Vous êtes sur la page 1sur 10

� J." •11 �l�I L..a...,....1� L,.

;�I
Prothese 3 République Algérienne Démocratique et Populaire
25DA
4eme année OJi •,; 19li c�!.J (JIS,,•.ll., �I o)jJ
Ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière

FACt.JI..TÈ 04,. Ma)EC:NE


O'"Al:.GClt ...

Centre Hospitalo-Universitaire Mustapha

SERVICE DE PROTHESE DENTAIRE

Clief ae service : Pr. AIT MEHDI.M


D@PARTE�NT Df!
lltÉO'ECINE OENTAUŒ

Cours de 4 Année/ Année universitaire 2017 -2018

Principes Généraux des Préparations d�ncrages/

Parallélisme et Rétention

M.AMARI 1; M.AIT MEHDI 2


2 PROFESSEUR ET CHEF DE SERVICE DE PROTHESE DENTAIRE AU CHU MUSTAPHA PACHA.
1 MAITRE ASSISTANT EN PROTHESE DENTAIRE AU CHU MUSTAPHA PACHA.

INTRODUCTION [3,6]:

Lors de la taille d'une dent naturelle, destinée à recevoir un élément prothétique, certains
principes mécaniques et biologiques doivent être respectés : par économie de la substance
dentaire ; Assurer une préparation rétentive grâce à une dépouille suffisante et une limite
cervicale bien située par rapport à la gencive. La compréhension de ces principes est le garant
d'une restauration prothétique durable.
Principes de Préparation [6]:

La préparation dentaire en vue de recevoir une couronne, consiste à réduire ies surfaces
coronaires cliniques d'un certain volume de tissu (émail, dentine) afin de les séparer des dents
adjacentes et antagonistes pour y interposer l'élément prothétique ; cette réduction coronnaire
doit répondre à certain principes

1. Economie de la substance dentaire : la construction prothétique doit non seulement


remplacer la structure dentaire endommagée mais aussi préserver ce qu'il reste ;

2. Sustentation : elle évite les mouvements de bascule ; elle est caractérisée par la forme ou le
profil de la surface occlusale ; le profil doit être convexe mais doit présenter une concavité
plus ou moins accentuée ;

3. Stabilité: elle assure l'équilibre latéral; elle sera recherchée au niveau des faces proximales;
la convergence des parois doit se faire en fonction de la hauteur du moignon ;

4. Rétention : dépend de :
De la surface de recouvrement : plus est grande cette surface meilleur est la
rétention.
De l'angle de convergence des parois: l'angle de dépouille variera entre 5 et 10°.
De la bonne adaptation de la couronne sur la préparation.

5. Précision de la limite cervicale : une prothèse scellée ne peut subsister dans


l'environnement biologique de la cavité buccale que si son adaptation aux lignes de :finition,
de la préparation est précise.

D Contrôle de la préparation [1 ,2]

S'assurer que la réduction du moignon est suffisante pour répondre aux exigences
Esthétiques et mécaniques de la couronne.

Le moignon doit être de dépouille et parallèle au grand axe de la dent.

La limite cervicale périphérique doit être bien située et continue.

Vérifier les rapports d'occlusion: espace-libre suffisant entre le bord occlusal de la


préparation et le bord occlusal des dents antagonistes dans toutes les positions d'occlusion.

Les angles de raccordement entre les différentes faces sont arrondis.

D Finition de la préparation

Tous les angles vifs sont adoucis et la surface de la limite cervicale régularisée avec un ciseau à
email. Le moignon est poli, pour obtenir une empreinte plus fine de la préparation.

D Mise en place de la coiffe provisoire: [4]

La coiffe provisoire va maintenir l'occlusion et protéger le moignon contre les agressions


chimiques et thermiques.

2
Elle va soutenir la gencive marginale et éviter qu'elle ne prolifère.

Le ciment de scellement utilisé (oxyde de zinc eugénol) aura une action sédative sur la
plaie dentinaire.

Le parallélisme[6J
1- Introduction

Toute construction prothétique doit satisfaire 3 exigences, qui sont intiment liées
l'une à l'autre et indissociables
la mise en place sur les arcades dentaires: c'est l'insertion qui nécessite le
parallélisme entre les différents moignons;
la solidarisation avec les dents supports: c'est la rétention;
la résistance aux contraintes appliqué�s pendant la fonction c'est la stabilité.

II-le parallélisme

Le parallélisme entre les différents moignons supportant l'ancrage permet l'insertion


du bridge et sa rétention.

rJtr Le parallélisme est approximatif; il n'est jamais absolu; Nous devons obtenir
selon l'expression de BELIARD un presque parallélisme .en pratique courante,
les parois des diverses parties de la préparation convergent légèrement dans le
sens de la désinsertion, la préparation est alors dite de dépouille. C'est cette
dépouille qui facilite l'insertion et la désinsertion de l'ancrage et doit être
d'autant moins marquées que la dent est courte.

rJtr Le degré de convergence ou dépouille vers la face occlusale varie de O à 10 ° ;


L'idéal étant de 6 ° à raison de 3 ° pour chaque paroi.

• Le parallélisme doit être recherché entre:


Les différentes préparations;
Les rainures entre elles;

rJtr Le ciment de scellement quelle que soit sa qualité ne peut pallier à une
convergence trop marquée des préparations pour assurer la rétention.

3
A / Axe d' 'INSERTION : [5 ]

1- Dans le cas d'une prothèse unitaire:

cJr La mise en place de la couronne unitaire se fait selon un mouvement vertical


de translation le long d'un axe dit axe d'insertion, et ne pose en général aucun
problème. Et donc L'axe d'insertion est confondu au grand axe de la dent.
cJr Lors de la réalisation ; il faut faire apparaître une légère convergence des parois
sans la quelle l'insertion serait impossible.
cJr L'obliquité des faces latérales avec l'axe d'insertion détermine un angle de
dépouille d'environ de 3 ° .

2- Dans le cas d'une prothèse plurale:

•!• L'insertion de la prothèse sera envisagée selon un mouvement de translation comme pour
une prothèse unitaire. On a un parallélisme approché des parois de la préparation.

• Pour obtenir le parallélisme, on doit au préalable choisir un axe d'insertion qui est la
bissectrice formée par les différents axes des dents d'appui.

• L'axe d'insertion sert de référence pour la réalisation des préparations c'est par rapport à lui
que s'organise l'angle de dépouille des parois dentaires.

+ L'insertion par translation est indispensable chaque fois que l'on utilise des ancrages à
tenons dentinaires solidarisés à la structure métallique. Dans ce cas il est nécessaire de faire
un examen clinique complet ; un examen radiologiques. Ces différents éléments permettent
de choisir la nature des ancrages et de préciser l'axe d'insertion.

•!• L'insertion par mouvement complexe de translation et rotation ; ce ci dans le cas où on a


une divergence des axes dentaires ou aparallélisme.

+ Dans le cas de grandes constructions, si les piliers multiples présentent des axes divergents
en raison des malpositions ou versions VL ou MD; la solution consiste soit à :

- Fragmenter le bridge en différents segments qui seront solidarisés par des attachements et
Chaque segment est alors indépendant et peut s'insérer par translation.

En cas où l'obtention du parallélisme conduirait à l'abrasion excessive des parois


proximales ou à l'élargissement excessif des canaux radiculaires provoquant ainsi un
affaissement dangereux de la résistance mécanique; on préférait utiliser des inlays-cores de
reconstitution dont la partie coronnaire sera édifiée d'après l'axe d'insertion déterminé par
les autres dents piliers et Sur ces inlays cores on peut ensuite dans un deuxième temps fixer
le bridge.

Remarque : Il arrive parfois que la dent adjacente ou celle qui suit le pilier extrême converge
vers celui-ci et empêche l'insertion du bridge dans ce cas la dent adjacente sera prise comme
pilier supplémentaire ou bien on réalisera un inlay proximal pour faciliter l'insertion du
bridge.

4
B / PROBLEMES DE CHOIX DE L'AXE D'INSERTION [1]

Les axes d'insertion des ancrages sur les différents piliers doivent être parallèles entre eux: il ne doit
y avoir qu'un seul axe d'insertion de bridge.

Plusieurs facteurs interviennent:

- Si on doit réaliser un bridge avec comme support des dents pulpées et dépulpées c'est la
préparation sur la dent pulpée en fonction de l'anatomie pulpaire qui donne l'axe d'insertion
général.

- Le bridge sur plusieurs dents dépulpées : si le bridge comporte des couronnes à tenons
radiculaires; c'est l'axe longitudinal de la racine la plus faible qui constituera l'axe d'insertion.

- Bridge sur plusieurs dents pulpées : c'est la dent la moins volumineuse ou la dent en légère
position qui donnera l'axe d'insertion.

III- LA RETENTION:

La rétention est la résistance qui s'oppose aux forces de désinsertion de la prothèse


fixée selon son axe d'insertion, on ne peut parler de la rétention sans parler de la
stabilité elles sont étroitement liées et indissociable. La stabilité empêche la
mobilisation de la prothèse sous l'effet des contraintes occlusales.

La rétention est essentiellement conditionnée par la morphologie générale des


préparations CAD:
La hauteur de la préparation, un moignon large et haut à
une grande rétention.
L'étendue des surfaces en contact.
La faible convergence des parois axiales.

Une prothèse conjointe doit éviter infiltration et descellement et donc avott un


ajustage précis.

./ Cet ajustage dépend du parallélisme des surfaces des parois de chaque ancrage
et du parallélisme de tous les ancrages entre eux.
./ L'ancrage doit pouvoir se maintenir sur la dent support alors qu'il n'est pas
scellé
./ Le ciment de scellement ne contribue à la rétention que par une très faible
mesure.
./ L'ancrage doit être en contact étroit avec la préparation pour pouvoir résister
aux forces qui tendent à le desceller au cours de la mastication.Ces forces
tendent à faire au bridge des mouvements de bascule, de renversement ; de
torsion et de flexion.
./ Les forces développées pendant la mastication sur les éléments d'une prothèse
sont variables suivant: la musculature; les habitudes masticatoires et l'articulé
du sujet.

5
IV- DIVERS MOUVEMENTS QUI TENDENT A DESCELLER UN BRIDGE [5,6]

1- Mouvement de bascule:

Provoqué par les forces verticales : s'il existe un contact prématuré postérieurement
(A) du à une reconstitution anarchique de la couronne.
Les forces verticales s'exerçant en ce point seront continues et vont entraîner un
mouvement de bascule ds la région antérieure (B) et on peut avoir soit :

o Un descellement en A et B si les préparations ne sont pas rétentives.

o Un descellement en B et mobilisation de l'ancrage en A si la rétention


est excellente en A et insuffisante en B.

o Un descellement en A et mobilisation de l'ancrage en B si la rétention


est excellente en B et pas suffisante en A.

2- Mouvement de renversement:

Ce mouvement est provoqué par les forces obliques lors des mouvements
mandibulaires (propulsion et latéralité) qui s'appliquent sur les versants cuspidiens
des ancrages où existent des contacts prématurés par l'intermédiaire des cuspides
antagonistes des dents naturelles.

Pour éviter ça il faut émousser les cuspides et éviter les engrainements trop profonds.

3- Mouvement de torsion :

Provoqué par les forces qui s'appliquent verticalement et latéralement.


C'est un mouvement complexe de bascule et de renversement ; Ce mouvement
concerne principalement les éléments prothétiques en extension: bridge à seul pilier
ou bridge cantilever (bridge à proscrire).
On peut avoir soit un descellement si le moignon est peu rétentif ou bien une
mobilisation de la dent couronnée si la rétention est suffisante.

4- Mouvement de flexion:

Il est provoqué par les forces latérales appliquées sur la travée du bridge

- Si la travée est très longue ou si le matériau utilisé présente quelques souplesses;


Toutes les pressions masticatrices lorsqu'elles s'exercent sur une prothèse mal conçue
risque d'entraîner :
• Une fracture de la dent.
• Une fracture du métal.
• Le descellement de la prothèse.

6
Le problème [1, 5,6] de la rétention est résolu par le choix de l'ancrage ; par un
nombre suffisant des dents piliers et par une préparation adéquate des piliers.

Choix des dents supports

Dans le cas d'une construction conjointe pleurale les forces occlusale résultant de la fonction sont
intégralement transmises aux dents piliers, celle ci doivent satisfaire à des conditions de résistance
intrinsèques pour s'opposer d'une manière durable aux efforts ainsi appliqués.
Différents auteur ont énoncé des lois visant à déterminer le choix de dents supports :

Loi de BELIARD
L'augmentation du nombre des dents piliers non alignées améliore les conditions d'équilibre en
limitant le nombre des axes de rotation.

Loi de SADRIN

Une courbure prononcée détermine un moment de renversement qui doit être équilibré par
l'utilisation d'appuis supplémentaires.

Loi de DUCHANGE
Elle prend en considération la morphologie coronnaire, la surface de la table occlusale et la
position de la dent sur l'arcade.une dent de remplacement fournit en prothèse fixée le même travail
qu'une dent naturelle.une dent pilier à une force de résistance au moins égale ou double des forces
masticatrices habituellement appliquées.

DUCHANGE attribue à chaque dent un coefficient de valeur intrinsèque ; ds ces conditions la


somme des coefficients des dents piliers (force de résistance) doit être supérieure ou égale à la
somme des coefficients des dents absentes (force de travaille).

Dents sup IC IL CANINE 1er PM 2=epM 1ee


r M zcmeM DDS
Coefficient 2 1 4ou5 3 3 6 6 2à5
masticatoire

Dents inf IC IL CANINE 1er PM zemepM 1ee


r M zcmeM DDS
Coefficient 1 1 4 3 3 6 6 4à6
masticatoire

Loi de ROY

Il a divisé l'arcade dentaire en 5 plans


Un plan incisif qui est soumis aux forces post-antérieures.

Un plan pour chaque canine. Ce plan est soumis aux forces latérales.

Un plan pour prémolo-molaire. Qui est soumis aux forces horizontales.

La théorie de ROY est intéressante pour les bridges de contention ; les dents piliers doivent être
choisis ds plusieurs plan pour assurer l'immobilisation de bridge.
- Si les 2 dents à remplacer sont situées dans deux plans différents de ROY, il est nécessaire de
prendre 4 piliers à raison de 2 pour chaque coté de l' édentement.
7
Nombre de dents

2dents absentes située dans un seul plan de Roy exemple 15 et 16 absentes


nous devons prendre comme pilier la 14 et la 1 7.

2dents absentes située dans deux plans différents de Roy, il faut prendre 4
dents piliers (2 de chaque coté de l'édentation) pour assurer la rétention.

Remplacement de 4 incisives supérieur : on utilise les deux canines et les


deux premières prémolaires.

Remplacement des 4 incisives inferieures : on peut utiliser les deux canines.

Choix de l'ancrage

Dans le cas ou la préparation de la dent pulpée offre une rétention suffisante


la vitalité pulpaire sera conservée c'est le principe de la prothèse fixée.la pulpe
possède des propriétés mécano réceptrices très fines et remplit un rôle
important de protection des structures dentaires contre les surcharges, la
réaction des dents vivantes est nettement supérieures que sur les dents
mortifier.

- Le choix des ancrages vise à assurer une bonne rétention, suffisante pour
neutraliser les forces qui tendent à désolidariser les dents préparées.

Facteurs qui conditionnent le choix de l'ancrage

Si la dent est vivante on choisira un ancrage à recouvrement total ou partiel ou


bien intra coronnaire.
Si la dent est dépulpée on choisira un ancrage à recouvrement total ou ancrage
intra radiculaire.
Si la dent est courte et peu volumineuse elle peut recevoir un ancrage a
recouvrement total mais elle sera dépulpée si un ancrage intra radiculaire
s'avère indispensable pour assurer la rétention.

8
V -QUELLES SONT LES MOYENS DE RETENTION UTILISES POUR LUTTER
CONTRE LES FORCES QUI SOLLICITENT UN BRIDGE:

1- Suivant l'axe d'insertion :

o Parallélisme des surfaces préparées qui sont-elles même parallèle à l'axe


d'insertion.
o Augmentation de la surface dento- prothétique par des limites sous
gingivales ou intra sulculaire.
o si elle est dépulpée et courte par un tenon radiculaire.
o Si la préparation est peu haute, peu volumineuse la rétention est
proportionnelle à l'étendue de la surface de contact: dent - prothèse.

2- Dans le sens vestibulo- lingual:

o Parallélisme de ces parois entre-elles.


o Aspect de la morphologie occlusale.
o Si la préparation est courte, on peut augmenter la rétention en réalisant
àes rainures proximales verticales mésiales et distales.

3- Dans le sens mésio-distal

o Parallélisme des parois entre elles.


o Respect de la morphologie occlusale.
o Rainures vestibulaires et linguales si nécessaire.

Conclusion

La compréhension de ces principes biomécaniques (parallélisme, axe d'insertion, stabilité et


rétention) est le garant d'une restauration prothétique durable dans le temps, le but ne consiste
pas seulement à remplacer les dents absentes mais aussi de préserver ce qui reste dans la cavité
buccale.

9
Bibliographies

1 -Cours Dr.AMARI: Principes Généraux des Préparations d' Ancrages/ Parallélisme et Rétention
2016.

2 -DAVID Helene Epouse thebaud, les préparations en prothèse fixee, 2-009.

3 - EXBRAYAT J., Schittly J., Borel J.C. Manuel de prothèse fixée unitaire Paris: Masson,
1991.

4 -GRAUX François, Dupas Pierre-Hubert, guide clinique, la prothèse fixée transitoire,


Edition CDP, 2000.

5-SHILLINGBURG Herbert T, Richard Jacobi, Susan E. Brackett, Les préparations en


..:��;p\..,0S \.,,o+l, a��i;�a+;o�s
��,,.+i,.;.S°' .ç;� 6e p.lllJ.V.1.
_lJJ.Vl.l..l\.,, \., J..lA\,., CA� 1 088
pp.11.v l,.l J..l �i;�u·
up i./ \..,11.J. 'i." /'lf\l p) , 6
�"eS \-'V.l r1;+1·ons
\,,,U. U, .l

6 -SHILLINGBURG Herbert T, Hobo Sumiya, Lowell D. Whitsett, Jacobi Richard, Susan


E. Brackett, bases fondamental en prothése fixée, troisième édition CdP 1998.

10