Vous êtes sur la page 1sur 10

Suites numériques

Terminale S

Définition Variations
Une suite (un ) peut-être définie : un+1
✧ Si pour tout n, un+1 − un > 0 ou > 1, alors la
✧ de manière explicite : un(= f (n) un
suite (un ) est strictement croissante
u0 un+1
✧ de manière récurrente : ✧ Si pour tout n, un+1 − un < 0 ou < 1, alors la
un+1 = f (un ) un
suite (un ) est strictement décroissante

Suites arithmétiques Suites géométriques


Récurrence : un+1 = un + r (de raison r) Récurrence : un+1 = q × un (de raison q)
Explicite : un = u0 + nr ou un = up + (n − p)r Explicite : un = u0 × q n ou un = up × q (n−p)
premier terme + dernier terme 1 − q nbre termes
Somme : nbre termes × Somme : premier terme ×
2 1−q
u0 + un 1 − q n+1
Sn = u0 + · · · + un = (n + 1) × Sn = 1 + · · · + q =
n
2 1−q

Raisonnement par récurrence


But : montrer qu’une propriété P(n) est vraie pour tout n ≥ n0
✧ Initialisation : on vérifie que la propriété est vraie au rang n0
✧ Hérédité : on montre que si la propriété est vraie au rang n, alors elle est encore vraie au rang n + 1
Conclusion : la propriété est vraie pour tout n ≥ n0

Limite finie (convergence) Limite infinie (divergence)


un un b
b
b
lim un = +∞ b
b n→+∞
b
lim un = ℓ b
n→+∞
b b
b
b b b
b b b b
ℓ b
b b b b b
b
b b
b
b
b b
b
b
b b
b
b b
n b
n
1 1 √
Ex : lim = lim √ = 0, lim (−1)n n’existe pas Ex : lim n = lim n2 = lim n3 = +∞
n→+∞ n n→+∞ n n→+∞ n→+∞ n→+∞ n→+∞

Théorèmes de comparaison Limites d’une suite géométrique


(un ), (vn ), (wn ) sont trois suites. Si à partir d’un rang :
✧ Si q ≤ −1, alors lim q n n’existe pas
✧ un ≤ vn , alors lim un = +∞ =⇒ lim vn = +∞ n→+∞
n→+∞ n→+∞
✧ Si −1 < q < 1, alors lim q n = 0
✧ un ≤ vn , alors lim vn = −∞ =⇒ lim un = −∞ n→+∞
n→+∞ n→+∞
✧ Si q = 1, alors lim q n = 1
✧ un ≤ vn ≤ wn , alors n→+∞
✧ Si q ≥ 1, alors lim q n = +∞
lim un = lim wn = ℓ =⇒ lim vn = ℓ n→+∞
n→+∞ n→+∞ n→+∞

Convergence d’une suite monotone


Une suite (un ) est majorée [resp. minorée] si, et seulement si, il existe un réel M [resp. m] tel que pour tout n ∈ N, un ≤ M
[resp. un ≥ m]. Si la suite est à la fois minorée et majorée, on dit qu’elle est bornée
✧ Toute suite croissante et majorée converge, toute suite décroissante et minorée converge
✧ Une suite croissante de limite ℓ est majorée par ℓ
Limites et continuité
Terminale S

Asymptote horizontale Asymptote verticale

y y
a
x
x
O

x → +∞ f (x)
f (x)
lim f (x) = −∞
↓ x→a
x>a

ℓ ℓ
−∞
lim f (x) = ℓ
x→+∞ a←x

Si lim f (x) = ℓ, la droite d’équation y = ℓ est une Si lim f (x) = ±∞, la droite d’équation x = a est une
x→±∞ x→a
asymptote horizontale à la courbe de f en +∞ ou −∞ asymptote verticale à la courbe de f

Limites des fonctions usuelles


lim x2 = +∞ lim x2 = +∞ lim x3 = +∞ 1
x→+∞ lim = +∞ lim ex = +∞
x→−∞ x→+∞
x→0+ x x→+∞

lim ln(x) = +∞
x→+∞
1
lim = 0−
x→−∞ x
1
lim = 0+
x→+∞ x

1 lim ln(x) = −∞
lim = −∞ lim ex = 0+ x→0+
lim x3 = −∞ x→0− x
x→−∞
x→−∞
carré cube inverse exponentielle logarithme

Opérations sur les limites Théorèmes de comparaison


f, g, h sont trois fonctions. Si, pour tout x ∈ [a, +∞[ :
lim f 0 0 ∞ 0 ℓ ℓ ∞ ∞
✧ f (x) ≤ g(x) et lim f (x) = +∞ ⇒ lim g(x) = +∞
lim g 0 ∞ 0 ℓ 0 ∞ ℓ ∞ x→+∞ x→+∞

✧ f (x) ≤ g(x) et lim g(x) = −∞ ⇒ lim f (x) = −∞


lim(f + g) 0 ∞ ∞ ℓ ℓ ∞ ∞ ∞/FI x→+∞ x→+∞

lim(f × g) 0 FI FI 0 0 ∞ ∞ ∞ ✧ théorème des gendarmes : f (x) ≤ g(x) ≤ h(x) et


lim f (x) = lim h(x) = ℓ ⇒ lim g(x) = ℓ
lim(f ÷ g) FI 0 ∞ 0 ∞ 0 ∞ FI x→+∞ x→+∞ x→+∞

ℓ 6= 0, règle des signes pour les résultats « ∞ »

Limites particulières
ex ex − 1 ln(x) ln(1 + x)
lim xex = 0 lim = +∞ lim =1 lim x ln(x) = 0 lim =0 lim =1
x→−∞ x→+∞ x x→0 x x→0+ x→+∞ x x→0 x

Fonctions composées Théorème des valeurs intermédiaires


f g y Si f est une fonction continue sur un inter-
x 7−→ f (x) 7−→ g (f (x))
valle [ a ; b ] alors, pour tout réel k compris
g◦f
 f (b) b
entre f (a) et f (b), l’équation f (x) = k ad-
 lim f (x) = ℓ k
si x→a b b b met au moins une solution α ∈ [ a ; b ]
 lim g(X) = L
X→ℓ a Si de plus f est strictement monotone, α est
alors lim g(f (x)) = L O b x unique
x→a b
f (a)
Dérivation et intégration
Terminale S

Dérivée et tangente Primitive


f (a + h) − f (a) Primitive de f sur I : fonction F continue, dérivable sur I
Nombre dérivé de f en a : f ′ (a) = lim
h→0 h telle que F ′ (x) = f (x) pour tout x ∈ I
Tangente au point A(a, f (a)) : y = f ′ (a)(x − a) + f (a)

Tableau dérivée-primitive
Sous condition d’existence des fonctions :
√ 1
k xn x ex ln(x) cos(x) sin(x)
x primitive
dérivée
1 1 1
0 nx n−1 √ − 2 e x
− sin(x) cos(x)
2 x x x
√ u
u+v u×v ku un u eu ln(u) cos(u) sin(u)
v
dérivée primitive
u′ u′ v − uv ′ u′
u +v′ ′
u v + uv
′ ′
ku ′ ′ n−1
nu u √ ′ u
u e −u sin(u)

u cos(u)

2 u v2 u

Variations d’une fonction Propriétés des primitives


✧ f croissante sur I ⇐⇒ f ′ (x) > 0 pour tout x ∈ I ✧ Toute fonction continue admet des primitives
✧ f décroissante sur I ⇐⇒ f ′ (x) 6 0 pour tout x ∈ I ✧ Primitives de f : fonctions G telles que G(x) = F (x)+k
✧ f constante sur I ⇐⇒ f ′ (x) = 0 pour tout x ∈ I ✧ Si de plus F (x0 ) = y0 , la primitive est unique

Intégrale

Intégrale de f positive sur [a, b] : aire du domaine délimité


par la courbe représentative Cf de f , l’axe des abscisses et Cf
les droites d’équations x = a et x = b. 1u.a.
Z b Z b
On note cette intégrale : f (x) dx f (x)dx J
a
a
L’aire est exprimée en unités d’aire (u.a.) qui correspond à
l’aire du rectangle de côtés OI et OJ
Z b O I
Si f est négative, l’aire vaut − f (x) dx x=a x=b
a

Calcul d’intégrales Propriétés des intégrales


✧ Soit f continue positive surZ [ a ; b ], la fonction F défi- f et g sont deux fonctions continues sur [ a ; b ] :
x Z b Z b Z b
nie sur [ a ; b ] par F (x) = f (t) dt est dérivable de ✧ f (x) + g(x) dx = f (x) dx + g(x) dx
a
dérivée F (x) = f (x)

Z
a
b Z b
a a
Z b

b
f (x)dx = [F (x)]a = F (b) − F (a) ✧ λf (x) dx = λ f (x) dx
a a a
b Z b
1
Z
✧ Valeur moyenne de f sur [ a ; b ] : µ = f (x) dx ✧ f (x) ≥ 0 =⇒ f (x) dx ≥ 0
b−a a a
Z b Z b
✧ f (x) ≤ g(x) =⇒ f (x) dx ≤ g(x) dx
a a
✧ Relation de Chasles :
µ Z b Z c Z b
f (x) dx = f (x) dx + f (x) dx
a a c
a b a b
Exponentielle et logarithme
Terminale S

Fonction exponentielle Courbes représentatives Fonction logarithme


f (x) = exp(x) = ex f (x) = ln(x)

x)
exp(
définie sur R 4 définie sur ] 0 ; +∞ [
à valeurs dans ] 0 ; +∞ [ à valeurs dans R

y=
3
b
e
x)
e0 = 1 2 y = ln( ln(1) = 0
1
e = e ≈ 2, 718 ln(e) = 1
1 b b

1
(ex )′ = ex b (ln(x))′ =
x′
(eu )′ = u′ eu −5 −4 −3 −2 −1
0
1 2 e3 4 5 u
(ln(u))′ =
−1 u
lim ex = 0+
x→−∞ −2 lim ln(x) = −∞
lim ex = +∞ x→0+
x→+∞
−3 lim ln(x) = +∞
x→+∞

Propriétés des exponentielles Propriétés des logarithmes


a, b et n sont des réels : a et b sont des réels strictement positifs, n est un réel :
✧ Produit : ea × eb = ea+b ✧ Produit : ln(ab) = ln(a) + ln(b)
1 1
✧ Inverse : = e−a ✧ Inverse : ln = − ln(a)
ea a
ea a
✧ Quotient : = ea−b ✧ Quotient : ln = ln(a) − ln(b)
eb b
✧ Puissance : (ea )n = ean ✧ Puissance : ln (an ) = n ln(a)
1 √ √ 1
✧ Racine carrée : e2 = e ✧ Racine carrée : ln ( a) = ln(a)
2

Lien exponentielle et logarithme


La fonction exponentielle (de base e) et la fonction logarithme (népérien) sont des fonctions réciproques : leurs courbes
représentatives sont symétriques par rapport à la première bissectrice (y = x)
✧ ln(exp x) = x ln(ex ) = x
✧ exp(ln x) = x eln(x) = x
✧ exp x = y ⇐⇒ x = ln(y) ex = y ⇐⇒ x = ln(y)
y
✧ x = exp(y ln(x)) xy = ey ln(x)

Équations et d’inéquations avec des exponentielles Équations et d’inéquations avec des logarithmes
u, v sont des réels, λ est un réel strictement positif : u, v sont des réels strictement positifs, λ est un réel :
✧ eu = ev ⇐⇒ u = v eu = λ ⇐⇒ u = ln(λ) ✧ ln(u) = ln(v) ⇐⇒ u = v ln(u) = λ ⇐⇒ u = eλ
✧ eu > ev ⇐⇒ u > v eu > λ ⇐⇒ u > ln(λ) ✧ ln(u) > ln(v) ⇐⇒ u > v ln(u) > λ ⇐⇒ u > eλ
✧ eu ≤ ev ⇐⇒ u ≤ v eu ≤ λ ⇐⇒ u ≤ ln(λ) ✧ ln(u) ≤ ln(v) ⇐⇒ u ≤ v ln(u) ≤ λ ⇐⇒ u ≤ eλ
✧ eu ≤ 0 impossible et eu > 0 toujours vrai ✧ ln(u) ≤ 0 ⇐⇒ 0 < u ≤ 1 et ln(u) > 0 ⇐⇒ u > 1

Croissance comparée et limites particulières


ex ex − 1 ln(x) ln(1 + x)
lim xex = 0 lim = +∞ lim =1 lim x ln(x) = 0 lim =0 lim =1
x→−∞ x→+∞ x x→0 x x→0+ x→+∞ x x→0 x
Nombres complexes
Terminale S

Forme algébrique Forme trigonométrique Forme exponentielle


z = a + ib z = |z| (cos θ + i sin θ) z = r eiθ
2
✧ i = −1 ✧ Module : ✧ r = |z| > 0
√ √
✧ a = Re(z) → partie réelle |z| = z z = a2 + b2 ✧ θ = arg(z)
b = Im(z) → partie imaginaire ✧ Argument : ✧ eiθ = cos θ + i sin θ
−−→
✧ Conjugué : z = a − ib arg(z) = θ = (−

u , OM )[ 2π] ✧ e−iθ = cos θ − i sin θ
✧ C = {nombres complexes} a b
cos θ = ; sin θ =
|z| |z|

Représentation graphique

partie imaginaire

M3 (−z) b = r sin θ M (z)

b2
√ a2 +
i
|z |=
r=
θ = arg(z)
partie réelle
−a 0 −

u 1 a = r cos θ

M2 (−z) −b M1 (z)

Propriétés du conjugué Propriétés du module/argument Propriété de l’exponentielle

✧ z + z′ = z + z′ ✧ |−z| = |z| = |z| ✧ reiθ × reiθ = rr′ ei(θ+θ )


′ ′

n
✧ z × z′ = z × z′ ✧ |zz ′ | = |z| |z ′ | ✧ reiθ = rn einθ
z z
✧ = ′ ✧ arg(zz ′ ) = arg(z) + arg(z ′ ) [2π] 1 1
z ′ z n ✧ = e−iθ
✧ |z n | = |z| reiθ r
✧ z n = (z)n ✧ arg(z n ) = n arg(z) [2π] re iθ
r
✧ ′ iθ′ = ′ ei(θ−θ )

✧ z ∈ R ⇐⇒ z = z z |z| re r
✧ ′ = ′

✧ z ∈ i R ⇐⇒ z = −z z  |z | ✧ reiθ = re−iθ
z
✧ z = 0 ⇐⇒ Re(z) = Im(z) = 0 ✧ arg ′ = arg(z) − arg(z ′ ) [2π]
z

Lien complexes-géométrie Lien complexes-trigonométrie


✧ z−
−→ = zB − zA
AB
et AB = |zB − zA | Formule de Moivre : (cos θ + i sin θ)n = cos nθ + i sin nθ
eiθ + e−iθ eiθ − e−iθ
✧ |z − zA | = r : cercle de centre A de rayon r Formules d’Euler : cos θ = ; sin θ =
2 2i
✧ |z − zA | = |z − zB | : médiatrice de [AB]
−−→
✧ (−
→u , AB) = arg(z − z )
B A
Lien complexes-second degré
✧ arg(z − zA ) = θ [2π] : demi-droite d’origine A d’angle θ
  az 2 + bz + c = 0, ∆ = b2 − 4ac √
−−→ −−→ zD − zC
✧ (AB, CD) = arg −b ± ∆
zB − zA ✧ ∆ > 0 : 2 racines réelles
−−→ −−→ zD − zC 2a
✧ AB et CD orthogonaux ⇐⇒ ∈ iR −b
zB − zA ✧ ∆ = 0 : 1 racine double
2a √
−−→ −−→ zD − zC −b ± i −∆
✧ AB et CD colinéaires ⇐⇒ ∈R ✧ ∆ < 0: 2 racines conjuguées
zB − zA 2a
Géométrie dans l’espace
Terminale S

Règles d’incidence
✧ Si une droite (d) est parallèle à une droite (δ) d’un plan P, alors la droite (d) est parallèle au plan P
✧ Si deux droites sont parallèles à une même troisième, alors elles sont parallèles entre elles
✧ Si deux plans sont parallèles à un même troisième, alors ils sont parallèles
✧ Si deux droites sécantes d’un plan P sont respectivement parallèles à deux droites sécantes d’un plan Q, alors les
plans P et Q sont parallèles
✧ Si deux plans sont parallèles, alors tout plan qui coupe l’un coupe l’autre et les droites d’intersection sont parallèles
✧ Une droite (d) est perpendiculaire à un plan P si elle est orthogonale à deux droites sécantes du plan P. Elle est alors
orthogonale à toutes les droites de ce plan. Un vecteur −
→n qui dirige (d) est un vecteur normal à P
✧ Théorème du toit : si une droite (d) est parallèle à deux plans sécants P et Q, alors (d) est parallèle à la droite (δ)
d’intersection de P et de Q

Illustrations des quatre dernières règles

(δ)
Q (d)
(δ)
Q
(d)
(δ2 )


n
(d2 ) R Q

(δ1 ) P
P P (d)
P (d1 )

Vecteurs Coplanarité
−−→ −−→ −→ Des points ou des droites ou des vecteurs sont coplanaires
✧ Relation de Chasles
 : AB + BC = AC 
 x = x ′
xB − xA s’ils sont inclus dans le même plan
 −−→ 
✧ −
→u =− →
v ⇐⇒ y = y ′ ; AB  yB − yA 


z = z′ zB − zA


− p Équations de droites et de plans
2
✧ || u || = x + y + z2 2
Écriture vectorielle :
✧ −
→u et − →
v colinéaires ⇐⇒ − →
u = k−
→v ou −

v = k−→u −−→

− →
− →
− →
− →
− →
− ✧ AM = t− →u : droite passant par A de vecteur direct. −

u
✧ u , v , w coplanaires ⇐⇒ w = λ u + µ v −−→ →
− ′−

✧ AM = t u + t v : plan passant par A de vecteurs di-
recteurs −

u et −→
v non colinéaires
−−→ −
Produit scalaire ✧ AM . n = 0 : plan passant par A de vecteurs normal −
→ →n

Écritures : Représentations paramétriques :


1 −
✧ −→u .→
− ||→u +− →v ||2 − ||−

u ||2 − ||−

v ||2 ✧ Droite (d) passant A et de vecteur directeur − →

v = u :
2   
✧ −→u .→

v = xx′ + yy ′ + zz ′ 
 x = xA + ta a
✧ −→u .→

v = ||−
→u || × ||−

v || × cos(−→
u,− → y = yA + tb avec − →
u b  , t ∈ R
 
v) 
z = zA + tc c

−→ −−→ −→ −−→
✧ →

u .→

v = OA.OB = OA.OH où H est le projeté ortho-
✧ Plan P passant par A dirigé par − →u et −

v :
gonal du point B sur la droite (OA)     ′
 x = xA + ta + t a

′ ′
a a
y = yA + tb + t′ b′ avec −→
u b −
  →  ′ ′
Propriétés : v  b  t, t ∈ R
✧ −→u et −

v sont orthogonaux ⇐⇒ − →
u .−


v =0 z = zA + tc + t′ c′ c c′



✧ Deux droites (d) et (δ) de vecteurs normaux → −
n et n′ Equation cartésienne d’un plan de vecteur normal −

n :


sont orthogonales ⇐⇒ − →
n . n′ = 0
 

− a
✧ Deux plans P et P ′ de vecteurs normaux −→n et n′ sont ax + by + cz + d = 0 où −

n b 
 


parallèles ou confondus ⇐⇒ − →
n = k n′ c
Probabilités discrètes
Terminale S

Rappel sur les probabilités et variables aléatoires

P (∅) = 0 0 6 P (A) 6 1 ; P (Ω) = 1 ; P (A) = 1 − P (A) ; P (A ∪ B) = P (A) + P (B) − P (A ∩ B)


;
n n
(xi − E(X))2 P (X = xi ) ; Écart-type : σ(X) = V (X)
P P p
Espérance : E(X) = xi P (X = xi ) ; Variance : V (X) =
i=1 i=1

Loi de Bernoulli Arbre pondéré de la loi binomiale Loi binomiale


p S ...
Expérience qui n’a que deux issues Répétition de n épreuves de Ber-
p S
possibles : « succès » de probabilité S ...
noulli identiques et indépendantes.
1−p
p et « échec » de probabilité 1 − p S X est égale au nombre de succès.
p S ...
p
1−p S
Notation : B(p) S ... Notation : B(n; p) ; q = 1 − p
1−p !
P (X = 1) = p et P (X = 0) = 1 − p p n
S ... P (X = k) = × pk × q n−k
E(X) = p p S k
1−p
V (X) = p(1 − p) 1−p S ... E(X) = np
p S
σ(X) = p(1 − p) p S ... V (X) = npq
5 √
6
S σ(X) = npq
1−p S ...

Probabilités conditionnelles Indépendance de deux événements


Probabilité conditionnelle de l’évènement B sachant que l’évènement A est A et B indépendants
P (A ∩ B) ⇐⇒ P (A ∩ B) = P (A) × P (B)
réalisé : PA (B) = avec P (A) 6= 0
P (A)
⇐⇒ PA (B) = P (B)
card(A ∩ B)
Cas d’équiprobabilité sur Ω : PA (B) = ⇐⇒ PB (A) = P (A)
card(A)
Probabilités composées : P (A ∩ B) = P (A) × PA (B) = P (B) × PB (A) A et B indépendants
Probabilités totales avec {A1 , A2 , . . . , An } formant une partition de Ω : ⇐⇒ A et B indépendants
P (B) = P (A1 ∩ B) + P (A2 ∩ B) + · · · + P (An ∩ B) ⇐⇒ A et B indépendants
⇐⇒ A et B indépendants
P (B) = P (A1 )PA1 (B) + P (A2 )PA2 (B) + · · · + P (An )PAn (B)

Arbre de probabilité

probabilités simples probabilités conditionnelles probabilités composées probabilités totales

P A (S ) S P (A ∩ S) = P (A) × PA (S)
A
P (S) =
PA (S ) S P (A ∩ S) = P (A) × PA (S)
A) P (A ∩ S) + P (B ∩ S) + P (C ∩ S)
P(

P B (S ) S P (B ∩ S) = P (B) × PB (S)
P (B) B
PB (S ) S P (B ∩ S) = P (B) × PB (S)
P(
C)
P C (S ) S P (C ∩ S) = P (C) × PC (S) P (S) =
P (A ∩ S) + P (B ∩ S) + P (C ∩ S)
C
PC (S ) S P (C ∩ S) = P (C) × PC (S)
Probabilités continues
Terminale S

Variable aléatoire à densité sur I Loi uniforme sur [ a , b ] Loi exponentielle sur R+
Fonction de densité sur I : fonction Notation : U [ a , b ] Notation : E(λ)
f continue et positive sur I telle que 1
f (t) = f (t) = λe−λt avec λ > 0
Z b−a
f (t) dt = 1 d−c P (a 6 X 6 b) = e−λa − e−λb
P(c ≤ X ≤ d) =
I Z b b−a P (X ≤ t) = 1 − e−λt
a+b
✧ P (a 6 X 6 b) = f (t) dt E(X) = P (X ≥ t) = e−λt
a 2
✧ P (X = a) = 0 PX≥t (X ≥ t + h) = P (X ≥ h)
1 1
✧ P (a 6 X 6 b) = P (a < X 6 b) = b−a E(X) =
λ
P (a 6 X < b) = P (a < X < b)
✧ P (X ≤ t)Z = 1 − P (X ≥ t)
0 a b
✧ E(X) = tf (t) dt
I
0

Théorème de Moivre-Laplace Loi normale centrée réduite sur R Loi normale sur R
✧ p ∈ ] 0 ; 1 [ et n ∈ N∗ Notation : N (0; 1) Notation : N (µ; σ 2 )
1 1 2
✧ Xn suit la loi binomiale B(n; p) f (t) = √ e− 2 t E(X) = µ et V (X) = σ 2
Xn − np 2π
✧ Zn = √ X suit la loi N (µ; σ 2 ) ⇐⇒
npq E(X) = 0 et V (X) = 1
X −µ
∀ α ∈ ] 0 ; 1 [, ∃ ! uα ∈ R+
∗ tel que
Z= suit la loi N (0 ; 1)
Pour tous réels a et b tels que a ≤ b : σ
P (−uα 6 X 6 uα ) = 1 − α
lim P (a ≤ Zn ≤ b) 1−α
n→+∞
Z b
1 t2 α α
= √ e− 2 dt 2 2
a 2π µ − 3σ µ−σ µ µ+σ µ + 3σ
µ − 2σ µ + 2σ
−uα 0 uα
P (µ − σ ≤ X ≤ µ + σ) ≈ 0, 68
P (−1, 96 6 X 6 1, 96) = 0, 95 P (µ − 2σ ≤ X ≤ µ + 2σ) ≈ 0, 96
P (−2, 58 6 X 6 2, 58) = 0, 99 P (µ − 3σ ≤ X ≤ µ + 3σ) ≈ 0, 997

Propriétés des lois normales

P (X ≤ µ) = P (X ≥ µ) = 0, 5 P (X < µ − a) = P (X > µ + a) P (X > t) = 0, 5 + P (t < X < µ)

µ µ−a µ µ+a t µ

Intervalle de fluctuation Intervalle de confiance

échantillon échantillon
Population entière de taille n Population entière de taille n
Proportion p fréquence f ? Proportion p ? fréquence f

Intervalle de fluctuation asymptotique au seuil de 1 − α Intervalle de confiance de p au niveau de confiance 95 %


 
1 1
" r r #
p(1 − p) p(1 − p) f−√ ;f+√
In = p − uα ; p + uα n n
n n
Conditions : n ≥ 30 ; nf ≥ 5 ; n(1 − f ) ≥ 5
Conditions : n ≥ 30 ; np ≥ 5 ; n(1 − p) ≥ 5
à 95 % : u0,05 = 1, 96 et à 99 % : u0,01 = 2, 58
Arithmétique
Terminale S - Spé

Division euclidienne
Soit a ∈ Z et b ∈ N∗ , il existe un unique couple (q, r) tel que a = bq + r avec 0 ≤ r < b
Vocabulaire : a est le dividende ; b le diviseur ; q le quotient et r le reste

Divisibilité dans Z Congruence dans Z


a divise b a et b ont même reste dans la division euclidienne par n
⇐⇒ b multiple de a ⇐⇒ a est congru à b modulo n
⇐⇒ il existe k ∈ Z tel que b = ka ⇐⇒ a − b est multiple de n
✧ Notation : a ≡ b (n)
✧ Notation : a/b ✧ Réflexivité : a ≡ a (n)
✧ Réflexivité : a/a ✧ Symétrie : a ≡ b (n) =⇒ b ≡ a (n)
( (
a/b a ≡ b (n)
✧ Transitivité : =⇒ a/c ✧ Transitivité : =⇒ a ≡ c (n)
b/c b ≡ c (n)
( (
a/b a ≡ b (n)
✧ Linéarité : =⇒ a/bu + cv ✧ Addition : =⇒ a + a′ ≡ b + b′ (n)
a/c a′ ≡ b′ (n)
✧ Lien avec les congruences : a/b ⇐⇒ b ≡ 0(a)
(
a ≡ b (n)
✧ Lien avec le PGCD : a/b ⇐⇒ P GCD(a, b) = a ✧ Multiplication : =⇒ aa′ ≡ bb′ (n)
a′ ≡ b′ (n)
✧ Puissance : a ≡ b (n) =⇒ ak ≡ bk (n)

Nombres premiers
Un entier p supérieur ou égal à 2 est premier si et seulement si il admet exactement deux diviseurs : 1 et lui-même
Théorème fondamental de l’arithmétique : tout entier naturel supérieur ou égal à 2 se décompose de manière unique à
l’ordre des facteurs près en produit de facteurs premiers : on note p = pα1 α2 αn
1 p2 . . . pn

Critère d’arrêt : si n n’admet pas de diviseur premier p tel que 2 ≤ p ≤ n alors n est premier

PGCD, PPCM
L’ensemble des diviseurs communs à a et b admet un plus grand élément noté PGCD(a, b)
L’ensemble
 des multiples communs  à a et b admet un plus petit élément noté PPCM(a, b)
α α
 a = p p ...p n
1 2 α  PGCD(a, b) = pm1 pm2 . . . pmn
1 2 n 1 2 n
✧ Si alors où mi = min(αi , βi ) et Mi = max(αi , βi )
 b = pβ 1 pβ 2 . . . pβ n  PPCM(a, b) = pM1 pM2 . . . pMn
1 2 n 1 2 n

✧ PGCD(ka, kb) = kPGCD(a, b)


✧ Si a = bq + r, alors PGCD(a, b) = PGCD(b, r)
✧ Le PGCD de deux nombres non nuls est le dernier reste non nul de la suite des divisions de l’algorithme d’Euclide

Théorème de Bézout Théorème de Gauss


✧ PGCD(a, b) = 1
(
a/bc
⇐⇒ a et b sont premiers entre eux =⇒ a/c
PGCD(a, b) = 1
⇐⇒ il existe deux entiers u et v tels que au + bv = 1 Corollaires :
✧ Identité de Bézout : PGCD(a, b) = d
(
a/c et b/c
✧ =⇒ ab/c
=⇒ il existe deux entiers u et v tels que au + bv = d PGCD(a, b) = 1
✧ Corollaire de Bézout : l’équation ax+by = c admet des
(
p premier
solutions entiers ⇐⇒ c est multiple de PGCD(a, b) ✧ =⇒ p/a ou p/b
p/ab
Matrices et suites
Terminale S - Spé

Vocabulaire des matrices

matrice m × n matrice ligne


matrice colonne matrice diagonale matrice unité
       
a11 a12 · · · a1n a1 a11 0 · · · 0 1 0 ··· 0
 a21 a22 · · · a2n    a2   0 a22 · · · 0  0 1 · · · 0
        
 .
 . .. .. .. 
 a1 a2 · · · an  .. 
 
 ..
 .. .. ..  . .
. . .. .
 . . . . . . . . .  . . . .. 
 
   
am1 am2 · · · amn am 0 0 · · · ann 0 0 ··· 1
A = (aij ) : matrice de coefficients aij (ligne i, colonne j) m = n : matrice carrée d’ordre n matrice unité : In ou I

Opérations avec des matrices


 
A = (aij ) est une matrice de dimension m × n b11 b12 . . . b1q
(kA)B = k(AB)
b 12
 
B = (bij ) est une matrice de dimension p × q  b21 b22 . . . b2q 
×+   ABC = (AB)C
Pour tout 1 ≤ i ≤ m et 1 ≤ j ≤ n : a 21 b 22  ..

.. . . .. 

+
×
.  . . = A(BC)
a22
.. . . 
✧ A = B ⇐⇒ m = p ; n = q et aij = bij + A(B + C) = AB + BC
b n2bn1 bn2 . . . bnq
✧ C = A + B avec m = p et n = q : cij = aij + bij ×

a11 a12 . . . a1n a 2n 
c11 c12 . . . c1q
 (A + B)C = AC + BC
✧ C = kA : cij = kaij AI = IA = A
 a21 a22 . . . a2n   c21 c22 . . . c2q 
  
✧ C = A × B : cij = ligne i|A × colonne j|B   
 . .. . . ..   . . . .. 
✧ An = A 0  . . . . B en général :
{z· · · × A} si n 6= 0 et A = I
| ×A×  . . . .  . . . . 
 

n fois am1 am2 . . . amn cm1 cm2 . . . cmq AB 6= BA

Inverse d’une matrice Résolution d’un système linéaire


✧ A matrice carrée inversible ⇐⇒
     
a x + · · · + a1n xn = b1 a11 ··· a1n x1 b1
 11 1


il existe B tel que AB = BA = I .. .  . .. ..   .  .
= ..
 .
. ⇐⇒  . . .   ..  =  .. 
   
!= A
−1
Notation : B 

an1 x1 + · · · + ann xn = bn an1 · · · ann xn bn

a b
✧ A= inversible ⇐⇒
| {z } | {z } | {z }
c d A X B
✧ Écriture : AX = B
det(A) = ad − bc 6= 0
✧ Condition de solution (unique) : A inversible
!
1 d −b
A =
−1
✧ Solution : X = A−1 B
ad − bc −c a

Marche aléatoire Suites Un+1 = AUn


Un système qui a n états possibles E1 , E2 , . . . En qui évolue de l’un à l’autre Une suite de matrices converge
par étapes successives aléatoires suit une marche aléatoire à n états ⇐⇒ toutes les suites formant les
On note Pn la matrice ligne associée à la marche aléatoire à l’instant n éléments de cette matrice converge
Pn = (P (Xn = E1 ) P (Xn = E2 ) . . . P (Xn = En )) ✧ Si Un+1 = AUn alors Un = An U0
graphe probabiliste matrice de transition
 
p11 p12 p22 p11 p12 p13
Cas particulier de deux états
T = p21 p22 p23 
 
E1 p21 E2
p31 p32 p33 p
p13 p32 1−p E1 E2 1−q
p31 p23 avec : 0 ≤ pij ≤ 1 et q
p11 + p12 + p13 = 1 !
E3 1−p p
p21 + p22 + p23 = 1 T =
p33 q 1−q
p31 + p32 + p33 = 1
✧ Pn+1 = Pn × T et Pn = P0 × T n Si (p; q) 6= (0; 0) et (p; q) 6= (1; 1)
✧ Un état probabiliste P est stable ⇐⇒ P × T = P alors Pn converge

Vous aimerez peut-être aussi