Vous êtes sur la page 1sur 2

PAT H O L O G I E D U B Â T I M E N T

11
Décollement
de revêtements de sols souples collés
Les revêtements de sols souples sont fréquemment objets de décollements.
Une cause essentielle à ces problèmes :
l’humidité du support.

Cette humidité retarde la prise de la colle qui reste pois-


seuse. L’augmentation de la tension de vapeur due à un
écart important de température peut soulever le revêtement.
Enfin, les remontées d’eau capillaire sont capables de pro-
voquer la rupture de cohésion de l’enduit de lissage.

Cette présence d’eau peut avoir deux origines

1. l’eau qui a servi à la fabrication du béton : l’eau libre qui


ne sert pas à la prise du béton s’évapore au contact de l’air
extérieur. Ce séchage ne concerne que les premiers centi-
mètres de l’épaisseur du support. Le phénomène n’est rapi-
de qu’en surface ; au-delà de trois centimètres il est très lent.
Il peut prendre plusieurs mois, voire plus d’une année si les
conditions ne sont pas favorables : mise “hors d’eau” retar-
dée, locaux non ventilés et non chauffés, présence d’une
barrière étanche en sous-face. (Par exemple : feuille de poly-
ane, isolant polystyrène, coffrage perdu.) La mise en œuvre
du revêtement arrête complègement ce séchage.

2. les venues d’eau extérieures : elles peuvent être mul-


tiples. Elles sont principalement constituées par l’humidité du
sol lorsque les barrières contre les remontées capillaires ou
les dispositifs de drainage sont absents ou insuffisants. Un
support apparemment sain et sec peut être soumis à des
Les décollements se manifestent souvent
arrivées d’eau non perceptibles tant que le support peut res-
par un cloquage du revêtement !
pirer. Le revêtement de sol plastique, collé sur celui-ci, provo-
quera une stagnation de l’eau en sous-face.

U n revêtement de sol souple est en réalité un ouvrage


complexe. Il englobe le support, les produits de préparation
Comment mesurer l’humidité du béton ?
Le support est sec si la teneur en eau ne dépasse pas
3 % de la masse sèche du béton.
de la surface, les adhésifs et le revêtement proprement dit. La mesure de siccité du support peut être effec-
Il est mis en œuvre soit directement sur des chapes de tuée suivant trois méthodes :
mortier à base de ciment, soit sur des bétons surfacés. Afin
d’obtenir un bon état de surface, les supports sont éven- • En laboratoire, un échantillon de béton est soumis à
tuellement traités avec des primaires. Ils sont recouverts l’étuve sèche ventilée à 70 °C. C’est la mesure la plus
d’un enduit de lissage ou ragréage de quelques millimètres fiable.
d’épaisseur. Les colles utilisées sont en général à base • Sur place, avec une “bombe à carbure” : dans un
d’acrylique en émulsion dans l’eau. (NB : le cas des chapes récipient hermétique, un manomètre mesure l’aug-
anhydrite est tout à fait particulier et n’est pas traité dans mentation de pression due à la génération de gaz
cette fiche.) acétylène par la réaction de l’eau libre du béton sur
Les revêtements de sols souples sont, soit à base de du carbure de calcium. Cette méthode permet de
plastique, soit de linoléum, soit de caoutchouc. mesurer l’humidité en profondeur. Elle est en très
bonne corrélation avec l’étuve sèche.
L’humidité anormale du support est • Toujours sur place, mais avec des humidimètres à
la cause principale des décollements ou cloquages pointes. En général, ces appareils ne mesurent que
l’humidité superficielle du béton. Leur intérêt est limi-
Les revêtements de sols souples sont étanches à l’eau et à té. Ces appareils doivent être utilisés avec beaucoup
la vapeur d’eau. Ils empêchent toute possibilité d’évapora- de prudence.
tion de l’eau en excès.
PAT H O L O G I E D U B Â T I M E N T 11
En conclusion, les revêtements de sols souples remplis-
sent maintenant des fonctions de plus en plus techniques :
Séchage de dalle en béton hygiène des locaux, étanchéité des salles de bains, acces-
sibilité aux handicapés. Les occupants souhaitent des
revêtements durables. Pour éviter la formation des cloques
Teneur en eau en % ou les décollements, l’entreprise devra impérativement
vérifier que le support est propre en surface, sec même en
12 profondeur et qu’aucune humidité ne pourra remonter
dans celui-ci.
10
8 à 13 cm La leçon que l’on peut en tirer concerne les délais de
chantier. Ceux-ci doivent être compatibles avec le
6 à 5 cm séchage en profondeur du support béton.
L’entrepreneur doit utiliser les moyens efficaces
4 pour reconnaître le support et mesurer le taux d’hu-
3%
2 midité de celui-ci.

Temps en jours
0
0 20 40 60 80 100 120 140

Coupe de plancher

Revêtement de sol

Colle

ÀÀÀÀÀÀÀ
;;;;;;;
@@@@@@@
€€€€€€€
Enduit de ragréage

Primaire

;;;;;;;
@@@@@@@
€€€€€€€
ÀÀÀÀÀÀÀ
;;;;;;;
@@@@@@@
€€€€€€€
ÀÀÀÀÀÀÀ
Support (béton/chape)

Barrière anticapillaire ou pare-vapeur

Isolant

La préparation du support est essentielle


pour assurer un bon collage du revêtement de sol

• Il faut débarrasser la surface de toute trace de plâtre. On


peut craindre en effet une réaction chimique entre le plâtre,
certains ciments du ragréage et l’eau en excès du support.
(Formation d’un sel expansif, l’ettringite, qui altère la cohé-
sion de l’enduit de ragréage.)

• Un primaire d’accrochage est nécessaire sur les supports 9, boulevard Malesherbes


trop poreux. Il peut assurer l’indépendance chimique sur des 75008 Paris
supports comportant des traces de bitume, asphalte…

• Les microfissures de retrait du béton doivent être rebou-


chées : les revêtements de sols sont parfaitement capables 114, avenue Émile Zola
Michel HOUEIX

de résister aux déformations dues à la fissuration. 75739 Paris Cedex 15


Cependant, ces fissures constituent des passages privilé-
giés de l’humidité interne du béton. R EPRODUCTION INTERDITE SANS AUTORISATION DES ÉDITEURS

Vous aimerez peut-être aussi