Vous êtes sur la page 1sur 15

© educi RevuUnirstadScl’Éo,N°12,2018

PRÉCARITÉ DE VIE, OBJETS CULTURELS ET RÉSILIENCE CHEZ


DES LYCÉENNES IVOIRIENNES.
PRECARIOUSNESS OF LIFE, CULTURAL OBJECTS AND RESILIENCE AMONG
IVORIAN HIGH SCHOOL GIRLS.
Sadia Martin Armand
UAO-Bouaké/ E-mail : sadiamartino@yahoo.fr
Traoré Horokiyatou Epouse Diallo
Lycée Classique 1 Bouaké / E-mail : alishakone83@gmail.com

RESUME
L’objectif de cet article est de comprendre les stratégies de résilience mobilisées par des
filles de seconde du Lycée Classique 1 de Bouaké. Elles ont été choisies sur la base d’un
échantillonnage non probabiliste, notamment l’échantillonnage à boule de neige. L’encrage
théorique de cette étude est la théorie de l’évaluation du coping. La méthode clinique et de
l’étude de cas, les techniques de la recherche documentaire, de l’entretien semi-directif et
de l’observation non participative ainsi que le questionnaire d’estime de soi ont permis de
collecter les données. La méthode d’analyse de données est l’analyse qualitative, précisément
l’analyse phénoménologique. Les résultats de l’étude indiquent que malgré les conditions
de vies précaires, des élèves-filles de lycée et collège de Bouaké ont de meilleurs résultats
scolaires à travers un processus de résilience dont les tuteurs sont des expédients à savoir
des objets culturels, le Marabout et des « tontons» pourvoyeurs de ressources .
Mots clés : Précarité, résilience, objets culturels, expédients, résultats scolaires.

ABSTRACT
The aim of this article is to understand the resilience strategies mobilized by secondary
school girls from the Lycée Classique 1 of Bouaké. They were selected on the basis of non-
probability sampling, including snowball sampling. The theoretical inking of this study is
the theory of coping evaluation. The clinical and case study method, the literature search
techniques, the semi-directive interview and the non-participatory observation as well as
the self-esteem questionnaire were used to collect the data. The method of data analysis
is qualitative analysis, precisely the phenomenological analysis. The results of the study
indicate that despite the precarious living conditions, high school and college students
of Bouaké have better school results through a process of resilience whose tutors are
expedients namely cultural objects, the Marabout and “tontons” providers of resources.
The aim of this article is to understand the resilience strategies mobilized by secondary
school girls from the Lycée Classique 1 of Bouaké. They were selected on the basis of non-
probability sampling, including snowball sampling. The theoretical inking of this study is
the theory of coping evaluation. The clinical and case study method, the literature search
techniques, the semi-directive interview and the non-participatory observation as well as
the self-esteem questionnaire were used to collect the data. The method of data analysis
is qualitative analysis, precisely the phenomenological analysis. The results of the study
indicate that despite the precarious living conditions, high school and college students
of Bouaké have better school results through a process of resilience whose tutors are
expedients namely cultural objects, the Marabout and “tontons” providers of resources.
Key words: Precariousness, resilience, cultural objects, expedients, school results

66
SadiMrtnAm . Précarité de vie, objets culturels et résilience chez des...

1. INTRODUCTION 
Deuxième instance de socialisation, après la famille, l’école permet aux
femmes de s’épanouir et de contribuer au développement de la société (Kouassi
Odette, 2016). En Côte d’Ivoire, des textes de lois s’emploient à garantir la
scolarisation des femmes. Il s’agit notamment de la constitution qui non
seulement promeut la non-discrimination, mais consacre le droit à l’éducation
comme un droit fondamental reconnu à tous. En outre, l’article 2 de la loi n°95-
696 du 7 septembre 1995 relative à l’Enseignement en Côte d’Ivoire qui dispose :
« Le service public de l’Enseignement est conçu et organisé selon les principes
de la neutralité, de la gratuité et de l’égalité ». Plusieurs autres conventions
internationales, à savoir la convention de l’UNESCO contre la discrimination
dans le domaine de l’enseignement et la convention de lutte contre toutes formes
de discriminations sont ratifiées.
A Bouaké, ex-capitale de la rébellion, « des activités de sensibilisation pour la
promotion de la scolarisation et le maintien de la jeune fille dans le circuit scolaire
sont menées conjointement par des institutions étatiques, des organismes
internationaux et des ONG locales (Alice Odunfa, 2003). Ces campagnes ont
débouché en 2007 sur des actions, dont :
- la création des Clubs Mères des Élèves Filles (CMEF) en 2007 pour mener
des actions pérennes d’accompagnement des filles dans les écoles et dans
les communautés.
- l’intensification de la politique de gratuité de l’école qui vise à donner la
chance à tous les enfants avec un accent en direction des filles.
- Et l’école obligatoire de 6 à 16 ans qui est une réponse au maintien des
filles à l’école, car tous les enfants doivent y aller.
Malgré toutes ces actions entreprises, force est de constater que les jeunes
filles de Bouaké n’achèvent pas leur cursus scolaire. Selon les statistiques de
la DREN 2 de Bouaké pour l’année 2010-2011, la DREN2 de Bouaké a connu
au niveau primaire un taux d’abandon de 4,22% et pour les années 2011-2012,
2012-2013 et 2013-2014, bien que le taux d’abandon ait diminué celui-ci va en
progressant avec respectivement 2,29%, 2,32% et 2,62%. (Source DREN2 de
Bouaké). Toutes ces statistiques indiquent que l’abandon scolaire des filles est
un phénomène important à Bouaké.
Des auteurs attribuent ces résultats aux conditions socioéconomiques
(Kouassi, Odette, 2016 ; Traoré, Horokiyatou, 2017). Des élèves de Bouaké en
effet, vivent pour la plupart chez des tuteurs eux-mêmes en proie à la pauvreté;
leurs géniteurs étant dans les zones forestières pour y entreprendre des activités
agricoles. Au lycée Classique de Bouaké, 1 filles sur 10, connaît des difficultés
d’hébergement et vit dans des conditions qui riment le plus souvent avec précarité
et dénuement (Traoré Horokiyatou, 2017). « Chaque année, selon les statistiques
du service de conseil et d’orientation, ce sont 18% des élèves qui présentent des
difficultés d’apprentissage et des rendements faibles pour cette raison. En début

67
© RevuUnirstadScl’Éo,N°12,2018

d’année 2015, ce sont 3 filles sur cinq (60%) qui ont tenté de décrocher pour
difficulté de conditions de vie au premier semestre. Ce nombre est passé à 73 %
en 2016 à la même période. Cependant, l’on remarque chaque fois, que passés
les congés de noël, ces filles affichent bonne mine et parviennent à améliorer
leurs résultats progressivement au cours de l’année. A titre d’exemple, « une
élève de la seconde C2 qui au premier trimestre a obtenu 6 de moyenne, s’est
retrouver successivement avec 12 et 13 de moyenne au second et au troisième
trimestre » (Traoré. Horokiyatou, 2017). Certaines justifient cette amélioration
de leur résultat par le recours à des objets culturel, pris comme tuteur de
résilience. Mais, comment des objets culturels pris comme expédients peuvent-
ils contribuer à la résilience et à la réussite scolaire chez des filles vivant dans
des conditions de vie précaire ? Pour parvenir à répondre à cette question, la
démarche consistera à présenter les différentes approches définitionnelles des
concepts clés de ce sujet. Ce sont : Précarité de vie, et résilience.
Joseph Wresinski (1987) définit le concept de précarité comme étant « l’absence
d’une ou plusieurs des sécurités, notamment celle de l’emploi, permettant
aux personnes et aux familles d’assumer leurs obligations professionnelles,
familiales et sociales ainsi de jouir de leurs droits fondamentaux. L’insécurité
qui en résulte peut être étendue et avoir des conséquences plus ou moins graves
et définitives. La précarité conduit à la grande pauvreté, et elle affecte plusieurs
domaines de l’existence dont elle est  persistante, elle compromet les chances
de réassumer ses responsabilités et de reconquérir ses droits par soi-même,
dans un avenir prévisible». Elle entraîne une désorganisation de la société, une
détérioration et fragilisation des liens familiaux ((Bresson Maryse, 2012). De ce fait,
son impact se ressent sur le rendement scolaire des enfants (Michel Duée,
2005 ; Siméon Boris Nguéhan, 2007 ; Pierre G. Coslin, 2012). Cette influence
du statut socio-économique de la vie d’un enfant est un bon prédicateur de
son rendement scolaire (Langevin Louise, 1999 ; Margaret R. Burchinal, Robert
Pianta, & Carollee Howes. (2002) ; Malaspina, Diane et Sara E. Rimm-Kaufman,
2008). Contrairement à ces auteurs dont les prédictions condamnent les enfants
issues de milieux défavorisés à l’échec, d’autres auteurs se sont intéressés aux
enfants « résilients », c’est-à-dire, aux enfants qui se développent bien en dépit
des situations difficiles auxquelles ils sont exposés.
Pour Boris Cyrulnik (1999), « la résilience, c’est plus que résister, c’est aussi
apprendre à vivre ». Construction permanente Michel Manciaux (2001) la définit
de façon imagée comme  « la faculté qu’a l’homme de se creuser un trou, de
sécréter une coquille, de dresser autour de soi une fragile barrière de défense,
même dans des circonstances apparemment désespérées, est un phénomène
stupéfiant qui demanderait à être étudié de près. Il s’agit là d’un précieux travail
d’adaptation, en partie passif et inconscient, en partie actif. » Ce processus
complexe résulte, selon Patricia Simone Hammes (2014),  de l’interaction
dynamique et bidirectionnelle entre l’enfant, sa famille, ses pairs, son école, son
voisinage et sa communauté en contexte scolaire.

68
SadiMrtnAm . Précarité de vie, objets culturels et résilience chez des...

L’école qui n’échappe pas à ses prérogatives pédagogiques, est également


confrontée aux blessures endurées par certaines élèves et à leurs reconstructions.
Bouteyre Evelyne (1997), a révélé que des jeunes filles migrantes se montrent
résilientes face aux stress, l’acculturation et de la scolarisation. Pour cet auteur,
cette résilience se justifie par le fait qu’elles mobilisent suffisamment d’énergie et
croient en leur efficacité personnelle vis-à-vis de la source de leur stress. C’est
ce qui leur permet de s’investir pleinement dans les activités scolaires pour le
maintien de leur niveau de réussite (Leroux Mylène, 2017). Les recherches sur
la résilience sont basées sur deux stratégies d’analyse ; premièrement l’approche
basée sur les variables vise le processus sous-jacent à la résilience en identifiant
des possibles effets principaux et d’interaction entre adversité, la compétence
et les facteurs de protection. La deuxième approche, basée sur la personne,
s’intéresse à l’hétérogénéité des réponses observées parmi les individus exposés
à des risques et à l’identification de leur profil. Ces analyses, par conséquent
aident à identifier les ressources impliquées dans le processus d’adaptation
chez les individus résilients (Suniya Luthar et Gretta Cushing,1999), (Patricia
Simone Hammes, 2014).
Malgré la pertinence des travaux cités plus haut, ceux portant sur la résilience
scolaire du point de vue des facteurs de résilience n’évoquent pas comment des
objets culturels peuvent constituer des tuteurs de résilience pour des élèves
notamment des élèves-filles en situation de précarité.
L’objectif de l’étude est d’analyser l’incidence des objets culturels comme
tuteurs de résilience sur les résultats scolaires. En réponse au facteur de risque
qu’est la précarité de vie des élèves, le facteur de protection de la précarité est
le processus de résilience (Rudol Florence, 2009) à travers l’usage d’expédients
utilisés comme tuteurs de résilience (Lecomte Jacques, 2005). Parfois le tuteur de
résilience n’est pas conscient de son rôle et la personne qui a subi le traumatisme
est, quant à elle, actrice à part entière faisant de chaque rencontre un événement
spécifique, éphémère ou durable (Leroux Mylène, 2017).
L’hypothèse stipule que l’usage des objets culturels est une variable de
compréhension de la résilience des élèves-filles des lycées et collèges à Bouaké,
face à la précarité de vie. Cette hypothèse inscrit l’étude dans la théorie de
l’évaluation cognitive et du coping. L’évaluation cognitive est un processus
à travers lequel une personne évalue si une rencontre particulière avec
l’environnement, est appropriée à son bien-être et si c’est le cas, de quelle façon
(Susan Folkman, Richard S. Lazarus, Rand J. Gruen, and Anita DeLongis, 1986).
Les processus d’évaluation subdivisée en deux parties sont influencés par les
caractéristiques personnelles antérieures et les variables environnementales et
le coping intervient après l’évaluation en réponse au stress. Selon Richard
Lazarus et Susan Folkaman (1984) , il incarne l’ensemble des efforts cognitifs
et comportementaux que l’individu met en place pour gérer des exigences
spécifiques, qui le met à l’épreuve ou surpasse ses ressources. Le coping est
un processus dynamique ayant un rôle de stabilisation, c’est-à-dire qu’il est
spécifique et permet à l’individu de s’adapter pendant les périodes de stress en

69
© educi RevuUnirstadScl’Éo,N°12,2018

cas de précarité (Gaucher, 2014). Le milieu socio économique précaire (Siméon


Boris Nguéhan, 2007) et le stress familial (Byron Egeland et Kreutzer, 1991 ;
Guadalupe Puentes-Neuman, Marcel Trudel et Stéphanie Breton, 2007) ont un
effet qui influent l’adaptation d’un enfant dans les études sur la résilience en
contexte scolaire.

2. METHODOLOGIE

2.1. Site et participantes de l’enquête


L’étude s’est déroulée au cours de l’année scolaire 2016-2017 au Lycée
Classique 1 de Bouaké en Côte d’Ivoire. Ce lycée est situé au centre-ouest de
cette ville. Plus précisément, il est au quartier Kamounoukro, sur l’axe qui
mène à l’aéroport de Bouaké et fait face au CHU de Bouaké. Il se trouve plus
précisément entre le Centre d’Animation et ce Formation Pédagogique 1(CAFOP)
et l’Institut National de Formation des Agents de la Santé (INFAS) de ladite ville.
La population concernée par cette étude est composée de filles de niveau
seconde, régulièrement inscrites dans cet établissement. La méthode
d’échantillonnage à boule de neige a été utilisé. A partir d’une des élèves qui
s’est confiée volontairement à nous, l’on est parvenu à atteindre trois (02) autres
filles de ce réseau apparemment clos. Au total, ce sont trois (03) individus qui
ont accepté participer à l’étude.

2.2. Méthodes et instruments de collecte de données


Cette étude est basée sur la méthode clinique et l’étude de cas. L’utilisation
complémentaire de ces deux méthodes a conduit au choix de deux instruments :
l’échelle d’estime de soi de Stanley Coopersmith et l’entretien semi-directif.
Le questionnaire d’estime de soi (S.E.I.) de Coopersmith est « un test qui
a été construit afin de mesurer les attitudes évaluatives envers soi-même, dans
les domaines social, familial, personnel et professionnel. Il comporte aussi une
échelle de mensonge ». Ce test, d’une durée d’environ 15 minutes, est composé
de 58 items qui décrivent des sentiments, des opinions ou des réactions d’ordre
individuel. Le sujet doit répondre à chacune des affirmations en cochant dans la
case appropriée : « Me ressemble » ou « Ne me ressemble pas ». Ce test comprend
deux formes : la forme adulte et la forme scolaire. La première s’applique à l’adulte
dans ce qui fait sa vie d’adulte, à savoir ses activités professionnelles, sociales et
familiales. En revanche, la forme scolaire s’applique à des enfants et adolescents
scolarisés. C’est cette dernière qui est retenue dans cette étude. Elle s’articule
autour de quatre indices thématiques d’estime de soi : générale, sociale, scolaire
et familiale. Ce test a été administré à chacune des filles individuellement. Sa
validité est prouvée par son utilisation régulière dans des études conduites par
des chercheurs africains (Bawa Ibin Habib, 2008 ; Kouakou Kouadio Jérôme,
2017 ; Ouattara Youssouf, 2017). Son coefficient de reproduction est de 0.90
avec une stabilité de 0.70 sur un intervalle de trois années (Kouakou Kouadio
Jérôme, 2017 ; Ouattara Youssouf, 2017).

70
SadiMrtnAm . Précarité de vie, objets culturels et résilience chez des...

L’entretien de type semi-directif interroge l’environnement familial, les


conditions socioéconomiques de vie, les résultats scolaires, l’image de soi et
enfin le lien entre toutes ces variables et les tuteurs de résilience. Les interviews
ont été enregistré à l’aide d’un téléphone portable de marque iteL S13 avant
leur transcription.

2.3. Méthodes d’analyse et de traitement des données


Les données de cette étude ont fait l’objet d’une analyse qualitative, notamment
phénoménologique. Il s’agit en l’espèce de mettre l’accent sur les expériences,
en terme de processus de résilience chez des filles vivant dans des conditions
de précarité et qui, initialement présentaient de faibles résultats scolaires.
Les principaux résultats obtenus sont les suivants.

3. RESULTATS
CAS 1 : Mariam 2nd A- non boursière
• Synthèse de l’histoire de vie
Agée de 16 ans, Mariam est orpheline de mère depuis l’âge de 9 ans. Elle est
l’ainée d’une fratrie de huit (08) enfants. Après le décès de sa mère son père s’est
remarié. Elle ne parvient pas à avoir une relation détendue avec sa belle qu’elle
juge autoritaire : « c’est ma belle-mère qui décide de tout chez nous, Papa ne fait
qu’exécuter. Le jour où sa femme ne veut pas que je mange, il ne peut rien faire ».
Face à cette situation qu’elle juge « intenable », elle décide de quitter ses parents
qui résident à Duékoué dans l’Ouest de la Côtre d’Ivoire : « j’ai demandé à ce
qu’on m’oriente en 6e à Bouaké pour rester avec ma tante, la petite sœur de papa.
Mais depuis ce temps, papa ne s’occupe plus de moi et de ma scolarité ». Pourtant
à Bouaké, cette « tante n’est que ménagère et son conjoint un cordonnier de fortune
qui en plus fait une addiction aux boissons frelatées ‘’Koutoukou’’ ». Selon Mariam,
ils dorment dans une maison de deux pièces à Kôkô extension (Aboliba-derrrière
Rails). Enfin, en ce qui concerne la relation entre sa tante et son homme, l’enquêtée
révèle : « ma tante se fait régulièrement battre par son mari qui la traite de bon à
rien » (silence). « Comme je n’ai pas un autre endroit où aller pour étudier sereinement,
je me sens obligé de rester dans ces conditions qui ont contribué à mon échec au
Bepc bien qu’actuellement en classe de seconde ». Par ailleurs, Mariam indique
qu’elle a eu son premier rapport sexuel à 12 ans avec l’un de ses professeurs.
Quel est son score à l’épreuve d’estime de soi de Coopersmith ?
• Score à l’épreuve d’estime de soi de Coopersmitch
Après avoir administré le test psychologique de Coopersmitch, le score
est de 29 sur 50, obtenu à partir de la somme des échelles (sociale, générale
et scolaire). Le score obtenu indique que le sujet a une estime de soi élevée.
Quant au score de l’échelle de mensonge (bien qu’étant exclu), est de 7 sur 8,
qui indique que l’adolescente s’abstient de fournir certaines informations pour
sauvegarder son image de soi. Quels sont les expédients utilisés pour faire face
à la précarité de vie ?

71
© educi RevuUnirstadScl’Éo,N°12,2018

• Tuteur de résilience
Pour faire face à la précarité de vie et aux incidences de la rupture des liens
affectifs avec ses géniteurs (mère décédée et père remarié), « j’utilise une pommade
et deux différentes qualités de miel que je mélange à de l’encens et de l’herbe ».

Image 1. Pommade avec du miel brulé 1


Image 2. Pommade avec du miel frais
Source: Données de l’enquête (photo prise le 15 mai 2017)
« Avant chaque rapport sexuel, j’introduis la pommade dans mon orifice
vaginal. En plus de cette pommade, « j’ai des amulettes ». A ce sujet, elle
précise :
«  Avant chaque rendez-vous, je fais des incantations selon la formule
prescrite par le Marabout :
bissimilaye niano ka wouri hassoulayala; fo kan man niania soro.
Le kana nin (le prénom de la personne qui récite la formule) soro»2. Cette
prière doit être récitée trois (3) fois avant le passage à l’acte pour produire l’effet
attendu.
Image 3 : amulette pour conditionner les tontons

Source : Donnée de l’enquête


Ces différents objets ont pour fonction d’attirer « les tontons3 et de les
mettre sous contrôle. Avec ce truc il est impossible à un homme qui qu’il soit
et quoi qu’il fasse de me refuser un service ».
Ce produit a le mérite d’attirer les pour leur soutirer de l’argent ».

1- Toutes ces images sont issues des données de notre enquête. Elles ont été prise le 15 Mai 2017
2- (miséricorde au tout puissant , niano s’est levé puis il s’est noyé ; il me faut à tout prix niano
et que ses faveurs m’atteignent ( le prénom de la personne qui récite la formule).
3- Ce sont des adultes qui ont un faible pour les adolescentes. Le plus souvent, ils ont l’âge du père de la gamine.

72
SadiMrtnAm . Précarité de vie, objets culturels et résilience chez des...

En l’espèce, les tuteurs de résilience chez Mariam sont : le Marabout, tontons,


une pommade et différentes quantités de miel mélangés à des herbes et de
l’encens et la formule incantatoire récitée trois. Le recours à ces éléments semble
avoir contribué à l’amélioration de ses résultats scolaires, comme l’indique
l’histogramme ci-après.
• Evolution des résultats scolaires du cas

EVOLUTION DES MOYENNES DE MARIAM


14
12,63
12
10,15
10 9,38

0
1er Trimestre 2e Trimestre 3e Trimestre

Source : Données de notre enquête


L’on observe une progression des résultats de cette élève, surtout à partir du
second trimestre qui coïncide avec la rencontre du « tonton ». Cette évolution des
résultats pourrait être attribuée au recours aux objets culturels (expédients),
au marabout et Tonton. L’ensemble de ces éléments apparaissent alors comme
des tuteurs de résilience.
CAS 2 : Dama, 17 ans, 1ere D. 
• Synthèse de l’histoire de vie
Dama est originaire de Katiola. Son père, ex-agent de la Société Ivoirienne du
Tabac (SITAB) est père de douze (12) enfants et époux de trois (03) femmes. Dama
est la dernière des filles et le huitième enfant de toute la fratrie. Elle est la seule
qui va à l’école. La mère de la jeune fille vend des fruits et légumes au marché de
Koko, leur lieu de résidence, car les 35000frs de pension retraite de son père ne
parviennent pas à couvrir toutes les charges de la famille. Malgré cet appui de sa
mère, la jeune fille révèle : « Par jour, nous mangeons une fois. Pour le couchage,
il y a une chambre pour nous les cinq (05) filles. Les garçons se débrouillent chez
leurs amis et au salon ». Elle dit avoir eu son premier rapport sexuel à 12 ans avec
comme partenaire un jeune mécanicien ami à l’un de ses frères.

73
© educi RevuUnirstadScl’Éo,N°12,2018

• Score à l’épreuve d’estime de soi de Coopersmitch


La réponse du cas 2 au test de Coopersmitch présente un score de 29 sur
50 qui correspond à la somme des échelles (sociale, générale ou personnelle, et
scolaire). cela traduit que le sujet à une estime de soi forte. Le score de l’échelle
de mensonge est de 7 sur 8 qui suggèrerait que l’individu mente pour se protéger
et préserver une bonne image aux yeux de ses interlocuteurs.
• Tuteur de résilience
La résilience chez elle laisse apparaitre le recours aux objets tels que les perles
aux reins communément appelé « baya », ainsi que le révèle la photo suivante :

Source : Donnée de notre enquête


«les tontons aiment beaucoup jouer avec ça ! Quand tu les mets à la hanche,
ils sont très contents». Mais, bien au-delà de leur caractère ludique et attrayant,
Dama leur assigne une autre fonction qui transparaît à travers le nom : « aller-
retour». Avant chaque rapport sexuelle, et surtout avant de porter ce « baya »
je dois réciter cette prière : «bissimilaye nougoutché ya signannèguè à da té
nin (le prénom de la personne qui prononce la formule) lo hadayé dougoumanlè».
(miséricorde au tout puissant, au concepteur de nougou et au fer de signan ;
ces deux personnages m’aideront à atteindre mes objectifs ( le prénom de la
personne qui prononce la formule).
Les facteurs ou tuteurs favorisant de résilience  identifiés sont : tontons,
perles (Baya) et incantation.

• Evolution des résultats scolaires du cas

74
SadiMrtnAm . Précait de vie, objets cultres et résilenc chez des.

Source : Données de l’enquête


L’on constate que de 7 de moyenne, Adam achève son année avec 12 de
moyenne.
CAS 3 : AMINATA

• Synthèse de l’histoire de vie


Jeune élève de 18ans, Aminata est non boursière. Elle a connu un parcours
scolaire parsemé d’échec. Orphéline de père et de mère à l’âge depuis 9 ans, elle vit
à Koko chez son oncle non loin de la maternité dudit quartier. Ce dernier est sans
emploi. Pendant les congés, Aminata fait du petit commerce, notamment la vente
de fruits pour contribuer au frais de restauration de sa famille d’accueil. Mais,
quand les cours commencent elle interrompt cette activité pour se consacrer
à ses études. Dans son enfance précisément entre 3 et 5 ans, Aminata a été
victime d’attouchements sexuels de la part du fils aîné de son oncle qui l’a reçu
après le décès accidentel de ses géniteurs.
• Score à l’épreuve d’estime de soi de Coopersmitch
Elle présente une estime de soi faible avec un score de 19/50.
L’échelle de mensonge est de 2/7.
• Tuteur de résilience
Pour faire face à sa condition précaire d’étude, Aminata utilise trois objets
culturels concomitamment. Il s’agit des perles (Baya), l’amulette et la pommade.

75
© educi RevuUnirstadScl’Éo,N°12,2018

En outre, elle récite les deux formules incantatoires : « bissimilaye niano ka


wouri hassoulayala; fo kan man niania soro. Le kana nin (le prénom de la personne
qui récite la formule) soro» ; ou encore «bissimilaye nougoutché ya signannèguè à da
té nin (le prénom de la personne qui prononce la formule) lo hadayé dougoumanlè».
En l’espèce, les tuteurs de résilience sont : tontons, amulette, perles, pommade
et les formules incantatoires.
• Evolution des résultats scolaires du cas

DISCUSSION ET CONCLUSION
L’objectif de l’étude est d’analyser l’incidence des objets culturels comme
tuteurs de résilience sur les résultats scolaires. L’hypothèse stipule que l’usage
des objets culturels est une variable de compréhension de la résilience des élèves-
filles des lycées et collèges à Bouaké, face à la précarité de vie. Les principaux
résultats de cette étude indiquent que l’usage des expédients et le recours aux
adultes « Tonton » contribuent à améliorer les résultats des filles.

76
SadiMrtnAm . Précarité de vie, objets culturels et résilience chez des...

La première analyse qui se dégage de ses résultats est l’existence de lien entre
les résultats scolaires et la situation économique des familles, (Bernard Terrisse,
Marie-Louise Lefebvre, Nathalie Martinet et Francois Larose, 2000). Ils notent
que l’état de défavorisé est souvent associé aux difficultés d’ordre scolaire vécues
par les enfants de milieux socio économiquement faibles. Qu’il soit question
de rendement scolaire, de taux ou de niveau de scolarisation, d’abandon
ou d’absentéisme, diverses études ont constaté que l’état de pauvreté de la
famille influence l’histoire scolaire et l’adaptation sociale de l’enfant (Brissiaud
Remi, 2013 ; Kouassi Odette, 2016). A cet effet, les enfants, issus de milieux
précaires, sont sensibles et vulnérables face à la situation socio-économique de
la famille qui influe nécessairement sur le développement cognitif, dont dépendra
la réussite scolaire. Par conséquent, dès le début de l’année, la précarité de
vie des élèves-filles de l’enquête, influent nécessairement sur leurs résultats du
premier trimestre.
Au cours de l’étude, l’on a réalisé que les résultats se sont nettement améliorés
en fin d’année  ; indiquant ainsi une modification des capacités cognitives et
comportementales auprès des filles. Cette évolution est observée parce que le
récit de leur vie montre que les filles sont devenues résilientes en réponse au
facteur de risque que constitue la précarité de vie, dans un processus dynamique
et évolutif (Marie Anaut, 2005). Les objets culturels comme tuteurs de résilience
vont les accompagner en les revalorisant et permettre aux adolescentes de faire
des expériences positives qui contribuent à les aider à se protéger des aspects
délétères de leur environnement social. L’intérêt de l’étude est d’apporter une
connaissance sur les travaux relatifs au concept de résilience surtout sur
l’analyse des interactions relationnelles singulières des personnes confrontées
à la précarité. Les facteurs de protection qui modifient les réactions dans
l’environnement social et affectif peuvent résulter d’un échange interactif
multifactoriel situé au croisement entre l’individu, la famille et l’environnement
social et dans le cas présent d’usage d’objets culturels en contexte scolaire.
Selon Marie Arnaut (2005) les études cliniques (Fortin et Bigras, 2000 ; Boris
Cyrulnik, 2004 ; Marie Anaut, 2005) montrent qu’un adulte significatif dans
la vie de l’enfant à risque a un rôle majeur dans l’émergence de ce processus
de résilience. On peut donc affirmer que les objets culturels tutorisent leur
développement et assurent un rôle de tuteur de résilience selon Boris Cyrulnik
( 1999 , 2001, 2004). Les tuteurs montrent une modification sociale favorisant
un développement des capacités cognitives et comportementales, conduisant
à une résilience chez les élèves-filles. La précarité de vie se présente comme
un facteur de risque une variable externe sur les filles et leur environnement
(variable interne). Il en résulte une forme de résilience spécifique résultant d’un
processus dynamique et évolutif au sujet, (Marie Anaut, 2005). Les tuteurs
développementaux que les filles mobilisent comme moyen de résilience, se
comprend à la lumière de la théorie de la désorganisation sociale de l’école de
Chicago de Alain Coulon (1992). Cette théorie prévoit que lorsque la modernité
entraîne une dépréciation des conditions de vie, l’autorité parentale est affaiblie.

77
© educi RevuUnirstadScl’Éo,N°12,2018

Les enfants dont les besoins ne sont plus satisfaits, se rebellent et s’adonnent
à toutes les pratiques qui les aideraient à se maintenir.
En effet, les croyances dans l’accomplissement personnel pour se maintenir
dans le circuit scolaire des filles, sont le reflet d’un ensemble de facteurs sociaux.
Ce qui donne une connotation particulière à la résilience chez les filles du lycée
classique 1 de Bouaké, est le contexte précaire, d’incertitude et de transition qui
va permettre de rebondir vers une autre possibilité de vie socialement viable ;
ce qui dans la conscience collective humanise les difficultés majeures et ouvre
l’espoir d’un rebond possible, même dans de graves circonstances de la vie,
indiqué par Serge Paugam (2000). Cette étude valide les travaux de Jacques
Lecomte (2005) qui, dans l’analyse de la relation entre la réussite scolaire et la
condition de vie, révèle l’influence notable des facteurs biologiques, socioculturels,
socioéconomiques et pédagogiques surtout chez l’élèves-filles.
La perspective de mettre l’accent sur un nouveau phénomène apparu dans le
registre comportemental des apprenantes des Lycées de Bouaké issus de familles
défavorisées pour se maintenir à l’école, a permis d’explorer les conditions de
vies de ces élèves-filles et d’expliquer comment ces dernières parviennent à se
maintenir dans le circuit scolaire avec un bon rendement scolaire. Au final,
cette étude revêt une importance fondamentale aux spécialistes de la résilience
en matière de tuteurs développementaux de la résilience présentée sous forme
d’usage d’expédient. Ces considérations peuvent attirer l’attention des parents,
afin de créer un climat familial favorables pour les filles, en réduisant les facteurs
de risques à travers l’écoute mutuelle, le dialogue et d’entraide au sein de la
famille. Ensuite offrir des opportunités de prise de parole pour que les enfants
expriment leurs sentiments (Kouakou Mlan, 2019). Les résultats obtenus invitent
l’implication des adultes qui ont de l’expérience dans la gestion de débats relatifs
au pouvoir de l’argent et au respect du corps, auprès des élèves-filles.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
  Abdelkhalek Touhami et Fouzia Ejjanoui, (dir) (2010). Approche multidimensionnelle de la pauvreté :
Présentation théorique et Application au cas de la ville de Marakech. Working payé, n°513. Récuperé
le 18 aout 2017 du site : http://erf.org.eg/publications/approche-multidimensionnelle-de-la-
pauvrete-presentation-theorique-et-application-au-cas-de-la-ville-de-marrakech/
Bawa, Ibin Habib. (2007). Estime de Soi et performance Scolaires chez des adolescents.
(mémoire de  DESS) Lomé, Togo. Récupéré du site :www.memoireonline.com/06/09/2018/
estime-de-soi-performance-chez-des-adolescents-togo.html,consulté le 3 Avril 2013.
Bernard Terrisse · Marie-Louise Lefebvre · Nathalie Martinet · Francois Larose ,  (2000 ). Les facteurs
familiaux associés à la réussite des enfants de milieu socio-économiquement faible dans les
programmes d’intervention éducative précoce. In Les tendances actuelles de l’intervention
précoce en Europe., Chapter: 13, Publisher: Pierre Mardage éditeur, Editors: Franz Peterander,
Otto Speck, Gérard Pithon, Bernard Terrisse, pp.193-206
Boris Cyrulnik ( 1999). Un merveilleux malheur, Paris : Odile Jacob

78
SadiMrtnAm . Précarité de vie, objets culturels et résilience chez des...

Boris Cyrulnik (2001). Les vilains petits canards, Paris : Poches Odile Jacob
Boris Cyrulnik (2004). Sauve-toi, la vie t’appelle, Paris : Poches Odile Jacob
Bresson, Maryse (2012). Sociologie de la précarité, Paris : Armand colin.
Brissiaud Remi, (2013). Apprendre à calculer à l’école, les pièges à éviter en contexte francophone,
Paris : retz.
Coulon Alain (1992), L’Ecole de Chicago, Paris, Puf, coll. « Que Sais-Je ? », n° 2639, rééd. 2002
DSRP, (2009) « La longue crise », Rapport de la Récupéré du site https://www.imf.ord/external/
french/pubs/ft/scr/2009/cr09156f.pdf, consulté le 5 mai 2018.
Guadalupe Puentes-Neuman, Marcel Trudel et Stéphanie Breton. (2007). L’élève à risque et
l’expression de la résilience : une étude longitudinale centrée sur la personne. Revue des
sciences de l’éducation, 33(3), 623–646. https:// doi.org/10.7202/018961ar
Hammes Patricia Simone, (2014). La réussite scolaire et les compétences socio-affectives des élèves
au début de l’école primaire : les méthodes d’évolution et les facteurs associés .Université du
Quebec à Montréal, Thèse de doctorat, https://archipel.uqam.ca/6950/1/D2682.pdf.
Hammes Patricia Simone , Marc Bigras, Maria Aparecida Crepaldi. (2015). personal and family
characteristics of academically resilient  young children, Brazil: universidade federal de Santa
Catarina,
Herbrard, C., P. (2002). Les filles et les filières scientifiques : étude des facteurs psychologiques favorisant
l’orientation des filles vers un métier scientifique.( Thèse de doctorat en psychologie). Université
de Toulouse 2, France. Récupéré le 17 aout 2017 du site : www.theses.fr/061141x
Kamagaté, Issouf. (2018). Côte d’Ivoire : Un taux de croissance de 8% projeté entre 2018-2019,
www.fratmat.info, consulté le 10 janvier 2019
Koffi, K., Jean Marcel. (2014). Résiliences et Sociétés: concepts et applications. Ethique et
économique/ Ethics and Economics, 11(1), 2014. Récupéré du site : http://papyrus.bib.umontreal.
ca/xmliubitstream/handle/1866/10258/koffi.pdf, consulté le 15 janvier 2018.
Kouakou Kouadio Jérôme (2017). Niveau d’estime de soi, sexe et niveau de rendement chez
des étudiants de licence 3 de Psychologie, Thèse de doctorat, Université Félix Houphouet
Boigny, Abidjan : np.
Kouakou Mlan Assièoussou Houflet (2019). Traumatismes, Résilience et réinsertion psychosociale
des victimes de violences : cas de six enfants en mobilité de l’association Jékawili de Bouaké,
Thèse de doctorat, soutenue publiquement le 9 Mars 2019, np.
Kouassi Odette (2016). Décrochage scolaire et conditions de vie socio-économiques des jeunes
filles des quartiers de Koko et N’gattakro de Bouaké, UAO-Bouaké, Mémoire Master, np.
Ouattara youssouf (2017). Estime de soi et violence chez des élèves du Collège Ouézin Coulibaly
de Bouaké, Mémoire de Master, Abidjan, Cestia, np.
Langevin, Louise. (1999). L’abandon scolaire. On ne naît pas décrocheur! 2Ième Ed. Québec : Les
Éditions Logiques. 480 pages.
Lecomte Jacques. (2006). Un sens à sa vie. Paris : Odile Jacob.
Leroux Mylène (2009). Etude des relations entre la résilience d’enseignantes et d’enseignants du
primaire  œuvrant en milieux défavorisés et la réflexion sur la pratique, Thèse de doctorat,
Université de Montréal.

79
© educi RevuUnirstadScl’Éo,N°12,2018

Malaspina, Diane et Sara E. Rimm-Kaufman. (2008). Early Predictors of School Performance


Declines at School Transition Points, RMLE Online: Research in Middle Level Education, v31 n9
p1-16
Manciaux Michel (2001) la résilience Un regard qui fait vivre, Dans Études 2001/10 (Tome 395),
pages 321 à 330
Margaret Burchinal., Ellen, Peisner-Feinberg., Robert, Pianta. & Carollee, Howes. (2002).
Development of academic slàlls from preschool through second grade: Farnily and classroom
predictors of developmental trajectories. Journal of School Psychology, 40, 415-436.
Marie Anaut (2005). Le concept de résilience et ses applications cliniques, Dans Recherche en soins
infirmiers 3 (82), pages 4 à 11, https://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-
2005-3-page-4.htm, consulté le 8 juin 2O17
Marie Anaut (2006). L’école peut-elle être facteur de résilience ?,  Empan, 3 (63), pages 30 à 39
Duée Michel (2005). L’impact du chômage des parents sur le devenir scolaire des enfants, Revue
économique 2005/3 (Vol. 56), pages 637 à 645
Ministère de l’éducation nationale française (2017). Récupère le 26 juin 2017 du site : www.
education.gouv.fr/cid4006/égalité-des-filles-et-des-garcons.html
Nguéhan Siméon Boris  (2007). Environnement social précaire, décrochage scolaire et stratégies de
réussite : une étude exploratoire du phénomène au quartier New-Bell de Douala, Université
de Douala - Master II, https://www.memoireonline.com/02/11/4243/m_Environnement-
social-precaire-decrochage-scolaire-et-strategies-de-reussite--une-etude-explor0.html,
consulté le 5 mai 2018.
Paugam, Serge. (1991). Les statuts de la pauvreté assistée, Revue française de sociologie, 32 (1), P.75,
101 récupéré du site : www.persee.fr/doc./rfsoc-0035-2969-1991-num-32-1-4021, consulté le
5 mai 2018.
 Paugam Serge. (2005). Le salarié de la précarité : les nouvelles formes de l’intégration professionnelle,
Paris, P.U.F., https://www.cairn.info/le-salarie-de-la-precarite--9782130558460.htm,
consulté le consulté le 5 mai 2018.
Pierre G. Coslin. (2012). « Précarité sociale et déscolarisation », L’orientation scolaire et
professionnelle [Online], 41/3 | 2012, Online since 07 September 2015, connection on 15 March
2019. URL : http://journals.openedition.org/osp/3882 ; DOI : 10.4000/osp.3882,
Rudolf Florence. (2009). Société du risque, société vulnérable. In S. Becerra & A. Peltier
(eds.), Vulnérabilités sociétales, risques et environnement, Paris, L’Harmattan.
Rutter, Michael. (1993). Resilience: some conceptual considerations. Journal of Adolescent Health,
14(8), 626-631.doi: http://dx.doi.org/10.1016/1054-139-90196(93), consulté le 5 mai 2018.
Sadia Martin Armand (2014). Dysfonctionnements du milieu et résistance au changement chez les
mineurs déviants incarcérés de la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (Maca), Thèse de
doctorat en psychologie de l’éducation, Univac-ENS Abidjan s/c UAO bouaké, np.
Traoré Horokiyatou (2017). Précarités des conditions de vie et résilience chez des filles du Lycée
Classique 1 de Bouaké, Mémoire Master, Cestia-Abidjan, np.
Wresinski, Joseph (2007). « La grande pauvreté et précarité », http://www.joseph-wresinski.org/
fr/grande-pauvrete-et-precarite141/, consulté le 24 mars 2019.

80