Vous êtes sur la page 1sur 8

c

Système d¶information

Introduction :
L¶approche systémique est définie par Joël de Rosnay (1975) comme « une
méthodologie, permettant de rassembler et d¶organiser les connaissances en vue
d¶une plus grande efficacité de l¶action ». Elle se finalise par une représentation
générique des entités considérées, les systèmes, dans le but de repousser les limites
imposées par la complexité de leur constitution et/ou de leur comportement. En
ingénierie, les gains de connaissance obtenus par cette méthodologie se traduisent
par des progrès dans les démarches de conception ou de pilotage de ces systèmes.
Par définition, un système est un ensemble d¶éléments collaborant entre eux. Cet
ensemble regroupe des composantes identifiées, abstraites ou physiques,
interagissant pour atteindre un but ou un objectif commun. Chaque composante a un
périmètre d¶action déterminé, un environnement connu et échange avec cet
environnement par des flux entrants et sortants de toute nature possible (matière,
finance, énergie, information ...). Par exemple, une ville, un entreprise, un ordinateur
peuvent être considérés comme des systèmes particuliers.
Tout un courant de pensée s¶est développé autour de cette méthodologie, citons
Scherman C.Blumenthal (1969), Jean -Louis Le Moigne (1977, 199 2) et Jacques
Mélèse (1990), pour l¶appliquer à ces organisations particulières que sont les
entreprises. C¶est de ces travaux qu¶émerge le SI (Système d¶Information) défini
comme un sous-système du système d¶entreprise, et issu d¶une décomposition que
schématise la figure 1.1.
Ce premier stade de décomposition introduit trois sous -systèmes au même niveau de
représentation:
± le système de transformation (dit aussi système opérant) des intrants en extrants. Il
est composé de fonctions opérationnelles (ex : usiner) constituées de sous-
ensembles physiques (ex : atelier d¶usinage) dont la combinaison délivre un produit
ou/et un service,
± le système de pilotage est divisé en niveaux décisionnels (centres de décision)
délivrant les objectifs, les plans et les or dres d¶exécution,
± le Système d¶Information que nous allons définir plus en détail dans le paragraphe
suivant.
Comme le souligne Bruno France-Lonard (2002), la théorie de la rationalité limitée
dans la prise de décision, développée par Herbert A. Simon (1 947), a largement
participé à la reconnaissance du Système d¶Information. Le modèle de décision à
trois niveaux (stratégique,tactique, opérationnel) se croise avec celui de la partition
en décision programmable et non programmable.

c

A l l¶i f ti . l i i .. i i i i l i t. l . S t ¶I f ti t t l l ti l i ¶ i l i i . S t ¶I f ti ¶ i ff ti t l¶ ti l i i i l l l¶ ti l ti ti . S t ¶I f ti l i l tt l . ¶ t i t t i ît ti t i i t t i t t ti fi t il t . ¶il ¶ i l ti i l l t t li t. °/D fi iti : D l i t . t il t t l tôt t t i l¶ t ti .l i t ll¶ . ¶ t i l ¶ li ti ti i l¶ t i . i P ll .c D i t l i tf t:l i t t i i t t i i l i t l t.D A t t i SI . i t . i S t ¶I f ti t i ¶ t ti t it t titif l t ilit . li ti . . . l l i i l t t l i ti l tl . t i fi it l S t ¶I f ti : U t ¶ tit i l . il f it f ti i f tl t l t j t i ti li . ¶ t ç it l i l l t S t ¶I f ti .l t i l¶i f ti i t i li l S t ¶I f ti . 3. t k t t it l c . l¶ i ti t i . t il t t ¶ ill f i t l i t ôl / l t ti l t t . l S t ¶I f ti i t t i l¶i f ti l l l l¶ t i . t f t l l t t i l¶ t i . i t it l i il t i f ti li tif. . i l t it ff t ..

une vision moderne du Système d¶Information ne peut plus se concevoir sans l¶informatique. des procédures manuelles et des modèles pour l¶analyse. antérieure à celle de Robert Reix. le contr le et la prise de décision. des logiciels. fondées sur l¶information. Nous proposons d¶enrichir ces définitions en utilisant trois points de vue complémentaires. lorsque ceux-ci étaient suffisamment contr lables pour être traduits sous forme d¶un code exécutable. » (Gordon B. Les trois phrases replacent ce sous-système dans son environnement faisant. des bases de données. ± capable d¶organiser cette information en vue de son traitement. ¶un point de vue fonctionnel. un parallèle avec des relations client/fournisseur vis-à-vis des deux autres sous- systèmes. Ils appartiennent bien au Système d¶Information. La liaison au système opérant se résume par des fonctions d¶exécution. mettent en avant cette relation utilisateur-machine dans leur définition.2 éfinitions Cette définition reprend la décomposition de l¶approche systémique et la met en scène en évoquant les moyens utilisés (les entités qui participent au fonctionnement du Système d¶Information) et les missions à remplir. On fait référence à des activités classiques du métier de gestionnaire (manager). Soulignons que parmi les entités du SI.. 2002) 1. avis et al. sont au moins aussi vieilles que ces archives. les employés sont considérés comme des composantes à part entière. alors que celle relative au système de pilotage est décrite par la prise de décision. Celle -ci n¶est autre qu¶une donnée ayant acquis un sens particulier dans son contexte d¶utilisation. avis et al.c informations relatives au système opérant afin de les mettre à disposition du système de pilotage. là aussi. nous retiendrons que le Système d¶Information est : ± capable de collecter l¶information en provenance de la partie opérante. Il peut recevoir des informations du système de pilotage. l¶homme sait consigner l¶information sous forme de dessin. » (Robert Reix. et a compris l¶intérêt de faire des archives. Ces modèles de représentation sont formalisés à l¶aide des mathématiques et sont capitalisés par voie informatique comme des systèmes d¶équations (fonction. de chiffres ou d¶écrits. La deuxième partie de la définition permet d¶ailleurs de dépasser le cadre strict du traitement de l¶information pour entrer dans celui de la connaissance lorsqu¶il est fait allusion à des modèles de représen tation. Toutefois. objectif. Les fonctions de stoc age et de transformation d¶informations renvoient implicitement à une assimilation du SI à un procédé de production où la matière serait abstraite. Il peut émettre vers le système opérant des informations. 1985) Cette définition. la planification. epuis très longtemps. Les supports informatiques ont réformé des traitements qui étaient manuels à partir de la deuxième partie du 20ème siècle. Le système d¶information a naturellement pour objet principal l¶information. précise ce que sont les missions de traitement de l¶information. Peut-il y avoir un Système d¶Information sans support informatique ? La réponse est affirmative. Notons que les procédures de transformation de l¶information et les règles au sein des organisations. Le système utilise des équipements informatiques. qui est tr aduite par Jean-Louis Peaucelle de la fa on suivante : « n système utilisateur-machine intégré qui produit de l¶information pour assister les êtres humains dans les fonctions d¶exécution de gestion et de prise de décisions. c . Gordon B. contraintes).

D¶ i t t t l. c . ti l S t ¶I f ti t t t l f i : Ö l¶ i ti . S l li S . ll ¶ ti t t t i . ti li t l i i i l¶ i ti . t t t . l S t ¶I f ti t: Ö it ¶i t ti t l¶ t i f ti . Ö l i l¶i f ti . l¶ t i i t li tif. Ö l i ll ti ¶ tit t i ll t l i i ll t l¶ t t i l .D t. t l l i l t ¶ it t .l i ¶ t ¶ S t ¶I f ti t l¶ t l i f ti l i i . l¶ t iti t t i t : Öl t i ti l i t i t ti l t . ti . Ö i t t ti t t lt l l¶ t i .c Ö l li tt i f ti ti ti it ¶ tili ti tili t t t .l li ti i ti tl ti . Ö l ¶ i l t l¶ i ti l¶ i l ti . Öl t i f ti t i l i f t t t i . D¶ i t i ti l. i i l i l¶ i ti t il. t i ti l i i l i .E t tt t l¶ ff t i f ti . Öl t li tif l li ti ti . t l il tf t t i l ifi ti i ti ll . t t t t l t t l¶ i ti .

i i t   t l l .c 2 fi fi . . . t l t if ti    l ¶ jt.   .

 .ft .

t t l t   t itt  l¶if.

 ti.

  i t f..

   l lt  l¶.

 i ti.

. tt .

 .

iti.

. l i l ill  .

tit   .

t . l  l li ti.

  i  t  if.

. 2 St  If.  ti.

 ti.

 t l i i t il Ql .

t ittil t  l St  If.

 ti.

 t l i i t il 2ititt  i i  ii   i i t il fiit l ii li .

 it I t i l Ei i. : 2 i i t il it  l .

 ti.

l li..

ti .

 t li lt ti.

  t  it t l .

l  ti .   i. l St  If.

 ti.

Il  i   .. l i t t l i.

 i   i li t   .

i f i   i  t  ti. i i t i .

i l t.

t  li t l ii  t l t.

   l t  .

 ti.

  i  lii .

 i  t  l l lt t i t t  .  ifi .

I t i l Ei i. tt fiiti.t  tl t .

 t   t t .

i lt i .

t t : Ö l i i t il  .

    t . il   i.

i  t iti.

  t  t   t  t t il .

t   t  i t ill. P  .

iti.

t    l .

il ilt  l  t l St If.  ti.

 ti.

 .

   .

jt  .

 ti.

. Ö l i  ti t f.

    .

ti.

 it ti.

  .

  i  t l.

  it li .

t   i tt .

ti.

  l .

 lifi ti.

  .

it.  t.

l.

i t   . Ö  l  .

i  tii  i i t il. il   t.

.  .

t  j.

it i t  t.

  ti.

.  it t t.

  .

  .

 c .

1. la qualité en production. La gestion industrielle ne couvre pas toutes les méthodes de gestion dont l¶entreprise a besoin. L¶exemple de la gestion de stoc par point de comma nde pourrait tout à fait illustrer cela. Si la valeur du point de commande est connue de l¶ordinateur. la gestion des flux de matières et d¶information. Il y a un r le d¶ensemblier dans l¶exercice de l¶art qui consiste. l¶information constitue le liant entre ces méthodes pour concourir à la performance. l¶implantation de lignes d¶ateliers.4 est un tableau dont les colonnes représentent ce processus transversal qui va des fournisseurs aux clients d¶une entreprise en traversant les fonctions opérationnelles de la chaîne de valeur. des définitions techniques de produits. entre autres. À une époque où la stratégie de l¶entreprise se focalise sur sa chaîne de valeur et sur sa relation au client. de qualité. le c té « ensemblier de méthodes » du génie industriel passe par une vision transversale sur les processus de gestion et sur les informations de l¶entreprise. puisqu¶il se situe aux frontières (entrée et sortie) de ce traitement évolué d¶information qu¶est une méthode. La figure 1. ans certains cas. Les recherches en génie industriel sont orientées vers la définition et l¶élaboration de méthodes. Parmi ces méthodes. où par choix judicieux des valeurs de certains paramètres. nous c . enfin. telles que la flexibilité du système par exemple. les méthodes seront traduites en algorithmes. nous citerons la gestion des stoc s.. Le flux d¶information joue un r le de premier ordre dans ce cadre. l¶ordonnancement et. Bien évidemment. de leurs avancées scientifiques et techniques. le code peut très bien déclencher la commande d¶achats à partir des observations de l¶évolution dynamique du stoc . à savoir sélectionner les méthodes et à les utiliser correctement. Il y a un rapport étroit entre le génie industriel et le Système d¶Information. Ce serait très réducteur de considérer que le praticien du génie industriel n¶est qu¶un utilisateur avisé du Système d¶Information.. Il est d¶ailleurs naturel dans cette philosophie de parler d¶alignement stratégique du Système d¶Information lorsqu¶on veut éviter que les courroies de transmission qui relient l¶équipe dirigeante au reste de l¶entreprise restent bloquées. et il est difficile de les dissocier. Par ailleurs. le management de projet. Il y a une saine émulation entre les deux parties. 1998). Néanmoins.1) participent à la maîtrise des performances de l¶entreprise dans la maîtrise des délais. sans recours à une intervention de l¶ homme. Comme nous avons déjà largement insisté sur le r le de la décision et du partage des responsabilités entre les différents niveaux hiérarchiques de l¶entreprise. ces processus transversaux sont devenus des fils rouges pour les dirigeants d¶entreprise. Les progrès des Systèmes d¶Information sont donc en partie alimentés par l¶implantation des nouvelles méthodes. de projet . la dynamique de progrès de l¶informatique est telle qu¶elle apporte de nouveaux éléments de solution dans l¶accès à des propriétés recherchée s.c précédemment : gestion de production. Les sciences de génie industriel peuvent donc aujourd¶hui déployer des solutions d¶une complexité considérée limitante il y a encore quelques années. dans la qualité et la gestion des coûts (Lionel upont. À titre d¶illustration. la planification. de connaissance. Elle contribue à remettre en cause de manière régulière les hypothèses des problèmes de génie industriel. le code informatique correspondant produira un traitement automatisé : des décisions programmables seront confiées à la machine. celles regroupées dans la gestion industrielle (§ 2.

c  .

  .

t l l.

t l li    t l . i .

 .

 t  ll  t .  t l   fiiti.

 i .

 .

   ill AI .

li t l t   ii.

  lt  i. S.

   t  .

t .

  .

i l f.

ti.

  li l .

iil .

 f i   ii.

 .

3°/I . i  l f i  .

A . t   SI.

i  t  tl t cc  .

c .

 c c.

  ccc c c cc  cc cc cc c c c  ccc cc ccc c c c c cc  c c  cc ccc cc  c  cc ccc  cc  .

c c c .

 c c  .

c .

 c cc.

c c.

 c     cc c   c ! c c c.

 cc  cc c"cc c  c ccc c  c c    c c # c c cc $c%cc c  .

c.

 c ccc c c c cccc & c ccc'c cc  cc.

%  .

c c .

c  c  c c   c  c c  .

c  cc .

c c  c c c  .

c.

c c.

  c.

c c.

 cc c  cc  c c .

c c.

c c.

cc c  c  c c  cc c cc c.

c c.

  c c cc .

cc    cc  c c  c c   c   c  c c.

.

c  c   .

cc.

c c c c.

.

c c c  c  cc c  c  .

c  .

c  c c.

c c c .

c   c c c c c c c  c cc c  c  c c c  c.

cc c c .

c .

 cc c   cc  cc.

 c c  c c c  c c  ccc  c  c c .

c.

c .

c c  c .

c cc .

c.

c c c  cc c.

 c.

cc  c  c.

c  c  c.

 c c  c c c.

.

 c  c  .

.

 c c c  c  c.

 cc.

cc c .

cc c  c c.

c cc c    c .

  c c c .

.

c c c  cc c .

c.

.

 .

 c c c cccc c c   .

 c c.

  c c .

 c c cc.

c c  c .

cc   c  cc  .

 c c.

 c c c cc.

c c .

c  c  c .

c    c c.

c  .

c c.

c   c c  c  .

c.

c  c .

c c.

c  c c c cc c .

cc .

c cc   c c(c.

c.

.

 .

 cc  c  c c .

cc c .

 c c.

c c cc c  c c cc c c cc  c.

c   c c.

ccc ccc .

c c  c  c c  c.

c cc.

c c.

c .

c c  c  c  c!c".

cc  c c cc.

cc .

ccc c.

.

c c #c c c  cc cc  cc .

c  c c  c c  cc c .

 c  c  c c.

c c c c  cc   c  c.

 c c .

c c c $ c .

c.

 c .

c .

c .

c c  cc ccc c.

cc  c  cc .

c ccc .

c.

c  c c  c   c   c cc.

  c c .