Vous êtes sur la page 1sur 2

PAT H O L O G I E D U B Â T I M E N T

44
Le parquet
et les risques à l’humidité
Reprise d’eau suite à une forte hygrométrie ambiante
ou un mauvais séchage du support, ou bien encore due à des infiltrations
dont les origines peuvent être très diverses,
le parquet en bois est très exposé aux risques d’humidité.

Destination des locaux :


une classification précise à respecter
Revêtement de sol en bois ou à base de bois, le parquet doit
présenter une couche d’usure de :

• 2 mm de bois minimum pour tout élément sorti d’usine, fini


ou poncé en usine,
• 2,5 mm de bois minimum pour tout élément sorti d’usine à
poncer.

Il peut être posé cloué (sur lambourdes ou solives) ou collé


(avec ou sans sous-couche) ou flottant (sur sous-couche).
Le choix des parquets en fonction de la destination des
locaux peut s’apprécier avec les classements convention-
nels UPEC rappelés ci-après et donnés à titre informatif dans
le DTU 51.11

Epaisseur de la
couche d’usure Classement *
(e) en mm
2 < e < 4,5 U2 P2 E1 C0
4,5 < e < 7 U2S P2 E1 C0
e>7 U3 P2 E1 C0
* Remarque : certaines essences très dures (telles le Merbau)
présentent des résistances au poinçonnement de niveau P3.

Le parquet et l’humidité ne font pas bon ménage. La lettre E (comportement à l’eau et à l’humidité) caractérise la
fréquence de la présence d’eau sur le sol, notamment en rela-
tion avec le mode d’entretien. L’indice 1 (E1) correspond à un
usage où la présence de l’eau est occasionnelle. Ces classe-

L es revêtements de sol en bois, dont une grande diversi-


té de systèmes de parquets connaissent un regain d’intérêt
ments conventionnels montrent à l’évidence que les parquets
sont préférentiellement à destination des locaux suivants :

auprès des constructeurs aujourd’hui, sont très sensibles • Bâtiments d’habitation - maisons individuelles : pièces
aux problèmes d’humidité qui ont des causes très diverses. principales (pièces sèches) et circulation : U2S P2 E1 C0
Les principaux désordres rencontrés peuvent se manifester et U2 P2 E1 C0,
de différentes manières, à savoir : retrait (fentes entre lames), • Bâtiments d’habitation - immeubles collectifs : partie
soulèvement, décollement, boursouflure, pourriture, cintrage. privative, pièces principales (pièces sèches) et circulations
Avec des causes variées : intérieures au logement : U2S P2 E1 C0 et U2 P2 E1 C0 ;
parties communes, circulations : couloirs, paliers d’étage
• mise en œuvre sur des supports humides, ou d’ascenseurs sans vide-ordures, escaliers et demi-
• mise en œuvre dans des locaux en ambiance humide (non paliers :U3 P2 E1 C0,
chauffés, plâtres en phase de séchage), • Locaux d’activités : bureaux individuels : U2S P2 E1 C0 ;
• lames de parquet trop humides, salles de conférence, salles de réunion : U3 P2 E1 C0.
• stockage dans des locaux inadaptés, non abrités,
• absence de joints de fractionnement ou de joints périphé- L’utilisation des parquets dans les pièces humides n’est
riques, donc pas recommandée. Il est important de noter que des
• condensation en sous-face par remontées d’humidité, classements spécifiques aux parquets sont en cours d’éla-
• locaux excessivement secs (climatisation), boration et introduisent des critères de dureté des essences
• usage et entretien anormaux (lavage à l’eau), et de possibilités de rénovation. Des équivalences avec les
• infiltrations et dégâts des eaux. classements UPEC sont prévues.
PAT H O L O G I E D U B Â T I M E N T 44
L’humidité relative des lames, Humidité résiduelle des supports,
l’importance du stockage risques de reprise et condensation
Au départ de l’usine, l’humidité des lames doit être compri- Lors de la pose, pour les parquets posés en collé ou en flot-
se entre 7 et 11 % (soit 9% ± 2%). Il est important de vérifier tant, le support doit présenter une humidité n’excédant pas
cette humidité à réception avec un humidimètre électrique 3 % de la masse sèche (voire moins pour une chape anhy-
approprié et la notifier. La marque NF Parquets apposée sur drite). La mesure doit être faite par l’entreprise de pose avec
chaque emballage certifie la conformité aux normes (NF B un appareil approprié et équipé pour faire des points de
54011, etc.) et en particulier le respect de cette humidité. mesure à une profondeur d’au moins 25 mm de la surface.
Le stockage des lames doit se faire à l’abri des intempéries Rappelons qu’en ce qui concerne les délais de séchage
dans des locaux propres, secs sans condensation de vapeur dans les conditions habituelles de ventilation, on se base
d’eau, chauffés si nécessaire. Elles doivent être isolées du pour les chapes rapportées sur une semaine et demie par
sol de manière à éviter les remontées d’humidité. Il appar- centimètre d’épaisseur en période sèche, en majorant ce
tient au maître d’œuvre de s’assurer que les conditions de temps de 50 % en période humide. Pour les planchers béton
stockage soient appropriées. et les dalles, les délais sont plus importants. Pour les sup-
Actuellement la majorité des parquets sont livrés embal- ports bois, le degré d’humidité ne doit pas dépasser 10 %.
lés avec un film rétractable et de ce fait, ils sont relativement Dans le cas de parquets posés sur lambourdes scellées
protégés. Les colis doivent être ouverts de préférence au au plâtre (technique fréquemment utilisée en rénovation), il
moment de la pose. est recommandé d’incorporer des garnis secs pour limiter la
La pose du parquet ne peut être effectuée que si les quantité d’eau apportée au scellement. Ce mode de fixation
conditions ci-après sont toutes satisfaites dans les locaux à nécessite impérativement un délai de séchage avant la pose
parqueter et dans les locaux avoisinants : du parquet et les travaux ne doivent être réalisés que lorsque
les conditions requises le permettent (lambourdes ±15/16 %
• séchage suffisant du gros-œuvre, des enduits et raccords : taux et solins secs).
d’humidité des maçonneries et enduits au plus égal à 5 %, Le support ne doit pas être susceptible d’exposer le par-
• travaux de mise en œuvre terminés pour le carrelage et les quet à des remontées d’humidité (cas des dallages sur terre-
revêtements durs scellés ou collés, plein), sous quelque forme que ce soit. L’interposition d’un
• vitrages posés, mise à l’abri des intempéries, film polyéthylène ou d’un feutre asphalté ne peut être consi-
• étanchéité des installations sanitaires et de chauffage véri- dérée comme une barrière étanche. Si des risques existent,
fiée et assurée, il convient de réaliser une étanchéité conforme aux règles en
• température des locaux et du support supérieure à + 15 °C, vigueur (cuvelage, enduit de lissage hydrofuge...). Dans le
• humidité des locaux : état hygrométrique de l’air ambiant cas de pose de parquet sur sous-couche, entre locaux avec
compris entre 40 et 65 %, des gradients de température différents, il convient de s’as-
• ventilation assurée, surer que le système ne constituera pas un risque de
• pas de réhumidification importante des locaux. condensation en sous-face du parquet (perméance de la
sous-couche).
Ne pas négliger les joints
périphériques et de fractionnement
De manière à assurer une libre dilatation et rétractabilité des
parquets, les lames ne doivent pas venir en contact avec les
murs, cloisons, huisseries, tuyaux... Elles doivent être arrê-
tées à une distance de :

• parquets en bois massif sur lambourdes : 5 à 8 mm pour


les locaux normaux, 0,15 % de la largeur développée des
lames pour les locaux de grande dimension,
• parquets posés en flottant : 0,15 % minimum de chacune
des plus grandes dimensions à couvrir par le parquet (lon-
gueur, largeur) avec un minimum de 8 mm, 5 à 8 mm des
obstacles fixes, huisseries comprises,
• parquets posés en collé : 5 à 8 mm des obstacles fixes,
huisseries comprises.

Les jeux périphériques doivent être recouverts par les


plinthes et lorsque cela n’est pas possible, par exemple en
pieds d’huisseries, ils seront comblés avec un matériau
souple approprié (mastic PU en cartouche).
En ce qui concerne la pose en flottant, la largeur cumulée
des lames lorsqu’elles font moins de 20 mm d’épaisseur, ne 9, boulevard Malesherbes
doit pas dépasser 8 m. 75008 Paris
La pose de parquet flottant sur sols chauffants n’est pas
autorisée, sauf autorisation du fabricant. Dans ce cas, il
convient de mettre en route le chauffage pendant trois
semaines au moins avant la pose, et de mesurer l’humidité 114, avenue Émile Zola
du support. Au moment de la pose, le chauffage doit être 75739 Paris Cedex 15
arrêté. Dans le cas de parquets collés, les dispositions pré-
cédentes sont à respecter. REPRODUCTION I N T E R D I T E S A N S A U T O R I S AT I O N D E S É D I T E U R S

Vous aimerez peut-être aussi