Vous êtes sur la page 1sur 46

PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

PROGRAMME DE 10ème ANNEE


CHAPITRE 1 : REPRODUCTION ET HEREDITE (12 heures)
1°) les chromosomes, supports de l’information génétique.
- Observation de chromosomes. Notion de caryotype.
- Détermination chromosomique du sexe et anomalies du nombre.
- Les chromosomes supports de l’information codée (gènes et A.D.N)
2°) La reproduction conforme de l’information génétique
- La formation des gamètes.
- La répartition des chromosomes paternels et maternels à la fécondation.
CHAPITRE 2 : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME (20 heures)
1°) La digestion des aliments
- Composition des aliments
- Etude expérimentale d’une digestion. Rôle des enzymes digestives.
- Les étapes de la transformation mécanique et chimique des aliments.
- L’absorption intestinale et le devenir des nutriments.
- Hygiène alimentaire et aliments nutritionnels.
2°) La respiration
- Mouvements respiratoires. Echanges au niveau des poumons.
- Transport des gaz respiratoires par le sang.
- Respiration cellulaire (oxydation des métabolites, libération d’énergie)
3°) Activité cardiaque et circulation sanguine.
- Le sang (composition et origine)
- La contraction cardiaque.
- Circulation générale et circulation pulmonaire.
- Adaptation du cœur à l’effort.
- Les accidents cardio-vasculaires.
- Hygiène
4°) L’excrétion urinaire
- L’urine et le rôle des reins (en particulier la régulation de la composition du milieu
intérieur)
- Hygiène
CHAPITRE 3 : MICROBILOGIE ET DEFENCE DE L’ORGANISME (20 heures)
1°) Introduction
- Définition
- La lutte contre l’infection :
. Asepsie, Antisepsie,
. Chimiothérapie, Chimio-prévention.
. Antibiotiques.
2°) l’immunité ou reconnaissance de "non soi " et défense du "soi"
- Les défenses naturelles de l’organisme (cellulaires et humorales)
- Le renforcement du système immunitaire sérothérapie et vaccinothérapie.
- La spécificité immunologique :
*Groupe sanguins et transfusions sanguines
*Greffes, transplantations et réactions de l’organisme.
- Les dysfonctionnements du système immunitaire : allergies, S.I.D.A
- Transmission et prévention de quelques maladies

1
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

* Maladies transmises par insectes piqueurs


- le paludisme
- la fièvre jaune
* Maladies du péril fécal
- l’ascaridiase
- l’ankylostomiase
- la Téniase
- la bilharziose
* Quelques maladies microbiennes d’origine digestive : (choléra, typhoïde)
- La lutte contre le péril fécal
* Les maladies à transmission directe
- le tétanos
- la tuberculose
- la lèpre
- les IST et le SIDA

Objectif Objectifs spécifiques contenu Conseils


général méthodologiques

2
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

-définir la génétique, Chapitre I : la reproduction et Hérédité Utilisation des


Comprendre le lien entre la reproduction et hérédité

l’hérédité, le chromosome, la Introduction documents et des


notion de caractère et -Généralité sur la reproduction planches
d’information génétique -Transmission des caractères
-expliquer le rôle des . hérédité
chromosomes dans la . notion de caractère
transmission des caractères . information génétique
-faire la structure d’un -chromosomes, support de l’information
chromosome . structure
-définir la notion de caryotype Notion de caryotype Observation des
-identifier les types de -le déterminisme chromosomique du sexe chromosomes
chromosome -définition de gène, ADN
-définir la notion de gène, -les anomalies chromosomiques
d’ADN
-citer les anomalies
chromosomiques

-définir et expliquer la La reproduction conforme de Exploitation de


formation des gamètes l’information génétique documents
-expliquer la répartition des  Gamétogénèse
chromosomes lors de la -spermatogénèse
fécondation -ovogénèse
 La répartition des chromosomes
paternels et maternels lors de la
fécondation (schéma)

-définir un aliment Chapitre II : les fonctions de nutrition et Apporter les


métabolisme
Comprendre les fonctions de nutrition et le

-classer les aliments le métabolisme aliments en classe


-déterminer le rôle des aliments  Les aliments
-définition
-classification
-rôle

-décrire l’appareil digestif L’appareil digestion et la digestion Utilisation des


-définir la digestion -description de l’appareil digestion planches
-expliquer les étapes de la -définition de la digestion
digestion -étude expérimentale d’une digestion
-donner le rôle des enzymes -le rôle des enzymes digestives
dans la digestion
-explique les étapes de la Les étapes de la digestion Utilisation des
digestion -digestion buccale planches
--déterminer le rôle des -digestion stomacale
enzymes -digestion intestinale

Le rôle des enzymes.


-définir l’absorption intestinale Absorption intestinale et le devenir des
-donner le rôle des nutriments nutriments
-dégager les règles d’hygiène -les voies d’absorption
alimentaire -schéma des villosités

3
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

-le devenir des nutriments


-Hygiène
-décrire l’appareil circulatoire Activité cardiaque et la circulation
-définir le sang sanguine
-identifier les constituants du  description de l’appareil
sang circulatoire
. cœur
. vaisseaux sanguins
 Sang
. composition
. origine
. fonction
-décrire le cœur Activité cardiaque et la circulation (suite)
Comprendre les fonctions de nutrition et le métabolisme

-expliquer la contraction  description du cœur


cardiaque  la contraction cardiaque
-définir la circulation générale -la systole auriculaire
et la circulation pulmonaire -la systole ventriculaire
-la diastole
 circulation générale et circulation Exploitation de
pulmonaire documents et
-expliquer l’adaptation du cœur Activité cardiaque et la circulation (suite) utilisation des
à l’effort -adaptation du cœur l’effort planches
-identifier les accidents cardio- -les accidents cardio-vasculaires
vasculaires -les causes des accidents
-énumérer les causes des -hygiène circulaire
accidents cardio-vasculaires
-donner l’hygiène circulaire.
-définir la respiration L’appareil respiratoire et la respiration Expérience
-décrire l’appareil respiratoire -description de l’appareil respiratoire (soufflet)
-expliquer le rôle des -les mouvements respiratoires
mouvements respiratoires . inspiration
. expiration
-expliquer les échanges gazeux Les échanges gazeux
au niveau des poumons et des -échanges au niveau des poumons
tissus (ventilation pulmonaires)
-décrire le mode de transport -transport des gaz respiratoires
des gaz respiratoires -respiration cellulaire (oxydation des
-dégager les mesures nutriments et libération d’énergie Exploitation de
d’hygiènes de la respiration -l’hygiène de la respiration documents
-décrire l’appareil excréteur Excrétion (schéma)
-expliquer le mécanisme -description de l’appareil excréteur
d’élaboration de l’urine -mécanisme de formation de l’urine
-donner le rôle des reins -comparer le sang / urine
-dégager l’hygiène de -hygiène
l’appareil excréteur

4
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

-définir la microbiologie Chapitre III : La microbiologie et défense


de lutte
Connaître les microbes et les moyens

-donner le but et l’objet de la de l’organisme


microbiologie Introduction
-dégager l’importance -définition de la microbiologie
-identifier les moyens de lutte -objet, but et importance Exploitation de
contre les infections -lutte contre infection documents
.Asepsie, Antisepsie, Chimiothérapie,
Chimio-prévention,
.Antibiotique

-définir l’immunité, vaccin, Immunité ou reconnaissance du "non Expliquer les


sérum, antigène, anticorps. soi", la défense du "soi" moyens de
-identifier les éléments de - les défenses naturelles de l’organisme défense conte les
défense naturelle de . cellulaire microbes
l’organisme . humorale
-le renforcement du système immunitaire
.sérothérapie
.vaccinothérapie
-identifier les différents La spécificité immunitaire
Connaître les microbes et les moyens de lutte

groupes sanguins  groupes sanguins et transfusion


-dégager l’importance de la  greffes, transplantation et réaction
reconnaissance des groupes de l’organisme.
sanguins dans la transfusion Exploitation de
sanguine. documents
-expliquer le mécanisme et
l’importance des greffes et de
la transplantation
-expliquer les Les dysfonctionnements du système Exploitation de
disfonctionnements du système immunitaire : documents
immunitaire -allègie, Amener les élèves
-S .I .D.A à comprendre le
risque d’infection
du V.I.H
-définir le paludisme Transmission et prévention de quelques Exploitation de
-donner les caractéristiques des maladies documents
agents vecteur, pathogène *Maladie transmises par les insectes Expliquer le
-expliquer le mode -Généralité schéma du cycle
transmission du paludisme -le paludisme du plasmodium
-dégager le rôle des insectes .caractéristique sur la santé des
dans la transmission des .agent vecteur Hommes
maladies .agent pathogène
-citer les moyens de prévention .modes de prévention
contre les insectes piqueurs -la fièvre jaune
.caractéristique
.agent vecteur
.agent pathogène
. modes de prévention

-expliquer le mode de Maladies du péril fécal

5
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

contamination des maladies du .L’ascaridiase


péril fécal .L’ankylostomiase Exploitation de
-donner les caractéristiques des .La teniase documents
agents .La bilharziose
-dégager les moyens de -caractéristiques
prévention des du péril fécal -agent vecteur
-agent pathogène
-mode contamination
-monde de prévention

-citer les maladies Quelques maladies microbiennes


microbiennes d’origine d’origine digestive
digestive - choléra, typhoïde
-décrire les manifestations . manifestation Exploitation de
-indiquer les agents causaux . agents causaux documents
-dégager les moyens de - lutte contre le péril fécal
prévention des maladies péril
fécal
-décrire les manifestations du Maladies à transmission directe
tétanos, de la tuberculose et de - tétanos, tuberculose, lèpre
la lèpre . manifestation
-indiquer les agents pathogènes . agents pathogènes
-décrire les modes de . mode contamination
contamination . lutte préventive
-dégager les moyens de lutte
préventive
-définir les IST Les IST et le SIDA
-citer quelques IST - définition
-expliquer les modes de - caractéristiques
transmission - types : SIDA
-indiquer les luttes préventives

CHAPITRE I : Reproduction et Hérédité


Titre : Chromosomes, support de l’information
-Niveau : 10ème Année
-Durée : 2heures
Descriptif :
Généralité sur la reproduction
-Transmission des caractères
. Hérédité
. Notion de caractère
. Information génétique
-chromosomes, support de l’information
. Structure
Objectifs :
général : Connaître le support de l’information génétique
spécifiques  : A la fin de ce cours l’élève sera capable de :
- définir le chromosome, la notion de caractères, l’information génétique
- expliquer le rôle des chromosomes dans la transmission des caractères

6
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

- faire la structure d’un chromosome


Matériels didactique : document, image etc…
Stratégies /méthodologies
- exposé détaillé
- visualisation d’image
- exploitation de documents
Déroulement :
- prérequis : Pourquoi les membres d’une famille se ressemblent ?
Pourquoi a-t-on les yeux bleus de sa mère ou les cheveux frisés de son père ou la forme du
nez grand-père… ?
Mise en situation : (voir objectifs spécifiques)

CHAPITRE I : Reproduction et Hérédité


Titre : Chromosomes, support de l’information
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
1-Introduction : les êtres vivants sont capables de se reproduire, c’est-à-dire de donner
naissance à des petits qui les ressembles parce qu’ils ont la capacité de leur transmettre (tout
ou une partie de) leurs caractères.
Alors la reproduction est la fonction par laquelle les êtres vivants perpétuent leur espèce, elle
assure la survie de l’espèce.
Il existe deux types de reproductions : La reproduction asexuée et la reproduction sexuée
La génétique : est la science qui s’occupe de l’étude de l’hérédité et de la variabilité.
L’hérédité : est la transmission des caractères des parents aux descendants et la variabilité est
toute modification par rapport à la normale.
2- Caractères spécifiques, individuel et héréditaires 
Chaque individu porte les caractères de l’espèce à laquelle il appartient et des caractères qui
lui sont propres.
Les caractères spécifiques : sont des caractères communs à tous les individus d’une même
espèce.
Exemple : pour l’espèce humaine nous portons les caractères suivants : la bipédie, colonne
vertébrale, deux yeux, une bouche, quatre membres, cinq doigts …
Les caractères individuels : sont des caractères qui appartiennent à seul individu. Exemples :
la couleur des yeux, de la peau ou la taille
Les caractères héréditaires : sont caractères qui proviennent des parents et sont transmis de
génération en génération, exemples : la couleur des yeux, la taille, la forme…
Les caractères non héréditaires : sont des caractères qui sont acquis par l’individu après sa
naissance, le plus souvent, ils sont le résultat d’un apprentissage ou d’un entrainement.
Exemple : Le développement musculaire.
3- Information génétique : est l’ensemble des caractères qui sont transmissibles des parents
à leurs descendants. Exemples : la taille, le teint, la forme, la couleur des yeux, de la peau, des
cheveux …
Les informations, qui transmettent les caractères des parents aux enfants, sont contenus le
noyau des cellules.

7
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

4- a) - définition d’un chromosome : un chromosome est un élément cellulaire


microscopique constitué de molécules d’ADN et de protéines. Il porte les gènes, supports de
l’information génétique, transmis des cellules mères aux cellules filles lors des divisions
cellulaires.
b) - Structure d’un chromosome : les chromosomes sont composés de deux chromatides
identiques, attachées au niveau du centromère. Chaque chromatide est formée des molécule
d’ADN associée à des protéines. Aux extrémités de chaque chromatide se trouvent les
télomères, constitués de séquences d’ADN qui assurent la protection des terminaisons
chromosomiques.

Consolidation
1- Définir les termes et expressions suivants : la cellule, la reproduction, l’espèce,
l’hérédité, la variabilité, le chromosome, l’information génétique, caractère spécifique,
caractères individuel.
2- Quelle différence faites-vous entre caractères spécifiques et caractères individuels
avec des exemples à l’appui
3- Faire la structure d’un chromosome

CHAPITRE I : Reproduction et Hérédité


Titre : Notion de caryotype
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Descriptif :
Notion de caryotype
-le déterminisme chromosomique du sexe
-définition de gène, ADN
-les anomalies chromosomiques
Objectifs :
général : Connaître le support de l’information génétique
spécifiques  : A la fin de ce cours l’élève sera capable de :
- définir la notion de caryotype
- identifier les types de chromosome
- définir la notion de gène, d’ADN
- citer les anomalies chromosomiques
Matériels didactique : document, image etc…
8
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Stratégies /méthodologies
- exposé détaillé
- visualisation d’image
- exploitation de documents
Déroulement :
- prérequis : Pourquoi nait-on fille ou garçon ?
Mise en situation : (voir objectifs spécifiques)
Activité 1 : A l’aide des schémas faites la différence entre le caryotype mâle et femelle

CHAPITRE I : Reproduction et Hérédité


Titre : Notion de caryotype
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures

Résumé
1- La notion de caryotype
Le caryotype : est l’ensemble des chromosomes d’une cellule, classés par paire selon la taille
et la forme.
Le caryotype humain normal comporte 46 chromosomes, organisés en 23 paires dont 22
paires d’autosomes et une paire de gonosome ou chromosome sexuel présentant des
caractéristiques différentes selon le sexe : ils sont notés XX chez la femme et XY chez
l’homme. Chaque paire de chromosome est constitué de deux éléments homologues dont l’un
est d’origine paternel et l’autre d’origine maternel.
Le nombre et l’aspect des chromosomes sont identiques chez tous les individus normaux et
dans toutes les cellules du corps humain (à l’exception des cellules sexuelles).
La formule chromosomique de l’espèce humaine est la suivante :
- 44 autosomes + XX (chez une fille)
- 44 autosomes + XY (chez un garçon)

Schéma du caryotype humain

9
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Caryotype de la femme Caryotype de l’homme

2- Le déterminisme chromosomique du sexe


Le déterminisme du sexe est l’ensemble des facteurs qui vont décider du sexe d’un organisme.
Chez de nombreux organismes les sexes sont séparés, les mâles produisent des gamètes mâles
(spermatozoïdes) et les femelles produisent les gamètes femelles (ovules).
L’homme porte dans son caryotype un chromosome x et chromosome y, lors de la formation
des gamètes, les deux chromosomes homologues d’une paire se séparent. La moitié des
spermatozoïdes possèdent un chromosome x, l’autre moitié un chromosome y. La femme
possède deux chromosomes x, tous les ovules sont porteurs d’un chromosome x.
Lors de la fécondation, le noyau du spermatozoïde fusionne avec le noyau de l’ovule :
lorsqu’un spermatozoïde x fusionne avec l’ovule x, la cellule-œuf donnera naissance à une
fille (xx) et lorsqu’un spermatozoïde y fusionne avec l’ovule x, la cellule-œuf donnera
naissance à un garçon (xy).
Le sexe de l’enfant est déterminé au hasard par la rencontre d’un spermatozoïde x ou y avec
l’ovule x
XX
X Fécondation

Fille

XY
X Fécondation

10
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Garçon
3 - Anomalies du nombre chromosomique
Les anomalies chromosomiques s’expliquent par la mauvaise répartition des chromosomes au
cours des divisions (méiose) qui donne naissance aux gamètes. La plupart des anomalies
importantes rendent impossible le développement embryonnaire normal et provoque un
avortement spontané, la fréquence de ces anomalies est très faible.
La pratique de plus en plus courante des caryotypes a permis de découvrir que certaines
maladies sont liées à des anomalies du nombre de chromosomes tel que le syndrome de
DOWN ou trisomie 21.
Les sujets atteignent ont des caractéristiques communes : les yeux en amandes, repli vertical
des paupières, visage large, le nez aplati, un seul repli dans la paume de la main.
Un handicap mental plus ou moins important et des malformations des organes internes
notamment du cœur.
De santé fragile, très sensible aux infections.
Cette maladie s’appelait avant le « mongolisme », aujourd’hui appelé trisomie 21.
D’autres aberrations chromosomiques sont :
- Trisomie 13 : 4 cas sur 10000 naissances
- Trisomie 18 : 2 à 3 cas sur 10000 naissances
- Syndrome de Turner : absence d’un chromosome X chez les sujets féminins
- Syndrome de Klinefelter : caryotype XXY chez les sujets masculins (1 cas pour 500
naissances)
4- La notion de gène et d’ADN
a - Le gène, est unité de base de l’hérédité, il détermine un caractère héréditaire précis et
occupe un emplacement bien déterminé sur un chromosome appelé locus.
b -L’allèle : différentes formes ou versions d’un même gène qui sont à l’origine des variations
d’un caractère :
- Si les deux allèles du gène sont identiques alors l’individu est dit homozygote ;
- Si les deux allèles sont différents alors l’individu est dit hétérozygote, le plus souvent l’un
des allèles appelé allèle dominant, détermine seul le caractère présenté par l’individu, l’autre
qualifié de récessif ne s’exprime pas.
Le caractère est donc « ce qui se voit » et le gène est ce qui se transmet.
On appelle le phénotype l’ensemble des caractères observables chez un individu alors
que le génotype est l’ensemble des caractères non visibles (cachés), il détermine le phénotype
d’un individu.
c) - La notion d’ADN : l’acide désoxyribonucléique est une molécule biologique présente
dans toutes les cellules ainsi que chez de nombreux virus, l’ADN est le support de
l’information génétique.
L’information génétique portée par les chromosomes est écrite en langage codée dans la
structure linéaire ou séquence des brins de chaque molécule d’ADN.

11
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Le code génétique : est le système de correspondance entre la séquence des nucléotides d’une
molécule d’ADN et la séquence d’acide aminé d’une protéine.

Consolidation
1- Expliquer la détermination chromosomique du sexe d’un individu
2- Citer les anomalies du nombre chromosomiques et caractériser celui de la trisomie 21
3- Définir les termes suivants : le caryotype, la notion de gène, l’allèle, le phénotype, le
génotype, locus, le code génétique, l’ADN.
4- Qu’appelle-t-on l’emplacement d’un gène sur un chromosome ?

CHAPITRE I : Reproduction et Hérédité


Thème : les divisions cellulaires 
Titre : la mitose
-Niveau : 10ème Année
-Durée : 2heures
Descriptif :
Division cellulaire
- définition
- types
La mitose
-définition
-les étapes
-le schéma
Objectifs :
général : Comprendre la transmission l’information génétique
spécifiques  : A la fin de ce cours l’élève sera capable de :
-définir la division cellulaire
-expliquer les différentes étapes de la mitose
-faire le schéma de la mitose
Matériels didactique : document, image etc…
Stratégies /méthodologies
- exposé détaillé
- visualisation d’image
- exploitation de documents
Déroulement :
- prérequis : Qu’est-ce que la division cellulaire ?
Comment se réalise le partage des chromosomes entre deux cellules-filles lors d’une division
cellulaire ?
12
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Les chromosomes de la cellule-œuf proviennent-ils de l’ovule, du spermatozoïde ou les deux


à la fois ?
Mise en situation : (voir objectifs spécifiques)

CHAPITRE I : Reproduction et Hérédité


 Thème : les divisions cellulaires 
Titre : la mitose
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résume
La division cellulaire est le processus par lequel une cellule se multiplie.
Au cours des divisions cellulaires, les chromosomes assurent la transmission et la distribution
de l’information génétique entre les cellules. Chez l’homme, on distingue principalement
deux (2) de divisions cellulaires :
- La mitose, se rencontre dans tous les organes du corps excepté les organes sexuels,
elle assure la multiplication des cellules sans modifier le nombre de chromosomes.
- La méiose, se rencontre seulement dans les organes sexuels, c’est une division qui
assure la multiplication des cellules en réduisant de moitié le nombre de
chromosomes. Elle joue un rôle important dans la formation des gamètes.
- La mitose est une division cellulaire au cours de laquelle une cellule diploïde (cellule à
2n chromosomes) se divise pour donner 2 cellules diploïdes. Avant la mitose la cellule
se prépare à la division, cette phase de préparation est appelée interphase au cours de
laquelle le taux d’ADN se double
Les différentes phases de la mitose : elle comprend 4 phases
- La prophase : au cours de cette phase les chromosomes deviennent visibles,
l’enveloppe du noyau disparait.
- La métaphase : les chromosomes se réunissent sur le même plan (plan équatorial) au
centre du noyau
- L’anaphase : les chromosomes se divisent au niveau du centromère. Les deux
chromatides se séparent et donnent deux chromosomes-fils à une chromatide. Chacun
chromatide se dirige vers le pôle opposé.
- La télophase : les chromosomes-fils à une chromatide se regroupent aux pôles. Les
enveloppes nucléaires des deux nouvelles cellules se reconstituent. Le cytoplasme se
partage en deux par étranglement en donnant deux cellules-filles ayant le même
nombre de chromosomes que la cellule-mère
- Les différentes étapes de la mitose
Cellules- filles
Cellule mère

- 1 2 3 4

13
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

-
-
-
-
-
-
-

La prophase La métaphase
A la fin de la mitose, chaque noyau L’Anaphase
des deux cellules-filles contientLa
le même nombre de
chromosomes à une seule chromatide. Ils sont génétiquement identiques à ceux de la cellule-
mère. Au cours de la division on peut mesurer la variation de la quantité de « matériel
chromosomique » d’une cellule en fonction du temps.

Consolidation
1-définir les termes suivants : la cellule, la division cellulaire, la mitose, l’interphase,
2-expliquer les différentes étapes de la mitose
3-faire le schéma de la mitose
CHAPITRE I : Reproduction et Hérédité
Titre : La reproduction conforme de l’information génétique
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Descriptif :

14
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

 Gamétogénèse
-spermatogénèse
-ovogénèse
 La répartition des chromosomes paternels et maternels lors de la fécondation (schéma)
Objectifs :
général : Comprendre le processus de formation des gamètes et la répartition des
chromosomes paternels et maternels
spécifiques  : A la fin de ce cours l’élève sera capable de :
-définir la gamétogénèse, la spermatogénèse et l’ovogénèse
- expliquer la formation des gamètes
-expliquer la répartition des chromosomes lors de la fécondation
Matériels didactique : document, image etc…
Stratégies /méthodologies
- exposé détaillé
- visualisation d’image
- exploitation de documents
Déroulement :
- prérequis : Qu’est-ce que la fécondation et quels sont les éléments (structures) qui la
participent ?
Mise en situation : (voir objectifs spécifiques)
Activité 1 : Faire la différence entre la mitose et la méiose

CHAPITRE I : Reproduction et Hérédité


Titre : La reproduction conforme de l’information génétique
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé

15
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

La transmission des chromosomes d’une génération à la suivante se fait par l’intermédiaire


des gamètes c’est-à-dire des spermatozoïdes et des ovules et le processus de formation de ces
gamètes est appelé gamétogénèse. Elle comporte la spermatogénèse qui est le processus de
formation des spermatozoïdes et l’ovogénèse est le processus de formation des ovules.
Les étapes de formation des gamètes : Au cours de la formation des gamètes, on passe de 2n
à n chromosome par un mode de division particulière appelé méiose. Elle comporte deux
divisions cellulaires successives qui, à partir d’une cellule à 2n chromosome, permettent
d’obtenir 4 cellules à n chromosomes.
a) Première division ou division réductionnelle : Les cellules à l’origine des gamètes
ont 2n chromosomes. A la fin de la première division de la méiose, chacune des deux
cellules formées ne contient que n chromosomes donc la première division est dite
réductionnelle. Chaque chromosome est, à ce stade, formé de deux chromatides.
b) Deuxième division ou équationnelle : les chromatides de chaque chromosome se
séparent à l’issu de cette deuxième division, chaque chromosome n’est comporté
qu’une seule chromatide et on obtient 4 cellules à n chromosomes c’est-à-dire que ces
cellules ont la moitié du nombre de chromosomes que la cellule-mère

Cellule mère (2n !) Division réductionnelle (1 ; 2 et 3)

Cellules filles (n !) Division équationnelle (4 ; 5 et 6)


Schéma de la formation des cellules reproductrices chez l’homme (spermatogenèse)

16
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Structure d’un spermatozoïde


La répartition des chromosomes paternel et maternel à la fécondation
Au moment de la fécondation, les cellules reproductrices appelées gamètes se rencontrent, le
contenu de leurs noyaux fusionne. Chacun des gamètes de l’espèce humaine possède 23
paires de chromosomes. Après la fécondation, le nouvel individu retrouve l’équipement
chromosomique caractéristique de l’espèce. Dans le cas de l’espèce humaine on aura 46
chromosomes dont 22 paires d’autosomes et une paire de chromosome sexuel appelé
gonosome dont XX pour la femme et XY pour l’homme

Consolidation
1- Définir les termes suivants : méiose, gamétogénèse, spermatogénèse, ovogénèse,
fécondation.
2- Expliquer les étapes de la méiose
3- Faire la structure d’un spermatozoïde

CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME


Thème : La digestion des aliments 
17
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Titre : Les aliments


Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Descriptif :
Introduction
Les aliments
-définition
-classification
Les vitamines
-définition
-classification
-rôle
Objectifs :
Général : Connaître les aliments et leur utilité
spécifiques  : A la fin de ce cours l’élève doit être capable de :
-définir un aliment
-faire la classification des aliments
-dégager le rôle des aliments
-définir une vitamine
-citer quelques aliments et dites dans quels aliments les trouve- t-on
Matériels didactique : document, image etc…
Stratégies /méthodologies
- exposé détaillé
- visualisation d’image
- exploitation de documents
Déroulement :
- prérequis : Qu’est-ce qu’un aliment ?
Quelle différence entre un aliment un nutriment
Mise en situation : (voir objectifs spécifiques)
Activité 1 : Quelle différence faites-vous entre un aliment et un nutriment ?

CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME


Thème : La digestion des aliments :
Titre : Les aliments

18
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Niveau : 10ème Année


Durée : 2heures
Résumé
Pour satisfaire nos besoins alimentaires, nous ingérons chaque jour des aliments solides et
liquides contenant les différents aliments simples (protéines, glucides, lipides, vitamines, sels
minéraux et l’eau).
1- Définition : un aliment est toute substance qui après absorption par l’organisme
participe à la production de l’énergie, à sa croissance, à son entretien, la réparation des
tissus usés et la régulation des fonctions vitales.
2- Classification : les aliments que nous consommons sont très divers et variés, suivant
leur origine il existe :
a- Les aliments organiques qui se divisent en aliments d’origine animale exemple :
viande, l’œuf, poisson, lait et les aliments d’origine végétale : exemple : riz, patate,
manioc, igname…
b- Les aliments d’origine minérale : exemples : sels minéraux, vitamine, l’eau…
D’après la composition on a :
c- Les aliments simples constitués d’une seule substance chimique, organique ou
minérale : exemple : le glucide ;
d- Les aliments composés formés d’un mélange de substances chimiques,
organiques : exemples : le pain, le lait, le miel
En fonction de leur rôle on trouve :
e- Les aliments énergétiques : ce sont les glucides exclusivement utilisables, les
lipides source d’une grande quantité d’énergie utilisable dans les efforts prolongés.
f- Les aliments plastiques ou constructeurs : assurent l’édification des cellules et les
tissus. Exemple : les protides
g- Les aliments fonctionnels : ce sont des vitamines nécessairement l’eau et les sels
minéraux indispensables aux réactions biochimiques
3- Les vitamines : ce sont des substances indispensables au fonctionnement de
l’organisme dont l’organisme ne peut pas faire la synthèse. Elles sont apportées par les
aliments, leur absence dans l’alimentation de l’homme provoque les avitaminoses.
Il existe deux groupes de vitamines : les vitamines liposolubles (solubles dans la graisse) :
ce sont les vitamines A, D, E, K et les vitamines hydrosolubles (soluble dans l’eau), ce
sont les vitamines B1, B2, B6, B12, C, PP.
Le rôle et l’origine sont résumés dans le tableau suivant :

Vitamine Rôle dans l’organisme Origines


s
A Intervient dans la croissance et la formation du Le lait, la carotte, l’œuf, le

19
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

pigment rétinien fromage, le beurre…


D Croissance des os L’œuf, l’huile de foie,
poissons
E Empêche le vieillissement de la peau Matières grasses animales
et végétales
K Intervient dans la coagulation du sang Les légumes verts
B12 Intervient dans la formation des hématies Foie, viande, œuf, lait
C Action sur les cellules des tissus conjonctifs Les fruits (agrumes)

Consolidation
1- définir un aliment
2-faire la classification des aliments selon leur rôle
3-définir une vitamine
4-citer quelques vitamines et dites dans quels aliments les trouve- t-on

CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME


Thème : L’appareil digestif et la digestion
Titre : L’appareil digestif
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Descriptif :
Introduction
Appareil digestif
-description
-tube digestif
-glandes annexes
-dent
-définition
-formule dentaire
-schéma
Objectifs :
général : Comprendre le mécanisme de digestion
spécifiques  : A la fin de ce cours l’élève doit être capable de :
-décrire l’appareil digestif
-définir une dent
-donner la formule dentaire de l’homme
-faire le schéma d’une dent
Matériels didactique : document, image etc…
Stratégies /méthodologies
- exposé détaillé
- visualisation d’image
- exploitation de documents

20
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Déroulement :
- prérequis :

CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME


Thème : L’appareil digestif et la digestion
Titre : L’appareil digestif
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
1 Introduction : L’homme est contact permanent avec le milieu extérieur par l’intervention
de son métabolisme (échange de substances), ces substances sont absorbées, transformées et
excrétées sans cesse par les cellules vivantes du corps à l’aide de (la digestion, la circulation,
la respiration, l’excrétion etc.…)
2 L’appareil digestif : il comprend deux parties :
a) Le tube digestif qui commence par la bouche, le pharynx, l’œsophage, l’estomac,
l’intestin grêle, le gros intestin et se termine par l’anus
- La bouche : contient des dents et la langue qui joue respectivement le rôle de
mastication et malaxage des aliments
La dentition chez l’homme est de deux sortes : la dentition du lait qui apparait entre 6
à 30 mois et la dentition définitive : 6 à 11 ans
Formules dentaires : la dentition de lait 20 dents : 4I + 2C + 4PM
4I + 2C + 4PM
La dentition définitive 32 dents : 4I + 2C + 4PM + 6M
4I + 2C + 4PM + 6M
Chaque dent présente deux parties : la couronne et la racine séparée par le collet
Voir le schéma

21
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

- Le pharynx est un carrefour dans lequel s’ouvrent en avant la bouche, en haut les
fosses nasales et en bas l’œsophage.
- L’œsophage est un tube droit qui conduit le bol alimentaire dans l’estomac.
- L’estomac est une poche volumineuse de 1500 cm3.
- L’intestin grêle fait suite à l’estomac et qui mesure environ 8m et 3cm de diamètre
- Le gros intestin mesure 1,5m de long 5 à 6cm de diamètres
- L’anus termine le tube digestif
3 Les glandes annexes :
- Les glandes salivaires (la parotide, sous-maxillaire, et sublinguale) produisent la
salive ;
- L’estomac produit le suc gastrique ;
- La glande intestinale sécrète le suc intestinal ;
- Le pancréas qui sécrète le suc pancréatique ;
- Le foie sécrète la bile

22
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Glandes salivaires

Bouche

Œsophage

Vésicule
biliaire Estomac

Pancréas
Foie
Gros
intestin

Intestin
grêle
Anus

Consolidation
1- A l’aide d’un schéma indiquez les différentes parties de l’appareil digestif
2- Quels sont les produits de sécrétion de chacune des glandes digestives ?
3- Donner la formule dentaire de dentition et définitive
4- Faire la coupe longitudinale d’une dent
CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME
Thème : L’appareil digestif et la digestion
Titre : La digestion expérimentale
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Descriptif :
Définition de la digestion
Etude expérimentale
-mode opératoire
-rôle des enzymes de la salive
Objectifs :
général : Comprendre le mécanisme de digestion
spécifiques  : A la fin de ce cours l’élève doit être capable de :
23
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

-définir la digestion
-expliquer le mode opératoire
-indiquer le rôle des enzymes
Matériels didactique : document, image etc…
Stratégies /méthodologies
- exposé détaillé
- visualisation d’image
- exploitation de documents
Déroulement :
- prérequis : définir un aliment
Faire la classification des aliments

CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME


Thème : L’appareil digestif et la digestion
Titre : La digestion expérimentale
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
Définition : la digestion est l’ensemble des transformations mécaniques et chimiques des
aliments dans le tube digestif.
Etude expérimentale d’une digestion : elle fut réalisée pour la première fois par
SPALLANZANI qui a montré le rôle du suc gastrique, même en dehors de l’organisme il
peut provoquer la liquéfaction de certains aliments : c’est la digestion « IN VITRO ». Au
cours de la digestion les aliments sont transformés en nutriments.
L’expérience la plus simple est de mettre en évidence la digestion de l’empois d’amidon.
Mode opératoire :
- On verse une pincée de poudre d’amidon dans l’eau. Le lait d’amidon obtenu est porté
à l’ébullition quelques minutes. Le liquide épais, blanchâtre, est l’empois d’amidon.
Après refroidissement, il est réparti dans deux tubes A et B placés au bain-marie à
37°C.
- Au temps To : on n’ajoute de la salive que dans le tube B. Puis on reparti les tubes A
et B dans quatre tubes à essai. On ajoute dans un tube A et un tube B de l’eau iodée :
l’empois d’amidon devient bleu foncé, il contient donc de l’amidon.
On ajoute dans un autre tube A et un autre tube B de la liqueur de Fehling et on porte à
l’ébullition : l’empois reste bleu clair, il n’y a donc pas de sucre dans ces tubes.
- Au temps To + 10 minutes : on réalise la même expérience dans deux tubes A et deux
tubes B. Dans les tubes A, les résultats sont les même qu’au To.
Dans les tubes B, on constate la disparition de l’amidon et l’apparition du sucre
Tube A B

24
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Contenu Empois d’amidon Empois d’amidon + salive


Eau iodée Liqueur de Eau iodée Liqueur de
Test
Fehling Fehling
To + - - + 0
To + 10 min + - - - - +
Présence Pas de sucre Présence d’un
Résultats Plus d’amidon
d’amidon sucre
Rôle des enzymes de la salive :
L’amidon est une grosse molécule formée par des centaines de molécules de glucose liées
entre elle, c’est une macromolécule.
Le glucose est une petite molécule simple à saveur sucrée.
L’enzyme présente dans la salive, appelée amylase, coupe les liaisons entre les molécules de
glucose de l’amidon. A la fin de la réaction, l’amidon est transformé en un sucre, le maltose.
Dans le tube digestif, la digestion de l’amidon commencée dans la bouche se termine dans
l’intestin grêle avec une enzyme du suc pancréatique

CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME


Thème : L’appareil digestif et la digestion
Titre : Les étapes de la digestion
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
La progression des aliments s’effectue grâce à la contraction des muscles de la paroi du tube
digestif. La digestion est une simplification moléculaire.
Les grandes étapes de la digestion
La digestion buccale : Dans la bouche, les aliments sont broyés, imprégnés de salive et on
obtient une boulette moelle appelée bol alimentaire qui passe au niveau du pharynx, puis
l’œsophage où il progresse jusqu’à dans l’estomac.
La digestion stomacale : Les mouvements péristaltiques assurent pendant 2 à 3heures ou
plus le brassage des aliments, les mélanges avec le suc gastrique qui complète l’action de la
mastication et on obtient une bouillie laiteuse appelée chyme qui sera évacué par jets
successifs dans l’intestin grêle.
Le suc gastrique contient deux enzymes (la pepsine et la présure) qui assurent la
transformation des protides en polypeptides et le lait en caséine
La digestion intestinale : l’essentiel de la digestion se fait dans l’intestin grêle. Les aliments
sont soumis à l’action du suc intestinal, le suc pancréatique et la bile cette dernière a pour rôle
d’émulsionner les lipides et de créer un milieu favorable à l’action du suc pancréatique.
Les aliments ingérés à l’exception des fibres végétales cellulosiques sont transformés en une
bouillie blanchâtre appelée chyle formé d’eau et de matières dissoutes (sels minéraux,
vitamines, glucose, acides aminés, acide gras, glycérol).
Le glucose provient de la digestion des glucides ;
Les acides aminés résultent de la digestion des protides ;
Les acides gras et les glycérols proviennent de la digestion des lipides. Ils sont tous des
substances (nutriments) utilisables directement par l’organisme.
La digestion au niveau du gros intestin : les résidus non digérés passent dans le gros
intestin, là il y a la transformation d’une partie de la cellulose en glucose qui est absorbée. La

25
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

réabsorption de l’eau et la putréfaction des protides produisent la matière fécale qui sera
éliminée par l’anus.
La digestion se résume dans le tableau suivant

ALIMENTS
Organes

Glucides protides lipides Eau et vitamines


sels
minéraux
Sucs digestifs

glucose lactose amidon


enzymes

Bouche Salive Amylase maltose


salivaire
Estoma Suc Pepsine Polypepti
c gastrique et des
présure
Intestin Suc Maltase, glucose Hexoses Glucose Peptides Acides
Grêle pancréatiqu lipase, ou acides gras +
e et Protéase, aminés glycérol
intestinal trypsine
Résultat glucose hexoses glucose Acides Acides Eau et vitamines
s aminés gras + sels
glycérol minéraux

L’absorption intestinale
Définition : l’absorption intestinale est le passage des nutriments (eau, sels minéraux,
vitamines, acides aminés, acides gras et glycérol…) dans le sang et la lymphe à travers les
villosités intestinales.
Les voies d’absorption des nutriments sont :
 La voie sanguine : veine porte, foie, veine sus-hépatique, veine cave inférieur,
oreillette droite.
Suivant cette voie on a : l’eau, les sels minéraux, les sucres, les acides aminés et les vitamines
hydrosolubles.
 La voie lymphatique : les chylifères, citerne de Pecquet, canal thoracique, veine cave
supérieur, oreillette droite.
Suivant cette voie : les acides gras, le glycérol et les vitamines liposolubles

26
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’
Voie sanguine

Voie lymphatique
Cœur
HépatiqueVeine sub
(Glycose, l’eau, sels minéraux, acides aminés, vitamines hydrosolubles)

liposolubles)
Veine
porte

Le devenir des nutriments : les produits de la digestion vont passer dans le sang et dans la
lymphe grâce à l’absorption intestinale et seront distribués à tous les organes du corps.
Ils constituent :
- Une source d’énergie
- La matière première nécessaire à la synthèse de la matière vivante
(Acides gras, glycérol et vitamines

nouvelle (croissance, l’entretien, réparation)


- Des réserves.
Toutes les cellules du corps sont le siège des réactions de dégradation des nutriments. Ces
réactions utilisent du dioxygène, produisent du dioxyde de carbone et libèrent de l’énergie
utilisable par les cellules.
Hygiène alimentaire et aliments nutritionnels
Pour avoir une bonne digestion il faut :
- Assurer la propreté de la bouche et des dents en se brossant le matin et soir ;
- Consommer les aliments riches en calcium et en phosphore pour la minéralisation des
dents ;
- Eviter l’abus des aliments sucrés surtout chez les enfants pour éviter la carie
dentaire ;
- Faciliter le travail de l’estomac en mastiquant bien les aliments ;
- Eviter le tabac et l’alcool pour favoriser la sécrétion des sucs digestifs ;
- Se laver les mains avant et après les repas ;
- Consommer les aliments appétissants et saints.
Les aliments nutritionnels : pour réaliser un équilibre alimentaire, il est indispensable de
connaître la composition des aliments et de tenir compte des besoins de l’organisme.
Pour couvrir correctement les besoins tous les groupes d’aliments doivent figurer dans le
muni de la journée. Une variété d’aliment à chaque repas est idéale : produits laitiers, viande
et substituts, pain, céréale, légumes, fruits…
Quelques maladies nutritionnelles
Les maladies dues à la mal nutrition sont de deux types :
 Les maladies par excès de table :
L’athérosclérose : elle peut provoquer l’infarctus cardiaque, l’embolie, l’angine de poitrine,
l’obésité, l’hypertension artérielle, le diabète.

27
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

 Les maladies par carence :


La kwashiorkor : est dû à un sevrage brutal suivi d’un régime alimentaire pauvre en
protéines, il atteint les enfants de 1 à 3 ans.
Ses manifestations sont : retard de croissance, manque d’appétit, diarrhée.
Le marasme : dû à une alimentation très pauvre en aliments énergétiques.
Ses manifestations : retard de croissance, perte de poids.
L’avitaminose :
L’avitaminose A : provoque la cécité crépusculaire
L’avitaminose B : provoque le béribéri qui se manifeste par les troubles nerveux, des œdèmes
et la paralysie

CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME


Titre : L’appareil respiratoire
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
Définition : l’appareil respiratoire est l’ensemble des organes qui assurent le renouvellement
constant de l’air dans notre organisme.
Description : l’appareil respiration est constitué des voies respiration et des poumons.
a) -Les voies respiratoires : elles comprennent : les fosses nasales, le pharynx, le larynx, la
trachée artère, les bronches, les bronchioles et les alvéoles pulmonaires.
b) - Les poumons : les poumons sont deux masses roses, spongieuses, élastiques, situées dans
la cage thoracique. Le poumon droit est le plus développé, il présente trois lobes délimité par
deux sillons, tandis que le poumon gauche n’a que deux lobes.
Les bronches et les vaisseaux sanguins pénètrent dans chaque poumon par une zone déprimée,
le hile. Chaque poumon est enveloppé par une plèvre formée par deux feuillets.

28
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME


Titre : La respiratoire
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
Définition : La respiration est la fonction par laquelle les êtres vivants absorbent l’oxygène de
l’air et rejettent le CO2 et la vapeur d’eau.
Les mouvements respiratoires : comprennent l’inspiration et l’expiration.
 L’inspiration c’est la rentrée de l’air dans les poumons caractérisée par le soulèvement
des côtes et le sternum et l’abaissement du diaphragme. C’est un phénomène actif.
 L’expiration c’est la sortie de l’air dans les poumons caractérisée par l’abaissement
des côtes et le sternum et le soulèvement du diaphragme. C’est un phénomène passif.
Les mouvements respiratoires créent un mouvement d’air qui est la conséquence de la
variation du volume de la cage thoracique. Le rythme des mouvements respiratoires est de 15
à 16 par minute chez un adulte sain au repos.
La capacité respiratoire peut être mesurée à l’aide d’un appareil appelé le spiromètre, les
quantités d’air peuvent être évaluées au différent temps respiratoires.

29
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

L’air courant : c’est le volume d’air qui entre et qui sort des poumons au cours d’un cycle
ventilatoire normal (inspiration normale et expiration normale) égale à 0,5L.
L’air complémentaire : c’est le volume d’air qui entre « en plus » au cours d’une inspiration
forcée est égal à 1,5L
L’air résiduel : c’est le volume d’air reste dans les poumons après une expiration forcée égal
à 1,5L.
La capacité vitale : on appelle capacité vitale le volume d’air qui entre et qui sort des
poumons au cours d’un mouvement respiratoire forcée. Ce volume est C. V= V (air courant)
+ V (air complémentaire) + V (air réserve). CV= 0,5L + 1,5L + 1,5L = 3,5L

Soufflet thoracique

CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME


Titre : Les échanges gazeux
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
Notre organisme absorbe quotidiennement de l'air qui se fait de deux sortes : la respiration
pulmonaire et la respiration tissulaire ou cellulaire
a) - respiration pulmonaire : cela correspond à la respiration au niveau des poumons
- l'oxygène est absorbé
- le dioxyde de carbone et la vapeur d'eau sont rejetés.
Les échanges pulmonaires se font entre l'atmosphère et sang dans les poumons
b) - La respiration cellulaire : c'est l'échange entre le sang et les tissus de l'organisme, chaque
cellule participe. Cette respiration qui déroule dans tous les organes est oxydation des
nutriments surtout le glucose (C6H12O6) qui fournit à l'organisme l'énergie dont il a besoin.
C6H12O6 + 6O2 6CO2 + 6H2O + E (2860Kcal)
Transport des gaz respiratoires par le sang
Le sang transporte les gaz respiratoires
- l'oxygène O2 depuis les poumons vers les tissus ;
- le dioxyde de carbone CO2 depuis les tissus vers les poumons.

30
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

 L'oxygène : est fixé réversible par l'hémoglobine des hématies sous


d'oxyhémoglobine, et le devient rouge vif.
Hb + O2 HbO2 (oxyhémoglobine)
 Le gaz carbonique : est transporté sous forme dissoute, dans le plasma et les hématies
- Sous forme combinée à l'hémoglobine dans les hématies.
Hb + CO2 HbCO2 (carboxyhémoglobine)

Schéma des échanges gazeux au niveau des alvéoles pulmonaires

Hygiène de l'appareil respiratoire : Pour une bonne hygiène respiratoire il faut


- Respirer avec le nez et non par la bouche en raison du rôle filtrant de la
muqueuse
- pratiquer les exercices physiques appropriés ;
- Éviter l’abus du tabac qui cause les bronchites chroniques.

CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME


Thème : L’appareil circulatoire et la circulation 
Titre : le sang
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
Définition : le sang est un liquide rouge, visqueux, salé, d’odeur fade qui circule dans notre
corps.
Composition du sang : le sang est composé de 45 % de globules en suspension et 55 % de
plasma. On peut évaluer la quantité de sang d’un individu environ 75ml/kg de poids chez un
homme, 67ml/kg chez la femme. Un homme de 70kg possède environ 5,25l de sang et une
femme de 60kg environ 4l.
a) - Le plasma : C’est un liquide visqueux, incolore contenant 90% d’eau, 10% de matières
dissoutes comme les sels minéraux, les protides, les glucides, les lipides, les déchets azotés,
gaz (CO2, O2), hormones, enzymes, anticorps, vitamines. Il a pour rôle de véhiculer dans
notre corps, les éléments nutritifs et les déchets du métabolisme vers les organes épurateurs.
b) - Les globules du sang : ce sont des constituants solides du sang voir le tableau ci-dessous
Globules rouges Globules blancs Plaquettes

31
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Forme Circulaire Variable Circulaire


Dimension 7 à 10mm 8 à 25 mm 2 à 4mm
Nombre par mm3 4,5 à 5 millions 7000 à 9000 300000
De sang
Structure Cellules sans noyau Cellules avec noyau Cellules sans noyau
Origine Foie, rate, moelle rouge Moelle rouge, rate, Moelle rouge
des os thymus, ganglion
Rôle Transport de gaz Défense de Coagulation
respiratoires l’organisme
Durée de vie 120 jours 12h à 10 ans 8 à 12 jours

Les globules blancs ou leucocytes sont de deux groupes :


-Les mononucléaires qui sont : les monocytes et les lymphocytes.
-Les polynucléaires qui sont : les basophiles, les neutrophiles, les éosinophiles.
Les lymphocytes élaborent les anticorps et les autres détruisent les microbes.
La coagulation du sang : elle est la mise en masse du sang au contact de l’air. Elle se fait
comme suit : Prothrombine Thrombine
2+
Ca

Fibrinogène Fibrine
Ca2+

CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME


 Thème : Activité cardiaque et la circulation :
Titre : le cœur
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
Définition : le cœur est un muscle creux, qui pèse environ 300g, de forme ovoïde, percé de
quatre cavités, deux oreillettes et deux ventricules. Il est situé dans la cage thoracique entre les
deux poumons un peu à gauche au-dessus du diaphragme. Le cœur est considéré comme le
moteur de la circulation.
Schéma du cœur

Structure du cœur : le cœur est constitué d’un muscle appelé le myocarde limité à l’extérieur
par l’épicarde et à l’intérieur par l’endocarde.

32
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Le myocarde comprend la partie proprement dite faites de fibres striées en Y et le tissu nodal.
Le fonctionnement du cœur : le fonctionnement du cœur est automatique et cyclique,
chaque cycle comprend (3) trois phases :
-La systole auriculaire (contraction des oreillettes) qui propulse le sang dans les deux (2)
ventricules : elle dure 0,1s.
-La systole ventriculaire (contraction des ventricules) qui propulse le sang ventriculaire dans
les artères. Elle dure 0,3s
-La diastole (repos générale ou relâchement du cœur) permettant l’aspiration du sang dans les
deux (2) oreillettes. Elle dure 0,4s.
L’ensemble de ces trois phases du cycle cardiaque constitue la révolution cardiaque. Elle se
fait à un rythme de 70 battements par minute chez un adulte au repos et varie en fonction de
l’âge, du sexe, des émotions des exercices physiques…
Les vaisseaux sanguins : ils sont de trois types :
-Les artères sont des vaisseaux qui conduisent le sang du cœur vers les organes, la pression du
sang est très forte ;
-Les veines sont des vaisseaux qui conduisent le sang des organes vers le cœur ;
-Les capillaires sont des petits vaisseaux qui jouent le rôle de jonction entre les artères et les
veines.
CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME
Thème : Activité cardiaque et la circulation
Titre : La circulation générale et pulmonaire
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
Le sang sort du cœur par les artères, celles-ci se ramifient en artérioles puis en réseaux de
vaisseaux de plus en plus fins, les capillaires, le sang est ramené aux oreillettes par les veines.
La paroi des artères est épaisse et élastique tandis que celle des veines est flasque capable de
se distendre
a) - La grande circulation ou la circulation générale : la contraction du ventricule gauche
refoule le sang oxygéné dans l’artère aorte et ses ramifications successivement où il perd ses
nutriments et l’oxygène et s’enrichit en déchets et du CO2, devient sombre et revient par les
veines caves dans l’oreillette droite.
b) - La petite circulation ou circulation pulmonaire : La contraction du ventricule droit
refoule le sang carbonate dans l’artère pulmonaire qui le conduit aux poumons où il se
débarrasse du CO2 et se charge de l’oxygène puis par les veines pulmonaires et retourne à
l’oreillette gauche.

Schéma de l’appareil circulatoire

33
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Circulation pulmonaire

Circulation générale

L’adaptation du cœur à l’effort


Le sang apporte aux cellules l’oxygène et les nutriments indispensables à leur activité.
Le sportif réalise sur une bicyclette un pédalage d’intensité variable, l’électrocardiogramme
est enregistré en permanence. On peut ainsi sur un sujet sain l’effort d’obtention de la
fréquence maximale théorique fournie par des tables de référence. Le test renseigne sur les
capacités réelles du sujet, fréquence cardiaque, puissance de l’effort, durée, pression artérielle,
temps de récupération. On estime qu’une anomalie apparaissant pour une accélération du
cœur inférieur à 80% de la fréquence maximale théorique traduit une insuffisance coronaire
certaine.
Les accidents cardiovasculaires
Au nombre des affections les plus courantes ; il faut citer
 L’angine de la poitrine : est caractérisée par le rétrécissement des vaisseaux
coronaires irriguant le cœur.
 La thrombose coronaire : la thrombose est la formation d’un caillot dans un vaisseau
sanguin (artère ou veine) ou dans une cavité cardiaque.
 L’infarctus du myocarde : l’infarctus du myocarde est l’arrêt de l’irrigation d’une
partie du cœur. Il provoque la nécrose de la région touchée.
Quelques maladies du sang
 L’hémophilie : est une maladie très grave chez l’homme, elle est caractérisée par une
coagulation lente du sang qui met le malade en danger à la moindre blessure, cette
maladie du sang est héréditaire et liée au sexe.
 La leucémie : est une maladie grave qui se manifeste par une augmentation anormale
du globule du sang.
 L’anémie : est caractérisée par une diminution du nombre de globules rouges.
 La drépanocytose : est due à une hémoglobine anormale HbS. L’hémoglobine normale
HbA se précipite dans l’hématie et lui donne une forme irréversible d’une faucille
appelé drépanocyte dont la présence massive provoque chez le malade une anémie
grave. Ils sont détruits dans le foie et dans la rate, on note aussi le gonflement de la

34
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

tête des os, ce qui provoque des douleurs osseuses et musculaires chez les personnes
atteintes.
L’hygiène de la circulation sanguine : pour assurer une bonne hygiène de l’appareil
circulatoire il faut :
-éviter la vie sédentaire et une alimentation trop riche en lipide ;
-ne pas abuser de l’alcool et du tabac ;
-pratiquer les exercices physiques qui fortifient le cœur et les vaisseaux ;
-avoir une vie active et éviter les stationnements debout prolongés
-ne pas porter les habits trop serrés.

Consolidation
1- Après avoir défini le sang, déterminer sa composition
2- A l’aide d’un tableau faites la comparaison entre les éléments du sang
3- Cœur
 Définition
 Structure
 Fonctionnement
4- Citer les différents vaisseaux sanguins que vous connaissez
5- Expliquer la circulation sanguine (grande et petite circulation)
6- Citer quelques AVC et maladies du sang
7- Quelles sont les règles d’hygiènes de l’appareil circulatoire ?

CHAPITRE II : FONCTION DE NUTRITION ET METABOLISME


Titre : L’appareil excréteur et l’excrétion
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
L’appareil excréteur ou urinaire comprend :
-Les reins : en forme d’haricot se regardant par leurs concavités ou hiles ;
-Des conduits urinaires : (les uretères) partant des reins et aboutissant à la vessie ;
-La vessie : réservoir d’urine qui s’ouvre à l’extérieur par l’urètre. Chaque rein reçoit le sang
par l’artère rénale et le sang sort par la veine rénale.

Schéma de l’appareil excréteur Coupe longitudinale du rein

35
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Structure d’un rein : La coupe longitudinale d’un rein présente :


-la capsule rénale : membrane protectrice ;
-l’écorce granuleuse : zone corticale jaunâtre ;
-la zone médullaire : rouge foncé formée des pyramides de Malpighi. Chaque rein renferme
des tubes urinifères ou néphron, le bassinet et se prolonge par l’urètre

L’excrétion urinaire
Composition de l’urine : certaines réactions permettent de mettre en évidence les différents
constituants de l’urine. Certaines substances contenues dans l’urine sont toxiques. Les
substances toxiques sont essentiellement l’urée et l’acide urique. Ces molécules proviennent
de la dégradation des acides aminés qui libèrent de l’ammoniaque très toxique. D’autres
substances sont parfois présentent dans l’urine, elles permettent de mettre en évidence des
troubles du fonctionnement du rein et celui d’autres organes.

Exemple des urines Quantité normale (g/l)


Substances Concentration (g/l)
Eau 950 950
Substance minérale
Chlore 8,50 6 à 10
Sodium 6 3 à 6,50
Potassium 2 1,40 à 3,50
Phosphate 1,75 1,50 à 3
Calcium 0,02 0,008 à 0,03
Substances organiques
Urée 20 15 à 30
Acide urique 0,45 0,40 à 0,80
Ammoniaque 0,50 1à3
Créatinine 1 0,80 à 1,50
Autres substances
Hormones Trace Trace
Vitamine Trace Trace

Comparaison de l’urine et le plasma sanguin

Evalué en g/L
36
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Principaux Plasma Urine


constituants sanguin
Eau 900 950
Sels minéraux Chlorures 7 10
Sulfates 0,02 2
Phosphates 0,04 2
Protéine 80 0
Matières Lipide 5 0
organiques Glucose 1 0
Urée 0,3 20 à 30
Déchets organiques Acide urique 0,03 0,6
Ammoniaque 0 0,5

De ce tableau, on remarque que les reins jouent un rôle de :


-barrière pour les protéines et les lipides ;
-filtre pour les autres constituants du plasma ;
-synthèse de l’ammoniaque
La formation de l’urine : Elle se forme à partir du plasma dans les capsules rénales, la
formation de l’urine le long du néphron est un phénomène complexe qui fait intervenir deux
phases et trois phénomènes : la filtration, la réabsorption et la sécrétion.
 La filtration glomérulaire : a lieu dans la capsule de BOWMANN qui est perméable
aux micromolécules telles que le glucose, les sels minéraux, l’eau, urée … et
imperméable aux lipides et aux protéines. C’est une dialyse et l’urine formée est dite
primitive.
 La réabsorption tubulaire : le sang reprend toutes les substances utiles de l’urine
primitive à la surface du néphron. La totalité du glucose, 99 % de l’eau, des sels
minéraux, des acides aminés…
 La sécrétion tubulaire : il y a la sécrétion de l’ammoniaque et l’acide urique qui
s’ajoutent à ceux non réabsorbés pour former l’urine définitive.
Autres formes d’excrétions
-La peau : à travers ses glandes sudoripares sécrète la sueur qui est rejetée en dehors de
l’organisme à travers les pores. La peau allège le travail des reins.
-Le foie : sécrète la bile dans l’intestin grêle et participe à la détoxication de l’organisme.
Les insuffisances rénales
Certains symptômes du mauvais fonctionnement des reins sont mis en évidence par des
analyses d’urine.
L’albuminurie : c’est la présence l’albumine dans l’urine. Le passage ces grosses molécules
relève une lésion au niveau des reins.
La glycosurie : c’est la présence du glucose dans l’urine, la régulation de la glycémie n’est
plus assurée par le pancréas, une glycosurie persistante peut être un symptôme de diabète.
Les calculs urinaires : Des concrétions solides des substances cristallisées se forment dans
les voies urinaires. Les calculs urinaires sont la cause des coliques néphrétiques souvent très
douloureuses.
L’hématurie : c’est la présence du sang dans l’urine, elle est le signe d’une infection de
l’appareil excréteur.
L’hygiène de l’appareil excréteur :
Pour permettre le bon fonctionnement des organes

37
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

- Eviter les aliments trop riches (en sels, en azote, en graisse) ;


- Eviter l’alcool qui provoque la cirrhose du foie ;
- Faire des exercices physiques ;
- Rendre la peau propre.

CHAPITRE III : Microbiologie et Défense de l’organisme


Titre : Introduction
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
Notre environnement est peuplé d’une multitude de microbes dont certains sont pathogènes.
Ils ne peuvent provoquer une maladie dans la mesure où ils pénètrent dans l’organisme. Ce
dernier est protégé de l’environnement extérieur par un ensemble de cellules qui constituent
son système immunitaire. La peau constitue un premier obstacle par son épiderme qui sécrète
le sébum légèrement acide. Les voies respiratoires, digestives et génitales sont tapissées de
muqueuses s’opposant à la pénétration des micro-organismes grâce à leur sécrétion. Celle-ci
renferme de nombreuses substances chimiques comme le lysosome qui détruit la paroi
cellulaire de nombreuses bactéries.
Ces barrières restent efficaces tant qu’elles ne sont pas lésées par des égratignures ou une
piqûre.
Quelques jours après une lésion de la peau et non désinfectée se forme une croûte entourée
d’une zone gonflée, rouge, chaude et douloureuse. Ces symptômes traduisent une
inflammation très souvent sous la croûte se trouve un liquide blanchâtre : Le pus.
Un prélèvement de pus observé au microscope montre :
 De nombreux microbes caractérisés par leur petite taille et leur forme ;
 Des globules blancs ou leucocytes ;
 Une observation attentive montre la présence des microbes dans le cytoplasme des
leucocytes.
Définition de la microbiologie
La microbiologie est une science qui étudie les microbes, leur organisation, leur mode de vie,
et leur moyen d’action
But et importance :
La microbiologie permet de maitriser les microbes enfin de les utiliser ou de les combattre.
De nombreux microbes sont utiles dans :
-la production des médicaments (antibiotiques)
-l’industrie alimentaire (fermentation, production de fromage, yaourt, l’alcool)

Questions de consolidation
1- Définir la microbiologie
2- Dégager son but et son importance dans la vie de l’homme

CHAPITRE III : Microbiologie et Défense de l’organisme


Titre : Les microbes
Niveau : 10ème Année

38
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Durée : 2heures
Résumé
Définition : les microbes sont des êtres vivants microscopiques qui vivent dans les eaux, l’air,
le sol, à la surface et l’intérieur des êtres vivants (végétaux et animaux)
Classification des microbes : on distingue quatre grands groupes de microbes : les
protozoaires, les bactéries, les champignons et les virus.
a) - les protozoaires : êtres vivants unicellulaires, provoquent les maladies fréquentes dans
les régions intertropicales le paludisme et la maladie du sommeil.
b) - les bactéries : ces cellules ne possèdent pas de véritable noyau comme les protozoaires,
leur taille est comprise entre 1- 5µm. Selon leur forme on distingue :
Les coques : ce sont des bactéries de forme ronde comme des grains qui peuvent être isolés
(les microcoques), groupés deux à deux (les diplocoques), réunis en chainettes (les
staphylocoques, des tétracoques, les streptocoques).
Les bacilles : ce sont des bactéries qui ont une forme de bâtonnets, ils sont allongés ou
cylindriques suivant les espèces. Exemple : bacille tétanique
Les vibrions : ce sont des bactéries en forme arquée ou en virgule. Exemple vibrion
cholérique
Les spirilles : ce sont des bactéries de forme spiralée. Exemple le spirochète de la syphilis.
c)- les virus : microorganismes de très petite taille, ils ne s’observent qu’au microscope
électronique. Ils sont obligés de se développer à l’intérieur d’une autre cellule, ce sont des
parasités intracellulaires obligatoires.
La vie des bactéries : la plupart des bactéries sont incapables de fabriquer leur substance
nutritive, ils sont hétérotrophes : certaines se nourrissent au dépend des matières organiques
en décomposition ce sont des hétérotrophes saprophytes. D’autres bactéries synthétisent leur
propre substance nutritive ce sont des bactéries autotrophes.
La respiration : les bactéries qui vivent en présence de l’oxygène sont appelés bactéries
aérobies et celles qui se développent qu’en absence de l’oxygène sont des anaérobies, d’autres
peuvent vivre soit en présence ou en absence d’oxygène se sont des bactéries facultatives.
La reproduction : deux types de reproduction sont remarqués chez les bactéries :
-La scissiparité : quand les conditions de vie sont favorables les bactéries se multiplient par
division binaire.
-La sporulation : lorsque les conditions de vie ne sont pas favorables les bactéries forment des
spores qui sont des éléments de résistance et dissémination des microbes.
L’influence des agents physiques et chimiques : certains agents agissent défavorablement
sur les bactéries se sont : la température, la chaleur, la lumière…Par contre d’autres
substances arrêtent l’action et la multiplication des bactéries.
Questions de consolidation
1- Définir les termes suivants : les microbes, les protozoaires, agent pathogène
2- Faire la classification des microbes
3- Quels les facteurs qui influencent le mode de vie des microbes
4- Citer quels microbes pathogènes et leur maladie correspondante

CHAPITRE III : Microbiologie et Défense de l’organisme


Titre : La lutte contre l’infection microbienne
Niveau : 10ème Année
39
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Durée : 2heures
Résumé
Définition : l’infection est la pénétration et la multiplication des microbes pathogènes dans un
organisme vivant
. Elle se fait à travers des orifices naturels (la bouche, les narines, les oreilles, les voies
génitales) et la peau (les plaies et les blessures).
Les moyens de défense de l’organisme
Les organismes possèdent deux sortes de défenses contre les infections :
- La défense naturelle ou innée : elle est non spécifique et immédiate ;
- La défense spécifique ou acquise : elle est spécifique et non immédiate.
Chacune d’elle confère un type d’immunité à l’organisme.
a) - La défense immunitaire non spécifique ou naturelle : elle est assurée par les moyens de
défense externe et interne qui apparaissent dès la naissance.
La peau, les muqueuses (parois digestive, pulmonaire …) constituent une première ligne de
défense et empêchent l’accès à l’intérieur de l’organisme.
Lorsque ces barrières sont franchies, la seconde ligne de défense est assurée par des cellules
capables de phagocyter les corps étrangers c’est-à-dire de les entourer et les digérer
Si les microbes ne sont pas arrêtés par la réaction locale, ils pénètrent dans le sang et la
lymphe. De nouvelles barrières entrent en jeu comme le foie, la rate et les ganglions.
b) - La défense immunitaire spécifique ou acquise : la capacité de défense s’acquière de
façon naturelle ou artificielle.
La défense immunitaire naturelle acquise : elle est passive lorsqu’il y a transfert d’anticorps
de la mère à l’enfant et active quand il y a le 1er contact avec l’agent infectieux.
La défense spécifique active se fait par deux mécanismes : humorale (production d’anticorps)
et cellulaire (l’action des lymphocytes).
Les modes de défenses artificielles : il existe deux modes
 Défense artificielle externe : elle utilise deux méthodes pour éviter l’infection d’une
plaie : l’asepsie et l’antisepsie.
L’asepsie constitue à détruire les microbes avant qu’ils ne produisent une infection, par la
stérilisation des instruments chirurgicaux, la défection de la main.
L’antisepsie est la destruction des microbes dans la plaie, sur les instruments chirurgicaux en
utilisant les produits chimiques comme l’alcool, l’éther, l’eau oxygéné, l’eau de javel …
 Défense artificielle interne : elle fait appel à deux méthodes d’immunités : la
sérothérapie (utilisation du sérum) et la vaccinothérapie (utilisation du vaccin) et
deux méthodes de traitement des infections : la chimiothérapie et l’antibiothérapie
(utilisation des antibiotiques).
Le vaccin : le vaccin est une substance contenant des microbes ou un produit dérivé sous
forme non pathogène qui, inoculée à un sujet lui confère une immunité contre le germe
correspondant.
Le sérum : est une substance extraite à partir du plasma, soit d’un animal ayant fabriqué des
anticorps par suite d’une vaccination contre une maladie microbienne ou d’une toxine, soit
d’un sujet convalescent ou d’un donneur immunisé volontairement.
La différence entre le sérum et le vaccin

Vaccin Sérum
Formé par le sujet Formé par un autre
Anticorps
vacciné sujet
40
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Active, lente, Passive,


Immunité
durable immédiate, courte
Lutte Prévention Curative

La chimiothérapie : est l’utilisation des produits chimiques de synthèse pour traiter les
infections microbiennes, c’est la seule méthode de lutte contre les maladies non immunisantes
(paludisme, syphilis…)

Questions de consolidation
1- Définir les termes ou expressions suivants : l’infection, le sérum, le vaccin, l’asepsie,
l’antisepsie, la chimiothérapie, la vaccinothérapie, la sérothérapie
2- Quelles sont les voies de pénétration des microbes dans l’organisme ?
3- Expliquer les moyens de défense de l’organisme contre les microbes
4- A l’aide d’un tableau faites la différence entre le sérum et le vaccin

CHAPITRE III : Microbiologie et Défense de l’organisme


Titre : La spécificité immunologique 
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
Le groupe sanguin
Définition : le groupe sanguin est l’ensemble des individus distincts par l’absence ou la
présence d’agglutinogène (antigène) spécifique des globules rouges. Les différents groupes
sanguins se résument dans le tableau suivant :
Caractéristiques
Groupes sanguins Agglutinogène des Agglutinogènes du sérum
hématies
A A Anti-B
B B Anti-A
AB A et B Néant
O Néant Anti-A et Anti-B

Importance du groupe sanguin : l’importance du groupe sanguin est liée à la transfusion


sanguine, au mariage et la recherche de la paternité.
La transfusion sanguine se fait chez les personnes malades (anémie, hémorragie…) dont le
traitement nécessite un don de sang.
La transfusion sanguine : est l’injection du sang d’un individu (donneur) à un autre
(receveur). Elle se fait suivant le schéma ci-dessous.

SCHEMA DE LA TRANSFUSION SANGUINE

41
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Le facteur rhésus : est une substance antigénique supplémentaire des hématies dont des
anticorps ne sont pas dans le sang et n’apparaissent que pendant le 1 er contact avec le sang
incompatible.
Il y a deux groupes de facteurs rhésus :
- Le facteur rhésus positif Rh+ : ensemble des individus (80 à 85%), ayant le rhésus et
- Le facteur rhésus négatif Rh- : ceux qui n’en possèdent pas, son importance réside
dans la transfusion sanguine et dans le mariage.

Définition : une greffe ou transplantation est une opération qui consiste à remplacer un
organe malade par un organe sain, appelé « greffon » ou « transplant » et provenant d’un
donneur.
Les types de greffes :
Les greffes peuvent être classés selon l’origine du greffon, nous avons :
- Autogreffe : le greffon appartient au receveur, il s’agit essentiellement de tissus ou de
cellules ;
- Isogreffe : le greffon appartient au jumeau monozygote du receveur ;
- Allogreffe : le donneur et le receveur appartient à la même espèce. C’est le cas le plus
fréquent ;
- Xénogreffe : le donneur est d’une espèce différente mais proche génétiquement du
receveur. Les xénogreffes sont pour l’instant expérimentales.
Organes transplantés :
Les transplantations les plus fréquentes sont les transplantations du rein.
On pratique également des transplantations du foie, du cœur, du poumon, du bloc
cœur/poumon, du pancréas et plus rarement de l’intestin

Questions de consolidation
1- Définir les termes suivants : le groupe sanguin, la greffe, le facteur rhésus
2- Dégager l’importance de la connaissance du groupe sanguin
3- Faire le schéma de la transfusion sanguine
4- Compléter le tableau suivant
Caractéristiques
Groupes sanguins Agglutinogène Agglutinogènes
des hématies du sérum

42
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

5- Citer les types de greffes

CHAPITRE III : Microbiologie et Défense de l’organisme


Titre : Le dysfonctionnement du système immunitaire : S.I.D.A
Niveau : 10ème Année
Durée : 2heures
Résumé
Le sida est une maladie dont les premiers cas ont été recensés en 1981 aux Etats-Unis dans
une population homosexuelle. Le virus fut isolé en 1983, c’est une pandémique
Le S.I.D.A ou Syndrome d’Immuno-Déficience Acquise est une maladie mortelle qui touche
les populations adultes et d’enfants dans les tous les continents. C’est une maladie pour
laquelle il n’existe pas encore de vaccin. Des traitements coûteux existent, ils ne permettent
que l’augmentation de l’espérance de vie sans assurer la guérison. Les malades ainsi traités
restent contagieux.
Agent pathogène
Le VIH (Virus Immunodéficience Humaine) est responsable du sida, il est comme tous les
virus parasites intracellulaires obligatoire.
L’enveloppe du virus porte des molécules protéiques particulières, elles permettent la fixation
de celle-ci sur certains lymphocytes : les lymphocytes activateurs. Ces lymphocytes jouent un
rôle important en augmentant la rapidité de la réponse immunitaire lorsque l’organisme est en
contact avec un antigène.
En pénétrant et en détruisant les lymphocytes activateurs, le virus du sida empêche le bon
fonctionnement du système immunitaire.
Voies de contamination ou de transmission
Le VIH se transmet par :
- La voie sexuelle ;
- La voie sanguine et
- De la mère à l’enfant au cours de la grossesse.
Après la pénétration du virus, son information génétique s’insère dans le programme
génétique d’un chromosome de la cellule-hôte. Plus tard, cette information génétique conduit
la cellule parasitée à fabriquer des particules virales en nombre important et conduit à la mort
de la cellule c’est ce qui entraine la destruction progressive de la défense immunitaire du
malade.
L’évolution de la maladie après infection
Après l’infection, la personne qui héberge le VIH peut présenter des symptômes comme :
fièvre, gonflement des ganglions lymphatiques, fatigue…, le système immunitaire réagit par
l’augmentation du nombre de lymphocytes activateurs et une sécrétion plus importante
d’anticorps. C’est la présence d’anticorps anti-VIH qui indique que l’individu a été en contact
avec des virus, il est séropositif, alors il devient contagieux par voie sexuelle et par le sang.
Lorsque le taux d’anticorps diminue en dessous d’une certaine valeur, le virus se multiplie,
provoquant la destruction des lymphocytes, le système immunitaire perd la possibilité de
réagir contre toutes les infections. L’organisme ainsi fragilisé ne pourra réagir aux infections,
et c’est souvent d’une autre infection que le malade décédera.
Prévention et le traitement du sida
La prévention la plus efficace est l’utilisation des préservatifs masculin et féminin. La
séropositivité ne se traduit par aucun signe visible.
43
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Le traitement peut être réalisé par des substances antivirales, mais leur nombre est
actuellement limité. Ces produits doivent être associés au cours du traitement pour réaliser des
trithérapies ou des multi thérapies. Ces traitements ne guérissent pas la maladie mais
empêchent la multiplication des virus.

Questions de consolidation
1- Définir les termes suivants : S.I.D.A, VIH
2- Quelle sont les voies de contamination du VIH/ S.I.D.A
3- Expliquer le mode d’évolution du virus dans l’organisme
4- Quels sont les moyens de prévention du VIH/ S.I.D.A

I - Les maladies à transmission indirecte


Le paludisme et la fièvre jaune
Définition : les maladies à transmission indirectes sont des maladies transmisses par des
insectes piqueurs appelés hôte intermédiaire.
Maladies
Le paludisme La fièvre jaune

Caractéristiques
C’est une maladie parasitaire causée par C’est une maladie tropicale
Définition un protozoaire hématozoaire grave, causée par un arbovirus
Fièvre, nausée, vomissement, céphalée, Anémie, céphalée,
Manifestation diarrhée vomissement, troubles
digestifs, jaunissement des
yeux et d’urine
Agent Pathogène Plasmodium falciparum Virus amaril
Agent vecteur Anophèle femelle Aedes aegypti
Moyens de Dormir sous une moustiquaire imprégnée, suppression des réservoirs
prévention (insectes) par l’emploi des insecticides, traiter des malades

I- Les maladies du péril fécal


Ascaridiase, ankylostomiase, Téniase, bilharziose
Définition : c'est l'ensemble des maladies infectieuses dues aux agents pathogènes déposés dans le
milieu extérieur par les selles ou excréments. En effet dans les excréments humains se trouvent des
virus, des bactéries et parasites qui sont invisibles à l'œil et qui donnent les maladies.

Caractéristiques Agents Mode de Manifestation ou Moyens de


des maladies pathogènes contamination symptômes prévention
Ascaris Par consommation des Troubles Utilisation des
Ascaridiase aliments et eaux digestifs, des bonne latrine,
souillés. douleurs consommation
Ankylostomiase Ankylostome Par voie transcutanée abdominales, de l’eau
Ténia Par la consommation amaigrissements, potable,
Téniase de la viande mal cuite nausées, traitement des
(porc, bœuf) vomissements et malades
anémie.

44
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Bilharzies ou Par voie transcutanée Fièvre, maux de Eviter le


La Bilharziose schistosomes tête, présence du contact des
sang dans l’urine eaux douce
et selles infestée,
utilisation de
latrine,
détruire les
mollusques

III- Quelques maladies d’origine digestive


Le choléra, la fièvre typhoïde
Maladies
Le choléra La fièvre typhoïde
Caractéristiques
C’est une maladie infectieuse très contagieuse C’est une maladie infectieuse
caractérisée par la diarrhée, les douleurs caractérisée par des vertiges,
Définition abdominales, les vomissements insomnies, la septicémie
Agent pathogène Vibrion cholérique Bacille d’Eberth
Consommation d’eau ou d’aliments souillés, Consommation d’eau ou
Mode de contact direct avec les malades d’aliments souillés, contact
transmission direct avec les malades
-Le respect des règles d’hygiènes (lavage des mains après les toilettes, avant les
Moyens de repas,
prévention -dépistage et traitement des malades,
-la vaccination

IV- Les maladies à transmission directe


Le tétanos, la tuberculose, la lèpre, la gonococcie, la syphilis, le sida

Maladies et Le tétanos La tuberculose La lèpre La gonococcie La syphilis Le sida


caractéristique
s
Agents Bacille tétanique Bacille de koch Bacille Les Tréponèm VIH
pathogènes de gonocoques e pâle
Hansen
Les contractions Toux sèches, Tâches Démangeaison, Plaies sur Destruction
musculaires, sudation rosâtre douleurs à la les organes des
l’asphyxie nocturne, sur la miction, génitaux, globules
Manifestation amaigrissement peau, émission du chancre blancs
, insomnie bouton et pus, présence mou (leucocytes)
plaies du sang dans
l’urine

45
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97
PROGRAMME OFFICIEL DE BIOLOGIE EDITION ‘’SOULOUZIE’’

Par des objets Contact direct Par des Rapports Rapports Rapports
rouillés (le fer), avec les lésions sexuels non sexuels sexuels non
avec des plaies malades surtout cutanées protégés non protégés,
non traitées par voie en protégés objets
Modes de aérienne contact souillés
contamination direct (voie
avec les sanguine),
malades pendant la
grossesse

Eviter les contacts Dépistage, Respect Abstinence, Abstinence, Abstinence,


avec les objets traitement et des règles fidélité, fidélité, fidélité,
rouillés, la vaccination d’hygiène utilisation des utilisation utilisation
vaccination et le s et préservatifs des des
Moyens de traitement dépistage préservatifs préservatifs,
prévention éviter le
contact avec
les objets
souillés.

46
Sawoulou DOPAVOGUI Prof de BIOLOGIE Tel : 627-00-61-97