêalisé par :
Léon Lemercier J. Ch. Grosbol 06/09/2008
; -Position actuelle :
i AMO AT2
Comportement 0 1 2 3 4 Observations
·•·- ·Relations collègues x
~ -EchanÇie ses connaissances x
Initiative x
. _Discipline x
! Ordre, rangement x Faire un 5S
: Sait convaincre. x
Sait écouter x
.Implication: horaires, volontariat, .... x
;~
Aptitude au commandement x

Connaissances techniques
Mécanique qénérale x A renforcer
Pneumatique x A former
r H\,tdrau li que x A former·
Electricité infrastructure x
Commande électrique x
Automatismes x A former au SP7
ln_strumentatiQn_ _ _ _ _ _ x

• Bâtir un plan de formation

mi~~ Comment déceler et communiquer les besoins de


formation?
Faire une grille ou tableau des besoins en formation en fonction des
technologies à maîtriser (voir figure ci-dessous).
Procéder à des évaluations.

. . et encad rement 191


a mmat1on
~
11 Tableau des besoins en formation !:;!,\,~·,~
Ill

Ill
Comprendre tous 1ês aspeëts du rônctionnèmeni
a
Définir un besoin face des problèmes fréquents de desserrages, fixations, normes
Assurer la maintenance des organes de liaison, accouplements, freins, embrayages
Assurer la maintenance des roulements et paliers, alignements
Comprendre les spécifications et indications des lubrifiants, les équivalenCes, définir un besoin
Faire un CDC à un sous traitant
Analyse de diagnostic des pannes
...· · · . · · · · · · ···. · . . /• . ,MaïO,~~n.an!:e. en cdepneumatiq
Comprendre tous les aspects du fonctionnement et de la maintenance des systèmes pneumatiques l ~
Savoir remplacer les filtres, distributeurs, électrovannes pneumatiques ClE
Savoir ce qu'il faut contrôler régulièrement sans rien démonter sauf les filtres et purges
Interpréter et comprendre un schéma de commande pneumatique
Connaître les principales pannes et leurs effets
. .. · . .· .· . .•.. · , ·::y.·, :IVI,?.iritf!nanceenC
·comprendre tous les aspects du fonctionnement de la maintenance des systèmes hydrauliques
' ' '. · .. ; '•:' ·.• · : • . ; :; i.)·:·.êi:; M~i.ii!g,~~nc~:~~~ rései;lyx hy,d,ra41iq~.~~l Requis! Actuel! Requis! Actuel!
Posséder des notions de base en tuyauteries, normes, matériaux
Interpréter et comprendre un schéma en tuyauteries
Conn~ltre les principales pannes et leurs .effets

. . . ., . ,-;.__ ._.,
.·.. ,·:··>·. ,, ·.: ·.;.'.'/·.r:.':'::
Effectuer la maintenance des pompes centrifuges
St:

Cette grille décrit les besoins en compétence qui sont le reflet des technologies utilisées
dans l'entreprise.
Pour chaque technicien est « requis » un niveau 1 ou 2 :
- Niveau 1 connaissance suffisante pour assurer une maintenance courante (80% des
pannes et réglages).
- Niveau 2 expertise permettant de diagnostiquer au niveau du système complet et Il
d'assister les techniciens de niveau 1.
Les contrôles de connaissances permettent d'évaluer le niveau « actuel » et de dresser
un plan de formation.
Ex : Un électricien peut être de niveau 2 en électricité et de niveau 1 en pneumatique.
Cette polyvalence lui donne plus d'efficacité et d'autonomie.
~}]~[ij;i[~ Comment assurer la réussite d'un plan de formation ?
En réunissant dès la fin de la formation les moyens de mettre en œuvre les
connaissances acquises :
Ill Outils, documents
Ill Appareils de mesure
• Missions adaptées
En présentant le nouveau profil de poste de l'intéressé lors d'une réunion.

réunions de maintenance
~·~~.~â'ii$31:
Ja.~dllih\!1~;,11\li~-fili!W-
But d'une réunion mensuelle
Informer de la situation de l'entreprise.
Commenter les indicateurs de performance de la maintenance.
Exam.en des problèmes en suspens.
Compte rendu des actions demandées le mois précédent.
Echanges techniques.
Formation courte.
Fixer des priorités.
Communiquer les décisions de la direction.
Prendre connaissance des informations à communiquer à la direction après
traitement.
Suivi des groupes de progrès (recherche d'améliorations).

921 met ho des de mamtenance


r •

·--. . ..,.;_..,.-":":_..:,;.·...:..:....~lo~........-.......~rlWitWN''-··"~Jiid!Ôira>b --• NR'.,"W.Fit'f:5Rffi'5'5JffiiH'fCi!.f!TLi!MlJ!IiJ!lf1ii? BŒliRIŒ:JF'S'TIS' ··!' - ~


~~iSl~
~;l.,h"-.l"->llA.;u\lo,)t.·~,J,,.(I,;i,'j
Que faut-il éviter lors des réunions.?
,.

· • Les réunions mal préparées


c DLes attitudes non constructives
:r~·t"r
""
·t-1el •Les rétentions d'information
•Les conflits entre services ou personnes.
riPerdre du temps avec des problèmes secondaires ou qui ne sont pas à l'ordre
:3 du jour, sauf bien entendu cas exceptionnel.

~ Quel est le traitement à effectuer à une infonnation reçue


·::6

j des techniciens avant de la transmettre à son responsable ?


Recouper si possible les informations.
Chiffrer, quantifier les informations.
j Ne pas tarder.

~ Quels sont les sujets traités en réunion de coordination


~ semi-journalière ·maintenance /production
Planification des travaux de maintenance (arrêt des machines).
s
Analyse des indicateurs communs : pertes de capacité de production, TRS ...
Demcmdes de travaux à expliciter.
Suivi des actions en cours.

• Exem,ple de feuille. de synthèse en réunion


de maintenance
Compte rendu mensuel maintenance
Mois: ...... .

Production
Ligne Observations 0

Les 10 panmslesplusimportantes durant le mois écoulé

Code Machine Durée arrêt Cause ObserVation

Objectifs d'amélioration du mds dernier

Objectifs
Réalisation, observation
~-~----

. .
ammatiOn et encadrement 193
111 Feuille de synthèse du responsable
de la maintenance

Présentation du:
tndicateurs Mensuets Maintenance 1
~r~--
Indicateur MO M-1 M-2 A.O A.-1 Objectif
MO M+1
De1:.ensesmamenance
Budget préw
Réalisé .Jj
1

dl
"
our tJes arrets nr1 1

Ligne 01 .001
Ligne 01 .002

MHJf prO<IUctlon (1)


Ligne 01 .001 '11,,
Ligne 01 .002
....... ! '~

Ml tif matrtenance (2)


Ligne 01 .001
Ligne 01 .002
.......
M!JR(3)_
Ligne 01 .001
Ligne 01 .002
.......
!.&C4J
Ligne 01 .001
Ligne 01 .002
.......
t:ve SlfJOfiCatfS :

Actions mois prochains :

·i:J
0
(0) Coût des arrêts: valeur du manque à gagner (CA- coût matières).
(1) MTBF production: c'est le ratio (Temps de fonctionnementthéorique- Tèmps
d'arrêts)/nombre de défaillances). Les défaillances sont mesurées par la production et
comprennent donc les pannes et les micro-défaillances (réglages, erreurs humaines, Nl
arrêts d'approvisionnement matières ... ).
(2) MTBF maintenance: c'est le ratio (Temps de fonctionnement théorique- Temps
d'arrêts)/nombre de défaillances) les défaillances sont mesurées par les OT enregistrés
par la maintenance.
(3) MTTR : c'est le ratio qui mesure la réactivité et la rapidité de la maintenance.
Ce ratio moyen calcule le temps écoulé entre l'arrêt et la remise en marche de
l'équipement.
(4) TRS: c'est le taux de rendement brut moyen obtenu par le ratio:
(Volume accepté en qualité réellement produit 1 Volume pouvant être théoriquement
produit). . !j
Il tient compte des rebuts donc il englobe les aspects qualité.

941 ' '


~--"'.____-==::_____
d d

=- r '•
. ~
~·~-~

principaux indicateurs
indicateurs stratégiques

~-~Qu'est-ce que les pertes de capacité .de production


sur une période ?
En temps : Total des heures d'arrêt des machines.
En finance: coût de l'heure d'arrêt X Total des heures d'arrêt des machines.

~ll.~~l~â Comment calculer les pertes de capacité de production


valorisée sur une période ?
Pertes de capacité de production (PCP):
Total des heures d'arrêt de la période X coût de l'heure d'arrêt.
Coût de l'heure d'arrêt (CHA): chiffre d'affaire*- coût matière première
*:chiffre d'affaire de ce qui aurait été fabriqué
Certaines GMAO donnent un cout de PCP progressif:
La ]ère demi-heure ne coûte rien du fait de stock tampons= 0 coût
La 2ème eé>t en partie rattrapable =50% coût CHA
La Jème est perdue = 100% coût CHA
Ce chiffre est une indication ; il représente une perte potentielle si la production
n'est pas saturée et si certains retards dus aux pannes peuvent être rattrapés.
Ce chiffre est une réalité si chaque arrêt représente effectivement une perte
irrécupérable et par conséquent un manque à gagner.

ru~il&êl Avec quel indicateur mesure-t-on la fiabilité d'un bien


ou ensemble de biens ?
Avec le MTBF: Moyenne des Temps de Bon Fonctionnement.

r;Jfy~1ms~
J ..•..Le.,,.., •. _,,;• ..;,._,,,.)"
Comment calcule-t-on le MTBF ?
2: Temps de bon fonctionnement
Nombre de défaillances

Moyenne des temps de bon fonctionnement.


Il indique la durée moyenne de bon fonctionnement entre 2 défaillances. Il doit
être le plus élevé possible.

N'f~~[gr~l' Qu'est-ce que la disponibilité opérationnelle (DO) ?


Aptitude d'une entité (équipement, machine ... ) à être en état d'accomplir une
fonction requise dans des conditions données, à un instant donné ou pendant un
intervalle de temps donné. en supposant que la fourniture des moyens extérieurs
nécessaires soit assurée (selon la norme X 60-500).
Cet indicateur indique le %de temps pendant lequel le matériel est apte à
fonctionner qu'il soit exploité on non.
Un matériel fortement sollicitéproduira évidemment plus de pannes, ce qui
diminuera sa disponibilité.

A
çf95 /J''
principaux indicateur} 1:~
/~~f,)j
f.f:LY:~~~,i:ê'i\ Comment calcule-t-on la disponibilité opérationnelle )~!*
(DO)?
Temps Total de bon foncti01memeut
DO
Temps Total d'Ouverture de l'Equipement

·~1:~1i\tfj$.J Qu'est-ce que le TRS ?


C'est le Taux de Rendement Synthétique qui prend en compte tous les aspects
du rendement d'une machine. Ci-dessous la formule didactique.
Temps brut de Temps Net de
fonctionnement fonctionnement Quantité acceptée

Temps Requis
x
Temps brut de
x
Quantité Produite
E,1 a
fonctionnement

Taux de Taux de
Taux de qualité
fonctionnement performance ou
ou disponibilité cadence

On constate que le TRS nécessite la collaboration de la production. Pour une


même machine le TRS peut être très différent en fonction de sa maintenance, de
son utilisation et de son environnement.

N!,~~~~t~!
Comment calculer de manière opérationnelle
la valeur du TRS ?
1. Chronométrer la fabrication ou transformation sans faute d'un seul produit (T1)
2. Calculer ensuite la production idéale:
Production idéale= Temps de disponibilité*/Tl
*Temps pendant lequel la machine est prête à fonctionner.
3. Calculer ensuite le ratio :
TRS = Quantité produite de bonne qualité 1 Production idéale a
Il existe de nombreuses autres variantes selon les entreprises.

i4ii~~~~f&î
Quels sont les avantages du TRS par rapport à la
disponibilité ?
Le TRS mesure outre la di.sponibilité la bonne utilisation des équipements et la
qualité du produit fini.

:r§.lyt;'Yl~~ Qu'est-ce que le MTfR ouTMRS?


MTTR : Moyenne Totale des Temps de Maintenance.
TMRS : Temps Moyen de Remise en Service.
Cet indicateur indique le temps moyen de remise en état des matériels.
Cet indicateur est affecté par : la compétence, la maintenabilité, les délais
d'obtention des pièces, les effectifs, l'organisation du service, la possession ou
non d'une GMAO. Son,exploitation nécessite des analyses plus fines tels les
Paretos.

~i~~~u'<i~~
' •lt/,.J,.,....!c>t~rb>.t;,.-• .;o;,
Comment calcule-t-on le M1TR ou TMRS ?
}: Temps actif de maintenance corrective
Nombre de défaillances
En GMAO on divise les temps passés par le nombre d'OT relatifs à la machine.

96
1 méthodes de maintenance ' c.<

=--~.-;.-;;._;....;,__ ->..=...r:.... __ k-·-~~-;_~~~~- iifemb•hiY=·•mb-œ'11"Der ~ ··-·==a~j'l!j~'fit.ss:l!rp!J1FiMI ·Œ


~~f~~~j Comment détaillerle l\ITfR avec une GMAO ?
Quand on examine dans le détail une intervention on constate plusieurs étapes
mettant en jeu des interlocuteurs différents.
Eri GMAO la féalisatiorr d'une intervention est jalonnée par des statuts (figure
ci-dessous).
Un certain nombre de GMAO horodate le changement d'un statut à un autre. Il
est ainsi possible de détailler les temps entre deux changements.
t.: C'est ainsi qu'un MTTR qui implique la maintenance a priori peut être allongé
·par les temps trop longs d'obtention des pièces de rechange.

11 Différentes étapes d'une intervention


cs:: Arrêt appareil (panne)

.., Signalement de la panne


CD• Réception du signalement
CD
c.. Création d'un OT dépannage

-,......
CD

:::J
Préparation remise en état
Attente pièce de rechange
CD Commande pièce_derechange
<:CD Réception de la pièce en magasin
,....
:::J Affectation du travail

0
:::J
Redémarrage de l'appareil
Clôture OT

11 Décomposition du MTTR d'une intervention


et son jalonnement
Activité.mesurée Jalons (Statut OT)
MTTR1- Réactivité production ! Arrêt appareil (panne)

MTTR2- Réactivité maintenance 1Signalement de la panne

MTTR3- Disponibilité des effectifs l Réception du signalement


MTTR4 - Temps de diagnostic l Création d'un OT dépannage
Préparation remise en état
MTTR5 - Temps de préparation l
MTTR6 -Délai logistique stock ! Attente pièce de rechange

MTTR7 - Délai logistique achat t Commande pièce de rechange

MTTR3- Disponibilité des effectifs ! Réception de la pièce en magasin

MTTR 8- Durée du travail 1Affectation du travail


MTTR9 - Délai administratif 1Redémarrage de l'appareil
Clôture OT

. . .m d"1cateurs 197
Pnnc1paux
.,
a Indicateurs sous--multiples du MTTR
et ce qui influe

••

___L' d=te::__ - - "" _._ '1


. ~·
' ' ::. ),1'> ~\:Iii,...,

:1'"' ,,--__.~1ll..1~tf'
~Q.~
,..Q

.
• / ..
fi'·
~~
/
!
~iJr...f!j
"
.... -·
0~.
-.... ~

0c::
rw \ ~-~~
\ ::::.::i
1..:1 ~
\ g~~'t:. /.,
" "1/. /. .k~
•· r.-·~ '"".A"""
, i>~.~to:.r~- ~'~
.>; ,l> ,..

~-~
'!';

l.'
... j

~i~
~"'-~' <:~' ,.~, '"''~"'~4-kr,
Qu'est-ce que le l\ITfF ?
:

Mean Time To Failure =moyenne des temps de fonctionnement avant la


première défaillance (peu employé).

R{C{~~#~ Qu'est-ce que le MDT?


Mean Dawn Time =moyenne des temps d'arrêt (peu employé).

N'îrtctlf!!3~
""'~~- '-"·"-'·"1· .••.:; ,,..,,.,~.~Jl
Qu'est-ce que le MUT?
Mean Up Time =moyenne des temps de fonctionnement après réparation
(peu employé).

• Représentation des indicateurs stratégiques


relatifs à l'action de la maintenance
Installation 1ère Début de Fin de Remise en zème
défaillance réparation réparation service défaillancj

__,.
1 1 1 1 1 l

i MTTF i
1 1
i
1
MTTR i
1
i
1
i Temps
1

:... •: 1 : :
1 1 1 1 1
1 1 • 1 1

!
1
!
1
MOT !
1
MUT !
1

' ~~-.--------------------------------------------------.--------------------------~·
'
'' MTBF
'''

principaux indicateurs/
J99
~!.1~~1~:! Comment calcule-t-on le coûtrel~tif q~Ja mc:dntenance ?
;'"' 1}1~ "'
Coût relatif de la maintenance: ' l'>' r\1
Coûts de maintenanceNaleur du bien. à maintenir ·.···.,;:'
..:·.
Les valeurs sont très variables mais pour des.usines bien gérées: 2,5% à 4,5 %.
·:·. ~·;:,t: .
Si l'on ne considère que la valeur des machines on peut estimer de 2,5 à 4,5 %. :~
Si l'on prend en compte l'ensemble (bâtiments, machines, infrastructures ... ), la
moyenne nationale est toutes industries confondues de 5 %. ·~ ~·
J';:·.
.:;_:
·~
;,·
·~

Coûts de maintenance/valeur du bien à maintenir selon les activités Il;


Il Fabrication continue: 1,5 à 3% .. 8~--·s· ...
Ill Fabrication discontinue : de 3 à 5 %
Il Energie, fluides: 3,8 à 4,2 %
r': . ~=;~-;

(Valeur ajoutée: CA- matières premières) . .. '>--· -~~- -

'NtW'ïf'~%j~~;~
Comtnent évaluer le remplacement d'un bien 1
: ~:- ... ~.

1
~.·.'
liitt';'_;~~-~~ï.,:i!l(~ -~ ' .
(équipement) ? '
.
ROI* = Coût de maintenance/Coût de remplacement
Ex : une machine a coûté 10 000 € ! de maintenance t~,_,,·...-,.·
__
.,

Une machine équivalente coûte 30 000 €


ROI: 3 ans
:.
. ·•.··.·.

ROI= retour sur investissement (Return on investment) 1


NB : il ne faut prendre en compte que les coûts de maintenance liés à l'usure. f~:.<
Il faut exclure la lubrification, les étalonnages ... qui continueront à être
nécessaires sur un équipement neuf

indicateurs opérationnels

ihl§,~Q[~il Qu'est-ce qu'un indicateur opérationnel ?


C'est un indicateur d'usage courant pour :
111Surveiller la bonne marche d'un service
11 Détailler les indicateurs stratégiques

t~;!&~i/1~]Quel est l'indicateur du montant relatif des achats


de pièces?
Coût d'achat des pièces/Budget maintenance
11 25 à 29 % dans l'industrie
111 10 à 13 % dans le tertiaire

'Ni~~~U:i:~j\ Quel est l'indicateur du montant relatif de la MO interne


~-";Xf~~ne?
Coût MO/Budget maintenance
1142 à 60% dans l'industrie
11 18 à 23 % dans le tertiaire

1001 , ' d
metno es e mamtenance
d .
• - -· •.

!if - -------~·-~-
..
? Comment dissociet: approximativement le coût de MO
global de sous-tràitance?
le coût de-sous-trâitancepar 2.
b.
~ Qu'est~ce qu~ le tauX de rotation d'un stock?
,C'est le nombre de fois où le stocks' est renouvelé.
Cmrtul des sortiesNaleur en stock

~'RII~ Quel est le taux, de rotation idéal d'tin stock ?


Valeur infinie

m!~ttl§] Comment calcule-t-on le taux de rotation d'un stock ?


Taux de rotation = Valell\r (ou quantité) consomméeNaleur (ou quantité)
du stock actuel
Le taux de rotation est l'indicateur le plus connu mais souvent le plus mal
compris.
L'esprit de gestion qui a amené à l'utilisation du taux de rotation pourrait se
définir de la manière suivante :
11 Ne-conserver en stock que les articles faisant l'objet de demandes fréquentes,
réapprovisionnés et commandés au plus juste.
11 Sortir du stock les articles non utilisés en dehors des articles stratégiques.

~1~~ii'!f~~~
~;~_,;'-': ,t·~.· ~''"·~
,!.ffi·ot::l(1
Comment calcule-t-on le taux de service d'un stock?
Taux de service= Nombre de demandes de sorties satisfaites 1Tentatives de
demandes sorties
Il est conseillé de mettre à part les articles stratégiques souvent coûteux. Cet
indicateur est intégré aux GMAO.

~~~~~~Qu'est-ce que la couverture de stock?


Couverture = Quantité en stock 1 Consommation moyenne par semaine.
Cet indicateur est intéressant pour les articles à consommation courante.

~!tt~ Contment analyse-t-on les retards en


approvisionnement ?
La GMAO produit à la demande une liste des commandes en retard (ou
fournisseurs à relancer)

. . .m d"1cateurs.1101
Pnnc1paux
- ~
j'..... ,:

11 Tableau d'analyse des retards l;,i:t

.~

~ 1::
-1

q
·~
{

N° OT: Ce N° permet l'identification dans la GMAO de l'OT à l'origine du lancement si


ce dernier est à l'origine de la commande. De cet OT il sera possible de déterminer les
commandes ou demandes d'achat passées spécifiquement
- Date demandée: C'est la date du besoin inscrite sur l'OF ou la demande d'achat
- Date sortie : C'est la date réelle de sortie du magasin
- Retard: C'est la date sortie- date demandée j
.~
Mode de gestion: C'est le type de gestion défini dans la fiche de l'article- flux tendu, .:::
ri.
standard ... ) :,.(!1.

~]~~â,H~11l Comment analyse-t-on les risques fournisseurs ?


La GMAO ou le logiciel des achats produit à la demande une liste de la part
représentative des fournisseurs pour les articles importants de consommation ~

courante
~
11 Tableau des risques fournisseurs

'~

~
(

Fournisseur 1 Matière : dans l'exemple le risque est étudié pour le fournisseur CGU et
l'article matière première 01-00 qui est stratégique
A-3, A-2, A-1 : situation des années précédentes.
Valeur : c'est le chiffre d'affaire réalisé pour la période considérée.
% dépendance : il est établi par le ratio : Quantités achetées à ce fournisseur 1 Quantités
totales achetées (pour la période considérée).
Année en cours :
- Actuel: mêmes informations que les années précédentes au jour d'édition du rapport;
- Projection: projection de la situation actuelle (règle de trois) sur l'année en supposant
que cette situation perdure.
Si ce fournisseur n'était plus à même de livrer cela représenterait 19% de manque
d'articles.

1021 méthodes de maintenance ·p.

œrr-::1> rt rm·s··vce~~~w:lb:~'"YM 0 =n Mné"Mlt " =-w• !!Il


N''i~~fl.Tif§;J
t.::,.J.'oc·bi·,.,\(·.•<·.(J:·,:",.IC,vi
Comment suivre l'évolution des besoins en ressourc
· _/ - · - ·

i,,
i .;J
En produisant(GMAO) des analyses comparatives d'un mois à l'autre (vo
exemples ci~âess?ms).
i '
irr
'roi
• Tableau de situation des ressources humaines ........ __ ,
'.fi

~i:~·

/;i
c
':t
~i
·l·1


,,
!'i-
;,:
J~
~1'.} ',_l'v-?;'{;"r! .t )1 .\-'1)' t'l'~ ~t •\"f':i' ·~ !•~1 ~·· ! ..- ~ 1\ i'1 • "• '"Î',{:{.fl Il ijjlt~ ~. f!"'• ;~~i"f "t'\' ,,_,!11 ,.' ' 1"• " ~ ' • • ~~ •'1 ~" ll''t, ~ •J,,., 'i • ~ 1•' ~ '~):zt;,~"~~l~ij-·1~~ >Jtf • :j"~' !ii:'; ~t;J,-'~~~~~,J~~~~~ ]r.,j~~~:
:\;\
~fJ;~~~~-~~1 ~1;;~,l ~ -";.:h~''tn~w.)~;~:.;~·r:h~"'-- ,', ~~· t ··,; ~:r. ~~:J1~~-~qrëS 1 travru ee~ en mamtena:nc~·~·:. · ·t;o.~~q_.: , t~~;· 1v:_·~-~ ~ ~.,:"fr~·'t~:··:·:r;~·wr)i"~OI~~· .1~-~4ii.

,iy,~'#;,1 ;. ',Jft,,,,~~:.t--/, :;,~~··;:;'i;l"'-:-,r,q .. LJtLf,)::i1·~~r~"' ~~~, :o.:~'•"·' .. 1 ·~~ ·~· ,


'1

- ..r '.
\t

)"' .~'r, ~ 11 ~~.,. d 1 l• .f\1(-i,"


..
tf..-··~-~(." 1 t~"',' t•~ ··~A-dW:~··J ~

~~"~11,:;~~H .. 0·'~7"g-; t~'.. 1,1:'hi\·(J'p~! "~:~.ft.f.;·~~~i:'~Ïr:c:~~i~~~ ~&.:~;;'t ·r~~·~M;,;\: t;~~·J..\\ 'J';' 1,p) ' 1'' il' H ,,•/":?;'.~;:: rt;~'~}-;t~;;;;.,;~~;q)'l'tB'"~-~~.::-!~l::!l :J:(·"•I~l'i lrrit~i/i~~ 'i~~~~~<ti
'1'ç~~~.ii';,~~; '..:'~~'~ ,;•R,(tnâtti'uori'm'a;~,;y'f~~u~S·
,.,..:- ...'\Jt~~ ~J!.i }:,l'J~·"' , J)it-:.~. •, ' r ~1•''iJ"""" ~1-
ehre~f'mternes~trav@lllee::r\l'!:ti
~. Y"~~~'''l:r'1r, ••~ "ti':C\ ~"'· 1717 ··; .~~ ~ , • - ~
o; \
lÎl
r , ~•• .: 1,.. ·1!';', r ,-.1"'"'"''-'~' ~ •,·~··
lioof\êii,\,·,?}~
:t
A;, ill; ·l~l!JÏtW.îli
~""' ,.o,,:O:r,.. . ~l,y li"'-,'~ ·- ~ ~t.

;;,,;.:';!,

[~l{;'fâ1üi1J:~
"'"'" --~~.,.r.ol.".,:{.. o-~'"'
Qu'est-ce qu'un Pareto ?
C'est un regroupement consolidé par famille de données. Ces regroupements
sont ensuite classés par ordre croissant ou décroissant.
Un Pareto est présenté sous forme de liste ou de graphique.

~&'-~~~~tw~g
Comment analyse-t-on les pannes à l'origine
des indicateurs stratégiques ?
En analysant les Paretos issus des résultats des comptes rendus avec les
techniciens.

Ces tableaux permettent d'expliquer les principales causes de non fonctionnement


des machines. L'origine des informations provient des temps d'arrêts relevés par les
opérateurs de production ainsi que par les comptes rendus des OT de la maintenance.
Ils seront indispensables pour expliquer les éventuelles variations de production
constatées dans le tableau de bord de la direction. Le premier tableau donne un aperçu
général au niveau de toute la ligne de production. Le second est un « zoom » qui
analyse les détails machine par machine. Le troisième établit de manière globale les
responsabilités des pannes.

. . .m d"1cateurs 1103
P nncrpaux
Il: 0,,.~"'A'DCI9Gi"""'·'"'-""""'"";Çif""'·'·""~~l"'-~~;rr
...- - · - - - - - - - - - -.....-------"""""""'"""'...."""'""""="""fl""""""''"' "'"'"'""iUU"":O"".FJ"'"'"""·"",J;c:::;=-·... ++'iii ."'5=:aePfiF.'~~:;=..,..-~.~--~--=--·~~

aJu-eu;nurew ap sapo4HW1· .H- .. ... . •

, vol
··normes principales
applicables à la
mai,rltenance
NF X 60-ZOO,Documents techniques à remettre aux utilisatèurs de biens durables à
usage industriel et- Nomenclature et principes généraux de rédaction et de présentation .
.X60-012, Termes et définitions des éléments constitutifs et de leurs approvisionnements
pour les biens durables.
X 60-020, Maintenance - Indicateurs de maintenance.
FD X 60-008, Maintenance - Relation précontractuelle.
X 60~318, Maintenance - Guide de préparation des contrats de maintenance.
NF EN 13306, Terminologie de la maintenance (indice de classement: X 60-319).

. . 1es app 1"1ca bl es a' 1a mamtenance


n ormes pnnc1pa • 1

105
--·-~-~...- · "' .mm

, ill

ecan1que

Généralités en mécanique ................................................................................. 109


Roulement, paliers ............................................................................................ 113
'
Assemblages par vis ......................... : ............................................................... 119
Assemblage par rivets ....................................................................................... 125
Soudage au chalumeau ..................................................................................... 127
Soudage électrique ........................................................................................... 130
Métaux ............................................................................................................. 133
Corrosion des métaux ....................................................................................... 136
Transmissions, accouplements ......................................................................... 139
Engrenages ....................................................................................................... 145 ,
Poulies courroies .............................................................................................. 147
Lubrification ..................................................................................................... 151
Formulaire et définitions de base en mécanique ................................................ 156
Outillage ........................................................................................................... 160

r07
!N
généralités en mécanique

~~[ml Quelles sont les forces axiales appliquées sur cet·arbre?


b
\ a'

.~~;r
b'

•aa'
11

~~11~m Quelles sont les forces radiales appliquées sur cet arbre ?
b

.Q--
\ a'

b'
ab
•b'

N'l~ê~Wf~
r~.~J;iLÇ,1,Jt";,J,(.':i,o:J,,:,t
Ces objets sont :
Î

Image : atomicperformanceproducts.com
Des bielles.

tfll$~Iî~ Quelle
est la précision d'un pied à coulisse courant
(lecture mécanique) ?
Le 1120 de mm.

N~~'t[$ Le newton (N) est :


La force qui communique, à un corps ayant une masse de 1 kilogramme, une
accélération de 1 mètre par seconde carrée.

:~JYTf~&fg
Une dé dynamométrique exerce un couple de serrage de
1 daN ce qui signifie :
Un serrage de JO newton= 1 daN(= 1,02 kgf).

généralités 1109
.,
:~I"R~'~:~m~ Quelle est la précision de ce microniètre (palmer) ? N2

,,.
i·i
~

mAu 1/100 de mm.


111 Au 1/1000 de mm (électronique seulement).

'N''Xfi{~''f;,w
,,i)J"'I~~,;;o.;J-! ..t.,4, Ecrivez le nom des parties de plan :
A
8

~ G L

A: arrondi
B: congé
C : chambrage
D: alésage
E: arbre
F: collet
G : chanfrein

"fü~~'â.Jt)~:;;;
~~~~~>rRli!/~
....
Ecrivez le nom des parties de plan :

B~
A: nervure
B: méplat

iji~~~ij~~ Le
cartouche d'un plan donne des informations utiles à
la maintenance pour :
Savoir si les dernières modifications ont été prises en compte sur ce plan.

'Ni'~é,~&·i.~
.. ,,;,.(
Qu'est-ce
•~•1·-~.,,;-,; :.~or.r~"'~r.
que la trempe?
La trempe consiste à maintenir le matériau à tremper à une température suffisante
et suffisamment longtemps. On plonge ensuite la pièce dans un liquide (bain
d'huile, eau, etc.) ou on le refroidit avec un gaz (azote, air, etc.).
Dans le cas des aciers, le but est d'éviter la précipitation de certains composés
et ainsi d'augmenter la dureté du matériau. Pour d'autres métaux, la trempe
peut avoir l'effet inverse, par exemple avec les alliages d'aluminium ou aciers
inoxydables.

nol . . mecamque

mr= .,..,....... -~mm~... iHi&t'5"-=rrr~ ttiF'!5i5FiF1BP&I'WW '""OD'ffi3Wë'f5"'5'M"!i"i'S'S51'1 ......., &


f!i~"mm Qu'est-ce qu'un acier forgé?
Le forgeage est la déformatiOn du métal, à chaud ou àfroid, par lafrappe d'un
outil (marteau, martinet, marteau-pilon) et d'un support (enclume, matrice).
Cela donne des caractéristiques particulières au métal : dureté, résistance ...

!!1.1 Qu'est-ce qu'une clavette?


Une pièce métallique encastrée entre, par exemple une poulie et un arbre, pour
les rendre solidaires. En d'autres termes elle empêche la poulie de tourner sans
entraîner l'arbre ou vice et versa. ,
Clavette montée :

Quelles sont les principales formes de davette ?


• Clavettes parallèles
• Clavettes disque ou demi-lune
• Clavettes plates
ill! Clavettes hélicoïdales
Voir ci-dessous les types de clavette.

Clavettes parallèles selon la norme NF E 27-656


Forme A Forme B Forme C

~ tt~~
'{]
---..........-~--J
1
)..: '

il :3 0!~-l - l {] 3
Clavette disques (demi--lune) selon la norme NFE 27-653
<bu

~néra/itéi I I I
J;jj
MQ~!~il~ Quelle est cette pièce ? Ni
,,~-:..l

l!'}

Une goupille fendue.

'N'V:'''"'{f;:;~
~,-i~·k·i"1~~~1.1:f!LH.\ Quelle est cette pièce ?

Un anneau renforcé.

~!~,~~~~~ Quelle est cette pièce ?

Un circlips interne.

~Xy;~à,~J~ Quelle est cette pièce ?

Un circlips externe.

[(~~~9;:X Quelle est l'opération en cours sur la photo?

http://www.6enligne.net/html/ c
Mise en place ou démontage d'un disque d'embrayage.

112tanique - _ _,_ _ -
............__~_..,.,.

=== P!lir"'JV"Pl'i!F'--~-""""""'!i91i'i5
.
,,
~~~Quelles sont les types de forces appliquées à l'arbre de
la figure ci-dessous ? -
B

A :force axiale
B :force radiale

roulements, paliers
~~ Quels types de roulement connaissez-vous ?
• Roulement à bille simple rangée.
• Roulement à bille doùble rangée.
• Roulements à bille à épaulement.
• Roulement à rouleaux.
• Roulements à rouleaux èoniques. ·
• Roulentents à aiguille.
a Butées.

~~~~Quel type de roulement faut-il employer s'il doit


supporter une forte force axiale uniquement ?
A butée.

m;.~~ltgj
Quel type de roulement faut-il employer s'il doit
supporter une forte force radiale uniquement ?
•A bille.
• A rouleaux.
• A aiguille.

f!lmll{~;
Quel type de roulement faut-il employer s'il doit
supporter une forte force radiale et axiale ?
A rouleaux coniques.

[(~!~!ii:t;
Quel type de roulement faut-il employer s'il doit
supporter de fortes forces axiales et une légère force radiale ?
A bille à épaulements.

:&t~~ul Par quoi est limitée la vitesse de rotation d'un


roulement?
La température maximale qui est fonction :
Il du couple de frottement ;
Il des billes ou rouleaux, et du lubrifiant utilisé.
Ceci est une des raisons qui explique qu'un roulement ne peut pas être remplacé
par une équivalence approximative.

R oulementsr pa!ierJj113
5
1

if.ll1fl.~'Au démontage (bague externe sciée) les pistes de


i
roulement d'un roulement à billes présentent des taches r
semblables à une peau de léopard ou à un mouchetage. r
Quelle est la cause ? J,
1111Eau dans le lubrifiant.
• Sur une pompe cela peut être consécutif à un joint défectueux.
• Si la lubrification se fait par une centrale et en l'absence de fuite du roulement,
il faut d'urgence contrôler l'huile et si nécessaire renouveler après vidange et
nettoyage du bac à huile.

hlY!il~~&ii~l Au
démontage (bague externe sciée) les pistes
r.~~.~~iiilr'l'i!iJ$t1> •• 't.><

extérieures de roulement d'un roulement à billes à épaulement


présentent une surface exagérément polie (comme un miroir)
comme la photo ci-dessous. Quelle est la cause ?

www.vibanalysis.co. uk/technical/wear/wear.html
La cause est une lubrification présente mais inadaptée. A un stade plus avancé
de dégradation, la piste devient colorée (du bleu au brun).
Il faut soit changer de lubrifiant soit augmenter la fréquence de lubrification.

ïYiDQl~ Au démontage (bague externe sciée) les pistes de


roulement d'un roulement à- billes présentent des couleurs
allant du bleu au brun. Quelle est la cause ?
Mauvaise lubrification ayant entraîné une surchauffe du roulement qui devait
être trop chaud en fonctionnement.
Il faut soit changer de lubrifiant soit augmenter la fréquence de lubrification.

'N''t'"'''''"(·'')lâiAu
.~~~~H~~rn démontage (bague externe sciée) les pistes de
roulement d'un roulement à billes présentent de fines. stries
parallèles entre elles et perpendiculaires à la piste. Quelle est
la cause?
Passage d'un courant électrique.

~~:~~Au démontage (bague externe sciée) les pistes de


roulement d'un roulement à billes présentent de fines stries
circulaires. Quelle est la cause?
Particules abrasives dans le lubrifiant.

1141mécanique _ • _
.,k. ,
__,,........WI'J!Z"WRW'FS"i'iSARftEI~·ifiâiitioiftW.Wffi9Rr1'iE~• 'EffYiii&Sift :J --?'iFF?f
~~~Au
~~!~~,~li)ldémontage (bacrne
br externe sciée) la piste de
roulement externe d'un roulement à billes présente des
marques de demi-sphère dontJa dimension correspond.à celle
des billes. Quelle est la cause ?

~t,

www.vibanalysis.co.uk/technical/wear/wear.htm
Cela apparaît probablement lors du premier remplacement du roulement après
une durée de vie courte.
La cause est le transport avec la partie mobile (ex : rotor d'un moteur) non
bloquée. Lors des inévitables chocs pendant le transport, le poids de la partie
mobile augmenté de l'énergie cinétique a imprimé la marque des billes.

if!~ Ati démontage (bague externe sciée) la piste de


roulement externe d'un roulement à billes présente des
marques comme ci-dessous. Quelle est la cause ?

Traces de
désaligne-
ment

http://www.wilcoxon.com
Désalignement

[{~mfgAu démontage (bague externe sciée) la piste de


roulement externe d'un roulen1ent à rouleaux présente un
creusement circulaire dont la dimension correspond à celle des
rouleaux. D'autre part la piste de roulement interne présente
des marques perpendiculaires. Quelle est la cause ?

Roulements, paliers 1115


r

· Lors des vibrations, des forces axiales ont été exercées sur la piste interne qui a
changé de position (d'où les marques transversales).

:~!i.~:~~l:g Qu'utilise-t-on habituellement pour monter à force


'
un roulement dans la cuvette d'un flasque de moteur ?
Un maillet et une douille appliqués sur la bague extérieure du roulement.

~Î~~l\f.]l~
Que faire pour faciliter le montage à force
d'un roulement étanche sur un axe ?
On chauffe le roulement avec un appareil à induction.
Il
BOn le plonge au préalable dans un bain d'huile chaude.

~);g~~~1~
A quoi sont dues les traces relevées sur la partie interne
de l'anneau extérieur d'un roulement?
NB : leur espacement correspond à la distance des billes.

Image :www.bobistheoilguy.com

El A
un montage défectueux
11 Des coups ont été appliqués contre la bague intérieure lors du montage.
L'effort s'est transmis à la bague extérieure par les billes.

~lY~~'~·~-h;~ Quelle est la fourchette de durée de vie d'un roulement


sur une machine de bureau ?
15 000 à 20 000 heures.

~~~g~i!;:;~ Quelle
est la fourchette de durée de vie d'un roulement
sur un réducteur?
115 000 à 25 000 heures.

1161 mécanique

-----=017JC'lLI.II!\Ir,~~:m .....,. i"'YH'f'P"R"l!S:;;Fft!PWfPm œs=:mnr -mewzrnrrz=crn-1'5?twmz·mmz-a=m ~ *Mu rœœ ct . . .,.- ~


.,~
Ei"ll Quelle est la fourchette de durée de vie d'un roulement
sur un laminoir ?
20 000 à 50 000 heures.

mJ.I~ Quelle est la fourchette de durée de vie d'un roulement


sur une automobile ?
5 000 à 10 000 heures.

• valeurs empiriq,ues pour la durée nominale des


roulements (FAG)

. \~.

Roulements, paliers Ill~


iRîi~~tâtJ1,\2i
;~;~J;~lii..w..!!ii,:;;·~ .,.,J>J, ·~

Quelle est cette pièce ?

~~
o. ,.,~
~1
ë

wc

Vis à billes.

N'r'~r~'r:i Quelle-est cette pièce ?


Ji!O•~-.~~w"'"'

B
-
c --""!,........
...., r-
__ i\,l '1:1 1. .1 --
. . ·.

1- - - - - - --.:E r---

...
~lK Y .xxx 1 ll

·--
Sens du mouvement
~
http://www.anjac.fr/ ecatalogue_i

Douille à billes.

B:Wà\~1 Qu'est-ce qu'un palier lisse?


Un palier sans roulement. L'arbre repose soit directement sur des coussinets en ~
g

~
métal plein (bronze, alliages ... )soit sur une bague auto lubrifiante.

Mii~~~ Qu'est-ce qu'une bague autolubrifiante ?


Une bague généralement en PTFE qui est placée entre l'arbre et le palier. t
. .1

• description d'un roulement à bille courant


1
Description d'un roulement à bille co.urant ]
Bague extérieure

-··--·-~Bague Intérieure
f l Face

Bille (corps roulants)

Cage

118 ~mécanique
assemblages par vis
m;mj! Qu'est-ce que Je taraudage ?
Le taraudage
Le taraudage est l'opération qui consiste à percer un trou et à creuser un
sillon hélicoïdal dans les parois de ce trou, ce qui formera le filet dans lequel
viendra se visser la vis. L'outil employé est le plus souvent un taraud mais les
taraudages spéciaux ou de grande précision peuvent être réalisés avec des
fraiseuses numériques ou des tours. Le diamètre ainsi agrandi par le taraudage
est le diamètre nominal du trou taraudé ou écrou.
Un écrou est taraudé

mm~!œli Qu'est-ce que le filetage?


Le filetage
Le filetage est l'opération qui consiste à creuser un sillon sur la paroi extérieure
d'une tige cylindrique dont le diamètre initial est celui du diamètre de référence
de la vis à obtenir. La partie extérieure qui est celle des « crêtes » sera en
contact avec les fonds des gorges du filet creusé dans les parois de la partie
taraudée ou écrou. Le terme filetage est également employé dans un sens plus
large pour désigner à la fois filetage et taraudage.
Une vis est filetée

11:~~ Qu~est-ce que le pas d'une vis ou d'un écrou ?


Le pas
Un filetage peut être plus ou moins fin comme le montre la figure ci-dessous. Ce
qui distingue un pas d'un autre c'est la distance entre deux« crêtes» ou deux
«gorges» d'un filet mesuré selon l'axe longitudinal.

~~~-Quel est le diamètre normalisé de vis immédiatement


supérieur à 0 6
0:8.

m~~ II y a deux sortes de filetage ISO : le pas gros et le pas


fin.Vrai ou faux ?
Vrai.

la figure ci-dessous représente le profil d'une vis et d'un écrou


ISO.

Diamètres de l'écrou Diamètres de la vis

assemblages par vis 1119


1
li Oimensions du filetage triangulaire selon le ""i~,~
11
profil métrique ISO NF E 03-001
Le dianiètre nominal est le même que ce soit pour l'écrou ou pour la vis : D = d
Avec : D = (diamètre de l; écrou, filetage intérieur) et d = (diamètre de la vis,
filetage extérieur)
Diamètres de la vis
Ill d : diamètre nominal
Il d1 : diamètre hors tout
Il d2 : diamètre sur flancs (au milieu du flanc du filetage)

Diamètres de 1' écrou (ou de la partie taraudée) :


ill D : diamètre nominal
Ill D 1 .·diamètre hors tout (diamètre du trou à percer)
Il D2 : diamètre sur ftmics (au milieu du flanc du taraudage)

N;·~''";"\;:;~
··!;;;~\.i.?~·il.!~bt,\W Qu'est-ce que le pas d'une vis ou écrou ?
La distance entre 2 sommets de filet.

B:l[~Jt~~~~ A
quel diamètre faut-il percer un avant-trou pour un
taraudage de 0 8 mm (ISO = M 8)
8- 1,0825 x le Pas.

11 Tableau des pas extrait de NF E 03-014

ill Tableau des écarts et intervalles

~1-y;;,~~ Parmi ces désignations laquelle est un écrou ?


M 14 6 H, M 14 6 h, M 14 6 g,
M 14 6 H.
Les écrous se distinguent par une lettre majuscule po~tr représenter l'intervalle
de tolérance.

-- ---
120
-~~~
té~.ani~~ -- ---- ·,wc·
.-.;
l§fl Quels sont les p:réfDœs des principaux ~;pes de filets
normalisés ? ·
M : Iso ou filet triangulaire.
TR : Filet trapézoïdal. .:'
Rp : (intérieur) ou R :(extérieur) : Filet pour tuyauterie « gaz » étanche.
G : Filet pour tuyauterie « gaz » non étanche.

lt~ Que
signifie la désignation ISO NFE 03-051 suivante :
M104H5H?
Un écrou ou taraudage ISO de JO qui indique:
• 4H: tolérance et écart sur flancs
• 5H: intérieur de taraudage
Les lettres H en majuscule toutes les deux indiquent la présence d'un seul
élément : 1'écrou.

l:!œ
--
Que signifie la désignation ISO NFE 03-051
---6 ",)
suivante :
g.
Une vis de 14.
Les lettres H en majuscule et g en minuscules indiquent la présence des 2
éléments vis et écrou.

tf~11~1~ Qqe signifie la désignation ISO NFE 03-051 suivante :


M30 6h?
Une vis de 30 faibles tolérances 7.
Les lettres H en majuscule et g en minuscule indiquent la présence des 2 .:~~

,)!

éléments vis et écrou.

lf&l~\~ Le filetage Whitworth est-il semblable au filemge gaz ISO ?


• Non car le filetage Whitworth est caractérisé par un filet de forme triangulaire.
Mais ce triangle n'est pas équilatéral comme dans les profils SI et ISO, mais
isocèle (angle au sommet: 55° ).
• De plus, le pas n'est pas donné directement mais indiqué en nombre de filets
au pouce. Il en résulte une belle complication pour calculer le diamètre d'un
avant-trou, une multitude de pas différents, et une totale incompatibilité avec les
filetages ISO.
• Malgré les avantages du filetage ISO (simplicité, coût, rapport résistance/
poids ... ), les Américains et les Anglais ont longtemps hésité à abandonner leurs
normes.
A tel point que les industriels américains ont proposé un troisième standard.
Mais c'est l'ISO qui a été adopté par le reste du monde.

HIY:,~i:~J;If A quoi sert une rondelle plate ?


Répartir la pression de serrage sur la pièce.

~I~~~P.1~
Quelle est l'épaisseur minimum d'une feuille de métal
sur laquelle on peut réaliser un taraudage ?
Dans tous les cas au moins 3 x le diamètre nominal.

~1Y'~~FfJl Qu'utilise-t-on si une vis casse dans son logement ?


Un déboucheur extracteur.

assemblages par vis 1121


~!:X~!i~[~ La
fixation de deux pièces de laiton avec une vis en acier
(en milieu humide et pollué) est-elle conseillée ?
Elle est à éviter car on risque une corrosion par effet galvanique.
On note un effet galvanique (effet de pile) dès la présence de 3 composants :
2 métaux et un électrolyte. Dans notre cas on peut atteindre 0, 75 volts).
Lorsque deux électrodes constituées de métaux différents sont plongées dans
un électrolyte, on assiste à un échange électrolytique qui génère un courant
électrique.
L'électrode donneuse d'électrons sera alors érodée.

~]1~,~~\ti~~ Quel assemblage représente le dessin ci-dessous ?

Goujon et taraudage.

~l~~~M~[~ Quel assemblage représente le dessin ci-dessous ?

Vis écrou (ou boulon écrou).

~~lit~ Quel est cet outil ?

Document Manigley

Document Manigley

11 L'outil supérieur est une filière destinée à des filetages de tiges ou de tube.
L'encoche permet d'insérer une vis de réglage qui est solidaire de la cage porte-
filière.

122
mécanique
Jj!
~~··l;
:~~]
.~ . . ij

';.1
Cela donne plus ou moins d'expansion à la filière, ce qui permet par serrages ; ·~
-~
successifs de procéder à des passés de filetage s'approchant progressivement de \

:j
la dimension optimale. ;'j
·:•
• L'outil inférieur est un porte-filière

~~Mm
u.;;.r.r.~(j,;~,-.,(,,,u...,.,_-w.;a
Quel est cet outil ?
:J
.1

·,r
,,

Document Manigley

Cet outil est une filière destinée à des filetages de tiges ou de tube pour pas
«gaz». Ellen 'a pas de vis de réglage.
1 -~

1 ~

.~!>?/Ce type de tête de vis est : .1:·:


~,l•l
'·' r
1
~:;

iEEil
1

:1
!ilii
kil!
hiJi

~
A 6 Lobes CZX. ~~
di
li
limi~ Ce type de tête de vis est : ":'i
!::li~· ~•~:,.C·~,.!> ,,·, .~/~.<-..
î\1

·~
,.
1111
·'.~
:·..
.....'.i·
..

Dl
•llo
,lj,;.

A 6 lobes FBX.
~ ·.::~
·=~~
m~flif:~ Ce type de tête de vis est :
~~
i :::· ~

'!\~.

~~
l
.i
::!
,.j
.!
.!

A 6lobes F Z.

~1!~~Hf~
Classez par ordre décroissant les principales causes de
dégradation des roulements :
1. Défaut de lubrification 46 %.
2. Montage ou remontage incorrect 32 %.
3. Défaut d'étanchéité ou de protection 20%.
4. Divers 2% :Passages de courant électrique, défaut de conception (roulement
mal adapté à son utilisation).

assemblages par vis 123


1
:~J~it{~!l~
Indiquez par des numéros, l'ordre de serrage des ;.-~ ~

boulons pour ne pas déformer le flasque ci-dessous. """.


·~

,,

Il

'
l.,
,· ,.,.,

-.: ~v\:
,'

';_:-.·)
Ordre de serrage : ••••
:··)
· ··.·..
........•.•. ·
.: .


.;•r-;

:~J~.~.~~~;i~i Quelles
sont les conséquences d'un mauvais serrage sur
un flasque circulaire traversé au centre par un axe avec une
cuvette et un roulement ?
Il est à craindre une déformation du fiasque entraînant une ovalisation ou autre
déformation de la cuvette. .
Cette d~formation se répercute sur le roulement abrégeant sa durée de vie.

~1~~~,q)j~ Quelles sont les causes des desserrages ?


Origines du desserrage
Causes à action rapide (causes principales du desserrage) :
Il Chocs
lfl Vibrations
Causes à action lente :
Il Variations de température
Il Corrosion
Il Ensemble mécanique soumis à un choc ...

Nli~i~\;~, Comment combattre les causes du desserrage ?


On prend les précautions suivantes :
El Surfaces en contact non planes
1!1 Réserve d'élasticité...
Il Obstacle à la rotation (rondelles, goupilles, .. )
Il Surveillance, contrôles
D Dureté et rugosité des suifaces d'appui des têtes de vis, écrous

1241 ' .
mecan1que

.· _. '0-':.
n=e:=en~~lliEi~~ ·:Jr- 1
G"ë'nD'kiJiit"iE 0 '0 ___ ) . _
assemblage par rivets
~'Ill Qu'est ce qu'u.n rivet aveugle?
Un rivet qui sepose avec' une pince spéciale. Il permet d'assembler deux plaques
en ayant accès d'un seul côté.

• Rivet tête aveugle


Rivet tête aveugle
Corps Tête Tige
1
·--~·-__,.·=>

_/
Tête de la tige Amorce de rupture

11 Utilisation du rivet aveugle


1 Sertissage 2 Enrobage de la tête 3 Rupture de la tige

Ni"~W~ll
~i},Leol:fki'-'~\,;.~!~<,;.,_~.r;
Quel est ce modèle de rivet ?
r-·-..Rmox
..........0.05
·-··-~·· ______ ,___d,_

r--~~·
iu==Fl ;
b_,,.+..____L"____ ~
i

Rivet métallique plein R.

teyllW'f'B~,~
,,,;.•.lX:d·.•l•l·'"'·"'""~":.::'.
Quel est ce modèle de rivet ?
0.08 d< R <0.12d
,r·····""'··-········-----
1
·-/-
T--71v r .
ol
\
_L _!_
. ~

lb 1
--~·-t-c""

Rivet métallique plein étanche Rb.

125
asse.mblage par rivets .
1
s Rivet à tête ronde s
Norme de définition: NF E 27-153 ~,,
~

~~~lYl~ Quelle doit être la longueur 1 du corps de rivet ?

'~"0

l = 1,1 e + 1,5 d
't):IJ.:K~~i~ Quelle doit être la longueur 1 du corps de rivet ?

l = 1, 1 e + 0, 6 d
·Nm'è~~;,;Jj
I'.:!.·":>J!.l;~:Jil::!,\itt~~a<;r,.~, ,,;l'
Quel est ce modèle de rivet ?

L:"::J~:+
~1-
Rivet métallique plein à tête fraisée 90 o F90.

~J~~:~~,;~ Quel est le diamètre du trou de passage du rivet ?


d = 1,1 x le diamètre du rivet pour une pose à chaud (tenir compte de la
dilatation du rivet).
d = 1,05 x le diamètre du rivet pour une pose à froid.

1261 méca~:~:___ _ _, ..••. 11


il
-:!
,,

soudage au chalun1eau
!1,~ Décrivez les opérations de mise en service d'un poste de
soudure autogène i

1. Ouvrez les vannes des bouteilles lentement, 114 de tour suffit.


2. Réglez les pressions d'utilisation au moyen des vis des détendeurs:
- 1,5 bar pour l'oxygène.
- 0,5 bar pour l'acétylène.
3. Réajustez qùelques minutes après l'ouverture des vannes (la pression chute un peu).
4. V'éri.fiez qu'il n'y ait pas de fuites de gaz avant d'allumer le chalumeau:
5. Ouvrez le robinet bleu d'oxygène du chalumeau: 3/4 de tour suffit
6. Ouvrez le robinet rouge d'acétylène progressivement.
7. Allumez le chalumeau avec un allumeur spécial (piézo-électrique sans flamme)
8. Réglage de lafiamme (dard).
9. Mettez les lunettes de soudeur pour la flamme.
10. Si trop d'acétylène :flamme jaune ettrès brillante.
11. La partie bleu-clair conique est la partie efficace
12. Le halo, en forme de fer de lance, se forme autour du dard.
13. Le panache est bleu transparent.
14. En diininuant le débit d'acétylène ou en augmentant le débit d'oxygène le halo
diminuejusqu'à·se confondre avecle dard. Le réglage est bon à ce moment-là.

~~~!~ Qu~lle est la technique et quelle est l'utilisation du brasage ?


Brasage:
Assemblage par recouvrement de 2 pièces de métal à l'aide d'une brasure de
température de fusion inférieure à celle des métaux assemblés. Il n'y a pas
fusion des pièces (Brasure argent si possible).
Utilisations : tuyauterie cuivre (sanitaires), chauffage central, pièces en inox.

m~JII~ Quelle est la technique et quelle est l'utilisation du


soudo-brasage?
Soudo-brasage :
Assemblage bord à bord ou en angle de deux pièces jointives avec métal
d'apport (baguettes de laiton) qui fond à une température inférieure à celle des
métaux à assembler.
Utilisations : métaux ferreux, aciers galvanisés, fontes, inox, chauffage central,
constructions en tubes, fer forgé, fontes mécaniques.

~f(~~üi12
Quelle est la technique et quelle est l'utilisation du
;'(;~d~ge autogène ?
Soudage autogène :
Assemblage de métaux de même nature avec éventuel métal d'apport identique.
Il faut atteindre une température de 3100 oc.
Utilisations : tôlerie, métallerie, ferronnerie, chauffage, carrosserie. Très grande
résistance.

Ni~ë:a;Wf$ Quelle
1:,..•"<J<"i..• ).,_.~•'"•'!:.i:Ù:.<:c•.i est la technique et quelle est l'utilisation du
coupage?
CO.r~aare.·
Col770.rrsl'l't7n dr./èrdéms /o-Jygene. //foz/1' zm chaarl'??ea// ~éaa/o-JycoZ9?CZt'/.-

' t~f
127 -'..~lA~1~
Sondage au chalumeau
1 .. '·Jj',l,j
:· /!lllj
.x-.~~t
(grosse consommation d'oxygène) ~:._

Utilisations : découpe de tôles, profilés, tubes, gonds, perçage, chanfreinage.

wJ~~~st~ Quelles
sont les règles de sécurité en soudure au
chalumeau autogène ?
11 Vérifier toujours la bonne fermeture des vannes des bouteilles d'oxygène et
acétylène, surtout lors du transport et du stock dans un lieu clos.
11 Ouvrir lentement ces vannes pour utiliser l'appareil.
• Ne jamais huiler ou graisser aucune partie de l'appareil (surtout celles en
contact avec l'oxygène).
11111 Maintenir l'appareil toujours propre, à l'abri de tous corps gras qui peuvent

s'enflammer spontanément au contact de l'oxygène.


Il Maintenir les bouteilles en position verticale.
lill Ne jamais déposer les détendeurs sans avoir fermé les vannes des bouteilles et
purgé les tuyauteries.
KI Ne jamais démonter les vannes des bouteilles.
Il Pour allumer un chalumeau utiliser un allume-gaz spécial soudeur. Ne pas
utiliser de briquet ou allumettes.
11 Porter des lunettes spéciales soudeurs.
11 Ne pas porter de vêtements en nylon ou matières synthétiques.
11 Porter des gants de soudeur pour manipuler les pièces de métal chaud.
11 Travailler dans un local aéré.
11 Prévoir un extincteur à proximité du lieu de soudage ou découpage.
1111 Eloigner le matériel d'une source de chaleur.

111 Ne pas laisser les bouteilles. en plein soleil.


111 Eloigner les enfants de la zone de travail.
111 En cas d'incendie :
- éteindre le chalumeau
- fermer les vannes des bouteilles.
- sortir le poste de soudage du lieu d'incendie.

~J;~~~i.~ A
quoi sont dues les inclusions d'oxydes dans les
soudures au chalumeau autogène ?
1 ~
\~ ;/,____ 1
1 '

lillReprises
1!1 Passage des points
11 Chalumeau mal réglé (flamme oxydante)
11 Chalumeau mal utilisé.
Ce défaut peut occasionner des fuites ou donner prise à la corrosion.

if!i~.fi~ll~ A
quoi sont dus les manques de pénétration dans les
soudures au chalumeau autogène ? (lorsque la soudure ne ·
traverse pas complètement les tôles de part en part). ·
~---1

Manque de métal d'apport ou passage trop rapide.

128~ mécanique
\
1 1
lll
'r'l:l
:.ij
'i,Il
Ce défaut qui est le plus courant ~st grave parce qu'il diminue fortement la
résistance du joint en y créant une amorce de rupture. Il suffit, pour le déceler
d'examiner l'envers de la soudure, les deux arêtes inférieures doivent être :1•

réunies par un cordon de métal plus ou moins en relief

~1m1~ Aquoi sont dus les caniveaux dans les soudures au


chalumeau ? ·
1 ~l 1
' 1
' 1

~
• 1
'~
11 Mauvaise tenue du chalumeau
11 Emploi d'un chalumeau trop puissant

~~}![~Qu'est-ce que le brasage ?


Le brasage:
C'est un soudage hétérogène qui permet d'assembler des métaux de même
nature ou de natures différentes à l'aide d'un métal d'apport qui accroche aux
bords à assembler. Il n'y a pas fusion des bords.
~~~
tllM~"'WIJ A quelle température de flamme fàut-il braser ? g
' lt'i,.
Il faut braser à la température de fusion du métal d'apport. ~ !:
":1\
\i:
f;ifi\Y~t1~ Pa.r
quel procédé peut-on assembler des pièces de
,, ·"'(< :•,\··"~'~ "~ ,,.• k,.~
r1·r

natures düférentes ? 1

Souda-brasage.

~I~JE:~[I Quel métal d'apport peut-on utiliser en soudo-brasage ?


Il est constitué principalement de laiton (cuivre +zinc) ou de maillechort
(cuivre + zinc + nickel).
:;1
i'i
':i
~fl;t~4~ Quel
diamètre de méta' d'apport utiliser pour assembler
,ç,.,.J,j,;,:.>;~,....... ,_,.,:Q\:i~w
.:,1
2 plaques d'acier de 3 mm d'épaisseur? ~il

;,1
2mm.
Le diamètre du métal d'apport :
Il est de 2 mm jusqu'à des épaisseurs à souder de l'ordre de 3 mm. :i
Au-dessus, le diamètre est égal aux 314 de l'épaisseur.

'N'îY!f~'~~.
...... ~.~"''"" ;,, ,.,,,,\•l•\-;•J,;
Qu'est-ce que le flux en soudo-brasage?
C'est un décapant qui permet un nettoyage complet de la surface à souda-braser.
Il peut être de plusieurs formes, notamment à l'état de poudre ou liquide
incorporé (gas flux) directement à la flamme.
Il permet d'éviter aussi la formation d'oxyde pendant le chauffage.

129
Sondage au chalumeau
1
..~!

soudage électrique r~~


îiJf~ij'~(j:~\2!
,;r,.'J!:tti~&~~é.<rt
Quel est ce type de soudure ?
~
buse

enrobage

Soudage électrique à électrodes enrobées


1.1 La fusion des métaux est obtenue par l'énergie calorifique qui est dégagée par
un arc électrique, lequel jaillit entre une électrode métallique fusible comportant
un enrobage et les pièces à souder:
11 L'enrobage, en fondant simultanément avec l'âme métallique, produit un gaz et
un laitier qui protègent le métal en fusion de l'oxydation. Il favorise également
la stabilité de l'arc et, dans certains cas, apporte des améliorations d'ordre
métallurgique.
En fonction de la nature de l'enrobage, le poste de soudage fournit un courant
de soudage alternatif ou continu redressé.

N:BHi~~~2l?.: Quelle
épaisseur peut-on souder à la soudure électrique
à électrode enrobée ?
Toutes épaisseurs.

~ù'9.~IJ:2
;-<i><<'io~A<ob.<l.t:.t~~;:"•l-'.1,'>
Quel est ce type de soudure ?

Soudage TIG
Soudage à l'arc sous protection gazeuse avec électrode réfractaire (TIG):
La fusion des métaux est obtenue par un arc électrique entre une électrode
réfractaire et les pièces à assembler ; l'arc jaillit dans une atmosphère neutre
qui protège l'électrode et le bain de fusion de l'oxydation, le procédé est appelé
TIG: Tungsten Inert Gas.
L'arc électrique est situé exactement entre l'extrémité de l'électrode en tungstène
et les pièces à souder et à proximité d'une buse d'où sort le gaz.
Le soudage s'effectue en courant continu, l'électrode au pôle négatif (polarité
directe) pour les aciers et ses alliages, cuivre, nickel, ...
Le soudage s'effectue aussi en courant alternatif pour le soudage de l'aluminium
et de ses alliages.
Le gaz de protection utilisé est généralement de l'argon et parfois de l'hélium.

1301 mécanique

~
mi~ftfij~
,_:,~fl•h!~;,lb-liA~~'J,l.,,ù>.<;;:.:i
Quels métaux sont soudables en TIG?
11 Aciers et alliages
• Aciers inox
Ill Cuivre
11 Titane
a Nickel
11 Aluminium et alliages

~1~ . .~ Quelle épaisseur peut-on souder en TIG ?


0,5 à 15 mm.

JID~~]~f:g Quel est ce type de soudure?


~
buse

Soudage sous protection gazeuse avec électrode fusible 1fil plein :


La fusion des métaux est obtenue par un arc électrique produisant un gaz de
protection entre un fil électrode fusible et les pièces à assembler.
Les gaz utîlisés pour l'atmosphère de protection sont :
• gaz neutre, le procédé est désigné« Metal Inert Gas» (MIG)
• gaz actif, le procédé est désigné« Metal active gas »(MAG).
• le procédé peut être utilisé en semi-automatique ou automatique.
Ce procédé peut être utilisé en atelier et sur chantier pour l'exécution de
soudures d'angle et bout à bout sur tous types d'acier, et un grand nombre
d'alliages tels que l'aluminium, les bases nickel, les aciers austénitiques.
Il convient pour l'assemblage de pièces fines et épaisses grâce aux divers modes
de transfert possibles.
Il supplante de plus en plus le soudage à l'électrode enrobée du fait d'une
meilleure productivité.
Il convient particulièrement bien aux applications robotisées permettant
d'augmenter la productivité.

~~f~ Comment amorcer l'arc électrique en soudure à


électrodes enrobées (soudure électrique courante)?

En effectuant un mouvement de balayage frôlant l'endroit à souder .

. !J131
S on d age e'Jectnque/
;;
ù
~.!:~:9~~~~~: Que provoque un courant de soudage trop faible ?
Cela provoque :
lill Un cordon étroit et convexe.
11111 Un manque de pénétration.

11 Du laitier difficile à ôter aux abords.

iïMl~~;~ Que provoque un courant de soudage trop fort ?


Cela provoque :
illUn cordon plat, irrégulier.
Il De nombreuses projections.
11 Des caniveaux.
111 Des pénétrations trop grandes.

NJv[âfiWJq Que provoque une avance à vitesse trop faible ?


'·"•\lillllllaf'lll~.iilil.iW·l:i',

Cela provoque :
Un cordon large et convexe.
11
Des pénétrations trop grandes dues à un effondrement.
11

'~lx~.il!li~ Que provoque une avance à vitesse trop grande ?


Cela provoque :
11 Un cordon étroit.
11 Des stries allongées.
11 Des caniveaux.
11 Une faible pénétration .

.Niv~iü:l'z Que provoque un arc trop long ?


'r,;;,,~G/,~,~<AI~•il·,;ii:î:;>:.~J' :.~

Cela provoque :
1111 Un cordon d'aspect irrégulier.
1111 Des projections.

11111 Un risque de porosité.

11 Un laitier adhérant.

'~1~~:4~~~ Que provoque une avance à vitesse irrégulière ?


Cela provoque un cordon irrégulier.

11 Défauts de soudage électrique ·


~ Concavité excessive Manque de fusion des bords (notez l'épaisseur des bords verticaux en V)

~.
1fW! ·"Ç:~:O:~\i~:~~·~J)~:J c Retassure à la racme Manque d'interpénétrations

~
~ Excès de pénétration ~Gr,,;~
~ Manque de pénétration de la soudure

M.lil'.-.:.!LI':~i.fi::.ftj·~-.1 Manque de fusion entre passas


l!:t,7- '. \ij-1 ··· -:- ·.• Ï Surépaisseur ~

'fii&iilliX~ Comment souder une fonte ?


Il est possible de souder la plupart des fontes par soudage hétérogène à l'aide
de procédés à l'arc électrique: MIG, Arc électrique avec électrodes enrobées ou

132 mécanique
M

1
1
.. ,. il
brasage au gaz
Métal d'apport :
•Alliage de bronze-silicium comme métal d'apport..
a Acier.
&Fonte.
• Alliage de nickel.
Il Acier inoxydable.

métaux

nŒ~li'!i~ En face du symbole inscrivez le nom du métal corre-


spondant.

Al = ; Ag = ; Cd = ; Cr = ; Cu = ; Sn = Fe= ; Mg=
Mn = • Ni = • Au = • Pb = • Zn ==
' ' ' '
Al =Aluminium ; Ag = Argent ; Cd = Cadmium ; Cr = Chrome ; Cu = Cuivre ;
Sn = Étain ; Fe = Fer; Mg = Magnésium ; Mn = Manganèse ; Ni = Nickel;
Au= Or; Pb= Plomb; Zn= Zinc

~]fit~
Que signifie cette désignation d'acier?
GC 20 (22/100)%
Acier moulé 22 % de carbone.

~fi!!ml~
Que signifient les lettres et chiffres qui désignent ces
aciers d'usage général ? S 245 ; E 305 ; GE 320
11 SymboleS pour les aciers d'usage général.
• Symbole E pour les aciers de construction.
11 Symbole G s'il s'agit d'un acier moulé.
Le nombre qui suit indique la valeur minimale Re (essai de traction) en MPa
(MégaPascals).
•S 245 Re = 245 MPa
11 E 305 Re = 305 MPa
11 GE 320 Re = 320 MPa

!J:~i~Hi'1 Que
signifient les lettres et chiffres qui désignent cet
acier inoxydable ou fortement allié? X5 Cr 18 Ni 10
. Un élément d'addition au moins dépasse 5% .
Symbole X suivi de la de la teneur en carbone multipliée par 100.
Suivent des symboles chimiques caractérisant les éléments d'addition par ordre
de teneur décroissante.
·.ai.·
Ces symboles sont suivis par la teneur en % de chacun des éléments :
Il X 5 ( 51100 )% = 0,05% de Carbone,
11 Cr 18 = 18% de Chrome,
fi Ni 10 = 10% de Nickel.
·~ ,,
·f;'
,, N[~~~Jt~~ Qu'est-ce que la résilience (ou ténacité) d'un métal?
La résistance aux chocs.
La résilience, ténacité

ffiétauxl133
- • .o~ -~ • .
-."c:
La résilience qui a pour symbole K, est l'aptitude quepossède un matériau à :!
résister plus ou moins bien aux chocs.

Ni\l,~i~l\~
&i:rl!o1M~ """"lliki~IUJl>l~!:...
Qu'est-ce que la malléabilité d'un matériau?
La malléabilité
La malléabilité est lafacilité avec laquelle un matériau se laisse façonner,
étendre et aplatir en feuille mince sous un effort de compression :forgeage,
martèlement, laminage. Elle croît avec l'augmentation de la température.

'N'1':~.t~~:W~~:
oi.<r~A J.:_,..,,l1:Ji~~~~""-
Qu'est-ce que la ductilité d'un métal? l'J
.~··;.~

La résistance à l'allongement, torsion


La ductibilité
Un matériau est ductile quand il peut être allongé ou déformé sans se rompre.
Des métaux comme l'or, le cuivre et l'acier doux sont ductiles.

~j~~!Wl~ Qu'est-ce que la dureté d'un matériau? ti


La résistance d'un métal à la pénétration par un corps plus dur.

kl'igia,W~jt~.i
~'il.rhr""J""~~~'
Qu'est-ce qu'un acier?
Acier:
L'acier est un alliage métallique à base de fer contenant moins de 2 %de
carbone et éventuellement des éléments d'addition dits éléments d'alliage. ~

~.;F~~'~ 6;:g!1 1
·,;~.r·t,.~~~;.;.:~,4!,l)J,...,' Qu'est-ce qu'un acier austénitique?
Acier austénitique :
L'acier austénitique est caractérisé par une structure (assemblage d'atomes)
cubique à.faces centrées (un atome au centre de chaque face). Ce peut être le cas
~
du fer pur. À température ambiante la structure est ferri tique, (structure cubique ·k

centrée : un atome au centre du cube). Pour obtenir une structure austénitique à


froid il est possible d'ajouter des éléments d'alliage gammagènes (Ni, Mn, N, Cu).

Kfi,Y,~œU\i;2:
~.~~1~.J .. ~.),,.~;,;:h.~!lu .~,_.
Comment obtient-on un acier austénitique ?
Il est obtenu par une trempe très rapide après avoir été amené à la température
~;,
d'austénisation. L'austénite est composée de fer cristallisé sous la forme cubique
à faces centrées. Cette cristallisation donne un matériau plus dense et plus dur
que la ferrite.

,,,,,. ·,:·<.•V:'i'f"
~1Y.~&M;~
Q u 9est -ce que l' acter
• d oux ?.
Acier doux:
L'acier doux a un taux de carbone de 0,15 à 0,20 % dont la résistance à la
,1~
rupture en traction est égale à 400 N/mm 2(fu). Aciers courants de construction,
étirés sous forme de poutrelles, de profilés, de tôles, de barres ou de tréfilés en
fils d'armature ou en fil ordinaire (dit fil de fer).

:N'/~'·''''i·;~):il
fi!i.,itifi&f!M.~( Qu'est-ce que. l'acier moulé ?•
Acier moulé :
L'acier moulé est obtenu en utilisant les techniques deilafonderie, qui consistent
à couler un alliage de composition donnée dans un moule reproduisant les
formes extérieures et intérieures souhaitées.

134 mécanique
m
~1~9~~ Qu'est-ce que la fonte?
Fonte:
La fonte est un alliage de fer et de carbone (3 à 4 %) donnant un métal très
résistant en compression,: mais cassant et non ductile.
Ses transformations s'effectuent surtout par moulage à chaud (fonte grise, dite
fonte de moulage).
La fonte a une forte résistance à la corrosion et un coefficient de dilatation
thermique très bas.

!!1~~ Qu'est-ce que la' trempe ?


La trempe:
La trempe d'unmétal est son échauffement à une certaine température suivi d'un
refroidissement rapide par un liquide ou un gaz.
Ce procédé donne des particularités au métal (dureté, élasticité... ).

~lm\. Qu'est-ce que l'arrachement lamellaire ?


Arrachement lamellaire :
L'arrachement lamellaire est la .fissuration parallèle à la peau d'un produit
laminé, au droit d'une zone sollicitée dans la direction de l'épaisseur; risque
géniralement dû à l'inclusion de sulfures plastiques pendant le laminage.

Nl~f:fâlm
;..:~•''"'' Y.~/1.. ,).-.>Xo~t~.:l'~
Qu'est-ce que la calamine ?
1

Calamine:
La calamine est une pellicule d'oxydes de fer qui se forme à la suiface des
barres ou des tôles au cours du laminage à chaud ; elle doit être éliminée (par
brossage, sablage, grenaillage ... ) avant la mise en peinture.

H~mm~ Qu'est·· ce que la galvanisati()n ?


Galvanisation :
La galvanisation est la fixation de zinc en fusion sur l'acier.
La suiface a été préalablement préparée, par électrolyse ou immersion dans un
bain, d'une fine couche de zinc qui le préservera de la corrosion.

ljYr~~~~ Qu'est-ce que la passivation d'un métal?


Passivation :
La passivation est un traitement protecteur des métaux ferreux par
phosphatation à chaud ou à froid avant leur mise en peinture.
Les agents passivants sont généralement des solutions de phosphates acides de
métaux lourds.

'[f~~J: Qu'est-ce que le pliage?


Pliage:
Le pliage est une opération qui consiste à donner en atelier la forme désirée
à des tôles planes dont l'épaisseur dépasse rarement 5 mm. La longueur des
plieuses est le plus souvent de 4 à 6 mètres.

métauf135 i/1
~:.::~~::~
il!~
t--;.,

N:î'~~~~~Üi~Q'
"i!ii.~~-~~.ll.~~~.'Olb~·\J.l~ Qu'est-ce qu'un profilé ? ~~
-~-:::

Profilé:
Le profilé est un produit métallurgique long laminé à chaud de sections diverses.
C'est un terme réservé parles sidérurgistes aux poutrelles qui ont des fonnes de
section (coupe transversale) en 1 etH.
Les autres formes de sections relèvent des laminés marchands et des profilés
spéciaux (T, V, L).

~IM~m:1!~ Qu'est-ce que le sablage?


Sablage:
Le sablage est un procédé de décapage des suifaces métalliques par projection de
grains abrasifs à arêtes vives, de dimension détenninée ; le dépôt de la première
couche de peinture antirouille doit intervenir dans les heures qui suivent.

&i~·,-,~'':1.1& Qu'est-ce que la tôle profilée ?


.,,__,. ~. ~""'~"""
Tôle profilée :
C'est une tôle dont l'épaisseur varie de manière continue dans le sens de
la longueUJ; utilisée pour des réalisations soumises à des contraintes dont
l'importance varie dans l'espace (membrure de poutre de pont, flèche de grue
télescopique, mât d'éclairage, coque de navire ... ).

~:f.*~.Çi:Y~~ Quelles sont les caractéristiques des profilés IPE ?


Les IPE ont des ailes d'épaisseur constante.

~i~:~~~ig Quelles sont les caractéristiques des profilés IPN ·?


Les IPN ont des ailes d'épaisseur variable.

~)~~~~\~ Quelles sont les caractéristiques des profilés HEA et HEB ?


Les REA et les REB ont des hauteurs équivalentes à leur longueur. '
Les ailes des REA sont moins épaisses que celles des REB, à hauteur égale.

corrosion des métaux

'hfi~~J~~iz
,,,;.,.:<-..t;o'dM,.,',i.i.t-tJ:%it.c!
Qu'est-ce que la résistance à la corrosion?
· ·

La résistance à la corrosion désigne la capacité d'un matériau à ne pas se dégrader


sous l'effet de la combinaison chimique de l'oxygène de l'air et du métal.

N'î:V~~~ù}~:z
~·..,i/ill!..i>io\~:1<! ili·~,);jl~"!~
Quels métaux courants sont résistants à la corrosion ?
a Alliages d'acier au nickel-chrome (aciers inoxydables).
Alliages d'aluminium-silicium-magnésium.
1111

11 Alliages d'aluminium'-zinc.

~j}&,~i~~ Qu'est-ce que la résistance à l'abrasion?


Résistance à l'abrasion
La résistance à l'abrasion est la résistance d'un corps dur à l'usure par
frottement. Plus un matériau est dur, plus il résiste à l'abrasion.

1361mécanique___ "
~~ ...
.......,~ ~~p;:!l$\1 ~W'i:l'&fP8"lR1"~
..
~
-····;:: '.!1
~~

~If~~ffl Qu'est-ce que la fati,gue des matériaux ?


Fatigue des matériaux
La fatigue est la détérioration d'un matériau soumis à des charges répétées.
Cela se termine souvent par une rupture même si les forces de sollicitations ne
sont pas importantes.

fi~f~Un métal est corrodé sur toute sa surface. Quel est ce


phénomène?
Corrosion générale
Le début de cette corrosion ne se voit pas à l'œil nu à son début.

ll1fk~Un métal est corrodé sur une partie de sa surface.


Quel est ce phénomène ?
• Corrosion locale
a Corrosion par contagion
11 Pitting

Le pitting
Le pitting est le nom donné à la corrosion en suiface.
Elleproduit des creux dans le métal. Elle est provoquée par des points de
corrosion anodique ou des dépôts oxydants sur la suiface.
Le début de cette corrosion se voit ~ l'œil nu à son début.

~1~!~ Qu'est-ce que la corrosion galvanique des métamâ


La corrosion galvanique
Elle est due à la proximité de 2 métaux différents en présence d'un liquide
conducteur.

mr~n~~
->·l.:;.;.:,i!'i~IO,,..:;,.',~;.~:,.w.
Qu'est-ce que la corrosion des métaux par tension?
La corrosion par tension
Elle se produit quand le métal est sous tension dans certains milieux : ex. :
présence de chlore, rouille de l'acier ordinaire déposé sur de l'acier inoxydable.
On ne peut pas l'observer à l'œil nu à ses débuts.
Les aciers au chrome sont plus résistants à ce type de corrosion.

Nif~~~
~A..c:;·,·,:,.,;.',<.;;•.,•;.:.,,~,,.)~
Qu'est-ce que la corrosion inter-granulaire des métaux?
La corrosion inter-granulaire
Elle est très dangereuse pour les aciers inoxydables austénitiques.
Elle peut être provoquée par un mauvais traitement thermique ou une opération
·.1< de soudage.
Elle peut être évitée par l'utilisation d'aciers à faible teneur en carbone ou des
additifs (Ti, Nb).

~}[~~~@)Comment éliminer une corrosion inter-granulaire des


métaux?
Elle ne peut être éliminée que par un refroidissement brutal après un
échauffement d'environ 1 00°C.

. d es metaux
C orros10n , 1137
f
Mx~~iî:\'?' Qu'est-ce que la corrosion caverneuse des métaux ?
La corrosion caverneuse
La corrosion caverneuse est produite par des zones créées par un referment du
métal (fusion, soudure, .. ) créant des cavités dans lesquelles se crée une acidité
croissante.

NJ\i~~-4l}z
Que peut produire la corrosion des métaux par la
'êoillbfnaison de facteurs chimiques et électriques et facteurs
mécaniques tels la rupture du film d'oxyde en fond de fissure ?
Diminution de la résistance à la fatigue.

i'YXY:~~·B"~ Par quoi est produite la corrosion des métaux par contact ?
Le frottement rompt la couche du film d'oxyde de surface.

~)~~~Br:~ Qu'est-ce que la corrosion des métaux par courants


vagabonds?
Les courants vagabonds sont créés par la mise à la terre des appareils électriques
qui présentent de légères fuites et ne déclenchent pas les disjoncteurs.
Ces courants sont également produits par induction des lignes électriques par
effet de condensateur (capacitance ).
Ex : lignes électriques enterrées près des lignes de chemin de fer.
Ces fuites s'additionnent créant des effets galvaniques produisant des pointes
d'anodisation .

.t~JiyJ~~.~i~ De quoi dépend la corrosion des métaux par les sols ?


Il Taux d'humidité
Il Conductibilité électrique
mTeneur en sel
Ill Alcalinité
!!Ill Acidité

,t>:ii~~·~l&P De quoi dépend la corrosion des tnétaux par la


température ?
De la différence de température entre deux pièces en contact.

138
mécanique

<,w
transn1issions, accouplements
~m~-; Selon
le dessin ci-dessous quand l'axe 4 tourne, quel est
le mouvement de la pièce 20 ?

15 () sa lOO
' J., .•l...i. -··-= .......
1~

R 11
~~
............,
2
i
..5..

17. ...•
18

19. -· . •
1

~~- ---

Alternatif

;~~m Selon le dessin ci-avant, quel est le nom de la pièce 6 l


Bielle

fg~~91 Le cardan simple ci-dessous ralentit la vitesse en


fonction de son angle? Vrai ou faux ?

Vrai. Il fait perdre 5% pour un angle de 20°

~!~la L'usure d'un cardan est fonction de :


Le produit N x f3 donné par le constructeur

!lff~llm~ L'examen
d'une bague de coussinet révèle un
changement de couleur régulier sur toute sa surface.
Qu'est-ce que cela signifie ?
L'usure du revêtement de protection, il faut changer la bague.
N = vitesse de rotation
f3 =angle d'articulation

'.·
•.1'(

':
!
~ . .
transm1ss1ons~ accoup~ementJ···
' sf139
li
....:..~:,.:
~,i[~~i~Lemécanisme ci~dessousestbloqué par suite de ~~~.:J
l'insertion accidentelle de l'objet. Quelle solution envisagez- a
vous sachant que le démontage des 2 bielles est impossible ?

Un refroidissement des 2 bielles par projection d'azote liquide les fera


probablement se rétracter suffisamment pour créer un jeu permettant un
mouvement de l'ensemble bielle 1 roue.
Il faudra ensuite laisser les bielles se réchauffer de un à plusieurs jours selon
leur dimensions.

![tltli~~ Que peut comprendre la maintenance préventive des


engrenages ?
a Contrôle de lubrification avec analyses d'huile.
11 Contrôle visuel pour rechercher les éventuelles traces de rupture de dents, de
dé té rio ration.
11!1 Les mesures pour déterminer l'usure avec utilisation de cales, de gabarit, ..
selon les préconisations des constructeurs (cales passées entre les dents par
exemple).
11 Les contrôles par infra-rouge pour déceler les points d'échauffement.
Les contrôles de vibration pour déceler les anomalies, ruptures de dents ...

~1~~:1~~~ Quelles peuvent être les causes des défauts suivants


~~ti'statés sur les dents d'un pignon en acier ?
Plusieurs causes mais principalement:
11 Piqûres : surcharge répétée
11 Dents cassées :fortes surcharges, utilisation brutale
1!1 Abrasion : usure uniforme due aux particules abrasives en suspension dans l'huile
11 Stries radiales : manque de lubrification 't

ht!~~i!ti Sur
un alternateur entraîné par un moteur thermique, un
roulement est changé tous les 12 mois. Que faut-il suspecter ?
Iii Un mauvais alignement
1111 Absence de lubrification

ill Passage de courant électrique


11 Choix de roulement
1!3 Remplacement trop « brutal » lors des précédents dépannages
11 Inadéquation des étanchéités à un milieu agressif

~~l'itt~
Quel genre de roulement faut-il employer sur un moteur
entraînant une pompe par courroie si on le dispose avec l'axe
vertical?
Un roulement à rouleaux coniques

1401 mé~am:ue
&!Dm Quelle est la tolérai}ce d' alignetnent compatible avec un
accouplement rigide?
0,01 mm

~Ii!~ A quoi peut être dû un défaut d'alignement ?


• Déformation des châssis au serrage
• Déformation due à des variations thermiques inégales
• Modifications de structure
• Manque de contrôle lors de la maintenance

mflm Un moteur électtique entraînant une charge mécanique


est souvent« grillé». Les électriciens assurent que tout est
normal.(tension, courant consommé). Que faut-il suspecter et
comment résoudre le problème ?
On pourrait suspecter une surcharge constamment trop élevée : lubrification
insuffisante, déformations, mais cela amènerait une consommation électrique trop
élevée.
Il faut alors suspecter des surcharges intermittentes ; si ce défaut ne peut être
éliminé, placer un surcoupleur ou un limiteur de couple.

~ Qu'est-ce qu'un accouplement de com.pensation ?


Un accouplement autorisant des légers défauts radiaux et angulaires et qui
permette un désaccouplement rapide (absence de vis de serrage)

(catalogue Siam--Ringspann)

Les taquets d'entraînements 'insèrent dans les fentes du disque de compensation


lequel absorbe les défauts.

~~,m~ Qu'est-ce qu'un limiteur de couple? ou auto-coupleur?


C'est un dispositif de sécurité destiné à protéger à l'arrêt, au démarrage, en charge,
une transmission contre les surcouples (surcharges ou blocages temporaires).

~!;(~~~ Quels sont les différents types de limiteurs de couple ?


A friction :pour entraînement continu;
A bille: cliquetage et auto-réarmement;
A rouleaux : pour reprise de synchronisme, pour un entraînement positif, pour
un déclenchement

+ . .
ILransm•ssrons, accoup 1ements 1141
~~
··F

00
t\U f,. )
accouplé désacccuplé

Principe du limiteur de couple à hélicoïde Skumat


111
(cata 1og ue Si am- Rings pan n) http://www.siam-ringspann.fr
Principe du contact de surface hélicoïde
Le couple est transmis par des dentures hélicoïdales frontales à flancs convergents mises en
opposition. Elles sont pressées l'une dans l'autre par un ensemble de ressorts logés dans un
barillet. Comme pour une vis en rotation où les flancs de filets sont en contact avec l'écrou,
les flancs de dents du limiteur à hélicoïde restent en contact de surface pendant la totalité
--du-mc:mvement-torsionne1engendré par le déclenchement. Cette caractéristique confère au
couple à hélicoïde une grande résistance à l'usure et une durée de vie exceptionnelle.

FF
FF

a Principe du limiteur de couple à billes. Skumat


(catalogue Siam-Ringspann)
Principe du contact à billes
Le couple est transmis par des billes pressées dans leur siège sphérique par des ressorts
Belleville. Quand le couple limite de déclenchement préréglé est atteint, les billes
quittent leur siège en roulant pour descendre dans le siège sphérique suivant, et ainsi de
suite jusqu'à ce que la surcharge soit éliminée. Cette caractéristique en associa,tion avec
la géométrie particulière des sièges sphériques confère à ce limiteur une très grande
précision de réponse.

142 ~mécanique
FF <"~
.,
\._'~
"
1:=
.<''-'\
->
'"··'
\: '·,
"--.::../J--1'.,,,_
FF

a Principe du limiteur de couple à rouleaux


Skumat (catalogue Siam-Ringspann)
Principe des doubles rouleaux
Le couple est transmis par six paires de rouleaux pressés dans des cavités par des ressorts
hélicoïdaux. Quand le couple limite préréglé est atteint;Jes rouleaux cylindriques roulant
l'un contre l'autre, gravissent la pente de la rainure en V du collecteur pour soulever la
bague de pression et annuler la force de précontrainte des ressorts. Cette caractéristique
associée à la géométrie particulière des cavités, confère à ce limiteur un déclenchement
consfant pendant toute la durée d'utilisation. Les cavités sont asymétriquement réparties
pour garantir un ré-accouplement avec reprise de synchronisme tous les 360°.
NB : ce sont ci-dessus les principaux types de limiteurs des variantes existant en fonction
du jeu angulaire exigé, etc. Il existe également des capteurs de surcouple.

l[!:mL(l:jiJ Qu'est-ce qu'un surcoupleur?


Un limiteur et un cardan à la fois qui autorise les défauts de parallélisme

Photos siam-ringspann.fr

Iimt~!i] Quelles sont les phases de fonctionnement d'un


'di;po.~itif d'embrayage :'
En position embrayée: l'embrayage transmet intégralement la puissance
fournie.
En position débrayée : la transmission est interrompue.
Phase transitoire d'embrayage (glissement): pendant l'embrayage, la
transmission de puissance est progressivement rétablie. L'arbre d'entrée et
de sortie ne tournent pas à la même vitesse ; il y a alors glissement entre les
disques, donc dissipation d'énergie, sous forme de chaleur. L'usure des disques a
lieu pendant cette phase.

+ . .
t.ransm1ssrons, accoup 1ements 143 J
fr!Ly~;][))!l Il
faut trop souvent changer les disques d'~mbrayages
d'un accouplement. Quelles peuvent être les càuses ?. :·
11 Temps d'embrayage trop long
Il Charge trop importante
Il Environnement agressif: poussières abrasives
IIi Les composants d'origine remplacés par des composantS qTA-i ne conviennent pas.

11 Description d'un embrayage simple q.isgue ·

3
:2

11

1. arbre moteur
2. volant moteur,
3. disques de friction ou d'embrayage qui est solidaire de l'arbre d'entrée par des
cannelures
4. plateau de pression du mécanisme, assure l'adhérence du disque d'embrayage
sur le volant moteur
5. ressorts du mécanisme (ici à diaphragme), ils sont en appui sur la butée
d'embrayage.
6. arbre d'entrée de la charge.
7. butée d'embrayage
Lorsque la commande d'embrayage est actionnée,la butée exerce une force sur
le diaphragme, les plateaux s'écartent alors en ·libérant le disque de friction
rendant indépendante la charge du moteur.
Pour les transmissions de fortes puissances il yaura plusieurs disques.

144Jmécanique

·. 1.
~lll Quelle est la fonction du montage ci-dessous ?

C'est un variateur de vitesse mécanique à poulies variables.


Le levier de commande modifie l'écartement des 2 joues de la poulie moteur.
Du fait de leur forme cela modifie le diamètre d'entraînement.
Sous l'action
1
conjuguée de la tension de la courroie et du ressort en bout d'axe
le diamètre de la poulie réceptrice s'adapte afin de conserver une tension de
courroie convenable.
On trouve encore ce dispositif sur des machines anciennes. Il est remplacé
availtageusement par des variateurs électroniques qui demandent moins de
maintenance.

!it!~~Quelle maintenance préventive appliquer au dispositif


ci-dessus?
Vérification de l'usure des courroies et des poulies
Vérification du ressort
Contrôle des niveaux d'huile et remplacement annuel de la pignonnerie.

engrenages
~1m'@i
Comment contrôlez-vous l'usure des dents d'un
ensemble roue dentée, pignon ?
Passage d'une cale entre une dent de la roue et une dent du pignon en contacts.
"". ~·
Avec un palma en mesurant plusieurs dents (mesure de Wildhaber).

L:J.
145
engrenages •
1
,_ .. ,7,.
·-..,
tiivi:ifJiali~''A quelle vitesse tourne la pian on C par ra~p,nort
~,'i,\ll,~~&i,~r~~·.M· .J:'
tfj,A.ll.. au pian on ~A.

A ? Pignon A = 52 dents ; roue B = 127 dents ; (


pignon C = 52 dents.

Le pignon C par rapport au pignon A tourne à la même vitesse puisque le


rapport CE des dents est exactement l'inverse du rapport AB.

l[j~J;;I :qans quel sens tourne la pignon C par rapport au


pignon A?

Le pignon C par rapport au pignon A tourne dans le même sens.

M~~9i Un pignon A de 32 dents entraîne une roue dentée B


de 64 dents. La puissance en B est plus forte, moiQs forte ou
identique?
La puissance en B est plus forte.

Quelle
.
~;;>~~!A~
température ·peut on tr.ouver sur un J'eu
i.i'~'':":';;•:~nm:15: -
d'engrenages droits ?
40 à 50 oc
~lv.tW~Quelle température peut-on trouver sur une roue à vis
sans fin?
60 à 70°

hlJ~ii~~~
Quelles peuvent être les causes d'une élévation anormale
de température d'un réducteur ?
11 Barattage excessif dû à une quantité d'huile trop importante et à une viscosité
de l'huile trop élevée.
• Frottements de glissânent exagérés (mauvais alignement, manque de rigidité).
11 Frottements métal sur métal entre dentures résultant de l'utilisation d'huiles
ayant des propriétés lubrifiantes insuffisantes (trop fluides, trop chaudes, manque
d'additif).
11 Mauvaise agitation de l'huile due à un engrenage tournant trop lentement, à
un carter mal dimensionné ou à une réserve d'huile ùisuffisante.
• Position et propreté, carter trop près d'une source de chaleur ou ventilation
insuffisante.
lili Carter recouvert de boues.

141mécanique - ··--- --- • - :


!i
- . •'<•
Jll
m~:!E~~~ Quelles
peuvent être les causes d'une élévation anormale
de bruit d'un réducteur ?
a Remplacement d'un pignon ou roue dentés par· une pièce taillée grossièrement
11 Manque de rigidité du .tarter
Il Jeuexcessifdû à l'usure
li Roulements usés
11 Accroissement de la charge
11 Manque d'huile ou huile pas assez visqueuse

m~ Par quoi est cau'sé ce piquetage destructeur sur les


dents d'un réducteur ?

Photo maintenance technology


(http://www.mt-online.com)

Par une surcharge prolongée.

poulies courroies
WllW:'é~~1~~
t;:...ow..~h,·&:.t.!,&';;,•,~:
la largeur d'une poulie pour courroie plate doit être :
Supérieure à celle de la courroie.

~1~7[~ la surface de contact d'une poulie pour eourroie plate


doit être polie ou rugueuse ?
Elle doit être polie.

~~HI~ Une courroie plate sort souvent de ses poulies. Que faut-il
suspecter?
• Poulie bombée remplacée par une poulie plate
• Poulie remplacée par une poulie trop étroite
11 Courroie usée
11 Courroie trop longue
a Désalignement des poulies

Poulie plate et poulie bombée :

Poulie plate et poulie bombée

;:-'
.. ;:1:'

P oulies, courroieJ5 J147 ./~


.·{~
·>;;~:~!
:BJllJWii~ Une
courroie parmi une nappe de 3 courroies
trapézoïdales est rompue. Comment devez-vous procéder ?
Remplacer les 3 courroies par un jeu de 3 courroiesappar:iées

:&iÜ:M1:;w Une courroie est changée trop fréquemment. Quelles


sont les vérifications à faire ?
Il Vérifier l'alignement des poulies ;,_'

11 Vérifier la tension de la courroie


Ill Vérifier l'appariement des courroies si c'est une nappe de plusieurs courroies '1,-·;,

11 Vérifier la présence d'agents agressifs


i '
~~:~jJ1.0ffi Est-il
admis de remplacer une courroie trapézoïdale en
forçant l'engagement dans la poulie avec un tournevis ? ·::~:'

Non, cela diminue la durée de vie de la courroie et peut entraîner une amorce
à la rupture. Il faut rapprocher les poulies par desserrage des fixations l'un des
appareils.

~.&Q~3Jîfl~ Quel
aspect doit présenter une poulie de courroie
trapézoïdale ?

La partie supérieure de la surface de la gorge est brillante, le fond est mat.


Comme l'indique le dessin ci-dessus seuls les flancs de la courroie s'ont en
contact avec la poulie.
Si le fond de la gorge de poulie est brillant, cela indique qu'il est en contact avec
la courroie selon 3 causes possibles :
1111 Usure de la courroie

1!11 Usure de la poulie


œUsure des deux

~::i~~iitî1~ Commentcontrôler l'usure des poulies selon les


préconisations courantes des constructeurs ?
Contrôle de l'usure des poulies
11 Les gorges d'une poulie doivent être exemptes d'arêtes, parfaitement profilées
et d'une propreté méticuleuse.
11 Il faut les contrôler au moyen des jeux de calibres offerts par le fabricant.
1!11 Il faut remplacer la poulie quand l'usure devient supérieure à 1,5 mm, sur un

côté de la gorge.

El!~~;~~ Des
crevasses, craquelures sur les flancs des courroies
peuvent être provoquées par :
11 Echauffement excessif.
Ill Vapeurs chimiques.

1481 mécanique
...r;;, ··-r- .. -·· t = · rlliiC?d&R
~·--- • - -
,.:;;1\ , t
--~ --=~ ···~
....
1111 Tension insuffisante. "
a Stockage dans un magasin ttop chaud.

~ !Jallongement:acceptable d'une courroie trapézoïdale est


de:
Allongement_de sa longueur initiale .
0,5à0,8%

~~;A défaut de posséder un système de contrôle


électronique ou laser est-il possible de contrôler l'alignement
des courroies ? ·
Oui avec une ficelle tendue ou une règle.

ty

Mais il faut également contrôler la mise à niveau des deux axes pour éviter le
défaut ci-dessous.

Contrôle de niveau

niveau

Cales de réglage en hauteur

P ,.
ourtes~
. sf149
courroteJ
::.. -~- ....!'"'-
~l~~âl;gj En
l'absence de préconisations du constructeur. Pour une
distance d'entraxe de 1 rn, quelle doit être la flèche··moyenne
d'une courroie soumise à une pression moyenne avec le doigt ?
Fleche b
""
,~~-

h~;,-

-
15mm
Pour être plus précis voici les préconisations générales de pression en fonction
du profil de courroie trapézoïdale (pour obtenir une flèche de 15 mm/m de
portée):
Z=3à5N
A=6à9N
B = 12 à 18 N
C = 25 à 37 N
D = 48à 71 N
E =:= 95 à 143 N

N!Yli~~J~ Quel est l'intérêt d'une courroie crantée ?


Assurer un synchronisme des 2 parties (entraîneuse/entraînée)
Silencieuse

]:ii,~~~â~~W Une courroie crantée à crantage double signifie :


Un crantage sur chaque face de la poulie -' ;

Courroies crantées à simple et double face

~
~~~~Quelle précaution particulière faut-il prendre lors du
remplacement d'une courroie crantée ?
S'assurer que le démontage de la courroie n'entraînera pas une
désynchronisation éventuelle des 2 parties mobiles. J

Si c'est le cas, les bloquer (cale en bois, serre joint, .... ) dans leur position avant
le démontage de la courroie.

;~lYR~~~l:!J Existe-t-il des règles particulières pour le stockage des


courroies?
Des courroies stockées plusieurs années en magasin gardent leurs propriétés
intactes si elles sont dans des conditions favorables :posées à plat ou
suspendues à un support avec un grand rayon (clou ou crochet prohibé). Les
courroies se dégradent sous l'effet des vapeurs acides, de l'ozone, de la chaleur,
de la lumière, des solvants.

150
mécanique
Î1

1
1....-_,:

lubrification

RtQ!'1 Qu'est~ce qu'~ne huile multigrade?


Une huile dont la viscosité varie avec la température.

!111:1!1 Que signifie sur un bidon d'huile multigrade : 10 w 40


10 W: correspond à la viscosité à froid soit 18°C (W = Winter ).
40 : le deuxième chiffre correspond à la viscosité à chaud soit 100°C.

;;(;!!~!Bi~ la viscosité d'une huile est plus élevée si elle est


+ ou - épaisse ?
Elle est plus épaisse.

lfWfïfÇ"! Qu'est-ce que la fluidité ?


l,î.,,;"d.t.f>JJi<l~IJ·~;?.;}.;;Joj!JJ

Le contraire de la viscosité: plus la fluidité d'une huile augmente, plus elle


coule facilement et plus faible est sa viscosité.

mffi':t/i~ Peut-on
ajouter n'importe quelle huile dans un carburant
pour moteur 2 temps ?
Non.
Il faut une huile monograde (SAE 20 à 30) qui conserve certaines propriétés
quand elle parvient dans le piston du moteur.

!![~lt\!1 La viscosité d'une huile diminue avec l'augmentation de


température. Vrai ou faux ?
Vrai.

~:ml~~~~ Comment définit-on la viscosité cinématique d'une huile ?


La viscosité cinématique v qui s'obtient en divisant la viscosité dynamique par
la masse volumique p. Elle s'exprime en m 2/s.
Cette unité est très grande. Dans le système CGS la viscosité cinématique était
exprimée en stokes (St) ou en centistokes (eSt). La conversion est immédiate,
puisque 1 St = 1 cm 2/s = 10-4 m 2/s et 1 eSt = 1 mm 2/s = 10-6 m 2/s.

~1~l~ Comment définit-on la viscosité dynmnique d'une huile ?


La viscosité dynamique J1 (ou encore 17) se mesure en pascal-seconde (Pa.s),
cette unité ayant remplacé le poiseuille (Pl) qui a la même valeur.
On trouve encore pmfois l'ancienne unité : le poise (Po) ;
1 Pa.s = 10 Po. La viscosité de l'eau à 20°C est de 1cPo (centipoise ).

:W~~,~~ Espacer les vidanges en ajoutant de l'huile : est-ce


acceptable ?
Aucunement car l'absence de vidange n'élimine pas les dépôts et l'huile
ancienne corrompt la nouvelle.

:~1f[~~J11 Pour
choisir une huile peut-on sélectionner n'importe
quelle huile de la même viscosité ? Vrai ou faux ?
Faza.
li
,./
•.'(

tb "fi" • ,f151 if
..lu n cat1oJ _ _ -·
><~
v~'·:
~,;

Le choix d'une huile dépend de nombreux autres facteurs: tenue aux hautes
pressions, tenue à la pollution ...

,~i~~~~ n.vaut mieux mettre plus de graisse pour être tranquille.


Vrai ou faux ?
raux.
Un excès de graisse peut être néfaste: danger d'explosion dans les
compresseurs, échauffement des roulements, pertes de puissance des engrenages.

'&Iif~~;U~~ Quelle est la périodicité des analyses d'huile pour des


réducteurs en conditions normales de fonctionnement ?
.
''""
';!•.-'
1 500 heures. ,.Il_,:,;.'.

•·!'~·.··

m~~~~~rn Quel est l'indice en rapport avec le risque


d'inflammation d'une graisse ?
Point éclair (t 0 d'inflammation au contact d'une flamme).

~~~&:,~~1JJ,~ Quels
facteurs sont à prendre en compte pour le choix
d'un lubrifiant ?
Sa viscosité ;
S'il est multi-grade ou mono-grade;
Son onctuosité (adhésion aux parois);
Sa volatilité ou point éclair ( t 0 d'inflammation au contact d'une flamme);
Sa résistance à l'oxydation ;
Son acidité ;
Sa compatibilité aux polymères des étanchéités ;
Sa résistance aux contraintes mécaniques (tenue au cisaillement).

H.E~~~.!il~Que fait-on des huiles usagées?


Obligation de récupération par des organismes spécialisés et homologués en vue
de leur recyclage. La vidange sauvage est répréhensible.

~!&&~~Qu'est-ce que le point d'écoulement d'une huile?


Le point d'écoulement mesure, dans des conditions normalisées (NFT 60-105), la
température à laquelle on atteint la limite d'écoulement du fluide. La valeur du
point d'écoulement peut être considérée comme l'indication de la température la
plus basse à laquelle le fluide peut être transvasé à partir d'un fût.

Nl~~~:éJ~
Quel type de lubrification employer pour un roulement à
grande vitesse?
Lubrification à l'huile.

~j;YJ)}t(i~~ Quel est le rôle de l'indication de tenue au cisaillement ?


Le cisaillement est la destructionde certaines molé.cules des composants. de l'huile
sous l'effet de la pression exercée sur l'huile, ce qui altère les propriétés de cette
huile.
La tenue au cisaillement indique la tenue aux fortes pressions.

1521 , .
mecamque
Î:..''

l:lf!'Z Qu'~st-ce qui peut faire varier·la viscosité d'une huile?


L'oxydation. . .
La contamination par des salissures ou de l'eau.
L'addition d'une autre huile.
Dépôts insolubles > à 5%

~Qu'est-ce que le TBN ?


Total Buse Numbet
C'est la· triësur~ de l'alcalinité présente dans l'huile qui permet de neutraliser les
acides formés par la combustion

li!~~~
h;J;~J<JlJi~i;)-.U.~:M\.;";&~><><J..i!
Quels modes de lubrification connaissez-vous ?
Lubrification par barbotage ou par bain d'huile
·une partie du mécanisme en mouvement (roue dentée ... ) trempe dans le bain et
emporte par adhérence de l'huile vers les points à lubrifier.
La quantité d'huile du bain doit être suffisante et tenir compte des conditions de
service: calories à évacuer, éviter les vidanges trop rapprochées, etc.
Le niveau du bain doit être contrôlé périodiquement : vis de contrôle, jauge,
indicateur.
Un excès d'huile est souvent plus néfaste qu'un manque; il crée un brassage
source d'échauffements et de pertes d'énergie.
Lubrification par barbotage et projections
Elle est une variante de la précédente. Le mouvement des composants
(engrenages ... ) doit être assez rapide (effet centrifuge) pour qu'après trempage, le
débit des projections soit suffisant. L'huile projetée sur les parois ruisselle et peut
être recueillie (cuvettes, renvois, larmiers ... ) puis dirigée (canaux) vers les parties à
lubrifier.
Lubrification par brouillard d'huile ou air-huile
Elle est utilisée aux vitesses très élevées (roulements, engrenages) mais aussi
dans les réseaux pneumatiques (lubrificateurs).
Un débit constant d'air comprimé aspire et pulvérise une certaine quantité d'huile
sous forme de très fines gouttelettes. Le brouillard ainsi constitué est amené par un
réseau de canalisations près des points à lubrifier. En ces points, des rétrécissements
(raccords de condensation ou tuyères) condensent l'huile sous forme de gouttes plus
grosses directement utilisables pour la lubrification.
Lubrification par circulation d'huile
Une même pompe lubrifie en même temps plusieurs points. Le débit d'huile,
constant, arrivant en chaque point à lubr?fier, peut être réglé (soupapes) et calculé
au plus juste pour assurer lubrification et refroidissement. Des échangeurs de
chaleur (réfrigérants), des systèmes de filtration peuvent être ajoutés à l'installation.

~îvè~ôi}Z
:~::~:..r~'~'"'1"""
;{ o.\.t"~"!A
Quels sont les différents types de frottement ?
Le frottement sec : il n'y a pas de lubrifiant entre les suifaces en contact. Le
glissement y est le plus difficile et l'usure la plus rapide; il est caractérisé par
des contacts locaux fréquents sur les aspérités des suifaces, des échauffements,
des arrachements et des microsoudures.
Le frottement onctueux : un film de lubrifiant recouvre les swfaces en contact
sous la forme d'un épilamen (trèsfine couche). Le frottement est diminué (f=
0,05 à 0,20) et le glissement favorisé. Les contacts locaux directs, sans épilamen,
sont plus rares; il y a moins d'arrachements, de microsoudures et d'usure.

. J153
1ub n"fi cat1on
.. Le frottement mixte : c'est un mélange de frottement onctueux et de frottement
hydrodynamique, caractérisé par une portance hydrodynamique intermittente avec
quelques contacts locaux, épilamen sur épilamen. Le frottement (j= 0, 04 à 0,1). et
l'usure sont encore réduits.
Le frottement hydrodynamique : il n'y a plus aucun contact entre les surfaces.
Celles-ci sont toujours séparées par une couche de lubrifiant d'épaisseur
minimale e de 0,02 à 0,008 mm. Le mouvement, à condition que la vitesse soit
suffisante, crée une portance hydrodynamique comparable au ski nautique. Le
frottement est très réduit (f= 0,002 à 0,01) et l'usure pratiquement nulle.

'&i'vg~;;);i~
.,,,:,\1-.W.,:..If(,,,-.J/rf'(;,.•,.
Qu'est-ce que la thixotropie ?
Un fluide est dit thixotrope si sous contrainte constante, sa viscosité évolue au
cours du temps.
On dit que le fluide se déstructure lorsqu 'il devient liquide et inversement, qu'il
se restructure lorsqu 'une phase viscoélastique apparaît.
Laissé au repos, le fluide thixotrope va se restructurer jusqu'à avoir l'aspect
d'un solide (viscosité infinie).
Sous contrainte constante suffisamment élevée, le fluide va se déstructurer
jusqu'à son état liquide (viscosité faible).
Les phénomènes thixotropes sont donc d'origine structurelle.
Il ne faut pas confondre la thixotropie et la rhéofiuz'dification. Cette dernière
montre une évolution de la viscosité avec une variation de la contrainte
appliquée au fluide.

:&,l~~i;!l[~ Qu'est-ce que la tribologie ?


C'est la science qui étudie les phénomènes susceptibles de se produire entre deux
systèmes matériels en contact, immobiles ou animés de mouvements relatifs.
Elle recouvre, entre autres, tous les domaines du frottement, de l'usure et de la
lubrification.

tilmm~ Quel type de pompe à graisse est recommandé ?


Pompes à graisse doseuses qui permettent de doserle volume ou le poids de
chaque pression (coup de pompe).
Ces dosages sont souvent préconisés par les constructeurs.

~f~~if~ Quelle est la périodicité de remplacement et d'appoint


de l'huile des réducteurs ?
Remplacement tous les ans
Appoint mensuel

~!!;f~~rn
Quelle est la périodicité de remplacement et d'appoint
de la graisse des paliers lisses ?
Semaine ou mois selon les préconisations du constructeur

N'.i~~;t~~J~l
Combien de coups de pompe à graisse sur un graisseur
i.il!!>iô:it•Hwi:ll<.l.r.!!.vA\11.:~

courant type Tecalemit ?


1 coup de pompe par jour

li!~~~~)~ Quelle
la périodicité de remplacement et d'appoint de
l'huile des compresseurs ?
6 mois ou un an selon les préconisations du constructeur

1541mécanique

- ~~
, . et définitions de base
formulaire .

en mecan1que
ikliff~~'!lll~~i
!~~'riil"~~~itî!
Quelle est l'unité de ·puissance ?
Le watt (w) ou le cheval (ch) ( 1 ch = 736 W)
'N''''4·'1 !j'•~~:ïl
~~l)i~~~ Quelle est l'unité de force ~•
Le Newton (N)

~l&lilm Quelle est l'unité d'énergie (travail)


Le joule
Le joule est le travail produit par une force de 1 Newton dont le point
d'application se déplace de 1 mètre dans le sens de la force

~LIJi41:iî\ Quelle est l'unité de pression ou contrainte ?


Le Pascal
Le pascal est la contrainte uniforme qui, agissant sur une suifaceplane de 1 m2,
exerce perpendiculairement à cette suiface une force de 1 newton.
On emploie souvent le daN/cm 2 (égal à 1 bar) et le daN/mm 2 (égal à 1 hbar)

~)'it~fil Utilise-t-on encore le kgf (kilogramme force) ?


Non mais pour information en cas de vieux documents
1 kgf/cm2 = 0,980665 bar
1 kgflmm2 = 0, 980665 hbar

~1~~i~ Que signifie le MPa ? et quand l'utilise-t-on


principalement ?
/)
1 MPa = 0,1 daN/mm2 -,.,;

On l'utilise pour désigner la résistance d'un matériau


Ex. : un acier mi-dur = 750 MPa
~
fiJj:;}\~~)~?121
·~~~-..;:!;,.~~~
Force. Définition et formule
F=m.y
F: enN
m: en kg
.-
y: en mls2 :_·.

Une force Fest le produit d'une masse m par une accélération y.

N"t~~~;î'i~ Poids.
.ii'.>~J.dt<.~".lmtmu
Définition et formule
~ ,

G=m.g
GenN ~
men kg 1
g = 9,81 m/s2

[[t~~:~llif~ Moment. Définition et formule


M=F.r "'
M: moment en N.m
F :force en N

15:t=""""'
..
l!ll!!lllfiO!ïl~s---v~
'""--
r: distance axe/point d'application en rn /

Le moment M d'uneforce par--rapport à un axe, est le produit de cetteforce par


la distance du point d'application de F par rapport à l'axe.
Le mètre newton est le moment par rapport à un axe d'une force de 1 newton
dont le support est distant de 1 mètre de l'axe qui lui est orthogonal.

~r~~~Wl'l!,
r:.;,, _.:. •• ..
Puissànce
;;;.!.'--~.,·, ;~~,::.-~.;;
en rotation. Définition et formule
P=M.m
P: en W
M: enN.m
(J) : en radis
La puissance P est la quantité de travail fournie par unité de temps

f.Y!l~~ Puissance en linéaire. Définition et formule


P=F. V
P: enW
F: enN
V: en mis : vitesse linéaire de déplacement
La puissance P est la quantité de travail fournie par unité de temps

Nri~1ld~z
".::..
Puissance
u,,,,,-.;.,,_,,,;..;~·)
exigée parla machine. Formule
p - M .w
11 A
P: en W
M : moment exigé par la machine entraînée
(J): en radians 1 seconde
17 A : rendement

~I~\}1)~ Notez la correspondance


1 ch= 736W

~~~1f~~~.Qu'est-ce
••·:,,.>Jio(.!.~;,).l.,;J'io~" :JI~~loÜ •
qu'un système à puissance constante?
Le système est dit à puissance constante lorsque le couple fourni est inversement
proportionnel à la vitesse angulaire.
Ce type de couple est nécessaire pour les tours, les enrouleurs axiaux

r:i'!:V.~Jij~
; :·,"·~·~'""'·'"···A,.~·''
Qu'est ce que le couple résistant ?
C'est le couple qui s'oppose au mouvement d'entraînement de la machine.
Pour animer une mécanique en rotation, il faut que le couple généré par le
moteur [Cm] soit supérieur ou égal au couple que lui oppose la mécanique [Cr ].

'r:J~~;êâ~~'~:
, ·,~:-JLI<,\.,1,,· "! ... J,;'~.~i.l>Lio
Quels sont les principaux couples résistants ?
1. Les machines à couple résistant constant : toutes les applications de
manutention horizontale et verticale telles que les engins de levage, les
convoyeurs et les bandes transporteuses. Elles couvrent environ 80% des
applications.
2. Les machines à couple résistant proportionnel à la vitesse : applications
utilisant des entraînements à vis d'Archimède, machines dont le couple résistant
est proportionnel au carré de la vitesse telles que les pompes centrifuges et les
ventilateurs,

_,.\· ~ 1157
J.ormul~ire et définitions de base~
3. Les machines à couple résistant inversement proportionnel à la vitesse :
enrouleurs, dérouleurs et broches de machines-outils. 1
4. Les machines à surcouple résistant au tout début du démarrage. C'est par
exemple le cas des mécanismes à portées multiples (convoyeurs, broyeurs à
boulets).

:NJvi~U0~
Couple entraînant (charge entraînante). Citez des
~iêiii:ples
Il y a couple entraînant lorsque la mécanique entraîne le moteur.
Dans les mouvements horizontaux, la chaîne cinématique est entraînante lors
de ralentissements plus rapides que ceux obtenus naturellement par simple
disparition du couple moteur ou du fait de l'action d'un élément extérieur tel
que l'action du vent sur une structure mobile.
Dans les moùvements verticaux, il y a couple entraînant lors de la descente de la
charge.
Vffesse (n)

QZ Q1

03 Q4 Couple (M}

Vitesse (n)

Q2 Q1
Couple de freinage Couple fourni par le moteur
en marche avant en marche avant
(couple résistant) (couple entraînant)

Q 3 Q4 Couple (M)
Couple fourni par le Couple de freinage en
moteur en marche arrière marche arrière
(couple entraînant)- (couple résistant)

~~Jîl~~l!l~ Complétez sur la figure ci-dessus les 4 quadrants de


fonctionnements d'un moteur.
La plupart des machines ont besoin de deux mouvements de sens inverses
obtenus par inversion de sens de marche du moteur d'entraînement.
De plus, il est souvent nécessaire d'accélérer le temps d'arrêt du mouvement, ce
qui nécessite un couple de freinage.
Les différentes relations entre le couple (entraînant ou résistant) et la vitesse
(avant ou arrière) sont représentées conventionnellement par les « quatre
quadrants de fonctionnement ».

lJmécaniqu~ _ , __ --- _ ..-


rer -·· "lijzli!tf-i~\rt•Ofiiïf~i1i~~
11 Informations complémentaires sur les couples

Vilns~é (Il)
2"' <IUOdrant 1.. qoadrant

3" quadrant -
Couple iMJ
4•quadrant

Dessins Memotech Plus électrotechnique

ltitCSSè' (t:i)

2~ ~~â~rafit 1••'qôakkàrtt

:9ol-Jph:\ u~~~~
3~qlia\'lriîht ;4•:<;u·aol'aMf ·
/ / ~: ' .-, "·'".

Dessins Memotech Plus électrotechnique

•i:

'
.;,

~ 1159
.lormulaire et définitions de base . ·.~ f<·
{~ .. .i

outillage

~jt\~tfiiii:JJ En
observant les profils de ces tournevis plats quel est le
!~ii~l:ii affûté ?

'"'i .

. ·._ .. ,
. -~·. ··.-.·'.··.·..
·. .·.111
A B C D ·-:· \
··-).,-_

A : ce tournevis aura une meilleure tenue dans la fente de la vis.

~j,yJ]illli:~l Quels sont ces outils ?


(
..
ti'
~
;

Wl ~
~~~' B 'il c 0
1
'i
(.1,
'Y
~;;


(

Photos Facom
Clés:
A. àfourche
B. polygonale
C. à œil
D. à pipe ouverte

fiJ'l\.i~~~Y~:;~ Quels sont ces outils ?

f,, "'
>J;;')".;A."1S:C.\(il,:.iH,~ i'J.L!;I,
...

~ .~ El~:~. F
'ij~ G
H

'1
'· 1 1·"••
; ~ ' {(';
Photos Facom
Clés:
E. à tube coudée
F à douille articulée
G. à tuyauter
H. pince étau

'Nï~~~â:Ji
>'.,;.;:>~.:!.<!.o!>J..HM1.-/~.-.,~:.:i •\
Quels sont ces outils ?

Photos Facom
Pince multiprise.

1601 ' . mecamque

~~,.li.:~PdilPii !iii!@Qz1ŒT'M"èl'h'Wf*~"DID-&F."Wiit2l'i"&DH:,\'4illf8:U'KRZE" 5 !11S!!'"l'UfS'tP .........Jrilm'd'f"'R!lf'S'DJE'IT - nzow'OW, _)G


'''""'~'""""""""'"'
~;1~:~~l~ Que1s sont ces outi"1 s ?.

Photos Facom
Pince universelle.

FJl~!~f'ÏJ']~
1:: ~·t.'k(~\ "<IOIJ.i!·~;\!:J.:.~;.,.~
Quels sont ces outils ?

Photos Facom
Pince à becs plats.

'N~f"~~
""""'iJ;•·"'"'""'··'"--"··---1·-·
Quels sont ces outils ?

Photos Facom
Extracteur de roulement à prise intérieure.

~~'ê'f~~
~;.>;:..':.,dii:,;\.:J<~L~\L,_;j
Quels sont ces outils ?

Photos Facom
Décolleur et potence.

f4i~ twftî\i~
1
;t.,v.~..,,·..:.·d;,c,,;.i•Atod
Quels sont ces outils ?

Photo8 Facorn
.ExtractettT extérietl!:

~
,,··}

Outillagf161 .<
f. . / i ;.'~:
.:1:;~·;
~l~~i~~~ Quels sont ces outils ?

Photos Facom
Extracteur de vis cassée.

N!"~~a,''"~}!~
/""'"" •\···- ·.
""·'""''·~(
·.,
Quels sont ces outils ?

Photos Facom
Casse écrou.

blil~~~,~~~ Con1bien d'outils comprend un jeu de tarauds de 4 mm?


3 tarauds (ébaucheur, intermédiaire, finisseur).

@~~'.[~~;~Qu'est-ce
qui différencie un jeu de tournevis de type
électricien d'un jeu de tournevis mécanicien ?
Le manche et souvent une partie de la lame sont isolés.

~j~~,~JU;~: Quels sont ces outils ?

Photos SAM
Coupe boulon.

:~!~~~~j~~ Quels sont ces outils ?

Photos SAM
Clé serre tube.

:~},k~~ii]~ Quels sont ces outils ?

Photos SAM
Coupe tube.

162
mécanique
Fff~1~â1ifr~ Qu'utilise-t-on sur un étau pour serrer une pièce fragile ?
·~'.l.~(JI"\,{,~,,,fl:•,;,~~··ll":\"1~ ' /

Des mordaches.

~r~'-~l.i'""'"'"'""''
;~îv:~:â'U\*~
•Mr.,~.,y,,.~"''''"~·'·,;t.;.J~:!;
Q- ue1s-sont ces' outils "r

Photos SAM
\
Dégoujonneur.

-~~Quels sont-ces outils ?

Photos SAM
Etau à charnière.

Outil/ag1163
lu ides

Généralités sur les fluides ................................................................................. 167

Génération d'air comprimé ............................................................................... 169

Commande pneumatique .................................................................................. 172

Réseau hydraulique ........................................................................................... 179

Traitement de l'eau ........................................................................................... 183

Commande Hydraulique .................................................................................... 186

Pompes ............................................................................................................. 195

Thermique chaudières vapeur ........................................................................... 199

Froid .................................................................................................................. 202

1165
~-''

généralités sur les fluides

~IJ~~
,,j,l~.bJ.H·,;:..::m::.~'f.,, 1 bar vaut :
.

1114,5 PSI.
111,02 kg/cm 2•
11 100 000 Pàscal.

~~~ Dans une bouteille de gaz dans quel _cas la pression


s'accroît-elle ?
Avec la température (loi de Gay Lussac et loi de Charles)

ml~~~ A température constante, l'accroissement de


pression d'un gaz agit-il sur le volume ?
Il diminue le volume (Loi de Boyle et Mariotte: Pression x Volume= Constante).

~~}']!~ Qu'est-ce que le point de rosée ?


C'est la température de condensation de l'ail; laquelle varie en fonction de la
pres~ion et de la teneur en humidité.

~j~f;q~ Sur quelle installation, se trouve la pression la plus


e'1 evee,
. ' A ,ou B ",.)
A 8

La pression la plus élevée est en B.


liE !iL
D =lOO mm D= !iOmm

Pression= FI S.

Bi!(@ Selon la figure ci-dessous,dans quelle section est la plus


grande vitesse ? A ou B ? Dans quelle section se trouve le plus
fort débit ? A ou B ?
A 8

~~.>~4/?.~?~~,'.:.~:·.~~~f-4- ...

11 La vitesse en B est plus élevée qu'en A.


11 Les débits sont les mêmes dans les deux sections.

ID.WW:~vJf~ Qu'est-ce que la condensation?


La condensation est le processus par lequel la vapeur d'eau retourne à son état
liquide initial, en entrant par exemple en contact avec une suiface froide.

ï~1!~m1 Faites correspondre les nos des panneaux de


signalisation ci-après :
12 Danger général
13 Matières inflamraables

/!énérafitéi 167
··,·j
14 Matières irritantes ou corrosives
15 Matière explosive
16 Matières toxiques ou nocives
17 Matières à haute température corrosives
18 Matières sous pression

.~[~~IÈ~ A quelle pression l'eau a-t-elle le point d'évaporation le


plus élevé: 0 9 8 bar, 1 bar ou 1,2 bar?
Eau soumise à une pression de 1,2 bar.

[~J&~!là~ En quelle unité se mesure un débit de fluide ?


En litres par seconde (lis).

,Wl~~~.~ Que permet de mesurer un manomètre ?


La pression.

t;l1~'··w~''(f,1î
~~;~~·».·f~<~~.,.CI,l<~ A quoi sert une soupape ?
A limiter la pression.

NT~è~·~j;!~
:.J,.Il.Ool~ci!;;,~"'i:l,~.:J>W
Quel est cet appareil ?

Un manomètre.

~:.li~~;~~
Quelle est la plage de mesure utile de l'appareil ci
dessus?
0 à 15 bars.

i!fi)S:~J!,Ylî~ A quoi est dû le phénomène sur la photo ci-dessous ?

Au froid provoqué par la détente du gaz


(passage d'une pression élevée à un pression plus faible)

168 ·fluides

-----·T" --,.- "'"=---:""-=';•=---=--~-~~W!ithrS~m:r.t_-----oii~W""l'f@ïf21f!!tiff:1'1"W«r$~-fiVif&'i'#fi!$.1Ql'i5'1W,t-Œ'* hft i! 5 - - - .,


...
~

Œ,~ Quel est le circuit présentant le risque le plus important


en cas de fuite : -
Pression de 1 450 PSI
Pression de 153 kg/cm3
Pression de 150 bars
Pression de 100 000 Pascals ?
• Un circuit avec une pression de 150 bars.
mPression de 1 450 PSI= 100 bars
. • Pression de 153 kg!cm 3 '= 5 bars
• Pression de 150 bars
• Pression de 100 000 Pascals = 1 bar

~!~lm~ Signification du symbole :


-v<}-
Détendeur ou réducteur de pression.

~~~ Qu'indique une canalisation peinte en gris clair avec une


bande orangée ?
Ce tube transporte de la vapeur surchauffée.
1

fmla~jjj Dans les filetages des tubes gaz quelle forme a la pièce
mâle? ·
La pièce mâle est conique.

l!lml~!
Dans un environnement à risque d'explosion, cmnment
doivent être les outils ? ·· ·
Homologués anti-déflagrants.

11:(11 Parmi ces dimensions de tubes, quel est le plus gros


diamètre? 1 /2, 1/4, 3/4 ou 3/8?
3/4.

ii~PI'B Le tuyau d'évacuation d'une soupape pour vapeur doit


être dirigé vers le haut ou vers le bas ?
Vers le haut.

génération d'air comprimé

~;j:~l~ffi)ill
Les circuits pneumatiques sont-ils toujours actionnés
avec de l'air comprimé?
Non, pour limiter les risques d'incendie on leur préfère parfois l'azote.

Ni~W~~JI
"' ;o< ,.!_.~,;;~>è!~''r-.\<1..··,,"~
Quels sont les modes de séparation air/eau?
• Séchage par absorption (l'air passe dans un tamis)
• Séchage par réfrigération (l'air passe dans un échangeur thermique).

d- , . d' . . '} 169


15eneratton atr compnme . "
M!~&m!~!~
Quel est le rôle du filtre amont (avant compression) d'un
compresseur ?
Bloquer les poussières.

N:w&liî!.~
Quel est le rôle du filtre aval (après compression ) d'un
compresseur ?
Bloquer l'huile qui lubrifie le compressew:

W.~~~~ Pourquoi faut-il refroidir l'air lors de sa compression?


Parce que la compression d'un gaz s'accompagne d'un échauffement.
::··
~I~If-9~(~ Comment est produit l'air comprimé? ,. 1; ~ .
··~

•Par un'compresseur. ~

Il Par des réservoirs d'air liquéfié. -~;,:'


• Par des réseaux raccordés à une entreprise extérieure. ·;,·.

N'tW,I'~[!z
Quelles sont les causes de dépôts de condensats et ···'·
~i"~r{~;assements des organes ? Plusieurs réponses possibles
• Encrassage des échangeurs thermiques.
11 Encras sage des filtres.

~J&I~j~ Selon la norme DIN ISO 8573-1, les classes d'air


comprimé vont de 1 à 6. Quelle est la classe admettant la plus
faible teneur d'huile et les plus faibles tailles et densités de
particules de poussières (voir tableau ci-dessous) ? ·
Classe].

Pli Impuretés et classe de qualité de l'air sel,on DIN


ISO 8573-1

[)lj~~~~: Quelle est la pression nominale habituelle. de


fonctionnement des systèmes de commande à air comprimé·?
7 bars

~1'îi~~
Si un 1m3 d'air à la pression atmosphérique comprend
10 mg de poussières, combien comprendra 1m3 du même air
compressé à 7 bars s'il ri' est pas filtré ?
70mg

170 tuides - --·· _ --·-·· --· - c.-,···?1


~~"·
~ ·-----·- =
~
"'....
&liEà!rldJ Comment déceler une fuite d'air sur des canalisations
\i$iN:,:,.t~l.)<o'>l!J.!lJ..;:;!(>Joii

d'air comprimé ? Liste1r le plus ·possible d'options.


11 Bruit(machines arrêtées).
11 En passant la main.
a Vaporisation d'un liquide détecteur de bulles.
• Détecteur à ultrasons (machines arrêtées).

~'J!il~~~
Quels sont les risques d'utiliser une source d'air de
classe 5 au lieu d'une classe 3 ?
Des particules trop importantes (40 pm, au lieu des 5 pm de la classse 3)
peuvent colmater les filtres ou coincer les dispositifs de commande.

î\1~ Quels sont les principaux types de compresseur à air ?


liA vis.
liA palette.
liA piston.
liA membrane.

t1}~~~!Yi~ Quel type de compresseur produit un gaz sans huile ?


A membrane.

m~ Diminution progressive de la pression et du débit


disponibles. Causes possibles :
Il Encrassement des filtres. .:.-/~-

Il Perte de puissance du moteur.


• Fuites dans les canalisations.

~~ Quel est l'ordre de grandeur du coût annuel d'une


fuite d'air de la taille d'tme tête d'épingle dans un réseau d'air
comprimé?
Environ 100 € par an.

!,~~~~ Si un compresseur produit progressivement un


sifflement aigu que faut-il suspecter ?
Il Problème mécanique (roulement, ... ) si le bruit varie avec la vitesse du moteur.
Il Ou fuite d'air suite à un défaut d'étanchéité.

f\!Xx~~m~
Quelles sont les causes possibles d'un arrêt
compresseur en cours de fonctionnement ?
Ill Capot d'isolation acoustique non fermé.
Il Température ambiante trop élevée.
Ill Entrée/sortie d'air obstruée.
11 Cartouche du filtre à huile sale.
11 Extérieur du radiateur d'huile sa/e;
Il Manque d'huile.
Il Soupape de réglage de la température d'huile défectueuse.

,,;,·:
\t'·
O),.t••

d.- , . d' . . ,,171


6 enerat:Jon a1r compnme
l~I~liU:t~
Quelles sont les causes possibles d'un crachotement
d'air du compresseur par la soupape de sécurité?
11 Pressionde réseau réglée trop haut.
11 Soupape de sécurité défectueuse.

~ii/Ji~~~
Quelles sont les causes possibles d'un arrêt du
compresseur à cause de la surpression ?
111 Filtre à huile sale.
1111 Conduit obstrué ou écrasé.

1
i&''~''i7:" &\î21
D'après le schéma de compresseur et sécheur d'air
k~Jl~.'f'~.~~';;;<t.~~l~:.u
comprimé par réfrigération Fenwick ci-dessous, complétez la
liste ci-dessous en donnant le nom des principaux composants

doc Fenwick

1. Compresseur frigorifique 8. Evaporateur


2. Moto-ventilateur 9. Echangeurs air - air
3. Condenseur JO. Séparateur des condensats
4. Filtre déshydrateur 11. Filtre mécanique
5. Valve thermostatique 12. Electrovalve de purge des
6. Vanne condensats
7. Séparateur du gaz réfrigérant 13. Thermostat

commande pneumatique
~J1mûl Selon le dessin ci-dessous notez les repères en face des mots.

dessin Joucomatic

172 ~fluides

..
111 Organes de commande d'un vérin : 2
• Capteurs de positionnentent des pièces : 1
• Vérins de commande de l'unité de perçage: C
1!1 Vérins de positionnement des pièces: B, C

lf!i§J. Que représente ce sytnbole ?

Electrovanne équipée d'un échappement d'air avec silencieux pour la vidange


du circuit d'air à l'arrêt.

~ Que représente ce symbole ?

trr=
Organe commandé par la pneumatique.

r±!!~!!~ Que représente ce symbole ?

Electrovanne commandée par un électro-aimant et un ressort de rappel.

m~m Que représente ce symbole ?

~
Régulateur de débit variable.

~B Que représente ce symbole ?

-n r~:1 zf--
p T

Distributeur 413 à centre fermé.


Le ]er chiffre indique les entrées et sorties. Le 2ème le nb de tiroirs.

~~~~?1:1~ Que représente ce symbole ?

Lubrificateur.

.
Commande pneumatique 1173
., t.,:.,..
:N-,f~.i;~QI~lill
.\!11(. ""''"' ~'~''..:'ol~"'·""');j~
Que représente ce symbole ?

Vérin double effet à double tige.

ii'1:""_\i'iY>i Que représente ce symbole '•


'!~&M~~-!t;r~~1~

Compresseur volumétrique.
-cr--
[N;l~.M::d'!l~
8.ià'""-ll:i:'d.~·o:<>...,t•"'
..
Que représente ce symbole ?
~
__...--1-:---
/
1 /
/\ \
··--,

_/·

Moteur pneumatique.

:r~,~~;~M~;~ Quelle est la caractéristique d'un vérin Air Comprimé


« sec » •
Il ne nécessite pas d'air lubrifié par des vapeurs d'huile.

i&;!~#l'Yilll
Dans quel sens le passage de l'air est-illimité dans le
composant ci-dessous ?
8

c
A

Document Emile Maurin


Dans ce raccord instantané avec régleur de débit le passage de l'air est limité
dans le sens B> C.

m&~~à~ L'objet ci-dessous est:

Document Emile Maurin


Unfiltre d'échappement mâle.

1741 fi~,:~-
_.:_.,__,_,
-
li!lml Dans le dessin ci-dessous, à quoi correspondent les
réglages A et B ?

Au réglage de vitesse de rentrée tige. Le distributeur est dans sa position


actuelle, le clapet B est ouvert (pleine puissance de l'AC). Le clapet A est bloqué
l'AC ne peut passer que par le limiteur A.

m~~ Quelles sont les causes pqssibles d'un distributeur


coincé dans une position intermédiaire ?
Ressort de rappel défectueux.
Encrassement.
Tiroir du 'distributeur coincé par des agr~gats,,poussières.

~ Quelles sont les causes possibles d'un distributeur qui


r~st~''""d.ans une position non intermédiaire ?
Problème de commande extérieure au distributeur : automate, capteur, conduits
AC, câblage ...
Excitation du vérin selon le mode de commande : bobine, commande pneumatique.

m~:g'J Quelles sont les causes possibles du coincement d'un


vérin dans une position intermédiaire ?
Tige du vérin déformée ou grippée.
Clapet ou limiteur obstrué par une impureté dans l'huile.

~!!~~ Selon la photo ci-dessous, quel est l'élément fléché ?

Un capteur de position.

/175
Commande pneumatiquJ 0
,>·)
/.è~
~j({~~,yj~j
Dans quel sens le flux d'air est-illimité dans l'ensemble
ci-dessous?

A B

A>B.
Dans le sens A vers B, le clapet est bloqué obligeant l'AC à passer par le
limiteur.

Niy.é'à:'ùJ!î Causes possibles de pertes de puissance d'un vérin AC.


lètl)\~'hll!klli~oii4;:!Ui\l'(

• Fuite au distributeur, à l'accumulateur, à la soupape, au limiteur ou au vérin.


11 Filtres encrassés.
Il Le compresseur fournit une pression insuffisante.
111 Silencieux d'évacuation encrassé.

ilj~~~r~ Quel est cet organe ?

Photo JELPC (Chine)


Cet organe est une électrovanne pneumatique à commande électrique.

~l~t~Y&~ Quel est cet organe ?

Photo JELPC (Chine)


Cet organe est une unité de filtrage régulation de pression, lubrification de l'air.

r~}y,~~~~'X Quel est cet organe ?

Photo JELPC (Chiné)


Cet organe est une électrovanne pneumatique à commande manuelle.

1761 fluides ~
-=-==="""""'-~~- ~ 'W'f1MG L"S!Wi:O?I'fPl"f-"ff'T ''!if!!H5"WWf3Si9Wf'l"W'

- -
l!ïflmfl Selon la photo d··d~ssous indiquez les différentes
fonctions de cet ensemble.

--

Photo Rexroth
Cet -organe comprend :
Il Filtre entrée air
Il Filtre sortie air lubrifié
Il Lubrificateur
Il Limiteur de pression
Il Régulateur de pression
Il Sortie secondaire d'air avec un silencieux

Œ~l!i~J~
Selon le dessin ci-dessous indiquez les causes de panne
possibles masquées par des repères A, B, C, D:

c
Filtre régulateur,
lubrificateur

A : défaut alimentation.
B :fuite (étanchéités).
C :filtre.
D : bobine grillée.

177
Commande pneumatique
\
-;1'::···
-:.tt:;;,

•c ""
';;Il •.

~,:~~~~î~d~
Selon le dessin ci-dessous indiquez : le distributeur qui
commande l'inversion du sens de mouvement de la tige de vérin.

---·--·-- ...
l
,;,.,.,

: 1N
;-------~~ ----- --~
1 1

,_- _...,_...J
1

1
1SM4 1 1SM2 1

~n'

Le distributeur 1D.

~46i~~-YI~
Selon le dessin ci-dessus, indiquez l'organe de réglage
de la vitesse de sortie de la tige de vérin.
Le limiteur 1 Q2.

r,lf·~~~îlJ~ Selon le dessin ci-dessus quel est l'organe qui empêche


une--c~mmande simultanée de l'entrée et sortie de tige du
vérin?
Les 2 clapets contenus dans IN.

N!\f~;aü.2
Selon le dessin ci-dessus quelles sont les différences
entr·e-·1SIV12 et D2 ?
lm 1SM2 est un distributeur de faible puissance.
Il 1D2 est un distributeur 212 (ou vanne) de forte puissance commandé par
JSM2.

178l:uides ~
- I'III'"~Rflkdl

- ...... .... ..
........ ~

réseau hydraulique

~J:~!~~ Quel est cet organe ?

Un filtre à tamis. La partie oblique est le logement du tamis qui recueille les
impuretés véhiculées dans le tuyau par le liquide.

m~~f:l~ Quel est cet organe ?

Filtre à tambour.

"'""""""l1l1""'']<
fAJy~'~;~~~
Q ue1 est cet organe .?

Anti-bélier à bouteille. La présence d'air agit comme un ressort qui amortit les
variations brutales de pression.

Jg'i«~lt~]
·--·~>! '·'•"··""'~'·"·~~~ .••• ~~.
Quel est cet organe ?

Anti-bélier à membrane. Une membrane élastique amortit les variations brutales


de pression.

Ni'V~~11~'0
Que se passe-t-il quand on prolonge un tube de
~'â'tïiiisation par un autre de diamètre inférieur?
On augmente la vitesse et la pression.

. ,.,
~
. 1179
eseau hydraultq_ue
~~~,:~i1i.'iji:î
vr ..... r ,i<.>\~bi~·,loli~·.~J.·~·J\i
Que signifient les symboles suivants ?
·

l
Réservoir à l'air libre avec conduit débouchant au-dessus du niveau du liquide.

~!);~~~~~;;!~ Quelle est l'utilité des lyres ci-dessous ?

:,..:.

Absorber les variations de dimension linéaire des tubes sous l'effet des
variations thermiques afin d'éviter les fuites.

NI~:~àtD~
j" --~ _,,,; _,..," .11:1. _, '-". ·--~
Que représente ce symbole ?

1><:1--
Vanne ou robinet droit.

&iYWà~:;;ï.:
'·"''; .J.~ ..û .. ~.;,, ·' .,
Que représente ce symbole? f1\..

Electrovanne commandée par un électro-aimant et un ressort de rappel.

Nivéà(;i:!2 Que représente ce symbole ?


!,.;,;l'il·' -:~1J,.?A~(}',;"''o ··•:\

.-_.,1,

®f=
Electrovanne à commande motorisée.

'r::-i 1
'J'"''f''~;;g
j~~1!:~~~~~\!:;..:.:i Que représente ce symbole ?•

AN<>--
Clapets anti-retour.

:~~;~.i~~~Hg Que représente ce symbole ?

Indicateur de niveau.
e
18]fiuid=·-__________. . . . . ._
______ ....
,
.:..~~-.-.;
:!:·

,

.
1
1

Jm
""
'iii
·-~

mr~;;~ Que représente ce symbole ?

Compteur.·
-ar
~i;i·t~~"ît~
:!: .. L"~·'''~l.-:..'J!~_;{..__,;.·.,
Que représente ce symbole ?

""-JOL_
~
Débitmètre.

:&!Il[~ Que représente ce Symbole ?

Filtres ou crépine.
-<r>-
mVi~~
'J""'"''','c:..~·:;,'>U,._;:J:î<.~<i!
Que représente ce symbole ?

Vanne 3 voies.

~J~111~ Dans une canalisation, le type d'écoulement préférable est:


Régime laminaire.

fi:(~~L'écoulement est de bonne qualité si le nombre de


Reynolds est faible. Vrai ou faux ?
Vrai.

~~D~ Une électro-vanne à pression différentielle non nulle


nécessite la présence d'autres organes de coupure. Vrai ou faux ?
Faux.

.fif~l~~ Le facteur kv d'une électrovanne est le débit donné


en'litre ou en m 3 que: l'on peut faire passer à travers une
électrovanne en une heure sous une pression différentielle
égale à 10 bar. Vrai ou faux ?
Il Vrai
pour la définition.
Faux pour la pression différentielle qui est de 1 bar.
Il
Le facteur kv d'une électrovanne est le débit donné en litre ou en m3 que l'on
peut faire passer à travers une électrovanne en une heure sous une pression
différentielle égale à 1 bar.

181
Téseau hydraufiquef
.:. ,!;
J'f!.:l
Ii!I§~_âgjj~
Selon le dessin ci-dessous, sélectionnez le type de vanne
de rechange pour commander une vidange d'un réservoir d'eau
0,5 m 3 (en l'absence d'autres précisions)
fia;m••
1[[~~~:::,
MiîB1M
Œ)( PON~.J
OOL_~~ .J
•-w•
~fïii··-~
~~-L-~.J
~1.1 . . . 1!9 ____ ]
~'~''':

1 2 3 4

La vanne 2 pour les raisons suivantes :


lill PDNN: pression différentielle non nulle dans cette application
l!il!ll NF : normalement fermée

:~t~l:tUlf~
Que conduit une canalisation comportant des marques :
fond vert/bande rose et bande rouge ?
Eau déminéralisée sous pression

[~jf~i~~gi Que signifie le nombre de Reynolds ?


Il définit la turbulence d'un liquide

Re= V x D ··fi'
,:·
v
V= vitesse d'écoulement en mis
D =diamètre intérieur de la conduite en m
v = viscosité cinématique en m2fs
Re (0 et 2 000) = régime laminaire.
Re (2 000 et 2 500) = régime critique (transition).
Re (2 500 et plus) = régime turbulent.

ml~~~Wf~
Quelle sont les causes possibles des coups de bélier
dans une canalisation hydraulique ?
IllOrganes de commande défectueux (ressorts, jeu excessif, .. ).
11 Ecrasement des tubes.
Le coup de bélier est la transformation d'une énergie cinétique en onde de choc
suite à un obstacle rencontré.

tiü~~i~~ Quelles sont les causes possibles des sifflements,


vibrations hautes fréquences provoqués par le liquide ?
111Forte pression et grande vitesse de défilement du liquide.
11 Réduire si possible par des réducteurs de pression.

t-J:f.j~~ù'(? Quelles sont les causes possibles des coups de béliers


pr~v~qués par la mànipulation brusque d'une vatine ou
électrovanne ? Comment détecter la cause ?
11 Ressorts d'organes de commande fatigués. Pour détecter l'organe, il faut peut-
être procéder si possible à des blocages temporaires des différents éléments
11 Essayer de rendre l'action de fermeture ou ouverture progressive.
Ill Vérifier la pression. '

18
1fluides - Ï, ·
~m
!),1~11\'1
Quelles sont les cal}-ses possibles des fuites aux joints
d'un circuit hydraulique,?
• Joint usagé.
• Usure normale.
11 Joint trop ou pas assez comprimé.
• Si le circuitest resté longtemps vide, le joint est sec et s'est rétracté dans son
logement.

Hllcml Quelles sont les causes possibles des fuites répétitives


aux soudures et joints d'un circuit hydraulique ?
Dilatations et retractations des tubes sous des effets thermiques
Dans les grandes longueurs on placera des supports à galet et s'il y a des écarts
importants de température, des lyres de dilatation.

!If!~}!~~
Quelles sont les causes possibles des corrosions de
tubes d'un circuit hydraulique et comment y remédier ?
• Effet galvanoplastique provoqué par le voisinage de canalisations en métal
différent.
• Le fer, le cuivre, le zinc, sont attaqués par le plâtre humide, le mâchefer, les
parquets magnésiens.
• Il faut les relier par des câbles de masse.
Nota: L'qluminium est attaqué directement par le milieu humide.

B:Kf:~~ Quelles sont les causes possibles des trépidations basse


fréquence pouvant aller jusqu'à des coups de bélier dans un
circuit hydraulique ?
11Obstruction dans le réseau de canalisation.
11 Vérifierla présence d'étranglements accidentels si le phénomène est apparu
récemment sans accroissement de la pression.
a Vérifier la présence de coudes à faible rayon ou d'étranglements si le
phénomène existe depuis la mise en service.

traitement de l'eau

~J!~~ Comment peut-on éviter le phénomène apparent sur la


photo ci-dessous ?

11Traitement de l'eau.
1:; • Liaisons électriques équipotentielles.
• Raccords avec isolateurs galvaniques.
~· ',•

...·t: ~!~!~~~ En quoi consiste la décarbonatation de l'eau ?


cPÎ
Retrait du carbonate de calcium (tartre).

traitement de l'eau 1183


xr:::.... :
~-: _.:-'=~··,
·.; ..:_·<·._.
:·.. ~·,., .

~~f!\!~ Quels sont les produits nécessaires à la décarbonatation ? '.::..._,.,

Chaux et chlorure ferrique.


V entartrage ëst causé par les ions calcium et magnésium (Ca2+ et Mg2+). Pour
adoucir l'eau, on procède à une décarbonatation.
La méthode ia plus simple et la moins onéreuse est la décarbonatation à la ''~·

chaux.
On ajoute de la chaux, celle-ci fait précipiter le carbonate de calcium (tartre) et
neutralise le magnésium.
On ajoute également du chlorure ferrique pour mieux faire coaguler et
précipita
La boue sédimente au fond du système et l'eau décarbonatée se retrouve en
surface.
Onfait ainsi baisser considérablement le TH (dureté) d'une eau.

!iJj~J!~yjt~
Quelle maintenance est nécessaire à une station de
décarbonatation ?
Ajouts, remplacement de la chaux et chlorure ferrique.
Retrait des boues de dépôt.

~:!i~\~J~~ En quoi consiste la déminéralisation de l'eau ?


Retrait des sels minéraux.

Nl~è'àf~~i;z
o:,;jj~,;);~-:}..::I,~Jr>'l•~'<,,!JÂ
Quel additif est nécessaire à la déminéralisation de l'eau ?
Résine anionique ou cationique.
Pour déminéraliser une eau, il existe beaucoup de techniques. La plus répandue
est la déminéralisation sur résine échangeuses d'ions.
Une résine est un polymère sur lequel on est venu greffer un site échangeur d'ions.

j>JJ:~~~~~~
TH
La dureté d'une eau s'exprime parr son coefficient t 1

Le titre hydrotimétrique (T.H.), ou dureté de l'eau, est l'indicateur de la


minéralisation de l'eau. Elle est surtout due aux ions calcium et magnésium.
La dureté s'exprime en mg/L de CaC0 3 ou en degré français (symbole: °F) en
France.
1 degré français correspond à 4 milligrammes de calcium et à 2,4 milligrammes
de magnésium par litre d'eau.
Plage de valeurs pour le titre hydrotimétrique:
·,::::~~p~Pl~~~.à_'/l~::· ;,~

;w;t,;;~Jtg Qu'indique la mention NaOH sur un sachet?


La présence de soude (pour régénérer les résines anioniques en
déminéralisation).

:~.tY~~lq1;~1 Qu 9indique Ja mention HCL sur un sachet ?


La présence d'acide chlorhydrique (pour régénérer une résine cationique
saturée).

184- fluides - -- _ • _-
1 - 1,
~jg:{@r1J]
Quelle maintenanc~ est nécessaire à une station de
déminéralisation ?
11 Echangeou régénération de la résine : acide sur la résine cationique saturée,
soude (NaOH)'sur la réiine anionique saturée.
11 Enlèvement des dépôts.

~Jl[~'«<
Pourquoi est-il conseillé de dégazer les eaux
industrielles ?
Pour éviter les corrosions.
1

1[i§1Jil Quel est le procédé le plus simple pour dégazer une


eau?
• Le dégazage est une technique simple qui permet de libérer les gaz dissous
dans l'eau. Ceux-ci sont responsable de corrosions (oxygène et le gaz
carbonique).
11 La solubilité des gaz diminue avec la température (voir introduction sur l'eau).
Donc, pour dégazer une eau, il suffit de la chauffer.
a En industrie, les dégazeurs fonctionnent avec de la vapew: C'est le contact
eau-vapeur qui fait dégazer l'eau. On utilise une unité de dégazage en
complément d'une déminéralisation.
11 On ajoute généralement des réducteurs d'oXygène pour s'assurer qu'aucune
trace d'oxygène n'a réussi à rester dans l'eau. Ce sont des molécules qui captent
l'oxygène dissous.

:19'!1:'~1:~
Une solution est d'autant plus acide que son pH est
faible. Vrai ou Faux ?
Vrai.

'""''"''"""""~
'i&ltJflf~f~ . ifie « A'erob'te » ?.
Que stgn
Se dit des bactéries qui se développent en présence d'oxygène de l'air libre ou
dissous.

mt~JJ L'agressivité (d'une eau) désigne son aptrtude à


dissoudre le calcaire. Vrai ou faux ?
Vrai : une eau agressive ne peut pas former de dépôt calcaire. L'agressivité
d'une eau diminue à mesure que sa température s'élève.

m·r'li~B21
~·~~""-<,J!.._~,)Ji:;.;:Jj;u.llt,(; Que si<r1nifie
r~ « Dureté d'une eau » ?
Teneur en calcium et magnésium, s'opposantà laformation de mousse avec
le savon et permettant le dépôt de sels insolubles et incrustants (tartres ou
incrustations).

~~l'C~~lfi~
J,y',".<,.\,.:1:,(,.'!«::,7J.o!'.~:. .. c,.1
Que sont les additifs inhibiteurs de corrosion ?
Des produits chimiques qui, ajoutés à l'eau, empêchent son action corrosive sur
des métaux par formation d'une pellicule protectrice sur le métal.

+
Uaitement de l'eau J185
_Ç'.;
~
ii~~~ Quel est le procédé de filtration directe de l'eau ?
Méthode de clarification dans laquelle l'eau additionnée ou non de réactifs est
introduite sur un filtre sans décantation préalable.

~j~~â~~~ Quel est le procédé de filtration lente de l'eau ?


Lafiltration lente est une méthode d'épuration biologique qui consiste àfaire
passer l'eau à traiter à travers un lit de matériau filtrant à une vitesse de 0,1
à 0,2 m/h. Le matériau filtrant le plus approprié est le sable. Au cours de ce
passage, la qualité de l'eau s'améliore considérablement par la diminution ..
du nombre de micro-organismes (bactéries, virus, kystes), par l'élimination
de matières en suspension et colloïdales et par des changements dans sa
composition chimique. A la surface du lit se forme une mince couche appelée
«membrane biologique». . .....,.
Cette mince couche superficielle est essentielle, car c'est là que le processus --~-·

d'épuration se déroule.
Cette méthode de purification est souvent la plus économique.

commande Hydraulique
h!iv~~,~~i'ili:tœ;
,:~..._:...:,·~...;Slll:liiilli: •t·!il:~!-
Que signifie le terme bâche ?
Réservoir d'huile de commande.

NÏ~~~~~hl
-~·~.••... .(., ....... .<il4! •• •.• ;;')lJ
Que signifie le terme « centrale hydraulique » ?
Système qui fournit une huile sous pression.

t5i:;;?i:~;:2'
:r~~~~!::r3,'ft.,,.:~-rY.:G1. Que représente ce symbole ?

f"
•. [,
'·i·-;··-
,.,, 11/<111
p-1 -1 T L'

Distributeur 4/3 à centre ouvert. _.,,,:

Le 1er chiffre indique le nb des entrées et sorties.


Le 2ème indique le nb de tiroirs.

:~~~~~ Que représente ce symbole ?

~1Q 1-
Connecteur de fluide.
1

~,œ~]i! Que représente ce symbole ?

A~
---n 11 =1 x~-
p T

186 ~fluides
1
------e••
'------~--U.S.<ZAW~--~L~~"'

\~-

1! Distributeurs
4/3 T fermé Y à gauche.
• Les 2 chambres A et B soni à la même pression au repos.

~~
f~,·f.:!•fu,>,'~'"''~'""'~o...-.«';\.~x
Que représente ce symbole ?
· ,

~
Vanne de réglage.

~tm Que représente ce symbole ?

Vérin double effet à double tige.

~- Que représente ce symbole ?

Filtre.
<>
'NI:~~
l::ic,•.~.>.:!f.,.,.;.. ,;,.l,...,•;.rl•l""
Que représente ce symbole ?

Filtre avec indicateur de colmatage.


~
~~Ill Quel est le rôle d'un accumulateur hydraulique ou
oléopneumatique ?
Fournir des appoints d'énergie durant de courts moments.
Eviter les coups de bélier.

ïiY.~ Sur une centrale hydraulique, quelle est la dimension de


filtrage pour un filtre basse pression (entrée de potnpe) ?
150 microns.

ftül[\1~Sur une centrale hydraulique, quelle est la dhnension de


filtrage pour un filtre haute pression (sortie de pompe)?
5 à 20 microns.

f§t~f!q1~
Sur une centrale hydraulique, quelle est la dimension de
filtrage pour un filtre de retour ?
10 microns.

187
Commande hydraulique ,
:~(~~Wii,li]
,..u.l.t\~~,..i\o~t'i:J.~ill!
Types de montage de flexibles. Correct ou incorrect ?

Mqntage correct.
Il n'y a pas d'effet de levier sur les sertissages.

~JMi~ifl~~] Types de montage de flexibles. Correct ou incorrect ?

=@ ~m'0m ~
<

Montage incorrect.
Le flexible tendu ne peut amortir les déformations et vibrations qui exercent un
effort donc une fatigue supplémentaire aux sertissages.

'.w'i.~êi;Tt}~l
~·t)l:.!.!L\~U:'7~.!:l:~
Types de montage de flexibles. Correct ou incorrect ?

~~
~ jA6AA~~~ .
····t,::

Montage incorrect.
Le poids du flexible auquel s'ajoute un effet de levier produit un effort donc une
fatigue supplémentaire aux sertissages.

~1vâ~lt,® Types de montage de flexibles. Correct ou incorrect ?

Montage correct.

;N,i~;~1iU',t2:
Y a-t-il une différence entre lhniteur de pression et
ïiiiîit~Ü.r de débit ?
Le limiteur de pression est une protection tandis que le limiteur de débit règle la
vitesse d'action des vérins.

i~i~il!;f~
Indiquer par des flèches les sens de passage des fluides
a) limité b) non limité.

~
1881 fluides

.~...-........----------------------lliill!lls-~.-J.l
i,..,;

.·'~
~
.
sens du fluide non limité

"
Sens du fluide limité

.
m!~ En cas d'encrassements, détériorations fréquentes des
organes de commande hydraulique que faut-il suspecter ?
Plusieurs réponses possibles :
• Huile de commande dégradée.
• Filtre à air (reniflard) du bac de la centrale hydraulique.
• Propreté du fond du bac.
• Filtres haute pression.
• Entrée d'air.
• Huiles de commande non adaptée (classe iso).

Œ!.m En cas de coup de bélier d'un circuit de commande


quelles peuvent être les causes les plus probables ?
• Obstructions partielles.
• Ressort; de distributeurs ou de vannes usés.
a Epaississement de l'huile.

~~ Que représènte le plan ci-dessous ?

····•":__

·;-J·.-";'

Une commande de vérin hydraulique proportionnelle.

'f,;w'€~ti':fi
Quelles sont les recommandations particulières pour la
î:ii~i;.;t~nance d'un système hydraulique proportionnel ?
• Redoubler de précautions concernant la propreté lors du remontage. Vidanger
et rincer les tuyauteries fréquemment.
a La vanne proportionnelle doit être installée le plus près possible du récepteur
pour garantir la précision de commande.
• Utiliser des filtres de 10 J.lln maximum si le constructeur ne le précise pas.
Des filtres avec indicateur de colmatage sont recommandés.
111 Procéder fréquemment à une purge d'air.

189
Command~ hydraulique ~- .·
1
~JM!i\ill:g; Dans le schéma ci-dessous de quel type sont les vérins?

[·-· ~·~
:{j""T""":L
:
1
fil

l~
_' A l·

' .
11 1

' ':--··-····---, .....l


~-~-~

,-~
1 !
l'- Ji
:-;:·--
1
! \!br
r 1fl\\
1 .
Dl !
1
1
;-·i"""-~--::T' ___ .1
1 • '

: cn:L,--=-- ·-··!
' lt ~ 1
1 ··r-
. ________ )!
1...-L-
------------l

Double effet.

'NiV,~~if)2'
Dans le schéma ci-dessus, que se passe-t-il si le tiroir
:;~~~îi't en position centrale ?
Les 2 vérins ne sont plus sous pression, l'huile coule dans la bâche (symbole en
bas à droite).

,~J~;~~~!)';,;%
Dans le schéma ci~dessus, quelles précautions faut-il
prendre pour effectuer le remplacement d'un organe ?
li Arrêter la centrale et la consigner.
1!1 Vidanger l'huile sous pression dans l'accumulateur.

B~~~~@j
Selon la norme ISO 4406 de classification des huiles de
commande, quelle est la classe d'huile garantissant le moins
d'impuretés ?
C'est la classification ou code ISO- 1 (voir ci-dessous les classes de filtration) :
Particules /1 ml Code ISO
0.01
1
0.02
2
0.04
3
0.08 ··~nt~~i'i;·~~\,, 4
0.16
5 i.-:
0.32 "·:;;;
6
0.64
7
1.3
8 .,.
2.5
9 ~=·.,
5 \,\·
10
10
11
20
12
40
1:3
80
160 14
15
320
16
640
17
1300 1_;!J]~.•;g;il:
18
2500
19
5000
20
1

Classes de filtration ISO 4406

~
190
-- ___ ,_..,.,.,..
lnu~~es . __ __ -------- .
....,;;;:__._~--~-
~~li;~~ la longévité d'une huile de commande diminue avec sa
te"ffi:Pé'rature. Vrai ou faux?
Vrai.

J!!~l~~Un bac de centrale hydxaulique doit être vidangé et rincé


tous les 6 mois, 12 mois, 24 thois, 36 mois ?
• Tous les 24 mois en atmosphère propre.
a Tous les 12 mois dans le cas contraire.

lm:~ Parmi cette nomenclature et le-dessin ci-dessus,


décrivez les pièces d'usure de ce vérin de forte puissance :
12

10

http://Iii. univ-littoral.fr/LIUindex.php
1/ Tête
2/ Corps
3/ Piston
4/ Fond
5/ Chemise d'adaptation
6/ Chemise d'amortissement
7/ Ecrou de piston
8/ Tirant
9/ Tige de piston
10/ Vis de purge
11/ Capuchon de sécurité
12/ Ecrou de Tirant
13/ Jeu de joint

191
Commande hydraulique
1
IIi 9/ Tige de piston
.
~

1111131 Jeu de joint

~-~~ Quel est cet organe ?

Un vérin hydraulique.

f;JTi'i:éj~'ù;ilili
:..i.;;WJr)~~;t.;,~·n
Quel est cet organe?•

Une centrale hydraulique.


NB: elle est surmontée (en haut à droite) d'un distributeur proportionnel.

:~fl~W~ Quel est cet organe ?

Un moteur hydraulique.

~,L~i~.~d~ Quel est cet organe ?

Photo GHPG
Une électrovanne hydraulique à commande électrique.

192J:~~:es
'-·~~·~·' ~-· ,., __ . .-..... ---··"'""'li~ ··-~·,h··-··~<· •r.-.··-..-- ..-,. -.----,~ r .-.,:..;v,;.~ --~-~ •···y.'~' f 1
;l
~{{~~ Quelles précaution~ faut-il prendre lors du
remplacement de l'huile-de commande hydraulique ?
Vidanger l'ancienne huile sans oublier les accumulateurs. Nettoyer lefond du
réservoir (bâche) de la centrale hydraulique pour enlever les impuretés, le rincer
éventuellement. Pour éviter les particules en suspension dans les fûts malgré les
précautions prises, il est vivement recommandé de verser l'huile neuve à travers
uri filtre de 30 microns. Ce filtre amenant un temps de remplissage très long, il
est souhaitable de disposer d'une pompe de remplissage avec un débit adapté à
la vitesse de filtration.

~~~ Quelle quantité d'huile doit contenir le réservoir de la


centrale hydraulique ? ·
3 èz 4 fois le débit en litres/min de la pompe.
NB: Laisser un espace entre l'huile et le couvercle.

~~ Quelle doit être la température maximum de l'huile de


commande pour un fonctionnement correct ?
De 25°C à 55 oc. Certains fabricants autorisent 80°C maximum mais cette
utilisation vieillit rapidement l'huile et les étanchéités.

m~Rqf~Que manque-t-il au schéma suivant (repères 4 et 1)


pour que la centrale hydraulique soithomologuée ?

t t
Utilisation

~
Utilisation

3 .3
êD

• 1 : limiteur de pression ou soupape.


• 4 : manomètre.

OO~f~ii~
Comment procéder et quelles précautions faut-il prendre
pour le remplacement d'un moteur hydraulique ?
1!Consigner le circuit.
• Le vidanger sans oublier un éventuel accumulateur.
• Il peut itre souhaitable de remplacer l'huile de commande du circuit complet
(centrale, tuyauteries, actionneurs .. ) car la dégradation de l'huile est la
principale cause de panne.
• Démonter le moteur.
.·+:.
• Remplir d'huile avant son montage le nouveau moteur.
• Procéder au remontage, purger les restes d'air.

.
Commande hydraulique 1193
.
··-~---.
-~ ~'.,.

~: :· ~~·-~~-~

:fiJWli\}i Comment procéder et quelles précautions faut-il prendre ._,,


pour le remplacement d'un vérin hydraulique ?
Ill Consigner le circuit.
1!11 Le vidanger sans oublier un éventuel accumulateur.
11 Il peut être souhaitable de remplacer l'huile de commande du circuit complet
~-.":.
(centrale, tuyauteries, actionneurs.. ) car la dégradation de l'huile est la
principale cause de dégradation.
d--~
1111 Démonter le vérin.

11 Remplir d'huile les deux chambres du nouveau vérin avant ou après remontage
selon les possibilités.
111 Purger les restes d'air.

!iJX:~J.ll~~1 En cas de remplacements trop fréquents d'un vérin que


faut-il vérifier?
Le vérin est-il exacte nient dans l'axe de la force à appliquer (sens vertical ou
sens horizontal) ?
Si nécessaire placer une articulation entre la tige et l'organe à actionner.
L'huile est-elle changée régulièrement et dans de bonnes conditions ?
--~'.
Le vérin est-il du modèle préconisé par le constructeur ou s'agit-il d'un .'- ~., '
remplacement approximatif ?
Est-il adapté à la pression ?
Les joints ne sont-ils pas soumis à une ambiance corrosive ?

tl!Ii~~~Bl@
Selon le diagramme en arête de poisson ci-dessous
indiquez les causes possibles de dysfonctionnement d'un
système hydraulique en face des repères A, B ; C ; D.

..

A : Défaut alimentation
B: Tiroir bloqué (usure ou encrassage dû à la propreté de l'huile)
C : Clapet bloqué
D : Fuite interne (étanchéités, joints, ... )

194" fluides
pompes

fJ1~mi
Quel compos&nt faut-il utiliser pour empêcher une
pompe de se désamorcer lors de son~arrêt ?
Un clapet.

. Une pompe « force» moins si on ouvre les vannes à


ou faux?
Vrai.

f~~11J)Quel est l'ordre de durée de vie du tube d'une pompe


péristaltique ?
Environ 1 000 à 2 000 heures.

~ Lors du changetnent de garniture en tresse d'une pompe,


je laisse le liquide suinter au début de la mise en service et
j'attends 30 min avant de resserrer à nouveau. Vrai ou faux?
Vrai.-

ltl!!l~
Quelles peuvent être les causes de cavitation d'une
pompe à eau centrifuge ?
Une obstruction partielle à l'aspiration. Cela provoque une dépression qui crée
des bulles de vapeur lesquelles implosent au contact de la turbine ou du corps
de pompe.

!:~~~ Une pompe refoule très peu. Que doit-on contrôler


éventuellement ?
La courroie.
La crépine d'aspiration.
La présence d'eau dans la bâche d'aspiration.

~à~~~ Par quoi peut être causée la dégradation de cette turbine


d.~"'J;(;~pe?

Photo Wildmedia Commons

Par une cavitation.

V4'f~éj'·IT~~~
On n'arrive pas à réamorcer une pompe centrifuge que
iN.o!,;:~i~.·!.\:if.~,_,;, ,;r~,\,>'1'!

l'on vient juste d'arrêter sans avoir rien modifié. On suspecte


en priorité :
Un mauvais remplissage des tuyaux d'aspiration et du corps de pompe, ce qui
désamorce la pompe.

Pompes1195
&.,,,
~~~~ti:'M~~
On change une vanne en amont (aspiration) de la
pompe mais au redémarrage, la pompe peine, fait de forts
crépitements. Que doit-on suspecter en priorité ?
La vanne montée à l'envers.

~12~mt~
Par quoi peut-on remplacer les tresses de garniture des
étanchéités pour faciliter la maintenance?
La plupart du temps par des garnitures mécaniques qui sont cependant plus ·.
-~;:
coûteuses.

~.Ni~iwrfrr;jl
•'lJ~1,_,;~i'f,;...,;L,,ci.~"
Que représente ce symbole ?
< (,'~

Pompe à cylindrée fixe.


i?= 'l'·...
·_ :~,

.~E,l~rHJ~g Que représente ce symbole ? t


'"···t
•lh
L

Pompe à cylindrée variable.

~JfG:~/gj Que représente ce symbole?

~
Pompe à engrenages.

g;~~~~~~ Que représente· ce symbole' ?


~- .

Pompe à palettes.

K'ii\l:é;a3f~
tr~-?.~t.,Al.<r..Joli.liù::li<>'f.J
Que représente ce symbole ?
~
f \
~
.,.. ·. . r··
''-.../
Pompe à membrane.

1961 fluides

- - ~~ mm! f W! }!1
"
em Quel est ce modèl~ de pompe ?

'Pompe à palettes.

mr•"WI Quel est le type de pompe ci-dessous ?

Document Valdex
http://www.hbus.haldex.com/products/docnments/W900F_041403.pdf
Pompe à engrenages de haute pression.

œJ!~m Dans la pompe ci-dessous quel trajet suit le fluide ?

pyerok.club.fr
Entrée enA puis passage en Cet C' puis sortie en B.
En aucun cas le fluide ne passe entre les 2 pignons.

~1*g~!~!~ Quel est ce type de pompe ?

http://www.techniquesfluides.f1'
Une pompe à lobes.

Pompes 1197
~Ï~{~~j~ Quel est ce type de pompe ? .t'

http://www.albinpump.fr
Une pompe centr~fuge.

fuJ~it~.Wi~ Une pompe centrifuge ne nécessite pas d'amorçage. Vrai


ou faux?
Fau..,;;.

flj&$~~1 Selon le plan ci-dessous, indiquez les repères du plan en


face des désignations de pièces.

1. Joint de pompe
2. Moteur
3. Base de la pompe
4. Support du moteur
5. Joint torique
6. Boulon hexagonal plaqué
7. Turbine
8. Corps de la pompe
9. Bouchon hex. en laiton 1/4 "
10. Boulon hexagonal

Nlti.~~U~~~
~· ~.~.W~""u~•~
•• :;;. ..
Quel est ce type depompe ?

'~'.·

Photo ALBIN
Une pompe péristaltique.

.....,-;,,.
- ------- ·----""--
-~"'-~"" ~;ooŒtW!,.,.,.....""'*"== ==Mcp~
t
··!i
·~.
·: :~·-~~;!!
: . ::·:. ~_. ~
:•.,
!1:~~--;
..•.•.J.·.·.'. .'.··.

.-; ·,;_::·'

·.,~·. :~:· ·:
111;g1 Une pompe à piston ne nécessite pas de réamorçage.
Vrai ou faux ?
;;_.,-.·
Vrai.

!i~ Le réàmorçage d'une pompe consiste à :


Emplir de liquide le corps de la pompe, le refoulement étant fermé, puis rouvrir
ce demier progressivement à la montée en pression de la pompe.

tl:termique chaudières vapeur

!lllt1m A quelle température se forme la vapeur ?


A partir de 100°C au niveau de la mer.
Cela dépend de la pression.

~~M;l Qu'est-ce qu'une chaudière à condensation?


Les chaudières à condensation sont équipées d'un échangeur supplémentaire
rejet des fumées où circule l'eau de chauffage avant son introduction dans la
chaudière. Ceci permet de condenser et donc de récupérer l'énergie latente
de condensation contenue dans l'eau à l'état vapeur des fumées (voir PCS),
donnant l'illusion d'un «rendement» supérieur à 1.

ll!l~~~ Quelles sont les principales causes de corrosion d'un


circuit de distribution d'eau chaude ?
Oxygène: eau en contact avec de l'air (vases d'expansion ouverts).
Effet galvanique entre métaux différents.
Présence de boues (placer un filtre de 25 à 50 microns).

m;~ Quelles sont les causes possibles de rupture d'une


chaudière?
Principales causes :
• des chocs thermiques répétés (retour d'eau trop froide vers la chaudière chaude,
embouage, entartrage, flamme inadaptée ce sera surtout le cas des chaudières en
fonte).
B un travail de la chaudière à trop basse température sans qu'elle soit conçue pour
cela.
a brûleur dont la puissance est trop faible par rapport à sa puissance nominale.

m!~~:IWJ Quelles sont les principales causes de gonflement du


foyer et aspect spongieux avec rouille ?
Principales causes :
Il montée en température excessive de la paroi.
Il coup de feu dû à une flamme heurtant le fond du foyer ou non placée dans l'axe
du foyer.
Il entartrage de l'échangeur.

~~ Où faut-il placer les purgeurs pour éliminer l'air dans


une installation de chauffage à chaudière ?
Sur le point le plus haut de l'installation.

b.ermique chaudières vapeur 1199


Nl~~!~~(t~fi]
~U::!il~~1l.i-of.';J.f..,.L:t: A quoi sert un vase d'expansion ?
Permettre la dilatation de l'eau lors des variations de température.
NB: Le coeffiCient de dilatation thermique de l'eau est de: 2,6 x 10- 4 oc- 1

B,!P;iâ9i~ Quelles chaudières sont soumises à un rendement


minimum? et quand? (décret.du 11 septembre 1998)
Les chaudières d'une puissance comprise entre400 kW et 50 MW, ainsi que les
appareils de contrôle nécessaires à leur bonne exploitation.
Pour les chaudières mises en service avant le 13 mars 2000, les rendements
doivent respecter les valeurs minimales suivantes en pourcentage :

-,~;~

-·~··

Pour les chaudières mises en service à compter du 13 mars 2000 :


Combustible! Rendement
Fioul domestique : 89
Fioul lourd : 88 \.·

Combustible gazeux : 90
Minéral solide : 86

~j;y"èj_~;t~
Quelles chaudières doivent être soumises à la visite
d'organismes de contrôle ?
11 Installations de combustion de plus de 1 MWde puissance nominale totale par
un organisme agréé. -.,
11 Visite obligatoire au minimum tous les 3 ans.
i
.·.-
.. ~ ~--

~;
··:·

;'-/.-
:w1Y'iif%m Le tuyau d'évacuation d'une soupape pour vapeur doit "1.:.
être dirigé : 01; :
·.~.. ~- ~;
Vers le haut.
i,lj'•-:.':
~ -
~l~~~:\&i
Quels contrôles doivent être effectués par l'exploitant
d'une chaudière soumise à un rendement minimum ? ~
·· ..•.·. .. ·.. ··'
.·. ~
~---

111Mesure de la température des gaz de combustion à la sortie de la chaudière. '· .;:


'"":.

Analyse des gaz de combustion donnant la teneur en dioxyde de carbone ou en


dioxygène.
a Mesure de l'indice de noircissement.
• Mesure de la dépression du foyer.
Il Estimation de l'allure de fonctionnement de la chaudière (puissance
supérieure à 400 kW et inférieure à 2 MW) ou l'indication du débit de
combustible ou de fluide caloporteur dans les autres cas - l'enregistrement de la
pression vapeur (puissance supérieure à 2 MW).
• Mesure de température du fluide caloporteur.
Ces différentes mesures permettent d'établir le rendement de l'installation.

200
!fluides

~•-•••'•~' ...,..,..._,
-.,,c ••>,>~"'"·""-'•"'""'-'.._..~ .........,.,.,. ........ ~Ol"',....,..._
0
,.,...,.~.,.,~'9r'1'"J, ....'•h~~"'"'<To•.ll''t'_O.-.;.,~l0""'''--~- "••''-'-'='•••"~~--
C•o=>r,o·,=· .a
-~---·-- - ~--rt=..~WW·J:IXQ5iiW

H'~ Sachant que PC = pouvoir calorifique, que signifient PCI


et PCS?
. "k Le pouvoir calorifique supérieur (PCS) = énergie résultant de la combustion
+ énergie que la vapeur;d 'eau restitue à son environnement en se condensant.
'1,~-~: :
Le pouvoir calorifique inférieur (PCI) = énergie résultant de la combustion sans
tenir compte de l'énergie consacrée à la vaporisation de l'eau.

Il:~~~~
u-..,w.J...'t:!.:':::o~):I\U:rt.klz,.tl
Qu'est-ce qu'une vapeur saturée ou vapeur humide?
•. · · "

Vapeur contenant ou transportant une quantité iniportànte de particules d'eau


en suspension (ébullition inachevée). .

if~l Qu'est-ce qu'une vapeur saturee:sèche?


Vapeur à la température de saturation, mais ne contenant pas de particules
d'eau en suspension (rarement obtenue en général).

~~lm!~ Qu'est-ce qu'une vapeur surchauffée ?


Vapeur à une température supérieure à la température de saturation (vapeur sèche).
La température d'une vapeur surchauffée n'est pas fonction de sa pression.

fl-1!~~~:~~ En production de vapeur les condensats sont :


De l'eau résultant de la condensation de vapeur.

fnl:i~1 Qu'est-ce l'enthalpie spécifique de la vapeur?


C'est la chaleur totale contenue dans 1 kg de vapeUI:
C' esi la somme des enthalpies des différents états, liquide (eau) et gazeux
(vapeur).
L'enthalpie diminue avec la pression.

~~~~î:!1t~
Quelles sont les vitesses maximum recommandées pour
la distribution de vapeur ?
Les vitesses sont limitées à :
11 vapeur échappement de machine : 15 à 20 mis
111 vapeur saturée : saturée humide 15 à 35 mis, saturée sèche 25 à 40 mis.
11 vapeur surchauffée : 15 à 60 mis, selon le diamètre utilisé.
Il faut respecter les valeurs préconisées sous peine d'accélérer l'érosion du
matériel et des tuyauteries.

~"i'vfâj~ïill Quelle est la première opération lors du contrôle d'une


ioui)ape de sécurité en distribution de vapeur ?
S'assurer de l'absence de vapeur sous pression.

8!~~~~f~
Pourquoi faut-il ouvrir les robinets de purge avant et au
début de la mise sous pression d'un circuit de vapeur ?
Pour éliminer les condensats consécutifs au contact vapeur/parois froides.

iji'~~fÎ:
A quoi peuvent être dus des coups de bélier à la mise
~otis pression d'un circuit vapeur ?
Très souvent à la présence de condensats ou d'eau qui provoquent des réactions
violentes en présence de la vapeur.

-4-. •
lherm1que c h au d"'
1eres vapeur 1201
froid ~·

photo ACC group-direct industry

'fiJP~1~~$, Que représente la photo ci-dessus ?


Un compresseur frigorifique hermétique.

~1~;~~~1~ Selon la photo ci-dessus désignez l'utilisation des 3 tubes ?


• Orifice de refoulement.
B Orifice d'aspiration.
Il Orifice de charge.

~;!:~]l;~':.~
Selon le dessin ci-dessous désignez l'utilisation des
'
reperes.

A c
~ /

circuit haute circuit basse


pression pression

Schéma Fenwick
A : Condenseur.
B : Compresseur.
C : Evaporateur.
D : Détendeur.

202 ·fluides

. ~
mi~Jjl Quel est le rôle du ~ompresseur ?
Il aspire les vapeurs de fluide}rigorigène à basse pression et les comprime à
haute pression.

~m Quel est le rôle de l'évaporateUr ?


Il fait passerlejluidefrigorigène de tétat liquide à l'état gazeux en absorbant
la chaleur de l'enceinte à refroidir.
En bref il produit le froid.
Il est souvent accroché au n;zur ou au plafond de la cluimbre froide.
\

~~~lîlt~ Quel est le rôle du détendeur ?


Il contrôle l'écoulement du fluide réfrigérant et permet sa détente (détente =
production de froid).

m~:cm:~ Quel est le but du condenseur ?


C'est un échangeur de chaleur fonctionnant à haute pression.
Il refroidit puis condense le fluide frigorigène. Il transmet la chaleur à un fluide
de refroidissement (eau ou air) appelé médium.

~lli~_!l Quels sont les principaux cypes de condenseur ?


• Le condenseur à air à ventilation forcée en général placé à l'extérieur
• Le condenseur à eau vertical sous forme de ballon.
Ill Le condenseur doubles tubes concentriques, l'un des tubes passant à
l'intérieur de l'autre.
D Le .condenseur multitubulaire.

ff!~lM~ Quel est le rôle d'un déshydrateur placé avant


l'aspiration du compresseur?
• Il absorbe les particules issues de la décomposition de l'huile, l'humidité, les
acides.
• Il évite la formation de glace au détendeur et la corrosion du circuit
frigorifique.
, ......(4

~~:~1 Que représente la photo ci-dessous ?

Photo Searle
Condenseur à air.

froidr 03
!i
:.~r,,,.,,, .
,,:,:i:]J
: JiM~~~S:t:,..ü Que représente la photo ci-dessous?•

Photo Searle
Un évaporateur.

Bi"~~~~ Quelle tnaintenance faut-il pratiquer sur un


évaporateur ?
Tous les ans :
Il Recherche de fuites.
Il Vérifier les fixations.
fi Vérifiez le serrage des connexions électriques
liil Nettoyage des ailettes avec précaution.
Il Vérifier le fonctionnement du dégivrage.

ii!~~~H!l~
En cas de formation de glace au détendeur alors que le
système fonctionne correctement que faut-il suspecter ?
Le déshydrateur.

~J~~~Ml~~
Parmi ces liquides frigorigènes lequel est interdit ?
C.F.C.: Chlorofluorocarbone ; H.C.F.C.:
Hydrochlorofluorocarbone; H.F.C.: Hydrofluorocarbone?
C.F.C.: Chlorofluorocarbone.

~~~JJ~g
Parmi ces liquides frigogènes lequel sera interdit
en 2015 ? C.F.C. : Chlorofluorocarbone; H.C~F.C.:
Hydrochlorofluorocarbone ; H.F. C.: Hydrofluorocarbone ?
H. C.F.C.: Hydrochlorofiuorocarbone.

m~'i~~9:~;~; Quels contrôles de>mai:ntenance préve11,ti,ve


hebdomadaire faut-il effectuer sur le groupe frigorifique
industriel ci-dessous ?

2041 fluides
----E-11 Gaz
de refoulement

Evaporateur

Retour d'hui/~
Compresseur

11 Pression de refoulement du compressew:


FI Pression de l'huile de lubrification.
Il! Pression d'aspiration du compresseur.
IJVérification des garnitures (fuites).

mre~~~~ Quels contrôles de maintenance préventive mensuelle


faut-il effectuer sur le groupe frigorifique industriel ci-dessus ?
11 Température d'aspiration.
· 11 Températur:e de refoulement.
11 Température de l'huile.
Ill Température de l'eau en sortie de condenseur.
- 111 Valeur du courant électrique.
11 Fixations.

fàiil~~ Quels contrôles de maintenance préventive faut-il effectuer


tous les 12 mois sur le groupe frigorifique industriel ci-dessus ?
Compresseur
11 Faire analyser l'huile du compresseur.
11 Remplacer le filtre à huile.
11 Contrôler l'alignement moteur-compresseur (pour un groupe ouvert).
Condenseur
Il Vérifier le déshydrateur et remplacer son filtre;
11 Purger le réfrigérant après avoir isolé le compresseur et le séparateur.
lB Nettoyer.
Evaporateur
Il Remplacer le filtre.
11 Nettoyer.
Séparateur d'huile
li! Vidanger l'huile.
œNettoyer.

mK{~g~~ Selon la législation quand faut-il contrôler les fuites de


gaz?
Tous les 6 mois.

froid ros
lectricité
générale

généralités ............................................................................. 209


Connaissances de base, définitions ................................................................... 209
Définitions générales en électricité ................................................................... 213
Risques du ,courant électrique ........................................................................... 215
Tableau des indices IP ....................................................................................... 218

distribution électrique .......................................................................... ,. 221 •,'-}-:;;'


:f~~.J

Régimes/schémas de distribution électrique ..................................................... 221 ·~~;.~


Mesurages électriques ...................................................................................... 224
Appareils et lignes électriques .......................................................................... 228

,
Calcul de la perte de tension en ligne ............................................................... 241

e\ectr\c\té \ndustr\e\\e ............................................................................. 242.


Commande et protection des appareils ............................................................. 242
Télécommande électrique ................................................................................. 250
Moteurs électriques à courant continu (moteurs CC) ......................................... 256
Moteurs électriques à courant alternatif ............................................................ 262
Autres moteurs électriques ............................................................................... 267
Variateurs de vitesse électroniques ................................................................... 270
Redresseurs CA 1 CC .............................................................................. :........ 272
Onduleurs ......................................................................................................... 277
Contrôle des batteries d'onduleur ..................................................................... 2.79
Les composants de puissance d'un variateur de vitesse ou d'un onduleur ......... 280

formulaire ....................................................................................................... 282


Électricité générale .............................................................................................. 282
Impédance ........................................................................................................ 282
Générateurs et moteurs à courant continu ........................................................ 283
Courant alternatif ................................................. , ........................................... 283
Moteurs électriques CA ....., ............................................................................... 284
Résistivité de différents métaux ........................................................................ 285

1207 l.· ..

.?~::.:
<.,1

généralités
connaissances de base, définitions

~ln'B~ Quelles sont les mesures de sécurité à prendre lors de


l'utilisation du matériel électrique ?
Ill Lematériel électrique doit toujours être utilisé avec soin, en veillant à ne pas
le détériorer par des chocs, une immersion, un échauffement excessif. ..
11 L;utilisateur de ce matériel est tenu d'en surveiller l'état apparent et de
signaler toute détérioration à un électricien.

~JX[~ Donnez la signification des symboles et l'unité considérée


V (ou U) = unité de potentiel électrique en volts.
1 =unité d'intensité (ou courant) en ampères.
W =unité de puissance active en Watts.

!9llff~~
Donnez la signification des symboles et l'unité
considérée
S =puissance apparente en volts ampères réactifs.
U =différence de potentiel en volts (tension avec une charge).
E =force électromotrice ou champ électrique en volts (tension sans charge).
cos cp =Déphasage courant/tension du courant électrique alternatif.
C: capacité en farads (F) ou micro farads (pF).

~JK~[\II Que signifient les initiales CA (AC en anglais) ?


Courant alternatif.

~m
~J:~.,:f.;.!.,,;J.:J~J;:,,.;'I'.,,~;:;
Que signifient les initiales CC ?
.

Courant continu.

fi!f~~:i~ Que faut-il vérifier avant d'utiliser un outil électrique ?


111 Il faut
vérifier son état général : pas de fil dénudé, il est sec, les fenêtres de
ventilation ne sont pas obstruées, la .fiche de connexion correspond bien aux
prises de courant disponibles.
Ill La tension électrique d'utilisation: tension et .fréquence du courant (50 Hz en
France, 60Hz aux USA).
mLa puissance doit être supportée par le réseau.
Ill Son code IP (indice de protection) correspond à son utilisation.

'f!{ry~~~ Un appareil américain peut-il fonctionner en France avec


un "aèî~ptateur de prise de courant ? .
Oui si la tension d'alimentation et sa fréquence correspondent sinon il sera
endommagé.
Fréquence en France : 50 Hz.
Fréquence aux USA : 60Hz.

·.;_·

généralités 1209
~i~~~~Bl~
Peut-on travailler sur un circuit électrique sans couper
l'alimentation électrique?
Non sauf pour faire faire des mesurages par des personnes habilitées.

ii.tY&tÇJI Qu'est-ce qu'un disjoncteur?


Un appareil de sécurité qui coupe le circuit en cas de défaut sur le circuit:
surcharge ou court-circuit.

&lY~Â~~~ Pour vérifier la présence d'une tension il faut utiliser :


Un testeur de tension homologué.

~11{~~~Parmi les matériaux suivants, quels sont ceux qui s9nt


conducteurs en BT.
Cuivre ; Acier ; Aluminium ; Bois sec ; Amiante ; Bois mouillé ;
Eau courante ; Bronze ; Laiton ; Bakélite ; Plastique ;
Caoutchouc.
Ill Cuivre
mAcier
Ill Aluminium
11 Bois mouillé
iil1 Eau courante
œBronze
iill Laiton
NB: certains métaux comme l'acier, le bois mouillé sont de mauvais
conducteurs mais ils conduisent suffisamment l'électricité pour provoquer une
électrocution.
D'autre part certains isolants deviennent conducteurs à une tension plus ou
moins élevée selon un phénomène de claquage diélectrique.

~l'~;''f%%'~11
M,!Mk~&Y.ü.'ili Qu'est-ce qu'un isolant?
Un isolant est un matériau qui possède des qualités diélectriques c'est-à~_dire
d'isolation par rapport à un courant électrique mais ce, jusqu'à une certaine
tension.

'N:'~J~~t~
;:.w!lli&~m~l!i.:!ll. Qu'est-ce que le claquage diélectrique?
A partir d'une certaine tension un corps isolant devient conducteur. Cette
tension est dite tension de claquage diélectrique.

~l~~~~ Comment ca!cule-t-on la tension V (ou U) si on connaît


la résistance R et l'intensité 1 ?
V( ou U) =R x 1
Fillœw~Quelle est la résistance d'un composant qui laisse
passer 10 A quand il est soumis à une tension de 200 V ?
20 1
R =VII
20 1 = 200V 1 JO A

210g '1 .. , , , 1
me ectncJte genera e

~ ~ , . . ~ _·~=L_._., ·.=--....... -~ ""'-'"-""'"- ___ _ ·,. .·~


o~~,
:~J~ImJQuelle est la résistance d'un composant qui laisse
passer 100 mA quand/il est soumis à une tension de 100 V ?
1000Q
R=VIl
1 000 .Q = 100 V 1 0,1 A

~1~1tl1!1
Qùelle intensité traverse un composant qui dissipe
1000 W quand il est soumis à une tension de 100 V ?
10A
P = R.F ou V./
!=PlV
10 A = 1 000 W 1 100 V
1
N",ll) :i~wJi
~,,.?_.,',t1{;,,:ê;,i;:.,·..o.,;J;,'I!::'' Qu'est-ce que la fréquence ?
C'est le nombre de périodes par seconde d'un courant alternatif (non continu).

mJ~~ffili'~ Qu'est-ce que la période?


C'est un cycle complet qui part d'une valeur nulle puis passe positive puis
négative pour revenir à une valeur nulle.

~J~~:~~&m Quelle est l'unité de fréquence ?


Hertz (Hz)
Kilo Hertz(KHz) =1000Hz
Méga Herta (MHz) = 1 000 000 Hz

~1'9W<fül
oJ~q~,.-\,.,..L..,_,,,,,,~,..d:!.
Quelle est la fréquence du courant secteur en Eurone? .A.

50Hz

~Il~§j~ Qu'est-ce qu'une inductance ?


La résistance au courant alternatif d'une bobine.

N!~~:fU~
;;~,.~,.,r.;..<""· •.f',,.l',~, w\~,i
Qu'est-ce qu'une inductance capacitive (ou capacitance)?
La résistance au courant alternatif d'un condensatew:

~1~~mf~~ Qu'est-ce qu'une impédance?


La résistance au courant alternatif d'un ensemble résistance, inductance,
condensateur.

:Nï'Y~WB:~~
_,;, .. '" ...,.,:,.,] .•
"··-~1 ;~
Quelle est la lettre symbole de l'impédance ?
z
'N1vtfâWT~
Un réseau est alin1enté par une tension triphasée de
38'(fv entre phases.Quelle est la tension entre phase et
neutre ? Comment la calcule-t-on ?
V= 380/ .fi
V=380V/1,414
= 220 V (arrondi)

généralités f 211
1 '
j)
~"~~:!w~~
Quelle est la formule du calcul de la puissance active en
courant alternatif triphasé ?
p = v 1 J3 cos cp

~'i~êW~"'~\Z
Quelle est la formule du calcul de la puissance
·'"'; ~~-'>i:'Mj,<.~IM.>JJJL. ,p.}
apparente en courant alternatif triphasé ?
S=V1J3

~&t[~~~L~
Quelle est la formule du calcul de la puissance réactive
en courant alternàtif triphasé ?
Q = U 1 J3 sin cp

H'i'&~l:~:jîLUne impédance a-t-elle une valeur constante?


Oui, si la fréquence reste constante sinon sa valeur varie en fonction de la
fréquence.

;~,i,§,~~!i;~~i Une résistance ohmique a-t-elle une valeur constante ?


Selon sa composition, une résistance peut varier positivement ou négativement
sous l'effet de la chaleur provoquée par effet joule dû au courant qui la traverse.

,~.~~~~.i\i,[;f. Que représente ce symbole?

\QQQr
Self (bobine).

~:~~~~~it~ Que représente ce symbole ?

-AMMr
Résistance.

~~~~ij,{L(~ Que représente ce symbole ?


Tr

][
Transformateur.

:~t~~.~,Y;~ Quel est cet organe ?

Condensateur.
-Il-
212 m , .• , , ,
e 1ectnc1te genera 1e

,J
'a-

définitions générales en électricité

~'B~~~ Qu'est-ce qu'une installation électrique dans une


entreprise ?
Une installation électrique est une combinaison de circuits associés et réalisés
suivant Un schéma déterminé des liaisons à là terre IT, TN ou TT et pouvant hre
alimenté:
- soit par un réseau de distribution publique haute ou basse tension,
- soit par une source autonome d'énergie électrique,
- soit par un transformateur dont le primaire est alimenté par une autre
installation.
Les installations d'un établissement regroupent l'ensemble des matériels
électriques mis en œuvre dans cet établissement.

~"D!(r~ Que signifie courant faible ?


Courant de faible tension et intensité concernant ce qui n'est pas
de l'alimentation de puissance: téléphonie, alarmes, infomwtique,
télésurveillance ...

E:(qJ Que signifie courant fort ?


Courants d'alimentation nécessitant comme son nom l'indique une certaine
puissance donc un certain courant: alimentations en 380 V, 220 V, 24 V ...

~m~~ Qu'est-ce qu'un conducteur d'équipotentialité?


Un conducteur d'équipotentialité est un conducteur de protection assurant une
liaison équipotentielle entre des parties métalliques.

N~mffl
•U•\~:w.oiO:.!:<-\~~~·~''•"l·::•! .~
Qu'est-ce qu'un conducteur principal de protection ?
Un conducteur principal de protection est un conducteur de protection auquel
sont reliés les conducteurs de protection des masses, le conducteur de terre et
éventuellement les conducteurs de liaisons équipotentielles.

if§~f&Jl
~-'-«~<.r,.;,,o-;., l':fo~i\••1,~Tit!"
Qu'est-ce qu'un courant de défaut ?
Un courant de défaut est un courant qui apparaît lors d'un défaut d'isolement.

'e · R~'1~~~ Qu'est-ce qu'un courant de surcharge ?


.,,, Un courant de surcharge est une surintensité anormale se produisant dans un
circuit en l'absence de défaut d'isolement électrique.

'N'f~'lti'iE1~
...... ·... ..
,.;_.,- _,,_,.,.
,. :, .;)~
Qu'est-ce qu'un défaut d'isolement?
·.

Un défaut d'isolement est une défaillance de l'isolation d'une partie active d'un
circuit électrique entraînant une perte d'isolement de cette partie active pouvant
aller jusqu'à une liaison accidentelle entre deux points de potentiels différents
(défaut franc).

généralités l2~3
'··
'
tJi::J\Jift~~
1\.!.~~~k;j~-..~ Qu'est-ce qu'un courant de court-circuit?
l
. ~-

Un courant de court-circuit est une surintensité produite par l'apparition d'un


défaut d'isolement ayant une impédance négligeable entre les conducteurs actifs
présentant une différence de potentiel en service normal. ·

N:i~êt'tt~i~~l
ltll':l..r.~~"'litil~M~
Qu'est-ce qu'une impédance de protection?
Une impédance de protection est un ensemble de composants dont l'impédance,
la construction et la fiabilité sont telles que la mise en œuvre assure une
protection contre le risque de choc électrique au moins égale à celle procurée
par une double isolation, en limitant le courant permanent ou de décharge.

~,J,~~~~@ Qu'est-ce qu'une liaison équipotentielle ?


Une .liaison équipotentielle est une liaison électrique mettant au même potentiel
des masses et des éléments conducteurs.

~,!;~~il#~
Qu'est-ce qu'un local ou emplacement de travail
électriquement isolant ? [
Un local ou emplacement de travail électriquement isolant est un local ou
emplacement où, pour la tension mise en œuvre, sont remplies simultanément les
trois conditions suivantes :
1. les sols ou planchers isolent des personnes de la terre,
2. les murs et parois accessibles sont isolants,
3. les masses et les éléments conducteurs sont isolés de la terre et non accessibles
simultanément.
~~.·

if.
'Nhlè'"4iii11 Qu'est-ce qu'une masse ?
~J,J-.'.:.-.\Jt,j~;i;i/~
Une masse est une partie conductrice d'un matériel qui n'est pas normalement
sous tension mais peut le devenir en cas de défaut d'isolement des parties
actives de ce matériel.
,,,

'&Y~.~~yf~~
1:.~·'•·1'""-:.ul~;l.:-...,
Qu'est-ce qu'un premier défaut ?
Un premier défaut est un défaut ou le premier d'une succession de défauts '-{,

d'isolement survenant sur un conducteur actif d'une installation précédemment


exempte de défaut d'isolement.

~ü:f.~''u]~jj
U::i:!"i:,.,..re'l:l/,â~jlil\\~\.1, Qu'est-ce qu'une prise de terre ?
Une prise de terre est un corps conducteur enterré, ou ensemble de corps
conducteurs enterrés et interconnectés, assurant une liaison électrique avec la terre.

~!Mg~;~ifil
Qu'est-ce que deux prises de terre électriquement
distinctes ?
Deux prises de terre éleètriquement distinctes sont deux prises de terre
suffisamment éloignées l'une de l'autre pour que le courant maximal susceptible
r
d'être écoulé par l'une d'elles ne modifie pas sensiblement le potentiel des autres.

,i~i_M,~;];~ill
Qu'est-ce qu'une résistance de terre ou résistance
globale de mise à la terre ? ·
Une résistance de terre ou résistance globale de mise à la terre est la résistance
entre la borne principale de terre et la terre. "[.·~

214w , .. , , ,
e 1ectnc1te genera 1e

~-~.f~-"m'~~~-"'l"~~"":Z: -···- ,. ..........~~--""'-- _.,. WZ ~ ...,:;;;li"" " ·,,,,. l. 1


"'·'"'
:&I~~W,~ Qu'est-ce qu'un cotJ,rt-circuit?
Un court-circuit est la connexion accidentelle de deux conducteurs électriques.

:mJ~[t~I(~ Qu'est~ce qu'un courant de fuite?


Un courant de fuite est un courant accidentel qui passe entre un ou des
conducteurs sous tension et la masse conductrice d'un appareil (carcasse
moteur par exemple) cette masse étant normalement reliée à la terre.

~~Ml Qu'est-ce qu'un disjonctage ?


Un disjonctage est l'arrêt brusque de l'alimentation électrique du fait d'un
disjoncteur quiréagit à un court-circuit, une surintensité (surcharge) ou un
courant de fuite.

risques du courant électrique

~1~~~111
A partir de quelle intensité le corps humain soumis à
une tension commence-t-il à souffrir d'asphyxie ventilatoire ?
23 mA.

[j{lj'~fâ~
A partir de quelle intensité le corps hun1ain soumis à
~ii'ë'"tënsi0n commence-t-il à souffrir d'asphyxie circulatoire
(Cœur)?
40mA.

m\!91 A partir de quelle tension risque-t-on de manière


certaine (pour certaines personnes) l'électrocution ?
Environ 50 V.
Le corps humain a une résistance (ou plus exactement une impédance) qui
diminue avec l'augmentation de tension à laquelle il est soumis.
A 50 volts cette résistance est d'environ 1 725Q dont l'intensité est de 29 mA.

'~"''\li~·~
J9iY~!L.!~2l
Que1s sont 1es e f".C-J.ets d u courante, 1ectrique
. a\ ces
différentes intensités ?
• 0,5 mA : Perception cutanée.
• 5 mA : Secousse électrique.
• 10 mA : Contracture entraînant une incapacité à lâcher prise.
• 25 mA: Tétanisation des muscles respiratoires (asphyxie au-delà de 3 min).
• 40 mA (pendant 5 s): Fibrillation ventriculaire.
B 50 mA (pendant 1 s): Fibrillation ventriculaire.
Ill 2 000 mA : Inhibition des centres nerveux.

':J_- N~~l~lt~ A partir de quelle distance se produit un amorçage entre


un conducteur non isolé soumis à une tension de 1000 volts et
vous-même?
1 cm.
Ces distances correspondent à un air sec.
Ainsi vous risquez l'électrocution si vous passez à 10 cm d'un câble nu sous
JO 000 volts.

généralités 1215
1
' '"-·:, ~ --~·:.--,
~'
r
['

11 Domaine des tensions t


- domaine très basse tension (par abréviation TBT) :installations dans l>:
lesquelles la tension ne dépasse pas 50 volts en courant alternatif ou 120 volts en
coûtant continu lisse ; ·~~~·

'~.:"'·
- domaine basse tension A (par abréviation BTA) :installations dans lesquelles
la tension excède 50 volts sans dépasser 500 volts en courant alternatif ou excède
120 volts sans dépasser 750 volts en courant continu lisse;
- domaine basse tension B (par abréviation BTB) : installations dans lesquelles
la tension excède 500 volts sans dépasser 1 000 volts en courant alternatif ou
excède 750 volts sans dépasser 1 500 volts en courant continu lisse;
- domaine haute tension A (par abréviation HTA) : installations dans lesquelles
la tension excède 1 000 volts en courant alternatif sans dépasser 50 000 volts, ou
excède 1 500 volts sans dépasser 75 000 volts en courant continu lisse;
- domaine haute tension B (par abréviation HTB) :installations dans lesquelles
la tension excède 50 000 volts en courant alternatif ou excède 75 000 volts en }'

courant continu lisse.

BJ~~~~i~1
Quels sont les facteurs qui influent sur la gravité d'une
électrification du corps humain ?
11 L'intensité du courant traversant le corps humain (danger à partir de 5 mA
pour certaines personnes).
lill La durée du passage du courant.
Ill La surface de la zone de contact.
111 La trajectoire du courant.
fi L'état de la peau (sèche, humide, mouillée).
111 La nature du sol.

fil~,~~:Mi~
Quelles sont les principales causes des accidents
électriques ?
Les principales causes des accidents électriques sont :
- mauvais état des isolants : dégât mécanique, désagrégation ou usure ;
- modifications sans contrôle: modification ou extension d'une installqtion
électrique par une personne non compétente ;
- recherche du prix le plus bas sans souci de conformité: le choix d'un prix
compétitif se fait paifois au détriment de la qualité ;
- non-respect des distances de garde par rapport aux ouvrages électriques ;
- inadaptation aux usages: il faut surtout éviter d'utiliser une installation pour
une destination non prévue à l'origine.

t;l!~~!:Yi:~ Comment secourir une personne électrisée ?


11 Les premières minutes qui suivent l'accident sont très importantes pour les
chances de survie, c'est pourquoi il importe d'agir vite.
Ill Dans tous les cas, il faut commencer par couper le courant sans toucher
le corps de la victime (par un interrupteur, un disjoncteur, en débranchant la
prise... ).
Ill La rapidité d'intervention des secours est déterminante.
Il Si une telle coupure ne peut être réalisée rapidement, il faut libérer l'accidenté
du contact avec les parties sous tension en prenant garde à ce que personne
d'autre ne puisse s'électriser.
Il Ensuite, il faut appeler les secours : un sauveteur secouriste du travailpuis le
SAMU et/ou les pompiers.

2161 e'1 ectnc1te


.. ' genera
' ' 1e

~1;:f_j,':'i;3,'i;tl;II;.~~j-""?.7?T@ii!i(']t'ff{,.i,••'''"' .,-,.. ·- .- f ,,,,,,.


--~ .

·-~~
11 Il
ne faut pas perdre de vue la victime tant que les secours ne sont pas arrivés.
L'arrêt de la re~piration devrait entraîner au plus vite un bouche-à-bouche,
lili
voire un massage cardiaque.
' '

ffll~~l9~~
1
Quelles sont les principales causes des incendies dus à
î'éïêêtricité ?
Un incendie sur cinq serait d'origine électrique.
Les principales causes d'incendies d'origine électrique sont:
- L'échauffement des câbles dû à une surcharge ;
'- Le court-circuit entraînant un arc électrique ;
- Un défaut d'isolement conduisant à une circulation anormale du courant entre
récepteurs et masse ou entre récepteur et terre ;
- Des contacts défectueux (de type connexion mal serrée ou oxydée) entraînant
•ft une résistance anormale et un échauffement ;
- Lafoudre;
- Une décharge électrostatique.

~ 1
:~-j~lf~l'AA!_
Quelles conditions faut-il réunir pour que se produise
1 U."nTiïêendie d'origine électrique ?
Pour que survienne un incendie d'origine électrique, il faut qu'il y ait
f simultanément :
[ - une source de chaleur ou une étincelle ;
(
- un co,-,;_burant (l'oxygène de l'air);

!
l
- un combustible.

~~fg:~~~Pl~
Quels sont les facteurs aggravant les risques d'incendie

!
l
d'origine électrique par échauffement ?
Certains facteurs peuvent aggraver les échauffements :
- Une ventilation insuffisante ;
t - L'accumulation de poussière ou de dépôts de graisse ;
- Le stockage de matériaux inflammables à proximité d'installations électriques;
- L'empilage des câbles empêchant l'évacuation de la chaleur ;
- Le maintien en fonctionnement d'appareils ayant subi des courts-circuits.

J :~:~ç-~~1'[[~ Quelle conduite tenir en cas d'incendie d'origine électrique ?


11 Donner l'alerte.
• Mettre hors tension l'installation, et éventuellement les installations voisines.
a Fermer les portes et les fenêtres.
a Attaquer le feu à la base à l'aide d'un extincteur adapté (dioxyde de carbone,
eau en jet pulvérisé, poudre).
11 Après l'extinction de l'incendie, évacuer les gaz toxiques en aérant.

Ni'{iê~i:Li Quelles sont les valeurs maximales de la tension en


îB:ts' (courant alternatif, à l'intérieur des locaux) ?
Milieu sec u <50 \1
Milieu humide u < 25\1
Milieu mouillé U<l2\l

~i\i~A~i2 Que signifient << classes de matériel électrique >> ?


Ces classes définissent les utilisations et protections des matériels électriques.

généralités 217 J
L
l
t
!r
~"iY:~~~@ Que signifie l'indice IP des équipements ?
]ère lettre :Indice de protection contre la pénétration des corps solides et des
poussières. 0 à 6
2ème lettre : Indice de protection contre la pénétration des liquides. 0 à 6
Jème et 4ème lettre : Indice de protection IK contre les chocs mécaniques.

tableau des indices 1P


Par exemple, si un appareil comp01te l'indice de protection IP 54, on
comprendra en lisant lé tableau ci-dessous que le 5 correspond (première
colonne) à IP 5X (protection contre la poussière) et le 3 dans la deuxième
colonne à IP X3 (aspersion d'eau).
Ces deux chiffres sont souvent suivis de l'indice IK. Mais dans certains cas il
peut y avoir avant ou à la place (en option) :
- une première lettre indicative A,B,C, C: indication concernant l'accès
possible aux parties dangereuses (main, doigt, outil, fil) ;
- une seconde lettre supplémentaire H, M,S,W: informations spécifiques au
matériel à haute tension ou aux conditions des tests à l'eau.

2181 e'1 ectnc1te


.. ' genera
' ' 1e
>

1
.,

.,1
J

1
!

r:JYÇ'~~~:·~2:
,./., ... · " ..• >: ... "
Que signifie ce sytnbole sur un appareil électrique ?

CE
Ce symbole indique que le fabricant ou l'importateur garantit la conformité de
l'appareil aux normes en vigueur dans la Communauté Européenne.
Différents chiffres indiquent la tension d'utilisation (230 V), la fréquence (50 Hz)
et la puissance absorbée (exemple : 200 W).
Un marquage CE n'est pas une marque de qualité : il est destiné aux services de
contrôle du marché et non pas aux consommateurs pour guider leur choix.

généralités 1219
- Ej;Y,~~,4~i~'
,_,., .. :.....;;-.
~·•"'•·~1,

---------·--~®··· ~~
·~. .
Que signifient les symboles ci-dessous ?

~ ~·~··
Les normes
Ils indiquent le respect d'une ou des normes françaises applicables à un
appareil.

f.

i.

1,
220 e 1ectnc1te
. . , genera
, , 1e
distribution électrique
régimesjschérrJas de distribution électrique

N'itr~â;~f~
,, .'"''· .... ,.. ...... ·' """ .· ., ~
Comment est réalisée une installation électrique de type
.
IT ?
Régime (schéma) IT: type d'installation dans lequel la source d'alimentation
est isolée ou présente un point, généralement le neutre, relié à la terre
par une impédance de valeur suffisamment élevée pour qu'un premier
défaut d'isolement entre un conducteur de phase et la masse ne provoque
pas l'apparition d'une tension de contact supérieure à la tension limite
conventionnelle de sécurité.

'fill\)~'~(11:;,~
Quels sont les avantages et inconvénients des
iiî~taiîations électriques de type IT ?
Le régime IT a l'avantage de ne pas couper au 1er défaut, il est notamment
utilisé dans des hôpitaux pour assurer une meilleure disponibilité des
installations électriques. Il demande de la rigueur notamment dès qu'un
1er défaut d'isolement est signalé, il doit être recherché. Cette opération de
localisation du défaut n'est pas toujours aisée.

11 Schéma (Régime) IT

t .,...,
L1

L2
L3


0

Transformateur • PE

Terre

Disjoncteur
0
.... ;;
c:
Glc: r- z Magnéto
::Jill ,_ __
"Oo~ Thermique
Q)-
-0 ::::JUl
c~~ Q)C:
-Q)
ë:C
o-c: ..
(.) :ê5L·
..Jrn
··~·. /.
-n~
Résistances
a..E
(.),_
Q) ----------- des prises
a.. .,_----------- de terre
---->

Terre

~iy~~tiXi~ Comment est réalisée une installation électrique de type 1N ?


Régime (schéma) TN: type d'installation dans lequel un point de la source
d'alimentation, généralement le neutre, est relié à la terre et dans lequel les masses
sont reliées directement à ce point de telle manière que tout courant de défaut franc
entre un conducteur de phase ct la masse soit un courant de court-circuit.

d .1stn"b ut1on
. e'1 ectnque
. 1221
l.
.~ig~~4;~: Comment est réalisée une installation électrique de type
TN-C?
Régime (schéma) TN-C: type d'installation TN dans lequel/es conducteurs
neutre et de protection sont confondus en un seul conducteur appelé conducteur
PEN.

.r··Ù~-~Aü):2: Con1ment est réalisée une installation électrique de type


w:s··?
Régime (schéma) TN-S: type d'installation TN dans lequel le conducteur
neutre et le conducteur de protection sont séparés.

~i~~~q:,~
Quels sont les avantages et inconvénients des
installations électriques de type TN ?
Il Le régime TN et notamment le TNC est plus économique ; il permet de faire le
gain d'un conducteur du fait que terre et neutre peuvent être confondus si
S > 10 mm 2 en cuivre et les disjoncteurs seront tripolaires car le conducteur
PEN est avant tout un conducteur de terre, il ne doit jamais être coupé.
11 La coupure au Jer défaut d'isolement se fait par les dispositifs de surintensité.
Il est nécessaire de vérifier que le courant de court-circuit en extrémité de la
canalisation soit suffisamment élevée pour faire déclencher les protections
magnétiques dans un temps suffisamment court.
111 Dans le cas contraire, on a recours à des dispositifs différentiels. Ceux-ci ne
sont pas obligatoires sur chaque départ comme il a: été dit ci-avant.
a Le schéma TN nécessite également de la rigueur notamment lors du
remplacement des dispositifs de protection contre les surintensités de façon à
avoir toujours un courant de court-circuit suffisant pour faire déclencher la
protection.
11 Ce régime TN est de plus en plus utilisé en France, il a fait ses preuves depuis
très longtemps dans tous les pays germaniques.

11 Régime (schéma) TNC

L1

-·,', L2
',

~ -\ .. L3
0

0 0
Transformateur

~-------------------
Terre

~
1
- ---- --
~- -~ _., ..-. -- Disjoncteur
1
Magnéto
Relais1
r-------------
1
Thermique
différentiel:

Résistances de la
prise de terre

""'~ Utilisation

Terre

2221 , e 1ectnc1te
. . , .. , , 1
genera e
111 Régime (schéma) TNS (Neutre et terre séparés)

L1
'\,'

L2


, 0 L3

Transformateur
e

Terre PE 1--------------------
1
1

- - -: - - - - - - - - - -
1
:~
1
Disjoncteur
'1 Magnéto
~r-------------
, 1 / Thermique
11 ,...............................................................................................
~-- t \ Relais
·...... ·.. N... .........................................................:......./ différentiel
~··· ·······• ..................................................,._.,_.___ ··--··········-····-·····
Résistances de la
prise de terre PE

~
Utilisation

Terre ,· .·>;:>;,/;~/>>:·· ' .- / ; .· /'

·~rq~~8}:2,' Comment est réalisée une installation électrique de type TI ?


Le schéma (Régime) TT est un type d'installation dans lequel un point de la
source d'alimentation, généralement le neutre, est relié directement à une prise
de terre et dans lequel les masses sont reliées directement à la terre.
Il en résulte qu'un courant de défaut entre un conducteur de phase et la masse,
tout en ayant une intensité inférieure à celle d'un courant de court-circuit, peut
cependant provoquer l'apparition d'une tension de contact supérieure à la
tension limite conventionnelle de sécurité.

'Nt&~l'tïiTz
Quels sont les avantages et inconvénients des
instiiiations électriques de type Tf ?
a Un courant de défaut entre un conducteur de phase et la masse, avec une
intensité inférieure à celle d'un courant de court-circuit, peut provoquer
l'apparition d'une tension de contact supérieure à la tension limite
conventionnelle de sécurité.
11 Pas de continuité de service lors d'un défaut d'isolement.
Il Dispositif différentiel pmfois coûteux (surtout les Hautes Sensibilités).
Il Limité aux installations ayant peu de courant de fuites.
mLe régime TT est imposé dans les installations alimentées par le réseau public
basse tension.
Il Seuls les usagers propriétaires du transformateur (industriels, hôpitaux ... )
peuvent utiliser d'autres régimes de neutre.

223
d istribution électrique
1
m Régime (schéma) TT
L1
L2


L3

Transformateur
• •
Terre
:
PE , _______ _
--~---------

1--------------
1
1
Disjoncteur
1 . • Magnéto
r------
1
-·------ Thermique

Relais
différentiel

Résistances de la
prise de terre PE

~ Utilisation

' / // /'
Terre ',//

NB : les résistances de prise sont des résistances fictives. Elles correspondent à


la résistance de prise de terre qui dépend de la résistance de contact du piquet de
terre ainsi que la terre elle-même. Ces résistances doivent être prises en compte
dans les calculs, c'est la raison pour laquelle on les dessine sur les schémas.

mesurages électriques
Ni~~~tioi\f
;"··'·'':"''' -'~· 1 ci~~iK 1 "i:
Pour mesurer une tension on place un voltmètre : 1

En parallèle avec la charge .

.r~.!~~;~,Yii~:; Pour mesurer une intensité on place un ampèremètre :


En série avec la charge pour un ampèremètre sans pince ampèremétrique.

:1g!~·~~~~i~ Quel est l'avantage d'une pince an1pèren1étrique ?


Elle évite le contact avec les conducteurs et le risque de destruction de
l'ampèremètre en cas de sous-estimation de l'intensité.
Elle évite de rompre le circuit pour insérer l'ampèremètre.

Ni,Yi~~'i A quoi sert un ohmmètre ?


A mesurer la valeur d'une résistance.

N.(~~,~y·\i.( A quoi sert un testeur d'isolement ?


A mesurer la valeur d'une résistance d'isolement entre les conducteurs et la masse.

~~Y~ë:\~Y;~
Qu'est-ce qui différencie un testeur d'isolement d'w1
ohmmètre?
Le testeur d'isolement utilise pour la mesure une tension plus élevée (au moins
100 V) que l'ohmmètre qui effectue sa mesure sous une tension de quelques volts.

22 4q
~ électricité générale 1
·J
~~ Quels sont les app~eils ci'-dessous ?

photo Tektronix
Ce sont des oscilloscopes.

~-~~A quoi sert un oscilloscope ?


Un oscilloscope permet de visualiser la forme des courants ou tensions
électriques et de les mesurer.

R\ili~Quels sont les 2 réglages primordiaux d'un oscilloscope


basique?'
Le calibre:
a de la tension d'entrée V, m V, ,u V par cm ;
Il de l'échelle des temps (Ms, pspar cm).

mD~ Qu'est-ce que la résoluti()~ d'un appareil de mesure ?


La résolution est la variation minimum du paramètre à mesurer qui introduira
une modification dans l'affichage. Sur un afficheur numérique, ce sera un digit.

fUIUI'~ Qu'est-ce que la précision d'un appareil de mesure?


La précision quantifie l'erreur maxi de mesure, .à savoir la différence maximum
entre ce qu'indique l'affichage et la valeur vraie du paramètre mesuré.

~;Qu'est-ce que le calibre ou la plage de résolution d'un


appareil de mesure ?
C'est l'étendue d'un réglage actuel d'un appareil.
Ex : 0 à 10 V, 0 à 100 V, 10 à 50 A.

m&~i;;!:t'z
On doit mesurer une tension d'environ 40 volts. Quel(s)
calibre(s) choisir ?
OàlOOV.
Les autres calibres afficheraient une mesure en début ou en fin de la plage avec
un risque d'imprécision ou de surtension, ce dernier étant dommageable pour
l'appareil.

FJW~iù'f:2]
• ~l,,(:.'.:J,:,I<J-u<.,t .. .-.,~""',
Un appareil de mesure est-il toujours sûr ?
Cela dépend de sa précision et des perturbations qu'il peut entraîner dans le
circuit à mesurer dans le cas des courants faibles avec de fortes impédances.

d .tstn"b ution e,, ectnque


. \225
\..__.

~ ...
};~K.':;:::ltiii2,'
''·'·""'!<;~'·'o.waJ,~'
Qu'est-ce qu'un analvseur
J'
de réseau ?
Un appareil qui contrôle un certain nombre de paramètres du réseau :
variations de tension, forme du courant, déphasages courant-tension
(cosinus cp), harmoniques, etc.

:N''~~~tr<2:
~.,.J. . E':.t...l:li~~ll.·l.éJ;.;.,.,l Qu'est-ce qu'une harmonique ?
Toute forme de courant non paifaitement sinusoidale produit des courants
parasites de fréquence élevée qui peuvent endommager les appareils ou induire
de fausses mesures.

ii
~~
~1

Temps
1

M~~:i\J.~,?: Que représente la photo ci-dessous ?

La photo ci-dessous représente un courant électrique de forme carrée.


Tension crête à crête: 4,2 V
Tension efficace : 1,90 V
Fréquence : 10,47 MHz
Le calibre d'entrée est 1 V/cm ou 1 V/division verticale et de 50 ns/cm ou 50 ns/
division horizontale.
Les crêtes de ce signal présentent des superpositions de signaux d'autres
fréquences consécutives à des sur-oscillations (overshoot).

~rx~.~Alt:
Expliquez les. indications portées sur l'oscillogramme
ci-dessous :

2261 , . e 1ectnCite
.. , , , 1
genera e
/j

T : période, temps entre deux crêtes


Veff: tension efficace (VRMS en anglais)
Vc: tension crête (Vp en anglais)
Vcc : tension crête à crête (Vpp en anglais)

lm~ Comptent calculer la fréquence à partir de la période ?


On calcule:
F (Hz)= 11 T (secondes)
ou !

·. F (MHz)= 11 T (IJsecondes)
ou
F (kHz)= 1/T (msecondes)

flr~~?~·~
;,.-:wdl~-r.l<-.t•"ll•~"'-"'•·••"-·;:
Comment mesure-t-on la résistance de la prise de terre?
Il existe plusieurs méthodes pour mesurer la résistance de la prise de terre.
La méthode recommandée par l'EDF est la méthode dite «de la chute de
potentiel».
Elle consiste à faire circuler un courant alternatif 1 entre la prise de terre X à
mesurer et un piquet de terre C planté à une certaine distance.
On plante un second piquet P de mesure à approximativement 62% de la
distance séparant X de C, dans le même axe~ ·
La résistance de la prise de terre est R ~ V t-I, Vétant la tension mesurée entre
X et P quand circule le courant 1 entre X et C.
La distance entre X etC doit être grande devant l'étendue souterrahe de X.

a Mesure de la prise de terre par la chute de potentiel · ·


·----:·...:.:

I
f~ \::

,. . ,.
.··.'','··.·:'
_,, . ·.. ·.
'''··

Distance XP = 0,62 XC

• Valeurs minimum de la résistance de prise de


terre en fonction du relais s différentiel du dis-
joncteur
Seuil du disjoncteur différentiel V ale ur maximum de la résistance de terre
30mA 1667 Q
lOO mA 500Q
300mA 167 Q
500mA lOOQ

Le disjoncteur différentiel se déclenche en cas de passage de courant entre une


phase et la tetTe.

d .1stn'b ut1on
. e'1 ectnque
. 1227
\i

appareils et lignes électriques


'tJhtsi\îJ.~ . 1otte ?.
··:····'"'"' "":'"-' Q u ' est-ce qu' une gou
Un conduit pour contenir les câbles.

iNH.i:é~tii~JJ
t~"lo'.L\W~!l."~~<(lllio
Qu'est-ce qu'un tube porteur ou tube métro?
C'est un tube plastique flexible pouvant contenir un ou plusieurs câbles. Ce tube 1;·,·

·•.t'·:
est souvent noyé dans le béton.
Contenance des tubes métro : ,f:>
Tube de 20 mm : 1 câble. "~;'

'/~

Tube de 32 mm : 3 câbles. ··;,>


Tube de 40 mm : 5 câbles.
"·'
'
~li~~~~~ Quel est cet appareil ? ~-

'.:~
·~T·: .
k··:
/ ..

.F
'
~:.
;,•:

Schneider
Disjoncteur 1 phase.

Ei~i~~M~W Quel est cet appareil}

,.-r.

,,J·
:t.

Schneider . ';.- ~

Disjoncteur différentiel] phase.

228 -~ e, 1ectnc1te
. . , genera
, , 1e
·;;-
'!
'· mf~IIJI Quel est cet appareil ?

http://www.volta-electricite.info/
Relais thermique 3 phases.·

t~m!lii~-··~"""
Nlvi'~-a~;rm
i,..ll.iolll.lf~~\\~.;,~);.,,;,l
Q ue1 est cet apparet'1 .,.,•

http://www.volta-electricite.info/
Interrupteur de puissance.

'NW:~~~m
l~!.'•i.{h"R: Kr. \,~•,,•).;;..I,\Ôù0l
Quel est cet appareil ?

http://www.volta-electricite.info/
. .•. Interrupteur sectionneur à fusibles .
'

229
d istribution électrique .
. ~~-~~".±·: 1
~,tg~:~~k~
Quelle maintenance préventive faut-îl pratiquer sur le
coffret ci-dessous?

;~,

>.
·t;
··.
;.~:•

\~
-"Y:-

1111Resserrer les connecteurs (borniers) au moins tous les ans.


Il!! Dépoussiérer éventuellement.
111 Examen avec une caméra IR pour déceler les éventuels points chauds.
NB : L'examen à la caméra IR n'est pas de la maintenance préventive à
proprement parler car il ne fait que constater un début de dégradation qui a déjà
un peu endommagé le bornier.

N;l~~K!lk~ La couleur du fil de prise de terre est :


Jaune et vert.

''Ni~~'~i)E::i:
lt·H1-";,i!Jd:~W&..'\!>~~
Pour vérifier ou déterminer la section des conducteurs :
Je consulte unformulaire.
Le calcul de la section des conducteurs doit prendre en compte outre, la
puissance consommée, la longueur du câble, la dissipation thermique.
Pour ces raisons il faut consulter les tableaux établis selon les réglementations
en vigueur (ex : dans le Mémotech «Electrotechnique » ).

'tJT~~''''ai~1J
Quelles vérifications périodiques doivent être effectuées
:.Ji.fl<1:r~1'""J~~ii~~·J:•~ · , · -. · .

dans une entreprise sur les installc:ttions de distribution électrique ?


J!AMesure de l'isolement.
11 Résistance des prises de terre.
11 Echauffement des connexions des coffrets et tableaux.
Il Qualité de l'huile du transformateur HT s'il n'est pas de type étanche.
""''

H~~:~~~J~;
Pour consigner une installation électrique afin de
réaliser des travaux autres que des mesqrages sous tension je ,.~ ,, -.
procède de la manière suivante : .·
Je déclenche le disjoncteur, ouvre le sectionneur et pose un cadenas.

:!~:i~~jf~
Qu'est-ce que la puissance ou énergie réactive d'une
installation électrique dans une entreprise ?
C'est une puissance parasite générée par le déphasage entre courant électrique
et tension électrique.
L'EDF souhaite minimiser cette puissance inutile qui charge ses lignes.

1
230 e'1 ectnCite
. . ' genera
' ' 1e
···
J ~1
; ~:' '.

··....... ~,.,~~:1:
_-_·._.·
~:-:·
.·._·.
__

"'~ ff,\
·,•, '
Pour cela elle fait mesurer le cos cp qui mesure le déphasage et offre des
bonifications financières si ce cosinus cp se rapproche de 1.

m&!~ Comment corrige-t-on le cosinus q> ?


On le corrige en plaçantdes batteries de condël1sateurs sur l'alimentation
tlectrique pour corriger le déphasage.

B!1fl1 Qu'est-ce qui provoque cette énergie réactive?


Ce qui provoque cette énergie réactive est l'utilisation d'appareils basés sur
l'induction (avec des bobines) : moteurs électriques,fours à induction, électro-
aimants ...

m'}~],~g) Que représente ce symbole ?

Sectionneur.
~
r~1~tif~~r,~: Qq.e représente ce symbole ?

1<
Disjoncteur.
~
m'f~i'm!~
,_;;c.<.• ;.•;.
L'c~·_?. .;<-;1 •~..;:
Que représente ce symbole ?

llll
••••"••••lu••••YII•••••• ..

t!""""J"""'t""'"I...
......... •••• .L. ••••• ...-,·-=
i
Disjoncteur équipé d'un relais s différentiel.

:~}ty~~~q't~ Que représente ce schéma ?


.··7-:

•.·:~:~.~·~-.~/1'
~ ~.\;! ! ',;~~
.. !..
. -'.' ,,,,·:" -~·=·-~·--
•.111'.1 .il.. . . . · ·._·

•:lt-".' ---..
·-<

·~~~.
""\ t '
!!

Va et vient.

281

1
d istribution électrique
1'l!~l~~J\ltl Que représente ce schétna ?

,;,t

Télé rupteur.

.NJ~'qi!!1~~
Si plusieurs relais s différentiels équipent des
disjoncteurs montés en cascade il faut que leur seuil de
déclenchement respectif :
Diminue en s'éloignant de l'alimentation.

'~"l\L~~~@ La chute de tension maximum admise par les normes


dans une usine alimentée par son propre transfonmateur est de
l'ordre de: ;ai,--

~:·

8%. tt:

NB: pour des lignes d'une longueur maximum de 100 m.

l\H(' :ê';;;"l2l Pour un réseau équipé d'un disJ·oncteur différentiel de


".,,M;,..,ëk~·""'''
30 mA, quelle doit être la valeur maximale de la résistance de
prise de terre ?
1600 Q.
Il faut que la tension maximum soit > 50 V donc 50 V 130 mA = 1 666 fi fond de
fouille.

~Y:~i~~Quel est le mode de prise de terre qui a la plus faible


résistance ?
Boucle.

~"~~~~~~Pour
alimenter une prise de courant 16 A, la section
minimum du câble d'alimentation est:
2,5 mm2•

~1~!~;~En l'absence d'autres indications du constructeur,


l'échauffement maximum d'un transformateur immergé (huile)
est:.
65 oc.
~J;y,~~Mtt~
Quels sont les contrôles réguliers à pratiquer sur un
transformateur immergé (huile) ?
1!11Température d'huile. .·1.:~~

Ill Pression interne de la cuve inférieure à 0,1 bar.


0~

a Absence de gaz résiduels.


Il Absences de fuites d'huile.
11 Absence d'arcs ou effluves électriques.
11 Contrôle des capacités diélectriques de l'huile.
• Serrage, échauffement des connexions. /

2321 ,e 1ectnc1te
. . , , , 1
genera e
~'1i la résistance d'isol~ment d'un appareil testé avec une
:<l .. w,à,Q;,._;l·~,U:,.,.,, ••,_,_"<\

tension de 100 V continus est au minimum :


JMQ.

~lf~'!l~ Que signifie la sélectivité des disjoncteurs ?


La sélectivitépemzet d'éviter les cascades de disjonctage sous l'effet d'un seul
disjoncteur.
En d'autres termes un défaut survenant en un point quelconque du réseau, doit
être éliminé par le disjoncteur placé immédiatement eri amont du défaut.

mlmB1~ Pourquoi les normes limitent-elles la longueur d'une


ligne en fonction de l'intensité maximum de sa protection ?
11 Pour éviter une chute de tension trop importante.
•Autre raison: il faut éviter que lors d'un court-circuit en bout de ligne la
résistance du câble ne limite l'intensité en dessous du niveau de protection.
II en résulterait un échauffement excessif du câble pouvant entraîner sa
destruction voire un incendie avant que le câble se mette en court-circuit à une
distance suffisante pour déclencher le disjoncteur.

ll!"~Wâlil~ Quels régimes d'alimentation n'ont pas le neutre


(ïfrêëtement relié à la terre ? -·-
IT.

~i~~:~ü~2lSelon les caractéristiques d'un disjoncteur quelle est


'(;~îï~·'qui indique lé déclenchetnent du disjoncteur ?
Courant assigné In: valeurmax:imale du courant permanent que peut
supporter le disjoncteur.
Courant de réglageir ,·courant maximaiquepeutsupporter le disjoncteur,
sans déclenchement.
Courant de fonctionnement lm: courant qui provoque le déclenchement.
Pouvoir de coupure leu ou lcn : plus grande intensité de courant de court-
circuit qu'un disjoncteur peut interrompre.

~I~~ Sur la photo ci-dessous, avec quel réglage empêcher le


déclenchement en cascade de plusieurs disjoncteurs différentiels ?
~~7'
' ,'.,!
\.~)

;r•.
.~-~.

,,,,_-;

~)]!~g~Sur la photo ci-dessùs, avec quel réglage définir le seuil


de déclenchement du relais s ?
1

d .1stn"b ut1on
. e'1 ectnque
. 1233
.,
;~L~~~Hk~l
Sur la photo ci-dessus, avec quel bouton tester le
déclenchement du disjoncteur ?
4

~~!~~!ti~~ Donner le nom de cet appareil ?

~ .1 .

·•·'.-:·-·

http:/ /www.volta-electricite.info
Un ballast de tube fluorescent.

'NI~~~~b~;:
~.:&W.~
'Yo#1.1l<n'f.i""n....
Quel est cet appareil ? •;il''

http://Www.volta:elec1ricite.info
Cet appareil est un groupe électrogène.
A droite le moteur thermique, à gauche l'alternateur.

H~!M~~~}:i@! Donner le nom de cet appareil ?

Cet appareil est l'alternateur (démonté) d'un groupe électrogène.

2341 ' e 1ectnc1te


. . ' genera
' ' 1e
·.li,,,
f:{X~~~~~~ Donner le nom de /cet appareil (1) ?
"
l
dl~jCI'!Ctaur da ·
décontmion

m_
iUtilisa-I
~.~~_;

Merlin Gerin
Cet appareil est un parafoudre connecté en parallèle au disjoncteur principal du
réseau à protéger.
Les parafoudres protègent les installations BT et notamment les équipements
électriques et électroniques contre les surtensions d'origine atmosphérique (foudre)
et/ou industrielle lesquels peuvent être paifois très éloignés du lieu à protéger.
Ils fonctionnent de la manière suivante :
a en l'absence de perturbations, le parafoudre est en état de veille (haute
impédance). Il n'apporte aucune gêne à finsta1lation ;
Ill en cas de, perturbation, le parafoudre s'amorce et écoule ainsi des courants de
chocs élevés en limitant fortement la tension aux bornes des récepteurs.

m~:[~ Quelle précaution doit-on prendre en général avant de


débrancher un appareil électrique ?
Noter le branchement: couleur des fils sur chaque connecteur

i\It\T~f~
On constate une disjonction immédiate. Si on tente de
·;éêncî(mcher le disjoncteur il se bloque ou se déclenche aussitôt.
Quelle peut être la cause ?
Élément en court-circuit ou phase à la terre (ou masse).
Si le disjoncteur est muni d'un relais s différentiel, la cause du disjonctage peut
être aussi bien un court-circuit franc qu'une mise à la masse.
Exceptionnellement cela peut être la mise en service d'un appareil de trop forte
consommation.

7i"fè'l~~
On constate une disjonction immédiate.
l;t.'~·ti~î:\.it..iJ~,)\~).>.,.·-'.,!

Si on tente de réenclencher le disjoncteur il se bloque ou se


déclenche aussitôt. Comment rechercher la cause de la panne ?
Sous tension
Déconnecter un à un par le moyen des fusibles, les lignes de départ au tableau
de distribution et remettre la tension jusqu'au moment où la disjonction cesse.
Investiguer alors sur le dernier départ de ligne qui a été déconnecté.
Hors tension : recherche de fuite à la masse
Enlever les sectionneurs d'arrivée de la tension. Placer un ohmmètre ou un
testeur d'isolement entre chaque phase et la terre et rechercher la cause d'un
éventuel court-circuit en procédant par élimination des différents départs de
ligne. La résistance doit être d'au moins 1 MQ.

d .1stn"b ut .Fon e'1 ectnque


. ·1235
:
l
Contrôle de court-circuit entre phases
Vérifier comme précédemment la résistance (au moins 1 MQ) entre chaque
phase, appareils déconnectés.
Si des appareils sont connectés, une résistance de quelques ohms se confondra
avec un éventuel court-circuit. Il faut donc pour cela déconnecter les appareils.

:tf1g~~g~~J
On constate un disjonctage ou une fusion de fusible
différé. Quelle peut être la cause ?
Cela provient probablement d'une surintensité.
Si le défaut est apparu après la mise en service de nouveaux appareils ou
lors de la mise en service de plus d'appareils que la normale: le calibre du
disjoncteur ou du fusible est insuffisant. L'intensité est légèrement supérieure au
courant de coupure ce qui explique les délais avant fusion ou disjonctage.
i
Il n'y a aucune raison apparente: cela peut être dû au mauvais 1

fonctionnement d'un appareil (blocage de moteur, un court-circuit non franc


(corps étranger, humidité) ...

:fu.!~~~~~!
On constate un disjonctage ou une fusion de fusible
différé. Comment procéder pour trouver 1a cause ?
Procéder par élimination des différents départs de ligne.
Tester les appareils en les agitant ou cognant dessus.
Si tout est normal, augmenter le calibre du fusible ou du disjoncteur après avoir
vérifié que la section des câbles est compatible avec les puissances consommées

~1~~;~${~ Quelles sont les causes possibles d'un court-circuit ?


1111 Conducteurs dénudés entrant en cmitact.
l!ii Bobinage de moteur ayant perdu son isolement (chaleur, choc ... ).
Ill Présence de corps étrangers sur les plaques à borne.
11 Poussière conductrice.
• Cordons d'alimentation détériorés.
Il Fiches, connecteurs endommagés.
11 Claquage diélectrique d'isolant suite à des surtensions (foudre notamnJ,ent).
Il Eléments d'appareils en court-circuits.

~~11(&i,~ Quelles sont les causes possibles de mise à la terre ?


11 Humidité ou eau pénétrant dans les appareils.
11 Humidité ou eau pénétrant dans les canalisations électriques.
11 Conducteurs dénudés touchant un châssis métallique.
11 Bobinage de moteur ayant perdu son isolement (chaleur, choc ... ).
Il Présence de corps étrangers sur les plaques à borne.
11 Poussière conductrice.
11 Claquage diélectrique d'isolant suite à des surt~nsions (foudre notamment).

~:L~t{\ll~
On constate que des appareils ne fonctionnent plus ;
des appareils fonctionnent en sous-tension et ne démarrent pas
ou fonctionnent en dessous de leur puissance ; des appareil~ .:~ "'

fonctionnent en surtension· et peuvent être endomm&gés ; la ri-·:·:'

'\f·
commande d'un appareil peut avoir des effets_ sur un appareil
d'un autre circuit pouvant être éloigné. Quelle-peut être la
cause et comment le vérifier ? '•i,

2361 ,
e 1ectncrte
. • , genera
, , 1e
C'est probablement une coupur~du neutre.
La raison est que le courant nepouvant pas circuler entre chaque phase et le neutre
(220 volts) les appareils sont placés en série entre deux phases (380 volts),
En général la coupure es;t située dans le câblage du tableau de commande.
Contrôler le neutre en mesurant sa tension pm· rapport à la masse.
Il doit y avoir au plus quelques volts mais commencer la mesure avec un calibre
de 500 volts. ,

11~11:~~
On..constate qu'une partie de l'installation ne fonctionne
pas, un ou des moteurs en triphasé ne tourne pas à sa vitesse
et« grogne». Quelle peut être la cause?
C'est probablement dû à la coupure d'une phase.

~;~~ Comment trouver le point de coupure d'une phase ?


Sous tension :
Procéder de la manière suivante :
Débrancher les appareils alimentés en triphasé (moteurs qui grognent)
Vérifier successivement la présence d'une tension au tableau de bord:
Il disjoncteur,
Il coup·e circuits, ..
Il départs des canalisations,
Il prises de courant dans les différents lieux.
Laisser le réseau sous tension et effectuer des mesures avec un contrôleur ou un
testeur en partant du disjoncteur ou du point du réseau le plus éloigné jusqu'à
ce que l'on ne trouve plus les tensions des 3 phases.
J r;~ .
Hors tension :
Le lieu de la coupure étant localisé, vérifier dans l'ordre:
Il les tableaux de commande secondaires (fusibles, sectionneurs),
Bles plaques à borne, dominos, épissures ... des,traces d'échauffement peuvent
être révélatrices,
li les prises de courant qui peuvent servir de départ à d'autres portions de circuit
sur les anciennes installations électriques,
Il les câbles et canalisations portant des traces de chocs, se renseigner sur
l'existence de travaux récents ayant pu endommager les passages de câbles.

~l~d~ On constate un fonctionnement intermittent d'un


,~
'"''"'"""·(.. ;.-... ,....... ....:iiJ

appareil. Quelle peut être la cause et comment le vérifier ?


. ~;1·.·.'
C'est souvent dû à la coupure intermittente d'un câble ou au desserrage d'une
·,a;.
connexion.
· · ·~ '

Sous tension :
Vérifier les cordons souples. La coupure est très souvent située au ras des
colliers de fixation ou du presse-étoupe de la prise de courant.
Tapoter les connecteurs, borniers avec un objet isolant.

..J

'•"

d .1stn"b ut1on
. e'1 ectnque
. 1237
.....F<
:~t~:!\~l~~~
On constate un échauffement des câbles. Quelle peut
être la cause et comment le vérifier ?
Surcharge dépassant les capacités du câble.
Si le câble est très long cela peut être un court-circuit en bout de ligne. Dans ce
cas la surintensité est limitée par la résistance du câble en dessous du seuil de
déclenchement du disjoncteur ou de fusion du fusible.
Rechercher la cause et diminuer le seuildu disjoncteur ou le calibre du fusible.

'&i,~~~~t';t;?]
.<>4&