Vous êtes sur la page 1sur 74

Protocoles des Réseaux Mobiles

Dr.Mériem Afif
mariem.afif@supcom.rnu.tn

Département Génie Informatique et Mathématique –


INSAT-Tunis

Année universitaire 2020/2021- Semestre 1


Filière : RT4
Références
Ce cours a été élaboré en me basant sur les références suivantes :
 X. Lagrange, Réseaux radiomobiles, Collection IC2, Editions Hermès, 2000.
 S. Tabbane, Ingénierie des réseaux cellulaires, Editions Hermès, 2002.
 S. Tabbane, Réseaux mobiles, Editions Hermès, 1997.
 Fabrice Valois , cours : « Architecture Protocolaire des Réseaux Mobiles –BSS /NSS (4TC-
ARM)», Avril 2004
 3G TS 29.060 V3.5.0, 3rd Generation Partnership Project; Technical Specification Group Core
Network; General Packet Radio Service (GPRS); GPRS Tunnelling Protocol (GTP) across the Gn
and Gp Interface (Release 1999), Juin 2000.
 Harri Holma, Antti Toskala, "UMTS : Les réseaux mobiles de 3ème génération", Editions Osman
Eyrolles Multimedia, 2000.

2020/2021
2 Mériem Afif - INSAT
Bibliographie
Livres & cours
 Samuel Pierre, « Réseaux et systèmes informatiques mobiles :
fondements, architectures et applications », Presses internationales
Polytechnique, Montréal 2003.
 Hakima Chaouachi, Guy Pujolle, « Réseaux sans fil émergents, standards
IEEE », Hermes-Lavoisier, Novembre 2008
 Yannick Bouguen, Éric Hardouin, François-Xavier Wolff,« LTE et les
réseaux 4G », Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-12990-8

2020/2021
3 Mériem Afif - INSAT
2020/2021
4 Mériem Afif - INSAT
Pile protocolaire du GSM
 Dans un réseau fixe, les mêmes couches de protocoles se trouvent
dans le terminal et l'équipement d'accès au réseau (le
commutateur)

 En GSM, la station mobile se connecte à la BTS pour accéder au


réseau mais...

Cet accès est réparti entre la BTS, le BSC et le MSC !!!

 toutes les couches de la pile protocolaire doivent être sur le mobile

 Côté réseau, les couches sont réparties entre les différents


équipements

2020/2021
5 Mériem Afif - INSAT
Pile protocolaire du GSM
 Le réseau GSM est défini à partir de couches de protocoles utilisées
au niveau des différentes interfaces :

 l'interface Um (entre la MS et la BTS)


 l'interface Abis (entre la BTS et le BSC)
 l'interface A (entre le BSC et le MSC)

 Les interfaces ainsi que les protocoles qu'elles utilisent sont


normalisés. Toutefois, les normes de certaines interfaces telles que
l'interface Abis ne sont pas toujours respectées par les
constructeurs.

2020/2021
6 Mériem Afif - INSAT
Présentation des piles de protocoles sur les
différentes interfaces.

2020/2021
7 Mériem Afif - INSAT
Présentation des piles de protocoles sur les
différentes interfaces.

 La structuration en couches reprend le


modèle OSI pour les 3 premières
couches:
 couche physique,
 couche liaison de données,
 couche réseau.

2020/2021
8 Mériem Afif - INSAT
Présentation des piles de protocoles sur les
différentes interfaces.

 La couche physique : définit l'ensemble des moyens de


transmission et de réception physique de l'information.

 Sur l'interface Abis, le transport des informations se fait


numériquement.

 Au niveau de l'interface radio, cette couche est plus


compliquée à cause de multiples opérations à effectuer :
codage correcteur d'erreur, multiplexage des canaux
logiques, mesures radio à effectuer...

2020/2021
9 Mériem Afif - INSAT
Présentation des piles de protocoles sur les
différentes interfaces.

 La couche de liaison de données : permet de fiabiliser la


transmission entre deux équipements.

 Sur l’interface Abis, cette couche reprend les principales


caractéristiques du RNIS; On utilise, pour le support de la
signalisation, le protocole LAPD (Link Access Protocol for
the D Channel) basé sur le protocole HDLC (numérotation
des trames, mécanisme de correction d’erreurs... ).

 Sur les interfaces Um et A, on utilise respectivement le


LAPDm spécifique au GSM (Link Access Protocol for the D
Channel modified) et le MTP niveau 2 (SS7, Signalling
System number 7).

2020/2021
10 Mériem Afif - INSAT
Présentation des piles de protocoles sur les
différentes interfaces.

 La couche réseau : permet d'établir, de maintenir et de libérer des


circuits commutés (parole ou données) avec un abonné du réseau
fixe.

 Cette couche comprend 3 sous-couches RR, MM et CM, cette


dernière couche étant elle-même divisée en 3 sous-couches CC,
SS et SMS.

 Dans le but d’indiquer à quelle couche ou sous-couche chaque


message de niveau 3 se rattache, on introduit un discriminateur de
protocole ( PD : Protocol Discriminator) avec PD = RR, MM...

2020/2021
11 Mériem Afif - INSAT
2020/2021
12 Mériem Afif - INSAT
2020/2021
13 Mériem Afif - INSAT
2020/2021
14 Mériem Afif - INSAT
2020/2021
15 Mériem Afif - INSAT
2020/2021
16 Mériem Afif - INSAT
2020/2021
17 Mériem Afif - INSAT
La sous-couche Radio Ressource (RR)
 La sous-couche Radio Resource (RR) : traite l'ensemble des aspects radio.

 Elle gère l'établissement, le maintien et la libération des canaux


logiques.
 Au niveau du mobile : elle sélectionne les cellules et surveille la
voie balise à partir des mesures effectuées par la couche
physique.

 Elle est principalement présente dans la MS et le BSC : les messages


transitent entre les deux entités en passant par la BTS mais ne sont pas
interprétés par celle-ci.

 Quelques messages sont échangés entre le mobile et la BTS ou


entre la BTS et le BSC  Pour cela, la BTS comporte deux entités
RR' et RSL (Radio Signalling Link) permettant de dialoguer
respectivement avec l'entité RR de la MS et l'entité RSL du BSC.

2020/2021
18 Mériem Afif - INSAT
La sous-couche Radio Ressource (RR)
 Gestion de la connexion radio entre la MS et le BSC

 Établissement d'un canal dédié

 Rétablissement du canal lors d'un changement de


cellule (handover)

 Il ne peut y avoir qu'une seule connexion RR active

 Pré-requis nécessaire avant toute connexion au réseau

2020/2021
19 Mériem Afif - INSAT
Les sous-couches MM et CM
 La sous-couche Mobility Management (MM) : gère l'itinérance. Elle prend
donc en charge la localisation, l'authentification et l'allocation du TMSI.

 Trois rôles différents :


 Assurer la gestion de la mobilité ce qui génère des échanges entre
la MS et le réseau (mise à jour de localisation)
 Assurer les fonctions de sécurité, ce qui va provoquer des
échanges de messages particuliers lors de la plupart des
demandes de services
 Gérer les connexions MM

2020/2021
20 Mériem Afif - INSAT
Les sous-couches MM et CM
 Connexion MM (MM-connection) ?

 Permet à la couche CM de faire abstraction des problèmes


de l'aspect itinérant et radio de la MS et de se ramener au
cas d'un accès d'un terminal fixe au réseau RNIS !

 Une telle connexion est établie sur demande de la sous-


couche CM (sur envoi d'appel ou SMS) non pas par envoi de
message d'établissement mais implicitement par le premier
message CM envoyé.

2020/2021
21 Mériem Afif - INSAT
Les sous-couches MM et CM
 La sous-couche Connection Management (CM) est découpée en
trois parties :
 L'entité Call Control (CC) traite la gestion des connexions de
circuits

 L'entité Short Message Service (SMS) assure la


transmission et la réception des messages courts.

 L'entité Supplementary Services (SS) gère les services


supplémentaires.

 Les messages des sous-couches CM et MM transitent dans le BSS


sans être pris en compte par la BTS et le BSC.

2020/2021
22 Mériem Afif - INSAT
Les sous-couches MM et CM
 Gestion des appels usagers

 Acheminement et établissement des appels d'un abonné (appel


entrant et appel sortant)

 Interaction avec le protocole MAP (Mobile Application Protocol)


gérant les dialogues avec le NSS (Network Sub-system) où se
trouve les VLR's, HLR et commutateurs mobiles MSC.

 Proche de la sous-couche DSS1 (Digital Subscriber System n°1)


d'un réseau RNIS (permet le support de la voix et des services
supplémentaires exceptés les SMS)

2020/2021
23 Mériem Afif - INSAT
Interfaces et Débits
 Comme le MSC est relié au RTCP qui utilise des débits de 64
kbit/s, l’interface A doit présenter également le même débit pour
être compatible.

 Or, la capacité des canaux de trafic à l’interface Abis est de 16


kbit/s.
 Par conséquent, il est impératif de convertir les débits : ceci est réalisé
grâce au Transcodeur (TRAU) placé entre le BSC et le MSC.
 L’interface A est en réalité l’interface qui relie le MSC au TRAU.

 Lien qui existe entre le BSC et le TRAU, c’est l’interface ATER


(MIC HighWay). Mais avant cette opération, on multiplexe d’abord
plusieurs interfaces Abis sur une même interface Ater. Puis, après
le passage dans le transcodeur, une interface Ater peut être
scindée en 3 interfaces A.

2020/2021
24 Mériem Afif - INSAT
Interfaces et Débits

2020/2021
25 Mériem Afif - INSAT
Transcodage de la parole
 Question : la voix est codée sur 13 kbit/s sur l'interface
radio de GSM mais le réseau fixe gère des circuits de
parole à 64 kbit/s .
 Où doit être réalisé le transcodage 13 kbits/s « 64
kbit/s ?

 Équipements de transcodage : TRAU (Transcoder / Rate


Adaptator Unit) implémenté dans le BSS
 Les placer le plus près possible du MSC

2020/2021
26 Mériem Afif - INSAT
Architecture pour le transcodage
 Placé physiquement à côté du MSC
 Fonctionnellement intégré au BSC
 Commandé à distance par la BTS

2020/2021
27 Mériem Afif - INSAT
Multiplexage des canaux
 4 communications à 13kbit/s sont transportées sur une voie MIC à
64 kbit/s

 On complète par des bits de cadrage et de bourrage pour obtenir un


débit de 16 kbits/s pour obtenir le multiplexage des 4 voies

 Techniquement ?

 BTS reçoit des trames de parole de 260 bits toutes les 20 ms


 Cette trame est complétée par 21 bits de contrôle, 4 bits
d'alignement pour résoudre les problèmes de
synchronisation et 35 bits de synchronisation permettant de
marquer le début d'une trame de parole

2020/2021
28 Mériem Afif - INSAT
Remarque :Les messages du niveau 3

 Pas d'encapsulation ! Un message CM traverse


les couches MM et RR de façon transparente
(donc sans rajout d'en-tête particulier)

 Le format des messages de ces 3 sous-couches


est commun, il y a un discriminateur qui permet
d'identifier le type de message

2020/2021
29 Mériem Afif - INSAT
Interface Abis

2020/2021
30 Mériem Afif - INSAT
Interface Abis : Couche Physique

Canaux de trafic
 Informations émises sur les canaux TCH (voix ou données
utilisateurs) à des débits de 16 ou 64kbit/s

Canaux de signalisation
 En fonction de l'importance de la BTS, 1 ou plusieurs canaux vont
supporter la signalisation pour les dialogues MS-BSC, MS-MSC et
BSC-BTS à des débits de 16 ou 64 kbits/s
2020/2021
31 Mériem Afif - INSAT
Interface Abis : Couche Liaison de
données
 Entre la BTS et le BSC : La transmission s'effectue sur des liens MIC
(Modulation par Impulsion et Codage) à 2 Mbit/s.

 La norme de cette interface n'est pas rigoureusement respectée par les


constructeurs.

 Sur l’interface Abis, la signalisation peut avoir plusieurs origines et plusieurs


destinations
 nécessité de distinguer les messages échangés entre la BTS et le BSC et la
signalisation directement échangée entre la station mobile et le BSC.

 L’interface Abis supporte des messages de différents types :


 Messages supérieurs qui sont échangés entre le mobile et le
réseau.
 Messages de supervision et de maintenance de la BTS.
 Messages internes de liaison de données BTS - BSC.

2020/2021
32 Mériem Afif - INSAT
Interface Abis : Couche Liaison de
données
 Tous ces messages sont discriminés dans la couche 2 en utilisant
les points d’accès au service SAPI.

 Les différentes valeurs du SAPI utilisées sur l’interface Abis sont 0


pour la signalisation, 62 pour l’administration et 63 pour la gestion
de la liaison.

 Chaque TRX à l’intérieur d’une BTS correspond à un ou plusieurs


liens de signalisation.

 Ces liens sont distingués par des TEI (Terminal Equipement


Identities), ainsi les trames LAPD sont échangées entre un TRX
particulier et le BSC

2020/2021
33 Mériem Afif - INSAT
Interface Abis : Messages niveau 3
 Sur l’interface Abis, il est primordial de différencier les messages échangés
entre la station mobile et le BSC d’une part, et les messages échangés
directement entre la BTS et le BSC d’autre part.

 Tous les messages RR sont ainsi « portés » vers le BSC (ou vers la station
mobile) par des messages correspondant au protocole RSL.

 Lors de remontés de mesures faites par la station mobile, les différentes


entités mises en jeu sont la MS, la BTS et le BSC.

 Le message RR Measurement Report transitant par la BTS est transparent


pour celle-ci car elle n’en fait aucune interprétation. Elle ajoute les mesures
qu’elle a réalisées sur la liaison montante puis construit le message RSL
Measurement Result comportant l’ensemble des mesures: liaison montante
et descendante, ce dernier étant envoyé au BSC. On parle alors du
processus d’encapsulation des mesures réalisées par le mobile
envoyées au BSC.

2020/2021
34 Mériem Afif - INSAT
Interface Abis : Messages niveau 3
2 types de messages

 Transparents : entre la MS et le BSC ou le MSC et pour


lesquels la BTS agit comme relais

 Non Transparents : contenant les commandes entre la


BTS et le BSC (géré par une couche BTS Management)

2020/2021
35 Mériem Afif - INSAT
Interface Abis : Messages niveau 3

2020/2021
36 Mériem Afif - INSAT
Interface A
 Entre le MSC et le BSC
 Sur l'interface A : c'est une interface de type SS7
comportant les couches MTP (Message Transfert
Part) et SCCP (Signalling Connection Control
Part)
 Niveau 3 spécifique : BSSAP (BSS Application
Part) gérant les dialogues de niveau 3

2020/2021
37 Mériem Afif - INSAT
Présentation des piles de protocoles sur les
différentes interfaces.

2020/2021
38 Mériem Afif - INSAT
Interface A : Protocoles
L’interface A utilise les protocoles suivants :

 Le protocole MTP (Message Transfert Part) qui est divisé en trois niveaux (MTP1,
MTP2 et MTP3) proches des trois premières couches du modèle OSI

 Son but est de permettre le transport et la distribution fiable des informations de


signalisation à travers le réseau et aussi de réagir aux pannes afin d'assurer
continuellement la transmission.

 Le protocole SCCP (Signalling Connection Control Part) : ce protocole permet de


transporter des informations de signalisation avec ou sans connexion.

 Le BSSAP (BSS Application Part) comprend le BSSMAP et le DTAP. Deux types de


messages peuvent être échangés entre le BSC et le MSC : les messages interprétés par
le BSC concernent la sous-couche BSSMAP et les autres messages transitant entre le
mobile et le MSC sont traités par la sous-couche DTAP (dans ce deuxième cas, le BSC
joue le rôle d'un répéteur). Un mécanisme de distribution permet d'aiguiller correctement
les messages suivant leur type DTAP ou BSSMAP.

2020/2021
39 Mériem Afif - INSAT
Interface A : Protocole BSSMAP
BSS Management Application Part : définit le dialogue pour les messages
interprétés par le BSC

 Messages à destination du BSC


 Mise hors service des circuits de parole entre le BSC et le MSC
 Interrogation des ressources disponibles au BSC
 Réinitialisation du MSC ou du BSC
 Appel en diffusion d'une MS sur une zone de localisation donnée
 Transfert de communications vers un autre BSC

 Messages liés à un canal radio dédié particulier


 Message initial de la MS sur le canal radio dédié
 Allocation canal radio TCH
 Exécution d'un handover
 Passage en mode chiffré
 Libération du canal dédié

2020/2021
40 Mériem Afif - INSAT
Interface A : Protocole DTAP
 Direct Transfert Application Part régit les échanges de messages des MS-
MSC transitant par le BSC.

 Simple protocole de réémission de tous les messages reçus du niveau


MM/CM du MSC sans aucune interprétation du contenu  les messages
transitent sans modification entre le mobile et le MSC.

 Les trames DTAP sont encapsulées directement dans des trames SCCP ou
bien dans des trames BSSMAP.

2020/2021
41 Mériem Afif - INSAT
2020/2021
42 Mériem Afif - INSAT
2020/2021
43 Mériem Afif - INSAT
Le système de signalisation n°7 du
CCITT : SS7
 Ce système de signalisation par canal sémaphore normalisé par le CCITT
permet de séparer la signalisation de la transmission en faisant transiter la
signalisation sur un canal spécifique. De ce fait, on peut échanger des
messages de signalisation sans établissement réel de circuit de
communication.

 Les avantages de la signalisation sémaphore sont :


 La possibilité de transférer de la signalisation pure indépendamment
de l'établissement d'un circuit.

 La réduction des délais de transfert de la signalisation et diminution


du temps d'occupation inefficace des circuits.

 La possibilité de transférer la signalisation à fort débit pendant une


communication sans que l'utilisateur soit gêné.

 La possibilité de réserver les circuits pour un appel seulement lorsque


le correspondant demandé est réellement joignable.
2020/2021
44 Mériem Afif - INSAT
Réseau sémaphore SS7
 Toutes les liaisons sémaphores forment un réseau pour le transfert
de la signalisation. Ce réseau possède des commutateurs de
paquets et des équipements terminaux qui sont les centraux
téléphoniques.

 Le réseau sémaphore permet à deux centraux de pouvoir


s'échanger à tout moment des messages de signalisation
indépendamment des circuits établis entre eux.

 Chaque central est relié à un terminal sémaphore qui agit comme


source de messages de signalisation pour permettre le dialogue
avec les autres centraux : cette fonction est appelée "Point
Sémaphore" (PS). Le réseau sémaphore permet de faire
communiquer les PS entre eux grâce à des commutateurs de
paquets appelés "Points de Transfert Sémaphores" (PTS).

2020/2021
45 Mériem Afif - INSAT
Réseau sémaphore SS7

2020/2021
46 Mériem Afif - INSAT
Réseau sémaphore SS7
 Le réseau sémaphore SS7 utilise deux modes de fonctionnement :

 Le mode associé : deux points sémaphores sont directement


reliés par une liaison sémaphore, et la commande des circuits
entre ces points sémaphores se fait via cette liaison
sémaphore.

 le mode quasi-associé : deux points sémaphores ne sont pas


directement reliés par une liaison sémaphore, et les messages
SS7 concernant les circuits entre ces deux PS transitent via un
ou plusieurs PTS prédéterminés.

2020/2021
47 Mériem Afif - INSAT
Architecture SS7
La structure en couches basses du SS7 est proche du modèle OSI.
Par ailleurs, nous ne détaillerons que les quatre premières couches
de protocoles (MTP1, MTP2, MTP3, SCCP) car ce sont les seules
couches reprises par le système GSM à l'interface A.

 Le MTP (Message Transfert Part) : Le MTP offre un service de


transfert fiable des messages de signalisation. Il est divisé en trois
niveaux (MTP1, MTP2, MTP3) proches des trois premières couches
du modèle OSI :
 MTP1 : couche physique

 MTP2 : procédures d'acheminement des données sur une


liaison
 MTP3 : routage et contrôle

2020/2021
48 Mériem Afif - INSAT
Architecture SS7 : MTP (Message Transfert Part)

 Le MTP1 : définit les caractéristiques physiques, électriques et


fonctionnelles d'une liaison physique (= liaison sémaphore de données
dans le vocabulaire SS7) et les moyens d'y accéder. On utilise le plus
souvent des conduits numériques à 64 kbit / s.

 Le MTP2 : définit les fonctions et les procédures de transfert des


messages de signalisation de façon à fournir un transfert fiable entre deux
points. Ce niveau est comparable à la couche liaison de données du
modèle OSI. Les données échangées sont des "trames sémaphores". Le
protocole utilisé contient un mécanisme de contrôle de flux, de détection
d'erreur et de correction par retransmission.

 le MTP2 comporte un mécanisme de surveillance du taux d'erreur


sur la liaison sémaphore.

 Le MTP3 : définit les fonctions et les procédures de transfert de messages


entre les nœuds du réseau sémaphore (PS ou PTS). Il comprend deux
fonctions : orientation des messages de signalisation et gestion du
réseau sémaphore.
2020/2021
49 Mériem Afif - INSAT
Architecture SS7 : MTP 3 (Message Transfert Part)

 La fonction d'orientation réalise le routage des messages entre


l'expéditeur et le destinataire à travers le réseau sémaphore SS7.

 La fonction de gestion sémaphore permet d'établir des actions et


procédures nécessaires pour assurer le service de signalisation et de
réagir en cas de défaillance du réseau sémaphore afin que le
fonctionnement du SS7 se déroule toujours dans les conditions
normales.
 Par exemple, des canaux sémaphores de secours peuvent être
utilisés pour détourner le trafic de signalisation. Pour détecter les
défaillances, le MTP3 utilise les informations de surveillance
provenant du niveau 2.

2020/2021
50 Mériem Afif - INSAT
Architecture SS7 : SCCP (Signalling Connection
Control Part)

Le SCCP offre deux services supplémentaires par rapport au MTP :

 L'échange de signalisation pure au niveau international : le SCCP permet


de réaliser l'interconnexion de réseaux et l'adressage au sein de plusieurs
réseaux.

 Le service orienté connexion : le SCCP permet d'offrir des services avec


connexion non présents dans le MTP.

2020/2021
51 Mériem Afif - INSAT
Architecture SS7 : SCCP (Signalling Connection
Control Part) et le GSM
 SCCP : offre quatre types de services :

 deux sont sans connexion et


 deux autres sont avec connexion

 Le système GSM exploite deux d'entre eux : le service sans


connexion sans garantie de séquencement (classe 0) et le
service orienté connexion sans contrôle de flux (classe 2).
On retrouve ce dernier service au niveau de l'interface A.

2020/2021
52 Mériem Afif - INSAT
Architecture SS7 : SCCP (Signalling Connection
Control Part) et le GSM
Le service orienté connexion est réalisé grâce à trois types de messages :

 des messages d'établissement de connexion :


 "CONNECTION REQUEST", CR
 "CONNECTION CONFIRM", CC
 "CONNECTION REFUSED", CREF

 des messages destinés à transférer les données :


 "DATA FORM 1", DT1

 et ceux de fermeture de connexion :


 "RELEASED", RLSD
 "RELEASE COMPLETE", RLC.

 Remarque : que certains messages dont "CONNECTION REQUEST" et


"CONNECTION CONFIRM" peuvent transporter des données des couches
supérieures.
2020/2021
53 Mériem Afif - INSAT
Architecture SS7 : SCCP (Signalling Connection
Control Part) et le GSM : interface A
Au niveau de l'interface A, le SCCP demandeur et le SCCP demandé sont soit le SCCP
du BSC et le SCCP du MSC, soit l'inverse.

 Phase de connexion :
 Un SCCP demandeur (du BSC ou du MSC) envoie un message "CR" au
SCCP demandé (du MSC ou du BSC) pour lui demander d'établir une
connexion sémaphore. A la réception du message "CR", le SCCP demandé
engage, s'il le peut, l'établissement de la connexion sémaphore.

 Si l'établissement de la connexion a été bien exécuté, le SCCP demandé


informe le SCCP demandeur par le message "CC". Au contraire, si le SCCP
demandé refuse d'établir la connexion, un message "CREF" est généré.

 Phase de transfert de données : Un message DT1 peut être envoyé par l'une ou
l'autre des extrémités d'une connexion sémaphore établie, et sert à faire passer de
façon transparente des données utilisateur entre deux nœuds SCCP.

 Phase de déconnexion : Lorsque un SCCP veut libérer la connexion sémaphore, il


envoie un message "RLSD" à l'autre SCCP. Après la réception de ce message, un
autre message "RLC" est généré dans l'autre sens pour confirmer le bon
déroulement de la procédure de déconnexion.
2020/2021
54 Mériem Afif - INSAT
Architecture SS7 : SCCP (Signalling Connection
Control Part) et le GSM : interface A

2020/2021
55 Mériem Afif - INSAT
GSM : Architecture mobile/fixe

2020/2021
56 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A

Au dessus des couches MTP et SCCP, on trouve le BSSAP (BSS


Application Part). Cette couche est formée de deux sous-couches :
la sous-couche BSSMAP et la sous-couche DTAP.

 Entre le BSC et le MSC transitent deux types de messages :


 les messages interprétés par le BSC qui ont trait à la gestion
des ressources radio (sous-couche BSSMAP)

 et les autres messages qui sont en fait échangés entre le


mobile et le MSC (sous-couche DTAP) : dans ce deuxième
cas, le BSC joue le rôle de répéteur. Une "fonction de
distribution" permet d'orienter les messages vers la couche
BSSMAP ou DTAP.

2020/2021
57 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
BSSMAP
Le BSSMAP (BSS Management Application Part)

Le protocole BSSMAP spécifie le dialogue pour les messages véritablement


générés ou interprétés par le BSC. Ces messages peuvent être classés en
deux catégories : ceux qui concernent un BSC et ceux qui sont liés à un canal
radio dédié particulier.

 Pour la première catégorie, les messages générés utilisent le SCCP en


mode non connecté (classe 0) et concernent :

 la mise hors service de circuits de parole entre le BSC et le MSC


 l'interrogation des ressources disponibles au BSC
 la réinitialisation du MSC ou du BSC
 l'appel en diffusion d'un mobile sur une zone de localisation donnée
 la suggestion faite au BSC de transférer si possible des
communications depuis une cellule désignée vers une liste donnée de
cellules.
2020/2021
58 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
BSSMAP

Pour la seconde catégorie, les messages envoyés utilisent le SCCP en mode


connecté (classe 2) et concernent :
 la remise au MSC du message initial du mobile émis sur canal radio
dédié
 l'allocation d'un canal radio TCH

 l'exécution d'un handover

 le passage en mode chiffré

 la libération du canal radio dédié

2020/2021
59 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
DTAP
Le protocole DTAP (Direct transfert Application Part) : gère des
échanges de messages entre le mobile et le MSC passant par le
BSC. Ce dernier réémet tous les messages reçus sans aucune
interprétation. Le DTAP utilise le SCCP en mode connecté
(classe 2).

Un message DTAP appartient à l'une des classes suivantes :


 RR (Radio Ressource management)

 MM (Mobility Management)

 CM (Call Management). Cette couche est découpée en trois


sous-couches : CC (Call Control), SMS (Short Message
Service) et SS (Supplementary Services).

2020/2021
60 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
DTAP- RR-Gestion des ressources radio
La couche RR permet :
 l'établissement, le maintien et la libération de canaux radio dédiés.

 Elle gère également le handover et le chiffrement.

 Cette couche est présente au niveau du mobile et du BSC. Toutefois, deux


messages peuvent apparaître au MSC (transitant à l'interface A) :

 le message "RR Handover Command" est transmis par le MSC


dans le message "BSSMAP Handover Command" ou par le BSC
cible dans le message "BSSMAP Handover Request Acknowledge"

 le message "RR Paging Response" émis par le mobile et encapsulé


dans le message "BSSMAP Complete Layer 3 Information" arrive
jusqu'au MSC. Ce message est la réponse du mobile à l'appel du
MSC (message "Paging").

2020/2021
61 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
DTAP- MM - Gestion de l'itinérance

 La couche MM permet de remplir les fonctions suivantes :

 la localisation de l'abonné
 l'authentification
 l'allocation de TMSI (identifiant temporaire de l'abonné mobile)
 l'établissement d'une transaction CM d'origine MS
 la synchronisation pour les niveaux supérieurs
 la surveillance de l'activité de l'infrastructure
 le rétablissement de communication

2020/2021
62 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
DTAP- Localisation de l’abonné

 Lorsque le mobile est en veille, le réseau mémorise son


emplacement en termes de zone de localisation. Les procédures
engendrées sont :

 mise à jour de localisation, périodique ou normale,

 IMSI Attach, invoqué lors de l’activation de la station mobile,

 IMSI Detach signalant la mise hors tension du mobile ou le


retrait de la carte SIM.

 L’IMSI Detach se fait par l’envoi du message


MM_IMSIDetachIndication.

2020/2021
63 Mériem Afif - INSAT
Mise à jour de localisation
2020/2021
64 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
Authentification

 Le rôle de la procédure d’authentification est double :

 vérifier que l’identité fournie par le mobile est correcte,

 transmettre au mobile la clé de chiffrement.

 Les messages impliqués sont :


 MM_AuthenticationRequest,
 MM_AuthenticationResponse,
 MM_AuthenticationReject.

2020/2021
65 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
Allocation de TMSI

 L’intérêt d’une identité temporaire est de protéger l’abonné contre


l’identification et localisation par un intrus.

 Le TMSI est une identité locale restreinte à une zone de


localisation.

 L’allocation de TMSI peut être accomplie par la procédure dédiée à


cet effet ou implicitement par d’autres procédures utilisant le TMSI
(mise à jour de localisation, établissement d’appel).

 Le réseau lance la procédure en envoyant le message


MM_TMSIReallocation Command contenant le nouveau couple
(LAI, TMSI). L’opération est acquittée par le message
MM_TMSIReallocationComplete.

2020/2021
66 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
Etablissement d’une transaction

 L’établissement d’une transaction CM d’origine MS consiste en :


 un message précurseur MM_CMServiceRequest : envoyé par le
mobile,
 et une séquence de signalisation orchestrée par le MSC. Ce dernier
peut demander l’authentification de l’abonné et le passage en mode
chiffré.
 La réponse positive à la demande de la MS est réalisée par l’envoi
d’un MM_CMServiceAccept.

 Le MSC peut refuser l’accès au service CM par l’intermédiaire du


MM_CMServiceReject.

 Du fait que le message MM_CMServiceRequest ne contient pas de


référence de la connexion CM à établir, puisque l’identifiant de transaction
n’est présent que dans les messages CM, le lancement d’une seconde
procédure d’établissement générique avant l’aboutissement de la
première est interdit.

2020/2021
67 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
Synchronisation- Surveillance-Rétablissement
 Synchronisation pour les niveaux supérieurs

Cette fonction veille à ce qu’il n’y ait pas de procédure d’établissement de


connexion CM entreprise pendant l’exécution d’une procédure de mise à jour de
localisation (avant l’arrivée du MM_LocationUpdatingAccept).

 Surveillance de l’activité de l’infrastructure

La couche MM vérifie continûment s’il y a une transaction CM en cours sur les


canaux dédiés établis. Dans le cas contraire, si l’infrastructure ne se manifeste
pas avant un certain temps (timer), le mobile relâche les canaux et retourne en
état veille.

 Rétablissement de communication

Cette procédure est similaire au handover déclenché par le mobile dans d’autres
systèmes de radiocommunications. Elle permet de reprendre la communication
par suite d’une perte due par exemple à une tentative de handover trop lente.

2020/2021
68 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
CM - Gestion des communications

La couche CM est divisée en trois sous-couches :


 CC (Call Control) : gestion d'établissement d'appel
 SMS (Short Message Service) : gestion des messages courts
 SS (Supplementary Services) : gestion des services supplémentaires

 La gestion des communications (Communication Management) se charge des fonctions


suivantes :
 gestion des attributs d'une communication
 établissement du circuit entre demandeur et demandé
 gestion des services à l'alternat (basculement parole/données)
 gestion des appels multiples (conférence, mise en instance/attente de l'appel)
 libération de l'appel
 gestion des services supplémentaires
 communication des messages courts
 Contrôle des appels

CC est la partie de la couche CM qui s’occupe du traitement des erreurs. Elle gère les procédures
suivantes :
 établissement d’appel
 signalisation durant l’état actif de la communication
 libération d’appel.
2020/2021
69 Mériem Afif - INSAT
Rappel : Mise en œuvre de l’appel
entrant

2020/2021
70 Mériem Afif - INSAT
Echange de messages lors de l’établissement d’un appel sortant /
entrant

2020/2021
71 Mériem Afif - INSAT
Libération de la communication
2020/2021
72 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
CM -SMS

Messages courts (service SMS)

 Le service de messages courts point-à-point permet :


 la transmission de quelques dizaines de caractères entre une station mobile
GSM et une entité munie du protocole approprié.

 Le transfert se fait par l’intermédiaire d’un serveur, appelé Service Centre


(SMS-SC).

 Tout PLMN est capable de réaliser le service de messages entrants (Mobile


Terminating SMS).

 Par contre, certains MSC n’assurent pas la transmission de messages


sortants (Mobile Originating SMS). Quant à l’abonné, ces services ne lui
sont disponibles que s’il dispose d’un appareil mobile supportant les
fonctionnalités associées (et qu’il en soit souscripteur).

2020/2021
73 Mériem Afif - INSAT
Les couches hautes du réseau GSM à l’interface A :
CM -SS

Gestion des services supplémentaires

 Les services supplémentaires :


 apportent une valeur ajoutée au service téléphonique de base.

 permettent aux abonnés un certain niveau de contrôle sur


l’établissement des appels (ex : renvoi d’appel, interdiction d’appel)
ou bien une meilleure gestion des communications (ex: indication
de taxation, mise en instance/attente d’appel).

2020/2021
74 Mériem Afif - INSAT