Vous êtes sur la page 1sur 14

Modèle de données.

Comme son nom l'indique, un modèle de données permet de modéliser la


présentation des tables de base de données pour les rendre compréhensibles par l'être humain.
Dans Salesforce, nous considérons les tables de base de données comme des objets, les colonnes
comme des champs et les lignes comme des enregistrements.

Les objets standard selon les objets inclus avec Salesforce. Les objets métiers courants tels
que Compte, Contact, Piste et Opportunité sont tous des objets standard.

Les objets personnalisés sont les objets que vous créez pour stocker des informations
spécifiques à votre société ou secteur d'activité. Pour DreamHouse, D’Angelo souhaite
élaborer un objet personnalisé Propriété qui stocke des informations sur les maisons que sa
société met en vente.

Les objets sont les conteneurs de vos informations, mais ils offrent également des
fonctionnalités spéciales. Par exemple, lorsque vous créez un objet personnalisé, la plate-
forme crée automatiquement des éléments tels que la présentation de page pour l'interface
utilisateur.

Relations de référence
Dans notre exemple Compte-Contact ci-dessus, la relation entre les deux objets est
une relation de référence. Une relation de référence relie principalement deux objets, ce qui
permet de « référencer » un objet depuis les éléments associés d'un autre objet.

Les relations de référence peuvent être un-à-un et un-à-plusieurs. La relation Compte à


Contact est de type un-à-plusieurs, car un seul compte peut avoir plusieurs contacts associés.
Dans notre scénario DreamHouse, vous pouvez créer une relation un-à-un entre l'objet
Propriété et un objet Vendeur de maison.

Relations principal-détails
Alors que les relations de référence sont relativement simples, les relations principal-
détails sont plus étroites. Dans ce type de relation, un objet est principal (maître) et un autre
est détail (subordonné). L'objet principal contrôle certains comportements de l'objet de détail,
par exemple qui peut afficher les données de l'objet de détail.

Supposons qu'un propriétaire souhaite retirer sa maison du marché. DreamHouse ne souhaite


pas conserver les offres reçues pour cette propriété. Avec une relation principal-détails entre
Propriété et Offre, vous pouvez supprimer du système la propriété et toutes les offres
associées.

Dans une relation principal-détails, l'objet de détail n'est pas autonome. Il est hautement
dépendant du principal. En effet, si un enregistrement de l'objet principal est supprimé, tous
les enregistrements de détail associés sont également supprimés. Lorsque vous créez des
relations principal-détails, vous créez toujours le champ de relation dans l'objet de détail.

Salesforce offre deux méthodes principales d'importation de données.


 Assistant d'importation de données : accessible via le menu Configuration, cet outil
permet d'importer les données d'objets standard courants, tels que des contacts, des
pistes, des comptes, ainsi que les données d'objets personnalisés. Il peut importer
jusqu'à 50 000 enregistrements à la fois. Il fournit une interface simple dans laquelle
vous spécifiez les paramètres de configuration, les sources de données, ainsi que les
mappages de champs qui mappent les noms de champ de votre fichier d'importation
avec ceux de Salesforce.
 Data Loader : cette application cliente peut importer jusqu'à cinq millions
d'enregistrements à la fois, quel que soit le type de données, aussi bien à partir de
fichiers que d'une connexion à une base de données. Il peut être exécuté via l'interface
utilisateur ou la ligne de commande. Dans le cas d'utilisation ci-dessous, vous devez
spécifier des sources de données, des mappages de champ et d'autres paramètres dans
des fichiers de configuration. Vous pouvez ainsi automatiser le processus
d'importation, en utilisant des appels d'API.

Utilisez l'assistant d'importation de données quand :

 Vous devez charger moins de 50 000 enregistrements.


 Les objets que vous devez importer sont pris en charge par l'assistant.
 L'automatisation du processus d'importation n'est pas requise.

Utilisez Data Loader quand :

 Vous devez transférer entre 50 000 et 5 000 000 d'enregistrements. Si vous devez charger plus
de 5 millions d’enregistrements, nous vous recommandons de travailler avec un partenaire
Salesforce ou de rechercher un produit partenaire adapté dans App Exchange.
 Vous devez procéder au chargement dans un objet non pris en charge par l'assistant
d'importation de données.
 Vous souhaitez planifier des chargements de données réguliers, par exemple des importations
de nuit.

Salesforce offre deux méthodes principales d'exportation de données.

 Assistant d'exportation de données : cet assistant intégré au navigateur est accessible


via le menu Configuration. Il permet d'exporter manuellement des données tous les 7
jours (exportation hebdomadaire) ou tous les 29 jours (exportation mensuelle). Vous
pouvez également exporter automatiquement des données à une fréquence
hebdomadaire ou mensuelle. Les exportations hebdomadaires sont disponibles dans
les éditions Enterprise, Performance et Unlimited. Dans Professional Edition ou
Developer Edition, vous pouvez générer des fichiers de sauvegarde seulement tous les
29 jours, ou automatiquement à intervalle mensuel.
 Data Loader : cette application cliente doit être installée séparément. Il peut être
exécuté via l'interface utilisateur ou la ligne de commande. La dernière option est utile
pour automatiser le processus d'exportation ou utiliser des API pour l'intégration à un
autre système.
 Lightning Flow : le produit qui comprend la création, la gestion et l’exécution des
flux et des processus.
 Flow Builder : un outil de type pointer-cliquer pour la création de flux.
 Flux : une application qui automatise un processus métier en collectant des données et
en effectuant une action sur votre organisation Salesforce ou sur un système externe.
En tant que langage, Apex est :

 Hébergé : Apex est enregistré, compilé et exécuté sur le serveur, Lightning Platform.

 Orienté objet : Apex prend en charge les classes, les interfaces et l'héritage.

 Fortement typé : Apex valide des références à des objets lors de la compilation.

 Respecte la mutualisation : le langage Apex étant exécuté dans une plate-forme


mutualisée, il empêche l'emballement du code en imposant des limitations qui évitent
de monopoliser les ressources partagées.

 Intégré à la base de données : il est extrêmement facile d'accéder à et de manipuler des


enregistrements. Apex offre un accès direct aux enregistrements et à leurs champs, et
fournit des instructions et des langages de requête pour manipuler ces enregistrements.

 Orienté vers les données : Apex offre un accès transactionnel à la base de données, qui
permet de restaurer les opérations.

 Facile à utiliser : Apex est basé sur les idiomes Java habituels.

 Facile à tester : Apex fournit une prise en charge intégrée de création de tests unitaires,
d'exécution et de couverture de code. Salesforce vérifie que tous les codes Apex
personnalisés fonctionnent normalement, en exécutant tous les tests unitaires avant
une mise à niveau de la plate-forme.

 Versions gérées : un code Apex personnalisé peut être sauvegardé dans différentes
versions de l'API.

Utilisation de sObjects

Apex est étroitement intégrée à la base de données. Par conséquent, vous pouvez accéder aux
enregistrements Salesforce et à leurs champs directement depuis Apex. Chaque enregistrement dans
Salesforce est représenté nativement en tant que sObject dans Apex. Par exemple, l'enregistrement de
compte Acme correspond à un sObject Compte dans Apex. Les champs de l'enregistrement Acme que
vous pouvez afficher et modifier dans l'interface utilisateur peuvent également être lus et modifiés
directement sur le sObject.

Noms de sObject et de champ


Les noms des sObjects correspondent aux noms d'API des objets standard ou personnalisés
correspondants. De la même façon, les noms des champs de sObject correspondent aux noms
d'API des champs correspondants.

Les noms d'API d'un objet et de champs peuvent être différents de leurs étiquettes. Par
exemple, le champ Employés porte l'étiquette Employés et s'affiche dans la page
d'enregistrement du compte en tant que Employés, mais son nom d'API est
NumberOfEmployees. Pour accéder à ce champ dans Apex, vous devez utiliser le nom d'API
du champ : NumberOfEmployees.

Pour des objets et des champs personnalisés, le nom d'API se termine toujours par le suffixe
__c. Pour des champs de relation personnalisés, le nom d'API se termine par le suffixe __r.
Par exemple :

 Un objet personnalisé avec une étiquette Marchandise porte le nom d'API


Marchandise__c.

 Un champ personnalisé avec une étiquette Description porte le nom d'API


Description__c.

 Un champ de relation personnalisé avec une étiquette Éléments porte le nom d'API
Éléments__r.

Instructions DML
Les instructions DML disponibles sont les suivantes :

 insert

 update

 upsert

 delete

 undelete

 merge

Chaque instruction DML accepte un sObject unique ou une liste (ou un tableau) de sObjects.
L'utilisation d'une liste de sObjects est plus efficace pour traiter les enregistrements.

La plupart de ces instructions sont des opérations de base de données connues. Les
instructions  upsert  et  merge  sont spécifiques à Salesforce et peuvent se révéler très utiles.

L’opération DML  upsert  crée des enregistrements et met à jour des enregistrements sObject
dans une instruction unique, à l’aide d’un champ défini pour déterminer la présence d’objets
existants, ou du champ ID si aucun champ n’est spécifié.

L'instruction  merge  fusionne jusqu'à trois enregistrements du même type de sObject dans l'un
des enregistrements, supprime les autres, et attribue un nouveau parent à tous les
enregistrements associés.
Méthodes Database

Apex contient la classe Database intégrée. Elle fournit des méthodes qui exécutent des opérations
DML et reproduisent les instructions DML équivalentes.

Les méthodes Database ci-dessous sont statiques et sont appelées dans le nom de la classe.

 Database.insert()

 Database.update()

 Database.upsert()

 Database.delete()

 Database.undelete()

 Database.merge()

Contrairement aux instructions DML, les méthodes Database ont un paramètre


facultatif allOrNone qui permet de spécifier si l'opération doit être partiellement réussie.
Lorsque ce paramètre est défini sur  false , si des erreurs se produisent sur un ensemble partiel
d'enregistrements, les enregistrements réussis sont acceptés et des erreurs sont renvoyées pour
les enregistrements échoués. De plus, avec l'option de succès partiel, aucune exception n'est
renvoyée.

Écriture de requêtes SOQL

Pour lire un enregistrement depuis Salesforce, vous devez écrire une requête. Salesforce fournit le
Salesforce Object Query Language, ou SOQL en abrégé, que vous pouvez utiliser pour lire des
enregistrements sauvegardés. SOQL est similaire au langage SQL standard mais est personnalisé pour
Lightning Platform.

Apex a un accès direct aux enregistrements Salesforce stockés dans la base de données. Par
conséquent, vous pouvez incorporer des requêtes SOQL dans votre code Apex et obtenir des
résultats de façon simple. Lorsqu'il est incorporé dans Apex, SOQL est appelé SOQL en
ligne.

Pour inclure des requêtes SOQL dans votre code Apex, placez l'instruction SOQL entre
crochets et attribuez la valeur renvoyée à un tableau de sObjects. Par exemple, la requête ci-
dessous récupère tous les enregistrements de compte qui ont deux champs, Nom et Téléphone,
et renvoie un tableau de sObjects Compte.

Account [] accts = [SELECT Name,Phone FROM Account];


La syntaxe d'une requête SOQL de base est la suivante :

SELECT fields FROM ObjectName [WHERE Condition]

La clause WHERE est facultative. Commençons avec une requête très simple. Par exemple, la
requête suivante récupère les comptes et obtient les champs nom et téléphone pour chaque
compte.

SELECT Name,Phone FROM Account

La requête comporte deux parties :

1. SELECT Name,Phone  : cette partie répertorie les champs que vous souhaitez récupérer.
Les champs sont spécifiés après le mot-clé SELECT dans une liste de valeurs séparées
une virgule. Vous pouvez également spécifier un seul champ, auquel cas la virgule
n'est pas nécessaire (p. ex.  SELECT Phone ).
2. FROM Account : Cette partie spécifie l'objet standard ou personnalisé que vous souhaitez
récupérer. Dans cet exemple, l'objet est Compte. Pour un objet personnalisé appelé
Releve_Factures, il correspond à Releve_Factures__c.

Filtrage des résultats de requête avec des conditions


Si l'organisation possède plusieurs comptes, ils sont tous renvoyés. Pour limiter les comptes
renvoyés en fonction d'une condition particulière, vous pouvez ajouter cette condition dans la
clause WHERE. L'exemple ci-dessous récupère uniquement les comptes qui portent le nom
SFDC Computing. Notez que les comparaisons dans les chaînes sont insensibles à la casse.

SELECT Name,Phone FROM Account WHERE Name='SFDC Computing'

La clause WHERE peut contenir plusieurs conditions qui sont regroupées à l'aide d'opérateurs
logiques (AND, OR) et de parenthèses. Par exemple, la requête suivante renvoie tous les
comptes portant le nom SFDC Computing et comptant plus de 25 employés :

SELECT Name,Phone FROM Account WHERE (Name='SFDC Computing' AND


NumberOfEmployees>25)

Voici un autre exemple avec une condition plus complexe. Cette requête renvoie tous les
comptes SFDC Computing, ou tous les comptes avec plus de 25 employés dont la ville de
facturation est Los Angeles.

SELECT Name,Phone FROM Account WHERE (Name='SFDC Computing' OR


(NumberOfEmployees>25 AND BillingCity='Los Angeles'))

SELECT Name,Phone FROM Account ORDER BY Name

L'ordre de tri par défaut est l'ordre alphabétique, spécifié par ASC (ascendant). L'instruction
précédente est équivalente à :
SELECT Name,Phone FROM Account ORDER BY Name ASC

Pour inverser l'ordre de tri, utilisez le mot-clé DESC (descendant) :

SELECT Name,Phone FROM Account ORDER BY Name DESC

Combinaison de toutes les pièces


Vous pouvez combiner les clauses facultatives dans une requête, dans l'ordre suivant :

SELECT Name,Phone FROM Account


WHERE (Name = 'SFDC Computing' AND
NumberOfEmployees>25)
ORDER BY Name
LIMIT 10

Écriture de requêtes SOSL

Salesforce Object Search Language (SOSL) est un langage de recherche Salesforce utilisé pour
effectuer des recherches de texte dans des enregistrements. Utilisez SOSL pour rechercher des champs
dans plusieurs enregistrements d'objet standard et personnalisé dans Salesforce. SOSL est similaire à
Apache Lucene.

L'ajout de requêtes SOSL à Apex est simple : vous pouvez incorporer des requêtes SOSL
directement dans votre code Apex. Lorsqu'il est incorporé dans Apex, SOSL est appelé SOSL
en ligne.

Voici un exemple d'une requête SOSL qui recherche les comptes et les contacts dont un
champ contient le mot « SFDC ».

List <List<SObject>> searchList = [FIND 'SFDC' IN ALL FIELDS

RETURNING Account(Name),
Contact(FirstName,LastName)];

Différences et similitudes entre SOQL et SOSL


De la même façon que SOQL, SOSL permet de rechercher des informations spécifiques dans
les enregistrements de votre organisation. Contrairement à SOQL, qui peut interroger un seul
objet standard ou personnalisé à la fois, une requête SOSL unique peut rechercher dans tous
les objets.

Autre différence, SOSL mappe les champs à l'aide d'une correspondance sur un mot, alors que
SOQL effectue une correspondance exacte par défaut (quand aucun caractère générique n'est
utilisé). Par exemple, la recherche de « Numérique » dans SOSL renvoie les enregistrements
qui contiennent les valeurs de champ « Numérique » ou « La société numérique », alors que
SOQL renvoie uniquement les enregistrements qui contiennent les valeurs de champ
« Numérique ».

SOQL et SOSL sont deux langages distincts avec des syntaxes différentes. Chaque langage a
une utilisation spécifique :

 Utilisez SOQL pour récupérer les enregistrements d'un objet unique.

 Utilisez SOSL pour rechercher des champs dans plusieurs objets. Les requêtes SOSL
peuvent rechercher la plupart des champs de texte d'un objet.

Mots uniques et phrases


Une SearchQuery contient deux types de texte :

 Mot unique: un seul mot, par exemple  test  ou  hello . Les mots de
la  SearchQuery  sont séparés par une espace, une ponctuation et passent de lettres à des
chiffres (et inversement). Les mots sont toujours insensibles à la casse.

 Phrase : un ensemble de mots et d'espaces entre guillemets, par exemple  "john


smith" . Plusieurs mots peuvent être combinés à l'aide d'opérateurs logiques et de
regroupements pour former une requête plus complexe.

Syntaxe SOSL de base


SOSL permet de spécifier les critères de recherche suivants :

 Expression de texte (mot unique ou phrase) à rechercher


 Étendue des champs à rechercher
 Liste d'objets et de champs à récupérer
 Conditions de sélection des lignes dans les objets source

La syntaxe d'une requête SOSL de base est la suivante :

FIND 'SearchQuery' [IN SearchGroup] [RETURNING ObjectsAndFields]

Les déclencheurs Apex permettent d'exécuter des actions personnalisées avant ou après
certains événements sur des enregistrements dans Salesforce, notamment des insertions, des
mises à jour ou des suppressions. Tout comme les systèmes de base de données prennent en
charge les déclencheurs, Apex offre la prise en charge de déclencheur pour la gestion des
enregistrements.

Généralement, vous utilisez des déclencheurs pour effectuer des opérations en fonction de
conditions spécifiques, modifier des enregistrements associés ou empêcher l'exécution de
certaines opérations. Vous pouvez utiliser des déclencheurs pour exécuter toutes les actions
possibles dans Apex, y compris exécuter des requêtes SOQL et DML ou appeler des
méthodes Apex personnalisées.
Utilisez des déclencheurs pour exécuter les tâches que les outils pointer-cliquer ne peuvent
pas activer dans l'interface utilisateur de Salesforce. Par exemple, pour valider une valeur de
champ ou mettre à jour un champ dans un enregistrement, utilisez plutôt des règles de
validation et des règles de workflow.

Les déclencheurs peuvent être définis pour des objets standard de niveau supérieur, par
exemple un Compte ou un Contact, pour des objets personnalisés et pour certains objets
enfants standard. Par défaut, les déclencheurs sont actifs à leur création. Salesforce active
automatiquement les déclencheurs lorsque les événements de base de données spécifiés se
produisent.

Syntaxe d'un déclencheur


La syntaxe d'une définition de déclencheur est différente de la celle d'une définition de classe.
Une définition de déclencheur commence par le mot-clé  trigger . Il est suivi du nom du
déclencheur, de l'objet Salesforce auquel le déclencheur est associé et des conditions de son
déclenchement. La syntaxe d'un déclencheur est la suivante :

trigger TriggerName on ObjectName (trigger_events) {

code_block

Pour exécuter un déclencheur avant ou après des opérations d'insertion, de mise à jour, de
suppression ou d'annulation de suppression, spécifiez plusieurs événements de déclencheur
dans une liste de valeurs séparées par une virgule. Ces événements sont les suivants :

 before insert

 before update

 before delete

 after insert

 after update

 after delete

 after undelete

Types de déclencheur
Il existe deux types de déclencheur.

 Les déclencheurs before sont utilisés pour mettre à jour ou valider des valeurs


d'enregistrement avant de les enregistrer dans la base de données.

 Les déclencheurs after sont utilisés pour accéder aux valeurs de champ définies par le
système (par exemple le champ  Id  ou  LastModifiedDate  d'un enregistrement), et pour
appliquer les modifications dans d'autres enregistrements. Les enregistrements qui
activent le déclencheur after sont en lecture seule.

Syntaxe d'une méthode de test


Les méthodes de test ne prennent aucun argument et leur syntaxe est la suivante :
@isTest static void testName() {
// code_block
}

Introduction à Visualforce
Visualforce est une infrastructure de développement Web. Elle permet aux développeurs d’élaborer
des interfaces utilisateur sophistiquées et personnalisées pour des applications mobiles et de bureau,
qui peuvent être hébergées sur Lightning Platform. Vous pouvez utiliser Visualforce pour élaborer des
applications correspondant au style de Lightning Experience, aussi bien que votre propre interface
entièrement personnalisée.

Visualforce permet aux développeurs d’étendre les fonctionnalités intégrées de Salesforce, de


les remplacer par de nouvelles fonctionnalités et d’élaborer de toutes nouvelles applications.
Utilisez les puissantes fonctionnalités du contrôleur standard intégré ou écrivez votre propre
logique métier personnalisée dans Apex. Vous pouvez élaborer des fonctionnalités pour votre
propre organisation ou créer des applications destinées à la vente dans AppExchange.

Dans Visualforce, le développement d’applications est familier pour toutes les personnes qui ont
élaboré des applications Web. Les développeurs créent des pages Visualforce en assemblant des
composants, des balises HTML et des éléments de style facultatifs. Visualforce peut intégrer
n’importe quelle technologie Web standard ou infrastructure JavaScript pour créer une interface
utilisateur plus animée et plus riche. Chaque page est accessible via une URL unique. Lorsqu'une
personne accède à une page, le serveur exécute le traitement de données requis par la page, restitue la
page en HTML et renvoie les résultats au navigateur qui les affiche.

REST API
L’API REST est un service Web simple et puissant basé sur les principes de REST. Il expose
toutes sortes de fonctionnalités Salesforce via des ressources REST et des méthodes HTTP.
Vous pouvez par exemple créer, lire, mettre à jour et supprimer (CRUD) des enregistrements,
rechercher et interroger vos données, récupérer des métadonnées d’objet, et accéder à des
informations relatives aux limitations de votre organisation. L’API REST prend en charge
XML et JSON.

Dotée d’une structure de requête et de réponse légère et facile à utiliser, l’API REST est
idéale pour écrire des applications mobiles et Web.

API SOAP
L’API SOAP est un service Web robuste et puissant basé sur le protocole standard du secteur
qui porte le même nom. Il utilise un fichier WSDL (Web Services Description Language) afin
de définir rigoureusement les paramètres d’accès aux données via l’API. L’API SOAP prend
uniquement en charge XML. La plupart des fonctionnalités de l’API SOAP sont également
disponibles via l’API REST. Cela dépend seulement de la norme qui répond le mieux à vos
besoins.

L’API SOAP utilise le fichier WSDL comme s’il s’agissait d’un contrat formel entre l’API et
le client. Par conséquent, elle convient parfaitement à l’écriture d’intégrations serveur à
serveur.

API de transfert en masse


L’API de transfert en masse est une API RESTful permettant de charger et d’interroger un
grand nombre de données à la fois, c’est-à-dire 50 000 enregistrements ou plus. L’API de
transfert en masse est asynchrone, ce qui signifie que vous pouvez soumettre une requête et
revenir plus tard pour examiner les résultats. Cette approche est idéale pour gérer des volumes
de données importants. Il existe deux versions de l’API de transfert en masse : 1.0 et 2.0. Ces
deux versions traitent de grandes quantités de données, mais nous utilisons la version 2.0 dans
ce module parce que son maniement est un peu plus aisé.

L’API de transfert en masse est idéale pour exécuter des tâches sur un grand nombre
d’enregistrements, par exemple lors du chargement initial de données dans votre organisation.

API Streaming
L’API Streaming vous permet de définir des notifications qui se déclenchent lorsque des
modifications sont apportées à vos données. Il utilise un modèle publier/inscrire (ou pub/sub)
qui permet aux utilisateurs de s’abonner à des canaux diffusant certains types de modification
de données.

Le modèle publier/inscrire réduit le nombre de requêtes d’API en éliminant la nécessité de


sonder les données. L’API Streaming est idéale pour écrire des applications sans avoir à
vérifier fréquemment l’ajout de modifications.

Utilisation de l’API REST


L’API REST fournit une interface de services Web basée sur REST puissante, pratique et
simple pour interagir avec Salesforce. Ces avantages comprennent la facilité d’intégration et
de développement, et un excellent choix de technologies à utiliser pour des applications
mobiles et des projets Web. Pour certains projets, vous préférerez peut-être utiliser l’API
REST avec d’autres API REST Salesforce. Pour construire une interface utilisateur
permettant de créer, de lire, de mettre à jour et de supprimer des enregistrements, notamment
pour des vues de liste, des actions et des listes de sélection dépendantes, utilisez l’API de
l’interface utilisateur. Pour créer l’interface utilisateur pour Chatter, des communautés ou des
recommandations, utilisez l’API REST Chatter. Si vous avez un grand nombre
d’enregistrements à traiter, favorisez l’API de transfert en masse, qui est basée sur les
principes de REST et optimisée pour les volumes de données importants.

Utilisation de l’API SOAP


L’API SOAP fournit une interface de services Web basée sur SOAP puissante, pratique et
simple pour interagir avec Salesforce. Vous pouvez utiliser l’API SOAP pour créer, récupérer,
mettre à jour ou supprimer des enregistrements. L’API SOAP permet également d’effectuer
des recherches et davantage. Utilisez l’API SOAP dans n’importe quel langage qui prend en
charge le service Web.

L’API SOAP permet par exemple d’intégrer Salesforce aux systèmes financiers et ERP de
votre organisation. Vous pouvez également fournir en temps réel des informations de support
et commerciales aux portails de sociétés et renseigner les systèmes métiers critiques avec des
informations sur les clients.

Utilisation de l’API REST Chatter


Utilisez l’API REST Chatter pour afficher les fils, les utilisateurs, les groupes et les abonnés
Chatter, notamment dans des applications mobiles. L’API REST Chatter offre également un
accès programmatique aux fichiers, aux recommandations, aux rubriques, aux notifications,
aux achats Data.com, etc. L’API REST Chatter est semblable aux API qu’offrent d’autres
sociétés avec utilisant des fils, notamment Facebook et Twitter, mais elle expose également
les fonctionnalités Salesforce au-delà de Chatter.

Quand utiliser l’API de l’interface utilisateur


Créez une interface utilisateur Salesforce pour des applications mobiles natives et des
applications Web personnalisées avec l’API que Salesforce utilise afin de créer Lightning
Experience et Salesforce pour Android, iOS et le Web mobile. Créez des interfaces utilisateur
permettant de travailler avec des enregistrements, des vues de liste, des actions, des favoris,
etc. Non seulement vous obtenez les données et les métadonnées dans une même réponse,
mais celle-ci correspond aux modifications de métadonnées apportées à l’organisation par des
administrateurs Salesforce. Inutile de vous préoccuper des présentations, des listes de
sélection, de la sécurité au niveau des champs ou du partage. Il vous suffit de créer une
application qui plaira à vos utilisateurs.

Utilisation de l’API REST Analytics


Vous pouvez accéder aux ressources Analytics (telles que les jeux de données, les
perspectives et les tableaux de bord) dans un contexte de programmation à l’aide de l’API
REST Analytics. Envoyez des requêtes directement à la plateforme Analytics. Accédez à des
jeux de données qui ont été importés dans la plateforme Analytics. Créez et récupérez des
perspectives. Accédez aux informations XMD. Récupérez une liste de versions de jeux de
données. Créez et récupérez des applications Analytics. Créez, mettez à jour et récupérez des
tableaux de bord Analytics. Récupérez une liste de dépendances pour une application.
Déterminez les fonctionnalités disponibles pour l’utilisateur. Utilisez des clichés instantanés.
Manipulez des jeux de données répliqués.

Utilisation de l’API de transfert en masse


L’API de transfert en masse repose sur les principes de REST et elle est optimisée pour le
chargement ou la suppression de volumes de données importants. Vous pouvez l’utiliser pour
interroger, interroger tout, insérer, mettre à jour, mettre à jour/insérer ou supprimer (query,
queryAll, insert, update, upsert ou delete) de façon asynchrone de nombreux enregistrements
en soumettant des lots. Salesforce traite les lots en arrière-plan.

Par contre, l'API SOAP est optimisée pour des applications clientes en temps réel qui mettent
à jour quelques enregistrements seulement à la fois. Vous pouvez utiliser l’API SOAP pour
traiter des volumes d’enregistrements relativement importants, mais lorsque les jeux de
données contiennent des centaines de milliers d’enregistrements, l’API SOAP est moins
pratique. L’API de transfert en masse est conçue pour simplifier le traitement de milliers ou
de millions d’enregistrements.

Pour utiliser l’API de transfert en masse, le plus simple est de l’activer pour traiter les
enregistrements dans Data Loader à l’aide de fichiers CSV. L’utilisation de Data Loader vous
évite d’écrire votre propre application cliente.

Utilisation de l’API de métadonnées


Utilisez l’API de métadonnées afin de récupérer, déployer, créer, mettre à jour ou supprimer
des personnalisations pour votre organisation. L’utilisation la plus courante est la migration de
modifications depuis une organisation sandbox ou de test vers un environnement de
production. L’API de métadonnées est conçue pour gérer les personnalisations et pour
élaborer les outils de gestion du modèle de métadonnées, pas des données elles-mêmes.

Pour accéder aux fonctionnalités de l’API de métadonnées, le plus simple est d’utiliser les
extensions Salesforce pour Visual Studio Code ou l’outil de migration Ant. Les deux outils
s’appuient sur l’API de métadonnées. Ils utilisent les outils standard afin de simplifier
l’utilisation de l’API de métadonnées.

 Les extensions Salesforce pour Visual Studio Code comprennent des outils de


développement prévus pour travailler sur la plate-forme Salesforce dans l’éditeur de
code VS, léger et extensible. Ces outils fournissent des fonctionnalités permettant de
travailler avec des organisations de développement (organisations test, sandbox et
organisations DE), Apex, les composants Aura et Visualforce.
 L’Outil de migration Ant est idéal si vous utilisez un script ou la ligne de commande
pour déplacer des métadonnées entre un répertoire local et une organisation
Salesforce.

Utilisation de l’API Streaming


Utilisez l'API Streaming pour recevoir des flux de données pratiquement en temps réel basés
sur les modifications d’enregistrements Salesforce ou sur des contenus personnalisés. Pour les
modifications d’un enregistrement, Salesforce publie une notification lorsque le changement a
lieu. Pour les notifications personnalisées, vous pouvez publier des messages d'événement.
Les abonnés peuvent recevoir des notifications en utilisant CometID, une implémentation du
protocole Bayeux qui simule la technologie push. Les clients peuvent également s’abonner à
certains types d’événements avec des déclencheurs Apex, ou de manière déclarative grâce au
générateur de processus et à Flow Builder.

Utilisez le type d'événements de diffusion en continu adapté à vos besoins.


Événement PushTopic
Recevez les changements apportés à des enregistrements Salesforce en fonction d’une
requête SOQL que vous définissez. Les notifications contiennent uniquement les
champs que vous aurez spécifié dans la requête SOQL.
Événement Capture de modification de données
Recevez les changements apportés à des enregistrements Salesforce avec tous les
champs modifiés. La Capture de modification de données prend en charge plus
d'objets standard que les événements PushTopic et offre plus de fonctionnalités,
notamment des champs d’en-tête contenant des informations sur la modification.
Événement de plate-forme
Publiez et recevez des contenus personnalisés avec un schéma prédéfini Les données
peuvent être définies librement, y compris des données de votre activité telles que des
informations sur les commandes. Spécifiez les données à envoyer en définissant un
événement de plate-forme. Abonnez-vous à un canal d'événements de plate-forme
pour recevoir des notifications.
Événement générique
Publiez et recevez des contenus quelconques sans schéma prédéfini.

Quand utiliser l’API REST Apex


Utilisez l’API REST Apex pour exposer vos classes et méthodes Apex afin de donner aux
applications externes un accès à votre code via l’architecture REST. L’API REST Apex prend
en charge OAuth 2.0 et l’ID de session pour l’autorisation.

Quand utiliser l’API SOAP Apex


Utilisez l’API SOAP Apex pour exposer vos méthodes Apex en tant qu’API de service Web
SOAP et permettre ainsi aux applications externes d’accéder à votre code via SOAP.

L’API SOAP Apex prend en charge OAuth 2.0 et l’ID de session pour l’autorisation.

Utilisation de l’API Tooling


Utilisez l’API Tooling pour intégrer des métadonnées Salesforce à d’autres systèmes. Les
types de métadonnées sont exposés en tant que sObjects, ce qui permet d’accéder à un
composant d’un type complexe. Cet accès au niveau du champ accélère les opérations sur les
types de métadonnées complexes. Vous pouvez également élaborer des outils de
développement personnalisés pour des applications Force.com. Utilisez par exemple l’API
Tooling pour gérer et déployer des copies de travail de classes et de déclencheurs Apex, et des
pages et des composants Visualforce. Vous pouvez également définir des points de contrôle
ou des marqueurs de décharge mémoire, exécuter un code Apex anonyme, et accéder aux
informations de consignation et de couverture de code.

REST et SOAP sont toutes les deux prises en charge.

Vous aimerez peut-être aussi