Vous êtes sur la page 1sur 5

B- Les condensateurs

I- Définitions
Un condensateur est un composant constitué de deux armatures métalliques séparées
par un isolant appelé diélectrique. Pour simplifier, on peut considérer le condensateur comme
un réservoir qui peut emmagasiner des électrons. Comme tout réservoir, il a un volume
d'emmagasinage qu'on appelle « CAPACITE » désigné par la lettre C.

Schéma de principe d’un condensateur

NB : La nature du diélectrique impose les caractéristiques du condensateur. Le diélectrique


peut être à air, au mica, etc.

II- Symbole

III- Unité et formules


Pour un circuit donné, la capacité C mesure son aptitude à emmagasiner (stocker) des charges
électriques sur ces armatures. Elle s’exprime en Farad(F).
Cette unité étant trop élevée pratiquement, ses sous-multiples sont les plus utilisés : le
microfarad (qui vaut 10-3 Farad), le nanofarad (10-9 µf), le pico farad (10-12 pf).
Théoriquement la capacité du condensateur est donnée par la relation :
Physiquement, par sa construction mécanique, la capacité d'un condensateur est déterminée
par :
- La surface des armatures,
- l'épaisseur du diélectrique (isolant),
- la nature du diélectrique ou sa permittivité ε (epsilon).
La formule suivante est établie en fonction de ces trois caractéristiques physiques :

Exemples de permittivité :
ε mica = 8
ε verre = 6
ε air = 1,000576.

IV-Caractéristiques des condensateurs

1- La capacité nominale Cn
C’est la capacité pour laquelle le condensateur a été élaboré. La valeur nominale est donnée
par le constructeur. Elle peut être marquée en clair sur le corps du composant, par le code de
couleur ou par d’autres notations.

2- La tension de service
C’est la tension que peut supporter le condensateur sans détérioration de l’isolant. Cette
tension correspond à un régime permanent à la température maximale soit en courant continu
soit en courant alternatif.
Exemple : si un condensateur peut supporter une tension continue de 250v, il ne faudra pas lui
appliquer une tension efficace de 250v√2 en courant alternatif.

3- La tolérance
La tolérance correspond à l'écart relatif qui peut exister entre la valeur réelle du condensateur
et la valeur qu'il est censé avoir et qui est notée sur son boitier. Elle définit la précision du
condensateur. Elle est fonction du diélectrique utilisé et de la température.
Exemple : pour un condensateur entre -55°c et +85°c, la tolérance est de ±10%.

4- Autres caractéristiques
- Angle de perte
- Fréquence des courants
- Résistance d’isolement
- Température limite d’emploi

V- Classification des condensateurs 

Nous distinguons principalement deux catégories de condensateur : les condensateurs fixes et


les condensateurs variables

1- Les condensateurs fixes


Un condensateur fixe est un condensateur dont la valeur de sa capacité est constante entre ses
bornes. Les condensateurs fixes peuvent être classés en deux catégories selon leurs polarités.
a. Les condensateurs non polarisés
Ce sont des condensateurs qui permettent le passage de courant dans les deux sens. Ils
conviennent bien au courant continu qu’au courant alternatif. Ces condensateurs ont une
grande fiabilité (longue durée de vie) et une excellente tenue aux surtensions.

Ils sont utilisés dans le filtrage de tension, la liaison, le découplage, la protection, la


commutation, décharge rapide, la compensation d’’energie réactive, le démarrage des
moteurs.

Exemple :

- Les condensateurs isolés au papier métallique


- Les condensateurs au mica
- Les condensateurs en céramique
- Les condensateurs à diélectrique en verre
- Les condensateurs à huile
- Les condensateurs à diélectrique gazeux
- Les condensateurs à films plastique métallique

b. Les condensateurs polarisés (électrolytiques chimiques et au tantale)


Ce sont des condensateurs uniquement employés en courant continu. Il est recommandé de
respecter les polarités indiquées sous peine d’accidents. De capacité parfois très élevée
généralement, ils sont présents dans diverses applications telles que les alimentations
continues.
Le symbole de ces condensateurs peut être représenté de différentes manières :
c. Les condensateurs variables
Un condensateur est dit variable ou ajustable lorsqu’il offre la possibilité de faire varier
manuellement la valeur de la capacité entre ses bornes par le biais d’un curseur. Les
condensateurs variables, selon le modèle leur capacité peut varier :
- Habituellement pour les condensateurs réglables
- Occasionnellement pour les condensateurs ajustables.

VI- Marquage des condensateurs

1- Marquage numérique en clair avec unité


La valeur de la capacité est inscrite sur le corps du condensateur. Exemple : 27nF ; 0.1uF, etc.

2- Marquage numérique en clair sans unité

S’il ya un point(.) avant ou parmi les chiffres, la valeur est exprimé en micro Farad. Exemple :
.0022 indique 0,0022µF soit 2,2nF

Sinon la valeur est exprimée en pico Farad

Exemple : 2200 indique 2200 pF soit 2,2nf

3- Marquage numérique codé à trois chiffres


Les deux premiers chiffres sont significatifs
Le 3e est le nombre de zéro à ajouter
L’ensemble est exprimé en pico Farad
Exemple : 222 indique 2200pF soit 2, 2 nF
103 indique 10000 pf soit 10nF

4- Marquage par des codes de couleurs

Le code de couleur des condensateurs est identique à celui des résistances. Ainsi le marquage
des condensateurs par les codes de couleurs utilise le code à cinq couleurs :
- Les deux premières couleurs donnent les chiffres sont significatifs
- La troisième couleur donne le nombre de zéro à ajouter
- Le quatrième la tolérance
- Le cinquième la tension de service
Nb : Pour la tolérance, il ya principalement deux couleurs dont le noir (± 20 %) et le Blanc
et pour la tension limite, il ya trois couleurs dont le marron , le rouge et le jaune
Exemple : voir document Marquage des condensateurs par code de couleur

5- Tolérance des condensateurs avec marquage numérique


La tolérance est codée par des lettres dont les plus courants sont :
- M= ± 20 %
- K=± 10 %
- J=± 5 %
- H=± 2,5 %
- G=± 2 %

- F=± 1 %

VII- Applications

Les condensateurs sont utilisés pour :


- Filtrage de tension : éliminer l’ondulation considérable de la tension redressée pour en
faire une tension continue constante
- Liaison (couplage) : relier deux dispositifs en bloquant la composante continue
- Découplage : maintenir une tension stable même si à la source il ya des variations est
variable
- Commutation : interrupteur ouvert en présence de signal continu et fermé en lorsque le
signal est alternatif
- Compensation d’énergie réactive : Nombreux sont les systèmes électroniques dans
lesquels les condensateurs servent de réservoir d’énergie de façon temporaire.
L’énergie stockée dans le condensateur est libérée au moment où le circuit de charge
est débranché.
- Démarrage des moteurs 

Vous aimerez peut-être aussi