Vous êtes sur la page 1sur 27

Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

Université de Jijel

Faculté des Sciences et de Technologie

Département d’Enseignement fondamentale des Sciences et de Technologie

Cours de technique d’expression et de


communication

Deuxième année ST

Réalisée par :

Dr : S.Bouraoui

Responsable de la matière.

Année universitaire : 2018/2019.

1
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

OBJECTIF GÉNÉRAL :

Améliorer ses capacités d'expression, de communication,

relation, d'initiative.

Contenu de la matière

Chapitre 1: Rechercher, analyser et organiser l’information.

Chapitre II: Améliorer sa capacité d’expression.

Chapitre III: Améliorer sa capacité de communication dans des situations d’interaction.

Chapitre IV. Développer son autonomie, sa capacité d’organisation et de communication


dans le cadre d’une démarche de projet.

2
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

I. Rechercher, analyser et organiser l’information:

I.1. Préparer la recherche

I.1.1 Choisir son sujet

Prendre le temps de bien définir son sujet au départ permet d’en sauver beaucoup
lorsque vient le temps de la recherche documentaire et de la prise de notes. Plusieurs critères
sont à considérer pour choisir son sujet. Divers facteurs influencent le choix du sujet. Certains
sont plus personnels, d’autres sont externes comme le temps alloué et la documentation
disponible. En choisissant son sujet rationnellement, le travail pourra aisément se planifier en
permettant ainsi de sauver du temps et d'éviter des erreurs.

I.1.2 Cerner le sujet. Questionner le sujet:

Une fois son sujet de recherche choisi, il est utile de bien le cerner et de préciser le but
du travail à réaliser afin d’établir une stratégie qui permettra de trouver les bons documents.

I.1.3 Distinguer les types de documents

Selon le besoin d’information, il est important de choisir le type de document approprié et


d’identifier l’outil de recherche le plus performant pour repérer ce document.

I.1.3.1 Les différents types de documents


• Les archives:
Les archives sont les sources à privilégier pour documenter le passé. Qu’il s’agisse de
documents personnels, administratifs, financiers ….etc. elles constituent des matériaux
indispensables à l’histoire. Elles peuvent aussi fournir des informations sur les causes d’un
événement ou d’une situation présente (ex : anciens plans de construction ou
d’aménagement).
• Les articles de journaux:
On y retrouve de l’information factuelle, politique et statistique sur les événements
d’actualité locale, nationale et internationale. Les sujets y sont souvent traités d’un point de
vue plus informatif qu’analytique.

3
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

• Les articles de revues (périodiques)


Les articles de revue offrent une information spécifique, avec un niveau d’analyse
variable mais habituellement plus profond qu’un article de journal. Son contenu est souvent
plus actuel que dans les livres.
• Les livres (monographies)/ Manuels (Handbooks):
On consulte les livres pour faire le point sur son sujet, trouver des arguments et étayer
les idées qu’on souhaite formuler.
En général, les livres traitent d’un sujet assez en profondeur et font souvent référence à des
personnes connues, à des événements, à des recherches, à des faits passés ou contemporains.
Cependant, certains livres tels le roman, le récit, la nouvelle, etc. font l’objet d’analyse ou de
critique littéraires.
Parfois, seulement une partie d’un livre est retenue pour un travail. La référence est alors
faite uniquement à cette partie. C’est couramment le cas avec les chapitres de livres.
Dans le domaine de l’éducation, des livres sont conçus à des fins didactiques et reçoivent
l’appellation " Manuels ". Parmi les manuels, il y a les "handbooks" qui donnent un accès
rapide et pratique à l’information.
• Les brevets
Le brevet est un document légal émis par les gouvernements pour des produits ou des
procédés nouveaux susceptibles d’applications industrielles.
Le brevet donne accès à de l’information technique et stratégique ne se trouvant pas dans les
revues savantes.
• Les cartes
Ce type de documents aide à visualiser la réalité d’un territoire. Les multiples formes de
représentation aident à comprendre et situer les phénomènes de géographie physique ainsi que
les phénomènes sociaux, politiques, économiques, etc.
Il peut s’agir de cartes topographiques, géologiques, climatiques, écoforestières, de plans
(utilisation du sol ou autres), de photographies aériennes, etc.
• Les dictionnaires et les encyclopédies:
Ouvrages de référence à consulter au début de la recherche car ils fournissent de
l’information factuelle. Les encyclopédies renferment des articles qui font le point sur des
grands thèmes (généraux ou spécialisés) et sont généralement écrits par des spécialistes.

4
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

• Les données/ Les statistiques


Ce type d’information permet de décrire qualitativement et quantitativement une situation
actuelle. Outre les données statistiques, on peut aussi exploiter, par exemple, des données
financières, marketing et des données géo-spatiales.
• Les lois et règlements/ normes
Les recueils juridiques présentent l’aspect légal d’un fait, d’une situation ou d’un
évènement. Ils sont de nature variée : lois, règlements, conventions, jurisprudence, traités.
• Les thèses/ Les mémoires
Ces rapports de recherche sont spécifiquement rédigés dans le cadre des études
supérieures universitaires et exposent les résultats des auteurs.
Ces documents recèlent une information inédite qui rassemblent l’essentiel de la littérature sur
une problématique et en exposent les différents points de vue de la réflexion de l’auteur.
En sachant distinguer les types de documents, on peut mieux identifier ceux qui seront
utiles pour la réalisation d’un travail de recherche en particulier.

I.2. Rechercher l’information:

I.2.1. Etablir la stratégie de recherche:


La technique de recherche doit s'adapter selon que l'outil de recherche utilisé est un
catalogue de bibliothèque, une base de données spécialisée ou un navigateur Web. On
cherche souvent avec les premiers mots clés qui se présentent à l’esprit, et ceux-ci ne sont pas
les plus efficaces pour repérer de l’information. Réfléchir au préalable à une stratégie facilite
le passage d'un outil de recherche à l'autre.

I.2.1.1. Les 7étapes de la stratégie de recherche:


Etape 1: Décomposer le sujet en concepts
Préalablement, il importe d’avoir bien cerné son sujet pour être en mesure d’identifier
quels sont les concepts importants qui s’y trouvent. Les mots clés utilisés pour faire la
recherche documentaire représenteront ces concepts. Pour les identifier facilement, il suffit
d’imaginer le document idéal : quels mots clés devraient absolument s’y trouver? Une autre
astuce consiste à simuler la réponse la plus brève possible qui peut être fournie au journaliste
qui nous demande « Sur quoi travaillez-vous? ». Les mots significatifs de cette réponse
renfermeront les concepts.

5
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

Par ailleurs, un concept peut être autant un mot (ex : « contaminant ») qu’une expression (ex :
« cycle de vie »).
Plus nombreux seront les concepts identifiés, plus précis seront les résultats trouvés car on
exige alors que les documents renferment tous les concepts identifiés.
Exemple:
Étape 1 Énoncer le sujet en une phrase ou une question.
Comment se caractérisent les enjeux liés à la sécurité du transport des matières dangereuses
sur le territoire québécois?
Étape 2 Ne retenir que les mots significatifs.

Sécurité Transport Matières dangereuses Québec

❖ Éviter les termes qui décrivent les relations entre les idées et ne caractérisent pas
vraiment le sujet de recherche. Exemples : CARACTÉRISER, CAUSES,
CONDITIONS, CONSÉQUENCES, EFFETS, ENJEUX, SITUATION,
OPTIMISATION , TENDANCES.
❖ Ne pas considérer les mots vides de sens comme COMMENT, SE, LES, LA, DU,
etc.
Maintenant que les concepts sont identifiés, il faut les enrichir avec des mots clés. C’est
l’objet de l’étape 2.
Etape 2: Enrichir son vocabulaire.
❖ Synonymes et termes équivalents
Pour chacun des concepts identifiés, le vocabulaire est enrichi en dressant la liste des
synonymes ou des termes équivalents. Pour cette fin, envisager :
• Les variantes orthographiques et grammaticales (ex : pluriel).
• Les acronymes (de plus de 3 lettres).
• Les mots de même famille.
• La traduction des termes en anglais, car la littérature savante est souvent publiée dans
cette langue.
❖ Plan de concept
Pour bien structurer sa pensée, il est utile d’inscrire ces mots clés dans un plan de
concept. Le plan de concept est un outil de réflexion indépendant de l’outil de

6
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

recherche utilisé. Il aide à organiser ses idées et faire un suivi sur les mots clés
performants.
Exemple :
Concept 1 Concept 2 Concept 3 Concept 4

Sécurité Transport Matières dangereuses Québec

Mots clés associés Mots clés associés Mots clés associés Mots clés associés

Sécurité Transports Matières dangereuses Québec

Risques Train Pétrole Mégantic

Bateau Hydrocarbures Canada

Gaz de schiste

Gaz de shale

Anglais :

Concept 1 Concept 2 Concept 3 Concept 4

Sécurité Transport Matières dangereuses Québec

Mots clés associés Mots clés associés Mots clés associés Mots clés associés

Safety transports Hazardous material Québec

Risks Trains Hazardous commodity Mégantic

Boats Dangerous good Canada

Dangerous substance

Dangerous substance

❖ Ouvrages de référence

Pour aider à identifier des mots clés, la consultation de dictionnaires généraux ou


spécialisés ainsi que d’encyclopédies ou d’autres ouvrages de référence s’avère fort utile.

❖ Exploitation des mots clés

Dans le plan de concepts, identifier les mots clés ayant un même début de chaînes de
caractères. La majorité des outils de recherche offre la fonctionnalité de recherche

7
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

appelée troncature qui est fort utile pour élargir la recherche à tous les mots ayant la
même racine. Ex. : Petrol repère Petrol, Pétrole, Pétrolier, Pétrolière, Pétrolate,
Pétrolatum, Petroleum.

Il est intéressant aussi d’identifier dans le plan de concept les mots clés qui sont à
rechercher en tant qu’expression exacte. La majorité des outils de recherche offre cette
fonctionnalité de recherche par l’encadrement des expressions avec les guillemets
anglais. La recherche exacte permet de repérer les mots exactement dans l’ordre
demandé, sans les séparer.

❖ Quelques autres astuces à connaître :


• La casse et les accents n’ont généralement pas d’impact
• Google fait une recherche de synonyme par défaut.
• Certains outils de recherche offre le masque (?) qui remplace un ou zéro caractère.
Ex : Behavio?r repêche Behavior et Behaviour
• Pour plus de détails sur l’existence ou non de la troncature ou du masque dans l’outil
utilisé, toujours consulter l’aide en ligne de cet outil de recherche.
Maintenant que les idées sont bien organisées dans le plan de concept, il faut comprendre
les opérateurs logiques qui lient les mots clés entre eux. C’est l’objet de l’étape 3.
Etape3: Comprendre les liens logiques entres les mots clés.
Pour interroger efficacement l’outil de recherche, il est important d’utiliser adéquatement
les liens logiques entre les divers mots clés recensés dans le plan de concept. Les principaux
opérateurs sont représentés dans les schémas suivants.
✓ Opérateurs logiques ET (AND):

Cet opérateur est utilisé pour croiser les concepts entre eux.
• ET est l’opérateur logique par défaut dans une majorité d’outils de recherche (comme
Google et Virtuose), il n’est donc pas nécessaire de l’écrire entre les termes de
recherche.

8
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

• Plus il y a de termes liés par ET, plus le nombre de résultats diminue.


• La majorité des outils de recherche le comprenne sous la forme AND en majuscules.

✓ Opérateurs logiques OU (OR)

• Cet opérateur est utilisé pour lier les mots clés associés à un seul concept (les
synonymes, les termes équivalents et les traductions)
• Plus il y a de termes liés par OU, plus il y a de documents repérés.
• La majorité des outils de recherche le comprenne sous la forme OR en majuscules.

✓ Opérateurs logiques SAUF (NOT)

• Cet opérateur est utilisé pour exclure des termes de la recherche.


• L’utiliser avec prudence pour ne pas exclure des résultats pertinents.
• La majorité des outils de recherche le comprenne sous la forme NOT en majuscule

Le rôle des opérateurs étant maintenant compris, l’étape suivante consiste à choisir
l’outil de recherche en s’assurant d’en connaître les particularités. C’est l’objet de l’étape 4.
Etape 4: Identifier l’outil de recherche à consulter.
Comme le langage d’interrogation peut varier d’un outil à l’autre, la requête de recherche
doit tenir compte de l’outil employé.
Voici quelques conseils pour bâtir votre requête de recherche :
• Vérifier que les guillemets sont bien permis pour la recherche d’expression ;
• Identifier quelle est la langue dominante du contenu de l’outil;

9
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

• Le contenu spécialisé peut rendre l’utilisation de certains termes inutiles.


Exemple : dans la base de données Sociological Abstracts, le mot clé sociology risque
d'être vide de sens ;
• Comme chaque outil possède ses particularités, il pourrait arriver, par exemple, que
l’opérateur ET doive être utilisé sous la forme &.
Maintenant que le langage d’interrogation de l’outil utilisé est bien connu, l’étape
suivante est de transposer le plan de concept en requête de recherche compréhensible par
l’outil. C’est l’objet de l’étape 5.
Etape 5: Formuler une première requête de recherche.
Plutôt que de faire des combinaisons entre les mots clés par essais et erreurs, il est plus
performant de bâtir une requête de base qui lie logiquement tous les termes du plan de
concept selon les opérateurs autorisés par l’outil de recherche utilisé.
Les parenthèses sont utilisées pour regrouper tous les mots clés associés à un concept.
(Sécurité OR Risque)
AND
(Transport OR Train OR Bateau)
AND
(Matière dangereuse OR Pétrol OR Hydrocarbure OR Gaz de schiste OR Gaz de shale)
AND
(Mégantic OR Québec OR Canada)
Maintenant que les mots clés sont liés entre eux par des opérateurs logiques, l’étape
suivante est d’exécuter la requête de recherche et de jeter un coup d’œil sur les résultats. C’est
l’objet de l’étape 6.
Etape 6: Analyser les résultats.
La requête a été lancée dans un outil de recherche et présente une liste de résultats. Ne
pas commencer tout de suite à tenter de repérer tous les documents pour le travail.
Il faut plutôt prendre quelques minutes pour analyser comment l’outil a répondu à la
requête.
Y a-t-il trop de résultats ? Pas assez?
Y a-t-il beaucoup de résultats non pertinents?
Examiner brièvement la notice détaillée de quelques résultats pertinents ainsi que de quelques
résultats qui ne le sont pas.
Pour identifier les aspects à améliorer dans la requête, il est très important de
comprendre pourquoi un résultat est pertinent et pourquoi un autre ne l’est pas :

10
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

➢ Quels mots sont utiles?


➢ Quels mots causent des résultats non pertinents?
➢ Dans quels champs ces mots-clés sont-ils repérés?
➢ S’il y a des mots repérés dans le champ des descripteurs sujets, c’est très utile!
➢ S’il y a des mots repérés dans la zone des références bibliographiques, ce n’est
vraiment pas utile!
Maintenant qu’une première analyse a été effectuée, les forces et les faiblesses de la
requête de base sont connues. La dernière étape est alors d’optimiser la requête pour obtenir
une liste de résultats présentant le meilleur équilibre entre la pertinence des résultats et leur
exhaustivité. C’est l’objet de l’étape 7.
Etape 7: Optimiser la requête.
La requête de base est normalement exécutée dans tous les champs de l’outil de
recherche utilisé. La requête optimisée cherchera à cibler des champs, comme le champ des
descripteurs sujet, du résumé, ou du titre et à user adéquatement des limitations portant sur les
années de publications, la géographie, la langue, le type de document, etc. L’amélioration de
la requête se fera en fonction du nombre de résultats obtenus avec la requête de base.
➢ Voici quelques pistes à envisager pour améliorer une requête.
Si la requête de base avait fourni trop de résultats :
• Utiliser la recherche d’expression exacte (les guillemets) si ce n’était pas déjà fait;
• Vérifier que la troncature n’est pas appliquée sur une trop petite chaîne de
caractères;
• Cibler la requête dans des champs particuliers comme le champ sujet, auteur, titre
ou résumé;
• Limiter les résultats aux années plus récentes, au type de documents, à une région
géographique plus précise, à la langue des documents;
• Ajouter un concept ou préciser ceux présents.
Si la requête de base avait fourni peu de résultats :
• Faire attention aux fautes d’orthographe, elles sont souvent les premières
responsables;
• Un des concepts a probablement un effet trop restrictif;
Ce concept peut-il être retiré? Peut-il être formulé de façon plus générale.
• Des concepts manquent peut-être de mots clés équivalents importants;
➢ Chercher dans des ouvrages de références (dictionnaire), si cette étape avait été
négligée lors de l’élaboration du plan de concepts

11
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

➢ Analyser attentivement les résultats pertinents qui ont été repérés pour identifier de
nouveaux mots clés à exploiter.
• Utiliser la troncature si ce n’était pas déjà fait;
• La source consultée n’est peut-être pas le meilleur choix.

I.3. Analyser l’information:


L’évaluation d’un document permet de juger de sa pertinence, compte tenu des
besoins suscités par le travail à accomplir, et de la qualité de son contenu. Peu importe la
provenance du document, il incombe toujours au chercheur de procéder à cet exercice afin de
maintenir sa crédibilité.
I.3.1. Evaluer un article de revue:
❖ Pertinence du contenu:
Tableau I.3.1.1: Repères pour évaluer la pertinence d'un document et solutions de
vérification.

Repères Solutions

Le type de document trouvé répond-il aux critères du Pour déterminer si le type d’article trouvé répond aux
travail à réaliser? exigences du travail demandé, consulter le
tableau I.3.1.2

Par rapport au texte : Pour se faire rapidement une idée du contenu d’un
• Le contenu aborde-t-il le sujet à traiter? document, consulter :
• Le type de données proposé est-il approprié • Le titre
pour le travail? • Le résumé et les mots clés
• Le niveau de traitement de l’information est-il • Les tableaux, les graphiques et les schémas
adéquat (très général à très précis)? • L’introduction et la conclusion
• Le document est-il de niveau académique? • Les titres de sections
• Le vocabulaire correspond-il au niveau de
connaissance personnel?

12
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

Tableau I.3.1.2: Principaux types de revues et leur utilité dans un contexte académique.

Revue Objectif Public cible Éditeur Auteurs Apparence

Université, instituts
Chercheurs et Sobre : beaucoup
de recherche,
scientifiques de textes,
Revues Scientifiques, associations ou
Diffuser le savoir affiliés à des tableaux,
scientifiques chercheurs, spécialistes éditeurs
institutions ou à graphiques, peu ou
commerciaux
des universités pas de photos
reconnus

Variable :
Associations ou photographies,
Revues Informer les membres Praticiens de la Membres de la
corporations publicités et
professionnelles de la profession profession profession
professionnelles annonces liées au
domaine

Attirante : papier
Diffuser des Public large glacé, nombreuses
Revues d’intérêt Journalistes ou
informations à un s’intéressant aux Éditeur commercial photographies,
général pigistes
large public questions d’actualité publicités et
annonces

Accrocheuse :
gros titres, papier
Revues Monsieur/ Madame Journalistes ou
Divertir Éditeur commercial glacé, nombreuses
populaires Tout-le-monde pigistes
photographies et
publicité

❖ Fiabilité des sources:


Tableau I.3.1.3: Repères pour évaluer la fiabilité de la source et solutions de vérification.

Repères Solutions

Par rapport à l’éditeur :

• Qui publie la revue (université, organisme de


Voir le site Web de la maison d’édition et consulter les
recherche, association professionnelle, groupe de
sections expliquant sa mission.
pression, autres)?

• L’éditeur est-il spécialisé dans le domaine ?

13
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

Pour identifier le public cible :


La revue est-elle destinée au grand public ou à une clientèle • Vérifier si les articles de la revue font l’objet d’évaluation
universitaire?
par les bases de données des bibliothèques permettent
généralement de cibler ce critère. Voir la section Limiter
Selon le public visé, le contenu peut être adapté et vulgarisé.
une recherche.
Une perte de qualité et de profondeur d’analyse peut
s’ensuivre. • Déterminer le type d’article trouvé et anticiper le niveau
d’analyse du contenu en consultant le tableau I.3.1.2.

❖ Réputation de l’auteur
Tableau I.3.1.4: Repères pour évaluer la réputation de l’auteur et solutions de vérification.
Repères Solutions
Y a-t-il des renseignements biographiques fournis (affiliation, Pour connaître sa biographie :
formation et expertise)? • Lire les dernières pages de l’article, il est possible
La biographie aide à juger de l’expertise de l’auteur sur le parfois d’y trouver une courte biographie.
sujet traité. • Consulter la fiche personnelle de l’auteur sur le site
Web de l’établissement auquel il est affilié.
• Rechercher son nom dans un moteur de recherche
Web comme Google.
• Repérer son nom dans un réseau social scientifique
comme ResearchGate ou Academia.edu.
L’auteur a-t-il écrit d’autres documents sur le sujet? Pour repérer ses publications :
En général, plus un auteur publie sur un sujet, plus il se • Rechercher le nom de l'auteur dans des bases de données
positionne comme une sommité dans le milieu. dont le domaine de spécialité a des chances de répertorier
les publications de cet auteur. Voir la
section Rechercher par auteur.
• Repérer son nom dans un moteur de recherche
académique comme Google Scholar.
L’auteur est-il fréquemment cité dans la littérature? Pour établir sa visibilité :
La reconnaissance d’un auteur dans une communauté • Rechercher le nom de l’auteur dans des bases de données
d’experts confirme la réputation de celui-ci dans ce domaine permettant la recherche par citation tel Scopus.
d’expertise seulement. Certains auteurs ont également développé leur page
auteur sur Google Scholar.
• Vérifier si l’auteur se retrouve dans la bibliographie du
plan de cours émis par le professeur.
• Obtenir le facteur d’impact de la revue dans lequel
l’auteur a publié en consultant la page Web de la revue
en question.

14
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

❖ Objectivité de l’information:
Tableau I.3.1.5: Repères pour évaluer l’objectivité de l’information et solutions de
vérification.

Repères Solutions

Pour identifier ses intentions :

• Analyser les publicités accompagnant l’article pour


constater une influence externe sur le contenu.
Quel semble être l'intention première de l'auteur (éduquer,
expliquer, informer, donner son opinion personnelle, vendre, • Rechercher le nom de l’auteur dans un moteur de
faire de la propagande, etc.)? recherche Web comme Google afin de voir s’il est
associé à une compagnie ou à un groupe de pression .
Plus l’intention de l’auteur est soutenue par une démarche
scientifique, plus le propos sera objectif. • Dans le site personnel de l’auteur, vérifier si les liens
sortants pointent vers des sites ciblant un produit ou
une cause qui risquent d’influencer le contenu du
document.

Le langage est-il nuancé ou très tranché?


Relever les indices pouvant révéler une émotion impliquée
dans l’écriture : utilisation de l’impératif, présence de points
Un texte objectif utilise des procédés et des techniques
d’exclamation, etc.
d’écriture démontrant une approche rationnelle.

L'information se compare-t-elle à celle d'autres sources


traitant du même sujet? Rechercher d’autres articles sur le même sujet pour vérifier si
les conclusions sont semblables. Si elles sont originales, se
Une comparaison dans diverses sources permet de constater si questionner sur leur validité ou leur caractère novateur.
un fait obtient un consensus dans la communauté scientifique.

L'auteur présente-t-il différents points de vue?


Consulter la bibliographie pour constater la diversité des
Pour faire le tour d’une question de façon objective, l’auteur sources.
doit forcément considérer les diverses facettes du sujet.

15
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

❖ Exactitude de l’information
Tableau I.3.1.6: Repères pour évaluer l’exactitude de l’information et solutions de
vérification.
Repères Solutions

Le texte contient-il des références et une bibliographie? Pour évaluer la bibliographie :


Le nombre de références mentionnées est un indice de • Vérifier si la bibliographie est sommaire ou
l’effort de l’auteur pour contre vérifier les faits qu’il cite dans importante.
son texte. • Accéder aux documents cités dans les références
pour en contrôler l’exactitude. Toujours remonter
aux sources des données utilisées.

Des indices permettent-ils de douter de la qualité du document? Pour effectuer un contrôle de qualité :
Des preuves de négligence peuvent démontrer un manque de • Examiner le formatage des références.
contrôle de la qualité. • Vérifier qu'il n'y a pas de fautes d’orthographe,
d’erreurs de grammaire ou encore de fautes de style
dans le texte.
• Porter attention à des mentions telles que
« Retracted article » signifiant que l’article a été
retiré pour faute d’inexactitude ou de plagiat.

❖ Actualité de l’information:

Tableau I.3.1.7: Repères pour évaluer l’actualité de l’information et solutions de


vérification.

Repères Solutions

L'information est-elle à jour? Pour vérifier la fraîcheur d’une information :


Travailler avec des données non actuelles augmente
le risque d’être décalé par rapport aux derniers • Voir si l’auteur a publié des articles plus récents
échanges au sein de sa communauté d’experts. sur le sujet en lançant une recherche par auteur
dans des moteurs de recherche académiques
S’il s’agit d’un sujet présentant un aspect historique, la comme Google Scholar. Voir la section Rechercher
documentation plus ancienne ou d’époque présente-t- par auteur.
elle un intérêt? • S'assurer que les dernières découvertes sur la
question sont présentées.
Les documents moins récents peuvent contribuer à • Vérifier le délai entre l’admission de l’article et la
bien positionner le fondement d’un concept. publication. Même s’il s’agit du dernier numéro de
la revue, si le délai est important, l’information
n’est peut-être plus à jour.
• Voir les directives du travail à réaliser ou les
recommandations du professeur.

16
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

I.3.2. Evaluer un site web:

❖ Fiabilité des sources:

Tableau I.3.2.1: Repères pour évaluer la fiabilité de la source et solutions de vérification.

Repères Solutions
Qui est le responsable du site? Pour identifier le responsable :
Si l’entité responsable du site est identifiable et qu’elle a une
réputation bien établie dans son domaine, l’information qui y • Souvent, le nom du serveur présent dans l’URL indique qui est
est repérée a des chances d’être crédible. responsable du site.
• Utiliser des applications comme Domaintools.

La page est-elle hébergée sur un site éducatif, commercial, Considérer le nom de domaine pour anticiper le type de contenu proposé sur
gouvernemental, d’une organisation, etc.? le site.
L’URL fournit le nom de domaine (voir l'image I.3.3.1).
Le tableau I.3.3.3 indique la fiabilité des noms de domaines les plus
courants.
Le site est-il bien structuré? Pour évaluer la navigation d’un site :
Un site dont la navigation est difficile peut démontrer un
manque de contrôle éditorial. • L’organisation des menus pour accéder au contenu est claire.
• L’information est accessible en peu de clics.
• L’intitulé des liens indique clairement la destination.
• Les repères visuels et la police utilisés facilitent la lecture.

S’agit-il d’une page personnelle comme un blogue? La responsabilité du site reposant uniquement sur l’auteur, seule sa
réputation donnera un indice de la fiabilité du contenu.

Image I.3.3.1: L’URL fournit le nom de domaine.

Tableau I.3.3.3: Fiabilité des noms de domaines les plus courants.

17
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

Exemples de domaine Type de sites Fiabilité

.gov /.gouv / .gc sites gouvernementaux

Elevée
sites d’institutions d'enseignement
.edu
américaines

.org sites d’organisations Moyenne

sites commerciaux ou
.com
d'entreprises

sites hébergés nationalement;


peut comprendre des sites Faible
gouvernementaux,
.ca / .fr / .eu
d’enseignement, de
commerces, d’entreprises ou
autres.

I.3.3. Prendre des notes de lectures:

Une méthode de travail efficace comprend la lecture de textes et la prise de notes, souvent sous
forme de fiches de lecture.
I.3.3.1. Savoir lire un document:
Un ouvrage académique ne s’aborde pas comme une lecture de loisir car il faut repérer les
informations pertinentes dans le cadre du travail à effectuer et retenir les notions et les idées
importantes pour enrichir sa propre connaissance dans le domaine.
I.3.3.2.Stratégies pour lire efficacement :
➢ repérer les idées principales et les idées secondaires.
➢ noter les passages importants et les numéros de pages correspondants.
➢ être attentif aux particules de transition qui ajoutent une idée, marquent une restriction,
motivent un jugement ou annoncent un exemple.
Par ailleurs, ne pas hésiter à :
• interrompre une lecture qui ne suscite pas d'intérêt ou qui s'éloigne de ses besoins.
• faire une lecture sélective en fonction de l’objectif poursuivi.
• relire des passages jugés importants pour bien comprendre les idées de l’auteur.
• laisser de côté un ouvrage qui nécessiterait des connaissances préalables.

18
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

I.3.3.3. Organiser des fiches de lecture :

Pour gérer efficacement son temps, il est conseillé de recueillir méthodiquement


l’information ramassée au cours de la lecture sous forme de fiches. Les fiches de lecture
servent non seulement à retrouver un document ultérieurement, mais aussi à prendre
des notes en vue de la rédaction du travail de recherche. Il est préférable de développer une
seule idée par fiche. L’étude d’un document pourrait donc exiger plusieurs fiches de lecture.
Les fiches sous format électronique peuvent être produites avec un logiciel de traitement de
texte, un tableur ou un logiciel de gestion bibliographique.

I.4. Rédiger un travail :

I.4.1. Ecrire et paraphraser :


Le processus de rédaction d’un travail consiste à entremêler ses idées personnelles sur un
sujet et à s’approprier celles des spécialistes, des journalistes ou autres auteurs pour les
paraphraser. Cette reformulation doit être bien faite pour éviter le plagiat.
I.4.1.1. Conseils généraux de rédaction:
Il est recommandé d'établir un plan détaillé pour ordonner et structurer ses idées et ainsi
faire progresser sa réflexion sur le sujet de façon logique et cohérente.
• Développer une idée par paragraphe.
• Faire des phrases courtes (sujet, verbe, complément).
• Éviter les phrases de forme impersonnelle comme : il faut, il est important de
• Omettre les répétitions de mots.
• Privilégier la phrase de forme active plutôt qu’à la forme passive : Le chat mange la
souris. La souris est mangée par le chat.
• Prévoir un temps de recul avant la révision du texte.
• Faire relire le texte par une connaissance.
I.4.1.2. Comment paraphraser :
Paraphraser, c’est « changer la rédaction d'un message sans en changer le sens ».
Pour paraphraser, il est donc important de bien comprendre le texte original et de recourir à
des astuces de réécriture.
❖ Première méthode: (important)
• Lire à plusieurs reprises le texte à paraphraser pour s’assurer d’avoir une
compréhension approfondie de celui-ci.
• Le réécrire de mémoire dans ses propres mots.

19
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

❖ Deuxième méthode: (important)


• Remplacer les mots (noms, adjectifs, verbes, adverbes, etc.) les plus importants
• Conserver le sens des propos de l’auteur.
• Choisir des synonymes. Vérifier la signification à l’aide d’un dictionnaire.
• Modifier la structure des phrases.
• Réécrire les phrases en changeant l’ordre des mots. Modifier les marqueurs de
relation coordonnants ou subordonnants.
• Changer les parties du discours.
• Remplacer un nom par un verbe, un adjectif par un nom, un verbe par un nom, etc.
• L’ordre des mots dans la phrase en sera modifié.
Exemple:
Texte original
Ce médicament est commercialisé au Canada seulement.
Texte paraphrasé
La commercialisation de ce médicament s’est effectuée au Canada seulement.
Remarque:
Les marqueurs de relation sont des mots (des conjonctions, des adverbes, des
prépositions) ou des groupes de mots qui expriment une relation (un lien ou un rapport)
entre deux phrases ou entre deux éléments présents dans la phrase.
Relations
Marqueurs Rôles
exprimées
Et, de plus, en outre, également, aussi, de Permettent d’ajouter un nouvel élément ou d’en coordonner deux
Addition
même, puis, etc. ou plusieurs.
D’abord, ensuite, enfin, en premier lieu,
Permettent d’énumérer des éléments d’importance égale sur le plan
premièrement, deuxièmement, d’une part, d’autre Ordre
sémantique.
part, etc.
Opposition Introduisent une idée contraire à la précédente.
Mais, cependant, en revanche, en contrepartie, par Permettent de formuler une réserve, de nuancer une idée émise,
contre, toutefois, néanmoins, pourtant, or, par Concession
d’admettre un autre point de vue, etc.
ailleurs, bien que, malgré que, etc.
Restriction Introduisent une idée qui restreint ou atténue l’idée précédente.

En effet, c’est que, c’est-à-dire, en fait, car, grâce Explication Permettent de développer ou de préciser la pensée.
à, étant donné que, puisque, comme, parce que, etc. Cause Annoncent une cause ou une preuve.
Notamment, par exemple, ainsi, etc. Illustration Permettent d’illustrer, de concrétiser la pensée.
Donc, en conséquence, c’est pourquoi, Conséquence Indiquent l’aboutissement d’une idée ou d’une suite d’idées.
ainsi, alors, tellement… que, si bien… que, en
définitive, enfin, etc. Conclusion Marquent la fin d’une démonstration ou d’une suite d’idées.

Bref, en somme, donc, etc. Synthèse Annoncent la synthèse d’un raisonnement ou d’une démonstration.

D’abord, après, avant, ensuite, pendant ce temps, plus Permettent de signaler la simultanéité, l’antériorité ou la
Temps
tard, dès que, comme, etc. postériorité entre les faits ou les situations.

20
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

Pour, dans ce but, à cette fin, à cet effet, afin de, de


But Marquent une intention, un dessein, un objectif.
crainte que, dans l'intention de, etc.
Au lieu de, ou...ou, soit...soit, tantôt...tantôt, etc. Alternative Permettent de soulever deux possibilités, un dilemme.

Indiquent qu'il existe une condition pour que l'événement ou


Si, à condition de, sinon, pourvu que, etc. Condition
l'action se concrétise.

I.4.1.3 Comment modifier une citation:


Pour assurer une cohérence de l’écriture et maintenir le texte compréhensible, des modifications
mineures doivent parfois être apportées à la citation. Par exemple, des mots doivent être ajoutés ou
supprimés ou encore des pronoms nécessitent d’être explicités.
N.B: Signaler toute modification d’une citation par des crochets [ ].
I.4.1.3.1. Ajout d’un ou des mot(s)
Effectuer cet ajout pour :
• Donner des explications sur un terme.
• Donner des renseignements supplémentaires.
• Indiquer que certains mots de la citation ont été mis en évidence.
Exemple: «Elles [les œuvres pour la jeunesse] font appel à l’enfant imaginatif, curieux, rebelle, qui
vit en chacun de nous, donnent à notre énergie instinctive une vie nouvelle et agissent comme une
force de changement.» [Alison Lurie, Ne le dites pas aux grands. Rivages poche (Paris : Rivages,
1999), 10.]
I.4.1.3.2. Cohérence syntaxique à préserver
Apporter les modifications aux pronoms, aux déterminants et/ou aux terminaisons des verbes.
N.B: Ne pas en abuser.
Exemple: Bien que le climat familial des instituts familiaux contribue à en faire des lieux agréables,
il est aussi quelque peu malsain, «l’école ménagère demeur[ant] fermée sur elle-même et les
élèves [étant] isolés».
[Nicole Thivierge, «L’enseignement ménager, 1880-1970», dans Maîtresses de maison, maîtresses
d’école. Études d’histoire du Québec (Montréal : Boréal Express, 1983), 132. ].

I.4.1.3.3. Omettre une partie de la citation


Ignorer toute partie du texte qui n’est pas essentielle à la citation.
Utiliser les points de suspension entre crochets […] pour remplacer la partie retranchée de la
citation.

21
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

I.4.2. Citer ses sources:

Mentionner la source d’une information utilisée dans le travail en rédaction peut prendre
différentes formes. Cette section en explore les principes généraux et montre concrètement
comment insérer et mettre en forme les citations.
I.4.2.1. Principes généraux de la citation
La citation est l’action de citer, de rapporter les mots ou les phrases de quelqu'un ;
paroles, passage empruntés à un auteur ou à quelqu'un qui fait autorité.
Comment citer:
Dans un travail de recherche, il faut indiquer la source des citations à 2 endroits : (important)
❖ Dans le texte, citer de façon abrégée.
❖ À la fin du texte, créer une bibliographie et citer de façon complète toutes
les sources.
Exemple de citation: (important)
➢ MÉTHODE AUTEUR-DATE
La majorité des cadres supérieurs de PME sont favorables à l’implantation d’un
RPAC dans leur entreprise bien que le projet de loi C-25 rende facultative la contribution
des employeurs au RPAC (Daudelin, 2012). Il y a lieu de se questionner sur les incitatifs
qui seront mis en place pour favoriser l’implantation des RPAC et quel rôle les actuaires
auront à transmettre une information claire et rigoureuse sur ce produit.
Bibliographie
Daudelin, A. (2012). Une majorité de PME appuient les RPAC. Avantages, 24(1), 5.
➢ MÉTHODE NUMÉROTÉE
La majorité des cadres supérieurs de PME sont favorables à l’implantation d’un
RPAC dans leur entreprise bien que le projet de loi C-25 rende facultative la contribution
des employeurs au RPAC [1]. Il y a lieu de se questionner sur les incitatifs qui seront mis en
place pour favoriser l’implantation des RPAC et quel rôle les actuaires auront à transmettre
une information claire et rigoureuse sur ce produit.
Bibliographie
[1]Daudelin, A. (2012). Une majorité de PME appuient les RPAC. Avantages, 24(1), 5.
➢ MÉTHODE CLASSIQUE
La majorité des cadres supérieurs de PME sont favorables à l’implantation d’un RPAC
dans leur entreprise bien que le projet de loi C-25 rende facultative la contribution des
employeurs au RPAC 1. Il y a lieu de se questionner sur les incitatifs qui seront mis en place

22
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

pour favoriser l’implantation des RPAC et quel rôle les actuaires auront à transmettre une
information claire et rigoureuse sur ce produit.

___________________________
1
Alexandre Daudelin, « Une majorité de PME appuient les RPAC ». Avantages, 24 no
1(2012):5.
Bibliographie
Daudelin, Alexandre. « Une majorité de PME appuient les RPAC ». Avantages, 24 no 1
(2012) : 5.
➢ Exemple de citation déjà citée par quelqu’un

Selon un article publié dans The Economist et cité par Grant et Wood (2004), il appert
que les gouvernements détiennent une large souveraineté sur le cyberespace...
Bibliographie
Grant, Peter S. et Wood, Chris. (2004). Le marché des étoiles : culture populaire et
mondialisation. Montréal : Boréal.
➢ Exemple de citation en langue étrangère
Janet Juhnke, dans un article qui traite du roman Le Magicien d’Oz de L. Frank Baume
et de sa version cinématographique faite par Victor Fleming, souligne la qualité de
l’adaptation : «Le film Le Magicien d’Oz produit par MGM est l’une des adaptations les
plus réussies d’un roman au cinéma.1» [Notre traduction]

___________________________
1
Janet Juhnke, «A Kansa’s View», dans The Classic American Novel and the
Movies.(New York : Frederick Ungar Publishing, 1997), 170.

➢ Exemple de citation comportant une faute


« Pour ceux-là, les recherches des psychologues. [sic] Paul Gilbert et Kristin Neff ont
mis en valeur les bienfaits de l’autocompassion… »
➢ Citation d’une poésie
Séparer les vers par une barre oblique précédée et suivie d'une espace.
Exemple : Victor Hugo, parlant du travail des enfants s'exprimait ainsi : «Travail
mauvais / Qui prend l'âge tendre en sa serre / Qui produit la richesse en créant la misère
[...].1»
_____________________________

23
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

1
Bernard Lorraine. Le cœur à l'ouvrage : anthologie de la poésie du travail. (Paris :
Éditions Ouvrières, 1983), 191.

I.4.3. Présenter sa bibliographie:


Pour s’assurer d’une présentation uniforme et professionnelle de ses références, toujours se conformer
aux mêmes critères de mise en forme. C’est le style bibliographique qui définit ces critères selon la méthode
de citation choisie.
1.4.3.1. Bibliographie: Généralités:
Une bibliographie est une « liste descriptive d’ouvrages qui permet l’identification de chacun d’eux
» et qui se retrouve en fin d’ouvrage.
La bibliographie peut être spécialisée sur un sujet et faire l’objet d’une publication. Très souvent, elle
regroupe plutôt l’ensemble des documents cités ou consultés lors de la rédaction d’un travail.
1.4. 3.1.1.Distinction entre bibliographie et liste de références: (important)

Liste de références Bibliographie

Elle est composée uniquement des ouvrages Elle englobe tous les ouvrages cités dans le texte ainsi que
cités dans le texte. des sources complémentaires pertinentes.

1.4. 3.2. Mise en forme de la bibliographie:


De manière générale, une référence comporte, dans l’ordre, un certain nombre d’éléments bien
précis.
a. L’auteur :
• Sans auteur ou anonyme
Lorsque le nom de l’auteur est inconnu, la référence bibliographique est établie au
titre du document. Placer alors la date de publication après le titre.
Exemple : Le Petit Larousse illustré. (2010). Paris : Larousse.
• Un seul auteur
Le nom de famille est transcrit au long et suivi d’une virgule. Viennent ensuite les
initiales du prénom suivi d’un point. Seule la première lettre du nom de famille et du
prénom de l’auteur doit être en majuscule. Dans le cas d’un prénom composé, mettre les
initiales des deux parties du prénom séparées par un trait d’union (par exemple : J.-B. pour
Jean- Baptiste).

24
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

• Deux à sept auteurs


Pour chaque auteur, écrire le nom de famille, virgule et les initiales du prénom. Une
virgule sépare chaque auteur mais le dernier auteur est relié au précédent par « et ».
• Huit auteurs et plus
Écrire le nom des six premiers auteurs suivi d'une virgule, d’une espace, de trois points
de suspension (….), d'une espace et du dernier auteur (pas de « et »).
Exemple:
Tremblay, T., Rochefort, N., Gagnon, A., Fortin, M., Hébert, C., Souci, B., ... Déry, G.
(2015). La structuration d'une économie. Montréal : Chenelière.
b. Auteur collectif:
• L’auteur collectif peut être le nom d’une association, d’un organisme, d’une
institution, d’une administration publique, etc.
• Utiliser la forme courante du nom de la collectivité dans la langue du pays d'origine
sauf si le nom figure en français dans le document.
c. La date de la publication:

• Inscrire l’année de parution (la plus récente, s’il y en a plusieurs) entre parenthèses
suivie d’un point après l’auteur.
• Pour un ouvrage ou une source en plusieurs volumes ou produit sur plusieurs années,
donner la date de début et de fin de l’ouvrage.
• En l’absence de date ou s’il y a un doute sur la date écrire « s. d. », entre parenthèses.

Exemple:
Podz, L. (réalis.), Avard., F. (aut.) et Mercier, J.-F. (aut.). (2004-2006). Les Bougons, c’est
aussi ça la vie. [Série télévisée, DVD]. Montréal : Atlantis Vivafilm.
d. Titre et sous-titre:
• Écrire le titre et le sous-titre en caractères italiques.
• Séparer le titre du sous-titre par les deux points ou un point.
• Mettre en majuscules uniquement la première lettre du premier mot du titre et du
sous-titre si ce dernier est séparé du titre par un point. Cette règle s’applique peu
importe la langue de l’ouvrage cité.
Exemple: Le May, D., Goudau, D. et Pelletier, M.-L. (2008). La recherche documentaire
en droit (6e éd.). Montréal : Wilson et Lafleur

25
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

e. Édition (pour un ouvrage imprimé) ou version (pour une source numérique) :


Pour les éditions autres que la première, spécifier le numéro et la nature de l’édition
(2e éd. rév. et augm. pour une deuxième édition révisée et augmentée). Pour les versions
autres que la première, indiquer le numéro de la version.
Ajouter ces informations, entre parenthèses et en caractères droits, directement après le
titre.
Exemple: Beauchemin, J. (2007). La société des identités : éthique et politique dans le
monde contemporain (2e éd. rév. et augm.). Outremont : Athéna Éditions.
f. Type de document/support
Afin de permettre une meilleure identification et un meilleur repérage du document en
question, il est recommandé de préciser la nature du document ou du support entre
crochets et ce, après le titre. Exemples : [Brochure] [Film] [DVD] [Carte]. Il est
important, pour un même type de ressource, d’utiliser une terminologie identique pour
l’ensemble des références bibliographiques d’un document.
Exemple:
Boisvert, J., Dulong, M., Fortin, J., et Lefebvre, D. (2009). Zénith : français, langue
d'enseignement : 3e année du 2e cycle du secondaire [Manuel de l’élève]. Saint-Laurent :
ERPI.
g. Pages (pour un livre, un chapitre de livre, une encyclopédie ou un document
numérique)
• On ne donne pas le nombre total de pages.

• Pour une référence à un chapitre, on inscrit les pages précises de celui-ci. Si le


document est en version électronique et n’est pas paginé, on inscrit si possible le titre
du chapitre, de la section ou le numéro du paragraphe. Ajouter ensuite « Récupéré de »
suivi de l’adresse URL.

• Écrire « s. p. » pour « sans pagination », entre parenthèses.

Exemple : Hamel, J. (2007). Le rapport au travail et la « génération numérique ». Dans S.


Bourdon et M. Vultur (dir.), Les jeunes et le travail (p. 68-88). Québec : Éditions de
l'IQRC.
h. Volume, pages (pour un article de périodique ou de journal)
• Donner le numéro du volume après le titre du périodique, tous les deux en italiques et
séparés par une virgule. Le volume est suivi, sans espace, par le numéro de fascicule
en caractères droits et entre parenthèses.
• Ne pas ajouter la mention vol. ni numéro ou n° avant le chiffre.

26
Chapitre I : Rechercher, analyser et organiser l’information.

• Donner les pages de début et de fin de l’article cité, séparées par un trait
d’union. Séparer les pages discontinues par une virgule.
• Faire précéder de « p. » les numéros de page seulement s’il s’agit d’un article de
journal.
Exemple:
1) Lapointe, M.-È. (2011). Le droit international humanitaire, à la merci des compagnies
militaires privées? Revue québécoise de droit international, 24(1), 69-105.
2) Auzanneau, M. (2001, 22 mars). Sur le divan virtuel. L'Express, p. 12.

I.4.4. Eviter le plagiat :


Pour qu’un créateur puisse jouir économiquement de son œuvre, la Loi sur le droit d’auteur
délimite le contexte de protection de celle-ci. Cette loi s’applique à plusieurs types de documents :
livre, article de revue, page Web, images, etc.
La Loi autorise, entre autres, les étudiants à une utilisation partielle de l’œuvre pour des fins
personnelles d’étude et de recherche.
Au cours d’un travail de recherche, il importe de respecter certains principes pour utiliser
l’information colligée de façon juste et honnête et ainsi éviter de faire du plagiat.
I.4.4.1. Le plagiat
Le plagiat est une copie d'une œuvre (ou d'une partie d'une œuvre) d'une personne par une
autre personne qui prétend qu'elle est sienne.
Pour éviter le plagiat, il faut toujours mentionner la source d’où provient l’information utilisée et,
dans certains cas, obtenir une autorisation. Le travail académique doit être essentiellement
composé de son analyse personnelle et ne doit en aucun cas être un collage de citations et de
paraphrases.

27