Vous êtes sur la page 1sur 33

Mémoire technique

Projet :

PROJET DE CREATION D’UN ENTREPÔT DE PRODUITS


METALLURGIQUES KDI

KWK
1
Table des matières
I. OBJET DU DOCUMENT .................................................................................................................. 3
II. DOMAINE D’APPLICATION ........................................................................................................... 3
III. ENTITES CONCERNEES .................................................................................................................. 3
IV. GLOSSAIRE.................................................................................................................................... 4
V. REFERENCES ................................................................................................................................. 4
VI. DESCRIPTION DES PRESTATIONS................................................................................................. 4
VII. ENGAGEMENT ET OBJECTIFS ..................................................................................................... 5
VIII. ORGANISATION .......................................................................................................................... 6
IX. MANAGEMENT DE LA QUALITE.................................................................................................. 17
X. FICHE D’IDENTIFICATION ............................................................................................................ 22
XI. APPROBATION ........................................................................................................................... 22
XII. TEXTES DE REFERENCES ........................................................................................................... 22
XIII. CLASSEMENT ........................................................................................................................... 22
XIV. MISE A DISPOSITION ............................................................................................................... 23
XV. LISTE DE DISTRIBUTION ............................................................................................................ 23
XVI. Descriptions des tâches à réaliser........................................................................................... 23
XVII.Descriptions des gênes que le chantier peut apporter au milieu extérieur ............................ 29

2
I. OBJET DU DOCUMENT

L’objet de cette Note d’Organisation Générale est de répondre aux prescriptions


de la MOA en termes d’organisation, moyens et méthodes pour assurer la bonne mise
en œuvre et le contrôle qualité nécessaire.
La démarche qualité sera conduite dans son ensemble et dans toutes ses parties dans
le cadre d'un système qualité, permettant de :
· définir la qualité requise ;
· obtenir le niveau de qualité défini de façon continue ;
· contrôler les résultats ;
· mettre en place les actions correctives.

Le Système de Management Qualité se définit par la déclinaison méthodique des


exigences du client en termes de performance, portant sur le respect des coûts, des
délais et de la qualité des prestations contenus dans le contrat.
La mise en œuvre d'un tel système doit permettre de fournir les preuves de l'obtention
de la qualité et de son maintien.
Cette note décrit l’organisation de la société KWK, ses différentes composantes, ses
missions, ses moyens.

II. DOMAINE D’APPLICATION

La société KWK met en œuvre le présent mémoire technique pour le marché de réalisation du :

PROJET DE CREATION D’UN ENTREPÔT DE PRODUITS METALLURGIQUES ET D’UN PARC D’ACTIVITES

III. ENTITES CONCERNEES

Maitre d'ouvrage :
SCI Stella
c/o VECTURA
27 rue de La Boëtie 75 008 PARIS

3
Bureau d'étude technique :

IV.GLOSSAIRE

MOA : Maître d’ouvrage


MOE : Maitre d’oeuvre
MOT : Maitre d’oeuvre technique
CCAP : Cahier des Clauses Administratives Particulières
CCTP : Cahier des Clauses Techniques Particulières
CPS : Cahier des prescriptions spéciales
CSPS : Coordonnateur Sécurité et Protection de la Santé
PAQ : Plan Assurance Qualité
PHS : Plan Hygiène et Sécurité
NC : Non-conformité
AC : Action Corrective
AP : Action Préventive
BPE : Bon Pour Exécution
DOE : Dossier d’Ouvrage Exécuté
QHSE : Qualité Hygiène Sécurité Environnement

V. REFERENCES

• PPSPS
• SOSED
• RAPPORT GEOTECHNIQUE
• CCA
• CCTP
• CPTA
• Les systèmes de management QSE,

VI. DESCRIPTION DES PRESTATIONS


a. CONSISTANCE DU PROJET

Le présent projet a pour objet :

CREATION D’UN ENTREPÔT DE PRODUITS METALLURGIQUES ET D’UN PARC D’ACTIVITES

4
b. NATURE DES TRAVAUX

Les prestations liées à ces travaux comprennent :

• Installation de chantier.
• Travaux préparatoires.
• Travaux de terrassement.
• Travaux de voiries.
• Travaux de réseaux d’assainissement EP et EU.
• Travaux d'infrastructure des réseaux.
• Travaux d'éclairage.
• Travaux d'adduction d'eau incendie.
• Travaux de bordures et revêtements de sol.
• Mise en place de la signalisation verticale et horizontale.

VII. ENGAGEMENT ET OBJECTIFS

1. ENGAGEMENT DE LA DIRECTION DU PROJET

La Direction du Projet de la société KWK exprime à travers son système Qualité sa


volonté de satisfaire les exigences du client définies dans les documents consécutifs
du marché.
La Direction du Projet s’engage à définir et respecter les règles d’une Organisation
Assurance Qualité conforme aux principes définis dans les normes en vigueur
cohérentes avec le système de management de la Qualité en vigueur au sein de
l’entreprise afin de maîtriser les procédés d’exécution et assurer la qualité finale des
prestations fournies.
Par conséquent, elle s’engage à :
• Mettre en œuvre pour la réalisation du projet, un Plan d’Assurance Qualité qui
couvre l'ensemble des dispositions nécessaires à l'application des exigences
des normes et des prescriptions contractuelles.
• Employer un personnel qualifié, expérimenté et convenablement formé à
l'exécution des tâches qui lui sont confiées,
• S'assurer que le Plan d’Assurance Qualité a été distribué au personnel
concerné et aux entités opérationnelles, de manière que toutes les réalisations
et services soient conformes aux clauses contractuelles et légales,
• S'assurer de l'application et de l'efficacité du Plan d’Assurance Qualité.

2. OBJECTIFS

Dans le cadre du projet : Creation d’un Entrepôt De Produits Metallurgiques Et d’un Parc
d’activites

5
relatif aux travaux de voirie et réseaux divers, et conformément aux attentes du maître
d’ouvrage et du maître d’oeuvre, les objectifs de KWK sont de réaliser le contrat de
manière à :
• Permettre l’atteinte du niveau de performance requis exigé par le MOA
pour le Projet.
• Donner des règles de fonctionnement communes à tous les acteurs ;

L'atteinte de ces objectifs est mesurée à fréquence régulière sur l'ensemble du projet.
Si nécessaire, des actions correctives et des actions d'amélioration du système de
management sont mises en place afin d'atteindre les objectifs fixés.
Les critères de réussite sont déterminés sur les bases suivantes :

• Respect des délais de livraison


• Respect du budget
• Respect du niveau de Qualité requis
• Respect du niveau de Sécurité
• Satisfaction des exigences du contrat

Ces objectifs sont mesurés mensuellement à travers les indicateurs de performances


associés à chaque indicateur. Les résultats sont reportés dans les rapports
d’avancement mensuels.

VIII. ORGANISATION

1. Organisation générale

La société KWK met en place une organisation qui assure le pilotage et la coordination
du projet. Elle est composée du directeur de projet, d’un ingénieur de travaux, d’un
chef de chantier, d’un responsable QSE, de chefs d’équipes et de compagnons
Les profils et les noms des personnes qui ont en charge le contrôle interne et externe
sont spécifiés.
Le schéma de l’organisation du management de la Qualité est le suivant : Cette cellule
s’appuie sur les fonctions suivantes :

• Technique
• Administratif et financier
• Qualité / Environnement
• Hygiène /Sécurité
• Etudes et coordination des travaux

2. Moyens humains de la gestion de projet & Réalisation

6
i. Directeur de Projet

Il a la responsabilité totale de l’opération et des moyens affectés.

Relations internes
• Assure le bon déroulement et la bonne exécution du projet en qualité, en
délais et en coûts.
• Gère la planification du projet.
• Assure la circulation d'information au sein de l’entreprise.
• Assure le pilotage et la coordination au sein de l’entreprise.

Relations externes
• Le directeur de projet est l’interlocuteur privilégié du MOE. Ce lien peut être
reporté sur le conducteur de travaux en fonction des besoins.
• Le directeur de projet dispose des délégations d’autorité nécessaires pour
assurer sa mission.
• Maintient la communication entre les diverses parties du projet.
• Réalise les devis en collaboration avec les différents responsables.
• Entretient des relations avec les fournisseurs.
• Incite le personnel à donner une bonne image du chantier.
• Négocie les commandes importantes de fournitures.
• Signe les documents contractuels.

Tâches techniques
• Relaie la stratégie de l’entreprise définie par le comité de direction
• Définit les besoins en compétences humaines et en matériels pour réaliser le
chantier au sein de l’entreprise
• Consulte les fournisseurs et sous-traitants éventuels lors des travaux
• Organise l'exécution des travaux en relation avec le conducteur de travaux
• Peut participer aux réunions de chantier
• Déclenche la réception des travaux
• Gère le planning d'exécution des travaux

Tâches administratives
• Peut négocier et gérer les achats et les fournitures du chantier.
• Prend connaissance des pièces écrites, gère l'ensemble des documents relatifs
à la réalisation du chantier.

Tâches de gestion
• Réalise contradictoirement un attachement de travaux avec les responsables
métiers en vue de la facturation.
• Est responsable de l’organisation, de la réalisation, de la qualité des travaux
exécutés dans le souci constant du respect des règles QHSE.
• Contrôle la gestion administrative et financière du chantier.

7
• Donne les moyens nécessaires à ses équipes

Actions QHSE
Est le garant de la Qualité et plus globalement de la démarche QHSE pour le compte
de l’entreprise
• Vérifie et approuve les PAQ et PHS de l’entreprise
• Donne son approbation avant envoi au MOE pour toute nouvelle version du
Plan Qualité
• Délègue au responsable QHSE la mise au point et la gestion du plan qualité
• Met en œuvre les moyens permettant d'atteindre les objectifs QHSE définis et
les dispositions des plans qualité, environnement et PHS
• Informe le responsable QHSE des réclamations clients ainsi que des anomalies
et des non-conformités éventuelles relatives au traitement des commandes
fournisseurs et à la réalisation du chantier
• Pilote la mise en œuvre des actions correctives et préventives qui lui sont
confiées
• Détermine les actions disciplinaires contre tout personnel du site ou sous-
traitant lors de manquements aux règles de santé et de sécurité
• Participe aux discussions relatives à la qualité, la santé, la sécurité, l’hygiène et
l’environnement.

ii. Ingénieur de travaux

Il reçoit des missions et autorités déléguées par le directeur de projet. Il a pour


mission :
• D’organiser la bonne marche du chantier
• D’organiser avec les responsables métier la gestion du chantier et la répartition
du travail
• D’organiser avec les responsables métier la coordination et les interfaces
chantier

Relations internes
• Assure avec les chefs de chantier, le bon déroulement et la bonne exécution
du chantier en qualité, en délais et en coûts
• Gère le planning général
• Assure la circulation d'information au sein de l’entreprise

Relations externes
• Gere les relations avec les fournisseurs

Tâches techniques
• Assure la gestion du matériel
• Assure le suivi et les points chantier

8
• Définisse les besoins en compétences humaines et en matériels pour réaliser
le chantier
• Consulte les fournisseurs et sous-traitants éventuels lors des travaux
• Organise l'exécution des travaux en relation avec les chefs de chantier
• Participe aux réunions de chantier
• Etablisse un planning prévisionnel d'exécution des travaux et l'ajusteront en
fonction du déroulement
• Définisse les techniques générales mises en œuvre sur le chantier avec les
chefs de chantier
• Participe à la réception des travaux.

Actions QHSE
• Informe le responsable QHSE des réclamations client ainsi que des anomalies
et des non-conformités éventuelles relatives au traitement des commandes
fournisseurs et à la réalisation du chantier
• Pilote la mise en œuvre des actions correctives et préventives qui lui sont
confiées

iii. Responsable Qualité Hygiène Sécurité Environnement

Relations internes
• Assure le lien QHSE entre toutes les équipes de l’entreprise,
• Est garant de la gestion documentaire QHSE

Relations externes
• Assure la communication QHSE pour l’ensemble du personnel de l’entreprise.
• Est l’interlocuteur privilégié du MOE en matière de reporting QHSE.
• Assure le lien avec les organismes de contrôle éventuels,
• Participe aux audits de contrôle externes
• Est en relation avec les coordonnateurs

Tâches techniques
• S’assure de la mise en œuvre de la démarche QHSE sur l’ensemble du projet
• Rend compte au directeur de projet de toutes les anomalies qualité, sécurité,
environnement, planning, ou méthodes qu’il aurait pu constater
• S’assure de la formalisation des événements survenus, des non-conformités
identifiées, de leur suivi et de la mise en œuvre des plans d’actions correctifs
• Assure la diffusion de tous les documents reprenant les consignes et
recommandations en matière de QHSE
• Apporte un support fonctionnel aux différentes fonctions
opérationnelles du projet.
• Etablit le Plan Assurance Qualité, ainsi que le PHS et assure leurs mises à jour.
• Veille à la bonne application du PAQ, ainsi que du PHS.
• Veille à la bonne application des différents plans de contrôle métier.

9
• Rend compte au directeur de projet du management QHSE
• Définit les principes fondamentaux, les objectifs et les dispositions pratiques et
opérationnelles à appliquer qui permettront de satisfaire les exigences du Maître
d'Ouvrage en matière de management.

Action QHSE
• Dispose de l’autorité, de la responsabilité et des moyens nécessaires pour garantir
la qualité des prestations effectuées, la sécurité et le respect de l’environnement.
• Assure la levée des points d’arrêt avec le MOE.
• Après acceptation par le MOE, diffuse le Plan Assurance Qualité à toutes les
personnes contribuant au projet.
• Centralise toutes les demandes de nouvelles procédures ou de mises à jour de
procédures.
• S’assure de la connaissance par ses collègues des objectifs et des exigences QHSE
du Projet, des modes de fonctionnement, des procédures des modèles applicables
sur le projet et en contrôle la bonne application.
• Met en œuvre les actions correctives et préventives nécessaires et en mesure
l’efficacité.
• S’assure de la conformité des fournisseurs et les évalue.
• Gère-les non-conformités et définira, avec la direction du chantier, les actions
correctives éventuelles à mener.
• Est responsable de la réalisation des audits internes pour vérifier l’adéquation et
la pertinence du système QHSE ainsi que la bonne application des exigences et
procédures.
• Planifie des audits à intervalle pertinents dans le but de vérifier la bonne
application des exigences QHSE définies, l’adéquation et la pertinence du système
mis en place.
• Gère les dossiers QHSE de la période de préparation jusqu’à la remise au client des
DOE.
• S’assure de la diffusion des exigences QHSE du client aux fournisseurs et sous-
traitants, puis de leurs applications.
• Assure la diffusion de tous les documents reprenant les consignes et
recommandations QHSE.
• Est garant du suivi et de la traçabilité des déchets.
• Pilote les prestataires de transport et de traitement des déchets.
• Organise le stockage et le tri des déchets sur le chantier en collaboration avec les
conducteurs des travaux et les Responsables Métier.
• Contrôle la propreté des chantiers, de la base vie et de ses abords.
• Assure la consolidation des données de gestion des déchets.
• Participe à la sensibilisation de l’encadrement aux aspects QHSE

Gestion
• Assure la mise en œuvre des audits internes QHSE
• Assure la gestion opérationnelle et administrative des déchets
• Assure la mise à jour du Plan Assurance Qualité, et du PHS

10
• Gère les réclamations et plaintes éventuelles relatives au QHSE
• Assure les informations et sensibilisations du personnel de chantier
• Gère les fournisseurs et les évalue en matière de QHSE
• Prépare et anime les revues de direction QHSE
• Assure la mise à jour des indicateurs QHSE et le pilotage du tableau de bord QHSE
• Assure la transmission des consignes QHSE à toute nouvelle entreprise
• Veille au respect des exigences légales et réglementaires en matière de QHSE

iv. Responsable Topographie

Relations internes
• En relation directe avec les chefs de chantier.

Tâches techniques
• Assure la supervision des opérations de contrôle topographique
dans le cadre du contrôle interne
• Assure l’implantation sur le terrain des caractéristiques et limites
clefs du projet et en effectue les contrôles
• A la responsabilité, en étroite relation avec les conducteurs de
travaux de positionner les ouvrages conformément aux plans et
tracés.
• Etablit et interprète des fiches de contrôle permettant la réception
des plates-formes.
Actions QHSE
• S’assure de la bonne réalisation des contrôles qualité et de leur
formalisation sur les fiches de contrôle définies au Plan de Contrôle
Qualité du projet.
• Rédige les fiches de non-conformité et propose, sous couvert du
Responsable QHSE des actions correctives.
• Informe le Responsable QHSE des réclamations clients ainsi que des
anomalies et des non-conformités éventuelles à la réalisation des
interfaces.
• Pilote la mise en œuvre des actions correctives et préventives qui leurs
sont confiées.

v. Directeur Administratif & Financier

Relations internes
• Rapporte au Directeur de projet
• Est en relation avec les chefs de chantier et les ingénieurs travaux.

Tâches techniques
• Gère toute la partie administrative relative au présent marché en
termes des cautions, assurances, garanties
• Gère le contrôle de gestion de l’entreprise
11
• Prépare le projet de décompte mensuel de l’entreprise à partir des
métrés et attachements mensuels validés
• Etablit les factures, les envoie au MOA pour paiement, et assure la
répartition des paiements au sein de l’entreprise.

Actions QHSE
• S’assure du bon rassemblement mensuel des attachements par les
chefs de chantiers.
• S’assure de la présence et conformité des contrats de sous-traitance.

vi. Chef de chantier

Il a la responsabilité d’assurer la bonne réalisation des travaux.

Missions :
• Appliquer les procédures et méthodes d’exécution,
• Gérer le personnel et le matériel mis à sa disposition pour la réalisation des
travaux.
• Gérer les besoins en matériel.
• Contrôler les bons de commandes et livraisons des prestataires et sous-
traitants.
• Responsable de la qualité de son chantier (respect des consignes d’exécution)
• Responsable du contrôle interne de son chantier ;
• Responsable de la sécurité (respect des consignes de sécurité).
• Il s’assure du respect des règles de sécurité par le personnel.
• Il contrôle l’accès du chantier aux seules personnes autorisées.
• Il contrôle et canalise la circulation des engins de chantier dans l’enceinte du
chantier.
• Il prévient les personnes concernées en cas d’incident (conducteur de travaux,
secours…).
• Avertir son conducteur de travaux de tout incident ou non-conformité qu’il
rencontre.
• Établir les rapports et les journaux de chantier.

d. Moyens matériels.

KWK met à disposition les ressources en matériel nécessaires à la réalisation du


présent marché, ces ressources seront adaptées et modifiées suivant l’avancement
des travaux et besoins du chantier.

groupe Libellé Total


ALIMENTATEUR CHENILLE VOGELE MT 1000-1 1
Balayeuse CAMION BALAYEUSE ASPIRATRICE CITYFANT 60 TA 1

12
Bull BULL CAT D8T 1
Camion CAMION PLATEAU 4*2 IVECO 1
CAMION BENNE 4*2 CLR 220 1
CAMION BENNE 4*2 CLR 220 1
CAMION BENNE 4*2 CLR 220 1

CAMION BENNE 4*2 KERAX 300 1


CAMION BENNE 4*2 KERAX 301 1
CAMION PLATEAU 4*2 IVECO 1
CAMION PLATEAU GRUE 6*4 MIDLUM 270 1
CAMION RAVITAILLEUR GASOIL MIDLUM 208 1
CAMION RAVITAILLEUR GASOIL MIDLUM 208 1
CAMION BENNE 8*4 KERAX 400 1
CAMION S2GW100138 1
Chargeur CHARGEUR sur PNEUS CAT 938 G 1
CHARGEUR sur PNEUS CAT 938 G 1
CHARGEUR L120E 1
CHARGEUR sur PNEUS CAT 908 1
CHARGEUR sur PNEUS CAT 908 1
CHARGEUR sur PNEUS VOLVO L 120 F 1
CHARGEUR COMPACT CAT 216 B 1
CHARGEUR sur PNEUS VOLVO L 120 F 1
CHARGEUR COMPACT CAT 216 B 1
CHARGEUR COMPACT CAT 246 C 1
Compactage BB COMPACTEUR LISSE TANDEM DYNAPAC CC 722 1
COMPACTEUR LISSE TANDEM CAT CB 434 D 1
COMPACTEUR LISSE TANDEM DYNAPAC CC 522 1
COMPACTEUR LISSE TANDEM CAT CB 434 D 1
COMPACTEUR LISSE TANDEM CAT CB 434 D 1
COMPACTEUR MIXTE DYNAPAC CC 522 C 1
COMPACTEUR LISSE DYNAPAC CC 522 C 1
COMPACTEUR LISSE TANDEM CAT CB 434 D 1
ROULEUX TANDEM VIBRANT BW 14 1
CompactageBB <2T COMPACTEUR LISSE TANDEM CAT CB 214 1
COMPACTEUR LISSE TANDEM CAT CB 214 1
COMPACTEUR LISSE TANDEM CAT CB 22 1

13
COMPACTEUR LISSE TANDEM CAT CB 22 1
COMPACTEUR LISSE TANDEM VOLVO DD 24 1
COMPACTEUR LISSE TANDEM BOMAG BW 100 1
Compactage. V4-V5
COMPACTEUR MONO BILLE BOMAG BW 216 1
COMPACTEUR MONO BILLE CAT CS 56 1
COMPACTEUR MONO BILLE DYNAPAC CA 302 1
COMPACTEUR MONO BILLE CAT CS 583 1
COMPACTEUR MONO BILLE CAT CS 56 1
COMPACTEUR MONO BILLE BOMAG BW 212 1
Concassage CONCASSEUR PRIMAIRE à MACHOIRES MR 86 1
CONCASSEUR GIRATOIRE 45 N 1

CRIBLE V 154 1
CRIBLE V 154 1
GRENAILLEUSE 2-20 DT 1
SAUTERELLE CRIBLEUSE LOADASCREEN 1
CONCASSEUR PRIMAIRE à MACHOIRES BW 65 1
Répandeuse CAMION EPANDEUR ACMAR 1
CAMION EPANDEUR ACMAR 1
CAMION EPANDEUR ACMAR 1
Finisseur FINISSEUR sur PNEUS TITAN 373 1
FINISSEUR sur CHENILLES ABG 7820 1
FINISSEUR sur CHENILLES ABG 6820 1
FINISSEUR sur CHENILLES ABG 6820 1
G.E GROUPE ELECTROGENE GPE 88 (AMMANN) 1
GROUPE ELECTROGENE PGS 800 F (AMMANN) 1
GROUP ELECTRO GPE 88 (TSM 17 M) 1
GROUPE PGS 500 SERIE 2253 (TSM 17 M) 1
GROUPE ELECTROGENE SMMO V 375 K 1
Niveleuse NIVELEUSE CAT 14 H 1
NIVELEUSE CAT 12 H 1
NIVELEUSE CAT 12 H 1
NIVELEUSE CAT 12 H 1
NIVELEUSE CAT 12 H 1
NIVELEUSE CAT 12 H 1

14
NIVELEUSE CAT 12 K 1
NIVELEUSE CAT 120 K 1
Pelle PELLE SUR CHENILLE VOLVO EC 240 B 1
PELLE SUR CHENILLE VOLVO EC 240 B 1
PELLE SUR CHENILLE CAT 324 DL 1
Pétrin mobile PETRIN sur porteur MAN 1
PETRIN sur porteur RENAULT 1
PETRIN sur porteur RENAULT G 290 1
Point à temps CAMION BENNE 1
Pont bascule PONT BASCULE VIAL 60 T 1
PONT BASCULE 80 T 1
Centrale asphalte POSTE ASPHALTE MOBILE 1
Centrale enrobage CENTRALE ENROBAGE ERMONT TSM 17 MAJOR 1
CENTRALE ENROBAGE AMANN UNIGLOBE 250 1
Raboteuse RECYCLEUSE WIRTGEN 2200 CR 1
Tracteur TRACTEUR ROUTIER 4*2 KERAX 400 + PC P4210055 1
TRACTEUR ROUTIER 6*4 KERAX 440 + PC P4210100 1
TRACTEUR ROUTIER 4*2 PREMIUM 440 + PC P 4420036 1
Tractopelle TRACTOPELLE CAT 428 E 1
TRACTOPELLE VOLVO BL 71 1
TRACTOPELLE VOLVO BL 7 1

e. Réunion

L’ingénieur travaux s’engage à se présenter en personne ou de se faire représenter


par un de ses collaborateurs qualifiés, lors des réunions de chantier régulières et à la
demande de MOE.

a) Réunions de chantier (avec le MOE)

Des réunions de chantier sont tenues chaque semaine, la fréquence est définie par
le MOE.
Cette réunion a pour objectif de faire le bilan des coûts/délais, avancement physique
du projet en cours d’études et de travaux ; de faire le bilan des évolutions. Cette
réunion est à l’initiative du représentant du MOE ou de l’entreprise. Y participent les
représentants du MOE, et les responsables du chantier.

15
Toute réunion donne lieu à un compte-rendu. Le compte-rendu est établi par le MOE,
et diffusé à minima aux membres présents ainsi qu’aux membres non présents définis
lors de la réunion.

b) Autres types de Réunions

Réunion de lancement

Cette réunion vise à formaliser l’organisation et le fonctionnement du projet, à


mettre tous les acteurs du projet au même niveau de connaissance et à obtenir leur
adhésion.
Cette réunion est à l’initiative du MOE.
Y participent l’équipe projet et les chefs de chantiers, et le MOE.

Réunion de travail

Cette réunion vise à traiter un problème technique spécifique, un prix ou une


réclamation…
Cette réunion est à l’initiative de toute personne la jugeant nécessaire.
Seront réunis les personnes concernées par l’ordre du jour.

Réunion techniques particulières ou de coordination

Ces réunions sont organisées par le MOE, où les représentants de l’entreprise sont
conviés, avec la participation des ingénieurs travaux. Elles ont pour objet de traiter les
problèmes techniques particuliers ou de coordination avec d’autres entrepreneurs liés
au déroulement général du marché.

c) Journal de chantier

Les journaux de chantier, sont établis et signés par le chef de chantier en fin de
journée, ils sont aussi signés contradictoirement par le représentant du MOE en fin de
journée, ceux-ci permettent d’établir les métrés de fin de mois.

16
IX. MANAGEMENT DE LA QUALITE

a. Organisation générale

Procédures d’Exécution

Les procédures d’exécution sont établies par KWK.


Aux procédures d'exécution, sont associées des fiches de suivi d'exécution et un plan
de contrôle qui récapitule les éléments des procédures.

Documents de suivi

Les documents de suivi sont intégrés dans le système qualité, à savoir :


Les demandes d’agrément matériaux et engins, les habilitations du personnel.
• Fiches de contrôle
• Fiche de repérage de la voie
• PV de réception
• Journaux de chantier
• Les fiches de non-conformité
• PV des essais labo

Gestion des documents

Conformément aux directives spécifiées par le Maitre d’Ouvrage, le PAQ, ainsi


que les procédures d’exécution associées seront actualisés en fonction du contenu des
phases du projet, de l’amélioration permanente tel que recommandé par la norme en
vigueur et de l’analyse du retour d’expérience, KWK a établi une procédure de gestion
documentaire.

▪ Codification

Il s’agit de préciser le principe de codification des différents documents émis par


l’ensemble des intervenants, utilisables à des fins de définition et de classement. Ces
documents peuvent être des plans, des pièces écrites ou autres…
L’objectif d’établir des règles et principes de codification permet de garantir une
présentation et une identification homogène et cohérente, facilitant la gestion
d’ensemble de la documentation. Les principes sont les suivants :
- Tout document émis doit avoir une identification unique.
- Un document ayant fait l’objet d’une fiche d’observation de la part du Maître
d’œuvre, maitre d’ouvrage ou de tout autre intervenant extérieur, change d’indice.
- Toute modification de document est indiquée dans le cartouche et au droit de la
modification.

17
- Toutes les feuilles d’un document de plusieurs pages doivent être identifiées. Le
système de codification des documents est défini dans la procédure interne «
maîtrise de la documentation ».

▪ Classement

La définition d’un plan de classement au démarrage du chantier permettra de mieux


appréhender la constitution du DOE.

Circulation des documents

La transmission des documents et leur circuit de VISA se fait à travers la diffusion du


MOA, la diffusion est effectuée pour l’ensemble des collaborateurs du projet.

Modification des documents

Toute modification d’un document du système QSE suite à une demande du client,
d’un changement ou de complément de méthodologie… fera l’objet d’une révision et
d’une approbation par la (les) personne(s) compétentes.
L’indice du document sera modifié et le tableau de suivi des documents applicables
sera mis à jour.

b. Organisation du contrôle intérieur

La présente organisation du contrôle intérieur définit le principe général à adopter par


l’entreprise afin d'obtenir la qualité requise sur le chantier conformément aux
spécifications du CCTP.

Principes généraux :

En référence aux exigences d’assurance qualité, le contrôle intérieur de l’entreprise


comprend le contrôle externe. Son fonctionnement permettra de définir :
• Les moyens et procédés de contrôle (personnel, documents),
• Les précautions à prendre pour obtenir des résultats fiables,
• Les grandeurs à mesurer, les résultats à obtenir et les tolérances admises,
• La présentation des résultats et leur diffusion,
• La démarche à suivre en cas de non-conformité,
• Le classement périodique et l'archivage final des documents de contrôle.
• Le contrôle extérieur est effectué par le Maître d’œuvre ou un organisme
mandaté par lui. Ce contrôle consiste en :
• La vérification du respect du PAQ par l’entreprise titulaire,
• Les acceptations et les contrôles en cours de production
• La levée des points d’arrêt

18
• L’analyse des documents établis au titre du PAQ de l’entrepreneur permettant
de justifier que la qualité requise a été obtenue,
• La validation du contrôle intérieur et les contrôles de conformité (le plus
souvent de façon inopinée) en complément du contrôle externe

Contrôle intérieur interne

Les contrôles internes sont réalisés par les exécutants eux-mêmes (chacun à leur
niveau d’exécution : conducteurs des travaux, chefs de chantier…). Le responsable du
contrôle interne est le conducteur de travaux. Il s’assure que les travaux sont exécutés
conformément aux règles préétablies (contrôle de l’organisation, planification,
réglages matériels …). Il veille à la bonne exécution des procédures et des documents
de suivi.

Contrôle Intérieur / Externe

Il s’agit de l’ensemble des opérations de surveillance, de vérification et d’essais,


exercés sous l’autorité d’un responsable indépendant de la chaîne de production ou
du chantier.
Le contrôle s’effectue indépendamment sous la responsabilité de l’équipe Qualité de
KWK. Le Contrôle intérieur externe lève les points critiques. Les contrôles font l’objet
de points d’arrêt sont réalisés en présence du MOE. La levée des points d’arrêts est
déclenchée par le conducteur de travaux, vérifiée par le contrôleur qualité et autorisée
par le représentant de la Maîtrise d’œuvre.

Points critiques et points d’arrêt :

La gestion des points d’arrêts et des points critiques définissant la fréquence et


l’étendue des contrôles.
Le point d’arrêt correspond à une phase de travaux pour laquelle un accord formel du
Maître d’œuvre (visa) est nécessaire à la poursuite des travaux.
Le point critique correspond à un point délicat de l’exécution pour lequel l’entreprise
décide d’effectuer un contrôle interne qui figurera dans un document de suivi. Le
Maître d’œuvre est informé du moment de l’exécution mais sa présence et son visa
ne sont pas nécessaires à la poursuite des travaux.

Plan de contrôle :

Pour chaque contrôle, les renseignements suivants seront portés sur le plan de
contrôle :

• Le domaine des travaux


• La nature des contrôles
• Le type de contrôle : auto – contrôle, Contrôle intérieur externe, Contrôle MOE.

19
• Tolérances et critères d’acceptation - La fréquence des contrôles
• La référence de la procédure et de la fiche de suivi associée à ce contrôle.
• Association du contrôle à un point critique, ou à un point d’arrêt.

Moyens de contrôle :
o Les équipements utilisés dans le cadre des contrôles qualité sont vérifiés et
conformes aux procédures qualité régissant la réalisation des travaux du
marché.
o Tous les appareils de mesure et de contrôle ne sont pas soumis aux mêmes
règles de maîtrise.
On distingue deux catégories :
1ère catégorie : Equipement de Mesure et d’Essai à vérifier
o Pour tous ces équipements, l’utilisateur vérifie visuellement
l’état général. Ces vérifications ne donnent pas lieu à des
enregistrements. Il est procédé à un remplacement en cas de
doute.
2ème catégorie : Equipement de Mesure et d’Essai à contrôler / étalonner

o Ces équipements sont soumis à des vérifications par du personnel habilité


et si nécessaire par un laboratoire de métrologie agréé ou le fabricant lui-
même.
o Ces vérifications/contrôles spécifiques périodiques sont enregistrés sur les
fiches de vie.
o Lorsqu’un appareil de mesure apparaît détérioré, défectueux ou ayant subi
un quelconque dommage, il est identifié comme tel et immédiatement
retiré du circuit à l’initiative de son propriétaire ou par défaut, de la
hiérarchie.

c. GESTION DES INTERFACES

Interfaces avec les fournisseurs

Les rapports internes Entreprise – fournisseurs sont gérés par un contrat ou une
commande définissant les tâches et les modalités d’intervention, mais l’Entreprise
Mandataire demeure seule responsable vis-à-vis du Maître d’Ouvrage.

Interfaces avec le Maître d’oeuvre

Elle est gérée par :


- La fourniture des documents nécessaires aux implantations et à l’exécution des
travaux.
- Les réunions de chantier.
- Les réunions de coordinations.

20
Interface avec le contrôle extérieur
Elle est gérée par la définition et la gestion des points d’arrêt.

Interfaces entre la centrale des enrobés et l’atelier de mise en œuvre :


Le chef de chantier coordonne entre le chef de centrale et celui d’application pour
avoir une bonne rotation au niveau de la mise en œuvre.

Interfaces avec les intervenants extérieurs au marché


Ce type d’interface est géré par le Maître d’Œuvre.
Interfaces entre la centrale de béton et l'atelier de mise en œuvre
Le chef de chantier coordonne entre le chef de centrale et celui d’application pour
avoir une bonne rotation au niveau de la mise en œuvre.

d. AMELIORATION CONTINUE

Gestion des non-conformités, actions correctives et préventives :

Toute anomalie détectée avant réception provisoire, donne lieu à une non-
conformité, elle peut être détectée par le MOE, le contrôle intérieur externe ou
interne de l’entreprise.
Le circuit dès détection jusqu’à la fermeture et classement de la FNC est définie dans
la procédure interne « gestion des non-conformités » L’émetteur de la fiche aura à :
• Etablir l’analyse des causes,
• Proposer et déclencher les actions à mettre en œuvre,
• Déclencher le plan d’action, après accord du maître d’œuvre
• S’assurer de la remise en état de la situation,
• Mettre en œuvre les contrôles et essais nécessaires,
• Fermeture de la fiche par le responsable QSE

Audits :

Afin de s’assurer de l’application du système qualité au niveau du chantier, bureaux,


fournisseurs, sous-traitants et prestataires de services des visites QSE selon les
référentiels de système qualité.
L’audit permet ainsi de veiller et surveiller le système de management de la qualité et
notamment au respect des 3 points suivants :
o La conformité / exigences normatives.
o L’efficacité c'est-à-dire lorsque le SMQ permet de réaliser des
produits conformes.
o Se conformer aux règles de la sécurité en vigueur et celles
instaurées par l’entreprise

Satisfaction Client :

21
Afin d’évaluer la qualité perçue de notre activité, des enquêtes de satisfaction sont
menées, auprès du client.
La fréquence de ces enquêtes de satisfaction est en fonction de délais partiels
contractuels (période de préparation, phases de travaux et fin de travaux).

X. FICHE D’IDENTIFICATION

Titre Mémoire technique


Nature du texte PAQ
Référentiel CCTP: prescriptions communes, annexe
marche
Emetteur KWK
Référence
Historique des modifications et dates V00: Création du document
Confidentialité Propriété : KWK reproduction et
communication interdites vers l'externe
sans autorisation de l'émetteur

XI. APPROBATION

Version Date Rédacteur Vérificateur Approbateur


00 22/01/2020 Weiss Augustin Krikez Omar Kaichi Alaa

XII. TEXTES DE REFERENCES

Les documents contractuels de référence qui régissent la présente démarche qualité sont
:
• SOPAQ
• CCAP
• CCTP
• PPSPS
• SOSED
• Dossier technique
• Les systèmes de management Qualité Sécurité Environnement, établis au sein de
l’entreprise.

XIII. CLASSEMENT
La version officielle est conservée ou déposée à la MOA contre accusé de réception

22
XIV. MISE A DISPOSITION
Le présent document est mis à disposition de tous les collaborateurs au bureau de
chantier

XV. LISTE DE DISTRIBUTION


Distribution électronique à tous les collaborateurs du marché

XVI. Descriptions des tâches à réaliser.

1. Installations de chantier

Cette étape englobe la mise en place sur la délimitation du terrain en question pour le
chantier, les différents dispositifs pour permettre sa réalisation dans les conditions les
plus adéquates possibles, pour un résultat de qualité, s’insérant dans les prescriptions
demandées par la MOE, et les prescriptions spéciales du CCTP.

• Pour ce fait, un bureau de géomètre est appelé sur place pour procéder à la
délimitation exacte de propriété, grâce à laquelle on a l’emprise exacte
autorisée pour la réalisation des travaux à faire.

• Ensuite, nous matérialisons cette délimitation par la mise en place des


clôtures et portails du chantier, puis on procède, avec les géomètres
topographes aux levés nécessaires à l’implantation des différentes zones de
phases travaux, zones de stockage et de base vie à titre d’exemple. Ceci est
réalisé à l’aide du piquetage. Ceci permet d’identifier les espaces réservés aux
canalisations, pour réseaux EP, EU, eau, incendie et réseaux secs, ainsi que de
repérer les différents niveaux de terrain et nous aider à planifier et gérer les
différentes tâches à réaliser par la suite.

• Décaissement et décapage de la terre végétale du terrain brut. Ceci est


réalisé à l’aide d’une pelle mécanique et d’un bulldozer, en veillant à ce que le
premier puisse évacuer les matériaux décaissés dans les temps prévus, et que
la terre végétale relevée du site puisse être stockée dans la partie prévue à cet
effet, et que le reste de ce matériau puisse être valorisé et évacué. C’est à
cette étape aussi qu’on met en place les différentes installations de chantiers
qui nous seront utiles pour la réalisation de notre travail dans les meilleures
conditions possibles (base vie, sanitaire, baraque outil).

23
Terrassements :

Après avoir fait le bornage des différentes zones du chantier lors de l’étape
précédente, vient la seconde étape qui est l’extraction.

Cette étape est réalisée sur le chantier en question à l’aide d’engins qualifiés pour
cet effet, dont des pelles 25 T/10T pour l’extraction en question, et des semi 25 T pour
le transport des matériaux relevés du site vers les espaces prévus pour le stockage des
matériaux sur chantier, pour qu’ainsi, on ait une rotation plus effective, optimal,
rapide et efficace.

On se base ici sur les quantités préétablies par l’équipe chantier, appuyés sur les
métrés primaires relatifs à la réponse à l’offre, et raffinées lors de l’étape de
préparation du chantier. On tient aussi à respecter les délais fixés par les plannings
fournis à la MOE, en faisant appel à une collaboration totale entre l’encadrement du
chantier, les conducteurs des engins, et les compagnons.

A ce niveau, il faut procéder à la mise en place des systèmes d’évacuation des


eaux, avec les pentes réglementaires, afin d’assurer la stabilité du terrain excavé, et
éviter tout problème pour les tâches suivantes. Il faut noter que l’excavation des
tranchées réseaux et tranchées de canalisations doit être minutieusement réalisée, en
faisant attention aux pentes qui en résultent. C’est dans la même optique qu’on veille
à ce qu’on mette de grillages fluorescents autour des excavations de plus d’un mètre,
qui ont pour but de prévenir les compagnons de l’existence d’une telle fouille, et les
protéger. Il faudra aussi mettre en place du grillage horizontales pour marquer les
existences des réseaux sec dans le terrain.

On s’intéresse ici ensuite aux opérations de remblais.

24
Le remblai, de la même manière que pour les excavations, sera réalisé à l’aide
des pelles et camions, de telle manière à répondre aux quantités prévues dans les lieux
destinés, et à respecter les délais et phases prévus par les plannings et PPSPS. Il est
prévu de traiter à la chaux les remblais issus des déblais, et ainsi, pour cela, un atelier
de traitement complet est à prévoir pendant toute la période du traitement, en
enchainant avec une niveleuse et épandeuse pour appliquer correctement les
matériaux traités dans l’espace qui leur est réservé. C’est ensuite qu’il faut compacter
à l’aide d’un vibrant monocylindre, en veillant à atteindre le niveau de compactage
prévu. Les épaisseurs sous bâtiment et voirie seront traités au liant et à la chaux,
comme décrit ci-dessus pour les déblais à mettre en remblai.

Sur ce chantier, une part des remblais est à acquérir de l’extérieur du chantier,
il faut s’assurer de la qualité de ces remblais lors de leur mise en place.

25
Voirie

Cette phase comprend la réalisation de plusieurs sous-tâches pour mettre en


œuvre les différents types de chaussées qu’on a sur ce chantier, tout en respectant
toujours les prescriptions du CCTP, et les attendus de la MOE.

La réalisation des voiries débute avec la mise en en place des bordures : en


premier, des compagnons sont chargés par le traçage à la peinture et la ficelle des
emplacements des bordures à mettre en place. Une fois sur chantier, les palettes de
bordures préfabriquées sont placées aux côtés de leurs emplacement prévus, pour
qu’elles soient ensuite mises en place par nos compagnons dans les règles de l’art,
usant du mortier comme élément de colle entre ces éléments en béton.
En phase définitive, c’est à dire après la mise en place de l’ensemble des
remblais traités et le réglage au premier niveau exigé, les voiries lourdes et légères
sont réalisées de la même manière, avec les matériaux demandés dans le CCTP, en
veillant à atteindre le niveau de compactage exigé et en effectuant les essais
nécessaires à la vérification de la bonne réalisation de la chaussée : il faut
obligatoirement être sûrs qu’elle est mise en œuvre comme prescrit pour pallier aux
efforts auxquels elle est destinée.

On tient à mentionner ici que tout matériau transporté par nos camions sont
vérifiés avant que les engins puissent les transporter, de telle manière à veiller à ce
qu’on ne dépasse pas les poids exigés, et qu’ils soient transportés selon les normes
(convoi exceptionnel si obligatoire, demande préalable pour le transport si exigé…).

La mise en place de la signalisation, panneaux, peinture au sol des voiries et


des parkings vient après l’achèvement de tous les travaux prévus sur chantier, c’est à
dire après la prise des enrobés, pour pouvoir circuler dessus sans engendrer des
problèmes et des défauts de chaussée.

26
Assainissement EP/EU

La mise en place de cet assainissement se fait au même temps que la


réalisation des excavations prévues sur chantier. Il s’agit de respecter les
emplacements et dimensions des canalisations, tout en s’assurant de leur mise en
place dans les règles de l’art, pour éviter au maximum les réparations à effectuer lors
de la réalisation des essais finaux. Regards, canalisations, grille, tête de buse et
séparateurs d’hydrocarbures sont à mettre en place aux niveaux prévus, à relier avec
les stations de relevage, et raccorder avec le réseau existant. Les essais préalablement
cités sont à effectuer minutieusement, pour veiller à ce qu’on produise un réseau de
qualité, parfaitement fonctionnel.

La pose de ses canalisations s’effectue en fonction du diamètre de la canalisation


et du matériau directement à la main (PVC) ou à l’aide du pelle et d’élingue pour
descendre le tuyau dans la tranchée. Le réglage de la pente des canalisations
s’effectue à l’aide d’un laser de canalisation (type Leica Piper 100/200). Une couche
de remblai en sablon de 10cm en-dessous du tuyau puis 30cm au-dessus devra être
poser avant le rebouchage de la fouille avec du remblai. Une attention particulière au
compactage de la fouille lors du remblai par couche de 15cm devra être réalisé.

Réseaux secs

La mise en place de ces réseaux est faite après celle des assainissements, pour
éviter tout risque inutile pour les compagnons et les réseaux mis en place. C’est après
avoir déblayé les tranchées prévues à cet effet, ainsi que les emprises des chambres
de tirage, qu’on procède à l’agencement des fourreaux, en se basant sur leur
emplacements et dimensions fournis par les plans d’exécution. Puis, ces éléments sont

27
à raccorder dans la chambre de tirage qu’on met en place dans les espaces qui leur
sont prévus.

Incendie

On procède ici, après l’achèvement des déblais des tranchées prévus à ces
éléments, à la mise en place d’un sablon sur 10cm, selon les prescriptions du CCTP,
puis, après avoir mis en place les canalisations PEHD, on le remblai avec du sablon
jusqu’à 30cm au-dessus du diamètre extérieur de la canalisation, en finissant par un
remblai jusqu’à atteindre le niveau prévu par les plans. Ces canalisations doivent être
liés à une chambre de comptage qu’on met en place dans l’espace qui lui est
préalablement prévu. Ensuite, le restant des accessoires sont mis en place dans les
places indiquées par le plan, soit à ce niveau, ou vers la fin du chantier (tel les bouches
d’incendies) en les raccordant avec le restant du réseau établi. Il est donc primordial
de veiller à ce que ce réseau soit opérationnel, et donc, des essais sont à prévoir pour
une production de qualité.

Eclairage

28
Cette tâche est parmi les dernières à réaliser sur ce chantier : les fourreaux
prévus pour l’éclairage, ainsi que leur raccordement et essais sont mis en place au
même temps que les réseaux secs, et les massifs au même temps que la réalisation de
la signalisation de chaussée pour éviter la détérioration des éléments qui constituent
ce lot. Cette installation est poursuivie par des essais pour s’assurer du bon
fonctionnement de ce réseau d’éclairage et assurer une bonne qualité de celui-ci.

XVII. Descriptions des gênes que le chantier peut apporter au milieu


extérieur.

Gêne sonore et vibration :

Les chantiers sont des activités qui génèrent des nuisances sonores et
vibratoires. Chacun des acteurs intervenant dans la réalisation d’un chantier (maître
d’ouvrage, maître d’œuvre et entreprise) a une responsabilité dans la maîtrise des
nuisances sonores et vibratoires.
Au-delà de la gêne occasionnée, il existe des risques liés à des dépôts de plaintes et
retards du chantier ainsi que des conséquences financières (indemnisation). C’est pour
cela que KWK a mis en œuvre une politique environnementale pour lutter contre ces
nuisances sonores et les vibrations.

29
L’entreprise a adopté ces dernières années des règles de bonne conduite,
Outre le respect des horaires de travaux bruyants, un premier volet porte sur la
systématisation des équipements de protection des ouvriers, tandis qu’un second
volet, préventif, implique également les riverains (présentation des choix des
équipements, modes constructifs…). La démarche repose en outre sur différentes
mesures cumulées, comme faire dialoguer les conducteurs d’engins avec le chef de
chantier par talkiewalkie, ou demander aux chauffeurs d’arrêter le moteur de leur
camion le temps de décharger.

Pendant toute la durée des travaux, le suivi acoustique et vibratoire s’effectue par des
campagnes ponctuelles de mesures et/ou par un monitoring continu.
Pour réduire la nuisance sonore et vibratoire d’un chantier, chaque acteur de la chaîne
de la construction a un rôle particulier à jouer.
Tout d’abord, le maître d’ouvrage a comme prérogative la conception du programme.

30
Il faut donc qu’il :
• Précise les objectifs attendus en ce domaine, et s’entourer de spécialistes en la
matière.
• Réaliser une étude de sensibilité de l’environnement (la nature de
l’environnement...)
• Réaliser une étude spécifique (enquête) d’évaluation du risque par un
acousticien et d’autres spécialistes.
• Préciser l’information et la communication qui devront être faites auprès des
riverains.
• Formuler les exigences à différents niveaux, campagne de mesures
préliminaires, identification des zones de risques
• Les consignes générales : rappel des textes réglementaires, des arrêtés
préfectoraux et municipaux ; indication de la présence d’établissements
spécifiques et repérage sur place ainsi qu’une enquête de voisinage
• Imposer que des actions d’information et de communication soient mises en
œuvre auprès du personnel, des fournisseurs, des riverains… un interlocuteur
spécifique et responsable de la gestion de ces nuisances
• La surveillance : le maître d’ouvrage peut exiger que des vérifications des
prescriptions, des mesures régulières du bruit et des vibrations soient effectuées
pendant le chantier.

Le maître d’œuvre doit traduire ces objectifs du maître d’ouvrage dans le dossier de
consultation des entreprises (DCE) éventuellement en réalisant une étude
d’évaluation.

• Les horaires et le planning de travaux : Du lundi au jeudi : 7h30-12h et 13h-


16h30 / Vendredi 7h30-12h et 13h-15h00.
• La durée des travaux est de 6 mois et 4 jours soit 32 semaines.
• Les matériels niveau de nuisance : inférieur à 75db à l’extérieur du chantier et
inférieur à 93db à l’intérieur du chantier sauf pour le brise béton qui est fixé à
105db.
• Circulation : les signaux sonores de recul ou de danger (sécurité)
• Surveillance : une surveillance des niveaux sonores et vibratoires doit être
organisée, les riverains doivent être informés de cette dernière.
• La protection des agents : les précautions concernant les agents sont bien
respectées.
• Un suivi régulier avec des moyens d’alerte sont mis en place (point régulier lors
des visites de chantier, contrôle fait par un cabinet spécialisé, numéro d’appel
téléphonique…). Un bilan est fait régulièrement avec mise à jour (inconvénients
recensés, évaluation de l’efficacité des dispositifs). Ce bilan est aussi utile dans
la gestion des plaintes et réclamations
Des informations sont à prévoir et à afficher (base de chantier) sur des panneaux
réservés à cet effet sur les phases (dates) et les horaires de bruit élevé.

31
Poussière :

L’inhalation fréquente et prolongée des poussières minérales provenant du


transport, de la manutention, du Terrassement, de la découpe, du perçage, provoque
des atteintes pulmonaires et respiratoires d’occurrence et de gravité variable selon
leurs caractéristiques physiques et chimiques, pouvant entraîner certaines maladies
professionnelles particulièrement sévères.
Des mesures de prévention primaire et collective, substitution des produits les plus
nocifs, ventilation et hygiène des locaux, aspiration à la source des poussières.
Une surveillance médicale, les informations données aux travailleurs exposés sur les
risques des matières minérales utilisées dans leur métier et leur formation aux
mesures de prévention adéquates complètent le dispositif de sécurité au travail.
Les risques professionnels liés aux poussières minérales nécessitent de respecter
scrupuleusement les principes de prévention collective et individuelle :
- La prévention technique collective, qui permet la suppression ou la réduction de
l’exposition à des niveaux aussi bas que possible, est primordiale, là où elle est
envisageable : diminuer les émissions de poussières, favoriser leur évacuation et
développer l’automatisation des tâches, ce qui permet de limiter le contact avec
l’ambiance polluée, choix de produits et de modes opératoires les moins émissifs.

- La prévention technique individuelle, qui consiste à utiliser des appareils de


protection respiratoire, ne doit être qu’un complément des mesures de protections
collectives ou pour pallier une situation exceptionnelle pour laquelle il n’est pas
possible de mettre en œuvre des mesures de protection collective.

Il faut :

• Réduire la concentration de poussières dans l’environnement. Cela passe aussi


en procédant au nettoyage fréquent par aspiration mécanique centralisée, si
possible, ou par des mesures d’hygiène des locaux tel le nettoyage régulier du
sol et des parois de l’atelier et des postes de travail à l’aide d’un aspirateur
équipé d’un filtre absolu (pas de balayage qui remet en suspension les
particules dans l’air) et humidifier les sols. Pour les voiries le passage d’une
balayeuse est recommandé.
• Réduire la mise en suspension des poussières dans l’air en limitant les hauteurs
de chute de produits pulvérulents lors des transferts, en contrôlant
périodiquement les attaches au niveau des manches…
• Eviter toute zone de rétention de poussières.

32
Sortie de camion et nettoyage
Les sorties de camions peuvent générer des besoins de nettoyage des voiries aux
abords de l’emprise du chantier particulièrement lors des jours de mauvais temps. Un
bassin d’eau sera créé à la sortie du chantier ou les camions en sortant nettoieront
leurs roues pour limiter le dépôt de boue sur les voiries de la ville.

Néanmoins une balayeuse pourra être utilisé pour nettoyer les abords du chantier et
contribuer à éviter l’accumulation de poussière dans l’agglomération.

La protection de l’environnement et gestion des déchets :


La protection de l’environnement regroupe l’ensemble des mesures qui consistent
à limiter ou supprimer l’impact des activités de l’Homme sur son environnement. Les
aspects environnementaux pris en compte sont le gaspillage de l’eau, le tri et
traitement des déchets sur chantier, l’utilisation responsable de l’énergie électrique
et des produits chimiques...
En matière d’environnement, il faut veiller à limiter les nuisances sur le voisinage pour
garantir un haut niveau de performance en matière de qualité, de santé et
d’environnement.

Pour cela, il faut :

• Bien gérer les produits dangereux (chimique).


• Faire le tri, et optimiser les déchets et les étiqueter,

Le stockage des armatures, planches, gravats doit être réglementé, il faut baliser et
étiqueter les zones de stockage et les matériaux non réutilisable dans des bennes. Les
travaux de génie civil génèrent des effluents qui vont soit être rejetés dans les regards,
ou remontés à l’aide de pompes vers des cuves pour une décantation, et ensuite vers
une rétention :
- Si les effluents sont rejetés dans un regard : le volume et la nature de l’effluent
doivent être indiqués, et plusieurs tests et analyses chimiques doivent être réalisés
(pH, DCO, MES, Hydrocarbures, Phénols).

De plus, un bilan annuel des éléments chimiques rejetés est réalisé et transmis aux
autorités compétentes, s’ils sont remontés à l’aide de la pompe, ou simplement
collectés dans des bacs de rétention, dans ces cas, il faut réaliser des mesures
hebdomadaires avant rejet dans un bassin.
Il faut nettoyer les toupies et pompe à béton après bétonnage, et collecter les eaux de
lavage résiduelles.

33

Vous aimerez peut-être aussi