Vous êtes sur la page 1sur 8

DÉCEMBRE 2015

LA CHIMIOTHÉRAPIE
NOTES D’ANALYSE

ORALE DU CANCER
EN 2014

L
e cancer demeure la première L’évolution des connaissances, le déve- en plein essor notamment en France où
cause de mortalité en France. loppement étonnamment rapide des son déploiement est activement soutenu.
Les chiffres d’incidence ont innovations médicales et technologiques Les immunothérapies spécifiques du
doublé ces 30 dernières années, ont en effet bouleversé les modes de prise cancer s’installent et viennent encore
en partie du fait de l’augmen- en charge et en particulier la chimiothé- enrichir l’arsenal thérapeutique.
tation et du vieillissement de la popula- rapie du cancer.
tion. En France, trois millions de per- La réalisation du diagnostic moléculaire
sonnes vivent avec ou après un cancer. Le médicament anticancéreux s’inscrit du cancer s’impose désormais dans de
La morbidité est cependant en diminu- actuellement dans de nouveaux para- nombreuses pathologies cancéreuses
tion (plus d’une personne sur deux gué- digmes. Les concepts et les pratiques évo- afin d’identifier les patients susceptibles
rit après un diagnostic de cancer, mais luent rapidement et profondément en de répondre aux thérapies ciblées notam-
les disparités sont importantes selon les cancérologie, en lien avec le développe- ment et d’éviter des traitements inutiles.
types de cancer), grâce notamment à un ment des connaissances scientifiques qui La création en 2006 des plateformes de
accès plus précoce au diagnostic, mais permettent de mieux comprendre la bio- génétique moléculaire 1 en France en a
aussi aux progrès de la prise en charge logie des tumeurs et le rôle de la génétique permis l’essor et en garantit l’égalité d’ac-
thérapeutique. et d’identifier de nouvelles cibles d’action. cès, situation unique au monde.

La médecine de précision, fondée sur Des situations jusqu’alors sans alterna-


1. 28 plateformes mises en place en France sous
l’analyse des caractères biologiques et tive médicamenteuse disposent désor-
financement INCa et DGOS. génétiques de la tumeur du patient, est mais d’options thérapeutiques (indica-
LA CHIMIOTHÉRAPIE ORALE
DU CANCER EN 2014

tions dans des besoins médicaux non LA CHIMIOTHÉRAPIE ORALE années (2010-2014) par l’arrivée rapide
couverts). Le système des Autorisations S’INSTALLE DE FAÇON DYNAMIQUE d’un nombre important de nouvelles
Temporaires d’utilisation (ATU) en permet DANS LA PRISE EN CHARGE DES molécules et ce, pour un nombre croissant
fréquemment un accès précoce. PATIENTS ATTEINTS DE CANCER d’indications autorisées (AMM initiales et
extensions d’indication) : 67 nouveaux
En 2013, de nouveaux médicaments ont L’offre des médicaments anticancéreux est médicaments autorisés et 97 indications
profondément modifié la prise en charge dynamique et se caractérise ces dernières au cours de la dernière décennie. En
et le pronostic de certains cancers ; c’est le
cas notamment des nouveaux traitements
du mélanome métastatique (immunothé-
rapies spécifiques, thérapies ciblées),
maladie quasi orpheline jusqu’en 2011, et
des nouvelles hormonothérapies orales
dans le cancer de la prostate. 9 ; 22 %

Certains médicaments anticancéreux sont Cytotoxiques


mis à disposition sur la base de données et radiopharmaceutiques
recueillies lors d’études cliniques de phase
précoce, ce qui doit conduire à une surveil- Hormonothérapies
3;7%
lance accrue du médicament en vie réelle,
Thérapies Ciblées
a fortiori quand ces médicaments dis-
posent d’un mécanisme d’action original.
et immunothérapies
28 ; 71 %
Les chiffres de l’année 2013 mis à disposi-
tion par l’Institut national du cancer (INCa)
traduisent ces évolutions, ils mettent en
évidence une activité de chimiothérapie
en France toujours croissante et en muta-
tion du fait du développement particulier FIGURE 1 : Classes des molécules mises sur le marché pour la première fois sur la
des chimiothérapies par voie orale et en période 2010-2014
particulier de la médecine de précision.

Le développement de ces chimiothérapies


12
orales représente un enjeu majeur pour Cytotoxiques et radiopharmaceutiques
notre système de santé qui doit adapter
10 Hormonothérapies
ses organisations pour mieux coordonner
et sécuriser la prise en charge qui devient Thérapies Ciblées et immunothérapies
8
ambulatoire, impliquer le patient notam-
ment en développant l’éducation théra-
6
peutique et enfin créer les conditions pour
que tous les patients qui en ont besoin
4
puissent y avoir accès.
2
Face à tous ces changements qui consti-
tuent autant de défis, le Plan cancer 2014- 0
2019 prône la mise en place d’une poli- 2010 2011 2012 2013 2014
tique globale volontariste du médicament
en cancérologie. FIGURE 2 : Classes des molécules mises sur le marché pour la première fois sur la
période 2010-2014

2
LA CHIMIOTHÉRAPIE ORALE
DU CANCER EN 2014

Nombre cumulé de molécules


moyenne, 8 AMM initiales ont été accor-
per os ayant une AMM
dées par an en cancérologie sur la période
2010-2014 (c’est-à-dire 8 nouvelles subs-
tances mises à disposition pour la pre-
mière fois) ; 13 l’ont été en 2013.

Cette offre se caractérise également par


une proportion élevée de nouvelles entités
moléculaires (ou molécules First in Class 2)
du cancer, représentées majoritairement Cytotoxiques
par les thérapies ciblées (figures 1 et 2), Thérapies Ciblées
reflet évident des progrès majeurs de la
génomique du cancer et de la compréhen- Hormonothérapie
sion de la carcinogénèse. Autres

Le potentiel de développement des thérapies


ciblées semble en théorie majeur si l’on se
réfère au nombre important de mutations
identifiées par tumeurs. Ce nombre est, en
médiane, compris entre 50 et 1 500 anoma- FIGURE 3 : Nombre de molécules par voie orale ayant une AMM
lies génétiques, et donne ainsi une idée du
nombre de cibles thérapeutiques poten-
tielles et du développement possible de cet
axe thérapeutique. L’enjeu scientifique 4
actuel est de déterminer parmi celles-ci,
celles qui seront des cibles pertinentes à
14
exploiter en thérapeutique ainsi que les asso- Cytotoxiques
ciations de médicaments qui, ciblant des 27
anomalies complémentaires ayant un rôle Thérapies ciblées
dans le développement tumoral, pourront
ou devront être associées pour être plus Hormonothérapie
efficaces.
Autres
Le nombre de patients ayant un cancer et
recevant un anticancéreux administré par
voie orale a augmenté de façon importante 28
ces dernières années.
Ce phénomène s’explique par :
l Un nombre croissant de molécules per os
disponibles surtout ces dernières années FIGURE 4 : Répartition des chimiothérapies orales
(23 en 4 ans) (figure 3) ; 73 médicaments
anticancéreux par voie orale sont dispo-
nibles fin 2014 dont la majorité appartient l Des patients traités de plus en plus long- cancéreux par voie orale augmente en
à la classe des thérapies ciblées (figure 4). temps : les thérapies ciblées se dis- conséquence, les patients pouvant rester
tinguent des chimiothérapies conven- sous traitement plusieurs années.
tionnelles, sauf exceptions, par une prise
au long cours jusqu’à progression de la l Un élargissement de l’offre thérapeu-
2. Une molécule est considérée comme First in Class
maladie ou intolérance. La population tique avec une utilisation séquentielle
s’il n’existe pas d’autre médicament ayant le même
mécanisme d’action. prévalente de patients recevant un anti- ou en association des molécules avec

3
LA CHIMIOTHÉRAPIE ORALE
DU CANCER EN 2014

l’arsenal existant. Les anticancéreux par L’ESSOR DE LA CHIMIOTHÉRAPIE premier recours qui peuvent être amenés
voie orale ne sont pas une simple alter- ORALE EST ASSOCIÉ À DES ENJEUX à les gérer.
native à la voie injectable. Mis à part le MAJEURS POUR LE SYSTÈME
cas des quelques molécules cytotoxiques, DE SANTÉ L’ensemble de ces situations nouvelles
il n’y a le plus souvent pas d’équivalent appelle la mise en place d’actions en
injectable des molécules per os. Des enjeux d’organisation et de coordination termes d’organisation et de communica-
des acteurs tion, afin que qualité et sécurité de la prise
LES NOUVELLES THÉRAPIES La prise orale facilite l’administration du en charge ambulatoire soient assurées.
CIBLÉES CONSTITUENT traitement. Pour autant, le développement
DES AVANCÉES THÉRAPEUTIQUES de la chimiothérapie orale a des impacts Des enjeux économiques : elle participe aux
pour les malades et l’ensemble des acteurs coûts élevés et en augmentation des médi-
Au-delà d’une modalité d’administration de la prise en charge : caments du cancer
plus aisée qui permet de réduire les hospi- lLe patient lui-même, qui prend seul la En 2013, les dépenses associées aux trai-
talisations, les anticancéreux per os sont le responsabilité de la prise du traitement tements anticancéreux pour l’Assurance
plus souvent des innovations thérapeu- au domicile et qui peut être confronté à maladie s’élèvent à 2,6 milliards d’euros
tiques ayant démontré un gain d’efficacité, des difficultés ayant des conséquences par an (contre 2,4 milliards en 2012),
soit chez des patients en situation d’échec sur son adhésion au traitement (obser- répartis comme suit (hors dépenses intra
thérapeutique, soit en première ligne de vance) tel un sentiment de solitude face GHS) :
traitement. Certains sont devenus le trai- à la prise en charge du cancer et à la l1,5 milliard lié aux médicaments de la
tement de référence dans l’indication qu’ils survenue d’effets indésirables ou à une liste en sus à l’hôpital 3 ;
traitent : c’est le cas des inhibiteurs de tyro- banalisation de la chimiothérapie. l 200 millions pour la rétrocession 4 dont
sine kinase ciblant ABL dans le traitement lLes professionnels de santé de premier près de 150 concernent les thérapies
de la leucémie myéloïde chronique, mais recours (médecins généralistes, pharma- ciblées ;
aussi des thérapies ciblées dans les cancers ciens d’officine, infirmiers libéraux) qui l 880 millions pour l’officine, soit une aug-
du poumon non à petites cellules ciblant prennent en charge ces patients en ville, mentation de 14 % par rapport à 2012,
les anomalies de ALK. De nouveaux traite- tout en manquant parfois d’une informa- essentiellement portée par les chimiothé-
ments sont dorénavant disponibles pour tion spécifique, dans la mesure où les pres- rapies orales - environ 86 % des montants
des types de cancer qui en étaient quasi- criptions sont réalisées par des médecins - et notamment les thérapies ciblées (avec
ment dépourvus auparavant (exemple du hospitaliers oncologues et où ils sont rare- une part de 54 % et une croissance de
mélanome métastatique). ment confrontés à ces médicaments en +15,7 %).
raison des populations ciblées assez rares.
Notons que vu la fréquence de ces anoma- l Les professionnels hospitaliers enfin, à La part de la chimiothérapie orale dans ces
lies, le nombre de patients concernés reste travers le changement des pratiques, la dépenses est connue pour ce qui concerne
cependant encore faible et fait miroiter diminution des hospitalisations, l’aug- les dépenses de ville (figure 5). Elle repré-
des espoirs parfois encore lointains pour mentation des files actives de patients sente 757 millions d’euros en 2013 soit une
certaines tumeurs conventionnelles. sous traitement, l’augmentation du augmentation de 17,5 % par rapport à 2012
nombre de consultations, la complexité (644 millions d’euros en 2012).
des consultations et du suivi.
Le développement des chimiothérapies
En outre, la fréquence des effets indési- orales a également un impact sur la struc-
rables associés aux anticancéreux per os ture des coûts du traitement des cancers
3. Soit plus de la moitié du montant total de la liste dite (qui sont essentiellement des thérapies dans les établissements de santé, à travers
« en sus » et ce, pour 36 médicaments du cancer, avec une
augmentation du montant consacré à ces médicaments ciblées pour les nouveaux traitements une diminution des séjours hospitaliers et
de +6,7 % entre 2012 et 2013, et avec des particularités autorisés), leurs spécificités et niveaux de la progression des consultations, condui-
notables : des dépenses concentrées sur très peu de ces
molécules- 5 molécules représentant à elles seules près gravité restent élevés ainsi que les inte- sant à une évolution des modes de tarifi-
de 840 millions d’euros de dépenses ; une majoration des ractions médicamenteuses sont particu- cation en cours d’élaboration sous l’égide
coûts liés aux thérapies ciblées de la liste en sus – une
dépense d’environ 1,0 milliard d’euros en 2012 (+5,2 %). lières. Ces toxicités apparaissent le plus du ministère en charge de la santé (Direc-
4. Médicaments délivrés par les pharmacies à usage souvent chez des patients ambulatoires tion générale de l’offre de soins, DGOS) et
intérieur des établissements de santé pour des patients
non hospitalisés. et ce sont les professionnels de santé de en concertation avec les acteurs.

4
LA CHIMIOTHÉRAPIE ORALE
DU CANCER EN 2014

l développer de nouvelles compétences et


de nouveaux métiers, à travers notam-
ment l’expérimentation d’un dispositif
d’infirmiers coordonnateurs en cancéro-
logie 6 et la définition du rôle des infirmiers
cliniciens dans la prise en charge des
patients sous chimiothérapie orale 7 ainsi
que la mise en oeuvre de protocoles de
coopération entre professionnels de santé ;
l permettre à chacun d’être acteur de sa prise
en charge, grâce au développement de pro-
grammes d’éducation thérapeutique du
patient passant dans un premier temps par
la formation des professionnels de santé 8
Source : CNAMTS/MEDIC’AM 2008-2013. et des outils d’information des patients 9.
Traitement INCa 2014

Les objectifs de faciliter au quotidien les


FIGURE 5 : Répartition des dépenses officinales selon les classes pharmacologiques parcours de santé, de mieux informer et
de la chimiothérapie per os mieux accompagner les usagers dans
leurs parcours de santé, de renforcer les
outils proposés aux professionnels pour
leur permettre d’assurer la coordination
DES ACTIONS SONT CONJUGUÉES notamment établissements de santé, pro- du parcours des patients, et les objectifs
POUR ACCOMPAGNER fessionnels de santé, réseaux, associations de bon usage du médicament, tels qu’ils
LE VIRAGE AMBULATOIRE de malades, et suivant plusieurs axes sont inscrits dans le projet de loi de moder-
DE LA CHIMIOTHÉRAPIE autour du bon usage des médicaments, de nisation de notre système de santé, tra-
ANTICANCÉREUSE la coordination ville-hôpital, de l’informa- duisent la prise de conscience collective
tion du patient, de la formation des profes- de l’importance d’accompagner le virage
Les difficultés et les enjeux du développe- sionnels de santé, de la bonne communi- ambulatoire lié au développement de la
ment de la chimiothérapie orale ont été cation des informations. Il s’agit de : chimiothérapie orale.
identifiés par l’ensemble des acteurs de la l veiller à la qualité et à la sécurité des prises
prise en charge du cancer et des actions en charge notamment par l’élaboration de
structurantes sont prévues dans le cadre du recommandations pour le suivi et la ges-
Plan cancer 2014-2019 afin d’y répondre. tion des effets indésirables des anticancé-
reux par voie orale 5, de référentiels natio- 5. Élaboration en cours, par l’INCa, de référentiels
Une approche impliquant plus largement naux pour une prise en charge des cancers nationaux de prise en charge des cancers et de
recommandations sur la prévention et la gestion des effets
les malades eux-mêmes et les profession- optimale et harmonisée au niveau du ter- indésirables des anticancéreux par voie orale.
nels de santé de premier recours se des- ritoire et d’outils d’information pour les 6. Expérimentation en cours depuis 2010 de l’intervention
d’infirmiers de coordination en cancérologie et intégrant
sine autour du parcours de santé du professionnels de premier recours ; pour les patients traités par chimiothérapie orale des
patient et des impératifs de sécurité et de l renforcer la coordination entre profes- actions d’information et d’éducation thérapeutique en lien
avec le médecin traitant, sous l’égide de la DGOS en lien
qualité des soins. sionnels de santé en ville et à l’hôpital, avec l’INCa.
par le déploiement d’outils de commu- 7. Nouveau métier d’infirmier en pratiques avancées,
inscrit dans le projet de Loi de Modernisation du
Elle s’appuie sur des actions mises en nication entre professionnels de santé, Système de Santé, qui pourrait avoir un rôle important
place, ou en cours, au niveau national et en particulier le dossier communicant dans l’instauration et le suivi de prises en charge de
chimiothérapies orales.
dans les régions, sous l’impulsion des déci- en cancérologie (DCC) et des expérimen- 8. Appel à projets lancé par l’INCa en 2014 pour le
deurs et agences d’expertise (ministère en tations de plateformes d’échanges (telles soutien d’actions de formation des professionnels de
santé à l’éducation thérapeutique des patients traités par
charge de la santé, agences régionales de que des permanences téléphoniques chimiothérapie orale.
santé, INCa, en particulier) avec l’ensemble hospitalières destinées aux médecins 9. Guides et plateforme Cancer Info, déclinaison des
recommandations de bonne pratique et de gestion des
des acteurs et des parties prenantes, traitants ou aux pharmaciens) ; effets indésirables, notamment.

5
LA CHIMIOTHÉRAPIE ORALE
DU CANCER EN 2014

CONCLUSION
Si le développement de la chimiothérapie anticancéreuse L’arrivée de nouveaux médicaments anticancéreux
par voie orale constitue un axe d’évolution fort de la prise charge à l’efficacité prometteuse récompense les efforts réalisés
médicamenteuse des patients atteints de cancer, dont par l’ensemble de la communauté oncologique (chercheurs,
les nombreuses implications doivent faire l’objet d’une juste industries, professionnels de santé). Ces promesses
reconnaissance et d’un accompagnement, comme le souligne ne pourront cependant être pleinement réalisées que
le Plan cancer 2014-2019, il ne doit pas faire oublier, d’une part, si l’accès à ces nouvelles molécules est garanti à tous
que la plupart des molécules per os mises sur le marché n’ont les patients qui en ont besoin. Enfin, le prix très élevé
pas vocation aujourd’hui à remplacer des spécialités de ces innovations médicamenteuses interroge la capacité
administrées par voie parentérale, mais à s’inscrire dans du système de protection sociale à assurer le financement
un continuum de prise en charge des patients tout au long pérenne de ces nouveaux traitements, dans le cadre
de leur maladie et, d’autre part, qu’un certain nombre des modèles actuels d’accès au remboursement et de fixation
d’innovations médicamenteuses actuelles (anti-PD1 notamment) du prix des médicaments.
ou à venir sont des thérapeutiques intraveineuses.
Cette situation, compte tenu des niveaux de dépenses déjà
Le paysage de la chimiothérapie anticancéreuse est ainsi engagées dans la lutte contre le cancer en général et dans
appelé à se complexifier. Ce qui souligne l’importance les traitements anticancéreux en particulier, impose une action
d’un accompagnement coordonné du patient dans son rapide et déterminée.
parcours de soins.

6
LA CHIMIOTHÉRAPIE ORALE
DU CANCER EN 2014

52, avenue André Morizet


92100 Boulogne-Billancourt
France

Tel. +33 (1) 41 10 50 00


diffusion@institutcancer.fr

Édité par l’institut National du Cancer


Tous droits réservés - Siren 185 512 777
Conception : INCa
Impression :
ISSN 2104-953X
ISBN : 978-2-37219-154-8
ISBN net : 978-2-37219-155-5

DEPÔT LÉGAL DÉCEMBRE 2015

7
Pour plus d’informations
e-cancer.fr

Institut National du Cancer


52, avenue André Morizet
92100 Boulogne-Billancourt
France

Tel. +33 (1) 41 10 50 00


Fax +33 (1) 41 10 50 20
diffusion@institutcancer.fr
NACHIMIO15

Vous aimerez peut-être aussi