Vous êtes sur la page 1sur 7

Les boulons ordinaires

1-Généralités
Les moyens d’assemblage tels que les soudures ou les boulons permettent de relier entre elles
les pièces élémentaires, de forme diverses, constituant une charpente métallique. Les
assemblages boulonnés représentent ainsi une composante essentielle de toute structure et
méritent une attention particulière.

En effet, les charpentiers préfèrent une construction sous dimensionnée à une construction mal
assemblée. Un sous dimensionnement conduirait en cas de chargements excessifs à des signes
prémonitoires de rupture ductile en grandes déformations. Le déchargement de la structure puis le
renforcement remettrait la structure en état de fonctionnement. Par contre, un mauvais assemblage,
conduirait à une rupture brutale et inattendue, mettant en danger les occupants.
Il existe deux familles d’assembleurs : les boulons et les cordons de soudure. Toutefois, l’usage de
pièces intermédiaires, telle que platine ou gousset, est indispensable.
Les calculs sont basés sur les modes de transmission d’efforts, à savoir :
 La transmission par cisaillement : identifiée par l’empêchement du glissement relatif
au niveau des surfaces de contact entre les pièces à assembler entre elles ou avec les pièces
intermédiaires
 La transmission par traction identifiée par l’empêchement du décollement au niveau des
surfaces de contact des pièces à assembler
 La transmission par traction et cisaillement identifiée l’empêchement simultané du
glissement relatif et du décollement au niveau des surfaces de contact.
2-Le boulonnage
Le boulonnage est un procédé utilisé en charpente métallique. Il consiste à assembler des
éléments moyennant des boulons posés dans des trous préalablement percés dans les pièces.
Ces éléments d’attaches fonctionnent donc par leurs corps pour résister aux sollicitations
imposés.
Les boulons sont constitués d’une barre ronde filetée pour fixer un écrou de forme hexagonale
qui avec la tête du boulon assure le serrage des pièces assemblées. Une rondelle ronde ou carré,
plane ou avec bossage peut être interposés sous l’écrou.

2-1Caractéristiques géométriques des boulons

hT tR hE

Les caractéristiques géométriques des boulons sont présentées dans le tableau suivant :
Désignation M8 M10 M12 M14 M16 M18 M20 M22 M24 M27 M30

d(mm) 8 10 12 14 16 18 20 22 24 27 30

d0(mm) 9 11 13 15 18 20 22 24 26 30 33

A(mm2) 50,3 78,5 113 154 201 254 314 380 452 573 707

AS(mm2) 36,6 58 84,3 115 157 192 245 303 353 459 561

ØR (mm) 16 20 24 27 30 34 36 40 44 50 52

tR(mm) <3 <3 3 3 3 3/4 4 4 4 4/5 5

ht (mm) 6 7 8 9 10 12 13 14 15 17 19

2-2Caractéristiques mécaniques des boulons


Les boulons sont produits en nuances d’aciers appelées classe de boulon.
Les caractéristiques mécaniques des boulons nécessaires sont :
 La résistance à la limite élastique 𝑓𝑦𝑏
 La résistance ultime à la traction 𝑓𝑢𝑏
Tableau : valeurs nominales de 𝑓𝑦𝑏 𝑒𝑡 𝑓𝑢𝑏
Classe 4.6 4.8 5.6 5.8 6.6 6.8 8.8 10.9

𝑓𝑦𝑏 (𝑁⁄𝑚𝑚2 ) 240 320 300 400 360 480 640 900

𝑓𝑢𝑏 (𝑁⁄𝑚𝑚2 ) 400 400 500 500 600 600 800 1000

Les boulons de classe 8.8 et 10.9 sont appelés boulons à Haute Résistance (Boulons H.R), ce
sont les seuls autorisés pour les assemblages par boulons précontraints.
2-3Dispositions constructives réglementaires

e2

Tableau : Positionnement des trous des boulons.


Plat extérieur Plat intérieur

e1 1,2𝑑0 ≤ 𝑒1 ≤ 𝑀𝑎𝑥(12𝑡; 150𝑚𝑚) 1,2𝑑0 ≤ 𝑒1 ≤ 𝑀𝑎𝑥(12𝑡; 150𝑚𝑚)

e2 1,5𝑑0 ≤ 𝑒2 ≤ 𝑀𝑎𝑥(12𝑡; 150𝑚𝑚) 1,5𝑑0 ≤ 𝑒2 ≤ 𝑀𝑎𝑥(12𝑡; 150𝑚𝑚)

P1 File extérieure 2,2𝑑0 ≤ 𝑃1 ≤ 𝑀𝑎𝑥(14𝑡; 200𝑚𝑚) 2,2𝑑0 ≤ 𝑃1 ≤ 𝑀𝑎𝑥(14𝑡; 200𝑚𝑚)

P1,i File intérieure 2,2𝑑0 ≤ 𝑃1 ≤ 𝑀𝑎𝑥(28𝑡; 400𝑚𝑚) 2,2𝑑0 ≤ 𝑃1 ≤ 𝑀𝑎𝑥(28𝑡; 400𝑚𝑚)

P2 ≥ 3𝑑0 ≥ 3𝑑0

3-Résistance de calcul des boulons


3-1Résistance au cisaillement : Boulons cisaillés
L'effort est perpendiculaire à l'axe des boulons. Les boulons sont cisaillés.
Exemples :
Les boulons doivent s'opposer au glissement des 2 pièces. Les pièces travaillent en traction.
Le boulon est cisaillé.

Les boulons s'opposent à la translation des 2 profils. Il y a glissement plan sur plan de l'âme et
du couvre joint. Le boulon est cisaillé.
Le boulon joue le rôle de butée.
La résistance d’un boulons au cisaillement FV,Rd est donnée en fonction de sa classe avec la
valeur ultime de l’acier.
𝐹𝑉,𝑆𝑑 ≤ 𝐹𝑉,𝑅𝑑
Pour les classes : 4.6, 5.6, 6.6, et 8.8 :
0.6 𝑓𝑢𝑏 𝐴𝑠 Partie
𝐹𝑉,𝑅𝑑 =
𝛾𝑀𝑏 cisaillée

Pour les classes : 4.8, 5.8, 6.8, et 10.9 :


0.5 𝑓𝑢𝑏 𝐴𝑠
𝐹𝑉,𝑅𝑑 =
𝛾𝑀𝑏
Si le plan de cisaillement passe par la partie non filetée du boulon :
0.6 𝑓𝑢𝑏 𝐴
𝐹𝑉,𝑅𝑑 =
𝛾𝑀𝑏
AS : La section résistante de la partie filetée du boulon. Aire de la section résistante en traction
du boulon
A : La section nominale du boulon (la partie non filetée) : aire de la section brute du boulon

𝑓𝑢𝑏 : la résistance ultime à la traction de l’acier du boulon.


3-2Vérification de la pression diamétrale
Cette vérification tient compte des dimensions géométriques des pièces assemblées aux
voisinages du boulon.
𝐹𝑉,𝑆𝑑 ≤ 𝐹𝑏,𝑅𝑑
2,5 𝛼. 𝑓𝑢 . 𝑑. 𝑡
𝐹𝑏,𝑅𝑑 =
𝛾𝑀𝑏
𝑒1 𝑃1 1 𝑓𝑢𝑏
𝛼 = 𝑚𝑖𝑛 ( ; − ; ; 1)
3𝑑0 3𝑑0 4 𝑓𝑢
𝐹𝑏,𝑅𝑑 : La résistance de la pièce à la pression diamétrale du bord d’un trou normalisé.
d : diamètre du boulon
𝑑0 : Diamètre du trou
𝑡 : l’épaisseur de la pièce assemblée.
𝑒1 :Pince longitudinale
𝑃1 : entraxe des boulons
𝑓𝑢 : la résistance ultime à la traction de l’acier de la pièce assemblée.
Acier 𝑡 ≤ 40𝑚𝑚 S235 S275 S350
2
𝑓𝑢 𝑒𝑛 𝑁/𝑚𝑚 360 430 510

Remarque :
Ce type d’assemblage réalisé par des boulons ordinaires et dimensionné par rapport à l’effet de
cisaillement ultime et la pression diamétrale est classé en Catégorie A : Assemblage travaillant
à la pression diamétrale.
Cas de l’assemblage longs uniquement pour la catégorie A
Lorsque la distance entre les centres des deux files de boulons d’extrémités est importante
(𝐿𝑗 ≥ 15𝑑), la résistance des boulons au cisaillement diminue. Cette réduction de la résistance
s’exprime par un coefficient𝛽𝐿𝐹 .

𝐹𝑉,𝑆𝑑 ≤ 𝛽𝐿𝐹 𝐹𝑉,𝑅𝑑


𝐿𝑗 −15𝑑
𝛽𝐿𝐹 = 1 − avec 0, 75 ≤ 𝛽𝐿𝐹 ≤ 1
200𝑑

Lj
3-3 Résistance d’un boulon ordinaire à la traction

Il y a 2 modes de ruine possible


 Rupture du boulon
 Poinçonnement des plaques en contact avec la tête du boulon.

La résistance à la traction d’un boulon 𝐹𝑡,𝑅𝑑 est calculée avec sa section, en fonction de sa
classe.

Pour un boulon tendu il faut :

𝐹𝑡,𝑆𝑑 ≤ 𝐹𝑡,𝑅𝑑

0,9𝑓𝑢𝑏 𝐴𝑠
𝐹𝑡,𝑅𝑑 =
𝛾𝑀𝑏

𝛾𝑀𝑏 = 1,5
3-4 Vérification du poinçonnement
Si les boulons sont beaucoup plus résistants que les plaques, la tête de vis ou l’écrou peut
poinçonner les pièces.

La vérification au poinçonnement exprime la résistance de la pièce sous la charge concentrée


appliquée par la tête du boulon.
𝐹𝑡,𝑆𝑑 ≤ 𝐵𝑃,𝑅𝑑

𝐵𝑃,𝑅𝑑 est la résistance au poinçonnement de la pièce

𝑓𝑢
𝐵𝑃,𝑅𝑑 = 0,6. 𝜋. 𝑑𝑚 . 𝑡𝑝 .
𝛾𝑀𝑏
𝛾𝑀𝑏 = 1,25
𝑑𝑚 : Diamètre moyen entre le cercle circonscrit et le diamètre inscrit de la tête du boulon.
𝑡𝑝 : Epaisseur de la pièce assemblée.

Remarque : les assemblages en boulons ordinaires résistants à l’effort de traction et vérifiés


au poinçonnement sont classés en Catégorie D. Les assemblages par boulons tendus non
précontraints
3-5 Effort combiné entre la traction et le cisaillement
Une sollicitation inclinée sur les pièces assemblées donne une interaction entre le cisaillement
et la traction dans les boulons.
Les boulons soumis à des efforts combinés de cisaillement et de traction doivent satisfaire à la
condition suivante

𝐹𝑡,𝑆𝑑 𝐹𝑣,𝑆𝑑
+ ≤1
1,4. 𝐹𝑡,𝑅𝑑 𝐹𝑣,𝑅𝑑
La vérification à la pression diamétrale et au poinçonnement doivent être faite avec les efforts
respectifs de cisaillement et de traction.

𝐹𝑡,𝑆𝑑 ≤ 𝐹𝑡,𝑅𝑑

𝐹𝑣,𝑆𝑑 ≤ 𝐹𝑏,𝑅𝑑

𝐹𝑡,𝑆𝑑 ≤ 𝐵𝑝,𝑅𝑑

Vous aimerez peut-être aussi