Vous êtes sur la page 1sur 6

1

Appareil triaxial
1) Introduction :
Dans une masse de sol, les déformations résultent
principalement d'un glissement ou roulement entre les particules
constituant le sol. Généralement les déformations dues au
cisaillement se localisent le long d'un plan appelé plan de glissement,
qui à la limite constitue un plan de rupture. La résistance au
cisaillement peut être définie comme la contrainte de cisaillement
sur le plan de rupture, au moment de la rupture. L'évaluation de la
contrainte de cisaillement est nécessaire dans la plus part des
problèmes de stabilité des sols (capacité portante des fondations,
stabilité des talus, murs de soutènement ...).

Plusieurs types d’appareils sont habituellement utilisés pour les


essais de cisaillement, parmi eux, on a l’appareil triaxial.
2

2) Principe de fonctionnement:
Dans cet essai, l’éprouvette de sol est placée dans une cellule
dite «triaxiale». L’éprouvette cylindrique d’un élancement h/d au
moins égal à 2, h désignant la hauteur et d le diamètre (fig 1).

Fig.1 Fig.2

Figures 1 et 2 : principe de l’appareil triaxial.

a. L'échantillon cylindrique, est


placée dans une cellule où il
est soumis à un champ de
contrainte uniforme de
confinement σ 3 par
accroissement de la pression
d'eau dans la cellule (l'eau de
3

la cellule ne pénètre pas dans l'échantillon celui-ci étant placé


dans une membrane étanche).

b. Une fois cette contrainte de


confinement appliquée, un
piston permet de comprimer
l'échantillon dans la direction
axiale (c'est-à-dire verticale). Le
piston crée alors un
accroissement de contrainte
dans la direction axiale appelé déviateur de contrainte q. La
contrainte axiale totale est alors σ 1 = σ3 + q.

c. Du fait de la différence de contrainte


entre la direction radiale et axiale,
égale au déviateur de contrainte q, il
se crée au sein de l'échantillon sur
des plans d'inclinaison quelconque
des contraintes de cisaillement 𝝉. En
augmentant la force sur le piston et
donc la valeur de q, les contraintes
de cisaillement 𝝉 sur les plans
inclinés augmentent jusqu'à un maximum provoquant la
rupture de l'échantillon.
4

L'essai consiste à faire croître le déviateur de contrainte q (et donc


les contraintes de cisaillement) à vitesse de déformation constante
jusqu'à la rupture de l'échantillon tout en maintenant la contrainte
de confinement
σ3 constante.
On en tire la courbe:

Les cercles de Mohr à la rupture (c'est-à-dire pour les valeurs de σ1 et


σ3 obtenues pour le maximum de q) tracés dans le plan Mohr sont
tangents au critère de rupture de Mohr-Coulomb. Il est donc possible
d'en déduire les valeurs de cohésion c du matériau  et d’angle de
frottement testé.
5

Fig.3 : Résultat d’un essai de cisaillement triaxial dans le plan de Mohr

3) Conclusion :
L’appareil triaxial est aujourd’hui l’élément fondamental de tout
laboratoire de mécanique des sols.
6

SMAIL
kamelia

Vous aimerez peut-être aussi