Vous êtes sur la page 1sur 29

POLLES

SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

PROJET POLLES

SOUS-PROJET 2

Gestion de la scolarité

CAHIER DES CHARGES

L’Université Hassan II – Mohammedia, Maroc


Osmium Work, Maroc
L’université Es-Sania D'oran, Algérie
L’Ecole national d’ingénieurs de Tunis
L’Ecole National des sciences, Tunis
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

Visas internes :
Rédaction Vérification Approbation
Proposition de Canevas 1.0 Tariq CHAKOUR

Proposition de Canevas 2.0 Taha BEN SALAH

Ajout : « Spécificités Tariq CHAKOUR


du Maroc » version2.0

Ajout : « Spécificités Haffaf Hafid


l’Algérie » version2.1

Table des mises à jour du document :

N° de Date Auteur de la Objet de la mise à jour


version.révision mise à jour

1.0 21/07/2006 Chakour Tariq Version initiale


1.1 19/09/2006 Rahma BEN AYED Nouvelle Proposition de Canevas
Taha BEN SALAH Mise à jour du contenu
2.0 08/10/2006 Chakour Tariq Ajout des « Spécificités su Système Marocain »
2.1 30/10/2006 Haffaf Hafid Ajout des « Spécificités su Système Algérien »

ii/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

Sommaire
1. INTRODUCTION .................................................................................................................................4
1.1 OBJET ET CONTEXTE DU PROJET .......................................................................................................4
1.2 REFERENCES DOCUMENTAIRES .........................................................................................................4
2. BESOINS FONCTIONNELS...............................................................................................................5
2.1 GENERALITES ...................................................................................................................................5
2.2 BESOINS GÉNÉRAUX..................................................................................................................6
2.2.1 Spécificités du système Algérien ..............................................................................................6
2.2.2 Spécificités du système Marocain ..........................................................................................14
2.2.3 Spécificités du système Tunisien............................................................................................23
2.3 LA PRE-INSCRIPTION ......................................................................................................................23
2.3.1 Spécificités du système Algérien ............................................................................................23
2.3.2 Spécificités du système Marocain ..........................................................................................23
2.3.3 Spécificités du système Tunisien............................................................................................23
2.4 L’INSCRIPTION ADMINISTRATIVE ...................................................................................................24
2.4.1 Spécificités du système Algérien ............................................................................................24
2.4.2 Spécificités du système Marocain ..........................................................................................24
2.4.3 Spécificités du système Tunisien............................................................................................24
2.5 L’INSCRIPTION PEDAGOGIQUE........................................................................................................24
2.5.1 Spécificités du système Algérien ..........................................................................................24
2.5.2 Spécificités du système Marocain ..........................................................................................24
2.5.3 Spécificités du système Tunisien............................................................................................24
2.6 LA REINSCRIPTION .........................................................................................................................25
2.6.1 Spécificités du système Algérien ............................................................................................25
2.6.2 Spécificités du système Marocain ..........................................................................................25
2.6.3 Spécificités du système Tunisien............................................................................................25
2.7 LA GESTION DES GROUPES .............................................................................................................25
2.7.1 Spécificités du système Algérien ............................................................................................25
2.7.2 Spécificités du système Marocain ..........................................................................................25
2.7.3 Spécificités du système Tunisien............................................................................................25
2.8 LA GESTION DES EMPLOIS DES TEMPS.............................................................................................26
2.8.1 Spécificités du système Algérien ............................................................................................26
2.8.2 Spécificités du système Marocain ..........................................................................................26
2.8.3 Spécificités du système Tunisien............................................................................................26
2.9 LA GESTION DES EXAMENS.............................................................................................................27
2.9.1 Spécificités du système Algérien ............................................................................................27
2.9.2 Spécificités du système Marocain ..........................................................................................27
2.9.3 Spécificités du système Tunisien............................................................................................27
2.10 LA GESTION DES NOTES, RESULTATS ET DELIBERATION .................................................................27
2.10.1 Spécificités du système Algérien ............................................................................................27
2.10.2 Spécificités du système Marocain ..........................................................................................27
2.10.3 Spécificités du système Tunisien............................................................................................27
2.11 LA GESTION DES STAGES ................................................................................................................28
2.11.1 Spécificités du système Algérien ............................................................................................28
2.11.2 Spécificités du système Marocain ..........................................................................................28
2.11.3 Spécificités du système Tunisien............................................................................................28
3. BESOINS NON FONCTIONNELS ...................................................................................................29
3.1 VOLUME D’INFORMATION ..............................................................................................................29
3.2 CHARTE GRAPHIQUE .......................................................................................................................29
3.3 SCHEMA DE DEVELOPPEMENT ........................................................................................................29

3/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

1. Introduction

1.1 Objet et Contexte du projet

Ce projet a pour objectif de créer une synergie entre les compétences et les ressources au
sein des universités et écoles nord-africaines avec les développeurs afin de développer une
application de gestion de la scolarité universitaire adaptée à la région et qui soit entièrement
libre

1.2 Références documentaires


Le tableau suivant liste tous les documents servant de référence pour la constitution de du
présent document:

Document Révision Localisation


Les documents adoptés lors des premières assises Maroc
nationales pédagogiques marocaines qui se sont tenues à
Marrakech les 16 et 17 janvier 2003.

• Architecture pédagogique globale et


les dénominations des diplômes
nationaux.
• Le cahier national des normes
pédagogiques
• Les descriptifs des modules et filières

Dahir n° 1-00-199 du 15 safar 1421 (19 mai 2000) Maroc


portant promulgation de la loi n° 01-00 portant
organisation de l'enseignement supérieur

Le document "Projet de termes de références Maroc


techniques pour l'application de gestion des
étudiants du supérieur" publié par la Direction de la
Formation des Cadres au Ministère de l'Enseignement
Supérieur, de la Formation des Cadres et de la
Recherche Scientifique
Dossier du projet de licence « MIAS » du département Algérie
informatique de l’université d’Es-Sénia, Novembre
2005.
Dossier de réforme LMD de la commission nationale Algérie
Mathématiques Informatique, Avril 2004.
Arrêté ministériel du 23 JAN 2005 du ministère Algérie
Algérien de l’enseignement supérieur et de la recherche
scientifique

4/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

2. Besoins Fonctionnels

2.1 Généralités
L’étudiant est au cœur su système LMD. Le Système devra permettre de visualiser et
d’éditer les principales informations administratives, d’état-civil et pédagogiques concernant
un étudiant.

Le Système devra permettre de décrire l’organisation des enseignements d’un établissement


et ses évolutions.

Le Système devra permettre une modélisation de l’établissement et de son organisation. Les


objectifs de cette modélisation sont :
o définir la cartographie générale de l’établissement
o renseigner les règles de gestion internes
o définir les types d’utilisateurs, les habilitations
o offrir une visibilité et une maîtrise du contenu pédagogique dispensé par un
établissement
o fournir un dispositif permettant les actions de pilotage
o disposer d’un moyen d’information de l’étudiant sur les enseignements
dispensés, les cursus,
o prendre en compte la diversité des enseignements et des établissements
(intégrer la rénovation des premiers et la diversité des seconds)

Le Système devra permettre de définir et de décrire les différentes formes de contrôle de


connaissance. Les objectifs de ce besoin sont de :
o décrire pour chaque enseignement quelle sanction (note ou résultat) est
attendue
o décrire la gestion de ces informations, entre les deux sessions, pour l’année
suivante ou celles d’après
o décrire la prise en compte de ces informations pour l’évaluation de l’élément
supérieur
o permettre la mise en œuvre de modalités différentes selon certaines
populations d’étudiants
o permettre les modifications éventuelles de ces règles

5/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

Le système devra être capable de délivrer des diplômes intermédiaires, par exemple, un
diplôme de DEUG à un étudiant inscrit en Licence

Le Système devra permettre la semestrialisation comme notion temporelle. Les textes


n’imposent pas deux inscriptions administratives par an. Par contre, la compensation
semestrielle a un impact sur l’inscription pédagogique, dont la semestrialisation semble
incontournable. La délivrance des diplômes, les sessions d’examen, sont également
affectées…

La semestrialisation n’est toutefois pas synonyme de répétition des programmes


pédagogiques chaque semestre. Le système devra être en mesure d’implémenter les
différents scénarios possibles.

Par ailleurs, il est prévisible que les établissements auront de plus en plus à communiquer
autour de leur offre de formation. Le système devra être capable de synthétiser l’offre de
formation qui est modélisée, pour la restituer dans un format lisible, et éventuellement la
communiquer, par exemple vers les cellules d’information et d’orientation des
établissements de l’enseignement secondaire.
L’aspect sécurité dans le système est incontournable pour hiérarchiser les responsabilités, et
faciliter l’affectation des tâches. Une telle sécurité aiderait nécessairement dans la
structuration et la modernisation des services de scolarité.
L’architecture du système autour d’un noyau commun minimal, et d’un ensemble de
modules optionnels, permettrait de fournir une offre adaptable aux spécificités de chaque
établissement, et permettrait également de cibler des établissements de taille plus modeste

2.2 BESOINS GÉNÉRAUX

2.2.1 Spécificités du système Algérien

2.2.1.1 Présentation de l'enseignement supérieur et de l'université

L'université algérienne définit ses missions en essayant de réunir deux tendances, celle qui
prône une mission classique en insistant sur un enseignement fondamental qui consiste en un
développement d'un savoir pur et l'autre tendance qui défend une mission plus
contemporaine mettant en avant le développement d'un savoir faire et l'importance des
objectifs de professionnalisation des universités.
L'enseignement supérieur comprend l'enseignement supérieur public (pas d’enseignement
supérieur privé à l’heure actuelle).

6/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

Les acteurs gestionnaires de l’université sont :


- Le service scolarité
- Les enseignants
- Les étudiants
- Le service Statistiques
- Les ressources matérielles (salles TD, salles TP, Amphis, …)

- Pas de Service des bourses (géré en Algérie par le Centre des Œuvres Universitaires
et scolaires, C.O.U.S)
- Le service ressources humaines
- Les bibliothèques universitaires
- Le service comptable au cas où il y a encaissement des droits d’inscription
Nous détaillons ci-dessous le service de scolarité qui joue un rôle noyau dans la saisie et la
maintenance des informations dont ont besoin les acteurs gestionnaires.

La scolarité
Sa mission s’articule autour des tâches vitales à l’université :
• la gestion du calendrier de l’année universitaire,
• les inscriptions,
• la gestion des dossiers de transfert (arrivée, départ),
• l’organisation matérielle des examens (réservation d’amphithéâtres, etc.),
• la délivrance des diplômes,
• le respect du règlement interne à l’université,
• les liaisons avec les différents services du ministère, comme par exemple
l’établissement des statistiques, etc.

L’organigramme de toute scolarité se présente comme suit :


• Chef : Sa mission est de coordonner l’ensemble des actions de la scolarité
• Adjoint chef : Sa mission est d’aider à la bonne marche et de programmer les
examens, les soutenances…etc
• Secrétariat
• Transfert et délivrance des diplômes
• Guichet de la scolarité : Sa mission est de recevoir les personnes physiques en vue de
leur inscriptions/réinscriptions

7/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

2.2.1.1.1 DESCRIPTION DU SYSTÈME LMD ‘Licence –Master–Doctorat’


Le système LMD a été adopté récemment en Algérie comme le dispositif future sur lequel
doit fonctionner l’université Algérienne au niveau de toutes les formations. Une échéance à
l’année 2008 a été fixée par le ministère pour que l’ensemble de toutes les universités ait
adopté ce système.

La Réforme de l’Enseignement Supérieur dite “Réforme du LMD”, vise à une harmonisation


des cursus d’enseignement supérieur dans un souci de meilleure lisibilité et de facilité de
comparaison des dispositifs et des contenus de formation et des diplômes au niveau national
et international. Elle doit faciliter la mobilité des étudiants. Elle place l’étudiant au centre du
système éducatif en comptabilisant complètement son travail, adaptant les cursus à sa
demande d’enseignement plus transdisciplinaire et professionnelle. Ainsi, on sort d’une
logique centrée sur l’offre pour aller vers une logique centrée sur la demande, où les
étudiants composent leurs cursus avec l’aide de la communauté ou équipe pédagogique. De
ce fait, on doit faire de l’étudiant, quelqu’un qui soit capable d’être responsable de son
parcours pédagogique.

La mise en place de la réforme à l’Université Algérienne est l’occasion de rénover nos


pratiques pédagogiques pour enseigner autrement, de façon plus efficace, et de dispenser une
véritable méthodologie de travail universitaire en s’appuyant sur de nouveaux espaces
pédagogiques et centres de ressources (salles libre-accès, centres de documentation, plates-
formes technologiques, lieux d’autoformation, …). Les formations doivent rester ouvertes à
tous les publics en donnant à chacun une opportunité de réussite dans la vie professionnelle
grâce à des orientations raisonnées et à des passerelles. Ces mêmes formations doivent
s’adapter à la diversité des publics en proposant des parcours personnalisés en fonction de
leurs aptitudes tout en développant le recours aux Technologies d’Information et de
Communications Educatives (TICE), à l’enseignement en ligne (e-learning) et à
l’Enseignement ouvert à Distance (EAD).

L’axe majeure de la Réforme s’appuie sur


• une architecture des études fondée principalement sur l’obtention de trois
diplômes LMD (Licence Master Doctorat) structurant l’enseignement
supérieur
• Une organisation en semestres et en unités d’enseignements capitalisables et
transférables. L’acquisition de l’unité d’enseignement est définitive et pourra
donc être utilisée dans un autre cursus de formation.
• Adoption d’un système de crédits accompagné de la délivrance d’une
annexe descriptive aux diplômes afin d’assurer leur lisibilité au plan national
et international.

8/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

ORGANISATION DU PARCOURS DE LA LICENCE


La formation de la Licence dont les objectifs poursuivis sont l’acquisition
progressive des connaissances et compétences spécifiques aux diverses options de
licence ou nécessaires à l’acquisition d’une qualification professionnelle, est organisée
de deux cycles:
◊ Le cycle d’intégration ou d’orientation, organisé sur 2 semestres assure la
transition entre le Lycée et l’Université. Chaque semestre est organisé sur 12 à 16
semestres permettant d’obtenir 30 crédits. Les objectifs poursuivis sont
l’approfondissement des fondamentaux des disciplines concernées par le diplôme,
l’évaluation des aptitudes et des motivations des étudiants et l’apprentissage des
méthodes de travail universitaire, ainsi qu’à l’initiation à la méthodologie de la vie
universitaire et sa découverte.
◊ Le cycle d’une formation plus spécifique, offrant deux types de licence :
- Une licence “académique” consacrée par un diplôme de Licence
permettant un accès direct à des études universitaires plus longues et
plus spécialisées “Master”, et dont les programmes sont définis par les
commissions nationales habilitées.

- Une licence à option dite “professionalisante” et “qualifiante” consacrée


par un diplôme de licence permettant une insertion directe dans le
monde de travail et dont les programmes sont définis par des équipes
pédagogiques locales à l’établissement universitaire en étroite
collaboration avec le secteur utilisateur. Cela permettra également la
valorisation de cette licence sur le marché du travail, qui correspond à
un niveau demandé par les professionnels.

Le cursus de Licence est constitué d’un ensemble cohérent d’unités


d’enseignement (UE) articulées selon une logique de progression, orientation puis
spécialisation, prenant en compte la diversité des publics et de leurs besoins et le projet
professionnel et personnel de l’étudiant.

Une UE peut représenter un ensemble de cours-TD-TP, des cycles de séminaires,


la réalisation d’un projet ou un stage ou toute autre association de ces activités. Une UE
peut être divisée en modules ou éléments constitutifs non échangeables.

Chaque UE ou un élément constitutif d’une UE est affectée d’une valeur en


crédits. Les crédits sont affectés en fonction du volume d’activités requis de l’étudiant
pouvant inclure travail personnel, mémoire, projet, … et pas seulement par rapport à un
volume d’heures d’enseignement dispensées. Ces crédits concernent toutes les fomes
d’enseignement : présentiel, ouvert, à distance, …

Ainsi, le cursus qui conduit au diplôme de Licence, 180 crédits, se déroule sur 6
semestres. A l’issue de la période d’intégration scientifique généraliste, une orientation
progressive s’effectue, au fur et à mesure de l’élaboration du projet personnel et
professionnel, sur la base du choix d’un ensemble d’unités d’enseignements approprié.

9/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

Normes relatives au régime des études et aux évaluations Cycles Licence


Le système d'évaluation est détaillé dans l'arrêté ministériel du 23 janvier 2005. Nous
reprenons ici ses éléments essentiels.
• L'ensemble des UE d'un semestre totalise 30 crédits; la licence se fait en 6 semestre.
L'étudiant doit donc capitaliser 180 crédits pour avoir la licence du parcours.
• Les modalités d'examination de l'étudiant doivent être établies et unifiées au niveau
de l'établissement : un contrôle continu et régulier, un examen final, ou les deux
modes de contrôle combinés. Le mode de contrôle continu et régulier fait l'objet
autant que possible d'une application prioritaire.
• Les établissements s'enseignement supérieur publient en début de semestre
l'indication du nombre des épreuves, leur nature, leur durée ainsi que le ou les modes
de contrôle adoptés et la pondération appliquée. La pondération se porte sur la nature
des épreuves et sur les modes de contrôle adoptés.
• L'étudiant peut compenser au sein de la même UE, mais ne peut en aucun cas
compenser entre les UE. Cependant il y a un seul moyen de compensation proposé
par l'arrêté du 23 JAN 2005 qui est le suivant : La moyenne générale, calculée sur la
base des moyennes obtenues aux unités d'enseignements composant le semestre,
pondérées par leurs coefficients respectifs, est supérieure à 10/20.
• En cas d'échec à la première session, l'étudiant se présente à la deuxième session à
des épreuves d'examen relatives aux unités d'enseignement non acquises. L'étudiant
garde le bénéfice des matières de l'unité d'enseignement pour lesquelles il a obtenu
une moyenne >= 10/20. Il doit se présenter aux épreuves d'examen des matières non
acquises.
• A l'issu de la deuxième session, l'unité d'enseignement est acquise si la moyenne
générale est >= 10/20. Dans le cas où la moyenne générale obtenue est inférieure à
10/20, les matières pour lesquelles la moyenne obtenue est >= à 10/20 sont
considérées comme acquises.
• La progression du premier au second semestre d'une même année universitaire est de
droit pour tout étudiant inscrit dans le même parcours.
• La progression de la première à la deuxième année de la licence est de droit si
l'étudiant a acquis les deux premiers semestres du cursus de formation. Cependant, la
progression de la première à la deuxième année au sein du même parcours de
formation, peut être autorisé pour tout étudiant ayant acquis au moins 30 crédit, et ce,
après étude par l'équipe de formation.

10/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

• La progression de la deuxième année à la troisième année est de droit si l'étudiant a


acquis les quatre premiers semestres du cursus de formation. Cependant la
progression de la deuxième à la troisième peut être accordé à tout étudiant ayant
validé 80% des crédits après étude de l'équipe de formation.
• Les étudiants non admis à progresser en deuxième année ou en troisième année d'un
parcours de formation, sont selon le cas autorisés à se réinscrire dans le même
parcours ou orientés vers un autre parcours de formation.

ORGANISATION DU PARCOURS DU MASTER

Le Master est le deuxième diplôme ou grade du cycle d’enseignement supérieur


conduisant aux études doctorales ou à une activité professionnelle de haut niveau. Cette
période permet de préparer l’étudiant à l’entrée dans la vie active en tant que cadre de la
recherche ou de l’entreprise. L’accès au Master se fait après obtention du grade de
Licence. Il est donc accessible à tout étudiant détenteur d’une licence académique, et
n’exclut pas pour autant les titulaires d’une licence à option “professionnalisante” qui
pourront revenir à l’Université après un passage dans la vie professionnelle.
Le parcours de formation au sein d’un Master, est conçu et organisé comme un
ensemble cohérent, continu de 4 semestres. Les deux premiers semestres (60 crédits)
doivent permettre une progression maîtrisée vers une formation à la recherche ou une
spécialisation professionnelle lors des deux derniers semestres (60 crédits).

LE DOCTORAT

La formation doctorale d’une durée minimale de trois (03) années devra assurer à la
fois un approfondissement des connaissances dans la spécialité et une formation par et
pour la recherche (développement des aptitudes à la recherche, sens du travail en
équipe, …).
Cette formation est sanctionnée par un diplôme de Doctorat après soutenance d’une
thèse devant un jury habilité.

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DU DISPOSITIF LMD

En plus des avantages d’une architecture des formations Simple et Lisible limitées à
trois types de diplômes, le dispositif LMD s’appuie sur une vision de l’offre de formations
plus cohérentes. Ces offres se présentent par domaines et s’organisent sous forme de
parcours types.

11/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

LES DOMAINES DE FORMATION :


La nouvelle offre de formation est organisée à l’intérieur de grands domaines. Un
domaine est un regroupement de plusieurs disciplines en un ensemble cohérent du point de
vue de débouchés professionnels auquel il conduit. Les domaines ou familles de filières
sont :
• Sciences de la Matière (SM) : Physique-Chimie
• Mathématiques Informatique et Applications aux Sciences (MIAS) :
Maths-Informatique
• Sciences de la Vie (SV) : Biologie, Biochimie, Sciences de la Mer
• Sciences de la Santé : Médecine-Pharmacie-Chirurgie Dentaire
• Sciences de la Terre et de l’Univers (STU) : Géologie, Aménagement, Mines
• Sciences et Technologie Pour l’Ingénieur (STPI) :
Electronique, Electrotechnique, Electromécanique, Génie civil, Hydraulique,
Métallurgie, Mécanique, Génie des Procédés
• Sciences Economiques Commerciales et de Gestion
• Sciences Juridiques , Administratives et politiques : Droit – Sciences politiques
• Sciences Sociales : Sociologie-Psychologie-Communication
• Sciences Islamiques
• Langue Arabe , Traduction et Arts : Langue arabe - Traduction
• Langues etrangères : Langue Française-Langue Anglaise-Langue Italienne
• Architecture

Dans chaque domaine sont définis des parcours types pouvant correspondre à des spécialités
ou options.

LES PARCOURS TYPES

Un parcours type est une combinaison cohérente d’unités d’enseignement établi selon
des modalités définies par les équipes pédagogiques et en fonction d’un objectif. Il est validé
par une commission nationale d’habilitation au niveau de la tutelle. Les divers parcours
permettent d’une part l’orientation progressive de l’étudiant en fonction de son projet
personnel et professionnel et d’autre part la prise en compte de la diversité des publics et de
leurs motivations et besoins.

Il est à noter que les commissions nationales habilitées sont chargées de l’élaboration des
programmes des licences académiques tandis que les programmes des licences à option ou
“professionnalisantes” pour l’ensemble des disciplines sont laissés à la charge des équipes
pédagogiques des établissements tout en respectant le programme commun (les premiers
semestres communs) pour assurer la mobilité et les passerelles.

12/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

Par ailleurs, et selon les orientations de la nouvelle architecture des enseignements, les
programmes doivent êtres élaborés en tenant compte des faits suivants :
- Volume horaire hebdomadaire = 25h maximum
- Les enseignements sont semestriels
- la durée d’un semestre = 14 à 18 semaines
- Les unités d’enseignement (UE) composant les deux premiers semestres
doivent être classés en :
* Unité d’Enseignement fondamental (de base)
* Unité d’Enseignement de découverte
* Unité d’Enseignement méthodologique
* Unité d’Enseignement transversal (culture générale)

Chaque unité d’enseignement devra être quantifiée par


un nombre de crédits (un crédit = 15 h d’apprentissage
présentiel + 7h de travail personnel environ)

- Pour la deuxième année, on doit proposer des enseignements spécifiques


à la discipline respective, tout en tenant compte des besoins des autres
disciplines.
- La troisième année (Licence académique) comporte des enseignements
de base et enseignements à option choisis par la structure locale
(département, Institut, …) en fonction des possibilités locales et de
l’orientation locale.
- En parallèle avec la licence académique, l'initiative est laissée aux
départements d'offrir des formations spécifiques (pendant 2 , 3 ou 4
derniers semestres) sur la base des programmes de la commission
nationale.

13/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

2.2.2 Spécificités du système Marocain

2.2.2.1 Présentation de l'enseignement supérieur et de l'université


L'enseignement supérieur comprend l'enseignement supérieur public et l'enseignement
supérieur privé.
Il a pour objet :
o la formation des compétences et leur promotion ainsi que le développement et la
diffusion des connaissances dans tous les domaines du savoir;
o la contribution aux progrès scientifique, technique, professionnel, économique et
culturel des Nations, en tenant compte des besoins du développement économique et
social;
o la maîtrise et le développement des sciences, des techniques et du savoir-faire, par la
recherche et l'innovation ;
L'enseignement supérieur public est assuré dans les universités ainsi que dans les
établissements d'enseignement supérieur ne relevant pas des universités.
Les enseignements sont dispensés dans les facultés, les écoles d'ingénieurs précédées de
classes préparatoires, les écoles et instituts supérieurs, les institutions de formation de cadres
pédagogiques et de formation de techniciens spécialisés ou équivalents.
L'enseignement supérieur public peut également être assuré dans des cycles spécifiques de
préparation aux métiers organisés, soit au sein des universités, soit au sein d'institutions
supérieures existantes ou spécialement créées à cet effet. Les universités ont pour missions
principales :
- la contribution au renforcement de l'identité islamique et nationale ;
- la formation initiale et la formation continue ;
- le développement et la diffusion. du savoir, de la connaissance et de la culture;
- la préparation des jeunes à l'insertion dans la vie active notamment par le
développement des savoir-faire ;
- la recherche scientifique et technologique ;
- la réalisation d'expertises ;
- la contribution au développement global du pays ;
- la contribution à la promotion des valeurs universelles
Les universités ont vocation normale à dispenser tous enseignements et formations initiales
et à préparer et délivrer les diplômes y afférents.

Elles organisent des formations continues au profit des personnes engagées ou non dans la
vie active pour répondre à des besoins individuels ou collectifs.
14/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

Les universités sont pluridisciplinaires et peuvent, le cas échéant, être spécialisées. Elles
regroupent des établissements d'enseignement, de formation et de recherche ci-après
désignés « établissements universitaires», ainsi que des services d'université et des services
communs.
Les établissements universitaires sont créés sous forme de facultés, d'écoles ou d'instituts. Ils
constituent les structures d'enseignement supérieur et de recherche de l'université.

Ils regroupent des départements correspondant à des disciplines et des champs d'étude et de
recherche et des services. Ils peuvent également créer, après accord du conseil de
l'université, des centres d'enseignement, de formation, d'études et/ou de recherche.

Sont considérés comme étudiants au sens de loi, les bénéficiaires de services d'enseignement
et de la recherche régulièrement inscrits dans les établissements d'enseignement supérieur
public et privé en vue de la préparation d'un diplôme en formation initiale.

La Scolarité

La gestion de la scolarité et de la pédagogie est l'une des principales préoccupations des


établissements d'enseignement. Elle concerne un large public, depuis les futurs élèves de
l'établissement, jusqu'aux responsables des services administratifs. Nous pouvons distinguer
cinq groupes d'individus en fonction de leurs activités socioprofessionnelles : les personnes
susceptibles de devenir les futurs étudiants de l'établissement, les étudiants qui suivent des
enseignements sanctionnés ou non par un diplôme, les enseignants qui dispensent un ou
plusieurs enseignements, le personnel administratif qui assure le fonctionnement des services
de scolarité et de pédagogie, et les personnes en charge de la direction de l'établissement. Les
besoins de chacun de ces groupes sont différents et cette diversité entraîne un élargissement
du champ d'activité de la gestion de la scolarité, depuis la gestion administrative des
dossiers, en passant par la comptabilité, la pédagogie, l'enseignement, jusqu'à la mise en
place d'actions de communication internes et extérieures à l'établissement. Le personnel
administratif joue un rôle pivot dans le fonctionnement de la scolarité. Il doit non seulement
gérer les dossiers au quotidien, mais diffuser l'information en fonction des demandes. Il est
en contact avec l'ensemble des usagers, depuis les futurs étudiants jusqu'aux directeurs de
l'établissement. Outre le travail classique de gestion, la scolarité a de plus en plus une
fonction de communication et de diffusion de l'information
La gestion de la scolarité fait intervenir un nombre important d’acteurs, en interne comme en
externe.

15/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

Les acteurs alors au niveau de l’établissement sont :


- Le service scolarité
- Les enseignants
- Les étudiants
- Le service Statistique
- Service des bourses
- Le service ressources humaines
- Les bibliothèques universitaires
- Le service comptable au cas où il y a encaissement des droits d’inscription

Les acteurs externes sont les suivants :


- Le Ministère, qui communique les arrêtés, reçoit les données statistiques, et intervient
sur de multiples autres aspects, comme l’habilitation des diplômes
- Les entreprises
- Les collectivités locales

2.2.2.2 DESCRIPTION DU SYSTÈME LMD ‘Licence –Master–Doctorat’

2.2.2.2.1 Fonctionnement Général


Les enseignements dispensés par les établissements universitaires sont organisés en cycles,
filières et modules, et sanctionnés par des diplômes nationaux.

La durée de chaque cycle et l'intitulé des diplômes correspondants sont fixés par voie
réglementaire.

Les filières de formation sont constituées de modules obligatoires communs à toutes les
universités et de modules optionnels qui traduisent la diversité entre les universités dans le
respect du libre choix de l'étudiant.

Ces enseignements doivent:


- comporter des troncs communs et comporter des passerelles entre les différentes filières et
entre les différents établissements;
- asseoir le cursus des étudiants sur l'orientation, l'évaluation et la réorientation ;
- baser l'acquisition des modules sur des évaluations régulières et capitaliser les modules
acquis.

16/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

Les universités peuvent dans les conditions prévues par leur règlement intérieur, instaurer
des diplômes d'université dans le domaine de la formation initiale et dans celui de la
formation continue.

L’organisation des formations en semestres est un des aspects majeurs de la réforme. De ce


fait, le semestre est l’unité temporelle du LMD.

Les semestres sont divisés en unités d’enseignement et Les unités d’enseignement sont elles-
mêmes divisées en modules d’enseignement qui remplacent les matières.

2.2.2.2.2 Normes Relatives aux Modules

Le module est l’unité fondamentale du système de formation. Il comprend un à quatre


éléments de module qui peuvent être enseignés dans une ou plusieurs langues ; un élément
de module peut être soit une matière enseignée sous forme de cours théoriques et/ou de
travaux dirigés et/ou de travaux pratiques, soit une activité pratique consistant en travaux sur
le terrain, en projet ou en stage.

Une activité pratique peut constituer une partie d’un module, un module entier ou plusieurs
modules. Les différents éléments d’un module constituent une unité cohérente.

L’intitulé d’un module reflète son contenu et ses objectifs.

Un module d’enseignement s’étale sur un semestre et correspond à un volume horaire


minimum de 75 heures d’enseignement et d’évaluation.

Un module relève d’un département. Cependant, d’autres départements peuvent y contribuer.

Le module fait l’objet d’un descriptif détaillé précisant en particulier :

- Les objectifs ;

- Les pré-requis éventuels ;

- Les éléments du module et leurs contenus ;

- Les modalités d'organisation des activités pratiques ;

- La démarche didactique et les moyens pédagogiques requis pour son enseignement ;

- Les modes d’évaluation appropriés

- La méthode de calcul de la note du module ;

- Le nom du responsable du module.

17/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

2.2.2.2.3 Normes Relatives Aux Filières

Une filière est un cursus de formation comprenant un ensemble cohérent de modules pris
dans un ou plusieurs champs disciplinaires et ayant pour objectif de faire acquérir à
l’étudiant des connaissances, des aptitudes et des compétences.

L’intitulé reflète les objectifs et le contenu de la filière.

Une filière de Licence comporte six semestres : 4 semestres pour l’obtention du DEUG ou
du DEUP suivis d’un semestre d’études fondamentales et d’un semestre de spécialisation.
Les quatre semestres du DEUG ou du DEUP consistent en un semestre d’initiation, un
semestre de détermination et deux semestres d’approfondissement pour les filières à
caractère général, ou de professionnalisation pour les filières à caractère professionnalisant.

Chaque semestre comprend au moins 3 modules avec un volume horaire global semestriel de
360 heures minimum.

Une filière est constituée d’au moins 70% de modules obligatoires constituant le tronc
commun (modules majeurs). Ces modules sont suivis par tous les étudiants inscrits à cette
filière. Les modules restants sont soit à option et choisis dans une liste de modules de
spécialisation soit libres et choisis dans une liste de modules d’ouverture.

Toute filière prévoit des passerelles avec d’autres filières afin de permettre à un étudiant,
tout en conservant ses acquis, de se réorienter au sein d’un même établissement ou d’un
établissement à un autre.

Une filière est rattachée administrativement à un établissement universitaire et elle est


conforme à la vocation et aux missions de cet établissement. Ces modules peuvent être
assurés par un ou plusieurs départements, voire plusieurs établissements d'enseignement
supérieur.

La demande d’accréditation d’une filière est présentée sous forme d’un descriptif détaillé
précisant notamment :
- Les objectifs de la formation ;
- Les pré-requis d’accès ;
- Une liste ordonnée des modules, indiquant ceux qui sont obligatoires (modules
majeurs) et ceux qui sont à option (modules de spécialisation ou d’ouverture) ;
- Les noms du coordonnateur pédagogique de la filière et des responsables des
modules et dans la mesure du possible des intervenants dans la formation;
- La liste des partenaires potentiels ;
- Les moyens logistiques et matériels disponibles ;
- Les débouchés de la formation.
L’accréditation est accordée pour une durée de quatre années. Elle est renouvelable après
évaluation.

18/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

2.2.2.2.4 Normes relatives au régime des études et aux évaluations Cycles Licence
Le cycle de la Licence comprend six semestres dont les quatre premiers sont consacrés au
DEUG ou au DEUP.

L’année universitaire est composée de 2 semestres comprenant chacun 16 semaines


d’enseignement et d’évaluation.

Conditions d’accès

a. Accès aux études universitaires :


L’accès aux études universitaires est ouvert aux titulaires de la série du baccalauréat
satisfaisant aux critères d’admission définis par l’université pour chacun de ses
établissements.

b. Accès à une filière :


Pour l’accès à une filière, des conditions pédagogiques spécifiques sont élaborées par
l’équipe chargée de l’encadrement pédagogique et adopté conformément aux dispositions de
la loi. Ces conditions sont spécifiées dans le descriptif de la filière.

c. Inscription à un semestre :
L’inscription à un semestre nécessite la satisfaction des pré-requis éventuels des modules le
composant.
Un module validé par compensation satisfait les pré-requis pour l’inscription dans un autre
module.
L’évaluation des connaissances, des aptitudes et des compétences pour chaque module
s’effectue sous forme de contrôle continu qui peut prendre la forme d’examens de tests, de
devoirs, d’exposés, de rapports de stage ou de tout autre moyen de contrôle. Toutefois, si
besoin est, outre le contrôle continu un examen final pondéré peut être organisé.

Chaque établissement élabore un règlement de l’évaluation des connaissances, des aptitudes


et des compétences qui est porté à la connaissance des étudiants. Ce règlement porte, entre
autres, sur les modalités d’évaluation, les fraudes, les retards, les absences et les modalités de
consultation des copies par les étudiants.

La note d’un module est une moyenne pondérée des différentes évaluations du module ou
des éléments qui le composent. La pondération tient compte de la nature de l’évaluation et
des volumes horaires des différentes composantes ainsi que de leur nature.
Un module est validé si sa note est supérieure ou égale à 10 sur 20 et si aucune note de l’un
des éléments le composant n’est inférieure à une note limite précisée dans le descriptif de ce
module.

Les étudiants n’ayant pas validé un module et ayant obtenu une note à ce module supérieure
ou égale à 5 sur 20 sont autorisés à passer un contrôle de rattrapage selon les modalités
arrêtées par chaque université. Ils peuvent conserver, pour ce rattrapage, les notes obtenues
dans les éléments du module qui sont supérieures ou égales à 10 sur 20.
19/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

L’université fixe les conditions de réinscription à un module non validé.

Un semestre de cycle de licence est validé si la moyenne obtenue dans les modules du
semestre est au moins égale à 10 sur 20 et si aucune note de l’un de ces modules n’est
inférieure à 5 sur 20.

Pour chaque filière et pour chaque semestre, le jury de semestre est composé du
coordonnateur pédagogique de la filière, président, des responsables des modules de la filière
dispensés au cours du semestre et d’enseignants qui assurent l’encadrement de ces modules.

Le jury arrête, pour chacun des modules précités, la liste des étudiants ayant validé le
module. Il communique à la commission d’orientation de l’établissement des appréciations
et des propositions relatives à l’orientation ou à la réorientation des étudiants concernés.

Une filière de Cycle Licence est validée si l’une des conditions suivantes est satisfaite :
o Tous les modules de la filière sont validés.
o Tous les semestres sont validés

Une filière validée donne droit au diplôme correspondant.

Le diplôme de fin de cycle est délivré avec l’une des mentions suivantes :
- « Très bien » si la moyenne générale des notes des modules est au moins égale à 16 sur 20 ;
- « Bien » si cette moyenne est au moins égale à 14 sur 20 et inférieure à 16 sur 20 ;
- « Assez bien » si cette moyenne est au moins égale à 12 sur 20 et inférieure à 14 sur 20 ;
- « Passable » si cette moyenne est au moins égale à 10 sur 20 et inférieure à 12 sur 20.

Les filières de Licence sont sanctionnées selon le cas soit par le Diplôme de Licence
d'Etudes Fondamentales soit par le Diplôme de Licence Professionnelle.

Les diplômes intermédiaires de DEUG et de DEUP sanctionnent respectivement les filières


d’études générales et les filières d’études professionnelles.

Pour chaque filière, le jury des délibérations pour l’attribution du diplôme est composé du
coordonnateur pédagogique de la filière, président, des responsables des modules de la filière
et d’enseignants participant à l’encadrement de la filière. Le jury arrête, après délibérations,
la liste des étudiants admis au diplôme de la filière et attribue les mentions.

20/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

2.2.2.2.5 Normes relatives au régime des études et aux évaluations Cycles Master
Le programme du cycle de Master a pour objectifs la formation de cadres supérieurs avec
un haut niveau de qualification. Il prépare aussi à la poursuite des études doctorales.
Deux types de Master sont offerts :
 Le Master spécialisé, à finalité principalement professionnelle.
 Le Master, à finalité recherche, préparant principalement aux études doctorales.

Le cycle du Master comprend quatre semestres après la Licence.

L’année universitaire est composée de 2 semestres comprenant chacun 16 semaines


d’enseignement et d’évaluation.
Conditions d’accès :
a- accès aux formations Master

L’accès aux formations du cycle de Master est ouvert aux titulaires :

- de la licence dans le domaine de formation du Master ou d’un diplôme reconnu


équivalent satisfaisant aux critères d’admission prévus dans le descriptif de la filière.

- de diplômes d’un niveau au moins équivalent à celui de la licence, sur étude de dossier
et/ou par voie de concours, et satisfaisant aux critères d’admission prévus dans le
descriptif de la filière.

Les critères d’admission sont proposés par l’équipe pédagogique de la filière et adoptés
conformément aux dispositions de la loi en vigueur.
b- Inscription à un module

L’inscription aux modules d’un semestre du cycle de Master ou de Master Spécialisé


nécessite la satisfaction de pré-requis de ces modules, spécifiés dans leurs descriptifs
correspondants.

- Dans la limite des semestres de réserve, et sauf dérogation octroyée par le chef de
l’établissement, l’étudiant s’inscrit, au maximum, deux fois à un même module.
Sauf dérogation du chef de l’établissement, l’étudiant bénéficie, au maximum de deux
semestres de réserve.

L’évaluation des connaissances, des aptitudes et des compétences pour chaque module
s’effectue sous forme de contrôle continu qui peut prendre la forme d’examens, de tests, de
devoirs, d’exposés, de rapports de stage ou de tout autre moyen de contrôle précisé dans le
descriptif. Toutefois, si besoin est, outre le contrôle continu un examen final pondéré peut
être organisé.

21/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

Chaque établissement élabore un règlement de l’évaluation des connaissances, des aptitudes


et des compétences qui est porté à la connaissance des étudiants. Ce règlement porte, entre
autres, sur les modalités d’évaluation, les fraudes, les retards, les absences et les modalités de
consultation des copies d’examens par les étudiants.

La note d’un module est une moyenne pondérée des différentes évaluations du module ou
des éléments qui le composent. La pondération tient compte de la nature de l’évaluation et
des volumes horaires des différentes composantes ainsi que de leur nature.
Un module est validé si sa note est supérieure ou égale à 10 sur 20 et si aucune note de l’un
des éléments le composant n’est inférieure à une note limite précisée dans le descriptif de ce
module.

Les étudiants n’ayant pas validé un module sont autorisés à passer un contrôle de rattrapage
selon les modalités arrêtées au niveau de chaque université. Il peut être exigé pour ce module
une note minimale requise pour qu’un étudiant soit autorisé à passer un contrôle de
rattrapage. Les étudiants peuvent conserver, pour ce rattrapage, les notes obtenues dans les
éléments du module qui sont supérieures ou égales à 10 sur 20.

Les conditions de réinscription à un module non validé sont fixées au niveau de l’université.

Une filière de cycle Master ou Master Spécialisé est validée si tous les modules de la filière
sont validés.

Une filière validée donne droit selon le cas à l'un des deux diplômes suivants :
− Le Diplôme de Master

− Le Diplôme de Master Spécialisé

Le diplôme de fin de cycle est délivré avec l’une des mentions suivantes :

- « Très bien » si la moyenne générale des notes des modules est au moins égale à 16 sur
20 ;

- « Bien » si cette moyenne est au moins égale à 14 sur 20 et inférieure à 16 sur 20 ;

- « Assez bien » si cette moyenne est au moins égale à 12 sur 20 et inférieure à 14 sur
20 ;

- « Passable » si cette moyenne est au moins égale à 10 sur 20 et inférieure à 12 sur 20.

Pour chaque filière, le jury des délibérations pour l’attribution du diplôme est composé du
coordonnateur pédagogique de la filière, du président, des coordonnateurs des modules de la
filière et des autres participants dans la formation. Le jury, après délibérations, arrête la liste
des étudiants admis au diplôme de la filière et attribue les mentions.

22/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

2.2.3 Spécificités du système Tunisien

2.3 La Pré-inscription

2.3.1 Spécificités du système Algérien

Pas de spécificité particulière

2.3.2 Spécificités du système Marocain

On désignera par pré-inscription la procédure suivante :


- Saisie en ligne des demandes préalables pour autorisation d’inscription
Ces demandes sont :
- les validations d'études;
- les validations d’acquis et d’expérience;
- les fiches d’accueil pour changement d’Université;
- les demandes d’admissions préalables pour les étudiants étrangers;
- les candidatures sur dossier ;
- l’accueil au Services des Relations Internationales ;
- l’accueil à la Formation Continue ;
- les demandes d’autorisation d’inscription en doctorat.
- l’affectation d’un numéro unique de pré-inscription.
- la validation des demandes par les autorités concernées (filières, Formation
Continue, Formation doctorales, etc…)

Après acceptation et validation :


- Activation du numéro de pré-inscription pour permettre l’accès immédiat aux
différents services de l’Université : inscriptions pédagogiques, comptes email, etc…
- Pour les étudiants n’étant pas inscrits à l’université l’année précédente, échange des
documents nécessaires à l’inscription (par téléchargement ou envoi par courrier si
demandé) et choix d’un rendez-vous auprès du Service de la Scolarité pour
inscription.

2.3.3 Spécificités du système Tunisien

23/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

2.4 L’inscription Administrative

2.4.1 Spécificités du système Algérien

Pas de spécificité particulière

2.4.2 Spécificités du système Marocain

L’inscription administrative consiste en la saisie et la consultation des informations


administratives concernant l’étudiant, leur transmission aux organismes partenaires, le
paiement des droits au cas où il y en a des droits, les modifications de dossier en cours
d’année, l’annulation des inscriptions, la résiliation d’une inscription.

Ses objectifs sont :


o améliorer le processus d’inscription (ergonomie, complétude)
o fiabiliser les informations et les gérer de manière exhaustive
o réduire le nombre de documents

2.4.3 Spécificités du système Tunisien

2.5 L’inscription Pédagogique

2.5.1 Spécificités du système Algérien

Pas de spécificité particulière

2.5.2 Spécificités du système Marocain

L’inscription pédagogique consiste à inscrire l’étudiant aux différents enseignements en


fonction de ses souhaits, acquis, crédits et dettes.

Ses objectifs sont :


o permettre le suivi des choix pédagogiques de l’étudiant
o intégrer la diversité des contraintes réglementaires
o supporter la diversité des organisations
o diffuser les données nécessaires à l’organisation des enseignements, à
l’information des différents partenaires

2.5.3 Spécificités du système Tunisien

24/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

2.6 La Réinscription

2.6.1 Spécificités du système Algérien

Pas de spécificité particulière

2.6.2 Spécificités du système Marocain

On désignera par réinscription la procédure suivante :

- Téléchargement ou consultation en ligne des documents nécessaires


(Notice explicative, infos sur la charte des examens, charte informatique,
info bourses, info scolarité, etc.).
- Saisie en ligne de la fiche de réinscription.
- Envoi des pièces au Service de la Scolarité : fiche complétée puis
imprimée et signée + pièces obligatoire
- Vérification du dossier par le Service de la Scolarité et envoi de la carte à
l’étudiant après validation.

2.6.3 Spécificités du système Tunisien

2.7 La Gestion des Groupes

2.7.1 Spécificités du système Algérien

Les groupes sont constitués de façon équitable des étudiants admis et ceux répetitifs qui
refont certains modules.
Les groupes ne sont pas forcément uniformes, ils peuvent être déséquilibrés
notamment si certaines unités contiennent plus d’étudiants que d’autres.

2.7.2 Spécificités du système Marocain

La gestion des groupes consiste en la création de groupes liés à des phases du cursus de
formation et éléments pédagogiques, puis à l’affectation massive ou individuelle dans ces
groupes.

Ses objectifs sont :


o permettre une gestion pédagogique jusqu’au niveau des groupes
o faciliter la constitution des groupes et l’affectation des étudiants
o optimiser la gestion des groupes

2.7.3 Spécificités du système Tunisien

25/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

2.8 La Gestion des emplois des temps

2.8.1 Spécificités du système Algérien

2.8.2 Spécificités du système Marocain

La multiplication des composantes d’une université et l'augmentation du nombre


d'enseignements proposés au choix des étudiants, dans le cadre de parcours de formation de
plus en plus individualisés, rendent la gestion des ressources très complexe.
Le système devra offrir au gestionnaire une vision immédiate de l'ensemble des
disponibilités conjointes, des professeurs, des groupes et des salles, lui permettant de réaliser
des emplois du temps fiables et adaptés. Il lui permet d'établir rapidement les emplois du
temps en intégrant automatiquement :
o les contraintes pédagogiques ;
o le respect des voeux et impératifs des enseignants ;
o l'insertion de créneaux réservés à l'exercice d'activités spécifiques ;
o les disponibilités des salles appropriées ;
Le système devra contrôler automatiquement les disponibilités pour les diplômes, les
enseignants et les salles lors de la saisie. Il est aussi possible d'affecter sur une même
réservation plusieurs horaires, plusieurs diplômes, plusieurs enseignants ou plusieurs salles.

Ses objectifs sont :


o Gestion de la localisation des salles et des étudiants ;
o Statistiques sur l'occupation des salles, des catégories de salle, etc…;
o Impression des emplois du temps, par Etape de diplôme, par groupe, par
Enseignant, par Salle sur n'importe quelle période ;
o Fonction d'export, de génération de liste, d'étiquettes, de tri des tables ;
o Publication dynamique sur le web

2.8.3 Spécificités du système Tunisien

26/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

2.9 La Gestion des examens

2.9.1 Spécificités du système Algérien

Etablissement des listes, affectation des salles et des surveillants.

2.9.2 Spécificités du système Marocain


La gestion des examens consiste à réaliser des calendriers d’épreuves et à mettre en place
des sessions d’examens.
Ses objectifs sont :
o gérer automatiquement les incompatibilités entre épreuves
o optimiser l’utilisation des salles et l’affectation des surveillants lors des
examens
o automatiser la répartition des étudiants dans les salles d’examen
o préparer le déroulement des épreuves

2.9.3 Spécificités du système Tunisien

2.10 La Gestion des notes, résultats et délibération

2.10.1 Spécificités du système Algérien

En plus de cela, il est possible que certaines erreurs soient apparues (saisie, justificatifs
d’absence, …). Il faut permettre le traitement des recours : recevabilité, contact des
enseignants concerné, traitement proprement dit puis affichage.

2.10.2 Spécificités du système Marocain

La gestion des notes, résultats et délibération consiste, pour chaque session, à éditer les listes
préparatoires aux examens, collecter les notes, agréger les notes et préparer les délibérations
du jury, mettre à jour, puis diffuser les résultats.
Ses objectifs sont :
o homogénéiser la collecte des notes et résultats
o permettre le dialogue et l’échange d’informations avec d’autres applications
‘système import/export’
o faciliter la prise en compte des décisions des jurys
o améliorer la rapidité de diffusion des résultats
o faciliter l’accès aux notes et résultats de l’étudiant, et automatiser la mise à
jour du dossier de l’étudiant

2.10.3 Spécificités du système Tunisien

27/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

2.11 La Gestion des stages

2.11.1 Spécificités du système Algérien

La désignation des entreprises, le choix des étudiants puis celui du thème, de l’enseignant
responsable de l’encadrement, de la période du stage ainsi que des résultats pratiques.

2.11.2 Spécificités du système Marocain


La gestion des stages consiste à aider le gestionnaire dans le suivi du catalogue des stages,
dans l’affectation des étudiants aux stages et l’édition des documents administratifs.
Ses objectifs sont :
o optimiser la gestion des stages proposés aux étudiants au cours de leur cursus
o disposer d’un catalogue des stages
o faciliter la gestion des formalités administratives, en particulier la gestion des
conventions de stage

2.11.3 Spécificités du système Tunisien

28/29
POLLES GESTION DE LA SCOLARITE – SOUS-PROJET 2

Version : 2.1
CAHIER DES CHARGES
Date : 01/11/2006

3. Besoins non fonctionnels

3.1 Volume d’information


La volumétrie des données et le nombre d’utilisateurs du système sont des éléments variables
en fonction de la taille des établissements.

3.2 Charte graphique

3.3 Schéma de développement

• Organisme de Gestion : Reçoit les fonds pour le sous-projet, s'occupe de la gestion


administrative du projet et assure un encadrement pédagogique à l'équipe de développement.
• Instituts d'usagers (Universités régionales ) : Fournissent les cahiers des charges, testent et
valident les modules de gestion.
• Pilote du projet technique : Dépend directement de l'organisme de gestion, il s'occupe des choix
technologiques, encadre les développeurs seniors, coordonne les travaux de l'équipe de
développement (senior et junior) , contrôle le planning, assure la gestion de projet technique et de
la qualité.
Il assure également la mise en place et la gestion du serveur CVS* , la mise en place et
l'administration du site du projet.
• Equipe de développement junior: formé de 8 étudiants boursiers qui ont en charge les tâches
d'études, de développement et de documentation du projet.
• La communauté du libre : Afin d'assurer une pérennité au projet, la participation au projet est
ouverte et même recommandée à tous les acteurs de la communauté du logiciel libre
(Développeurs, Bêta-testeurs, Documentalistes, Traducteurs, etc...)

29/29