Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre n°1 : Le contacteur

1. Fonction
- Le contacteur est un appareil électrotechnique permettant de commander à distance un récepteur
de puissance : il est capable d’établir, de supporter et d’interrompre des courants dans les conditions
normales du circuit, y compris les conditions de surcharge.
2. Constitution
- Le contacteur est constitué principalement par :
 Un électroaimant formé d’une bobine qui peut être alimentée en courant continu ou en courant
alternatif et d’un noyau magnétique généralement feuilleté (constitué par des tôles de fer à
faibles pertes). L’électro-aimant attire une palette mobile lorsqu’il est alimenté.
 Des contacts principaux à fermeture (ouverts au repos NO : « Normally Open » (Normalement
ouverts)) qui, possédant un pouvoir de coupure important, servent d’interrupteurs dans les
circuits de puissance.
 Des contacts auxiliaires à ouverture (fermés au repos NC : « Normally Closed » (Normalement
fermés)) qui interviennent dans le circuit de commande et agissent sur des intensités plus
faibles. Ces contacts peuvent être instantanés ou temporisés, ils sont destinés à assurer : l’auto-
alimentation des bobines des contacteurs, la signalisation visuelle, les alarmes sonores, les
verrouillages électriques entre contacteurs…
Remarque :
1) La bobine et les contacts auxiliaires se branchent toujours dans le circuit de commande tandis
que les contacts de puissance, appelés aussi pôles, se raccordent toujours dans le circuit de
puissance.
2) En général, les contacteurs peuvent recevoir en plus des contacts auxiliaires additifs (instantanés
ou temporisés).
3) Dans certains montages, si deux contacteurs s’excitent en même temps, la fermeture de leurs
contacts de puissance crée un court-circuit dans le circuit de puissance. C’est pourquoi, il faut
rendre impossible la fermeture simultanée des contacts (de puissance) des deux contacteurs, cette
action s’appelle : « verrouillage ». On distingue le verrouillage électrique assuré par les contacts
auxiliaires et le verrouillage mécanique.
4) les bornes du contacteur sont repérées par des chiffres : un seul chiffre pour les bornes des
contacts de puissance ( impair pour les bornes supérieures et pair pour les bornes inférieures) et
deux chiffres pour les bornes des contacts auxiliaires ( le chiffre des unités indique le type de

1
contact : 1-2 pour les contacts (NC), 3-4 pour les contacts (NO), 5-6 et 7-8 pour les contacts
temporisés. Le chiffre des dizaines permet d’identifier chaque contact).

3. Symbole
- Dans les schémas électriques, les symboles des contacteurs tripolaire et tétrapolaire sont :

- On donne ci-dessous un exemple de contacteur « Télémécanique » (utilisé en travaux pratiques) :

4. Caractéristiques d’un contacteur


- Le contacteur est caractérisé principalement par :
 La tension assigné d’emploi : C’est la tension maximale d’utilisation (exemple : 230V, 440V).

2
 Le courant assigné d’emploi : C’est le courant pour lequel le contacteur est prévu. Il est défini
par le constructeur et il tient compte de la tension, de la fréquence et de la catégorie d’emploi.
 Le pouvoir assigné de fermeture : C’est le courant que le contacteur peut établir sans qu’il ait
soudure des contacts.
 Le pouvoir assigné de coupure : C’est le courant que le contacteur peut couper sans qu’il y ait
détérioration excessive des contacts.
 L’endurance électrique : Il s’agit de la durée de vie de contacteur, elle correspond concrètement
au nombre de cycle de manœuvres (ouverture- fermeture) que le contacteur est capable
d’effectuer sans avoir à être remplacé.
 Le facteur de marche (m) : C’est le rapport de la durée 𝜟𝒕 d’enclenchement (passage du
courant) pendant un cycle de manœuvre et la durée T du cycle. Il est exprimé en % :
𝒎(%) = 𝟏𝟎𝟎 × (𝜟𝒕/𝑻)
 La catégorie d’emploi. (Les différentes catégories sont traitées dans le paragraphe suivant).

5. Catégories d’emplois & Choix d’un contacteur


- Les catégories d’emploi définissent les conditions d’utilisation des contacteurs. Elles fixent les
valeurs du courant que le contacteur peut établir et couper.
- On distingue des catégories d’emploi en courant alternatif (AC1, AC2, AC3 et AC4) et les
catégories d’emploi en courant continu (DC1, DC2, DC3, DC4 et DC5).
- Les catégories d’emploi dépendent de la nature du récepteur et des conditions de fonctionnement.
- On s’intéresse dans ce cours aux catégories d’emploi en courant alternatif.
5.1. Catégorie AC1
- Etablissement et coupure à la valeur du courant d’emploi.
- La catégorie AC1 concerne tous les récepteurs non (ou peu) inductif (facteur de puissance 𝒄𝒐𝒔 𝝋
est supérieur à 0,95).
- Le choix d’un contacteur selon la catégorie AC1 peut être effectué connaissant la tension d’emploi
et la puissance maximale d’emploi ou connaissant le courant coupé (qui est égal au courant
d’emploi : 𝒊𝒄 = 𝒊𝒆 ) et la durée de vie souhaitée (nombre de millions de cycles de manœuvres).
5.2. Catégorie AC3
- La catégorie AC3 concerne aussi bien le moteur asynchrone à rotor en court-circuit (moteur à
cage d’écureuil) que le moteur asynchrone à rotor bobiné (moteur à bagues).
- La coupure se fait à la valeur du courant d’emploi : On dit que c’est une coupure « moteur
lancé » 𝑰𝒄 = 𝑰𝒆 .

3
- De même, le choix d’un contacteur selon la catégorie AC3 peut être effectué ou bien en fonction
de la tension d’emploi et de la puissance normalisée du moteur ou bien en fonction de l’intensité
coupée, de la tension d’emploi et de la durée de vie électrique souhaitée.
5.3. Catégorie AC2 et AC4
- Les catégories AC2 et AC4 concernant les contacteurs actionnés pendant les régimes sévères :
démarrage, freinage… On dit que c’est une coupure « moteur calé ».
- La catégorie AC2 concerne les moteurs asynchrones triphasés à rotor bobiné. La catégorie AC4
concerne les moteurs asynchrones triphasés à rotor en court-circuit.
- Le choix d’un contacteur selon les catégories AC2 ou AC4 peut être effectué ou bien :
 en fonction de la fréquence maximale de cycles de manœuvres et du facteur de marche et
du courant coupé.
 en fonction du courant coupé et de la durée de vie souhaitée du contacteur.
- Le courant coupé Ic peut être égal au courant de démarrage Id.
5.4. Choix de la bobine
- La bobine joue un rôle primordial dans le fonctionnement du contacteur, sa référence doit figurer
dans la référence du contacteur choisi.
- Suivant sa référence, la bobine peut fonctionner en courant continu ou en courant alternatif.
- La référence de la bobine peut être saisie à partir des tableaux fournis par le constructeur, elle doit
être ajoutée à la référence du contacteur déterminée au préalable.
6. Le relais auxiliaire
- Le relais auxiliaire est utilisé dans la partie commande des circuits.
- Il est utilisé pour réaliser des commandes plus complexes.
- Tout comme le contacteur, on peut lui ajouter des blocs de contacts auxiliaires temporisés ou
instantanés.
- Il est repéré sur les schémas électriques par les deux lettres « KA ».
- Le contacteur auxiliaire est constitué par un circuit principal (contacts différents selon les
modèles) et par un électroaimant (bobine). Les modèles peuvent avoir 4 ou 5 contacts soit tous NO
ou NC ou les deux associés.