Vous êtes sur la page 1sur 38

République Tunisienne

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche


Scientifique
Université de Tunis El Manar
École Nationale d’Ingénieurs de Tunis

DEPARTEMENT DE GENIE MECANIQUE

Projet de Fin d’Année II

Cycle de cogénération

Réalisé par :

Mhiri Iskander
Said Mohamed Malek
Classe :
2AGM 1/3

Encadré par : M. AMMAR Lotfi


Soutenu le 2 mai 2019 devant le jury :
Président : M. MANSOURI Khalil
Rapporteur : M. KAIROUANI Lakdhar

Année Universitaire : 2018/2019


Remerciements
On tient à remercier M. Ammar Lotfi notre encadrant, qui nous a motivé et nous a donné
les connaissances requises permettant de mener à terme ce projet et nous lui adressons notre
reconnaissance pour son aide et pour les discussions fructueuses tout le long du travail. Merci
aussi pour votre disponibilité à l’encadrement, votre gentillesse et votre patience.

Nous remercions les membres du jury qui ont accepté d’évaluer notre projet et nous leur
présentons toute notre gratitude et nos profonds respects.
Résumé
Le sujet consiste à dimensionner un cycle à air dans le but de produire de l’électricité et
de la chaleur simultanément « cogénération ». Le cycle choisi est constitué d’un compresseur,
une chambre de combustion et une turbine à gaz accouplé d’un échangeur thermique qui sont
tous à dimensionner après une étude bibliographique sur le système de cogénération.

Abstract
The subject consists of sizing an air cycle in order to produce electricity and heat
simultaneously "cogeneration". The chosen cycle consists of a compressor, a combustion
chamber and a gas turbine coupled with a heat exchanger, all of which are sized after a
bibliographic study of the cogeneration system.
Table des matières
Remerciements ....................................................................................................................................... 3
Résumé .................................................................................................................................................... 4
Introduction générale............................................................................................................................ 10
.Chapitre 1 : Recherche bibliographique ....................................................................................... 11
Cogénération ......................................................................................................................... 12
Trigénération ......................................................................................................................... 13
Avantages : ............................................................................................................................ 14
Limites : ................................................................................................................................. 14
Les cycles à vapeur ................................................................................................................ 15
Les turbines : ......................................................................................................................... 17
1.6.1 Les turbines à vapeur .................................................................................................... 17
1.6.2 Turbine à gaz ................................................................................................................. 18
Les échangeurs ...................................................................................................................... 19
Courant alternatif et courant continu : ................................................................................. 20
1.8.1 Introduction : ................................................................................................................. 20
1.8.2 La transformation d'une tension alternative : .............................................................. 21
1.8.3 Les redresseurs : ............................................................................................................ 22
1.8.4 L’alternateur : ................................................................................................................ 23
.Chapitre 2 : Mise en situation et problématique ......................................................................... 24
Mise en situation ................................................................................................................... 25
Problématique et objectifs .................................................................................................... 25
.Chapitre 3 : Etude thermique ....................................................................................................... 26
3.1 Introduction : ............................................................................................................................... 27
3.2 Système choisi : ........................................................................................................................... 27
3.3 Cycle choisi : ................................................................................................................................ 28
3.4 Calcul de la turbine : .................................................................................................................... 29
3.5 Calcul de compresseur : .............................................................................................................. 30
3.6 Calcul de l’échangeur : ................................................................................................................ 32
3.7 Conclusion : ................................................................................................................................. 34
.Chapitre 4 : Conclusion et perspectives ....................................................................................... 35
Références bibliographiques : ............................................................................................................... 38
Liste des figures :
Figure 1-Cogénération........................................................................................................................................... 12
Figure 2-Trigénération .......................................................................................................................................... 13
Figure 3- cycle de Rankine ..................................................................................................................................... 15
Figure 4-cycle de Hirn ............................................................................................................................................ 16
Figure 5-cycle de soutirage ................................................................................................................................... 16
Figure 6-turbine à vapeur ...................................................................................................................................... 18
Figure 7-Turbine à gaz........................................................................................................................................... 19
Figure 8-Echangeur tubulaire de chaleur .............................................................................................................. 20
Figure 9- bobine de transformateur 2 ................................................................................................................... 22
Figure 10-bobine de transformateur 1 .................................................................................................................. 22
Figure 11-Alternateur ............................................................................................................................................ 23
Figure 12-- la transformation de courant alternatif au courant continue ............................................................ 23
Figure 13-système de cogénération choisi ............................................................................................................ 27
Figure 14- cycle choisi ........................................................................................................................................... 28
Figure 15-Echangeur à contre-courant ................................................................................................................. 32
Liste de tableaux :
Tableau 1-Consommation journalière selon le profil ............................................................................................ 25
Tableau 2-Choix de la turbine ............................................................................................................................... 30
Tableau 3-choix du compresseur ........................................................................................................................... 31
Tableau 4-coefficients global de transfert ............................................................................................................ 33
Liste des symboles
Cp capacité calorifique a pression constante [kJ/kg]

Cv capacité calorifique a volume constant [kJ/kg]

DTLM différence de température logarithmique moyenne [°C]

L longueur de tube d’échangeur [m]

ṁ débit massique [kJ/kg]

P puissance nominale de la turbine [kW]

Ph besoin en électricité [kWh/jour]

P₁ puissance au début de compression [bar]

P₂ puissance à la fin de compression [bar]

P₃ puissance à l’entrée de la turbine [bar]

P₄ puissance à la sortie de la turbine [bar]

Qc chaleur fournie en combustion [kJ/kg]

Qe chaleur d’échange [kW]

Qf chaleur d’échappement [kJ/kg]

S surface d’échange [m²]

Tce, Tfe température d’entrée des fluides respectivement chaud et froid [°C]

Tes, Tfs température de sorti fluides respectivement chaud et froid [°C]

T₁ température atmosphérique [K]

T₂ température à la sortie de compresseur [K]

T₃ température à l’entrée de la turbine [K]

T₄ température d’échappement [K]

U coefficient global de transfert [W/m².K]


ύ débit volumique [mᶟ/s]

Wc travail de compression [kJ/kg]

ρ masse volumique de l’air [kg/mᶟ]

ɤ capacité thermique

ŋ rendement
Introduction générale
Aujourd’hui, le monde est face à ses responsabilités, que ce soit pour des questions de
lutte contre les changements climatiques, de dépendance énergétique ou l’effet des fluctuations
du prix des énergies sur l’économie, il est urgent d’agir. L'idée de cogénération se base sur le
fait que la production électrique dégage une grande quantité de chaleur à température moyenne,
habituellement dissipée dans l'environnement. En réponse à une demande thermique
(chauffage, processus industriel, etc.), elle propose d'utiliser le cycle de génération électrique
également comme source thermique.

Pour cela, on a essayé dans ce projet de faire une étude sur un système de cogénération
pour satisfaire des besoins en électricité et en chaleur. Le présent rapport synthétise le travail
que nous avons effectué. Il est organisé dans des chapitres comme suit :

• Le premier chapitre intitulé « Etude bibliographique » présente une recherche


bibliographique complète sur le cycle de cogénération et les équipements utilisés dans
le projet

• Le deuxième chapitre donne la mise en situation et le cahier des charges.

• L’étude thermique des différentes équipements de l’installation détaillée sera présenté


dans le chapitre trois.

• On finira par une conclusion générale et des perspectives.


.Chapitre 1 : Recherche
bibliographique
Cogénération

Le principe de la cogénération est de produire simultanément de la chaleur et de


l'électricité. Grâce à cette production combinée, les pertes d’énergie se réduisent de manière
significative. Autrement dit, il s'agit de récupérer la chaleur perdue des technologies existantes
en production d'électricité.

Figure 1-Cogénération

Les premiers systèmes de cogénération étaient de grande taille pour des raisons
industriels. Il existe désormais des systèmes de cogénération de plusieurs tailles jusqu’à des
offres de chaudières à micro-génération pour l’habitat des particuliers.

Ainsi, la cogénération permet d'économiser entre 15 et 20 % d’énergie primaire par


rapport à la production séparée de ces mêmes quantités de chaleur et d'électricité.[2]

Energie produite par cogénération (en pourcentage de l’énergie globale) :

• Pays-Bas environ 29 %

• Finlande environ 27 %

• Allemagne environ 10 %

• Italie environ 9 %

• Royaume-Uni environ 4 %

• France 2,3 % • Espagne environ 2


Trigénération

La trigénération ou production. simultanée de chaleur., d'électricité et de. froid, est le


procédé par lequel. la chaleur produite par une. installation de cogénération .est utilisée pour
générer de l'eau. réfrigérée pour but de climatisation .ou de réfrigération. Un refroidisseur. à
absorption est lié à .la production combinée de chaleur-électricité. pour fournir cette propriété.
La quadrigénération développe encore davantage ce procédé, avec l'ajout. de systèmes
.

autorisant de purifier le dioxyde de. carbone provenant de .l'échappement du moteur. Le système


de refroidissement .et de puissance combinés. signale que l’électricité et le refroidissement sont
.

utilisés. de manière autonome.

Figure 2-Trigénération

Plusieurs avantages. sont associés à la trigénération, notamment. :

• Production très. efficace, sur place, d'électricité et de chaleur.


• Réduction des. coûts de combustible. et d'énergie.
• La chaleur du moteur peut être. exploitée pour produire de la vapeur d'eau chaude pour
une. utilisation interne.
• Importantes diminutions des. émissions de gaz à effet. de serre.
Avantages :

C’est une forme de production. d’énergie compatible avec le. développement durable
et la gestion optimale des ressources. naturelles.

Les systèmes de. cogénération servent, non seulement. à réaliser des gains d’énergie
primaire, mais permet également. à diminuer les émissions. de CO2 rejetées dans l’atmosphère.
C’est pour cette raison. que la région Wallonne. a pris la décision de choisir. cette technologie
pour garantir la. réduction de gaz à effet de serre. fixés par le Protocole. de Kyoto.

Le rendement d’une centrale de. production électrique, qu'elle. fonctionne au


combustible. nucléaire, au fioul ou au. charbon, ne dépasse pas les 40%, le reste. de l'énergie
produite étant diffracté dans. l'environnement (cours d'eau, atmosphère) .sous forme de chaleur.
La cogénération. est donc une meilleure. utilisation de l'énergie. primaire contenue. dans le
combustible. Le gain en. énergie primaire par. rapport à des productions. séparées d’électricité
et de chaleur est de. 12 à 30 %.

Limites :

La nécessité d’avoir des. besoins en chaleur est un grand. désavantage, et la récupération


de cette chaleur. n’est avantageuse qu’en cas ou les besoins. en chauffage urbain ou en vapeur
industrielle se. trouvent à proximité et profitable.

Dans la plupart des installations de cogénération, la quantité de chaleur et d’électricité est


toujours fixe et ne peut pas être modifier facilement pour être conforme à l’augmentation ou la
diminution de besoin des ces types d’énergies ce qui rend l’investissement dans une chaudière
d’appoint est essentiel

L’estimation. des prix des énergies d’ici 5 ou 10 ans est très. difficile ce qui rend la
rentabilité. des systèmes de cogénération au niveau économique. dépend des couts de dépense
en combustible, prenant l’exemple de gaz naturel et de pétrole.
Les cycles à vapeur

La puissance électrique est généralement produite par les cycles dits de Rankine.
L’apport d’énergie est donné par la combustion d’un fuel ou bien un processus de fission dans
un réacteur nucléaire. Le cycle à vapeur diffère du cycle a gaz par la présence des phases
liquides et vapeur durant le processus. Le fluide caloporteur étant simple, pure. [1]

• Cycle de Rankine simple


Le fluide étant la vapeur d’eau qui récupère de la chaleur de bouilleur ou chaudière avant
l’entrée à la turbine dont l’état de sortie va vers le condenseur. [1]

Figure 3- cycle de Rankine

• Cycle de Hirn (à surchauffe)

C’est le cycle dont le but essentiel est d’augmenter le rendement thermique en diminuant
l’humidité au niveau de la section de sortie de la turbine. [1]
Figure 4-cycle de Hirn

• Cycles à soutirages

Dans ce genre de cycles, le réchauffage de l’eau de T1 à T2 est réalisé non plus


entièrement dans le bouilleur, mais au moyen de la chaleur qui lui est cédée par des soutirages
de vapeur effectués en différents étages de la turbine. Le mélange se passe dans un séparateur
qui joue le rôle d’un réchauffeur qui chauffe le condensat en le mélangeant avec la vapeur
soutirée de la turbine. [1]

Figure 5-cycle de soutirage


Les turbines :

Une turbine est une machine. tournante qui récupère l’énergie. cinétique d’un fluide pour
mettre en mouvement. un arbre de transmission.

La turbine est constituée :

• D’une partie mobile. incluant un arbre sur lequel. sont fixées les roues à aubes du
compresseur et. de la turbine.

• D’une partie fixe .populairement appelée "carter de. la turbine" et dans. lequel on
retrouve les chambres. de combustion, les déflecteurs. pour bien diriger le fluide sur les
aubes de .la turbine.

La force exercée sur. le fluide, qui est liquide ou gaz, sur les. aubes met l’arbre de
transmission de la turbine en rotation. ce qui affaibli la pression du fluide. au cours de la détente.

Le fonctionnement de. la turbine est idéalement. en continu. Ce type de fonctionnement


réclame,. comme avantage, moins d’entretiens que d’autres. équipements comme le moteur.

1.6.1 Les turbines à vapeur

La turbine à vapeur. nécessite, comme entrée, comme son .nom l’indique, de la vapeur
comme étant un fluide .de propulsion. On injecte à l’entrée de cette. turbine de la vapeur. à haute
pression, ce qui engendre. une série. de détente, à travers les étages. de roues à aubes. en générant
l’énergie mécanique .garantissant la rotation de l’arbre de transmission.

Cette turbine vapeur conviendra. particulièrement bien pour. des puissances pouvant. aller
de 10 MW à 50 MW. Elle nécessite. un grand débit de vapeur à .l’entrée.
Figure 6-turbine à vapeur

1.6.2 Turbine à gaz

La turbine à gaz. fonctionne sur le principe de .la détente d’un fluide. gazeux dans
une turbine issu de la combustion d’un mélange. d’air comprimé au niveau. du compresseur et
de gaz dans une .chambre dite "de combustion".

Le compresseur et la. turbine sont montés sur un arbre qui est la partie mobile. et la partie
fixe est constitué principalement de la chambre de combustion.

Cette turbine possède .une large gamme de puissances électrique. et la qualité de


l’alternateur qui contrôle le rendement électrique qui est à l’ordre de 20% à 25%.

Le rendement thermique peut. être aussi amélioré par. la qualité de l’échangeur,


l’exploitation des différentes sources. de chaleur, la qualité .de la combustion, etc. Un ordre de
grandeur de rendement. thermique se situe entre 55 et 70 %.
Figure 7-Turbine à gaz

Les échangeurs

Pour transmettre la chaleur d’un fluide a un autre on utilise un échangeur afin de transmettre
l’énergie calorique.[4] Le choix dépend de :

• Etude thermique température souhaités, rendement ..


• La nature de fluide
• Domaine d’application
• Encombrement

Le type d’échangeur dépend de type de la surface d’échange tel que :

• Echangeurs tubulaires
• Echangeurs à plaques
• Echangeurs à ailettes
• Echangeur à spiral

Il existe des manières différentes afin de réaliser la circulation au sein de l’échangeur :

• A contre-courant ou à courants opposés. Ce principe permettra un écart de température


important sur l’ensemble de la surface de l’échangeur.
• A co-courant ou courants parallèles l’écart de température reste moins important, les
fluides circulent dans les mêmes sens.
• A courants croisés. Fonctionnement intermédiaire des deux principes ci-dessus.

Figure 8-Echangeur tubulaire de chaleur

Courant alternatif et courant continu :

1.8.1 Introduction :

Vu que notre système de cogénération fonctionne durant seulement 6 heures par jour,
nous sommes obligés de stocker le courant électrique produit dans une batterie sous forme de
courant continue donc nous proposons d’accoupler la turbine par un redresseur qui fournit le
courant continue vers la batterie qui est à son tour liée par un alternateur pour dégager un
courant alternatif.

Une tension alternative passe. régulièrement du positif. vers le négatif tandis. que la tension
continue ne change pas .de signe. Il existe des méthodes. différentes pour convertir .de
l’alternatif en. continu.

Le courant continu est un .courant électrique dans lequel .les électrons circulent dans la
même direction du pole négatif .au positif. Sa propagation se fait à une .vitesse énorme.

Le courant alternatif est. l’autre type de courant. électrique. Les électrons circulent de
manière alternative dans .les deux sens du circuit. La rotation de .l’alternateur engendre un
mouvement de va et vient des électrons, le courant .alternatif est mesuré par sa. fréquence (en
hertz).[5]
Il est à noter que. le transport de l’électricité se .fait avec du courant alternatif car la perte
d’énergie en effet .joule est faible par rapport au. courant continue

Pour utiliser une. pile ou une batterie dans un circuit .on utilise le courant continu par contre le
courant alternatif est utilisé. dans la distribution d’électricité.

1.8.2 La transformation d'une tension alternative :

• Rôle d'un transformateur :

Il sert à modifier la valeur efficace d'une tension alternative pour l’abaisser ou l'élever.

• Description d'un transformateur :


Un transformateur est constitué de 2 bobines de fil de cuivre isolés montées sur une armature
de fer doux.

Le fer doux. est du fer pur, alors que. l’acier est alliage. de fer carbone, fer doux. et l’acier
s’aimantent lorsqu’ils. sont placés dans le champ. magnétique d’une. bobine mais lorsqu’ils. sont
lorsqu'on interrompt .le courant dans la .bobine, le fer doux. cesse d'être aimanté. alors que l'acier
conserve son .aimantation.

Les deux bobines appelés respectivement primaire et secondaires ne possèdent aucune liaison
entre eux.

• Fonctionnement d'un transformateur :


On crée une variable tension dans la bobine en déplaçant un aimant près d’elle car il
produit une variation du champ magnétique, ce qui résulte une tension induite dans la bobine.

Ici, la création d’une tension variable est due au courant variable qui circule dans la bobine
primaire variant le champ magnétique.

Remarque : Le courant continue ne permet pas au transformateur de fonctionner, de même pour


l’alternateur qui ne fournit aucune tension sans le tourner.

Si le primaire est soumis à une tension alternative, le secondaire sera soumis à une tension
alternative de même fréquence.
La tension efficace obtenue au secondaire dépend du nombre de spires des bobines.

• Rapport de transformation

Le rapport de transformation k est le quotient de la tension au secondaire Us et de la tension au


primaire Up : k = Us / Up

Figure 9- bobine de
Figure 10-bobine de
transformateur 2
transformateur 1

1.8.3 Les redresseurs :

Les redresseurs sont des .composants électriques qui .convertissent un courant.


alternatif en courant continu qui .se trouvent dans la plupart des .appareils électriques ou
électroniques domestiques. En effet, la tension fournie. par le secteur est une tension alternative
de 220 Volts alors que la plupart .des appareils d’usage domestique .fonctionnent avec du
. courant continu. Ceux-ci contiennent donc. des redresseurs qui ont pour but de .convertir la
tension de secteur en tension continue.[5]

On distingue ainsi :

o Les redresseurs simple alternance qui. annulent les tensions. négatives ou positives ;
o Les redresseurs double .alternance qui annulent les .tensions négatives en .tension
positives (ou inversement).
Il faut aussi prendre en compte le. fait que certains donnent une .tension continue positive,. alors
que d'autres en fournissent .une négative. Il y a donc deux types .de redresseurs :

o Les redresseurs positifs. redressent les tensions négatives ;


o Les redresseurs négatifs .redressent les tensions positives.
1.8.4 L’alternateur :

L’alternateur est un composant. qui a un rôle de génération de l’électricité. Il est constitué


d’un rotor, qui est, comme son nom l’indique, la partie tournante. (car associé au mouvement)
constitué d’un aimant et le.. stator, qui est constitué d’un enroulement. de fil, en effet, cet
enroulement .présente un circuit dans lequel. va produire le courant électrique.

Son nom « alternateur » est basé sur .sa production du courant .alternatif : les électrons
voyagent dans un sens puis. dans un autre, selon les pôles de l’aimant qui se. présentent devant
la bobine.[5]

Figure 11-Alternateur

En résumé :

Un adaptateur secteur est constitué .d'un transformateur qui abaisse la tension alternative, suivi
d'un pont de diodes qui redresse .cette tension et d'un condensateur qui lisse la tension. redressée.

Figure 12-- la transformation de courant alternatif au courant continue


.Chapitre 2 : Mise en situation et
problématique
Mise en situation

De nos jours, le cout élevé de l’électricité et de gaz demeure un vrai problème dans la
vie courante ce qui rend la recherche des nouvelles méthodes, pour la production de ces deux
formes d’énergie moins couteux, un défi très important.

La cogénération est une solution efficace. pour ce problème à condition de l’investir


correctement et la dimensionner d’une .façon à satisfaire les besoins demandés pour assurer sa
rentabilité. Donc on a essayé de lancer ce projet pour garantir la production de l’énergie
nécessaire tout en assurant un gain économique.

Problématique et objectifs

L’objectif sera de produire l’électricité et l’eau chaude pour le chauffage et la


consommation à une maison de 4 personnes, de durée de consommation de 6 heures par jour.
La température d’entrée est 5 degrés et la température de l’eau souhaitée est 60 degrés.

Ci-dessous un tableau qui résume la consommation journalière selon le profil.

Il est à noter que le profil de consommation prend en considération la surface de logement, le


type d’énergie utilisée et le nombre d’occupants.

Tableau 1-Consommation journalière selon le profil


.Chapitre 3 : Etude thermique
3.1 Introduction :

Le dimensionnement d’une installation. de cogénération consiste à choisir les


équipements capables de. couvrir au maximum les besoins. énergétiques demandés. Le. choix
doit être basé sur le .type de technologie, la puissance électrique. à installer, la connexion. au
réseau électrique et .la période de fonctionnement par jour. Il doit .être décidé aussi si le
dimensionnement se fait selon les .besoins en électricité ou en chaleur. Dans notre cas on
précédera le .dimensionnement selon les besoins électriques.[5]

Une cogénération mal dimensionnée. ne permet pas d’avoir les .performances prévues,
elle n’aura donc ni la rentabilité .énergétique ni économique attendue.

3.2 Système choisi :

Figure 13-système de cogénération choisi

On choisit un système de cogénération équipé d’une turbine à gaz accouplé d’une


chambre de combustion qui est lié à son tour d’un compresseur d’air.
On dispose d’un alternateur pour la génération du courant électrique à partir de la turbine qui
est lié à sa sortie d’échappement à un échangeur pour l’échauffement de l’eau

3.3 Cycle choisi :

Figure 14- cycle choisi

On a une température atmosphérique moyenne en hiver égal à 5°C et une pression de 1


bar. On prend une température de 70°C à la sortie de turbine à gaz pour qu’elle passe dans
l’échangeur pour le chauffage de l’eau.

Dans le compresseur, il est. fourni un travail au gaz. Ce travail. entraîne une augmentation
de la pression et de .la température. La température de gaz. est encore augmentée dans la
chambre. de combustion. Dans la turbine, une partie .de l’énergie du gaz est récupérée .pour
faire tourner le compresseur. L’énergie restante est récupérée .par une détente qui a pour résultat
de faire baisser la température et la pression.[3]
➢ Compression isentropique de 1 à 2 : L’air passe tous d’abord dans un compresseur où il est
comprimé jusqu’à 20 bars (taux de compression de 20:1).
➢ Combustion isobare de 2 à 3 : L’air est chauffé dans une chambre de combustion alimentée
en gaz naturel.
➢ Détente isentropique de 3 à 4 : La détente de gaz à haute température sortant de la chambre
de combustion est effectuée dans la .turbine qui fournit la puissance nécessaire à
l’entrainement. du compresseur et la production d’une énergie mécanique.
➢ Echappement isobare de 4 à 1 : rejette de gaz brulé.

3.4 Calcul de la turbine :

Une fois l’énergie cinétique des gaz est récupérée par la turbine elle sort à partir de la
chambre de combustion ainsi l’énergie mécanique. est récupérés afin d’être utilisé pour la
rotation du compresseur, il est à noter qu’environ ¾ de l’énergie tiré des produits est nécessaire
pour l’alimentation pour le compresseur.[6]

On a T₄ = 70°C = 343 K

o La puissance que la turbine doit fournir pour satisfaire le besoin en électricité :


Ph = 54 kWh/jour
On suppose que notre système fonctionne pendant 6 heures par jour ce qui donne une
puissance de 324 kW/jour.
Prendrons P = 350 kW
o Calcul de T₃ :
On a P₁ = P₄ = 1 bar et P₂ = P₃ = 20 bars
La détente isentropique de la turbine donne :
𝑇₄
𝑇₃ = ɤ−1
𝑃₄
( ) ɤ
𝑃₃

𝑇₃ = 807.4𝐾 = 534.4°𝐶
o Calcul de débit massique :
𝑃
ṁ=
𝐶p. 𝛥𝑇
ṁ = 0.751 𝑘𝑔/𝑠

o Débit volumique :

ύ=
𝜌
ύ = 0.591 𝑚3 /𝑠
Avec : La masse volumique de l’air est égale à 1.269 Kg/mᶟ à 5°C

o Choix :

Tableau 2-Choix de la turbine

Choix Puissance Débit massique


Turbine à gaz 350 kW 0.751 kg/s

3.5 Calcul de compresseur :

Le compresseur sert à augmenter la pression de l’air et d’optimiser le processus de


combustion afin d’extraire la puissance puisque le mélange fuel/air se fait dans un petit volume
ainsi le taux de compression entraine une augmentation de l’efficacité thermique.[6]

Il est à noter qu’il existe deux types de compresseur : axial et centrifuge et chaque
ensemble rotor-stator constitue un étage de compression.

o Taux de compression : 20 :1
o Cp = 1.003 kJ/kg.K
o Cv = 0.717 kJ/kg.K
𝐶𝑝
o ɤ = 𝐶𝑣 = 1.4

o Calcul de T₂ :
La compression isentropique donne :
ɤ−1
𝑃₂ ɤ
𝑇₂ = 𝑇₁ ( )
𝑃₁
𝑇₂ = 381°𝐶

o Travail de compression :
𝑊c = 𝐶p(𝑇₂ − 𝑇₁)

𝑊c = 377.12 𝑘𝐽/𝑘𝑔

o Choix :

Tableau 3-choix du compresseur

Choix Taux de compression Puissance


Compresseur 20 :1 283 kW

• Chambre de combustion :

La brulure de mélange de fuel et d’air se fait dans la chambre de combustion et délivre


à la turbine le gaz résultant a une température élevée afin d’optimiser son fonctionnement.
D’autre part la température des gaz ne doit pas dépasser la température maximale autorisé afin
d’éviter les risques d’endommagement.[6]

o Chaleur fournie :
𝑄c = 𝐶p(𝑇₃ − 𝑇₂)

𝑄c = 153.4 𝑘𝐽/𝑘𝑔

o Chaleur d’échappement :
𝑄f = 𝐶p(𝑇₁ − 𝑇₄)

𝑄f = −65.2 𝑘𝐽/𝐾𝑔

❖ Rendement de cycle :
ⵏ𝑄fⵏ
ŋ=1−( )
𝑄c
3.6 Calcul de l’échangeur :

o On choisit un échangeur de type tubulaire fonctionnant à contre-courant w on procède


les calculs par la méthode de différence de température logarithmique moyenne
(DTLM).

Figure 15-Echangeur à contre-courant

o 𝑃𝑐ℎ𝑎𝑢𝑑 = 𝑃𝑓𝑟𝑜𝑖𝑑
o On a :
𝑇ce = 70°𝐶 ; 𝑇fe = 5°𝐶
𝑇cs = 60°𝐶 ; 𝑇fs 𝑒𝑠𝑡 𝑖𝑛𝑐𝑜𝑛𝑛𝑢𝑒

o Détermination de Tfs :
(𝑇ce − 𝑥). 𝐶𝑝. 𝑃chaud = (𝑇cs − 𝑇fe). 𝐶𝑝. 𝑃froid
(70 − 𝑥)1.003 ∗ 350 = (60 − 5)0.418 ∗ 350
Tfs= 48°𝐶

o Calcul de DTLM :
𝛥𝑇₁ − 𝛥𝑇₂
𝐷𝑇𝐿𝑀 =
𝛥𝑇₁
𝐿𝑛 𝛥𝑇₂
Avec :
• 𝛥𝑇₁ = 70 − 48 = 22°𝐶
• 𝛥𝑇₂ = 60 − 5 = 55°𝐶
22 − 55
𝐷𝑇𝐿𝑀 =
22
𝐿𝑛
55
𝐷𝑇𝐿𝑀 = 36°𝐶

o La chaleur d’échange est la chaleur d’échappement de la turbine.

𝑄e = 𝑞𝑚. ⵏ𝑄𝑓ⵏ
𝑄e = 48.9 𝑘𝑊

o Surface d’échange :
On a: 𝑄e = 𝑈. 𝑆. 𝐷𝑇𝐿𝑀

Tableau 4-coefficients global de transfert

On prend le coefficient global de transfert U égal à 10 W/m².K


Ce qui donne :
𝑄e
𝑆=
𝑈. 𝐷𝑇𝐿𝑀
𝑆 = 15.8 𝑚²

o Longueur des tubes :


On prend :
• Diamètre extérieur : D = 120 mm
• Diamètre intérieur : d = 100 mm
𝑆 = 𝜋. 𝑑. 𝐿
𝑆
𝐿=
𝜋. 𝑑
𝐿 = 50.4 𝑚

3.7 Conclusion :

Le dimensionnement se décompose en deux catégories : soit un dimensionnement


complet suite à un appel d’offre, soit un dimensionnement interférant avec les fabricants pour
le choix des équipements, Notre cas était un résultat d’un cahier des charges qui présentent des
besoins qu’on a essayé de les satisfaire au cours de dimensionnement de l’installation.

Pour mieux expliquer notre travail, on a estimé le besoin en électricité par jour pour
pouvoir choisir la puissance de la turbine à gaz, ce qu’on a permis de calculer la température de
la sortie de chambre de combustion, puis on a choisi un taux de compression pour le choix de
compresseur et le calcul de la température d’entré à la chambre de combustion. Finalement en
se basant sur la chaleur d’échappement de la turbine, on a dimensionné la surface d’échange et
la longueur des tubes de l’échangeur thermique.
.Chapitre 4 : Conclusion et
perspectives
Ce projet de fin d’année nous a permis de mettre en application les connaissances
acquises pendant notre formation d’ingénieur à l’école. En effet, la méthodologie que nous
avons suivie pour accomplir notre mission nous a permis de dimensionner correctement
l’installation de cogénération et de valider les solutions retenues tel que la turbine à gaz, le
compresseur, la chambre de combustion et l’échangeur de chaleur pour assurer des résultats
conformes avec les demandes du cahier des charges surtout en électricité.

Ce projet était également un bon exercice d’application de quelques démarches de calcul


et de dimensionnement des machines, prenant l’exemple de DTLM, ce qui nous a servi à bien
amélioré nos connaissances dans ce domaine

Les problématiques que nous avons pu résoudre, pour répondre fidèlement au besoin
final, s’articulent autour des points suivants :

- Le choix d’un compresseur,

- Le choix d’une chambre de combustion qui fournit la chaleur nécessaire pour la turbine,

- Le choix d’une turbine à gaz adéquate au besoin en électricité demandé,

- Le dimensionnement d’un échangeur thermique qui assure le transfert de chaleur nécessaire


pour le chauffage de l’eau.

L’avantage de la .cogénération est aussi économique .car une installation de


cogénération correctement .dimensionnée permet à l’utilisateur. de diminuer sa dépense
énergétique globale. Le gain sur la facture .électrique sera plus important que. l'augmentation
de la facture d'achat .en combustible et d'entretiens.

D’une part, la cogénération .permet de produire 1 kWh d'électricité avec .un peu plus de
1 kWh de gaz naturel. L'intérêt .économique est important, car les coûts. sont totalement
différents. D’autre part, la .cogénération permet de réduire les investissements .dans les
infrastructures de. réseau. Ainsi, elle permet d’optimiser le système .de production électrique en
tenant .compte de la localisation des .besoins et des coûts globaux de production, transport, et
distribution.
Une étude économique peut être faite ultérieurement sur la rentabilité de l’installation
en se basant sur les couts des équipements utilisés tel que le compresseur, la chambre de
combustion, la turbine et l’échangeur thermique sans oublier que La rentabilité d’une
installation de cogénération dépend de son adéquation aux besoins du bâtiment concerné ce qui
est le cas de notre projet dont on a dimensionné selon les nécessités demandés dans le cahier
des charges ce qui résulte un bon gain annuel.
Références bibliographiques :
[1] L.Ammar : Thermodynamique pour l’ingénieur ; 978-9973376169 ; 2010

[2] Claude LEVY. Les techniques de cogénération Technique de l’ingénieur : Traité de génie
énergétique ; 2012 ; B8910

[3] Claude LEVY et Jean-Pierre TABET : Cogénération en génie climatique (Aspects


techniques). Technique d’ingénieurs : Traité de génie énergétique ; 2012 ; BE934

[4] Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) : Article Gaz naturel :
compteur en m3, facturation en kWh ; 2013.

[5] Méziane Boudellal - Technology & Engineering - 2010 - 300 pages.

[6] Gérald Senden - La gestion de l'énergie dans l'entreprise – 2008.

Vous aimerez peut-être aussi