Vous êtes sur la page 1sur 43

ATDx

DOSSIER DE DEMANDE D’AUTORISATION


D’EXPLOITER UNE CARRIERE
ICPE 2510, 2515, 2517
CARRIERES CAP
BP 79058 Carrière « Cap Roumany II » ROUMANY
30972 Nîmes Cedex 9 Entreprise R. LAVOYE et
Tél. : 04.66.38.61.58 ses Fils
Fax : 04.66.38.61.59 Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)
968 avenue de Catalogne
11210 Port-la-Nouvelle
Tél : 04 68 48 02 59
Fax : 04 68 48 67 59

ETUDE DE DANGERS

ATDx
ATDx
DOSSIER DE DEMANDE D’AUTORISATION
D’EXPLOITER UNE CARRIERE
ICPE 2510, 2515, 2517
CARRIERES CAP
BP 79058 Carrière « Cap Roumany II » ROUMANY
30972 Nîmes Cedex 9 Entreprise R. LAVOYE et
Tél. : 04.66.38.61.58 ses Fils
Fax : 04.66.38.61.59 Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)
968 avenue de Catalogne
11210 Port-la-Nouvelle
Tél : 04 68 48 02 59
Fax : 04 68 48 67 59

SOMMAIRE

1  DESCRIPTION GENERALE DU SITE ET DU PROJET ..................................................................... 5 


1.1  DESCRIPTION DU SITE ET DE SON ENVIRONNEMENT ........................................................................... 5 
1.2  DESCRIPTION GENERALE DU PROJET................................................................................................. 6 
2  IDENTIFICATION DES DANGERS ET DES EVENEMENTS INDESIRABLES................................. 8 
2.1  DANGERS LIES A L’ACTIVITE DE LA CARRIERE ..................................................................................... 8 
2.1.1  Accidents corporels................................................................................................................. 8 
2.1.2  Incendie .................................................................................................................................. 8 
2.1.3  Explosion - projections ............................................................................................................ 9 
2.1.4  Déversement accidentel à l’origine d’une pollution des eaux ou du sol ................................. 9 
2.1.5  Instabilité des talus et fronts de taille ...................................................................................... 9 
2.1.6  Pollution de l’air....................................................................................................................... 9 
2.2  RISQUES EXTERIEURS AU SITE ........................................................................................................ 10 
2.2.1  Actes de malveillance ........................................................................................................... 10 
2.2.2  Phénomènes naturels ........................................................................................................... 10 
2.2.3  Risques technologiques ........................................................................................................ 16 
3  ACCIDENTOLOGIE .......................................................................................................................... 18 
4  IDENTIFICATION DES SCENARIOS LES PLUS PROBABLES ..................................................... 20 
4.1  SCENARIOS ENVISAGEABLES .......................................................................................................... 20 
4.2  EFFETS DOMINOS .......................................................................................................................... 20 
5  MESURES DE PREVENTIONS ........................................................................................................ 21 
5.1  MESURES GENERALES DE SECURITE ............................................................................................... 21 
5.2  MESURES RELATIVES AUX RISQUES D’ACCIDENTS CORPORELS ......................................................... 21 
5.2.1  Mesures relatives aux accidents liés à la circulation des véhicules ..................................... 21 
5.2.2  Mesures relatives à l’installation de traitement de matériaux ............................................... 21 
5.2.3  Mesures relatives aux accidents liés à la hauteur des fronts ............................................... 22 
5.2.4  Autres mesures relatives aux risques d’accidents corporels ................................................ 22 
5.3  MESURES CONCERNANT LE RISQUE D’INCENDIE ............................................................................... 22 
5.3.1  Mesures générales de prévention ........................................................................................ 22 
5.3.2  Mesures concernant les moyens de lutte contre l’incendie .................................................. 23 
5.3.3  Défense des forêts contre l’incendie..................................................................................... 23 
5.4  MESURES CONCERNANT LE RISQUE D’EXPLOSION ET DE PROJECTION ............................................... 24 
5.5  MESURES CONCERNANT LA POLLUTION DES EAUX ET DU SOL ........................................................... 25 
5.6  MESURES CONCERNANT LA POLLUTION DE L’AIR .............................................................................. 27 
5.7  MESURES CONCERNANT LA STABILITE DES TALUS ET FRONTS DE TAILLE ........................................... 27 
5.8  MESURES CONCERNANT LES ACTES DE MALVEILLANCE .................................................................... 27 
5.9  MESURES CONCERNANT LES RISQUES NATURELS ............................................................................ 27 
5.10  MESURES CONCERNANT LES RISQUES TECHNOLOGIQUES ET INDUSTRIELS .................................... 27 
6  ANALYSE DES RISQUES ................................................................................................................ 28 
6.1  EVALUATION DE LA PROBABILITE D’OCCURRENCE ............................................................................ 28 

ATDx
ATDx
DOSSIER DE DEMANDE D’AUTORISATION
D’EXPLOITER UNE CARRIERE
ICPE 2510, 2515, 2517
CARRIERES CAP
BP 79058 Carrière « Cap Roumany II » ROUMANY
30972 Nîmes Cedex 9 Entreprise R. LAVOYE et
Tél. : 04.66.38.61.58 ses Fils
Fax : 04.66.38.61.59 Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)
968 avenue de Catalogne
11210 Port-la-Nouvelle
Tél : 04 68 48 02 59
Fax : 04 68 48 67 59

6.2  CONDITIONS D’EXPOSITIONS DES INTERETS HUMAINS ET ENVIRONNEMENTAUX .................................. 29 


6.2.1  Accidents corporels............................................................................................................... 29 
6.2.2  Incendie ................................................................................................................................ 29 
6.2.3  Explosion - projections .......................................................................................................... 30 
6.2.4  Pollution des eaux et du sol .................................................................................................. 30 
6.2.5  Instabilité d’un front ou d’un talus ......................................................................................... 30 
6.3  EVALUATIONS DE LA GRAVITE DES CONSEQUENCES DES ACCIDENTS ................................................. 31 
6.4  GRILLE DE CRITICITE ...................................................................................................................... 31 
7  METHODES ET MOYENS D’INTERVENTION EN CAS D’ACCIDENT ........................................... 33 
7.1  ORGANISATION DE LA SECURITE ..................................................................................................... 33 
7.1.1  Documentation et responsabilités......................................................................................... 33 
7.1.2  Moyens de secours privés .................................................................................................... 33 
7.1.3  Moyens de secours publics .................................................................................................. 33 
7.2  MODE D’INTERVENTION EN CAS D’ACCIDENT : CINETIQUE DE MISE EN ŒUVRE DES MESURES DE
SECURITE ET DEVELOPPEMENT DE L’ACCIDENT .......................................................................................... 34 
7.2.1  Accidents corporels............................................................................................................... 34 
7.2.2  Incendie ................................................................................................................................ 34 
7.2.3  Explosion .............................................................................................................................. 34 
7.2.4  Pollution des eaux et du sol .................................................................................................. 35 
7.2.5  Instabilité d’un talus ou effondrement rocheux ..................................................................... 35 
8  RESUME NON TECHNIQUE ET CONCLUSION ............................................................................. 36 

TABLE DES CARTES


Carte 1 :  Niveau kéraunique sur le territoire français ......................................................................................... 10 
Carte 2 :  Mouvements de terrain de La Palme et Port-la-Nouvelle .................................................................... 11 
Carte 3 :  Phénomène retrait-gonflement des argiles .......................................................................................... 11 
Carte 4 :  Localisation des cavités ...................................................................................................................... 12 
Carte 5 :  Aléa inondation ................................................................................................................................... 13 
Carte 6 :  Localisation des zones inondables par submersion marine ................................................................ 13 
Carte 7 :  Remontées de nappe phréatique d’après la base de données du BRGM........................................... 14 
Carte 8 :  Extension de l’incendie du 22 juillet 2005 sur le massif de Cap Romarin............................................ 15 
Carte 9 :  Cartes des aléas risque technologique zone portuaire........................................................................ 16 
Carte 10 :  Plan de localisation des zones à risque .............................................................................................. 39 

ATDx
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

L'étude de dangers d'une installation classée pour la protection de l'environnement est un examen des risques et
dangers vis-à-vis de l’environnement et de la sécurité publique. Elle justifie que le projet permet d’atteindre, dans
des conditions économiquement acceptables, un niveau de risque aussi bas que possible.

L’étude de dangers est en relation avec l’importance des risques engendrés par l’installation, compte tenu de son
environnement et de la vulnérabilité des intérêts mentionnés aux articles L. 211-1 et L.511-1 du Code de
l’Environnement.

Cette étude est élaborée conformément aux textes suivants :


- Code de l’Environnement, en particulier les articles L. 512-1 et R. 512-9 ;
- Arrêté du 10 mai 2000 modifié relatif à la prévention des accidents majeurs impliquant des substances
ou des préparations dangereuses présentes dans certaines catégories d’ICPE soumises à autorisation ;
- Arrêté du 29 septembre 2005 relatif à l’évaluation et à la prise en compte de la probabilité d’occurrence,
de la cinétique, de l’intensité des effets et de la gravité des conséquences des accidents potentiels
dans les études de dangers des installations classées soumises à autorisation ;
- Circulaire du 10 mai 2010 récapitulant les règles méthodologiques applicables aux études de dangers,
à l’appréciation de la démarche de réduction du risque à la source et aux PPRT dans les installations
classées.

Les risques abordés dans l’étude de danger concernent plus particulièrement le public. Les risques vis-à-vis du
personnel sont abordés dans la notice d’Hygiène et Sécurité.

ATDx 4
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

1 DESCRIPTION GENERALE DU SITE ET DU PROJET

1.1 Description du site et de son environnement

La description détaillée du site et de son environnement est présentée dans l’étude d’impact du présent dossier.

Sont rappelés ici les éléments principaux qui concernent l’étude de danger.

Le projet se situe à proximité de la mer Méditerranée et du complexe lagunaire de La Palme qui s’étend de
Sigean à Leucate sur 9 km. Il appartient au massif calcaire de Cap Romarin qui constitue la terminaison orientale
des Corbières maritimes, dernier relief avant les étangs et la mer.

Plusieurs villes sont adossées au massif de Cap Romarin : Port-la-Nouvelle au nord-est, La Palme au sud-ouest
et Sigean au nord-ouest. Ce massif présente une altitude moyenne comprise entre 90 et 100 m NGF, ponctué de
petits reliefs plus élevés entre 110 et 130 m NGF, alors qu’au pied du plateau l’altitude est comprise entre
2 m NGF à l’est, au niveau de l’étang de La Palme et de Port-la-Nouvelle et environ 40 m NGF dans l’arrière
plaine littorale au nord-ouest.

Le massif calcaire est occupé en majorité par des garrigues rases et des pelouses. Le calcaire affleure
fréquemment. Ces pelouses et garrigues rocailleuses ont été créées et entretenues par l’activité agro-pastorale,
mais sont aujourd’hui en cours de fermeture avec l’abandon de ces pratiques. Le massif est aussi connu pour
l’exploitation de matériaux, depuis l’époque romaine. Aujourd’hui, 4 carrières sont encore en exploitation : une
carrière calcaire pour la fabrication de ciment exploitée par LAFARGE CIMENTS au nord, une carrière de marbre
et deux carrières de granulats et d’enrochements calcaires exploitées par l’entreprise LAVOYE. Un parc éolien
est également présent dans la partie ouest (25 éoliennes). Le massif est situé dans le Parc naturel régional de la
Narbonnaise et est compris dans la zone NATURA 2000 Oiseaux (ZPS) de l’étang de La Palme. L’arrière plaine
littorale entre l’autoroute A9 et les étangs est très agricole, et presque exclusivement viticole.

Le site du projet est constitué de la carrière actuelle, d’une zone technique décapée et de garrigues rases et
pelouses.

La majorité des habitations du secteur sont concentrées dans les zones urbanisées au cœur du village de La
Palme et de la ville de Port-la-Nouvelle, situés respectivement à environ 2 km et 3,5 km du site du projet.
Quelques habitations sont implantées le long de la D709 au pied du massif de Cap Romarin. Le massif n’est pas
habité : on compte seulement une maison isolée au nord-est au niveau d’une ancienne bergerie rénovée, ainsi
que quelques habitations dispersées en bordure du massif au nord du village de La Palme.
Les habitations les plus proches sont constituées par la maison isolée à 250 m au nord-est (ancienne bergerie
rénovée) et par les habitations implantées le long de la D709 à 400 m et plus au sud-est (cabanisation et
habitations en dur).

Deux autres carrières en activité sont situées à proximité de la carrière de Cap Roumany : il s’agit de la carrière
de granulats calcaires de Las Tres Jassetos et de la carrière de marbre du Cap Romarin, toutes deux exploitées
par l’entreprise R. LAVOYE et ses Fils et situées à moins d’un kilomètre du site du projet.

Une parcelle exploitée en vigne est située en limite nord-ouest des terrains de l’extension. Aucune autre parcelle
agricole ne se trouve à proximité du site du projet : les terrains à proximité sont principalement occupés de
garrigues rases et de pelouses avec de nombreux murets et petits bâtis de pierres sèches. A l’exception du
chemin d’accès qui mène aux carrières LAVOYE, peu de routes enrobées sont présentes sur le massif. La
plupart sont des pistes en terre ou des sentiers.

Il n’y a pas de voisinage sensible (école, hôpital, maison de retraite…), d’équipement collectif ou d’établissement
recevant du public à proximité du site. Les établissements recevant du public ou établissements sensibles les
plus proches sont situés à plus de 2 km au niveau du centre du village de La Palme (école, stade…). A noter la
présence à environ 3 km au nord-est du centre hospitalier Francis Vals de Port-la-Nouvelle inauguré en 2008. Cet
établissement comprend notamment un EHPAD (maison de retraite).

Le massif de Cap Romarin est concerné par des activités de randonnée et de promenade et de chasse. Plusieurs
sentiers balisés parcourent le massif. Deux de ces sentiers sont inscrits au Plan Départemental des Itinéraires de
Promenade et de Randonnée (PDIPR) de l’Aude : l’un à La Palme et l’autre à Port-la-Nouvelle. Ces deux sentiers
se rejoignent presque à hauteur de Cap Romarin et passent à moins de 250 m du site du projet pour le sentier de
La Palme et 500 m pour celui de Port-la-Nouvelle.

Le sentier cathare est un itinéraire de 200 km reliant Foix à Port-la-Nouvelle et passant dans le massif de Cap
Romarin. Le sentier du golfe antique est une boucle de 75 km de sentiers autour de l’étang de Bages-Sigean. La
partie sud de cette boucle passe dans le massif de Cap Romarin et se confond dans le secteur du site du projet
avec le sentier cathare. Ces deux sentiers sont situés au plus près à environ 950 m au nord du site du projet.

ATDx 5
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

Au niveau du massif de Cap Romarin, les calcaires du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur renferment un
aquifère de type fissuré-karstique. Ces formations donnent naissance à de nombreuses résurgences karstiques
situées à la limite du recouvrement tertiaire, en bordure du massif. Ces résurgences alimentent en grande partie
les étangs.

L’ensemble des ressources en eau souterraines du secteur restent très peu exploitées à cause des faibles débits
des forages réalisés et/ou de leur mauvaise qualité chimique : les eaux sont contaminées par les eaux saumâtres
des étangs, par les éléments réducteurs de l’Oligocène ou par les niveaux localement salifères du Keuper.
Aujourd’hui la majorité des communes du secteur sont alimentées par le réseau BRL qui réalise ses
prélèvements sur l’Orb. Les captages AEP les plus proches sont situés sur les communes de Sigean et Leucate.
Le site du projet n’est pas concerné par les périmètres de protection rapprochée ou éloignée de ces captages et
n’a pas de lien fonctionnel avec ceux-ci. Ainsi, localement, l’aquifère des calcaires du massif de Cap Romarin ne
présente que très peu d’enjeux pour l’alimentation en eau potable des communes. Il n’y a pas non plus de
captages privés identifiés. Par contre, cette masse d’eau présente un intérêt écologique très fort du fait de son
lien étroit avec les étangs.

1.2 Description générale du projet

Le projet est détaillé dans la demande administrative du présent dossier. Les principaux éléments concernant
l’étude de dangers sont rappelés ci-après.

La société CARRIERES CAP ROUMANY présente une demande d’autorisation d’exploiter une carrière, aux
lieux-dits « Pech Gardie » et « Cap de Roumany » sur les communes de La Palme et de Port-la-Nouvelle (11).
L’emprise des terrains concernés par la demande représente une superficie totale de 15,5 ha dont 4,4 ha en
renouvellement et 11,1 ha en extension.

Le gisement exploité est un calcaire pour la fabrication d’enrochements et de granulats. Ces matériaux sont
utilisés dans la fabrication de bétons (bétons prêts à l’emploi, préfabriqués, bétons spéciaux...) et dans divers
chantiers du BTP (voiries, terrassements…).

Le gisement présente une quantité d’environ 30% de stériles constitués par des zones plus argileuses donnant
une couleur rouge à la roche. Les 2/3 de ces stériles pourront être valorisés sur des chantiers et sont intégrés à la
production de la carrière (argile de densité 1,5 – représentent environ 20 000 tonnes par an). Les 1/3 restants
seront employés dans la remise en état du site.

Deux rythmes de production sont demandés :


 En fonctionnement normal (besoins propres LAVOYE et alimentation de petits marchés locaux), la
production demandée est de 100 000 à 150 000 tonnes/an en moyenne de calcaire commercialisable,
 En cas d’alimentation de chantiers connexes aux travaux exceptionnels (type agrandissement du port de
Port-la-Nouvelle, LGV Montpellier-Perpignan…) : maximum de 500 000 tonnes/an de calcaire
commercialisable pendant la durée des travaux.

Une partie des stériles est utilisée dans la remise en état du site. Le site prévoit également d’accueillir des déblais
inertes issus des chantiers de terrassement (terres et pierres non polluées) de l’entreprise R. LAVOYE et ses Fils
pour le remblayage de la carrière et sa remise en état.

L’autorisation est demandée pour une durée de 30 ans.

Le sol (terre caillouteuse sur environ 50 cm d’épaisseur) est décapé au chargeur ou à la pelle et stocké
sélectivement sur le site de la carrière pour être ensuite utilisé dans la remise en état (régalage en surface).

L’extraction des matériaux calcaires se fait par abattage à l’explosif et reprise par engins mécaniques. Les tirs de
mines se font à une fréquence d’un à deux tirs par mois. Ils sont réalisés en interne par l’entreprise LAVOYE qui
dispose de toutes les autorisations nécessaires et d’un personnel qualifié. Les calcaires abattus sont repris à la
pelle en pied de front et sont chargés dans un tombereau qui va ensuite alimenter la trémie de l’installation de
traitement.

L’installation de traitement des matériaux est mise en place sur une plateforme en fond d’excavation de la
carrière afin de limiter les nuisances dans l’environnement. Elle est composée d’un concasseur primaire mobile
fonctionnant directement au GNR et de concasseurs, broyeurs et cribles secondaires alimentés en électricité par
un groupe électrogène. Le groupe primaire et le groupe électrogène sont mis en place sur dalle bétonnée
étanche. Ponctuellement, une pelle équipée d’un BRH (Brise Roche Hydraulique) peut intervenir sur le site pour
la réalisation d’enrochements.

ATDx 6
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

Une fois traités, les matériaux destinés à la vente sont stockés sur la plateforme en fond d’excavation, autour de
l’installation de traitement. Les camions de transport (LAVOYE à 80% ou client extérieur) se rendent directement
sur le site : l’accès se fait depuis la D 709 puis par un chemin enrobé, avec passage obligatoire au niveau de
l’accueil au pont-bascule commun aux trois carrières de l’entreprise LAVOYE. Les camions n’ont pas accès à la
zone en cours d’extraction.

Les engins sur la carrière se limitent à 2 chargeurs, 1 tombereau articulé et 1 pelle hydraulique, complétés
ponctuellement par 1 chargeur supplémentaire, 1 foreuse et 1 niveleuse pour l’entretien des pistes. Une citerne
mobile permet d’arroser les pistes et les zones de travaux en cas de temps sec et venté.

Les installations annexes (base de vie) sont situées au sud-est de la carrière actuelle, au niveau d’un replat à
l’attitude 75 m NGF, en surplomb par rapport à la carrière et à proximité immédiate de la piste d’accès permettant
de descendre sur la plateforme en fond d’excavation. Elles sont composées de bungalows de chantier et d’un
conteneur (atelier et local pour le personnel), de toilettes chimiques, d’une aire étanche, d’une citerne d’eau et de
bennes pour la gestion des déchets.

Les bungalows de chantier ne sont pas branchés sur les réseaux d'eau potable, d'électricité ou de téléphone.

L’aire étanche est située à proximité des bungalows. L’entretien courant des engins et le ravitaillement en
carburant par camion-citerne sont réalisés sur cette aire étanche afin de prévenir tout risque de pollution. Le gros
entretien et les réparations sont réalisés dans les ateliers LAVOYE au niveau des ateliers du siège social.

Seule la pelle (engin à mobilité réduite) peut être ravitaillée en carburant directement sur la zone d’extraction, par
camion-citerne. Ce camion-citerne est pourvu de toutes les dispositions en vigueur en matière de prévention des
risques de pollution avec notamment un pistolet à déclenchement manuel avec clapet automatique de trop plein
et d’un bac à égoutture en cas de fuite résiduelle.

Il n’y a pas de stockage de carburant sur le site.

ATDx 7
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

2 IDENTIFICATION DES DANGERS ET DES EVENEMENTS INDESIRABLES

2.1 Dangers liés à l’activité de la carrière

Les dangers principaux présentés par l’activité de la carrière sont :


 des risques d‘accidents corporels liés à la présence d’engins, de véhicules, d’une installation de
traitement des matériaux et de fronts,
 des risques d’incendie liés à la présence de substances inflammables,
 des risques d’explosion liés à la présence de substances explosives,
 des risques liés à la présence de certaines substances susceptibles de provoquer une pollution par
déversement accidentel,
 des risques liés à la présence de certaines substances susceptible de provoquer une pollution de l’air,
 des risques d’instabilité des talus et fronts de taille.

Ces risques sont détaillés dans les paragraphes suivants.

Le risque d’accidents liés à la circulation sur le réseau routier à partir de la D709 n’est pas traité car il concerne
une zone qui n’est pas gérée par l’exploitant.

2.1.1 Accidents corporels

Des risques d’accidents corporels existent pour les personnes amenées à pénétrer sur le site. Ces risques sont
liés à :
 La mise en œuvre du traitement des matériaux avec des structures élevées, des structures métalliques
pointues, coupantes ou anguleuses, des structures en mouvement… : risques de chuter, de se couper,
de se faire happer …,
 La présence de matériel fonctionnant à l’électricité : risque de brûlures, d’électrocution…,
 L’utilisation d’un groupe électrogène : risque de blessures lié aux pièces en mouvement, risque de
brûlures (organes chauds),
 La circulation des engins, des camions et autres véhicules sur le site de la carrière et sur le chemin
d’accès depuis l’entrée commune aux 3 carrières : risque de percussion de piétons et de collision entre
véhicules,
 L’entrée et la sortie des camions au niveau de la voie communale (à partir du pont bascule) : risque de
collision de piétions et de véhicules circulant sur la route,
 La chute de matériaux lors des opérations d’extraction, de chargement/déchargement et de transport
des matériaux,
 La présence de fronts : risque de chute.

2.1.2 Incendie

Aucun produit inflammable ou pouvant être à l’origine d’un incendie n’est stocké sur le site (aucun stockage de
carburant).

La présence de produits inflammables concerne seulement les réservoirs des engins, du groupe primaire et du
groupe électrogène, ainsi que leur ravitaillement en carburant par camion-citerne.

Les sources d’incendie les plus probables sur le site sont :


 Court-circuit sur le moteur des engins,
 Court-circuit sur le matériel électrique,
 Accident entre deux véhicules ou véhicule / groupe mobile,
 Présence de produits inflammables de 2ème catégorie (réservoir des engins et des groupes,
ravitaillement),
 Présence d’organes chauds au niveau de groupe électrogène, lors de son fonctionnement,
 Utilisation de cigarettes,
 Travaux par points chauds (soudure…).

ATDx 8
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

2.1.3 Explosion - projections

Même si des mesures de précautions appropriées sont systématiquement appliquées, il faut considérer que le
risque d’explosion de plein air et de projection lié à l’emploi d’explosifs pour l’abattage de la roche ne peut être
complètement écarté. Le risque d'accident concerne le raté de tir mais également, en moindre mesure, la
réactivité des explosifs et des détonateurs utilisés.

Les tirs de mines sont limités à 1 à 2 tirs par mois en moyenne.

Au vu des techniques employées, de la configuration en dent creuse de la carrière et du fait que les tirs sont
confinés à l’intérieur de l’excavation, il n’y a pas de risque de projection à l’extérieur du site.

2.1.4 Déversement accidentel à l’origine d’une pollution des eaux ou du sol

Ce type d’accident peut résulter :


 d’une fuite d’huile, de liquide hydraulique, de liquide de refroidissement ou de carburant liée à la rupture
d’un flexible,
 de la rupture d’un réservoir d’engins à la suite d’un accident,
 d’une erreur de manipulation lors du ravitaillement de la pelle en carburant lorsque celui-ci est réalisé
directement sur la zone d’extraction.

En cas de déversement de substance polluante, la principale conséquence serait une pollution des calcaires en
surface. Ce risque de pollution concerne principalement le sol dans ses premiers centimètres, et dans une
moindre mesure, les eaux souterraines, étant donné la faible porosité des calcaires et le transit difficile des
hydrocarbures dans la zone non saturée du calcaire. En cas de persistance des fuites sur le sol, celles-ci peuvent
s’infiltrer dans le sol ou être entrainées par les eaux de pluie, avec un risque de pollution des eaux souterraines
ou superficielles.

2.1.5 Instabilité des talus et fronts de taille

Un risque de chute de pierre existe au niveau des fronts de taille, surtout juste après un tir, avant que la pelle n’ait
eu le temps de purger le front.

Les talus, stocks et remblais créés sont susceptibles d’être érodés lors de forte pluie : ravinement ou glissement
de terrain. Cette sensibilité à l’érosion dépend notamment du type de matériau concerné, de la dimension du
stock ou du talus et de la pente du talus.

2.1.6 Pollution de l’air

Ce risque de pollution est lié à des fumées en cas d’incendie de matières combustibles, notamment en cas
d’incendies d’engins. Il peut être aussi dû à l’évacuation anormale des gaz d’échappement des engins ou à
l’émission anormale de poussières.

ATDx 9
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

2.2 Risques extérieurs au site

Le dossier départemental des risques majeurs (DDRM) de l’Aude a été approuvé le 25 février 2011. C’est un
document d’information préventive des citoyens sur les risques naturels et technologiques auxquels ils sont
susceptibles d’être exposés.

La commune de Port-la-Nouvelle a approuvé en 2004 un plan communal de sauvegarde, révisé en 2011, qui
permet de prévenir et de protéger la population locale en cas d’accident majeur.

Le site internet GéoRisques1 est un site du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie qui
recense les informations sur les risques naturels et technologiques, avec un outil de cartographie interactive. Le
2
site internet Prim.net permet d’accéder aux informations communales sur les risques majeurs.

2.2.1 Actes de malveillance

La potentialité d’actes de malveillance n’est pas exclue. Elle concerne des risques de détérioration du matériel
dont les conséquences en termes de dangers pour l’environnement sont : incendie ou pollution des eaux ou du
sol.

Avec l’ensemble des mesures de prévention décrites au chapitre 5.8, le vol des explosifs et détonateurs n’est pas
envisageable.

2.2.2 Phénomènes naturels

2.2.2.1 Sismicité

Depuis le 22 octobre 2010, la France dispose d’un nouveau zonage sismique divisant le territoire national en cinq
zones de sismicité croissante en fonction de la probabilité d’occurrence des séismes (articles R563-1 à R563-8
du Code de l’Environnement). Le secteur d'étude est classé en zone 2, zone à sismicité faible (règles de
construction parasismique applicables pour les nouveaux bâtiments).

A noter qu’un arrêté de reconnaissance de catastrophes naturelles « séisme » a été pris sur les communes de
Leucate, Roquefort-des-Corbières et Sigean en 1996. Cette secousse, dont l’épicentre était basé dans les
Pyrénées-Orientales a été ressentie principalement dans trois départements, l’Aude, l’Ariège et les Pyrénées-
Orientales. Elle a été suivie de plusieurs répliques parfois perçues par les populations pendant un mois environ.
Si la secousse sismique principale n’a pas fait de victimes, elle a toutefois occasionné de nombreuses fissures
aux habitations, entraînant la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour 78 communes du
département de l’Aude. Il s'agissait de la plus forte secousse dans les Pyrénées-Orientales depuis le début du
siècle.

2.2.2.2 Foudre

L’Aude est un département présentant une exposition faible à la


foudre avec une densité de foudroiement (nombre d’impact par
2
km ) inférieur à 1,5 et un niveau kéraunique (nombre de jours
d’orage par an) inférieur à 25.

La carrière n’est pas une installation à risque vis-à-vis de la


foudre.

La foudre peut être à l’origine d’un incendie ou d’accidents


corporels.

Carte 1 : Niveau kéraunique sur le territoire français

1
http://www.georisques.gouv.fr
2
http://www.prim.net/

ATDx 10
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

2.2.2.3 Mouvement de terrain

Les communes de Port-la-Nouvelle et de La Palme ne comportent pas de risque de mouvement de terrain selon
le Dossier Départemental des Risques Majeurs de l’Aude. Seul Leucate est concernée par un risque de chute de
blocs de la falaise de La Franqui.

D’après la base GéoRisques, aucun mouvement de terrain n’a été répertorié dans les communes de Port-la-
Nouvelle et La Palme. Deux éboulements sont répertoriés au niveau de la Franqui, ainsi que plusieurs
mouvements de terrain sur Sigean (éboulement, glissement et plusieurs érosions de berges au niveau de la
Berre). Il n’y a pas de mouvement de terrain répertorié au niveau du massif de Cap Romarin.

Zone du projet

Carte 2 : Mouvements de terrain de La Palme et Port-la-Nouvelle

Concernant le retrait-gonflement des argiles, le site du projet n’est pas concerné par ce phénomène.

Zone du projet

Carte 3 : Phénomène retrait-gonflement des argiles

ATDx 11
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

Concernant les cavités, de nombreuses cavités naturelles sont répertoriées dans les Corbières, à l’ouest de l’A9.
Une seule cavité naturelle est répertoriée sur le massif de Cap Romarin. Aucune cavité n’est recensée dans le
secteur de la carrière.

Zone du projet

Carte 4 : Localisation des cavités

2.2.2.4 Inondation

D’après le Dossier Départemental des Risques Majeurs de l’Aude, les communes du rayon d’affichage sont
concernées par le risque d’inondation. Il s’agit particulièrement du risque de submersion marine pour les
communes littorales, ainsi que du risque d’inondation de la Berre pour les communes de Port-la-Nouvelle, Sigean
et Roquefort-des-Corbières. Ces dernières sont d’ailleurs comprises dans le PPRi de la Berre approuvé le 15
novembre 2007. Ce PPRi a cependant été annulé par la cour administrative d’appel de Marseille le 13 février
2013. La commune de Port-la-Nouvelle est également concernée par la problématique des eaux de ruissellement
provenant du plateau du « Pla de Guiraud » (dans le massif, au nord du site du projet).

Plusieurs arrêtés de reconnaissance de catastrophes naturelles « Inondations et coulées de boues » ont été pris
dans les communes du secteur d’étude. Un arrêté tempête a été pris en 1982, ainsi qu’un arrêté « Inondations et
chocs mécaniques liés à l’action des vagues » en 1997, 2003 et 2009. Au niveau des communes de Leucate,
Roquefort-des-Corbières et Sigean, un évènement combinant submersion marine, ruissellement, coulée de boue
et crue a eu lieu le 05 mars 2013.

La carte ci-après issue du portail « Cartorisques » synthétise l’aléa inondation pour la Berre et le ruissellement du
plateau du « Pla de Guiraud ».

ATDx 12
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

Zone du projet

Carte 5 : Aléa inondation


(Source : portail Cartorisques)

La carte ci-après localise les secteurs inondables par submersion marine.

Zone du projet

Zone inondable

Carte 6 : Localisation des zones inondables par submersion marine


(Source DREAL LR)

La carrière est située en hauteur, sur le massif de cap Romarin et n’est pas concernée par un risque inondation,
que ce soit par ruissellement, par un cours d’eau ou par submersion marine.

ATDx 13
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

2.2.2.5 Remontée de nappe phréatique

D’après la base « remontées de nappe » du BRGM3, la carrière est située en zone de sensibilité très faible pour
le risque de remontée de nappe phréatique. Au pied du massif, les zones autour de l’étang de La Palme et Port-
la-Nouvelle sont concernées par ce risque (sensibilité moyenne à très forte).

Zone du projet

Carte 7 : Remontées de nappe phréatique d’après la base de données du BRGM

2.2.2.6 Feu de forêt

D’après le Dossier Départemental des Risques Majeurs de l’Aude, une grande majorité des communes du
département est soumise au risque de feu de forêt. Un classement a été réalisé, afin de séparer les communes
concernées en trois groupes : risque faible, moyen ou fort. Les communes de Port-la-Nouvelle et de La Palme
sont toutes les deux concernées par le risque feu de forêt : elles sont classées dans la catégorie 3, risque fort.

Le site du projet se trouve sur un massif avec des zones de garrigues, le risque est important. Plusieurs incendies
ont ainsi déjà touché le massif, notamment en 2005 où le feu a atteint la bordure de l’étang de La Palme en
passant en limite des carrières LAVOYE et du site de la Valentine (voir carte de l’ONF ci-après).

3
http://www.inondationsnappes.fr/

ATDx 14
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

Incendie

Site du projet

Carrière Las
Tres Jassetos

La Valentine

Carte 8 : Extension de l’incendie du 22 juillet 2005 sur le massif de Cap Romarin


Source : ONF

2.2.2.7 Autres risques naturels

L’installation de traitement des matériaux peut être sensible aux conditions climatiques comme les chutes de
neige ou le vent. Les fortes précipitations peuvent avoir une influence sur la stabilité des talus des fronts de taille
réaménagés et des stocks.

La combinaison des phénomènes météorologiques avec d’autres risques constitue souvent des facteurs
aggravants : un vent fort favorise la propagation d’un incendie, les fortes précipitations accélèrent la diffusion
d’une pollution…

ATDx 15
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

2.2.3 Risques technologiques

2.2.3.1 Risque industriel

D’après le Dossier Départemental des Risques Majeurs de l’Aude, la commune de Port-la-Nouvelle est
concernée par le risque industriel, plusieurs installations industrielles étant classées SEVESO.

Le risque se concentre au niveau :


- De la zone portuaire, multisite comprenant les installations suivantes :
o Un dépôt d’alcool FOSELEV LOGISTIQUE (ex FRANCEAGRIMER) classé SEVESO seuil haut
o Un dépôt de gaz liquéfié ANTARGAZ classé SEVESO seuil haut
o Un dépôt de gaz liquéfié FRANGAZ classé SEVESO seuil haut
o Un dépôt pétrolier EPPLN (ex TOTAL) classé SEVESO seuil haut
o Un dépôt pétrolier DYNEFF classé SEVESO seuil bas
- du site DPPLN : activité de stockage et distribution d’huiles végétales et de gazole classé SEVESO seuil
bas (anciennement seuil haut : abandon en 2014 de l’activité de stockage d’essence et d’éthanol).

A noter également l’ancien site de SOFT-MELPOMEN qui fabriquait des produits agro-pharmaceutiques.

Le Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) pour la zone portuaire a été prescrit par arrêté du 23
juin 2010. Il a fait l’objet d’une enquête publique au mois de septembre 2014. Les documents mis à l’enquête
publique sont disponibles sur le site internet de la DREAL Languedoc-Roussillon.

A noter qu’un PPRT était initialement prescrit pour le site DPPLN. L’arrêté de prescription a été abrogé le 29 août
2014 suite à des modifications apportées au site qui l’ont reclassé dans la règlementation SEVESO au seuil bas
(site non soumis à l’élaboration d’un PPRT).

Carte 9 : Cartes des aléas risque technologique zone portuaire

Le site du projet n’est pas concerné par le PPRT de la zone portuaire en cours d’instruction.

En plus des installations classées SEVESO citées plus haut, d’autres ICPE sont répertoriées sur la commune de
Port-la-Nouvelle (d’après la base des ICPE du Ministère de l’Ecologie) :
- Dans la zone portuaire : broyage de minéraux industriels IMERYS, silos de céréales et vracs divers Silos
du Sud, site du transporteur routier CAMIDI
- Cimenterie LAFARGE CIMENTS et la carrière associée à l’entrée ouest de la ville

ATDx 16
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

- Carrière de marbre Cap Romarin (entreprise LAVOYE)

Les seules ICPE répertoriées sur la commune de La Palme sont les deux carrières exploitées par CARRIERE
CAP ROUMANY (Cap Roumany et Las Tres Jassetos, entreprise LAVOYE) et le parc éolien situé dans la partie
ouest du massif de Cap Romarin.

2.2.3.2 Risque de rupture d'un barrage

D’après le Dossier Départemental des Risques Majeurs de l’Aude, les communes de Port-la-Nouvelle et de La
Palme ne sont pas soumises au risque de rupture de barrage.

2.2.3.3 Risque lié au transport de matières dangereuses

D’après le Dossier Départemental des Risques Majeurs de l’Aude, les communes de Port-la-Nouvelle et La
Palme sont concernées par le risque lié au transport de matières dangereuses. Ce risque est lié au passage de
l’autoroute et à la présence du port industriel de Port-la-Nouvelle qui regroupe beaucoup d’activités qui entrainent
des transports et des acheminements par les voies routières ou ferroviaires. Les axes concernés sont :
- L’A9,
- La RD 6009 qui suit le tracé de l’A9,
- La RD 6139 de Sigean à Port-la-Nouvelle,
- La CD 703 longeant la zone portuaire de Port-la-Nouvelle,
- La RD 709 entre La Palme et Port-la-Nouvelle,
- Les voies SNCF (l=voie ferrée passant sur une bande de terre au milieu de l’étang de La Palme).

Des plans de prévention et de limitation du risque ont été instaurés dans le département. Le site du projet est
concerné lors de l’entrée/sortie des camions au niveau de la D709.

En outre, on recense cinq canalisations de transport d’hydrocarbures liquides et de gaz de pétrole liquéfié reliant
la darse pétrolière du port de Port-la-Nouvelle aux aires de stockage des sociétés FRANGAZ, ANTARGAZ,
EPPLN (ex Total), DYNEFF et DPPLN. Un sea-line de déchargement est également situé en mer (amarrage des
navires entre des bouées spéciales) et est relié aux installations terrestres de stockage d’hydrocarbures (conduite
sous-marine). Ce poste accueille les navires pétroliers ne pouvant être accueillis dans la darse pétrolière à quai.

La commune de La Palme est concernée par le risque lié à des conduites de gaz. La canalisation DN 250
Roquefort-des-Corbières-Salses passe dans le territoire de la commune.

2.2.3.4 Risque nucléaire

Le secteur du projet n’est pas concerné par un risque nucléaire.

ATDx 17
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

3 ACCIDENTOLOGIE

La base de données ARIA (Analyse, Recherche et Information sur les Accidents) du BARPI (Bureau d'Analyse des Risques et des Pollutions Industrielles) a été consultée pour des accidents en France pour les activités « autres industries extractives – extraction
de pierres, de sables et d’argiles ». Ne sont pas prises en compte les industries extractives de houille, de lignite, d’hydrocarbures, de minerai métallique, de sel ni les carrières abandonnées.

Sur les 40 000 accidents que compte la base de données, 119 concernent les industries extractives de pierres, de sables et d’argiles en activité. La consultation de cette base de données entre 1988 et 2012 a conduit à la répartition suivante :

- pas de décantation eaux de pluie ou défaillance décantation : 39%


- Matières en suspension : 55% - Fuite (cuve stockage détériorée ou non conforme, erreur de
manipulation) : 19,5% - Pollution milieu naturel (rivière, lac et/ou sol) : 92%
pollution des eaux et du sol - Rejet direct eaux procédé (lavage matériaux…) : 11%
- Hydrocarbures : 39%
30 % concernant causes - Accident engin, naufrage : 11% Conséquences
- Malveillance : 8%
(36 cas) - Autre produit : 3% - Pollution milieu naturel + AEP : 5%
- Incident silo (absence de sonde niveau ou défaillance) : 5,5%
- Autre défaillance matériel : 3%
- Eaux usées : 3% - Aucune conséquence (bac rétention) : 3%
- Remblayage avec des matériaux non inertes : 3%
- Accident d’engin : 36%
- Défaillance humaine (non-respect consignes de sécurité) : 36% - au moins 1 salarié mort : 39%

accident corporel - Installation de traitement des matériaux : 25%


- Blessures graves (salarié) : 30%
- Absence de dispositions ou de consignes de sécurité : 25%
28 % concernant - Chute : 21% causes Conséquences - Blessures légères (salarié) : 21%

(33 cas) - Accident électrique : 6% - au moins 1 personne extérieure morte (client) : 3%


- Problème matériel : 6 %
- Noyade : 3 %
- Blessures graves personne extérieure : 6%
- Autre : 9% - Non précisé : 33%
- Origine électrique : 17%
- Installation de traitement des matériaux : 54 % - Dégâts matériels sur site sans conséquences majeures : 50%
Incendie - Travaux par point chaud : 17 %
- Dégâts matériels sur site avec conséquences importantes
20 % concernant - Bâtiment, atelier : 30% causes - Accident : 4% Conséquences
(arrêt activité et chômage technique) : 25%
(24 cas) - Engins : 12% - Echauffement machines : 8% - Blessure employé : 12,5%
- Stockage hydrocarbures : 4% - Non précisé : 54% - Non précisé : 12,5%
- Effondrement souterrain : 25% - Instabilité zone : 75% - Mort d’un salarié : 37,5%
- Chute de blocs de front de taille : 50% - Blessure d’un salarié : 25%
Instabilité
concernant causes Conséquences
7% - Défaillance humaine (non-respect des consignes sécurité) : 25% - Dégâts matériels à l’extérieur : 25%
(8 cas) - Glissement terrain : 25%
- Mort d’une personne intervenant sur site non salariée : 12,5%

- Explosif des tirs de mines : 67% - Incendie : 17% - Blessures graves salariés : 67%
Explosions
5% concernant causes -Non-respect des consignes de sécurité : 33% Conséquences
(6 cas) - Cuve hydrocarbures et/ou bouteille gaz : 33% - Sans conséquences : 33%
- Non précisé : 50%
- Mauvais emploi explosif (erreur dosage ou orientation charge…) :
Projection 60% - Dommages matériels à l’extérieur du site : 80%
4% concernant - Tir de mines : 100% causes - Non-respect des consignes de sécurité pendant le tir : 20% Conséquences
(5 cas)
- Non précisé : 20% - Blessure salarié : 20%
- Dégâts matériel avec chômage technique et/ou pollution
- Effondrement sous neige : 25% - tempête neige : 25%
Causes extérieures eaux : 37,5%
8% concernant causes Conséquences
(8 cas) - Inondation : 12,5% - Violent orage : 12,5%
- Neutralisé par démineurs sans dégâts : 62,5%
- Découverte bombes : 62,5% - Vestige de guerres : 62,5%

ATDx 18
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

Il ressort de l’analyse statistique des accidents concernant les industries extractives de pierres, de sables et
d’argiles :

 La majorité des accidents (30%) concernent la pollution du milieu naturel (ruisseaux et rivières
principalement).
 Plus de la moitié de la pollution des eaux est due aux matières en suspension contenues dans
les eaux de rejet des carrières. Ce sont soit des eaux de lavage non traitées, soit des eaux de
ruissellement non décantées (absence ou disfonctionnement de bassins de décantation). Deux
cas concernent le débordement de silo contenant des matières pulvérulentes (absence de
sonde niveau).
 Environ 1/3 des pollutions sont dues aux hydrocarbures. Ce sont surtout des accidents d’engins
dans les gravières (naufrage drague, barge, péniche…) et des fuites au niveau des stockages
d’hydrocarbures (cuve détériorée, erreur de manipulation ou malveillance).
 Les conséquences peuvent être graves pour l’environnement (mort de la flore et de la faune
aquatiques…) et pour la santé humaine (baignade rendue impossible, atteinte aux captages
AEP…)

 Les autres accidents les plus courants sont les accidents corporels (28% des accidents).
 Ils concernent principalement les installations de traitement des matériaux (happage,
coupures…), les accidents entre engins, les chutes et le matériel électrique
 La cause est souvent la défaillance humaine (non-respect des consignes de sécurité) ou le
manque d’encadrement en termes de sécurité (pas de consignes, de procédures…)
 Les conséquences peuvent être dramatiques pour le (ou les) salarié ou le (ou les) sous-traitant
concerné (blessures irréversibles, mort). Dans certains cas qui restent rare, des personnes
extérieures sont touchées (client venant chercher des matériaux, inspecteur)

 les incendies représentent 20% des accidents :


 Les départs d’incendie les plus fréquents ont lieu au niveau des installations de traitement des
matériaux et des bâtiments, à cause d’un problème électrique ou lors de travaux par points
chauds (soudures…).
 Les incendies d’engins ou de stockage d’hydrocarbures sont marginaux
 Les dégâts se limitent toujours au site d’exploitation (pas de cas de propagation d’incendie aux
riverains). Les conséquences pour l’entreprise peuvent être graves : dégâts matériel importants
et chômage technique. Il y a peu d’exposition humaine (3 cas de blessure).

 Les autres accidents comme les explosions, les projections lors de tirs de mines et les instabilités sont
plus marginaux. Ils peuvent toutefois avoir des conséquences dramatiques (blessures graves, mort de
salarié) ou causer des dommages matériels à l’extérieur du site.

ATDx 19
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

4 IDENTIFICATION DES SCENARIOS LES PLUS PROBABLES

4.1 Scénarios envisageables

Au regard des résultats de l’accidentologie du chapitre 3 page 18 et des dangers identifiés dans le chapitre 2
page 8, les scénarios envisageables sont :
 Un accident corporel lors d’un accident avec les engins (piéton-engin, véhicule léger - engin ou entre
engins) ou lors d’intervention sur l’installation de traitement. Un accident est également possible lors de
la manipulation et du transport des matériaux ou depuis le haut des fronts (chute). Etant donné que des
dispositions et des consignes de sécurité sont mises en place (protections sur l’installation, protections
individuelles, règles de circulation …), la plupart des accidents seront dus à une défaillance humaine
(non-respect des consignes de sécurité).
 Un incendie au niveau de l’installation de traitement ou lors de travaux par point chaud. Un incendie peut
également arriver lors d’un accident entre véhicules, à cause d’une défaillance humaine (fumer à
proximité du ravitaillement…), d’un problème électrique, d’un acte de malveillance ou de la foudre.
 Une explosion avec ou sans projections lors du mauvais emploi des explosifs de tirs de mine. Une autre
explosion peut aussi concerner les engins ou les groupes lors d’un incendie.
 Une pollution des eaux et du sol par des hydrocarbures provenant d’un réservoir de véhicule à cause
d’une fuite, d’un accident ou d’un acte de malveillance. Un autre risque concerne une erreur de
manipulation lors du ravitaillement de la pelle directement sur la zone d’extraction. La pollution par fuite
des groupes ou lors du ravitaillement et de l’entretien des engins ou des groupes est exclue (groupes sur
dalle étanche, aire étanche pour le ravitaillement et l’entretien courant des engins). Il est exclu une
pollution par les matières en suspension (absence de rejet à l’extérieur du site, eaux de ruissellement
confinées sur la carrière et point bas d’infiltration avec décantation et filtre de fines).
 Une instabilité au niveau des fronts ou des talus des zones réaménagées : chute de blocs, effondrement
rocheux ou glissement de terrain.

4.2 Effets dominos

Un effet domino correspond à l’action d’un phénomène dangereux affectant une ou plusieurs installations d’un
établissement qui pourrait déclencher un autre phénomène sur une installation ou un établissement voisin,
conduisant à une aggravation générale des effets du premier phénomène.

Les seules installations situées dans le voisinage du site du projet susceptibles d’être touchées par l’effet domino
sont les deux autres carrières LAVOYE, en particulier celle de « Las Tres Jassestos » situé à 170 m au sud,
l’entrée commune avec le local d’accueil / pont bascule et les pistes.

Les phénomènes dangereux pouvant être concernés par un effet domino sont le risque d’accident corporel liés à
la circulation créée par les autres carrières au niveau des pistes et de l’entrée commune, ainsi que la propagation
d’un incendie vers le sud depuis la carrière de Cap Roumany pouvant atteindre la carrière de « Las Tres
Jassetos ». Les carrières sont peu sensibles aux incendies et font plutôt office de coupe-feu (sol décapé) : un
incendie ne pourrait se propager que si la source se trouve près de la lisière sud avec des conditions météo de
sécheresse et une forte tramontane. Un récepteur sensible pouvant s’enflammer (type véhicule) devrait
également se trouver non loin de la lisière pour que le feu prenne sur l’autre site. Il y a peu de risque de
propagation d’un incendie de la carrière de « Las Tres Jassetos » vers la carrière de Cap Roumany (sens opposé
au vent dominant facilitant la propagation d’un incendie).

Il n’y a pas d’autre phénomène dangereux pouvant être à l’origine d’un effet domino.

ATDx 20
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

5 MESURES DE PREVENTIONS

5.1 Mesures générales de sécurité

Les mesures générales concernant la sécurité sont :


 Le respect de la réglementation en vigueur concernant la sécurité,
 La formation et l’information permanente du personnel,
 La présence sur site d’au moins une personne formée aux premiers secours (Sauveteur Secouriste du
Travail),
 Le respect strict des consignes de sécurité,
 La vérification technique préventive du matériel et des engins,
 La mise à disposition permanente de moyens d’intervention en cas de blessure (téléphone portable,
trousse de premier secours),
 L’affichage des consignes en cas d’accident ou d’incendie et des coordonnées téléphoniques des
centres de secours,
 Le dégagement permanent de l’accès de l’exploitation aux secours aux heures d’ouverture,
 L’interdiction d’accès à toute personne étrangère à l’exploitation (clôture et barrière),
 L’information des riverains par panneaux.

5.2 Mesures relatives aux risques d’accidents corporels

5.2.1 Mesures relatives aux accidents liés à la circulation des véhicules

Les mesures mises en place pour réduire les risques d’accidents liés à la circulation sur le site sont :
 Affichage des règles et du plan de circulation sur le site,
 Mise en place d’une signalisation adéquate sur le site et au niveau du chemin d’accès à la carrière
depuis la D709,
 Matérialisation claire des voies de circulation,
 Limitation de la vitesse à 30 km/h sur la carrière et sur le chemin d’accès et respect du code la route,
 Consignes spécifiques concernant la circulation pour les chauffeurs de camions et pour les conducteurs
d’engins,
 Entretien régulier des engins et des voies de circulation,
 Véhicules équipés de direction de secours, d’un klaxon en état de marche et d’un avertisseur de recul,
 Contrôle régulier de l’état des véhicules,
 Pas d’accès des camions à la zone en cours d’extraction (seulement la plateforme de
commercialisation),
 Pistes d’accès à la carrière fermées par une barrière en dehors des heures d’ouverture, avec une
signalisation,
 Chemin d’accès emprunté par les camions depuis la D709 entièrement enrobé jusqu’à la carrière,
 Aucune entrave à la circulation sur ce chemin d’accès (voie publique et utilisation comme piste DFCI),
 Entretien régulier de ce chemin d’accès,
 Carrière et sortie de camions annoncées par des panneaux sur le chemin d’accès et la D709,
 Intersection sécurisé avec la D709 (bonne visibilité et STOP).

5.2.2 Mesures relatives à l’installation de traitement de matériaux

Les mesures mises en place pour assurer la sécurité des personnes et réduire les risques d’accidents au niveau
de l’installation de traitement sont :
 Respect des dispositions de sécurité concernant l’utilisation d’un groupe électrogène – consignes
concernant l’utilisation de ce matériel,
 Panneaux d’interdiction d’approcher au personnel à pied au niveau des trémies et grille de sécurité sur
les trémies,
 Garde-corps, sol antidérapant et escaliers d’accès sur toutes les passerelles et les plates-formes,

ATDx 21
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

 Protections passives adaptées : protections sur les parties des installations présentant des risques
d’entraînement ou d’arrachement,
 Pour chaque transporteur : châssis de tête avec protection d’angle rentrant et chasse-pierres, châssis de
pied avec capot de protection du tambour et dispositif de protection des angles rentrants,
 Arrêts d’urgence sur les parties des installations présentant des risques (ex : câbles d’arrêt d’urgence ou
arrêts « coups de poing »),
 Sonnerie avant la mise en route de chaque installation,
 Entretien régulier des installations.

5.2.3 Mesures relatives aux accidents liés à la hauteur des fronts

Le profil d’exploitation sera constitué d’une succession de fronts d’une hauteur de 15 m maximum séparés deux
à deux par une banquette.

Des merlons de 1 m de hauteur minimum et/ou des blocs d’enrochement sont mis en place en tête des fronts
pouvant être empruntés par des engins ou des hommes de façon à s’affranchir du risque de chute. Des
panneaux de signalisation sont également apposés pour signaler le danger. Un merlon (ou des blocs) de même
hauteur borde également les rampes d’accès aux fronts donnant sur le vide (côté excavation).

Pour prévenir le risque de chute de pierres, une personne est désignée par le directeur technique et chargée de
la surveillance des fronts. En cas d’instabilité, une purge des fronts est réalisée.

Le phasage d’exploitation prévoit le réaménagement progressif des fronts, ce qui permettra de limiter le linéaire
des fronts à risque.

5.2.4 Autres mesures relatives aux risques d’accidents corporels

Les dispositions concernant les autres risques d’accidents corporels sont :


 Respect des dispositions de sécurité à proximité des engins manipulant des matériaux,
 Consignes concernant la manipulation et le transport des matériaux pour les conducteurs d’engins,
 Consignes interdisant la circulation piétonne dans les zones d’évolution des engins,
 Equipements de protection individuelle pour les personnes amenées à pénétrer sur le site : gilet
fluorescent, casque, lunettes, chaussures de sécurité,
 Arrêt de l’activité en cas de conditions climatiques défavorables ou dangereuses (orage, fortes chutes de
neige, vent très violent…)

5.3 Mesures concernant le risque d’incendie

L’activité de l’exploitation est située sur des terrains défrichés et décapés, où le sol est à nu.

5.3.1 Mesures générales de prévention

Les moyens de prévention pour les risques d’incendie sont :


 Consignes lors du ravitaillement des engins et des groupes rappelant l’interdiction de fumer, l‘obligation
de l’arrêt du moteur,
 Stockage des huiles et produits d’entretien dans des contenants dédiés, sur rétention le cas échéant,
dans le conteneur servant d’atelier de la base de vie,
 Stockage des déchets triés au niveau de la base de vie dans des contenants dédiés suivant le type de
déchet et évacués régulièrement vers des structures appropriées, afin de limiter leur accumulation sur le
site,
 Maintien du conteneur servant d’atelier dans un bon état de propreté,
 Respect des dispositions de sécurité concernant l’utilisation d’un groupe électrogène (ne pas couvrir,
assurer une bonne ventilation…),
 Etablissement d’un « permis de feu » réglementaire pour tous travaux par points chauds,
 Brûlage interdit (toléré dans le cas des emballages d’explosifs),
 Interdiction de fumer à proximité de la végétation (garrigues),
 Formation du personnel à la lutte contre l’incendie,

ATDx 22
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

 Etablissement et affichage d’un plan de sécurité incendie.

5.3.2 Mesures concernant les moyens de lutte contre l’incendie

Les moyens à la disposition de l’exploitant contre un éventuel sinistre sont :


 Présence d’extincteurs mobiles dans les engins, au niveau du poste de commande de l’installation de
traitement, dans les bungalows et dans le conteneur de la base de vie. Les extincteurs sont contrôlés
annuellement,
 Présence de réserves d’eau : citernes de 30 000 litres au niveau de l’installation de traitement et citerne
de 15 000 litres au niveau de la base de vie,
 Présence de 3 extincteurs adaptés dans le camion-citerne de ravitaillement,
 Dégagement permanent de l’accès de l’exploitation aux secours aux heures d’ouverture.

5.3.3 Défense des forêts contre l’incendie

Stratégie départementale

Une majorité des communes de l’Aude est exposée au risque incendie de feu de forêt. Les communes de La
Palme et Port-la-Nouvelle sont exposées à un aléa moyen à fort au niveau du massif de Cap Romarin. La
carrière, située au sein du massif, est particulièrement exposée.

Dans le cadre de la politique de prévention des incendies de forêts, le département de l’Aude a été divisé en
27 massifs forestiers. Le plan Départemental de Protection des Forêts contre l’Incendie a été approuvé en 2008.
Il identifie les actions pour améliorer les dispositifs de surveillance (vigies, patrouilles…) et pour aider les
opérations de lutte (équipements de terrain). Il permet de coordonner la stratégie départementale en matière de
commissions de sécurité et de programmation financière et définit les actions visant à limiter la vulnérabilité des
zones habitées. A partir d’une analyse basée sur la conjonction d’enjeux humains et d’un niveau élevé d’aléa, il
détermine une liste prioritaire de communes où des Plans de Prévention des Risques Incendies de Forêt devront
être prescrits. Le massif de Cap Romarin fait partie des secteurs pour lesquels un PPRIF doit être prochainement
élaboré.

A noter qu’en période estivale, de mi-juin à mi-septembre, une évaluation du niveau de risque feu de forêt est
réalisée quotidiennement et est consultable par téléphone ou sur internet.

Une surveillance des massifs est également réalisée en fonction des risques au niveau de plusieurs tours de guet
et de patrouilles mobiles. Les massifs sont parcourus de pistes DFCI entretenues, avec des citernes installées à
proximité des accès. Des coupures de combustible peuvent également être réalisées pour cloisonner les massifs
et limiter l’extension des grands feux. Au niveau du site du projet, le massif de Cap Romarin est parcouru par
plusieurs pistes DFCI (voir carte transmise par la DDTM en annexe). Le chemin d’accès à la carrière depuis la
D709 est cartographié comme piste DFCI. Une piste DFCI est également localisée passant dans l’emprise de la
carrière actuelle et au niveau des terrains de l’extension. Cependant, dans la réalité, cette piste n’est pas utilisée
et une autre piste DFCI permet de contourner la carrière et de relier les mêmes points sans passer par l’emprise
de l’autorisation. L’extension de la carrière n’aura pas d’incidence sur cette situation. En particulier, elle ne
touchera pas d’autre piste DFCI du massif et n’empêchera pas le bon déroulement de la protection contre les
incendies. La circulation est laissée libre sur le chemin d’accès depuis la D709. Aucun engin ou éléments divers
ne sera entreposé en travers de ce chemin ou des autres pistes DFCI et ne fera entrave à la circulation.

Obligation des propriétaires

Le débroussaillement, l’emploi du feu et le brûlage des déchets verts sont réglementés dans l’Aude par l’arrêté
préfectoral n°2014143-0006 du 3 juin 2014, par l’arrêté préfectoral n°2013352-0003 du 2 janvier 2014 et par
l’arrêté préfectoral n°2013268-0005 du 7 octobre 2013. Des fiches, disponibles sur le site internet de la
préfecture, accompagnent ces arrêtés.

Concernant l’emploi du feu, tout brûlage est interdit sur site, sauf concernant la destruction des emballages
d’explosifs dont le brûlage est toléré. Il est de plus interdit de fumer dans les zones naturelles ou en lisière.

D’après l’arrêté préfectoral n°2014143-0006 du 3 juin 2014, et en accord avec les dispositions de l’article L.134-6
du nouveau Code Forestier, l’obligation de débroussaillement et de maintien en état débroussaillé s'applique,
pour les terrains situés à moins de 200 mètres de formations combustibles (bois, landes, friches, maquis et
garrigues), aux abords des constructions, chantiers, travaux et installations de toute nature sur une profondeur de
50 mètres ainsi que des voies privées y donnant accès sur une profondeur de 10 mètres de part et d’autre de la
voie.

ATDx 23
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

Le chemin d’accès à la carrière depuis la D709 est un chemin public, cartographié comme piste DFCI et
entretenu à ce titre. La société LAVOYE, qui l’utilise pour l’accès à ses carrières, réalise également un entretien
régulier de ce chemin.

Au niveau de la carrière, les pistes sont situées sur une surface décapée et de la roche à nu, il n’y a pas de
débroussaillement à réaliser à leurs abords.

De même au niveau de la zone d’extraction, les banquettes où ont lieu l’activité sont séparées des lisières par les
fronts de taille de la carrière : ces fronts de taille forment un écran à la propagation d’un éventuel incendie et
aucun débroussaillement n’est à réaliser en lisière de la carrière. L’activité a lieu sur le calcaire à nu, qui forme
une barrière à la propagation d’un incendie. Ceci est également valable pour l’installation de traitement et le
stockage des matériaux en fond d’excavation. De même, la base de vie est située sur une surface décapée, en
contrebas par rapport au terrain naturel et entouré par un merlon de grandes dimensions.

A gauche : Chemin d’accès à la carrière depuis la D709 (voie publique cartographiée comme piste DFCI)
A droite : Piste d’accès au fond d’excavation de la carrière actuelle
(accès à la zone de commercialisation)

A gauche : Base de vie sur zone décapée avec merlon de grande dimension derrière
A droite : Activité de la carrière sur calcaire à nu, entourée de fronts de taille

Une attention particulière sera apportée aux travaux de défrichement et décapage du sol étant donné leur
situation au niveau du terrain naturel. Conformément au calendrier écologique qui sera respecté, ces travaux
seront réalisés entre octobre et février, soit en dehors de la période estivale qui est la plus sensible en termes de
feux de forêt. De plus, les déchets verts issus des travaux d’enlèvement de la végétation seront évacués selon
une filière spécialisée dans leur valorisation et leur élimination et leur brûlage interdit sur le site. Les engins
réalisant les travaux de défrichements seront équipés d’extincteurs mobiles en cas de besoin.

Ainsi la problématique de protection des forêts contre les incendies est prise en compte et maitrisée sur le site.

5.4 Mesures concernant le risque d’explosion et de projection

Les mesures relatives à l’utilisation des explosifs afin d’éviter tout risque d’explosion consistent à effectuer le
chargement des trous de mines par du personnel qualifié et habilité (détenteur d’un Certificat de Préposé aux
Tirs) et conformément au titre « Explosifs » du RGIE (décret n°92-1164 du 22/10/92) :

ATDx 24
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

 Manutention des produits explosifs uniquement en présence du personnel habilité concerné par cette
opération,
 Pas de stockage sur site. Stockage uniquement temporaire le temps du chargement des trous de mines,
loin de tout point incandescent et de toute flamme nue et à l'abri des chocs et de toute cause de
détérioration. Explosifs repris par le fournisseur après le tir si non utilisés,
 Surveillance constante des explosifs par une personne désignée (le boutefeu),
 Interdiction de fumer à proximité des produits explosifs pendant leur manipulation, leur transport et leur
mise en œuvre. Pas de flamme, ni d’étincelle – pas d’ondes radios ni de téléphone portable,
 Dispositions pour que, pendant leur transport, les produits explosifs ne risquent pas de se déplacer sur
leur support ni d'être soumis à des chocs ou à des frottements,
 Interdiction de transporter dans un même récipient des détonateurs et d'autres produits explosifs,
 Inexistence de moyen d’amorçage des produits explosifs en l’absence de détonateurs,
 Elaboration et respect du plan de tir,
 Inspection après tir et reprise des charges non explosées,
 Blocage des accès le temps du tir,
 Respect du dossier de prescriptions relatif aux explosifs.

Pour les tirs électriques, les mesures complémentaires suivantes seront également appliquées :
 Les extrémités des fils de détonateurs électriques sont protégées par un isolant jusqu’à raccordement au
circuit de tir. Lorsque l’influence de courants induits est à craindre, les fils sont accolés ou torsadés,
 Les détonateurs électriques utilisés dans une même volée proviennent du même fabricant et possèdent
des têtes d’allumage identiques,
 Toute épissure des fils à l’intérieur d’un trou de mine est interdite,
 Les détonateurs sont branchés en série.

Les tirs de mines sont effectués par du personnel qualifié et habilité et sous le contrôle du chef de carrière. La
société bénéficie de toutes les autorisations nécessaires, et notamment d’une autorisation d’utilisation d’explosifs
dès fabrication. Les explosifs sont utilisés dans la journée. Les produits explosifs non utilisés sont réintégrés dans
un dépôt autorisé par le fournisseur le jour même.

Sont également mises en œuvre les règles suivantes relatives à la mise à l’abri du personnel et à la garde des
issues pendant les tirs :
 Avant le tir, le boutefeu s’assure qu’aucun produit explosif n’est resté au chantier, fait évacuer le chantier
et la zone dangereuse, fait interdire l’accès de la zone dangereuse (mise en place d’un périmètre de
sécurité), s’assure que personne ne se trouve aux abords du site et annonce le tir par un signal
spécifique, perceptible et connu du personnel,
 Ensuite, le boutefeu (et lui seul) raccorde la ligne de tir à la volée, vérifie la continuité et la résistance du
circuit électrique de tir, raccorde l’appareil de mise à feu, et déclenche le tir avec le seul moyen de
manœuvre (et dont il dispose personnellement),
 Après le tir, pendant trois minutes au moins, aucune personne ne doit pénétrer dans le périmètre de
sécurité dont l’interdiction d’accès est maintenue,
 A l’expiration du délai d’attente, le boutefeu, assisté au besoin d’une autre personne, procède à la
reconnaissance du chantier afin de rechercher les anomalies éventuelles : s’il n’y a aucune anomalie, le
boutefeu lève l’interdiction d’accès (par un signal différent du premier), s’il y a une anomalie, il faut la
résoudre avant de lever l’interdiction d’accès.

En tir électrique, lorsque la foudre se manifeste, le chargement des trous de mines est arrêté et la zone
dangereuse est évacuée par le personnel jusqu’à ce que le risque disparaisse.

La maîtrise des tirs de mines et leur optimisation permettent de lutter efficacement contre les risques de
projections. L’orientation des tirs à l’intérieur de la carrière, sa configuration en dente creuse et la fréquence faible
des tirs (1 à 2 tirs par mois) limitent d’autant plus le risque. Les anomalies de tir ont une faible occurrence, qui
plus est avec une charge unitaire maximale instantanée limitée. Il n’y a aucun risque de projection à l’extérieur du
site.

5.5 Mesures concernant la pollution des eaux et du sol

Un ensemble de dispositions sont prises dans le cadre de l’exploitation pour prévenir tout risque de pollution
accidentelle des eaux souterraines :
 Mise en place d’un merlon autour de la zone d’extraction afin de séparer les eaux de ruissellement
extérieures de celles de la carrière,

ATDx 25
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

 Clôture étendue à la zone d’extension afin d’éviter tout risque de pollution par des apports non contrôlés,
 Eaux de ruissellement de la carrière dirigées vers un point bas en fond d’excavation, choisit sans
fractures ni karstification ouverte, permettant l’infiltration lente des eaux au travers des fines de
décantation (matériaux fins argileux mis en place au fond du point bas jouant le rôle de filtre),
 Groupe primaire et groupe électrogène installés sur une dalle bétonnée étanche,
 Approvisionnement en carburant par camion-citerne et entretien courant des engins réalisés sur aire
étanche située sur la base de vie, à proximité des bungalows,
 Gros entretien et les réparations réalisés en dehors de la carrière, dans les ateliers LAVOYE au niveau
des ateliers du siège social,
 Procédure en cas de ravitaillement de la pelle chenille sur la zone d’extraction, réalisé en bord à bord
par un camion-citerne pourvu de toutes les dispositions en vigueur en matière de prévention des risques
de pollution avec notamment un pistolet de distribution à déclenchement manuel avec dispositif
automatique de détection de trop plein, d’un bac à égouttures et d’un kit anti-pollution,
 Interdiction de stockage de carburant sur la carrière. Stockage d’huiles et de produits d’entretien
possible dans le conteneur servant d’atelier (sur la base de vie) sur une capacité de rétention adaptée,
 Gestion des déchets (tris, stockage et collecte en conformité avec la réglementation) : les déchets
souillés (chiffons sales, produits absorbants...) sont stockés dans des bennes spéciales le conteneur
servant d’atelier,
 Vérification et entretien régulier des engins et des machines afin d’éviter tout risque de fuite,
 Mise à disposition de moyens d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures ou de tout autre
fluide au sol : kit anti-pollution lors du ravitaillement en carburant (stockés à proximité des groupes
mobiles et dans le conteneur servant d’atelier) et feuilles absorbantes stockées dans les engins, moyens
adaptés pour purger les sols souillés et les évacuer rapidement,
 Formation et sensibilisation du personnel à intervenir sur une pollution,
 Procédure stricte de contrôle du caractère inerte des déblais amenés sur la carrière.

La cote de fond maximale sera gardée fixée à 60 m NGF, comme c’est le cas au niveau de la carrière actuelle.
Cette cote de fond permet de laisser en place une épaisseur de calcaire non saturé protégeant la nappe
souterraine, sans risque d’atteindre le niveau de la nappe. En cas de mise à jour de structures karstiques à
transmissivités verticales importantes (fractures ou fissures plus ou moins karstifiées et non colmatées), des
mesures adaptées seront prises : mise en place de merlons autour de la structure empêchant l’écoulement des
eaux de ruissellement vers ce point d’infiltration préférentiel, signalisation de leur présence, colmatage éventuel.
Le personnel sera sensibilisé à la découverte de telles structures et aux risques de pollution qu’elles présentent.
Toute découverte sera immédiatement signalée au chef d’exploitation.

Le personnel du site dispose de kits de dépollution (de type PolluKit) et de feuilles absorbantes en permanence
sur le site et dans les engins pour l’aider dans son intervention. Il est formé à l’utilisation de ce matériel de
dépollution et informé de la conduite à tenir pour limiter la propagation de la pollution et pour avertir les secours
internes voire externes. Le nécessaire est disponible en permanence à l’atelier pour compléter ces kits après
utilisation. Le personnel est également sensibilité et formé à la conduite à tenir en cas de découverte de
structures à transmissivités verticales importantes, qui fait l’objet d’une procédure.

Dans le cas où, malgré les mesures de prévention, une pollution venait à se déclarer, que ce soit suite à un
incident (rupture de flexible…), à un accident d’engin ou à une erreur de manipulation, une procédure
d’intervention d’urgence expliquant la démarche à adopter est mise en place par l’entreprise exploitante. Elle a
pour objet de rapidement contenir la pollution, de l’enlever (à l’aide de feuilles ou de sable absorbants, voire à
l’aide de la pelle) et de la faire évacuer par une entreprise spécialisée vers un établissement de traitement et
d’élimination agréé. Les moyens propres à l’entreprise sont immédiatement réquisitionnés pour l’intervention : la
pelle pour excaver le sol pollué et la benne du tombereau ou l’aire étanche pour confiner ces terres polluées.

A noter qu’étant donné le transit difficile des hydrocarbures dans la zone non-saturée du calcaire, les fuites
resteront en surface sur le sol et les temps d’infiltration longs permettront d’intervenir rapidement pour récupérer
l’ensemble de la fuite. Les quantités en jeux seront toujours faibles (limitées à la taille du réservoir des engins) et
pourront être entièrement traitées, les kits-antipollution étant correctement dimensionnés pour ce genre
d’intervention. Les mesures présentées précédemment en cas de découverte de fissure ou de structures
karstifiées (colmatage) permettent d’assurer qu’aucune pollution accidentelle ne pourra rejoindre ces structures.
Les kits anti-pollution et les feuilles et matériaux absorbants sont remplacés juste après leur utilisation.

ATDx 26
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

5.6 Mesures concernant la pollution de l’air

En cas d’incendie, l’émission de fumées sera circonscrite au plus vite par l’extinction du sinistre. Les mesures de
lutte contre la pollution de l’air accidentelle seront donc identiques à celles développées contre un incendie.

Les engins et les groupes sont entretenus pour éviter tout risque d’incendie et respectent la réglementation en
vigueur en matière d’émission de fumées. Un engin ou un groupe présentant une anomalie d’émission de gaz
d’échappement sera arrêté.

Les poussières émises par l’extraction et la circulation des véhicules sont limitées par les dispositifs appropriés
(voir l’étude d’impact). En cas d’émission importante accidentelle, l’équipement à l’origine de cette pollution est
arrêté.

5.7 Mesures concernant la stabilité des talus et fronts de taille

Les fronts d’exploitation présentent un profil garantissant leur stabilité. Une personne est chargée de la
surveillance des fronts et des consignes sont données concernant le traitement des zones présentant des
instabilités (purge des fronts…)

Les stocks de matériaux sont mis en place au niveau de la plateforme en fond d’excavation avec des dimensions
garantissant leur stabilité.

Les talus créés dans le cadre de la remise en état seront réalisés de manière à assurer leur stabilité à long
terme : pente d’environ 3H/2V et recouvrement végétal sur toute leur surface (protection contre le ravinement).
Quant au remblayage partiel de l’excavation, il sera réalisé par couches successives montantes compactées afin
d’éviter les tassements différentiels.

5.8 Mesures concernant les actes de malveillance

Le site est entièrement clôturé, avec la présence de panneaux adaptés indiquant l’interdiction d’y pénétrer et la
réalisation ponctuelle de tirs de mine. Tous les accès au site sont fermés en dehors des heures travaillées. Un
panneau à l’entrée donne des informations sur la nature de l’activité.

Le transport des produits explosifs est organisé par l'exploitant de telle sorte qu'à tout moment, jusqu'à leur
destination, ils soient placés sous la surveillance d'une personne nommément désignée (le boutefeu). Ne peuvent
être stockés sur le chantier, entre le moment de leur livraison et leur chargement dans les trous de mines, que les
explosifs et détonateurs qui seront tirés le même jour. Le stockage intermédiaire est soumis à surveillance
constante d’une personne responsable. Aucun explosif ni aucune amorce ne peuvent être stockés sur le chantier
pendant la nuit ou pendant les jours non ouvrés. Le boutefeu a la charge de faire ramener du chantier les
explosifs non consommés le jour-même. De ce fait, aucun dépôt ou stockage d’explosifs n’existe sur le site.

5.9 Mesures concernant les risques naturels

Compte tenu des risques concernés, aucune mesure particulière n’est à prendre. Les mesures relatives à la
minimisation du risque incendie, notamment les moyens de lutte, peuvent être utilisées pour lutter contre les feux
de forêt.

L’activité est arrêtée en cas de conditions météorologiques dangereuses (foudre, vent très violent, très fortes
précipitations).

5.10 Mesures concernant les risques technologiques et industriels

Les mesures concernant la circulation, et notamment l’aménagement du croisement avec la D 709, permettent de
limiter les risques d’accident sur cette route qui est concernée par le transport de matières dangereuses

Les croisements entre les différentes pistes d’accès aux carrières LAVOYE depuis le poste d’accueil / pont
bascule sont aménagés afin d’éviter le risque d’accident.

ATDx 27
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

6 ANALYSE DES RISQUES

6.1 Evaluation de la probabilité d’occurrence

La probabilité d’occurrence est appréciée de manière qualitative (en référence à l’arrêté du 29 septembre 2005)
du fait du caractère limité des risques et du fait que les données de départ sont insuffisantes pour élaborer une
démarche calculatoire qui donnerait alors des résultats erronés.

L’appréciation de la probabilité d’occurrence d’un accident majeur par la méthode qualitative contient cinq
niveaux :
- classe E : évènement possible mais extrêmement peu probable
- classe D : évènement très improbable
- classe C : évènement improbable
- classe B : évènement probable
- classe A : évènement courant

On peut estimer la probabilité d’occurrence des différents accidents majeurs potentiels sur le site suivant ces
niveaux :

Accident Phénomène Probabilité Classe de


Justification de la probabilité
majeur dangereux lié associée probabilité

Circulation des
engins, de
On peut estimer la fréquence d’un accident entre véhicules à
camions, de
1 tous les 5-10 ans à peu près.
véhicules légers et
On peut estimer que cet accident occasionnera des blessés
de piétons
exceptionnellement.
Accident Manipulation et Evènement
L’installation de traitement présente des risques si les B
corporel transport des probable
consignes de sécurité ne sont pas respectées (chute,
matériaux
brulures, blessures, projections…)
Traitement des
On peut donc estimer que pour 30 ans d’existence, entre 0
matériaux
et 3 accidents corporels majeurs se produiront.
Présence de fronts

Incendie Le site n’est à l’origine d’aucune source particulière d’ignition


généralisé Evènement et l’activité se fait sur des terrains entièrement défrichés.
Départ d’incendie
très D
sur site
pollution de improbable Des moyens d’intervention sont en outre disponibles pour
l’air restreindre l’éventuelle propagation d’un incendie

ATDx 28
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

Accident Phénomène Probabilité Classe de


Justification de la probabilité
majeur dangereux lié associée probabilité

Mauvais emploi
Evènement
Explosion - d’explosifs – Précautions mises en œuvre dans la manipulation
très D
projection explosion à l’air Personnel formé et autorisé uniquement
improbable
libre

Les quantités mises en jeu seraient < 500 L (taille des


réservoirs des engins). On peut estimer qu’une fuite de
Fuite de grande
grande ampleur (plusieurs centaines de litres) peut se
ampleur depuis un
Pollution de produire tous les 5-10 ans.
engin ou lors du Evènement
l’eau et du B
ravitaillement de la probable
sol Une intervention est rarement possible immédiatement en
pelle sur la zone
cas d’accident donc une certaine quantité peut s’échapper.
d’extraction
Si la chaîne d’intervention est brisée, plusieurs centaines de
litres peuvent être déversés

Stabilité assurée par les caractéristiques de la roche.


Déstabilisation
Instabilité Evènement
mécanique
front ou très Surveillance des fronts et purge des éléments instables. D
progressive d’un
talus improbable
front ou d’un talus
Pente des talus assurant leur stabilité

6.2 Conditions d’expositions des intérêts humains et environnementaux

6.2.1 Accidents corporels

Ce sont surtout les intérêts humains qui sont exposés à ce risque. Ce risque reste confiné à l’emprise de la
carrière, sauf pour la circulation au niveau du chemin d’accès entre le pont bascule et la carrière, la voie
communale entre le pont bascule et la D709 et l’entrée et de la sortie des véhicules sur la D709.

Concernant la carrière, le site étant interdit au public, seuls les professionnels venant travailler sur la carrière sont
exposés à la majorité des accidents corporels (installation de traitement, fronts, chargement/déchargement de
matériaux, circulations d’engins et de camions) : salariés, sous-traitants, chauffeurs de camions, intervenants
extérieurs ponctuels. Les chauffeurs de camions sont exposés au niveau de la piste d’accès et de la plateforme
de chargement des matériaux commercialisables (pas d’accès sur la zone d’extraction et au niveau des
installations). Le nombre de victimes potentielles pourra varier entre 0 et 5. Les conséquences pourront être plus
ou moins graves.

Le chemin d’accès entre le pont bascule et la carrière est ouvert à la circulation publique et cartographié comme
piste DFCI. Il permet d’accéder au plateau depuis la D709. Dans la réalité, il est très peu emprunté : seulement
pour accéder à l’habitation isolée au nord-est (ancienne bergerie rénovée), au réservoir BRL au sommet, ainsi
qu’à la parcelle de vigne isolée au nord-ouest. Les pompiers, l’ONF et les chasseurs empruntent également ce
chemin. A noter que pour accéder aux éoliennes et aux vignes dans la partie ouest du plateau, ce n’est pas ce
chemin qui est emprunté mais un autre depuis la D6009 entre La Palme et Roquefort-des-Corbières.

A partir du pont bascule, la voie communale est empruntée par les riverains et par des promeneurs (chemin de
promenade balisé). Au niveau l’entrée/sortie sur la D709, le risque concerne les usagers de la route.

Le chemin d’accès, la voie communale, le carrefour de la D709 et les différentes intersections sont suffisamment
aménagés et le personnel formé pour garantir la sécurité des usagers.

6.2.2 Incendie

Etant donné que l’activité sur la carrière se fait sur un sol mis à nu et que les sources d’incendie sont très
limitées, il est très improbable que le feu puisse se propager à l’extérieur du site. La plupart du temps, l’incendie
restera confiné sur la carrière et occasionnera des dégâts matériels.

Un incendie pourrait se propager en dehors du site, plus particulièrement vers le sud et le sud-est, dans la
direction du vent dominant. Ce scénario reste cependant très improbable étant donné que les sources d’incendie
sont très limitées sur la carrière, ainsi que les possibilités de propagation (sol mis à nu, installations à l’écart de la
bordure des terrains). Un incendie ne pourrait se propager qu’à condition que la source d’incendie se trouve près
de la lisière et avec des conditions météo de sécheresse et une forte tramontane.

ATDx 29
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

Les distances des premières habitations induisent que les personnes susceptibles d’être exposées auront le
temps de fuir. Il n’y a pas de risque d’effets létaux. Par contre, les personnes extérieures peuvent être gênées par
les fumées.

Le nombre de personnes potentiellement exposées aux fumées est estimé suivant la méthode définie dans la
circulaire du 10 mai 2010 (fiche 1). Pour les établissements non Seveso, la méthode est simplifiée et repose sur
des estimations forfaitaires du nombre de personnes à l’hectare, auxquelles on ajoute la contribution des voies de
circulation et des zones d’activités.

La zone à proximité immédiate du projet est composée d’une zone rurale. Il n’y a pas de zone d’activité ou
d’établissement accueillant du public. La densité pour ce type d’occupation est d’environ 20 personnes par ha. Le
nombre de personnes pouvant être exposé aux fumées est très faible. Les personnes auront le temps de fuir et
les fumées ne présenteront pas d’effets irréversibles.

6.2.3 Explosion - projections

Au vu de la configuration en dent creuse de la carrière et du fait que les tirs sont confinés à l’intérieur de
l’excavation, il y n’y a pas de risque de projection à l’extérieur du site. Par précaution, les abords immédiats sont
tout de même inspectés avant chaque tir afin de vérifier que personne ne se trouve à proximité.

Le site étant interdit au public, ce sont les professionnels qui seront exposés (salariés, sous-traitants, conducteur
de camions, intervenants extérieurs ponctuels). Ces personnes pourront être blessées très gravement suivant
leur emplacement par rapport à l’explosion et aux projections. Le matériel de carrière pourra être endommagé

6.2.4 Pollution des eaux et du sol

La majorité des communes du secteur sont alimentées par le réseau BRL qui réalise ses prélèvements sur l’Orb.
Les captages AEP les plus proches sont situés sur les communes de Sigean et Leucate. Le site du projet n’est
pas concerné par les périmètres de protection rapprochée ou éloignée de ces captages et n’a pas de lien
fonctionnel avec ceux-ci. Ainsi, localement, l’aquifère des calcaires du massif de Cap Romarin ne présente que
très peu d’enjeux pour l’alimentation en eau potable des communes. Il n’y a pas non plus de captages privés
identifiés. Par contre, cette masse d’eau présente un intérêt écologique très fort du fait de son lien étroit avec les
étangs.

Même si la pollution est traitée, en cas de doute de l’exploitant sur l’entrainement d’une infime quantité
d’hydrocarbures et par principe de précaution, l’exploitant préviendra immédiatement la DREAL et l’ARS ainsi que
le PNR qui est chargé de la gestion de la zone Natura 2000 de l’étang de La Palme. Il s’agit là aussi du principe
de précaution, pour que des mesures d’urgence soient prises si besoin en concertation avec ces organismes.
Cependant, vu les quantités mises en jeu et l’absence de captage pour l’alimentation en eau potable, les risques
d’une contamination sont limités. Une consigne écrite sera transmise aux salariés et affichée à proximité des
téléphones dans les locaux.

Ainsi, l’exposition humaine en cas de déversement accidentel de substance polluante sera nulle.

6.2.5 Instabilité d’un front ou d’un talus

Le respect de la bande de 10 m non exploitée en limite de site et la forme des fronts permettra d’éviter une
instabilité des terrains extérieurs. Les stocks et remblais sont situés à l’intérieur de l’excavation et les talus sont
orientés vers l’excavation. L’exposition humaine sera nulle en dehors du site. Seuls les professionnels travaillant
sur la carrière pourront être atteints. Les conséquences pourront être plus ou moins graves.

ATDx 30
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

6.3 Evaluations de la gravité des conséquences des accidents

La gravité des conséquences humaines d’un accident à l’extérieur des installations est appréciée suivant l’échelle
de cotation donnée en annexe 3 de l’arrêté du 29 septembre 2005 :

La plupart des accidents identifiés n’auront pas d’effet sur les vies humaines à l’extérieur du site : le niveau de
gravité est classé « Modéré » (accidents corporels, explosion-projections, pollution, instabilité).

Seul l’incendie peut avoir des conséquences à l’extérieur du site, limitées à une exposition aux fumées sur un
faible nombre de personnes, sans effets létaux ou irréversibles. La gravité est également classée « Modéré ».

6.4 Grille de criticité

D’après la circulaire du 10 mai 2010, la grille de criticité permet de définir des couples Probabilité/Gravité
permettant d’apprécier la maîtrise du risque accidentel. Les accidents sont classés par niveau de probabilité et
niveau de gravité dans la grille de criticité. Cette grille délimite trois zones de risque accidentel :
- une zone de risque élevé, figurée par le mot « non », représentée ici avec la couleur rouge ;
- une zone de risque intermédiaire, figurée par le sigle « MMR » (mesures de maîtrise des risques) et
représentée ici par la couleur orange, dans laquelle une démarche d’amélioration continue est
particulièrement pertinente, en vue d’atteindre, dans des conditions économiquement acceptables, un
niveau de risque aussi bas que possible, compte tenu de l’état des connaissances et des pratiques, et
de la vulnérabilité de l’environnement de l’installation ;
- une zone de risque moindre, qui ne comporte ni « non » ni « MMR », représentée par la couleur verte.

La gradation des cases « non » ou « MMR » en rangs correspond à un risque croissant, depuis le rang 1 jusqu’au
rang 4 pour les cases « non », et depuis le rang 1 jusqu’au rang 2 pour les cases « MMR ». Cette gradation
correspond à la priorité que l’on peut accorder à la réduction des risques, en s’attachant d’abord à réduire les
risques les plus importants (rangs les plus élevés

Gravité des Probabilité (sens croissant de E vers A)


conséquences E D C B A
Non partiel (établissement nouveaux)
Désastreux Non rang 1 Non rang 2 Non rang 3 Non rang 4
MMR rang 2 (établissements existants)
Catastrophique MMR rang 1 MMR rang 2 Non rang 1 Non rang 2 Non rang 3
Important MMR rang 1 MMR rang 2 Non rang 1 Non rang 2
Sérieux MMR rang 1 MMR rang 2 Non rang 1
Modéré MMR rang 1

ATDx 31
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

D’après les évaluations de la probabilité d’occurrence et de la gravité des conséquences des accidents
présentées ci-avant, les accidents identifiés pour le présent projet peuvent être classés comme suit dans la grille
de criticité (établissement nouveaux) :

Gravité des Probabilité (sens croissant de E vers A)


conséquences E D C B A
Désastreux
Catastrophique
Important
Sérieux
Instabilité
Accident corporel
Modéré Explosion
Pollution
Incendie

Aucun des accidents n’est classé dans une zone de risque élevé ou intermédiaire, il n’est donc pas nécessaire
d’envisager de mesures de maîtrise des risques supplémentaires aux mesures de prévention présentées au
chapitre 5 page 21.

Le risque résiduel des accidents identifiés peut être considéré comme « négligeable ».

ATDx 32
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

7 METHODES ET MOYENS D’INTERVENTION EN CAS D’ACCIDENT

7.1 Organisation de la sécurité

7.1.1 Documentation et responsabilités

L’hygiène, la sécurité et la protection de l’environnement reposent sur le responsable du site qui possède une
connaissance spécifique en matière de sécurité.

Le personnel dispose sur site d’un manuel de sécurité regroupant l’ensemble des consignes de sécurité. Ces
consignes sont affichées dans les endroits appropriés.

Le manuel comprend des consignes générales :


 Règlement intérieur,
 Règlement général d'hygiène et de sécurité,
 Consignes en cas d'incendie,
 Consignes relative à la conduite à tenir en cas d'accident (secourisme),
 Consignes entreprise extérieure,
 Consignes sensibilisant au respect de l’environnement.

Des dossiers de prescriptions sont également distribués au personnel.

Un membre du personnel formé comme Sauveteur Secouriste du Travail ou équivalent est toujours présent sur le
site.

7.1.2 Moyens de secours privés

Ils comprennent :
 Moyens d’extinction : des extincteurs en nombre suffisant et contrôlés annuellement sont présent dans
les engins, le camion-citerne de ravitaillement, le poste de commande, les bungalows et le conteneur
servant d’atelier, adaptés au type d’incendie (eau, poudre, CO2), pour combattre tout éventuel début
d’incendie et empêcher sa propagation.
 Réserve d’eau au niveau de deux citernes sur le site (30 000 et 15 000 litres).
 Moyens de secours corporels : une trousse de première urgence est présente sur le site. Elle est à
disposition des secouristes du travail. Un registre de soin se trouve à proximité de la trousse et permet
l’enregistrement de tous les soins. Sur le site est toujours présent au moins un Sauveteur Secouriste du
Travail. En cas de travail isolé, chaque salarié dispose d’un téléphone portable en permanence sur lui.
 Moyens de lutte contre la pollution : tout moyen disponible sur le site et notamment les engins, les
stocks de matériaux et les équipements étanches (benne du tombereau et dalle étanche) sont
réquisitionnés pour la lutte contre la pollution. Des kits de dépollution adaptés aux pollutions de sol (type
PolluKit) ainsi que des feuilles absorbantes sont disponibles en permanence sur le site.

7.1.3 Moyens de secours publics

Pour l’alerte

Sur le site sont présents plusieurs téléphones. Les coordonnées des personnes à alerter et les consignes à
suivre en cas d’incendie, d’accident, de noyade ou de pollution sont affichées en caractère lisible dans le local du
personnel.

Un plan d’urgence et d’évacuation est affiché dans le local du personnel.

L’accès

L’accès au site des secours publics se fait par l’entrée principale du site, depuis la D709.

Traitement de l’alerte

Les secours extérieurs sont avertis par téléphone. Les coordonnées des moyens de sécurité privés ou publics
auxquels il peut être fait appel sont affichées en permanence aux endroits appropriés.

ATDx 33
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

Le centre d’intervention du Service Départemental d’Incendie et de Secours le plus proche du site est celui de la
rue Frédéric Mistral, à La Palme. Ce centre est situé à environ 2,5 km du site.

Le temps d’intervention entre le déclenchement d’une alarme et l’arrivée sur le site est très court (inférieur à
15 minutes).

En cas d’épandage de produits (hydrocarbures) sur ou à proximité du site, les autorités compétentes en matière
d’installations classées (DREAL et ARS), ainsi que la PNR (zone Natura 2000) seront alertées dans les meilleurs
délais.

7.2 Mode d’intervention en cas d’accident : cinétique de mise en œuvre des mesures de
sécurité et développement de l’accident

La plupart des accidents pouvant survenir sur le site sont évités par des mesures de prévention. La cinétique de
mise en œuvre des mesures de sécurité prévues doit être en adéquation avec la cinétique de développement de
l’accident. Les accidents présenteront la plupart du temps des effets réversibles et/ou qui resteront limités à
l‘enceinte du site.

7.2.1 Accidents corporels

Pour un accident corporel grave, la limitation des conséquences consiste à éviter la dégradation de l’état de santé
des victimes.

Les réactions seront :


- Appel d’un sauveteur secouriste du travail (ou équivalent) sur le site,
- Appel des pompiers,
- Intervention des pompiers et des services d’aide médicale d’urgence,
- Appel des autorités (DREAL…).

Les conséquences restent limitées au sein du site. La cinétique de réaction est adaptée à l’accident seulement si
au moins une personne est sauveteur secouriste du travail parmi les salariés de l’entreprise.

7.2.2 Incendie

Un début d’incendie amènerait le personnel à :


- utiliser les extincteurs présents sur le site,
- utiliser tout autre moyen d’extinction susceptible d’être présent sur le site,
- prévenir les pompiers,
- prévenir les riverains les plus proches.

La cinétique de propagation du feu permettrait aux services d’incendie et de secours de s’occuper de


l’organisation si l’incendie prenait une ampleur kilométrique.

7.2.3 Explosion

Nous considérons qu’un tel accident ne peut pas se produire si les mesures de prévention et les règles de l’art
sont respectées. Cependant, d’après la réglementation, on ne peut pas considérer qu’un évènement ne peut pas
se produire. Nous examinons par conséquent ci-dessous ce qui pourrait être envisagé dans le cas où cet
évènement aurait lieu.

L’explosion est un accident soudain et immédiat qui ne laisse que peu de temps de réaction. Cette réaction
consistera à :
- se rendre sur les lieux de l’explosion pour examiner s’il y a des blessés,
- appeler un sauveteur secouriste du travail (ou équivalent) sur le site,
- appeler les pompiers et les services d’aide médicale d’urgence,
- appeler les autorités (DREAL…).

La cinétique de réaction peut difficilement être appropriée compte tenu de l’instantanéité de l’accident explosif.

ATDx 34
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

7.2.4 Pollution des eaux et du sol

Le risque de pollution des eaux et des sols ne peut être lié qu’à un déversement en grande quantité d’un liquide
polluant. Ce liquide serait un hydrocarbure ou un lubrifiant. Les quantités maximales déversées seraient de 500 L
(réservoir d’engin).

La cinétique de l’accident et de la propagation de la pollution dépend fortement des conditions météorologiques


mais on peut considérer qu’elle est de moins d’une heure.

La première réaction sera :


- utiliser les matériaux absorbants,
- faire intervenir si possible une pelle pour récupérer les matériaux polluées,
- stocker les matériaux pollués sur l’aire étanche,
- appeler les autorités (DREAL…)

Les matériaux pollués seront ensuite évacuées vers une installation susceptible de les traiter.

7.2.5 Instabilité d’un talus ou effondrement rocheux

En cas d’instabilité d’un talus ou d’effondrement rocheux, la limitation des conséquences consistera à éviter la
dégradation de l’état de santé des victimes, s’il y en a.

Les réactions seront :


- Appel d’un sauveteur secouriste du travail (ou équivalent) sur le site,
- Appel des pompiers,
- Intervention des pompiers et des services d’aide médicale d’urgence,
- Appel des autorités (DREAL…).

ATDx 35
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

8 RESUME NON TECHNIQUE ET CONCLUSION

Le tableau suivant explicite la probabilité, la cinétique, la gravité et les zones d’effets des accidents potentiels, en référence à l’article R. 512-9 du Code de l’Environnement.

Opérations /
Nature équipements Défaillance Causes Conséquences Principales mesures de prévention Probabilité Cinétique Gravité Criticité Zone d’effet
concernés
- Interdiction d’accès à toute personne extérieure non autorisée (clôture, barrières)
– information des riverains par des panneaux
- Equipements de protection individuelle pour les personnes amenées à pénétrer
sur le site : gilet fluorescent, casque, lunettes, chaussures de sécurité
- Au moins une personne formée aux premiers secours (Sauveteur Secouriste du
Tout type Travail), formation et information du personnel
- - - - - - - - -
d’accident
- Affichage des coordonnées des secours et des consignes en cas d’accident
- Mise à disposition de moyens d’intervention (téléphones, trousse de secours…)
- Dégagement de l’accès aux secours pendant les heures d’ouverture
- Arrêt de l’activité en cas de conditions climatiques défavorables ou dangereuses
(orage, chute de neige, vent très violent…)
- Consignes lors du ravitaillement des engins et des groupes (arrêt moteur,
interdiction de fumer…)
- Stockage des huiles et produits d’entretien dans des contenants dédiés, sur
rétention le cas échéant, dans le conteneur servant d’atelier de la base de vie
- Stockage des déchets triés au niveau de la base de vie dans des contenants
Collision entre dédiés suivant le type de déchet et évacués régulièrement vers des structures Dépend de l'intervention des
véhicules appropriées, afin de limiter leur accumulation sur le site services d'incendie et de
Activité en général
- Respect des dispositions de sécurité concernant l’utilisation d’un groupe secours et des conditions
Dégâts matériels Modéré
Court-circuit sur le électrogène (ne pas couvrir, assurer une bonne ventilation…) climatiques (vent et pluie)
moteur des engins
Présence de Dommages - Etablissement d’un « permis de feu » réglementaire pour tous travaux par points Lente Dégâts matériels
et des groupes (carrière, base de vie,
produits corporels chauds Evènement très (progression de possibles à
Incendie Départ d’incendie Risque moindre chemin d’accès et abords
inflammables de improbable plusieurs mètres l’extérieur du site
ème Cigarette - Interdiction de fumer à proximité de la végétation immédiats)
2 catégorie Pollution de l’air / en une heure)
(réservoir des gêne par les - Présence d’extincteurs mobiles dans les engins, au niveau du poste de Pas d’effets létaux à
Travaux par points commande de l’installation de traitement, dans les bungalows et dans le Vent dominant : Tramontane
engins et des fumées l’extérieur du site
chauds conteneur de la base de vie. Les extincteurs sont contrôlés annuellement venant du nord-ouest (zone
groupes)
la plus exposée en limite
Foudre - Présence de réserves d’eau : citernes de 30 000 litres au niveau de l’installation sud-est du site)
de traitement et citerne de 15 000 litres au niveau de la base de vie
- Présence de 3 extincteurs adaptés dans le camion-citerne de ravitaillement
- Formation du personnel à la lutte contre l’incendie
- Etablissement et affichage d’un plan de sécurité incendie
- Brûlage interdit, toléré pour les emballages d’explosif
- Manutention des produits explosifs uniquement en présence du personnel
habilité concerné par cette opération
- Surveillance constante des explosifs par une personne désignée (le boutefeu)
Non-respect des - Transport séparé des détonateurs et des explosifs
Modéré
consignes - Pas de stockage sur site
- Elaboration et respect du plan de tir Exposition matérielle
Explosion Amorçage Dégâts matériels Intérieur de l’excavation de
Tirs de mines pour et humaine limitée à
Explosion - intempestive accidentel - Interdiction de fumer – pas de flamme ni d’étincelle – pas d’ondes radio ou de Evènement très la carrière (exploitation en
l’exploitation des Instantanée la carrière Risque moindre
projections Dommages téléphone portable improbable dent creuse)
matériaux
Tir non maitrisé Erreur de dosage corporels - Inspection après tir et reprise des charges non explosées Abords immédiats
- Blocage des accès le temps du tir inspectés avant
Mauvaise
chaque tir
utilisation - Respect du dossier de prescriptions relatif aux explosifs
- Inspection des abords avant chaque tir
- Signaux sonores avant chaque tir
- Orientation des tirs à l’intérieur de l’excavation
Activité
Zones d’extraction
d’extraction Déstabilisation - Profil des fronts adapté aux propriétés de la formation en place Modéré
Chute de blocs / Dégâts matériels
Instabilité d’un mécanique
effondrement - Surveillance des fronts Evènement très Quasi- Zones de stockage
front, d’un talus Stockage des progressive d'un Exposition humaine Risque moindre
Dommages - Modalités de confection des stocks, remblais et talus assurant leur stabilité improbable instantanée
ou d’un stock matériaux front, d'un talus, limitée à la carrière
Glissement corporels Zones de remblayage et de
d’un stock - Consignes concernant le traitement des zones présentant des instabilités remise en état
Remise en état

ATDx 36
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

Opérations /
Nature équipements Défaillance Causes Conséquences Principales mesures de prévention Probabilité Cinétique Gravité Criticité Zone d’effet
concernés
- Affichage des règles et du plan de circulation sur le site
- Pas d’accès direct sur la zone d’extraction pour les camions
- Mise en place d’une signalisation adéquate sur le site et au niveau du chemin
d’accès à la carrière depuis la D709
- Matérialisation claire des voies de circulation
- Limitation de la vitesse à 30 km/h sur la carrière et le chemin d’accès
Dégâts matériels - Entretien régulier des engins et des voies de circulation
Collision entre Erreur de conduite - Véhicules équipés de direction de secours, d’un klaxon en état de marche et
Dommages
Circulation véhicules d’un avertisseur de recul
corporels
d’engins et de Non-respect des
- Chemin d’accès à la carrière et la route communale revêtu et calibrés pour le
véhicules Collision véhicule / règles de
Pollutions passage des camions
piéton circulation
- Respect du code de la route
Départ d’incendie
- Chemin d’accès emprunté par les camions depuis la D709 entièrement enrobé
jusqu’à la carrière
- Aucune entrave à la circulation sur ce chemin d’accès (voie publique et
utilisation comme piste DFCI)
- Carrière et sortie de camions annoncées par des panneaux sur le chemin
d’accès et la D709 Zone d’extraction
- Intersection sécurisé avec la D709 (bonne visibilité et STOP)
Installations de traitement
- Entretien régulier des installations Modéré
Quasi-
Plateforme stocks
- Respect des dispositions de sécurité concernant l’utilisation d’un groupe instantanée pour
Exposition matérielle
Entrainement par électrogène – consignes concernant l’utilisation de ce matériel, l'accident
et humaine limitée à Pistes
les structures en - Panneaux d’interdiction d’approcher au personnel à pied au niveau des trémies la carrière
Accidents mouvement Evènement -
et grille de sécurité sur les trémies Risque moindre Base de vie
corporels probable
Installations de - Garde-corps, sol antidérapant et escaliers d’accès sur toutes les passerelles et Exposition du public
Coupures Dommages rapide (moins de
traitement des les plates-formes au niveau du chemin Chemin d’accès et voie
Non-respect des corporels 15 minutes) pour
matériaux (dont d’accès et du communale empruntée par
Brulures règles de sécurité - Protections passives adaptées : protections sur les parties des installations l'intervention sur
groupe croisement avec la les camions
Départ d’incendie présentant des risques d’entraînement ou d’arrachement l'accident
électrogène) D709
Chute - Pour chaque transporteur : châssis de tête avec protection d’angle rentrant et Croisements avec les
chasse-pierres, châssis de pied avec capot de protection du tambour et dispositif chemins du massif et avec la
Electrisation ou de protection des angles rentrants D709
électrocution
- Arrêts d’urgence sur les parties des installations présentant des risques (ex :
câbles d’arrêt d’urgence ou arrêts « coups de poing »)
- Sonnerie avant la mise en route de chaque installation

- Respect des dispositions de sécurité à proximité des engins manipulant des


Erreur de matériaux
Manipulation –
Chute de manutention Dommages - Consignes concernant la manipulation et le transport des matériaux pour les
transport de
matériaux corporels conducteurs d’engins
matériaux
Vitesse excessive
- Consignes interdisant la circulation piétonne dans les zones d’évolution des
engins

Dégâts matériels

Dommages
- Respect des dispositions de sécurité en bordure des fronts
Chute Non-respect des corporels
Front de taille - Blocs ou merlons en bordure des fronts, au niveau des banquettes concernées
(engin ou piéton) règles de sécurité
Pollution par la circulation et au niveau des pistes

Départ d’incendie

ATDx 37
CARRIERES CAP ROUMANY – Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Dossier de demande de renouvellement et d’extension d’une carrière – Etude de dangers
Carrière « Cap Roumany II » – Communes de Port-la-Nouvelle et La Palme (11)

Opérations /
Nature équipements Défaillance Causes Conséquences Principales mesures de prévention Probabilité Cinétique Gravité Criticité Zone d’effet
concernés
- Mise en place d’un merlon autour de la zone d’extraction afin de séparer les
eaux de ruissellement extérieures de celles de la carrière
- Eaux de ruissellement de la carrière dirigées vers un point bas en fond
d’excavation, choisit sans fractures ni karstification ouverte, permettant
l’infiltration lente des eaux au travers des fines de décantation (matériaux fins
argileux mis en place au fond du point bas jouant le rôle de filtre)
- Groupe primaire et groupe électrogène installés sur une dalle bétonnée étanche
- Approvisionnement en carburant par camion-citerne et entretien courant des
engins réalisés sur aire étanche située sur la base de vie, à proximité des
bungalows
- Gros entretien et les réparations réalisés en dehors de la carrière, dans les
ateliers LAVOYE au niveau des ateliers du siège social
- Procédure en cas de ravitaillement de la pelle chenille sur la zone d’extraction,
Collision entre réalisé en bord à bord par un camion-citerne pourvu de toutes les dispositions en
véhicules vigueur en matière de prévention des risques de pollution avec notamment un
Utilisation d’engins pistolet de distribution à déclenchement manuel avec dispositif automatique de Modéré
et de groupes détection de trop plein, d’un bac à égouttures et d’un kit anti-pollution
Déversement Rupture d’un
Pas d’exposition
d’une substance Fuite de carburant flexible - Interdiction de stockage de carburant sur la carrière. Stockage d’huiles et de Sol et sous-sol de la carrière
Infiltration de la Moyenne humaine
polluante – produits d’entretien possible dans le conteneur servant d’atelier (sur la base de Evènement
Ravitaillement de pollution dans le (environ d’une Risque moindre
risque de Erreur de vie) sur une capacité de rétention adaptée probable Nappe souterraine sous-
la pelle au niveau sous-sol heure) Dégâts sur
pollution des Fuite d’huile manipulation lors - Gestion des déchets (tris, stockage et collecte en conformité avec la jacente
de la zone l’environnement
eaux et du sol du ravitaillement réglementation) : les déchets souillés (chiffons sales, produits absorbants...) sont
d’extraction (engin rapidement
de la pelle stockés dans des bennes spéciales le conteneur servant d’atelier
à mobilité réduite) maitrisables
Malveillance - Vérification et entretien régulier des engins et des machines afin d’éviter tout
risque de fuite
- Mise à disposition de moyens d’intervention en cas de déversement
d’hydrocarbures ou de tout autre fluide au sol : kit anti-pollution lors du
ravitaillement en carburant (stockés à proximité des groupes mobiles et dans le
conteneur servant d’atelier) et feuilles absorbantes stockées dans les engins,
moyens adaptés pour purger les sols souillés et les évacuer rapidement
- Formation et sensibilisation du personnel à intervenir sur une pollution
- Procédure stricte de contrôle du caractère inerte des déblais amenés sur la
carrière
- Procédure en cas de mise à jour de structures karstiques à transmissivité
verticale : merlon autour, balisage, colmatage éventuel
- Procédure d’alerte en cas de doute d’entrainement d’une partie même infime
d’hydrocarbures malgré les dispositions prises. L’exploitant alerte la DREAL,
l’ARS et le PNR

Réalisé dans le respect de l’environnement et de la réglementation en vigueur, l’exploitation de la carrière présentera des risques relativement limités. Les mesures de prévention, les équipements de lutte contre les dangers et nuisances éventuelles et les moyens
et consignes d’intervention en cas de sinistre, mis en place par l’exploitant, permettront d’atteindre un niveau de risque aussi bas que possible. Dans ces conditions, le risque le plus significatif sera celui d’un accident corporel sur l’emprise de la carrière (présence
de véhicules en mouvement, d’une installation de traitement etc.). Le site étant interdit au public, le risque concernera les professionnels travaillant sur la carrière et restera limité géographiquement au site. Le personnel sera qualifié et formé, et l’exploitant mettra
tout en œuvre pour assurer la sécurité du site (voir également la Notice d’Hygiène et de Sécurité).

Le plan ci-après permet de localiser les principales zones à risque.

 Voir plan de localisation des zones à risque ci-après

ATDx 38
CARRIERES DE CAP ROUMANY - Entreprise R. LAVOYE et ses Fils
Demande de renouvellement et d'extension d'une carrière
Communes de La Palme et Port la Nouvelle (11)
Carrière de Cap Roumany II
LOCALISATION DES ZONES A RISQUE

Vers riverain isolé nord-est


(ancienne bergerie rénovée)
et réservoir BRL

ZONE D’EXTRACTION
- Risque d’accidents corporels (circulation PLATEFORME STOCKS
engins, manipulation matériaux, fronts) - Risque d’accidents corporels (circulation
- Risque de départ d’incendie engins et camions, manipulation matériaux)
- Risque d’instabilité (fronts, talus) - Risque de départ d’incendie
Vigne - Risque de pollution des eaux et du sol - Risque de pollution des eaux et du sol
isolée (engins, ravitaillement direct pelle) (véhicules)
- Risque d’explosion, projection

Vers carrière
marbre LAVOYE

DFCI, accès vigne,


riverain isolé, BRL
INSTALLATION DE TRAITEMENT Base vie CROISEMENT
- Risque d’accidents corporels Avec piste carrière marbre,
- Risque de départ d’incendie accès base vie et chemin public

BASE DE VIE Vers ancienne


- Risque d’accidents corporels (engins) carrière marbre
- Risque de départ d’incendie

CHEMIN D’ACCES (ouvert au public mais peu


emprunté : riverain isolé nord-est, vigne isolée,
pompiers piste DFCI, ONF, BRL, chasseurs)
- Risque d’accidents corporels (circulation engins
et camions)
- Risque de départ d’incendie Carrière Las
Tres Jassetos
LAVOYE
CROISEMENT
Avec piste carrière Las Tres
Jassetos
Entrée
Accueil commun /
VOIE COMMUNALE et sentier promenade pont bascule
- Risque d’accidents corporels (circulation
camions)
- Risque de départ d’incendie

09
D7 09
D7

CROISEMENT
Avec D709
Risque TMD

²
Emprise de la carrière actuelle
Emprise de la demande d'extension
Chemin d’accès
Voie communale empruntée
Route départementale

Secteur le plus exposé propagation incendie


0 100 200 400
1:7 000 Mètres

Vous aimerez peut-être aussi