Vous êtes sur la page 1sur 34

ETUDE D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL DE

L’AMENAGEMENT ET DU BITUMAGE DE LA
ROUTE KOUDOUGOU-DEDOUGOU AU
BURKINA FASO : UNE APPROCHE
METHODOLOGIQUE DANS LES CONDITIONS
DE LACUNE DES DONNEES SECONDAIRES.

Samuel Yonkeu
2iE, 01 B.P. 594 Ouagadougou 01
et Da Dapola Evariste
Université de Ouagadougou, UFR,
Sciences Humaine
Localisation du Burkina Faso
Burkina Faso B pays sahélien B 11 et 15° N B pénurie d’eau de
surface de 6 à 9 mois sur 12 du sud au nord du pays avec des
précipitations comprises entre 600 et 900 mm B amplitudes
thermiques élevées (15 à 45 degrés).

Burkina Faso
Localisation de la route à aménager
Tronçon de la route à
aménager d’environ 130 km

-tracé de la route existante


-route coloniale plusieurs fois
réaménagée par les différentes
Directions Régionales des Routes
L’approche de l’ÉIE
Justification, portée et Portée de l’étude (espace et
composantes du projet temps) et description des
éléments du milieu récepteur

Revue systématique des interactions potentielles

Consultation
Identification, description, Préoccupations du public
analyse et évaluation des impacts

Identification des mesures d’atténuation

Mesures de surveillance

Mesures de suivi

Plan de Gestion environnementale

Décision
Contenu du rapport d'ÉIE
• Raison d’être du projet
• Cadre législatif et institutionnel au Burkina Faso
• Description du projet et du site
• Description de l'environnement
• Analyse des effets environnementaux et de leur
importance
• Mesures d'atténuation appropriées
• Mesures de Suivi Environnemental
• Plan de gestion environnementale
Présentation du projet et de ces initiateurs
• L’aménagement et le bitumage de l'axe Koudougou –
Dédougou rentrent dans le cadre du Programme
d’Ajustement Sectoriel des transports du gouvernement
du Burkina Faso.
• Le Maître d'Ouvrage est l'État Burkinabé représenté par
le Ministère de l'Économie et des Finances et
• le Maître d'ouvrage délégué est le Ministère des
Infrastructures, de l'Habitat et de l'Urbanisme.
• Le Maître d'œuvre est la Direction Générale des Routes
(DGR/MIHU) et le Maître d'œuvre délégué est la
Direction de la Planification des Études et du Suivi
(DPES/DGR).
Raison d’être du projet
• Ce projet a pour principal objectif le désenclavement
de la province du Mouhoun. En effet, cette province est
une zone au potentiel agricole très important et elle est
considérée comme étant par excellence la zone
cotonnière du Burkina Faso.
• Le but visé par le désenclavement du Mouhoun est
donc l’évacuation de ses productions agricoles vers les
grands centres urbains tel Ouagadougou en passant par
Koudougou.
• Ce projet permettra également le développement des
localités traversées grâce à l'amélioration du transport
et aux effets induits que cela engendrerait (Koudougou,
Goundi, Tenado, Tiogo, Labien, Sao, Tchériba, Tikan
et Dédougou).
Cadre législatif et institutionnel au Burkina Faso
• La Loi Burkinabé sur l'évaluation
environnementale et son application aux
projets
– Décret
– Le règlement sur le processus d'ÉIE des projets
• La liste d'exclusion
• La liste d'inclusion
Cadre législatif au Burkina Faso
• Loi N°005/97/ADP du 30 Janvier 1997 portant Code de
l'Environnement au Burkina Faso.
• Décret N°97-110/PRES du 17 Mars 1997 portant promulgation de
la Loi N°005/97/ADP du 30 Janvier 1997 relative aux études et
aux notices d' impact sur l'environnement, stipule:
– en son article 17 que "les activités susceptibles d'avoir des incidences
significatives sur l'environnement sont soumises à l'avis préalable du
Ministère chargé de l'Environnement. L'avis est établi sur la base d'une
Étude d'Impact sur l' Environnement (E.I.E) ou d'une Notice d'Impact sur
l'Environnement (N.I.E) soumise à l'examen du cadre visé à l'article 7 ci-
dessus" ;
– en son article 19 que ‘‘L’étude d’impact sur l’environnement doit être
complétée par une enquête publique dont le but est de recueillir les avis et
les contres propositions des parties concernées par rapport à l’étude
d’impact sur l’environnement qui est présentée’’.
• Décret N° 2001-342/PRES/PM/MEE portant champ
d’application, contenu et procédure de l’étude et de la notice
d’impact sur l’environnement
Cadre législatif au Burkina Faso
• Loi N°006/97/ADP du 31 Janvier 1997 portant Code Forestier au Burkina
Faso.
• Décret N°111/PRES du 17 Mars 1997 portant promulgation de ladite Loi
relative à la protection des forêts, stipule en son article 50 que "toute réalisation
de grands travaux entraînant un défrichement est soumise à une autorisation préalable
du Ministère chargé des forêts sur la base d'une Étude d'Impact sur l'Environnement".
• Loi N°023/97/II/AN du 22 Octobre 1997 portant Code Minier du Burkina
Faso, relative à la préservation de l'environnement, stipule en son article 70 que
"tout titulaire d'un titre minier ou bénéficiaire d'une autorisation d'exploitation de
carrières doit, avant d'entreprendre sur le terrain tout travail susceptible de porter
atteinte à l'environnement…, préparer conformément au Code de l'environnement en
vigueur et soumettre à l'approbation de l'administration des Mines une E.I.E
accompagnée d'un programme de préservation et de gestion de l'environnement
comprenant un plan de réhabilitation des sites à exploiter…"
• Arrêté conjoint N° 2003-008/MITH/MECV/MASSN portant création, d’une
Cellule de Gestion Environnementale et Sociale (CGSES) qui en son chapitre
I, Article 3 définit les missions de la Cellule de Gestion Environnementale et
Sociale, à savoir ‘‘la prise en compte des préoccupations environnementales et
sociales dans la conception et la mise en œuvre des projets et programmes sous tutelle
du Ministère des Infrastructures, des Transports et de l’Habitat’’
Cadre institutionnel
• Du point de vue institutionnel, cinq ministères
sont concernés par cette E.I.E du projet d'étude
de faisabilité technico-économique de la route
Koudougou – Dédougou. Il s'agit du:
– Ministère de l'Économie et des Finances;
– Ministère des Infrastructures, de l'Habitat et de
l'Urbanisme;
– Ministère de l'Environnement et du Cadre de Vie;
– Ministère des Carrières et Mines.
– Ministère de l’Agriculture, de l’hydraulique et des
ressources halieutiques
Description du projet

• Il s’agit de l’aménagement et du bitumage de la route


Koudougou – Dédougou, longue d’environ 130 km
• un certain nombre d’opérations:
– la réhabilitation lourde,
– l’élargissement de la chaussée lorsqu’elle est étroite par
rapport à la norme,
– son redressement lorsqu’elle est très sinueuse et/ou lorsqu’elle
comporte des virages dangereux,
– l’ouverture des fossés pour l’assainissement,
– la lutte contre l’érosion de ces fossés et
– du revêtement
Description du projet
• la réhabilitation englobent,
– la remise en forme de la plate-forme,
– l’apport de matériaux,
– l’arrosage,
– le compactage,
– la réfection et l’entretien des ouvrages hydrauliques et des ouvrages
d’art,
– la confection de nouveaux ouvrages,
– la déforestation jusqu’à 5 m à l’extérieur des fossés,
– la stabilisation et l’entretien des talus,
– le placement et l’entretien de la signalisation
• l’élargissement de la route et son redressement,
l’ouverture des fossés, comportant
– la déforestation,
– la démolition des habitations et autres infrastructures socio-
économiques et culturelles,
Description du projet
• la lutte contre l’érosion des fossés qui comprend,
– la reprise des fonds et parois érodés,
– la reprise des accotements,
– l’ouverture des divergents.
• le revêtement nécessitant
– l’apport de granulats,
– l’exécution d’un enduit général et d’un tapis général en matériaux
enrobés.
• Ces activités, pour être réalisées, demandent un équipement
lourd et bien approprié:
– bulldozer,
– camions bennes et citernes,
– niveleuse,
– pelle chargeuse,
– compacteur.
Description du projet
• La confection des ouvrages requiert
– des buses métalliques,
– des buses en béton,
– du béton et
– de l’acier à haute adhérence
• En outre, l’exécution des travaux requiert aussi
– l’installation des bases vie et des magasins.

• La main d’œuvre est constituée


– de quelques cadres (ingénieurs et techniciens supérieurs) et
– d’une multitude d’ouvriers qualifiés ou non
Description du milieu avant le projet
• Les méthodes et les techniques utilisées pour la collecte
des données de terrain ont été :
– l’analyse des documents existants aussi bien au niveau des
administrations centrales qu’au niveau régional.
– la consultation des personnes ressources et les populations
– l’interprétation des photographies aériennes au 1/50 000éme de
la zone d’étude et la
– réalisation de cartes ainsi que la planimétrie du couvert végétal
et des champs cultivés de tous les secteurs avoisinant la piste.
– les observations et mesures de terrain,
– les enquêtes auprès des populations.
• En l’absence de données secondaires nous avons utilisé
l’approche méthodologique ci-dessous
Méthodologie de collecte des données
Analyse du trajet (schéma itinéraire environnementale) choisi pour le
projet par le Ministère des Travaux Publics pour Maître le d’ouvrage

Équipe de recherche
Visite de terrain ÎCollecte
-Environnementaliste
des données: Inventaire et -Géographe
contraintes (État de la chaussée, -Socio-économiste
Écosystèmes, Hydrosystème, -Hydrologue
paysage, société), photos

Interprétation des photos


Fiches descriptives par aériennes, Descriptions des sites
site (profil environnemental)

Matrice d’impact: Cartographie des contraintes par


27 domaines et 38 sources site (bas-fonds, barrages, etc.)
Analyse de l’état de référence de la route

Fossé dégradé Pont étroit


Radier dégradé Crevasse et stagnation d’eau
Analyse de l’état de référence de l’environnement

Végétation ligneuse Champ de coton


et Herbacée

Champ de sorgho
Analyse de l’état de référence de l’environnement

Bas fond avec des espèces


aquatiques (nénuphar, etc.)

Espèce domestiquée
(rônier)

Espèce introduite (teck)


Consultation du public

Une séance de consultation du public dans le village


de Goundi.
Exemple de fiche descriptive (profil environnemental)
• N°17
• Point Kilométrique (PK) : 77,90
– Au niveau du village de : Tchériba (plaque indiquant le village)
– Types de sols : Sablo-Argileux, Sableux à gravillonnaire avec affleurement
de cuirasse
– Présence d’eaux : Néant
– Végétation : Plantation à Azadirachta indica ; savane parc à Azadirachta
indica et Parkia biglobosa
– Faune : Faible
– Relief : Plaine temporairement inondée
– Présence humaine : Forte
– Présence de bétail : Élevage de bovins, caprins
– Activité économique : Commerce (poterie), agriculture
– Problèmes observés : Maisons à proximité de la chaussée
Exemple de fiche descriptive (profil environnemental)
• Fiche N° 17 (suite)
• Observations
– Ponts aux PK 80,05 ; 81,05 ; 87,10 ; 88,05
– Ondulations aux PK : 80,40 ; 80,80 ; 81,10 – 81,60 ; 81,90 – 82,95 ;
85,30 ; 85,75.
– Crevasses aux PK : 78,20 ; 81,00 ; 84,00 ; 84,40 ; 85,00 – 85,20
– Rizière et radier au PK 87,10
– Pompe à essence PK 79,00
– Mosquée PK 79,50
Enjeux environnementaux du projet

• La présence des plans d’eau naturels (mares, bas-fonds


inondables) et artificiels (barrages)
• la diversité biologique avec la proximité des forêts
classées de Tiogo, Tissé, Kari et Toroba
• La présence des espèces végétale protégées (Rônier, le
Karité, le Tamarinier, etc.)
• La destruction des biens culturels (forêts sacrées, les
arbres coloniaux)
• La destruction des maisons et bien
• Le risque des IST/SIDA
Un Exemple de la Matrice d’impact
Éléments de Eau Sol Végétation et Faune
l'environnement

intégrit écou régime quali qualité disponi qualité végétat faune espèces
é des leme sédime té des bilité des ion et menacées
plans nt ntaire des eaux d’eau sols habitat et protégées
Activités sources d'eau des eaux souterr s
d'impact et bas- eaux de aines
fonds surfa
ce
Contrôle des eaux de X X X X X
ruissellement et de
drainage

Ouvrages de X X X X X X X
dérivation temporaire
de cours d'eau

Curage des fossés et X X


exutoires

Implantation des X X X X X
ouvrages

Murs de soutènement

Chemins d'accès aux


bâtiments

Utilisation de X X X
machinerie et engins
lourdes

Dépôts de matériaux X X X X X X X X
secs
Un exemple de Fiche d’impact
Durée : Longue_____ Moyenne_____ Courte___X_____
Activité (s) source (s)
Intensité : Forte__X_____ Moyenne_____ Faible________ d’impact : Déversement
Étendue : régionale___ Locale____X___ Ponctuelle_____
hasardeux des huiles de
vidage, fuite des moteurs
de véhicules et engins de
Importance
absolue de Majeure____ Moyenne___X__ Mineure____ chantier, rejets des
l'impact :
déchets solides et liquides,
Élément Oui__X__ Non_____ accidents de véhicules
valorisé par la Si oui Nature de la valorisation : utilisé pour les besoins
société domestiques et les activités

: Toutes les populations concernées


Composantes de
identification
du groupe qui l’environnement
valorise affectées : eaux de
Contrainte Respect de la réglementation sur la gestion intégrée des
légale ressources en eau surface, eaux
souterraines, sols
Mesure - Une surveillance permanente et rigoureuse du chantier
d’atténuation - Aménager des aires de stockage des produits toxiques et fuels
- Disposer des bacs pour collecter des huiles usées
Nature de l’impact :
- Sensibilisation des usagers Pollution des eaux de
Importance surface, des eaux
relative de
l'impact
Majeure____ Moyenne_____ Mineure___X___ souterraines et des sols
Exemple de description d’impact

• Impacts sur les sols


• Érosion des sols
– Les sols pourront être exposés à l’érosion dans les lieux de déboisement,
de décapage ou excavation, de terrassement, d’extraction de matériaux
d’emprunt, des travaux de cantonnage. Cette exposition aux intempéries
(pluies et vents) a pour conséquence l’augmentation du rythme de sa
dégradation, ce qui entraînerait la réduction des terres arables/végétales et
le remaniement des couches superficielles.
– L’emprise de la route étant déjà ouverte et de largeur suffisante sur la
grande partie du tracé, la zone d’étude ayant dans l’ensemble une pente
relativement faible, les phénomènes d’érosion si elle surviennent seront
d’importance mineure.
Exemple de description d’impact

• Impacts sur les sols (suite)


• Pollution des sols
– Les sols dans les endroits de stockage des matériaux secs, des
hydrocarbures et lubrifiants, des liants et émulsions de bitume, d’installation
de chantiers (base de vie) pourront être pollués par les rejets directs des
déchets liquides (huiles des vidanges, hydrocarbures et lubrifiants, restes de
liants et bitume). Cela est dû aux déversements hasardeux lors des
opérations de vidanges ou encore à travers des fuites (matériel roulant,
cuves, et accidents des camions citernes). Ces huiles ont la particularité de
boucher les pores des couches superficielles des sols et d’en croître
l’imperméabilité, d’où une augmentation des eaux de ruissellement, avec
risque de ravinement du terrain naturel. Elles tuent l’herbe et les micro-
organismes qui participent au processus de formation de la couche
huminifère du sol. Les sols dans les endroits cités ci-dessus pourront
également être pollués par les déchets solides (gravats, épaves, carcasses
d’engins, batteries, déchets divers etc.).
– Cette pollution des sols sera d’apparition immédiate, relativement localisée,
d’intensité faible et de courte durée, donc d’importance faible.
Exemple de mesures d’atténuation
• Pollution des sols
• Il faudra aménager les aires de stockage des produits toxiques,
de vidange et de distribution de carburants et de lubrifiants en
les bétonnant, installer des bacs pour vidanger les huiles à la
base de l’entreprise, récupérer et acheminer les produits de
vidange vers une station agréée pour un éventuel recyclage. Ceci
permettra d’éviter les contacts des hydrocarbures avec les
couches superficielles des sols.
• Pour toutes ces actions, l’entreprise devra être sensibilisée, de
même que les utilisateurs de la route.
• Des mesures réglementaires avec des clauses de sanction contre
les contrevenants devront être clairement énoncées et tenues la
disposition des entreprises et des usagers comme recours en cas
de non discipline après des campagnes de sensibilisation
Exemple de mesures de suivi
• Le suivi environnemental qui ne concernera que quelques impacts
environnementaux, les plus préoccupants du projet, dont
l’évaluation comporte encore des incertitudes quant aux risques et
à l’ampleur (intensité) des dommages sur l’environnement
(biophysique et humain) permettra de déterminer précisément les
modifications de l’environnement résultant de la mise en œuvre du
projet.
• Les impacts environnementaux qui feront l’objet du suivi sont
• La disponibilité en eau dans les points d’approvisionnement de l’entreprise
pendant les travaux;
• La qualité des eaux de surface et des eaux souterraines au niveau des points
d’eau où les populations s’approvisionnent pour leurs besoins domestiques;
• L’intégrité des plans d’eau naturels (mares, bas-fonds inondables) et artificiels
(barrages) en ce qui concerne leur qualité, leur fonctionnalité et leur valorisation
(en terme de ressource, de réservoir de biodiversité);
• L’intégrité de la diversité biologique des forêts classées de Tiogo, Tissé, Kari et
Toroba
• L’évolution dans la zone d’étude des IST/SIDA au travers de l’analyse des flux
migratoires dans la zone d’étude et du taux de prévalence de ces maladies
PLAN DE GESTION ENVIRONNENTALE

• Construction de la fiche d’action


environnementale
– 1. Identification de l’action environnementale à mener
– 2. Objectif(s) de l’action (= Résultats à atteindre par l’action)
– 3. Différentes taches de l’action
– 4. Acteurs chargés de la mise en œuvre (réalisation de
l’action)
– 5. Lieu(x) de mise en œuvre de l’action
– 6. Calendrier (période) de mise en œuvre de l’action
– 7. coûts de mise en œuvre de l’action
– 8. Indicateurs de suivi de l’efficacité de l’action
– 9. Acteurs de suivi de l’efficacité
PLAN DE GESTION ENVIRONNENTALE
Impact Action Objectif de Tâches de l’action Acteurs de
environnementale l’action environnementale l’action
Récepteur

Sols Pollution par les Installation d’un Minimiser/éviter Confection de bacs Une entreprise
hydrocarbures et bac métallique le contact des métalliques et
autres déchets pour les vidanges à hydrocarbures installation à +
la base et de bacs à avec les couches 50cm au-dessus du
ordures superficielles des sol
sols et dépôts
anarchiques des
ordures

Acteur de suivi Lieu de mise en Coût de mise en Calendrier Indicateur de suivi


œuvre de l’action œuvre de l’efficacité de
l’action et Acteurs
de suivi de
l’efficacité

Mission de contrôle Base de vie 15 000 Fcfa/unité Chaque année en L’existence de bacs,
Cellule de Gestion début de campagne absence d’ordures et
Environnementale et de tâches d’huile ou
sociale (CGES) d’hydrocarbure sur le
sol, aucune fuite
relevée sur les bacs
par la structure
compétente