Vous êtes sur la page 1sur 3

INTERET A AGIR

Permet d’agir en justice

Qu’est-ce que l’intérêt à agir ? C’est l’avantage que l’on entend obtenir en agissant en justice.

L’art 31 du CPC : « L'action est ouverte à tous ceux qui ont un intérêt légitime au succès ou au rejet d'une prétention, sous
réserve des cas dans lesquels la loi attribue le droit d'agir aux seules personnes qu'elle qualifie pour élever ou combattre une
prétention, ou pour défendre un intérêt déterminé ».

Critères de l’intérêt à agir :


- Doit exister = son existence = pour pouvoir agir en justice, il faut disposer d’un intérêt
- Doit être légitime
-
La JPC a dégagé également d’autres critères : l’intérêt à agir doit être =
- Né et actuel  Cela permet d’éviter les actions qui seraient interrogatoires = le juge ne répond à des questions de droit
que dans le cadre d’un litige précis
- Direct et personnel  Cela permet d’éviter les actions qui seraient faites pour le compte d’autrui
-
-
L’appréciation de l’intérêt à agir est faite de manière subjective

!!! ATTENTION !!! L’intérêt à agir ne doit pas être confondu avec la qualité pour agir
-
QUALITE POUR AGIR

Dans certains cas, l’article 31 du CPC qui précise la notion d’intérêt à agir, ajoute que le droit d’agir en justice peut être réservé
uniquement à certaines personnes. On parle alors d’action attitrée. Il faut que ces personnes aient aussi une qualité pour agir.

Par exemple, dans le cadre d’un contrat, l’action en nullité contre ce contrat ne peut être exercée que par 1 des parties qui a signé
le contrat, et non par un tiers.

Par exemple, dans le cadre de l’action en contestation de paternité, elle ne pourra être exercée que par l’enfant, l’un de ses père
ou mère, celui qui se prétend être le véritable parent ou le Ministère Public.

L’intérêt à agir n’est pas présent mais la législation va octroyer une qualité pour agir à certaines personnes afin qu’elles puissent
agir en justice = c’est le cas notamment pour :
- Les syndicats
- Les associations
Ceux-ci auront le droit d’agir pour le compte de leurs membres.
Déroulement de la procédure civile
Etapes d’un procès :

1ere étape  Introduction de la procédure = Il va y avoir 2 parties :


q Partie qui va introduire la procédure = « demandeur » : c’est la personne qui va demander quelque chose au Tribunal, qui va prendre l’initiative de la procédure
q Partie qui va se défendre = « défendeur » : c’est la personne qui va se défendre contre la personne qui l’a attaquée
q
C’est le demandeur qui va demander à son avocat de rédiger l’acte introductif d’instance. Dans la plupart des cas, c’est une citation ou une requête. Le défendeur va recevoir ce courrier par huissier
de justice. Le défendeur est convoqué à une audience. Ce sera la 1 ere audience du procès CAD que ce n’est pas à cette audience que le procès va être plaidé.

Si ce sont des débats succincts, l’affaire pourra être plaidée très rapidement au cours de cette 1 ere audience (audience d’introduction) ; mais dans les faits c’est rare.

2e étape  Le dossier / affaire est « mis en état » = Le dossier doit être préparé, il faut constituer le dossier pour que le juge dispose de tous les éléments que les parties veulent lui présenter au
moment où le dossier est plaidé. Souvent, les parties se mettent d’accord sur un calendrier de procédure CAD qu’elles auront un certain délai pour mettre par écrit leurs arguments.

3e étape  Rédaction des conclusions = C’est le demandeur qui a écrit la citation, donc il a déjà mis par écrit ses 1 ers arguments. Les arguments écrits sont appelés « conclusions ». Les 1eres
conclusions seront écrites par le demandeur. Le défendeur aura le même délai pour répondre aux conclusions du défendeur dans ses propres conclusions. C’est toujours le défendeur qui a le dernier
mot donc il pourra encore répondre. Dans certains cas, il est possible de faire un « 2e jeu d’échange des conclusions ». Chaque partie dispose du même délai pour rédiger ses conclusions, les
transmettre au Tribunal et à la partie adverse pour qu’elle puisse répondre.

Avec les arguments écrits, on envoie aussi les pièces du dossier = IMPORTANT car c’est sur la base de ces pièces que le dossier pourra être convainquant ou moins convainquant.

4e étape  Audience pour plaider le dossier

5e étape  Prise du dossier en délibéré = Le Tribunal, CAD les juges, auront un certain temps pour réfléchir au dossier et rendre leur jugement.

6e étape  Jugement rendu = si le jugement ne convient pas aux parties, il sera possible d’interjeter appel => en appel on recommence la mise en état du dossier

Parfois, d’autres éléments vont venir s’intercaler (ex : expertise, opposition etc …)
C’est au cas par cas, donc il peut y avoir des différences

Vous aimerez peut-être aussi