Vous êtes sur la page 1sur 9

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/272345153

Causalité et géographie

Article  in  L'Espace géographique · January 1985


DOI: 10.3406/spgeo.1985.4011

CITATIONS READS

3 131

1 author:

Paul Claval
Sorbonne Université
211 PUBLICATIONS   937 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

"Géographie et épistémologie. Débats actuels", un ouvrage qui sera publié au printemps par Armand Colin, à Paris View project

All content following this page was uploaded by Paul Claval on 23 May 2016.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


Espace géographique

Causalité et géographie
Paul Claval

Résumé
L'idée de déterminisme a en géographie des racines variées : cosmologie antique, médecine hippocratique, téléologie
herdérienne, évolutionnisme darwinien. C'est ce dernier qui a marqué le plus profondément la géographie du début du
siècle, et c'est contre lui qu'est né, dans une ambiance néo-kantienne, le possibilisme. Au cours des trente dernières
années, la réflexion a montré qu'à côté des contraintes d'environnement physique, il y en avait qui naissaient de
l'ambiance culturelle, et que les choix et les mécanismes de régulation des décisions faisaient naître une certaine logique
dans les répartitions.
Deux nouveaux types de déterminisme se sont affirmés au cours des quinze dernières années : une résurgence de
l'environnementalisme sensualiste à la mode du XVIIIe siècle, et certaines formes d'analyse systémique. L'auteur critique
ces dernières en montrant la spécificité des choix humains. Il montre alors comment l'idée que l'on se fait des
déterminations conditionne en partie les applications de la géographie.

Abstract
Causality and geography. — The idea of geographical determinism has many roots : ancient cosmology, hippocratic
médecine, herderian teleology, darwinian evolutionnism. This last one was very influential in the early XXth century, and it
is against it that possibilism appeared in a neo-kantian context. During the last thirty years, research has proved that
cultural constraints are as real as physical ones, and that choices and social mechanisms create a logic in geographical
distributions.
Two new types of determinism appeared during the last fifteen years : a new brand of the old XVIIIth century sensualism,
and some forms of systems analysis. The author shows that the shortcomings of these ones stem from their ignorance of
human choices specificity. He shows then how the idea of determination is central for the conception of what is applied
geography.

Citer ce document / Cite this document :

Claval Paul. Causalité et géographie. In: Espace géographique, tome 14, n°2, 1985. pp. 109-115.

doi : 10.3406/spgeo.1985.4011

http://www.persee.fr/doc/spgeo_0046-2497_1985_num_14_2_4011

Document généré le 20/10/2015


L'Espace Géographique, n° 2, 1985, 109-115.
Doin, 8, place de l'Odéon, Paris-VIe.

CAUSALITÉ ET GÉOGRAPHIE

Paul CLAVAL
Université de Paris - IV

DÉTERMINISME RÉSUMÉ. — L'idée de déterminisme a en géographie des racines variées :


GÉOGRAPHIE (HISTOIRE) cosmologie antique, médecine hippocratique, téléologie herdérienne, évolutionnisme
ENVIRONNEMENT darwinien. C'est ce dernier qui a marqué le plus profondément la géographie du début
du siècle, et c'est contre lui qu'est né, dans une ambiance néo-kantienne, le
possibilisme. Au cours des trente dernières années, la réflexion a montré qu'à côté
des contraintes d'environnement physique, il y en avait qui naissaient de l'ambiance
culturelle, et que les choix et les mécanismes de régulation des décisions faisaient
naître une certaine logique dans les répartitions.
Deux nouveaux types de déterminisme se sont affirmés au cours des quinze
dernières années : une résurgence de l'environnementalisme sensualiste à la mode
du XVIIIe siècle, et certaines formes d'analyse systémique. L'auteur critique ces
dernières en montrant la spécificité des choix humains. Il montre alors comment
l'idée que l'on se fait des déterminations conditionne en partie les applications de
la géographie.
DETERMINISM ABSTRACT. — Causality and geography. — The idea of geographical determinism
HISTORY OF GEOGR. has many roots : ancient cosmology, hippocratic médecine, herderian teleology,
ENVIRONMENT darwinian evolutionnism. This last one was very influential in the early XXth
century, and it is against it that possibilism appeared in a neo-kantian context.
During the last thirty years, research has proved that cultural constraints are as
real as physical ones, and that choices and social mechanisms create a logic in
geographical distributions.
Two new types of determinism appeared during the last fifteen years : a new brand
of the old XVIIIth century sensualism, and some forms of systems analysis. The
author shows that the shortcomings of these ones stem from their ignorance of
human choices specificity. He shows then how the idea of determination is central
for the conception of what is applied geography.

Encore un débat sur le thème du déterminisme, se fait du futur que par les déterminations héritées
du probabilisme, du possibilisme ? J'avoue ne pas du passé ou à l'œuvre dans l'instant.
avoir été enthousiaste tant la question me Je m'aperçois que les idées que les géographes
paraissait rebattue, au moins sous cette forme. Le point développent dans ce domaine sont beaucoup moins
nouveau, à mon avis, c'était celui que les simples que je ne le croyais et que le vieux discours
recherches actuelles sur la logique des actions sur liberté et déterminisme les concernent
d'aménagement ont mis en évidence : les méthodes directement, comme c'est le cas lorsque les problèmes que
habituel es des sciences sociales sont impuissantes dès l'on croyait réglés redeviennent d'une actualité
l'instant où elles cessent d'expliquer simplement ce brûlante. Il m'a donc semblé utile de resituer le
qui est et se penchent sur ce qui sera. Nos débat dans ses divers contextes pour essayer de
démarches coutumières oublient un aspect rendre plus claires les dimensions qu'ils a prises
fondamental des comportements humains — les dans le passé ou qu'il revêt aujourd'hui et pour
décisions sont tout autant modelées par l'idée que l'on mieux cerner les enjeux.
110 Paul Claual

ministe dans une ambiance où la téléologie n'est


pas encore universellement condamnée. On sait
1. Les origines des attitudes déterministes en combien la montée du positivisme, aussi bien en
géographie Allemagne qu'en France, est préjudiciable à cette
première conception moderne de la discipline. Elle
s'efface donc très vite à la fin du XIXe siècle, même
L'idée que les comportements humains si elle informe encore la pensée de quelques-uns
s'expliquent par l'environnement est aussi vieille que la des grands maîtres de la géographie de l'époque —
pensée occidentale, mais elle s'inscrit selon le Ratzel à la fin de sa vie, lorsqu'il retrouve la foi,
temps dans des ensembles très différents. ou Reclus, qui transpose en termes rationalistes la
Sous sa forme première, la thèse de l'environ- philosophie de l'histoire de son maître Ritter.
nementalisme nous vient de la médecine grecque : L'environnementalisme sous la forme que nous
l'idée que le Cosmos pèse sur la nature de chaque lui connaissons en géographie a donc des racines
être et sur son destin est commune à bien des plus proches : il faut les chercher dans l'évolu-
courants issus du paganisme; elle est à l'arrière- tionnisme.
plan des convictions astrologiques; elle pousse à La pensée de Lamarck a très curieusement été
chercher la cause des maladies dans ignorée par les géographes : le thème évolution-
l'environnement. niste ne tient aucun rôle chez eux jusqu'à la
Le déterminisme astrologique jette ses derniers publication de L'origine des espèces, mais tout
feux à la Renaissance — et disparaît avec la change alors. Darwin avait tiré l'essentiel de ses
naissance de l'astronomie moderne, au XVIIe siècle. arguments d'une démarche géographique — la
L'environnementalisme médical est repris en comparaison des espèces selon l'environnement;
charge par ceux qui fondent les sciences sociales c'est des différences qu'il avait notées en raison du
à la même époque — par Jean Bodin par exemple. milieu qu'il tire argument contre la fixité : les Iles
Depuis Lucien Febvre, on y voit une des sources de Galapagos lui font découvrir la relativité des
l'environnementalisme géographique moderne. formes et lui suggèrent que leur diversité reflète les
C'est là une position contestable. L'idée que le conditions de vie différentes d'un point à un autre.
chaud et le froid pèsent sur nos conduites est Le darwinisme donne à l'environnement un rôle
évidemment présente chez Montesquieu, mais elle déterminant dans l'évolution : ce n'est pas lui qui
ne tient pas dans son système la place qu'on lui modèle les êtres, mais c'est lui qui les sélectionne.
prête souvent : n'est-ce pas lui qui écrit : « Les pays Voilà donc un programme clair proposé à la
ne sont pas cultivés en raison de leur fertilité, mais géographie ; expliquer la diversité des espèces par
en raison de leur liberté » ? Le XVIIIe siècle voit la prise en considération des milieux. Puisque
s'éteindre, à partir de Montesquieu et en partie l'homme fait partie du monde vivant, son évolution
grâce à lui, cette première forme de déterminisme. doit s'expliquer par les mêmes motifs.
Lorsque des auteurs comme Huntington
reprennent, au XXe siècle, l'idée de contrôle des La géographie que le darwinisme appelle est
civilisations par le climat, leurs idées ont des sources donc ambitieuse : elle espère établir des lois et
beaucoup plus récentes. fournir une explication scientifique des faits
humains et sociaux.
La deuxième grande famille de positions envi-
ronnementalistes qui intéressent la géographie Il y a eu, dans le courant du XVIIIe et du
surgit dans la seconde moitié du xvme siècle en XIXe siècles, d'autres façons de concevoir l'influence
Allemagne. Elle est indissociable des théologies de du milieu sur l'homme — celle de la psychologie
la nature alors à la mode. Leur principe est simple : sensualiste par exemple; nous n'insistons pas sur
notre monde a été modelé par la providence. Dieu elles pour l'instant, car elles restent alors sans effet
n'y intervient plus car le miracle déplaît à la sur la géographie naissante. Celle-ci ne peut en
toute-puissance de sa raison. Est-ce à dire qu'il ne revanche se comprendre hors de l'épisode
pèse pas sur l'existence des hommes et des darwinien.
groupes ? Non, mais cette influence est médiatisée par
la nature : le plan divin est à lire dans le monde :
le destin qui nous attend est inscrit dans le milieu 2. Controverses et difficultés : le possibilisme
où nous vivons. A partir de là, Herder est capable
à la fois de sauver l'idée de progrès, si chère à
YAufklârung, et de rompre avec le rationalisme La difficulté que fait naître toute prise de
desséchant de la philosophie à la française. Les position environnementaliste est toujours la
thèmes proposés par Herder connaissent un même : peut-on faire fi de l'expérience de liberté
immense succès dans l'Allemagne de la fin du XVIIIe que les individus vivent lorsqu'ils prennent des
et du début du XIXe siècle; ils sont repris par les décisions — au moins dans certaines
philosophies de la nature et à travers elles, ils circonstances ? Cela paraît délicat à admettre : faut-il, pour
justifient la quête de Humboldt et plus encore, celle donner à la géographie un statut scientifique,
de Ritter. La géographie naît d'un postulat considérer comme nuls tous les débats intérieurs,
Causalité et géographie 111

toutes les tergiversations, toutes les hésitations qui


précèdent certains choix ? Ne se condamne-t-on
pas, si l'on franchit le pas, à ignorer ce qui
introduit novation et changement en histoire ? 3. Contraintes, contrôles, logiques
Montesquieu avait rencontré cette difficulté —
et avait en définitive penché pour la liberté plus
que pour le déterminisme strict. Le possibilisme constituait pour la géographie
Les premiers maîtres de la géographie une philosophie un peu courte : il décourageait
allemande, Ritter en particulier, n'avaient pas eu les toute recherche de lois et toute explication
mêmes difficultés : leur réflexion s'inscrivait dans systématique. Il laissait entier le problème des
une longue tradition luthérienne de débats sur le influences du milieu sur l'homme : dire qu'elles ne sont pas
libre arbitre et sur le destin. Tout ce que l'homme massives et sans appel ne veut pas dire qu'elles
peut espérer faire, c'est agir selon le plan que la n'existent pas.
providence a prévu pour lui — c'est hésiter, choisir, C'est ce que les géographes ont appris à
regretter comme la Toute-Puissance du Seigneur l'a exprimer en parlant de contraintes : au moment des
voulu. Ainsi, l'expérience de la liberté est-elle choix, l'environnement est pris en compte par les
compatible avec des déterminations extérieures. décideurs; plusieurs solutions sont parfois
Pour Herder, comme pour Kant d'ailleurs, les possibles, mais elles sont inégalement faciles,
sciences sociales ne semblent pas poser de inégalement sûres; le milieu contraint donc les hommes à
problème méthodologique particulier. agir plutôt dans un sens que dans un autre. Là où
Tout change, vers le milieu du XIXe siècle, les conditions sont particulièrement difficiles, aux
lorsque les attitudes vaguement déistes ou résolument marges de l'œcoumène, le domaine de liberté se
chrétiennes se font rares chez les chercheurs. Le réduit — c'est de contrôle des activités humaines
positivisme semblait plaider contre la liberté — par l'environnement plutôt que de contrainte qu'il
pourquoi les hommes échapperaient-ils aux convient alors de parler.
déterminations causales que l'on a appris à lire dans Que l'on soit dans l'une ou dans l'autre de ces
tous les autres domaines ? Le darwinisme situations, le problème se pose cependant de la
n'invitait-il pas à aller dans cette voie ? même façon si l'on veut que les monographies qui
Darwin lui-même y poussait, mais avec quelque se multiplient dépassent le niveau des
prudence : n'introduisait-il pas, dans The descent of constatations banales : comment rendre compte de ce qui,
man, l'idée que que l'évolution se poursuit chez dans les décisions, échappe aux contraintes ou aux
l'homme, mais sous deux modalités différentes : la contrôles ? C'est du côté des sciences sociales que
sélection purement biologique à l'œuvre partout les géographes apprennent à se tourner.
ailleurs, et la sélection sociale, puisque la culture On a souvent l'impression que les groupes
s'intercale entre l'individu et l'environnement ? humains, surtout dans les humanités primitives,
C'est en définitive du kantisme — du sont porteurs de techniques, de manières
néo-kantisme plus exactement — que vint la remise en d'organiser leurs relations et de façons de concevoir la vie
question la plus vigoureuse de l'environnementa- qui leur laissent en définitive peu de choix : la
lisme scientiste : comment traiter des réalités géographie apparaît alors comme une discipline
sociales comme des réalités physiques lorsqu'on qui essaie de faire le départ entre deux types de
considère que ce qui fait l'homme, c'est sa capacité à se déterminisme — celui qui vient de l'environnement
déterminer en fonction d'impératifs catégoriques ? et celui qui vient de la culture. C'est un peu
L'influence du néo-kantisme sur l'évolution de la l'impression qui se dégage de certains articles de
géographie à la fin du XIXe siècle est maintenant Gourou.
trop connue pour qu'il soit nécessaire de la L'idée du déterminisme de culture n'est
présenter ici. Le point de vue apporté par le darwinisme malheureusement pas applicable aux cas de sociétés
fut contesté sans être totalement remis en doute : complexes et diverses : les décisions sont le reflet
les géographes continuèrent à dire et à penser que de vrais choix, et pas l'expression d'automatismes
la grande question — ou l'une des grandes hérités ou inculqués durant la première enfance.
questions — de notre discipline, c'était d'éclairer les Le travail de la nouvelle géographie, à partir de
rapports de l'homme et du milieu. On cesse la fin des années 1950, porte sur cet entre-deux que
seulement de les envisager sous l'angle d'une causalité le possibilisme laissait imprécis. Les constructions
univoque. Lucien Febvre fit après coup, des sociales ne peuvent jamais se déduire directement
réticences marquées par Vidal de la Blache et ses des conditions de milieu; elles ne peuvent pas
disciples, une doctrine, le possibilisme. Ailleurs, davantage se lire comme la reproduction indéfinie
l'évolution des idées allait en général dans le même de modèles stéréotypés et immuables dont on ne
sens, même si certains disciples de Ratzel sait qui les produit, comment ils naissent et
durcissaient ses positions jusqu'à la caricature. comment ils disparaissent.
La géographie se met donc à explorer l'univers
des décisions; elle envisage les acteurs et les classe;
112 Paul Claval

ils agissent parfois seuls, parfois en groupe. Ils erratiques et où ils reflètent à la fois les
communiquent, ils échangent, ils luttent; des contraintes objectives et les préférences dominantes.
hiérarchies se définissent entre eux. Dans tout cela, Les mécanismes en jeu dans la régulation sociale
l'espace intervient car il coûte à franchir : la sont moins simples que ceux imaginés par
distance, que négligeait les approches classiques, l'économie classique ou par l'anthropologie, mais ils
devient une variable-clef. réduisent de manière efficace le champ des
Les choix effectués n'aboutissent pas au chaos possibles ouverts à chacun. La logique des localisations
— et ceci pour deux séries de raisons : lorsque les géographiques devient plus complexe; elle naît à la
décideurs sont rationnels, ils sont conduits, face à fois de régularités statistiques et de procédures
des situations similaires, à des solutions rationnelles de choix, au lieu de n'exprimer que les
semblables; entre les intentions et les réalisations, il y a secondes. Elle met en jeu des feed-back moins
d'autre part toute la distance qui sépare les directs que ceux envisagés il y a vingt ans, mais
aspirations de ce qui est possible dans un milieu l'idée d'une explication possible des répartitions
donné : les contraintes naturelles sont géographiques demeure.
réintroduites, mais aussi celles qui naissent des moyens à la Si l'on se place dans l'optique poppérienne, ce
disposition de la société et des individus, des que la géographie humaine a essayé d'explorer
ressources mobilisables, de l'énergie et de l'argent entre 1955 et nos jours, c'est la logique des
utilisables. situations — et la manière dont elle aboutit à des
On a parfois présenté cette géographie répartitions qui se répètent et peuvent à ce titre
d'inspiration néo-positiviste comme reposant elle aussi sur s'expliquer. Pour présenter la chose d'une autre
une conception déterministe de l'homme : c'est mal manière, on pourrait dire que le possibilisme, au
l'analyser. Ce qu'elle montre, c'est d'une part que lieu de rester un cadre vide, se remplit peu à peu :
l'univers des choix n'est pas soumis à l'imprévisible en sondant la logique des choix et des mécanismes
dès l'instant où les hommes se comportent en êtres de la vie collective, on montre, dans chaque cas,
pensants et rationnels; c'est d'autre part que comment la prise en compte des limitations
l'univers des possibles ouverts à chacun est limité par physiques et le jeu des valeurs inculquées par la culture
sa localisation, par le temps dont il dispose et par fait surgir des configurations géographiques qui
les rouages économiques, sociaux et politiques n'ont rien d'arbitraire. Le raisonnement établit
dans lesquels il est intégré. Ce que les également quelles autres configurations sont
raisonnements établissent, ce ne sont pas des lois au sens possibles, en dehors de celle qui assure la plus grande
où le terme est employé dans les sciences physiques efficacité — et à quels coûts. L'humanité vit entre
ou naturelles — c'est une logique qui entraîne des des possibles que l'on sait maintenant plus ou
régularités. moins probables : c'est là le progrès majeur par
rapport au début du siècle.
Là où les motivations sont parfaitement
rationnelles et les mécanismes de régulation très Je ne pense pas que le propos des géographes
performants, les répartitions géographiques s'éclairent qui font appel au marxisme pour interpréter les
totalement : il y a parfaite transparence du système distributions humaines soit très différent de celui
et explication complète sans que cela suppose que que je viens d'évoquer : leur but est de montrer
les individus sont déterminés par des forces comment l'espace est modelé — produit si l'on veut
mystérieuses qui rendent illusoire la liberté apparente de — par les conditions économiques et sociales, par
leur choix. Si, dans le modèle de von Thiinen, tous le mode de production dominant. Les acteurs
les agriculteurs d'un même anneau se tournent vers invoqués sont collectifs plus qu'individuels, la
les mêmes cultures, c'est qu'ils y ont un intérêt rationalité des choix individuels est dénoncée
économique évident — et qu'ils sont très vite comme une illusion — mais l'organisation du
incapables de payer leurs rentes s'ils sont monde reflète une logique plus profonde, celle qui
locataires des terres qu'ils mettent en valeur et naît de l'articulation des forces productives et des
choisissent d'autres orientations. Ce ne sont pas des formations sociales au sein de chaque mode de
individus privés de choix; ce sont des personnes production. Là où une faiblesse m'apparaît dans le
contraintes par un système impitoyable de raisonnement, c'est dans l'utilisation de l'idée
régulation sociale, ce qui n'a pas la même signification. d'agent collectif sans que l'on s'efforce d'établir au
préalable comment de tels agents naissent et se
On a bien vite remis en cause les pré-supposés structurent dans l'espace. Le pouvoir d'explication
de la géographie néo-positiviste des années 1960, du modèle est réduit à très peu à cause de cette
mais les principes sur lesquels reposent les incohérence logique, mais l'idée que le monde
nouvel es explications ne sont pas fondamentalement observable est fait de répartitions explicables n'est
différents. Lorsqu'on fait la part de l'erreur, de la pas contestée.
fantaisie et de l'à-peu-près au moment où les
décisions s'élaborent, il n'est plus possible de Cherchant à indiquer ce que ce genre
prévoir la décision de tous — mais statistiquement, d'approches — qu'elles soient libérales ou qu'elles soient
des régularités demeurent observables dans la marxistes — peut apporter à la compréhension de
mesure où les choix ne sont jamais totalement la réalité géographique, j'ai éprouvé le besoin de
Causalité et géographie 113

parler de logique — de logique des villes par la figure ainsi dessinée porte la marque de
exemple : dans la mesure où les hommes ont à l'environnement où elle s'est élaborée ?
communiquer, il ont à vaincre l'obstacle de la Le pas est franchi, vers la fin du XVIIIe siècle, par
distance et à éviter les pertes de temps et les une partie du radicalisme anglais. Il est illustré par
déplacements qui sont normalement liés aux William Godwin, dont il explique en partie
commutations entre partenaires : il n'est pas de l'optimisme — et la théorie de Malthus naît en réaction
meilleure solution, avant le développement des contre ces vues de l'homme et de ses rapports au
techniques de la communication à distance, que celle qui milieu. Durant tout le XIXe siècle, cela va être un
consiste à créer des lieux centraux. Dans la mesure des lieux communs de beaucoup d'esprits généreux,
où l'échange tient une place essentielle dans chez les socialistes en particulier, que de dénoncer
l'existence des gens, ces foyers de la vie de relations les malfaçons des villes et de l'aménagement de
deviennent intéressants : il est bon de vivre aussi l'espace comme sources de la plupart des tares
près que possible d'eux. A partir de là, toute la sociales. Ce sont là des vues fréquentes chez les
logique de l'espace urbain et des réseaux urbains utopistes, bien sûr, et dans le mouvement fabien
peut être explorée. Peut-on pour autant parler de anglais, par exemple. C'est en luttant contre les
déterminisme ? Non : ce qu'établit la réflexion taudis que l'on espère sauver les pauvres de la
sociale, c'est qu'il existe à l'échelon collectif des détresse où ils sont plongés. Pourquoi ne profitent-
régularités quand bien même les choix individuels ils pas des opportunités que leur offre la société
sont libres. moderne ? En partie, parce qu'ils ne peuvent offrir
Est-ce à dire que toutes les configurations à leurs enfants des conditions de logement
peuvent ainsi être expliquées ? Non : il y a, dès compatibles avec un effort scolaire régulier. Pourquoi
l'instant où l'interprétation devient probabiliste les ménages sont-ils si souvent rompus, pourquoi
(perception imparfaite, rationalité limitée) une l'alcoolisme est-il si fréquent ? Parce que les
marge de flou impossible à éliminer. Est-ce la seule appartements sont trop exigus pour que les hommes
limitation que connaît la logique des systèmes puissent y vivre sauf la nuit : le bistrot est la
sociaux ? Non — mais avant de voir pourquoi, il solution facile — celle qui interdit d'échapper au
importe de s'interroger sur le retour des détermi- cercle vicieux de l'enlisement dans la misère.
nismes. L'environnementalisme perd un peu de son
attrait apparent chez les architectes et chez les
sociologues dans les années 1920 et 1930 — mais
4. Le retour des déterminismes il ne faut pas gratter beaucoup pour le redécouvrir :
il est au fondement de l'optimisme de la Charte
d'Athènes et de la Cité Radieuse; à quoi bon
On assiste, en géographie et dans les sciences s'inquiéter de réformes lorsqu'on sait construire
voisines, à un retour en force de certaines formes des espaces qui assureront le bonheur de tous ? Le
de déterminisme jusque là sans répercussion sur la déterminisme sociologique de l'environnement
réflexion spatiale — et à la montée de nouveaux n'est jamais aussi fort que dans les travaux qui se
cadres de pensée qui vont dans le même sens. multiplient dans les années 1950 autour de Henri
Déterminisme philosophique tout d'abord que Lefebvre : la question à la mode, c'est celle que
celui qui caractérise tant d'analyses marxistes : au posent les quartiers pavillonnaires. Ne
nom du matérialisme, les instances économiques se constituent-ils pas un milieu imaginé pour aliéner la
trouvent privilégiées au détriment des autres; ce classe ouvrière jusque dans sa vie familiale ? Ne
sont elles qui, pour beaucoup, demeurent les plus vont-ils pas conduire une jeunesse élevée loin des
significatives. On n'en est plus généralement au riches contacts sociaux des immeubles collectifs à
réductionnisme de la vulgate marxiste des années l'atrophie de ses facultés mentales et affectives ?
1950, mais l'idée que l'analyse des représentations On croit rêver lorsqu'on relit certaines des études
et des systèmes de pensée n'est qu'un passe-temps de l'époque.
peu profitable n'a pas toujours disparu. A un degré La découverte de la maladie des grands
d'analyse plus fin, je ne pense pas cependant, ensembles a déclenché un mouvement en sens inverse.
comme je viens de l'indiquer, que le marxisme se Est-ce à dire que l'on échappe au déterminisme du
différencie très fortement de l'analyse des logiques milieu de vie ? Non : les mêmes sociologues pour
du social. qui, au début des années 1960, les pavillons
Au XVIIIe siècle, les philosophies sensualistes fournissaient à la population de banlieue un contexte
devaient mener beaucoup de pyschologues à des moins riche que celui des tours expliquent
vues très environnementalistes : la statue de cire de aujourd'hui gravement que l'insécurité qui est
Condillac n'a aucune forme qui lui soit propre; elle devenue la plaie des quartiers neufs tient à la
est modelée par ses contacts avec le monde configuration des blocs et des grands ensembles.
extérieur. Il en va de même de l'esprit, dont les facultés Comment la faire diminuer ? En rasant ce qui
naissent et se développent lorsqu'il est confronté existe et en revenant aux pavillons ! Que
au monde. Comment ne pas supposer, dès lors, que l'argument porte, c'est évident, car il évite de poser le
114 Paul Claval

vrai problème : celui des relations entre structures tèmes si on veut les explorer sous toutes leurs faces
sociales et espace. L'immeuble collectif ne et comprendre le dynamisme des milieux. Dans le
constitue-t-il pas, dans nos grandes villes, la champ de la géographie humaine, l'étude des
solution choisie par la population aisée pour échapper contraintes naturelles se trouve de la sorte
à l'insécurité ? Que le même contenant soit associé rajeunie et modernisée. Peut-on aller au-delà et
à des contenus si différents devrait tout de même considérer que la logique des systèmes est la même pour
rendre prudent ! Il convient de dire que les le monde inanimé et naturel et pour le monde
géographes n'ont généralement pas repris à leur compte social ? C'est ce que certains acceptent, et ce qui me
les thèmes de ce très vieux type de déterminisme. semble dangereux.
Il en est d'autres auxquels ils sont plus sensibles. Il y a en effet, derrière l'analyse de système telle
Les progrès de l'éthologie animale ont familiarisé qu'elle est pratiquée dans le domaine physique ou
avec l'idée de territoire. Pourquoi ne pas faire des biologique, un point de vue indubitablement
territoires que les hommes se constituent pour déterministe. On ne peut prévoir ou expliquer l'état d'un
vivre l'équivalent de ceux que les animaux se élément du système si on ne prend en compte qu'un
taillent ? Pourquoi ne pas imaginer l'homme chargé ou deux traits de son environnement. Est-ce à dire
d'un instinct spatial primordial qui prendrait des qu'il varie indépendamment de toute
formes différentes selon les lieux et selon les détermination ? Non : c'est en fonction de l'ensemble qu'il
temps, en fonction de la diversité des cultures, mais faut se placer pour comprendre la situation de ses
resterait immuable dans son principe ? La composantes. Lorsqu'on le fait, les valeurs cessent
tentation des déterminismes biologiques s'est d'abord d'apparaître indéterminées : elles sont liées par une
manifestée sous cette forme au cours des quinze logique globale — souvent probabiliste, il est vrai
dernières années. Elle s'est élargie avec la mode, — mais à laquelle rien n'échappe.
dans certains milieux, de la sociobiologie — et avec La faille dans le raisonnement me paraît résider
la résurgence de certaines formes de darwinisme. là : les éléments humains d'un système ne sont pas
Nous voici ramené au point de départ de la comparables aux autres dans la mesure où leur
géographie classique — mais avec les mêmes comportement échappe en partie aux
difficultés et les mêmes faiblesses. Au total, les conditionnements habituels. Ils ne s'expliquent pas simplement
géographes ont plus flirté avec ces points de vue par le poids du passé; ils tiennent à la possibilité
qu'ils ne les ont endossés. Ils ont gardé un mauvais qu'ont les hommes de faire des projets, de rêver à
souvenir des errements des déterminismes étroits. l'avenir et d'essayer de le rendre conforme à leurs
C'est en définitive d'un autre côté qu'il convient vœux. Georg-Henrik von Wright a montré il y a
de se tourner lorsqu'on cherche à comprendre le déjà une dizaine d'années l'importance de cette
succès des néo-déterminismes. L'analyse systémi- particularité. L'analyse des systèmes repose sur
que en a fourni le prétexte. Cela fait longtemps que l'interprétation de mécanismes qui opèrent selon
les géographes savent que leur originalité, c'est une logique galiléenne — la situation au temps t
d'explorer les faits de connexion (Vidal de la y est tout entière déterminée par la situation au
Blache), de saisir des complexes ou des temps t — 1. Dans la logique aristotélicienne, qu'il
combinaisons (Cholley). Le langage systémique s'offre pour faut invoquer pour comprendre les comportements
formaliser cette longue tradition. Il nous apprend humains, la situation au temps t dépend en partie
à saisir la réalité dans sa totalité, à en explorer des attentes et des projets, c'est-à-dire de la
toutes les relations et à en sonder toutes les manière de se représenter le temps t + 1. Cela
interactions. Apparemment, il nous éloigne des suppose une démarche herméneutique, inutile dans
raisonnements classiques, ceux qui mettent en jeu les sciences naturelles ou physiques.
la causalité linéaire; on ne dit plus si A existe, alors C'est pour cela que je considère qu'il est
B existe, mais A, B, C, D etc. existent car ils impossible de maintenir la fiction de la géographie
forment un tout, qu'ils se conditionnent discipline unitaire du monde physique et du monde
mutuellement et constituent ainsi une structure dont les social. Il est indispensable que nous nous
éléments s'équilibrent — ou se déforment. interrogions sur les écosystèmes et sur la manière dont
Il est inutile de rappeler tout ce que ce type de nous les transformons — une certaine géographie
démarche apporte à la géographie : il apprend à physique est pour cela indispensable à la
procéder à l'analyse exhaustive des liaisons géographie humaine — mais les cadres qui régissent les
causales au lieu de privilégier a priori certaines d'entre deux parties de la discipline ne sont pas
elles — et certains flux. Il apprend à parler en semblables. Personnellement, j'ai été séduit par la
termes de circulations d'énergie, de matière et cybernétique et par les recherches sur les feed-back
d'information et à souligner les mécanismes de depuis 1952 : c'est là que j'ai puisé l'idée qu'il fallait
feed-back. orienter la géographie vers l'étude des régulations
Dans le domaine de la géographie physique, par boucles de rétroaction — ce qui conduit donc
l'apport est tout entier positif : il est bon de poser à faire une place de choix à tous les mécanismes
les problèmes d'environnement en termes de circulation, d'amplification, de communication
Causalité et géographie 115

et à toutes les formes de transfert des informations. l'élaboration de règles applicables pour percer la
Je pense donc que la géographie a beaucoup à tirer dynamique des groupes humains à la surface de la
— et qu'elle a déjà énormément tiré, entre 1955 et terre et pour prévoir leur évolution. C'est ce qui le
nos jours — de l'analyse des systèmes, mais je ne rendait impropre à l'aménagement — ce qui a si
crois pas que l'on puisse sérieusement considérer fort limité l'efficacité des premiers efforts pour
qu'un système social soit l'exact homologue d'un créer une géographie appliquée.
système naturel. La nouvelle géographie des années 1960 et 1970
Je sais qu'il y a à cela une réponse : c'est celle a essayé de s'affranchir de ces limitations. Elle s'est
qu'ont fournie récemment les travaux sur la théorie voulue applicable. De fait, elle a permis de
la plus générale des systèmes, à la manière de développer un certain pouvoir de prévision dans la mesure
Thom et à celle de Prigogine. Pourquoi ne pas où perçait la logique spatiale des systèmes sociaux.
prendre en compte l'imprévisibilité des L'expérience a cependant montré qu'il ne fallait pas
comportements qui caractérise les éléments humains d'un se faire trop d'illusions en ce domaine : les études
système complexe ? Pourquoi ne pas tirer parti des ambitieuses de prévision qui ont été entreprises à
notions sur la bifurcation et sur les catastrophes l'occasion de l'élaboration des SDAU révèlent à
pour éclairer ainsi d'un jour nouveau les problèmes merveille les limites du genre. La plupart se sont
du changement ? Les perspectives ainsi ouvertes ne révélées inutilisables au bout de quelques années
sont-elles pas séduisantes ? parce qu'elles partaient d'évaluations
Je l'accorde volontiers, mais ma réserve grossièrement surestimées des rythmes de croissance.
demeure : de même que l'idée de feed-back est Peut-on dire, pourtant, que les responsables
enrichissante pour la compréhension de l'architecture n'avaient pas fait leur métier honnêtement ? Non :
sociale et géographique des groupes humains, de ils avaient appliqué des recettes de projection qui
même celle de bifurcation est utile pour nous faire simplifiaient trop le réel pour pouvoir saisir tous
comprendre la diversité des trajectoires d'évolution les aspects de son évolution.
des sociétés humaines, et pour nous faire saisir ce Tout se passe en effet comme si, à chaque
qui est à l'origine de révolutions majeures. Il n'est instant, la dynamique des systèmes géographiques
pas nécessaire d'évoquer toujours des causalités était à la fois la résultante des déterminations
massives : au voisinage d'un point de bifurcation, passées et des projections de ceux qui y vivent.
il suffit de peu de chose pour faire basculer le C'est cette dimension que laisse échapper toute la
système d'une trajectoire à l'autre. géographie des années 1960 et 1970. C'est pourtant
Tant que la théorie des systèmes est conçue elle qu'il faut appréhender si l'on veut achever la
comme une métathéorie qui permet de suggérer des transformation de notre discipline.
types d'équilibre et d'évolution globaux, je l'emploie Y parviendra-t-on en pariant sur le poids des
d'enthousiasme. Dès qu'on essaie de l'appliquer déterminismes — de ceux, en particulier, qu'une
sans précaution à des ensembles dont les éléments certaine mode des recherches sur les métasystèmes
ne répondent pas à la même logique, je crie à conduisent aujourd'hui à envisager ? Je ne le pense
l'assimilation injustifiée — au déterminisme pas : le problème n'est pas d'affirmer notre pouvoir
dangereux. de prévision qui restera, je le crains, très limité
s'agissant de décisions humaines. Il est de saisir la
logique des projections qui contribuent à modeler
5. Le déterminisme, la géographie et le futur.
l'aménagement Je vois donc la frontière de la géographie
humaine, dans les années qui viennent, plutôt du
côté des analyses de décisions, de conflits, du côté
Les débats sur le déterminisme resteraient des des techniques de conscientisation et dans
débats d'école s'ils ne conditionnaient en partie le l'appréhension des idéologies qui animent les divers
rôle que notre discipline peut jouer dans la société acteurs que du côté d'un enrichissement nouveau
contemporaine. des modèles du milieu et des modèles de la société.
Le possibilisme sous sa forme première tirait C'est pour cela que je le vois davantage, si l'on veut,
des leçons de sagesse plus qu'il ne conduisait à du côté des modèles de l'homme.

View publication stats