Vous êtes sur la page 1sur 66

Ecole Supérieure en Sciences Appliquées de Tlemcen

1
Département: Second cycle
Module: Energies renouvelables 3
Partie-2: Energie Eolienne
Filière: Electrotechnique Option: Energie et Environnement
Niveau : Quatrième année

CHAPITRE 3:

Aérodynamique des éoliennes

Présenté par

Dr. Fouad BOUKLI HACENE


Maitre de conférences -A-
1. Introduction

2. LIMITE DE BETZ

3. Potentiel utilisé

4. Aérodynamique
Le potentiel éolien varie selon:
INTRODUCTION la hauteur
le type d'environnement

 « Rugosité" du paysage plus ou moins importante source de turbulences.


En rouge : on remarque que la vitesse du vent (en m/s) varie selon le type d'environnement
(urbain, plaine, mer)
 l'échelle indique la hauteur de la nacelle (pour une même nacelle, et une même longueur
de pales). Une même éolienne produit environ 2 fois plus d'électricité en mer car
le vent y est plus régulier.
OBJECTIFS
EVALUTION DU POTENTIEL ENERGETIQUE EOLIEN

La conversion de l’énergie cinétique due au vent en énergie


mécanique (mouvement de rotation de l’éolienne), l’énergie
potentiel disponible sur le site subit:

Une suite de pertes en cascades, jusqu’à la sortie machine:


Limite de BETZ,
Seuils machine
Pertes de conversion
Seule une partie de la puissance
éolienne disponible sur un site
donné,

La puissance utile ,
qui est réellement obtenue en fin
de processus, soit à la sortie de
l’éolienne
PUISSANCE ENERGETIQUE DISPONIBLE
La puissance du vent
1
Pvent   .V . . R
3 2

2
1
  .V 3
2

La détermination de la vitesse moyenne et


cubique moyenne se fait à partir de l’étude
statistique de la distribution des fréquences,
par classes, de la vitesse du vent
POTENTIEL ENERGETIQUE EOLIEN RECUPERABLE
(THEOREME D’Albert BETZ -1919 )
Présentation:
L’énergie cinétique disponible est convertie en énergie
mécanique en utilisant une machine à aubes (où pâles)
dite communément éolienne.
La vitesse du vent en aval de la roue n'étant jamais
nulle.

Ceci implique que la puissance éolienne


disponible n'est pas entièrement récupérée
au niveau de l’hélice
Interprétation physique
En pratique:
1. Une éolienne sert à capter l'énergie du vent, en contrepartie celle-
ci dévie le vent avant qu'il atteigne la surface balayée par le rotor.
2. Une éolienne ne pourra donc jamais récupérer l'énergie totale
fournie par le vent .
3. Lorsque l'énergie cinétique du vent est convertie en énergie
mécanique par le rotor, le vent est freiné par celui-ci, la vitesse du
vent en amont du rotor est toujours supérieure à celle en aval.
4. Or la masse d'air qui traverse la surface balayée par le rotor est
identique à celle sortant.
5. Il en résulte un élargissement de la veine d'air (tube de courant) à
l'arrière du rotor.
6. Ce freinage du vent est progressif, jusqu'à ce que la vitesse de l'air
à l'arrière du rotor devienne à peu près constante.
Modélisation
Soit une masse d’air traversant un disque de surface A, à une vitesse V
.

Soient :
V1 la vitesse en amont

V2 la vitesse en aval
Distorsion des
lignes de courant
Pour un rendement optimum:
1
V2  V1
3

On déduit , la puissance maximale extraite par


une roue qui est égale à:

Pmax 16
Cp max    0.59
Pvent 27

Cette limite (environ 0.59) est appelée


‘’limite de BETZ’’.
Masse volumique du fluide
ρ: (Air atmosphérique sec, environ : 1,23 kg/m3 à 15 °C et à
pression atmosphérique 1,0132 bar)
On peut en conclure que la puissance moyenne maximale
récupérable est donnée par la formule:
 Prec  0.37 A  V  3

Enfin l’énergie moyenne maximale récupérable sur une


année, est égale à:
 Erec  Prec  t  0.37 A  V 3  *t

D’où:  E recup  0.37 A  V  *24 * 365.24


3

Soit en kWh  Erecup  3.25 A  V  3


A cause de la vitesse non nulle de l’air derrière le rotor;

Péolienne  Pvent
On définit le coefficient de puissance de la machine
éolienne par la relation:
Péolienne
Cp 
Pvent
Ainsi la puissance d’une éolienne s’écrit comme suit:

Péolienne  C p Pvent
1
D’où: Péolienne  C p AV13

2
Avec comme puissance maximale récupérable
celle donnée par la limite de BETZ:

16
PBetz  Pvent  0.59 Pvent avec 0  C p éolienne  0.59
27
La valeur du coefficient de puissance Cp dépend
de la valeur de la vitesse de rotation de la turbine.

On définit le rendement aérodynamique par la relation:

Cp

0.592
Limite théorique et implications pratiques de la formule
1-Le calcul suppose qu'on néglige l'énergie thermique contenue
dans le fluide, et que la masse volumique de ce fluide reste
constante.

Or l'extraction d'énergie cinétique aura des effets thermiques sur le fluide, qui
peut à son tour faire évoluer la masse volumique (condensation de vapeur
d'eau par exemple).

Ce phénomène est d'importance faible pour l'air, il


peut être non négligeable dans d'autres cas.

2- La limite de BETZ s'applique à tout type d'éolienne, mais elle


ne s'applique pas à une turbine à vapeur par exemple.
3- Le calcul fait un certain nombre d'hypothèses qui
font de cette limite un majorant, et non un maximum
atteignable ;
Des calculs modernes plus élaborés montrent que le maximum
réel est plus faible

4- A la limite de BETZ, le vent voit sa vitesse divisée


par trois ;
Pour maintenir le même débit, la surface de sortie doit donc
être multipliée par trois
La vitesse spécifique
La vitesse spécifique ou le paramètre de rapidité noté λ (Lambda) en
anglais Tip Speed Ratio (TSR) est le rapport entre la vitesse de
l'extrémité des pales et la vitesse du vent.
Les machines peuvent être classées en fonction de ce paramètre

•Si λ est inférieur à 3, l’éolienne est dite lente


•Si λ est supérieur à 3, l’éolienne est dite rapide

R pale

V1
Ω: La vitesse de rotation angulaire de la pale
λ : La vitesse périphérique ou spécifique de la pale
R: Le rayon de la pale
REMARQUE
La puissance maximale récupérable par la machine:

𝐶𝑝(𝛽,𝜆) est le coefficient de conversion aérodynamique de la


puissance du vent donné par le constructeur de l’éolienne.
Il dépend également des caractéristiques de la turbine.

L'angle 𝛽 est l'angle d'inclinaison des pales.


𝜆 est dite la vitesse relative
On définit le couple mécanique par la relation:
P

D’où: 
 Γ : Couple mécanique produit par l'éolienne (en N·m)
 P: Puissance mécanique (en W)
  fréquence de rotation du rotor (en rad/s)

Pour les éoliennes ayant une vitesse de


rotation importante, génèrent un couple faible,
ce type d’éolienne est utilisée pour la
production d’électricité.
Pour les éoliennes qui tourne lentement, elles
développent un couple important
Puissance en fonction de la vitesse spécifique
Diagrammes de puissance
Puissance en fonction de la vitesse du vent

v1

¾v1

½v1
Facteur de charge

Facteur de charge varie entre 20% et 37%


Pour l’Algérie:
La cartographie de la densité de puissance moyenne annuelle
récupérable à 10 mètres du sol est représentée en figure ci
dessous.
Ce résultat est obtenu par le traitement de 10 années de mesures
relatives à 48 stations de l’ONM réparties sur tout le territoire
PUISSANCE EOLIENNE MOYENNE UTILISABLE
Etant donné que :
La vitesse du vent est variable
Chaque machine éolienne est caractérisée par :
La vitesse de démarrage V1,
 Une vitesse nominale Vn
Une vitesse d’arrêt Vs,

La puissance éolienne utilisable est donnée par:

La vitesse Vu est déduite de la courbe


représentative de la distribution de Weibull entre
les limites de la machine
Diagramme de la puissance utile sur l'arbre en
fonction de la vitesse du vent
Représentation des vitesses de démarrage, nominale et d’arrêt
sur la courbe de distribution des vitesses.
La limite inférieure est représentée par la vitesse de
démarrage.

En effet, seules les vitesses du vent supérieures à la vitesse


démarrage Vi sont considérées dans le calcul.

En second lieu, lorsque la vitesse nominale Vn est


atteinte, l'augmentation de la vitesse de vent n'a aucun
effet sur le régime de la roue.

Enfin, lorsque la vitesse d’arrêt Vs est atteinte, le système


est stoppé et les vitesses qui lui sont supérieures
n’interviennent pas pour le calcul de Vu
Présence de la Tour
1-Dans le cas des éoliennes « aval » :
la tour provoque un phénomène appelé « masque ».
À chaque révolution, la pale perçoit une perturbation
aérodynamique :
Un moindre rendement purement aérodynamique ;
Des sollicitations alternées qui peuvent être
préjudiciables en terme de durée de vie
(phénomène de fatigue).

2-Dans le cas des éoliennes « amont »:


la tour provoque un effet équivalent mais moindre
dit de «barrage ».
La plus utilisée
Dans le 1er cas, l’éolienne ne tourne pas
car la résultante est parallèle a l’axe
de rotation

Dans les 2ème et 3ème cas, il y a un


mouvement de rotation car les coordonnées
de la projection sur (y) de la résultante ne
sont pas nulles
Aérodynamique
de pales
La pale

Extrados

Axe deVprofil

Intrados
Effet venturi
La portance
Une pale d’éolienne, utilise l'effet de portance.
Cet effet est du à l'écoulement de l'air autour du profil qui est plus
rapide sur l'extrados (le dessus) que sur l'intrados (le dessous) de l'aile, ce
qui entraine une dépression sur l'extrados.
Le flux d'air circule plus rapidement sur l'extrados car la longueur à
parcourir est plus importante que sous l'intrados, l'écoulement d'air
devant rester constant à l'avant et à l'arrière de la pale,
l'air s'écoule donc plus rapidement.
La portance est perpendiculaire à la direction du vent.

ξ : portance (en N)
ρ : masse volumique de l’air (1,225 kg/m3 à 15°C au niveau de la mer)
Vr : vitesse de déplacement (en m/s)
S : surface de référence (surface projetée, surface mouillée, maître couple)
Cz : coefficient de portance, il est déterminé en soufflerie et est propre pour
chaque profil de pale
La traînée
La traînée correspond à la résistance d'air, celle-ci augmente avec
la surface exposée à la direction de l'écoulement de l'air.
est une force qui agit sur la pale dans la même direction que le
vent.
Tend à contrer le mouvement d’avancement de la pale et
doit donc être la plus faible possible!!!!!

D: trainée (en N)
ρ : masse volumique de l’air (1,225 kg/m3 à 15°C au niveau de la mer)
Vr: vitesse de déplacement (en m/s)
S : Surface de référence (surface projetée, surface mouillée, maître couple)
Cx: Coefficient de traînée
1
Fportan ce  SV 2Cz
2

Extrados

Intrados
La finesse
La finesse du profil joue un rôle important.
Elle doit être assez grande pour que la traînée n’absorbe pas une
partie trop élevée du couple moteur.
Cx: coefficient de traînée (sans unité)
Cz: coefficient de portance (sans unité)
S: finesse du profil (sans unité)

Pour maximiser le rendement d'une éolienne, il faut que la finesse soit maximale,
autrement dit que la traînée soit minimale et la portance maximale.
En général l'utilisation de 3 pales fines fonctionnant à une vitesse bien supérieure
à celle du vent permet d'exploiter au maximum la portance tout en générant une
traînée la plus faible possible.

La finesse d'un profil dépend de plusieurs paramètres :


1. l'angle d'attaque de la pale (c'est à dire l'angle de la pale par rapport au
vent apparent)
2. La forme de la pale
3. Son facteur de forme
Aérodynamique de pales
Loi de Bernoulli : le long d’une ligne de courant!
si La vitesse augmente,

La pression diminue
Extrados La vitesse de l’air augmente,
La pression diminue

V
Axe de profil
La vitesse de l’air diminue,
Intrados La pression augmente
Aérodynamique de pales
Portance

Forte dépression
Aspiration
Vitesse
Réelle du vent
V

Axe de profil

Faible dépression

Bernoulli : le long d’une ligne de courant,


si la vitesse augmente, la pression diminue
On suppose que la surface de la pale est égale à la surface réelle de celle-ci.

S=L . c
L: longueur de la pale (en m)
C: corde de la pale (en m)
S: surface de la pale (en m2)

Le décrochage
L'écoulement de l'air au-dessus de l'aile arrête
soudainement de suivre de façon régulière la surface
supérieure de l’aile.
A la place, l'air commence à tournoyer dans un
tourbillon irrégulier (on parle également de turbulence ).
La portance résultante de la dépression au dessus de
l'aile disparaît. Ce phénomène est appelé
décrochage aérodynamique
Inclinaison des pales
La portance

Décrochage
Cz
Aérodynamique des pales en rotation

Vitesse
Vitesse tangentielle
apparente

Plan de
rotation
Vitesse
Réelle du vent
Aérodynamique des pales en rotation
Axe de profil
Plan
b de rotation b
a a
W portance
Vitesse Vitesse
Apparente poussée
Tangentielle

V couple Résultante

Vitesse Axe de rotation traînée Traînée axiale


Réelle du vent

a = a (R)
En pied de pale, a est grand
En bout de pale, a est petit
Acheminement des pales
Régulation de la puissance
Régulation par décrochage aérodynamique :
Stall contrôle (pas fixe)
Ces éoliennes possèdent des pales
fixes, de forme vrillées (environ 20°
entre le pied et l’extrémité de la pale)
afin que l’on ait un fonctionnement
progressif pour des vents compris entre
4 et 25 m/s.
Lorsque le vent est faible, le pied de
pale, dont l’angle est grand par rapport
au plan formé par les trois pales,
déclenche la mise en rotation des pales.
À grande vitesse, au contraire, c’est
l’extrémité de la pale qui est sollicitée

Simple, fiable mais moins bonne pour l’exploitation


de la puissance du vent.
Sylt 1972
La géométrie de la pale a été conçue de façon à mettre à profit, en cas de
vitesses de vent trop élevées, le décrochage aérodynamique en
provoquant de la turbulence sur la partie de la pale qui n'est pas face au
vent (pâle vrillée).

Ce décrochage empêche la portance d'agir sur le rotor.


Evite l'installation de pièces mobiles dans le rotor même,
Evite un système de contrôle très complexe.
Grands défis à la conception aérodynamique des pales,
Grands défis à la conception de l'éolienne entière afin d'éviter
l'apparition de vibrations par le décrochage.

Environ deux tiers des éoliennes qui sont installées actuellement dans le
monde sont à pas fixe.
Contrôle à calage variable :
Pitch contrôle (pas variable)
Les éoliennes pitch possèdent des moteurs qui
orientent la pale en fonction de la force du vent. Le
vrillage des pales est donc plus faible, puisque la
pale entière s’adapte en fonction du vent.
Réduire le nombre de tour de la palle.

« Ces éoliennes pitch sont plus compliquées à


cause du système de contrôle, mais plus
performantes que les éoliennes stall,
Elles représentent aujourd’hui la quasi-totalité
des machines de moyenne et grande puissances,
soit 95 % du marché mondial actuel. »

Efficace , complexe et couteux


Le contrôleur électronique vérifie plusieurs fois par seconde la
puissance
de sortie de l'éolienne.
En cas de puissance de sortie trop élevée, le contrôleur électronique
de l'éolienne envoie une commande au dispositif de calage qui pivote
immédiatement les pales légèrement sur le côté, hors du vent.
Inversement, les pales seront pivotées de manière à pouvoir mieux
capter de nouveau l'énergie du vent, dès que le vent aura baissé
d'intensité.
Ralentissement voire immobilisation des pâles.
Ingénierie très avancée afin d'assurer le positionnement exact
des
pales.
Effet de sillage Si l'on ajoute de la fumée à l'air
passant à travers du rotor

Une éolienne crée un effet d’abri dans la direction du vent en poupe.

Il y aura toujours un sillage derrière l’éolienne , c’est-à-dire une long


trainée de vent qui est bien turbulente que devant le rotor.
L’effet des parcs éoliens
On espace en général les éoliennes d'une distance équivalente à
cinq fois le diamètre du rotor au minimum,

Afin d'éviter que la turbulence engendrée derrière chaque


éolienne n'affecte trop la production énergétique des éoliennes
situées plus en aval.

Remarque:
Connaissant : Les constructeurs sont en mesure
Le diamètre du rotor, de calculer la perte d’énergie due
La rose des vents, à l’effet d’abri que les éoliennes du
La distribution de Weibull parc créent les unes par rapport
La rugosité du terrain dans les différentes aux autres
directions de vent.
Parc éolien Effet de Sillage

(5 à 9)*D

(3 à 5)*D

Direction
du vent
Diminution de vitesse en aval du rotor
Le modèle le plus courant de calcul de la diminution de vitesse dans le sillage est
celui développé par WASP/Park2, logiciel utilisé en standard par l’industrie
éolienne. Ce modèle s’appuie sur le développement linéaire d’un Sillage
rectangulaire.

constante (A=0,5)
hauteur du moyeu (centre du rotor)

vitesse du vent dans le sillage, en aval du rotor tournant (en m/s)


vitesse du vent non perturbée en amont (en m/s)
coefficient de traînée de l’éolienne (sans dimension)
diamètre du rotor (en m)
distance du rotor au point de calcul (en m)
est une constante de décroissance du sillage
Ecole Supérieure en Sciences Appliquées de Tlemcen

Merci
pour votre attention

66