Vous êtes sur la page 1sur 26

Communications Optiques

4ème Réseaux Informatiques et Télécoms

mondher.labidi@supcom.tn
Introduction

Télécommunication: première période


L’ère des télécommunications telles qu’on les connaît aujourd’hui se
distingue de deux grandes périodes (avant et après l’apparition de
l’électronique)

 Pas de système de transmission de l'information avant le 18ième


siècle

 1793: Le télégraphe optique de Claude Chappe

 1820: Premiers essais de transmission de signaux sur support


électrique
 1850: Morse (25 mots/minute)

 1865:Première liaison transatlantique télégraphique

 1876: Le téléphone de Graham Bell

 1915: Liaisons téléphoniques interurbaines grâce à l'amplification

Mondher
M. LABIDI
LABIDI 2 2
Introduction

Télécommunication: seconde période

Révolution technologiques dans les télécoms: l’apparition de l'électronique avec l'invention


du transistor en 1948

 Miniaturisation des composants

 Augmentation de la fiabilité

 Numérisation du signal : multiplication des services et nouvelles techniques de traitement du


signal

Nouveaux supports de transmission :

 1951 Premières communications par voie hertzienne

 1956 Premiers câbles Transatlantiques TAT 1

 1962 Premier satellite de télécommunications

 1960 Découverte du laser : L'idée de transmettre de l'information sur support optique

Mondher
M. LABIDI
LABIDI 3
Introduction

Télécommunication: seconde période

A peu près simultanément en 1970:

 Des laboratoires Corning annoncent la fabrication de fibres faibles pertes (20 dB/km),

 Apparition des premières diodes laser fonctionnant en mode continu à température


ambiante.

Principe des télécommunications optiques

 Emetteur : diode laser

 Support de transmission : fibre optique

 Récepteur : photodétecteur

M. LABIDI 4
Avantages des communications optiques

Les avantages de transmettre de l'information pas les fibres optiques sont multiples par rapport aux
autres supports de communication :

 Très faible atténuation sur une grande plage de fréquence

 Faible coût de fabrication

 Faible encombrement

 Augmentation de la distance entre répéteurs

 Insensibilité aux perturbations électromagnétiques

 Très grande bande passante (12THz)

M. LABIDI 5
Caractéristiques

M. LABIDI 6
Evolution de la capacité de transmission

L’augmentation de la capacité de transmission des fibres optiques a été rendu possible grâce à des avancées
technologiques marquantes telle que :

 La fibre unimodale faibles pertes

 Les fibres à dispersion décalée

 Les diodes laser fonctionnant à 1.55µm

 L’amplificateur à fibre

 La technique du WDM

M. LABIDI 7
Introduction

Système de première génération : 1975-1978

 Fibres multimodes et diodes lasers à 0.9µm

 Problèmes de dispersion modale

 Débits de quelques Gb/s.km

Système de seconde génération : 1978-1983

 Fibres unimodales, diodes laser à 1.3µm

 Plus de problèmes de dispersion modale

 Amplification électronique en ligne

 Débits 100 Gb/s.km

M. LABIDI 8
Introduction

Système de troisième génération : 1983-1989

 Fibres à dispersion décalée

 Diodes lasers à 1.5µm

 Minimisation de l'atténuation

 Débit 500 Gb/s.km

Système de quatrième génération : 1989


 Amplificateur à fibre : élimination du problème de l'atténuation

 Possibilité d'utiliser simultanément plusieurs longueurs d'ondes sur la même


fibre : système WDM

 Débit 100 000 Gb/s.km

M. LABIDI 9
Spectre électromagnétique

M. LABIDI 10
Théorie de bande

Théorie des bandes:

En physique du solide, la théorie des bandes est une


modélisation des valeurs d'énergie que peuvent prendre les
électrons d'un solide à l'intérieur de celui-ci. De façon
générale, ces électrons n'ont la ci. possibilité de prendre que
des valeurs d'énergie comprises dans certains intervalles,
lesquels sont séparés par des "bandes" d'énergie interdites.
Cette modélisation conduit à parler de bandes d'énergie ou
de structure de bandes.

M. LABIDI 11
Théorie de bande

Lorsque la température tend vers 0, on distingue donc trois cas selon le remplissage des bandes et la
valeur du gap.

1er cas: bande de conduction vide et le gap est très


grand (~ 10 eV).
 aucun électron capable à la conduction: Isolant

2ème cas: bande de conduction vide et le gap est


plus faible (de l’ordre de 1 à 2 eV).
 Une élévation de température peut passer les
électrons de la BV à la BC: Semi-conducteur

3ème cas: le gap est nul et la BC n’est pas vide.


 il y a un partage d’électron entre les deux
bandes: Conducteur

M. LABIDI 12
Théorie de bande

𝐸𝑔 = 𝐸𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 − 𝐸𝑣𝑎𝑙𝑒𝑛𝑐𝑒
En Optique: 𝐸𝑔 = 1 ev
𝐸𝑔 = ℎ𝜈 = ℎ𝑐/𝜆 𝜆 =?

ℎ = 6,610−34 𝐽, 𝑠 = 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑃𝑙𝑎𝑛𝑐𝑘

𝑐 = 3108 𝑚/𝑠 = célérité de la lumière

M. LABIDI 13
Semi-conducteur: direct et indirect

Semi-conducteur direct: d
Semi-conducteur indirect: i

M. LABIDI 14
Emission Spontanée

 Avec une agitation thermique ou par excitation par un photon:


 l’atome peut se déplacer librement dans le cristal
 l’électron passe de la bande de valence vers la bande de conduction

 Avec une agitation thermique ou par excitation par un photon:


 l’électron laisse dans la BV une lacune: Trou

L’atome est alors dans un état excité

M. LABIDI 15
Absorption

 Un atome excité ne demeure pas longtemps , il est dans l’état instable et peut revenir à un état
d’énergie plus basse (état fondamental) en émettant un photon , par émission spontanée. Celle-ci est
un phénomène aléatoire, car on ne peut pas prévoir quand et comment la transition se fera, et le
photon est émis selon une direction aléatoire.

 Les DEL émettent de la lumière incohérente par émission spontanée.

M. LABIDI 16
Emission Stimulée

 Suite à un photon incident:


 L’atome se désexcite
 L’électron revient au niveau d’énergie inférieur
 Emission d’un photon dans la même direction que le photon incident (La lumière émise par
émission stimulée est cohérente)

 Le LASER ‘‘Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation’’ est basé sur l’émission
stimulée

M. LABIDI 17
Résumé de niveaux d’énergie

M. LABIDI 18
Processus d’interaction

M. LABIDI 19
1- Emission Spontanée

M. LABIDI 20
2- Absorption

M. LABIDI 21
3- Emission Spontanée

M. LABIDI 22
Equation de population

M. LABIDI 23
Equation de population

Hypothèse : à l’équilibre thermique, l’absorption est compensée par l’émission

𝐴 𝑁2 + 𝐵 𝑁2 𝜌𝑝ℎ = 𝐵′ 𝑁1 𝜌𝑝ℎ

Les densités de population des niveaux atomiques obéissent à la statistique de Boltzmann

𝑁2 𝐸𝑔
= 𝑒𝑥𝑝 −
𝑁1 𝐾𝐵 𝑇

𝐸𝑔
𝑘𝐵 = 1,38 10−23 𝐽. 𝑘 −1 (constante de Boltzmann) 𝐾𝐵 𝑇
=? Pour 𝜆 = 1,5 µ𝑚 𝑒𝑡 𝑇 = 300 𝑘

M. LABIDI 24
Exercice

1. Quel(s) schéma(s) représente(nt) :


a. une absorption?
b. une émission stimulée?
c. une émission spontanée?
2. Dans le cas de l'émission stimulée, calculer la longueur d'onde du
photon incident.
3. Quelles sont les caractéristiques du photon émis par émission
stimulée?

Données : h = 6,63 x 10-34 J.s; c = 3,00 x 108 m.s-1 ; 1 eV = 1,60 x 10-


19 J.

M. LABIDI 25
Chaîne de Communication Optique

M. LABIDI 26

Vous aimerez peut-être aussi