Vous êtes sur la page 1sur 3

Filière Etudes Françaises Module : Lexique et Culture

Semestre 6
Pr.EZZOUBAÏR

Séance du mardi 31/03/2020.


I- Corrigé de l’article long extrait du Petit Robert

1) Sémantisme de long

Selon le P.R, long s’emploie comme adjectif, comme nom et comme adverbe. L’adjectif a
une valeur spatiale et temporelle. Il peut également avoir un usage emphatique
relativement à l’une ou l’autre de ces valeurs. Il se place avant ou après le nom qu’il qualifie.
Dans son expression spatiale, l’adjectif long peut être synonyme de :

a) Grand : ‘’le héron au long bec emmanché’’ (La Fontaine)


b) Etendu : faire un long détour
c) Elancé : une fille longue et svelte.

Peut être antonyme de :


a) Court : une chemise à manches longues
b) Large : bande longue
c) Epais, clair, en parlant de sauce en cuisine : une sauce longue.
Il peut être combiné avec la préposition de pour signifier ‘’qui a telle longueur’’ : ce fleuve
est long de 3000 km.

Exprimant le temps, long peut signifier :


a) ‘’Qui dure longtemps’’ : un long hiver ; un vin long en bouche, dont le bouquet reste
longtemps sur les papilles gustatives.
b) En grammaire, le contraire de bref : une voyelle longue.
c) ‘’Qui dure longtemps et ne se répète pas souvent’’ : à longs intervalles.
d) ‘’Qui remonte loin dans le temps’’ : un long passé
e) ‘’Qui est éloigné dans l’avenir’’, spécialement dans le domaine des finances : un crédit à
long terme.
f) Lent : un repas long à préparer
g) Long de : ‘’durée’’ : cycle long d’un cinquantième de seconde.

Avec la valeur emphatique relativement à l’espace : abondant : un courant à longs flots, et


au temps : de longues heures :des heures et des heures.
Le nom masculin long exprime aussi bien l’idée de longueur, d’étendue, voire de hauteur,
que celle de durée. Il se combine avec les prépositions au, de ou en :
Il était étendu de tout son long ; le long des rues ; grimper le long du mur ; racontez-moi cela
tout au long ; couper le fil en long.
Enfin, dans son emploi adverbial, long exprime la quantité : en savoir long sur quelque
chose ; ou la manière : cette femme est habillée long.

2) Le champ dérivationnel de long :


Long est à l’origine de la formation de nombreuses unités lexicales :
a) Par conversion : long a le statut d’un nom masculin exprimant l’idée d’étendue, ou de
durée. Il a également le statut d’adverbe exprimant la quantité ou la manière. Son ancien
féminin longe est conservé comme nom féminin désignant une courroie servant à attacher
un cheval, ou une lanière qui retient la patte du faucon ; il a par ailleurs le statut de verbe
dans longer, dont les sens sont passés à prolonger et allonger. Sa forme au féminin a permis
de former le nom féminin longue employé en musique et en argot pour ‘’année’’.
b) Par préfixation : les verbes d’action allonger, élonger, prolonger et rallonger.
c) Par suffixation : l’adverbe de manière longuement, le nom de qualité longueur, l’adjectif
longuet signifiant ‘’un peu long, dans le temps’’ devenu nom masculin désignant un marteau
long et fin des facteurs de pianos, ou petit pain biscoté mince et long, les noms longeron
‘’poutre en construction automobile ou aéronautique’’, longotte ‘’calicot gros et lourd’’, et
longitude, terme de géographie ‘’longueur’’.
d) Par composition savante : avec une forme longi : longimétrie, longiligne, longanime,
longévité.
e) Par composition populaire : longue-vue ‘’lunette d’approche’’, long-courrier ‘’bateau ou
avion desservant de longues distances’’, longtemps ‘’longue durée’’.
f) Des locutions : avoir le bras long, avoir les dents longues, long comme un jour sans pain,
faire long feu ; de longue date, à la longue ; de long en large, en long et en large ; tout le long
de ; de long en long.
II- Documents de cours distribués en classe : Eléments à assimiler (suite).

Marie Françoise Mortureux : La lexicologie entre langue et discours. Ed. SEDES 1997 (1ère
edition) page 82  125.

Première partie :

C) L’organisation hiérarchique du vocabulaire :


1) La hiérarchie : exemples : instrument, outil, rabot, varlope, être vivant, meuble.
2) La solidarité : métonymie / holonymie / méronymie. Exemples : symphonie et
mouvements.
3) Virtualité linguistique et réalité discursive. Le sens propre et les sens figurés.

Texte à lire et à comprendre page 87 – 88

Questions :

1. Dégagez la problématique du texte.


2. Comment peut-on expliquer les deux catégories de sens figuré ?
3. Relevez les exemples du texte.