Vous êtes sur la page 1sur 20

Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

MAINTENANCE DES SYSTEMES HYDRAULIQUES ET


PNEUMATIQUES

I- Principe de fonctionnement d'un système hydraulique.


Le schéma ci dessous décrit une structure simple d'un système hydraulique. La représentation de
gauche schématise le circuit de l'huile, en vis avis est représenté le schéma normalisé.

1. Description du fonctionnement.
A partir d'un fluide hydraulique se trouvant dans un réservoir, une pompe refoule dans le système
un débit d'huile mis sous pression par la résistance du système attelé à l'actionneur (vérin). Le fluide
est canalisé vers l'actionneur par un composant appelé « distributeur » (pré actionneur) qui, par une
voie parallèle, le renvoie sans pression vers le réservoir. Le limiteur de pression protège l'installation
des surpressions. Un système de filtration permet à l'huile de garder ses qualités initiales de propreté
et élimine la pollution.

2. Aspect d'un schéma hydraulique industriel.


Le schéma ci dessous représente l'entraînement en rotation, par un moteur hydraulique, la vis de
plastification d'une presse à injection du plastique. Les granulés de plastique, en réserve dans la
trémie, sont chauffés par une résistance et entraîné par la vis vers le moule.

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

II- Centrale hydraulique.


1. Définition d'une centrale hydraulique.
Cet ensemble composé de plusieurs éléments permet de fournir un débit d'huile dans un système
hydraulique.

2. Détermination d'une centrale hydraulique.


Le but du calcul est la détermination de la puissance du moteur nécessaire à l'entraînement d'une
pompe.
Une pompe possède un débit qui se détermine en appliquant la formule :
Q : débit en litres par minute [L / min]
Q = Cyl.N avec Cyl : cylindrée en litres [L]
N : nombre de tours par minute [tr / min]
La pompe absorbe une puissance pouvant se déterminer par la relation :
P : puissance en kilo Watt [kW]
p.Q
P= avec p : pression en bars
600.η
Q : débit en litres par minute [L / min]
η : rendement de l'appareil
Exemple : un système hydraulique fonctionne sous une pression de 180 bars. Le débit de la
pompe est évalué à 80 L / min. Le moteur électrique qui entraîne la pompe tourne à 1500 tr / min.
Comment déterminer la puissance du moteur ?
Calcul du débit de la pompe :
Q 80
Cyl = = = 0,05 L = 50 cm3.
N 1500

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

Dans un catalogue, une pompe répondant à ces caractéristiques possède un rendement de 0,9.
La puissance absorbée par la pompe sera :
pQ 180 ⋅ 80
P= = = 26,67 kW = P utile pour le moteur.
600η 600 ⋅ 0,9
Le rendement du moteur est de 0,85.
La puissance à retenir est :
P 26,67
Pr = = = 31,38 kW
ηm 0,85

3. Forme commerciale et symbolisation.

4. Mise en service d'une centrale hydraulique.


La mise en service d'une centrale hydraulique demande beaucoup de soin et de méthode :
a- Réception et contrôle du matériel ;
b- Mise en place et montage si nécessaire suivant les instructions du constructeur ;
c- Calage de l'ensemble (placer si possible la centrale dans un bac) ;
d- Remplir le réservoir d'huile en respectant les quantités et le type d'huile prescrit par le

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

constructeur ;
e- Détarer les valves de limitation de pression ;
f- Vérifier que tous les raccords et orifices de pression (serrage) ;
g- Desserrer les vis de purge ;
h- Vérifier la tension du moteur ;
i- Vérifier le sens de rotation de la pompe ;
j- Mettre le moteur en marche jusqu'à voir l'huile couler des purgeurs ;
k- Resserrer les vis de purge ;
l- Faire tourner quelques minutes en observant le niveau d'huile et compléter si nécessaire ;
m- Monter progressivement en pression en surveillant la température de l'huile et le niveau.

5. Contrôles à effectuer.
− Pression : manomètres ;
− Température : thermomètre ;
− Quantité d'huile : niveau (jauge, voyant...) ;
− Qualité d'huile : échantillon et analyse.

6. Maintenance préventive.
La durée de vie des composants d'une installation hydraulique dépend du respect des règles de
maintenance préventive :
− Surveiller l'usure de l'huile en effectuant des analyses ;
− Vidanger correctement le réservoir en procédant de manière organisée :
a. Vidanger ;
b. Ouvrir si nécessaire les portes de visite ;
c. Nettoyer et gratter le fond ;
d. Rincer ;
e. Sécher.
− Vérifier l'état des joints et les changer si nécessaire ;
− Vérifier l'état des conduites et des raccords ;
− Vérifier les filtres et les crépines (les changer ou procéder au nettoyage suivant les
instructions du constructeur).

7. Remplissage d'un groupe hydraulique.


Avant de procéder au remplissage d'un groupe hydraulique, vérifier :

− La propreté intérieure du réservoir ;


− L'étanchéité des bouchons et des portes de visite (serrage des vis) ;
− Le degré d'encrassement des filtres ;
− La compatibilité des huiles avec les joints et les composants (tuyaux, flexibles... ) ;
− La quantité d'huile recommandée par le constructeur (voir instructions) ;
− L'étanchéité totale du système (raccords et orifices divers) ;
− Procéder éventuellement à un essai après remplissage (vérifier les niveaux et la
température de l'huile après fonctionnement) ;
− Compléter le niveau si nécessaire ;
− Retirer les sécurités et « consignations » de la machine (cadenas et marques diverses) ;
− Laisser le lieu de travail propre.

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

III- Description d'une installation pneumatique.


Toute unité de production automatisée possède un réseau de distribution d'air comprimé. En règle
générale, à partir d'une canalisation principale parcourant le pourtour de l'atelier, différents piquages
viennent alimenter les machines ou les systèmes. Chaque canalisation doit être calculée afin d'être
correctement dimensionnée.

Généralement une installation pneumatique comprend :

− Un compresseur (produit une pression de 8 à 10 bars) ;


− Un réservoir avec soupape de sécurité ;
− Un système de filtration comprenant différents types de filtres.

1. Règles à respecter.
Lors de la mise en place d'un réseau d'air comprimé, certaines règles doivent être respectées :

− Isoler le compresseur afin de limiter les nuisances ;


− Placer le compresseur dans un local propre ;
− Respecter le grade des filtres ;
− Réaliser la conduite principale en boucle fermée en respectant une pente de 5 à 10 mm par
mètre.
− Placer des purgeurs à chaque point bas afin de récupérer le condensât nuisible au bon
fonctionnement des systèmes ;

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

− Les piquages ou alimentations des systèmes doivent se faire par un système en « col de
cygne » ;
− Prévoir une extension possible de l'installation, vers un autre secteur de l'atelier
− Placer en divers points des robinets d'isolement.

2. Maintenance,
Le suivi en maintenance d'un réseau d'air comprimé est souvent assuré par le service
maintenance générale. Deux secteurs sont à surveiller : celui de la production de l'air et celui hors
production de l'air.

2.1. Secteur de la production de l'air.

− Purger régulièrement la cuve ;


− Vérifier le niveau d'huile du compresseur ;
− Vérifier le fonctionnement correct des soupapes de sécurité (cuve) ;
− Surveiller le degré d'encrassement des filtres, les changer si nécessaire ;
− Rechercher les fuites éventuelles.

2.2. Secteur hors de la production de l'air.

− Purger les cuves des FRL, placées aux différents endroits de l'installation (sauf si purge
automatique) ;
− Changer les filtres des FRL régulièrement ;
− Remplir les lubrificateurs ;
− Rechercher les fuites éventuelles.

IV- Les pompes hydrauliques.


Entraînée par un moteur, la pompe aspire l'huile ou le fluide hydraulique contenue dans le
réservoir (bâche) à la pression atmosphérique et le refoule vers les actionneurs.

1. Formes commerciales et désignation des pompes à cylindrée fixe.


Les principales pompes montées sur les groupes hydrauliques sont :

− Les pompes à engrenages : ce sont les plus répondues, leur fonctionnement est simple et
fiable et présentent la solution la plus économique ;
− Les pompes à palettes : plus fragiles que les pompes à engrenages, elles de mande une
filtration soignée ;
− Pompes à pistons radiaux : elles admettent des pressions élevées (plus de 500 bars) et
nécessitent une filtration soignée.

2. La mise en route des pompes.


Le montage et l'installation d'une pompe doivent se faire en respectant certaines règles :

− Remplir la pompe de fluide hydraulique avant son montage dans l'installation ;


− Contrôler le sens de rotation du moteur par rapport à la pompe ;
− Vérifier que les tuyauteries soient, avant leur montage, débarrassées des impuretés et
particules nuisibles ;
− Lors de la première mise en service, il est préférable de purger la pompe en desserrant

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

légèrement le raccord sur le refoulement ;


− Tenir compte des caractéristiques données par le constructeur ;
− Vérifier l'accouplement moteur - pompe (alignement des axes).

3. La filtration.
Dans de nombreux cas d'usure ou de dysfonctionnement des pompes, les causes ont souvent pour
origine un fluide hydraulique pollué. Le degré de filtration préconisé par le constructeur doit être
impérativement respecté.

4. Le dysfonctionnement des pompes.


Deux types d'incidents se produisent :

− un débit faible ou insuffisant :


a. Vérifier la quantité d'huile dans le réservoir ;
b. Vérifier la canalisation d'aspiration (bouchée ou obstruée) ;
c. Vérifier l'étanchéité interne de la pompe.
− la pompe est chaude en cours du fonctionnement :
a. La taille de la pompe n'est pas en rapport avec le débit demandé ;
b. La quantité d'huile est insuffisante (échauffement de l'huile).

5. La symbolisation des pompes.

V- Le limiteur de pression.
Ce composant est indispensable dans les systèmes hydrauliques. Il protège les composants et le
système contre les pressions excessives pouvant intervenir dans l'installation. La valeur maximale
est prédéterminée par réglage.

1. Symbolisation.

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

2. Maintenance.
Les dysfonctionnements ont différentes causes.

2.1. Les causes d'origine hydraulique.


La pression monte lentement ou ne monte pas du tout. Pour ce type de dysfonctionnement deux
cas se présentent.

2.1.1. Limiteur à action directe.

− Mauvaise étanchéité du clapet sur son siège (fuite vers le réservoir) ;


− Mauvaise position du clapet sur son siège (variation brutale de la pression) ;
− Mauvaise filtration (l'huile est de mauvaise qualité... ).

2.1.2. Limiteur à action pilotée.


Mauvaise étanchéité sur l'un des clapets ou sur les deux (fuite vers le réservoir).

2.2. Autres causes de dysfonctionnement.

− Le limiteur laisse monter la pression dangereusement : blocage en position fermée du clapet,


la montée en pression devient immédiate (danger).
a. Le ressort peut être bloqué ou inactif (le clapet sur son siège) ;
b. Obstruction interne d'un orifice sur un limiteur à action pilotée
− Mauvaise qualité de l'huile (filtration défectueuse) ;

2.3. Règle de sécurité.


Toutes les opérations de maintenance (démontage des composants) doivent se faire en l'absence
de pression dans le système. Le non-respect de cette règle entraîne des accidents graves.

VI- La filtration.
Ce domaine des systèmes hydrauliques concerne la maintenance. Une huile polluée peut
entraîner la détérioration rapide des composants.
La pollution de l'huile peut se manifester sous différentes formes :

− Particules métalliques provenant de l'usure des composants ;


− Montée anormale de l'huile en température ;
− Présence anormale d'eau dans le circuit ;
− Opérations de maintenance négligées ou reportées ;

Dans tous les cas, ces problèmes affectent et nuisent au fonctionnement correct, ainsi qu'à la
durée de vie du système.

1. Les différents types de filtration.


Sur les systèmes hydrauliques, la filtration de l'huile est obligatoire. Elle se place sur :
− Le retour de l'huile au réservoir : dans ce cas, la totalité de l'huile est filtrée avant son retour
au réservoir (filtration sur le retour) ;
− L'aspiration : ce filtre protège la pompe (filtration sur l'aspiration) ;
− La haute pression : le rôle de ce filtre est de protéger par une filtration très fine, de l'ordre de

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

5 à 10 microns, les composants fragiles comme les servovalves ou les moteurs hydrauliques
(filtration sur la pression).
Remarque : En général, les filtres sont équipés d'indicateur de colmatage, indiquant par index de
couleur ou cadran avec aiguille, le degré de colmatage des filtres.

2. Symbolisation des filtres.

Ces filtres peuvent se présenter sous différentes formes :


− Filtration sur le retour : cartouche filtrante à visser jetable ;
− Filtration sur l'aspiration : cartouche filtrante à visser jetable ;
− Filtration sur la pression : cartouche filtrante dans cuve acier.

3. Forme commerciale des filtres (document R. Bosch).

3.1. Filtration sur canalisation de retour (débit nominal jusqu'à 140 L / min).

3.1.1. Caractéristiques générales.


− Construction : filtre à cartouche à visser jetable ;
− Montage : sur la canalisation de retour au réservoir ;
− Position de montage : verticale, cartouche en bas ;
− Matériau filtrant : papier organique ;
− Porosité moyenne : 10 µm nominal avec papier OP 10 ;
− Raccordement ; taraudage.

3.1.2. Caractéristiques hydrauliques.


− Pression différentielle ∆p max. supportée par la cartouche : 5
bars ;
− Pression de service admissible : 10 bars ;
− Débit nominal en L / min : 10/20/30/50/70/100/140 ;
− Tarage du clapet de by-pass : 3,5 bars ± 10 % ;
− Température de service : de -40°C à +120°C ;
− Fluides compatibles : tous les fluides à base d'huiles minérales.

3.2. Filtration sur canalisation d'aspiration (débit nominal 50 L/min).

3.2.1. Caractéristiques généra les.


− Construction : filtre à cartouche à visser jetable ;
− Montage : sur la canalisation d'aspiration ;
− Position de montage : verticale, cartouche en bas ;

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

− Matériau filtrant : papier organique ;


− Porosité moyenne : 10 µm nominal avec papier OP 10 ;
− Raccordement : taraudage.

3.2.2. Caractéristiques hydrauliques.


− Pression différentielle ∆p max. supportée par la cartouche :
5 bars ;
− Pression de service admissible : 10 bars ;
− Débit nominal en L / min : 3/8/12/20/25/40/50 ;
− Tarage du clapet de by-pass : 0,25 bars ± 10 % ;
− Température de service : de -40°c à +120°c ;
− Fluides compatibles : tous les fluides à base d'huiles
minérales.

3.3. Filtration haute pression.


− Pression admissible 450 bars ;
− Débit nominal 300 L/min
1. cartouche filtrante 3. tête de filtration
2. support de filtre vissable 4. joint d'étanchéité

3.3.1. Caractéristiques générales.


− Construction ; filtre à cuve d'acier pour haute pression ;
− Montage : sur la canalisation de refoulement ;
− Position de montage : verticale, cartouche en bas ;
− Matériau filtrant : papier organique ;
− Porosité moyenne : 10 µm nominal avec papier OP 10 ; 10 µm
absolu avec papier OP 10 ; 3 µm absolu avec papier OP 3 ;
− Raccordement : taraudage.

3.3.2. Caractéristiques hydrauliques.


− Pression différentielle ∆p max. supportée par la cartouche : 10 bars (250bars) ;
− Pression de service admissible : 450 bars ;
− Débit nominal en L/min : 50/80/150/300 ;
− Tarage du clapet de by-pass : 7 bars ±10% avec indicateur visuel ;
− Température de service : de -40°C à +120°C ;
− Fluides compatibles : tous les fluides à base d'huiles minérales ;
− Indicateur de colmatage ∆p : 5 bars ± 10 % avec indicateur visuel.

4. Instructions de montage, de mise en œuvre et de service.

4.1. Montage du filtre.


Les filtres sont livrés avec les orifices de raccordement munis de bouchons de protection. Après
avoir retirer le bouchon :
− Vérifier le sens d'écoulement afin de déterminer le sens de montage.
− Vérifier que l'emplacement du filtre dans le circuit permet le remplacement de la cartouche
et laisse également la visualisation de l'indicateur de colmatage.
− Le filtre se monte verticalement.

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

4.2. Montage d'un indicateur de colmatage sur un filtre en service (filtre R. Bosch).
Il suffit de retirer le bouchon fileté sur la tête du filtre et de visser à sa place l'indicateur visuel de
colmatage, en intercalant la rondelle d'étanchéité. Le couple de serrage est de 15 à 25 mN.

5. Mise en route et service.


Pour les filtres non équipés d'indicateur de colmatage, il est recommandé de prévoir le
remplacement de la cartouche après 30 heures de marche environ. Pour les remplacements
ultérieurs, il est préférable de suivre les recommandations du constructeur de l'installation.
Pour les filtres équipés d'indicateur visuel de colmatage, le changement de cartouches doit
intervenir quand le bouton rouge sort de son logement ou que l'aiguille de l'indicateur se trouve dans
la zone rouge.

6. Recommandations.
Les cartouches à visser ne sont pas prévues pour être réutilisées. Il est donc préférable de tenir un
stock en réserve afin d'éviter un arrêt prolongé du système.

VII- Unité de traitement d'air (FRL).


Elle se compose d'un filtre, d'un régulateur et d'un lubrificateur. Elle débarrasse l'air de ses
impuretés et le lubrifie si nécessaire.

1. Forme commerciale et symbolisation.

1.1. Choix du lubrificateur

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

1.2. Principales caractéristiques des ensembles Technic air Olympiens.

1.3. Autres composants.

− Blocs de dérivation pour prise d'air sec ;


− Equerres de fixation ;
− Cuves métalliques à niveau orientable ;
− Système de remplissage automatique pour lubrificateurs.

2. Maintenance.

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

3. Instructions concernant la maintenance.

− Contrôler avant montage la concordance des conditions de fonctionnement avec les


données techniques : température, pression...etc. ;
− Les cuves en matière plastique ne sont pas recommandées lorsque l'air comprimé contient
des traces d'huile synthétique. En outre, les cuves en matière plastique ne doivent pas entrer
en contact avec des produits chimiques corrosifs (benzène, acétone...), que se soit sous
forme liquide ou sous forme de vapeurs. Dans ce cas, utiliser des cuves métalliques.
− Pour le nettoyage, le circuit ne doit pas être sous pression ;
− En cas de chute ou d'instabilité de pression, il convient de procéder au remplacement des
éléments filtrants.

Exemple de recommandations pour l'huile (d'après R. Bosch)


Utiliser l'huile PN - BOSCH (Réf. 1 829 990 046) ou une huile du commerce correspondant à la
norme : HL 25 DIN 51514 ISO VG 32.

VIII- Recommandations concernant les interventions sur les systèmes hydrauliques.


Ce type d'interventions en maintenance peut présenter des risques si certains consignes ne sont
pas respectées.
Dans la majorité des cas, les interventions doivent se faire sous pression nulle. Il ne faut jamais
débrancher des conduites sous pression. DANGER.
Vérifier donc l'absence de pression sur les manomètres et cadenasser les mises en marche du
système. Si la recherche de panne impose une mise sous pression, il est impératif de fixer toutes les
consignes de sécurité nécessaires pour éviter les accidents. Ces interventions demandent un
personnel compétent possédant les connaissances techniques indispensables à ce type d'intervention
et de matériel.

IX- Maintenance sur les vérins pneumatiques.


Les opérations de maintenance sur les actionneurs pneumatiques du type vérin sont très limitées.
Sur les vérins de petites dimensions, le remplacement systématique en cas de panne est préférable.
Sur les vérins de gros diamètres, la réparation peut être envisagée (changement des joints
d'étanchéité).

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

Comment raccourcir un vérin ?


Cette opération, souvent réalisé en maintenance, permet de raccourcir la tige d'un vérin ainsi que
le cylindre et les tirants. Elle consiste à :

− Démonter le vérin, en retirant les écrous des tirants ;


− Raccourcir le cylindre, le tube et les tirants selon le plan ;
− Nettoyer et remonter le vérin en prenant soin de ne pas endommager le joint de nez (couvrir
le filetage de la tige) ;
− Respecter le couple de serrage au remontage (appliquer les valeurs indiquées sur le tableau
suivant).

Ø A KK KU Ll L2 Ml Couple de serrage (mN)


vérin (surplat) pour les écrous des tirants

32 20 M10 x l,25 10 5 9 M6 4…5


40 24 M12 x 1,25 14 6 9 M6 4 ... 5
50 24 M16 x l,5 17 6 10 M8 9 ... 10
63 32 M16 x 1,5 17 8 10 M8 9 ... 10
80 32 M20 x l,5 22 8 12 M10 18 ... 20
100 40 M20 x l,5 22 10 12 M10 18 … 20
125 54 M27 x 2 27 13 17 M12 27 ... 34
160 72 M36 x 2 36 16 16 M16 80 ... 85
200 72 M36 x 2 36 16 16 M16 150 ... 160
250 84 M42 x 2 46 18 28 M20 305 ... 315

X- Maintenance sur les vérins hydrauliques.

1. Réfection d'un vérin.


Contrairement aux vérins pneumatiques, la réfection d'un vérin hydraulique est une opération de
maintenance courante. Celle-ci passe souvent par le changement des joints (vendus en pochette).

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

2. Couple de serrage
Ø alésage 32 40 50 63 80 100 125 160
Assemblage cylindre / fond série TH
0,9 1,9 2,1 3,4 7,2 9,8 17 32
[m.daN]
Assemblage cylindre / fond série BH
1,6 3,1 3,5 6 13,8 20 22 50
[m.daN]
Assemblage tige / piston séries TH et BH
0,3 2 7 17 33 60 115 240
[m.daN]

3. Symboles pour la rédaction d'une commande.


CTH vérin hydraulique 1 60 bars, construction avec tirants
Série
CBH vérin hydraulique 200 bars, construction sans tirants (vérin nu]
Ø Alésage en clair 32 40 50 63 80 100 125 160
Ø Tige en clair 16 22 22 28 28 36 36 45 45 56 56 70 70 90 90 110
AH amortissement avant et arrière
Amortissement BB-BS amortissement avant et arrière avec bague à trous (voir notice technique spécifique) sans
NA amortissement
1 simple tige
Tige
2 double tige (réalisable uniquement avec le plus petit Ø de tige correspondant à l'alésage)
10 - bride rectangulaire AV
19 - artic. AR fem. + compl. Mâle
11 - bride rectangulaire AR
Fixations pression 21 - articulation AR mâle
14 - équerres position int.
d'utilisation 1 60 23 - tourillons mâles AV
32 - équerres position ext.
bars 25 - tourillons mâles interméd.
18 - articulation AR femelle
30 - sans fixation
48 - articulation AR rotulée
0 - filetage
1 - filetage avec chape mâle
2 - filetage avec chape femelle
Extrémités de tige
3 - filetage avec ensemble chapes mâle et femelle
49 - filetage avec embout rotule
51 - filetage pour embout rotule
Course en mm à la demande
DB taraudage BRIGGS
Raccordement
DG taraudage GAZ
joints à lèvres (n'existe pas en élastomère fluoré)
Etanchéité tige JL JC
joints chevron
Qualité N normale (nitrile)
d'étanchéité V élastomère fluoré
Qualité tube KR cylindre rodé
Position des orifices 1, 2,3 ou 4 au choix
Cote Q en mm préciser dans le cas de fixation par tourillons intermédiaires

Exemple de rédaction d'une commande pour un vérin hydraulique (exemple pour un vérin R. Bosch)
Vérin : CTH 100 x 70.AH.1.14.2.380DB.JL.JC.N.KR.3
CTH Vérin HYD de 160 bars de la série CTH
100 x 70 Alésage 100 mm; tige de 70 mm
AH Amortissement Avant et Arrière
1 Simple tige
14 Fixation par équerre en position intérieure
2 Extrémité de tige (filetage avec chape femelle)
380 Course de 380 mm
DB Orifices du taraudage BRIGGS
JL Etanchéité (joints à lèvres) sur le piston
JC Etanchéité (joints à chevrons) sur la tige
N Qualité d'étanchéité ;
KR Qualité tube (cylindre rodé)
3 Position des orifices
1 60 bars oléo hydrauliques 2 versions -CTH - CBH.
amortis. - non amortis
8 alésages – de 32 à 160 mm 11 fixations

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

4. Mise en œuvre des vérins (maintenance).


Lors des opérations de montage des vérins sur les systèmes, il convient de respecter certaines
règles :

− Remplir les deux chambres du vérin avec l'huile ;


− Purger le vérin au moyen des vis de purge placées sur les flasques avant et arrière ;
− Vérifier les fixations.

Remarques :

− Il est important de réaliser des circuits hydrauliques étanches. La présence d'air dans les
vérins ne permet pas un fonctionnement correct du système et provoque la détérioration
rapide des étanchéités ;
− La force axiale fournie étant importante, il faut travailler dans l'axe, soit en poussant soit en
tirant ;
− Au cours du montage, il faut veiller à la liberté des flexibles (attention aux plis et au
sectionnement des conduites) ;
− Protéger, dans la mesure du possible, la tige contre les agressions du milieu extérieur ;
− Lors du montage et du démontage de l'attelage du vérin, il est impératif de se servir du carré
placé en bout de la tige ;
− Vérifier les pressions maximales imposées par le constructeur sur le vérin ainsi que la
viscosité et la filtration demandée sur le fluide hydraulique.

XI- Les moteurs pneumatiques (d'après document Atlas-Copco).


Ce type d'actionneur fournit un couple régulier et sans vibration. Sur les systèmes automatisés, il
présente de nombreux avantages et il peut être monté sur des outils portatifs vue son encombrement
réduit (moteur à palettes) ou accouplé à divers réducteurs hélicoïdaux ou à vis sans fin.

1. Lubrification des moteurs pneumatiques à palettes.


Pour obtenir une durée de vie importante et des performances maximums, un moteur
pneumatique doit être alimenté par 50 mm3 d'huile par mètre cube d'air consommé.
Remarque : Trop d'huile nuit au bon fonctionnement du moteur. Pas assez d'huile aboutit à une
usure accélérée des palettes.

2. Calcul de la lubrification.
Un moteur non réversible tournant à vitesse maxi consomme 14,5 litres d'air par seconde. En une
minute il consomme 870 litres d'air.
870
La lubrification nécessaire est : —— x 50 = 40 mm3 /min
1000
Avec l'utilisation d'un lubrificateur à brouillard d'huile, le réglage doit se situer à 3 gouttes d'huile
par minute (1 goutte ≈ 15 mm3).

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

3. Régulation des moteurs pneumatiques.


Les étranglements et les régulateurs de pression sont les deux composants employés pour
modifier la puissance d'un moteur pneumatique. Les étranglements peuvent être montés sur la
conduite d'admission d'air ou sur la conduite d'échappement d'air.

4. Installation des moteurs pneumatiques.

L'installation doit comprendre :

− Une unité de traitement d'air (FRL) ;


− Un distributeur 5/3 à commande manuelle ;
− Un limiteur de débit unidirectionnel réglable (permet de faire varier la puissance du
moteur) ;
− Un moteur pneumatique à deux ses de rotation.

XII- Les moteurs hydrauliques.


Ce type d'actionneur permet de transformer l'énergie hydraulique fournie par un fluide sous
pression en énergie mécanique. Il en résulte un mouvement de rotation et un couple sur l'arbre de
sortie du moteur.

1. Réglage de la vitesse.
Sur les moteurs ainsi que sur les vérins, le réglage de la vitesse se fait en agissant sur le débit. Le
composant utilisé pour cet effet est un limiteur de débit.

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

2. Symbolisation.

3. Installation et mise en œuvre.


Lors de la mise en place des moteurs, certaines règles sont à respecter :

− Remplir le moteur d'huile avant son montage ;


− Vérifier les fixations lors de la mise en place ;
− Contrôler le sens de rotation ;
− Respecter les caractéristiques et les limites d'utilisation prescrites par le
constructeur ;
− Vérifier la liberté des conduites ainsi que le serrage des raccords ;
− Contrôler l'étanchéité des raccords.

Remarque : Les moteurs hydrauliques sont des composants fragiles. Il convient donc :

− De respecter une filtration de 25 à 30 microns ;


− De vérifier la qualité de l'huile ;
− De vérifier la résistance des accouplements en sortie d'arbre (les moteurs hydrauliques
peuvent transmettre des couples très importants).

XIII- Les préactionneurs.


Ces composants « distributeurs » sont destinés, dans un système hydraulique ou pneumatique, à
diriger le fluide sous pression (air comprimé ou huile sous pression) vers l'actionneur (vérin ou
moteur). En sens inverse et par une autre voie, il assure le retour sans pression vers le réservoir
(structure hydraulique) ou à l'air libre (structure pneumatique).

1. Distributeur pneumatique.
La maintenance sur ce type de composant ne comporte pas de particularités précises. Les seuls
incidents se manifestant le plus souvent se situent au niveau de l'électrovanne (bobine grillée).
Le diagnostic se fait en testant le passage ou non du courant. Dans ce cas, l'intervention se
résume à un changement de bobine.

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

Pour les problèmes plus importants, le changement du distributeur est souvent pratiqué.
L'encrassement des silencieux provoque souvent une perte de rendement de l'actionneur.

2. Distributeur hydraulique.
Une intervention sur un distributeur hydraulique est souvent corrective. Les causes en sont
diverses. Le plus souvent, un tiroir bloqué est le résultat d'un fluide hydraulique en mauvais état et
donc d'une filtration défectueuse. Le changement des joints, vendus en pochette, doit se faire avec
méthode et soin (démontage et remontage) dans un milieu propre. Il ne faut jamais placer de
bouchons sur l'orifice T du distributeur (retour au réservoir).
Remarque : Les distributeurs les plus souvent utilisés sont les distributeurs de type 4/3 à centres
de natures différentes. Il est recommandé de garder en réserve un ou plusieurs distributeurs de
même type, afin d'éviter des arrêts prolongés des systèmes.

XIV- La technologie du vide - Ventouses - Venturi.


Adaptée à la préhension et aux déplacements des pièces sur les SAP (Systèmes Automatisés de
Production), cette technologie prend maintenant une place très importante dans les ateliers de
production automatisés. Parmi les différents moyens de créer une dépression, le générateur de vide à
« effet Venturi » présentant les avantages suivants :

− Pas d'usure, car aucune pièce n'est en mouvement ;


− Technologie simple et à faible encombrement ;
− Possibilité d'être monté directement sur les systèmes robotisés.

1. Les ventouses.
Eléments en matériaux souples de formes rondes oblongues, elles permettent la
préhension, le déplacement ou la manipulation d'objets de formes diverses. La sélection du type de
ventouses se fait suivant le travail à effectuer.

2. Branchement du générateur de vide.


Deux cas sont possibles :

− Par coupure ou par établissement de la pression d'alimentation du générateur de vide ;


− Par distributeur 4/2 ou bloqueur 2/2.

Dr. Alaeddine ZOUARI


Maintenance des systèmes électromécaniques 3LAEMI ISGI Sfax

3. Recommandations lors des essais et mise en route,


Lors des essais de mise en route d'un système de préhension de pièces par le vide, il faut tenir
compte de divers paramètres comme :

− Les décélérations ;
− Les couples de rotation ;
− Les changements de sens de rotation ;
− Les efforts de basculement ;
− Le déséquilibre dans le poids.

Ces paramètres sont très importants et amènent souvent à reconsidérer le diamètre et le nombre
de ventouses du système.

4. La maintenance des ventouses et venturi.


Les cas de dysfonctionnement concernant ce type de matériel peuvent avoir des causes
différentes :

a- Le générateur de vide ne fournit pas la dépression demandée. Causes possibles :

− Pas d'alimentation ou peu (généralement 6bars) ; Eventuellement défaut, ou mauvaise


filtration ;
− Utilisation d'air lubrifié.

b- La pièce se fixe mal à la ventouse Causes possibles :

− Dépression trop faible ;


− Ventouse défectueuse ou usagée ;
− Ventouse mal adaptée ;
− Mauvais dimensionnement de la ventouse.

Dr. Alaeddine ZOUARI

Vous aimerez peut-être aussi