Vous êtes sur la page 1sur 12

Chapitre 2 : Fonction de production

I. Présentation de la fonction production

1.1 Définitions et objectifs de la fonction de production

1.1.1 Définition et caractéristique de la production

a. Définition

Production : La production peut être définie comme l’acte de création d’un bien économique qu’il soit
matériel ou immatériel, entrainant la participation d’un ou plusieurs facteur de production. Cette
création nécessite de l’énergie des outils des machines des connaissances techniques etc…

Processus : combinaison de facteurs de production (travail, capital…), ressources naturelles, biens


intermédiaires transformée en produits finis destinés à être vendu sur les marchés de l’entreprise

Le processus de production

Unité de transformation
 Physique dans l’industrie
o Exemple : une tôle de métal devient portière de voiture
 Spatiale ou temporelle dans le commerce
o Exemple : boite de conserve produite dans l’usine (spatiale), boite stockée jusqu’à sa
vente (temporelle)
 Intellectuelles dans les services :
o Exemple : un architecte pense et crée

Types de produits
 Bien fini : Destiné au consommateur final
 Bien semi-fini : Produits intermédiaires destinés à être utilisés lors d’opérations futures

b. Les relations avec les autres fonctions de l’entreprise

Le rôle de cette fonction à tendance à se focaliser sur la notion de « capacité de production ».

La fonction de production apparaît comme le pivot de toutes les autres fonction :


 Elle gère et synthétise les flux d’informations et matières
 Pour organiser les flux physiques de fabrication
 Qui seront à leur tour la source des flux financiers rémunérateurs
Chapitre 2 : Fonction de production

La fonction de production, pivot de l’organisation

 La fonction de production de l’entreprise dépend un degré plus ou moins significatif de toutes


les autres fonctions mais elle influence également l’ensemble de toutes les fonctions de
l’entreprise
 La fonction de direction va fixer les objectifs généraux de la production en fonction des
objectifs stratégique de l’entreprise et en tenant compte des contraintes techniques.
 La réalisation des objectifs de production va impliquer un besoin éventuel d’investissement
(Fonction Finance), un besoin de personnel (Fonction RH), besoin d’information (Fonction
R&D), de plus les caractéristiques et la nature des produits fabriqués vont également tenir
compte des besoins actuels ou potentiels des clients.

1.1.2 Objectifs de la fonction de productions

Les objectifs généraux de la fonction de production (4 objectifs)

1.1.2.1 La qualité

Les produits fabriqués doivent être conforme à plusieurs choses :

 Besoin des clients


 Recommandation technique définie par le bureau d’étude ou encore par le bureau des
méthodes de l’entreprise.
 Au décision des organismes officiels relevant de la puissance publique ou d’autorité
professionnelle (Pour les produits alimentaires appellation BIO : Les produit doivent respecter
certaine norme et mettre ou enlever des produits pour pouvoir obtenir cette appellation de
produit BIO).

Une qualité est relative et se voit par une comparaison avec celle des B&S fournis par les concurrents.
Chapitre 2 : Fonction de production

La recherche de la qualité est donc un processus constant qui mobilise l’ensemble des acteurs de
l’entreprise, l’amélioration de la qualité va passer aussi bien par la formation du personnel,
l’investissement dans des équipement plus performant, et la recherche constante d’une meilleur
organisation, une meilleur production.

1.1.2.2 Le respect des Délais


Les délais qui importent vraiment pour l’entreprise sont ceux supporté au final par les clients, c’est ce
qu’on appelle délais de livraison, or le respect de délais de ces livraisons est dépendant de deux grands
types de contrainte.

 Des contraintes internes :


o Des respects des délais de livraison est lié à l’importance des délais de fabrication des
produits ainsi qu’à la technologie utilisée.
o Le délais va dépendre aussi de la qualité et de la quantité de la main d’œuvre.
o Dépend des ressources financières disponibles pour recruter ou mieux
o former le personnel et indemniser les clients en cas de non-respect des délais).

 Des contraintes externes :


o dépend surtout de la qualité des transporteurs et des fournisseurs
o sur le marché de produit de grande consommation, voir saisonnier, les délais d’attente
des consommateur sont très cours
o la tenue des délais fait partie de la qualité du service à l’image de l’entreprise

Évaluer la capacité à tenir les délais :

 Nombre de ruptures de stocks


 % de livraison à temps ( entreprise travaillant sur commande )

1.1.2.3 Minimisation des couts


Soucis constant des responsable de la production, difficiles à maitriser car ils comprennent :
 Des couts en K (amortissement, coûts financiers => logique comptable )
 Des coûts d’exploitation (liés au volume d’activité )
Le calcul des couts de production pose des problèmes qui relèvent de la comptabilité analytique et de
la classification des couts que l’entreprise aura obtenu. Pour être correctement apprécié les couts
peuvent êtres selon deux grands critères :
 L’affectibilité (la répartition entre les couts directe et les couts indirectes)
o Possibilité de trouver une règle pour affecter une charge à un objet
o Si règle facilement trouvable et à un coût économiquement acceptable => charge
directe
o Sinon => charge indirecte
o Pour répartir les couts indirecte, on utilise une clef de répartition arbitraire qui modifie
le coût de revient des produits !
 La variabilité (répartition entre les couts variables et les couts fixes)
o Possibilité de mettre en relation le coût d’un objet à un inducteur de coût
o Si variation => charge variable / Sinon => charge fixe
Chapitre 2 : Fonction de production

 Exemple : cout d’un smartphone


Il existe différents types de coûts  :
 Coût de qualité : charges de gestion de la qualité à tous les niveaux de l’entreprise
o Exemple : contrôle des produits, reprise des malfaçons..
 Coûts cachés : provoqués par un élément dont les charges ne sont pas isolées ou pas pris en
compte.
o Exemple : non-qualité (rebuts, malfaçons…), dégradation de l’image

D’autres coûts ne sont pas maîtrisable  :


 Coûts irréversible : coûts sur lesquels il n’est pas permis de revenir
o Exemple : construction d’une usine non revendable

 Coûts externe : transfères à l’entreprise par des tiers

Minimiser les coûts peut permettre de gagner des clients (voir Porter)

La flexibilité : Elle implique


pour la production qu’elle
réagisse le plus rapidement
1.1.2.4 La flexibilité
Elle implique pour la production qu’elle réagisse le plus rapidement possible au modification
d’activité et à l’introduction de nouveau produit et service.
Comment être plus rapide ?
 La flexibilité peut être assuré en général soit par un équipement plus important que nécessaire
(excédentaire)
 soit elle va être assuré par un équipement plus productif.
 Polyvalence du personnel grâce à la formation continue qu’il reçoit, l’apprentissage et
l’expérience qu’il accumule.

L’ensemble de ces quatre grands objectifs est interdépendant. Minimiser des couts ne doit pas se
faire au détriment de la qualité, si le respect des délais de livraison doit passer par une flexibilité
minimum du personnel.

1.1.3 Contenu

1. La direction de production
Reliées à la DG, elle doit traduire les objectifs globaux en objectifs de production et coordonner/
contrôler toutes l’activité de fabrication. Ses décisions sont stratégiques.

2. Les servies opérationnelles


Leurs fonction essentielles sont de fabriquer et livrer :
Chapitre 2 : Fonction de production

 La fabrication et l’assemblage : il doit assurer la production demandée en respectant les délais


 L’expédition : doit assurer la préparation et la livraison des commande en respectant les délais
et les qualité
3. Les services fonctionnelles
Ils jouent un rôle de pilotage et d’assistance. Définissent les politiques en matière
d’approvisionnement, de lancement de nouveaux produits en fonction des informations internes et
externes

 Bureau d’étude : concrétise le développement (nature du produit) après la recherche. Il


définit, à partir de prototypes, les moyens ou besoins de production, de matières et pièces
nécessaires pour fabriquer le produit à grande échelle. Il élabore les nomenclatures : liste des
pièces composant le produit.
 Bureau des méthodes : recherche comment fabriquer les produits à moindre coût en
optimisant matières premières, main d’œuvre, mode opérationnel, postes de travail.
 Bureau d’ordonnancement : prépare la fabrication pour coordonner au mieux les moyens et
les matières en évitant attentes et ruptures
o 4 questions : Quand lancer la fabrication ? Par qui ? Où ? En combien de temps ?

 Contrôle des fabrications : contrôle conformité et qualité. Le contrôle porte également sur la
quantités de facteur prévu et les quantités utilisées.
 Gestion des stocks : assurer la continuité du processus de production (matières premières,
produit semi-finis) et du système de commercialisation (produit finis).
o 3 questions : Quoi stocker ? Où ? A qui sont destinés les stocks ?

1.2 Classification des systèmes de production

Le système de production peut être compris comme l’ensemble des éléments interdépendants et
indispensables à la production. Ces éléments sont : matières, équipements, processus opératoires,
opérateurs…

1.2.1 Selon le processus technique

1.2.1.1 La production continue

Producon connue :
fabrication par flux.
Production continue = Production par flux

Les opérations techniques sont insécables (on ne peut interrompre leur succession). La production suit
toujours les mêmes étapes, dans le même ordre et de façon linéaire.
Chapitre 2 : Fonction de production

Remarque 1 : Les machines et installations sont dédiées au produit à fabriquer ce qui ne permet pas
une
grande flexibilité.
Remarque 2 : Pour éviter les goulots d’étranglement, l’équilibrage de la production doit être soigné.
Remarque 3 : Les opérateurs sont peu nombreux et non spécialisés.
o Exemple : Les industries du verre
Remarque 4 : Automatisation poussée des processus de production et systèmes de manutention.
o Exemple : production à grande échelle

En général, le système de production très automatisé, car il a besoin :


 D’obtenir des coûts de reviens bas
 De maintenir un niveau de qualité élevé et stable
 De n’avoir que peu d’en-cours et de garder une circulation rapide des produits

1.2.1.2 La production discontinue

Production discontinue = fabrication par lot

Producon disconnue :
fabrication par lot.
Plusieurs étages se succèdent, le processus peut être interrompu. Il existe plusieurs chemins possibles
de réalisation du produit en fonction des variantes désirées. Les moyens de fabrications sont organisés
par fonction, rôle.

 Les machines ou installations sont capables de réaliser un grand nombre de travaux donc
grande flexibilité.
o Exemple : entreprises mécaniques
 Aujourd’hui, on peut faire un lot et demain un lot de produits différents

1.2.2 Selon la quantité produite

1.2.2.1 La production unitaire

Producon unitaire (par


projet) : on fabrique qu’un
Chapitre 2 : Fonction de production

produit ou service à la fois


pour
Production unitaire (par projet) : On fabrique qu’un produit ou service à la fois pour lequel soit
l’unicité est implicite soit les équipements nécessaires sont tellement importants qu’on ne peut en
fabriquer qu’un seul à la fois.

 Le produit est directement livré au client sans stockage.


 Le processus de production est souvent spécifique.
 Le principe est d’enchaîner toutes les opérations conduisant à l’aboutissement du projet en
minimisant les temps morts afin de livrer avec un délai minimal.

1.2.2.2 La production par Petite et Moyenne séries

machines parfois crées pour la


circonstance
Machine parfois créée pour la circonstance mais restent adaptables. La caractéristique principale reste
la fabrication de plusieurs produits sur une même machine. Le personnel est plus limité mais il se doit
d’être plus polyvalent.

1.2.2.3 La production par grandes séries

Production « de masse » de lots importants nécessitant des investissements importants, et des
machines et du personnelle spécialisé

1.2.3 Selon la relation avec le client

1.2.3.1 La production sur stocks

Le besoin du client est satisfait en puisant dans les stocks de produits finis préalablement constitués à
partir des prévisions de ventes.
Risques :
 Financier : coût du stock élevé
 De rupture du cycle : client insatisfait
o Exemple : « on n’a plus le modèle/ taille »
Production à la commande comme solution

1.2.3.2 La production sur commande

La production ne démarre que si une demande ferme apparaît.


o Exemple : Macdo
Chapitre 2 : Fonction de production

Le cycle de gestion est unique et continue.


o Exemple : l’industrie automobile

II. Décision et fonction de production

2.1 Les choix stratégiques

2.1.1 Faire ou Faire faire ?

Trois choix de production :

Intégration : intéressant si avantage compétitifs ou si volonté d’indépendance.


Sous-traiter : intéressant si d’autres sont capables de fabriquer à qualité au moins égale et à moindre
coût (relation avec des entreprises de manière régulière).
Laisser-faire : intéressant si coûts de transaction faible. On commande les pièces à partir du catalogue
fournisseur.

2.1.2 La localisation des sites de production

1. Rôle des facteurs de production


Disponibilité des matières premières : pour avoir un approvisionnement sûr et réguliers et limiter les
coûts de transport
o Exemple : Smoby dans le Jura pour les jouets en bois, maintenant les jouets ne sont plus en
bois

Disponibilité de la main d’œuvre : si facteur qui pèse, mieux vaut délocaliser… mais y a-t’il les
compétence ?
o Exemple : Nathan délocalise en Chine, mais revient en car les salariés Français sont plus
compétent

2. Proximité des marchés et partenaires


Marchés : suivre les tendances, réduire les coûts de transport, conservation et contourner les barrières
douanières
o Exemple : Toyota, Honda, Nissan, Mazda veulent produire en Europe et non exporter au
Japon.

Partenaires : facilite échanges est collaborations pour développer des synergies


o Exemple : Minatec à Grenoble, Silicon Valley en Californie

3. Rôle des infrastructures (voies de communication…)


Elles font gagner du temps et créent et un effet réseau
o Exemple : Pôle de compétitivité, La Pardieu

4. L’environnement politique/culturel
Chapitre 2 : Fonction de production

Stabilité politique, culture et valeur favorables à l’entreprise, fiscalité


o Exemple : La France fait fuir à cause de sa fiscalité et sa « culture anti-entreprise »… mais
stabilité politique. Par contre sa fiscalité attire les starts up.
2.2 Les choix liés aux étapes de la productions

2.2.1 Les achats

Approvisionnement = Achat + logistique en amont

On définit les spécification du produit, on cherche les fournisseurs potentiels, on compare les
fournisseurs, on choisit les fournisseurs et on contrôle.

2.2.2 La logistique

Logistique : fonction de
l’entreprise qui vise à assurer,
dans les meilleures conditions,
le
Logistique : fonction de l’entreprise qui vise à assurer, dans les meilleures conditions, le transport, la
transformation et le stockage des produits en vue de la satisfaction des clients.

Elle ouvre des aspects liés à l’approvisionnement, la production et la distribution. Elle assure le bon
écoulement des flux physiques de l’entreprise, tout cela en évitant le plus de stock possible, les files
d’attente et les temps d’inactivité des machines

 Mission : traiter les flux de l’entreprise le plus efficacement possible

1) Objectifs antagonistes

 Toujours servir le client, diminuer les stocks


 Éviter les files d’attentes/ goulets d’ étranglement/temps d’inactivité, tout en limitant les
stocks

On distingue 3 types de stocks (selon la nature des produits) :


 Stock de matières premières
 Stock d’encours
 Stock de produits finis

Autres rôles :
 Économique : une grande quantité achetée à un fournisseur = baisse des coûts
Chapitre 2 : Fonction de production

 Commercial : rapport avec le client car baisse des délais de livraison


 Financier : entreprise peut essayer de se prémunir contre l’augmentation importante des prix

2) Le coût des stocks

 Avoir beaucoup de stock  : réduit les coûts de livraision, satisfait rapidement le client… mais
coûte
 Avoir peu : coûte peu (pas besoin de locaux)… mais accroit le cout de livraison/ d’achat et les
clients mécontents

Le coût de possession croit avec le volume. Le coût de passation des commandes décroit en fonction
du volume en stock.

 Utile de les réunir sur un même graphique pour appréhender les stocks

3) Le juste-à-temps

Méthode de production à flux tendu avec objectif de minimisation des stocks.

But : à améliorer le cout de production d’une entreprise en réduisant les stocks d’encours

Se base sur les « 5 zéros » :


o zéro stock,
o zéro panne
o zéro délai
o zéro défaut
o zéro papie

Objectifs :
 Réduire les coûts et délais en utilisant technique de flux tendu (sans attente ni stock)
 Améliorer la qualité
 Améliore significativement le retour sur investissement et la qualité et productivité

4) La méthode ABC
Chapitre 2 : Fonction de production

La méthode ABC se base sur la loi de Pareto (loi des 80/20).

Formulation  : Stipule que 80% d’un résultat est le résultat de 20% de ses causes : en se concentrant
sur
les 20% de cause les plus importants, on va pouvoir réduire 80% du phénomène étudié.

La méthode ABC permet de représenter graphiquement la courbe ABC.


 Zone A : 0 – 80% (les ressources représentant 70 à 80% du CA)
 Zone B : 80 – 95% (les ressources contribuant entre 10 à 15% au CA)
 Zone C : 95 – 100% (les autres ressources, beaucoup de produit et peu de CA)

2.2.3 La qualité

La qualité désigne l’aptitude d’un produit ou d’un service à satisfaire l’utilisateur, la qualité n’est pas
une composante intrinsèque d’un produit mais plutôt une relation entre le produit et l’utilisateur, c’est
la raison pour laquelle, la qualité doit reposer sur la connaissance du marché et sur le respect absolu du
client plutôt que sur l’opinion du producteur du bureau d’étude. La qualité du processus de réalisation
du produit, celle atteinte au stades intermédiaires de la réalisation.

 Trouver la cause de la non-qualité

Les couts de la non qualité désigne l’ensemble des couts supporté par une entreprise à cause d’une
qualité insuffisante.

 Les cinq « pourquoi »


Les cinq « pourquoi » sont une méthodologie utilisé en entreprise pour trouver les causes
d’un problème, elle consiste à :
1. Énoncer un problème sous la forme « Pourquoi les objectifs ne sont pas atteints »
2. Cela consiste à trouve une réponse et à la reformuler en question commençant par « pourquoi
»
3. Cela consiste à recommencer cinq fois

 Le diagramme d’Ishikawa

C’est un outils d’aide à la décision pour soit corriger un fait existant , soit mettre en place un projet.
Dans ce diagramme, ses causes sont réparties dans cinq catégories appelées « 5 » M :

 1M : La matière (matière première)


 2M : Le matériel (Les machines, l’équipement, matériel informatique, logiciel)
 3M : Les méthodes (Mode opératoires et la recherche et développement)
 4M : La main d’œuvre (ressource humaine)
 5M : Le milieu (environnement ou contexte dans lequel se situe l’entreprise)
Chapitre 2 : Fonction de production

 La méthode PDCA (Plan Do Check Act) (Du à un statisticien Edward DEMING)

Cette méthode comporte quatre étapes chacune entrainant l’autre et vise à établir un cercle vertueux,
ça mise en place dans l’entreprise doit permettre d’améliorer sans cesse la qualité des produits ou des
services proposés.

 Première étape (Plan) consiste à planifier la réalisation, notamment l’écriture du cahier des
charges et l’établissement du planning
 Deuxième étape (Do) est la construction, la réalisation, la mise en œuvre
 Troisième étape (Check) consiste à contrôler le travail, celui-ci doit bien correspondre à ce qui
était prévus lors de la première étape. Utilisation de moyen de contrôle divers tel que des
indicateurs de performances.
 Quatrième étape (Act) consiste à rechercher les points d’amélioration

Vous aimerez peut-être aussi