Vous êtes sur la page 1sur 4

Revue des Études Grecques

36. Perceval Frutiger. Les mythes de Platon


Émile Bréhier

Citer ce document / Cite this document :

Bréhier Émile. 36. Perceval Frutiger. Les mythes de Platon. In: Revue des Études Grecques, tome 44, fascicule 207, Juillet-
septembre 1931. pp. 348-350;

https://www.persee.fr/doc/reg_0035-2039_1931_num_44_207_7035_t1_0348_0000_4

Fichier pdf généré le 17/04/2018


348 COMPTES RENDUS B1BL1OGKAPHIQUES
du vocabulaire et du style, que ce parer l'interprétation du philosophe
traité était une imitation de Platon, où par une étude plus soignée du
s'exagéraient jusqu'à la caricature les vocabulaire technique de Platon, étude qui,
procédés littéraires des Lois, où l'on dans sa pensée, devrait amener à saisir
trouvait des mots inconnus à Platon l'identité foncière des concepts
ou des mots connus pris dans des sens philosophiques à travers le temps. Le livre
nouveaux. C'est cet ouvrage de Muller de M. Freymann, qui témoigne d'une
que M. Taylor soumet à un examen lecture attentive des textes et de leurs
détaillé dans sa communication à interprètes les plus récents, n'offre
l'Académie britannique : il se borne donc aucune recherche historique
d'ailleurs à montrer l'insuffisance des proprement originale; tout l'intérêt du
preuves de Muller sans aucune livre porte sur une interprétation du
conclusion positive sur l'attribution de l'œuvre platonisme, très fortement influencée
à PÎaton. Il faut reconnaître que les par les vues des phénoménologistes,
arguments de Muller sont plus dont M. Freymann a été l'élève. Disons
nombreux que décisifs ; il ne pouvait guère en quelques mots que cette
en être autrement; car, admettant la résurrection du platonisme se relie à la
parenté intime de style entre les Lois direction anticartésienne et même
et VÊpinomis, il s'agit de discerner les antikantienne, prise par la philosophie
nuances qui séparent un auteur de son allemande de notre temps; on veut cesser
imitateur : seuls des détails matériels de subordonner l'être aux lois de la
précis, des mots ou des tournures qui connaissance ; l'être est un point de
n'auraient pas pu être employés par départ qui est l'objet d'une intuition
Platon, seraient ici probants; mais irréductible et ultime ; c'est ce qu'a
M. Millier ne donne aucun exemple dit Platon avant Husserl ; et la méthode
convaincant. Il semble donc bien, après de Platon, que l'auteur décrit d'après
le travail de M. Taylor, que la question les dialogues socratiques jusqu'au
de l'authenticité de VÊpinomis reste Ménon et au Cratyle, consiste dans la
ouverte. « recherche d'un fondement de toute
Emile Brkhier. philosophie » ; cette recherche suppose
une liaison intime où la structure de
l'être et le moi qui la connaît sont
35. Walter FREYM ANN. Platons Suchen impliqués l'une dans l'autre.
nach, einer Grundlegung aller Emile Bréhier.
Philosophie. Leipzig, Lorentz, 1930. In-8%
v-200 pages.
36. Perceval FRUTIGER. Les mythes de
Ce livre est un témoignage nouveau Platon. Paris, Alcan, 1930. In-8°,
de ce que James Adam appelait la 295 pages.
vitalité du platonisme. L'auteur
indique dans sa préface combien il est On a rarement commencé un travail
actuel, aussi bien chez les sur ce sujet avec un sens aussi net
néo-kantiens de Marburg que chez les phéno- de la complexité des problèmes à
raénologistes Husserl et Heidegger, résoudre : avant de se poser la question
qui ont actuellement la faveur du de la valeur du mythe chez Platon, il
public allemand. Dès le début, Ton est faut d'abord savoir exactement ce qui
averti que l'on trouvera en M. Frey- est mythe, puis déterminer les types
mann, plutôt qu'un philologue, un très divers de mythes qui, peut-être,
philosophe qui cherche le sens éternel et doivent être traités fort différemment.
toujours actuel de la doctrine : aussi Selon M. Fruliger le mythe chez
bien invite-t-il les philologues à Platon se distingue par les trois carac-
COMPTES RENDUS BIBLIOGRAPHIQUES 349
tères suivants : symbolisme, liberté mythes véritables et de la dialectique,
de l'exposé, imprécision prudente de qui ne se complètent jamais l'un
la pensée volontairement maintenue l'autre, il y a parfois, juxtaposées à la
en deçà de la franche affirmation ; ainsi dialectique, des images ou des fictions
la naissance du monde et la théorie de qui, ne concourant en rien à la vérité
la nature dans le limée sont des déjà établie par la dialectique, n'ont
mythes ; le récit de la décadence des avec le mythe que des ressemblances
cités dans la République (VIII et IX) extérieures.
est un mythe, où Platon a remplacé Si les mythes ne sont ni fiction
les raisons réelles de la décadence, pure ni vérité pure, c'est un nouveau
qui lui sont inconnues, par le récit problème de déterminer la limite de
inventé où intervient le fameux l'une et de l'autre en chacun d'eux. 11
nombre parfait: mythes encore, la n'y a point ici de réponse générale qui
description de la formation de l'État vaille pour tous les mythes; telle
(République, liv. II), la législation du convient à certains mythes, comme
langage (Cratyle, 388 e), l'argument qui celle de Deuschle, selon qui le mythe
défend le suicide en considérant que sert à exposer les opinions
l'homme appartient aux dieux comme concernant le devenir; cela cadre bien avec
l'esclave à son maître (Phédon, 61 c), le Timée, tout au moins en partie,
la métempsychose {Phédon, 80 d), la mais non pas avec les mythes de
géographie fantastique du Phédon l'âme. Il faut donc d'abord distinguer
(108 c), la thèse de la réminiscence les divers types de mythes; M. Fru-
dans le Ménon, la théorie des trois tiger admet les types suivants :
parties de l'âme dans la République, le 1. Mythes allégoriques, parmi lesquels
Phèdre et le Timée ; est mythe, en un il place le mythe du Politique ;
mot, tout ce qui cherche à atteindre l'image mythique ne répond ici en
la vérité autrement que par la aucune manière à la réalité ; 2. Mythes
dialectique. En ce sens l'utopie de la génétiques, comme celui de la
République et des Lois ne peut être appelée naissance d'Éros, ou la cosmogonie du
un mythe, puisqu'elle est raisonnée, Timée, dans lesquels l'auteur substitue
pas plus que l'allégorie de la caverne, délibérément le récit d'une genèse
l'allégorie étant une image fixe dont fictive à une analyse conceptuelle;
la valeur est explicitement indiquée, 3. Mythes parascientifiques, comme la
tandis que le mythe est un récit théorie de la nature du Timée, les
d'action dont le sens est seulement mythes eschatologiques, la théorie de
suggéré; le récit de l'origine de la la réminiscence du Ménon, la division
dialectique dans le Philèbe (16 b) n'est pas triple de l'âme ; ils traitent de matières
non plus un mythe, puisque la valeur qui, par leur nature même, ne peuvent
de la dialectique est bien indépendante être objets que de la δόξα, et ils ont,
de ce récit ; l'allégorie du tonneau des par conséquent, la même portée
Danaïdes dans le Gorgias (491 e), ne doctrinale que ce genre de connaissance.
servant pas d'argument à la thèse de Il est visible que, d'un type à l'autre,
Socratc sur la tempérance, n'est pas la vérité augmente aux dépens de la
un mythe; non plus les discours du fiction : il semble seulement que
Phèdre et du Banquet, qui, les uns et M. Frutiger aurait dû ici indiquer
les autres, aboutissent à la dialectique d'une manière plus nette que ce qui
de Socrate; non plus la thèse de change d'un type à l'autre c'est moins
l'immortalité de l'âme qui, dans le Phédon la quantité de vérité dont est chargé
et le Phèdre, est prouvée le mythe que la nature du rapport
indépendamment des images qui entre l'image et la vérité symbolisée,
l'accompagnent. En un mot, en dehors des ce qui est en particulier dans le mythe
350 COMPTES RENDUS BIBLIOGRAPHIQUES
allégorique, que l'on ne voit pas trop d'ailleurs fort consciencieuse, mais
comment distinguer de l'allégorie, que fondée sur un petit nombre de
M. Frutiger a précédemment bannie du manuscrits qui ne sont pas des meilleurs et
mythe. qui sont de plus très parents entre
Ici s'achève la partie proprement eux (p. xcm). Le travail du nouvel
philosophique de l'ouvrage; la éditeur est considérable : il décrit
troisième est consacrée à l'aspect 84 manuscrits ; il montre qu'ils
littéraire des mythes ; on y appréciera dérivent d'un archétype commun lui-
beaucoup l'étude que M. Frutiger même défectueux, et il les range en
consacre aux sources des images du quatre classes; puis il examine les
mythe, dont presque aucune, à les diverses citations de Ptolémée chez les
analyser dans le détail, n'est due à la auteurs anciens ou byzantins et en
fantaisie de Platon ; cette étude pourrait particulier la rédaction de Nicéphore
être d'ailleurs poussée bien plus loin. Grégoras. Il utilise d'une manière
Par son ampleur autant que par sa générale pour l'établissement du texte
minutie, le livre de M. Frutiger des manuscrits inconnus de Wallis, ce
apporte une contribution d'une qui donne à son édition une valeur
importance considérable à une question nouvelle. Il est à regretter que ce
difficile ; il a eu surtout raison à notre travail si consciencieux ne soit pas
gré de scinder le problème et de ne accompagné d'une traduction ; car le texte,
pas faire du mythe platonicien une qui est difficile, est de première
sorte d'entité qui a partout même importance pour l'histoire des sciences.
valeur ; c'est sur ce point surtout Emile Bréhier.
qu'il doit être suivi. Peut-être, en
revanche, lui reprochera-t-on d'avoir
défini le mythe par un caractère trop 38. G. deJERPHANlON, S. J.. La voix
extrinsèque ; en suivant ses des monuments. Notes et études
indications, il faudrait admettre qu'une d'archéologie chrétienne, in-8°, 331 p.,
même image est mythique ou ne l'est 60 fig. dans le texte, 63 pi. Paris,
pas, selon qu'elle suggère une vérité 1930.
qui ne peut être atteinte en elle-
même, ou qu'elle exprime une vérité L'auteur a réuni dans ce beau volume
directement connue par la des travaux présentés ailleurs sous
dialectique ; M. Frutiger aurait pu suivre forme de conférences ou publiés dans
plus loin une idée qu'il a plusieurs fois des revues diverses. On lui saura gré
#ébauchée en montrant comment le d'avoir groupé ces travaux et de les
mythe, par ses caractères internes, se présenter accompagnés d'une
rattache aux intermédiaires, à ces il ustration que la plupart d'entre euxn'avaient
réalités mouvantes que Platon place entre pas reçue sous leur forme primitive.
l'être et le non- être et dont il fait 1. La voix des monuments.
l'objet de la δόξα. Archéologie et histoire de Vart. II. Le
Emile Bréhier. développement iconographique de Vart
chrétien. III. Récentes découvertes dans la
37. Die Harmonienlehre des Klaudios Rome souterraine. IV. Une ancienne
Ptolemaeos, herausgegeben von Inge- reine de VAdriatique : Ravenne. V. Le
mar DURING. Gôteborg, Elanders chapiteau théodosien. VI. A propos du
Boktryckeri Aktiebolag, 1930. Gr. calice d'Antioche. Art chrétien
in-8°, civ-147 pages. primitif ou art byzantin? VU. La
représentation de la croix et du crucifix aux
La dernière édition des Harmoniques origines de Vart chrétien. VIII.
(éd. Wallis) date de 1699; édition Epiphanie et théophanie. Le Baptême de Jésus